Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53Temple de Liber Pater ou Capitole ?

Temple de Liber Pater ou Capitole ?

L’apport des inscriptions à l’identification d’un lieu de culte de Lepcis Magna
Khaled Marmouri
p. 5-21

Résumés

L’identification traditionnelle de Liber Pater comme divinité titulaire du temple construit sur le côté nord-ouest du vieux forum de Lepcis Magna est vivement contestée par certains savants qui voient plutôt dans ce lieu de culte un Capitole. Cependant, la documentation et les indices avancés dans ce sens n’englobent pas l’ensemble des témoignages épigraphiques provenant de ce temple. Notre étude s’attache à les répertorier et à les examiner, avec une insistance particulière sur les dédicaces religieuses. Les inscriptions, revues et brièvement commentées, permettent de dégager différentes données qui empêchent pour l’heure de renoncer à la thèse traditionnelle du culte de Liber Pater auquel ce temple aurait été consacré.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Brouquier-Reddé 1992.

1De tous les sites romains d’Afrique du Nord, Lepcis Magna présente indéniablement le plus grand nombre de lieux de culte : quoique partiellement fouillée – environ 25 % des 125 hectares que compte la zone archéologique actuelle – l’ancienne capitale de la province de Tripolitaine totalise actuellement vingt-cinq temples ou chapelles localisés, ainsi que quatre lieux de culte dont l’emplacement est inconnu1. Toutefois, bon nombre de ces édifices demeurent, à ce jour, inédits ou anonymes. Compte tenu des conditions et des méthodes de fouilles des années 1920-1940, la reprise de l’étude de ces temples exhumés, pour la plupart, avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale constitue aujourd’hui un travail ardu. Cela n’a pas empêché certains archéologues de s’engager ces dernières décennies dans des projets d’étude et de publication d’édifices cultuels de Lepcis Magna, afin d’en préciser les phases d’occupation et d’en analyser les trouvailles.

  • 2 Tre templi (I) 2005 ; Mahler 2012 ; Montali 2016.

2À ce titre, le vieux forum constitue un secteur de premier choix. Considérée comme principal centre de la métropole syrtique, même après la construction de l’imposant forum nouum Seuerianum au début du iiie siècle, la plus ancienne place publique renferme les plus importants bâtiments nécessaires au fonctionnement de la cité : la curie, la basilique judiciaire et les temples dédiés aux dii patrii et aux empereurs (fig. 1). L’existence de documents d’archives assez riches et variés, qui décrivent le déroulement des fouilles du vieux forum, menées par G. Guidi dans les années 1932-1934, a incité les archéologues à se pencher plus particulièrement sur ses sanctuaires majeurs ; d’autant plus qu’une bonne partie de leur matériel a été conservée in situ2.

  • 3 Masturzo 2005.
  • 4 Di Vita 1968 ; 2005 ; Musso 1996 ; 2008.
  • 5 On doit également ajouter les réflexions de N. Masturzo qui se rallie en fin de compte à la thèse (...)

3Parmi ces lieux de culte donnant sur la principale place de la cité, qui ont suscité grand intérêt, celui édifié sur le côté nord-ouest et attribué à Liber Pater a fait récemment l’objet d’une étude assez riche, par les soins de Nicolò Masturzo3. Si la publication des résultats de ces recherches a largement contribué à éclaircir certains points quant à la typologie et à la chronologie du temple, il n’en demeure pas moins que l’identité de la ou des divinités qui y trônaient soulève toujours la controverse. D’où le riche débat scientifique qui s’est engagé ces deux dernières décennies entre Luisa Musso et Antonino Di Vita4 : la première rattache le sanctuaire au culte de la triade capitoline, tandis que le second préfère maintenir l’identification traditionnelle qui remonte à la découverte du site, au début des années 1930 : un temple de Liber Pater5. Afin d’étayer leurs thèses divergentes, les deux savants se sont essentiellement appuyés sur des données historiques, archéologiques et iconographiques, réduisant la portée des textes épigraphiques trouvés à l’intérieur du temple ou dans son voisinage immédiat.

4Il me semble donc important ici de reconsidérer ces inscriptions et leur contenu, en particulier celles qui se rapportent aux cultes de Liber Pater et de la triade capitoline. À la lumière de ces témoignages, mon propos est de tenter de verser de nouvelles pièces au dossier, qui pourraient aider à trancher cette question. Je reprendrai parallèlement, mais de manière schématique, les principaux arguments mis en avant, notamment, par Luisa Musso, afin d’en vérifier la teneur.

  • 6 Sall., Iug., 77 ; Di Vita 1982, p. 520-523 ; Munzi 2010, p. 48-49 ; Munzi et alii. 2010, p. 733-73 (...)
  • 7 Di Vita 1968, p. 201-203 ; 1982, p. 555 ; Di Vita-Évrard 1998, p. 50-51. Cette datation est mise e (...)
  • 8 Di Vita 1982, p. 554-555 ; Masturzo 2003, p. 723-731 ; 2005, p. 61-62.
  • 9 Di Vita 1968, p. 209-211 ; 1982, p. 556-557 ; Di Vita-Évrard 1990.
  • 10 À propos de ce temple, voir, en dernier lieu, Ricciardi 2016.
  • 11 Son inscription néo-punique, qui commémore l’achèvement de son chantier décoratif, surmontait l’en (...)
  • 12 Une dédicace trilingue, dédiée probablement [pro salute Imperatoris] Caesaris deiuei f(ilii) A[ugu (...)

5Suivant la thèse d’Antonino Di Vita, communément admise, l’implantation des trois temples au nord-ouest du vieux forum serait liée à la genèse et aux transformations qu’a subies la place, à partir de la chute de Carthage en 146 av. J.-C. Forte de son statut d’amie et alliée du peuple romain, acquis en 109 av. J.-C., à la faveur de la guerre contre Jugurtha, Lepcis Magna a renforcé son autonomie vis-à-vis des rois numides et connu, dès lors, une certaine prospérité économique6. Cet essor se traduirait en particulier par une extension urbaine programmée par étapes, accompagnée d’un grand remodelage destiné à donner à la ville une trame orthogonale, qu’A. Di Vita place entre la fin du iie et le milieu du ier siècle av. J.-C.7 Avec l’aménagement d’une nouvelle place publique géométriquement ordonnée, on a choisi de dédier sur son côté nord-ouest un espace aux lieux de culte majeurs de la cité8. Si l’on suit le schéma développé par ce même savant italien, il n’y aurait eu au départ que deux temples destinés aux deux divinités tutélaires de la communauté, Liber Pater et Hercule. Dans un second temps, lorsqu’il fallut reconsacrer un des deux monuments au culte dynastique, un troisième temple fut ajouté à l’angle nord-ouest du forum et inauguré probablement par le proconsul d’Afrique Cn. Calpurnius Piso, autour de 5 apr. J.-C.9 C’est sur la foi de ces hypothèses qu’on attribue actuellement à Hercule ce dernier édifice10. Le temple médian d’où l’on avait délogé ce dernier dieu fut ainsi dédié à Rome et à Auguste, au milieu du règne de Tibère11. Cependant, il doit s’agir de remaniements d’un premier sanctuaire édifié sous Auguste12.

  • 13 Musso 2008, p. 166-167 ; Masturzo 2016a, p. 563-564.

6Ce schéma soutenu par A. Di Vita est vivement critiqué par L. Musso et N. Masturzo, pour des raisons qu’il n’est pas opportun pour notre propos de dérouler ici13. Il suffit de souligner que les trois temples, dans leur état le plus ancien, ne semblent remonter qu’à l’époque augustéenne.

  • 14 Masturzo 2003, p. 723-728 ; 2005, p. 77 et 128-129.
  • 15 Masturzo 2005 ; 2016b, p. 54-57.
  • 16 Masturzo 2005, p. 72-74 et 113-114.
  • 17 Musso 2008, p. 181-183.
  • 18 Crawley Quinn, Wilson 2013, p. 130-133 et 157. P. Gros (1996, p. 193-195) a souligné au moyen de p (...)
  • 19 De même, la tripartition des substructions de temples ne saurait être un indice suffisant pour l’i (...)

7Probablement antérieur au lieu de culte attribué à Hercule, le temple sud-ouest, qui nous intéresse, peut avoir été construit entre le milieu du règne d’Auguste et les premières années de notre ère14. Dans son état actuel, suivant les dernières recherches de N. Masturzo, le monument se présente comme un périptère hexastyle sans posticum, d’inspiration italique, érigé sur un haut podium dont le cœur est divisé en douze espaces, avec un grand escalier qui mène directement à la cella (fig. 2-3)15. Au fond de cette chambre cultuelle, on trouve un socle monumental tripartite qui soutenait une ou plusieurs statues16. La typologie du temple et cette tripartition du large support ont conduit L. Musso à supposer que dans la cella se dressaient les figures sculptées des trois divinités capitolines : Jupiter assis flanqué de Junon et de Minerve17. Ces deux premiers arguments ne sont pas, certes, dénués de vraisemblance, mais ne sauraient être concluants : d’une part, le modèle architectural italique distingué par un haut podium est assez banal aux époques tardo-républicaine et augustéenne et, d’autre part, une tripartition de l’espace dans une cella n’est pas propre aux Capitoles18. D’ailleurs, il semble clair que les cloisons de la partie postérieure de l’édifice constituent des éléments de la substruction de ce socle (1,3 × 7 × 2,8 m), afin de mieux résister au poids de la représentation divine qui devait être colossale (fig. 4-5) ; sans qu’il faille y voir forcément une tripartition cultuelle19.

Fig. 1 : Lepcis Magna. Vieux forum. Plan

Fig. 1 : Lepcis Magna. Vieux forum. Plan

Source : Masturzo 2005, Pl. I, réélaboration.

Fig. 2 : Lepcis Magna. Temple attribué à Liber Pater. Plan

Fig. 2 : Lepcis Magna. Temple attribué à Liber Pater. Plan

Source : Masturzo 2005, fig. 1.118.

