Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56In memoriam : Abdelfattah Ichkhak...

In memoriam : Abdelfattah Ichkhakh (1969-2020)

Aomar Akerraz, Rachid Arharbi, Hicham Hassini, Mohamed Kbiri Alaoui, Véronique Brouquier-Reddé et Amina-Aïcha Malek
p. 15-22

Texte intégral

Abdelfattah Ichkhakh

Abdelfattah Ichkhakh

1C’est avec une très grande tristesse et une vive émotion que nous annonçons le décès de notre collègue et ami Abdelfattah Ichkhakh, survenu à Marrakech le 1er août 2020 dans sa 51e année. Conservateur-adjoint du site archéologique de Volubilis de 1993 à 2001, il était depuis 2001 conservateur des monuments et des sites archéologiques de Mogador-Essaouira, deux sites classés sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Archéologue talentueux, spécialiste de la Maurétanie occidentale (Maroc actuel), il a dirigé et a collaboré, grâce à ses compétences reconnues, à plusieurs programmes de recherche de l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine (INSAP), avec des équipes marocaines ou en coopération internationale aux opérations archéologiques sur les principaux sites antiques de Tingitane : ceux de Banasa, Kouass, Lixus, Mogador, Rirha, Thamusida, Volubilis et Zilil.

  • 1 Ichkhakh 1992.

2Né le 26 décembre 1969 à Marrakech où il obtint le baccalauréat, Abdelfattah Ichkhakh fut reçu en 1988 au concours de l’INSAP. Cet Institut d’enseignement, de formation et de recherche, placé sous la tutelle du Ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports – Département de la culture – et créé à Rabat par Joudia Hassar Benslimane, forme depuis 1985 les futurs fonctionnaires de la culture dans six disciplines (archéologies préhistorique, préislamique ou islamique, anthropologie, muséologie, monuments historiques) afin d’accéder aux différents postes de responsabilité (conservateur de site archéologique ou de musée, inspecteur des Monuments Historiques, délégué de la culture, enseignant-chercheur…). C’est au cours des stages pratiques qui accompagnent l’enseignement théorique qu’Abdelfattah fit ses premières armes de fouilleur en participant aux sondages de Chellah (Sala antique), de la basilique chrétienne de Zilil et des thermes aux fresques à Banasa. Il obtint son diplôme de 1er cycle en 1990 en archéologie préislamique. Portant son intérêt sur l’architecture domestique romaine, il entreprit, dans le cadre de son mémoire de 2e cycle1 (1992), sous la direction d’Aomar Akerraz, ses recherches sur la Maison au compas, construite à proximité de l’arc de triomphe de Caracalla de Volubilis.

3Lauréat de l’INSAP, Abdelfattah fut affecté en 1993 à la Conservation du site archéologique de Volubilis avec son collègue de promotion Abdelkader Chergui, aux côtés de Hassan Limane, conservateur du site, et participa activement à sa gestion administrative et scientifique. C’est ainsi qu’il contribua, entre autres, à la constitution du dossier d’inscription du site de Volubilis sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO, inscription obtenue en 1997. Il y poursuivit ses recherches sur l’habitat en collaborant aux travaux entrepris au nord de la Maison au compas2 et en analysant la maison voisine dite à l’Éphèbe dont les résultats furent présentés dans son mémoire de Certificat des Études Supérieures, soutenu en 19953. L’étude, élaborée avec Rachid Arharbi, sur le mausolée préromain englobé dans cette domus, fut publiée en 2004-2005 dans Antiquités Africaines4. Progressivement, il examina toute l’insula en étendant l’enquête à la Maison aux colonnes, en renouvelant la lecture de ce quartier résidentiel de Volubilis dans le temps et dans l’espace, apportant de nouvelles données archéologiques avec la découverte d’une huilerie inédite jusqu’alors. Son analyse systématique des vestiges dégagés anciennement, fondée sur de nouveaux sondages dans des secteurs stratégiques, fut l’objet d’une thèse de doctorat, intitulée Le quartier de l’arc de triomphe de Volubilis, la rive nord du decumanus maximus5, sous la direction d’Aomar Akerraz et d’Abdelaziz Touri, soutenue avec brio en 2002. Il avait réuni une nouvelle documentation sur les célèbres maisons à péristyle, fouillées par Raymond Thouvenot et Robert Étienne, dont certaines furent dotées tardivement de bains privés, comme c’est le cas de la domus de Rirha. Le plan interactif du site6 bénéficia de sa parfaite maîtrise de l’espace domestique volubilitain.

  • 7 Inédite.

4Avec les autres conservateurs et le soutien technique de M’Hamed Alilou pour les relevés, Abdelfattah encadra les stages de fouilles des thermes de la porte de Tanger7, entre 1994 et 1998, destinés aux étudiants de l’INSAP dont il codirigeait depuis 2012 les mémoires et les thèses ainsi que celles des doctorants de l’université Ibn Tofaïl de Kénitra. De même, les mastériens et les doctorants étrangers ont pu bénéficier de sa grande connaissance du site et de sa générosité, resserrant ses liens à l’international avec la nouvelle génération d’archéologues et de spécialistes du patrimoine.

  • 8 Voir en dernier lieu, Brouquier-Reddé et alii 2018.
  • 9 Brouquier-Reddé et alii 1998.
  • 10 Morestin 1980.

5Archéologue de terrain passionné, Abdelfattah élargit sa réflexion au domaine cultuel. Il travailla, entre 1995-1998 et 2002, aux sondages et à l’étude architecturale des édifices sacrés de Volubilis, en particulier les temples B, C, D, dans le cadre du programme maroco-français sur les monuments religieux de Tingitane8, soutenu par l’INSAP et le Ministère français des Affaires Étrangères (MAÉ). Il participa, entre autres, à l’un des volumes d’hommage à Georges Souville sur l’évolution du sanctuaire B9 en discutant les résultats de H. Morestin10.

  • 11 Volubilis 2019a.
  • 12 Volubilis 2019b.
  • 13 Limane et alii 1998 ; Volubilis 2001, p. 88-95, 110-114.

6Sa connaissance diachronique du site se développa en prenant part, en 2002, au chantier D, centré sur l’occupation des niveaux islamiques avec l’équipe maroco-américaine11. Puis il s’investit dans le projet marocain Protars qui explorait le centre monumental en 2002, 2003, 2005 et 2008 et il co-édita avec Mohammed Makdoun la monographie Recherches archéologiques de la partie Nord-Est et Est du Quartier monumental de Volubilis12. Un site auquel il était très attaché et sur lequel il avait mené de nombreuses recherches, si bien qu’il en était devenu l’un des meilleurs spécialistes en contribuant notamment à deux ouvrages : Volubilis : de mosaïque à mosaïque et Volubilis, Eine römische Stadt in Marokko von der Frühzeit bis in die Islamische Periode13.

  • 14 Rebuffat et alii 2012 ; Rebuffat et alii. sous presse ; Akerraz et alii en préparation.

7À une autre échelle, les travaux de la prospection maroco-française du Bassin du Sebou, dont l’équipe était basée à Volubilis, lui donnèrent l’occasion, en 1993-1994, de repérer les sites ruraux de la région avec René Rebuffat et d’apporter sa contribution à la Carte archéologique du Maroc antique, I. Le bassin du Sebou, fascicules 2, 3 et 414.

