Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56Le vin léétanien et de Tarraco à ...

Le vin léétanien et de Tarraco à Carthage

Contribution de l’épigraphie amphorique à la connaissance du développement économique de la Léétanie à l’époque julio-claudienne
Piero Berni Millet et Jordi Miró Canals
p. 129-159

Résumés

L’objectif de ce travail est d’établir un état des lieux de la question des exportations d’amphores vinaires de l’Hispania Citerior Tarraconensis à Carthage. Nous partons de l’étude de Delattre sur le second mur d’amphores et de son réexamen par J. Freed, et de fouilles plus récentes, notamment celles de l’Institut Archéologique Allemand. Compte tenu des publications relatives aux centres de production d’amphores de la Tarraconaise Citérieure qui ont donné lieu à des avancées importantes concernant l’épigraphie et la typologie de ces amphores, il est à présent nécessaire de dresser une synthèse de ces activités commerciales. La Léétanie étant un acteur majeur dans ce commerce, une attention particulière sera prêtée au vin Lauronense.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements : Emili Revilla Cubero, responsable de l’Arxiu Arqueològic del MUHBA (Museu d’Història de Barcelona) ; Joaquim Tremoleda i Trilla, archéologue-conservateur du Musée d’Archéologie de Catalunya-Empúries ; Franca Cibecchini, archéologue du Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-marines (DRASSM) ; Horacio González Cesteros (Austrian Archaeological Institute, Vienna) pour ses appréciations ; Oriane Bourgeon (Chercheur associé, UMR5140 ASM, Montpellier, LabEX Archimède) pour la traduction du texte en français et ses appréciations en ce qui concerne le contenu.

Introduction

  • 1 Delattre 1894 et 1907.
  • 2 Freed 1996.
  • 3 Martin-Kilcher 1998.
  • 4 Freed 1998.

1Depuis la publication bien connue des murs d’amphores de Carthage1, plusieurs auteurs se sont penchés sur les contextes céramiques découverts dans cette colonie romaine d’Afrique du Nord. En premier lieu, il convient de mentionner le réexamen du mobilier des fouilles anciennes2, dont une partie importante est dès lors perdue, si bien que les études modernes ont été menées in situ, sur des contextes archéologiques comprenant des amphores vinaires d’époque tardo-républicaine et alto-impériale3. Au sein de ces travaux, on voit apparaître les productions de l’Hispania Citerior Tarraconensis. Parmi eux se détache une étude plus spécifique, consacrée à analyse préliminaire des amphores de Tarraconaise et leur épigraphie, en particulier les amphores vinaires connues sous la dénomination devenue classique « Dressel 2-4 de Tarraconaise »4.

  • 5 Carreras 2009 ; Berni, Carreras 2009 ; Berni, Carreras 2013 ; Berni 2015 ; Carreras 2015 ; Berni, (...)
  • 6 Járrega 2013 ; Járrega, Berni 2015.

2Depuis une dizaine d’années, les études sur les productions amphoriques d’Hispanie Citérieure et leur épigraphie ont progressé de manière significative, grâce aux synthèses réalisées par différents auteurs à partir des amphores découvertes dans leur région de production, en Léétanie principalement5, mais également sur le territoire de Tarraco6. Du fruit de ces travaux bénéficie la présente étude, puisque nous sommes désormais dans de bien meilleures conditions que ne l’était Joann Freed pour réexaminer de manière systématique les données publiées des ensembles hispaniques de Carthage. Comme nous le verrons, nous disposons d’informations beaucoup plus précises et mieux établies pour déterminer la typologie du matériel découvert sur les sites de consommation, l’origine des amphores, la datation de leur épigraphie.

  • 7 Berni 2015 ; 2017-2018.
  • 8 Corsi-Sciallano, Liou 1985, p. 159-169.

3Parmi les avancées notables figure la récente proposition de classification typo-chronologique de l’amphore « Dressel 2-4 de Tarraconaise », désormais renommée Dressel 3-27, puisque cette dernière abonde dans les contextes carthaginois, durant toute sa durée d’existence, depuis l’époque tardo-augustéenne jusqu’au début de la dynastie flavienne. La nouvelle dénomination typologique s’appuie principalement sur l’évolution de la Dressel 3-2 léétanienne. Quatre variantes ont pu être distinguées : les deux premières, les Dressel 3 à panse bombée et pivot court, et les deux dernières, les Dressel 2, à panse fuselée et pivot prononcé (fig. 1). L’intérêt principal de cette nouvelle classification est qu’elle permet d’affiner la chronologie des fragments d’amphores avec épigraphie associée découverts à Carthage. La monographie française, désormais classique et fondamentale, consacrée aux épaves de Dressel 2-4 de Tarraconaise8 doit à présent être revue et actualisée, à la lumière des avancées récentes susmentionnées. Nous espérons que ce nouveau modèle typo-chronologique de l’amphore Dressel 2-4 léétanienne avec son cycle d’évolution en quatre étapes que nous appliquons au matériel de Carthage sera repris dans les travaux à venir et contribuera à faire progresser ce champ d’étude.

Fig. 1 : Évolution de la Dressel 3-2 léétanienne

Fig. 1 : Évolution de la Dressel 3-2 léétanienne

(d’après BERNI 2015, fig. 8)

1. Les amphores de Tarraconaise dans les contextes de la colonie romaine de Carthage

  • 9 Martin-Kilcher 1993 ; 1998.
  • 10 La première concerne trois insulae donnant sur le littoral et la seconde correspond à un quartier (...)
  • 11 Entendu au sens géographique large, pour les différencier de celles de l’ager Tarraconensis, se ré (...)
  • 12 Martin-Kilcher 1998, fig. 3 et 13.

4Les fouilles de l’Institut Archéologique Allemand (1975-1993), dirigées par Friedrich Rakob9, conduites dans deux zones de la ville punique10 ont permis la mise au jour de 585 amphores vinaires d’origines diverses. Leur horizon chronologique s’étend sur trois périodes, comprises entre la fondation de la colonie augustéenne (40/20 av. J.-C.) et la fin du iie s. ap. J.-C. Celles de la première période (40/20 av. J.-C. - 30 ap. J.-C.) sont de loin les plus nombreuses, avec 72 amphores vinaires de Tarraconaise11 sur un total de 460 exemplaires. Au cours de la période suivante (30-70 ap. J.-C.), les amphores de Tarraconaise sont moins nombreuses, avec seulement 16 conteneurs sur un total de 78, et disparaissent presque complètement au cours de la troisième période (70-170/200 ap. J.-C.) avec un seul exemplaire. Cependant, si l’on considère ces chiffres par rapport au total d’amphores vinaires découvertes, les amphores de Tarraconaise représentent respectivement 16 %, 20 % et 2 % derrière les productions d’Italie et de Méditerranée Orientale12.

  • 13 Martin-Kilcher 2005, p. 208, fig. 4.

5Dans une publication ultérieure13, pour ces mêmes fouilles, S. Martin-Kilcher indique que pour la première période, le nombre d’amphores de Tarraconaise est de 71, juste derrière les amphores italiques (292 ex.) et de Méditerranée orientale (79 ex.), suivies de celles de Bétique et de Lusitanie au nombre de 42. Au cours de la seconde période, les amphores de Tarraconaise ne sont plus que 6, avant de pratiquement disparaître durant la troisième phase, avec un seul exemplaire comptabilisé. En dehors de ces 78 exemplaires, on en compte 10 autres provenant de contextes mixtes. Ce qui correspond, pour les trois périodes confondues (40/20 avant J.-C. à 170/200 après J.-C.) à un total de 88 amphores, derrière les 384 exemplaires italiques et les 109 originaires de la Méditerranée orientale, et devant les amphores de Bétique et de Lusitanie au nombre de 57, les gauloises avec 23 exemplaires, 14 provenant de Sicile/Lipari et enfin un seul exemplaire de Mauretania Caesarensis formant un total de 762 amphores.

  • 14 Miró 1988, p. 142.
  • 15 Tchernia 1971, p. 52.
  • 16 Martin-Kilcher 1993, p. 281, Abb. 5, 7 et 9 et p. 298, Abb. 13.
  • 17 Martin-Kilcher 1998, p. 512-13 et fig. 5, nos 1 et 2.

6Nous avions déjà signalé en 1988 que les importations de vin de Tarraconaise à Carthage, au moment du changement d’ère, étaient peu représentées, par les types amphoriques antérieurs aux Dressel 3-2 (Pascual 1, Oberaden 74 et Dressel 3 précoces)14. Une Pascual 1 mentionnée par Tchernia15 et quatre autres provenant d’un remblai dans le secteur de Magon16, issues des mêmes fouilles allemandes, portent les estampilles […] PHIL et TIBISI (voir nº 16, 17 pour la lecture du premier et nº 38). Selon S. Martin-Kilcher17, les amphores romaines se trouvaient dans des remblais, dans des comblements et rarement dans des niveaux d’occupation. La Pascual 1 apparaît pour la première fois au cours de la phase I (40/20 av. J.-C. -20/30 ap. J.-C.) avec la Dressel 2-4 et l’Oberaden 74, alors que durant la phase II (30-70 ap. J.-C.) elle est déjà rare et résiduelle, contrairement à la Dressel 2-4 qui abonde, avant qu’on en perde la trace lors de la phase III (70 ap. J.-C. - 170/200 ap. J.-C.).

  • 18 Freed 1996; Freed, Moore 1996.

7Le matériel archéologique conservé au Musée National de Carthage constitue une autre source d’information essentielle pour cette analyse préliminaire. Entre 1990 et 1994, l’équipe de Joann Freed18 a réalisé une révision exhaustive des assemblages amphoriques conservés dans les dépôts du musée, où se trouve une partie du matériel publié par Delattre en 1894 et 1907, extrait des deux murs d’amphores de Carthage. La collection comprend près de 500 amphores romaines entières et fragmentées, datées entre les époques augustéenne et julio-claudienne, dont environ 240 comportent de l’épigraphie publiée dans les travaux de Delattre. Le premier mur, situé sur la colline de Saint-Louis, a pu être daté entre 43 et 15 av. J.-C. grâce à cinq tituli picti ayant livré des dates consulaires.

  • 19 Freed, Moore 1996, p. 22-24.
  • 20 Van Der Werff 1989; Tchernia 1991.
  • 21 Loeschcke 1942, p. 77, Taf. 19.2.
  • 22 Berni 2017, p. 190 nº 5.
  • 23 Hesnard et alii 1988, p. 49.

8Selon Freed et Moore19, le matériel amphorique du premier mur, identifié par la pâte et la typologie (122 exemplaires), se compose de 12 types. Ils couvrent un large pannel de la production vinaire du pourtour méditerranéen, avec une prédominance des Dressel 2-4, principalement campaniennes, suivies de celles de Tarraconaise et/ou de Narbonnaise. Beaucoup plus rares sont les Dressel 1B, Lamboglia 2, Dressel 6A et Haltern 70, au total 14 amphores. Selon ces auteurs, le timbre EROS, figurant sur une Dressel 4 a été attribué avec certains doutes à la Narbonnaise. Parmi les Dressel 3 de Campanie, on compte 40 timbres de L. Eumachius et 30 de Maes(ianus) Cels(us). Ces deux séries épigraphiques bien connues transcrivent le nom de personnages de l’élite municipale d’époque augustéenne en Campanie20. La présence dans cet ensemble de l’estampille MAESCELS, également découverte sur le camp militaire d’Oberaden (12-9 av. J.-C.) sur une amphore italique à fond plat de type Oberaden 7421, ainsi que la présence du timbre LEVMACHI sur Dressel 3, découvert sur le Kops plateau à Nimègue (10 av. J.-C. – 69 ap. J.-C.)22 et dans l’épave du Grand Ribaud D datée de la dernière décennie du ier s. av. J.-C.23, permettraient de déterminer le moment de la formation du premier dépôt amphorique, quelques années après les dates indiquées par les tituli picti.

  • 24 Berni, Miró 2013 p. 76 ; Berni 2015, p. 198-199 et fig. 8.
  • 25 Berni, Miró 2013 p. 76.
  • 26 Aguelo, Huertas 2009 ; Casas Blasi 2009 ; Carreras 2009, p. 40.
  • 27 Berni, Carreras 2001 p. 115 ; 2009, p. 25.

9D’autre part, les Dressel 3 de Tarraconaise sont déjà présentes dans le premier mur d’amphores en 15 av. J.-C. avec six exemplaires. Les auteurs précisent que la pâte présente une couleur orange et signalent la présence d’un « timbre archaïque » que l’absence de documentation graphique prive de toute analyse. La date consulaire la plus basse, de 15 av. J.-C., donnée par les inscriptions peintes est, à notre avis, encore trop précoce pour envisager l’apparition des premières imitations de Dressel 3 de Campanie en Léétanie24. Nous avons suggéré, dans une étude précédente, de situer le début de cette production dans le courant de la dernière décennie avant le changement d’ère, quelques années après la fondation de la colonie romaine de Barcino (15-9 av. J.-C.)25. Cette proposition repose sur le fait que les premiers ateliers de potiers de la périphérie orientale de la ville (Solar del Mercat de Santa Caterina, Carrer Princesa nº 21) fabriquaient encore des amphores Pascual 1 (10 av. J.-C. à 10 ap. J.-C.)26, mais peu de temps après le modèle campanien de la Dressel 3 a été introduit dans la chaîne de production de la Pascual 1. C’est ce que nous avons pu constater en étudiant le matériel amphorique découvert au Carrer Montcada, où l’on voit clairement les premières tentatives de transformation de la Pascual 1 en Dressel 3 à travers la modification de ses finitions, que trahissent les formes hybrides et mal définies des bords, des pivots et des anses27.

  • 28 Hesnard et alii 1988, p. 56.

10L’ensemble de ces éléments est donc à l’origine de notre proposition d’abaisser la date de formation du premier mur d’amphores de Carthage à la dernière décennie du ier s. av. J.-C. À cela s’ajoute le fait que deux des premiers timbres sur Dressel 3A provenant des ateliers du Baix Llobregat (QVA et SOS), près de Barcelone, apparaissent sur l’épave du Grand Ribaud D (9-1 av. J.-C.), dont la cargaison amphorique était principalement d’origine italienne, avec une prédominance de Dressel 3 campaniennes portant les estampilles de M. Liuius Causorius et de L. Eumachius dont il a déjà été question28.

  • 29 Freed, Moore 1996, fig. 6.
  • 30 Ce même timbre a été découvert sur une amphore complète à Malard (Narbonne) : Falguera 1993, nº 18 (...)
  • 31 Martin-Kilcher 1993, p. 294, Abb. II.3.
  • 32 Delattre 1894, nos 11 et 27.
  • 33 Freed 1996, p. 139.
  • 34 Delattre 1894, nº 21.
  • 35 Amar, Liou 1989, p. 194, fig. 1, nº 257.

11Avant de terminer la révision du matériel épigraphique du premier mur de Carthage, soulignons un problème de classification qui affecte un groupe d’amphores Dressel 3 spécifique présentant des timbres estampillés à l’avant du col29 (EROS, INVICTI, DVRNAC30, FLORIR[---], HERACLIO etc.) et qui selon nous pourraient être d’origine italique. Faute de documentation précise, ces amphores avaient été attribuées par erreur à la Tarraconaise ou à la Narbonnaise. S. Martin-Kilcher31 proposait, à partir des caractéristiques de la pâte, d’attribuer le timbre INVICTI, associé à un titulus consulaire de 17 av. J.-C., aux ateliers de Tarraconaise32. Freed33 suggéra quant à elle, sur le même critère de la pâte, d’attribuer à ce timbre, ainsi qu’à l’estampille EROS, une probable origine narbonnaise. Par ailleurs, le timbre fragmenté FLORIR[--]34, dont la lecture complète FLORI·RVF est donnée grâce à une découverte du Golfe de Fos, a été attribué par des chercheurs français à la région de Campanie35, ce qui semble indiquer l’origine italique de ce groupe particulier de timbres sur col de Dressel 3.

  • 36 Freed 1996, p. 149-150; Freed, Moore 1976, p. 20.
  • 37 Freed 1996 p. 152-155.
  • 38 Martin-Kilcher 1998, p. 515.

12Le deuxième mur d’amphores de Carthage, composé de près de 2 000 amphores, appartenant à 20 types différents (fig. 2), est daté de la période julio-claudienne, dans le courant du second quart du ier s. ap. J.-C. Le spectre économique des importations change considérablement en raison de l’essor commercial des provinces occidentales. On y compte des amphores destinées au transport de garum, d’huile et de vin de Bétique (Beltran I, Dressel 20) et Haltern 70 et de manière significative, des amphores vinaires la Tarraconaise nord-orientale, dotées d’un riche répertoire épigraphique. Au sein de cet ensemble exceptionnel, on compte un total de 104 amphores vinaires, toutes origines confondues. 77 proviennent de Tarraconaise (des Dressel 2 pour la plupart), tandis que son homologue Dressel 2-4 campanienne baisse drastiquement avec seulement 5 exemplaires, auxquels il faut ajouter 7 du Latium et 5 Dressel 6A d’Adriatique36. Les productions de la mer Égée résistent difficilement avec seulement 5 Dressel 5. On constate, à travers ces chiffres, la puissance commerciale des produits provinciaux de Méditerranée occidentale au cours de la période julio-claudienne. Les vins traditionnels de la péninsule italique, provenant de Campanie, d’Étrurie, du Latium ou d’Adriatique, sont relégués au second plan, eux qui avaient couvert le marché durant le Principat d’Auguste. Comme le souligne J. Freed37 dans ses conclusions, la province de Tarraconaise peut donc être considérée comme la principale zone d’approvisionnement en vin de la ville de Carthage sous la dynastie julio-claudienne. Bien sûr, il faudrait tenir compte de la production régionale, laquelle, pour J. Martin-Kilcher38, pouvait satisfaire la consommation régionale dès le ier s. ap. J.-C.

  • 39 Freed 1996, p. 149.

13Les amphores du second mur permettent également de préciser le moment de sa mise en place. Les deux seuls tituli picti mentionnant une datation consulaire, publiés par Delattre en 1907, indiquent les années 25 et probablement 33 ap. J.-C., soit, vers le milieu du règne de Tibère (cf. § 3 et no 44). La prédominance des amphores Dressel 2 à corps fusiforme (71 exemplaires) par rapport aux amphores à corps ovoïde Dressel 3 (6 exemplaires)39 corroborerait cette proposition. En effet, nous situons approximativement le passage de la Dressel 3 à la Dressel 2 vers 30 ap. J.-C. (fig. 1). Parmi le matériel épigraphique, on compte des timbres sur Dressel 2 datés des époques de Claude et de Néron ce qui, en principe, pourrait permettre de reconsidérer la période de la mise en œuvre de ce deuxième. La série tardive LMO + SELE (cf. § 3 et nº 21) sur Dressel 2D de l’atelier de Malgrat de Mar dépasserait le milieu du ier s. ap. J.-C. Il se pourrait donc que la construction de ce mur se soit échelonnée dans le temps, ce qui expliquerait ces différences de datation des matériaux utilisés dans la construction, à moins que les amphores les plus anciennes ne soient résiduelles.

14Avant de refermer ce dossier, il convient de se demander si les indicateurs économiques disponibles par le biais de ces deux murs correspondent à une réelle constante dans l’évolution de ce marché, ou si ces derniers résultent d’une présélection antique très pragmatique, où les amphores présentes auraient été choisies pour leur forme, plus ou moins appropriée à la confection des murs.

  • 40 Martin-Kilcher 1998, p. 515.
  • 41 Rice 2011, p. 86.

15Selon S. Martin-Kilcher40, le pourcentage élevé d’amphores de Tarraconaise, qui s’élève à 20 % dans les contextes archéologiques de la phase II (30-70 ap. J.-C.) des fouilles allemandes, pourraient s’expliquer par l’arrivée régulière et massive de ces importations dans le port de Carthage. Si l’on ajoute aux données issues des fouilles allemandes celles des deux murs publiées par Freed, on peut percevoir trois phases chronologiques successives qui permettent de mieux appréhender la ligne d’évolution du commerce du vin de Tarraconaise dans la ville de Carthage : la phase initiale tardo-augustéenne avec les amphores Pascual 1 et Dressel 3 précoces alors peu présentes ; l’essor commercial de Tibère à Néron où la Dressel 3-2 est bien représentée ; le déclin au début de la dynastie flavienne avec la forme plus évoluée Dressel 2D (fig. 1D). Cependant, d’autres lectures pourraient être proposées, par exemple, en prenant en considération les découvertes du Port Circulaire de Carthage pour la première moitié du ier s. ap. J.-C.41, où 74 % du total des amphores (vinaires et autres) sont d’origine nord-africaine, les importations hispaniques représentant 10 % et les importations italiennes 7 %.

