Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57Les peintures rupestres de l’abri...

Les peintures rupestres de l’abri de Zamla (Jebel Ousselat – Tunisie centrale) : la représentation d’une planimétrie agraire ?

Jaâfar Ben Nasr
p. 19-32

Résumés

Des peintures inédites ont été découvertes à Jebel Ousselat, au lieu-dit Zamla, le 4 juillet 2020. Elles semblent représenter des éléments topographiques concernant une planimétrie agraire. La comparaison de ces peintures avec d’autres documents rupestres et ainsi qu’avec les données du paysage actuel, recoupée avec quelques données de la tradition orale locale, nous permettent d’avancer des hypothèses sur leur signification.

Haut de page

Texte intégral

Lors de cette mission de prospection à Jebel Ousselat, nous étions accompagnés de Salem Briki, Ghassen Abderrahim et Noureddine Fourati. C’est grâce à leur collaboration que nous avons pu faire cette découverte. Qu’ils soient tous vivement remerciés. Nos remerciements s’adressent aussi à messieurs : Fathi Béjaoui, Nabil Kallala et Richard Wolff qui ont eu l’aimable gentillesse de relire le manuscrit et d’y apporter leurs remarques et suggestions. Ce texte a également bénéficié des suggestions et corrections exprimées par deux reviewers anonymes. Nous leurs adressons nos vifs remerciements.

Introduction

  • 1 Gammar 1999.

1Le Jebel Ousselat (887 m snm) s’insère dans la longue barrière montagneuse de la partie orientale de la Dorsale tunisienne1. Bien individualisé, mesurant environ 15 km sur 9, il comprend des versants raides et une partie haute relativement aplatie, à environ 700 mètres d’altitude.

  • 2 Ben Nasr 2007 ; Ben Nasr, Walsh 2020.

2Ce massif (fig. 1), qui a été peuplé sur une longue période allant de la Préhistoire à l’époque moderne, est connu pour la richesse de son patrimoine rupestre composé de peintures et de gravures relatives aux différents styles et périodes conventionnellement reconnus dans l’ensemble de l’art rupestre nord-africain. La chronologie de cet art couvre une durée allant du Néolithique ancien jusqu’aux périodes historiques2

Fig. 1 : Carte de localisation du Jebel Ousselat et des stations mentionnées dans le texte

Fig. 1 : Carte de localisation du Jebel Ousselat et des stations mentionnées dans le texte

(d'après Google Earth)

3Un grand potentiel archéologique de ce massif reste encore à découvrir. Les recherches sur le terrain que nous menons dans le cadre du projet Jebel Ousselat : valorisation du patrimoine archéologique d’une région montagneuse de la Tunisie Centrale (19PEJC01-01), financé par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (Direction des Programmes Nationaux de Recherches) de Tunisie, ont permis de découvrir un nouveau site d’art rupestre dans le secteur Nord peu exploré du massif, au lieu-dit « Zamla ». C’est un toponyme probablement d’origine berbère très répandu au Maghreb signifiant la troupe de guerriers ou les troupeaux (Tazmalt), la marque ou le repère (Zomla) ou encore le campement de tentes (Zmala).

4L’abri renferme plusieurs peintures représentant des quadrillages et d’autres formes géométriques ou irrégulières, obtenues par des tracés continus ou en pointillés et renfermant des pointillés. Un essai de décryptage de ces représentations est proposé ici à la lumière de la tradition orale et d’une approche comparative avec d’autres documents rupestres, ainsi qu’avec les données du paysage actuel.

1. Présentation du site

5L’abri, de taille modeste (L : 6 m ; H : 1,50 m) et orienté sud-ouest/nord-est, est situé à une altitude de 546 m. Il est visible en contre-bas du marabout de Sidi Salem, un personnage dont nous ne disposons d’aucune information ni sur la personnalité, ni sur la date de son établissement à cet endroit (fig. 2 et 3). Nous savons néanmoins qu’au Jebel Ousselat, le culte des Saints est un phénomène récent, ne remontant guère plus qu’à l’époque moderne. Nombreuses sont les tombes en ruines « Mzara » et « Haouita » qui couronnent encore plusieurs points hauts du massif. De nombreux restes d’habitations des anciens Ousseltiya, de citernes et de terrasses de culture, encore visibles, témoignent de la forte densité du peuplement rural dans ce secteur. Notons aussi la présence d’éléments de pressoirs (fig. 4). Sur le versant nord on trouve une autre grande citerne construite contre un escarpement rectiligne. Une partie de l’auvent rocheux épargnée par la construction montre les traces de multiples ponctuations en ocre rouge clair très lessivées (fig. 5).

Fig. 2 : L’abri peint de Zamla : vue générale

Fig. 2 : L’abri peint de Zamla : vue générale

(cliché J. Ben Nasr)

Fig. 3 : « Mzara » de Sidi Salem, probablement aménagée sur les vestiges d’un ancien temple ou un mausolée de type numide

Fig. 3 : « Mzara » de Sidi Salem, probablement aménagée sur les vestiges d’un ancien temple ou un mausolée de type numide

(cliché J. Ben Nasr)

Fig. 4 : Vestiges d’éléments de pressoirs antiques

Fig. 4 : Vestiges d’éléments de pressoirs antiques

Meule romaine de type trapetum et une autre tardive du type à rouleau, époque byzantine.

(cliché J. Ben Nasr)

Fig. 5 : Auvent rocheux, en partie aménagé en citerne, montrant des traces de ponctuations en ocre rouge clair

Fig. 5 : Auvent rocheux, en partie aménagé en citerne, montrant des traces de ponctuations en ocre rouge clair

La flèche indique l’emplacement du panneau peint.

(cliché J. Ben Nasr)

2. Description des peintures

6Les peintures sont d’une teinte plate et uniforme, d’un brun foncé presque noir. Nous supposons l’emploi d’un colorant végétal en provenance d’arbres ou de plantes (caroubier ?). Il est clair que la surface peinte a reçu un traitement préalable, l’aspect huilé de la paroi en témoigne. Cela pourrait indiquer l’emploi de la graisse ou de l’huile comme liant. Ce dernier améliore la cohésion de la peinture, son recouvrement sur le support et sa conservation. Du charbon a été utilisé directement sur la paroi, à la manière d’une craie, pour présenter des traits. Mais nous pensons qu’il s’agit là d’un rajout postérieur à la peinture.

7Les traces, surtout noires mais aussi rouges, présentes sur toute la paroi montrent que l’abri a été richement peint. Les peintures ont subi une grande dégradation principalement d’origine anthropique. Des panneaux complets se sont retrouvés complètement délavés.

