Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57Le site rural de Mezraya (Jerba) ...

Le site rural de Mezraya (Jerba) de la Protohistoire à l’époque romaine impériale : résultats de la première campagne de fouilles préventives de 2018

Sami Ben Tahar, Philipp von Rummel, Tomoo Mukai, Karin Mansel et Heike Möller
p. 33-92

Résumés

Le site rural de Mezraya (Jerba), qui a fait l’objet d’une fouille préventive en 2018, a livré une documentation archéologique fort intéressante. La stratigraphie qui y a été établie montre une occupation continue de l’espace de la Protohistoire jusqu’à l’époque romaine. Une étude systématique et détaillée de la céramique a permis de mettre au jour pour la première fois une séquence chrono-culturelle couvrant plus de mille ans. Il s’agirait d’une ferme dont les restes d’amphores et les autres petites trouvailles, telles que les fusaïoles et les pesons des métiers à tisser, témoignent des activités agricoles et artisanales qui y étaient pratiquées, en l’occurrence le textile. Mezraya a commencé à s’ouvrir sur la Méditerranée dès la deuxième moitié du viiie s. av. J.-C., comme le laissent voir les quelques céramiques phéniciennes archaïques qui y étaient recueillies. Après une longue existence, ce site a été complètement abandonné au courant de la première moitié du iiie s. apr. J.-C.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Fentress 2009a, p. 74, fig. 5, 2.

1Le site archéologique de Mezraya se trouve à 10 km au sud d’Houmt Souk (fig. 1). Il n’est connu que par une carte dressée dans le cadre du projet de recherches tuniso-américain, inventorié sous le numéro G 89 et appelé « Villa Bourgou »1 en raison de sa proximité avec le site de Henchir Bourgou de superficie plus grande et clairement distingué du site étudié ici.

Fig. 1 : Situation du site de Mezraya

Fig. 1 : Situation du site de Mezraya

(DAO S. Reichmuth)

  • 2 An Island 2009.

2Cet article s’inscrit dans le contexte d’une dynamique de recherches archéologiques enclenchée depuis quelques années sur Jerba. Les prospections systématiques qui y ont eu lieu dans le cadre du projet tuniso-américain, dont les résultats ont été publiés dans une monographie fondamentale2, constituent une première étape importante dans nos connaissances sur l’île dans l’antiquité.

3Malgré l’apport considérable et indéniable de cette publication, plusieurs questions sont restées ouvertes. Effectivement, mis à part quelques indices céramiques, dont les plus anciens remontent au ive s. av. J.-C. et les plus récents au viie s. apr. J.-C., nous sommes peu renseignés tant sur les phases les plus anciennes que sur celles plus tardives, toutes deux étant peu documentées archéologiquement. L’évolution du paysage urbain dans la longue durée, y compris l’occupation du sol, nous semblait également un aspect qui méritait une attention plus grande.

  • 3 Pour le site de Souk el Guébli, voir Ben Tahar 2008 ; pour Henchir Tawrirt, voir Ben Tahar 2016 ; (...)
  • 4 Objet d’une convention entre l’INP et la LMU-Munich, ce projet est coordonné par s. Ben Tahar et s (...)
  • 5 Objet d’une convention bipartite entre l’INP et le DAI Berlin, ce projet est coordonné par s. Ben (...)

4Pour contribuer à mieux instruire ces dossiers et tenter d’en renouveler la documentation, plusieurs projets de recherche archéologiques tant nationaux3 qu’internationaux ont été engagés à l’échelle de l’île. Outre les prospections classiques et géophysiques, des fouilles archéologiques ont été menées dans deux sites majeurs, à savoir Meninx4 et Henchir Bourgou5.

5À l’issue de ces nouveaux projets de recherche, trois résultats importants sont d’ores et déjà acquis. En effet, nous disposons, et ce pour la première fois, de stratigraphies de référence pour chaque site. En outre, de telles recherches nous ont permis de mieux saisir l’organisation urbaine de ces établissements dans une longue perspective historique, même s’il reste encore beaucoup à faire ; enfin, nous commençons à mieux comprendre les connexions maritimes et continentales dans lesquelles l’île était impliquée depuis la plus haute antiquité, voire de la Protohistoire jusqu’à l’Antiquité tardive.

6Malgré cette accumulation de résultats, des zones d’ombre persistent encore. Nous n’en voulons pour preuve que le paysage rural qui reste mal cerné et toujours sujet à débat. Que produisait l’île et depuis quand ? De quelles manières ses structures productives (uillae et fermes) étaient-elles organisées ? Comment étaient-elles liées avec les cités côtières, grandes consommatrices (et exportatrices ?) de ces produits ? Et à travers quels réseaux ?

  • 6 Nous voudrions remercier vivement tous les membres de l’équipe de fouille pour leur conduite exemp (...)

7La fouille d’urgence du site rural de Mezraya6, dont nous exposons ci-après les principaux résultats, pourrait contribuer à répondre, du moins partiellement, à quelques-unes de ces questions. Ce terrain archéologique, dont la propriété est privée, est aujourd’hui sérieusement menacé par de nouvelles constructions urbaines. Le rapport préliminaire que nous présentons dans cet article constitue une sorte de réflexion sur l’histoire économique de l’île depuis la Protohistoire jusqu’à l’époque romaine élaborée à partir du compte rendu d’une fouille préventive qui y a été menée par l’Institut National du Patrimoine (INP) du 18 juillet au 20 septembre 2018.

8Pour mener à bien ces recherches, deux sondages archéologiques (S1 et S2, fig. 2) ont été pratiqués dans deux endroits différents afin d’évaluer le potentiel patrimonial que recèle ce terrain. Le sondage S1 mesure 12 m de long sur 8 m de large et le secteur S2 8 m de long sur 8 m de large. Afin d’établir une stratigraphie de référence pour le site, il nous a paru loisible d’effectuer à l’intérieur du secteur 2 un sondage long de 3,80 m et large de 3,50 m qui a atteint le substrat à plus de 2,5 m de profondeur.

Fig. 2 : Plan de situation du site et implantation des sondages

Fig. 2 : Plan de situation du site et implantation des sondages

(DAO S. Reichmuth)

  • 7 Vu l’absence d’éléments d’architecture (chapiteaux, colonnes, mosaïques…), nous préférons appeler (...)
  • 8 Fentress, Docter 2008, p. 102.

9Il s’agit selon les premiers indices d’une ferme rurale7 dont la superficie est évaluée à 26 450 m2. Elle se présente sous forme d’un monticule situé au milieu d’une oliveraie jonchée de moellons en calcaire et de céramiques antiques dispersées dont la chronologie s’étale grosso modo entre la deuxième moitié du ive s. av. J.-C. et la première moitié du iiie s. apr. J.-C. Toutefois, la présence de quelques fragments de céramiques de type Basket Ware sur le niveau de circulation moderne constituait apriori un indice de l’existence d’une phase plus ancienne, en l’occurrence protohistorique. L’intérêt, les enjeux et les défis de cette recherche préventive sont multiples. D’abord, l’archéologie rurale n’est pas toujours facile à mener, d’autant que les sites d’habitat et de production agricole antiques sont souvent soumis à une menace d’urbanisation galopante et tentaculaire ; en outre, peu de sites ruraux sont fouillés en Afrique8 pour des raisons qui tiennent non seulement aux axes de recherches modernes qui se focalisent généralement sur l’histoire urbaine, mais également à cause des contraintes et des difficultés d’accès à ces terrains archéologiques souvent de propriété privée. Enfin, le site de Mezraya, qui se caractérise par une épaisseur historique exceptionnelle et une stratigraphie haute de plus de 2,5 mètres, offre une chance inouïe pour appréhender l’archéologie rurale dans une perspective diachronique allant de la Protohistoire jusqu’à l’époque romaine.

  • 9 De Vos 2000, p. 2013.
  • 10 Voir, entre autres, Fentress 2000, 2001.
  • 11 Barker etalii 1996.
  • 12 Ahmed 2019.

10Il s’agit de l’un des rares sites ruraux à avoir été fouillés d’une manière stratigraphique en Afrique du Nord. En effet, l’archéologie rurale a été pratiquée presque exclusivement à travers la prospection, comme l’illustrent les travaux importants de M. De Vos dans la moyenne vallée de Medjerda (autour de Dougga, Téboursouk et Aïn Wassel)9, d’E. Fentress à Jerba10, de G. Barker dans le pré-désert libyen11 et de M.A.M. Ahmed à Tarhouna (Libye)12. Nous avons préféré fouiller en profondeur pour deux raisons : d’abord, pour comparer la culture matérielle de Mezraya avec celle du site proche de Henchir Bourgou dont nous soupçonnions l’appartenance au même faciès ; en outre, un tel procédé nous offre la possibilité d’évaluer son potentiel archéologique tout en réfléchissant sur les prochaines étapes à suivre.

11Il s’agit là d’un cas d’étude qui offre apriori des éléments-clefs pour appréhender l’un des aspects majeurs de l’économie antique, à savoir la production agricole étudiée dans une perspective diachronique. Une des questions majeures que suscite cet établissement et à laquelle nous nous sommes particulièrement intéressés est relative à la topographie rurale, autrement dit quels étaient les critères de choix ou les raisons d’être de Mezraya ? Que produisait ce site ? Enfin, quand et pourquoi a-t-il été abandonné ?

12La céramique qui a été systématiquement étudiée dans cet article ne constitue que le point de départ d’une enquête qui n’en est qu’à ses débuts.

  • 13 Les études carpologiques des restes de l’époque punique sont très rares en Afrique : López-Cantero(...)

13Une approche interdisciplinaire est certes requise pour répondre au mieux à certaines de ces questions. Une étude détaillée, déjà envisagée, des restes archéobotaniques et zoologiques dans la longue durée13 est nécessaire pour appréhender d’une manière exhaustive et complète le paysage rural.

14Notre collection céramique, qui fait l’objet de cet article, comprend 19 845 fragments correspondant à 2 073 NMI. Quant aux matériaux non céramiques, à savoir les métaux, le verre, les pièces de monnaies et les trouvailles archéozoologiques, ils seront étudiés et publiés ­séparément.

  • 14 NR : le nombre de restes (le total des tessons) ; NMI : le nombre minimum d’individus.

15Le tableau récapitulatif que nous exposons ci-après montre la répartition par classes du mobilier céramique issu de notre fouille (voir tab. 1)14. à s’en tenir au nombre des restes, les amphores occupent la première place avec 11 076 NR, vient par la suite la poterie modelée avec 5 307 fragments.

Tab. 1 : Comptage des céramiques

Classe Catégorie NR NMI Catégorie NR NMI
Amphore NR : 11 076 NMI : 444 Punique 451 25 Néo-punique 3 525 185
Magno-grecque 126 25 Gréco-italique 2 2
Africaine divers 6 381 76 Africaine Dressel 2/4 250 91
Bétique 109 7 Adriatique 15 3
Sicilienne 5 2 Italique (tyrrhénienne) 84 12
Tripolitaine 128 18
Vaisselle NR : 8 572 NMI : 1 449 Vernis noir attique 9 5 Vernis noir punique 47 17
Céramique campanienne 47 19 Sigillée italique 7 6
Sigillée sud-gauloise 2 2 Sigillée africaine A 4 3
Culinaire punique 35 14 Culinaire italique 6 5
Culinaire africaine B 224 120 Culinaire africaine C/B 167 44
Culinaire africaine C/A 173 54 Culinaire africaine C 138 38
Culinaire africaine CT 3 3 Céramique modelée B 5 115 634
Basket Ware 328 40 Céramique modelée A 192 54
Céramique commune de la Libye occidentale 5 5 Céramique commune locale/régionale 2 071 386
Lampe NR : 41 NMI : 31 Vernis noir 2 2 Hellénistique 2 2
Italique 27 9 Africaine 39 18
Divers NR : 157 NMI : 156 Bouchon 69 69 Jeton 52 52
Poids (tissage)/Fusaïoles 28 28 Vnguentarium 3 3
Brique 2 1 Figurine ou masque 1 1
Indéterminée 1 1
Total NR : 19 846, NMI : 2 080

1. Données stratigraphiques

1.1 Sondage 1 : vestiges d’un habitat rural ?

16Le dégagement d’un secteur long de 12 m et large de 8 m nous a permis de mettre au jour les restes de murs dont les fondations sont construites avec des moellons en calcaire villafranchien. D’un point de vue architectural, il s’agit d’un espace orienté nord-est/sud-ouest constitué de trois pièces disposées en enfilade séparées par deux murs mitoyens (MR 1004 et MR 1014, fig. 3). Ces trois pièces donnaient sur un grand espace, probablement une cour à ciel ouvert, à sol chaulé par endroits et argileux par d’autres (US 1011).

Fig. 3 : Sondage 1 : plan des vestiges

Fig. 3 : Sondage 1 : plan des vestiges

(dessin S. Ben Tahar ; DAO S. Reichmuth)

17Le niveau d’effondrement, épais d’une vingtaine de centimètres (US 1001, fig. 4), constitué d’une couche de pierres calcaires mêlées à de la terre, a livré une énorme quantité de poteries et d’ossements animaux. Le matériel, hétérogène, contient beaucoup de céramiques du troisième quart du ier s. apr. J.-C., notamment des Dressel 2/4 africaines associées à des amphores de tradition punique tardive, telles que les Sabratha 9 et la culinaire Hayes 181.1, en plus de quelques sigillées italiques et des formes communes caractéristiques de cette période.

Fig. 4 : Sondage 1 en cours de fouille : niveau d’effondrement

Fig. 4 : Sondage 1 en cours de fouille : niveau d’effondrement

(cliché et DAO S. Ben Tahar)

18Le matériel remontant à la fin du iie – première moitié du iiie s. apr. J.-C. est minoritaire : il est représenté par la forme Hayes 182B et par une bouilloire.

19Cette US a livré également du matériel résiduel très ancien, tel que les amphores magno-grecques (Gassner Randform 6), puniques (Ramón T-4.2.1.2 et T-4.2.1.5) et égéennes (type Mendè).

20Ce remblai est coupé par une fosse (dépotoir) comblée avec du matériel abondant (US 1002) dont le plus tardif date de la première moitié du iiie s. apr. J.-C. Il est constitué par des amphores Africaine IIA, Dressel 2/4 tardives, des vaisselles culinaires de types Hayes 182B, 181B, 181C, 181.1 de mauvaise qualité, 185, 197, 184, 196 et de la commune, notamment les bols de type Sabratha 162.

21Le sol des deux pièces contigües (US 1009 et 1010, fig.5), particulièrement fruste, consiste en un niveau chaulé compact de couleur blanchâtre ; quant au niveau de circulation de la cour, il est plutôt argileux à chaulé (US 1011). Ce dernier a été coupé par une fosse (US 1012) comblée aux alentours du milieu du ier s. apr. J.-C. ou vers le troisième quart du même siècle (US 1013) comme en témoigne son matériel, constitué notamment par des amphores néo-puniques tardives de type Sabratha 9, des Dressel 2/4 et de la culinaire de Carthage romaine (Hayes 194). Il importe de signaler qu’une bonne partie de la céramique recueillie à l’intérieur de cette fosse est résiduelle. Parmi les formes qui y étaient recueillies, nous signalerons des amphores grecques occidentales du sud-ouest de la Calabre, de l’aire ionio-adriatique et de l’Egée du Nord.

Fig. 5 : Sondage 1 : photo générale du secteur fouillé

Fig. 5 : Sondage 1 : photo générale du secteur fouillé

(cliché S. Ben Tahar ; DAO S. Reichmuth)

22Afin de retracer les différentes phases d’occupation du sol qui ont précédé la mise en place de cet édifice, nous avons procédé à un sondage stratigraphique entre les MR 1006 et 1014 qui a mis en lumière toute une superposition de couches (fig. 5).

23De haut en bas, au-dessous du sol (US 1010), apparaît l’US 1015 qui est une couche de préparation damée riche en cailloux et épaisse de 15 cm. Parmi les céramiques qu’elle a livrées, il y a lieu de signaler la sigillée italique associée à de la culinaire romaine précoce de type Sabratha fig. 30, 173, des amphores de tradition punique, notamment la forme tardive de type Sabratha 9f, des fragments d’amphores de type Dressel 2/4 africaines, de la commune locale (Sabratha 166 et 207) et de la modelée (Sabratha 91). Ce matériel homogène, même s’il comporte de la céramique d’époque augustéenne, permet de dater cette strate du milieu du ier s. apr. J.-C. ou peu après.

24Au-dessous a été identifiée une autre couche de remblai brun, meuble, riche en moellons, mais pauvre en céramique, d’une vingtaine de centimètres d’épaisseur (US 1016). L’association entre amphores de types Sabratha 8c et 8b, en plus de l’absence de la sigillée italique, permet de dater cette strate de l’époque tardo-républicaine (troisième quart du ier s. av. J.-C.).

25Cette strate couvre une autre unité stratigraphique (US 1017), également de remblai, épaisse de 20 cm, qui a livré des fragments de bords d’amphores de types Sabratha 7a, 7c, 8c, 9l, 9k, de la campanienne A (Lamboglia 5), de la céramique à vernis noir locale (Lamboglia 27), de la commune de tradition punique (Sabratha 237, 243, 253), un bassin de type Sabratha 214, de la culinaire de type Sabratha fig. 30, 173, de la vaisselle modelée de Pantelleria et des tajines modelés. L’absence de la sigillée italique et des amphores néo-puniques typiques de l’époque augustéenne, telles que la Sabratha 9f, nous incite à dater ce niveau, à l’instar de celui qui l’a précédé, du troisième quart du ier s. av. J.-C.

26En dessous a été mis au jour un sol argileux mal conservé (US 1018), dont l’épaisseur ne dépasse pas les 8 cm, reposant sur un radier constitué de cailloux noirs mélangés à de la céramique. Parmi le matériel qui y a été recueilli, il importe de signaler une patina italique de type Bats 6a dont le terminus post quem est 100 av. J.-C., des amphores locales de type Sabratha 7l, 7a, 7c (tripolitaine), 8c, 9k, des couvercles/opercules de type Sabratha 117 (de Tripolitaine), de la campanienne A, des bols à vernis noir de production locale de type Lamboglia 27b, de la culinaire de Byzacène (Vegas F. 69), de la commune de tradition punique et beaucoup de céramiques modelées. Cette association de matériel assez homogène permet de dater ce contexte de la première moitié du ier s. av. J.-C.

27Cette dernière strate a été implantée sur un autre sol argileux mal conservé (US 1019). Le matériel qu’elle a livré est constitué majoritairement de céramiques modelées et d’amphores de production locale et régionale caractérisées par un bord divergeant, à lèvre moulurée peu retombante. Ce matériel était associé à de la céramique campanienne A tardive (décor à cercles concentriques incisés) d’un côté et de la céramique à vernis noir locale de l’autre. Sur la base de l’association des céramiques décrites ci-dessus, ce contexte peut être daté de la deuxième moitié du iie s. av. J.-C.

28En dessous se trouve un autre sol argileux compact (US1020) : il a livré de la poterie modelée, de la céramique tournée peinte de tradition punique et un fragment d’une amphore grecque de type Gassner Randform 5 (résiduelle). Pour des raisons stratigraphiques (voir ci-dessous), nous datons ce niveau de circulation de la deuxième moitié du iie s. av. J.-C.

29Un autre sol également argileux (US 1021) a été trouvé au-dessous de l’US 1020 ; il a livré peu de céramiques tournées et beaucoup de matériel résiduel, notamment la Basket Ware et des panses d’amphores grecques. La présence de céramique à vernis noir régionale et d’un bord d’une amphore néo-punique de type Ramón T-7.5.2.2 nous incite à dater ce niveau de la deuxième moitié du iie s. av. J.-C.

30Sous ce sol a été mis au jour un autre niveau de circulation argileux et compact (US 1022, fig. 6). La datation de cette strate est fournie par une amphore de type Ramón T-7.2.1.1 dont le terminus post quem est le dernier tiers du iiie s. av. J.-C. La présence de fragments amorphes d’amphores de Carthage et l’absence de production locale tournée ne contredit pas cette chronologie.

Fig. 6 : Sondage 1 : niveau de circulation (US 1022)

Fig. 6 : Sondage 1 : niveau de circulation (US 1022)

(cliché et DAO S. Ben Tahar)

31Ce niveau de circulation a été implanté sur une couche de remblai sableux (US 1023) qui a livré de la céramique modelée et de la Basket Ware de bonne qualité (surface intérieure rouge ou marron engobée et lissée).

32Cette couche couvre les restes de fondations de deux murs arasés (MR 1024 et MR 1028) qui se trouvent à 1,30 m au-dessous du niveau de circulation actuel (fig. 7). Ces deux derniers faisaient probablement partie d’un même édifice qui a été construit à une époque antérieure au iiie s. av. J.-C. On peut d’ailleurs se demander si les fragments d’amphores puniques et grecques occidentales des ve et ive s. av. J.-C. trouvés dans des dépôts secondaires dans des couches supérieures (US 1002 et 1013) ne provenaient pas de cet édifice.

Fig. 7 : Sondage 1 : murs arasés (MR 1024 et MR 1028)

Fig. 7 : Sondage 1 : murs arasés (MR 1024 et MR 1028)

(cliché et DAO S. Ben Tahar)

33Au-dessous a été mis au jour un autre sol également argileux et compact (US 1025) coupé par une fosse (US 1026), qui n’a livré que de la céramique modelée. Ce niveau de circulation couvrait un autre sol (US 1027) qui a n’a donné que de la céramique modelée, entre autres, des fragments de jarres de stockage et de la Basket Ware lissée de très bonne qualité.

  • 15 Peserico 2007.

34L’us 1025 est superposée, quant à elle, à une couche de remblai meuble (US 1029) qui a livré de la céramique modelée bien polie, des pieds massifs de jarres de stockage de grande taille et un fragment de céramique commune punique de production carthaginoise à surface lissée, appartenant probablement à une forme ouverte (MZ.1029.8). Il est possible que ce fragment appartienne à un récipient du Red Slip Ware ou du Bichrome Ware avec des parties lissées. De tels vases sont attestés généralement dans les strates de la métropole punique à partir du milieu du viiie siècle av. J.-C.15.

35Cette couche couvre un niveau de destruction riche en pierres calcaires de type villafranchien en rapport avec une structure dont il reste quelques fondations de murs en pierres sèches (MR 1035, MR 1034 et MR 1032, US 1031, fig. 8). Ces restes de cabanes se trouvent à 2 m au-dessous du niveau de circulation actuel. Contrairement au sondage S2, le niveau géologique n’a pas été atteint ici (fig. 9).

Fig. 8 : Sondage 1 : structures en pierres sèches

Fig. 8 : Sondage 1 : structures en pierres sèches

(cliché et DAO S. Ben Tahar)

Fig. 9 : Sondage 1 : Diagramme stratigraphique

Fig. 9 : Sondage 1 : Diagramme stratigraphique

1.2 Sondage 2 : une succession de niveaux de circulation (fig. 10-16)

Fig. 10 : Sondage 2 : plan des vestiges

Fig. 10 : Sondage 2 : plan des vestiges

(dessin S. Ben Tahar ; DAO S. Reichmuth)

Fig. 11 : Sondage 2. Coupe stratigraphique sud-est

Fig. 11 : Sondage 2. Coupe stratigraphique sud-est

(dessin S. Ben Tahar ; DAO S. Reichmuth)

36Au-dessous d’une couche de terre agricole (US 2000) a été mise au jour une strate de sable grisâtre, meuble de 10 cm d’épaisseur (US 2001), riche en céramiques qui datent entre la fin du iie et la première moitié du iiie s. apr. J.-C. comme en témoignent les formes de batterie de cuisine, à savoir les Hayes 181B, 182B, 196, 185, 183 et Sabratha 293 (de l’île de Pantelleria).

37Cette strate était implantée sur une autre couche de couleur grisâtre également, plus riche en moellons d’épaisseur variable entre 10 et 25 cm (US 2002). Elle a livré un matériel très homogène qui indique clairement un abandon vers la première moitié du iiie s. apr. J.-C. Il s’agit essentiellement d’amphores Africaine IIA de Salakta, de Dressel 2/4 tardives avec anses pseudo-bifides, de la vaisselle culinaire de types Hayes 23, 197, 196, 183, 184, 182B, 181B et 182C, de la vaisselle commune de types Sabratha 162, 132 et modelée de Pantelleria, notamment les formes Sabratha 293 et 294.

38L’US 2004 est un niveau de circulation chaulé compact. Il couvre l’US 2005 qui est un sol argileux mal conservé dont le terminus post quem est à situer entre la fin du iie s. et la première moitié du iiie s. apr. J.-C. (Africaine IIA), mais qui a livré beaucoup de matériel résiduel d’époque punique.

39Au-dessous se trouve l’US 2009 qui est un niveau de circulation argileux dont le terminus post quem, fourni par les Hayes 197 et 182B, date du iie s. avancé. Elle couvre une couche de remblai qui a livré un matériel hétérogène dont la chronologie s’étale de l’époque punique jusqu’à la fin du iie s. apr. J.-C. (US 2010).

40L’US 2011 est une fosse large de plus de 1,50 m et profonde de 55 cm, remplie avec un remblai riche en moellons, en os animaux et en fer ; ce comblement a livré également un peu de verre (US 2012). Elle coupe l’US 2015 qui est une couche de remblai meuble de couleur brun clair.

41Sous l’US 2004 apparaît l’US 2013, un comblement riche en petits cailloux (fig. 12).

Fig. 12 : Sondage 2 en cours de fouille

Fig. 12 : Sondage 2 en cours de fouille

(cliché et DAO S. Ben Tahar)

42L’US 2015, quant à elle, correspond à un niveau argileux mal conservé qui a livré du matériel du iie s. apr. J.-C. avancé : une lampe de type Deneauve VII.2, de la culinaire de types Hayes 181B et 185, ainsi qu’un abondant matériel résiduel d’époque augustéenne. Ce niveau de circulation couvre l’US 2016 qui est un remblai meuble grisâtre riche en petits moellons et en cailloux mêlés à beaucoup de céramiques modelées et os animaux. La présence de la campanienne B-oïde parmi ce matériel résiduel fournit un terminus post quem de la deuxième moitié ou de la fin du iie s. av. J.-C.

43L’US 2016 couvre l’US 2020 : il s’agit d’un niveau de circulation argileux coupé par une fosse large de 80 cm et profonde de 10 cm (US 2021) qui se trouve au nord du sondage. Cette fosse est comblée avec l’US 2022, un remblai grisâtre meuble qui a livré un matériel homogène de la première moitié du iiie s. apr. J.-C. (Africaine IIA, Dressel 2/4 tardif, Hayes 181B et C, 185, 197, Sabratha 162 et 260).

44Une partie d’un niveau de circulation de couleur blanchâtre mal conservé (US 2023) a été mise au jour au-dessous de l’US 2020. Ce dernier est accolé à une couche de remblai meuble grisâtre (US 2024) riche en céramiques ­représentées par de la poterie modelée avec quelques fragments à engobe rouge et de la Basket Ware. La présence d’une paroi d’amphore punique de production carthaginoise nous fournit un terminus post quem de la première moitié du iie s. av. J.-C.

45Ce remblai couvrait un niveau de circulation argileux par endroit, chaulé par d’autres (US 2027) qui a été coupé par deux trous de poteaux (US 2025 et US 2026, fig. 13). Le matériel céramique recueilli est constitué de poteries modelées et de Basket Ware.

Fig. 13 : Sondage 2 : niveau de circulation avec trous de poteau

Fig. 13 : Sondage 2 : niveau de circulation avec trous de poteau

(cliché et DAO S. Ben Tahar)

46Ce dernier niveau de circulation a été aménagé sur un autre sol en terre damée, argileux, de couleur orangée (US 2030), lequel a été traversé par un trou de poteau (US 2029) et une fosse (US 2028) d’interprétation difficile et hypothétique (sépulture perturbée ?).

  • 16 Nous devons cette attribution à R.F. Docter : ce dont nous le remercions vivement. Pour les caract (...)

47L’essentiel du matériel qui a été livré par cette strate est représenté par de la céramique modelée et de la Basket Ware ; les seuls fragments tournés consistent en un jeton taillé dans de la céramique peinte de production carthaginoise et un fragment informe d’une amphore de type CdE du sud de l’Espagne16.

  • 17 Vegas 1999a, p. 152, fig. 47, 2 : le décor qui orne la paroi extérieure de ce vase est quasiment i (...)

48La présence de ce fragment de céramique Red Painted Ware, taillé dans une forme ouverte (de type Vegas F. 16 ?)17 et son association avec l’amphore CdE nous fournit un terminus post quem du ve s. av. J.-C. probablement vers la première moitié, étant donné l’absence, d’un côté, des amphores grecques occidentales – qui deviennent, comme on le verra ci-après, fréquentes à partir de la deuxième moitié et de la fin du ve s. av. J.-C. – et de la céramique attique à vernis noir, de l’autre. Cette dernière n’a été importée massivement en Afrique qu’à partir de la fin du ve s. av. J.-C.

  • 18 Nous remercions vivement J. Peters pour cette identification et information très précieuse.

49D’une manière tout à fait inattendue, ce contexte a livré, en plus des céramiques et des restes fauniques, un os humain qui a été identifié par Joris Peters : il s’agit d’un tibia proximal18 sur lequel nous reviendrons dans le cadre de notre interprétation de l’ensemble des données.

50Cette strate est superposée à un autre niveau de circulation (US 2031) assez compact de couleur jaunâtre à beige. Il a livré de la céramique carthaginoise à engobe rouge (une œnochoé de type Vegas F. 22 ?, fig. 21, 2), un fragment d’amphore ou de pithos phénicien(ne) à décor bichrome du sud de l’Espagne (fig.21, 4) et beaucoup de céramiques modelées (fig. 21, 9, 10) et Basket Ware. Ce contexte date d’après l’association du matériel de la première moitié du viie s. av. J.-C.

51Au-dessous, à 1,65 m du sol actuel, il y a un autre niveau de circulation, de couleur blanchâtre, compact et assez épais (US 2032). Il a été traversé par un foyer à l’angle est (US 2033) et comblé avec de la terre cendreuse (US 2034). Parmi les trouvailles les plus importantes, il faut signaler des céramiques archaïques de Carthage, notamment une forme fermée à surface extérieure lissée (Vegas F. 22 ?, fig. 21, 3), un bol de type Vegas F. 2.1 (?) (fig. 21, 1) de production carthaginoise, un fond d’une forme ouverte de production phénicienne du sud de l’Espagne (fig. 21, 5) et un fragment d’œuf d’autruche.

  • 19 Bikai 1978, p. 27-28 (FW Plate 4a, strates IV-I). Datation d’après Nuñez 2014, p. 13, fig. 3 (avan (...)
  • 20 Pour Carthage, voir Maraoui Telmini, Schön 2020, p. 77, 88, 92 (avant le milieu du viiie s. av. J. (...)
  • 21 Pour Carthage, voir Vegas 1999a, p. 139 (F. 2.1) ; Peserico 2007, p. 278-280 (CsC1, 760-740 av. J. (...)

52Un autre niveau de circulation 2 m au-dessous de l’actuel, assez compact, de couleur blanchâtre, a été mis au jour (US 2035, fig. 14) au-dessous de l’US 2032. Il a livré trois fragments de silex (fig. 17), du fer, de la céramique modelée, quelques Basket Ware, beaucoup de cailloux noirs, des éclats de calcaire villafranchien, des pesons en terre cuite et beaucoup d’ossements animaux. Parmi les trouvailles les plus significatives, il importe de signaler un fragment de bol à engobe rouge de production levantine de type Bikai FW Plate 4a (fig. 20, 1). Ce type de bol est caractéristique en Orient des niveaux du deuxième quart du viiie s. av. J.-C. (Tyr strate IV)19. En Occident méditerranéen cette forme a été importée plus ou moins vers la même période20, mais elle n’y a été fabriquée qu’à partir du milieu du viiie s. av. J.-C.21.

Fig. 14 : Sondage 2 : niveau de circulation du viiie s. av. J.-C.

Fig. 14 : Sondage 2 : niveau de circulation du viiie s. av. J.-C.

(cliché et DAO S. Ben Tahar)

53Ce niveau de circulation couvre un autre sol bien conservé (US 2036) constitué d’une terre argileuse de couleur orangée ; il a livré de la céramique, des fragments de charbon et un fragment d’œuf d’autruche. Il est superposé à l’US 2037 qui est un niveau de circulation argileux compact. Ce dernier est traversé à l’angle sud-est du sondage par trois trous de poteau (US 2038, 2040 et 2042).

54Au-dessous a été mis au jour un autre niveau de circulation (US 2046), lequel a été coupé par une tranchée (US 2044) longue de 2,22 m, large de 40 cm et profonde de 31 cm.

