Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57La carrière de C. Attius Alcimus ...

La carrière de C. Attius Alcimus Felicianus  : remarques sur le fastigium equestre sous Gordien III

Michel Christol
p. 149-154

Résumés

Les inscriptions africaines provenant du municipium Aurelium C[---] et d’Abbir Cella, relatives à la carrière de C. Attius Alcimus Felicianus, permettent d’analyser les dernières étapes de la carrière du personnage en rapport avec les mouvements du haut personnel équestre. Les contraintes liées à l’expédition parthique de Gordien III agissent sur le fonctionnement et les attributions des grandes préfectures romaines, celle des vigiles et celle de l’annone. Elles éclairent les particularités de cette carrière quand elle parvint à ce niveau.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sablayrolles 1999 ; Christol 2007.
  • 2 BenAbdallah 1997 ; Ruggeri 1997, p. 154-155 ; Cazzona 1997 (d’où AE, 1997, 1676) ; voir aussi ci-d (...)
  • 3 Sur l’environnement d’Abbir Cella, fait des petites cités marquées aussi par l’influence punique, G (...)

1À partir de l’époque flavienne le fonctionnement des grandes préfectures équestres les liait fortement les unes aux autres, notamment en matière d’avancement1, même si tous les postes n’étaient pas accessibles dans les mêmes conditions, surtout la préfecture du prétoire. Le lieu d’exercice les concentrait principalement à Rome. Mais durant le iiie siècle, plus qu’auparavant, des situations particulières ou inédites provoquèrent des anomalies de carrière, parfois difficiles à interpréter. Ce problème se pose pour un chevalier romain d’origine africaine, C. Attius Alcimus Felicianus, qui parvint jusqu’à la préfecture de l’annone. Récemment l’intérêt s’est reporté quelque peu sur lui à l’occasion de la publication de nouveaux documents sur le préfet du prétoire M.Attius Cornelianus, originaire d’Vchi maius, qui, appartenant à la même époque, lui fut certainement apparenté, même si le rapport ne peut pas, pour l’instant, être précisé avec exactitude2. Le destin des Attii africains, à l’époque envisagée, s’exprimait dans deux parties assez voisines de la province d’Africa, mais toutefois dans deux milieux suffisamment distants l’un de l’autre pour être considérés séparément : d’une part la zone d’Vchi, proche de Thugga, de Thibursicum Bure et de Musti, d’autre part la zone du municipium Aurelium C[---] et d’Abbir Cella3. La carrière du préfet du prétoire présente encore quelques incertitudes de datation. Mais celle de C. Attius Alcimus Felicianus peut être mieux approchée dans son déroulement chronologique et dans les contextes politiques de son épanouissement.

  • 4 PIR2A 1349 ; Pflaum 1960-1961, p. 843-849 n° 327 ; 1978, p. 169-172.
  • 5 Jarrett 1972, p. 161, n° 26 ; Pavis d’Escurac 1976, p. 362-363, cf. p. 46, p. 71, p. 77 ; Sablayrol (...)

2Sur cette carrière, faite exclusivement de fonctions civiles et, à partir d’un certain moment, de responsabilités essentiellement urbaines, on est toujours débiteur de la notice qu’a rédigée Hans-Georg Pflaum4. Elle a imprimé sa marque dans les travaux qui ont suivi : on y retrouve aisément la trace de l’œuvre du grand savant qui avait exploré les carrières procuratoriennes et qui accompagnait certains des personnages jusqu’au fastigium equestre5.

  • 6 Bérard 2015, p. 123-124, p. 420-424.
  • 7 CIL, XIII, 1797.

3Le dossier épigraphique n’a point varié : deux inscriptions proviennent de la province d’Afrique, une de Gaule Lyonnaise. Le plus ancien témoignage est une inscription de Lyon, gravée quand le personnage était aux premières étapes de la carrière procuratorienne. Dans ce chef-lieu provincial, où il était responsable de l’administration des mines gauloises (les ferrariae Galliarum) avec un salaire de 100 000 sesterces, il se trouvait dans l’environnement du puissant procurateur de Lyonnaise et d’Aquitaine, recevant alors l’hommage d’un militaire détaché d’une légion de Germanie inférieure6, dont il était le patron7 : Attio Alcimo / u(iro) e(gregio), proc(uratori) ferrari/arum Cogitatinius Iu/uenis b(ene)f(iciarius) leg(ati) leg(ionis) / I M(ineruiae) [[Alexandrianae]] / [p]atrono.

  • 8 Allmer, Dissard 1888, I, p. 188-189.
  • 9 Eck 2019.

4D’habitude on a ajouté un point d’interrogation dans le martelage, tout en insérant le surnom impérial Alexandrianae, sans s’attarder sur le commentaire d’Auguste Allmer. Celui-ci remarquait que parmi les cognomina impériaux de Sévère Alexandre donnés aux unités, si celui de Seueriana avait souvent été préservé quand il avait été inscrit, celui d’Alexandriana avait en revanche été le plus souvent martelé8. Une étude récente montre tout l’intérêt de cette remarque et sa justesse9.

  • 10 C’est au même moment, globalement, que M. Attius Cornelianus parviendrait à la préfecture du prétoi (...)

