Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56Dossier « Mobilité, garnisons et...Auxilia externa et gentes dans le...

Dossier « Mobilité, garnisons et nouveautés en épigraphie militaire : les unités auxiliaires et l’Afrique romaine »

Auxilia externa et gentes dans les provinces maurétaniennes

Christine Hamdoune †
p. 285-292

Résumés

La présence et l’action d’unités ethniques maures dans le cadre provincial des Maurétanies sont attestées par un certain nombre d’inscriptions. Celles-ci permettent de suivre l’évolution progressive de ces corps vers une intégration dans le dispositif de défense romain du ier au ive siècle. En outre, elles mettent en évidence la complexité des relations entre les Romains et les gentes : les auxilia recrutés dans les tribus de la province sont parfois engagés contre ces mêmes tribus insurgées.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hamdoune 1999.
  • 2 Hamdoune 2018.

1La documentation relative aux auxilia externa maures n’est pas sans poser des problèmes difficiles à résoudre, comme j’avais pu le constater, il y a maintenant un certain nombre d’années, quand j’avais abordé la question de la nature de ces contingents1. Leur présence en tant que numeri ethniques est attestée soit dans les expéditions impériales depuis Trajan, soit en garnison dans les provinces danubiennes, notamment en Dacie Supérieure. Par contre, on a peu étudié l’éventualité de leur présence et de leur action dans le cadre provincial des Maurétanies, car on pensait que de tels corps, recrutés dans les gentes, dont l’emprise dans ces provinces est considérable, auraient pu représenter un danger si on les maintenait sur place. Or les études que j’ai entreprises sur les relations entre monde romain et monde des gentes maurétaniennes2 montrent que la situation est plus complexe et elles invitent à reconsidérer la présence de ces troupes et l’évolution vers une intégration dans le dispositif de défense de ces provinces mis en place par les Romains. C’est dans une telle perspective − et en insistant sur les relations entre ces auxilia et les gentes dans le cadre provincial − que je vais reprendre l’examen de certains documents.

  • 3 CIL VIII, 9813. Voir Hamdoune 2005, p. 237 n. 4 et fig. 2a et b, p. 256-257.

2Plusieurs documents peu connus sont révélateurs du recrutement en milieu tribal de soldats maures, bien que l’on ne puisse localiser le cadre dans lequel ces soldats ont servi. La première inscription, d’Aïn Temouchent (Albulae), est connue depuis longtemps3. L’épitaphe est assez tardive et peu parlante, mais elle est surmontée d’un bas-relief, retrouvé par J. Marcillet-Jaubert, qui représente un cavalier maure avec le petit bouclier rond caractéristique. Plus récemment, deux épitaphes de Kabylie, une région restée très attachée à son organisation en gentes, sont venues étoffer le dossier.

  • 4 Publiée par L. Galand (2007, p. 1-3), d’où , 2007, 1754, reprise par erreur dans , 2013, 2151. (...)
  • 5 Rebuffat 2005, p. 193-233, qui rappelle l’exemple, connu par un papyrus, de l’Égyp (...)

3La première épitaphe est une bilingue libyco-latine, trouvée à Ifougalen, à 50 km au sud de Bejaïa (Saldae)4 : le texte latin ne comporte que la mention du monument, du nom latin du défunt, Crescentius, et de son âge (99 ans). Le texte libyque, contrairement à ce que l’on constate pour les stèles bilingues de Thullium, est plus développé ; le texte latin secondaire cède la primauté au libyque. Le défunt y est présenté par un autre nom MST’LYN ou MST’ où l’on reconnaît la racine libyque MST très fréquente dans les anthroponymes. À la ligne 2, on trouve les lettres MSW’ qui désignent une fonction, celle d’un « servant », le plus souvent un soldat. Le défunt a gardé son identité dans sa tribu, bien qu’il ait reçu un nom latin à son entrée dans l’armée, comme cela est attesté par ailleurs, notamment à Thullium pour le vétéran C. Julius Getulus5 au ier s. p.C. dans une épitaphe beaucoup plus détaillée. Si les nombreuses inscriptions bilingues entre le ier et le iie siècle témoignent d’une situation pluriculturelle à Thullium, il n’en va pas de même pour la stèle d’Ifougalen dans une région peu touchée par les influences romaines. Les quelques mots de latin, gravés maladroitement, montrent l’empreinte laissée par le passage dans l’armée romaine, mais l’important est bien le texte libyque qui rappelle la position du défunt dans sa communauté. Le formulaire et le support − très différent des autres monuments funéraires dans la région − font pencher pour une datation au ier siècle.

  • 6 2013, 2152 : D(is) M(anibus) s(acrum).| Lesgig militis ;| uixit | annis | LXXV  (...)
  • 7 CIL VIII, 9005 et 9006 : photos dans Hamdoune 2018, p. 160.
  • 8 Commune de Chellata dans la vallée de la Soummam non loin de M’Lakou (AAA, 6, 148) : Gehim (...)
  • 9 CIL VIII, 21562 = Vie 2011, p. 278-281, no 174. L’inscription généralement considérée comm (...)

4La datation précoce du document est confirmée par une deuxième épitaphe6 du iiie siècle, trouvée en 2006 à Ighil Oumsed, non loin de la Soummam, donc toujours dans un contexte tribal. Il s’agit d’une stèle à registres, dont de nombreux exemples proviennent de cette région ; sur le bandeau central, l’épitaphe en latin : le défunt qui a été soldat (miles) porte un nom unique, Lesgig ; au registre supérieur, un cavalier portant un manteau flottant ; au registre inférieur, une scène de banquet funéraire. Pour son monument funéraire, Lesgig a fait reproduire, tout en l’adaptant à sa condition de simple soldat, un modèle prestigieux, celui du chef coutumier, bien connu par les stèles de Castellum Tulei7, mais aussi par les fragments d’une autre stèle beaucoup plus monumentale et complexe, trouvée en 1991 au même endroit que celle du soldat Lesgig8. Là encore, il me semble que l’on peut identifier ce soldat pérégrin à un auxiliaire des contingents maures, contingents qui ont pu servir en Maurétanie même sous le commandement de leurs propres chefs, si l’on établit un rapport avec un poème funéraire trouvé à Cohors Breucorum (Takhemaret Henchir Souir), une statio de la noua praetentura, qui rappelle la vie d’un préfet de tribu, mort lors d’une opération de maintien de l’ordre contre une tribu, aux côtés de soldats romains9.

