Navigation – Plan du site

Les timbres sur amphores africaines d’Arles : une approche archéométrique

Guillaume Duperron et Claudio Capelli
p. 211-227

Résumés

Cet article présente le corpus des timbres sur amphores africaines découverts à Arles, actuellement constitué de 22 exemplaires, dont la moitié étaient inédits. L’analyse pétrographique en lames minces de chacun d’entre eux a permis de caractériser la composition de sa pâte et contribue à identifier la zone de production, voire même l’atelier, d’où chaque objet est issu. Elle a révélé également l’existence d’ateliers non encore identifiés sur le terrain. Ainsi, cette approche pluridisciplinaire, intégrant les données typologiques, épigraphiques et archéométriques, apporte de nouvelles connaissances sur la géographie des productions amphoriques africaines.

Haut de page

Texte intégral

Nous adressons nos sincères remerciements à Michel Bonifay et Marie-Brigitte Carre (CNRS – CCJ) pour leur aide et leurs conseils précieux lors de la réalisation de cette étude.

1

2Ce travail est inscrit dans l’axe thématique 3 du programme scientifique du LabEx ARCHIMEDE, programme IA-ANR-11-LABX-0032-01, et dans l’axe transversal 1 « Histoire et archéologie du Maghreb antique » du Centre Camille Jullian.

Introduction

  • 1 Zevi, Tchernia 1969.
  • 2 Panella 1973 ; Manacorda 1977.

3Dès les années 1960, l’épigraphie amphorique a été mise à profit pour préciser la localisation des centres de production de conteneurs en Afrique, contribuant ainsi à appréhender l’organisation économique des provinces africaines. En effet, contrairement à celles de la plupart des autres régions de l’Empire, les estampilles sur amphores africaines mentionnent fréquemment la cité où elles ont été fabriquées. Ainsi, dès 1969, certains types d’amphores très largement diffusés en Méditerranée ont pu être mis en relation avec plusieurs cités portuaires africaines (Hadrumetum, Leptiminus, Sullecthum) grâce aux timbres indiquant leur origine 1. Par la suite, quelques autres zones de production ont pu être identifiées (en particulier Nabeul), essentiellement grâce à la riche documentation issue des fouilles d’Ostie 2.

  • 3 Capelli, Bonifay 2016.
  • 4 Voir l’état actuel des connaissances dans Bonifay 2016.

4Plus récemment, cette démarche épigraphique a été complétée par le développement des analyses archéométriques sur les céramiques africaines 3. En effet, la caractérisation pétrographique des différentes productions a permis, avec le développement des recherches de terrain dans certaines parties du territoire africain, de réaliser des progrès importants dans la connaissance de la géographie des ateliers 4.

  • 5 L’enquête autour du timbre M(palmier)C donne un exemple de cette démarche pluridisciplinaire : voi (...)

5Grâce à ces avancées, la provenance des amphores africaines estampillées peut donc désormais être appréhendée en croisant ces différentes approches 5. Une telle démarche a été récemment mise en œuvre sur un corpus d’une vingtaine de timbres découverts à Arles, principalement dans les dépotoirs du quartier portuaire antique de cette ville.

1. Présentation du corpus

  • 6 Christol, Fiches 1999, p. 141.
  • 7 Tchernia 2011, p. 151-154.

6Situé au débouché méditerranéen de l’axe rhodanien, l’une des principales voies commerciales du monde romain 6, le port d’Arles constitue sous l’Empire un centre d’échanges de première importance. Il occupe en effet, avec son système d’avant-ports, une position stratégique à l’interface des navigations maritime et fluviale, qui lui confère un rôle économique majeur, notamment pour l’approvisionnement des armées du limes 7.

  • 8 Ces recherches sont dirigées par Luc Long (DRASSM) que nous remercions de nous avoir autorisés à p (...)
  • 9 Gisement D” : cf. Long, Duperron 2016, p. 209-210.
  • 10 Travaux en cours ; données préliminaires dans Duperron, Capelli 2015.

7Les recherches archéologiques conduites depuis une vingtaine d’années sur les dépotoirs subaquatiques bordant le quartier portuaire de la ville antique, sur la rive droite du Rhône, ont livré une documentation matérielle d’une grande richesse qui permet de prendre la mesure de l’ampleur considérable de ces trafics commerciaux antiques 8. Les travaux se sont principalement concentrés ces dernières années sur l’étude stratigraphique d’un dépotoir progressivement constitué entre le i er et le v e s. apr. J.-C. 9. L’étude des très abondants mobiliers issus de cette opération, actuellement en cours, permet d’appréhender l’évolution des trafics commerciaux dans le temps long, pendant près de 500 ans, dans l’un des plus importants ports de l’Empire romain. Tous les ensembles céramiques provenant de ce dépotoir sont caractérisés par une nette prépondérance des amphores, qui témoignent de la diversité des produits transitant dans le port d’Arles. Elles permettent notamment de documenter l’essor puis l’hégémonie du commerce africain. Leur étude s’attache en particulier à définir le plus précisément possible l’origine des produits importés au sein de l’aire africaine, au travers notamment d’un recours régulier à l’approche archéométrique 10. Parmi ces très nombreuses amphores africaines, on recense dix exemplaires portant des timbres imprimés avant cuisson.

  • 11 Cf. Long, Duperron 2016, p. 208-210.

8Par ailleurs, des prospections subaquatiques sont menées régulièrement par le DRASSM sur les autres dépotoirs antiques recensés dans le lit du Rhône dans sa traversée de la ville 11. Ces opérations ont livré neuf amphores africaines estampillées.

  • 12 Nous remercions chaleureusement M. Alain Charron, conservateur au Musée départemental Arles Antiqu (...)

9Enfin, un examen des collections anciennes du Musée de l’Arles Antique a permis de recenser trois amphores africaines timbrées, découvertes anciennement et restées inédites jusqu’à présent 12.

10Ces 22 amphores timbrées, appartenant à cinq types différents, sont présentées ci-dessous sous forme d’un catalogue, comprenant l’identification du type amphorique et la lecture de l’estampille, la datation typologique ainsi que celle du contexte de découverte lorsqu’elle est établie avec certitude, et les autres attestations connues de l’estampille.

  • 13 Ces analyses ont été réalisées grâce à un financement du LabEx ARCHIMEDE, programme IA-ANR-11-LABX (...)

11Tous ces objets ont bénéficié d’une approche archéométrique, à travers l’étude de leurs pâtes en lames minces au microscope polarisant 13. La description pétrographique est également détaillée dans le catalogue. Enfin, une provenance est proposée pour chaque exemplaire, en prenant en compte l’ensemble des données archéologiques, épigraphiques et archéométriques. En ce qui concerne ce dernier point, nous avons bénéficié de l’examen comparatif avec la base de données de références d’ateliers africains conservée au sein du DISTAV et du Centre Camille Jullian.

2. Catalogue

Fig. 1 : Arles. Amphores africaines timbrées

Fig. 1 : Arles. Amphores africaines timbrées

Ech. 1/4 ; détails des timbres à l’éch. 1 ; microphotographies de lames minces : nicols croisés, dimensions réelles : 1,3 x 1 mm.

dessin et DAO : G. Duperron ; microphotos : C. Capelli

2.1. Amphore « Africaine ancienne »

  • 14 Amar, Liou 1984.

12 1 : col d’amphore « Africaine ancienne » portant au niveau de l’attache supérieure des anses un timbre correspondant à un monogramme constitué d’au moins quatre lettres ligaturées, que nous proposons de lire, à la suite de B. Liou 14  : L.APO(ni ?) (fig. 1, n o 1) :

  • No inv. : RH.90.409 / lame mince : 10332/32.

