Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56Dossier « Mobilité, garnisons et...Mobilité des unités et « dislocat...

Dossier « Mobilité, garnisons et nouveautés en épigraphie militaire : les unités auxiliaires et l’Afrique romaine »

Mobilité des unités et « dislocation » de la documentation : l’exemple des auxiliaires attestés en Numidie septentrionale au ier s. ap. J.‑C.

Anne-Florence Baroni
p. 303-321

Résumés

Avant la pacification de la Numidie septentrionale à la fin de l’époque julio-claudienne, la défense de Cirta, alors seule colonie romaine à l’extrémité occidentale de la province d’Afrique, repose principalement sur des unités auxiliaires. En raison de la mobilité des troupes et des individus, mais aussi de la nature et de la rareté de la documentation épigraphique au ier s. ap. J.‑C., les unités stationnées en Numidie et les lieux de garnison sont difficiles à identifier. Cependant, les attestations d’auxiliaires, croisées avec celles des descendants de vétérans installés à proximité de leurs anciens postes, font apparaître un dispositif défensif à l’ouest et au sud du territoire de Cirta, auquel ont pris part l’ala I Pannoniorum, la cohors VII Lusitanorum, vraisemblablement la cohors II Gemella Thracum et peut-être l’ala Veterana. Ces données permettent également d’éclairer les enjeux militaires à l’époque julio-claudienne, le processus de pacification et l’intégration des vétérans à la société locale

Haut de page

Texte intégral

Photographies prises au musée Cirta de Constantine dans le cadre de l’autorisation du Ministère de la Culture algérien no 474D.P.L.B.C.V./M.C., de la convention signée avec l’Office National de Gestion et d’Exploitation des Biens culturels protégés no 254/DG/62/SDPPC/2010 et de la convention signée avec le Musée national Cirta de Constantine du 11/05/2011.
Je tiens à remercier pour leur relecture et leurs conseils Benoît Rossignol et Dan Dana, dont les remarques judicieuses ont par ailleurs nourri ce travail.

  • 1 Sur les différents camps de la légion, Ammaedara (Haïdra) depuis le début du ier s., Theueste (Téb (...)
  • 2 Voir l’introduction de D. Dana et B. Rossignol de ce dossier.
  • 3 Pour X. Dupuis (2017), une date ultérieure est également envisageable, au plus tard au début du rè (...)
  • 4 Par ex. ILAlg II, 1, 8 dans le port de Rusicade. Également ILAlg II, 1, 65 et peut-être 63-64 ; IL (...)
  • 5 Voir par exemple les interventions de D. Fonteius Frontinianus L. Sertinius Rufinus en 160-162 : J (...)
  • 6 App., BC, IV, 54.
  • 7 Cette évolution peut expliquer en partie la politique maure d’Auguste et notamment la création de (...)
  • 8 La création de la colonie de Cirta (colonia Iulia Iuuenalis Honoris et Virtutis Cirta d’après ILAl (...)
  • 9 Comme l’ont montré les travaux de H.-G. Pflaum puis ceux de J.-M. Lassère : Pflaum 1956 ; 1959 ; 1 (...)
  • 10 Le Bohec 1989a, p. 360. Des épitaphes du ier s. (Lassère 1973, p. 108) sont attestées, notamment à (...)

1En raison de l’établissement du camp de la IIIe légion Auguste à Lambèse à partir de Trajan1, les travaux sur la présence militaire en Numidie se sont concentrés principalement sur les troupes légionnaires et sur le sud de la province, tandis que le nord et les auxiliaires ont suscité moins d’intérêt2. Le nord de la province, créée selon la date généralement admise sous Septime Sévère3, correspond au territoire des colonies de Cirta et de Cuicul. À partir des Flaviens4, il est faiblement militarisé et le légat de légion, qui fait office de gouverneur dans la région à partir du iie s., y intervient rarement5. Pourtant, durant le premier siècle de la domination romaine, le nord de la Numidie est un territoire stratégique. La région de Cirta a d’abord joué le rôle de glacis protecteur au lendemain de la conquête du royaume de Numidie en 46 av. J.‑C. : le domaine donné par César au chef de mercenaires P. Sittius6 a pendant un temps servi de zone tampon entre l’Africa romaine et le royaume de Maurétanie. En quelques décennies seulement, cette région de Numidie devient une zone à défendre7 : à partir d’Octavien8 et jusqu’à la fondation de Cuicul à la fin du ier s., Cirta est la seule colonie romaine dans ce qui est à l’époque l’extrémité occidentale de la province d’Afrique, au cœur d’un territoire agricole prospère dont la romanisation est achevée pour l’essentiel dès l’époque julio-claudienne9. Au ier s., le nord de la Numidie est donc un pôle avancé de la présence romaine dans une zone dont le contrôle n’est pas totalement assuré. Or, d’après les sources épigraphiques, la protection de cette région, notamment face aux tribus, a été confiée aux troupes auxiliaires10.

  • 11 Voir l’introduction de D. Dana et B. Rossignol.
  • 12 Dont la solde s’élève à une fois et demi ou deux fois la solde de base. Veg., Mil., II, 7 : duplar (...)

2Les inscriptions laissées par les auxiliaires potentiellement chargés de cette mission illustrent bien, sur un territoire restreint et une chronologie resserrée, le problème de la mobilité des troupes et de l’établissement d’une « dislocation »11 de la documentation les concernant : plusieurs unités y sont attestées, mais souvent grâce à des vétérans, ce qui empêche de savoir avec certitude si elles étaient stationnées dans la région. Les soldats pour lesquels il n’est pas précisé qu’ils ont quitté l’unité sont mentionnés essentiellement sur des épitaphes. Il s’agit généralement d’officiers ou de cavaliers, souvent sesquiplicarii ou duplicarii12, c’est-à-dire les plus aisés de ces auxiliaires ; le simple soldat a pour sa part difficilement les moyens financiers de payer une inscription et ne laisse pas de trace dans les sources. Le faible nombre de documents et leur nature, mais aussi les déplacements des troupes, la réunion de plusieurs unités au même endroit ou l’envoi de détachements d’une même unité dans différents forts, rendent difficile l’identification du lieu de garnison. On peut toutefois tenter d’en trouver des indices supplémentaires, en dehors des témoignages directs laissés par ces militaires, en s’intéressant à leurs éventuels descendants et à leur insertion dans la population locale. L’ensemble de la documentation réunie permet d’éclairer les étapes de la mainmise sur l’ancien royaume de Numidie et l’intégration progressive de ces territoires au monde romain.

Fig. 1 : ILAlg II, 3, 9442 : épitaphe de Ti. Claudius, M<a>ntai f., Cilius

Fig. 1 : ILAlg II, 3, 9442 : épitaphe de Ti. Claudius, M<a>ntai f., Cilius

(musée de Constantine)

  • 13 Est exclu de cette étude le cas de P. Licinius Agat(h)opus : ce vétéran est retourné chez lui à Ga (...)
  • 14 Le Bohec 1989b, p. 33-48 (avec la liste de la documentation sur le personnel de l’unité) ; il s’ag (...)
  • 15 Camps 1993.
  • 16 Cité dans Le Bohec 1989b, p. 33-34. Y. Le Bohec (1989a, p. 360-361) signale également un poste de (...)
  • 17 AAA, f. 17, 102.
  • 18 ILAlg II, 3, 9441 : Boutius,| Celi f(ilius), eques | alae Pannon[i|or(um)] I [--- | ---?].
  • 19 ILAlg II, 3, 9442 (pl. CIV) : Ti(berius) Claudius, M<a>n|tai f(ilius), Cilius, Lusi|tanus, eques ala|</a> (...)
  • 20 ILAlg II, 3, 9443 : Dasius, Liccaion|is f(ilius), nation{n}e Bre|ucus, eques ses|[quiplicarius ala (...)
  • 21 Voir Alquier, Alquier 1929, p. 85, no 28, fac-similé p. 84 et photographie p. 173, fig. 83 (AE, 19 (...)

3Sur la soixantaine d’inscriptions mentionnant des militaires en Numidie septentrionale, une vingtaine concerne des auxiliaires13. Les documents épigraphiques font connaître cinq unités qui ont pu participer au ier s. ap. J.‑C. à la défense de cette partie de la Numidie. Mais cette participation est certaine pour deux d’entre elles seulement, l’ala I Pannoniorum14 et la cohors VII Lusitanorum ; les autres sont attestées par des épitaphes isolées et la sépulture d’un soldat ou d’un vétéran sur place n’implique pas nécessairement le passage dans la région de toute l’unité. L’ala I Pannoniorum, dont l’appartenance à l’armée d’Afrique ne fait aucun doute grâce à une abondante documentation, est attestée dans le Chettaba15, petit massif montagneux à l’ouest du territoire de Cirta. Six épitaphes de cavaliers de cette aile, datant vraisemblablement du milieu du ier s., indiquent que l’ala I Pannoniorum y a probablement été en garnison à cette époque, dans un fort qu’A. Berthier a peut-être identifié16. Quatre de ces épitaphes ont été découvertes sur le site du castellum Phuensium (Aïn Foua)17 : celle de Boutius, Celi f(ilius)18 ; celle érigée par deux affranchies et héritières à Ti. Claudius, M<a>ntai f(ilius), Cilius, Lusitanus, mort à quarante-cinq ans après vingt-sept ans de service19 (fig. 1) ; celle de Dasius, Liccaionis f(ilius), nation{n}e Breucus, eques ses[quiplicarius]20 (fig. 2) ; et enfin celle de Iora, fils de Lisrus, signifer, natione Golailus, qui a servi vingt-deux ans21.

Fig. 2 : ILAlg II, 3, 9443 : épitaphe de Dasius, Liccaionis f.

Fig. 2 : ILAlg II, 3, 9443 : épitaphe de Dasius, Liccaionis f.

(musée de Constantine)

  • 22 Alquier, Alquier 1929, p. 94-95, no 78, fac-similé p. 95, et photographie p. 177, fig. 85 (AE, 193 (...)
  • 23 Alquier, Alquier 1929, p. 95, no 79 (avec fac-similé) et photographie p. 177, fig. 86 = ILAlg II, (...)

4Les deux autres inscriptions proviennent des environs d’Oued Athmenia, au sud-ouest du castellum Phuensium : l’épitaphe du cavalier Quintus, Mucatrali f(ilius), cavalier d’origine thrace appartenant à la turme de Liccaio, mort à trente-cinq ans après dix-sept ans sous les enseignes, est élevée par son héritier Spinus, fils de Mucacentus, également cavalier de cette unité22 (fig. 3 et 4) ; celle du cavalier Talanus, fils de Surnus, est lacunaire et ne donne pas d’autre information que le nom et la fonction du défunt, peut-être im(aginifer)23.

Fig. 3 : ILAlg II, 3, 8467 : épitaphe de Quintus Mucatrali f.

Fig. 3 : ILAlg II, 3, 8467 : épitaphe de Quintus Mucatrali f.

(musée de Constantine) [inscription brisée]

Fig. 4 : ILAlg II, 3, 8467 : épitaphe de Quintus Mucatrali f.

Fig. 4 : ILAlg II, 3, 8467 : épitaphe de Quintus Mucatrali f.

(Planche CIV des ILALg) [inscription entière]

  • 24 Le Bohec 1989b, p. 54, n. 49 ; Annuaire de la Société archéologique de la province de Constantine, (...)
  • 25 ILAlg II, 3, 8468 et pl. CIV.
  • 26 ILAlg II, 3, 9442 (supra, n. 19).

5À ces six épitaphes, il convient sans doute d’ajouter un septième document, une stèle du castellum Phuensium dont le dessin a été publié à la fin des années 1850 dans l’Annuaire de la Société archéologique de la province de Constantine24 : le champ épigraphique a disparu, mais la forme de la stèle et le décor présentent une grande ressemblance avec les monuments de Talanus à Oued Athmenia25 (une stèle à fronton triangulaire, avec le motif du croissant) (fig. 5) et de Ti. Claudius, M<a>ntai f(ilius), Cilius, au castellum Phuensium26 (qui représente un cavalier javelot en main terrassant un ennemi) (fig. 6).

Fig. 5 : ILAlg II, 3, 8468 : épitaphe de Talanus, Surni f.

Fig. 5 : ILAlg II, 3, 8468 : épitaphe de Talanus, Surni f.

Planche CIV des ILAlg.

Fig. 6 : Annuaire de la Société archéologique de Constantine 1858-1859, pl. XV

Fig. 6 : Annuaire de la Société archéologique de Constantine 1858-1859, pl. XV
  • 27 Lassère 1973, p. 108 ; Le Bohec 1989b, p. 11-14.
  • 28 Holder 1980, p. 47-48, tableau p. 57-58 ; Birley 1986.

6La datation à l’époque julio-claudienne de ces épitaphes se déduit du formulaire27, qui présente le nom du défunt au nominatif sans consécration aux Dieux Mânes et la formule finale h(ic) s(itus) e(st) ; caractéristiques du ier s. sont également le nom du corps de troupe à l’ablatif (sur l’épitaphe de Iora, Lisri f.), le numéro de l’unité placé après l’ethnique (ala Pannoniorum I au lieu de ala I Pannoniorum, qui devient l’ordre habituel à la fin du ier s.) et l’expression du nombre d’années de service grâce au verbe militauit, que l’on trouve sur les épitaphes de Quintus, Mucatrali f(ilius), et de Ti. Claudius, M<a>ntai f(ilius), Cilius. Ce dernier offre de surcroît l’indice le plus précis pour dater la présence de l’unité dans le Chettaba : d’après son praenomen et son gentilice, Ti. Claudius, M<a>ntai f(ilius), Cilius, né pérégrin, a reçu la citoyenneté romaine de Claude ou de Néron. Il est mort citoyen romain après vingt-sept ans de service, visiblement sans avoir reçu son congé : il semble par conséquent avoir bénéficié de la réforme de Claude qui accorde la citoyenneté romaine aux auxiliaires ayant servi plus de vingt-cinq ans, alors que l’honesta missio est à cette époque concédée après trente ans de service28. Cette réforme a peut-être été introduite lors de la censure de Claude en 47-48, ce qui constituerait le terminus post quem de l’épitaphe du cavalier lusitanien. Les inscriptions laissées par les cavaliers de l’ala I Pannoniorum dans le Chettaba font donc partie des inscriptions latines les plus anciennes de Numidie, où les témoignages épigraphiques sont peu fréquents avant la fin du ier s.

  • 29 ILAlg II, 3, 9442 (supra, n. 19) ; Plin., nat., III, 147 (région de Sirmium) ; Mócsy 1959, p. 178  (...)
  • 30 CIL XIII, 3541 : Beladi|us Tala|ni f(ilius), Pan(nonius),| an(norum) XLV,| stip(endiorum) XXXI,| h (...)
  • 31 Speidel 1992, p. 404-405. Voir par ex. TitAq II, 676.
  • 32 Pflaum 1976, p. 64 ; ILAlg II, 3, p. 1032. Le nom est illyrien d’après Mócsy 1959, p. 177.
  • 33 AE, 1937, 216 ; TitAq II, 760 : [---, | --- eques] | ala Hisp(anorum) pr[i(ma)],| Lucius ann(orum) (...)
  • 34 CIL XVI, 2 : (...) cohort(is) II Hispanorum, cui prae(e)st | C(aius) Cauarius Priscus,| equiti | D (...)
  • 35 ILAlg II, 3, 8467-8468 (supra, nn. 22 et 23).
  • 36 De la même façon, le Thrace Tarsas Capito (infra, n. 52) est désigné sur son épitaphe à Ammaedara (...)
  • 37 Dana 2014b, en part. p. 228-229.
  • 38 Dana 2014b, p. 322.
  • 39 Pflaum H.-G., ad ILAlg II, 3, 9441. 114 occurrences du nom Boutius ou Boutia sont recensées dans l (...)
  • 40 Cilius et Mantaus sont des noms lusitaniens : Le Roux 1982, p. 190, no 70 ; Atlas 2003, p. 43, p.  (...)
  • 41 Le Bohec 1989b, p. 33 et p. 54, n. 47 suggère le principat d’Auguste.
  • 42 Pflaum H.-G., ad ILAlg II, 3, 9441.
  • 43 Le Bohec 2006, p. 119.

7Les six inscriptions du castellum Phuensium et d’Oued Athmenia permettent d’identifier trois zones de recrutement des soldats de l’ala I Pannoniorum au milieu du ier s. : la Pannonie, où l’unité a été constituée, la Thrace et la péninsule Ibérique. On compte ainsi trois cavaliers pannoniens : l’origine est certaine pour le Breuque Dasius, fils de Liccaio, dont le père porte également un nom illyrien29. L’homonyme de ce dernier, Liccaio, commandant de la turme dans laquelle a servi Quintus, fils de Mucatralis, est donc lui aussi Pannonien. Talanus, Surni. f., est sans doute le troisième cavalier à partager cette origine : Talanus est en effet le nom du père d’un soldat pannonien enterré à Boulogne-sur-Mer (Bononia)30. Par ailleurs, M.P. Speidel a attiré l’attention sur l’iconographie pannonienne de la stèle de Dasius, fils de Liccaio, qui figure un garçon tenant les deux chevaux qui sont le privilège du sesquiplicarius et du duplicarius, encadré par des colonnes en spirale31. L’origine de Iora, Lisri filius, natione Golailus, n’est pas identifiée, mais on peut le considérer comme Pannonien32 : Iora est attesté au milieu du ier s. sur l’épitaphe d’un cavalier de l’ala Hispanorum I à Aquincum33 et peut-être sur un diplôme militaire d’avant 54 trouvé près de Sirmium, pour la femme d’un soldat34. Les Thraces sont vraisemblablement aussi au nombre de trois35. Le premier est à l’évidence Quintus, Mucatrali f(ilius), natione Thracus : le soldat porte comme nom unique un prénom latin, qui, plutôt que son nom de naissance, doit être celui sous lequel il était connu dans l’armée romaine36 ; le nom de son père est en revanche typiquement thrace, comme l’est aussi Mucacentus, nom du père du camarade qui érige la stèle37 ; ce dernier, Spinus, porte peut-être lui-même un nom thrace38 sous une forme latine. Enfin, deux cavaliers enterrés au castellum Phuensium sont originaires de l’ouest de la péninsule Ibérique : Boutius, Celi f(ilius), dont le nom comme celui de son père sont fréquents dans cette zone39, et Ti. Claudius, M<a>ntai f(ilius), Cilius40, dont les deux héritières et affranchies qui érigent la stèle ont précisé l’origine lusitanienne. Pour expliquer leur appartenance à l’ala I Pannoniorum, Pflaum a émis l’hypothèse que l’aile, levée en Pannonie à une date inconnue41, aurait été stationnée en Lusitanie avant d’être transférée en Afrique42 ; Y. Le Bohec a quant à lui suggéré une promotion depuis une unité déjà présente en Afrique, comme la VIIe cohorte de Lusitaniens43. Mais rien n’empêche de considérer que des Lusitaniens aient été recrutés et versés directement dans cette aile, sans que celle-ci soit passée par la Lusitanie.

  • 44 It. Ant. 35, 4.
  • 45 Gsell, Graillot 1894, p. 547-548, no 18 ; Le Bohec 2007a, p. 367-36 (où AE, 2007, 1747) : D(is) M( (...)
  • 46 Gascou 1972, p. 100-101 ; Camps 1995.
  • 47 ILAlg II, 3, 7675 (pl. XI) : Marti Aug(usto) et | Genio coloniae | sacr(um).| T(itus) Flauius Quir (...)
  • 48 ILAlg II, 3, 7913 (pl. LIII) : L(ucio) Titinio Clodi|ano, e(gregio) u(iro), mil(itiarum) IIII,| a (...)

