Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56In memoriam : Jacques Gascou (193...

In memoriam : Jacques Gascou (1938-2020)

Michel Christol
p. 5-9

Texte intégral

1La part de l’Afrique du Nord dans l’œuvre de Jacques Gascou (1938-2020) est essentielle. Elle est aux fondements de son approche des savoirs de l’Antiquité, et sans nul doute elle marqua, le temps passant, d’autres expériences scientifiques dans lesquelles il s’engagea toujours avec dévouement, lucidité et talent, lorsqu’il s’établit à Aix-en-Provence, d’abord à l’Institut d’archéologie méditerranéenne (IAM), puis au Centre Camille-Jullian, créé lorsque des remaniements firent apparaître une autre configuration de la recherche. Membre actif du Centre Camille-Jullian où, en compagnie de Michel Janon qui – faut-il le relever ? – avait connu un long contact avec l’Algérie antique, il mit en place le programme ILN (Inscriptions latines de Narbonnaise), il continua avec la plus grande constance d’apporter son concours à la revue Antiquités africaines, nourrissant d’articles solides, au savoir impeccable, l’une après l’autre, les parutions annuelles, et confortant ainsi, par un effort continu, son rayonnement scientifique. Enfin, quand la construction de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) permit de réunir des compétences multiples dans un cadre rénové, il prit une part active aux responsabilités éditoriales, en assurant sa direction entre 1995 et 2000.

2Comme pour de nombreux « Romains », l’intérêt pour l’Afrique du Nord s’exprima dès le séjour à l’École française, alors qu’elle était dirigée par Pierre Boyancé puis par Georges Vallet, Jean-Paul Morel assurant le secrétariat général. Jacques Gascou allait en Italie avec le bagage d’un agrégé de lettres classiques, mais surtout avec la formation que donnait, à tous ceux qui allaient l’écouter à l’École pratique des Hautes-Études (ÉPHE), le grand savant et l’homme généreux qu’était Hans-Georg Pflaum. Dans le volume qui présentait l’activité d’enseignement de l’année 1964-1965 et annonçait les cours de l’année suivante, fut alors publié un article portant les trois signatures de Jacques Gascou, Xavier Loriot, Pierre Gros. Il était intitulé : « Une grande famille de Cuicul à travers le second siècle ». Hans-Georg Pflaum aimait engager les élèves qui lui paraissaient prometteurs dans leurs premiers travaux d’épigraphie latine. C’était, en quelque sorte, un prolongement nécessaire du séminaire.

3Si le premier article paru dans les Mélanges d’Archéologie et d’Histoire (MAH, prédécesseurs des MÉFRA) portait sur un sujet italien, le rescrit d’Hispellum, un long texte mettant à l’épreuve les capacités du latiniste, par la suite allait être publié un copieux article d’épigraphie latine. Il s’agissait d’inscriptions de Tébessa (Theueste), où l’avait entraîné Paul-Albert Février qui soutenait de toutes ses forces l’archéologie militante dans la jeune Algérie indépendante. Elles avaient été relevées sur le terrain en septembre 1967, et elles faisaient dès lors l’objet d’une édition, avec un commentaire approfondi, dégageant chaque fois l’intérêt du dossier qu’il fallait nourrir s’il était déjà ouvert, ou bien ouvrir si le document comportait des nouveautés. C’était en particulier le cas pour le chapitre intitulé « Marius et les Gétules », dans lequel le commentaire s’appuyait sur un inventaire de la diffusion du gentilice Marius à l’intérieur des provinces d’Afrique du Nord, sur le modèle des enquêtes que Hans-Georg Pflaum effectuait, au même moment, sur l’anthroponymie de la confédération cirtéenne, et qu’il recommandait à ses élèves de réaliser d’une manière systématique chaque fois que l’étude d’un document l’exigeait.