55Outre les céramiques modelées, cette strate a livré deux fragments de panses d’amphores archaïques de la région de Carthage, ce qui indique que cette couche devrait dater au plus tôt du milieu ou de la deuxième moitié du viiie s. av. J.-C.

56En dessous apparaissent trois sols superposés en terre battue (US 2047, 2049 et 2050) ; ce dernier a été aménagé sur un remblai meuble très riche en charbon et en cailloux noirs (US 2051). On y a recueilli des fragments de Basket Ware de bonne qualité, de la céramique modelée et beaucoup d’ossements animaux. Ce remblai couvre un sol compact argileux mal conservé (US 2052), lequel a été implanté sur un remblai assez compact charbonneux (US 2053). En dessous, a été découvert un niveau de circulation compact argileux (US 2054). Il est superposé à un sol en argile damée compact traversé par des foyers et des zones cendreuses (US 2055, fig. 15). Ce dernier est superposé à un autre sol en terre battue (US 2056) qui n’a livré que très peu de matériel. Au-dessous de ce sol apparaît le substrat constitué d’une strate argileuse naturelle mêlée au calcaire villafranchien (US 2057).

Fig. 15 : Sondage 2 : niveau de circulation protohistorique

Fig. 15 : Sondage 2 : niveau de circulation protohistorique

(cliché et DAO S. Ben Tahar)

2. Phasage chronologique

57Dix grandes phases ont pu être reconnues dans cette fouille. La plus ancienne remonte à une époque antérieure au milieu du viiie s. av. J.-C. et la plus récente date de la première moitié du iiie s. apr. J.-C.

58Ce phasage a été établi à partir d’une analyse typo-chronologique de la céramique tournée qui est rarement attestée dans les niveaux les plus anciens et même absente dans quelques séquences. C’est ainsi que la deuxième moitié du viie s. et le plein vie s. av. J.-C. n’ont pas pu être clairement distingués, faute de matériel d’importation tourné. Des analyses au 14C sont envisagées pour la suite des travaux pour saisir les faciès céramiques qui caractérisent ces contextes.

59Il importe de signaler que les phases 3, 4 et 5 ont été établies à partir du matériel résiduel qui a été trouvé dans des contextes romains secondaires (fig. 23-28).

60L’absence de contextes augustéens et antonins s’explique, en revanche, par le dynamisme que pourrait avoir connu cette ferme en pleine activité de production, ses différents niveaux de circulation ayant été régulièrement entretenus.

2.1 Phase 1 : protohistorique (fig. 18-19)

  • 22 Sanmartí, Ramón, Maraoui Telmini 2016, p. 88 et p. 105-109.

61Cette phase est antérieure au milieu du viiie s. av. J.-C. Son faciès céramique est constitué principalement de poteries modelées à surface brute, lissée et parfois bien polie avec quelques fragments à engobe rouge (fig. 18, 5) ou blanc (fig. 18, 7) et de vaisselles moulées dans des paniers en vannerie dites Basket Ware. Les formes les plus caractéristiques de la poterie modelée sont les marmites à bord rentrant (fig. 18, 16-20 ; fig. 19, 1-9) appelés vases ovales à Althiburos22 et les jarres documentées par des bords droits (fig. 19, 12-18) et des fonds massifs (fig. 19, 21-23), en plus de quelques tajines (fig. 18, 12-13) et de bols à parois évasés (fig. 18, 6-11). La Basket Ware est représentée, quant à elle, par des plats à bord droit de forme probablement profonde (fig. 18, 1-4). Il importe de signaler que ce contexte de la phase 1 n’a livré aucune importation de céramiques tournée.

2.2 Phase 2 : deuxième moitié du viiie – première moitié du viie s. av. J.-C. (fig. 20-21)

  • 23 BenTahar etalii à paraître 3.

62Elle correspond à la phase 1 de Henchir Bourgou23.

63La phase 2 de Mezraya se distingue de la phase précédente par l’apparition des premières importations méditerranéennes : du Levant (Bikai FW plate 4a : fig. 20, 1), de Carthage (Vegas F. 2.1, fig. 21, 1 et F. 22 ?, fig. 21, 2-3) et du sud de l’Espagne (amphore ou pithos à décor bichrome, fig. 21, 4 et bol. fig. 21, 5).

64Cette phase a été subdivisée en deux sous-phases : sous-phase 2a et sous-phase 2b. Cette séquence stratigraphique correspond à deux niveaux de circulation superposés.

652.2.1 Phase 2a : 750-700 av. J.-C. (fig. 20)

66Cette phase se caractérise par l’association entre céramiques d’importation levantine, à savoir le bol de type Bikai FW plate 4a d’un côté et les amphores de Carthage, de l’autre.

67En ce qui concerne la céramique modelée, les marmites et les bols à bord rentrant sont toujours prédominants (fig. 20, 10, 12-16). De même, les jarres avec un bord droit sont également bien représentées (fig. 20, 17-18) et les bols à profil en S font leur apparition pour la première fois (fig. 20, 4, 9).

68Dans ces contextes, apparaissent les plats en Basket Ware à bord évasé (fig. 20, 2), dont la paroi serait probablement mois profonde que celle des plats à bord droit attestés dans la phase 1.

692.2.2 Phase 2b : 700-650 av. J.-C. (fig. 21-22)

  • 24 Nous nous abstenons de supposer toute affiliation ou influence de ces amphores phéniciennes sur le (...)

70Dans cette phase, les jarres présentent parfois un bord qui n’est pas sans rappeler les amphores phéniciennes (fig. 21, 10), notamment celles du Cercle du Détroit24. Cette tendance va se confirmer dans la phase suivante.

71Le terminus post quem de cette phase est fourni par l’association entre la céramique à engobe rouge ou polie de Carthage d’excellente qualité (fig. 21, 1-3), ce qui nous renvoie à la haute époque archaïque, et les importations phéniciennes du sud de l’Espagne (fig. 21, 4-5).

2.3 Phase 3 : fin vie s. – première moitié du ve s. av. J.-C. (530-480/450 av. J.-C.) = Henchir Bourgou phase 3 = Carthage EP/MP (fig. 23-24)

  • 25 Docter 2007, p. 628 ; Ramón 1995, p. 174.

72La phase 3 est marquée par l’apparition des premières importations d’amphores grecques occidentales de type Gassner Randform 3 – qui sont importées à Jerba dès la fin du vie s. av. J.-C. (fig. 23, 3) – et au courant du ve s. av. J.-C. (fig. 23, 4-5) associées à une amphore punique de Carthage de type Docter 1A4/Ramón T-1.4.2.1 généralement attestée dans les contextes datés entre la deuxième moitié du vie et le ve s. av. J.-C.25 (fig. 23, 6). Dans cette phase, la céramique modelée continue à être largement majoritaire (fig. 23, 8-18 ; fig. 24, 1-10).

2.4 Phase 4 : fin ve – première moitié du ive s. av. J.-C. = Zitha contexte 126 = Carthage MP27 (fig. 25)

  • 26 Ben Tahar et alii à paraître 3.
  • 27 Périodisation établie par l’université de Hambourg à partir d’un sondage réalisé au-dessous du car (...)

73Cette phase voit l’émergence des premières amphores grecques occidentales de types Gassner Randform 5 au bord un peu évolué (fig. 25, 1-2), Randform 6 (fig. 25, 3, 6, 8, 11, 15) et Randform 7 (fig. 25, 5, 7, 10) associées aux amphores de l’Egée du Nord de type Mendè (fig. 25, 4 et 9) et puniques de Carthage de type Ramón T-4.2.1.2 (fig. 25, 14).

2.5 Phase 5 : 350-250 av. J.-C. = Meninx contexte 1 = Zitha contextes 3 et 4 (fig. 28)

74À partir de cette phase, Mezraya a commencé à importer les amphores puniques de type Ramón T-4.2.1.5 (fig. 28, 3) et un peu plus tard (au courant du iiie s. av. J.-C.) les gréco-italiques, notamment les MGS V (fig. 28, 1). Comparées à Meninx et à Ghizène, ces importations sont très rares.

2.6 Phase 6 : fin iiie-iie s. av. J.-C.

752.6.1 Phase 6a : 240/230-150 av. J.-C. (fig. 29)

  • 28 Cibecchini, Capelli 2013, p. 441, fig. 9, 3: 210-190 av. J.-C.
  • 29 Sghaïer 2018, p. 270, no 176; p. 285, no 275, 276, 278.

76Mezraya a importé durant cette phase très peu de denrées de l’autre rive de la Méditerranée : une seule MGS VI témoigne de l’arrivée du vin italique entre la fin du iiie et le début du iie s. av. J.-C.28 (fig. 29, 2) ; par contre les importations africaines se font plus nombreuses, surtout de la Byzacène : 7 amphores puniques de types Sabratha 7 (fig. 29, 3-4) et Ramón T-7.2.1.1 (fig. 29, 4-5). Le fait que ce type d’amphore soit souvent attesté dans les tombes du Sahel tunisien, notamment à Lamta29, pourrait indiquer un contenu vinaire. Si cette hypothèse se vérifie, ces amphores constitueraient un indice d’une importation du vin de la Byzacène vers la Petite Syrte dès cette époque-là. Durant cette période, la vaisselle campanienne A, importée dès la première moitié du iie s. av. J.-C., est assez faiblement représentée.

772.6.2 Phase 6b : 150-100 av. J.-C. = Zitha contexte 8 (fig. 30-31)

78Cette phase se caractérise par l’importation de la campanienne A tardive (fig. 30, 5) qui devient relativement bien représentée à côté des céramiques à vernis noir puniques produites à l’échelle régionale et qui est attestée pour la première fois sur le site. Cette phase a vu apparaître également les premières productions d’amphores locales de tradition punique, notamment les Sabratha 8c (fig. 30, 1-3).

2.7 Phase 7 : ier s. av. J.-C.

792.7.1 Phase 7a : 100-50 av. J.-C. (fig. 32)

80Cette phase se distingue par l’apparition de la céramique B-oïde qui est généralement produite à partir de la fin du iie s. av. J.-C. La batterie de cuisine, qui est dominée par les vaisselles modelées, s’ouvre un peu sur la céramique culinaire méditerranéenne italique et néo-punique, cette dernière étant représentée par la casserole de type Vegas F. 69 de Byzacène. Quant aux amphores, l’écrasante majorité est constituée par des productions locales et régionales, entre autres, le type Sabratha 9k, avec très peu d’importations italiques. En ce qui concerne la céramique commune tournée de tradition punique, elle commence à être mieux documentée à côté des vaisselles modelées qui reste toujours prédominante.

812.7.2 Phase 7b : 50-25 av. J.-C = Henchir Bourgou phase 5 (fig. 33)

82Dans ce contexte apparaissent les premières formes de vaisselles culinaires tournées qui imitent les plats à engobe rouge pompéien. Durant cette phase la céramique culinaire de Byzacène commence à être bien représentée par rapport à la batterie de cuisine modelée. Avec une multitude de choix et une ouverture sur le répertoire méditerranéen, ce faciès est caractéristique des périodes de transition. Au courant de cette phase, la céramique commune de tradition punique devient plus importante numériquement que la vaisselle modelée. Cette phase se caractérise aussi par la présence des dernières importations de vaisselles campaniennes A tardives.

2.8 Phase 8 : milieu-troisième quart du ier s. apr. J.-C. = Meninx contexte 6 (fig. 34)

83Le trait le plus caractéristique de cette phase est le début de la production locale des amphores de type Dressel 2/4 qui sont souvent associées aux amphores de tradition punique tardives (type Sabratha 9). Ces ateliers semblent avoir commencé à produire également de la céramique commune. La céramique modelée locale, qui était la batterie de cuisine dominante jusqu’aux périodes précédentes, commence à diminuer ici, avant de devenir anecdotique dans les phases suivantes. Cette diminution coïncide avec l’arrivée de la céramique culinaire de Byzacène.

2.9 Phase 9 : TPQ la seconde moitié du iie s. apr. J.-C. = Henchir Bourgou phase 10 (fig. 35-36)

84Le matériel provenant des couches de cette phase présente une nature très différente. Nous sommes ainsi obligés de rester très prudents sur l’interprétation de ce niveau de circulation dans les espaces ouverts de la ferme.

  • 30 Une partie des productions de ce dernier type pourrait cependant avoir son origine dans l’atelier (...)

85Cette phase s’illustre par l’arrivée massive des produits de Byzacène. Ce phénomène est constaté en général à partir du milieu du iie s. apr. J.-C. par les résultats des recherches à Meninx et à Henchir Bourgou. Les produits sont représentés par la céramique culinaire de types Hayes 181 (B et C), 182 (B et C), 183 (B, C et variante Bonifay 17)30, 184 et 185. Ce flux important aurait pu amener également des produits de la région de Carthage (Hayes 23, 196 et 197), arrivés précédemment et stockés dans les entrepôts portuaires de la Byzacène.

2.10 Phase 10 : TPQ la première moitié du iiie s. apr. J.–C. = Meninx contexte 7 (fig. 37-43).

86Le matériel issu des couches de destruction et du comblement de la fosse creusée après l’abandon, et même d’une couche agricole moderne, constitue un ensemble homogène du iiie siècle. Une grande partie du matériel pertinent à cette phase s’inscrit dans la continuité de la phase précédente, notamment de la céramique culinaire venant de la Byzacène. Estimer exactement le pourcentage du matériel résiduel demeure une tâche difficile en raison d’une part de la longévité de chaque forme et d’autre part du faible décalage chronologique entre les deux phases.

87Comme dans la phase précédente, les importations à longue distance et la céramique fine sont quasi absentes. Nous remarquons la présence des amphores Africaine I et IIA produites dans différents ateliers de Byzacène. Les observations réalisées sur la pâte des amphores nous ont permis d’identifier les productions des ateliers de Leptiminus, de Sullectum et probablement de Thaenae.

88Parmi les éléments de datation, nous pouvons citer une variante abâtardie des amphores locales Dressel 2/4, l’amphore sicilienne Mid Roman Amphora 1A variante 2/Ostia I 453-454, la céramique culinaire Hayes 197/Ostia III 108, ainsi que celle de l’île de Pantelleria (la marmite Sabratha 292 et les plats à cuire Sabratha 293 et 294) et enfin une lampe africaine de type Deneauve VIII.1

3. Interprétation des vestiges

89Les plus anciens vestiges construits qui remontent à l’époque archaïque avaient été repérés dans le sondage 1 (fig. 9) : il s’agit d’un niveau d’effondrement (US 1029) qui couvrait les fondations des murs de cabanes construits en pierres sèches MR 1032, 1035 et 1034 qui avaient comme sol l’US 1031 (?).

90Après une phase d’abandon et de destruction (US 1027-US 1026), un nouvel édifice a été construit sur les décombres du précédent : en témoignent les murs MR 1024 et MR 1028.

91À une époque postérieure (au iiie s. av. J.-C. ?), ces derniers murs ont été arasés, le terrain a été nivelé pour aménager par-dessus plusieurs niveaux de circulation successifs (US1022-1018).

92Vient par la suite le remblaiement qui comprend du matériel tardo-républicain (US 1017-1016). Sur ce dernier a été aménagé une préparation de sol (US 1015) qui comprend du matériel augustéen, dont on peut se demander s’il ne proviendrait pas des niveaux d’abandon des sols tardo-républicains, mélangé avec de la céramique du milieu ou du troisième quart du ier s. apr. J.-C. Cette couche se trouve directement au-dessous du sol d’une des pièces de cet édifice (US 1010) pour laquelle il fournit un terminus post quem du milieu du ier s. apr. J.-C. Ces pièces, qui étaient dotées d’un sol chaulé fruste mal conservé (US 1009 et 1010), donnaient sur un espace à ciel ouvert, probablement une cour (US 1011). A une époque postérieure (post flavienne ?) cet édifice a été réaménagé en construisant des murs de fortune presque improvisés et mal bâtis (MR 1008, 1030 et 1007) à l’intérieur de la cour. Ces murs, qui sont d’interprétation difficile, se trouvent à l’est du secteur fouillé.

93Il est important de signaler, par ailleurs, que les murs de cet édifice avaient été construits d’une manière particulière avec des moellons posés de chant constituant une sorte de caisson. À l’intérieur ils sont remplis avec des pierres de dimensions plus petites. Ces pièces marginales qui se trouvent à la limite ouest du secteur de fouille avec leurs murs peu soignés et leurs sols chaulés frustes témoignent clairement de la pauvreté de cet espace qui pourrait être interprété comme une sorte d’annexe.

94Au cours de la première moitié du iiie s. apr. J.-C., le secteur a été complètement abandonné ; mais le processus aurait peut-être commencé un peu avant, vers la fin du iie s. apr. J.-C.

95À en juger d’après ces données préliminaires, la zone centrale d’habitat du site devrait se situer au milieu du monticule entre les sondages 1 et 2.

  • 31 Fentress 2009b, p. 189-200.
  • 32 Cette uilla porte le numéro de K 50 : Fentress, Docter 2008, p. 120, fig. 5.10 ; Van Dommelen, Fin (...)
  • 33 Ben Tahar 2016, p. 22, p. 23, fig. 21, 1a et 1b.

96Les vestiges d’habitat rural souvent associés à des structures de production agricole, notamment des fours, avaient déjà fait l’objet d’un inventaire à Jerba dans le cadre du projet de recherches tuniso-américain31. Une seule « uilla » ou plutôt ferme a fait l’objet d’une prospection géophysique qui a donné lieu à un plan qui a été interprété comme pertinent à une villa fortifiée pourvue de tours qui flanquaient les portes32. À l’image de Mezraya, le site de Henchir Tawrirt (K 50) a été associé à une production agricole : en témoigne la découverte de surcuits et de ratés d’amphores néo-puniques de type Sabratha 8c et de Dressel 2/433.

97Les grandes quantités d’amphores recueillies sur le site de Mezraya, dont la plupart a été produite localement, témoignent clairement de la vocation agricole de cet établissement destiné à valoriser les richesses terrestres de cette zone nord orientale de l’île. Les surcuits d’amphores ­néo-puniques (inv. MZ.1001.201, 1001.202 et 1018.28 : fig. 32, 2) qui y ont été découverts témoignent d’une production agricole entre la deuxième moitié du iie s. av. J.-C. (type Sabratha 8c) et le ier s. av. J.-C (type Sabratha 9k).

  • 34 Martin Kilcher 1999.

98La grande question qui en découle est la suivante : que contenaient ces amphores ? D’après les données issues de la nécropole de Souk el Guébli, seules les Sabratha 9d et les 9f y sont présentes ; alors que les Sabratha 8c et les 9k/Martin-Kilcher A (pour les salaisons ?)34 sont absentes. Peut-on mettre en avant l’argument exsilentio et supposer par conséquent que les amphores de type Sabratha 8c étaient destinées à contenir l’huile et les 9k les salaisons ?

  • 35 La production du vin en Afrique reste une question complètement ouverte, surtout après les résulta (...)
  • 36 Ben Tahar etalii à paraître 2.
  • 37 Ben Tahar, Mansel, Mukaï à paraître 1.

99Si cette hypothèse est appelée à être confirmée, on aurait la preuve que le vin35 a été produit à une grande échelle à partir de l’époque tardo-républicaine et transporté dans des conteneurs comme les Sabratha 9d et les 9f. Ces derniers ont continué à être produits à l’échelle de l’île jusqu’au milieu, voire au troisième quart du ier s. apr. J.-C. à Mezraya, à Henchir Bourgou36 et à Meninx37.

  • 38 Fontana, Capelli, Ben Tahar 2009, p. 275 et p. 314, fig. 16.37.
  • 39 Ben Tahar 2016.
  • 40 Fentress, Docter 2008, p. 117

100Le site de Mezraya livre le dixième témoignage archéologique d’une production amphorique à Jerba : huit ont été inventoriés dans le cadre du projet tuniso-américain38 et un a été découvert et publié par l’un des auteurs de cet article en 201639. Ces investigations récentes confirment, par conséquent, le développement et la multiplication des structures de production à partir du iiie s. et surtout au iie s. av. J.-C. dont le nombre a atteint 93 à Jerba40.

  • 41 Dinies, à paraître.

101La présence de quantités notables de jarres modelées dans les contextes préromains de Mezraya (beaucoup plus que dans le sondage de Henchir Bourgou) pourrait s’expliquer par l’existence d’une production locale importante de denrées agricoles destinées à y être stockées (l’huile ?). Ainsi que l’a montré Michèle Dinies dans son étude sur les restes archéobotaniques de Henchir Bourgou41, le principal couvert végétal de l’île était l’olivier, qui y est attesté au moins depuis le viiies. av. J.-C. L’huile stockée au départ dans des jarres était par la suite contenue dans des amphores qui sont produites à partir de la deuxième moitié du iie s. av. J.-C.

102Néanmoins, il importe de signaler qu’aucun élément de moulin rotatif ou de pressoir n’a été trouvé ni à Henchir Bourgou, ni à Mezraya pour le moment.

  • 42 Pour les problèmes d’échantillonnage d’une manière générale, voir Van Der Veen, Grant, Barker 1996 (...)
  • 43 Van Der Veen, Grant, Barker 1996, p. 247.

103Par ailleurs, la rareté des pépins de raisins ne doit pas exclure l’existence d’une viticulture locale qui y était très probablement prospère et pratiquée au moins dès l’époque néo-punique ; une telle absence pourrait s’expliquer autant par la nature de l’échantillonnage que par les problèmes de taphonomie et de processus post-dépositionnels42. Il convient de rappeler ici que les pépins de raisin sont abondamment attestés dans la zone du pré-désert libyen, dont le climat est semblable à celui de l’île, à côté des figues et des grenades43.

  • 44 Dinies à paraître.
  • 45 Van Der Veen, Grant, Barker 1996, p. 243-245, 254-255.
  • 46 Moses etalii 2019.
  • 47 De Vos 2013. Cette ferme d’époque byzantine a livré trois bovins, un aurochs, six porcs, deux drom (...)
  • 48 Valenzuela-Lamas 2016.
  • 49 Morgenstern à paraître.

104Nous ignorons pour le moment quelles étaient les autres activités agricoles qui y étaient pratiquées : la céréaliculture ?, la culture des légumineuses à l’instar de Henchir Bourgou44, de Zitha et de la Libye45 ? Les mêmes questions se posent également pour l’élevage des animaux : une autre activité majeure pour l’économie de ce site et de l’île d’une manière générale. Il serait extrêmement intéressant de comparer les résultats obtenus à l’issue d’une étude archéozoologique approfondie de Mezraya à ceux déjà connus dans d’autres sites africains, tels que Zitha46, Henchir Bourgou, Meninx, Ain Wassel47, Althiburos48 et Simitthus49.

  • 50 Pour l’hypothèse de la chaîne opératoire en rapport avec la production de la laine à l’échelle de (...)

105L’autre activité qui semble avoir été pratiquée à grande échelle est le filage/tissage : en témoignent les nombreux pesons lenticulaires en terre cuite taillés dans des parois de poterie qui faisaient probablement partie de fusaïoles en plus des poids de métiers à tisser. Si cette hypothèse se confirme, on aurait le témoignage archéologique du filage/tissage qui était une étape importante dans la chaîne opératoire d’une activité artisanale majeure, en l’occurrence le textile50.

106Par ailleurs, ce site soulève des questions inhérentes aux critères qui ont guidé le choix de cet endroit pour être occupé depuis la plus haute antiquité, voire même dès la Protohistoire. Il nous semble que la topographie naturelle y a été pour quelque chose. En effet, l’existence d’un monticule naturel en cet endroit est des plus probables. Une telle situation permettait aux occupants des lieux de visualiser de loin le littoral considéré comme source de richesse, mais en même temps comme danger.

  • 51 Cette nappe d’eau aurait été exploitée jusqu’aux temps modernes, comme en témoigne un puits découv (...)

107L’autre critère décisif est l’existence d’une nappe phréatique douce des sables Plio-Pontien et Miocène51, essentielle pour subvenir non seulement aux besoins vitaux des habitants, mais également pour l’irrigation des cultures avoisinantes et pour l’abreuvage du bétail. De telles ressources étaient nécessaires aussi pour la fabrication de la poterie attestée sur place et dont nous avons identifié des traces.

  • 52 Pour l’implication de Jerba dans le commerce méditerranéen archaïque comme étant une étape dans le (...)

108Une troisième raison qui peut être alléguée pour expliquer un tel choix est la dynamique du littoral nord-est de l’île de Jerba, ouvert sur le commerce méditerranéen à partir de la deuxième moitié du viiie s. av. J.-C. probablement à travers le port de Ghizène52.

  • 53 Fentress 2009b, p. 194, fig. 12.6.
  • 54 Pour cette hypothèse, voir Ben Tahar 2018, p. 329.

109Par ailleurs, l’existence d’une voie carrossable entre Ghizène et Mezraya est des plus probables. Néanmoins, faute d’indices archéologiques sûrs, on ne peut qu’émettre des hypothèses qui sont appelées à être vérifiées lors de nos prochaines investigations. En effet, on peut penser à une voie directe entre Ghizène et Henchir Bourgou53 : en ce cas le site de Mezraya aurait joué le rôle d’étape ou de halte (?). L’autre scénario est que la voie suivait au départ le littoral où se trouvent les carrières du grès calcaire aux environs de Damous Zalouz ; elle bifurquait par la suite vers Henchir Bourgou54. En ce cas il faut inverser le schéma : Mezraya s’approvisionnait tant en céramiques qu’en denrées importées à travers Henchir Bourgou.

110La découverte d’un os humain dans le sondage 2 à la lisière sud du site indique clairement l’existence d’une sépulture antique. On ne peut pas confirmer en l’état actuel de la documentation si l’os humain, trouvé dans un contexte secondaire du ve s. av. J.-C., date de cette époque-là ou s’il appartenait à une sépulture plus ancienne. Une des hypothèses de travail qui devrait être vérifiée ultérieurement en datant ce tibia humain au 14C, est que cette sépulture serait archaïque (à situer quelque part entre la deuxième moitié du viiie et la première moitié du viie s. av. J.-C. ?) : c’est ce qui expliquerait la concentration du matériel phénicien dans ce sondage entre les US 2032 et 2035 en plus des fragments d’œufs d’autruche. Cela pourrait constituer, si notre hypothèse se confirme, la plus ancienne sépulture jamais attestée à Jerba.

Fig. 16 : Sondage 2 : diagramme stratigraphique

Fig. 16 : Sondage 2 : diagramme stratigraphique
  • 55 Van Dommelen, Finocchi 2008, p. 209. La quasi-totalité des sépultures rurales antiques connues dan (...)
  • 56 Van Dommelen, Finocchi 2008, p. 210.

111La poursuite des recherches sur ce site nous permettra de savoir si on a affaire à une seule ou plutôt plusieurs sépultures. Il convient de rappeler ici que les sépultures rurales sont très rares dans le monde punique55 et n’ont pas subi de traitement architectural particulier, mis à part les sites d’Antas (Sardaigne) et de Tas Silg (Malte) dont les monuments funéraires datent du ive s. av. J.-C.56 ; par contre, les tombes taillées dans le roc sont souvent liées à des grands établissements humains, comme en témoignent les sites du Cap Bon, de la Byzacène et de Jerba.

4. Le site dans la longue durée historique

112Il est clair que le site se distingue par une occupation humaine très longue qui commence à une époque antérieure au milieu du viiie s. av. J.-C., probablement non loin du début du ier millénaire av. J.-C. Il faut rappeler à cet effet que 60 cm à peu près séparent la strate qui a livré du matériel de la deuxième moitié du viiie s. (US 2046) du substrat (US 2057). Dans les couches qui précèdent les niveaux archaïques, le matériel est constitué exclusivement par des céramiques modelées et de la Basket Ware : aucun fragment de céramique tourné n’y a été recueilli.

113Après Henchir Tawrirt et Henchir Bourgou, Mezraya constitue le troisième témoignage archéologique attestant d’une présence humaine autochtone remontant aux temps protohistoriques sur l’île de Jerba.

  • 57 Fouille de l’Université de Hambourg sous le Decumanus Maximus. Par ailleurs, la date de fondation (...)
  • 58 Pour la diffusion de ce type d’amphore dès le viiie s. av. J.-C. dans plusieurs sites, voir Bechto (...)
  • 59 Schäfer, Bechtold, Schmidt 2019, p. 208, 209, fig. 3, 1-3 ; p. 215.
  • 60 Oggiano 2000, p. 246.
  • 61 Torre de Doña Blanca, Toscanos : Docter 2007, p. 621.
  • 62 La route de retour la plus pratique pour rejoindre la Phénicie est de longer les côtes africaines  (...)
  • 63 Ben Tahar 2018.

114C’est à partir de la deuxième moitié ou aux alentours du milieu du viiie s. av J.-C., qui correspond à la SchichtI de Carthage57, qu’apparaissent les premières importations phéniciennes du Levant (bol de type Bikai FW Plate 4a : fig. 20, 1) et de Carthage (fragments d’amphores). Nous ignorons pour le moment quel type de conteneur de production carthaginoise était présent à Jerba au courant de cette période (Karthago 1 A1/Ramón T-3.1.1.1 ? comme c’est le cas dans plusieurs sites de la Méditerranée occidentale58, notamment à Pantelleria59, en Sardaigne60 ou au sud de l’Espagne61). De telles trouvailles témoignent de l’intégration de ce site et de l’île d’une manière générale dans le commerce méditerranéen dès la haute époque archaïque d’un côté et de l’intérêt que représentait cette zone, étant une sorte d’escale, dans le chemin de retour des navigateurs phéniciens vers leur homeland62 et vers la Tripolitaine de l’Est (Leptis Magna)63.

  • 64 Pour la fouille du Decumanus voir Peserico 2007, p. 279 note bibliographique no 54 (deux exemplair (...)
  • 65 Vegas 1984, p. 219, fig. 1, 12-18 ; 1989, p. 235, fig. 5, 79-80; p. 236-237.
  • 66 Nuñez 2014, p. 17, fig. 5, 7 ; p. 23-24.
  • 67 Maraoui, Schön 2020, p. 77, 88, 92.
  • 68 Bikai 1978, p. 28, pl. X. 14-15-16.
  • 69 Bikai 1978, p. 27-28 ; pour la datation des strates de Tyr, Nuñez 2014, p. 13 fig. 3 ; Giacosa 201 (...)
  • 70 Pour la bibliographie y afférente, voir Peserico 2007, p. 279 ; Nuñez 2014, p. 23-24.
  • 71 Oggiano 2000, p. 236, 252, fig. 3, 4 ; et Samaria Ware/Fine Ware (deuxième moitié du viiie s. av.  (...)
  • 72 González De Canales Cerisola, Serrano Pichardo, Llompart Gómez 2004, p. 42, pl. 7, 7-26.
  • 73 Maass-Lindemann 2017a, p. 280-281 (strates B1a, B1b du viiie s. av. J.-C.).
  • 74 Pour la bibliographie y afférente, voir Peserico 2007, p. 279.
  • 75 Peserico 2007, p. 280, fig. 112, 1618, 1622; Vegas 1999a, p. 139; Vegas 1999b, p. 402, 404, 405 fi (...)
  • 76 Bernardini 2008, p. 549, fig. 7, 19-20 (Cronicario de Sant’Antioco, dans un contexte de la deuxièm (...)
  • 77 Nigro 2010, p. 22 fig. 22, MC08.2409/45.
  • 78 Rouillard, Gailledrat, Sala Sellés 2007, p. 233, fig. 174, 9; p. 238, fig. 179, 7; González Prats (...)

115Le bol levantin de type Bikai FW Plate 4a (fig. 20, 1), qui se distingue par la simplicité de son profil, trouve quelques exemplaires de comparaison à Carthage qui sont également importés64 dans les niveaux de la deuxième moitié du viiie s. av. J.-C.65. Toutefois, les bols les plus anciens ont été trouvés dans les niveaux de Bir Massouda66 et récemment à la Rue Astarté67 où ils ont été datés d’avant 760 av. J.-C. La forme Bikai FW Plate 4a est attestée à Tyr à partir de la strate IV (avant 760, vers 775 av. J.-C.) jusqu’aux strates III-II (deuxième moitié du viiie s. av. J.-C. - deuxième quart du viie s. av. J.-C.68) et I (vers 650-630/600 av. J.-C.)69. Il s’agit d’une forme particulièrement répandue et appréciée au Levant70. Dans l’Occident méditerranéen, en dehors de Carthage, ce type de bol est attesté à Sant’Imbenia en Sardaigne dans la phase II de la fin du ixe/première moitié du viiie s. av. J.-C.71, à Huelva72 et à El Morro de Mezquitilla73 au sud de l’Espagne au viiie s. av. J.-C. Ce bol a été également fabriqué en Occident méditerranéen74, non seulement à Carthage (Vegas F. 2.1/ Peserico CsC1)75, mais également en Sardaigne76, en Sicile77 et dans le sud de l’Espagne78 à partir du milieu du viiie s. av. J.-C. jusqu’au milieu du viie s. av. J.-C.