8L’ala I Pannoniorum a dû quitter le camp du castellum Phuensium au plus tard sous les Flaviens. Des inscriptions plus tardives du nord de la Numidie mentionnent cependant encore des soldats ayant appartenu à cette unité. À Diana (Diana Veteranorum d’après l’Itinéraire Antonin44), l’épitaphe de C. Iulius Donatus, equ[es] ala Pannoniorum I45, date probablement de la fin du ier s. : le nom de l’aile est encore à l’ablatif et le numéro postposé, mais le formulaire débute désormais par l’invocation aux Dieux Mânes. Comme à Cuicul, l’installation de vétérans à Diana au sud de la Confédération cirtéenne reflète les progrès du contrôle romain et l’évolution de l’organisation du territoire à la fin du ier s. ; uicus de vétérans à l’époque flavienne, Diana est ensuite promue au rang de municipe, vraisemblablement sous Trajan46. C’est également sous les Flaviens que le vétéran de l’ala I Pannoniorum T. Flauius Breucus, lui-même d’origine pannonienne d’après son surnom, a reçu la citoyenneté romaine ; comme on le verra, Breucus a reçu des terres en quittant l’armée, puis a sans doute participé à la fondation de la colonie de Cuicul, dont il devient par la suite flamine perpétuel47. Breucus n’est toutefois pas le seul citoyen de Cuicul membre de l’aile, car environ un siècle et demi plus tard, un actuarius de cette unité, C. Pomponius Saturninus, y est l’auteur d’un hommage à L. Titinius Clodianus, chevalier qui a fait fonction de gouverneur de la province de Numidie au iiie s., probablement sous Philippe l’Arabe et son fils48.

  • 49 Voir notamment l’inscription de Fermo CIL IX, 5363 et les diplômes militaires AE, 2005, 1715 = 201 (...)
  • 50 Le Glay 1968 ; Le Bohec 1989a, p. 353.
  • 51 Dana 2014a, p. 195-196 (AE, 2011, 1615 ; relecture de Ben Abdallah, Le Bohec 2007, p. 83-87) : Tar (...)
  • 52 Beschaouch 1969, photographies fig. 1-4 (AE, 1969/70, 661) ; ILPBardo, 45 : M(arcus) Licinius M(ar (...)
  • 53 CIL VIII, 23258 ; Le Bohec 1989b, p. 54, n. 52 (AE, 1992, 1764) : I Λ [---] | FRI V [---] HV | [-- (...)
  • 54 Ainsi Beschaouch 1969, p. 265.
  • 55 Ben Abdallah, Le Bohec 2007, p. 85. Mais le même n’écarte pas que seul un détachement de l’ala I P (...)

9L’ala I Pannoniorum appartient en effet pendant trois siècles à l’armée d’Afrique49 et ses déplacements sont relativement bien documentés après son départ du Chettaba. Dans le troisième quart du ier s., c’est-à-dire avant le départ de la légion pour Theueste vers 7550, trois cavaliers de l’unité sont attestés à Ammaedara : le Thrace Tarsas Capito, fils de Dinnis51, un Gaulois de Lyon, qui a d’abord été cavalier dans la IIIe légion Auguste d’avant d’être promu comme duplicarius dans l’ala Pannoniorum52, et probablement un cavalier anonyme sur une troisième épitaphe53. En raison de la maigreur des informations dont on dispose, il est difficile de déterminer si l’aile a d’abord été en garnison dans le Chettaba, au castellum Phuensium, avant d’être déplacée à Ammaedara54, ou bien si elle n’était présente que sous forme de détachement dans l’un ou l’autre de ces camps. Le cavalier lusitanien Ti. Claudius, M<a>ntai f(ilius), Cilius est en service dans le Chettaba sous Claude, à une époque où la légion se trouve en garnison à Ammaedara. Même si les inscriptions funéraires des cavaliers de l’aile à Ammaedara sont postérieures à celles du Chettaba, on ne peut donc totalement exclure que, comme l’a supposé Y. Le Bohec55, l’aile ait pu être en garnison à Ammaedara à partir du moment où s’y trouve également la IIIe légion Auguste, et que seul un détachement ait été envoyé dans le Chettaba.

  • 56 CIL VIII, 2355 (p. 951) = 17842 (= ILS 6841).
  • 57 CIL VIII, 2354 (p. 1693) (= ILS 305) : Victoriae | Parthicae | Aug(ustae) sacr(um),| ex testamento (...)
  • 58 Doisy 1953, p. 101-102, no 3 (AE, 1954, 144) : Mercurio | Aug(usto) | sacrum.| L(ucius) Domitius,| (...)
  • 59 Le Bohec 1989b, p. 34. M. P. Speidel (2006, p. 60) juge vraisemblable un cantonnement dans le sud (...)
  • 60 AE, 2005, 1715 = 2011, 1807 et RMD V, 368 = AE, 2005, 1722.
  • 61 AE, 1900, 35 et CIL VIII, 2532, Aa = 18042, Aa ; Les discours 2003, p. 43-44, 61, 90 ; photographi (...)
  • 62 CIL VIII, 2690 = 18110 : [-----]MV|[-----]NEI|[----]s dec(urio) | [alae] I Pann(oniorum) | [--]R[- (...)

10Les vétérans et soldats de l’aile ont ensuite participé à la progression du contrôle du territoire et à l’implantation des postes militaires dans la région de l’Aurès puis au sud de la Numidie. À Thamugadi (Timgad), colonie déduite en 10056, l’un des premiers habitants de la colonie, M. Annius Martialis, vétéran de l’ala Pannoniorum, de la légion III Augusta et de la XXX Vlpia Victrix qui a reçu l’honesta missio de Trajan, fait dresser sur le forum par testament deux statues à la Victoire Parthique de l’empereur57 ; vraisemblablement toujours au iie s., un ancien duplicarius de l’aile offre un autel à Mercure Auguste58. On ignore cependant le lieu de cantonnement de l’unité dans les premières décennies du iie s.59, bien que l’ala I Pannoniorum soit mentionnée sur au moins deux des quatre diplômes militaires connus à ce jour pour l’Afrique, issus d’une constitution d’Hadrien de la fin de l’année 12760, et parmi les unités inspectées en 128 par l’empereur, dont les discours à l’armée d’Afrique sont gravés au camp de la IIIe légion Auguste, à Lambèse61. Un probable décurion de l’aile est également attesté à Lambèse sur un fragment de base non daté62.

  • 63 Sur les postes du limes de Numidie, voir entre autres Picard 1947, p. 49-66 ; Faure, Leveau 2015 a (...)
  • 64 Leschi 1949 (repris dans Leschi 1957, p. 318-322) ; Baradez 1949, en part. p. 100-108, 117, 148 ; (...)
  • 65 En 140, Leschi 1949, p. 222 (AE, 1950, 60) ; le nom de l’aile est largement restitué. Au début du (...)
  • 66 CIL VIII, 2466 (p. 952) ; 17954 (ILS 2486) : [Pro] salute Im|[pe]ratorum L(uci) | [S]eptimi Seueri (...)
  • 67 CIL VIII, 2465 (p. 952) = 17953 (= ILS 2485) : I(oui) O(ptimo) M(aximo), Iun(oni) Reg(inae), Min(e (...)
  • 68 Le Bohec 1989b, p. 36.
  • 69 Picard 1947, p. 45-47, 63, p. 188-189, no 12, avec fig. et pl. XIV (AE, 1948, 214). CIL VIII, 8796 (...)
  • 70 Merlin 1909, p. 97-101, avec photographie = ILPBardo 22 (= ILS 9177 ; ILAfr 9, avec photographie)  (...)
  • 71 AAA, f. 47, 1.
  • 72 Picard 1947, p. 49 (comme castellum Dimmidi, des soldats de la legio III Augusta, de l’ala I Panno (...)
  • 73 CIL VIII, 18025 (révisée par Le Bohec 1989b, d’où AE, 1992, 1855) : Soli Inuicto | Mithrae,| [Iu]l (...)
  • 74 Le Bohec 1989b, p. 42 avec photographie (AE, 1992, 1859) : D(is) M(anibus) s(acrum).| C(aius) Iuli (...)
  • 75 Le Bohec 1980, p. 945-947 (d’où AE, 1980, 960) : [Inu]u(ictissimis) dd(ominis) nn(ostris) Aurel(is (...)
  • 76 V., dans ce volume, la contribution de X. Dupuis.
  • 77 Morizot, Morizot 1948, p. 126-127, carte p. 125 (d’où AE, 1951, 222), sur un caisson : D(is) M(ani (...)
  • 78 CIL VIII, 27428, avec la restitution proposée par S. M. Marengo (2012, p. 133-137) (d’où AE, 2012, (...)
  • 79 Picard 1945, p. 481, (d’où AE, 1946, 63) : D(is) M(anibus) s(acrum).| Iulius | Rogati|anus, eq(ues (...)

11Les cavaliers participent ensuite au dispositif de surveillance au sud et au sud-ouest de la Numidie63. En 132 est construit le camp de Gemellae (El Kasbat)64, à environ cent-cinquante kilomètres au sud-ouest de Lambèse et à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de Biskra : l’ala I Pannoniorum, qui y est attestée peut-être dès le règne d’Antonin et jusqu’à celui des deux Valériens et Gallien65, est l’unité la plus fréquemment mentionnée dans ce camp ; elle y assure la continuité de la présence militaire lorsque la Numidie est dépourvue de légion entre 238 et 253. Gemellae est donc sans doute le lieu de garnison de l’aile durant toute cette période. L’aile est attestée sur d’autres sites de Numidie, où sont envoyés officiers et détachements. En 198, à Tfilzi (Menaa), dans l’Aurès, entre Lambèse et Gemellae, deux décurions de l’aile, Fonteius Fortunatus66 et Aemilius Emeritus67, s’occupent de l’édification de monuments à Septime Sévère par une vexillation de la IIIe légion Auguste dont ils assurent successivement le commandement. Les cavaliers de l’aile ne sont pas mentionnés et n’étaient sans doute pas présents à Menaa68 car en 198, durant la légation de Q. Anicius Faustus à la tête de la IIIe légion Auguste, ils sont chargés de la protection des vexillations des légions III Augusta et III Gallica qui construisent le fort de castellum Dimmidi (Messad) aux portes du Sahara69, avant de revenir au camp de base à Gemellae. Aemilius Emeritus, le décurion présent à Menaa en mai 198, est envoyé la même année comme praepositus à Si Aoun pour y construire un prae­sidium70. À l’époque sévérienne, un autre décurion de l’aile, C. Iulius Pastor, est attesté au poste d’El Gahra qui surveille un passage entre le Hodna et le Sahara71, sur la rive gauche de l’oued Chaïr, au nord-est de castellum Dimmidi et à l’ouest de Gemellae et à plus de deux cents kilomètres au sud-ouest de Lambèse72 : C. Iulius Pastor y érige un autel à Sol Inuictus Mithra, en compagnie d’un centurion de la IIIe légion Auguste et d’un beneficiarius consularis73 ; il est mort à ce poste, puisque son épitaphe a été découverte aux environs d’El Gahra74. Une dédicace à Carin et Numérien signale en outre la présence de cavaliers de l’unité à Lambiridi dans les années 283-28475. Enfin, un ex-voto offert à Mars par un décurion de l’ala prima Pannoniorum, à une date inconnue entre la fin du ier s. et le milieu du iiie s., a été retrouvé à Zoui, ce qui indique que l’aile a fait partie des diverses unités chargées de surveiller la statio Vazaiuitana76. Trois épitaphes sans lien apparent avec les missions militaires complètent le dossier de l’ala I Pannoniorum en Afrique. L’épitaphe d’un vétéran, ancien décurion de l’aile, a été ainsi découverte dans la vallée de l’Oued Guechtane, au sud de l’Aurès77. Les deux autres ont été retrouvées dans l’est de l’Afrique, l’une à Henchir Belab, non loin de Dougga, probablement au ier s. d’après le formulaire78, l’autre à Thysdrus (El Jem) à une date plus tardive79. L’âge du cavalier enterré à Thysdrus, vingt-deux ans au moment du décès, et les dix années seulement passées dans l’unité pour celui d’Henchir Belab, peuvent indiquer que ces soldats étaient en service lorsqu’ils sont morts ou bien qu’ils avaient reçu un congé pour raison
de santé.

  • 80 CIL V, 5267 : L(ucius) Calpurnius L(uci) f(ilius) Ouf(entina) | Fabatus,| VIuir, IIIIuir i(ure) d( (...)
  • 81 Desanges 1957, p. 36, n. 119. Voir également le commentaire de Christol 2009, p. 177-179.
  • 82 Sous Vespasien est effectué le bornage des terres attribuées aux Surburbures Regiani et Nicibes à (...)
  • 83 ILAlg II, 3, 7529 et 7534 (entre mars 116 et août 117).
  • 84 D’après les deux dédicaces à Septime Sévère et Caracalla (ILAlg II, 3, 7577-7578) érigées par la r (...)
  • 85 Lancel 1955, p. 295-296.
  • 86 Tac., ann., XVI, 8.
  • 87 Leveau 1973, p. 153-191, 175.
  • 88 ILAlg II, 3, 8564 : Optatus,| Sadecis | f(ilius), decurio | co(ho)rti(s) Lusita|na(e), u(ixit) a(n (...)
  • 89 AE, 2002, 1751 = RMD V, 373.
  • 90 CIL VIII, 3101 (ILS 2565) : D(is) M(anibus) s(acrum).| D(ecimo) Domitio | Sardonico,| Pol(l)ia, Al (...)
  • 91 CIL VIII, 2887 = 3147 : C(aio) Iulio | Fido, eq(uiti) | c(o)ho(rtis) VII Lusitan|orum, uix(it) an( (...)
  • 92 CIL VIII, 10721 = 17631 : Marti Aug(usto) | sacrum.| M(arcus) Licini|us Valens,| (centurio) coh(or (...)
  • 93 CIL VIII, 10733 = 17673 : [--- leg(atus)] | Aug(usti) Pr(o) Pr(aetore), co(n)s(ul) des(ignatus) ;| (...)

12Grâce à cette documentation « disloquée » mais souvent explicite, l’ala I Pannoniorum, dont les mouvements illustrent la progression de l’occupation romaine, est l’une des deux unités auxiliaires dont la présence en Numidie septentrionale est la plus clairement établie. La seconde est la cohors VII Lusitanorum, qui se trouve également dans la région au milieu du ier s. : d’après son cursus conservé sur une inscription de Côme, le grand-père de la femme de Pline le Jeune, L. Calpurnius Fabatus, a en effet exercé simultanément la préfecture de la cohors VII Lusitanorum et de six peuples gétules en Numidie80. J. Desanges a proposé de voir dans ces six tribus gétules les Natabudes, les Sabarbares, les Niciues, les Vamacures, les Marchubii et les Massyli81. Les trois premières sont mentionnées sur des bornes de délimitation de leur territoire sous Vespasien et Trajan dans la région de Cirta82. Les Surburbures et Nicibes sont par la suite attestés plus à l’ouest. T. Sabinius Barbarus, légat de légion sous Trajan, assigne un territoire aux Suburbures sur les rives du Chott el Beida83. Une fraction de la gens, les Suburbes Col(---), est attestée à partir du iie s. à l’ouest de la Confédération cirtéenne, dans la région d’El Eulma ; l’agglomération antique (Idicra ?) qui s’élevait à Benyahia Abderrahmane (anciennement Aziz ben Tellis) en était peut-être le chef-lieu84. Les Nicibes se sont installés à N’gaous, où ils sont signalés aux ive et ve s.85. L. Calpurnius Fabatus s’est retiré à Côme après avoir été accusé lors du procès contre L. Iunius Silanus en 6586, ce qui permet de placer sa préfecture à la tête de la cohors VII Lusitanorum à la fin du règne de Claude ou au début du règne de Néron87, c’est-à-dire à l’époque où l’ala I Pannoniorum se trouve stationnée au castellum Phuensium. C’est donc certainement à la cohors VII Lusitanorum qu’appartient le décurion de la cohors Lusitana enterré à Mileu, à l’ouest du territoire de Cirta88, au ier s. d’après le formulaire de son épitaphe : on peut par ailleurs se demander si ce Sarde du nom d’Optatus, Sadecis filius, mort à cinquante-cinq ans sans avoir reçu la citoyenneté romaine, n’a pas vécu à une époque antérieure aux réformes de Claude. L’appartenance de la cohors VII Lusitanorum à l’armée d’Afrique est par la suite confirmée grâce à l’un des diplômes militaires de 12789. Un fantassin90 et un cavalier91 de la cohorte sont enterrés à Lambèse et un centurion est l’auteur d’une dédicace à Mars à Zoui (Vazaiui)92 ; la cohors VII Lusitanorum a également été de passage à Mascula où elle a effectué des travaux de restauration93.

  • 94 AAA, f. 17, 276.
  • 95 ILAlg II, 3, 7315 : A(ulus) [-] Gaius L(uci) f(ilius) Quartus,| eques sesquiplicarius,| ala Vetera (...)
  • 96 Renier 1855, no 1796.
  • 97 Pour Y. Le Bohec (1989b, p. 26, et p. 49, n. 4), il n’est pas certain que l’unité soit venue en Af (...)

13Trois autres unités, l’ala Veterana, la cohors II Gemella Thracum et l’ala Siliana, apparaissent sur les inscriptions du nord de la Numidie ; mais les témoignages, peu nombreux, ne permettent pas a priori de déterminer si ces unités sont stationnées en Numidie ou bien si les militaires sont présents à titre privé. Aux environs de Saddar (Aïn el Bey, à quinze kilomètres au sud de Constantine)94, une ala Veterana est connue grâce à l’épitaphe d’un eques sesquiplicarius, ayant servi pendant vingt ans et décédé à quarante ans95. Comme sur les inscriptions des cavaliers de l’ala I Pannoniorum, le nom du défunt est au nominatif, celui de l’aile à l’ablatif et les années de service sont indiqués par l’expression militauit annis. De plus, L. Renier, qui a découvert la pierre, signale qu’il s’agit d’une stèle à fronton décorée d’un bas-relief représentant un cavalier96. Il faut donc probablement dater l’épitaphe de l’eques sesquiplicarius de l’ala Veterana de la même époque que les précédentes, dans les dernières décennies de l’époque julio-claudienne. Comme il s’agit d’un témoignage unique, le fait que ce cavalier soit enterré à Saddar ne signifie pas que l’ensemble de l’ala Veterana ait été stationné dans les environs97. La localisation au sud-ouest de Cirta, la ressemblance avec les stèles de l’ala I Pannoniorum et la concordance chronologique rendent cependant plausible la présence de cette aile dans la région et permettent d’envisager la participation de ces troupes à un même dispositif défensif à Cirta au ier s., auquel pourrait également appartenir la cohors VII Lusitanorum.

  • 98 CIL VIII, 14281 = 25364 : Heluia Commoda,| pia, uixsit annis | XXXV ; hic sit(a) ast (sic).| C(aiu (...)
  • 99 CIL VIII, 2251 (ILS 2578) : T(itus) Flauius | Bitus, eq(ues) | coh(ortis) II Gemel(lae) | Trac(um) (...)
  • 100 Cagnat 1912, p. 205.
  • 101 Gsell, Graillot 1893, p. 510 (d’où AE, 1894, 87) : [P(ublius) ou T(itus) ou L(ucius) ?] Calidius | (...)
  • 102 ILAlg II, 2, 6877 : [---]a in (centuria) Bes|[si ? ---]s P(---) qu(a)est(ori) coho|[rtis] II Gemel (...)
  • 103 ILAlg II, 2, 6874 : Ti(berius) Claudiu[s, Ti(beri) f(ilius),]| Lucanus, u[ete]|ranus, mil[itau(it) (...)
  • 104 ILAlg II, 2, 6875 (restitution de Le Bohec 1989b, p. 91 ; d’où AE, 1992, 1883) : Ti(berius) Cla[ud (...)
  • 105 ILAlg II, 2, 6876 : T(itus) CCNVRI | T(---) TMV|NI, Lusita(nus),| ueter[a]n(us),| u(ixit) a(nnis). (...)
  • 106 Lassère 1973, en part. p. 108-110. (pour les inscriptions de Cirta).
  • 107 Sur cet ethnique employé ici comme anthroponyme, Dana 2014b, en part. p. LV, XCIX, 34.
  • 108 Le Bohec 1990, p. 295, qui considère assuré le stationnement à Sila de la cohors II Gemella Thracu (...)

