Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53Dossier « À l’origine des amphore...Introduction au dossier

Dossier « À l’origine des amphores romaines d’Afrique, III »

Introduction au dossier

p. 173

Texte intégral

1Ce dossier fait suite à deux premiers parus sous le même titre dans Antiquités Africaines 49, 2013 et 51, 2015. Dans les deux cas, il s’agissait au travers d’articles traitant de découvertes faites soit sur les lieux de production (Tunisie), soit sur les lieux d’exportation (Rome, Arles, Fréjus), de mieux définir l’origine et la circulation des plus anciennes amphores de type gréco-romain produites en Afrique. Les trois nouveaux articles rassemblés dans le présent dossier se situent dans le droit fil de ces précédentes publications.

2Imed Ben Jerbania, tout d’abord, après avoir suggéré en 2013 que les amphores « Africaines anciennes » pouvaient avoir été produites « dans la partie nord-ouest de la Tunisie, notamment dans le triangle Carthage-Tunis-Utique », vient d’en révéler un atelier dans cette dernière ville. Un an à peine après avoir fait cette découverte, à l’été 2016, il nous livre ici l’étude précise d’un four et d’une partie de la production, constituée majoritairement d’amphores de ce type, dont la caractérisation pétrographique est précisée par Claudio Capelli.

3La région toulousaine est connue pour être un des lieux principaux de l’exportation de ces premiers conteneurs romano-africains. L’étude proposée par Laurence Benquet et Claudio Capelli, ensuite, cherche à en préciser l’évolution typologique entre le milieu du iie s. av. J.-C. et l’époque augustéenne, tout autant que les lieux de productions : Utique mais également d’autres ateliers du nord-ouest tunisien non encore reconnus.

4Enfin, la reprise de l’étude des amphores de Port-la-Nautique par Séverine Lemaître et Corinne Sanchez permet, toujours avec l’aide de Claudio Capelli, d’analyser en détail un ensemble de la fin du ier s. av. J.-C. et du ier s. apr. J.-C. où se côtoient les trois types d’amphores africaines présents au début de l’Empire : Africaines anciennes, Dressel 26 (cf. l’article d’Alessia Contino et al. dans la précédente livraison d’Antiquités Africaines) et Ostia LIX précoce.

5Ainsi, par touches successives, par le dialogue entre archéologues du Maghreb et des rives nord de la Méditerranée, il est possible de compléter peu à peu la typologie et la chronologie des amphores africaines de l’époque républicaine et du début de l’Empire et d’en préciser l’origine. La prochaine étape consistera certainement à s’atteler à une meilleure définition des amphores de tradition punique qui subsistent, aux côtés des amphores de type gréco-romain, tout au long de cette période.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Introduction au dossier »Antiquités africaines, 53 | 2017, 173.

Référence électronique

« Introduction au dossier »Antiquités africaines [En ligne], 53 | 2017, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/antafr/302 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.302

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search