8Les dessins s’étendent sur toute la paroi. Certains sont très lisibles et d’autres partiellement ou complétement effacés. Les peintures les mieux conservées se concentrent dans la partie gauche et centrale de l’abri. Les fragments qui subsistent représentent un ensemble complexe de lignes, de points et de surfaces de géométrie rectiligne en connexion. Il s’agit de représentations principalement géométriques aux formes très proches plus ou moins répétitives : multiplication de modules rectangulaires, carrés, circulaires, mais aussi d’alignements de points et de lignes qui dessinent des périmètres irréguliers.

9L’essentiel des peintures est regroupé en cinq panneaux que nous décrivons de gauche à droite :

101. Le premier ensemble s’étend sur environ une vingtaine de centimètres de large et sur plus de soixante-dix centimètres de long. Il s’agit d’une bande de cinq quadrilatères alignés renfermant des pointillés qui sont plus ou moins alignés. Le cadre est en tracé continu ou en pointillés. Le tracé continu n’est qu’une suite de points contigus qui se confondent pour former un trait uniforme. Les limites entre le cinquième et un supposé sixième module ne sont pas très nettes comme dans le cas des autres formes. On note un espace entre les modules 3 et 4, occupé par quelques pointillés (fig. 6).

Fig. 6 : Assemblage des photos et relevé des modules du panneau nº 1

Fig. 6 : Assemblage des photos et relevé des modules du panneau nº 1

(cliché et DAO J. Ben Nasr)

11Dans le cas de l’absence d’un tracé continu, les impressions digitales dessinent clairement un périmètre. N’entre dans le décompte ci-après que le nombre de points encore visibles inscrits à l’intérieur de chaque module, lequel reste approximatif et lorsque les pointillés sont encore visibles. En effet, vu le mauvais état général de conservation, certains de ces points digitaux ont été effacés. Nous adoptons ce terme de « digitaux » pour souligner qu’ils ont été peints par la pointe d’un doigt trempé dans la solution colorante. Le décompte qui suit n’a qu’une valeur indicative et ne pourra pas avoir une valeur interprétative signifiante.

Module

1

2

3

4

5

6

Nombre de points inscrits dans le module

71

83

61

49

40

30

12Même si nous tentons de reconstituer virtuellement les parties manquantes, le résultat obtenu ne permet pas de distinguer une logique significative strictement monotone, croissante ou décroissante.

132. L’espace intermédiaire entre le premier et le second registre est occupé par quelques ponctuations disposées de manière désordonnée au-dessus d’un petit module montrant un côté droit et un autre en forme de demi-cercle.

143. Le panneau suivant montre une suite de modules de différentes formes. Le premier a une forme trapézoïdale dont la partie gauche, occupant les 2/3 de la surface, est occupée par une trentaine de points diffus, apparemment sans organisation préférentielle. Dans le tiers restant, qui occupe l’extrémité droite du trapèze, environ une quarantaine de points se condensent dans un espace très limité et forment des rangées plus ou moins régulières. La suite de la composition est en grande partie détériorée. Cependant, on arrive à distinguer les traces de trois modules rectangulaires et d’un autre circulaire, en forme de « croix solaire ».

15Le traitement infographique des images numériques par le plugin Dstretch® pour ImageJ© fait ressortir des peintures estompées montrant une forme ovalaire située immédiatement au-dessous d’un module rectangulaire. Le contour ainsi que le remplissage sont en pointillés (fig. 7).

Fig. 7 : Panneau no 2

Fig. 7 : Panneau no 2

Modules de différentes tailles et formes et points digitaux sans ordre apparent (photos traitées par DStretch_ybk). Nous distinguons des modules rectangulaires et un autre circulaire, en partie effacés.

(clichés et DAO J. Ben Nasr)

164. Dans le registre qui suit nous avons un changement dans le mode de représentation : le module de base est un quadrilatère, subdivisé en quatre carrés plus petits. Chaque sous-unité renferme un nombre constant de points, soit 15 points digitaux par unité. Notons que ceux-ci ne sont pas organisés en rangées rectilignes. Contigu au premier, le second module compte également quatre carrés mais complètement vides. Ils sont par ailleurs les seuls de toutes les compositions en présence à n’offrir aucun pointillé à l’intérieur. Plus à droite, dans le prolongement des modules vides, il existe une autre forme rectangulaire, de type cloisonné. Chaque petit carré renferme un seul point à l’intérieur.

175. Dans le registre inférieur, nous distinguons deux motifs circulaires en forme de « croix solaire », chaque quart de cercle contenant des pointillés. L’état de conservation des peintures ne permet pas de donner un décompte précis de ces pointillés. Mais nous supposons qu’au moins pour le premier cercle (à gauche), chaque quart de cercle contenait sept points. Immédiatement à droite, le traitement Dstretch©, permet de déceler des traces de modules de formes diverses dont un rectangulaire et quatre ovalaires) chargées ou non de points digitaux (fig. 8).

Fig. 8 : Panneau no 3 (photo traitée par DStretch_ybk et relevé)

Fig. 8 : Panneau no 3 (photo traitée par DStretch_ybk et relevé)

Formes géométriques et circulaires, chargées ou non de points digitaux.

(cliché et DAO J. Ben Nasr)

18La paroi de la partie droite de l’abri est très dégradée. Les peintures y sont incomplètes et peu visibles. Un traitement infographique des photos permet là encore d’y reconnaître plusieurs impressions ponctuées contiguës en nuages ou dessinant des contours ovalaires oblongs (fig. 9).

Fig. 9 : Panneau no 4 (photo traitée par DStretch_ybk et relevé)

Fig. 9 : Panneau no 4 (photo traitée par DStretch_ybk et relevé)

Des points digitaux en nuages et des contours ovalaires.

(cliché et DAO J. Ben Nasr)

19L’état de conservation des peintures empêche toute restitution complète. Mais de cette configuration, même segmentaire et partiellement esquissée, nous pouvons identifier un certain nombre de régularités typologiques et organisationnelles. De point de vue typologique, il est possible de différencier trois types de modules :

201. Des modules géométriques qui s’organisent en bandes horizontales. Cette organisation en trame est extrêmement régulière, avec une structure régie par la répétition de formes carrées et rectangulaires, jointives ou séparées par des vides de «rupture» entre modules. Une observation concerne le mode de division de ceux-ci. En effet, à l’intérieur de cette première trame, il est possible de supposer l’existence d’un schéma que nous pouvons qualifier de «dégressif» (de gauche à droite), caractérisé par différents niveaux de subdivision : le module en quadrilatère, une unité de base de grande taille et contenant un grand nombre de points variant entre 30 et 80, est par la suite cloisonné, donnant des unités intermédiaires de moyenne dimension, puis d’autres encore plus petites contenant un nombre moindre de points.