5On retrouve ce personnage lorsque, après un long cursus procuratorien, chargé de responsabilités civiles, il était parvenu aux grandes préfectures et qu’il recevait des hommages dans des cités de la province d’Afrique, où se trouvait sa patrie10 :

6CIL, VIII, 822, cf. p. 12345 = 23963 (ILS, 1347, cf. add. III, p. CLXXIV). Municipium Aurelium Commodianum… (Africa). Il s’agit d’un texte connu de longue date, avec des copies qui concordent, depuis celle de Ximenez. L’édition de Cagnat, reproduisant une lecture du Capt. Toussaint (R. Cagnat, « Découvertes des brigades topographiques de Tunisie en 1893 », BCTH, 1893, p. 203-241 (p. 209, no 11), comporte aux lignes 2/3 la lecture suivante : VICE·PRAEF·PRAET·PRAEF·ANNO//NAE·VICE·PRAEF·VIGVLVM… Mais par la suite dans CIL, VIII, 23963, grâce à une révision de Merlin, H. Dessau revient au texte initial (VICE·PRAEFF·PRAET), ce qu’il confirme ensuite dans ILS.

[---]s[-]id. / C(aio) Attio Alcimo Feliciano ­p(erfectissimo) u(iro) / uice praeff(ectorum) praet(orio), praef(ecto) anno/nae, uice praef(ecti) uigulum, mag[istro] / summae priuatae, magistro su[mma/r]um rationum, curatori operis <amphi>thea/tri, proc(uratori) hereditatium R[omae, proc(uratori)] / sacrae monetae, p[roc(uratori) ­ferr(ariarum) proc(uratori)] ann(onae) / prou(inciae) Narbonens(is), proc(uratori) priu(atae) per Salariam / Tiburtinam Valeriam Tusciam, proc(uratori) per / Flaminiam Vmbriam Picenum item uice / proc(uratoris) quadrag(esimae) Galliar(um), proc(uratori) alimentor(um) pe[r / T]ranspadum Histriam Liburniam, a[du]ocat[o] / fisci prouinciar(um) XI ob eximiam a[mo]rem in / patriam splendidisimus ordo ciuit(atis) patrono.

7CIL, VIII, 23948. Abbir Cella (Africa) ; cf. R. Cagnat, « Découvertes des brigades topographiques de Tunisie en 1893 », BCTH, 1893, p. 203-241 ; p. 214-215, n° 25 (Henchir-en-Naâm).

C(aio) Attio Alcimo Felicia/no p(erfectissimo) u(iro), praef(ecto) annonae <uice> praef(ecti) / praet(orio), uice praef(ecti) uigil(um), magistro / summae priuatae, magistro / summarum rationum, cur(atori) / operis amphitheatri, proc(uratori) he/reditatium Romae, proc(uratori) sacrae / monetae, proc(uratori) ferr(ariarum), ­proc(uratori) ann(onae) / prou(inciae) Narbon(ensis), proc(uratori) priuatae / per Salariam Tiburtinam / Valeriam Thusciam (sic), proc(uratori) per / Flaminiam Vmbriam.

8Les lignes 2-3, où le Ct Toussaint a lu PRAEF·ANNONAE PRAEF· // PRAET·VICE PRAEF·VIG· font l’objet d’une correction des éditeurs : « mendum subesse apparet ; debuit sine dubio esse ut est in n. 822, vice praeff. praett. (sic), praef. annonae vice praef. vig. ». Dessau ajoute : « apparet in fine imperfectum esse ; fortasse propter errores imperfectus relictus est ».

  • 11 L’identification de l’édifice urbain, dont la restauration était mentionnée, a pu être précisée. Un (...)
  • 12 H. Dessau, sur ILS, 1347, admet à deux reprises dans l’index (III, 1 (1914), p. 386 et p. 497) qu’i (...)
  • 13 Déjà dans PIR A 1124 (Klebs) ; Stein 1925, p. 98-99.
  • 14 Sablayrolles 1996, p. 500-503, n° 28 ; Christol 2014. Mais dans le cas de Q. Marcius Dioga, l’ordre (...)
  • 15 Passerini 1939, p. 265, n. 1.
  • 16 Passerini 1939, p. 353.
  • 17 Ce serait acceptable à l’époque tétrarchique : Chastagnol 1972 (= 1987, p. 323-334). Porena 2003, p (...)

9Les deux inscriptions se réfèrent au personnage quand il détient une haute position à Rome. Mais des variations sont perceptibles en plusieurs endroits11, notammment aux premières lignes. Quant aux savants, ils ont adopté des positions variables : H. Dessau, dans le recueil des ILS12, puis A. Stein dans son article d’Hermes ainsi que dans la notice de la PIR2. Ce dernier avait ainsi interprété les sommets du cursus, après avoir remis en ordre chronologique un cursus qui avait été manifestement transcrit, dans les deux cas, de manière incorrecte : « praefectus vigulum, praefectus annonae vice praefectorum praetorio ». C’était la solution présentée comme vraisemblable, comme si le cursus comportait le passage par la préfecture des vigiles, puis le passage par celle de l’annone13, redoublement surprenant, qui ne pourrait s’expliquer que par une situation très particulière, comme ce fut le cas pour Q. Marcius Dioga sous Caracalla14. A. Passerini a repris tous les doutes naissant des inscriptions africaines, mais il a conclu différemment. Après avoir écrit « forse fu viceagente dei prefetti del pretorio dopo essere stato prefetto dell’annona »15, il devenait affirmatif16 : « possiamo così ritenere che la carriera di Alcimo, attraverso la prefettura dell’annona, a cui cumulò la vice prefettura dei vigili, culminò colla viceprefettura dei prefetti del pretorio » : il reprenait le point de vue de Dessau, mais c’était peut-être, si l’on tient compte de l’époque durant laquelle se déroula cette carrière, une interprétation quelque peu anachronique, peu en rapport avec l’évolution de cette fonction très particulière, liée au départ des cohortes prétoriennes et des préfets, en vue d’accompagner le prince en expédition17. Cette « vice-préfecture » n’avait vraisemblablement pas acquis l’autonomie d’existence qu’elle eut par la suite.

