Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56Centuriation et statut juridique ...

Centuriation et statut juridique des environs d’Hadrumetum entre la fin de la troisième guerre punique et le règne de Trajan

Ridha Ghaddhab
p. 79-100

Résumés

Cette étude prolonge nos réflexions sur le cadastre centre-est ou du Byzacium en Afrique proconsulaire. Elle étudie les vestiges bien marqués d’un cadastre dans les environs d’Hadrumetum. La première partie examine les limites de ce cadastre, les traces de centuriations dans cet espace ainsi défini, et s’interroge sur les raisons et la date de cette opération. La deuxième pose la question très délicate de la propriété et de la possession du sol dans cette partie du domaine provincial : à qui appartenaient ces territoires avant la conquête, que sont-ils devenus sous la République et le début du Principat et quel fût leur rapport avec Hadrumète ? La dernière partie s’interroge sur le devenir de la région sous l’Empire, en montrant que le développement d’Hadrumète et sa promotion au rang de colonie aurait en quelque sorte « étouffé » un certain nombre d’autres cités auparavant plus importantes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Respectivement Caillemer, Chevallier 1959, f. IL ; L ; LVI ; LVII et LXV.
  • 2 Il n’est pas de notre propos de nous attarder sur cette question. Cette permanence de la structura (...)

1Des vestiges imposants d’un découpage du sol en carrés de 50 hectares marquent encore le paysage des environs d’Hadrumetum. Ils se développent sur une superficie importante couverte, dans l’Atlas des centuriations romaines de Tunisie, par les feuilles de Sidi Bou Ali, Halk El Mennzel, Selbra (Sebkhat) Kelbia, Sousse et Djemmal1. Ils présentent les reliques d’un cadastre ou d’une centuriation qui a durablement structuré la région2.

  • 3 Avec le groupe Nord, la photographie aérienne et les images satellitaires mettent en évidence une (...)
  • 4 Chevallier 1954.
  • 5 Foucher 1964, p. 120-121.
  • 6 Foucher 1964, p. 123.

2Nous sommes toutefois surpris de l’absence d’une étude globale consacrée à ces vestiges utilisés souvent comme arguments d’appui pour soutenir ou nuancer d’autres hypothèses en relation avec l’ensemble de la trame de la centuriation connue sous le nom de Cadastre Centre-Est3. Nous avons l’interprétation des auteurs de l’Atlas des Centuriations, notamment de R. Chevallier4 suivit de L. Foucher5, qui malgré le vide que l’on observe dans certaines parties de ce territoire, ont reconnu une centuriation qui a concerné l’ensemble du territoire d’Hadrumetum. L. Foucher est à ce propos formel : « Les traces de ce quadrillage, plus ou moins conservées, apparaissent nettement sur toute l’étendue du territoire d’Hadrumète »6.

  • 7 Ouni, Peyras 1995 ; 2000.
  • 8 B. Pasa (2011, p. 145) pense que les vestiges de la centuriation dans les environs d’Hadrumetum do (...)

3Cette hypothèse, largement admise, a été fortement récusée par K. Ouni et J. Peyras qui n’ont identifié qu’une centuriation périphérique située à 7 km au sud-ouest de Sousse et précisément dans la région de Moureddine7. Dans une étude plus récente, B. Pasa est allée jusqu’à l’affirmation qu’il s’agit des centuries données par Rome à Hadrumetum comme récompense de sa fidélité lors de la troisième guerre punique8.

  • 9 Ghaddhab 2018.

4Pour ne pas entrer dans le conflit des interprétations, et tout en suivant la même approche adoptée pour la région de Sullectha9, nous avons repris l’ensemble des éléments du dossier en insistant sur la force du contexte géographique et historique. Nous verrons comment cette question constitue une pierre d’angle pour la connaissance des pans majeurs de la politique de Rome dans cette région de l’Africa sous la République, le principat d’Auguste et tout au long du ier siècle p.C., jusqu’au règne de Trajan.

5Notre objectif est d’établir d’abord l’ensemble de ces vestiges et de préciser si tout le territoire d’Hadrumetum a été centurié ou si des régions ou des ensembles y ont échappées. Nous essayerons ensuite de chercher les significations historiques qui pourraient expliquer pourquoi toute la région qui coiffait Hadrumetum a été centuriée, ainsi que son statut juridique et les modalités de la possession de l’ensemble de ce territoire provincial par Rome.

1. L’établissement des contours : les fines

  • La centuriation s’arrête au nord et au nord-est dans la région parcourue par l’oued Mejini ; c’est toute une large bande de terres qui sépare la trame de cette centuriation de celle de la grande centuriation africaine dite « Centuriation Nord » qui s’arrête à la rive nord du Sebkhet Halk El Mejjen (fig. 1).

Fig. 1 : Limites Nord de la centuriation

Fig. 1 : Limites Nord de la centuriation

(R. Ghaddhab et E. Guith)

  • Au nord-ouest, les decumani viennent buter sur une série de petites collines serrées d’orientation nord-sud. D’abord celles que nous appelons les collines des dolmens, puis celles qui portent le nom de Satour Hadada10, qui sont dans le prolongement de la même série de collines, à l’ouest et au nord-ouest de Sebkhat el Kalbia (fig. 2).
  • À l’ouest, la centuriation s’arrête au niveau d’une chaîne collinaire de direction nord-sud surplombant le flanc oriental de Sebkhat el Kelbia (cordonnées Lambert 276 N, 542-545 E, fig. 2).
  • À l’ouest-sud-ouest, la situation n’est pas claire : il y a un arrêt net et aucun handicap sérieux soit topographique (ligne de partage des eaux) soit hydrographique (un oued qui marque le paysage) ne le justifie (fig. 2). Faut-il chercher une explication dans la situation juridique de ce territoire situé au nord-est de Sidi El Hani ?
  • Au sud-ouest, la centuriation s’arrête à la ligne du partage des eaux qui surplombe Sebkhet Sidi-El Hani (fig. 2).
  • Au sud, la centuriation s’arrête également à la ligne de partage des eaux qui divisent le Sahel en deux régions bien marquées, depuis les collines surplombant l’aedes Mineruae jusqu’à Ksibat el Medouni en passant par Tala’at El Harkoussia (fig. 2).

Fig. 2 : Centuriation autour d’Hadrumetum

Fig. 2 : Centuriation autour d’Hadrumetum

(R. Ghaddhab et E. Guith)

6Pour récapituler :

  1. Au nord-ouest les limites de la centuriataion coïncident avec une sorte de marge, des subseciui, séparant deux centuriations d’orientation différente : la centuriation Nord et celle dite du Centre-Est11.
  2. Au sud, la centuriation s’arrête aux limites des territoires des cités de Thysdrus, de Leptis Minus12 et de Ruspina13.
  3. À l’ouest elle coïncide, si on suit l’hypothèse de Ch. Tissot et de N. Ferchiou, avec un segment de la Fossa Regia14. Cette dernière servait initialement de limite entre la première province d’Afrique, l’Africa, et le royaume de Numidie, puis entre l’Africa uetus et l’Africa noua15. L’épigraphie confirme que le tracé des limites entre la nouvelle et l’ancienne province fut établi où passait auparavant la Fossa Regia16. Bien qu’une grande partie de son parcours reste par endroits discutée17, il est intéressant que le maintien, sous Vespasien, de cette frontière, correspond à des différences juridiques entre l’Africa et le royaume numide sous la République romaine.

2. La trame de cette centuriation

  • 18 Boujarra et alii 2006.

7À l’intérieur des zones cadastrées, la centuriation est attestée dans des régions et absente dans d’autres. Elle est plus nette dans certains points et précisément dans les interfluves écroutés, où on peut encore observer les cardines et les decumani et les divisions internes notamment à l’ouest d’Vlizippira, au nord-est de l’Oued el Hammam et dans la région de Moureddine. Toutefois, elle est soit discontinue soit engloutie sous les terrasses formées durant l’Antiquité ou à l’époque moderne. On a d’ailleurs souligné que la constitution des hautes terrasses dans cette région date entre le ier et le ve siècles p.C. Durant cette période, qui reste d’ailleurs à affiner, on a identifié une époque marquée par un alluvionnement intense dans les fonds des vallées et des plaines d’épandage18.

  • 19 Trousset 1977, p. 184.
  • 20 Peyras 1989.

8Il s’agit d’un système orthogonal qui a pour module de base l’actus avec des centuries carrées de 2400 pieds de côté (709,50 m). Chaque centurie forme un lot de 200 jugères19. Cette opération d’arpentage avec division systématique du sol en centuries carrées désigne donc une centuriation romaine et non pas un cadastre du terroir. Ce dernier, réservé aux cités libres et immunes, était une construction géométrique spécifique identifiée par trois paramètres : les données cartographiques de l’origine, l’orientation des axes principaux par rapport au nord géographique et la valeur de la centurie en coudées puniques20.

9Les decumani ont une orientation de 38° Nord, qui correspond au lever du soleil au solstice d’hiver. Il ne s’agit pas d’une orientation astronomique, mais dictée par d’autres facteurs historiques et topographiques que nous allons essayer de préciser.

  • 21 Caillemer, Chevallier 1957, p. 282.
  • 22 Foucher 1964, p. 123.

10A. Caillemer et R. Chevallier ont suggéré que : « c’est une ancienne route littorale reliant le comptoir phénicien qui a donné l’orientation cardinale »21. L’hypothèse a été retenue par L. Foucher qui précisait qu’« il s’agit, non pas de la route qui suivait le littoral, mais de celle qui, venant de Carthage, passait par Cubin et Vlisippira, Gursa »22.

  • 23 Acolat 2005.

11Nous n’avons pas pu corroborer sur le terrain cette déduction. D’autant plus qu’elle n’était dans les pratiques des arpenteurs qui insistaient sur le rôle des éléments naturels dans la structuration du paysage23. En effet, en l’absence de montagnes ou de sommets marquants, ce qui est le cas pour notre région composée d’un territoire vallonné, la colline qui se distingue par sa hauteur pourrait servir pour l’installation de la gromae locus et le point de départ de la centuriation.

12Or de la topographie de toute la région, un point se distingue bien dans le paysage et pourrait servir comme point de départ des axes majeurs, le kardo et le decumanus maximi : la colline sur laquelle est fondée Kalaa Sghira qui culmine à 65 m d’altitude. Entre les courbes de niveau 50 et 60 s’offre pour la visée une vue dégagée sur plusieurs kilomètres, une sorte de couloir ou de piste naturelle conduisant jusqu’à Sidi el Hani (Augustum / Vicus Augusti ?), qui fut d’ailleurs reprise sur une grande partie de son parcours par la ligne de chemin de fer construite sous le protectorat français dans la dernière décennie du xixe siècle.

13Nous sommes ici devant un territoire aux contours bien déterminés. À l’intérieur, on l’a déjà noté, nous soulignons l’absence de centuriation autour d’Vlizippira, d’Hadrumetum et de Ruspina. L’espace centurié, si on s’appuie sur les éléments naturels (lignes de partage des eaux et réseau hydrographique), comprend quatre ensembles répartis du nord au sud comme suit : 1. Un ensemble autour d’Vlizippira. 2. Un ensemble autour de Gurza. 3. Un ensemble dont nous verrons plus loin à quelle identité on peut le rattacher. 4. Un ensemble autour d’Vzita que nous nommons désormais la vallée d’Vzita (fig. 3).

Fig. 3 : Centuriation et cités libres

Fig. 3 : Centuriation et cités libres

(R. Ghaddhab et E. Guith)

  • 24 Les sept cités libres : Vtica, Hadrumetum, Thapsus, Lepti, Acholla, Vzali et Teudalis (Lex agr. l. (...)
  • 25 Plin., nat., 5, 25.
  • 26 Elle figure parmi les 30 oppida libera de Pline (nat., 5.25).

14Si nous laissons de côté les centuries autour d’Vlizippira, qui feront l’objet d’une étude indépendante, la centuriation prend l’aspect d’un fer à cheval coiffant deux territoires qui ont échappé à l’action de l’arpenteur : le premier autour d’Hadrumetum, cité libre de la loi de 11124 et de la liste plinienne25, le second autour de Ruspina, qui apparaît également comme cité libre, mais uniquement dans la liste plinienne (fig. 3)26.

15Arrêtons-nous un moment sur les territoires de ces deux cités et commençons par celui d’Hadrumetum. Ce dernier est bien circonscrit, au sud par l’oued Hamdoun, au nord par une ligne de partages des eaux correspondant à une bande de terres étalée de l’ouest à l’est entre les courbes des niveaux 40-50 m ; et à l’ouest d’abord par un ensemble collinaire prolongé (Hmadet Rhars el Kebir, en fait Ghars el Kebir), puis par l’oued Bou Bazine, l’un des affluents de l’oued Hamdoun.

  • 27 App., Pun., 94.
  • 28 Foucher 1964, p. 55-68 ; pour le dossier de la ville punique, voir Ben Younes 1981, p. 44-113.

16Ce territoire attire l’attention par son exiguïté et sa modestie. Mais cela n’a rien de surprenant quand on examine attentivement les sources de l’époque punique et de la République finissante. À l’époque punique, Hadrumetum ou plutôt Hadrim vivait dans la mouvance de Carthage et ne se détachât d’elle que lors de la dernière guerre punique27. Les témoignages archéologiques, notamment les nécropoles puniques et néo-puniques, ceinturent un oppidum de faible étendue et le mobilier funéraire de l’époque reflète une médiocre aisance de la population28.

  • 29 Plin., nat., 5, 25.

17Ce constat n’a pas d’ailleurs échappé aux contemporains. Au début de l’Empire, l’un des meilleurs connaisseurs de la région, Pline l’Ancien, énumère les cités du Byzacium ainsi : Hic oppida libera Leptis, Hadrumetum, Ruspina, Thapsus29.

  • 30 Christol 2008, p. 2078.
  • 31 Christol 2008, p. 2078.

18Cette énumération a été éclairée par M. Christol en attirant l’attention sur le fait qu’Hadrumetum n’occupe pas la première place, mais Lepti Minus. Et il a démontré que le classement ne suit pas un ordre géographique, conforme à la distribution des villes sur le littoral, puisque Lepti Minus devrait se placer entre Ruspina et Thapsus. Ce n’est pas, non plus, un ordre alphabétique, puisqu’il faudrait admettre une inversion entre Hadrumetum et Leptis30. Et il propose à titre d’hypothèse que c’est Lepti Minus qui était le chef-lieu du Byzacium dans l’organisation des Romains31.

  • 32 App., BC, 94; Bell. Afr., 97, 2.

19Il est possible que les décisions de César, au terme de la guerre civile, accablèrent Hadrumète32, mais l’impact de cette punition était vraisemblablement conjoncturel et cela n’empêche pas que la cité ait pu se redresser de nouveau. Bien qu’il reste à établir les limites du territoire de la cité voisine de Lepti Minus et à le comparer avec celui d’Hadrumetum, cette mise au point ne laisse désormais aucun doute sur la modestie de son territoire aussi bien à l’époque punique que sous la République romaine. Son potentiel économique et ses ressources sont à chercher ailleurs, notamment dans les activités commerciales qui étaient l’épine dorsale des cités puniques.

  • 33 Bell. Afr., 37: Inde paruulam procliuitatem degressus sinistra parte campi propter mare legiones d (...)
  • 34 Kallala 1991, p. 529-530.

20Quant au territoire de Ruspina, nous soulignons que les cardines et les decumani de la trame de la centuriation s’arrêtent aux rives occidentales de Sebkhat es-Sahline qui pourraient correspondre à ses fines de ce côté. Cela corrobore la délimitation esquissée par N. Kallala en s’appuyant sur les indices topographiques données par l’auteur du Bellum Africum. Pour la clarté de l’exposé, nous citons ce passage en entier : « La deuxième donnée, est que le camp (de César) jouxte la ville et domine un campus qui offre une étendue merveilleusement unie de quinze mille pas. Elle est bordée d’une chaîne de hauteurs partant de la mer et assez peu élevée qui donne l’impression d’une sorte de “théâtre” »33. Et l’auteur ajoute : « il existe en effet, à l’ouest et au sud-ouest de Hr Tennir, une sebkha qui s’étend de la mer, au nord, jusqu’au niveau de Bembla et de Menzel Harb, au sud ; de là, par une plaine sous forme de couloir, qui continue au-delà de Jemmal, et Menzel Kamel, et où coule l’oued el-Maleh. Cet espace s’allonge sur plus de 20 km, ce qui correspond bien au 15 000 pas du Bellum Africum. D’autre part, cette vaste étendue est, effectivement, bordée à l’est et à l’ouest de hauteurs peu élevées et ne dépassant pas une cinquantaine de mètres »34.