21On repère ainsi à la fois une logique décroissante (de gauche à droite) et des récurrences qui pourraient indiquer des répétitions de mesures identiques (unités contenant le même nombre de points).

222. Des modules circulaires en forme de « croix solaire » associés aux modules quadrilatères.

233. Des modules ovalaires oblongs dessinés en contours continus et en pointillés.

3. Chronologie relative

3.1 Position du site par rapport à l’art rupestre du Jebel Ousselat

  • 3 Ben Nasr 2001-2002.
  • 4 Gragueb etalii 1991.
  • 5 Ben Nasr 2017, p. 26.

24Le répertoire iconographique de ce site s’inscrit dans la même tradition rupestre observée dans quelques sites connus dans le massif, à savoir celle de figures géométriques « abstraites ». Les références directes de ce répertoire, composé essentiellement de formes géométriques et de pointillés, se trouvent principalement dans le site de Chendoub, dans le secteur Sud-Ouest. Les peintures de ce site, réalisées à l’ocre rouge, montrent des représentations très analogues, à savoir des suites de pointillés délimitant des formes géométriques et sub-géométriques fermées et des figures à cases (fig. 10)3. Dans le même secteur, les peintures de l’abri de l’Oued Majel montrent des pointillés qui dessinent, non pas une silhouette animale, comme l’ont suggéré les premiers inventeurs du site4, mais plutôt des contours qui ressemblent à ceux de Zamla (fig. 11). Ce type de figures a été aussi repéré à l’abri d’Aïn Khanfous où une forme ovalaire est définie par un contour en pointillés en ocre rouge violacé5.

Fig. 10 : Les peintures de l’abri de Chendoub, détail

Fig. 10 : Les peintures de l’abri de Chendoub, détail

(cliché J. Ben Nasr)

Fig. 11 : Les peintures de l’abri de l’Oued Majel

Fig. 11 : Les peintures de l’abri de l’Oued Majel

Vue d’ensemble (à droite) et détail (à gauche).

(clichés J. Ben Nasr)

  • 6 Ben Nasr 2015.
  • 7 Ben Nasr 2015, p278, fig. 2.

25De pareilles formes contenant des pointillés ont été également relevées dans une petite cavité à Jébil, un bras du Jebel Ousselat6. Il s’agit principalement de formes circulaires similaires à celles de Zamla montrant des cercles compartimentés en quatre parties, chaque quart renfermant des pointillés d’un nombre variant de 4 à 10. D’autres points s’intercalent entre les radiations qui s’étendent sur toute la circonférence du cercle. Par analogie avec une autre forme circulaire, observée dans un même secteur, à l’abri de Jebibina, quoique dans un contexte plus explicite avec brandissement par un personnage en train de combattre et une panoplie d’armes, nous avons interprété ces formes comme des boucliers ronds à ornementation interne et externe (barbelures)7.

  • 8 Ben Nasr 2015, p. 281, fig. 8.
  • 9 Ben Nasr 2015, p. 279, fig. 3.
  • 10 Ben Nasr 2015, p. 283.

26Cependant, les formes relevées à l’abri du Jébil ne s’apparentent pas toutes à des boucliers. Il existe d’autres formes rectangulaires et sub-rectangulaires contenant et entourées par des points digitaux8, ainsi qu’une forme ovoïde compartimentée en cinq rectangles contenant des pointillés et un triangle vide9. A l’époque nous n’avions pas exclu que ces formes soient des marques tribales ou territoriales ou encore une iconographie rituelle10 (fig. 12).

Fig. 12 : Quelques formes peintes de l’abri du Jébil montrant des similitudes avec celles de Zamla

Fig. 12 : Quelques formes peintes de l’abri du Jébil montrant des similitudes avec celles de Zamla

(clichés J. Ben Nasr)

27Ainsi, les similitudes entre les peintures de Zamla, Chendoub et Jébil sont frappantes. Nous observons pratiquement les mêmes formes et la même logique : forme géométrique ou sub-géométrique, compartimentée ou non et contenant des points digitaux. Nous pensons qu’il s’agit manifestement de la même thématique. Il est néanmoins difficile de les situer dans la même chronologie et d’en déduire qu’elles sont contemporaines.

28Cependant, dans le cas des peintures rupestres du Jebel Ousselat, la teinte est un élément technique qui peut constituer un critère de classement dans une chronologie relative.

  • 11 Ben Nasr 2007.
  • 12 Yahia-Acheche 2009, p. 39.

29Les peintures de Zamla sont exécutées par un aplat de couleur noire. A Jebel Ousselat, les peintures de Khnéfissa et de Jebibina faites avec la même teinte, sont à attribuer également par leurs thématiques, aux périodes récentes11. Les peintures de l’oued Jmal (l’oued du dromadaire), une autre station rupestre qui se trouve également dans le périmètre du mausolée d’un marabout du nom de Sidi Ghrib, sont exécutées au trait épais noir et représentent principalement des personnages schématiques, des cavaliers et des palmes. Le style et le contenu de la composition plaident en faveur d’un « âge historique »12.

3.2 Deux générations de peintures ?

30Les peintures montrent un état de conservation différencié. Les formes orthogonales et circulaires de teinte noire plus ou moins fraîche sont nettement mieux conservées que les autres formes sub-géométriques (ovale et ogivale oblongue), très estompées et ne sont visibles qu’après un traitement infographique. Il est possible que ces variations de teintes et de l’état de conservation traduisent une réalisation en deux temps, ou qu’elles témoignent de la présence de deux modes d’exploitations diachroniques.

4. Interprétation et discussion

31Nous l’avons vu, l’interprétation de ces peintures est difficile car elles se situent à la frontière des représentations abstraites. Mais des pistes de lecture pourraient être envisagées car derrière la disposition des points en apparence désordonnée, leur application pourrait dans l’ensemble suivre une certaine logique et traduire une certaine réflexion. Mais on admet que d’autres pistes restent à explorer et des questions à se poser.

4.1 Des représentations du parcellaire ?

  • 13 Chouquer 2005, p. 45.
  • 14 Turconi 1997 ; Brocard 2005.

