Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56Dossier « Mobilité, garnisons et...Les auxiliaires militaires de l’a...

Dossier « Mobilité, garnisons et nouveautés en épigraphie militaire : les unités auxiliaires et l’Afrique romaine »

Les auxiliaires militaires de l’armée d’Afrique héritiers de l’exercitus Africae ?

Monique Dondin-Payre
p. 357-364

Résumés

La filiation établie entre l’Armée française d’Afrique et l’exercitus Africae romain est désormais bien connue ; on en examine ici un aspect particulier : les troupes auxiliaires ont-elles été l’objet d’un transfert similaire ? Plusieurs raisons expliquent que le lien entre supplétifs et auxilia ne fut jamais établi : les similitudes techniques et réglementaires relient la Légion étrangère aux auxilia et non à la legio ; l’attention exclusive portée à la légion, unité romaine par excellence aux yeux des Français, qui ignoraient alors l’importance numérique et tactique des auxilia ; les conditions de recrutement et d’emploi tout à fait différentes des supplétifs et des auxilia.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ex. : Lorcin 2002.
  • 2 Dondin-Payre 1991.

1Il est désormais bien établi que l’occupation de l’Algérie par la France a inspiré un parallèle avec la conquête romaine de l’Afrique1, au point que la comparaison a été établie terme à terme dans de nombreux domaines, dont celui des pratiques militaires2.

  • 3 Saint-Marc-Girardin 1841. On peut comparer avec la situation en péninsule ibérique telle qu’elle a (...)
  • 4 Boissier 1891, p. LII-LIII. Réponse du ministre [Saint-René Taillandier], p. LX : « Le passé a su, (...)
  • 5 Boissier 1895, p. V-VII et 25-26.

2Peu après le débarquement de 1830, dans un long article intitulé « De la domination des Carthaginois et des Romains en Afrique comparée avec la domination française », Saint-Marc-Girardin prédisait que les textes classiques aideraient à surmonter les problèmes – Tite Live et Salluste pour les opérations militaires, et la Germanie de Tacite pour les relations avec les indigènes3. Cette thématique de confrontation à l’antiquité ne cessera d’être développée pendant des décennies : immédiatement, l’emplacement des camps, la situation des garnisons, les itinéraires suivis par les colonnes, l’ampleur et l’efficacité de la conquête, toutes les modalités et les résultats de l’occupation du pays par l’armée ont été mesurés à l’aune de ce qu’on savait ou croyait savoir de l’action romaine. Un demi-siècle plus tard, l’académicien Gaston Boissier l’exprimait sur un ton emphatique : « Jusqu’ici je n’avais guère cherché Rome qu’à Rome même ou dans les environs ; j’ai reconnu qu’on pouvait la trouver ailleurs. Parmi les provinces qu’elle a conquises et civilisées, aucune ne garde autant son empreinte que l’Afrique (…). Les indigènes nous regardent comme les descendants et les héritiers de ceux qui les ont si longtemps gouvernés (…). Nous avons des prédécesseurs, des ancêtres (…). Nous reprenons possession d’un ancien domaine (…). C’est ce que nos soldats avaient compris d’instinct, dès les premiers jours de la conquête (…). Rien de ce qui avait pu intéresser leurs lointains prédécesseurs ne les laissait indifférents : ils étaient fiers des éloges que l’empereur Hadrien leur décerne dans son fameux ordre du jour retrouvé à Lambèse, comme s’ils les avaient obtenus eux-mêmes. Il leur semblait voir, dans ces braves gens que le prince félicite d’exécuter avec tant de précision les manœuvres les plus difficiles, des frères d’armes, des camarades (…) »4. Ailleurs, Boissier compare Jugurtha à Abd-el-Kader et évalue la tactique des généraux français par rapport à celle de Metellus face à Jugurtha5.

  • 6 Cagnat 1892 ; les deux éditions (1892, 1913) sont dédiées à « l’Armée française d’Afrique », formu (...)
  • 7 Le chant des Marocains, adapté pendant la Seconde guerre mondiale du chant de la Division Marocain (...)

3La manifestation la plus flagrante de cette superposition est la dédicace à « l’Armée française d’Afrique », par René Cagnat, de sa monographie consacrée à « l’Armée romaine d’Afrique »6 : il ne ressortit en effet pas du hasard que, très rapidement, ce qui était le « corps expéditionnaire d’Alger » formé pour le débarquement à Sidi Ferruch en 1830 soit connu, y compris au Ministère de la Guerre, comme « Armée d’Afrique » sans que la formule ait jamais été institutionnalisée. Adoptée par tous les milieux, la dénomination « Armée d’Afrique » a habité l’imaginaire très longtemps, au-delà de la fin de la colonisation puisque son hymne, le chant « les Africains », accompagna le défilé de l’armée malienne sur les Champs Elysées le 14 juillet 20137.

  • 8 Ranc 1877, p. 43 ; Ranc ne semble pas s’apercevoir que, en voulant railler l’armée française, il f (...)
  • 9 Cette lettre, souvent citée (ainsi Ravoisié 1846, p. 46), est systématiquement reproduite dans les (...)
  • 10 Exercitus Africae est employé ici non au sens strict de l’armée de la province d’Africa mais au se (...)

4Tout écart par rapport à cet alignement sur les Romains est critiqué. Le déporté politique Arthur Ranc, ridiculisant l’établissement d’une garnison à Batna quand les Romains avaient jeté leur dévolu sur le site de Lambèse, se trouve paradoxalement conduit à louer l’emplacement du pénitencier dans lequel il fut enfermé : « Lambèse… Les Romains, ayant à fonder un établissement, avaient choisi un plateau vaste, élevé, rafraîchi par les contreforts de l’Aurès, arrosé par des eaux abondantes et pures. Quand l’armée française arriva dans la contrée, les chefs militaires se gardèrent bien de suivre l’exemple des Romains (…). Si les Romains avait fait de Lambæsis une ville si considérable, c’est que la position était bonne et le pays salubre, et puis l’eau, l’eau pure et fraîche, si rare en Algérie. Le moindre colon ayant à planter sa tente et à se construire un gourbi ne s’y serait pas trompé. Les chefs de l’armée française en jugèrent autrement. Ils fondèrent Batna dans un trou marécageux, à 11 kilomètres de Lambèse, et en firent le chef-lieu de la subdivision militaire »8. L’analogie se prolonge jusqu’au registre symbolique ; en octobre 1839, à l’occasion de l’expédition des Bibans, le duc d’Orléans, fils de Louis-Philippe, passa par Cuicul-Djemilah, dont l’arc de triomphe, émergeant de la plaine, lui inspira une idée spectaculaire : « Ce serait une récompense digne de leurs [des soldats de l’armée d’Afrique] travaux que d’élever sur une des places de la capitale le plus beau souvenir qu’ait laissé dans notre nouvelle possession le grand peuple qui nous y a donné de si mémorables exemples. Je suis sûr que chacun de ceux qui ont porté les armes en Afrique et qui ont dépensé dans ce difficile pays leur sang ou leur santé seraient fiers de voir à Paris avec cette simple inscription : “L’Armée d’Afrique à la France”, ce monument qui rappellerait ce qu’il a fallu d’efforts et de persévérance à nos soldats pour arriver à ce résultat ... »9. Si on extrait cet épisode de son contexte, il paraît n’être qu’un caprice d’enfant gâté, mais l’idée est en harmonie avec l’ambiance contemporaine, et, totalement extravagante à première vue, elle l’est moins si on se rappelle que le roi Louis-Philippe venait tout juste d’inaugurer, en 1836, l’arc de triomphe voulu par Napoléon Ier. La suggestion du duc d’Orléans tissait un réseau mémoriel dont les racines plongeaient dans l’exercitus Africae10 pour se prolonger jusqu’aux conquêtes algériennes d’une armée dont les guerres napoléoniennes avaient fait éclater la vaillance aux yeux du monde.

