Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56Dossier « Mobilité, garnisons et...Introduction au dossier

Dossier « Mobilité, garnisons et nouveautés en épigraphie militaire : les unités auxiliaires et l’Afrique romaine »

Introduction au dossier

Benoît Rossignol et Dan Dana
p. 275-284

Texte intégral

  • 1 Ce dossier de neuf articles, intitulé « Entrer dans l’armée romaine : bassins de recrutement des u (...)
  • 2 Il suffit de citer la monographie de Haynes 2013 (avec les observations de Raepsaet-Charlier 2016) (...)

1Les articles de notre dossier sont issus d’une rencontre organisée par le Centre ANHIMA (UMR 8210) le 18 novembre 2017, à l’INHA (Paris), elle-même issue des considérations postérieures à deux journées d’études organisées au même endroit les 4 et 5 décembres 2014, consacrées aux bassins de recrutement des auxiliaires aux deux premiers siècles de notre ère1. Cette réflexion s’inscrit aussi plus largement dans le renouveau d’intérêt pour les auxiliaires constatable dans l’historiographie depuis quelques années2, d’autant plus que ces corps de troupes constituent la partie la plus considérable de l’armée romaine et sont plus à même d’illustrer l’intégration des provinciaux. Il s’agissait alors de poursuivre la réflexion spatiale entamée à partir des bassins de recrutement, de trouver pour nos considérations sur le rôle et le fonctionnement des auxiliaires l’échelle la plus pertinente, mais aussi de les confronter à une diversité scalaire susceptible de mieux les comprendre, de placer l’analyse du soldat et de l’unité, par exemple, dans un emboîtement d’échelles qui dans l’idéal irait du contubernium jusqu’à l’œcoumène.

  • 3 Spaul 1994, 2000.

2Plus concrètement nos réflexions sont nées aussi d’un constat partagé. Celui de l’insuffisance, quels que soient les services qu’elles rendent et leurs mérites, des monographies Ala² et Cohors² de J.E.H. Spaul3. Ces insuffisances s’expliquent par trois facteurs. Des partis pris d’analyse d’abord, dont la volonté presque systématique de ramener les unités ayant le même nom à une seule. Surtout de la difficulté à maîtriser seul une documentation énorme et multiforme, répartie sur tout l’Empire et sur trois siècles. Enfin, et c’est un corollaire de ce dernier facteur, l’augmentation constante de cette masse de données – en particulier par les diplômes militaires, avec leurs précisions chronologiques, prosopographiques et concernant l’identité des unités et les origines des soldats – qui peut rendre rapidement caduc tout tableau à prétention synthétique.

1. Dislocation : l’empire, la province, le fort

  • 4 Le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales définit ce sens technique comme « réparti (...)
  • 5 Wagner 1938, sur la dislocation des troupes auxiliaires dans les provinces danubiennes, d’Auguste (...)
  • 6 Radnóti, Barkóczi 1951 ; Radnóti 1959.
  • 7 Visy 1986.

3L’étude des auxiliaires passe nécessairement par la recherche la plus précise possible de la localisation de leur garnison : en effet, c’est l’identification de deux garnisons en un même moment qui permet de s’assurer de l’existence d’unités (quasi)homonymes. La réalisation de listes de garnison pour une armée et un espace donné établit ce que le vocabulaire militaire spécialisé appelle une « dislocation » ; le terme aujourd’hui peu usité en français dans ce sens a été plus volontiers repris par l’historiographie allemande (sous la forme Dislokation)4. De tels travaux sont un élément notable de l’étude des auxiliaires. C’est en particulier le cas pour l’espace danubien marqué par la monographie, rare en France, de Walter Wagner5, ainsi que par une série d’articles et de recherches, en particulier par Aladár Radnóti6, qui pouvaient, pour certaines provinces comme les Pannonies, s’appuyer sur un double avantage : une organisation spatiale relativement simple et linéaire (sur la ligne du Danube) d’une part, une abondance documentaire de l’autre, par les fouilles archéologiques systématiques et en particulier grâce aux diplômes militaires. La mise en évidence d’une logique topographique ou crypto-topographique7 dans l’énumération de ces derniers permettait alors de formuler des hypothèses de localisation des unités qui pouvaient être vérifiées dans la documentation épigraphique locale : dédicaces religieuses des préfets et d’autres militaires, stèles funéraires de soldats, tuiles estampillées, marques de propriété sur des supports métalliques et céramiques, etc.

  • 8 Birley 1966.
  • 9 Knight 1991 ; Holder 2003 (sous Hadrien) et 2006 (sous Trajan), utilisant le terme anglais deploym (...)

4Il faut bien avouer que ce type d’études présente pour les auxiliaires, si on le compare avec le cas des légions, un rendement décroissant. La portée historique d’une dislocation des légions est évidente : elle restitue de manière claire les grandes variations de prépondérance militaire à l’échelle de l’Empire, elle visualise les points chauds des frontières, les besoins du haut-commandement romain et les reconfigurations régionales, elle parle immédiatement à un imaginaire stratégique, quand bien même on peut interroger la pertinence de ce dernier, car trop nombreuses sont les projections modernes. Le déplacement d’une légion n’est jamais anodin du point de vue de la grande histoire. Il en va autrement pour un corps auxiliaire, et le déménagement de 500 hommes ne peut peser sur l’équilibre de l’Empire. Les dividendes en termes d’interprétation historique d’une étude des garnisons des auxiliaires n’apparaissent réellement que si l’on peut embrasser un nombre de troupes suffisant, ou bien si l’on se penche sur un cas particulier, celui des troupes vedettes et stratégiques que sont les ailes milliaires comme l’avait signalé un article pionnier d’Eric Birley8. Ajoutons aussi que la recherche est bien plus difficile à mener pour les unités auxiliaires que pour les légions. Avec leurs 5 000 hommes, les légions laissent beaucoup plus de traces et de sources que les troupes auxiliaires, sans oublier le fait que les premières ont toujours été privilégiées par les archéologues et les historiens. La différence n’étant pas liée uniquement à la taille des unités : les auxiliaires étaient aussi en général moins bien payés et n’avaient pas nécessairement incorporé aussi rapidement l’epigraphic habit – toutefois même ce dernier aspect est très probablement aussi déterminé par le moindre intérêt des modernes, puisque les sites auxiliaires systématiquement fouillées et dont les découvertes ne restent pas dans les dépôts des musées fournissent une documentation épigraphique extrêmement variée. Bien des efforts donc pour un résultat qui peut sembler au moins incertain ou que l’on pourrait croire redondant. Il faut rendre hommage à cet égard à l’article important de David J. Knight sur le mouvement des auxiliaires d’Auguste à Hadrien (1991) avec des mises à jour, grâce aux nouveaux diplômes, par Paul Holder9. En outre, la recherche en ce domaine est souvent menée seulement au niveau provincial : lorsque des unités auxiliaires apparaissent dans le cursus d’un chevalier, à l’occasion de ses milices, il peut sembler suffisant d’identifier la province d’exercice.

