Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56Dossier « Dougga, la périphérie n...La céramique préromaine ...

Dossier « Dougga, la périphérie nord (résultats des campagnes 2017-2019) »

La céramique préromaine de la nécropole du Nord-Ouest à Dougga : un premier aperçu

Yamen Sghaïer et Olfa Dammak-Latrach
p. 207-219

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Thugga I, p. 72-75, Taf. 7.
  • 2 Thugga II.
  • 3 Thugga III, p. 17-23 et 101-107, Abb. 8, 9 et 10.
  • 4 Ces interventions ont permis de récupérer une grande quantité de céramique mais aussi des (...)
  • 5 Ce mobilier avait été déposé dans les réserves du site de Makthar ; nous remercions Jamel (...)
  • 6 Thugga I, p. 82-86.
  • 7 Voir Aounallah, Brouquier-Reddé 2020 et Aounallah et alii 2020a.

1Des témoignages sur l’occupation préromaine ont été glanés dans divers points de la cité de Dougga à l’occasion de quelques sondages effectués ces dernières décennies dans le cadre de la coopération tuniso-allemande : sous le forum1, sous trois maisons2 et au sud de la Maison du Trifolium3. La zone qui comporte le nombre le plus important d’indices de cette occupation est certainement la nécropole mégalithique. Cette aire funéraire a livré des sépultures de type dolmens, bazinas et monuments quadrangulaires, ainsi que des dépositions superficielles. Des interventions antérieures au programme de recherche en cours, et qui remontent aux années 1996-2002, ont livré une grande quantité de céramique4 et ont touché des portions importantes des ensembles funéraires5. De même, les sondages effectués entre 1997 et 2000 dans le cadre d’une coopération tuniso-allemande, qui ont concerné plusieurs zones de la muraille dite numide, puis d’une fouille tunisienne en 2002 ont permis d’atteindre des niveaux funéraires préromains et la récupération d’un nombre considérable de fragments de céramique6. Enfin, dans le cadre de la coopération tuniso-française, les dernières interventions ont été effectuées entre 2018-2019 et ont consisté en une reprise de la fouille de quelques zones toujours intactes dans la bazina7 aux environs de la tour A de la muraille.

  • 8 Étude réalisée par Y. Sghaïer.

2Cette étude céramologique préliminaire8 concerne les différentes productions attestées dans la nécropole du Nord-Ouest du site de Dougga, ainsi que la typologie des formes. Cette céramique préromaine, dont la chronologie ne dépasse pas le ier s. av. J.‑C., se compose de quelques éléments importés, des imitations mais également de la céramique tournée de tradition punique et de la poterie modelée.

1. Les importations

3L’Italie méridionale et plus précisément la Campanie ainsi que la Sicile sont les centres de productions des céramiques importées à Dougga (fig. 1).

Fig. 1 : Céramique importée de la nécropole du Nord-Ouest à Dougga (Y. Sghaïer)

Fig. 1 : Céramique importée de la nécropole             du Nord-Ouest à Dougga (Y. Sghaïer)

1-4. Céramique de Calès. 5. Amphore gréco-italique. 6-15. Céramique campanienne A.

(dessins et clichés Y. Sghaïer)

  • 9 Lattara 6 1993, Cales 2132, p. 145 ; Pedroni 1986, nos 339-351 et p. 165-168.
  • 10 Morel 1981, Espèce 2132, Séries 2131 et 2132, pl. 31 et p. 139.
  • 11 Des recherches en cours sur le site de Zama, en collaboration avec une équipe (...)

4Quatre fonds décorés de masques ont été identifiés (fig. 1, nos 1-4). Les personnages des masques se caractérisent par des yeux ouverts nettement incisés, des bouches ouvertes déformées et des fronts hauts qui ont servi comme plan de pose des vases. Ces pieds sont spécifiques des bols profonds tripodes à bord divergeant, dont la production est attribuable aux ateliers de Calès connus pour ce décor plastique des vases à vernis noir9. Ce type de vases10 date de la deuxième moitié du iiie s. jusqu’au milieu du iie s. av. J.‑C. et trouve des parallèles à Zama11.

  • 12 Vandermersch 1994, p. 73-80.

5Le deuxième produit importé est une amphore gréco-italique (fig. 1, no 5) identifiée grâce à un bord triangulaire allongé horizontal, à base bombée et légèrement moulurée. Il s’agit du bord d’une amphore MGS IV ou V12. La silhouette générale du bord témoigne de l’ancienneté de cet exemplaire, qui date entre la fin du ive s. et le début du iiie s. av. J.‑C.

  • 13 Lamboglia 1952, Forme 23.
  • 14 Lamboglia 1952, Forme 28 ; Morel 1981, Types 2641a 1, 2641b 1 et 2645d 1 ; Lat (...)
  • 15 Byrsa I, fig. 58, A. 150. 55, p. 216 ; fig. 69, A. 151. 18, p. 222 ; Byrsa II, fig. 40 e (...)
  • 16 Ben Younes 1995, pl. 12-1, p. 138.
  • 17 Khelifi 2008, nos 753, 764 et 975.
  • 18 Bechtold 1999, no 32, Type C 16 B, pl. III.
  • 19 Lamboglia 1952, Forme 27 ; Morel 1981, Types 2783h 1 et 2784d 1.
  • 20 Chelbi 1992, nos 135, 136 et 137 ; Maraoui-Telmini 2006, fig. 7-a, p. 46.
  • 21 Ben Younes 1986, T. 1. CH. 2, no 2, pl. XLIV, p. 155.
  • 22 Bechtold 1999, nos 9 et 10, Type C 5A, pl. I.
  • 23 Bartoloni 2000, forme 21, (fig. 3, 21), p. 61.
  • 24 Lamboglia 1952, Forme 31 a ; Morel 1981, Type 2616a 1 ; Chelbi 1992, p. 46.
  • 25 Chelbi 1992, no 203.
  • 26 Ben Younes 1986, T. 6, no 7, pl. L, p. 161.

6La céramique campanienne A est attestée avec quelques formes ouvertes (fig. 1, nos 6-15). Trois fragments (fig. 1, nos 6, 7 et 8) appartiennent à des plats à poisson : il s’agit de plats peu profonds, à lèvre tombante, paroi rectiligne, cupule centrale et pied annulaire. Cette forme13 est l’une des plus fréquentes dans le monde punique et les fragments identifiés à Dougga datent entre la fin du iiie s. et la première moitié du iie s. av. J.‑C. Le vase 9, ainsi que les fragments de bord 13, 14 et 15 (fig. 1, nos 9 et 13-15), appartiennent à une même forme : un bol peu profond, évasé, à lèvre retroussée vers l’extérieur, vasque à profil uniforme recourbé sans carène marquée et pied annulaire. Le bol 9 se distingue par une croix (lettre punique, taw ?) gravée sur le fond externe après cuisson et vernissage. La chronologie de ce type de bols14 en campanienne A est à situer dans la deuxième moitié du iiie s. et la première moitié du iie s. av. J.‑C. Des parallèles de cette forme sont attestés à Carthage15, à Henchir Jabess16, à cap Zbib17 et à Lilybée18. Le vase 10 (fig. 1, no 10) est un bol à bord rentrant, paroi à profil convexe, à carène basse dans la partie inférieure de la vasque et pied annulaire. Ce type de bol19 date du premier tiers du iiie s. av. J.‑C. Des parallèles de cette forme sont présents à Carthage20, à El Hkayma21, à Lilybée22 et à Cagliari23. Les fragments 11 et 12 (fig. 1, nos 11-12) appartiennent à la même forme, celle d’un bol profond à bord évasé, vasque conique peu galbée et pied annulaire à profil angulaire. Le fond interne du fragment 12 se caractérise par la présence de deux cercles surpeints en blanc ainsi qu’un disque d’empilement de couleur brun rougeâtre sombre. Ces fragments datent de la première moitié du iie s. av. J.‑C. Ce type de bols24 existe à Carthage25 et El Hkayma26.