  • 10 Plin., nat., 5, 11 (CUF) : « Les armées romaines combattirent pour la première fois en Mau (...)
  • 11 IAM II, 448 : « À M. Valerius Severus fils de Bostar inscrit dans la tribu Galeria, édile, (...)
  • 12 Hamdoune 2018, p. 125-129.

5La présence de contingents ethniques maures se manifeste dès le début de l’histoire provinciale de la Tingitane. Au lendemain de l’annexion du royaume de Ptolémée par Caligula en 40 p.C., éclate une révolte, connue par une brève allusion de Pline10 et une inscription de Volubilis (fig. 1)11, qui éclairent de manière complémentaire les faits12.

Fig. 1 : IAM II, 448, forum de Volubilis

Fig. 1 : IAM II, 448, forum de Volubilis

(cliché C. Hamdoune, 2012)

6Les auxilia ne sont mentionnés que dans l’inscription gravée sur la base d’une statue décrétée par l’ordo de la cité en l’honneur d’un ancien magistrat, M. Valerius Severus, qui fut ambassadeur de ses concitoyens à Rome, où il avait obtenu la citoyenneté romaine pour ses compatriotes, après s’être illustré à la tête d’auxilia en tant que préfet pendant la révolte de l’affranchi royal Aedemon : praefectus auxiliorum aduersus Aedemonem oppressum bello (ll. 6-7).

  • 13 Christol, Gascou 1980.
  • 14 Tac., ann., 2, 52, 3-4 ; voir Hamdoune 1999, p. 111, pour le commentaire de ce texte qui m (...)
  • 15 Voir à ce propos la conclusion de l’article de J. Desanges (1957), pour lequel les (...)
  • 16 D.C., 55, 28, 3-4 (Loeb) ; voir Desanges 1964.

7Pour cerner ce que furent ces auxilia, il faut tout d’abord rappeler la situation de Volubilis à la veille de l’annexion. La cité prend de l’importance à l’époque augustéenne, quand elle devient un centre romanisé, projeté au-delà de la région marquée par la colonisation vétérane : certains habitants de la cité, des Maurétaniens d’après l’onomastique, tels M. Valerius Severus fils de Bostar, bénéficient de la citoyenneté romaine. Il est fort possible que Volubilis ait été une cité fédérée à Rome depuis les années 30 a.C.13. Volubilis occupe en effet une situation stratégique, en tant que bastion de la romanité : ville maurétanienne sous l’autorité des rois, en relation avec les colonies vétéranes qui relèvent de Rome, elle est aussi un point de contact avec le monde des tribus. Or l’autorité du roi sur les communautés tribales est contestée, comme le montre l’exemple bien connu des Maures de Mazippa qui participent à la révolte de Tacfarinas entre 14 et 27 p.C.14. Antérieurement, en 6 p.C., il y a eu le cas des Gétules15 dont la révolte est localisée par Florus (2, 31) dans la région des Syrtes ; mais selon Dion Cassius16, ce mouvement était au départ dirigé contre Juba :

8« Les Gétules aussi, qui ne supportaient pas leur roi Juba tout en refusant d’être commandés eux-mêmes par les Romains, se soulevèrent contre lui ; ils pillèrent également la province voisine et tuèrent en grand nombre les Romains envoyés contre eux. Les choses prirent une telle ampleur que Cornelius Cossus, qui vint à bout de leurs menées, reçut les ornements triomphaux et un surnom tiré de leur nom ».

  • 17 Plin., nat., 5, 17 : Gaetulae nunc tenent gentes (…).

9La révolte a éclaté dans l’est du royaume maurétanien, à la limite des territoires où s’exerçait l’imperium Romanum. L’allusion de Dion Cassius à l’hostilité des Gétules réfractaires à l’autorité du roi permet de comprendre comment, à l’autre extrémité du royaume, Volubilis représentait, aux yeux de Juba puis de Ptolémée, un rempart protecteur pour les colonies augustéennes face aux « peuples gétules qui tiennent le pays »17. Dès lors la présence d’un représentant du roi en la personne d’un affranchi dévoué, Aedemon, s’explique par la nécessité de surveiller les gentes environnantes. Ce sont ces gentes auxquelles Aedemon a fait appel après le meurtre de son maître. Mais cette révolte fut vite écrasée, et d’après l’inscription, le rôle des auxilia se limita à cet affrontement.

  • 18 D.C., 60, 8, 6 : les affranchis de Claude « le persuadèrent de recevoir les ornements trio (...)
  • 19 D.C., 60, 9, 1 : « L’année suivante, les mêmes Maures, qui une seconde fois, avaie (...)
  • 20 CIL VIII, 9663.
  • 21 Plin., nat., 5, 17.

10Cependant, Pline distinguait deux épisodes ; c’est encore plus net avec Dion Cassius18 : il évoque d’abord une courte période de troubles qui suit la mort de Ptolémée, avec le rétablissement de la situation avant même la proclamation de Claude (25 janvier 41) puis, plus tard, en 42-43, de nouvelles opérations eurent lieu19. Pline et Dion Cassius précisent que ce sont les mêmes Maures qui, par deux fois, se révoltent. Les détails que ces auteurs donnent sur les expéditions des deux légats, Suetonius Paulinus et Hosidius Geta, indiquent la direction générale des opérations, menées vers le sud-est à travers l’Atlas pour le premier, vers les régions méridionales arides pour le second. De ce fait, les Maures pourchassés par Suetonius Paulinus ne peuvent être que des Baquates et ceux poursuivis par Hosidius Geta des Autololes. Certes, Pline ne mentionne pas les Baquates parmi les peuples de la province, mais l’inscription de Cartennae (Ténès), gravée en l’honneur du citoyen qui a sauvé les habitants d’un raid des Baquates, date fort probablement du ier siècle, d’après son formulaire20 ; il est tentant de rapprocher ce raid du contexte de l’agitation maure au début des années 40 ; il montrerait une extension de la révolte vers l’est, mais là encore sans lendemain à la suite d’une réaction similaire dans les deux cas : l’organisation de la défense par les habitants eux-mêmes. Quant aux Autololes, ils constituent le plus puissant des peuples gétules, occupant alors l’essentiel de la Tingitane21 selon Pline qui ajoute que, à son époque, ils sont affaiblis par des divisions.