Fig. 3 : Lepcis Magna. Temple attribué à Liber Pater. Reconstitution axiale des structures

Fig. 3 : Lepcis Magna. Temple attribué à Liber Pater. Reconstitution axiale des structures

Source : Masturzo 2005, fig. 1.119, réélaboration.

Fig. 4 : Lepcis Magna. Temple attribué à Liber Pater. Socle tripartite du fond de la cella, vu du nord-est

Fig. 4 : Lepcis Magna. Temple attribué à Liber Pater. Socle tripartite du fond de la cella, vu du nord-est

Source : Masturzo 2005, fig. 1.36.

Fig. 5 : Lepcis Magna. Temple attribué à Liber Pater. Socle tripartite du fond de la cella, vu du sud-ouest

Fig. 5 : Lepcis Magna. Temple attribué à Liber Pater. Socle tripartite du fond de la cella, vu du sud-ouest

Source : Masturzo 2005, fig. 1.38.

  • 20 Goodchild, Ward-Perkins 1953, p. 55-62 et 71-73 ; Pringle 2001, p. 208-211 ; Masturzo 2005, p. 91- (...)

8Dans ce temple, peu de choses ont été trouvées in situ : le monument a bien souffert à la fin de l’Antiquité, notamment à cause de l’édification de la muraille byzantine, au milieu du vie siècle, dont le tronçon nord-ouest a nettement sectionné sa partie postérieure ; tant et si bien que plusieurs blocs de ce temple ont été remployés dans l’ouvrage défensif20.

  • 21 Musso 2008, p. 184-186.
  • 22 Musso 1996 ; Masturzo 2005, p. 57 et 129.
  • 23 Di Vita 2005, p. 17 ; Masturzo 2005, p. 56-57 et 60.
  • 24 Le fragment pourrait provenir d’un lieu de culte associant Mercure et Minerve, qui se trouverait i (...)
  • 25 Masturzo 2005, p. 58 et 131. Puisqu’il s’agit d’un acrolithe, L. Musso suppose que la tête était c (...)
  • 26 À noter que cette tête est travaillée de la même façon que la tête précédente, suivant des techniq (...)
  • 27 Masturzo 2005, p. 54.
  • 28 G. Guidi, cité dans Musso 2008, p. 184, n. 155 : « vicino al tempio denominato di Liber Pater. »
  • 29 Masturzo 2005, p. 54 et 129-131, n. 197. Dans le rapport que l’archéologue invoque, il n’est fait (...)

9Parmi ces objets, plusieurs débris de statues se rapporteraient, selon L. Musso, au culte de la triade capitoline : trois têtes féminines, dont une seule identifiée de manière sûre, une Athéna-Minerve casquée, et les fragments d’un acrolithe, composés de l’extrémité de la barbe et d’une partie du cou (fig. 6-9)21. Sans revenir sur la facture et les traits stylistiques de ces sculptures, il convient de s’arrêter à cette constatation générale : en dépit de la grande valeur des rapports de fouilles et de leur contribution indéniable à la localisation de plusieurs inscriptions et objets, la provenance précise de ces quatre fragments sculptés demeure problématique. De plus, ils paraissent bien avoir été mis au jour dans un contexte archéologique perturbé par les phases tardives de destruction et de réoccupation de l’espace. Ainsi, d’après les rapports de fouilles, la tête casquée fut trouvée derrière les deux temples majeurs, au-delà de la muraille byzantine, puis redécouverte en 1988, à une trentaine de mètres au nord-ouest de ces édifices (fig. 7)22. Ces comptes rendus laissent croire que cette tête provient de niveaux stratigraphiques correspondant à la destruction de la zone du vieux forum, entre le ve et le début du vie siècle23. Elle a d’ailleurs été exhumée avec un matériel disparate qui se rapporte, entre autres, au temple de Rome et Auguste. Les liens de la statue avec le sanctuaire attribué à Liber Pater restent, donc, très faibles24. Les conditions de découverte des deux autres fragments relatifs à des représentations féminines sont à peu près identiques : en ce qui concerne la tête au nez endommagé, dans laquelle L. Musso voit une Athéna/Minerve (fig. 8), elle provient de la zone située au sud-ouest du temple qui nous intéresse, hors contexte architectural25. Les renseignements dont on dispose au sujet du lieu de découverte de la deuxième tête, qui représenterait Héra/Junon, posent problème (fig. 9)26 : d’une part, ce n’est qu’hypothétiquement qu’elle se confondrait avec une autre tête dont les rapports indiquent la provenance, la cella cultuelle27. D’autre part, probablement à propos de ce même objet, le responsable des fouilles, Giacomo Guidi, signale que la découverte eut lieu aux environs du temple attribué à Liber Pater28. Enfin, le fragment de la tête barbue, aperçu en 2001 devant l’escalier du sanctuaire (fig. 10), a été relié par N. Masturzo au podium du même temple, sur la base d’un rapprochement incertain avec une autre sculpture mentionnée dans un rapport de fouille d’avril 193429.

10En somme, aucune des quatre figures que L. Musso et N. Masturzo ont retenues comme indices probants pour attribuer au culte capitolin le temple sud-ouest n’a été précisément mise au jour au niveau de sa cella ou dans son podium ; et en l’absence d’un inventaire ou de clichés photographiques qui documentent toutes ces trouvailles, les données tirées des rapports demeurent confuses. Par conséquent, dans l’état actuel du dossier, toute tentative de faire correspondre le lieu de ces découvertes avec le temple relèverait de la pure hypothèse.

11Pour ce qui est des inscriptions, on a souvent mis en avant deux textes qui permettraient de placer l’un ou l’autre culte – Liber Pater ou la triade capitoline – dans le temple sud-ouest. Selon L. Musso, l’unique référence épigraphique lepcitaine à la triade capitoline suffirait à prouver la présence d’un Capitole sur l’esplanade du vieux forum.

  • 30 IRT 290 ; Guey 1953, p. 341 (AE 1954, 201c)

12Le texte se rapporte manifestement à une table votive en marbre blanc, de forme presque carrée (H. 4 ; L. 62 ; ép. 60 cm). Parvenu dans un état fragmentaire, le champ épigraphique renferme une partie des nomenclatures de Junon et de Minerve, gravées en capitales de style rustique, qui sont typiques du iie siècle (fig. 10). Deux points séparent les trois mots conservés. Sur la base de l’édition princeps, Julien Guey a proposé la lecture suivante30 :

[Ioui Optimo Maximo Iuno]ṇi Reginae, Mineru[ae - - -]

13Comme l’éclat de la partie antérieure gauche du support, qui contenait le début de l’inscription, correspond à sept ou huit lettres, on doit plutôt compléter le texte comme suit :

[I(oui) O(ptimo) M(aximo) Iuno]ṇi Reginae, Mineru[ae Aug(ustae)].

  • 31 Selon I.M. Barton (1982, p. 292), « it seems likely to have come from an aedicula, perhaps recesse (...)

14Il n’y a pas lieu de tergiverser quant à la destination cultuelle de la table : la triade capitoline. En revanche, la nature du support et sa provenance imprécise ne plaident pas en faveur d’un lien évident avec le temple sud du côté nord-ouest du vieux forum31.

  • 32 Masturzo 2005, p. 54-55 et 60. C’est une plaque de marbre blanc recomposée à partir de neuf fragme (...)
  • 33 IRT 275.

15Revenons maintenant à l’hypothèse retenue par l’opinion générale : le sanctuaire est relatif au culte de Liber Pater. Cette identification repose presque entièrement sur une dédicace religieuse trouvée dans le cadre des fouilles de 1934, immédiatement à l’ouest de la cella, dans un amoncellement de débris architectoniques et épigraphiques provenant également de la chapelle édifiée à l’angle sud-ouest du vieux forum (fig. 11)32. Dans l’édition princeps, le texte est établi ainsi33 :

Dibus Lepcis Magnae,

M(arcus) Vipsanius Clemens, redemtor

marmorarius templi Liberi

Patris d(e) s(ua) p(ecunia) u(otum) s(oluit), sub cura

5

Q(uinti) Seruili Candidi, amatoris patriae,

amatoris ciuium, ornatoris [patriae],

flaminis diui Vespas[iani - c. 8/9 -]

Fig. 6 : Lepcis Magna. Tête casquée d’Athéna-Minerve

Fig. 6 : Lepcis Magna. Tête casquée d’Athéna-Minerve

Source : Musso 1996, fig. 3.

Fig. 7 : Lepcis Magna. Tête féminine attribuée à Athéna-Minerve

Fig. 7 : Lepcis Magna. Tête féminine attribuée à Athéna-Minerve

Source : Musso 2008, fig. 19.

Fig. 8 : Lepcis Magna. Tête féminine attribuée à Héra-Junon

Fig. 8 : Lepcis Magna. Tête féminine attribuée à Héra-Junon

Source : Musso 2008, fig. 17.

Fig. 9 : Lepcis Magna. Partie inférieure d’une tête barbue

Fig. 9 : Lepcis Magna. Partie inférieure d’une tête barbue

Source : Musso 2008, fig. 16.

Fig. 10 : Lepcis Magna. Dédicace à la triade capitoline provenant du vieux forum (IRT 290)

Fig. 10 : Lepcis Magna. Dédicace à la triade capitoline provenant du vieux forum (IRT 290)

Source : Ward-Perkins Archive, British School at Rome, IRT2009.

Fig. 11 : Lepcis Magna. Dédicace de M. Vipsanius Clemens aux dieux de Lepcis Magna (IRT 275)

Fig. 11 : Lepcis Magna. Dédicace de M. Vipsanius Clemens aux dieux de Lepcis Magna (IRT 275)

Cliché K. Marmouri.

Fig. 12 : Lepcis Magna. Temple attribué à Liber Pater. Localisation des découvertes épigraphiques.

Fig. 12 : Lepcis Magna. Temple attribué à Liber Pater. Localisation des découvertes épigraphiques.