32Les peintures de Zamla renvoient à des formes comparables connues chez d’autres sociétés agraires ­protohistoriques et par la suite antiques et médiévales13. D’étranges similitudes formelles existent entre ces peintures et les gravures à parcellaire, appelées aussi gravures topographiques, connues dans l’arc alpin (principalement le Mont Bégo, dans les Alpes Maritimes françaises, et au Valcamonica en Italie) et qui datent des Âges du Bronze et du Fer. Ces gravures ont été interprétées depuis leur découverte comme des représentations planimétriques d’espaces agricoles et comparées à des vestiges de parcellaires protohistoriques identifiés en Europe de l’Ouest14.

  • 15 Arcà 2007, p. 45.

33A titre d’exemple, nous reproduisons ci-après ici deux extraits de relevés de compositions topographiques : la roche de Bedolina et Costapeta-Paspardo (Valcamonica-Italie)15 (fig. 13).

Fig. 13 : Exemples de « gravures topographiques » repérées au Valcamonica-Italie

Fig. 13 : Exemples de « gravures topographiques » repérées au Valcamonica-Italie

À gauche, a-b : la roche de Bedolina et à droite, c : le site de Dos Costapeta – Paspardo.

(Arcà 2007, p. 45)

4.1.1 Les peintures de Zamla pourraient-elles entrer dans la même catégorie ?

34Nous serions tentés de suggérer qu’il s’agit de la représentation en plan de formes planimétriques dont l’organisation globale peut renvoyer à des structures agraires. Nous supposons que ces modules de tailles et de formes différentes soient lus comme étant des sections parcellaires.

35Ces représentations décrivaient-elles le paysage environnant ?

36L’observation des vestiges des anciens aménagements agricoles et agraires encore visibles au sol actuel peut nous fournir des éléments d’interprétation.

37Le Jebel Ousselat a abrité jusqu’en 1762 une population d’arboriculteurs. Des vestiges de terrasses marquent le paysage actuel du massif. La configuration actuelle de l’espace agricole, fruit de plusieurs siècles d’aménagements laborieux du milieu naturel par des groupes humains, témoigne de la présence jadis d’une culture en terrasses qui remodèle des versants entiers, conduisant à la mise en valeur de pentes très fortes. Ces terrasses, en culture sèche, escarpées sur des terres gagnées au détriment de la forêt, portent des céréales (orge et blé) aussi bien que des arbres. Outre l’olivier, qui est l’arbre le plus cultivé, on observe le caroubier et d’autres arbres fruitiers et même la vigne.

38Ces terrasses sont de deux types :

39– Des terrasses de vallons qui barrent les ravins transversalement au cours d’eau. Emportées par les crues, il n’en reste que quelques vestiges sur les rives d’oueds.

40– Des terrasses de versants qui dessinent des champs allongés parallèles aux corniches. Des murettes soutiennent des parcelles rectangulaires (fig. 14).

Fig. 14 : Éléments du paysage actuel à Jebel Ousselat, a-b

Fig. 14 : Éléments du paysage actuel à Jebel Ousselat, a-b

(cliché J. Ben Nasr)

  • 16 Despois 1956.
  • 17 Ballais 1990.

41L’âge de ces terrasses reste difficile à préciser. J. Despois les attribue à une « vieille civilisation agraire berbère »16. Pour J.-L. Ballais, elles sont « les seules qui soient incontestablement anciennes »17, sans avancer des dates.

42Outre les murettes qui soutenaient les champs en terrasses, le Jebel Ousselat présente l’avantage de conserver les traces d’autres anciens aménagements. Des vestiges de l’ancienne structure agraire sont encore visibles sur le sol. Il s’agit d’un paysage très parcellisé. Les restes des murets en pierre sèche dessinent encore des parcelles en indiquant que l’on peut passer d’une exploitation à une autre. La forme des parcelles est assez irrégulière, mais toujours allongée dans le sens de la pente. Certaines prennent l’aspect de lanières étroites. On voit des restes de murs gravir les pentes perpendiculairement aux terrasses et limiter sans doute d’anciennes propriétés (fig. 15).

Fig. 15 : Vestiges de murs qui limitent des anciennes propriétés

Fig. 15 : Vestiges de murs qui limitent des anciennes propriétés

(cliché J. Ben Nasr)

  • 18 BenYūsuf, Serres, Lasram 1900, p. 105.

43On suit d’autres murs (dont la hauteur peut dépasser le mètre) le long des crêtes qui sont des bordures de chemins et jouent également le rôle de protection des cultures contre les dommages causés par les troupeaux dans les terres cultivées (fig. 16). Les anciens Ousseltiya étaient principalement des sédentaires arboriculteurs, mais aussi des éleveurs de bétail. Mais, étant donné la limitation de la quantité trophique en raison de la densité des plantations, les secteurs de parcours pastoraux principaux sont à chercher dans la plaine avoisinante18.

Fig. 16 : Vestiges de bordures de chemins

Fig. 16 : Vestiges de bordures de chemins

(cliché J. Ben Nasr)

44Le parcours quotidien des bêtes exige l’aménagement de sentiers et implique la présence de limites ou de barrières contre les transgressions du bétail. L’abondance des vestiges de murets traduit donc aussi un souci de démarcation et de réglementation de la propriété privée et collective.

45Ainsi, sur la base de la mise en parallèles des données de terrain avec les images peintes, il est possible de supposer que les modules rectangulaires simples et les modules compartimentés remplis de pointillés pourraient indiquer des champs d’arbres (oliviers et/ou caroubiers ?). Quant aux unités vides, elles pourraient renvoyer à des parcelles sans plantations ou exploitées pour la céréaliculture (culture du blé et de l’orge).

46Dans l’hypothèse de parcelles, l’espace vide entre deux unités (séparées par un trait en continu) pourrait correspondre à un « chemin inter-parcellaire », sorte de passage entre deux clos. De même dans le cas de quadrilatères cloisonnés en 4 carrés, il pourrait s’agir de limitations de l’espace agricole au moyen de chemins ou de limites pour individualiser et protéger des lots.

47Les autres modules irréguliers (formes sub-géométriques) seraient la représentation de parcelles plus conformes à la topographie, à savoir les champs d’oliviers en terrasses de formes grossièrement ogivales oblongues s’adaptant à la morphologie d’un versant de montagne et rappelant la configuration des vallons.

48Si nous admettons toujours qu’il s’agit bien de figures topographiques, la mise en relation des peintures avec le paysage anthropique permet peut-être, sur la base de l’observation de leur état de conservation (voir supra), de reconnaître deux phases qui représenteraient l’évolution des aménagements agricoles :

49Phase ancienne : des formes sub-géométriques aux limites irrégulières qui suivent la topographie naturelle du terrain. Ces formes pourraient refléter une configuration ancienne dont les traces ont disparu ou se trouvent défigurées par des réaménagements postérieurs, sans compter les accidents naturels (glissements de terrains…).

