Navigation – Plan du site

Les suidés dans les pratiques alimentaires et rituelles du monde phénico-punique

Bruno D’Andrea
p. 29-52

Résumés

Cette contribution se propose d’analyser le rôle des suidés dans les pratiques alimentaires et religieuses du monde phénico-punique, à travers l’analyse des sources archéologiques, archéozoologiques, épigraphiques, iconographiques et littéraires. On abordera également l’existence, chez les Phéniciens, d’un interdit alimentaire et rituel du cochon comparable à celui des Juifs : même si quelques travaux récents ont tendance à nier l’existence de cet interdit, cette question reste en effet ouverte. Les données rassemblées invitent à attribuer aux suidés un rôle secondaire dans les pratiques alimentaires et rituelles du monde phénico-punique, en particulier chez les Phéniciens d’Orient. Cependant, il ne semble jamais avoir été question d’un interdit complet envers cet animal. Au contraire, la consommation et l’utilisation rituelle des suidés, et surtout du cochon, s’accroissent au fil du temps dans les établissements phénico-puniques de la Méditerranée occidentale.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie M. G. Amadasi Guzzo pour avoir accepté de relire mon texte, pour ses conseils et remarques constructives. Je tiens à remercier tout particulièrement M.-A. La Guennec et Ch. Devoine, qui ont assuré la relecture du texte.

Admittedly, the pig is a general scavenger but so, by nature, is the dog and it is hardly rational that we should label the first “filthy” while making a household pet of the second. I suspect that we feel a rather special guilt about our pigs. After all, sheep provide wool, cows provide milk, chickens provide eggs, but we rear pigs for the sole purpose of killing and eating them, and this is rather a shameful thing, a shame which quickly attaches to the pig itself … To kill and eat such a commensal associate is sacrilege indeed !
Leach 1969, p. 50-51

1. Introduction

  • 1 Pour la définition du « monde » phénico-punique et le cadre géographique et chronologique : D’Andr (...)

1Cette contribution se propose d’analyser le rôle des suidés dans les pratiques alimentaires et religieuses du monde phénico-punique1. Elle s’intègre à un projet de recherche actuellement en cours au sein de l’École française de Rome, qui a pour objet l’animal dans la culture religieuse phénicienne de la Méditerranée occidentale.

  • 2 D’Andrea 2018b.
  • 3 Par ex. Parayre 2000 (Proche-Orient ancien) ; Franco 2008 (monde gréco-romain).
  • 4 Voir les textes cités dans Parayre 2000, p. 168-179 ; Franco 2008.

2Cette recherche consacrée aux suidés a été menée en parallèle avec une autre, dédiée pour sa part aux chiens2 : ces deux animaux, au moins dans leur forme domestique, sont souvent associés dans l’imaginaire culturel et dans la vie quotidienne des sociétés anciennes et modernes3. Ils ont effectivement des traits communs : ils vivent dans les mêmes espaces que l’homme, dont ils sont les commensaux mais aussi les concurrents potentiels. Ils sont des avaleurs de déchets, de cadavres et d’excréments et, par conséquent, sont renvoyés aux marges de la société humaine, souvent en compagnie des prostitué(e)s et des esclaves. Leur contiguïté à l’homme et leur « position sociale » en font des sujets privilégiés de fables, insultes, légendes et proverbes : dans ces catégories de textes, les deux animaux peuvent d’ailleurs être associés et ils y sont souvent chargés de connotations négatives4.

3Le porc domestique et le sanglier sauvage ont des caractéristiques très différentes : là où le porc, notamment sous sa forme féminine (la truie), est généralement associé à la fertilité et à la mansuétude, le sanglier, surtout sous sa forme masculine, est plutôt associé à l’agressivité, au danger et à la fierté. Cela contribue au caractère ambivalent des suidés, à la fois faste et néfaste, chtonien et céleste, pur et impur.

2. La question de l’interdit alimentaire et rituel

  • 5 Campanella, Zamora 2010.

4En ce qui concerne les Phéniciens, la première question qui se pose est celle de l’interdit rituel et alimentaire des suidés (ou, au moins, du porc). Ce thème a été récemment traité par J. Á. Zamora et L. Campanella dans un article consacré au cochon dans les communautés phénico-puniques de la Sardaigne5 : les deux auteurs ont su démontrer que la thèse d’un interdit de ce type dans le monde phénico-punique ne peut être acceptée, en soulignant d’autre part que l’on ne peut pas appliquer une conception monolithique à une réalité culturelle et géographique aussi changeante que celle phénico-punique.

  • 6 Par ex. Lipiński 1995, p. 489-490.
  • 7 Campanella, Zamora 2010, p. 48-49.
  • 8 Sauf indication contraire explicite, toutes les datations données par la suite sont antérieures à (...)
  • 9 Frost et alii 1981, p. 53-58.
  • 10 Le cochon aurait été utilisé comme une boussole pour trouver la direction de la terre, comme une s (...)

5Pourtant, cet interdit est souvent évoqué dans des travaux scientifiques6, voire constitue un a priori sur lequel des théories, parfois très fantaisistes, ont été construites. Prenons un des exemples mentionnés par ces deux auteurs7. En 1971, deux bateaux puniques ayant fait naufrage autour du milieu du iiie s. av. J.-C.8 furent découverts aux alentours de Motyé. Les fouilles furent dirigées par H. Frost, pionnière de l’archéologie sous-marine : des restes d’animaux (bœufs, chevaux, moutons, oiseaux, poissons, etc.), parmi lesquels deux ossements de cochon, furent trouvés dans les bateaux9. Pour expliquer la présence du porc, des interprétations extravagantes ont été proposées10 : toutefois, compte tenu du fait que l’un des deux restes de Sus avait de traces de découpe, la thèse la plus vraisemblable est que cet animal avait été consommé, comme d’ailleurs tous ceux qui faisaient partie du même assemblage faunique.

  • 11 Hdn., V, 6, 9 : « ἐκπώματά τε χρυσᾶ καὶ ἀργυρᾶ ἐσθῆτάς τε καὶ ὀθόνας παντοδαπάς, ζῷά τε πάντα, ὅσα (...)
  • 12 Porph., Abst., I, 14, 3-4 : « oὐδὲ γάρ ἐστι χρήσιμον πρὸς ἄλλο τι ὗς ἢ πρὸς βρῶσιν. Φοίνικες δὲ κα (...)

6La thèse de l’interdit repose sur les renseignements transmis par deux auteurs des iie-iiie s. apr. J.-C., tous les deux originaires de la région syro-libanaise. Dans l’histoire de l’empereur Héliogabale, lui aussi d’origine syrienne, Hérodien dit qu’il « jetait à la foule des coupes d’or et d’argent, des vêtements et des tissus de toute espèce que chacun pouvait s’approprier, ainsi que toutes sortes d’animaux domestiques, à l’exception des porcs, car, selon la coutume (nomoi) phénicienne, il s’abstenait de cette viande »11. Dans son traité sur l’abstinence de la consommation de viande, Porphyre de Tyr dit que « de fait, le porc ne peut servir à rien d’autre qu’à être mangé. Si au contraire les Phéniciens et les Juifs s’en abstinrent toujours, c’est parce que l’espèce était totalement absente de leurs contrées … Pareillement, à Chypre ou en Phénicie, le porc n’a jamais été offert aux dieux parce qu’il ne fait pas partie de la faune locale. Les Égyptiens ne sacrifient pas non plus cet animal aux dieux, et pour la même raison. Il est donc vrai que certains peuples s’abstiennent totalement de cet animal, mais cela n’a pas plus de signification que si nous refusons, nous, de manger du chameau »12.

  • 13 Lv, 11, 7.
  • 14 Coran, 2, 173.
  • 15 Volokhine 2014.

7Ces textes font référence aux Phéniciens de la côte libanaise, alors que la thèse de l’interdit du porc a été généralement étendue à tous les Phéniciens, aussi bien d’Orient que d’Occident. Porphyre fait un parallèle entre les Phéniciens et les Juifs. Dans l’Ancien Testament, notamment dans le code rituel du Lévitique13, on trouve effectivement un interdit alimentaire et rituel du cochon : s’agissant d’un animal impur, il ne peut être mangé ni sacrifié. Une prohibition semblable existe dans le Coran14, alors que chez les Égyptiens cet interdit ne concerne pas la consommation mais seulement certaines pratiques rituelles et sacrificielles, le porc étant associé au dieu Seth, l’éternel rival d’Horus15.

2.1. Les données archéozoologiques du Levant

  • 16 Voir, pour citer seulement quelques travaux sur ce thème : Hesse, Wapnish 1998 ; Vila 2006, p. 215 (...)

8Un débat sur l’origine de l’interdit juif frappant le cochon et sur la possibilité de le détecter archéologiquement s’est ouvert à partir des années 199016 : selon certains chercheurs, la présence ou l’absence de restes de suidés dans les assemblages fauniques des sites palestiniens du Fer I (xiie-milieu du xe s.) pourraient être interprétées comme des marqueurs ethnoculturels pour différencier les établissements des Judéens de ceux d’autres peuples habitant cette région, en particulier les Philistins.

  • 17 Sapir-Hen, Meiri, Finkelstein 2015, p. 310. Il faut préciser, au sujet de ces études archéozoologi (...)
  • 18 L’origine de cet interdit pourrait être liée à l’époque postexilique, où il serait devenu un éléme (...)

9Si plusieurs facteurs pèsent sur l’exploitation des données archéozoologiques (méthodes des fouilles, absence/présence et méthodes des études archéozoologiques, publications, etc.), elles apparaissent ces dernières années de plus en plus nombreuses et fiables. Les pourcentages de suidés dans les assemblages fauniques de quelques établissements de la région considérés philistins, judéens ou israélites sont présentés dans le tableau 117. Les établissements de Judée sont effectivement caractérisés par l’absence, voire des pourcentages très bas de suidés, alors que dans des villes philistines comme Éqron et Ashdod, le porc atteint des pourcentages supérieurs à 10  %. Toutefois, dans d’autres établissements considérés philistins, comme Afeq et Tel Qasile, on constate des pourcentages semblables à ceux des sites de la Judée, tandis que dans la plupart des établissements israélites du Nord les suidés atteignent des pourcentages un peu plus élevés. Ces données mettent en évidence la difficulté qu’il y a à utiliser le porc comme un marqueur ethnique d’une identité juive qui d’ailleurs, à cette époque-là (Fer I), n’est pas encore manifeste18.

  • 19 Dalix, Vila 2004.

10En réalité, ainsi que l’ont montré E. Vila et A.-S. Dalix19, la raréfaction (voire la disparition) des suidés dans les assemblages fauniques du Bronze récent (xvie-xiiie s.) et, dans une moindre mesure, du Fer I-II (xiie-milieu vie s.), est un phénomène qui concerne l’ensemble de la côte levantine, à l’exception de quelques sites du Levant septentrional. Dans la région syro-libanaise on constate une différence importante entre les établissements phéniciens, où les suidés ne sont jamais supérieurs à 5 %, et les autres établissements, où ils sont toujours plus nombreux et dépassent parfois les 15 % (tabl. 2).

Tabl. 2 : Les pourcentages des restes de suidés (NRD, seuls les mammifères sont considérés dans le calcul) dans les assemblages fauniques des sites du Levant (phéniciens, B-F ; non phéniciens, A, G-P) du Bronze récent (xvie-xiiie s.) et du Fer I-II (xiie-milieu vie s.) pour lesquels au moins 400 restes de mammifères ont été déterminés

Tabl. 2 : Les pourcentages des restes de suidés (NRD, seuls les mammifères sont considérés dans le calcul) dans les assemblages fauniques des sites du Levant (phéniciens, B-F ; non phéniciens, A, G-P) du Bronze récent (xvie-xiiie s.) et du Fer I-II (xiie-milieu vie s.) pour lesquels au moins 400 restes de mammifères ont été déterminés

A : Ougarit (Bronze récent, 3662) : Vila 2008 ; B : Beyrouth (Bronze récent, 408): Rackham 1996 ; C : Tell el-Burak (Bronze récent, 524) : Çakirlar et alii 2013 ; D : Kamid el-Loz (Bronze récent, 10120) : Bökönyi 1990 ; E : Kamid el-Loz (Fer I-II, 2363) : Bökönyi 1990 ; F : Dor (Fer I-II, 1878) : Raban-Gerstel et alii 2008 ; G : Alalakh (Bronze récent, 2741) : Çakirlar, Rossel 2010 ; H : Tell Afis (Bronze récent, 412) : Wilkens 2000 ; I : Qatna (Bronze récent, 3488) : Vila, Gourichon 2007 ; L : Tell Nebi Mend (Bronze récent, 10377) : Grigson 2015 ; M : Qatna (Fer I-II, 1629) : Vila, Gourichon 2007 ; O : Tell Afis (Fer I-II, 8208) : Wilkens 2000 ; P : Tell Nebi Mend (Fer I-II, 1444) : Grigson 2015.

  • 20 Dalix, Vila 2004 ; Vila 2008.
  • 21 Campanella, Zamora 2010, p. 50-51. Cf. Watson 2007.
  • 22 Dalix, Vila 2004, p. 226-229.

11Le cas de la ville d’Ougarit, qui fut détruite par les peuples de la Mer au début du xiie s., est très intéressant compte tenu de sa proximité géographique et culturelle avec les Phéniciens. Or, dans l’assemblage faunique d’Ougarit au Bronze récent, aucun reste de porc n’a été identifié, mais seulement quelques restes de sanglier20. Du reste, le porc n’est ni cité dans les textes administratifs et économiques restitués par les riches archives de la ville, ni associé directement aux pratiques sacrificielles21. Il est finalement absent dans l’iconographie locale, où l’on trouve par contre quelques représentations de sanglier22.

  • 23 Hesse, Wapnish 1998. Cf. Vila 2006. Pour un aperçu général des interprétations proposées pour expl (...)

12En revenant alors au lien entre les Juifs et les Phéniciens mis en place par Porphyre, on peut dire que, dans les régions levantines qu’ils habitaient, on constate effectivement à partir de la deuxième moitié du iie millénaire un désintérêt alimentaire envers les suidés, et spécialement envers les cochons, sans que l’on puisse aller jusqu’à parler d’interdit. Comment peut-on expliquer ce désintérêt ? B. Hesse et P. Wapnish ont proposé neuf principes qui correspondent à des choix alternatifs pouvant encourager ou décourager l’exploitation du porc au Proche-Orient23 : les conditions climatiques (humides/arides), le mode de vie (sédentarité/mobilité), la mise en valeur ou non des cochons (recycleurs d’ordures/fléaux des cultures), la stratégie de production (subsistance/système économique développé), le type d’agriculture (plus ou moins intensive), les finalités de l’élevage (viande/produits secondaires), le mode de fonctionnement de la société (rural/urbain), la stratification sociale et l’implication du cochon dans la vie rituelle.

  • 24 En effet, les sous-produits des suidés sont peu nombreux : la peau, la graisse, les soies et l’ivo (...)

13À grande échelle, la place accordée au cochon semble effectivement liée à la combinaison de ces différents éléments. Ainsi, il est généralement plus rare dans les économies centralisées qui se développent dans des centres urbains importants et autour du pouvoir royal : ces systèmes économiques privilégient l’élevage de bœufs et de moutons, qui, contrairement aux cochons, fournissent plusieurs produits secondaires24. Il est très difficile d’appliquer ce modèle aux Phéniciens de la côte libanaise, mais un certain nombre de principes qui devraient décourager l’exploitation du porc y semblent effectivement être présents.

  • 25 Kolska Horwitz et alii 2017, p. 97-103.

14Les Phéniciens s’installent de manière stable dans la partie sud-orientale de Chypre dès les premiers siècles du ier millénaire. Dans cette contribution, le dossier chypriote sera laissé de côté compte tenu de la difficulté – ou, plutôt, de l’impossibilité réelle – de différencier les contextes phéniciens de ceux grecs et/ou indigènes. En général, la consommation des suidés à Chypre reste toujours très limitée du Bronze moyen jusqu’à l’âge du Fer, alors qu’en Grèce ces animaux atteignent systématiquement des pourcentages un peu plus élevés25.

2.2. Les assemblages fauniques des établissements phénico-puniques de la Méditerranée occidentale

Tabl. 3 : Les pourcentages des restes de suidés (il s’agit surtout de porcs domestiques ; seuls les mammifères sont considérés dans le calcul) dans les assemblages fauniques des sites phéniciens de la Méditerranée occidentale documentés par un minimum de 300 restes déterminés pour la période comprise entre le ixe s. et les vie/ve s. (Afrique du Nord, A-F ; Sardaigne, G-L ; péninsule Ibérique, M-U)

Tabl. 3 : Les pourcentages des restes de suidés (il s’agit surtout de porcs domestiques ; seuls les mammifères sont considérés dans le calcul) dans les assemblages fauniques des sites phéniciens de la Méditerranée occidentale documentés par un minimum de 300 restes déterminés pour la période comprise entre le ixe s. et les vie/ve s. (Afrique du Nord, A-F ; Sardaigne, G-L ; péninsule Ibérique, M-U)

Les contextes religieux (sanctuaires et nécropoles) ne sont pas considérés dans ce tableau. A : Carthage, viiie-début ve s. (2196 NRD) : Weinstock 1995 ; Nobis 1999 ; Docter et alii 2005 ; Wijngaarden-Bakker 2007 ; Slopsma, van Wijngaarden-Bakker, Maliepaard 2009. B : Althiburos, ixe-viie s. (345 NMI) : Portillo, Valenzuela, Albert 2012. C : Utique, ixe s. (536 NRD) : Cardoso et alii 2016. D : Lixus, viiie-vie s. (1445 NRD) : Iborra Eres 2001 ; 2005a ; 2010. E : Mogador, viie-vie s. (6242 NRD) : Becker, Küchelmann 2009. F : Ceuta, viie-vie s. (1711 NRD) : Ceuta 2010, p. 377-399. G : Nuraghe Sirai, viiie-vie s. (1670 NRD) : Carenti, Wilkens 2006. H : Monte Sirai, viie-vie s. (883 NRD) : Carenti, Wilkens 2006. I : Sulky, viie-vie s. (380 NRD) : Carenti, Wilkens 2006. L : Nora, viie-début ve s. (397 NRD) : Sorrentino 2009. M : Toscanos, viiie-vie s. (3868 NRD) : Soergel 1968 ; Uerpmann, Uerpmann 1973. N : Cadix, viiie-vie s. (948 NRD) : Estaca Gómez et alii 2015. O : Doña Blanca, viiie- vis. (1675 NRD) : Morales et alii 1994. P : La Fonteta, viie-vie s. (1274 NRD) : Iborra Eres 2004. Q : Huelva (Puerto 6, 10 et 29), ixe-vie s. (803 NRD) : Cereijo Pecharromán, Patón Domínguez 1989 ; 1990 ; Morales Muñiz et alii 1994. R : Castro Marim, viiie- vie s. (445 NRD) : Davis 2007. S : Abul, viie-viiie s. (753 NRD) : Cardoso 2000. T : Lisbonne, viiie s. (246 NRD) : Arruda 2000. U : Almaraz, viie-vie s. (417 NRD) : Barros, Cardoso, Sabrosa 1993.

  • 26 Pour certains établissements, comme Althiburos, Castro Marim, Ceuta, Huelva, Lisbonne et Nuraghe S (...)