  • 35 Peyras 2004.

21De ce qui précède, il est manifeste qu’il ne s’agit pas d’une opération qui consiste à mesurer uniquement les pourtours, mais à diviser le sol en centuries. Nous sommes par conséquent devant le résultat d’une limitatio et d’une centuriatio, c’est-à-dire un arpentage avec délimitation des fines et une division agraire donnant naissance à un parcellaire réel, qui est par essence une opération coloniale35.

22Cependant, aucune colonie de fondation n’a été implantée dans cette région de l’Africa. Cela nous oriente par conséquent vers d’autres facteurs derrière la réalisation de cette opération de grande envergure. La première hypothèse qui vienne à l’esprit est celle de la fiscalité. Les opérations du recensement dans les provinces s’accompagnent en effet d’un vaste travail d’arpentage et de centuriation afin d’établir deux impôts, l’un sur la terre et les biens-fonds, le tributum soli, et l’autre sur les personnes, le tributum capitis. Les deux opérations paraissent appropriées à l’un et à l’autre de ces impôts, d’une part pour mettre en place les cadres territoriaux et cadastraux dans lesquels le premier serait assis, et d’autre part pour dénombrer la population redevable du second.

  • 36 Plin., nat., 4, 17, 105, qui rapporte la mesure par Agrippa des dimensions de la Gaule et de l’éte (...)
  • 37 Marquardt 1888, p. 277.
  • 38 Frontin, grom, 1, 1-3.

23Dans cette perspective, cette opération de mesure et d’arpentage36 avait un double objectif : fixer les limites précises des cités, et déterminer et enregistrer le statut juridique des terres, par exemple les terres appartenant à l’État, à l’empereur, aux communautés ou aux particuliers37. Un passage de Frontin montre bien la réalité de cette procédure et le lien étroit qu’elle entretient avec la fiscalité directe38. À propos de l’Espagne, dont le premier recensement a visiblement été effectué peu après celui de 27 en Gaule, il décrit comment on a, à l’époque d’Auguste, défini et mesuré par le pourtour le territoire d’un certain nombre de cités, l’ager mensura comprehensus. Il précise que cette méthode a été utilisée dans de nombreuses provinces pour délimiter dans son ensemble (per uniuersitatem) le sol tributaire, c’est-à-dire celui des cités soumises au tribut. Grâce au travaux d’arpentage, l’administration du proconsul ou du procurateur a pu dès le début de l’Empire disposer d’un cadre précis pour répartir l’impôt entre les communautés.

24Toutefois, nous tenons à souligner que dans le territoire retenu dans cette étude, il ne s’agit pas d’une délimitation per uniuersitatem qui fut pratiquée dans les provinces récemment conquises, mais de tout un plan cadastral avec des subdivisions du sol en centuries de 200 jugères.

3. Peut-on proposer une date pour cette centuriation ?

  • 39 Foucher 1964, p. 123.
  • 40 Trousset 1977, p. 190-191.
  • 41 Quinn 2004, p. 1598 et 1601.

25Pour L. Foucher « comme l’on a pas trouvé de bornes, le problème de la date de ces travaux de centuriation n’est pas résolu »39 . P. Trousset, après avoir exposé et commenté les différentes hypothèses proposées pour la datation de la centuriation du Centre-Est, a suggéré une date sous le règne d’Auguste, mais sans fermeté, en laissant possible l’hypothèse d’une date beaucoup plus antérieure à la loi de 11140. Dans une étude plus récente, J. C. Quin retient une date sous le règne d’Auguste41.

26Pour notre part, nous retenons cette dernière hypothèse et nous pouvons même proposer une date plus serrée sous le principat d’Auguste. Plusieurs arguments d’ordre historique et notre lecture d’un témoignage épigraphique bien connu et daté pourraient apporter justification à cette proposition.

  • 42 Carcopino 1929, p. 92 ; 1967, p. 295, note 60 ; Saumagne 1929, p. 308-309 ; Caillemer, Chevallier (...)
  • 43 Trousset 1977, p. 190 : « Or, la centuriation du groupe centre-est s’étend au sens large à tout le (...)

27D’abord, cette centuriation, on l’a déjà signalé, se distingue bien de la Centuriation Nord qui, selon plusieurs recherches concordantes et unanimes, a été effectuée dans la seconde moitié du iie siècle a.C.42. Or, il s’agit d’un autre système guidé par des préoccupations différentes de celles de la centuriation Centre-Est. Cette dernière n’est pas simplement une opération de possession et d’affirmation de l’autorité de Rome, mais un véritable plan d’occupation des terres pour une exploitation organisée. Et, contrairement à la conclusion de P. Trousset, les territoires d’Vlizippira, de Ruspina et de Thysdrus ont échappé à la centuriation43. Le statut de libertas, accordé à la suite de la Guerre d’Afrique, les a par conséquent soustraits de l’action des arpenteurs, ce qui suggère une date postérieure à la bataille de Thapsus.

  • 44 Hyg. grom 60.

28Puis, un passage d’Hygin le Gromatique révèle l’absence de centuriation systématique avant l’Empire. Cherchant à décrire la façon de cadastrer des terres arcifinales et vectigaliennes dans les provinces, il a bien souligné que ces terres, qui font partie de l’ager publicus, n’ont pas de plan cadastral, parce qu’elles n’ont pas été divisées par la centuriation, n’étant pas distribuées par lots, mais laissées à l’occupation libre et spontanée des conquérants, sans garantie de la respublica des Romains44.

  • 45 Ghaddhab 2018.

29Ensuite, la centuriation dans les environs d’Hadrumetum s’apparente étroitement par son orientation, ses modules et sa conception, à celle de Sullectha, pour laquelle nous avons proposé une date au lendemain de la Guerre d’Afrique45.

30Il y a par conséquent une forte probabilité qu’elle lui soit contemporaine. Et c’est maintenant que nous invoquons un document épigraphique exceptionnel, connu sous le nom de « Borne milliaire de Kroussia », qui permet, nous semble-t-il, de retenir désormais le règne d’Auguste et d’affiner davantage cette date.

31En raison de son apport, nous allons nous étendre un peu sur ce document (fig. 4).

Fig. 4 : Borne de Kroussia

Fig. 4 : Borne de Kroussia

(cliché R. Ghaddhab)

32Support : borne au sommet arrondi. Hauteur : 0,65 m. Lieu de découverte : région de Kroussia. Condition de découverte : la pierre a été découverte in situ, dans la région de El Haïmer, après la traversée de l’oued Zlati (ACent, f. 56 (Sebkra Kelbia), cordonnées Lambert 272-271/547-548).

33Champ épigraphique : l’inscription, gravée sur une seule face, se développe sur 7 lignes : Hauteur des lettres : 6 cm pour les 6 premières lignes et 12 cm pour la dernière. Datation : 6-5 a.C. Justif. datation : Proconsulat d’Africanus Fabius Maximus (Thomasson 1996, p. 23-24, no 10).

34Remarques : une hésitation dans la lecture de la quatrième lettre de la dernière entre un VII, un XII ou un XI.

35Bib. : Picard 1951-52, p. 105 ; AÉp. 1955, 40.

36Commentaire : Foucher 1964, 116-117, pl. VIIa.

AFRICANVS
FABIVS Q. F.
MAXIMVS
COS VIIVIR
EPVLONVM
PRO COS
XXCVII ou XXCXII

  • 46 Foucher 1964, p. 117.
  • 47 Foucher 1964, p. 117.

37Cette inscription a suscité plusieurs interprétations. La première est celle de Louis Foucher qui s’est arcbouté sur l’interprétation d’une borne milliaire46. L’épine dorsale de sa démonstration repose sur l’hypothèse non démontrée que la borne avait été déplacée. Pour la clarté de l’exposé, lisons le raisonnement de l’auteur : « Il est plus vraisemblable d’admettre que ce document, en dépit de sa forme insolite, est une borne milliaire, mais qui a été déplacée : car même si nous envisagions l’hypothèse d’une route secondaire, partant de Cubin ou d’Vppena, la distance de Carthage serait trop faible. Selon l’Itinéraire d’Antonin, la distance de Carthage à Hadrumète est de 104 milles ; le cippe pouvait donc se trouver sur cette route, à 17 ou 12 milles au nord d’Hadrumète. Une autre hypothèse est possible : la pierre a pu être déplacée de 6 km vers le nord et aurait été installée sur la route d’Hadrumète à Sufetula mais il faudrait supposer que la numérotation partait non pas de Carthage (iter a Carthagine per Hadrumetum Sufetula usque) mais de Sufetula, comme cela se fera plus tard »47.

  • 48 Voir notamment M’Charek 1992.
  • 49 Qui n’accéda à ce statut que soit sous le règne des Flaviens soit sous Trajan. Toutefois, les indi (...)

38Il est aujourd’hui difficile de suivre l’argumentation de l’auteur et pour plusieurs raisons. D’abord, la forme du support n’est pas insolite ; c’est celle des milliaires de l’époque augustéenne48. Sufetula ne peut être le point de départ d’une voie impériale puisqu’elle n’était pas un chef-lieu ou le centre d’une cité sous le principat d’Auguste49. Ensuite nous n’avons aucun indice sérieux de la présence d’une voie provinciale antique qui aurait traversé les lieudits El Haïmer, Puits Kroussiah ou même toute la région dite de Henchir Kroussia. Ensuite dans l’hypothèse que la ligne 7 désigne un chiffre, le nombre XXCVII (87) n’a aucun rapport avec un comput en milles dont le point de départ serait soit la capitale de la province, Carthage, soit la cité la plus importante dans la région, en l’occurrence Hadrumetum située à 13-14 milles ou même Gurza, le centre du pagus Gurzensis, située à 12 milles de la zone qui a livré cette inscription.

  • 50 Romanelli 1959, p. 669.
  • 51 Sur les témoignages épigraphiques de ce type de borne de délimitation, voir la synthèse récente de (...)

39La deuxième interprétation est celle P. Romanelli qui a avancé l’hypothèse d’une borne de limitation50. La construction, la structure et le vocabulaire de l’inscription sont complètement différents des bornes des fines ou des termini51.

40La question reste par conséquent entière, mais y a-t-il d’autres alternatives ?

41C’est possible. Soulignons de prime abord que nous avons affaire à un document unique, daté et que nous connaissons, même approximativement, le contexte de sa découverte. L’inscription est gravée sur une seule face, ce qui exclut l’hypothèse que la borne donne des indications de part et d’autre de deux aires ou de deux territoires limitrophes. Elle ne fournit des indications que pour un seul côté par rapport à un point précis. Mieux encore, quand on examine l’inscription, on voit bien que la dernière ligne se distingue par la hauteur de ses lettres, 12 cm contre 6 pour les autres lignes, comme si on avait voulu sciemment mettre en relief, non pas le nom du proconsul, mais une autre donnée qui ne pourrait être qu’un code.

  • 52 Roth-Congès 2004, p. 21-40. Qu’elle trouve ici nos remerciements pour ses lumières qui nous ont ai (...)

42Certes la formulation (titulature et nombre) est celle des bornes milliaires, mais cela n’exclut pas l’hypothèse d’une borne gromatique délimitant des unités cadastrales. On l’a déjà démontré, que « les bornes inscrites devaient, sur le terrain, guider l’arpenteur sans ambiguïté dans l’un ou l’autre système [de cadastration], et que ces témoins donnaient des informations bien différentes de celles des bornes de carrefour traditionnelles, indiquant le rang de la centurie par rapport aux axes majeurs, decumani et kardines »52.

43Dans cette perspective la question qui se pose maintenant est de savoir si nous sommes devant une borne de lotissement ou une borne de carrefours.

44Les bornes de carrefours traditionnelles indiquent le rang de centuries par rapport aux axes majeurs, decumani et kardines. Toutefois le codage donné par cette inscription ne fait aucune référence à ces repères. On ne voit point la lettre D, qui est l’abréviation du Decumanus. De même, après XX, on ne lit pas un K, qui est toujours l’abréviation du Kardo, mais bien un C suivit de VII ou de XII.

  • 53 CTh., 11.1.10 : Omnes qui per Africam opulentas desertasue centurias possident, ad professionis mo (...)
  • 54 CTh, 11.28.13 : (…) Secundum fidem polyptychorum per prouinciam proconsularem nouem milia duas cen (...)
  • 55 Novell. Valent., 33.2 : Igitur intra Numidiam prouinciam ex desertis locis, de quibus, sicut celsi (...)
  • 56 Novell. Valent., 33.2 : Igitur intra Numidiam prouinciam ex desertis locis, de quibus, sicut celsi (...)

45L’absence de l’indication de ces axes majeurs exclut que notre borne soit celle d’un carrefour. Elle donne des informations différentes. Mais lesquelles ? Il ne reste qu’une seule possibilité : celle d’une borne placée dans le cadre de la technique gromatique de lotissement en indiquant des mesures en unités romaines. Ici le nombre de centuries, ce qui n’est point étonnant. En effet, contrairement aux autres provinces où les documentations juridique et papyrologique utilisent des termes comme le jugum, la milena ou le caput comme unité de base de l’assiette d’impôt ou de mesure de la terre, en Afrique c’est la centuria qui a structuré le paysage agraire depuis la mainmise de Rome jusqu’à la fin de l’Empire. L’illustration est donnée notamment par les témoignages juridiques conservés dans le Code théodosien ou les Novelles de Valentinien. Il est fastidieux de donner ici toutes les occurrences du terme, nous invoquons seulement trois constitutions chronologiquement éloignées. La première date du 17 mai 365, c’est une constitution de Valentinien adressée au vicaire d’Afrique Dracontius qui rappelle les obligations fiscales qui pèsent sur tout possessor qui possède en Afrique des centuries en rapport ou en friche53. La deuxième constitution est celle du 20 février 422 d’Honorius et d’Arcadius adressée au comte du trésor privé relative aux centuria et jugera imposées ou dégrevés d’impôt des provinces de Proconsulaire et de Byzacène54. Le troisième témoignage date du 13 juillet 451 ; c’est un rescrit de Valentinien III au préfet du Prétoire, Firminus55 qui parle de 13 000 centuries exemptées de toute charge fiscale pour cinq années56.

  • 57 Peyras 2010, p. 215.

46À cela nous ajoutons le fait que sur les bornes gromatiques, le codage est formel : C : si in termino inueneris, a centuria numquam recidas / « C : si tu la trouves sur une borne, tu ne saurais être loin d’une centurie »57.

47Il y par conséquent une grande chance que XXCVII ou XXCXII soit un comput centuriae et que nous soyons devant une borne gromatique liée à la centuriation et plus précisément une borne dans son propre système regardant vers le gromae locus. Dans cette optique, nous n’avons que deux possibilités de lecture.

481. Après XX nous avons l’abréviation de deux unités de mesures. En effet, on lit sans aucun doute un C qui pourrait être l’abréviation de C(enturia) puis un chiffre suivi de l’abréviation d’une autre unité de mesure qui ne peut-être que le Iugerum abrégé en I. Cela donne : XX C(enturiae) VI I(ugera) ou XI I(ugera).

49Le développement C(enturiae) se justifie par la force du contexte, celui de l’emplacement de la borne qui marque la limite, ou pas très loin, de la XXe centurie depuis la gromae locus de cette centuriation que nous avons établi sur un point à l’entrée de Kalaa Sghira (voir fig. 2).

502. L’abréviation des deux unités de mesures (Centuriae et Iugera) n’est pas indiquée et l’arpenteur n’a donné que les chiffres relatifs à l’une et à l’autre. Ainsi, nous avons : XXCVII ou XXCXII.

  • 58 Cette déduction soulève a priori une objection sérieuse à savoir que l’épigraphie gromatique disti (...)

51Cela donne une mesure exprimée implicitement en centuria et iugera, que n’importe quel arpenteur saurait reconnaître, et que notre borne marque la mesure de XX centuries CVII ou CXII arpents depuis un point X correspondant à la gromae locus58.

  • 59 Foucher 1964, p. 117.
  • 60 Picard 1951-1952, p. 105.

52Dans cet ordre d’idée, nous proposons une autre lecture de cette dernière ligne fondée sur l’examen direct de l’inscription et sur le contexte de sa mise au jour. La lecture admise depuis Louis Foucher voit un VII après le C, bien que ce dernier ait exprimé une hésitation en soulignant que « La dernière lettre douteuse de la dernière ligne est un V ou un X »59. À la suite de cette lettre V ou X, le même auteur a lu deux barres II, une lecture qui a été retenue par G.-Ch. Picard60.