    • 15 Ben Jerbania 2013, p. 187-190.

    Datation du type : entre le milieu du ii e s. av. J.-C. et le début du i er s. apr. J.-C. 15.

  • Datation du contexte : non daté (prospections).

  • Bibliographie de l’objet : Long 1994, p. 54.

    • 16 Amar, Liou 1984, fig. 20, n° 232.

    Autres attestations : un ex. à Fos 16.

    • 17 La pâte de certaines amphores découvertes dans le Rhône a subi des phénomènes d’altération seconda (...)

    Description pétrographique : pâte altérée 17. Matrice riche en fer. Silt moyennement abondant. Dégraissant très abondant, de dimensions fines-moyennes (< 0.4 mm), bien classé (quartz anguleux ou plus rarement arrondi, fossiles, calcaires, rare glauconite).

    • 18 Ben Jerbania 2013.
    • 19 Ben Jerbania 2017.
    • 20 Capelli, Contino 2013.
    • 21 Contino, Capelli 2016.

    Proposition de provenance : nord-ouest de la Tunisie. La récente découverte d’un dépotoir à Mnihla, près de Carthage 18, et d’un atelier à Utique 19 ont confirmé l’hypothèse d’une production en Tunisie septentrionale, proposée sur la base des données archéométriques et de la diffusion de ce groupe d’amphores 20. La pâte de cet échantillon appartient à la famille B, probablement localisable dans le nord-ouest de la Tunisie 21.

2.2. Amphores de Tripolitaine

13 2 : col d’amphore Tripolitaine I portant au niveau de l’attache supérieure des anses une marque fragmentaire en creux : P (fig. 1, n o 2) :

  • No inv. : RH.07.Z62.917 / lame mince : 10144/25.

    • 22 Panella 1973, p. 562 ; Bonifay 2004, p. 105.

    Datation du type : i er et ii e s. apr. J.-C. 22.

  • Datation du contexte : iii e s. apr. J.-C.

  • Bibliographie de l’objet : inédit.

    • 23 M. Bonifay a récemment proposé une lecture IMP ligaturés (Bonifay, Capelli 2013, p. 121, note 209)
    • 24 Ximenes, Moerman 1991 ; Bonifay 2004, p. 10-11 et 104-105.
    • 25 Alhddad 2010.

    Autres attestations : cette marque fragmentaire est à rapprocher du timbre (I ?)MP ligaturés dans un cercle 23 sur une amphore Tripolitaine I tardive mise au jour dans l’épave Laurons II à Martigues 24. Plusieurs exemplaires de cette estampille ont été récemment récoltés sur l’atelier de Henchir Assalha, sur le plateau de Tarhuna, dans l’arrière-pays de Leptis Magna (Libye) 25.

    • 26 Cf. Capelli, Bonifay 2016.

    Description pétrographique : matrice riche en fer. Inclusions fines (> 0.1 mm) abondantes (dolomite ?, fossiles, quartz subordonné). Dégraissant sableux (< 0.4 mm) moyennement abondant, bien classé (quartz arrondi, rares calcaires et schistes argileux). La pâte est compatible avec celle du timbre de l’épave Laurons II et avec les échantillons de référence attribués au plateau de Tarhuna ; elle est en revanche nettement différente des productions de Leptis Magna 26 .

  • Proposition de provenance : Tripolitaine, plateau de Tarhuna.

  • 27 Nous remercions vivement Marie-Brigitte Carre de son aide pour la lecture de cette marque.

14 3 : col d’amphore Tripolitaine I portant sur la lèvre un timbre constitué de lettres en relief dans un cartouche rectangulaire (fig. 1, n o 3), dont la lecture est incertaine 27 :

  • LS« TI »BV ou LS« TI »« HB »V
  • L. S( ) Ti( ) BV(r) ou L. S( ) T( ) I( ) BV(r)
  • No inv. : RH.09.Z13.176 / lame mince : 10141/22.
  • Datation du type : i er et ii e s. apr. J.-C. 28
  • Bibliographie de l’objet : inédit.
  • Autres attestations : si l’on admet la seconde lecture proposée, on pourrait, à titre d’hypothèse, rapprocher cette marque de l’estampille L.S.P L H / BVR attestée à Rome au Monte Testaccio sur des amphores Tripolitaine III issues de contextes datés du iii e s. (CIL XV, 3153a ; CEIPAC 5808 et 6389). M.A.M. Alhddad suggère que cette marque pourrait être originaire du plateau de Tarhuna 29.
  • Description pétrographique : matrice riche en fer. Inclusions peu abondantes. Quartz fin, bien classé (< 0.1 mm), gros fragments de silt à quartz et schistes argileux (< 2 mm). La pâte, bien que différente de celle de l’exemplaire précédent, comporte les indicateurs caractéristiques du plateau de Tarhuna et diffère nettement des productions de Leptis Magna 30 .
  • Proposition de provenance : Tripolitaine, plateau de Tarhuna.

Fig. 2 : Arles. Amphores Afr. I timbrées

Fig. 2 : Arles. Amphores Afr. I timbrées

Ech. 1/4 ; détails des timbres à l’éch. 1 ; microphotographies de lames minces : nicols croisés, dimensions réelles : 1,3 x 1 mm.

dessin et DAO : G. Duperron ; microphotos : C. Capelli

2.3. Amphores Africaine I

15 4 : col d’amphore Africaine I B portant au niveau de l’attache supérieure des anses un timbre en creux sans cartouche : ASY[I ?]L/TEREN (fig. 2, n o 4) :

  • no inv. : RH.09.AR7.359 / lame mince : 10142/23.

    • 31 Bonifay 2004, p. 107.

    datation du type : entre la fin du ii e s. et le milieu du iii e s. apr. J.-C. 31.

    • 32 Long, Duperron 2011.

    datation du contexte : seconde moitié du iii e s. apr. J.-C. 32.

  • bibliographie de l’objet : Long, Duperron 2011, p. 39.

    • 33 Manacorda 1973, p. 215-216, fig. 1 et 2 ; 1977, p. 59, pl. XXXVIII, n° 269 (...)
    • 34 Nacef 2015, p. 174-175.

    autres attestations : cinq exemplaires de cette marque sont attestés à Ostie et à Rome, dont au moins deux sur des amphores Afr. I B 33. Par ailleurs, on peut proposer de la rapprocher du timbre (T)]ER/(AS)]VL, présent sur l’atelier de Jouada 2 à Salakta 34.

    • 35 Cf. Capelli dans Nacef 2015.
    • 36 Cf. Capelli dans Nacef 2015.

    description pétrographique : pâte altérée. Matrice riche en fer, pure (silt rare). Dégraissant (< 0.3 mm) abondant, bien classé (quartz, fossiles, calcaires, rare clinopyroxène). La pâte est parfaitement compatible avec la production principale de Salakta 35, y compris celle de l’atelier de Jouada 2 36.

    • 37 Notons que si l’origine de cette marque est assurée, il n’existe actuellement aucune proposition s (...)

    proposition de provenance : Salakta 37, atelier de Jouada 2 ?

16 5 : col d’amphore Africaine I B portant au niveau de l’attache supérieure des anses un timbre en creux sans cartouche : C.HAD / CA(RFRE ?) (fig. 2, n o 5) :

  • C(olonia) Had(rumentina) C. Ar( ) Fre( )

  • No inv. : RH.09.Z5.AR7.259 / lame mince : 10143/24.

