Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57De Tamazeni/Tamazeri à Tamajer/Ta...

De Tamazeni/Tamazeri à Tamajer/Tamager : une cité libre ou pérégrine méconnue ?

Ridha Ghaddhab
p. 117-128

Résumés

Cette contribution, qui prolonge nos études sur la centuriation romaine en Afrique du Nord, concerne l’absence de cette dernière dans un secteur au sud-ouest d’Hadrumetum, ne résulte point des effets destructeurs du temps et de l’action de l’homme, mais elle est en relation avec la géographie administrative et politique de cette région du Byzacium au début de l’Empire. La précision des contours de ce territoire a conduit à l’identification d’un site perché près de Bir Tamajer qui portait à l’époque médiévale le toponyme de Tamager/Tamajer, une ville bien attestée au haut Moyen Âge qui a succédé à une agglomération antique. Les dérivations possibles de ce toponyme contenant l’affixe libyque Ta- suivie la racine trilitère MJR ou MGR révèle son ancienneté et son appartenance à la sphère lexicale libyque avec une forte probabilité que le nom romain du site ait pu être Tamazeni (ou Tamazeri), celui même d’un évêché du VIIe siècle. La partie finale explore la possibilité que la ville ait pu faire partie des 30 cités libres (oppida libera) mentionnées par Pline, ou des cités pérégrines sous le principat d’Auguste.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ghaddhab 2020.

1Cette contribution prolonge notre étude consacrée à la centuriation des environs d’Hadrumetum1. En examinant de plus près la trame de cette dernière, nous avons aperçu que toute une région aux contours bien définis a également échappé à l’action de l’arpenteur.

Fig. 1 : Centuriation des environs d’Hadrumetum

Fig. 1 : Centuriation des environs d’Hadrumetum

(R. Ghaddhab 2020)

2C’est un territoire bien défini situé au sud-sud-ouest de cette trame. Il est délimité comme suit :

  • 2 Cette ligne constitue l’un des fines de la cité d’Hadrumetum au moment de sa plus grande extension (...)
  • 3 La terminologie « Sahel septentrional » et « Sahel méridional » a été forgée à la fin du XIXe sièc (...)

3– au sud et au sud-est par la ligne de partage des eaux qui sépare deux régions géographiques et historiques biens distinctes2 : le Sahel septentrional et le Sahel méridional3

4– au nord-ouest par un ensemble collinaire orienté du sud-ouest vers le nord-est à l’exemple de Hamadet el Habeza, Hamadet ed Dokkara et Hamadet Saïda

5– au nord-est par le dernier kardo de la centuriation dans ce secteur qui suivait une trajectoire reliant, suivant les recommandations des arpenteurs, les deux collines les plus élevées de toute la région : celle d’El Mrigueb au nord-ouest qui culmine à plus de 106 m et un ensemble surplombant oued El Golea de 150 m d’altitude, juste aux limites nord du site de Henchir Ennfoussine, très vraisemblablement l’antique Auidu Vicus (fig. 2).

Fig. 2 : Territoire non centurié de la région

Fig. 2 : Territoire non centurié de la région

(Extrait de l’Atlas des Ceturiations, f° 65, Jemmel)

  • 4 Chouquer 2014, p. 35.
  • 5 Sur cette délimitation vernaculaire qui s’appuie sur les données naturelles, collines, crêtes, fle (...)

6Cette configuration évoque bien une délimitation vernaculaire qui était une pratique courante chez les Anciens4. Pour tracer les contours d’un territoire, l’arpenteur a pris en compte les données naturelles : hauteurs des collines, lignes de crête, lignes de partage des eaux et les hauteurs continues de toute une zone5.

  • 6 Nous devons cette précision à notre professeur et collègue, le géomorphologue Ahmed Boujarra. Qu’i (...)

7L’absence de centuriation dans ce territoire bien défini par la nature et par la politique ne résulte point de la sédimentation qui en aurait fait disparaître la trame6, mais vraisemblablement d’un fait historique qui pourrait être en relation avec son statut juridique.

  • 7 Ghaddhab 2020.

8Nous avons en effet montré ailleurs que le territoire de cette région, le Sahel Nord, fut confisqué, à un certain moment de son histoire, par Rome et devint ager publicus Populi Romani, et il n’y a que ceux des cités libres aussi bien de la Lex agraria de 111 (Hadrumetum) que de la liste plinienne (Ruspina, Ulizippira) qui aient gardé leurs territoires hérités des ancêtres (fig. 3)7.

Fig. 3 : Centuriation et cités libres

Fig. 3 : Centuriation et cités libres

(R. Ghaddhab 2020)

  • 8 Lex agr., l. 79.
  • 9 Plb. 36, 4.

9Nous savons par la Lex agraria que les cités libres conservaient la propriété de leurs terres8 et plus explicitement par Polybe qui précise qu’elles gardaient « l’usage de leurs lois, la totalité de leur territoire, les biens qui appartenaient tant à la communauté qu’aux particuliers »9. Dans cette optique, ce territoire a-t-il échappé à la cadastration et par conséquent à la dépossession en raison de son statut juridique, celui d’une cité libre, octroyé sous la République finissante ou à la suite de la promotion d’un oppidum stipendiaire en ciuitas pérégrine au début de l’Empire ?

10La réponse à cette question exige de prime abord l’existence et l’identification du centre de cette éventuelle cité, son oppidum, ainsi que l’établissement de son toponyme.

11L’épigraphie de la région n’est malheureusement d’aucun secours : aucune inscription n’a été découverte dans ce territoire ou ses environs immédiats. Alors comment faire devant l’absence de cette catégorie de sources ou de toute autre témoignage explicite ?

  • 10 Ghaddhab 2003.

12Devant ce constat, nous allons multiplier les approches en commençant par une enquête sur la toponymie de la région à la recherche d’un toponyme antique fossilisé. Cette démarche se justifie par le fait qu’après la fin de l’Empire romain et la disparition de ce système centralisateur, on assiste à l’émergence, sous les Byzantins, de la majorité des villes ou des localités préromaines qui se sont d’ailleurs maintenues jusqu’à la fin du haut Moyen Âge au moins10. Nous allons ensuite étudier les témoignages des sources arabes et explorer les sites antiques de ce territoire circonscrit à la recherche des vestiges d’une agglomération d’une certaine ampleur qui pourrait convenir à une ville. Nous verrons dans un troisième temps si la conjonction des données rassemblées permette d’identifier cet oppidum, son statut juridique ainsi que son devenir sous l’Empire romain et dans l’Antiquité tardive.

1. L’apport de la toponymie

  • 11 AATun, 1/50000, f. 65 (Djemmel), CL: 253, 400 N; 564 E. 252,500 N; 563,600 E. / C.G.: 3.938.073 N; (...)
  • 12 Hassen 2004, p. 140.
  • 13 Nous devons cette précision à notre collègue Intissar Sfaxi. Qu’elle trouve ici nos remerciements (...)