Fig. 5 : Borne de Kroussia

Fig. 5 : Borne de Kroussia

(d’après Foucher 1964, pl. VIIc)

53Pour notre part, nous voyons, aussi bien sur le cliché publié par L. Foucher (fig. 5) que sur notre examen de la pierre (fig. 6 et 6a), après le C, un écart entre deux branches obliques qui pourrait a priori convenir à un V comme on peut l’observer sur les lignes 1, 2, 3, 4. En fait c’est une illusion d’optique parce que ces dernières lignes n’avaient que 6 cm de hauteur contrairement à la dernière ligne qui en a 12, et par conséquent cet écart entre les deux branches est trop serré pour donner une lettre V de 12 cm, par contre il convient parfaitement à un V qui n’est autre que la partie supérieure la lettre X.

Fig. 6 : Borne de Kroussia

Fig. 6 : Borne de Kroussia

(cliché R. Ghaddhab)

Fig. 6a : Borne de Kroussia : les deux dernières lettres

Fig. 6a : Borne de Kroussia : les deux dernières lettres

(cliché R. Ghaddhab)

  • 61 Voir Peyras 2010.
  • 62 Expositio terminorum, 364, 14-15 La : X : si in termino inueneris, quadrifinium exponit, et pro de (...)

54Si l’on adopte la lecture XXCXI, que nous préférons et qui s’impose, parce qu’on observe bien la partie haute du X suivit d’une seule barre I et non pas deux II, au lieu de lire un chiffre nous proposons d’y voir une lettre, le X, suivi du chiffre I, et on se retrouve devant un codage fidèle aux pratiques des arpenteurs61. En effet, X – lettre latine majuscule sur une borne – indique un quadrifinium62 ; et le I pourrait correspondre au nombre donné à ce quadrifinium dans cette trame d’arpentage.

55Ce qui donne XX C(enturiae) X (quadrifinium) I ? / Vingtième centurie, quadrifinium I.

56Dans cette perspective la borne donne une double information : le nombre de centuries par rapport au comput centuriae tout en précisant qu’elle marque le point de rencontre de quatre limites, un quadrifinium qui porte le numéro I.

  • 63 Ptol., 3, 10. Le premier, à notre connaissance, qui a fait le rapprochement entre ces deux toponym (...)

57Cette interprétation trouve sa pleine justification quand on examine de près le lieu de la borne dans son contexte. Son emplacement est dans le prolongement d’une limite qui se confond avec un decumanus et précisément le decumanus XX qui marque la fin de la centuriation de ce côté. Ensuite, et ceci est déterminant, elle indique exactement le point de croisement de quatre propriétés ou territoires juridiquement différents. 1. Au nord-ouest le territoire correspondant à Henchir Kroussia, très vraisemblablement l’antique Chrausa de Ptolémée63. 2. Au nord-est le territoire de Gursa.
3. Au sud-ouest le territoire d’Augustum / Vicus Augusti ?
4. Le territoire de la cité stipendiaire Cynasyn / El Kneiss ? au sud-est ou à la rigueur celui d’Hadrumetum (voir fig. 7).

Fig. 7 : L’emplacement de la borne de Kroussia

Fig. 7 : L’emplacement de la borne de Kroussia

(R. Ghaddhab et E. Ghith)

  • 64 Voir, ci-dessous, l’inscription du pagus Gurzensis.

58Quoi qu’il en soit de l’interprétation de cette dernière, l’année 6-5 a.C. marque un moment fort dans la structuration du paysage agraire de la région, voire même, en raison de l’emplacement de la borne aux limites sud-ouest de la trame de la centuriation, de la fin de cette opération qui a commencé quelques années auparavant et qui a certainement suscité l’inquiétude des certains groupes sociaux de la région dont quelques-uns ont cherché un patron pour défendre leurs intérêts64.

  • 65 Il s’agit bien d’une centuriatio et non d’un cadastre des limites et par conséquent d’un territoir (...)

59Cette division du sol en centuries n’est que l’aboutissement de tout un processus historique de la prise de possession par Rome de cette partie du Byzacium. Nous avons déjà souligné que toute la région située entre l’arrière-pays des cités puniques côtières d’Hadrumetum et de Ruspina et la Fossa Regia a été centuriée65. Cette situation ne doit en fait ni au hasard des découvertes ni à l’état actuel des recherches ou de nos connaissances. Elle est en quelque sorte une radiographie qui résume les moments forts de la possession du sol provincial qui a débuté au lendemain de la troisième guerre punique et qui a connu une modification importante sous le principat d’Auguste.

60Ici nous arrivons à la question centrale de cette recherche que nous formulons sous forme d’interrogations : 1. À qui appartenait ce territoire centurié avant l’installation de Rome ? 2. Quel est son statut et comment a-t-il été organisé ? 3. Quels sont son devenir et sa relation avec la cité libre d’Hadrumetum sous le principat d’Auguste et tout au long du ier siècle p.C. ?

61Bien que rares, nous avons des témoignages et des indices permettant de proposer une lecture cohérente des environs d’Hadrumetum durant cette longue période.

3.1 À qui appartenait ce territoire ?

  • 66 Ptol., 4, 3, 6 (éd. Müller, p. 640).
  • 67 Desanges 1992, p. 1674-1677.

62Pour répondre à cette question, nous invoquons d’abord un témoignage de Ptolémée, qui dans sa Géographie, mentionne une région dite Buzakitis66. Ce passage a été éclairé par J. Desanges qui précise que « l’orientation générale ouest-est, à peine infléchie vers le sud, de la côte, de Neapolis (Nabeul) à Acholla (Hr Botria) dans la conception que s’en fait Ptolémée, donne à croire que le Buzakitis, pour lui, s’étend dans l’intérieur des terres, en arrière des villes côtières libyphéniciennes. Bien que lacunaire, l’article Buzantes de Stéphane de Byzance semble confirmer cette interprétation. En effet Stéphane distingue bien deux parties dans la Buzakia, dont l’une, à l’intérieure des terres, appartient à Carthage »67.

  • 68 Ghith à paraître.

63Ensuite, les travaux d’Emna Ghith qui sont à ce propos d’un grand apport pour la connaissance de la population de cette région. Elle a démontré que le faciès archéologique du monde funéraire préromain, par exemple du territoire de Kalaa Sghigra, de Hammam Sousse et probablement du Kalaa Kebira, ici le cœur de notre territoire centurié, est complètement différent de celui de la cité punique d’Hadrumetum. Les vestiges de ce monde funéraire révèlent indubitablement des pratiques, voire des rites, propres à ces groupes sociaux qui se distinguent bien de ceux des cités puniques côtières du Byzacium68.

64Ces précisions ne laissent aucun doute que nous sommes dans un secteur du Buzakitis de Ptolémée composé des terres situées en arrières des cités puniques côtières et qui juridiquement appartenaient à la Carthage punique.

3.2 Le devenir de ce territoire sous la République 

  • 69 Chouquer 2016, p. 207-208.
  • 70 Chouquer 2016, p. 200.

65Il faut revenir à l’histoire globale de la période pour donner une esquisse à cette réponse. Commençons d’abord par la précision du statut juridique des terres de l’Africa au lendemain de la troisième guerre punique. La Loi de 111 excepte seulement sept cités libres, des territoires privés et ceux des enfants de Massinissa. Le reste est annexé et devient propriété du Peuple romain, ager publicus Populi Romani, y compris les territoires des stipendaires69, l’ager publicus stipendiarius possessio70.

  • 71 Sur ces témoignages, voir désormais Peyras 2018, p. 1-27.

66Tous les témoignages de la République finissante ou qui y font référence71 insistent sur les limites territoriales des peuples libres, ager intra finis populorum lebeirorum : ici Hadrumetum. Puisque ces terres n’appartenaient pas à l’ager publicus, mais étaient conservées par ces peuples, comment alors leurs confins furent établis ?

  • 72 Hyg. grom., 26-27.
  • 73 Trad. Peyras, 1994, p. 37-38.

67La réponse est donnée par Hygin lorsqu’il évoque les différents cas des controverses sur la possession de territoires. Pour la clarté de l’exposé nous citons le passage en entier72 : « Également il y a controverse de (ce) droit chaque fois qu’il y litige sur la possession quand on collecte l’impôt [le tribut] : quand une partie dit qu’elle est établie sur la limite de son territoire et que l’autre requiert dans les mêmes termes en sens inverse. Or cette contestation doit être réglée par les bornes territoriales, car nous trouvons souvent dans les archives publiques des territoires clairement marqués ainsi du collège [de la colline] qu’on appelle un(e) tell(le), au fleuve untel, et au-dessus du fleuve untel jusqu’à la rivière une telle ou la route une telle, et par la route une telle jusqu’au pied du mont untel, lieu qu’on appelle un tel, et de là par la crête du mont un tel au sommet et par le sommet du mont par la ligne de partage des eaux au lieu qui s’appelle un tel , de là vers le bas jusqu’au lieu untel, et de là jusqu’au carrefour untel, et de là par le monument d’un tel jusqu’au lieu où l’inscription [la description] a commencé. En effet, souvent, les limites ont pour repères les monuments ou les fossés de certains, ou de certains sanctuaires ou certaines sources, d’où partent rivières et fleuves »73.

  • 74 Chouquer 2014, p. 35.
  • 75 Nous avons montré ailleurs un cas bien concret où les éléments géographiques étaient parfois suffi (...)

68Ce passage évoque bien une délimitation vernaculaire qui était une pratique courante74. Pour tracer les contours d’un territoire, l’arpenteur a pris en compte les données naturelles : les hauteurs des collines, les lignes de crête, les lignes de partages des eaux, les cours d’eau, les hauteurs continues de toute une zone75.

69Les données naturelles ont certes été prises en compte, mais pas uniquement. C’est la situation juridique du sol provincial qui a joué un rôle déterminant dans la fixation
des fines.

  • 76 Voir ci-dessus, note 14.
  • 77 Bell. Afr., 76 : Thabenenses interim qui sub dicione et potestate Iubae esse consuessent, in extre (...)

70Nous avons noté plus haut qu’un tronçon de la Fossa Regia76 pourrait avoir servi de limite à cette centuriation. Plus loin de notre secteur, au sud du Byzacium, le Bellum Africum mis sous le nom de César signale les Thabenenses, habitants de Thabena, qui correspondrait au port de Thaenae, à l’entrée de la Petite Syrte, qui se trouvait « aux limites du royaume » de Juba77.

  • 78 Le centre de la cité, l’oppidum, a été définitivement localisé par N. Kallala (1991) à Henchir Ten (...)
  • 79 Les sept cités libres : Vtica, Hadrumetum, Thapsus, Lepti Minus, Acholla, Vzali et Teudalis (Lex a (...)
  • 80 Ghaddhab, Kaabia 2016.
  • 81 Ghaddhab, Kaabia 2016.

71Les autres limites de l’espace centurié sont toutefois situées à l’intérieur de l’Africa. Ils s’arrêtent aux confins sud-est du territoire de la cité libre de la liste plinienne, Ruspina78 ; à l’est-sud-est des limites de l’une des cités libres sous la République, Lepti Minus79 où ses fines occidentales sont constitués par la chaine collinaire, en direction sud-ouest – nord-est, étalée depuis l’aedes Mineruae jusqu’à Ksibat el Mediouni en passant Tala’at el-Harkoissia80 ; et au sud, aux limites nord-ouest du territoire de la cité libre de la liste plinienne, Thysdra81.

  • 82 Sic. Flacc. grom. 301-305 : Sed et pagi, sinificanter finiuntur : de quibus non puto quaestionem f (...)
  • 83 Foucher 1966, p. 119-121 ; Ben Younes 1981, p. 136-142.

72Ces limites d’après les confins s’appuyant sur des éléments naturels et les voisins correspondent parfaitement à des pagi, qui se définissent par leurs limites et qui ont à charge la « lustration » des confins82. La lustration du pagus était un rite public, officié par des magistrats du pagus (magistri pagi), qui consistait à faire le tour de ses limites. Cette recherche a fort probablement permis d’identifier l’un des lieux de la célébration de ce rite, à savoir le sanctuaire de Manzel Harb83 bien située sur les fines du pagus Gurzensis avec Ruspina (fig. 7).

  • 84 Voir ci-dessous.

73Nous verrons plus loin que ces limites correspondent parfaitement à celles des territoires des « cités » stipendiaires regroupés dans le cadre du pagus Gurzensis84.

74Quant au devenir de ce territoire devenu ager publicus Populi Romani, il ne peut à l’époque échapper à cinq possibilités que nous examinons successivement.

751. Il pourrait constituer une assise territoriale dans le cadre d’une colonie. Mais cette possibilité est à exclure, puisque aucune colonie de fondation n’est attestée dans le territoire qui nous occupe.

  • 85 App., Pun., 100 et 108 ; Liv., perioch., 50 ; Lex agr., l. 76. La partie fragmentaire de la Lex ag (...)

762. Le donner aux transfuges qui ont déserté l’armée carthaginoise, mais ceux-ci ont reçu des terres prises dans le territoire de la métropole punique85, ce qui nous éloigne de notre région.

  • 86 Ghaddhab 2018.

773. Les donner aux enfants de Massinissa. Or, nous avons démontré ailleurs que les terres accordées à ces derniers, ou à la rigueur une partie, sont à situer dans la région de Sullectha86.

  • 87 Voir la note 8.
  • 88 App., Pun., 135 ; Lex agr., l. 81 : « [En dehors de] cette terre et pièce de terre que les décemvi (...)
  • 89 Peyras 2015, p. 31.

78Il ne reste par conséquent que deux possibilités. La première est de le donner à Hadrumetum comme récompense de sa fidélité lors de la troisième guerre punique87. C’est possible, mais nous tenons à préciser qu’il n’y a qu’Utique qui était bien dotée88, certainement parce qu’elle avait joué un rôle déterminant sur le plan stratégique et logistique pendant la troisième guerre punique89. Ce qui ne semble pas avoir été le cas pour Hadrumetum. D’autant plus que ce territoire, on l’a déjà vu, n’a pas été centurié au lendemain de la dernière guerre.

  • 90 C’est l’hypothèse, d’ailleurs largement contestée, de F.-T. Hinrich (1966, p. 252-303).
  • 91 Lex agr., lignes 80-81 ; Chouquer 2016, p. 207-208.
  • 92 Voir Lex agr., 77-78 : « Que le duovir, qui de par cette loi aura été fait et créé, quand il se tr (...)
  • 93 Nicolet 1977, p. 120.

79La seconde possibilité est de le vendre, au moins une partie, à des particuliers90. Du point de vue juridique la chose était possible. Le sol laissé aux stipendaires91, l’ager publicus stipendiarius possessio, pourrait en effet être vendu aux privés92 ou loué à des particuliers et son exploitation est soumise au paiement d’un uectigal et non pas à un impôt au sens précis du terme93.

80C’est cette dernière possibilité qui nous semble avoir été la plus vraisemblable. La toponymie et l’épigraphie témoignent en effet de la mainmise des privés sur les terres dans les environs d’Hadrumetum.

81La toponymie donne les noms de certains qui ont possédé des terres dans la région, et l’onomastique permet de préciser l’identité des certains possessores qui ont mis la main sur l’ager publicus de la région sous la République, et mieux encore, de localiser leurs propriétés qui se répartissent comme suit.

  • 94 Kolendo 1985.
  • 95 AATun, 1/50000, f. XLIV (Sidi Bou Ali), no 126 ; Slim et alii 2004, p. 160-163.

82Au nord, de part d’autre d’Vlizippira, nous avons les Caelii, qui sont les meilleurs exemples des familles italiennes riches qui possédaient des terres en Afrique sous la République94. Le toponyme Horrea Caelia95 fait référence aux entrepôts qu’ils possédaient et certainement des larges superficies de terrain dans la région.

  • 96 Voir, ci-dessous, l’inscription de l’année 60 évoquant un des clients d’un certain Herennius.
  • 97 Sur les Herennii, voir Deniaux 1979.
  • 98 Cic., Verr., 1, 5, 14 et 5, 59, 155.

