Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53Dossier « À l’origine des amphore...La production des amphores ovoïde...

Dossier « À l’origine des amphores romaines d’Afrique, III »

La production des amphores ovoïdes de type « Africaine ancienne » à Utique

Imed Ben Jerbania
avec la collaboration de Claudio Capelli
p. 175-192

Résumés

Les nouvelles recherches menées à Utique ont permis de parvenir à une meilleure définition du lieu de production des amphores Africaines anciennes, que les dernières découvertes ont permis d’attribuer à l’aire nord-occidentale de la Tunisie. En effet, parmi le matériel céramique livré par la récente fouille d’un four construit en briques selon la tradition phénicienne, et d’un dépotoir céramique bien délimité par des murs en adobes, figurent plusieurs tessons de bords, d’anses et de pieds classés dans ce type amphorique à profil ovoïde. L’analyse pétrographique de certains échantillons a confirmé l’homogénéité de la pâte, et suggère que ces amphores appartiennent à un seul groupe de production locale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Deux dossiers ont paru dans les volumes d’Antiquités africaines de 2013 et 2015.
  • 2 Ben Jerbania 2013 ; Capelli, Piazza 2013.
  • 3 Ben Jerbania 2013.
  • 4 Capelli, Piazza 2013.

1Les dossiers consacrés dans la revue Antiquités africaines « À l’origine des amphores romaines d’Afrique » montrent l’intérêt que l’on accorde aujourd’hui à la production amphorique africaine de la période républicaine et du début de l’empire 1. La reprise de la recherche dans ce domaine à déjà permis d’avancer, non seulement sur la base de l’étude typologique, mais aussi sur les analyses archéométriques, des hypothèses relatives à l’origine de ces conteneurs africains précoces. Parmi ces derniers, les Africaines anciennes constituent un groupe qui ne cesse d’attirer l’attention grâce à sa large attestation, toujours à travers peu d’exemplaires, sur plusieurs sites terrestres et sous-marins de l’Occident méditerranéen. Malgré cette nette avancée, le problème de la localisation des ateliers de ce groupe n’est pas entièrement résolu. S’ajoute à cela la difficulté d’en définir la chronologie, notamment pour le début de la production. La découverte récente d’un dépotoir à El Mnihla près de Tunis, qui marque en effet l’amorce de notre intérêt pour ces amphores, a apporté un nouveau jalon pour la définition de l’origine de ce groupe 2. Elle nous a permis de proposer la Tunisie ­septentrionale, notamment le triangle Carthage-Tunis-Utique, comme aire de production 3. Cette hypothèse est appuyée par les analyses pétrographiques qui ont été conduites sur un lot d’exemplaires issus de ce dépotoir 4.

  • 5 Il s’agit en l’occurrence des projets de fouilles et de recherches archéologiques de coopération i (...)

2Depuis, nous avons continué les recherches à Utique afin de parvenir à recueillir des données susceptibles de démontrer le rôle de la première capitale de l’Afrique romaine dans la production et la diffusion de ces amphores. Dès lors, il a fallu concentrer notre intérêt sur la zone des ateliers céramiques que l’on a identifiés depuis le début du siècle dernier, dans le but de répondre à ces questions ponctuelles et d’apporter, à travers la fouille des fours, des éléments complémentaires à la connaissance de l’économie antique d’Utique. Ainsi, les investigations dans ce secteur de la cité sont à considérer avec les résultats qu’apporteront les projets en cours, et qui offrent par leur nature multidisciplinaire, une opportunité pour l’étude de l’organisation urbaine et de son évolution durant les périodes punique et romaine 5.

Fig. 1 : Utique. Situation des fours

Fig. 1 : Utique. Situation des fours

Source : I. Ben Jerbania.

3La fouille que nous avons entreprise dans la zone de la nécropole et des ateliers puniques en juin 2016 a été précédée par une prospection qui a permis de recueillir une céramique de surface, ainsi que des ratés de fours et des fragments de briques brûlées. Ces données suggèrent, en premier lieu, la présence d’autres fours encore enfouis dans le sol ; elles pourraient témoigner, en second lieu, de la capacité productive de ces fours, notamment en matière d’amphores. En effet, nombreux sont les tessons de bords et de pieds identifiés et attribués surtout aux exemplaires de type T-7 de J. Ramon. Ainsi l’apport d’une étude sur ces ateliers est fondamental pour la caractérisation de la production amphorique d’Utique aux époques punique et romaine.

  • 6 Il s’agit d’une fouille effectuée en juin 2016 avec la collaboration de Kaouhter Jendoubi doctoran (...)

4Les travaux de terrain ont donc permis de mettre au jour un nouveau four céramique et un dépotoir délimité par des murs en briques crues 6. Mais l’apport le plus intéressant pour notre propos concerne l’apparition, pour la première fois à Utique, des amphores Africaines anciennes en nombre considérable et en association avec d’autres amphores puniques et des céramiques commune, culinaire et à vernis noir. À l’issu de cette découverte, l’hypothèse d’une production locale de ce type amphorique nous paraît confirmée. Les analyses pétrographiques conduites sur les échantillons provenant du dépotoir permettront de parvenir à une meilleure caractérisation de la pâte, et le contexte archéologique offrira certainement de nouvelles données relatives à la chronologie.

Le contexte archéologique

  • 7 Moulard 1926.
  • 8 Moulard 1926.

5Dans la zone sud-ouest du site d’Utique, à proximité de l’ancienne ligne de rivage, plusieurs fours à céramiques furent implantés sur une série de collines, dont l’altitude maximale atteint 39 m (fig. 1). Bien qu’ils ne soient pas tous de la même typologie ni de la même période, ces fours semblent constituer le Céramique d’Utique, qui a bénéficié d’une grande longévité. En effet, les premiers ateliers de la période punique ont fait l’objet de fouilles anciennes effectuées par l’Abbé Moulard 7. Dans ce secteur sud-ouest, initialement nommé par ce dernier auteur nécropole nord – vu la présence d’hypogées contenant des sarcophages monolithes avec couvercles – trois fours furent déblayés 8. Tous sont faits en briques crues rouges ou blanchâtres et présentent un pilier central, alors que leur forme est ronde ou ovale.

  • 9 Cf. Wilson et alii 2014, p. 23-27.

6D’un autre côté, les fouilles tuniso-anglaises à Utique ont récemment permis d’identifier d’autres fours dans la limite sud de ce secteur, plus précisément sur le versant ouest de la grande colline, dont le sommet fut terrassé pour l’édification d’une citadelle (fig. 1) 9. Ces fours sont datés du i er s. apr. J.-C. et montrent que, malgré les modifications commandées par l’urbanisme romain, la vocation artisanale de cette aire semble maintenue, parfois de façon concomitante avec l’habitat.

Fig. 2 : Utique. Le four découvert en 2016

Fig. 2 : Utique. Le four découvert en 2016

Cliché I. Ben Jerbania.

Un nouveau four de céramique à Utique

7Le nouveau four que nous avons mis au jour se trouve dans le secteur de la nécropole sud-occidentale qui a déjà fait l’objet de fouille par l’Abbé Moulard. Il est situé sur le bord de la grande tranchée du chemin de fer construit au début du xix e s. pour les besoins de l’exploitation agricole (fig. 2). À proximité se trouve un énorme bloc en grès coquiller (USC 1008) dans lequel a été débitée une cuve rectangulaire orientée nord-est/sud-ouest (fig. 2 et 3). Ce bloc a été en partie démoli, très probablement au moment de l’implantation du four. S’agit-il donc d’une tombe en sarcophage qui a été abandonnée au profit de cet atelier ? C’est fort possible, si l’on tient compte de la présence de plusieurs autres hypogées relatifs à une première phase représentée par la nécropole du v e et du iv e s. av. J.-C., par la suite désaffectée et transformée en aire artisanale. À cette première phase appartient peut-être le puits rectangulaire (USC 1047), apparu sous le four, et plus précisément sous son praefurnium (fig. 2). Ce puits, orienté nord nord-ouest / sud sud-est, est creusé dans le sol naturel. En effet, la présence d’une nécropole punique dans ce secteur nous laisse privilégier, pour le moment, qu’il l’hypothèse qu’il s’agisse d’une tombe. Une fois cette tombe abandonnée, comme ce fut le cas pour les autres hypogées de ce secteur, l’atelier céramique fut édifié.

8L’étage supérieur du four, correspondant à la chambre de cuisson et à la couverture, a complètement disparu. En revanche, l’étage inférieur est partiellement conservé. Creusés dans une couche de terre compacte, stérile et de couleur marron, la chambre de chauffe et le couloir d’accès de cet étage semblent, selon la coutume, partiellement enterrés pour empêcher la déperdition de chaleur. La chambre est de forme ovale et son diamètre intérieur atteint 3 m (fig. 2 et 3) ; le sol (USC 1014) est recouvert de briques marron de forme rectangulaire (0,33 × 0,50 m). Au milieu figure le négatif presque circulaire du pilier central, complètement arraché, et dont ne reste que le trou de 1 × 1,05 m (USC 1015) limité par quelques briques rouges encore in situ. Les parois sont construites en briques crues que le feu a durcies tout en leur donnant une couleur rouge. Elles sont revêtues par endroits d’une épaisse couche d’argile verdâtre témoignant de restaurations successives en raison de la fragilité causée par le feu. Les dimensions de ces briques oscillent entre 0,24 × 0,09 × 0,15 m et 0,27 × 0,14 × 0,15 m. En contrebas de cette chambre de combustion se trouve le couloir d’accès, opposé au vent dominant de l’Ouest et pourvu d’un sol cendreux très dur. Sa largeur est de 0,60 m et il présente une pente vers l’est. Il convient également de souligner qu’au niveau de la berme est nous avons rencontré un ensemble de briques déposées intentionnellement pour condamner ce couloir après l’abandon du four.