8Le programme des temples, qui avait débuté à Volubilis, l’emmena en 1995 et 1998 dans la plaine du Gharb, au bord du Sebou, à Banasa avec la fouille du temple du forum15, et à Thamusida qu’il visita à cette occasion. Le quartier dit des temples de Lixus, site phénico-maurétanien, surplombant l’oued Loukkos et occupé aux époques romaine et islamique, fut l’étape suivante de ses investigations en 1995, 1999-2001 et 2003. Abdelfattah s’intéressa aux différents édifices dont il vérifia l’identification avancée par Michel Ponsich, notamment à l’occasion du colloque Lieux de cultes: aires votives, temples, églises, mosquée, organisé à Tripoli16. Il s’était beaucoup impliqué dans cette recherche par de nombreux séjours de travail à Rabat, à Essaouira et à Paris où il avait été accueilli dans l’équipe Archéologie et Philologie d’Orient et d’Occident comme professeur invité de l’École Normale Supérieure en 2007 et en 201217, et du laboratoire d’excellence TransferS en 201618.

  • 19 Rirha 2016.

9À Rirha, Abdelfattah a grandement contribué depuis 2005 à la connaissance de cet établissement, placé sur l’un des méandres de la rive droite de l’oued Beht qui traverse la plaine du Gharb, dans le cadre du projet maroco-français, soutenu par l’INSAP, la Casa de Velázquez et le MAÉ français. Il reprit, dans un premier temps, le sondage du tell et il mit en évidence les occupations domestiques depuis le vie s. av. J.-C. jusqu’à l’époque islamique avec une succession de murs en brique crue. Il assura ensuite la direction du chantier de la domus I et de ses thermes privés près du rempart urbain et mit en évidence le premier pressoir à vin antique du Maroc. Il coédita la monographie Rirha, site antique et médiéval au Maroc, en 201619, qui fut couronnée en 2017 par le Prix Serge Lancel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

  • 20 Bridoux et alii 2015 (bibliographie antérieure).

10En bordure de l’océan Atlantique, au nord d’Asilah, Abdelfattah visita, pour la première fois en 2000, l’établissement maurétanien de Kouass, dont il effectua le relevé des structures avec Mohamed Kbiri Alaoui qui préparait alors sa thèse de doctorat à l’université Complutense de Madrid. Ces résultats ont conduit entre 2009 et 2012 une équipe maroco-française avec le soutien de l’INSAP, l’École française de Rome et le MAÉ français à reprendre la recherche sur ce site anciennement dégagé par Michel Ponsich ; Abdelfattah prit en charge le secteur 3, occupé aux époques préromaine et islamique, et collabora également à l’inventaire et l’examen du mobilier en 2013-201420.

  • 21 Marzoli, El Khayari 2010 (et bibliographie antérieure).
  • 22 Ichkhakh 2016.
  • 23 Ichkhakh 2018.
  • 24 Ichkhakh 2020a, b et c.

11Nommé en 2001 conservateur des monuments et des sites archéologiques de Mogador-Essaouira, poste qu’il occupa jusqu’à sa disparition, Abdelfattah entreprit de 2006 à 2008 la fouille du site phénico-maurétanien de Mogador (les îles Purpuraires) dans le cadre du programme défini entre l’INSAP et l’Institut allemand de Madrid21. En même temps, cet ardent protecteur et défenseur du patrimoine culturel marocain qui avait en charge aussi la médina d’Essaouira, site classé sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO en 2001, fit profiter la ville, en pleine expansion urbaine et touristique, de l’expérience qu’il avait acquise à Volubilis dans le domaine de la protection et la gestion du patrimoine. Du point de vue muséographique, il contribua en 2006 à l’élaboration de la scénographie de la nouvelle exposition du musée Sidi Mohammed Ben Abdallah avec son épouse Zhor Amhaouch, également lauréate de l’INSAP et conservatrice du musée, où son expertise d’archéologue averti transparaît. Plusieurs monuments construits en 1760, fort délabrés, ont bénéficié, sous sa responsabilité, de travaux de restauration. Nous nous rappelons avec nostalgie ces promenades que nous effectuions avec lui dans ce secteur sauvegardé pour suivre l’avancement des travaux de restauration et de mise en valeur des remparts, de la sqala de la Kasbah, du Borj de Marrakech, et de Bayt Dakira (la maison de la Mémoire), la seule synagogue restaurée parmi les 37 que comptait la ville22. Abdelfattah a marqué le patrimoine d’Essaouira de son empreinte par son action efficace et éclairée. Il a œuvré avec le soutien de Zhor Amhaouch, actuellement directrice provinciale du département de la culture, au renouveau de cette ville fortifiée en multipliant aussi les reportages et en y accueillant le colloque Villes et patrimoines dans les États arabes de la Société Marocaine d’archéologie et du Patrimoine (SMAP), en novembre 2018. Il apporta une brillante contribution sur « L’archipel de Mogador »23 à l’ouvrage d’art collectif, Le patrimoine culturel du Maroc, édité par le Ministère de la Culture et de la Communication. Récemment encore, pendant le confinement du printemps 2020 et malgré sa maladie, il avait tourné trois courts métrages, intitulés Un conte et une histoire sur le matériel antique ou islamique conservé au musée Sidi Mohamed Ben Abdallah24, à l’occasion de la célébration virtuelle du mois du patrimoine. Sollicité pour occuper d’autres postes au Ministère de la Culture, il les avait déclinés afin de rester à Essaouira et poursuivre son action.

12Abdelfattah répondait toujours avec enthousiasme aux grands projets internationaux sur des thèmes aussi variés que l’eau (ANR EauMaghreb), les jardins (Gardens of the Roman Empire), les monuments religieux, l’architecture domestique, la céramique commune25 (Laboratoire d’excellence TransferS, ENS et Collège de France, Paris), Rirha (Laboratoire d’excellence archimede, Montpellier), et les architectures de terre (Idex Paris Sciences & Lettres TerMaghreb). À Volubilis et à Rirha, il avait acquis une grande connaissance de ce type d’architecture26 et s’impliqua dans l’établissement d’un glossaire bilingue arabo-français27. Fort de son expertise approfondie des structures maurétaniennes de Volubilis, Lixus, Rirha et Mogador, il préparait une synthèse sur l’habitat préromain en Maurétanie occidentale28. Il nous incitait à intervenir aux colloques sur le Patrimoine maurétanien et cette participation lui tenait à cœur car elle resserrait les liens de coopération entre les pays du Maghreb en matière d’archéologie. Il fut un membre actif de l’Association des Lauréats de l’INSAP (Alinsap), créée en 1991, en intervenant et en organisant rencontres scientifiques et débats avec ses collègues et amis « Insapiens ».

  • 29 Kbiri Alaoui 2020.

13Abdelfattah était ainsi devenu au fil des années, avec son expérience de terrain, un spécialiste des périodes maurétanienne, romaine et islamique. Ses publications montrent son engagement actif dans la recherche, dans la coopération, la formation et la valorisation du patrimoine archéologique et historique. Avec sa disparition, l’archéologie marocaine a perdu l’un de ses meilleurs archéologues, chercheurs, conservateurs dont il incarnait la parfaite synthèse29.