50Phase récente : caractérisée par l’adoption d’une géométrie rectiligne qui pourrait témoigner d’un terrain soumis à une organisation dans laquelle une forme plus régulière et uniforme est favorisée, sinon rendue nécessaire, par l’action de l’aménagement des terrasses.

  • 19 Marcy 1929.

51Dans le Haut Atlas du Maroc, pays des terroirs construits par excellence (mais dans un contexte de culture irriguée), on observe une organisation semblable. Les parcelles sont partagées en plusieurs carrés d’irrigation regroupées en planches et sont encadrées par les rigoles et les seguias19.

  • 20 Valensi 1964, p. 91.

52L’hétérogénéité des morphologies des parcelles peut être aussi liée aux variations du milieu physique qu’elles sont supposées représenter. Les modules à configuration orthogonale peuvent être interprétés comme la représentation de champs d’oliviers situés dans la plaine environnante. En effet, les sources nous rapportent que les Ousseltiya possédaient des champs d’oliviers au pied de la montagne. Cette portion de plaine, enrichie par les eaux de crue des oueds, assurerait leur aisance, mais elle constituait aussi l’une de leurs faiblesses. En effet, chaque fois qu’ils sont assiégés, ils sont menacés de voir leurs oliviers coupés. A titre d’exemple, ces sources nous content qu’au cours de la première révolte du xviiie siècle (en 1728) 8 000 pieds d’oliviers furent abattus20.

53Une autre remarque concerne le mode de subdivision des unités géométriques. à travers leur succession, il est peut-être possible de distinguer une certaine hiérarchie dans la configuration du territoire, révélatrice de l’existence d’une évolution de l’organisation parcellaire. En effet, une lecture de droite à gauche de la trame figurative montre un agrandissement de la taille de l’unité de base représentée par un carré, ainsi que le nombre des pointillés inscrits à l’intérieur. Ce constat traduit-il l’acquisition de nouvelles parcelles et de la superficie utile, donc d’un développement de l’exploitation agricole ?

54Une lecture dans l’autre sens (de gauche à droite) donne une subdivision de cette unité de base en des sous-unités plus petites. La multiplication des parcelles filiformes pourrait témoigner, par contre, d’une réduction de la superficie des exploitations suite à un partage de la propriété ou un héritage par exemple.

55Toutes ces remarques et constatations demeurent des hypothèses de travail dont la validation se heurte à l’extrême indigence de la documentation écrite sur le sujet et à l’absence de toute étude sur les parcellaires fossiles et sur les conditions historiques de l’évolution du paysage et des usages de la terre. Ceci constitue un réel obstacle, pour l’instant insurmontable. Nos connaissances sur la construction du paysage rural et la morphologie des espaces agricoles, ainsi que leur évolution par rapport aux spécificités des structures socio-économiques, sont très limitées voire absentes.

56Une population de montagnards s’est constituée au Jebel Ousselat à travers les âges. Mais l’histoire de son peuplement est très peu connue et les données archéologiques et textuelles à notre disposition ne permettent pas de comprendre quelle a été l’organisation de l’espace agraire au massif avant 1762, date de l’avènement de la diaspora des Ousseltiya et du dépeuplement définitif de la montagne.

  • 21 Brunschwig 1947.

57L’étude de l’aménagement de cet espace agricole et de la morphologie de ses composantes durant la Protohistoire et le début de l’Antiquité est un thème qui n’a pas été abordé par l’archéologie, dans cette région tout au moins. Cependant, les vestiges d’oléiculture relatifs à l’Antiquité tardive témoignent d’une vie appuyée sur une agriculture de montagne, dont l’olivier était la principale richesse. La période médiévale est marquée par une intensification du peuplement et par des modifications importantes et durables dans le paysage. Les sources relatives au Haut Moyen-Âge évoquent un peuplement montagnard rural berbère qui s’est maintenu dans le massif avec la tribu Mazata21.

  • 22 Ben Youssef 1900.

58Pour la période moderne, seule la chronique de Mohamed Sghir Ben Youssef, qui a rédigé son œuvre au xviiie siècle, renferme quelques données sur la population et le paysage du massif22. Dans les autres documents d’archives les indications sont succinctes et concernent principalement la fiscalité. On y décrit non pas un paysage réel mais fiscal où les textes et registres fonciers ne sont jamais accompagnés de plans. Les données relatives aux dimensions des parcelles et à l’organisation foncière sont également absentes.

  • 23 Drouin 2012-2013.

59Notre essai d’interprétation et de déchiffrement reste d’ailleurs limité. Les rapprochements proposés entre ces peintures et les traces d’aménagements agricoles (terrasses et limites de parcelles), ne permettent pas d’affirmer que ces figurations peintes représentent un espace réel incontestable. De surcroit, aucun repère géographique susceptible de localiser ou de renvoyer à un tel espace n’est identifiable sur ces images. Également, les formes circulaires restent sans explication satisfaisante. Elles pourraient représenter des enclos ou peut être des unités de mesure ou le vestige d’anciennes techniques d’arpentage. Il est probable aussi que nous soyons ici en présence de signes alphabétiques tifinagh composites (rt : ⴲ) constitués de cercles, de traits ou de points associés appelé « signes liés » et ayant une valeur biconsonantique23. Enfin, il n’est pas exclu que toutes ces images aient une fonction magico-religieuse, rituelle ou qu’elles reproduisent des signes de talisman, pratiquées pour protéger le territoire de tout type de calamité.

4.2 Des contrats fonciers ?

60Une autre piste de lecture nous est peut-être accessible grâce à l’enquête orale réalisée localement. En effet, selon les quelques personnes âgées encore actives dans ce secteur du massif, ces images peintes sont identifiées à des représentations de « titres fonciers ». Il n’est donc pas exclu que nous soyons en présence d’une documentation rupestre d’un ou de plusieurs contrats fonciers ou de l’immortalisation d’un accord d’une grande importance dans la vie de la communauté montagnarde : une sorte de pacte fixant les propriétés et délimitant un espace agraire.

61De par les spécificités de son écosystème et de sa topographie, le milieu montagnard exige une organisation très raisonnée de l’espace exploité par la communauté. Dans un milieu où prime l’exiguïté de l’espace disponible pour l’agriculture, le partage organisé et documenté des terres aménagées au prix d’un effort collectif entre les différents groupes de la communauté est important pour éviter les rivalités et renforcer la cohésion.