Fig. 2 : Amphores et photographie du deuxième mur de Carthage

Fig. 2 : Amphores et photographie du deuxième mur de Carthage

(d’après DELATTRE 1907, p. 32)

  • 42 Olcese et alii 2017, p. 202-203 et 214.
  • 43 Rizzo 2018, p. 235-236 et fig. 4.
  • 44 Rizzo 2018, fig. 6.

16Un parallèle intéressant peut être évoqué à Ostie, où plusieurs amphores ont été réemployées dans un fossé de drainage. Si sa durée d’utilisation couvre une longue période, allant du ier s. ap. J.-C. au milieu du iie s. ap. J.-C., sa mise en œuvre semble dater de l’époque tardo-augustéenne. Dans cet ensemble, la Dressel 3-2 de Tarraconaise, et plus précisément de Léétanie, est majoritaire avec 61 exemplaires, suivie de son homologue italique avec 57 amphores sur un total de 33542. Pour la période augustéenne, on dispose également à Ostie des contextes amphoriques de la Longarina et du Binario Morto où l’on comptabilise 72 exemplaires de Dr. 2-4 de Tarraconaise (10,5 % du total amphorique), après la Dressel 7-11/Longarina 2-3 de Bétique (139 ex.), son homologue Dressel 2-4 italique (122 ex.) et l´Haltern 70 de Bétique (87 ex.). La Pascual 1 de Tarraconaise y est aussi présente, avec 18 exemplaires, ce qui représente 2,73 % du total amphorique43. Cependant, au cours de la période flavienne, sur ces mêmes sites les amphores de Tarraconaise ne représentent plus que 5 %, avant de disparaître dans les années suivantes44.

17On peut donc observer à Carthage une dynamique économique similaire à celle d’Ostie, où la colonie est une référence supplémentaire pour constater que durant la période augustéenne et julio-claudienne, les exportations de vin de la côte catalane, et principalement de la Léétanie, occupent une place importante sur ce marché. Ce phénomène est perceptible à travers un commerce maritime à longue distance, direct ou redistribué entre les grands ports, avec une augmentation des exportations de Tarraconaise peu avant le changement d’ère et peut-être jusqu’au début de la dynastie flavienne.

2. Épigraphie amphorique

18Nous présentons, tout d’abord, les timbres de Carthage avec un réexamen minutieux des données publiées jusqu’à présent. L’objectif de l’étude est de déterminer la forme de l’amphore associée, la région de production et la chronologie du timbre, afin de fournir des informations plus précises, permettant d’analyser l’impact économique du commerce tarraconais à Carthage. Les sources documentaires ont déjà été citées avec les travaux d’Alfred Louis Delattre, de Joann Freed et de Stéphanie Martin-Kilcher.

19Delattre a recueilli une vingtaine de timbres provenant du second mur, la plupart sur amphores de Tarraconaise. Nous savons de Freed que ce matériel avait été déposé au Musée National de Carthage. Ricardo Pascual avait déjà été informé par Kn. Annabi, puisqu’il inclut dans son catalogue définitif de l’épigraphie des amphores catalanes, publié en 1991, des calques des timbres du musée. C’est à J. Freed que l’on doit l’effort le plus important, puisqu’elle livre dans son article de 1998 une étude préliminaire relativement détaillée et complète des formes amphoriques de Tarraconaise et de leurs estampilles. Nous savons, grâce à elle, que la collection tarraconaise du musée compte 108 amphores, dont les trois quarts sont quasi complètes. Les tituli picti de Delattre n’étant pas conservés, l’étude de Freed se limite à l’analyse de 40 timbres. Et bien qu’une grande partie de ces estampilles ne soit pas référencée dans les travaux de Delattre, elle pense que les exemplaires les plus complets peuvent être rattachés dans leur grande majorité à ce dépôt amphorique.

  • 45 Berni 2010.

20Freed livre une série d’indications particulièrement digne d’intérêt qu’il convient de ne pas négliger. Elle signale que les Pascual 1 sont rares dans la collection du musée, où l’on ne compte pour ce type qu’un timbre sur bord, un autre sur un exemplaire entier et trois autres sur des panses quasi complètes. Malheureusement, elle ne mentionne qu’en note de bas de page le timbre FVL·PHIL de la nécropole punique (cf. no 16) qu’avait fait connaître Delattre en 1900. Elle décrit ensuite les formes Dressel 3 et Dressel 2 comme les seules productions d’amphores de Tarraconaise, en indiquant que les types à pâte rougeâtre, associés au second mur, étaient selon elle plus tardifs et correspondent presque exclusivement à des Dressel 2. L’auteur a eu raison de dissocier les formes Dressel 3 et Dressel 2, que ce soit par le profil ovoïde ou fusiforme de la panse de l’amphore, ou par la taille plus ou moins longue du pivot, mais elle ne pousse pas plus loin la classification typologique. Cela explique que certains timbres bien connus sur Dressel 3 aient été classés comme appartenant à des Dressel 2, comme c’est le cas des séries CE, CLV, IV, S, SAB (cf. nos5, 19, 8, 11, 12) et le timbre douteux QVG ? (cf. no 15) qu’elle cite à la page 352. L’auteur a également eu le mérite d’avoir séparé les productions amphoriques en fonction du type de pâte. La composition de la pâte des séries LCM + P et IR (cf. nos36 et 37) est différente de celle des pâtes léétaniennes typiques : elle est pâle, de couleur crème ou jaune et se trouve minoritaire dans le répertoire amphorique du Musée de Carthage. Nous savons aujourd’hui, grâce à l’identification de ces timbres sur leur atelier d’origine45, que cette différence s’explique par l’existence de deux zones de productions sur l’ager occidental de Tarraco.

21La liste des timbres présentée ci-dessous est divisée par zone géographique. Nous commençons par les productions de la Léétanie occidentale (Baetulo, Barcino, Baix Llobregat, Vallès Occidental), où la Dressel 3 est la mieux représentée, avec des pâtes claires et épurées pour les ateliers côtiers, et plus rougeâtres pour les centres de production situés à l’intérieur des terres. Pour cette première région, on compte 23 timbres avérés, 20 sur Dressel 3 (A, AD, APT[I] + OPT, CE, CELS, CLAS + OPT, IV, RAGI, S, SAB, T, QVA) et trois sur Dressel 2 (AMANDI, LLC). Les productions de la Léétanie Orientale (Iluro con el Maresme et Vallès Oriental) sont reconnaissables à l’œil nu, caractérisées par une pâte plus foncée, comprenant des dégraissants de quartz de taille moyenne à grande. Si certaines pâtes de la côte présentent des tonalités orangées, elles sont principalement de couleur brique. On compte deux timbres sur Pascual 1 (FVL·PHIL, [IVLI·THEO]PHIL), trois sur Dressel 3 (SLL, CLV, MAR) et 17 sur Dressel 2 (LMN, LMNO, LMO + SELE, MAX, NP + PR ?, PTE). On peut ajouter 12 timbres d’origine incertaine, provenant de ces zones de la Léétanie, trois sur Dressel 3 (AL ?, P·ILA ?, PL), six sur Dressel 2 (AP, CME ?, CTHEO ?, S-E) et trois autres sur des fragments d’amphores indéterminées (BL ?, MAN ?, MAR). La troisième et dernière zone géographique concerne deux productions de la côte sud de la Catalogne, d’une part le timbre TIBISI de l’atelier de l’Aumedina (Tivissa) sur Pascual 1 et d’autre part les timbres LCM + P et IR sur Dressel 2 de l’ager occidental de Tarraco.

Fig. 3 : Carte de la Léétanie, avec indication des sites mentionnés dans le texte

Fig. 3 : Carte de la Léétanie, avec indication des sites mentionnés dans le texte

1 : Malgrat de Mar ; 2 : El Roser/El Mujal ; 3 : El Morrell ; 4 :Torre Llauder ; 5 : Veinat de Sant Crist ; 6 : Caldes de Montbui ; 7 : Can Manolo ; 8 : Sant Miquel dels Martes ; 9 : Can Cabot ; 10 : Sant Boi de Llobregat ; 11 : Sant Vicenç dels Horts ; 12 : Can Tintorer ; 13 : Can Pedrerol ; 14 : Can Feu ; 15 : La Boada ; 16 : Mas de Gomandí (carte originale : BERNI 2015, fig. 6). En haut à gauche, carte des régions citées dans le texte.

2.1 Les timbres de la Léétanie Occidentale (fig. 4)

Fig. 4 : Timbres de Léétanie occidentale (sans échelle)

Fig. 4 : Timbres de Léétanie occidentale (sans échelle)

(d’après MARTIN-KILCHER nos1 et 13 ; DELATTRE nos2-3, 9a-b ; FREED nos4-8, 11-12 et 15)

  • 46 Martin-Kilcher 1993, p. 281 et 319, Abb. 5.135.
  • 47 Corsi-Sciallano, Liou 1985 ; González Cesteros, Berni Millet 2018, p. 79.

221. A46. Timbre circulaire imprimé sur le pivot d’une amphore Dressel 2-4, présentant une pâte rouge comprenant des dégraissants de quartz et de mica. Cette forme de timbre est connue sur Dressel 3A dans l’épave Planier 1 (vers 15 ap. J.-C.), sur Dressel 3A-B dans celle de Sud Lavezzi 3 (premier quart du ier s. ap. J.-C.), sur Dressel 3B dans l’épave Chrétienne H (vers 15-25 ap. J.-C.), mais aussi à Neuss (16-12 av. J.-C. à 16-28 ap. J.-C.)47. Les cargaisons de ces trois navires transportaient du vin de la Léétanie Occidentale, mis en amphore dans les ateliers de la région du Baix Llobregat. Voir ci-dessous le timbre T avec cartouche circulaire (no 13), également découvert lors des fouilles allemandes de Carthage et présent dans l’épave Sud Lavezzi 3.

  • 48 Delattre 1907, nº 27 ; Freed 1998 p. 351 et 353.
  • 49 Corsi-Sciallano, Liou 1985, p. 112, fig. 86.
  • 50 Berni, Carreras 2001, nº 4.
  • 51 Corsi-Sciallano, Liou 1985, p. 31, fig. 17-18, 20.

232. AMANDI48. Présentant un cartouche ovale, le timbre de Carthage, qui à première vue pourraient être lu AAD, coïncide avec l’exemplaire de l’épave de l’Île-Rousse sur Dressel 2C49. Cette cargaison semble être constituée d’un ensemble mixte d’amphores produites dans des ateliers des deux régions de la Léétanie (Orientale et Occidentale). Les timbres de la première sont majoritaires et parmi eux coexistent les séries NP et PTE de Carthage (cf. nos24 et 25). La variante de l’estampille de Carthage coïncide également avec deux autres exemplaires découverts dans la périphérie orientale du périmètre fortifié de la colonie de Barcino50. Une autre variante est connue, avec un cartouche quadrangulaire, imprimé sur le pivot d’une Dressel 2C dans l’épave du Petit Congloué51 qui transportait des amphores de la partie occidentale de la Léétanie, ce qui viendrait corroborer la zone géographique d’origine du vin contenu dans ces amphores.

  • 52 Delattre 1907, nº 22.
  • 53 Corsi-Sciallano, Liou 1985, nº 3, fig. 109.
  • 54 Corsi-Sciallano, Liou 1985, nº 6, fig. 66.

243. AD52. La forme du timbre avec les lettres séparées dans un cartouche horizontal aux extrémités arrondies ressemble à une autre estampille AD sur Dressel 3B, découverte dans l’épave Sud-Lavezzi 3, datée du premier quart du ier s. ap. J.-C.53. Cette épave contenait également la variante AD rétrograde, aux lettres ligaturées dans un cartouche circulaire, ainsi que d’autres familles de timbres qui faisaient partie d’une cargaison homogène d’amphores vinaires produites dans la basse vallée du Llobregat. Il convient par ailleurs de mentionner l’existence de la variante rétrograde AD, sans ligature, dans un cartouche circulaire découverte avec d’autres amphores Dressel 3B du Baix Llobregat au sein de l’épave Chrétienne H, datée vers 15-25 ap. J.-C.54. L’amphore de Carthage conserve deux groupes d’inscriptions peintes écrites par des mains différentes, l’inscription correspondant au contrôle officiel ayant pratiquement disparu (cf. nº 50a).

  • 55 Freed 1998, p. 352, fig. 3, 21.
  • 56 Berni, Carreras 2013, nº 17.

254. APT[I] + OPT55. Le second timbre est rétrograde et a été publié « TIO » en raison de la mauvaise facture des lettres. Les deux estampilles proviennent du centre de production de Can Tintorer56. Ce même couple de timbres a été découvert sur Dressel 3B dans l’épave Chrétienne H, où apparaît également l’association CLAS + OPT que l’on retrouve sur une autre amphore de Carthage (cf. nº 7).

  • 57 Freed 1998, p. 352, fig. 3,10.
  • 58 Corsi-Sciallano, Liou 1985, nos 18 et 44, fig. 68.
  • 59 Berni, Carreras 2013, nº 97.
  • 60 Martínez, Folch, Casas 1988, p. 33, fig. 4.

265. CE57. Les lettres CE sont ligaturées par la base, à l’intérieur d’un cartouche circulaire. Selon Freed, ce timbre se trouvait imprimé sur le pivot allongé d’une Dressel 2. Cependant, ce même timbre présentant un graphisme similaire est documenté sur une Dressel 3B dans l’épave Chrétienne H58 associé sur le pivot à un autre timbre PRI, identique à celui produit sur l’atelier de Sant Vicenç dels Horts59. En raison de cette association et du début du nom en Ce( ), il serait possible que ce timbre corresponde à la variante plus abrégée du Celsus connu sur les ateliers de Sant Boi del Llobregat et de Can Tintorer (cf. nº 6) situés à proximité directe du centre de production de Sant Vicenç dels Horts (voir fig. 3). Mais, compte tenu de la forme du cartouche, on ne peut écarter la possibilité qu’il provienne d’un autre atelier situé à l’intérieur de la Léétanie occidentale, comme le centre de production d’amphores et de vin de Can Feu dans le Vallès Occidental, où l’on retrouve plusieurs estampilles présentant cette caractéristique graphique particulière60.

  • 61 Delattre 1894, p. 114, nº 33 = CIL VIII, 22637, 68; Freed 1998, p. 352, fig. 3, 9.
  • 62 Berni, Carreras 2013, nos 33-4.
  • 63 Corsi-Sciallano, Liou 1985 p. 130-144, 78-94 ; Sciallano, Marlier 2008.

276. CELS61. Delattre a lu CELO, Cagnat CELD, Freed quant à elle livre la lecture correcte : CELS. Production du Baix Llobregat connue avec de nombreuses variantes dans les ateliers de Sant Boi (Baix Llobregat) (moins développé, CEL), Can Tintorer, et peut-être aussi Can Pedrerol62. Bien daté par les épaves de Sud-Lavezzi 3 (premier quart du ier s. ap. J.-C.), Chrétienne H (vers 15-25 ap. J.-C.) et La Giraglia (vers 20 ap. J.-C.) sur Dressel 3B63.

  • 64 Delattre 1902, p. 460, nº 49 ; Pascual 1991, nº 50, 5 ; Freed 1998, fig. 3, 8.
  • 65 Berni, Carreras 2013, nº 37.
  • 66 Corsi-Sciallano, Liou 1985, p. 71-77 et 78-94 ; Sciallano, Marlier 2008.

287. CLAS + OPT64. En raison de la mauvaise qualité du timbrage, l’estampille CLAS est généralement publiée avec la lecture erronée CIAS, dans les ouvrages antérieurs à notre étude générale sur l’épigraphie des amphores du Baix Llobregat. Il provient de l’atelier de Can Tintorer, où il est quasi systématiquement associé à un autre timbre65. Il est daté du règne de Tibère par les épaves Chrétienne H, Dramont B et La Giraglia, où il apparaît sur des amphores Dressel 3B66. Un autre exemplaire de la seconde estampille OPT rétrograde a également été mis au jour à Carthage associée à une autre estampille APTI du même atelier de Can Tintorer (cf. nº 4).

  • 67 Freed 1998, p. 352, fig. 3,14.
  • 68 Berni, Carreras 2013, nº 68.
  • 69 Corsi-Sciallano, Liou 1985, nos 43 et 47, fig. 68.

298. IV67. Selon Freed, ce timbre est imprimé sur le pivot d’une Dressel 2, ce qui entre en contradiction avec les informations qui suivent. Les deux lettres IV de cette estampille apparaissent dans un cartouche circulaire, telle que nous la connaissons dans son centre de production à Sant Vicenç dels Horts, associée à un autre timbre AS aux caractéristiques graphiques similaires68. Elle est datée grâce à l’épave Chrétienne H (vers 15-25 ap. J.-C.) où elle apparaît sur Dressel 3B, associée à une autre estampille PR du même atelier69. Si la datation effective de l’épave était plus proche de 25 ap. J.-C., il pourrait s’agir d’une période de transition de l’amphore, ce qui pourrait expliquer que Freed l’ai classée parmi les Dressel 2.

  • 70 Delattre 1907, nº 12 et 23.

309. LLC70. La variante rétrograde (cf. no 9b) avec la première lettre incertaine L est associée dans l’exemplaire de Carthage à une inscription peinte indiquant un vin de quatre ans d’âge mentionnant le nom de C. Iulius Tertius (cf. no 45). L’autre variante à lecture directe (cf. no 9a) est claire, les lettres étant séparées par deux symboles de ponctuation. Elle est associée sur l’amphore à un autre titulus pictus livrant une possible datation absolue de 33 ap. J.-C. (cf. no 44).

  • 71 Berni, Carreras 2001, nº 19a.
  • 72 Berni 2008, p. 64 fig. 11 ; 2017, p. 185-187.

31Nous disposons de plusieurs exemplaires de la série LLC obtenus à partir de deux poinçons différents provenant de trois sites en Catalogne. Deux sont analogues à la variante de Carthage qui présente un sens de lecture direct, bien que les points de séparation ne soient pas clairement visibles, ce qui pourrait s’expliquer par l’usure de la surface du support. L’un d’eux a été découvert dans la rue Sant Pau à Barcelone71 sur le pivot long d’une Dressel 2 à pâte orangée et dégraissant moyen (fig. 5, 3a-b). Le contexte stratigraphique (UE. 202-15) dans lequel il a été mis au jour a livré des fragments de bords et d’anses de Dressel 20A72 de Bétique, datant du second quart du ier s. ap. J.-C. (fig. 5, 5), ce qui correspond parfaitement à la période d’utilisation des premières Dressel 2.

  • 73 García Targa 2004 ; Biblioteca Museu Víctor Balaguer 2005, p. 120, no 30.
  • 74 Aquilué et alii 1984, p. 287, fig. 106, 5.

32L’autre exemplaire a été mis au jour en 2002, sur la fouille de la villa romaine dans la Masia de Solicrup, près de Vilanova i la Geltrú (Garraf), à 49 km de Barcelone73. L’amphore et le timbre sont similaires à ceux découverts à Barcelone, toujours sur Dressel 2C à pivot long, avec une pâte rouge-orangé et un dégraissant moyen. Le troisième timbre, découvert dans le sondage du cryptoportique du Forum romain ­d’Ampurias74, est conservé sur un fragment de pivot d’amphore à pâte jaunâtre à l’extérieur, et rosée à l’intérieur (fig. 5, 4 a-b). La teinte claire de la pâte et sa rugosité diffèrent des deux autres dont la pâte rouge-orangée plus intense rappelle les premières productions de Pascual 1 et de Dressel 3 du Baix Llobregat et du Vallès Occidental. Le graphisme de la variante rétrograde L·L·C· d’Ampurias avec signes de ponctuation ne correspond pas exactement à la variante rétrograde de Carthage dont les lettres sont plus rapprochées et sans ponctuation apparente (fig. 5, 1 et 4 a-b). La localisation probable du foyer de production des timbres LLC sur la partie occidentale de la Léétanie est étayée par les découvertes de Sant Pau et de Solicrup.

  • 75 Berni, Carreras, Olesti 2005.
  • 76 Carbonell, Folch 1998 ; Artigues, Rigo 2002.
  • 77 Enrich Hoja 1981.
  • 78 Berni et alii 2005, p. 175-176.