    • 38 Bonifay 2004, p. 107.

    Datation du type : entre la fin du ii e s. apr. J.-C. et le milieu du iii e s. apr. J.-C. 38.

    • 39 Long, Duperron 2011.

    Datation du contexte : seconde moitié du iii e s. apr. J.-C. 39.

  • Bibliographie de l’objet : Long, Duperron 2011, p. 39.

    • 40 CIL XV, 3379 ; Coletti 2013, p. 313.

    Autres attestations : cette estampille est attestée à Rome 40

  • Description pétrographique : pâte altérée, notamment près des surfaces. Matrice calcaire. Inclusions bien classées, à distribution bimodale. Silt assez abondant (quartz, fossiles, oxydes de fer). Dégraissant (< 0.6 mm) très abondant, bien classé (quartz fréquemment arrondi, rares fossiles, calcaires, oxydes de fer)

    • 41 Stone 2009, p. 139-141.
    • 42 Cette pâte présente de nombreuses inclusions bien classées, à distribution bimodale, avec une frac (...)
    • 43 Capelli, Bonifay 2016.

    Provenance : la première ligne du timbre mentionne la colonie d’Hadrumetum/Sousse, sous la forme C.HAD, dont de nombreuses attestations sont connues 41, bien qu’aucun atelier n’ait encore été localisé sur le terrain. On note que la pâte est différente de celle du n o 15 (infra), également attribué à Hadrumetum, et de celle d’une amphore découverte à Pupput 42 portant le timbre FAFO, considéré comme l’abréviation de FAN FORT, généralement associé à COL HADR 43.

Fig. 3 : Arles. Amphores Afr. I timbrées

Fig. 3 : Arles. Amphores Afr. I timbrées

Ech. 1/4 ; détails des timbres à l’éch. 1 ; microphotographies de lames minces : nicols croisés, dimensions réelles : 1,3 x 1 mm

dessin et DAO : G. Duperron ; microphotos : C. Capelli

17 6 : col d’amphore Africaine I B portant au niveau de l’attache supérieure des anses un timbre constitué de lettres en creux dans un cartouche en creux : DONATI (fig. 3, n o 6) :

  • No inv. : RH.11.Z15.Surf.415 / lame mince : 10136/17.

    • 44 Bonifay 2004, p. 107.

    Datation du type : entre la fin du ii e s. et le milieu du iii e s. 44.

  • Datation du contexte : non daté (prospections).

  • Bibliographie de l’objet : inédit.

    • 45 Manacorda 1977, p. 279 et 283.
    • 46 CEIPAC n° 18163.
    • 47 Nacef 2015, p. 178-179.

    Autres attestations : cette marque est signalée à Rome (CIL XV, 3445), à Ostie sur Afr. II D 45 et à Pollentia à Majorque (Baléares), sur Afr. I 46. Par ailleurs, on peut proposer un rapprochement avec le timbre DO(palme)N / AS(palme)VL, attesté sur l’atelier de El Joul à Salakta 47.

    • 48 Cf. Capelli dans Nacef 2015.

    Description pétrographique : pâte altérée. Matrice riche en fer, pure (silt rare). Dégraissant (< 0.3 mm) très abondant, assez fin, bien classé (quartz, fossiles, calcaires, rare clinopyroxène). Ces caractéristiques sont compatibles avec celles de la pâte principale des ateliers de Salakta 48, y compris de l’atelier de El Joul.

    • 49 Nacef 2015.

    Proposition de provenance : Salakta 49, atelier de El Joul ?

18 7 : col d’amphore apparentée au type Africaine I portant au niveau de l’attache supérieure des anses un timbre constitué de lettres en creux : HHPOT (fig. 3, n o 7) :

  • No inv. : RH.12.Z5.W18.I.92 / lame mince : 10135/16.

  • Datation du type : indéterminé.

  • Datation du contexte : iii e s.

  • Bibliographie de l’objet : inédit.

  • Autres attestations : aucune comparaison connue.

  • Description pétrographique : pâte altérée. Matrice partiellement calcaire, pure. Dégraissant abondant (< 0.5 mm), bien classé (quartz, fossiles, calcite, rare grès).

    • 50 Capelli, Bonifay 2016.

    Proposition de provenance : nord-ouest de la Tunisie (?). La pâte est assez comparable à celle du type Keay 41, peut-être produit dans la vallée de la Mejerda 50.

Fig. 4 : Arles. Amphores Afr. II timbrées

Fig. 4 : Arles. Amphores Afr. II timbrées

Ech. 1/4 ; détails des timbres à l’éch. 1 ; microphotographies de lames minces : nicols croisés, dimensions réelles : 1,3 x 1 mm.

dessin et DAO : G. Duperron ; microphotos : C. Capelli

2.4. Amphores Africaine II

19 8 : col d’amphore Africaine II A1-2 portant au niveau de l’attache supérieure des anses un timbre assez mal conservé, constitué de lettres en creux dans un cadre creux : SA (fig. 4, n o 8) :

  • No inv. : RH.90.144 / lame mince : 10331/31

    • 51 Bonifay 2004, p. 111.

    Datation du type : fin du ii e et première moitié du iii e s. apr. J.-C. 51

  • Datation du contexte : non daté (prospections)

  • Bibliographie de l’objet : inédit

  • Autres attestations : aucune comparaison connue

  • Description pétrographique : matrice riche en fer. Inclusions bien classées, à distribution bimodale. Silt moyennement abondant (quartz). Dégraissant sableux (quartz, fossiles, calcaires) très abondant (< 0.3 mm). Caractéristiques proches du no 6.

    • 52 Nacef 2015.

    Proposition de provenance : Salakta 52.

20 9 : col d’amphore apparentée au type Africaine II portant au niveau de l’attache supérieure des anses un timbre fragmentaire vertical : […]PR (fig. 4, n o 9) :

  • No inv. : RH.04.50 / lame mince : 10329/29.

  • Datation du type : indéterminée.

  • Datation du contexte : non daté (prospections).

  • Bibliographie de l’objet : inédit.

  • Autres attestations : aucune comparaison connue.

  • Description pétrographique : matrice riche en fer. Inclusions très abondantes, principalement fines (< 0.2, rares jusqu’à 0.7 mm), moyennement classées (quartz, rares fossiles, plagioclase, nodules argileux).

    • 53 Cf. Capelli, Bonifay 2016.
    • 54 On connaît toutefois quelques cas de timbres sur amphores africaines imprimés verticalement, par e (...)

    Proposition de provenance : africaine (Tunisie) indéterminée. Une production du Sahel n’est pas exclue en raison du classement des inclusions et de la présence de nodules argileux 53. Cependant, la position verticale du timbre est inhabituelle 54.

Fig. 5 : Arles. Amphores Afr. II timbrées

Fig. 5 : Arles. Amphores Afr. II timbrées

Ech. 1/4 ; détails des timbres à l’éch. 1 ; microphotographies de lames minces : nicols croisés, dimensions réelles : 1,3 x 1 mm.

dessin et DAO : G. Duperron ; microphotos : C. Capelli

21 10 : col d’amphore Africaine II A1 portant au niveau de l’attache supérieure des anses un timbre constitué de lettres en relief dans un cartouche en creux : QCS (?) (fig. 5, n o 10) :

  • No inv. : RH.11.AR14.402 / lame mince : 10138/19.

    • 55 Bonifay, 2004, p. 111.

    Datation du type : fin du ii e s. apr. J.-C. 55.

    • 56 Long, Duperron 2013.