9En effet, il semble qu’à ce moment là, l’éventuelle tombe (USC 1047) a été spoliée, ce qui a entraîné la destruction des parois du four et du praefurnium. Ce puits, ainsi que le four, ont ensuite été colmatés avec une terre meuble renfermant du matériel céramique et des fragments de briques. Ce comblement paraît donc remanié, comme en témoignent les dégâts causés non seulement par la spoliation du puits (USC 1047), mais aussi par la construction des murs qui ont endommagé une partie du four, et dont il ne reste aujourd’hui que les fosses de spoliation. Ces murs, à l’origine orientés nord-sud et est-ouest, délimitent un espace postérieur à l’atelier. La mise au jour du niveau de mosaïque dans la berme est et la présence d’un tronçon de mosaïque en surface à l’angle nord-est du sondage (USC 1003), amènent à penser à un habitat. En tout état de cause, on doit souligner que les strates qui comblent la chambre de combustion renferment plusieurs briques effondrées, des ratés de cuisson et une céramique variée (culinaire, commune, et surtout amphores) semblable à celle du dépotoir. Une céramique plus récente, dont l’étude est en cours, est aussi présente et nous permet de dater les transformations qu’a connues cet espace.

Fig. 3 : Utique. Plan du four et du dépotoir

Fig. 3 : Utique. Plan du four et du dépotoir

Source : I. Ben Jerbania et K. Jendoubi.

  • 10 Delcroix, Huot 1972 ; Falsone 1981, p. 54-58.
  • 11 Pour Motyé, cf. Falsone 1981, p. 27-42. Le prototype de ces fours se trouve dans les sites phénici (...)
  • 12 Ramon Torres et alii 2007, p. 107-111. Cf., en dernier lieu, S (...)

10Les caractéristiques techniques du four d’Utique dérivent d’une tradition qui s’est développée au Proche-Orient, où le modèle des ateliers à double chambre, partiellement enterrés et pourvus d’une sole perforée soutenue par un pilier central, s’est consolidé, notamment à l’Âge du Bronze, pendant la phase qui précède l’expansion phénicienne en Occident 10. L’évolution de ce modèle oriental a donné naissance aux fours en forme d’omega attestés en Phénicie, puis dans les sites puniques de l’Occident méditerranéen, comme en témoignent par exemple les fours de Motyé datés des vi e et v e s. av. J.-C. 11 Les nouvelles recherches effectuées sur les sites des côtes atlantique et méditerranéenne de la Péninsule ibérique reflètent la vitalité qu’a connue la production céramique, depuis l’époque archaïque, à travers la multiplication des ateliers. À Gades, parmi les fours de la fin du vi e et du v e s. av. J.-C. trouvés à Camposoto, certains dérivent directement du modèle phénicien 12.

  • 13 Aubet et alii 1999, p. 79-80.
  • 14 À Carthage Dermech, une production locale de céramique archaïque de la fin du vii (...)
  • 15 Gauckler 1915, p. 512-516.
  • 16 En 1991, une fouille de sauvetage effectuée par Fathi Chelbi et Taoufik Redissi a mis en évidence (...)
  • 17 Fantar 1986, p. 519.
  • 18 Fantar 1986, p. 519-524. Cf. aussi Sáez Romero, Montero Fernández, Toboso Suárez(...)

11Dans la zone de Malaga, les fouilles de Cerro del Villar ont mis au jour un four punique de même tradition daté du v e s. av. J.-C. 13. Cette production céramique est aussi confirmée à Carthage depuis la période archaïque sans qu’on ait malheureusement d’informations sur les ateliers mêmes 14. Le four de Carthage Dermech date de la fin de la métropole punique 15 ; il est construit de briques d’argile crue et son foyer elliptique est séparé du laboratoire par une sole d’argile dotée de trous d’aération. Cette sole est soutenue par des barres radiales qui s’appuient à la fois sur un pilier central et sur la paroi. C’est dans ce type de four que nous pouvons insérer celui d’Utique, mais aussi ceux de plusieurs autres sites puniques et romains de Tunisie, qui sont tous à la fois similaires de par leur morphologie générale, mais dissemblables par leurs détails. Dans l’hinterland immédiat d’Utique, le site d’El Besbassya a livré une série de fours de forme ovale présentant ce même système de foyer recouvert par des barres radiales posées sur le pilier central et la paroi 16. À Kerkouane, les fours de potier se situent à l’intérieur et à l’extérieur de l’habitat 17. Ils n’ont pas encore fait l’objet de fouilles, mais leurs formes et leur technique de construction sont suffisamment reconnaissables. Leur diamètre varie de 1,4 m à 2 m et leurs foyers à section elliptique et à colonne centrale sont construits en briques réfractaires et communiquent avec des couloirs d’accès 18.

  • 19 Sáez Romero 2008, p. 201-204.

12La transmission de ce modèle de four, intégré dans la tradition technologique orientale à plusieurs sites phéniciens et puniques de l’Occident, a souvent été suivie par un processus d’évolution morphologique interne, dans lequel les influences apportées par certains centres producteurs, comme Carthage, ont été reconnues. Dans le territoire insulaire de Gades, plusieurs groupes de fours ont été identifiés. Certains sont clairement de tradition phénicienne et rappellent, par leur forme d’omega, les ateliers des vi e et v e s. av. J.-C. de l’aire K du Motyé. D’autres, comme ceux de Torre Alta, témoignent d’un changement morphologique et présentent des innovations dues aux influences carthaginoises liées fort probablement à la présence barcide 19.

  • 20 Stirling 2006.

13Il est donc clair que le nouveau four d’Utique reflète la continuité de cette tradition orientale à travers sa forme générale et sa technique de construction en briques. Il témoigne également de la consolidation de ce modèle à pilier central, présent à Carthage et sur plusieurs autres sites puniques de la Méditerranée. À l’époque romaine, les attestations de ce modèle ne sont pas rares. En Tunisie, il est présent, à titre d’exemple, à El Maklouba ou à Leptiminus 20.

Le dépotoir et son matériel céramique

  • 21 Delile et alii 2015.

14La fouille a révélé, à proximité immédiate de ce four, la présence d’un espace rectangulaire de 3 x 2 m, scellé par un épais remblai renfermant une quantité importante de céramique, de fragments de briques et de ratés de cuisson. Il s’agit d’un dépotoir de céramiques, bien délimité par quatre murs en briques crues (USC 1045) orientés est-ouest et nord-sud (fig. 4). Ces briques, liées par un mortier de terre sablonneuse, ont des dimensions comprises entre 0,22 × 0,10 × 0,50 m et 0,34 × 0,10 × 0,50 m. Il convient de souligner qu’au fond de ce dépotoir a été découvert le sol d’une chambre de chauffe d’un four abandonné (USC 1046), sur lequel trois murs sont directement posés. Sous le quatrième mur, côté Nord, figurent des assises de briques crues rouges qui pourraient appartenir à la paroi de ce four. Il semble qu’il y ait eu, au sein du Céramique d’Utique, une difficulté pour isoler les espaces réservés aux déchets des ateliers. Cela est probablement dû à une occupation dense de ce secteur sud-ouest de la ville, en face de l’éventuelle zone portuaire où la désaffectation de la nécropole est faite au profit de l’habitat et des installations artisanales. En effet, ces fours uticéens occupent le versant de la colline donnant sur une zone relativement plate où les interventions récentes ont permis d’obtenir des données sur l’emplacement du port et la ligne du rivage antique 21.

15Quoi qu’il en soit, ce dépotoir paraît en tout point original comparé à ceux observés sur plusieurs autres sites antiques de la Tunisie.

16Les couches qui comblent cet espace, notamment les US 1042 et 1043, ont livré une grande quantité de céramique (fig. 4 et 5). Sur un lot de 620 bords interprétables, 55 % appartiennent à des amphores. Les types puniques T-7.4.2.1 et T-7.4.3.1 (fig. 6, n os 5 à 8) sont de loin majoritaires et constituent respectivement 38 % et 20 % de l’ensemble des formes amphoriques identifiées. Les amphores de types T-5.2.3.1 et T-5.2.3.2 (fig. 6, n os 1 à 4) sont résiduelles (18 %). En revanche, celles dénommées « Africaines anciennes » (fig. 8) sont moins représentées (9 %).

  • 22 Ramon Torres 1995, p. 209-211.
  • 23 Bridoux 2014, p. 184.
  • 24 Bridoux 2014, p. 184.
  • 25 Baldassari, Fontana 2002, p. 961.

17Les amphores puniques présentent généralement une matrice pure de texture hétérogène avec des inclusions abondantes, assez fines, et peu de quartz éolien. L’hétérogénéité de leurs caractéristiques physiques laisse penser qu’elles ne sont pas toutes issues de ce four. Toutefois, une production locale est envisageable pour les formes de types Maña C2a/T-7.4.3.1 et T-7.4.2.1 dont beaucoup d’exemplaires ont subi une surcuisson. En effet, une production de ces amphores au cours de la première moitié du ii e s. av. J.-C. a déjà été reconnue à Carthage et dans d’autres centres puniques de l’aire nord de Tunis, dont Utique faisait certainement partie 22. Elle a été accompagnée par une large diffusion sur plusieurs sites de Méditerranée. En Numidie, ces types sont bien attestés surtout dans les sites de l’Est algérien et de l’Ouest tunisien 23. Parfois, leur présence ne résulte pas uniquement d’une importation, mais aussi d’une production locale, comme c’est le cas à Iol en Algérie 24. Dans les épaves, ces conteneurs ont souvent été associés à des amphores gréco-italiques récentes, comme dans l’épave de Cala Gadir I datée de la fin du iii e s. ou de la première moitié du ii e s. av. J.-C. 25

Fig. 4 : Utique. Le dépotoir

Fig. 4 : Utique. Le dépotoir

Cliché I. Ben Jerbania.

Fig. 5 : Utique. Céramiques du dépotoir

Fig. 5 : Utique. Céramiques du dépotoir

Cliché I. Ben Jerbania.

Tabl. 1 : Comptage des bords interprétables des différentes catégories céramiques du dépotoir d’Utique.

Catégorie céramique

Amphore

Céramique commune

Céramique culinaire

Céramique à vernis noir

Nombre de bords interprétables

344

177

90

29

  • 26 Pour cette variante des amphores gréco-italiques, cf. Benoit 1961. Voir aussi en dernier lieu Cibe (...)