  • 22 Sans ces éclaireurs, Suetonius Paulinus (Plin., nat., 5, 14-15) n’auraient pu trav (...)
  • 23 Ce concept est assimilé très tôt par les Maurétaniens romanisés : voir CIL VIII, 9217 à Ic (...)

11Pour mener à bien ces expéditions dans des régions inconnues, les Romains avaient besoin d’éclaireurs. Cette fonction faisait depuis longtemps la réputation des cavaliers maures22. Il est donc fort probable que les auxilia commandés par Valerius Severus ont participé aussi aux opérations jusqu’en 42-43, ce que l’inscription ne dit pas, car elle est à replacer dans un contexte idéologique précis, celui de l’autocélébration des élites dans le cadre étroit de la cité natale23 : les événements qui se produisirent au moment de l’annexion du royaume maurétanien sont présentés de manière à valoriser l’histoire de la cité et la gloire de M. Valerius Severus. On ne retient que le titre de praefectus du notable et l’épisode concernant la cité en passant sous silence la participation des auxilia aux campagnes de l’armée romaine les années suivantes. Cependant il me semble qu’une participation plus large de ces auxilia est indirectement révélée dans l’inscription par l’allusion aux biens des citoyens morts sans héritiers (bona uacantia). Cette précision montre en effet que les pertes humaines ont dû être assez conséquentes, alors que les traces de destructions dans la cité sont minimes ; la contradiction entre le texte et les données archéologiques, qui a alimenté des opinions divergentes sur l’ampleur de la révolte, disparaît si l’on ne limite pas l’action des auxilia à la révolte d’Aedemon.

  • 24 Plin., nat., 5, 17 : « et une ancienne fraction de ceux-ci (les Autololes) (pars h (...)
  • 25 IAM II, suppl., 859, 860, 861 : C. Hosidius Severus, fils de Gnaeus, inscrit dans la tribu (...)

12La fonction de M. Valerius Severus a toute chance de s’apparenter à celle de praefectus sociorum, surtout si l’on accepte de considérer Volubilis comme une cité fédérée : la ville a fourni des alliés recrutés parmi ses habitants, dont certains étaient citoyens romains ; le corps des auxilia a été renforcé par l’enrôlement de gentiles qui n’avaient pas suivi Aedemon, des Baquates et des Autololes. Cette division dans le monde tribal est d’ailleurs notée par Pline qui écrit que la gens des Autololes est en cours d’éclatement24. On conserve au moins une trace de la participation de ces auxilia d’origine tribale dans le gentilice de Lusius Quietus, le général maure de Trajan, dont le père avait dû recevoir la citoyenneté romaine par l’intermédiaire du préfet du prétoire de Claude, et peut-être dans celui d’un notable de Sala (Chellah), dont un ancêtre avait sans doute obtenu la citoyenneté de Cn. Hosidius Geta25.

13Or des incolae, résidents ne disposant pas du droit de citoyenneté locale, ont été octroyés à Volubilis par l’empereur : à mon avis, ils correspondent aux survivants de ce corps d’éclaireurs, non citoyens de Volubilis. À l’appui de cette thèse, on rappellera l’exemple des Gétules qui rejoignirent Marius pendant la guerre de Jugurtha et reçurent des terres en récompense ; plus qu’une véritable faveur à la cité, il s’agissait en fait de récompenser des alliés, traités comme des vétérans, en les établissant sur le territoire de Volubilis dont ils renforçaient le caractère de glacis protecteur des colonies romaines. Les clauses fiscales constituent alors une compensation concédée aux Volubilitains pour l’établissement d’incolae sur des terres appartenant au municipe ; l’intégration de ces étrangers est préparée par le droit d’intermariage avec des pérégrines (conubium). Ainsi, si l’on dégage les mesures énoncées dans l’inscription de leur contexte purement local, ce sont les conséquences des opérations militaires menées dans la province que l’on peut discerner.

  • 26 Di Vita-Évrard 1987, p. 213-218 pour la lecture de la ligne 2.

14Ces remarques sur la signification du terme incolae dans IAM II, 448 permettent de proposer un rapprochement avec IAM II, 49926, sur laquelle figure le même mot. Il s’agit cette fois d’une table de bronze, en plusieurs fragments, incomplète à droite et à gauche, malheureusement introuvable au musée de Rabat. Sous l’en-tête, nomina uetera[norum et] | principum inco[larum], « noms des vétérans et des chefs des résidents », suit une liste incomplète de personnages, car il y avait une troisième colonne à droite et on ne sait où se terminait la liste en bas :

15Aemilius Maternus; Valerius Quadratus; Valerius Flaus; Fabius Ianuarius; Sentius Saturninus; Valerius Valens Bufuma filius; Claudius Fuscinus; Caluius Seneca; Sentius Bargbal; Aemilius Rufus; Valerius Ianuarius; Pompeius Capito; Valerius [---]; Valerius Rogatus; Fabius Marinus; Heluius Maternus; Valerius Arrenus.

16Sur les seize séquences onomastiques conservées, le gentilice Valerius, celui-là même de M. Valerius Severus, le préfet des auxiliaires, revient six fois, soit plus du tiers du total ; on trouve deux fois celui de Fabius, gentilice de l’épouse de Valerius Severus. Dans la deuxième colonne, deux noms libyques apparaissent : le premier, Bufuma, dans une filiation (c’est le seul cas dans la liste, peut-être par souci d’éviter une homonymie) ; le deuxième, Sentius Bargbal est le seul à avoir un cognomen africain d’origine punique, mais la liste est incomplète.