    Datation du contexte : première moitié du iii e s. apr. J.-C. 56.

  • Bibliographie de l’objet : Long, Duperron 2013, p. 137.

    • 57 Inédit, com. pers. M. Bonifay.

    Autres attestations : la seule comparaison connue provient de la nécropole de Pupput (Tunisie) dans un contexte de la fin du ii e s. 57.

  • Description pétrographique : pâte altérée. Matrice riche en fer, pure. Dégraissant très abondant, assez fin (< 0.3), bien classé (quartz, fossiles, calcaires). Caractéristiques proches du no 6.

    • 58 Nacef 2015.

    Proposition de provenance : Salakta 58.

  • 59 Il pourrait également s’agir de la lettre punique reš, attestée sur d’autres types d’amphores (Ram (...)

22 11 : col d’amphore Africaine II A1 portant au niveau de l’attache supérieure des anses un timbre mal imprimé, dont une seule lettre en relief dans un cartouche en creux est lisible, peut-être un P rétrograde 59 (fig. 5, n o 11) :

  • No inv. : RH.11.AR14.327 / lame mince : 10139/20.

    • 60 Bonifay, 2004, p. 111.

    Datation du type : fin du ii e s. apr. J.-C. 60.

    • 61 Long, Duperron 2013.

    Datation du contexte : première moitié du iii e s. apr. J.-C. 61.

  • Bibliographie de l’objet : Long, Duperron 2013, p. 137.

  • Autres attestations : aucune comparaison connue.

  • Description pétrographique : matrice riche en fer, assez pure. Dégraissant (< 0.3 mm) abondant, bien classé (quartz, fossiles, calcaires). Caractéristiques proches du n o 6.

    • 62 Nacef 2015.

    Proposition de provenance : Salakta 62.

23 12 : col d’amphore Africaine II A3 portant au niveau de l’attache supérieure des anses une rouelle en creux (fig. 5, n o 12) :

  • No inv. : RH.11.AR14.258 / lame mince : 10137/18.

    • 63 Bonifay 2004, p. 111.

    Datation du type : milieu et seconde moitié du iii e s. apr. J.-C. 63.

    • 64 Long, Duperron 2013.

    Datation du contexte : première moitié du iii e s. apr. J.-C. 64.

  • Bibliographie de l’objet : Long, Duperron 2013, p. 137.

    • 65 Peacock, Bejaoui, Ben Lazreg 1989 ; Bonifay 2004, p. 18 ; Nacef 2015.

    Autres attestations : les rouelles de ce type sont bien attestées dans les productions des ateliers de Salakta 65.

  • Description pétrographique : matrice riche en fer, pure. Dégraissant très abondant, assez fin (< 0.2 mm), bien classé (quartz, fossiles, calcaires, rare clinopyroxène). Caractéristiques proches du n o 6.

    • 66 Nacef 2015.

    Proposition de provenance : Salakta 66.

Fig. 6 : Arles. Amphores Afr. II timbrées

Fig. 6 : Arles. Amphores Afr. II timbrées

Ech. 1/4 ; détails des timbres à l’éch. 1 ; microphotographies de lames minces : nicols croisés, dimensions réelles : 1,3 x 1 mm.

dessin et DAO : G. Duperron ; microphotos : C. Capelli

24 13 : col d’amphore Africaine II A3 portant au niveau de l’attache supérieure des anses une marque incisée avant cuisson : DO (fig. 6, n o 13) :

  • No inv. : SM0.10.C4.SURF.637 / lame mince : 10333/33.

    • 67 Bonifay 2004, p. 111.

    Datation du type : milieu – seconde moitié du iii e s. apr. J.-C. 67.

  • Datation du contexte : non daté (prospections).

  • Bibliographie de l’objet : Duperron, Bigot, Long 2017, p. 341.

  • Autres attestations : aucune comparaison connue.

  • Description pétrographique : pâte altérée. Matrice riche en fer. Silt moyennement abondant. Dégraissant très abondant, assez fin (< 0.2 mm), bien classé (quartz, fossiles, calcaires). Caractéristiques proches du n o 6.

    • 68 Nacef 2015.

    Proposition de provenance : Salakta 68.

25 14 : col d’amphore Africaine II C2-3 portant au niveau de l’attache supérieure des anses un timbre constitué de lettres en creux : ZVR (fig. 6, n o 14) :

  • no inv. : AMP.50.00.83 / lame mince : 10336/36

    • 69 Bonifay 2004, p. 115.

    datation du type : fin du iii e et iv e s. apr. J.-C. 69

  • datation du contexte : non daté (fouilles anciennes)

  • bibliographie de l’objet : inédit

  • autres attestations : aucune comparaison connue

    • 70 Bonifay et alii 2010.

    description pétrographique : matrice riche en fer. Inclusions fines (< 0.2 mm) abondantes, rares moyennes (< 0.5 mm ; quartz, fossiles, rares mica, oxydes de fer). La pâte est parfaitement compatible avec celle des ateliers de la zone B de Nabeul 70

  • proposition de provenance : Nabeul, zone B.

26 15 : col d’amphore Africaine II D variante tardive portant au niveau de l’attache supérieure des anses un timbre constitué de lettres en creux : QSM / CH(hedera) (fig. 6, n o 15) :

  • no inv. : MAR.81.00.22 / lame mince : 10337/37

    • 71 Panella 1973 ; Bonifay 2004, p. 117.

    datation du type : fin du iii e et début du iv e s. apr. J.-C. 71

  • datation du contexte : non daté (fouilles anciennes)

  • bibliographie de l’objet : inédit

    • 72 Zevi, Tchernia 1969, fig. 16a.

    autres attestations : ce timbre est connu à Ostie sur une amphore du même type, mais imprimé verticalement 72

    • 73 Cf. Capelli dans Nacef 2015.
    • 74 Capelli, Baklouti 2015.

    description pétrographique : matrice partiellement calcaire. Inclusions abondantes et bien classées à distribution bimodale, composées par une fraction fine (< 0.1 mm ; quartz, fossiles) et un sable fréquemment arrondi et assez grossier (< 0.8 mm) (quartz, calcaires, fossiles, clinopyroxène, rares basaltes et silex). La pâte est originale et très différente de celle de l’amphore n o 4 ainsi que de celle de l’amphore timbrée FAFO (cf. supra, note 43). On note que la présence d’éléments volcaniques est inhabituelle pour les pâtes tunisiennes, sauf dans la production de Salakta 73 et dans de rares échantillons de céramique commune de Thapsus 74

    • 75 Zevi, Tchernia 1969, p. 181.

    proposition de provenance : les initiales CH ont été interprétées comme l’abréviation de C(olonia) H(adrumetum) 75. Cependant, en l’état actuel des connaissances, la pétrographie ne permet pas de valider cette hypothèse, n’excluant pas une attribution plus générique à la région côtière du Sahel.

Fig. 7 : Arles. Amphores Afr. IIIA timbrées

Fig. 7 : Arles. Amphores Afr. IIIA timbrées

Ech. 1/4 ; détails des timbres à l’éch. 1 ; microphotographies de lames minces : nicols croisés, dimensions réelles : 1,3 x 1 mm.

dessin et DAO : G. Duperron ; microphotos : C. Capelli

2.5. Amphores Africaine III

27 16 : col d’amphore Africaine III A portant, au niveau de l’attache supérieure des anses un timbre avec des lettres en relief dans un cartouche rectangulaire : IXE (fig. 7, n o 16) :

  • No inv. : RH.07.Z61.1439 / lame mince : 10327/27.