15Le tableau 3 montre les pourcentages de Sus dans les assemblages fauniques des établissements phénico-puniques de la Méditerranée occidentale documentés par un minimum de 300 restes déterminés, pour la période comprise entre le ixe s. et le vie s.26. Tout d’abord, on peut noter des différences relativement importantes au sein de ces établissements : dans certains cas, comme à Carthage, les suidés sont au-dessous de 5 %, alors que dans d’autres cas, comme à Sulky, ils sont au-dessus de 15 %. L’âge d’abattage – avec une proportion maximale de cochons abattus avant 1-2 ans et de sangliers adultes – et la présence de traces de découpe, de désarticulation et de brûlure sur les ossements confirment leur consommation.

  • 27 Ceuta 2010 ; Perra 2016.
  • 28 Par ex. Carenti, Wilkens 2006 ; Estaca Gómez et alii 2015.

16Ces différences sont certainement dues à une pluralité de facteurs, notamment écologiques. Mais il convient de souligner que la plupart des établissements phéniciens sont caractérisés dès l’origine par un(e) cohabitation/métissage avec les peuples indigènes et avec des populations d’origine différente, comme les Grecs. De fait, les pourcentages les plus hauts sont atteints dans des établissements où ce(tte) cohabitation/métissage semble se manifester fortement dès les premières phases d’occupation, comme à Ceuta ou au Nuraghe Sirai27. Toutefois, si l’on compare les données des établissements phéniciens de la Sardaigne et de la péninsule Ibérique à celles des sites nuragiques et tartessiens28 – où souvent les suidés rejoignent voire dépassent 20 % – on constate que les Sus sont généralement plus importants dans l’alimentation des sites nuragiques et tartessiens.

  • 29 Il s’agit d’une véritable « machine à viande » : Parayre 2000, p. 143.

17En ce qui concerne l’expansion phénicienne, il faut également prendre en compte le fait que le cochon est souvent associé aux communautés coloniales, puisqu’il s’agit d’une espèce très prolifique, facile à élever, qui donne une grande quantité de viande en peu de temps29.

18Une augmentation progressive de la consommation de suidés dans le monde phénico-punique de la Méditerranée occidentale est attestée clairement par les assemblages fauniques de la période comprise entre le ve s. et le iie/ier s. (tabl. 4) : durant cette période, les suidés atteignent parfois, comme à Cagliari et Lixus, des pourcentages compris entre 25 % et 35 %.

Tabl. 4 : Les pourcentages des restes de suidés (il s’agit surtout de porcs domestiques ; NRD, seuls les mammifères sont considérés dans le calcul) dans les assemblages fauniques des sites puniques documentés par un minimum de 100 restes déterminés pour la période comprise entre le ve s. et les iie/ier s. (Afrique du Nord, A-B ; Sardaigne, C-F ; péninsule Ibérique, G-M)

Tabl. 4 : Les pourcentages des restes de suidés (il s’agit surtout de porcs domestiques ; NRD, seuls les mammifères sont considérés dans le calcul) dans les assemblages fauniques des sites puniques documentés par un minimum de 100 restes déterminés pour la période comprise entre le ve s. et les iie/ier s. (Afrique du Nord, A-B ; Sardaigne, C-F ; péninsule Ibérique, G-M)

Les contextes religieux (sanctuaires et nécropoles) ne sont pas considérés dans ce tableau. A - Carthage, ve-iie s. (2220) : Poulain 1983 ; Levine 1994 ; Weinstock 1995 ; Nobis 1999 ; Docter et alii 2003, p. 60 ; Wijngaarden-Bakker 2007 ; Slopsma, van Wijngaarden-Bakker, Maliepaard 2009. B - Lixus, ve-ier s. (981) : Iborra Eres 2001 ; 2005a ; 2010. C - Sulky, ive-iiie s. (377) : Carenti, Wilkens 2006. D - Cagliari, ve-iiie s. (415) : Sorrentino 1993. E - Tharros, ve-ive s. (664) : Farello 2000. F - Truncu’e Molas, ive-iiie s. (241) : Jordà et alii 2010. G - Ibiza, ve-ive s. (265) : Saña 1994. H - Majorque, iiie-iie s. (201) : Iborra Eres 2005b. I - Castro Marim, ve-iiie s. (295) : Davis 2007. L - Alcáçoba de Santarem, iiie s. (973) : Davis 2006. M - Lisbonne, ve-ive s. (115) : Detry, Cardoso, Bugalhão 2016.

19Les données archéozoologiques suggèrent donc l’existence de différences importantes entre les établissements phéniciens de la côte libanaise et ceux de la Méditerranée occidentale. Dans les premiers, on constate dès le Bronze récent un désintérêt alimentaire envers les suidés que l’on retrouve également dans la plus grande partie du Levant à la même époque. Dans les seconds, au contraire, les suidés sont présents dans l’alimentation quotidienne et leur importance augmente au fil du temps. Impossible de dire si ce phénomène est dû aux contacts avec les populations indigènes, à des changements dans le système de production et/ou à des facteurs écologiques et/ou économiques : les interprétations mono-causales sont souvent insuffisantes. Comme l’écrivent J. Á. Zamora et L. Campanella,

  • 30 Campanella, Zamora 2010, p. 55.

« ci sembra che un dato emerga in modo evidente : nel corso dell’imponente espansione fenicia verso l’Occidente ogni territorio in cui i Fenici si stabilirono deve diventare un caso di studio specifico e ogni singolo caso deve essere studiato e compreso alla luce dell’interazione tra i Fenici e le popolazioni che da tempo occupavano le aree colonizzate. »30

20Une vision globale du « monde » phénico-punique permet de détecter des changements plus généraux, mais il faut se garder de tirer des conclusions hâtives, compte tenu du caractère limité des données disponibles et de l’ampleur du cadre spatio-temporel.

3. Les contextes rituels

3.1. Les sources épigraphiques et littéraires

  • 31 Par ex. le chien et la souris : De Simone 1999, p. 209-210 ; D’Andrea 2018b, p. 188.
  • 32 CIS 165, 167 = KAI 69, 74 ; CIS 3915-3917. Cf. Lipiński 1995, p. 466-474 ; Bonnet 2014, p. 174-177 (...)

21Pour évaluer le rôle des suidés, et notamment des cochons, dans la culture phénico-punique, il convient de soumettre à l’examen les contextes rituels. Or Porphyre affirme clairement que cet animal n’était pas sacrifié en Phénicie et à Chypre. Les zoonymes du porc et du sanglier ne semblent être présents ni dans les textes phéniciens ni dans l’onomastique, où d’autres zoonymes sont parfois attestés31. Il faut néanmoins tenir compte du fait que nous n’avons presque pas à disposition de textes de type économique ou administratif, mais quasi exclusivement des inscriptions religieuses (funéraires/votives), consistant en de formules simples et répétitives, où les animaux sont rarement mentionnés. Les seules exceptions significatives sont les « tarifs » sacrificiels carthaginois, des textes puniques des ive-iiie s. originairement placés dans des sanctuaires et mentionnant les animaux à sacrifier et les portions qui reviennent à la divinité, aux prêtres et aux dédicants32. Parmi les espèces impliquées dans ces rites, figurent des bovinés, des caprinés, des oiseaux et, peut-être, des cervidés, mais aucun suidé n’est mentionné.

  • 33 Sil., 3, 21-23 : « Tum, quis fas et honos adyti penetralia nosse, femineos prohibent gressus ac li (...)
  • 34 Cf. DS, V, 20 ; Str., III, 5, 5 ; Mela, III, 46 ; Plin., nat. 19, 4.

22Deux textes d’époque romaine mentionnent le cochon, en se référant vraisemblablement à des pratiques rituelles puniques. Au ier s. apr. J.-C., dans les Punica, Silius Italicus rapporte que « ceux qui ont le privilège et l’honneur de pénétrer dans ce sanctuaire (sc. d’Hercule/Melqart à Cadix) en interdisent l’entrée aux femmes et veillent à écarter du seuil les porcs porteurs de soies »33. Hercule correspond ici à Melqart à qui, selon différents auteurs anciens34, les Phéniciens avaient dédié un temple à Cadix au moment de la fondation de la ville.

  • 35 « Iussu domini Aesculapi(i) L(ucius) Numisius L(ucii) f(ilius) Vitalis podium de suo fecit. Quisq( (...)
  • 36 Par ex. Lipiński 1995, p. 489-490. L’auteur cite d’autres interdits culturels relatifs au cochon p (...)
  • 37 Par ex. Kleijwegt 1994.

23Le deuxième texte est une inscription latine provenant de Thuburbo Maius (ILAfr 225), datée du iie s. apr. J.-C. : elle prescrit aux visiteurs du temple d’Esculape de s’abstenir, pendant trois jours, de rapports avec les femmes, de viande de porc, de fèves, de se couper les cheveux et de fréquenter les bains publics35. Selon certains chercheurs, ce règlement doit être lu en continuité avec des pratiques phéniciennes concernant Eshmun, dieu guérisseur identifié avec Esculape (ou Apollon)36 ; selon d’autres, l’origine de ces prescriptions doit être recherchée plutôt dans le monde grec37.

  • 38 D’Andrea 2018b, p. 199.

24Comme pour les chiens, la question de l’accès des porcs aux aires sacrées se pose38 ; elle ne concerne pas seulement la culture phénico-punique mais plusieurs cultures de la Méditerranée ancienne. Au-delà de la prétendue impureté de ces deux animaux, des questions pratiques liées à leur voracité et à leur nature omnivore/carnivore doivent avoir joué un rôle déterminant dans cette perspective.

3.2. Les sources archéologiques : les sanctuaires

  • 39 Chahoud 2015.
  • 40 Des restes de suidés faisaient partie de l’assemblage faunique du temple G de Tell Sukas (viie-vie(...)

25Les seuls sanctuaires de la côte libanaise du Bronze récent pour lesquels des analyses archéozoologiques ont été publiées sont ceux de Sidon et Tell Kazel (tabl. 5) : les cochons y sont absents et les sangliers constituent 2,5 % des NRD à Tell Kazel et moins de 1 % à Sidon. Dans d’autres sanctuaires levantins de la même époque, comme Alalakh, Tell Dan et Tell Tuqan, les suidés sont au contraire bien représentés39. Nous n’avons malheureusement jusqu’ici aucune donnée archéozoologique pour les sanctuaires phéniciens de la côte libanaise de l’âge du Fer40.

  • 41 Gardeisen, Garcia Petit, Piquès 2015. On peut citer également le temple de Kition-Kathari (ixe-ive(...)
  • 42 Cf. Columeau 2000 ; Gardeisen, Garcia Petit, Piquès 2015, p. 366.

26À Chypre, on peut prendre l’exemple du sanctuaire de Kition-Bamboula (xe-ive s.), dont la fréquentation phénicienne ne fait aucun doute : dans ce sanctuaire, on n’a identifié jusqu’à présent aucun reste de suidés41. Mais ces animaux sont très rares ou totalement absents dans les assemblages fauniques de tous les sanctuaires chypriotes de l’âge du Fer42, comme c’est le cas généralement pour les pratiques alimentaires chypriotes de cette période.

  • 43 Corrado, Bonanno, Vella 2002 ; De Grossi Mazzorin, Battafarano 2012. Ce sanctuaire, fréquenté à pa (...)
  • 44 Wilkens 2006. Ce sanctuaire était fréquenté de l’époque punique à l’époque romaine (vie-ier s.).
  • 45 Xella 2013 ; Bonnet 2014, p. 178-187 ; D’Andrea 2014 ; 2018a.
  • 46 Dans les sanctuaires d’époques phénicienne et punique (viiie-iie s.), les urnes analysées sont 8-9 (...)
  • 47 Ciasca et alii 1996, p. 328-329. Quelques restes de suidés (porcs et sangliers) ont également été (...)

27L’absence de restes de suidés se manifeste aussi dans les assemblages fauniques de quelques lieux de culte phénico-puniques de la Méditerranée occidentale, comme dans les sanctuaires de Tas Silġ à Malte43 et du lac de Vénus à Pantelleria44. Un autre cas intéressant, pour plusieurs raisons, est celui des tophets, des aires sacrées constituées d’un terrain destiné à accueillir des stèles votives et des urnes cinéraires contenant les restes calcinés d’enfants et/ou d’animaux45 : ces tophets sont propres à l’univers phénico-punique de la Méditerranée occidentale, on en connaît plusieurs et pour certains d’entre eux des études archéozoologiques sont disponibles. En ce qui concerne les animaux, les urnes contenaient généralement des caprinés (Ovis/Capra)46. D’autres espèces, surtout des bovinés (Bos taurus) et des oiseaux, ont été identifiées plus rarement : pour ce qui est des suidés, deux restes de sanglier ont été reconnus dans deux urnes du tophet de Motyé, où quelques restes de sanglier ont également été identifiés dans les assemblages des niveaux de fréquentation du sanctuaire47.

Fig. 1 : Établissements phéniciens et puniques de Méditerranée occidentale où des suidés ont été retrouvés dans des sanctuaires, des nécropoles ou d’autres contextes rituels

Fig. 1 : Établissements phéniciens et puniques de Méditerranée occidentale où des suidés ont été retrouvés dans des sanctuaires, des nécropoles ou d’autres contextes rituels

B. D’Andrea, d’après Google Earth © Image Landsat

  • 48 Cardoso 2000.

28De manière générale, les lieux de culte phénico-puniques de la Méditerranée occidentale pour lesquels on dispose d’études archéozoologiques sont peu nombreux. Des restes de suidés ont été identifiés à Abul, Carthage, Lixus et Motyé (fig. 1). À Abul (ve s.), les suidés sont la deuxième espèce la mieux représentée après les caprinés (Ovis/Capra) en NMI ; il s’agit, selon J.L. Cardoso, de sangliers, mais la présence du porc ne peut être exclue48. L’interprétation de cet ensemble comme aire sacrée demeure toutefois incertaine.

  • 49 Ces fouilles ont été pratiquées entre la fin des années 1980 et le début des années 1990 par une m (...)
  • 50 Rakob 1995, p. 433-434 ; 1998, p. 30.

29La même question se pose pour le grand bâtiment fouillé sur la Rue Ibn Chabâat à Carthage (vie-iie s.)49. Parmi les éléments qui, selon les fouilleurs, suggèrent une destination religieuse pour ce bâtiment, figure un dépôt d’amphores daté de la deuxième moitié du iiie s. et interprété comme un dépôt votif50. Un objet en os, plusieurs galets, des restes de poissons et de viande de cochons, de caprinés (Ovis/Capra) et de cailles avaient été déposés dans les deux amphores dont le contenu a été analysé. La présence des galets pourrait témoigner en faveur d’une interprétation religieuse du dépôt, en considérant que dans le monde phénico-punique ces objets font souvent partie de dépôts rituels.

  • 51 Mozia 2005 ; Kothon 2012.
  • 52 Ces dépôts caractérisaient en particulier le sanctuaire C3, daté du ive s. et postérieur à la dest (...)
  • 53 Par ex. Mozia 2005, p. 65-66 (D.649 et D.987) ; p. 73 (D.695) ; p. 83 (D.971). Cf. Nigro 2009.

30Une utilisation rituelle des galets se rencontre régulièrement, par exemple, dans le complexe religieux du « Kothon » de Motyé, daté de viiie au ive s. et fouillé à partir de 2002 par une équipe de la Sapienza Université de Rome dirigée par L. Nigro51. Ici, plusieurs dépôts ont été découverts, caractérisés par des galets, des portions sélectionnées d’animaux (astragales d’Ovis/Capra et de Bos taurus, bois de cerf, défenses de suidés etc.), des coquillages de bivalves et gastéropodes, des petits morceaux et objets de métal (surtout plomb), des vases et des tessons de céramique, parfois intentionnellement cassés ou percés52. Plusieurs éléments vont dans le sens d’une interprétation rituelle de ces dépôts : leur intentionnalité et leur configuration, le type d’objets et leur récurrence, ainsi que le contexte de découverte (on est sans doute dans un sanctuaire). Quelques éléments suggèrent qu’ils étaient destinés à des divinités chtoniennes : la déposition dans des fosses, des bothroi ou des puits ; les libations effectuées, vraisemblablement, à travers les tessons de céramique percés ; la présence d’objets en plomb et de galets noirs. Les défenses de suidé, qui se retrouvent parfois dans ces dépôts53, avaient évidemment une valeur symbolique (apotropaïque/tutélaire) et ne témoignent donc pas d’une utilisation alimentaire de l’animal.

  • 54 Voir, en plus des exemples cités dans cette page : Mozia 2005, p. 75 (D.696). Plusieurs restes de (...)
  • 55 Kothon 2012, p. 34-48 (L. Nigro et F. Spagnoli) ; Spagnoli 2013, p. 154.
  • 56 Kothon 2012, p. 49 (F. Alhaique).

31Toutefois, des dépôts caractérisés par la présence de restes de suidés associés vraisemblablement à des sacrifices prévoyant une consommation de l’animal ont été également fouillés dans le même complexe religieux54. C’est le cas du puits P. 292755 : au moment de son abandon vers la fin de ve s., ce puits fut colmaté avec une vingtaine de galets, plusieurs tessons de céramique, parfois cassés et découpés intentionnellement, une arula, une grande coquille (Glycymeris bimaculata) et des restes animaux et végétaux. Le dépôt se trouvait dans une couche de cendres et tous les objets qui en faisaient partie présentaient des traces de combustion. L’assemblage faunique était composé de mollusques et des restes de deux cochons, d’un bœuf (avec des traces de découpe) et d’un mouton (un astragale)56.

  • 57 Kothon 2012, p. 8-33.
  • 58 Cette inscription est dédiée à Belios, qui serait l’interpretatio graeca de Baal : Kothon 2012, p. (...)
  • 59 Voir, en plus de la bibliographie citée dans les notes précédentes : Spagnoli 2013.

32Un exemple similaire nous est offert par la favissa F.2950, oblitérée vers le milieu du vie s. après avoir été utilisée à plusieurs reprises du viie jusqu’au second quart du vie s.57. Dans ses couches d’oblitération, caractérisées par des cendres avec des morceaux de charbon, ont été trouvés plusieurs tessons de céramique, dont l’un porte une inscription dédicatoire en grec58, divers objets (comme un scarabée et une amphore égyptienne), de nombreux coquillages (pour la plupart comestibles), ainsi que les restes de trois caprinés (Ovis/Capra), de deux cochons, d’un bœuf, d’un chien et d’un oiseau de grande taille. Une mandibule de porc presque entière et en connexion anatomique avait été déposée dans la partie supérieure du remplissage de la favissa, en association avec le col d’une cruche vraisemblablement utilisée pour des libations. Ces deux contextes ont été interprétés comme témoignages des rituels d’oblitération comportant des offrandes aux divinités (chtoniennes) et des sacrifices partagés qui revêtaient également une fonction alimentaire59 : la partie destinée au(x) dieu(x) aurait été déposée dans le puits/favissa, alors que celle destinée aux hommes aurait été consommée ailleurs.

  • 60 Brouquier-Reddé et alii 2010. Ces pourcentages sont proches de ceux que l’on retrouve aux mêmes ép (...)

33Des restes de porc ont été trouvés dans des niveaux datant des viiie-viie s. (2 restes, 16 % NRD) et des ive-iiie s. (13 restes, 15 %) dans le quartier « des temples » de Lixus lors de sondages pratiqués par une équipe maroco-française, sous la direction de A. El Khayari et de V. Brouquier-Reddé60. Toutefois, le caractère limité des sondages ne permet pas de confirmer la destination rituelle de ces assemblages et de leurs contextes de provenance.

