Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56Dossier « Mobilité, garnisons et...Un décurion de l’ala Pannoniorum ...

Dossier « Mobilité, garnisons et nouveautés en épigraphie militaire : les unités auxiliaires et l’Afrique romaine »

Un décurion de l’ala Pannoniorum à Zoui et la présence militaire au nord-est de l’Aurès

Xavier Dupuis
p. 323-333

Résumés

Une dédicace inédite à Mars, découverte à Zoui (Vazaiui), donne la première mention de l’ala Pannoniorum sur le site. Avec d’autres indices, les nombreuses attestations d’unités auxiliaires qui y ont été relevées montrent que cette statio était un point de contrôle au départ d’une route ouverte en 100 après J.-C. en direction de Lambèse. Dans ce secteur de la Numidie, les interventions impériales et les mentions de soldats de tout grade n’indiquent nullement l’existence d’une menace qui aurait justifié la présence d’un dispositif défensif. Il s’agissait plutôt de contrôler les déplacements et les routes, de maintenir l’ordre, ou encore d’intervenir dans les domaines impériaux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le Bohec 1989.
  • 2 AE, 2002, 1751 (RMD V, 373) en 127-129 ; AE, 2005, 1722 ( = AE, 2002, 1752 (RMD V, 368), complété (...)
  • 3 AE, 2014, 1635, daté de 129.
  • 4 CIL VIII, 2532 Db = 18042 Db ; AE, 2003, 2020 i = 2006, 1800 p : Cornelianus praefectus ues[ter].
  • 5 AE, 2014, 689 : Semproni|o Serano, | militi ale (sic) | F(---), annorum XX, |5 soror fratri.
  • 6 AE, 2011, 1615 ; voir aussi AE, 2013, 70 et 1786-1797 : Tarsas Capito Dinni | f(ilius), Bessus, eq (...)
  • 7 AE, 2015, 1841 : Dis | Manibus | sacrum ; | L. Salustius Vrban|5us coh(ortis) II Fl(auiae) Af(roru (...)
  • 8 Document inédit dont je dois la connaissance à M. Hakim Ouakour que je remercie. Une brique portan (...)

1La richesse de l’épigraphie militaire de la Numidie a pour l’essentiel profité à la seule IIIe Légion Auguste, alors que ses unités auxiliaires en sont restées des parents pauvres comme le montre la lecture du livre de Y. Le Bohec1. Les documents sont finalement peu nombreux, l’histoire des unités est mal connue et rares sont les sites de garnison réellement identifiés. La situation n’a guère évolué et depuis la parution de l’ouvrage cité en 1989, on ne peut signaler, outre quelques commentaires et relectures, que les documents suivants. Viennent d’abord quatre diplômes militaires, les premiers que nous connaissions pour l’armée d’Afrique, tous datés des années 127-129 apr. J.-C. ; ils sont malheureusement fort mutilés et ne mentionnent pas de nouvelles unités2. Le dernier en date3 a été octroyé à un cavalier de l’[ala Flauia Fe]lix Numi[dica], dont nous connaissons donc maintenant de façon sûre le nom complet, ainsi que celui, partiellement conservé, de son préfet en 129, [---], T(iti) f(ilius), Cornel[ianus], très probablement l’officier homonyme commandant d’une unité de cavalerie du discours d’Hadrien4. C’est peut-être dans la même aile que servait le soldat d’une ala F(---), identifié lors de la relecture d’une inscription de Lara de los Infantes en Espagne citérieure5. Une épitaphe longtemps inédite, provenant d’Haïdra (Ammaedara) et datable des années 50-756, a été érigée pour un cavalier besse, originaire de Thrace, porte-enseigne de l’aile des Pannoniens, par un de ses compagnons d’arme. Une autre épitaphe de Badès (Badias) au sud de l’Aurès mentionne un militaire de la cohors II Flauia Afrorum dont le grade n’est malheureusement pas précisé7. Enfin la découverte d’une tuile estampillée de la cohors II Hispanorum confirme la présence, ou le passage, de cette unité sur le site d’Ad Maiores (Henchir Besseriani)8.

Fig. 1 : Dédicace à Mars

Fig. 1 : Dédicace à Mars

(cliché J. Marcillet-Jaubert)

  • 9 Gsell 1911, f. 39, no 49.

2À cette courte liste, on peut ajouter un texte de Zoui (Vazaiui)9 relevé par J. Marcillet-Jaubert. Il s’agit d’un autel, remployé à l’époque dans un mur de la cour au nord du bordj (fig. 1). Sa hauteur totale est de 1,53 m, celle du dé de 1,05 m, et sa largeur de 0,35 m ; le champ épigraphique, délimité par une double bordure moulurée, mesure 0,51 m de hauteur et 0,25 m de largeur. De nombreux impacts altèrent la face inscrite, seule visible.

1

MARTIAVG

ImageSACImage

L•CLODIVS

FELIXDECImage

5

ALEPRIMAE

PANNONI

ORVM

V•S•L•A•

3Les lettres sont hautes de 4 cm en moyenne, et on relève plusieurs ligatures, AV, MA et NI, aux l. 1, 5 et 6, ainsi que des traces de lignes de guidage. La ponctuation est généralement constituée de simples points circulaires, mais deux hederae encadrent SAC à la l. 2, et une hedera et un point suivent DEC à la l. 4. Même si certaines lettres sont endommagées, on lit sans difficulté le texte suivant :

Marti Aug(usto) | sac(rum) ; | L(ucius) Clodius | Felix, dec(urio) |5 ale (sic) primae | Pannoni|orum, | u(otum) s(oluit) l(ibens) a(nimo).

4L. 5, ale, vulgarisme pour alae.

  • 10 Le Bohec 1989, p. 33-48 et p. 53-63, n. 43-143.
  • 11 L’inscription la plus ancienne retrouvée à Zoui date du règne de Domitien (CIL VIII, 17637) ; des (...)

5Malgré sa nouveauté, ce document peut sembler relativement décevant : l’accomplissement d’un vœu à Mars n’a rien d’étonnant de la part d’un militaire, et l’aile des Pannoniens est certainement la mieux connue des unités auxiliaires de l’armée d’Afrique10. Certes le texte en atteste maintenant un nouveau décurion, L. Clodius Felix, mais nous ne savons rien du personnage dont les noms sont d’une grande banalité. Enfin il est difficile de dater précisément le texte, entre l’époque flavienne et le milieu du iiie siècle11.

  • 12 35 figurent au CIL VIII, 17619-17653, qui reprend et corrige tous ceux publiés précédemment (CIL V (...)
  • 13 CIL VIII, 17619 ; 17621-17623 ; 17625-17628 ; 17630-17631 ; 17633-17636 ; 17640. S’y ajoutent le t (...)
  • 14 CIL VIII, 17620 ; 17624 ; 17629 ; 17632, en raison de leur formulaire (dédicaces aux Dii conseruat (...)
  • 15 L’épitaphe du médecin citée supra, n. 13, et CIL VIII, 17640, les vestiges d’un cursus militaire t (...)
  • 16 CIL VIII, 17623 ; 17624 ; 17626 ; 17628 ; 17632.
  • 17 CIL VIII, 17630 et 17631, qui présentent exactement la même structure que notre texte, et peut-êtr (...)
  • 18 Nelis-Clément 2000, p. 170-171 et 208-209 ; 2006, p. 285-286 ; France, Nelis-Clément 2014, p. 134- (...)
  • 19 CIL VIII, 17625 et 17626.
  • 20 CIL VIII, 17622 ; 17623 ; 17626 ; 17627 ; 17628 ; 17634.
  • 21 CIL VIII, 17628 ; 17626 et 17634 ; 17619 ; 17635 et 17636.
  • 22 Par exemple CIL VIII, 17624, mutilée mais très proche de CIL VIII, 17623, érigée par un bénéficiai (...)
  • 23 La seule qui soit attestée en Afrique : Le Bohec 1989, p. 84-85.
  • 24 Janon 1966-1967, p. 224-225, n2. Le texte doit donc se lire Diis conserua|toribus, I(oui) O(ptim (...)
  • 25 Janon 1966-1967, p. 224-228. Outre le texte de Zoui, et AE, 1967, 572 de Lambèse qu’il édite, il s (...)
  • 26 On ne peut cependant totalement éliminer une autre unité syrienne, notamment la cohors I Syrorum s (...)
  • 27 Outre les deux ailes de cavalerie, les deux cohortes, II Hispanorum et VIII Lusitanorum, et les de (...)
  • 28 Marcillet-Jaubert 1982, p. 78, texte supra, n. 13. L’auteur se fonde sur le fait que l’expression (...)

