Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56Dossier « Mobilité, garnisons et...Nouvelles données sur la cohors I...

Dossier « Mobilité, garnisons et nouveautés en épigraphie militaire : les unités auxiliaires et l’Afrique romaine »

Nouvelles données sur la cohors IV Sygambrorum

Zheira Kasdi et Souad Slimani
p. 335-334

Résumés

Entre 2005 et 2016, un nombre important de vestiges archéologiques a été découvert à Taraess, antique Tatilti, un village de l’est algérien situé dans la wilaya de M’sila. Parmi les découvertes, deux inscriptions funéraires retiennent particulièrement l’attention dans la mesure où elles viennent enrichir la documentation et nos connaissances sur l’armée permanente de Maurétanie Césarienne. Ces épitaphes mentionnent des soldats ayant appartenu à la cohors IV Sygambrorum déjà attestée par l’épigraphie dans la province. En plus de donner des informations sur les circonstances de leur disparition, ces inscriptions apportent des témoignages supplémentaires sur le stationnement de l’unité à Tatilti.

Haut de page

Texte intégral

Nous remercions très chaleureusement les éditeurs Dan Dana et Benoît Rossignol ainsi que François Chausson pour leurs remarques et la gentillesse qu’ils ont eu de bien vouloir relire ce texte.

  • 1 Sur ce sujet, principalement Cagnat 1912, Benseddik 1982, Le Bohec 1999.

1L’armée permanente de Maurétanie Césarienne est composée de troupes auxiliaires plus ou moins bien attestées à travers les inscriptions et les diplômes militaires. La réflexion sur la composition de l’armée de cette province et les différents lieux de stationnement des unités repose sur des ressources inégales qui permettent seulement d’avoir un aperçu partiel sur le sujet1. Des découvertes récentes, parfois fortuites, permettent toutefois d’enrichir peu à peu cette documentation et de compléter nos connaissances en la matière.

2Des prospections menées au village de Taraess, dans la commune de Ouenougha (ex Melouza), wilaya de M’sila, ont permis de découvrir différents vestiges (restes de pierres de taille, contrepoids, mosaïques) et objets variés (moulins à main, briques, tessons) conservés dans les cours et jardins de plusieurs maisons.

Fig. 1 : Carte de localisation

Fig. 1 : Carte de localisation
  • 2 Massiéra 1936. Ce camp ne figure pas dans la monographie de M. Lenoir (2011).
  • 3 Massiéra 1936, p. 468, 471 ; Laporte 1995, p. 343-349.
  • 4 Les résultats de ces prospections ont été publiés dans Slimani 2016.
  • 5 Ces deux inscriptions ont déjà été brièvement présentées dans Slimani 2016, p. 18-20. C’est la lec (...)

3Le village de Taraess occupe le site de l’ancienne Tatilti qui s’était développée autour d’un camp militaire connu grâce aux prospections de Paul Massiéra2. Les résultats publiés en 1936 révélèrent les vestiges d’un établissement carré de 1,21 ha, d’un mur d’enceinte d’une bonne épaisseur (1,40 m) fait en grosses pierres de taille et dont la paroi intérieure au nord était doublée d’un mur à chaînes de pierres taillées. P. Massiéra avait également mis au jour une inscription fragmentaire de bonne dimension reconstituée par Jean-Pierre Laporte3. Cet important document atteste l’existence des hiberna castra, camps d’hiver, à cet endroit. Élevée dans une vallée, cette station mentionnée par l’Itinéraire Antonin se situe sur la voie en direction d’Aras (Tarmount) et Zabi au sud et d’Auzia (Sour El-Ghozlane) au nord (fig. 1). C’est là que trois inscriptions, dont deux épitaphes consacrées à des soldats, ont également été relevées à l’occasion de plusieurs prospections menées récemment sur le site4. Ces deux textes sont d’une grande importance pour l’histoire militaire de la Césarienne car ils viennent compléter nos connaissances sur ce camps militaire et une des nombreuses cohortes attestées dans la province : la cohors IV Sygambrorum. Voici ces documents5 :

1. L’épitaphe d’Vmbrius Faustus, soldat de la cohors IV Sygambrorum

4Le premier document est une stèle funéraire rectangulaire en calcaire de 0,85 m de haut sur 0,50 m de largeur et 0,28 m d’épaisseur, encastrée dans le mur d’enceinte d’un jardin privé (fig. 2-3). Surmonté d’un fronton triangulaire mouluré encadré de deux acrotères, le monument est complet en dehors d’un bout en bas à droite et de l’extrémité de l’acrotère gauche. La pierre porte plusieurs éraflures, peut-être des traces de soc d’araire ou de charrue.

Fig. 2 : Photographie de la stèle du soldat Vmbrius Faustus

Fig. 2 : Photographie de la stèle du soldat Vmbrius Faustus

(cliché S. Slimani)

Fig. 3 : Fac-similé de l’épitaphe d’Vmbrius Faustus

Fig. 3 : Fac-similé de l’épitaphe d’Vmbrius Faustus

(dessin Z. Kasdi)

5L’inscription de six lignes (ht. des lettres : 3 à 5 cm) est gravée dans la partie supérieure du monument, dans un champ épigraphique carré à la surface aplanie (34 × 32 cm). La mise en page est centrée ; les lettres tassées à la dernière ligne du texte prouvent que le rédacteur a manqué de place. Les caractères sont profondément gravés mais manquent de régularité ; ainsi, le graveur a fait preuve d’une certaine fantaisie au regard des A sans traverses aux ll. 2 et 5, des jambages inclinés du L de la l. 3 et des X de la l. 5 et des empattements en pointes du H à la l. 4 et des lettres à la l. 6. Le texte est ponctué de points triangulaires de séparation aux ll. 1-5. Il se présente ainsi :

uac. D M S • uac.
VMBRIVS • FA-
VSTVS • MIL • uac.
4 COH • IIII • SYNG
V A XXIII • A BARB
uac. INTERE uac.

6On peut, sans difficulté, en proposer la restitution suivante :

D(is) M(anibus) s(acrum).| Vmbrius Fa|ustus, mil(es) | coh(ortis) IIII Syng(ambrorum),| u(ixit) a(nnis) XXIII, a barb(aris) | inter<f>(ectus).

« Consacré aux Dieux Mânes. Vmbrius Faustus, soldat de la quatrième cohorte des Sicambres, a vécu 23 ans ; il fut tué par les barbares ».

  • 6 Voir plus loin. CIL VIII, 9158 ; ILS 8503.
  • 7 CIL III, 4850; ILLPRON 116; Gerstl 1961, 141a, Leber 97, 1.
  • 8 CIL III, 11045.
  • 9 CIL XIV, 1799. Gentilice fréquent en Campanie, dans le Samnium et le Latium.
  • 10 Notamment dans la région de Cirta : Lassère 1977, p. 193. Une épitaphe de Rome (CIL VI, 3312 ; Spe (...)