18Concernant les amphores d’importation, figure d’abord la variante récente des amphores gréco-italiques caractérisée par son bord tombant, à section triangulaire, annonçant le passage vers les Dressel 1A (fig. 6, n° 10). Ses attestations sporadiques dans les épaves et les sites terrestres remontent surtout à 175-150 av. J.-C. 26 Il convient également de souligner l’apparition des conteneurs italiques de la seconde moitié du ii e s. av. J.-C., en l’occurrence celles de type Dressel 1A, essentiellement de production campanienne (fig. 6, n os 11 et 12).

  • 27 Lancel 1987, p. 103-104, pl. 2.
  • 28 Vegas 1999, p. 210.
  • 29 Vegas 1999, p. 197-198.

19Outre les amphores, ce dépotoir contient une vaisselle de table et de cuisine. La répartition du matériel fait immédiatement apparaître une prédominance des céramiques communes (29 %). Il s’agit essentiellement de plats de large diamètre – situé entre 30 et 40 cm – dont le bord présente différents profils. Certains sont analogues aux plats de types 131 (fig. 7, n os 13 à 15) et 141 de S. Lancel (fig. 7, n° 16) que l’on rencontre fréquemment à Carthage dans les niveaux de 146 av. J.-C. 27 Ces plats achromes sont réalisés avec une argile généralement épurée, de couleur beige à rosâtre. À cette catégorie appartiennent aussi les opercules de type 81 de M. Vegas qui abondent au cours de la même période et un peu après (fig. 7, n° 22) 28. Quant à la céramique de cuisine, elle représente 11 % du matériel identifié ; son répertoire de formes ne varie guère de celui attesté à Carthage, surtout dans les niveaux puniques tardifs de la fin du iii e jusqu’au milieu du ii e s. av. J.-C. Il s’agit en effet des marmites de type 68.3 et 69 de M. Vegas (fig. 7, n os 17 à 20) associées à des couvercles de type 70 de M. Vegas (fig. 7, n° 21) 29.

20La céramique à vernis noir ne constitue en revanche que 5 % de cet ensemble. Outre les formes résiduelles, la plupart des vases attestés est de productions en campanienne A et B. C’est le cas du plat en campanienne A récente de type F.2250/2280 de J.-P. Morel (fig. 7, n° 23), ou du bol F.2323 de J.-P. Morel en campanienne B (fig. 7, n° 24), fréquents tous les deux au cours de la seconde moitié du ii e s. av. J.-C.

21En tout état de cause, l’étude de ce contexte montre la place prépondérante qu’occupent les amphores dans la production de céramique locale à Utique (tableau 1). Celles puniques et de tradition punique constituent le lot majoritaire attesté dans ce dépotoir (91 % des amphores identifiées), alors que les exemplaires importés sont largement inférieurs et ne dépassent pas 9 %. Bien que l’analyse de tout le matériel céramique ne soit pas encore achevée, il est possible de noter que l’apparition des formes importées, comme les amphores Dressel 1A ou les vases en campanienne A récente et B, autorise pour le moment à situer cet ensemble vers la seconde moitié du ii e s. av. J.-C.

22Toutefois, il convient de souligner que la fouille n’a pas démontré l’existence d’un lien direct entre ce dépotoir et le four. Cela ne doit pas empêcher, à notre avis, de considérer que ces deux structures attestent, par leur matériel semblable et par les ratés de cuisson trouvés dans l’une comme dans l’autre, de la présence d’une production céramique locale.

Fig. 6 : Utique. Dépotoir. Amphores puniques, n os 1 à 3 : T.5.2.3.2 ; n° 4 : T.5.2.3.1 ; n os 5-6 : T.7.4.2.1 ; n os 7-8 : T.7.4.3.1. Amphore gréco-italique, n° 9. Amphore gréco-italique récente, n° 10. Amphores Dressel 1A, n os 11-12

Fig. 6 : Utique. Dépotoir. Amphores puniques, n             os             1 à 3 : T.5.2.3.2 ; n° 4 : T.5.2.3.1 ; n             os             5-6 : T.7.4.2.1 ; n             os              7-8 : T.7.4.3.1. Amphore gréco-italique, n° 9. Amphore gréco-italique récente, n° 10. Amphores Dressel 1A, n             os              11-12

Catalogue (fig. 6)
1. Fragment de bord d’amphore T-5.2.3.2 ; diam. du bord 9 cm ; pâte compacte, rouge clair, épurée, avec de petites particules blanches ; surface rose (inv. UT.16.VII.1043.2) (lame mince 12035, cf. Tableau 2 et fig. 9).
2. Fragment de bord d’amphore T-5.2.3.2 ; diam. du bord 10 cm ; pâte rose avec des inclusions de quartz ; surface rose à blanchâtre (inv. UT.16.VII.1043.15) (lame mince 12036, cf. Tableau 2).
3. Fragment de bord d’amphore T-5.2.3.2 ; diam. du bord 10 cm ; pâte compacte, rouge, épurée, avec peu d’inclusions blanches ; surface rougeâtre (inv. UT.16.VII.1043.1) (lame mince 12037, cf. Tableau 2 et fig. 9).
4. Fragment de bord d’amphore T-5.2.3.1 ; diam. du bord 12 cm ; pâte compacte, rouge, épurée, avec des particules fines de quartz ; surface rouge (inv. UT.16.VII.1043.7).
5. Fragment de bord d’amphore T-7.4.2.1 ; diam. du bord 26 cm ; pâte rouge avec des inclusions de quartz et des particules jaunâtres (inv. UT.16.VII.1043.70) (lame mince 12033, cf. Tableau 2 et fig. 9).
6. Fragment de bord d’amphore T-7.4.2.1 ; diam. du bord 24 cm ; pâte compacte, rouge, avec du quartz (inv. UT.16.VII.1043.85) (lame mince 12034, cf. Tableau 2 et fig. 9).
7. Fragment de bord d’amphore T-7.4.3.1 ; diam. du bord 26 cm ; pâte compacte, rougeâtre, avec des inclusions jaunâtres ; surface blanchâtre (inv. UT.16.VII.1043.9).
8. Fragment de bord d’amphore T-7.4.3.1 ; diam. du bord 23 cm ; pâte rouge avec des inclusions blanches ; surface blanchâtre (inv. UT.16.VII.1043.19).
9. Fragment de bord d’amphore gréco-italique ; diam. du bord 20 cm ; pâte rouge avec de fines particules jaunâtres ; surface crème (inv. UT.16.VII.1043.200).
10. Fragment de bord d’amphore gréco-italique récente ; diam. du bord 16 cm ; pâte compacte, rose et épurée ; surface rosâtre (inv. UT.16.VII.1043.201).
11. Fragment de bord d’amphore Dressel 1A ; diam. du bord 15,2 cm ; pâte rouge-brun avec des inclusions noires ; surface jaunâtre (inv. UT.16.VII.1043.202).
12. Fragment de bord d’amphore Dressel 1A ; diam. du bord 14 cm ; pâte rougeâtre avec de petites particules noires et blanches ; surface rose (inv. UT.16.VII.1043.203).

Source : I. Ben Jerbania.

Fig. 7 : Utique. Dépotoir. Céramiques communes, n os 13 à 16 et n° 22. Céramiques culinaires, n os 17 à 21. Céramiques à vernis noir, n os 23-24

Fig. 7 : Utique. Dépotoir. Céramiques communes, n             os              13 à 16 et n° 22. Céramiques culinaires, n             os              17 à 21. Céramiques à vernis noir, n             os              23-24

Catalogue (fig. 7)
13 : Fragment de bord de mortier ; diam. du bord 44 cm ; pâte rosâtre avec du quartz ; surface blanchâtre (inv. UT.16.VII.1043.207).
14. Fragment de bord de mortier ; diam. du bord 40,6 cm ; pâte compacte, rosâtre, avec du quartz ; surface blanchâtre (inv. UT.16.VII.1043.208).
15. Fragment de bord de mortier ; diam. du bord 39 cm ; pâte rose avec du quartz ; surface verdâtre à blanchâtre (inv. UT.16.VII.1043.209).
16. Fragment de bord de mortier ; diam. du bord 24 cm ; pâte avec du quartz et des vacuoles, rose au cœur et verdâtre en surface ; surface externe blanchâtre (inv. UT.16.VII.1043.210).
17. Fragment de bord de marmite ; diam. du bord 42 cm ; pâte rougeâtre avec des inclusions jaunâtres et du quartz ; surface grise (inv. UT.16.VII.1043.211).
18. Fragment de bord de marmite ; diam. du bord 42 cm ; pâte rouge avec des particules blanches et du quartz ; surface grise (inv. UT.16.VII.1043.212).
19. Fragment de bord de marmite ; diam. du bord 18 cm ; pâte rouge avec des inclusions blanches et du quartz ; surface brune à grisâtre (inv. UT.16.VII.1043.213).
20. Fragment de bord de marmite ; diam. du bord 26 cm ; pâte rouge avec des inclusions blanches ; surface grise (inv. UT.16.VII.1043.214).
21. Fragment d’opercule ; diam. 15,1 cm ; pâte rouge avec du quartz et des particules jaunâtres ; surface rouge (inv. UT.16.VII.1043.215).
22. Fragment d’opercule ; diam. 10,4 cm ; pâte verdâtre à blanchâtre avec des particules rougeâtres et du quartz ; surface verdâtre (inv. UT.16.VII.1043.216).
23. Fragment de bord de plat de forme 2250/2280 de J.-P. Morel ; diam. du bord 23 cm ; pâte rouge ; vernis noir mat et à reflets métalliques ; campanienne A (inv. UT.16.VII.1043.217).
24. Fragment de pied de bol de forme 2323 de J.-P. Morel ; diam. du pied 10 cm ; pâte brun-clair avec de fines inclusions blanches et des petites particules brillantes ; vernis noir lisse ; campanienne B (inv. UT.16.VII.1043.218).

Source : I. Ben Jerbania.