6Sa provenance est en revanche intéressante. On a en effet trouvé à Zoui un nombre non négligeable de textes épigraphiques, un peu plus de 4512, dont 21 émanent ou mentionnent, de façon sûre13 ou très vraisemblable14, des militaires. Il s’agit, à une ou deux exceptions près15, de dédicaces à des dieux très divers, isolés ou en groupe. Mars y apparaissait déjà à huit reprises, associé à d’autres divinités16, ou seul17 comme sur notre texte qui en donne une neuvième attestation. Les documents épigraphiques montrent surtout la présence sur le site d’une statio bien connue, encore récemment étudiée18. Plusieurs inscriptions mentionnent en effet explicitement la statio Vazaiuitana19, d’autres ses responsables, le plus souvent des bénéficiaires20, d’autres encore évoquent la fin de leur détachement à Zoui, qui fut l’occasion d’accomplir un vœu exacta ou expleta statione, ou expleto tempore21. Ces dix textes représentent la moitié du total et assurément d’autres, plus ou moins mutilés, pourraient en être rapprochés et concerner directement la statio22. Un aspect de la documentation n’a cependant guère attiré l’attention, le fait que les inscriptions du site mentionnent aussi un nombre important d’unités auxiliaires, peut-être six sur les seize connues qui étaient placées sous les ordres du légat légionnaire. En effet, outre l’ala Pannoniorum, maintenant attestée par notre texte, nous y connaissions déjà l’ala Flauia (CIL VIII, 17633), une cohors Hispanorum, probablement la II23 (CIL VIII, 17919) et la cohors VII Lusitanorum (CIL VIII, 17631). Il faut ajouter à cette liste une unité de Syriens car l’inscription CIL VIII, 17621, relue par M. Janon24, associe diverses divinités, dont le Genius exercitus, à un dieu Iorchobol. Comme l’a montré l’auteur, il s’agit du dieu palmyrénien Iarhibol dont le culte ne s’est guère diffusé au-delà des milieux syriens25. Ce qui subsiste du texte constitue donc un indice très fort du passage d’un soldat d’une unité syrienne à Zoui, probablement le numerus Palmyrenorum26. Un autre document, CIL VIII, 17630, mentionne un decurio equitum, qui ne servait pas nécessairement dans une des unités déjà attestées sur le site27. Enfin l’épitaphe d’un médecin de la cohors I Flauia mort à 60 ans ne prouve certes pas le passage de l’unité sur le site, mais son éditeur n’exclut pas que le défunt ait encore pu être en activité au moment de son décès28.

  • 29 Sur ce point, voir les remarques de Nelis-Clément 2000, p. 390 ; 2006, p. 285-286 ; France, Nelis- (...)

7On peut avancer deux explications, soit toutes les unités placées sous le commandement du légat envoyaient à tour de rôle un détachement pour tenir le poste, soit elles ont simplement transité par le site. En faveur de la première on peut noter qu’une des dédicaces est un vœu accompli exple(to) tempore par un décurion de la cohors Hispanorum (CIL VIII, 17619) ; rien n’interdit donc de penser que les autres officiers subalternes et soldats d’unités auxiliaires que nous connaissons ont laissé une trace de leur passage pendant leur affectation à la statio ou au moment de leur départ. Ce seul document n’est cependant pas totalement probant, car il peut aussi s’agir d’un vœu accompli à la suite d’une promotion récente obtenue à l’issue de l’affectation à Zoui, comme nous en avons semble-t-il un ou deux autres exemples29.

  • 30 Nelis-Clément 2000, p. 170 (« L’un de ces postes se trouvait à Zoui – Vazaiui, sur la voie reliant (...)
  • 31 Par exemple Chevallier 1997, p. 257 ; Le Bohec 2010 p. 258 ; Salama 1951, carte hors-texte ; Févri (...)
  • 32 Marcillet-Jaubert 1969, p. 150 ; le réseau routier est bien représenté dans Le Bohec 1989, p. 405, (...)
  • 33 Tab. Peut. IV, 5 - III, 4 ; Itin. Anton. Aug. 33, 2 - 34, 2. De même, on trouve évidemment des mil (...)
  • 34 Ce qui correspond, en sens inverse, à l’itinéraire indiqué dans Gsell 1911, f. 39, n49.

8Sans que le passage régulier d’unités auxiliaires, ou de leurs soldats, ait été explicitement envisagé, des travaux récents ont toutefois mis l’accent sur l’emplacement de Zoui, sur une voie reliant Tébessa à Lambèse par le sud30. La réalité est légèrement différente mais aussi beaucoup plus intéressante. On admet en effet toujours, comme le montre la consultation de divers ouvrages et cartes, que l’État romain avait ouvert plus au nord une route directe Theueste-Lambaesis, prolongement en quelque sorte de la voie ouverte en 123 reliant Carthage à Tébessa31. En réalité, les milliaires parfois invoqués, au nombre de quatre et tous datés de 100 apr. J.-C., pour lesquels on a proposé bien des hypothèses, appartiennent à une route partant de Zoui comme l’avait montré J. Marcillet-Jaubert en 1969 (voir l’annexe infra)32. A l’inverse, aucune borne attribuable à ce qui aurait été la voie septentrionale plus directe n’a jamais été retrouvée. La présence avérée d’une route, ouverte sous Trajan au départ de Zoui, statio occupée jusqu’aux années 250-260 au moins, rend d’ailleurs son existence peu vraisemblable. Assurément, il existait des itinéraires directs, comme en témoignent la Table de Peutinger et l’Itinéraire d’Antonin33, mais il faut admettre que les officiels en déplacement, et probablement pas les seuls militaires, devaient, au départ de Theueste, emprunter une route qui obliquait vers le sud en passant par les cuvettes des Nemenchas à l’ouest de Chéria et de là gagner Zoui pour repartir vers l’ouest34.

  • 35 Nelis-Clément 2000, p. 209 ; Guédon 2014, p. 294. L’inscription est trop mutilée pour être restitu (...)
  • 36 En Afrique, le seul texte comparable est une inscription de Thuburbo Maius (ILAfr, 269), qui évoqu (...)
  • 37 Quels que soient l’origine et le contexte des plaintes, l’affichage, parfois imposé, de la décisio (...)

9Un autre document montre aussi indirectement le rôle routier du poste. On y a en effet retrouvé la copie d’un rescrit de Sévère Alexandre, CIL VIII, 17639, rappelant les plaintes des provinciaux consécutives à des exactions perpétrées par des officiales. Il peut certes s’agir d’une affaire purement locale, des abus commis par le personnel de la statio envers la population35. Cependant cette inscription, quasiment unique en Afrique, peut être rapprochée de toute une série de documents orientaux qui, du ier au iiie siècle, évoquent des faits comparables commis aux abords des routes lors de déplacements officiels36. Il est donc tout aussi envisageable qu’il s’agisse d’un rappel solennel plus général à l’ordre et à la discipline imposée aux militaires et civils en mission, gravé au point de départ de la route menant à Lambèse37.

  • 38 Par exemple à Rusicade (ILAlg II, 1, 8), à Hippo Regius (ILAlg I, 30) ou à Utique (CIL VIII, 25438 (...)
  • 39 Il faut d’ailleurs noter que toutes les unités auxiliaires attestées à ce jour sur le site étaient (...)

10Tout cela montre que le rôle de la statio de Zoui était de contrôler les déplacements, qu’il s’agisse d’agents de l’État – civils et militaires -, ou de populations, qui n’étaient pas nécessairement extérieures ou hostiles à la présence romaine. Son emplacement, à l’origine de la route menant au camp légionnaire, permet aussi de mieux interpréter la documentation livrée par le site. D’abord il faut souligner qu’il s’agit de la seule statio qui en Afrique ait livré une documentation épigraphique aussi abondante, une dizaine de textes au moins, alors que les autres ne sont connues que par des mentions isolées ou très générales38. On le comprend désormais mieux au vu de son importance militaire et administrative. Que Zoui ait été un point de passage obligé dans ce secteur explique bien les multiples mentions d’unités diverses, qu’elles se soient déplacées en totalité ou qu’il s’agisse de détachements plus ou moins importants, voire de soldats isolés ou en petits groupes. Cela n’exclut d’ailleurs pas, bien au contraire, que des auxiliaires aient parfois pu renforcer les effectifs de la statio, voire en assurer la responsabilité, ni que des détachements d’unités y aient été temporairement affectés pour contrôler les déplacements dans cette zone proche des Nemenchas qui permettait des communications aisées entre le sud de la Proconsulaire et la zone pré-saharienne39.

  • 40 Cagnat 1913, p. 588-592 (p. 592 : « Aïn-Zoui, Khenchela, Timgad, Markouna formaient donc les diffé (...)

11Il est donc fort difficile dans ces conditions d’en faire un élément ou un point d’appui d’un système défensif aurasien, dont l’existence est souvent plus ou moins implicitement admise40. Sans parler des autres éléments, la diversité des unités attestées à Zoui accréditerait à elle seule l’hypothèse de passages réguliers plutôt que d’une garnison à proprement parler. La documentation livrée par les sites proches de Khenchela (Mascula) et d’Henchir el Hammam (Aquae Flauianae) amène, pour d’autres raisons, à des conclusions très comparables.

  • 41 Gsell 1911, f. 28, n138.
  • 42 Cagnat 1913, p. 590, se fondant sur CIL VIII, 17727 et 17728 (infra, n. 51) ; cette vexillation a (...)
  • 43 Cagnat 1913, p. 205 et 590 ; Gsell 1911, f. 28, n138 ; Le Bohec 1989, p. 92 et p. 113, n. 263, t (...)
  • 44 Cagnat 1913, p. 590 ; Gsell 1911, f. 28, n138 ; Le Bohec 1989, p. 86, tous très prudents là enco (...)
  • 45 CIL VIII, 2228-2274 ; 10733 ; 17668-17719, auxquelles il faut ajouter les documents publiés depuis (...)
  • 46 Le seul document qui en atteste explicitement l’existence est un milliaire de Valérien, Gallien et (...)
  • 47 Lepelley 1981, p. 432-437.
  • 48 Camps 1990, p. 149, no 15 : Diis Mau|ris Aug(ustis), | Verna Aug(ustorum) | nn(ostrorum) uerna, ex (...)
  • 49 Outre l’inscription mentionnée supra, n. 44, on peut également citer CIL VIII, 17678 (inscription (...)

