Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56Dossier « Mobilité, garnisons et...Conflits, tensions et re...

Dossier « Mobilité, garnisons et nouveautés en épigraphie militaire : les unités auxiliaires et l’Afrique romaine »

Conflits, tensions et recrutements : les Mauri gentiles

Michel Christol
p. 293-301

Résumés

L’inventaire des diplômes militaires associant, au sein de l’armée de Dacie Supérieure, des soldats détachés de l’armée d’Afrique et de l’armée de Maurétanie Césarienne afin d’encadrer des recrues appelées Mauri gentiles, permet de revenir sur le sens de la politique d’Antonin le Pieux et d’envisager le traitement juridique de ces troupes recrutées à l’extérieur de l’Empire romain.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 CIL, III, Suppl. (1902), p. 1989 (Constitutiones ueteranorum), LVII (ILS, 2006) = CIL, XVI (...)
  • 2 Stein 1944, p. 27-28 ; Piso 1993, p. 66-73, no 16 ; PIR2 S 880.
  • 3 Ils apparaissent dans Rowell 1939 et dans Mann 1954 ; Christol 1981, p. 137 avec n. 3 et 4 (...)
  • 4 Hamdoune 1999, p. 109-186 passim.
  • 5 On s’attendrait à les trouver également dans l’ouvrage de Y. Le Bohec (1989) sur les unité (...)

1Longtemps les Mauri gentiles, engagés au service de l’Empire, ne furent connus que par un seul diplôme militaire, daté de l’année 158 sous Antonin le Pieux1, mis au jour en 1886, revu par Domaszewski et Mommsen avant l’inclusion dans le Corpus de Berlin, vol. III, Supplément, paru en 1902. Ils étaient mentionnés au sein d’unités auxiliaires de l’armée de Dacie Supérieure, sous le commandement du gouverneur de la province2 : et sunt sub Statio Prisco leg(ato). Ils n’étaient pas visés par la constitution impériale qui dégageait du service et qui récompensait les cavaliers et les fantassins de trois ailes et de trois cohortes, ainsi que les uexil(larii) Afric(ae) et Maur(etaniae) Caes(ariensis). Toutefois ces derniers leur étaient plus particulièrement associés par la construction du texte : qui sunt cum Mauris gentilibus. Ce sont les uexillarii qui sont englobés dans la décision normative, point les Mauri gentiles. Testis unus : ces soldats avaient assez peu attiré l’attention, même si le renouvellement régulier des études avait conduit parfois à revenir sur eux. On trouve dans les ouvrages sur l’armée romaine très peu sur les uexillarii, un peu moins encore sur les Mauri gentiles3, à l’exception du livre récent de Christine Hamdoune4, qui ne pouvait pas ne pas les rencontrer5.

  • 6 Mommsen 1884 ( = 1910, p. 20-117).
  • 7 Mommsen 1887 ( = 1910, p. 145-155) ; 1897 ( = 1910, p. 166-172).
  • 8 Saxer 1967, p. 28, no 48.

2On rappellera que les premiers commentateurs de ce document étaient sur ce point très embarrassés : il ne semble pas que Mommsen se soit intéressé directement au document, sauf dans le vol. III du CIL, mais il y a peu de choses. Son article sur le recrutement des soldats, auquel on se réfère toujours, était antérieur de quelques années, ayant été publié en 18846. L’article sur les milices provinciales, paru en 1887, qui complétait la partie de l’article précédent sur les numeri et qui portait sur d’autres gentiles, mentionnés dans l’inscription de Walldürn, ne fait pas état de ce document7 – mais Mommsen pouvait ne pas connaître l’existence de ce diplôme. Dessau, quant à lui, ad ILS 2006, écrivait : « Videtur significari nescio quis numerus Maurorum », ce savant développant le mot VEXIL sous la forme uexil(latio) (et l’indexant dans ILS vol. III, 1, p. 471, lorsqu’il réunissait les références aux « vexillationes auxiliariorum et incertae »), tandis qu’il classait les Mauri gentiles un peu plus loin parmi les « numeri reliqui » (ibid., III, 1, p. 473). Peut-être avait-il été influencé par une apparence d’hésitation dans l’index du CIL, III. À la page 2025 on avait inséré comme témoignage du mot uexillatio (« post alas, ante cohortes », ce qui signifie qu’elles étaient en général considérées comme des unités de cavalerie) la uexillatio equitum Illyricorum du diplôme militaire CIL, XVI, 75 (en 129)8, puis le témoignage qui provenait du diplôme LXVII, en transcrivant toutefois le mot important non avec le développement uexil(latio) mais avec le développement uexil(larii). D’ailleurs c’est le développement uexil(larii) que l’on trouve indexé à la p. 2018, puis à la page 2500, où apparaissent parmi les numeri reliqui, d’abord les Mauri gentiles (lettre M) puis les uexillarii Africae et Mauretaniae Caesariensis (lettre V). Le développement de l’abréviation VEXIL en uexil(larii) est maintenu par Nesselhauf. Quant à l’expression de Dessau recourant au terme de « numerus », elle montre quel était l’outillage interprétatif à ce moment-là : la catégorie des « numeri reliqui » dans l’index des res militares était très composite, et l’on s’interrogeait assez peu sur les conditions de cette hétérogénéité.

  • 9 Eck, Pangerl 2006-2007 (d’où AE, 2007, 1763).

3Un deuxième diplôme militaire est venu, récemment, remettre ces soldats sur l’établi de l’épigraphiste. C’est une constitution de l’année 152, relative à la même armée provinciale de Dacie Supérieure9. L’ordre d’énumération est le même, ce qui a aidé à la restitution d’un texte lacunaire mais peut-être, en définitive, un peu différent. Sur le fragment appartenant à la moitié gauche de la plaque intérieure (tabella I) on lisait :

ET II GALL[---]
ET VEXIL EX[---]
MAVR GEN[---]
DATIO SEVER[---]

4On a restitué le diplôme comme suit, en laissant subsister une incertitude, dans la mesure où l’on ne pouvait pas restituer exactement le même texte. On a envisagé pour la ligne 2 : soit ET VEXIL EX [AFRIC ET MAVR QVI SVNT CVM] MAVR etc., soit ET VEXIL EX [MAVR CAES QVI SVNT CVM] MAVR etc. Mais cette incertitude sur la provenance des uexillarii n’est que partielle, car la présence des Mauri gentiles un peu plus loin ramène, en ce qui concerne la définition de l’aire géographique de leur recrutement, au cas précédemment bien établi.

  • 10 Eck, Pangerl 2014, p. 269-272 (d’où AE, 2014, 1639).

5Plus récemment encore, s’est ajouté un troisième diplôme militaire avec des renseignements quasiment identiques10, mais il est de l’année 146. On pouvait retrouver le texte donné dans le diplôme de l’année 158, le plus complet, alors que s’ajoutait en fin d’énumération des troupes une unité de formation récente, alors appelée numerus. On lisait :

BOSPORANOR [--- ET V GALLOR]
DACIC ET II FL C[OMMAGENOR ET ---]
ET VEXIL AFRIC [ET MAVRET CAES ET SVNT CVM]
MAVRIS GENTI[LIB ET NVMERO PEDIT SINGVLAR]
BRITANNICIA[NOR ET SVNT IN DACIA SVPERIOR
SVB ORFIDIO SE[NECIONE ---]

  • 11 Piso 1993, p. 70-71 ; 2000, p. 222 ( = 2005, p. 424-425) à la suite de Stein 1944, p. 28 et de Sax (...)

6On retrouve vers la fin les uexillarii Africae, auxquels devaient s’ajouter par restitution les uexillarii Mauretaniae Caesariensis : la solution était vraisemblable. L’incertitude est moindre que dans le diplôme de 152. En tout cas le dossier avait pris une épaisseur chronologique assez large puisque les témoignages de cette association s’étendaient sur un peu plus de dix années. L’une des premières conséquences est de rendre caduques les explications qui avaient été fournies sur les raisons de la présence de tous ces soldats dans l’armée des Dacies11.

  • 12 Speidel 1972, p. 300-301, à partir de la révision de CIL, VIII, 21453 (d’où AE, 1971, 532) (...)