83Au sud, à Gurza, nous avons les propriétés des Herennii96. En Afrique, ce gentilice est attesté 17 fois, plus 2 fois incertaines, et la diffusion de ce nom résulte de l’immigration97. Cicéron fait allusion à un T. Herennius connu en Sicile et en Afrique : T. Herennius, un commerçant qui pratique la banque à Lepti, à l’époque de Verrès, moins de vingt ans après la guerre sociale et que Verrès exécuta en 73 parce qu’il le soupçonnait d’être un sertorien98.

  • 99 Kaabia à paraître.
  • 100 Lassère 1977, p. 88.
  • 101 Loriot, Tran 2009.
  • 102 Petron., 117.
  • 103 Lassère 1977, p. 96.

84À l’ouest dans l’arrière-pays d’Hadrumetum, la très riche vallée de Oued Laya a livré deux stèles épigraphes faites par Q. Vettius Daius et M. Vettius Lupsus99. Les Vettii, bien attestés à Hadrumetum100, dont une fraction descendait du milieu des affranchis, sont bien attestés à Ostie et faisaient partie des riches entrepreneurs de la ville101. Il n’y a par conséquent rien de surprenant à ce que des affranchis possédaient des terres dans les provinces. Dans une fiction non dépourvue des realia, le Satiricon, Eumolpe, un des personnages du roman, est un gros propriétaire africain ; ses esclaves, éparpillés sur les champs de Numidie, sont si nombreux qu’ils auraient pu conquérir Carthage102. Ces Vettii, d’origine italique, cumulaient à Hadrumetum des biens fonciers et intérêts commerciaux au port de la ville103.

  • 104 Ferrary 2008, p. 271, note 61.
  • 105 Ptol. 3.10.
  • 106 Tab. Peut., 6.2.

85Plus au sud, les Auidii, cette vieille famille italienne dont une branche est installée à l’époque à Ephèse104 ; son gentilice est fossilisé dans la localité qui porte le nom d’Auidu chez Ptolémée105 et d’Auidi Vicus dans la Table de Peutinger qui le place sur la route impériale HadrumetumThysdrus, à XXV milles de la première106.

  • 107 Chouquer 2014, p. 11.

86La répartition géographique de ces familles révèle qu’elles ont mis la main sur l’ensemble de ce territoire. Avec ces possessores, et jusqu’à la fin du règne de César, nous sommes au temps où le droit de Rome était, pour le reste du monde, le droit des colons sur des espaces et des peuples colonisés107.

  • 108 Bell. Afr., 68, 1 et 97.

87Les possessores, en plus des Hadrumétains, sont les publicains, les commerçants des ports, les banquiers et les possesseurs des grands domaines, qui étaient membres du conuentus de citoyens romains installés dans les villes libres, en l’occurrence Hadrumetum108.

  • 109 Gsell 1928, p. 48.
  • 110 Peyras 2018, p. 15.
  • 111 Plin., nat., 5.29.30.
  • 112 Plin., nat., 5.30 ; Désanges 1980, p. 59. Traduction modifiée par Peyras 2018, p. 15.

88Les colonisés ne sont autres que la population locale qui continuait à cultiver la terre dans le cadre des domaines contrôlés par les nouveaux maîtres. Ce sont les ressortissant des communautés qui étaient sous la domination de Carthage et qui conservaient après la dernière guerre la jouissance sur les terres mais assujettis à un stipendium pesant sur les terres et les personnes109, mais sans reconnaissance juridique de la part de Rome. En effet, J. Peyras a bien démontré que dans la documentation juridique (Loi Rubira, Loi de 111), à part les populi liberi, il n’existe aucune trace de communautés qui aient conservé une personnalité juridique sous la République. De même, précise le même auteur, il n’y a aucune trace chez Pline l’Ancien qui ignore la catégorie des oppida stipendiaria110. La liste qu’il a dressée ne comprend que des colonies, des oppida ciuium Romanorum, un oppidum latinum, des oppida libera111. Et, « au nombre de ce qui reste, ils (les peuples obéissants à l’impérium romain », populos … qui Romano pareant imperio) ne peuvent pas d’ailleurs êtres dit en droit « cité », mais pour la plupart, plus justement des « nations » (ex reliquo numero non ciuitates tantum, sed plerique etiam nationes iure dici possunt112).

  • 113 Lex agr., ligne 77 : « Que le duovir, qui aura été fait et créé de par cette loi, quand il se trou (...)
  • 114 Bell. Afr., 20 : priore anno enim propter aduersariorum delectus, quod stipendiarii aratores milit (...)
  • 115 Peyras 2018, p. 15.
  • 116 Bell. Afr., 7.
  • 117 Bell. Afr., 33.
  • 118 Bell. Afr., 26 : nobliles homines ex suis oppidis profugere.
  • 119 Bell. Afr., 27 : oppida castellaque dirui desirique, principesque ciuitatum aut interfeci aut in c (...)

89Parmi ces nationes, les stipendiarii de la loi de 111113, et ceux du Bellum Africum, les stipendiarii aratores, enrôlés par le pouvoir en place lors de la guerre qui opposa les partisans de Pompée à César114 sont attestés sans références à une cité115. En effet, comme J. Peyras, l’a justement montré, quand on a affaire à un peuple libre, il y toujours une référence à la cité. Ainsi l’auteur du Bellum Africum l’écrit : par exemple, Leptim liberam ciuitatem et inmunem116 ou ex Acylla ciuitate libera [immun]ique117. En revanche il n’y rien de tel pour des oppida dont il est question dans ce texte. Seule surgit, souligne J. Peyras, de cette absence de précision la mention d’« hommes honorables nobles fuyant leurs oppida118 et de princeps ciuitatum »119.

90Ces communautés auraient été dirigées par des principes ciuitatis et des nobiles qui apparaissent sur un document du début de l’Empire dans une organisation reconnue : le pagus Gurzensis.

3.3 Le devenir de ce territoire sous l’Empire

3.3.1 Sous le principat d’Auguste

  • 120 Ce rapport étroit entre les cadastres et la fiscalité a été bien démontré par Claude Nicolet (1988 (...)
  • 121 Selon Frontin, De agrorum qualitate, 1, 1-3. La méthode utilisée dans les provinces récemment conq (...)
  • 122 Cic., Verr., 3, 12 ; voir Nicolet 1977, p. 248-249.
  • 123 Lo Cascio 1986, p. 32-33.
  • 124 France 2017, p. 412.

91Nous avons souligné plus haut que la borne dite de Kroussia permet de proposer l’année 6-5 a.C. comme date fort possible de la fin de cette opération d’arpentage et de centuriation. Elle était l’un des moyens de la clarification de la situation juridique et foncière de cette partie du Byzacium et constitue le cadre d’une fiscalité plus efficace120 avec une nouvelle modalité dans l’établissement de l’impôt provincial121. Elle vient ainsi de rompre avec la méthode vernaculaire et approximative utilisée sous la République pour la délimitation du sol tributaire, c’est-à-dire celui des communautés soumises au stipendium. Cicéron distingue en effet deux types d’impôt provincial122 : un impôt à quotité fixe prélevé sur la récolte, la dîme que Rome hérita en Sicile, en Asie et en Africa123 ; et le uectigal (ou stipendium) certum qui repose sur le paiement d’une somme fixe généralement en numéraire dont le montant était déterminé par Rome124.

92Délimiter et centurier un territoire permet en effet à l’administration fiscale de savoir qui possède quoi et pour quelle mesure et ainsi de disposer d’un inventaire des titulaires et des surfaces qu’ils détiennent permettant d’établir la cote cadastrale et fiscale et de déterminer l’imposition. Cette modalité, plus précise, permettait d’identifier ceux qui étaient tenus pour responsables du paiement de la somme exigée et ce dans chaque cité et chaque communauté. Elle est susceptible de créer des conflits avec les publicains responsables de la collecte des impôts. Si les membres du conuentus de citoyens romains installés à Hadrumetum peuvent trouver les moyens de se défendre dans le cadre de leurs réseaux, ce n’est pas le cas pour les stipendiaires. Et c’est dans cet optique que nous invoquons un témoignage capital pour la connaissance de la géographique administrative et politique de la région sous le principat d’Auguste.

93C’est une table d’hospitalité en bronze déposée aujourd’hui au musée étrusque de Cortona en Italie. Elle date de l’année 12 a.C., c’est-à-dire six années avant la fin de l’arpentage et de la centuriation de toute la région en 6-5 a.C. Il y a par conséquent une forte chance qu’elle coïncide avec les débuts de cette opération.

94Ce document, mis au jour à Kalaa El-Kbira, est à ce propos d’un grand apport pour notre problématique. Pour la clarté de l’exposée nous allons le reprendre :

  • 125 CIL VIII, 68 = ILS 6095.

P(ublio) Sulpicio Quirina, C(aio) Valgio co(n)s(ulibus) ; / senatus populusque, ciuitatium stipendiarioum / pago, Gurzenses hospitium fecerunt quom / L(ucio) Domitio, Cn(aei) f(ilio), L(ucii) n(epote), Ahenobarbo / proco(n)s(ule) eumque et postereis / eius sibi posterisque sueis patronum co(o)ptauerunt ; / isque eos posterosque eorum in fidem clientelam/que suam recepit ; / faciundum coerauerunt : Ammicar, Milchatonis f(ilius), / Cynasyn (?), Boncar, Azzrubalis f(ilius), Aethogursensis (= Aetho, Gurzensis) / Muthunbal, Saphonis f(ilius), cui.nas (+Cuinas), Vzitensis125.

  • 126 Traduction Aounallah (2010, p. 31), complétée et établie par M’Charek 2017.

« Sous le consulat de Publius Sulpicius Quirinus et de Caius Valgius, le sénat et le peuple (qui sont) Gurzenses par le pagus, des cités de stipendiaires ont conclu un hospitium avec Lucius Domitius Ahenobarbus, fils de Lucius, petit-fils de Cnaeus, proconsul. Ils l’ont coopté comme patron lui-même ainsi que ses descendants pour eux-mêmes et pour leurs descendants. Lui-même les a accueillis ainsi que leurs descendants dans sa protection et sa clientèle. Ont pris soin de faire Ammicar, fils de Milchato citoyen de Cynasyn, Boncar Aetho, fils d’Azzubal, citoyen de Gurza et Muthumbal Cuinas, fils de Sapho(n), citoyen d’Vzita »126.

  • 127 L’adjectif stipendiarum, stipendiaire, a sous la République une connotation dépréciative qui s’att (...)
  • 128 Bellum Africum, 41.2 ; 51.2.
  • 129 Tab. Peut. IV, 2.
  • 130 Aounallah 2010, p. 32 : « Mais le nom de la troisième cité (si elle existait ?) fait encore diffic (...)
  • 131 Située à 15 km à l’ouest de Sousse.

95Cette inscription a suscité plusieurs commentaires, notamment en ce qui concerne le nombre des ciuitates stipendiaires127. Si l’identification est assuré pour les cités d’Vzita mentionnée dans le Bellum Africum128 et de Gurza dans la Table de Peutinger129, un doute subsistait quant au nom de la troisième cité, et on est allé même jusqu’à nier son existence130. Mais les recherches récentes d’A. M’Charek ont permis d’établir le toponyme : Cynasyn et de l’identifier avec les ruines du site qui porte le nom d’El-Knaïss131 qui n’a d’ailleurs subi qu’une légère altération phonétique du toponyme antique.

  • 132 Nous n’allons pas revenir ici sur le débat si ce pagus est un héritage de l’administration punique (...)
  • 133 Picard 1966, p. 1257. Pour le premier sens du pagus comme dans le reste de l’Empire romain, et cel (...)
  • 134 Aounallah 2010, p. 32-34.

96Chose édifiante, nous sommes précisément dans le territoire centurié coiffant celui de la cité libre d’Hadrumetum. Désormais nous sommes concrètement devant les trois cités stipendiaires regroupées à cette époque dans une circonscription administrative : le pagus Gurzensis qui a pour chef-lieu la localité de Gurza132. Ici, c’est le deuxième sens du mot pagus : une circonscription territoriale qui regroupe plusieurs cités133. Ces cités sont toutefois dépourvues d’institutions propres et ne disposent pas d’un conseil municipal, et « juridiquement, ces trois communautés n’existaient que par le pagus, seul organisme pouvant prendre légalement des decreta et coopter un patron »134.

  • 135 En se fondant sur l’inscription dédiée au questeur de la province installé à Utique autour de l’an (...)

97Toutefois cet état de la géographie administrative de la région structurée par la cité libre d’Hadrumetum et par le pagus Gurzensis135 est certainement valable jusqu’à l’année 12 a.C., voire pour quelques années plus tard. Depuis des changements notables ont eu lieu dans la situation juridique aussi bien du pagus que de la cité d’Hadrumetum.

3.3.2 Le devenir des « cités stipendaires » du pagus Gurzensis

98Durant l’année 60 p.C., Gurza apparaît comme une ciuitas autonome, ce qui implique qu’elle était détachée de ce pagus à une date antérieure. Elle a conclu pour son propre compte un contrat d’hospitalité avec Caius Aufustius Macrinus, préfet des ouvriers :

  • 136 CIL VIII, 69.

A(ulo) Licinio Nepua (sic) Siliano, co(n)s(ule), / ciuitas Gurzensis ex Africa / hospitium fecit cum O( ? sic) Aufus/tio, C(aii) f(ilio), Gal(eria tribu), Macrino, praef(ecto) / fabr(um), eumque liberos, poste/rosque eius sibi, liberis, / posterisque suis, patronum cooptauerunt, / C(aius) Aufustius, C(aii) f(ilus), Gal(eria tribu), Macri/nus, praef(ectus) fabr(um), Gursensic (sic) / ex Africa ipsos, liberos, pos/terosque eorum in fidem / clientelamque suam suo/rumque recepit ; / egerunt legati : / Herennius Maximus Rustici f(ilius), / Sempronius Quartus Iafis (filius)136.

  • 137 Traduction Aounallah (2010, p. 175).

« Sous le consulat de Aulus Licinius Nerva (= 60 p.C.), la cité Gurzensis d’Afrique a fait l’hospitium avec Caius Aufustius Macrinus, fils de Caius, inscrit dans la tribu Galeria, préfet des ouvriers ; elle l’a coopté comme patron ainsi que ses enfants et leurs descendants. Caius Aufustius Macrinus, fils de Caius, inscrit dans la tribu Galeria, préfet des ouvriers, les a reçu, la cité des Gurzenses, leurs enfants et leurs descendants, dans sa protection et dans sa clientèle ainsi que dans celle des siens. Les légats qui ont traité : Herennius Maximus fils de Rusticus et Sempronius Quartus fils de Iafis »137.

  • 138 Tab. Peut. IV, 2.

99Ce statut de ciuitas attesté à cette date constitue en droit une étape importante vers la romanisation juridique et par conséquent vers la promotion au rang de municipe ou plus tard de colonie honoraire. Bien qu’aucun témoignage explicite ne vienne confirmer cette déduction, trois indices ne laissent aucun doute que Gurza, mentionnée sous la forme de Gurra dans la Table de Peutinger138, est devenue une cité romaine très vraisemblablement sous le règne d’Antonin le Pieux.

  • 139 Foucher 1964, p. 127, n. 381.
  • 140 Qui n’est d’ailleurs attestée que dans les fondations coloniales à l’exemple de Thamugadi ou de Cu (...)
  • 141 Weber 1976,1, 4.
  • 142 Tarpin 2002.

100Le premier est celui de la vignette de la Table de Peutinger qui la signale avec deux tours coiffées d’un toit pointu, percé chacune de deux ouvertures et reliées par un mur, qui est, selon L. Foucher, une allusion probable à une enceinte139. Bien que l’on puisse récuser l’hypothèse de l’enceinte140, les recherches concordantes de E. Weber141 et de M. Tarpin142 apportent la conviction que les deux tours symbolisent les capitales des cités.

  • 143 CIL VIII, 70 et 71 ; ILTun 203
  • 144 Voir Aounallah 2010, p. 130-135.
  • 145 , 1949, 36 = 1991, 1639 : Auidiae, C(aii) f(ilia), Vitali, / Flam(inicae) perp(etuae) C(olonia) (...)

101Le deuxième indice est donné par trois dédicaces en l’honneur de la Victoire mentionnant la formule épigraphique DDPP (decreto decurionum, pecunia publica)143. Certes cela n’est pas déterminant, étant donné que les décurions et la caisse publique existent dans des cités pérégrines144, il indique néanmoins un acquis de la romanisation et que Gurza était soit une commune romaine soit dans un stade avancé dans la quête de ce statut. La présence de l’institution du flaminat perpétuel ne laisse aucun doute qu’elle a accédé à ce dernier145 ; il convient maintenant de préciser la date de cette promotion.