  • 11 Le Général Ch. Philebert, commandant la 6e Brigade en Tunisie, relatait que : « Pendant son séjour (...)
  • 12 Nodier 1844, p. 192 : « La domination romaine a laissé son squelette immense couché tout entier su (...)
  • 13 Adrien Dauzats a réalisé plusieurs dessins préparatoires aquarellés, actuellement conservés dans l (...)
  • 14 Nodier 1844, p. 263 : « entre la première et la seconde porte, le prince fait graver par les sapeu (...)
  • 15 Trajan fit édifier un pont et creuser la roche pour faire passer une route lors des guerres daciqu (...)

5L’armée ne s’en tient pas aux palabres : elle prend à son compte l’habitude des unités romaines de graver des inscriptions commémoratives de leurs accomplissements ; le mot « habitude » convient aux nombreux témoignages, qui concernent tous les corps11. Le plus mémorable est le passage des Portes de Fer : lors de l’expédition des Bibans, la colonne commandée par le duc d’Orléans, qui ralliait pour la première fois par voie terrestre Sétif à Alger, traversa le 18 octobre 1839 la série de défilés des Bibans, dits « Portes de Fer »12. Le peintre Adrien Dauzats, que le roi commandita pour enregistrer l’exploit, a placé dans l’angle inférieur droit de son tableau un soldat d’un régiment de Ligne, qui, juché sur les épaules d’un camarade, grave au marteau dans la paroi « Armée française [et non d’Afrique] 1839 »13. Ce geste, qui aurait pu n’être qu’un moyen indirect de légender le tableau, correspond à une réalité qui concrétise la double dimension d’un héritage symbolique et de l’ampliation de cet héritage, auquel la relation de Charles Nodier ne cesse de se référer14. Bien qu’aucun témoignage n’en fasse état (à ma connaissance), il est possible que cette initiative ait été inspirée par la présence, aux Portes de Fer danubiennes, de la tabula Traiana, cette inscription gravée dans une paroi rocheuse surplombant le Danube, commémorant la montagne entaillée pour faire passer une route stratégique lors de la campagne contre les Daces15 : le duc d’Orléans en Afrique n’avait pas fait moins que Trajan dans les pays danubiens.

  • 16 D. M. S.| T(ito) Flauio Maximo prae(fecto) leg(ionis) III Aug(ustae) heredes Iul(ii) Se|cundi quon (...)
  • 17 Dondin-Payre 2010 : l’opération fut conduite avec une extrême minutie, les pierres numérotées repo (...)
  • 18 Dondin-Payre 1991 ; citation : Colonel Carbuccia, Archéologie de la Subdivision de Batna, manuscri (...)

6Un des gestes les plus manifestes est celui du colonel Jean-Luc Carbuccia, commandant le 2e régiment de la Légion étrangère, à Batna au milieu du xixe s. Il remarqua qu’un tremblement de terre avait endommagé un des tombeaux qui parsemaient alors la plaine de Lambèse. Convaincu, à tort, que le défunt T. Flavius Maximus, préfet de la 3e légion auguste16, était terme à terme son prédécesseur en charge d’une unité légionnaire, Carbuccia fit restaurer l’édifice par ses soldats en 184917. Dans la porte factice fut insérée une plaque commémorant la réhabilitation. Jusque-là rien d’extraordinaire, mais Carbuccia organisa une cérémonie militaire pour rendre hommage au préfet légionnaire comme il l’aurait fait pour un camarade : « Un bataillon tout entier défila devant le tombeau nouvellement restauré, saluant d’un feu de mousqueterie celui que nos soldats avaient presque le droit de regarder comme un ancêtre puisque, comme eux, il avait donné sa vie pour la patrie sur la terre algérienne »18. Ce geste et le récit que le colonel en transmit firent entrer dans la légende le tombeau, aujourd’hui détruit.

  • 19 Pellissier de Reynaud 1844, I, p. 142-143. Pellissier poursuit : « Une seule chose embarrassait un (...)

7Dans tous les cas, la supériorité de l’armée française est foncièrement incontestable : « Le 21 novembre 1838, une proclamation [du général Clauzel] annonça aux troupes que, le lendemain, elles franchissaient la première chaîne de l’Atlas. Les soldats se mirent aussitôt à discourir, autour de feux de bivouac, sur l’entreprise dans laquelle ils se trouvaient engagés. Les plus instruits, faisant appel à leurs souvenirs classiques, racontaient les guerres des Romains, et faisaient connaître à leurs camarades qu’aucune armée européenne n’avait paru dans ces contrées depuis ce peuple auquel on aime tant à se comparer »19.

  • 20 Le Bohec 1989b.
  • 21 Benseddik 1982 ; Le Bohec 1989c.

8Peut-on affiner cette enquête en l’appliquant aux troupes auxiliaires d’Afrique du Nord aux époques romaine et contemporaine ? Cette interrogation est naturelle, puisque, outre la permanente 3e légion Auguste20, l’Afrique romaine a compté de nombreuses unités auxiliaires21. Naturelle
mais délicate.

  • 22 Holder 1980 ; Benseddik 1982.

9En premier lieu à cause de la documentation : alors qu’on ignore jusqu’au nombre et à la nature des unités auxiliaires déployées dans les provinces d’Afrique à un moment donné22, la chronologie fait que l’évolution alambiquée des unités de l’armée française à partir du débarquement de 1830 à Sidi Ferruch est bien documentée.

10Ensuite, à cause du vocabulaire.

  • 23 Y. Le Bohec (1989c, p. 33) estime que les formules ont la même signification. Sur les opérations m (...)
  • 24 Azan 1936. La dénomination « Armée d’Afrique » continua à s’appliquer, outre aux troupes qui conqu (...)