4Jacques Gascou devait revenir plus tard sur ces lieux et sur les contextes de la recherche à l’époque de ses débuts, en publiant en compagnie de Paul Corbier des inscriptions de Tébessa, copiées en 1966 mais demeurées inédites, qui se trouvaient dans les archives de Paul-Albert Février, ou en publiant en compagnie de Roger Guéry les inscriptions d’une mission de Hans-Georg Pflaum dans le Sud-Constantinois, réalisée pendant la même année.

5Le mémoire que les membres de l’École française de Rome devaient rédiger n’était pas toujours publié. Il demeurait souvent enfoui en attente d’amélioration. Mais celui de Jacques Gascou, achevé, au moins dans sa première rédaction, dans le courant de l’année 1969, fut publié en 1972 sous le titre La politique municipale de l’empire romain en Afrique proconsulaire de Trajan à Septime Sévère, dans la Collection de l’École française de Rome. Cet ouvrage de jeunesse est en réalité un livre fondateur, le travail d’un savant maîtrisant la matière difficile qu’est l’épigraphie africaine : de nombreuses inscriptions, qu’il faut suivre à travers les diverses étapes de l’établissement de leur texte, mouvantes et complexes, des publications de surcroît très dispersées, sans compter les débats de fond entre spécialistes, et peut-être aussi, en rapport avec le flot ininterrompu des découvertes et des études, la complexité qui en résulte pour tracer la continuité du meilleur de la connaissance. Le savoir, la minutie, l’érudition sont déjà au rendez-vous. Avec la parution de l’édition de Pline (V, 1-46), savamment commentée par Jehan Desanges, en quelques années étaient à la disposition du monde de la recherche deux piliers de très grande solidité, qui permettaient de fonder d’autres recherches à partir de l’histoire des cités aux époques antonine et sévérienne, savamment analysée, et décrite avec une très grande clarté d’exposition. C’étaient des acquis essentiels, qu’allaient prolonger dans cette même perspective d’histoire du phénomène civique, pour les époques plus tardives, les recherches de Claude Lepelley.

6On doit reconnaître deux grands mérites à ce livre.

7Il offre d’abord les enquêtes les plus exhaustives, règne après règne, afin de disposer la vision la plus complète du phénomène municipal dans l’ensemble « africain », c’est-à-dire dans la province d’Africa, telle qu’elle avait été constituée durant l’époque triumvirale lorsqu’à l’Africa uetus s’était ajoutée, mais comme un espace qu’il convenait surtout de maîtriser, l’autre Afrique, celle que Caligula plaça plus tard directement dans les mains de son représentant, legatus suus comme disent certaines inscriptions qui le montrent en cours d’intervention, ou legatus exercitus Africani comme l’indiquent quelques cursus bien développés. Ce n’est qu’après ce montage de la documentation que Jacques Gascou peut esquisser une chronologie du phénomène de municipalisation, et apprécier le rythme de ses variations dans l’espace. Il sait à ce moment-là tenir compte de la diversité des milieux qui ont été réunis pour constituer la province : ils se distinguant les uns des autres par leurs structures sociales et, surtout, par la mesure chronologique de leur rapport au « genre de vie politique ». Ce sont des décalages qui apparaissent et qui dissocient les parties de l’ensemble, ce qui entraîne des évolutions différenciées.