Vers une connaissance accrue de l’origine des amphores africaines anciennes : l’apport de la nouvelle découverte à Utique

  • 30 Pour les dénominations « Tripolitaine I ancienne » et « Tripolitaine ancienne », cf. respectivemen (...)
  • 31 Pascual Berlanga, Ribera i Lacomba 2002.
  • 32 Contino 2012.
  • 33 Ben Jerbania 2013.
  • 34 Capelli, Contino 2013.

23Depuis son identification, l’amphore ovoïde, qui fut dénommée tout d’abord « Tripolitaine I ancienne », puis tout simplement « Tripolitaine ancienne », n’a pas cessé de susciter des questions sur sa provenance et sa datation 30. Au cours de ces dernières années, des progrès déterminants ont été faits : d’abord, dans l’étude typologique et la définition de l’aire de diffusion 31 ; puis dans la distinction entre cette forme et celle de type Dressel 26, avec laquelle elle présente des similitudes dans le profil du corps et du bord 32. Enfin, plus récemment, dans la détermination de son origine, qu’il ne faut plus rechercher en Tripolitaine, mais plutôt dans la partie nord-est de la Tunisie septentrionale 33. Il en résulte donc la nouvelle dénomination d’amphore « Africaine ancienne » 34.

  • 35 Pascual Berlanga, Ribera i Lacomba 2002.
  • 36 Cf., en dernier lieu, Contino, Capelli (à paraître).
  • 37 À Carthage, deux fragments proviennent du niveau de destruction de la cité en 146 av. J.-C. : cf. (...)
  • 38 Principal 2013, p. 348-349.
  • 39 Ribera i Lacomba, Marín Jorda 2003, p. 292.
  • 40 Dans une étude récente, A. Contino et C. Capelli (à paraître) ont analysé la datation des contexte (...)
  • 41 Ce transfert des anses sur le col touchera par la suite, sous l’effet de la romanisation selon S. (...)
  • 42 Pour le dépôt de la Longarina à Ostie, cf. Hesnard 1980. Pour l’épave de Cap Camarat 2, cf. Liou, (...)

24La question de la production et de la diffusion de ces amphores dans les différents contextes de l’aire occidentale de la Méditerranée a déjà fait l’objet d’une étude réalisée par G. Pascual et A. Ribera 35. Selon ces auteurs, ces formes, classées parmi les conteneurs ovoïdes tardo-républicains, sont produites en Tripolitaine. Cependant, les études récentes ont montré l’absence d’ateliers dans cette aire et ont confirmé la compatibilité de la pâte des exemplaires analysés avec une origine africaine 36. Au sujet de la datation haute assignée au début de la production de ce type, il faut noter que les amphores de Carthage et d’Alorda Park sont problématiques 37. Leur apparition dans les niveaux de la première moitié du ii e s. av. J.-C. ne trouve pas pour le moment de parallèle assuré dans les autres sites occidentaux ou à Utique. La prolifération de ce type ovoïde débute après 146 av. J.-C., comme en témoignent les exemplaires mis au jour dans les sites de Numance 38 et Valentia 39 ; l’analyse de ces derniers contextes leurs confère une date située entre 140 et 120 av. J.-C. 40 C’est peut être à ce moment que l’on peut situer l’adoption du modèle gréco-romain des anses attachées sur le col, ce qui marque un changement par rapport aux types puniques habituels où domine l’amphore de forme cylindrique de la catégorie T-7 de Ramon 41. La continuité, voir même l’intensification, de la production de ces amphores au cours du i er s. av. J-C. a été étayée par les données de plusieurs sites terrestres et sous-marins. Dans ce sens, le dépôt de la Longarina à Ostie et l’épave de Cap Camarat 2 offrent une datation précise, que l’on situe à l’époque augustéenne pour le premier contexte, et vers le milieu du i er s. av. J.-C. pour le second 42.

  • 43 Il s’agit d’un blanchiment qui pourrait être dû à l’usage d’eau salée.

25Si l’on se tourne maintenant vers le dépotoir d’Utique, nous constatons que plusieurs tessons d’anse, de bord et de pied sont facilement classés dans le type « Africaine ancienne » (fig. 8). Les bords sont courts, à section triangulaire, et la face externe est souvent concave. La face interne présente en revanche un profil légèrement convexe, continu ou parfois doté d’un très léger gradin. Les anses sont courtes, posées sur le col concave ou tronconique et sur l’épaulement. Le fond est en forme de bouton pourvu dans la plupart des cas d’un bourrelet en anneau. Le décor et les marques sont timidement attestés et se limitent à quelques cercles incisés sur le fond ou parfois sur le col (fig. 8, n° 34). De par leurs caractéristiques physiques, ces amphores semblent constituer une même famille ou groupe. Elles présentent toutes des inclusions de dimension moyenne, formées surtout de quartz anguleux ou rarement arrondi et peu de calcaire. La couleur de la pâte varie du rose au rouge clair, alors que la surface est crème ou parfois blanchâtre 43.

  • 44 Capelli, Piazza 2013, p. 194-195.
  • 45 Capelli, Piazza 2013, p. 194-195.
  • 46 Contino, Capelli 2016.

26En revanche, dans les échantillons provenant du dépotoir de Mnihla, la variabilité de la pâte est évidente, ce qui a permis de penser qu’une partie des amphores est attribuable à d’autres ateliers 44. Toutefois, l’étude archéométrique a montré la corrélation de cette pâte avec la production tunisienne de l’aire septentrionale 45. Cette différence d’argiles caractérise également d’autres amphores africaines précoces et pourrait être liée non seulement à la diversité des ateliers, mais aussi à l’hétérogénéité des choix et du travail de la matière première, ainsi que des techniques de cuisson 46.

27Il s’avère donc important de souligner l’aspect homogène de la pâte des exemplaires d’Utique qui confirmerait le caractère local de la production.

  • 47 Pour l’exemplaire de Carthage Byrsa : cf. Lancel 1982, p. 127, fig. 161. Quant à la variante la pl (...)
  • 48 Asensio 1996, p. 45, fig. 6, n° 89.

28En ce qui concerne la forme, il semble difficile, sur la base de la documentation actuelle, de tracer l’évolution typo-chronologique qu’a connue ce type amphorique. La documentation, disparate, fait apparaître une diversité des formes de bord, alors que sur le plan chronologique elle permet d’accorder à ces amphores une fourchette large, située entre le milieu du ii e s. av. J.-C. et le i er s. apr. J.-C. Sur les exemplaires uticéens, nous pouvons observer une concavité constante de la face externe du bord à section triangulaire, qui est parfois doté d’une lèvre tombante comportant, à sa base, une gorge, à l’instar de certains bords d’amphores puniques. Ils rappellent, dans ce cas, l’exemplaire trouvé dans le secteur de Byrsa à Carthage, ainsi que la variante la plus ancienne attestée à Lattes 47. Un rapprochement avec l’amphore Africaine ancienne du niveau IIIb d’Alorda Park est aussi à souligner 48.

  • 49 Contino, Capelli 2016, p. 543. Les études archéométriques ont montré que ces fam (...)
  • 50 Contino 2012, p. 1480.
  • 51 Les bords AP1.1, AP1.2 et AP1.3 présentent une section triangulaire ou sub-rectangulaire ; leur di (...)

29Sur la base de la forme du bord, A. Contino et C. Capelli ont pu classer les amphores du Nuovo Mercato Testaccio (NMT) dans trois groupes différents (AP1.1, AP1.2 et AP1.3), qui correspondent du point de vue pétrographique à trois familles (A, B et C) 49. Les bords recueillis à Utique s’insèrent dans la variante à section triangulaire ; ils sont plus proches de la forme AAfr8.1 d’A Contino qui présente une concavité claire sur la face externe du bord 50. Quant aux groupes AP1.1, AP1.2 et AP1.3 définis par A. Contino et C. Capelli, ils présentent surtout des bords à face externe rectiligne 51.

30En tout état de cause, à ce stade préliminaire de l’étude de ce nouveau contexte d’Utique, nous observons pour la première fois une homogénéité pétrographique et morphologique sur ce groupe de bords à section triangulaire et à face externe concave. Les analyses en lame mince au microscope polarisant effectuées par C. Capelli montrent que les échantillons des amphores Africaines anciennes appartiennent à un seul groupe caractérisé par une pâte homogène. Elles confirment ainsi le caractère local de la production de ces amphores, contrairement à celles puniques de types Maña C et D, issues du même contexte, et dont les pâtes sont variées.

Fig. 8 : Utique. Dépotoir. Amphores africaines anciennes

Fig. 8 : Utique. Dépotoir. Amphores africaines anciennes

Catalogue (fig. 8)
25. Fragment de bord d’amphore Africaine ancienne ; diam. du bord 16 cm ; pâte rouge clair, compacte, avec de fines particules de quartz ; surface rose (inv. UT.16.VII.1043.97) (lame mince 12026, cf. Tableau 2 et fig. 9).
26. Fragment de bord d’amphore Africaine ancienne ; diam. du bord 15 cm ; pâte rouge clair avec des particules de quartz ; surface beige (inv. UT.16.VII.1043.92) (lame mince 12027, cf. Tableau 2).
27. Fragment de bord d’amphore Africaine ancienne ; diam. du bord 14 cm ; pâte rougeâtre, compacte, avec du quartz ; surface rosâtre (inv. UT.16.VII.1043.89) (lame mince 12028, cf. Tableau 2 et fig. 9).
28. Fragment de bord d’amphore Africaine ancienne ; diam. du bord 13 cm ; pâte compacte, rouge clair, épurée, avec des petites particules de quartz ; surface rose (inv. UT.16.VII.1043.87) (lame mince 12029, cf. Tableau 2 et fig. 9).
29. Fragment de bord d’amphore Africaine ancienne ; diam. du bord 16 cm ; pâte compacte, rouge, avec des particules de quartz et de fines inclusions jaunâtres ; surface blanchâtre (inv. UT.16.VII.1043.98) (lame mince 12030, cf. Tableau 2).
30. Fragment de bord d’amphore Africaine ancienne ; diam. du bord 14 cm ; pâte compacte, rouge, avec peu de particules jaunes ; surface rougeâtre (inv. UT.16.VII.1043.93) (lame mince 12031, cf. Tableau 2).
31. Fragment de bord d’amphore Africaine ancienne ; diam. du bord 15 cm ; pâte compacte, rouge au cœur et verdâtre en surface, avec du quartz et des petites particules blanches ; surface externe rosâtre (inv. UT.16.VII.1043.88) (lame mince 12032, cf. Tableau 2 et fig. 9).
32. Fragment de bord d’amphore Africaine ancienne ; diam. du bord 15,6 cm ; pâte compacte, rouge, avec du quartz et de fines particules jaunâtres ; surface blanchâtre
(inv. UT.16.VII.1043.206).
33. Fragment de bord d’amphore Africaine ancienne ; diam. du bord 15 cm ; pâte verdâtre avec du quartz ; surface verdâtre (inv. UT.16.VII.1043.24).
34. Pied d’amphore Africaine ancienne ; pâte brun-clair avec du quartz ; surface blanchâtre ; décor de cercles incisés (inv. UT.16 VII.1043.90).
35. Fragment de pied d’amphore Africaine ancienne ; pâte rosâtre avec peu de quartz ; surface de même couleur (inv. UT.16.VII.1043.91).