7On remarquera que dans cette troupe dont la constitution est originale, les uexillarii sont constamment les bénéficiaires de l’honesta missio. Ce sont des soldats réunis derrière un porteur de fanion, détachés des unités à laquelle ils appartenaient initialement. D’ailleurs le nouveau diplôme de l’année 146 vient les associer à une unité dont la dénomination est originale, le numerus pedit(um) singular(ium) Britannicia[nor(um)], dont la création et l’évolution s’étaient produites dans des conditions comparables. M.P. Speidel en avait soigneusement décrit les processus de constitution lorsqu’il avait évoqué les ped(ites) sing(ulares) Panno(niciani) Pann(oniae) Inf(erioris), connus aussi en Maurétanie Césarienne12. Mais les uexillarii des provinces africaines étaient loin de constituer l’essentiel de la troupe dont la composition présentait une réelle complexité. Ils n’ont d’ailleurs pas évolué de la même manière que la troupe des Britanniciani. Même si les Mauri gentiles constituaient le gros de la troupe, sur les trois diplômes de 146, 152 et 158 ils n’étaient cités qu’en complément, alors que les uexillarii (quels qu’ils soient : ex Africa et Mauretania ou bien ex Mauretania Caesariensi dans le diplôme de 152, Africae et Mauretaniae Caesariensis dans celui de 158, et vraisemblablement dans celui de 146) étaient des soldats à récompenser.

  • 13 Sur ce point, il y a accord : Rowell 1939, p. 71 ; Mann 1954, p. 501-502 ; Speidel 1975a, p. 206 e (...)
  • 14 CIL, XVI, 164 ; Saxer 1967, p. 25-26, no 43.
  • 15 AE, 1956, 124 (à Diana Veteranorum) ; Pflaum 1960-1961, p. 476-494, no 181 bis, reprenant Pflaum 1 (...)
  • 16 CIL, XVI, 99 (CIL, III, D. C. = ILS, 9056).

8Ils provenaient des troupes auxiliaires de deux provinces voisines, la Maurétanie Césarienne et l’Africa13. Le sort de ces soldats, en ce qui concerne leur libération du service, avait été scellé bien avant l’année de leur honesta missio : la situation constatée à cette date par l’autorité militaire était en réalité fixée dès l’année de leur engagement. On pourrait les définir comme electi, à l’instar des soldats détachés qui sont attestés dans la documentation sous la dénomination de numerus ou de uexillatio. Sur ce point on se référera à la uexillatio equitum ex Syria14, ou bien à la uexillatio equitum Afror(um) et Mauror(um) electorum ad curam explorationis Pannoniae citée dans le cursus de M. Valerius Maximianus à Diana Veteranorum, qui est associée à d’autres détachements de diverses flottes durant la première guerre germanique de Marc Aurèle, soit dix ans à peu près postérieurement au plus ancien des diplômes militaires cités15. Néanmoins on doit essayer de préciser davantage. Appelés uexillarii, avaient-ils à l’occasion de la formation de la troupe conservé leurs caractéristiques originelles, restant entre eux, par provinces et par unités, en quelque sorte demeurant comme fragments (au niveau de la turme ?) détachés de plusieurs armées provinciales ? Un diplôme de l’année 150, relatif à un congé de troupes pannoniennes en Maurétanie Césarienne, à l’initiative du procurateur-gouverneur provincial L. Porcius Vetustinus16, serait ici révélateur, d’autant qu’il a perdu depuis quelques années sa singularité et que se sont accrus les témoignages de ces détachements composites :

Imp(erator) Caesar diui [Had]ri[ani] f(ilius) … T(itus) [Aelius Had]ri[a]nus Antoninus Aug(ustus) Pius [pon(tifex)] max(imus) [trib(unicia)] pot(estate) XIII imp(erator) II co(n)s(ul) IV p(ater) [p(atriae)] equitib(us) qui militaueru[t i]n alis V [quae] appell(antur) I Hispanor(um) Arau[a]co[r(um) et III Aug(usta)] Thrac(um) sagit(tatiorum) quae sunt
[i]n [P]ann(onia) su[p]e[rio]r(e) sub Claudio Maximo item I Fla[uia] Britann(ica) (milliaria) c(iuium) R(omanorum) et I Thrac(um) ueter(ana) sag[it(ariorum)] et I Aug(usta) Ituraeor(um) sagit(tariorum) quae sunt in Pa[nn(onia)] Inferior(e) sub Cominio Secundo quin[is] et uicenis plurib(us)ue stip(endiis) emer(itis) d[i]m[iss(is)] h[o]nest(a) miss(ione) per Porcium Vetus[tin]um proc(uratorem) cum essent in expedition(e) Mauretan(iae) Caesariens(is) quor(um) nomin(a) subscript(a) sunt ciuit(atem) R(omanam) qui eor(um) non hab(erent) dedit et conub(ium) cum uxor(ibus) quas tunc habuiss(ent) cum est ciuit(as) is data aut cum is quas postea dux(issent) dumtaxat singul(is) … Alae I Hispan(orum) Arauacor(um) ex gregale Victori Liccai f(ilio) Azalo…

9Ce diplôme militaire montre que l’on conservait pour ces soldats le rattachement à l’unité originelle, phénomène qui s’éclaire par d’autres diplômes militaires qui entrent dans le même dossier ou dans des dossiers voisins, que l’on citera plus bas. Mais on n’avait pas cité le commandant de l’unité auxiliaire, comme il est de règle : on peut en déduire qu’il n’était pas davantage mentionné dans l’original de la constitution.

  • 17 Speidel 1977 ( = 1984, p. 211-215) ; Christol 1981 ( = 2005, p. 24-29). Po (...)
  • 18 Il s’agit de RMD, IV, 273 = RGZM, 36, revu par P. Holder (2006, p. 261-264, d’où AE, 2006, 1832), (...)

10La réinterprétation de ce diplôme de l’année 150 a donné de meilleures dimensions à l’appréciation des concours apportés par les provinces pannoniennes aux entreprises militaires qui se déroulèrent en Maurétanie Césarienne sous Antonin le Pieux. Et les nouveaux documents qui sont connus viennent le confirmer. Il ne s’agit pas d’un transfert d’unités depuis les provinces de stationnement, mais, plus modestement, de l’envoi de contingents aux effectifs plus limités, apparemment regroupés pour l’occasion. C’est une interprétation plus mesurée et, en définitive, plus raisonnable et acceptable. On apprend aussi que ces cavaliers avaient été prélevés dans les armées des deux provinces voisines, les Pannonies, c’est-à-dire dans un cadre interprovincial. Le texte du diplôme, même s’il met en évidence le rôle du procurateur de Maurétanie Césarienne, Porcius Vetustinus, indique bien que les soldats concernés demeuraient sous l’autorité de leurs légats impériaux respectifs, en Pannonie Supérieure et en Pannonie inférieure17, et qu’ils étaient toujours considérés comme membres de leurs armées provinciales. D’autres diplômes militaires, de l’année 151, sont venus montrer que ce phénomène concernait également des unités provenant d’autres provinces que les Pannonies, la province de Césarienne étant alors sous le gouvernement d’un nouveau procurateur, T. Varius Clemens18.

  • 19 RGZM, 32.
  • 20 RMD, IV, 405 = Holder 2016 dans Eck, Pangerl 2016, p. 205-206 = Eck, Pangerl 2018, p. 236.

11Néanmoins, il existe des différences entre ces deux séries de documents. D’un côté on trouve des troupes constituées à partir d’unités auxiliaires intégrées dans des armées provinciales. Elles étaient éloignées de leurs bases : le texte du diplôme CIL, XVI, 99 précise : cum essent in expeditione, expression que l’on retrouve dans un diplôme de l’année 151, récemment publié par B. Pferdehirt19 : [… cum essent in exp]edit(ione) M[auretaniae Cae]sar(iensis)…, puis dans un autre20. Aussi est-ce le gouverneur de la province d’accueil qui, par la suite, a assuré les formalités de leur démobilisation, à l’instar de ce que firent en 150 Porcius Vetustinus et en 151 T. Varius Clemens.

12Si l’on rapproche les deux séries de diplômes que l’on vient d’évoquer, on constate qu’il existe à la fois des convergences et des divergences. Il y a d’abord des convergences par ce qui se rapporte au recrutement des uexillarii, s’effectuant dans plusieurs provinces voisines. Et on ajoutera que la mention des uexillarii Africae et Mauretaniae Caesariensis signale, au passage, que le champ retenu pour les prélèvements suggérerait que la proximité de l’exercitus Africanus, alors encore plus projetée vers l’Ouest et le Sud de l’Africa, avec l’armée de la Maurétanie Césarienne comptait plus que l’apparente gémellité des deux Maurétanies.