  • 10 Scheid 2017.
  • 11 Luttwak 2009.
  • 12 Isaac 1993.
  • 13 Isaac 1993, p. 188-218 ; pour une datation haute : En Boqeq 1993 ; pour une chronologie basse : Ha (...)

5Descendre au niveau de la garnison se révèle en effet difficile, et bien souvent on ne peut trancher entre plusieurs propositions ni parfois même en avancer une, en particulier pour certaines provinces, comme la Syrie par exemple. C’est cette difficulté même qui doit nous inciter à poser la question, qui nous a aiguillonné à proposer cette journée d’études. Il y a derrière elle en effet de nombreuses questions et des éléments implicites à vérifier. Quelle est la mobilité des unités auxiliaires entre les provinces et à l’intérieur des provinces ? Jusqu’où peut-on assigner un fort à une unité ? Il faut en effet considérer qu’une unité peut occuper parfois plusieurs forts et que parfois plusieurs unités – ou, du moins, des vexillations – peuvent partager le même fort. L’élaboration d’une dislocation, d’une analyse géographique des unités, passe alors du niveau stratégique (les grands équilibres des forces militaires entre provinces, les mouvements occasionnés entre provinces par une campagne ou une guerre) au niveau tactique : la vie de l’unité au quotidien et donc sa doctrine d’emploi dans les dispositifs lors de la conquête puis en temps de paix. Comme John Scheid l’a récemment rappelé10, dans nos études, dieu ou le diable – selon les convictions et les préférences de chacun – réside dans les détails. On ne peut plaquer systématiquement des considérations stratégiques sur notre documentation sans risquer l’anachronisme ou le contresens. L’interprétation d’un système militaire régional passe d’abord par l’identification des forts et de leurs troupes, par leur datation rigoureuse, par l’aveu, aussi, des limites de nos connaissances. On sait comment, en réaction au livre d’Edward Luttwak11, à partir des travaux de Benjamin Isaac12 notamment, le Proche-Orient a été le lieu historiographique pour formuler de telles questions et on évoquera seulement l’exemple du camp d’En Boqeq (Qasr Umm Begheq) dans le Néguev et du rôle de sa chronologie dans l’interprétation de ce que l’on a pu appeler, sans doute improprement, pour l’époque tardive, le limes de Palestine : à une chronologie haute, initialement tétrarchique, soutenant une interprétation du dispositif militaire en terme de « limes », s’est opposée une nouvelle chronologie plus basse, impliquant une analyse fort différente. Sans vouloir trancher ici le débat il est nécessaire surtout d’en tirer une nécessaire prudence méthodologique13. La contribution de Xavier Dupuis illustre, à notre avis, comment une analyse précise peut amener à reconsidérer fortement les anciennes lectures du point de vue des dispositifs militaires.

  • 14 Robert 1961, p. 463 (= OMS, V, p. 75 = Choix d’écrits, Paris, 2007, p. 95).

6Il importe donc en réfléchissant aux auxiliaires et à l’implantation de leurs garnisons de s’assurer constamment d’un dialogue disciplinaire avec l’archéologie et sa documentation, mais aussi d’inscrire résolument nos investigations sur le terrain, avec ceux qui le connaissent le mieux : retrouver donc l’insertion spatiale et environnementale des garnisons des cohortes, des ailes et des numeri. Un tel exemple est illustré par la contribution de Souad Slimani et Zheira Kasdi, sur l’identification du camp de la coh. IV Sugambrorum à Tatilti. Il importe aussi en conséquence d’être attentif à la progression de nos connaissances et à la documentation nouvelle (inscriptions, diplômes militaires). Non pas par fétichisme de la nouveauté. Certes on sait le plaisir qu’il y a à considérer une inscription inédite, et la fraîcheur apportée par l’épigraphie à l’histoire ancienne, car la première « est l’eau de jouvence de nos études », pour parler avec Louis Robert14, mais il disait aussi que les corpus regorgeaient d’inscriptions inédites : on ne perd rien à considérer d’un œil neuf ce que l’on croit connu. Il faut donc faire dialoguer la documentation nouvelle avec l’ancienne et surtout la considérer comme un test, une expérience pour vérifier ce que l’on assume comme assuré.

7Les perspectives de travail sont donc considérables et on ne peut songer à affronter globalement la question seul, ni même à l’échelle d’un seul laboratoire. Prétendre refaire les deux ouvrages de Spaul ne servirait à rien sinon à reconduire ses limites, et produire sans doute un travail caduc dès sa publication. À terme il faudra probablement envisager de nouveaux moyens d’investigation et d’agrégation des connaissances, on pourrait rêver d’une banque de données collaborative associant des chercheurs de tous les pays qui superposent les provinces romaines et réunissant des fiches sur les camps, forts et fortins, d’une part, et, de l’autre, des fiches sur les unités listant la documentation littéraire, épigraphique et papyrologique, et permettant par des liens hypertextes de les situer dans un SIG. Plus modestement, il faut donc préciser, dans un premier temps au moins la focale, et expérimenter nos interrogations sur un terrain : l’Afrique du Nord s’est imposée assez rapidement à nos réflexions.

2. Auxiliaires en Afrique : dynamique et diversité

  • 15 Le Bohec 2007, p. 478-502 (l’armée romaine d’Afrique dans l’épigraphie de 1984 à 2004) ; à titre d (...)

8Les provinces d’Afrique offrent en effet du point de vue de nos questionnements des perspectives notables. La documentation ancienne y est importante, même si les disparités entre diverses régions restent substantielles, et les découvertes nouvelles sont régulières15, comme le montrent certaines contributions de ce dossier.

  • 16 Hamdoune 1999 ; voir aussi Hamdoune 2018 (sur les mondes tribaux). Sur les Mauri equites et la tac (...)
  • 17 Voir la notice parue dans , 2016, p. 9 et, dans ce même fascicule, le souvenir aux p. 11-14.

9L’Afrique est aussi intimement liée à l’histoire même des auxiliaires. C’est la confrontation avec Carthage, rappelons-le, qui a amené Rome à placer dans les ailes de son dispositif de bataille des auxiliaires qui n’étaient plus seulement les socii italiens et qui devinrent les seuls auxiliaires après la guerre sociale. L’Afrique occupe donc une place notable dans l’histoire des auxilia externa comme l’a montré dans son livre Christine Hamdoune16, qui avait accepté de revenir sur ce sujet dans sa contribution ; nous honorons ici la mémoire de cette historienne récemment disparue (1950-2019)17. La place de l’Afrique, c’est aussi la particularité durable, assez forte en Occident durant le Haut-Empire, remarquable même à l’échelle de tout l’Empire, que sont les troupes maures, des unités auxiliaires temporaires qui perpétuent la pratique des troupes de renforts, de ces alliés servant le temps d’une campagne – ainsi, les Maures de Lusius Quietus en Dacie et contre les Parthes.