14La quatrième unité auxiliaire dont le nom apparaît dans la documentation du nord de la Numidie est la cohors II Gemella Thracum, qui appartient probablement elle aussi à l’armée d’Afrique au ier s. Des soldats de cette unité sont connus en Afrique principalement par des inscriptions privées. Deux d’entre eux portent le nom thrace Bitus : le vétéran C. Iulius Bitus qui rédige l’épitaphe de sa femme à Carthage, au ier s. d’après le formulaire98, et le cavalier T. Flauius Bitus enterré à Mascula (Khenchela, dans la future province de Numidie), par sa femme et son fils homonyme à la fin du ier s.99. R. Cagnat s’est appuyé sur ce dernier document pour supposer que la cohors II Gemella Thracum avait été, au moins temporairement, en garnison à Mascula100, mais cette inscription unique d’un cavalier mort à cinquante-cinq ans et dont on ignore s’il était encore en service ne suffit pas à établir la présence de l’unité dans son ensemble. À sept kilomètres à l’ouest de Mascula, est attesté à Aquae Flauianae (Hammam Essalihine) un préfet de cette cohorte du nom de [T.?] Calidius Bassus101. Dans le nord de la Numidie, à Sila, au sud de Cirta, est enterré un questeur anonyme de la cohors II Gemella Thracum, qui a servi sous les ordres d’un centurion dont le nom pourrait être Bes[sus?]102. À lui seul, ce texte lacunaire ne permet pas d’affirmer que le soldat est mort alors que la cohorte était stationnée à Sila ; mais la présence de trois épitaphes de militaires pourrait plaider en ce sens : ont ainsi été ensevelis à Sila Ti. Claudiu[s Ti. f.] Lucanus, vétéran, soldat pendant 27 ans, mort à 59 ans103, Ti. Cla[udius – f. Q. ?] Pacat[us---], eq(ues) uex[illarius ---]104, ainsi qu’un autre vétéran, originaire de Lusitanie, qui paraît être un autre Ti. Claudius dont le nom a été mal lu105. Ce dossier présente certaines similitudes avec celui de l’ala I Pannoniorum : le nom du défunt au nominatif et l’absence de l’invocation aux Dieux Mânes106, l’expression mil[itau(it)] ann(is) sur l’épitaphe de Ti. Claudius Lucanus et la présence de Ti. Claudii qui ont reçu la citoyenneté romaine de Claude ou Néron conduisent à dater ces inscriptions de la fin de l’époque julio-claudienne. Le bassin de recrutement des soldats présents à Sila est en partie identique à celui de l’ala I Pannoniorum, avec la Thrace, comme l’indiquent le nom de la cohors II Gemella Thracum et peut-être celui du centurion Bes[sus ?]107, et la Lusitanie, patrie du vétéran dont le nom est illisible. Les quatre épitaphes de militaires ou vétérans et, comme nous le verrons, le nombre de Claudii à Sila, comparable à ceux du castellum Phuensium, sont des arguments en faveur de la présence au ier s. de troupes à Sila. La cohors II Gemella Thracum à Sila complèterait ainsi au sud le système défensif qui avec l’ala I Pannoniorum, la cohors VII Lusitanorum à l’ouest, et peut-être l’ala Veterana, est à cette époque déployé autour de Cirta108.

  • 109 Cf. Le Bohec 1989b, p. 21-22.
  • 110 ILAlg II, 2, 6179 : Ti(berius) Claudius | Macer, ueter(anus) | ala(e) Silianae,| uix(it) ann(is) L (...)
  • 111 ILAlg II, 1, 3614 : [-] Sittius M|[ar]inus, eq|[u]es alae S[ilia]na[e ---],| u(ixit) an(nos) XXXV. (...)
  • 112 La concentration du gentilice Sittius en Cirtéenne s’explique par l’installation des anciens merce (...)
  • 113 CIL VIII, 25646 (ILS 9139) : (homo stans) | Sex(tus) Veturius,| ueteranus | alae Silianae,| uixit (...)
  • 114 Tac., hist., I, 70 : Caecina (...) laetum ex Italia nuntium accipit alam Silianam circa Padum agen (...)

15La dernière unité auxiliaire qui apparaît dans la documentation de la région au ier s. – d’après le formulaire et l’onomastique – est l’ala Siliana109, sur l’épitaphe du vétéran Ti. Claudius Macer, enterré à Gadiaufala110. Le nom de l’ala Siliana peut en outre être restitué sur l’épitaphe, découverte au castellum Tidditanorum, au nord-ouest de Cirta111, d’un cavalier dont le gentilice Sittius indique un recrutement local112 : ce soldat est donc enterré chez lui. Un troisième vétéran de l’aile est enterré à Simitthus (Chemtou), également à l’époque julio-claudienne113. On sait avec certitude que l’ala Siliana a servi en Afrique au ier s. : Tacite rapporte que lors des événements de 69, l’aile se trouve en Italie, dans la région du Pô, mais qu’elle servait peu d’années auparavant sous les ordres de Vitellius, lorsque ce dernier était proconsul d’Afrique (en 60-61 ?), avant d’être envoyée par Néron en Égypte114. Ce passage, qui donne un terminus ante quem pour la datation des inscriptions de Numidie, signale que l’ala Siliana ne dépendait pas du légat de légion, mais du proconsul, qui jusqu’à l’époque de Vespasien conserve la Numidie septentrionale dans sa juridiction. Cela ne permet néanmoins pas d’établir fermement que l’aile ait été stationnée dans la région.

  • 115 Kolendo 1988 (AE, 1988, 984) ; IGLNovae 33 (pl. 13) : Marti Victori leg(ionis) I Ital(icae) | Anto (...)
  • 116 Kolendo 1988, p. 379-380 ; pour les occurrences de ce nom thrace, voir Dana 2014b, p. 228-229.

16On peut chercher confirmation de la présence des auxiliaires dans l’onomastique locale, même si la méthode permet de rendre compte de l’installation des vétérans plutôt que d’identifier les lieux de garnison ; mais parfois, la localisation des témoignages correspond également aux zones à défendre et constitue un indice supplémentaire d’un établissement militaire. On notera d’abord qu’il faut renoncer au lien établi précédemment entre les cavaliers de l’ala Pannoniorum stationnés au castellum Phuensium au ier s. et le chevalier et primipile M. Valerius Flauianus, originaire de Cirta et posté en Mésie, à Nouae, au iiie s.115. J. Kolendo, l’éditeur de l’inscription de Nouae, a en effet proposé de voir en M. Valerius Mucacentus, père du primipile cirtéen présent à Nouae, le fils de Spinus Mucacenti f(ilius), auteur de l’épitaphe de son compagnon d’armes Quintus, Mucatrali f(ilius), retrouvée à Oued Athmenia. Cependant, l’inscription de Nouae est gravée sous Élagabal, tandis que les épitaphes des soldats de l’ala I Pannoniorum dans l’ouest de la Cirtéenne datent du milieu du ier s. Un petit-fils du cavalier Spinus, Mucacenti f(ilius), aurait donc vécu au plus tard au début du iie s. et non sous le règne d’Élagabal. Il est par ailleurs douteux que M. Valerius Flauianus soit un descendant du soldat d’Oued Athmenia car Mucacentus est un nom thrace courant. De plus, l’onomastique de Numidie conserve peu de cognomina rappelant une origine extra-africaine non latine, signe qu’ils ne sont pas transmis longtemps aux descendants. J. Kolendo signale du reste que M. Valerius Mucacentus semble lui-même originaire de Mésie – ou plutôt de la province de Thrace –, ce qui explique pourquoi son nom est écrit en entier sur l’inscription de Nouae, son fils tenant à rappeler les origines paternelles116.

  • 117 ILAlg II, 3, 7767 : [--- | sa]crum.| [C(aius) Iuli]us C(ai) f(ilius) Papiria | [Cres]cens, ueter(a (...)
  • 118 ILAlg II, 3, 7675 : Marti Aug(usto) et | Genio coloniae | sacr(um),| T(itus) Flauius, Quir(ina), B (...)
  • 119 Dupuis 2001, p. 157-159.
  • 120 Pflaum 1976, p. 64-65. La datation au ier s. permet de suggérer un lien avec les unités auxiliaire (...)
  • 121 CIL VIII, 14281 = 25364 et CIL VIII, 2251 : supra, nn. 99 et 100.
  • 122 Dana 2014b, en part. p. 40-58.
  • 123 ILAlg II, 1, 1242 (Cirta) : M(arcus) Iulius C(ai) | f(ilius) Quir(ina) Bi|tus u(ixit) a(nnis) LV ; (...)
  • 124 ILAlg II, 1, 1243 (Cirta) : Dis M(anibus) sac(rum).| M(arcus) Iulius | Bitus | u(ixit) a(nnis) XXX (...)
  • 125 ILAlg II, 3, 9213 : Iulius | Bit<h>us | u(ixit) a(nnis) XXXX ;| h(ic) s(itus) e(st) {e(st)} ;| o(ssa)</h> (...)
  • 126 ILAlg II, 1, 3729 : Dassila | Nina, T(iti) | Dassi f(ilia),| u(ixit) a(nnis) XI,| h(ic) s(ita) e(s (...)
  • 127 ILAlg II, 3, 9443 (cf. supra, n. 20).
  • 128 En raison de la dédicace aux dieux Mânes : Lassère 1973, p. 109.
  • 129 Plaetorius est attesté en Afrique proconsulaire sur les sites qui ont accueilli la légion, à Ammae (...)
  • 130 ILALg II, 3, 9943 : D(is) M(anibus).| Pletoria | Quartil|la u(ixit) a(nnis) LXXXXV. Sur le gentili (...)
  • 131 ILAlg II, 2, 5599 : D(is) M(anibus) s(acrum).| Q(uintus) Ma|nilius | Panno|nius | u(ixit) a(nnis) (...)
  • 132 ILAlg II, 2, 4239 : D(is) M(anibus).| I(---) Cecili|us Pan|nonius | u(ixit) a(nnis) LI.
  • 133 Voir les hésitations de Pflaum à ce sujet : ILALg II, 2, p. 379, en raison du gentilice italique. (...)

17Cependant, comme on l’a vu à Sila, des vétérans de troupes auxiliaires se sont bien installés dans la région de Cirta. L’implantation de ces vétérans peut s’expliquer par la concession de terres après leur démobilisation, bien attestée par les inscriptions de Cuicul : on interprète en effet en ce sens, à la suite de R. Cagnat, l’expression ueteranus acceptarius qui qualifie deux anciens soldats, C. Iulius Crescens117 et T. Flauius, Quir(ina), Breucus118, vétéran de l’ala I Pannoniorum. Breucus a été fait citoyen romain par un empereur flavien. Les nombreux Flauii de Cuicul indiquent probablement l’existence d’une agglomération préexistante à la fondation de la colonie, qui intervient peut-être sous Trajan119. À la fin du ier s., l’ouest de ce qui était encore à cette époque le territoire de Cirta a donc accueilli des colons ayant servi dans l’armée. Dans son article sur les Pannoniens et les Thraces en Afrique, H.-G. Pflaum120 s’était également demandé si on ne pouvait pas considérer comme d’origine thrace et par conséquent comme d’anciens militaires ou descendants d’anciens militaires, deux défunts de Cirta qui, comme les deux vétérans déjà cités de la cohors Gemella Thracum à Carthage et à Mascula121, portent le cognomen thrace Bitus122 : M. Iulius C. fil. Quir. Bitus123 (au ier s. d’après le formulaire) et M. Iulius Bitus124 (plus tardif). On peut peut-être ajouter Iulius Bit<h>us, au castellum Arsacalitanum125, dans le Chettaba (probablement au ier s.). De la même façon, on peut sans doute mettre en relation l’onomastique dalmato-pannonienne, peu fréquente en Numidie, avec la présence d’unités auxiliaires. Une fillette de onze ans, Dassila Nina, fille de T. Dassius, est ainsi enterrée au ier s. au castellum Tidditanorum126. Y. Le Bohec a identifié le père à Dasius, fils de Liccaio, l’un des cavaliers dont l’épitaphe a été retrouvée au castellum Phuensium127. Toutefois, ce dernier est vraisemblablement mort en service dans le Chettaba et il est difficile d’admettre qu’il puisse être le père de la petite défunte du castellum Tidditanorum. En revanche, l’épitaphe de Dassila Nina, fille de T. Dassius, signale certainement l’installation d’un vétéran d’origine pannonienne sur le territoire de la Confédération cirtéenne, en dehors de son lieu de garnison originel. Au castellum Mastarense, dans le Chettaba, à une date plus tardive qui n’est pas antérieure à la fin du ier s.128, est enterrée une Pletoria Quartilla, dont le gentilice, rare en Afrique129, indique peut-être une origine dalmate130. Par ailleurs, le cognomen Pannonius est attesté à Thibilis131 et à Ksar Mahidjiba132, mais il n’est pas sûr qu’il traduise véritablement une origine pannonienne133.

  • 134 ILAlg II, 3, 7767 (supra, n. 117).
  • 135 Ti. Iulius Falco (ILAlg II, 3, 10305), Ti. Iulius Messor (ILAlg II, 3, 10306), Ti. Iulius Sedatus (...)
  • 136 Cf. Dondin-Payre 1981, p. 99, 108-109. Sur la romanisation de l’époque de Claude et Néron en Afriq (...)
  • 137 Dupuis 2001, p. 154.
  • 138 ILAlg II, 3, 8914-8916 ; 8952 ; 9434 ; 9435 ; 9442 ; 9477-9482 ; 9574.
  • 139 ILAlg II, 2, 6864, 6913-6928.
  • 140 Castellum Phuensium : ILAlg II, 3, 8956, 9525 (?), 9567, 9594-9596. Sila : ILAlg II, 2, 7153-7156.
  • 141 Dupuis 2001, p. 154.

18On sait grâce à l’épigraphie des débuts de la colonie de Cuicul que des vétérans portant le gentilice Iulius se sont installés dans le nord de la Numidie à la fin du ier s.134. Mais si la qualité de vétéran n’est pas rappelée dans le document, l’identification par l’onomastique de ces soldats ou de leurs descendants est presque impossible. À l’époque julio-claudienne, à part sous Claude et Néron, les auxiliaires qui ont reçu la citoyenneté romaine et pris le gentilice Iulius se trouvent confondus avec la masse des Iulii de la colonie de Cirta, créée par Octavien peu avant 27 av. J.‑C. Cependant, les rares Ti. Iulii témoignent vraisemblablement d’une phase tibérienne dans la diffusion de la citoyenneté romaine dans la région. Si aucun indice ne permet d’affirmer clairement une relation avec une unité auxiliaire, on peut toutefois remarquer que sur sept Ti. Iulii attestés dans la Confédération cirtéenne, quatre135 proviennent de l’ouest du territoire, un peu au nord du castellum Elefant(---), c’est-à-dire de la région du Chettaba qui était surveillée par les troupes auxiliaires. Si l’on doit se contenter de présomptions pour les Ti. Iulii, la documentation fournie par les Claudii, dont la répartition épouse la géographie militaire du ier s., est quant à elle plus éclairante (voir la carte, fig. 7). Alors que le gentilice n’est pas très répandu en Afrique136, on compte plus d’une centaine de porteurs du nom en Numidie septentrionale, dont plus de 90 sur le territoire de Cirta et 12 pour Cuicul137. Il s’agit de l’un des gentilices les plus fréquents dans cette région, derrière les vastes contingents de Iulii (plus de 1800) et de Sittii, qui doivent leur gentilice aux compagnons de P. Sittius (plus de 500) ; les autres gentilices atteignent rarement les 100 attestations. De plus, en dehors des principales agglomérations que sont Cirta et deux de ses colonies contribuées, Mileu et le port de Rusicade, les Claudii sont essentiellement présents dans l’ouest, dans la zone où était stationnée l’ala I Pannoniorum, et à Sila où sont enterrés plusieurs vétérans d’unités auxiliaires : ces marges occidentale et méridionale du territoire de Cirta doivent au ier s. ap. J.‑C. être protégées militairement ; une partie des bornes des territoires tribaux érigées à partir du règne de Vespasien proviennent de cette région. Le castellum Phuensium et Sila sont les deux sites où sont répertoriés le plus grand nombre de porteurs du gentilice (respectivement 16138 et 17139). En dehors des soldats ou vétérans précédemment cités, les Claudii, et tout particulièrement les Ti. Claudii, sont donc vraisemblablement dans leur majorité des descendants de ces soldats ou vétérans, voire de leurs affranchis, même si la documentation épigraphique ne nous permet de connaître que les héritières du cavalier lusitanien Ti. Claudius Cilius, Claudia Primigenia et Claudia Fortunata. La rareté du gentilice sur le reste du territoire de la Confédération cirtéenne renforce l’hypothèse d’une garnison à Sila à cette époque. Par ailleurs, on peut remarquer la faiblesse du nombre de Sittii sur les inscriptions du castellum Phuensium et de Sila (7 noms seulement dans le premier cas, 4 dans le second140), qui offre un contraste saisissant avec le reste du territoire cirtéen et semble être, comme à Cuicul141, le signe d’une colonisation plus tardive de ces marges du territoire de Cirta.

Fig. 7 : Carte

Fig. 7 : Carte

Les Claudii sur les inscriptions du nord de la Numidie.

(A.-F. Baroni)

  • 142 Cf. Salcedo de Prado 2006a, avec bibliographie.
  • 143 ILAlg II, 3, 7653 (160-6 mars 161) : Genio Populi Cuiculitan(orum),| L(ucius) Claudius Ti(berii) f (...)
  • 144 ILAlg II, 3, 7644 ; 7946-7948 ; 7793 ; 7794. PIR2, I, 284. PME, I, I 51 et Suppl. IV, I 51. Gascou(...)
  • 145 Dupuis 2001, p. 153.
  • 146 Dupuis 1999.
  • 147 ILAlg II, 3, 7898 : Ti(beriae) Cl(audiae) Subatianae Aquili|nae et Ti(beriae) Cl(audiae) Dignae Su (...)
  • 148 PIR² S 937. PME IV, V C 187 ; IV. Suppl. 1, C l87 ; Pflaum 1982, no 242 bis.

19Au-delà de l’occupation militaire au ier s., il est intéressant de voir l’intégration des vétérans et de leurs descendants dans la société locale. Parmi les Ti. Claudii de Cuicul142, Ti. Claudius Honoratus143, fils d’un notable municipal, promu chevalier par Antonin le Pieux, poursuit une carrière dans l’armée, mais remplit également des honneurs dans les quatre colonies cirtéennes (où il est décurion et édile) et de Cuicul (où il est décurion et augure). Cette double carrière municipale, comme celle de C. Iulius Crescens Didius Crescentianus144, est généralement expliquée par une origine cirtéenne de la famille, inscrite dans la tribu Quirina, quand celle de la majorité des citoyens de Cuicul est la Papiria145. Ces familles ont nécessairement des biens sur le territoire des deux cités, qui ont pu être achetés ou agrandis au cours du temps. Comme il est désormais établi que le territoire de Cuicul a d’abord fait partie de la pertica de Cirta avant d’en être détaché lors de la fondation de la colonie romaine146, on peut aussi envisager que la double citoyenneté et la double carrière municipale, à Cuicul et à Cirta, de ces personnages, puisse en partie s’expliquer par un ancêtre vétéran qui aurait reçu un domaine dans l’ouest du territoire cirtéen. Au moment de la fondation de la colonie de Cuicul, les domaines de la famille se sont peut-être trouvés pour une part sur le territoire de Cirta et pour une autre part sur celui de Cuicul. Se dessine ainsi l’ascension sociale des descendants de vétérans après la fondation de la colonie, qu’illustrent de façon encore plus brillante Ti. Claudius Subatianus Proculus147, chevalier devenu sénateur, gouverneur de Numidie en 208-210 puis consul désigné, et son frère aîné Ti. Claudius Subatianus Aquila, préfet d’Egypte en 206-211148.