14Tous ses collègues et amis très affectés par sa disparition prématurée, tiennent à témoigner leur profonde sympathie à Zhor, son épouse, à Yasmine, sa fille, à sa famille et à ses proches. Ils garderont en mémoire son attachement inconditionnel à son pays, son érudition sur l’histoire marocaine, sa modestie, sa profonde gentillesse et générosité, sa disponibilité, son amitié fidèle. Sa précieuse et amicale collaboration nous manquera indéniablement. Dans le respect de son action et par fidélité à sa mémoire, nous poursuivrons et publierons les travaux qu’il n’a pu mener à leur terme.

Aomar Akerraz

Rachid Arharbi

Hicham Hassini

Mohamed Kbiri Alaoui

Véronique Brouquier-Reddé

Amina-Aïcha Malek

Bibliographie africaine d’Abdelfattah Ichkhakh30

  • 30 Abréviations : Archéo-CVZ : Archéo-CVZ, Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez (...)

1992

15La maison au Compas à Volubilis, Mémoire du Diplôme du 2e cycle, Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine, option Archéologie préislamique, Rabat.

1995

16La maison à l’Ephèbe à Volubilis, Mémoire du Certificat des Études Supérieures, Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine, option Archéologie préislamique, Rabat.

1997

17« Une nouvelle huilerie à Volubilis », NAP 1, p. 7-8.

18(avec H. Limane, A. Chergui), « Découverte d’une tombe islamique au quartier sud de Volubilis », NAP 1, p. 8.

19(avec H. Limane, A. Chergui), « Fouilles du secteur ouest de la porte dite de Tanger », NAP 1, p. 9-10.

1998

20(avec V. Brouquier-Reddé, A. El Khayari), « Le temple B de Volubilis : nouvelles recherches », dans Mélanges offerts à Georges Souville, 2 (= AntAfr) 34, p. 65-72.
http://www.persee.fr/​doc/​antaf_0066-4871_1998_num_34_1_1284

21(avec H. Limane, A. Chergui), « Découverte d’un moule en terre cuite à Volubilis », NAP 2, p. 4.

22(avec H. Limane, A. Chergui,), « Deux nouvelles inscriptions d’Aïn Schkour », NAP 2, p. 12.

23(avec H. Limane, A. Chergui, R. Rebuffat, D. Drocourt), Volubilis : de mosaïque à mosaïque, Casablanca – Aix-en-Provence.

1999

24(avec V. Brouquier-Reddé, A. El Khayari), « Les stèles votives de Maurétanie tingitane : un complément au catalogue du temple B de Volubilis », dans Numismatique, langues, écritures et arts du livre, spécificités des arts figurés, Actes du VIIe colloque international sur l’Histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord, 121e Congrès National des Sociétés Savantes (CTHS), Nice 21-31 octobre 1996, Paris, p. 343-370.

2000

25(avec A. Chergui, H. Limane), « Nouvelles inscriptions d’Aïn Schkour », dans L’Africa romana XIII, p. 1613-1620.
http://eprints.uniss.it/​5821/​1/​Khanoussi_M_Africa_romana_2000_2.pdf

26(avec A. Chergui, H. Limane), « Note sur un moule en terre cuite de Volubilis », dans L’Africa romana XIII, p. 1621-1625.
http://eprints.uniss.it/​5821/​1/​Khanoussi_M_Africa_romana_2000_2.pdf

2001

27(avec H. Limane), « Quelques données sur l’occupation islamique à Volubilis », dans Volubilis, p. 88-95.

28(avec H. Limane), « Les mosaïques de Volubilis », dans Volubilis, p. 110-114.

29(avec V. Brouquier-Reddé, A. El Khayari), « Recherches sur les monuments religieux de Louis Chatelain à la mission des temples », dans ‘Plus d’un siècle de recherches archéologiques au Maroc’. Premières Journées Nationales d’Archéologie et du Patrimoine, Rabat 1-4 juillet 1998, Rabat, p. 187-197.
https://halshs.archives-ouvertes.fr/​halshs-01444171/​document

2002

30Le quartier de l’arc de triomphe de Volubilis, la rive nord du decumanus maximus, Thèse de doctorat, Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine, Rabat.

2004

31(avec V. Brouquier-Reddé, A. El Khayari), « Le temple du forum de Banasa », dans M. Khanoussi et alii (éd.), L’Africa romana XV, Ai confini dell’Impero: contatti, scambi, conflitti, Atti del XV convegno di studio, Tozeur, 11-15 dicembre 2002, Roma (Pubbl. del Dipartimento di Storia dell’Università degli studi di Sassari n.s. 21), 3, p. 1885-1898.
http://eprints.uniss.it/​5835/​2/​Khanoussi_M_Africa_romana_2004_3.pdf

32(avec V. Brouquier-Reddé, A. El Khayari et alii), « Les monuments religieux de Maurétanie Tingitane », dans Archéologies, vingt ans de recherches françaises dans le monde, Paris, p. 239-240.

2004-2005

33(avec R. Arharbi), « Nouvelles observations sur le mausolée préromain de Volubilis », AntAfr 40-41, p. 303-309.
https://www.persee.fr/​doc/​antaf_0066-4871_2004_num_40_1_1395

2006

34« Nouvelles données sur l’évolution urbaine de Volubilis », dans L’Africa romana XVI, 4, p. 2201-2218.
http://eprints.uniss.it/​5826/​1/​Akerraz_A_Africa_romana_2006_4.pdf

35(avec V. Brouquier-Reddé, A. El Khayari), « Lixus, de l’époque phénicienne à l’époque médiévale, le quartier dit ‘des temples’ », dans L’Africa romana XVI, 4, p. 2157-2174.
http://eprints.uniss.it/​5826/​1/​Akerraz_A_Africa_romana_2006_4.pdf

36(avec L. Callegarin, M. Kbiri-Alaoui, C. Darles, V. Ropiot), « Les opérations archéologiques maroco-françaises de 2004 et 2005 à Rirha (Sidi Slimane, Maroc) », MCV 36, 2, p. 345-357.
https://journals.openedition.org/​mcv/​2757

2007

37(avec L. Callegarin, M. Kbiri Alaoui), « Recherches archéologiques maroco-françaises à Rirha (Sidi Slimane, Maroc) », dans Les sites archéologiques dans la région du Gharb. Entre la recherche scientifique et le développement, Actes du colloque national (Kénitra, novembre 2005), Kénitra (Colloques et séminaires 9), p. 5-34.