  • 18 Saddington 1982. Voir plus récemment son essai (paru après sa mort) de trouver des modèles dans la (...)
  • 19 Entre 17 et 23 (cf. Tac., ann., II, 52 ; III, 20-21 ; III, 32 ; III, 72-74 ; IV, 23-26) ; entre au (...)

10Cette particularité des troupes maures s’est évidemment affirmée au moment où les unités auxiliaires sont devenues, très progressivement, des unités professionnelles pérennes dans un mouvement éclairé notamment par les travaux de Dennis Bain Saddington et qui va, on le sait, de l’époque tardo-républicaine à l’époque flavienne18. Le règne de Claude est un tournant notable dans cette histoire. Il faut souligner combien l’Afrique de ce point de vue est un terrain d’observation remarquable sur cette transition julio-claudienne. Dès le règne de Tibère déjà, le récit de Tacite sur la révolte de Tacfarinas19 reste une source essentielle sur l’usage des auxiliaires, sur la place des forts, sur l’alliance avec les peuples locaux, sur les liens avec les légions, mais une source difficile qu’il faut impérativement contextualiser, critiquer et recouper dans la mesure du possible en sachant prendre ses distances tant avec les préjugés de Tacite qu’avec les réflexes changeants de l’historiographie passée. C’est aussi un des intérêts des terrains africains que cette richesse ­historiographique parce qu’ils ont été le lieu explicite de débats critiques et animés sur la « résistance » et la « romanisation », débats passés qui imposent peut-être plus clairement qu’ailleurs l’exigence de clarifier et d’historiciser nos catégories et nos narrations implicites, de les interroger toujours. Contextualiser l’action des auxiliaires dans la répression de Tacfarinas c’est aussi prendre en compte la dimension géographique de cette dernière, saisir ses liens avec les avancées militaires romaines.

  • 20 Kasdi 2018.
  • 21 Sur l’armée romaine à l’époque de Claude, voir Rossignol 2018.
  • 22 Christol, Le Roux 1985 (dans le contexte des relations militaires entre l’Hispanie et la Tingitane (...)
  • 23 Speidel M.P. 1977a (= Speidel M.P. 1984, p. 211-215) ; Christol 1981.

11Cette dimension dynamique constante de l’espace romain, et en particulier de sa présence militaire, est aussi ce qui fait l’intérêt de l’étude de la région où de 146 av. J.-C. aux Sévères la frontière s’est toujours déplacée avec des rythmes changeants mais remarquables, avec une intensification variable de la présence militaire romaine, de son impact direct. L’intérêt du règne de Claude est bien celui-là : avec l’annexion – conséquence des décisions de Caligula – de la Maurétanie, ce sont deux nouvelles provinces qui apparaissent dotées d’armées exclusivement composées d’auxiliaires20. L’époque claudienne est aussi celle où apparaissent les diplômes militaires – avec l’octroi systématique de la ciuitas Romana aux vétérans auxiliaires –, où l’on fixe l’ordre des milices pour les chevaliers, où s’affirme surtout une certaine autonomie tactique des unités auxiliaires, c’est alors seulement que l’on peut observer clairement et couramment des camps, des forts, spécifiques à ces unités. La Bretagne fut à cet égard sans doute un champ d’expérimentation, mais on ne peut négliger le rôle qu’ont pu tenir les Maurétanies et la nécessité de trouver des troupes pour les occuper et de définir un mode d’occupation et de direction politique qui puisse succéder à celui des princes amis maurétaniens21. On retrouve nécessairement ici la mobilité et les études de Michel Christol et Patrick Le Roux sur l’ala Tauriana torquata, de René Rebuffat, de Michel Christol et Gwladys Bernard qui ont éclairé comment cette double garnison provinciale était née22 à partir des garnisons voisines de la péninsule ibérique et de l’Afrique Proconsulaire, en particulier de la zone contrôlée par le légat de la IIIe Auguste, depuis peu directement lié au prince. La mobilité ne cessa pas par la suite, et l’on sait comment ce qu’il est convenu d’appeler « la guerre des Maures » sous Antonin le Pieux mobilisa des unités venues d’autres provinces23, là aussi la documentation progresse et permet d’affiner nos connaissances (cf. la contribution de Michel Christol).

12Cette dynamique de progression géographique des dispositifs militaires romains en Afrique représente un enjeu remarquable de nos études et soulève des difficultés considérables : il faut périodiser nos réflexions, affiner nos datations, saisir les transformations de la présence romaine sur le terrain avec ces déplacements vers l’ouest pour l’Afrique Proconsulaire et la Numidie, vers le sud pour la Césarienne. À cette dynamique temporelle il faut associer une forte diversité spatiale, mais aussi une grande disparité : la diversité qualifiant une différence dans le nombre d’éléments d’un ensemble, la disparité dans l’organisation même de cet ensemble.

  • 24 Pflaum 1976.
  • 25 Sur ce procédé de recrutement à l’échelle de l’Empire, coordonné depuis Rome, voir Speidel M.A. 20 (...)
  • 26 Voir Dana, Matei-Popescu 2009 (sur les cycles de recrutement des soldats auxiliaires d’origine dac (...)
  • 27 Sur les 1 000 recrues thraces envoyées en Tingitane (CIL III, 9381 = 20945 = ILS 2763, Césarée de (...)

13La diversité spatiale se lit d’abord dans des documentations très différentes. Le contraste est bien connu du point de vue des diplômes militaires : abondants pour la Tingitane, ils sont encore rares pour la Césarienne, ayant été longtemps inexistants pour l’Afrique : en Tingitane, on en connaît une cinquantaine, dont douze copies de la même constitution du 26 octobre 153, en particulier pour des soldats libérés de l’ala I Augusta Gallorum ciuium Romanorum ; en Césarienne, au moins sept, la plupart connus depuis peu ; en Afrique, seulement trois, connus depuis peu. Si au premier siècle de notre ère la proportion des Pannoniens et des Thraces est grande parmi les auxiliaires d’Afrique24, et même si par la suite le recrutement local s’affirme avec vigueur, on peut toujours noter des levées balkaniques massives25 afin d’alimenter les trois provinces africaines – vers 102, vers 12726, et encore au début du iiie s., avec les 1 000 iuniores Bessi, recrues de Thrace qui sont envoyées dans la lointaine Tingitane, où il devaient alimenter les nombreuses unités auxiliaires27.