7Il s’agit donc de l’épitaphe d’un soldat de la cohors IV Sygambrorum. Le texte révèle qu’il fut tué par les barbares sans plus de précisions. À notre connaissance, l’expression a barbaris interfectus n’existe dans aucun autre document de la Maurétanie Césarienne et reste rare dans les sources épigraphiques. On trouve toutefois, dans une inscription funéraire en provenance d’Auzia (Sour el Ghozlan), l’équivalent a barbaris interemptus6. La tournure interfectus a barbaris est employée dans de rares documents épigraphiques du Norique7 et de Pannonie Supérieure8. Le prénom du défunt n’est pas précisé. Le gentilice Vmbrius est courant en Italie, un T. Vmbrius Faustus est d’ailleurs mentionné dans une inscription funéraire d’Ostie9. Il est également bien représenté en Proconsulaire, en Numidie et dans une moindre mesure en Césarienne10.

2. L’épitaphe de L. Caelius Fortunatus, actarius de la cohors IV Sygambrorum

8Le second monument est un autel quadrangulaire de calcaire blanchâtre de 1,42 m de haut et 0,41 m de largeur déterré par un habitant lors de la construction de sa maison et depuis entreposé dans la cour de celle-ci. Il est complet depuis sa base moulurée à son sommet semi-pyramidal (fig. 4). Le champ épigraphique (42 x 32 cm) est cerné d’une bande en relief et couvert d’une inscription de 7 lignes (ht. des lettres : 5 cm aux ll. 1-5, 4-6 cm à la l. 6, 2-2,5 cm à la l. 7) (fig. 5-7). Si la surface présente de nombreuses aspérités visibles à l’œil nu, le graveur ne paraît pas avoir éprouvé de trop grandes difficultés à copier le texte au regard de l’alignement des lettres. Le tracé des caractères met en lumière une certaine maladresse technique. Des points de séparation triangulaires sont visibles aux ll. 2, 4 et 6.

Fig. 4 : Photographie de l’autel du soldat L. Caelius Fortunatus

Fig. 4 : Photographie de l’autel du soldat L. Caelius Fortunatus

(cliché S. Slimani)

Fig. 5 : Fac-similé de l’épitaphe de L. Caelius Fortunatus

Fig. 5 : Fac-similé de l’épitaphe de L. Caelius Fortunatus

(dessin Z. Kasdi)

9Voici l’inscription :

uac. D • M • S uac
L • CAELIO • uac.
FORTVNATO
4 ACT • COH • SYNG
V A XXXI ME X
INTERFEC • uac. IN BELLO
PATER F uac. P L A D F

10On peut développer de la manière qui suit :

D(is) M(anibus) s(acrum).| L(ucio) Caelio | Fortunato,| act(ario) coh(ortis) Syng(ambrorum),| u(ixit) a(nnis) XXXI, me(nsibus) X,| interfec(to) in bello.| Pater f(ilio?) p(iissimo?) l(ibens?) a(nimo?) d(edicauit?) f(ecit?).

« Consacré aux Dieux Mânes. À Lucius Caelius Fortunatus, act(u)arius de la quatrième cohorte des Sicambres, qui a vécu 31 ans et 10 mois, tué à la guerre. Le père s’est acquitté et a dédié de bon cœur à son fils très pieux (?) »

Fig. 6 : Inscription gravée sur l’autel du soldat L. Caelius Fortunatus

Fig. 6 : Inscription gravée sur l’autel du soldat L. Caelius Fortunatus

(cliché S. Slimani)

Fig. 7 : Détail de l’épitaphe de L. Caelius Fortunatus

Fig. 7 : Détail de l’épitaphe de L. Caelius Fortunatus

(cliché S. Slimani)

  • 11 La dédicace d’autel consacré à Saturne, à Ammaedara, utilise la tournure l(ibens) animo fecit dedi (...)
  • 12 On trouve de très rares occurrences en Italie (CIL VI, 6686, 17611 et 21577 ; CIL XI, 296) et à An (...)

11Le texte présente de nombreuses ligatures : ME (l. 5) ; INTE, RFE et INB (l. 6). À la l. 4, il ne fait également aucun doute que les lettres YN sont liées. La diagonale droite du Y est plus courbée que la seconde et il semblerait que le graveur ait ajouté, en petit et décalé par rapport aux autres caractères, un G de façon à constituer la ligature YNG en fin de ligne où la place commençait à manquer (fig. 5 et 7). Une formule abrégée, F P L A D F, est utilisée à la dernière ligne sans que l’on puisse la restituer avec certitude. Il n’est pas impossible que le graveur, à court d’espace, ait réduit à l’extrême la fin de la dédicace. Le développement de cette phrase n’est pas évident11, d’autant que le recours à l’expression libens animo dans une épitaphe n’est pas courant. Elle est en premier utilisée dans des dédicaces consacrées à des divinités mais apparaît plus rarement dans les dédicaces aux Dieux Mânes et dans ce cas, essentiellement en Afrique12. On retrouve, de façon abrégée, sur des inscriptions funéraires de Césarienne, Proconsulaire et Numidie :

  • 13 CIL VIII, 9135.
  • 14 CIL VIII, 9851.
  • 15 CIL VIII, 9622.
  • 16 Gsell 1893, p. 131.
  • 17 CIL VIII, 3087.
  • 18 CIL VIII, 4239.
  • 19 BCTH, 1932/1933, p. 491.

12l(ibens) animo d(e)d(icauit) à Auzia (Maurétanie Césarienne)13 ;
libens animo posuit à Altaua (Maurétanie Césarienne)14 ;
libens animo fecit à Zucchabar (Maurétanie Césarienne)15 ;
l(i)b(ens) an(imo) et dedicauit à Niciuibus (Numidie)16 ;
libens animo fecit sur l’épitaphe d’un soldat de la IIIe légion Auguste à Lambèse (Numidie)17 ;
d(e) s(uo) l(ibens) a(nimo) à Verecunda (Numidie)18 ;
libens animo fec(it) à Timgad (Numidie)19.

  • 20 ILAlg II 3, 7913 ; ILS 9490 ; 1911, 100 ; Le Bohec 1989, p. 44. Sur les act(u)arii dans l’armée (...)
  • 21 1984, 940 (Sitifis)
  • 22 Lassère 1977, p. 460. Ce gentilice remonte à la colonisation de la fin de la République et est trè (...)
  • 23 Lassère 1977, p. 86, 345-347.

13Au regard de ces occurrences, le développement proposé ici est plausible mais reste hypothétique. Le document indique que le défunt, L. Caelius Fortunatus, a servi comme actarius ou actuarius, secrétaire en charge des archives de son unité, la IV Sygambrorum. C’est le troisième actarius connu en Afrique du Nord, après L. Pomponius Saturninus pour l’ala I Pannoniorum, à Cuicul, vers le milieu du iiie s.20, et Fl. Reginianus au ive s., cor(nicularius) Cimb(rianorum) qui avait servi pendant quatre ans comme actarius dans la même unité21. Le gentilice et le cognomen du dédicataire sont bien représentés en Afrique. Les Caelii sont attestés à plusieurs reprises en Césarienne et plus particulièrement à Auzia et Sitifis22. Il en va de même pour le surnom Fortunatus qui revient plusieurs fois dans les deux cités. Répandu en Afrique, il est fréquent dans les milieux africains romanisés dès l’époque républicaine23.