2. Les imitations

  • 27 Lamboglia 1952, Forme 24 et 25 ; Morel 1981, Types 2714d 1, 2714e 1, 2714f1, 2714i 1, 27 (...)
  • 28 Chelbi 1992, nos 151, 154 et 157.
  • 29 Morel 1969, fig. 36-d, p. 506.
  • 30 Ben Younes 1995, pl. 11-2, p. 138.
  • 31 Ben Younes 1986, T. 7, no 5, pl. LII, p. 163 ; 1988, T. B. 12 (1), no 7, pl. XXI, p. 140. (...)
  • 32 Bechtold 1999, no 7, Type C 4 et no 14, Type C 7, pl. I.

7La céramique d’imitation n’est pas abondante, deux des vases identifiés – 16 et 17 – (fig. 2, 16-17) présentent les mêmes caractéristiques. Il s’agit de coupelles à bord arrondi épaissi légèrement rentrant, vasque arrondie à courbe continue et pied annulaire. Ce type de coupelles27 trouve des parallèles à Carthage28, à Kerkouane29, à Henchir Jabess30, à El Hkayma31 et à Lilybée32. Il est difficile dans l’état actuel de la documentation de définir le centre de production de ces vases, mais il s’agit d’une imitation de formes grecques (attique) ou italiennes (campanienne A ancienne). Ces exemplaires datent entre le début du iiie s. et la première moitié du iie s. av. J.‑C.

Fig. 2 : Imitations et céramiques tournées puniques de la nécropole du Nord-Ouest à Dougga

Fig. 2 : Imitations et céramiques tournées             puniques de la nécropole du Nord-Ouest à Dougga

16-17. Imitations. 18-22. Unguentaria. 23-25. Amphores puniques. 26. Marmite. 27. Bol.

(dessins et clichés Y. Sghaïer)

3. Céramique tournée punique

8Cette céramique est attestée principalement par des fragments d’amphores à bord divergeant mouluré ou à bord rentrant, des unguentaria, des marmites et des grands bols peu profonds à bord tourmenté.

  • 33 Ramón Torres 1995, p. 197 et 198.
  • 34 Ben Tahar 2010, p. 60 et 61.
  • 35 Mañá 1951, fig. 1, Type D ; Lancel 1987, Forme 315 c1 et c 4, pl. 12, p. 128 ; Lattara 6 (...)
  • 36 Maraoui-Telmini 2006, fig. 3-d, p. 42 ; Vegas 1999, Forme 78. 2, pl. 117 – 5 et 6, p. 20 (...)
  • 37 Khelifi 2008, no 719.
  • 38 Bartoloni 1988, fig. 12, E 1.
  • 39 Cintas 1950, variante de la Forme 312, Pl. XXVI ; Mañá 1951, fig. 3, Type C 2  (...)
  • 40 Maraoui-Telmini 2006, fig. 3 – a et 3 – c, p. 42 ; Bechtold 2010, fig. 34, 4 e (...)
  • 41 Ben Younes 1988, T. B. 12 (1). 13, pl. XXII, p. 141.
  • 42 Ben Tahar 2008, fig. 12, nos 7 et 8, p. 77.
  • 43 Bechtold 1999, no 294, Type AC 9, pl. XXXIV.
  • 44 Bartoloni 1988, fig. 18, H 3.

9Le premier groupe de matériel amphorique (fig. 2, nos 23-24) est constitué par des amphores à corps cylindrique étroit, sans col et à lèvre rentrante striée. Celles-ci datent du début du iiie s. av. J.‑C., et ont été fabriquées dans les ateliers de Carthage33 ou au cap Bon34. Ce type d’amphores35 est attesté à Carthage36, dans la région de Bizerte37 et en Sardaigne38. Le deuxième groupe (fig. 2, no 25) est celui des amphores à bord divergeant mouluré et col concave évasé. Celles-ci datent de la première moitié du iie s. av. J.‑C. Carthage et ses environs immédiats sont les centres privilégiés pour la production de ces conteneurs39 qui trouvent des parallèles à Carthage40, à El Hkayma41, à Jerba42, à Lilybée43 et en Sardaigne44.

10Les unguentaria peuvent être subdivisés en cinq catégories en se basant sur la forme de la panse et la silhouette générale. La majorité de ces fioles proviennent de la chambre 4 de la bazina 55.

  • 45 Cf. Aounallah et alii 2020c, p. 266, 269, fig. 20b.

11Le premier groupe comporte un exemplaire (fig. 2, no 18) qui appartient au type A3 de la typologie des unguentaria de l’aire sacrée de Baal – Saturne à Dougga45. Cet unguentarium date entre la fin du iie s. av. J.‑C. et le ier s. apr. J.‑C.

  • 46 Cintas 1950, pl. II, nos 26-28 et p. 65.
  • 47 Ben Younes, Sghaïer 2018, no 316 et p. 90.
  • 48 Ben Tahar 2009, fig. 19, no 18, p. 47.
  • 49 Bechtold 1999, U10B, no 188, pl. XVIII.

12Les unguentaria appartenant au deuxième groupe, dont l’exemplaire 19 (fig. 2, no 19), peuvent être attribués au type B1 de la même classification. Il s’agit d’un unguentarium à lèvre en bourrelet extérieur à profil triangulaire, à col cylindrique haut, panse ovoïde et fond plat. Un sillon marque l’intersection entrele col et la panse. Ce type d’unguentaria46, qui date entre la deuxième moitié du ier s. av. J.‑C. et le début du ier s. apr. J.‑C., trouve des parallèles à Lepti Minus47, Jerba48 et Lilybée49.

  • 50 Cintas 1950, pl. II, nos 29 ; Cuadrado 1977-1978, Groupe A, Forme I-IV, fig. 1 et 2. Lat (...)
  • 51 Scodino 2008, nos 86 et 87, fig. 9, p. 61-62 et n. 174.
  • 52 Byrsa II, fig. 167, A. 177. 14 et 15, p. 132.
  • 53 Khelifi 2008, nos 769, 774, 783 et 785.
  • 54 Cintas, Gobert 1939, fig. 57, p. 179 ; Gallet de Santerre, Slim 1983, pl. XXI, fig. 4 et (...)
  • 55 Ben Younes 1988, T B / 17, pl. XXXVIII, p. 157.
  • 56 Ben Younes 1995, Types 1 et 2, pl. 9, p. 136.
  • 57 Bisi 1971, fig. 13, g, p. 651.
  • 58 Tamburello 1967, fig. 28, p. 375 (deuxième vase).
  • 59 Bartoloni 2000, fig. 3, 23, p. 61
  • 60 Bartoloni, Tronchetti 1981, fig. 10, nos 113.16.15 – 114.16.16 et 115.16.17.
  • 61 Almagro 1953, fig. 29-2, p. 64.