Source : I. Ben Jerbania.

Conclusion

31Cette nouvelle découverte à Utique d’un four et d’un dépotoir de céramiques, ayant tous les deux livré des amphores de type Africaine ancienne, est significative. Elle confirme tout d’abord le caractère local de la production de ces conteneurs qui présentent une homogénéité à la fois morphologique et pétrographique : il s’agit en effet d’un nouveau groupe d’amphores dont la pâte et la forme des bords sont différentes de celles qui caractérisent les exemplaires mis au jour dans le dépotoir de Mnihla près de Tunis. Cela ne peut être, comme on l’a déjà supposé, que synonyme d’une diversité de production dans cette aire du nord-est tunisien. Ensuite, l’apparition de ces amphores à Utique, dans un contexte du milieu du ii e s. av. J.-C. ou peu après, autorise à ne pas négliger le caractère punique de cette production, qui a peut-être vu le jour avant la destruction de Carthage. Elle témoigne de la précocité du processus de romanisation de ces amphores à travers le déplacement des anses sur le col.

  • 52 Cf., en dernier lieu, Capelli, Contino 2013, p. 206-207.
  • 53 App. , Hann., VIII, 135.
  • 54 D.S., XX, 54.
  • 55 Caes., Ciu., II, 37.
  • 56 L’étude de ces fours et de leur production amphorique est en cours de réalisation par nous-mêmes.

32D’un autre côté, il convient de s’interroger sur le lien que l’on pourrait établir entre le conteneur et le contenu. Malgré l’absence des données épigraphiques et iconographiques, toutes les études ont jusqu’ici favorisé l’huile d’olive comme principal produit transporté dans ces amphores 52. Ainsi, est-il possible d’envisager que ces amphores Africaines anciennes soient la marque de cette huile africaine, diffusées en Occident à côté des amphores italiques (notamment les Dressel 1) transportant le vin d’Italie ? Peut-on considérer que ces nouvelles formes ovoïdes, avec des anses rattachées sur le col, à l’instar des amphores italiques, constituent un nouveau modèle de conteneurs destinés au commerce de ce produit agricole ? Pour le moment, l’absence de données que pourraient livrer l’épigraphie et les analyses physico-chimiques n’autorise pas à se prononcer sur la question. Toutefois, il ne faut pas oublier qu’Utique, première cité phénicienne de Tunisie, disposait certainement, depuis son origine, d’un hinterland riche facilement accessible par la vallée de Medjerda. Après 146 av. J.-C., son territoire devient plus étendu, à tel point qu’Appien le situe entre Carthage et Hippo Regius 53. De certains récits littéraires évoquant les évènements qu’ont connus Utique et sa région, nous pouvons tirer quelques informations relatives à cette richesse. Diodore de Sicile, par exemple, fait allusion aux citoyens d’Utique qui possédaient des propriétés dans la campagne 54. Dans le passage du De bello civili concernant le siège de cette cité par Curion 55, la description du paysage environnant montre la richesse de l’agriculture. Ces témoignages commencent à trouver aujourd’hui une confirmation sur le terrain grâce aux découvertes archéologiques récentes. Dans ce sens, la mise au jour d’une série de fours à amphores à El Besbassya, dans l’arrière-pays immédiat d’Utique, est significative. Elle montre que la production in situ, à 18 km d’Utique, des amphores puniques cylindriques de type T-5.2.3.1 de J. Ramon datées de la fin du iii e s. av. J.-C. n’est en rapport qu’avec la commercialisation des produits agricoles largement disponibles dans cette région 56.

  • 57 Bonifay 2007.

33Quoi qu’il en soit, le net progrès réalisé depuis quelques années dans la connaissance de ce type d’amphore « Africaine ancienne » en particulier, et des premières amphores romaines d’Afrique en général, ouvre de nouvelles perspectives de recherche que nous souhaitons aborder dans un futur proche. D’abord, la prospection dans la région d’Utique s’avère nécessaire pour l’identification des aires productives, comme celles déjà repérées à El Besbassya ou à El Mnihla. Ensuite, multiplier les analyses pétrographiques afin de caractériser les différentes productions et voir leur rapport avec la typologie. Toutefois, le lien entre le conteneur et le contenu demeure un point sur lequel nous sommes très peu renseignés. M. Bonifay, sur la base de la typologie, des tituli picti, mais aussi des analyses scientifiques, a démontré que certaines amphores africaines étaient consacrées à l’huile et d’autres non 57. Mais, pour ce qui concerne les amphores Africaines anciennes, il ne s’agit pour le moment que d’hypothèses que l’on a présentées ici avec beaucoup de précaution.

Haut de page

Bibliographie

Anderson W.P. 1987, « The Kilns and Workshops of Sarepta (Sarfand, Lebanon) : Remnants of Phoenician Ceramic Industry », Berytus XXXV, p. 41-66.

Asensio D. 1996, « Les àmfores d’importació de la ciutadella ibèrica d’Alorda Park o Les Toixoneres (Catafell, Baix Penedès, Tarragona) », Revista d’Arqueologia de Ponent 6, p. 35-74.

Aubet M.E. et alii 1999, Aubet M.E., Carmona P., Curia E., Delgado A., Fernández A., Párraga M., Cerro del Villar, I. El asentamiento fenicio en la desembocadura del Guadalhorce y su interacción con el hinterland, Sevilla (Arqueología. Serie Monografías. Memorias 5).

Baldassari R., Fontana S. 2002, « Anfore a Pantelleria : appunti per una storia economica dell’isola nell’antichità », dans L’Africa romana XIV, Roma, p. 953-989.

Ben Jerbania I. 2013, « Observations sur les amphores de tradition punique d’après une nouvelle découverte près de Tunis », AntAfr 49, p. 179-192.

Benoit F. 1961, L’épave du Grand Congloué à Marseille, Paris (Gallia, Suppl. 14).

Bonifay M. 2007, « Que transportaient donc les amphores africaines ? », dans E. Papi (éd.), Supplying Rome and the Empire : The Proceedings of an International Seminar held at Siena-Certosa di Pontignano on May 2-4 2004, on Rome, the Provinces, Production, and Distribution, Portsmouth (JRA, Suppl. 69), p. 8-31.

Bonifay M. 2016, « Éléments de typologie des céramiques de l’Afrique romaine », dans D. Malfitana, M. Bonifay (éd.), La céramique africaine dans la Sicile romaine, Catania (Monografie dell’Istituto per i Beni Archeologici e Monumentali, C.N.R., 12), p. 507-573.

Bridoux V. 2014, « Numidia and the Punic World », dans J. Qrawley Quinn, N.C. Vella (éd.), The Punic Mediterranean. Identities and Identification from Phoenician Settlement to Roman Rule, Cambridge (British School at Rome Studies), p. 181-201.

Capelli C., Bonifay M. 2016, « Archeologia e archeometria delle anfore dell’Africa romana. Nuovi dati e problemi aperti », dans A. Ferrandes, G. Pardini (éd.), Le regole del gioco. Tracce Archeologi Racconti. Studi in onore di Clementina Panella. Roma, p. 535-557.

Capelli C., Contino A. 2013, « Amphores tripolitaines anciennes ou amphores africaines anciennes ? », AntAfr 49, p. 199-208.

Capelli C., Piazza M. 2013, « Analyse en microscopie optique d’amphores de type Maña C et “Tripolitaine ancienne” provenant du dépotoir de Mnihla », AntAfr 49, p. 193-197.

Céramiques hellénistiques et romaines 1987, P. Lévêque, J.-P. Morel (éd.), Céramiques hellénistiques et romaines, II, Paris (Annales littéraires de l’Université de Besançon 70 ; Centre de recherches d’histoire ancienne 331).

Cibecchini F., Capelli C. 2013, « Nuovi dati archeologici e archeometrici sulle anfore grecoitaliche : i relitti di III secolo del Mediterraneo occidentale e la possibilità di una nuova classificazione », dans F. Olmer (éd.), Itinéraires des vins romains en Gaule, III e -I er siècles avant J.-C., Confrontation de faciès. Actes du colloque européen organisé par l’UMR 5140 du CNRS, Lattes, 30 janvier-2 février 2007, Lattes (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, h.s. 5), p. 423-451.

Contino A. 2012, « Tripolitana Antica e Dressel 26 a Roma. Il caso del Nuovo Mercato Testaccio. Dati preliminari », dans L’Africa romana XIX, Roma, p. 1471-1487.

Contino A. 2015, Anfore africane tardorepubblicane e primoimperiali dal Nuovo Mercato di Testaccio a Roma (Tipo-cronologia, ipotesi di provenienza e diffusione nel Mediterraneo), Thèse de Doctorat, Aix-Marseille Université - Università Cattolica di Milano, inédite.