3.3. Le culte de Déméter et Koré à Carthage et dans le monde punique

  • 61 DS, XIV, 77, 4-5.
  • 62 Plusieurs études ont été consacrées à l’introduction du culte de Déméter et Koré dans le monde pun (...)
  • 63 Lafon 2011. Cf. Clinton 2005 ; Demetra 2008 (plusieurs contributions). Selon certains auteurs anci (...)

34Dans sa Bibliothèque historique (ier s. av. J.-C.)61, Diodore de Sicile rapporte que les Carthaginois avaient introduit en 396 le culte de Déméter et Koré dans leur ville comme expiation à la destruction du temple syracusain des deux déesses perpétrée par les troupes du général carthaginois Himilcon. Ce culte aurait été présidé par des Grecs résidant à Carthage et les sacrifices auraient suivi le rite grec62, comportant le sacrifice de porcs, notamment de porcelets ou, plus rarement, de truies gravides63.

  • 64 Delattre 1923 ; Picard 1982-1983 ; Lipiński 1995, p. 374-376 ; Ribichini 2008, p. 237. On peut not (...)
  • 65 Par ex. Delattre 1923 ; Picard 1982-1983 ; Garbati 2013 ; Marín Ceballos et alii 2015 ; Garbati 20 (...)
  • 66 Lafon 2011, p. 77-78. Cf. Demetra 2008 (plusieurs contributions).

35Des inscriptions et des objets découverts à Carthage et dans ses environs et datés à partir du ive s. pourraient confirmer le récit de Diodore mais leur interprétation et leur chronologie ne font pas l’unanimité parmi les chercheurs64. Des figurines de terre cuite et des thymiateria, remontant spécialement aux ive-iie s. et représentant un personnage féminin, ont été trouvées dans plusieurs établissements puniques de la Méditerranée occidentale65 : ces motifs iconographiques sont empruntés à des modèles gréco-sicéliotes traditionnellement associés au culte de Déméter et Koré66. Dans un certain nombre de cas, le personnage féminin tient dans ses bras un porcelet, évidemment l’objet du sacrifice.

  • 67 Lipiński 1995, p. 375-378 ; Garbati 2013 ; Marín Ceballos et alii 2015 ; van Dommelen, López-Bertr (...)
  • 68 Picard 1982-1983, p. 191 ; Lipiński 1995, p. 376. Le sanctuaire de Korba est malheureusement inédi (...)
  • 69 Barreca 1983, p. 298-300.
  • 70 Garbati 2016, p. 104-108.

36Plusieurs aires sacrées d’époques punique et punique tardive ont été attribuées, principalement en Sardaigne, au culte des deux divinités gréco-sicéliotes, essentiellement sur la base des figurines et des thymiateria qu’y ont été découverts67. À Korba, au Cap Bon, des statues de terre cuite représentant Déméter, Koré et Pluton ont été trouvées dans un sanctuaire fréquenté probablement à partir de l’époque punique et jusqu’à la période romaine68. Toutefois, le seul sanctuaire dans lequel des restes de suidés ont été mis au jour est celui de Narcao, en Sardaigne, en activité du iiie s. av. au iiie s. apr. J.-C.69. L’attribution « automatique » à Déméter et Koré d’aires sacrées se fondant uniquement sur les terres cuites qui y ont été découvertes doit vraisemblablement être refusée : en effet, comme l’a proposé récemment G. Garbati70, ces terres cuites sont évidemment polysémiques et polyvalentes et ne doivent donc pas être nécessairement et systématiquement associées au culte des deux déesses.

  • 71 Par ex. Morales Pérez 2003 ; van Dommelen, López-Bertran 2013, p. 282-286 ; Marín Ceballos et alii(...)
  • 72 Marín Ceballos et alii 2015.
  • 73 Morales Pérez 2003, p. 18.
  • 74 KAI 72. Cette inscription, gravée sur une plaquette de bronze réutilisée, est datée du iie s. (l’i (...)

37À ce propos, un exemple intéressant est offert par la grotte d’Es Culleram à Ibiza qui fut utilisée en tant que lieu de culte punique à partir des ive-iiie s., comme en témoignent une inscription et des objets votifs, parmi lesquels figurent plus de 1 100 terres cuites entières ou fragmentaires71. Bon nombre de ces terres cuites consistent en des thymiateria et des figurines appartenant à des types traditionnellement associés à Déméter et Koré, y compris celui de la figure féminine portant un porcelet dans ses bras72. Toutefois, d’une part, l’assemblage faunique provenant de la grotte est caractérisé par l’absence de suidés et par la présence quasi-exclusive de caprinés73 ; de l’autre, l’inscription punique sur une lamelle en bronze trouvée à l’intérieur de la grotte est adressée à Tinnit, qui pourrait donc être la divinité titulaire, ou plutôt l’une des divinités titulaires, de cette aire sacrée74.

  • 75 Ribichini 2008, p. 238 ; Fantar (M.H.) 2008, p. 245-246.

38Dans le cadre de cette contribution, on notera que l’éventuelle introduction du culte de Déméter et Koré dans le monde punique ne semble pas avoir entraîné l’augmentation de l’importance des sacrifices de cochons, qui semblent au contraire continuer à jouer un rôle secondaire dans les pratiques rituelles du monde phénico-punique. Du reste, le récit de Diodore a trait à Carthage et non pas au monde punique dans son ensemble ; de plus, selon quelques chercheurs, il pourrait concerner spécifiquement la communauté grecque installée dans la ville africaine75.

3.4. Les nécropoles

  • 76 Par ex. Bobillo Lobato 2008 ; Guirguis 2010, p. 39-40 ; D’Andrea 2018b, p. 199-202.
  • 77 Ribichini 2004 ; Bobillo Lobato 2008 ; Fantar (M.) 2008 ; Bonnet 2014, p. 131-145 ; Pappa 2015.

39L’importance secondaire revêtue par les suidés dans les pratiques rituelles phénico-puniques est confirmée par les contextes funéraires, où les restes de ces animaux sont plutôt rares par rapport à ceux d’autres espèces comme les bœufs, les moutons et les poules76. En principe, les animaux dont les restes ont été trouvés dans des contextes funéraires peuvent avoir une fonction symbolique et/ou alimentaire. Dans le premier cas, ils ont pu revêtir par exemple un rôle apotropaïque, expiatoire, propitiatoire ou d’accompagnement/gardiennage du défunt ; dans le deuxième, il peut s’agir de reliefs d’un banquet funéraire, d’une offrande au(x) dieu(x) et/ou d’une nourriture pour le mort. Les études archéozoologiques et taphonomiques des assemblages fauniques et l’analyse des contextes peuvent faire pencher pour l’une ou l’autre des deux interprétations, mais nos connaissances des croyances eschatologiques phénico-puniques demeurent plutôt limitées77.

  • 78 Carthage (viie-ive s. : Delattre 1900, p. 491 ; Gauckler 1915, p. 110 ; Gaillard 1942, p. 331-333) (...)
  • 79 Guirguis 2010, p. 127-129 (tombe 255).
  • 80 Voir les notes 52, 56 (Motyé) et 97 (Pani Loriga). Quelques exemples d’astragales trouvés dans des (...)
  • 81 Affanni 2008 ; Guirguis 2010, p. 130-132 ; De Grossi Mazzorin, Minniti 2012 ; Carè 2012.
  • 82 Voir les références bibliographiques citées dans la note précédente.

40Dans la plupart des nécropoles où des restes de suidés ont été retrouvés (fig. 1), il s’agit de portions sans valeurs alimentaires, telles des défenses, auxquelles peut être vraisemblablement assignée une fonction apotropaïque/tutélaire78. À Monte Sirai, 11 astragales de bovins, cerfs et porcs avaient été déposés à côté d’une coupe dans une tombe d’enfant (8-10 ans) de la seconde moitié du vie s.79. L’utilisation rituelle des astragales, qui est également attestée dans quelques aires sacrées phénico-puniques80, s’inscrit dans une longue tradition proche-orientale et est bien connue, à une époque plus récente, pour le monde gréco-romain81. Si elle est souvent associée à des rituels divinatoires, dans le cas de Monte Sirai la présence d’astragales dans une tombe d’enfant pourrait s’expliquer par une référence à leur utilisation ludique, elle aussi bien attestée dans la Méditerranée et dans le Proche-Orient anciens82.

  • 83 Alcácer do Sal (viie-ive s. : Arruda, Cardoso 2016) ; Cadix (tombe 1 de calle Ciudad de Santander, (...)
  • 84 30 ans 1986, p. 72. Une interprétation analogue pourrait être proposée pour des vertèbres brûlées (...)
  • 85 Par ex. Ribichini 2004 ; Fantar (M.) 2008 ; Bonnet 2014, p. 133-134 ; Pappa 2015.

41Dans d’autres contextes funéraires, les restes de suidés semblent avoir fait l’objet de pratiques sacrificielles avec utilisation alimentaire. En général, comme c’est le cas de la nécropole libanaise de Tyr al-Bass83, les suidés avaient été vraisemblablement consommés lors des banquets funéraires. Cela est suggéré par les contextes de découverte – les restes des suidés étaient déposés au-dessus/autour de la tombe ou dans la partie supérieure de la fosse qui hébergeait la sépulture ; ils étaient associés à de la vaisselle de table, parfois cassée intentionnellement au moment de la déposition – et/ou par les caractéristiques des assemblages fauniques – la présence de traces de découpe, de désarticulation et de brûlure et/ou l’association avec d’autres animaux généralement consommés, surtout des bovinés et des caprinés. Dans la nécropole de Kerkouane, une coupe contenant les restes d’un porcelet a été retrouvée dans une chambre funéraire du ive-iiie s. ; il pourrait s’agir d’une offrande alimentaire au(x) dieu(x) ou, plus vraisemblablement, au défunt84. Cependant, la croyance en la vie corporelle post mortem et en la survivance de l’âme chez les Phéniciens fait encore débat85.

  • 86 Niveau de Villedary 2008, p. 119-121 (puits 2, Bodegas Abarzuza, iiie s.). Cf., pour d’autres trou (...)
  • 87 Niveau de Villedary 2008, p. 122-125 (puits 4, Ciudad de la Justicia, iiie s.). Dans ce cas, la pr (...)
  • 88 Cf. Niveau de Villedary 2008, p. 129-132 ; D’Andrea 2018b, p. 199-200.

42Une trouvaille très intéressante a été faite dans la nécropole de Cadix (ve-iie s.)86, où les squelettes presque entiers d’un porcelet et de trois chiens ont été découverts dans un puits du iiie s., accompagnés de plusieurs tessons de céramique (surtout d’amphores) et d’un important assemblage malacologique composé essentiellement de couteaux. Une découverte semblable a été faite dans un autre puits de la nécropole, lui aussi daté du iiie s.87. La fonction rituelle de ces animaux reste difficile à déterminer, dans la mesure où l’on ignore le rapport entre les puits et les sépultures de la nécropole et où l’on ne dispose pas d’études archéozoologiques et taphonomiques. De toute façon, les porcs, comme les chiens, n’avaient pour leur part pas fait l’objet d’une consommation : ils pourraient avoir été impliqués dans des rituels de purification/expiation ou, s’ils étaient effectivement liés aux sépultures, dans des sacrifices funéraires à but apotropaïque/tutélaire88.

3.5. Les sources archéologiques : autres contextes rituels

  • 89 Pour l’« archéologie du rite » voir par ex. Scheid 2000 ; Archéologie du sacrifice 2008 ; Oxford 2 (...)

43Évoquons à présent des contextes interprétés comme rituels, mais pas directement associés – ou associés seulement de manière hypothétique – à des lieux de culte (fig. 1). En général, l’interprétation rituelle d’un assemblage faunique ne peut être déduite que par l’association des études archéozoologiques et taphonomiques avec les informations tirées de la nature du site où ces restes ont été découverts, du matériel associé et du contexte89 : en effet, des restes d’animaux retrouvés dans des espaces consacrés (nécropoles ou lieux de culte) ne sont pas nécessairement le résultat d’un rituel ; au contraire, des restes provenant de contextes domestiques, artisanaux, etc. peuvent être le résultat d’une pratique rituelle. La présence ou l’absence de certains os ou de certaines parties du corps dans un contexte peuvent révéler, par comparaison avec les données des contextes domestiques du quotidien, une utilisation originale.

  • 90 López Castro et alii 2016 ; Cardoso et alii 2016. Cf. D’Andrea 2018b, p. 194.
  • 91 Cardoso et alii 2016, p. 321.

44L’équipe tuniso-espagnole qui travaille depuis quelques années à Utique a fouillé un puits qui a restitué un grand nombre de fragments de céramique de table et plus de 500 restes d’animaux ; ce puits est associé à un édifice qui est encore connu de façon très limitée et dont la fonction n’a pu être déterminée90. Tous les objets avaient été déposés dans le puits au moment de son abandon (à la suite, probablement, de sa salinisation), autour du troisième quart du ixe s. : il s’agit, évidemment, des restes d’un grand repas collectif au cours duquel avaient été consommés des suidés (NRD 88, 16,4 % ; NMI 6, 24 %), essentiellement des porcs domestiques abattus avant l’âge de 1-2 ans. Les données dont nous disposons ne permettent pas de conclure avec certitude à l’interprétation du contexte comme banquet rituel. Rien ne permet d’exclure cette interprétation, comme le font les fouilleurs qui évoquent l’interdit phénicien envers cet animal91 : ce raisonnement repose en effet sur un a priori – l’interdit – qui en réalité est loin d’être prouvé.

  • 92 Gomes, Tavares da Silva 1994 ; Cardoso, Gomes 1997, p. 105-107. Cf., pour les données venant en ap (...)

45L’interprétation rituelle semble assurée dans le cas du remplissage d’une fosse fouillée par M. Beirão dans les années 1980 au château de Garvão92. Beaucoup de céramiques, différents objets votifs, plusieurs restes d’animaux et quelques restes humains avaient été déposés dans cette fosse au cours de la seconde moitié du iiie s. Les suidés (apparemment des porcs domestiques) sont bien représentés dans cet assemblage faunique (NRD 18 %, juste après les Bos taurus, 23 %, et les Ovis/Capra, 36 %). La thèse selon laquelle il s’agirait d’un bothros qui devait être associé à un sanctuaire, sans nul doute vraisemblable, ne peut pas être démontrée en l’absence de nouvelles fouilles.

  • 93 Rallo 1982-1983, p. 171-173.

46Un problème similaire se pose pour un espace fouillé dans les années 1970-1980 à Sélinonte, dans un quartier d’habitation punique installé dans une nécropole plus ancienne93 : plusieurs restes d’animaux, parmi lesquels de nombreuses mandibules de sanglier, avaient été déposés dans une fosse avec des céramiques et de nombreuses terres cuites. Cette fosse était placée à proximité d’un aménagement utilisé pour égorger des animaux. L’ensemble, installé dans une ancienne carrière, avait été utilisé de la deuxième moitié du ive s. à la première moitié du iiie s. : son interprétation rituelle semble assurée par la combinaison d’une installation sacrificielle et d’objets votifs.

  • 94 Campus 1990.
  • 95 Manconi 1990. Le porc représente les 16,4 % des 229 RD : ces restes sont datés pour la plupart de (...)

47Des fouilles archéologiques préventives menées à Olbia dans les années 1980 ont permis de découvrir des structures datées du ive s. av. au iie s. apr. J.-C.94. Ces dernières ont été interprétées comme faisant partie d’une aire sacrée, sur la base des mobiliers trouvés : des tessons de céramique – comportant parfois des lettres/mots puniques inscrit(e)s – quelques terres cuites et des objets en bronze et en os. Des restes de suidés, surtout de cochons mais aussi de sangliers, font partie de l’assemblage faunique95 : l’âge d’abattage des cochons (entre 1 et 2,5 ans) et la présence de traces de découpe et de désarticulation sur les ossements en confirment la consommation.

  • 96 Botto 2012a, p. 288-291 ; 2012b.
  • 97 Botto 2012b, p. 30.

48Un autre contexte interprété comme cultuel et caractérisé par la présence de restes de suidés a été fouillé dans un édifice « polyfonctionnel » de Pani Loriga fréquenté de la fin du vie s. au troisième quart du ive s.96. Il s’agit d’une pièce caractérisée par la présence, dans son secteur oriental, d’une banquette devant laquelle ont été trouvés deux vases d’importation (une coupelle étrusque et un skyphos attique du premier quart du ve s.) et un assemblage faunique composé par 24 restes d’Ovis/Capra (NMI 2), 9 de Sus scrofa dom. (2), 6 de Cervus (2) et 1 de Bos taurus (1 astragale). La découverte d’autres tessons de céramique et d’éléments de bijoux pourrait, selon le fouilleur, « attestare il carattere sacro dell’ambiente »97.

  • 98 Aranegui, Habibi 2004. À propos de l’assemblage faunique : Iborra Eres 2001, p. 202.

49Des restes de cochon ont été découverts dans un dépôt de fondation daté du iie s. et fouillé dans l’habitat « punico-maurétanien » de Lixus98 : un kalathos ibérique, un élément de bijou et plusieurs restes d’animaux avaient été déposés dans une petite structure à caissons placée sous le pavement. L’animal le mieux représenté dans cet assemblage est le cochon (NRD 11, 84,6 % ; une mandibule et une vertèbre avaient des traces de découpe), dont quelques restes ont été trouvés aussi dans le kalathos.

3.6. Les suidés dans les contextes rituels : remarques conclusives

50Les découvertes examinées ci-dessus témoignent d’une utilisation rituelle des suidés dans le monde phénico-punique, en particulier dans les établissements de la Méditerranée occidentale – mais il faut considérer que les données disponibles pour les Phéniciens d’Orient sont extrêmement limitées. Pour quelques-uns des contextes examinés – tels Alcácer do Sal, Garvão, Huelva et le dépôt de Lixus – l’attribution d’une étiquette ethno-culturelle phénico-punique (plutôt qu’indigène) reste douteuse.

  • 99 Le même constat est valable pour une autre culture qui se voit généralement attribuer un interdit (...)

51En général, les suidés, et surtout les cochons, semblent souvent utilisés dans le cadre de sacrifices à but apotropaïque, expiatoire, propitiatoire ou tutélaire ; ils sont alors apparemment dépourvus d’une valeur alimentaire et destinés à des divinités chtoniennes. Toutefois, ces animaux sont également utilisés dans des sacrifices à fonction alimentaire. Cela démentit la thèse d’un interdit religieux et alimentaire appliqué sans nuance aux Phéniciens99, même si les cochons, et dans une moindre mesure les sangliers, sont effectivement absents des assemblages fauniques de plusieurs contextes rituels.

  • 100 Pour le monde grec : Clinton 2005 ; Demetra 2008 ; Lafon 2011. Pour le monde romain : Prescendi 20 (...)
  • 101 Une utilisation similaire se rencontre au Levant et, plus généralement, au Proche-Orient ancien : (...)

52De manière analogue aux pratiques alimentaires, mais de façon plus prégnante dans les rituels, les cochons ne jouent pas un rôle comparable à celui des autres animaux domestiques par excellence, c’est-à-dire des bœufs et des moutons. Il s’agit d’une différence importante par rapport au monde gréco-romain100, où les cochons jouent un rôle central dans l’alimentation comme dans les pratiques rituelles. Mais une constante demeure : un peu partout, ces animaux sont souvent utilisés dans des rituels adressés à des divinités chtoniennes, sans valeur alimentaire et dans des buts apotropaïques, expiatoires et/ou purificatoires101.

  • 102 Voir, à ce propos, le volume Sacrifices 2008 entièrement consacré à cette question.