8En même temps le livre met en avant une certaine manière d’engager une réflexion sur une province de l’empire romain. Le choix d’une ample profondeur chronologique devient le moyen privilégié d’analyser la diversité des temporalités selon les parties d’un espace qui fut longtemps en construction, et dans lequel s’entremêlaient les genres de vie. C’est pour cette raison qu’il faut se féliciter que, même si le titre donné montre que c’est à partir du moment où l’espace provincial fut pris fermement en main de part et d’autre de la dorsale tunisienne – ce que permit, à l’époque flavienne, l’installation de la légion à Tébessa/Theueste –, la réflexion fait une part aux héritages et aux acquis des premiers temps de la municipalisation, ceux qui correspondent à l’époque triumvirale puis à l’époque augustéenne, périodes durant lesquelles l’espace défini comme province d’Africa trouva sa configuration globale. Certes le chapitre consacré à l’ « Introduction » est bref (20 p.), celui qui est réservé aux « conditions du développement municipal » à peine plus long (30 p.), mais l’un comme l’autre examinent avec clarté les débats les plus complexes qui concernent les premières phases de cette histoire longue : celle de l’époque césarienne, celle de l’époque triumvirale, celle de l’époque augustéenne puis de l’époque flavienne. Les réflexions qui se développent, menées toujours avec lucidité et précision, soutenues par une écriture maîtrisée et qui court avec une belle limpidité, deviennent des guides précieux pour faciliter la marche en avant que l’on trouve dans les six chapitres de la deuxième partie. On dispose ainsi, en définitive, d’une mise en perspective du mouvement de municipalisation de l’époque césarienne au cœur du iiie siècle.

9C’est dans le prolongement de cet ouvrage que Jacques Gascou fit paraître dix ans plus tard, dans ANRW, deux articles copieux qui ajoutèrent 200 pages au sujet, mais en parcourant l’ensemble des provinces africaines sur la longue durée, jusqu’au tournant du iiie et du ive siècles. Il y ajouta diverses mises au point d’ampleur plus limitée, mais c’est un thème qu’il suivit constamment puisqu’en 2003 il développait une brassée de réflexions en hommage à Louis Maurin, ce qu’il complétait peu après pour la Numidie et la Maurétanie Césarienne. C’était en particulier l’occasion de prendre position sur la théorie du « droit latin subordonné ».

10Entretemps, les matériaux réunis pour cette étude d’histoire institutionnelle, lui avaient permis d’aborder largement l’histoire des sociétés municipales africaines, en examinant des cas particuliers, à valeur emblématique, ou bien en étudiant des groupes bien définis, les sacerdotes Cererum, les praefecti iure dicundo, les notables cirtéens par le biais des sociétés des pagi et des castella, ceux de Thuburbo maius, ceux de Thugga, etc. Il est frappant de constater combien ces études, s’inscrivant à plusieurs reprises dans de larges contours, évoquaient les perspectives tracées quelques décennies plus tôt par Hans-Georg Pflaum en les prolongeant : on s’orientait vers une histoire des fonctionnements civiques, celle que développait à ce moment-là François Jacques. Ces notables et leurs familles, qu’il importait de bien caractériser dans leur contexte socio-politique, constituaient le terreau provincial sur lequel se construisait la progression en dignité et l’ascension dans l’ordre équestre et dans l’ordre sénatorial, autre phénomène historique de longue ampleur qui se développa au iie et iiie siècles.

11L’établissement à Aix-en-Provence en 1969 à l’IAM, fut aussi, immédiatement, l’occasion d’un élargissement des regards qu’il portait sur l’Afrique du Nord romaine, puisqu’à la province proconsulaire s’ajouta, comme objet d’étude, la partie la plus occidentale du continent, correspondant à la Maurétanie Tingitane. Les matériaux destinés à constituer le recueil des inscriptions latines du Maroc (IAM, 2) avaient été rassemblés par Maurice Euzennat (1926-2004) qui tenait les destinées de l’Institut d’archéologie méditerranéenne (IAM). La page de titre du recueil, paru en 1982, rend peut-être compte des particularités de l’aboutissement du travail : Inscriptions latines, recueillies et préparées par Maurice Euzennat et Jean Marion, publiées par Jacques Gascou avec le concours de Y. de Kisch. Une introduction, non signée, mais qu’il serait vraisemblable d’attribuer à Maurice Euzennat, décrit les étapes multiples qui se succédèrent entre 1955 et 1958 d’une part, lorsque celui-ci, alors directeur du Service des Antiquités du Maroc, aurait constitué instinctu suo le fichier épigraphique, et 1980, départ du manuscrit à l’impression. L’intervention de Jacques Gascou est alors décisive, puisque la préface signale que c’est à lui qu’il revint d’« en faire un Corpus », c’est-à-dire de modeler in fine la matière, d’en opérer la classification, en bref : de construire l’édifice.