  • 21 Inventaire des auteurs par Hamdoune 1999, p. 150 avec no 53.

13Mais il y a aussi des divergences. Les diplômes militaires de Dacie Supérieure mentionnent une troupe qui est particulière, les Mauri gentiles, et qui a été envoyée loin de son lieu de formation ou de constitution. Ils lui font un sort particulier. La citation de ces soldats sert à première vue à montrer quelle est la situation de fait des uexillarii qui sont énumérés avec eux et qui sont concernés par la décision impériale. De la même manière que l’on disait d’un côté cum essent in expeditione, situation de fait, on disait qui sunt cum Mauris gentilibus de l’autre. Mais chacune de ces phrases apporte des nuances, qui font envisager qu’il n’y a pas un parallélisme absolu dans les situations. D’un côté on évoque les circonstances de la vie du soldat, de l’autre on souligne l’hétérogénéité d’une troupe et la dissymétrie de la situation normative qui caractérise les deux composantes – ce qui a été assez souvent relevé21 – avec un vocabulaire qui s’écarte de la nomenclature la plus courante des troupes auxiliaires.

14Sur ces premières constatations deux approches de la documentation relative aux unités de l’armée de Dacie peuvent être envisagées.

15D’abord à partir d’une question seconde en matière de droit, dont on peut vérifier la justesse avant d’en estimer la portée. Dans les unités de l’armée provinciale qui sont visées par la constitution impériale, tous les soldats n’étaient pas dégagés du service en même temps. Le contenu normatif des trois diplômes considérés, qui datent respectivement de 146, de 152 et de 158, montre que la disposition principale du texte s’appliquait aux uexillarii, venant à la suite des soldats des ailes et des cohortes, et assimilés à eux comme bénéficiaires du bienfait impérial : ils étaient assimilés aux soldats des unités provinciales, avec une égalité de condition. Le même principe s’applique ici : il faut avoir accompli les stipendia de l’honesta missio pour recevoir le bienfait impérial. Mentionnés sur un intervalle de douze ans, les uexillarii qui étaient visés par ces trois diplômes avaient une ancienneté variable, qui correspond vraisemblablement à la scansion des recrutements : elle explique l’échelonnement de leurs congés. Dans tous les cas cette ancienneté était supérieure à celle des Mauri gentiles, puisqu’ils étaient déjà en service lorsque ces derniers avaient été recrutés. En revanche, pour les soldats gentiles, sans même envisager un principe plus général, comme on le fera plus bas, au moment de la rédaction des diplômes militaires, une des conditions du congé du soldat auxiliaire ne devait pas être remplie : les vingt-cinq stipendia. Ce constat a pour effet de mieux éclairer ce que l’on a depuis longtemps envisagé, à savoir que le recrutement de ces soldats, dénommés de manière si originale dans ces constitutions impériales qui ne leur étaient pas destinées, était un recrutement récent, et vraisemblablement effectué en une seule fois. Il s’agissait d’une troupe constituée depuis peu d’années, c’est-à-dire d’une troupe nouvelle.

  • 22 CIL, XVI, 99 ; RGZM 32 ; RMD, V, 398, 405. Sur la place de l’épigraphie militaire, voir su (...)
  • 23 Speidel 1975a, p. 208-209 ( = 1984, p. 123-124) ; Hamdoune 1999, p. 151-152.

16Lors de la publication du diplôme de 152, puis de celui de 146, les éditeurs rappelaient qu’il y avait eu des troubles dans les Maurétanies : ceux-ci avaient entraîné l’envoi de troupes pannoniennes, et même d’autres provinces européennes, ce qui avait été attesté aussi par d’autres diplômes militaires et par de nombreuses épitaphes22. Cette observation fait revenir sur les lieux de recrutement des gentiles. Elle a le mérite de replacer dans le contexte des relations entre pouvoir romain et tribus indigènes les origines mêmes de la troupe. Déjà M.P. Speidel, lorsqu’il évoquait la formation des unités issues du monde des tribus maures, envisageait que le diplôme de l’année 158 (qui, à ce moment-là, était isolé) aurait témoigné du recrutement de troupes au sein de peuples qui avaient affronté le pouvoir romain. Le parallèle avec l’enrôlement de 5 000 Sarmates par Marc Aurèle et leur envoi dans la province de Bretagne, devenait éclairant, d’autant que la distance chronologique était faible entre les deux épisodes23, appartenant à deux règnes consécutifs. Le diplôme de 152 avait le mérite de rapprocher davantage la levée de ces gentiles du contexte évoqué : une décision encore plus liée à une situation de conflit, ici entre pouvoir romain et peuples extérieurs à l’Empire. Elle coïnciderait encore mieux avec ce que l’on considère habituellement comme la fin des difficultés provinciales en Maurétanie Césarienne. Mais le dernier des diplômes connus, encore antérieur de plusieurs années, impose peut-être d’envisager sous un jour différent les rapports entre peuples extra-provinciaux et pouvoir romain.

  • 24 Christol 1981.
  • 25 Euzennat 1984.
  • 26 1975b ( = 1984, p. 337-339).

17On est donc conduit à revenir quelque peu sur une question qui a suscité déjà bien des travaux. Le titre donné à l’article qui fut publié en 198124 et les conclusions qui avaient été formulées serviront de point d’appui. Une des grandes questions qu’il importait de traiter à ce moment-là – notamment après les travaux de R. Rebuffat –, une fois qu’avait été réinterprété le contenu de ce diplôme militaire si original, concernait la portée des événements se trouvant à l’arrière-plan. Il importait de déterminer leur ampleur, en premier lieu la durée, car les données chronologiques pouvaient faire penser qu’il convenait d’associer dans le même contexte géopolitique les deux provinces voisines et donc de ne pas oublier ce qui se serait déroulé en Tingitane. Or, il fallait se garder des risques d’exagération dans l’énoncé des conclusions, une optique essentiellement conflictuelle risquant d’altérer l’expression des ultimes réflexions25. Mais il apparaissait, notamment par l’étude de la carrière du procurateur T. Varius Clemens, que l’on pouvait ainsi conclure : « Il vaut mieux donc en rester à des conclusions plus prudentes, qui ne s’écartent pas trop des données chronologiques traditionnelles : vers 145-147 envoi de renforts en Maurétanie Tingitane, en 149-150 présence de renforts en Maurétanie Césarienne. Les premiers ont pu demeurer sur place quelques années après, les autres ont pu être envoyés quelques années plus tôt. Peut-on aller, pour l’instant, plus loin dans l’hypothèse ». C’était plaider pour éloigner de tout excès l’interprétation de la documentation, notamment lorsque l’on voulait de plus en plus, comme invitait à le faire M.P. Speidel, donner la priorité à la documentation épigraphique26, avec le risque de la surinterprétation. On n’approfondira pas le sujet qui sera développé ailleurs. Mais on peut esquisser brièvement quelques remarques provisoires.

  • 27 Leschi 1942 ( = 1957, p. 65-74).
  • 28 Salama 1991.

18Premièrement : la présence en Dacie Supérieure aux côtés des auxiliaires de Maurétanie Césarienne d’auxiliaires de l’exercitus Africanus viendrait indiquer que la province voisine d’Africa aurait apporté son concours à la résolution des questions militaires, même s’il était limité, car il ne fallait sans doute pas démunir une des provinces limitrophes, déjà engagée dans sa partie sud-occidentale dans le maintien de la sécurité face aux peuples des hauts plateaux présahariens, où les horizons des déplacements étaient très larges27. En effet, puisque les gentiles étaient Mauri ils étaient en rapport avec les provinces du même nom, plus particulièrement avec la province de Césarienne. L’encadrement de leur troupe au moment de sa constitution s’effectuait grâce à des prélèvements sur des unités qui s’y trouvaient : celles de la province elle-même et des détachements qui les avaient rejointes, provenant de la province voisine. Même si pour le moment on n’a pas repéré d’épitaphe de soldat issu de l’exercitus Africanus, les indications fournies par les diplômes militaires conduisent à envisager une coopération ou une coordination de l’activité militaire. Les uexillarii Africae mentionnés en 146, en 152 et en 158 étaient issus de détachements présents sur les lieux mêmes de constitution de la troupe des gentiles Mauri. Ils avaient aussi encadré la levée, avant d’être transférés avec les recrues et de s’établir avec elles en Dacie Supérieure. Ce constat place le lieu du recrutement dans l’aire d’influence ou l’aire d’intervention de ces armées provinciales. Si l’on peut envisager qu’il s’agirait d’une affaire ne concernant que l’armée d’Afrique et celle de Maurétanie Césarienne, il convient de localiser le lieu du recrutement de la troupe de gentiles dans la zone des hauts-plateaux se trouvant dans sa partie algérienne, et non plus à l’ouest, où auraient agi les soldats de la Maurétanie Tingitane. C’était une zone dans laquelle se déroulaient les déplacements des tribus, mais elle avait alors reçu, en détachements avancés de l’exercitus Africanus, des points d’appui dépendant du légat impérial établi à Lambèse28.