16Giacomo Guidi, tout comme Antonino Di Vita, a vu dans cette inscription la preuve tangible que l’édifice situé au sud du temple de Rome et Auguste abritait le culte de Liber Pater. Or, L. Musso et N. Masturzo ont fait remarquer, à juste titre, que l’inscription se trouvait en dehors de son contexte archéologique originel : sa présence au milieu d’un matériel très varié incluant la dédicace du monument de Calpurnia Honesta, résulterait d’une opération de nettoyage qu’aurait subie le côté nord du forum à une époque tardive ; et c’est le seul argument probant qui ôterait à notre temple le culte de Liber Pater. Il faut, par contre, noter que la dédicace de M. Vipsanius Clemens a été trouvée presque entière, contrairement à l’inscription relative au monument adjacent, dont seulement la moitié des fragments a été récupérée. Cela induit à penser que la plaque ne provenait pas d’ailleurs.

17Le contenu de cette inscription nous apprend deux choses essentielles :

  • en tant qu’adjudicataire d’un chantier public, le dédicant eut à s’occuper spécifiquement de « refaire » en marbre le temple de Liber Pater. Or, d’après les conclusions de N. Masturzo, tirées de l’étude de la décoration architectonique des sanctuaires majeurs dans le vieux forum, on sait que le temple de Rome et d’Auguste et celui qui l’avoisine au sud-ouest ont été remis à neuf vers la fin du règne d’Hadrien, avec, notamment, le remplacement des colonnes de calcaire par d’autres en marbre34. D’ailleurs, le curateur mentionné dans l’inscription, Q. Servilius Candidus, a été justement actif à l’époque d’Hadrien ;
  • la dédicace s’adresse aux dieux de Lepcis Magna, c’est-à-dire à la dyade protectrice de la cité, Liber Pater et Hercule. Si l’on admet, d’un côté, que le temple attribué à Hercule se trouvait plus au nord et, de l’autre côté, que l’ex-voto commémore l’achèvement du chantier de marmorisation qui a visé le temple de Liber Pater, il est peu probable que l’acte ait été accompli ailleurs que dans un lieu de culte dédié à ce dieu, qui donne sur le forum. Abstraction faite des sanctuaires dont les titulaires sont déjà identifiés, deux sont les édifices susceptibles d’avoir accueilli Liber Pater : celui rasé et remplacé par une église à l’époque byzantine et le lieu de culte voisin du temple de Rome et Auguste, qui nous concerne35.

18En définitive, les renseignements qu’apporte la dédicace, combinés à certaines données dégagées de l’étude du temple sud-ouest et de son décor, nous orientent davantage vers la possibilité que la plaque votive puisse s’y rapporter ; bien que les conditions de sa découverte, dans un amas de débris hétérogènes de provenance diverse, interdisent de se prononcer définitivement sur cette question.

19Qu’en est-il du reste des témoignages épigraphiques relatifs au temple sud-ouest ?

20Dans la mesure où l’étude de N. Masturzo n’a pas pris en compte l’ensemble des textes découverts à l’intérieur du sanctuaire ou dans son voisinage immédiat (fig. 12), il serait intéressant de les réunir dans le tableau suivant.

Tabl. 1 : Inscriptions découvertes lors du dégagement du temple attribué à Liber Pater et de son pourtour.

Référence (IRT)

Nature

Support

Provenance

Rapport de fouilles no

274

dédicace religieuse ?

plaque (marbre)

passage situé à l’est du temple

52 (21/01/1934).
Voir Masturzo 2005, p. 52

275

dédicace religieuse

plaque (marbre)

intérieur du podium, à l’ouest
de la cella

67 (23/05/1934).
Voir Masturzo 2005, p. 54-55

279

dédicace religieuse

plaque (marbre)

intérieur du podium, à l’ouest
de la cella

67 (27/05/1934).
Voir Masturzo 2005, p. 55

295

dédicace religieuse

socle (marbre)

cella (après le déplacement
du decauville)

63 (22/04/1934).
Voir Masturzo 2005, p. 54

355

dédicace impériale

plaque (marbre)

intérieur du podium, à l’ouest
de la cella ?

67 (27/5/1934)

362

dédicace impériale

base de statue (marbre)

partie antérieure du podium

61 (1/04/1934).
Voir Masturzo 2005, p. 54

369

dédicace impériale

base de statue (marbre)

cella

370

(1 bloc)

inscription monumentale

entablement (calcaire)

zone située à l’ouest du temple

80 (2/09/1934).
Voir Masturzo 2005, p. 58

371

inscription monumentale

plaque (marbre)

intérieur du podium, à l’ouest
de la cella

67 (27/05/1934).
Voir Masturzo 2005, p. 55

380

dédicace impériale

console (marbre)

passage situé à l’est du temple (niveaux tardifs)

56 (18/02/1934).
Voir Masturzo 2005, p. 53

387

dédicace impériale

base de statue (marbre)

passage situé à l’est du temple (en remploi dans une construction tardive)

56 (18/02/1934).
Voir Masturzo 2005, p. 52

389

dédicace impériale

base de statue (marbre)

cella

62 (15/04/1924).
Voir Masturzo 2005, p. 54

408

dédicace impériale ex uoto

base de statue (calcaire)

passage situé à l’est du temple

410

dédicace impériale

ex uoto

base de statue (marbre)

intérieur du podium, à l’ouest
de la cella

69 (17/06/1934).
Voir Masturzo 2005, p. 56

412

dédicace impériale

base de statue (marbre)

passage situé à l’est du temple

51 (14/01/1934).
Voir Masturzo 2005, p. 52

415

dédicace impériale

ex uoto

base de statue (marbre)

zone située à l’ouest du temple

70 (24/06/1934).
Voir Masturzo 2005, p. 56

418

dédicace impériale

base de statue (marbre)

cella

62 (15/04/1924).
Voir Masturzo 2005, p. 54

431

dédicace commémorative
de travaux ?

plaque (marbre)

intérieur du podium, à l’ouest
de la cella

67 (27/05/1934).
Voir Masturzo 2005, p. 55

583

dédicace religieuse

base de statue (calcaire)

cella (après le déplacement
du decauville)

63 (22/04/1934).
Voir Masturzo 2005, p. 54

605

dédicace religieuse

colonne (marbre)

cella (après le déplacement
du decauville)

63 (22/04/1934).
Voir Masturzo 2005, p. 54

609

inscription monumentale

entablement ?

devant le temple, au niveau des marches qui relient le passage
à l’esplanade du forum

58 ? (11/03/1934).
Voir Masturzo 2005, p. 54

715

dédicace religieuse ?

socle (marbre)

passage situé à l’est du temple

24/09/1933

794 (k)

marque de carrière

plaque (marbre)

intérieur du temple

59 (18/03/1934)

  • 36 On sait qu’une partie des trouvailles épigraphiques concerne les couches stratigraphiques supérieu (...)

21Indépendamment des conditions de leur découverte, qu’il est compliqué de définir avec précision, suivant les cas36, ces inscriptions se répartissent en deux grands groupes :

  • les hommages adressés aux empereurs ou aux membres de leurs familles sont gravés sur onze supports, dont neuf bases de statue. Cette série débute chronologiquement vers 110, la dédicace no 355, adressée à Trajan, étant vraisemblablement une réplique de l’inscription gravée sur l’arc érigé en l’honneur de ce même prince37. Une partie de ces textes pourrait provenir du temple adjacent voué au culte de Rome et d’Auguste, mais il semble qu’après la réfection du temple attribué à Liber Pater, autour de 133, certaines statues impériales ont commencé à peupler sa péristasis. C’est le cas des socles de statue exhumés à l’intérieur du temple, dont le poids empêche de supposer leur provenance d’ailleurs : les textes nos 362, 369, 389, 410, 415 et 418. L’examen de ces hommages rendus respectivement à Hadrien, Antonin le Pieux, Septime Sévère, Paccia Marciana, Fulvia Pia et Caracalla César appelle quelques remarques : premièrement, tous les supports sont faits en marbre massif, peut-être pour s’aligner sur l’ensemble décoratif du temple fait désormais de colonnes et de revêtements en marbre ; deuxièmement, certaines statues font partie de cycles statuaires relatifs à Septime Sévère et aux membres de sa famille. Ainsi, une série incluant les hommages effectués pour la première épouse et la mère de Septime Sévère (nos 410 et 415), datant de 203, a pu être repérée grâce à la typologie du support et au formulaire employé38 ; troisièmement, quelques dédicaces comportent des expressions qui permettent de placer l’érection des statues à la suite d’un acte religieux : uotum soluit et ex uoto (nos 408, 410 et 415). Quelle signification doit-on accorder à ces formules, dans ces cas précis ? Les vœux ne s’adressent évidemment pas à Paccia Marciana ou à Fulvia Pia, mais à la divinité implorée, dont le nom est omis dans l’inscription. Les statues de ces membres de la famille sévérienne ne sauraient constituer proprement l’objet du vœu, mais semblent avoir été offertes, à titre honorifique, dans le temple lors de l’accomplissement d’un vœu contracté auprès d’une ou de plusieurs divinités39 ;
  • les dédicaces religieuses sont au nombre de cinq, auxquels on peut adjoindre deux cas très probables. À l’exception de la dédicace effectuée par M. Vipsanius Clemens (no 275), ces textes n’ont pas vraiment attiré l’attention des spécialistes qui se sont penchés sur le problème du destinataire du temple ; même après la publication partielle de ses rapports de fouilles40. Ces rapports autorisent, en effet, à mieux préciser la provenance de certains textes qui seraient déterminants pour l’identification de la divinité titulaire du lieu de culte.
  • 41 Masturzo 2005, p. 54 : « Nel modificare il tracciato della decauville sul lato orientale del foro (...)

22En dehors de l’ex-voto évoqué plus haut (no 275), deux de ces dédicaces mentionnent sans équivoque Liber Pater. Leur provenance n’est pas précisée dans les notices des IRT – pour l’une, on s’est contenté de signaler l’emplacement actuel, à l’angle sud-est du vieux forum et pour l’autre, rien n’est exprimé à propos des circonstances de sa découverte, mais on est plus ou moins certain qu’elles proviennent du haut du podium du temple attribué à Liber Pater, grâce au rapport de fouille no 63, rédigé le 22 avril 1934. On y fait état de la découverte de nouveaux textes épigraphiques, à la suite du déplacement du decauville, manifestement la ligne qui traversait en diagonale les ruines du temple41 :

  • 42 La dédicace a d’abord été publiée par S. Aurigemma qui mentionne erronément l’angle sud-est du vie (...)
  • 43 En voici la traduction que je propose : « Liber Pater, “descendant de Jupiter”, moi, Pudens le pèr (...)

23La dédicace IRT 295 est gravée à l’intérieur d’un encadrement mouluré, sur la face antérieure d’un socle en marbre du Proconnèse (H. 102 ; L. 82 ; ép. 47 cm) qui était destiné sans doute à supporter les défenses d’éléphant mentionnées dans le texte (fig. 13)42. Si les belles capitales rustiques (H. 4 cm) rappellent clairement le règne des Sévères, la référence à Severus et à deux principes, Septime Sévère et Caracalla, permet d’assigner au texte une date comprise entre 198 et 209. Le texte ne pose aucun problème de lecture43.

Iouigena Liber Pater,

uotum quod destinaueram

Lari Seueri patrio,

Iouigenae, Solis mei,

5

Pudens pater, pro filio,

ob tribunatus candidam

et ob praeturam proxima͡m

tantamque in nos princip(um dorum)

conlatam indulgentiam,

10

conpos uotorum omnium,

dentes duos Lucae bouis

Indorum tuorum dico.

  • 44 Le don de défenses d’éléphant semble être une spécificité tripolitaine, puisqu’on le trouve dans u (...)
  • 45 Parmi les singularités de cette dédicace, le terme Iouigena, épithète de Liber Pater, serait un ha (...)

24Dans cette dédicace versifiée, les références multiples à Liber Pater désignent, sans ambiguïté, la divinité en tant que destinataire de l’offrande, deux dentes Lucae bouis, à la suite d’un vœu formulé44. Cette offrande n’a pu donc être déposée que dans son temple45.

  • 46 Légèrement cendré, par suite d’un incendie, le support est endommagé en haut et à droite. Une mort (...)

25L’autre inscription, no 583, est relative à un socle de forme cubique (H. 30 ; L. 29,5 ; ép. 29 cm), en calcaire local compact (fig. 14)46. On doit aux éditeurs des IRT l’unique lecture du texte qui, grâce à un nouvel examen direct de l’inscription et de son support, se révèle en bonne partie erronée :

[- - - - - -]

D(ecim-) Ṣ[- - -]

c(enturio-) leg(ionis) II Traian[ae - - -]

quam ab Imp(eratore) Caes(are) Ṭ[raiano]

5

Hadriano Au[g(usto) - - -]

ordinis [- - -]

patri Gem[- - -].

Fig. 13 : Lepcis Magna. Offrande de deux défenses d’éléphant à Liber Pater (IRT 295)

Fig. 13 : Lepcis Magna. Offrande de deux défenses d’éléphant à Liber Pater (IRT 295)

Cliché K. Marmouri.

Fig. 14 : Lepcis Magna. Ex-voto d’un centurion lepcitain (IRT 583)

Fig. 14 : Lepcis Magna. Ex-voto d’un centurion lepcitain (IRT 583)

Cliché K. Marmouri.

Fig. 15 : Lepcis Magna. Ex-voto d’un centurion lepcitain (IRT 583). Reconstitution de l’inscription

Fig. 15 : Lepcis Magna. Ex-voto d’un centurion lepcitain (IRT 583). Reconstitution de l’inscription
  • 47 Syntaxiquement parlant, on ne voit pas comment articuler le pronom relatif quam, qui renverrait da (...)

26Ainsi, aux lignes 3-4, au lieu de lire quam ab imp(eratore) Caes(are) Tr[aiano], il convient mieux de développer [ex] qua m(issus) ab imp(eratore) Caes(are) Tr[aiano] : le centurion aurait été démobilisé par la faveur de l’empereur Hadrien47.

27Le contenu de la dernière ligne nous intéresse de plus près. Comme les éditeurs des IRT avaient lu PATRI GEM, on a eu tendance à penser que le dédicant a effectué cette dédicace pour son père, le centurion. Suivant le nouveau déchiffrement que j’ai pu réaliser de visu, cette ligne contient, en réalité, la titulature de Liber Pater.

28En conséquence, cette nouvelle lecture peut être suggérée (fig. 15) :

D(ecimus) S[- c. 17/18 -]

(centurio) leg(ionis) II Traian[ae For(tis), ex]

qua m(issus) ab Imp(eratore) Caes(are) Tṛ[aiano]

5

Hadriano Au[g(usto), ex decreto]

ordinis, +[- c. 7/8 -, Libero]

Patri Gen[io coloniae, uot(um) sol(uit)].

29L’énoncé de l’inscription ne laisse aucun doute quant à la nature de l’intervention et à l’identité du récipiendaire de la dédicace : un Lepcitain fut engagé comme soldat de la legio II Traiana, peut-être au moment de sa création, en 105, ou peu après. Puis, il obtint sa honesta missio sous le règne d’Hadrien, très probablement à partir du moment où la légion fut transférée en Égypte, en 125. De retour dans sa patrie, sain et sauf, le centurion devait exécuter une offrande dans le temple du deus patrius Liber Pater, en accomplissement d’un vœu contracté avant son départ.

Fig. 16 : Lepcis Magna. Dédicace de C. Iulius Silvanus (IRT 715)

Fig. 16 : Lepcis Magna. Dédicace de C. Iulius Silvanus (IRT 715)

Cliché K. Marmouri.

30Deux autres dédicaces exhumées dans le passage qui sépare les deux temples majeurs du vieux forum doivent également se rapporter au culte de Liber Pater.

31Du support de la première inscription (no 715), fait en marbre blanc (H. 23 ; L. 40 ; ép. 81 cm), il ne reste que le fragment gauche (fig. 16). On peut déduire de la mouluration de la face supérieure, un tore, et de la cavité située au milieu qu’il s’agit d’une plinthe de forme carrée destinée à supporter un objet probablement votif. D’ailleurs, les quatre faces verticales sont décorées de cartouches moulurés, avec des symboles religieux représentés sur chaque côté anépigraphe : une flûte et un canthare sur le côté postérieur et un thyrse sur la face latérale gauche. Ces attributs laissent présumer avec force que l’objet était destiné à Liber Pater. Pour dater le texte, on peut avancer deux critères : d’une part, ses capitales carrées et bien gravées (H. 4 cm) peuvent se rencontrer entre la fin du ier et la fin du iie siècle ; d’autre part, le marbre n’est vraiment employé pour réaliser les supports d’objets qu’à partir du début du iie siècle, après l’accession de Lepcis Magna au rang de colonie. La dédicace peut être complétée comme suit :

C(aius) Iulius Siluan[us - c. 11 -]
remoto ma[lo uot(um) sol(uit)].

32On hésite à restituer Libero Patri, puisque la lacune droite de la première ligne correspondant à onze lettres le permet. En tout cas, l’inscription nous apprend que C. Iulius Silvanus a fait don d’un objet, probablement après avoir échappé à un danger, peut-être une maladie, ce qu’indique l’ablatif absolu remoto malo restitué.

  • 48 Tantillo, Bigi 2010, p. 443-445, no 68. Seul le second fragment (b) complète de manière évidente l (...)

33Une dédicace incisée sur une plaque de marbre (no 274), composée de plusieurs fragments, a fait récemment l’objet d’une révision de la part d’Ignazio Tantillo (fig. 17)48 :

Fig. 17 : Lepcis Magna. Plaque fragmentaire (IRT 274)

Fig. 17 : Lepcis Magna. Plaque fragmentaire (IRT 274)

Source : Ward-Perkins Archive, British School at Rome, IRT2009.

a)

- - - - - -

[- - -]+RO P[- - -]

[- - -]DE FRA+[- - -]

[- - -]o Pausania[- - -]

[- - -]++ Valeriuṣ ++[- - -]

5

[- - - infe]riorib(us) et superiorib(us)

b)

- - - - - -

[- - -]++R[- - -]

[- - -] Vibia[- - -]

[- - - P]ausania[- - -]

- - - - - -

  • 49 À côté de la régularité et du soin avec lesquels les lettres ont été exécutées – exception faite d (...)
  • 50 Comme les lettres tassées des lignes 3 et 5 annoncent la fin de l’inscription, il vaut mieux place (...)
  • 51 La première dénomination disposée à cheval sur les troisième et quatrième lignes, plutôt à l’ablat (...)

34Dans cette dernière édition, le texte daterait de la seconde moitié du iiie siècle sur la base de quelques particularités paléographiques. Toutefois, s’il est clair que l’aspect général des lettres ne permet pas de dépasser le ive siècle, certaines particularités graphiques incitent à placer l’inscription à une époque plus haute, plutôt la seconde moitié du iie et le début du iiie siècle49. Suivant la disposition des fragments50, il semble que l’inscription comporte des séquences onomastiques relatives à deux personnages polyonymes, peut-être des frères – tous les deux affichent le même cognomen, Pausanias – qui seraient auteurs d’un acte évergétique d’une certaine importance51.

  • 52 Tantillo, Bigi 2010, p. 444 : « Tra le possibili, non numerosissime, restituzioni ([p]ro p[raetore (...)

35En effet, suivant la nouvelle interprétation, plausible, d’Ignazio Tantillo, les qualificatifs de la dernière ligne ne marqueraient pas des di inferiores et des di superiores, mais revêtiraient ici une signification plutôt architecturale. En ce sens, la dédicace commémore vraisemblablement la restauration d’un édifice qui comporterait des structures supérieures et inférieures. Or, la configuration du temple attribué à Liber Pater, qui comprend des pièces aménagées à l’intérieur du podium, au-dessous du niveau de la cella, pourrait répondre à cette répartition en superiora et inferiora. Si tel est le cas, la première ligne contenant une séquence au datif doit rappeler le destinataire de la dédicace : un premier mot se terminant par RO suivi d’une hedera, puis de P, lettre initiale d’un second mot. Si Ignazio Tantillo propose parmi plusieurs restitutions possibles l’ethnonyme [Libe]ro P[atri], je crois que cette lecture devrait être fermement retenue52.

36À la lumière des remarques qui viennent d’être avancées, le texte peut être restitué ainsi :

[- - - Lib]ẹro P[atri]

[- - -]de fraṭ[r-]

[- - - Va]ḷẹṛ[io - - -]o Pausania [- - -]

[- - -] Vibia[no - - -] Valeriuṣ [- - -]

5

[- - - P]ausania[s - - - infe]riorib(us) et superiorib(us) [- - -]

37Le seul texte (no 605) gravé sur le fût d’une colonne en marbre cipolin, écorné au sommet (H. 116 ; diam. 51 cm), aurait servi de support à une offrande, peut-être une statue (fig. 18). Trouvée dans les mêmes conditions que les deux ex-voto de Liber Pater (nos 295 et 583), l’inscription peut être datée en se fondant sur deux éléments : d’une part, l’emploi du marbre pour ce type de supports, attesté seulement à partir du règne d’Hadrien, et, d’autre part, les caractéristiques graphiques des capitales. Ces dernières, bien allongées, de style monumental, se distinguent par des traits horizontaux et des empattements souvent effilés et ondulés qui se manifestent principalement durant les deux derniers tiers du iie siècle (H. 7,5 cm).

38On peut maintenir la lecture que les IRT donnent de cette inscription, sauf à la première ligne : l’autopsie de la pierre révèle que l’abréviation AVG n’a pas été délibérément martelée, et qu’elle n’était pas forcément accompagnée d’autres mots, AVG étant bien centré par rapport à ce qui suit.

[- - - - - -]

Ạụg̣(ust-), [- - -]

Ṣentius Proximus

IIuir, auguṛ, refect[a]

5

et exornata aede,

p(ecunia) s(ua) posuit.

Fig. 18 : Lepcis Magna. Dédicace de Sentius Proximus (IRT 605)

Fig. 18 : Lepcis Magna. Dédicace de Sentius Proximus (IRT 605)

Cliché K. Marmouri.

Fig. 19 : Lepcis Magna. Dédicace des Lepcitains à Antinoos (IRT 279)

Fig. 19 : Lepcis Magna. Dédicace des Lepcitains à Antinoos (IRT 279)

Cliché K. Marmouri.

39Bien que la première ligne de l’inscription ait disparu, on a la certitude que les travaux de remise à neuf signalés ont touché au temple d’une divinité Auguste, grâce à la mention d’Aug(ust-) à la ligne suivante. Le dédicant, ancien duumvir, a profité de la fin du chantier de rénovation pour y placer cette colonne. Du coup, il est légitime de penser que c’est le temple attribué à Liber Pater, dont la décoration a été justement refaite vers la fin du règne d’Hadrien, qui en serait le bénéficiaire.

40Reste une dernière dédicace (no 279) relative à une plaque de marbre blanc (H. 51 ; L. 32 ; ép. 4), dont il ne subsiste que la moitié droite, mise au jour dans le temple attribué à Liber Pater (fig. 19). Ses capitales, carrées ou légèrement allongées, qui présentent des formes courbes et lancéolées, trahissent mieux l’époque d’Hadrien et d’Antonin le Pieux (H. 6-5,5 cm). En voici le texte tel qu’il a été lu par les éditeurs des IRT.

[Anti]noo,
[d]eo
[fru]gifero,
[Lepcita]ni publice.

  • 53 Meyer 1991, p. 82-84, no I.61 ; Finocchi 2012, no 25, p. 61-63 et pl. 28-30. Il faut noter que la (...)
  • 54 Cadario 2012, p. 69. On doit insister sur la diffusion relativement large du modèle plastique d’An (...)
  • 55 Goodchild 1949, p. 29-30 ; Meyer 1991, p. 84 et 165-166 ; Cadotte 2003, p. 187 ; Cadario 2012, p.  (...)

41Datée entre 131 et l’avènement d’Antonin le Pieux, l’inscription doit être considérée davantage comme un hommage posthume rendu publiquement à Antinoos, assimilé ici à un deus frugifer. Ce rapprochement rappelle la statue du favori d’Hadrien, trouvée dans des thermes d’Hadrien, qui le représente sous les traits d’un Apollon lycien, avec la tête de Dionysos, couronnée de feuilles de lierre et de pampres53. L’assimilation d’Antinoos à cette divinité et les références iconographiques qui la traduisent sont assez fréquentes dans le monde romain54. L’installation d’une image divinisée d’Antinoos, offerte par la cité, dans le temple de Liber Pater semble tout à fait envisageable55.

42Pour récapituler, si on inclut la dédicace de M. Vipsanius Clemens (no 275), trois des sept dédicaces religieuses mises au jour dans le temple mentionnent expressément Liber Pater : il est à trois reprises le destinataire d’offrandes (nos 275, 295 et 583). Son temple fut rénové, peut-être à deux reprises (nos 274 et 275). La dénomination de la divinité doit logiquement se trouver dans au moins une des deux inscriptions restantes (nos 605 et 715). En revanche, aucun témoignage épigraphique n’a été découvert dans l’édifice ou aux alentours, qui atteste la présence d’un culte capitolin. Et, d’une manière générale, en dehors de Liber Pater, aucune autre divinité ne figure dans les nombreuses inscriptions trouvées durant les fouilles du temple sud-ouest.

43En somme, si la thèse avancée par Luisa Musso, à laquelle adhère également Nicolò Masturzo, n’est pas dénuée de véracité – à un certain moment de son histoire, Lepcis Magna a dû effectivement accueillir comme il se doit le culte de la triade capitoline, par l’édification de son lieu de culte – il convient de ne pas omettre le dossier épigraphique dont les indices dégagés convergent davantage vers le culte de Liber Pater.

  • 56 Barton 1982, p. 270-331 ; Crawley Quinn, Wilson 2013, p. 150-156.
  • 57 Crawley Quinn, Wilson 2013, p. 166. Pour P. Gros et M. Torelli (2007, p. 290-291), l’affirmation f (...)

44On doit considérer un dernier point qui rendrait encore plus ténue la piste du culte capitolin : l’existence dans la Lepcis de l’époque augustéenne d’un Capitole est incompatible à la fois avec le statut de la cité et avec le contexte régional. S’il est vrai que certaines ciuitates africaines ont édifié leur Capitole, alors qu’elles n’étaient encore que pérégrines, ce phénomène caractérisa la période postérieure au début du iie siècle56. De fait, la floraison des Capitolia en Afrique va de pair avec la diffusion des modèles colonial et municipal, à partir des Flaviens. Promus à plus large échelle par les Antonins, ces noyaux de romanisation – colonies honoraires et municipes de droit latin – se multiplièrent un peu partout sur le sol africain, proposant de nouvelles normes en provenance de Rome ; de façon qu’au iie siècle toute communauté africaine de statut pérégrin se trouvait pratiquement dans le voisinage d’une colonie romaine ou d’un municipe latin, cadres habituels de la mise en place du culte capitolin et de l’élaboration de modèles architecturaux, dont on n’hésitait pas à s’inspirer. Dans ce contexte provincial où la dignitas civique dépend non seulement du statut juridique, mais aussi de la magnificence du tissu urbain, l’émulation entre les cités africaines s’exprime particulièrement sur le plan édilitaire par l’érection de monuments représentatifs de la Romanitas et de l’urbanitas. C’est dans cet esprit compétitif, conjugué à des initiatives locales tendant à faire montre de l’adhésion des notables au pouvoir impérial, que les Capitolia proliférèrent en Afrique proconsulaire, même à l’extérieur de cadres juridiques privilégiés57.

  • 58 Bien que parfois contestée ces dernières décennies, la thèse de l’association entre l’édification (...)

45Au contraire, à la fin de la République et sous Auguste, ériger des Capitolia semblait encore limité à l’Italie, aux colonies, et aux capitales provinciales58. En dehors du rôle que peuvent éventuellement jouer les gouverneurs et les groupements de citoyens romains, le choix d’ériger un autel ou d’édifier un temple à la triade capitoline implique donc un environnement culturel adéquat, fortement empreint de la norme romaine ; ce qui, à cette époque si précoce, n’est ni le cas de Lepcis Magna ni le cas de l’ensemble de la région syrtique où le fait civique n’en est encore qu’à sa phase embryonnaire. Cela contraste avec le culte impérial dont l’établissement dans une communauté ne découle pas forcément d’un tel contexte, puisqu’on le trouve déjà ancré dans certaines cités pérégrines à l’époque augustéenne. On se borne, ici, à signaler, en guise d’exemple, l’existence précoce de prêtres d’Auguste à Lepcis Magna, dès la fin du ier siècle av. J.-C.

46Au vu de l’état de la documentation actuelle et de la complexité de son interprétation, la question de la divinité qui siégeait dans la cella du sanctuaire bordant au sud le temple de Rome et d’Auguste, ne peut être définitivement close. Face à l’absence d’un inventaire complet et détaillé de tout ce qui a été trouvé durant les fouilles de cet édifice, avec la précision des conditions de découverte, les inscriptions demeurent actuellement l’unique source fiable exploitable. Elle semble confirmer pour l’heure la thèse traditionnelle : le temple était dédié à Liber Pater. Le Capitole de Lepcis Magna devrait, par conséquent, être recherché ailleurs.

Mars 2017

Haut de page

Bibliographie

Aurigemma S. 1940, « L’elefante di Leptis Magna e il commercio dell’avorio e delle ferae libycae negli emporia tripolitani », Africa Italiana VII, p. 67-86.

Barton I.M. 1982, « Capitoline Temples in Italy and the Provinces (especially Africa) », ANRW II, 12.1, p. 259-342.

Bianchi U. 1950, « Disegno storico del culto capitolino nell’Italia romana e nelle provincie dell’Impero », MAL Ser. 8, 2, p. 349-415.

Bispham E. 2006, « Coloniam deducere : How Roman was Roman Colonization during the Middle Republic ? », dans G.J. Bradley, J.-P. Wilson (éd.), Greek and Roman Colonization. Origins, Ideologies and Interactions, Swansea, p. 73-160.

Brouquier-Reddé V. 1992, Temples et cultes de Tripolitaine, Paris (Études d’Antiquités africaines).

Cadario M. 2012, « Le molteplici e mutevoli immagini di Antinoo », dans M. Sapelli Ragni (éd.), Antinoo. Il fascino della bellezza, Milano, p. 64-77.

Cadotte A. 2003, « Frugifer en Afrique du Nord. Épithète divine ou dieu à part entière ? », ZPE 143, p. 187-200.

Crawley Quinn J., Wilson A. 2013, « Capitolia », JRS 103, p. 117-173.

Di Vita A. 1968, « Shadrapa e Milk’ashtart dèi patri di Leptis ed i templi del lato nord-ovest del Foro vecchio leptitano », Orientalia 37, p. 201-211.

Di Vita A. 1982, « Gli “Emporia” di Tripolitania dall’età di Massinissa a Diocleziano : un profilo storico-istituzionale », ANRW II, 10.2, p. 515-595.

Di Vita A. 2005, « Liber Pater o Capitolium ? Una nota », dans Tre templi (I) 2005, p. 14-20.

Di Vita-Évrard G. 1990, « IRT 520, le proconsulat de Cn. Calpurnius Piso et l’insertion de Lepcis Magna dans la provincia Africa », dans L’Afrique dans l’Occident romain (Ier siècle av. J.-C. – IVe siècle ap. J.-C.). Actes de colloque (Rome, 1987), Rome (CÉFR 134), p. 315-331.

Di Vita-Évrard G. 1998, « Lepcis Magna », dans A. di Vita, G. di Vita-Évrard, L. Bacchielli (éd.), La Libye antique. Cités perdues de l’Empire romain, Paris, p. 44-145.

Finocchi P. 2012, Le sculture delle terme adrianee di Leptis Magna dagli appunti di M. Floriani Squarciapino, Roma (Sculture leptitane).

Fishwick D. 1990, « Votive Offerings to the Emperor ? », ZPE 80, p. 121-130.

Goodchild R.G. 1949, « Some Inscriptions from Tripolitania », Reports and Monographs of the Department of Antiquities in Tripoli 2, p. 29-35.

Goodchild R.G., Ward Perkins J.B. 1953, « The Roman and Byzantine Defences of Lepcis Magna », PBSR 21, p. 42-73.

Gros P. 1996, L’architecture romaine du début du IIIe siècle av. J.-C. à la fin du Haut-Empire, 1. Les monuments publics, Paris (Les manuels d’art et d’archéologie antiques).

Gros P., Torelli M. 2007, Storia dell’urbanistica. Il mondo romano, Roma, Bari (Grandi Opere).

Guey J. 1952, « Lepcitana Septimiana VI (seconde partie) », Revue Africaine 96, p. 25-63.

Guey J. 1953, « Epigraphica Tripolitana », REA 55, p. 334-358.

Hamdoune Chr. (éd.) 2016, Parure monumentale et paysage dans la poésie épigraphique de l’Afrique romaine. Recueil de Carmina latina epigraphica, Bordeaux (Scripta Antiqua 85).

Kallala N. 1992, « Capitoles d’Afrique et statuts municipaux », CT 45, p. 185-196.

Lackner E.-M. 2013, « Arx und Kapitolinischer Kult in den Lateinischen und Bürgerkolonien Italiens als Spiegel römischer Religionspolitik », dans M. Jehne, B. Linke, J. Rüpke (éd.), Religiöse Vielfalt und soziale Integration : die Bedeutung der Religion für die kulturelle Identität und die politische Stabilität im republikanischen Italien, Heidelberg (Studien zur alten Geschichte), p. 163-201.

Livadiotti M., Rocco G. 2012, « La Curia del Foro Vecchio di Leptis Magna : risultati preliminari di un nuovo studio architettonico », dans L’Africa romana XIX, Roma, p. 325-344.

Macerata e l’archeologia 2016, M. A. Rizzo (éd.), Macerata e l’archeologia in Libia. 45 anni di ricerche dell’Ateneo maceratese. Atti del convegno (Macerata, 2014), Roma (Monografie di Archeologia Libica XL).

Mahler K.-U. 2012, « The Church in the Old Forum of Leptis Magna. A Preliminary Report », dans S. Ensoli (éd.), For the Preservation of the Cultural Heritage in Libya. A Dialogue among Institutions. Proceedings of Conference (Caserta, 2011), Pisa, Roma (Kyrana. Libya in the ancient world 1), p. 49-53.

Masturzo N. 2003, « Le città della Tripolitania fra continuità ed innovazione. I fori di Leptis Magna e Sabratha », MÉFRA 115, p. 705-753.

Masturzo N. 2005, « Il tempio occidentale – “tempio di Liber Pater” », dans Tre templi (I) 2005, p. 35-163.

Masturzo N. 2013, « Leptis Magna. Note sulla geografia dell’abitato, tra emporio fenicio e città imperiale », dans A. Invernizzi (éd.), Μνηµεȋον. Scritti in memoria di Paolo Fiorina, Alessandria (Mneme : documenti, culture, storia del Mediterraneo e dell’Oriente antico, 9), p. 185-212.

Masturzo N. 2016a, « Da Šadrafa e MilkʽAštart a Roma e Augusto. Santuario poliade e assetto imperiale a Leptis Magna », dans A. Russo Tagliente, F. Guarneri (éd.), Santuari Mediterranei tra Oriente e Occidente. Interazioni e contatti culturali. Atti del convegno internazionale (Civitavecchia-Roma, 2014), Roma, p. 557-569.

Masturzo N. 2016b, « Le ricerche sul cd. tempio di Liber Pater nel Foro Vecchio di Leptis Magna e su alcuni mausolei dell’interno », dans Macerata e l’archeologia 2016, p. 50-60.

Meyer H. 1991, Antinoos. Die archäologischen Denkmäler unter Einbeziehung des numismatischen und epigraphischen Materials sowie der literarischen Nachrichten. Ein Beitrag zur Kunst- und Kulturgeschichte der hadrianisch-frühantoninischen Zeit, München.

Montali G. 2016, « Nuove ricerche sul tempio della Magna Mater a Leptis Magna », dans Macerata e l’archeologia 2016, p. 85-94.

Munzi M. 2010, « Il territorio di Leptis Magna. Insediamenti rurali, strutture produttive e rapporti con la città », dans I. Tantillo, F. Bigi (éd.) 2010, p. 45-80.

Munzi M. et alii 2010, Munzi M., Felici F., Cirelli E., Schingo G., Zocchi A., « Il territorio di Leptis Magna : ricognizioni tra Ras el-Mergheb e Ras el-Hammam (2007) », dans L’Africa romana XVIII, Roma, p. 723-746.

Musso L. 1996, « Nuovi ritrovamenti di scultura a Leptis Magna : Athena tipo Medici », dans L. Bacchielli, M. Bonanno Aravantinos (éd.), Scritti di antichità in memoria di Sandro Stucchi, II. La Tripolitania, l’Italia e l’Occidente, Roma (Studi Miscellanei 29), p. 115-139.

Musso L. 2008, « La romanizzazione di Leptis Magna nel primo periodo imperiale. Augusto e Roma nel “Foro Vecchio” », dans D. Kreikenbom, K.-U. Mahler, P. Schollmeyer, T. M. Weber (éd.), Augustus. Der Blick von außen. Die Wahrnehmung des Kaisers in den Provinzen des Reiches und in den Nachbarstaaten. Akten der internationalen Tagung an der Johannes Gutenberg-Universität (Mainz, 2006), Wiesbaden (Königtum, Staat und Gesellschaft früher Hochkulturen 8), p. 161-196.

Pringle D. 2001 (2e édition), The Defence of Byzantine Africa from Justinian to the Arab Conquest. An Account of the Military History and Archaeology of the African Provinces in the Sixth and Seventh Centuries, Oxford (BAR Int. S. 99).

Ricciardi M. 2016, « Il tempio di Milkʻ Ashtart-Ercole », dans Macerata e l’archeologia 2016, p. 77-84.

Tantillo I., Bigi F. (éd.) 2010, Leptis Magna. Una città e le sue iscrizioni in epoca tardoromana, Cassino (Collana scientifica 27).

ThesCRA : Thesaurus Cultus et Rituum Antiquorum, I-VIII, Los Angeles, 2004-2014.

Tre templi (I) 2005, A. Di Vita, M. Livadiotti (éd.), I tre templi del lato nord-ovest del Foro Vecchio a Leptis Magna, Roma (Monografie di Archeologia Libica XII).

Torelli M. 2014, « Effigies parvae simulacraque Romae. La fortuna di un modello teorico repubblicano : Leptis Magna colonia romana », dans T.D. Stek, J. Pelgrom (éd.), Roman Republican Colonization. New Perspectives from Archaeology and Ancient History, Roma (Papers of the Royal Netherlands Institute in Rome 62), p. 335-355.

Ward-Perkins J.B. 1982, « Town Planning in North Africa during the First Two Centuries of the Empire, with Special Reference to Lepcis and Sabratha : Character and Sources », dans 150-Jahr-Feier Deutsches Archäologisches Institut Rom, Ansprachen und Vorträge 4.-7. Dezember 1979, Mainz (MDAI(R) XXV), p. 29-49.

Haut de page

Notes

1 Brouquier-Reddé 1992.

2 Tre templi (I) 2005 ; Mahler 2012 ; Montali 2016.

3 Masturzo 2005.

4 Di Vita 1968 ; 2005 ; Musso 1996 ; 2008.

5 On doit également ajouter les réflexions de N. Masturzo qui se rallie en fin de compte à la thèse défendue par L. Musso, parlant parfois de « tempio di Giove Capitolino » : Masturzo 2005, p. 129-131 ; 2013, p. 202-203 et n. 111 ; 2016a, p. 565-567 et Fig. 5 ; 2016b, p. 57-58. Dans un article paru naguère, M. Torelli (2014) s’est invité indirectement dans ce débat, en s’intéressant au culte capitolin à Lepcis Magna.

6 Sall., Iug., 77 ; Di Vita 1982, p. 520-523 ; Munzi 2010, p. 48-49 ; Munzi et alii. 2010, p. 733-734.

7 Di Vita 1968, p. 201-203 ; 1982, p. 555 ; Di Vita-Évrard 1998, p. 50-51. Cette datation est mise en cause par J.B. Ward-Perkins (1982, p. 30-34) qui soutient que le nouveau tissu urbain per strigas fut conçu et réalisé au fur et à mesure à partir de l’époque augustéenne. Pour sa part, N. Masturzo va jusqu’à faire remonter au iiie siècle avant notre ère la première planification hippodamienne, repérée au nord-est de Lepcis Magna : Masturzo 2003, p. 720-722 ; 2013, p. 203.

8 Di Vita 1982, p. 554-555 ; Masturzo 2003, p. 723-731 ; 2005, p. 61-62.

9 Di Vita 1968, p. 209-211 ; 1982, p. 556-557 ; Di Vita-Évrard 1990.

10 À propos de ce temple, voir, en dernier lieu, Ricciardi 2016.

11 Son inscription néo-punique, qui commémore l’achèvement de son chantier décoratif, surmontait l’entrée de la cella, IPT, 22.

12 Une dédicace trilingue, dédiée probablement [pro salute Imperatoris] Caesaris deiuei f(ilii) A[ugusti], pourrait bien évoquer le temple dans sa configuration initiale : IRT 481, révisée par G. Di Vita-Évrard.

13 Musso 2008, p. 166-167 ; Masturzo 2016a, p. 563-564.

14 Masturzo 2003, p. 723-728 ; 2005, p. 77 et 128-129.

15 Masturzo 2005 ; 2016b, p. 54-57.

16 Masturzo 2005, p. 72-74 et 113-114.

17 Musso 2008, p. 181-183.

18 Crawley Quinn, Wilson 2013, p. 130-133 et 157. P. Gros (1996, p. 193-195) a souligné au moyen de plusieurs exemples la grande variété du répertoire architectural qui caractérise les Capitoles africains, rappelant notamment que la tripartition de la cella n’en est pas une exclusivité.

19 De même, la tripartition des substructions de temples ne saurait être un indice suffisant pour l’identification d’un Capitole : Gros 1996, p. 194.

20 Goodchild, Ward-Perkins 1953, p. 55-62 et 71-73 ; Pringle 2001, p. 208-211 ; Masturzo 2005, p. 91-93.

21 Musso 2008, p. 184-186.

22 Musso 1996 ; Masturzo 2005, p. 57 et 129.

23 Di Vita 2005, p. 17 ; Masturzo 2005, p. 56-57 et 60.

24 Le fragment pourrait provenir d’un lieu de culte associant Mercure et Minerve, qui se trouverait immédiatement à l’ouest du temple de Neptune, comme le laissent supposer trois dédicaces religieuses : IRT 302, 303 et 304.

25 Masturzo 2005, p. 58 et 131. Puisqu’il s’agit d’un acrolithe, L. Musso suppose que la tête était coiffée d’un casque corinthien fait dans un autre matériau.

26 À noter que cette tête est travaillée de la même façon que la tête précédente, suivant des techniques similaires, avec des proportions presque identiques.

27 Masturzo 2005, p. 54.

28 G. Guidi, cité dans Musso 2008, p. 184, n. 155 : « vicino al tempio denominato di Liber Pater. »

29 Masturzo 2005, p. 54 et 129-131, n. 197. Dans le rapport que l’archéologue invoque, il n’est fait aucune référence explicite à la tête barbue, mais on mentionne « tre frammenti di capigliatura di statua colossale. » De toute façon, comme N. Masturzo l’a précisé, la provenance du fragment de notre temple n’est qu’une conjecture.

30 IRT 290 ; Guey 1953, p. 341 (AE 1954, 201c)

31 Selon I.M. Barton (1982, p. 292), « it seems likely to have come from an aedicula, perhaps recessed into the wall of the cella of a temple, which would presumably have been the Capitolium ». La connexion entre la table, une aedicula et un Capitole n’est pas du tout évidente.

32 Masturzo 2005, p. 54-55 et 60. C’est une plaque de marbre blanc recomposée à partir de neuf fragments, dont il ne manque que le coin inférieur droit (H. 49 ; L. 51 ; ép. 2 cm). Le style d’écriture caractérise le iie siècle, avec de belles capitales allongées, aux tracés profonds et fluides qui opposent des pleins et des déliés (H. 3,5-4 cm). Outre le recours systématique à des points pour distinguer les mots, on doit souligner l’emploi d’apices répartis régulièrement le long des sept lignes de l’inscription.

33 IRT 275.

34 Masturzo 2005, p. 123-128. Le premier socle de statue connu à l’échelle de la cité, exécuté en marbre massif, est relatif à un hommage public rendu à Hadrien entre décembre 132 et décembre 133 : IRT 362. Il fut précisément découvert dans le podium, en face de la cella. On doit supposer, avec N. Masturzo, que la réalisation du socle en marbre et de sa statue s’inscrit bien dans la foulée des travaux de marmorisation du temple.

35 N. Masturzo a tout récemment proposé de rattacher cette dédicace, ainsi que l’inscription no 274, à la curie, aedes cum porticibus. Pour l’archéologue italien, cet édifice aurait été consacré à Liber Pater, alors que l’aire située immédiatement au nord de la curie, formée de structures difficilement interprétables, aurait constitué l’ancien sanctuaire poliade dédié à Šadrafa / Liber Pater et à MilkʽAštart /Hercule : Masturzo 2016a, p. 561-563. Sur la curie-temple de Lepcis Magna, voir Livadiotti, Rocco 2012. Ces nouvelles conjectures ne reposent que sur quelques indices interprétés de manière fort discutable, voire hasardeuse. Pour se limiter aux preuves qui paraissent les plus évidentes : d’une part, la dédicace néo-punique à la dyade tutélaire de la cité, IPT, 31, trouvée au nord de la curie, n’est qu’un remploi tardif, dont la provenance primitive est, du coup, mal assurée ; d’autre part, le groupe d’inscriptions mentionnant entre autres Liber Pater, placé à proximité de cette zone, paraît très vraisemblablement provenir d’un autre cadre monumental. Voir les remarques plus bas.

36 On sait qu’une partie des trouvailles épigraphiques concerne les couches stratigraphiques supérieures, d’époque tardo-romaine ou byzantine, tandis que d’autres textes proviennent de niveaux romains, mais on a du mal à les répartir avec certitude, en fonction de ces deux facteurs.

37 IRT 353. La provenance originelle de la plaque qui revêtait probablement la face antérieure d’une large base de statue est incertaine.

38 On peut y ajouter, à coup sûr, un second groupe statuaire érigé dans le temple attribué à Liber Pater en 196, comportant Septime Sévère et son fils Caracalla : les textes nos 387 et 418.

39 La question a notamment été traitée par D. Fishwick (1990) qui a insisté sur le caractère purement honorifique des dédicaces adressées aux empereurs, ex uoto. Il est probable que le groupe statuaire a été exécuté avec des dona pour s’acquitter d’un vœu pro salute, destiné à Septime Sévère et à sa famille.

40 Dans son étude, en évoquant les rapports de fouilles, N. Masturzo se contente de rappeler leur existence.

41 Masturzo 2005, p. 54 : « Nel modificare il tracciato della decauville sul lato orientale del foro verso il mare furono trovate alcune iscrizioni : la IRT 295 ora posta nella piccola esedra all’angolo est, la IRT 583, per la quale nell’edizione non è indicata la provenienza, e la IRT 605 sempre posta nell’esedra all’angolo est della piazza, la prima dedicata a Liber Pater ». De ces remarques et d’autres tirées des rapports des mois d’avril et de mai 1934, on peut déduire que le changement du parcours du decauville a coïncidé avec le dégagement progressif du temple attribué à Liber Pater. En effet, les photographies d’archives de 1933 et du début de 1934 montrent clairement que le principal tronçon du decauville, longeant la curie et traversant l’esplanade du forum déjà fouillée, coupe presque en diagonale la cella du temple attribué à Liber Pater. Voir Tre templi (I) 2005, Fig. 1.11, 1.14, 2.5 et 2.6. C’est en voulant achever le dégagement de la chambre cultuelle, opération par ailleurs terminée au début du mois de mai 1934, que les fouilleurs ont dû déplacer le decauville.

42 La dédicace a d’abord été publiée par S. Aurigemma qui mentionne erronément l’angle sud-est du vieux forum comme lieu de découverte : Aurigemma 1940, p. 79 (AE 1942-43, 2). Sur cette inscription, voir principalement, Guey 1952, p. 25-43 et, en dernier lieu, Hamdoune 2016, p. 62-65, no 3.

43 En voici la traduction que je propose : « Liber Pater, “descendant de Jupiter”, moi, Pudens le père, dont tous les vœux ont été réalisés, je te consacre deux dents d’éléphant de tes Indiens, offrande que j’avais promise au Lare paternel de Sévère, “descendant de Jupiter”, mon Soleil, au nom de mon fils, à l’occasion de son tribunat comme candidat, de sa toute proche (nomination à la) préture et en raison de la si grande bienveillance de nos deux Princes qui a été accordée à notre famille. »

44 Le don de défenses d’éléphant semble être une spécificité tripolitaine, puisqu’on le trouve dans une inscription métrique d’Oea : IRT 231. D’ailleurs, il est frappant de constater l’emploi simultané de la forme archaïque Luca bos pour désigner l’éléphant, ce qui a incité certains spécialistes à attribuer à un même auteur notre inscription lepcitaine et celle d’Oea.

45 Parmi les singularités de cette dédicace, le terme Iouigena, épithète de Liber Pater, serait un hapax. Par ce mot, le dédicant entend glorifier indirectement l’empereur. De fait, au vers 4, le terme semble moins qualifier le Lare de Sévère, Liber Pater, qui l’est déjà au premier vers, que le prince lui-même. Ce dernier se trouve, par ce biais, assimilé à Liber Pater. De même, il semble judicieux de rapprocher Solis mei de Septime Sévère, dans le but de célébrer sa bienveillance divine. Cela laisse penser que le temple de Liber Pater accueillait des manifestations de culte dynastique, où l’empereur était parfois célébré par un rapprochement avec le deus patrius de Lepcis MagnaLiber Pater. C’est ainsi qu’il convient d’interpréter le nombre élevé de statues relatives à l’empereur lepcitain et à la domus sévérienne, qui furent mises au jour dans ou autour de notre temple.

46 Légèrement cendré, par suite d’un incendie, le support est endommagé en haut et à droite. Une mortaise à double queue d’aronde marque la face supérieure de la base qui supportait vraisemblablement un objet en métal, de faibles dimensions. Les lignes de l’inscription se trouvent à l’intérieur d’un encadrement mouluré. Elles se composent de petites capitales rustiques d’époque pré-sévérienne, qu’on rencontre à partir du règne de Trajan, de manière sporadique, sur de petits supports (H. 3,5 à 2 cm). On remarque la présence d’un seul apex, à la quatrième ligne, au-dessus de la lettre O.

47 Syntaxiquement parlant, on ne voit pas comment articuler le pronom relatif quam, qui renverrait dans ce cas à legio, avec le complément précédé de ab et un éventuel parfait passif. L’intervention de l’empereur ne peut que concerner le centurion.

48 Tantillo, Bigi 2010, p. 443-445, no 68. Seul le second fragment (b) complète de manière évidente le premier, alors que les deux autres petits fragments, dont les lettres ne sont pas reproduites ici, semblent appartenir à une plaque différente.

49 À côté de la régularité et du soin avec lesquels les lettres ont été exécutées – exception faite de la dernière ligne – on souligne, entre autres, l’absence des empattements si caractéristiques des capitales d’époque sévérienne et post-sévérienne. Un autre détail important : la première ligne se détache du reste par des tracés différents, qui renvoient davantage à des pratiques épigraphiques du iie siècle, avec l’extrémité ondulée d’un trait indiquant un R et l’empattement bien arqué de la haste du P dont la boucle n’est d’ailleurs pas fermée.

50 Comme les lettres tassées des lignes 3 et 5 annoncent la fin de l’inscription, il vaut mieux placer le fragment (b), aux capitales assez espacées, à gauche du premier, plutôt en correspondance avec les trois dernières lignes.

51 La première dénomination disposée à cheval sur les troisième et quatrième lignes, plutôt à l’ablatif, pourrait désigner le notable qui est à l’origine de l’action, Valerius [---] Pausanias Vibianus ; tandis que l’autre intervenant, dont le gentilice est au nominatif, a dû s’occuper de la réalisation de l’acte édilitaire : Valerius [---] Pausanias.

52 Tantillo, Bigi 2010, p. 444 : « Tra le possibili, non numerosissime, restituzioni ([p]ro p[raetore], [Seue]ro P[io] etc.) si potrebbe accordare forse una preferenza a [Lib]ẹro p[atri] ». N. Masturzo (2016a, p. 562) retient également cette dernière restitution comme plausible.

53 Meyer 1991, p. 82-84, no I.61 ; Finocchi 2012, no 25, p. 61-63 et pl. 28-30. Il faut noter que la partie antérieure de la tête fut travaillée séparément et appliquée à la statue d’Apollon.

54 Cadario 2012, p. 69. On doit insister sur la diffusion relativement large du modèle plastique d’Antinoos-Dionysos couronné de feuilles de lierre et de pampres, qui symbolisent l’abondance et la fertilité, à la manière de la statue lepcitaine trouvée dans les thermes d’Hadrien. Voir la note précédente.

55 Goodchild 1949, p. 29-30 ; Meyer 1991, p. 84 et 165-166 ; Cadotte 2003, p. 187 ; Cadario 2012, p. 69 et 77, n. 21. Le Genius frugifer Augustus évoqué par une dédicace de Sabratha, IRT 5, renvoie très probablement à Liber Pater : d’une part l’inscription fut mise au jour derrière le temple de Liber Pater et, d’autre part, le dédicant Iunius Crescens est à identifier avec un homonyme lepcitain, le Genius Augustus renvoyant d’ordinaire dans l’épigraphie lepcitaine à l’un des membres de la dyade civique, Hercule et Liber Pater.

56 Barton 1982, p. 270-331 ; Crawley Quinn, Wilson 2013, p. 150-156.

57 Crawley Quinn, Wilson 2013, p. 166. Pour P. Gros et M. Torelli (2007, p. 290-291), l’affirmation frappante du Capitole dans le paysage urbain des cités africaines au iie siècle résulterait d’une évolution dans la conception du culte impérial, qui tend à assimiler les empereurs divinisés à Iuppiter Optimus Maximus.

58 Bien que parfois contestée ces dernières décennies, la thèse de l’association entre l’édification d’un Capitole et le statut colonial ou municipal d’une communauté italienne, dès le iie siècle av. J.-C. et jusque sous Auguste, demeure globalement admise : Bianchi 1950, p. 361-376 ; ThesCRA IV, s. u. « Capitolium » (Villi), p. 203-208 ; Bispham 2006, p. 93-94 et 117-122 ; Crawley Quinn, Wilson 2013, p. 133-142 ; Kallala 1992, p. 185-196 ; Lackner 2013, p. 182-199.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Lepcis Magna. Vieux forum. Plan
Crédits Source : Masturzo 2005, Pl. I, réélaboration.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/285/img-1.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Fig. 2 : Lepcis Magna. Temple attribué à Liber Pater. Plan
Crédits Source : Masturzo 2005, fig. 1.118.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/285/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 782k
Titre Fig. 3 : Lepcis Magna. Temple attribué à Liber Pater. Reconstitution axiale des structures
Crédits Source : Masturzo 2005, fig. 1.119, réélaboration.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/285/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Titre Fig. 4 : Lepcis Magna. Temple attribué à Liber Pater. Socle tripartite du fond de la cella, vu du nord-est
Crédits Source : Masturzo 2005, fig. 1.36.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/285/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre Fig. 5 : Lepcis Magna. Temple attribué à Liber Pater. Socle tripartite du fond de la cella, vu du sud-ouest
Crédits Source : Masturzo 2005, fig. 1.38.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/285/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 6 : Lepcis Magna. Tête casquée d’Athéna-Minerve
Crédits Source : Musso 1996, fig. 3.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/285/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Fig. 7 : Lepcis Magna. Tête féminine attribuée à Athéna-Minerve
Crédits Source : Musso 2008, fig. 19.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/285/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre Fig. 8 : Lepcis Magna. Tête féminine attribuée à Héra-Junon
Crédits Source : Musso 2008, fig. 17.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/285/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Titre Fig. 9 : Lepcis Magna. Partie inférieure d’une tête barbue
Crédits Source : Musso 2008, fig. 16.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/285/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Fig. 10 : Lepcis Magna. Dédicace à la triade capitoline provenant du vieux forum (IRT 290)
Crédits Source : Ward-Perkins Archive, British School at Rome, IRT2009.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/285/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Fig. 11 : Lepcis Magna. Dédicace de M. Vipsanius Clemens aux dieux de Lepcis Magna (IRT 275)
Crédits Cliché K. Marmouri.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/285/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 12 : Lepcis Magna. Temple attribué à Liber Pater. Localisation des découvertes épigraphiques.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/285/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 13 : Lepcis Magna. Offrande de deux défenses d’éléphant à Liber Pater (IRT 295)
Crédits Cliché K. Marmouri.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/285/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Fig. 14 : Lepcis Magna. Ex-voto d’un centurion lepcitain (IRT 583)
Crédits Cliché K. Marmouri.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/285/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Titre Fig. 15 : Lepcis Magna. Ex-voto d’un centurion lepcitain (IRT 583). Reconstitution de l’inscription
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/285/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Fig. 16 : Lepcis Magna. Dédicace de C. Iulius Silvanus (IRT 715)
Crédits Cliché K. Marmouri.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/285/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Titre Fig. 17 : Lepcis Magna. Plaque fragmentaire (IRT 274)
Crédits Source : Ward-Perkins Archive, British School at Rome, IRT2009.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/285/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Fig. 18 : Lepcis Magna. Dédicace de Sentius Proximus (IRT 605)
Crédits Cliché K. Marmouri.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/285/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Titre Fig. 19 : Lepcis Magna. Dédicace des Lepcitains à Antinoos (IRT 279)
Crédits Cliché K. Marmouri.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/285/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Khaled Marmouri, « Temple de Liber Pater ou Capitole ? »Antiquités africaines, 53 | 2017, 5-21.

Référence électronique

Khaled Marmouri, « Temple de Liber Pater ou Capitole ? »Antiquités africaines [En ligne], 53 | 2017, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/antafr/285 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.285

Haut de page

Auteur

Khaled Marmouri

UMR8210-ANHIMA. 2, rue Vivienne, 75002 Paris, Khaledmarmouri[at]yahoo.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search