11L’équivalence entre exercitus Africae et la formule in Africa accolée à une mention d’unité auxiliaire, admise par certains, ne semble pas aller de soi, puisque la plupart des unités auxiliaires ne sont attestées que de façon très fugace en Afrique romaine, sans qu’on connaisse les modalités et la durée de leur séjour, et sans que leur insertion dans ­l’exercitus Africae soit évidente23. Inversement, « Armée d’Afrique » englobe systématiquement toutes les troupes ayant, à partir de 1830, complété, sur un mode fluctuant et varié, le « Corps expéditionnaire d’Alger » initial24. L’expression s’étendit par la suite à toute unité recrutée en Afrique du Nord, les autres régions d’Afrique étant concernées par l’« Armée coloniale ».

  • 25 À l’origine, le mot « supplétif » renvoie globalement aux hommes jugés inaptes au service au front (...)

12Pour l’armée française, le terme approprié est « supplétif » qui désigne les combattants recrutés sur place, hors de la métropole, pour compléter l’armée régulière25.

  • 26 Le Bohec 1989a, p. 26-29 : certaines unités d’infanterie, dites « montées », comportent un certain (...)
  • 27 Le Bohec 1989c, p. 145 note 68 : bibliographie antérieure sur les numeri .
  • 28 Ainsi, les goums marocains sont des unités permanentes contrairement aux goums algériens. Au Maroc (...)
  • 29 Après les guerres de Crimée et de 1870 (voir note 45), pour les guerres mondiales.
  • 30 Hamdoune 1999.

13Dans l’armée romaine, les auxilia, immédiatement repérables par leurs noms, se répartissent entre ailes de cavalerie, cohortes d’infanterie26 et numeri27. Cette seule mention suffit à les identifier comme auxiliaires et à connaître leur spécialisation. Dans l’armée française, le vocabulaire fluctue : aucune désignation n’implique une origine, un statut ou une mission28. Le flou qui en découle est minoré par le lien étroit entre pays de recrutement et terrains de combat : les supplétifs sont employés dans leur pays d’origine, ou dans des régions limitrophes ; ils y sont cantonnés, ne le quittent que dans des cas extraordinaires (guerre de Crimée, 1853-1856, guerre de 1870), et y reviennent29. C’est l’exact opposé des auxilia romains, qui, sauf exceptions, servent hors de leur province de création30.

  • 31 Azan 1925 ; citation, p. 9.

14La mixité entre indigènes non citoyens français et soldats français, pratiquée dès les débuts, selon des proportions variables et l’encadrement par des officiers français sont comparables à l’association entre citoyens romains et pérégrins, opérée dans certains corps auxiliaires. En revanche, l’intégration systématique dans la communauté citoyenne des auxiliaires pérégrins romains au terme de leur carrière n’est pas envisagée par la politique française. Bien au contraire : après l’engagement massif de supplétifs nord-africains et leur rôle décisif dans la première guerre mondiale, les mises en garde se multiplient contre le danger de « la pensée que les indigènes d’Afrique du nord pourraient se substituer aux Français pour la défense de leur patrie, aussi fausse que méprisable »31

15Pourquoi avoir couru ce « danger » ?

  • 32 Hamdoune 1999, p. 2.
  • 33 Une des manifestations de cette improvisation est l’incorporation des « Volontaires de la Charte » (...)
  • 34 Frémeaux 2009, p. 1-5.
  • 35 L’armée d’Afrique comptait au départ trois escadrons de cavalerie (chaque escadron compte environ (...)
  • 36 Les expulsés, dont le nombre était estimé à 1500, furent dirigés vers Smyrne et l’Asie Mineure : S (...)
  • 37 Yusuf, figure légendaire de l’armée d’Afrique, devint général en 1856. Le Ministère de la Guerre n (...)
  • 38 Quand Clauzel succéda à Bourmont en septembre 1830, il trouva 500 zouaves déjà réunis à Alger, 200 (...)
  • 39 Arrêté du 1 octobre 1830 : « Il sera formé un ou plusieurs bataillons de zouaves ». Sur 22 officie (...)
  • 40 Azan 1925 ; Willing 1996 ; Frémeaux 2009. Voir note 45.
  • 41 Si les unités nouvelles extraordinaires ne deviennent pas des éléments fixes d’une armée régulière (...)
  • 42 Illustrations, voir http://afcfef.fr/news/articles/20-articles/55-les-spahis-de-1830-1871; https:/ (...)
  • 43 1er Tirailleurs d’Épinal reconstitué comme régiment régulier en 1994 ; 1er Spahis de Valence recon (...)

16Comme pour l’exercitus, une des raisons de l’incorporation d’indigènes est la nécessité de pallier des lacunes et d’exploiter des compétences spécifiques. En Algérie, très tôt, dès d’octobre 1830, plusieurs unités « irrégulières » sont organisées concomitamment, sur des initiatives individuelles d’officiers, comme sous la République romaine des généraux à imperium levaient des auxilia prouincialia32. Le mot « supplétif » reflète l’improvisation et l’urgence qui ont présidé à la levée des corps indigènes de l’Armée d’Afrique33, quand auxilia évoque plus une complémentarité organisée, une exploitation pérenne des ressources indigènes. Longtemps, les officiers français, qui recrutaient personnellement leurs hommes, se comportèrent plus en chefs de tribus qu’en supérieurs hiérarchiques34. Ainsi, pour remédier à l’absence presque complète de cavalerie dans le corps expéditionnaire français de 183035, pendant que les fantassins de la garde du dey, les janissaires honnis, étaient expulsés vers l’Asie Mineure36, les sibahis, cavaliers turcs à son service, qui, au même moment, se mettent au service des Français, sont confiés à Joseph Vantini, lui-même Français raflé enfant par les pirates, devenu officier du dey sous le nom de Yusuf. Il les organise en escadrons de spahis « irréguliers »37. Parallèlement, la tribu Zouaoua, à l’est d’Alger, rejoignit l’armée française et fut organisée par le même Yusuf en bataillons de « zouaves », comportant chacun un quart d’officiers indigènes et un cinquième de soldats français38 ; levés en cas de besoin, sans contrat, payés en fonction des services rendus, ils retournent à leur tribu une fois l’engagement terminé39. En même temps, toujours dès 1830, sous l’autorité du capitaine Marey-Monge, des cavaliers indigènes sont constitués en deux escadrons « provisoires » de « chasseurs d’Afrique ». Les spahis et les chasseurs d’Afrique (des cavaliers), les zouaves et les tirailleurs dits turcos (fantassins)40, plus tard structurés en régiments réguliers41, devinrent une allégorie de l’Algérie, incarnée par leur uniforme, le mythique « habillement maure » – veste courte, pantalon bouffant, calotte ou turban, large ceinture (destinée à limiter les problèmes intestinaux imputés par les médecins au froid et non à l’eau)42. Il est si chargé de symbolique qu’il fut repris au xxe s. quand deux unités furent reconstituées comme régiments réguliers43.

  • 44 Cité par Frémeaux 2009, p. 4 ; Azan 1925 ; Iani 2009.
  • 45 Turco (à l’origine fantassin, voir note 40) est devenu dans la langue commune un terme générique d (...)