  • 149 Sur les magistratures de la Confédération cirtéenne, Gascou 1981.
  • 150 ILAlg II, 3, 8914-8916, 8952.
  • 151 ILAlg II, 3, 9434 : Ioui [---] | ex t[estamento] | Ti(beri) Claudi Ti(beri) f(ilii) Qu[ir(ina) --- (...)
  • 152 ILAlg II, 3, 8379 : D(is) M(anibus) [s(acrum)].| Ti(berius) Cl(audius) [Nep?]|os, omnibus | honori (...)
  • 153 PIR² C 834. Piso 1993, p. 270-276 ; Fitz 1993, p. 509-513 sq.; Salcedo de Prado 2006b.
  • 154 ILAlg II, 1, 29 : Claudiae P(ubli) fil(iae) | Quir(ina) Gallitae,| coniugi | Q(uinti) Austurni P(u (...)
  • 155 ILAlg II, 1, 30 : [P]omponiae | Germanil|lae, cl(arissimae) f(eminae), con|iugi | Cl(audi) Claudi| (...)
  • 156 CIL II², 14-3, 975 (Tarraco, 198) : Tib(erio) Cl(audio) Candido, co(n)s(uli),| XVuir(o) s(acris) f (...)
  • 157 ILAlg II, 1, 1031 : Dis Manibus.| Tiberius | Claudius Candidus | u(ixit) a(nnis) LI.
  • 158 Un ancien centurion de la légion est cependant l’époux d’une flaminique des quatre colonies cirtée (...)

20Dans la Confédération cirtéenne, au iie et iiie s., les Claudii, qui conservent souvent le prénom Tiberius, sont attestés à différents échelons des honneurs locaux, du modeste pagus jusqu’aux onéreuses fonctions de la Confédération cirtéenne149. Sur des inscriptions des iie et iiie s., dans une grotte du Chettaba où les autorités du castellum Phuensium, l’ancien lieu de garnison de l’ala I Pannoniorum, se rendent chaque année pour exécuter leur vœu à une divinité dont le nom est abrégé en G. D. A., quatre magistri pagi portent ce gentilice, L(ucius) Claudius Auitus, Ti. Claudius Honoratus, Claudius Mansuetus et Claudius Honoratus150. Les Ti. Claudii ont également donné deux magistrats cirtéens, originaires des castella occidentaux, Ti. Claudius Ti. f. Qu[ir. ---], toujours au castellum Phuensium151 et Ti. Cl(audius) [Nep?]os, au castellum Zugal152. Par ailleurs, deux Ti. Claudii cirtéens sont parvenus dans l’ordre équestre et dans l’ordre sénatorial à la fin du iie s. Ti. Claudius Claudianus153, était originaire de Rusicade d’où proviennent un hommage à sa sœur154 et un autre à sa femme155 ; légat de Pannonie Inférieure et de Pannonie Supérieure sous le règne conjoint de Septime Sévère et de ses fils, d’origine équestre, il fait peut-être partie des soldats sévériens récompensés par une adlection au Sénat en 193. On tient aussi généralement pour Cirtéen Tib. Claudius Candidus, chevalier adlecté au Sénat sous Commode, en raison de sa participation à la guerre civile aux côtés de Septime Sévère156, dont on sait qu’il a reçu le soutien précoce de la Numidie Cirtéenne, et en raison de la présence d’un homonyme enterré à Cirta157. Ces données éclairent les processus de mobilité sociale, y compris dans l’élite sénatoriale de Cirta que l’on tend parfois à présenter comme composée uniquement des descendants de colons italiens. Pour la Confédération cirtéenne, aucun vétéran n’est attesté comme titulaire d’honneurs158. La présence des Ti. Claudii dans l’élite locale vient nuancer ce tableau en mettant en valeur le processus de promotion sociale sur plusieurs générations.

  • 159 Desanges 1964, p. 43.
  • 160 CIL VIII, 20713 (à Tigzirt, en Maurétanie Césarienne) : M(arcus) Vetidius M(arci) | f(ilius) Quir[ (...)
  • 161 CIL VIII, 2615 (ILS 1194) : I(oui) O(ptimo) M(aximo) | ceterisq(ue) diis deabusq(ue) immortalib(us (...)
  • 162 Date établie par M. Christol (2002, en part. p. 268). Sur la géographie des troubles, Christol 200 (...)
  • 163 Sur les causes, le déroulement et la fin de la guerre, voir entre autres Syme 1951 ; Lassère 1982  (...)
  • 164 Tac., ann., II, 52 ; IV, 23. Tacite (ann., IV, 24-26) signale le rôle du roi Ptolémée dans la fin (...)
  • 165 Thomasson 1996, p. 30, no 22.
  • 166 Tac., ann., III, 74 : ne Cirtensium pagi impune traherentur, propriam manum Blaesus filius duxit.
  • 167 Cf. Le Bohec 1989a, p. 347-348 ; 1999, p. 707-709, repris dans Le Bohec 2007b, p. 157-158. Ben Abd (...)
  • 168 Tac., ann., III, 21 ; 3, 32; 3, 72-74; 4, 23-26.

21Les documents relatifs aux auxiliaires et à leurs descendants reflètent les étapes de la pacification et de la romanisation de la Numidie septentrionale. La géographie des témoignages, à l’ouest et au sud du territoire de Cirta au ier s. ap. J.‑C., correspond aux zones dont il faut assurer la défense à cette époque ; la documentation est particulièrement fournie à l’ouest, dans la région de l’Ampsaga (Oued el Kebir), à la frontière de la Maurétanie, où depuis l’époque d’Auguste les tribus montagnardes nomades ou semi-nomades159 ont pu constituer une menace. La région de Cuicul, qui est d’ailleurs au ier s. un poste militaire160, a d’abord servi de glacis entre la Numidie romaine et le royaume de Maurétanie. Le relief rend la surveillance délicate dans les périodes de troubles – le fameux bulletin de victoire du légat C. Macrinius Decianus161 signale ainsi que la région de Mileu et les confins de la Maurétanie et de la Numidie ont été touchés par les attaques des Bauares en 252-253162. Pour le ier s., le territoire de Cirta a souffert de la guerre de Tacfarinas sous Tibère, entre 17 et 24163. La Numidie septentrionale se trouve dans ce conflit au cœur des enjeux militaires, menacée à l’est et au sud par les Musulames et à l’ouest par les Maures, puisque dès le début des hostilités, le Musulame Tacfarinas fait alliance avec des tribus maures qui échappent à l’autorité du roi Juba II puis de son fils Ptolémée164. Tacite rapporte que le fils du proconsul de 21-23 Iunius Blaesus165 a lui-même pris le commandement d’une troupe « pour que les pagi des Cirtéens ne soient pas impunément pillés »166. La Numidie septentrionale semble par conséquent à ce moment dépourvue d’armée ou, du moins, d’une force suffisante pour faire face aux révoltés. Ce n’est donc vraisemblablement que pendant ou après la guerre contre Tacfarinas que des auxiliaires sont déployés de façon permanente dans la région de Cirta167. En outre, la présence de Ti. Iulii de l’ouest du territoire cirtéen pourrait indiquer que certains auxiliaires (dont on sait par Tacite qu’ils ont combattu contre Tacfarinas168), ont pu être affectés à la défense de ce territoire et, démobilisés à la fin de la guerre, y prendre leur retraite.

  • 169 Aur. Vict., Caes., 4, 2 : (…) a meridie Mauri accessere prouinciis, demptis regibus post Jubam ; c (...)
  • 170 D.C., LX, 9, 6 : κἀν τῷ αὐτῷ τούτῳ χρόνῳ καὶ τῆς Νουμιδίας τινὰ ἐπολεμήθη τε ὑπὸ τῶν προσοίκων βαρ (...)
  • 171 Galba, VII, 2 : Africa pro consule biennio optinuit extra sortem, electus ad ordinandam prouinciam (...)
  • 172 Galba, VIII, 1 : ob res et tunc in Africa et olim in Germania gestas ornamenta triumphalia accepit (...)
  • 173 Leveau 1973, p. 175.
  • 174 Hurlet 2006, p. 96-97, 152-153 ; Olmo López 2019.

22Sous le règne de Claude, dont les témoignages épigraphiques signalent l’importance dans le dispositif militaire en Numidie, a lieu un autre conflit, mal connu, contre les Musulames. Le massacre d’une troupe de Musulames est ainsi rapporté par Aurelius Victor et l’Epitome de Caesaribus, juste après la réduction en province des Maures en 42 et en même temps que la soumission d’une partie de la Bretagne169 ; Dion Cassius170 évoque quant à lui pour 42 des incursions de Barbares en Numidie et une intervention militaire pour ramener le calme. En outre, selon Suétone, Galba est resté proconsul d’Afrique sous Claude pendant deux ans, vraisemblablement en 44-46, désigné « sans tirage au sort pour rétablir l’ordre dans cette province, que troublaient à la fois des divisions intestines et les soulèvements des barbares »171 ; plus loin, Suétone ajoute que « sa conduite en Afrique et précédemment en Germanie lui valut les insignes du triomphe »172. La préfecture de L. Calpurnius Fabatus à la tête de la cohors VII Lusitanorum et de six nationes gétules en Numidie, notamment, a été mise en rapport avec ces troubles, qui ne sont malheureusement pas précisément localisés par Suétone173. La mission du proconsul Galba, qui comporte à la fois des responsabilités administratives et civiles (si l’on comprend ainsi la mise en ordre des « divisions intestines ») et une activité militaire (la lutte contre « les soulèvements des barbares »), peut sans doute être mise en relation avec les troubles en Numidie à la même époque174.

  • 175 ILAlg II, 1, 550 : Diuae Aug[ustae sacrum] | Q(uintus) Marcius C(ai) f(ilius) Barea, co(n)s(ul), X (...)
  • 176 Suet., Claud., XI, 4 ; D.C., LX, 5. Scheid 1998, no 17.
  • 177 Hurlet 2006, p. 95-96.
  • 178 Olmo López 2019, p. 131.

23Le prédécesseur de Galba entre le 1er juillet 41 et le 30 juin 43, Q. Marcius Barea, est lui aussi en poste pendant deux ans175. Sa visite à Cirta est attestée par une dédicace à Diua Augusta, ce qui permet de dater sa venue entre la divinisation de Livie par son petit-fils Claude le 17 janvier 42176 et la fin juin 43, à une époque qui n’est donc pas très éloignée des attaques signalées par Dion Cassius en Numidie. Le proconsulat de Q. Marcius Barea – peut-être également obtenu sans participation au tirage au sort177 – a comme celui de Galba été prolongé d’un an, ce qui signale une situation d’exception. Faute de sources, on ne sait si Q. Marcius Barea a lui-même conduit des opérations militaires, même s’il est probable qu’il a joué un rôle dans la défense de la région ; de plus, ses rapports sur la situation sur place ont pu motiver l’envoi de Galba en Afrique178.

  • 179 Tac., hist., IV, 48 ; D.C., LIX, 20, 7. Bénabou 1972, p. 130-132 ; Hurlet 2006, p. 151-152.
  • 180 Sur les forces armées qui restent aux ordres du proconsul, Hurlet 2006, p. 152-154.

24L’exercice d’un grand commandement militaire par le proconsul Galba dans les années 40 montre que la réforme de Caligula, qui en 39 retire au proconsul le commandement de la IIIe légion Auguste pour le confier à un légat de légion nommé par ses soins179, n’a pas entraîné immédiatement une stricte répartition des tâches entre le proconsul et le légat de légion. En effet, après la réforme de Caligula, le proconsul tend à se consacrer aux activités civiles, le légat de légion assumant les tâches militaires. Le proconsul conserve toutefois son imperium militiae et reste à la tête de quelques troupes auxiliaires180. La mission exceptionnelle de Galba, soldat expérimenté auréolé de ses succès en Germanie et qui bénéficie de la confiance de l’empereur, indique qu’en cas de nécessité, le proconsul peut reprendre le commandement général de l’armée d’Afrique. Pour mater les soulèvements des Barbares dans sa province, Galba devait avoir sous ses ordres à la fois la légion et les unités auxiliaires, celles qui restent commandées par le proconsul après 39, comme celles qui sont d’après la documentation postérieure toujours placées sous l’autorité du légat de légion, telles que l’ala I Pannoniorum et la cohors VII Lusitanorum. En outre, quelles que soient la gravité et la durée de la menace barbare et l’activité des proconsuls en Numidie septentrionale, ces unités stationnées aux limites du territoire de Cirta sous Claude et Néron témoignent d’une présence militaire accrue, soit que l’on ait renforcé des positions utilisées à l’époque de Tibère, soit que l’on en ait créé de nouvelles.

  • 181 CIL VIII, 10311 et p. 2138. Thomasson 1996, p. 133, no 1. Christol 2013.
  • 182 ILAlg II, 1, 551 : [Imp(eratori) C]aesari Ve[spasiano Aug(usto)] | [C(aius) Pac]cius Afr[icanus pr (...)
  • 183 Christol 2012b.
  • 184 Christol 2012b, p. 676.

25Les impératifs militaires de l’époque, la circulation des troupes et le contrôle du territoire expliquent certainement, du moins en partie, l’intervention du premier légat de légion attesté dans la région de Cirta : C. Velleius Paterculus commande la IIIe légion Auguste qui effectue les travaux de la route de Cirta à Rusicade, probablement sous Claude ou Néron181. À partir de la fin de l’époque julio-claudienne et jusqu’à C. Paccius Africanus, le dernier proconsul attesté à Cirta en 77-78182, les deux représentants de l’autorité romaine, le proconsul et le légat impérial, peuvent donc être tous deux amenés à agir en Numidie septentrionale car, pour les affaires administratives et judiciaires, la région demeure dans la juridiction du proconsul d’Afrique183. La délimitation et la fixation de la zone de compétence de chacun est opérée plus tard, sans doute à la faveur des interventions de Vespasien en Afrique ; à partir du iie s., le proconsul ne se rend plus à Cirta et seul le légat de légion intervient dans le nord de la Numidie184, assurant le rôle normalement dévolu à un gouverneur avant même la formation officielle de la province de Numidie.

  • 185 Voir par exemple Christol 2009.
  • 186 Cf. Dupuis 2001.
  • 187 Gascou 1972, p. 100-101 ; 211.
  • 188 CIL VIII, 10296 et p. 2138 (ILS 5872) ; CIL VIII, 22370.
  • 189 CIL VIII, 10322 et p. 2138 (ILS 5873).
  • 190 Christol 2012a. Des routes sont également construites à la même époque de l’autre côté de la front (...)

26La présence des auxiliaires en Numidie septentrionale au ier s. s’explique par la nécessité de défendre Cirta, à une époque où la mainmise sur le territoire n’est pas encore totalement assurée. L’époque flavienne, où s’établit la séparation entre la sphère d’intervention géographique du proconsul et celle du légat, coïncide vraisemblablement avec le départ des unités auxiliaires et le début d’une nouvelle mise en valeur de la région de Cirta. Après la création de la province de Maurétanie sous Claude, le contrôle romain sur l’ouest de la Numidie est affermi et la surveillance de la frontière par les unités auxiliaires n’est plus une nécessité, d’autant que la légion, dont le camp principal est transféré à Theueste, se rapproche185. À l’ouest et au sud des possessions cirtéennes auparavant objet de la vigilance des auxiliaires, l’occupation romaine se traduit par la création de la colonie de Nerva à Sitifis, en Maurétanie, puis celle de Cuicul probablement sous Trajan186 ; au début du iie s. également, Diana Veteranorum bénéficie d’une promotion municipale187. L’envoi à Lambèse d’un détachement en 81 puis le transfert du camp de la légion sous Trajan montrent que l’attention des autorités militaires se déplace vers le sud. Pour le nord de la Numidie, les interventions des légats impériaux témoignent entre les Flaviens et le règne d’Hadrien d’une nouvelle phase d’organisation et d’aménagement de la région, où le terrain laissé aux tribus est désormais borné et où se structure un nouveau réseau viaire, dans lequel la uia noua Rusicadensis, réalisée sous Hadrien par la res publica Cirtensium188 et les possessores territori(i) Cirtensium189, répond désormais à des préoccupations davantage économiques que militaires190.

Haut de page

Bibliographie

Africa romana (L’) V 1988, A. Mastino (éd.), L’Africa romana, Atti del V convegno di studio, Sassari, 11-1 XII 1987, Sassari (Pubbl. del Dipartimento di Storia dell’Università degli Studi di Sassari, 9).

Alföldy G. 1968, Die Hilfstruppen der römischen Provinz Germania Inferior, Düsseldorf (Epigraphische Studien 6).

Alföldy G. 1969, Die Personennamen in der römischen Provinz Dalmatia, Heidelberg (Beiträge zur Namenforschung n.F. 4).

Alquier J., Alquier P. 1929, Le Chettaba et les grottes à inscriptions latines de Chettaba et du Taya, Constantine.

Atlas 2003, M. Navarro Caballero, J.L. Ramírez Sádaba (éd.), Atlas antroponímico de la Lusitania romana, Mérida.

Ballu A. 1897, Les ruines de Timgad (antique Thamugadi), Paris.

Baradez J. 1949, Fossatum Africae : recherches aériennes sur l’organisation des confins sahariens à l’époque romaine, Paris.

Ben Abdallah Z., Le Bohec Y. 2007, « Inscriptions militaires inédites de Tunisie : Ire aile de Pannoniens, garnison de Thala », RÉMA 4, p. 83-92.

Ben Abdallah Z., Rocca E. 2013, « Les inscriptions militaires d’Haïdra (Tunisie) dans le fonds Poinssot (INHA) », AntAfr 49, p. 39-66.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_2013_num_49_1_1543

Bénabou M. 1972, « Proconsul et légat en Afrique. Le témoignage de Tacite », AntAfr 6, p. 129-136.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1972_num_6_1_933

Berthier A. 1969, « Du mot Numidia accolé aux noms antiques de Constantine », AntAfr 3, p. 55-67.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1969_num_3_1_897

Bertrandy F. 1973, « Une grande famille de la confédération cirtéenne. Les Antistii de Thibilis », Karthago 17, p. 195-202.

Beschaouch A. 1969, « Encore un Gaulois en Afrique : le Lyonnais M. Licinius Fidelis », BCTH, p. 260-268.

Birley E. 1934, « Roman Kirkby Thore and an Africain Inscription », Transactions of the Cumberland and Westmorland Antiquarian and Archaeological Society, ser. 2, 34, p. 116-119.
https://archaeologydataservice.ac.uk/archiveDS/archiveDownload?t=arch-2055-1/dissemination/pdf/Article_Level_Pdf/tcwaas/002/1934/vol34/tcwaas_002_1934_vol34_0017.pdf

Birley E. 1986, «Before Diplomas, and the Claudian Reform», dans W. Eck, H. Wolff (éd.), Heer und Integrationspolitik. Die Römischen Militärdiplome als historische Quelle, Köln-Wien, p. 249-257.

Briand-Ponsart C. 2006, « Les relations de Cirta et de la Confédération cirtéenne avec le pouvoir pendant le Haut-Empire », CCG 17, p. 105-122.
https://www.persee.fr/doc/ccgg_1016-9008_2006_num_17_1_903

Cagnat R. 1912, L’armée romaine d’Afrique et l’occupation militaire de l’Afrique sous les empereurs, Paris (1e éd. 1892). 

Cagnat R. 1915, « Inscriptions de Djemila (Algérie) », REA 17, p. 34-36.
https://www.persee.fr/doc/rea_0035-2004_1915_num_17_1_1848

Camps G. 1993, Notice « Chettaba », dans Encyclopédie berbère 12 (Capsa-Cheval), p. 1905-1907.
https://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/2116

Camps G. 1995, Notice « Diana Veteranorum (Aïn Zana) », dans Encyclopédie berbère 15 (Daphnitae-Djado), p. 2295-2297.