  • 79 Botto 2004-2005, p. 23 ; 2020.
  • 80 Ruiz-Pérez 1995, p. 58.
  • 81 Maass-Lindemann 2017, p. 292 (à partir de la phase B1a).
  • 82 Docter 1994, p. 128.

116Ces trouvailles, quoique ténues en l’état actuel de la documentation, fournissent de précieux indices qui corroborent l’hypothèse déjà émise par M. Botto concernant le passage du commerce maritime des mains sardes entre la fin du ixe et la première moitié du viiie s. av. J.-C. aux Tyriens et ensuite à Carthage à partir de la deuxième moitié du viiie ou la première moitié du viie s. av. J.-C.79. Ce site rejoint quelques fondations phéniciennes dans la Péninsule ibérique qui ont reçu des amphores de Carthage dès le milieu du viiie s. av. J.-C., telles que Castillo de Doña Blanca, dans la baie de Cadix80, El Morro de Mequzitilla (Torre del Mar, Málaga)81 près de la baie de Málaga et Toscanos dès la fin viiie et au cours du viie s. av. J.-C.82.

117Le fait que ces trouvailles archaïques de Carthage soient attestées à Henchir Bourgou et à Mezraya, certes en petites quantités d’après les données actuelles, montre néanmoins que ces échanges n’étaient pas occasionnels, mais rentraient dans le cadre d’une stratégie économique visant à mettre la main sur les réseaux du commerce maritime.

  • 83 Nous remercions notre collègue L. Belhouchet pour la précision des lieux de provenance de ces pièc (...)

118Les trois fragments de silex provenant de la région de Gabès (de Bouloufa situé à Jbel Idouli pour la pièce no 2035.103, de Matmata pour le no 2035.102 et de la région de Gabès pour le no 2035.101, fig. 17)83 trouvés dans un contexte de la deuxième moitié du viiie s. témoignent de l’origine continentale des premiers occupants de ce site, de leur dépendance du point de vue des ressources minérales du continent et de l’étendue du territoire dans lequel ces populations protohistoriques se déplaçaient qui arrivait jusqu’à la plaine de la Jeffara et les montagnes de Dahar.

Fig. 17 : Divers objets

Fig. 17 : Divers objets

(clichés S. Ben Tahar ; DAO H. Möller)

  • 84 Ben Tahar 2016, p. 17, 25.
  • 85 Ben Tahar 2018, p. 315.
  • 86 Pour Henchir Bourgou, voir Ben Tahar 2018, p. 314. À Althiburos, les œufs d’autruche présentent to (...)

119D’autres fragments de silex avaient déjà été découverts aussi bien à Henchir Tawrirt84 qu’à Henchir Bourgou85 dans les mêmes horizons chronologiques qui ont livré, en plus de la céramique Basket Ware, des fragments d’œuf d’autruche à surface toujours lisse, jamais incisée86.

  • 87 Pour le site d’Almuñecar au sud de l’Espagne, voir Pellicer Catalán 1962, p. 60.
  • 88 Astruc 1954, p. 26, notes 43-44.
  • 89 Astruc 1954, p. 26 et 32.
  • 90 Barker 1996, p. 104.
  • 91 Des fragments d’œufs d’autruche sont attestés à Tipasa dans un contexte qui daterait du iie s. av. (...)
  • 92 Valenzuela-Lamas 2016, p. 424.

120La présence de quelques fragments d’œufs d’autruche dans les contextes archaïques d’habitat à Mezraya est intrigante. Dans le monde punique ils sont souvent attestées dans les contextes funéraires de l’époque archaïque, notamment à Almuñecar87, jusqu’aux ve-ive s. av. J.-C., comme en témoignent les sites de Villaricos (Almería), Gouraya88, les Andalouses (en Algérie) et Ibiza89. En Cyrénaïque, ces œufs d’autruche auraient été fournis aux marchands méditerranéens orientaux dès la deuxième moitié du deuxième millénaire av. J.-C.90. Les trouvailles les plus tardives de l’époque hellénistique sont extrêmement rares en Afrique91. Dans la Petite Syrte, on les rencontre dans les contextes urbains de Gigthis et de Zitha de la fin du ve et du début du ive s. av. J.-C. Toutefois, ces œufs d’autruche sont présents dans les contextes d’habitat dans les sites autochtones, notamment à Althiburos depuis les niveaux les plus anciens (NA 1 : xe s. av. J.-C.)92.

  • 93 Hypothèse émise pour les œufs d’autruche d’Althiburos : Valenzuela-Lamas 2016, p. 424

121De tels objets soulèvent la question de leur usage : à quoi servaient des fragments d’œufs d’autruche recueillis dans des contextes urbains ou d’habitat ? Restes de consommation ?93 Mais cette hypothèse se heurte à l’absence d’ossements de l’animal lui-même. Objets de parure ? Mais le problème est qu’aucun fragment ne porte un quelconque décor ou un trou de suspension susceptible de le faire interpréter comme un pendentif. Peut-on penser à un rite privé autour de l’œuf avec toute la symbolique de la fécondité qu’il véhicule ? Ces questions restent en suspens en attendant de mieux instruire ce dossier.

  • 94 Fond de type Peserico B2. II du viie s. av. J.-C. ; Peserico 2007, p. 299.
  • 95 Il pourrait s’agir d’un pithos semblable à celui de Carthage qui provient du contexte K94/1 (rembl (...)

122Dans les contextes de la première moitié du viie s. av. J.-C. sont documentées des importations aussi bien de Carthage, représentées par deux formes fermées (Vegas F. 22 ?, fig. 21, 2-3, un bol Vegas F. 2.1, fig. 21, 1) et quatre amphores de forme indéterminée, que du sud de l’Espagne documentées à travers un fragment de fond d’une forme ouverte94 et une amphore (ou pithos ?) à décor bichrome95 (fig. 21, 4).

  • 96 Pour les comparaisons avec l’amphore MZ.1019.15, voir Bechtold 2019, p. 107, fig. 7, 9, p. 111.

123Entre la deuxième moitié du vie s. et la première moitié du ve s., ce site continue d’importer des denrées agricoles de Carthage, comme en témoigne l’amphore de type Ramón T-1.4.2.1/Karthago 1A4 (fig. 23, 6), du sud de l’Italie, en l’occurrence du vin de la région du sud-ouest de Reggio de Calabre (amphores de type Gassner Randform 3, fig. 23, 3-5) et de Corcyre (Gassner Randform 5, fig. 23, 1-2). Ces dernières présentent des bords caractéristiques du ve s. av. J.-C.96.

  • 97 Ben Tahar 2014, p. 62-65 ; surtout l’exemplaire p. 64-65, fig. 4, 5 ; Bechtold 2019, p. 100, fig.  (...)
  • 98 Ben Tahar etalii à paraître 2.
  • 99 Bechtold 2007, p. 668, fig. 377, nos 5565, 5568, p. 687-688.
  • 100 Bechtold 2013a, p. 490-491, cat. 111-112, pl. 35.
  • 101 Gassner 2003, 299, pl. 4, Ia.43. Gassner, Sokolicek, Trapichler à paraître p. 623, pl. 52.
  • 102 Gassner, Scopetta 2014, p. 120-121, pl. I, cat. 6.
  • 103 Santos Retolaza 2008, p. 138, fig. 128, 5, A 107 du groupe pétrographique B (aire de Reggio de Cal (...)

124À l’échelle de l’île, ce contexte n’est pas sans rappeler le puits de Ghizène qui a livré du matériel grec occidental tout à fait semblable97. Ces mêmes importations sont attestées également à Henchir Bourgou98 et à Carthage99. En dehors de l’Afrique, les amphores de type Gassner Randform 3 sont très bien représentées à Pantelleria100, à Vélia101, à Naples dans des niveaux datés entre la fin du vie et le début du ve s. av. J.-C.102. Dans les contextes sous-marins, la cargaison de l’épave de Cala S. Vincenç - qui a coulé vers la fin du vie s. (520-510/500 av. J.-C.) - fournit de très bons parallèles à nos trouvailles103.

  • 104 Ben Tahar 2014, p. 86; 2016-2017, p. 73; Bechtold 2019, p. 98, 134.

125Ces amphores grecques occidentales archaïques arrivaient probablement par Carthage, qui les redistribuait via le cabotage vers la Petite Syrte104. La présence d’une amphore de type Ramón T-1.4.2.1/Karthago 1A4 à Mezraya, produite plus ou moins à la même époque que la Gassner Randform 3, confirme apriori cette hypothèse.

  • 105 Une seule coupe grecque a été attestée à Henchir Bourgou dans les contextes archaïques : il s’agit (...)

126L’absence de vaisselle à boire grecque archaïque n’a rien de surprenant, si l’on compare ce site à Henchir Bourgou105. La population de Jerba à cette époque-là préférait probablement servir le vin dans des bols modelés à profil en S ou carénés souvent engobés en rouge. On peut en déduire par conséquent que la consommation de ce breuvage se faisait dans le cadre d’institutions sociales locales qui n’ont rien à voir avec les traditions grecques.

  • 106 Rural Landscapes 2008, p. 6.
  • 107 Ben Tahar 2016-2017, p. 11-17.
  • 108 Signature du traité de 509 av. J.-C. : Plb. 3, 22-24. A la même époque, il y a eu les évènements d (...)

127À l’échelle de la Méditerranée, le vie s. est une période de transition au cours de laquelle Carthage passe les anciennes fondations phéniciennes sous son contrôle106. En ce qui concerne la Petite Syrte, cette domination devient aussi claire que tangible à partir de la fin du vie s. comme le montre le matériel de Ghizène107, et ce pour des raisons tant politiques qu’économiques108. C’est aussi une période de grande influence culturelle de Carthage en Méditerranée centrale et occidentale avec parfois un apport en population ­nord-africaine pour quelques fondations.

  • 109 Gassner, Sokolicek, Trapichler à paraître, p. 625, pl. 53 (Randform 7a.c/d).
  • 110 L’exemplaire MZ.2000.90 offre beaucoup de similitude aussi bien au niveau de la pâte que sur le pl (...)
  • 111 Ben Tahar 2014, p. 79, fig. 20, 3-10; p. 80; p. 81, fig. 21, 4; 2016-2017, p. 25, fig. 6, 1-17, 12 (...)

128Une augmentation et une diversification des importations est remarquée à partir de la fin du ve s. et au ive s. av. J.-C. : en témoignent les amphores nord égéennes de type Mendè (2 individus, fig. 25, 4 et 9), les amphores magno-grecques de type Gassner Randform 5 (de l’aire ionio-adriatique, y compris Corcyre : 6 individus, fig. 25, 1 et 2), les Gassner Randform 6 (11 exemplaires issus essentiellement du sud-ouest de Reggio de Calabre, fig. 25, 3, 6, 8, 11 et 15) et les Gassner Randform 7 de Sicile109 (3 exemplaires : fig. 25, 5, 7, 10 dont un probablement d’Himère : fig. 25, 10)110. Ces conteneurs grecs étaient associés à quelques amphores de Carthage qui étaient moins nombreuses. Le matériel attique est rare (5 NMI dont un skyphos et un bolsal). De ce point de vue-là la situation est tout à fait comparable à celle de Henchir Bourgou, mais un peu différente de Ghizène dans la mesure où ce dernier site a livré plus de vases à boire grecs111.

  • 112 Bechtold 2019, p. 134.
  • 113 Cela démontre la multitude des réseaux maritimes à cette époque-là : il y avait ceux qui passaient (...)
  • 114 Ben Tahar 2014, p. 82, 90.
  • 115 Observation de s. Ben Tahar sur le matériel issu des récentes fouilles menées sous le forum de Gig (...)
  • 116 Ben Tahar 2019, p. 77, fig. 7, 9, p. 81.
  • 117 Ben Jerbania 2011, p. 83 ; 84, fig. 1 : amphores de type Mendè issues des nécropoles d’Hadrumète, (...)
  • 118 Ben Tahar etalii à paraître 3: « Context 1: The End of the Fifth Century BCE ».

129La présence d’amphores de type Gassner Randform 6 en pâte de Reggio de Calabre, presque complètement absentes à Carthage112, laisse supposer que l’île de Jerba était impliquée dans plusieurs réseaux maritimes dont un était lié, à travers le Sahel tunisien (?), à Malte. Cette dernière aurait joué le rôle d’un centre important de redistribution, entre autres, des denrées grecques occidentales vers la Byzacène et par-delà la Petite et la Grande Syrte113. Les amphores de Malte sont souvent attestées dans ces contextes de la fin du ve et du début du ive s. à Ghizène114, à Gigthis115 et à Guellala116. Il importe de signaler ici que ce faciès n’est pas sans rappeler celui du Sahel tunisien117 et de Zitha118.

  • 119 La photo (dans Sghaïer 2018, p. 298, no 368) pourrait très bien correspondre à une amphore de Malt (...)

130Par ailleurs, à en juger d’après le matériel d’une tombe punique découverte à Lamta publiée récemment, les amphores de Malte semblent présentes au Sahel dès le deuxième quart du ve s. av. J.-C.119.

  • 120 Anello 1986.

131À l’échelle de la Méditerranée, la fin du ve s. est marquée par l’expansion politique et militaire de la métropole punique. Il s’agit de l’eparchia carthaginoise en Sicile établie à partir du début du ive s. av. J.-C.120, suivie par une période de prospérité due à un climat relativement pacifique surtout après la signature du traité de 405/404 av. J.-C., même si des ­hostilités ont repris au début du ive s. av. J.-C.

  • 121 Bechtold 2013, p. 98-99 ; 2016, p. 98-99.

132L’attestation, par ailleurs, d’une amphore de type Gassner Randform 6, dont le bord est bien évolué (de la fin du ives. av. J.-C. ?), de probable production de Sicile de l’ouest (fig. 28, 2) pourrait constituer un indice du développement du commerce entre Carthage et la côte tyrrhénienne via les ports de Palerme et Solonte à partir de cette époque-là121.

  • 122 Ben Jerbania 2011, p. 91-92 et fig. 4, 31 (As s’ada) ; pour Lamta, voir Sghaïer 2018, p. 249, p. 2 (...)
  • 123 Observations de Sami Ben Tahar sur le matériel issu d’une fouille inédite effectuée sous le forum (...)
  • 124 Ben Tahar, Mansel, Mukaï à paraître 1.
  • 125 Ben Tahar etalii à paraître 3.
  • 126 Ben Tahar etalii à paraître 2 (n° inv. HB4047-1).

133Au iiie s. sont attestées les amphores de types MGS V (fig. 28, 1) et VI (fig. 29, 2) de la côte tyrrhénienne et de l’aire campano-latiale, ce qui prouve l’arrivée du vin italique à Jerba au courant de ce siècle. En dehors de la métropole punique, les MGS V sont présentes au Sahel tunisien122, à Gigthis123, à Meninx124, à Zitha125 et à Henchir Bourgou126. À partir de la deuxième moitié ou de la fin du iiie s. av. J.-C. sont documentés quelques amphores de Carthage et surtout de la Byzacène (9 individus).

134Le iie s. av. J.-C. est marqué par l’arrivée de la vaisselle à vernis noir campanienne A (formes Lamboglia 36, 49, Morel 2152 - fig. 29, 1 - et 2154). À partir de la deuxième moitié du iie s. av. J.-C. et à côté de la campanienne A tardive (Lamboglia 5, 5/7, 55, 27c), apparaissent les céramiques à vernis noir de production locale, les amphores italiques (Dressel 1A, fig. 30, 4) et une grande quantité d’amphores produites localement ou à l’échelle régionale de types Sabratha 7 et 8 (fig. 30, 1-3).

135La vaisselle culinaire est très peu représentée dans les contextes puniques et néo-puniques. Elle est uniquement constituée par la casserole de type Vegas F. 69 (fig. 30, 6) qui est en plus très rarement attestée. Dans ces contextes, l’essentiel de la batterie de cuisine est constitué de poterie modelée. Un tel tableau n’est pas sans rappeler celui de Henchir Bourgou, où la même prédilection pour la céramique modelée, largement utilisée à des fins culinaires, a été relevée.

136L’époque augustéenne, qui est mal saisie dans notre fouille, est marquée par quelques importations de sigillée italique, d’amphores de type Dressel 2/4 de la Campanie et par la production d’amphores de tradition punique tardive (Sabratha 9). Ce faciès est caractérisé également par la forte présence des céramiques culinaires tripolitaines engobées.

  • 127 Il n’est pas inutile de revenir sur la terminologie du type Dressel 2/4 de Jerba étant donné que l (...)
  • 128 Fentress, Fontana 2009, p. 192. Toutefois, d’autres chercheurs de l’équipe tuniso-américaine situe (...)
  • 129 Bonifay 2016, p. 596 ; voir en outre p. 605, 607.

137Vers le milieu du ier s. apr. J.-C. nous constatons un changement important. Initiée vers le troisième quart du iie s. av. J.-C., la production de l’amphore néo-punique jerbienne semble avoir été remplacée par celle du type Dressel 2/4127 au cours du ier s. apr. J.-C. S. Fontana situe le début de la production de ce nouveau type local dès le deuxième quart du ier s. apr. J.-C.128, tandis que les récentes fouilles à Jerba ont tendance à confirmer la datation proposée par M. Bonifay, le premier à avoir étudié ce type d’amphore romaine de Jerba : « 50-200+ apr. J.-C. »129.

  • 130 Fontana, Ben Tahar, Capelli 2009, p. 255.

138Il nous est difficile de savoir la raison pour laquelle les potiers jerbiens ont choisi la morphologie du type Dressel 2/4 pour leur nouvelle série d’amphores. Mais il est indéniable que le type Dressel 2/4 d’Italie, à la suite de son modèle d’époque hellénistique originaire de Cos, représente un conteneur vinaire aux yeux des consommateurs du bassin méditerranéen, y compris pour les habitants de l’île. À l’occasion de l’étude du matériel céramique de l’époque républicaine de Jerba, l’un des auteurs a constaté que l’influence des negotiatores italiens a joué un rôle important dans le commerce de l’île130. Il est possible que cette influence ait affecté le choix du nouveau modèle de l’amphore de Jerba ou que les potiers locaux aient juste essayé de plaire à leurs partenaires commerciaux de longue date.

  • 131 Fontana, Ben Tahar, Capelli 2009, p. 272.
  • 132 Panella, Bonifay 2020, p. 417-418.
  • 133 Il importe de signaler ici que l’essentiel des amphores de tradition punique en Tripolitaine date (...)
  • 134 Pour les uillae maritimes tripolitaines, on peut signaler à titre d’exemple Dar Buk Ammara, Silin, (...)

139La prospection menée dans le cadre du projet ­tuniso-américain a montré le lien entre les sites agricoles et les ateliers d’amphores. Huit sites de production d’amphores néo-puniques et quinze d’amphores Dressel 2/4 y ont été recensés ; sept des huit ateliers d’amphores ­néo-puniques semblent avoir continué leur activité en produisant des amphores Dressel 2/4131. Trois ateliers auraient aussi produit le type Tripolitaine I, toutefois en quantité insignifiante par rapport à celle du type Dressel 2/4. La carte de diffusion de la prospection montre que la production des amphores de Jerba appartient, dans une échelle régionale, au modèle ­tripolitain plutôt qu’à celui de la Zeugitane et de la Byzacène132, c’est-à-dire que les amphores ont été produites à proximité des centres agricoles, souvent à l’intérieur du pays. Le site de Mezraya était probablement une des nombreuses fermes-ateliers du centre de l’île dont la production amphorique n’a pas démarré avant la deuxième moitié du iie s. av. J.-C.133. Une autre ressemblance avec la Tripolitaine consiste dans le fait que les fermes d’architecture modeste sont plutôt installées à l’intérieur des terres134, alors que les uillae sont implantées sur la côte : c’est le cas par exemple de Souk el Guébli et de Ghizène pour Jerba où on a mis au jour des fragments de mosaïque en opus signinum et des éléments de décor architectonique.

  • 135 Fentress 2001, p. 262-264.
  • 136 Fentress 2001, p. 266 ; Fentress, Fontana 2009, p. 193.
  • 137 Dinies à paraître. Ce constat étonnant nous obligera à multiplier l’échantillonnage et à travaille (...)
  • 138 Dans l’ensemble du matériel de la fouille, nous avons compté 103 NMI pour le type Dressel 2/4 (tou (...)
  • 139 Jerray 2016.

140Connaître le contenu des amphores locales contribue grandement à la recherche des activités des fermes de Jerba. Excluant le garum comme contenu des amphores ­néo-puniques produites dans les ateliers des uillae (et aussi des fermes) à cause de la distance entre les lieux de production et la mer, E. Fentress associe ces amphores au transport du vin et de l’huile, produits sur lesquels se fonde l’économie des uillae de Jerba135. L’abondance de la production de Dressel 2/4 de l’époque impériale atteste une production de vin qui, selon elle, s’intensifie136. Sur ce point, le seul mais solide argument est la forme de l’amphore en question. L’intention de copier localement les amphores connues pour contenir le vin des côtes tyrrhéniennes de l’Italie semble très claire. Aussi est-il difficile de contredire l’hypothèse que cette imitation locale contenait aussi du vin. Toutefois, quelques éléments requièrent un temps de réflexion sur cette hypothèse. Tout d’abord, l’étude archéobotanique réalisée sur le site de Meninx a très bien confirmé la présence de l’oléiculture à l’époque romaine, mais pas celle de la viticulture137. Cependant, la production du type Tripolitaine I à Jerba est assez marginale si l’on en juge par sa quantité étonnement faible dans le matériel des fouilles de l’île138. En revanche, les potiers des ateliers de Zitha, situés sur le continent au sud-est de Jerba, ont choisi les formes tripolitaines typiques (Tripolitaine I et III) comme leur production phare, en produisant marginalement le type Dressel 2/4139.

  • 140 Drine, Jerray 2014.

141À cette époque, l’île de Jerba aurait dû avoir des productions d’amphores plus diversifiées. En plus du vin et de l’huile d’olive, l’existence de la production de salsamenta est avérée dans les villes côtières140. Il ne faut pas oublier non plus l’absence des dolia dans l’île. La situation de l’exploitation antique de l’île n’interdit pas de supposer la polyvalence de l’usage des amphores Dressel 2/4 de Jerba, sans ignorer une possibilité d’utilisation des conteneurs périssables, une solution universelle et simple d’utilisation pour certains produits liquides. Une série d’analyses chimiques de contenus nous apportera peut-être une partie de la réponse à cette question.

142En ce qui concerne les importations, en marge du cru italien de Campanie déjà en perte d’élan commercial à cette période, le vin tripolitain a été importé en très petites quantités dans les amphores de type Schöne-Mau XXXV dont la pâte peut être assimilée à celle de la ville d’Oea. À la fin du ier s. apr. J.-C., on constate le début d’arrivage de la céramique culinaire de la Byzacène avec le plat à cuire type Hayes 181.1. Il s’agit probablement du début de l’intégration de Jerba dans le réseau régional (du sud de la Tunisie). À partir de cette date, le flux lié à la Byzacène ne cessera de s’amplifier.

  • 141 Pasqualini, Tréglia 2003, p. 8-9.
  • 142 Baldassari 2009, p. 97-98.

143Au courant du iie siècle les importations de Byzacène occupent une position dominante au point qu’elles arrivent à satisfaire tous les besoins en vaisselles culinaires du site. Ce faciès continue jusqu’à la fin de l’occupation du site. On y trouve des « services » de culinaire engobée comme celui formé par les plats de types Hayes 181 (B et C) et les couvercles de type Hayes 182B, dans une moindre mesure celui constitué par les casseroles Hayes 184 et les couvercles Hayes 185. Aux casseroles/marmites régionales de type Hayes 183 de Byzacène (Bonifay 15) et leurs variantes tripolitaines (Bonifay 17) pourraient correspondre des couvercles non engobés comme le type Sabratha 104. La batterie de cuisine appartenant aux autres productions, comme la céramique culinaire de la région de Carthage et de l’île de Pantelleria, complète cet ensemble. Cette dernière catégorie est caractéristique des ultimes niveaux du site. Nous comptons plusieurs exemplaires des plats à cuire types Sabratha 293 et 294 (se distinguant seulement par l’inclinaison de la paroi), qui sont connus dans les contextes du iie-iiie s. dans les sites de la Méditerranée occidentale141. Ils sont probablement les types précurseurs d’une des formes tardives bien connues à Jerba (la forme 3 de l’épave de Scauri)142.

  • 143 Apparition d’un bord à gorge interne au iies., puis variante abâtardie au iiie s., caractérisée p (...)
  • 144 On ne peut exclure qu’elle ait servi au transport des salsamenta.
  • 145 Bonifay, Capelli etalii 2013, p. 114-115.
  • 146 Fontana, Ben Tahar, Capelli 2009, p. 284-285.

144Quant aux amphores, la grande majorité est constituée par les types tardifs des amphores locales Dressel 2/4143, accompagnés par ceux issus des divers ateliers de la Byzacène, principalement du type Africaine IIA. Le contenu de ce dernier demeure incertain (salsamenta ou vin ?). Les amphores à huile importées d’autres sites africains sont très rares, se limitant à un conteneur de type Africaine IB de la Byzacène et un autre du type Tripolitaine I de la région de Leptis Magna. Les amphores à vin importées ne sont pas mieux représentées non plus : y sont attestées une amphore Tripolitaine II avec des restes de poix à l’intérieur144 et une de la Sicile du type Benghazi Mid Roman Amphorae 1A variante 2 dont l’apparition est située vers le milieu du iiie siècle145. Celle-ci constitue l’un des tessons les plus tardifs dans le matériel de la fouille. Il faut d’ailleurs noter la rareté de l’amphore sicilienne à Mezraya, alors que l’île a constamment reçu ces conteneurs à vin siciliens entre le ier et le iiie s. apr. J.-C.146.

  • 147 Fentress, Fontana 2009, p. 193.
  • 148 Malfitana 2007.
  • 149 S. Fontana a émis l’hypothèse que la rareté des sigillées africaines entre 150 et 300 à Jerba pour (...)

145Bien que dans cette période la rareté des produits importés à Jerba, à l’exception de la ville portuaire de Meninx, ait été déjà signalée147, la quasi absence de la céramique fine est assez impressionnante. On compte seulement quatre tessons informes de sigillée africaine A et un minuscule fragment de céramique «corinthienne» à décor moulé148. On ne sait pas pour quelle raison la céramique fine a été « boudée » : lui a-t-on préféré les bols tripolitains de types Sabratha 132, 155 et 162 parfois engobés (ainsi que leurs imitations en céramique commune locale) ? Ou bien les habitants de Mezraya se servaient-ils directement dans les vaisselles culinaires149 ? Ou bien encore est-ce dû tout simplement à la nature des secteurs fouillés (l’espace de travail d’une ferme agricole) ?

146Le matériel d’époque punique, non trouvé dans ses contextes d’origine (primaires), ayant été redéposé aussi bien dans les fosses de décharge que dans les couches de remblaiement de la période romaine, témoigne du fait que ce site était bien entretenu et régulièrement nettoyé à l’époque punique, ce qui reflète apriori un certain floruit économique et une organisation des structures de production pour répondre aux besoins croissants des habitants.

  • 150 Fentress 2009b, p. 207-208.
  • 151 Fentress, Fontana 2009, p. 195.

147Nous ignorons en l’état actuel des recherches la cause du déclin et de l’abandon du site. E. Fentress explique l’abandon des uillae agricoles du centre-nord de l’île, spécialisées dans la viticulture, par la reconversion de l’activité agricole vers la céréaliculture150. Il s’agirait d’une restructuration régionale de l’économie qui aboutit au développement de l’agriculture extensive dans le sud-est de l’île avec la ville de Meninx comme centre d’attraction151. Cette hypothèse de réorganisation, avec l’absorption des petites exploitations de l’intérieur du pays par les grands et luxueux domaines, est certes intéressante, mais elle se heurte à deux faits non reconnus jadis.

  • 152 Ben Tahar etalii à paraître 3.

148En premier lieu les sites côtiers de la région, eux aussi, ont été complètement abandonnés au cours du iiie s., à l’instar de Souk el Guébli, Henchir Tawrirt et Zitha152. En outre le supposé point d’attraction (Meninx) a dû lui aussi avoir quelques problèmes à cette période : la récente fouille tuniso-allemande de la ville a mis au jour des contextes d’abandon de plusieurs quartiers (notamment le forum) dans la première moitié du iiie s. comme c’est le cas aussi à Gigthis, une autre grande ville portuaire au sud de la Tunisie. Il vaut peut-être mieux trouver d’autres raisons pour expliquer le déclin simultané de plusieurs villes, comme l’insécurité due aux usurpations d’empereurs (la crise du iiie s.) et les réaménagements urbains de l’époque sévérienne, même s’il est prématuré de donner une explication définitive à ce phénomène.

  • 153 Outre le façonnage peu soigné, comme l’attachement des anses, la pâte de cette variante tardive es (...)

149L’analyse des amphores locales montre que ces épisodes d’abandon ne surviennent pas brutalement. Si la production des amphores Dressel 2/4 de Jerba est considérée comme un reflet de l’activité agricole de l’île et de ses exportations, la perte considérable de qualité des variantes du iiie s.153 peut signifier non seulement une perte du savoir-faire des potiers, mais également un certain affaiblissement de ­l’activité économique dans son ensemble. L’activité de Mezraya semble déjà être en difficulté avant d’être abandonnée.

  • 154 De Vos 2013, p. 163.
  • 155 Ahmed 2019, p. 46, 61.
  • 156 Cifani, Munzi 2002, apud Ahmed 2019, p. 61.

150D’un point de vue topographique, le fait que ces vestiges ruraux d’époque romaine soient implantés sur des restes d’installation humaine plus anciennes n’a rien de surprenant eu égard aux données issues des prospections aux alentours de Dougga effectuées par M. De Vos où sur les 179 sites, 36 (20 %) sont d’origine préromaine154. Cette continuité de l’occupation de l’espace a été également signalée à Tarhouna où M.A.M. Ahmed a identifié des céramiques et des pièces de monnaie remontant au iie s. av. J.-C.155 et dans certains établissements ruraux, notamment à Silin et à Wadi Taraglat-Caam aux iiie et iie s. av. J.-C.156

5. D’un site à l’autre : Mezraya et Henchir Bourgou

151À s’en tenir aux données topographiques, les deux sites de Mezraya et Henchir Bourgou présentent des similitudes : ils se trouvent en effet sur des points qui culminent à 15-20 m au-dessus du niveau de la mer, ce qui offre apriori une possibilité de visualiser le littoral de loin dans une perspective de domination territoriale. Ces considérations topographiques auraient constitué un critère important pour le choix de ces deux sites depuis la Protohistoire, en plus de l’existence d’une nappe phréatique douce.

  • 157 Des puits ont été trouvés à côté de quelques fours à Tarhouna, notamment à Wadi Doga, Gasr Doga et (...)

152Les eaux douces mio-pliocènes accessibles à travers des puits de quelques mètres de profondeur auraient été sciemment utilisées dès la plus haute antiquité notamment pour les activités agricoles incluant l’irrigation. L’existence de cette ferme implique des activités pratiquées d’une manière régulière (labour, plantation, élagage des arbres, élevage…) qui nécessitent une présence humaine importante sur place. Ajoutons à cela la production des amphores qui requiert également des quantités d’eau notables157.

  • 158 Mattingly, Dore 1996, p. 120-121.

153Du point de vue typologique cette ferme s’intègre dans la catégorie que D. Mattingly appelle open farm/courtyard farms, qui se caractérise par une technique de construction très modeste. Ces fermes, le plus souvent regroupées en clusters, sont particulièrement abondantes dans le pré-désert libyen, notamment à Wadi Ghirza158.

  • 159 Mzabi 1993, p. 50 : carte « Sols et végétation de la Tunisie méridionale ».

154La nature du sol est semblable dans les deux endroits : il s’agit d’un sol sableux à arthrophytum159.

  • 160 Ahmed 2019, p. 47.

155Les premières données acquises permettent de constater que les deux sites avaient été peuplés plus ou moins vers la même période ; toutefois, Henchir Bourgou s’est développé territorialement pour atteindre une superficie qui dépasse les 20 hectares à l’époque augustéenne, ce qui n’est pas le cas pour Mezraya, dont la surface est beaucoup plus réduite : un peu plus que 2,5 hectares. Cette superficie correspond à celle des fermes rurales les plus répandues à Wadis Turgut et Doga dans le plateau de Tarhouna160.

  • 161 L’identification de Henchir Bourgou comme étant un agrotown a été déjà proposée : voir Fentress, D (...)
  • 162 Spanò Giamellaro etalii 2008, p. 132.
  • 163 Van Dommelen, Finocchi 2008, p. 212.
  • 164 Spanò Giamellaro etalii 2008, p. 158.