13Les unguentaria appartenant au troisième groupe, dont l’exemplaire 20 (fig. 2, no 20) se caractérise par une lèvre en bourrelet extérieur à profil curviligne et à base oblique ; embouchure marquée par un ressaut interne ; col concave ; panse globulaire ; pied cylindrique à profil angulaire et fond concave. Ce type d’unguentaria50 est fréquent dans le monde punique51, il est attesté à Carthage52, à cap Zbib53, à Kerkouane54, à El Hkayma55, à Henchir Jabess56, à Erice57, à Palerme58, à Cagliari59, à Nora60 et à Ampurias61.

  • 62 Cintas 1950, pl. II, no 31 ; Cuadrado 1977-1978, fig. 5 – 2, groupe C, forme II ; Lattar (...)
  • 63 Byrsa I 1979, fig. A. 148. 2, p. 208 ; Byrsa II 1982, fig. 167 d, A. 177. 13, (...)
  • 64 Sghaïer 2012, p. 272-273. La fouille de la tombe B 1 a mis au jour 129 unguentaria fusif (...)
  • 65 Cintas, Gobert 1939, fig. 59, p. 179.
  • 66 Ben Younes 1995, type 3, pl. 9, p. 136.
  • 67 Ben Younes 1986, tombe 1, chambre 2, no 3, pl. XLIV, p. 155.

14Le quatrième groupe d’unguentaria, illustré ici par l’exemplaire 21 (fig. 2, no 21), présente une lèvre en bourrelet extérieur à profil curviligne ; l’embouchure est marquée par un ressaut interne ; col concave, panse fusiforme, pied bas à profil rectiligne et fond plat. Une bande est peinte sur l’épaulement. On note la présence de légères déformations (dépressions) sur la panse ainsi que des bavures sur le pied. Des parallèles à ce type d’unguentaria62 sont attestés dans plusieurs sites puniques tunisiens comme Carthage63, El Mansourah64, Djebel Mlezza65, Henchir Jabess66 et El Hkayma67.

15Les exemplaires des troisième et quatrième groupes d’unguentaria datent de la deuxième moitié du iiie et la première moitié du iie s. av. J.‑C.

  • 68 Cintas 1950, pl. II, no 36 et p. 68 ; Cuadrado 1977-1978, fig. 1, Groupe B, Forme II ; L (...)
  • 69 Ben Younes, Sghaïer 2018, no 317 et p. 90.
  • 70 Ben Younes 1995, no 8, p. 20.
  • 71 Ben Tahar 2009, fig. 19, no 16, p. 47.
  • 72 Scodino 2008, nos 89, fig. 9, p. 61-63 et n. 176.

16Le cinquième groupe comporte l’unguentarium 22 (fig. 2, no 22) sans embouchure, à col concave, panse piriforme et pied haut mouluré à profil conique. Ce type d’unguentaria68 date entre la fin du iiie et le ier s. av. J.‑C. Des parallèles sont attestés à Lepti Minus69, à Henchir Bou Chebib au Sahel70, à Jerba71, en Sicile et en Sardaigne72.

  • 73 Sur la localisation de ce sondage implanté en 2000, cf. Aounallah et alii 2020 (...)
  • 74 Vegas 1999, Forme 68-1, pl. 104, p. 196 ; Bechtold 2007, no 2354, pl. 217, p. 415 ; 2010 (...)
  • 75 Bechtold 1999, no 247, Type TE 1, pl. XXVII.
  • 76 Bartoloni 2000, Forme 14 (fig. 2, 14), p. 60.

17Plusieurs fragments de marmites ont été recueillis en provenance des strates 3 et 4 du sondage 1 effectué en 2002 à proximité de la tour A73. Généralement, elles sont assez similaires à l’image de l’exemplaire 26 (fig. 2, no 26) : il s’agit d’une marmite à bord incliné vers l’extérieur avec ressaut interne servant pour placer un couvercle, paroi à profil divergent sphérique. Les exemplaires de Dougga ne présentent pas de profil complet mais ce type de marmites possède une carène vers le bas à l’intersection avec le fond qui est ordinairement bombé. Ces marmites trouvent des parallèles à Carthage74, à Lilybée75 et à Cagliari76. Elles sont datables du iiie s. et la première moitié du iie av. J.‑C.

  • 77 Lancel 1987, Forme 131 c2, pl. 2, p. 118.
  • 78 Byrsa I, fig. 63, A 150-16, p. 219 ; Maraoui-Telmini 2006, fig. 9-g, p. 48.
  • 79 Ben Tahar 2010, fig. 4, nos 1 à 8.

18La dernière forme appartenant à la céramique tournée de tradition punique (fig. 2, no 27) est un bol à bord à marli, vasque profonde à profil tronconique sphérique, partie supérieure de la paroi évasée. Ce type de bols77 présente un diamètre important au niveau du bord et date entre le début du iiie s. et la première moitié du iie s. av. J.‑C. Cette forme est attestée à Carthage78 et à Nabeul79.

4. La poterie modelée

  • 80 Camps 1961.

19La céramique retrouvée dans la nécropole mégalithique, au cours des interventions qui remontent à 1996 et 1998 dans les bazinas et les structures quadrangulaires, se compose essentiellement de poterie modelée80. Cette dernière se résume en quatre formes principales (fig. 3) :

Fig. 3 : Typologie de la poterie modelée de Dougga

Fig. 3 : Typologie de la poterie modelée de             Dougga

(dessins et clichés Y. Sghaïer)

20Forme 1 : bol à bord vertical, contour simple, vasque peu profonde continue à profil convexe, fond plat concave. Ces bols se distinguent par la présence d’une protubérance centrale sur le fond interne.

21Forme 2 : bol à bord arrondi convergeant, vasque continue à profil convexe et fond plat concave. Ces bols se caractérisent par la présence d’une petite cavité centrale sur le fond interne.

22Forme 3 : bol à bord arrondi légèrement convergent vers l’intérieur, vasque profonde continue à profil convexe, pied bas à profil angulaire et fond plat.

23Forme 4 : la dernière forme dans ce répertoire modelé est une forme fermée : il s’agit d’une cruche à embouchure circulaire, lèvre éversée, col haut tronconique rectiligne et panse globulaire marquée par un ressaut qui la sépare du col, base plate et fond légèrement concave. Une anse verticale de section ronde est placée sur la lèvre et sur l’intersection col-panse.

5. Les premières constatations

24S’il serait prématuré de présenter d’ores et déjà des statistiques ou conclusions définitives alors que l’étude de cette collection n’en est qu’à un stade préliminaire ; certaines observations peuvent néanmoins être formulées :

  • la chronologie de cette céramique s’insère entre la fin du ive s. et le début du ier s. av. J.‑C. ;
  • les importations retrouvées à Dougga, qui se limitent à trois types de production, ont vraisemblablement transité par Carthage ;
  • la céramique tournée de tradition punique est limitée sur le plan morphologique ;
  • si la poterie modelée est dominante quantitativement, son répertoire évoque toutefois un conservatisme morphologique marqué ;
  • les formes modelées de Dougga sont en harmonie avec les parallèles funéraires de la région (Téboursouk, Maghraoua et Makthar)81 ;
  • le répertoire modelé de Dougga, bien que limité morphologiquement sur les grands traits, est riche sur le plan des variantes et des détails de chacune des formes. Ce répertoire restreint présente des particularités locales, comme la protubérance sur le fond interne de quelques bols modelés (F 2). La fabrication de cette poterie suit des normes mais n’empêche pas l’innovation, comme le montre le bol 6, qui est doté d’un pied annulaire embryonnaire imitant les formes tournées et plus particulièrement les formes importées.