33Cette proposition est renforcée par l’acronyme du personnage L. L( ) C( ), si nous le mettons en relation avec la gens Licinia de la colonie romaine de Barcino75. Dans ce cas, les initiales des tria nomina pourraient correspondre au nom de Lucius Licinius Chres(tus, -imus, -umus), connu à travers les timbres L·LIC·CHRES imprimés sur les dolia des chais des uillae rurales de Castellarnau (Sabadell) et Can Feu (Sant Quirze del Vallès) dans la région du Vallès Occidental76, et à Santa Margarida de Montbui dans les environs d’Igualada (Anoia)77. Les deux dernières initiales concordent avec le Licinius Chresumus mentionné par une autre estampille sur un dolium en remploi, découvert in situ dans le sous-sol de la Plaça del Rei à Barcelone78.

  • 79 Freed 1998, 350.
  • 80 Nicolas 1979, nº 48, fig. VIII.48.
  • 81 Pallarés 1983, p. 89, fig. 12, 9 ; Corsi-Sciallano, Liou 1985, p. 103, fig. 80, 2.
  • 82 Berni 2015, p. 195.
  • 83 Berni, Carreras 2013, nº 104.

3410. RACI79. Le texte de ce timbre est systématiquement rétrograde. Il est signalé à six reprises sur de petits fragments de Dressel 3 à pâte orange pâle. Il est également signalé sur un pivot complet de petite taille découvert à Minorque80. Concernant sa datation, on dispose de deux exemplaires sur Dressel 3B provenant de l’épave italienne de Diano Marina81, pour laquelle nous avons proposé de remonter la chronologie officielle du milieu du ier s. ap. J.-C. aux années 15-30 ap. J.-C.82. Il s’agit sans aucun doute d’une autre production du Baix Llobregat, peut-être la variante développée du timbre RA de l’atelier de Can Tintorer83.

  • 84 Pascual 1991, nº 209, 7, lám. XXIII, nº 475 ; Freed 1998, p. 352, fig. 3, 16.
  • 85 Anteas 1993, p. 10, nº 28.
  • 86 Liou 1987, p. 274, fig. 5.
  • 87 Berni, Carreras 2013, nº 116.

3511. S84. La lettre S qui présente l’apparence d’un Z se trouve à l’intérieur d’un cartouche carré. Ce timbre est classé dans les travaux de Freed au sein d’un groupe de 12 estampilles attribuées à des amphores Dressel 2 à pivot long. D’autres exemples, dont le graphisme présente le même type de caractéristiques, pourraient aider à clarifier la typologie des amphores et leur zone de production en Léétanie. Citons par exemple, le timbre découvert à Port-La-Nautique sur un fragment de panse à pâte couleur crème et publié comme figurant sur une possible Pascual 185. Le problème pourrait être résolu avec l’exemplaire retrouvé sur l’épave Port-Vendres 486, apposé sur un pivot court et associé à un autre timbre TH de l’atelier de Sant Boi87.

  • 88 Sciallano, Liou 1985, p. 85, nº 58 ; Sciallano, Marlier 2008, p. 125.
  • 89 Martínez Ferreras et alii 2015.

36La série TH de Sant Boi est généralement associée à d’autres estampilles d’une ou plusieurs lettres, comme c’est le cas de SOS avec les deux S inversés, qui pourraient être liés à l’individu du timbre S. L’estampille TH et ses différentes variantes sont datées sur le camp militaire germanique de Haltern de la fin de la période augustéenne (ante 9 ap. J.-C.). Il apparaît par ailleurs, dans les épaves Chrétienne H et La Giraglia, sur des pivots de Dressel 3B88. Les amphores de la cargaison léétanienne de l’épave Port-Vendres 4 présentent des cols et des pivots courts de Pascual 1, ce qui, selon nous, donnerait un horizon chronologique autour du changement d’ère, lorsque les Pascual 1 et les Dressel 3A sont fabriquées de manière concomitante. Il existe toutefois une controverse scientifique majeure concernant la datation haute, donnée à l’épave Port-Vendres 4, de 40-30 av. J.-C., basée sur une cargaison mixte présumée d’amphores Dressel 1B et Lamboglia 2 d’origine italique89. Or, selon nous, l’apparition de la Pascual 1 ne survient qu’après cette date, à partir du principat d’Auguste, et nous pensons donc que l’erreur est due au mélange accidentel du mobilier de différentes épaves superposées. Aussi, nous suggérons de classer le timbre S de Carthage parmi les estampilles sur Dressel 3A de la zone du Baix Llobregat.

  • 90 Pascual, 1991, nº 166, 2 ; Freed 1998, p. 352, fig. 3, 17.
  • 91 Berni, Carreras 2013, nº 105.
  • 92 Corsi-Sciallano, Liou 1985, p. 78-94.

3712. SAB90. Les lettres sont inscrites dans un cartouche circulaire. Dans la publication de Pascual, ce timbre apparaît dessiné et lu comme PAS, dans celle de Freed comme SBA, sur Dressel 2. Selon nous, les caractéristiques graphiques et la composition de ce timbre sont pensées de manière analogue aux séries LMN et LMNO de Carthage (cf. nº 20), avec un texte circulaire et un sens de lecture antihoraire. Il est ainsi possible de le mettre en relation avec la série SAB (AB ligaturées et cartouche quadrangulaire) de l’atelier de Sant Boi del Llobregat91 qui dispose de la datation tibérienne de l’épave Chrétienne H, où un exemplaire est apposé sur une amphore Dressel 3B92.

  • 93 Martin-Kilcher 1993, p. 281 et 314, Abb. 5, 105 et 29, 105 ; Ortisi 1999, Abb. 17, 347.

3813. T93. Timbre circulaire sur pivot court de Dressel 3A à pâte rouge brique comprenant des inclusions blanches et du mica. Un timbre aux caractéristiques similaires est attesté sur l’épave Sud Lavezzi 3 transportant des amphores Dressel 3A-B, produites dans la région du Baix Llobregat. Voir le timbre A (no 1), avec cartouche circulaire, également découvert lors des fouilles allemandes de Carthage.

  • 94 Freed 1998, p. 352.
  • 95 Berni, Carreras 2013, nº 120.

3914. QVA94. La publication de Freed ne comprend pas de dessin pour ce timbre, il y est indiqué que l’estampille est imprimée sur un fragment d’amphore de Tarraconaise indéterminée. Il semblerait qu’il s’agisse d’un autre timbre emblématique de l’atelier de Sant Boi del Llobregat95 où QVA sans ligature y est attesté sur un pivot court de Dressel 3A. La variante comprenant une ligature VA semble être plus tardive, puisqu’elle est apposée sur un pivot moyen à court de ­Dressel 3B.

  • 96 Pascual 1991, nº 170, 1, lám. XIX nº 380; Freed 1998, p 352, ­fig. 3, 20.
  • 97 Durán I Sanpere 1943, fig. 43, 1 ; Berni, Carreras 2001, nº 28A.
  • 98 Barrasetas, Palet, Martin 1994.

4015. QVG ?96. En raison de la composition circulaire du texte et de la mauvaise qualité des lettres, la lecture de ce timbre a été controversée et ne faisait l’objet d’aucun consensus. Pascual avait lu PCV ? et Freed C.PAV. Il y a quelques années, nous avons publié un nouveau dessin de l’exemplaire découvert lors des fouilles anciennes de la Plaça del Rei à Barcelone, menées entre les années 1931 et 193597. Il est apposé sur le pivot de taille moyenne d’une Dressel 3B. La pâte, rouge-brun ou rouge brique avec des inclusions blanches et de mica de petites et moyennes dimensions, est proche de celles des régions limitrophes entre le Vallès Occidental et le Vallès Oriental. Une découverte dans la uilla romaine et centre de production vinicole de L’Aiguacuit (Terrassa)98, pourrait indiquer que l’atelier d’origine se trouve dans cette zone qui borde la région du Vallès, entre les villes de Sabadell et de Caldes de Montbui.

Fig. 5 : Variantes de la série LLC sur Dressel 2 découvertes à Carthage (1-2), Barcelone (3) et Ampurias (4)

Fig. 5 : Variantes de la série LLC sur Dressel 2 découvertes à Carthage (1-2), Barcelone (3) et Ampurias (4)

Deux fragments de Dressel 20A (5) retrouvés dans la même strate que le timbre LLC de Barcino

(clichés: 3b: E. Revilla Cubero, MUHBA; 4b: J. Tremoleda i Trilla, MAC)

2.2 Les timbres de la Léétanie orientale (fig. 6)

Fig. 6 : Timbres de la Léétanie orientale (sans échelle)

Fig. 6 : Timbres de la Léétanie orientale (sans échelle)

(d’après MARTIN-KILCHER no 17 ; DELATTRE nos 21 et 24a ; FREED nos 18-20b, 22-23 et 24b-25d)

Tabl. 1 : Timbres sur Pascual 1

Tabl. 1 : Timbres sur Pascual 1
  • 99 Delattre 1900a, p. 84, 1900b, p. 284, nº 27 ; CIL VIII, 22637.45 ; Freed 1998, p. 354, n. 8.
  • 100 Andreu 1994, p. 363, fig. 4, 14.
  • 101 Martín Menéndez 2015, p. 45, fig. 3.
  • 102 Bergé 1990 ; Falguera 1993.

4116. FVL·PHIL99. Ce timbre de Carthage a été mentionné pour la première fois par Delattre, avec l’ensemble du mobilier recueilli au sein d’une structure romaine dans la nécropole punique, située entre les collines de Bordj Djedid et de Sainte-Monique. D’après les exemples connus, la série FVL·PHIL apparaît systématiquement apposée sur des bords ou cols d’amphores Pascual 1 aux pâtes de couleur rouge foncé, comprenant de gros dégraissants de quartz, caractéristiques des productions des ateliers de la côte du Maresme, situés entre Mataró et la rive droite de la Tordera. En Catalogne, on compte également une découverte sous-marine, faite au large de la côte de Premià de Mar100. Il pourrait être apparenté au timbre L·FVLVI imprimé sur une amphore Tarraconaise 1 de l’atelier d’El Roser ou d’El Mujar dans la ville de Calella101, daté de l’époque tardo-républicaine. Il convient de rappeler la forte présence de cette série épigraphique parmi les amphores Pascual 1 de Port-la-Nautique et de Malard, deux sites côtiers sur le territoire de la Narbonne antique102.

  • 103 Martin-Kilcher 1993, p. 281, Abb. 5, 7 et 13, 7.
  • 104 Bergé 1990.
  • 105 Pera 1983 ; Martín Menéndez 2015.

4217. [IVLI·THEO]PHIL103. Timbre incomplet conservé sur le fragment d’un bord de Pascual 1 découvert lors des fouilles allemandes de Carthage. Le timbre avait été précédemment mis en relation avec la série FVL·PHIL, puisque ces estampilles sont également attestées sur Pascual 1 (voir ci-dessus), mais il s’agit, selon nous, d’une interprétation erronée. Dans le timbre FVL·PHIL, le texte du cognomen PHIL est réduit à un monogramme, toutes les lettres étant ligaturées entre elles. Or, dans le timbre dont il est ici question, les dernières lettres IL sont séparées des autres, sans ligatures entre elles. Dans le dessin de la pièce, la fin du timbre est imprimée à l’extrémité du bord de l’amphore, ce qui laisse suffisamment d’espace à gauche pour accueillir une inscription plus longue. L’ensemble de ces observations concorde avec la série épigraphique bien connue de Iulius Theophilus attestée sur amphore Pascual 1104, autour du changement d’ère et contemporain du timbre TIBISI (cf. nº 38) sur Pascual 1 également, découvert à Carthage par les mêmes fouilleurs allemands. Les timbres de Theophilus sont principalement attestés sur Pascual 1, mais également sur les premières imitations de Dressel 3A. Le centre de la production est situé entre les villes côtières de Canet de Mar et de Calella de la région du Maresme105.

  • 106 Pascual 1991, nº 219, 4; Freed 1998, p. 352, fig. 3, 18.
  • 107 Pascual 1977, p. 59.
  • 108 Pascual 1977, p. 56 et 58.

4318. SLL106. Timbrée à deux reprises, cette estampille est originaire du Vallès Oriental, comme le timbre PTE (cf. nº 25). Sur l’atelier de Can Cabot (Santa Eulàlia de Ronçana), plusieurs exemplaires ont été recueillis au sein d’un dépotoir d’amphores situé à proximité de deux fours bien conservés107. Il est également documenté dans les environs de la ville de Caldes de Montbui, et tout particulièrement sur le site de Sant Miquel dels Martres ou Baduell avec sept exemplaires108. Les pivots dessinés par Pascual sont de taille courte à moyenne, ce qui nous permet de rattacher la série aux amphores de type Dressel 3B.

  • 109 Freed 1998, p. 352, fig. 3, 11.
  • 110 Pascual 1977, nº 84.
  • 111 Ribas 1934.
  • 112 Pascual 1977, nº 64.
  • 113 Pascual 1977, nº 64a, fig. 13, 2 et 8.

4419. CLV109. Imprimé, selon Freed, sur le pivot allongé d’une Dressel 2. Cependant, la série CLV est bien connue sur Dressel 3 en Catalogne. Concernant l’origine de ce timbre, nous disposons du dépotoir des fours de Torre Llauder (Mataró) daté du début du règne de Tibère (6 exemplaires)110, et d’un autre dépotoir près du four de Punta del Morrell (Sant Andreu de Llavaneres) avec deux douzaines d’amphores estampillées, ainsi que quelques tegulae111. Deux exemplaires avec ce graphisme caractéristique ont été découverts à Badalona, l’un d’eux sur un pivot présentant des signes de surcuisson112. La variante rétrograde CLV avec cartouche circulaire a également été trouvée à Badalona, sur une amphore complète Dressel 3B, indice qui pourrait servir de référence pour déterminer le type de l’amphore de Carthage113.

  • 114 Delattre 1885, p. 58-59, nº 18 ; 1907, nos 18-19 ; Pascual 1991, nº 140.1 ; Freed 1998, p. 351-352 (...)
  • 115 Delattre 1884.

4520. L·M·N· et LMNO114. Ces deux timbres semblent correspondre aux variantes plus ou moins développées d’une même série, renvoyant au nom d’un même individu libre L. M( ) No( ). Les deux poinçons sont circulaires. La variante L·M·N· avec les lettres disposées en cercle, séparées par des points présente un sens de lecture antihoraire, ainsi la variante LMNO, avec des lettres également disposées en cercle, sans points et se lisant dans le sens des aiguilles d’une montre. Selon Freed, ces estampilles sont apposées sur des pivots allongés d’amphores Dressel 2. Dans le catalogue épigraphique des vases grecs et romains de Delattre115, incluant les trouvailles de Carthage réalisées entre 1888 et 1890, soit, avant la découverte du second mur, le même timbre circulaire LMNO est mentionné sur le pivot d’une amphore à pâte rouge et dégraissants de quartz, ce qui permettrait de situer l’origine de production en Léétanie orientale.

  • 116 Delattre 1907, no 20.
  • 117 Burjachs et alii 1987.
  • 118 Járrega, Berni 2015.

4621. LMO + SELE116. Les deux marques associées appartiennent à la dernière phase de fonctionnement de l’atelier de potiers de la rue Guillem de Palafolls, fouillé entre 1981 et 1983 dans le centre historique de Malgrat de Mar117. Nous avons publié récemment une étude préliminaire du matériel amphorique et épigraphique de cette fouille, où nous avons pu distinguer jusqu’à trois phases de fonctionnement pour cette figlina118. L’amphore timbrée de Carthage est une Dressel 2D correspondant à la dernière phase de production de Malgrat, période à laquelle le timbrage était monopolisé par un certain citoyen L. M( ) O( ), auquel étaient associés quatre individus de condition servile : Alp(inus), Ame(thystus), Prim(us, -ulus) et notre Sele(ucus). Enfin, on peut s’interroger sur l’existence d’un lien entre les séries LMO et LMN / LMNO (voir ci-dessus).

  • 119 Freed 1998, p. 351, fig. 2, 3.
  • 120 Contino et alii 2013, fig. 4, inv. 49.

4722. MAR119. Le timbre présente un cartouche quadrangulaire et les deux premières lettres sont ligaturées. Son graphisme est différent du timbre MAR, aux trois lettres liées dans un cartouche circulaire, publié par Delattre (cf. nº 31). Selon Freed, l’estampille est apposée sur une forme relativement précoce de Dressel 3. La zone de production léétanienne et la forme précise de l’amphore nous sont données par une découverte récente à Rome120, où le timbre est imprimé sur un pivot court à moyen, de couleur rouge-marron, soit, une Dressel 3B évoluée produite en Léétanie orientale. L’exemplaire de Rome est associé à un autre timbre ILVR ? dont les deux dernières lettres sont mal imprimées qui pourrait, si notre lecture est juste, cacher un cognomen dérivé du toponyme antique de la ville romaine de Mataró : Iluro (El Maresme, Léétanie Orientale).

  • 121 Delattre 1907, nº 25; Freed 1998 p. 351, fig. 2, 9.
  • 122 Pascual 1977, nº 132 = Pascual 1991, nº 137; Pera 1983, López Mullor, Batista, Zucchitello 1987, p (...)
  • 123 Liou 1993, fig. 2.

4823. MAX121. Timbre provenant de l’atelier de El Roser ou El Mujal (Calella de Mar, Maresme) et peut-être également d’un atelier du village voisin de Canet de Mar122. Il est connu sur Dressel 2 et associé à Port-La-Nautique (Narbonne)123 à un titulus pictus au nom de « Sabini ».

  • 124 Delattre 1907, nº 28; Freed 1998, p. 351-352, fig. 2, 6.
  • 125 Pascual 1977 nos 65 et 95 ; Miró 1988, nº 88-90.
  • 126 Pascual 1991, nº 181, 2, lám. XX nº 405.
  • 127 Marty, Zaaraoui 2009, p. 409, fig. 13, 1.
  • 128 Corsi-Sciallano, Liou 1985, p. 112.

4924. NP, NP + PR ?124. Le timbre NP est imprimé en creux, sans cartouche, et les lettres sont ligaturées entre elles. L’exemplaire publié par Freed semble être associé à un graffite ante cocturam de lecture difficile (nº 24b). Celui de Delattre (nº 24a) est associé à une autre estampille, en relief et avec cartouche, l’orientation des lettres RP vers l’intérieur complique le sens de lecture. Compte tenu de l’origine du timbre NP, provenant de la uilla et centre de production d’amphores de Torre Llauder (Mataró)125, cet autre timbre pourrait correspondre à la variante rétrograde de la série PR attestée sur ce même atelier126. En France, le parallèle PN découvert sur une amphore complète Dressel 2C à Estagnon (Fos-Sur-Mer), confirme la typologie proposée par Freed127. Sa présence sur l’épave de l’Île-Rousse128 lui confère une chronologie du milieu du ier s. ap. J.-C., soit, contemporaine aux séries AMANDI (cf. no 2) et PTE (cf. no 25) de Carthage.

  • 129 Delattre 1907, nos 32-33; Freed 1998, p. 351-352, fig. 1, 2-3 ­et 3, 5, 7.
  • 130 Corsi-Sciallano, Liou 1985, p. 108 et 125.
  • 131 Revilla 1995, nº 24.

5025. PLTE, PTE129. Il s’agit de la série épigraphique la mieux représentée à Carthage, avec un total de huit exemplaires dans la collection du musée, sept portant le texte PL·TE (PL ligaturés) et le huitième PTE. Deux exemplaires PL·TE sont associés à des tituli picti de Lauro dans le catalogue de Delattre (cf. nos 41 et 42). Deux amphores entières dessinées par Freed correspondent à notre variante Dressel 2C-D, au pivot allongé, mais ne présentent pas encore la pointe moulurée. Le même constat a été réalisé avec les amphores où sont apposés les sept exemplaires P·TE de l’épave de Cavallo 1, et un autre exemple provenant de l’épave de l’Île-Rousse130, toutes deux datées du milieu du ier s. ap. J.-C. Quant à son lieu de production, Pascual mentionne cinq timbres PTE conservés au musée de Caldes de Montbui (Vallès Oriental) correspondant à différents poinçons, mais l’atelier n’a pour l’instant pas été localisé dans le village ni dans ses alentours (Pascual l977, no 36 et fig. 9, 10-14). Revilla quant à lui propose le centre de production de Can Manolo (Caldes de Montbui)131.

2.3 Timbres d’origine indéterminée (fig. 7)

Fig. 7 : Timbres de Léétanie d’origine indéterminée (sans échelle)

Fig. 7 : Timbres de Léétanie d’origine indéterminée (sans échelle)

(d’après MARTIN-KILCHER nº 34 ; DELATTRE nos 28 et 31 ; FREED nos 26-27b, 29-30, 32-33 et 35)

  • 132 Freed 1998, p. 352, fig. 3,12.

5126. AL ?132. Timbre circulaire de lecture douteuse, comprenant plusieurs tracés correspondant à une ou deux lettres de lecture difficile, peut-être N ou AL. Il est conservé sur le pivot court à moyen d’une Dressel 3B.