53Le rôle des suidés semble gagner en importance dans les établissements phénico-puniques d’Occident, dans les rituels comme dans les pratiques alimentaires. Cela contraste avec le désintérêt pour les suidés (spécialement les cochons) qu’on a constaté dans la région libanaise, et plus généralement au Levant, au cours du Bronze récent et du Fer I-II. À l’évidence, les rencontres culturelles qui eurent lieu en Occident avec les populations indigènes et avec la culture gréco-romaine favorisèrent une adoption des suidés dans les pratiques alimentaires et, par conséquent, dans les pratiques rituelles des communautés phénico-puniques. Il serait d’ailleurs intéressant de développer dans les prochaines années, comme on l’a fait pour le monde gréco-romain102, l’étude du rapport entre la viande consommée dans le quotidien et la viande sacrificielle.

4. Les sources iconographiques

  • 103 Voir, à ce propos, Bonnet 2014, p. 47-51 ; D’Andrea 2018b, p. 204.

54L’étude des représentations iconographiques implique une démarche méthodologique particulière, pour éviter de surinterpréter ou, pire, de mal interpréter une documentation caractérisée par son propre langage, souvent difficile à décrypter103. Une question centrale est celle de l’origine, locale ou importée, des iconographies et/ou des supports, mais aussi de ceux qui réalisent, acquièrent et/ou utilisent les objets en question. Se pose, en outre, le problème des copies, des emprunts, des imitations : est-ce que les personnes qui réalisaient, acquéraient et/ou utilisaient ces objets étaient en mesure de comprendre les motifs iconographiques dans leur signification originelle ? Est-ce qu’elles donnaient/superposaient à ces motifs des significations différentes ? Ou, plutôt, les avaient-elles utilisés simplement pour des questions de « goût » ?

  • 104 Par ex. Almagro Gorbea 1982.
  • 105 Par ex. López Pardo 2015.

55Prenons l’exemple du monument funéraire de Pozo Moro (vie s.), dans la péninsule Ibérique, un mausolée-tour caractérisé par des lions accroupis aux angles et par des frises sculptées, figurant des scènes rituelles/mythologiques d’interprétation difficile. Le sanglier y est représenté deux fois, dans une scène de banquet quasi-certainement rituelle et sous l’aspect d’un sanglier « bifrons ». Des chercheurs ont considéré ce monument et son apparat décoratif comme une expression de la culture ibérique, avec des emprunts « orientalisants »/néo-hittites104 ; d’autres l’ont plutôt interprété comme une expression de la culture phénicienne, qui aurait véhiculé ces emprunts105. Or la typologie du monument et son apparat décoratif sont sans aucun doute empruntés à des modelés levantins localisés dans la région syro-anatolienne au cours du Fer I-II, mais personne ne peut identifier avec certitude l’« origine » de ceux qui ont commandé et réalisé le monument en question. Rien ne justifie, donc, qu’il soit utilisé pour reconstituer les croyances et l’imaginaire des Phéniciens.

  • 106 Surtout en ce qui concerne les régions chypriote et libanaise.

56Le tableau 6 rassemble, sans prétendre à dresser un catalogue exhaustif106, des objets provenant d’établissements phénico-puniques sur lesquels sont représentés des suidés, avec une attention particulière à la Méditerranée occidentale (fig. 2). Le répertoire iconographique comprend surtout des sangliers et des truies qui, comme on l’a déjà remarqué, sont caractérisés par des valeurs symboliques spécifiques. En général, les représentations de suidés sont plutôt rares : elles se trouvent surtout au sein de contextes funéraires, alors qu’elles sont presque absentes des aires sacrées.

Tabl. 6 : Objets figurant de suidés

No Objet Provenance Chronologie Iconographie Bibliographie
1 Amulette en pâte Sarepta (sanctuaire) viiie-vie s. Truie Pritchard 1975, p. 30, fig. 43, 4
2 Scarabée Carthage (nécropole) viie-vie s. Truie Vercoutter 1945, p. 129, no 142 ; Yazidi 2009, p. 165, fig. 1
3 Vase en faïence Carthage (nécropole) vie s. ? Truie allaitant ses petits Redissi 1997, p. 363, pl. 53, 2
4 Lamelle en ivoire Carthage (nécropole) vie s. Sanglier (ou lion ?)
et inscription étrusque
Lavigerie 1900, p. 192-193, pl. XXviii ; TLE 724 (inscription) ; Cristofani 1985, p. 229-232 ; Yazidi 2009, p. 205, fig. 1
5 (fig. 2A) Empreintes de sceaux (plusieurs) Carthage (sanctuaire ?) ve-ive s. ? Sanglier Berges 1997, p. 100-101, Taf. 42, nos 111-113
6-7 Amulettes en stéatite (2) Carthage (nécropole) vie s. Truie Vercoutter 1945, p. 295, nos 840-841, pl. XXiii ; Yazidi 2009, p. 166, fig. 3
8 Amulette en pâte Carthage (nécropole) vie s. Truie Yazidi 2009, p. 166, fig. 4
9-10 (fig. 2B) Amulettes en pâte (2) Monte Sirai (nécropole) vie s. Truie Monte Sirai 2000, p. 127, tav. XL, c
11 Amulette en pâte Carthage (nécropole) vie s. Truie allaitant
ses petits
Yazidi 2009, p. 167, fig. 5
12 (fig. 2C) Scarabée en cornaline Kerkouane (nécropole) ve s. Truie Redissi, Tillot 1995, p. 173, pl. Xv, 36 ; Yazidi 2009, p. 165, fig. 2
13 Scarabée en jaspe vert Tharros ve-ive s. Suidé (sanglier ?)
et chasseur ?
Boardman 2003, p. 97, no 29/13, pl. XXXi
14-15 (fig. 2D) Scarabées en jaspe vert Tharros ? Suidé (sanglier ?) attaqué par un lion Boardman 2003, p. 118, nos 39/25-26
16 Scarabée en jaspe vert Tharros ? Sanglier ailé ? Boardman 2003, p. 124, no 42/1
17-19 Scarabées en jaspe vert Tharros ? Suidé
(truie ou sanglier)
Boardman 2003, p. 126, nos 43/16-18, pl. 47
20 Scarabée en jaspe vert Carthage (nécropole) ? Suidé
(truie ou sanglier)
Boardman 2003, p. 126, no 43/19
21 Amulette en stéatite Carthage (nécropole) ive s. Truie allaitant
ses petits
Yazidi 2009, p. 167, fig. 6
22 Scarabée en jaspe vert Carthage (nécropole) ive s. Sanglier Vercoutter 1945, p. 237, no 642 ; Yazidi 2009, p. 205, fig. 2
23 Amulette en pâte Carthage ive-iiie s. Truie allaitant
ses petits
Yazidi 2009, p. 168, fig. 7
24-27 Amulettes en pâte (4) Sulky ive-iiie s. Truie allaitant
ses petits
Martini 2004, p. 108, nos 149-152, tav. XXii
28-29 Amulettes en pâte (2) Tharros ? Truie Acquaro 1982, p. 39, nos 186-187, tav. Xiii
30 Amulette en os Tharros (nécropole) ? Sanglier Barnett, Mendleson 1987, p. 115, no 9/37, pl. 71
31-32 Amulettes en pâte (2) Tharros ? Truie allaitant ses petits Acquaro 1982, p. 39, nos 189-190, tav. Xiii
33 Amulette en stéatite Almuñécar (nécropole) ? Sanglier/truie Bobillo Lobato 2008, p. 75, fig. 20, 2
34 (fig. 2E) Amulette en os Ibiza (nécropole ?) ? Sanglier Amuletos 2009, p. 149
35-40 (fig. 2F) Amulettes (6) Ibiza (nécropole ou inconnue) ? Truie allaitant ses petits Amuletos 2014, p. 352-353, nos 291-296
41-43 Amulettes (3) Ibiza (nécropole) ? Truie Amuletos 2014, p. 353, nos 297-299
44-46 (fig. 2G) Amulettes (3) Ibiza (nécropole) ? Truie Amuletos 2014, p. 354, nos 300-302
47 Askos Carthage (nécropole) ive-iiie s. Suidé (cochon) Delattre 1906, p. 16, fig. 29 ; Yazidi 2009, p. 169, fig. 1
48 (fig. 2H) Askos Lilybée (nécropole) iv-iiie s. Porcelet ? Di Stefano 1993, p. 33, tav. XXX, 6
49 Askos Lilybée (nécropole) iiie s. Cochon Exposé au musée Whitaker de Motyé
50 Vase zoomorphe Olbia (sanctuaire ?) iiie-iie s. Cochon (Sanglier) ? Campus 1990, p. 499, tav. i, b
51 (fig. 2i) Askos Carthage (nécropole) iie s. Sanglier Gauckler 1915, pl. CLviii, 1 ; Cintas 1950, no 13, pl. Lvi
52 (fig. 2L) Rasoir Tharros (nécropole) iiie s. Sanglier attaqué par un lion DCPP 1992, pl. Xiv, a
53 Rasoir Carthage (nécropole) iiie s. Sanglier Delattre 1901, p. 22-23, fig. 40 ; Picard 1966, p. 69, no 31, pl. XXvi, fig. 61
54 (fig. 2M) Rasoir Carthage (nécropole) iiie s. Cochon Delattre 1900, no 1, p. 500 ; Picard 1966, p. 69, no 30, pl. XXv, fig. 60
55 Naïskos en calcaire Thuburbo Maius
(aire sacrée ?)
iiie-ier s. Sanglier ? Yazidi 2009, p. 172, fig. 7 ; D’Andrea 2014, p. 141, fig. 5.3
56 Figurine en terre cuite Carthage
(aire sacrée ?)
iie s. Cochon Yazidi 2009, p. 169
57 (fig. 2N) Monnaies (plusieurs) Macoma iiie-ier s. Sanglier Manfredi 1995, p. 282
58 Terre cuite Santa Margherita di Pula
(aire sacrée)
iie s. Sanglier Garbati 2015, p. 103, fig. 4, c
59 Stèle en calcaire El Ghzaizya (aire sacrée) ier s. apr. Cochon ? Ghaki 1992-1993, no 6
60 Coupe en or Chiusi ? Cochon Markoe 1985, p. 365, comp. 11

Objets figurant de suidés trouvés dans les sites phéniciens et puniques de la côte libanaise (no 1) et de la Méditerranée occidentale (nos 2-59 ; dans certains cas, il s’agit plutôt de sites indigènes) ; la coupe no 60 provient du site étrusque de Chiusi.

Fig. 2 : Quelques objets figurant des suidés retrouvés dans les sites phéniciens et puniques de la Méditerranée occidentale

Fig. 2 : Quelques objets figurant des suidés retrouvés dans les sites phéniciens et puniques de la Méditerranée occidentale

Empreinte de sceau, A ; amulettes et scarabées, B-G ; askoi, H-I ; L-M, rasoirs ; N, monnaie. Les images ne sont pas à l’échelle (B. D’Andrea). A (tabl. 6, n5) - Berges 1997, taf. 42, n113 (1,7 x 1,7 cm). B (no 9) - Monte Sirai 2000, tav. XL, c. C (no 12) - Redissi, Tillot 1995, pl. XV, 36 (0,2 x 0,1 x 0,9 cm). D (n14) - Boardman 2003, p. 118, no 39/25 (Classical Art Research Centre, http://www.beazley.ox.ac.uk/​gems/​scarab/​scarab.htm). E (no 34) - Amuletos 2009, p. 149 (3,0 x 1,7 x 0,8 cm). F (n40) - Amuletos 2014, p. 353, no 296 (1,4 x 2,1 x 0,6 cm). G (n46) - Amuletos 2014, p. 354, n302 (1,4 x 1,7 x 0,5 cm). H (n48) - Di Stefano 1993, tav. XXX, 6. I (n51) - Gauckler 1915, pl. CLVIII, 1 (long. 15 cm). L (n52) – DCPP 1992, pl. XIV, a (long. 12 cm). M (n54) - Delattre 1900, n1, p. 500 (long. 13 cm). N (n57) - Manfredi 1995, p. 282.

  • 107 Seulement une partie de ces objets a été répertoriée dans le tabl. 6. Pour d’autres exemples : Acq (...)
  • 108 Voir aussi Boardman 2003, p. 126, no 43/20 (provenance inconnue).
  • 109 Cf. deux scarabées de provenance inconnue : Boardman 2003, p. 126, nos 43/21-22, pl. 46.
  • 110 Cf. Yazidi 2009, p. 344-346 ; Amuletos 2014, p. 347-348.

57Un grand nombre107 d’amulettes et de scarabées datés du viie s. reproduit le thème du sanglier (nos 13-16, 22, 30, 34 et, peut-être, 17-19 ; fig. 2)108 ou celui de la truie marchant ou allaitant ses petits (nos 1-2, 6-12, 21, 23-29, 31-32, 35-43 et, peut-être, 17-19 ; parfois l’animal est stylisé : nos 23-27, 33, 44-46 ; fig. 2)109. Le motif de la truie, qui est attesté aussi sur la côte libanaise (à Sarepta, n1), a une origine égyptienne110 : il est traditionnellement associé à la déesse Nout, donc à la fécondité d’une part et au monde funéraire de l’autre. La truie est aussi représentée sur des supports différents, par exemple sur une vase en faïence trouvé à Carthage (no 3), qui pourrait toutefois provenir d’Égypte.

  • 111 Yazidi 2009, p. 305-306.
  • 112 Cf. les notes 49-50.
  • 113 Boardman 2003, p. 76-79, nos 22/89-90 (provenance inconnue) et X41 (Carthage) ; Yazidi 2009, p. 20 (...)

58Le sanglier se voit souvent attribuer des fonctions tutélaires et prophylactiques en tant que symbole d’agressivité, de férocité et de puissance111. Une utilisation tutélaire peut effectivement être proposée pour des empreintes de sceau découvertes à Carthage dans un complexe interprété comme un sanctuaire (nos 5 ; fig. 2)112. Des sangliers sont tenus par la queue par Bès sur quelques scarabées113 : ce motif se rapporte vraisemblablement aux aspects dangereux de cet animal.

  • 114 Boardman 2003, p. 124, no 42/2, pl. 46.
  • 115 Boardman 2003, p. 112-113, nos 37/1 (Ibiza), 12-14, 17 (Tharros), pl. 38-39.

59Le motif grec du sanglier ailé est représenté sur deux scarabées (l’un de Tharros, no 16, et l’autre de provenance inconnue114). Une inspiration/origine grecque est aussi conférée à des scarabées caractérisés par le mélange de têtes humaines et d’animaux, parmi lesquels figurent également des sangliers115.

  • 116 Manfredi 1995, p. 78-79. Selon J. Alexandropoulos (2000, p. 318-319), ces émissions sont directeme (...)

60L’animal représenté sur une lamelle d’ivoire, vraisemblablement une tessère d’hospitalité, trouvée à Carthage et caractérisée par une inscription étrusque – mi puinel karθazie « un Punique (nom ethnique)/Puniel (nom propre) de Carthage » – a été interprété comme un sanglier (no 4). Dans la mesure où la lamelle est cassée et où la représentation est effacée, on ne peut reconnaître avec certitude l’animal : il pourrait s’agir plutôt d’un lion accroupi ou d’un lapin. Un sanglier est représenté sur des monnaies à légende punique frappées aux iie-ier s. à Macoma (no 57 ; fig. 2), ville nord-africaine identifiée généralement avec Macomades de Numidie116. Le sanglier pourrait avoir ici une valeur de « marqueur » régional faisant allusion au gibier le plus répandu dans la région.

  • 117 Voir, à ce propos, un scarabée de provenance inconnue sur lequel est représenté un chasseur portan (...)

61Un suidé, vraisemblablement un sanglier, accompagné d’un personnage armé d’un bâton est représenté sur un scarabée de Tharros (no 13) : il s’agit d’une scène de chasse117 ou, moins probablement, d’élevage. Le porc est clairement associé à des scènes d’élevage sur une coupe « phénicienne » de Chiusi (no 60), mais l’attribution de ces coupes aux Phéniciens reste impossible à déterminer avec certitude.

  • 118 L’identification de l’un des askoi de Lilybée (no 48) avec un porcelet reste douteuse.

62À partir du ive s., des askoi en forme de suidé ont été trouvés dans quelques nécropoles puniques comme à Carthage (nos 47 et 51 ; fig. 2) et Lilybée (nos 48-49 ; fig. 2)118. Un vase zoomorphe figurant probablement un suidé (n50) a été trouvé à Olbia dans l’ensemble mentionné plus haut, interprété comme une aire sacrée. Il est possible que la diffusion de ces vases soit liée au rayonnement du culte de Déméter et Koré, mais il faut tenir compte, comme c’est le cas pour les terres cuites traditionnellement associés à ce culte, de la polysémie de ces objets. En effet les askoi, comme les amulettes et les scarabées, ne sont pas des productions propres seulement au monde phénico-punique mais elles sont largement diffusées dans la Méditerranée ancienne : les utiliser pour reconstituer le rôle des suidés chez les Phéniciens pose donc des problèmes.

  • 119 Voir aussi une stèle d’époque romaine, mais de tradition punique, trouvée dans les voisinages de M (...)

63Des sangliers sont représentés sur deux objets trouvés dans deux aires sacrées d’époque punique tardive dédiées probablement à Déméter et Koré119 : un naïskos en calcaire provenant de Thuburbo Maius (no 55) et une terre cuite provenant de Santa Margherita di Pula (no 58).

  • 120 Boardman 2003, p. 119, nos 39/30, 43, 51 et 56, pl. 42-43. Les deux animaux figurent aussi sur deu (...)
  • 121 Sur une empreinte de sceau de Carthage (note 112) un sanglier est attaqué par un griffon : Berges (...)

64Un sanglier attaqué par un lion figure sur un rasoir de Tharros (no 52 ; fig. 2) ; le même motif se retrouve sur deux amulettes découvertes également à Tharros (nos 14-15 ; fig. 2) et sur quelques scarabées de provenance inconnue120. Une scène semblable est probablement représentée sur un rasoir carthaginois (no 53) : sur une face, au-dessous d’un personnage féminin coiffé à l’égyptienne, on voit un sanglier tourné vers la gauche ; au revers, au-dessous d’un personnage probablement masculin, se trouve un taureau tourné vers la droite, en position d’attaque. Ces thèmes font partie du répertoire iconographique proche-oriental depuis la haute antiquité et sont répandus dans le monde phénico-punique121.

65La scène figurée sur un rasoir carthaginois est vraisemblablement inspirée du combat entre Horus et Seth (no 54 ; fig. 2) : le faucon (Horus) et placé sur une fleur de lotus surgissant d’un tronc d’arbre à l’intérieur duquel est représenté un suidé (Seth).

66Dans l’ensemble, les sources iconographiques fournissent des informations plutôt génériques sur les rôles « concrets » (élevage pour les cochons et chasse pour les sangliers) et symboliques des suidés dans le monde phénico-punique, d’autant plus que les images sont souvent empruntées à des motifs de tradition étrangère (grecque et égyptienne). Il apparaît toutefois évident que les valeurs symboliques attribuées aux cochons, notamment aux truies, sont différentes de celles attribuées aux sangliers. Ces animaux ne semblent jamais associés à des divinités phéniciennes spécifiques.

  • 122 Yazidi 2009. Par ex. les suidés ne sont pas représentés, sauf un cas douteux et d’époque tardive ( (...)

67Il faut noter que les suidés sont rarement attestés dans le répertoire iconographique phénicien par comparaison non seulement avec des animaux domestiques tels que les bœufs et les moutons, mais aussi avec des animaux sauvages comme les dauphins et les éléphants122. Cela va de pair avec le rôle secondaire que ces animaux semblent avoir joué dans la vie quotidienne et religieuse des communautés phénico-puniques.