25Pour conclure, l’examen de ce matériel fixe les premières bases d’une fourchette chronologique assurée de l’occupation funéraire préromaine de Dougga. La prépondérance de la poterie modelée dans la nécropole mégalithique est-elle un phénomène récurrent dans les contextes urbains ? La continuité de cette étude et des interventions archéologiques dans la zone funéraire ou bien dans les espaces domestiques contribuera à déterminer les schémas céramiques de la cité de Dougga à l’époque préromaine et à affiner les informations sur l’économie du site à cette période.

6. Caractérisation préliminaire de la poterie modelée de Dougga : apport pétrographique

  • 82 Analyse réalisée par O. Dammak-Latrach.
  • 83 Les échantillons étudiés appartiennent à des vases modelés qui ont été découverts dans l (...)
  • 84 Cette étape a été réalisée dans le laboratoire de conservation et de restauration des bi (...)
  • 85 Je remercie le Professeur Salah Bouhlel de m’avoir accueillie au laboratoire des ressour (...)

26L’objectif premier de ce travail82 est de caractériser et d’identifier la composition minéralogique de la pâte des poteries modelées de Dougga et de dégager ses spécificités pétrographiques. Cette intervention consiste en une étude de caractérisation pétrographique préliminaire et se base sur six échantillons83. Deux types d’observations ont eu lieu, la première macroscopique par loupe binoculaire84 et la deuxième microscopique85 par lames minces sous lumière transmise et réfléchie par le microscope métallographique.

6.1 Observations macroscopiques

27Échantillon 1 : pâte à texture grossière de couleur orange et beige au cœur à engobe orange. Les fentes et les pores circulaires sont abondants dans la pâte sans aucune orientation. Les éléments calcaires sont de petites tailles ≤ 1 mm. Les grains de quartz sont de couleur grise avec des tailles différentes. On note la présence de grains d’argile séchée (fig. 4).

Fig. 4 : Observations macroscopiques de six échantillons de poterie modelée de la chambre 4 de la bazina 55 de Dougga

Fig. 4 : Observations macroscopiques de               six échantillons de poterie modelée de la chambre 4 de la bazina               55 de Dougga

(cliché O. Dammak-Latrach)

28Échantillon 2 : pâte à texture semi fine, de couleur orange. Les pores et les cavités sont très importants et de tailles variables. Les éléments calcaires anguleux sont abondants dans la matrice. Les fragments de chamotte sont de formes saillantes et de grandes tailles dues au mauvais broyage du potier ; ils ont une couleur rouge, verdâtre, beige. On observe également la présence de grains de silice concassés.

29Échantillon 3 : pâte à texture semi-fine, de couleur orange. Les pores sont fréquents, de forme circulaire, ayant une taille réduite ne marquant aucune orientation. Les éléments calcaires sont abondants, de couleur blanche, avec une taille qui varie du 50 au 500 µm et de forme subarrondie et subanguleuse. Les grains de quartz sont abondants avec un pourcentage plus important que les éléments calcaires. Ils sont brillants, grisâtres et brunâtres ayant un aspect fumé dû probablement à l’inclusion du rutile de taille variant du 100 au 500 µm. On note la présence de la chamotte en rouge dont la taille ≥ 1 mm.

30Échantillon 4 : pâte grossière très poreuse avec une couleur beige aux extrémités, grise au milieu et un engobe rouge. On observe la présence d’éléments calcaires avec un pourcentage plus élevé de grains de quartz de différentes tailles qui peuvent dépasser 2 mm.

31Échantillon 5 : pâte semi-fine ayant une couleur orange aux extrémités, beige et gris foncé au centre. Les pores sont circulaires et fusiformes ne présentant aucune orientation. On note l’abondance des grains de calcaire de différentes tailles allant de 100 à 250 µm avec des formes subarrondies et subanguleuses. Concernant les grains de quartz, ils sont plus petits avec une couleur foncée au fond (dans la partie grise et claire de part et d’autre). On observe quelques grains de fer qui sont éparpillés, ainsi que de la céramique concassée et probablement des microfossiles de 400 µm.

32Échantillon 6 : la pâte de cet échantillon présente une matrice semi-fine de couleur orange aux extrémités, beige et grisâtre au fond. La porosité est induite par des pores et des fentes non orientés. On observe également les éléments calcaires qui sont abondants et de petite taille (≤ 500 µm). Les grains de quartz sont nombreux ayant un aspect brillant ou une couleur grisâtre. Des débris de coquilles sont probablement présents, mais cela restera à prouver par des analyses complémentaires.

6.2 Observations microscopiques

33Échantillon 1 : pâte à texture semi-grossière de couleur orange claire et beige. Les fentes et les cavités sont fréquentes dans diverses orientations communicantes entre elles. La granulométrie présente des inclusions qui sont éparpillées dans la matrice, de faible pourcentage et en désordre. La dispersion des grains de quartz de pourcentage moyen et de taille est comprise entre 50 et 800 µm sans craquelure. On remarque également la présence d’oxyde de fer (hématite), de la calcite et du feldspath. Il est possible d’observer des nodules de chamotte marron qui sont riches en quartz ainsi qu’une abondance de microfossiles dans la matrice et dans les nodules de chamotte (fig. 5).

Fig. 5 : Observations microscopiques de six échantillons de poterie modelée de la chambre 4 de la bazina 55 de Dougga

Fig. 5 : Observations microscopiques de six               échantillons de poterie modelée de la chambre 4 de la bazina 55               de Dougga

(cliché O. Dammak-Latrach)

34Échantillon 2 : la texture est semi-fine de couleur orange grisâtre. Les pores sont de tailles et formes variables, sont fermés et ne communiquent pas entre eux. L’abondance des grains de quartz est remarquable : de forme subarrondie et anguleuse, ils sont de petite taille (≤ 500 µm) et ne présentent aucune craquelure. On constate la présence de la calcite, de l’oxyde de fer rouge (hématie), du feldspath et des microfossiles de différentes formes et tailles qui dépassent 2 mm.

35Échantillon 3 : matrice de couleur orange tendant vers le marron dans quelques zones. Les pores sont fréquents, de différentes formes et ne présentent aucune orientation. La distribution des inclusions dans la pâte est en désordre. On atteste la présence de quartz non craquelé de taille comprise entre 50 et 500 µm et de forme subarrondie et subanguleuse. Ces grains sont distribués dans la matrice à un pourcentage important d’environ 80 %. La calcite, au contraire, est présente dans une proportion moindre, avec un pourcentage plus réduit que les grains de quartz et d’une taille ≤ 400 µm. La chamotte est également présente, sous forme de grands nodules (≤ 2 mm) marron foncé et interrompus par la calcite et des petits grains de quartz. L’oxyde de fer est observé de faible pourcentage.