2008

38(avec V. Brouquier-Reddé, A. El Khayari), « Les édifices religieux de Lixus (Maurétanie tingitane) », dans Lieux de culte: aires votives, temples, églises, mosquées, IXe Colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord antique et médiévale, Tripoli, 20-24 février 2005, Paris (Études d’Antiquités Africaines), p. 129-139.
http://www.persee.fr/​doc/​etaf_0768-2352_2008_act_1_1_904?q=Brouquier-Redd%C3%A9

2010

39(avec V. Brouquier-Reddé, F. Poupon, A. El Khayari, H. Hassini), « L’occupation phénico-punique du quartier dit des temples de Lixus », dans G. Bartoloni, P. Matthiae, L. Nigro, L. Romano (éd.), « Tiro, Cartagine, Lixus : Nuove acquisizioni », Atti del Convegno Internazionale in onore di Maria Giulia Amadasi Guzzo, Roma, 24-25 novembre 2008 (= Quaderni di Vicino Oriente IV), p. 39-59.
https://halshs.archives-ouvertes.fr/​halshs-01444536/​document

40(avec V. Bridoux, M. Kbiri Alaoui, S. Biagi, C. Brinon, M. Chaibi, A. Charif, H. Dridi, E. Lovergne, A. Pichot, M. Ridaoui, M. Ougougdal), « Kouass (Asilah Maroc) 2009, Activités archéologiques de l’École française de Rome », MÉFRA, 122/1, p. 291-30.
http://mefra.revues.org/​468

2011

41(avec V. Bridoux, M. Kbiri Alaoui, S. Biagi, H. Dridi), « La mission archéologique franco-marocaine de Kouass au Maroc », dans V. Blanc Bijon (éd.), La coopération française en Afrique, 2a. Maghreb. Antiquité et Moyen Âge (= Les Nouvelles de l’Archéologie 123), p. 44-48.
https://journals.openedition.org/​nda/​1474

42(avec V. Bridoux, M. Kbiri Alaoui, S. Biagi, N. Brahmi, H. Dridi), « Kouass (Asilah, Marrueros) : datos crono-estratigráficos de la ‘plataforma de los hornos’», dans D. Bernal et alii (éd.), Arqueología y Turismo en el Círculo del Estrecho, Estrategias para la Puesta en Valor de los recursos patrimoniales del Norte de Marrueros, Actas del III Seminario Hispano-Marroquí (Algeciras, abril de 2011), Cádiz (Colección de Monografías del Museo Arqueológico de Tetuán 3), p. 617-625.
http://www.uca.es/​recursos/​doc/​AUE/​Biblioteca/​906244687_26102011122252.pdf

43(avec V. Bridoux, M. Kbiri Alaoui, S. Biagi, N. Brahmi, C. Brinon, H. Dridi, A. Gailliot), « Kouass (Asilah Maroc) 2010, Activités archéologiques de l’École française de Rome », MÉFRA, 123, 1, p. 336-351.
http://mefra.revues.org/​567

44(avec L. Callegarin, M. Kbiri Alaoui, J.-C. Roux), « Le site antique et médiéval de Rirha (Sidi Slimane, Maroc) », dans V. Blanc Bijon (éd.), La coopération française en Afrique, 2b. Maghreb. Antiquité et Moyen Âge (= Les Nouvelles de l’Archéologie 124), p. 25-29.
https://journals.openedition.org/​nda/​1419

2012

45« Recherches sur les maisons du quartier de l’arc de triomphe (Volubilis) », BAM 22, p. 187-213.

46« Recherches disciplinaires sur le site de Rirha (Plaine du Gharb - Maroc). Conférence d’Archéologie sur le site de Rirha, Paris, ENS, 9 février 2012 », Paris.
https://savoirs.ens.fr/​expose.php?id=781

47(avec V. Bridoux, M. Kbiri Alaoui, N. Brahmi, H. Dridi, H. Hassini, H. Naji, N. André, S. Biagi, « Kouass (Asilah, Maroc), Campagne de fouilles 2011 », dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Maghreb, Rome.
http://cefr.revues.org/​643

48(avec J. Coll Conesa, L. Callegarin, J. Thiriot, A. Fili, M. Kbiri Alaoui ; collaboration de T. Jullien), « Première approche de l’implantation islamique à Rirha (Sidi Slimane) », BAM 22, p. 305-341.

49R. Rebuffat (texte de) ; A. Akerraz, H. Limane, R. Rebuffat (éd.) ; A. Akerraz, H. Limane, R. Rebuffat (dir. de la mission) ; V. Brouquier-Reddé, M. Coltelloni, F. El Harrif, A. Ichkhakh, M. Kbiri Alaoui, É. Lenoir, M. Lenoir, J. Napoli, A. Oumlil, A. Poignant, A. Portelli, Carte archéologique du Maroc antique, I. Le Bassin du Sebou, 2. À l’embouchure du Sebou. Cartes Kénitra – Sidi Yahia, Rabat (VESAM II, 2).

2013

50(avec V. Bridoux, M. Kbiri Alaoui, N. Brahmi, H. Dridi, H. Hassini, H. Naji, N. André, S. Biagi, E. Grisoni), « Kouass (Asilah, Maroc), Campagne de fouilles 2012 », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Maghreb, Rome.
http://cefr.revues.org/​896.

2014

51(avec M. Kbiri Alaoui), « De Sidi Driss à Volubilis ; les recherches sur l’architecture de terre au Maroc », dans Les architectures de terre du Maghreb, Table-ronde séminaire, Meknès 2-4 mai 2014, TerMaghreb, pré-actes, p. 28-29.

52(avec M. Kbiri Alaoui, J.-Cl. Roux ; collaboration de L. Callegarin, Cl.-A. de Chazelle, « Le Tell de Rirha (Maroc). De la diachronie à la synchronie : à propos des vestiges en terre du ve s. av. J.-C. à l’époque augustéenne », dans Les architectures de terre du Maghreb, Table-ronde séminaire, Meknès, 2-4 mai 2014, TerMaghreb, pré-actes, p. 30-31.

53(avec V. Bridoux, M. Kbiri Alaoui, N. André, B. Clavel, E. Grisoni, H. Hassini, Th. Jullien, H. Naji), « Kouass (Asilah, Maroc), Campagne de fouilles 2013 », dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Maghreb, Rome.
https://journals.openedition.org/​cefr/​1236

2015

54(avec M. Kbiri Alaoui), « L’architecture de terre antique au Maroc », dans Les architectures de terre du Maghreb, Table-ronde séminaire, Lambèse-Tazoult 2-4 juin 2015, TerMaghreb, pré-actes, p. 24-25.

55(avec A. El Khayari, V. Brouquier-Reddé, F. Poupon), « Les offrandes du sanctuaire B à Volubilis : approches archéozoologiques », dans A. Akerraz, A. S. Ettahiri, M. Kbiri Alaoui dir. 2015, Hommage à Joudia Hassar-Benslimane, Actes du colloque, Rabat, 9-10 décembre 2005, Rabat, I, p. 171-185.

56(avec V. Bridoux, M. Kbiri Alaoui, N. André, E. Grisoni, Th. Jullien, É. Lenoir, H. Naji), « Kouass (Asilah, Maroc), Campagne d’études 2014 », dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Maghreb, Rome.
https://journals.openedition.org/​cefr/​1389

2016

57« La Médina d’Essaouira (Mogador) : histoire d’une ville côtière », dans Patrimoine mondial de l’UNESCO: les sites du Maroc, Casablanca, p. 225-251 (en français et en arabe).