156Vu les dimensions de ces établissements, on peut se demander si on n’a pas affaire à une ferme (Mezraya) liée à l’origine à un village nucléé (nucleated settlement) ou un agrotown161, tous les deux étant densément habités par des populations autochtones bien sédentarisées comme l’atteste la quantité de céramique modelée et de Basket Ware de bonne qualité. On peut d’ailleurs se demander si une telle densité n’est pas due à une exploitation agricole intensive favorisée, entre autres, par la disponibilité de l’eau douce. De tels villages nucléés ne sont pas sans rappeler ceux que l’on connaît aussi bien en Sicile, tels que Monte Iato, Monte Polizzo, Monte Adranone162, Entella, Monte Maranfusa, qui sont occupés depuis la plus haute antiquité163, qu’à Malte164. Ces villages, qui étaient installés sur des collines, entretenaient des contacts avec les populations voisines grecques et puniques établies en Sicile non loin de la côte. En concordance avec ce schéma, on peut supposer que les habitants de Henchir Bourgou et Mezraya avaient eux aussi des liens très étroits avec la communauté punique qui peuplait l’emporion de Ghizène.

  • 165 Ahmed 2019, p. 18

157Des villages nucléés d’époque romaine ont également été identifiés sur le plateau de Tarhouna, tels que Gasr Ed Dauun et Medina Doga (entre 0,5 et 2,8 hectares)165.

  • 166 Pour une mise au point du concept d’emporion et de ses différentes implications, voir Van Dommelen(...)
  • 167 Le terme berbère Tawrirt qui se traduit par « colline ou la petite montagne » correspond à deux si (...)

158Ce mode d’occupation du sol de l’île qui justifie pleinement, par ailleurs, l’utilisation du terme emporion pour Ghizène166, montre clairement que l’habitat aux époques archaïque et protohistorique à l’échelle de l’île n’était pas disséminé, il était plutôt réduit à quelques villages élevés sur des monticules naturels dont le terme berbère tawrirt garde le souvenir167.

  • 168 Van Dommelen etalii 2008, p. 173.

159Le fait que la côte soit habitée ex-nihilo (exemple de Ghizène), alors que l’intérieur des terres est occupé par des installations rurales implantées sur des vestiges très anciens, n’est pas sans rappeler la Sardaigne168.

160Sur le plan de la culture matérielle, les deux sites offrent plusieurs ressemblances, notamment en ce qui concerne la réutilisation, le remploi et le recyclage des céramiques de tradition protohistorique à des usages secondaires.

6. Réutilisation et recyclage des céramiques

  • 169 Pêche-Quilichini, Rageot, Regert 2017, p. 147.

161Henchir Mezraya et Henchir Bourgou constituent deux exemples de sociétés conservatrices qui géraient d’une manière économe leurs vaisselles. En témoignent les transformations mécaniques subies sur certaines formes par « forage et régularisation des tranches pour obtenir une fusaïole ou un peson, débitage et polissage destiné à mettre en forme d’une estèque, abrasion des parois issues d’un fond plat d’un récipient initialement haut pour le transformer en écuelle ou en couvercle »169.

  • 170 Cela se voit particulièrement bien dans le cas de la vannerie, voir fig. 17, MZ.2056.6.
  • 171 Pour la fonction, voir aussi Fulford 1984, p. 252.

162Les utilisations secondaires des fragments de récipients, sous quelque forme que ce soit, se retrouvent aussi bien dans les contextes les plus anciens que les plus récents de Mezraya (fig. 17). Les vaisselles recyclées sont celles qui sont à portée de la main, qu’elles soient tournées ou faites à la main170. Le seul facteur important est le degré de courbure de la céramique qui doit être assez faible pour obtenir la forme de disque ou rondelle la plus plate possible171. Le bord du disque, ayant été taillé grossièrement, est souvent irrégulier.

  • 172 Même phénomène également observé à Henchir Bourgou, voir Ben Tahar etalii à paraître 2, « Keramik (...)
  • 173 Schmidt 2007, p. 773-775 ; Sanmartí 2016a, p. 263.
  • 174 Ben Tahar etalii à paraître 2, « Keramikscheiben »

163L’un des plus grands disques en céramique mesure 10 cm de diamètre et a été taillé dans une paroi de céramique modelée (fig. 17, MZ.2016.83). Les disques les plus petits atteignent un diamètre d’à peu près 3 cm ; quant aux tailles moyennes, elles varient entre 5 et 7 cm. Il est important de signaler que les différentes dimensions sont attestées dans toutes les phases de Mezraya (voir tableau 2), ce qui empêche d’établir une corrélation entre les dimensions de l’objet et sa chronologie172. La fonction de ces objets recyclés est toujours sujette à discussion ; ils auraient été utilisés comme bouchons, jetons de jeu ou de compte (pour les plus petits)173. Il est probable que dans les phases les plus anciennes, les disques les plus petits avaient servi comme jeton de jeu ou de compte, car les récipients à embouchure restreinte, qui requièrent un petit couvercle ou opercule, font complètement défaut dans les strates les plus anciennes jusqu’à présent174. Ceux-ci, qui n’apparaissent que dans la phase 3/5, auraient été utilisés comme bouchons aussi. La plupart de ces petits spécimens, de 3 à 5 cm de diamètre (entiers ou à moitié conservés), dont le nombre atteint 52 individus, ont été découpés dans la poterie modelée jusqu’au iie s. avant J.-C. (par exemple fig. 17, MZ.2056.6). Ce n’est qu’à partir de ce moment-là que commencent à apparaître les pesons taillés dans la céramique tournée.

Tab.2 : Répartition des céramiques diverses et d’autres artefacts

Tab.2 : Répartition des céramiques diverses et d’autres artefacts

164C’est également le cas pour les 69 disques en céramique qui ont un diamètre compris entre 5 et 10 cm et sont donc probablement trop grands pour servir comme jetons de jeu ou de compte. Ils ont tous été classés par conséquent comme bouchons (fig. 17, MZ.1001.161, MZ.1029.12, MZ.2016.86 et MZ.2027.39).

165La répartition entre pesons taillés dans la poterie modelée et pesons découpés dans la céramique tournée est liée à la disponibilité des céramiques et n’a aucune implication chronologique. Parmi les disques taillés dans la céramique tournée, il importe de signaler un spécimen obtenu d’un fond de vase fermé (fig. 17, MZ.2002.512).

  • 175 C’est le cas, par exemple, pour le peson en Basket Ware, voir fig. 17, MZ.2035.48.
  • 176 Schmidt 2007, p. 772, fig. 6243 et note 41 avec des références à des découvertes comparables à cel (...)
  • 177 Voir Ben Tahar etalii à paraître 2, « Keramikscheiben mit Lochung ».

166Vingt-huit disques perforés en céramique ont été documentés dans les contextes de Mezraya. À l’instar des disques en céramique décrits supra, les pièces perforées sont principalement fabriquées dans des parois de récipients plats, faits à la main ou tournés. Ces objets sont attestés dans les contextes les plus anciens et se retrouvent systématiquement dans les niveaux romains les plus récents. L’utilisation secondaire de la poterie rend sa datation possible uniquement sur la base de l’association de matériel issu du contexte dans lequel elle se trouve ; toutefois, dans certains cas le type de récipient réutilisé peut fournir un terminus post quem175. Tout comme les disques en céramique, le bord extérieur est généralement taillé de manière irrégulière. En ce qui concerne les perforations, elles sont coniques des deux côtés à l’exception d’une pièce (fig. 17, MZ.2016.20) et ont une largeur comprise entre 0,3 et 0,5 cm. Un seul fragment présente un trou cilindrique (fig. 17, MZ.2035.48). Ces objets ont un diamètre compris entre 5 et 7 cm (fig. 17). Les formes compactes plus petites sont totalement absentes. Il n’est pas clair si les pièces sont des poids de tissage, des fusaïoles ou des poids pour lester les filets de pêche. C’est probablement le cas de celle à moitié conservée avec un trou de 1 cm (fig. 17, MZ.2016.20), car son diamètre est probablement trop grand pour qu’elle puisse avoir été utilisée comme fusaïole. Un autre fragment du même contexte (fig. 17, MZ.2016.23) présente une légère usure du trou vers l’extérieur du bord, ce qui pourrait être dû au frottement d’un fil ou d’une corde, ce qui exclurait son utilisation comme fusaïole et rendrait plus probable son utilisation comme poids de métier à tisser. Il est clair que deux autres pièces (fig. 17, MZ.1001.47 et MZ.2015.23) doivent également être considérées comme des pesons pour tendre les fils de chaîne sur des métiers à tisser, non seulement parce que les trous ne sont pas au centre, ce qui rend leur utilisation comme fusaïoles complètement inconcevable, mais aussi en raison des doubles trous de suspension dans les pièces176. Contrairement aux autres disques céramiques perforés, l’un de ces objets (fig. 17, MZ.1001.47) relève plutôt d’un usage primaire et non secondaire en recyclant des déchets céramiques. En revanche l’autre (fig. 17, MZ.2015.23), taillé dans la poterie modelée177, a été clairement recyclé pour un usage secondaire.

  • 178 La forme conique de la perforation, qui indique une abrasion régulière, plaide plutôt en faveur de (...)
  • 179 Voir Chmielweski, Gardyński 2010 pour les caractéristiques d’utilisation des petites et grandes fu (...)
  • 180 Des objets identiques à perforation droite que l’on peut identifier avec certitude comme fusaïoles (...)

167Les autres spécimens qui présentent des perforations coniques, mais centrales, sur les deux faces, pourraient être des fusaïoles, toutefois leur utilisation comme poids de tissage ne peut être exclue178. Avec un diamètre allant de 5 à 7 cm, elles appartiennent alors à des fusaïoles plus grandes et plus lourdes, qui étaient adaptées au filage des fibres végétales plutôt qu’à la transformation de la laine en fil fin179. La pièce à perforation droite (fig. 17, MZ.2035.48) appartient clairement à la catégorie des fusaïoles180.

  • 181 Sanmartí 2016b, p. 273, fig. 7, 3, 290314-33, voir Ben Tahar etalii à paraître 2, « Keramikscheib (...)

168Il est intéressant de noter que des disques de céramique avec et sans perforations coniques de même taille ont été trouvés à Henchir Bourgou, qui étaient également taillés dans des tessons de vases recyclés. Ailleurs, les pièces semblent souvent avoir été fabriquées spécifiquement pour leur usage comme à Althiburos181.

  • 182 Voir Ben Tahar etalii à paraître 2, « Keramikscheiben mit Lochung » : une trouvaille de la phase (...)
  • 183 Ben Tahar 2019b, 74, voir aussi Ben Tahar etalii à paraître 2, « Keramikscheiben mit Lochung ».

169La tradition du tissage, qu’il s’agisse du filage/tissage des fibres végétales ou de la laine, est documentée par la découverte de grands fuseaux du viiie s. av. J.-C. à Mezraya. Des disques en céramique avec des perforations ont également été produits à la même époque à Henchir Bourgou182. Jusqu’à présent, ils constituent le plus ancien témoignage de la production textile sur l’île de Jerba183. La tradition semble avoir perduré jusqu’à l’époque romaine, comme en témoigne le nombre toujours élevé de disques céramiques perforés, même dans les contextes les plus récents (tab. 2). Ainsi, la technique du filage semble rester inchangée au fil des siècles, tout comme l’utilisation secondaire des déchets de céramique.

  • 184 Ben Tahar etalii à paraître 2, « Stein ».
  • 185 Sanmartí, López, Álvarez 2016, p. 277, 286, pl. 8.3, 280138-8 ; 190207-20.

170Un seul objet en pierre, en plus des fragments de silex décrits précédemment, a été recensé parmi les trouvailles non céramiques. Cette pièce provient de l’une des plus anciennes couches de Mezraya, datant du viiie/viie s. av. J.-C. Il s’agit d’un galet calcaire de forme ovale, long de 8,6 cm et large de 4 cm qui présente des côtés arrondis et une surface plate et noircie. Si à Henchir Bourgou de tels outils contiennent souvent des restes d’ocre rouge sur leur face noircie, dû au broyage de cette matière minérale et/ou lissage et polissage de la surface engobée du vase184, la vocation reste indéterminée pour Mezraya. À Althiburos, de tels objets lithiques sont attestés dans des contextes allant du NA 3 (viiie s. av. J.-C.) jusqu’au NR 2 (146-27 av. J.-C.)185.

171Par ailleurs, les deux sondages effectués sur ces deux sites montrent des grandes affinités céramiques tant sur le plan morphologique que technique. Le faciès est pratiquement le même ; il est caractérisé par la présence de la Basket Ware à partir des niveaux archéologiques les plus anciens associée à des formes modelées ouvertes (essentiellement les marmites à bord rentrant) et fermées représentées par les jarres de stockage.

  • 186 Le palmier (Phoenix dactylifera) est attesté dans le pré-désert libyen dès la deuxième moitié du i (...)
  • 187 Pour l’importance de ce produit dans la zone du pré-désert, voir Van Der Neer, Grant, Barker 1996, (...)

172La fréquence de la Basket Ware depuis la protohistoire et l’époque archaïque sur les deux sites montre le développement de la vannerie cousue en spirale en fibres d’alfa, de sparte ou en feuilles de palmier186. Cet artisanat, qui n’était pas moins important que la poterie, fournissait différents types d’artefacts très utiles pour la société de cette époque-là qui en faisait un grand usage, notamment pour le transport, le stockage et la fabrication et la conservation de certaines denrées alimentaires, telles que le fromage187.

  • 188 Bols carénés (12 fragments), à profil en S (79 fragments) ou à bord évasé (130 fragments). Quelque (...)

173Les pâtes des céramiques modelées sont différentes les unes des autres et de qualité changeante ; les couleurs varient entre le gris, le rouge et l’orangé ; quant à la surface extérieure, elle est souvent brute ou lissée. L’engobe rouge, moins fréquent qu’à Henchir Bourgou, est rarement attesté ; il n’est appliqué généralement que sur des vases à boire ou à manger carénés (33,3 %), à profil en S (36,7 %) ou à bord évasé (14,6 %)188. Très occasionnellement, les tessons sont recouverts d’un engobe blanc ou d’une peinture rouge avec des demi-cercles (inv. MZ 1018.1).

174La variété des pâtes et des aspects techniques de ces vases modelés indique des mains de potières différentes, d’où l’intérêt de procéder à des analyses archéométriques pour mieux définir et caractériser ces productions féminines par excellence. Une étude comparative entre les céramiques modelées de Mezraya d’un côté, et celles de Henchir Bourgou de l’autre, basée sur une approche archéométrique nous permettra de mieux saisir certains aspects relatifs aux rapports entre ces deux sites. En effet, à l’issue de ces analyses nous aurions peut-être des éléments de réponse quant à la question de l’approvisionnement en poterie modelée de Henchir Bourgou ; autrement dit quel était l’apport des potières de Mezraya dans l’approvisionnement céramique de Henchir Bourgou ? Ou ce dernier se contentait-il de ses productions ? Il s’agit là de questions fondamentales pour affiner l’étude de certains aspects socio-économiques de ces sociétés protohistoriques et antiques.

  • 189 Marzoli 2017.

175Au niveau des importations, il y a de fortes similitudes entre les deux sites depuis l’horizon archaïque. Henchir Bourgou et Mezraya recevaient les céramiques levantines en petites quantités dès la deuxième moitié du viiie s. av. J.-C. Ces objets importés avaient probablement un statut particulier et conféraient un certain prestige à leurs possesseurs du fait qu’ils proviennent de zones lointaines. La présence de ces objets, même si elle indique l’existence d’une élite locale qui se distinguait du commun des mortels par la possession de ces objets à forte valeur ajoutée, n’en est pas moins révélatrice de courants commerciaux qui reliaient l’île au monde phénicien. Un tel tableau n’est pas sans rappeler le site de Los Castillejos de Alcorrín (Manilva, Málaga). Il s’agit d’une fortification tartessienne de la fin du ixe et du viiie s. av. J.-C. dont le faciès est dominé par la poterie modelée fabriquée dans la tradition de l’Âge du bronze tardif (95 %) avec un faible pourcentage d’importations phéniciennes, comprenant principalement des cruches et des amphores, en plus du matériel acheminé de la Sardaigne189.

176Les importations carthaginoises archaïques sont également présentes sur les deux sites (Henchir Bourgou et Mezraya), mais en quantités infimes. Une plus grande ouverture sur le faciès méditerranéen ne s’opèrera qu’à partir de la fin du ve s. av. J.-C. avec des arrivées régulières de vin du monde grec occidental et oriental et de la vaisselle attique dont les quantités restent tout de même moins importantes que dans les sites côtiers puniques, notamment Ghizène et Gigthis.

Conclusion et perspectives

177Les séquences chrono-stratigraphiques de Mezraya trouvent un répondant à Henchir Bourgou dont les résultats sont en cours de publication. En effet, les deux sites étaient habités par une population autochtone dont le territoire s’étendait jusqu’à la plaine de Jeffara. L’ouverture sur la Méditerranée, qui s’est effectuée dès la deuxième moitié du viiie s. av. J.-C., témoigne de l’intégration de l’île dans les réseaux maritimes phéniciens dès la plus haute époque archaïque.

178Les importations méditerranéennes, quoique plus importantes dès la fin du ve s., restent limitées, comparées aux céramiques modelées locales qui demeurent largement majoritaires jusqu’à l’époque tardo-républicaine.

179Le site de Mezraya, peu connu jusqu’ici, a livré une documentation archéologique très ancienne et de première importance non seulement à l’échelle de l’île, mais également pour l’Afrique du Nord. Effectivement, bien que partiels, les résultats obtenus par les récentes investigations archéologiques jettent une lumière nouvelle sur des questions historiques majeures, tels les premiers contacts entre les autochtones (les Libyques) et les allochtones (les Phéniciens) ou les rapports entre l’île et le continent, en l’occurrence la plaine de Jeffara et le Djebel Dahar.

180Par ailleurs, outre l’apport scientifique de ces recherches, le cas de Mezraya illustre les limites de la prospection classique dont les conclusions et les enseignements devraient toujours être pris avec précaution ; seules les fouilles archéologiques apportent des preuves fiables et réellement novatrices.

181Le fait qu’il n’y ait pas de vestiges archaïques entre Carthage et Jerba ne pourrait s’expliquer que par l’absence de fouilles archéologiques dans les sites d’habitat. Le littoral oriental de la Tunisie abritait certainement des ports qui avaient été fréquentés dès la plus haute Antiquité, étant donné que le cabotage exigeait l’existence d’une série de relais maritimes pour le commerce de longue distance.

  • 190 Mission archéologique tuniso-française organisée par T. Ghalia, F. Villedieu et C. Virlouvet (Ghal (...)

182Non moins importante est la question de l’abandon survenu à la fin de la dynastie sévérienne à une époque où les autres sites africains étaient en pleine croissance urbaine. Tout cela nous incite à être prudents et relativiser le discours quant à la crise du iiie s. apr. J.-C. dont on se demande si elle n’a pas touché finalement l’Afrique, d’autant que plusieurs niveaux d’abandon ont été relevés ailleurs, en l’occurrence Meninx, Zitha, Ghizène, Gigthis et Hergla190.

183Malgré l’intérêt des résultats auxquels nous sommes parvenus, il reste beaucoup à faire, ce qui justifie pleinement la nécessité du recours au terrain de nouveau afin de compléter nos recherches.

184Pour documenter au mieux le site de Mezraya dans sa totalité, il faudrait procéder à une prospection géophysique pour obtenir un plan complet de l’ensemble des vestiges, ce qui nous permettra de mieux saisir aussi bien la vocation que l’organisation de cet établissement rural.

  • 191 Mattingly, Dore 2006, p. 124.

185Ensuite, il serait utile d’ouvrir une fouille en open area au milieu de ce site où nous soupçonnons l’emplacement de la partie résidentielle et centrale de cet édifice. De telles recherches nous permettront de nous faire une idée plus claire sur les techniques de construction, l’architecture, et de mieux appréhender la hiérarchisation de tout l’espace d’une manière générale en le comparant aux fermes tripolitaines dont on sait qu’elles comportaient un seul étage et qu’elles étaient couvertes d’une toiture plate191.

  • 192 Van Der Veen, Grant, Barker 1996.
  • 193 Van Der Veen, Grant, Barker 1996, p. 256.
  • 194 Moses etalii 2019.
  • 195 Van Der Veen, Grant, Barker 1996, p. 252.

186Une étude pluridisciplinaire archéobiologique incluant aussi bien la faune que les restes archéobotaniques de Mezraya, à l’image de ce qui a été fait pour Henchir Bourgou, Meninx, la Libye192 et Althiburos, est souhaitable. On aura ainsi une image plus complète de l’économie insulaire à travers son agriculture. Une analyse détaillée des restes des ossements animaux nous permettra par exemple d’étudier le comportement alimentaire des habitants de Mezraya sur la longue durée, de préciser l’apport de ce site rural dans l’économie de l’île allant de la production agricole jusqu’à l’artisanat (a-t-on par exemple privilégié l’élevage de moutons pour la laine ou les chèvres pour le lait ou les deux à la fois comme en Tripolitaine libyenne193 et tunisienne, par ex. Zitha194 ?). Ces ovi-caprinés étaient-ils élevés localement dans des bergeries ou gardés ailleurs dans le cadre de la transhumance ? Ces restes fauniques nous permettront également de saisir au mieux de quelle manière et jusqu’où ces habitants de Mezraya ont investi dans le travail de la terre. Rappelons à cet égard, que l’élevage du taureau dans les zones semi-arides ou dans le pré-désert libyen par exemple est considéré comme un véritable investissement, vu le coût et les efforts requis pour nourrir cette bête de trait195.

187Des datations au 14C seront nécessaires aussi pour attribuer une chronologie fiable à des séquences stratigraphiques n’ayant pas livré de céramique tournée.

188Enfin, quelques analyses archéométriques seraient d’un grand apport pour mieux saisir certaines productions céramiques qui posent encore problème.

189Ce site constitue en définitive un témoignage archéologique de première importance sur l’occupation du sol à Jerba durant une longue durée. De par ses connexions aussi bien avec le continent qu’avec la mer depuis les temps protohistoriques jusqu’à l’époque romaine impériale, ces recherches aussi préliminaires qu’elles soient illustrent l’intérêt historique majeur de cet établissement.

Annexe : Présentation du matériel archéologique par phases

Phase 1 : protohistorique

190Cette phase est antérieure au milieu du viiie s. av. J.-C. Elle regroupe les strates qui se trouvent entre les unités stratigraphiques 2047 et 2057.

Fig. 18 : Céramique. Phase 1

Fig. 18 : Céramique. Phase 1

1 : céramique Basket Ware, bord, plat à bord droit (inv. MZ.2049.4) ; 2 : céramique Basket Ware, bord, plat à bord droit (inv. MZ.2049.3) ; 3  : céramique Basket Ware, bord, plat à bord évasé (inv. MZ.2056.02) ; 4 : céramique Basket Ware, bord, plat à bord évasé (inv. MZ.2049.2) ; 5 : céramique modelée A, bord, bol à bord droit (inv. MZ.2055.22) ; 6  : céramique modelée B, bord, bol à bord évasé (inv. MZ.2056.12) ; 7 : céramique modelée A, bord, bol à bord évasé ; surface lustrée avec engobe crème (inv. MZ.2054.2) ; 8 : céramique modelée B, bord, bol à bord évasé (inv. MZ.2053.3) ; 9 : céramique modelée B, bord, plat à bord évasé (inv. MZ.2055.24) ; 10 : céramique modelée B, bord, bol à bord évasé (inv. MZ.2055.4) ; 11 : céramique modelée B, bord, bol à bord évasé (inv. MZ.2050.2) ; 12 : céramique modelée B, bord, bol à bord évasé (inv. MZ.2052.15) ; 13 : céramique modelée B, bord, tajine (inv. MZ.2052.5) ; 14 : céramique modelée B, bord, plat à bord légèrement rentrant (inv. MZ.2052.1) ; 15 : céramique modelée B, bord, bol à bord rentrant (inv. MZ. 2052.2) ; 16 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv.MZ.2051.1) ; 17 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2051.12) ; 18 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2051.14) ; 19 : céramique modelée B, bord, bol à bord rentrant (inv. MZ.2051.8) ; 20 : céramique modelée B, bord, bol à bord rentrant (inv. MZ.2051.11).

(dessin R. Ben Brahim; DAO S. Büchner)

Fig. 19 : Céramique. Phase 1

Fig. 19 : Céramique. Phase 1

1 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2052.10) ; 2 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2057.1) ; 3 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2055.1) ; 4 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2052.16) ; 5 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2052.13) ; 6 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2055.23) ; 7 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2053.7) ; 8 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2053.6) ; 9 : céramique modelée B, bord, bol à bord rentrant (inv. MZ.2051.4) ; 10 : céramique modelée B, anse, jarre (inv. MZ.2051.25) ; 11 : céramique modelée B, anse, jarre (inv. MZ.2051.26) ; 12 : céramique modelée B, bord, jarre à bord vertical (inv. MZ.2051.18) ; 13 : céramique modelée B, bord, jarre à bord vertical (inv. MZ.2051.17) ; 14 : céramique modelée B, bord, jarre à petit bord droit (inv. MZ.2051.19) ; 15 : céramique modelée B, bord, jarre à bord évasé (inv. MZ.2055.5) ; 16 : céramique modelée B, bord, jarre à petit bord à lèvre divergente (inv. MZ.2052.19) ; 17 : céramique modelée B, bord, jarre à bord droit (inv. MZ.2050.8) ; 18 : céramique modelée B, bord, jarre à bord droit (inv. MZ.2055.36) ; 19 : céramique modelée B, fond, forme ouverte (inv. MZ.2051.20) ; 20 : céramique modelée B, fond, forme fermée (inv. MZ.2053.8) ; 21 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2056.1) ; 22 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2051.24) ; 23 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2052.22).

(dessin R. Ben Brahim; DAO S. Büchner)

Phase 2 : archaïque. Deuxième moitié du viiie-viie s.

191Mieux saisie dans le sondage 2 que le sondage 1. Deux sous phases ont pu être distinguées sur la base du matériel d’association.

192Phase 2a: 750-700 av. J.-C. US 2035-2046

Fig. 20 : Céramique. Phase 2a

Fig. 20 : Céramique. Phase 2a
  • 196 Les caractéristiques techniques de cette pâte ressemblent beaucoup à celles de la Fabric 6 (du Lev (...)

1 : céramique phénicienne à engobe rouge, bord, bol de type Bikai FW Plate 4a ; pâte rouge clair, peu de quartz, riche en particules blanches (chaux) ; engobe rouge épais et mat à l’intérieur uniquement ; production levantine (inv. MZ.2035.45)196 ; 2 : céramique Basket Ware (?), bord, plat à bord légèrement incliné (inv. MZ.2035.12) ; 3 : céramique modelée B, bord, tajine (inv. MZ.2035.16) ; 4 : céramique modelée B, bord, bol à bord à profil en S (inv. MZ.2046.18) ; 5 : céramique modelée B, bord, bol à bord évasé (inv. MZ.2037.11) ; 6 : céramique modelée B, bord, plat à bord évasé (inv. MZ.2035.07) ; 7 : céramique modelée B, bord, plat à bord évasé (inv. MZ.2046.1) ; 8 : céramique modelée B, bord, plat à bord évasé (inv. MZ.2035.3) ; 9 : céramique modelée B, bord, bol à profil en S (inv. MZ.2046.3) ; 10 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2037.10) ; 11 : céramique modelée B, bord, bol à bord droit (inv. MZ.2046.8) ; 12 : céramique modelée B, bord, bol à bord rentrant (inv. MZ.2046.16) ; 13 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2046.2) ; 14 : céramique modelée B, bord, bol à bord rentrant (inv. MZ.2046.11) ; 15 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2035.17) ; 16 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2046.4) ; 17 : céramique modelée B, bord, jarre à bord droit (inv. MZ.2035.1) ; 18 : céramique modelée B, bord, jarre à bord droit (inv. MZ.2035.5) ; 19 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2035.62) ; 20 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2035.66) ; 21 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2035.73) ; 22 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2035.60) ; 23 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2035.63) ; 24 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2035.61) ; 25 : céramique modelée B, fond, forme ouverte (inv. MZ.2035.68) ; 26 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2046.21) ; 27 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2035.74) ; 28 : céramique modelée B, fond, forme fermée (inv. MZ.2035.69) ; 29 : céramique modelée B, fond, forme ouverte (inv. MZ.2045.1).

(dessin R. Ben Brahim; DAO S. Büchner)

193Phase 2b : US 2031-2032 : 700-650 av. J.-C.

Fig. 21 : Céramique. Phase 2b

Fig. 21 : Céramique. Phase 2b

1 : céramique phénicienne fine, bord, bol de type Vegas F. 2.1 ; pâte orangée riche en quartz ; engobe rouge interne et externe ; production de Carthage (inv. MZ.2032.38) ; 2 : céramique phénicienne fine, paroi, œnochoé de type Vegas 22 (?), pâte orangée riche en quartz avec quelques micas dorés ; engobe rouge de très bonne qualité et épais à l’extérieur uniquement ; production de Carthage (inv. MZ.2031.30) ; 3 : céramique phénicienne fine, paroi, cruche de type Vegas F. 22 (?) ; pâte orangée KTS ; surface extérieure polie (inv. MZ.2032.28) ; 4 : amphore (ou pithos ?) phénicien(ne), paroi ; pâte orangée riche en quartz anguleux et en schiste ; engobe rouge épais de très bonne qualité surmonté d’un filet gris ; production du sud de l’Espagne (inv. MZ 2031.31) ; 5 : céramique phénicienne commune, fond ; forme ouverte, pâte rouge orangé à cœur gris riche en schiste ; surface extérieure crème (inv. MZ.2032.39) ; 6 : céramique modelée B, bord, bol à profil en S (inv. MZ.2032.7) ; 7 : céramique modelée B, bord, jarre à bord droit (inv. MZ.2032.1) ; 8 : céramique Basket Ware, bord, plat à bord évasé (inv. MZ.2032.2) ; 9 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2031.13) ; 10 : céramique modelée B, bord, jarre à bord droit (inv. MZ.2031.10) ; 11 : céramique modelée B, fond, forme ouverte (inv. MZ.2032.23) ; 12 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2032.8) ; 13 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2032.22) ; 14 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2032.6).

(dessin R. Ben Brahim; DAO S. Büchner)

194Phase 2a/b : 1029-1035 (?)

Fig. 22 : Céramique. Phase 2a-b

Fig. 22 : Céramique. Phase 2a-b

1 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.1029.3) ; 2 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.1029.4) ; 3 : céramique modelée B, bord, jarre à bord droit (inv. MZ.1029.6) ; 4 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.1029.1) ; 5 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.1029.2) ; 6 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. 1029.5).

(dessin R. Ben Brahim; DAO S. Büchner)

Phase 3  : fin du vie s. – première moitié du ve s. av. J.-C. (530-480/450 av. J.-C.)

195Cette phase est saisie essentiellement à travers la céramique résiduelle (grecque et carthaginoise) dans le sondage 1. La seule couche scellée dont le TPQ nous est fournie par de la céramique tournée est l’US 2030.

Fig. 23 : Céramique. Phase 3

Fig. 23 : Céramique. Phase 3

1 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 5 ; production de Corcyre (inv. MZ.1018.24) ; 2 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 5 ; production de Corcyre (inv. MZ.1019.15) ; 3 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 3 ; production du sud ouest de Reggio de Calabre (inv. MZ.1018.32) ; 4 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 3 ; production du sud-ouest de Reggio de Calabre (inv. MZ.2002.238) ; 5 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 3 ? ; production du sud-ouest de Reggio de Calabre (inv. MZ.2000.93) ; 6 : amphore punique, bord, pâte KTS ; type Ramón T-1.4.2.1/Karthago 1A4 (inv. MZ.1018.30) ; 7 : amphore phénicienne ; paroi ; pâte à moitié marron clair, à moitié grise riche en quartz de grandes dimensions, en particules blanches (calcite ?) et en schiste ; production du sud de l’Espagne (inv. MZ.2030.79) ; 8 : céramique modelée B, bord, bol caréné (inv. MZ.2030.3) ; 9 : céramique modelée B, bord, plat à bord évasé (inv. MZ.2030.19) ; 10 : céramique modelée B, marmite à bord droit (inv. MZ.2030.18) ; 11 : céramique Basket Ware, bord, plat à bord évasé (inv. MZ.2030.8) ; 12 : céramique Basket Ware, bord, plat à bord évasé (inv. MZ.2030.15) ; 13 : céramique modelée B, bord, bol caréné (inv. MZ.2030.9) ; 14 : céramique modelée B, bord, bol à bord droit (inv. MZ.2030.7) ; 15 : céramique modelée B, bord, plat à bord évasé (inv. MZ.2030.6) ; 16 : céramique modelée B, bord, marmite à bord droit (inv. MZ.2030.4) ; 17 : céramique modelée B, bord, jarre à bord droit (inv. MZ.2030.12) ; 18 : céramique modelée B, bord, jarre à bord divergent (inv. MZ.2030.1).