36Échantillon 4 : matrice plus grossière que les autres ayant une couleur beige. Elle présente des pores et des cavités importants de différentes tailles. La granulométrie est importante en raison d’inclusions fréquentes qui sont placées en désordre. Une abondance des grains de quartz subarrondis et subanguleux sans craquelure est visible, ainsi que la présence de calcite, d’hématite et de muscovite. La matrice est interrompue par des nodules grisâtres riches en quartz, d’oxydes de fer et de calcite, constituant la chamotte.

37Échantillon 5 : la texture est semi-fine ayant une couleur orange et au fond beige et gris. Les pores sont circulaires et fermés sans aucune orientation. Les inclusions sont éparpillées dans la pâte à un faible pourcentage. On remarque la présence de grains de quartz de tailles réduites (≤ 250 µm) dont la forme dominante est subarrondie et dans l’ensemble sans craquelure. On note la présence d’oxyde de fer, de chamotte riche en quartz et calcite d’une taille ≤ à 500 µm, de biotite et de microfossile.

38Échantillon 6 : la matrice est semi-fine présentant une couleur orange grisâtre. Les fentes sont allongées. Les inclusions sont distribuées en désordre dans la matrice avec une granulométrie variée et de faible pourcentage. On observe des grains de quartz qui ont une taille comprise entre 50 et 400 µm avec une forme subarrondie et subanguleuse sans craquelure. On note la présence de la calcite et du feldspath de même qu’une abondance de microfossiles avec différentes formes et tailles, ce qui confirme l’observation macroscopique. On observe également la présence d’oxyde de fer (hématite) et de mica noir et blanc.

6.3 Analyse des caractéristiques pétrographiques et minéralogiques

6.3.1 Les dégraissants

  • 86 Dépêche 2011, p. 38.

39Les dégraissants d’origine biologique : cette collection a une pâte quartzeuse fossilifère riche en dégraissants d’origine biologique attestés par la présence de coquilles et de microfossiles. On note celle de foraminifères, d’ostracodes86 associés parfois avec de la calcite (échantillon 3), d’holothuries et de radioles d’oursin.

40Les dégraissants d’origine minérale sont répartis en deux groupes :

  • les silicates qui sont les grains de quartz (SiO2). Ce quartz éolien87 est rajouté volontairement par le potier, de taille comprise entre 50 et 500 µm allant jusqu’à 800 µm (échantillon 1) et ≤ 250 µm (échantillon 5). Il est de forme subarrondie et subanguleuse sans craquelures ;
  • les non-silicates sont attestés sous la forme du feldspath qui est peu sensible à la température de cuisson ; on le trouve dans trois échantillons (4, 5 et 6). Enfin, les minéraux magmatiques représentés par les micas : la biotite (échantillons 5 et 6) et la muscovite (échantillons 4 et 6).

41Les carbonates de calcium : la calcite (CaCo3) qui peut être soit un minéral primaire associé à l’argile, soit rapportée dans la préparation de la pâte. Ce minéral est présent dans tous les échantillons.

  • 88 Échallier 1984, p. 14.

42La chamotte est parmi les dégraissants rajoutés à la matière première ; elle est de différentes tailles et formes ayant une couleur foncée (marron, gris ou rouge brique). Sous la lumière transmise polarisée, ces chamottes présentent des inclusions de quartz, d’oxyde de fer et de calcite avec des bords arrondis contrairement aux grains d’argiles séchées qui ont des bords angulaires88 de couleur verte ou rouge.

6.3.2 La matrice

43C’est la phase liant tous les grains minéraux dans la pâte : elle est caractérisée par un certain pourcentage d’oxyde de fer microcristallin et de carbonate. Elle est généralement riche en oxyde de fer (hématite) qui est fréquent et parfois proportionnel à la granulométrie de la matrice donnant la coloration orange, avec quelquefois une présence de quelques zones carbonatées surtout dans l’échantillon 6. Parmi les caractéristiques techniques les plus remarquables, la porosité s’exprime par des cavités et des fentes de différentes tailles ne marquant aucune orientation à l’exception d’un seul échantillon (3) qui présente des petits pores circulaires.

6.3.3 La granulométrie

  • 89 Rhodes 2006, p. 33.

44La texture est généralement semi-fine ayant des tailles d’inclusions qui varient entre 50 et 800 µm et qui sont souvent mal placées avec une granulométrie de pourcentage important, à l’exception de l’échantillon 5 qui présente des inclusions moins nombreuses et éparpillées dans la matrice. Cette richesse en dégraissants révèle un mode de fabrication modelé qui ne requiert pas une plasticité importante, contrairement à l’exemple de la céramique tournée89.

6.3.4 L’atmosphère de cuisson

  • 90 Échallier 1984, p. 20.
  • 91 C’est un phénomène qui apparaît au début de la cuisson au cours de laq (...)
  • 92 Échallier 1984, p. 20.
  • 93 Échallier 1984, p. 20.

45Généralement l’atmosphère oxydante entraîne un éclaircissement des pâtes et l’atmosphère réductrice tend à les assombrir. Le changement de couleur peut concerner le cœur de la céramique90. C’est le cas des trois échantillons 4, 5 et 6, qui ont le fond grisâtre avec une matrice de couleur beige et orange vers les extrémités. La couleur sombre, due à la saturation de la pâte par le carbone, aurait pu éclaircir par l’oxydation91 qui accompagne le refroidissement, pour donner in fine cette nuance orange beige92. La porosité de ces trois échantillons et leur perméabilité aux gaz ont facilité cet échange. La coloration des pâtes est le résultat du régime du four, de la teneur en fer, de la porosité et de la composition granulométrique (pâte siliceuse ou carbonatée). L’oxyde ferreux présente une coloration rouge sous la forme oxydée et une coloration grise à noire en absence d’une possibilité de se réoxyder au refroidissement93. Toutefois ces échantillons (4, 5 et 6) auraient pu être cuits dans une atmosphère réductrice et oxydante, alors que les échantillons 1, 2 et 3 dans une atmosphère oxydante, ce qui a donné la coloration orange notamment avec leur teneur en fer. La présence de la calcite, qui n’est ni dissoute ni altérée, permet une estimation de la température de cuisson ≤ à 850 oC.

46Pour conclure, il est possible d’affirmer que les six échantillons analysés présentent une pâte quartzeuse, fossilifère et riche en calcite. Des similitudes par rapport aux caractéristiques pétrographiques ont été identifiées. Cependant, des différences ont été observées par rapport à la matrice, à la teneur en carbone et aussi par rapport à la couleur. Cette diversité est fort probablement l’indice de la variété de gisements utilisés pour l’extraction de l’argile, ainsi que la pluralité des procédés de fabrication. Des recherches supplémentaires sur un nombre d’échantillons plus important permettront d’affiner ce constat.

Haut de page

Bibliographie

Almagro M. 1953, Las necrópolis de Ampurias, I. Introducción y necrópolis griegas, Barcelona (Monografías ampuritanas 3).

Aounallah S., Brouquier-Reddé V. 2020, « Introduction », dans Dougga 2020, p. 177-181.

Aounallah et alii 2020a, Aounallah S., Brouquier-Reddé V., Abidi H., Artru J., Ben Slimène H., Maligorne Y., Poupon F., Sghaïer Y., Touj F., « Architecture et pratiques funéraires préromaines dans la nécropole du Nord-Ouest à Dougga », dans Dougga 2020, p. 183-205.

Aounallah et alii 2020b, Aounallah S., Brouquier-Reddé V., Bonifay M., Chérif A., Hadded F., Larminat S. de, Mukai T., Poupon F. 2020, « L’ensemble funéraire romain de la nécropole du Nord-Ouest à Dougga », dans Dougga 2020, p. 221-244.