  • 28 Les discours 2003, avec le c.r. critique de M. Dondin-Payre (2005), par exemple (p. 459) : « Parei (...)

14Il convient d’évoquer ici le joyau épigraphique et rhétorique constitué par l’exercitatio d’Hadrien ; dans ces discours prononcés par l’empereur en 128, devant l’exercitus Africae, et retranscrits sur une base découverte près du camp de Lambèse qui nous restitue un texte très fragmentaire, Hadrien ne manque de remarquer l’absence de nombreux soldats lors de son inspection, puisqu’ils se trouvaient à leurs postes éloignés28.

  • 29 Roxan 1973 (sur les auxilia de la Tingitane).
  • 30 Labory 1998 ; 2009.
  • 31 Benseddik 1979.
  • 32 Cf. le corpus en préparation des inscriptions de Cherchel (projet Epicherchel, voir http://ccj-epi (...)
  • 33 Manna 1970.
  • 34 Le Bohec 1989a.
  • 35 Le Bohec 1989b.

15Les travaux consacrés explicitement à la répartition des garnisons auxiliaires reflètent aussi cette inégalité de la documentation. La Tingitane est évidemment favorisée. Depuis l’article fondateur de Margaret Roxan en 197329, pour ne pas remonter plus haut, la documentation s’est accrue et on peut chercher à croiser plus étroitement les apports des diplômes avec la documentation archéologique et les autres inscriptions, comme l’a fait à deux reprises Nadine Labory, qui s’est interrogée sur l’ordre des unités dans les diplômes de la province30. Des progrès sont encore possibles sans doute, même si l’épigraphie de cette province reste par ensemble assez pauvre et les nouveautés nécessitent parfois des révisions, comme le montre la contribution de Gwladys Bernard sur le contexte militaire au nord de la Tingitane au iiie s., à partir d’une inscription de Tamuda. Pour la Césarienne, la monographie de Nacéra Benseddik a donné en 1979 une synthèse appréciable et utile31, là encore la prise en compte du renouvellement de la documentation32 et d’autres questionnements peuvent sans doute apporter du nouveau. En Numidie, les auxiliaires ont souvent été éclipsés par la présence de la IIIème Auguste, mais il faut signaler le travail de Maria Grazia Manna33 et la monographie que leur consacra Yann Le Bohec34 l’année où il publia aussi son travail sur la légion de Lambèse35.

  • 36 D’autres données tirées des diplômes (constitutions qui ne listent que les unités concernées par l (...)

16Sans surprise, ces divers travaux témoignent d’un pic de notre documentation pour les auxiliaires en Afrique allant du cœur de l’époque antonine – en particulier pour la Tingitane et ses diplômes – à l’époque sévérienne. Sur la base de ces travaux encore, on peut proposer un décompte des unités à l’horizon des années 160, qu’on ne prétendra pas exact au chiffre près, mais qui donne une idée des effectifs auxiliaires en service en Afrique du Nord, qui dépassent une quarantaine d’unités36 :

  • 37 On peut signaler un diplôme toujours inédit datant de 145, octroyé à Caecilius Silvanus, un Numide (...)

17– en Numidie37 on peut alors avoir trois ailes et au moins six cohortes, et une cohorte en Proconsulaire – en sus de la cohorte urbaine de Carthage (coh. XIII urbanaquae est in Africa, selon le formulaire des diplômes) ;

  • 38 Notons les unités auxiliaires qui ont laissé des traces dans la toponymie du sud de la Césarienne  (...)

18– en Césarienne on peut compter peut-être cinq ailes – on sait que la date de l’arrivée de l’ala miliaria est un problème38, nous la tiendrions volontiers pour sévérienne – et peut-être jusqu’à seize cohortes ;

19– en Tingitane on peut alors compter cinq ou six ailes et onze cohortes.

  • 39 Voir récemment les études réunies par M. Coltelloni-Trannoy et Y. Le Bohec (La guerre 2014), sur l (...)
  • 40 Euzennat 1989 (sur la frontière méridionale du limes de Tingitane) ; Lenoir 2011 (sur les camps ro (...)
  • 41 Rebuffat 1979 (sur la frontière romaine en Afrique, plus précisément en Tripolitaine et Tingitane) (...)

20Au-delà des travaux spécifiquement consacrés aux unités auxiliaires39 il importe de considérer les recherches menées sur les dispositifs militaires, souvent appelés indistinctement et improprement « limes » par l’historiographie, et les camps auxiliaires, et il suffit de citer ici les travaux de Maurice Euzennat et de Maurice Lenoir40. De ce point de vue l’Afrique est un champ d’investigation particulièrement intéressant parce qu’il présente une documentation archéologique parfois exceptionnelle, par l’ampleur des enjeux et des débats historiographiques, mais surtout, et nous voulons insister dessus, par la disparité des dispositifs qui invite à une démarche comparative. S’il faut signaler des enquêtes pionnières, on songera à cet égard à l’intérêt d’un article publié par René Rebuffat en 197941, il faut aussi constater qu’il a fallu du temps pour se déprendre du fossatum Africae et de l’a priori d’une frontière linéaire et continue, sans parler de clichés comme celui des montagnes qu’il faudrait surveiller par essence – sans pour autant dénier que l’Afrique avait des massifs qui purent poser des problèmes à Rome.

  • 42 Voir à ce sujet Christol 2015 ; cf. aussi Whittaker 2009.
  • 43 Str. II, 5, 33 (C. 130) : ἔστι δ’, ὥσπερ οἵ τε ἄλλοι δηλοῦσι καὶ δὴ καὶ Γναῖος Πείσων ἡγεµὼν γενόµ (...)

21C’est l’idée même d’une Afrique du Nord romaine unifiée qu’il faut savoir interroger et dans laquelle il faut déceler la part de construction par l’historiographie coloniale française (cf. la contribution de Monique Dondin-Payre)42 et face à laquelle il faut réaffirmer la fragmentation de toute géographie méditerranéenne. Derrière les garnisons auxiliaires c’est parfois plus un archipel romain qu’il faut retrouver qu’une frontière. Décrivant la « Libye » qui va d’Alexandrie aux colonnes d’Hercule, Strabon disait ainsi : « La Libye, de l’aveu général (et Cnaeus Pison qui fut gouverneur de ce pays nous l’a relaté aussi), ressemble à une peau de panthère, car elle est parsemée de points d’habitation qui entourent une terre sans eau et déserte » (trad. G. Aujac)43. L’informateur de Strabon avait eu une connaissance militaire de la région. Ce sont les tâches de la panthère qu’il nous faut retrouver aussi et faire coïncider avec les auxiliaires, mais avec deux observations nécessaires. D’une part ces tâches étaient mobiles, et d’autre part, le désert n’était pas vide : il faut restituer aux populations locales leur présence réelle par-delà les clichés du nomade de nos sources anciennes. Du terrain et des sources à l’interprétation historique il faut procéder alors prudemment et sans a priori théorique, en assumant consciemment les difficultés et les fragilités d’un raisonnement procédant souvent par abduction et inférence reposant fortement sur l’analepse (de la conséquence à la cause). Il importe de bien cerner les limites de nos connaissances et de nos observations, de cultiver l’ars nesciendi.