(cliché S. Ben Tahar ; dessin R. Ben Brahim ; DAO S. Büchner)

Fig. 24 : Céramique. Phase 3

Fig. 24 : Céramique. Phase 3
  • 197 Vegas 1999a, p. 152, fig. 47, 1 : le décor qui orne la paroi extérieure de ce vase est quasiment i (...)

1 : céramique modelée B, bord, jarre à bord droit (inv. MZ.2030.2) ; 2 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2030.20) ; 3 : céramique modelée B, bord, jarre à bord divergent (inv. MZ.2030.10) ; 4 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2030.5) ; 5 : céramique modelée B, fond, jarre ? (inv. MZ.2030.80) ; 6 : céramique modelée B, fond, jarre ? (inv. MZ.2030.33) ; 7 : céramique modelée B, fond, jarre ? (inv. MZ.2030.31) ; 8 : céramique modelée B, fond, jarre ? (inv. MZ.2030.29) ; 9 : céramique modelée B, fond, jarre ? (inv. MZ.2030.36) ; 10 : céramique modelée B, fond, jarre ? (inv. MZ.2030.35) ; 11 : céramique commune punique ; type Red painted Ware ; jeton complet ; pâte KTS ; quatre filets peints en rouge sur la surface extérieure ; production de Carthage. Ce jeton semble avoir été taillé dans une forme ouverte (de type Vegas 16 ?) dont le TPQ est la première moitié du ve s. av. J.-C. ?197 (inv. MZ.2030.37).

(cliché S. Ben Tahar ; dessin R. Ben Brahim ; DAO S. Büchner)

Phase 4  : fin du ve – première moitié du ive s.

196Elle est saisie uniquement à travers la céramique grecque et carthaginoise redéposée dans des contextes secondaires des sondages 1 et 2.

Fig. 25 : Céramique. Phase 4

Fig. 25 : Céramique. Phase 4

1 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 5 ; production ionio-adriatique (inv. MZ.1013.46) ; 2 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 5 ; production ionio-adriatique (inv. MZ.1013.45) ; 3 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 6 ; production du sud-ouest de Reggio de Calabre (inv. MZ. 1013.47) ; 4 : amphore nord égéenne, bord, type Mendè (MZ.1001.3) ; 5 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 7 ; production ionio-adriatique ou de Sicile de l’Est ? (inv. MZ.2000.126) ; 6 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 6 ; production du sud-ouest de Reggio de Calabre (inv. MZ.1001.221) ; 7 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 7 ; production de Sicile de l’Est ? (inv. MZ.2000.91) ; 8 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 6 ; production de Corcyre (inv. MZ.1002.1) ; 9 : amphore nord égéenne, bord, type Mendè (MZ.1013.15) ; 10 : amphore grecque occidentale, Gassner Randform 7 ; production de la Sicile du centre-nord, Himère ? (inv. MZ.2000.90.) ; 11 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 6 ; production du sud-ouest de Reggio de Calabre (inv. MZ.2002.239) ; 12 : amphore grecque occidentale, fond, type dit Corinthienne B ? (inv. MZ.2002.330) ; 13 : amphore grecque occidentale, fond, type dit corinthienne B (Gassner Randform 5 ?) ; production ionio-adriatique (inv. MZ.2002.325) ; 14 : amphore punique, bord, type Ramón T-4.2.1.2 ; production de Carthage (inv. MZ.1001.1) ; 15 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 6 ; production du sud-ouest de Reggio de Calabre (inv. MZ.2000.92).

(dessin R. Ben Brahim; DAO S. Büchner)

Phase 3/5

Fig. 26 : Céramique. Phase 3-5

Fig. 26 : Céramique. Phase 3-5

1 : céramique modelée B, bord, bol caréné (inv. MZ.2027.16) ; 2 : céramique modelée B, bord, bol caréné (inv. MZ.2027.24) ; 3 : céramique modelée B, bord, bol (inv. MZ.2027.31) ; 4 : céramique modelée B, bord, bol à profil en S (inv. MZ.2027.26) ; 5 : céramique modelée B, bord, bol à bord évasé (inv. MZ.2027.13) ; 6 : céramique modelée B, bord, bol à profil en S (inv. MZ.2027.23) ; 7 : céramique Basket Ware, bord, plat à bord évasé (inv. MZ.2027.1) ; 8 : céramique modelée B, bord, bol à bord droit (inv. MZ.2027.18) ; 9 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2027.25) ; 10 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2027.11) ; 11 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2027.7) ; 12 : céramique modelée B, anse, jarre (inv. MZ.2027.43) ; 13 : céramique modelée B, fond, cruche ? (inv. MZ.2027.47) ; 14 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2027.59) ; 15 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2027.46) ; 16 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2027.55) ; 17 : céramique modelée B, fond, cruche ? (inv. MZ.2027.60) ; 18 : céramique modelée B, fond, cruche ? (inv. MZ.2027.45) ; 19 : céramique modelée B, bord, bol à bord droit (inv. MZ.2027.10) ; 20 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2027.53).

(dessin R. Ben Brahim; DAO S. Büchner)

Phase 4/5 : US 1023-1027

Fig. 27 : Céramique. Phase 4-5

Fig. 27 : Céramique. Phase 4-5

1 : céramique Basket Ware, bord, plat à bord droit (inv. MZ.1027.3) ; 2 : céramique modelée B, bord, bol à profil en S (inv. MZ.1023.4) ; 3 : céramique Basket Ware, bord, plat à bord évasé (inv. MZ 1023.2) ; 4 : céramique modelée B, bord, bol à bord rentrant (inv. 1027.4) ; 5 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.1023.1) ; 6 : céramique modelée B, fond, forme ouverte (inv. MZ. 1027.2).

(dessin R. Ben Brahim; DAO S. Büchner)

Phase 5 : deuxième moitié du ive – première moitié du iiie s. av. J.‑C.

197Cette phase est saisie uniquement à travers les céramiques découvertes dans des contextes secondaires. Les importations remontant à cette phase semblent être très rares, ce qui pourrait être expliqué par une production agricole de cette ferme suffisamment importante pour subvenir aux besoins de ses habitants.

Fig. 28 : Céramique. Phase 5

Fig. 28 : Céramique. Phase 5

1 : amphore gréco-italique, bord, type MGS Va ; production de la côte tyrrhénienne (inv. MZ.2000.250) ; 2 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 6 ; production de Sicile punique ? (inv. MZ.2002.237) ; 3 : amphore punique, bord, type Ramón T-4.2.1.5 ; production de Sicile punique (Palerme ?) ou de l’Afrique ? (inv. MZ.1001.2).

(dessin R. Ben Brahim; DAO S. Büchner)

Phase 6 : fin iiie-iie s. av. J.-C.

198Phase 6a : 240/230-150 av. J.-C. : US 1022, 2023

Fig. 29 : Céramique. Phase 6a

Fig. 29 : Céramique. Phase 6a

1 : céramique campanienne A, bord, type Morel 2152 (inv. MZ. 2002.472) ; 2 : amphore grecque occidentale, bord, type MGS VI ; production de l’aire campano-latiale (inv. MZ.1017.40) ; 3 : amphore tripolitaine, bord, type Sabratha 7f (inv. MZ.1001.204) ; 4 : amphore tripolitaine, bord, type Sabratha 7m (inv. MZ.1001.312) ; 5 : amphore tripolitaine, bord, type Ramón T-7.2.1.1 (inv. MZ 1022.12) ; 6 : céramique modelée B, bord, godet ovale (inv. MZ.1022.2) ; 7 : céramique modelée B, bord, bol caréné (inv. MZ.2024.8) ; 8 : céramique modelée B, bord, tajine (inv. MZ.1022.6) ; 9 : céramique modelée B, bord, bol à bord évasé (inv. MZ.2024.1) ; 10 : céramique modelée B, bord, plat à parois évasées (inv. MZ. 1022.4) ; 11 : céramique modelée B, bord, plat à bord évasé (inv. MZ.2024.7) ; 12 : céramique modelée B, bord, bol à profil en S (inv. MZ.2024.2) ; 13 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2024.12) ; 14 : céramique modelée B, bord, bol à bord droit (inv. MZ.2024.9) ; 15 : céramique modelée B, anse, jarre (inv. MZ.2024.30) ; 16 : céramique modelée B, bord, jarre à bord divergent (inv. MZ.2024.5).

(dessin R. Ben Brahim; DAO S. Büchner)

199Phase 6b : 150-100 av. J.-C. : US 1019-1021, 2016, 2020

Fig. 30 : Céramique. Phase 6b

Fig. 30 : Céramique. Phase 6b

1 : amphore néo-punique, bord, type Ramón T-7.5.2.2/Sabratha 7a (inv. MZ.1021.13) ; 2 : amphore néo-punique, bord, type Sabratha 8c (inv. MZ 1019.18) ; 3 : amphore néo-punique, bord, type Sabratha 7k (inv. MZ.1019.16) ; 4 : amphore italique, bord, type Dressel 1A ; production campanienne (inv. MZ.1013.53) ; 5 : céramique campanienne A, bord, type Morel 2154 (inv. MZ.2002.473) ; 6 : céramique culinaire punique, bord, casserole type Vegas F. 69 ; production de Byzacène (inv. MZ.1019.21) ; 7 : céramique modelée A, bord, bol à parois évasées (inv. MZ.1019.2) ; 8 : céramique modelée A, bord, bol à profil en S (inv. MZ.1019.7) ; 9 : céramique modelée B, bord, bol à bord rentrant (MZ.1019.11) ; 10 : céramique modelée A, bord, bol à profil en S (inv. MZ.1021.2) ; 11 : céramique modelée B, bord, tajine (inv. MZ.1020.2) ; 12 : céramique modelée B, bord, kanoun (?) (inv. MZ.1019.14) ; 13 : céramique Basket Ware, bord, plat à bord évasé ; empreintes de vannerie surmoulées (inv. MZ.1021.4) ; 14 : céramique modelée B, bord, tajine (inv. MZ.1019.10) ; 15 : céramique modelée B, bord, tajine (inv. MZ.1021.3) ; 16 : céramique modelée B, bord, tajine (inv. MZ.1019.9).

(dessin R. Ben Brahim; DAO s. Büchner)

Fig. 31 : Céramique. Phase 6b

Fig. 31 : Céramique. Phase 6b

1 : céramique Basket Ware, bord, plat à bord évasé (inv. 1021.1) ; 2 : céramique modelée B, bord, tajine (inv. MZ.1019.3) ; 3 : céramique modelée B, bord, jarre à bord droit (inv. 1019.6) ; 4 : céramique modelée B, fond avec des empreintes de vannerie, jarre (inv. MZ.1021.12) ; 5 : céramique modelée B, fond, tajine (inv. MZ.1020.3).

(dessin R. Ben Brahim; DAO S. Büchner)

Phase 7 : époque tardo-républicaine : US 1016-1017, 1018

200Phase 7a : 100-50 av. J.-C. US 1018

Fig. 32 : Céramique. Phase 7a

Fig. 32 : Céramique. Phase 7a

1 : céramique commune, bord, brûle parfum, production tripolitaine ? (inv. MZ.1018.27) ; 2 : amphore néo-punique, bord, type Sabratha 9k ; surcuit (inv. MZ.1018.28) ; 3 : amphore néo-punique, bord, type Sabratha 7j (inv. MZ.1018.26) ; 4 : amphore italique, bord, type Dressel IB ; production de l’aire tyrrhénienne et campanienne (inv. MZ.2000.45) ; 5 : amphore tripolitaine, bord, type Sabratha 7c (inv. MZ.1018.25) ; 6 : céramique culinaire italique, bord, patina type Bats 6a (inv. MZ.1018.4) ; 7 : céramique commune, bord, coupe type Vegas F. 13 variante (inv.MZ.1018.15) ; 8 : céramique commune, bord, bassin type Sabratha 241 (inv. MZ.1018.18) ; 9 : céramique modelée A, bord, bol à bord évasé (inv.MZ 1018.2) ; 10 : céramique modelée B ; bord, tajine (inv. MZ.1018.5) ; 11 : céramique modelée A, bord, bol à parois évasées (inv. MZ.1018.19) ; 12 : céramique modelée B, bord, vase à profil ovale (inv. MZ.1018.7).

(dessin R. Ben Brahim; DAO S. Büchner)

201Phase 7b : troisième quart du ier s. av. J.-C. US 1016-1017

Fig. 33 : Céramique. Phase 7b

Fig. 33 : Céramique. Phase 7b

1 : amphore néo-punique, bord, type Sabratha 8c (inv. MZ.1017.24) ; 2 : amphore néo-punique, bord, type Sabratha 8c (inv. MZ.1017.16) ; 3 : Amphore néo-punique, bord, type Sabratha 9i (inv. MZ.1017.15) ; 4 : amphore néo-punique, bord, type Sabratha 9k (inv. MZ.1017.25) ; 5 : amphore tripolitaine, bord, type Sabratha 7l ; production de Leptis Magna ? (inv. MZ. 1017.22) ; 6 : amphore néo-punique, bord, type Sabratha 8c (inv. MZ.1017.21) ; 7 : amphore néo-punique, bord, type Sabratha 7j (inv. MZ.1017.17) ; 8 : amphore tripolitaine, bord, type Sabratha 7c (inv. MZ.1017.18) ; 9 : amphore néo-punique, bord, type Sabratha 8b (inv. MZ.1016.1) ; 10 : amphore néo-punique, bord, type Sabratha 8c (inv. MZ.1016.2) ; 11 : céramique à vernis noir punique, bord, bol type Lamboglia 27b (inv. MZ.1017.7) ; 12 : céramique campanienne A, bord, plat type Lamboglia 5 (inv. MZ. 1017.1) ; 13 : céramique campanienne A, bord, plat type Lamboglia 5 (inv. MZ.1017.3) ; 14 : céramique culinaire punique, bord, casserole type Vegas F. 69 ; production de Byzacène. (inv. MZ.1017.8) ; 15 : céramique commune, bord, bassin type Sabratha 214 ; production de Byzacène ? (inv. MZ.1017.41) ; 16 : céramique culinaire de tradition romaine, bord, plat (inv. MZ.1017.11) ; 17 : céramique commune tripolitaine, bord, bassin, type Sabratha 253 ; production de Leptis Magna ? (inv. MZ.1017.12) ; 18 : céramique commune africaine, bord, bassin type Sabratha 237 var. (inv. MZ.1017.29) ; 19 : céramique modelée B, complet, tajine (inv. MZ.1017.32) ; 20 : céramique culinaire italique, bord, marmite (inv. MZ.1017.31) ; 21 : céramique modelée B, complet, tajine (inv. MZ.1017.30).

(dessin R. Ben Brahim; DAO S. Büchner)

Phase 8 : vers le milieu du ier s. apr. J.-C. ou troisième quart du ier s. apr. J.-C. : US 1013, 1015

Fig. 34 : Céramique. Phase 8

Fig. 34 : Céramique. Phase 8

1 : amphore africaine, Dressel 2/4, bord (inv. MZ.1015.25) ; 2 : culinaire africaine CA, couvercle type Hayes 196, bord (inv. MZ.1013.5) ; 3 : culinaire africaine CA, casserole type Hayes 191, bord (inv. MZ.1013.10) ; 4 : culinaire africaine CA, casserole type Hayes 194, bord (inv. MZ.1013.2) ; 5 : céramique modelée B, brasero type Sabratha 91, bord (inv. MZ.1015.9) ; 6 : céramique commune africaine, opercule type Sabratha 120, bord (inv. MZ.1013.44) ; 7 : céramique commune africaine, assiette type Sabratha 182, bord (inv. MZ.1013.21) ; 8 : céramique commune africaine, assiette (ou coupelle ?), bord (inv. MZ.1013.33) ; 9 : céramique commune africaine, bol type Sabratha 207, bord (inv. MZ.1015.6) ; 10 : céramique commune africaine, mortier type Sabratha 212, bord (inv. MZ.1013.7) ; 11 : céramique commune africaine, bassin type Sabratha 166, bord (inv. MZ.1015.7) ; 12 : céramique commune africaine, bassin type Sabratha 216, bord (inv. MZ.1015.5) ; 13 : céramique commune africaine, bassin type Sabratha 216, bord (inv. MZ.1013.6) ; 14 : céramique commune africaine, bassin type Sabratha 251, bord (inv. MZ.1013.8) ; 15 : céramique commune africaine, bassin type Sabratha 257, bord (inv. MZ.1013.11).

(dessin R. Ben Brahim; DAO S. Büchner)

Phase 9 : Terminus post quem seconde moitié du iie s. apr. J-C. : US 1001, 2005, 2009

Fig. 35 : Céramique. Phase 9

Fig. 35 : Céramique. Phase 9

1 : amphore tripolitaine, Schöne-Mau 35, bord (inv. MZ.1001.200) ; 2 : amphore africaine, Africaine IIA, bord, Byzacène (?), pâte orange clair, relativement granuleuse, contenant de nombreux grains de calcaires, petits quartz bien classés, rare inclusions grises (MZ.2005.12) ; 3 : amphore africaine, Dressel 2/4, bord (inv. MZ.1001.300) ; 4 : amphore africaine, Dressel 2/4, bord (inv. MZ.1001.350) ; 5 : amphore africaine, Dressel 2/4 tardive, bord (inv. MZ.2009.5) ; 6 : culinaire africaine CA, couvercle type Hayes 196, bord (inv. MZ.2005.30) ; 7 : culinaire africaine CA, casserole type Hayes 197/Ostia III. 267B, bord (inv. MZ.2009.7) ; 8 : culinaire africaine CA, casserole type Hayes 197/Ostia III. 267B, bord (inv. MZ.2009.9) ; 9 : culinaire africaine B, couvercle type Hayes 182B, bord (inv. MZ.1001.352) ; 10 : culinaire africaine B, couvercle type Hayes 182B, bord (inv. MZ.2009.11) ; 11 : culinaire africaine B, plat à cuire type Hayes 181.1, bord (inv. MZ.1001.351) ; 12 : culinaire africaine B, plat à cuire type Hayes 181C, bord (inv. MZ.2005.34) ; 13 : culinaire africaine C, couvercle type Sabratha 95, bord (inv. MZ.1001.354) ; 14 : céramique modelée B, marmite, bord (inv. MZ.1001.302) ; 15 : céramique modelée B, marmite type Sabratha 287, bord (inv. MZ.1001.301) ; 16 : céramique modelée B, brasero type Sabratha 91 tardif, bord (inv. MZ.1001.306).

(dessin R. Ben Brahim; DAO S. Büchner)

Fig. 36 : Céramique. Phase 9

Fig. 36 : Céramique. Phase 9

1 : céramique commune africaine, cruche, bord (inv. MZ.2005.21) ; 2 : céramique commune africaine, bol type Sabratha 145, bord (inv. MZ.2005.35) ; 3 : céramique commune africaine, bol type Sabratha 208, bord (inv. MZ.1001.67) ; 4 : céramique commune africaine, bol type Sabratha 216, bord (inv. MZ.1001.17) ; 5 : céramique commune africaine, mortier type Bonifay 9, bord (inv. MZ.2009.2) ; 6 : céramique commune africaine, bassin (?), bord (inv. MZ.2009.1) ; 7 : lampe africaine, type Deneauve VII.2, fond (inv. MZ.2009.13B).

(cliché S. Ben Tahar ; dessin R. Ben Brahim ; DAO S. Büchner)

Phase 10 : Terminus post quem première moitié du iiie s. apr. J.‑C. : US 1002, 2000, 2001, 2002, 2022

Fig. 37 : Céramique. Phase 10

Fig. 37 : Céramique. Phase 10
  • 198 Capelli, Bonifay etalii. 2016, p. 279.
  • 199 Identification par R. Rêve dont le sujet de la thèse est consacré à la production amphorique de la (...)
  • 200 Il s’agit d’une partie de scène dionysiaque : Groupe III (Malfitana 2007, 106).

1 : amphore sicilienne, Mid Roman Amphorae 1A variante 2/Ostia I. 453-454, bord (inv. MZ.2002.403) ; 2 : amphore tripolitaine, Tripolitaine I, bord (inv. MZ.2000.132) ; 3 : amphore tripolitaine, Tripolitaine II, bord, poissé à l’intérieur (inv. MZ.2002.230) ; 4 : amphore africaine, Africaine I, bord, atelier de Leptiminus198 (?), pâte orange clair, granuleuse, contenant de nombreux quartz de petites et moyennes dimensions, rare calcaire (MZ.2002.240) ; 5 : amphore africaine, Africaine IIA, bord, atelier de Leptiminus (?), pâte orange clair, relativement granuleuse, contenant de nombreux quartz de petites et moyennes dimensions, rare calcaire (inv. MZ. 1002.3) ; 6 : amphore africaine, Africaine IIA, bord, atelier de Sullectum (inv. MZ.2002.227) ; 7 : amphore africaine, Africaine IIA, bord, atelier de Sullectum (inv. MZ.2022.1) ; 8 : amphore africaine, Africaine IIA, bord, atelier de Sullectum (inv. MZ.2002.226) ; 9 : amphore africaine, Africaine IIA (?), fond, atelier de Sullectum (inv. MZ.2002.316) ; 10 : amphore africaine, Africaine IIA, bord, Byzacène (?) (inv. MZ.1002.2) ; 11 : amphore africaine, Africaine IIB, bord, atelier de Thaenae199 (?), pâte bicolore orange brunâtre et brun-gris, compacte, contenant des de nombreux quartz de petite dimension, rare calcaire (inv. MZ.2000.124) ; 12 : amphore africaine, Vzita pl. 52, 10, bord, Byzacène (?) (inv. MZ.2000.98) ; 13 : amphore africaine, Dressel 2/4, bord (inv. MZ.1002.4) ; 14 : amphore africaine, Dressel 2/4 tardif, bord (inv. MZ.2000.46) ; 15 : amphore africaine, Dressel 2/4 tardif, bord (inv. MZ.2001.42) ; 16 : amphore africaine, Dressel 2/4 tardif, bord (inv. MZ.2002.224) ; 17 : amphore africaine, Dressel 2/4 tardif, anse (inv. MZ.2001.53) ; 18 : amphore africaine, Dressel 2/4 tardif, anse, atelier de Guellala (?) (inv. MZ.2002.312) ; 19 : amphore africaine, Dressel 2/4 tardif (?), fond (inv. MZ.2001.49) ; 20 : céramique « corinthienne » à décor moulé, bol, panse, décor moulé : scène de sacrifice à un autel200, engobe brun à l’extérieur et brun rougeâtre à l’intérieur (inv. MZ.2022.30) ; 21 : culinaire tripolitaine C, couvercle type Sabratha 96, bord (inv. MZ.1002.12) ; 22 : culinaire tripolitaine C, marmite type Hayes 183C, bord, région de Leptis Magna (?) (inv. MZ.2000.238) ; 23 : culinaire tripolitaine C, marmite type Hayes 183C variante, bord (inv. MZ.2000.221) ; 24 : culinaire africaine CA, couvercle type Hayes 196, bord (inv. MZ.2000.202) ; 25 : culinaire africaine CA, couvercle type Hayes 196, bord (inv. MZ.2002.38) ; 26 : culinaire africaine CA, couvercle type Hayes 196, bord (inv. MZ.2002.71) ; 27 : culinaire africaine CA, couvercle type Hayes 196 tardif, bord (inv. MZ.2002.35).

(cliché S. Ben Tahar ; dessin R. Ben Brahim ; DAO S. Büchner)

Fig. 38 : Céramique. Phase 10

Fig. 38 : Céramique. Phase 10

1 : culinaire africaine CA, casserole type Hayes 197/Ostia III. 267B, bord (inv. MZ.2001.31) ; 2 : culinaire africaine CA, casserole type Hayes 197/Ostia III. 267B, bord (inv. MZ.2002.106) ; 3 : culinaire africaine CA, casserole type Hayes 197/Ostia III. 267B, bord (inv. MZ.2002.99) ; 4 : culinaire africaine CA, casserole type Hayes 197/Ostia III. 267B, bord (inv. MZ.1002.101) ; 5 : culinaire africaine CA, casserole type Hayes 197/Ostia III. 267B, bord (inv. MZ.2002.107) ; 6 : culinaire africaine CA, casserole type Hayes 197/Ostia III. 108, bord (inv. MZ.2000.222) ; 7 : culinaire africaine CA, casserole type Hayes 197/Ostia III. 108, bord (inv. MZ.2000.224) ; 8 : culinaire africaine B, bouilloire type Vzita 48.1 (?), anse (inv. MZ.2002.353) ; 9 : culinaire africaine B, couvercle type Hayes 185, bord (inv. MZ.1002.9) ; 10 : culinaire africaine B, couvercle type Hayes 185, bord (inv. MZ.2001.5) ; 11 : culinaire africaine B, couvercle type Hayes 185, bord (inv. MZ.2002.44) ; 12 : culinaire africaine B, couvercle type Hayes 182B, bord (inv. MZ.1002.102) ; 13 : culinaire africaine B, couvercle type Hayes 182B, bord (inv. MZ.2002.4) ; 14 : culinaire africaine B, couvercle type Hayes 182B, bord (inv. MZ.2002.10) ; 15 : culinaire africaine B, couvercle type Hayes 182C, bord, atelier de Leptiminus (?) (inv. MZ.2002.17) ; 16 : culinaire africaine B, couvercle type Hayes 182C, bord, atelier de El Akarit (?) (inv. MZ.2002.162) ; 17 : culinaire africaine B, couvercle type Hayes 182C, bord (inv. MZ.2002.8) ; 18 : culinaire africaine B, couvercle type Hayes 182C, bord (inv. MZ.2002.5) ; 19 : culinaire africaine B, couvercle type Hayes 182C, bord (inv. MZ.2002.9) ; 20 : culinaire africaine B, plat à cuire type Hayes 181.1 tardif, bord (inv. MZ.2002.172) ; 21 : culinaire africaine B, plat à cuire type Hayes 181B, bord (inv. MZ.1002.6) ; 22 : culinaire africaine B, plat à cuire type Hayes 181B, bord (inv. MZ.1002.7).

(dessin R. Ben Brahim; DAO S. Büchner)

Fig. 39 : Céramique. Phase 10

Fig. 39 : Céramique. Phase 10

1 : culinaire africaine B, plat à cuire type Hayes 181B, bord (inv. MZ.2002.135) ; 2 : culinaire africaine B, plat à cuire type Hayes 181B, bord (inv. MZ.2002.128) ; 3 : culinaire africaine B, plat à cuire type Hayes 181B, bord, surface noircie (surcuit ?) (inv. MZ.2002.146) ; 4 : culinaire africaine B, plat à cuire type Hayes 181C, bord (inv. MZ.2000.215) ; 5 : culinaire africaine B, plat à cuire type Hayes 181C, bord (inv. MZ.2002.153) ; 6 : culinaire africaine B, casserole type Hayes 23B, bord (inv. MZ.2002.155) ; 7 : culinaire africaine B, casserole type Hayes 23B, bord (inv. MZ.2002.98) ; 8 : culinaire africaine B, casserole type Hayes 184A, bord (inv. MZ.2000.232) ; 9 : culinaire africaine B, casserole type Hayes 184C, bord (inv. MZ.1002.10) ; 10 : culinaire africaine B, casserole type Hayes 184C, bord (inv. MZ.2000.231) ; 11 : culinaire africaine B, casserole type Hayes 184C, bord (inv. MZ.2002.121) ; 12 : culinaire africaine CB, couvercle type Hayes 195, bord (inv. MZ.2000.172) ; 13 : culinaire africaine CB, couvercle type Hayes 196, bord (inv. MZ.2002.64) ; 14 : culinaire africaine CB, couvercle type Hayes 196, bord (inv. MZ.2002.47) ; 15 : culinaire africaine CB, couvercle type Hayes 196, bord (inv. MZ.1002.11).

(dessin R. Ben Brahim; DAO S. Büchner)

Fig. 40 : Céramique. Phase 10

Fig. 40 : Céramique. Phase 10

1 : culinaire africaine CB, couvercle type Hayes 196, bord (inv. MZ.2001.2) ; 2 : culinaire africaine CB, couvercle type Sabratha 104, bord (inv. MZ.2001.4) ; 3 : culinaire africaine CB, couvercle type Sabratha 104, bord (inv. MZ.2002.27) ; 4 : culinaire africaine CB, couvercle, bord (inv. MZ.2002.70) ; 5 : culinaire africaine CB, marmite type Hayes 183 variante, bord, variante de transition avec Hayes 198 ? (inv. MZ.2002.389) ; 6 : culinaire africaine CB, marmite type Hayes 183/Bonifay 17, bord (inv. MZ.2002.116) ; 7 : culinaire africaine CB, marmite type Hayes 183/Bonifay 17, bord (inv. MZ.2002.112) ; 8 : culinaire africaine CB, marmite type Hayes 183B/C, bord (inv. MZ.2002.115) ; 9 : culinaire africaine CB, marmite type Hayes 183C, bord (inv. MZ.2002.120) ; 10 : culinaire africaine CB, marmite type Hayes 183C, bord (inv. MZ.2002.124) ; 11 : céramique modelée de Pantelleria, plat à cuire type Sabratha 293, bord (inv. MZ.2002.445) ; 12 : céramique modelée de Pantelleria, plat à cuire type Sabratha 293, bord (inv. MZ.2002.449) ; 13 : céramique modelée de Pantelleria, plat à cuire type Sabratha 293, bord (inv. MZ.2002.450) ; 14 : céramique modelée de Pantelleria, plat à cuire type Sabratha 294, bord (inv. MZ.2002.447).

(dessin R. Ben Brahim; DAO S. Büchner)

Fig. 41 : Céramique. Phase 10

Fig. 41 : Céramique. Phase 10

1 : céramique modelée de Pantelleria, plat à cuire type Sabratha 294, bord (inv. MZ.2002.443) ; 2 : céramique modelée de Pantelleria, marmite type Sabratha 292, bord (inv. MZ.2002.442) ; 3 : céramique modelée, plat, bord, décor peint à l’intérieur (inv. MZ.2002.500) ; 4 : céramique commune africaine, cruche type Sabratha 349, bord (inv. MZ.2002.421) ; 5 : céramique commune africaine, cruche type Sabratha 352, bord (inv. MZ.1002.103) ; 6 : céramique commune africaine, cruche type Sabratha 387, bord (inv. MZ.2000.289) ; 7 : céramique commune africaine, cruche, bord (inv. MZ.2002.395) ; 8 : céramique commune africaine, cruche, bord, deux cannelures sur le col (inv. MZ.2002.350) ; 9 : céramique commune africaine, cruche, bord (inv. MZ.2002.468) ; 10 : céramique commune africaine, cruche, bord (inv. MZ.2002.425) ; 11 : céramique commune africaine, flacon type Bonifay 58 (?), fond (inv. MZ.2002. 9) ; 12 : céramique commune africaine, bol à marli type Bonifay 6 (?), bord (inv. MZ.2002.342) ; 13 : céramique commune africaine, bol type Sabratha 132, bord (inv. MZ.2002.401) ; 14 : céramique commune africaine, bol type Sabratha 132, bord (inv. MZ.2002.417) ; 15 : céramique commune africaine, bol type Sabratha 162, bord (inv. MZ.1002.104) ; 16 : céramique commune africaine, bol type Sabratha 162, bord (inv. MZ.2002.412) ; 17 : céramique commune africaine, bol type Sabratha 162, bord (inv. MZ.2002.400) ; 18 : céramique commune africaine, bol type Sabratha 173, bord (inv. MZ.2002.415) ; 19 : céramique commune africaine, bol type Sabratha 182, bord (inv. MZ.2002.173) ; 20 : céramique commune africaine, bol, bord (inv. MZ.2002.399) ; 21 : céramique commune africaine, bol, bord (inv. MZ.2000.214) ; 22 : céramique commune africaine, bol (?), bord (inv. MZ.2002.416) ; 23 : céramique commune africaine, mortier type Bonifay 9, bord (inv. MZ.2000.260) ; 24 : céramique commune africaine, mortier type Bonifay 9, bord (inv. MZ.2000.261) ; 25 : céramique commune africaine, mortier type Bonifay 9, bord (inv. MZ.2002.339) ; 26 : céramique commune africaine, mortier type Bonifay 9 (?), bord (inv. MZ.2002.337) ; 27 : céramique commune africaine, mortier type Uzita 4A (?), bord (inv. MZ.2002.336).