58« L’architecture de terre au Maroc antique : état de la question », Conférence d’archéologie, Paris, ENS, 17 février 2016.
https://www.ens.psl.eu/​actualites/​professeur-invite-aoroc-abdelfattah-ichkhakh

59(avec M. Kbiri Alaoui), « L’architecture de terre au Maroc », dans Les architectures de terre du Maghreb, Table-ronde séminaire, Paris-Grignon 18-20 octobre 2016, TerMaghreb, pré-actes, p. 10-11.

60(avec V. Brouquier-Reddé, F. Poupon, A. El Khayari), « Esquisse sur la topographie religieuse de Volubilis à l’époque maurétanienne », dans M. El Rhaiti, M. Makdoun (éd.), Le patrimoine maure (amazigh) de Volubilis, Meknès 24-25 mars 2012, Meknès (Faculté des lettres et Sciences humaines, Actes de Colloques 45), p. 129-161.

61(avec Cl.-A. de Chazelles, F. Monier, Y. Aibeche, M. Kbiri Alaoui, S. Mamache, H. Aldja, S. Chergui, S. Alliche), « Le glossaire : pour un vocabulaire harmonisé de la construction en terre », dans Les architectures de terre du Maghreb, Table-ronde séminaire, Paris-Grignon 18-20 octobre 2016, pré-actes, 44 p. (bilingue français-arabe).

62(avec M. Kbiri Alaoui, L. Callegarin, J.-Cl. Roux, C. Cammas, E. Bonnaire ; collaboration de S. Leclercq), « Stratigraphie et bâti », dans Rirha II, p. 11-84.

63(avec M. Kbiri Alaoui, L. Callegarin), « Un premier aperçu du site avant la conquête claudienne », dans Rirha II, p. 117-125.

64(avec M. Kbiri Alaoui, L. Callegarin), « Conclusion. L’implantation humaine à l’époque maurétanienne (viie s. av. J.-C. - 40 ap. J.-C.) », dans Rirha II, p. 127-128.

65(avec El Khayari, L. Callegarin ; collaboration de M. Kbiri Alaoui, A. Ichkhakh), « Deux inscriptions néopuniques » dans Rirha II, p. 95-103.

66(avec L. Callegarin, A. El Khayari ; collaboration de M. Kbiri Alaoui, A. Ichkhakh), « Le graffite libyque de Rirha » dans Rirha II, p. 90-95.

67(avec L. Callegarin, C. Darles, V. Mathieu, D. Rousset, G. Sénéchal, J.-Cl. Roux, C. Cammas ; collaboration de M. Kbiri Alaoui, T. Martin, S. Leclercq), « Architecture et stratigraphie », dans Rirha III, p. 11-118.

68(avec L. Callegarin ; collaboration de M. Kbiri Alaoui, A. Ichkhakh, Chr. Boube-Piccot), « L’agglomération de Rirha durant l’époque impériale romaine », dans Rirha III, p. 191-210.

69(avec L. Callegarin, M. Kbiri Alaoui), « Conclusion. Rirha : une agglomération romaine (40 ap. J.-C.- fin du iiie siècle ap. J.-C.) », dans Rirha III, p. 21-212.

70(avec L. Callegarin, S. Leclercq, J.-Cl. Roux, V. Mathieu, S. Leclercq ; collaboration de M. Alilou, Th. Jullien, C. Cammas), « Architecture et horizons stratigraphiques », dans Rirha IV, p. 21-96.

71(avec L. Callegarin, M. Kbiri Alaoui, J.-Cl. Roux), « Conclusion. Les occupations médiévales », dans Rirha IV, p. 121-123.

72(avec L. Callegarin, M. Kbiri-Alaoui, J.-C. Roux éd.), Le site antique et médiéval de Rirha (Sidi Slimane, Maroc), Madrid (Collection de la Casa de Velázquez 150-153), I-IV.

73(avec Cl.-A. de Chazelles, M. Kbiri Alaoui), « Rirha (Sidi Slimane, Maroc). Rapport 2012-2013 », Archéo-CVZ.
https://archeocvz.hypotheses.org/​338

74(avec Cl.-A. de Chazelles, M. Kbiri Alaoui), « Rirha (Sidi Slimane, Maroc). Rapport 2013-2014 », Archéo-CVZ
https://archeocvz.hypotheses.org/​367

75(avec Cl.-A. de Chazelles, M. Kbiri Alaoui), « Rirha (Sidi Slimane, Maroc). Rapport 2014-2015 », Archéo-CVZ.
https://archeocvz.hypotheses.org/​391

76(avec Cl.-A. de Chazelles, M. Kbiri Alaoui), « Rirha (Sidi Slimane, Maroc). Rapport 2015-2016 », Archéo-CVZ.
https://archeocvz.hypotheses.org/​848

77(avec E. Rocca, Ch. Carrato, M. Kbiri Alaoui), « Rirha (Sidi Slimane, Maroc). Résultats préliminaires de la campagne 2017 », Archéo-CVZ.
https://archeocvz.hypotheses.org/​1156

78(avec T. Jullien, collaboration avec V. Bridoux, L. Callegarin, Cl.-A. de Chazelles, A. Ichkhakh, M. Kbiri Alaoui), « Les grands vases de stockage, de conservation et de transport au nord du Maroc à partir des sites de Rirha (Sidi Slimane) et de Kouass (Asilah-Briech) », dans Jarres et grands contenants entre Moyen Âge et Époque Moderne, Actes du 1er Congrès International Thématique de l’AIECM3 (Montpellier-Lattes, novembre 2014), Aix-en-Provence, p. 91-104.

2018

79« L’archipel de Mogador » dans Le patrimoine culturel du Maroc, Casablanca, p. 152-159.

80« Le port d’Essaouira Mohammed Ben Abdellah et les enjeux politiques et économiques », dans Il était une fois.
https://www.youtube.com/​watch?v=DTMvyz-lHUY&feature=youtu.be (en arabe).

81« Découvrez les meilleurs endroits touristiques d’Essaouira – Mogador », dans Balade.
https://www.youtube.com/​watch ?v =kPLB--BNp3g.

82(avec V. Brouquier-Reddé, A. El Khayari), « Architecture maurétanienne et romaine, le cas du sanctuaire D de Volubilis », dans Du culte, p. 55-66.

83(avec V. Brouquier-Reddé, S. Leclercq, A. El Khayari), « Quelques aspects du rituel du sanctuaire B de Volubilis (Maurétanie occidentale) », dans Du culte, p. 135-150.

84(avec L. Callegarin, M. Kbiri Alaoui, Cl.-A. de Chazelles, V. Mathieu, A.-A. Malek, A. Dardenay, Z. Qninba, B. Belkamel, S. Sanz-Liberté, Ch. Darles, J.-B. Pineau, M. Alilou), « Les thermes de la domus 1 de Rirha (Sidi Slimane, Maroc) », dans L’eau, p. 163-192.
https://www.academia.edu/​38167241/​

85(avec M. Kbiri Alaoui, V. Bridoux, N. André), « Éléments d’analyse géoarchéologique autour du golfe de Kôtès et recherches sur l’aqueduc de Kouass (Briech, Maroc) », dans L’eau, p. 419-435.