  • 27 Chr. Hamdoune, « Trois épitaphes du Ier siècle de Zilil (Dchar Jdid) », no 1 (sous presse).
  • 28 Je remercie beaucoup mon amie Monique Dondin-Payre pour ses remarques sur l’onomastique, e (...)
  • 29 AÉ, 2004, 1685.

17Le rattachement de ces vétérans et incolae d’IAM II, 499 aux auxilia volubilitains et tribaux ayant œuvré en 40-43, se heurte au problème de l’absence de praenomen à une date aussi haute, et dans un document destiné à être affiché. De ce fait, les divers commentateurs de ce texte ont proposé de le dater au plus tôt de la deuxième moitié du iie siècle, en se référant à d’autres listes de soldats ou vétérans, notamment celles de Lambèse. Mais on peut très bien considérer que l’absence de praenomen est envisageable pour un citoyen romain au début de l’Empire : pour rester dans le domaine militaire et en Tingitane, une épitaphe de Zilil des années 50-80, encore inédite, mentionne le soldat Appius Del(mata) fils de Titus27. Les pratiques onomastiques28 sont à la fois cadrées et fluctuantes car adaptées au lieu, à la situation, et au but du document ; dans un même document, comme la liste des cultores de Mercure figurant sur une inscription de Limisa29, non datée, ceux de la première colonne ont tous les tria nomina et ceux de la deuxième colonne, les duo nomina : à la même époque il y a donc juxtaposition des deux dénominations. En ce qui concerne la plaque de Volubilis, des contraintes de mise en page pour disposer les trois colonnes et aligner les noms ont pu jouer et inciter le lapicide à omettre les prénoms. D’autre part, on pourrait considérer que le prénom a été omis car il représentait un élément insignifiant. En réalité aucun critère onomastique ou paléographique ne s’oppose au rapprochement des deux inscriptions ; ainsi sortiraient un peu de l’anonymat ces auxilia qui ne constituent pas une simple milice locale, mais un véritable corps d’éclaireurs recruté pour partie en milieu urbanisé et pour partie en milieu tribal.

  • 30 Hamdoune 2005, p. 245.
  • 31 , 1956, 124.
  • 32 Hamdoune 2018, p. 137-144.
  • 33 CIL VIII, 9045, datée du 16 février 255 : P. Ael(io) P. f. Q(uirina tribu) Primian (...)
  • 34 CIL VIII, 9047, datée du 26 mars 260 : [Q. G]argilio Q. f. Q(uirina) Martiali eq(uiti) R(o (...)
  • 35 Sans revenir sur les problèmes posés par la carrière du chevalier, j’adopte la solution pr (...)
  • 36 De nombreux cavaliers de cette aile étaient détachés dans l’officium du gouverneur (...)
  • 37 CIL VIII, 20996 : Licinius Hierocles, entre un tribunat de la onzième cohorte urbaine Seue (...)
  • 38 CIL VIII, 2615, Lambèse.
  • 39 M. Christol (2005, p. 254-257) voudrait en faire un peuple des marges sahariennes de la Nu (...)
  • 40 Contra Melani 1994, p. 157-158, n. 17, qui récuse un tel rapprochement en supposant que la (...)

18Cette analyse des informations dont on dispose pour le début de l’histoire provinciale invite à reconsidérer la présence de tels corps de cavaliers maures dans le cadre des Maurétanies. En effet, leur présence ne se limite pas à ce seul exemple : Tacite (hist., 2, 58), à propos des ambitions de Lucceius Albinus, procurateur des deux Maurétanies après la mort de Galba, écrit qu’il disposait d’un fort contingent de Maures (ingens Maurorum numerus). Deux inscriptions du iiie s., des hommages funéraires publics, mentionnent l’action de cavaliers maures regroupés dans une uexillatio pour protéger le territoire d’Auzia. En 200530, j’avais conclu qu’il s’agissait, dans les deux cas, de cavaliers détachés d’ailes ou de cohortes equitatae de la province, à cause du terme de uexillatio qui s’applique à des détachements pris sur des unités régulières pour renforcer momentanément une garnison ou effectuer une tâche précise. L’absence de référence à leur corps d’origine et l’affirmation de l’ethnique renverrait à la spécialisation de l’armement de ces cavaliers et à la spécificité de leurs formes d’intervention. De tels escadrons auraient été formés de la même manière pour participer aux expéditions impériales, d’après l’inscription en l’honneur de M. Valerius Maximianus31, qui au cours de l’une de ses milices a dirigé une uexillatio equitum Afrorum et Maurorum electorum ad curam explorationis Pannoniae. Mais l’étude du contexte précis des deux inscriptions d’Auzia32 m’a persuadée qu’il s’agissait non pas de uexillationes au sens classique du terme, mais bien de troupes recrutées dans les gentes alliées de Rome et intervenant, comme en 41-43, contre d’autres gentes insurgées. Les deux inscriptions ont en commun d’évoquer l’action de chevaliers d’Auzia, Aelius Primianus33 en 227 et Q. Gargilius Martialis34 en 253, qui tous deux sont rattachés à l’officium du gouverneur, d’après la nature de leur commandement au moment des faits. Les événements évoqués dans le premier hommage qui date de 255, celui d’Aelius Primianus, sont à replacer dans le cadre d’une révolte limitée à la région d’Auzia en 227, une révolte contre les exigences fiscales et les levées d’hommes pour l’armée ; les troubles furent suffisamment importants pour avoir nécessité la présence du gouverneur, Licinius Hierocles35, sous les ordres duquel servait alors le chevalier en tant qu’ex-décurion de l’aile des Thraces36, praepositus uexillationis equitum Maurorum ; Licinius Hierocles connaissait bien la valeur des cavaliers maures pour avoir exercé sous Caracalla le commandement d’une de leurs troupes37. Le deuxième hommage est daté de 260, après la mort du chevalier dans une embuscade, mais les faits qui nous intéressent se sont produits en 253, lors des révoltes importantes qui s’étendirent jusqu’à la Numidie : les Romains eurent alors à faire face à un double mouvement, celui des Bavares, dont l’irruption dans le cadre provincial fut favorisée par la désorganisation du système défensif après la dissolution de la Troisième légion en 238, et celui de peuples de l’est de la Césarienne, les Quinquegentanei et les Fraxinenses, tous trois vaincus par le légat de Numidie C. Macrinius Decianus en 25338. Les Fraxinenses, localisés dans les monts Ouennougha à l’est d’Auzia39, menaçaient directement Auzia. Or dans l’inscription du chevalier d’Auzia figure le nom du chef rebelle qu’il a tué, Faraxen. Cet anthroponyme n’est pas sans rappeler l’ethnonyme Fraxinenses40. Le chevalier a rempli une mission de défense du territoire de la cité, en tant que membre de l’officium du gouverneur, puisqu’il commande un corps composé de gardes du gouverneur (singulares) et de cavaliers maures, aptes à intervenir rapidement dans des missions d’avant-garde (praetendentes).