  • 146 CIL VIII, 72 = 23021 : L(ucio) Antonio Rogato, / Curiales curiae An/toniae patrono, / is honore co (...)
  • 147 C’est la conclusion qui s’impose de plusieurs études concordantes notamment Beschaouch 1996-1998, (...)
  • 148 Voir Gascou 2003, p. 234-235.
  • 149 CIL VI, 32757 : C(aius) Iunius, C(aii) f(ilius), Quirin(a tribu), / Gurze(n)sis, / Fortunatus, / m (...)
  • 150 Lassère 2005, p. 119.

102Le troisième indice est la mention de la curia Antonia dans une dédicace, (sans doute de la fin du iie – début iiie siècle en raison de l’absence de la filiation et de l’indication de la tribu) à un personnage éminent de l’élite locale, L. Antonius Rogatus qualifié de patron de la curia Antonia146. La mention de la curie indique que Gurza était de constitution romaine147. En se fondant sur le parallèle de Lepti Minus, devenue colonie sous Trajan,148 où est attestée dans la ville une curia Vlpia faisant référence à Trajan, le conditor de la colonie, l’hypothèse qu’Antonin le Pieux a promu Gursa vraisemblablement en municipe plus qu’en colonie, trouve sa justification. Elle est d’ailleurs confirmée par le quatrième indice, celui de l’épitaphe d’un soldat originaire de Gurza et mort à Rome, Caius Iunius Fortunatus149, inscrit dans la tribu Quirina, qui est celle des promotions municipales d’Antonin le Pieux150.

103Quant à la localisation de l’oppidum, le centre de la cité, aucun argument d’ordre épigraphique ou toponymique ne vient localiser d’une manière probante Gurza, située selon la Table de Peutinger à 7 miles d’Hadrumetum. C’est d’ailleurs cette donnée qui était est derrière la succession de plusieurs hypothèses.

  • 151 CIL VIII, p. 17.
  • 152 Tissot 1888, II, p. 562.
  • 153 AATun, 1/50000, f. 57 (Sousse), no 2.

104La première, avancée par G. Wilmans151, suivi de Ch. Tissot152 et les auteurs de l’Atlas archéologique de la Tunisie153, la situe à Kalaa el-Kebira en raison de la découverte des certaines inscriptions remployées dans plusieurs monuments de la ville à l’époque moderne.

  • 154 ILTun, p. 40.

105La deuxième hypothèse est avancée par A. Merlin qui retient, en raison de la découverte des inscriptions près d’Akouda, cette dernière154.

  • 155 AATun, 1/50000, f. 57 (Sousse), nos 5, 6 et 7.
  • 156 Carton 1904 ; 1906, p. 49-61 et 156-175.
  • 157 Ben Khelifa 2013, p. 8.
  • 158 Ben Younes 1981, p. 29-43.
  • 159 Ben Khelifa 2013, p. 8-9 et 19.
  • 160 Carton 1906, p. 49-61 ; 1909.
  • 161 Carton 1909, p. 20-43.

106La troisième hypothèse est de celle de L. Carton, qui préfère l’ensemble des ruines indiqué par les numéros 5, 6 et 7 sur la carte archéologique de Sousse155 et qui porte le nom d’ed-Dimas156, aujourd’hui Chott er-Rommane157. Cette hypothèse vient d’être retenue d’abord par H. Ben Younes158 et ensuite par une étude plus récente159. Les vestiges, étalés sur un plateau de 40 m d’altitude orienté nord-sud et délimité au nord et à l’ouest par l’oued el-Hammam, conviennent bien à une ville romaine. On y rencontre des équipements urbains caractéristiques : thermes, théâtre, citernes imposantes vraisemblablement publiques, arc de triomphe ou plutôt honorifique, et les traces d’une construction aux murs renforcés, une enceinte selon L. Carton160. À cela nous ajoutons pour compléter le dossier, mais ce n’est point déterminant, l’une des nécropoles de la ville utilisée aussi bien à l’époque punique que romaine161.

  • 162 Ghaddhab à paraître.
  • 163 Voir le grand domaine situé au nord-ouest de Sebkhat el Kelbia, sur les fines sud-ouest de la cité (...)

107Disposant d’un territoire réputé parmi les plus fertiles de cette région du Sahel162 et d’une élite aisée163, sa situation sur la grande voie provinciale de Hadrumetum à Carthage, et l’existence fort vraisemblable d’une mutatio (on le sait, ce type d’équipement utile pour les besoins publics est placé à une intervalle de 9 à 18 km) a décuplé la valeur de la cité notamment au Bas-Empire.

  • 164 Nous imagions mal l’existence d’un pagus qui ne regroupe que deux cités stipendiaires.

108On connaît toutefois peu de chose du devenir des deux autres ciuitates stipendaires : Cynasyn et Vzitta. À ce stade de recherche, nous pouvons avancer une hypothèse sans pouvoir actuellement la démontrer. Le détachement de Gurza et sa promotion en cité autonome ont vraisemblablement entrainé la dissolution de ce pagus164, à une date difficile à préciser mais l’année 60 constituant un terminus post quem. Cela aurait privé les deux autres cités stipendiaires de toute assise juridique, donc il ne leurs restait que deux options : soit devenir des cités autonomes à l’exemple de Gurza, soit être incorporées dans le territoire de la cité la plus importante, en l’occurrence Hadrumetum.

  • 165 AATun, 1/50 000, f. 65 (Djemmal), nos 9 à 11.
  • 166 Ghaddhab, Kaabia 2016.
  • 167 Cela exclut à notre sens l’hypothèse que le territoire de la cité stipendaire de Cynasin, qui avai (...)

109Cette hypothèse peut être confortée par le devenir de la cité stipendaire de Cynasyn / El Knaïss. Le centre de la cité a été localisé à environ 5 km au sud-ouest de Msaken165. Certes on ne peut rien dire de son histoire à cause de l’absence de tout témoignage, mais que l’action d’Hadrumétins, revendiquant la possession de l’aedes Mineruae, arrive jusqu’aux fines nord-ouest de Thysdrus166, cela suggère que ce territoire était sous la juridiction d’Hadrumetum167. Cette autorité n’était possible qu’avec l’incorporation du territoire de la cité de Cynasyn dans celui Hadrumetum, qui voit son territoire considérablement augmenter de ce côté provoquant ainsi le conflit inévitable avec Thysdrus à propos de la possession de l’aedes Mineruae située dans cette marge frontalière. C’est dans cette perspective que nous pouvons également comprendre la genèse de ce conflit qui résulte vraisemblablement de la dissolution du pagus Gurzensis à une date entre l’année 12 a.C. et le milieu du ier siècle, mais antérieure au règne des Flaviens. En effet, sous le règne de Domitien le conflit traine déjà depuis plusieurs années, multis annis.

  • 168 Ptol., 4, 8.
  • 169 Van der Werf 1982.
  • 170 Nacef 2015, p. 128.

110Nous restons toutefois perplexe devant le cas d’Vzita située à 6 milles de Lepti Minus168. Elle était célèbre pour ses productions de céramiques au dernier temps du pouvoir punique et tout au long du ier siècle p.C.169. Plus tard elle a cessé d’être un lieu de production et dans le site on n’aperçoit que l’omniprésence de la céramique produite dans les ateliers de Sullectha/i. D’ailleurs la regrettée J. Nacef l’a très bien pointé, mais avec une prudence excessive à notre sens. Ainsi affirme-t-elle : « Les travaux réalisés sur le site d’Vzita, à quelques dizaines de kilomètres, ont démontré qu’une grande quantité de céramique, pendant l’époque romaine, provenait de Sullecthum, notamment des amphores Vzita Pl. 52. 10, Africaine I et IIA et IID, de la vaisselle commune, comme les bassins et les cruches, ainsi que de la vaisselle culinaire »170.

  • 171 Salomonson 1964, p. 42, fig. 18.

111Vzita a complètement disparu des sources postérieures au ier siècle p.C. Elle n’apparaît plus ensuite, même pas comme évêché, qui serait un indice de son importance au moins du point de vue démographique. De même nos prospections n’ont révélé aucun trace de l’existence des équipements urbains qui caractérisaient les centres des cités. Tout ce que l’on observe n’est autre que les vestiges des maisons imposantes qui occupaient le point le plus élevé du site, dont l’une, équipée d’un secteur thermal, était probablement le lieu de réunion de la sodalité des Leontii comme l’indique son emblème qui figure sur une mosaïque représentant un lion entouré de quatre tiges de millet171.

  • 172 Christol 1999.

112Toutefois, nous tenons à souligner que ces cités stipendiaires ne peuvent disparaître comme un individu : en perdant leur assise juridique, elles seront rattachées soit à la Res priuata, dont le service est bien attesté au ier siècle p.C.172, soit à la cité la plus importante de la région, en l’occurrence Hadrumetum, probablement, mais pas certainement, comme nous allons le voir ci-dessous, lors de sa promotion en municipe autour de l’année 10 a.C.

  • 173 Harries 1978.

113Cynasyn et Vzitta n’apparaissent plus dans nos sources après le ier siècle, et il est fort possible qu’elles aient disparu du maillage du réseau urbain de la région. Comme explication, on peut évoquer la médiocrité de leurs assises économiques comme c’était le cas pour d’autres régions du domaine provincial, notamment en Gaule173, mais cela n’explique pas tout. L’assise et le potentiel économique n’étaient pas radicalement opposés. Il faut chercher une explication et dans l’histoire d’Hadrumetum et dans la politique de Rome en Afrique.

114Prenons le cas d’Vzita. Est-ce un hasard que le déclin de ce centre de production coïncide avec l’intervention de l’État et l’élévation d’Hadrumetum dans la hiérarchie administrative sous le règne de Trajan ?

3.3.3 L’impact de la promotion d’Hadrumetum au rang de colonie

  • 174 CIL VI, 1687.
  • 175 Aounallah 2013 ; Maurin 2013.

115L’appellation officielle de la cité est colonia Concordia Vlpia Traiana Augusta Frugifera Hadrumetina174. Cela ne laisse aucun doute qu’elle est devenue colonie sous le règne de Trajan. Toutefois, entre la cité pérégrine libre et la colonie, deux études concordantes convergent vers la conclusion d’un municipe julien175.

  • 176 Teutsch 1962, p. 117 ; Gsell 1928, p. 172-182.
  • 177 Chastagnol 1995, p. 115 et 117.
  • 178 Peyras 2003, p. 117.
  • 179 Peyras 2018, p. 21.

116Cette déduction repose essentiellement sur la présence de l’épithète Iulia associé à l’histoire de la ville. Loin de reprendre cette question qui mérite une étude indépendante, nous rappelons les deux interprétations possibles. Pour la première, ce sont des colonies fondées par César et dans lesquelles il a procédé à une assignation viritane176. Cette hypothèse a été nuancée en attribuant désormais ces fondations coloniales non pas à César mais à Octavien177. La deuxième interprétation est celle de Jean Peyras qui voit dans l’expression colonia Iulia un statut particulier grâce auquel les citoyens de ce type de colonies disposaient de privilèges178. Dans une étude plus récente, il a affiné son raisonnement en précisant que « les coloniae Iuliae étaient, loin d’être toutes des créations de César ou de son successeur, étaient un type de colonie dont les citoyens étaient qualifiés de Iulienses »179.

  • 180 Peyras 2018, p. 21.
  • 181 Peyras 2003, p. 117-119 ; 2004a, p. 269-272.

117Dans cette optique, il s’agit d’une assignation viritane où des colons citoyens romains « casés » à Hadrumetum ont bénéficié sous le principat d’Auguste de privilèges suivant les modalités de la lex Iulia. Cette dernière n’est qu’un « moule colonial », pour reprendre l’expression de Jean Peyras180, où chacun recevait une centurie de 200 jugères, des subseciua, l’octroi des forêts et des pâturages taxés d’un faible uectigal181.

  • 182 Soulignons toutefois, mais ceci n’est pas déterminant, que l’épithète Augusta n’apparaît pas dans (...)

118Il convient dans cette perspective d’accorder plus d’intérêt à l’épithète Augusta. Et il est possible que ce surnom ne renvoie pas à Trajan mais à Auguste182, fossilisant ainsi un moment fort dans l’histoire d’Hadrumetum sous ce règne et précisément entre 10 et 5 a.C.

  • 183 Foucher 1964, p. 113, nos 7 et 8 : C. FABIVS CATVLVS IIVIR et D. SEXTILLIVS CORNVTVS IIVIR. Certes (...)
  • 184 Foucher 1964, p. 111 et 113, fig. 14, no 8.
  • 185 Jacques, Scheid 1990, p. 170.
  • 186 Tac., ann., 12.60.

119Plusieurs indices pourraient conforter cette déduction. D’abord, deux années après la dédicace du Pagus Gurzensis (12 a.C.), des duumvirs apparaissent sur les monnaies frappées à Hadrumète durant l’année 10 a.C.183. Ensuite, une autre monnaie de la même ville honore en même temps le proconsul et le questeur de la province. Elle porte sur l’avers le nom du proconsul Africanus Fabius Maximus (6-5 a.C.) et sur le revers celui du questeur : C(aius) Liuin(ius) Gallus, q(uaestor) pro praet(ore)184. C(aius) Liuin(ius) Gallus porte le titre pro praet(ore), c’est-à-dire, il dispose de l’imperium185 d’un pouvoir juridictionnel dans le domaine fiscal ou financier186.

120Or, on l’a déjà vu, c’est de 6-5 a.C., sous le même proconsul, que datent la borne dite de Kroussia et la centuriation ou plutôt la fin de cette opération, une condition nécessaire qui permettrait d’octroyer des lots aux colons de l’époque, les Iulienses, certainement sur des territoires pris de l’ager publicus occupés par l’une des communautés stipendiariae, très vraisemblablement de Cynasyn / El Kneiss.

121Il est manifeste que l’administration a porté un intérêt particulier à Hadrumetum à l’époque augustéenne. Et il est fort possible qu’on assiste à sa promotion juridique, une promotion qui devait s’accompagner de déduction de colons citoyens romains. Il y a par conséquent une forte chance que la cité libre ait changé de statut juridique et soit devenue une commune romaine, très vraisemblablement un municipe, entrainant ainsi tout un changement dans la géographie administrative de la région.

3.3.4 Hadrumetum et les réformes fiscales de l’État

  • 187 Boulvert 1970, p. 278-279.
  • 188 France 2017, p. 226.

122La politique de Rome en Afrique sous le règne de Trajan n’était pas sans conséquence sur Hadrumetum et sa région. C’est à la fin de ce règne ou sous celui d’Hadrien que l’État décida de ne plus confier la perception des impôts à des societates, des sociétés de publicains, mais à des conductores187. Ce nouveau mode de perception des recettes s’accompagnera d’un renforcement du contrôle de l’administration sur la gestion des bureaux de fisc confiés désormais à des procurateurs équestres188.

  • 189 Christol 1999, p. 79-80.
  • 190 À l’exemple du célèbre fundus Massipianus (CIL VIII, 587).
  • 191 Christol 2006, p. 242-244.

123C’est également de ce règne ou vers sa fin, et comme conséquence du démembrement de la procuratele d’Afrique, qu’un procurateur équestre centenaire de la regio Hadrumetina est attesté à Hadrumetum189. Ce service s’occupait essentiellement de la ratio priuata, des domaines impériaux190 situés dans une circonscription vaste : le tractus Byzacenus, le territoire de la future province de la Byzacène191. Cette réforme dans une région connue pour ces grands domaines impériaux et par sa production frumentaire proverbiale va dans le sens de plus de fermeté dans la gestion des affaires de l’État.

Conclusion

124Cette enquête nous semble avoir donné une illustration de la force du contexte qui permet d’établir, interpréter et donner une lecture cohérente des témoignages a priori disparates. Elle a essayé de cerner le cadre géographique, juridique et historique de cette région de l’Africa sous la République, puis de l’Africa Proconsularis, composée sous le principat d’Auguste et précisément jusqu’à l’année 10 a.C. du territoire de la cité punique, pérégrine mais libre et immunis d’Hadrumetum et du pagus Gurzensis qui regroupe notamment les trois cités stipendiaires : Vzita, Cynasyn et Gurza.

125Nous avons essayé de préciser les limites de ce pagus et cerner les conséquences de sa disparition qui a décuplé la superficie du territoire de la cité d’Hadrumetum et comment elle est devenue l’une des « métropoles » de la province de l’Africa Proconsularis. À cela s’ajoute la fonction que l’État lui a donnée en installant un service qui s’occupait des biens de l’empereur, la ratio priuata, les biens privés du l’empereur.