86(avec M. Kbiri Alaoui, L. Callegarin, S. Leclercq), « Les niveaux islamiques de Rirha (Sidi Slimane) », dans M. Belatik, M. Kbiri Alaoui, S. Kafas, A. S. Ettahir, A. Fili (dir.), L’archéologie islamique au Maroc entre le texte historique et l’enquête de terrain, Actes du premier congrès national sur le patrimoine culturel marocain, Rabat, 16-17 novembre 2011, Rabat, p. 5-30.

87(avec M. Kbiri Alaoui, E. Rocca, Ch. Carrato, Rirha: une agglomération antique et médiévale de la plaine du Gharb, Rabat (en arabe et en français).

88(avec E. Rocca, Ch. Carrato, M. Kbiri Alaoui), « Rirha (Sidi Slimane, Maroc). Rapport 2017 », Archéo-CVZ.
https://archeocvz.hypotheses.org/​1341

2019

89« Le déroulement de la fouille. Le chantier 1 », dans Volubilis 2019b, p. 35-66.

90(avec M. Makdoun, R. Bouzidi, H. Limane), « La stratégie et la préparation de la fouille », dans Volubilis 2019b, p. 21-33.

91(avec M. Makdoun, S. Leclercq, M. El Rhaiti), « Les résultats globaux architecturaux et chronologiques », dans Volubilis 2019b, p. 109-206.

92M. Makdoun, A. Ichkhakh (éd.), avec la collaboration de H. Limane, S. Leclercq, M. El Rhaiti, R. Bouzidi, Recherches archéologiques sur la partie Nord-Est et Est du Quartier monumental du site de Volubilis, Meknès.

93(avec V. Brouquier-Reddé), « Habiter en Maurétanie occidentale (viiie siècle a.C.-40 p.C.) », Le jardin des Hespérides, 10, p. 22-28.

94(avec M. Kbiri Alaoui, Ch. Carrato, E. Rocca, Cl.-A. de Chazelles, J.-Cl. Roux, H. Gazzal, V. Mathieu ; collaboration de J.-B. Pineau, K. Dixon, A. Espada), « Rirha : chronique de la campagne de fouille de 2017 », BAM 24, p. 233-239.

95(avec E. Rocca, Ch. Carrato, M. Kbiri Alaoui), « Rirha (Sidi Slimane, Maroc). Rapport 2018 », Archéo-CVZ.
https://archeocvz.hypotheses.org/​1951

2020

96« L’amphore Agora K 109 », dans Un chef d’œuvre.
https://www.facebook.com/​272153053175491/​posts/​1311523895905063/​

97« La céramique à engobe rouge phénicien », dans Un chef d’œuvre.
https://www.facebook.com/​272153053175491/​posts/​1312874022436717/​?sfnsn=mo&d=n&vh=e (en arabe)

98« Moule à sucre d’époque sâadienne », dans Un chef d’œuvre.
https://www.facebook.com/​272153053175491/​posts/​1314872105570242/​?sfnsn=wa&d=w&vh=e (en arabe)

99(dans) M. Romani, D. Matthieu, A. Vergnault, La belle Mogador.
https://www.youtube.com/​watch?v=NHrOI9QRLIs

100(avec E. Rocca, Ch. Carrato, M. Kbiri Alaoui), « Rirha (Sidi Slimane, Maroc). Rapport 2019 », Archéo-CVZ.
https://archeocvz.hypotheses.org/​2750

101(avec T. Oueslati, M. Alaoui Kbiri, L. Callegarin, Cl.-A. de Chazelles, E. Rocca, Ch. Carrato), « 1st Century BCE Occurrence of Chicken, House Mouse and Black Rat in Morocco : Socio-Economic Changes around the Reign of Juba II on the Site of Rirha », Journal of Archaeological Science: Reports 29.
https://www.sciencedirect.com/​science/​article/​pii/​S2352409X19303141

Sous presse

102R. Rebuffat (texte de) ; A. Akerraz, V. Brouquier-Reddé, É. Lenoir (éd.) ; A. Akerraz, H. Limane, R. Rebuffat (dir. de la mission) ; avec les contributions de A. Akerraz, R. Arharbi, V. Brouquier-Reddé, A. Chergui, M. Coltelloni-Trannoy, S. Crogiez-Pétrequin, M. Habibi, K. Holland-Heller, A. Ichkhakh, M. Kbiri Alaoui, L. Laamiri, É. Lenoir, M. Lenoir, H. Limane, J. Napoli, A. Oumlil, A. Portelli-Arnaud, Z. Qniba, E. Rocca, Carte archéologique du Maroc antique, 1. Le Bassin du Sebou, 3. La rive droite du Sebou. Cartes Sidi Allal Tazi – Souq el Arbaâ – Mechraâ Belqsiri, Rabat (VESAM II, 3).

103(avec T. Oueslati, L. Callegarin, M. Kbiri Alaoui), « La romanisation des techniques de boucherie dans les provinces romaines : le cas du site de Rirha, Maroc (ier-iiie s. p.C.) », dans V. Blanc-Bijon (éd.), Hommes et animaux au Maghreb, de la Préhistoire au Moyen âge: explorations d’une relation complexe, XIe Colloque international Histoire et Archéologie de l’Afrique du Nord, SEMPAM, octobre 2014, Marseille/Aix-en-Provence.

À paraître

104« La maison au Compas (Volubilis) », dans Hommage M. Lenoir.

105« L’eau dans les thermes privés de Volubilis », dans Les ressources.

106Notice « Le Maroc (Maurétanie tingitane) », dans W.F. Jashemsky, K.L. Gleason, K. Hartswick, A.-A. Malek (éd.), Gardens of Roman Empire, 2.

107(avec M. Kbiri Alaoui), « L’architecture de terre au Maroc antique : état de la question », dans Les architectures de terre du Maghreb, TerMaghreb.

108(avec M. Aït Ougougdal, L. Callegarin, M. Chaibi, A. Charif, M. Kbiri Alaoui, M. Ridaoui), « L’évolution du cours de l’oued Beht et l’établissement de Rirha », dans Les ressources.

109(avec V. Brouquier-Reddé, A. El Khayari, H. Hassini), « Les thermes du quartier des temples de Lixus », dans Hommage M. Lenoir.

110(avec V. Bridoux, M. Kbiri Alaoui, S. Biagi, H. Dridi), « Nouvelles recherches archéologiques à Kouass-Briech », dans Hommage M. Lenoir.

111(avec H. Hassini ; collaboration de V. Brouquier-Reddé, A. El Khayari, A. Ichkhakh), « La céramique commune antique du quartier dit des temples de Lixus », dans S. Leclercq, M. Kbiri Alaoui, A. Ichkhakh (éd.), Les céramiques communes antiques de Volubilis, Tables rondes de l’INSAP, 1, Rabat, 31/10-2/11/2018.

112S. Leclercq, M. Kbiri Alaoui, A. Ichkhakh (éd.), Les céramiques communes antiques de Volubilis, Tables rondes de l’INSAP, 1, Rabat, 31/10-2/11/2018.