17Pour les Français, l’enrôlement de supplétifs comporte aussi une dimension socio-politique : l’exploitation par les conquérants des compétences des conquis concourt à les rapprocher. « Il n’est pas de tribu qui ne compte quelques-uns de ses enfants sous notre drapeau », ce qui constitue « une puissance considérable au service des idées que nous voulons propager dans la population arabe »44. En apparence, cela paraît coïncider avec la politique d’intégration romaine, mais la perspective est inverse : les auxilia qui ne servent pas dans leur province d’origine, qui combattent aux côtés des légions, face à un ennemi qui n’est pas leur semblable, qui finissent intégrés dans la collectivité citoyenne, n’ont rien de commun avec les supplétifs français, qui restent attachés à leur pays et à leur condition, dont l’utilisation est justifiée par des faiblesses de l’armée française. Les auxiliaires romains, étroitement complémentaires des légionnaires, sont à la fois intégrés à des corps d’armée dans l’Empire et identifiés par leur appartenance à des unités définies ; il pourrait sembler que les supplétifs, le plus souvent amalgamés par petits groupes dans des régiments réguliers français, sont mieux assimilés que les auxiliaires romains, mais le but est d’éviter qu’un isolement identitaire ne leur inspire des aspirations d’égalité. Ce n’est pas un hasard si l’unique tombe de supplétif de la guerre de 1870 sur le territoire français est anonyme, dédiée au « Turco »45.

  • 46 Une ordonnance du 21 mars 1831 crée deux escadrons de « chasseurs numides » ou « chasseurs algérie (...)
  • 47 Créé en 1854-55, à la suite des trois autres, ce « régiment de zouaves de la Garde impériale » (d’ (...)

18On voit surgir ici et là quelques rappels antiques, comme les adjectifs « maure », ou « numide » qui fut accolé à un titre d’unité de cavalerie46 ; la figure de porte-drapeau zouave dont la hampe est surmontée d’une aigle a l’air romain, mais cet accessoire est un héritage du Second empire47.

  • 48 Azan 1925, p. 59.

19Le seul parallèle explicite entre auxilia et supplétifs que j’ai trouvé date de la première moitié du xxe s., et est ambigu : « Les soldats numides d’Annibal ont pu, sans autre attirail que quelque éléphants et sans l’appui même de leur patrie, traverser l’Espagne, la Gaule, les Alpes pour aller dominer la puissante Italie ; leurs descendants, éclairés par le génie pacifique de la France, et équipés de tous les perfectionnements de la science moderne, sauront atteindre à travers le Sahara et mettre en valeur les richesses incalculables qui demeurent inexploitées dans les immenses territoires de l’Afrique française »48. La comparaison n’est pas établie avec les auxilia romains, mais avec les ennemis puniques venus attaquer les Romains jusque dans leur patrie ; et elle aboutit à une instrumentalisation des supplétifs au profit des Français : ils vont contribuer à étendre la domination de la métropole sur l’Afrique noire.

  • 49 Formée par le général de Monsabert, elle est composée de trois régiments de tirailleurs (3e et 7e (...)
  • 50 Monsabert 2000, p. 194 : « Nous sommes, vis-à-vis des Alliés, ce que nos indigènes sont vis-à-vis (...)
  • 51 Juin 1959, p. 264. Sur la participation de la division à la campagne d’Italie, et les polémiques q (...)
  • 52 Heurgon 1978, p. 115. De même J. Heurgon souffla l’idée de la prise d’armes de l’unité sur le foru (...)

20Je n’ai retrouvé un véritable lien qu’au milieu du xxe s. : la 3e Division d’infanterie algérienne, formée en 194449, fut dotée d’un insigne composé de la Victoire de Constantine et de trois croissants tricolores, symbole traditionnellement associé aux régiments indigènes d’Afrique du nord. L’initiateur se proposait, par ce choix qui les égalait à l’armée romaine, de réhabiliter les troupes françaises déconsidérées au sein des armées alliées50. Le maréchal Alphonse Juin, natif de Bône (département de Constantine), qui commanda la division lors de l’attaque du Mont Cassin, explicite : « C’était la division chère à mon cœur, celle de Constantine, composée de gens de chez moi et de Tunisiens, leurs voisins. Or, elle venait de révéler en quatre jours de bataille que, sous l’insigne tricolore des trois croissants qu’elle arborait fièrement, elle était la digne héritière de la iiie Augusta, la glorieuse légion de Numidie au temps de l’occupation romaine »51. Assurément, cette vision lui fut soufflée par le grand latiniste Jacques Heurgon, alors intégré à la 3e DIA dont il inspirait le commandant52.

21La légion, logiquement absente de la seconde partie consacrée aux auxiliaires, est omniprésente dans la première, consacrée à la continuité entre Rome et la France en Afrique du nord. La raison en est simple : même si, logistiquement, la Légion étrangère française correspond aux auxiliaires – des étrangers, non citoyens, combattant dans des unités spécifiques, engagés aux côtés des autres troupes, et recevant la citoyenneté à la fin de l’engagement53 –, elle seule, et non les auxiliaires, est invoquée par les Français pour argumenter la continuité avec Rome. Les parallèles techniques qu’on peut mettre en évidence entre auxilia et supplétifs ne sont que cela : des réactions identiques à des situations identiques, même si elles ne sont pas identifiées comme telles.

22Les études anciennes dont étaient imprégnés les officiers du xixe s. sont une cause de cette vision, qui valorise la seule légion comme corps de troupe emblématique de Rome. L’exercitus Africae apparaissait comme un bloc, ces « braves gens » félicités par l’empereur Hadrien qu’évoquait Gaston Boissier, une masse victorieuse indistincte venue d’Europe qui montrait la voie aux Français. L’importance numérique et stratégique des auxiliaires romains était alors inconnue, ils étaient ressentis comme les comparses insignifiants et occasionnels des prestigieuses unités légionnaires. Dans tous les cas il aurait été impossible d’insérer l’image des troupes indigènes, en partie héritées des Turcs vaincus, en partie issues de populations à combattre, dans le panorama dominant au xixe s. d’une Europe opposée aux barbares. Il fallut attendre les interventions décisives des troupes indigènes dans les guerres de libération européennes et l’affinement de la compréhension de la composition de l’armée romaine pour que le tableau se nuance, avant d’être mis en pièces à l’époque contemporaine.

Haut de page

Bibliographie

Ageron Ch.R. 1995, « Les supplétifs algériens dans l’armée française pendant la guerre d’Algérie », Vingtième Siècle, revue d’histoire 48, octobre-décembre, p. 3-20.

Andreani A. 1889, Loi du 15 juillet 1889. Traité pratique du recrutement et de l’administration de l’armée française, Nice.

Audollent A. 1896, « Victoire ailée du musée de Constantine », RA 16, p. 66-75.

Azan P. 1925, L’armée indigène nord-africaine, Paris.