126Nous terminons cette étude par une question conclusive : Hadrumetum a-t-elle asséché les agglomérations préromaines de la région ?

  • 192 Nacef à paraître.

127La réponse est sans équivoque quand on retient la disparition de Cynasyn ou d’Vzita de la hiérarchie administrative. Cette dernière était un pôle de production artisanale (la céramique) jusqu’à la fin du ier siècle p.C., plus tard il n’y a rien. Ces activités ont été transférées ailleurs, dans un atelier plus proche d’Hadrumetum. Ce transfert n’est point propre à la région d’Hadrumète. Nous l’avons constaté par exemple dans les environs de Sullectha avec la migration des activités des ateliers de potiers d’El-Maklouba vers des zones à proximité du port de la cité192.

  • 193 ILTun 106-107 ; Foucher 1964, p. 143, 150 et 267.

128Cela n’était pas sans relation avec la nouvelle infrastructure, disons romaine, mise en place sous le règne de Trajan. Elle a conditionné l’évolution du réseau urbain à partir du iie siècle p.C. où certaines localités se sont désormais trouvées plus privilégiées que d’autres. La majorité des agglomérations du Byzacium qui apparaissent lors du Bellum Africum à l’instar d’Aggar, ou dans la liste de Ptolémée à l’exemple de Gisira ou de Zurme(n)tum a complètement disparu. L’exemple plus édifiant est celui de l’effacement d’Vzitta au profit d’Vzae193, mais cela est une autre histoire.

Haut de page

Bibliographie

Sources littéraires

Appien, Les guerres civiles à Rome, l. I, Introduction de J.-J. Combès-Dounous, revue et annoté par C. Voisin, Introduction et bibliographie de P. Torrens, Paris (Roue à livres 22), 1993.

Appien, Histoire romaine, t. IV, l. VIII. Le livre africain, Texte établi et traduit par P. Goukowsky, avec la collaboration de S. Lancel, Paris2 (Collection des Universités de France 412), 2002.

Cicéron, Discours, t. V. Seconde action contre Verrès, l. IV. Les œuvres d’art, Texte établi par H. Bornecque et Ph. Moreau, traduit par G. Ratbaud, Paris (Collection des Universités de France 37).

Claudii Ptolemaei Geographia tabulae XXXVI instructae, K. Müller (éd.), I, 2, Paris, 1901.

Frontin, Corpus Agrimensorum Romanorum, IV, 2. L’œuvre Gromatique, Frontin. Texte traduit par O. Beherends, M. Clavel-Lévêque, D. Conso, Ph. von Cranach, A. Gonzales, J.-Y. Guillaumin, M. J. Pena, St. Ratti avec le concours de L. Capogrossi Colognesi, J. Peyras, G. Tirologos, Luxembourg, 1998.

Hygin, Corpus Agrimensorum Romanorum, V. L’œuvre Gromatique, Hyginus. Texte traduit par O. Beherends, M. Clavel-Lévêque, D. Conso, A. Gonzales, J.-Y. Guillaumin, St. Ratti avec le concours de L. Capogrossi Colognesi et J. Peyras (Nantes), Luxembourg, 2000.

La loi agraire de 643 a.u.c. (111 avant J.-C.) et l’Afrique. Présentation, essai de restitution (ligne 43-95), traduction et notes par J. Peyras, Besançon 2015.
https://www.persee.fr/doc/ista_0000-0000_2015_edc_1316_1

Pseudo-César, Guerre d’Afrique, texte établi et traduit par A. Bouvet, revu, corrigé et augmenté par J.-Cl. Richard, Paris Collection des Universités de France 343), 1997.

Siculus Flaccus, Les conditions des terres, Texte traduit par M. Clavel-Lévêque, M., D. Conso, F. Favory, J.-Y. Guillemin et Ph. Robin, Napoli (Diaphora 1 ; Corpus Agrimensorum Romanorum 1), 1993.

Tite-Live, Abrégé des livres d’histoire romaine de Tite-Live, t. XXXIV, 1re partie : « Periochae » transmises par les manuscrits (Periochae 1-69), Texte établi et traduit par P. Jal, Paris (Collection des universités de France), 1984.

Monographies et articles

Abid H. 2014, « Le tracé de la Fossa Regia dans la vallée de l’oued Siliana. Précisions et réflexions », dans Cl. Briand-Ponsard (éd.), Centres de pouvoir et organisation de l’espace. Actes du 10e colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord préhistorique, antique et médiévale, Caen (Symposia), p. 401-418.
https://www.academia.edu/23901319

Acolat D. 2005, « Représenter le paysage antique. Des normes des arpenteurs romains aux témoignages épigraphiques (iie-ixe siècle) », Histoire et Sociétés Rurales 24, p. 7-56
https://www.academia.edu/5192570

Al-Bahi A. 2015, « Al-Masrouquin (l’est du Kairouan) à l’époque médiévale : du village-Manzel à l’Henchir » (Texte en arabe), dans J. Ben Nasr, N. Bou Khchim (éd.), La montagne et la plaine dans le Bassin méditerranéen. Actes du 4e colloque du Département d’archéologie de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Kairouan (5-7 décembre 2011), Kairouan, p. 155-185.

Aounallah, S. 2010, Pagus, castellum et ciuitas. Étude d’épigraphie et d’histoire sur le village et la cité en Afrique romaine, Bordeaux (Scripta antiqua 23).

Aounallah, S. 2013, « Le statut d’Hadrumetum à la fin de la République et sous le Haut-empire », Africa, 23, p. 93-102.

Ben Khelifa S. 2013, « La romanisation de l’antique Gurza à travers les textes épigraphiques », dans Travaux autour d’el-Kalla al-Kobra : Histoire et Patrimoine, Sousse, p. 7-28.

Ben Younes H. 1981, La présence punique au Sahel d’après les données littéraires et archéologiques, Diplôme de Recherches Approfondies préparé sous la direction de Ammar Mahjoubi, Université de Tunis, Faculté des Lettres et Sciences humaines, Tunis.

Beschaouch A. 1996-1998, « L’origine romaine des curies municipales africaines », BCTH, n.s. 25, p. 136.

Boujarra A. et alii 2006, « Sur l’ampleur de la morphogenèse historique dans les bassins versants du Sahel tunisien (Tunisie orientale) », dans Ph. Allée, L. Lespez (éd.), L’érosion entre société et paléoenvironnement, Table ronde en l’honneur du professeur R. Neboit Guilhot, Clermont-Ferrand 25-27 mars 2004, Clermont-Ferrand, p. 429-434.

Boulvert G. 1970, Esclaves et affranchis impériaux sous le Haut-Empire romain. Rôle politique et administratif, Napoli.

Brigand R. 2010, Centuriations romaines et dynamiques des parcellaires. Une approche diachronique des formes rurales et urbaines de la plaine centrale de Venise (Italie), Thèse en deux volumes, Université de Franche-Comté et Università di Padova.

Caillemer A., Chevallier R. 1957, « Les centuriations romaines de Tunisie », Annales ESC 12-2, p. 275-286.
https://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1957_num_12_2_2633

Caillemer A., Chevallier R. 1959, Atlas des centuriations romaines de Tunisie, Paris.

Carton L. 1904, « Note sur l’emplacement de l’ancienne ville de Gurza », CRAI, 1, p. 56-59.
https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1904_num_48_1_19673

Carton L. 1906, « Gurza », Bulletin de la Société archéologique de Sousse, p. 49-61 et p. 156-175.

Chevallier R. 1954, « Les centuriations de l’Africa Vetus », Annales ESC 9, p. 339-460.

Chouquer G. 2008, « Les transformations récentes de la centuriation romaine. Une autre lecture de l’arpentage romain », Annales HSS 63, 4, p. 847-874.

Chouquer G. 2014, Cadastres et fiscalités dans l’Antiquité, Tours (Collection Perspectives historiques).

Christol M. 1999, « Les subdivisions de l’administration domaniale et financière en Afrique romaine : des limites de la procuratelle d’Hadrumète à celles de la province de Byzacène », dans Frontières 1999, p. 71-87.

Christol M. 2006, « L’administration et la gestion des ressources de la province d’Afrique à la transition du Haut-Empire et du Bas-Empire », CCG 17, p. 219-246.
https://www.persee.fr/doc/ccgg_1016-9008_2006_num_17_1_912

Christol M. 2008, « La procuratelle du Patrimoine de Lepti Minus », dans M. Milanese, P. Ruggeri, C. Vismara (éd.), L’Africa romana XVIII, I luoghi e le forme dei mestieri e della produzione nelle province africane, Atti del XVIII convegno di studio, Olbia, 11-14 dicembre 2008, Roma, (Pubbl. del Dipartimento di Storia dell’Università degli studi di Sassari n.s. 37), p. 2037-2079.
http://eprints.uniss.it/9126/1/Africa_romana_18_vol_3.pdf

Cortès Barcena C. 2013, Epigrafía en los confines de la ciudades romanas. Los termini publici en Hispania, Mauretania y Numidia, Roma (Hispania antigua 7).

Deniaux E. 1979, « À propos des Herennii de la République et de l’époque d’Auguste », MÉFRA 91, 2, p. 623-650.
https://www.persee.fr/doc/mefr_0223-5102_1979_num_91_2_1208

Desanges J. 1980, Pline l’Ancien, Histoire naturelle, l. 5, 1-46, 1re partie, L’Afrique du Nord, Texte établi par J. Desanges, Paris (Collection des Universités de France).

Desanges J. 1992, Notice « Byzacium, Byzacène », dans Encyclopédie Berbère, 11 (Bracelets-Caprarienses), p. 1674-1677.
https://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/1886

Di Vita Évrard G. 1986, « La Fossa Regia et les diocèses d’Afrique », dans A. Mastino (éd.), L’Africa romana III, Atti del III convegno di studio, Sassari, 13-15 dicembre 1985, Sassari, (Pubbl. del Dipartimento di Storia dell’Università degli studi di Sassari 7), p. 31-58.
http://eprints.uniss.it/3198/1/Mastino_A_AttiCongresso_1986_Africa.pdf

Duval N. 1982, « L’urbanisme de Sufetula-Sbeitla en Tunisie », dans ANRW II, 10, 2, p. 596-632.

Ferchiou N. 1998, Notice « Fossa Regia », dans Encyclopédie Berbère, 19 (Filage-Gastel), p. 2897-2911.
https://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/1957

Ferrary J.-L. 2008, « L’onomastique dans les provinces orientales de l’empire à la lumière des mémoriaux de délégations de Claros », CCG 19, p. 247-278.
https://www.persee.fr/doc/ccgg_1016-9008_2008_num_19_1_1680

Foucher L. 1964, Hadrumetum, Paris (Publications de l’Université de Tunis 10).

Foucher L. 1966, « Un sanctuaire néo-punique à Menzl Harb », Africa, 1, p. 119-121.

France J. 2006, « Tributum et stipendium. La politique fiscale de l’Empire romain », RHD 1, p. 1-17.

France, J. 2017, Finances publiques, intérêts privés dans le monde romain. Choix d’écrits, Bordeaux (Scripta antiqua 100).

Frontières 1999, Cl. Lepelley, X. Dupuis (éd.), Frontières et limites géographiques de l’Afrique du Nord antique. Hommage à Pierre Salama. Actes de la table ronde de Paris, 2-3 mai 1997, Paris

Gascou J. 1972, La politique municipale de l’Empire romain en Afrique proconsulaire de Trajan à Septime-Sévère, Rome (CÉFR 8).
https://www.persee.fr/doc/efr_0000-0000_1972_mon_8_1

Gascou J. 1976, « Les curies africaines : origine punique ou italienne ? », AntAfr 10, p. 33-48.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1976_num_10_1_980

Gascou J. 2003, « Les statuts des villes africaines : quelques apports dus à des recherches récentes », dans J.-P. Bost, J.-M. Roddaz, F. Tassaux (éd.), Itinéraires de Saintes à Dougga. Mélanges offerts à Louis Maurin, Bordeaux (Mémoires 9), p. 231-246.

Ghaddhab R. à paraître, « Un service de l’administration fiscale ou financière à Kalaa Sghira sous l’Empire romain. L’hypothèse d’un portorium », dans Actes du Colloque de Kalaa Sghira.

Ghaddab R., Kaabia R. 2016, « Aedes Minervae inter Adrumetinos et Tysdritanos : essai de localisation », dans R. Kaabia (éd.), Deux journées d’études sur le thème Cultes et lieux de culte en Byzacène antique, Tunis, 21-22 février 2013, Tunis, p. 75-115.

Gsell St. 1928, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, VIII. Jules-César et l’Afrique, Paris.

Guillaumin J.-Y. 2004, « La disposition et les inscriptions des bornes d’après Hygin », dans M. Clavel-Lévêque et G. Tirologos (éd.), De la terre au ciel. Paysages et cadastres antiques, II, Besançon (Espaces et paysages 3), p. 77-86.
https://www.persee.fr/doc/ista_0000-0000_2004_ant_922_1_2770

Guillaumin J.-Y. 2007, Sur quelques notices des arpenteurs romains, Besançon (Institut des sciences et techniques de l’Antiquité).

Guith E. à paraître, « Les sépultures pariétales dites Haounet de l’arrière-pays d’Hadrumetum », dans Actes du Colloque Kalaa Sghira.

Harries J. 1978, « Church and State in the Notitia Galliarum », JRS 68, p. 26-43.

Hinrich F.-T. 1966, « Die lex agraria des Jahres 111 v. Chr. », ZRG. Romanistische Abteilung 83, p. 252-303.

Jacques Fr., Scheid J. 1990, Rome et l’intégration de l’Empire (44 av. J.-C.-260 ap. J.-C.), 1. Les structures de l’empire romain, Paris (Nouvelle Clio).

Kaabia R. à paraître, « Nouvelle stèle de Saturne des environs d’Hadrumetum », dans Cités et religions de l’Afrique romaine dans l’Antiquité tardive (iiie-viie siècle), Hommage à Claude Lepelley, colloque international tenu à l’Université de Paris-Nanterre les 6 et 7 septembre 2016.

Kallala N. 1991, « La localisation du site de Ruspina d’après une prospection récente dans la presqu’île de Monastir », dans L’armée et les affaires militaires. Actes du IVe colloque international d’Histoire et d’archéologie d’Afrique du Nord, Strasbourg, 5-9 avril 1988, II, Paris, p. 525-533.

Kolendo J. 1985, « Les domaines des Caelii au premier siècle avant notre ère », BCTH n.s. 19 B, 21-23, p. 53-61.

Lassère J.-M. 1977, Vbique populus. Peuplement et mouvements de population dans l’Afrique romaine, de la chute de Carthage à la fin de la dynastie des Sévères (146 a. C. – 235 p.C.), Paris (Études d’Antiquités africaines).
https://www.persee.fr/doc/etaf_0768-2352_1977_mon_1_1

Lassère J.-M. 2005, Manuel d’épigraphie romaine, Paris (Antiquités-synthèses).

Lo Cascio E. 1986, « La struttura fiscale dell’impero romano », dans M. Crawford (éd.), L’impero romano e le strutture economiche e sociale delle province, Como (Biblioteca di Athenaeum 4), p. 29-59.

Loriot X., Tran N. 2009, « C. Vettius Anicetus, quinquennalis des charpentiers de marine », MÉFRA 121, 1, p. 241-253.
https://www.persee.fr/doc/mefr_0223-5102_2009_num_121_1_10530

Marquardt J. 1888, De l’organisation financière chez les Romains, trad. fr. de l’édition revue par H. Dessau et A. von Domaszewski, Paris (Manuel des antiquités romaines 10).

Maurin L. 2013, « L’épitaphe de Claudius Chrestus (ILAF 59) », Africa 23, p. 191-212.

M’Charek A. 1992, « Un itinéraire inédit dans la région de Maktar : tronçon de la voie augustéenne entre Carthage et Ammaedara », BCTH, n.s. 22B, (1987-1989), p. 153-167.

M’Charek A. 1999, « De Zama à Kairouan : la Tusca et la Gamonia », dans Frontières 1999, p. 139-183.

M’Charek A. 2017, Communication inédite présenté à la faculté des Lettres et des Sciences humaines à Sousse.

Nacef J. 2015, La production de la céramique antique dans la région de Salakta et Ksour Essef, Oxford (Roman and Late Antique Mediterranean Pottery 8).