Chastagnol A. 1967, « Les gouverneurs de Byzacène et de Tripolitaine », AntAfr 1, p. 119-134.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1967_num_1_1_886

Chastagnol A. 1987, L’Italie et l’Afrique au Bas-Empire. Études administratives et prosopographiques, Villeneuve d’Ascq (Travaux et recherches 22).

Cherbonneau A. 1862, « Aïn-el-Bey (Respublica Saddaritanorum) », Revue africaine, p. 1-36.
http://revueafricaine.mmsh.univ-aix.fr/n/Pages/1862_033_001.aspx

Christol M. 2002, « C(aius) Macrinius Decianus, gouverneur de Numidie, et l’histoire militaire de la province au milieu du iiie siècle », ZPE 138, p. 259-269.

Christol M. 2006, « L’Aurès et les problèmes de la province de Numidie au milieu du iiie s. ap. J.‑C. », Aouras 3, p. 113-136.

Christol M. 2009, « L’intégration de l’Aurès dans l’espace romain », Aouras 5, p. 169-188.

Christol M. 2012a, « L’empereur et les cités : la construction de la uia noua de Cirta vers Rusicade sous Hadrien », Epigraphica 74, p. 185-200.

Christol M. 2012b, « “Voyages organisés” : les interventions des “autorités” et la géographie administrative de la province d’Afrique », CRAI 156, 1, p. 653-678.
https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_2012_num_156_1_93465

Christol M. 2013, « Une inscription du musée de Philippeville (Skikda) relative à l’aménagement de la route entre Rusicade et Cirta (CIL, VIII, 10311 et p. 2138) : Caius Velleius Paterculus, légat de l’empereur », AntAfr 49, p. 19-26.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_2013_num_49_1_1541

Christol M., Mokni S. 2017, « L’Histoire Naturelle de Pline l’Ancien et la pertica de Carthage », dans S. Mokni, M. Sebaï (éd.), Institutions municipales en Afrique proconsulaire, Sfax, p. 11-28.

Dana D. 2011, « L’impact de l’onomastique latine sur les onomastiques indigènes dans l’espace thrace », dans M. Dondin-Payre (éd.), Les noms de personnes dans l’Empire romain. Transformations, adaptation, évolution, Bordeaux (Scripta Antiqua 36), p. 37-87.
https://www.academia.edu/1553414

Dana D. 2013, « Conubium cum uxoribus : mariages thraces dans les diplômes militaires », CCG 24, p. 217-240.
https://www.persee.fr/doc/ccgg_1016-9008_2013_num_24_1_1803

Dana D. 2014a, « Notices épigraphiques et onomastiques I », ZPE 188, p. 181-198.
https://www.academia.edu/5939707

Dana D. 2014b, Onomasticon Thracicum (OnomThrac). Répertoire des noms indigènes de Thrace, Macédoine Orientale, Mésies, Dacie et Bithynie, Athènes (Meletīmata 70).

Delamarre X. 2010, « Notes d’onomastique vieille-celtique », Keltische Forschungen 5, p. 99-137.

Desanges J. 1957, « Le triomphe de Cornelius Balbus (19 avant J.‑C.) », RevAfr 101, p. 5-43.

Desanges J. 1964, « Les territoires gétules de Juba II », REA 66, p. 33-47.
https://www.persee.fr/doc/rea_0035-2004_1964_num_66_1_3713

Discours (Les) 2003, Y. Le Bohec (éd.), Les discours d’Hadrien à l’armée d’Afrique. Exercitatio, Paris (De l’archéologie à l’histoire).

Di Vita-Évrard G. 1966, « La dédicace du temple d’Isis à Sabratha : une nouvelle inscription africaine à l’actif de C. Paccius Africanus », LibAnt 3-4, p. 13-20 et pl. II-IV.

Doisy H. 1953, « Inscriptions latines de Timgad », MÉFR 65, p. 99-137.
https://www.persee.fr/doc/mefr_0223-4874_1953_num_65_1_7383

Dondin-Payre M. 1981, « Recherches sur un aspect de la romanisation de l’Afrique du Nord : l’expansion de la citoyenneté romaine jusqu’à Hadrien », AntAfr 17, p. 93-132.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1981_num_17_1_1074

Dupuis X. 1999, « Cuicul, la Confédération cirtéenne et les Suburbures : des limites ambiguës », dans Cl. Lepelley, X. Dupuis (éd.), Frontières et limites géographiques de l’Afrique du Nord antique. Hommage à Pierre Salama, Paris (Histoire ancienne et médiévale 56), p. 129-138.
https://books.openedition.org/psorbonne/22664

Dupuis X. 2001, « Les origines de la colonie de Cuicul », BSAF, p. 151-161.
https://www.persee.fr/doc/bsnaf_0081-1181_2006_num_2001_1_10521

Dupuis X. 2017, « La Numidie de Septime Sévère à Gallien. Province ou diocèse de l’Afrique proconsulaire ? », CCG 28, p. 291-308.

Faure P., Leveau Ph. 2015, « Les marges de la Numidie romaine à la lumière d’une nouvelle inscription des Monts des Ouled Naïl », AntAfr 51/1, p. 119-142.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_2015_num_51_1_1574

Fitz J. 1966, « Réflexions sur la carrière de Tib. Claudius Candidus », Latomus 24, p. 831-846.

Fitz J. 1993, Die Verwaltung Pannoniens in der Römerzeit, Budapest, 1993.

Gascou J. 1972, La politique municipale de l’Empire romain en Afrique proconsulaire de Trajan à Septime-Sévère, Rome (CÉFR 8).
https://www.persee.fr/doc/efr_0000-0000_1972_mon_8_1.

Gascou J. 1981, « Les magistratures de la confédération Cirtéenne », BCTH, n. s. 17-B, p. 323-335.

Gascou J., Gros P., Loriot X. 1964, « Une grande famille de Cuicul à travers le second siècle », AEHE (IVe sect.), p. 69-79.
https://www.persee.fr/doc/ephe_0000-0001_1964_num_1_1_4798

Gonzales A. 1997, « La révolte comme acte de brigandage. Tacite et la révolte de Tacfarinas », dans M. Khanoussi, P. Ruggeri, C. Vismara (éd.), L’Africa romana XII, Atti del XII convegno di studio (Olbia, 12-15 dicembre 1996), Sassari, (Pubbl. del Dipartimento di Storia dell’Università degli studi di Sassari, 31), p. 937-958.
http://eprints.uniss.it/6109/

Gsell S., Graillot H. 1893, « Exploration archéologique dans le département de Constantine (Algérie) – Ruines romaines au nord de l’Aurès (à suivre) », MÉFR 13, 1, p. 461-541.
https://www.persee.fr/doc/mefr_0223-4874_1893_num_13_1_6108

Gsell S., Graillot H. 1894, « Exploration archéologique dans le département de Constantin (Algérie). – Ruines romaines au nord des Monts de Batna (suite et fin) », MÉFR 14, p. 501-609.
https://www.persee.fr/doc/mefr_0223-4874_1894_num_14_1_6812

Héron de Villefosse A. 1914, « Inscriptions de la vallée du Bagradas », CRAI 58, p. 594-601.
https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1914_num_58_7_73482

Holder P.A. 1980, Studies in the Auxilia of the Roman Army from Augustus to Trajan, Oxford (BAR Int. Ser. 70).

Hurlet F. 2006, Le proconsul et le prince d’Auguste à Dioclétien, Bordeaux (Scripta antiqua 18).

Jackson K. 1948, « On Some Romano-British Place-Names », JRS 38, p. 54-58.

Jacques Fr. 1975, « Ampliatio et mora : évergètes récalcitrants d’Afrique romaine », AntAfr 9, p. 159-180.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1975_num_9_1_977

Jacques Fr. 1984, Le privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cités de l’Occident romain (161-244), Rome (CÉFR 76).
https://www.persee.fr/doc/efr_0000-0000_1984_mon_76_1

Kolendo J. 1988, « Un chevalier de Cirta dans une inscription de Novae (Mésie Inférieure) découverte en 1987 », dans L’Africa romana V, 1988, p. 375-381.
http://eprints.uniss.it/3682

Lancel S. 1955, « Suburbures et Nicibes : une inscription de Tigisis », Libyca 3, p. 289-298.

Laporte J.-P., M’Charek A. 2010, Notice « Musulames », dans Encyclopédie berbère 32 (Mgild-Mzab), p. 5144-5155.
https://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/670

Lassère J.-M. 1973, « Recherches sur la chronologie des épitaphes païennes de l’Africa », AntAfr 7, p. 7-152.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1973_num_7_1_1449

Lassère J.-M. 1977, Vbique populus. Peuplement et mouvements de population dans l’Afrique romaine, de la chute de Carthage à la fin de la dynastie des Sévères, 146 a.C.-235 p.C., Paris (Études d’Antiquités africaines).
https://www.persee.fr/doc/etaf_0768-2352_1977_mon_1_1

Lassère J.-M. 1982, « Un conflit “routier” : observations sur les causes de la guerre de Tacfarinas », AntAfr 18, p. 11-25.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1982_num_18_1_1082

Le Bohec Y. 1980, « Un nouveau type d’unité connu par l’épigraphie africaine », dans W.S. Hanson, L.J.F. Keppie (éd.), Roman Frontier Studies 1979. Papers Presented to the 12th International Congress of Roman Frontier Studies, Oxford, p. 945-955.

Le Bohec Y. 1989a, La Troisième légion Auguste, Paris (Études d’Antiquités africaines).
https://www.persee.fr/doc/etaf_0768-2352_1989_mon_1_1?q=le+bohec

Le Bohec Y. 1989b, Les unités auxiliaires de l’armée romaine en Afrique proconsulaire et Numidie sous le Haut-Empire, Paris (Études d’Antiquités africaines).
https://www.persee.fr/doc/etaf_0768-2352_1989_mon_3_1

Le Bohec Y. 1990, « De Sila à Gadiaufala : urbanisation et municipali­sation dans la Numidie cirtéenne méridionale », dans L’Afrique dans l’Occident romain. ier siècle av. J.‑C. – ive siècle ap. J.‑C. Actes du colloque (Rome, 3-5 décembre 1987), Rome (CÉFR 134).
https://www.persee.fr/doc/efr_0000-0000_1990_act_134_1_3880

Le Bohec Y. 1995, Notice « Dimmidi (Demmed-Castellum) », dans Encyclopédie berbère 15 (Daphnidae-Djado), p. 2345-2349.
https://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/2261

Le Bohec Y. 1999, « L’armée romaine en Gaule à l’époque de Tibère », dans W. Schlüter, R. Wiegels (éd.), Rom, Germanien und die Ausgrabungen von Kalkriese. Internationaler Kongress der Universität Osnabrück und des Landschaftsverbandes Osnabrücker Land e.V. vom 2. bis 5. September 1996, Osnabrück (Osnabrücher Forschungen zu Altertum und Antike-Rezeption 1), p. 689-715.

Le Bohec Y. 2006, « L’armée romaine et la Numidie septentrionale dans l’œuvre de H.-G. Pflaum », dans S. Demougin, X. Loriot, P. Cosme (éd.), H.-G. Pflaum, un historien du xxe siècle. Actes du colloque international, Paris les 21, 22, 23 octobre 2004, Genève (ÉPHE III, Hautes études du monde gréco-romain 37), p. 111-135.

Le Bohec Y. 2007a, « Notes de géographie historique africaine », dans J. Dalaison (éd.), Espaces et pouvoirs dans l’Antiquité de l’Anatolie à la Gaule : hommages à Bernard Rémy, Grenoble (Cahiers du CRHIPA 11), p. 363-369.

Le Bohec Y. 2007b, L’armée romaine en Afrique et en Gaule, Stuttgart (Mavors 14).

Le Bohec Y. 2012, « Décurions et centurions auxiliaires sous le Principat en Afrique-Numidie », AClass 55, p. 83-98.
http://www.casa-kvsa.org.za/legacy/2012/AC55-09-LeBohec.pdf

Le Glay M. 1968, « Les Flaviens et l’Afrique », MÉFR 80, p. 201-246.
https://www.persee.fr/doc/mefr_0223-4874_1968_num_80_1_7553

Le Roux P. 1982, L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques d’Auguste à l’invasion de 409, Paris (Publ. du Centre Pierre Paris 8).

Leschi L. 1949, « Découvertes épigraphiques dans le camp de Gemellae (El-Kasbat, Algérie) », CRAI 93, 3, p. 220-226.
https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1949_num_93_3_78417

Leschi L. 1957, Études d’épigraphie, d’archéologie et d’histoire africaines, Paris.

Leveau P. 1973, « L’aile II des Thraces, la tribu des Mazices et les praefecti gentis en Afrique du Nord », AntAfr 7, p. 153-191.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1973_num_7_1_1450

Mallon J. 1955, « Une inscription latine incomplètement gravée », Libyca 3, p. 155-162.

Mann J.C. 1993, « Cavalry Promotion at Kirkby Thore », Britannia 24, p. 261-264.

Marengo S.M. 2012, « La tribù dei Senogallienses in una iscrizione tunisina », Picus 32, p. 133-137.

Mazard J. 1955, Corpus nummorum Numidiae Mauretaniaeque, Paris.

Merlin A. 1909, « Inscriptions latines nouvellement découvertes en Tunisie », CRAI 53, p. 91-101.
https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1909_num_53_1_72357

Mócsy A. 1959, Die Bevölkerung von Pannonien bis zu den Markomannenkriegen, Budapest.

Mokni S. 2008, « ‘‘Les premiers temps de la Carthage romaine’’ et la titulature de la colonie », CCG 19, p. 53-76.
https://www.persee.fr/doc/ccgg_1016-9008_2008_num_19_1_1668

Morizot J., Morizot P. 1948, « Les ruines romaines de la vallée de l’oued Guechtane (Aurès) », RevAfr 92, p. 120-142.
http://www.asadlis-amazigh.com/fr/wp-content/uploads/livres/Les-ruines-romaines-de-la-vallee-de-l’Oued-Guechtane-Aures.pdf

Olmo López 2019, « Ad ordinandam prouinciam: la misión del procónsul Galba en África », AntAfr 55, p. 127-138.
https://journals.openedition.org/antafr/1203

Pflaum H.-G. 1956, « Remarques sur l’onomastique de Castellum Celtianum », dans E. Swoboda (éd.), Carnuntina. Ergebnisse der Forschung über die Grenzprovinzen des römischen Reiches. Vorträge beim Internationalen Kongress der Altertumsforscher, Carnuntum 1955, Graz-Köln (Römische Forschungen in Niederösterreich ) 3, p. 126-151.

Pflaum H.-G. 1959, « Remarques sur l’onomastique de Cirta », dans Limes-Studien. Vorträge des 3. Internationalen Limes-Kongresses in Rheinfelden – Basel 1957, Basel (Schriften des Institutes für Ur- und Frühgeschichte der Schweiz, 14), p. 96-133.

Pflaum H.-G. 1960, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, II, Paris (Bibliothèque archéologique et historique 57).

Pflaum H.-G. 1961, « Les gendres de Marc Aurèle », JS, p. 28-41.
https://www.persee.fr/doc/jds_0021-8103_1961_num_1_1_1005

Pflaum H.-G. 1974, « Remarques sur l’onomastique de castellum Tidditanorum », BCTH, n.s. 10-11B, p. 9-43.

Pflaum H.-G. 1976, « Pannoniens et Thraces en Afrique du Nord romaine à l’époque du Haut-Empire », Pulpudeva 2, p. 53–67.

Pflaum H.-G. 1978, Scripta varia, I. L’Afrique romaine, Paris.

Pflaum H.-G. 1979, « Onomastique de Thibilis », BCTH, n.s. 15-16-B, p. 132-133.

Pflaum H.-G. 1982, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain. Supplément, Paris (Bibliothèque archéologique et historique 112).

Picard G.-Ch. 1945, « Rapport sur l’activité du Service des Antiquités et Arts de la Tunisie du 1er juillet au 31 octobre 1945 », BCTH, p. 474-482.

Picard G.-Ch. 1947, Castellum Dimmidi, Alger-Paris.

Piganiol A., Laurent-Vibert R. 1912, « Recherches archéologiques à Ammaedara (Haïdra) », MÉFR 32, p. 69-229.
https://www.persee.fr/doc/mefr_0223-4874_1912_num_32_1_7068

Piso I. 1993, Fasti provinciae Daciae, I. Die senatorischen Amtsträger, Bonn (Antiquitas I.43).

Renier L. 1855, Inscriptions romaines de l’Algérie, Paris.

Salama P. 1980, « Les voies romaines de Sitifis à Igilgili. Un exemple de politique routière approfondie », AntAfr 16, p. 101-134.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1980_num_16_1_1060

Salcedo de Prado I. 2006a, « Una familia de Cuicul y Cirta: los Claudii », dans A. Akerraz et alii (éd.), L’Africa romana XVI, Mobilità delle persone e dei popoli, dinamiche migratorie, emigrazioni ed immigrazioni nelle province occidentali dell’Impero romano, Atti del XVI convegno di studio, Rabat, 15-19 dicembre 2004, Roma, (Pubb. del Dipartimento di Storia dell’Università degli studi di Sassari n.s. 31), p. 539-554.
http://eprints.uniss.it/5826/1/Akerraz_A_Africa_romana_2006_1.pdf

Salcedo de Prado I. 2006b, «El senador de Cirta Ti. Claudius Claudianus y su familia: un ejemplo de integración », dans J.F. Rodríguez Neila, E. Melchor Gil (éd.), Poder central y autonomía municipal: la proyección pública de las élites romanas de Occidente, Córdoba.

Salomies O. 1997, «Die Herkunft des numidischen Legaten Ti. Claudius Subatianus Proculus», ZPE 119, p. 245-248.

Scheid J. 1998, Recherches archéologiques à La Magliana. Commentarii fratrum Arualium qui supersunt : les copies épigraphiques des protocoles annuels de la Confrérie arvale (21 av. – 304 ap. J.‑C.), Rome (Roma antica 4).

Sirago V.A. 1988, « Tacfarinas », dans L’Africa romana V, 1988, p. 199-204.

Speidel M.P. 1991, «The Shrine of the Dii Campestres at Gemellae », AntAfr 27, p. 111-118.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1991_num_27_1_1192

Speidel M. 1992, «The Roman Army in North Africa», JRA 5, p. 401-407.

Speidel M.P. 2006, Emperor Hadrian’s Speeches to the African Army: A New Text, Mainz, 2006.

Syme R. 1951, «Tacfarinas, the Musulami, and Thubursicu», dans P.R. Coleman-Norton (éd.), Studies in Roman Economic and Social History in Honor of Allan Chester Johnson, Princeton, p. 113-130.

Thomasson B.E. 1996, Fasti africani: senatorische und ritterliche Amtsträger in den römischen Provinzen Nordafrikas von Augustus bis Diokletian, Stockholm (Skrifter utgivna av Svenska Institutet i Rom in 4° 53 lat.).

TitAq : Tituli Aquincenses.1: Tituli operum publicorum et honorarii et sacri. 2: Tituli sepulcrales et alii budapestini reperti, P. Kovács, Á. Szabó (éd), Budapest 2009

Trousset P. 1974, Recherches sur le limes tripolitanus du Chott el-Djerid à la frontière tuniso-libyenne, Paris (Études d’Antiquités africaines).
https://www.persee.fr/doc/etaf_0768-2352_1974_mon_2_1

Trousset P. 1977, « Le camp de Gemellae sur le limes de Numidie d’après les fouilles du colonel J. Baradez (1947-1950) », dans J. Fitz (éd.), Limes. Akten des XI. Internationalen Limeskongresses (Székesfehérvár, 30. 8.-6. 9. 1976), Budapest, p. 559-576.