12À Mascula41, à 26 km au nord-ouest de Zoui, l’hypothèse de la présence temporaire d’un camp de la IIIe Légion à la fin du ier siècle a été définitivement abandonnée en 1916 (voir l’annexe, infra p. 332). R. Cagnat a cependant admis qu’un détachement de cette unité s’y trouvait au début du IIIe siècle ; il se fonde en fait sur une inscription, provenant du site voisin des Aquae Flauianae, qui mentionne certes des travaux effectués [per uexilla]tionem militum suor(um), mais ne précise ni l’unité d’origine des soldats mentionnés, ni évidemment son lieu de cantonnement42. Pour le reste, le seul indice de la présence de la cohors II Thracum serait donné par une épitaphe, celle d’un cavalier de l’unité mort à 55 ans43, qui n’était donc peut-être plus en service lors de sa disparition. De façon plus convaincante en apparence, un autre texte atteste l’intervention de la cohors VII Lusitanorum dans la restauration d’un édifice indéterminé44, et on peut évidemment penser à un camp ou à une fortification quelconque. Le contexte local suggère toutefois une autre explication. Nous connaissons en fait très mal le site, presque entièrement détruit par l’installation d’un village de colonisation à la fin du xixe siècle, sur lequel aucun établissement militaire n’a pour l’instant été repéré. La documentation épigraphique relativement riche, plus d’une centaine d’inscriptions45, ne nous donne guère de renseignements sur l’histoire municipale. Mascula est assurément devenue municipe, mais probablement pas avant le début du iiie siècle46 ; ensuite il faut attendre la fin du ive siècle pour qu’apparaissent des documents nombreux et parfois remarquables47. Nous savons en revanche maintenant qu’elle était le centre d’une subdivision de l’administration des domaines impériaux, la regio Masculitana48, ce qui suffirait à expliquer que les empereurs, et leurs soldats, y soient intervenus de façon plus ou moins directe du iie au ive siècle49.

  • 50 Gsell 1911, f. 28, n137 ; Laporte 2006. Le site s’appelle aujourd’hui Hammam Essalihine.
  • 51 CIL VIII, 17727 et 17728 (restauration en 208 des Aquae Flauianae par une vexillation, qui n’avait (...)
  • 52 CIL VIII, 17723 (dédicace aux Nymphes en 146 par le légat C. Prastina Messalinus) ; CIL VIII, 1772 (...)
  • 53 Gsell, Graillot 1893, p. 509, n32, qui donnent une copie complétée et corrigée de CIL VIII, 1772 (...)
  • 54 CIL VIII, 17726 (voir supra, n. 52) ; AE, 1928, 37 = 2014, 1555 = 2015, 54 (inscription versifiée (...)
  • 55 Outre AE, 1928, 37 (supra, n. 54), le site a livré une inscription d’époque flavienne, CIL VIII, 1 (...)
  • 56 Le nom de la IIIe Légion a en effet été martelé sur CIL VIII, 17726 et AE, 1960, 96 (supra, n. 54) (...)
  • 57 AE, 1928, 36, qui évoque sa restauration complète sous Élagabal par un évergète dont nous n’avons (...)
  • 58 On peut se demander si ce n’est pas là qu’ont été commises une partie des exactions évoquées par l (...)
  • 59 L’édifice thermal actuel, très fréquenté, réutilise les structures antiques, et notamment les deux (...)
  • 60 Il faut ajouter que sa situation en fond de vallée, « un véritable coupe-gorge » (communication or (...)

13Sur le site voisin des Aquae Flauianae, à sept kilomètres à l’ouest de Mascula50, neuf inscriptions mentionnent au moins une intervention impériale51, et le passage de légats52, d’officiers équestres53 ou subalternes54, et cela des Flaviens55 au milieu du iiie siècle56. Sans insister sur le fait qu’il s’agit probablement d’une propriété impériale, comme le suggère le nom du site attesté par l’inscription qui en rappelle la restauration en 208 par une vexillation, les mentions de légats et d’officiers, le plus souvent sur des inscriptions religieuses, s’expliquent surtout par la présence d’une source thermale très pure et très chaude (70 °C). Il s’y trouvait aussi au moins un temple, consacré aux Nymphes et restauré sous Élagabal57. À l’image d’autres sites comparables, les Aquae Flauianae étaient un lieu de cure, de délassement et aussi de culte, très fréquenté58, et encore utilisé de nos jours59. Comme à Mascula, les mentions indiscutables de militaires, dont certains sont à l’évidence venus à titre privé, n’impliquent nullement l’insertion du site à un quelconque dispositif défensif60.

  • 61 Supra, n. 38.
  • 62 Plin., epist. X, 20 (quam paucos a signis auocandos), 22 (curandum ne milites a signis absint), 28 (...)

14Incontestablement, on trouve donc dans cette zone de nombreux témoignages épigraphiques émanant de militaires de tous grades, appartenant à divers corps de troupes, la iiie Légion et beaucoup de ses unités auxiliaires. À celles qui étaient déjà connues s’ajoute maintenant l’ala Pannoniorum. Dans le contexte de la fin du xixe siècle, on comprend que cela ait pu inciter R. Cagnat ou St. Gsell à voir dans ces trois sites proches les uns des autres, des éléments d’un dispositif militaire faisant face au versant nord de l’Aurès et fermant l’accès aux invasions venues du sud. L’examen des documents montre en fait qu’ils n’ont guère de points communs. La statio de Vazaiui apparaît surtout comme un élément essentiel du dispositif de contrôle routier et administratif, au sens large du terme, de la zone militaire, au point de départ de la route menant à Lambèse, camp de la IIIe Légion et future capitale provinciale. Il est pour l’instant impossible de prouver que la moindre unité ait été cantonnée à Mascula. Bien au contraire, la présence avérée de domaines impériaux, attestée sur ce site comme aux Aquae Flauianae par la toponymie et l’épigraphie, rend mieux compte des interventions impériales, parfois effectuées par l’armée, du ier au ive siècle. Aux Aquae Flauianae, un simple hasard, la présence d’une source thermale remarquable, suffit à expliquer le passage de légats et de militaires de tous grades qui ont multiplié les dédicaces aux Nymphes, à Esculape et à Hygie. Ce secteur de la Numidie offre donc un bon exemple de la situation notée par Hadrien61 et qui inquiétait déjà tant Trajan62, la dispersion des soldats affectés loin de leur cantonnement. Malheureusement cela ne nous renseigne que fort indirectement sur l’histoire des unités et leurs lieux de garnison.

Annexe : la voie VazaiviLambaesis (fig. 2)

Fig. 2 : La route Zoui – Lambèse (l’emplacement des bornes est indiqué par une flèche)

Fig. 2 : La route Zoui – Lambèse (l’emplacement des bornes est indiqué par une flèche)

1 : AE, 1969-1970, 709 (Tazouguert) ; 2 et 3, CIL VIII, 10186 et 17685 (Khenchela) ; 4 : CIL VIII, 10210 (environs de Timgad).

(fonds de carte Algérie au 1/500 000, vers 1985)

  • 63 Marcillet-Jaubert 1969, p. 149-150 et fig. 4, qui rappelle que l’inscription est signalée dans Gse (...)

15La première borne de cette route, signalée dès le début du xixe siècle, a été publiée par J. Marcillet-Jaubert en 1969 (AE, 1969-1970, 709)63. Il s’agit d’une dalle épaisse (0,55 x 0,52 x 0,24 m), brisée en haut et peut-être en bas, encastrée dans un mur de la cour intérieure du bordj de Tazouguert, portant le texte suivant (fig. 3) :

Fig. 3 : AE, 1969-1970, 709

Fig. 3 : AE, 1969-1970, 709

(cliché J. Marcillet-Jaubert)

16[Imp(eratore) Caesare | diui Neruae f(ilio) | Nerua] Traiano | Aug(usto) Germanico, |5 pont(ifice) max(imo) trib(unicia) | pot(estate) IIII co(n)s(ule) III p(atre) p(atriae), | L. Munatio Gallo | [l]eg(ato) Aug(usti) pro pr(aetore). | ++I.

17Les lettres mesurent 5 cm de hauteur, sauf à la l. 9 où elles devaient atteindre au moins 10 cm ; aux l. 6 et 9, les chiffres sont surlignés. Au début du texte il manque deux lignes que l’on restitue sans difficulté grâce aux bornes des 17e et 69e milles. Quel que soit le comput que l’on adopte pour les puissances tribuniciennes de Trajan, ses titres permettent de dater le texte de 100, l’année de son 3e consulat, puisqu’il a exercé le 4e en 101. Enfin, il faut signaler que l’éditeur a proposé de lire le nombre XVI à la l. 9, non sans hésitation car elle est très endommagée. Tazouguert se trouvant à 18 kilomètres (environ 12 milles) de Zoui par la route actuelle, et non à 23, soit la pierre a été déplacée, ce qu’on ne peut exclure, soit le nombre de milles était plutôt de XI, XII ou XIII.

  • 64 Les différents éditeurs du CIL VIII n’ont pas vu la pierre ; sous le n10186 ils reprennent la co (...)
  • 65 Masqueray 1878, p. 449 ; Audollent, Letaille 1890, p. 509. Cette « piscine » ou « fontaine » était (...)

18La seconde, CIL VIII, 10186 = 2228264, provient de Khenchela. Nous n’en avons ni les dimensions, ni une description même approximative, mais sa réutilisation (dans « l’entrée du conduit de la piscine », « dans le mur de la fontaine romaine »65), suggère qu’il s’agissait là aussi d’une pierre quadrangulaire et non d’une colonne cylindrique.

19[Im]p(eratore) Caesari (sic) | diui Neruae filio | Nerua Traiano | Aug(usto) Germanico, |5 pont(ifice) max(imo) trib(unicia) | pot(estate) IIII co(n)s(ule) III p(atre) p(atriae), | L. Munatio Gallo | leg(ato) Aug(usti) pro pr(aetore). | XVII.