Nacef J. à paraître, « A propos de la vaisselle commune et culinaire produite dans l’atelier de potier à El Maklouba (région Ksour Essef-Tunisie) », dans Actes du Colloque Salakta.

Napoli J. 1997, Recherches sur les fortifications linéaires romaines, Rome (BÉFAR 229).
https://www.persee.fr/doc/efr_0223-5099_1997_ths_229_1

Nicolet Cl. 1977, Rome et la conquête du monde méditerranéen, I. Les structures sociales de la Méditerranée, Paris.

Nicolet Cl. 1988, L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris (Nouvelles études historiques).

Ouni K., Peyras J., Debaine J. 1995, « Cadastres des cités libres et images satellitaires : l’exemple de Thapsus », DHA 21, p. 370-379.
https://www.persee.fr/doc/dha_0755-7256_1995_num_21_2_2731

Ouni K., Peyras J. 2000, « Centuriation et cadastres du Centre-Est tunisien », Atlas historique des cadastres d’Europe, 2, Action COST G2, International Organization, European Commission, Luxembourg.

Pasa B. 2011, Recherches sur l’Africa Vetus, de la destruction de Carthage aux interventions césaro-augustéennes, Thèse de Doctorat en Sciences de l’Antiquité préparée sous le direction de Jacques Alexandropoulos, Université Toulouse-Le Mirail.
https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00656451/document 

Peyras J. 2003, « Colonies et écrits de l’arpentage du Haut-Empire », dans M. Garrido-Hory, A. Gonzales (dir.), Espaces et marges de l’Antiquité. Hommage à Monique Clavel, Besançon, p. 117-119.
https://www.persee.fr/doc/ista_0000-0000_2003_ant_899_1_1995

Peyras J. 2004, « Espaces centuriés et non centuriés des colonies sous le Haut-Empire romain d’après les écrits d’arpentage latins », dans Chr. Chandezon, Chr. Hamdoune (éd.), Pallas, les hommes et la terre dans la Méditerranée gréco-romaine, Colloque international de Montpellier et Loupian (21-23 mars 2002), Toulouse, p. 77-90.

Peyras J. 2008, Arpentage et administration publique à la fin de l’Antiquité. Les écrits des hauts fonctionnaires équestres, Besançon (Collection de l’Institut des sciences et techniques de l’Antiquité).
https://www.persee.fr/doc/ista_0000-0000_2008_edc_1096_1

Peyras J. 2010, « II. Écrits d’arpentage des hauts fonctionnaires géomètres de l’Antiquité tardive : le système de tracée des limites (2e partie) », DHA 36, 1, p. 206-224.
https://www.persee.fr/doc/dha_0755-7256_2010_num_36_1_3226

Peyras J. 2015, La loi agraire de 643 a.u.c. (111 avant J.-C.) et l’Afrique. Présentation, essai de restitution (lignes 43-95), traduction et notes par Jean Peyras, Besançon (Collection de l’Institut des sciences et techniques de l’Antiquité).
https://www.persee.fr/doc/ista_0000-0000_2015_edc_1316_1

Peyras J. 2018, « La terre et les hommes de la Prouincia Africa, de la loi agraire de 111 av. J.-C. à Jules César », RIPARIA, 4, p. 1-27.
https://revistas.uca.es/index.php/sig/article/view/3670

Picard G.-Ch. 1951-1952, « L’archéologie romaine en Tunisie », BCTH, p. 93-105.

Picard G.-Ch. 1966, « L’administration territoriale de Carthage », dans Mélanges d’Archéologie et d’Histoire offerts à André Piganiol, 3, Paris (EPHE, VIe sect., Centre de recherches historiques), p. 1257-1265.

Quinn J.C. et alii 2004, « The Role of the Settlement of 146 in the Provincialization of Africa », dans M. Khanoussi et al. (éd.), L’Africa romana XV. Ai confini dell’Impero : contatti, scambi, conflitti, Atti del XV convegno di studio, Tozeur, 11-15 dicembre 2002, Roma (Pubbl. del Dipartimento di Storia dell’Università degli studi di Sassari n.s. 21), p. 1593-1601.
http://eprints.uniss.it/5835/2/Khanoussi_M_Africa_romana_2004_3.pdf

Romanelli P. 1959, Storia delle province romane dell’Africa, Roma (Studi pubblicati dall’Istituto italiano per la storia antica 14).

Roman Statutes 1996, M. Crawford (éd.), London (BICS suppl. 64).

Roth-Congès A. 2004, « La borne de Cantabrie : un lapis varatus », Histoire et Mesure, 19, 1-2, p. 21-40.
https://journals.openedition.org/histoiremesure/795

Salomonson J.W. 1964, Tunisie : trésors d’Art et d’Histoire, Catalogue de l’exposition, Neuchâtel, Musée d’ethnographie, 5 juillet-27 septembre 1964, Neuchâtel

Slim et alii 2004, Slim H., Trousset P., Paskoff R., Oueslati A., avec la collaboration de M. Bonifay, J. Lenne, Le littoral de la Tunisie. Étude géoarchéologique et historique, Paris (Études d’Antiquités africaines).
https://www.persee.fr/doc/etaf_0768-2352_2004_mon_1_1

Tarpin M. 2002, Vici et pagi dans l’Occident romain, Rome (CÉFR 299).

Teutsch L. 1962, Das Städtwessen in Nordafrika in der Zeit von C. Gracchus bis zum Tode des Kaisers Augustus, Berlin.

Thomasson B.E. 1996, Fasti Africani. Senatorische und ritterliche Amtsträger in den römischen Provinzen Nordafrikas von Augustus bis Diocletian, Stockholm (Skrifter utgivna av Svenska Institutet i Rom, s. in 4° 53 lat.).

Tissot Ch. 1888, Géographie comparée de la province romaine d’Afrique, II, Paris (Exploration scientifique de la Tunisie).
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57280422.r=tissot?rk=21459;2

Trousset P. 1977, « Nouvelles observations sur la centuriation romaine à l’est d’El-Jem », AntAfr 11, p. 175-207.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1977_num_11_1_994

Weber E. 1976, Tabula Peutingeriana : Codex Vindobonensis 324, Graz.

Younes A. 2013, « Étude préliminaire du site archéologique rural antique de dar Loucif (Kalâa Kebira) », dans Travaux autour d’el-Kalla al-Kobra : Histoire et Patrimoine, Sousse, p. 39-51.

Haut de page

Notes

1 Respectivement Caillemer, Chevallier 1959, f. IL ; L ; LVI ; LVII et LXV.

2 Il n’est pas de notre propos de nous attarder sur cette question. Cette permanence de la structuration du paysage agraire par la centurie pourrait trouver une explication dans l’action des arpenteurs du temps de la Tétrarchie ou de Constantin qui ont entretenu et par conséquent activé les anciennes limitations, contribuant ainsi à leur transmission. Pour plus de détails sur cette hypothèse, voir Chouquer 2008, p. 847-874 ; 2014, p. 186-187 et Brigand 2010.

3 Avec le groupe Nord, la photographie aérienne et les images satellitaires mettent en évidence une deuxième trame de cadastre appelée Centre-Est et orientée 38° Nord. Cette trame s’étend sur environ 120 km de long entre le nord de Sousse et le sud de La Chebba et sur 30 km entre le chapelet des Sebkhats et la côte.

4 Chevallier 1954.

5 Foucher 1964, p. 120-121.

6 Foucher 1964, p. 123.

7 Ouni, Peyras 1995 ; 2000.

8 B. Pasa (2011, p. 145) pense que les vestiges de la centuriation dans les environs d’Hadrumetum doivent correspondre aux terres données en supplément à la cité libre.

9 Ghaddhab 2018.

10 Ferchiou 1998, p. 2199.

11 Trousset 1977.

12 Voir Ghaddhab, Kaabia 2016.

13 Le centre de la cité, l’oppidum, a été définitivement localisé par N. Kallala (1991), à Henchir Tennir.

14 Tissot 1888, p. 14-16. À une trentaine de km au sud-est d’Abthugnos, un peu au-delà de Dj. Fadloun, une longue série de crêtes court du nord vers le sud en direction de Sebkha Kelbia qu’elle contourne par l’ouest. Selon la tradition, ces collines portent le nom de Satour Hadada (Ferchiou 1998). Puis c’est l’incertitude, mais à suivre N. Ferchiou (1998), il y une forte chance que l’Oued Hadada, à peu de distance au nord-est de Sidi El Hani et qui se dirige vers Sebkhat Kelbia, aurait constitué le souvenir d’une ancienne frontière qui contournait Vicus Augusti. Puis, plus au sud la Fossa Regia passait à l’ouest de Thysdrus et continuait tout droit vers Thaenae en longeant la rive orientale de Sebkaht el-Ghorra.

15 Plin., nat., 5. 25 ; Desanges 1980, p. 80-83.

16 CIL VIII, 25967 ; ILS, 5955 : fines prouinciae Nouae et Veter(is) derecti qua Fossa Regia fuit.

17 Di Vita Évrard 1986, p. 31-58 ; Napoli 1997, p. 495-501 ; Ferchiou 1998 ; M’Charek 1999, p. 139-183 ; Abid 2014.

18 Boujarra et alii 2006.

19 Trousset 1977, p. 184.

20 Peyras 1989.

21 Caillemer, Chevallier 1957, p. 282.

22 Foucher 1964, p. 123.

23 Acolat 2005.

24 Les sept cités libres : Vtica, Hadrumetum, Thapsus, Lepti, Acholla, Vzali et Teudalis (Lex agr. l. 79 ; Crawford 1996, 121 ; Peyras 2015, p. 129) qui ont pris le parti de Rome lors de la troisième guerre punique ont été récompensés par la conservation de leurs institutions et de leurs territoires.

25 Plin., nat., 5, 25.

26 Elle figure parmi les 30 oppida libera de Pline (nat., 5.25).

27 App., Pun., 94.

28 Foucher 1964, p. 55-68 ; pour le dossier de la ville punique, voir Ben Younes 1981, p. 44-113.

29 Plin., nat., 5, 25.

30 Christol 2008, p. 2078.

31 Christol 2008, p. 2078.

32 App., BC, 94; Bell. Afr., 97, 2.

33 Bell. Afr., 37: Inde paruulam procliuitatem degressus sinistra parte campi propter mare legiones ducit. Hic campus mirabili planitie patet milia passuum XV; quem iugum cingens a mari ortum neque ita praealtum uelut theatri efficit speciem (trad. Boubet, p. 36).

34 Kallala 1991, p. 529-530.

35 Peyras 2004.

36 Plin., nat., 4, 17, 105, qui rapporte la mesure par Agrippa des dimensions de la Gaule et de l’étendue de ses côtes ; sur l’œuvre géographique d’Agrippa et la source de Pline, voir Nicolet 1988, p. 107-127.

37 Marquardt 1888, p. 277.

38 Frontin, grom, 1, 1-3.

39 Foucher 1964, p. 123.

40 Trousset 1977, p. 190-191.

41 Quinn 2004, p. 1598 et 1601.

42 Carcopino 1929, p. 92 ; 1967, p. 295, note 60 ; Saumagne 1929, p. 308-309 ; Caillemer, Chevallier 1957 ; 1959 ; Chevallier 1958 ; Ouni, Peyras 2000.

43 Trousset 1977, p. 190 : « Or, la centuriation du groupe centre-est s’étend au sens large à tout le territoire des anciens oppida libera sans distinction du statut ou du régimes des terres ».

44 Hyg. grom 60.

45 Ghaddhab 2018.

46 Foucher 1964, p. 117.

47 Foucher 1964, p. 117.

48 Voir notamment M’Charek 1992.

49 Qui n’accéda à ce statut que soit sous le règne des Flaviens soit sous Trajan. Toutefois, les indices d’une fondation de l’époque des Flaviens ne sont pas déterminants, voir Duval 1982, p. 598-599.

50 Romanelli 1959, p. 669.

51 Sur les témoignages épigraphiques de ce type de borne de délimitation, voir la synthèse récente de Cortès Barcena 2013.

52 Roth-Congès 2004, p. 21-40. Qu’elle trouve ici nos remerciements pour ses lumières qui nous ont aidé à améliorer notre interprétation de ce document.

53 CTh., 11.1.10 : Omnes qui per Africam opulentas desertasue centurias possident, ad professionis modum necessitati publicae satisfaciant. « Tous ceux qui possèdent en Afrique des centuries en rapport ou en friche doivent satisfaire à leur devoir fiscal pour toute la surface pour laquelle ils sont déclarés » (trad. Déléage 1945, p. 228-229).

54 CTh, 11.28.13 : (…) Secundum fidem polyptychorum per prouinciam proconsularem nouem milia duas centurias iugera centum quadraginta unum in soluendo et quinque milia septingentas centurias iugera centum quadraginta quatuor semis in remouendis, per prouinciam uero Byzacenam in praestanda functione septem milia quadrigentas sexaginta centurias iugera centum octoginta, septem milia sescentas quindecim uero centurias iugera tria semis in auferenda constat adscriba (…). « Il est constant que sur la foi des livres fiscaux sont inscrites pour la province proconsulaire 9002 centuries 141 arpents comme imposées et 5700 centuries 144, 5 arpents comme dégrevées et pour la province de Byzacène 7460 centuries 180 arpents en rendements fiscal et 7615 centuries 3,5 arpents en abattement » (trad. Déléage 1945, p. 210).

55 Novell. Valent., 33.2 : Igitur intra Numidiam prouinciam ex desertis locis, de quibus, sicut celsitudinis tuae suggestio loquitur, nihil emolumenti accedit, honoratis et possessoribus, quos praediximus, XIII millia fere centuriam sub quinque annorum uacatione concedimus.

56 Novell. Valent., 33.2 : Igitur intra Numidiam prouinciam ex desertis locis, de quibus, sicut celsitudinis tuae suggestio loquitur, nihil emolumenti accedit, honoratis et possessoribus, quos praediximus, XIII millia fere centuriam sub quinque annorum uacatione concedimus : duo millia praetera solidorum, qui ex titulo uicenarum siliquarum, quae per singulas centurias exiguntur, et supresse et fisco perire dicuntur, exacta per officium magnitudinis tuae ad arcam praetorianam deferri praecipio, ut hostili uastitate nudatis atque depulsis ad eandem summam, quemadmodum iuxta merita personarum per ordinem annis singulis diuidi debeant, pro tua moderatione decernas.

57 Peyras 2010, p. 215.

58 Cette déduction soulève a priori une objection sérieuse à savoir que l’épigraphie gromatique distingue toujours soigneusement les chiffres des lettres, en laissant un espace pour éviter toute ambiguïté et que les lettres précèdent les chiffres. Toutefois, notre inscription date de l’année 6-5 a.C., c’est-à-dire à une époque où ce type d’écriture n’était pas encore codifié et qui ne le sera que plus tard sous les Flaviens. C’est d’ailleurs de cette époque que date notamment le manuel d’Hygin le Gromatique et la codification des pratiques des arpenteurs (Guillaumin 2004), et qu’en Afrique, l’épigraphie gromatique est essentiellement importante à partir des Flaviens, bien que la pratique du système agraire est bien antérieure et date au moins depuis les Gracques (information donnée par Jean Peyras, qu’il trouve ici l’hommage de notre profonde gratitude).

59 Foucher 1964, p. 117.

60 Picard 1951-1952, p. 105.

61 Voir Peyras 2010.

62 Expositio terminorum, 364, 14-15 La : X : si in termino inueneris, quadrifinium exponit, et pro decumano finem habris / X : si tu la trouve sur une borne, elle met bien en vue le lieu de rencontre de quatre possessions, et comme decumanus tu auras les confins. Voir Peyras 2010, p. 219.

63 Ptol., 3, 10. Le premier, à notre connaissance, qui a fait le rapprochement entre ces deux toponymes est Al-Bahi 2015, p. 163-164.

64 Voir, ci-dessous, l’inscription du pagus Gurzensis.

65 Il s’agit bien d’une centuriatio et non d’un cadastre des limites et par conséquent d’un territoire qui fut confisqué par Rome et intégré dans l’ager publicus Populi Romani.

66 Ptol., 4, 3, 6 (éd. Müller, p. 640).

67 Desanges 1992, p. 1674-1677.

68 Ghith à paraître.

69 Chouquer 2016, p. 207-208.

70 Chouquer 2016, p. 200.

71 Sur ces témoignages, voir désormais Peyras 2018, p. 1-27.

72 Hyg. grom., 26-27.

73 Trad. Peyras, 1994, p. 37-38.

74 Chouquer 2014, p. 35.

75 Nous avons montré ailleurs un cas bien concret où les éléments géographiques étaient parfois suffisants constituer les confins d’un territoire, Ghaddhab 2018.