5. Conclusions

68Si les données que nous venons de rassembler ne sont pas encore suffisamment nombreuses, elles permettent néanmoins de formuler quelques considérations conclusives.

  • 123 Volokhine 2014. Voir la note 15.

69On constate un désintérêt alimentaire, économique et religieux envers les suidés, principalement les cochons, à partir du Bronze récent (xvie-xiiie s.) chez les Phéniciens d’Orient et, plus généralement, dans une grande partie de la région levantine : en Judée, ce désintérêt se transforme apparemment en interdit rituel et alimentaire au cours du Fer II (milieu du xe-milieu du vie s.). Chez les Phéniciens, au contraire, un interdit complet envers la consommation et l’utilisation rituelle des suidés ne semble jamais s’affirmer. Les informations fournies à ce propos par les auteurs anciens pourraient dériver de la comparaison/association des Phéniciens aux Juifs, par opposition avec la culture gréco-romaine, où les porcs jouaient un rôle central dans la vie quotidienne et religieuse. Une autre explication pourrait résider dans le fait que, comme chez les Égyptiens123, l’interdit phénicien aurait concerné seulement des circonstances particulières liées, par exemple, à des rituels ou des divinités spécifiques, à des moments de la vie ou de l’année, à des « types » de suidés (selon le statut domestique ou sauvage, le sexe, la taille, l’âge, la couleur) etc. Le dossier documentaire est trop limité pour permettre d’approfondir ces questions.

70La consommation des suidés, et surtout du cochon, est bien attestée dans les établissements phénico-puniques de la Méditerranée occidentale et s’accroît au fil du temps. Elle n’a donc pas constitué un moyen de différenciation entre « nous », c’est-à-dire les Phéniciens, et les « autres », à savoir les communautés indigènes. Du reste, il semble nécessaire de dépasser une vision monolithique et identitaire du monde phénico-punique et de réfléchir plutôt à l’hétérogénéité du phénomène d’expansion et des rencontres culturelles qui eurent lieu dans la Méditerranée occidentale. Ces rencontres pourraient avoir joué un rôle fondamental dans l’importance croissante du cochon dans les pratiques alimentaires des communautés phénico-puniques d’Occident.

71Les suidés sont utilisés dans des contextes religieux (lieux de culte, nécropoles etc.) et des rituels divers (alimentaires et non, de fondation, votifs etc.), mais spécialement chez les Phéniciens d’Orient ils revêtent une importance secondaire par rapport à d’autres animaux. Ce phénomène est évidemment lié au rôle des suidés dans les pratiques alimentaires et s’inscrit dans la continuité du désintérêt que l’on constate au Levant. Il est toutefois impossible de détecter avec certitude l’existence d’un quelconque interdit, même si l’absence de suidés dans plusieurs aires sacrées d’Occident peut constituer un indice en ce sens.

  • 124 Clinton 2005 ; Mouton 2006, p. 255-264.
  • 125 Reste la difficulté, pour la religion phénico-punique, de différencier entre les divinités chtonie (...)

72Lorsqu’ils sont associés à des pratiques cultuelles, les restes de suidés ont été fréquemment trouvés dans des puits, des fosses ou de bothroi : dans la plupart des cas, ils semblent avoir fait l’objet de sacrifices sans valeur alimentaire. Ces restes, mais aussi des objets portant les images de ces animaux, proviennent souvent de contextes funéraires. Cela indique que les divinités destinataires de ces rituels (qui semblent avoir spécialement des finalités de purification ou d’expiation) sont des divinités chtoniennes, du « type » de Déméter : d’ailleurs, un constat analogue peut être fait pour plusieurs cultures de la Méditerranée antique, par exemple pour les mondes grec et hittite124. De même, dans le monde phénico-punique les suidés sont parfois utilisés dans des sacrifices à valeur alimentaire (adressés à des divinités « célestes »125 ?).

73Un problème fondamental, lié au caractère modeste de la documentation, reste ouvert : dans ce travail nous avons essayé de différencier, dans la mesure du possible, les cochons des sangliers. Toutefois, il aurait été nécessaire d’identifier aussi le sexe (porcs/truies) et l’âge (porcs/porcelets) de ces animaux : en effet, comme les sources iconographiques et quelques données archéologiques le suggèrent – et comme on peut le constater dans d’autres cultures de la Méditerranée ancienne – leurs valeurs symboliques et pratiques peuvent varier en fonction de ces paramètres. Cette étude doit donc être considérée comme une mise au point préliminaire qui vise à être précisée, actualisée et approfondie à l’avenir.

Juillet 2018

Haut de page

Bibliographie

30 ans 1986, M. Harbi-Riahi (éd.), 30 ans au service du patrimoine : de la Carthage des Phéniciens à la Carthage de Bourguiba (18 octobre 1986-18 octobre 1987), Tunis.

Acquaro E. 1977, Amuleti egiziani ed egittizzanti del Museo nazionale di Cagliari, Roma, (CStudFen 10).

Acquaro E. 1982, La collezione punica del Museo Nazionale Giovanni Antonio Sanna di Sassari. Gli amuleti, Roma, (RStudFen, suppl. 10).

Acquaro E. 2008, “Kore nella monetazione di Cartagine punica”, dans Demetra 2008, p. 135-136.

Affanni G. 2008, “Astragalus Bone in Ancient Near East: Ritual Depositions in Iron Age in Tell Afis”, dans J.M. Córdoba et alii (éd.), Proceedings of the 5th International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East (Madrid, April 3-8 2006), Madrid, p. 77-92. https://www.academia.edu/337432

Africa romana (L’) VII 2004, A. Mastino (éd.), L’Africa romana VII, Atti del VII convegno di studio, Sassari, 15-17 dicembre 1989, Sassari, (Collana del Dip. di Storia dell’Università degli Studi di Sassari 16).

Alexandropoulos J. 2000, Les monnaies de l’Afrique antique (400 av. J.-C.-40 ap. J.-C.), Toulouse.

Almagro Gorbea M. 1982, “Pozo Moro y el influjo fenicio en el período orientalizante de la Península Ibérica”, RStudFen 10, p. 231-272.

Amuletos 2009, Fernández J.H., Mezquida A., Velázquez F., López Grande M.J., Amuletos púnicos de hueso hallados en Ibiza, Ibiza, (Treballs del museu arqueològic d’Eivissa i Formentera 62).

Amuletos 2014, Fernández J.H., Mezquida A., Velázquez F., López Grande M.J., Amuletos de iconografia egipcia procedentes de Ibiza, Ibiza, (Treballs del Museu Arqueologic d’Eivissa i Formentera 69).

Aranegui C., Habibi M. 2004, « Lixus, Larache : les niveaux phéniciens et punico-maurétaniens du sondage du Caroubier », BAM 20, p. 131-167.

Archéologie du sacrifice 2008, S. Lepetz, W. Van Andringa (éd.), Archéologie du sacrifice animal en Gaule romaine : rituels et pratiques alimentaires, Montagnac.

Arruda A.M. 2000, Los Fenicios en Portugal : Fenicios y mundo indígena en el centro y sur de Portugal (siglos VIII-VI a.C.), Barcelona, (Cuadernos de arqueología mediterránea 5-6).

Arruda A.M., Cardoso J.L. 2016, “Faunas domésticas e rituais funerários em Alcácer do Sal”, dans M. Serra, R. Villaça (éd.), Matar a fome, alimentar a alma, criar sociabilidades. Alimentação e comensalidade nas sociedades pré e proto-históricas, Coimbra, p. 193-217. http://repositorio.ul.pt/handle/10451/25622

Atti archeozoologia 2012, J. De Grossi Mazzorin, D. Saccà, C. Tozzi (éd.), Atti del 6° Convegno Nazionale di Archeozoologia (San Romano in Garfagnana 2009), Lucca.

Barreca F. 1983, “L’archeologia fenicio-punica in Sardegna. Un decennio di attività”, dans P. Bartoloni (éd.), Atti del I congresso internazionale di studi fenici e punici (Roma, 5-10 novembre 1979), Roma, (CStudFen 16), p. 289-300.

Barros L., Cardoso J.L., Sabrosa A. 1993, “Fenícios na margem Sul do Tejo : economia e integração cultural do povoado do Almaraz : Almada”, Estudos Orientais 1, p. 143-181. https://repositorioaberto.uab.pt/handle/10400.2/3828

Becker C., Küchelmann H.C. 2009, „Schafe, Löwen und Napfschnecken. Ein erster Blick auf die Tierreste aus dem phönizischen Mogador“, dans D. Marzoli, A. El Khayari (éd.), Vorbericht Mogador (Marokko) 2008, MDAI(M) 51, p. 81-83. https://www.academia.edu/14361407

Benkheira M.H. 2006, « Quelques interprétations anthropologiques du tabou du porc en Islâm », dans De la domestication au tabou 2006, p. 233-244.

Berges D. 1997, „Die Tonsiegel aus dem karthagischen Tempelarchiv“, dans F. Rakob (éd.), Die Deutschen Ausgrabungen in Karthago II, Mainz, (Karthago 2), p. 10-244.

Bisi A.M. 1971, “Lilibeo (Marsala). Nuovi scavi nella necropoli punica, 1969-1970”, NSA 25, p. 662-769.

Boardman J. 2003, Classical Phoenician Scarabs: A Catalogue and Study, Oxford (BAR Int. S. 1190).

Bobillo Lobato A.R. 2008, “Animales en el reino de la muerte : Aportaciones al estudio de la religiosidad funeraria fenicio-púnica”, dans De dioses y bestias 2008, p. 45-82.

Bökönyi S. 1990, Kamid el-Loz. 12, Tierhaltung und Jagd : Tierknochenfunde der Ausgrabungen 1964 bis 1981, Bonn.

Bones 2013, G. Ekroth, J. Wallenstein (éd.), Bones, Behaviour and Belief: The Zooarchaeological Evidence as a Source for Ritual Practice in Ancient Greece and Beyond, Stockholm, (Skrifter utgivna av Svenska institutet i Athen 55).

Bonnet C. 2014, « La religion des Phéniciens », dans C. Bonnet, N. Niehr (éd.), La religion des Phéniciens et des Araméens dans le contexte de l’Ancien Testament, Genève, p. 13-212.

Botto M. 2012a, “Alcune considerazioni sull’insediamento fenicio e punico di Pani Loriga”, RStudFen 40.2, p. 267-303. https://www.academia.edu/29100968

Botto M. 2012b, “L’abitato fenicio e punico di Pani Loriga (Area B)”, dans M. Guirguis, E. Pompianu, A. Unali (éd.), Summer School di archeologia fenicio-punica, Sassari, (Quaderni di archeologia sulcitana 1), p. 33-40. https://www.academia.edu/4395220

Bouffartigue J. 1977, Porphyre, De l’abstinence, I. Livre I, Paris, (Collection des Universités de France).

Brouquier-Reddé V. et alii 2010, Brouquier-Reddé V., Ichkhakh A., Poupon F., El Khayari A., Hassini H., « L’occupation phénico-punique du quartier dit des temples de Lixus », dans G. Bartoloni et alii (éd.), Tiro, Cartagine, Lixus, nuove acquisizioni. Atti del convegno internazionale in onore di Maria Giulia Amadasi Guzzo (Roma, 24-25 novembre 2008), Roma, (Quaderni di Vicino Oriente 4), p. 259-279. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01444536/document

Çakirlar C. et alii 2013, Çakirlar C., Amer V., Kamlah J., Sader H., “Persian Period Dog Burials in the Levant: New Evidence from Tell el-Burak and a Reconsideration of the Phenomenon”, dans Archaeozoology of the Ancient Near East X. Proceedings of the Xth International Symposium on the Archaeozoology of South-Western Asia and Adjacent Areas, Leuven-Paris-Walpole, p. 243-264. https://www.academia.edu/2628258

Çakirlar C., Rossel S. 2010, “Faunal Remains from 2003-2004 Excavations at Tell Atchana”, dans A.K. Yener (éd.), Tell Atchana, Ancient Alalakh. A Bronze Age Capital in the Amuq Valley, Turkey. The 2003-4 Excavation Seasons, İstanbul, p. 141-146. https://www.academia.edu/6784494

Campanella L., Zamora J.Á. 2010, “Il maiale presso le comunità fenicie e puniche di Sardegna : leggi, tabù e consuetudini alimentari tra culture a contatto”, dans H. Di Giuseppe, M. Dalla Riva (éd.), Meetings Between Cultures in the Ancient Mediterranean. International Congress of Classical Archaeology (Roma 2008), Roma (Bollettino di archeologia online 1), p. 48-57. http://www.bollettinodiarcheologiaonline.beniculturali.it/documenti/generale/6_CAMPANELLA_ZAMORA.pdf

Campus A. 1990, “Olbia. Un’area sacra sotto Corso Umberto n. 138. Gli elementi punici”, dans L’Africa romana VII 2004, p. 497-501. https://www.academia.edu/9549893

Cardoso J.L. 2000, « Les mammifères d’Abul », dans F. Mayet, C. Tavares da Silva (éd.), Le site phénicien d’Abul (Portugal) : comptoir et sanctuaire, Paris, p. 281-291. https://repositorioaberto.uab.pt/handle/10400.2/6496

Cardoso J.L., Gomes M.V. 1997, “O consumo de cão, em contextos fenício-púnicos, no território português”, Estudos Orientais 6, p. 89-117. https://repositorioaberto.uab.pt/handle/10400.2/3708

Cardoso J.L. et alii 2016, Cardoso J.L. López Castro J.L., Ferjaoui A., Mederos Martín A., Martínez Hahnmüller V., Ben Jerbania I., “What the People of Utica (Tunisia) ate at a Banquet in the 9th Century BCE. Zooarchaeology of a North African Early Phoenician Settlement”, Journal of Archaeological Science: reports 8, p. 314-322. https://www.academia.edu/30385685

Carè B. 2012, “L’astragalo in tomba nel mondo greco : un indicatore infantile ? Vecchi problemi e nuove osservazioni a proposito di un aspetto del costume funerario”, dans A. Hermary, C. Dubois (éd.), L’enfant et la mort dans l’Antiquité. III. Le matériel associé aux tombes d’enfants, Aix en Provence (BIAMA 12), p. 403-416. https://www.academia.edu/2040582

Carenti G., Wilkens B. 2006, “La colonizzazione fenicia e punica e il suo influsso sulla fauna sarda”, Sardinia, Corsica et Baleares Antiquae 4, p. 173-186. https://www.academia.edu/614066

Cereijo Pecharromán M.A., Patón Domínguez D. 1989, “Estudio sobre la fauna de vertebrados recuperada en el yacimiento tartésico de la calle del Puerto 6”, Huelva Arqueológica 10-11, p. 215-244. https://dialnet.unirioja.es/servlet/articulo?codigo=2687041

Cereijo Pecharromán M.A., Patón Domínguez D. 1990, “Excavation arqueológica en el solar nº 29 de la calle Puerto de Huelva : informe sobre la fauna de vertebrados recuperada”, Huelva arqueológica 12, p. 79-106.

Ceuta 2010, J. Ramón Torres, J. Suárez Padilla, F. Villada Paredes (éd.), El asentamiento protohistórico de Ceuta, Ceuta. https://www.academia.edu/1520252

Chahoud I. 2015, « Reconstruire les pratiques alimentaires liées aux animaux dans les lieux de cultes Levantins au Bronze récent », dans Proceedings of the International Symposium Beirut 2012 « Cult and Ritual on the Levantine Coast and Its Impact on the Eastern Mediterranean Realm », Beirut (BAAL Hors-série 10), p. 5-32. https://www.academia.edu/9951762

Ciasca A. et alii 1996, Ciasca A., Di Salvo R., Castellino M., Di Patti C., “Saggio sugli incinerati del tofet di Mozia”, VO 10, p. 317-346.

Cintas P. 1950, Céramique punique, Paris (Publications de l’Institut des hautes Études de Tunis 3).

CIS, Corpus inscriptionum semiticarum. Pars prima, Inscriptiones phoenicias continens, Paris 1881-1962.

Clinton K. 2005, “Pigs in Greek Rituals”, dans R. Hägg, B. Alroth (éd.), Greek Sacrificial Ritual, Olympian and Chthonian : Proceedings of the Sixth International Seminar on Ancient Greek Cult (Göteborg University, 25-27 April 1997), Stockholm (Skrifter utgivna av Svenska institutet i Athen 18), p. 167-179.

Columeau P. 2000, « Sacrifice et viande dans les sanctuaires grecs et chypriotes (VIIe s. / Ier s. av. J.-C.) et l’apport de l’habitat de Kassopè », Pallas 52, p. 147-166.

Corrado A., Bonanno A., Vella N.C. 2002, “Bones and Bowls: A Preliminary Interpretation of the Faunal Remains from the Punic Levels in Area B, at the Temple of Tas-Silg”, dans S. Jones O’Day, A. Ervynk, W. van Neer (éd.), Behaviour behind Bones: The Zooarchaeology of Ritual, Status and Identity, Oxford, p. 47-53.

Courbin P. 1993, Fouilles de Bassit : tombes du Fer, Paris.

Cristofani M. 1985, Civiltà degli Etruschi (Firenze, Museo archeologico, 16 maggio-20 ottobre 1985), Milano.

D’Andrea B. 2014, I tofet del Nord Africa dall’età arcaica all’età romana (VIII sec. a.C.-II sec. d.C.). Studi archeologici, Pisa-Roma (CStudFen 45).

D’Andrea B. 2018a, Bambini nel limbo : dati e proposte interpretative sui tofet fenici e punici, Roma (CÉFR 552).

D’Andrea B. 2018b, « Le chien dans la religion et dans la vie quotidienne des communautés phéniciennes et puniques de la Méditerranée occidentale », MÉFRA 130.1, p. 185-217. https://journals.openedition.org/mefra/

D’Andrea B. 2018c, “I sacrifici animali nelle pratiche cultuali dei tofet e dei santuari di Saturno : dalla tradizione fenicia all’età romana”, dans V. Parisi (éd.), Il sacrificio. Forme rituali, linguaggi e strutture sociali. Atti del seminario (Roma, 27-29 maggio 2015), Roma (Scienze dell’Antichità 43.3), p. 79-94.

D’Andrea B. (à paraître), “Gli animali nelle stele votive puniche e di tradizione punica del Nord Africa (V sec. a.C.-IV sec. d.C.)”, dans V. Blanc-Bijon (éd.), Actes du XIe colloque international Histoire et Archéologie de l’Afrique du Nord (Marseille-Aix-en-Provence, 8-11 octobre 2014), Aix-en-Provence.

Dalix A.S., Vila E. 2004, « Alimentation et idéologie : la place du sanglier et du porc à l’Âge du Bronze sur la côte Levantine », Anthropozoologica 39.1, p. 219-236. http://sciencepress.mnhn.fr/sites/default/files/articles/pdf/az2004n1a14.pdf

Davis S. 2006, Faunal Remains from Alcáçova de Santarém, Lisboa (Trabalhos d’arqueologia, 43).

Davis S. 2007, Mammal and Bird Remains from the Iron Age and Roman Periods at Castro Marim, Lisboa (Trabalhos de CIPA 2007).

DCPP 1992, E. Lipiński (éd.), Dictionnaire de la civilisation phénicienne et punique, Turnhout.

De dioses y bestias 2008, E. Ferrer Albelda, J. Mazuelos Pérez, J.L. Escacena Carrasco (éd.), De dioses y bestias : Animales y religión en el Mundo Antiguo, Sevilla (Spal 11).