13Dans toute la région, notre attention est attirée par un toponyme qui se distingue des autres qui sont tous de la sphère lexicale arabe. C’est le site de Bir Temaayer transcrit comme tel sur la carte topographique11. Toutefois, Mohamed Hassen l’a, à juste titre, corrigé en Bir Tamajer12, qui est la prononciation correcte des habitants des lieux. Si la première composante du toponyme, Bir, ne soulève aucun problème et veut dire puits, ce n’est pas le cas pour Tamajer ou Tamager. TMJR/TMGR contient MJR/MGR qui est une racine pan-berbère connue de la quasi-totalité des dialectes et des parlers berbères, et mieux encore, et ceci est intéressant pour nos propos, elle est un marqueur d’ancienneté13.

14Voilà, nous sommes devant un toponyme antique. Mais comment peut-on l’analyser et que signifie-t-il ?

  • 14 Galand 1992, p. 285-286.
  • 15 Galand 2002, p. 260.

15Précisons d’abord que dans Tamajer/Tamager, le « ta – » initial ne fait guère de doute. C’est un affixe libyque (et berbère) marquant l’ancien article féminin singulier, très utilisé en toponymie dans toute la sphère berbère14. C’est un article qui s’est soudé au radical15.

16Nous allons maintenant évoquer les différentes hypothèses afin de parvenir à une définition en cohérence avec les données qu’elles soient naturelles, topographiques ou historiques.

1.1 L’hypothèse d’un préfixe ta- suivi d’une racine trilittère

17Nous avons à ce propos deux possibilités :

18a. Dans TMJR/TMGR les mauves

19– Le « ta - » est suivi d’une racine trilitère d’un mot composé (ou plus d’un mot composé).

  • 16 Dallet 1985.

20Cela donne ta -MJR. Dans les dictionnaires berbères mejjir signifie la mauve (malva rotundifolia ou malva parviflora)16. Cela donnerait pour Bir Tamajer « le puits aux mauves » (= « le puits d’un lieu où poussent les mauves »).

  • 17 Flores 2011, p. 184.

21Le secteur est en effet bien parsemé de mauves. On y rencontre surtout la malva parviflora qui vit à basse altitude. C’est la Khoubiza ou la Khobbiza dans le dialecte de l’Afrique du Nord aussi bien au Maroc, qu’en Algérie ou en Tunisie. La mauve est bisannuelle et la floraison se produit entre mai-juin et septembre. C’est un légume sauvage courant que l’on rencontre sur les marchés. Cette plante pousse au bord des chemins, sur les talus et le long des champs. Son habitat de prédilection est le sol remanié des friches et des champs abandonnés ainsi que le bord des chemins et des cultures17.

22Le contexte actuel et de l’époque contemporaine plaide a priori en faveur de cette interprétation. Jusqu’à nos jours, on venait de loin chercher à Bir Tamajer les mauves qui font l’originalité du lieu. Toutefois, il n’y a pas, ou sont très rares, les vestiges antiques et le site est peu étendu pour correspondre à une agglomération.

23b. Dans TMJR/TMGR nous avons les moissons

  • 18 Nous devons cette précision à notre collègue Intissar Sfaxi qui nous a indiqué, nous citons : « da (...)

24– Le « ta- » marquant l’ancien article féminin singulier, suivit de -MJR/MGR qui signifie moissonner, faucher et par extension moissons18.

  • 19 Haddadou 2006-2007, p. 126.

25Cela donne pour Bir Tamajer/Tamager : « puits des moissons »19 ou « puits près duquel on regroupe les moissons », ce qui serait l’équivalent d’al-Mandra dans le dialecte tunisien. Le contexte des lieux pourrait justifier cette interprétation. Tout ce territoire est appelé par les habitants de la région « les terres blanches », c’est-à-dire des terres vouées à la céréaliculture qui ont échappé jusqu’à une date très avancée dans le XIXe siècle à l’oléiculture.

  • 20 Pline (nat., 18, 21) mentionne que le procurateur d’Auguste lui envoya du Byzacium près de 400 tig (...)
  • 21 Al-Bakri, § 1141.

26De plus nous y sommes au centre du territoire du Byzacium vanté au Ier siècle p.C. pour ses richesses frumentaires proverbiales20. Mais cela ne prouve point que cette région ait conservé la même vocation durant toute l’Antiquité et que des cultures spéculatives comme l’oléiculture et la viticulture n’aient pas pris place dans les siècles suivants. D’ailleurs au haut Moyen Âge, à suive Al-Bakri, la région était occupée par une forêt d’oliviers et de vignobles21.

  • 22 Poinssot 1944, p. 133-169.
  • 23 Trousset 2003, p. 3806-3812.

27Certes une plante peut donner son nom à un toponyme à l’exemple de la cité de Iunca/i22 ou de la station ad Oleastrum23 dont la rareté ou l’abondance la rendait spécifique d’une région ou d’un lieu. Or ni les mauves, ni, et surtout, les céréales ne sont caractéristiques et spécifiques de cette région bien définie. De plus, on l’a déjà signalé, les vestiges archéologiques de ce site ne pourraient pas correspondre à un groupement d’habitats d’une certaine monumentalité.

1.2 L’hypothèse d’un préfixe ta- suivi de M- et d’un mot bilitère

  • 24 Peyras 1986, p. 225, note 55 qui donne l’état de la question.

28Nous devons cette hypothèse au professeur Jean Peyras, selon lequel il est possible de considérer le « m- » comme un préfixe de nom d’agent ou d’instrument, ce qui est courant dans les langues chamito-sémitiques24.

29Dans ce cas, nous aurions :

30– « ta » : préfixe féminin singulier.

31– « m » : préfixe de nom d’agent ou d’instrument.

  • 25 En libyque et berbère, une racine peut être mono, bi ou trilittère, voir notamment Dallet 1982, p. (...)

32– JR : racine bilitère25 qui a donné par exemple en Algérie le Djurdjura.

  • 26 Dallet 1985, p. 378.

33La racine « JR/GR » a comme sens « être supérieur à, surpasser », et par extension « ce qui est élevé »26, ce qui pourrait correspondre à la situation du site sur lequel est fondée Tamajer/Tamager.

  • 27 Brahim 2005, p. 13.

34Cette notion topographique qui trouve d’ailleurs son équivalence en arabe, al-Alia, l’élevée, ou Hamada dans le dialecte tunisien, dans le sens d’« une colline dont le sommet est armée d’une croûte calcaire »27, nous semble la plus plausible. En plus du contexte par le fait que nous sommes dans le territoire des Libyphéniciens, elle est en parfaite cohérence avec les témoignages des sources arabes et archéologiques.

2. L’apport des sources arabes et de l’archéologie

  • 28 Ce toponyme a échappé à S. Chaker (1983, p. 127-144).

35Bien qu’elles soient tardives et reprennent des témoignages antérieurs, parfois anciens, et écrites par des auteurs étrangers à la région, les sources de l’époque médiévale et précisément celles relatives au haut Moyen Âge évoquent bien l’existence d’une agglomération qui a comme toponyme Toumajer ou Tamajer/Tamager28.

  • 29 Al-Moqaddassi, p. 247.