  • 133 Delattre 1907, nº 26; Freed 1998, p. 351-352, fig. 2, 5 et 3, 2-3.
  • 134 Contino et alii 2013, fig 7.

5227. AP133. Il apparaît sur trois pivots longs de Dressel 2C-D. Deux d’entre eux sont timbrés deux et trois fois sur le pivot, et le troisième exemplaire est associé à un graffite ante cocturam P. Il pourrait s’agir d’une autre variante du timbre à lecture rétrograde AP, dont un exemplaire, découvert au Nuovo Mercato Testaccio à Rome, est également accompagné du graffite P134.

  • 135 Delattre 1907, nº 21.
  • 136 Pascual 1991, nº 37, 2, lám. IV, 89.
  • 137 Corsi-Sciallano, Liou 1985, p. 54, fig. 40.

5328. BL ?135. Dans un cartouche horizontal aux extrémités arrondies sur pivot, les lettres BL sont ligaturées par la base avec une ligne horizontale prolongée, dont la signification nous échappe. Ce graphisme particulier est inconnu en Tarraconaise ; ceux qui s’en rapprochent le plus sont BL de Torre Llauder (Mataró) imprimé sur le pivot d’une amphore indéterminée136 et BAL de l’épave julio-claudienne du Grand Rouveau, présentant une cargaison de Dressel 2137. Ce parallèle amène à s’interroger sur la signification de l’étrange ligne horizontale de notre timbre. Celle-ci pourrait être une solution épigraphique pour une liaison BAL.

  • 138 Freed 1998, p. 352, fig. 3, 15.

5429. EVD ?138. Sur pivot allongé de Dressel 2. La lecture CME ? suggérée par Freed est douteuse et on ne connaît aucun parallèle avec ces caractéristiques graphiques. Voir toutefois l’exemplaire EVD (rétro) + SEC de Rome sur le pivot long d’une probable Dressel 2 dans CIL XV, 3523 (« in pede acuminato amphorae »).

  • 139 Freed 1998, p. 351, fig. 3, 1.

5530. MAN ?139. Timbre rétrograde apposé sur l’épaulement d’une amphore fragmentaire présentant un bord à profil triangulaire. La position singulière de l’estampille est un détail à prendre en considération, puisque cet emplacement atypique est attesté pour les productions de Dressel 2 de l’ager Tarraconensis. Faute de description de la pâte dans la publication de Freed, le doute subsiste quant à son origine léétanienne.

  • 140 Delattre 1907, nº 17.

5631. MAR140. Les trois lettres sont ligaturées entre elles, au sein d’un cartouche circulaire. La forme du timbre est différente de l’autre estampille MAR, au cartouche quadrangulaire, publiée par Freed sur Dressel 2B (voir nº 22). En l’absence de parallèle avec cette variante, on ne peut pour l’instant affirmer que ces deux timbres proviennent du même atelier ou s’ils appartiennent à des séries différentes, d’autant qu’il existe une autre série MAR à Can Pedrerol sur pivot (Baix Llobregat).

  • 141 Freed 1998, p. 352 et 353, fig. 3, 4.

5732. PL141. Sur amphore Dressel 3A, visiblement précoce, en raison du caractère bifide de ses anses. Aucun parallèle n’est connu pour ce timbre au cartouche circulaire.

  • 142 Pascual 1991, nº 178, 1, lám. XX, nº 400; Freed 1998, p. 352, fig. 3, 20.

5833. P·ILA ?142. Apposé, selon Freed, sur le fond d’une amphore Dressel 3 à pivot court et panse ovoïde, morphologiquement proche de l’amphore de Carthage présentant l’association de timbres CLAS + OPT (voir nº 7).

  • 143 Martin-Kilcher 1998, p. 513, fig. 5, 4.

5934. S·E143. Timbre rétrograde, dans un cartouche circulaire, présentant un point de séparation entre les deux lettres, au centre du cercle. Il est imprimé sur le départ du pivot d’une amphore Dressel 2C-D presque entière. Cette pièce, issue des fouilles allemandes, a été mise au jour dans un contexte julio-claudien où la présence d’amphores de Tarraconaise est notable. Nous ne connaissons aucun autre parallèle.

  • 144 Freed 1998, p. 352, fig. 3, 19.

6035. CTHEO ?144. Aucun parallèle qui permette de préciser la lecture de ce timbre de Carthage. Selon Freed, il est apposé sur le pivot long d’une Dressel 2.

2.4 Timbres de l’ager de tarraco et des terres de l’Ebre (fig. 8)

Fig. 8 : Timbres de l’ager occidental de Tarraco et des terres de l’Ebre (sans échelle)

Fig. 8 : Timbres de l’ager occidental de Tarraco et des terres de l’Ebre (sans échelle)
  • 145 Delattre 1907, nº 16 ; Freed 1998, p. 351 et 353, fig. 2, 1.
  • 146 Berni 2010, p. 158-159 et nº 137.

6136. LCM + P145. Ces timbres sont tous deux apposés sur le col d’une Dressel 2, au bord triangulaire et à pâte crème et proviennent de l’atelier de Mas de Gomandí (Riudoms, Tarragone)146, où ils répondent aux mêmes critères.

  • 147 Delattre 1907, nº 24 ; Freed 1998, p. 351 et 353, fig. 1, 1 et 2, 2.
  • 148 Berni 2010, p. 158 et nº 148.

6237. IR147. Estampillé à trois reprises sur l’épaulement d’une amphore Dressel 2 complète, à pâte jaune pâle. L’exemplaire de La Buada / l’Espluga Pobra (Reus, Baix Camp)148 est imprimé au même emplacement. L’amphore de Carthage avait conservé une partie des tituli picti, indiquant un vin de quatre ans d’âge (cf. no 51).

  • 149 Martin-Kilcher 1993, p. 281, Abb. 5, 9 et 13, 9.
  • 150 Tchernia 1976 ; Nolla, Padró, Sanmartí 1980 ; Revilla 1986.

6338. TIBISI149. Sur le bord de l’amphore Pascual 1 découverte lors de fouilles archéologiques allemandes. Le timbre TIBISI provient de l’atelier de la Aumedina, situé sur la commune de Tivissa (Ribera d’Ebre). Cette estampille est attestée sur amphores Pascual 1, Dressel 7-11 et Dressel 3 à anses bifides. Elle présente une longue durée d’utilisation qui semble avoir commencé vers le changement d’ère, moment à partir duquel elle prend le relais du timbre SEX-DOMITI daté du milieu de l’époque augustéenne, sur amphore Oberaden 74150.

Tabl. 2 : Timbres sur Dressel 3 léétaniennes

Tabl. 2 : Timbres sur Dressel 3 léétaniennes

Tabl. 3 : Timbres sur Dressel 2 léétaniennes

Tabl. 3 : Timbres sur Dressel 2 léétaniennes

Tabl. 4 : Timbres sur Dressel 2 de l’ager Tarraconensis

Tabl. 4 : Timbres sur Dressel 2 de l’ager Tarraconensis

3. Les inscriptions peintes (tituli picti)

  • 151 Delattre 1907.
  • 152 Tchernia, Zevi 1972, p. 64-65.

64L’article de Delattre151, relatif au second mur d’amphores de Carthage, livre une documentation épigraphique de grande valeur et constitue un tribut majeur à notre étude par la richesse de ses données épigraphiques qui vont être exposées et analysées dans cette partie de l’étude. La plupart des timbres et des inscriptions peintes du catalogue ont été livrés par les amphores vinaires de Léétanie d’époque julio-claudienne. Il a déjà été question des timbres, aussi nous abordons à présent les tituli picti qui apportent des nouveautés importantes susceptibles de faire avancer les recherches à venir, puisque jusqu’à présent ces documents épigraphiques n’avaient que très peu attiré l’attention des chercheurs. Seuls André Tchernia et Fausto Zevi avaient procédé au croisement de ces deux types de documents épigraphiques dans le cadre de l’étude des amphores vinaires de Tarraconaise à Ostie152, ce qui leur a permis de renforcer leur hypothèse de l’origine hispanique du vin Lauronense contenu dans ces amphores « Dressel 2-4 ». Mais la nature des vins conditionnés dans les Dressel 3-2 va bien au-delà de la célèbre « appellation d’origine » de Lauro de Pline l’Ancien (nat. XIV, 71). Aujourd’hui, grâce à l’identification précise des timbres et à leur croisement avec les tituli picti de Delattre, nous disposons de nouvelles sources écrites pour la connaissance des vins de Léétanie et du territoire de Tarraco qui étaient restées incomprises pendant de longues années, faute de leur avoir accordé l’attention qu’elles méritaient. Les nouveautés apportées dans cette partie de l’étude devraient contribuer à mieux comprendre le système d’étiquetage relatif au conditionnement des vins romains, produits le long de la côte méridionale et centrale de la Catalogne.

  • 153 Dressel 1879, p. 61.

65Avant d’entrer dans l’analyse des inscriptions peintes, nous voudrions insister sur deux détails importants pour la contextualisation et le traitement de l’information épigraphique. Tout d’abord, plusieurs groupes d’étiquettes se retrouvent sur de nombreuses amphores, soit superposés les uns aux autres, soit placés séparément sur les faces opposées du récipient. Ces étiquettes sont écrites à l’aide de pinceaux avec des couleurs différentes, noire (atramentum), ou rouge (rubrum), et correspondent à des stades spécifiques de la vie de l’amphore (fig. 9). Dressel avait déjà mis en garde contre cette particularité, en étudiant le matériel amphorique du Castro Pretorio. Il était parvenu à déceler, sur des conteneurs de vins hispaniques arrivés à Rome et à Pompéi, des écritures distinctes, inscrites par des personnes différentes à des moments successifs153. Il convient donc de se demander quelle pouvait être la valeur économique des étiquettes non officielles, celles réalisées dans un deuxième ou troisième temps, généralement tracées avec des pinceaux plus épais et à l’encre rouge (rubrum), alors que la première était inscrite à l’encre noire (atramentum). Plutôt que de correspondre à une réutilisation des amphores, il s’agit probablement d’annotations relatives à leur stockage dans les entrepôts par le destinataire final de ces marchandises. On ne peut toutefois exclure d’autres explications, comme le fait – et l’effet – de redistribuer les produits depuis un port principal vers un autre, ce qui a certainement été le cas d’Ostie qui entretenait des relations commerciales importantes avec l’Hispanie et l’Afrique du Nord.

  • 154 Dressel 1879, p. 194-195.
  • 155 Tchernia 1986, p. 201-209.

66Nous suggérons ensuite de faire preuve de prudence à l’heure d’utiliser les amphores vinaires comme outil de datation des contextes archéologiques. A Carthage, les datations consulaires inscrites sur les amphores vinaires ont été jusqu’à présent le principal indicateur pour fixer le moment de la formation des deux murs d’amphores. La date consulaire donne généralement l’année de la mise en amphore du vin, mais comme Dressel154 l’a déjà écrit et démontré dans son étude sur le dépôt amphorique du Castro Pretorio, ces datations peuvent s’avérer trompeuses en raison du laps de temps variable entre l’achat et la consommation du produit. Des années, voire des générations, peuvent s’être écoulées entre ces deux moments, surtout pour les vins de qualité supérieure155.

  • 156 Delattre 1907, nº 6.

67Les deux seules dates consulaires livrées par Delattre en 1907 indiquent un horizon chronologique du début du deuxième quart du ier s. ap. J.-C. Celle de 27 ap. J.-C. vient d’une amphore indéterminée, où l’inscription avait été lue « Sallustio et Liu(io) co[s] »156et doit à présent être corrigée. En effet, si l’on prête attention au ductus, on peut réinterpréter les trois premières lettres du second consul de la manière suivante : « Sallustio et Len(tulo) co[s] », ce qui nous donne les deux consuls suffects ayant exercé la magistrature entre les mois de juillet et de décembre de cette année-là. La forme amphorique léétanienne correspondant à cette période est encore la Dressel 3, mais sous sa forme la plus évoluée, déjà proche de la première Dressel 2, avec un pivot moyennement haut et une panse plus étroite (fig. 1).

  • 157 Delattre 1907, nº 7.

68En ce qui concerne la Dressel 3, il convient de rappeler que nous avons dans notre catalogue deux timbres (AD et MAR) qui peuvent être attribués sans risque au second mur (voir nos3 et 22). L’autre datation consulaire est inscrite sur une Dressel 2 provenant de la région de Barcino, comme l’indique son estampille LLC (fig. 11, 44). Cette datation est difficile à préciser, puisque sur le titulus, seul le nom du second consul est conservé « [---] Sulla cos »157 et qu’il existe trois consulats avec ce cognomen : les deux exercés par Faustus Cornelius Sulla (en 31 et 52 ap. J.-C.), et celui de L. Cornelius Sulla Felix (en 33 ap. J.-C.). Le fait que Sulla apparaisse derrière le nom du futur empereur Galba, dans la titulature officielle des datations consulaires donne plus de crédibilité à l’année 33 ap. J.-C., ce qui coïnciderait avec l’autre inscription dont il a été question, datée de 27 ap. J.-C.

  • 158 Járrega, Berni 2014.

69Comme cela a déjà été mentionné, dans le second mur, la forme Dressel 2 est la mieux représentée des amphores de Tarraconaise avec un timbre provenant assurément de Léétanie occidentale (LLC) et une majorité provenant de Léétanie orientale (LMN, LMNO, LMO + SELE, MAX, NP, NP + PR ?, PTE), auxquels s’ajoutent quelques exemples du territoire de Tarraco (LCM + P, IR) (voir nos2, 9, 20, 21, 23, 24, 25). Ces productions sont dans leur majorité arrivées à Carthage après les deux dates consulaires susmentionnées, l’indicateur le plus fiable étant probablement, le couple de timbres LMO + SELE (cf. nº 21) imprimés sur une amphore Dressel 2B provenant de l’atelier de Malgrat de Mar158, permettant de déplacer la fourchette chronologique de la formation du second mur au troisième quart du ier s. ap. J.-C.

3.1 Le vin de Lauro (Léétanie orientale) (fig. 9 et 10)

Fig. 9 : Tituli picti nos 39 et 40 (sans échelle)

Fig. 9 : Tituli picti nos 39 et 40 (sans échelle)

(d’après DELATTRE 1907, nos 1 et 2)

Fig. 10 : Tituli picti nos 41-43 (sans échelle)

Fig. 10 : Tituli picti nos 41-43 (sans échelle)

(d’après DELATTRE 1907, nos 32-34)

  • 159 Delattre 1907, nº 1.

7039. Laur(onense) [III]I (annorum) / [-] I?( ) L( )159. Trois groupes d’inscriptions ont été conservés. Tout d’abord, le titulus officiel en atramentum dont la première partie est relative à l’origine du vin Lauronense, suivie d’une unité correspondant à l’âge du vin et sur la deuxième ligne, les deux dernières initiales I ?( ) L( ) des tria nomina se référant probablement au propriétaire ou au producteur (cf. nº 42). La titulature du deuxième groupe est presque illisible en raison de la pâleur de l’encre : [-] M( ) R( ) / [---]II. L’inscription du troisième groupe est écrite en rubrum et se superpose aux deux précédentes : Iul(i) Alc( ) / L( ) S( ) F( ) + ? IIII. Le chiffre IIII permettrait de compléter l’âge du vin, lacunaire dans l’inscription officielle, de sorte que nous aurions un vin vieux de Lauro, transvasé dans l’amphore après quatre ans de garde en dolium (annorum quattuor ou quadrimum). À côté figurent les initiales I( ) ou L( ). Cette amphore et la suivante (nº 40) ont appartenu à un même lot, puisqu’elles partagent la titulature du troisième groupe.

  • 160 Delattre 1907, nº 2.

7140. Laur(onense) [------]160. De la titulature officielle, seule est conservée l’origine Lauronense du vin. À cette dernière se superpose une autre inscription, aux lettres de plus grande taille, tracées au rubrum, identique à celle du troisième groupe de l’amphore précédente (no 39) : Iul(i) Alc( ) / L( ) S( ) F( ) + ? IIII. Ce qui fait donc une référence écrite supplémentaire au type « uinum uetus quattuor annorum Laur(onense) ».

  • 161 Delattre 1907, nº 33.

7241. Laur(onense) / IIII (annorum) / L. H( ) [-]161. La formule complète de la titulature officielle est conservée sur l’épaulement de l’amphore. L’initiale du cognomen de l’éventuel producteur ou propriétaire du vin a disparu. Après quatre années de vieillissement, ce vin de Lauro a été transvasé dans une amphore provenant de l’atelier Can Manolo à Caldes de Montbui, comme l’indique le timbre PLTE apposé sur son pivot (voir no 25), accompagné d’un graffite ante cocturam C.

  • 162 Delattre 1907, nº 34.

7342. Laur(onense) / IIII (annorum) / L. I( ) L( ) / Por( )162. La formule est entièrement conservée, avec une répartition des éléments comparable au numéro précédent. Seul change le nom du personnage : L. I( ) L( ), qui pourrait correspondre au même individu que celui mentionné dans l’inscription endommagée nº 39. Un quatrième élément est inscrit transversalement, à côté de l’une des deux anses de l’amphore, lu Pom( ) par Delattre, et que nous suggérons de corriger par Por( ).

  • 163 Delattre 1907, nº 32.

7443. La[ur](onense) [--- ?] / T [-] S163. L’appellation d’origine Lauronense est écrite avec des lettres espacées et dans une calligraphie différente des exemplaires précédents. L’initiale du nomen du personnage mentionné à la deuxième ligne, T. [-] S( ), n’est pas conservée. On retrouve à nouveau le timbre PLTE de l’atelier de Can Manolo (voir nº 41), mais cette fois-ci associé à un autre graffite ante cocturam faisant apparaître le nom unique abrégé Ar( ).

3.2 Les vins de la Léétanie occidentale (fig. 11 et 12)

Fig. 11 : Tituli picti nos 44-46 (sans échelle)

Fig. 11 : Tituli picti nos 44-46 (sans échelle)

(d’après DELATTRE 1907, nos 7 et 12-13)

Fig. 12 : Tituli picti nos 47-49 (sans échelle)

Fig. 12 : Tituli picti nos 47-49 (sans échelle)

(d’après DELATTRE 1907, nos 9-11)

  • 164 Delattre 1907, nº 7.

7544. [---] Sulla cos / vet +vf / +++ / ++[-]++[--]++164. Titulus consulaire inscrit sur la panse et associée au timbre LCC apposé sur le pivot de l’amphore (cf. nº 9). Il a déjà été question plus haut des tituli picti et du problème de la fixation de la date absolue, en l’absence du nom de l’un des deux consuls, et nous avons suggéré le consulat de 33 ap. J.-C., correspondant à la magistrature de Galba et Sulla. Il n’est pas possible de déterminer, à partir des seules informations données par Delattre, s’il s’agit de l’inscription officielle ou d’une inscription ultérieure.

  • 165 Delattre 1907, nº 13, lue C.Iulii Teati.

7645. IIII (annorum) / C. Iuli Terti165. Inscrite sur la partie supérieure d’une amphore qui a pu être rattachée au type Dressel 2, en raison de la présence du timbre LLC rétrograde (cf. nº 9). L’autre variante du timbre LCC, non rétrograde, a été découverte associée à une datation absolue (voir ci-dessus nº 44) qui peut servir en principe de référence pour dater les éléments de cette autre inscription au début de la seconde moitié du règne de Tibère. Signalons l’erreur de lecture du cognomen par Delattre, lu Teati au lieu de Terti. Le personnage C. Iulius Tertius apparaît à nouveau dans l’inscription suivante.

  • 166 Delattre 1907, nº 12, lue C. Iulii Teati.

7746. IIII (annorum) / C. Iuli Terti166. L’inscription de cette amphore présente un contenu similaire à la précédente (voir ci-dessus nº 45), bien que la paléographie soit différente. On peut donc lui attribuer les mêmes caractéristiques de type et de chronologie, pour avoir appartenu au même lot d’amphores.

  • 167 Delattre 1907, nº 10.
  • 168 Dressel 1879, p. 86 nº 58, tav. IX-X, nº 26.

7847. u(inum) (uetus) IIII (annorum) / C. Iul(i) R?[---]167. Inscription écrite sur la partie supérieure d’une autre Dressel 2 provenant très probablement de la région de Barcino. Elle livre le nom d’un nouveau membre de la gens Iulia ; malheureusement, seule la première lettre du nom est conservée, peut-être un R ou même un A[---]. La lettre V à la forme onciale qui ouvre l’inscription pourrait être comprise comme l’indication de uinum. Un parallèle est attesté à Rome avec un style de lettrage similaire, bien que le ductus soit inversé, sur une autre amphore Dressel 3 du Baix Llobregat associée au timbre PLOC, étudiée par Dressel168 au Castro Pretorio (fig. 12). Dans l’inscription de Dressel, peinte en noir, l’indication de l’âge du vin fait défaut, entre la lettre onciale et le nom du personnage [-] Aelius Ruber au génitif.