Azan P. 1936, L’armée d’Afrique de 1830 à 1852 (Coll. du Centenaire de l’Algérie, 1830-1930), Paris (s.d.).

Bagnes d’Afrique 1981, F. Rude (éd.), : trois transportés en Algérie après le coup d’État du 2 décembre 1851, Paris.

Baris T. 2007, « Le corps expéditionnaire français en Italie. Violences des “libérateurs” durant l’été 1944 », Vingtième Siècle. Revue d’histoire 93, 2007/1, p. 47-61.

Benseddik N. 1982, Les troupes auxiliaires de l’armée romaine en Maurétanie Césarienne sous le Haut Empire, Alger.

Boissier G. 1891, « Discours prononcé à la séance générale des Sociétés savantes, le mercredi 27 mai 1891 », BCTH, p. LII-LIII.

Boissier G. 1895, L’Afrique romaine. Promenades archéologiques en Algérie et en Tunisie, Paris.

Brunon J. 1955, À la gloire de l’armée d’Afrique depuis 1830. Catalogue d’exposition, Marseille, Palais de la Bourse, 19 mai -15 juillet 1955, Marseille.

Cadiou F. 2008, Hibera in terra miles. Les armées romaines et la conquête de l’Hispanie sous la république (218-45 av. J.-C.), Madrid.

Cagnat R. 1886, « Notice d’un recueil autographe d’inscriptions vues et dessinées par feu le commandant De La Mare », Bull. épigr. de la Gaule, 1886, p. 232-243.

Cagnat R. 1913, L’armée romaine d’Afrique et l’occupation militaire de l’Afrique sous les empereurs, Paris (1e éd. 1892).

Champeaux A. 2013, « Le patrimoine de tradition des troupes indigènes », Revue historique des armées 271, p. 89-106 [repris de « Le patrimoine de tradition des troupes indigènes », dans Les troupes de marine dans l’armée de terre, un siècle d’histoire, 1900-2000, Limoges, 2001].

CIL = Corpus Inscriptionum Latinarum, consilio et auctoritate Academiae litterarum regiae Borussicae, Berlin. III, Inscriptiones provinciarum Europae Graecarum, Th. Mommsen, 1873 ; VIII, Inscriptiones Africae Latinae. 1 Inscriptiones Africae proconsularis et Numidiae, collegit G. Wilmanns, ed. Th. Mommsen, 1881.

Guerre (La) 2014, M. Coltelloni-Trannoy, Y. Le Bohec (dir.), La Guerre dans l’Afrique romaine sous le Haut-Empire. Actes du 136e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Paris, 2014.

Delamare A.H.A. 1850, Exploration scientifique de l’Algérie pendant les années 1840, 1841, 1842, 1843, 1844 et 1845, publiée par ordre du gouvernement et avec le concours d’une commission académique. Archéologie, Paris. https://bibliotheque-numerique.inha.fr/idviewer/6353/3

Discours (Les) 2003, Y. Le Bohec (éd.), Les discours d’Hadrien à l’armée d’Afrique. Exercitatio, Paris (De l’archéologie à l’histoire).

Dondin-Payre M. 1991, « L’exercitus Africae inspiratrice de l’armée française d’Afrique : Ense et aratro », AntAfr 27, p. 141-149. https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1991_num_27_1_1195

Dondin-Payre M. 1998, « L’utilisation symbolique des monuments archéologiques d’Algérie », dans : M. Khanoussi, P. Ruggeri, C. Vismara (éd.), L’Africa romana XII, Atti del XII convegno di studio (Olbia, 12-15 dicembre 1996), Sassari, (Pubblicazioni del Dip. di Storia dell’Università degli studi di Sassari, 31), p. 1067-1099. http://eprints.uniss.it/6134/1/Khanoussi_M_Africa_romana_3.pdf

Dondin-Payre M. 2010, « Nécropoles et tombeaux de Lambèse », dans J. Leclant, Fr. Déroche (éd.), Monuments et cultes funéraires d’Afrique du Nord. Actes de la IVe journée d’études nord-africaines, Paris, p. 77-121. 

Frémeaux J. 2009, « Les premières troupes supplétives en Algérie », Revue historique des armées 255 (repris et remanié de « Aux origines des troupes supplétives. Le makhzen de la conquête », Guerre d’Algérie Magazine, no 4, juillet-août 2002, p. 12-17).

Galibert L. 1844, Histoire de l’Algérie ancienne et moderne depuis les premiers établissements des Carthaginois jusqu’à la prise de la Smalah d’Abd-el-Kader, Paris.

Hamdoune Chr. 1999, Les auxilia externa africains des armées romaines : iie siècle av. J.-C. – ive siècle ap. J.-C., Montpellier (Études militaires 29).

Heurgon J. 1978, « Promenades avec le général de Monsabert en Italie », dans J. de Monsabert (éd.), Hommages au général de Goislard de Monsabert, Paris-Limoges, p. 115-120.

Holder P. 1980, Studies in the Auxilia of the Roman Army from Augustus to Trajan, Oxford (BAR Int. Ser. 70).

Iani P. 2009, « Les supplétifs ralliés dans les guerres irrégulières (Indochine-Algérie, 1945-1962) », Revue Stratégique 93-96, p. 371-397.

Juin A. 1959, Mémoires, Paris.

Le Bohec Y. 1989a, L’armée romaine sous le Haut Empire, Paris.

Le Bohec Y. 1989b, La troisième légion Auguste, Paris (Études d’Antiquités africaines). https://www.persee.fr/doc/etaf_0768-2352_1989_mon_1_1

Le Bohec Y. 1989c, Les unités auxiliaires de l’armée romaine en Afrique proconsulaire et Numidie sous le Haut Empire, Paris (Études d’Antiquités africaines). https://www.persee.fr/doc/etaf_0768-2352_1989_mon_3_1

Lorcin P. 2002, « Rome and France : Recovering Colonial Algeria’s Latin Past », French Historical Studies 25, p. 295-329. https://muse.jhu.edu/article/11923/pdf

Magasin pittoresque 1840, « Armée d’Afrique. Corps indigènes », Magasin pittoresque 8, p. 106-107. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k31423k

Monsabert J. de 2000, Notes de guerre, Hélette.

Montagnon P. 2012, L’Armée d’Afrique. De 1830 à l’indépendance de l’Algérie, Paris.

Nodier Ch. 1839, Journal de l’expédition des Portes de fer rédigé par Charles Nodier [d’après les notes du duc d’Orléans], Paris (rééd. 1844).

Pellissier de Reynaud E. 1844, Annales algériennes, Paris.

Philebert Ch. 1895, La 6e Brigade en Tunisie, Paris-Limoges.

Ranc A. 1877, Une évasion de Lambèse. Souvenirs d’un excursionniste malgré lui, Bruxelles.