    • 76 Bonifay 2004, p. 122.

    Datation du type : fin du iii e et iv e s. apr. J.-C. 76.

  • Datation du contexte : seconde moitié du iii e s. apr. J.-C.

  • Bibliographie de l’objet : inédit.

  • Autres attestations : aucune comparaison connue.

  • Description pétrographique : matrice assez riche en fer. Vacuoles planaires iso-orientées abondantes. Inclusions bien classées à distribution bimodale. Fraction fine (< 0.1 mm) abondante (quartz, microfossiles, rares mica et minéraux lourds). Fraction grossière (< 0.7 mm) rare (quartz arrondi/éolien, feldspath, fossiles).

  • Proposition de provenance : Tunisie (peut-être du sud, grâce à des comparaisons partielles avec des pâtes de cette région).

28 17 : col d’amphore Africaine III A portant, au niveau de l’attache supérieure des anses, un timbre en creux OT (fig. 7, n o 17) :

  • No inv. : SM0.06.SURF.26 / lame mince : 10334/34.

    • 77 Bonifay 2004, p. 122.

    Datation du type : fin du iii e et iv e s. apr. J.-C. 77.

  • Datation du contexte : non daté (prospections).

  • Bibliographie de l’objet : Duperron, Bigot, Long 2017, p. 342.

  • Autres attestations : aucune comparaison connue.

    • 78 Bonifay 2010.

    Description pétrographique : matrice riche en fer. Quartz fin (silt) très abondant, rare quartz arrondi/éolien (< 0.3 mm). La pâte est parfaitement compatible avec celle des ateliers de la zone B de Nabeul 78.

  • Proposition de provenance : Nabeul, zone B.

Fig. 8 : Arles. Amphores Afr. IIIB timbrées PGT

Fig. 8 : Arles. Amphores Afr. IIIB timbrées PGT

Ech. 1/4 ; détails des timbres à l’éch. 1 ; microphotographies de lames minces : nicols croisés, dimensions réelles : 1,3 x 1 mm.

dessin et DAO : G. Duperron ; microphotos : C. Capelli

29 18 : col d’amphore Africaine III B portant un timbre mal imprimé constitué de lettres en creux dans un cadre creux : PGT (fig. 8, n o 18) :

  • No inv. : RH.04.Z2.977 / lame mince : 10145/26 :

    • 79 Bonifay 2004, p. 122.

    Datation du type : iv e s. apr. J.-C. 79.

  • Datation du contexte : non daté (prospections).

  • Bibliographie de l’objet : inédit.

    • 80 Revilla Calvo et alii 1997, fig. 113 ; Fantuzzi 2 (...)
    • 81 Verzar-Bass (éd.) 1994, tav. 76, AB 7-8.
    • 82 Bonifay, Capelli 2010.
    • 83 Parker 1992, n° 1100.

    Autres attestations : ce timbre est attesté en Espagne à Iluro (sur Afr. III B) 80, en Italie à Aquilée (2 ex.) 81 et en Croatie à Brijuni 82 et dans l’épave de Sobra 83.

    • 84 Bonifay 2010.

    Description pétrographique : matrice riche en fer. Silt (quartz, microfossiles, rare mica) moyennement abondant. Inclusions sableuses (< 0.7 mm) moyennement abondantes et classées (quartz, quelques grès/silt à quartz). La pâte est comparable à celle d’autres amphores portant le même timbre et correspond aux caractéristiques des productions de Nabeul, en particulier celles de la zone C 84.

  • Proposition de provenance : Nabeul (zone C ?).

30 19 : col d’amphore Africaine III B portant un timbre constitué de lettres en creux dans un cadre creux : PGT (fig. 8, n o 19) :

  • No inv. : RH.08.Z13.105 / lame mince : 10330/30.

    • 85 Bonifay 2004, p. 122.

    Datation du type : iv e s. apr. J.-C. 85.

  • Datation du contexte : non daté (prospections).

  • Bibliographie de l’objet : inédit.

  • Autres attestations : cf. supra.

  • Description pétrographique : matrice riche en fer. Silt (quartz, microfossiles, rare mica) moyennement abondant. Inclusions sableuses (< 0.6 mm) moyennement abondantes et classées (quartz, quelques grès/silt à quartz), cf. supra, n o 18.

  • Proposition de provenance : Nabeul (zone C ?).

31 20 : fragment de col d’amphore de type indéterminé, portant un timbre constitué de lettres en creux dans un cadre creux : PGT (fig. 8, n o 20) :

  • No inv. : IRPA 1989. US 789 / lame mince : 10335/35.

  • Datation du contexte : indéterminée.

  • Bibliographie de l’objet : inédit.

  • Autres attestations : cf. supra.

  • Description pétrographique : matrice riche en fer. Silt (quartz, microfossiles, rare mica) moyennement abondant. Inclusions sableuses (< 0.8 mm) moyennement abondantes et classées (quartz, quelques grès/silt à quartz), cf. supra n o 18.

  • Proposition de provenance : Nabeul (zone C ?).

Fig. 9 : Arles. Amphores africaines timbrées

Fig. 9 : Arles. Amphores africaines timbrées

Ech. 1/4 ; détails des timbres à l’éch. 1 ; microphotographies de lames minces : nicols croisés, dimensions réelles : 1,3 x 1 mm.

dessin et DAO : G. Duperron ; microphotos : C. Capelli

32 21 : amphore Africaine III B presque complète, portant sur le col, au niveau de l’attache supérieure des anses, un timbre circulaire comprenant des motifs géométriques (fig. 9, n o 21) :

  • No inv. : RH.11.Z6.X26.VI.169 / lame mince : 10140/21.

    • 86 Bonifay 2004, p. 122.

    Datation du type : iv e s. 86.

  • Datation du contexte : première moitié et milieu du v e s. apr. J.-C.

  • Bibliographie de l’objet : inédit.

  • Autres attestations : aucune comparaison connue.

  • Description pétrographique : matrice riche en fer. Silt assez abondant. Dégraissant (< 0.6 mm) assez abondant et bien classé (quartz arrondi, quelques nodules argileux).

  • Proposition de provenance : indéterminée. Une provenance de Nabeul (zone C) ou bien du Sahel n’est pas exclue sur la base de quelques similitudes pétrographiques.

2.6. Amphore africaine indéterminée

33 22 : fragment de col d’amphore de type indéterminé, portant un timbre constitué de lettres en relief dans un cartouche quadrangulaire en creux : AD (fig. 9, n o 22) :

  • No inv. : RH.07.A62.987 / lame mince : 10328/28.

  • Datation du contexte : seconde moitié du iii e s. apr. J.-C.

  • Bibliographie de l’objet : inédit.

  • Autres attestations : aucune comparaison connue.

  • Description pétrographique : matrice partiellement calcaire. Inclusions assez abondantes, bien classées, à distribution bimodale. Fraction fine (< 0.1 mm) composée de quartz, oxydes de fer, microfossiles (dissociés) et rare mica. Fraction grossière (ajoutée ?) de dimensions principalement < 0.4 mm (maximales 0.8 mm) composée essentiellement de grains de quartz (en partie arrondis/éoliens), avec de rares calcaires. La pâte montre quelques similitudes avec celle du n o 4 (plus cuite).

  • Proposition de provenance : Afrique indéterminée (Hadrumetum pas exclu).