  • 169 Delattre 1907, nº 9.

7948. IIII (annorum) / C. Iuli Vitalis169. Ce titulus est inscrit sur une probable Dressel 2 de la région de Barcino. Comme l’indique Delattre, le cognomen original a été effacé et corrigé par Vitalis, ce qui correspond selon toute vraisemblance à une erreur du scribe. La lettre seule qui présente l’apparence d’un A, ou peut-être d’un R, devait correspondre à l’initiale du surnom erroné, auquel cas, elle pourrait faire référence au C. Iulius R ?[---] cité dans l’inscription précédente.

  • 170 Delattre 1907, nº 11.

8049. IIII (annorum) / C. Iuli Fal+[---]170. Inscrit sur la partie haute de l’amphore, ce titulus livre le nom d’un quatrième membre de la gens Iulia, de cognomen incertain, Fal[---], ou peut-être Fala[---] pour Faladus, Falacer ou Falacrius. Les tria nomina étaient séparés par deux points de séparation, dont seul le premier est conservé, après la lettre pronominale C stylisée, formée par deux longs traits obliques, se croisant à angle aigu.

  • 171 Delattre 1907, nº 3.
  • 172 Dressel 1879, p. 62.

8150a-b. [---]ati ?/ [---]+si171. (50a) De l’inscription originelle, il ne reste que trois dernières lettres de chacune des deux lignes. À cette dernière se surimpose le nom Prob(i) en lettres majuscules blanches. Le nom PROBI, avec le texte complet écrit en blanc, apparaît également superposé à une autre inscription primaire (50b), où l’on peut lire un C inversé, sextarius ad uinum ?172, précédant un éventuel chiffre III. L’amphore sur laquelle est inscrit le premier titulus a pu être attribuée à une Dressel 3 de la région de Barcino, en raison de la présence du timbre AD (cf. no 3).

3.3 Les vins de l’ager occidental de Tarraco

  • 173 Delattre 1907, nº 24.

8251. (uinum) uet(us) a(nnorum) / IIII / [---]a++173. Il s’agit de la seule inscription peinte que nous connaissons à ce jour pour les productions du territoire de Tarraco. Elle est placée sur la partie supérieure d’une amphore Dressel 2, près du timbre IR estampillé à trois reprises, au même endroit (voir ci-dessus, no 37). Comme mentionné précédemment, l’amphore provient de l’atelier de La Buada / l’Espluga Pobra (Reus, Baix Camp) (fig. 13).

Fig. 13 : Titulus pictus nº 51 et timbres IR n° 37 (sans échelle) (Delattre 1907 : nos 9-11) accompagnés de leur amphore Dressel 2 de l’ager occidental de Tarraco (Freed 1996 : 142 fig. 6)

Fig. 13 : Titulus pictus nº 51 et timbres IR n° 37 (sans échelle) (Delattre 1907 : nos 9-11) accompagnés de leur amphore Dressel 2 de l’ager occidental de Tarraco (Freed 1996 : 142 fig. 6)

Tabl. 5 : Inscriptions peintes relatives au vin de Lauro de Léétanie Orientale

Tabl. 5 : Inscriptions peintes relatives au vin de Lauro de Léétanie Orientale

Tabl. 6 : Inscriptions peintes sur d’autres amphores de Léétanie Orientale

Tabl. 6 : Inscriptions peintes sur d’autres amphores de Léétanie Orientale

Tabl. 7 : Inscriptions peintes sur amphores de Léétanie Occidentale

Tabl. 7 : Inscriptions peintes sur amphores de Léétanie Occidentale

4. Économie des vins de Léétanie et de Tarraco à travers les données de Carthage

83L’établissement, la classification et l’analyse des données relatives aux amphores de Tarraconaise découvertes à Carthage permettent à présent d’établir une périodisation historique des importations de vin de cette région de l’Hispanie dans cette colonie nord-africaine.

  • 174 Martin-Kilcher 1998, p. 512-513.

84Sans que l’on puisse préciser davantage les premières importantions de vin de Tarraconaise à Carthage, on a déjà indiqué que la Pascual 1 apparaît au cours de la phase I (40/20 av. J.-C. -20/30 ap. J.-C.) avec la Dressel 2-4 et l’Oberaden 74174. Les Pascual 1 continuent d’être importées pendant la deuxième période (30-70 ap. J.-C.) tout en devenant rares et résiduelles, et à leur côté se joignent avec force les Dressel 3, en particulier celles provenant de la Léétanie occidentale (fig. 3). Parmi ces dernières dominent plus précisément les amphores produites dans le consortium potier du Baix Llobregat : A, AD, APTI + OPT, CELS, CLAS + OPT, IV, RACI (6 ex.), S, SAB, T, QVA), distribuées par voie maritime en même temps que celles du Vallès Occidental : CE (Can Feu). Les productions de la partie orientale de la Léétanie atteignent également Carthage, mais apparemment en moindres quantités pour cette période. Elles sont documentées pour le Vallès Oriental : QVG ?, MAR, SLL (Can Cabot) et le Maresme : CLV (Punta del Morrell). Les timbres sur Dressel 3 d’origine inconnue sont les suivants : AL ?, P.ILA ? et PL.

85La troisième et dernière période des importations de vin de Tarraconaise (vers 30 ap. J.-C. - début de la période flavienne) est monopolisée par la Dressel 2 à la panse fuselée. On remarque, à en croire l’origine de la plupart des estampilles découvertes, que le principal foyer d’exportation semble s’être déplacé en Léétanie orientale, que ce soit sur le littoral maritime ou dans l’intérieur du Vallès Oriental : PTE (8 ex.) de Caldes de Montbui ; NP et NPM + PR de Mataró ; MAX de Calella / Canet de Mar ; LMO + SELE de Malgrat de Mar ; et LMN, LMNO (2 ex.) dont le site de production est pour l’instant inconnu. Les timbres identifiés pour la partie occidentale sont plus rares et trouvent leur origine entre Barcino et les uillae romaines de l’intérieur du Vallès Occidental : AMANDI et LLC (2 ex.). Nous ne disposons cependant d’aucune information permettant de localiser les ateliers d’origine des timbres AP (3 ex.), CME ?, CTHEO ? et SE.

86Par ailleurs, les exportations vinaires de l’ager Tarraconensis n’apparaissent que lors de cette dernière phase avec les Dressel 2, comptabilisant un certain retard : LCM + P (Mas de Gomandí), IR (La Buada / l’Espluga). La plupart des tituli picti du second mur, publiés par Delattre, appartenaient à des récipients fusiformes Dressel 2 de cette période, et ceux relatifs au vin Lauronense de Layétanie Orientale sont de loin les plus fréquents et les plus significatifs (tabl. 5 et 6 : 15+4 ex.). Les tituli picti se référant aux vins de Léétanie Occidentale ne sont pas en reste, et forment un ensemble d’inscriptions particulièrement intéressant duquel se détache un groupe constitué de plusieurs membres de la gens Iulia (tabl. 7 : 11 ex.), qui sera analysé ci-après.

  • 175 IRC IV, 6 ; Berni et alii 2005 ; Rodà 2014.
  • 176 Berni, Miró 2013, p. 75-76 et 81-83.

87Le recoupement des timbres avec les inscriptions peintes a permis de mettre en évidence de nouveaux liens socio-économiques dans le secteur du vin, notamment avec les familles aristocratiques enracinées dans la colonie de Barcino depuis l’époque de sa fondation. Les deux timbres LLC, mis au jour dans le deuxième mur d’amphores de Carthage, et les exemplaires analogues connus en Catalogne sur des fonds de Dressel 2 (voir no 9, fig. 5) constituent le point de départ de la réflexion. Nous avons proposé de les rattacher à la zone de production de Léétanie occidentale et peut-être plus précisément dans le territoire de Barcino. S’il venait à être confirmé que LLC est la variante trilittérale de l’estampille sur dolium L·LIC·CHRES de Castellarnau et de Can Feu, nous pourrions placer le centre de production dans le Vallès Occidental. Si tel était le cas, derrière l’acronyme LLC, nous aurions affaire à un affranchi des Licinii175, une famille patricienne de l’élite fondatrice de la colonie, produisant des amphores vinaires au cours du second quart du ier s. ap. J.-C., c’est-à-dire au moment de l’apogée économique du commerce du vin léétanien176, comme cela a été démontré aussi avec le matériel de Carthage. Cette famille est également impliquée dans la production d’amphores du Baix Llobregat, depuis la fin de la période augustéenne.

  • 177 Berni, Carreras 2013, p. 156.
  • 178 Simón Cornago 2018.
  • 179 Corsi-Sciallano, Liou 1985, p. 85 nº 60 et p. 83 nº 40.
  • 180 Comas I Solà 1997, nº 189.

88Le timbre sur dolium C·LIC·ADIN de la uilla romaine de Can Pedrerol de Baix (Castellbisbal)177 attire tout particulièrement l’attention, dans la mesure où le cognomen Adinus, d’origine ibérique178, est très rare dans l’épigraphie latine d’époque impériale, et sa translittération s’explique probablement par la latinisation des noms de la population locale après la fondation de la colonie. Par ailleurs, parmi les amphores Dressel 3 de la cargaison de l’épave Chrétienne H179, provenant du Baix Llobregat (vers 15-25 après J.-C.) figurent les séries TLIC et N·L·L. Ces dernières se lisent sans difficulté : T. Lic(ini) et N. L(icini) L(iciniani ?), la seconde lecture étant permise grâce à la variante duonominale NLIC découverte à Badalona180.

89L’association des timbres avec les tituli picti permet aussi de mettre en relation l’amphore avec son contenu et sa circulation. La variante LLC au sens de lecture direct est associée à un titulus pictus partiellement conservé livrant une date consulaire « [---] Sulla cos » correspondant à trois possibilités : 31, 33 et 52 ap. J.-C. qui coïncident toutes avec la durée d’existence de la Dressel 2 julio-claudienne (fig. 1). Nous avons opté pour l’année 33 ap. J.-C. de la magistrature de Galba et Sulla (voir nº 44), dont l’horizon chronologique concorde avec celui de la stratigraphie du timbre analogue découvert à Sant Pau associé à une Dressel 20A tardo-tibérienne (voir nº 9). C’est au sein de cet horizon chronologique que nous datons la production du premier timbre LCC de Carthage, document épigraphique décisif pour retracer la période d’implication des Licinii et des Iulii de Barcino dans le commerce du vin léétanien.

  • 181 IRC IV, 62.

90L’autre variante LLC rétrograde de Carthage est associée à l’inscription peinte : « IIII / C. Iuli Terti » (voir no 45, fig. 11, 45). Le chiffre IIII de la première ligne se réfère à un vin vieux, transféré du dolium vers l’amphore après quatre ans de maturation. Quant au rôle joué par C. Iulius Tertius, il existe trois hypothèses possibles, sujettes à débat : producteur, accapareur ou commerçant-exportateur de vin contenu dans l’amphore. Tertius est mentionné une seconde fois sur une autre amphore dénuée de timbre, provenant du second mur de Carthage (voir no 46, fig. 11, 46), dans une calligraphie différente, mais avec la même formule épigraphique : « IIII / C. Iuli Terti ». L’intérêt remarquable de l’enchevêtrement de ces données réside dans la mise en évidence de liens économiques et sociaux entre les familles de l’élite urbaine de Barcino. Dans ces entrelacements de l’époque julio-claudienne, les Licinii auraient produit des amphores destinées à contenir le vin produit ou possédé par les Caii Iulii. Il convient de rappeler que, dès l’époque de la fondation de Barcino, au cours de la période augustéenne, on retrouve des membres de ces deux familles exerçant ensemble des magistratures au sein de la colonie, comme l’atteste l’association de Lucius Licinius et de C. Iulius A [---] documentée dans deux des quatre blocs de l’exèdre trouvés à Montjuic181.

  • 182 IRC IV, 138.

91Dans le catalogue de Delattre, un élément retient particulièrement l’attention : la liste des membres de la gens Iulia faisant commerce du vin vieux d’origine léétanienne à Carthage, pour cet horizon julio-claudien. Caius Iulius Vitalis y apparaît enregistré avec le cognomen superposé à celui d’un autre individu de la même famille, vraisemblablement effacé et corrigé au cours de la phase d’embouteillage du vin, un probable C. Iulius R( ) ou A( ) (voir no 48, fig. 12, 48). Le cognomen de Caius Iulius Fal[---] est peu net et de lecture difficile, ce qui rend l’interprétation incertaine (voir nº 49, fig. 12, 49). Concernant le troisième ou quatrième et dernier membre, Caius Iulius R ?[---], seule la première lettre du cognomen est conservée, peut-être R[---] ou A[---] (voir no 47, fig. 12, 47). Si la première lecture s’avère correcte, il pourrait être rapproché d’un certain Caius Iulius Rufus, dont fait mention une inscription funéraire de Barcino, datée de la première moitié du ier s. ap. J.-C.182. Ce C. Iulius Rufus, fils ou affranchi d’un Caius, résidant à Tolosa ou Labitolosa, est cité avec sa profession ; malheureusement le texte est mutilé et l’on ne peut lire que [---]IARIO. Le métier du défunt a été interprété de diverses manières : [negot]iario, [al]iario, [cento]nario, [cret]iario, [scap]hario. Selon nous, la lecture [negotiatore vi]nario pourrait également donner du sens à la mention explicite dans l’inscription de son origine étrangère. Il pourrait s’agir d’un personnage allochtone, établi dans la colonie de Barcino en raison de ses liens familiaux, et intégré dans les affaires commerciales des Caii Iulii.

  • 183 Dressel 1879, p. 86 nº 58.
  • 184 Berni, Carreras 2013, nº 94.
  • 185 Berni à paraître.
  • 186 TIR K/J-31 : p. 134.
  • 187 IRC IV, 54, 141, 196.

92Pour en revenir à l’inscription peinte de Caius Iulius R ? [---], celle-ci présente un intérêt tout particulier dans la mesure où y figure un détail épigraphique absent des formulaires des autres Iulii, puisqu’elle présente, dans la première ligne et au-dessus du chiffre IIII, une lettre V de forme onciale (fig. 12, 47). Cette particularité a déjà été observée par Dressel sur une amphore Dressel 2 léétanienne du Castro Pretorio183, il pourrait donc s’agir une caractéristique commune aux vins de Léétanie étiquetés sur le territoire de Barcino. L’amphore du Castro Pretorio porte sur le pivot le timbre PLOC de l’atelier de Sant Vicenç dels Horts (Baix Llobregat)184, et sur la partie supérieure l’inscription peinte en noir, « U / [-] Ael· Rubri » (figure 12, en haut à droite), avec la lettre V onciale – au ductus inversé par rapport à celle de Carthage –, interprétée par Dressel comme une possible abréviation de uinum. Dans une étude récente185, nous avions envisagé d’interpréter le surnom atypique Ruber comme une épithète liée à la zone d’origine de cette amphore Dressel 2 et du vin qu’elle contenait, dérivée du nom antique du fleuve Llobregat (Rubricatum flumen) ou du toponyme Rubricata, l’actuelle ville de Rubí186, située à 20 km de Barcino. Nous serions donc en présence d’une autre famille de la colonie, impliquée dans le commerce du vin léétanien au cours du deuxième quart du ier s. ap. J.-C., les Aelii, un gentilice jusqu’ici peu attesté dans les inscriptions lapidaires de Barcino187.

  • 188 Járrega 2016, 164-178.

93Les inscriptions peintes de Delattre ont révélé pour la première fois le rôle des Caii Iulii en tant que producteurs ou marchands de vins léétaniens, au cours de la dynastie julio-claudienne, dans une des villes les plus prospères de l’Empire. À cette activité, il convient désormais d’ajouter celle de fabricants d’amphores, Pascual 1 et Dressel 3, comme l’attestent les estampilles amphoriques. Cette autre implication économique est plus ancienne et remonte à la période augustéenne, à partir du moment de la fondation de Barcino jusque dans les années qui suivent le changement d’ère. La liste des membres de cette famille, récemment révisée en profondeur par Ramón Járrega188, est suffisamment longue et explicite pour évaluer leur importance économique. Il s’agit pour la plupart d’affranchis : C. Iulius Anicetus sur Pascual 1 de Sant Boi de Llobregat ; Iul(ius) [--] sur le pivot d’une amphore indéterminée de Sant Vicenç dels Horts ; Iulius Papus sur Pascual 1 de El Mujal/El Roser de Calella ; C. Iulius Theophilus sur Pascual 1 et Dressel 3 précoce de la région de Canet de Mar / Calella ; Iulius Ruf [us ?] et C. Iulius Anteros sur Pascual 1 de la région du Maresme.

  • 189 Armani 2014, annexe.
  • 190 Ortiz De Urbina 2014, 112.

94La promotion sociale et l’obtention de la citoyenneté des C. Iulii en Hispania Citerior a toujours été mise en relation avec les politiques mises en place par César et Auguste dans le processus de conquête et de romanisation de la péninsule, via les promotions juridiques (ciuitas Romana, ius Latii) et les deductiones de colons. Tarraco, Barcino et Segobriga font partie des villes où les individus portant ce gentilice sont les mieux représentés dans les témoignages épigraphiques189. En ce qui concerne leur origo, se distinguent tout particulièrement les inscriptions se référant aux colonies de deductio césariennes et augustéenne parmi lesquelles figure Barcino. Compte tenu de la datation des inscriptions lapidaires (milieu du ier s. av. J.-C – iie s. ap. J.-C.) on a souvent proposé de voir dans les C. Iulii provenant de ces colonies des descendants de vétérans licenciés ou de citoyens romains installés au moment de la fondation, ou lors d’une seconde deductio190. Les conditions d’acquisition de la citoyenneté à Barcino ont certainement des origines diverses, qu’il s’agisse de vétérans licenciés, de citoyens romains qui s’étaient installés au moment de la fondation, ou même d’anciens indigènes, comme dans le cas de C. Licinius Adinus qui obtient le statut juridique de colon sous Auguste.

  • 191 IRC IV, 76 ; TIR K/J-31 : 44-46.
  • 192 Abascal 2006.
  • 193 Carreras 2009 ; Casas Blasi 2009 ; Aguelo, Huertas 2009.
  • 194 Bouscaras 1974 ; Anteas 1993 ; Falguera 1993.

95L’horizon chronologique de l’implication des C. Iulii dans la production d’amphores, perceptible à travers le timbrage des Pascual 1 et des Dressel 3 précoces, coïncide à la perfection avec le moment de la fondation de la colonie romaine191 (vers 15-9 av. J.-C.), au cours du troisième voyage d’Auguste en Hispanie192 (16-13 av. J.-C.). L’archéologie a mis en évidence des centres de production d’amphores Pascual 1 et Dressel 3 précoces dans le suburbium de la ville, à quelque 200 m du tracé nord-est de la muraille, où s’est développé un véritable quartier artisanal (Santa Caterina, Princesa 21, Montcada, etc.)193. La période de leur implication dans ce secteur de fabrication se perçoit également à travers la diffusion des Pascual 1, dans les circuits commerciaux entre les cités portuaires maritimes ayant des liens de parenté et de clientèle. C’est notamment le cas de Barcino et de la colonie Iulia Narbo Martius194, participant aux déductions de colonies fondées par César et Auguste.

  • 195 Martín Menéndez 2015, p. 45, fig. 3.1.

96Cependant, l’archéologie livre une réalité bien plus complexe, puisque le fonctionnement des ateliers de potiers de Sant Boi de Llobregat et de El Mujal/El Roser de Calella (El Maresme) est beaucoup plus ancien, et remonte à l’époque tardo-républicaine. Par exemple, le personnage L. Fuluius195 est mentionné dans les timbres sur amphore Tarraconense 1 de l’atelier de Calella, mais sa famille ne trouve aucune continuité dans le timbrage de ce site de production à l’époque d’Auguste, à partir duquel on perçoit un changement de propriétaire avec les estampilles sur Pascual 1, dorénavant au nom de la famille des Iulii. L’apparition d’affranchis (Anteros, Papus, Theophilus, Rufus ?) et les nouveaux modes de formulation du texte des timbres inconnus jusqu’alors semblent répondre à une nouvelle réalité économique, passant par un système d’exploitation beaucoup plus sophistiqué destiné à tirer meilleur profit des ressources du territoire.