  • 41 D.E. s.u. exploratores (R. Bartoccini), p. 2192-2194 ; Speidel 1992, p. 89-102 ; Austin, Rankov 19 (...)
  • 42 CIL VIII, 21668, épitaphe d’un explorator Batauorum ; Exploratores, , 1901, 59b ( = ILS 9187), é (...)
  • 43 L’unité est en place au début du iiie siècle, car elle porte successivement les ép (...)
  • 44 CIL VIII, 9906 : Deo | sancto | Aulisuae.| Fl(auius) Cassi|anus prae|fect(us) alae | explo (...)

19On relève donc que, comme au ier siècle, des notables locaux encadrent des troupes spécialisées de cavaliers maures, et l’on peut penser qu’ils étaient en partie fournis par les tribus restées fidèles. Il me semble que l’emploi du terme de uexillatio fait référence à ce double recrutement mais aussi à une intégration plus poussée de ces contingents dans le système défensif de la province, d’autant plus que l’on peut rapprocher cette terminologie inhabituelle de l’existence en Césarienne d’une unité unique en son genre, l’ala exploratorum Pomariensium, attestée par l’épigraphie dans l’ouest de la province au iiie siècle. Les exploratores constituent des unités permanentes autonomes et spécialisées, les numeri exploratorum41, attestés depuis le règne de Trajan mais existant peut-être avant, formés à partir d’éléments prélevés dans l’armée régulière de Germanie Inférieure. Ils ne sont pas à confondre avec les numeri ethniques. Dans les inscriptions, on trouve la nature de l’unité, numerus, la spécialisation, exploratores, et l’ethnique (Germaniciani, Bataui, Diuitenses). Certains de ces exploratores sont d’ailleurs attestés en Césarienne occidentale à Aïn Temouchent42. Le corps d’exploratores de Césarienne est donc très particulier non seulement par sa catégorie (ala) mais aussi par l’ethnique (Pomarienses) qui renvoie à la Césarienne43. Cette unité était composée sans doute de cavaliers maures, recrutés localement d’après la nature des inscriptions, des dédicaces au dieu libyque Aulisua44, dieu protecteur des cavaliers ici. Il est vraisemblable que, dans cette région peu urbanisée, ils étaient recrutés en grande partie dans les populations rurales attachées à leur organisation en gentes. La création de cette unité est à mettre en relation avec son lieu de garnison sur la rocade sévérienne et aux impératifs de la défense du territoire. Elle témoigne de l’intégration de soldats maures recrutés en milieu tribal dans des unités régulières de la province.

  • 45 Amm., 29, 5, 30 (CUF) : … certare necessitate … compulsus, semet ipsium et ad internicione (...)
  • 46 Amm., 29, 5, 20 : « Ayant fait demi-tour à partir de Césarée il arriva au municipe de Suga (...)
  • 47 Amm., 29, 5, 22.
  • 48 Hamdoune 1999, p. 208-209 et pl. xiv, a-d.

20Cette intégration est confirmée au ive siècle, par un passage d’Ammien Marcellin, relatif à la campagne menée par Théodose dans l’Ouarsenis contre les Mazices, alliés de Firmus en 373. Ammien45 mentionne des auxiliaires Mazices parmi les troupes romaines. On peut se demander si ces auxilia, recrutés dans la grande confédération qui occupait les zones montagneuses de part et d’autre de la vallée du Cheliff, ne faisaient pas partie de l’unité mentionnée peu auparavant par Ammien, la ive cohorte equitata des archers en garnison à Zucchabar dont une partie des cavaliers ayant pris le parti de Firmus46 furent durement punis par Théodose47 qui, à Tigauae, avait ordonné la mutilation des officiers et la peine capitale pour les simples soldats de l’unité. Les auxilia Mazices en seraient les fantassins, d’autant plus que cette unité figure dans la Notitia Dignitatum, Occ., 6, 72, et que la spécialisation des Maures comme archers est attestée par le relief de l’arc de Constantin à Rome, illustrant la bataille du pont Milvius48.

  • 49 , 1901, 50 = Parure monumentale 2016, p. 169-173, no 33 : en acrostiche télestiche : « D (...)

21Ces interventions d’auxilia externa maures, recrutés dans les tribus, sous les ordres d’officiers romains d’origine locale, se replacent toutes dans un contexte de répression de révoltes tribales diverses. On constate que les auxilia sont levés parfois dans les mêmes tribus insurgées ou dans des groupes rivaux. Elles montrent la complexité des relations nouées entre les Romains et les chefs des différentes tribus ou confédérations de ces provinces : à cet égard, la dédicace du domaine de Sammac, frère de Firmus à Petra (M’Lakou), peu avant la guerre de Firmus, où l’auteur évoque l’alliance des gentiles avec Rome est particulièrement éclairante49 : les tribus sous l’autorité de Sammac font partie des alliés et peuvent fournir des contingents aux armées romaines. Cette collaboration entre certains chefs tribaux et les autorités romaines est sans doute à l’origine du rôle non négligeable des élites maures dans l’armée romaine notamment pour la défense des limites qui furent mis en place à l’époque de Dioclétien.