  • 1 . “Maurice Euzennat et le Maroc antique”, AntAfr 42, 2006, p. 47.

12Le parcours fut donc de longue durée, apparemment fait de méandres qui ralentirent l’exécution. On en vient à regretter qu’il n’ait pas été fait immédiatement le choix de l’efficacité scientifique qu’aurait pu apporter le travail d’un seul, rompu aux travaux qu’exige le déploiement d’un savoir épigraphique. Le propos de Gilbert Hallier, lorsqu’il écrit « Le Corpus des inscriptions latines achevé en 1975 est livré en 1982, il vient de se voir ajouter un supplément par Madame Nicole Labory en 2003 »1, paraît trop discret sur le rôle que tint, malgré tout, Jacques Gascou pour conduire le manuscrit jusqu’à son achèvement en vue de l’édition. Il est vrai que, essentiellement soucieux de probité et de rigueur, assurément rétif à la recherche d’honneurs, peu soucieux de figurer dans les palmarès, il ne souhaitait jamais élever la voix, préférant à tout le travail scientifique bien fait.

13Il ne s’aventurait pas aisément hors du cadre de vie aixoise, même si la Provence et le Languedoc avaient su lui proposer de nouveaux champs d’études, dans lesquels il retrouvait des thématiques rendues familières par les études africaines : les formes de la municipalisation, le droit latin et ses diverses déclinaisons, sans même évoquer l’Histoire naturelle de Pline, partout présente dans les introductions qu’il rédigea pour plusieurs volumes de la collection des Inscriptions latines de Narbonnaise (I.L.N.). Il participait toutefois aux séances du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques (CTHS), au sein duquel il était membre de la commission d’Afrique du Nord, contribuant à plusieurs reprises aux colloques qu’il organisait. On s’étonnera de ne pas le trouver parmi les auteurs qui fréquentèrent régulièrement les colloques organisés par Attilio Mastino, ses amis et ses élèves, à Sassari et en d’autres lieux de la Sardaigne. Mais il suffit de consulter les tables qui indexent la matière traitée. On y relève qu’à l’index des auteurs mentionnés en référence à leurs travaux, il est de ceux qui tiennent le haut du pavé par la fréquence des citations. C’est la plus sûre mesure du rayonnement acquis par ses productions scientifiques, ouvrages ou articles, de leur force intrinsèque, de leur robustesse, fondées sur le souci de bien lire et de bien comprendre les textes, sur l’aptitude à dégager des sources épigraphiques, avec fermeté, intelligence et habileté, la somme d’informations qu’elles contiennent, sur l’art d’offrir au lecteur une exposition convaincante par son bel équilibre formel et par son agréable fluidité.

Michel Christol

Bibliographie africaine de Jacques Gascou

1964

14(avec P. Gros et X. Loriot), « Une grande famille de Cuicul à travers le second siècle », AEHE IVe sect., p. 69-79.
https://www.persee.fr/​doc/​ephe_0000-0001_1964_num_1_1_4798

1969

15« Inscriptions de Tébessa », MAH, 81, 2, p. 537-599.
https://www.persee.fr/​doc/​mefr_0223-4874_1969_num_81_2_7584

1970

16« Le cognomen Getulus, Getulicus en Afrique Romaine », MAH 82, 2, p. 723-736.
https://www.persee.fr/​doc/​mefr_0223-4874_1970_num_82_2_7611

1971

17« Municipia ciuium Romanorum », Latomus 30, p. 133-141.