Ravoisié A. 1846, Exploration scientifique de l’Algérie pendant les années 1840, 1841, 1842. Premier volume. Beaux-arts : architecture et sculpture, publiée par ordre du Gouvernement, Paris. https://www.mom.fr/image_carto/ServiceImage/bibnum/Archeologie%20classique/Exploration_Algerie_1/PDF/Exploration_Algerie_1.pdf

Renard M. 2014, « L’armée française et la religion musulmane durant la Grande Guerre (1914-1920) », Études coloniales 23 août 2014.

Saint-Marc-Girardin (Marc Girardin dit) 1841, « De la domination des Carthaginois et des Romains en Afrique comparée avec la domination française », Revue des deux Mondes 26, avril, p. 408-445. https://fr.wikisource.org/wiki/%C3%89tudes_d%E2%80%99histoire_compar%C3%A9e_sur_l%E2%80%99Afrique/01

Sessions J. 2010, « Le paradoxe des émigrants indésirables pendant la monarchie de Juillet, ou les origines de l’émigration assistée vers l’Algérie », Revue d’histoire du XIXe siècle 41, p. 63-80.

Shuval T. 2000, « The Ottoman Algerian Elite and Its Ideology », International Journal of Middle East Studies 32 (3), p. 323-344.

Speidel M.P. 2006, Emperor Hadrian’s Speeches to the African Army. A New Text, Mainz.

Willing P. 1996, « Les spahis de 1834 à 1954 », Pieds-Noirs d’hier et d’aujourd’hui (s.p.). http://alger-roi.fr/Alger/armee_afrique/pages_liees/spahis_pn65.htm

Haut de page

Notes

1 Ex. : Lorcin 2002.

2 Dondin-Payre 1991.

3 Saint-Marc-Girardin 1841. On peut comparer avec la situation en péninsule ibérique telle qu’elle a été scrutée et démythifiée par F. Cadiou (2008, p. 173-180).

4 Boissier 1891, p. LII-LIII. Réponse du ministre [Saint-René Taillandier], p. LX : « Le passé a su, grâce à vous, donner au présent la meilleure leçon. Vous avez fait voir (…) qu’on ne fonde rien de stable sans le temps, et que, pour conquérir et pour coloniser une faible partie de cette Afrique, il a fallu du temps, beaucoup de temps, même au peuple qui, cependant, a été le plus grand des peuples colonisateurs, à ce peuple romain qui a fait du monde comme le domaine d’une ville ». « Le prince félicite… » : Boissier fait allusion au « discours d’Hadrien » ; voir Les discours 2003 ; Speidel 2006.

5 Boissier 1895, p. V-VII et 25-26.

6 Cagnat 1892 ; les deux éditions (1892, 1913) sont dédiées à « l’Armée française d’Afrique », formule calquée sur exercitus Africae qui, bien évidemment, ne comportait pas l’adjectif Romanus.

7 Le chant des Marocains, adapté pendant la Seconde guerre mondiale du chant de la Division Marocaine créé pendant la Première guerre, devint l’hymne de l’Armée d’Afrique, connu comme « Les Africains ». Il fut interdit de 1962 à 1969, notamment parce qu’il avait été adopté par l’OAS.

8 Ranc 1877, p. 43 ; Ranc ne semble pas s’apercevoir que, en voulant railler l’armée française, il fait l’éloge d’autres colonisateurs. Voir aussi Bagnes d’Afrique 1981.

9 Cette lettre, souvent citée (ainsi Ravoisié 1846, p. 46), est systématiquement reproduite dans les circulaires ministérielles organisant les honneurs funèbres rendus au duc d’Orléans : Dondin-Payre 1998. Ce ne fut pas la mort prématurée du duc d’Orléans qui fit échouer le projet, qui, au contraire, faisait donc partie des hommages officiels prévus, mais la réticence du Génie et du Train qui ne voyaient ni comment tracer rapidement des routes ni comment n’utiliser que les chemins existants.

10 Exercitus Africae est employé ici non au sens strict de l’armée de la province d’Africa mais au sens métonymique de toutes les troupes romaines en garnison en Afrique du Nord.

11 Le Général Ch. Philebert, commandant la 6e Brigade en Tunisie, relatait que : « Pendant son séjour à Tataouin, la 6e Brigade, légitimement fière d’avoir pénétré si loin dans ces contrées jusqu’alors inconnues, a, à l’instar des légions romaines, laissé une inscription qui rappelle son passage. Sur un immense rocher qui domine la rivière et que le Génie a poli à cet effet, on a écrit en lettres gigantesques « VIe Brigade de Tunisie / du 10 au 13 mai 1882 », Philebert 1895, p. 189. Plusieurs aquarelles dans Delamare 1850, ex. : pl. 16, fig. 1 et p. 138 ; cf. Cagnat 1886, p. 242-243 : « En finissant, je vous signalerai des textes épigraphiques qui, pour n’être pas romains, n’en sont pas moins intéressants. Ce sont d’abord des inscriptions du xvie s. (…), puis des inscriptions du xixe s. qui pourraient être mises en regard de certains bulletins de victoire laissés par les Romains sur la terre d’Afrique comme la suivante : D’un côté de la porte du fort Clauzel à Bougie (VII, p. 235) “La garnison / réduite à 900 hommes a élevé / ce fort / du 7 au 21 9bre en combattant / les 7,8,9,10,11 9bre 1835 / le Ct Larochette comdt supeur”. Ou classés parmi les mortes singulares dont un pays se fait honneur : A côté de la porte du fort Clauzel (VII, p 234) : “A Naigeon, Ce / sapeur au 2me Rment du / Génie / tué le 20 9bre 1835 / en posant l’escalier du fort. / Ordre du jour du 13 Xbre”. Celle-ci légendée “Bougie (Saldae) 7bre 1844. Echelle de 0,20 pour mètre” constitue le pendant des commémorations de travaux publics romains. »

12 Nodier 1844, p. 192 : « La domination romaine a laissé son squelette immense couché tout entier sur ce vaste pays ; en l’étudiant, on voit ce que fut, pendant sa vie, ce colosse que rien n’a pu faire oublier depuis qu’il a disparu du monde qu’il remplissait presque seul. L’étude du système d’occupation des Romains serait d’une grande utilité ; ce n’est qu’en marchant sur leurs traces que nous donnerons une haute importance à notre magnifique conquête » ; p. 247 : « les Bibans que les Romains ne passèrent jamais » ; p. 249 : « des ruines romaines (qui) sont les dernières traces des Romains que l’on doive rencontrer sur cette route jusqu’à Alger » ; p. 313-314 : « Ce chef qui a fait flotter nos drapeaux là où les Romains avaient évité de faire flotter leurs aigles ».

13 Adrien Dauzats a réalisé plusieurs dessins préparatoires aquarellés, actuellement conservés dans les collections du musée de Chantilly ; selon les versions, l’armée n’est pas au sec, mais les pieds dans un oued, le soldat est en train de graver le rocher ou la gravure est terminée et la colonne s’éloigne ; l’inscription varie aussi : Armée française 28 octobre 1839.