En préparation

113Akerraz, V. Brouquier-Reddé, É. Lenoir (dir.) ; A. Akerraz, H. Limane, R. Rebuffat (dir. de la mission) ; avec les contributions de C. Castanet, A. Chergui, S. Desruelles, A. Ichkhakh, J. Napoli, F. Villedieu, E. Rocca et alii), La carte archéologique du Maroc antique, I. Le bassin du Sebou, 4. La région de Volubilis et le sud-est de la province de Maurétanie tingitane, Cartes Beni Ammar – El Qansera – Khenichet-sur-Ouerrha – Meknès – Oulad Aïssa – Sidi Qacem – Sbaâ Âyoun, Rabat (VESAM II, 4).

Haut de page

Bibliographie

Akerraz A. 1998, « Recherches sur les niveaux islamiques de Volubilis », dans P. Cressier, M. García-Arenal (éd.), Genèse de la ville islamique en al-Andalus et au Maghreb occidental, Madrid, p. 295-304.
https://www.academia.edu/23871576/

Akerraz A., Brouquier-Reddé V., Lenoir É. (dir.) ; A. Akerraz, H. Limane, R. Rebuffat (dir. de la mission) en préparation, La carte archéologique du Maroc antique, I. Le bassin du Sebou, 4. La région de Volubilis et le sud-est de la province de Maurétanie tingitane. Cartes Beni Ammar – El Qansera – Khenichet-sur-Ouerrha – Meknès – Oulad Aïssa – Sidi Qacem – Sbaâ Âyoun, Rabat (VESAM II, 4).

Arharbi R., Ichkhakh A. 2004-2005, « Nouvelles observations sur le mausolée préromain de Volubilis », AntAfr 40-41, p. 303-309.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_2004_num_40_1_1395

Bridoux V. et alii 2015, « Kouass (Asilah, Maroc), Campagne d’études 2014 », dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Maghreb.
https://journals.openedition.org/cefr/1389

Brouquier-Reddé V., El Khayari A., Ichkhakh A. 1998, « Le temple B de Volubilis : nouvelles recherches », dans Mélanges offerts à Georges Souville, 2 (= AntAfr 34), p. 65-72.
http://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1998_num_34_1_1284?q=Brouquier-Redd%C3%A9

Brouquier-Reddé V., El Khayari A., Ichkhakh A. 2004, « Le temple du forum de Banasa », dans M. Khanoussi et alii (éd.), L’Africa romana XV, Ai confini dell’Impero : contatti, scambi, conflitti, Atti del XV convegno di studio, Tozeur, 11-15 dicembre 2002, Roma (Pubbl. del Dipartimento di Storia dell’Università degli studi di Sassari n.s. 21), 3, p. 1885-1898.
http://eprints.uniss.it/5835/2/Khanoussi_M_Africa_romana_2004_3.pdf

Brouquier-Reddé V., El Khayari A., Ichkhakh A. 2008, « Les édifices religieux de Lixus (Maurétanie tingitane) », dans Lieux de culte: aires votives, temples, églises, mosquées, IXe Colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord antique et médiévale, Tripoli, 20-24 février 2005, Paris (Études d’Antiquités africaines), p. 129-139.
http://www.persee.fr/doc/etaf_0768-2352_2008_act_1_1_904?q=Brouquier-Redd%C3%A9

Brouquier-Reddé V., Ichkhakh A., El Khayari A. 2018, « Architecture maurétanienne et romaine, le cas du sanctuaire D de Volubilis », dans Fr. Baratte, V. Brouquier-Reddé, E. Rocca (éd.), Du culte aux sanctuaires: l’architecture religieuse dans l’Afrique romaine et byzantine, Paris (Orient & Méditerranée 25), p. 55-66.

Céramiques (Les) à paraître, Les céramiques communes antiques de Volubilis, Tables rondes de l’INSAP, 1, Rabat, 31/10-2/11/2018, S. Leclercq, M. Kbiri Alaoui, A. Ichkhakh (éd.).

Chazelles Cl.-A. de et alii 2016, « Le glossaire : pour un vocabulaire harmonisé de la construction en terre », dans Les architectures de terre du Maghreb, Table-ronde séminaire, Paris-Grignon 18-20 octobre 2016, pré-actes, 44 p. (bilingue français-arabe).

Ichkhakh A. 1992, La maison au Compas à Volubilis, Mémoire du Diplôme du 2e cycle, Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine, option archéologie préislamique, Rabat.

Ichkhakh A. 1995, La maison à l’Éphèbe à Volubilis, Mémoire du Certificat des Études Supérieures, Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine, option archéologie préislamique, Rabat.

Ichkhakh A. 2002, Le quartier de l’arc de triomphe de Volubilis, la rive nord du decumanus maximus, Thèse de doctorat, Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine, Rabat.

Ichkhakh A. 2012, « Recherches sur les maisons du quartier de l’arc de triomphe (Volubilis) », BAM 22, p. 187-213.

Ichkhakh A. 2016, « La Médina d’Essaouira (Mogador) : histoire d’une ville côtière », dans Patrimoine mondial de l’UNESCO: les sites du Maroc, Casablanca, p. 225-251 (en français et en arabe).

Ichkhakh A. 2018, « L’archipel de Mogador » dans Le patrimoine culturel du Maroc, Casablanca, p. 152-159.

Ichkhakh A. 2020a, « L’amphore Agora K 109 », dans Un chef d’œuvre archéologique : un conte et une histoire.
https://www.facebook.com/272153053175491/posts/1311523895905063/

Ichkhakh A. 2020b, « La céramique à engobe rouge phénicien », ibidem.
https://www.facebook.com/272153053175491/posts/1312874022436717/?sfnsn=mo&d=n&vh=e (en arabe)

Ichkhakh A. 2020c, « Moule à sucre d’époque sâadienne », ibidem.
https://www.facebook.com/272153053175491/posts/1314872105570242/?sfnsn=wa&d=w&vh=e (en arabe).

Ichkhakh A., Brouquier-Reddé V. 2019, « Habiter en Maurétanie occidentale (viiie siècle a.C.-40 p.C.) », Le jardin des Hespérides, 10, p. 22-28.

Kbiri Alaoui M. 2020, « Abdelfattah Ichkhakh (1969/2019) », Le jardin des Hespérides, 11, p. 83-84.

Limane H. et alii 1998, Volubilis : de mosaïque à mosaïque, Casablanca – Aix-en-Provence.

Marzoli D., El Khayari A. 2010, « Preliminary Report Mogador (Morocco) 2008 », MDAI(M) 51, p. 81-94.

Morestin H. 1980, Le sanctuaire B de Volubilis, Paris (Études d’Antiquités africaines).

Rebuffat R. (texte de) 2012 ; A. Akerraz, H. Limane, R. Rebuffat (éd.), Carte archéologique du Maroc antique, I. Le Bassin du Sebou, 2. À l’embouchure du Sebou. Cartes Kénitra - Sidi Yahia, Rabat (VESAM II, 2).

Rebuffat R. (texte de) sous presse ; A. Akerraz, V. Brouquier-Reddé, É. Lenoir (éd.), Carte archéologique du Maroc antique, I. Le Bassin du Sebou, 3. La rive droite du Sebou. Cartes Sidi Allal Tazi – Souq el Arbaâ – Mechraâ Belqsiri, Rabat (VESAM II, 3).