(dessin R. Ben Brahim; DAO S. Büchner)

Fig. 42 : Céramique. Phase 10

Fig. 42 : Céramique. Phase 10

1 : céramique commune africaine, large bol/bassin type Sabratha 259, bord (inv. MZ.2002.372) ; 2 : céramique commune africaine, large bol/bassin type Sabratha 260, bord (inv. MZ.2002.387) ; 3 : céramique commune africaine, large bol/bassin type Sabratha 260, bord (inv. MZ.2002.373) ; 4 : céramique commune africaine, large bol/bassin (?), bord (inv. MZ.2000.264) ; 5 : céramique commune africaine, large bol/bassin (?), bord (inv. MZ.2000.267) ; 6 : céramique commune africaine, large bol/bassin (?), bord (inv. MZ.2002.371) ; 7 : céramique commune africaine, bassin à large marli, bord (inv. MZ.2000.262) ; 8 : céramique commune africaine, bassin à large marli, bord (inv. MZ.2000.265) ; 9 : céramique commune africaine, bassin, bord, suite de dépression sur le bord externe (inv. MZ.2001.92) ; 10 : céramique commune africaine, bassin, bord, décor de cercles imprimés (inv. MZ.2022.11) ; 11 : céramique commune africaine, bol, bord (inv. MZ.2002.405).

(dessin R. Ben Brahim; DAO S. Büchner)

Fig. 43 : Céramique. Phase 10

Fig. 43 : Céramique. Phase 10

1 : lampe africaine, type Deneauve VIII.1, bord (inv. MZ.2002.29) ; 2 : lampe africaine, type Deneauve VIII (?), bord (inv. MZ.2000.149) ; 3 : lampe africaine, type Deneauve VII.2, fond et panse (inv. MZ.2000.150) ; 4 : lampe africaine, type Deneauve VII .2, fond et anse (inv. MZ.2002.519) ; 5 : lampe africaine, type Deneauve VII (tardif ?), bord, peu soignée (inv. MZ.1002.58) ; 6 : lampe africaine, type Deneauve VII, panse (inv. MZ.2000.152) ; 7 : lampe africaine, type Deneauve VII, anse (inv. MZ.2000.147) ; 8 : lampe africaine, type indéterminé, bord (inv. MZ.2000.148) ; 9 : céramique africaine diverse, fragment d’un masque (inv. MZ.2002.359).

(cliché S. Ben Tahar ; DAO S. Büchner)

Haut de page

Bibliographie

Ahmed M.A.M. 2019, Rural Settlement and Economic Activity. Olive Oil, Wine and Amphorae Production on the Tarhuna Plateau during the Roman Period, London (Society for Libyan Studies Open Access Monograph I).

Almonte M. 2013, Ricognizione topografica. Storia di un paesaggio mediterraneo, Cossyra II, Th. Schäfer, K. Schmidt, M. Osanna (éd.), Rahden/Westfalen (Tübinger Archäologische Forschungen 11).

Althiburos II 2016, N. Kallala, J. Sanmartí, M.C. Belarte (éd.), Althiburos II. L’aire du capitole et la nécropole méridionale : études, Tarragona (Documenta 28).

Amraoui T. 2017, L'artisanat dans les cités antiques de l'Algérie (ier siècle avant notre ère – viie siècle après notre ère), Oxford (Archaeopress Roman Archaeology 26).

Anello P. 1986, « Il trattato del 405/4 a.C. e la formazione della “eparchia” punica di Sicilia », Kokalos 32, p. 115-179.

Astruc M. 1954, « Suppléments aux fouilles de Gouraya », Libyca II, p. 9-48.

Aubet M.E. 2001, The Phoenicians and the West. Politics, Colonies, and Trade, Cambridge.

Aubet M.E. et alii 1999, Aubet M.E., Carmona P., Curià E., Delgado A., Fernández Cantos A., Párraga M., Cerro del Vilar, 1. El asentamiento fenicio en la desembocadura del río Guadalhorce y su interacción con el hinterland, Sevilla (Arqueología, Monografías, 5).

Baldassari R. 2009, « Il materiale del carico del relitto : analisi tipologica e quantitativa della ceramica locale da fuoco », dans S. Tusa, S. Zangara, R. La Rocca (éd.), Il relitto tardo-antico di Scauri a Pantelleria, Palermo, p. 91-106.

Barber E.J.W 1991, Prehistoric Textiles. The Development of Cloth in the Neolithic and Bronze Ages with Special References to the Aegean, Princeton.

Barker G. 1996, « Prehistoric Settlement », dans Barker et alii 1996, p. 83-109.

Barker et alii 1996, Barker G., Gilbertson D., Jones B., Mattingly D, Farming the Desert : the UNESCO Libyan Valleys Archaeological Survey, 1. Synthesis, London-Paris.

Bechtold B. 2013, « Le anfore da trasporto da Cossyra : un’analisi diacronica (VIII sec. a.C. – VI sec. d.C.) attraverso lo studio del materiale della ricognizione », dans Almonte 2013, p. 409-517.
https://academia.edu/15844833

Bechtold B. 2019, « Ghizène and Mediterranean Trade from the 5th to the 3rd Century BCE : The Evidence of the Greek Transport Amphorae », Carthage Studies 10 [2016-2017], p. 89-141.
https://academia.edu/40083894

Bechtold B., Docter R.F. 2010 [2011], « Transport Amphorae from Punic Carthage : An Overview », dans L. Nigro (éd.), Motya and the Phoenician Ceramic Repertoire Between the Levant and the West. Proceedings of the International Conference held in Rome, 26 February 2010, Roma (Quaderni di Archeologia fenicio-punica 9, 5), p. 85-116.
https://academia.edu/1148086

Ben Jerbania I. 2011, « Amphores grecques des tombes puniques du Sahel, Tunisie », RStudFen 39, 1, p. 81-97.
https://academia.edu/2434320

BenTahar S., 2008, « Nouvelle découverte dans la nécropole punique de Soûq el Guébli à Jerba », Africa 22, p. 27-61.

BenTahar S. 2014, « Le site punique de Ghizène (Jerba). Premiers résultats des fouilles 2008-2009 », MDAI(R) 120, p. 59-97.

BenTahar S. 2016, « Henchir Tawrirt (Jerba) : un site libyque aux origines protohistoriques », AntAfr 52, p. 9-52.
https://journals.openedition.org/antafr/544

BenTahar S. 2018, « Henchir Bourgou (Jerba) à la lumière des dernières recherches archéologiques », MDAI(R) 124, p. 311-351.

BenTahar S. 2019, « Le site antique de Guellala (Jerba). De la prospection à l’étude archéologique », AntAfr 55, p. 71-95.
https://journals.openedition.org/antafr/1159

BenTahar et alii à paraître 1, BenTahar S., Mansel K., Mukaï T., « La céramique », dans S. Ritter, S. Ben Tahar (éd.), Studies on the Urban History of Meninx (Jerba). The Tunisian-German Meninx Archaeological Project 2015–2019.

BenTahar et alii à paraître 2, Ben Tahar S., von Rummel Ph., Aoudi M., Dinies M., Lappi Th., Mansel K., Möller H., Mukaï T., Peters J., Trixl S., « Henchir Bourgou : Schnitt 3-5, 2018 », AA 2021, 2.

BenTahar et alii à paraître 3, Ben Tahar S., Drine A., Kaufman B., Barnard H., « Zita from the Fifth Century BCE to the Second Century CE : The Ceramic Evidence », Carthage Studies, 12.

Bernardini P. 2008, « Sardinia : The Chronology of the Phoenician and Punic Presence from the Ninth to Fifth Centuries BC », dans C. Sagona (éd.), Beyond the Homeland : Markers in Phoenician Chronology, Leeuven (Ancient Near East Studies, suppl. 28), p. 537- 596.

Bikai P.M. 1978, The Pottery of Tyre, Warminster.

Bikai P.M. 1987, The Phoenician Pottery of Cyprus, Nicosia.

Bonifay M. 2010, « 124. Avancées dans l’étude des céramiques africaines de l’Antiquité tardive (iiie-viie s.) », dans Κεραμική τῆς ὑστερὴς ἀρχαιοτῆτας ἀπò τòν ἑλλαδικò χῶρο (3ος – 7ος αι. μ.Χ.), Επιστὴμονική Συνάντηση (Θεσσαλονίκὴ, 12-16 Nομβρίου2006), Θεσσαλονίκὴ, p. 37-64.
https://academia.edu/4625108

Bonifay M. 2016, « 171. Amphores de l’Afrique romaine : nouvelles avancées sur la production, la typo-chronologie et le contenu », dans R. Járrega, P. Berni (éd.), Amphorae ex Hispania : paisajes de producción y consumo, III congreso internacional de la Sociedad de estudios de la cerámica antigua (SECAH) – Ex officina hispana, Tarragona, 10-13 de diciembre de 2014, Tarragona (Monografías Ex officina hispana III), p. 595-611.
https://academia.edu/31393035

Bonifay, Capelli et alii 2013, Bonifay M., Capelli C. avec la collaboration de Franco C., Leitch V., Riccardi L., Berni Millet P., 2013, « Les Thermes du Levant à Leptis Magna : quatre contextes céramiques des iiie et ive siècles », AntAfr 49, p. 67-150.
https://persee.fr/doc/antaf_0066-4871_2013_num_49_1_1544

Botto M. 2004-2005, « Da Sulky a Huelva : considerazioni sui commerci fenici nel Mediterraneo antico », AION ArchStAnt 11-12, p. 9-27.
https://academia.edu/29049392

Botto M. 2020, « Fenicios y Sardos en las rutas de la Península Ibérica en los siglos iniciales del 1 milenio a.C. », dans J.L. López Castro (éd.), Entre Utica y Gadir. Navegación y colonización fenicia en el Mediterráneo occidental a comienzos del I millenio AC, Granada (Comares arqueología), p. 159-187.

Chmielweski T., Gardyński L. 2010, « New Frames of Archaeometrical Description of Spindle Whorls : A Case Study of the Late Eneolithic Spindle Whorls from the 1c Site in Gródek, District of Hrubieszów, Poland », Archaeometry 52, 5, p. 869-881.

Cibecchini F., Capelli C. 2013, « Nuovi dati archeologici e archeometrici sulle anfore greco-italiche : i relitti di III secolo del Mediterraneo occidentale e la possibilità di una nuova classificazione », dans F. Olmer (éd.), Itinéraires des vins romains en Gaule iiie-ier siècle avant J.-C. Confrontation de faciès. Actes du colloque européen organisé par l’UMR 5140 du CNRS (Lattes, 30 janvier-2 février 2007), Paris (Monographies d’Archéologie méditerranéenne, h.s. 5), p. 423-452.
https://academia.edu/6856049

Cifani G., Munzi M. 2002, « Fonti letterarie e archeologiche per la storia del Kinyps », dans L’Africa Romana XIV 2002, p. 1901-1918.
http://eprints.uniss.it/6266/1/Khanoussi_M_Africa_romana_14_vol_3.pdf

Cole F. 2013, « Small Finds Reports », dans D. J. Mattingly (éd.), The Archaeology of Fazzān, 4, Survey and Excavations at Old Jarma (ancient Garama) carried out by C.M. Daniels (1962–69) and the Fazzān Project (1997-2001), Tripoli/London, p. 455–472.

Dayagi-Mendels M. 2002, The Akhziv cemeteries. The Ben-Dor Excavations, 1941-1944, Jerusalem (Israel Antiquity Authority Reports 15).

DeVos M. 2000, Rus Africum. Terra, acqua, olio nell’Africa settentrionale. Scavo e ricognizione nei dintorni di Dougga (Alto Tell tunisino), Trento (Labirinti 50).

DeVos M. 2013, « The Rural Landscape of Dougga : Farms, Presses, Mills and Transport », dans A. Bowman, A. Wilson (éd.), The Roman Agricultural Economy, Organization, Investment, and Production, Oxford (Oxford Studies on the Roman Economy).

Dinies M. à paraître : « Ziegen, Schafe und Olivenhaine : Erste Ergebnisse und künftige Perspektiven archäobiologischer Untersuchungen in Henchir Bourgou », dans Ben Tahar et alii, à paraître 2.

Di Vita A. 1995, « Leptis Magna. La ville des Sévères », Karthago 23, p. 71-77.

Docter R.F. 1994, « Karthagische Amphoren aus Toscanos », MDAI(M) 35, p. 123-139.
https://academia.edu/1573719

Docter R.F. 2007, « Archaische Transportamphoren », dans Niemyer H.G., Docter R.F., Schmidt K. 2007, p. 616-662.

Drine A., Jerray E. 2014, « Exploitation et commercialisation des ressources maritimes de la Petite Syrte : témoignages archéologiques et spécificités régionales », dans E. Botte, V. Leitch (éd.), Fish & Ships. Production et commerce des salsamenta durant l’Antiquité, Aix-en-Provence (Bibliothèque d’Archéologie Méditerranéenne et Africaine 17), p. 103-114.
https://books.openedition.org/pccj/1669

Fentress E. 2000, « The Jerba Survey : Settlement in the Punic and Roman Periods », dans L’Africa romana XIII 2000, p. 73-85.
http://eprints.uniss.it/5821/1/Khanoussi_M_Africa_romana_2000_1.pdf

Fentress E. 2001, « Villas, Wine and Kilns : The Landscape of Jerba in the Late Hellenistic Period », JRA 14, p. 249-268.
https://academia.edu/34934870

Fentress E. 2009a, « The Classical and Early Punic Periods », dans An Island 2009, p. 73-74.

Fentress E. 2009b, « Conclusions », dans An Island 2009, p. 207-210.

Fentress E., Docter R.F. 2008, « 5. North Africa : Rural Settlement and Agricultural Production », dans Rural Landscapes 2008, p. 102-128.

Fentress E., Fontana S. 2009, « The Rural Landscape and Economy », dans An Island 2009, p. 189-200.

Fentress et alii 2009, Fentress E., Drine A., Morton T., Ghalia T. « The Towns and Ports », dans An Island 2009, p. 131-176.

Fontana S., BenTahar S., Capelli C. 2009, « La ceramica tra l’età punica e la tarda antichità », dans An Island 2009, p. 241-327.

Fulford M.G., Peacock D.P.S 1984, Excavations at Carthage : The British Mission, 1, 2. The Avenue du President Habib Bourguiba, Salammbo : The Pottery and Other Ceramic Objects Form the Site, Sheffield.

Gassner V. 2003, Materielle Kultur und kulturelle Identität in Elea in spätarchaïsch-frühklassischer Zeit. Untersuchungen zur Gefäss- und Baukeramik aus der Unterstadt (Grabungen 1987-1994), Wien (Denkschriften der philosophisch-historischen Klasse 313. Archäologische Forschungen 8. Velia-Studien 2).

Gassner V., Scopetta E. 2014, « Western Greek Amphorae from the Excavations at Piazza Nicola Amore, Naples », dans G. Greco, L. Cicala (éd.), Archaeometry Comparing experiences, Napoli (Quaderni del Centro Studi Magna Grecia 19), p. 111-125.
https://academia.edu/33847982/50

Gassner V., Sokolicek A., Trapichler M., à paraître, « Von Hyele zu Velia. Die Stadtmauern im urbanistischen Kontext. Die österreichischen Forschungen in der West- und Unterstadt (1974, 1990-1993 und 1997-2001) », dans Velia-Studien IV.

Ghalia T., Villedieu F. 2018, « Recherches en cours sur l’entrepôt d’Hergla (Tunisie) », dans V. Chankowski, X. Lafon, C. Virlouvet (dir.), Entrepôts et circuits de distribution en Méditerranée antique [en ligne], Athènes, p. 209-230.
https://books.openedition.org/efa/3500

Giacosa G. 2016, “A Typological Assessment of Phoenician Fine Ware Bowls and Their Socio-Cultural Implications in the Iron Age Mediterranean”, OCNUS 24, p. 23-38.

González De Canales Cerisola F., Serrano Pichardo L., Llompart Gómez J. 2004, El emporio fenicio precolonial de Huelva (ca. 900-770 a.C.), Madrid (Collección histórica biblioteca nueva).

González Prats A. 2014, “La cerámica a torno : tipos 23 a 32, 35 a 42 y 44 a 48” dans La Fonteta 2. Estudio de los materiales arqueológicos hallados en la colonia fenicia de la actual desembocadura del río Segura (Guardamar, Alicante), 1, Alicante, p. 573-671.

Herrera M. D., Gómez Toscano F. 2004, Tell Abu Hawam (Haifa, Israel). El horizonte fenicio del Stratum III británico, Huelva-Salamanca.

Island (An) 2009 : Fentress E., Drine A., Holod R., An Island through Time : Jerba Studies, 1. The Punic and Roman Periods, Portsmouth, RI (JRA Suppl. S. 71).

Jerray E. 2016, « Les ateliers d’amphores de Zitha et le potentiel économique de la tripolitaine tunisienne », dans N. Mugnai, J. Nikolaus, N. Ray (éd.), De Africa Romaque. Merging Cultures across North Africa, London (Society for Libyan Studies Conference 1), p. 157-170.

Karthago III 1999, F. Rakob (éd.), Karthago III. Die deutschen Ausgrabungen in Karthago, Mainz.

Krings V. 1998, Carthage et les Grecs c. 580-480. Textes et histoire, Leiden-Boston-Köln (Studies in the History and Culture of Ancient Near East 13).

Lancel S. 1968, « Tipasitana III, la nécropole préromaine occidentale de Tipasa : rapport préliminaire. Campagnes de 1966 et 1967 », BAA, III, p. 85-166.
http://cnra.dz/?p=3055

Lancel S. 1995, Carthage : A History, translated by A. Nevill, Oxford.

López D., Cantero F.J. 2016, « Agriculture et alimentation à partir de l’étude des restes de graines et de fruits », dans Althiburos II 2016, p. 449-490.
https://academia.edu/36231976

Maass-Lindemann G. 1982, Toscanos. Die Westphönikische Niederlassung an der Mündung des Río de Vélez, 3. Grabungskampagne 1971 und die importierte westphönikische Grabkeramik des 7./6. Jhs v. Chr., Berlin (Madrider Forschungen 6, 3).

Maass-Lindemann G. 2017a, « Die phönizische Keramik des 8. Jhs. v. Chr., der Gründungsphase », dans Morro de Mezquitilla 2017, p. 263-341.

Maass-Lindemann G. 2017b, « Die phönizische Keramik der späteren ersten und zweiten Phase des späteren 8. und des 7. Jhs. v. Chr. », dans Morro de Mezquitilla 2017, p. 243-413.

Malfitana D. 2007, La ceramica « corinzia » decorata a matrice. Tipologia, cronologia ed iconografia di una produzione ceramica greca di età imperiale, Bonn (RCRFActa, suppl. 10).

Manfredi L.I. 2003, « La politica amministrativa di Cartagine in Africa », MAL, s. IX, fasc. 3, p. 329-532.
https://academia.edu/443940

Maraoui Telminib, Schön F. 2020, Maraoui Telmini B., Schön F. avec la contribution de B.M. Starkovich, S. Vermeersch « New Pottery Contexts and Radio Carbon Data from Early Layers on the Byrsa Hill (Carthage) : The “Astarté 2”-Sequence », RStudFen 48, p. 65-106.
https://academia.edu/45357816

Martin-Kilcher S. 1999, « Die Füllung eines frühkaiserzeitlichen Pozzo », dans Karthago III 1999, p. 403-434.

Marzoli D. 2017, « Málaga, Spanien. Los Castillejos de Alcorrín – eine befestigte Siedlung in phönizischer Einflusssphäre an der Meerenge von Gibraltar. Die Arbeiten der Jahre 2016 und 2017 », DAI e-Forschungsberichte 2017/2, p. 157-160.
https://publications.dainst.org/journals/efb/2001/6193

Mattingly D., Dore J. 1996, « Romano-Libyan Settlement : Typology and Chronology », dans Barker et alii 1996, p. 111-158.

Morgenstern P. à paraître, « Die Tierknochenfunde », dans S. Arnold, P. Scheding (éd.), Der sog. Kaiserkulttempel von Simitthus, I. Der früh-kaiserzeitliche Tempel und die severische Platzanlage.

Morro de Mezquitilla 2017, H. Schubart, G. Maass-Lindemann (éd.), Morro de Mezquitilla. Die phönizische Niederlassung an der Algarrobo-Mündung, Wiesbaden (Madrider Beiträge 33).

Moses et alii 2019, Moses V., Kaufman B., Drine A., Barnard H., Ben Tahar S., Jerray E., Daniels M., « Zooarchaeological Evidence for Meat Consumption at Zita, Tunisia, during the Punic to Roman Occupations (2nd Century BCE to 3rd Century CE) », International Journal of Osteoarchaeology 29, p. 549-559.

Mzabi H. 2013, La Tunisie du Sud-Est. Géographie d’une région fragile, marginale et dépendante, Tunis.

Niemyer H.G., Docter R.F., Schmidt K. 2007, Karthago. Die Ergebnisse der Hamburger Grabung unter dem Decumanus Maximus, Mainz (Hamburger Forschungen zur Archäologie 2).

Nigro L. 2010, « Alle origini di Mozia. Stratigrafia e ceramica del tempio del Kothon dall’VIII al VI secolo a.C. », Quaderni di Archeologia Fenicio-Punica 5, p. 1-48.
https://academia.edu/2114959

Nuñez F.J. 2014, « The Ceramic Repertoire of the Iron Age », dans M. E. Aubet, F.J. Nuñez, L. Trellisó (éd.), The Phoenician Cemetery of Tyre-Al Bass, II. Archaeological Seasons 2002-2005, Beirut (BAAL h.s. 9), p. 261-371.
https://academia.edu/12134641

Oggiano I., 2000, « La ceramica fenicia di Sant’Imbenia (Alghero) », dans P. Bartoloni, L. Campanella (éd.), La ceramica fenicia di Sardegna, Dati, problematiche, Confronti, Roma, p. 235-258.
https://academia.edu/2029780

Panella C., Bonifay M. 2020, « Conclusioni/Conclusions », dans M.T. D’Alessio, C.M. Marchetti (éd.), RAC in Rome, Atti della 12a Roman Archaeology Conference (2016) : le sessioni di Roma, Roma, p. 417-440.

Pasqualini M., Tréglia J.-Ch. 2003, « La céramique commune du gisement sous-marin de l’anse Gerbal (Port-Vendres 1), Port-Vendres (66) », Archéologie du Midi médiéval 21, p. 3-32.

Peche-Quilichini K., Rageot M., Regert M. 2017, « Systèmes de réparation, de réutilisation et de recyclage des vaisselles céramiques protohistoriques de Corse », Bulletin de la Société préhistorique française 114, 1, p. 137-166.
https://persee.fr/doc/bspf_0249-7638_2017_num_114_1_14754

Pellicer Catalán M. 1962, Excavaciones en la necrópolis púnica « Laurita » del Cerro de San Cristóbal (Almuñecar, Granada), Madrid (Excavaciones arqueológicas en España 17).

Peserico A. 2007, « Red Slip, Glattwandige und Bichrome Ware archaischer Zeit : Offene Formen », dans Niemyer, Docter, Schmidt 2007, p. 271-305.

Peserico A. 2002, Die offenen Formen der Red Slip Ware aus Karthago. Untersuchungen zur phönizischen Keramik im westlichen Mittelmeerraum, Münster (Hamburger Werkstattreihe zur Archäologie 5).

Ramón J. 2009, « L’expansion phénicienne », dans Arqueologia Nàutica Mediterrània, Girona (Monografies del CASC 8), p. 495-512.
https://www.academia.edu/1575391

Rendeli M. 2020, Sant’Imbenia, la Sardegna nuragica e il Mediterraneo, dans J.L. López Castro (éd.), Entre Utica y Gadir. Navegación y colonización fenicia en el Mediterráneo occidental a comienzos del I millenio AC, Granada, p. 159-187.
https://www.academia.edu/45668271

Rouillard P., Gailledrat E., Sala Sellés F. 2007, L’établissement protohistorique de La Fonteta (fin viiie – fin vie siècle av. J.-C.), fouilles de la Rábita de Guardamar II, Madrid, (Collection de la Casa de Velázquez 96).

Ruiz Mata D. 1986, « Las cerámicas fenicias del Castillo de Doña Blanca (Puerto de Santa María, Cádiz) », dans G. Del Olmo, M.E. Aubet (éd.), Los Fenicios en la Península Ibérica II, Sabadell, p. 241-263.

Ruiz Mata D., Pérez C.J. 2004, El poblado fenicio del Castillo de Doña Blanca (El Puerto de Santa María, Cádiz), El Puerto de Santa María (Biblioteca de temas portuenses), 1995.

Rural Landscapes 2008, P. Van Dommelen, C. Gómez Bellard (éd.), Rural Landscapes of the Punic World, London (Monographs in Mediterranean Archaeology).

Sanmartí J. 2016a, « Les rondelles taillées dans des fragments de parois de vases », dans Althiburos II 2016, p. 263-266.

Sanmartí J. 2016b, « Les objets en terre d’époque préromaine », dans Althiburos II 2016, p. 267-274.

Sanmartí J., López A., Álvarez R. 2016, « Les objets lithiques », dans Althiburos II 2016, p. 275-286.

Sanmartí J., Ramón J., Maraoui Telmini B. 2016, « La céramique préromaine modelée », dans Althiburos II 2016, p. 85-140.
https://academia.edu/36131585

Santos Retolaza M. 2008, « Les àmfores gregues », dans X. Nieto, M. Santos Retolaza (éd.), El vaixell grec arcaic de Cala Sant Vicenç (Monografies del CASC 7), Salamanca, p. 125-152.
https://www.researchgate.net/publication/313691343

Schäfer T., Bechtold B., Schmidt K. 2019, « Pantelleria, il piu antico scalo cartaginese nel Mediterraneo centrale », dans A. Ferjaoui, T. Redissi (éd.), Actes du viie congrès international des études phéniciennes et puniques, Hammamet, 9-14 novembre 2009, I. Présence phénicienne et punique en Méditerranée, urbanisme, architecture, Tunis, p. 207-216.

Schmidt K., 2007, « Varia, Stein und Ton », dans H.G. Niemeyer, R.F. Docter, K. Schmidt 2007, p. 764–777.

Schmitz Ph., Docter R.F., BenTahar S. 2007, « A Fifth Century BCE Graffito from Ghizène (Jerba) », Orientalia 76, p. 64-72.
https://www.academia.edu/1132490

Sghaïer Y. 2018, « Catalogue du mobilier », dans H. Ben Younes, Y. Sghaïer, Leptiminus (Lamta) : une expression de la culture libyphénicienne, Tunis, p. 197-299.

Spanò Giammellaro A., Spatafora F., Van Dommelen P. 2008, « Sicily and Malta between sea and coutryside », dans Rural Landscapes 2008, p. 129-158.

Trixl S. et alii 2020, Trixl S., Ben Tahar S., Ritter S., Peters J. 2020, « Wool Sheep and Purple Snails- Long-Term Continuity of Animal Exploitation in Ancient Meninx (Jerba/Tunisia) », OA, p. 1-13.
https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1002/oa.2911

Valenzuela-Lamas S. 2016, « Alimentation et élevage à partir des restes fauniques », dans Althiburos II 2016, p. 421-448.

Van Der Veen M., Grant A., Barker G. 1996, « Romano-Libyan Agriculture : Crops and Animals », dans Barker et alii 1996, p. 227-263.
https://www.researchgate.net/profile/Marijke-Van-Der-Veen-2/publication/338453042

Van Dommelen P. 1998, On Colonial Grounds. A Comparative Study of Colonialism and Rural Settlement in 1st Millennium B.C. West Central Sardinia, Leiden (Archaeological Studies Leiden University 2).
https://scholarlypublications.universiteitleiden.nl/handle/1887/13156

Van Dommelen P. 2018, « Trading Places ? Sites of Mobility and Migration in the Iron Age West Mediterranean », dans E. Gailledrat, M. Dietler, R. Plana-Mallart (éd.), The emporion in the Ancient Western Mediterranean. Trade and Colonial Encounters from the Archaic to the Hellenistic Period, Segean, p. 219-229.

Van Dommelen, P., Finocchi S. 2008, « 8. Agrarian Landscapes and Rural Communities », dans Rural Landscapes 2008, p. 202-230.

Vegas M. 1984, « Archaische Keramik aus Karthago », MDAI(R) 91, 2, p. 215-237.

Vegas M. 1989, « Archaische und mittelpunische Keramik aus Karthago. Grabungen 1987/88 », MDAI(R) 96, p. 209-265.

Vegas M. 1999a, « Phöniko-punische Keramik aus Karthago », dans Karthago III 1999, p. 93-219.

Vegas M. 1999b, « Eine archaische Keramikfüllung aus einem Haus am Kardo XIII in Karthago », MDAI (R) 106, 1999, p. 359-438.

Vegas M. 2002, « La cerámica de importación en Cartago durante el periodo arcaico », dans M. Vegas (éd.), Cartago fenicio-púnica. Las excavaciones alemanas en Carthago 1975-1997, Barcelona (Cuadernos de Arqueología Mediterránea 4, [1998]), p. 133-145.
https://raco.cat/index.php/CuadernosArqueologia/article/view/43324/59006

Haut de page

Notes

1 Fentress 2009a, p. 74, fig. 5, 2.

2 An Island 2009.

3 Pour le site de Souk el Guébli, voir Ben Tahar 2008 ; pour Henchir Tawrirt, voir Ben Tahar 2016 ; pour Ghizène, voir Ben Tahar 2014.

4 Objet d’une convention entre l’INP et la LMU-Munich, ce projet est coordonné par s. Ben Tahar et s. Ritter.

5 Objet d’une convention bipartite entre l’INP et le DAI Berlin, ce projet est coordonné par s. Ben Tahar et Ph. von Rummel.

6 Nous voudrions remercier vivement tous les membres de l’équipe de fouille pour leur conduite exemplaire sur le chantier, en particulier les étudiants Riadh Ben Brahim, Marwen Ben Brahim et Olfa Souissi. Nos remerciements les plus sincères s’adressent également à Saskia Büchner et Silvio Reichmuth pour le traitement DAO de la documentation post-fouille qui a lieu à distance.

7 Vu l’absence d’éléments d’architecture (chapiteaux, colonnes, mosaïques…), nous préférons appeler le site ferme plutôt que uilla. Pour la différence d’appellation entre ferme et uilla, voir De Vos 2000, p. 9 et 11 ; Rural Landscapes 2008, p. 206.

8 Fentress, Docter 2008, p. 102.

9 De Vos 2000, p. 2013.

10 Voir, entre autres, Fentress 2000, 2001.

11 Barker etalii 1996.

12 Ahmed 2019.

13 Les études carpologiques des restes de l’époque punique sont très rares en Afrique : López-Cantero 2016, p. 449.

14 NR : le nombre de restes (le total des tessons) ; NMI : le nombre minimum d’individus.

15 Peserico 2007.

16 Nous devons cette attribution à R.F. Docter : ce dont nous le remercions vivement. Pour les caractéristiques de cette pâte dite CdE (Circuito del Estrecho de Gibraltar), voir Niemyer, Docter, Schmidt 2007, p. 646.

17 Vegas 1999a, p. 152, fig. 47, 2 : le décor qui orne la paroi extérieure de ce vase est quasiment identique à celui de notre opercule.

18 Nous remercions vivement J. Peters pour cette identification et information très précieuse.

19 Bikai 1978, p. 27-28 (FW Plate 4a, strates IV-I). Datation d’après Nuñez 2014, p. 13, fig. 3 (avant 760-630/600 av. J.-C.)

20 Pour Carthage, voir Maraoui Telmini, Schön 2020, p. 77, 88, 92 (avant le milieu du viiie s. av. J.-C.) ; voir aussi Peserico 2007, p. 279, note 54 ; Vegas 1999a, p. 139, fig. 27, 1.

21 Pour Carthage, voir Vegas 1999a, p. 139 (F. 2.1) ; Peserico 2007, p. 278-280 (CsC1, 760-740 av. J.-C.).

22 Sanmartí, Ramón, Maraoui Telmini 2016, p. 88 et p. 105-109.

23 BenTahar etalii à paraître 3.

24 Nous nous abstenons de supposer toute affiliation ou influence de ces amphores phéniciennes sur les jarres locales pour le moment.

25 Docter 2007, p. 628 ; Ramón 1995, p. 174.

26 Ben Tahar et alii à paraître 3.

27 Périodisation établie par l’université de Hambourg à partir d’un sondage réalisé au-dessous du carrefour du Decumanus Maximus et du Cardo X : Niemeyer etalii 2007.

28 Cibecchini, Capelli 2013, p. 441, fig. 9, 3: 210-190 av. J.-C.

29 Sghaïer 2018, p. 270, no 176; p. 285, no 275, 276, 278.

30 Une partie des productions de ce dernier type pourrait cependant avoir son origine dans l’atelier de Guellala à Jerba (Bonifay 2004, p. 29 et 228-229).