36Elle est située sur la route provinciale de Kairouan à Mahdia ; al-Maqdisi précise qu’elle était à une étape de cette dernière29, ce qui nous place sans équivoque dans la région objet de cette étude.

  • 30 Al-Bakri, § 1141.
  • 31 al-Istibsar, p. 118.

37Al-Bakri la décrit comme une grande ville bien peuplée et équipée d’une mosquée, des souks et des thermes30. L’Anonyme d’al-Istibsar, tout en insistant sur sa grandeur et son ancienneté, livre une précision de taille pour nos propos en soulignant qu’elle abrite des ruines des anciens, ce qui suggère qu’elles remontent très vraisemblablement à la période antique31.

  • 32 A. Mahfoudi (2017, p. 206 et note 1) a proposé de voir Tamajer comme l’un des villages de la régio (...)

38L’occupation du site s’est maintenue, semble-t-il, à l’époque moderne. L’un des Kadhi de Kairouan Bou Rogâa at-Tamajri, qui a exercé cette charge entre 1740 et 1756, est l’un des rares étrangers qui ont occupé cette fonction dans la ville32. Son surnom at-Tamajri renvoie à son origo ou à celle de ses parents ou ses ancêtres : Tamajer.

  • 33 Hassen 2004, p. 140.

39La Tamajer/Tamager de l’époque médiévale a été identifiée par Mohamed Hassen au site qui occupe une position élevée : la colline qui abrite le mausolée de Sidi Debaba (en fait Lella Debaba, une sainte locale), qui surplombe l’amont de l’oued el-Maleh33.

40Le site répond bien à la description d’al-Bakri : l’eau saumâtre qui est une caractéristique de toute la région orientale de la vallée de l’oued el-Maleh ; l’existence, au centre de la ville, d’une dépression qui était remplie d’eau et la situation topographique.

  • 34 Il est marqué par des hachures dans l’ACen, f. 65 (Djemmel) ; voir ci-dessus la note 11.

41Le site est situé dans une position dominante, Hamadet Saïda, à environ 300 m au nord-est de Bir Tamajer/Tamager34.

Fig. 4 : Situation et délimitation et des vestiges archéologiques de Tamajer/Tamager

Fig. 4 : Situation et délimitation et des vestiges archéologiques de Tamajer/Tamager

(R. Ghaddhab)

  • 35 Gauckler 1897-1902, p. 52.
  • 36 Hassen 2004, 143 ; la céramique de l’époque médiévale a été excellemment étudiée par N. Fehri (201 (...)

42Bien que ses ruines soient dans un état très avancé d’effacement et de spoliation, on y distingue encore les fondations et les premières assises de plusieurs élévations bien serrées dans l’espace ; un puits de forme ovale de 3 m de diamètre moyen (il a fait récemment l’objet d’une reconstruction partielle qui empêche d’avoir plus de précisions) sur une profondeur apparente de 5 m ; plusieurs citernes35 et surtout une intensité très manifeste de céramique, aussi bien antique (Sigillée, RSW, céramique commune et fragments d’amphores) que du haut Moyen Âge36.

  • 37 Younes 2012, p. 85.
  • 38 Younes 2012, p. 121.
  • 39 Younes 2012, p. 129.
  • 40 Northedge 2017, p. 160 -161.
  • 41 Miquel 1995, p. 102.

43Faute d’indices probants comme les traces d’une enceinte, nous avons pris en considération les limites de la surface occupée par les vestiges qui donnent une superficie d’environ 15 hectares. Elle est très proche de certains oppida de l’aube de l’Empire dont ceux mentionnés par le Bellum Africum à l’exemple de Tegea / Henchir Merbes (20 ha)37, de Caraga ou Lisica / Henchir Bou Chebib (17,5 hectares)38 et de Vaga / Baja du Sahel (17,5 hectares)39. Toutefois, cette superficie est importante pour les villes de l’époque médiévale exceptées évidemment les capitales des provinces et les métropoles régionales. À titre d’exemples, les célèbres villes d’Anjar au Liban et Madinat al-Far en Syrie, connues par des témoignages archéologiques fiables, n’avaient pas plus de 12 hectares40 ; ar-Ramla en Palestine ne dépasse pas deux kilomètres de diamètre41.

  • 42 C’était un phénomène bien diffus dans le Sahel. Il a été signalé par les prospecteurs du début du (...)

44La modestie du site à l’époque antique et surtout l’absence des équipements urbains romains comme les aqueducs ou les édifices de spectacles et de loisirs résultent-ils uniquement de sa spoliation systématique42 ou donnent-ils un indice de son statut juridique ?

  • 43 Paus., 10, 4.1.

45Ce dernier pourrait être révélé par l’absence des équipements urbains, ou ce qu’on appelle l’ornatus. Pausanias l’a d’ailleurs très bien formulé sous une forme interrogative : « Peut-on appeler ville ce lieu qui n’a ni édifices publics, ni gymnase, ni théâtre, ni place publique, ni adduction d’eau à aucune fontaine ? » 43

46L’absence de l’ornatus pourrait-elle suggérer que cet oppidum ait échappé au phénomène de municipalisation et son corollaire la monumentalisation qui a touché un grand nombre des villes africaines dans la seconde moitié du IIe siècle p.C. ?

47Nous verrons plus loin que la réponse à cette question n’est pas étrangère à l’évolution juridique et territoriale de la cité la plus importante de la région : Hadrumetum.

48En somme, les sources arabes et archéologiques ne laissent aucun doute que Tamajer/Tamager était une ville prospère au haut Moyen Âge. Mieux encore, elles révèlent une ville qui a succédé à une agglomération antique ou qui a été fondée sur ses structures.

  • 44 Ghaddhab 2020, p. 88.

49Par sa situation topographique et sa position élevée, elle marquait certainement le paysage de toute la région. Il n’est pas par conséquent téméraire de déduire que nous sommes devant l’oppidum de ce territoire bien délimité dont, on l’a déjà noté, le statut juridique aurait épargné son intégration dans la trame de la centuriation des environs d’Hadrumetum établie sous le Principat d’Auguste, circa les années 13/12 et 5 a.C.44.

3. Tamajer/Tamager et les sources antiques

  • 45 Plin. nat., 5, 30.
  • 46 Plin. nat., 5.30.
  • 47 Plin. nat., 5.22 ; Desanges 1980, p. 199-200.

50Avant d’aller plus en avant, nous allons d’abord examiner si notre cité figure parmi les trente oppida libera de Pline l’Ancien qui ont conservé leurs institutions et leurs territoires. Dans cette rubrique, le naturaliste n’en a toutefois énuméré que dix-huit45 : 1. Acholla, 2. Aggar, 3. Avitta, 4. Abziri, 5. Canopitana, 6. Melizi, 7. Matera, 8. Salapha, 9. Thysdra, 10. Thizica, 11. Thinisa, 12. Theodense/ Theudalis, 13. Thagense, 14. Sigense/Siagu, 15. Vlusubbira, 16. Vaga (du Byzacium), 17. […]ense et 18. Zama46. À cela s’ajoute 19. Bulla Regia citée ailleurs comme oppidum liberum47. Nous verrons plus loin les onze oppida manquants pour parvenir au nombre de trente.