19Deuxièmement. L’interprétation du diplôme de 150, qui rejoint celle de M.P. Speidel, obligeait à revenir quelque peu sur les « guerres maurétaniennes » d’Antonin le Pieux à la compréhension desquelles le même auteur a apporté plusieurs fois sa contribution. On a associé à l’étude de l’événement deux témoignages littéraires. D’abord celui de Pausanias (VIII, 43, 3). Puis un texte de l’Histoire Auguste. Mais, le temps passant, les commentateurs ont trouvé plutôt dans les sources épigraphiques les arguments les meilleurs pour décrire ce qu’ils considéraient comme un épisode majeur de l’histoire conflictuelle du pouvoir romain et des peuples d’Afrique du Nord. Et l’accumulation récente des diplômes militaires datés du règne d’Antonin le Pieux viendrait à l’appui de cette mise en tableau. Toutefois on relèvera que dans la série des allusions aux rapports entre Rome et les tribus, le passage de la vie d’Antonin ne décrit pas particulièrement des conflits militaires exacerbés. Dans la vie d’Hadrien (Hadr., 5, 2), il est question d’un soulèvement des Maures qu’il aurait fallu étouffer (Marcio Turbone Iudaeis compressis ad deprimendum tumultum Mauretaniae destinato). Le passage est clair. Plus tard, sous Marc Aurèle, se trouve une référence, soutenue explicitement par le contenu de plusieurs inscriptions, montrant qu’une menace issue de la Tingitane s’était répandue en Bétique, nécessitant une riposte pour rétablir la sécurité (Aur., 21, 1 : cum Mauri Hispanias prope omnes uastarent, res per legatos bene gestae sunt). Le passage est tout aussi clair. On était chaque fois, si l’on suit la lettre des textes, dans une situation provinciale troublée.

20En ce qui concerne la vie d’Antonin le Pieux (Pius, 5, 4), on ne peut placer le renseignement sur le même plan. Le contenu du texte fournit des informations d’un autre genre : per legatos suos plurima bella gessit. Nam et Britannos per Lollium Vrbicum uicit legatum alio muro cespiticio summotis barbaris ducto ; et Mauros ad pacem postulandam coegit, et Germanos et Dacos et multas gentes atque Iudaeos rebellantes contudit per praesides ac legatos. In Achaia etiam atque in Aegypto rebelliones repressit ; Alanos molientis saepe refrenauit. Ce parcours conduit parfois dans les provinces, mais, dans quelques cas, les questions débordent des limites provinciales.

21« Il fit un très grand nombre de guerres par l’intermédiaire de ses légats. En effet il vainquit les Bretons grâce au légat Lollius Urbicus, qui aligna un second mur en mottes de gazon, après avoir écarté les barbares ; il contraignit aussi les Maures à demander la paix et il écrasa grâce à ses gouverneurs et à ses légats les Germains, les Daces et de nombreux peuples, ainsi que les Juifs qui se rebellaient. Également en Achaïe et en Égypte il réprima des rebellions ; il réfréna souvent les entreprises des Alains » (trad. Callu).

  • 29 Notamment à partir de la documentation épigraphique, supposée rendre mieux compte (...)

22Une fois quittée la phrase introductive, on constate une grande diversité dans la présentation de l’œuvre militaire : un simple souci de variation littéraire ou bien la transposition d’une diversité des situations que décrivait la source utilisée ? En effet, les verbes peuvent être répartis en deux catégories, ceux qui signalent d’une manière explicite des affrontements et ceux qui viennent signaler une réaction romaine plus nuancée (refrenauit, coegit). Faut-il alors accorder tout son sens à l’indication qui se rapporte aux Maures, qui est même la plus originale dans sa formulation ? Elle n’entre pas explicitement dans le registre de la conflictualité guerrière et dans l’évocation de combats heureux, mais comme pour les Alains – et même plus nettement –, elle fait allusion à une activité militaire qui serait placée au service de la diplomatie, en soulignant in fine une soumission volontaire des barbares. Le concours de Pausanias viendrait aussi souligner qu’il s’agit plutôt d’adversaires de l’extérieur que de révoltés dans l’intérieur provincial. En tout cas l’image qui est donnée de ces relations est moins dramatique que celle qui domine dans l’historiographie récente29.

  • 30 Frézouls 1957 et 1980 ; Di Vita-Évrard 1987, p. 200-208 ; Kuhoff 1993.
  • 31 IAM, II, 376.

23C’est pourquoi on sera tenté d’éclairer ce qui se produisit face aux Maures par la documentation épigraphique issue de la Maurétanie Tingitane, qui évoque à Volubilis les autels dits « de la paix », monuments destinés à témoigner de l’accord qui était scellé entre une ou plusieurs tribus et le pouvoir romain, signe établi en territoire romain de l’affirmation de la puissance romaine au-delà du cadre provincial le plus strict et, qui plus est, signe répété30. Mais ce qui se concentre à Volubilis à partir d’Antonin le Pieux, en 14031 – essentiellement la présence et la soumission d’un peuple –, n’est peut-être qu’une part d’une série de témoignages remarquables, trace exceptionnelle de pratiques qui pour l’essentiel nous échappent et qui se seraient déroulées plus souvent encore, en dehors du monde des villes, ou dans l’au-delà provincial. On ajoutera : y eut-il toujours un témoignage gravé, venant couronner la solennité religieuse de l’accord ?

  • 32 IAM, II, 402.
  • 33 IAM, II, 384.
  • 34 CIL, VIII, 9663 ; Frézouls 1980, p. 66-67.
  • 35 AE, 2014, 1590 cf. 2015, 1863 ; Drici 2015.
  • 36 Coltelloni-Trannoy 1997, p. 60-67.

24Ce sont le plus souvent les Baquates qui sont concernés. Une fois – une seule ! – ils sont accompagnés par les Bavares32, une fois – une seule ! – ils sont accompagnés par les Macénites33, réunis à eux par le même princeps. Mais on trouve aussi trace d’un conflit des Baquates avec le pouvoir romain dans la voisine Césarienne34. Lorsque le document se limite aux Baquates, où sont passés les Bavares et les Macénites ? Et ces trois peuples bien identifiés sont-ils les seuls à être un peu plus éloignés des cités provinciales que les Zegrenses qui, pour leur part, apparaissent à Banasa ? L’inscription d’El-Bayadh, récemment apparue, fait connaître, mais dans un contexte conflictuel, les Bavares, à la fin du iie siècle, et dans un cadre qui place au premier plan le gouverneur de la Maurétanie Césarienne et non celui de la Tingitane35. C’est aussi au-delà du territoire provincial que se nouaient le plus souvent les relations entre Rome et les peuples vivant au-delà des provinces. Les sources littéraires dont on dispose (D.C., LX, 9, 1-5 ; Pausanias) montrent que bien des événements importants pour la vie des deux provinces maurétaniennes se seraient produits dans les environs de l’Atlas et dans les « solitudines » pré-désertiques, que le but des représentants de Rome était de contraindre ces peuples extérieurs à l’abandon de la plus grande agressivité, et à trouver des accords en vue d’établir des relations pacifiées, comme le montre le récit des événements de l’année 41, au-début de l’histoire provinciale, lorsque Rome dut reprendre les pratiques de la monarchie maurétanienne36.

  • 37 Point de vue qui semble admis par Hamdoune lorsqu’elle envisage le cadre des relations ent (...)