Haut de page

Bibliographie

Austin N. J. E., Rankov N. B. 1995, Exploratio. Military and Political Intelligence in the Roman World from the Second Punic War to the Battle of Andrianople, London-New York.

Christol M., Gascou J. 1980, « Volubilis, cité fédérée ? », MÉFR 92, p. 329-345.
https://www.persee.fr/doc/mefr_0223-5102_1980_num_92_1_1236.

Desanges J. 1957, « Le triomphe de Cornelius Balbus (19 av. J.-C.) », Revue Africaine 101, p. 5-43.

Desanges J. 1962, Catalogue des tribus africaines à l’ouest du Nil, Dakar (Université de Dakar, Fac. des lettres et sciences humaines, Publ. de la sect. d’histoire, 4).

Desanges J. 1964, « Les territoires gétules de Juba II », RÉA 66, p. 33-47.
https://www.persee.fr/doc/rea_0035-2004_1964_num_66_1_3713

Desanges J. 1998, Notice « Fraxinenses », dans Encyclopédie Berbère 19 (Filage-Gastel), p. 2934.
https://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/1969

Di Vita-Évrard G. 1987, « En feuilletant les Inscriptions antiques du Maroc, 2 », ZPE 68, p. 213-218.

Galand L. 2007, « À propos d’une inscription libyco-latine de la petite Kabylie », La lettre du RILB (EPHE) 13, p. 1-3.

Guerre (La) 2014, M. Coltelloni-Trannoy, Y. Le Bohec (éd.), La guerre dans l’Afrique romaine sous le Haut-Empire, Paris (CTHS Histoire 54).

Hamdoune Chr. 1999, Les auxilia externa africains des armées romaines (iiie siècle av. J.-C. – ive siècle ap. J.-C, Montpellier (Études militaires 29).

Hamdoune Chr. 2005, « Spécificité et identité des cavaliers africains de l’armée romaine », Identités 2005, p. 235-260.

Hamdoune Chr. 2016, « Réflexions sur une inscription bilingue libyco-latine de Kabylie », Asinag 11, p. 15-24.
http://www.ircam.ma/sites/default/files/Christine%20Hamdoune.pdf

Hamdoune Chr. 2018, Ad fines Africae Romanae : les mondes tribaux dans les provinces maurétaniennes, Bordeaux (Scripta Antiqua 111).

Identités 2005, Cl. Briand-Ponsart (éd.), Identités et cultures dans l’Algérie antique, Actes du colloque, Université de Rouen, 16-17 mai 2003, Rouen-Le Havre (Publ. des Universités du Havre et de Rouen 377).

Melani C. 1994, « Roma e le tribù della Mauretania Caesariensis nel iii secolo d.C. : una difficile convergenza », Athenaeum 92, p. 153-176.

Parure monumentale 2016, Chr. Hamdoune (éd.), Parure monumentale et paysage dans la poésie épigraphique de l’Afrique romaine, Bordeaux (Scripta antiqua 85).

Pflaum H.-G. 1960-1961, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire, 1-4, Paris (Bibliothèque archéologique et historique 57, 112).

PME, Devijver H. Prosopographia militiarum equestrium quae fuerunt ab Augusto ad Gallienum, 1-5, Leuven (Symbolae, s. A, vol. 3) 1976-1993.

Rebuffat R. 2005, « Le vétéran gétule de Cillium », dans Identités 2005, p. 193-233.

Speidel M.P. 1992, « Exploratores. Mobile Units of Roman Germany », dans M.P. Speidel, Roman Army Studies, II, Stuttgart (Mavors 8), p. 89-102.

Vie 2011, Chr. Hamdoune et alii (éd.) 2011, Vie, mort et poésie dans l’Afrique romaine d’après un choix de Carmina Latina Epigraphica, Bruxelles (Latomus 330).

Haut de page

Notes

1 Hamdoune 1999.

2 Hamdoune 2018.

3 CIL VIII, 9813. Voir Hamdoune 2005, p. 237 n. 4 et fig. 2a et b, p. 256-257.

4 Publiée par L. Galand (2007, p. 1-3), d’où , 2007, 1754, reprise par erreur dans , 2013, 2151. Voir Hamdoune 2016, p. 15-24.

5 Rebuffat 2005, p. 193-233, qui rappelle l’exemple, connu par un papyrus, de l’Égyptien Apion, soldat de la flotte de Misène qui écrit à son père qu’il s’appelle désormais Antonius Maximus.

6 2013, 2152 : D(is) M(anibus) s(acrum).| Lesgig militis ;| uixit | annis | LXXV ;| h(ic) s(itus) est. Photo sur le site Gehimab, 2014 : http://www.gehimab.org/depliants/stele.

7 CIL VIII, 9005 et 9006 : photos dans Hamdoune 2018, p. 160.

8 Commune de Chellata dans la vallée de la Soummam non loin de M’Lakou (AAA, 6, 148) : Gehimab 2014, D3 (fragments trouvés en 1991) et D1 (stèle intacte trouvée en 2006).

9 CIL VIII, 21562 = Vie 2011, p. 278-281, no 174. L’inscription généralement considérée comme du iiie siècle est à mon avis plus tardive.

10 Plin., nat., 5, 11 (CUF) : « Les armées romaines combattirent pour la première fois en Maurétanie sous le principat de Claude. Le roi Ptolémée avait été mis à mort par Gaius César ; l’affranchi Aedemon entreprit de le venger ; et en poursuivant les barbares, il est établi qu’on parvint au mont Atlas ».

11 IAM II, 448 : « À M. Valerius Severus fils de Bostar inscrit dans la tribu Galeria, édile, suffète, duovir, premier flamine dans son municipe, préfet des auxiliaires contre Aedemon écrasé dans la guerre. À lui, l’ordre du municipe des Volubilitains, pour ses mérites envers la communauté et l’ambassade qu’il a menée à bien et par laquelle il a obtenu du divin Claude le droit de cité romaine et le droit de mariage légal avec des pérégrines, une immunité décennale, des résidents (incolae) et les biens des citoyens morts à la guerre sans héritiers. Fabia Bira fille d’Izelta, son épouse, satisfaite de l’honneur fait à son très bienveillant époux, a fait remise de la dépense ; elle a financé personnellement (le monument) et en a fait la dédicace ».