Aounallah et alii 2020c, Aounallah S., Brouquier-Reddé V., Abidi H., Ben Romdhane H., Bonifay M., Hadded F., Hafiane Nouri S., Larminat S. de, Mukai T., Poupon F., Zech-Matterne V. 2020, « L’aire sacrée de Baal Hammon –Saturne à Dougga », dans Dougga 2020, p. 245-273.

Bartoloni P. 1988, Le anfore fenicie e puniche di Sardegna, Roma (Studia Punica 4).
https://www.academia.edu/3719652

Bartoloni P. 2000, « La ceramica punica della necropoli di Tuvixeddu : tipologia e cronologia », dans Tuvixeddu, la necropoli occidentale di Karales, Atti della tavola rotonda internazionale La necropoli antica di Karales nell’ambito mediterraneo, Cagliari, 30 novembre – 1 dicembre 1996, Cagliari, p. 43-67.
http://www.sardegnadigitallibrary.it/documenti/1_151_20080910164108.pdf

Bartoloni P., Tronchetti C. 1981, La necropoli di Nora, Roma (Collezione di Studi fenici).

Bechtold B. 1999, La necropoli di Lilybaeum, Palermo-Trapani.
https://www.academia.edu/4313668

Bechtold B. 2007, « Die phönizisch-punische Gebrauchskeramik der archaischen bis spätpunischen Zeit », dans Niemeyer H.G., Docter R.F., Schmidt K., Bechtold B., Karthago : Die Ergebnisse der Hamburger Grabung unter dem Decumanus Maximus, Mainz (Hamburger Forschungen zur Archäologie 2), p. 327-378.
https://www.academia.edu/41584542

Bechtold B. 2010, « The Pottery Repertoire from Late 6th – Mid 2nd Century BC Carthage, Observations based on the Bir Messaouda Excavations », Carthage Studies 4, p. 1-82.
https://www.academia.edu/4313728

Ben Jerbania I. 2005, Les lampes antiques de la Tunisie de la fondation de Carthage au début de l’Empire romain, Thèse de troisième cycle, Aix-en-Provence.

Ben Tahar S. 2008, « L’occupation du sol à Rhizène à l’époque antique : les données de la prospection », REPPAL 14, p. 63-80.
http://www.inp.rnrt.tn/periodiques/reppal/reppal14.pdf

Ben Tahar S. 2010, « Découverte fortuite de nouveaux vestiges à Nabeul : Terrain Ben Abda », dans Histoire et patrimoine du littoral tunisien. Actes du premier séminaire, Nabeul, 28-29 novembre 2008, Tunis, p. 41-63.

Ben Younes H. 1986, « La nécropole punique d’El-Hkayma, mai 1984 », REPPAL 2, p. 31-172.

Ben Younes H. 1988, « La nécropole punique d’El-Hkayma. Seconde campagne. Septembre 1985 », REPPAL 4, p. 49-160.
http://www.inp.rnrt.tn/periodiques/reppal/reppal4.pdf

Ben Younes H. 1995, « Rapport préliminaire sur les fouilles de Henchir Jabess », dans M. Fantar, M. Ghaki (éd.), Actes du IIIe congrès des études phéniciennes et puniques, Tunis, 11-16 novembre 1991, Tunis, p. 123-141.

Ben Younes H., Sghaïer Y. 2018, Lepti Minus (Lamta) : une expression de la culture libyphénicienne. Les nécropoles puniques, la céramique, Tunis.

Bisi A.M. 1971, « Erice (Trapani). Scoperta della necropoli punica e ricerche archeologiche nell’agro ericino », NSA 25, 2, p. 640-661.

Bussière J. 2000, Lampes antiques d’Algérie, I, Montagnac (Monographies Instrumentum 16).

Byrsa I, S. Lancel (dir.) 1979, Byrsa. Mission archéologique française à Carthage, I. Rapports préliminaires des fouilles (1974-1976), Rome (CÉFR 41/1).
https://www.persee.fr/doc/efr_0000-0000_1979_arc_41_1

Byrsa II, S. Lancel (dir.) 1982, Byrsa. Mission archéologique française à Carthage, II. Rapports préliminaires des fouilles (1977-1978), Rome (CÉFR 41/2).

Camps G. 1961, Corpus des poteries modelées retirées des monuments funéraires protohistoriques de l’Afrique du Nord, Paris (Travaux du Centre de recherches anthropologiques, préhistoriques et ethnographiques).

Capelli C., Bonifay M., 2007, « Archéométrie et archéologie des céramiques africaines : une approche multidisciplinaire », dans M. Bonifay, J.-Chr. Tréglia (éd.), Late Roman Coarse Wares, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean, Oxford (BAR Int. s. 1662), p. 551-567.
https://www.researchgate.net/publication/311532779

Chelbi F. 1992, Céramique à vernis noir de Carthage, Tunis.

Cintas P. 1950, Céramique punique, Paris (Publications de l’Institut des hautes études de Tunis 3).

Cintas P., Gobert E.-G. 1939, « Les tombes puniques de Djebel Mlezza », Revue Tunisienne, p. 135-198.

Cuadrado E. 1977-1978, « Ungüentarios cerámicos en el mundo ibérico. Aportación cronológica », AEA 50-51, p. 389-404.

Deneauve J. 1969, Lampes de Carthage, Paris (Centre de Recherches sur l’Afrique Méditerranéenne. Série Archéologie. Études d’Antiquités africaines).
https://www.persee.fr/doc/etaf_0768-2352_1969_mon_1_1

Dépêche F. 2011, « Les Ostracodes », dans R. Mathieu, J.-P. Bellier, B. Granier (éd.), Manuel de micropaléontologie, Brest, p. 38-39.
http://paleopolis.rediris.es/cg/CG2011_B02/CG2011_B02.pdf

Dougga 2020 : S. Aounallah, V. Brouquier-Reddé 2020 (dir.), Dossier « Dougga, la périphérie nord (résultats des campagnes 2017-2019) », AntAfr 56, p. 175-273.

Échallier J.‑C. 1984, Éléments de technologie céramique et danalyse de terres cuites archéologiques, Lambesc (Documents d’archéologie méridionale numéro spécial).

Gallet de Santerre H., Slim L. 1983, Recherches sur les nécropoles puniques de Kerkouane, Tunis (Centre d’études de la civilisation phénicienne, punique et des antiquités libyques, Dossier no 1).

Khelifi L. 2008, La présence phénico-punique dans la région de Bizerte, Thèse de troisième cycle, Université de Tunis.

Lamboglia N. 1952, « Per una classificazione preliminare della ceramica campana », dans Atti del I Congresso internazionale di Studi Liguri, Bordighera, p. 139-206.

Lancel S. 1987, « La céramique punique d’époque hellénistique », dans Céramiques hellénistiques et romaines, Paris (Annales littéraires de l’université de Besançon. Centre de recherches d’histoire ancienne 36), p. 99-137.
https://www.persee.fr/doc/ista_0000-0000_1987_ant_331_1_1696

Lattara 6 1993, M. Py (dir.), Dictionnaire des Céramiques Antiques (viie s. av. n. è. – viie s. de n. è.) en Méditerranée occidentale, Lattes.
http://syslat.on-rev.com/DICOCER/d.lattara6.html

Mañá J. M. 1951, « Sobre tipología de las ánforas púnicas », dans VI Congreso Arqueológico del Sudeste español, Alcoy, 1950, Cartagena, p. 203-209.