Contino A., Capelli C. 2016, « Nuovi dati archeologici e archeometrici sulle anfore africane tardorepubblicane e primo imperiali : rinvenimenti da Roma (Nuovo Mercato Testaccio) e contesti di confronto », dans R. Járrega, P. Berni (éd.), Amphorae ex Hispania : paisajes de producción y consumo, Tarragona (Monografías Ex Officina Hispana III), p. 538-556.

Contino A., Capelli C., sous presse, « Anfore ovoidi tardo repubblicane e primo imperiali di produzione africana », dans A Family Business… The Ovoid Amphorae in the Central and Western Mediterranean between the Last Two Centuries of the Republic and the Early Days of the Roman Empire, International Workshop, Sevilla/San Fernando, 10-11 dec. 2015, (SPAL).

Delcroix G., Huot J.-L. 1972, « Les fours dits “de potier” dans l’Orient ancien », Syria 49, p. 35-95.

Delile H. et alii 2015, Delile H., Abichou A., Gadhoum A., Goiran J.-Ph., Pleuger E., Monchambert J.-Y., Wilson A., Fentress E., Quinn J., Ben Jerbania I., Ghozzi F., « The Geoarchaeology of Utica, Tunisia : The Paleogeography of the Mejerda Delta and Hypotheses concerning the Location of the Ancient Harbor », Geoarchaeology : An International Journal 30, p. 291-306.

Djaoui D., Garnier N., Capelli C. 2016, « Transport en amphores de produits rares à Arles entre 70 et 100 apr. J.-C. : le cas du lomentum », dans Actes du congrès de la SFECAG, Autun, 5-8 mai 2015, La céramique en contexte funéraire, Approches multiples, Marseille (Actes des congrès de la SFECAG), p. 677-684.

Empereur J.-Y., Hesnard A. 1987, « Les amphores hellénistiques », dans Céramiques hellénistiques et romaines 1987, p. 9-71.

Falsone G. 1981, Struttura e origine orientale dei forni da vasaio di Mozia, Palermo (Studi Monografici 1).

Fantar M.H. 1986, Kerkouane. Cité punique du Cap Bon (Tunisie), III, Tunis.

Gauckler P. 1915, Nécropoles puniques de Carthage, Deuxième partie. Études diverses, Paris.

Hesnard A. 1980, « Un dépôt augustéen d’amphores à la Longarina (Ostie) », dans J.H. D’Arms, E.C. Kopff (éd.), The Seaborne Commerce of Ancient Rome, Roma (Memoirs of the American Academy in Rome XXXVI), p. 141-156.

Karthago III, 1999, Rakob F. (éd.), Karthago III. Die deutschen Ausgrabungen in Karthago, Gebundene Ausgabe, Mainz (Karthago 3).

Lancel S. 1982, « L’îlot E », dans S. Lancel (dir.), Byrsa, II. Rapports préliminaires sur les fouilles 1977-1978 : les niveaux et vestiges puniques, Rome (CÉFR 41), p. 105-141.

Lancel S. 1987, « La céramique punique d’époque hellénistique », dans P. Lévêque, J.-P. Morel (éd.), Céramiques hellénistiques et romaines 1987, p. 99-137.

Liou B., Pomey P. 1985, « Informations archéologiques. Direction des recherches archéologiques sous-marines », Gallia 43, p. 547-576.

Martin-Kilcher S. 1999, « Karthago 1993. Die Füllung eines frühkaiserzeitlichen Pozzo », dans Karthago III, 1999, p. 403-434.

Moulard J. 1926, « Fouilles à Utique en 1925 », BCTH, p. 225-235.

Pascual Berlanga G., Ribera i Lacomba A. 2002, « Las ánforas tripolitanas antiguas en el contexto del Occidente Mediterráneo. Un contenedor poco conocido de la época republicana », dans L. Rivet, M. Sciallano (éd.), Vivre, produire et échanger : reflets méditerranéens. Mélanges offerts à Bernard Liou, Montagnac (Archéologie et Histoire Romaine 8), p. 303-317.

Principal J. 2013, « Cuando Arqueología e Historia se dan la mano : Cartago y Numancia, dos buenos referentes », dans A. Ribera i Lacomba (éd.), Manual de cerámica romana. Del mundo Helenístico al Imperio Romano, Madrid (Cursos de formación permanente para arqueólogos), p. 331-356.

Py M., Adroher Auroux A.M., Sanchez C. 2001, Dicocer 2. Corpus des céramiques de l’âge du Fer de Lattes (fouilles 1963‑1999), Lattes (Lattara 14).

Ramon Torres J. 1995, Las ánforas fenicio púnicas del Mediterráneo central y occidental, Barcelona (coll. Instrumenta 2).

Ramon Torres J. et alii 2007, Ramon Torres J., Sáez Espligares A., Sáez Romero A.M., Muñoz Vicente Á., El taller alfarero tardoarcaico de Camposoto (San Fernando, Cádiz), Sevilla (Monografías de Arqueología 26).

Ribera i Lacomba A., Marín Jordá C. 2003, « Las importaciones itálicas del nivel de fundación (138 a.C.) de la ciudad romana de Valentia », Rei Cretariae Romanae Fautorum Acta 38, p. 287-294.

Sáez Romero A.M. 2008, La producción cerámica en Gadir en época tardopúnica (siglos -III/-I), Oxford (BAR Int. S. 1812).

Sáez Romero A.M. 2013, « Talleres cerámicos en Gadir en época postcolonial ¿un modelo alfarero excepcional ? », dans D. Bernal, L.C. Juan, M. Bustamante, J.J. Díaz, A.M. Sáez (éd.), Hornos, talleres y focos de producción alfarera en Hispania. I Congreso Internacional de la SECAH Ex officina hispana (Cádiz) 3-4 de marzo de 2011, Cádiz (Monografías Ex officina hispana 1), p. 215-249.

Sáez Romero A.M., Montero Fernández R., Toboso Suárez E.J. 2004, « Un antecedente centro-mediterráneo al complejo alfarero púnico de Torre Alta (San Fernando, Cádiz) », dans Las industrias alfareras y conserveras fenicio-púnicas de la Bahía de Cádiz. XVI Encuentros de Historia y Arqueología, Córdoba, p. 201-236.

Sciallano M., Sibella P. 1991, Amphores : comment les identifier ?, Aix-en-Provence.

Stirling L. 2006, « Aspects of Punic and Roman Kiln Design in North Africa », dans L’Africa romana XVI, Roma, p. 2405-2416.

Vegas M. 1998, « Alfares arcaicos de Cartago », dans M. Vegas (éd.), Cartago Fenicio-púnica. Las excavaciones alemanas en Cartago, Barcelona (Cuadernos de arqueología mediterránea 4), p. 147-164.

Vegas M. 1999, « Phöniko-punische Keramik aus Karthago », dans Karthago III, 1999, p. 93-219.

Wilson A. et alii 2014, Wilson A., Felici C., Ferrito R., Johnson M., Lauritsen T., Noussa I., Souissi S., « Area IV : An Industrial Quarter on the Edge of Town », dans I. Ben Jerbania, E. Fentress, F. Ghozzi, A. Wilson, G. Carpentiero, Ch. Dhibi, J.A. Dufton, S. Hay, K. Jendoubi, E. Mariotti, G. Morley, T. Oueslati, N. Sheldrick, A. Zocchi, Excavations at Utica by the Tunisian-British Utica Project 2014, p. 23-27, (en ligne : https://www.academia.edu/12718443/Excavations_at_Utica_by_the_Tunisian-British_Utica_Project_2014).

Haut de page

Annexe

Analyses pétrographiques

Par Claudio Capelli

Treize échantillons représentatifs d’amphores Africaines anciennes, Maña C et Maña D, issues du dépotoir du four, ont été analysés en lames minces au microscope polarisant. La liste des pâtes examinées, avec leurs principales caractéristiques compositionnelles et techniques, est présentée dans le tableau 1.

Comme on peut noter dans le tableau, tous les échantillons d’amphores Africaines anciennes ont été attribués à un seul groupe (groupe 1), même si on souligne une discrète variabilité dans les pourcentages des inclusions, dans la température de cuisson et dans la couleur macroscopique (fig. 9, n os 25, 27, 31, 28). Les caractéristiques communes de ces pâtes sont :

  • une matrice argileuse assez riche en fer oxydé, avec une composante calcaire subordonnée (sauf pour le n° 7, où cette composante est apparemment dominante) ;
  • une matrice assez compacte, avec très peu de vacuoles planaires iso-orientées ;
  • des inclusions de dimensions moyennes (généralement < 0,3 mm, maximales : 0,5-0,8 mm), moyennement ou bien classées, composées essentiellement de quartz (anguleux à plus rarement arrondi/éolien), microfossiles subordonnés (foraminifères indéterminables et rares fragments de mollusques) et plus rares calcaires (micritiques et sparitiques), calcite, quartz poly-cristallin et feldspath. Dans quelques cas, la présence d’un dégraissant ajouté est très probable. Pour le n° 3, on note aussi une très forte concentration d’inclusions près du bord, probablement corrélable au séchage pré-cuisson de l’amphore, renversée sur une couche de sable.

Dans plusieurs cas, la couleur de la pâte vire au jaune près de la surface. Toutefois, cette caractéristique n’est probablement pas corrélable à l’utilisation d’eau de mer, ce qui donnerait une couleur plus blanchâtre, mais plutôt aux processus de cuisson de pâtes partiellement calcaires.

Les ressemblances entre les pâtes de ce groupe permettent de soutenir l’hypothèse, basée sur les observations archéologiques, que les amphores Africaines anciennes étaient effectivement produites dans le four découvert.

La comparaison avec ce nouveau matériel de référence a permis d’identifier la présence à Rome a et à Toulouse b de quelques exemplaires d’amphores Africaines anciennes d’Utique. Toutefois, sur la base des données disponibles actuellement, la diffusion de cette production semblerait être marginale par rapport à d’autres productions du même type, toujours localisables en Tunisie septentrionale essentiellement, et peut-être en Algérie, mais caractérisées par des pâtes plus ou moins différentes c.