12 Hamdoune 2018, p. 125-129.

13 Christol, Gascou 1980.

14 Tac., ann., 2, 52, 3-4 ; voir Hamdoune 1999, p. 111, pour le commentaire de ce texte qui montre les limites de l’autorité de Juba sur les tribus.

15 Voir à ce propos la conclusion de l’article de J. Desanges (1957), pour lequel les colonnes du proconsul ont aussi lutté près du chott el-Hodna.

16 D.C., 55, 28, 3-4 (Loeb) ; voir Desanges 1964.

17 Plin., nat., 5, 17 : Gaetulae nunc tenent gentes (…).

18 D.C., 60, 8, 6 : les affranchis de Claude « le persuadèrent de recevoir les ornements triomphaux pour les succès obtenus en Maurétanie, alors qu’il n’était pour rien dans le redressement de la situation : il n’était même pas au pouvoir quand on avait mis un point final à la guerre ».

19 D.C., 60, 9, 1 : « L’année suivante, les mêmes Maures, qui une seconde fois, avaient engagé la guerre, furent soumis ».

20 CIL VIII, 9663.

21 Plin., nat., 5, 17.

22 Sans ces éclaireurs, Suetonius Paulinus (Plin., nat., 5, 14-15) n’auraient pu traverser l’Atlas et Hosidius Geta (D.C., 60, 9, 1) poursuivre Salabos jusque dans le désert. Sur le rôle des éclaireurs maures, voir Hamdoune 1999, p. 78-93.

23 Ce concept est assimilé très tôt par les Maurétaniens romanisés : voir CIL VIII, 9217 à Icosium (Alger) : hommage fait par un citoyen romain de fraîche date, donc un autochtone, qui a été magistrat de sa cité qualifiée de patria pour souligner le lien affectif.

24 Plin., nat., 5, 17 : « et une ancienne fraction de ceux-ci (les Autololes) (pars horum), les Nesimi, qui s’en sont séparés et ont formé un peuple indépendant (propria gens) en direction des Éthiopiens ».

25 IAM II, suppl., 859, 860, 861 : C. Hosidius Severus, fils de Gnaeus, inscrit dans la tribu Claudia fit au début du iie siècle une carrière équestre et finança la construction d’un capitole dans sa cité de Sala.

26 Di Vita-Évrard 1987, p. 213-218 pour la lecture de la ligne 2.

27 Chr. Hamdoune, « Trois épitaphes du Ier siècle de Zilil (Dchar Jdid) », no 1 (sous presse).

28 Je remercie beaucoup mon amie Monique Dondin-Payre pour ses remarques sur l’onomastique, en particulier sur la souplesse de l’expression onomastique.

29 AÉ, 2004, 1685.

30 Hamdoune 2005, p. 245.

31 , 1956, 124.

32 Hamdoune 2018, p. 137-144.

33 CIL VIII, 9045, datée du 16 février 255 : P. Ael(io) P. f. Q(uirina tribu) Primiano,| eq(uiti) R(omano), trib(uno) coh(ortis)
IIII
Syn|g(am)b(rorum), a mil(itiis), primo p(ilo), trib(uno) coh(ortis) IIII uig(ilum), ex dec(urione) a(lae) | Thrac(um), pr(ae)p(osito) uex(illationis) eq(uitum) | Mauror(um), defenso|ri prou(inciae) suae, dec(urioni) III | col(oniarum) Auz(iensis) et Rusg(uniensis) | et Equiz(etensis), P. Aeli|us Primus dec(urio) col(oniae) | Auz(iensis), prius morte | praeuentus quam | ded(icaret) pat(ri) piissimo,| Ael(ia) Audif fil(ia) pat(ri) dedicauitque XIII Kal(endas) Mar(tias) pr(ouinciae) CCXVI. L’épitaphe de son petit-fils dédiée par sa fille Aelia Audif a été retrouvée à Aïn Bessem (, 1985, 974). Sur les nombreux commentaires de cette carrière, voir la bibliographie dans Devijver, PME I, 1976, A 53, p. 69-70, IV suppl. 1, 1987, p. 1420, V suppl. 2, 1993, p. 1988.

34 CIL VIII, 9047, datée du 26 mars 260 : [Q. G]argilio Q. f. Q(uirina) Martiali eq(uiti) R(omano),| [pr]aef(ecto) coh(ortis) I Astyrum pr(ouinciae) Britta|[n]iae, trib(uno) coh(ortis) Hisp(anorum) pr(ouinciae) Maur(etaniae) Caes(ariensis),| [a] militiis, praep(osito) coh(orti) sing(ularium) et uex(illationi) [e]q(uitum) Mauror(um) in territorio | [A]uziensi praetendentium, dec(urioni) duarum col(oniarum) Auziensis et Rusguniensis et pat(rono) | prou(inciae), ob insignem in ci|ues amorem et singularem erga patriam adfec|tionem, et quod eius uir|tute ac uigilantia Fa|raxen rebellis cum sa|tellibus suis fuerit | captus et interfectus,| ordo col(oniae) Auziensis | insidiis Bauarum de|cepto p(ecunia) p(ublica) f(ecit). D(e)d(icatum) VIII Kal(endas) | [A]pr(iles) (anno) pr(ouinciae) CCXXI. Voir la bibliographie dans Devijver, PME I, 1976, p. 400-401 (G 4), IV, Suppl. I, 1987, p. 1576-1577, V suppl. 2, 1993, p. 2115.

35 Sans revenir sur les problèmes posés par la carrière du chevalier, j’adopte la solution proposée par H.-G. Pflaum (1960-1961, p. 909-912), qui me paraît la plus satisfaisante : c’est un enchevêtrement de trois carrières, une carrière équestre, une carrière d’officier prétorien et une carrière d’officier subalterne ; il considère qu’il y a eu inversion des fonctions militaires de début de carrière, placées à la fin en raison du caractère très local de l’hommage.