De Grossi Mazzorin J., Battafarano M. 2012, “I resti faunistici provenienti dagli scavi di Tas Silġ a Malta : testimonianze di pratiche rituali”, dans Atti archeozoologia 2012, p. 357-363. https://www.academia.edu/1474762

De Grossi Mazzorin J., Minniti C. 2012, “L’uso degli astragali nell’antichità tra ludo e divinazione”, dans Atti archeozoologia 2012, p. 213-220. https://www.academia.edu/1474756

De la domestication au tabou 2006, B. Lion, C. Michel (éd.), De la domestication au tabou. Le cas des suidés au Proche-Orient ancien, Paris (Travaux de la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès 1), p. 215-226.

Delattre A.L. 1900, « La nécropole punique voisine de la colline de Sainte-Monique à Carthage. Rapport semestriel (janvier-juin 1900) », CRAI 5, p. 488-511. https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1900_num_44_5_16622

Delattre A.L. 1901, Carthage, nécropole punique voisine de Sainte-Monique : second mois des fouilles, février 1899 (extrait du Cosmos), Paris.

Delattre A.L. 1906, La nécropole des rabs, prêtres et prêtresses de Carthage : troisième année des fouilles (extrait du Cosmos), Paris.

Delattre A.L. 1923, « Une cachette de figurines de Déméter et brûle-parfums votifs à Carthage », CRAI 67, p. 354-365. https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1923_num_67_5_74821

Demetra 2008, C.A. Di Stefano (éd.), Demetra : la divinità, i santuari, il culto, la leggenda. Atti del I congresso internazionale (Enna, 1-4 luglio 2004), Pisa-Roma (Biblioteca di Sicilia Antiqua 2).

De Simone R. 1999, “Riflessioni sull’onomastica punica”, dans Sicilia epigraphica. Atti del convegno internazionale (Erice 15-18 ottobre 1998), Pisa (ASNP Quaderni 7-8), p. 205-219. https://www.academia.edu/11004551

Detry C., Cardoso J.L., Bugalhão J. 2016, “A alimentação em Lisboa no decurso da Idade do Ferro : resultados das escavações realizadas no núcleo arqueológico da Rua dos Correeiros”, Spal 25, p. 67-82. https://repositorioaberto.uab.pt/handle/10400.2/5110

Di Stefano C.A. 1993, Lilibeo punica, Marsala.

Docter R. et alii 2003, Docter R., Chelbi F., Telmini B.M., Koens H., Schmidt K., Van Neer W., Bechtold B., “Carthage Bir Massouda : Preliminary Report on the First Bilateral Excavations of Ghent University and the Institut National du Patrimoine (2002-2003)”, BABesh 78, p. 43-70. https://www.academia.edu/27222058

Docter R. et alii 2005, Docter R., Niemeyer H.G., Nijboer A.J., Van der Plicht J., “Radiocarbon Dates of Animal Bones in the Earliest Levels of Carthage”, dans G. Bartoloni, F. Delpino (éd.), Oriente e Occidente: metodi e discipline a confronto. Riflessioni sulla cronologia dell’età del Ferro italiana, Atti dell’incontro di studio, Roma, 30-31 ottobre 2003, Pisa-Roma, (Mediterranea 1), p. 557-577. https://www.academia.edu/524260

Estaca Gómez V. et alii 2015, Estaca Gómez V., Yravedra Sainz de los Terreros J., Gener Basallote J.M., de los Ángeles Navarro García M., Pajuelo Sáez J.M., Torres Ortiz M., “Zooarqueología de los macrovertebrados del yacimiento fenicio del Teatro Cómico (Cádiz)”, Spal 24, p. 55-76. https://idus.us.es/xmlui/handle/11441/34359

Fantar M.H. 2008, « Le culte de Déméter et ses incidences à Carthage », dans Demetra 2008, p. 243-246.

Fantar M. 2008, « Expressions de l’au-delà dans l’univers phénico-punique », dans F. Bejaoui (éd.), Actes du Ve colloque international sur l’histoire des steppes tunisiennes (Sbeïtla, session 2006), Tunis, p. 37-47.

Farello P. 2000, “Reperti faunistici punici da Tharros”, dans Atti del 2o convegno nazionale di archeozoologia, Forlì, p. 293-300.

Fedele F. 1979, “Tharros, V. Antropologia e paleoecologia di Tharros. Ricerche sul tofet (1978) e prima campagna territoriale nel Sinis”, RStudFen 7, p. 67-112.

Fora M. 1991, “Le Macomades d’Africa : rassegna delle fonti letterarie”, dans A. Mastino (éd.), L’Africa romana : atti dell’VIII convegno di studio (14-16 dicembre 1990, Cagliari), Sassari, (Collana del Dip. di Storia dell’Università degli Studi di Sassari 18), p. 221-228.

Franco C. 2008, “Cani e porci. Temi etnozoologici dal mondo antico”, dans C. Franco (éd.), Gli animali e i loro uomini, Siena, p. 45-51. https://www.academia.edu/4113290

Frost H. et alii 1981, Lilybaeum, Roma (NSA suppl. 30).

Gaillard L. 1942, « Réservoir à amphores et sépultures puniques de Carthage », BCTH (1938-1940), p. 327-333. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65660213

Garbati G. 2003, “Sul culto di Demetra nella Sardegna punica”, dans G. Regalzi, C. Peri (éd.), Mutuare, interpretare, tradurre : storie di culture a confronto. Atti del II Incontro Orientalisti (Roma, 11-13 dicembre 2002), Roma (Studi Semitici 21), p. 127-143. https://www.academia.edu/1543231

Garbati G. 2016, “La dea “sfuggente”. (Ancora) su Demetra in Sardegna alla luce di alcune ricerche recenti”, Byrsa 25/26-27/28, p. 81-113. https://www.academia.edu/30174465

Gardeisen A., Garcia Petit L., Piquès G. 2015, « Synthèse sur le mobilier archéologique d’origine animale », dans A. Caubet, S. Fourrier (éd.), Kition-Bamboula VI, Lyon (Travaux de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée 67), p. 359-375.

Garrido Roiz J.P., Orta García E.M. 2004, “Nuevas investigaciones en la necrópolis orientalizante de Huelva”, dans A. GonzÁlez Prats (éd.), El mundo funerario. Actas del III seminario internacional sobre temas fenicios (Guardamar del Segura, mayo de 2002), Alicante, p. 409-424.

Gauckler P. 1915, Nécropoles puniques de Carthage, deuxième partie, Paris.

Ghaki M. 1992-1993, « Les stèles d’El Ghzaizya », REPPAL 7-8, p. 165-177.

Gomes M.V., Tavares da Silva C. 1994, « Garvão. Un sanctuaire protohistorique du sud du Portugal », Les dossiers de l’Archéologie 198, p. 34-39.

Grigson G. 2015, “The Fauna of Tell Nebi Mend (Syria) in the Bronze and Iron Age, a Diachronic Overview. Part 1 : Stability and Change, Animal Husbandry”, Levant 47, p. 5-29.

Guirguis M. 2010, Necropoli fenicia e punica di Monte Sirai : indagini archeologiche 2005-2007, Ortacesus, (Studi di storia antica e di archeologia 7).

Hesse B., Wapnish P. 1998, “Pig Use and Abuse in the Ancient Levant: Ethnoreligious Boundary-Building with Swine”, dans S.M. Nelson (éd.), Ancestors for the Pigs: Pigs in Prehistory, Philadelphia (MASCA Research papers in science and archaeology 15), p. 123-135.

Iborra Eres M.P. 2001, “Gestión de recursos y economía. Estudio faunístico”, dans C. Aranegui Gascó (éd.), Lixus. Colonia fenicia y ciudad púnico-mauritana, Rabat-Valencia (Saguntum extra 4), p. 200-204. https://ojs.uv.es/index.php/saguntumextra/article/view/10404/9845

Iborra Eres M.P. 2005a, “El material faunístico”, dans C. Aranegui Gascó, M. Habibi (éd.), Lixus 2. Ladera Sur, Valencia (Saguntum extra 6), p. 229-239. https://ojs.uv.es/index.php/saguntumextra/article/view/9409/8864

Iborra Eres M.P. 2005b, “Estudio arqueofaunístico de una comunidad púnicoebusitana asentada en Mallorca. II. La fauna doméstica y la caza”, Mayurqa 30, p. 657-692. https://www.raco.cat/index.php/mayurqa/article/viewFile/122751/169904

Iborra Eres M.P. 2010, “Los restos faunísticos”, dans C. Aranegui Gascó, H. Hassini (éd.), Lixus 3. Area suroeste del sector monumental, Valencia (Saguntum extra 8), p. 65-68. https://dialnet.unirioja.es/ejemplar/243322

ILAfr, Cagnat R., Merlin A., Chatelain I., Inscriptions latines d’Afrique (Tripolitaine, Tunisie, Maroc), Paris 1923.

Jordà G.P. et alii 2010, Jordà G.P., Morales Pérez J.V., Marlasca Martín R., Gómez Bellard C., Van Dommelen P., “La alimentación en una granja púnica de Cerdeña”, dans C. Mata et alii (éd.), De la cuina a la taula : IV reunió d’economia en el Primer Millenni AC, Valencia (Saguntum extra 9), p. 295-302. https://ojs.uv.es/index.php/saguntumextra/article/viewFile/1497/871

KAI, Donner H., Rölling W., Kanaanäische und Aramäische Inschriften, Wiesbaden, 1962-2002.

Kleijwegt M. 1994, “Beans, Baths and the Barber ... A Sacred Law from Thuburbo Maius”, AntAfr 30, p. 209-220. https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1994_num_30_1_1226

Kolska Horwitz et alii 2017, Kolska Horwitz L., Gardeisen A., Hitchcock L.A., Maeir A.M., “A Brief Contribution to the Iron Age Philistine Pig Debate”, dans J. Lev-Tov, P. Wapnish, A. Gilbert (éd.), The Wide Lens in Archaeology. Honoring Brian Hesse’s, Contributions to Anthropological Archaeology, Atlanta, p. 119-138. https://www.academia.edu/35319039

Kothon 2012, L. Nigro, F. Spagnoli F. (éd.), Alle sorgenti del Kothon. Il rito a Mozia nell’area sacra di BaalAddir, Poseidon. Lo scavo dei pozzi sacri nel Settore C Sud-Ovest, Roma (Quaderni di archeologia fenicio-punica/CM 2). https://www.academia.edu/1819089

Lafon C. 2011, « Le porc dans les rites de Déméter », dans F. Quantin (éd.), Archéologie des religions antiques : contributions à l’étude des sanctuaires et de la piété en Méditerranée (Grèce, Italie, Sicile, Espagne), Pau (Archaia 1), p. 77-86.

Lavigerie 1900, Berger P., Musée Lavigerie de Saint-Louis de Carthage, Paris.

Leach E. 1969, “Anthropological Aspects of Language : Animal Categories and Verbal Abuse”, dans E.H. Lenneberg (éd.), New Directions in the Study of Language, Cambridge, p. 23-63.

Levine M.A. 1994, “The Analysis of Mammal and Bird Remains”, dans H.R. Hurst (éd.), Excavations at Carthage : The British Mission, II.1. The Circular Harbour, North Side : The Site and Finds Other than Pottery, Oxford, p. 314-319.

Lipiński E. 1995, Dieux et déesses de l’univers phénicien et punique, Louvain (Studia Phoenicia 14).

López Castro J.L. et alii 2016, López Castro J.L., Ferjaoui A., Ben Jerbania I., Martínez Hahnmüller V., Pardo Barrionuevo C.A., Sánchez Moreno A., Jendoubi K., Mokrani Y., Niveau de Villedary y Mariñas A.M., Ferrer Albelda E., “Proyecto Utica. Excavaciones en la ciudad fenicio-púnica. Campaña de 2015”, Informes y trabajos 14, p. 116-130. https://idus.us.es/xmlui/bitstream/handle/11441/72892/15299.pdf?sequence=1

López Pardo F. 2015, “Humanos en la mesa de los dioses : la escatológica fenicia y los frisos de Pozo Moro”, Gerión 33, p. 157-192. https://dialnet.unirioja.es/servlet/articulo?codigo=5164399

Manconi F. 1990, “Olbia. Un’area sacra sotto Corso Umberto n. 138. I resti faunistici”, dans L’Africa romana VII 1990, p. 503-510. http://eprints.uniss.it/3229/

Manfredi L.I. 1997, Monete puniche : repertorio epigrafico e numismatico delle legende puniche, Roma (BNum Monogr. 6, 1995).

Marín Ceballos M.C. et alii 2015, Marín Ceballos M.C., Jiménez Flores A.M., Deamos M.B., Fernández J.H., Horn F., Mezquida A., « Les terres cuites de la grotte d’Es Culleram (Ibiza, Espagne) : iconographie et fonction », dans S. Huysecom-Haxhi, A. Muller (éd.), Figurines grecques en contexte : présence muette dans le sanctuaire, la tombe et la maison, Villeneuve d’Ascq, p. 198-217. https://www.academia.edu/23723215

Markoe G. 1985, Phoenician Bronzes and Silver Bowls from Cyprus and the Mediterranean, Berkley-Los Angeles-London (University of California classical studies 26).

Martini D. 2004, Amuleti punici di Sardegna : la collezione Lai di Sant’Antioco, Roma.

Miniconi P., Devallet G. 1979, Silius Italicus. La guerre punique, livres I-IV, Paris (Collection des Universités de France).

Monte Sirai 2000, P. Bartoloni, La necropoli di Monte Sirai, Roma (CStudFen 41). https://www.academia.edu/10224529

Morales A. et alii 1994, Morales A., Cereijo Pecharromán M.A., Brannstom P., Liesau C., “The Mammals”, dans A. Morales, C. Roselló (éd.), Castillo de Doña Blanca. Archaeo-Environmental Investigations in the Bay of Cádiz, Oxford (BAR International Series 593), p. 37-69.

Morales Muñiz A. et alii 1994, Morales Muñiz A., Serrano Endolz L., Angeles de la Torre Ruiz M., Rosello Izquierdo E., Moreno Nuño R., “Analisis de la fauna de mamíferos del yacimiento tartéssico de la calle del Puerto nº 10”, dans J.P. Garrido, E.M. Orta (éd.), El hábitat antiguo de Huelva, periodos orientalizante y arcaico : la primera excavación arqueológica en la Calle del Puerto, Madrid, p. 265-320.

Morales Pérez J.V. 2003, “Estudio de la fauna de la cueva-santuario púnica de Es Culleram”, Saguntum 35, p. 113-122. https://dialnet.unirioja.es/servlet/articulo?codigo=785964

Morales Pérez J.V. 2008, “Zooarqueología en un contexto ritual : posibilidades de estudio y ejemplos de aplicación en el Mediterráneo”, dans De dioses y bestias, p. 13-32. https://www.academia.edu/3112599

Mouton A. 2006, « Le porc dans les textes religieux hittites », dans De la domestication au tabou, p. 255-264. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00359817

Mozia 2005, L. Nigro (éd.), Mozia XI, Il Tempio del Kothon, Roma (Quaderni di archeologia fenicio-punica 2). https://www.academia.edu/1098053

Nigro L. 2009, “Offerte e depositi votivi nel Santuario C3 del Kothon di Mozia nel IV secolo a.C.”, dans S. Fortunelli, C. Masseria (éd.), Ceramica attica da santuari della Grecia, della Ionia e dell’Italia (Perugia 14-17 marzo 2007), Perugia, p. 703-720. https://www.academia.edu/1100543

Niveau de Villedary A.M. 2001, “Pozos púnicos en la necrópolis de Cádiz : Evidencias de prácticas rituales funerarias”, RStudFen 29, p. 183-230. http://rodin.uca.es/xmlui/bitstream/handle/10498/16049/RSF_2001_Niveau-libre.pdf

Niveau de Villedary A.M. 2008, “¿Compañero en la muerte o guía hacia el más allá ? El perro en la liturgia funeraria púnica”, dans De dioses y bestias 2008, p. 97-141. https://www.academia.edu/16486006

Nobis G. 1999, „Die Tierreste von Karthago“, dans F. Rakob (éd.), Die Deutschen Ausgrabungen in Karthago III, Mainz (Karthago 3), p. 574-632.

Nobis G. 2000, „Tierreste aus dem phönizischen Kition“, dans P. von Åström, D. Sürenhagen (éd.), Periplus. Festschrift für Hans-Günter Buchholz zu seinem achtzigsten Geburtstag am 24. Dezember 1999, Jonsered (Studies in Mediterranean Archaeology 127), p. 121-134.

Oxford 2011, T. Insoll (éd.), Oxford Handbook of the Archaeology of Ritual and Religion, Oxford.

Pappa E. 2015, “Representations of Western Phoenician Eschatology : Funerary Art, Ritual and the Belief in an After-Life”, dans Z. Theodoropoulou-Polychroniadis, R.D.G. Evely, M. Egon (éd.), Aegis : Essays in Mediterranean Archaeology Presented to M. Egon by the Scholars of the Greek Archaeological Committee UK, Oxford, p. 117-130.

Parayre D. 2000, « Les suidés dans le monde syro-mésopotamien aux époques historiques », dans D. Parayre (éd.), Les animaux et les hommes dans le monde syro-mésopotamien aux époques historiques, Lyon (Topoi suppl. 2), p. 141-206.

Pardo Barrionuevo C.A. 2015, Economía y sociedad rural fenicia en el Mediterráneo occidental, Sevilla (Historia y geografía 280).

Perdigones Moreno L., Muñoz Vicente A., Pisano G. 1990, La necrópolis fenicio-púnica de Cádiz : siglos VI-IV a. de C., Roma (Studia Punica 7).

Perdigones Moreno L., Muñoz Vicente A. 1987, “Excavaciones de urgencia en un solar de la plaza Asdrúbal (Cádiz) en 1985”, Anuario Arqueológico de Andalucía 3, p. 58-62.

Perra C. 2016, “L’età del Ferro del Nuraghe Sirai”, Layers 1, p. 229-253. https://www.academia.edu/31629324

Picard C. 1966, Sacra Punica. Étude sur les masques et rasoirs de Carthage, Paris (= Karthago 13).

Picard C. 1982-1983, « Déméter et Koré à Carthage. Problèmes d’iconographie », Kokalos 28, p. 187-194.

Portillo M., Valenzuela S., Albert R.M. 2012, “Domestic Patterns in the Numidian Site of Althiburos (Northern Tunisia) : The Results from a Combined Study of Animal Bones, Dung and Plant Remains”, Quaternary International 275, p. 84-96. https://www.academia.edu/1921689

Poulain T. 1982, « Analyses ostéologiques et malacologiques », dans S. Lancel, J.-P. Morel, J.-P. Thuillier (éd.), Byrsa II, Rome (CÉFR 41), p. 385-388.

Prescendi F. 2007, Décrire et comprendre le sacrifice. Les réflexions des Romains sur leur propre religion à partir de la littérature antiquaire, Stuttgart (Potsdamer altertumswissenschaftliche Beiträge 19).

Pritchard J.B. 1975, Sarepta: A Preliminary Report on the Iron Age. Excavations of the University Museum of the University of Pennsylvania, 1970-72, Philadelphia.

Quinn J.C. 2017, In Search of the Phoenicians, Princeton.

Raban-Gerstel N. et alii 2008, Raban-Gerstel N., Zohar I., Bar-Oz I., Sharon I., Gilboa A., “Early Iron Age Dor (Israel): A Faunal Perspective”, BASOR 349, p. 25-59. https://www.academia.edu/2385793

Rakham J. 1996, “Bey 006. Animal Bones and Site 1 Microsample-Preliminary Report”, BAAL 1, p. 224-227.