  • 66 Il y a peut-être une discordance de cas entre les l. 1 et 3, si toutefois la pierre portait bien C (...)

20Le texte66, la mise en page et les surlignages sont identiques sur les deux inscriptions. La distance indiquée, 17 milles, soit un peu plus de 25 kilomètres, correspond exactement à celle qui sépare Khenchela de Zoui par la route actuelle, 26 kilomètres.

Fig. 4 : CIL VIII, 17685

Fig. 4 : CIL VIII, 17685
  • 67 Thomasson 1996, n16, p. 140, texte d.
  • 68 Le Bohec 1989, p. 368, n. 16.
  • 69 Papier 1888-1889, p. XIII-XIV, n17.
  • 70 Nous ignorons en effet l’état de la pierre, et les photographies de la première et de la quatrième (...)

21La troisième, CIL VIII, 17685 (fig. 4), n’a pas été immédiatement identifiée comme telle. Les éditeurs du CIL avaient déjà proposé de restituer à la l. 2 le nom de L. Munatius Gallus, ce qui est généralement accepté67 ; plus récemment Y. Le Bohec a suggéré qu’il pouvait s’agir d’un milliaire en se fondant sur la présence du X de la l. 468. L’éditeur du texte, qui n’a vu qu’un estampage de médiocre qualité, communiqué ensuite aux éditeurs du CIL (ectypum non bonum), ne donne pour sa part ni provenance précise, ni description ; en revanche il indique la hauteur des lettres, reprise au CIL, 5 cm, en ajoutant cependant que le X de la dernière ligne en mesurait 969. Cette précision prouve la justesse de la proposition de Y. Le Bohec, l’absence de toute description suggérant aussi qu’il s’agissait d’une pierre quadrangulaire, et non d’une borne cylindrique qui aurait certainement été aussitôt identifiée comme un milliaire. L. 1, la mauvaise qualité de l’estampage peut expliquer facilement à elle seule une erreur de lecture RON pour POT I[III] ; l. 2 le I initial est peut-être simplement un trait parasite70 ; quant aux l. 3 et 4, elles correspondent exactement aux l. 8-9 du texte précédent. Ce qui subsiste de l’inscription montre que son texte comme sa mise en page étaient identiques à ceux de la borne précédente, la distance indiquée à la l. 9 étant vraisemblablement de XVI ou de XVIII milles. On peut donc en proposer la restitution suivante :

22[Imp(eratore) Caesare | diui Neruae filio | Nerua Traiano | Aug(usto) Germanico, |5 pont(ifice) max(imo) trib(unicia)] | pot(estate) I[III co(n)s(ule) III p(atre) p(atriae)], | L. Mun[atio Gallo] | leg(ato) Aug(usti) [pro pr(aetore)]. | X[---].

  • 71 Marcillet-Jaubert 1969, p. 150 et fig. 5.
  • 72 Gsell 1911, f. 27, n224, p. 21, colonne de droite, en précise l’emplacement.

23La quatrième (CIL VIII, 10210 et p. 2135), a été revue par J. Marcillet-Jaubert71, à environ 6 km à l’ouest-nord-ouest de Timgad, remployée à l’envers dans le mur d’une maison particulière72. Il s’agit d’un bloc quadrangulaire, haut de 1,15 m et large de 0,47 m.

24Imp(eratore) Caesare | diui Neruae f(ilio) | Nerua Traiano | Aug(usto) Germ(anico), |5 pont(ifice) max(imo) trib(unicia) | pot(estate) IV co(n)s(ule) III | p(atre) p(atriae), | L. Munatio Gallo | leg(ato) Aug(usti) pro pr(aetore). |10 LXIX.

25Les lettres ont 5 cm de hauteur aux l. 1-9, et 14 cm à la l. 10 ; les nombres des l. 6 et 10 sont surlignés. Le texte est identique aux précédents, même si on note quelques différences mineures, l’abréviation Germ(anico) à la l. 4, le chiffre IV à la l. 6, et la place de P P qui occupe toute la l. 7. La révision de J. Marcillet-Jaubert montre que le nombre des milles est très certainement LXIX, et non XIX comme l’indique le CIL, qui signale toutefois les doutes de G. Wilmanns qui hésitait déjà entre les deux lectures. La distance qui sépare Zoui du lieu du remploi, environ 100 kilomètres par la route actuelle, correspond à peu près exactement aux 69 milles (102 kilomètres) indiqués par la borne. En ajoutant le trajet de 4 milles à l’ouest de Timgad, les 17 milles qui séparent Khenchela de Zoui, et les 46 ou 44 que donnent respectivement la Table de Peutinger (segments IV, 1 – III, 3) et l’Itinéraire d’Antonin (33, 6 – 34, 1) entre Khenchela et Timgad, on obtient là encore un total (65 ou 67) qui correspond, à quelques milles près, à la distance indiquée par le milliaire.

  • 73 AE, 1957, 137. Construit par la IIIe Légion, ce camp ne pouvait alors abriter qu’une partie de l’u (...)

26Le dossier est donc d’une cohérence absolue : l’emplacement de découverte du premier document à Tazouguert, comme les distances indiquées par le second à Khenchela et par le quatrième près de Timgad, montrent que cette route partait de Zoui pour aboutir à Lambèse, qui abritait un camp depuis l’année 8173. Tout prouve qu’on a affaire à un axe officiel, ouvert par l’État romain : la double mention du nom de l’empereur et du légat responsable des travaux à l’ablatif, la longueur de la voie, bornée sur environ 80 milles puisque 10 à 11 milles séparaient Lambèse de l’emplacement approximatif de la borne du 69e mille, et enfin l’identité presque parfaite des textes, de la mise en page et de la nature du support.

  • 74 CIL VIII, 2532 Ab = 18042 Ab ; AE, 2003, 2020 c = 2006, 1800 c : nostra memoria bis non tantum mut (...)
  • 75 CIL VIII, p. XXI.
  • 76 CIL VIII, 10186 : « Utrumque cum ad eandem viam pertinuisse extra dubium sit, aliud caput, a quo m (...)

27Pour comprendre comment l’existence de cette route a pu échapper à l’attention, il faut d’une part tenir compte du fait que la première borne, connue dès le début du xxe siècle, n’a été publiée qu’en 1969, alors qu’à elle seule elle montrait le tracé du début de la route. Ensuite, l’hésitation sur la lecture du nombre de milles de la quatrième, XIX ou LXIX, et la préférence accordée à la première, a évidemment aussi dissuadé de chercher son origine à l’est de Khenchela. S’ajoute à cela une erreur de localisation, mais surtout l’état des connaissances à la fin du xixe siècle et l’utilisation faite de ces documents pour retrouver l’emplacement du camp que la IIIe Légion aurait occupé entre Tébessa et Lambèse. La doctrine, fixée par Th. Mommsen, localisait en effet alors le camp primitif de l’unité dans la première de ces deux villes. Le savant allemand, qui avait noté la coïncidence chronologique entre la fondation de Timgad et l’ouverture de la route dont nous parlons en 100, plaçait donc le camp intermédiaire auquel fait allusion Hadrien74 à Khenchela ou à Timgad : « legio Theveste relicta primum translata est ad aliud nescio quod oppidum, fortasse Masculam vel Thamugadi, quarum coloniarum hanc Traianus condidit a. 100 (n. 2355) eodemque tempore inter duo oppida viam munivit (n. 10186. 10210)75 ». Ne pouvant pas connaître la borne de Tazouguert, Th. Mommsen avait ensuite placé le point d’origine de la route à Khenchela, ce qui l’obligeait à supposer que les deux bornes des 17e et 19e milles, numérotées selon lui depuis cette ville, avaient été déplacées. La première aurait été transportée vers l’est à Khenchela, la seconde vers l’ouest à proximité de Timgad76.

  • 77 Cagnat 1913, p. 432-433. Nous avons utilisé ici la seconde édition de l’ouvrage, qui est une refon (...)

28Plus affirmatif, R. Cagnat optait pour Khenchela en raison de sa valeur stratégique77. Sans se poser la moindre question sur l’étrange déplacement supposé par le savant allemand, il reprenait et développait l’argument tiré de la date du réseau routier, tout en récusant l’hypothèse de Th. Mommsen qui pensait que cela prouvait que Mascula était une res publica dès Trajan. Il montrait au contraire que le formulaire des milliaires prouvait qu’il s’agissait d’une « route militaire », comparable à celles ouvertes depuis Tébessa ou Lambèse. Il en déduisait logiquement qu’il y avait là un argument très fort en faveur de la localisation du camp intermédiaire de la IIIe Légion à Mascula.

  • 78 Gsell, Graillot 1893, p. 467-469.
  • 79 Gsell 1903, p. 232, n. 5. Sur ce site, où aucune trace de camp n’a été retrouvée, voir Gsell, Grai (...)
  • 80 Gsell 1911, f. 28, n138 (cette feuille a été rédigée en juillet 1906).
  • 81 Gsell 1911, f. 27, n224, p. 21, colonne de droite (cette feuille de l’Atlas porte la date de mai (...)