Trousset P. 1998, Notice « Gemellae (El Kasbat) », dans Encyclopédie berbère 20 (Gauda-Girrei), p. 3008-3013.
https://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/1860

Haut de page

Notes

1 Sur les différents camps de la légion, Ammaedara (Haïdra) depuis le début du ier s., Theueste (Tébessa) sous Vespasien, et enfin, Lambaesis, Le Bohec 1989a, p. 341-343, 353, 360-362, 363, 369.

2 Voir l’introduction de D. Dana et B. Rossignol de ce dossier.

3 Pour X. Dupuis (2017), une date ultérieure est également envisageable, au plus tard au début du règne de Gallien, lorsque le légat de légion est remplacé par un praeses de rang équestre.

4 Par ex. ILAlg II, 1, 8 dans le port de Rusicade. Également ILAlg II, 1, 65 et peut-être 63-64 ; ILAlg II, 1, 66-68.

5 Voir par exemple les interventions de D. Fonteius Frontinianus L. Sertinius Rufinus en 160-162 : Jacques 1975, p. 169-171. ; 1984, p. 747-748. ; Briand-Ponsart 2006, p. 114-115.

6 App., BC, IV, 54.

7 Cette évolution peut expliquer en partie la politique maure d’Auguste et notamment la création de colonies romaines en Césarienne : Lassère 1977, p. 221-222.

8 La création de la colonie de Cirta (colonia Iulia Iuuenalis Honoris et Virtutis Cirta d’après ILAlg II, 1, 626) intervient avant qu’Octavien ne prenne le nom d’Auguste en 27 et vraisemblablement au moment où il règle les affaires d’Afrique et refonde la colonie julienne de Carthage – probablement en 28 av. J.‑C. comme l’a montré S. Mokni (2008 ; également Christol, Mokni 2017). La première preuve épigraphique de l’existence de la colonie date de 26 av. J.‑C., lorsque des terres sont attribuées à des colons à Ksar Mahidjiba (ILAlg II, 2, 4226) par un duumvir local, peut-être dans le cadre de la déduction coloniale.

9 Comme l’ont montré les travaux de H.-G. Pflaum puis ceux de J.-M. Lassère : Pflaum 1956 ; 1959 ; 1978, p. 87-112, 161-198 ; 1974 ; 1979 ; Lassère 1977, p. 194, 441-442.

10 Le Bohec 1989a, p. 360. Des épitaphes du ier s. (Lassère 1973, p. 108) sont attestées, notamment à Cirta, pour des légionnaires (ILAlg II, 1, 780) ou des prétoriens (ILAlg II, 1, 778 et 781) ; mais ces soldats peuvent avoir été enterrés dans leur patrie, comme l’est de façon explicite C. Naeuius L. f. Quir. Cirt(a) Saturninus (ILAlg II, 1, 779).

11 Voir l’introduction de D. Dana et B. Rossignol.

12 Dont la solde s’élève à une fois et demi ou deux fois la solde de base. Veg., Mil., II, 7 : duplares duas, sesquiplicares unam semis consequebantur annonam.

13 Est exclu de cette étude le cas de P. Licinius Agat(h)opus : ce vétéran est retourné chez lui à Gadiaufala, où il est enterré, après avoir servi dans une aile de cavalerie hors d’Afrique. ILAlg II, 2, 6180 : D(is) M(anibus) s(acrum).| P(ublius) Lic(inius) Agat(h)o|pus, ueteran|us, praeiectus | in Brtiania(m) (sic) eq(ues) | alaris, milita|ns Brauniaco | dismissus,| repetens Gadi|aufala(m) pat[riae] | suae (sic), uix[it ann(os)] | LXXXI[---],| fili(i) ips(i) P(ublius) Li[c(inius)] | Ianu(a)rius | [---]e[---]. J. C. Mann (1993) propose comme date possible pour le service de ce soldat en Bretagne le début du iiie s. Le nom du fort (aujourd’hui Kirkby Thore) était peut-être Brauoniacum : Jackson 1948, p. 55 (voir également Birley 1934, 1934).

14 Le Bohec 1989b, p. 33-48 (avec la liste de la documentation sur le personnel de l’unité) ; il s’agit par ailleurs d’un des trois corps de cavalerie qui appartiennent de façon certaine à l’armée d’Afrique (ibid., p. 26). Y. Le Bohec estime qu’il pouvait s’agir d’une aile quingénaire en raison de la dimension de son lieu de garnison aux iie et iiie s., le camp de Gemellae (ibid., p. 36).

15 Camps 1993.

16 Cité dans Le Bohec 1989b, p. 33-34. Y. Le Bohec (1989a, p. 360-361) signale également un poste de guet repéré par A. Berthier à Château-Gérard (sur la commune d’Oued Athmenia). Deux enceintes inédites sont signalées dans Le Bohec 1999, p. 709 (repris dans Le Bohec 2007b, p. 159).

17 AAA, f. 17, 102.

18 ILAlg II, 3, 9441 : Boutius,| Celi f(ilius), eques | alae Pannon[i|or(um)] I [--- | ---?].

19 ILAlg II, 3, 9442 (pl. CIV) : Ti(berius) Claudius, M<a>n|tai f(ilius), Cilius, Lusi|tanus, eques ala|e Pannoniorum I,| u(ixit) a(nnos) XLV, militauit | a(nnos) XXVII, h(ic) s(itus) e(st) ; h(eredes) p(osuerunt) Cla|udia Primigenia et | Fortunata ll(ibertae).

20 ILAlg II, 3, 9443 : Dasius, Liccaion|is f(ilius), nation{n}e Bre|ucus, eques ses|[quiplicarius alae Pannoniorum I ? ---]. Le Bohec 1989b, p. 44 (avec photographie), p. 63, n. 135 et Speidel 1992, p. 404-405 (d’où AE, 1992, 1879).

21 Voir Alquier, Alquier 1929, p. 85, no 28, fac-similé p. 84 et photographie p. 173, fig. 83 (AE, 1930, 132) = ILAlg II, 3, 9444 : Iora, Lisri f(ilius), eque|s ala Pannonioru|m I, signifer, natio|ne Golailus, ann(orum) | [---] XXII ; h(ic) s(itus) e(st). Dans la notice des ILAlg, Pflaum a proposé de restituer la lacune de la dernière ligne par [--- stip(endiorum)]. On peut également penser à militauit a(nnis) comme sur ILAlg II, 3, 8467 et 9442, les deux autres épitaphes d’auxiliaires pannoniens dans le Chettaba où l’indication de la durée de service est conservée. De plus, stipendiorum est plutôt utilisé au iie s. (Le Bohec 1989b, p. 13).

22 Alquier, Alquier 1929, p. 94-95, no 78, fac-similé p. 95, et photographie p. 177, fig. 85 (AE, 1930, 133) = ILAlg II, 3, 8467 (pl. CIV) : Quintus, Mucat|rali f(ilius), eq(ues) alae | Pannoniorum I,| tur(mae) Liccaionis, an|nor(um) XXXV, natione Thra|cus (sic), milita(uit) a(nnos) XVII, h(ic) s(itus) e(st).| Pos(u)it Spinus, Mucac|enti f(ilius), eq(ues) alae eius|dem, heres eius. Le Bohec 1989b, p. 40 ; 2012, en part. p. 86.

23 Alquier, Alquier 1929, p. 95, no 79 (avec fac-similé) et photographie p. 177, fig. 86 = ILAlg II, 3, 8468 (pl. CIV) : Talanus, Surni f(ilius),| [---]S eques, im(aginifer ?) | [---]. Le Bohec 1989b, p. 34 (d’où AE, 1992, 1881).

24 Le Bohec 1989b, p. 54, n. 49 ; Annuaire de la Société archéologique de la province de Constantine, 1858-1859, pl. XV. Cf. Alquier, Alquier 1929, p. 126-127.

25 ILAlg II, 3, 8468 et pl. CIV.

26 ILAlg II, 3, 9442 (supra, n. 19).

27 Lassère 1973, p. 108 ; Le Bohec 1989b, p. 11-14.

28 Holder 1980, p. 47-48, tableau p. 57-58 ; Birley 1986.

29 ILAlg II, 3, 9442 (supra, n. 19) ; Plin., nat., III, 147 (région de Sirmium) ; Mócsy 1959, p. 178 ; Dana 2014a, p. 192-193.

30 CIL XIII, 3541 : Beladi|us Tala|ni f(ilius), Pan(nonius),| an(norum) XLV,| stip(endiorum) XXXI,| h(ic) s(itus) e(st). Beladius ne semble pouvoir être rapproché que de Belladius Castus, à Thouighiba, non loin de Béja, en Proconsulaire, Héron de Villefosse 1914, p. 600 (ILAfr, 444). Un Talanus est également mentionné sur une inscription funéraire de Sighişoara, en Dacie, IDR, III/4, 196 (d’où AE, 1988, 965) : Candia Maximi | uixit an(n)os LXXXX ;| (A)el(i)us (?) Talanus Du|gionis uix(it) an(nos) LXX.| T(itulum) p(osuit) fil(ius) p(atri) et m(atri) | b(ene) m(erentibus). Cf. Delamarre 2010, p. 118-120. Le nom Surnus semble être un hapax.

31 Speidel 1992, p. 404-405. Voir par ex. TitAq II, 676.

32 Pflaum 1976, p. 64 ; ILAlg II, 3, p. 1032. Le nom est illyrien d’après Mócsy 1959, p. 177.

33 AE, 1937, 216 ; TitAq II, 760 : [---, | --- eques] | ala Hisp(anorum) pr[i(ma)],| Lucius ann(orum) XL,| stip(endiorum) XXII, h(ic) s(itus) e(st) ;| Tranco Iorae | l(ibertus) et M(arcus) Apisius | he(redes) pos(uerunt).

34 CIL XVI, 2 : (...) cohort(is) II Hispanorum, cui prae(e)st | C(aius) Cauarius Priscus,| equiti | Dasenti Dasmeni f(ilio), Cornac(ati),| et Iorae (?) Prososti filiae, uxori eius,| et Emerito f(ilio) eius,| et Turunae filiae eius,| et Emeritae filiae eius (...)

35 ILAlg II, 3, 8467-8468 (supra, nn. 22 et 23).

36 De la même façon, le Thrace Tarsas Capito (infra, n. 52) est désigné sur son épitaphe à Ammaedara d’abord par son nom d’origine puis par son surnom latin : Dana 2014a, p. 195 ; pour ce type de nomenclature pérégrine des auxiliaires (thraces ou d’autres origines) au ier s., voir Dana 2011, p. 53-56.

37 Dana 2014b, en part. p. 228-229.

38 Dana 2014b, p. 322.

39 Pflaum H.-G., ad ILAlg II, 3, 9441. 114 occurrences du nom Boutius ou Boutia sont recensées dans la base de données Hesperia, Onomástica (contre 121 en tout dans l’empire d’après EDCS). C’est par exemple le patronyme d’un soldat de la cohorte I Lucensium, originaire de Lucus Augusti (Lugo), mort à Promona en Dalmatie au ier s. ; CIL III, 9834 (ILS 2563) : Flauos, Bo|uti f(ilius), mil(es) | coh(ortis) I Luce(nsium),| ann(orum) XXXI,| stip(endiorum) X, dom(o) | Luco Aug(usti) ; h(eres) f(aciendum) c(urauit) ;| h(ic) s(itus) e(st). Pour les attestations en Lusitanie, Atlas 2003, p. 118-119 (avec carte).

40 Cilius et Mantaus sont des noms lusitaniens : Le Roux 1982, p. 190, no 70 ; Atlas 2003, p. 43, p. 226-227 ; ils sont par exemple attestés tous deux à Coria et à Idanha-a-Velha.

41 Le Bohec 1989b, p. 33 et p. 54, n. 47 suggère le principat d’Auguste.

42 Pflaum H.-G., ad ILAlg II, 3, 9441.

43 Le Bohec 2006, p. 119.

44 It. Ant. 35, 4.

45 Gsell, Graillot 1894, p. 547-548, no 18 ; Le Bohec 2007a, p. 367-36 (où AE, 2007, 1747) : D(is) M(anibus) s(acrum).| C(aius) Iulius Don|atus, equ[es] | ala Pannoni|orum I, eu(ocatus) an(no) I, uix(it) | an(nis) XXXXVIII. La transcription adoptée ici est celle de Y. Le Bohec, sauf uix(it), à la place de l’avant-dernière ligne, et XXXXVIII, plutôt que XXXXVI, à la dernière ligne, solutions adoptées par Gsell, qui semblent pouvoir être encore lues sur la pierre. La lecture eu(ocatus) an(no) I n’est toutefois pas assurée. Une photographie de cette inscription m’a été fournie par M. Jean-Pierre Faure, que je remercie vivement pour sa générosité.

46 Gascou 1972, p. 100-101 ; Camps 1995.

47 ILAlg II, 3, 7675 (pl. XI) : Marti Aug(usto) et | Genio coloniae | sacr(um).| T(itus) Flauius Quir(ina) Breucus,| ueteranus acceptarius,| militauit in ala I Pannoniorum,| dec(urio) et princeps, an(nos) XXVI,| flamen colon(iae) perpetuus,| s(ua) p(ecunia) p(osuit). Le Bohec 1989b, p. 40 ; 2012, p. 86.

48 ILAlg II, 3, 7913 (pl. LIII) : L(ucio) Titinio Clodi|ano, e(gregio) u(iro), mil(itiarum) IIII,| a comm(entariis) praeff(ectorum) | praet(orio), praesidi | et proc(uratori) prou(inciae) | Epiri, item <praesidi> et | proc(uratori) quadrages(imae) | portus Asiae et Bithyniae, proc(uratori) | prou(inciae) M[e]siae In|ferior(is), proc(uratori) | prou(inciae) Numidiae | partes praes(idis) | agenti,| C(aius) Pomponius Sa|turninus actu|arius al(ae) Panno(niorum). Le Bohec 1989a, p. 461 ; 1989b, p. 44 ; Thomasson 1996, p. 196, no 196 (avec bibl.). D’autres cavaliers sont attestés à Cuicul, mais leur unité est inconnue (ILALg II, 3, 8019 : épitaphe d’un duplicarius ; ILALg II, 3, 8258 (pl. XCVI) : épitaphe fragmentaire où subsiste la représentation d’un cavalier).

49 Voir notamment l’inscription de Fermo CIL IX, 5363 et les diplômes militaires AE, 2005, 1715 = 2011, 1807 et RMD V, 368 = AE, 2005, 1722.

50 Le Glay 1968 ; Le Bohec 1989a, p. 353.

51 Dana 2014a, p. 195-196 (AE, 2011, 1615 ; relecture de Ben Abdallah, Le Bohec 2007, p. 83-87) : Tarsas Capito, Dinni | f(ilius), Bessus, eq(ues), uex(illarius) ala | Panuniorum, tur(ma) | Pereg(r)ini, natus ciuit|atis Dinorasci, uix(it) ann|is XXX, mil(itauit) annis | VIIII, h(ic) s(itus) est. Pos<i>uit Cim|anus, eq(ues) ala Panuniorum, tur(ma) | Gemeli, t[u]tor fili<i> eius. Inscription provenant de la nécropole orientale, où se situe le cimetière militaire des ier et iie s. : cf. Ben Abdallah, Rocca 2013, en part. p. 49-50.

52 Beschaouch 1969, photographies fig. 1-4 (AE, 1969/70, 661) ; ILPBardo, 45 : M(arcus) Licinius M(arci) f(ilius), Gal(eria), Lug(duno),| Fidelis, milit(auit) eq(ues) in leg(ione) III | Aug(usta) ann(is) XVI, fact(us) dupl(icarius) in | ala Pann(oniorum) mens(ibus) IV ;| uix(it) ann(is) XXXII ; h(ic) s(itus) e(st).| Q(uintus) Iulius Atticus et T(itus) | [Mi- uel Vi]nicius Saecularis, eq(uites) | [leg(ionis)] III Aug(ustae), h(eredes) eius posuerunt. A. Beschaouch date le décès des années 71-74 environ. Les Lyonnais à Ammaedara sont répertoriés par Ben Abdallah, Rocca 2013, p. 55.

53 CIL VIII, 23258 ; Le Bohec 1989b, p. 54, n. 52 (AE, 1992, 1764) : I Λ [---] | FRI V [---] HV | [---] al(ae) I Pa(nnoniorum),| eq[u]es eius(dem), st[i]|p(endiorum) [---] d(---) s(---) | [---].

54 Ainsi Beschaouch 1969, p. 265.

55 Ben Abdallah, Le Bohec 2007, p. 85. Mais le même n’écarte pas que seul un détachement de l’ala I Pannoniorum ait pu être présent à Ammaedara (Le Bohec 1989a, p. 342 ; 1989b, p. 34).

56 CIL VIII, 2355 (p. 951) = 17842 (= ILS 6841).

57 CIL VIII, 2354 (p. 1693) (= ILS 305) : Victoriae | Parthicae | Aug(ustae) sacr(um),| ex testamento | M(arci) Anni, M(arci) f(ilii), Quir(ina),| Martialis, mil(itis) | [[leg(ionis) III]] Aug(ustae), duplic(arii) | alae Pann(oniae), dec(urionis) al(ae) | eiusdem, (centurionis) [[leg(ionis) III]] Aug(ustae) | et XXX Vlpiae Victric(is),| missi honesta | missione ab Imp(eratore) | Traiano Optimo | Aug(usto) Ger(manico) Dac(ico) Parth(ico),| sing(ulas) HS VIII (milibus), XX p(opuli) R(omani) min(us),| Annii M(arci) lib(erti) Protus,| Hilarus, Eros,| adiectis a se HS III (milibus),| ponend(um) curauer(unt),| idemq(ue) dedicauer(unt),| d(ecreto) d(ecurionum). Seul le texte de la première base est transcrit ici. Cf. Ballu 1897, p. 146 pour la localisation du monument. Le Bohec 1989b, p. 41 ; 2012, p. 86.

58 Doisy 1953, p. 101-102, no 3 (AE, 1954, 144) : Mercurio | Aug(usto) | sacrum.| L(ucius) Domitius,| L(uci) f(ilius), Papiria,| Marcellus,| uet(eranus) ex dupl(icario) | al(ae) I Pann(oniorum), ex | HS II (milibus) sua pec(unia) | fac(iendum) cur(auit) id(emque) | d(e)d(icauit). Le Bohec 1989b, p. 43 (datation d’après l’onomastique et l’abréviation HS).

59 Le Bohec 1989b, p. 34. M. P. Speidel (2006, p. 60) juge vraisemblable un cantonnement dans le sud de la Numidie.

60 AE, 2005, 1715 = 2011, 1807 et RMD V, 368 = AE, 2005, 1722.

61 AE, 1900, 35 et CIL VIII, 2532, Aa = 18042, Aa ; Les discours 2003, p. 43-44, 61, 90 ; photographies p. 67, 71 ; traduction p. 116 (AE, 2003, 2020, f-g), Speidel 2006, p. 30, 60-62, photographie p. 60, fig. 31 (AE, 2006, 1800, q-r).

62 CIL VIII, 2690 = 18110 : [-----]MV|[-----]NEI|[----]s dec(urio) | [alae] I Pann(oniorum) | [--]R[--]s et | Maximi|us Com|modia|nus mag[g(istri)] | fabr(um) uo|tum ss(oluerunt). Le Bohec 2012, p. 87.

63 Sur les postes du limes de Numidie, voir entre autres Picard 1947, p. 49-66 ; Faure, Leveau 2015 avec bibl.

64 Leschi 1949 (repris dans Leschi 1957, p. 318-322) ; Baradez 1949, en part. p. 100-108, 117, 148 ; Trousset 1977 ; 1998 ; Le Bohec 1989b, p. 34-35.