62Au Jebel Ousselat, l’organisation de l’habitat et des champs cultivés, ainsi que leur situation par rapport aux éléments du relief, ne sont pas très variables. En effet, cette uniformité est le reflet direct de celle du milieu physique. Villages et hameaux sont perchés sur des crêtes ou des éperons et les habitations se groupaient le long de ces crêtes en masses sous des formes différentes. Il y a bien des petits villages composés de quelques dizaines de maisons, mais il existe aussi de grosses agglomérations. Chaque village exploite les pentes et les piémonts qu’il domine. Nous supposons ici que le territoire se trouvait découpé en une série d’espaces du même type comprenant une partie haute avec habitat, des pentes et le piémont mis en culture.

63Nous ne disposons pas de données sur le système du partage des terres, mais nous pensons que chaque groupe, en fonction de son nombre et de sa position dans la hiérarchie communautaire, détenait une part des différentes ressources présentes dans le massif.

4.3 La représentation d’un système de comptabilité ?

64Même si à première vue ces formes peintes peuvent être assimilées à des représentations d’espaces agraires, leur détermination exacte demeure problématique et elles peuvent avoir une autre signification. Elles pourraient représenter un système comptable, c’est-à-dire un ancien dispositif de calcul arithmétique dont nous ignorons les règles et les valeurs.

65En effet, ce serait un procédé de dénombrement cardinal par établissement d’une correspondance terme à terme, utilisé par exemple pour compter le nombre d’arbres, des bêtes, d’un troupeau ou encore une population. Les différentes formes géométriques (quadrilatère, cercle et ovale) de taille et de configuration variées (cloisonnées ou non) seraient des indicateurs permettant la simplification des calculs. Elles peuvent également traduire des valeurs différentes. Il n’est pas exclu aussi que la valeur attribuée à chaque forme dépende de son emplacement sur la surface. Il est en outre possible que chaque forme renvoie à un type de biens : par exemple, la forme quadrilatère pour les arbres et la forme circulaire pour le bétail.

66Le point représenterait alors une unité de décompte, dont nous ignorons la valeur exacte. Selon sa position dans une forme déterminée, il pourrait avoir une valeur différente, c’est-à-dire que le type de la forme détermine la valeur du point qui y est inscrit (par exemple : un point à l’intérieur d’un cercle n’a pas la même valeur d’un point dans un carré).

  • 24 Mrabet 2009  ; Prevost 2015.
  • 25 Boukhchim 2017, p. 23.

67Cercles et pointillés sont un thème très fréquent dans la décoration architecturale du bâti vernaculaire dans les espaces montagnards ibadites, à savoir Jebel Demmer et Jebel Nafussa. Rappelons que le Jebel Ousselat avait accueilli une communauté ibadite de la tribu berbère Mazata24. Par exemple, un motif semblable à ceux de l’abri de Zamla montrant un cercle subdivisé en quatre quarts contenant chacun un petit cercle (un point) a été relevé dans la citadelle de Matmata. On lui attribue un rôle talismanique25.

68Une vieille mosquée de Chenini, village troglodytique berbérophone du Sud-Est tunisien, contenait des rangées de points en relief. Selon des témoignages recueillis par Virginie Prevost « chaque point représentait un fidèle de la mosquée et l’ensemble était destiné à symboliser la communauté tout entière du village liée à cette mosquée, et dans certains cas, cela pouvait servir à des calculs pour les héritages » (communication personnelle).

  • 26 Ben Youssef 1900, p. 53, 70, 358

69Nous savons, suite au chroniqueur tunisien Seghir ben Youssef, que les Ousseltiya formaient jadis cinq groupes : Ouled Smaïl, Ouled Manès, Jébil, Tifaf et Bou Rahal26. Il n’est pas exclu donc que chacun des modules composant le premier panneau peint (fig. 6) soit relatif à l’un des groupes (calcul d’individus ou de biens) qui composaient la communauté des Ousseltiya.

70Enfin, imaginons la paroi comme une surface plane : elle fait songer à une table à calculer, en relation avec des activités liées à la production oléicole, par exemple.

Conclusion

71En fait, nous avons ici une découverte de nature à contribuer à l’élargissemen de l’inventaire du patrimoine rupestre du Jebel Ousselat. Il s’agit d’un ensemble original dans le contexte tunisien, qui modifie sensiblement nos précédentes interprétations à propos des formes semblables découvertes il y a des années dans le même massif.

72Nous avons tenté de questionner ces tableaux peints de points digitaux avec l’essai d’un déchiffrement par la perception du sens à la confluence de multiples approches : archéologique, historique, paysagiste et sémiotique, ce qui met en évidence différentes possibilités de lecture. Représentations de parcellaires, titres fonciers ou dispositif de calcul sont des hypothèses qui ne sont pas en réalité si éloignées l’une de l’autre. Elles peuvent être toutes en harmonie avec une interprétation de type agraire dans un contexte montagnard.

73Ces peintures seraient donc une représentation conceptualisée d’un marquage de territoire d’une ou de plusieurs propriétés. Une représentation d’un paysage artificiel fixée sur la pierre comme un acte de prise de possession fréquent dans de nombreuses sociétés rurales montagnardes. Il s’agirait donc du reflet d’une évolution profonde de la perception humaine sur le milieu montagnard, témoignant de la mise en place d’un réseau complexe de processus économiques, sociaux et culturels dans le contexte d’un environnement déjà anthropisé.

  • 27 Malhomme 1959 ; 1961.
  • 28 Souville 1991.
  • 29 Rodrigue 1989 ; Lemjidi etalii. 2016.

74Si nous retenons l’interprétation agraire, ces peintures seraient à notre connaissance les seules et les premières (peut-être aussi les plus anciennes) représentations de parcelles en Tunisie et parmi les rares en Afrique du Nord. En effet, dans le Haut Atlas marocain, des gravures de réticulés et de géométriques, interprétées comme étant des représentations de parcellaires, ont été relevées par J. Malhomme sur le site de Lalla Mina Hammou au Yagour27. Il s’agit d’un groupe particulièrement important de cercles, d’ovales, de rectangles et de trapèzes plus ou moins réguliers, divisés et parfois subdivisés en compartiments inégaux dont certains montrant des pointillés à l’intérieur et à l’extérieur semblables à ceux de Zamla28. D’autres parallèles thématiques et stylistiques sont également à établir avec les peintures de Toulkine dans le Haut Atlas occidental, Magharat Sannar aux environs de Chefchaouen et Oued Rkiza à Figuig. Les artistes de ces sites s’exprimaient par une peinture pointilliste abstraite. Parmi les motifs peints dominent des alignements de pointillés, groupés en rangées parallèles, en méandres, ou en formes géométriques29.