3. Conclusion

34Il n’est pas nécessaire de souligner l’importance à la fois de l’étude des timbres et de l’examen comparatif avec les objets découverts dans les ateliers pour l’étude de la provenance des céramiques. Toutefois, ce petit dossier démontre une nouvelle fois l’intérêt de l’intégration des données typologiques, épigraphiques et archéométriques pour compléter nos connaissances sur la géographie des productions amphoriques africaines. En effet, la pétrographie a non seulement confirmé l’origine de timbres bien connus (Salakta) ou plus récemment identifiés grâce aux recherches de terrain (Tarhuna), mais a aussi permis d’attribuer des estampilles dont la provenance était inconnue à un atelier ou, au moins, à une zone de production (par exemple le timbre DONATI attribué à Salakta ou ZVR à Nabeul).

  • 87 Place J.-B. Massillon ; Duperron, Capelli 2015 : nos 23, 19, 22, 29.
  • 88 Capelli et alii 2017 : sous-groupe/type NP4 et, plus générale (...)
  • 89 Bonifay et alii 2010.
  • 90 Nacef 2015.

35De manière plus générale, la caractérisation des pâtes d’amphores dont les timbres sont univoquement attribuables à un centre de production est fondamentale pour les recherches de provenance dans les cas où aucun atelier n’est encore localisé sur le terrain. On a ici l’exemple de l’échantillon n o 4 provenant d’Hadrumetum. De fait, la directe correspondance compositionnelle avec cette nouvelle référence permet maintenant d’identifier avec précision la provenance d’un groupe d’amphores africaines précoces récemment étudiées et attribuées génériquement au Sahel tunisien, essentiellement grâce aux similitudes partielles avec quelques références de Thapsus et Leptiminus disponibles dans notre base de données. Il s’agit d’un sous-groupe d’amphores de type Leptiminus II identifiées à Arles 87 et d’un autre groupe d’amphores néo-puniques également connues à Arles, dans l’épave Arles-Rhône 3, ainsi qu’à Ostie 88. Il est également intéressant de souligner l’homogénéité pétrographique de ce groupe, qui pourrait suggérer une production de types différents dans un seul atelier/site de production, à rechercher dans le territoire d’Hadrumetum. En revanche, la mise en évidence d’autres pâtes différentes, également attribuables à Hadrumetum grâce aux timbres portés par les amphores, suggère l’existence de plusieurs ateliers sur ce même territoire. Des recherches systématiques sur le terrain permettront certainement à l’avenir de les localiser précisément et d’étudier leurs productions, à l’image des importants travaux conduits récemment à Nabeul 89 et à Salakta 90.

Haut de page

Bibliographie

Alhddad, M.A.M. 2010, Rural Settlement and Economic Activity : Olive Oil and Amphorae Production on the Tarhuna Plateau during the Roman Period, thèse de doctorat, Université de Leicester.

Amar G., Liou B. 1984, « Les estampilles sur amphores du golfe de Fos », Archaeonautica 4, p. 145-211.

Amphorae 2016, R. Jarrega, P. Berni Millet (éd.), Amphorae ex Hispania : paisajes de producción y consumo, III Congreso Internacional de la Sociedad de Estudios de la Cerámica Antigua (SECAH) – Ex Officina Hispana (Tarragona, 10-13 de diciembre de 2014), Tarragona, (Monografías Ex Officina Hispana III).

Ben Abed A., Griesheimer M. (dir.) 2014, La nécropole romaine de Pupput, Rome, (INP Recherches d’Archéologie africaine, CÉFR 323).

Ben Jerbania I. 2013, « Observations sur les amphores de tradition punique d’après une nouvelle découverte près de Tunis », AntAfr 49, p. 179-192.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_2013_num_49_1_1548

Ben Jerbania I. 2017, « La production des amphores ovoïdes de type “Africaine ancienne” à Utique », AntAfr 53, p. 188-192.

Bonifay M. 2004, Études sur la céramique romaine tardive d’Afrique, Oxford (BAR Int. S. 1301).
https://www.academia.edu/4619580

Bonifay M. 2016, « Amphores de l’Afrique romaine : nouvelles avancées sur la production, la typo-chronologie et le contenu », dans Amphorae 2016, p. 595-611.
https://www.academia.edu/31393035

Bonifay M., Capelli C. 2013, (avec la collaboration de Franco C., Leitch V., Riccardi L., Berni Millet P.), « Les Thermes du Levant à Leptis Magna : quatre contextes céramiques des IIIe et IVe siècles », AntAfr 49, p. 67-150.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_2013_num_49_1_1544

Bonifay M., Capelli C. 2019, « African amphorae », dans T. Bezeczky (éd.), Amphora Research in Castrum Villa on Brijuni Island, Wien, p. 71-76.

Bonifay M. et alii 2010, Bonifay M., Capelli C., Drine A., Ghalia T., « Les productions d’amphores romaines sur le littoral tunisien : archéologie et archéométrie », Rei Cretariae Romanae Fautorum Acta 41, p. 319-327.

Capelli C., Bonifay M. 2016, « Archeologia e archeometria delle anfore dell’Africa romana. Nuovi dati e problemi aperti », dans A. Ferrandes et G. Pardini (éd.), Le regole del gioco. Tracce Archeologi Racconti. Studi in onore di Clementina Panella. Roma, pp. 535-557.
https://www.academia.edu/31060350

Capelli C., Baklouti S. 2015, « Caractérisation pétrographique de céramiques provenant d’un possible dépotoir de potier à Thapsus », Annexe à J. Nacef, « Un atelier de potier à la périphérie de la ville de Thapsus aux premiers siècles de l’Empire », AntAfr 51, p. 40-43.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_2015_num_51_1_1569

Capelli C., Contino A. 2013, « Amphores tripolitaines anciennes ou amphores africaines anciennes ? », AntAfr 49, p. 199-208.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_2013_num_49_1_1550

Capelli C. et alii 2017, Capelli C., Contino A., Djaoui D., Rizzo G., « Anfore neo-puniche del I secolo d.C. di Arles, Ostia e Roma : classificazione tipo-petrografica, origine e diffusione », FOLD&R, The Journal of Fasti Online, 391, pp. 1-43.
www.fastionline.org/docs/FOLDER-it-2017-391.pdf

Christol M., Fiches J.-L. 2009, « Le Rhône : batellerie et commerce dans l’Antiquité », dans Ph. Leveau (dir.), Le Rhône romain, dynamiques fluviales, dynamiques territoriales ( = Gallia 56), p. 141-155.
https://www.persee.fr/doc/galia_0016-4119_1999_num_56_1_3251

Coletti F. 2013, « Nuove acquisizioni sull’epigrafia anforaria africana. Contesti romani a confronto di età medio e tardo imperiale. », dans D. Bernal, L.C. Juan, M. Bustamante, J.J. Díaz, A.M. Sáez (éd.), Hornos, talleres y focos de producción alfarera en Hispania : I congreso internacional de la SECAH Ex officina hispana, Cádiz, 3-4 de marzo de 2011. Universidad de Cádiz, p. 299-316.
https://www.academia.edu/5036033

Contino A., Capelli C. 2016, « Nuovi dati archeologici e archeometrici sulle anfore africane tardorepubblicane e primo imperiali : rinvenimenti da Roma (Nuovo Mercato Testaccio) e contesti di confronto », dans Amphorae 2016, p. 538-556.

Duperron G., Capelli C., 2015, « Observations archéologiques et archéométriques sur quelques types d’amphores africaines et circulation à Arles au IIe et IIIe s. apr. J.-C. », AntAfr 51, p. 167-177.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_2015_num_51_1_1579

Duperron G., Bigot F., Long L. 2017, « Les dépotoirs portuaires des Saintes-Maries-de-la-Mer à l’époque romaine. Recherches sur les trafics commerciaux antiques dans un avant-port d’Arles », dans Congrès international de la SFECAG, Narbonne, 25-28 mai 2017, Marseille, p. 327-350.