65 En 140, Leschi 1949, p. 222 (AE, 1950, 60) ; le nom de l’aile est largement restitué. Au début du règne de de Septime Sévère, Leschi 1949, p. 223 (d’où AE, 1950, 61) : dédicace au diuus Pertinax. Sous Sévère Alexandre, Mallon 1955, p. 156, dédicace aux Dii campestres érigée par le préfet de l’aile M. Celerinius Augendus ; à une date inconnue, par un autre préfet d’aile, T. Aurelius Aurelianus (Trousset 1977, p. 563 et 575, fig. 6 ; d’où AE, 1976, 735) ; sur ces deux inscriptions, Speidel 1991). Sous Gordien III, Leschi 1949 p. 223-224 (d’où AE, 1950, 62). Sous les deux Valériens et Gallien, Leschi 1949, p. 224 (d’où AE, 1950, 63). Cf. Le Bohec 1989b, 1989, p. 34 et p. 56, n. 56-60.

66 CIL VIII, 2466 (p. 952) ; 17954 (ILS 2486) : [Pro] salute Im|[pe]ratorum L(uci) | [S]eptimi Seueri | [Pe]rtinacis Aug(usti) | [et] M(arci) Aureli Antoni|[ni A]ug(usti) [[et P(ubli) Septi|mi Getae]] totius|que domus diui|nae et uictoria | [Q(uinti) A]nic[i] Fausti ?, leg(ati) Aug(usti) | pr(o) pr(aetore), co(n)s(ulis) desig(nati),| [uexill]at(io) [[leg(ionis) III Aug(ustae)]] | P(iae) V(indicis) || [---] mor[an|t]es in pro[cinct(u)],| sub cura Fo[n]/tei Fortun[ati],| dec(urionis) alae I Pann(oniorum),| Seuero et Pomp(eio) co(n)[s(ulibus)],| Numis(us) Gemmellu[s],| co(n)s(ulibus) s(upra scriptis), Caecil(ius) Lucian(us),| Flac(co) et Gal(lo) co(n)s(ulibus), M(arcus) An(tonius) | Saturni(nus), Pis(one) et Iul(iano) | co(n)s(ulibus), Longinius Tri|ton, Polione et Apr(o) | co(n)s(ulibus), Iuli(us) Verecu[nd(us)],| Imp(eratore) et Vero [co(n)s(ulibus)],| Valeri[u]s [---]. Cf. CIL VIII, 2464 = 17952. Le Bohec 1989b, p. 36 ; 2012, p. 88 ; Thomasson 1996, p. 175 pour la restitution du nom du légat de Numidie.

67 CIL VIII, 2465 (p. 952) = 17953 (= ILS 2485) : I(oui) O(ptimo) M(aximo), Iun(oni) Reg(inae), Min(eruae),| Marti, Vict(oriae) Auggg(ustorum),| pro salute | Impp(eratorum) L(uci) Septimi Se|ueri Pii et M(arci) Aureli | Antonini Augg(ustorum) et | [[P(ubli) Sep(timi) Getae]], uexill(atio) | [[leg(ionis) III Aug(ustae)]] P(iae) V(indicis) mo|rantes in procinct(u),| cur(ante) Aemilio Emerito,| dec(urione) al(ae) I Pan(noniorum), Satur|ni(no) et Gallo co(n)s(ulibus), V N(onas) | Maias, u(otum) s(oluit). Le Bohec 1989b, p. 36 ; Le Bohec 2012, p. 87.

68 Le Bohec 1989b, p. 36.

69 Picard 1947, p. 45-47, 63, p. 188-189, no 12, avec fig. et pl. XIV (AE, 1948, 214). CIL VIII, 8796 = 18021 = Picard 1947, p. 190-191, no 14 avec fig. (AE, 1948, 216). CIL VIII, 8797b = Picard 1947, p. 189-190, no 13 avec fig. (AE, 1948, 215). Le Bohec 1989b, p. 40. Cf. Le Bohec 1995.

70 Merlin 1909, p. 97-101, avec photographie = ILPBardo 22 (= ILS 9177 ; ILAfr 9, avec photographie) : Pro salute Impp(eratorum) nn(ostrorum) | L(uci) Septimi Seueri Pertinac(is) | et M(arci) Aureli Antonini Augg(ustorum) | et L(uci) Septimi [[Getae]] Caesaris,| Q(uintus) Anicius Faustus, co(n)s(ul) de(signatus),| praesidium poni iussit, sub | cura Aemili Emeriti, dec(urionis) al(ae),| praepositi coh(ortis) II Fl(auiae) Afr(orum) et n(umeri) col(lati). Également ILAfr 8. Sur le fort de Si Aoun, Trousset 1974, p. 118-120.

71 AAA, f. 47, 1.

72 Picard 1947, p. 49 (comme castellum Dimmidi, des soldats de la legio III Augusta, de l’ala I Pannoniorum et du numerus Palmyrenorum se sont relayés à El Gahra).

73 CIL VIII, 18025 (révisée par Le Bohec 1989b, d’où AE, 1992, 1855) : Soli Inuicto | Mithrae,| [Iu]lius Florus,| [(centurio)] leg(ionis) III Aug(ustae), [C(aius) Iuli]us Pastor,| [de]c(urio) al(ae) I Pann(oniorum),| [Pom]ponius Ma|[xi]mus, b(ene)f(iciarius) co(n)s(ularis),| [u(otum) s(oluerunt)] l(ibentes) a(nimo). Le centurion de la IIIe Auguste est mentionné sur des inscriptions datées du règne de Septime Sévère (CIL VIII, 2554 = 18048 ; 4483, cf. également 17090 = ILALg I, 802). Le Bohec 2012.

74 Le Bohec 1989b, p. 42 avec photographie (AE, 1992, 1859) : D(is) M(anibus) s(acrum).| C(aius) Iulius | Pastor,| dec(urio) al(ae) I | Pann(oniorum), u(ixit) | [a(nnis) | ---].

75 Le Bohec 1980, p. 945-947 (d’où AE, 1980, 960) : [Inu]u(ictissimis) dd(ominis) nn(ostris) Aurel(is) C[arino et Numeriano | ---] Prospe[c]tu[s],| praep(ositus) {a}eq(uitum) al(ae) p(rimae) P[ann(oniorum)], cum commilitonibus | [et a]eq(uitibus) n(umeri) collati s[u]a [pec(unia) fec(it),] sub cura Pompe[i | --- M(arcus) Aurelius Dec]imu[s], p(raeses) p(rouinciae) N(umidiae).

76 V., dans ce volume, la contribution de X. Dupuis.

77 Morizot, Morizot 1948, p. 126-127, carte p. 125 (d’où AE, 1951, 222), sur un caisson : D(is) M(anibus) s(acrum).| C(aio) Iulio Hispano,| uet(erano) ex dec(urione) alae Pa|n(n)oniorum, uix(it) an|n(is) LXXXX, ob immu|nem iuxta se liber[a]|litatem eius habita(m), P[o]|nponia Gemellina n[u]|rus fecit.

78 CIL VIII, 27428, avec la restitution proposée par S. M. Marengo (2012, p. 133-137) (d’où AE, 2012, 1889 et AE, 2013, 2056 : [---]a[--]us [--- f(ilius)] | P[o]l(lia) Rufus,| domo Sena,| eq(ues) alae Pann(oniorum),| stip(endiorum) X,| quo praerat | C(aius) Vibius Metellanus.

79 Picard 1945, p. 481, (d’où AE, 1946, 63) : D(is) M(anibus) s(acrum).| Iulius | Rogati|anus, eq(ues) | alae Pan(noniorum),| u(ixit) a(nnis) XXII.

80 CIL V, 5267 : L(ucius) Calpurnius L(uci) f(ilius) Ouf(entina) | Fabatus,| VIuir, IIIIuir i(ure) d(icundo), praef(ectus) fabr(um),| trib(unus) iterum leg(ionis) XXI Rapac(is),| [pr]aef(ectus) cohortis VII Lusitan(orum) | [et] nation(um) Gaetulicar(um) sex | quae sunt in Numidia,| [f]lam(en) diui Aug(usti), patr(onus) munic(ipii),| t(estamento) f(ieri) i(ussit). Plin., epist., IV, 1 ; IV, 19 ; V, 11 ; VI, 12 ; etc. ; X, 120 (décès vers 112). PIR2 C 263. Leveau 1973, p. 175 ; Le Bohec 1989b, p. 86-87, et n. 211.

81 Desanges 1957, p. 36, n. 119. Voir également le commentaire de Christol 2009, p. 177-179.

82 Sous Vespasien est effectué le bornage des terres attribuées aux Surburbures Regiani et Nicibes à Tigisis (ILAlg II, 2, 6252), et entre Ksar Mahidjiba et Henchir el Ksar (ILAlg II, 2, 4343, fixation de la limite entre les terres assignées à ces deux tribus et celle de la colonie de Cirta).

83 ILAlg II, 3, 7529 et 7534 (entre mars 116 et août 117).

84 D’après les deux dédicaces à Septime Sévère et Caracalla (ILAlg II, 3, 7577-7578) érigées par la res publica gentis Suburburum Col(onorum ?) et le texte rappelant la réfection de la fontaine captant l’une des sources possibles de l’Ampsaga réalisée au iiie s. par L. Papirius Natalis H[ib]ernalis, ob amorem ciuitatis suae (ILAlg II, 3, 7583).

85 Lancel 1955, p. 295-296.

86 Tac., ann., XVI, 8.

87 Leveau 1973, p. 153-191, 175.

88 ILAlg II, 3, 8564 : Optatus,| Sadecis | f(ilius), decurio | co(ho)rti(s) Lusita|na(e), u(ixit) a(nnis) LV,| Sardus.

89 AE, 2002, 1751 = RMD V, 373.

90 CIL VIII, 3101 (ILS 2565) : D(is) M(anibus) s(acrum).| D(ecimo) Domitio | Sardonico,| Pol(l)ia, Ale{c}xan|dria, uixit an|nis LXX ; fecer|unt Domitiae | patri piissimo.| D(is) M(anibus) s(acrum),| Q(uinto) Domitio,| Pol(l)ia, castris,| Sardonico,| mil(iti) coh(ortis) VII | Lusitano|rum, uixit | annis XVIII ;| fecerunt | Domitiae | fra[tri de]sid|[erant]iss[i]mo.

91 CIL VIII, 2887 = 3147 : C(aio) Iulio | Fido, eq(uiti) | c(o)ho(rtis) VII Lusitan|orum, uix(it) an(nis) | XXV, per Iulio | Casto fratre. Inscription du iie s. : Lassère 1973, p. 134.

92 CIL VIII, 10721 = 17631 : Marti Aug(usto) | sacrum.| M(arcus) Licini|us Valens,| (centurio) coh(ortis) VII Lu|sitanorum,| u(otum) s(oluit) l(ibens) a(nimo).

93 CIL VIII, 10733 = 17673 : [--- leg(atus)] | Aug(usti) Pr(o) Pr(aetore), co(n)s(ul) des(ignatus) ;| coh(ors) VII Lusita(norum) | [---] restituit. X. Dupuis, dans ce volume, n. 44 ; la présence de soldats à Mascula peut être mise en relation avec le centre administratif de la regio Masculitana. On connaît également à Mascula un cavalier de la cohors II Thracum Gemella (infra, n. 100).

94 AAA, f. 17, 276.

95 ILAlg II, 3, 7315 : A(ulus) [-] Gaius L(uci) f(ilius) Quartus,| eques sesquiplicarius,| ala Veterana, uixit | annis XXXX, militauit | annis XX, hic situs est. Renier 1855, no 1796 (d’où CIL VIII, 5936) avait lu A. Agaius (?) L. f. Quartus (également Cherbonneau 1862). Y. Le Bohec (1989b p. 49, n. 3) propose A. Agrius (?) L. f. Quartus.

96 Renier 1855, no 1796.

97 Pour Y. Le Bohec (1989b, p. 26, et p. 49, n. 4), il n’est pas certain que l’unité soit venue en Afrique. On ignore si ala Veterana est le nom complet de l’unité ou bien si l’ethnique est omis (Le Bohec, loc. cit.) ; dans son commentaire à ILAlg II, 3, 7315, H.-G. Pflaum avait proposé ala Veterana (Gallica). Outre les exemples cités par Pflaum et Le Bohec, on peut aussi signaler l’ala Afrorum Veterana, stationnée en Germanie Inférieure d’après des diplômes militaires émis sous Vespasien (CIL XVI, 23, où elle est mentionnée avec l’ala Siliana, qui a auparavant servi en Afrique ; cf. infra), Trajan (AE, 2013, 2192) et Hadrien (RMD IV, 239) ; l’ala Afrorum Veterana doit être la même que l’ala Veterana mentionnée sur une bague trouvée près de Xanten (CIL XIII, 10024, 34 ; ILS 9146) ; cf. Alföldy 1968, p. 10, p. 173, no 21.

98 CIL VIII, 14281 = 25364 : Heluia Commoda,| pia, uixsit annis | XXXV ; hic sit(a) ast (sic).| C(aius) Iulius Bitus,| uir heius, uet(eranus),| posuit, (uet)era|nus c(o)hor(ti)s I Traeci.

99 CIL VIII, 2251 (ILS 2578) : T(itus) Flauius | Bitus, eq(ues) | coh(ortis) II Gemel(lae) | Trac(um), uix(it) an(n)i(s) | LV, mil(itauit) an(nis) XXVII. Iulia Marcella, [u]xor, et Bitus, [fil(ius), f(ecerunt)]. Révision [u]xor plutôt que [so]ror : X. Dupuis dans ce volume, n. 43. Cf. Dana 2013. Pour la datation, Lassère 1973, p. 133.

100 Cagnat 1912, p. 205.

101 Gsell, Graillot 1893, p. 510 (d’où AE, 1894, 87) : [P(ublius) ou T(itus) ou L(ucius) ?] Calidius | Bassus,| praefe(ctus) | coh(ortis) II Gemel(lae) | T(h)ra(cum).

102 ILAlg II, 2, 6877 : [---]a in (centuria) Bes|[si ? ---]s P(---) qu(a)est(ori) coho|[rtis] II Gemellae T(h)ra|[cum ---]no | [---].

103 ILAlg II, 2, 6874 : Ti(berius) Claudiu[s, Ti(beri) f(ilius),]| Lucanus, u[ete]|ranus, mil[itau(it)] | ann(is) XXVII, [ui|xit ann(is)] LIX,| [h(ic) s(itus)] e(st).

104 ILAlg II, 2, 6875 (restitution de Le Bohec 1989b, p. 91 ; d’où AE, 1992, 1883) : Ti(berius) Cla[udius – f(ilius), Q(uirina),]| Pacat[us---],| eq(ues) uex[illarius ---],| uix(it) a[nnos ---],| o(ssa) [t(ibi) b(ene) q(uiescant)].

105 ILAlg II, 2, 6876 : T(itus) CCNVRI | T(---) TMV|NI, Lusita(nus),| ueter[a]n(us),| u(ixit) a(nnis). L’âge du défunt manque.

106 Lassère 1973, en part. p. 108-110. (pour les inscriptions de Cirta).

107 Sur cet ethnique employé ici comme anthroponyme, Dana 2014b, en part. p. LV, XCIX, 34.

108 Le Bohec 1990, p. 295, qui considère assuré le stationnement à Sila de la cohors II Gemella Thracum, dans sa totalité ou en partie.

109 Cf. Le Bohec 1989b, p. 21-22.

110 ILAlg II, 2, 6179 : Ti(berius) Claudius | Macer, ueter(anus) | ala(e) Silianae,| uix(it) ann(is) LXXX|XII.

111 ILAlg II, 1, 3614 : [-] Sittius M|[ar]inus, eq|[u]es alae S[ilia]na[e ---],| u(ixit) an(nos) XXXV. Restitution proposée par Le Bohec 1989b, p. 22 (AE, 1992, 1878).

112 La concentration du gentilice Sittius en Cirtéenne s’explique par l’installation des anciens mercenaires de P. Sittius, qui en recevant la citoyenneté romaine, ont adopté le gentilice de leur chef.

113 CIL VIII, 25646 (ILS 9139) : (homo stans) | Sex(tus) Veturius,| ueteranus | alae Silianae,| uixit annis LXX ;| h(ic) s(itus) e(st). Datation d’après le formulaire, l’onomastique et le contexte historique. Le Bohec 1989b, p. 22. À Chemtou, sont attestés dix autres Veturii, dont certains sont peut-être des descendants de ce soldat probablement d’origine italienne (Lassère 1977, p. 347, n. 242) : CIL VIII, 1261 = 10594 = 14612 (ILS 6823) ; 14642 ; 14672 ; 14673 ; 25648 ; 25685 ; 25686 ; 25688 ; peut-être également 25687.

114 Tac., hist., I, 70 : Caecina (...) laetum ex Italia nuntium accipit alam Silianam circa Padum agentem sacramento Vitellii accessisse. Pro consule Vitellium Siliani in Africa habuerant ; mox a Nerone, ut in Aegyptum praemitterentur, acciti (...). Thomasson 1996, p. 39, no 39. Cf. Tac., hist., II, 17. Par la suite, l’ala Siliana est envoyée en Germanie (CIL XVI, 23, en 78), Pannonie (RMD IV, 210, en 83 ; AE, 2003, 2041, en 119) et Dacie (AE, 2009, 1177 en 128). Le Bohec 1989b, p. 22.

115 Kolendo 1988 (AE, 1988, 984) ; IGLNovae 33 (pl. 13) : Marti Victori leg(ionis) I Ital(icae) | Antoninianae, pro salute | Imp(eratoris) Caes(aris) [[M(arci) Aur(eli) Anton(ini)]] | Pii Felicis Aug(usti) | diui Antonini fil(ii),| M(arcus) Val(erius), M(arci) Val(eri) Mucacenti | fil(ius), Quir(ina) Flauianus, domo | Cirta, p(rimus) p(ilus) ex eq(uite) Romano | aquilae d(onum) d(edit).

116 Kolendo 1988, p. 379-380 ; pour les occurrences de ce nom thrace, voir Dana 2014b, p. 228-229.

117 ILAlg II, 3, 7767 : [--- | sa]crum.| [C(aius) Iuli]us C(ai) f(ilius) Papiria | [Cres]cens, ueter(anus) accep|[tar]ius, q(uaestor), IIuir, fl(amen) [p(er)p(etuus)] | [---] ex arg(enti) [p(ondo) ---|---]IVNN d(e) p(ecunia) s(ua) [fecit d(e)d(icauit)q(ue)], | cur(ante) C(aio) Iulio Barbaro fil(io).

118 ILAlg II, 3, 7675 : Marti Aug(usto) et | Genio coloniae | sacr(um),| T(itus) Flauius, Quir(ina), Breucus,| ueteranus acceptarius,| militauit in ala I Pannoniorum,| dec(urio) et princeps an(nos) XXVI,| flamen colon(iae) perpetuus,| s(ua) p(ecunia) p(osuit). Cf. Cagnat 1915, p. 35. Également ILAlg II, 3, 7677 et 8018. Le Bohec 1989b, p. 41 ; Dupuis 2001, en part. p. 154-157.

119 Dupuis 2001, p. 157-159.

120 Pflaum 1976, p. 64-65. La datation au ier s. permet de suggérer un lien avec les unités auxiliaires ; à partir du iie s., les Thraces présents en Numidie septentrionale peuvent avoir servi dans la IIIe légion Auguste stationnée à Lambèse (cf. Pflaum 1976, p. 61-62).

121 CIL VIII, 14281 = 25364 et CIL VIII, 2251 : supra, nn. 99 et 100.

122 Dana 2014b, en part. p. 40-58.

123 ILAlg II, 1, 1242 (Cirta) : M(arcus) Iulius C(ai) | f(ilius) Quir(ina) Bi|tus u(ixit) a(nnis) LV ;| h(ic) s(itus) e(st).

124 ILAlg II, 1, 1243 (Cirta) : Dis M(anibus) sac(rum).| M(arcus) Iulius | Bitus | u(ixit) a(nnis) XXXXII.

125 ILAlg II, 3, 9213 : Iulius | Bit<h>us | u(ixit) a(nnis) XXXX ;| h(ic) s(itus) e(st) {e(st)} ;| o(ssa) t(ibi) b(ene) q(quiescent), (BITAVS éd.) ; pour la correction, voir Dana 2014b, p. 57.