Rirha 2016, Le site antique et médiéval de Rirha (Sidi Slimane, Maroc), L. Callegarin, M. Kbiri-Alaoui, A. Ichkhakh, J.-C. Roux (éd.), I-IV, Madrid (Collection de la Casa de Velázquez 150-153).

Volubilis 2001, Volubilis, Eine römische Stadt in Marokko von der Frühzeit bis in die Islamische Periode, M. Rissa (éd.), Mainz-am-Rheim.

Volubilis 2019a, Volubilis après Rome, les fouilles UCL/INSAP, 2000-2005, E. Fentress, H. Limane (éd.), Leiden-Boston.

Volubilis 2019b, Recherches archéologiques sur la partie Nord-Est et Est du Quartier monumental du site de Volubilis, M. Makdoun, A. Ichkhakh (éd.), avec la collaboration de H. Limane, S. Leclercq, M. El Rhaiti, R. Bouzidi, Meknès.

Haut de page

Notes

1 Ichkhakh 1992.

2 Sous la direction de A. Akerraz, cf. Akerraz 1998.

3 Ichkhakh 1995.

4 Arharbi, Ichkhakh 2004-2005.

5 Ichkhakh 2002 ; 2012.

6 Version de septembre 2003 : https://www.sitedevolubilis.org/www/english/map/index.htm

7 Inédite.

8 Voir en dernier lieu, Brouquier-Reddé et alii 2018.

9 Brouquier-Reddé et alii 1998.

10 Morestin 1980.

11 Volubilis 2019a.

12 Volubilis 2019b.

13 Limane et alii 1998 ; Volubilis 2001, p. 88-95, 110-114.

14 Rebuffat et alii 2012 ; Rebuffat et alii. sous presse ; Akerraz et alii en préparation.

15 Brouquier-Reddé et alii 2004.

16 Brouquier-Reddé et alii 2008.

17 https://savoirs.ens.fr/expose.php?id=781

18 http://www.transfers.ens.fr/Abdelfattah-ICHKHAKH.

19 Rirha 2016.

20 Bridoux et alii 2015 (bibliographie antérieure).

21 Marzoli, El Khayari 2010 (et bibliographie antérieure).

22 Ichkhakh 2016.

23 Ichkhakh 2018.

24 Ichkhakh 2020a, b et c.

25 Les céramiques à paraître.

26 https://savoirs.ens.fr/expose.php?id=781

27 Chazelles et alii 2016.

28 Article préliminaire, cf. Ichkhakh, Brouquier-Reddé 2019.

29 Kbiri Alaoui 2020.

30 Abréviations : Archéo-CVZ : Archéo-CVZ, Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez ; NAP : Nouvelles Archéologiques et Patrimoniales, Rabat ; L’Africa romana XIII : M. Khanoussi, P. Ruggeri, C. Vismara (éd.), L’Africa romana XIII, Geografi, viaggiatori, militari nel Maghreb: alle origini dell’archeologia nel Nord Africa, Atti del XIII convegno di studio, Djerba, 10-13 dicembre 1998, Roma (Pubbl. del Dipartimento di Storia dell’Università degli studi di Sassari, n.s. 6), 2000 ; L’Africa romana XVI : A. Akerraz et alii (éd.), L’Africa romana XVI, Mobilità delle persone e dei popoli, dinamiche migratorie, emigrazioni ed immigrazioni nelle province occidentali dell’Impero romano, Atti del XVI convegno di studio, Rabat, 15-19 dicembre 2004, Roma (Pubbl. del Dipartimento di Storia dell’Università degli studi di Sassari, n.s. 31), 2006 ; Un chef d’œuvre : Un chef d’œuvre archéologique : un conte et une histoire, Essaouira, 2020 ; Du culte : Fr. Baratte, V. Brouquier-Reddé, E. Rocca (éd.), Du culte aux sanctuaires : l’architecture religieuse dans l’Afrique romaine et byzantine, Paris (Orient & Méditerranée 25) 2018 ; L’eau : V. Brouquier-Reddé, Fr. Hurlet (éd.), L’eau dans les villes du Maghreb et leur territoire à l’époque romaine, Bordeaux (Ausonius Mémoires 54) 2018 ; Hommage M. Lenoir : A. Akerraz, V. Brouquier-Reddé, É. Lenoir (éd.), De Rome à la Maurétanie tingitane, Hommage à la mémoire de Maurice Lenoir, Rabat (ÉTAM), à paraître ; Les ressources : A. Akerraz, V. Brouquier-Reddé, É. Lenoir (éd.), Les ressources en eau des cités et de leurs territoires en Maurétanie tingitane, Rabat (ÉTAM), à paraître ; Rirha II : L. Callegarin, M. Kbiri Alaoui, A. Ichkhakh, J.-Cl. Roux dir., Rirha, site antique et médiéval du Maroc, II. Période maurétanienne (Ve siècle av. J.-C. - 40 ap. J.-C.), Madrid (Collection de la Casa de Velázquez 151), 2016 ; Rirha III : L. Callegarin, M. Kbiri Alaoui, A. Ichkhakh, J.-Cl. Roux dir., Rirha, site antique et médiéval du Maroc, III. Période romaine (40 ap. J.-C. - fin du IIIe siècle ap. J.-C.), Madrid (Collection de la Casa de Velázquez 152), 2016 ; Rirha IV : L. Callegarin, M. Kbiri Alaoui, A. Ichkhakh, J.-Cl. Roux dir., Rirha, site antique et médiéval du Maroc, IV. Période médiévale islamique (IXe-XVe s.), Madrid (Casa de Velázquez 153), 2016 ; Volubilis 2001 : M. Rissa (éd.), Volubilis, Eine römische Stadt in Marokko von der Frühzeit bis in die islamische Periode, Mainz-am-Rhein, 2001 ; Volubilis 2019 : M. Makdoun, A. Ichkhakh (éd.), avec la collaboration de H. Limane, S. Leclercq, M. El Rhaiti, R. Bouzidi, Recherches archéologiques sur la partie Nord-Est et Est du Quartier monumental du site de Volubilis, Meknès, 2019.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Abdelfattah Ichkhakh
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1592/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aomar Akerraz, Rachid Arharbi, Hicham Hassini, Mohamed Kbiri Alaoui, Véronique Brouquier-Reddé et Amina-Aïcha Malek, « In memoriam : Abdelfattah Ichkhakh (1969-2020) »Antiquités africaines, 56 | 2020, 15-22.

Référence électronique

Aomar Akerraz, Rachid Arharbi, Hicham Hassini, Mohamed Kbiri Alaoui, Véronique Brouquier-Reddé et Amina-Aïcha Malek, « In memoriam : Abdelfattah Ichkhakh (1969-2020) »Antiquités africaines [En ligne], 56 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/antafr/1592 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.1592

Haut de page

Auteurs

Aomar Akerraz

Rachid Arharbi

Hicham Hassini

Mohamed Kbiri Alaoui

Véronique Brouquier-Reddé

Articles du même auteur

Amina-Aïcha Malek

Haut de page

Droits d’auteur

Antiquités africaines

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search