29La position de St. Gsell, qui s’était d’abord rallié à cette solution78, évolua par la suite. En 1903 en effet, il admettait toujours le raisonnement de R. Cagnat, mais refusait en revanche l’hypothèse du déplacement des pierres qui lui paraissait fort improbable. Localisant par erreur la borne du supposé 19e mille à 6 kilomètres à l’est et non à l’ouest de Timgad, il notait que la distance entre le lieu (erroné) de son remploi et Khenchela, environ 56 kilomètres, correspondait à peu près à celle que donnait l’addition du nombre de milles indiqués par les deux bornes, 36 milles soit 53 kilomètres. Dans ces conditions, le milliaire retrouvé à Khenchela appartenait selon lui à une route se dirigeant vers l’est, tandis que l’autre jalonnait une voie allant vers l’ouest, ayant toutes deux pour origine le camp intermédiaire qui se serait trouvé non plus à Khenchela, mais entre cette ville et Timgad, près d’un site nommé Henchir Ouazène79. En 1906, il considérait toujours que la localisation proposée par Th. Mommsen et R. Cagnat n’était qu’une hypothèse à laquelle il opposait la sienne80. Deux ans plus tard, en 1908, il s’était aperçu de son erreur de localisation, et indiquait précisément le lieu du remploi du milliaire des environs de Timgad, exactement là où J. Marcillet-Jaubert put le revoir. À la suite de G. Wilmanns, il notait aussi que l’on pouvait hésiter sur la lecture du nombre des milles, XIX ou LXIX, et surtout reconnaissait qu’il était désormais impossible de déterminer d’où était comptées les distances indiquées par l’une et l’autre borne, renonçant donc à son hypothèse de 1903. Il est possible qu’il ait alors entrevu, sinon la solution, du moins la direction vers laquelle il fallait chercher, car il termine sa phrase en notant : « entre Khenchela et le bordj de l’oued Soutze [l’emplacement du remploi], on peut compter 48-49 milles »81. Il avait donc très certainement compris que le caput uiae se trouvait au-delà de Khenchela, vers l’est.

  • 82 Pachtère 1916.

30En 1913, date de la seconde édition de la grande synthèse de R. Cagnat sur l’armée romaine d’Afrique, qui ne prend pas en compte les dernières remarques de St. Gsell, la situation n’avait donc guère évolué. En 1916, tous les raisonnements fondés sur l’utilisation de ces bornes pour trouver l’emplacement du camp intermédiaire s’effondrèrent lorsque F. de Pachtère montra que le premier camp de la IIIe Légion ne se trouvait pas à Tébessa mais à Haïdra, et que les deux déplacements évoqués par Hadrien étaient donc le transfert de l’unité à Tébessa puis à Lambèse82. Il devenait dès lors inutile de continuer à chercher entre ces deux villes un camp qui n’existait pas. On cessa aussi de s’intéresser aux deux bornes CIL VIII, 10186 et 10210, considérées comme appartenant à l’axe Tébessa – Lambèse, et la publication du milliaire de Tazouguert en 1969, et les conclusions qu’il fallait en tirer, passèrent totalement inaperçues.

Fig. 5 : Le réseau routier vers 1950

Fig. 5 : Le réseau routier vers 1950

Extrait de la carte Michelin Algérie no 172 au 1/1000 000, 1956.

  • 83 L’évolution est nettement visible à la lecture des cartes Michelin no 172 au 1/1000 000 de 1956 et (...)

31Évidemment l’absence d’une route directe TheuesteLambaesis peut paraître surprenante, à tel point, on l’a vu, qu’on en a imaginé l’existence. On notera cependant qu’encore au milieu du xxe  siècle, pour aller de Tébessa à Batna, il fallait emprunter la N 10 en direction de Constantine jusqu’à Aïn Beida, à 90 kilomètres au nord-ouest, pour trouver une départementale qui permettait de gagner Khenchela, à 50 kilomètres au sud, puis Batna (fig. 5) ; Zoui n’était alors qu’un carrefour de pistes, simplement relié à Khenchela par une route praticable aux véhicules tout-terrain. Vers 1980-1990, la situation avait certes évolué, mais le trajet direct, correspondant à celui qu’indiquent la Table de Peutinger et l’Itinéraire d’Antonin, entre un point situé sur la route reliant Youks à Chéria et la localité de Dhalaa, n’apparaissait toujours que sous la forme d’une piste carrossable ou d’une route secondaire non classifiée83. L’itinéraire passant par les Nemenchas et par Zoui est donc moins étonnant qu’il n’y paraît.

Haut de page

Bibliographie

Audollent A., Letaille J. 1890, « Mission épigraphique en Algérie », MÉFR 10, p. 397-588.
https://www.persee.fr/doc/mefr_0223-4874_1890_num_10_1_6652

Barrington Atlas 2000, R. Talbert (éd.), The Barrington Atlas of the Greek and Roman World, Princeton.

Brélaz C. 2002, « Pline le Jeune interprète des revendications locales : l’epistula 10, 77 et le libellus des Juliopolitains », ARF 4, p. 81-95.

Cagnat R. 19132, L’armée romaine d’Afrique, Paris.

Camps G. 1990, « Qui sont les Dii Mauri ? », AntAfr 26, 1990, p. 131-153.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1990_num_26_1_1172

Chausson Fr. 1995, « Vel Ioui uel Soli : quatre études autour de la Vigna Barberini (191-354) », MÉFRA 107, 2, p. 661-765.
https://www.persee.fr/doc/mefr_0223-5102_1995_num_107_2_1906

Chevallier R. 19972, Les voies romaines, Paris.

Destephen S. 2000, « La frontière orientale de la province d’Asie : le dossier de Takina », EA 40, p. 147-173.

Février P.-A. 1989, Approches du Maghreb romain, I, Aix-en-Provence.

France J., Nelis-Clément J. 2014, « Tout en bas de l’empire. Les stationes, lieux de contrôle et de représentation du pouvoir », dans La « statio » 2014, p. 117-245.

Gascou J., 1982, « La politique municipale de Rome en Afrique du Nord », dans ANRW II.10.2, p. 136-320.

Gsell St. 1903, « Le fossé des frontières romaines dans l’Afrique du Nord », dans Mélanges Boissier, Paris, p. 227-234.

Gsell St. 1911, Atlas archéologique de l’Algérie, Alger – Paris.

Gsell St., Graillot H. 1893, « Ruines romaines au nord de l’Aurès », MÉFR 13, p. 461-541.
https://www.persee.fr/doc/mefr_0223-4874_1893_num_13_1_6108

Guédon St. 2014, « Statio et stationarius ; le dossier africain », dans La “statio 2014, p. 289-305.

Hauken T. 1998, Petition and Response. An Epigraphic Study of Petitions to Roman Emperors, 181-249, Bergen (Monographs from the Norwegian Institute at Athens 2).

Janon M. 1966-1967, « Cultores dei Ierhobolis iuniores », BAA 2, p. 219-230.

Laporte J.-P. 2006, « Henchir el-Hammam », Aouras 3, p. 284-321.

Le Bohec Y. 1989, Les unités auxiliaires de l’armée romaine en Afrique proconsulaire et Numidie sous le Haut Empire, Paris.
https://www.persee.fr/doc/etaf_0768-2352_1989_mon_3_1

Le Bohec Y. 1989, La Troisième Légion Auguste, Paris.

Le Bohec Y. 2010, « Une conquête de Trajan oubliée », dans F. Delrieux et Fr. Kayser (éd.), Des déserts d’Afrique au pays des Allobroges. Hommages offerts à François Bertrandy, 1, Chambéry, p. 253-274.

Le Glay M. 1972, « Le commandement des cohortes uoluntariorum de l’armée romaine », AncSoc 3, p. 209-221.

Lengrand D. 1996, « Le rescrit de Sévère Alexandre trouvé à Zoui (Numidie) », RD 74, 3, p. 337-352.

Lepelley C. 1979, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire. I. La permanence d’une civilisation municipale, Paris.

Lepelley C. 1981, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire. II. Notices d’histoire municipale, Paris.

Marcillet-Jaubert J. 1969, dans « Quelques inscriptions latines d’Algérie », AntAfr 3, p. 145-156.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1969_num_3_1_902

Marcillet-Jaubert J. 1982, « Un médecin de cohorte auxiliaire », dans Centre Jean Palerme. Mémoires, III. Médecins et médecine dans l’Antiquité, Saint-Etienne, p. 73-80.

Masqueray É. 1878, « Ruines anciennes de Khenchela (Mascula) à Besseriani (Ad Majores) », RAf 22, p. 444-472.

Mitchell St. 1976, «Requisitioned Transport in the Roman Empire: A New Inscription from Pisidia», JRS 66, 1976, p. 106-131.

Nelis-Clément J. 2000, Les beneficiarii : militaires et administrateurs au service de l’Empire (ier s. a.C. – vie s. p. C.), Bordeaux (Études 5).

Nelis-Clément J. 2006, « Les stationes comme espace et transmission du pouvoir », dans A. Kolb (éd.), Herrschaftsstrukturen und Herrschaftspraxis. Konzepte, Prinzipien und Strategien der Administration in römischen Kaiserreich, Berlin, 2006, p. 269-298.
https://www.academia.edu/32777591/

Pachtère F.-G. de 1916, « Les camps de la troisième légion en Afrique au premier siècle de l’Empire », CRAI 60.3, p. 273-284.
https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1916_num_60_3_73724

Papier A. 1888-1889, « Communication d’estampages », Bulletin de l’Académie d’Hippone (Comptes-rendus des réunions) 24, p. VII-XIV.

Robert L. 1952, « La ville d’Euhippè en Carie », CRAI 96, 4, p. 589-599.
https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1952_num_96_4_10020

Salama P. 1951, Les voies romaines de l’Afrique du Nord, Alger.

Schäfer A. 2007, « Orte religiöser Kommunication von Soldaten in der Provinz Dacia », ARG 9, p. 235-258.

Speidel M. P. 1984, « Palmyrenian Irregulars at Koptos », BASP 21. 1-4, p. 221-224.

« statio » (La) 2014, J. France, J. Nelis-Clément (éd.), La « statio », archéologie d’un lieu de pouvoir dans l’Empire romain, Bordeaux (Scripta antiqua 66).