1972

18La politique municipale de l’empire romain en Afrique ­proconsulaire de Trajan à Septime Sévère, Rome (CÉFR 8).
https://www.persee.fr/​doc/​efr_0000-0000_1972_mon_8_1

19« Lepti minus, colonie de Trajan ? » AntAfr 6, p. 137-144.
https://www.persee.fr/​doc/​antaf_0066-4871_1972_num_6_1_934

1974

20« Note sur l’évolution du statut juridique de Tanger entre 38 avant J.-C. et le règne de Claude », AntAfr 8, p. 67-71.
https://www.persee.fr/​doc/​antaf_0066-4871_1974_num_8_1_945

21« M. Licinius Crassus Frugi, légat de Claude en Maurétanie », dans Mélanges de philosophie, de littérature et d’histoire ancienne offerts à Pierre Boyancé, Rome (CÉFR 22), p. 299-310.
https://www.persee.fr/​doc/​efr_0000-0000_1974_ant_22_1_1682

1976

22« Les curies africaines : origine punique ou italienne ? » AntAfr 10, p. 33-48.
https://www.persee.fr/​doc/​antaf_0066-4871_1976_num_10_1_980

1978

23« La succession des bona uacantia et les tribus romaines de Volubilis », AntAfr 12, p. 109-124.
https://www.persee.fr/​doc/​antaf_0066-4871_1978_num_12_1_1002

1979

24« P. Iulius Liberalis, sacerdos prouinciae Africae, et la date du statut colonial de Thysdrus », AntAfr 14, p. 189-196.
https://www.persee.fr/​doc/​antaf_0066-4871_1979_num_14_1_1026

25« L’emploi du terme respublica dans l’épigraphie latine d’Afrique », MÉFRA 91, 1, p. 383-398.
https://www.persee.fr/​doc/​mefr_0223-5102_1979_num_91_1_1193

1980

26(avec M. Christol), « Volubilis, cité fédérée ? », MÉFRA 92, 1, p. 329-345.
https://www.persee.fr/​doc/​mefr_0223-5102_1980_num_92_1_1236

27CR de J.-M. Lassère, Vbique populus. Peuplement et mouvements de population dans l’Afrique romaine de la chute de Carthage à la fin de la dynastie des Sévères (146 a. C. – 235 p. C.), Paris, 1977, BJ 180, p. 758-760.

1981

28« Le nom de l’oued Medjerda dans l’Antiquité romaine », AntAfr 17, p. 15-19.
https://www.persee.fr/​doc/​antaf_0066-4871_1981_num_17_1_1070

29« Une énigme épigraphique : Sévère Alexandre et la titulature de Giufi », AntAfr 17, p. 231-240.
https://www.persee.fr/​doc/​antaf_0066-4871_1981_num_17_1_1079

30« Les magistratures de la Confédération cirtéenne », dans Actes du colloque sur l’archéologie et l’histoire de l’Afrique du Nord, Perpignan = BCTH n.s.17 (1984), p. 323-335.

31« Tendances de la politique municipale de Claude en Maurétanie », Ktèma 6, (1983) (= Actes de la table ronde internationale sur les problèmes de la cité, de la citoyenneté et du citoyen dans le monde romain, Strasbourg, 1980), p. 227-238.

1982

32(avec M. Euzennat et J. Marion et le concours d’Y. de Kisch), Inscriptions antiques du Maroc, 2. Inscriptions latines, Paris (Études d’Antiquités africaines).
https://www.persee.fr/​doc/​etaf_0768-2352_1982_mon_1_1

33« Les pagi carthaginois », dans P.-A. Février, Ph. Leveau (éd.), Villes et campagnes dans l’Empire romain. Actes du Colloque, Aix-en-Provence, 16-17 mai 1980, Marseille, p. 139-175

34« La politique municipale de Rome en Afrique du Nord, I. De la mort d’Auguste au début du iiie siècle », dans ANRW, II, 10, 2, p. 136-229.