  • 44 Voir l’étude de Ph. Leveau (1973), sur l’ala II Thracum, les Mazices et les praefecti gentis en Af (...)
  • 45 Laporte 1989 ; 2012.
  • 46 Charles-Picard 1947.
  • 47 Marichal 1992.
  • 48 Cuvigny 2003.

22Ce n’est pas pour autant nécessairement abdiquer toute ambition. Établir une dislocation, tenter d’assigner les unités à un ou des lieux, c’est aussi envisager les modes de présence et d’interaction des unités militaires et les interpréter à différentes échelles44, comme le montre dans ce dossier l’étude d’Anne-Florence Baroni sur les auxiliaires en Numidie septentrionale. Les provinces africaines offrent de nombreux dossiers riches, avec des camps vedettes, tels Rapidum45, Castellum Dimmidi46 et Gholaia/Bu Njem47 – ce dernier, fameux pour ses ostraca, n’étant pas un camp auxiliaire. Il faut prendre garde toutefois qu’ils ne soient pas des arbres cachant les forêts, et les réinsérer dans des dispositifs régionaux, dans des réseaux routiers, dans des réseaux logistiques, dans des régions culturelles et agraires. Il suffit d’évoquer ici les différents types de disposition et de maillage du territoire par les auxiliaires, en particulier des zones sensibles, tel qu’on les connaît mieux aujourd’hui en Bretagne (sur le Mur d’Hadrien et sur le Mur d’Antonin) ou la région du désert Oriental, en Égypte, avec les petits praesidia parsemés le long des routes militaires et commerciales et dans la région des carrières48.

23Il semble que l’on peut distinguer plusieurs types de frontières – et donc de dispositifs militaires – dans les provinces africaines : à l’organisation linéaire de la Césarienne de l’époque sévérienne, le long de la route appelée parfois noua praetentura, on peut opposer le dispositif par zone de la Tingitane. La Numidie et la frontière de la Tripolitaine présentent d’autres dispositions encore, pouvant combiner parfois le réseau, la zone et le linéaire. Bien apprécier certains éléments remarquables – comme la Séguiat – suppose sans doute encore des progrès dans leur description et leur datation. Le dialogue comparatif entre ces zones, mais aussi avec d’autres régions de l’Empire, peut alors se révéler riche d’enseignement. Faire coïncider une unité auxiliaire et son camp dépasse donc l’enjeu de l’étiquetage satisfaisant sur un grand plateau de Kriegspiel que serait l’Empire romain et ses provinces, c’est une étape nécessaire pour éclairer les interactions et la vie historique de ses composantes, nul doute que les articles de notre dossier y contribueront.

Haut de page

Bibliographie

Auxiliaires (Les) 2016, C. Wolff, P. Faure (éd.), Les auxiliaires de l’armée romaine. Des alliés aux fédérés. Actes du sixième Congrès de Lyon sur l’armée romaine (23 au 25 octobre 2014), Lyon (CEROR 51).

Ben Abdallah Z., Le Bohec Y. 2007, « Inscriptions militaires inédites de Tunisie : Ire aile de Pannoniens, garnison de Thala », RÉMA 4, p. 83-92.

Benseddik N. 1979, Les troupes auxiliaires dans l’armée romaine en Maurétanie Césarienne sous le Haut-Empire, Alger.

Bérard F. 1994, « Bretagne, Germanie, Danube : mouvements de troupes et priorités stratégiques sous le règne de Domitien », Pallas 40, p. 221-240.
https://www.persee.fr/doc/palla_0031-0387_1994_num_40_1_1320

Bernard G., Christol M. 2009, « Les relations militaires entre l’Hispanie et la Maurétanie Tingitane à la fin du ier siècle », MCV 39 (2), p. 189-208.

Birley E. 1966, « Alae and cohortes milliariae », dans Corolla memoriae Erich Swoboda dedicata, Graz-Cologne (Römische Forschungen in Niederösterreich 5), p. 54-67.

Charles-Picard G. 1947, Castellum Dimmidi, Paris.

Christol M. 1981, « L’armée des provinces pannoniennes et la pacification des révoltes maures sous Antonin le Pieux », AntAfr 17, p. 133-141.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1981_num_17_1_1075

Christol M. 2015, « L’Empire romain en Afrique : aspects et résonances d’un impérialisme », CH 128, p. 19-35.

Christol M., Le Roux P. 1985, « L’aile Tauriana Torquata et les relations militaires de l’Hispania et de la Maurétanie Tingitane entre Claude et Domitien », AntAfr 21, p. 15-33.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1985_num_21_1_1108

Claude 2018, Fr. Chausson, G. Galliano (éd.), Claude. Lyon, 10 avant J.-C. – Rome, 54 après J.-C. Un empereur au destin singulier, Paris-Lyon.

Cuvigny H. 2003, La route de Myos Hormos : l’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte, I-II, Le Caire (Praesidia du désert de Bérénice 1).

Dana D., Matei-Popescu F. 2009, « Soldats d’origine dace dans les diplômes militaires », Chiron 39, p. 209-256.

Discours (Les) 2003, Y. Le Bohec (éd.) 2003, Les discours d’Hadrien à l’armée d’Afrique : exercitatio, Paris (De l’archéologie à l’histoire).

Domaszewski A. von 1892, « Die Dislocation des römischen Heeres im Jahre 66 N. Chr. (Iosephus Bell. Iud. 2, 16, 4) », RM 47, p. 207-218.

Dondin-Payre M. 2005, CR de Les discours 2003, AC 74, 2005, p. 457-459.

En Boqeq 1993, M. Gichon M. (éd.), En Boqeq : Ausgrabungen in einer Oase am Toten Meer, I. Geographie und Geschichte der Oase. Das spätrömische-byzantinische Kastell, Mainz.

Euzennat M. 1989, Le limes de Tingitane. 1. La frontière méridionale, Paris (Études d’Antiquités africaines).
https://www.persee.fr/doc/etaf_0768-2352_1989_mon_2_1

Farkas I.G. 2015, The Dislocation of the Roman Army in Raetia, Oxford (BAR Int. Ser. 2723).