  • 24 Cagnat 1913, p. 247 ; Benseddik 1982, p. 64-65 (avec la prosopographie de l’unité) et inscriptions (...)
  • 25 Il existe deux cohortes homonymes en Mésie Inférieure : coh. I Claudia Sugambrorum ueterana equita (...)

14Ces deux épitaphes sont de nouveaux témoignages en faveur de la cohors IV Sygambrorum et désormais le dossier relatif à cette unité renferme douze documents24. Chacun des défunts a appartenu à cette unité nommée, ici, sous deux formes abrégées – la COH IIII SYNG dans le premier document et la COH SYNG dans le second – mais que l’on peut aisément restituer en vertu des autres mentions épigraphiques, malgré le flottement graphique de l’ethnique. Cette cohorte est, en effet, attestée à plusieurs reprises dans la province25 :

Tabl. 1 : Les mentions épigraphiques de la cohors IV Sygambrorum

Tabl. 1 : Les mentions épigraphiques de la cohors IV Sygambrorum

1. CIL VIII, 9045 ; ILS 2766 ; Benseddik 1982, no 76, 177, p. 45 no 124. 2. CIL VIII, 20978 ; CIL XVI, 56 ; ILS 2003 ; Benseddik 1982, no 35, 174. 3. CIL VIII, 9363 ; ILS 1351 ; Benseddik 1982, no 176. 4. CIL VIII, 9393 ; ILS 2589 ; Benseddik 1982, no 178. 5. CIL VIII, 20999 ; Benseddik, no 180. 6.  2005, 1725. 7.  2007, 1773. 8. CIL VIII, 21604 ; EphEp V, 1051 ; Benseddik 1982, no 179. 9.  1937, 157 ;  1995, 1790. (Pour consulter le tableau 1 au format .docx, se reporter au document annexe Tableau 1).

  • 26 CIL VIII, 12370 ; ILT 692 ; Benseddik 1982, no 175.

15La cohorte est encore mentionnée dans une inscription africaine des années 140. Il s’agit d’un hommage rendu à un citoyen de Thuburbo Maius (Proconsulaire), ancien centurion de la coh(ors) IIII Sygambror(um) ayant reçu son honesta missio de l’empereur Hadrien26. Ce dernier est diuus au moment où l’inscription est réalisée (misso honesta missione a diuo Hadriano).

  • 27 2010, 1853.
  • 28 Cf. Weiß 2017, p. 140 n. 22.
  • 29 Benseddik 1982, p. 64.
  • 30 Bernard, Christol 2010, p. 2211-2212.
  • 31 Bernard, Christol 2010, p. 2212-2213.
  • 32 Berbrugger 1860, p. 40-41. CIL VIII, 9045; ILS 2766: P(ublio) Ael(io) P(ublii) f(ilio) Q(uirina) P (...)
  • 33 Pflaum 1960, II, p. 909-912.

16Sur chacun des diplômes militaires concernant la IV Sygambrorum, mais également sur ceux en rapport avec les unités-sœurs de Mésie Inférieure, en dehors d’un exemple27, c’est la forme Sugambrorum qui apparaît. Il semblerait donc que ce soit la graphie officielle. Sur les autres documents de Césarienne, ce sont essentiellement les formes Sygambrorum (2 ou 3 occurrences) et Syngambrorum (4 ou 5 occurrences avec les deux nouvelles épitaphes) qui sont employées. Cette dernière version de l’ethnique sous-entend une sorte d’hypercorrection par fausse étymologie, comme s’il s’agissait des termes grecs σύν et γαμβρός, « beau-frère »28. Les deux inscriptions funéraires découvertes à Tatilti ne sont pas datées. En l’état actuel de la documentation, cette unité de Maurétanie Césarienne est attestée pour la première fois sur un diplôme militaire de l’année 107, date à laquelle des soldats de la cohorte ont été démobilisés, ce qui implique que la IV Sygambrorum est déjà sur le territoire depuis une vingtaine d’année au moins, dès les années 80 p.C. et probablement même dès les premières années de la province29. Il est fort possible qu’elle ait été levée en Belgique à ses débuts, à l’époque julio-claudienne, puis envoyée en Maurétanie au moment de la conquête30. Le diplôme militaire de 107, délivré à un fantassin originaire de Bracara Augusta, Louessius Maximi f(ilius), signale un renforcement des effectifs de la cohorte par des levées effectuées en Citérieure et par conséquent, l’unité aurait pu stationner en Hispanie avant son transfert en Césarienne31 où elle apparaît encore dans les sources épigraphiques de la seconde moitié du iie siècle. Là, il semblerait, au regard de l’onomastique qui suggère une origine africaine des deux défunts, que le remplacement des soldats au sein de l’unité se soit fait sur place, que le recrutement ait été local – et l’inscription d’Auzia tend à le confirmer. Il s’agit d’un hommage posthume en date du 16 février 255 rendu au chevalier P. Aelius Primianus32. L’inscription révèle que ce dernier parcourut une belle carrière militaire, notamment au service de la défense de la province33. Il occupa, entre autres, le poste de tribun de la cohors IV Sygambrorum. Le texte précise également qu’il a été décurion de la colonie d’Auzia dont il était originaire, cité située seulement à une soixantaine de kilomètres au nord-ouest de Tatilti.

  • 34 Laporte 1995, p. 343-349 ( 1995, 1790)

17Si les documents récents ne nous renseignent pas avec précision sur leur datation, ils sont en revanche remarquables par leur localisation. Tous deux ont été découverts sur le territoire de l’antique Tatilti. On dispose désormais de trois documents relatifs à la IV Sygambrorum en provenance de ce site. Le premier document est l’inscription en trois fragments mise au jour par P. Massiéra, reprise des années plus tard par J.-P. Laporte34 :

[Impp(eratores) Caess(ares)] | L(ucius) Septimius Seuerus] | [et M(arcus) Aurelius Ant]oninus | [Augg(usti) ---]s [pr]opagatores |5 [imperii], mur(um?) h[iber]na(culorum?) coh(ortis) IIII | S[y]g(ambrorum) per C(aium) Octa[ui]um Puden|tem Caesium Ho[n]oratu[m, u(irum) p(erfectissimum)] | proc(uratorem) suum a cen[si]bus [---].

  • 35 Pour la datation de sa procuratèle, voir la thèse de Z. Kasdi, « Mauretania Caesariensis : prosopo (...)
  • 36 Laporte 1995, p. 346.

18Procédant à un réexamen des fragments, J.-P. Laporte en proposa une nouvelle restitution qui permit de replacer dans les lacunes le nom du gouverneur C. Octauius Pudens Caesius Honoratus ainsi que celui de la cohorte. En poste durant les premières années du règne de Septime Sévère, entre 196 et 19835, ce procurateur équestre joua un rôle dans les aménagements réalisés au sud de la province. Dans ce contexte, l’inscription précise qu’il fit vraisemblablement construire les murs des hiberna castra, les camps d’hiver. Il n’est pas impossible que ce terme prît un sens plus large à l’époque36. Il semble bien que ces castra étaient ceux de la cohors IV Sygambrorum. Le texte ne permet pas en revanche d’affirmer avec certitude que le camp fut une création des années 196-198. Il n’est pas impossible qu’il existait déjà et que l’on décida seulement de procéder à son réaménagement ou à sa restauration.