  • 30 Vernet 1989, p. 35.
  • 31 Hachid 2007.

75Enfin, la chronologie des peintures de l’abri de Zamla demeure problématique, surtout en l’absence d’autres éléments iconographiques associés qui pourraient fournir des repères pour une datation relative. Mais, dans l’hypothèse où ces peintures sont d’époque historique et par analogie aux autres sites rupestres du massif montrant une thématique similaire, nous pouvons les considérer a priori d’époque « libyco-berbère ». Cette dernière désigne, selon les termes de R. Vernet, « une réalité particulièrement floue, aux confins de la Préhistoire et de l’histoire »30. Ces confins s’étendent jusqu’à la période dite « médiévale »31.

Haut de page

Bibliographie

Arcà A. 2007, «Le raffigurazioni topografiche, colture e culture preistoriche nella prima fase dell’arte rupestre di Paspardo. Le più antiche testimonianze iconografiche nella storia dell’agricoltura e della topografia», dans A. E. Fossati (éd.), La Castagna della Vallecamonica. Paspardo, arte rupestre e castanicoltura, Atti del Convegno interdisciplinare, Paspardo 6-7-8 ottobre 2006, Paspardo, p. 35-56.
http://www.rupestre.net/tracce/wp-content/uploads/2012/02/castagna_arca.pdf

Ballais J. L. 1990, « Terrasses de culture et jessours du Maghreb oriental », dans L’agriculture en terrasses sur les versants méditerranéens ; histoire, conséquences sur l’évolution du milieu, Séminaire, Aix-en-Provence, 3 février 1990 (= Méditerranée 71, 3-4), p. 51-53.
https://www.persee.fr/doc/medit_0025-8296_1990_num_71_3_2684

Ben Nasr J. 2001-2002, « Quatre abris peints découverts au Jebel Ousselat (Tunisie centrale) », Préhistoire Anthropologie Méditerranéennes 10-11, p. 159-166.
https://www.academia.edu/11399068

Ben Nasr J. 2007, Recherches sur le peuplement préhistorique du Jebel Ousselat (Tunisie Centrale), Thèse de Doctorat, Université d’Aix-Marseille I, Aix-en-Provence.

Ben Nasr J. 2015, « Les peintures rupestres du Jébil (Jebel Ousselat – Tunisie centrale) », dans J. Ben Nasr, N. Boulhchim (éd.), Montagne et plaine dans le bassin méditerranéen, Actes du IVe colloque international, Kairouan, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, 5-7 décembre 2011, Tunis, p. 277-284.
https://www.academia.edu/18208723n

Ben Nasr J. 2017, «Aïn Khanfous (Jebel Ousselat – Central Tunisia): A Symbolically chosen Rock Art Site», Expression 17, p. 23-31.
https://www.academia.edu/34991907

Ben Nasr J., Walsh K. 2020, «Environment and Rock Art in the Jebel Ousselat, Atlas Mountains, Tunisia», JMA 33, 1, p. 3-28.

Ben Youssef M.S. 1900, Ben Yūsuf M.S., Mechra el Melki. Chronique Tunisienne : 1705-1771, Pour servir à l’histoire des quatre premiers beys de la famille Hussenite (trad. V. Serres, M. Lasram), Tunis.

Boukhchim N. 2017, « Le répertoire décoratif des Jebels Matmata et Demmer : entre l’aspect local et les influences extérieures », dans J. Ben Nasr, M. Arar, N. Boukhchim (éd.), Campagnes et archéologie rurale au Maghreb et en Méditerranée, Actes du sixième colloque international, Kairouan, Département d’Archéologie, 14-16 avril 2016, Tunis, p. 13-33.

Brocard M. 2005, « Les gravures rupestres à parcellaire », Études rurales 3-4 (175-176), p. 9-28.

Brunschwig R. 1947, La Berbérie orientale sous les Hafsides (des origines à la fin du xve siècle), Alger (Publ. de l’Institut des Études Orientales VIII).

Chouquer G. 2005, « L’émergence de la planimétrie agraire à l’âge du fer », Études rurales 3 (175), p. 29-52.

Despois J. 1959, « Le Djebel Ousselat, les Ousseltiya et les Kooub », CT 28, p. 406-427.

Drouin J. 2012-2013, « Les signes composites à valeur biconsonantique (2) », La Lettre du RILB 18-19, p. 10-15.

Gammar A.M. 1999, « La Dorsale tunisienne, entre représentation linéaire et réalité régionale », dans La Tunisie du Nord : espace de relation, Actes du IIe colloque du Département de Géographie, 15-16 décembre 1995, Tunis (Publ. de Université de Tunis I, Faculté des Lettres de Manouba), p. 61-83.

Gragueb et alii 1991, Gragueb A., Harbi-Riahi M., M’timet A., Zoughlami J., « Nouvelles découvertes de représentations rupestres en Tunisie : Jebel Ousselat (Tunisie Centrale) », BullINAA 4, p. 41-64.

Hachid M. 2007, « Le contexte archéologique et historique de l’apparition de l’alphabet libyque. Retour sur la date de l’inscription rupestre d’Azzib n’Ikkis (Haut Atlas) et sa troublante convergence avec celles du Sahara central », dans Actes du colloque international « Le libyco-berbère ou le Tifinagh : de l’authenticité à l’usage pratique », Alger, Centre de Presse d’El Moudjahid, 21-22 mars 2007, Alger, p. 17-124.

Kairouan 2009, A. El Bahi (éd.), Kairouan et sa région. Nouvelles découvertes, nouvelles approches, Actes du deuxième colloque international du Département d’Archéologie de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Kairouan (6-8 mars 2006), Tunis.

Lemjidi A., Aouraghe H., Atmani A. 2016, « The Rock Art of Figuig and Ich (Eastern Morocco): New Data », Journal of Materials and Environmental Science 7 (10), p. 3718-3739.
https://www.jmaterenvironsci.com/Document/vol7/vol7_N10/411-JMES-Lemjidi.pdf

Malhomme J. 1959, Corpus des gravures rupestres du Grand Atlas, I, Rabat (PSAM 13)

Malhomme J. 1959-1961, Corpus des gravures rupestres du Grand Atlas, II, Rabat (PSAM 14).

Marcy G. 1929, « Les Aït Jellidasen : une tribu berbère de la confédération Aït Warain », Hespéris IX, p. 79-142.

Mrabet R. 2009, « L’appartenance doctrinale du Jebel Waslat entre les données textuelles et archéologiques », dans Kairouan 2009, p. 137-156.