Frontière (La) 2018, S. Guédon (éd.) 2018, La frontière méridionale du Maghreb. Approches croisées (Antiquité-Moyen Âge), I, Bordeaux (Scripta Receptoria 13).

Frontières (Les) 1999, Cl. Lepelley, X. Dupuis (éd.), Frontières et limites géographiques de l’Afrique du Nord antique : hommage à Pierre Salama. Actes de la table ronde, Paris, les 2 et 3 mai 1997, Paris.

Gonzales A. 1997, « La révolte comme acte de brigandage. Tacite et la révolte de Tacfarinas », dans M. Khanoussi, P. Ruggeri, C. Vismara (éd.), L’Africa romana XII, Atti del XII convegno di studio (Olbia, 12-15 dicembre 1996), Sassari (Pubbl. del Dipartimento di Storia dell’Università degli studi di Sassari 31), p. 937-958.
http://eprints.uniss.it/6110/1/Khanoussi_M_Africa_romana_2.pdf

Guédon S. 2018, La frontière romaine de l’Africa sous le Haut-Empire, Madrid (Bibliothèque de la Casa de Velázquez 74).

Guerre (La) 2014, M. Coltelloni-Trannoy, Y. Le Bohec (éd.), La guerre dans l’Afrique romaine sous le Haut-Empire, Paris (CTHS Histoire 54).

Hamdoune Chr. 1999, Les auxilia externa africains des armées romaines : iiie siècle av. J.-C. – ive siècle ap. J.-C., Montpellier (Études militaires 29).

Hamdoune Chr. 2018, Ad fines Africae romanae : les mondes tribaux dans les provinces maurétaniennes, Bordeaux (Scripta Antiqua 111).

Harper R.P. 1995, Upper Zohar, an Early Byzantine Fort in Palaestina Tertia : Final Report of Excavations in 1985-1986, Oxford (British Academy Monographs in Archaeology 9).

Haynes I. 2013, Blood of the Provinces. The Roman Auxilia and the Making of Provincial Society from Augustus to the Severans, Oxford. En partie dans : https://books.google.it/books?id=FMV7AgAAQBAJ

Holder P. 2003, « Auxiliary Deployment in the Reign of Hadrian », dans J.J. Wilkes (éd.), Documenting the Roman Army. Essays in Honour of Margaret Roxan, Londres, p. 101-145.
https://www.academia.edu/7945776/

Holder P. 2006, « Auxiliary Deployment in the Reign of Trajan », Dacia n.s. 50, p. 141-174.
https://www.academia.edu/9010983

Isaac B. 1993, The Limits of Empire. The Roman Army in the East, Oxford (Clarendon Paperbacks).

Kasdi Z. 2018, « La provincialisation de la Maurétanie sous le règne de Claude », dans Claude 2018, p. 202-203.

Knight D.J. 1991, « The Movements of the Auxilia from Augustus to Hadrian », ZPE 85, p. 189-208.

Labory N. 1998, « L’ordre des unités dans les diplômes militaires de Maurétanie Tingitane à partir de 122 ap. J.-C. », AntAfr 34, p. 83-92.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1998_num_34_1_1286

Labory N. 2009, « Quelques remarques sur les listes de troupes auxiliaires de Maurétanie Tingitane mentionnées dans les diplômes après 122 », AntAfr 45, p. 37-49.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_2009_num_45_1_1490

Laporte J.-P. 1989, Rapidum : le camp de la cohorte des Sardes en Maurétanie Césarienne, Sassari (Pubbl. del Dipartimento di Storia dell’Università di Sassari 12).

Laporte J.-P. 2012, « Rapidum… 20 ans après », dans B. Cabouret, A. Groslambert, C. Wolff (éd.), Visions de l’Occident romain. Hommages à Yann le Bohec, I, Paris (CEROR 40), p. 231-260.

Laporte J.-P. 2016, « Notes sur l’armée romaine de Maurétanie Césarienne de 40 à 455 », dans Les auxiliaires 2016, p. 379-408.

Lassère J.-M. 1977, Vbique populus. Peuplement et mouvements de population en Afrique romaine de la chute de Carthage à la fin de la dynastie des Sévères (146 a. C.-235 p. C.), Paris.

Le Bohec Y. 1987, « Les Syriens dans l’Afrique romaine : civils ou militaires ? », Karthago, 21, p. 81-92 (= Le Bohec 2007, p. 453-464).

Le Bohec Y. 1989a, Les unités auxiliaires de l’armée romaine en Afrique Proconsulaire et Numidie sous le Haut Empire, Paris (Études d’Antiquités africaines).
https://www.persee.fr/doc/etaf_0768-2352_1989_mon_3_1

Le Bohec Y. 1989b, La Troisième légion Auguste, Paris.

Le Bohec Y. 2007, L’armée romaine en Afrique et en Gaule, Stuttgart (Mavors 14).

Lenoir M. 2011, Le camp romain : Proche-Orient et Afrique du Nord, Rome (BÉFAR 345).

Leveau Ph. 1973, « L’aile II des Thraces, la tribu des Mazices et les praefecti gentis en Afrique du Nord », AntAfr 7, p. 153-191.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1973_num_7_1_1450

Luttwak E. 2009, La grande stratégie de l’empire romain, 2e éd. revue et préfacée par P. Laederich, Paris (1re éd. 1976).

Manna M. G. 1970, Le formazioni ausiliarie di guarnigione nella provincia di Numidia da Augusto a Gallieno, Rome.

Marichal R. 1992, Les ostraca de Bu Njem, Tripoli (LibAnt Suppl. 7).

Pflaum H.-G. 1976, « Pannoniens et Thraces en Afrique du Nord romaine à l’époque du Haut-Empire », Pulpudeva, 2, p. 53-67.

Piganiol A. 1941, « Histoire romaine (1936-1940) », RH 192, 2, p. 290-323.

Radnóti A. 1959, « Zur Dislokation der Auxiliartruppen in den Donauprovinzen », dans Limes-Studien. Vorträge des 3. Internationalen Limes-Kongresses in Rheinfelden/Basel 1957, Basel (Schriften des Institutes für Ur- und Frühgeschichte der Schweiz 14), p. 134-151.

Radnóti A., Barkóczi L. 1951, « The Distribution of Troops in Pannonia Inferior during the 2nd Century A.D. », AArchHung, 1, p. 191-226.

Raepsaet-Charlier M.-Th. 2013, CR de Haynes 2013, AC, 85, 2016, p. 489-491.

Rebuffat R. 1979, « La frontière romaine en Afrique : Tripolitaine et Tingitane », Ktèma, 4, p. 225-247.

Rebuffat R. 1988, « Romana arma primum Claudio principe in Mauretania bellauere », dans Y. Burnand, Y. Le Bohec, J.-P. Martin (éd.), Claude de Lyon. Empereur romain, Paris, p. 277-320.