Thomasson B. E. 1996, Fasti Africani. Senatorische und ritterliche Amtsträger in den römischen Provinzen Nordafrikas von Augustus bis Diokletian, Stockholm.

Haut de page

Notes

1 Le Bohec 1989.

2 AE, 2002, 1751 (RMD V, 373) en 127-129 ; AE, 2005, 1722 ( = AE, 2002, 1752 (RMD V, 368), complété et corrigé) et AE, 2011, 1807 ( = AE, 2005, 1715, complété et corrigé) en octobre 127 ; AE, 2014, 1635 en février - mars 129.

3 AE, 2014, 1635, daté de 129.

4 CIL VIII, 2532 Db = 18042 Db ; AE, 2003, 2020 i = 2006, 1800 p : Cornelianus praefectus ues[ter].

5 AE, 2014, 689 : Semproni|o Serano, | militi ale (sic) | F(---), annorum XX, |5 soror fratri.

6 AE, 2011, 1615 ; voir aussi AE, 2013, 70 et 1786-1797 : Tarsas Capito Dinni | f(ilius), Bessus, eq(ues) uex(illarius) ala | Panuniorum (sic) turma | Pereg<r>ini, natus ciuit|5atis Dinorasci, uix(it) ann|is XXX mil(itauit) annis | VIIII h(ic) s(itus) e(st). Posiuit Cim|anus, eq(ues) ala Panuniorum (sic) tur(ma) | Gemeli, tutor fili eius.

7 AE, 2015, 1841 : Dis | Manibus | sacrum ; | L. Salustius Vrban|5us coh(ortis) II Fl(auiae) Af(rorum) | uixit annis L | h(ic) s(itus) e(st). Rien n’a été gravé dans l’espace entre -us et coh(ortis) à la l. 5 ; soit miles ou ueteranus est sous-entendu, soit il aurait dû y avoir un grade, par exemple le centurionat, dont le signe abréviatif n’a pas été compris au moment de la gravure.

8 Document inédit dont je dois la connaissance à M. Hakim Ouakour que je remercie. Une brique portant la même estampille avait déjà été signalée (AE, 2009, 1781).

9 Gsell 1911, f. 39, no 49.

10 Le Bohec 1989, p. 33-48 et p. 53-63, n. 43-143.

11 L’inscription la plus ancienne retrouvée à Zoui date du règne de Domitien (CIL VIII, 17637) ; des soldats s’y trouvaient encore vers 255-260 puisque le nom de la IIIe Légion Auguste, martelé suite à sa dissolution en 238, a été regravé en 253 ou peu après sur l’inscription CIL VIII, 17625.

12 35 figurent au CIL VIII, 17619-17653, qui reprend et corrige tous ceux publiés précédemment (CIL VIII, 2226-2227 et 10716-10726). Outre celui qui est édité ici, il faut ajouter un texte publié en 1982 par J. Marcillet-Jaubert (infra, n. 13), le début d’une inscription impériale (AE, 2003, 2017), et une dizaine de documents inédits, parfois très fragmentaires ou peu compréhensibles.

13 CIL VIII, 17619 ; 17621-17623 ; 17625-17628 ; 17630-17631 ; 17633-17636 ; 17640. S’y ajoutent le texte repris ici et l’épitaphe d’un médecin de la cohors I Flauia : T(itus) Auidius A|pollinaris | medi<c(us)> coh(ortis) I Fla(uiae) | pius in suis u(ixit) a(nnis) LX ; |5 C(aius) Herennius Cel|sus amicus curauit. | Te rogo praeteriens dic|as : « Sit tibi terra leuis ! » (Marcillet-Jaubert 1982, repris dans Le Bohec 1989, p. 82 et p. 106, n. 183 bis ; ce texte n’a pas été reproduit par l’AE).

14 CIL VIII, 17620 ; 17624 ; 17629 ; 17632, en raison de leur formulaire (dédicaces aux Dii conseruatores ou à Mars, seul ou associé à d’autres divinités).

15 L’épitaphe du médecin citée supra, n. 13, et CIL VIII, 17640, les vestiges d’un cursus militaire trop mutilé pour être interprétable.

16 CIL VIII, 17623 ; 17624 ; 17626 ; 17628 ; 17632.

17 CIL VIII, 17630 et 17631, qui présentent exactement la même structure que notre texte, et peut-être CIL VIII, 17629, malheureusement réduite à sa première ligne ; il n’est pas sûr que Mars y était honoré seul.

18 Nelis-Clément 2000, p. 170-171 et 208-209 ; 2006, p. 285-286 ; France, Nelis-Clément 2014, p. 134-135 et 149-150 ; Guédon 2014, p. 290-294.

19 CIL VIII, 17625 et 17626.

20 CIL VIII, 17622 ; 17623 ; 17626 ; 17627 ; 17628 ; 17634.

21 CIL VIII, 17628 ; 17626 et 17634 ; 17619 ; 17635 et 17636.

22 Par exemple CIL VIII, 17624, mutilée mais très proche de CIL VIII, 17623, érigée par un bénéficiaire.

23 La seule qui soit attestée en Afrique : Le Bohec 1989, p. 84-85.

24 Janon 1966-1967, p. 224-225, n2. Le texte doit donc se lire Diis conserua|toribus, I(oui) O(ptimo) M(aximo), | Mercurio, Ge|nio exercitus, |5 Iorchoboli deo, | [---] ; la nouvelle lecture n’a pas été reprise par l’AE.

25 Janon 1966-1967, p. 224-228. Outre le texte de Zoui, et AE, 1967, 572 de Lambèse qu’il édite, il signale AE, 1920, 35 (Lambèse) ; AE, 1962, 304 = AE, 1992, 1761 (Aïn el Avenia en Tripolitaine) ; CIL III, 1108 = IDR III, 5, 103 (Apulum en Dacie). On peut d’abord ajouter, en se limitant à l’Occident, trois inscriptions de Rome, CIL VI, 50 et 51, et mieux CIL VI, 39815 et 39816 = IGVR I, 117 et 118 (bilingues, en grec et en latin), et IGVR, I, 120 (bilingue, en palmyrénien et en grec ; sur ce dernier texte, et la communauté syrienne de Rome et ses cultes, voir Chausson, 1995, p. 669 et 686-693). On en relève également plusieurs mentions en Dacie, une autre à Apulum (AE, 1977, 661 = IDR III, 5, 102), deux à Sarmizegetusa (AE, 2004, 1216 et 2011, 1084), et une à Tibiscum (AE, 1977, 697 = IDR III, 1, 137). Comme en Afrique, elles s’expliquent par la présence de plusieurs numeri Palmyrenorum dans cette province (sur ce point voir par exemple, parmi une abondante bibliographie, Schäfer 2007, p. 242-247 et 249-250). Il en était de même à Koptos en Haute-Égypte, où une dédicace en grec a été offerte en 216 à la même divinité par un soldat palmyrénien, porte-étendard d’une unité de Palmyreni sagittarii (IGR I, 1169 ; Speidel 1984).

26 On ne peut cependant totalement éliminer une autre unité syrienne, notamment la cohors I Syrorum sagittariorum (Le Bohec 1989, p. 88-90), à qui l’on doit une dédicace à Sol Hierobolus à Aïn el Avenia en Tripolitaine (AE, 1962, 304, précisée par AE, 1992, 1761). On peut aussi penser au numerus Hemesenorum (Le Bohec 1989, p. 115-120), car le culte de ce dieu est attesté à Emesa même (IGLS V, 2220).

27 Outre les deux ailes de cavalerie, les deux cohortes, II Hispanorum et VIII Lusitanorum, et les deux numeri, Hemesenorum et Palmyrenorum, étaient en effet mixtes (Le Bohec 1989, p. 85, 86, 117 et 129-130).

28 Marcillet-Jaubert 1982, p. 78, texte supra, n. 13. L’auteur se fonde sur le fait que l’expression pius in suis comme l’appel final au passant sont fréquents dans la péninsule ibérique, ce qui certes n’est pas déterminant, mais aussi sur le fait que c’est un ami et non un parent qui a érigé la sépulture, ce qui pourrait indiquer que le défunt était toujours en service.

29 Sur ce point, voir les remarques de Nelis-Clément 2000, p. 390 ; 2006, p. 285-286 ; France, Nelis-Clément 2014, p. 135 et n. 71-72, à propos de CIL VIII, 17626 et peut-être 17619 et 17625.

30 Nelis-Clément 2000, p. 170 (« L’un de ces postes se trouvait à Zoui – Vazaiui, sur la voie reliant Lambèse à Tébessa – Theueste par le sud ») ; Nelis-Clément 2006, p. 285 ; France, Nelis-Clément 2014, p. 134 ; Guédon 2014, p. 290 (« sur la voie méridionale reliant Theueste à Lambèse »).

31 Par exemple Chevallier 1997, p. 257 ; Le Bohec 2010 p. 258 ; Salama 1951, carte hors-texte ; Février 1989, carte p. 111 ; Barrington Atlas 2000, carte 34, Numidia. Le libellé de la borne CIL VIII, 22173 = 10114 ; ILAlg I, 3951, érigée en 123 à Tébessa : uiam | a Carthagine The|uestem mil(ia) p(assuum) CXCI|DCCXXXX strauit, | P. Metilio | Secundo leg(ato) | Aug(usti) pro pr(aetore) | co(n)s(ule) desig(nato), | per [[leg(ionem) III]] Aug(ustam), qui donne la longueur totale de la voie venue de Carthage, 191 milles et 740 pas, prouve que Tébessa en était bien le point d’aboutissement. Il en était toujours de même en 237 sur une série de milliaires de Maximin et Maxime, avec une expression un peu différente : uiam a Karthag(ine) | usq(ue) ad fines Nu|midiae prouinc(iae) (CIL VIII, 22056 = 10075).