  • 18 Pflaum 1960-1961, p. 847-848, évoquant à ce propos le « Millénaire » de Rome, en 248.
  • 19 Pflaum 1960-1961, p. 1020 ; dans Davenport 2019, p. 505, cet aspect de la carrière est passé sous s (...)
  • 20 CIL, XIII, 1807 (ILS, 1330).
  • 21 Pavis d’Escurac 1976, p. 362-363, cf. p. 46, p. 71, p. 77. Même point de vue dans Bérard 2015, p. 4 (...)

10H.-G. Pflaum, dont le commentaire optait pour une fin de carrière qui se serait placée sous Philippe l’Arabe18, a toutefois proposé de placer les dernières responsabilités financières en 239 et en 241, ce qui les met un peu à distance de ce règne (244-249) et laisse incertaine une période de quelques années19. Il estimait aussi qu’un premier intérim aurait associé à la direction de la res priuata le remplacement du préfet des vigiles, et que seulement le second intérim aurait associé à la préfecture de l’annone le remplacement des préfets du prétoire. On peut hésiter sur le premier cas : ne constate-t-on pas que, même dans des cursus inverses, on cite d’abord la fonction stable, ou la fonction de référence, avant de mentionner l’objet de l’intérim ? Il suffit de revenir à l’inscription de Lyon détaillant tous les postes de Timésithée20. C’est aussi ce que montre, plus généralement, l’usage adopté pour citer l’intérim d’un gouverneur : procurator (Augusti) et agens uice praesidis. L’analyse de Pflaum fut toutefois acceptée. H. Pavis d’Escurac, après avoir considéré qu’une datation précise des étapes de la carrière était impossible, envisageait que les dernières se placeraient « à la fin de la première moitié du iiie siècle » – autrement dit : « tout à la fin du règne des Philippes »21.

  • 22 Dietz 1980, p. 292-293, avec une chronologie minutieuse jusqu’au moment où la carrière atteint les (...)
  • 23 Sablayrolles 1996, p. 524-525 (n° 49) ; Loriot 2007, p. 103-104.
  • 24 Sablayrolles 1996, p. 512 (n° 35) ; 1999, p. 383, où il précise : « 243-244 ».

11Par la suite cette analyse subit quelques aménagements. Ainsi K.-H. Dietz et A. Daguet-Gagey font apparaître une vice-préfecture des vigiles autonome, qu’ils peinent toutefois à expliquer, renonçant ainsi au cumul de cette fonction avec la direction de la res priuata22, envisagé par Pflaum. Mais c’est sans doute R. Sablayrolles qui, sans trop s’écarter de H.-G. Pflaum, analysait cette fin de carrière en étant attentif aux conditions dans lesquelles évoluèrent sous Gordien III les grandes préfectures. Mais il disposait d’un peu plus d’informations. Il pouvait prendre en compte – pesant sur l’exercice de la préfecture des vigiles, faisait-il remarquer – la situation de l’Égypte, où intervint Cn. Domitius Philippus. Mais ce dernier, attesté dans cette province en 241 dans l’exercice d’une nouvelle fonction, conservait son titre de praefectus uigilum augmenté du titre de dux23. A son avis le premier intérim de C. Attius Alcimus Felicianus se serait produit en 241, puis le second serait advenu postérieurement, mais en tenant compte qu’il fallait intercaler la préfecture des vigiles de Valerius Valens, ce qui conduisait jusqu’à la fin de 243 et en 24424.

  • 25 Pflaum 1960-1961, p. 849-851, n° 327b ; Thomasson 1984, col. 356, n° 105.
  • 26 Ferrua 1981, p. 17-21, n° 18 avec fig. 10 (d’où AE, 1981, 134 ; le 24 juillet 242) : sub cura Valer (...)
  • 27 CIL, XIV, 4398 (ILS, 2159 ; fin 242-243) : curantibus Valerio Valente u(iro) p(erfectissimo), praef (...)
  • 28 Stein 1925 ; Passerini 1939, p. 263-264 ; Pflaum 1960-1961, p. 836-837 ; Kolb 1987, p. 108-110. Voi (...)
  • 29 L’état de la question sur la préfecture des vigiles se trouve dans Demougin, Loriot 2007, p. 323-32 (...)

12Quoique séduisante, cette solution se heurte à des difficultés. Une fois que l’on a admis la validité de la conjecture de Sablayrolles sur le remplacement de Cn. Domitius Philippus en 241, il faut toujours envisager une période intermédiaire avant de retrouver Felicianus comme remplaçant des préfets du prétoire. Si l’on constate que dès la seconde moitié de 242 l’administration de l’Égypte avait retrouvé sa normalité, avec la préfecture d’Aurelius Basileus25, et si tout, en apparence, redevient normal en ce qui concerne la préfecture des vigiles, une difficulté demeure avec l’intérim de la préfecture du prétoire. En effet, ce remplacement devient l’apanage du préfet Valerius Valens, attesté non seulement en 242, lorsque Timésithée était le seul commandant du prétoire26, mais encore un peu plus tard lorsque, vraisemblablement à la veille de la campagne de Gordien III en Mésopotamie, Timésithée se donna comme collègue C. Iulius Priscus27. L’exercice de ce nouvel intérim correspondait à l’éloignement de Rome des cohortes prétoriennes et des unités gravitant autour d’elles. Le cadre du commandement de ce qui restait dans la Ville, appelé parfois reliquatio, a été ébauché peu à peu. Les auteurs confirment qu’il s’agit d’une fonction essentiellement urbaine28. Cette situation était apparue en 242 et elle ne s’acheva qu’en 244 avec le retour de Philippe, le nouveau prince. Mais l’intérim de Valerius Valens ne couvre pas toute la durée envisagée puisqu’en 244 était déjà en place Q. Faltonius Restitutianus29, qui le remplaçait comme préfet des vigiles. C’est pourquoi, en définitive, le transfert à un préfet de l’annone de l’intérim du commandement de la garde imposerait d’envisager qu’il se serait produit quand Valerius Valens avait quitté la fonction qu’il détenait en 242 et en 243. C’est par rapport à sa préfecture qu’il faut, semble-t-il, construire tout raisonnement sur le sujet. C’est donc dans le cadre d’une mutation à la tête des vigiles, que se serait produit le double intérim : celui des vigiles, dont le responsable ne fut pas immédiatement désigné, et celui qui, en supplément, concernait les cohortes prétoriennes. Felicianus, le responsable du ravitaillement de Rome était alors, sur place, le seul préfet apte à accaparer ces deux responsabilités, qu’un peu plus tard il abandonna l’une après l’autre.

  • 30 Toutefois, dans le texte de la lis fullonum (CIL, VI, 266) rien ne vient indiquer un éventuel intér (...)
  • 31 Déjà, un autre préfet de l’annone aurait détenu l’intérim des préfets du prétoire : AE, 1989, 343 ; (...)
  • 32 Le retour dans la Ville serait postérieur au 23 juillet 244, contrairement à ce qu’avait laissé cro (...)

13En effet, on peut envisager que l’intérim de la direction des vigiles ne dura pas trop longtemps, si le nouveau titulaire, Q. Faltonius Restitutianus, s’établit assez vite, ce qui se dégagerait de la narration du long procès des foulons30. S’il prit en main les vigiles avant l’arrivée de Philippe, on pourrait restreindre l’intérim de cette préfecture à la fin de 243 et au début de 244, sans préjuger de sa durée exacte. En revanche l’intérim des corps de troupes de la garde31 se prolongea vraisemblablement jusqu’à l’entrée de Philippe dans la Ville : l’automne de 244 constituerait ainsi le terminus ante quem32.

  • 33 Christol à paraître.

14On dispose ainsi d’un point de repère important qui permet, avec d’autres, de mieux analyser le déroulement du long cursus de ce chevalier romain en l’insérant plus précisément dans l’histoire politique de son temps. Les procuratèles financières, après 238, rapprochent l’évolution de sa carrière de celle de Timésithée : entre 238 et la fin de 242, Felicianus aurait parcouru les deux hautes responsabilités financières que les inscriptions africaines mentionnent avant la préfecture de l’annone. L’ensemble du cursus, tel qu’on le connaît par les inscriptions africaines, peut être ainsi suivi pas à pas, du début à la fin, puisque la préfecture de l’annone trouverait une datation plus conforme à ce qui déjà avait été établi pour la carrière proprement procuratorienne : la fin du règne de Gordien, le début du règne de Philippe, mais pas plus tard que l’année 244, la première de ce règne. On ne peut négliger ni l’évolution d’autres carrières, se trouvant à l’arrière-plan, ni les scansions ou ruptures que leur déroulement entraînait par ricochet dans d’autres carrières de hauts responsables. La fin de la préfecture des vigiles de Valerius Valens et un peu plus tard l’arrivée de Q. Faltonius Restitutianus dans cette responsabilité interviennent ainsi pour éclairer, éventuellement, les particularités de la carrière de C. Attius Alcimus Felicianus, permettant de relever, en passant, que l’on doit envisager pour eux des carrières dans lesquelles gouvernements et commandements tenaient vraisemblablement plus de place que les postes proprement civils. Plus largement il faut tenir compte de tous les autres mouvements qui scandèrent en peu de temps l’évolution de la préfecture du prétoire : l’élévation de Priscus d’abord, mais surtout, coup sur coup, l’élévation de Philippe comme préfet du prétoire, enfin son investiture comme empereur33. Se répercutant de proche en proche tous ces événements avaient eu comme conséquences des déplacements et des promotions. L’analyse d’un groupe de hauts responsables a ainsi son intérêt puisqu’elle fait apparaître les articulations qui influencent le sort des individus qui le constituent. On élargit ainsi le champ des possibilités qu’offre la méthode prosopographique.

15Les inscriptions africaines ont le mérite de mettre en évidence une carrière essentiellement civile, de son point de départ, la fonction d’avocat du fisc, à son point d’arrivée, la préfecture de l’annone. Celle de Timésithée présente les mêmes caractéristiques en tant que carrière civile, à l’exception, à ses débuts, du commandement d’une cohorte auxiliaire. Toutefois, peut-on estimer, l’ascension jusqu’à la préfecture du prétoire, réalisée très rapidement, entre 238 et les premières années du règne de Gordien III, impliquerait une présence à Rome durant ces mêmes années, ce qui noue quelque peu l’avancement des deux personnages, Timésithée disposant d’une sorte d’avantage d’ancienneté pour devancer constamment le chevalier africain, alors même que ce dernier accumulait depuis plusieurs années des responsabilités dans la capitale, y gérant vraisemblablement les summae rationes au moment où la crise politique trouvait une issue.

  • 34 Entre le gouvernement de Maurétanie Césarienne, dont le rôle fut décisif en Afrique en 238 (Huttner(...)

16On retrouverait la même situation, mais au profit de Felicianus, quelques années plus tard, lorsque celui-ci, préfet de l’annone, exerça deux remplacements, à un moment où l’expédition parthique avait attiré dans les provinces orientales une partie de l’élite de gouvernement, vivant au rythme des déplacements du prince. On doit se demander si ce n’est pas la disparition brutale de Valerius Valens qui imposa l’exercice de ce double intérim, dans l’attente de l’arrivée d’un remplaçant. La fonction qu’exerçait ce dernier, la préfecture des vigiles, et celle qu’il ajoutait temporairement, l’intérim des préfets du prétoire, furent transférées au seul préfet équestre établi à Rome. L’arrivée d’un successeur pour Valerius Valens permit de retrouver un cours plus normal des choses. On peut toutefois se demander si ce nouveau préfet des vigiles, Faltonius Restitutianus34, reprit l’intérim des préfets du prétoire. Felicianus, plus ancien dans l’exercice des préfectures, aurait pu, à ce titre, conserver cette responsabilité. Dans le cursus qui est présenté, elle n’est point une fonction autonome.

17Les inscriptions africaines de Caius Attius Alcimus Felicianus ont ainsi le mérite de nous éclairer sur des carrières qui ne se comprennent que dans les interactions entre Rome, leur lieu d’exercice habituel, et les provinces d’Orient, où les entreprises militaires de l’empereur Gordien III avaient conduit l’essentiel des troupes constituant la garde impériale et les préfets qui en assuraient le commandement en même temps qu’ils aidaient le prince à gérer les affaires de l’empire. L’administration et la gestion de la Ville en subissaient quelque peu le contrecoup, ce qui s’exprime dans les particularités de la carrière de ce dignitaire équestre, à son échelon le plus élevé.

Haut de page

Bibliographie

Allmer A., Dissard P. 1888, Musée de Lyon. Inscriptions antiques, I, Lyon.

Ben Abdallah Z.B. 1997, « Nota sui cavalieri di Uchi Maius », dans Uchi Maius I 1997, p. 109-111.

Bérard Fr. 2015, L’armée romaine à Lyon, Rome (BEFAR 370).

Caldelli M.L. 2020, I prefetti dell’annona da Augusto a Costantino, Rome (CEFR 577)
https://books.openedition.org/efr/7922

Cazzona C. 1997, « La carriera del prefetto del pretorio M. Attius Cornelianus », dans Uchi Maius I 1997, p. 201-209.

Chastagnol A. 1970, Recherches sur l’Histoire Auguste, Bonn (Antiquitas 6).

Chastagnol A. 1972, « Deux chevaliers de l’époque de la Tétrarchie », AncSoc 3, p. 223-231.

Chastagnol A. 1987, L’Italie et l’Afrique au Bas-Empire. Scripta varia. Études épigraphiques et prosopographiques, Lille, p. 323-334.

Christol M. 2006, L’empire romain du IIIe siècle (192-325 apr. J.-C.), Paris.

Christol M. 2007, « Préfecture du prétoire et haute administration équestre à la fin du règne d’Antonin le Pieux et au début du règne de Marc Aurèle », CCGlotz, 18, p. 115-140
https://www.persee.fr/doc/ccgg_1016-9008_2007_num_18_1_1647

Christol M. 2014, « Les préfets de Caracalla et la date du de officio praetoris tutelaris d’Ulpien », dans E. Boube, A. Bouet, F. Colleoni (éd.), De Rome à Lugdunum des Convènes : itinéraire d'un Pyrénéen par monts et par vaux : hommages offerts à Robert Sablayrolles, Bordeaux, p. 59-65.

Christol M. à paraître, « Préfecture et préfets du prétoire sous Gordien III ».

Christol M., Magioncalda A. 1989, « Un fonctionnaire équestre sur une inscription de Césarée de Maurétanie », dans L’Africa romana VI, 1, 1989, p. 147-178.
http://eprints.uniss.it/3216/1/Mastino_A_AttiCongresso_1989_Africa%5BV1%5D.pdf

Daguet-Gagey A. 1997, Les opera publica à Rome (180-305 ap. J.-C.), Paris (Collection des Études Augustiniennes, série Antiquité, 156).

Davenport C. 2019, A History of the Roman Equestrian Order, Cambridge.

Demougin S., Loriot X. 2007, « Les détachements du vigile M. Aurelius Mucianus », dans G. Paci (éd.), Contributi all’epigrafia d’età augustea. Actes de la XIIIe rencontre franco-italienne sur l’épigraphie du monde romain, Macerata 9-11 dicembre 2005, Tivoli (Ichnia 8), p. 315-329.

Dietz K.-H. 1980, Senatus contra principem. Untersuchungen zur senatorischen Opposition gegen Kaiser Maximinus Thrax, München (Vestigia 20).

Eck W. 2019, «Beinamen für stadtrömische Militäreinheiten unter Severus Alexander und dessen angeblicher Triumph über die Perser im Jahr 233 », Chiron 49, p. 251-269.

Eich A., Eich P. 2012, « Attius Cornelianus, v. p. praeses provinciae Pamfiliae », Chiron 42, p. 109-130.

Ferrua A. 1981, « Cimitero di S. Callisto », RAC 57, p. 7-31.

Huttner U. 2008, « Von Maximinus Thrax bis Aemilianus », dans K.-O. Johne, U. Hartmann, Th. Gerhardt (éd.), Die Zeit der Soldatenkaiser. Krise und Transformation des Römischen Reiches im 3. Jahrhundert n. Chr. (235-284), I, Berlin, p. 161-222.

Jarrett M.G. 1972, « An Album of the Equestrians from North Africa in the Emperor’s Service », dans Epigraphische Studien 9, Bonn, p. 146-232.

Kienast D. 2004, Römische Kaisertabelle. Grundzüge einer römischen Kaiserchronologie, Darmstadt4.

Kolb Fr. 1987, Untersuchungen zur Historia Augusta, Bonn (Antiquitas 4, 20).

Körner Chr. 2002, Philippus Arabs, Berlin - New York (Untersuchungen zur antiken Literatur und Geschichte 61).

Loriot X. 2007, « Duces et correctores en Egypte au IIIe siècle de notre ère », CCGlotz, 18, p. 101-113.
https://www.persee.fr/doc/ccgg_1016-9008_2007_num_18_1_1645

Magioncalda A. 2003, « L. Baebius Aurelius Iuncinus e i fasti dei prefetti dell’annona dal 193-217 », dans Cultus splendore. Studi in onore di Giovanna Sotgiu 2, Senorbì, p. 589-611.

Magioncalda A. 2005, « L’epigrafe della lis fullonum : nota prosopografica », dans G. Barberis, I. Lavanda, G. Rampa, B. Soro (éd.), La politica economica tra mercati e regole. Scritti in ricordo di Luciano Stella, Catanzaro, p. 221-236.

Passerini A. 1939, Le coorti pretorie, Roma (Studi pubblicati dal R. Istituto italiano per la Storia antica, 1).

Pavis d’Escurac H. 1976, La préfecture de l’annone, service impérial d’Auguste à Constantin, Rome (BEFAR 226).
https://www.persee.fr/doc/befar_0257-4101_1976_mon_226_1

Peachin M. 1991, «  Philip’s Progress », Historia, 40, p. 331-332.

Pferdehirt B. 2003, «Ein kaiserliches Reskript aus dem Jahr 248/249 n. Chr. », AKB 33, p. 403-419.

Pferdehirt B. 2004, Römische Militärdiplome und Entlassungsurkunden in der Sammlung des Römisch-Germanische Zentralmuseums, I, Mainz (Kataloge vor- und frühgeschichtlicher Altertümer 37).

Pflaum H.-G. 1960-1961, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris (Bibliothèque archéologique et historique 57, 112).

Pflaum H.-G. 1978, Les fastes de la province de Narbonnaise, Paris (Suppl. à Gallia 30)
https://sites.google.com/a/emimon.press/gjoneysteinn/les-fastes-de-la-province-de-narbonnaise

Porena P. 2003, Le origini della prefettura del pretorio tardoantica, Rome.

Ruggeri P. 1997, « La casa imperiale », dans Uchi Maius I 1997, p. 133-171.

Sablayrolles R. 1996, Libertinus miles. Les cohortes de vigiles, Rome (CEFR 224).
https://www.persee.fr/doc/efr_0223-5099_1996_ths_224_1

Sablayrolles R. 1999, « Fastigium equestre. Les grandes préfectures équestres », dans S. Demougin, H. Devijver, M.-Th. Raepsaet-Charlier (éd.), L’ordre équestre : histoire d’une aristocratie (IIe siècle av.J.-C. – IIIe siècle ap.J.-C.) (Bruxelles-Leuven, 5-7 octobre 1995), Rome (CEFR 257), p. 351-389.
https://www.persee.fr/doc/efr_0223-5099_1999_act_257_1_5502

Stein A. 1925, « Stellvertreter der Praefecti Praetorio », Hermes, 60, p. 94-103.

Thomasson B. E. 1984, Laterculi praesidum, Göteborg.

Trout D.J. 1989,   « Victoria Redux and the First Year of Philip the Arab », Chiron, 19, p. 221-233.

Uchi Maius I 1997, M. Khanoussi, A. Mastino (éd.), Uchi Maius 1. Scavi e ricerche epigrafiche in Tunisia, Sassari, 1997.

Haut de page

Notes

1 Sablayrolles 1999 ; Christol 2007.

2 BenAbdallah 1997 ; Ruggeri 1997, p. 154-155 ; Cazzona 1997 (d’où AE, 1997, 1676) ; voir aussi ci-dessous n. 10.

3 Sur l’environnement d’Abbir Cella, fait des petites cités marquées aussi par l’influence punique, Gascou 1972, p. 188.

4 PIR2A 1349 ; Pflaum 1960-1961, p. 843-849 n° 327 ; 1978, p. 169-172.

5 Jarrett 1972, p. 161, n° 26 ; Pavis d’Escurac 1976, p. 362-363, cf. p. 46, p. 71, p. 77 ; Sablayrolles 1996, p. 512, n° 34, cf. p. 77, p. 83, p. 126 ; Daguet-Gagey 1997, p. 215-216, 476-482 (avec une chronologie de la carrière). Les quelques notations qui se trouvent dans l’ouvrage récent de D. Davenport (2019, p. 335, p. 345) ne révèlent pas un réexamen approfondi de la carrière. Enfin M.L. Caldelli (2020, p. 56-58), qui prend en compte nos propres réflexions.

6 Bérard 2015, p. 123-124, p. 420-424.

7 CIL, XIII, 1797.

8 Allmer, Dissard 1888, I, p. 188-189.

9 Eck 2019.

10 C’est au même moment, globalement, que M. Attius Cornelianus parviendrait à la préfecture du prétoire : Chastagnol 1970, p. 66 n° 32 ; Jarrett 1972, p. 161-162, n° 27. Une proche parenté est possible, mais elle doit s’accommoder d’une origine distincte par rapport à C. Attius Alcimus Felicianus. C. Cazzona (1997) apporte parfois des hypothèses difficiles à vérifier. Il n’est pas possible de rapprocher le préfet du prétoire du gouverneur équestre de Pamphylie, qui appartient à une date bien postérieure (IK-70 Sagalassos 65) : Eich, Eich 2012 (d’où AE 2012, 1696).

11 L’identification de l’édifice urbain, dont la restauration était mentionnée, a pu être précisée. Une inscription (CIL, VIII, 822) porte le mot THEATRI ; la révision de Toussaint (R. Cagnat, BCTH, 1893, p. 209, n° 11) l’attesterait à partir d’un estampage ; mais l’autre inscription porte le mot AMPHITHEATRI (BCTH, 1893, p. 214-215, n° 25). Il s’agirait du Colisée, point de vue qui apparaît déjà chez Pflaum, puis qui est repris et argumenté par A. Daguet-Gagey (1997, p. 324-325 ; 480-481).

12 H. Dessau, sur ILS, 1347, admet à deux reprises dans l’index (III, 1 (1914), p. 386 et p. 497) qu’il avait été praef(ectus) annonae uice praef(ecti) uigulum p.r., ce qui associait d’une manière originale les deux préfectures détenues à Rome, puis indique p. 389 (avec renvoi p. 412) qu’il aurait été uice praeff. praet, p.u., ce qui rend autonome l’ultime responsabilité qui est alors traitée avec l’ensemble des attestations des remplaçants du (ou des) préfet(s) du prétoire, alors même que ce savant connaît l’exemple de Valerius Valens (ILS, 2159), indexé ibid. p. 413 puis p. 497, mais il laisse entendre à son propos que la préfecture des vigiles ne s’accompagna pas de l’intérim de celle du prétoire.

13 Déjà dans PIR A 1124 (Klebs) ; Stein 1925, p. 98-99.

14 Sablayrolles 1996, p. 500-503, n° 28 ; Christol 2014. Mais dans le cas de Q. Marcius Dioga, l’ordre suivi était très original, car il apparaît – et d’une manière claire – qu’il passa de la préfecture de l’annone à la préfecture des vigiles, alors que sa dignité avait été élevée jusqu’à l’éminentissimat. Ces anomalies s’éclairent par la confiance de Caracalla à son égard et par la nécessité de maintenir dans la Ville un personnage de grande confiance, au moment où se déroulait la campagne contre les Parthes. Le seul autre exemple d’obtention de la préfecture des vigiles et de la préfecture de l’annone se trouve à l’époque flavienne : C. Tettius Africanus Cassianus Priscus (CIL, XI, 5382 ; Caldelli 2020, p. 12-13)

15 Passerini 1939, p. 265, n. 1.

16 Passerini 1939, p. 353.

17 Ce serait acceptable à l’époque tétrarchique : Chastagnol 1972 (= 1987, p. 323-334). Porena 2003, p. 152-186.

18 Pflaum 1960-1961, p. 847-848, évoquant à ce propos le « Millénaire » de Rome, en 248.

19 Pflaum 1960-1961, p. 1020 ; dans Davenport 2019, p. 505, cet aspect de la carrière est passé sous silence.

20 CIL, XIII, 1807 (ILS, 1330).

21 Pavis d’Escurac 1976, p. 362-363, cf. p. 46, p. 71, p. 77. Même point de vue dans Bérard 2015, p. 424, n. 29.

22 Dietz 1980, p. 292-293, avec une chronologie minutieuse jusqu’au moment où la carrière atteint les grandes préfectures ; il s’étonne du remplacement du préfet des vigiles ; Daguet-Gagey 1997, p. 481.

23 Sablayrolles 1996, p. 524-525 (n° 49) ; Loriot 2007, p. 103-104.

24 Sablayrolles 1996, p. 512 (n° 35) ; 1999, p. 383, où il précise : « 243-244 ».

25 Pflaum 1960-1961, p. 849-851, n° 327b ; Thomasson 1984, col. 356, n° 105.

26 Ferrua 1981, p. 17-21, n° 18 avec fig. 10 (d’où AE, 1981, 134 ; le 24 juillet 242) : sub cura Valeri Valentis u(iri) p(erfectissimi) uice praef(ecti) praet(orio) agentis….

27 CIL, XIV, 4398 (ILS, 2159 ; fin 242-243) : curantibus Valerio Valente u(iro) p(erfectissimo), praef(ecto) uigil(um) u(ices) a(gente) prae[ff(ectorum)] praet(orio) eemm(inentissimorum) uu(irorum) et…. Sur le personnage, Pflaum 1960-1961, p. 830-831, n° 323 ; Sablayrolles 1996, p. 512, n° 34, cf. p. 77, p. 83, p. 126.

28 Stein 1925 ; Passerini 1939, p. 263-264 ; Pflaum 1960-1961, p. 836-837 ; Kolb 1987, p. 108-110. Voir aussi n. 17.

29 L’état de la question sur la préfecture des vigiles se trouve dans Demougin, Loriot 2007, p. 323-325 et p. 329. Le tableau de R. Sablayrolles (Cn. Domitius Philippus de 239 à 242, puis Valerius Valens de 242 à 243, enfin Q. Faltonius Restitutianus en 244) doit être complété à partir du document publié par B. Pferdehirt (2003 ; 2004, p. 192-194, n° 75 ; d’où AE, 2003, 2040) : au début de la période envisagée (en 239) apparaît le nom d’un nouveau préfet, Celsus, ce qui contraint de revoir l’attribution de CIL, XIV, 4397 (ILS, 2158). Cette inscription se rapporterait soit à ce nouveau préfet soit à son prédécesseur dont le nom aurait été martelé. On tiendra compte aussi de Magioncalda 2005.

30 Toutefois, dans le texte de la lis fullonum (CIL, VI, 266) rien ne vient indiquer un éventuel intérim des préfets du prétoire. Mais les modalités de la citation de Q. Faltonius Restitutianus ne l’imposaient pas : Herculi sacrum posuit P(ublius) Clodius Fortunatus q(uin)q(uennalis) perpetuus huius loci interlocutiones Aeli Floriani Herenni Modestini et Faltoni Restutiani praeff(ectorum) uigil(um) p(erfectissimorum) u(irorum). Sur sa carrière passée Magioncalda 2005, p. 226-229.

31 Déjà, un autre préfet de l’annone aurait détenu l’intérim des préfets du prétoire : AE, 1989, 343 ; Porena 2003, p. 156-157 ; Magioncalda 2003.

32 Le retour dans la Ville serait postérieur au 23 juillet 244, contrairement à ce qu’avait laissé croire une dédicace à la Victoria Redux, longtemps interprétée de façon trop littérale (CIL, VI, 793 = XIV, 2258) : Halfmann 1986, p. 234-235 ; Kienast 2004, p. 198. On a envisagé de le mettre en rapport avec l’élévation du fils de Philippe comme nobilissimus Caesar : le premier document est CJ, 4, 29, 10 (15 août 244). La dédicace a certes un rapport avec le retour des princes dans la ville de Rome, mais il ne s’agit pas de l’achèvement du reditus, comme l’ont fait remarquer plusieurs auteurs qui envisagent une date plus tardive : Trout 1989 ; Peachin 1991 ; Körner 2002, p. 94-97 ; Christol 2006, p. 103-104 ; Huttner 2008, p. 191-192. S. Demougin et X. Loriot (2007, p. 319, avec no 32) se sont demandés à juste titre si la relation des « détachements » du vigile M. Aurelius Mucianus, rentré à Rome le 23 décembre 244, ne serait pas plus proche de la réalité en apportant une date à la fin de l’année.

33 Christol à paraître.

34 Entre le gouvernement de Maurétanie Césarienne, dont le rôle fut décisif en Afrique en 238 (Huttner 2008, p. 184), et la préfecture des vigiles, attestée à la fin du règne de Gordien III, les étapes que franchit la carrière de ce personnage nous échappent. On pourrait envisager qu’il ait détenu des responsabilités dans les commandements des flottes prétoriennes de Ravenne et de Misène. Sur les rapports entre les grandes procuratelles-gouvernements équestres, les commandements des flottes prétoriennes et les responsabilités équestres les plus élevées (dans les offices palatins et les grandes préfectures : Christol, Magioncalda 1989, p. 162-178).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Christol, « La carrière de C. Attius Alcimus Felicianus  : remarques sur le fastigium equestre sous Gordien III »Antiquités africaines, 57 | 2021, 149-154.

Référence électronique

Michel Christol, « La carrière de C. Attius Alcimus Felicianus  : remarques sur le fastigium equestre sous Gordien III »Antiquités africaines [En ligne], 57 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 04 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/antafr/4085 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.4085

Haut de page

Auteur

Michel Christol

Université de Paris 1 (Panthéon-Sorbonne)/ANHIMA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search