35« La politique municipale de Rome en Afrique du Nord, II. Après la mort de Septime Sévère », dans ANRW, II, 10, 2, 1982, p. 230-320.

1983

36« Pagus et castellum dans la Confédération cirtéenne », AntAfr 19, p. 175-207.
https://www.persee.fr/​doc/​antaf_0066-4871_1983_num_19_1_1096

37CR de Cl. Lepelley, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, 1. La permanence d’une civilisation municipale, 2. Notices d’histoire municipale, Paris, 1979 et 1981, Latomus 42, p. 191-195.

1984

38« La carrière de Marcus Phileros », AntAfr 20, p. 105-120.
https://www.persee.fr/​doc/​antaf_0066-4871_1984_num_20_1_1102

39CR de J.-L. Ramírez Sádaba, Gastos suntuarios y recursos económicos de los grupos sociales del Africa romana, Oviedo 1981, BJ 184, p. 766-768.

1985

40« Une inscription faussement attribuée à Thuburbo Minus », MÉFR 97, 1, p. 459-476.
https://www.persee.fr/​doc/​mefr_0223-5102_1985_num_97_1_1460

41Notice « Aedemon » dans Encyclopédie berbère 2 (Ad – Ağuh-n-Tahlé), p. 164-167.
https://journals.openedition.org/​encyclopedieberbere/​872

1987

42« Les sacerdotes Cererum de Carthage », AntAfr 23, p. 95-128.
https://www.persee.fr/​doc/​antaf_0066-4871_1987_num_23_1_1137

1988

43« Y avait-il un pagus carthaginois à Thuburbo Maius ? », AntAfr 24, p. 67-80.
https://www.persee.fr/​doc/​antaf_0066-4871_1988_num_24_1_1144

44CR de P. Salama, Bornes milliaires d’Afrique Proconsulaire : un panorama historique du Bas Empire romain, 1-2, Rome (CÉFR 101), 1987, REL 67 (1989), p. 348-349.

1989

45(avec R. Guéry), « Inscriptions du Sud constantinois », AntAfr 25, p. 135-176).
https://www.persee.fr/​doc/​antaf_0066-4871_1989_num_25_1_1159

1990

46« La praefectura iure dicundo dans les cités de l’Afrique romaine », dans L’Afrique dans l’Occident romain, Actes du colloque, Rome (3-5 décembre 1987), Rome (CÉFR 134), p. 367-380.
https://www.persee.fr/​doc/​efr_0000-0000_1990_act_134_1_3884

1991

47« Hypothèse sur la création du municipe de Sala », AntAfr 27, p. 151-156.
https://www.persee.fr/​doc/​antaf_0066-4871_1991_num_27_1_1196

48Notice « Bagrada » dans Encyclopédie Berbère 9 (Baal – Ben Yasla), p. 1312.

1992

49« Sur une inscription de Volubilis », AntAfr 28, p. 133-138.
https://www.persee.fr/​doc/​antaf_0066-4871_1992_num_28_1_1201

50« Vici et prouinciae d’après une inscription de Banasa », AntAfr 28, p. 161-172.
https://www.persee.fr/​doc/​antaf_0066-4871_1992_num_28_1_1204

51« The Name of the Site », dans N. Ben Lazreg, D.J. Mattingly (éd.), Leptiminus (Lamta) : A Roman Port City in Tunisia. Report no 1, Ann Arbor (JRA suppl 4), p. 9-10.

52CR de M. Euzennat, Le limes de Tingitane. La frontière méridionale, Paris (Études d’Antiquités africaines), 1989, Latomus 51, p. 726-728.

53CR de G. Wesch-Klein, Liberalitas in rem publicam. Private Aufwendungen zugunsten von Gemeinden im römischen Afrika bis 284 n. Chr., Bonn (Antiquitas 40) 1990, Gnomon, p. 702-706.