32 Marcillet-Jaubert 1969, p. 150 ; le réseau routier est bien représenté dans Le Bohec 1989, p. 405, fig. 45.

33 Tab. Peut. IV, 5 - III, 4 ; Itin. Anton. Aug. 33, 2 - 34, 2. De même, on trouve évidemment des milliaires entre Tébessa et Lambèse, mais aucun n’appartient à une route directe sur laquelle les distances auraient été indiquées depuis l’une de ces deux villes sur la totalité du parcours.

34 Ce qui correspond, en sens inverse, à l’itinéraire indiqué dans Gsell 1911, f. 39, n49.

35 Nelis-Clément 2000, p. 209 ; Guédon 2014, p. 294. L’inscription est trop mutilée pour être restituable ; malgré des remarques justes, l’étude de D. Lengrand (1996) néglige trop le contexte local. Il l’interprète en effet comme un texte très général, faisant allusion à des exactions commises partout en Numidie lors de la perception des impôts, qui aurait été gravé par les autorités de l’agglomération, peut-être après le départ des militaires, pour se défendre par avance de tels abus (Lengrand 1996, p. 350-352).

36 En Afrique, le seul texte comparable est une inscription de Thuburbo Maius (ILAfr, 269), qui évoque sous Constantin des exactions commises par des beneficiarii dans différentes stationes ; en Orient en revanche, de nombreux textes font allusion à des faits de ce genre (Mitchell 1976, liste p. 111-112 ; Hauken 1998 ; Destephen 2007, p. 167-168). La situation de Iuliopolis, connue par la correspondance de Pline le Jeune (Plin., epist. 77 et 78), paraît exactement identique à celle de Zoui : la ville, située au caput Bithyniae, « à l’entrée de la Bithynie », sur un itinéraire imposé, est victime d’iniuriae de la part de militaires, mais aussi de civils qui sont très probablement en déplacement officiel puisqu’ils se rendent à Rome (Brélaz 2002, p. 90-91). À diverses reprises, les documents orientaux indiquent clairement que des soldats ou des civils en mission s’écartent des itinéraires imposés, et exigent des prestations indues, par exemple à Scaptopara, Aragua, Tabala ou encore Euhippè (Robert 1952, p. 594-596 ; Hauken 1998, p. 74-139, 140-161, 203-214 et 215-216).

37 Quels que soient l’origine et le contexte des plaintes, l’affichage, parfois imposé, de la décision impériale était censé proclamer le bon-droit des plaignants mais surtout éviter la répétition des abus, comme le montrent les textes rassemblés et étudiés par Hauken 1998 ; voir aussi Lengrand 1996, p. 349-352 ; Brélaz 2002, p. 93-94 ; Destephen 2007, p. 162-163 à propos de Takina.

38 Par exemple à Rusicade (ILAlg II, 1, 8), à Hippo Regius (ILAlg I, 30) ou à Utique (CIL VIII, 25438) ; le discours d’Hadrien les évoque globalement : quod multae, quod diuersae stationes uos distinent (CIL VIII, 2532 Ab = 18042 Ab ; AE, 2003, 2020 c = 2006, 1800 c). Autres exemples dans Nelis-Clément 2006, p. 275-276 et 280-281, ainsi que dans Guédon 2014.

39 Il faut d’ailleurs noter que toutes les unités auxiliaires attestées à ce jour sur le site étaient montées, en totalité ou en partie ; voir supra, n. 27.

40 Cagnat 1913, p. 588-592 (p. 592 : « Aïn-Zoui, Khenchela, Timgad, Markouna formaient donc les différents anneaux de la chaîne qui reliait Tébessa à Lambèse et qui fermait l’accès du plateau central aux invasions du Sud ») ; Le Bohec 1989, p. 355-356 et fig. 30, 360-363, 405-407, 419 et 424-425, qui, tout en présentant un « système (défensif) aurasien », dit justement que le camp de Lambèse « s’appuie sur l’Aurès comme à un mur pour protéger ses arrières » (p. 406) ; Nelis-Clément 2000, p. 209, qui évoque des bénéficiaires détachés « sur les deux lignes de dispositif militaire établies de part et d’autre de l’Aurès. L’un de ces postes se trouvait à Zoui… ». On notera que R. Cagnat, dont la conclusion citée supra peut faire sourire en fonction de ce que l’on sait maintenant du massif aurasien, est bien plus nuancé dans sa présentation des sites. Certes il affirme que l’épigraphie prouve « l’importance militaire » de Zoui (p. 588), ou que la « position militaire de Khenchela est capitale », en se fondant sur la situation de son époque (p. 589), mais il dit aussi clairement que Zoui est « un des postes habituels que la légion alimentait » (p. 589), et reconnaît qu’on n’a trouvé « aucune trace certaine de l’occupation militaire romaine » à Khenchela (p. 589-590).

41 Gsell 1911, f. 28, n138.

42 Cagnat 1913, p. 590, se fondant sur CIL VIII, 17727 et 17728 (infra, n. 51) ; cette vexillation a donc aussi pu être prélevée sur une unité auxiliaire.

43 Cagnat 1913, p. 205 et 590 ; Gsell 1911, f. 28, n138 ; Le Bohec 1989, p. 92 et p. 113, n. 263, tous en fait très nuancés. CIL VIII, 2251 (révision inédite par J. Marcillet-Jaubert) : T. Flauius | Bitus, eq(ues) | coh(ortis) II Gemel(lae) | Trac(um) (sic), uix(it) ani(s) | LV mil(itauit) an(nis) XXVI ou XVII, | Iulia Marcella | [u]xor et Bitus | [filius posuerunt]. La révision montre qu’il est préférable de lire [u]xor plutôt que [so]ror.

44 Cagnat 1913, p. 590 ; Gsell 1911, f. 28, n138 ; Le Bohec 1989, p. 86, tous très prudents là encore. Disposé sur trois lignes, le texte de CIL VIII, 10733 = 17673 est très mutilé ; il n’en subsiste que la mention d’un légat anonyme, celle de l’unité et à la dernière ligne le verbe restituit précédé de quelques lettres peu nettes.

45 CIL VIII, 2228-2274 ; 10733 ; 17668-17719, auxquelles il faut ajouter les documents publiés depuis et quelques textes inédits.

46 Le seul document qui en atteste explicitement l’existence est un milliaire de Valérien, Gallien et Valérien le Jeune, érigé en 256-258 (CIL VIII, 22302 = 17680). On trouvera un état de la question dans Gascou 1982, p. 175. Rien n’indique toutefois que Trajan soit le fondateur du municipe comme on l’a parfois affirmé (Gsell 1911, f. 28, n138 ; voir aussi l’annexe, infra p. 331).

47 Lepelley 1981, p. 432-437.

48 Camps 1990, p. 149, no 15 : Diis Mau|ris Aug(ustis), | Verna Aug(ustorum) | nn(ostrorum) uerna, ex|5actor reg(ionis) | Masc(ulitanae), templum | conlapsum | a solo suis | sumptibus |10 fecit d(e)d(icauit) (l’inscription n’a pas été reprise par l’AE). Son premier éditeur, anonyme, l’a publiée d’après une copie du médecin commandant Céard du 7e RTA (Bulletin mensuel de la société archéologique de Constantine, 8, no 63, juin 1933, p. 210). Il précise que la pierre, qui mesurait 80 cm de hauteur, a été trouvée au lieu-dit « Chabord », à 100 m au sud du fortin (le site, appelé aussi Aïn Chabor ou Chabor, se trouve à 1 km environ à l’ouest de la ville, Gsell 1911, f. 28, sous le no 138 de la carte). Une autre inscription, CIL VIII, 2228, mentionne deux esclaves impériaux, un exactor et son uicarius.

49 Outre l’inscription mentionnée supra, n. 44, on peut également citer CIL VIII, 17678 (inscription érigée sous Antonin le Pieux, il subsiste une partie du nom du légat T. Caesernius Statianus en poste en 140-141) ; AE, 1901, 112 (mentions sur trois lignes de Marc Aurèle, de M. Aemilius Macer Saturninus légat en poste en 172-174 et d’un nommé T. Aemilius Capitolinus) ; CIL VIII, 2241 et 17681, qui évoquent des travaux de restauration d’un (ou deux) édifice(s) indéterminé(s) sous Constantin et Licinius dont les noms sont mentionnés au nominatif (Lepelley 1981, p. 432-433, n1 et 2). Cela peut certes indiquer que Mascula avait bénéficié, comme d’autres cités africaines, des largesses de Constantin (Lepelley 1979, p. 90-91) ; il s’agirait alors des deux seules attestations épigraphiques qui nous en soient parvenues. Il est donc peut-être préférable de penser à une intervention dans une propriété impériale.

50 Gsell 1911, f. 28, n137 ; Laporte 2006. Le site s’appelle aujourd’hui Hammam Essalihine.

51 CIL VIII, 17727 et 17728 (restauration en 208 des Aquae Flauianae par une vexillation, qui n’avait pas été nécessairement prélevée sur la IIIe Légion comme on le suppose toujours ; supra, p. 326 et n. 42).

52 CIL VIII, 17723 (dédicace aux Nymphes en 146 par le légat C. Prastina Messalinus) ; CIL VIII, 17726 (don en 194, en accomplissement d’un vœu fait par un centurion de la IIIe Légion pour le salut et la victoire de Septime Sévère et de Clodius Albinus, de statues d’Esculape et d’Hygie dédiées par le légat C. Iulius Lepidus Tertullus).