36 De nombreux cavaliers de cette aile étaient détachés dans l’officium du gouverneur. Voir en particulier l’association entre le gouverneur et un décurion de l’aile des Thraces dans une dédicace de 254 de la région d’Auzia (CIL VIII, 20827).

37 CIL VIII, 20996 : Licinius Hierocles, entre un tribunat de la onzième cohorte urbaine Seueriana et un tribunat de la huitième cohorte prétorienne Pia Vindex Seueriana, a été praepositus equitum itemque peditum iuniorum Maurorum iure gladii. On trouve peut-être une trace de ce corps dans le récit d’Hérodien (4, 15) du dernier affrontement mené par Macrin contre les Parthes d’Artaban, quand il précise que le nouvel empereur avait disposé aux ailes les cavaliers et les Maures.

38 CIL VIII, 2615, Lambèse.

39 M. Christol (2005, p. 254-257) voudrait en faire un peuple des marges sahariennes de la Numidie. Contra Desanges 1998, beaucoup plus affirmatif qu’en 1962. La localisation traditionnelle dans les monts Ouennougha est plus satisfaisante aux yeux de la construction latine à cause de la conjonction item dans l’inscription de Lambèse CIL VIII, 2615, qui lie étroitement les Quinquegentanei et les Fraxinenses de Césarienne.

40 Contra Melani 1994, p. 157-158, n. 17, qui récuse un tel rapprochement en supposant que la similitude entre les deux noms est fortuite ; il y a un rapport évident avec les Fraxinenses même s’il n’est pas acquis que Faraxen soit à confondre avec le chef fameux mentionné dans l’inscription de Macrinius Decianus : voir Desanges 1962, p. 53 et 1998 : « Il est difficile de décider si les Fraxinenses ont constitué une fédération plus ou moins éphémère autour de Faraxen ou s’il s’agit plutôt d’une tribu bien individualisée dont ce dernier, au contraire, aurait tiré son nom ».

41 D.E. s.u. exploratores (R. Bartoccini), p. 2192-2194 ; Speidel 1992, p. 89-102 ; Austin, Rankov 1995, p. 185-192.

42 CIL VIII, 21668, épitaphe d’un explorator Batauorum ; Exploratores, , 1901, 59b ( = ILS 9187), épitaphe d’un explorator Germanicianorum.

43 L’unité est en place au début du iiie siècle, car elle porte successivement les épithètes honorifiques de Seueriana puis Gordiana.

44 CIL VIII, 9906 : Deo | sancto | Aulisuae.| Fl(auius) Cassi|anus prae|fect(us) alae | explora|torum | Pomari|ensium | S[eue]rian(a)e ; CIL VIII, 9907 : Deo inuicto | Aulisuae.| M[---] Fl[--- praef(ectus)] | alae expl(oratorum) | Po|mar(iensium) Gordia|nae et proc (urator) | Aug(usti) n(ostri) ; CIL VIII, 21704 : Deo sancto | Aulisuae.| C. Ael(ius) Victo[r] | curante S. Iulio [I]ngenuo p[r(aeposito) al(ae) | expl(oratorum)] Pom(ariensium) et [coh(ortis)] II Sardorum.

45 Amm., 29, 5, 30 (CUF) : … certare necessitate … compulsus, semet ipsium et ad internicionem perdiderat cunctos, ni gentium turbulenta concussio, procul Mazicum uisis auxiliis, quos anteibant quidam Romani, arbitrata in se impetum agminum ferri complurium, uersa in pedes aperuisset nostris exitus antehac intersaeptos : Théodose « contraint alors de combattre par la nécessité, c’en était fait de lui et de tous les siens jusqu’au dernier, si les barbares, dans leur agitation désordonnée, en voyant au loin des auxiliaires Mazices, que précédaient certains Romains, n’avaient cru qu’un assaut de plusieurs colonnes était lancé contre eux et n’avaient, en tournant les talons, ouvert aux nôtres les passages jusque-là bloqués ».

46 Amm., 29, 5, 20 : « Ayant fait demi-tour à partir de Césarée il arriva au municipe de Sugabar, adossé au mons Transcellensis, où il trouva les cavaliers de la quatrième cohorte des archers, qui était passée au rebelle. Pour montrer qu’il se contentait d’une punition assez douce, il les dégrada tous au dernier rang du service et il leur commanda, ainsi qu’à une partie des fantassins constantiniens, de passer à Tigauae avec leurs tribuns, dont l’un avait posé un collier sur la tête de Firmus en guise de diadème ».

47 Amm., 29, 5, 22.

48 Hamdoune 1999, p. 208-209 et pl. xiv, a-d.

49 , 1901, 50 = Parure monumentale 2016, p. 169-173, no 33 : en acrostiche télestiche : « Domaine de Sammac ». « Par cette forteresse, sa Prudence affirme l’éternité de la paix. De sa droite fidèle, il protège aussi de toute attaque ce qui est Romain. Il affermit le mont qui commande le fleuve par le fort qu’il a nommé Petra, du nom de la montagne. Et voici que les tribus des alentours souhaitent déposer les armes et accourent pour solliciter ton alliance, Sammac, si bien que la Valeur qui lui fait cortège s’accorde avec la Fidélité dans tous les devoirs, elle qui, depuis toujours, est alliée aux triomphes des fils de Romulus » (trad. du GRAA).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : IAM II, 448, forum de Volubilis
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/2997/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Hamdoune †, « Auxilia externa et gentes dans les provinces maurétaniennes »Antiquités africaines, 56 | 2020, 285-292.

Référence électronique

Christine Hamdoune †, « Auxilia externa et gentes dans les provinces maurétaniennes »Antiquités africaines [En ligne], 56 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/antafr/2997 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.2997

Haut de page

Auteur

Christine Hamdoune †

Professeur émérite d’histoire romaine, Université Paul-Valéry Montpellier 3/EA CRISES

Haut de page

Droits d’auteur

Antiquités africaines

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search