Robert L. 1961, « Les épigraphies et l’épigraphie grecque et romaine », dans Ch. Samaran (éd.), L’histoire et ses méthodes, Paris, p. 453-497 (= OMS, V, p. 65-109 = Choix d’écrits, Paris, 2007, p. 87-114).

Rossignol B. 2017, CR de E.N. Luttwak, The Grand Strategy of the Roman Empire. From the First Century CE to the Third. Revised and Updated edition, Baltimore, 2016, REA, 119 (2), p. 767-771.

Rossignol B. 2018, « L’armée : les légions et les troupes auxiliaires sous le règne de Claude », dans Claude 2018, p. 231-235.

Roxan M. 1973, « The Auxilia of Mauretania Tingitana », Latomus, 32, p. 838-855.

Saddington D.B. 1982, The Development of the Roman Auxiliary Forces from Caesar to Vespasian (49 B.C.-A.D. 79), Harare.

Saddington D.B. 2014, « Can Patterns be Traced in the Selection and Deployment of North African Auxiliaries ? », dans La guerre 2014, p. 193-206.

Scheid J. 2017, « Éloge du détail. Réflexions sur la recherche dans les sciences de l’antiquité », dans M. Sebaï, S. Mokni (éd.), Institutions municipales en Afrique proconsulaire, Tunis, p. 121-132.

Spaul J.E.H. 1994, Ala2. The Auxiliary Units of the Pre-Diocletianic Imperial Roman Army, Andover.

Spaul J.E.H. 2000, Cohors2. The Evidence for and a Short History of the Auxiliary Infantry Units of the Imperial Roman Army, Oxford (BAR Int. Ser. 841).

Speidel M.A. 2007, « Rekruten für ferne Provinzen. Der Papyrus ChLA X 422 und die kaiserliche Rekrutierungszentrale », ZPE 163, p. 281-295 (= Speidel M.A. 2009, p. 213-234).
https://www.academia.edu/20139492

Speidel M.A. 2009, Heer und Herrschaft im Römischen Reich der Hohen Kaiserzeit, Stuttgart (Mavors 16).

Speidel M.[P.] 1977a, « Pannonian Troops in the Moorish War of Antonius Pius », dans J. Fitz (éd.), Limes. Akten des XI. Internationalen Limeskongresses (Székesfehérvár, 30.8.-6.9.1976), Budapest, p. 129-135 (= Speidel M.P. 1984, p. 211-215).

Speidel M.[P.] 1977b, « A Thousand Thracian Recruits for Mauretania Tingitana », AntAfr 11, p. 167-173 (= Speidel M.P. 1984, p. 341-347).
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1977_num_11_1_993

Speidel M.P. 1984, Roman Army Studies, I, Amsterdam (Mavors 1).

Speidel M.P. 1993, « Mauri equites. The Tactics of the Light Cavalry in Mauretania », AntAfr 29, p. 121-126.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1993_num_29_1_1214

Speidel M.P. 2006, Emperor Hadrian’s Speeches to the African Army – A New Text, Mainz (Monographien des Römisch-Germanischen Zentralmuseums 65).

Visy Zs. 1986, « Die kryptotopographische Truppenaufzählung in den Auxiliardiplomen von Pannonien », dans W. Eck, H. Wolff (éd.), Heer und Integrationspolitik. Die römische Militärdiplome als historische Quelle, Köln-Wien (Passauer Historische Forschungen 2), p. 482-517.

Wagner W. 1938, Die Dislokation der römischen Auxiliarformationen in den Provinzen Noricum, Pannonien, Moesien und Dakien von Augustus bis Gallienus, Berlin (Neue Deutsche Forschungen 203).

Whittaker D. 2009, « Ethnic Discourses on the Frontiers of Roman Africa », in T. Derks, N. Roymans (éd.), Ethnic Constructs in Antiquity. The Role of Power and Tradition, Amsterdam, p. 189-205.

Wolff C. 2014, « La guerre de Tacfarinas (17-24) », dans La guerre 2014, p. 53-67.

Haut de page

Notes

1 Ce dossier de neuf articles, intitulé « Entrer dans l’armée romaine : bassins de recrutement des unités auxiliaires (ier-iie siècle ap. J.-C.) », a été publié dans la revue HiMA, 6, 2017, p. 3-189 (D. Dana, B. Rossignol coord.).

2 Il suffit de citer la monographie de Haynes 2013 (avec les observations de Raepsaet-Charlier 2016) sur les auxilia et la réévaluation de la contribution des provinciaux, par le « sang des provinces », expression empruntée à Tacite, hist., IV, 17 (prouinciarum sanguine prouincias uinci) ; et les actes du VIe colloque de Lyon sur l’armée romaine (2014), consacré aux auxiliaires de l’armée romaine, des alliés aux fédérés (Les auxiliaires 2016, avec l’introduction de P. Faure sur les auxiliaires comme objet d’histoire, p. 11-21).

3 Spaul 1994, 2000.

4 Le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales définit ce sens technique comme « répartition d’une armée entre différentes garnisons après la fin des combats ». On trouve le terme, avec ce sens, dans la littérature française du xixe s., y compris dans Georges Sand. De même, le terme français dislocation est utilisé naturellement par A. Piganiol (1941), p. 313 dans son c.r. de Wagner 1938 ; en revanche F. Bérard (1994, p. 221) doit expliciter le terme et justifier son emprunt à l’allemand, ce qui témoigne d’une perte du sens en français, explicable par l’évolution des pratiques tactiques des armées contemporaines et sans doute aussi par la perte d’une certaine culture militaire spécialisée dans la communauté des historiens. L’orthographe dislocation se trouve aussi dans les travaux de langue allemande les plus anciens (bien avant Domaszewski 1892) ; dernièrement, Dislokation a été remplacé en allemand par Dislozierung (der Truppen), composé du verbe dislozieren avec le suffixe -ung. Pour un usage récent du terme en anglais : Farkas 2015.

5 Wagner 1938, sur la dislocation des troupes auxiliaires dans les provinces danubiennes, d’Auguste à Gallien.

6 Radnóti, Barkóczi 1951 ; Radnóti 1959.

7 Visy 1986.

8 Birley 1966.

9 Knight 1991 ; Holder 2003 (sous Hadrien) et 2006 (sous Trajan), utilisant le terme anglais deployment.

10 Scheid 2017.

11 Luttwak 2009.

12 Isaac 1993.

13 Isaac 1993, p. 188-218 ; pour une datation haute : En Boqeq 1993 ; pour une chronologie basse : Harper 1995 ; résumé du débat dans Rossignol 2017, p. 768-770.