53 Gsell, Graillot 1893, p. 509, n32, qui donnent une copie complétée et corrigée de CIL VIII, 17721, et Le Glay 1972, tableau p. 214 et p. 215, n. * (dédicace mutilée aux Dii patrii, aux Dii salutares, à Jupiter et à Sérapis Auguste par un officier équestre) ; CIL VIII, 17722 (dédicace aux Numen Nympharum et à Draco par un tribun) ; AE, 1894, 87 (mention au nominatif d’un préfet de la cohors II Gemella Thracum sur une base ou un autel).

54 CIL VIII, 17726 (voir supra, n. 52) ; AE, 1928, 37 = 2014, 1555 = 2015, 54 (inscription versifiée évoquant notamment la participation d’un primipile à des guerres daciques et sa vision des « Nymphes nues » ; fin Ier ou plutôt début du IIe siècle vu la mention des guerres daciques) ; AE, 1960, 96 (dédicace en 147 à une divinité inconnue pour le salut de l’empereur par un centurion de la IIIe Légion).

55 Outre AE, 1928, 37 (supra, n. 54), le site a livré une inscription d’époque flavienne, CIL VIII, 17725 : [Imp(eratori) Caes(ari)
V]espasian[o] Aug(usto), | [pont(ifici) max(imo)] trib(unicia pot(estate) VII | [imp(eratori) XV-XVII cens(ori) p(atri)] p(atriae) co(n)s(uli) VII, | [et Imp(eratori) T(ito) Caes(ari) Vesp]asiano Aug(usti) f(ilio, |
5 [imp(eratori) XI, pont(ifici) trib(unicia)] pot(estate) V co(n)s(uli) V, | [et Caes(ari) Aug(usti) f(ilio)] [[ [Domitiano] ]] (on pourrait aussi la développer à l’ablatif et restituer différemment les noms de Domitien). Les titres de Vespasien et de Titus permettent de la dater de la première moitié de l’année 76. Les éditeurs du CIL, suivis par exemple par Cagnat 1913, p. 590, n. 6 ; Le Bohec 1989, p. 363, n. 280, et 425 ; 2010, p. 259-260, affirment qu’elle prouve une intervention de la IIIe Légion, dont le nom aurait été martelé à la ligne 6. Il nous semble cependant bien préférable de rétablir de nom de Domitien César, associé à son père et à son frère sur le modèle d’ILS, 253 et 254 et de nombreux autres textes. C’était déjà l’avis de St. Gsell et H. Graillot (Gsell, Graillot 1893, p. 510, n. 2).

56 Le nom de la IIIe Légion a en effet été martelé sur CIL VIII, 17726 et AE, 1960, 96 (supra, n. 54), à la suite de sa dissolution en 238.

57 AE, 1928, 36, qui évoque sa restauration complète sous Élagabal par un évergète dont nous n’avons plus que le nom. La présence de statues d’Esculape et d’Hygie (Gsell 1911, f. 28, n137) peut aussi suggérer l’existence d’un temple qui leur aurait été dédié.

58 On peut se demander si ce n’est pas là qu’ont été commises une partie des exactions évoquées par l’inscription de Zoui (supra, p. 326 et n. 35-37). Exactement comme à Scaptopara en Thrace (CIL III, 12336 = IGBulg IV, 2236 = AE, 1994, 1552, l. 44-54 et 80-81), la présence de sources thermales réputées a pu inciter des soldats et d’éventuels civils à faire un détour et à exiger prestations et réquisitions abusives.

59 L’édifice thermal actuel, très fréquenté, réutilise les structures antiques, et notamment les deux piscines, l’une rectangulaire et l’autre circulaire. Il suffit de taper le nom du site sur un moteur de recherche pour en trouver de multiples photographies très parlantes.

60 Il faut ajouter que sa situation en fond de vallée, « un véritable coupe-gorge » (communication orale de P. Morizot), suppose que la région était globalement pacifiée dès les Flaviens, comme le pensait déjà R. Cagnat (1913, p. 588-590).

61 Supra, n. 38.

62 Plin., epist. X, 20 (quam paucos a signis auocandos), 22 (curandum ne milites a signis absint), 28 (sufficient illi duo a te dati milites et totidem a Virdio Gemellino) et 78, 2 (Trajan refuse de détacher un centurion à Iuliopolis parce qu’en le faisant, onerabimus nos exemplo, « nous créerons un lourd précédent »). Ce qui peut apparaître comme une inquiétude quasi obsessionnelle est aussi l’expression d’une réalité, la part prise par les soldats à l’administration de l’Empire.

63 Marcillet-Jaubert 1969, p. 149-150 et fig. 4, qui rappelle que l’inscription est signalée dans Gsell 1911, f. 28, n153.

64 Les différents éditeurs du CIL VIII n’ont pas vu la pierre ; sous le n10186 ils reprennent la copie du premier éditeur (Masqueray 1878, p. 449-450) et signalent simplement sous le n22282 quelques rectifications ultérieures (Audollent, Letaille 1890, p. 509). Le texte donné ici tient compte des corrections indiquées dans Gsell, Graillot 1893, p. 500, n. 4.

65 Masqueray 1878, p. 449 ; Audollent, Letaille 1890, p. 509. Cette « piscine » ou « fontaine » était en fait un grand réservoir, situé au nord-ouest de la ville et alimenté par un aqueduc venant d’Aïn Chabor (supra, n. 48), dans lequel ont été remployées plusieurs inscriptions.

66 Il y a peut-être une discordance de cas entre les l. 1 et 3, si toutefois la pierre portait bien Caesari, ce qui n’est pas sûr ; St. Gsell et H. Graillot (supra, n. 64) confirment en effet qu’il faut bien lire Nerua à la l. 3.

67 Thomasson 1996, n16, p. 140, texte d.

68 Le Bohec 1989, p. 368, n. 16.

69 Papier 1888-1889, p. XIII-XIV, n17.

70 Nous ignorons en effet l’état de la pierre, et les photographies de la première et de la quatrième borne, les seules conservées, montrent que leur gravure, certes régulière et lisible, n’était pas non plus d’une grande qualité.

71 Marcillet-Jaubert 1969, p. 150 et fig. 5.

72 Gsell 1911, f. 27, n224, p. 21, colonne de droite, en précise l’emplacement.

73 AE, 1957, 137. Construit par la IIIe Légion, ce camp ne pouvait alors abriter qu’une partie de l’unité.

74 CIL VIII, 2532 Ab = 18042 Ab ; AE, 2003, 2020 c = 2006, 1800 c : nostra memoria bis non tantum mutastis castra sed et noua fecistis.

75 CIL VIII, p. XXI.

76 CIL VIII, 10186 : « Utrumque cum ad eandem viam pertinuisse extra dubium sit, aliud caput, a quo milia numerari potuerint, nullum sese offert praeter ipsam Masculam, scilicet ut steterint ad viam Mascula Thamugadi, inde trasportati alter ad Masculam, alter ad Thamugadi », remarque reprise et résumée dans le commentaire de CIL VIII, 10210.

77 Cagnat 1913, p. 432-433. Nous avons utilisé ici la seconde édition de l’ouvrage, qui est une refonte totale de la précédente, publiée en 1892. Sur ce point précis cependant, la position de R. Cagnat n’avait pas évolué.

78 Gsell, Graillot 1893, p. 467-469.

79 Gsell 1903, p. 232, n. 5. Sur ce site, où aucune trace de camp n’a été retrouvée, voir Gsell, Graillot 1893, p. 522-525 et Gsell 1911, f. 27, n379, et infra, n. 81.

80 Gsell 1911, f. 28, n138 (cette feuille a été rédigée en juillet 1906).

81 Gsell 1911, f. 27, n224, p. 21, colonne de droite (cette feuille de l’Atlas porte la date de mai 1908). Cela explique que la notice consacrée à Henchir Ouazène (n379) n’évoque plus la localisation du camp proposée en 1903.

82 Pachtère 1916.

83 L’évolution est nettement visible à la lecture des cartes Michelin no 172 au 1/1000 000 de 1956 et de 1983, et d’une carte touristique algérienne au 1/500 000 de 1987. La consultation de Google Earth montre qu’aujourd’hui cette section est considérée comme route départementale (W(ilaya) 1). En revanche les nationales font toujours un détour, soit par le nord (N 10 et N 80 par Aïn Beida ou N 10 et N 8 par La Meskiana), soit par le sud en passant par Zoui (N 10, N 83 et N 32).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Dédicace à Mars
Crédits (cliché J. Marcillet-Jaubert)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/3441/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
Titre Fig. 2 : La route Zoui – Lambèse (l’emplacement des bornes est indiqué par une flèche)
Légende 1 : AE, 1969-1970, 709 (Tazouguert) ; 2 et 3, CIL VIII, 10186 et 17685 (Khenchela) ; 4 : CIL VIII, 10210 (environs de Timgad).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/3441/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Fig. 3 : AE, 1969-1970, 709
Crédits (cliché J. Marcillet-Jaubert)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/3441/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 841k
Titre Fig. 4 : CIL VIII, 17685
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/3441/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Fig. 5 : Le réseau routier vers 1950
Légende Extrait de la carte Michelin Algérie no 172 au 1/1000 000, 1956.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/3441/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Dupuis, « Un décurion de l’ala Pannoniorum à Zoui et la présence militaire au nord-est de l’Aurès »Antiquités africaines, 56 | 2020, 323-333.

Référence électronique

Xavier Dupuis, « Un décurion de l’ala Pannoniorum à Zoui et la présence militaire au nord-est de l’Aurès »Antiquités africaines [En ligne], 56 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/antafr/3441 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.3441

Haut de page

Auteur

Xavier Dupuis

THEMAM – UMR 7041 ArScAn, MSH Mondes, Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

Antiquités africaines

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search