  • 196 Járrega 2016, p. 173-174.
  • 197 Gianfrotta 1982.

97L’hypothèse de Ramón Járrega196, concernant la présence d’affranchis d’Auguste en Léétanie, gérant des biens du patrimoine impérial en Hispanie, est sur ce point particulièrement intéressante. Cette idée avait déjà été suggérée par Piero Gianfrotta197 qui, pour justifier la présence dans les timbres sur Pascual 1 de Cn. Lentulus Augur, consul en 14 av. J.-C., avançait la possibilité que l’empereur lui ait cédé une partie de ses hypothétiques propriétés rurales en Hispanie, faveur qui lui aurait été accordée en raison de ses responsabilités politiques. Si ces propositions s’avéraient justes, il faudrait alors s’interroger sur la manière dont ces propriétés rurales, qui avaient des antécédents à l’époque tardo-républicaine, seraient entrées en possession de l’empereur. Il se pourrait qu’elles aient été confisquées par César lors des guerres civiles et héritées à sa mort par Auguste, à moins qu’il ne s’agisse de propriétés que ce dernier aurait saisies à ses ennemis, après le second triumvirat.

  • 198 Miró 1988, p. 255 ; Berni, Miró 2013, p. 65-67.

98L’épigraphie des amphores pourrait apporter un éclairage sur la question, en croisant les données livrées par les amphores Tarraconense 1 tardo-républicaines et les Pascual 1 augustéennes. La production de Tarraconense 1 a cela de surprenant, qu’elle présente un riche répertoire épigraphique comprenant une multitude de nomina différents, qui correspondent à des personnages libres originaires du centre de la péninsule Italique198. Ces derniers pourraient être les propriétaires des fundi où se trouvaient les ateliers en question. Avec l’instauration du Principat, on perd la trace de bon nombre de ces familles qui n’apparaissent plus dans le timbrage des Pascual 1. Cette observation pourrait donc aller dans le sens de l’hypothèse de confiscations impériales.

  • 199 Brizio 1872, p. 165, nº 195.
  • 200 Dressel 1879, p. 61 nº 18 ; p. 62 nº 19 ; CIL XV, 4577, 4578, 4579.
  • 201 Dressel 1879, p. 62.

99Nous concluons cette partie par un bref aparté sur les vins de Léétanie Orientale, regroupés sous l’appellation Lauronense. La première mention signalée remonte à 1870, avec la découverte d’une inscription provenant des Thermes de Pompéi, publiée par Brizio199. Il propose prudemment la lecture « Laur(entinum) uinum ? », sans exclure une autre interprétation possible, celle du vin Lauronense cité par Pline parmi les meilleurs d’Hispanie (Plin., nat., XIV, 71). Huit ans plus tard, trois nouvelles inscriptions présentant la même titulature apparaissent sur Dressel 3-2 dans le dépôt amphorique du Castro Pretorio, à Rome. Étudiées par Dressel200, elles se réfèrent au célèbre vin Laur(onense), l’inscription la plus complète livrant le contenu suivant : “(uinum) uetus IIII (annorum uel quadrimum) Laur(onense) L. A( ) Y( )”. Dressel dressa dès lors la signification de ce formulaire, renvoyant à un vin vieux, et mentionnant une appellation d’origine, ainsi que le nombre d’années de maturation. Sources littéraires à l’appui, il rappella comment, dans l’Antiquité, on laissait les vins reposer et vieillir, et qu’il n’était pas rare qu’ils ne soient transvasés dans l’amphore que lorsqu’ils étaient bimum, trimum, quadrimum, voire même quinque annorum. Les amphores léétaniennes, dont les tituli picti comprennent des chiffres, révèlent que l’âge moyen des vins vieux mis à la disposition du consommateur était de trois ou quatre ans. Quant aux initiales L. A( ) Y( ) des tria nomina, Dressel proposa d’y voir le nom du propriétaire du produit transvasé201. Malheureusement, dans le système d’étiquetage des tituli picti de Lauro, les tria nomina du titulaire ne sont jamais développés, rendant alors très difficiles et risquées les propositions de lectures des gentilices. Nous savons toutefois, comme on peut le voir dans la deuxième colonne du tabl. 5, que le commerce du vin Lauronense s’appuyait sur un vaste réseau de clans familiaux.

100En publiant en 1906 les découvertes du second mur d’amphores de Carthage, Delattre livre cinq nouveaux tituli picti accompagnés de dessins de grande qualité, mais il ne s’attarde pas sur leur signification et leur portée, ignorant ou plus probablement méconnaissant les travaux de Dressel à Rome. Par la suite, d’autres exemplaires ont été mis au jour dans de grands ports de commerce (Ostie, Port-la-Nautique/Narbonne) et dans l’épave de l’Île-Rousse, au nord de la Corse, chargée de Dressel 2 (voir tabl. 5).

  • 202 Corsi-Sciallano, Liou 1986, p. 108-119.
  • 203 Alfonsi, Ambrogi 1985-86 ; Alfonsi, Gandolfo 1987.

101Le matériel amphorique de l’Île-Rousse est déterminant pour comprendre la manière dont s’organisaient l’exportation et le commerce des vins produits sur les coteaux de la Léétanie Orientale au cours du deuxième quart du ier s. ap. J.-C. La cargaison amphorique de l’épave n’est que partiellement connue, par le biais de la publication de M. Corsi-Sciallano et B. Liou202 relative aux sondages réalisés en 1972 et es rapports encore inédits203 des interventions menées dans les années 1980, auxquels nous avons eu accès grâce à Franca Cibecchini (DRASSM de Marseille). Une partie du chargement amphorique a pu être mis en relation avec le matériel découvert à Carthage, à la fois pour ce qui est de la concordance des timbres (AMANDI, MAX, NP, P·TE) que pour la présence d’inscriptions peintes de Lauro.

102Contrairement à ce que l’on observe dans les épaves des navires qui transportaient les amphores Dressel 3-2 de la partie occidentale de la Léétanie, dont la cargaison principale était constituée de conteneurs provenant principalement des ateliers du Baix Llobregat et, dans une moindre mesure, du Vallès Occidental, l’origine des conteneurs découverts dans l’épave corse de l’Île Rousse est beaucoup plus diversifiée. Les amphores de différents territoires coexistent, avec les timbres de la frontière du Vallès Occidental : AMANDI ; du Vallès Oriental : P·TE (Caldes de Montbui), L·C·P (Can Cabot) ; de la bande côtière du Maresme : NP (Mataró), MAX et MALI (Callella), R·L·I (Malgrat de Mar) ; et d’autres dont le lieu d’origine n’a pas encore été déterminé : FEL, ME, R, RVST, S·I[·L] ?, IVL, [V]AL ?, VE. L’hétérogénéité des marchandises se manifeste également à travers l’étiquetage des vins, grâce aux quelques tituli picti conservés, ce qui constitue une entreprise commerciale qui révèle l’exportation de vins léétaniens de différentes qualités et d’origines diverses, conditionnés dans des amphores Dressel 2.

Conclusions

103À partir des données livrées par les deux murs de Carthage et leur réexamen par J. Freed, ainsi que par les fouilles de l’Institut Archéologique Allemand, et de leur mise en perspectives, d’une part avec les cargaisons d’épaves méditerranéennes, et de l’autre avec les avancées récentes relatives aux corpora épigraphiques des amphores léétaniennes et leur typologies, nous sommes désormais en mesure d’émettre une série de conclusions relatives aux caractéristiques de ce commerce, bien que celles-ci ne puissent être que partielles.

  • 204 Martin-Kilcher 1993, p. 202.

104Peu après la fondation de la colonie par César en 44 av. J.-C., au moment où Auguste, en 29 av. J.-C., peuple la ville de 3 000 colons204, les premières importations vinaires de Tarraconaise font leur apparition à Carthage, conditionnées dans les amphores Pascual 1, provenant des régions léétaniennes de Baetulo (Maresme Occidental) et de Iluro (Maresme Oriental) et plus rarement dans les Oberaden 74, absentes de Léétanie et exclusivement produites dans la zone de Tarraco et du Bas-Ebre. La Pascual 1 se maintient dans le premier tiers du ier s. ap. J.-C., pour décliner progressivement et disparaître au tout début de la seconde moitié de ce siècle, où elle est peut-être déjà résiduelle.

  • 205A copone tibi faex Laletana petatur / si plus quam decies, Sextiliane, bibis” (I, 26, 9-10).
  • 206Hispaniarum Laeetana copia nobiliantur, elegantia uero Tarraconensia atque Lauronensia et Baliari (...)

105Dès les dernières années du ier s. av. J.-C., la Pascual 1 coexiste avec la Dressel 3 qui la substitue progressivement. Durant cet horizon chronologique, les navires arrivant à Carthage proviennent en grande partie de Léétanie Occidentale, tendance que l’on observe sur d’autres marchés de consommation (Ostie, implicitement Rome) dont la situation se rapproche de celle de Carthage où parviennent des cargaisons essentiellement constituées de vins bon marché de qualité médiocre. Les vins de Léétanie Orientale arrivent en seconde position, également conditionnés dans les amphores Dressel 3. C’est la « faex laletana », que Martial (c. 40-102 ap. J.-C.) conseille à Sextilianus, grand buveur, qui arrive dans les tavernes de Rome en grande quantité205 et la « Laeetana copia nobilitantur » de Pline (24-79 ap. J.-C.)206, quand il compare quatre vins hispaniques, tous de la Tarraconaise, avec les meilleurs vins d’Italie. Durant le premier quart du ier s. ap. J.-C., ces exportations proviennent en grande partie de l’ager Barcinonensis et des ateliers du Baix Llobregat, probablement sous le contrôle de Barcino, dont le rôle sur ce marché devait être fondamental.

106Vers les années 30 ap. J.-C., le processus s’inverse dans la colonie carthaginoise. La quantité qui primait sur la qualité cesse d’être rentable et le vin de Tarraconaise, dorénavant conditionnée dans les Dressel 2, provient dès lors en majeure partie de Léétanie Orientale (principalement du Vallès Oriental), dont les productions se détachent très nettement avec l’« appellation d’origine » Lauronense. Les vins de Léétanie Occidentale continuent toutefois d’être acheminés, depuis Barcino (timbres LLC) et, un peu plus tard peut-être, depuis le territoire de Tarraco. La qualité de ce vin, louée – et peut-être regrettée – par Pline n’est pas des moindres. Puis, vers le début de la période flavienne, le grand commerce du vin léétanien s’éteint. À cette période, où vécut Martial, il a probablement continué d’être importé à Rome, mais la réalité économique était toute autre. En définitive, la Tarraconaise semble avoir été, tout au long de la dynastie julio-claudienne, la principale zone d’exportation du vin destiné à Carthage. Nous espérons que les futures recherches à ce sujet permettront de confirmer ou de corriger cette appréciation.

  • 207 Berni 2015.

107Après l’analyse des informations publiées pour Rome, Ostie et maintenant Carthage207, il semblerait que le modèle initial tarraconais se soit trouvé en crise en raison d’une chute de la demande en vins bon marché dans les grands centres urbains de consommation de la Méditerranée.

  • 208 Dressel 1879.
  • 209 D’alessandro 2013, p. 353.

108Cependant, l’« infâme » vin léétanien, selon ces célèbres citations de Martial, qui provenait de Léétanie Occidentale, continuait à approvisionner Rome sous Néron et les Flaviens, époque à laquelle le poète résidait dans la capitale de l’Empire. À Rome, la concurrence du vin de l’Adriatique contenu dans les Dressel 6A qui ont considérablement envahi ce marché à l’époque de Tibère – comme le montre l’analyse statistique de contextes amphoriques de cette période (Castro Pretorio208 et Nuovo Mercato Testaccio209) – pourrait être un facteur non négligeable du déclenchement de la crise du vin de Tarraconaise dans la Capitale.

  • 210Tarraco, Campano tantum cessura Lyaeo, haec genuit Tuscis aemula uina cadis” (XIII, 118).
  • 211Phocaicae dant Emporiae, dat Tarraco pubem vitifera et Latio tantum cessura Lyaeo” (III, 369-370)
  • 212Terra fertilis campis et magis collibus nam Italiae uites adfectat et comparat areas serotino non (...)
  • 213 Járrega Domínguez 2013, p. 408 ; Járrega Domínguez, Berni Millet 2015, p. 86-88.

109Cette perte de rentabilité semble avoir motivé des changements de stratégie dans le secteur viticole. Afin de se maintenir sur ces marchés, la manœuvre aurait consisté à miser sur des vins de plus haute qualité, illustrés par le fameux Lauronense du Vallès Oriental et surtout, le vin de la région de Tarraco, mentionné et loué par Martial210, et plus tard, au cours de la deuxième moitié du ier s. ap. J.-C., par Silius Italicus (26-101 ap. J.-C.)211 et par P. Annaeus Florus (c. 75-140 ap. J.-C. ?)212, comme si Tarraco avait pris la relève de Lauro, en comparant l’excellence de son vin, une fois de plus, avec celle des vins italiens. Archéologie et sources écrites coïncident, au moins pour les vins de la Léétanie. Ceux de l’ager Tarraconensis, d’après les dernières recherches, semblent subsister tout au long du ier s. ap. J.-C., et peut-être au cours du siècle suivant, sous la forme de Dressel 3-2 évoluées, mais leur diffusion à l’extérieur de la Tarraconaise est encore méconnue213. Il faudra alors attendre que l’acheólogie confirme, si c’est le cas, les sources écrites.

  • 214 Berni, Carreras 2013 p. 129-272 ; Berni Millet, Miró Canals 2013, p. 76.
  • 215 Carbonell, Folch 1998.
  • 216 Corsi-Sciallano, Liou 1985, p. 175.
  • 217 Corsi-Sciallano, Liou 1985, en particulier p. 169-171 ; Marlier 2008 ; Sciallano, Marlier 2008 ; D (...)

110En extrapolant ces résultats, on peut se demander à quel facteur obéit cette double réalité économique, caractérisée d’une part par des vins de qualités différentes, transportés dans les amphores Dressel 3-2, et d’autre part par une polarisation de la production au cours du temps entre la Léétanie Orientale et la Léétanie Occidentale. Dans un premier temps, lorsque la Dressel 3 de Léétanie Occidentale occupe le devant de la scène, l’attention doit être portée sur la colonie de Barcino, récemment fondée, et son territoire d’influence. Les plus importants centres de production d’amphores à échelle industrielle se concentrent alors près de l’embouchure du Llobregat (Sant Boi, Sant Vicenç dels Horts, Can Tintorer, Can Pedrerol)214. Certaines uillae romaines, situées à l’intérieur du Vallès, commercialisent également leurs excédents, comme le site de Can Feu215, équipé d’infrastructures destinées à la production de vin et d’amphores et d’où provient le timbre CE (no 5), retrouvé sur l’épave Chrétienne H216 dont la cargaison contenait majoritairement des Dressel 3 du Baix Llobregat. Il est ici question des vins léétaniens « typiques », bon marché en raison de leur qualité modeste et de leur quantité, à tel point qu’ils étaient même exportés en vrac dans des bateaux citernes équipés de dolia, accompagnés d’amphores à vin217.

111D’un point de vue typologique, il est tentant de faire l’association, Dressel 3 : vins abondants, de qualité médiocre et Dressel 2 : vins appréciés, de qualité supérieure. C’est une question que nous posons et qui devra à l’avenir être précisée.

  • 218 Martin-Kilcher 1998, p. 515.
  • 219 Rice 2011, p. 87.

112Bien sûr, ces observations doivent être replacées dans l’ensemble des importations amphoriques de Carthage. Tout au long du ier s. ap. J.-C. et du premier quart du iie s., cette dépendance vis-à-vis de l’extérieur va se voir progressivement remplacée par les productions locales d’Afrique proconsulaire, qui serait devenue autosuffisante en huile, en vin et en conserves de poisson. Il faut également tenir compte des productions vinaires régionales qui, d’après S. Martin-Kilcher, pouvaient même satisfaire la consommation locale dès le ier s. ap. J.-C et qui, d’autre part, n’étaient pas conditionnés en amphore mais très probablement en outres218. Rappelons cependant que le commerce ne concernait pas uniquement l’importation de marchandises de première nécessité, mais répondait également à celle de produits de choix, a fortiori pour un port de l’envergure de Carthage219.

Haut de page

Bibliographie

Abascal Palazón J.M. 2006, « Los tres viajes de Augusto a Hispania y su relación con la promoción jurídica de ciudades », Iberia 9, p. 63-78.

Aguelo Mas J., Huertas Arroyo J. 2009, « Una terrisseria epigràfica. El solar del mercat de Santa Caterina de Barcelona en el moment altimperial romà », dans Barcino I 2009, p. 89-95.
https://www.academia.edu/864508

Alfonsi H., Ambrogi J.-L. 1985-86, « I dolia di l’Isula Rossa, livret 1-2 », F.F.E.S.S.M. / Arca Marina.

Alfonsi H., Gandolfo Ph., 1987, « I dolia di l’Isula Rossa, livret 3 », Rapport d’opération 1987, Comité Corse F.F.E.S.S.M. / Arca Marina.

Amar G., Liou B. 1989, « Les estampilles sur amphores du golfe de Fos (II) », dans L. Rivet (éd.), S.F.E.C.A.G. Actes du Congrès de Lezoux, Marseille, p. 191-207.

Andreu I. 1994, « Troballes arqueològiques submarines de El Maresme. Materials dipositats en el Museu de Premià de Mar », Laietània 9, p. 361-370.

Anteas 1993, « Rapport Fouille de Sauvetage nº 001714 Realisé du 18.12 au 25.04.1993. Site : Port La Nautique Narbonne (Aude) », dans ANTEAS, Association Narbonnaise de Travaux et d’Études Archéologiques Subaquatiques, Narbonne.

Aquilué et alii 1984, Aquilué J., Mar R., Nolla J.M., Ruiz De Arbulo J., Sanmartí E., El fòrum romà d’Empúries, Barcelona (Monografies emporitanes 6).

Armani S. 2014, « Les C. Iulii et la postérité des noms d’Auguste en Citérieure : étude d’onomastique provinciale », Veleia, 31 p. 79-98.

Artigues P.LL., Rigo A. 2002, Castellarnau (Sabadell). Evolució d’un nucli rural del segle I a.C. al segle VI d.C., Sabadell (Quaderns d’Arqueologia 2).

Barcino I 2009, Marques i terrisseries d’àmfores al Pla de Barcelona, Barcelona (Col.lecció Corpus international des timbres amphoriques 15).

Barcino II 2013, Marques i terrisseries d’àmfores al Baix Llobregat, Barcelona (Corpus international des timbres amphoriques 18).

Barrasetas et alii 1994, Barrasetas E., Palet I Martinez J.M., Martin I Menéndez A., La vil·la romana de l’Aiguacuit (Terrassa, Vallès Occidental), Barcelona.

Berge A. 1990, « Les marques sur amphores Pascual 1 de Port-la-Nautique », Cahiers d’Archéologie Subaquatique 9, p. 131-201 ; 152-153.

Berni Millet P. 2015, « Novedades sobre la tipología de las ánforas Dressel 2-4 tarraconenses », AEA 88, p. 187-201.

Berni Millet P. 2017, « Chapter 8. Amphorae-Epigraphy: Stamps, Graffiti and Tituli Picti from Roman Nijmegen », dans Amphorae from the Kops Plateau (Nijmegen): Trade and Supply to the Lower-Rhineland from the Augustan Period to AD 69/70, Oxford (Archaeopress Roman Archaeology 20), p. 185-282; 289-343.
https://www.academia.edu/31444934

Berni Millet P. 2017-2018, « Dynamiques économiques de la production et du commerce d’amphores Dressel 3-2 léetaniennes », RAN 50-51, p. 223-236.

Berni Millet P., à paraître, « Producción anfórica en Hispania. La evidencia de la epigrafía », dans W. Broekaert, A. Delattre, E. Dupraz, M. J. Estarán Tolosa (éd.), Epigraphy on Ceramics : The instrumentum domesticum, its Textual Genres and its Functions in Ancient Societies, Genève.

Berni Millet P., Carreras Monfort C., Revilla Calvo V. 1998, « Sobre dos nuevos Cornelii del vino tarraconense », Laietània 11, p. 111-123.

Berni Millet P., Carreras Monfort C. 2001, « El circuit comercial de Barcino : reflexions al voltant de les marques amfòriques », Faventia 23, 1, p. 103-129.

Berni Millet P., Carreras C., Olesti O. 2005, « La gens Licinia y el nordeste peninsular. Una aproximación al estudio de las formas de propiedad y de gestión de un rico patrimonio familiar », AEA 78, p. 167-187.
www.academia.edu/1391355

Berni Millet P., Carreras Monfort C. 2009, « Les marques d’àmfores importades o d’altres àrees de la Tarraconense », dans Barcino I 2009, p. 45-62.