  • 37 La coh. IV Flauia Chalcidenorum ne peut avoir stationné à Tatilti comme l’avait suggéré N. Bensedd (...)
  • 38 Y. Le Bohec (1999, p. 122) suppose que la cohorte a pu faire partie de la garnison de Cherchell av (...)

19Quoi qu’il en soit, les deux nouvelles épitaphes viennent confirmer un stationnement de la IV Sygambrorum à Tatilti37. Certes, comme il a été présenté plus haut, en dehors des diplômes militaires, les attestations relatives à cette unité ne sont pas issues de ce site uniquement : trois documents proviennent de Caesarea tandis qu’un document en fait mention à Auzia ainsi qu’à Tasaccura. La nature des inscriptions de Cherchell ne permet pas de présupposer un stationnement de la cohorte dans la cité ou ses environs. Deux des inscriptions sont des hommages rendus par des soldats de la cohorte au gouverneur de la province et la troisième est l’épitaphe d’un soldat réalisée par ses héritiers. Comme dans d’autres provinces, il était naturel que le procurateur équestre soit honoré par des préposés dans la capitale provinciale, siège de son autorité et de son administration. On dispose d’autres exemples d’inscriptions honorifiques en provenance de Caesarea adressées aux gouverneurs par des soldats, des officiers et autre personnel administratif. À part prouver l’existence de l’unité dans la province et éventuellement situer cette présence dans le temps, ces documents ne permettent en rien de dire qu’elle a été cantonnée à la région de Cherchell38. En revanche, les inscriptions de Tatilti attestent d’un stationnement de l’unité à cet endroit puisque non seulement le premier document évoque des travaux entrepris par les soldats dans leur camp, mais les deux épitaphes précisent également que les défunts appartenaient à la cohorte et que tous les deux sont morts au combat. De plus, l’une des inscriptions funéraires fait état d’un actarius. Cette fonction de secrétaire des archives de la cohorte prouve que celle-ci n’était pas de passage mais qu’elle a occupé le site sur une longue période, si ce n’est de façon pérenne. Elle y était avec certitude à la toute fin du iie siècle. Comment interpréter alors la mention de la IV Sygambrorum sur le document de Tasaccura à l’extrémité occidentale de la Césarienne ? Avant toute chose, il est nécessaire de revenir sur le texte.

Fig. 8 : Copie de Demaeght et Poinssot

Fig. 8 : Copie de Demaeght et Poinssot
  • 39 Demaeght, Poinssot 1882, p. 47, no 22 (70 cm x 25 cm ; ht. des lettres 6 cm). Le site est mal conn (...)
  • 40 I. Schmidt lu pratiquement la même chose à partir de la photographie que lui envoya Demaeght (EphE (...)

20Il s’agit plus précisément d’un fragment d’inscription mis au jour en 1880 à 1 km de Sig où s’étendait autrefois la station de Tasaccura39 (fig. 8). Lors de sa publication en 1882, L. Demaeght et J. Poinssot avaient prévenu : « Ce document est trop mutilé pour que nous osions en essayer la restitution » et donnèrent les éléments qu’ils purent lire sans entraves, à savoir40 :

  • 41 La lecture de ce mot a été confirmée par Purgold (CIL).
  • 42 RE, I A, 1, col. 512, no 3 ; PIR² R 46.
  • 43 Pallu de Lessert 1896, p. 524.
  • 44 Pflaum 1960, III, p. 1097 ; Pflaum1982, p. 145.
  • 45 Thomasson 1960, p. 287 ; 1972, col. 417, no 55 ; 1996, p. 222, no 53 (seconde moitié du iiie s.) ; (...)
  • 46 S’il est bien question d’un praefectus, il n’est pas improbable que ses prérogatives aient dépassé (...)
  • 47 Devijver 1984, p. 589, 591. L’auteur s’était demandé si le changement dans les effectifs de la coh (...)
  • 48 CIL VIII, 9363 ; ILS 1351, Benseddik 1982, no 176.
  • 49 CIL VIII, 9045 ; ILS 2766, Benseddik 1982, no 76, 177, p. 45, n. 124.
  • 50 On ne connaît pas, pour cette localité, d’autres sources épigraphiques qui feraient référence à l’ (...)

21Les éditeurs proposèrent alors de rétablir, comme il se doit, [SY]CAMBRORVM à la l. 241. Le mot PRAES à la l. 3 les autorisa à penser qu’ils étaient en présence d’un praeses de la province, un certain Regulus qui n’est pas autrement attesté et uniquement par son cognomen. Il est depuis admis que Regulus a gouverné la Maurétanie Césarienne42. En raison de l’absence du titre de procurator Augusti, Pallu de Lessert conclut que le document ne pouvait remonter au-delà de Gordien43. La mention d’un praeses incita H.-G. Pflaum à insérer Regulus dans ses fastes en indiquant qu’il aurait été gouverneur de Césarienne au iiie s., moment à partir duquel le titre commence à être utilisé44. Il fut suivi par B.E. Thomasson et
A. Magioncalda45. Toutefois, la lecture de Purgold pour le CIL permet de douter quant à la fonction de Regulus. Il n’identifia que les lettres PRAE sur la pierre qui, s’il faut le rappeler, était très abîmée. Bien que ce soit cette lecture qu’avaient retenue Pflaum, Thomasson et Magioncalda d’après le CIL, tous restituèrent prae[ses] après le cognomen. Il est vrai que les lettres PRAE en fin de texte, juste après une séquence onomastique partiellement lisible, dans une inscription qui semble avoir commémoré des travaux réalisés par des soldats, invitent à rétablir la fonction de gouverneur. Mais on ne peut ignorer qu’elles puissent également faire référence à un praefectus46, d’autant que, comme l’avait souligné H. Devijver47, la
IV Sygambrorum fait partie de ces cohortes maurétaniennes qui ont d’abord été commandées par un praefectus48 puis un tribunus49, à l’instar de la coh. Hispanorum equitata, la coh. II Sardorum et la coh. Syrorum sagittaria. Il n’est donc pas si certain que Regulus ait été gouverneur de la province. Il n’est par ailleurs pas certain non plus que l’on soit en présence, ici, d’une preuve du passage de la IV Sygambrorum à Tasaccura50. Le document est incomplet et rien n’interdit de penser qu’il y ait été fait mention uniquement d’un soldat ou d’un officier de cette unité, de passage dans la localité pour une raison que l’on ignore. Toutefois, si l’on admet que la cohorte a bien séjourné dans la région, on peut penser qu’elle a pris part à des travaux de nature inconnue puisque c’est très probablement le verbe consummaui[t] qui est inscrit à la l. 1 et peut-être cu[rauit] à la l. 2. L’impossibilité de confirmer la mention d’un praeses remet également en question la datation du fragment qu’il faut donc replacer dans un laps de temps plus large entre les premières et dernières attestations de la IV Sygambrorum, soit entre le ier et iiie siècle. Si cela fut le cas, comment expliquer la présence de la cohorte à deux endroits totalement opposés ? L’unité aurait alors vraisemblablement été déplacée d’un endroit à un autre. Étant donné que l’on peut parfaitement dater les inscriptions de Tatilti et d’Auzia – 196-198 la première et 255 la seconde – on pourrait supposer que le fragment de Tasaccura est plus ancien. Si, comme l’ont proposé Gwl. Bernard et M. Christol, la IV Sygambrorum est bien venue d’Hispanie, ce document pourrait remonter aux premiers temps de la cohorte dans la province : après un premier séjour à Tasaccura dès son arrivée au ier s. et jusqu’à la première moitié du iis. au moins, elle aurait été envoyée ensuite dans la partie orientale de la province, à Tatilti. Mais tout cela reste hypothétique. Seule la présence à Tatilti est maintenant confirmée grâce aux deux découvertes récentes qui mettent également en lumière l’effervescence qui régnait dans la région.