76 Voir ci-dessus, note 14.

77 Bell. Afr., 76 : Thabenenses interim qui sub dicione et potestate Iubae esse consuessent, in extrema eius regni regione maritima locati, interfecto regio praesidio, legatos ad Caesarem mittunt. « Sur ces entrefaites, les habitants de Thabena, qui jusque-là avait été soumis à l’autorité de Juba et qui se trouvaient sur le littoral, aux limites du royaume, massacrèrent la garnison royale et envoient une députation à César » (trad. Bouvet 1949, p. 71).

78 Le centre de la cité, l’oppidum, a été définitivement localisé par N. Kallala (1991) à Henchir Tennir.

79 Les sept cités libres : Vtica, Hadrumetum, Thapsus, Lepti Minus, Acholla, Vzali et Teudalis (Lex agr. l. 79 ; Crawford 1996, p. 121) qui ont pris le parti de Rome lors de la troisième guerre punique ont été récompensés par la conservation de leurs institutions et de leurs territoires.

80 Ghaddhab, Kaabia 2016.

81 Ghaddhab, Kaabia 2016.

82 Sic. Flacc. grom. 301-305 : Sed et pagi, sinificanter finiuntur : de quibus non puto quaestionem futuram quorum territorium ipsi pagi sint, sed quatenus territoria. Quod tamen intellegi potest uel ex hoc, magistri pagorum quod pagos lustrare soliti sunt, uti trabamus quatenus lustrarent […]. Praeterea et regiones solent etiam diuersa sacra facere. « Mais les pagi sont aussi délimités de manière signifiante : mais on enquêtera à ce sujet, je pense, non pour savoir à quels territoires appartiennent les pagi en question, mais quelle est l’ampleur de ces territoires. Cependant, on peut s’en rendre compte, par exemple, de la manière suivante : puisque les magistrats (magistri pagi) ont l’habitude de procéder à une lustration du pagus, fixons l’étendue du territoire aux limites de lustrations » (trad. Clavel-Lévêque et alii 1993, p. 99) ; Peyras 2008, p. 56.

83 Foucher 1966, p. 119-121 ; Ben Younes 1981, p. 136-142.

84 Voir ci-dessous.

85 App., Pun., 100 et 108 ; Liv., perioch., 50 ; Lex agr., l. 76. La partie fragmentaire de la Lex agr. atteste que 2 200 hommes sous le commandement de Hamilcon qui ont déserté l’armée carthaginoise ont été récompensés par des lots de terrains de l’ager publicus confisqué du territoire de Carthage.

86 Ghaddhab 2018.

87 Voir la note 8.

88 App., Pun., 135 ; Lex agr., l. 81 : « [En dehors de] cette terre et pièce de terre que les décemvirs qui furent faits et créés par la [loi] Livia ont cédé et assigné aux Uticéens » (trad. Peyras 2015, p. 32).

89 Peyras 2015, p. 31.

90 C’est l’hypothèse, d’ailleurs largement contestée, de F.-T. Hinrich (1966, p. 252-303).

91 Lex agr., lignes 80-81 ; Chouquer 2016, p. 207-208.

92 Voir Lex agr., 77-78 : « Que le duovir, qui de par cette loi aura été fait et créé, quand il se trouvera en présence d’un terrain donné et assigné par les décemvirs de la loi Livia à ces hommes qui doivent payer un stipendium au peuple romain pour ce terrain, dans les 150 jours qui suivront son investiture, faire en sorte que la partie de ce terrain qu’un citoyen romain a achetée, appartiennent à ce citoyen romain, et que le duovir donne et assigne à ces stipendiaires autant de superficie prélevée sur la terre publique d’Afrique qu’il aura été nécessaire qu’il en appartienne au citoyen romain au détriment de la terre donnée et assignée aux stipendiaires, et que cela soit porté sur les registres publics de telle façon que cela soit fait ainsi en compensation en sorte qu’on voie que cela soit pour eux conforme au droit et à la bonne fois » (trad. Peyras 2015, p. 100).

93 Nicolet 1977, p. 120.

94 Kolendo 1985.

95 AATun, 1/50000, f. XLIV (Sidi Bou Ali), no 126 ; Slim et alii 2004, p. 160-163.

96 Voir, ci-dessous, l’inscription de l’année 60 évoquant un des clients d’un certain Herennius.

97 Sur les Herennii, voir Deniaux 1979.

98 Cic., Verr., 1, 5, 14 et 5, 59, 155.

99 Kaabia à paraître.

100 Lassère 1977, p. 88.

101 Loriot, Tran 2009.

102 Petron., 117.

103 Lassère 1977, p. 96.

104 Ferrary 2008, p. 271, note 61.

105 Ptol. 3.10.

106 Tab. Peut., 6.2.

107 Chouquer 2014, p. 11.

108 Bell. Afr., 68, 1 et 97.

109 Gsell 1928, p. 48.

110 Peyras 2018, p. 15.

111 Plin., nat., 5.29.30.

112 Plin., nat., 5.30 ; Désanges 1980, p. 59. Traduction modifiée par Peyras 2018, p. 15.

113 Lex agr., ligne 77 : « Que le duovir, qui aura été fait et créé de par cette loi, quand il se trouva en présence d’un terrain donnée et assigné par [les decemvirs] de la loi Livia à ses hommes qui doivent payer un stipendium [au Peuple romain pour ce terrain, devra … ] » (trad. Peyras 2018, p. 13).

114 Bell. Afr., 20 : priore anno enim propter aduersariorum delectus, quod stipendiarii aratores milites essent facti, messem non esse factam « En effet, l’année précédente, à cause de la levée des troupes effectuées par les adversaires, du fait que les cultivateurs stipendaires étaient devenus des soldats, la moisson n’a pas été faite » (trad. Peyras 2018, p. 15).

115 Peyras 2018, p. 15.

116 Bell. Afr., 7.

117 Bell. Afr., 33.

118 Bell. Afr., 26 : nobliles homines ex suis oppidis profugere.

119 Bell. Afr., 27 : oppida castellaque dirui desirique, principesque ciuitatum aut interfeci aut in catenis teneri, liberos eorum obsidum nomine in seruitutem [a]bripi.

120 Ce rapport étroit entre les cadastres et la fiscalité a été bien démontré par Claude Nicolet (1988, chap. 7).

121 Selon Frontin, De agrorum qualitate, 1, 1-3. La méthode utilisée dans les provinces récemment conquises consiste à définir et mesurer le pourtour du territoire d’un certain nombre de cités, l’ager mensura comprehensus pour délimiter dans son ensemble le sol tributaire.

122 Cic., Verr., 3, 12 ; voir Nicolet 1977, p. 248-249.

123 Lo Cascio 1986, p. 32-33.

124 France 2017, p. 412.

125 CIL VIII, 68 = ILS 6095.

126 Traduction Aounallah (2010, p. 31), complétée et établie par M’Charek 2017.

127 L’adjectif stipendiarum, stipendiaire, a sous la République une connotation dépréciative qui s’attache aux peuples et aux territoires assujettis à la suite de la conquête militaire. Sur cette question et la substitution au début de l’Empire du mot stipendium par celui du tributum qui n’avait pas le caractère rabaissant, voir France 2006.

128 Bellum Africum, 41.2 ; 51.2.

129 Tab. Peut. IV, 2.

130 Aounallah 2010, p. 32 : « Mais le nom de la troisième cité (si elle existait ?) fait encore difficulté : faut-il, comme nous l’avons fait pour Aethogursensis, couper Cynasyn en deux, Cyna (surnom d’Amilcar) et Syn (ethnique abrégée ou complet du personnage) ; ou alors Cynasyn serait un surnom forgé sur un ethnique (…). Dans un cas comme dans l’autre, nous ne pouvons envisager aucune solution de la troisième cité ; car les noms des signataires de ce contrat sont indiqués suivant un ordre alphabétique et non suivant un ordre géographique ».

131 Située à 15 km à l’ouest de Sousse.

132 Nous n’allons pas revenir ici sur le débat si ce pagus est un héritage de l’administration punique ou de une création romaine. À la suite de l’hypothèse de G.-Ch. Picard (1966, p. 1264) selon laquelle le pagus Gurzensis est une création romaine et non pas un héritage punique, G. Chouquer (2014, p. 150) a démontré que « le pagus, comme le uicus, sont des institutions romaines spécifiques, des outils de la colonisation pour contrôler la fiscalité et les ressources les plus rentables dans les territoires conquis et donc des concepts historiques datés, que l’on ne peut fusionner avec d’autres sans commettre d’erreur, que ce soient les communautés préromaines, vers l’amont, ou les villages médiévaux, vers l’aval ».

133 Picard 1966, p. 1257. Pour le premier sens du pagus comme dans le reste de l’Empire romain, et celui d’une subdivision du territoire d’une cité, et qui, comme le précise S. Anounallah (2001, p. 32), « le plus souvent, et presque toujours, est une colonie ».

134 Aounallah 2010, p. 32-34.

135 En se fondant sur l’inscription dédiée au questeur de la province installé à Utique autour de l’année 60 a.C. et qui ne mentionne que trois pagi : Muxi, Gususi et Zeugi (ILS 9482 = ILAfr 422 = ILPBardo 440), S. Aounallah suggère que le pagus Gurzensis est apparu lors d’un changement dans le statut de ces communautés au lendemain de la bataille de Thapsus (Aounallah 2010, p. 27).

136 CIL VIII, 69.

137 Traduction Aounallah (2010, p. 175).

138 Tab. Peut. IV, 2.

139 Foucher 1964, p. 127, n. 381.

140 Qui n’est d’ailleurs attestée que dans les fondations coloniales à l’exemple de Thamugadi ou de Cuicul au Haut-Empire et que dans les métropoles régionales à l’exemple d’Hippo Regius, et d’ailleurs à quelques années de l’arrivée des Vandales, voir notre travail « Les remparts oubliés de Procope » en cours de rédaction.

141 Weber 1976,1, 4.

142 Tarpin 2002.

143 CIL VIII, 70 et 71 ; ILTun 203

144 Voir Aounallah 2010, p. 130-135.

145 , 1949, 36 = 1991, 1639 : Auidiae, C(aii) f(ilia), Vitali, / Flam(inicae) perp(etuae) C(olonia) C(oncordiae) I(uliae) K(arthaginiensis), / C(naeus) Saluius Saturninus / Flam(en) perp(etuus) / ob merita.

146 CIL VIII, 72 = 23021 : L(ucio) Antonio Rogato, / Curiales curiae An/toniae patrono, / is honore contentus pecuniam remisit.

147 C’est la conclusion qui s’impose de plusieurs études concordantes notamment Beschaouch 1996-1998, p. 136 et Gascou 1976, p. 48. Ce dernier le précise avec fermeté : « Les curies n’apparaissent en Afrique que dans les villes à constitution romaine, municipes ou colonies, ou dans des villes qui, sans être encore municipes ou colonies, sont des fondations romaines » (Gascou 1976, p. 48). Gurza n’était pas une fondation coloniale, mais comme il a été déjà signalé, une communauté stipendiaire, puis une ciuitas pérégrine qui a été promue en municipe ou colonie.

148 Voir Gascou 2003, p. 234-235.

149 CIL VI, 32757 : C(aius) Iunius, C(aii) f(ilius), Quirin(a tribu), / Gurze(n)sis, / Fortunatus, / mil(es) coh(ortis) VI / uig(ilum), centuria Mauri, / mil(itauit) an(nis) VI, / uixit an(nis) XXV. H(eres) f(aciundum) c(urauit).

150 Lassère 2005, p. 119.

151 CIL VIII, p. 17.

152 Tissot 1888, II, p. 562.

153 AATun, 1/50000, f. 57 (Sousse), no 2.

154 ILTun, p. 40.

155 AATun, 1/50000, f. 57 (Sousse), nos 5, 6 et 7.

156 Carton 1904 ; 1906, p. 49-61 et 156-175.

157 Ben Khelifa 2013, p. 8.

158 Ben Younes 1981, p. 29-43.

159 Ben Khelifa 2013, p. 8-9 et 19.

160 Carton 1906, p. 49-61 ; 1909.

161 Carton 1909, p. 20-43.

162 Ghaddhab à paraître.

163 Voir le grand domaine situé au nord-ouest de Sebkhat el Kelbia, sur les fines sud-ouest de la cité, dont le centre est occupé par une villa de propriétaire équipée d’un secteur thermal, autour de laquelle gravitaient les habitations des exploitants, voir Ben Younes 2013, p. 49-50.

164 Nous imagions mal l’existence d’un pagus qui ne regroupe que deux cités stipendiaires.

165 AATun, 1/50 000, f. 65 (Djemmal), nos 9 à 11.

166 Ghaddhab, Kaabia 2016.

167 Cela exclut à notre sens l’hypothèse que le territoire de la cité stipendaire de Cynasin, qui avait le statut d’ager publicus ait été intégré dans la Res priuata.

168 Ptol., 4, 8.

169 Van der Werf 1982.

170 Nacef 2015, p. 128.

171 Salomonson 1964, p. 42, fig. 18.

172 Christol 1999.

173 Harries 1978.

174 CIL VI, 1687.

175 Aounallah 2013 ; Maurin 2013.

176 Teutsch 1962, p. 117 ; Gsell 1928, p. 172-182.

177 Chastagnol 1995, p. 115 et 117.

178 Peyras 2003, p. 117.

179 Peyras 2018, p. 21.

180 Peyras 2018, p. 21.

181 Peyras 2003, p. 117-119 ; 2004a, p. 269-272.

182 Soulignons toutefois, mais ceci n’est pas déterminant, que l’épithète Augusta n’apparaît pas dans la titulature de colonies fondées ou promues par Trajan. Elle est par exemple absente dans la titulature de Lepcis Magna : colonia Vlpia Traiana fidelis Leptis Magna (IRT, 284 ; 353 ; CIL VIII, 10, 11).

183 Foucher 1964, p. 113, nos 7 et 8 : C. FABIVS CATVLVS IIVIR et D. SEXTILLIVS CORNVTVS IIVIR. Certes l’attribution de ces monnaies n’est pas absolument assurée (Gascou 1972, p. 71), mais rien ne permet de l’écarter définitivement.

184 Foucher 1964, p. 111 et 113, fig. 14, no 8.

185 Jacques, Scheid 1990, p. 170.

186 Tac., ann., 12.60.

187 Boulvert 1970, p. 278-279.

188 France 2017, p. 226.

189 Christol 1999, p. 79-80.

190 À l’exemple du célèbre fundus Massipianus (CIL VIII, 587).

191 Christol 2006, p. 242-244.

192 Nacef à paraître.

193 ILTun 106-107 ; Foucher 1964, p. 143, 150 et 267.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Limites Nord de la centuriation
Crédits (R. Ghaddhab et E. Guith)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2012/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 2 : Centuriation autour d’Hadrumetum
Crédits (R. Ghaddhab et E. Guith)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2012/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Titre Fig. 3 : Centuriation et cités libres
Crédits (R. Ghaddhab et E. Guith)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2012/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 4 : Borne de Kroussia
Crédits (cliché R. Ghaddhab)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2012/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 898k
Titre Fig. 5 : Borne de Kroussia
Crédits (d’après Foucher 1964, pl. VIIc)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2012/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Titre Fig. 6 : Borne de Kroussia
Crédits (cliché R. Ghaddhab)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2012/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 774k
Titre Fig. 6a : Borne de Kroussia : les deux dernières lettres
Crédits (cliché R. Ghaddhab)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2012/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre Fig. 7 : L’emplacement de la borne de Kroussia
Crédits (R. Ghaddhab et E. Ghith)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2012/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 521k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ridha Ghaddhab, « Centuriation et statut juridique des environs d’Hadrumetum entre la fin de la troisième guerre punique et le règne de Trajan »Antiquités africaines, 56 | 2020, 79-100.

Référence électronique

Ridha Ghaddhab, « Centuriation et statut juridique des environs d’Hadrumetum entre la fin de la troisième guerre punique et le règne de Trajan »Antiquités africaines [En ligne], 56 | 2020, mis en ligne le 02 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/antafr/2012 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.2012

Haut de page

Auteur

Ridha Ghaddhab

Fac. des Lettres et Sciences Humaines, Univ. de Sousse (UR AnTe SaPer UR-6-E. S.-11)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Antiquités africaines

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search