25On doit donc substituer à une analyse proprement militaire une réflexion plus complexe, tenant compte de l’existence nécessaire d’un arrière-plan « diplomatique », ce que met au jour d’une façon originale la documentation épigraphique de Tingitane. Il convient d’en étendre les traits principaux à l’autre province maurétanienne, la Césarienne, puisque l’univers présaharien concernait de la même manière les deux provinces. On sera donc tenté de considérer autrement qu’on ne l’a fait jusqu’ici l’interprétation des renseignements fournis par les textes littéraires et donc d’envisager différemment les informations qui se dégagent des témoignages épigraphiques37.

26C’est peut-être l’imposition d’un modus vivendi aux tribus qui parcouraient les hauts plateaux du sud-marocain et du sud-algérien actuel qu’il conviendrait d’envisager comme objectif de l’action de Rome. Et en conséquence ce qui se serait produit sous Antonin, serait une politique de déploiement de la force destinée, non à pacifier et récupérer des territoires où la présence romaine aurait été la plus forte et la plus ancienne – s’il y avait eu menace, celle-ci aurait été appelée « révolte » ou « soulèvement » (tumultus, rebellio, etc.) – mais à établir, peut-être par la menace et par la contrainte militaire, des relations stabilisées avec des groupements humains plus difficiles à saisir, et que l’entrée dans des procédures d’alliance permettait de mieux contrôler. Le recrutement de troupes maures prendrait dans ce contexte encore plus de sens, étant donné que ce type de recrutement était en général une conséquence des accords diplomatiques. En somme, plus peut-être en montrant sa puissance qu’en l’exprimant d’une manière guerrière, Rome aurait, si nécessaire, rétabli la situation à son avantage en parvenant à établir des réunions ou des rencontres appelées colloquia dans la documentation qui provient de Tingitane. Et c’est ce qui donne plus de force à l’hypothèse envisagée par M.P. Speidel il y a presque un demi-siècle. C’est aussi, du point de vue chronologique, placer les gentiles hors du champ d’application de l’honesta missio, conçue dans un de ses aspects, l’arrêt des tâches militaires. En 146, en 152 et en 158, par rapport à un enrôlement qui se serait produit entre 140 et 145, ils étaient encore « bons pour le service », ce qui n’était pas la situation concernant les uexillarii Africae et Mauretaniae Caesariensis.

  • 38 CIL, III, 7872.
  • 39 Speidel 1975a, p. 208-211.
  • 40 AE, 1944, 74 ; CIL, III, 6267 ; CIL, III, 1418 = AE, 2004, 1209.
  • 41 CIL, III, 1343, p. 1402 = IDR, III.3, 77 = AE, 1977, 705 ; IDR, III.1, 156 ; AE, 1978, 662 (...)

27Comment faut-il envisager le devenir de ces unités qui entraient par cette voie originale dans les armées provinciales ? S’il y avait, comme on peut le penser, un terme à leur service, s’il y avait aussi besoin de procéder à des compléments, comment procédait-on ? Les suppléments d’effectif provenaient-ils des aires de recrutement voisines38 ou de nouveaux contingents prélevés dans le monde des tribus africaines ? Dans l’article de M.P. Speidel mentionné ci-dessus39, ce savant rapproche les gentiles Mauri des troupes de Maures connues par l’épigraphie en divers lieux de la province de Dacie : les Mauri Micienses40, les Mauri Tibiscenses41. Leur désignation comme troupe s’effectue par le pluriel du terme ethnique et, le temps passant, peut-être d’une autre manière. Mais en même temps, avec la durée, auraient pu s’atténuer les rapports entretenus avec le recrutement initial.

  • 42 Speidel 1975a, p. 211-212 ( = 1984, p. 123-124) ; Hamdoune 1999, p. 132-134.
  • 43 Hamdoune 1999, p. 137-149.
  • 44 Hamdoune 1999, p. 115-128, puis p. 137 et 216.
  • 45 Mann 1954, p. 501 ; Roxan 1981 ; Hamdoune 1999, p. 154
    et 166.
  • 46 Ce qui, pour ces derniers a été mis en évidence par Le Roux (1986, p. 369) ; voir (...)

28La pratique de tels prélèvements sur les peuples de l’au-delà provincial était vraisemblablement plus ancienne. Dans les provinces africaines ces processus entrent peut-être dans une évolution dont il serait nécessaire d’approfondir l’analyse. Dans le cadre des Maurétanies, ils venaient, à partir de l’époque de Trajan au moins, comme l’indiqueraient les témoignages réunis par M.P. Speidel42 – et en premier celui que fournit le Pseudo-Hygin43 – compléter et prolonger les recrutements qui s’étaient développés d’une manière qui apparaît plus traditionnelle dans la documentation qui renvoie à la prouincia Africa, puisque c’est de cette partie de l’Afrique que proviennent des unités de Numides, d’Afri, de Musulames et de Gétules. On renverra pour examiner plus largement cette observation aux inventaires qui se trouvent dans l’exposé de Chr. Hamdoune44, et qui lui permettent d’évoquer à plusieurs reprises les « décalages chronologiques » dissociant les Maurétanies de la province d’Africa en matière de recrutement d’unités associées au maintien ou au développement de l’imperium de Rome. Faut-il toutefois, avec M.P. Speidel, considérer que dès l’année 69, selon Tacite (hist., 2, 58) cette pratique aurait été attestée, ce qui la ferait quasiment remonter aux origines des deux provinces de l’Ouest africain ? Il serait préférable d’utiliser ce témoignage comme marqueur du recrutement d’auxiliaires dans un cadre plus strictement provincial, c’est-à-dire dans une zone où la présence du pouvoir de Rome était évidente. En revanche, à une date incertaine se plaçant sous le règne d’Antonin le Pieux, on connaît, par un diplôme de Mésie Supérieure, la constitution donnant congé à des cavaliers maures : Mauris eq[uitibus---] (CIL, XVI, 114 = IDR, I, 29), dont l’intérêt a aussi été plusieurs fois souligné45. Placés en évidence, comme premiers mots du dispositif juridique, ces soldats apparaissent comme les seuls bénéficiaires de l’acte normatif. On trouve le même schéma d’exposition pour les soldats de la cohors I Brittonum (CIL, XVI, 160) et pour les Palmyreni sagittarii, dont la citation suit le même modèle : la référence ethnique et la spécialisation tactique46. Faut-il différencier les Mauri equites des Mauri gentiles ? On en doutera, car dans les diplômes de 152 et de 158 la dénomination de la troupe à laquelle sont rattachés les uexillarii importe peu au rédacteur. C’est le sort de ces derniers qui est le plus important et ce sont ces soldats qu’il importe de bien identifier : ils sont d’abord de l’exercitus Africanus ou de l’armée de Maurétanie Césarienne. Ce qui suit dans le texte n’est qu’une précision de circonstance. Dans le diplôme CIL, XVI, 114 l’exigence de précision s’est déplacée ou s’est modifiée, et l’expression Mauri equites est plus exacte en termes de nomenclature militaire : elle donne le cadre ethnique et la référence tactique.

  • 47 Comme l’envisage P. Le Roux (1986, p. 369-370).
  • 48 Mais il ne peut s’agir de la même unité : Le Roux 1986, p. 365.
  • 49 P. Le Roux (1986, p. 358-360) dresse une liste des diplômes militaires pour les Palmyreni (...)
  • 50 Hamdoune 1999, p. 166, les deux diplômes CIL, XVI, 114 et CIL, XVI, 108, pour « bien les d (...)

29Il y aurait donc des précédents à la pratique relevée durant le règne d’Antonin le Pieux, puisque les Mauri equites auraient été nécessairement recrutés antérieurement aux levées de l’époque d’Antonin envisagées par M.P. Speidel, surtout si l’on admet que la durée de leur service ne s’écartait pas de celle des ailes et des cohortes auxiliaires47. Ces cavaliers pourraient être rapprochés des Mauri gentiles48, et même des Palmyreni sagittarii puisqu’ils bénéficieraient de privilèges accordés par l’empereur49. Les documents pourraient être mis en perspective pour analyser le devenir de telles troupes recrutées dans des milieux extérieurs au cadre provincial, pris dans son sens le plus strict50.

  • 51 IAM, II, 94 ; Le Roux 1986, p. 367-369.