  • 51 CIL VIII, 20827 ; EphEp V, 953, VII, 495 ; ILS 3000 : I(oui) Op(timo) Max(imo) | geniisque diis | (...)
  • 52 CIL VIII, 9158 ; ILS 8503 : A(nno) p(rouinciae) CC|VIII.| D(is) M(anibus) s(acrum).| Haue Se|cunde (...)
  • 53 Sans doute du mons Ferratus pour P. Romanelli (1959, p. 474).

22L’autre intérêt des documents de Taraess réside dans le fait qu’ils apportent des précisions quant aux circonstances du décès. Ainsi, Vmbrius Faustus est mort à l’âge de 23 ans, tué par les barbares (a barbaris interfectus), tandis que Caelius Fortunatus a perdu la vie à 31 ans au cours d’une guerre (interfecto in bello). On ne saurait dire si ces deux épitaphes renvoient au même moment. L’emploi du terme barbari fait clairement référence à un ennemi extérieur, étranger à la province. Il est tout à fait possible qu’Vmbrius Faustus ait trouvé la mort à un moment où un détachement de la cohorte était simplement en patrouille, peut-être à la limite de la province. Il n’est pas impossible également qu’il ait été tué au cours d’une mission militaire confiée à la IV Sygambrorum (entre autres ?), destinée à repousser des gentes hostiles qui se seraient introduites sur le territoire provincial ou aux confins de la province. Une dédicace religieuse du procurateur-gouverneur M. Aurelius Vitalis et du décurion de l’ala Thracum Vlpius Castus pour la victoire des empereurs Valérien et Gallien, révèle d’ailleurs qu’une campagne militaire avait eu lieu en août 254 dans la région d’Auzia, donc non loin de Tatilti51. Le texte précise que les dédicants se sont acquittés de leur vœu ob barbaros c(a)esos ac fusos, « en vertu des barbares tués et dispersés ». Un second document (et le seul à notre connaissance pour la province), évoque également des barbares. Il s’agit d’une épitaphe datée de l’année 247 et encore en provenance d’Auzia52. Il est impossible de déterminer qui sont ces individus53 mais il pourrait être question des mêmes barbares mentionnés sur l’épitaphe du soldat de la IV Sygambrorum.

  • 54 À propos de la terminologie faisant allusion à la guerre dans les inscriptions : Palao Vicente 201 (...)
  • 55 Spart., Hadr, V, 8.
  • 56 Trois diplômes militaires (CIL XVI, 99 ; ILS 9056 ; 1894, 3 ainsi que 1998, 1116 ; 2006, (...)
  • 57 CIL VIII, 9663 à Cartennae (Ténès).
  • 58 CIL VIII, 21562 (EphEp V, 1049).
  • 59 Également dans une inscription du ive s. (ILS 9351 ; 1901, 150) et une autre fragmentaire du ve (...)
  • 60 Par exemple à Auzia et dans les environs en 227 ( 1966, 597), en 254 (CIL VIII, 20827 ; EphEp V, (...)

23En ce qui concerne L. Caelius Fortunatus, il est précisé qu’il a participé à une guerre. Le mot bellum est extrêmement rare dans la documentation en provenance de Césarienne entre le ier et le iiie siècle. On retrouve d’autres termes qui font état de situation de conflits opposant l’autorité romaine et des gentes dans les inscriptions54. Ainsi, sont mentionnés : un tumultus (trouble) en 117-11855, des expeditiones (expéditions militaires) en 150-151 et en 17456; une inruptio (invasion) à une date indéterminée entre le ier et iiie siècle.57. On retrouve bellum dans une inscription de Cohors Breucorum (Hr Souik) datant de la fin du iiie siècle58 et dans une autre source épigraphique en provenance d’Auzia59. En date de l’année 290, ce document rapporte qu’un pont avait été détruit en raison de la violence de la guerre (pontem belli saeuitia destructum). Il est difficile d’établir un lien entre l’épitaphe de Caelius Fortunatus et les attaques qui touchèrent Auzia sous le règne de Dioclétien et Maximien mais là encore, sans l’assurer, la proximité de la cité avec le camp de Tatilti autorise ce rapprochement. Plus largement, on peut envisager que l’épitaphe soit en rapport avec les troubles militaires qui ont marqué la région dans la première moitié du iiie siècle60. Nulle mention de barbari en ce qui concerne le décès de Caelius Fortunatus. Se pourrait-il que la cohors IV Sygambrorum ait eu affaire aux Bavares qui s’opposèrent à plusieurs reprises aux forces militaires romaines au cours du iiie siècle ? Il est impossible de l’affirmer.

24Les épitaphes de Taraess permettent d’aborder les aspects militaires du gouvernement de la province. Malgré des questions restées en suspens, ces documents contribuent à cerner davantage l’histoire de la cohors IV Sygambrorum et à reconsidérer les sources qui évoquent cette unité. Bien qu’elles ne fournissent aucun élément de datation précise ni d’informations pertinentes permettant de conclure sur la composition générale de la cohorte, du fait de leur originalité et de leur contenu, la portée de ces épitaphes est incontestable. Elles permettent tout d’abord d’énoncer fermement que la IV Sygambrorum a bien stationné, en totalité ou en partie, dans le camp de Tatilti, au moins à partir de la fin du iie siècle. La durée de cette occupation, tout comme un éventuel déplacement au sein de la province, est compliquée à établir au regard de la documentation. S’il ne fait aucun doute que la cohorte a fait partie des unités permanentes de la province dès le ier s., peut-être même dès sa création, jusqu’au iiie s. au moins, les sources ne permettent pas de dire si Tatilti a été le seul lieu de stationnement de l’unité. En revanche, à travers l’onomastique, elles laissent entendre que le renouvellement du contingent s’est fait localement. Ces deux inscriptions livrent également des informations sur les circonstances de la disparition des soldats. Vmbrius Faustus et Caelius Fortunatus ont été emportés brutalement, tués au cours d’affrontements avec des gentes évoluant certainement dans et en dehors de la province. On ne sait pas si les disparitions sont liées, si elles ont eu lieu au cours d’événements rapprochés ou, au contraire, si elles ont eu lieu à des années d’intervalle. Le fait de ne pas pouvoir dater avec certitude ces documents limite les suppositions. En fonction de l’avancée de la domination romaine et des mouvements de l’implantation militaire, Tatilti a pu jouer tantôt le rôle d’un poste militaire avancé, de poste de contrôle des confins, tantôt être un camp militaire. Tout dépend de la date de son occupation. Force militaire mobilisée pour contrer les invasions des gentes extra-provinciales, les soulèvements des « tribus » intégrées à la province ou contrôler les déplacements de populations, le rôle qu’était amenée à jouer la IV Sygambrorum dans la région, si elle a continuellement stationné à Tatilti, a sans doute varié en même temps que les limites de la Césarienne entre le ier et iiie siècle. et il ne serait pas improbable que les épitaphes de Taraess soient à mettre en rapport avec des conflits liés à l’extension du ­territoire ­provincial.

Haut de page

Bibliographie

Bénabou M. 2005², La résistance africaine à la romanisation, Paris (1re éd. 1976).

Benseddik N. 1982, Les troupes auxiliaires de l’armée romaine en Maurétanie Césarienne sous le Haut-Empire, Alger.

Benseddik N. 1999, « Septime Sévère, P. Aelius Peregrinus Rogatus et le limes de Maurétanie Césarienne », dans Frontières 1999, p. 89-110.

Berbrugger A. 1860, « La colonie de Rusgunia (Matifou) », Revue Africaine 4, p. 36-41.
http://revueafricaine.mmsh.univ-aix.fr/n/Pages/1859_019_004.aspx

Bernard Gwl., Christol M. 2010, « Solidarité ou diversité des provinces africaines à l’avènement de Vespasien : les Histoires de Tacite et les relations militaires entre les Maurétanies, l’Afrique proconsulaire et l’Hispanie (iie moitié du ier siècle ap. J.-C.) », dans M. Milanese, P. Ruggeri, C. Vismara (éd.), L’Africa romana XVIII, I luoghi e le forme dei mestieri e della produzione nelle province africane, Atti del XVIII convegno di studio, Olbia, 11-14 dicembre 2008, Roma (Pubbl. del Dipartimento di Storia dell’Università degli studi di Sassari n.s. 37), p. 2201-2225.
http://eprints.uniss.it/9126/1/Africa_romana_18_vol_3.pdf

Cagnat R. 1912, L’armée romaine d’Afrique et l’occupation militaire de l’Afrique sous les empereurs, Paris.

Carcopino 1919, « L’insurrection de 253 d’après une inscription de Miliana récemment découverte », Revue Africaine 60, p. 369-383.
http://revueafricaine.mmsh.univ-aix.fr/n/Pages/1919_300_001.aspx

Christol M. 2005, Regards sur l’Afrique romaine, Paris (Collection des Hespérides).

Christol M., Magioncalda A. 1989, Studi sui procuratori delle due Mauretaniae, Sassari (Pubbl. del Dipartimento di Storia dell’Università degli studi di Sassari 13).

Demaeght L., Poinssot J. 1882, « Inscriptions de la Maurétanie césarienne », Bulletin trimestriel des Antiquités africaines 1, p. 30-62.
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bantafr1882/0045

Devijver H. 1984, « L’armée romaine en Maurétanie Césarienne », Latomus 43, 3, p. 584-595.

Euzennat 1995, « Praefecti equitum adjoints au gouverneur de province » dans La hiérarchie 1995, p. 201-206.

Faoro D. 2011, Praefectus, procurator, praeses: genesi delle cariche presidiali equestri nell’alto impero romano, Firenze (Studi udinesi sul mondo antico 8).

Frontières 1999, Cl. Lepelley, X. Dupuis (éd.), Frontières et limites géographiques de l’Afrique du Nord antique. Hommage à Pierre Salama. Actes de la table ronde réunie à Paris les 2 et 3 mai 1997, Paris (Histoire ancienne et médiévale 56).

Gerstl A. 1961, Supplementum epigraphicum zu CIL III für Kärnten und Osttirol 1902-1961, Wien (Diss. Wien).

Gsell St. 1893, Recherches archéologiques en Algérie, Paris (Description de l’Afrique du Nord).
https://bibliotheque-numerique.inha.fr/idviewer/8650/1

Hiérarchie (La) 1995, Y. Le Bohec (éd.) La hiérarchie (Rangordnung) de l’armée romaine sous le Haut-Empire. Actes du congrès de Lyon (15-18 septembre 1994), Paris (De l’archéologie à l’histoire).

ILLPRON : S. Hainzmann, Inscriptionum lapidariarum Latinarum provinciae Norici usque ad annum MCMLXXXIV repertarum indices, Berlin (CIL auctarium), 1986–.

Laporte J.-P. 1995, « Notes sur les camps de Tatilti et d’Aras (Maurétanie Césarienne) », dans La hiérarchie 1995, p. 343-366.
https://www.academia.edu/29912194

Laporte J.-P. 2014, « Le Cosmographe de Ravenne et les Maurétanies césarienne et sitifienne » dans Fr. Déroche, M. Zink (éd.), Voyages, déplacements et migrations : VIe journée d’études nord-africaines, Paris, 30 mars 2012, Paris, p. 47-88.

Lassère J.-M. 1977, Vbique populus. Peuplement et mouvements de population dans l’Afrique romaine de la chute de Carthage à la fin de la dynastie des Sévères (146 av. J.-C. – 235 ap. J.-C.), Paris (Études d’Antiquités africaines).
https://www.persee.fr/doc/etaf_0768-2352_1977_mon_1_1

Le Bohec Y. 1989, Les unités auxiliaires de l’armée romaine en Afrique Proconsulaire et Numidie sous le Haut Empire, Paris.
https://www.persee.fr/doc/etaf_0768-2352_1989_mon_3_1

Le Bohec Y. 1999, « Frontières et limites militaires de la Maurétanie césarienne sous le Haut-Empire », dans Frontières 1999, p. 111-127.

Leber P.S. 1972, Die in Kärnten seit 1902 gefundenen römischen Steininschriften, Klagenfurt (Aus Kärntens Römischer Vergangenheit 3).

Lenoir M. 2011, Le camp romain. Proche-Orient et Afrique du Nord, Rome (BÉFAR 345).

Massiéra p. 1936, « La station de Tatilti », Revue Africaine 79, 1, p. 465-476.

Matei-Popescu F. 2010, The Roman Army in Moesia Inferior, Bucarest (The Centre for Roman Military Studies 7).
https://www.academia.edu/1199113/

Palao Vicente J.J. 2014, « Las alusiones a la guerra en la epigrafía altoimperial », dans F. Cadiou, M. Navarro Caballero (éd.), La guerre et ses traces. Conflits et sociétés en Hispanie à l’époque de la conquête romaine (iiie-ier s. a.C.), Bordeaux (Mémoires 37).
https://www.academia.edu/20427427

Pallu de Lessert C. 1896, Fastes des provinces africaines (Proconsulaire, Numidie, Maurétanies), sous la domination romaine, Paris.

Pflaum H.G. 1960-1961, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire, 1-3, Paris (Bibliothèque archéologique et historique 57).

RGZM : B. Pferdehirt, Römische Militärdiplome und Entlassungsurkunden in der Sammlung des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, I-II, Mainz (Kataloge vor- und frühgeschichtlicher Altertümer 37), 2014.

RMD : M.M. Roxan (puis P. Holder), Roman Military Diplomas, I-V, London (ICS Occasional publications 2, 9, 14; BICS suppl. 82, 88), 1978-2006.

Romanelli p. 1959, Storia delle province romane dell’Africa, Roma (Studi pubblicati dall’Istituto italiano per la Storia antica 14).

Slimani S. 2016, « Note sur des inscriptions inédites dans les ruines de Taares (Tatilti) à Ouanougha », Athar 15, p. 18-22.
https://www.academia.edu/31095043

Spaul J. 2000, Cohors². The Evidence for and a Short Story of the Auxiliary Infantry Units of the Imperial Roman Army, Oxford (BAR Int. Ser. 841).

Speidel M.P. 1994, Die Denkmäler der Kaiserreiter. Equites singulares Augusti, Köln (Beihefte der BJ).

Stauner K. 2004, Das offizielle Schriftwesen des römischen Heeres von Augustus bis Gallienus (27 v.Chr. – 268 n.Chr.). Eine Untersuchung zu Struktur, Funktion und Bedeutung der offiziellen militärischen Verwaltungsdokumentation und zu deren Schreibern, Bonn.

Thomasson B.E. 1960, Die Statthalter der römischen Provinzen Nordafrikas von Augustus bis Diocletianus, Lund (Skrifter utgivna av Svenska Institutet i Rom, s. in 8° 9).

Thomasson B.E. 1972, Laterculi praesidum, 1-3, Göteborg.

Thomasson B.E. 1996, Fasti Africani. Senatorische und ritterliche Amtsträger in den römischen Provinzen Nordafrikas von Augustus bis Diokletian, Stockholm (Skrifter utgivna av Svenska Institutet i Rom, s. in 4° 53 lat).

Weiß P. 2017, « Die Militärdiplome unter Marc Aurel und Commodus. Kontinuitäten und Brüche », dans V. Grieb (éd.) Marc Aurel – Wege zu seiner Herrschaft, Gutenberg, p. 135-153.

Haut de page

Notes

1 Sur ce sujet, principalement Cagnat 1912, Benseddik 1982, Le Bohec 1999.

2 Massiéra 1936. Ce camp ne figure pas dans la monographie de M. Lenoir (2011).

3 Massiéra 1936, p. 468, 471 ; Laporte 1995, p. 343-349.

4 Les résultats de ces prospections ont été publiés dans Slimani 2016.

5 Ces deux inscriptions ont déjà été brièvement présentées dans Slimani 2016, p. 18-20. C’est la lecture corrigée de ces deux documents dans 2016 (par X. Dupuis) qui est utilisée ici.

6 Voir plus loin. CIL VIII, 9158 ; ILS 8503.

7 CIL III, 4850; ILLPRON 116; Gerstl 1961, 141a, Leber 97, 1.

8 CIL III, 11045.

9 CIL XIV, 1799. Gentilice fréquent en Campanie, dans le Samnium et le Latium.

10 Notamment dans la région de Cirta : Lassère 1977, p. 193. Une épitaphe de Rome (CIL VI, 3312 ; Speidel 1994, p. 356, no 660) mentionne Vmbrius Valerianus, be(ne)f(iciarius) eq(uitum) s(ingularium), Vmbri f(ilius), ex prouin(cia) Maur(etania) Caesar(i)ense, qui est honoré par ses frères en service dans la même garde impériale, Vmbrius Sedatus, sig(nifer) et Vmbrius Secundus, cur(ator) (Lassère 1977, p. 641).

11 La dédicace d’autel consacré à Saturne, à Ammaedara, utilise la tournure l(ibens) animo fecit dedicauit.

12 On trouve de très rares occurrences en Italie (CIL VI, 6686, 17611 et 21577 ; CIL XI, 296) et à Ancyre (CIL III, 6768).

13 CIL VIII, 9135.

14 CIL VIII, 9851.

15 CIL VIII, 9622.

16 Gsell 1893, p. 131.

17 CIL VIII, 3087.

18 CIL VIII, 4239.

19 BCTH, 1932/1933, p. 491.

20 ILAlg II 3, 7913 ; ILS 9490 ; 1911, 100 ; Le Bohec 1989, p. 44. Sur les act(u)arii dans l’armée romaine, voir Stauner 2004, p. 129-131.

21 1984, 940 (Sitifis)

22 Lassère 1977, p. 460. Ce gentilice remonte à la colonisation de la fin de la République et est très fréquent en Cirtéenne.

23 Lassère 1977, p. 86, 345-347.

24 Cagnat 1913, p. 247 ; Benseddik 1982, p. 64-65 (avec la prosopographie de l’unité) et inscriptions nos 174-180 (p. 234-235) ; Spaul 2000, p. 247 ; Bernard, Christol 2010, p. 2211-2214.

25 Il existe deux cohortes homonymes en Mésie Inférieure : coh. I Claudia Sugambrorum ueterana equitata et coh. I Claudia Sugambrorum tironum (Matei-Popescu 2010, p. 228-231).

26 CIL VIII, 12370 ; ILT 692 ; Benseddik 1982, no 175.

27 2010, 1853.

28 Cf. Weiß 2017, p. 140 n. 22.

29 Benseddik 1982, p. 64.

30 Bernard, Christol 2010, p. 2211-2212.

31 Bernard, Christol 2010, p. 2212-2213.

32 Berbrugger 1860, p. 40-41. CIL VIII, 9045; ILS 2766: P(ublio) Ael(io) P(ublii) f(ilio) Q(uirina) Primiano,| eq(uiti) R(omano), trib(uno) coh(ortis) IIII Syn|g(am)b(rorum), a mil(itiis), primop(ilo), trib(uno) | coh(ortis) IIII uig(ilum), ex dec(urione) al(ae) | Thrac(um), pr(ae)p(osito) uex(illationis) eqq(uitum) (!) | Mauror(um), defenso|ri prou(inciae) suae, dec(urioni) III | colll(oniarum) Auz(iensis) et Rusg(uniensis) | et Equiz(etensis). P(ublius) Aeli|us Primus, dec(urio) col(oniae) | Auz(iensis), prius morte | praeuentus quam | ded(icaret) pat(ri) piissimo.| Ael(ius/ia) AVDIFFIL pat(ri) | d(edit)d(edicauit), XIII kal(endas) | Mar(tias,) (anno) p(rouinciae) CCXVI.

33 Pflaum 1960, II, p. 909-912.

34 Laporte 1995, p. 343-349 ( 1995, 1790)

35 Pour la datation de sa procuratèle, voir la thèse de Z. Kasdi, « Mauretania Caesariensis : prosopographie et aspects administratifs, judiciaires et militaires du gouvernement de la province de Maurétanie Césarienne » soutenue en 2017 à l’université de Paris 1, 1re partie, p. 139-148.

36 Laporte 1995, p. 346.

37 La coh. IV Flauia Chalcidenorum ne peut avoir stationné à Tatilti comme l’avait suggéré N. Benseddik (1982, p. 51-52, 186) en s’appuyant sur la découverte épigraphique de P. Massiéra (1936, p. 468). À sa décharge, J.-P. Laporte n’avait pas encore procédé à la relecture de l’inscription.

38 Y. Le Bohec (1999, p. 122) suppose que la cohorte a pu faire partie de la garnison de Cherchell avant de s’installer à Tatilti.

39 Demaeght, Poinssot 1882, p. 47, no 22 (70 cm x 25 cm ; ht. des lettres 6 cm). Le site est mal connu et peu documenté, voir notamment Laporte 2014.

40 I. Schmidt lu pratiquement la même chose à partir de la photographie que lui envoya Demaeght (EphEp V, 1051) : GAMBRORVM (l.2), point de séparation entre GAMBRORVM et CV et hedera entre REGVLVS et PRAES (l. 3).

41 La lecture de ce mot a été confirmée par Purgold (CIL).

42 RE, I A, 1, col. 512, no 3 ; PIR² R 46.

43 Pallu de Lessert 1896, p. 524.

44 Pflaum 1960, III, p. 1097 ; Pflaum1982, p. 145.

45 Thomasson 1960, p. 287 ; 1972, col. 417, no 55 ; 1996, p. 222, no 53 (seconde moitié du iiie s.) ; Christol, Magioncalda 1989, p. 27 (seconde moitié du iiie s.). D. Faoro (2011) ne le mentionne pas dans sa prosopographie.

46 S’il est bien question d’un praefectus, il n’est pas improbable que ses prérogatives aient dépassé le domaine militaire, comme ce fut sans doute le cas pour M. Sulpicius Felix (Euzennat 1995).

47 Devijver 1984, p. 589, 591. L’auteur s’était demandé si le changement dans les effectifs de la cohorte, soit le passage d’une quingenaria à une miliaria, n’avait pas entraîné un remplacement du préfet par un tribun. Pour N. Benseddik (1982, p. 64) il n’est pas impossible que P. Aelius Primianus ayant été récompensé du grade de tribun, ce changement soit en lien avec le fait que l’unité ait pris part à « la répression de la révolte de 227 ».

48 CIL VIII, 9363 ; ILS 1351, Benseddik 1982, no 176.

49 CIL VIII, 9045 ; ILS 2766, Benseddik 1982, no 76, 177, p. 45, n. 124.

50 On ne connaît pas, pour cette localité, d’autres sources épigraphiques qui feraient référence à l’armée en dehors d’une épitaphe adressée à un ancien soldat de l’ala Miliaria (CIL VIII, 9750).

51 CIL VIII, 20827 ; EphEp V, 953, VII, 495 ; ILS 3000 : I(oui) Op(timo) Max(imo) | geniisque diis | [i]mmortalibus | [uict]oriisq(ue) dd(ominorum) nn(ostrorum) | [in]uic[t]or(um), M(arcus) Aure(lius) Vitalis,| u(ir) e(gregius), p(raeses) p(rouinciae) Maur(etaniae) Caesarien(sis),| Vlpi(us) Castus, dec(urio) alae | Thracum, ob bar|baros c(a)esos ac | fusos, u(otum) s(oluerunt) l(ibentes) a(nimo),| [-] idus Aug(ustas), a(nno) p(rouinciae) CC | et XV.

52 CIL VIII, 9158 ; ILS 8503 : A(nno) p(rouinciae) CC|VIII.| D(is) M(anibus) s(acrum).| Haue Se|cunde,| parenti|bus tuis | dulcissi|me flos | iuuentu|tis, an(norum) L (?),| a barbaris | interemp|tus, Mucia|[---?]a mari(ta).

53 Sans doute du mons Ferratus pour P. Romanelli (1959, p. 474).

54 À propos de la terminologie faisant allusion à la guerre dans les inscriptions : Palao Vicente 2014.

55 Spart., Hadr, V, 8.

56 Trois diplômes militaires (CIL XVI, 99 ; ILS 9056 ; 1894, 3 ainsi que 1998, 1116 ; 2006, 1184 ; RMD V, 405 et RGZM, 32) et une inscription d’Agueneb (CIL VIII, 21567 ; EphEp V, 1043).

57 CIL VIII, 9663 à Cartennae (Ténès).

58 CIL VIII, 21562 (EphEp V, 1049).

59 Également dans une inscription du ive s. (ILS 9351 ; 1901, 150) et une autre fragmentaire du vs. (CIL VIII, 9286 ; 2006, 1813 ; 2007, 127).

60 Par exemple à Auzia et dans les environs en 227 ( 1966, 597), en 254 (CIL VIII, 20827 ; EphEp V, 953 ; VII, 495 ; ILS 3000), dans les années 250 (CIL VIII, 9047 ; ILS 2767) et à la frontière de la Numidie et de la Césarienne entre 254 et 256 (CIL VIII, 2615 ; ILS 1194). Sur ce point : Carcopino 1919 ; Bénabou 20052 ; Christol 2005.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte de localisation
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/3537/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 2 : Photographie de la stèle du soldat Vmbrius Faustus
Crédits (cliché S. Slimani)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/3537/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3 : Fac-similé de l’épitaphe d’Vmbrius Faustus
Crédits (dessin Z. Kasdi)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/3537/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre Fig. 4 : Photographie de l’autel du soldat L. Caelius Fortunatus
Crédits (cliché S. Slimani)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/3537/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 5 : Fac-similé de l’épitaphe de L. Caelius Fortunatus
Crédits (dessin Z. Kasdi)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/3537/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 6 : Inscription gravée sur l’autel du soldat L. Caelius Fortunatus
Crédits (cliché S. Slimani)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/3537/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 7 : Détail de l’épitaphe de L. Caelius Fortunatus
Crédits (cliché S. Slimani)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/3537/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1021k
Titre Tabl. 1 : Les mentions épigraphiques de la cohors IV Sygambrorum
Légende 1. CIL VIII, 9045 ; ILS 2766 ; Benseddik 1982, no 76, 177, p. 45 no 124. 2. CIL VIII, 20978 ; CIL XVI, 56 ; ILS 2003 ; Benseddik 1982, no 35, 174. 3. CIL VIII, 9363 ; ILS 1351 ; Benseddik 1982, no 176. 4. CIL VIII, 9393 ; ILS 2589 ; Benseddik 1982, no 178. 5. CIL VIII, 20999 ; Benseddik, no 180. 6.  2005, 1725. 7.  2007, 1773. 8. CIL VIII, 21604 ; EphEp V, 1051 ; Benseddik 1982, no 179. 9.  1937, 157 ;  1995, 1790. (Pour consulter le tableau 1 au format .docx, se reporter au document annexe Tableau 1).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/3537/img-8.png
Fichier image/png, 369k
Titre Fig. 8 : Copie de Demaeght et Poinssot
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/3537/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zheira Kasdi et Souad Slimani, « Nouvelles données sur la cohors IV Sygambrorum »Antiquités africaines, 56 | 2020, 335-334.

Référence électronique

Zheira Kasdi et Souad Slimani, « Nouvelles données sur la cohors IV Sygambrorum »Antiquités africaines [En ligne], 56 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/antafr/3537 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.3537

Haut de page

Droits d’auteur

Antiquités africaines

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search