Maraoui-Telmini B. 2006, « Étude d’une sélection de la céramique des US 2 et 11 de la fouille du terrain Boudhina », CEDAC Carthage 22, p. 31-53.
https://www.academia.edu/28719927

Morel J.-P. 1981, Céramique campanienne : les formes, I-II, Rome (BÉFAR, 244).

Munsell A.H. 1975, Munsell Soil Color Charts, Baltimore.

Pedroni L. 1986, Ceramica a vernice nera da Cales, I-II, Napoli.

Ramón Torres J. 1995, Las ánforas fenicio-púnicas del Mediterráneo central y occidental, Barcelona (Instrumenta 2).

Rhodes D. 2006, Terres et glaçures : les techniques de l’émaillage, Paris.

Scodino M. A. 2008, « La ceramica punica del Museo Archeologico Nazionale “Giovanni Antonio Sanna” di Sassari », Sardinia, Corsica et Baleares antiquae 6, p. 41-77.

Sghaïer Y. 2012, La nécropole punique d’El Mansourah à Kélibia (Cap Bon – Tunisie). Architecture, pratiques et mobiliers funéraires, thèse de troisième cycle, Université de Tunis.

Tamburello I. 1967, « Palermo. Necropoli : l’esplorazione 1953-1954 », NSA, p. 354-378.

Thugga I, M. Khanoussi, V.M. Strocka (dir.) 2002, Thugga I, Grundlagen und Berichte, Mainz.

Thugga II, Stutz R. 2007, Thugga II, Drei Hanghaüser in Thugga. Maison des trois Masques, Maison du Labyrinthe, maison de Dionysos et d’Ulysse, Mainz.

Thugga III, S. Ritter, Ph. von Rummel (dir.) 2015, Thugga III. Archäologische Untersuchungen zur Siedlungsgeschichte von Thugga. Die Ausgrabungen südlich der Maison du Trifolium 2001-2003, Wiesbaden.

Vandermersch C. 1994, Vin et amphores de Grande Grèce et de Sicile ive- iiie s. avant J.‑C., Naples (Centre Jean Bérard, Études, 1).
https://books.openedition.org/pcjb/957

Vegas M. 1999, « Phöniko-punische Keramik aus Karthago », dans F. Rakob (éd.), Die deutschen Ausgrabungen in Karthago (Karthago III), Mainz-am-Rhein, p. 93-219.

Haut de page

Notes

1 Thugga I, p. 72-75, Taf. 7.

2 Thugga II.

3 Thugga III, p. 17-23 et 101-107, Abb. 8, 9 et 10.

4 Ces interventions ont permis de récupérer une grande quantité de céramique mais aussi des ossements. Les auteurs de ces recherches sont Mustapha Khanoussi et Mansour Ghaki ; nous les remercions pour leurs accords d’étude de ce matériel.

5 Ce mobilier avait été déposé dans les réserves du site de Makthar ; nous remercions Jamel Hajji (INP) qui a facilité son transfert dans les réserves de Dougga.

6 Thugga I, p. 82-86.

7 Voir Aounallah, Brouquier-Reddé 2020 et Aounallah et alii 2020a.

8 Étude réalisée par Y. Sghaïer.

9 Lattara 6 1993, Cales 2132, p. 145 ; Pedroni 1986, nos 339-351 et p. 165-168.

10 Morel 1981, Espèce 2132, Séries 2131 et 2132, pl. 31 et p. 139.

11 Des recherches en cours sur le site de Zama, en collaboration avec une équipe tunisienne dirigée par Chokri Touihri (INP), nous ont permis d’identifier des fragments de la céramique de Calès.

12 Vandermersch 1994, p. 73-80.

13 Lamboglia 1952, Forme 23.

14 Lamboglia 1952, Forme 28 ; Morel 1981, Types 2641a 1, 2641b 1 et 2645d 1 ; Lattara 6 1993, CAMP-A 28ab, p. 148.

15 Byrsa I, fig. 58, A. 150. 55, p. 216 ; fig. 69, A. 151. 18, p. 222 ; Byrsa II, fig. 40 et 41, A. 173. 21, p. 38 ; fig. 84, A. 384. 14, p. 73 ; Chelbi 1992, nos 176, 178, 179, 181, 184, 187 et 190 ; Maraoui-Telmini 2006, fig. 7-d, p. 46.

16 Ben Younes 1995, pl. 12-1, p. 138.

17 Khelifi 2008, nos 753, 764 et 975.

18 Bechtold 1999, no 32, Type C 16 B, pl. III.

19 Lamboglia 1952, Forme 27 ; Morel 1981, Types 2783h 1 et 2784d 1.

20 Chelbi 1992, nos 135, 136 et 137 ; Maraoui-Telmini 2006, fig. 7-a, p. 46.

21 Ben Younes 1986, T. 1. CH. 2, no 2, pl. XLIV, p. 155.

22 Bechtold 1999, nos 9 et 10, Type C 5A, pl. I.

23 Bartoloni 2000, forme 21, (fig. 3, 21), p. 61.

24 Lamboglia 1952, Forme 31 a ; Morel 1981, Type 2616a 1 ; Chelbi 1992, p. 46.

25 Chelbi 1992, no 203.

26 Ben Younes 1986, T. 6, no 7, pl. L, p. 161.

27 Lamboglia 1952, Forme 24 et 25 ; Morel 1981, Types 2714d 1, 2714e 1, 2714f1, 2714i 1, 2714g 1 et 1716a 1 ; Lattara 6 1993, PUN-VN 2710, p. 540.

28 Chelbi 1992, nos 151, 154 et 157.

29 Morel 1969, fig. 36-d, p. 506.

30 Ben Younes 1995, pl. 11-2, p. 138.

31 Ben Younes 1986, T. 7, no 5, pl. LII, p. 163 ; 1988, T. B. 12 (1), no 7, pl. XXI, p. 140.

32 Bechtold 1999, no 7, Type C 4 et no 14, Type C 7, pl. I.

33 Ramón Torres 1995, p. 197 et 198.

34 Ben Tahar 2010, p. 60 et 61.

35 Mañá 1951, fig. 1, Type D ; Lancel 1987, Forme 315 c1 et c 4, pl. 12, p. 128 ; Lattara 6 1993, A-PUN D 1a, p. 81 ; Ramón Torres 1995, T-5.2.3.1., fig. 63 et no 182, fig. 167.

36 Maraoui-Telmini 2006, fig. 3-d, p. 42 ; Vegas 1999, Forme 78. 2, pl. 117 – 5 et 6, p. 207.

37 Khelifi 2008, no 719.

38 Bartoloni 1988, fig. 12, E 1.

39 Cintas 1950, variante de la Forme 312, Pl. XXVI ; Mañá 1951, fig. 3, Type C 2 ; Lancel 1987, Forme 313 a 1, Pl. 10, p. 126 ; Lattara 6 1993, A – PUN C2a, p. 80 ; Ramón Torres 1995, T-7.4.2.1., no 245, fig. 176, p. 539 ; T-7.4.3.1., fig. 81, p. 432 et p. 210 et 211 pour le lieu de production.