Fantuzzi L. 2015, Caracterización arqueométrica de ánforas tardorromanas del nordeste de la península ibérica, Tesis Doctoral, Universitat de Barcelona.

Long L. 1994, « Prospections et sondages archéologiques dans le Rhône, à Arles et ses environs », dans Histoire du Rhône en pays d’Arles, Actes du colloque du 7 nov. 1992, Arles, p. 45-71.

Long L., Duperron G. 2011, « Le mobilier de la fouille de l’épave romaine Arles-Rhône 7. Un navire fluvio-maritime du IIIe siècle de notre ère », dans Congrès international de la SFECAG, Arles, 2-5 juin 2011, Marseille, p. 37-56.

Long L., Duperron G. 2013, (avec la coll. de Bonifay M., Capelli Cl., Desbat A., Leger C.), « Navigation et commerce dans le delta du Rhône : l’épave Arles-Rhône 14 (IIIe s. ap. J.-C.) », dans S. Mauné, G. Duperron (éd.), Du Rhône aux Pyrénées. Aspects de la vie matérielle en Gaule Narbonnaise, II, Montagnac (Archéologie et Histoire Romaine 25), p. 125-167.
https://www.academia.edu/16364062

Long L., Duperron G. 2016, « Le port fluvial d’Arles et ses avant-ports maritimes. Bilan et perspectives », dans C. Sanchez (dir.), Les ports dans l’espace méditerranéen antique. Narbonne et les systèmes portuaires fluvio-lagunaires, Actes du colloque de Montpellier (22-23 mai 2014), Montpellier-Lattes, (RAN suppl. 44), p. 199-217.

Manacorda D. 1973, « Compte-rendu de Recherches sur les amphores romaines, CÉFR 10, Roma, 1972 », DArch, VII, p. 407-416.

Manacorda D. 1977, « Ambiente XVI. Le anfore », dans Ostia IV, Rome, (Studi Miscellanei, 23), p. 117-285.

Mani T. 2013, « À propos d’amphores africaines timbrées mentionnant la cité de Sullecthum (Tunisie) », dans Kairouan et sa région : nouvelles recherches d’Archéologie et de Patrimoine. Actes du Colloque International du Département d’Archéologie, 1 er -4 avril 2009, Kairouan, p. 103-143.

Nacef J. 2015, La production de la céramique antique dans la région de Salakta et Ksour Essef (Tunisie). Oxford, (RLAMP 8).

Panella C. 1973, « Le anfore », dans A. Carandini, C. Panella (dir.), Ostia III. Le terme del Nuotatore. Scavo dell’ambiente XVI e dell’area XXV, Roma, (Studi Miscellanei, 21), p. 463-633.

Parker A.J. 1992, Ancient Shipwrecks of the Mediterranean and the Roman Provinces, Oxford, (BAR Int. S. 580).

Peacock D.P.S., Bejaoui F., Ben Lazreg N. 1989, « Roman amphora production in the Sahel region of Tunisia », dans Amphores romaines et histoire économique. Dix ans de recherche. Actes du colloque de Sienne (22-24 mai 1986), Rome, (CÉFR, 114), p. 179-222.

Ramon Torres J. 1995, Las anforas fenicio-punicas del Mediterraneo central y occidental, Barcelona, (Instrumenta 2).

Revilla Calvo et alii 1997, Revilla Calvo V., Mart í G arcía C., García Rosell ó J., Pera Isern J., Cerdà Mellado J.A., Pujol del Horno J., « El nivell d’amortització del Cardo Maximus d’Iluro », dans Contextos ceràmics d’ època romana tardana i de l ’alta edat mitjana (segles IV-X), Barcelona, (Arqueo Mediterrània 2), p. 101-119.

Stone D. L. 2009, « Supplying Rome and the Empire : The Distribution of Stamped Amphoras from Byzacena », dans J. H. Humphrey (éd.), Studies on Roman Pottery of the Provinces of Africa Proconsularis and Byzacena (Tunisia). Hommage à Michel Bonifay, Ann Arbor, (JRA suppl. 76), p. 127-149.

Tchernia A. 2011, Les Romains et le commerce, Naples.

Verzár-Bass (éd.) 1994, Scavi ad Aquileia, I. L’area a Est del foro, 2. Rapporto degli scavi 1989-91, Roma, (Studi e ricerche sulla Gallia Cisalpina 6).

Ximenes S., Moerman M. 1991, « Le matériel archéologique de l’épave de Laurons II (Martigues, Bouches-du-Rhône) », Cahiers d’archéologie subaquatique 10, p. 209-222.

Zevi F., Tchernia A. 1969, « Amphores de Byzacène au Bas-Empire », AntAfr 3, p. 173-214.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1969_num_3_1_905
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1969_num_3_1_906

Haut de page

Notes

1 Zevi, Tchernia 1969.

2 Panella 1973 ; Manacorda 1977.

3 Capelli, Bonifay 2016.

4 Voir l’état actuel des connaissances dans Bonifay 2016.

5 L’enquête autour du timbre M(palmier)C donne un exemple de cette démarche pluridisciplinaire : voir en dernier lieu Bonifay 2016, p. 601.

6 Christol, Fiches 1999, p. 141.

7 Tchernia 2011, p. 151-154.

8 Ces recherches sont dirigées par Luc Long (DRASSM) que nous remercions de nous avoir autorisés à publier le mobilier présenté dans cet article.

9 Gisement D” : cf. Long, Duperron 2016, p. 209-210.

10 Travaux en cours ; données préliminaires dans Duperron, Capelli 2015.

11 Cf. Long, Duperron 2016, p. 208-210.

12 Nous remercions chaleureusement M. Alain Charron, conservateur au Musée départemental Arles Antique, de nous avoir autorisés à étudier et publier ces objets.

13 Ces analyses ont été réalisées grâce à un financement du LabEx ARCHIMEDE, programme IA-ANR-11-LABX-0032-01.

14 Amar, Liou 1984.

15 Ben Jerbania 2013, p. 187-190.

16 Amar, Liou 1984, fig. 20, n° 232.

17 La pâte de certaines amphores découvertes dans le Rhône a subi des phénomènes d’altération secondaire, avec notamment la cristallisation de pyrite et de carbonates dans les vacuoles et une modification importante de la couleur macroscopique originelle.

18 Ben Jerbania 2013.

19 Ben Jerbania 2017.

20 Capelli, Contino 2013.

21 Contino, Capelli 2016.

22 Panella 1973, p. 562 ; Bonifay 2004, p. 105.

23 M. Bonifay a récemment proposé une lecture IMP ligaturés (Bonifay, Capelli 2013, p. 121, note 209).

24 Ximenes, Moerman 1991 ; Bonifay 2004, p. 10-11 et 104-105.

25 Alhddad 2010.

26 Cf. Capelli, Bonifay 2016.

27 Nous remercions vivement Marie-Brigitte Carre de son aide pour la lecture de cette marque.

28 Panella 1973, p. 562.

29 Alhddad 2010, Tabl. 5.3.

30 Cf. Capelli, Bonifay 2016.

31 Bonifay 2004, p. 107.

32 Long, Duperron 2011.

33 Manacorda 1973, p. 215-216, fig. 1 et 2 ; 1977, p. 59, pl. XXXVIII, n° 269 ; Nacef 2015, tabl. 3, n° 58 et 59.

34 Nacef 2015, p. 174-175.

35 Cf. Capelli dans Nacef 2015.

36 Cf. Capelli dans Nacef 2015.

37 Notons que si l’origine de cette marque est assurée, il n’existe actuellement aucune proposition satisfaisante pour le développement du nom de la ville sous cette forme. Les différentes hypothèses de développement des timbres de Sullecthum ont été récemment résumées dans Mani 2013.