14 Nodier 1844, p. 263 : « entre la première et la seconde porte, le prince fait graver par les sapeurs : armée française 1839 ».

15 Trajan fit édifier un pont et creuser la roche pour faire passer une route lors des guerres daciques du début du iie s. Une inscription, connue à l’époque moderne comme tabula Traiana, commémore cette réalisation (CIL, III, 1699 = 8267). Elle se trouvait en aplomb de la route, juste au-dessus du Danube ; à la suite de la construction d’un barrage dans la seconde moitié du xxe s., le niveau du fleuve monta et l’inscription, ainsi que les vestiges du pont antique, furent déplacés dans un parc du côté serbe. Avant 2004, un homme d’affaires roumain, nommé Josif Constantin Drăgan, fit graver dans la paroi, juste en face, une immense tête du roi Décébale, qu’il légenda ainsi : Decebalus rex | Dragan fecit !

16 D. M. S.| T(ito) Flauio Maximo prae(fecto) leg(ionis) III Aug(ustae) heredes Iul(ii) Se|cundi quondam (centurionis) leg(ionis) s(upra)s(criptae), cui idem Maximus testament(o) | suo monimentum sib(i) ex s(e)s(tertium) XII nummum faciendum delegauerat, « (Consacré) aux Dieux Mânes, à Titus Flavius Maximus, préfet de la 3e légion Auguste, (par) les héritiers de Julius Secundus, autrefois centurion de la légion susdite, auquel le même Maximus avait, par testament, confié la mission de faire faire son tombeau pour un prix de 12 000 sesterces » (CIL, VIII, 4317).

17 Dondin-Payre 2010 : l’opération fut conduite avec une extrême minutie, les pierres numérotées reposées à leur ancien emplacement et la plaque funéraire latine réintégrée au-dessus du linteau.

18 Dondin-Payre 1991 ; citation : Colonel Carbuccia, Archéologie de la Subdivision de Batna, manuscrit inédit, Bibliothèque de l’Institut de France (MS 1369). Carbuccia développe : « Ce monument (le tombeau) menaçait ruine de toutes parts ; je prescrivis immédiatement de le démonter pour le reconstruire, trop heureux en ma qualité de Colonel de la 2e Légion étrangère française de rendre hommage à l’un des chefs de cette immortelle 3e Légion qui a laissé dans ce pays d’impérissables ruines ». (…) La garnison profitant de ce jour pour une promenade militaire est venue y [à la pose de la pierre] assister et a rendu les honneurs militaires au chef de la 3e légion Auguste par un feu de bataillon, puis la garnison a défilé devant le monument funéraire ». Carbuccia modifie l’expression de son grade pour refléter celui de l’officier romain : 2e légion étrangère française au lieu de 2e régiment de légion étrangère ou 2e Étranger.

19 Pellissier de Reynaud 1844, I, p. 142-143. Pellissier poursuit : « Une seule chose embarrassait un peu les commentateurs de la proclamation du général Clauzel : il y était question, comme dans celle du vainqueur des Pyramides, d’un certain nombre de siècles qui contemplaient l’armée française : le chiffre variant selon les copies, les uns l’appliquaient à l’Atlas lui-même – qui certainement porte sur ses cimes bien des siècles écoulés ; d’autres pensaient qu’il s’agissait d’un antique tumulus, connu dans le pays sous le nom de Koubar-el-Roumia (Tombeau de la Chrétienne) – que l’on aperçoit de Mouzaïa, sur une colline au nord du pays des Hadjoutes ; enfin quelques plaisants prétendirent que les siècles qui nous contemplaient n’étaient autres que certains généraux que nous avait envoyés la Jeune France de Juillet, et qui, arrivés au terme d’une carrière fort honorable sans doute, semblaient se survivre à eux-mêmes ».

20 Le Bohec 1989b.

21 Benseddik 1982 ; Le Bohec 1989c.

22 Holder 1980 ; Benseddik 1982.

23 Y. Le Bohec (1989c, p. 33) estime que les formules ont la même signification. Sur les opérations militaires en Afrique romaine, La guerre 2014.

24 Azan 1936. La dénomination « Armée d’Afrique » continua à s’appliquer, outre aux troupes qui conquirent la Régence d’Alger, à celles de Tunisie, du Maroc et du Sahara, toutes armes et spécialités confondues (marine et armée de l’air comprises). L’Armée d’Afrique est, entre autres, le nom d’une revue, sous-titrée « Organe de liaison entre les officiers des réserves Algérie-Tunisie et Maroc et leurs camarades de l’active », parue de 1924 à 1929 à Alger.

25 À l’origine, le mot « supplétif » renvoie globalement aux hommes jugés inaptes au service au front et insérés dans des services auxiliaires non combattants, ou aux services annexes : services de santé, de secrétariat, d’habillement ainsi qu’aux femmes, aux débuts de leur incorporation. Il semble n’être apparu qu’au début du xxe s., lors de la conquête du Maroc ; d’autres mots ont eu cours aussi : « partisans », « irréguliers », « auxiliaires indigènes ». Voir Andreani 1889, p. 98-100. Historique dans Ageron 1995, p. 3-5 ; Frémeaux 2009.

26 Le Bohec 1989a, p. 26-29 : certaines unités d’infanterie, dites « montées », comportent un certain nombre de cavaliers.

27 Le Bohec 1989c, p. 145 note 68 : bibliographie antérieure sur les numeri .

28 Ainsi, les goums marocains sont des unités permanentes contrairement aux goums algériens. Au Maroc on reprit la création des goums en 1908 ; ces unités subsisteront jusqu’en 1956, quand elles seront intégrées à l’Armée royale.

29 Après les guerres de Crimée et de 1870 (voir note 45), pour les guerres mondiales.

30 Hamdoune 1999.

31 Azan 1925 ; citation, p. 9.

32 Hamdoune 1999, p. 2.

33 Une des manifestations de cette improvisation est l’incorporation des « Volontaires de la Charte » ; le gouvernement né de la révolution de 1830 se débarrassa de l’assemblage complètement hétéroclite de volontaires qui devaient exporter la révolution en Espagne en 1830 et de combattants des barricades à Paris en les envoyant en Algérie où ils furent incorporés à un régiment de zouaves ; l’échec fut total, et au bout de quelques mois le général Berthezène décida de former des unités de zouaves entièrement indigènes. Les volontaires parisiens passèrent alors dans les « bataillons auxiliaires d’Afrique », qui, regroupés, formeront le 67e régiment d’infanterie, voir Galibert 1844, p. 401-402 ; Sessions 2010.

34 Frémeaux 2009, p. 1-5.

35 L’armée d’Afrique comptait au départ trois escadrons de cavalerie (chaque escadron compte environ 150 hommes) : un au 13e régiment de Chasseurs, deux au 17e. Peu employés jusqu’à la prise d’Alger, ils se révélèrent très vite inefficaces face à la rapidité et la dextérité des cavaliers arabes.