Enfin, les nettes similitudes du nouveau groupe de référence avec la pâte (altérée) d’une petite amphore, contenant du lomentum, trouvée à Arles confirment sa provenance d’Utique, déjà supposée sur la base de données archéologiques et archéométriques intégrées d.

En revanche, les pâtes des amphores de type Maña C et D sont généralement distinctes de celles des amphores Africaines anciennes, et parfois très différentes entre elles (fig. 9, n os 1, 3, 5, 6).

Le groupe 2 (peu homogène) est caractérisé par une matrice assez ferrugineuse et pure, avec quelques bandes d’argile, plus ferrique ou plus calcaire, mal mélangées. Le dégraissant, très probablement ajouté, est abondant et assez fin pour le n° 3 (fig. 9) et moins abondant, moins bien classé et plus grossier pour le n° 1 (fig. 9).

Le groupe 3 (peu homogène) se distingue par une matrice principalement calcaire, assez pure. Le dégraissant, très probablement ajouté, est très abondant pour le n° 5 (fig. 9) et assez peu abondant pour le n° 11.

Même si la variabilité des pâtes et les différences avec le groupe 1 ne peuvent pas corréler ces dernières amphores à la production du four, quelques similitudes avec les amphores Africaines anciennes dans la composition et la granulométrie des inclusions ne permettent pas d’exclure la possibilité d’une origine locale ou régionale. On souligne, par ailleurs, les diversités avec les pâtes plus typiques de la Tunisie orientale, où la matrice pure et le dégraissant bien classé sont rares e.

Par contre, l’échantillon n° 6 (groupe 4), caractérisé par des inclusions fines abondantes et du rare quartz éolien grossier (fig. 9), est isolé et sa provenance est plus incertaine.

Fig. 9 : Utique. Dépotoir. Micro-photos de pâtes (Nx)

Fig. 9 : Utique. Dépotoir. Micro-photos de pâtes (Nx)

Source : C. Capelli.

Tabl. 2 : Utique. Dépotoir. Liste des échantillons étudiés, avec les principales caractéristiques compositionnelles et techniques des pâtes. B = distribution bimodale. (C. Capelli).

Tabl. 2 : Utique. Dépotoir. Liste des échantillons étudiés, avec les principales caractéristiques compositionnelles et techniques des pâtes. B = distribution bimodale. (C. Capelli).

Pour consulter le tableau 2 au format .docx, se reporter au document annexe « Tableau 2 »

Haut de page

Document annexe

  • Tableau 2 (application/vnd.openxmlformats-officedocument.wordprocessingml.document – 15k)
Haut de page

Notes

1 Deux dossiers ont paru dans les volumes d’Antiquités africaines de 2013 et 2015.

2 Ben Jerbania 2013 ; Capelli, Piazza 2013.

3 Ben Jerbania 2013.

4 Capelli, Piazza 2013.

5 Il s’agit en l’occurrence des projets de fouilles et de recherches archéologiques de coopération internationale menés à Utique depuis 2010. Le premier, tuniso-anglais (Institut National du Patrimoine et Université d’Oxford), est relatif à l’étude de la cité romaine. Un second projet de collaboration, tuniso-espagnole, entre l’Institut National du Patrimoine et le Centre des Études phéniciennes et puniques de Madrid, a pour objectif l’identification de la cité phénicienne et l’étude de son évolution urbaine à l’époque punique.

6 Il s’agit d’une fouille effectuée en juin 2016 avec la collaboration de Kaouhter Jendoubi doctorante en Histoire ancienne à l’Université de Tunis I.

7 Moulard 1926.

8 Moulard 1926.

9 Cf. Wilson et alii 2014, p. 23-27.

10 Delcroix, Huot 1972 ; Falsone 1981, p. 54-58.

11 Pour Motyé, cf. Falsone 1981, p. 27-42. Le prototype de ces fours se trouve dans les sites phéniciens comme Sarepta : cf. Anderson 1987, p. 42-48.

12 Ramon Torres et alii 2007, p. 107-111. Cf., en dernier lieu, Sáez Romero 2013, p. 225-228.

13 Aubet et alii 1999, p. 79-80.

14 À Carthage Dermech, une production locale de céramique archaïque de la fin du vii e s. av. J.-C. a été considérée par M. Vegas (1998) comme un indice probant de la présence d’un atelier.

15 Gauckler 1915, p. 512-516.

16 En 1991, une fouille de sauvetage effectuée par Fathi Chelbi et Taoufik Redissi a mis en évidence un four d’amphores de type T.5.2.3.1. Cette découverte demeure malheureusement inédite. Nous avons récemment entrepris des travaux dans ce même secteur du site d’El Besbassya afin de vérifier si d’autres fours sont encore présents. Ce travail, en cours de réalisation, nous a permis de reprendre l’étude du premier four à travers une nouvelle documentation et de révéler la présence d’un second atelier qui a hélas été en grande partie détruit par une pelle mécanique. Parmi les restes de la chambre de combustion de ce second four, se trouve un ensemble de fragments d’amphores, également de type T.5.2.3.1.

17 Fantar 1986, p. 519.

18 Fantar 1986, p. 519-524. Cf. aussi Sáez Romero, Montero Fernández, Toboso Suárez 2004, p. 207-213.

19 Sáez Romero 2008, p. 201-204.

20 Stirling 2006.

21 Delile et alii 2015.

22 Ramon Torres 1995, p. 209-211.

23 Bridoux 2014, p. 184.

24 Bridoux 2014, p. 184.

25 Baldassari, Fontana 2002, p. 961.

26 Pour cette variante des amphores gréco-italiques, cf. Benoit 1961. Voir aussi en dernier lieu Cibecchini, Capelli 2013, p. 443.

27 Lancel 1987, p. 103-104, pl. 2.

28 Vegas 1999, p. 210.

29 Vegas 1999, p. 197-198.

30 Pour les dénominations « Tripolitaine I ancienne » et « Tripolitaine ancienne », cf. respectivement Empereur, Hesnard 1987 et Sciallano, Sibella 1991.

31 Pascual Berlanga, Ribera i Lacomba 2002.

32 Contino 2012.

33 Ben Jerbania 2013.

34 Capelli, Contino 2013.

35 Pascual Berlanga, Ribera i Lacomba 2002.

36 Cf., en dernier lieu, Contino, Capelli (à paraître).

37 À Carthage, deux fragments proviennent du niveau de destruction de la cité en 146 av. J.-C. : cf. Lancel 1982, p. 127-128, fig. 161. Cette forme apparaît aussi dans la phase III d’Alorda Park datée du début du ii e s. av. J.-C. : cf. Asensio 1996, p. 45, fig. 6, n° 89.

38 Principal 2013, p. 348-349.

39 Ribera i Lacomba, Marín Jorda 2003, p. 292.

40 Dans une étude récente, A. Contino et C. Capelli (à paraître) ont analysé la datation des contextes méditerranéens ayant livré des amphores de type « Africaine ancienne ».

41 Ce transfert des anses sur le col touchera par la suite, sous l’effet de la romanisation selon S. Martin-Kilcher, les amphores néo-puniques de type Van der Werff 1 : cf. Martin-Kilcher 1999 et, en dernier lieu, Bonifay 2016, p. 511.

42 Pour le dépôt de la Longarina à Ostie, cf. Hesnard 1980. Pour l’épave de Cap Camarat 2, cf. Liou, Pomey 1985.

43 Il s’agit d’un blanchiment qui pourrait être dû à l’usage d’eau salée.

44 Capelli, Piazza 2013, p. 194-195.

45 Capelli, Piazza 2013, p. 194-195.

46 Contino, Capelli 2016.

47 Pour l’exemplaire de Carthage Byrsa : cf. Lancel 1982, p. 127, fig. 161. Quant à la variante la plus ancienne de Lattes : cf. Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001, p. 253.

48 Asensio 1996, p. 45, fig. 6, n° 89.

49 Contino, Capelli 2016, p. 543. Les études archéométriques ont montré que ces familles présentent des rapports évidents avec les pâtes d’autres amphores africaines précoces, comme les Dressel 26 ou les Ostia LIX. Bien qu’elles soient encore préliminaires, ces études ont permis d’attribuer à la Tunisie septentrionale la production des conteneurs appartenant à ces classes : cf. Contino, Capelli 2016, p. 551-554.

50 Contino 2012, p. 1480.

51 Les bords AP1.1, AP1.2 et AP1.3 présentent une section triangulaire ou sub-rectangulaire ; leur diamètre ne dépasse toutefois pas 13 cm : cf. Contino, Capelli 2016, p. 543 et fig. 5. Sur les exemplaires du dépotoir d’Utique, le diamètre est généralement situé entre 13 et 16 cm.