1994

54Notice « Cité (La cité à l’époque romaine) » dans Encyclopédie berbère 13 (Chèvre – Columnatien), p. 1989-1997.

55CR de M.P. Gonzales-Ponte Cuende, La guerra y la paz bajo Trajano y Adriano, Madrid 1991, Latomus 53, 1, p. 698-700.

1995

56(avec P. Corbier), « Inscriptions de Tébessa d’après les archives de Paul-Albert Février », AntAfr 31, p. 277-333.
https://www.persee.fr/​doc/​antaf_0066-4871_1995_num_31_1_1239

57CR de GRAA, Les Flauii de Cillium. Étude architecturale, épigraphique, historique et littéraire du mausolée de Kasserine (CIL, VIII, 211-216), Rome (CÉFR 169), BJ 195, 1995 (1996), p. 743-745.

1996

58« À propos d’une inscription de Furnos Minus (CIL, VIII, 14751 + ILT, 1267) », ZPE 113, p. 144-152.

1997

59« Conseruator pagi (d’après l’inscription de Thugga CIL, VIII, 27374) », dans M. Khanoussi, L. Maurin (éd.), Dougga (Thugga). Études épigraphiques. Actes de la Table ronde internationale sur Dougga, Bordeaux, 24-25 mai 1996, Bordeaux (Études 1), p. 97-104.

1998

60« Remarques sur les undecemprimi », dans Hommages à Georges Souville, 2 ( = AntAfr 34), p. 93-102.
https://www.persee.fr/​doc/​antaf_0066-4871_1998_num_34_1_1287

1999

61« Un municeps et patronus pagi de Thugga », AntAfr 35 (2001), p. 71-75.
https://www.persee.fr/​doc/​antaf_0066-4871_1999_num_35_1_1311

62« Sur un problème d’onomastique africaine », ZPE, 126, p. 296-300.

2001

63« Un princeps familiae africain », dans Chr. Hamdoune (éd.), Vbique amici. Mélanges offerts à Jean-Marie Lassère, Montpellier, p. 215-223.

2002

64« Introduction (à la Journée de la SEMPAM, Marchés et régulations économiques en Afrique du Nord antique et médiévale, Aix-en-Provence, 11 mai 2002) », AntAfr 38, p. 323-324.
https://www.persee.fr/​doc/​antaf_0066-4871_2002_num_38_1_1369

2003

65« Le conditor municipii de Gigthis », dans M. Khanoussi (éd.), Afrique du Nord antique et médiévale. Protohistoire, cités de l’Afrique du Nord, fouilles et prospections récentes. Actes du VIIIe colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord (1er Colloque international sur l’Histoire et l’Archéologie de l’Afrique du Nord), Tabarka, 8-13 mai 2000, Tunis, p. 141-149.

66« Les statuts des villes africaines : quelques apports dus à des recherches récentes », dans J.-P. Bost, J.-M. Roddaz, F. Tassaux (éd.), Itinéraires de Saintes à Dougga, Mélanges offerts à Louis Maurin, Bordeaux (Mémoires 29), p. 231-246.

2004

67« Sur le statut de quelques villes de Numidie et de Maurétanie Césarienne », AntAfr 40-41, p. 259-267.
https://www.persee.fr/​doc/​antaf_0066-4871_2004_num_40_1_1391

Haut de page

Notes

1 . “Maurice Euzennat et le Maroc antique”, AntAfr 42, 2006, p. 47.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jacques Gascou
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1632/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 817k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Christol, « In memoriam : Jacques Gascou (1938-2020) »Antiquités africaines, 56 | 2020, 5-9.

Référence électronique

Michel Christol, « In memoriam : Jacques Gascou (1938-2020) »Antiquités africaines [En ligne], 56 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 04 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/antafr/1632 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.1632

Haut de page

Auteur

Michel Christol

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Antiquités africaines

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search