Berni Millet P., Carreras Monfort C. 2013, « Corpus epigràfic de segells en àmfores, dolia, tegulae i gerres de ceràmica comuna oxidada del Baix Llobregat », dans Barcino II 2013, p. 127-285.

Berni Millet P., Miró Canals J. 2013, « Dinámica socioeconómica en la Tarraconense Oriental a finales de la República y comienzos del Imperio. El comercio del vino a través de la epigrafía anfórica », dans J. López Vilar (éd.), Tarraco Biennal. Actes del 1er Congrès Internacional d’Arqueologia i Món Antic. Govern i societat a la Hispània romana. Homenatge a Géza Alfoldy, Tarragona, 29-30 XI – 1 XII 2012, Tarragona, p. 63-83.

Biblioteca Museu Víctor Balaguer 2005, Cossetans i Romans: els antics pobladors de Solicrup i Darró, Vilanova i la Geltrú.

Bouscaras A., 1974, « Les marques sur amphores de Port la Nautique », Cahiers d’Archéologie Subaquatique 3, p. 103-131.

Brizio E. 1872, « Additamenta ad vol. IV Pompeianarum parietinarum », Ephemeris Epigraphica, suppl. vol. I. Roma, 1872.
https://archive.org/stream/ephemerisepigra12instgoog/ephemerisepigra12instgoog_djvu.txt

Burjachs et alii 1987, Burjachs F., Defaus J. M., Garcia L., Miret M., Solías J. M., « Un centre laietà productor d’envasos vinaris a Malgrat (Maresme) » dans El vi 1987, p. 224-228.

Carbonell E., Folch J. 1998, « La producció d’àmfores a la vil.la de Can Feu » dans El vi 1998, p. 289-293.

Carreras Monfort C. 2009, « Les marques d’àmfores produïdes als tallers de Barcino », dans Barcino I 2009, p. 21-44.

Carreras Monfort C. 2015, « Novedades en torno a la producción y distribución de las ánforas del Ager Barcinonensis (El Baix Llobregat) », dans V. Martínez Ferreras (éd.), La difusión comercial de las ánforas vinarias de Hispania Citerior Tarraconensis (s. I a.C.- I d.C.), Oxford (Archaeopress Roman Archaeology 4), p. 67-78.

Carreras Monfort C., Berni Millet P. 2002, « Microspatial Relationships in the Laietanian Wine Trade : Shipwrecks, Amphora Stamps and Workshops », dans M. Rivet, M. Sciallano (éd.), Vivre, produire et échanger : reflets méditérranéens. Mélanges offerts à Bernard Liou. Montagnac (Archéologie et Histoire Romaine 8), p. 359-369.
https://www.academia.edu/4970979

Carreras Monfort C., Escudero F.A., Gale M.P. 2016, « Las ánforas de la calle Reconquista (Zaragoza) frente a las inundaciones de la Huerva », dans R. Járrega, P. Berni (éd.), Amphorae ex Hispania : paisajes de producción y consumo, Actes du colloque, Tarragona, 10-13 de Diciembre 2014, Tarragona (Monografías Ex Officina Hispana III), 2016, p. 225-240.

Casas Blasi J., 2009, « Una terrisseria del pla de Barcelona. L’excavació del carrer de la Princesa, número 21 », dans Barcino I 2009, p. 63-88.

Comas i Solà M., 1997, Baetulo. Les marques d’àmfora, Badalona.

Contino et alii 2013, Contino A., D’alessandro L., Luccerini F., Mastrodonato V., Tanganelli R., « Anfore Dressel 2-4 “tarraconensi” a Roma : ricerche epigrafiche dal sito del Nuovo Mercato Testaccio. Dati preliminari », dans Hornos 2013 p. 333-350.
https://www.academia.edu/2700823

Corsi-Sciallano M., Liou B. 1985, Les épaves de Tarraconaise à chargement d’amphores Dressel 2-4, Paris (Archaeonautica 5).
https://www.persee.fr/doc/nauti_0154-1854_1985_mon_5_1

D’alessandro L. 2013, « Anfore adriatiche a Roma : dati epigrafici dal Nuovo Mercato Testaccio », dans Hornos 2013, 1, p. 351-364.

Delattre A.-L. 1885, « Marques de potier relevées à Carthage », Bulletin de l’Académie d’Hippone 20, p. 41-48.

Delattre A.-L. 1891, « Marques de vases grecs et romains trouvées à Carthage (1888-1890) », MÉFR 11, 1891, p. 53-80.
https://www.persee.fr/doc/mefr_0223-4874_1891_num_11_1_6677

Delattre A.-L. 1894, « Le mur à amphores de la colline Saint-Louis à Carthage », BCTH, p. 89-119.

Delattre A.-L. 1900a, « Lettre sur les fouilles de la nécropole voisine de Sainte-Monique à Carthage », CRAI 44, 1, p. 83-96.
https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1900_num_44_1_16421

Delattre A.-L. 1900b « Inscriptions sur terres cuites et menus objets trouvées à Carthage 1899-1900 », Revue Tunisienne 7, p. 279-293.
https://catalogue.bnf.fr/ark :/12148/cb303145969

Delattre A.-L. 1902, « Marques céramiques grecques et romaines trouvées à Carthage durant l’annéee 1901 », BCTH, p. 446-469.

Delattre A.-L. 1907, « Un second mur à amphores découvert à Carthage », Bulletin de la Société Archéologique de Sousse 7 (1906), Sousse, p. 33-48.

Dell’amico P., Pallarés F., 2011, « Appunti sui relitti a dolia », dans Archaeologia Maritima Mediterranea 8, p. 47-135.

De Nicolas J. C. 1979, « Epigrafía anforaria de Menorca », Revista de Menorca 70, p. 5-80.

Dressel H. 1879, « Di un grande deposito di anfore rinvenuto nel nuovo quartiere del Castro Pretorio », BCAR 7, p. 36-112, 143-196.

Durán I Sanpere A. 1943, « Vestigios de la Barcelona romana en la Plaza del Rey », Ampurias 5, p. 53-77.

Enrich Hoja J(ordi), Enrich Hoja J(oan) 1981, « Un hipocaust a Santa Margarida de Montbui (Anoia) », Informació arqueològica 36/37, maig/desembre, p. 180-192.

Falguera J.M., 1993, « Les fouilles de Malard à Narbonne. Résultats préliminaires d’un sondage sur un lit d’amphores du ier siècle après J.C. », Cahiers d’Archeologie Subaquatique 11, p. 67-98.

Flórez M., Rodà I. 2014, « Las vías romanas en Cataluña : el caso del Vallès Oriental (Barcelona) » dans E. Boube et alii (éd.), De Rome à Lugdunum des Convènes. Hommages à Robert Sablayrolles, Bordeaux (Ausonius Mémoirs 35 = Aquitaniasuppl. 31) p. 247-262.
https://www.academia.edu/11856681

Freed J. 1996, “Early Roman Amphoras in the Collection of the Museum of Carthage”, ÉMC 40, n.s. 15, p. 119-155.

Freed J. 1998, “Stamped Tarraconensian Dressel 2-4 Amphoras at Carthage” dans El vi 1998, p. 350-356.

Freed J., Moore J. 1996, “New Observations on the Earliest Roman Amphoras from Carthage: Delattre’s First Amphora Wall”, CÉDAC Carthage Bulletin 15, p. 19–28.

García A., Flórez M., Palet J.M. 2015, « Arqueología del paisaje en el entorno de Lauro : una aproximación microrregional a la construcción del territorio romano en el Noreste de la península ibérica », Zephyrus 86, p. 99-119.
https://www.researchgate.net/publication/287813973

García Targa J. M. 2004, « Solicrup. Memoria de la campanya d´excavacions 2004 », Memòries d’Intervenció Arqueològica (3279), Barcelona.
http://www.calaix.cat/bitstream/handle/10687/10980/qmem6081.pdf

Gianfrotta P. 1982, « Lentulo Augure e le anfore laietane », dans Epigrafia e ordine senatorio,Atti del Colloquio Internazionale AIEGL, 1, Roma (Tituli 4), p. 475-479.

González Cesteros H., Berni Millet P., 2018, Roman Amphorae in Neuss. Augustan to Julio-Claudian contexts, Oxford (Roman and Late Antique Mediterranean Pottery, 12).

Guàrdia I Llorens M. 2015, « A les portes de Lauro : el poblat ibèric del Puig de Castell de Samalús (Cànoves i Samalús) », Revista del Centre d’Estudis de Granollers 19, p. 51-86.

Hernández Guerra L. 2013, Los libertos de la Hispania romana. Situación jurídica, promoción social y modos de vida, Salamanca (Acta Salmanticensia Estudios Históricos y Geográficos 155).

Hesnard et alii 1988, Hesnard A., Carre M.-B., Rival M., Dangréaux B., Thinon M., Blaustein M., Dumontier M., Chéné A., Foliot Ph., Bernard-Maugiron H., « L’épave romaine Grand Ribaud D (Hyères, Var) », Paris (Archaeonautica 8).

Hornos 2013, D. Bernal, L.C. Juan, M. Bustamante, J.J. Díaz, A.M. Sáez (éd.), Hornos, talleres y focos de producción alfarera en Hispania. I Congreso Internacional de la SECAH, Cádiz (2011), II, Cádiz (Monografías Ex Officina Hispana 1).

IRC IV = Fabre G., Mayer M., Rodà I., Inscriptions Romaines de Catalogne, IV, Barcino, Barcelona-Paris,1997.

Járrega R. 1995, « Les àmfores romanes del Camp de Tarragona i la producció del vi tarraconense », Revista d’Arqueologia de Ponent 5, p. 179-194.

Járrega Domínguez R. 2009, « La producció vinícola i els tallers d’àmfores a l’Ager Tarraconensis i l’Ager Dertosanus » dans M. Prevosti, A. Martín I Oliveras (éd.), El vi tarraconense i laietà : ahir i avui, Tarragona (I.C.A.C., Coll. Documenta 7), p. 99-123.

Járrega Domínguez R. 2013, « Producción anfórica, figlinae y propiedad en el territorium de Tarraco (Hispania Citerior) : últimas aportaciones » dans Hornos 2013, p. 399-410.

Járrega Domínguez R. 2015, « Anforas vinarias en el este de la Hispania Citerior en época tardorrepublicana (siglo I a.C.) : epigrafía anfórica y organización de la producción », SPAL24, p. 77-98.
https://www.researchgate.net/publication/276263845

Járrega Domínguez R. 2016, « Personajes foráneos en la epigrafía de las ánforas Pascual 1 y Oberaden 74. Aproximación a los cambios en la gestión de la producción vinaria en la Hispania Citerior en época de Augusto », DHA 42, 2, p. 155-190.
https://www.persee.fr/doc/dha_0755-7256_2016_num_42_2_4397

Járrega Domínguez R., Clariana I Roig F. 2013, « Un atípico centro productor de ánforas de la forma Dressel 2-4 en la Layetania. El taller de Can Collet (Llinars del Vallès, Vallès Oriental, Barcelona) » dans Hornos 2013, 2, p. 411-419.

Járrega Domínguez R., Berni Millet P. 2014, « El taller de ánforas de Malgrat de Mar (Barcelona) : arqueometría y epigrafía » dans R. Járrega, P. Berni (éd.), Amphorae ex Hispania II, Porto (Monografías Ex Officina Hispana II, 1), p. 393-403.
https://www.researchgate.net/publication/289514671

Járrega Domínguez R., Berni Millet P. 2015, « Exportación e importación de ánforas en el ager Tarraconensis entre finales de la República y el Alto Imperio », dans V. Martínez Ferreras (éd.), La difusión comercial de las ánforas vinarias de Hispania Citerior Tarraconensis (s. I a.C. – I. d.C.), Oxford (Archaeopress Roman Archaeology) 4, p. 79-90.
https://www.academia.edu/10758865

Liou B. 1987, « L’exportation du vin de Tarraconaisse d’après les épaves » dans El vi 1987, p. 271-184.

Liou B. 1993, « Inscriptions peintes sur amphores de Narbonne (Port-la-Nautique) », Archaeonautica 11, p. 131-148.

Liou B. 1998, « Inscriptions peintes sur amphores de Narbonne (Port-la-Nautique) Aude, III », RAN 31, p. 91-102.
https://www.persee.fr/doc/ran_0557-7705_1998_num_31_1_1498

Loeschcke S. 1942, « Die römische und die belgische Keramik » dans C. Baum (éd.), Das Römerlager in Oberaden und das Uferkastell in Beckinghausen an der Lippe, II, 2. Die römisch und die belgische Keramik, die Gegenstände aus Metall, Dortmund (Veröffentlichungen aus dem Städt. Museum für Vor- und Frühgeschichte Dortmund II, 2), p. 7-148.

López Mullor A. 2013, « La figlina i les àmfores de l’àrea de les Termes Romanes de Sant Boi de Llobregat », dans Barcino II 2, 13, p. 61-82.
https://www.academia.edu/8066747

López Mullor A., Batista R., Zucchitello M. 1987, « La producción vitivinícola de la Tarraconense. Algunos ejemplos sintomáticos », dans El vi 1987, p. 319-325.

Marlier S. 2008, « Architecture et espace de navigation des navires à dolia », Archaeonautica15, p. 12-35.
https://www.persee.fr/doc/nauti_0154-1854_2008_num_15_1_920

Martin Kilcher S. 1993, ‘Amphoren der späten Republik und der frühen Kaiserzeit in Kharthago’, MDAI(R) 100, p. 269-320.

Martin-Kilcher S. 1998, « Le vin dans la Colonia Iulia Karthago » dans El vi 1998, p. 511-529.

Martin-Kilcher S. 2005, “Carthage: Imported Eastern Amphorae in the Roman Colonia Iulia”, dans M. Berg Briese, L.E. Vaag (éd.), Trade Relations in the Eastern Mediterranean from the Late Hellenisitc Period to Late Antiquity: The Ceramic Evidence, Odense (Alicarnassian Studies 3), p. 202-220.

Martín Menéndez A. 2015, « Consideraciones sobre las marcas en ánforas tarraconenses en la Layetania septentrional. Los casos de El Mujal-El Roser (Calella) y Can Rodon y Ca l’Arnau (Cabrera de Mar) » dans V. Martínez Ferreras (éd.), La difusión comercial de las ánforas vinarias de Hispania Citerior Tarraconensis (s. I a.C. – I. d.C.), Oxford (Archaeopress Roman Archaeology 4), p. 39-54.

Martínez J., Folch J., Casas T. 1988, « La Intervenció arqueològica al jaciment ibèric i romà de Can Feu (1987). Notes preliminars », Arraona, III època, nº 3, p. 25-34

Martínez Ferreras et alii 2015, Martínez Ferreras V., Capelli C., Jézégou M.P., Salvat M., Castellvi G., Cabella R., “The Port-Vendres 4 Shipwreck Cargo: Evidence of the Roman Wine Trade in the Western Mediterranean”, IJNA 44, 2, p. 277-299.

Marty F., Zaaraoui Y. 2009, « Contextes céramiques du haut-empire de la bonification de l’Estagnon à Fos-sur-Ner (Bouches-du-Rhône) », dans SFECAG, Actes du Congrès de Colmar 2009, Marseille, p. 397-426.

Miró J. 1988, La producción de ánforas romanas en Catalunya. Un estudio sobre el comercio del vino de la Tarraconense (siglos I a.C.-I d.C), Oxford (BAR Int. S. 473).

Nolla J.M., Padro I Parcerisa J., Sanmartí E. 1980, « Exploració preliminar del forn d’àmfores de Tivissa (Ribera d’Ebre) », Cypsela 3, p. 193-218.

Olcese et alii 2017, Olcese G., Cau Ontiveros M.A., Fantuzzi L., Razza A., Surace D.M., Tsantini E., « Le anfore del contesto della ruota idraulica di Ostia antica : archeologia e archeometria », ArchClass LXVIII, p. 197-224.

Olesti Vila O., Carreras Monfort C. 2013, « Le paysage social de la production vitivinicole dans l’ager Barcinonensis : esclaves, affranchis et institores », DHA 39, 2, p. 147-189.
https://www.persee.fr/doc/dha_0755-7256_2013_num_39_2_3859.

Ortisi S. 1999, « Ein frühkaiserzeitlicher Keramikkomplex aus einem Schöpfbrunnen in Insula E 117 West in Karthago », MDAI(R) 106, p. 439-493.

Ortiz de Urbina E. 2014, « Los C. Iulii y la posteridad de los nombres de Augusto en Hispania Citerior : estudio de su proyección civil y militar », Veleia 31, p. 99-121.
https://www.academia.edu/26561807

Pallarés F. 1983, « La nave romana del golfo di Diano Marina. Relazione preliminare della campagna 1981 », Forma Maris Antiqui XI-XII (1975-1981), p. 79-116.

Panella C. 1970, « Anfore » dans Ostia II. Le Terme del Nuotatore. Scavo dell’ambiente I, Roma (Studi Miscellanei 16), p. 55-156.

Pascual Guasch R. 1977, « Las ánforas de la Layetania » dans Méthodes classiques et méthodes formelles dans l’étude typologique des amphores. Actes du colloque de Rome, 1974), Rome (CÉFR 32), p. 47-96.
https://www.persee.fr/doc/efr_0000-0000_1977_act_32_1_4688

Pascual I Guasch R. 1991, Index d’estampilles sobre àmfores catalanes, Barcelona (Cuadernos de Arqueología 5).

Pera I Isern J. 1983, « Estudi d’unes restes romanes aparegudes al Carrer de la Font de Canet de Mar », Laietània 2-3, p. 207-213.

Revilla V. 1986, « Un forn de producció d’àmfores a Tivissa », Miscel·lània del Centre d’Estudis de la Ribera d’Ebre 4, p. 12-28.

Revilla Calvo V. 1995, Producción cerámica, viticultura y propiedad rural en Hispania Tarraconensis (siglos I a.C.–III d.C.), Barcelona (Cuadernos de Arqueología 8).
https://www.researchgate.net/publication/328583843

Revilla Calvo V. 2004, « Anforas y epigrafía anfórica en Hispania Tarraconensis » dans J. Remesal Rodríguez (éd.), Epigrafía anfórica. Barcelona (Col.lecció Instrumenta 17), p. 159-196.
https://www.academia.edu/4659882

Ribas M. 1934, « Un forn de gerres d’Iluro », dans Diari de Mataró, 19 de mayo de 1934. Mataró.

Rice C. 2011, “Ceramic assemblages and ports” dans D. Robinson, A. Wilson (éd.), Maritime Archaeology and Ancient Trade in the Mediterranean, Oxford (Oxford Centre for Maritime Archaeology Monograph 6), p. 81-92.

Rizzo G. 2018, « Ostia, le anfore e i commerci mediterranei. Un bilancio preliminare », ArchClass LXIX, p. 223-266.

Rodà I. 2014, ‘Lucius Licinius Sura, Hispanus’, dans Trajan und seine Städte: Colloquium Cluj-Napoca, Cluj-Napoca, p. 21-35.
https://www.academia.edu/11857058

Sciallano M., Marlier S. 2008, « L’épave à dolia de l’île de la Giraglia (Haute-Corse) », Archaeonautica 15, p. 113-151.

Simón Cornago I., 2018, « C. Licinius Adin : uno de los últimos iberos », DHA 44, 1, p. 59-73.

Tchernia A. 1971, « Les amphores vinaires de Tarraconaise et leur exportation au début de l’Empire », AEA 44, p. 38-85.

Tchernia A. 1976, « L’atelier d’amphores de Tivissa et la marque Sex Domiti », dans L’Italie préromaine et la Rome républicaine. Mélanges offerts à Jacques Heurgon, Rome (CÉFR 27), p. 973-979.
https://www.persee.fr/doc/efr_0000-0000_1976_ant_27_1_1849

Tchernia A. 1986, Le vin de l’Italie romaine. Essai d’histoire économique d’après les amphores, Rome (BÉFAR 261).

Tchernia A. 1991, « Maesianus Celsus et Caedicia Victrix sur des amphores de Campanie » dans Les élites municipales de l’Italie péninsulaire des Gracques à Néron. Actes de la table ronde de Clermont-Ferrand (28-30 novembre 1991), Rome (CÉFR 1215), p. 207-211.

Tchernia A., Zevi F. 1972, « Amphores vinaires de Campanie et de Tarraconaise à Ostie » dans Recherches sur les amphores romaines, Rome (CÉFR 10), p. 35-67.
https://www.persee.fr/doc/efr_0000-0000_1972_act_10_1_1521

Tir, K/J-31 = Tabula Imperii Romani (Pyrénées Orientales-Baleares-Tarraco), Madrid 1997.