40 Maraoui-Telmini 2006, fig. 3 – a et 3 – c, p. 42 ; Bechtold 2010, fig. 34, 4 et 5.

41 Ben Younes 1988, T. B. 12 (1). 13, pl. XXII, p. 141.

42 Ben Tahar 2008, fig. 12, nos 7 et 8, p. 77.

43 Bechtold 1999, no 294, Type AC 9, pl. XXXIV.

44 Bartoloni 1988, fig. 18, H 3.

45 Cf. Aounallah et alii 2020c, p. 266, 269, fig. 20b.

46 Cintas 1950, pl. II, nos 26-28 et p. 65.

47 Ben Younes, Sghaïer 2018, no 316 et p. 90.

48 Ben Tahar 2009, fig. 19, no 18, p. 47.

49 Bechtold 1999, U10B, no 188, pl. XVIII.

50 Cintas 1950, pl. II, nos 29 ; Cuadrado 1977-1978, Groupe A, Forme I-IV, fig. 1 et 2. Lattara 6 1993, UNGUENT A 1 et A2, p. 581 ; Vegas 1999, Forme 39, pl. 75, 1, p. 172.

51 Scodino 2008, nos 86 et 87, fig. 9, p. 61-62 et n. 174.

52 Byrsa II, fig. 167, A. 177. 14 et 15, p. 132.

53 Khelifi 2008, nos 769, 774, 783 et 785.

54 Cintas, Gobert 1939, fig. 57, p. 179 ; Gallet de Santerre, Slim 1983, pl. XXI, fig. 4 et pl. XXVI, fig. 7 et pl. XXVI, fig. 7.

55 Ben Younes 1988, T B / 17, pl. XXXVIII, p. 157.

56 Ben Younes 1995, Types 1 et 2, pl. 9, p. 136.

57 Bisi 1971, fig. 13, g, p. 651.

58 Tamburello 1967, fig. 28, p. 375 (deuxième vase).

59 Bartoloni 2000, fig. 3, 23, p. 61

60 Bartoloni, Tronchetti 1981, fig. 10, nos 113.16.15 – 114.16.16 et 115.16.17.

61 Almagro 1953, fig. 29-2, p. 64.

62 Cintas 1950, pl. II, no 31 ; Cuadrado 1977-1978, fig. 5 – 2, groupe C, forme II ; Lattara 6 1993, UNGUENT C2, p. 584 ; Vegas 1999, forme 39, pl. 75, 5 et 7, p. 172.

63 Byrsa I 1979, fig. A. 148. 2, p. 208 ; Byrsa II 1982, fig. 167 d, A. 177. 13, p. 132 ; Maraoui-Telmini 2006, fig. 2 a et c, p. 41 ; Bechtold 2010, fig. 23-3, p. 42.

64 Sghaïer 2012, p. 272-273. La fouille de la tombe B 1 a mis au jour 129 unguentaria fusiformes.

65 Cintas, Gobert 1939, fig. 59, p. 179.

66 Ben Younes 1995, type 3, pl. 9, p. 136.

67 Ben Younes 1986, tombe 1, chambre 2, no 3, pl. XLIV, p. 155.

68 Cintas 1950, pl. II, no 36 et p. 68 ; Cuadrado 1977-1978, fig. 1, Groupe B, Forme II ; Lattara 6 1993, UNGUENT B10, p. 583.

69 Ben Younes, Sghaïer 2018, no 317 et p. 90.

70 Ben Younes 1995, no 8, p. 20.

71 Ben Tahar 2009, fig. 19, no 16, p. 47.

72 Scodino 2008, nos 89, fig. 9, p. 61-63 et n. 176.

73 Sur la localisation de ce sondage implanté en 2000, cf. Aounallah et alii 2020b, p. 222-225, fig. 1, 2 et 3.

74 Vegas 1999, Forme 68-1, pl. 104, p. 196 ; Bechtold 2007, no 2354, pl. 217, p. 415 ; 2010, fig. 26 – 2, p. 44-45.

75 Bechtold 1999, no 247, Type TE 1, pl. XXVII.

76 Bartoloni 2000, Forme 14 (fig. 2, 14), p. 60.

77 Lancel 1987, Forme 131 c2, pl. 2, p. 118.

78 Byrsa I, fig. 63, A 150-16, p. 219 ; Maraoui-Telmini 2006, fig. 9-g, p. 48.

79 Ben Tahar 2010, fig. 4, nos 1 à 8.

80 Camps 1961.

81 L’étude en cours entreprise par Y. Sghaïer concerne les collections céramiques provenant de contextes funéraires des sites mentionnés, conservées dans les réserves du musée du Bardo.

82 Analyse réalisée par O. Dammak-Latrach.

83 Les échantillons étudiés appartiennent à des vases modelés qui ont été découverts dans la chambre 4 de la bazina 55 pendant la campagne de 2018, la numérotation des échantillons est indiquée dans Aounallah et alii 2020a, p. 199, fig. 19.

84 Cette étape a été réalisée dans le laboratoire de conservation et de restauration des biens culturels à Tunis.

85 Je remercie le Professeur Salah Bouhlel de m’avoir accueillie au laboratoire des ressources minérales de la Faculté des Sciences de Tunis, Département de Géologie.

86 Dépêche 2011, p. 38.

87 Capelli, Bonifay 2007, p. 551.

88 Échallier 1984, p. 14.

89 Rhodes 2006, p. 33.

90 Échallier 1984, p. 20.

91 C’est un phénomène qui apparaît au début de la cuisson au cours de laquelle les éléments de l’argile se décomposent (Rhodes 2006, p. 22).

92 Échallier 1984, p. 20.

93 Échallier 1984, p. 20.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Céramique importée de la nécropole du Nord-Ouest à Dougga (Y. Sghaïer)
Légende 1-4. Céramique de Calès. 5. Amphore gréco-italique. 6-15. Céramique campanienne A.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2947/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Fig. 2 : Imitations et céramiques tournées puniques de la nécropole du Nord-Ouest à Dougga
Légende 16-17. Imitations. 18-22. Unguentaria. 23-25. Amphores puniques. 26. Marmite. 27. Bol.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2947/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Titre Fig. 3 : Typologie de la poterie modelée de Dougga
Crédits (dessins et clichés Y. Sghaïer)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2947/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 4 : Observations macroscopiques de six échantillons de poterie modelée de la chambre 4 de la bazina 55 de Dougga
Crédits (cliché O. Dammak-Latrach)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2947/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 843k
Titre Fig. 5 : Observations microscopiques de six échantillons de poterie modelée de la chambre 4 de la bazina 55 de Dougga
Crédits (cliché O. Dammak-Latrach)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2947/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yamen Sghaïer et Olfa Dammak-Latrach, « La céramique préromaine de la nécropole du Nord-Ouest à Dougga : un premier aperçu »Antiquités africaines, 56 | 2020, 207-219.

Référence électronique

Yamen Sghaïer et Olfa Dammak-Latrach, « La céramique préromaine de la nécropole du Nord-Ouest à Dougga : un premier aperçu »Antiquités africaines [En ligne], 56 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/antafr/2947 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.2947

Haut de page

Auteurs

Yamen Sghaïer

Institut National du Patrimoine, Tunis

Articles du même auteur

Olfa Dammak-Latrach

Institut National du Patrimoine, Tunis

Haut de page

Droits d’auteur

Antiquités africaines

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search