30L’utilisation des données fournie par la Table de Banasa devient alors légitime51. Mais à notre avis elle ne saurait contribuer à nourrir l’accentuation des différences avec le sort des Palmyreni sagittarii, tel qu’il se dégage de la documentation d’époque antonine. Ce document important peut fournir des éléments d’explication sur le contenu normatif des constitutions impériales et sur la limitation apparente des privilèges concernant le conubium, ce qui se cacherait dans la table de Banasa derrière la réitération de la formule saluo iure gentis. En revanche la référence aux maxima merita que l’on y trouve ne doit pas être envisagée, sans autre commentaire, comme une restriction ou comme l’expression d’une volonté limitative des bienfaits impériaux : non nisi maximis meritis prouocata. Dans le document affiché à Banasa, cette règle restrictive est certes affirmée par l’empereur, mais comme un horizon qu’il mentionne pour mieux s’affranchir de la contrainte qu’il contient, en utilisant l’argumentation du gouverneur et son appui à la demande : c’est presque le pragmatisme qui est érigé en principe de gouvernement, en jouant habilement avec les principes qui sont énoncés. Les propos de Marc Aurèle et de Lucius Verus, dans cette première lettre inscrite dans le bronze – qui ne constitue pas l’essentiel du dossier épigraphique, lequel se rapporte à un bienfait impérial de l’année 177 – sont précis et très significatifs en insistant, comme on le ferait à propos de l’exécution des clauses d’un traité ou d’un contrat, sur les éléments qui sont liés au maintien de la puissance de Rome : quamquam ciuitas Romana non nisi maximis meritis prouocata indulgentia principali gentilibus istis dari solita sit, tamen cum eum adfirmes et de primoribus esse popularium suorum, et nostris rebus promto obsequio fidissimum… L’allusion à la fides la plus rigoureuse, se complète tout juste après par une référence à l’officium, c’est-à-dire à l’exécution de devoirs. Nous admettrions donc volontiers, non seulement – comme le montrerait le diplôme CIL, XVI, 114 –, que le recrutement de tels types d’unités fut assez précoce au iie siècle, mais aussi qu’il faut pour en prendre la mesure additionner tous les témoignages sur le recrutement d’unités chez les gentes de ces régions. Nous admettrions aussi, en ce qui concerne les rapports entre le pouvoir romain et ces gentes, qu’à partir de l’époque flavienne, moment de la projection du dispositif militaire vers l’Ouest de l’Africa, le problème de l’imperium de Rome, c’est-à-dire des objectifs militaires et diplomatiques, fut le contrôle plus étroit qu’auparavant des groupements humains qui vivaient, en se déplaçant au sud des deux provinces maurétaniennes, et que ce que nous savons des relations entre pouvoir romain et le monde des gentes les plus mobiles (sous Hadrien, sous Antonin) correspondrait à ce contexte d’ensemble, dans lequel s’inséraient aussi moments de tension et moments d’apaisement.

  • 52 Mann 1954, p. 502.
  • 53 Mann 1954 ; Mann 1985.
  • 54 Situation envisagée par P. Le Roux (1986, p. 369-370), mais en faisant intervenir, comme é (...)

31Enfin, sans préjuger du contenu que nous n’avons pas dans ce qui reste du diplôme CIL, XVI, 114, on pourrait estimer qu’il témoignerait de l’intention d’octroyer des privilèges, variables en contenu, à ces soldats venus d’ailleurs, afin qu’ils disposent des moyens d’en faire état ou de la prouver, si besoin était. C’est pourquoi ces « diplômes militaires » pourraient ne pas avoir eu le contenu normatif le plus habituel. Si les uexillarii Africae et Mauretaniae Caesariensis pouvaient être, en ce qui concerne la formulation de la norme contenue dans la décision impériale, associés aux soldats des ailes et des cohortes de Dacie Supérieure, les Mauri gentiles ne le pouvaient pas, car le contenu de leur récompense ne devait point être identique : il aurait dû se limiter à la ciuitas Romana, sans inclure le conubium si, comme nous le pensons, ils étaient admis à recevoir un bienfait impérial en tant que membres de cette troupe. Il est en même temps évident qu’ils ne pouvaient pas ne pas recevoir un bienfait, à l’instar des unités auxiliaires provinciales. Mais faut-il en déduire que, puisqu’ils n’apparaissent pas sur ce que J.C. Mann appelle les « normal diplomata »52, il faudrait accentuer le sens de cette différence et en faire un discriminant de l’accès aux générosités impériales ? Comme le montre une petite série de constitutions, les uns étaient récompensés de la cité romaine et du conubium, les autres étaient récompensés d’une manière parcimonieuse53. Mais que les Mauri equites de Mésie Supérieure aient reçu un diplôme militaire, à l’instar des Palmyreni sagittarii, montrerait que les Mauri gentiles auraient pu être gratifiés d’une manière semblable, mais seulement le moment venu. Il faudrait donc aller vers une conclusion inverse de celle défendue par J.C. Mann et envisager que les troupes qui par la suite seront définies par le mot de numerus recevaient aussi de l’empereur des bienfaits, donnant matière à la production de textes que l’on dénommera diplômes militaires54, mais avec un contenu normatif spécifique.

Haut de page

Bibliographie

Benseddik N. 1979, Les troupes auxiliaires de l’armée romaine en Maurétanie Césarienne sous le Haut-Empire, Alger.

Christol M. 1981, « L’armée des provinces pannoniennes et la pacification des révoltes maures sous Antonin le Pieux », AntAfr 17, p. 133-141.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1981_num_17_1_1075

Christol M. 2005, Regards sur l’Afrique romaine, Paris (Collection des Hespérides).

Coltelloni-Trannoy M. 1997, Le royaume de Maurétanie sous Juba II et Ptolémée, Paris (Études d’Antiquités africaines).
https://www.persee.fr/doc/etaf_0768-2352_1997_mon_2_1

Di Vita-Évrard G. 1987, « En feuilletant les “Inscriptions antiques du Maroc, 2” », ZPE 68, p. 193-225.

Drici S. 2015, « Inscription inédite des Bavares d’El-Bayadh et les troubles au Maghreb ancien », Ikosim 4, p. 51-66.
https://www.academia.edu/16270060

Eck W., Pangerl A. 2006-2007, « Neue Diplome für die dakischen Provinzen », Acta Musei Napocensis 43-44, p. 185-210.
https://www.academia.edu/1754545

Eck W., Pangerl A. 2012, « Eine Konstitution für die Truppen von Dacia superior aus dem Jahr 142 mit der Sonderformel für Kinder von Auxiliaren », ZPE 181, p. 173-182.

Eck W., Pangerl A. 2014, « Zwei neue Diplome für die Truppen von Dacia superior und Dacia Porolissensis », ZPE 191, p. 269-277.

Eck W., Pangerl A. 2016, « Eine Konstitution aus dem Jahr 152 oder 153 für niedermösiche und britannische Truppen, abgeordnet nach Mauretania Tingitana. Mit einer Appendix von Paul Holder », ZPE 199, p. 187-201.

Eck W., Pangerl A. 2018, « Eine Konstitution für abgeordnete Truppen aus vier Provinzen aus dem Jahr 152 », ZPE 208, p. 229-236.

Euzennat M. 1984, « Les troubles de Maurétanie », CRAI 128, 2, p. 372-391.
https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1984_num_128_2_14173

Faoro D. 2011, Praefectus, procurator, praeses. Genesi delle cariche presidiali equestri nell’Alto Impero Romano, Firenze (Studi udinesi sul mondo antico 8).

Frézouls Edm. 1957, « Les Baquates et la province romaine de Tingitane », BAM 2, p. 65-116.

Frézouls Edm. 1980, « Rome et la Maurétanie Tingitane : un constat d’échec ? », AntAfr 16, p. 65-93.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1980_num_16_1_1058

Hamdoune Chr. 1999, Les auxilia externa africains des armées romaines, iiie siècle av. J.-C. – ive siècle ap. J.-C., Montpellier (Études militaires 29).

Holder P. 2006, « Two Military Diplomas from the Reign of Antoninus Pius », ZPE 156, p. 255-263.

Holder P. 2016, « Appendix », dans Eck, Pangerl 2016, p. 198-201.

Kuhoff W. 1993, « Die Beziehungen des römischen Reiches zum Volksstamm der Baquates in Mauretanien », Arctos 28, 1993, p. 55-71.