Van Der Werff J.H. 1989, « L. Evmachi : à propos d’une marque d’amphore trouvée a Nimègue », Berichten van de Rijksdienst voor het Oudheidkundig 40, p. 357-376.

Vi (El) 1987, El vi a l’antiguitat, producció i comerç al Mediterrani Occidental, Badalona (Monografies Badalonines 9).

Vi (El) 1998, El vi a l’antiguitat. Economia, producció i comerç al Mediterrani Occidental (Badalona, 1998), II Col.loqui Internacional d’Arqueologia Romana, Badalona (Monografies Badalonines 14)

Yorke R.A., Little J.H. 1975, « Offshore Survey at Carthage, Tunisia, 1973 », The International Journal of Nautical Archaeology and Underwater Exploration 4, 1, p. 85-101.

Haut de page

Document annexe

  • Tableaux des timbres et inscriptions (application/vnd.openxmlformats-officedocument.wordprocessingml.document – 26k)

    Pour consulter les tableaux des timbres et des inscriptions au format .docx, se reporter à ce document annexe.

Haut de page

Notes

1 Delattre 1894 et 1907.

2 Freed 1996.

3 Martin-Kilcher 1998.

4 Freed 1998.

5 Carreras 2009 ; Berni, Carreras 2009 ; Berni, Carreras 2013 ; Berni 2015 ; Carreras 2015 ; Berni, Miró 2013 ; Járrega, Berni 2014 ; Járrega 2015.

6 Járrega 2013 ; Járrega, Berni 2015.

7 Berni 2015 ; 2017-2018.

8 Corsi-Sciallano, Liou 1985, p. 159-169.

9 Martin-Kilcher 1993 ; 1998.

10 La première concerne trois insulae donnant sur le littoral et la seconde correspond à un quartier public et sacré situé en bordure du decumanus maximus.

11 Entendu au sens géographique large, pour les différencier de celles de l’ager Tarraconensis, se référant spécifiquement au territoire de Tarraco.

12 Martin-Kilcher 1998, fig. 3 et 13.

13 Martin-Kilcher 2005, p. 208, fig. 4.

14 Miró 1988, p. 142.

15 Tchernia 1971, p. 52.

16 Martin-Kilcher 1993, p. 281, Abb. 5, 7 et 9 et p. 298, Abb. 13.

17 Martin-Kilcher 1998, p. 512-13 et fig. 5, nos 1 et 2.

18 Freed 1996; Freed, Moore 1996.

19 Freed, Moore 1996, p. 22-24.

20 Van Der Werff 1989; Tchernia 1991.

21 Loeschcke 1942, p. 77, Taf. 19.2.

22 Berni 2017, p. 190 nº 5.

23 Hesnard et alii 1988, p. 49.

24 Berni, Miró 2013 p. 76 ; Berni 2015, p. 198-199 et fig. 8.

25 Berni, Miró 2013 p. 76.

26 Aguelo, Huertas 2009 ; Casas Blasi 2009 ; Carreras 2009, p. 40.

27 Berni, Carreras 2001 p. 115 ; 2009, p. 25.

28 Hesnard et alii 1988, p. 56.

29 Freed, Moore 1996, fig. 6.

30 Ce même timbre a été découvert sur une amphore complète à Malard (Narbonne) : Falguera 1993, nº 184.

31 Martin-Kilcher 1993, p. 294, Abb. II.3.

32 Delattre 1894, nos 11 et 27.

33 Freed 1996, p. 139.

34 Delattre 1894, nº 21.

35 Amar, Liou 1989, p. 194, fig. 1, nº 257.

36 Freed 1996, p. 149-150; Freed, Moore 1976, p. 20.

37 Freed 1996 p. 152-155.

38 Martin-Kilcher 1998, p. 515.

39 Freed 1996, p. 149.

40 Martin-Kilcher 1998, p. 515.

41 Rice 2011, p. 86.

42 Olcese et alii 2017, p. 202-203 et 214.

43 Rizzo 2018, p. 235-236 et fig. 4.

44 Rizzo 2018, fig. 6.

45 Berni 2010.

46 Martin-Kilcher 1993, p. 281 et 319, Abb. 5.135.

47 Corsi-Sciallano, Liou 1985 ; González Cesteros, Berni Millet 2018, p. 79.

48 Delattre 1907, nº 27 ; Freed 1998 p. 351 et 353.

49 Corsi-Sciallano, Liou 1985, p. 112, fig. 86.

50 Berni, Carreras 2001, nº 4.

51 Corsi-Sciallano, Liou 1985, p. 31, fig. 17-18, 20.

52 Delattre 1907, nº 22.

53 Corsi-Sciallano, Liou 1985, nº 3, fig. 109.

54 Corsi-Sciallano, Liou 1985, nº 6, fig. 66.

55 Freed 1998, p. 352, fig. 3, 21.

56 Berni, Carreras 2013, nº 17.

57 Freed 1998, p. 352, fig. 3,10.

58 Corsi-Sciallano, Liou 1985, nos 18 et 44, fig. 68.

59 Berni, Carreras 2013, nº 97.

60 Martínez, Folch, Casas 1988, p. 33, fig. 4.

61 Delattre 1894, p. 114, nº 33 = CIL VIII, 22637, 68; Freed 1998, p. 352, fig. 3, 9.

62 Berni, Carreras 2013, nos 33-4.

63 Corsi-Sciallano, Liou 1985 p. 130-144, 78-94 ; Sciallano, Marlier 2008.

64 Delattre 1902, p. 460, nº 49 ; Pascual 1991, nº 50, 5 ; Freed 1998, fig. 3, 8.

65 Berni, Carreras 2013, nº 37.

66 Corsi-Sciallano, Liou 1985, p. 71-77 et 78-94 ; Sciallano, Marlier 2008.

67 Freed 1998, p. 352, fig. 3,14.

68 Berni, Carreras 2013, nº 68.

69 Corsi-Sciallano, Liou 1985, nos 43 et 47, fig. 68.

70 Delattre 1907, nº 12 et 23.

71 Berni, Carreras 2001, nº 19a.

72 Berni 2008, p. 64 fig. 11 ; 2017, p. 185-187.

73 García Targa 2004 ; Biblioteca Museu Víctor Balaguer 2005, p. 120, no 30.

74 Aquilué et alii 1984, p. 287, fig. 106, 5.

75 Berni, Carreras, Olesti 2005.

76 Carbonell, Folch 1998 ; Artigues, Rigo 2002.

77 Enrich Hoja 1981.

78 Berni et alii 2005, p. 175-176.

79 Freed 1998, 350.

80 Nicolas 1979, nº 48, fig. VIII.48.

81 Pallarés 1983, p. 89, fig. 12, 9 ; Corsi-Sciallano, Liou 1985, p. 103, fig. 80, 2.

82 Berni 2015, p. 195.

83 Berni, Carreras 2013, nº 104.

84 Pascual 1991, nº 209, 7, lám. XXIII, nº 475 ; Freed 1998, p. 352, fig. 3, 16.

85 Anteas 1993, p. 10, nº 28.

86 Liou 1987, p. 274, fig. 5.

87 Berni, Carreras 2013, nº 116.

88 Sciallano, Liou 1985, p. 85, nº 58 ; Sciallano, Marlier 2008, p. 125.

89 Martínez Ferreras et alii 2015.

90 Pascual, 1991, nº 166, 2 ; Freed 1998, p. 352, fig. 3, 17.

91 Berni, Carreras 2013, nº 105.

92 Corsi-Sciallano, Liou 1985, p. 78-94.

93 Martin-Kilcher 1993, p. 281 et 314, Abb. 5, 105 et 29, 105 ; Ortisi 1999, Abb. 17, 347.

94 Freed 1998, p. 352.

95 Berni, Carreras 2013, nº 120.

96 Pascual 1991, nº 170, 1, lám. XIX nº 380; Freed 1998, p 352, ­fig. 3, 20.

97 Durán I Sanpere 1943, fig. 43, 1 ; Berni, Carreras 2001, nº 28A.

98 Barrasetas, Palet, Martin 1994.

99 Delattre 1900a, p. 84, 1900b, p. 284, nº 27 ; CIL VIII, 22637.45 ; Freed 1998, p. 354, n. 8.

100 Andreu 1994, p. 363, fig. 4, 14.

101 Martín Menéndez 2015, p. 45, fig. 3.

102 Bergé 1990 ; Falguera 1993.

103 Martin-Kilcher 1993, p. 281, Abb. 5, 7 et 13, 7.

104 Bergé 1990.

105 Pera 1983 ; Martín Menéndez 2015.

106 Pascual 1991, nº 219, 4; Freed 1998, p. 352, fig. 3, 18.

107 Pascual 1977, p. 59.

108 Pascual 1977, p. 56 et 58.

109 Freed 1998, p. 352, fig. 3, 11.

110 Pascual 1977, nº 84.

111 Ribas 1934.

112 Pascual 1977, nº 64.

113 Pascual 1977, nº 64a, fig. 13, 2 et 8.

114 Delattre 1885, p. 58-59, nº 18 ; 1907, nos 18-19 ; Pascual 1991, nº 140.1 ; Freed 1998, p. 351-352, fig. 2, 7-8.

115 Delattre 1884.

116 Delattre 1907, no 20.

117 Burjachs et alii 1987.

118 Járrega, Berni 2015.

119 Freed 1998, p. 351, fig. 2, 3.

120 Contino et alii 2013, fig. 4, inv. 49.

121 Delattre 1907, nº 25; Freed 1998 p. 351, fig. 2, 9.

122 Pascual 1977, nº 132 = Pascual 1991, nº 137; Pera 1983, López Mullor, Batista, Zucchitello 1987, p. 324, lám. II, 14; Martín Menéndez 2015, p. 44, fig. 3.

123 Liou 1993, fig. 2.

124 Delattre 1907, nº 28; Freed 1998, p. 351-352, fig. 2, 6.

125 Pascual 1977 nos 65 et 95 ; Miró 1988, nº 88-90.

126 Pascual 1991, nº 181, 2, lám. XX nº 405.

127 Marty, Zaaraoui 2009, p. 409, fig. 13, 1.

128 Corsi-Sciallano, Liou 1985, p. 112.

129 Delattre 1907, nos 32-33; Freed 1998, p. 351-352, fig. 1, 2-3 ­et 3, 5, 7.

130 Corsi-Sciallano, Liou 1985, p. 108 et 125.

131 Revilla 1995, nº 24.

132 Freed 1998, p. 352, fig. 3,12.

133 Delattre 1907, nº 26; Freed 1998, p. 351-352, fig. 2, 5 et 3, 2-3.

134 Contino et alii 2013, fig 7.

135 Delattre 1907, nº 21.

136 Pascual 1991, nº 37, 2, lám. IV, 89.

137 Corsi-Sciallano, Liou 1985, p. 54, fig. 40.

138 Freed 1998, p. 352, fig. 3, 15.

139 Freed 1998, p. 351, fig. 3, 1.

140 Delattre 1907, nº 17.

141 Freed 1998, p. 352 et 353, fig. 3, 4.

142 Pascual 1991, nº 178, 1, lám. XX, nº 400; Freed 1998, p. 352, fig. 3, 20.

143 Martin-Kilcher 1998, p. 513, fig. 5, 4.

144 Freed 1998, p. 352, fig. 3, 19.

145 Delattre 1907, nº 16 ; Freed 1998, p. 351 et 353, fig. 2, 1.

146 Berni 2010, p. 158-159 et nº 137.

147 Delattre 1907, nº 24 ; Freed 1998, p. 351 et 353, fig. 1, 1 et 2, 2.

148 Berni 2010, p. 158 et nº 148.

149 Martin-Kilcher 1993, p. 281, Abb. 5, 9 et 13, 9.

150 Tchernia 1976 ; Nolla, Padró, Sanmartí 1980 ; Revilla 1986.

151 Delattre 1907.

152 Tchernia, Zevi 1972, p. 64-65.

153 Dressel 1879, p. 61.

154 Dressel 1879, p. 194-195.

155 Tchernia 1986, p. 201-209.

156 Delattre 1907, nº 6.

157 Delattre 1907, nº 7.

158 Járrega, Berni 2014.

159 Delattre 1907, nº 1.

160 Delattre 1907, nº 2.

161 Delattre 1907, nº 33.

162 Delattre 1907, nº 34.

163 Delattre 1907, nº 32.

164 Delattre 1907, nº 7.

165 Delattre 1907, nº 13, lue C.Iulii Teati.

166 Delattre 1907, nº 12, lue C. Iulii Teati.

167 Delattre 1907, nº 10.

168 Dressel 1879, p. 86 nº 58, tav. IX-X, nº 26.

169 Delattre 1907, nº 9.

170 Delattre 1907, nº 11.

171 Delattre 1907, nº 3.

172 Dressel 1879, p. 62.

173 Delattre 1907, nº 24.

174 Martin-Kilcher 1998, p. 512-513.

175 IRC IV, 6 ; Berni et alii 2005 ; Rodà 2014.

176 Berni, Miró 2013, p. 75-76 et 81-83.

177 Berni, Carreras 2013, p. 156.

178 Simón Cornago 2018.

179 Corsi-Sciallano, Liou 1985, p. 85 nº 60 et p. 83 nº 40.

180 Comas I Solà 1997, nº 189.

181 IRC IV, 62.

182 IRC IV, 138.

183 Dressel 1879, p. 86 nº 58.

184 Berni, Carreras 2013, nº 94.

185 Berni à paraître.

186 TIR K/J-31 : p. 134.

187 IRC IV, 54, 141, 196.

188 Járrega 2016, 164-178.

189 Armani 2014, annexe.

190 Ortiz De Urbina 2014, 112.

191 IRC IV, 76 ; TIR K/J-31 : 44-46.

192 Abascal 2006.

193 Carreras 2009 ; Casas Blasi 2009 ; Aguelo, Huertas 2009.

194 Bouscaras 1974 ; Anteas 1993 ; Falguera 1993.

195 Martín Menéndez 2015, p. 45, fig. 3.1.

196 Járrega 2016, p. 173-174.

197 Gianfrotta 1982.

198 Miró 1988, p. 255 ; Berni, Miró 2013, p. 65-67.

199 Brizio 1872, p. 165, nº 195.

200 Dressel 1879, p. 61 nº 18 ; p. 62 nº 19 ; CIL XV, 4577, 4578, 4579.

201 Dressel 1879, p. 62.

202 Corsi-Sciallano, Liou 1986, p. 108-119.

203 Alfonsi, Ambrogi 1985-86 ; Alfonsi, Gandolfo 1987.

204 Martin-Kilcher 1993, p. 202.

205A copone tibi faex Laletana petatur / si plus quam decies, Sextiliane, bibis” (I, 26, 9-10).

206Hispaniarum Laeetana copia nobiliantur, elegantia uero Tarraconensia atque Lauronensia et Baliarica ex insulis conferentur Italiae primis” (nat., XIV, 71).

207 Berni 2015.

208 Dressel 1879.

209 D’alessandro 2013, p. 353.

210Tarraco, Campano tantum cessura Lyaeo, haec genuit Tuscis aemula uina cadis” (XIII, 118).

211Phocaicae dant Emporiae, dat Tarraco pubem vitifera et Latio tantum cessura Lyaeo” (III, 369-370).

212Terra fertilis campis et magis collibus nam Italiae uites adfectat et comparat areas serotino non erubescit autumno” (Vergilius, orator an poeta, II, 2).

213 Járrega Domínguez 2013, p. 408 ; Járrega Domínguez, Berni Millet 2015, p. 86-88.

214 Berni, Carreras 2013 p. 129-272 ; Berni Millet, Miró Canals 2013, p. 76.

215 Carbonell, Folch 1998.

216 Corsi-Sciallano, Liou 1985, p. 175.

217 Corsi-Sciallano, Liou 1985, en particulier p. 169-171 ; Marlier 2008 ; Sciallano, Marlier 2008 ; Dell’Amico, Pallarés 2011.

218 Martin-Kilcher 1998, p. 515.

219 Rice 2011, p. 87.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Évolution de la Dressel 3-2 léétanienne
Crédits (d’après BERNI 2015, fig. 8)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2268/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 2 : Amphores et photographie du deuxième mur de Carthage
Crédits (d’après DELATTRE 1907, p. 32)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2268/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3 : Carte de la Léétanie, avec indication des sites mentionnés dans le texte
Légende 1 : Malgrat de Mar ; 2 : El Roser/El Mujal ; 3 : El Morrell ; 4 :Torre Llauder ; 5 : Veinat de Sant Crist ; 6 : Caldes de Montbui ; 7 : Can Manolo ; 8 : Sant Miquel dels Martes ; 9 : Can Cabot ; 10 : Sant Boi de Llobregat ; 11 : Sant Vicenç dels Horts ; 12 : Can Tintorer ; 13 : Can Pedrerol ; 14 : Can Feu ; 15 : La Boada ; 16 : Mas de Gomandí (carte originale : BERNI 2015, fig. 6). En haut à gauche, carte des régions citées dans le texte.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2268/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Titre Fig. 4 : Timbres de Léétanie occidentale (sans échelle)
Crédits (d’après MARTIN-KILCHER nos 1 et 13 ; DELATTRE nos 2-3, 9a-b ; FREED nos 4-8, 11-12 et 15)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2268/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Fig. 5 : Variantes de la série LLC sur Dressel 2 découvertes à Carthage (1-2), Barcelone (3) et Ampurias (4)
Légende Deux fragments de Dressel 20A (5) retrouvés dans la même strate que le timbre LLC de Barcino
Crédits (clichés: 3b: E. Revilla Cubero, MUHBA; 4b: J. Tremoleda i Trilla, MAC)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2268/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 575k
Titre Fig. 6 : Timbres de la Léétanie orientale (sans échelle)
Crédits (d’après MARTIN-KILCHER no 17 ; DELATTRE nos 21 et 24a ; FREED nos 18-20b, 22-23 et 24b-25d)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2268/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre Tabl. 1 : Timbres sur Pascual 1
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2268/img-7.png
Fichier image/png, 31k
Titre Fig. 7 : Timbres de Léétanie d’origine indéterminée (sans échelle)
Crédits (d’après MARTIN-KILCHER nº 34 ; DELATTRE nos 28 et 31 ; FREED nos 26-27b, 29-30, 32-33 et 35)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2268/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Titre Fig. 8 : Timbres de l’ager occidental de Tarraco et des terres de l’Ebre (sans échelle)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2268/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Tabl. 2 : Timbres sur Dressel 3 léétaniennes
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2268/img-10.png
Fichier image/png, 158k
Titre Tabl. 3 : Timbres sur Dressel 2 léétaniennes
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2268/img-11.png
Fichier image/png, 106k
Titre Tabl. 4 : Timbres sur Dressel 2 de l’ager Tarraconensis
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2268/img-12.png
Fichier image/png, 18k
Titre Fig. 9 : Tituli picti nos 39 et 40 (sans échelle)
Crédits (d’après DELATTRE 1907, nos 1 et 2)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2268/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Fig. 10 : Tituli picti nos 41-43 (sans échelle)
Crédits (d’après DELATTRE 1907, nos 32-34)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2268/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Fig. 11 : Tituli picti nos 44-46 (sans échelle)
Crédits (d’après DELATTRE 1907, nos 7 et 12-13)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2268/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Titre Fig. 12 : Tituli picti nos 47-49 (sans échelle)
Crédits (d’après DELATTRE 1907, nos 9-11)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2268/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 13 : Titulus pictus nº 51 et timbres IR n° 37 (sans échelle) (Delattre 1907 : nos 9-11) accompagnés de leur amphore Dressel 2 de l’ager occidental de Tarraco (Freed 1996 : 142 fig. 6)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2268/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Titre Tabl. 5 : Inscriptions peintes relatives au vin de Lauro de Léétanie Orientale
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2268/img-18.png
Fichier image/png, 162k
Titre Tabl. 6 : Inscriptions peintes sur d’autres amphores de Léétanie Orientale
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2268/img-19.png
Fichier image/png, 49k
Titre Tabl. 7 : Inscriptions peintes sur amphores de Léétanie Occidentale
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2268/img-20.png
Fichier image/png, 134k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Piero Berni Millet et Jordi Miró Canals, « Le vin léétanien et de Tarraco à Carthage »Antiquités africaines, 56 | 2020, 129-159.

Référence électronique

Piero Berni Millet et Jordi Miró Canals, « Le vin léétanien et de Tarraco à Carthage »Antiquités africaines [En ligne], 56 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/antafr/2268 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.2268

Haut de page

Droits d’auteur

Antiquités africaines

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search