Rakob F. 1995, „Forschungen im Stadtzentrum von Karthago. Zweiter Vorbericht“, MDAI(R) 102, p. 413-461.

Rakob F. 1998, “Cartago. La topografía de la ciudad púnica. Nuevas investigaciones”, dans M. Vegas (éd.), Cartago fenicio-púnica. Las excavaciones alemanas en Cartago 1975-1997, Barcelona, p. 15-35.

Rallo A. 1982-1983, “L’abitato di Selinunte. Il quartiere punico e la sua necropoli”, Kokalos 28, p. 169-174.

Redissi T. 1997, « Les objets de toilette égyptiens et égyptisants du mobilier funéraire de Carthage », MDAI(R) 104, p. 359-369. https://www.academia.edu/22676646

Redissi T., Tillot M. 1995, « Étude des scarabées et scaraboïdes de Kerkouane », REPPAL 9, p. 115-173. https://www.academia.edu/11781294

Ribichini S. 2004, “Sui riti funerari fenici e punici. Tra Archeologia e Storia delle religioni”, dans A. Gónzalez Prats (éd.), El mundo funerario. Actas del III seminario internacional sobre temas fenicios (Guardamar del Segura, mayo de 2002), Alicante, p. 43-76. https://www.academia.edu/1215921

Ribichini S. 2008, “L’arrivo della dea. A Roma e a Cartagine”, dans Demetra 2008, p. 235-241.

Riis P.J. 1970, Sūkās I. The North-East Sanctuary and the First Settling of Greeks in Syria and Palestine, København (Publications of the Carlsberg Expedition to Phoenicia 1).

Roques D. 1990, Hérodien, Histoire des Empereurs romains : de Marc-Aurèle à Gordien III (180 ap. J.-C.- 238 ap. J.-C.), Paris.

Sacrifices 2008, W. Van Andringa (éd.), Sacrifices, marché de la viande et pratiques alimentaires dans les cités du monde romain, Turnhout (Food & History 5.1). https://www.academia.edu/4281046

Sagona C. 2002, The Archaeology of Punic Malta, Leuven (Ancient Near Eastern Studies 9).

Saña M. 1994, “Análisis zooarqueológico del Pozo HX-1”, dans J. Ramon (éd.), El pozo púnico del « Hort d’En Xim » (Eivissa), Ibiza (Trabajos del museo arqueológico de Ibiza 32), p. 71-81.

Sapir-Hen L., Meiri M., Finkelstein I. 2015, “Iron Age Pigs: New Evidence on Their Origin and Role in Forming Identity Boundaries”, Radiocarbon 57.2, p. 307-315. https://journals.uair.arizona.edu/index.php/radiocarbon/article/view/18564

Scheid J. 2000, « Pour une archéologie du rite », Annales (HSS) 55.3, p. 615-622.

Slopsma J., van Wijngaarden-Bakker L., Maliepaard R. 2009, “Animal Remains from the Bir Massouda Excavations 2000/2001 and Other Carthaginian Settlement Contexts”, Carthage studies 3, p. 21-64.

Soergel E. 1968, „Die Tierknochen aus der altpunischen Faktorei von Toscanos“, MDAI(M) 9, p. 111-115.

Sorrentino C., “Il materiale osteologico”, dans C. Tronchetti (éd.), Lo scavo di via Brenta a Cagliari, Cagliari (Quaderni SACaOr suppl. 9), p. 158-169.

Sorrentino C. 2009, “Il materiale osteologico animale”, dans J. Bonetto, G. Falezza, A.R. Ghiotto (éd.), Nora. Il foro romano : i materiali romani e gli altri reperti, II.2, Padova, p. 891-903.

Spagnoli F. 2013, “Demetra a Mozia : evidenze dall’area sacra del Kothon nel V secolo a.C.”, VO 17, p. 153-164. http://www.lasapienzatojericho.it/SitoRivista/Publicazioni/VO%20XVII/Vicino%20Oriente%20XVII_Contenuti%20Sito/PDF_Autori/VO_XVII_153-164_Spagnoli.pdf

Tharros 1987, R.D. Barnett, C. Mendleson (éd.), Tharros: A Catalogue of Material in the British Museum from Phoenician and Other Tombs at Tharros, Sardinia, London.

TLE, Pallottino M., Testimonia Linguae Etruscae, Firenze 1976.

Transformations and Crisis 2015, G. Garbati, T. Pedrazzi (éd.), Transformations and Crisis in the Mediterranean. “Identity” and Interculturality in the Levant and Phoenician West During the 12th-8th Centuries BCE, Roma (RStudFen suppl. 42).

Transformations and Crisis 2016, G. Garbati, T. Pedrazzi (éd.), Transformations and Crisis in the Mediterranean. “Identity” and Interculturality in the Levant and Phoenician West During the 8th-5th Centuries BCE, Roma (RStudFen suppl. 44).

Tyre 2014, M.E. Aubet, F.J. Núñez, L. Trellisó (éd.), The Phoenician Cemetery of Tyre-Al Bass, II, Beirut (BAAL 9 Hors-série), 2014.

Uerpmann H.P., Uerpmann M. 1973, „Tierknochenfunde aus der phönizischen Faktorei von Toscanos und anderen phönizisch beeinflussten Fundorten der Provinz Málaga in Südspanien“, Studien über frühe Tierknochenfunde der Iberischen Halbinsel 4, p. 35-100.

van Dommelen P., López-Bertran M. 2013, “Hellenism as Subaltern Practice : Rural Cults in the Punic world”, dans J.R.W. Prag, J.C. Quinn (éd.), The Hellenistic West. Rethinking the Ancient Mediterranean, New York, p. 273-299.

van Wijngaarden-Bakker L.H. 2007, “The Animal Remains from Carthage, Campaign 1993, dans H. Niemeyer, R. Docter, K. Schmidt (éd.), Karthago. Die Ergebnisse der Hamburger Grabung unter dem Decumanus Maximus, Mainz, p. 841-848.

Vercoutter J. 1945, Les objets égyptiens et égyptisants du mobilier funéraire carthaginois, Paris (Bibliothèque archéologique et historique 40).

Vila E. 2006, « Les restes de suidés, un marqueur archéologique au Levant ? », dans De la domestication au tabou 2006, p. 215-226.

Vila E. 2008, « L’économie alimentaire carnée et le monde animal à Ras Shamra », dans Y. Calvet, M. Yon (éd.), Ougarit au Bronze Moyen et au Bronze Récent : actes du colloque international tenu à Lyon en novembre 2001, Lyon (Travaux de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée 47), p. 169-179. https://www.persee.fr/doc/mom_1955-4982_2008_act_47_1_2527

Vila E., Gourichon L. 2007, « Apport de l’étude de la faune mammalienne et de l’avifaune à la réflexion sur l’environnement de Qatna à l’Age du Bronze et à l’Age du Fer », dans D.M. Bonaccossi (éd.), Urban and Natural Landscapes of an Ancient Syrian Capital. Settlement and Environment at Tell Mishrifeh/Qatna and in Central-Western Syria (Udine, 9-11 dicembre 2004), Udine (Studi Archeologici su Qatna 1), p. 161-168. https://www.academia.edu/22888340

Volokhine J. 2014, Le porc en Égypte ancienne : mythes et histoire à l’origine des interdits alimentaires, Liège (Collection religions 3).

Xella P. 1969, “Sull’introduzione del culto di Demetra e Kore a Cartagine”, SMSR 40, p. 215-228.

Xella P. 2013, P. Xella (éd.), The Tophet in the Phoenician Mediterranean, Verona (Studi epigrafici e linguistici sul Vicino Oriente antico 29-30, 2012-2013).

Xella P. 2014, “« Origini » e « identità ». Riflessioni sul caso dei Fenici”, MEFRA 126.2. http://journals.openedition.org/mefra/2278

Watson W.G.E. 2007, “Additional Names for Animals in the Ugaritic Texts”, Historiae 4, p. 93-116. https://www.researchgate.net/publication/28201130

Weinstock J. 1995, “Some Bone Remains from Carthago, 1991 Excavation Season”, dans H. Buitenhuis, H.P. Uerpmann (éd.) Archaeozoology of the Near East: Proceedings of the 2nd International Symposium on the Archaeozoology of Southwestern Asia and Adjacent Areas, Leiden, p. 113-118.

Wilkens B. 2000, “Rapporto preliminare sui resti faunistici”, dans S. Mazzoni (éd.), Tell Afis (Siria) 1999, Pisa (EVO 22-23), p. 43-46. https://www.jstor.org/stable/pdf/24233445.pdf

Wilkens B. 2006, “Resti rituali dal santuario”, dans E. Acquaro, B. Cerasetti (éd.), Pantelleria punica, Bologna, p. 259-275.

Yazidi S.Z. 2009, Le bestiaire dans l’imaginaire des Puniques, Tunis.

Haut de page

Notes

1 Pour la définition du « monde » phénico-punique et le cadre géographique et chronologique : D’Andrea 2018b, p. 187. Un débat est en cours sur les dynamiques culturelles et identitaires des Phéniciens : Bonnet 2014, p. 13-26 (avec l’accent mis sur la religion) ; Xella 2014 ; Transformations and Crisis 2015 et 2016 ; Quinn 2017. Dans cet article, le terme punique est utilisé pour désigner les Phéniciens de la Méditerranée occidentale à partir des vie-ve s. av. J.-C., lorsque Carthage commence à s’imposer aux autres « colonies » phéniciennes d’Occident.

2 D’Andrea 2018b.

3 Par ex. Parayre 2000 (Proche-Orient ancien) ; Franco 2008 (monde gréco-romain).

4 Voir les textes cités dans Parayre 2000, p. 168-179 ; Franco 2008.

5 Campanella, Zamora 2010.

6 Par ex. Lipiński 1995, p. 489-490.

7 Campanella, Zamora 2010, p. 48-49.

8 Sauf indication contraire explicite, toutes les datations données par la suite sont antérieures à notre ère.

9 Frost et alii 1981, p. 53-58.

10 Le cochon aurait été utilisé comme une boussole pour trouver la direction de la terre, comme une sirène acoustique pendant la navigation nocturne ou, encore, comme une sorte de baromètre pour prévoir l’arrivée prochaine d’une tempête. Voir http://spazioinwind.libero.it/marsala/navepunica4.htm

11 Hdn., V, 6, 9 : « ἐκπώματά τε χρυσᾶ καὶ ἀργυρᾶ ἐσθῆτάς τε καὶ ὀθόνας παντοδαπάς, ζῷά τε πάντα, ὅσα ἥμερα, πλὴν χοίρων τούτων γὰρ ἀπείχετο Φοινίκων νόμῳ » (traduction : Roques 1990, p. 147).

12 Porph., Abst., I, 14, 3-4 : « oὐδὲ γάρ ἐστι χρήσιμον πρὸς ἄλλο τι ὗς ἢ πρὸς βρῶσιν. Φοίνικες δὲ καὶ Ἰουδαῖοι ἀπέσχοντο, ὅτι οὐδ´ ὅλως ἐν τοῖς τόποις ἐφύετο … οὕτως οὐδ´ ἐν Κύπρῳ ἢ Φοινίκῃ θεοῖς προσήχθη τὸ ζῷον τοῦτο, παρ´ ὅσον οὐκ ἦν ἐντόπιον· οὐδὲ Αἰγύπτιοι θεοῖς θύουσιν ὗν παρὰ τὴν αὐτὴν αἰτίαν. Τὸ δ´ ὅλως ἀπέχεσθαι τοῦ ζῴου τινὰς ὅμοιόν ἐστιν τῷ μηδ´ ἂν ἡμᾶς ἐθελῆσαι καμήλεια ἐσθίειν » (traduction : Bouffartigue 1977, p. 54).

13 Lv, 11, 7.

14 Coran, 2, 173.

15 Volokhine 2014.

16 Voir, pour citer seulement quelques travaux sur ce thème : Hesse, Wapnish 1998 ; Vila 2006, p. 215-226 ; Sapir-Hen, Meiri, Finkelstein 2015 ; Kolska Horwitz et alii 2017.

17 Sapir-Hen, Meiri, Finkelstein 2015, p. 310. Il faut préciser, au sujet de ces études archéozoologiques et de la plupart de celles qui seront utilisées dans cette contribution, que les pourcentages sont souvent calculés à partir du nombre de restes déterminés (NRD) et non, comme pourrait l’envisager, à partir du nombre minimal d’individus (NMI). En outre, le statut sauvage ou domestique des suidés reste souvent indéterminé.

18 L’origine de cet interdit pourrait être liée à l’époque postexilique, où il serait devenu un élément de distinction entre les Judéens revenant de Babylone et les communautés qui occupaient la région palestinienne, d’une part, et les Israélites du royaume du Nord de l’autre. Un désintérêt alimentaire et rituel se serait ainsi transformé en interdit religieux : Sapir-Hen, Meiri, Finkelstein 2015, p. 311-313.

19 Dalix, Vila 2004.

20 Dalix, Vila 2004 ; Vila 2008.

21 Campanella, Zamora 2010, p. 50-51. Cf. Watson 2007.

22 Dalix, Vila 2004, p. 226-229.

23 Hesse, Wapnish 1998. Cf. Vila 2006. Pour un aperçu général des interprétations proposées pour expliquer l’interdit du cochon en Islam et dans le judaïsme : Benkheira 2006, p. 233-244.

24 En effet, les sous-produits des suidés sont peu nombreux : la peau, la graisse, les soies et l’ivoire des canines. En revanche, grâce à la facilité de son élevage et à son important rendement en viande, le cochon joue souvent un rôle central dans les systèmes économiques de village.

25 Kolska Horwitz et alii 2017, p. 97-103.

26 Pour certains établissements, comme Althiburos, Castro Marim, Ceuta, Huelva, Lisbonne et Nuraghe Sirai, l’attribution d’une étiquette ethno-culturelle phénicienne/punique (plutôt qu’indigène) reste problématique. Pour une étude d’ensemble des données archéozoologiques phénico-puniques : Pardo Barrionuevo 2015.

27 Ceuta 2010 ; Perra 2016.

28 Par ex. Carenti, Wilkens 2006 ; Estaca Gómez et alii 2015.

29 Il s’agit d’une véritable « machine à viande » : Parayre 2000, p. 143.

30 Campanella, Zamora 2010, p. 55.

31 Par ex. le chien et la souris : De Simone 1999, p. 209-210 ; D’Andrea 2018b, p. 188.

32 CIS 165, 167 = KAI 69, 74 ; CIS 3915-3917. Cf. Lipiński 1995, p. 466-474 ; Bonnet 2014, p. 174-177 ; D’Andrea 2018a, p. 29, note 160 ; 2018b. L’inscription la plus complète, le « tarif de Marseille » (CIS 165 = KAI 69), était à l’origine exposée dans le temple carthaginois de Baal Saphon.

33 Sil., 3, 21-23 : « Tum, quis fas et honos adyti penetralia nosse, femineos prohibent gressus ac limine curant saetigeros arcere sues » (traduction : Miniconi, Devallet 1979, p. 71).

34 Cf. DS, V, 20 ; Str., III, 5, 5 ; Mela, III, 46 ; Plin., nat. 19, 4.

35 « Iussu domini Aesculapi(i) L(ucius) Numisius L(ucii) f(ilius) Vitalis podium de suo fecit. Quisq(uis) intra podium adscendere volet a muliere, a suilla, a faba, a tonsore, a balineo commune custodiat triduo. Cancellos calciatus intrare nolito ».

36 Par ex. Lipiński 1995, p. 489-490. L’auteur cite d’autres interdits culturels relatifs au cochon provenant du monde grec (Délos) et du Levant (Baalbek).

37 Par ex. Kleijwegt 1994.

38 D’Andrea 2018b, p. 199.

39 Chahoud 2015.

40 Des restes de suidés faisaient partie de l’assemblage faunique du temple G de Tell Sukas (viie-vie s. ; Riis 1970), dont l’attribution phénicienne reste incertaine. Cet assemblage n’a toutefois jamais fait l’objet d’analyses archéozoologiques.

41 Gardeisen, Garcia Petit, Piquès 2015. On peut citer également le temple de Kition-Kathari (ixe-ive s.) : seul un reste de cochon a été identifié dans un assemblage faunique composé par 1325 RD : Nobis 2000.

42 Cf. Columeau 2000 ; Gardeisen, Garcia Petit, Piquès 2015, p. 366.

43 Corrado, Bonanno, Vella 2002 ; De Grossi Mazzorin, Battafarano 2012. Ce sanctuaire, fréquenté à partir du Néolithique, était dédié à l’époque phénico-punique à l’Astarté de Malte. L’absence de restes de suidés a été récemment confirmée pour des assemblages fauniques d’époque punique encore inédits : communication de J. De Grossi Mazzorin dans le cadre du séminaire « Animaux, religions et sociétés » (École française de Rome, 15 février 2018).

44 Wilkens 2006. Ce sanctuaire était fréquenté de l’époque punique à l’époque romaine (vie-ier s.).

45 Xella 2013 ; Bonnet 2014, p. 178-187 ; D’Andrea 2014 ; 2018a.

46 Dans les sanctuaires d’époques phénicienne et punique (viiie-iie s.), les urnes analysées sont 8-900 à Carthage, plus de 750 à Motyé, 372 à Tharros, plus de 200 à Sousse et 88 à Sulky. Dans les sanctuaires d’époques punique tardive et romaine (iiie s. av.-iie s. apr. J.-C.), plus de 200 à Hr el-Hami, 150 environ à Sabratha et quelques dizaines à Volubilis : D’Andrea 2018c.

47 Ciasca et alii 1996, p. 328-329. Quelques restes de suidés (porcs et sangliers) ont également été identifiés dans les niveaux de fréquentation du tophet de Tharros : Fedele 1979.

48 Cardoso 2000.

49 Ces fouilles ont été pratiquées entre la fin des années 1980 et le début des années 1990 par une mission de l’Institut archéologique allemand dirigée par F. Rakob (par ex. 1995 ; 1998, p. 28-34).

50 Rakob 1995, p. 433-434 ; 1998, p. 30.

51 Mozia 2005 ; Kothon 2012.

52 Ces dépôts caractérisaient en particulier le sanctuaire C3, daté du ive s. et postérieur à la destruction du temple C2 perpétrée par Denys l’Ancien en 397/396. Cf. Mozia 2005 ; Nigro 2009 ; Kothon 2012.

53 Par ex. Mozia 2005, p. 65-66 (D.649 et D.987) ; p. 73 (D.695) ; p. 83 (D.971). Cf. Nigro 2009.

54 Voir, en plus des exemples cités dans cette page : Mozia 2005, p. 75 (D.696). Plusieurs restes de suidés, apparemment associés à des pratiques sacrificielles, font partie de l’assemblage faunique du sanctuaire C7, qui se trouve lui aussi dans le complexe religieux du « Kothon ». Son étude s’inscrit dans le projet « Animaux dans des contextes phénico-puniques de Méditerranée centrale », soutenu par le LabEx ARCHIMEDE et codirigé par A. Gardeisen (UMR 5140, Montpellier) et par moi-même. Je remercie L. Nigro, directeur de la Missione archeologica a Mozia, de nous avoir confié cette étude.