126 ILAlg II, 1, 3729 : Dassila | Nina, T(iti) | Dassi f(ilia),| u(ixit) a(nnis) XI,| h(ic) s(ita) e(st). La datation est suggérée par le formulaire.

127 ILAlg II, 3, 9443 (cf. supra, n. 20).

128 En raison de la dédicace aux dieux Mânes : Lassère 1973, p. 109.

129 Plaetorius est attesté en Afrique proconsulaire sur les sites qui ont accueilli la légion, à Ammaedara (Piganiol, Laurent-Vibert 1912, p. 155, no 61), et non loin de là, à Thala (CIL VIII, 554), ainsi qu’à Theueste (ILAlg I, 3118, nom d’un centurion de la IIIe légion Auguste).

130 ILALg II, 3, 9943 : D(is) M(anibus).| Pletoria | Quartil|la u(ixit) a(nnis) LXXXXV. Sur le gentilice Plaetorius ou Pletorius : Alföldy 1969, p. 109-110 ; OPEL III 145. Outre la Dalmatie, l’Italie illyrophone est une autre origine possible de ce gentilice.

131 ILAlg II, 2, 5599 : D(is) M(anibus) s(acrum).| Q(uintus) Ma|nilius | Panno|nius | u(ixit) a(nnis) | LXXXI ;| h(ic) s(itus) e(st).

132 ILAlg II, 2, 4239 : D(is) M(anibus).| I(---) Cecili|us Pan|nonius | u(ixit) a(nnis) LI.

133 Voir les hésitations de Pflaum à ce sujet : ILALg II, 2, p. 379, en raison du gentilice italique. Les autres attestations du nom dans la province de Numidie se trouvent à Lambèse, comme gentilice (CIL VIII, 18442 : M. Pannonius Iucundus) et comme cognomen (CIL VIII, 3588, 3799 : Iulia Pannonia ; probablement au iiie s. : Lassère 1973, p. 104), et comme cognomen à Verecunda, qui est, au iie s. au moins, un uicus de Lambèse, peuplé de vétérans (CIL VIII, 4277 : Iulia Pannonia)

134 ILAlg II, 3, 7767 (supra, n. 117).

135 Ti. Iulius Falco (ILAlg II, 3, 10305), Ti. Iulius Messor (ILAlg II, 3, 10306), Ti. Iulius Sedatus (ILAlg II, 3, 10307) et Ti. Iulius Stepanus (ILAlg II, 3, 10308), entre castellum Elefant(---) et Aïn Kerma : stèles funéraires trouvées au même endroit, « Ayad. À la ferme Lochard » (AAA, f. 17, aux environs du no 88). Ces épitaphes peuvent être datées à partir du début du iie s. en raison du formulaire (D. M. S.) ; elles se rapportent visiblement aux membres d’une même famille, qui pourraient avoir été enterrés sur leur propriété. Les trois autres Ti. Iulii sont le père de Iulia Ti. f. Faustilla à Rusicade (ILAlg II, 1, 226), M. Iulius Ti. fil. Arruntianus (ILAlg II, 1, 2723) et M. Iulius Ti. fil. Ius(tus) à Celtianis (ILAlg II, 1, 2776).

136 Cf. Dondin-Payre 1981, p. 99, 108-109. Sur la romanisation de l’époque de Claude et Néron en Afrique, Lassère 1977, p. 449.

137 Dupuis 2001, p. 154.

138 ILAlg II, 3, 8914-8916 ; 8952 ; 9434 ; 9435 ; 9442 ; 9477-9482 ; 9574.

139 ILAlg II, 2, 6864, 6913-6928.

140 Castellum Phuensium : ILAlg II, 3, 8956, 9525 (?), 9567, 9594-9596. Sila : ILAlg II, 2, 7153-7156.

141 Dupuis 2001, p. 154.

142 Cf. Salcedo de Prado 2006a, avec bibliographie.

143 ILAlg II, 3, 7653 (160-6 mars 161) : Genio Populi Cuiculitan(orum),| L(ucius) Claudius Ti(berii) fil(ius) Quir(ina) Honoratus, trib(unus) mil(itum) leg(ionis) II Adiutricis, praef(ectus) coh(ortis) | I Aug(ustae) Pan(noniorum), equo publ(ico) exornat(us) ab imp(eratore) Antonino Aug(usto) Pio, in quinq(ue) dec(uriis) adlect(us),| col(oniarum) Cirt(ensium) dec(urio) et aed(ilis), col(oniae) Cuic(ulitanarum) dec(urio) et aug(ur), exedr[a]m cum statua et column(is) marmoreis,| quam Cl(audius) Modestus, pater suus, ob honor(em) pontif(icatus), s[i]ne taxatione promiserat, ex decreto | Fontei Frontiniani, leg(ati) Aug(usti) pr(o) pr(aetore), c(larissimi) u(iri), ampliata pec[u]nia sua fecit dedicauitque. PME, I, C 146 et IV, Suppl., C 146.

144 ILAlg II, 3, 7644 ; 7946-7948 ; 7793 ; 7794. PIR2, I, 284. PME, I, I 51 et Suppl. IV, I 51. Gascou, Gros, Loriot 1964.

145 Dupuis 2001, p. 153.

146 Dupuis 1999.

147 ILAlg II, 3, 7898 : Ti(beriae) Cl(audiae) Subatianae Aquili|nae et Ti(beriae) Cl(audiae) Dignae Subati|ae Saturninae, cc(larissimis) pp(uellis), filia|bus Ti(beri) Cl(audi) Subatiani Pro|culi, leg(ati) Augg[[g(ustorum)]] Pr(o) Pr(aetore) prou(inciae) | splend(idissimae) Numid(iae), c(larissimi) u(iri), co(n)s(ulis) de|sig(nati), leg(ati) leg(ionis) VI Ferratae | Fidelis Constantis, curatoris | Atheniensium et Patrensium,| praetoris urbani candidati, tri|buni candidati, q(uaestoris) urbani, sub|praefecti classis praetori|ae Misenatium, praefecti alae | Constantium, tribuni coh(ortis) | VI ciuium Romanorum, praef(ecti) | cohortis III Alpinorum,| res publica Cuiculitano|rum, hominis boni praesi|dis clementissimi, ob insig|nem eius in patriam suam | praestantiam,| d(ecreto) d(ecurionum), p(ecunia) p(ublica). PIR² S 938 ; Pflaum 1960, no 242 ; PME, I, IV, V, C 187 ; Thomasson 1996, p. 177, no 52. On retient ici l’opinion majoritaire qui fait de Cuicul la patrie des deux frères. O. Salomies (1997) conteste l’origine cuiculitaine et considère que la famille vient d’Asie Mineure ; le mot patria employé dans l’inscription ne s’appliquerait alors pas au personnage honoré mais seulement à la res publica Cuiculitanorum. Cependant, comme le reconnaît l’auteur, les cas d’un tel emploi sont rares. De plus, l’une des inscriptions utilisées à l’appui de l’argumentation doit être écartée : pour l’auteur, l’hommage de Thibilis à Vibia Aurelia Sabina, fille de Marc Aurèle (ILAlg II, 2, 4661), ob singularem eius in patriam adfectionem montre que patria renvoie uniquement à la communauté qui remercie sa patronne. Cet argument omet que Thibilis peut être considérée comme la patria de Vibia Aurelia Sabina grâce au mariage de cette dernière avec Antistius Burrus, originaire de Thibilis (PIR² A 757 ; Pflaum 1961 ; Bertrandy 1973). Rien n’empêche donc de considérer que Cuicul, où les Claudii sont bien attestés, puisse se revendiquer comme leur patrie.

148 PIR² S 937. PME IV, V C 187 ; IV. Suppl. 1, C l87 ; Pflaum 1982, no 242 bis.

149 Sur les magistratures de la Confédération cirtéenne, Gascou 1981.

150 ILAlg II, 3, 8914-8916, 8952.

151 ILAlg II, 3, 9434 : Ioui [---] | ex t[estamento] | Ti(beri) Claudi Ti(beri) f(ilii) Qu[ir(ina) --- praefecti] | i(ure) d(icundo) in col(onia) Sar[nia Mileu, item in col(onia) Veneria] | Rusicade, mag(istri) p[ont(ificum)?],| [---]anus, aed(ilis), q(uaestor), prae[f(ectus) pro IIIuiris ---]. ILAlg II, 3, 9435 : Liber[o Patri Aug(usto) sac(rum) | ex testament (?)] | Ti(beri) Claud(ii) Ti(beri) f(ilii) [Quir(ina) --- praef(ecti) i(ure) d(icundo)] | in col(onia) Sarn[ia Mileu, item in col(onia) Veneria Rusi]|cade, magist[ri p--- curam agente ---]|dio Musa p[---].

152 ILAlg II, 3, 8379 : D(is) M(anibus) [s(acrum)].| Ti(berius) Cl(audius) [Nep?]|os, omnibus | honoribus | functus,| u(ixit) a(nnis) LXXV,| o(ssa) t(ibi) b(ene) q(uiescant).

153 PIR² C 834. Piso 1993, p. 270-276 ; Fitz 1993, p. 509-513 sq.; Salcedo de Prado 2006b.

154 ILAlg II, 1, 29 : Claudiae P(ubli) fil(iae) | Quir(ina) Gallitae,| coniugi | Q(uinti) Austurni P(ubli) fil(i) | Quir(ina) Lappiani, eq(uo) | p(ublico) exorn(ati), aed(ilis), IIIuir(i) IIII col(oniarum),| praef(ecti) III col(oniarum), duc(---) bis,| sorori | Ti(beri) Claudi Claudiani, leg(ati) | Auggg(ustorum trium) pr(o) pr(aetore), c(larissimi) u(iri), consul(aris) | prouinc(iarum) et exerc(ituum) Pann(oniarum) | Inferior(is) et Superior(is),| praepositi uexillation(um) | Daci<i>scar(um), leg(ati) leg(ionum) XIII Gem(inae) | et V Macedonicae Piae,| candidato Auggg(ustorum trium) et | eis deuotiss[im]o prae|tori tutelar[io, sacer]|doti septemu[ir]o | epulonum, [sacer]do|ti Laurent(ium) Lauinat(ium), Q(uintus) Austurnius | Lappianus coniug(i) ra|rissimae s(ua) p(ecunia) p(osuit), d(ecreto) d(ecurionum).

155 ILAlg II, 1, 30 : [P]omponiae | Germanil|lae, cl(arissimae) f(eminae), con|iugi | Cl(audi) Claudi|ani, co(n)sul(aris) | duarum Pan|noniarum,| L(ucius) Cornelius | Restitutus,| praef(ectus) clas|sis Flauiae | Pannonicae,| rarissimae feminae d(edit) d(edicauit).

156 CIL II², 14-3, 975 (Tarraco, 198) : Tib(erio) Cl(audio) Candido, co(n)s(uli),| XVuir(o) s(acris) f(aciendis), leg(ato) Augg(ustorum),| pr(o) pr(aetore) prouinc(iae) H(ispaniae) C(iterioris) | et in ea duci terra marique | aduersus rebelles hh(ostes) pp(ublicos),| item Asiae item Noricae | duci exercitus Illyrici | expeditione Asiana item Parthica | item Gallica, logistae ciuitatis | splendidissimae Nicomediensium,| item Ephesiorum, leg(ato) pr(o) pr(aetore) prouinc(iae) | Asiae, cur(atori) ciuitatis Teanensium,| allecto inter praetorios item | tribunicios, proc(uratori) XX hered(itatium) per Gallias Lugdunensem et Bel|gicam et utramq(ue) Germaniam,| praeposito copiarum expediti|onis Germanicae secundae,| trib(uno) mil(itum) leg(ionis) II Aug(ustae), praefecto | coh(o)rtis secundae Ciuium | Romanorum,| Silius Hospes, hastatus leg(ionis) X | Geminae, strator eius | optimo praesidi. PIR² C 823 ; PME, IV, Suppl. I, C 128 ; Fitz 1966.

157 ILAlg II, 1, 1031 : Dis Manibus.| Tiberius | Claudius Candidus | u(ixit) a(nnis) LI.

158 Un ancien centurion de la légion est cependant l’époux d’une flaminique des quatre colonies cirtéennes (ILAlg II, 1, 695).

159 Desanges 1964, p. 43.

160 CIL VIII, 20713 (à Tigzirt, en Maurétanie Césarienne) : M(arcus) Vetidius M(arci) | f(ilius) Quir[ina] Phila|d[---] II [--- u]ix{s}(it) an(nos) | IIII HOVI Surus | [---]O[---]III [------]osus,| mile[s] moratus Cu|iclo ann(os) V et menses | VIIII, uix{s}it an(nos) XX,| cura egit frater eius | M(arcus) Vetidius Crispus,| mil(es) leg(ionis) Aug(ustae), (centuria) Caii pr(incipis?). AAA, f. 16, no 233.

161 CIL VIII, 2615 (ILS 1194) : I(oui) O(ptimo) M(aximo) | ceterisq(ue) diis deabusq(ue) immortalib(us),| C(aius) Macrinius Decianus, u(ir) c(larissimus), legat(us) | Augg(ustorum duorum) pr(o) pr(aetore) prou(inciarum) Numidiae et No|rici, Bauaribus qui, adunatis IIII | regibus in prou(inciam) Numidiam in|ruperant, primum in regione | Milleuitana, iterato in confi|nio Mauretaniae et Numidi|ae, tertio Quinquegentaneis | gentilibus Mauretaniae Cae|sariensis item gentilibus Fra|xinensibus qui prouinciam | Numidiam uastabant, cap|to famosissimo duce eorum,| caesis fugatisque.

162 Date établie par M. Christol (2002, en part. p. 268). Sur la géographie des troubles, Christol 2006.

163 Sur les causes, le déroulement et la fin de la guerre, voir entre autres Syme 1951 ; Lassère 1982 ; Sirago 1988 ; Gonzales 1997.

164 Tac., ann., II, 52 ; IV, 23. Tacite (ann., IV, 24-26) signale le rôle du roi Ptolémée dans la fin de la guerre, situe la bataille décisive à Auzea (vraisemblablement Auzia, en Maurétanie) et fait état des honneurs votés par le Sénat à Ptolémée. Les ornements triomphaux sont représentés sur des monnaies de Ptolémée, à partir de 25 ap. J.‑C. : Mazard 1955, p. 128, no 399 ; p. 135, no 440-450. Desanges 1964, p. 36-37. Sur les Musulames, Laporte, M’Charek 2010.

165 Thomasson 1996, p. 30, no 22.

166 Tac., ann., III, 74 : ne Cirtensium pagi impune traherentur, propriam manum Blaesus filius duxit.

167 Cf. Le Bohec 1989a, p. 347-348 ; 1999, p. 707-709, repris dans Le Bohec 2007b, p. 157-158. Ben Abdallah, Le Bohec 2007, p. 85.

168 Tac., ann., III, 21 ; 3, 32; 3, 72-74; 4, 23-26.

169 Aur. Vict., Caes., 4, 2 : (…) a meridie Mauri accessere prouinciis, demptis regibus post Jubam ; caesaque Musulamiorum manus ; simul ultima occasus, Britaniae partes contusae (…). Epitome, 4, 4 : Mauri prouinciis accessere ; caesa Musulamiorum manus est.

170 D.C., LX, 9, 6 : κἀν τῷ αὐτῷ τούτῳ χρόνῳ καὶ τῆς Νουμιδίας τινὰ ἐπολεμήθη τε ὑπὸ τῶν προσοίκων βαρβάρων, καὶ ἔπειτα κρατηθέντων αὐτῶν μάχαις κατέστη.

171 Galba, VII, 2 : Africa pro consule biennio optinuit extra sortem, electus ad ordinandam prouinciam et intestina dissensione et barbarorum tumultu inquietam (trad. C.U.F., modifiée) ; Thomasson 1996, p. 35-36, no 32.

172 Galba, VIII, 1 : ob res et tunc in Africa et olim in Germania gestas ornamenta triumphalia accepit (...).

173 Leveau 1973, p. 175.

174 Hurlet 2006, p. 96-97, 152-153 ; Olmo López 2019.

175 ILAlg II, 1, 550 : Diuae Aug[ustae sacrum] | Q(uintus) Marcius C(ai) f(ilius) Barea, co(n)s(ul), X[V ui]r s(acris) f(aciundis), f(etialis), pro[co(n)sul) prou(inciae) Africae?], ded[icauit].| Coelia, Sex(ti) filia, Vi[cto]ria Potita, flaminica di[uae Augustae, de sua pe]cunia faciendum curauit. Thomasson 1996, p. 34, no 30.

176 Suet., Claud., XI, 4 ; D.C., LX, 5. Scheid 1998, no 17.

177 Hurlet 2006, p. 95-96.

178 Olmo López 2019, p. 131.

179 Tac., hist., IV, 48 ; D.C., LIX, 20, 7. Bénabou 1972, p. 130-132 ; Hurlet 2006, p. 151-152.

180 Sur les forces armées qui restent aux ordres du proconsul, Hurlet 2006, p. 152-154.

181 CIL VIII, 10311 et p. 2138. Thomasson 1996, p. 133, no 1. Christol 2013.

182 ILAlg II, 1, 551 : [Imp(eratori) C]aesari Ve[spasiano Aug(usto)] | [C(aius) Pac]cius Afr[icanus proco(n)s(ul) | --- s]tatua impet[rata ---]. Voir Pflaum H.-G, ILAlg, p. 52 ; Thomasson 1996, p. 44, no 49. Également Di Vita-Évrard 1966.

183 Christol 2012b.

184 Christol 2012b, p. 676.

185 Voir par exemple Christol 2009.

186 Cf. Dupuis 2001.

187 Gascou 1972, p. 100-101 ; 211.

188 CIL VIII, 10296 et p. 2138 (ILS 5872) ; CIL VIII, 22370.

189 CIL VIII, 10322 et p. 2138 (ILS 5873).

190 Christol 2012a. Des routes sont également construites à la même époque de l’autre côté de la frontière provinciale, en Maurétanie : Salama 1980.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : ILAlg II, 3, 9442 : épitaphe de Ti. Claudius, M<a>ntai f., Cilius
Crédits (musée de Constantine)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/3312/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 2 : ILAlg II, 3, 9443 : épitaphe de Dasius, Liccaionis f.
Crédits (musée de Constantine)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/3312/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 3 : ILAlg II, 3, 8467 : épitaphe de Quintus Mucatrali f.
Crédits (musée de Constantine) [inscription brisée]
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/3312/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 770k
Titre Fig. 4 : ILAlg II, 3, 8467 : épitaphe de Quintus Mucatrali f.
Crédits (Planche CIV des ILALg) [inscription entière]
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/3312/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 5 : ILAlg II, 3, 8468 : épitaphe de Talanus, Surni f.
Légende Planche CIV des ILAlg.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/3312/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 6 : Annuaire de la Société archéologique de Constantine 1858-1859, pl. XV
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/3312/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
Titre Fig. 7 : Carte
Légende Les Claudii sur les inscriptions du nord de la Numidie.
Crédits (A.-F. Baroni)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/3312/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Florence Baroni, « Mobilité des unités et « dislocation » de la documentation : l’exemple des auxiliaires attestés en Numidie septentrionale au ier s. ap. J.‑C. »Antiquités africaines, 56 | 2020, 303-321.

Référence électronique

Anne-Florence Baroni, « Mobilité des unités et « dislocation » de la documentation : l’exemple des auxiliaires attestés en Numidie septentrionale au ier s. ap. J.‑C. »Antiquités africaines [En ligne], 56 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/antafr/3312 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.3312

Haut de page

Auteur

Anne-Florence Baroni

Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/ANHIMA (UMR 8210)

Haut de page

Droits d’auteur

Antiquités africaines

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search