Le Bohec Y. 1989, Les unités auxiliaires de l’armée romaine en Afrique Proconsulaire et Numidie sous le Haut Empire, Paris (Études d’Antiquités africaines).
https://www.persee.fr/doc/etaf_0768-2352_1989_mon_3_1

Le Roux P. 1986, « Les diplômes militaires et l’évolution de l’armée romaine de Claude à Septime Sévère : auxilia, numeri et nationes », dans W. Eck, H. Wolff (éd.), Heer und Integrationspolitik. Die römischen Militärdiplome als historische Quelle, Köln-Wien, p. 347-374.

Leschi L. 1942, « Rome et les nomades du Sahara central », dans Travaux de l’Institut de Recherches Sahariennes, I, p. 47‑62.

Leschi L. 1957, Études d’épigraphie, d’archéologie et d’histoire africaines, Paris.

Mann J.C. 1954, « A Note on the Numeri », Hermes 82, p. 501-506.

Mann J.C. 1985, « The “Palmyrene” Diplomas », dans RMD II, p. 217-219.

Mommsen Th. 1884, « Die Conscriptionsordnung der römischen Kaiserzeit », Hermes 19, p. 1-79, 210-234.

Mommsen Th. 1887, « Die römischen Provinzialmilizien », Hermes 22, p. 547-558.

Mommsen Th. 1897, « Die Walldürner Inschrift », Limesblatt 24, p. 660-667.

Mommsen Th. 1910, Gesammelte Schriften, VI (Historische Schriften, III), Berlin (réimpr. Berlin, 1965).

Morizot P. 2015, Romains et Berbères face à face, Paris (Les Hespérides).

Pflaum H.-G. 1955, « Deux carrières équestres de Lambèse et de Zana », Libyca 3, p. 123-154.

Pflaum H.-G. 1960-1961, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris.

Pflaum H.-G. 1978, Scripta varia, 1. Afrique romaine, Paris.

Piso I. 1993, Fasti provinciae Daciae, I. Die senatorischen Amtsträger, Bonn (Antiquitas 1, 43).

Piso I. 2000, « Les légions dans la province de Dacie », dans : Y. Le Bohec, C. Wolff (éd.), Les légions de Rome sous le Haut-Empire, Actes du Congrès de Lyon, 17-19 septembre 199), Lyon (Collection du Centre d’études romaines et gallo-romaines, 20), p. 205-225.

Piso I. 2005, An der Nordgrenze des Römischen Reiches. Ausgewälhlte Studien (1972-2003), Stuttgart (Heidelberger althistorische Beiträge und epigraphische Studien 41).

RGZM, B. Pferdehirt, Römische Militärdiplome und Entlassungsurkunden in der Sammlung des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, Mainz (Kataloge vor- und frühgeschichtlicher Altertümer 37).

RMD, M.M. Roxan (puis P. Holder), Roman Military Diplomas, I-V, London (ICS Occasional publications 2, 9, 14 ; BICS suppl.82, 88), 1978-2006.

Rowell H.T. 1939, « The Honesta Missio from the Numeri of the Roman Imperial Army », YClS 6, p. 73-108.

Roxan M. 1981, « The Distribution of Roman Military Diplomas », Epigraphische Studien, 12, p. 265-286.

Salama P. 1991, « Quelques incursions dans la zone occidentale du limes de Numidie », AntAfr 27, p. 93-105.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1991_num_27_1_1190

Saxer R. 1967, Untersuchungen zu den Vexillationen des römischen Kaiserheeres von Augustus bis Diokletian, Bonn (Epigraphische Studien 1).

Southern P. 1989, « The Numeri of the Roman Imperial Army », Britannia 20, p. 81-140.

Speidel M.P. 1972, « The Pedites Singulares Pannoniciani in Mauretania », AJPh 93, p. 299-302.

Speidel M.P. 1975a, « The Rise of Ethnic Units in the Roman Imperial Army », ANRW, II.3, p. 202-231.

Speidel M.P. 1975b, « Africa and Rome : Continuous Resistance ? (A Vexillatio of the Norican Ala Augusta in Mauretania », Proceedings of the African Classical Association 13, 1975, p. 36-38.

Speidel M.P. 1977, « Pannonian Troops in the Moorish War of Antoninus Pius », dans Limes. Akten des 11. Internationalen Limeskongresses, Székesfehévár, 30.8.-6.9.1976, Budapest, p. 129-135.

Speidel M.P. 1984, Roman Army Studies, I, Amsterdam, 1984 (Mavors 1).

Speidel M. P. 1993, « Mauri equites. The Tactics of Light Cavalry in Mauretania », AntAfr 29, p. 121-126.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1993_num_29_1_1214

Stein A. 1944, Die Reichsbeamten von Dazien, Budapest (Dissertationes Pannonicae I, 12).

Haut de page

Notes

1 CIL, III, Suppl. (1902), p. 1989 (Constitutiones ueteranorum), LVII (ILS, 2006) = CIL, XVI, 108 = IDR, I, 16.

2 Stein 1944, p. 27-28 ; Piso 1993, p. 66-73, no 16 ; PIR2 S 880.

3 Ils apparaissent dans Rowell 1939 et dans Mann 1954 ; Christol 1981, p. 137 avec n. 3 et 4 ; Le Roux 1986, p. 359-360, 365 et 367.

4 Hamdoune 1999, p. 109-186 passim.

5 On s’attendrait à les trouver également dans l’ouvrage de Y. Le Bohec (1989) sur les unités auxiliaires de l’armée d’Afrique, car il est difficile de démontrer qu’une part des soldats mentionnés ne serait pas issue des unités auxiliaires de cette province, puisqu’il s’agit de la composition de l’exercitus Africanus. Mais une recherche attentive, y compris par l’indexation, n’aboutit à rien.

6 Mommsen 1884 ( = 1910, p. 20-117).

7 Mommsen 1887 ( = 1910, p. 145-155) ; 1897 ( = 1910, p. 166-172).

8 Saxer 1967, p. 28, no 48.

9 Eck, Pangerl 2006-2007 (d’où AE, 2007, 1763).

10 Eck, Pangerl 2014, p. 269-272 (d’où AE, 2014, 1639).

11 Piso 1993, p. 70-71 ; 2000, p. 222 ( = 2005, p. 424-425) à la suite de Stein 1944, p. 28 et de Saxer 1967, p. 32 ; contra : Eck, Pangerl 2006-2007, p. 201-202. On ne peut plus envisager un transfert de troupes en vue d’une guerre contre les Daces et les Iazyges vers 157-158.

12 Speidel 1972, p. 300-301, à partir de la révision de CIL, VIII, 21453 (d’où AE, 1971, 532) ; Benseddik 1979, p. 63, 75 et 242 no 207. Speidel considère comme semblables à cette troupe les pedites singulares Britanniciani de CIL, XVI, 54 (cf. AE, 2008, 75) et 57, puis de RGZM, 22 (cf. AE, 2005, 1281 = 2013, 1716), de RMD, IV, 225 et 226 (avec un bref inventaire des documents, p. 442), de AE, 2011, 1790, de RMD II, 123 (cf. AE, 1987, 843 ; l’unité est appelée uexillatio) et de AE, 2012, 1945 (d’après Eck, Pangerl 2012) : dans cette dernière inscription elle est appelée numerus, comme dans AE, 1992, 1487 = 2010, 1356 et 1337, où est aussi mentionné son commandant, un tribun, cf. aussi AE, 2003, 1513) : c’est donc la qualification de l’unité, acquise au cours de son existence. Speidel évoque aussi le n(umerus) expl(oratorum) [G]er[m]anicianorum G[e]r(maniae) Inf(erioris) de CIL, III, 14207, 10. Voir aussi Eck, Pangerl 2014, p. 271.

13 Sur ce point, il y a accord : Rowell 1939, p. 71 ; Mann 1954, p. 501-502 ; Speidel 1975a, p. 206 et 208-209 ( = Speidel 1984, p. 121 et 123-124) ; Christol 1981, p. 137 avec no 3-4 ; Le Roux 1986, p. 365 ; Southern 1989, p. 93 ; Hamdoune 1999, p. 149-151.