Prevost V. 2015, Des communautés ibadites à Kairouan et dans le Sāḥil jusqu’au xiie siècle ? Un nouvel examen des sources », dans C. Aillet, L. Bulle Tuil (éd.), Dynamiques religieuses et territoires du sacré au Maghreb médiéval. Éléments d’enquête, Madrid (Estudios árabes e islámicos, Monografías, 20), p. 51-78.
https://www.academia.edu/19651864

Rodrigue A. 1989, « Les peintures rupestres de Toulkine (Atlas marocain) », Bulletin de la Société Préhistorique de l’Ariège-Pyrénées 46, p. 121-129.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9648398m/f123.item

Souville G. 1991, « Essai d’interprétation des gravures rupestres du Haut Atlas marocain », CRAI 135, 4, p. 767-782.
https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1991_num_135_4_15047

Turconi C. 1997, «La mappa di Bedolina nel quadro dell’arte rupestre della Val Camonica», Notizie archeologiche bergomensi 5, p. 85-114.

Valensi L.1964, « Le Djebel Ousselat au xviiie siècle », CT 47-48, p. 89-100.
https://www.academia.edu/39895349

Vernet R. 1989, La Mauritanie des origines au début de l’Histoire, Nouakchott (Connaissance de la Mauritanie).

Yahia Acheche S. 2009, « Stations rupestres et habitats préhistoriques du Jebel Ousselat : résultats préliminaires de plusieurs missions de prospection », dans Kairouan 2009, p. 35-46

Haut de page

Notes

1 Gammar 1999.

2 Ben Nasr 2007 ; Ben Nasr, Walsh 2020.

3 Ben Nasr 2001-2002.

4 Gragueb etalii 1991.

5 Ben Nasr 2017, p. 26.

6 Ben Nasr 2015.

7 Ben Nasr 2015, p278, fig. 2.

8 Ben Nasr 2015, p. 281, fig. 8.

9 Ben Nasr 2015, p. 279, fig. 3.

10 Ben Nasr 2015, p. 283.

11 Ben Nasr 2007.

12 Yahia-Acheche 2009, p. 39.

13 Chouquer 2005, p. 45.

14 Turconi 1997 ; Brocard 2005.

15 Arcà 2007, p. 45.

16 Despois 1956.

17 Ballais 1990.

18 BenYūsuf, Serres, Lasram 1900, p. 105.

19 Marcy 1929.

20 Valensi 1964, p. 91.

21 Brunschwig 1947.

22 Ben Youssef 1900.

23 Drouin 2012-2013.

24 Mrabet 2009  ; Prevost 2015.

25 Boukhchim 2017, p. 23.

26 Ben Youssef 1900, p. 53, 70, 358

27 Malhomme 1959 ; 1961.

28 Souville 1991.

29 Rodrigue 1989 ; Lemjidi etalii. 2016.

30 Vernet 1989, p. 35.

31 Hachid 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte de localisation du Jebel Ousselat et des stations mentionnées dans le texte
Crédits (d'après Google Earth)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4270/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 787k
Titre Fig. 2 : L’abri peint de Zamla : vue générale
Crédits (cliché J. Ben Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4270/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Fig. 3 : « Mzara » de Sidi Salem, probablement aménagée sur les vestiges d’un ancien temple ou un mausolée de type numide
Crédits (cliché J. Ben Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4270/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 710k
Titre Fig. 4 : Vestiges d’éléments de pressoirs antiques
Légende Meule romaine de type trapetum et une autre tardive du type à rouleau, époque byzantine.
Crédits (cliché J. Ben Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4270/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 947k
Titre Fig. 5 : Auvent rocheux, en partie aménagé en citerne, montrant des traces de ponctuations en ocre rouge clair
Légende La flèche indique l’emplacement du panneau peint.
Crédits (cliché J. Ben Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4270/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Titre Fig. 6 : Assemblage des photos et relevé des modules du panneau nº 1
Crédits (cliché et DAO J. Ben Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4270/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 522k
Titre Fig. 7 : Panneau no 2
Légende Modules de différentes tailles et formes et points digitaux sans ordre apparent (photos traitées par DStretch_ybk). Nous distinguons des modules rectangulaires et un autre circulaire, en partie effacés.
Crédits (clichés et DAO J. Ben Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4270/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 911k
Titre Fig. 8 : Panneau no 3 (photo traitée par DStretch_ybk et relevé)
Légende Formes géométriques et circulaires, chargées ou non de points digitaux.
Crédits (cliché et DAO J. Ben Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4270/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 961k
Titre Fig. 9 : Panneau no 4 (photo traitée par DStretch_ybk et relevé)
Légende Des points digitaux en nuages et des contours ovalaires.
Crédits (cliché et DAO J. Ben Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4270/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 10 : Les peintures de l’abri de Chendoub, détail
Crédits (cliché J. Ben Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4270/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 910k
Titre Fig. 11 : Les peintures de l’abri de l’Oued Majel
Légende Vue d’ensemble (à droite) et détail (à gauche).
Crédits (clichés J. Ben Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4270/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 877k
Titre Fig. 12 : Quelques formes peintes de l’abri du Jébil montrant des similitudes avec celles de Zamla
Crédits (clichés J. Ben Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4270/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 13 : Exemples de « gravures topographiques » repérées au Valcamonica-Italie
Légende À gauche, a-b : la roche de Bedolina et à droite, c : le site de Dos Costapeta – Paspardo.
Crédits (Arcà 2007, p. 45)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4270/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Fig. 14 : Éléments du paysage actuel à Jebel Ousselat, a-b
Crédits (cliché J. Ben Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4270/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 15 : Vestiges de murs qui limitent des anciennes propriétés
Crédits (cliché J. Ben Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4270/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Fig. 16 : Vestiges de bordures de chemins
Crédits (cliché J. Ben Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4270/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 787k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jaâfar Ben Nasr, « Les peintures rupestres de l’abri de Zamla (Jebel Ousselat – Tunisie centrale) : la représentation d’une planimétrie agraire ? »Antiquités africaines, 57 | 2021, 19-32.

Référence électronique

Jaâfar Ben Nasr, « Les peintures rupestres de l’abri de Zamla (Jebel Ousselat – Tunisie centrale) : la représentation d’une planimétrie agraire ? »Antiquités africaines [En ligne], 57 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 05 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/antafr/4270 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.4270

Haut de page

Auteur

Jaâfar Ben Nasr

Université de Kairouan, Département d’Archéologie (FLSHK), LR 13 ES 11/ UR 16 ES 01, Projet 19PEJC01-01.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search