52 Cf., en dernier lieu, Capelli, Contino 2013, p. 206-207.

53 App. , Hann., VIII, 135.

54 D.S., XX, 54.

55 Caes., Ciu., II, 37.

56 L’étude de ces fours et de leur production amphorique est en cours de réalisation par nous-mêmes.

57 Bonifay 2007.

a Contino 2015.

b Cf. Benquet, Capelli, dans ce volume.

c Capelli, Contino 2013 ; Contino, Capelli 2016.

d Djaoui, Garnier, Capelli 2016.

e Capelli, Bonifay 2016.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Utique. Situation des fours
Crédits Source : I. Ben Jerbania.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/303/img-1.png
Fichier image/png, 2,9M
Titre Fig. 2 : Utique. Le four découvert en 2016
Crédits Cliché I. Ben Jerbania.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/303/img-2.png
Fichier image/png, 2,0M
Titre Fig. 3 : Utique. Plan du four et du dépotoir
Crédits Source : I. Ben Jerbania et K. Jendoubi.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/303/img-3.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Fig. 4 : Utique. Le dépotoir
Crédits Cliché I. Ben Jerbania.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/303/img-4.png
Fichier image/png, 4,5M
Titre Fig. 5 : Utique. Céramiques du dépotoir
Crédits Cliché I. Ben Jerbania.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/303/img-5.png
Fichier image/png, 4,9M
Titre Fig. 6 : Utique. Dépotoir. Amphores puniques, n os 1 à 3 : T.5.2.3.2 ; n° 4 : T.5.2.3.1 ; n os 5-6 : T.7.4.2.1 ; n os 7-8 : T.7.4.3.1. Amphore gréco-italique, n° 9. Amphore gréco-italique récente, n° 10. Amphores Dressel 1A, n os 11-12
Légende Catalogue (fig. 6) 1. Fragment de bord d’amphore T-5.2.3.2 ; diam. du bord 9 cm ; pâte compacte, rouge clair, épurée, avec de petites particules blanches ; surface rose (inv. UT.16.VII.1043.2) (lame mince 12035, cf. Tableau 2 et fig. 9). 2. Fragment de bord d’amphore T-5.2.3.2 ; diam. du bord 10 cm ; pâte rose avec des inclusions de quartz ; surface rose à blanchâtre (inv. UT.16.VII.1043.15) (lame mince 12036, cf. Tableau 2). 3. Fragment de bord d’amphore T-5.2.3.2 ; diam. du bord 10 cm ; pâte compacte, rouge, épurée, avec peu d’inclusions blanches ; surface rougeâtre (inv. UT.16.VII.1043.1) (lame mince 12037, cf. Tableau 2 et fig. 9). 4. Fragment de bord d’amphore T-5.2.3.1 ; diam. du bord 12 cm ; pâte compacte, rouge, épurée, avec des particules fines de quartz ; surface rouge (inv. UT.16.VII.1043.7). 5. Fragment de bord d’amphore T-7.4.2.1 ; diam. du bord 26 cm ; pâte rouge avec des inclusions de quartz et des particules jaunâtres (inv. UT.16.VII.1043.70) (lame mince 12033, cf. Tableau 2 et fig. 9). 6. Fragment de bord d’amphore T-7.4.2.1 ; diam. du bord 24 cm ; pâte compacte, rouge, avec du quartz (inv. UT.16.VII.1043.85) (lame mince 12034, cf. Tableau 2 et fig. 9). 7. Fragment de bord d’amphore T-7.4.3.1 ; diam. du bord 26 cm ; pâte compacte, rougeâtre, avec des inclusions jaunâtres ; surface blanchâtre (inv. UT.16.VII.1043.9). 8. Fragment de bord d’amphore T-7.4.3.1 ; diam. du bord 23 cm ; pâte rouge avec des inclusions blanches ; surface blanchâtre (inv. UT.16.VII.1043.19). 9. Fragment de bord d’amphore gréco-italique ; diam. du bord 20 cm ; pâte rouge avec de fines particules jaunâtres ; surface crème (inv. UT.16.VII.1043.200). 10. Fragment de bord d’amphore gréco-italique récente ; diam. du bord 16 cm ; pâte compacte, rose et épurée ; surface rosâtre (inv. UT.16.VII.1043.201). 11. Fragment de bord d’amphore Dressel 1A ; diam. du bord 15,2 cm ; pâte rouge-brun avec des inclusions noires ; surface jaunâtre (inv. UT.16.VII.1043.202). 12. Fragment de bord d’amphore Dressel 1A ; diam. du bord 14 cm ; pâte rougeâtre avec de petites particules noires et blanches ; surface rose (inv. UT.16.VII.1043.203).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/303/img-6.png
Fichier image/png, 29k
Titre Fig. 7 : Utique. Dépotoir. Céramiques communes, n os 13 à 16 et n° 22. Céramiques culinaires, n os 17 à 21. Céramiques à vernis noir, n os 23-24
Légende Catalogue (fig. 7) 13 : Fragment de bord de mortier ; diam. du bord 44 cm ; pâte rosâtre avec du quartz ; surface blanchâtre (inv. UT.16.VII.1043.207). 14. Fragment de bord de mortier ; diam. du bord 40,6 cm ; pâte compacte, rosâtre, avec du quartz ; surface blanchâtre (inv. UT.16.VII.1043.208). 15. Fragment de bord de mortier ; diam. du bord 39 cm ; pâte rose avec du quartz ; surface verdâtre à blanchâtre (inv. UT.16.VII.1043.209). 16. Fragment de bord de mortier ; diam. du bord 24 cm ; pâte avec du quartz et des vacuoles, rose au cœur et verdâtre en surface ; surface externe blanchâtre (inv. UT.16.VII.1043.210). 17. Fragment de bord de marmite ; diam. du bord 42 cm ; pâte rougeâtre avec des inclusions jaunâtres et du quartz ; surface grise (inv. UT.16.VII.1043.211). 18. Fragment de bord de marmite ; diam. du bord 42 cm ; pâte rouge avec des particules blanches et du quartz ; surface grise (inv. UT.16.VII.1043.212). 19. Fragment de bord de marmite ; diam. du bord 18 cm ; pâte rouge avec des inclusions blanches et du quartz ; surface brune à grisâtre (inv. UT.16.VII.1043.213). 20. Fragment de bord de marmite ; diam. du bord 26 cm ; pâte rouge avec des inclusions blanches ; surface grise (inv. UT.16.VII.1043.214). 21. Fragment d’opercule ; diam. 15,1 cm ; pâte rouge avec du quartz et des particules jaunâtres ; surface rouge (inv. UT.16.VII.1043.215). 22. Fragment d’opercule ; diam. 10,4 cm ; pâte verdâtre à blanchâtre avec des particules rougeâtres et du quartz ; surface verdâtre (inv. UT.16.VII.1043.216). 23. Fragment de bord de plat de forme 2250/2280 de J.-P. Morel ; diam. du bord 23 cm ; pâte rouge ; vernis noir mat et à reflets métalliques ; campanienne A (inv. UT.16.VII.1043.217). 24. Fragment de pied de bol de forme 2323 de J.-P. Morel ; diam. du pied 10 cm ; pâte brun-clair avec de fines inclusions blanches et des petites particules brillantes ; vernis noir lisse ; campanienne B (inv. UT.16.VII.1043.218).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/303/img-7.png
Fichier image/png, 23k
Titre Fig. 8 : Utique. Dépotoir. Amphores africaines anciennes
Légende Catalogue (fig. 8) 25. Fragment de bord d’amphore Africaine ancienne ; diam. du bord 16 cm ; pâte rouge clair, compacte, avec de fines particules de quartz ; surface rose (inv. UT.16.VII.1043.97) (lame mince 12026, cf. Tableau 2 et fig. 9). 26. Fragment de bord d’amphore Africaine ancienne ; diam. du bord 15 cm ; pâte rouge clair avec des particules de quartz ; surface beige (inv. UT.16.VII.1043.92) (lame mince 12027, cf. Tableau 2). 27. Fragment de bord d’amphore Africaine ancienne ; diam. du bord 14 cm ; pâte rougeâtre, compacte, avec du quartz ; surface rosâtre (inv. UT.16.VII.1043.89) (lame mince 12028, cf. Tableau 2 et fig. 9). 28. Fragment de bord d’amphore Africaine ancienne ; diam. du bord 13 cm ; pâte compacte, rouge clair, épurée, avec des petites particules de quartz ; surface rose (inv. UT.16.VII.1043.87) (lame mince 12029, cf. Tableau 2 et fig. 9). 29. Fragment de bord d’amphore Africaine ancienne ; diam. du bord 16 cm ; pâte compacte, rouge, avec des particules de quartz et de fines inclusions jaunâtres ; surface blanchâtre (inv. UT.16.VII.1043.98) (lame mince 12030, cf. Tableau 2). 30. Fragment de bord d’amphore Africaine ancienne ; diam. du bord 14 cm ; pâte compacte, rouge, avec peu de particules jaunes ; surface rougeâtre (inv. UT.16.VII.1043.93) (lame mince 12031, cf. Tableau 2). 31. Fragment de bord d’amphore Africaine ancienne ; diam. du bord 15 cm ; pâte compacte, rouge au cœur et verdâtre en surface, avec du quartz et des petites particules blanches ; surface externe rosâtre (inv. UT.16.VII.1043.88) (lame mince 12032, cf. Tableau 2 et fig. 9). 32. Fragment de bord d’amphore Africaine ancienne ; diam. du bord 15,6 cm ; pâte compacte, rouge, avec du quartz et de fines particules jaunâtres ; surface blanchâtre (inv. UT.16.VII.1043.206). 33. Fragment de bord d’amphore Africaine ancienne ; diam. du bord 15 cm ; pâte verdâtre avec du quartz ; surface verdâtre (inv. UT.16.VII.1043.24). 34. Pied d’amphore Africaine ancienne ; pâte brun-clair avec du quartz ; surface blanchâtre ; décor de cercles incisés (inv. UT.16 VII.1043.90). 35. Fragment de pied d’amphore Africaine ancienne ; pâte rosâtre avec peu de quartz ; surface de même couleur (inv. UT.16.VII.1043.91).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/303/img-8.png
Fichier image/png, 30k
Titre Fig. 9 : Utique. Dépotoir. Micro-photos de pâtes (Nx)
Crédits Source : C. Capelli.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/303/img-9.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Tabl. 2 : Utique. Dépotoir. Liste des échantillons étudiés, avec les principales caractéristiques compositionnelles et techniques des pâtes. B = distribution bimodale. (C. Capelli).
Légende Pour consulter le tableau 2 au format .docx, se reporter au document annexe « Tableau 2 »
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/303/img-10.png
Fichier image/png, 80k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Imed Ben Jerbania, « La production des amphores ovoïdes de type « Africaine ancienne » à Utique »Antiquités africaines, 53 | 2017, 175-192.

Référence électronique

Imed Ben Jerbania, « La production des amphores ovoïdes de type « Africaine ancienne » à Utique »Antiquités africaines [En ligne], 53 | 2017, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 11 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/antafr/303 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.303

Haut de page

Auteur

Imed Ben Jerbania

Institut National du Patrimoine, Tunis.

Haut de page

Collaborateur

Claudio Capelli

Dipartimento di Scienze della Terra, dell’Ambiente e della Vita (DISTAV), Università degli Studi di Genova, Gênes. Collaborateur associé au Centre Camille Jullian (Aix Marseille Univ, CNRS, MCC, CCJ, Aix-en-Provence, France).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search