31 Fentress 2009b, p. 189-200.

32 Cette uilla porte le numéro de K 50 : Fentress, Docter 2008, p. 120, fig. 5.10 ; Van Dommelen, Finocchi 2008, p. 298.

33 Ben Tahar 2016, p. 22, p. 23, fig. 21, 1a et 1b.

34 Martin Kilcher 1999.

35 La production du vin en Afrique reste une question complètement ouverte, surtout après les résultats des fouilles tuniso-catalanes à Althiburos qui montrent que la vitis vinifera y était cultivée depuis le NA 1 (xe s.) : López-Cantero 2016, p. 455, 481, 484.

36 Ben Tahar etalii à paraître 2.

37 Ben Tahar, Mansel, Mukaï à paraître 1.

38 Fontana, Capelli, Ben Tahar 2009, p. 275 et p. 314, fig. 16.37.

39 Ben Tahar 2016.

40 Fentress, Docter 2008, p. 117

41 Dinies, à paraître.

42 Pour les problèmes d’échantillonnage d’une manière générale, voir Van Der Veen, Grant, Barker 1996, p. 242. Voir aussi López-Cantero 2016, p. 478.

43 Van Der Veen, Grant, Barker 1996, p. 247.

44 Dinies à paraître.

45 Van Der Veen, Grant, Barker 1996, p. 243-245, 254-255.

46 Moses etalii 2019.

47 De Vos 2013. Cette ferme d’époque byzantine a livré trois bovins, un aurochs, six porcs, deux dromadaires, douze moutons/chèvres, six volailles, une perdrix, un lièvre et un rat.

48 Valenzuela-Lamas 2016.

49 Morgenstern à paraître.

50 Pour l’hypothèse de la chaîne opératoire en rapport avec la production de la laine à l’échelle de l’île de Jerba, voir Trixl etalii 2020, p. 10.

51 Cette nappe d’eau aurait été exploitée jusqu’aux temps modernes, comme en témoigne un puits découvert sur le site : voir Mzabi 1993, p. 68 et carte à la page 72.

52 Pour l’implication de Jerba dans le commerce méditerranéen archaïque comme étant une étape dans le chemin de retour entre Cadix et Tyr, voir Schmitz, Docter, Ben Tahar 2007, p. 64-65. Pour les vestiges puniques de Ghizène, voir Ben Tahar 2014.

53 Fentress 2009b, p. 194, fig. 12.6.

54 Pour cette hypothèse, voir Ben Tahar 2018, p. 329.

55 Van Dommelen, Finocchi 2008, p. 209. La quasi-totalité des sépultures rurales antiques connues dans la région de Tripolitaine par exemple remontent à l’époque romaine : Mattingly, Dore 1996, p. 142-147 ; Mattingly, Flowers 1996, p. 171-173.

56 Van Dommelen, Finocchi 2008, p. 210.

57 Fouille de l’Université de Hambourg sous le Decumanus Maximus. Par ailleurs, la date de fondation de la métropole punique est toujours sujette à débat. Des recherches récentes menées au sud-est de la colline de Byrsa ont mis au jour de nouveaux éléments qui permettent de rehausser la chronologie des premiers temps vers la première moitié du viiie s. av. J.-C. : Maraoui Telmini, Schön 2020.

58 Pour la diffusion de ce type d’amphore dès le viiie s. av. J.-C. dans plusieurs sites, voir Bechtold, Docter 2010, p. 93-94 et tabl. 3.

59 Schäfer, Bechtold, Schmidt 2019, p. 208, 209, fig. 3, 1-3 ; p. 215.

60 Oggiano 2000, p. 246.

61 Torre de Doña Blanca, Toscanos : Docter 2007, p. 621.

62 La route de retour la plus pratique pour rejoindre la Phénicie est de longer les côtes africaines : Aubet 2001, p. 191 ; Schmitz, Docter, Ben Tahar 2007, p. 65.

63 Ben Tahar 2018.

64 Pour la fouille du Decumanus voir Peserico 2007, p. 279 note bibliographique no 54 (deux exemplaires de Samaria Ware ?). Pour la fouille de la Rue Ibn Châbâat voir Vegas 1999a, p. 139 fig. 27, 1 (importation ?).

65 Vegas 1984, p. 219, fig. 1, 12-18 ; 1989, p. 235, fig. 5, 79-80; p. 236-237.

66 Nuñez 2014, p. 17, fig. 5, 7 ; p. 23-24.

67 Maraoui, Schön 2020, p. 77, 88, 92.

68 Bikai 1978, p. 28, pl. X. 14-15-16.

69 Bikai 1978, p. 27-28 ; pour la datation des strates de Tyr, Nuñez 2014, p. 13 fig. 3 ; Giacosa 2016, p. 27-28

70 Pour la bibliographie y afférente, voir Peserico 2007, p. 279 ; Nuñez 2014, p. 23-24.

71 Oggiano 2000, p. 236, 252, fig. 3, 4 ; et Samaria Ware/Fine Ware (deuxième moitié du viiie s. av. J.-C.) p. 243, 255 fig. 6, 3.

72 González De Canales Cerisola, Serrano Pichardo, Llompart Gómez 2004, p. 42, pl. 7, 7-26.

73 Maass-Lindemann 2017a, p. 280-281 (strates B1a, B1b du viiie s. av. J.-C.).

74 Pour la bibliographie y afférente, voir Peserico 2007, p. 279.

75 Peserico 2007, p. 280, fig. 112, 1618, 1622; Vegas 1999a, p. 139; Vegas 1999b, p. 402, 404, 405 fig. 8, 32-40.

76 Bernardini 2008, p. 549, fig. 7, 19-20 (Cronicario de Sant’Antioco, dans un contexte de la deuxième moitié du viiie s av. J.-C.).

77 Nigro 2010, p. 22 fig. 22, MC08.2409/45.

78 Rouillard, Gailledrat, Sala Sellés 2007, p. 233, fig. 174, 9; p. 238, fig. 179, 7; González Prats 2014, p. 580-585, fig. 5, 11; Ruiz Mata 1986, p. 253, fig. 5, 13; Aubet etalii 1974, p. 109, fig. 7, 81; Maass-Lindemann 2017a, p. 280-281; 2017b, p. 347-348.

79 Botto 2004-2005, p. 23 ; 2020.

80 Ruiz-Pérez 1995, p. 58.

81 Maass-Lindemann 2017, p. 292 (à partir de la phase B1a).

82 Docter 1994, p. 128.

83 Nous remercions notre collègue L. Belhouchet pour la précision des lieux de provenance de ces pièces lithiques.

84 Ben Tahar 2016, p. 17, 25.

85 Ben Tahar 2018, p. 315.

86 Pour Henchir Bourgou, voir Ben Tahar 2018, p. 314. À Althiburos, les œufs d’autruche présentent toujours une surface lisse : Valenzuela-Lamas 2016, p. 422.

87 Pour le site d’Almuñecar au sud de l’Espagne, voir Pellicer Catalán 1962, p. 60.

88 Astruc 1954, p. 26, notes 43-44.

89 Astruc 1954, p. 26 et 32.

90 Barker 1996, p. 104.

91 Des fragments d’œufs d’autruche sont attestés à Tipasa dans un contexte qui daterait du iie s. av. J.-C. : Lancel 1962-1965, p. 146.

92 Valenzuela-Lamas 2016, p. 424.

93 Hypothèse émise pour les œufs d’autruche d’Althiburos : Valenzuela-Lamas 2016, p. 424

94 Fond de type Peserico B2. II du viie s. av. J.-C. ; Peserico 2007, p. 299.

95 Il pourrait s’agir d’un pithos semblable à celui de Carthage qui provient du contexte K94/1 (remblai) qui contient du matériel qui date entre le viiie et la première moitié du viie s. av. J.-C. : Vegas 1999b, p. 395-438. Voir aussi Vegas 2002, p. 143, fig. 5, 49. Pour les pithoi des viiie et viie s. av. J.-C. voir aussi Maass-Lindemann 2017a, p. 265-267 ; 311-312, 362-363., 369-399, pl. 44, 101, 102. Pour les Halsamphore ou Krug mit Halsrippe de la fin du viiie et viie s. av. J.-C., voir Maass-Lindemann 2017b, p. 363-365, 396-399, pl. 100 et 101 ; voir aussi Giacosa 2016, p. 27-28.

96 Pour les comparaisons avec l’amphore MZ.1019.15, voir Bechtold 2019, p. 107, fig. 7, 9, p. 111.

97 Ben Tahar 2014, p. 62-65 ; surtout l’exemplaire p. 64-65, fig. 4, 5 ; Bechtold 2019, p. 100, fig. 5, 2.

98 Ben Tahar etalii à paraître 2.

99 Bechtold 2007, p. 668, fig. 377, nos 5565, 5568, p. 687-688.

100 Bechtold 2013a, p. 490-491, cat. 111-112, pl. 35.

101 Gassner 2003, 299, pl. 4, Ia.43. Gassner, Sokolicek, Trapichler à paraître p. 623, pl. 52.

102 Gassner, Scopetta 2014, p. 120-121, pl. I, cat. 6.

103 Santos Retolaza 2008, p. 138, fig. 128, 5, A 107 du groupe pétrographique B (aire de Reggio de Calabre).

104 Ben Tahar 2014, p. 86; 2016-2017, p. 73; Bechtold 2019, p. 98, 134.

105 Une seule coupe grecque a été attestée à Henchir Bourgou dans les contextes archaïques : il s’agit d’une coupe ionienne de type B2.

106 Rural Landscapes 2008, p. 6.

107 Ben Tahar 2016-2017, p. 11-17.

108 Signature du traité de 509 av. J.-C. : Plb. 3, 22-24. A la même époque, il y a eu les évènements de Dorieus : Manfredi 2003, p. 331 ; Ben Tahar 2016-2017, p. 75. Vers la fin du vie s. Carthage a renforcé sa domination territoriale sur la Sicile et la Sardaigne, cette dernière étant considérée comme une propriété carthaginoise : Plb. 3, 23, 5 ; Lancel 1995, p. 86-88 ; Van Dommelen 1998a, p. 120-122. Pour les campagnes militaires en Sicile et en Sardaigne entre la deuxième moitié et la fin du vie s., voir Rural Landscapes 2008, p. 9 et Krings 1998, p. 76-91.

109 Gassner, Sokolicek, Trapichler à paraître, p. 625, pl. 53 (Randform 7a.c/d).

110 L’exemplaire MZ.2000.90 offre beaucoup de similitude aussi bien au niveau de la pâte que sur le plan de la morphologie avec un fragment de bord de production imerese qui date de la fin du ve s. (avant 409 av. J.-C., date de la destruction de cette ville par Carthage.) Pour ce fragment d’Himère, voir Bechtold etalii 2019, p. 9, fig. 6, 1a-b.

111 Ben Tahar 2014, p. 79, fig. 20, 3-10; p. 80; p. 81, fig. 21, 4; 2016-2017, p. 25, fig. 6, 1-17, 12-13, 15-17, 20-31, 38-39.

112 Bechtold 2019, p. 134.

113 Cela démontre la multitude des réseaux maritimes à cette époque-là : il y avait ceux qui passaient par Carthage et d’autres probablement par la Byzacène. Ben Tahar 2016-2017, p. 72 ; Bechtold 2019, p. 98, 134.

114 Ben Tahar 2014, p. 82, 90.

115 Observation de s. Ben Tahar sur le matériel issu des récentes fouilles menées sous le forum de Gigthis en septembre-octobre 2020.

116 Ben Tahar 2019, p. 77, fig. 7, 9, p. 81.

117 Ben Jerbania 2011, p. 83 ; 84, fig. 1 : amphores de type Mendè issues des nécropoles d’Hadrumète, Thapsus et As s’ada. Pour les amphores de type Gassner Randform 5 trouvées à Thapsus et Hadrumète, voir Ben Jerbania 2011, p. 87-91 et fig. 3 ; pour les amphores de type Gassner Randform 6 de Thapsus, voir Ben Jerbania 2011, p. 91, fig. 4, 23-24 ; pour les amphores de type Gassner Randform 6 de Lamta, voir Sghaïer 2018, p. 239, p. 287, fig. no 290.

118 Ben Tahar etalii à paraître 3: « Context 1: The End of the Fifth Century BCE ».

119 La photo (dans Sghaïer 2018, p. 298, no 368) pourrait très bien correspondre à une amphore de Malte de type Ramón T-2.2.1.3. La datation que nous proposons repose sur l’association de ce conteneur avec une coupe attique de type Vicup (Sghaïer 2018, p. 298, no 376).

120 Anello 1986.

121 Bechtold 2013, p. 98-99 ; 2016, p. 98-99.

122 Ben Jerbania 2011, p. 91-92 et fig. 4, 31 (As s’ada) ; pour Lamta, voir Sghaïer 2018, p. 249, p. 297, fig. 365.

123 Observations de Sami Ben Tahar sur le matériel issu d’une fouille inédite effectuée sous le forum en septembre-octobre 2020.

124 Ben Tahar, Mansel, Mukaï à paraître 1.

125 Ben Tahar etalii à paraître 3.

126 Ben Tahar etalii à paraître 2 (n° inv. HB4047-1).

127 Il n’est pas inutile de revenir sur la terminologie du type Dressel 2/4 de Jerba étant donné que les études précédentes en ont donné des appellations différentes. M. Bonifay l’a dénommé type « pseudo-Dressel 2/4 » et conserve toujours cette appellation (Bonifay 2004, p. 146-147 ; 2016, p. 605, 607). Le mot pseudo signale la petite taille de l’amphore dont la carène sur l’épaulement est moins prononcée par rapport à son modèle italien. Ensuite, la dénomination de « Mau XXXV » a été choisie dans la publication du projet tuniso-américain par S. Fontana. Il décrit cette amphore comme une imitation africaine du type Dressel 2/4 en petite dimension (Fontana, Ben Tahar, Capelli 2009, p. 278). Nous préférons garder la dénomination Mau XXXV pour désigner la production de la Tripolitaine libyenne afin d’éviter toute confusion.

128 Fentress, Fontana 2009, p. 192. Toutefois, d’autres chercheurs de l’équipe tuniso-américaine situent la datation vers 50 apr. J.-C. (Fentress etalii 2009, p. 135).

129 Bonifay 2016, p. 596 ; voir en outre p. 605, 607.

130 Fontana, Ben Tahar, Capelli 2009, p. 255.

131 Fontana, Ben Tahar, Capelli 2009, p. 272.

132 Panella, Bonifay 2020, p. 417-418.

133 Il importe de signaler ici que l’essentiel des amphores de tradition punique en Tripolitaine date des iie-ier s. av. J.-C. : Barker 1996, p. 104.

134 Pour les uillae maritimes tripolitaines, on peut signaler à titre d’exemple Dar Buk Ammara, Silin, Tagiura : voir Di Vita 1995 ; Ahmed 2019, p. 47, 50.

135 Fentress 2001, p. 262-264.

136 Fentress 2001, p. 266 ; Fentress, Fontana 2009, p. 193.

137 Dinies à paraître. Ce constat étonnant nous obligera à multiplier l’échantillonnage et à travailler sur des sites de production pour quantifier la production de la vigne.

138 Dans l’ensemble du matériel de la fouille, nous avons compté 103 NMI pour le type Dressel 2/4 (toutes les variantes confondues) et un seul bord du type Tripolitaine I, mais de la Tripolitaine libyenne (probablement de la région de Leptis Magna). La fouille de Meninx a livré 614 NMI pour les Dressel 2/4 et 8 NMI pour la Tripolitaine I de la Tripolitaine tunisienne.

139 Jerray 2016.

140 Drine, Jerray 2014.

141 Pasqualini, Tréglia 2003, p. 8-9.

142 Baldassari 2009, p. 97-98.

143 Apparition d’un bord à gorge interne au iies., puis variante abâtardie au iiie s., caractérisée par des anses pseudos-bifides.

144 On ne peut exclure qu’elle ait servi au transport des salsamenta.

145 Bonifay, Capelli etalii 2013, p. 114-115.

146 Fontana, Ben Tahar, Capelli 2009, p. 284-285.

147 Fentress, Fontana 2009, p. 193.

148 Malfitana 2007.

149 S. Fontana a émis l’hypothèse que la rareté des sigillées africaines entre 150 et 300 à Jerba pourrait être compensée par l’abondance du type Hayes 181 dont il suppose la fonction multi-usage, à la fois plat à cuire et plat de service (Fontana, Ben Tahar, Capelli 2009, p. 262).

150 Fentress 2009b, p. 207-208.

151 Fentress, Fontana 2009, p. 195.

152 Ben Tahar etalii à paraître 3.

153 Outre le façonnage peu soigné, comme l’attachement des anses, la pâte de cette variante tardive est souvent très tendre et friable en raison de la température de cuisson plus basse que celle des siècles précédents.

154 De Vos 2013, p. 163.

155 Ahmed 2019, p. 46, 61.

156 Cifani, Munzi 2002, apud Ahmed 2019, p. 61.

157 Des puits ont été trouvés à côté de quelques fours à Tarhouna, notamment à Wadi Doga, Gasr Doga et Wadi Twafga : Ahmed 2019, p. 21.

158 Mattingly, Dore 1996, p. 120-121.

159 Mzabi 1993, p. 50 : carte « Sols et végétation de la Tunisie méridionale ».

160 Ahmed 2019, p. 47.

161 L’identification de Henchir Bourgou comme étant un agrotown a été déjà proposée : voir Fentress, Docter 2008, p. 122.

162 Spanò Giamellaro etalii 2008, p. 132.

163 Van Dommelen, Finocchi 2008, p. 212.

164 Spanò Giamellaro etalii 2008, p. 158.

165 Ahmed 2019, p. 18

166 Pour une mise au point du concept d’emporion et de ses différentes implications, voir Van Dommelen 2018.

167 Le terme berbère Tawrirt qui se traduit par « colline ou la petite montagne » correspond à deux sites protohistoriques identifiés à Jerba, dont l’un est situé du côté du village de Sedouikech (Ben Tahar 2016), l’autre a été récemment identifié à Guellala (Ben Tahar 2019, p. 86 et note bibliographique no 83).

168 Van Dommelen etalii 2008, p. 173.

169 Pêche-Quilichini, Rageot, Regert 2017, p. 147.

170 Cela se voit particulièrement bien dans le cas de la vannerie, voir fig. 17, MZ.2056.6.

171 Pour la fonction, voir aussi Fulford 1984, p. 252.

172 Même phénomène également observé à Henchir Bourgou, voir Ben Tahar etalii à paraître 2, « Keramikscheiben ».

173 Schmidt 2007, p. 773-775 ; Sanmartí 2016a, p. 263.

174 Ben Tahar etalii à paraître 2, « Keramikscheiben »

175 C’est le cas, par exemple, pour le peson en Basket Ware, voir fig. 17, MZ.2035.48.

176 Schmidt 2007, p. 772, fig. 6243 et note 41 avec des références à des découvertes comparables à celles de Kerkouane et de Carthage.

177 Voir Ben Tahar etalii à paraître 2, « Keramikscheiben mit Lochung ».

178 La forme conique de la perforation, qui indique une abrasion régulière, plaide plutôt en faveur de son utilisation comme poids de tissage plutôt que comme fusaïole : voir Barber 1991, p. 101, fig. 3, 22.

179 Voir Chmielweski, Gardyński 2010 pour les caractéristiques d’utilisation des petites et grandes fusaïoles.

180 Des objets identiques à perforation droite que l’on peut identifier avec certitude comme fusaïoles se trouvent par exemple dans Cole 2013, p. 468 et fig. 17.14 et Amraoui 2017, p. 232, fig. 253. Une seule fusaïole a été trouvée à Althiburos au début du Numide Moyen : Sanmartí 2016b, p. 269 et 273, fig. 7, 3 : 290314-33.

181 Sanmartí 2016b, p. 273, fig. 7, 3, 290314-33, voir Ben Tahar etalii à paraître 2, « Keramikscheiben mit Lochung » avec d’autres références.

182 Voir Ben Tahar etalii à paraître 2, « Keramikscheiben mit Lochung » : une trouvaille de la phase 1, six de la phase 3.

183 Ben Tahar 2019b, 74, voir aussi Ben Tahar etalii à paraître 2, « Keramikscheiben mit Lochung ».

184 Ben Tahar etalii à paraître 2, « Stein ».

185 Sanmartí, López, Álvarez 2016, p. 277, 286, pl. 8.3, 280138-8 ; 190207-20.

186 Le palmier (Phoenix dactylifera) est attesté dans le pré-désert libyen dès la deuxième moitié du iie millénaire av. J.-C. (1400-1300 av. J.-C.) et à Althiburos dès le viiie s. av. J.-C. : López-Cantero 2016, p. 481.

187 Pour l’importance de ce produit dans la zone du pré-désert, voir Van Der Neer, Grant, Barker 1996, p. 249.

188 Bols carénés (12 fragments), à profil en S (79 fragments) ou à bord évasé (130 fragments). Quelques cruches, jarres et tajines ont également un engobe rouge.

189 Marzoli 2017.

190 Mission archéologique tuniso-française organisée par T. Ghalia, F. Villedieu et C. Virlouvet (Ghalia, Villedieu 2018) ; étude du matériel céramique en cours menée par T. Mukaï et R. Rêve (Aix-Marseille Univ, CNRS, CCJ, Aix-en-Provence, France).

191 Mattingly, Dore 2006, p. 124.

192 Van Der Veen, Grant, Barker 1996.

193 Van Der Veen, Grant, Barker 1996, p. 256.

194 Moses etalii 2019.

195 Van Der Veen, Grant, Barker 1996, p. 252.

196 Les caractéristiques techniques de cette pâte ressemblent beaucoup à celles de la Fabric 6 (du Levant) attestée à Carthage : Maraoui-Telmini, Schön 2020, p. 70.

197 Vegas 1999a, p. 152, fig. 47, 1 : le décor qui orne la paroi extérieure de ce vase est quasiment identique à celui de notre opercule.