  • 48 Hassen 2004, p. 143-143.
  • 49 Desanges 1980, p. 306.
  • 50 Bell. Afr. 67, 1 ; 77, 2 et 79, 1.
  • 51 Gsell 1928, p. 108-109 ; Foucher 1960, p. 12.
  • 52 AATun, f. LXXIV (Mahdia), n. 41.
  • 53 AATun, 1/50000, f. 65 (Djemmel), n° 80. C’est l’hypothèse de Ch. Tissot (1888, p. 744), qui n’a pa (...)

51Dans cette liste, l’oppidum a priori le plus proche phonétiquement est Aggar où on a proposé de voir en Tamajer/Tamager un nom composé de Tam ou Tan, qui veux dire en berbère Qarya, et Aggar, ce qui donnerai le village d’Aggar48. Toutefois, Aggar que Jehan Desanges croit vraisemblable d’identifier avec celle du Bellum Africum49, n’est pas dans ce contexte géographique. Elle est située loin de la région, à 16 milles de Thapsus50. Il y a aujourd’hui une unanimité51 qu’elle soit le site de Henchir el-Maklouba situé à 2,5 km au nord de Ksour es-Saf52. Et même si on revient à l’ancienne hypothèse qu’Aggar est à localiser à Beni Hassen53, nous sommes loin de notre site qui est à plus de 12 km à l’ouest de cette dernière.

  • 54 C’est l’hypothèse de M. Hassen (2004, p. 140-143).
  • 55 CIL V, 4919.
  • 56 Aounallah 2020, p. 16.
  • 57 Themetra reste d’ailleurs à localiser malgré la proposition de Louis Foucher (1958) qui la situe à (...)

52De même, il nous semble difficile de retenir la lecture selon laquelle Tamajer/Tamager dérive de Themetra54. Certes, une inscription latine de l’année 26 p.C., indique qu’elle était une cité pérégrine gouvernée pas des sufètes55 et, à suivre Samir Aounallah, elle était une cité libre dans le sens que Rome l’autorisa à s’administrer selon le modèle auquel elle était habituée, comprenant notamment des sufètes56. Et même si on accepte l’hypothèse qu’elle est à identifier à Souani el-Adhari/Chatt Meriem57, cet oppidum est situé sur la côte et par conséquent il n’a pas de place avec les cités de l’intérieur. De plus, et cela est déterminant, on voit mal comment Themetra pourrait phonétiquement muter en Tamajer/Tamager.

53Reste la troisième possibilité, celle de savoir si notre cité se cache derrière le toponyme corrompu dont la forme ethnique se termine par [---]ense ?

54Cette hypothèse est également à exclure. Se fondant sur la classification alphabétique de ces oppida, J. Desanges a proposé de restituer un toponyme dont l’ethnique commençait par V ou Z. Dans cette optique, il a proposé deux restitutions possibles : soit [Vsul]ense qui serait soit l’ethnique d’Vsula, d’Vsila ou Vsil(l)a, soit [Zel]ense qui serait l’ethnique de Zella.

  • 58 Voir une mise au point dans Desanges et alii 2010, p. 294.
  • 59 Lex agr., l. 79 ; Peyras 2015, p. 129.
  • 60 Plin. nat., 5.30 ; Desanges 1980, p. 299.

55La première correction Vsula Vsila / Vsilla ou Vzali ne peut tenir pour deux raisons au moins. Vsula / Vsila / Vsilla est identifiée avec Inchilla58, située sur la côte à 20 km au sud d’Acholla, et par conséquent elle n’a pas de place dans cette liste consacrée aux oppida de l’intérieur. De même pour le populus liber Vsalitanorum de la Lex agraria59, vraisemblablement l’oppidum Vsalitanum de Pline, qui reste d’ailleurs à établir, est cité dans une autre catégorie juridique où il apparaît comme l’unique oppidum Latinum60.

  • 61 Desanges 1980, p. 320 et note 7.
  • 62 Str. 17.12.

56La seconde restitution [Zel(l)]ense / Zel[l]a paraît toutefois très vraisemblable. En effet, on l’a déjà montré, c’est sous cette forme ethnique Zel(l)ense que Zella figure dans la liste des évêques présents à la conférence de Carthage en 41161. Mieux encore, et pour rester dans le contexte historique de l’époque augustéenne, elle apparaît chez Strabon comme ville libre située entre les lacs et salines jouxtant Thapsus au sud et Acholla62.

  • 63 AATun, 1.50000, f. LXXIV (Mahdia), n° 41.
  • 64 Cette identification fait presque l’unanimité : Gsell 1928, p. 108-109 ; Foucher 1960, p. 12 ; Teu (...)

57Nos prospections de la région située au sud de Thapsus dans la direction d’Acholla permettent de distinguer tout un territoire répondant à ces données naturelles et qui a également échappé à la centuriation. Il est situé entre celui de Thapsus et de Sullecthi/a et a pour centre le site dit Henchir el-Maklouba situé à 2,5 km au nord de Ksour es-Saf63 que la littérature moderne a identifié, mais sans arguments probants, avec l’antique oppidum d’Aggar64.

58De ce qui précède, aucun de ces oppida libera cités par Pline ne correspond à notre localité et la question reste par conséquent entière. Mais y a-t-il d’autres alternatives ?

59C’est possible et ici nous proposons une autre hypothèse. Soulignons d’abord que ce toponyme nous a été transmis par le filtre des sources arabes qui donnent, toutes et sans aucune confusion, la même transcription du nom du lieu : Tamajer ou Tamager qui l’ont pris de la prononciations des locaux. Cette ville, on l’a déjà souligné, n’était pas une création ex nihilo du haut Moyen Âge, mais fondée sur les vestiges ou dans la continuité d’une agglomération antique.

  • 65 Le premier qui a fait ce rapprochement sans d’ailleurs le démonter est M. Ben Abbes (2004, p. 126, (...)
  • 66 Riedinger 1984, p. 77, n° 16.

60La possibilité d’une altération ou plutôt d’une fluctuation phonétique du nom antique est par conséquent fort possible. Dans cette perspective, il est très vraisemblable que Tamajer/Tamager dérive d’un toponyme antique et précisément celui de Tamazeni65. Ce dernier est celui d’un évêché de la province de Byzacène où il figure dans la liste des évêques présents au concile de 649 : Theodorus gratia dei episcopus sanctae ecclesiae ciuitatis Tamazeni66.

  • 67 Mallon 1971, p. 149-152.
  • 68 Desanges 1967, p. 108-111.

61Si le passage du son Z vers le J est banal où TamaZeni peut sans difficulté donner TamaJeni à l’exemple de Zama/Jama, il reste à expliquer la transformation du N en R. La confusion N/R peut en effet exister67. Elle est favorisée par le phénomène de rhotacisme. Nous avons un exemple proposé par Jehan Desanges selon lequel les « Boritari, seraient les Buritani, habitants d’un vicus appelé Bure ... »68. Malheureusement cela est une hypothèse qui ne constitue pas une preuve à proprement parler.