14 Robert 1961, p. 463 (= OMS, V, p. 75 = Choix d’écrits, Paris, 2007, p. 95).

15 Le Bohec 2007, p. 478-502 (l’armée romaine d’Afrique dans l’épigraphie de 1984 à 2004) ; à titre d’exemple, Ben Abdallah, Le Bohec 2007.

16 Hamdoune 1999 ; voir aussi Hamdoune 2018 (sur les mondes tribaux). Sur les Mauri equites et la tactique de la cavalerie légère en Maurétanie, cf. aussi Speidel M.P. 1993.

17 Voir la notice parue dans , 2016, p. 9 et, dans ce même fascicule, le souvenir aux p. 11-14.

18 Saddington 1982. Voir plus récemment son essai (paru après sa mort) de trouver des modèles dans la sélection et la répartition des unités auxiliaires recrutées en Afrique du Nord (Saddington 2014, avec la conclusion, p. 203 : « little concrete has emerged »).

19 Entre 17 et 23 (cf. Tac., ann., II, 52 ; III, 20-21 ; III, 32 ; III, 72-74 ; IV, 23-26) ; entre autres, voir Gonzales 1997 et Wolff 2014.

20 Kasdi 2018.

21 Sur l’armée romaine à l’époque de Claude, voir Rossignol 2018.

22 Christol, Le Roux 1985 (dans le contexte des relations militaires entre l’Hispanie et la Tingitane) ; Rebuffat 1988 ; Bernard, Christol 2009 (relations militaires entre l’Hispanie et la Tingitane à la fin du ier s.).

23 Speidel M.P. 1977a (= Speidel M.P. 1984, p. 211-215) ; Christol 1981.

24 Pflaum 1976.

25 Sur ce procédé de recrutement à l’échelle de l’Empire, coordonné depuis Rome, voir Speidel M.A. 2007 (= Speidel M.A. 2009, p. 213-234).

26 Voir Dana, Matei-Popescu 2009 (sur les cycles de recrutement des soldats auxiliaires d’origine dace).

27 Sur les 1 000 recrues thraces envoyées en Tingitane (CIL III, 9381 = 20945 = ILS 2763, Césarée de Maurétanie), voir l’étude spéciale de Speidel M.P. 1977b (= Speidel M.P. 1984, p. 341-347). La monographie classique de de J.-M. Lassère (1977) étudie le peuplement et les mouvements de population en Afrique romaine ; pour les Syriens en Afrique romaine, la plupart des militaires, voir Le Bohec 1987 (= Le Bohec 2007, p. 453-464).

28 Les discours 2003, avec le c.r. critique de M. Dondin-Payre (2005), par exemple (p. 459) : « Pareilles cérémonies engagent des préparatifs considérables : négociations entre les services impériaux et les responsables en place sur le type de manœuvres à exécuter, échanges d’informations sur les unités, détermination des lieux de rassemblement, l’empereur se déplaçant au moins une fois pour voir une unité auxiliaire évoluer, esquisse par les secrétariats impériaux des propos d’Hadrien, leur adaptation au déroulement des exercices de sorte qu’ils puissent servir de manuel technique aux forces armées » ; meilleure édition et commentaire de ce document par M.P. Speidel (2006).

29 Roxan 1973 (sur les auxilia de la Tingitane).

30 Labory 1998 ; 2009.

31 Benseddik 1979.

32 Cf. le corpus en préparation des inscriptions de Cherchel (projet Epicherchel, voir http://ccj-epicherchel.huma-num.fr/fr/le-projet-epicherchel/). Sur la bibliographie depuis 1979, voir Laporte 2016.

33 Manna 1970.

34 Le Bohec 1989a.

35 Le Bohec 1989b.

36 D’autres données tirées des diplômes (constitutions qui ne listent que les unités concernées par la libération de soldats) : Afrique (en 127) : une aile, 9 cohortes ; Maurétanie Césarienne (en 152) : 4 ailes et plus de 6 cohortes ; Maurétanie Tingitane (en 153) : 5 ailes et 11 cohortes.

37 On peut signaler un diplôme toujours inédit datant de 145, octroyé à Caecilius Silvanus, un Numide, libéré de la coh. I Classica, en Arabie ; cf. Speidel M.P. 2006, p. 32-33.

38 Notons les unités auxiliaires qui ont laissé des traces dans la toponymie du sud de la Césarienne : Ala Miliaria, Cohors Breucorum, Numerus Syrorum.

39 Voir récemment les études réunies par M. Coltelloni-Trannoy et Y. Le Bohec (La guerre 2014), sur la guerre en Afrique romaine.

40 Euzennat 1989 (sur la frontière méridionale du limes de Tingitane) ; Lenoir 2011 (sur les camps romains au Proche-Orient et en Afrique du Nord) ; voir aussi le volume en hommage à Pierre Salama qui abordait très largement la question des frontières en Afrique et rassemblait plusieurs contributions d’histoire militaire (Les frontières 1999).

41 Rebuffat 1979 (sur la frontière romaine en Afrique, plus précisément en Tripolitaine et Tingitane) ; voir à présent la monographie de S. Guédon (2018) et le recueil La frontière 2018, en particulier les articles de Ph. Leveau (« Climat, sociétés et environnement aux marges sahariennes du Maghreb : une approche historiographique », p. 19-105) et L. Callegarin (« Négocier la frontière : la fluctuation du limes en Maurétanie Tingitane », p. 121-137).

42 Voir à ce sujet Christol 2015 ; cf. aussi Whittaker 2009.

43 Str. II, 5, 33 (C. 130) : ἔστι δ’, ὥσπερ οἵ τε ἄλλοι δηλοῦσι καὶ δὴ καὶ Γναῖος Πείσων ἡγεµὼν γενόµενος τῆς χώρας διηγεῖτο ἡµῖν, ἐοικυῖα παρδαλῇ· κατάστικτος γάρ ἐστιν οἰκήσεσι περιεχοµέναις ἀνύδρῳ καὶ ἐρήµῳ γῇ.

44 Voir l’étude de Ph. Leveau (1973), sur l’ala II Thracum, les Mazices et les praefecti gentis en Afrique du Nord.

45 Laporte 1989 ; 2012.

46 Charles-Picard 1947.

47 Marichal 1992.

48 Cuvigny 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Rossignol et Dan Dana, « Introduction au dossier »Antiquités africaines, 56 | 2020, 275-284.

Référence électronique

Benoît Rossignol et Dan Dana, « Introduction au dossier »Antiquités africaines [En ligne], 56 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/antafr/2933 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.2933

Haut de page

Auteurs

Benoît Rossignol

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/ANHIMA (UMR 8210), Paris

Dan Dana

CNRS/ANHIMA (UMR 8210), Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Antiquités africaines

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search