198 Capelli, Bonifay etalii. 2016, p. 279.

199 Identification par R. Rêve dont le sujet de la thèse est consacré à la production amphorique de la ville de Thaenae

200 Il s’agit d’une partie de scène dionysiaque : Groupe III (Malfitana 2007, 106).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Situation du site de Mezraya
Crédits (DAO S. Reichmuth)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 901k
Titre Fig. 2 : Plan de situation du site et implantation des sondages
Crédits (DAO S. Reichmuth)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Titre Fig. 3 : Sondage 1 : plan des vestiges
Crédits (dessin S. Ben Tahar ; DAO S. Reichmuth)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Titre Fig. 4 : Sondage 1 en cours de fouille : niveau d’effondrement
Crédits (cliché et DAO S. Ben Tahar)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 694k
Titre Fig. 5 : Sondage 1 : photo générale du secteur fouillé
Crédits (cliché S. Ben Tahar ; DAO S. Reichmuth)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Fig. 6 : Sondage 1 : niveau de circulation (US 1022)
Crédits (cliché et DAO S. Ben Tahar)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 731k
Titre Fig. 7 : Sondage 1 : murs arasés (MR 1024 et MR 1028)
Crédits (cliché et DAO S. Ben Tahar)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Titre Fig. 8 : Sondage 1 : structures en pierres sèches
Crédits (cliché et DAO S. Ben Tahar)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 655k
Titre Fig. 9 : Sondage 1 : Diagramme stratigraphique
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 10 : Sondage 2 : plan des vestiges
Crédits (dessin S. Ben Tahar ; DAO S. Reichmuth)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Fig. 11 : Sondage 2. Coupe stratigraphique sud-est
Crédits (dessin S. Ben Tahar ; DAO S. Reichmuth)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Titre Fig. 12 : Sondage 2 en cours de fouille
Crédits (cliché et DAO S. Ben Tahar)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 631k
Titre Fig. 13 : Sondage 2 : niveau de circulation avec trous de poteau
Crédits (cliché et DAO S. Ben Tahar)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 530k
Titre Fig. 14 : Sondage 2 : niveau de circulation du viiie s. av. J.-C.
Crédits (cliché et DAO S. Ben Tahar)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 621k
Titre Fig. 15 : Sondage 2 : niveau de circulation protohistorique
Crédits (cliché et DAO S. Ben Tahar)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig. 16 : Sondage 2 : diagramme stratigraphique
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Fig. 17 : Divers objets
Crédits (clichés S. Ben Tahar ; DAO H. Möller)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 967k
Titre Tab.2 : Répartition des céramiques diverses et d’autres artefacts
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Fig. 18 : Céramique. Phase 1
Légende 1 : céramique Basket Ware, bord, plat à bord droit (inv. MZ.2049.4) ; 2 : céramique Basket Ware, bord, plat à bord droit (inv. MZ.2049.3) ; 3  : céramique Basket Ware, bord, plat à bord évasé (inv. MZ.2056.02) ; 4 : céramique Basket Ware, bord, plat à bord évasé (inv. MZ.2049.2) ; 5 : céramique modelée A, bord, bol à bord droit (inv. MZ.2055.22) ; 6  : céramique modelée B, bord, bol à bord évasé (inv. MZ.2056.12) ; 7 : céramique modelée A, bord, bol à bord évasé ; surface lustrée avec engobe crème (inv. MZ.2054.2) ; 8 : céramique modelée B, bord, bol à bord évasé (inv. MZ.2053.3) ; 9 : céramique modelée B, bord, plat à bord évasé (inv. MZ.2055.24) ; 10 : céramique modelée B, bord, bol à bord évasé (inv. MZ.2055.4) ; 11 : céramique modelée B, bord, bol à bord évasé (inv. MZ.2050.2) ; 12 : céramique modelée B, bord, bol à bord évasé (inv. MZ.2052.15) ; 13 : céramique modelée B, bord, tajine (inv. MZ.2052.5) ; 14 : céramique modelée B, bord, plat à bord légèrement rentrant (inv. MZ.2052.1) ; 15 : céramique modelée B, bord, bol à bord rentrant (inv. MZ. 2052.2) ; 16 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv.MZ.2051.1) ; 17 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2051.12) ; 18 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2051.14) ; 19 : céramique modelée B, bord, bol à bord rentrant (inv. MZ.2051.8) ; 20 : céramique modelée B, bord, bol à bord rentrant (inv. MZ.2051.11).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Fig. 19 : Céramique. Phase 1
Légende 1 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2052.10) ; 2 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2057.1) ; 3 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2055.1) ; 4 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2052.16) ; 5 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2052.13) ; 6 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2055.23) ; 7 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2053.7) ; 8 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2053.6) ; 9 : céramique modelée B, bord, bol à bord rentrant (inv. MZ.2051.4) ; 10 : céramique modelée B, anse, jarre (inv. MZ.2051.25) ; 11 : céramique modelée B, anse, jarre (inv. MZ.2051.26) ; 12 : céramique modelée B, bord, jarre à bord vertical (inv. MZ.2051.18) ; 13 : céramique modelée B, bord, jarre à bord vertical (inv. MZ.2051.17) ; 14 : céramique modelée B, bord, jarre à petit bord droit (inv. MZ.2051.19) ; 15 : céramique modelée B, bord, jarre à bord évasé (inv. MZ.2055.5) ; 16 : céramique modelée B, bord, jarre à petit bord à lèvre divergente (inv. MZ.2052.19) ; 17 : céramique modelée B, bord, jarre à bord droit (inv. MZ.2050.8) ; 18 : céramique modelée B, bord, jarre à bord droit (inv. MZ.2055.36) ; 19 : céramique modelée B, fond, forme ouverte (inv. MZ.2051.20) ; 20 : céramique modelée B, fond, forme fermée (inv. MZ.2053.8) ; 21 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2056.1) ; 22 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2051.24) ; 23 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2052.22).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 20 : Céramique. Phase 2a
Légende 1 : céramique phénicienne à engobe rouge, bord, bol de type Bikai FW Plate 4a ; pâte rouge clair, peu de quartz, riche en particules blanches (chaux) ; engobe rouge épais et mat à l’intérieur uniquement ; production levantine (inv. MZ.2035.45)196 ; 2 : céramique Basket Ware (?), bord, plat à bord légèrement incliné (inv. MZ.2035.12) ; 3 : céramique modelée B, bord, tajine (inv. MZ.2035.16) ; 4 : céramique modelée B, bord, bol à bord à profil en S (inv. MZ.2046.18) ; 5 : céramique modelée B, bord, bol à bord évasé (inv. MZ.2037.11) ; 6 : céramique modelée B, bord, plat à bord évasé (inv. MZ.2035.07) ; 7 : céramique modelée B, bord, plat à bord évasé (inv. MZ.2046.1) ; 8 : céramique modelée B, bord, plat à bord évasé (inv. MZ.2035.3) ; 9 : céramique modelée B, bord, bol à profil en S (inv. MZ.2046.3) ; 10 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2037.10) ; 11 : céramique modelée B, bord, bol à bord droit (inv. MZ.2046.8) ; 12 : céramique modelée B, bord, bol à bord rentrant (inv. MZ.2046.16) ; 13 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2046.2) ; 14 : céramique modelée B, bord, bol à bord rentrant (inv. MZ.2046.11) ; 15 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2035.17) ; 16 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2046.4) ; 17 : céramique modelée B, bord, jarre à bord droit (inv. MZ.2035.1) ; 18 : céramique modelée B, bord, jarre à bord droit (inv. MZ.2035.5) ; 19 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2035.62) ; 20 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2035.66) ; 21 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2035.73) ; 22 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2035.60) ; 23 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2035.63) ; 24 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2035.61) ; 25 : céramique modelée B, fond, forme ouverte (inv. MZ.2035.68) ; 26 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2046.21) ; 27 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2035.74) ; 28 : céramique modelée B, fond, forme fermée (inv. MZ.2035.69) ; 29 : céramique modelée B, fond, forme ouverte (inv. MZ.2045.1).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Fig. 21 : Céramique. Phase 2b
Légende 1 : céramique phénicienne fine, bord, bol de type Vegas F. 2.1 ; pâte orangée riche en quartz ; engobe rouge interne et externe ; production de Carthage (inv. MZ.2032.38) ; 2 : céramique phénicienne fine, paroi, œnochoé de type Vegas 22 (?), pâte orangée riche en quartz avec quelques micas dorés ; engobe rouge de très bonne qualité et épais à l’extérieur uniquement ; production de Carthage (inv. MZ.2031.30) ; 3 : céramique phénicienne fine, paroi, cruche de type Vegas F. 22 (?) ; pâte orangée KTS ; surface extérieure polie (inv. MZ.2032.28) ; 4 : amphore (ou pithos ?) phénicien(ne), paroi ; pâte orangée riche en quartz anguleux et en schiste ; engobe rouge épais de très bonne qualité surmonté d’un filet gris ; production du sud de l’Espagne (inv. MZ 2031.31) ; 5 : céramique phénicienne commune, fond ; forme ouverte, pâte rouge orangé à cœur gris riche en schiste ; surface extérieure crème (inv. MZ.2032.39) ; 6 : céramique modelée B, bord, bol à profil en S (inv. MZ.2032.7) ; 7 : céramique modelée B, bord, jarre à bord droit (inv. MZ.2032.1) ; 8 : céramique Basket Ware, bord, plat à bord évasé (inv. MZ.2032.2) ; 9 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2031.13) ; 10 : céramique modelée B, bord, jarre à bord droit (inv. MZ.2031.10) ; 11 : céramique modelée B, fond, forme ouverte (inv. MZ.2032.23) ; 12 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2032.8) ; 13 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2032.22) ; 14 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2032.6).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 22 : Céramique. Phase 2a-b
Légende 1 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.1029.3) ; 2 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.1029.4) ; 3 : céramique modelée B, bord, jarre à bord droit (inv. MZ.1029.6) ; 4 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.1029.1) ; 5 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.1029.2) ; 6 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. 1029.5).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 23 : Céramique. Phase 3
Légende 1 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 5 ; production de Corcyre (inv. MZ.1018.24) ; 2 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 5 ; production de Corcyre (inv. MZ.1019.15) ; 3 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 3 ; production du sud ouest de Reggio de Calabre (inv. MZ.1018.32) ; 4 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 3 ; production du sud-ouest de Reggio de Calabre (inv. MZ.2002.238) ; 5 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 3 ? ; production du sud-ouest de Reggio de Calabre (inv. MZ.2000.93) ; 6 : amphore punique, bord, pâte KTS ; type Ramón T-1.4.2.1/Karthago 1A4 (inv. MZ.1018.30) ; 7 : amphore phénicienne ; paroi ; pâte à moitié marron clair, à moitié grise riche en quartz de grandes dimensions, en particules blanches (calcite ?) et en schiste ; production du sud de l’Espagne (inv. MZ.2030.79) ; 8 : céramique modelée B, bord, bol caréné (inv. MZ.2030.3) ; 9 : céramique modelée B, bord, plat à bord évasé (inv. MZ.2030.19) ; 10 : céramique modelée B, marmite à bord droit (inv. MZ.2030.18) ; 11 : céramique Basket Ware, bord, plat à bord évasé (inv. MZ.2030.8) ; 12 : céramique Basket Ware, bord, plat à bord évasé (inv. MZ.2030.15) ; 13 : céramique modelée B, bord, bol caréné (inv. MZ.2030.9) ; 14 : céramique modelée B, bord, bol à bord droit (inv. MZ.2030.7) ; 15 : céramique modelée B, bord, plat à bord évasé (inv. MZ.2030.6) ; 16 : céramique modelée B, bord, marmite à bord droit (inv. MZ.2030.4) ; 17 : céramique modelée B, bord, jarre à bord droit (inv. MZ.2030.12) ; 18 : céramique modelée B, bord, jarre à bord divergent (inv. MZ.2030.1).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Fig. 24 : Céramique. Phase 3
Légende 1 : céramique modelée B, bord, jarre à bord droit (inv. MZ.2030.2) ; 2 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2030.20) ; 3 : céramique modelée B, bord, jarre à bord divergent (inv. MZ.2030.10) ; 4 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2030.5) ; 5 : céramique modelée B, fond, jarre ? (inv. MZ.2030.80) ; 6 : céramique modelée B, fond, jarre ? (inv. MZ.2030.33) ; 7 : céramique modelée B, fond, jarre ? (inv. MZ.2030.31) ; 8 : céramique modelée B, fond, jarre ? (inv. MZ.2030.29) ; 9 : céramique modelée B, fond, jarre ? (inv. MZ.2030.36) ; 10 : céramique modelée B, fond, jarre ? (inv. MZ.2030.35) ; 11 : céramique commune punique ; type Red painted Ware ; jeton complet ; pâte KTS ; quatre filets peints en rouge sur la surface extérieure ; production de Carthage. Ce jeton semble avoir été taillé dans une forme ouverte (de type Vegas 16 ?) dont le TPQ est la première moitié du ve s. av. J.-C. ?197 (inv. MZ.2030.37).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Fig. 25 : Céramique. Phase 4
Légende 1 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 5 ; production ionio-adriatique (inv. MZ.1013.46) ; 2 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 5 ; production ionio-adriatique (inv. MZ.1013.45) ; 3 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 6 ; production du sud-ouest de Reggio de Calabre (inv. MZ. 1013.47) ; 4 : amphore nord égéenne, bord, type Mendè (MZ.1001.3) ; 5 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 7 ; production ionio-adriatique ou de Sicile de l’Est ? (inv. MZ.2000.126) ; 6 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 6 ; production du sud-ouest de Reggio de Calabre (inv. MZ.1001.221) ; 7 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 7 ; production de Sicile de l’Est ? (inv. MZ.2000.91) ; 8 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 6 ; production de Corcyre (inv. MZ.1002.1) ; 9 : amphore nord égéenne, bord, type Mendè (MZ.1013.15) ; 10 : amphore grecque occidentale, Gassner Randform 7 ; production de la Sicile du centre-nord, Himère ? (inv. MZ.2000.90.) ; 11 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 6 ; production du sud-ouest de Reggio de Calabre (inv. MZ.2002.239) ; 12 : amphore grecque occidentale, fond, type dit Corinthienne B ? (inv. MZ.2002.330) ; 13 : amphore grecque occidentale, fond, type dit corinthienne B (Gassner Randform 5 ?) ; production ionio-adriatique (inv. MZ.2002.325) ; 14 : amphore punique, bord, type Ramón T-4.2.1.2 ; production de Carthage (inv. MZ.1001.1) ; 15 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 6 ; production du sud-ouest de Reggio de Calabre (inv. MZ.2000.92).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 26 : Céramique. Phase 3-5
Légende 1 : céramique modelée B, bord, bol caréné (inv. MZ.2027.16) ; 2 : céramique modelée B, bord, bol caréné (inv. MZ.2027.24) ; 3 : céramique modelée B, bord, bol (inv. MZ.2027.31) ; 4 : céramique modelée B, bord, bol à profil en S (inv. MZ.2027.26) ; 5 : céramique modelée B, bord, bol à bord évasé (inv. MZ.2027.13) ; 6 : céramique modelée B, bord, bol à profil en S (inv. MZ.2027.23) ; 7 : céramique Basket Ware, bord, plat à bord évasé (inv. MZ.2027.1) ; 8 : céramique modelée B, bord, bol à bord droit (inv. MZ.2027.18) ; 9 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2027.25) ; 10 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2027.11) ; 11 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2027.7) ; 12 : céramique modelée B, anse, jarre (inv. MZ.2027.43) ; 13 : céramique modelée B, fond, cruche ? (inv. MZ.2027.47) ; 14 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2027.59) ; 15 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2027.46) ; 16 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2027.55) ; 17 : céramique modelée B, fond, cruche ? (inv. MZ.2027.60) ; 18 : céramique modelée B, fond, cruche ? (inv. MZ.2027.45) ; 19 : céramique modelée B, bord, bol à bord droit (inv. MZ.2027.10) ; 20 : céramique modelée B, fond, jarre (inv. MZ.2027.53).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Fig. 27 : Céramique. Phase 4-5
Légende 1 : céramique Basket Ware, bord, plat à bord droit (inv. MZ.1027.3) ; 2 : céramique modelée B, bord, bol à profil en S (inv. MZ.1023.4) ; 3 : céramique Basket Ware, bord, plat à bord évasé (inv. MZ 1023.2) ; 4 : céramique modelée B, bord, bol à bord rentrant (inv. 1027.4) ; 5 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.1023.1) ; 6 : céramique modelée B, fond, forme ouverte (inv. MZ. 1027.2).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Fig. 28 : Céramique. Phase 5
Légende 1 : amphore gréco-italique, bord, type MGS Va ; production de la côte tyrrhénienne (inv. MZ.2000.250) ; 2 : amphore grecque occidentale, bord, type Gassner Randform 6 ; production de Sicile punique ? (inv. MZ.2002.237) ; 3 : amphore punique, bord, type Ramón T-4.2.1.5 ; production de Sicile punique (Palerme ?) ou de l’Afrique ? (inv. MZ.1001.2).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 29 : Céramique. Phase 6a
Légende 1 : céramique campanienne A, bord, type Morel 2152 (inv. MZ. 2002.472) ; 2 : amphore grecque occidentale, bord, type MGS VI ; production de l’aire campano-latiale (inv. MZ.1017.40) ; 3 : amphore tripolitaine, bord, type Sabratha 7f (inv. MZ.1001.204) ; 4 : amphore tripolitaine, bord, type Sabratha 7m (inv. MZ.1001.312) ; 5 : amphore tripolitaine, bord, type Ramón T-7.2.1.1 (inv. MZ 1022.12) ; 6 : céramique modelée B, bord, godet ovale (inv. MZ.1022.2) ; 7 : céramique modelée B, bord, bol caréné (inv. MZ.2024.8) ; 8 : céramique modelée B, bord, tajine (inv. MZ.1022.6) ; 9 : céramique modelée B, bord, bol à bord évasé (inv. MZ.2024.1) ; 10 : céramique modelée B, bord, plat à parois évasées (inv. MZ. 1022.4) ; 11 : céramique modelée B, bord, plat à bord évasé (inv. MZ.2024.7) ; 12 : céramique modelée B, bord, bol à profil en S (inv. MZ.2024.2) ; 13 : céramique modelée B, bord, marmite à bord rentrant (inv. MZ.2024.12) ; 14 : céramique modelée B, bord, bol à bord droit (inv. MZ.2024.9) ; 15 : céramique modelée B, anse, jarre (inv. MZ.2024.30) ; 16 : céramique modelée B, bord, jarre à bord divergent (inv. MZ.2024.5).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 30 : Céramique. Phase 6b
Légende 1 : amphore néo-punique, bord, type Ramón T-7.5.2.2/Sabratha 7a (inv. MZ.1021.13) ; 2 : amphore néo-punique, bord, type Sabratha 8c (inv. MZ 1019.18) ; 3 : amphore néo-punique, bord, type Sabratha 7k (inv. MZ.1019.16) ; 4 : amphore italique, bord, type Dressel 1A ; production campanienne (inv. MZ.1013.53) ; 5 : céramique campanienne A, bord, type Morel 2154 (inv. MZ.2002.473) ; 6 : céramique culinaire punique, bord, casserole type Vegas F. 69 ; production de Byzacène (inv. MZ.1019.21) ; 7 : céramique modelée A, bord, bol à parois évasées (inv. MZ.1019.2) ; 8 : céramique modelée A, bord, bol à profil en S (inv. MZ.1019.7) ; 9 : céramique modelée B, bord, bol à bord rentrant (MZ.1019.11) ; 10 : céramique modelée A, bord, bol à profil en S (inv. MZ.1021.2) ; 11 : céramique modelée B, bord, tajine (inv. MZ.1020.2) ; 12 : céramique modelée B, bord, kanoun (?) (inv. MZ.1019.14) ; 13 : céramique Basket Ware, bord, plat à bord évasé ; empreintes de vannerie surmoulées (inv. MZ.1021.4) ; 14 : céramique modelée B, bord, tajine (inv. MZ.1019.10) ; 15 : céramique modelée B, bord, tajine (inv. MZ.1021.3) ; 16 : céramique modelée B, bord, tajine (inv. MZ.1019.9).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 31 : Céramique. Phase 6b
Légende 1 : céramique Basket Ware, bord, plat à bord évasé (inv. 1021.1) ; 2 : céramique modelée B, bord, tajine (inv. MZ.1019.3) ; 3 : céramique modelée B, bord, jarre à bord droit (inv. 1019.6) ; 4 : céramique modelée B, fond avec des empreintes de vannerie, jarre (inv. MZ.1021.12) ; 5 : céramique modelée B, fond, tajine (inv. MZ.1020.3).
Crédits (dessin R. Ben Brahim; DAO S. Büchner)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Fig. 32 : Céramique. Phase 7a
Légende 1 : céramique commune, bord, brûle parfum, production tripolitaine ? (inv. MZ.1018.27) ; 2 : amphore néo-punique, bord, type Sabratha 9k ; surcuit (inv. MZ.1018.28) ; 3 : amphore néo-punique, bord, type Sabratha 7j (inv. MZ.1018.26) ; 4 : amphore italique, bord, type Dressel IB ; production de l’aire tyrrhénienne et campanienne (inv. MZ.2000.45) ; 5 : amphore tripolitaine, bord, type Sabratha 7c (inv. MZ.1018.25) ; 6 : céramique culinaire italique, bord, patina type Bats 6a (inv. MZ.1018.4) ; 7 : céramique commune, bord, coupe type Vegas F. 13 variante (inv.MZ.1018.15) ; 8 : céramique commune, bord, bassin type Sabratha 241 (inv. MZ.1018.18) ; 9 : céramique modelée A, bord, bol à bord évasé (inv.MZ 1018.2) ; 10 : céramique modelée B ; bord, tajine (inv. MZ.1018.5) ; 11 : céramique modelée A, bord, bol à parois évasées (inv. MZ.1018.19) ; 12 : céramique modelée B, bord, vase à profil ovale (inv. MZ.1018.7).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Fig. 33 : Céramique. Phase 7b
Légende 1 : amphore néo-punique, bord, type Sabratha 8c (inv. MZ.1017.24) ; 2 : amphore néo-punique, bord, type Sabratha 8c (inv. MZ.1017.16) ; 3 : Amphore néo-punique, bord, type Sabratha 9i (inv. MZ.1017.15) ; 4 : amphore néo-punique, bord, type Sabratha 9k (inv. MZ.1017.25) ; 5 : amphore tripolitaine, bord, type Sabratha 7l ; production de Leptis Magna ? (inv. MZ. 1017.22) ; 6 : amphore néo-punique, bord, type Sabratha 8c (inv. MZ.1017.21) ; 7 : amphore néo-punique, bord, type Sabratha 7j (inv. MZ.1017.17) ; 8 : amphore tripolitaine, bord, type Sabratha 7c (inv. MZ.1017.18) ; 9 : amphore néo-punique, bord, type Sabratha 8b (inv. MZ.1016.1) ; 10 : amphore néo-punique, bord, type Sabratha 8c (inv. MZ.1016.2) ; 11 : céramique à vernis noir punique, bord, bol type Lamboglia 27b (inv. MZ.1017.7) ; 12 : céramique campanienne A, bord, plat type Lamboglia 5 (inv. MZ. 1017.1) ; 13 : céramique campanienne A, bord, plat type Lamboglia 5 (inv. MZ.1017.3) ; 14 : céramique culinaire punique, bord, casserole type Vegas F. 69 ; production de Byzacène. (inv. MZ.1017.8) ; 15 : céramique commune, bord, bassin type Sabratha 214 ; production de Byzacène ? (inv. MZ.1017.41) ; 16 : céramique culinaire de tradition romaine, bord, plat (inv. MZ.1017.11) ; 17 : céramique commune tripolitaine, bord, bassin, type Sabratha 253 ; production de Leptis Magna ? (inv. MZ.1017.12) ; 18 : céramique commune africaine, bord, bassin type Sabratha 237 var. (inv. MZ.1017.29) ; 19 : céramique modelée B, complet, tajine (inv. MZ.1017.32) ; 20 : céramique culinaire italique, bord, marmite (inv. MZ.1017.31) ; 21 : céramique modelée B, complet, tajine (inv. MZ.1017.30).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Fig. 34 : Céramique. Phase 8
Légende 1 : amphore africaine, Dressel 2/4, bord (inv. MZ.1015.25) ; 2 : culinaire africaine CA, couvercle type Hayes 196, bord (inv. MZ.1013.5) ; 3 : culinaire africaine CA, casserole type Hayes 191, bord (inv. MZ.1013.10) ; 4 : culinaire africaine CA, casserole type Hayes 194, bord (inv. MZ.1013.2) ; 5 : céramique modelée B, brasero type Sabratha 91, bord (inv. MZ.1015.9) ; 6 : céramique commune africaine, opercule type Sabratha 120, bord (inv. MZ.1013.44) ; 7 : céramique commune africaine, assiette type Sabratha 182, bord (inv. MZ.1013.21) ; 8 : céramique commune africaine, assiette (ou coupelle ?), bord (inv. MZ.1013.33) ; 9 : céramique commune africaine, bol type Sabratha 207, bord (inv. MZ.1015.6) ; 10 : céramique commune africaine, mortier type Sabratha 212, bord (inv. MZ.1013.7) ; 11 : céramique commune africaine, bassin type Sabratha 166, bord (inv. MZ.1015.7) ; 12 : céramique commune africaine, bassin type Sabratha 216, bord (inv. MZ.1015.5) ; 13 : céramique commune africaine, bassin type Sabratha 216, bord (inv. MZ.1013.6) ; 14 : céramique commune africaine, bassin type Sabratha 251, bord (inv. MZ.1013.8) ; 15 : céramique commune africaine, bassin type Sabratha 257, bord (inv. MZ.1013.11).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Fig. 35 : Céramique. Phase 9
Légende 1 : amphore tripolitaine, Schöne-Mau 35, bord (inv. MZ.1001.200) ; 2 : amphore africaine, Africaine IIA, bord, Byzacène (?), pâte orange clair, relativement granuleuse, contenant de nombreux grains de calcaires, petits quartz bien classés, rare inclusions grises (MZ.2005.12) ; 3 : amphore africaine, Dressel 2/4, bord (inv. MZ.1001.300) ; 4 : amphore africaine, Dressel 2/4, bord (inv. MZ.1001.350) ; 5 : amphore africaine, Dressel 2/4 tardive, bord (inv. MZ.2009.5) ; 6 : culinaire africaine CA, couvercle type Hayes 196, bord (inv. MZ.2005.30) ; 7 : culinaire africaine CA, casserole type Hayes 197/Ostia III. 267B, bord (inv. MZ.2009.7) ; 8 : culinaire africaine CA, casserole type Hayes 197/Ostia III. 267B, bord (inv. MZ.2009.9) ; 9 : culinaire africaine B, couvercle type Hayes 182B, bord (inv. MZ.1001.352) ; 10 : culinaire africaine B, couvercle type Hayes 182B, bord (inv. MZ.2009.11) ; 11 : culinaire africaine B, plat à cuire type Hayes 181.1, bord (inv. MZ.1001.351) ; 12 : culinaire africaine B, plat à cuire type Hayes 181C, bord (inv. MZ.2005.34) ; 13 : culinaire africaine C, couvercle type Sabratha 95, bord (inv. MZ.1001.354) ; 14 : céramique modelée B, marmite, bord (inv. MZ.1001.302) ; 15 : céramique modelée B, marmite type Sabratha 287, bord (inv. MZ.1001.301) ; 16 : céramique modelée B, brasero type Sabratha 91 tardif, bord (inv. MZ.1001.306).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Fig. 36 : Céramique. Phase 9
Légende 1 : céramique commune africaine, cruche, bord (inv. MZ.2005.21) ; 2 : céramique commune africaine, bol type Sabratha 145, bord (inv. MZ.2005.35) ; 3 : céramique commune africaine, bol type Sabratha 208, bord (inv. MZ.1001.67) ; 4 : céramique commune africaine, bol type Sabratha 216, bord (inv. MZ.1001.17) ; 5 : céramique commune africaine, mortier type Bonifay 9, bord (inv. MZ.2009.2) ; 6 : céramique commune africaine, bassin (?), bord (inv. MZ.2009.1) ; 7 : lampe africaine, type Deneauve VII.2, fond (inv. MZ.2009.13B).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Fig. 37 : Céramique. Phase 10
Légende 1 : amphore sicilienne, Mid Roman Amphorae 1A variante 2/Ostia I. 453-454, bord (inv. MZ.2002.403) ; 2 : amphore tripolitaine, Tripolitaine I, bord (inv. MZ.2000.132) ; 3 : amphore tripolitaine, Tripolitaine II, bord, poissé à l’intérieur (inv. MZ.2002.230) ; 4 : amphore africaine, Africaine I, bord, atelier de Leptiminus198 (?), pâte orange clair, granuleuse, contenant de nombreux quartz de petites et moyennes dimensions, rare calcaire (MZ.2002.240) ; 5 : amphore africaine, Africaine IIA, bord, atelier de Leptiminus (?), pâte orange clair, relativement granuleuse, contenant de nombreux quartz de petites et moyennes dimensions, rare calcaire (inv. MZ. 1002.3) ; 6 : amphore africaine, Africaine IIA, bord, atelier de Sullectum (inv. MZ.2002.227) ; 7 : amphore africaine, Africaine IIA, bord, atelier de Sullectum (inv. MZ.2022.1) ; 8 : amphore africaine, Africaine IIA, bord, atelier de Sullectum (inv. MZ.2002.226) ; 9 : amphore africaine, Africaine IIA (?), fond, atelier de Sullectum (inv. MZ.2002.316) ; 10 : amphore africaine, Africaine IIA, bord, Byzacène (?) (inv. MZ.1002.2) ; 11 : amphore africaine, Africaine IIB, bord, atelier de Thaenae199 (?), pâte bicolore orange brunâtre et brun-gris, compacte, contenant des de nombreux quartz de petite dimension, rare calcaire (inv. MZ.2000.124) ; 12 : amphore africaine, Vzita pl. 52, 10, bord, Byzacène (?) (inv. MZ.2000.98) ; 13 : amphore africaine, Dressel 2/4, bord (inv. MZ.1002.4) ; 14 : amphore africaine, Dressel 2/4 tardif, bord (inv. MZ.2000.46) ; 15 : amphore africaine, Dressel 2/4 tardif, bord (inv. MZ.2001.42) ; 16 : amphore africaine, Dressel 2/4 tardif, bord (inv. MZ.2002.224) ; 17 : amphore africaine, Dressel 2/4 tardif, anse (inv. MZ.2001.53) ; 18 : amphore africaine, Dressel 2/4 tardif, anse, atelier de Guellala (?) (inv. MZ.2002.312) ; 19 : amphore africaine, Dressel 2/4 tardif (?), fond (inv. MZ.2001.49) ; 20 : céramique « corinthienne » à décor moulé, bol, panse, décor moulé : scène de sacrifice à un autel200, engobe brun à l’extérieur et brun rougeâtre à l’intérieur (inv. MZ.2022.30) ; 21 : culinaire tripolitaine C, couvercle type Sabratha 96, bord (inv. MZ.1002.12) ; 22 : culinaire tripolitaine C, marmite type Hayes 183C, bord, région de Leptis Magna (?) (inv. MZ.2000.238) ; 23 : culinaire tripolitaine C, marmite type Hayes 183C variante, bord (inv. MZ.2000.221) ; 24 : culinaire africaine CA, couvercle type Hayes 196, bord (inv. MZ.2000.202) ; 25 : culinaire africaine CA, couvercle type Hayes 196, bord (inv. MZ.2002.38) ; 26 : culinaire africaine CA, couvercle type Hayes 196, bord (inv. MZ.2002.71) ; 27 : culinaire africaine CA, couvercle type Hayes 196 tardif, bord (inv. MZ.2002.35).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Fig. 38 : Céramique. Phase 10
Légende 1 : culinaire africaine CA, casserole type Hayes 197/Ostia III. 267B, bord (inv. MZ.2001.31) ; 2 : culinaire africaine CA, casserole type Hayes 197/Ostia III. 267B, bord (inv. MZ.2002.106) ; 3 : culinaire africaine CA, casserole type Hayes 197/Ostia III. 267B, bord (inv. MZ.2002.99) ; 4 : culinaire africaine CA, casserole type Hayes 197/Ostia III. 267B, bord (inv. MZ.1002.101) ; 5 : culinaire africaine CA, casserole type Hayes 197/Ostia III. 267B, bord (inv. MZ.2002.107) ; 6 : culinaire africaine CA, casserole type Hayes 197/Ostia III. 108, bord (inv. MZ.2000.222) ; 7 : culinaire africaine CA, casserole type Hayes 197/Ostia III. 108, bord (inv. MZ.2000.224) ; 8 : culinaire africaine B, bouilloire type Vzita 48.1 (?), anse (inv. MZ.2002.353) ; 9 : culinaire africaine B, couvercle type Hayes 185, bord (inv. MZ.1002.9) ; 10 : culinaire africaine B, couvercle type Hayes 185, bord (inv. MZ.2001.5) ; 11 : culinaire africaine B, couvercle type Hayes 185, bord (inv. MZ.2002.44) ; 12 : culinaire africaine B, couvercle type Hayes 182B, bord (inv. MZ.1002.102) ; 13 : culinaire africaine B, couvercle type Hayes 182B, bord (inv. MZ.2002.4) ; 14 : culinaire africaine B, couvercle type Hayes 182B, bord (inv. MZ.2002.10) ; 15 : culinaire africaine B, couvercle type Hayes 182C, bord, atelier de Leptiminus (?) (inv. MZ.2002.17) ; 16 : culinaire africaine B, couvercle type Hayes 182C, bord, atelier de El Akarit (?) (inv. MZ.2002.162) ; 17 : culinaire africaine B, couvercle type Hayes 182C, bord (inv. MZ.2002.8) ; 18 : culinaire africaine B, couvercle type Hayes 182C, bord (inv. MZ.2002.5) ; 19 : culinaire africaine B, couvercle type Hayes 182C, bord (inv. MZ.2002.9) ; 20 : culinaire africaine B, plat à cuire type Hayes 181.1 tardif, bord (inv. MZ.2002.172) ; 21 : culinaire africaine B, plat à cuire type Hayes 181B, bord (inv. MZ.1002.6) ; 22 : culinaire africaine B, plat à cuire type Hayes 181B, bord (inv. MZ.1002.7).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Fig. 39 : Céramique. Phase 10
Légende 1 : culinaire africaine B, plat à cuire type Hayes 181B, bord (inv. MZ.2002.135) ; 2 : culinaire africaine B, plat à cuire type Hayes 181B, bord (inv. MZ.2002.128) ; 3 : culinaire africaine B, plat à cuire type Hayes 181B, bord, surface noircie (surcuit ?) (inv. MZ.2002.146) ; 4 : culinaire africaine B, plat à cuire type Hayes 181C, bord (inv. MZ.2000.215) ; 5 : culinaire africaine B, plat à cuire type Hayes 181C, bord (inv. MZ.2002.153) ; 6 : culinaire africaine B, casserole type Hayes 23B, bord (inv. MZ.2002.155) ; 7 : culinaire africaine B, casserole type Hayes 23B, bord (inv. MZ.2002.98) ; 8 : culinaire africaine B, casserole type Hayes 184A, bord (inv. MZ.2000.232) ; 9 : culinaire africaine B, casserole type Hayes 184C, bord (inv. MZ.1002.10) ; 10 : culinaire africaine B, casserole type Hayes 184C, bord (inv. MZ.2000.231) ; 11 : culinaire africaine B, casserole type Hayes 184C, bord (inv. MZ.2002.121) ; 12 : culinaire africaine CB, couvercle type Hayes 195, bord (inv. MZ.2000.172) ; 13 : culinaire africaine CB, couvercle type Hayes 196, bord (inv. MZ.2002.64) ; 14 : culinaire africaine CB, couvercle type Hayes 196, bord (inv. MZ.2002.47) ; 15 : culinaire africaine CB, couvercle type Hayes 196, bord (inv. MZ.1002.11).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Fig. 40 : Céramique. Phase 10
Légende 1 : culinaire africaine CB, couvercle type Hayes 196, bord (inv. MZ.2001.2) ; 2 : culinaire africaine CB, couvercle type Sabratha 104, bord (inv. MZ.2001.4) ; 3 : culinaire africaine CB, couvercle type Sabratha 104, bord (inv. MZ.2002.27) ; 4 : culinaire africaine CB, couvercle, bord (inv. MZ.2002.70) ; 5 : culinaire africaine CB, marmite type Hayes 183 variante, bord, variante de transition avec Hayes 198 ? (inv. MZ.2002.389) ; 6 : culinaire africaine CB, marmite type Hayes 183/Bonifay 17, bord (inv. MZ.2002.116) ; 7 : culinaire africaine CB, marmite type Hayes 183/Bonifay 17, bord (inv. MZ.2002.112) ; 8 : culinaire africaine CB, marmite type Hayes 183B/C, bord (inv. MZ.2002.115) ; 9 : culinaire africaine CB, marmite type Hayes 183C, bord (inv. MZ.2002.120) ; 10 : culinaire africaine CB, marmite type Hayes 183C, bord (inv. MZ.2002.124) ; 11 : céramique modelée de Pantelleria, plat à cuire type Sabratha 293, bord (inv. MZ.2002.445) ; 12 : céramique modelée de Pantelleria, plat à cuire type Sabratha 293, bord (inv. MZ.2002.449) ; 13 : céramique modelée de Pantelleria, plat à cuire type Sabratha 293, bord (inv. MZ.2002.450) ; 14 : céramique modelée de Pantelleria, plat à cuire type Sabratha 294, bord (inv. MZ.2002.447).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Fig. 41 : Céramique. Phase 10
Légende 1 : céramique modelée de Pantelleria, plat à cuire type Sabratha 294, bord (inv. MZ.2002.443) ; 2 : céramique modelée de Pantelleria, marmite type Sabratha 292, bord (inv. MZ.2002.442) ; 3 : céramique modelée, plat, bord, décor peint à l’intérieur (inv. MZ.2002.500) ; 4 : céramique commune africaine, cruche type Sabratha 349, bord (inv. MZ.2002.421) ; 5 : céramique commune africaine, cruche type Sabratha 352, bord (inv. MZ.1002.103) ; 6 : céramique commune africaine, cruche type Sabratha 387, bord (inv. MZ.2000.289) ; 7 : céramique commune africaine, cruche, bord (inv. MZ.2002.395) ; 8 : céramique commune africaine, cruche, bord, deux cannelures sur le col (inv. MZ.2002.350) ; 9 : céramique commune africaine, cruche, bord (inv. MZ.2002.468) ; 10 : céramique commune africaine, cruche, bord (inv. MZ.2002.425) ; 11 : céramique commune africaine, flacon type Bonifay 58 (?), fond (inv. MZ.2002. 9) ; 12 : céramique commune africaine, bol à marli type Bonifay 6 (?), bord (inv. MZ.2002.342) ; 13 : céramique commune africaine, bol type Sabratha 132, bord (inv. MZ.2002.401) ; 14 : céramique commune africaine, bol type Sabratha 132, bord (inv. MZ.2002.417) ; 15 : céramique commune africaine, bol type Sabratha 162, bord (inv. MZ.1002.104) ; 16 : céramique commune africaine, bol type Sabratha 162, bord (inv. MZ.2002.412) ; 17 : céramique commune africaine, bol type Sabratha 162, bord (inv. MZ.2002.400) ; 18 : céramique commune africaine, bol type Sabratha 173, bord (inv. MZ.2002.415) ; 19 : céramique commune africaine, bol type Sabratha 182, bord (inv. MZ.2002.173) ; 20 : céramique commune africaine, bol, bord (inv. MZ.2002.399) ; 21 : céramique commune africaine, bol, bord (inv. MZ.2000.214) ; 22 : céramique commune africaine, bol (?), bord (inv. MZ.2002.416) ; 23 : céramique commune africaine, mortier type Bonifay 9, bord (inv. MZ.2000.260) ; 24 : céramique commune africaine, mortier type Bonifay 9, bord (inv. MZ.2000.261) ; 25 : céramique commune africaine, mortier type Bonifay 9, bord (inv. MZ.2002.339) ; 26 : céramique commune africaine, mortier type Bonifay 9 (?), bord (inv. MZ.2002.337) ; 27 : céramique commune africaine, mortier type Uzita 4A (?), bord (inv. MZ.2002.336).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Fig. 42 : Céramique. Phase 10
Légende 1 : céramique commune africaine, large bol/bassin type Sabratha 259, bord (inv. MZ.2002.372) ; 2 : céramique commune africaine, large bol/bassin type Sabratha 260, bord (inv. MZ.2002.387) ; 3 : céramique commune africaine, large bol/bassin type Sabratha 260, bord (inv. MZ.2002.373) ; 4 : céramique commune africaine, large bol/bassin (?), bord (inv. MZ.2000.264) ; 5 : céramique commune africaine, large bol/bassin (?), bord (inv. MZ.2000.267) ; 6 : céramique commune africaine, large bol/bassin (?), bord (inv. MZ.2002.371) ; 7 : céramique commune africaine, bassin à large marli, bord (inv. MZ.2000.262) ; 8 : céramique commune africaine, bassin à large marli, bord (inv. MZ.2000.265) ; 9 : céramique commune africaine, bassin, bord, suite de dépression sur le bord externe (inv. MZ.2001.92) ; 10 : céramique commune africaine, bassin, bord, décor de cercles imprimés (inv. MZ.2022.11) ; 11 : céramique commune africaine, bol, bord (inv. MZ.2002.405).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Fig. 43 : Céramique. Phase 10
Légende 1 : lampe africaine, type Deneauve VIII.1, bord (inv. MZ.2002.29) ; 2 : lampe africaine, type Deneauve VIII (?), bord (inv. MZ.2000.149) ; 3 : lampe africaine, type Deneauve VII.2, fond et panse (inv. MZ.2000.150) ; 4 : lampe africaine, type Deneauve VII .2, fond et anse (inv. MZ.2002.519) ; 5 : lampe africaine, type Deneauve VII (tardif ?), bord, peu soignée (inv. MZ.1002.58) ; 6 : lampe africaine, type Deneauve VII, panse (inv. MZ.2000.152) ; 7 : lampe africaine, type Deneauve VII, anse (inv. MZ.2000.147) ; 8 : lampe africaine, type indéterminé, bord (inv. MZ.2000.148) ; 9 : céramique africaine diverse, fragment d’un masque (inv. MZ.2002.359).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4387/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sami Ben Tahar, Philipp von Rummel, Tomoo Mukai, Karin Mansel et Heike Möller, « Le site rural de Mezraya (Jerba) de la Protohistoire à l’époque romaine impériale : résultats de la première campagne de fouilles préventives de 2018 »Antiquités africaines, 57 | 2021, 33-92.

Référence électronique

Sami Ben Tahar, Philipp von Rummel, Tomoo Mukai, Karin Mansel et Heike Möller, « Le site rural de Mezraya (Jerba) de la Protohistoire à l’époque romaine impériale : résultats de la première campagne de fouilles préventives de 2018 »Antiquités africaines [En ligne], 57 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 05 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/antafr/4387 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.4387

Haut de page

Auteurs

Sami Ben Tahar

Institut National du Patrimoine de Tunis

Articles du même auteur

Philipp von Rummel

Deutsches Archäologisches Institut, Zentrale Berlin

Tomoo Mukai

Aix-Marseille Univ., CNRS, CCJ, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Karin Mansel

München

Heike Möller

Deutsches Archäologisches Institut, Zentrale Berlin

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search