62Cela dit, il reste maintenant à expliquer l’absence de Tamazeri/Tamazeni de la liste des cités libres de Pline l’Ancien. S’agit-il d’un oubli, d’une erreur ou y a-t-il une autre raison notamment qu’elle n’était pas une cité libre à l’époque de la rédaction de la liste ?

  • 69 Plin. nat., 5.30.
  • 70 Desanges 1980, p. 278.

63Examinons d’abord l’hypothèse d’un oubli ou d’une erreur de Pline. Nous avons souligné ci-dessus que dans la liste des oppida libera, il en manque onze pour parvenir au nombre de trente. Le passage de Pline est sans équivoque. Il n’a cité que ceux situés à l’intérieur : oppida libera XXX, ex quibus dicenda intus69. Cela, et Jehan Desanges l’a bien montré, n’a rien d’étonnant quand on revient à sa méthode qui commence par la description du littoral, et, celle-ci une fois terminée, il établit les listes des autres localités en « les expurgeant obligatoirement des noms déjà mentionnés à l’occasion de la description du littoral et facultativement d’autres noms jugés obscurs ou imprononçables »70.

  • 71 Desanges 1980, p. 305.
  • 72 Plin. nat., 5.24.
  • 73 Plin. nat., 5.25.
  • 74 Plin. nat., 5.41.

64Les oppida manquants sont par conséquent à chercher in ora maritima que Pline a déjà mentionnés dans sa description de la côte de l’Afrique proconsulaire. Pour des raisons historiques bien exposées par Jehan Desanges, les oppida de la région de la Tripolitaine, Sabratha, Oea et Lepcis sont à éliminer71. Cela permet de réduire les incertitudes. Toutefois, même en ajoutant les oppida côtiers mentionnés sans équivoque comme libres : 1. Clipea, 2. Curubis, 3. Neapolis72, 4. Hadrumetum, 5. Thapsus, 6. Lepti, 7. Ruspina73 et 8. Cercina74, il en manque trois pour parvenir au nombre de trente.

  • 75 Desanges 1980, p. 235.
  • 76 Desanges 1980, p. 303-305.
  • 77 Aounallah 2010, p. 180, note 18.

65Jehan Desanges complète la liste en ajoutant d’abord 9. Thaenae75, puis en additionnant 10. Hippo Regius ou Hippo Diarrhythus et 11. Carpi76. Cette hypothèse a été récusée par Samir Aounallah qui souligne : « il était plus logique d’inclure dans cette catégorie le groupe de villes du Byzacium »77. Dans cette optique, il y a une probabilité que Thamazeni/Thamazeri soit l’une des cités manquantes. Le contexte géographique, archéologique et historique de la région s’y prête bien. Avec Thamazeni/Thamazeri, il y a de l’espace pour deux oppida dont le territoire, à l’instar de celui d’Aggar, Salapha, Thysdra, Vaga et Zella, a échappé à la dépossession et à son intégration dans l’ager publicus populi Romani après la bataille de Thapsus.

  • 78 Les cités libres du Byzacium feront l’objet d’une étude indépendante qui est actuellement en cours
  • 79 AATun, 1/50 000, f. 66 (Moknine), n° 51 et 53. On y rencontre des vestiges aussi bien de l’époque (...)
  • 80 Foucher1960, p. 15.

66Ils seraient précisément dans la région située entre Thysdrus au sud-ouest, Zella au sud-est, Lepti Minus et Thapsus au nord78. Nous pensons aux agglomérations héritées de l’époque punique dans cette zone à l’instar du site de Sidi Salah79 ou de Zeta du Bellum africum, située non loin de Vaga, et qu’on a proposé de localiser soit à Hammadet er Riran (en fait el-Guiran : les grottes), soit à Henchir Guelbiana80.

67Toutefois, cette possibilité se heurte également à un problème sérieux. Les oppida manquants sont à chercher in ora maritima. Or, ceux que nous venons de proposer sont tous situés à l’intérieur des terres, en arrière des cités puniques côtières : Lepti Minus et Thapsus.

  • 81 Aounallah 2020, p. 14.

68Cela pourrait justifier l’hypothèse récente de Samir Aounallah selon laquelle, nous citons, « les trois populi liberii absents de cette nouvelle liste sont Utique, figurant dans la liste des quinze oppida civium romanorum, Uzali, oppidum latinum et Theudalis, immune oppidum. Pline a donc pu additionner les sept anciens populi liberi aux nouveaux oppida libera, au nombre de vingt-trois, sans soustraire du total les trois villes qui avaient changé de statut et quitté la liste des sept villes libres »81.

  • 82 L’établissement de ces oppida et leurs territoires fera l’objet d’une étude indépendante en cours (...)

69De ce qui précède, il n’y a aucune possibilité que notre cité soit l’une des cités libres de la liste de Pline. Cette conclusion nous conduit, pour terminer, à avancer une autre alternative qui nous semble la plus vraisemblable sans pouvoir actuellement la démontrer. Tamazeni/Tamazeri a acquis le statut de cuiuitas pérégrine sous le principat d’Auguste échappant ainsi la centuriation effectuée, on l’a déjà signalé, dans la dernière décennie du Ier siècle a.C. Ainsi s’éclaire en même temps l’absence de toute trace de centuriation autour d’autres cités pérégrines à l’exemple de Bararus ou Vzae pour ne citer que celles du Byzacium82.

Fig. 5 : Tamazeri/Tamazeni une cité pérégrine ?

Fig. 5 : Tamazeri/Tamazeni une cité pérégrine ?

(R. Ghaddhab, E. Ghith)

Conclusion

70De cette mise au point, nous pouvons retenir les conclusions suivantes. Nous sommes devant un territoire aux contours bien définis qui a pour centre l’oppidum édifié sur la colline dite Hamadet Saïda : Tamajer/Tamager de l’époque médiévale et très vraisemblablement Tamazeni/Tamazeri durant l’Antiquité.

  • 83 Ghaddab, Kaabia 2016, p. 77-117.

71Le territoire de cette cité a échappé à la centuriation grâce non pas à une éventuelle libertas octroyée par César à la suite de la bataille de Thapsus, mais, et ce qui nous semble le plus vraisemblable, à son statut de ciuitas pérégrine octroyée sous le principat d’Auguste. Un privilège ou un statut qu’elle conserva sous le règne des Julio-Claudiens et probablement jusqu’aux Flaviens, mais pas au-delà. En effet, à une date dans la seconde moitié du Ier siècle p.C., elle apparaît incluse dans le territoire d’Hadrumetum. L’aedes Minervae, l’objet d’un conflit entre Thysdrus et Hadrumetum sous le règne de Domitien mais qui remontre déjà à plusieurs années, est situé à environ 5 km des fines Sud de notre cité83, ce qui ne laisse aucun doute qu’elle était sous juridiction d’Hadrumetum.

  • 84 Ghaddhab sous presse.

72Sa situation à l’écart de la grande voie impériale Hadrumetum-Thysdrus, qui passait sur l’autre flanc de coteaux de cette vallée, n’a pas décuplé sa valeur sous l’Empire romain84. Mais la cité ne peut disparaître comme un simple individu. Certes son territoire a été rattaché à Hadrumetum, mais son oppidum continuait à être occupé tout au long de l’Antiquité. Elle devait être d’une certaine importance, au moins démographique, sous la domination byzantine pour qu’elle ait un évêque au VIIe siècle. C’est probablement cette importance de Tamazeni/Tamazeri, prononcé Tamager/Tamajer sous la domination arabe, qui explique son maintien dans la hiérarchie administrative sous les Fatimides où elle apparaissait comme une ville et non pas un village ou un simple lieu d’étape. Elle avait certainement d’autres valeurs que sa position topographique et sa situation sur une voie provinciale du haut Moyen Âge, mais cela est une autre histoire !

Bibliographie

Sources classiques

73Concilium Lateranense a. 649 celebratum, R. Riedinguer edidit, Berlin (Acta conciliorum oecomenicorum, s. II, vol. 1), 1984.

74Hygin, Corpus Agrimensorum Romanorum, V. L’œuvre Gromatique, Hyginus. Texte traduit par O. Beherends, M. Clavel-Lévêque, D. Conso, A. Gonzales, J.-Y. Guillaumin, St. Ratti avec le concours de L. Capogrossi Colognesi, J. Peyras, Luxembourg (Corpus agrimesorum romanorum), 2000.
https://ista.univ-fcomte.fr/​ed-src/​gromatiques/​car/​417-car-v

75Lex agraria, La loi agraire de 643 a.u.c. (111 avant J.-C.) et l’Afrique. Présentation, essai de restitution (ligne 43-95), traduction et notes par J. Peyras, Besançon 2015.
https://www.persee.fr/​doc/​ista_0000-0000_2015_edc_1316_1

76Pausanias, Description of Greece, vol. IV, books 8, 22-10 (Arcadia, Boeotia, Phocis and Ozolian Locri), translated by W.H.S. Jones, Cambridge (Loeb Classical Library 297), 1935. Traduction :
http://www.perseus.tufts.edu/​hopper/​text?doc=Perseus%3Atext%3A1999.01.0160

77Pline l’Ancien, Histoire naturelle. Livre XVIII. Texte établi, traduit et commenté par Henri Le Bonniec, Paris (Les Belles Lettres), 1972.

78Pseudo-César, Guerre d’Afrique, texte établi et traduit par A. Boubet, revu, corrigé et augmenté par J.-Cl. Richard, Paris (Les Belles Lettres), 1997.

79Polybe, Histoire. Texte traduit, présenté et annoté par D. Roussel, Paris (Bibliothèque de la Pléiade), 1970.

Sources arabes

80Al-Bakrî Abû ‘Ubayd, Kitâb al-Masâlik, wa-l-mamâlik (Livre des itinéraires et des royaumes), éd. et trad. M.G. de Slane, Description de l’Afrique septentrionale, 2e éd., Paris, 1965.

81Al-Moqaddassi, Kitab ahsan a-taqasim fi maarifati al aqalim. Texte établi par J. De Goeja, Leiden, 1906.

82Kitab al-Istibsar fi A’ja’ib al-Amsar. Description de la Mekke, de Medine, de l’Égypte et de l’Afrique septentrionale. Texte arabe annoté, publié avec une traduction de la partie relative aux lieux saints et à l’Égypte par S. Zaghloul, Alexandrie, 1958.

Monographies et articles

83ACen, Cailleïmer A., Chevallier R., Piganiol A. 1959, Atlas des centuriations romaines de Tunisie. 1 :50.000e, Paris.

84Aounallah S. 2010, Pagus, castellum et ciuitas. Étude d’épigraphie et d’histoire romano-africaines : 146 a.C. - 235 p.C., Bordeaux (Ausonius Scripta antiqua 23).

85Aounallah S. 2020, « Les libertés des cités d’Afrique romaine », CaSteR 5, p. 1-14.
https://ojs.unica.it/​index.php/​caster/​article/​view/​4222/​3871

86Ben Abbes M. 2004, L’Afrique byzantine face à la conquête arabe. Recherche sur le VIIe siècle en Afrique du Nord, Thèse pour le Doctorat en Histoire préparée sous la direction de Claude Lepelley, Université de Paris X – Nanterre.

87Brahim F. 2005, Le Sahel central et méridional, Tunisie orientale : géomorphologie et dynamique récente, Sousse.

88Carton L. 1904, « La campagne d’Hadrumète, étude de topographie antique et suburbaine », BSAS 2, p. 176-203.
http://www.inp.rnrt.tn/​periodiques/​bultin/​b_arch_sousse_1903_1904.pdf [p. 402-431]

89Chaker S. 1983, « La langue berbère à travers l’onomastique médiévale : El Bekri », ROMM 35, p. 127-144.
https://www.persee.fr/​doc/​remmm_0035-1474_1983_num_35_1_1985

90Chouquer G. 2014, Cadastres et fiscalités dans l’Antiquité, Tours (Collection Perspectives historiques).

91Dallet J.-M. 1985, Dictionnaire kabyle-français (parler des At-Mangellat, Algérie), Paris.
http://www.ayamun.com/​DALLET-F-K.pdf

92Desanges J. 1980, « Deux études de toponymie de l’Afrique romaine », dans Mélanges d’archéologie et d’histoire offerts à Charles Saumagne (= CT XV, 57-60), p. 103-111.

93Desanges J. 1980, Pline l’Ancien, Histoire naturelle, l. V, 1-46, Ière partie. L’Afrique du Nord, texte établi, traduit et commenté, Paris (Les Belles Lettres).

94Desanges J. et alii 2010, Desanges J., Duval N., Lepelley Cl., Saint-Amans S. 2010, Carte des routes et des cités à l’est de l’Africa à la fin de l’Antiquité d’après le tracé de Pierre Salama, Turnhout.

95Fehri, N. 2010, Les itinéraires de Kairouan au haut Moyen Âge (1-5 siècle de l’Héjir/VI-XIe siècle). Thèse de doctorat préparée sous la direction de Mounira Chapoutou-Remadi, Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, 3 tome, Tunis.

96Foucher L. 1958, Thermes romains des environs d’Hadrumète, Tunis (INAA, Notes et Documents n.s. 1).

97Foucher L. 1960 : « César en Afrique, autour d’Aggar », CT 8, p. 11-17.

98Flores M. 2011, Malva sylvestris L. et autres mauves de France, Thèse pour le Diplôme d’État de Docteur en Pharmacie, Université de Nantes, Faculté de Pharmacie.

99Galand, L. 1992, « Le problème des noms africains en T(h) », BCTH n.s. 22, p. 285-286.

100Galand, L. 2002, « Interrogations sur le Libyque », AntAfr 38-39, p. 259-266.
https://www.persee.fr/​doc/​antaf_0066-4871_2002_num_38_1_1359

101Gauckler p. 1897, Enquête sur les installations hydrauliques romaines en Tunisie, I. La Byzacène orientale, Tunis.
http://www.inp.rnrt.tn/​ouvrages/​INSTALLATIONS_HYDRAULIQUES_ROMAINES_V1.pdf

102Ghaddhab R. 2003, Le fait urbain en Afrique du Nord. De la ville du Bas-Empire à l’agglomération médiévale à travers des exemples tunisiens. Thèse de Doctorat préparée sous la direction de Louis Maurin, Université Michel De Montaigne - Bordeaux III.

103Ghaddab R., Kaabia R. 2016, « Aedes Minervae inter Adrumetinos et Tysdritanos : essai de localisation », dans R. Kaabia (éd.), Deux journées d’études sur le thème Cultes et lieux de culte en Byzacène antique, Tunis, 21-22 février 2013, Tunis, p. 75-115.

104Ghaddhab R. 2020, « Centuriation et statut juridique des environs d’Hadrumetum entre la fin de la troisième guerre punique et le règne de Trajan », AntAfr 56, p. 79-100.
https://journals.openedition.org/​antafr/​2012

105Ghaddhab R. sous presse, « Le milliaire de Manzil Khir et la voie impériale d’Hadrumetum à Thysdrus ».

106Gsell St. 1929, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, VIII. Jules César et l’Afrique, fin des royaumes indigènes, Paris.
https://archive.org/​details/​histoireancienn08gsel/​page/​n7/​mode/​2up

107Haddadou M.-A. 2006-2007, Dictionnaire des racines berbères communes. Suivi d’un index français-berbère des termes relevés, Tizi-Ouzou.
https://archive.org/​stream/​DictionnaireDesRacinesBerberesCommunesMohandAkliHaddadou/​Dictionnaire-des-racines-berberes-communes-Mohand-Akli-Haddadou_djvu.txt

108Hassen M. 2004, al-Ğug rāfiya l-tārihiyya li-Ifrīqiya min al-qarn al-awwalilā al-qarn al-tāsi‘ (VII-XV) : fusūl fī tārīh al-mawāqi‘ wa-l-masālik wa-l-mağālāt, (La géographie historique de l’Ifriquiya, depuis le premier jusqu’au neuvième de l’héjir, VIIe– XVe siècles), Beyrouth.

109Kessai F. 2018, Élaboration d’un dictionnaire électronique berbère avec annotation étymologique, thèse de doctorat préparée sous la direction de Kamel naît Zerrad, INALCO, Paris.

110Mahfoudi A. 2017, Kairouan à l’époque moderne : sacralité de l’image et profondeur de l’appartenance, (en arabe), Tunis.

111Mallon J. 1971, « La question paléographique (confusion entre R et N) », BSAF, p. 149-152.
https://www.persee.fr/​doc/​bsnaf_0081-1181_1971_num_1969_1_2185

112Mesnages J. 1912, L’Afrique chrétienne. Évêchés et ruines d’après les manuscrits de Mgr et les découvertes archéologiques les plus récentes, Paris (Description de l’Afrique du Nord).
https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k1096329.image

113Miquel A. 1995, « Ville et grande ville dans l’Islam médiéval (IXe-Xe siècles) », MEFRM, 107, 1, p. 99-106.
https://www.persee.fr/​doc/​mefr_1123-9883_1995_num_107_1_3420

114Peyras J. 1986, « Deux études de toponymie et de topographie de l’Afrique antique », AntAfr 22, p. 213-253.
https://www.persee.fr/​doc/​antaf_0066-4871_1986_num_22_1_1132

115Peyras J. 2015, Lex agraria, La loi agraire de 643 a.u.c. (111 avant J.-C.) et l’Afrique. Présentation, essai de restitution (ligne 43-95), traduction et notes par J. Peyras, Besançon.
https://www.persee.fr/​doc/​ista_0000-0000_2015_edc_1316_1

116Poinssot L. 1944, « Macomades-Iunci », Mémoires de la Société Nationale des Antiquaires de France 81, p. 133-169.

117Rouire (Dr) 1883, « Le littoral tunisien, le Sahel, le pays de Sfax », Revue de Géographie 13, p. 161-180.
https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k5593653t/​f178.image.r=rouirele%20littoral%20tunisien?rk=21459;2

118Teutsch L. 1962, Das römishe Stätwesen in Nordafrica in der Zeit von C. Gracchus bis zum Tode des Kaisers Augustus, Berlin.

119Tissot Ch. 1888, Géographie comparée de la province romaine d’Afrique, II, Paris (Exploration scientifique de la Tunisie).
https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k57280422.r=tissot?rk=21459;2

120Trousset p. 2003, Notice « Iunci (Macomades) », dans Encyclopédie Berbère 25 Isseqqemâren – Juba), p. 3806-3812.
https://journals.openedition.org/​encyclopedieberbere/​1455

121Younes A. 2012, Recherches sur l'urbanisation et l'architecture dans le Sahel méridional tunisien de l'Antiquité au haut Moyen Âge, Tunis.

Haut de page

Notes

1 Ghaddhab 2020.

2 Cette ligne constitue l’un des fines de la cité d’Hadrumetum au moment de sa plus grande extension. Voir Ghaddhab, Kaabia 2018 ; Ghaddhab 2020.

3 La terminologie « Sahel septentrional » et « Sahel méridional » a été forgée à la fin du XIXe siècle par un géographe, le Dr Rouire (1883, p. 176-177). Depuis, elle a été adoptée par les géomorphologues dont F. Brahim (2005), qui a distingué et bien identifié toute une région dans le Sahel méridional en lui donnant le nom du Sahel central.

4 Chouquer 2014, p. 35.

5 Sur cette délimitation vernaculaire qui s’appuie sur les données naturelles, collines, crêtes, fleuve et lignes de partages des eaux, voir Hyg. grom., 26, 27. Nous avons montré ailleurs (Ghaddhab 2018) un cas bien concret où les éléments géographiques étaient parfois suffisants pour constituer les confins d’un territoire.

6 Nous devons cette précision à notre professeur et collègue, le géomorphologue Ahmed Boujarra. Qu’il trouve ici nos remerciements pour ses lumières.

7 Ghaddhab 2020.

8 Lex agr., l. 79.

9 Plb. 36, 4.

10 Ghaddhab 2003.

11 AATun, 1/50000, f. 65 (Djemmel), CL: 253, 400 N; 564 E. 252,500 N; 563,600 E. / C.G.: 3.938.073 N; 645.554 E.

12 Hassen 2004, p. 140.

13 Nous devons cette précision à notre collègue Intissar Sfaxi. Qu’elle trouve ici nos remerciements pour ces lumières.

14 Galand 1992, p. 285-286.

15 Galand 2002, p. 260.

16 Dallet 1985.

17 Flores 2011, p. 184.

18 Nous devons cette précision à notre collègue Intissar Sfaxi qui nous a indiqué, nous citons : « dans les dictionnaires et les lexiques berbères, il s’agit d’un nom berbère dont le sens est la moisson et que Tamajer est vraisemblablement un toponyme féminin dérivé de la racine pan-berbère MJR ‘moissonner’« .

19 Haddadou 2006-2007, p. 126.

20 Pline (nat., 18, 21) mentionne que le procurateur d’Auguste lui envoya du Byzacium près de 400 tiges provenant d’un seul grain ; de la même région on a envoyé à Néron 360 tiges nées du même grain / Tritico nihil est fertilius –hoc ei Natura tribuit quoniam eo maxime alebat hominem- utpote cum e modio, si sit aptum solum quale in Byzacio Africae campo, centeni quinquageni modii reddantur. Misit ex eo loco divo Augusto procurator eius ex uno grano –vix credibile dictu- CCCC paucis minus germina, extantque de e are epistulae, misit et Neroni similiter CCCLX stipulas ex uno grano.

21 Al-Bakri, § 1141.

22 Poinssot 1944, p. 133-169.

23 Trousset 2003, p. 3806-3812.

24 Peyras 1986, p. 225, note 55 qui donne l’état de la question.

25 En libyque et berbère, une racine peut être mono, bi ou trilittère, voir notamment Dallet 1982, p. 22-23.

26 Dallet 1985, p. 378.

27 Brahim 2005, p. 13.

28 Ce toponyme a échappé à S. Chaker (1983, p. 127-144).

29 Al-Moqaddassi, p. 247.

30 Al-Bakri, § 1141.

31 al-Istibsar, p. 118.

32 A. Mahfoudi (2017, p. 206 et note 1) a proposé de voir Tamajer comme l’un des villages de la région de Mahdia.

33 Hassen 2004, p. 140.

34 Il est marqué par des hachures dans l’ACen, f. 65 (Djemmel) ; voir ci-dessus la note 11.

35 Gauckler 1897-1902, p. 52.

36 Hassen 2004, 143 ; la céramique de l’époque médiévale a été excellemment étudiée par N. Fehri (2010, p. 160-161), qui, tout en montrant qu’il s’agit d’une vaisselle de luxe, a suggéré que l’occupation du site date jusqu’au milieu du XIe siècle p.C.

37 Younes 2012, p. 85.

38 Younes 2012, p. 121.

39 Younes 2012, p. 129.

40 Northedge 2017, p. 160 -161.

41 Miquel 1995, p. 102.

42 C’était un phénomène bien diffus dans le Sahel. Il a été signalé par les prospecteurs du début du XXe siècle dont Louis Carton (1904, p. 179) qui souligne : « La chasse aux matériaux de construction y a été particulièrement active et l’on s’est attaqué non seulement aux pierres de taille, mais aussi [aux] marbres, si nombreux et si riches qui décoraient les villas romaines. On fait, en effet, d’excellente chaux avec le marbre et c’est à cet usage qu’ont été employés les statures et les revêtements qu’on trouvait ».

43 Paus., 10, 4.1.

44 Ghaddhab 2020, p. 88.

45 Plin. nat., 5, 30.

46 Plin. nat., 5.30.

47 Plin. nat., 5.22 ; Desanges 1980, p. 199-200.

48 Hassen 2004, p. 143-143.

49 Desanges 1980, p. 306.

50 Bell. Afr. 67, 1 ; 77, 2 et 79, 1.

51 Gsell 1928, p. 108-109 ; Foucher 1960, p. 12.

52 AATun, f. LXXIV (Mahdia), n. 41.

53 AATun, 1/50000, f. 65 (Djemmel), n° 80. C’est l’hypothèse de Ch. Tissot (1888, p. 744), qui n’a pas été retenue par ses successeurs. Nous y reviendrons dans une étude indépendante.

54 C’est l’hypothèse de M. Hassen (2004, p. 140-143).

55 CIL V, 4919.

56 Aounallah 2020, p. 16.

57 Themetra reste d’ailleurs à localiser malgré la proposition de Louis Foucher (1958) qui la situe à Souani el-Adhari ou à Chott Maria à 13 km au nord-ouest de Sousse. Voir l’état de la question dans Desanges et alii 2010, p. 240.

58 Voir une mise au point dans Desanges et alii 2010, p. 294.

59 Lex agr., l. 79 ; Peyras 2015, p. 129.

60 Plin. nat., 5.30 ; Desanges 1980, p. 299.

61 Desanges 1980, p. 320 et note 7.

62 Str. 17.12.

63 AATun, 1.50000, f. LXXIV (Mahdia), n° 41.

64 Cette identification fait presque l’unanimité : Gsell 1928, p. 108-109 ; Foucher 1960, p. 12 ; Teutsch 1960, p. 83 ; Desanges 1980, p. 307.

65 Le premier qui a fait ce rapprochement sans d’ailleurs le démonter est M. Ben Abbes (2004, p. 126, n. 8).

66 Riedinger 1984, p. 77, n° 16.

67 Mallon 1971, p. 149-152.

68 Desanges 1967, p. 108-111.

69 Plin. nat., 5.30.

70 Desanges 1980, p. 278.

71 Desanges 1980, p. 305.

72 Plin. nat., 5.24.

73 Plin. nat., 5.25.

74 Plin. nat., 5.41.

75 Desanges 1980, p. 235.

76 Desanges 1980, p. 303-305.

77 Aounallah 2010, p. 180, note 18.

78 Les cités libres du Byzacium feront l’objet d’une étude indépendante qui est actuellement en cours.

79 AATun, 1/50 000, f. 66 (Moknine), n° 51 et 53. On y rencontre des vestiges aussi bien de l’époque punique que romaine : une citerne en carafe, des thermes, les premières assises de plusieurs constructions, de la céramique punique, de la sigillée, des briques et des amphores.

80 Foucher1960, p. 15.

81 Aounallah 2020, p. 14.

82 L’établissement de ces oppida et leurs territoires fera l’objet d’une étude indépendante en cours d’élaboration.

83 Ghaddab, Kaabia 2016, p. 77-117.

84 Ghaddhab sous presse.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Centuriation des environs d’Hadrumetum
Crédits (R. Ghaddhab 2020)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/3870/img-1.png
Fichier image/png, 601k
Titre Fig. 2 : Territoire non centurié de la région
Crédits (Extrait de l’Atlas des Ceturiations, f° 65, Jemmel)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/3870/img-2.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Fig. 3 : Centuriation et cités libres
Crédits (R. Ghaddhab 2020)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/3870/img-3.png
Fichier image/png, 594k
Titre Fig. 4 : Situation et délimitation et des vestiges archéologiques de Tamajer/Tamager
Crédits (R. Ghaddhab)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/3870/img-4.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 5 : Tamazeri/Tamazeni une cité pérégrine ?
Crédits (R. Ghaddhab, E. Ghith)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/3870/img-5.png
Fichier image/png, 610k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ridha Ghaddhab, « De Tamazeni/Tamazeri à Tamajer/Tamager : une cité libre ou pérégrine méconnue ? »Antiquités africaines, 57 | 2021, 117-128.

Référence électronique

Ridha Ghaddhab, « De Tamazeni/Tamazeri à Tamajer/Tamager : une cité libre ou pérégrine méconnue ? »Antiquités africaines [En ligne], 57 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 05 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/antafr/3870 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.3870

Haut de page

Auteur

Ridha Ghaddhab

Fac. des Lettres et Sciences Humaines, Univ. de Sousse (UR AnTe SaPer UR-6-E. S.-11)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search