36 Les expulsés, dont le nombre était estimé à 1500, furent dirigés vers Smyrne et l’Asie Mineure : Shuval 2000, p. 326-328.

37 Yusuf, figure légendaire de l’armée d’Afrique, devint général en 1856. Le Ministère de la Guerre n’entérina l’insertion des spahis réguliers dans l’Armée d’Afrique qu’en 1834. Septembre 1834 : création des spahis réguliers d’Alger ; 10 juin 1835 : création des spahis réguliers de Bône ; 13 août 1836 : création des spahis réguliers d’Oran. Ils sont alors désignés comme « corps de cavalerie indigène » et sont organisés en régiment en 1845.

38 Quand Clauzel succéda à Bourmont en septembre 1830, il trouva 500 zouaves déjà réunis à Alger, 2000 étant prêts à les rejoindre. Sur toutes les troupes indigènes en Algérie, Brunon 1955 ; Montagnon 2012 ; Champeaux 2013, p. 1-5.

39 Arrêté du 1 octobre 1830 : « Il sera formé un ou plusieurs bataillons de zouaves ». Sur 22 officiers 6 sont indigènes, sur 673 sous-officiers et hommes de troupes 31 sont français ; au fil du temps la proportion de Français s’accrut, les indigènes se dirigeant plutôt vers les spahis. Les unités de zouaves furent restructurées à plusieurs reprises : en 1842 3 bataillons sont organisés en un régiment ; en février 1852 3 régiments sont créés, un par province (Alger, Oran, Constantine), à partir des 3 anciens bataillons. En mars 1855, un régiment des zouaves de la garde est créé, qui deviendra le 4e régiment en 1870.

40 Azan 1925 ; Willing 1996 ; Frémeaux 2009. Voir note 45.

41 Si les unités nouvelles extraordinaires ne deviennent pas des éléments fixes d’une armée régulière, elles disparaissent naturellement quand l’utilité spécifique qui a suscité leur création n’a plus cours.

42 Illustrations, voir http://afcfef.fr/news/articles/20-articles/55-les-spahis-de-1830-1871; https://tenue31.fr/spahis-et-compagnies-sahariennes.

43 1er Tirailleurs d’Épinal reconstitué comme régiment régulier en 1994 ; 1er Spahis de Valence reconstitué comme régiment régulier en 1984.

44 Cité par Frémeaux 2009, p. 4 ; Azan 1925 ; Iani 2009.

45 Turco (à l’origine fantassin, voir note 40) est devenu dans la langue commune un terme générique désignant tout membre d’une troupe indigène. « Ici, le 5 décembre 1870, a succombé en défendant la patrie un Turco. Seul par cinq décharges successives, il arrêta un régiment prussien, et le bras cassé, il tira quatre fois encore, puis tomba criblé de balles. L’héroïsme est un baptême. Dieu lui fasse miséricorde ». Cet éloge funèbre, dont la tonalité chrétienne finale est révélatrice, fut rédigé par le lieutenant-colonel Testerode (sans doute Eugène-Paul, du 36e régiment d’Infanterie de Ligne) qui commandait l’unité dans laquelle était incorporé ce fantassin musulman resté anonyme, auquel il fit ériger en 1886 un mausolée en forme de pyramide près de Chanteau dans le Loiret. Plus tard, le Souvenir Français aménagea, au même cimetière de Chanteau, un tombeau de style pseudo-musulman conforme aux critères définis par l’armée française ; il s’agit sans doute de la première sépulture de soldat supplétif en métropole, voir Renard 2014. À Juranville, toujours dans le Loiret, un Turco est nommé, avec une orthographe erronée, sur la plaque (et non sur une tombe) apposée non par une autorité militaire, mais par le Souvenir français, sur la maison au Pavé de Juranville où est réputé s’être déroulé l’épisode relaté dans l’éloge funèbre : « À la Mémoire de Hamed-ben-Kacy, soldat au 3e Régiment de Tirailleurs Algériens qui, retranché dans cette maison, s’est défendu avec acharnement contre un grand nombre de Prussiens et en a tué sept avant de succomber. 28 novembre 1870. À nous le souvenir, à lui l’immortalité », voir https://monument.pagesperso-orange.fr/Liste/JuranvillePC2.html.

46 Une ordonnance du 21 mars 1831 crée deux escadrons de « chasseurs numides » ou « chasseurs algériens » ; ces cavaliers sont aussi désignés par l’oxymore « zouaves (fantassins) à cheval » parce que, par commodité, ils sont jumelés à un bataillon de zouaves constitué au même moment ; c’est comme si on avait appelé « légionnaires » les cavaliers des ailes attachées aux légions romaines.

47 Créé en 1854-55, à la suite des trois autres, ce « régiment de zouaves de la Garde impériale » (d’où l’aigle) est aussi connu comme 4e régiment de zouaves. Il fut dissous en 1870 ; https://archive.org/details/epopedeszouaves402burk/page/n6 ; Notices historiques sur le Corps des Zouaves (1830-1962), http://www.genclermagenta.com/gc/fr/st.html.

48 Azan 1925, p. 59.

49 Formée par le général de Monsabert, elle est composée de trois régiments de tirailleurs (3e et 7e Tirailleurs algériens, 4e Tirailleurs tunisiens). La Victoire de Constantine, expressément choisie pour figurer sur cet emblème, est une statuette romaine découverte dans la casbah de Constantine lors de travaux, en 1855 (Audollent 1896) ; une réplique fut placée au sommet du monument aux morts de la guerre de 1914, lui-même en forme d’arc de triomphe romain.

50 Monsabert 2000, p. 194 : « Nous sommes, vis-à-vis des Alliés, ce que nos indigènes sont vis-à-vis de nous. Ah, quand la France reprendra-t-elle sa place ? ».

51 Juin 1959, p. 264. Sur la participation de la division à la campagne d’Italie, et les polémiques qu’elle suscita, Baris 2007.

52 Heurgon 1978, p. 115. De même J. Heurgon souffla l’idée de la prise d’armes de l’unité sur le forum de Pompéi : illustration, R. Maumet, Montsabert le Romain, https://www.centrecultureldupaysdorthe.com/le-pays-d-orthe/hastingues/monsabert-le-romain.

53 Sur l’acquisition de la citoyenneté française par les légionnaires, https://droit-finances.commentcamarche.com/faq/60346-legion-etrangere-et-nationalite-francaise ; elle peut être demandée à partir de trois ans de service ; elle est accordée après blessure au combat. Dans tous les cas le légionnaire peut la refuser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Dondin-Payre, « Les auxiliaires militaires de l’armée d’Afrique héritiers de l’exercitus Africae ? »Antiquités africaines, 56 | 2020, 357-364.

Référence électronique

Monique Dondin-Payre, « Les auxiliaires militaires de l’armée d’Afrique héritiers de l’exercitus Africae ? »Antiquités africaines [En ligne], 56 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/antafr/1458 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.1458

Haut de page

Droits d’auteur

Antiquités africaines

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search