14 CIL, XVI, 164 ; Saxer 1967, p. 25-26, no 43.

15 AE, 1956, 124 (à Diana Veteranorum) ; Pflaum 1960-1961, p. 476-494, no 181 bis, reprenant Pflaum 1955 ( = Pflaum 1978, p. 53-84) ; Saxer 1967, p. 37-39 no 68. On relèvera que Chr. Hamdoune (1999, p. 121-122), interprétant strictement l’emploi des mots Afri et Mauri, fait de cette troupe une unité constituée de « cavaliers africains », c’est-à-dire recrutés, comme l’indiqueraient les termes de géographie rapportés à la géographie administrative de l’époque, dans les provinces voisines d’Africa et de Mauretania Caesariensis et agissant hors de ces provinces ; voir aussi Saxer 1967, p. 38. On pourrait préférer voir en eux une unité constituée par des prélèvements comparables à ceux qu’évoque le diplôme de Brigetio (CIL, XVI, 99). Ils auraient été, à leur instar, in expeditione, mais ils provenaient des deux provinces africaines voisines. Il faut renoncer à retrouver une origine « ethnique ». Cette troupe serait plus comparable à la uexillatio equitum Illyricorum du diplôme CIL, XVI, 75 de l’année 129 (Saxer 1967, p. 28, no 48) que l’on doit retrouver dans le diplôme RMD, I, 39 de l’année 140 sous la forme du numerus equit(um) Illyricor(um), si l’on adopte le point de vue de P. Le Roux (1986, p. 365-366), mais on aurait tout autant pu trouver pour dénommer ces cavaliers l’adjectif Illyricianorum au lieu d’Illyricorum. On se référera aussi à l’inscription qui mentionne la carrière de L. Paconius Proculus (CIL, VI, 32933 = ILS, 2723 ; Saxer 1967, p. 26, no 44) : praef(ecto) uexillation(i) eq(uitum) Moesiae Infer(ioris) et Daciae eunti in expeditione Parthic(a). Dans le premier des cas qui viennent d’être cités, le terme retenu permet d’englober des soldats issus de troupes réparties dans plusieurs provinces voisines. Les articles de Mann et de Rowell sont antérieurs à la publication de l’inscription de Diana Veteranorum.

16 CIL, XVI, 99 (CIL, III, D. C. = ILS, 9056).

17 Speidel 1977 ( = 1984, p. 211-215) ; Christol 1981 ( = 2005, p. 24-29). Point de vue rapidement repris par W. Eck et A. Pangerl (2018, p. 235).

18 Il s’agit de RMD, IV, 273 = RGZM, 36, revu par P. Holder (2006, p. 261-264, d’où AE, 2006, 1832), puis du diplôme enregistré dans AE, 1998, 1116, revu également par P. Holder (2006, p. 255-260). Au même moment s’ajoutait le diplôme publié par B. Pferdehirt (RGZM, 32), appartenant aussi à l’année 151 et au gouvernement de T. Varius Clemens, dont il aide à préciser la date (Faoro 2011, p. 271-273). Le premier suggérait une participation des armées des provinces de Mésie, le second indiquait la continuité de la présence des soldats pannoniens en 151, le troisième indiquait qu’auraient aussi accompagné les soldats des provinces danubiennes des détachements prélevés dans la province voisine du Norique.

19 RGZM, 32.

20 RMD, IV, 405 = Holder 2016 dans Eck, Pangerl 2016, p. 205-206 = Eck, Pangerl 2018, p. 236.

21 Inventaire des auteurs par Hamdoune 1999, p. 150 avec no 53.

22 CIL, XVI, 99 ; RGZM 32 ; RMD, V, 398, 405. Sur la place de l’épigraphie militaire, voir surtout les travaux de J. Baradez et de M. P. Speidel. Ce dernier attire l’attention sur l’apport des bas-reliefs, pour mieux saisir l’art du combattant : Speidel 1993.

23 Speidel 1975a, p. 208-209 ( = 1984, p. 123-124) ; Hamdoune 1999, p. 151-152.

24 Christol 1981.

25 Euzennat 1984.

26 1975b ( = 1984, p. 337-339).

27 Leschi 1942 ( = 1957, p. 65-74).

28 Salama 1991.

29 Notamment à partir de la documentation épigraphique, supposée rendre mieux compte des réalités vécues de la vie provinciale : Speidel 1975b ( = 1984, p. 337-340). L’analyse de P. Morizot (2015, p. 57-58) tient compte de la nécessité de rééquilibrer l’appréciation des sources ; voir aussi, par exemple, Frézouls 1980, p. 71-76. On versera au dossier le propos du panégyrique de Maximien Hercule en 291 (Pan. Lat., III (11), 5, 4, éd. Galletier, CUF) : omitto… , etiam illa quae armorum uestrorum terrore facta sunt uelut armis gesta praetereo, Francos ad petendam pacem cum rege uenientes Parthumque uobis numerum miraculis blandientem

30 Frézouls 1957 et 1980 ; Di Vita-Évrard 1987, p. 200-208 ; Kuhoff 1993.

31 IAM, II, 376.

32 IAM, II, 402.

33 IAM, II, 384.

34 CIL, VIII, 9663 ; Frézouls 1980, p. 66-67.

35 AE, 2014, 1590 cf. 2015, 1863 ; Drici 2015.

36 Coltelloni-Trannoy 1997, p. 60-67.

37 Point de vue qui semble admis par Hamdoune lorsqu’elle envisage le cadre des relations entre pouvoir romain et les peuples fournissant ces soldats : Hamdoune 1999, p. 153-154.

38 CIL, III, 7872.

39 Speidel 1975a, p. 208-211.

40 AE, 1944, 74 ; CIL, III, 6267 ; CIL, III, 1418 = AE, 2004, 1209.

41 CIL, III, 1343, p. 1402 = IDR, III.3, 77 = AE, 1977, 705 ; IDR, III.1, 156 ; AE, 1978, 662 = 1994, 1490 = IDR, III.5, 219, où l’on pourrait tenter de restituer autre chose qu’eques pour un ancien singularis du gouverneur.

42 Speidel 1975a, p. 211-212 ( = 1984, p. 123-124) ; Hamdoune 1999, p. 132-134.

43 Hamdoune 1999, p. 137-149.

44 Hamdoune 1999, p. 115-128, puis p. 137 et 216.

45 Mann 1954, p. 501 ; Roxan 1981 ; Hamdoune 1999, p. 154
et 166.

46 Ce qui, pour ces derniers a été mis en évidence par Le Roux (1986, p. 369) ; voir aussi Hamdoune 1999, p. 155, qui envisage, à juste titre à notre avis, que ce texte apporte un témoignage d’« affectation durable », comme il faut l’admettre aussi pour les Mauri gentiles.

47 Comme l’envisage P. Le Roux (1986, p. 369-370).

48 Mais il ne peut s’agir de la même unité : Le Roux 1986, p. 365.

49 P. Le Roux (1986, p. 358-360) dresse une liste des diplômes militaires pour les Palmyreni sagittarii (dont la dénomination ressemble à celle des Mauri equites : l’origine et le rôle tactique).

50 Hamdoune 1999, p. 166, les deux diplômes CIL, XVI, 114 et CIL, XVI, 108, pour « bien les distinguer », ce qui est exact d’un point de vue abstrait. Mais on peut aussi les considérer comme témoins de deux étapes du sort attribué aux unités de gentiles, quand celles-ci se transformaient avec le temps, le diplôme CIL, XVI, 108 correspondant à une phase initiale, le diplôme CIL, XVI, 114 à une étape postérieure de l’évolution de la troupe, d’abord mieux établie dans un cadre provincial, sans qu’aient disparu les différences de statut avec la plus grande partie des troupes auxiliaires.

51 IAM, II, 94 ; Le Roux 1986, p. 367-369.

52 Mann 1954, p. 502.

53 Mann 1954 ; Mann 1985.

54 Situation envisagée par P. Le Roux (1986, p. 369-370), mais en faisant intervenir, comme élément restrictif, l’existence d’un foedus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Christol, « Conflits, tensions et recrutements : les Mauri gentiles »Antiquités africaines, 56 | 2020, 293-301.

Référence électronique

Michel Christol, « Conflits, tensions et recrutements : les Mauri gentiles »Antiquités africaines [En ligne], 56 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/antafr/3202 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.3202

Haut de page

Auteur

Michel Christol

PE Paris 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Antiquités africaines

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search