38 Bonifay 2004, p. 107.

39 Long, Duperron 2011.

40 CIL XV, 3379 ; Coletti 2013, p. 313.

41 Stone 2009, p. 139-141.

42 Cette pâte présente de nombreuses inclusions bien classées, à distribution bimodale, avec une fraction fine dominante. Dans la fraction majeure, avec le quartz arrondi, se trouvent des nodules argileux et des oxydes de fer.

43 Capelli, Bonifay 2016.

44 Bonifay 2004, p. 107.

45 Manacorda 1977, p. 279 et 283.

46 CEIPAC n° 18163.

47 Nacef 2015, p. 178-179.

48 Cf. Capelli dans Nacef 2015.

49 Nacef 2015.

50 Capelli, Bonifay 2016.

51 Bonifay 2004, p. 111.

52 Nacef 2015.

53 Cf. Capelli, Bonifay 2016.

54 On connaît toutefois quelques cas de timbres sur amphores africaines imprimés verticalement, par exemple sur une Africaine I B de la nécropole de Pupput (Ben Abed, Griesheimer (dir.) 2014, p. 160 et fig. 112).

55 Bonifay, 2004, p. 111.

56 Long, Duperron 2013.

57 Inédit, com. pers. M. Bonifay.

58 Nacef 2015.

59 Il pourrait également s’agir de la lettre punique reš, attestée sur d’autres types d’amphores (Ramon Torres 1995, fig. 220, n° 729 à 732). Nous remercions M. Bonifay pour cette information.

60 Bonifay, 2004, p. 111.

61 Long, Duperron 2013.

62 Nacef 2015.

63 Bonifay 2004, p. 111.

64 Long, Duperron 2013.

65 Peacock, Bejaoui, Ben Lazreg 1989 ; Bonifay 2004, p. 18 ; Nacef 2015.

66 Nacef 2015.

67 Bonifay 2004, p. 111.

68 Nacef 2015.

69 Bonifay 2004, p. 115.

70 Bonifay et alii 2010.

71 Panella 1973 ; Bonifay 2004, p. 117.

72 Zevi, Tchernia 1969, fig. 16a.

73 Cf. Capelli dans Nacef 2015.

74 Capelli, Baklouti 2015.

75 Zevi, Tchernia 1969, p. 181.

76 Bonifay 2004, p. 122.

77 Bonifay 2004, p. 122.

78 Bonifay 2010.

79 Bonifay 2004, p. 122.

80 Revilla Calvo et alii 1997, fig. 113 ; Fantuzzi 2015, fig. 5.9.

81 Verzar-Bass (éd.) 1994, tav. 76, AB 7-8.

82 Bonifay, Capelli 2010.

83 Parker 1992, n° 1100.

84 Bonifay 2010.

85 Bonifay 2004, p. 122.

86 Bonifay 2004, p. 122.

87 Place J.-B. Massillon ; Duperron, Capelli 2015 : nos 23, 19, 22, 29.

88 Capelli et alii 2017 : sous-groupe/type NP4 et, plus généralement, groupe II.

89 Bonifay et alii 2010.

90 Nacef 2015.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Arles. Amphores africaines timbrées
Légende Ech. 1/4 ; détails des timbres à l’éch. 1 ; microphotographies de lames minces : nicols croisés, dimensions réelles : 1,3 x 1 mm.
Crédits dessin et DAO : G. Duperron ; microphotos : C. Capelli
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1281/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 883k
Titre Fig. 2 : Arles. Amphores Afr. I timbrées
Légende Ech. 1/4 ; détails des timbres à l’éch. 1 ; microphotographies de lames minces : nicols croisés, dimensions réelles : 1,3 x 1 mm.
Crédits dessin et DAO : G. Duperron ; microphotos : C. Capelli
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1281/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Titre Fig. 3 : Arles. Amphores Afr. I timbrées
Légende Ech. 1/4 ; détails des timbres à l’éch. 1 ; microphotographies de lames minces : nicols croisés, dimensions réelles : 1,3 x 1 mm
Crédits dessin et DAO : G. Duperron ; microphotos : C. Capelli
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1281/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 902k
Titre Fig. 4 : Arles. Amphores Afr. II timbrées
Légende Ech. 1/4 ; détails des timbres à l’éch. 1 ; microphotographies de lames minces : nicols croisés, dimensions réelles : 1,3 x 1 mm.
Crédits dessin et DAO : G. Duperron ; microphotos : C. Capelli
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1281/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 839k
Titre Fig. 5 : Arles. Amphores Afr. II timbrées
Légende Ech. 1/4 ; détails des timbres à l’éch. 1 ; microphotographies de lames minces : nicols croisés, dimensions réelles : 1,3 x 1 mm.
Crédits dessin et DAO : G. Duperron ; microphotos : C. Capelli
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1281/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Fig. 6 : Arles. Amphores Afr. II timbrées
Légende Ech. 1/4 ; détails des timbres à l’éch. 1 ; microphotographies de lames minces : nicols croisés, dimensions réelles : 1,3 x 1 mm.
Crédits dessin et DAO : G. Duperron ; microphotos : C. Capelli
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1281/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 973k
Titre Fig. 7 : Arles. Amphores Afr. IIIA timbrées
Légende Ech. 1/4 ; détails des timbres à l’éch. 1 ; microphotographies de lames minces : nicols croisés, dimensions réelles : 1,3 x 1 mm.
Crédits dessin et DAO : G. Duperron ; microphotos : C. Capelli
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1281/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Titre Fig. 8 : Arles. Amphores Afr. IIIB timbrées PGT
Légende Ech. 1/4 ; détails des timbres à l’éch. 1 ; microphotographies de lames minces : nicols croisés, dimensions réelles : 1,3 x 1 mm.
Crédits dessin et DAO : G. Duperron ; microphotos : C. Capelli
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1281/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 887k
Titre Fig. 9 : Arles. Amphores africaines timbrées
Légende Ech. 1/4 ; détails des timbres à l’éch. 1 ; microphotographies de lames minces : nicols croisés, dimensions réelles : 1,3 x 1 mm.
Crédits dessin et DAO : G. Duperron ; microphotos : C. Capelli
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1281/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 798k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Duperron et Claudio Capelli, « Les timbres sur amphores africaines d’Arles : une approche archéométrique »Antiquités africaines, 55 | 2019, 211-227.

Référence électronique

Guillaume Duperron et Claudio Capelli, « Les timbres sur amphores africaines d’Arles : une approche archéométrique »Antiquités africaines [En ligne], 55 | 2019, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 02 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/antafr/1281 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.1281

Haut de page

Auteurs

Guillaume Duperron

Sète agglopôle Méditerranée, chercheur associé UMR5140, ASM, Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, CNRS, Univ Paul-Valéry Montpellier, MCC, Montpellier

Claudio Capelli

Dipartimento di Scienze della Terra, dell’Ambiente e della Vita (DISTAV), Università degli Studi di Genova ; chercheur associé au Centre Camille Jullian (Aix Marseille Univ, CNRS, CCJ, Aix-en-Provence, France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Antiquités africaines

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals