Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56Dossier « Dougga, la périphérie n...Introduction au dossier

Dossier « Dougga, la périphérie nord (résultats des campagnes 2017-2019) »

Introduction au dossier

Samir Aounallah et Véronique Brouquier-Reddé
p. 175-181

Résumés

L’équipe tuniso-française explore depuis 2017 la périphérie nord de Dougga, en particulier la nécropole mégalithique et romaine du Nord-Ouest et le sanctuaire de Baal Hammon – Saturne en contrebas, à l’extrémité nord-est. Les résultats sont abordés selon différentes approches. L’architecture d’un nouveau mausolée turriforme et d’une des bazinas de forme circulaire atteste un haut niveau culturel hellénistique de la société et des artisans numides. Le mobilier des chambres de la bazina apporte une multitude de données préliminaires sur les pratiques funéraires à inhumations collectives qui associent enfants et adultes. La céramique préromaine des bazinas de cette nécropole, datée entre la fin du ive s. et le ier s. av. J.-C., fait l’objet d’un essai de typologie et d’une analyse pétrographique. L’espace funéraire a continué d’être utilisé jusqu’au deuxième ou troisième tiers du iiie s. apr. J.-C. et l’examen d’un ensemble de stèles inscrites, de mensae et de crémations dans des marmites neuves est l’occasion, pour la première fois à Dougga, de confronter les données anthropologiques aux épitaphes. Enfin l’étude pluridisciplinaire de quelques stèles votives et cruches cinéraires découvertes in situ dans l’aire sacrée de Baal Hammon – Saturne est également une première dans ce site et elle remet en question les identifications anciennes et confirme les crémations de périnataux avec des caprinés et des offrandes végétales jusqu’en 80 apr. J.-C.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Thugga I ; Thugga II ; Thugga III ; Saint-Amans 2004 ; DÉAR 1 ; DÉAR 2 (avec la bibliographie anté (...)

1Dougga est surtout connue par son mausolée libyco-punique, par la richesse de ses documents épigraphiques, par ses monuments publics et privés d’époque romaine et par sa forteresse byzantine1. Mais comment l’agglomération libyque (TBGG) s’est-elle transformée en un établissement punique du territoire de Carthage (entre le vie s. et 203 av. J.-C.), en une cité du royaume massyle (numide), puis en une cité romaine sous Auguste (Thugga) ?

  • 2 RIL n° 1-11 ; Ghaki 1997, 2002 ; DFH ; MAD (avec la bibliographie antérieure).

2L’origine de l’installation, les transformations successives au contact des trois civilisations (punique, numide et romaine), bien attestées par le multilinguisme (libyque, punique, néo-punique, grec et latin2), les transferts de savoir sont au centre de la problématique qui nous intéresse actuellement. Ainsi le mausolée de la nécropole du Sud révèle-t-il un haut niveau culturel hellénistique de la cité vraisemblablement après le milieu du iie s. av. J.-C., ce qui reflète un contexte très réceptif aux échanges et aux influences. L’occupation humaine s’explique par les conditions naturelles favorables à l’éclosion et au développement de l’habitat : des matériaux de construction en raison de la proximité de barres de calcaire nummulitique au nord-ouest, des ressources hydriques avec la présence de deux sources sur le site – l’Aïn Mizeb au nord-ouest et l’Aïn Doura au sud-ouest – et un terroir très favorable aux activités agricoles.

  • 3 Deux sépultures datées par 14C - l’une entre 1892-1536 cal BC et la seconde entre 1744-152 (...)
  • 4 Le plan proposé dans DÉAR 2 (p. 73, fig. 87) a été actualisé (cf. Aounallah et alii 2020a, (...)

3Les attestations des occupations antérieures3 sont, à l’exception de la nécropole du Nord-Ouest, ponctuelles et éparses et ne permettent pas de cerner avec précision la topographie de l’agglomération préromaine. Afin de mieux comprendre la logique de l’organisation de l’occupation libyco-punique ou punico-numide, il est nécessaire de déterminer les limites de l’agglomération primitive et des espaces funéraires et d’étudier l’implantation urbaine4.

4C’est sur les franges urbaines, à la limite de la ville romaine et des nécropoles du Haut-Empire que se développe cette recherche depuis 2017. Ce sont en effet des secteurs moins touchés par les transformations successives et en particulier par les perturbations du village moderne qui existait jusqu’en 1960 ; les traces des vestiges antérieurs y sont mieux conservées, à l’image du mausolée de la nécropole du Sud, des mégalithes de la nécropole du Nord-Ouest et de l’aire sacrée de Baal Hammon – Saturne.

  • 5 Convention de collaboration de recherche 2016-2021 entre l’Institut National du Patrimoine (...)
  • 6 Voir DFH, MAD et DÉAR 1 et 2.
  • 7 La couverture par un drone a été effectuée en novembre 2018 sur les secteurs d’étude par I (...)
  • 8 L’équipe de topographie de l’INP, composée de R. Kooli, K. Trabelsi et Y. Rebai, a complét (...)

5Pour mener à bien ce programme de coopération tuniso-français5 qui fait suite aux deux précédents programmes Petrae-Thugga et l’architecture religieuse païenne6, il était nécessaire d’acquérir, par une nouvelle technologie, une couverture aérienne du site7, de disposer d’un plan topographique actualisé8, d’implanter de nouveaux sondages, d’entreprendre des études pluridisciplinaires sur le mobilier découvert et sur les collections anciennes des réserves de Dougga.

  • 9 S. Aounallah (histoire, épigraphie) ; V. Brouquier-Reddé (archéologie) ; H. Abidi (monumen (...)
  • 10 Duday et alii 1990.
  • 11 Depierre 2014.

6L’inventaire et l’étude du mobilier des nouveaux sondages et des collections des réserves ont été entrepris par différents spécialistes ou doctorants9 pour établir un faciès typo-chronologique du mobilier préromain et romain, en particulier la céramique modelée et commune, la céramique d’importation et les imitations, les monnaies, les ossements humains, la faune, le verre, le matériel métallique, la sculpture, les stèles votives et les sédiments. Le travail collectif sur les dépôts de la bazina et de l’aire sacrée de Baal Hammon – Saturne montre le croisement des informations entre les données de terrain obtenues par la fouille archéothanatologique10, la fouille des urnes par l’archéo-anthropologue11, le tamisage et le tri des os et des sédiments avec l’archéozoologue et la carpologue. L’analyse des contenants et les études épigraphique et iconographique complètent et enrichissent notre connaissance sur les pratiques et les gestes.

7Actuellement quatre chantiers ont été ouverts, deux dans la nécropole du Nord-Ouest à l’emplacement de la bazina et du nouveau mausolée, au sanctuaire de Minerve II et à l’aire sacrée sous la cour du sanctuaire de Saturne.

  • 12 Nous remercions Cinzia Vismara, directrice de la revue, et les membres du comité de leurs (...)
  • 13 Une partie de ces résultats ont été exposés oralement en 2019 à Tunis (Institut Français d (...)

8Dans ce dossier12, nous présentons les résultats préliminaires des recherches pluridisciplinaires en cours, réalisées sur la nécropole du Nord-Ouest et sur l’aire sacrée de Baal Hammon – Saturne. Les trois premiers articles concernent la nécropole du Nord-Ouest fréquentée depuis l’époque protohistorique jusqu’au second ou troisième tiers du iiie s. ap. J.-C. : deux s’intéressent à l’architecture et au mobilier préromains et le troisième aux tombes romaines. Le changement de pratiques et de rites funéraires entre les inhumations de la bazina d’époque numide et les crémations du Haut-Empire est donc observé dans le même espace funéraire. Le quatrième article a trait aux crémations de périnataux effectuées plus à l’est dans l’aire sacrée de Baal Hammon – Saturne et confirme la survivance des rites puniques au ier s. apr. J.-C. La découverte d’un périnatal inhumé dans la bazina à une époque antérieure est un élément à verser au dossier des lieux de déposition des périnataux (nécropole ou aire sacrée). Nous exposons essentiellement dans ce dossier les principales données de fouilles13, l’interprétation finale n’aura lieu qu’après l’achèvement des fouilles et des études.

  • 14 Aounallah et alii 2020a.
  • 15 Voir la bibliographie citée dans Aounallah et alii 2020a.
  • 16 Camps 1961 ; Die Numider 1979 ; Numidie 2017 ; Burials 2019 (avec la bibli (...)
  • 17 Althiburos III ; Simitthus I.

9Le premier article, intitulé Architectures et pratiques funéraires préromaines dans la nécropole du Nord-Ouest à Dougga14 (avec les contributions de Samir Aounallah, Véronique Brouquier-Reddé, Haythem Abidi, Jérémy Artru, Hanène Ben Slimène, Yvan Maligorne, Frédéric Poupon, Yamen Sghaïer et Fatma Touj), concerne deux types de structures funéraires identifiés dans le nouvel inventaire des monuments mégalithiques (abris sous roche, dolmens, bazinas, structures quadrangulaires et mausolées). Un nouveau mausolée turriforme inédit, décoré de l’ordre éolique et découvert en 2016, appartient à la même série que le célèbre mausolée libyco-punique de la nécropole du Sud, mais d’un module plus petit. La bazina 55, découverte en 1999 et dégagée partiellement en 2002, dévoile une division en quatre chambres ; ce cloisonnement interne en deux ou trois phases est également observé sur tous les autres tombeaux circulaires du site. Le nettoyage et la fouille du comblement des chambres ont fait apparaître des amas osseux d’inhumations essentiellement en position secondaire d’immatures et d’adultes associées des dépôts de bols empilés. La céramique, en majorité modelée, et les monnaies datent l’occupation entre le iiie s. et le ier s. av. J.-C. Cette recherche menée sur la trace de nos prédécesseurs (L. Carton, F. Icard, V.M. Strocka, M. Khanoussi, M. Ghaki15) s’inscrit dans les problématiques soulevées dans la synthèse de G. Camps et les ouvrages collectifs publiés depuis l’exposition Die Numider16, et aussi par les travaux de terrain réalisés en Tunisie, en particulier autour d’Althiburos ou plus anciens et inédits à Chemtou17.

  • 18 Sghaïer, Dammak-Latrach 2020.
  • 19 Cl. Poinssot (1958, p. 9, 16, 54 no 17 et p. 68 no 29) différenciait une section préromaine (...)
  • 20 Sur la céramique préromaine présente dans le secteur de la maison du Trifolium, cf. Thugga (...)

10Le second article, de Yamen Sghaïer et d’Olfa Dammak Latrach18, examine La céramique préromaine de la nécropole du Nord-Ouest à Dougga : un premier aperçu. Un panorama des formes et des productions céramiques tournées d’importation, d’imitation et aussi modelées présentes dans cet espace funéraire de Dougga entre la fin du ive et le ier s. av. J.-C. est établi à partir du matériel issu des nettoyages des bazinas entre 1996 et 2002, du sondage 1, implanté au pied de l’enceinte dite numide19, et du mobilier des contextes en cours de fouilles de la bazina 55. C’est la première publication de la céramique modelée de Dougga, bien que celle-ci soit présente dans d’autres secteurs du site20. Des analyses pétrographiques ont été réalisées sur la céramique modelée de la chambre 4 de la bazina 55. La typologie des unguentaria de cette bazina présente des parallèles avec certaines formes des exemplaires découverts dans l’aire sacrée de Baal Hammon – Saturne.

  • 21 Aounallah et alii 2020b.
  • 22 Quelques marmites de la nécropole du Nord-Ouest figurent dans le chapitre de la céramique (...)

11Le troisième article est consacré à L’ensemble funéraire d’époque romaine de la nécropole du Nord-Ouest à Dougga21 (avec les contributions de Samir Aounallah, Véronique Brouquier-Reddé, Michel Bonifay, Ali Chérif, Fatma Haddad, Solenn de Larminat, Tomoo Mukai et Frédéric Poupon). Le corpus des 2 000 inscriptions funéraires de Dougga (MAD), paru en 2002, fournit une documentation onomastique et démographique très riche, mais les auteurs avaient souligné l’absence de données sur les urnes, les mensae et le contexte archéologique. Rares sont les stèles datées avec précision par des inscriptions publiques concernant le défunt. Parmi les 500 épitaphes inédites, deux proviennent du sondage 1, implanté en 2000 au pied de l’enceinte dite numide et fouillé en 2002 dans le même espace funéraire que la bazina et le mausolée mentionnés ci-dessus. Les tombes romaines sont implantées directement sur les monuments mégalithiques et illustrent le changement de pratiques funéraires. Une enquête menée dans la documentation de la conservation du site et dans les réserves nous a conduits à rassembler et à étudier le mobilier de trois tombes de ce sondage : stèles inscrites, mensae, urnes et couvercles neufs de fabrication locale, lampes, faune et ossements humains brûlés. Le mobilier céramique précise les datations des tombes22 entre la seconde moitié du iie s. et la première moitié du iiie s. tandis que les données anthropologiques et l’âge gravé sur la stèle ouvrent, à nouveau, la question de l’âge du défunt. La fin de la fréquentation se situerait dans le second tiers du iiie siècle.

  • 23 Aounallah et alii 2020c.
  • 24 Tophet 2013.
  • 25 Henchir El-Hami 2007 ; Althiburos (Kallala et alii 2018) et les nouvelles fouilles du toph (...)

12Le quatrième article a trait à L’aire sacrée de Baal Hammon – Saturne à Dougga23 (avec les contributions de Samir Aounallah, Véronique Brouquier-Reddé, Haythem Abidi, Hamden Ben Romdhane, Michel Bonifay, Fatma Hadded, Sonia Hafiane Nouri, Solenn de Larminat, Tomoo Mukai, Frédéric Poupon et Véronique Zech-Matterne). La réouverture des anciens sondages de L. Carton, d’A. Merlin et de Cl. Poinssot, implantés dans la cour du sanctuaire de Saturne reconstruit en 195 a livré neuf urnes in situ signalées par des stèles décorées. L’analyse pluridisciplinaire a mis en évidence la crémation de périnataux (entre 7 mois in utero et 2 mois après la naissance) associés à des restes de caprinés, à des matières organiques (pain ou galette) et à des plantes cueillies, cultivées ou sauvages ; ces crémations sont datées par la céramique associée aux cruches et aux unguentaria de fabrication locale, de la période antérieure à 80 apr. J.-C. Les rites puniques survivent donc ici tardivement. Les résultats répondent partiellement aux débats24 en cours sur ce type de sanctuaires tardifs25.

13Ces observations préliminaires apportent un éclairage nouveau aux données déjà rassemblées et publiées sur Dougga. Les méthodes de fouilles, les protocoles mis en place, les études pluridisciplinaires renouvellent notre connaissance sur les monuments et les pratiques funéraires et cultuelles aux époques préromaine et romaine. La poursuite des fouilles des chambres funéraires de la bazina et de l’aire sacrée de Baal Hammon – Saturne, l’examen des collections anciennes et les analyses complèteront et préciseront ce bilan préliminaire. Ainsi ce programme sur l’établissement numide punicisé de Dougga et son émergence est un observatoire exceptionnel à l’échelle du Maghreb. Il spécifiera les premières occupations de l’établissement numide, l’identité des habitants à partir de son patrimoine mobilier. Les résultats des analyses caractériseront l’origine et les liens éventuels de parenté des défunts de la bazina. Ces données feront mieux connaître non seulement les modes de dépôt mais aussi l’organisation de la communauté libyco-numide et celle de la communauté double à la période romaine. Ces recherches s’avèrent primordiales afin de fixer la chronologie de l’architecture (iiie s.-iie s. av. J.‑C.) et des pratiques funéraires, de comparer les stratigraphies et le mobilier (céramique modelée, unguentaria, mobilier d’importation), les données archéo-anthropologiques et les restes carpologiques.

Haut de page

Bibliographie

Althiburos III, N. Kallala, J. Sanmartí (dir.), M.C. Belarte (éd.) 2017, Althiburos III. La nécropole protohistorique d’Althiburos – massif du Ksour, Tarragona (Documenta 30).
https://recercat.cat//handle/2072/307835

Aounallah S. 2019, La Tunisie au Patrimoine Mondial de l’Humanité. Les sites culturels, Tunis (Histoire et monuments).

Aounallah et alii 2020a, Aounallah S., Brouquier-Reddé V., Abidi H., Artru J., Ben Slimène H., Maligorne Y., Poupon F., Sghaïer Y., Touj F. 2020, « Architecture et pratiques funéraires préromaines dans la nécropole du Nord-Ouest à Dougga », dans Dougga 2020, p. 183-205.

Aounallah et alii 2020b, Aounallah S., Brouquier-Reddé V., Bonifay M., Chérif A., Hadded F., Larminat S. de, Mukai T., Poupon F. 2020, « L’ensemble funéraire romain de la nécropole du Nord-Ouest à Dougga », dans Dougga 2020, p. 221-244.

Aounallah et alii 2020c, Aounallah S., Brouquier-Reddé V., Abidi H., Ben Romdhane H., Bonifay M., Hadded F., Hafiane Nouri S., Larminat S. de, Mukai T., Poupon F., Zech-Matterne V. 2020, « L’aire sacrée de Baal Hammon – Saturne à Dougga », dans Dougga 2020, p. 245-273.

Aounallah et alii sous presse, Aounallah S., Brouquier-Reddé V., Abidi H., Ben Romdhane H., Chérif A., Cuzel P., « Topographie, architecture et épigraphie cultuelle de Dougga (Afrique proconsulaire) », dans L. Ben Abid, F. Prados Martínez, M. Grira éd., De Carthage à Carthagène. Bâtir en Afrique et en Ibérie durant l’Antiquité, Tunis, 25-27 avril 2019, Alicante (Université d’Alicante, Instituto de Arqueología y Patrimonio Histórico (Petracos).

Burials 2019, M.C. Gatto, D.J. Mattingly, N. Ray, M. Sterry (éd.), Burials, Migration and Identity in the Ancient Sahara and Beyond, Cambridge.
https://doi.org/10.1017/9781108634311.001

Camps G. 1961, Aux origines de la Berbérie. Monuments et rites funéraires protohistoriques, Paris.

DÉAR 1, Golvin J.-Cl., Khanoussi M. (dir.), Brouquier-Reddé V., Golvin J.-Cl., Hosni N., Khaldi H., Khanoussi M., Karoui K., Maurin L., Saint-Amans S. 2005, Dougga. Études d’architecture religieuse. Les sanctuaires des Victoires de Caracalla, de « Pluton » et de Caelestis, Bordeaux (Ausonius Mémoires 12).

DÉAR 2, Aounallah S., Golvin J.-Cl. (dir.), Ben Rhomdane H., Brouquier-Reddé V., Chehidi M.A., Ghaki M., Khanoussi M., Maurin L., Saint-Amans S. 2016, Dougga. Études d’architecture religieuse, 2. Les sanctuaires du forum, du centre de l’agglomération et de la Grande rue courbe, Bordeaux (Ausonius Mémoires 42).

Depierre G. 2014, Crémation et archéologie. Nouvelles alternatives méthodologiques en ostéologie humaine, Dijon.

DFH, Khanoussi M., Maurin L. (dir.), Dougga, fragments d’histoire. Choix d’inscriptions latines éditées, traduites et commentées (ier-ive siècles), Bordeaux-Tunis (Ausonius Mémoires 3), 2000.

Dougga 2020, Aounallah S., Brouquier-Reddé V. (dir.) 2020, Dossier « Dougga, la périphérie nord (résultats des campagnes 2017-2019) », AntAfr 56, p. 175-273.

Duday et alii 1990, Duday H., Courtaud P., Crubezy E., Sellier P., Tillier A.-M. 1990, « L’Anthropologie de “terrain” ; reconnaissance et interprétation des gestes funéraires », Bulletin et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, p. 29-49.
www.persee.fr/doc/bmsap_0037-8984_1990_num_2_3_1740

Ghaki M. 1997, « Épigraphie libyque et punique à Dougga (TBGG) », dans M. Khanoussi, L. Maurin (éd.), Dougga (Thugga), Études épigraphiques, Bordeaux (Études 1), p. 27-45.
https://books.openedition.org/ausonius/8742

Ghaki M. 2002, « Stèles libyques et néopuniques de Tunisie » dans M. Khanoussi, P. Ruggeri, C. Vismara (éd.), L’Africa romana XIV, Lo spazio marittimo del Mediterraneo occidentale : geografia storica ed economica, Atti del XIV convegno di studio, Sassari, 7-10 dicembre 2000, Roma, (Pubblicazioni del Dip. di Storia dell’Università degli studi di Sassari, n.s. 13), p. 1661-1668.
http://eprints.uniss.it/6343/3

Henchir El-Hami 2007, A. Ferjaoui (dir.), Le sanctuaire de Henchir El-Hami de Ba’al Hammon au Saturne africain, ier s. av. J.-C.-ive s. ap. J.-C., Tunis.

Kallala et alii 2018, Kallala N., Ribichini S., Botto M., Fabiani F. 2018, « Le tophet-sanctuaire de Ba‘al Hammon-Saturne d’Althiburos : de la découverte à la fouille. Résultats préliminaires », dans Fr. Baratte, V. Brouquier-Reddé, E. Rocca (éd.), Du culte aux sanctuaires. De l’architecture religieuse dans l’Afrique romaine et byzantine, Paris (Orient & Méditerranée 25), p. 113-134.

MAD, Khanoussi M., Maurin L. (dir.), Mourir à Dougga. Recueil des inscriptions funéraires, Bordeaux-Tunis (Ausonius Mémoires 8), 2002.

Numider (Die) 1979, H.G. Horn, C.B. Rüger (dir.), Die Numider. Reiter und Könige nördlich der Sahara, Rheinisches Landesmuseum Bonn, Ausstellung, 29. 11. 1979-29.2.1980, Köln (Kunst und Altertum am Rhein 96).

Numidie 2017, S. Hachi, F. Kherbouche (éd.), La Numidie, Massinissa et l’histoire, Actes du colloque international, Constantine 14-16 mai 2016, Alger (Libyca n.s. 2).

Prados Martínez F. 2008, Arquitectura Púnica. Los monumentos funerarios, Madrid (Anejos de AEA, 44).

Poinssot C. 1958, Les ruines de Dougga, Tunis.

RIL, Chabot J.-B. 1940, Recueil des inscriptions libyques, Paris.

Saint-Amans S. 2004, Topographie religieuse de Thugga (Dougga), ville d’Afrique proconsulaire (Tunisie), Bordeaux (Ausonius Scripta Antiqua).
https://books.openedition.org/ausonius/7893

Sghaïer Y., Dammak-Latrach O. 2020, « La céramique préromaine de la nécropole du Nord-Ouest à Dougga : un premier aperçu », dans Dougga 2020, p. 207-219.