55 Kothon 2012, p. 34-48 (L. Nigro et F. Spagnoli) ; Spagnoli 2013, p. 154.

56 Kothon 2012, p. 49 (F. Alhaique).

57 Kothon 2012, p. 8-33.

58 Cette inscription est dédiée à Belios, qui serait l’interpretatio graeca de Baal : Kothon 2012, p. 13-15 (F. Guizzi).

59 Voir, en plus de la bibliographie citée dans les notes précédentes : Spagnoli 2013.

60 Brouquier-Reddé et alii 2010. Ces pourcentages sont proches de ceux que l’on retrouve aux mêmes époques dans le site de Lixus (tabl. 3-4).

61 DS, XIV, 77, 4-5.

62 Plusieurs études ont été consacrées à l’introduction du culte de Déméter et Koré dans le monde punique : Xella 1969 ; Picard 1982-1983 ; Garbati 2003 ; Ribichini 2008 ; Fantar (M.H.) 2008 ; van Dommelen, López-Bertran 2013 ; Garbati 2016.

63 Lafon 2011. Cf. Clinton 2005 ; Demetra 2008 (plusieurs contributions). Selon certains auteurs anciens, les porcelets étaient jetés dans des mégara (il s’agissait, donc, d’un sacrifice par précipitation) : Clem.Al., Prot. 2, 17, 1 ; Paus., 9, 8, 1-2.

64 Delattre 1923 ; Picard 1982-1983 ; Lipiński 1995, p. 374-376 ; Ribichini 2008, p. 237. On peut notamment citer une inscription funéraire carthaginoise (CIS 5987) appartenant probablement à une prêtresse de Koré (HKHNT ŠKRW’) et datée du ive s. Cf. CIS 177 ( = KAI 83) et CIS 6068 ( = KAI 89), pour lesquelles une référence à Déméter et Koré a été proposée. Des monnaies puniques utilisées à Carthage à cette époque sont caractérisées par une effigie féminine qui a été interprétée comme celle de Déméter, de Koré et/ou de Tinnit, la question demeurant ouverte : Acquaro 2008, p. 135-136.

65 Par ex. Delattre 1923 ; Picard 1982-1983 ; Garbati 2013 ; Marín Ceballos et alii 2015 ; Garbati 2016.

66 Lafon 2011, p. 77-78. Cf. Demetra 2008 (plusieurs contributions).

67 Lipiński 1995, p. 375-378 ; Garbati 2013 ; Marín Ceballos et alii 2015 ; van Dommelen, López-Bertran 2013 ; Garbati 2016.

68 Picard 1982-1983, p. 191 ; Lipiński 1995, p. 376. Le sanctuaire de Korba est malheureusement inédit et la datation des statues reste débattue.

69 Barreca 1983, p. 298-300.

70 Garbati 2016, p. 104-108.

71 Par ex. Morales Pérez 2003 ; van Dommelen, López-Bertran 2013, p. 282-286 ; Marín Ceballos et alii 2015.

72 Marín Ceballos et alii 2015.

73 Morales Pérez 2003, p. 18.

74 KAI 72. Cette inscription, gravée sur une plaquette de bronze réutilisée, est datée du iie s. (l’inscription originaire, sur la face principale, est une dédicace au dieu Reshef-Melqart datable des ve-ive s.).

75 Ribichini 2008, p. 238 ; Fantar (M.H.) 2008, p. 245-246.

76 Par ex. Bobillo Lobato 2008 ; Guirguis 2010, p. 39-40 ; D’Andrea 2018b, p. 199-202.

77 Ribichini 2004 ; Bobillo Lobato 2008 ; Fantar (M.) 2008 ; Bonnet 2014, p. 131-145 ; Pappa 2015.

78 Carthage (viie-ive s. : Delattre 1900, p. 491 ; Gauckler 1915, p. 110 ; Gaillard 1942, p. 331-333) ; Lilybée (ive-iiie s. : Bisi 1971, p. 704) ; Malte (Qalillija, vie s., la défense était déposée dans une coupe : Sagona 2002, p. 920-921). Une fonction apotropaïque/tutélaire peut vraisemblablement être assignée au crâne de Sus trouvé avec d’autres restes d’animaux (parmi lesquels sept crânes complets de chiens) dans une chambre funéraire carthaginoise qui contenait une quarantaine de squelettes humains (ve-iie s. ; D’Andrea 2018b, p. 201, fig. 6).

79 Guirguis 2010, p. 127-129 (tombe 255).

80 Voir les notes 52, 56 (Motyé) et 97 (Pani Loriga). Quelques exemples d’astragales trouvés dans des contextes rituels phénico-puniques sont cités dans Guirguis 2010, p. 129-131.

81 Affanni 2008 ; Guirguis 2010, p. 130-132 ; De Grossi Mazzorin, Minniti 2012 ; Carè 2012.

82 Voir les références bibliographiques citées dans la note précédente.

83 Alcácer do Sal (viie-ive s. : Arruda, Cardoso 2016) ; Cadix (tombe 1 de calle Ciudad de Santander, tombes 5-9 de Plaza de Asdrúbal et tombe VI de Plaza de Asdrúbal, vie-ve s. : Perdigones Moreno, Muñoz Vicente 1987, p. 61 ; Perdigones Moreno, Muñoz Vicente, Pisano 1990, p. 12 ; Niveau de Villedary 2001, p. 227) ; Huelva (tumulus 1, secteur C, vie s. : Garrido Roiz, Orta García 2004) ; Malaga (vie-iiie s. : Uerpmann, Uerpmann 1973, p. 68-82) ; Tyr Al-Bass (ixe-viie s. : M. Montero dans Tyre 2014, p. 479-485).

84 30 ans 1986, p. 72. Une interprétation analogue pourrait être proposée pour des vertèbres brûlées de suidé trouvées dans une urne cinéraire de la nécropole levantine de Ras el-Bassit (ixe-viiie s. : Courbin 1993, p. 91).

85 Par ex. Ribichini 2004 ; Fantar (M.) 2008 ; Bonnet 2014, p. 133-134 ; Pappa 2015.

86 Niveau de Villedary 2008, p. 119-121 (puits 2, Bodegas Abarzuza, iiie s.). Cf., pour d’autres trouvailles concernant la nécropole de Cadix, la note 83.

87 Niveau de Villedary 2008, p. 122-125 (puits 4, Ciudad de la Justicia, iiie s.). Dans ce cas, la présence de restes de suidés dans l’assemblage faunique du puits (qui comprenait au moins quatre chiens entiers) reste hypothétique. Des restes de suidé ont été trouvés dans un puits de la nécropole de Nigred, à Rabat (Malte), mais les données disponibles ne permettent pas de déterminer la chronologie du contexte et son association éventuelle avec des sépultures : Sagona 2002, p. 275 et 1003 (Rabat, Nigred 456).

88 Cf. Niveau de Villedary 2008, p. 129-132 ; D’Andrea 2018b, p. 199-200.

89 Pour l’« archéologie du rite » voir par ex. Scheid 2000 ; Archéologie du sacrifice 2008 ; Oxford 2011 ; Bones 2013.

90 López Castro et alii 2016 ; Cardoso et alii 2016. Cf. D’Andrea 2018b, p. 194.

91 Cardoso et alii 2016, p. 321.

92 Gomes, Tavares da Silva 1994 ; Cardoso, Gomes 1997, p. 105-107. Cf., pour les données venant en appui de l’interprétation rituelle de la fosse, D’Andrea 2018b, p. 197-198.

93 Rallo 1982-1983, p. 171-173.

94 Campus 1990.

95 Manconi 1990. Le porc représente les 16,4 % des 229 RD : ces restes sont datés pour la plupart de l’époque romaine, mais le porc est également attesté dans les niveaux d’époque punique.

96 Botto 2012a, p. 288-291 ; 2012b.

97 Botto 2012b, p. 30.

98 Aranegui, Habibi 2004. À propos de l’assemblage faunique : Iborra Eres 2001, p. 202.

99 Le même constat est valable pour une autre culture qui se voit généralement attribuer un interdit rituel du cochon, c’est-à-dire la culture égyptienne (cf. la note 15) : Volokhine 2014.

100 Pour le monde grec : Clinton 2005 ; Demetra 2008 ; Lafon 2011. Pour le monde romain : Prescendi 2007. Cf. plusieurs contributions dans Sacrifices 2008 ; Archéologie du sacrifice 2008.

101 Une utilisation similaire se rencontre au Levant et, plus généralement, au Proche-Orient ancien : par ex. Parayre 2000 ; Mouton 2006, p. 255-264.

102 Voir, à ce propos, le volume Sacrifices 2008 entièrement consacré à cette question.

103 Voir, à ce propos, Bonnet 2014, p. 47-51 ; D’Andrea 2018b, p. 204.

104 Par ex. Almagro Gorbea 1982.

105 Par ex. López Pardo 2015.

106 Surtout en ce qui concerne les régions chypriote et libanaise.

107 Seulement une partie de ces objets a été répertoriée dans le tabl. 6. Pour d’autres exemples : Acquaro 1977, p. 135-138, nos 1094-1133 ; C. Mendleson dans Tharros 1987, p. 42 et 115 ; Amuletos 2014, p. 350-351 et 355-356.

108 Voir aussi Boardman 2003, p. 126, no 43/20 (provenance inconnue).

109 Cf. deux scarabées de provenance inconnue : Boardman 2003, p. 126, nos 43/21-22, pl. 46.

110 Cf. Yazidi 2009, p. 344-346 ; Amuletos 2014, p. 347-348.

111 Yazidi 2009, p. 305-306.

112 Cf. les notes 49-50.

113 Boardman 2003, p. 76-79, nos 22/89-90 (provenance inconnue) et X41 (Carthage) ; Yazidi 2009, p. 207, nos 5-6.

114 Boardman 2003, p. 124, no 42/2, pl. 46.

115 Boardman 2003, p. 112-113, nos 37/1 (Ibiza), 12-14, 17 (Tharros), pl. 38-39.

116 Manfredi 1995, p. 78-79. Selon J. Alexandropoulos (2000, p. 318-319), ces émissions sont directement liées au monnayage romain de P. Sittius. À propos des trois Macomades africaines : Fora 1991.

117 Voir, à ce propos, un scarabée de provenance inconnue sur lequel est représenté un chasseur portant un sanglier sur les épaules : Boardman 2003, p. 83, no 24/12, pl. 23. Une hypothèse alternative serait de voir ici une référence au mythe du combat d’Héraclès avec le sanglier d’Érymanthe.

118 L’identification de l’un des askoi de Lilybée (no 48) avec un porcelet reste douteuse.

119 Voir aussi une stèle d’époque romaine, mais de tradition punique, trouvée dans les voisinages de Maktar : Fantar (M.H.) 2008, p. 245.

120 Boardman 2003, p. 119, nos 39/30, 43, 51 et 56, pl. 42-43. Les deux animaux figurent aussi sur deux amulettes de Tharros où ils composent probablement une créature fantastique : p. 127, nos 43/42-43, pl. 48.

121 Sur une empreinte de sceau de Carthage (note 112) un sanglier est attaqué par un griffon : Berges 1997, p. 82, Taf. 28, no 6.

122 Yazidi 2009. Par ex. les suidés ne sont pas représentés, sauf un cas douteux et d’époque tardive (n59), dans les stèles votives des tophets qui, en raison de leur quantité (plus de 15 000), sont la première source d’information pour l’étude du répertoire iconographique phénico-punique : D’Andrea (à paraître).

123 Volokhine 2014. Voir la note 15.

124 Clinton 2005 ; Mouton 2006, p. 255-264.

125 Reste la difficulté, pour la religion phénico-punique, de différencier entre les divinités chtoniennes et célestes. Souvent, une même divinité semble posséder les deux caractères et privilégier l’un ou l’autre selon les contextes. Voir Bonnet 2014, p. 140-145.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tabl. 2 : Les pourcentages des restes de suidés (NRD, seuls les mammifères sont considérés dans le calcul) dans les assemblages fauniques des sites du Levant (phéniciens, B-F ; non phéniciens, A, G-P) du Bronze récent (xvie-xiiie s.) et du Fer I-II (xiie-milieu vie s.) pour lesquels au moins 400 restes de mammifères ont été déterminés
Légende A : Ougarit (Bronze récent, 3662) : Vila 2008 ; B : Beyrouth (Bronze récent, 408): Rackham 1996 ; C : Tell el-Burak (Bronze récent, 524) : Çakirlar et alii 2013 ; D : Kamid el-Loz (Bronze récent, 10120) : Bökönyi 1990 ; E : Kamid el-Loz (Fer I-II, 2363) : Bökönyi 1990 ; F : Dor (Fer I-II, 1878) : Raban-Gerstel et alii 2008 ; G : Alalakh (Bronze récent, 2741) : Çakirlar, Rossel 2010 ; H : Tell Afis (Bronze récent, 412) : Wilkens 2000 ; I : Qatna (Bronze récent, 3488) : Vila, Gourichon 2007 ; L : Tell Nebi Mend (Bronze récent, 10377) : Grigson 2015 ; M : Qatna (Fer I-II, 1629) : Vila, Gourichon 2007 ; O : Tell Afis (Fer I-II, 8208) : Wilkens 2000 ; P : Tell Nebi Mend (Fer I-II, 1444) : Grigson 2015.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1419/img-1.png
Fichier image/png, 25k
Titre Tabl. 3 : Les pourcentages des restes de suidés (il s’agit surtout de porcs domestiques ; seuls les mammifères sont considérés dans le calcul) dans les assemblages fauniques des sites phéniciens de la Méditerranée occidentale documentés par un minimum de 300 restes déterminés pour la période comprise entre le ixe s. et les vie/ve s. (Afrique du Nord, A-F ; Sardaigne, G-L ; péninsule Ibérique, M-U)
Légende Les contextes religieux (sanctuaires et nécropoles) ne sont pas considérés dans ce tableau. A : Carthage, viiie-début ve s. (2196 NRD) : Weinstock 1995 ; Nobis 1999 ; Docter et alii 2005 ; Wijngaarden-Bakker 2007 ; Slopsma, van Wijngaarden-Bakker, Maliepaard 2009. B : Althiburos, ixe-viie s. (345 NMI) : Portillo, Valenzuela, Albert 2012. C : Utique, ixe s. (536 NRD) : Cardoso et alii 2016. D : Lixus, viiie-vie s. (1445 NRD) : Iborra Eres 2001 ; 2005a ; 2010. E : Mogador, viie-vie s. (6242 NRD) : Becker, Küchelmann 2009. F : Ceuta, viie-vie s. (1711 NRD) : Ceuta 2010, p. 377-399. G : Nuraghe Sirai, viiie-vie s. (1670 NRD) : Carenti, Wilkens 2006. H : Monte Sirai, viie-vie s. (883 NRD) : Carenti, Wilkens 2006. I : Sulky, viie-vie s. (380 NRD) : Carenti, Wilkens 2006. L : Nora, viie-début ve s. (397 NRD) : Sorrentino 2009. M : Toscanos, viiie-vie s. (3868 NRD) : Soergel 1968 ; Uerpmann, Uerpmann 1973. N : Cadix, viiie-vie s. (948 NRD) : Estaca Gómez et alii 2015. O : Doña Blanca, viiie- vis. (1675 NRD) : Morales et alii 1994. P : La Fonteta, viie-vie s. (1274 NRD) : Iborra Eres 2004. Q : Huelva (Puerto 6, 10 et 29), ixe-vie s. (803 NRD) : Cereijo Pecharromán, Patón Domínguez 1989 ; 1990 ; Morales Muñiz et alii 1994. R : Castro Marim, viiie- vie s. (445 NRD) : Davis 2007. S : Abul, viie-viiie s. (753 NRD) : Cardoso 2000. T : Lisbonne, viiie s. (246 NRD) : Arruda 2000. U : Almaraz, viie-vie s. (417 NRD) : Barros, Cardoso, Sabrosa 1993.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1419/img-2.png
Fichier image/png, 33k
Titre Tabl. 4 : Les pourcentages des restes de suidés (il s’agit surtout de porcs domestiques ; NRD, seuls les mammifères sont considérés dans le calcul) dans les assemblages fauniques des sites puniques documentés par un minimum de 100 restes déterminés pour la période comprise entre le ve s. et les iie/ier s. (Afrique du Nord, A-B ; Sardaigne, C-F ; péninsule Ibérique, G-M)
Légende Les contextes religieux (sanctuaires et nécropoles) ne sont pas considérés dans ce tableau. A - Carthage, ve-iie s. (2220) : Poulain 1983 ; Levine 1994 ; Weinstock 1995 ; Nobis 1999 ; Docter et alii 2003, p. 60 ; Wijngaarden-Bakker 2007 ; Slopsma, van Wijngaarden-Bakker, Maliepaard 2009. B - Lixus, ve-ier s. (981) : Iborra Eres 2001 ; 2005a ; 2010. C - Sulky, ive-iiie s. (377) : Carenti, Wilkens 2006. D - Cagliari, ve-iiie s. (415) : Sorrentino 1993. E - Tharros, ve-ive s. (664) : Farello 2000. F - Truncu’e Molas, ive-iiie s. (241) : Jordà et alii 2010. G - Ibiza, ve-ive s. (265) : Saña 1994. H - Majorque, iiie-iie s. (201) : Iborra Eres 2005b. I - Castro Marim, ve-iiie s. (295) : Davis 2007. L - Alcáçoba de Santarem, iiie s. (973) : Davis 2006. M - Lisbonne, ve-ive s. (115) : Detry, Cardoso, Bugalhão 2016.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1419/img-3.png
Fichier image/png, 26k
Titre Fig. 1 : Établissements phéniciens et puniques de Méditerranée occidentale où des suidés ont été retrouvés dans des sanctuaires, des nécropoles ou d’autres contextes rituels
Crédits B. D’Andrea, d’après Google Earth © Image Landsat
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1419/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 2 : Quelques objets figurant des suidés retrouvés dans les sites phéniciens et puniques de la Méditerranée occidentale
Légende Empreinte de sceau, A ; amulettes et scarabées, B-G ; askoi, H-I ; L-M, rasoirs ; N, monnaie. Les images ne sont pas à l’échelle (B. D’Andrea). A (tabl. 6, n5) - Berges 1997, taf. 42, n113 (1,7 x 1,7 cm). B (no 9) - Monte Sirai 2000, tav. XL, c. C (no 12) - Redissi, Tillot 1995, pl. XV, 36 (0,2 x 0,1 x 0,9 cm). D (n14) - Boardman 2003, p. 118, no 39/25 (Classical Art Research Centre, http://www.beazley.ox.ac.uk/​gems/​scarab/​scarab.htm). E (no 34) - Amuletos 2009, p. 149 (3,0 x 1,7 x 0,8 cm). F (n40) - Amuletos 2014, p. 353, no 296 (1,4 x 2,1 x 0,6 cm). G (n46) - Amuletos 2014, p. 354, n302 (1,4 x 1,7 x 0,5 cm). H (n48) - Di Stefano 1993, tav. XXX, 6. I (n51) - Gauckler 1915, pl. CLVIII, 1 (long. 15 cm). L (n52) – DCPP 1992, pl. XIV, a (long. 12 cm). M (n54) - Delattre 1900, n1, p. 500 (long. 13 cm). N (n57) - Manfredi 1995, p. 282.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1419/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno D’Andrea, « Les suidés dans les pratiques alimentaires et rituelles du monde phénico-punique »Antiquités africaines, 55 | 2019, 29-52.

Référence électronique

Bruno D’Andrea, « Les suidés dans les pratiques alimentaires et rituelles du monde phénico-punique »Antiquités africaines [En ligne], 55 | 2019, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 02 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/antafr/1419 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.1419

Haut de page

Auteur

Bruno D’Andrea

École française de Rome

Haut de page

Droits d’auteur

Antiquités africaines

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals