Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52Les Thermes du Levant à ...

Les Thermes du Levant à Leptis Magna : les verres (iie-vie siècles)

Danièle Foy
avec la collaboration de Bernard Gratuze
p. 95-123

Résumés

Ce troisième volet de la publication préliminaire des fouilles des Thermes du Levant, conduites par la Mission archéologique française en Libye de 1994 à 2012, est dédié au mobilier en verre et en pierre sélénite. Cette documentation, qui prend en compte l’essentiel du matériel exhumé, fournit l’occasion rare d’étudier la verrerie d’époque romaine découverte en Tripolitaine hors des contextes funéraires.
Varié, ce mobilier comprend de la vaisselle, du luminaire, des objets de jeu et de parure et du vitrage. Ce dernier met en évidence la coexistence de vitres en verre et en pierre dans un même édifice. L’étude de la vaisselle du iiie s. révèle des formes rares ou nouvelles utilisées dans l’édifice balnéaire. Le mobilier de l’Antiquité tardive, accumulé après l’abandon des bâtiments, permet d’observer la part des importations égyptiennes et celle des productions de l’Afrique proconsulaire.

Haut de page

Texte intégral

Ces recherches ont été effectuées dans le cadre de la Mission archéologique française pour la Libye antique (direction Vincent Michel) soutenue par le ministère des Affaires étrangères et le Centre de recherche sur la Libye antique (CERLA-Paris IV Sorbonne).

1Ce troisième volet de la publication préliminaire des fouilles des Thermes du Levant, conduites par la Mission archéologique française en Libye de 1994 à 2012, est dédié au mobilier en verre et en pierre sélénite. Il prend en compte l’essentiel du matériel exhumé, mais on rappellera que la collecte n’a pas été toujours exhaustive.

  • 1 Voir les principales phases de l’évolution de l’édifice dans : Paulin, Dagnas 2010-2012 ; (...)

2Cette documentation comprend de la vaisselle, du luminaire, des objets de jeu et de parure et du vitrage qui constitue la part la plus volumineuse. Elle provient des différentes phases présentées dans les publications antérieures1 et rappelées ci-dessous :

Phase 4  Ensablement à partir de 425
Phase 3c Abandon vers 400
Phase 3b Réoccupation (meunerie, boulangerie, boutiques) 310-360
Phase 3a Début réoccupation (meunerie, boulangerie, boutiques) 290-310
Phase 2c Abandon des thermes 250-260
Phase 2b Occupation des thermes 150-260
Phase 2a Construction des thermes 125-150
Phase 1 Entrepôts ier s. apr. J.-C.

Le vitrage

3Issus de différents secteurs de la fouille, les fragments de vitre témoignent de l’équipement des thermes. Ils doivent en effet être rattachés à la phase d’occupation des bains établis dans le second quart du iie s. et utilisés jusqu’au milieu du iiie s. bien qu’ils proviennent le plus souvent soit des phases d’abandon (phase 3c) et d’ensablement général de l’édifice (phase 4) soit de la phase de réoccupation des bâtiments après leur transformation en meunerie, boulangerie et boutiques (phases 3a/b). Une partie au moins des vitrages des fenêtres des thermes a donc été détruite lors de la transformation du bâtiment. La position résiduelle des vitres est habituelle : dans presque toutes les fouilles, ces éléments d’architecture apparaissent dans des niveaux de destruction bien postérieurs à leur usage.

4À Leptis, deux catégories de vitrage sont à distinguer et se retrouvent, associées ou séparées, dans plusieurs salles.

Vitrage en verre

5Les fragments en verre, toujours coulés et étirés, appartenaient à des panneaux quadrangulaires. Ils portent les caractéristiques propres à leur technique de fabrication. Le verre était coulé sur un support plan puis étiré jusqu’au cadre de ce support. Les marques d’outils, très discrètes, sont des petits creux visibles près des bords épaissis et placés uniquement sur la surface lisse c’est-à-dire sur la face supérieure (fig. 1). L’autre face, grenue, reflète la nature du support (pierre, argile…) sur lequel était coulé le verre.

Fig. 1 : Rebords de verre à vitre avec traces d’outils

Fig. 1 :               Rebords de verre à vitre avec traces d’outils

Salle 29, US 157, angle de vitre avec empreintes d’outils. Phase 3a. : salle 29, US 157, angle de vitre avec empreintes d’outils. Phase 3a. 2, 3, 4 : salle 5, US 197, rebords et angle de vitre avec empreintes d’outils. Début phase 3a.

  • 2 Ces carreaux de verre excèdent rarement 60 cm de côté ; voir le tableau ra (...)
  • 3 Fontaine, Foy 2007, p. 256-258.
  • 4 Plus de 120 vitres étaient dans ce bateau ; pour la très grande majorité verdâtres : A (...)

6Nous n’avons pas d’élément pour reconstituer le format de ces panneaux de verre qui habituellement2 étaient des rectangles dont les côtés étaient compris entre 25 et 80 cm. L’épaisseur des fragments varie de 0,3 à 1 cm ; les bords étant, comme de coutume, les plus épais. On note cependant que les vitres des Thermes du Levant sont relativement minces. Recouvertes d’une pellicule noirâtre, elles se sont délitées, mais dès l’origine devaient être assez fines. Leur teinte claire est également remarquable. Les vitres du ier s. et du début du iie s. apr. J.-C., tout comme la vaisselle de cette époque, sont généralement de coloration bleutée ou verdâtre ; ici, aux Thermes du Levant, on a affaire à un vitrage clair, presque incolore. Sans que l’on puisse tenir la teinte du verre pour un argument décisif de datation, une évolution est perceptible dans la coloration ; on note que les vitres de la seconde moitié du iie s. et du siècle suivant sont souvent claires comme en témoignent les cargaisons des épaves des Embiez3 ou de Porticcio4 datées respectivement de la fin du iie s. et du milieu du iiie s. ; les analyses chimiques révèlent la volonté des verriers d’obtenir cette clarté. Bien qu’aucune analyse de laboratoire n’ait été encore effectuée sur les vitres des Thermes du Levant, les marbrures violacées perceptibles sur quelques fragments sont indubitablement les traces de l’adjonction d’un décolorant : le manganèse (fig. 2). Malgré tout, ces vitres devaient rester translucides, qualité suffisante pour faire rentrer la lumière, mais l’irrégularité des surfaces ne permettait certainement pas d’admirer le paysage depuis l’intérieur du bâtiment.

Fig. 2 : Vitre avec traces de manganèse utilisécomme décolorant

Fig. 2 :               Vitre avec traces de manganèse utilisécomme décolorant

5 : salle 5, US 189, rebord de vitre, verre veiné de violet. Début phase 3a.

  • 5 Les fragments de la salle 7 viennent de l’US 177 (couche « rouge ») ; ceux (...)
  • 6 Des vitres avec du mortier de tuileau rose, épais et homogène, sont signalées à Avench (...)

7De nombreux débris de vitres nous renseignent sur la fixation des vitres sur les châssis. Des traces de mortier blanc, le long des rebords, occupent une largeur moyenne de 2 cm ; cette emprise devait réduire sensiblement la surface vitrée (fig. 3, nos 6 à 9). Ce mortier est indifféremment sur l’une ou l’autre des deux faces, mais le plus souvent sur la face lisse qui était tournée vers l’extérieur. Les vitres proviennent principalement de la salle 7 et surtout de la salle 5, en particulier des niveaux qui formaient une rampe contre les trois fenêtres prouvant qu’au début du ive s. ces ouvertures, probablement non vitrées, servaient de portes d’accès au bâtiment5. Sur un de ces fragments, l’épaisseur totale du mortier atteignant plus de 2 cm d’épaisseur est conservée (fig. 3, no 10). On peut observer le soin apporté à cette fixation faite de la superposition de trois mortiers fins et de coloration différente ; la couche centrale, de teinte rosâtre, est un mortier de tuileau6. La qualité des mortiers et leur épaisseur assuraient un bon maintien de la vitre et devaient éviter toute infiltration de vent ou de pluie.

Fig. 3 : Rebords de vitres avec restes de plâtre de fixation

Fig. 3 :               Rebords de vitres avec restes de plâtre de fixation

6 : salle 5, US 178, rebord de vitre avec mortier sur la face grenue. Phase 4. 7 : salle 5, US 196, rebord de vitre avec mortier de fixation sur la face lisse. Début phase 3a. 8 et 9 : salle 5, US 177, rebords de vitres avec mortier de fixation sur la face lisse. Phase 3a. 10 : salle 5, US 196, rebord de vitre avec mortier de fixation sur la face lisse ; mortier composé de trois couches. Début phase 3a.

Vitrage en pierre

  • 7 Foy, Fontaine 2008, p. 444-449.

8Les textes antiques évoquent clairement et abondamment l’usage de la pierre transparente (lapis specularis) dans les fenêtres, mais les attestations archéologiques sont rares7. Pourtant, d’après les sources écrites, vitre et pierre sélénite semblent utilisées dans des proportions comparables. Dans les Thermes du Levant, nous avons la preuve de la coexistence de ces deux matériaux découverts dans des contextes contemporains. La pierre spéculaire a été principalement exhumée des salles 18 et 5. Dans ce dernier espace, vitrage en verre et en pierre proviennent des mêmes contextes.

  • 8 Plin., nat., XXXVI, 182 (Les Belles Lettres).
  • 9 Plin., nat., XXXVI, 162 (Les Belles Lettres).

9Des pièces 5, 7 et 29 sont issus des fragments épais qui n’ont probablement pas été insérés dans des ouvertures. Ces pierres brutes informes et d’aspect beaucoup plus jaunâtre que les autres éléments découverts peuvent être interprétées comme des rebuts de taille ce qui tendrait à signifier que les vitres ont été façonnées sur place, mais elles ont pu être destinées à d’autres fins (fig. 4). On sait que ce matériau a connu d’autres usages. Pline mentionne l’emploi du lapis specularis pour la fabrication de plâtre de bonne qualité8 et aussi l’usage de transformer cette pierre en poudre scintillante pour embellir le sol des édifices de spectacle9.

Fig. 4 : Fragments de pierre sélénite brute

Fig. 4 :               Fragments de pierre sélénite brute

11 : salle 5, US 197, pierre sélénite non taillée. Début phase 3a. 12 : salle 7, US 175, pierre sélénite non taillée. Phase 4. 13 : salle 13, US 111, pierre sélénite non taillée. Phase 4.

  • 10 Plin., nat., XXXVI (Les Belles Lettres).160.
  • 11 Foy, Fontaine 2008, p. 444-446, fig. 36, nos 2 et 3.
  • 12 Paulin, Dagnas 2010-2012, p. 107, note 31.

10D’aspect lumineux et souvent bien plus transparente que le verre coulé, cette pierre spéculaire stratifiée se délite facilement pour former des panneaux à l’épaisseur souhaitée. Bien que Pline rapporte l’existence de panneaux de sélénite de plus d’un mètre de long10, les pièces archéologiques les mieux conservées sont celles de carreaux rectangulaires de dimensions beaucoup plus modestes. De la pièce 18 provient un carreau presque complet de 8,5 cm de large pour une longueur supérieure à 22 cm et probablement de l’ordre de 25 cm ; son épaisseur moyenne est de 0,6 cm (fig. 5, no 14). Il est traversé, sur toute sa longueur et dans son épaisseur, par deux fines rainures noirâtres d’origine naturelle. Ce gabarit est inférieur à celui des panneaux retrouvés à Pompéi (15 x 25 cm) dans le péristyle transformé en jardin d’hiver de la maison I.VII et à Amiens (12,5 x 22,5 cm) dans un contexte balnéaire11 ; mais les proportions de tous ces panneaux sont proches. L’étude de la céramique permet de dater ce carreau des Thermes du Levant du second quart ou du milieu du iie s12.

Fig. 5 : Carreaux de pierre sélénite

Fig. 5 :               Carreaux de pierre sélénite

14 : salle 18, US 232, carreau de pierre sélénite. Phase 4. 15 et 16 : salle 5, US 213, deux fragments de pierre sélénite taillée. Début phase 3. 17a et b : salle 5, US 189, deux fragments de pierre sélénite taillée. Début phase 3. 18 : salle 5, US 187, fragment de pierre sélénite taillée. Début phase 3.

11Dans la salle 5 était rassemblé le plus grand nombre de fragments de vitres et de plaquettes de pierre sélénite. Outre le débris déjà signalé (fig. 4, no 11), on compte quatre plaquettes appartenant au moins à deux vitres (fig. 5, nos 15 à 18) et deux autres plaques beaucoup plus épaisses sans doute destinées à être divisées dans leur épaisseur comme le permet la nature stratifiée de cette roche qui se délite facilement (fig. 6, no 18). L’une d’elles (fig. 6, no 19), taillée sur 3 côtés, a une largeur (ou longueur ?) de 15,5 cm. Tous ces éléments en pierre sélénite proviennent du même comblement que les débris de vitre. Il n’est pas possible de déterminer si un de ces matériaux est antérieur à l’autre, mais la pierre sélénite présente dans les contextes du second quart du iie s. était utilisée au commencement de l’activité de l’établissement thermal. Les deux types de matériaux étant associés dans le même contexte, il est vraisemblable que dans le dernier temps (milieu du iiie s.), les trois baies qui éclairaient la salle 5 étaient pourvues de vitrage différent.

Fig. 6 : Carreaux épais de pierre sélénite

Fig. 6 :               Carreaux épais de pierre sélénite

19 : salle 5, US 197, fragment de pierre sélénite taillée, très épaisse. Début phase 3.

  • 13 Plin., nat., XXXVI, 160 (Les Belles Lettres).
  • 14 Dès 1903 des carreaux dits « de gypse » sont signalés dans la maison dite (...)
  • 15 Renseignement de H. Broise. Broise et alii 2011.
  • 16 Fouilles dirigées par F. Baratte et F. Bejaoui. Baratte, Bejaoui, Ben Abda (...)
  • 17 Fragment provenant des fouilles de J. H. Van der Werff, conservé à Gand (r (...)
  • 18 Rebuffat 1974-1975, p. 194, 236, 238.

12L’origine de la pierre spéculaire utilisée à Leptis Magna est inconnue, mais Pline13 rapporte que si la pierre de Segobriga en Espagne est réputée la meilleure, d’autres gisements sont exploités en Sicile, à Chypre, en Cappadoce et en Afrique. Les découvertes des Thermes du Levant confirment l’usage fréquent de ce matériau en Afrique ce qui suggère une provenance régionale. Ces plaquettes de sélénite sont en effet signalées sur plusieurs sites de Carthage14, dans un contexte du ve s. des fouilles de Jebel Oust15 et encore en Tunisie, dans les niveaux tardifs des fouilles d’Haïdra16 et de Uzita17. À Bu Njem, en Libye, les mentions de gypse renvoient probablement à de la pierre spéculaire18.

Fixations en métal

  • 19 La présence de volets de fenêtres dans les thermes est plusieurs fois avérée : Broise 19 (...)

13Mêlés aux verres à vitre et aux plaques de sélénite, de nombreux éléments métalliques en fer et en bronze ont été exhumés dans la salle 5 et plus particulièrement dans l’US 189, déjà mentionnée, qui constituait un talus venant buter contre les trois fenêtres orientales de la salle. Verre, pierre et métal appartiennent très probablement au dispositif de fermetures de ces baies. On s’interroge sur le rôle des six lames de bronze retrouvées droites ou coudées (fig. 7, no 20) ; elles pourraient avoir servi à renforcer la fixation des vitrages sur les cadres de bois ou bien à maintenir les volets contre les châssis des fenêtres, mais aucun dispositif semblable n’est signalé. Six ferrures en tau conservent du mortier, parfois en épaisseur importante, placé entre les angles de la hampe verticale du T et la barre perpendiculaire (A) et aussi à l’extérieur des angles (B) ; ce sont peut-être des restes de châssis qui maintenaient les panneaux de vitres ou de sélénite et qui étaient fixés dans les embrasures (fig. 7, no 21). Enfin, un élément de bronze a été identifié à une crapaudine dans laquelle pivotait un vantail : un châssis vitré ou un volet en bois (fig. 7, no 22). La présence de volets dans les baies vitrées des thermes est plusieurs fois avérée par les découvertes de crapaudines, de consoles ou de ferrures qui maintenaient les vantaux19.

Fig. 7 : Ferrures liées aux fenêtres

Fig. 7 :             Ferrures liées aux fenêtres

20 : salle 5, US189, lames de bronze trouvées associées aux vitrages. Phase 3a. 21 : salle 5, US189, ferrures trouvées associées aux vitrages. Phase 3a. 22 : salle 5, US189, crapaudine en bronze trouvée associée aux vitrages. Phase 3a.

Répartition des vitrages

  • 20 La fenêtre de la façade ouest de l’alvéole 39 n’a pas été dégagée : Paulin, Dagnas 2010- (...)

14En verre et en pierre, les vitres sont inégalement réparties, mais apparaissent essentiellement dans les salles froides et tièdes (fig. 8). Les panneaux en verre coulé, probablement les plus nombreux, éclairaient de nombreuses pièces. Dans les piscines froides 29 et 7 qui étaient dans un premier temps pourvues d’une ou de plusieurs fenêtres, on a recueilli plusieurs fragments de vitre et un seul élément de pierre sélénite ne faisant pas partie d’un vitrage. En revanche, les trois grandes baies qui éclairaient la spacieuse salle tiède 5 étaient, comme on l’a déjà souligné, pourvues de vitres en verre et en pierre dans le dernier temps d’utilisation des thermes. Il est très étonnant de ne pas avoir rencontré le moindre élément de vitrage dans le caldarium 1 et ses annexes car généralement ce sont ces pièces chaudes qui en sont équipées. Cette absence de témoignages s’explique sans doute par les bouleversements successifs et surtout par le fait que ces espaces n’ont pas été totalement fouillés20.

Fig. 8 : Localisation des éléments de vitrage dans les thermes

Fig. 8 :             Localisation des éléments de vitrage dans les thermes

(plan M. Paulin)

15Les Thermes du Levant ne dérogent pas à la règle. Dans les établissements de bains, le vitrage constitue toujours une part importante du mobilier en verre collecté. Les trouvailles de Leptis apportent cependant des données nouvelles. Il est rare d’observer la coexistence du verre et de la pierre spéculaire et le format des panneaux de sélénite ne nous est qu’exceptionnellement connu. Les mortiers de fixation des vitres apparaissent rarement aussi bien conservés qu’ici et les supports métalliques liés aux vitrages sont généralement absents dans les fouilles des thermes.

La vaisselle en verre

16Beaucoup moins abondant que la céramique, le verre constitue rarement des assemblages au sein d’un même contexte. On a cependant pu rassembler le mobilier provenant de niveaux de même époque situés dans des espaces voisins. Ces petites associations de mobilier dans les contextes de la seconde moitié du iiie s. comprennent peut-être des vaisselles utilisées durant le temps de l’établissement thermal.

Le mobilier des contextes du milieu du iiie au milieu du ive s.

Contexte A (espaces 24 à 28, phase 2c, milieu iiie s.)

  • 21 Il s’agit du contexte 1 dans Bonifay, Capelli 2013, p. 71-82 auquel on a ajouté (...)

17Ce modeste assemblage réunit sept verres provenant des espaces 25 et 26, qui étaient probablement des boutiques dans un premier temps, et des salles 24-27-28 situées en arrière de celles-ci. Ces contextes (US 101, 102 et 105) sont attribués à la phase d’abandon des thermes (phase 2c, milieu du iiie s.) ; on soulignera que des débris de verres à vitre étaient dans l’US 105. Ce contexte A correspond en partie à un contexte dont la céramique a été étudiée21.

  • 22 Ce flacon qui se décline dans diverses proportions se retrouve fréquemment dans les (...)
  • 23 Fünfschilling 1999, nos 383, 384.
  • 24 Hormis le verre en forme de coquillage (cf. annexe), ces verres incolo (...)

18Très peu de verres peuvent être datés avant le iie s., date du commencement de l’utilisation des thermes ; tous sont en position résiduelle et deux d’entre eux, appartenant au contexte examiné ici, sont des fonds de balsamaire tubulaire de type Isings 8 utilisés entre 40 et 80 apr. J.-C. (fig. 9, nos 23, 24)22. Un troisième fond, de teinte bleu-vert comme les précédents, appartient sans doute à un gobelet décoré de longues dépressions (fig. 9, no 25) ; des fonds semblables ont été mis au jour à Carthage23. Trois autres fonds ont la particularité d’être dentelés : le verre a été étiré à la pince sur tout le pourtour de la base pour former des festons resserrés. Ce type de verre qui, comme on le verra ci-dessous, est le plus présent sur ce site, a été quelquefois soufflé dans une matière bleu-vert (fig. 9, no 27), mais le plus souvent il est réalisé dans un verre incolore qui se délite (fig. 9, nos 26, 28). D’autres objets présentent la même altération probablement due à l’emploi d’un verre pauvre en chaux24. Les bases dentelées ont été découvertes en de nombreux lieux, mais principalement en Méditerranée orientale ; elles peuvent appartenir à différentes formes et leur datation couvre un arc chronologique allant de la première moitié du iiie s. jusqu’au ve s. (infra).

19Le dernier verre de cet assemblage, le seul coloré en bleu soutenu, est parfaitement plat et taillé en carré : c’est probablement un reste d’opus sectile ou un élément d’incrustation pour un meuble ou une architecture (fig. 9, no 29).

Fig. 9 : Verres du contexte A, phase 2c, milieu iiie siècle

Fig. 9 : Verres du contexte A, phase                 2c, milieu iiie siècle

23 : salles 24-27-28, US 102, partie inférieure d’un balsamaire tubulaire et étroit ; verre bleuté très irisé. 24 : salles 24-27-28, US 102, base d’un balsamaire tubulaire ; verre bleu-vert. 25 : salles 24-27-28, US 102, base d’un gobelet ; verre bleu-vert. 26 : salles 24-27-28, US 102, fond plat au pourtour dentelé (14 dentelures). Gobelet (?) ; verre incolore d’aspect laiteux. 27 : salle 25, US 101, moitié d’un fond plat au pourtour dentelé (7 dentelures conservées). Gobelet (?) ; verre bleu-vert. 28 : salle 26, US 105, fond plat au pourtour dentelé (18 dentelures). Gobelet (?) ; verre incolore très altéré. 29 : salle 26, US 105, verre plat découpé en carré. Élément d’incrustation ; verre bleu vif.

Contexte B (espace 7, phase 2c)

20Onze fragments provenant de l’US 177 de l’espace 7, contexte qui contenait du verre à vitre, constituent le second assemblage qui est daté par la stratigraphie et la céramique associée de la seconde moitié du iiie s. (phase 2c).

  • 25 Grose 1979 ; 1989, p. 244-247.
  • 26 A titre d’exemple voir le mobilier de Sidi Khrebish à Benghazi : Price 1985b, p. 291 (...)
  • 27 Fünfschilling 1999, p. 442-443, nos 14-18.

21Le fragment le plus ancien, résiduel, est un rebord de coupe moulée et côtelée de teinte ambre (fig. 10, no 30) ; il correspond à l’une des trois principales formes du groupe C définie par D. Grose25 et datée du ier s. av. J.-C. Ces bols, très fréquents dans la partie orientale de l’Empire, sont essentiellement en usage entre les années 50 et 3026. On en connaît à Carthage dans les fouilles du quartier Magon27.

Fig. 10 : Verres du contexte B, début phase 3a, fin iiie-début ive siècle

Fig. 10 : Verres du contexte B, début                 phase 3a, fin iiie-début ive siècle

30 : salle 7, US 177, rebord de coupe moulée et côtelée. Embouchure évasée, lèvre amincie. Rainure interne sous la lèvre. Verre ambre. 31 : idem, fond au pourtour dentelé (11 dentelures). Gobelet (?) ; verre bleu-vert. 32 : idem, moitié de fond au pourtour dentelé. Gobelet (?) ; verre incolore, irisé très altéré. 33 : idem, fond plat et épais. Amorce des parois évasées pour former des dépressions ; verre incolore couvert d’une pellicule noirâtre. 34 : idem, fond convexe reposant sur un pied annulaire rapporté de teinte bleu soutenu ; verre incolore et bleu (pied annulaire). 35 : idem, fragment de fond ; verre bleu-vert. 36 : idem, rebord rectiligne et à lèvre coupé d’un gobelet ; verre incolore très mince. 37 : idem, rebord à marli légèrement oblique d’une assiette moulée ; verre incolore bien conservé. 38 : idem, rebord évasé et à lèvre arrondie d’une coupe ; verre bleuté. 39 : idem, goulot cylindrique à embouchure légèrement évasée ; lèvre arrondie ; verre incolore très altéré. 40 : idem, fragments de goulot tronconique à bec pincé, lèvre ourlée en dedans ; verre incolore. 41 : idem, deux fragments d’un bol hémisphérique, bord coupé ; décor de larges rainures meulées ; verre incolore grisâtre bien conservé.

  • 28 Price 1985a, p. 73 et 97, fig. 6.2, no 21.
  • 29 Fond identique en Tunisie, dans le comblement d’un puits de la fouille de la nécropo (...)

22Deux fonds dentelés en verre verdâtre et incolore, de même profil que les pièces du contexte précédent, sont également dans ce niveau (fig. 10, nos 31, 32). Deux autres fonds, en verre incolore très altéré, appartiennent très probablement à des verres à boire. L’un épais et parfaitement plat est le support d’un verre décoré de 4 ou 5 dépressions profondes (fig. 10, no 33). Ce type de verre, doté d’une embouchure à bord coupé, est rarement découvert complet, mais son fond épais et bien dégagé de la panse permet de l’identifier aisément. Un exemplaire complet, orné de quatre dépressions et issu de la nécropole Forte della Vite, est cependant mentionné dans le musée de Tripoli28. La plupart des exemplaires de Méditerranée occidentale sont datés du iiie s.29.

  • 30 Silvano 2012, pl. XXXVIII, nos 727-734 ; Foy 2010c, no 666.
  • 31 Mobilier du musée de Tripoli : Price 1985a, p. 72-75, nos 12 à 21 ; Cingolani 2015, (...)
  • 32 Cingolani 2015, type 10.1, p. 23, nos 42 à 51.
  • 33 Hayes 1986, fig. 119, no A 24.
  • 34 Mobilier de Thina et de El Djem : Yacoub 1971-1972, p. 34 et 40, fig.  (...)

23Le second fond incolore repose sur un pied annulaire de teinte bleu vif appliqué (fig. 10, no 34) ; il se rapporte probablement à un gobelet ou à un bol et trouve des parallèles en Égypte et en Méditerranée occidentale30, mais il est impossible d’identifier sa forme complète. Le dernier fond bleu-vert évoque encore un gobelet à décor de dépressions (fig. 10, no 35), comparable au verre no 25 du contexte précédent. La très grande majorité des gobelets découverts en Tripolitaine, quel que soit leur profil, ont un rebord à lèvre coupée31 aussi n’est-il pas possible de rapprocher le rebord présent dans le contexte B d’une forme précise (fig. 10, no 36). Un rebord bleuté, évasé et à lèvre arrondie, appartient à une coupe, probablement sur pied annulaire de type Isings 42a utilisée à l’époque flavienne et au début du siècle suivant (fig. 10, no 38). Ces coupes sont très communes dans tout l’Empire ; plusieurs exemplaires proviennent des nécropoles tripolitaines32, de Sabratha33 et des tombes proconsulaires34.

  • 35 Carthage : Foy 2012, no 43, fig. 578. Autres fragments d (...)

24Un seul verre est moulé : il s’agit d’un rebord d’assiette à marli incolore de forme AR 24.1 (fig. 10, no 37). Présentes dans tout le monde romain, ces vaisselles sont connues de l’époque de Trajan jusqu’au milieu du iiie s., mais jusqu’ici non signalées en Tripolitaine et peu communes en Afrique proconsulaire35.

25Les contenants sont représentés par un goulot de petit flacon dont on ne peut déterminer la forme (fig. 10, no 39) et l’embouchure à bec pincé d’une cruche de type Isings 88 datée de la fin du iie s. et du iiie s. (fig. 10, no 40).

26Restitué à partir de deux fragments, un bol hémisphérique à bord coupé et probablement apode, est décoré de trois larges stries meulées l’une sur la lèvre et les autres à mi-hauteur ; il relève du type AR 59.1 daté du ive s. ; c’est la pièce la plus tardive de cet assemblage (fig. 10, no 41).

Contexte C (espace 5, phase 3a)

  • 36 Bonifay, Capelli 2013, p. 82-92.

27Ce contexte C regroupe différents niveaux de la salle tiède 5 appartenant à la phase 3a. Il est très légèrement postérieur au contexte B précédent et l’équivalent du contexte 2 dont la céramique a été étudiée36. Il comprend les verres des US 189, 195, 197 et 216 et se situe à la charnière des iiie et ive siècles. Des vitrages en verre et en pierre et les éléments métalliques des fenêtres étaient réunis dans les US 189 et 197.

28Les treize verreries comptabilisées sont, à l’exception d’une seule, des gobelets.

Fig. 11 : Verres du contexte C, début phase 3a, fin iiie-début ive siècle

Fig. 11 : Verres du contexte C, début                 phase 3a, fin iiie-début ive siècle

42 : salle 5, US 189, fragment de fond au pourtour dentelé ; gobelet (?) ; verre incolore laiteux , altéré. 43 : salle 5, US 216, fragment de fond au pourtour dentelé ; gobelet (?) ; verre incolore. 44 : salle 5, US 216, fragment de fond au pourtour dentelé ; gobelet (?) ; verre incolore. 45 : salle 5, US 189, fond sur pied annulaire rapporté ; verre incolore. 46 : salle 5, US 189, fond sur pied annulaire rapporté ; verre violet. 47 : salle 5, US 189, fond sur pied annulaire rapporté et enroulé sur deux épaisseurs ; verre verdâtre. 48 : salle 5, US 197, fond sur pied annulaire rapporté et enroulé sur deux épaisseurs ; parois verticales ; verre incolore. 49 : salle 5, US 197, fond plat d’un gobelet à décor de dépressions ; verre incolore. 50 : salle 5, US 197, fond d’un gobelet tronconique à décor de dépressions ; verre incolore. 51 : salle 5, US 189, fragment de fond d’un gobelet ; verre bleu-vert. 52 : salle 5, US 195, partie supérieure d’un vase large et cylindrique. Rebord coupé. Décor de stries ; verre incolore. 53 : salle 5, US 189, deux fragments d’un bol hémisphérique à décor gravé de grains de riz et cupules circulaires ; verre incolore. 54 : salle 5, US 195, fragment de panse d’un flacon globulaire ; décor gravé de cercles tangents ; verre incolore.

  • 37 Très peu de formes sont complètes. Des bols ont été reconstitués à Jalame : (...)
  • 38 Découvertes sur plusieurs sites de Carthage : Sternini 1999, nos 119-132 ; Foy 2012, (...)
  • 39 Silvano 2012, pl. XXXVIII, nos 724-740.

29Comme dans les contextes précédents, les fonds dentelés sont présents ; les trois pièces sont incolores (fig. 11, nos 42 à 44). Quatre autres fonds sont sur pied annulaire rapporté et, sur deux d’entre eux, le cordon formant le pied est enroulé sur deux épaisseurs (fig. 11, nos 47, 48). La technique consistant à superposer plusieurs enroulements d’un cordon de verre (jusqu’à 5 ou 6 épaisseurs) se développera tout au long du ive s., sur plusieurs formes vraisemblablement fabriquées en Méditerranée orientale37 ; quelques témoignages ont été exhumés en Tunisie38. Le mobilier des Thermes du Levant ne comprend que des fonds à double enroulement qui sont probablement les premières manifestations de ce procédé. Ils trouvent de nombreux parallèles en Égypte à Medinet Madi39.

  • 40 Ces gobelets à dépressions sont extrêmement nombreux en Égypte d’où ils sont peut-êt (...)
  • 41 Sternini 1999, nos 6-8.
  • 42 Yacoub 1971-1972, p. 44, no 5 et fig. 29. Des fioles de même type, mai (...)

30Deux autres fonds apodes et incolores signalent des gobelets à décor de dépressions (fig. 11, nos 4950) ; les dimensions et l’amorce des parois laissent deviner des pièces différentes, étroites ou tronconiques. Un dernier gobelet bleu-vert devait également porter des dépressions (fig. 11, no 51) ; il est comparable aux objets nos 25 et 35 des contextes étudiés précédemment40. Un large récipient cylindrique en verre fin et incolore ne peut être identifié (fig. 11, no 52) ; en revanche, deux fragments de parois et de fond à décor gravé de « grains de riz » appartiennent à des coupes caractéristiques de la fin du iie s. et du iiie s. bien représentées dans l’ensemble du monde romain (fig. 11, no 53) ; elles n’étaient pas connues en Tripolitaine, mais déjà signalées en Afrique Proconsulaire41. Le seul fragment de flacon, décoré de lignes gravées, curvilignes et entrecroisées, renvoie à un contenant à panse globulaire et à goulot cylindrique étranglé à sa base dont un second exemplaire est présent dans la salle 40 (infra, no 79). Ces flacons bien répertoriés (forme Isings 103) sont utilisés dans la seconde moitié du iiie s. et au siècle suivant. Certains d’entre eux ont une ornementation gravée géométrique ou figurée. Le décor visible sur le fragment étudié (fig. 11, no 54) est un motif relativement commun qui apparaît sur un vase qui proviendrait de Gigthis, en Tripolitaine antique42.

Autres verres du milieu du iiie au milieu du ive s.

31Dans d’autres contextes, du mobilier datable entre la seconde moitié du iiie et la seconde moitié du ive s. est encore présent. Il provient des différentes phases.

  • 43 Deux petits fragments hors stratigraphie et non précisément localisés ne sont pas (...)
  • 44 Ces vases compte-gouttes pansus, habituellement datés de l’Antiquité tardi (...)

32Cinq fonds dentelés incolores, issus des niveaux d’ensablement des espaces 19 (portique de la platea maritima) et des salles 6 et 43 ainsi que des contextes de la seconde moitié du iiie s. ou du début du ive s. du corridor 17 et de la salle 9, complètent cette série qui compte au moins 15 pièces43. Les vases qui portent ces fonds sont rarement découverts complets ; on sait cependant qu’ils pouvaient se rapporter à des pièces de formes diverses puisque des gobelets datés du courant du iiie s. et des vases compte-gouttes du ive s. dotés de ce support nous sont parvenus. Sur ces dernières pièces, originaires de Syrie ou d’Iran, les fonds de petit diamètre se différencient du mobilier des Thermes du Levant44.

  • 45 Roffia 1973, pl. 82, no 15.
  • 46 Moriconi 1968 : 4 fonds dont 3 incolores, p. 76 et pl. X, nos 224a-b et 22 (...)
  • 47 Isings 1965, p. 523, nos 105, 525, fig. 463 ; Sternini 1989, p. 46, pl. 11, no 70 ; Bi (...)
  • 48 Un fond dentelé dans les fouilles du Monte Gelato : Price 1997, no 70, pl. (...)
  • 49 Huit fonds incolores, provenant de découvertes lors de travaux urbains, sont conservés (...)
  • 50 Foy 2010c, no 683. Un fond provenant du site de Besagne-Mayol, à Toulon, e (...)
  • 51 Comelli 2001, p. 249, no 24.
  • 52 Alarcão 1976, no 193.
  • 53 Gorin-Rosen, Katsnelson 2007, p. 107, fig. 5, no 3 et nombreuses références (...)
  • 54 Découvertes au Fayoum à Karanis : Harden 1936, nos 681-685, 708 et à Medinet Madi : Si (...)
  • 55 Clairmont 1963, p. 50-51 ; Ployer 2013, no 414, p. 167-168, 19 (...)
  • 56 Ils sont signalés en Crète à Gortyne : Sternini 1997, p. 255, no 153, pl. LII, no 14 ; (...)
  • 57 Gençler 2003 , p. 714, pl. 42, nos 103, 104 (seconde moitié du iie s.) ; Czurda-Ruth 2 (...)
  • 58 Biaggio Simona 1991, p. 116-117, pl. 13.
  • 59 Follmann-Schulz 1988, no 280, p. 82, pl. 35.
  • 60 Barkóczi 1988, pl. XII, no 130.
  • 61 Alarcão 1970, pl. III, no 17.
  • 62 Vessberg 1952, p. 123, pl. IV, no 12. Le profil de ce verre est comparable à une décou (...)
  • 63 Price 1985a, p. 73, no 18 ; ce gobelet viendrait de la nécropole de Forte (...)
  • 64 Une forme tronconique plus tardive est attestée en Égypte : Silvano 1999, p. 31, pl. (...)

33Ces fonds particuliers ont été signalés dans les parties occidentale et orientale de l’Empire, mais sont incontestablement plus nombreux dans la zone orientale. En Occident, on les rencontre majoritairement sur les littoraux, en Italie à Luni45, Ostie46, Rome47, dans le sud de l’Étrurie48, mais aussi à Monaco49, Nice, Toulon, Marseille, Arles et Nîmes50 ; en Adriatique51 et au Portugal52, ces fonds sont également mentionnés. Très fréquents en Palestine53, en Égypte54,
en Syrie55 et dans le monde égéen, en Grèce56 et surtout en Turquie sur de nombreux sites en particulier à Elaiussa Sebaste, Ephèse, Zeugma57, ces gobelets ne sont pas conservés intacts. Les seules pièces fournissant un profil complet ont été découvertes en Suisse dans le Tessin58, à Bonn en Allemagne59 (fig. 12-D), en Pannonie60 (fig. 12-A), au Portugal61 (fig. 12-C), à Chypre62 et en Libye63 (fig. 12-B). Un seul de ces verres, celui qui provient d’Aquincum, est daté (iiie s.). Ces gobelets auxquels pourraient se rapporter les bases dentelées des Thermes du Levant sont grossièrement cylindriques et élancés ou plus trapus64 ; ils peuvent porter un décor de stries horizontales ou de dépressions. La fréquence de ces verres aux Thermes du Levant invite à y voir des vaisselles couramment en usage sans doute dans une taberna installée après l’abandon de la fonction thermale ; leur origine est peut-être régionale à moins qu’ils ne soient importés d’Égypte.

Fig. 12 : Verres du iiie s.

Fig. 12 : Verres du iiie s.
  • 65 L’US 167 du frigidarium-salle 6 appartient au contexte 4 dont la céramique a été étu (...)

55 : salle 19, US 272, fond dentelé (probablement 16 pinçures) ; gobelet (?) ; verre incolore. Phase 4. 56 : salle 43, US 312, fragment de fond dentelé ; gobelet (?) ; verre bleuté. Phase 3b/4. 57 : salle17, US 11, moitié de fond dentelé ; gobelet (?) ; verre incolore. Phase 3ab. 58 : salle 6, US 167, fond dentelé ; gobelet (?) ; verre incolore très altéré. Phase 4, début vs.65. 59 : salle 9, US 153, fragment de fond dentelé ; gobelet (?) ; verre incolore. Phase 3b. 60 : salle 17, US 23, large rebord ourlé d’assiette ou de coupe ; verre bleuté altéré. Phase 3ab. 61 : salle 17, US 11, fond sur pied annulaire rapporté, large marque de pontil ; verre bleu-vert. Phase 3ab. 62 : salle 29, US 157, fond incolore sur pied annulaire rapporté, de teinte bleue. Phase 2c/3ab. 63 : salle 17, US 3, fond incolore sur pied annulaire rapporté, de teinte bleue. Phase 3ab. 64 : salle 5, US 178, fond plat et épais. Amorce des parois évasées pour former des dépressions ; verre incolore. Phase 4. 65 : salle 29, US 160, fond plat. Probablement gobelet à décor de dépressions ; verre incolore. Phase 4. 66 : salle 37, US 194, fond plat. Probablement gobelet à décor de dépressions ; verre incolore. Phase 3ab.

34Aucun élément ne permet de reconnaître les formes ouvertes en dehors d’un rebord ourlé peu caractéristique (fig. 12, no 60). En revanche, les gobelets sur pied annulaire rapporté, qui étaient présents dans les contextes B et C décrits ci-dessus, se retrouvent dans plusieurs espaces des thermes associés aux phases 2c et 3a (fig. 12, nos 61-63). Les cordons qui servent de support sont parfois colorés en bleu vif. D’autres verres à boire à fond plat et épaissis, toujours incolores, étaient dotés de dépressions (fig. 12, nos 64 à 66). Des rebords à lèvre coupée, en verre incolore et mince, pourraient appartenir à des gobelets à fond plat ou à pied dentelé (fig. 13, no 67).

  • 66 Vessberg 1952, p. 123, pl. II, nos 10, 15 ; Sarig 2009, p. 25-26 avec nomb (...)

35Un récipient cylindrique en verre épais porte un décor de stries profondes ; il est attribuable au début du ive s. (forme AR 63 ; fig. 13, no 68). Une anse trifide, dans le même contexte que les deux verres précédents, n’est pas caractéristique d’une forme précise (fig. 13, no 69). Dans le contexte 157 de l’espace 29, où se trouvaient des vitres et un fond sur un pied annulaire bleu (supra, no 62), des rebords verdâtres de coupelle ne peuvent être assurément identifiés (fig. 13, nos 70 à 73) : ils pourraient se référer à des pièces d’époque flavienne (forme Isings 42), mais aussi, et plus probablement, à des bols profonds datés plus tardivement, du courant du iiie ou du début du ive s., et très fréquents en Palestine66. Un rebord opaque et pulvérulent est une des rares pièces décorées de filets rapportés sous le bord.

Fig. 13 : Verres du iiie s.

Fig. 13 : Verres du iiie s.

67 : salle 31, US 171, rebord mince à lèvre coupée d’un gobelet ; verre incolore. Phase 3ab. 68 : salle 31, US 171, rebord d’un bol hémisphérique à lèvre coupée ; décor de rainures ; verre incolore, altéré. Phase 3a. 69 : salle 31, US 171, fragment d’anse trifide d’une cruche ; verre verdâtre. Phase 3ab. 70 : salle 29, US 157, rebord évasé d’une coupe ; verre bleuté, altéré. Phase 2c/3a. 71 : salle 29, US 157, rebord évasé d’une coupe ; verre incolore légèrement bleuté. Phase 2c/3a. 72 : salle 29, US 157, rebord tronconique, lèvre de section triangulaire soulignée par un fil rapporté sur trois rangs au moins ; verre opaque, pulvérulent. Phase 2c/3a. 73 : salle 5, US 188, rebord évasé d’une coupe, fil rapporté sous le rebord ; verre incolore. Phase 3ab. 74 : salle 19, US 62, goulot cylindrique, lèvre épaissie, fil rapporté ; verre incolore, non daté. 75 : salle 42, US 237, goulot à embouchure tronconique et pincée ; verre incolore. Phase 4. 76 : salle 37, US 212, goulot à embouchure tronconique et pincée ; verre incolore. Phase 3ab. 77 : salle 29, US 111, goulot à embouchure tronconique et pincée ; verre incolore. Phase 4. 78 : salle 40, US 316, goulot à embouchure tronconique et pincée ; verre incolore. Niveau de surface. 79 : salle 29, US 149, goulot cylindrique et étroit, étranglé à sa base ; verre incolore verdâtre. Phase 4. 80 : salle 9, US 153, pied annulaire replié ; verre incolore. Phase 3b. 81 : salle 19, US 160, pied annulaire replié de petit format ; verre incolore. Phase 4. 82 : salle 15, US 150, pied annulaire replié ; verre incolore. Phase 3ab. 83 : salle 7, US 172, pied annulaire d’une coupe moulée ; verre incolore. Phase 4. 84 : salle 15, US 150, assiette moulée, parois incurvées, rainure interne sous le rebord, pied annulaire ; verre incolore. Phase 3a.

  • 67 Pour une définition de la forme voir : Price, Cottam 1998, p. 202-204. Plu (...)

36Une série de bouteilles incolores qui n’étaient pas observables dans les précédents contextes étudiés est identifiée. Un goulot cylindrique à lèvre simplement arrondie et soulignée par un filet renvoie à un récipient à panse sphérique sur base annulaire, fréquent à la fin du iie s. et dans la première moitié du iiie s. (fig. 13, no 74 : variante AR 150). D’autres contenants se caractérisent par leur goulot cylindrique à embouchure évasée et pincée pour former une mouluration sous la lèvre (fig. 13, nos 75 à 78). Ces embouchures sont caractéristiques de récipients à panse cylindrique munis d’une ou, plus rarement, de deux anses rubanées plates ou quelquefois nervurées. On les rencontre dans toutes les provinces occidentales et orientales dans des contextes de la fin du iie s. et du iiie s.67. Un second flacon globulaire de type Isings 103 (forme déjà mentionnée fig. 11, no 54), en usage dès la seconde moitié du iiie s., est signalé par son goulot caractéristique (fig. 13, no 79). Une petite série de pieds annulaires repliés peut tout aussi bien appartenir à des verres à boire qu’à des flacons, formes en usage dans la seconde moitié du iie s. et au iiie s.

37Les assiettes moulées sont peu nombreuses : outre le rebord déjà signalé (fig. 10, no 37), on reconnaît le pied d’une coupe, dans un contexte tardif d’ensablement (type AR 19 ; fig. 13, no 83) et un plat de type AR 18 dans un niveau de la phase 3 (fig. 13, no 84) ; cette forme, longuement utilisée, est particulièrement fréquente à l’époque sévérienne.

  • 68 À titre d’exemples de mobilier des iiie-ive s. : Charlesworth 1979, p. 222, no 1 et fi (...)

38Trois autres pièces plus luxueuses doivent également être rattachées aux phases 2c ou 3a bien qu’une seule soit datée par son contexte. Une anse, attenante à un fragment d’embouchure découpée, appartient à un skyphos en verre parfaitement incolore. Ces vaisselles moulées, taillées et polies, sont dotées de deux anses à poucier rectangulaire et leur embouchure est souvent découpée près de l’attache des anses. Elles apparaissent dès l’époque hellénistique et le type le plus fréquent, doté d’une base annulaire, est reproduit longuement : en effet, ces pièces cylindriques fabriquées à l’époque augustéenne et au ier s. apr. J.-C. connaissent un revival dans la seconde moitié du iiie s. et au ive s.68. La trouvaille de Leptis Magna appartient très probablement à cette dernière phase de production (fig. 14, no 85).

Fig. 14 : Verres du iiie s.

Fig. 14 : Verres du iiie s.

85 : salle 13, US 13, fragment d’embouchure avec anse d’un skyphos ; verre parfaitement incolore. Phase 3ab. 86 : salle 19, US 335, fragment de coupelle ou de couvercle (?) à parois ondulées. Deux cordons concentriques de verre bleu appliqués. Hors stratigraphie. 87 : salle 16, US 221, fragment d’une petite coupe tronconique mosaïquée ; manque le fond ; verre jaune, vert, rouge et bleu turquoise. Nettoyage d’un sol, non daté.

  • 69 Découvertes dans l’ouest de la Gaule, à Bouillé-Coudrault dans une tombe d (...)

39Dans la salle 19 et dans un niveau non daté, se trouvait un vase fragmenté au profil ondé qui rappelle les verres en forme de coquillage (fig. 14, no 86). Soufflés dans un moule, ces derniers font partie du répertoire de la verrerie des iiie-ive siècles, mais le décor rapporté bleu qui figure sur l’objet étudié est inhabituel si bien que l’on a pu douter de l’ancienneté de la verrerie ; l’analyse chimique a permis de lever le doute. Ce vase appartient bien aux productions romaines décolorées à l’antimoine (cf. annexe de B. Gratuze, p. 2). Coupes et flacons en forme de coquillage font partie des productions rhénanes des iiie et ive siècles, mais apparaissent aussi hors de cette aire de fabrication69. Le fragment de Leptis Magna qui n’a pas de parallèle est une coupelle presque plate qui a peut-être servi de couvercle. Elle est décorée de deux rubans de verre bleu striés et de largeur irrégulière.

  • 70 Grose 1989, no 578, p. 236, 333 et 430.
  • 71 Fouilles sous la direction de F. Villedieu, mobilier en cours d’étude. Villedieu 2007, (...)

40La seule vaisselle mosaïquée des Thermes du Levant vient d’un niveau non daté de la salle 16. Il s’agit d’une coupe de profil tronconique dont le rebord est dans l’alignement des parois (fig. 14, no 87). Le décor est principalement formé de sections de baguettes vertes et jaunes. Le verre jaune est le moins bien conservé. Le rouge et le bleu turquoise sont employés avec parcimonie ; sous le rebord, ils forment un motif floral de pétales rouges autour d’une section de baguette turquoise. Toutes ces matières vitreuses colorées ont été analysées (cf. annexe de B. Gratuze, p. 2-3). Les coupes mosaïquées présentant cette forme ont d’abord été datées du début du ier s. apr. J.-C.70, mais des découvertes récentes, notamment à Rome, dans le comblement d’un caniveau du Palatin, assurent une datation plus tardive, vers la fin du iie s.71. Des coupes moulées de profil comparable qui existent en verre incolore (forme AR 20.2 ou Isings 80) sont datées entre la fin du ier s. et le premier tiers du iiie s., mais les datations les plus fréquentes sont dans l’intervalle chronologique 130-230.

Verres des contextes du ve siècle

41Les niveaux d’abandon de la meunerie et de la boulangerie datés de l’extrême fin du ive s.ou du tout début du ve s. (phase 3b) ont fourni très peu de verres. Hormis quelques fragments vraisemblablement résiduels (supra fig. 13, nos 56, 59), on note un fond de gobelet tronconique de type Isings 106 ou AR 66.1 (fig. 15, no 88). Dans un contexte d’incendie non daté de la salle 37, un rebord de gobelet AR 63 et une coupe hémisphérique AR 57 décorée de rainures entrecroisées pourraient dater ce niveau du courant du ive s. (fig. 15, nos 89 et 90).

42La très grande partie des verres de l’Antiquité tardive est issue des couches d’ensablement qui s’accumulent à partir du début du ve s. ; elle témoigne d’installations précaires ou de rejets provenant des habitations du quartier portuaire. Le mobilier forcément hétérogène de ces niveaux est cependant dominé par la verrerie du ve s.

Fig. 15 : Verres du ive ou du début du ve s.

Fig. 15 : Verres du ive ou du début du ve s.

88 : salle 37, US 194, fond d’un gobelet tronconique ; verre verdâtre. Phase 3b. 89 : salle 37, US 201, rebord de gobelet à décor de stries, bord coupé ; verre incolore verdâtre. Couche d’incendie, non datée. 90 : salle 37, US 201, coupe hémisphérique à décor de stries entrecroisées, bord coupé ; verre incolore verdâtre. Couche d’incendie, non datée. 91 : salle 29, US 149, rebord de gobelet à décor de stries, bord coupé ; verre incolore verdâtre. Phase 4. 92 et 93 : salle 29, US 149, deux rebords de gobelet, bord coupé ; verre incolore verdâtre. Phase 4. 94 : salle 7, US 176, rebord de gobelet, bord coupé ; verre incolore verdâtre. Phase 4. 95 : salle 5, US 283, fond de gobelet tronconique ; verre incolore verdâtre. Hors stratigraphie. 96 : salle 40, US 316, fragment de paroi d’un gobelet, décor de pastilles rapportées ; verre incolore verdâtre ; pastilles bleu foncé. Phase 4. 97 : salle 36, US 180, coupe hémisphérique à bord coupé ; décor gravé de chevrons ; verre verdâtre altéré. Phase 4. 98 : salle 29, US 111, goulot tronconique à bord coupé ; verre incolore verdâtre. Phase 4. 99 : salle 3, US 224, goulot cylindrique embouchure évasée, lèvre ourlée en dedans ; verre incolore. Phase 4. 100 : salle 1, US 286, rebord de gobelet, bord coupé ; verre olive. Phase 3b/4. 101 : salle 7, US 176, rebord de gobelet, bord coupé ; verre olive. Phase 4. 102 : salle 1, US 286, rebord de coupe, bord coupé ; verre olive. Phase 3b/4. 103 : salle 1, US 286, rebord de gobelet tronconique ou de coupe, bord coupé ; verre olive. Phase 3b/4. 104 : salle 36, US 180, rebord de gobelet tronconique ou de coupe, bord coupé ; verre olive. Non daté. 105 : salle 29, US 111, rebord de gobelet tronconique ou de coupe, bord coupé ; verre olive. Phase 4. 106 : salle 1, US 286, fond d’un gobelet ; verre olive. Phase 3b/4. 107 : salle 5, US 178, fond d’un gobelet ; verre olive. 108 : salle 40, US 316, fond épais d’un gobelet ou d’un flacon ; verre olive. Phase 4. 109 : salle 7, US 166, bouton terminal d’une lampe ; verre olive. Phase 3b/4. 110 : salle 29, US 149, rebord à lèvre ourlée à l’extérieur : coupe (?) ; verre olive. Phase 4. 111 : salle 6, US 165, rebord évasé, lèvre épaissie de section triangulaire soulignée par un filet de verre rapporté sur plusieurs rangs : coupe (?) ; verre altéré d’apparence blanchâtre. Phase 3b/4. 112 : salle 5, US 178, rebord évasé, lèvre épaissie : coupe (?) ; verre olive. Phase 4. 113 : salle 36, US 180, rebord à marli, lèvre épaissie, repli sous le rebord formant un bandeau : coupe (?) ; verre olive. Non daté. 114 : salle 40, US 319, fond sur pied annulaire rapporté et enroulé sur deux épaisseurs ; verre olivâtre. Phase 4. 115 : salle 5, US 178, fond sur pied annulaire rapporté et enroulé sur deux épaisseurs ; verre verdâtre. Phase 4. 116 et 117 : salle 40, US 316, deux piédouches de coupes ; verre olive et verre violacé.

  • 72 À titre d’exemple voir la trouvaille de Zaouiet el-Metin en Égypte : Arveiller-Dulong, (...)
  • 73 L’atelier de Jalame, installé à une dizaine de km au nord-est d’Haïfa, produisait ces (...)
  • 74 Cingolani 2015, p. 60, no 219, l’absence de dessin ne permet pas d’observer le profil (...)
  • 75 Découvertes à Bordeaux près d’un sarcophage en plomb (Musée d’Aquitaine, B (...)
  • 76 Ces embouchures, identiques à celles des aryballes égyptiens, sont remarquées sur des (...)

43Le mobilier soufflé dans une matière verdâtre clair qui peut dater de la seconde moitié du ive s. comprend des gobelets tronconiques, parfois gravés et à bord coupé (fig. 15, nos 91 à 95). Les motifs de chevrons ou de lancettes, visibles sur une coupe en forme de calotte (fig. 15, no 97), sont relativement fréquents sur les objets retrouvés dans l’ensemble de l’Empire romain72. Un débris de paroi de gobelet ou de lampe, toujours en verre clair, est décoré de pastilles de verre bleu (fig. 15, no 96) ; il témoigne sans doute d’une importation palestinienne de la fin du ive s.73. Une embouchure tronconique pourrait avoir la même origine (fig. 15, no 98). Un goulot étroit et cylindrique, à embouchure évasée et lèvre largement repliée à l’intérieur pour ne permettre qu’un écoulement réduit du contenu, appartient à la forme Isings 105, une fiole fusiforme caractéristique du ive s., (fig. 15, no 99).
Largement répandus dans tout l’Empire romain, mais rarement signalés en Tripolitaine74, ces contenants de taille variable n’ont pas tous le même type de lèvre largement ourlée ; les pièces dotées de cette embouchure particulière se rencontrent aussi bien en Occident75 que dans les provinces orientales d’où elles sont peut-être originaires76. La présence de ce goulot prouve que ces fioles, contrairement à ce qui est souvent écrit, ne sont pas exclusivement dédiées à un usage funéraire.

  • 77 Cette composition dite groupe 1 ou HIMT est révélée par de très nombreuses (...)
  • 78 Le profil particulier du bord no 106 à lèvre bien dégagée se retrouve à Sa (...)

44Une grande partie de la verrerie présente dans ces niveaux du ve s. (ou postérieurs au ve s.) se caractérise par sa coloration vert olive ou jaune sombre (fig. 15, nos 100 à 108), matière vitreuse d’origine égyptienne77. Elle comprend des coupes et des gobelets de profil comparable aux pièces verdâtres (supra, nos 88-98). Des coupes dont la forme générale ne peut être définie sont signalées par des embouchures différentes, à lèvre ourlée (fig. 15, no 110) ou épaissie en triangle78, parfois soulignée d’un listel dû à un repli du verre ou à des filets de verre appliqués (fig. 15, nos 111 à 113). Elles reposaient sur des pieds faits par enroulement d’un cordon de verre ou sur des piédouches massifs (fig. 15, nos 114 à 117). Une seule lampe, attestée par son fond en bouton, est discernable (fig. 15, no 109).

Fig. 16 : Verres du ve s.

Fig. 16 : Verres du ve s.

118 : salle 5, US 178, très large rebord évasé, lèvre repliée vers l’extérieur ; verre olive. Phase 4. 119 : salle 36, US 180, large piédouche d’une assiette ; verre olive. Non daté. 120 : salle 36, US 180, panse d’une bouteille cylindrique ; décor abrasé de motifs géométriques disposés en registres ; verre olive. Non daté. 121 et 122 : salle 40, US 317, deux fragments de panse d’une ou de deux bouteilles cylindriques ; décor abrasé de motifs géométriques disposés en registres ; verre olive. Phase 4. 123 : salle 40, US 316, goulot à embouchure tronconique d’une bouteille cylindrique, cordon de verre épais rapporté sous la lèvre ; verre olive. Phase 4. 124 : salle 5, US 178, goulot de même type que ci-dessus. Phase 4. 125 : salle 42, US 237, goulot de même type que ci-dessus, mais verre dévitrifié d’apparence blanchâtre et opaque. Phase 4. 126 : salle 40, US 317, goulot cylindrique à embouchure évasée, lèvre à marli, cordon de verre épais rapporté sous la lèvre ; goulot verdâtre avec des traînées violines, cordon vert olive. Phase 4. 127 : salle 36, US 180, goulot à embouchure tronconique d’une bouteille cylindrique, filet de verre rapporté sur plusieurs enroulements sous la lèvre ; attache d’une anse. Non daté. 128 : salle 40, US 317, goulot à embouchure tronconique ; lèvre ourlée vers l’intérieur ; attache d’une anse bifide, rubanée ; verre vert jaune, olive. Phase 4. 129 : salle 40, US 317, extrémité d’une anse appartenant sans doute au goulot précédent et portant une applique moulée représentant une tête de lion ; verre vert jaune, olive. Phase 4. 130 : salle 1, US 286, goulot à embouchure tronconique complet sans attache d’anse ; lèvre ourlée vers l’intérieur ; verre olive. Phase 3b/4. 131 : salle 6, US 166, moitié d’un goulot à embouchure tronconique ; lèvre ourlée vers l’intérieur ; verre violet. Phase 3b/4. 132 : salle 7, US 173, fragment de panse d’un flacon bicéphale soufflé dans un moule ; verre olive.

  • 79 Foy 2009, p. 124-125.

45Les formes ouvertes, assiettes ou grands plats, ne sont représentées que par un large rebord à lèvre replié en crochet (diam. 38 cm) et un piédouche (fig. 16, nos 118, 119). Ces grands récipients à rebords recourbés ont été mis en évidence dans des contextes du ve s. du sud de la Gaule, mais une origine orientale est soupçonnée79.

46Les contenants sont plus diversifiés, mais pourraient essentiellement provenir d’Égypte. Trois fragments de panse à décor abrasé géométrique et des embouchures tronconiques décorées de filets de verre appliqués attestent la présence de bouteilles cylindriques à une anse (proches du type Isings 126), modèles bien connus en Égypte, mais aussi dans les provinces occidentales (fig. 16, nos 120 à 127). Fabriqués dans une matière verdâtre ou olivâtre, ces récipients sont, aux Thermes du Levant, de teinte olive comme c’est très souvent le cas pour les trouvailles méditerranéennes. L’un d’eux se différencie par son rebord très évasé et sa matière veinée de violet révélant l’emploi du manganèse dans la composition du verre (fig. 16, no 126). Ces goulots qui proviennent de quatre espaces sont fragmentés et les anses ne sont pas toujours observables.

  • 80 Arveiller-Dulong, Nenna 2005, p. 429, nos 1221 à 1226. Ces appliques ont été fabriquée (...)
  • 81 Kunina 1997, p. 288, no 175 et fig. 103.

47Trois autres goulots en verre plus mince, jaune sombre, olive et violine, se distinguent par leur rebord ourlé vers l’intérieur (fig. 16, nos 128, 130, 131). L’un d’eux (fig. 16, no 128) appartient à une cruche à anse bifide dont l’extrémité inférieure est ornée d’un médaillon en très fort relief et en forme de tête de lion (fig. 16, no 129) ; le mufle, les yeux et la crinière du fauve sont nettement représentés. Ce type d’applique signe sans doute une production égyptienne80. La cruche qui portait ce médaillon était probablement ovoïde et son pied pouvait être fait d’un cordon de verre enroulé à l’image d’un récipient complet exhumé à Kertch81.

  • 82 Foy 2010b.

48Dans ces niveaux d’ensablement était également un fragment de panse d’un petit flacon soufflé dans un moule représentant deux visages juvéniles entourés d’une chevelure bouclée (fig. 16, no 132). Ces petits récipients, bien connus en Méditerranée orientale et importés sur les littoraux de la Méditerranée occidentale, sont originaires d’Égypte ou de Syrie et apparaissent au début du ve s. On a proposé de les identifier à des ampoules de pèlerinage82.

  • 83 Hayes 1986, fig. 121, no B 57 ; Joly 1992, fig. 203 et 204. Fünfschilling 1999, pl. (...)

49Le mobilier postérieur au ve s., rare, provient des niveaux d’ensablement et se réduit à des verres à tige pleine et courte caractéristiques des productions africaines du vie s. (fig. 17, nos 133-138). De nombreux exemplaires ont été exhumés dans diverses fouilles de Tunisie et de Tripolitaine83.

Fig. 17 : Verres du vie s.

Fig. 17 : Verres du vie s.

133 : salle 1, US 266, pied et tige d’un verre à boire ; verre olive. Phase 3b/4. 134 : salle 1, US 266, tige d’un verre à boire ; verre noir opaque complétement altéré. Phase 3b/4. 135 : salle 1, US 286, tige d’un verre à boire ; verre noir opaque complétement altéré. Phase 3b/4. 136 : salle 39, US 287, partie médiane d’un verre à tige ; verre jaune sombre. Phase 4. 137 : salle 39, US 287, partie médiane d’un verre à tige ; verre noir opaque, altéré. Phase 4. 138 : salle 3, US 281, partie médiane d’un verre à tige ; verre jaune sombre. Phase 4.

La parure

50Très peu d’éléments de parure ont été retrouvés. Un fragment de bracelet godronné et deux petites billes de verre, probablement destinées à être enchâssées dans des pendants d’oreille, sont en verre bleu.

51Deux pastilles en verre coloré sont plates sur une face et bombées sur l’autre. L’une, dans la phase 3a, est bleu foncé ; l’autre, non datée, est en verre mosaïqué constitué de sections de baguettes jaunes et vertes ; sur une petite portion du pourtour du jeton on note un fil de verre bleu et jaune. Ces pastilles sont identifiées à des pions de jeu ou bien à des éléments d’incrustation pour du mobilier.

52Les verres des Thermes du Levant ne représentent qu’une très faible part du mobilier recueilli, mais constituent un lot varié qui pour l’essentiel est datable entre le iiie et le ve s. Ils sont aussi de rares témoignages de l’instrumentum en verre dans les contextes non funéraires de Tripolitaine.

53Les pièces antérieures au milieu du iie s. sont très peu nombreuses et se trouvent en position résiduelle. Outre le bol moulé (no 30), les balsamaires tubulaires Isings 8 (nos 23, 24) et le rebord de coupe Isings 42 (no 38), on compte un autre fond de balsamaire du ier s. et des bouteilles carrées discernables par des débris de fonds dans les salles 18 et 19.

54Les vitrages, provenant essentiellement des contextes de la phase 3, doivent être rattachés à l’établissement balnéaire occupé du milieu du iie au milieu du iiie s. Relativement abondante, cette documentation met en évidence la coexistence de vitres en verre et en pierre et fournit un nouveau format pour les carreaux de sélénite.

Fig. 18 : Parure et petits éléments en verre

Fig. 18 :             Parure et petits éléments en verre

139 : salle 37, US 212, deux petites billes de verre bleu probablement pour des boucles d’oreille. Phase 3b. 140 : salle 17, US 11, bracelet ; verre bleu. Phase 3a. 141 : salle 8, US 83, pastille en verre bleu. Phase 3a. 142 : salle 40, US 290, pastille mosaïquée ; verre vert, jaune et bleu. Non daté (terre végétale).

55La vaisselle de verre a l’intérêt d’offrir des pièces peu ou jamais mentionnées dans l’Afrique romaine. Parmi elles, on remarque un skyphos (no 85) et une fiole fusiforme (no 99) et surtout des gobelets à pied annulaire dentelé et des bouteilles cylindriques qui sont les rares formes constituant de petites séries. Ces bouteilles cylindriques peuvent tout aussi bien venir des provinces septentrionales que d’Italie ou de Méditerranée orientale. Souvent issus des contextes de la fin du iis. et du début du iiie s., ces contenants semblent encore bien utilisés à Leptis Magna à la fin du iiie s. à moins qu’ils ne soient la trace de l’occupation thermale. Peu attestés dans les provinces occidentales, les gobelets à base festonnée, présents dès le milieu du iiie s., forment une série remarquable : ils sont, avec les verres à pied annulaire enroulé qui apparaissent au tout début du ive s. (cf. contexte C), les verres à boire les plus fréquents. Une production locale est envisageable, mais des importations d’Égypte ou de mer Égée sont tout aussi vraisemblables. Ce lot de mobilier révèle aussi une forme nouvelle, celle d’une coupe ondée et peu profonde (no 86). Le mobilier du ve s. rend surtout compte de la vigueur des importations égyptiennes, mais les verres à tige du vie s. offrent les profils caractéristiques des productions africaines.

Haut de page

Bibliographie

AFAV : Association Française pour l’Archéologie du Verre.

AIHV : Association Internationale pour l’Histoire du Verre.

AR : typologie de Rütti B. 1991, Die römischen Gläser aus Augst und Kaiseraugst, Forschungen in Augst 13/1-2, Augst.

Isings : typologie de Isings C. 1957, Roman Glass from Dated Finds, Groningen-Djakarta.

Alarcão J. 1970, « Vidros romanos de Balsa », O Arqueólogo Português, s. III, VI, p. 237-261.

Alarcão J. 1976, « Verres », in J. Alarcão et alii, Fouilles de Conimbriga, VI. Céramiques diverses et verres, Paris, p. 153-243.

Alfonsi H. 2014, « L’épave Porticcio A. Des œuvres d’art en marbre, une cargaison de vitres et une grande variété d’amphores à l’époque de Philippe Ier, dit Philippe l’Arabe », Cahiers d’Archéologie subaquatique XXII, p. 23-114.

Alfonsi H., Cubells J.-F. 2005, « La cargaison de verres de l’épave de Porticcio (Corse) », in D. Foy (dir.), De transparentes spéculations. Vitres de l‘Antiquité et du haut Moyen Age (Occident – Orient), Catalogue de l’exposition, Bavay (Id’Antique : notions croisées d’héritage romain et d’approches contemporaines 4), p. 42.

Amrein H., Pury-Gysel A. de 2010, « Le verre et le moule hexagonal », in D. Castella, A. de Pury-Gysel (dir.), Le palais de Derrière la Tour à Avenches, 2. Étude des éléments de construction, de décor et du mobilier, Lausanne (Cahiers d’archéologie romande 118 ; Aventicum XVII), p. 249-278.

Andreoli M. 2015, « Glass Finds from a Late Antique-Byzantine Farm at Aïn Ouassel (Tunisia) », AntAfr 51, p. 219-233.

Anselm G. 2002, « Cistern 7 and Its Content », in C. Gerner Hansen (éd.), Carthage. Results of the Swedish Excavations 1979-1983, I. A Roman Bath in Carthage, Stockholm (Skrifter Utgivna Av Svenska Institutet I Rom 54, I), p. 127-130.

Antonaras A. 2012, Fire and Sand. Ancient Glass in the Princeton University Art Museum, New Haven, Londres.

Arveiller-Dulong V., Nenna M.-D. 2005, Les verres antiques du Musée du Louvre, 2. Vaisselle et contenants du Ier siècle au début du VIIe siècle après J.-C., Paris.

Aurigemma S. 1958, Un sepolcreto punico-romano sotto il “Forte della Vite” o “Forte Nord-Ovest” in Tripoli (Libia), Tripoli (Reports and Monographs of the Department of Antiquities in Tripolitania 4).

Barkóczi L. 1988, Pannonische Glasfunde in Ungarn, Budapest (Studia archaeologica 9).

Baratte F., Bejaoui F., Ben Abdallah Z. (dir) 2009, Recherches archéologiques à Haïdra, III, Rome (CÉFR 18/3).

Baxter M.J., Jackson C.M., Cool H.E.M. 1995, « Compositional Variability in Colourless Roman Vessel Glass », Archaeometry 37, p. 129-141.

Biaggio Simona S. 1991, I Vetri romani provenienti dalle terre dell’attuale Cantone Ticino, Locarno.

Bird J. et alii 1993, Bird J., Claridge A., Gilkes O., Neal D., « Porta Pia : Excavations and Survey in an Area of Suburban Rome », PBSR 61, p. 51-114.

Bonifay M., Capelli C. 2013, « Les Thermes du Levant à Leptis Magna : quatre contextes céramiques des IIIe et IVe siècles », avec la collab. de C. Franco, V. Leitch, L. Riccardi, P. Berni Millet, AntAfr 49, p. 67-150.

Bragantini I. 1977, « I vetri », in L. Anselmino et alii, Ostia IV. Le Terme del Nuotatore, scavo dell’ambiente XVI e dell’area XXV, Rome (Studi Miscellanei 23), p. 81-85.

Broise H. 1991, « Vitrages et volets des fenêtres thermales à l’époque impériale », in Les Thermes romains, actes de la table ronde, Rome 11-12 novembre 1988, Rome (CÉFR 142), p. 61-78.

Broise H. et alii 2011, « Jebel Oust (Tunisie), Chronique des activités archéologiques de l’EFR », MEFRA 123-1, p. 328-336.

Brun J.-P. 2011, « Les objets en verre », in H. Cuvigny (éd.), Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d’Égypte, I. Les fouilles et le matériel, Le Caire (Fouilles de l’IFAO 64 ; Praesidia du désert de Bérénice IV), p. 215-241.

Charlesworth D. 1979, « Glass », in P.T. Bidwell (éd.), The Legionary Bath-House and Basilica and Forum at Exeter: with a Summary Account of the Legionary Fortress, Exeter (Exeter Archaeology Report 1), p. 222-231.

Cifani G. et alii 2008, Cifani G., Severini F., Felici F., Munzi M., « Leptis Magna : una tomba a camera nel suburbio occidentale (uadi Rsaf) », in L’Africa romana XVII, Rome, p. 2287-2316.

Cingolani S. 2015, I vetri del Museo archeologico di Tripoli, Oxford (Archaeopress Roman Archaeology 7).

Clairmont C.W. 1963, The Excavations at Dura-Europos. Final Reports, IV, Part V. The Glass Vessels, New Haven (Excavations at Dura-Europos. Final Report 4/5).

Comelli S. 2001, « Il vetro », in F. Tassaux, R. Matijašić, V. Kovačić, Loron (Croatie). Un grand centre de production d’amphores à huile istriennes (Ier-IVe s. P.C.), Bordeaux (Mémoires-Ausonius 6), p. 239-259.

Coutsinas N. 2012, « Le matériel en verre de la cité d’Itanos (Crète orientale) », in Annales du 18e Congrès de l’AIHV (Thessalonique 2009), Thessalonique, p. 233-240.

Cruz M. da 2009, O vidro romano no Noroeste Peninsular. Um olhar a partir de Bracara Augusta, 3 vol., Université de Minho, Braga, thèse (en ligne sur http://repositorium.sdum.uminho.pt/handle/1822/9883).

Czurda-Ruth B. 2007, Hanghaus 1 in Ephesos. Die Gläser, Vienne (Forschungen in Ephesos VIII/7).

Davidson Weinberg G. (éd.) 1988, Excavations at Jalame. Site of a Glass Factory in Late Roman Palestine, Columbia.

Échanges et commerce 2003, Foy D., Nenna M.-D. (dir.), Échanges et commerce du verre dans le monde antique, Actes du colloque de l’AFAV, Aix-en-Provence – Marseille, 7-9 juin 2001, Montagnac (Monographies Instrumentum 24).

Erten E., Gençler Guray Ç. 2015, « Glass Finds from Villa-A in Zeugma, Gaziantep-Turkey », in Annales du 19e congrès de l’AIHV (Piran, 2012), Koper, p. 304-313.

Follmann-Schulz A.-B. 1988, Die Römischen Gläser aus Bonn, Cologne (Beihefte der BJ 46).

Fontaine S., Foy D. 2007, « L’épave Ouest Embiez 1, Var. Le commerce maritime du verre brut et manufacturé en Méditerranée occidentale dans l’Antiquité », RAN 40, p. 235-268.

Fontana S. 1996, « Il corredo », in G. Di Vita-Evrard, S. Fontana, F. Mallegni, M. Munzi, L. Musso, « L’ipogeo dei Flavi a Leptis Magna presso Gasr Gelda », LibAnt n.s., 2, p. 112-120.

Foy D. 2003, « Le verre en Tunisie : l’apport des fouilles récentes tuniso-françaises », Journal of Glass Studies 45, p. 59-89.

Foy D. 2009, « Les apports de verres de Méditerranée orientale, en Gaule méridionale aux IVe et Ve s. apr. J.-C. », in Annales du 17e congrès de l’AIHV (Anvers 2006), Bruxelles, p. 121-129.

Foy D. 2010a, « Cruche et bouteille incolores à large embouchure moulurée. Des récipients populaires du IIe-IIIe siècles », Bulletin de l’AFAV, p. 33-38.

Foy D. 2010b, « Fioles bicéphales de la fin de l’Antiquité en Narbonnaise », in Ch. Fontaine-Hodiamont (dir.), D’Ennion au Val Saint-Lambert. Le verre soufflé-moulé, Actes des 23e Rencontres de l’AFAV, Colloque international, Bruxelles-Namur, 17-19 octobre 2008, Bruxelles (Scientia Artis 5), p. 261-266.

Foy D. 2010c, Les verres antiques d’Arles. La collection du musée départemental Arles antique, Paris.

Foy D. 2012, « Le verre », in C. Balmelle, A. Bourgeois, H. Broise, J.-P. Darmon, M. Ennaïfer, Carthage, colline de l’Odéon, Maisons de la Rotonde et du Cryptoportique (Recherches 1987-2000), 2. Les données de fouilles, Rome (CÉFR 457), p. 765-796.

Foy D., Fontaine S. 2008, « Diversité et évolution des vitrages de l’Antiquité et du haut Moyen Âge. Un état de la question », Gallia 65, p. 405-459.

Foy D., Marty M.-T. 2013, « Les importations de verres septentrionaux dans le Sud de la Gaule (IIIe-IVe s.) : des liens avec les ateliers rhénans », Aquitania 29, p. 155-190.

Foy D. et alii 2003, Foy D., Picon M., Vichy M., Thirion-Merle V., « Caractérisation des verres de la fin de l’Antiquité en Méditerranée occidentale : l’émergence de nouveaux courants commerciaux », in Échanges et commerce 2003, p. 41-86.

Foy D., Thirion-Merle V., Vichy M. 2004, « Contribution à l’étude des verres antiques décolorés à l’antimoine », Revue d’Archéométrie 28, p. 169-177.

Freestone I.C., Wolf S., Thirlwall M. 2005, « The Production of HIMT Glass : Elemental and Isotopic Evidence », in Annales du 16e Congrès de l’AIHV (Londres, 7-13 septembre 2003), Nottingham, p. 153-157.

Fünfschilling S. 1999, « Gläser aus den Grabungen des Deutschen Archäologischen Instituts in Karthago. Die Grabungen ‘Quartier Magon’ und Rue Ibn Chabâat sowie kleinere Sondagen », in F. Rakob (éd.), Karthago III, Mayence, p. 435-529.

Ganio M. et alii 2012, Ganio M., Boyen S., Brems D., Scott R., Foy D., Latruwe K., Molin G., Silvestri A., Vanhaecke F., Degryse P., « Trade Routes Across the Mediterranean: a Sr/Nd Isotopic Investigation on Roman Colourless Glass », Glass Technology. European Journal of Glass Science and Technology A 53(5), p. 217-224.

Gauckler P. 1903, « Le quartier des Thermes d’Antonin et le couvent de Saint-Étienne à Carthage », BCTH, p. 410-420.

Gençler Ç. 2003, « I vetri », in E. Equini Schneider (éd.), Elaiussa Sebaste, II. Un porto tra Oriente e Occidente, Rome (Bibliotheca archaeologica 37), p. 708-736.

Gendron C. 1974, « Les verres gallo-romains : richesse méconnue des musées vendéens », Archéologia 68, p. 36-45.

Gorin-Rosen Y. 2002, « The Glass Vessels from Burial Cave D at Hurfeish », in Z. Gal (éd.), Eretz Zafon : Studies in Galilean Archaeology, Jérusalem, p. 140-166.

Gorin-Rosen Y., Katsnelson N. 2007, « Local Glass Production in the Late Roman-Early Byzantine Periods in Light of the Glass Finds from Khirbat el-NiʻAna », Atiqot 57, p. 73-154.

Gratuze B. 2013, « Glass Characterisation using Laser Ablation Inductively Coupled Plasma Mass Spectrometry Methods », in K. Janssens (éd.), Modern Methods for Analysing Archaeological and Historical Glass, 1, Chichester, p. 201-234.

Gratuze B. 2014, « Application de la spectrométrie de masse à plasma avec prélèvement par ablation laser (LA-ICP-MS) à l’étude des recettes de fabrication et de la circulation des verres anciens », in Ph. Dillmann, L. Bellot-Gurlet (dir.), Circulation des matériaux et des objets dans les sociétés anciennes, Paris (Collection Sciences Archéologiques), p. 243-272.

Grose D 1979, « The Syro-Palestinian Glass Industry in the Later Hellenistic Period », Muse 13, p. 54-67.

Grose D. 1989, The Toledo Museum of Art. Early Ancient Glass. Core-Formed, Rod-Formed and Cast Vessels and Objects from the Late Bronze Age to the Early Roman Empire, 1600 B.C. to A.D. 50, New York.

Grossmann R.A. 2013, « Glass », in W. Aylard (éd.), Excavations at Zeugma conducted by Oxford Archaeology, Los Altos, p. 218-258.

Harden D.B. 1936, Roman Glass from Karanis Found by the University of Michigan Archaeological Expedition in Egypt, 1924-1929, Ann Arbor (University of Michigan Studies, Humanistic Series XLI).

Harden D.B. 1962, « Glass in Roman York », in An Inventory of the Historical Monuments in the City of York, I. Eburacum, Roman York, Londres, p. 136-141.

Hayes J.W. 1986, « The Glass », in P.M. Kenrick (éd.), Excavations at Sabratha 1948-1951, A Report of the Excavations conducted by Dame Kathleen Kenyon and John Ward-Perkins, Londres (JRS Monograph 2), p. 297-311.

Huisman D.J. et alii 2009, Huisman D.J., De Groot T., Pols S., van Os B.J.H., Degryse P., « Compositional Variation in Roman Colourless Glass Objects from the Bocholtz Burial (The Netherlands) », Archaeometry 51, p. 413-439.

Ingemark D. 2012, « The Glass from San Lorenzo in Lucina », in O. Brandt (éd.), San Lorenzo in Lucina. The Transformations of a Roman Quarter, Stockholm (Skrifter Utgivna Av Svenska Institutes I Rom. Series in-4° 61), p. 321-330.

Isings C. 1965, « The Glass », in M.J. Vermaseren, C. van Essen (éd.), The Excavations in the Mithreum of the Church of Santa Prisca in Rome, Leyde, p. 508-529.

Israeli Y. 2003, Ancient Glass in the Israel Museum. The Eliahu Dobkin Collection and Others Gifts, Jérusalem.

Israeli Y. 2008, « The Glass Vessels », in J. Patrich (éd.), Archaeological Excavations at Caesarea Maritima Areas CC, KK and NN. Final Reports, 1. The Objects, Jérusalem, p. 369-418.

Jackson C.M. 2005, « Making Colourless Glass in the Roman Period », Archaeometry 47(4), p. 763-780.

Jackson C.M., Baxter M.J., Cool H.E.M. 2003, « Identifying Group and Meaning : An Investigation of Roman Colourless Glass », in Échanges et commerce 2003, p. 33-39.

Jennings S. 2004-2005 [2006], Archaeology of the Beirut Souks 2, AUB and ACRE Excavations in Beirut, 1994-1996. Vessel Glass from Beirut, BEY 006, 007 and 045, Beyrouth (Berytus XLVIII-XLIX).

Joly E. 1992, « Oggetti di vetro, di pasta vitrea, di pietra dura », in E. Joly, S. Garraffo, A. Mandruzzato, « Materiali minori dallo scavo del teatro di Leptis Magna », QAL 15, p. 199-233.

Kallala N., SanmartÍ J. (dir.) 2011, Althiburos I, La fouille dans l’aire du capitole et dans la nécropole méridionale, Tarragone (Documenta 18).

Kucharczyk R. 2010a, « Glass from Area F on Kom el-Dikka (Alexandria) », in Polish Archaeology in the Mediterranean, XIX. Reports 2007, Varsovie, p. 56-70.

Kucharczyk R. 2010b, « Glass from Houses 1 and 2 in Marina el-Alamein », in Polish Archaeology in the Mediterranean, XIX. Reports 2007, Varsovie, p. 114-130.

Kunina N. 1997, Ancient Glass in the Hermitage Collection, Saint Pétersbourg (Art Treasures of Russia).

Lepri B. 2013, « Il vetro della media età imperiale nelle stratigrafie delle Terme di Elagabalo », in C. Panella, L. Saguì (éd.), Valle del Colosseo e pendici nord-orientali del Palatino. 2, Rome (Materiali e Contesti 2 ; Dopo lo scavo 2), p. 139-160.

Moriconi M. P. 1968, « Vetri », in A. Carandini et alii, Ostia I, Le Terme del Nuotatore, scavo dell’ambiente IV, Rome (Studi Miscellanei 13), p. 68-80.

Moriconi M. P. 1970, « Vetri », in F. Berti et alii, Ostia II, Le Terme del Nuotatore, scavo dell’ambiente I, Rome (Studi Miscellanei 16), p. 71-83.

Nenna M.-D., Gratuze B. 2009, « Étude diachronique des compositions de verres employés dans les vases mosaïqués antiques : résultats préliminaires », in Annales du 17e congrès de l’AIHV (Anvers, 2006), Bruxelles, p. 199-205.

Paulin M., Dagnas G. 2010-2012, « Les Thermes du Levant à Leptis Magna : présentation architecturale et périodisation générale », avec la collab. de M. Bonifay, AntAfr 46-48, p. 99-145.

Paynter S. 2006, « Analyses of Colourless Roman Glass from Binchester, County Durham », Journal of Archaeological Science 33(8), p. 1037-1057.

Ployer R. 2013, « Gläser », in A. Schmidt-Colinet, W. Al-As’ad (éd.), Palmyras Reichtum durch Weltweiten Handel, 2. Kleinfunde, Vienne, p. 127-205.

Price J. 1985a, « Early Roman Vessel Glass from Burials in Tripolitania : A Study of Finds from Forte della Vite and Other Sites now in the Collections of the National Museum of Antiquities in Tripoli », in D.J. Buck, D.J. Mattingly (éd.), Town and Country in Roman Tripolitania Papers in Honour of Olwen Hackett, Oxford (BAR Int. S. 274 ; Society for Libyan Studies. Occasional Papers 2), p. 67-106.

Price J. 1985b, « Late Hellenistic and Early Imperial Vessel Glass at Berenice. A Survey of Imported Tableware Found during Excavations at Sidi Khrebish, Benghazi », in G. Barker, J. Lloyd, J. Reynolds (éd.), Cyrenaica in Antiquity, Oxford (BAR Int. S 236 ; Society for Libyan Studies. Occasional Papers 1), p. 287-296.

Price J. 1997, « The Glass », in T.W. Potter, A.C. King (éd.), Excavations at the Mola di Monte Gelato. A Roman and Medieval Settlement in South Etruria, Rome (Archaeological Monographs of the British School at Rome 11), p. 265-286.

Price J., Cottam S. 1998, Romano-British Glass Vessels : A Handbook, York (Practical Handbook in Archaeology 14).

Raux S. 2014, « Vaisselle en verre et vitrage antique du site du Parking Jean-Jaurès à Nîmes », Bulletin de l’AFAV, p. 58-69.

Rebuffat R. 1974-1975, « Bu Njem 1971 », LibAnt XI-XII, p. 189-241.

Rodziewicz M. 2005, Elephantine, XXVII. Early Roman Industries on Elephantine, Mayence (DAI Kairo 107).

Roffia E. 1973, « Vetri » in A. Frova (éd.), Scavi di Luni I. Relazione preliminare delle campagne di scavo 1970-1971, Rome, p. 462-482.

Rosenow D., Rehren T. 2014, « Herding Cats – Roman to Late Antique Glass Groups from Bubastis, Northern Egypt », Journal of Archaeological Science 49, p. 170-184.

Roussel-Ode J. 2014, Le verre antique dans les chefs-lieux de cités de la moyenne vallée du Rhône, Montagnac (Monographies Instrumentum 49).

Sarig S. 2009, « Glass Vessels from Ras el-ʻEin », in Y. Magen (éd.), Flavia Neapolis. Shechem in the Roman Period, II, Jérusalem (Judea and Samaria Publications 11), p. 23-37, 69-79.

Seillier C. 2007, « Ensemble de verrerie du IIIe s. ap. J.-C. provenant du castrum de la Classis Britannica à Boulogne-sur-Mer. Note sur du mobilier inédit », RdN 89, p. 107-111.

Silvano F. 1999, Vetri bizantini dall’Egitto. Medinet Madi 1988, Pise (Catalogo delle collezioni egittologiche / Università di Pisa, Musei di Ateneo 3).

Silvano F. 2012, I vetri di epoca romana dagli scavi di Medinet Madi (1998-2004). L’area del Tempio C, Pise (Monografie di Egitto e Vicino Oriente” V).

Stern E.M. 2001, Roman, Byzantine and Early Medieval Glass 10 BCE – 700 CE: Ernesto Wolf Collection, Ostfildern-Ruit.

Sternini M. 1989, Una manifattura vetraria di V secolo a Roma, Florence.

Sternini M. 1997, « Vetri », in A. Di Vita, A. Martin (éd.), Gortina, II. Pretorio, il materiale degli scavi Colini, 1970-1977, Padoue (Monografie della Scuola archeologica di Atene e delle Missioni italiane in Oriente 7), p. 231-263.

Sternini M. 1999, « Il vetri provenienti dagli scavi della missione italiana a Cartagine (1973-1977) », Journal of Glass Studies 41, p. 83-103.

Sterrett-Krause A. 2009, « Evidence for Glass Working from the Yasmina Necropolis at Carthage », in Annales du 17e congrès de l’AIHV (Anvers 2006), Bruxelles, p. 240-246.

Tite M., Pradell T., Shortland A. 2008, « Discovery, Production and Use of Tin-Based Opacifiers in Glasses, Enamels and Glazes from the Late Iron Age Onwards: A Reassessment », Archaeometry 50(1), p. 67-84.

Vessberg O. 1952, « Roman Glass in Cyprus », Opuscula Archaeologica VII, s. 16, p. 109-165.

Villedieu F. 2007, La Vigna Barberini, II. Domus, palais impérial et temples : stratigraphie du secteur nord-est du Palatin, Rome (Roma Antica 6).

Weinberg G.D., Stern E.M. 2009, Vessel Glass, Princeton (The Athenian Agora XXXIV).

Whitehouse D. 2001, Roman Glass in the Corning Museum of Glass, II, Corning (The Corning Museum of Glass Catalog Series).

Yacoub M. 1971-1972, « Les verres romains des musées de Sfax, de Sousse et du Bardo », Bulletin de l’AIHV 6, p. 29-70.

Haut de page

Annexe

Analyses de deux verres des Thermes du Levant

Bernard Gratuze

Directeur de Recherche au CNRS, IRAMAT, UMR 5060 Centre Ernest Babelon CNRS/Univ. Orléans

Une coupe incolore à décor bleu (fig. 14, n° 86) et un verre mosaïqué (fig. 14, n° 87) ont été analysés par spectrométrie de masse avec prélèvement par ablation laser (LA-ICP-MS) au Centre Ernest-Babelon de l’IRAMAT à Orléansa. L’ensemble des verres colorés présents au sein du verre mosaïqué (bleu, jaune, rouge et vert) a été étudié, tandis que pour la coupe n° 86, seul le verre incolore a été analysé. D’une façon générale, les compositions en éléments majeurs et mineurs de ces verres permettent de les rapprocher des productions verrières antiques attribuées au Proche-Orient au sens large (Levant et Égypte).

Les résultats obtenus montrent que le verre incolore de la coupe n° 86 est décoloré à l’antimoine. Les teneurs en alumine (1,8 %), chaux (5,9 %), magnésie (0,55 %) et potasse (0,38 %) y sont relativement faibles, tandis que la teneur en soude est plutôt élevée (21,3 %). Ces caractéristiques chimiques permettent de rapprocher cet objet des verres du groupe 4 déjà identifié à partir des blocs de verre brut de l’épave Ouest Embiez et de la vaisselle incolore provenant de différents sites archéologiques datés en majorité des iie et iiie s.b

D’après leurs compositions, les verres colorés du verre mosaïqué appartiennent à différents groupes chimiques.

Le verre bleu, coloré par l’oxyde de cuivre, a une composition de base qui pourrait aussi se rapprocher des verres du groupe 4. Sa composition est en effet caractérisée par de faibles teneurs en chaux et en manganèse et de fortes teneurs en soude et en antimoine. En l’absence d’étude de la structure du verre par microscopie électronique, il n’est donc pas possible de savoir si ce dernier élément sert d’opacifiant ou de décolorant. L’état de corrosion très avancé de ce verre ne permet pas non plus d’observer si le verre bleu est transparent ou légèrement opacifié. Dans ces conditions, ce verre bleu peut donc être considéré soit comme un verre levantin non décoloré (sans ajout ni de manganèse ni d’antimoine), auquel on a ajouté des oxydes de cuivre (couleur bleue) et de l’antimoniate de calcium (opacifiant), ou alors comme un verre décoloré à l’antimoine auquel on a ajouté des oxydes de cuivre.

Les verres rouge et vert sont eux aussi colorés par le cuivre, sous forme réduite pour le verre rouge (cristaux de cuivre métallique dispersés dans le verre), sous forme oxydée pour le verre vert. Comparativement au verre bleu, ces deux verres contiennent une plus forte proportion d’oxyde de manganèse (0,31 et 0,55 %) et de plus fortes teneurs en magnésie et en potasse ce qui les rapprochent des verres rouges et verts déjà étudiés au sein d’un vaste corpus de verres mosaïqués antiquesc. Ces verres sont caractérisés par une composition intermédiaire entre celle des verres au natron et celle des verres sodiques aux cendres de plantes. L’ajout d’agents réducteurs sous forme de charbon de bois peut expliquer cet excès de potasse et de magnésie dans le cas des verres rouges, cet ajout est cependant inutile pour la production de verre vert. On notera aussi les teneurs plus élevées en oxydes de fer, d’étain et de plomb du verre rouge. Ces oxydes introduits volontairement ou non (impureté du cuivre dans le cas de l’étain, si ce colorant est introduit sous forme d’alliage comme le bronze) favorisent la réduction et la nucléation du cuivre.

Le verre jaune au natron est coloré et opacifié par ajout d’antimoniate de plomb. L’emploi de ce colorant-opacifiant est largement attesté au sein des verres opaques antiques jusqu’aux ive-ve siècles, période à partir de laquelle il sera remplacé par le stannate de plombd

Les compositions de ces deux verres, trouvés dans des contextes non datés, assurent qu’ils sont bien antiques, mais ne permettent que de les situer dans un arc chronologique large qui s’étend entre la fin du ier s. de notre ère et le début du ive s.

Coupe n° 86 Verre mosaïqué n° 87
oxyde % Bleu Jaune Rouge Vert
Na2O 21,3 18,7 16,2 11,7 16,8
MgO 0,55 0,69 0,63 2,15 1,35
Al2O3 1,80 2,23 2,15 2,01 2,33
SiO2 67,4 66,4 64,5 59,6 65,3
P2O5 0,059 0,11 0,088 1,07 0,42
Cl 1,14 1,34 0,96 0,79 0,95
K2O 0,38 0,52 1,02 2,57 0,92
CaO 5,87 4,83 6,18 8,62 7,76
TiO2 0,078 0,16 0,11 0,15 0,13
MnO 0,086 0,052 0,22 0,31 0,55
Fe2O3 0,66 1,04 1,34 1,55 1,15
CuO 0,069 2,02 0,57 1,97 0,96
SnO2 0,013 0,11 0,065 0,27 0,045
Sb2O3 0,50 1,13 1,24 0,34 0,69
PbO 0,021 0,47 4,53 6,64 0,36
oxyde ppm
Li2O 9,9 9,9 11,5 7,8 10,7
B2O3 592 774 553 550 641
V2O5 18,2 20,7 36,2 36,9 46,1
Cr2O3 14,6 64,0 59,0 43,4 46,5
CoO 63,1 13,6 12,6 21,3 37,3
NiO 9,0 18,9 14,1 22,8 21,4
ZnO 47,2 271 60,5 329 121
GaO 3,4 3,5 3,8 3,4 3,6
As2O3 43,5 93,8 86,7 38,3 59,3
Rb2O 9,3 7,5 7,9 10,7 6,7
SrO 447 447 591 836 717
Y2O3 6,3 7,7 7,5 6,2 9,5
ZrO2 59,3 79,0 79,4 73,5 92,0
Nb2O3 2,0 3,8 2,9 3,6 3,5
MoO 0,8 0,4 0,6 2,0 1,6
Ag 0,7 6,7 8,4 10,6 4,2
Cs2O 0,12 0,14 0,12 0,16 0,09
BaO 150 159 212 303 407
La2O3 6,9 11,4 8,9 7,5 8,8
CeO2 13,3 22,9 16,2 15,9 16,8
PrO2 1,6 2,2 2,0 1,6 2,0
Nd2O3 6,3 8,6 8,0 6,3 8,0
Sm2O3 1,2 1,6 1,6 1,2 1,5
Eu2O3 0,34 0,48 0,45 0,29 0,44
Gd2O3 1,0 1,4 1,4 1,0 1,5
Tb2O3 0,18 0,22 0,22 0,18 0,23
Dy2O3 1,1 1,3 1,4 1,1 1,5
Ho2O3 0,22 0,27 0,24 0,22 0,29
Er2O3 0,56 0,70 0,67 0,64 0,77
Tm2O3 0,09 0,11 0,09 0,08 0,11
Yb2O3 0,59 0,75 0,71 0,56 0,85
Lu2O3 0,09 0,10 0,10 0,08 0,11
HfO2 1,3 2,0 1,8 1,7 2,4
Ta2O3 0,11 0,19 0,15 0,20 0,20
Au 0,1 1,2 1,8 0,5 0,6
Bi 0,2 1,5 3,2 3,1 0,9
ThO2 1,1 2,0 1,9 1,5 1,7
UO2 1,1 1,4 1,2 0,9 1,2

Compositions obtenues par LA-ICP-MS : principaux oxydes en % massique, autres oxydes en parties par million (ppm, 1 ppm = 0,0001 %)

Haut de page

Notes

1 Voir les principales phases de l’évolution de l’édifice dans : Paulin, Dagnas 2010-2012 ; Bonifay, Capelli 2013, p. 68-69.

2 Ces carreaux de verre excèdent rarement 60 cm de côté ; voir le tableau rassemblant les différents modules connus des vitres romaines dans Foy, Fontaine 2008, p. 415.

3 Fontaine, Foy 2007, p. 256-258.

4 Plus de 120 vitres étaient dans ce bateau ; pour la très grande majorité verdâtres : Alfonsi, Cubells 2005 ; Alfonsi 2014, p. 73-76.

5 Les fragments de la salle 7 viennent de l’US 177 (couche « rouge ») ; ceux qui sortent de la salle 5 étaient dans les US 178 (couche sableuse) et surtout dans les US 189, 196, 197 : Paulin, Dagnas 2010-2012, p. 125-128, fig. 20 et 21 et pour la datation voir p. 129, note 78. Le mobilier céramique, très abondant dans ces niveaux de la salle 5, forme le contexte 2 étudié dans Bonifay, Capelli 2013, p. 82-92.

6 Des vitres avec du mortier de tuileau rose, épais et homogène, sont signalées à Avenches dans l’aile thermale du palais de Derrière la Tour : Amrein, Pury Gysel 2010, p. 263-264.

7 Foy, Fontaine 2008, p. 444-449.

8 Plin., nat., XXXVI, 182 (Les Belles Lettres).

9 Plin., nat., XXXVI, 162 (Les Belles Lettres).

10 Plin., nat., XXXVI (Les Belles Lettres).160.

11 Foy, Fontaine 2008, p. 444-446, fig. 36, nos 2 et 3.

12 Paulin, Dagnas 2010-2012, p. 107, note 31.

13 Plin., nat., XXXVI, 160 (Les Belles Lettres).

14 Dès 1903 des carreaux dits « de gypse » sont signalés dans la maison dite des Protomées : Gauckler 1903, p. 414 ; d’autres fragments proviennent d’une citerne liée à des édifices thermaux : Anselm 2002, p. 129-130, fig. 12 ; ainsi que des fouilles de la maison de la Rotonde : Foy 2012, p. 795-796, fig. 588. 

15 Renseignement de H. Broise. Broise et alii 2011.

16 Fouilles dirigées par F. Baratte et F. Bejaoui. Baratte, Bejaoui, Ben Abdallah (dir) 2009.

17 Fragment provenant des fouilles de J. H. Van der Werff, conservé à Gand (renseignement M. Bonifay).

18 Rebuffat 1974-1975, p. 194, 236, 238.

19 La présence de volets de fenêtres dans les thermes est plusieurs fois avérée : Broise 1991, p. 66-69.

20 La fenêtre de la façade ouest de l’alvéole 39 n’a pas été dégagée : Paulin, Dagnas 2010-2012, p. 136.

21 Il s’agit du contexte 1 dans Bonifay, Capelli 2013, p. 71-82 auquel on a ajouté le mobilier des salles 25 et 26.

22 Ce flacon qui se décline dans diverses proportions se retrouve fréquemment dans les bûchers et les tombes de tout l’Empire. Parmi les découvertes en Tripolitaine voir le mobilier de la nécropole de Forte della Vite à Burj al Dalya : Aurigemma 1958, pl. XV, b et XVIII, a, c ; Price 1985a, p. 93-94, nos 93-96 ; Cingolani 2015, p. 60-62, pl. XXIV, nos 193-195 ; 197-198 et 201, ainsi que des tombes de Gasr Gelda : Fontana 1996 ; de Uadi er-Rsaf : Cifani et alii 2008, p. 2294-2296, fig. 6 ; de Gheddah : Cingolani 2015, p. 87-88, pl. XXIV, no 203.

23 Fünfschilling 1999, nos 383, 384.

24 Hormis le verre en forme de coquillage (cf. annexe), ces verres incolores n’ont pas été analysés, mais leur aspect rappelle les verres décolorés à l’antimoine relativement pauvres en alumine, fer et calcium et riches en soude. De nombreux travaux ont été consacrés à ces verres qui sont très communs aux iie et iiie s. mais dont on ignore l’origine : Baxter, Jackson, Cool 1995 ; Jackson, Baxter, Cool 2003 ; Foy, Thirion-Merle, Vichy 2004 ; Jackson 2005 ; Paynter 2006 ; Huisman et alii. 2009 ; Ganio et alii 2012.

25 Grose 1979 ; 1989, p. 244-247.

26 A titre d’exemple voir le mobilier de Sidi Khrebish à Benghazi : Price 1985b, p. 291, fig. 24.2.

27 Fünfschilling 1999, p. 442-443, nos 14-18.

28 Price 1985a, p. 73 et 97, fig. 6.2, no 21.

29 Fond identique en Tunisie, dans le comblement d’un puits de la fouille de la nécropole de Pupput-Nabeul, daté du milieu du iiie s. (inédit). D’autres fonds découverts à Carthage et non datés proviendraient d’un atelier local : Sterrett-Krause 2009, fig. 6. Nombreuses trouvailles à Ostie : Moriconi 1968, p. 73-74, pl. IX, nos 192-200 ; et dans le sud de la Gaule provenant des fouilles d’Arles : Foy 2010c, nos 667-670 ; d’Alba-la-Romaine, dans des niveaux de la première moitié du iiie s. : Roussel-Ode 2014, pl. 24, nos ALB 486 à ALB 492.

30 Silvano 2012, pl. XXXVIII, nos 727-734 ; Foy 2010c, no 666.

31 Mobilier du musée de Tripoli : Price 1985a, p. 72-75, nos 12 à 21 ; Cingolani 2015, pl. V, nos 67-74 79-82 et pl. VI, nos 83-84, 86-88.

32 Cingolani 2015, type 10.1, p. 23, nos 42 à 51.

33 Hayes 1986, fig. 119, no A 24.

34 Mobilier de Thina et de El Djem : Yacoub 1971-1972, p. 34 et 40, fig. 17 et 24.

35 Carthage : Foy 2012, no 43, fig. 578. Autres fragments de rebord dans la nécropole de Pupput-Hammamet découverts en dehors des tombes (US 1846) ; mobilier inédit.

36 Bonifay, Capelli 2013, p. 82-92.

37 Très peu de formes sont complètes. Des bols ont été reconstitués à Jalame : Davidson Weinberg (éd.) 1988, p. 59, fig. 4-21 ; des cruches parfois colorées en bleu et des amphorisques ont également ce support : Israeli 2003, nos 224 à 226 ; Arveiller-Dulong, Nenna 2005, no 1145.

38 Découvertes sur plusieurs sites de Carthage : Sternini 1999, nos 119-132 ; Foy 2012, nos 146, 147, fig. 583 ; Fünfschilling 1999, no 386.

39 Silvano 2012, pl. XXXVIII, nos 724-740.

40 Ces gobelets à dépressions sont extrêmement nombreux en Égypte d’où ils sont peut-être issus : Silvano 2012, pl. XIX à XXVII.

41 Sternini 1999, nos 6-8.

42 Yacoub 1971-1972, p. 44, no 5 et fig. 29. Des fioles de même type, mais non décorées, trouvées dans le Maghreb, proviennent d’un contexte du ive s. à Nabeul : Foy 2003, p. 70-71, fig. 34 et de la fouille de la domus de la Tigresse à Lambèse en Algérie, dans un niveau de la seconde moitié du iiie s. (fouille A.-A. Malek, mobilier inédit).

43 Deux petits fragments hors stratigraphie et non précisément localisés ne sont pas inventoriés.

44 Ces vases compte-gouttes pansus, habituellement datés de l’Antiquité tardive, sont soufflés dans du verre de teintes diverses : Stern 2001, p. 152-153.

45 Roffia 1973, pl. 82, no 15.

46 Moriconi 1968 : 4 fonds dont 3 incolores, p. 76 et pl. X, nos 224a-b et 225a-b ; Moriconi 1970, p. 36, pl.VIII, no 27 ; Bragantini 1977, pl. 9, no 37.

47 Isings 1965, p. 523, nos 105, 525, fig. 463 ; Sternini 1989, p. 46, pl. 11, no 70 ; Bird et alii 1993, p. 78, no 40 ; Ingemark 2012, fig. 1e.

48 Un fond dentelé dans les fouilles du Monte Gelato : Price 1997, no 70, pl. 187.

49 Huit fonds incolores, provenant de découvertes lors de travaux urbains, sont conservés au Musée d’anthropologie préhistorique de Monaco (inédits).

50 Foy 2010c, no 683. Un fond provenant du site de Besagne-Mayol, à Toulon, est dans un niveau du milieu du iiie s. À Marseille, un exemplaire provient d’un contexte de la seconde moitié du iie s. du dépotoir portuaire de la place Jules Verne. Le fond anciennement découvert à Nice vient du site de Cimiez. Les deux fonds de Nîmes sont dans un contexte du iiie s. : Raux 2014, fig. 10, nos 5 et 6.

51 Comelli 2001, p. 249, no 24.

52 Alarcão 1976, no 193.

53 Gorin-Rosen, Katsnelson 2007, p. 107, fig. 5, no 3 et nombreuses références bibliographiques mentionnées p. 108 ; Israeli 2008, nos 101, 102, p. 379.

54 Découvertes au Fayoum à Karanis : Harden 1936, nos 681-685, 708 et à Medinet Madi : Silvano 2012, p. 51-52, pl. XXXVII, no 715. Présence également à Éléphantine : Rodziewicz 2005, pl. 8, no 174 et dans le désert oriental : Brun 2011, no 136, fig. 271. Sur le littoral méditerranéen, à Marina el-Alamein, et à Alexandrie, ces fonds dentelés sont présents dans des contextes datés de la fin du ive ou du ve s. et quelquefois identifiés comme des bases de flacons : Kucharczyk 2010b, fig. 1, nos 8 à 10, fig. 2, no 4. Id. 2010a, fig. 1, nos 14-16. Voir aussi un fragment égyptien mais de provenance imprécise dans : Arveiller-Dulong, Nenna 2005, no 1211.

55 Clairmont 1963, p. 50-51 ; Ployer 2013, no 414, p. 167-168, 191, fig. 133 et 151.

56 Ils sont signalés en Crète à Gortyne : Sternini 1997, p. 255, no 153, pl. LII, no 14 ; à Itanos et Eleurtherna, Coutsinas 2012, p. 236 et fig. 4d ; dans les fouilles de l’Agora d’Athènes, un fond est dans un contexte du milieu du iiie s. et quatre autres dans des niveaux de l’Antiquité tardive : Weinberg, Stern 2009, nos 264 à 268.

57 Gençler 2003 , p. 714, pl. 42, nos 103, 104 (seconde moitié du iie s.) ; Czurda-Ruth 2007, p. 148-149, pl. 18, nos 613-624 ; Grossmann 2013, p. 234-235, no G46, fig. 45 ; Erten, Gençler Guray 2015, fig. 2, nos 8, 9.

58 Biaggio Simona 1991, p. 116-117, pl. 13.

59 Follmann-Schulz 1988, no 280, p. 82, pl. 35.

60 Barkóczi 1988, pl. XII, no 130.

61 Alarcão 1970, pl. III, no 17.

62 Vessberg 1952, p. 123, pl. IV, no 12. Le profil de ce verre est comparable à une découverte en Pannonie (supra, note 58).

63 Price 1985a, p. 73, no 18 ; ce gobelet viendrait de la nécropole de Forte della Vite.

64 Une forme tronconique plus tardive est attestée en Égypte : Silvano 1999, p. 31, pl. III.

65 L’US 167 du frigidarium-salle 6 appartient au contexte 4 dont la céramique a été étudiée : Bonifay, Capelli 2013, p. 104-134.

66 Vessberg 1952, p. 123, pl. II, nos 10, 15 ; Sarig 2009, p. 25-26 avec nombreuses références bibliographiques et fig. 16, nos 8, 9 ; Gorin-Rosen 2002, fig. 4, no 12 et fig. 5, nos 13, 14.

67 Pour une définition de la forme voir : Price, Cottam 1998, p. 202-204. Plusieurs exemplaires ont été réunis dans Foy 2010a, fig. 1 et 2.

68 À titre d’exemples de mobilier des iiie-ive s. : Charlesworth 1979, p. 222, no 1 et fig. 70 ; Seillier 2007, p. 110, fig. 5.

69 Découvertes dans l’ouest de la Gaule, à Bouillé-Coudrault dans une tombe du iiie s. (Gendron 1974, p. 45) ; et dans le sud de la Gaule à Fos-sur-Mer (Foy, Marty 2013, p. 163, fig. 4, no 12) et à Arles (fouilles du Crédit Agricole, inédit) ; dans le nord-est de la péninsule ibérique (Cruz 2009, vol. 2, p. 284) et en Italie à Rome (fouilles du Palatin, contexte fin du iie s.- iiie s. : Lepri 2013, fig. 4, no 15).

70 Grose 1989, no 578, p. 236, 333 et 430.

71 Fouilles sous la direction de F. Villedieu, mobilier en cours d’étude. Villedieu 2007, en part. p. 245-250 et 261-263.

72 À titre d’exemple voir la trouvaille de Zaouiet el-Metin en Égypte : Arveiller-Dulong, Nenna 2005, no 1204 et en Occident une découverte dans la région d’Arles-sur-Rhône : Foy et alii 2003, p. 71, fig. 23, no 401.

73 L’atelier de Jalame, installé à une dizaine de km au nord-est d’Haïfa, produisait ces verreries : Davidson Weinberg (éd.) 1988, p. 87-91.

74 Cingolani 2015, p. 60, no 219, l’absence de dessin ne permet pas d’observer le profil de l’embouchure.

75 Découvertes à Bordeaux près d’un sarcophage en plomb (Musée d’Aquitaine, Bordeaux, inv. 65.40.3) et à York (Harden 1962, fig. 89).

76 Ces embouchures, identiques à celles des aryballes égyptiens, sont remarquées sur des fioles fusiformes de Méditerranée orientale : Antonaras 2012, no 403 ; Arveiller-Dulong, Nenna 2005, no 1153.

77 Cette composition dite groupe 1 ou HIMT est révélée par de très nombreuses analyses : Foy et alii 2003 ; Freestone, Wolf, Thirlwall 2005 ; Rosenow Rehren 2014, p. 181-182.

78 Le profil particulier du bord no 106 à lèvre bien dégagée se retrouve à Sabratha dans un contexte non stratifié : Hayes 1986, no A51, p. 305 et fig. 119.

79 Foy 2009, p. 124-125.

80 Arveiller-Dulong, Nenna 2005, p. 429, nos 1221 à 1226. Ces appliques ont été fabriquées dans diverses couleurs : violine, bleu, verdâtre : Whitehouse 2001, nos 814 à 816 ; Israeli 2003, nos 227, 428 ; Antonaras 2012, nos 462-464.

81 Kunina 1997, p. 288, no 175 et fig. 103.

82 Foy 2010b.

83 Hayes 1986, fig. 121, no B 57 ; Joly 1992, fig. 203 et 204. Fünfschilling 1999, pl. 14, nos 265 à 505, pl. 20, nos 751-757 ; Foy 2003, p. 73-76 ; Andreoli 2015, fig. 7, nos 21-23, 31-33 ; Kallala, Sanmarti (dir.) 2011, p. 134, no 12 ; p. 135, no 18 ; p. 136, no 93 ; p. 140, no 9 ; p. 297, no 217.

a Gratuze 2013 ; 2014.

b Foy, Thirion-Merle, Vichy 2004. 

c Nenna, Gratuze 2009.

d Tite, Pradell, Shortland 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Rebords de verre à vitre avec traces d’outils
Légende Salle 29, US 157, angle de vitre avec empreintes d’outils. Phase 3a. : salle 29, US 157, angle de vitre avec empreintes d’outils. Phase 3a. 2, 3, 4 : salle 5, US 197, rebords et angle de vitre avec empreintes d’outils. Début phase 3a.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/416/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 2 : Vitre avec traces de manganèse utilisécomme décolorant
Légende 5 : salle 5, US 189, rebord de vitre, verre veiné de violet. Début phase 3a.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/416/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 590k
Titre Fig. 3 : Rebords de vitres avec restes de plâtre de fixation
Légende 6 : salle 5, US 178, rebord de vitre avec mortier sur la face grenue. Phase 4. 7 : salle 5, US 196, rebord de vitre avec mortier de fixation sur la face lisse. Début phase 3a. 8 et 9 : salle 5, US 177, rebords de vitres avec mortier de fixation sur la face lisse. Phase 3a. 10 : salle 5, US 196, rebord de vitre avec mortier de fixation sur la face lisse ; mortier composé de trois couches. Début phase 3a.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/416/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 891k
Titre Fig. 4 : Fragments de pierre sélénite brute
Légende 11 : salle 5, US 197, pierre sélénite non taillée. Début phase 3a. 12 : salle 7, US 175, pierre sélénite non taillée. Phase 4. 13 : salle 13, US 111, pierre sélénite non taillée. Phase 4.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/416/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Fig. 5 : Carreaux de pierre sélénite
Légende 14 : salle 18, US 232, carreau de pierre sélénite. Phase 4. 15 et 16 : salle 5, US 213, deux fragments de pierre sélénite taillée. Début phase 3. 17a et b : salle 5, US 189, deux fragments de pierre sélénite taillée. Début phase 3. 18 : salle 5, US 187, fragment de pierre sélénite taillée. Début phase 3.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/416/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 621k
Titre Fig. 6 : Carreaux épais de pierre sélénite
Légende 19 : salle 5, US 197, fragment de pierre sélénite taillée, très épaisse. Début phase 3.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/416/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 823k
Titre Fig. 7 : Ferrures liées aux fenêtres
Légende 20 : salle 5, US189, lames de bronze trouvées associées aux vitrages. Phase 3a. 21 : salle 5, US189, ferrures trouvées associées aux vitrages. Phase 3a. 22 : salle 5, US189, crapaudine en bronze trouvée associée aux vitrages. Phase 3a.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/416/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 642k
Titre Fig. 8 : Localisation des éléments de vitrage dans les thermes
Crédits (plan M. Paulin)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/416/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Fig. 9 : Verres du contexte A, phase 2c, milieu iiie siècle
Légende 23 : salles 24-27-28, US 102, partie inférieure d’un balsamaire tubulaire et étroit ; verre bleuté très irisé. 24 : salles 24-27-28, US 102, base d’un balsamaire tubulaire ; verre bleu-vert. 25 : salles 24-27-28, US 102, base d’un gobelet ; verre bleu-vert. 26 : salles 24-27-28, US 102, fond plat au pourtour dentelé (14 dentelures). Gobelet (?) ; verre incolore d’aspect laiteux. 27 : salle 25, US 101, moitié d’un fond plat au pourtour dentelé (7 dentelures conservées). Gobelet (?) ; verre bleu-vert. 28 : salle 26, US 105, fond plat au pourtour dentelé (18 dentelures). Gobelet (?) ; verre incolore très altéré. 29 : salle 26, US 105, verre plat découpé en carré. Élément d’incrustation ; verre bleu vif.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/416/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Titre Fig. 10 : Verres du contexte B, début phase 3a, fin iiie-début ive siècle
Légende 30 : salle 7, US 177, rebord de coupe moulée et côtelée. Embouchure évasée, lèvre amincie. Rainure interne sous la lèvre. Verre ambre. 31 : idem, fond au pourtour dentelé (11 dentelures). Gobelet (?) ; verre bleu-vert. 32 : idem, moitié de fond au pourtour dentelé. Gobelet (?) ; verre incolore, irisé très altéré. 33 : idem, fond plat et épais. Amorce des parois évasées pour former des dépressions ; verre incolore couvert d’une pellicule noirâtre. 34 : idem, fond convexe reposant sur un pied annulaire rapporté de teinte bleu soutenu ; verre incolore et bleu (pied annulaire). 35 : idem, fragment de fond ; verre bleu-vert. 36 : idem, rebord rectiligne et à lèvre coupé d’un gobelet ; verre incolore très mince. 37 : idem, rebord à marli légèrement oblique d’une assiette moulée ; verre incolore bien conservé. 38 : idem, rebord évasé et à lèvre arrondie d’une coupe ; verre bleuté. 39 : idem, goulot cylindrique à embouchure légèrement évasée ; lèvre arrondie ; verre incolore très altéré. 40 : idem, fragments de goulot tronconique à bec pincé, lèvre ourlée en dedans ; verre incolore. 41 : idem, deux fragments d’un bol hémisphérique, bord coupé ; décor de larges rainures meulées ; verre incolore grisâtre bien conservé.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/416/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 623k
Titre Fig. 11 : Verres du contexte C, début phase 3a, fin iiie-début ive siècle
Légende 42 : salle 5, US 189, fragment de fond au pourtour dentelé ; gobelet (?) ; verre incolore laiteux , altéré. 43 : salle 5, US 216, fragment de fond au pourtour dentelé ; gobelet (?) ; verre incolore. 44 : salle 5, US 216, fragment de fond au pourtour dentelé ; gobelet (?) ; verre incolore. 45 : salle 5, US 189, fond sur pied annulaire rapporté ; verre incolore. 46 : salle 5, US 189, fond sur pied annulaire rapporté ; verre violet. 47 : salle 5, US 189, fond sur pied annulaire rapporté et enroulé sur deux épaisseurs ; verre verdâtre. 48 : salle 5, US 197, fond sur pied annulaire rapporté et enroulé sur deux épaisseurs ; parois verticales ; verre incolore. 49 : salle 5, US 197, fond plat d’un gobelet à décor de dépressions ; verre incolore. 50 : salle 5, US 197, fond d’un gobelet tronconique à décor de dépressions ; verre incolore. 51 : salle 5, US 189, fragment de fond d’un gobelet ; verre bleu-vert. 52 : salle 5, US 195, partie supérieure d’un vase large et cylindrique. Rebord coupé. Décor de stries ; verre incolore. 53 : salle 5, US 189, deux fragments d’un bol hémisphérique à décor gravé de grains de riz et cupules circulaires ; verre incolore. 54 : salle 5, US 195, fragment de panse d’un flacon globulaire ; décor gravé de cercles tangents ; verre incolore.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/416/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Fig. 12 : Verres du iiie s.
Légende 55 : salle 19, US 272, fond dentelé (probablement 16 pinçures) ; gobelet (?) ; verre incolore. Phase 4. 56 : salle 43, US 312, fragment de fond dentelé ; gobelet (?) ; verre bleuté. Phase 3b/4. 57 : salle17, US 11, moitié de fond dentelé ; gobelet (?) ; verre incolore. Phase 3ab. 58 : salle 6, US 167, fond dentelé ; gobelet (?) ; verre incolore très altéré. Phase 4, début vs.65. 59 : salle 9, US 153, fragment de fond dentelé ; gobelet (?) ; verre incolore. Phase 3b. 60 : salle 17, US 23, large rebord ourlé d’assiette ou de coupe ; verre bleuté altéré. Phase 3ab. 61 : salle 17, US 11, fond sur pied annulaire rapporté, large marque de pontil ; verre bleu-vert. Phase 3ab. 62 : salle 29, US 157, fond incolore sur pied annulaire rapporté, de teinte bleue. Phase 2c/3ab. 63 : salle 17, US 3, fond incolore sur pied annulaire rapporté, de teinte bleue. Phase 3ab. 64 : salle 5, US 178, fond plat et épais. Amorce des parois évasées pour former des dépressions ; verre incolore. Phase 4. 65 : salle 29, US 160, fond plat. Probablement gobelet à décor de dépressions ; verre incolore. Phase 4. 66 : salle 37, US 194, fond plat. Probablement gobelet à décor de dépressions ; verre incolore. Phase 3ab.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/416/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 689k
Titre Fig. 13 : Verres du iiie s.
Légende 67 : salle 31, US 171, rebord mince à lèvre coupée d’un gobelet ; verre incolore. Phase 3ab. 68 : salle 31, US 171, rebord d’un bol hémisphérique à lèvre coupée ; décor de rainures ; verre incolore, altéré. Phase 3a. 69 : salle 31, US 171, fragment d’anse trifide d’une cruche ; verre verdâtre. Phase 3ab. 70 : salle 29, US 157, rebord évasé d’une coupe ; verre bleuté, altéré. Phase 2c/3a. 71 : salle 29, US 157, rebord évasé d’une coupe ; verre incolore légèrement bleuté. Phase 2c/3a. 72 : salle 29, US 157, rebord tronconique, lèvre de section triangulaire soulignée par un fil rapporté sur trois rangs au moins ; verre opaque, pulvérulent. Phase 2c/3a. 73 : salle 5, US 188, rebord évasé d’une coupe, fil rapporté sous le rebord ; verre incolore. Phase 3ab. 74 : salle 19, US 62, goulot cylindrique, lèvre épaissie, fil rapporté ; verre incolore, non daté. 75 : salle 42, US 237, goulot à embouchure tronconique et pincée ; verre incolore. Phase 4. 76 : salle 37, US 212, goulot à embouchure tronconique et pincée ; verre incolore. Phase 3ab. 77 : salle 29, US 111, goulot à embouchure tronconique et pincée ; verre incolore. Phase 4. 78 : salle 40, US 316, goulot à embouchure tronconique et pincée ; verre incolore. Niveau de surface. 79 : salle 29, US 149, goulot cylindrique et étroit, étranglé à sa base ; verre incolore verdâtre. Phase 4. 80 : salle 9, US 153, pied annulaire replié ; verre incolore. Phase 3b. 81 : salle 19, US 160, pied annulaire replié de petit format ; verre incolore. Phase 4. 82 : salle 15, US 150, pied annulaire replié ; verre incolore. Phase 3ab. 83 : salle 7, US 172, pied annulaire d’une coupe moulée ; verre incolore. Phase 4. 84 : salle 15, US 150, assiette moulée, parois incurvées, rainure interne sous le rebord, pied annulaire ; verre incolore. Phase 3a.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/416/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Fig. 14 : Verres du iiie s.
Légende 85 : salle 13, US 13, fragment d’embouchure avec anse d’un skyphos ; verre parfaitement incolore. Phase 3ab. 86 : salle 19, US 335, fragment de coupelle ou de couvercle (?) à parois ondulées. Deux cordons concentriques de verre bleu appliqués. Hors stratigraphie. 87 : salle 16, US 221, fragment d’une petite coupe tronconique mosaïquée ; manque le fond ; verre jaune, vert, rouge et bleu turquoise. Nettoyage d’un sol, non daté.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/416/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre Fig. 15 : Verres du ive ou du début du ve s.
Légende 88 : salle 37, US 194, fond d’un gobelet tronconique ; verre verdâtre. Phase 3b. 89 : salle 37, US 201, rebord de gobelet à décor de stries, bord coupé ; verre incolore verdâtre. Couche d’incendie, non datée. 90 : salle 37, US 201, coupe hémisphérique à décor de stries entrecroisées, bord coupé ; verre incolore verdâtre. Couche d’incendie, non datée. 91 : salle 29, US 149, rebord de gobelet à décor de stries, bord coupé ; verre incolore verdâtre. Phase 4. 92 et 93 : salle 29, US 149, deux rebords de gobelet, bord coupé ; verre incolore verdâtre. Phase 4. 94 : salle 7, US 176, rebord de gobelet, bord coupé ; verre incolore verdâtre. Phase 4. 95 : salle 5, US 283, fond de gobelet tronconique ; verre incolore verdâtre. Hors stratigraphie. 96 : salle 40, US 316, fragment de paroi d’un gobelet, décor de pastilles rapportées ; verre incolore verdâtre ; pastilles bleu foncé. Phase 4. 97 : salle 36, US 180, coupe hémisphérique à bord coupé ; décor gravé de chevrons ; verre verdâtre altéré. Phase 4. 98 : salle 29, US 111, goulot tronconique à bord coupé ; verre incolore verdâtre. Phase 4. 99 : salle 3, US 224, goulot cylindrique embouchure évasée, lèvre ourlée en dedans ; verre incolore. Phase 4. 100 : salle 1, US 286, rebord de gobelet, bord coupé ; verre olive. Phase 3b/4. 101 : salle 7, US 176, rebord de gobelet, bord coupé ; verre olive. Phase 4. 102 : salle 1, US 286, rebord de coupe, bord coupé ; verre olive. Phase 3b/4. 103 : salle 1, US 286, rebord de gobelet tronconique ou de coupe, bord coupé ; verre olive. Phase 3b/4. 104 : salle 36, US 180, rebord de gobelet tronconique ou de coupe, bord coupé ; verre olive. Non daté. 105 : salle 29, US 111, rebord de gobelet tronconique ou de coupe, bord coupé ; verre olive. Phase 4. 106 : salle 1, US 286, fond d’un gobelet ; verre olive. Phase 3b/4. 107 : salle 5, US 178, fond d’un gobelet ; verre olive. 108 : salle 40, US 316, fond épais d’un gobelet ou d’un flacon ; verre olive. Phase 4. 109 : salle 7, US 166, bouton terminal d’une lampe ; verre olive. Phase 3b/4. 110 : salle 29, US 149, rebord à lèvre ourlée à l’extérieur : coupe (?) ; verre olive. Phase 4. 111 : salle 6, US 165, rebord évasé, lèvre épaissie de section triangulaire soulignée par un filet de verre rapporté sur plusieurs rangs : coupe (?) ; verre altéré d’apparence blanchâtre. Phase 3b/4. 112 : salle 5, US 178, rebord évasé, lèvre épaissie : coupe (?) ; verre olive. Phase 4. 113 : salle 36, US 180, rebord à marli, lèvre épaissie, repli sous le rebord formant un bandeau : coupe (?) ; verre olive. Non daté. 114 : salle 40, US 319, fond sur pied annulaire rapporté et enroulé sur deux épaisseurs ; verre olivâtre. Phase 4. 115 : salle 5, US 178, fond sur pied annulaire rapporté et enroulé sur deux épaisseurs ; verre verdâtre. Phase 4. 116 et 117 : salle 40, US 316, deux piédouches de coupes ; verre olive et verre violacé.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/416/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 730k
Titre Fig. 16 : Verres du ve s.
Légende 118 : salle 5, US 178, très large rebord évasé, lèvre repliée vers l’extérieur ; verre olive. Phase 4. 119 : salle 36, US 180, large piédouche d’une assiette ; verre olive. Non daté. 120 : salle 36, US 180, panse d’une bouteille cylindrique ; décor abrasé de motifs géométriques disposés en registres ; verre olive. Non daté. 121 et 122 : salle 40, US 317, deux fragments de panse d’une ou de deux bouteilles cylindriques ; décor abrasé de motifs géométriques disposés en registres ; verre olive. Phase 4. 123 : salle 40, US 316, goulot à embouchure tronconique d’une bouteille cylindrique, cordon de verre épais rapporté sous la lèvre ; verre olive. Phase 4. 124 : salle 5, US 178, goulot de même type que ci-dessus. Phase 4. 125 : salle 42, US 237, goulot de même type que ci-dessus, mais verre dévitrifié d’apparence blanchâtre et opaque. Phase 4. 126 : salle 40, US 317, goulot cylindrique à embouchure évasée, lèvre à marli, cordon de verre épais rapporté sous la lèvre ; goulot verdâtre avec des traînées violines, cordon vert olive. Phase 4. 127 : salle 36, US 180, goulot à embouchure tronconique d’une bouteille cylindrique, filet de verre rapporté sur plusieurs enroulements sous la lèvre ; attache d’une anse. Non daté. 128 : salle 40, US 317, goulot à embouchure tronconique ; lèvre ourlée vers l’intérieur ; attache d’une anse bifide, rubanée ; verre vert jaune, olive. Phase 4. 129 : salle 40, US 317, extrémité d’une anse appartenant sans doute au goulot précédent et portant une applique moulée représentant une tête de lion ; verre vert jaune, olive. Phase 4. 130 : salle 1, US 286, goulot à embouchure tronconique complet sans attache d’anse ; lèvre ourlée vers l’intérieur ; verre olive. Phase 3b/4. 131 : salle 6, US 166, moitié d’un goulot à embouchure tronconique ; lèvre ourlée vers l’intérieur ; verre violet. Phase 3b/4. 132 : salle 7, US 173, fragment de panse d’un flacon bicéphale soufflé dans un moule ; verre olive.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/416/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 754k
Titre Fig. 17 : Verres du vie s.
Légende 133 : salle 1, US 266, pied et tige d’un verre à boire ; verre olive. Phase 3b/4. 134 : salle 1, US 266, tige d’un verre à boire ; verre noir opaque complétement altéré. Phase 3b/4. 135 : salle 1, US 286, tige d’un verre à boire ; verre noir opaque complétement altéré. Phase 3b/4. 136 : salle 39, US 287, partie médiane d’un verre à tige ; verre jaune sombre. Phase 4. 137 : salle 39, US 287, partie médiane d’un verre à tige ; verre noir opaque, altéré. Phase 4. 138 : salle 3, US 281, partie médiane d’un verre à tige ; verre jaune sombre. Phase 4.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/416/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 522k
Titre Fig. 18 : Parure et petits éléments en verre
Légende 139 : salle 37, US 212, deux petites billes de verre bleu probablement pour des boucles d’oreille. Phase 3b. 140 : salle 17, US 11, bracelet ; verre bleu. Phase 3a. 141 : salle 8, US 83, pastille en verre bleu. Phase 3a. 142 : salle 40, US 290, pastille mosaïquée ; verre vert, jaune et bleu. Non daté (terre végétale).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/416/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danièle Foy, « Les Thermes du Levant à Leptis Magna : les verres (iie-vie siècles) »Antiquités africaines, 52 | 2016, 95-123.

Référence électronique

Danièle Foy, « Les Thermes du Levant à Leptis Magna : les verres (iie-vie siècles) »Antiquités africaines [En ligne], 52 | 2016, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/antafr/416 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.416

Haut de page

Auteur

Danièle Foy

Directeur de Recherche au CNRS, Centre Camille Jullian (Aix‑Marseille Univ, CNRS, MCC, CCJ, Aix-en-Provence, France)

Articles du même auteur

Haut de page

Collaborateur

Bernard Gratuze

Directeur de Recherche au CNRS, IRAMAT, UMR 5060 Centre Ernest Babelon CNRS/Univ. Orléans

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search