Simitthus I, F. Rakob (éd.) 1993, Simitthus, I. Die Steinbrücke und die antike Stadt, Mainz.

Thugga I, M. Khanoussi, V.M. Strocka (dir.) 2002, Thugga I, Grundlagen und Berichte, Mainz.

Thugga II, Stutz R. 2007, Thugga II, Drei Hanghaüser in Thugga. Maison des trois Masques, Maison du Labyrinthe, Maison de Dionysos et d’Ulysse, Mainz.

Thugga III, S. Ritter, Ph. von Rummel (dir.) 2015, Thugga III. Archäologische Untersuchungen zur Siedlungsgeschichte von Thugga. Die Ausgrabungen südlich der Maison du Trifolium 2001-2003, Wiesbaden.
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/ritter_rummel2015/0398

Tophet 2013, P. Xella (éd.), The Tophet in the Phoenician Mediterranean, Verona (Studi Epigrafici e Linguistici sul Vicino Oriente Antico 29-30, 2012-2013).

Haut de page

Notes

1 Thugga I ; Thugga II ; Thugga III ; Saint-Amans 2004 ; DÉAR 1 ; DÉAR 2 (avec la bibliographie antérieure) ; Aounallah 2019, p. 339-391.

2 RIL n° 1-11 ; Ghaki 1997, 2002 ; DFH ; MAD (avec la bibliographie antérieure).

3 Deux sépultures datées par 14C - l’une entre 1892-1536 cal BC et la seconde entre 1744-1520 cal BC - ont été découvertes au sud de la maison du Trifolium (Thugga III, p. 15 et 17, Taf. 7-8 et 42).

4 Le plan proposé dans DÉAR 2 (p. 73, fig. 87) a été actualisé (cf. Aounallah et alii 2020a, fig. 1).

5 Convention de collaboration de recherche 2016-2021 entre l’Institut National du Patrimoine de Tunis (INP), le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS, AOrOc, UMR 8546) et l’École normale supérieure, ÉNS Ulm. Ce projet, co-dirigé par Samir Aounallah et Véronique Brouquier-Reddé, a été retenu dans les actions de coopération du Partenariat Hubert Curien, Utique (2018-2020, 18G0405/39269PA) entre le Ministère tunisien de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, le Ministère français des Affaires Européenne et Étrangères. Il a reçu le soutien de l’INP, du laboratoire d’excellence TransferS de l’ÉNS, Collège de France et de Paris Sciences & lettres, de l’Institut français de Tunis, du département des Sciences de l’Antiquité de l’ÉNS, et de l’Unité mixte de recherche Archéologie et Philologie d’Orient et d’Occident (AOrOc). Nous remercions vivement M.A. Chehidi, conservateur en Chef, de son soutien quotidien à nos travaux, et aussi toute l’équipe de la conservation de Dougga, en particulier T. Amdouni, S. Habassi, M. Jabali (relevés), A. Elmi (gestion des collections), N. Bendhief et H. Jabali (INP), pour leur aide technique à ce programme. C. Bailly (AOrOc) a finalisé l’infographie de l’ensemble de ce dossier.

6 Voir DFH, MAD et DÉAR 1 et 2.

7 La couverture par un drone a été effectuée en novembre 2018 sur les secteurs d’étude par Ikbal Arafa (société Topo+ Tunis) et financées dans le cadre de ce programme ; plusieurs vues illustrent le chapitre de Dougga dans Aounallah 2019, p. 339-391.

8 L’équipe de topographie de l’INP, composée de R. Kooli, K. Trabelsi et Y. Rebai, a complété en 2017, le plan topographique levé en 2008, en particulier les édifices en cours d’étude.

9 S. Aounallah (histoire, épigraphie) ; V. Brouquier-Reddé (archéologie) ; H. Abidi (monuments mégalithiques) ; H. Ben Romdhane, A. Chérif et P. Cuzel (épigraphie) ; J. Artru et H. Ben Slimène (numismatique) ; M. Bonifay, F. Hadded, T. Mukai et Y. Sghaïer (céramologie) ; O. Dammak-Latrach (archéométrie) ; S. Hafiane Nouri (stèles votives) ; S. de Larminat et F. Touj (archéo-anthropologie) ; Y. Maligorne (architecture et décor architectural) ; F. Poupon (archéozoologie) ; V. Zech-Matterne (carpologie) ; Ch. Damay, K. Ferjani et A. Riahi (sculpture) ; D. Foy (verre) ; T. Ben Makhad (3D) ; P.-Y. Lambert (graffiti) ; N. Nasr (décor architectural, enduits peints et stuc).

10 Duday et alii 1990.

11 Depierre 2014.

12 Nous remercions Cinzia Vismara, directrice de la revue, et les membres du comité de leurs suggestions et de leur proposition de publier les résultats sous forme de dossier.

13 Une partie de ces résultats ont été exposés oralement en 2019 à Tunis (Institut Français de Tunis ; colloque Die Numider 40 ans après), à Munich (Perspectives from the Field : Recent Research on the Archaeology of Ancient North Africa, Ludwig Maximilians University (LMU), Institute of Classical Archaeology), à Sousse (Faculté des lettres et des Sciences humaines) et Aix-en-Provence (Worshop ATHAR, MMSH). Nous remercions les organisateurs de ces séminaires de leur invitation qui se concrétise avec la publication de ce dossier.

14 Aounallah et alii 2020a.

15 Voir la bibliographie citée dans Aounallah et alii 2020a.

16 Camps 1961 ; Die Numider 1979 ; Numidie 2017 ; Burials 2019 (avec la bibliographie antérieure). Voir aussi Prados-Martínez 2008.

17 Althiburos III ; Simitthus I.

18 Sghaïer, Dammak-Latrach 2020.

19 Cl. Poinssot (1958, p. 9, 16, 54 no 17 et p. 68 no 29) différenciait une section préromaine de 130 m de longueur et l’enceinte de basse époque : « c’est vraisemblablement au Moyen Âge musulman, plutôt qu’à l’époque byzantine, qu’il faut attribuer la construction de l’enceinte qui entoure une partie de la ville antique ». Sur ces sections de l’enceinte, voir aussi Aounallah et alii 2020a, p. 186 n. 16 et p. 188 n. 32 (bibliographie antérieure).

20 Sur la céramique préromaine présente dans le secteur de la maison du Trifolium, cf. Thugga III.

21 Aounallah et alii 2020b.

22 Quelques marmites de la nécropole du Nord-Ouest figurent dans le chapitre de la céramique romaine de la maison du Trifolium (Thugga III).

23 Aounallah et alii 2020c.

24 Tophet 2013.

25 Henchir El-Hami 2007 ; Althiburos (Kallala et alii 2018) et les nouvelles fouilles du tophet de Carthage (dir. I. Ben Jerbania). Sur l’évolution du sanctuaire de Saturne, cf. Aounallah et alii sous presse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samir Aounallah et Véronique Brouquier-Reddé, « Introduction au dossier »Antiquités africaines, 56 | 2020, 175-181.

Référence électronique

Samir Aounallah et Véronique Brouquier-Reddé, « Introduction au dossier »Antiquités africaines [En ligne], 56 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/antafr/2928 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.2928

Haut de page

Auteurs

Samir Aounallah

Institut National du Patrimoine, Tunis

Articles du même auteur

Véronique Brouquier-Reddé

CNRS-ENS-PSL, AOrOc, UMR 8546, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Antiquités africaines

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search