Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57Note sur cinq éléments de marbre ...

Note sur cinq éléments de marbre provenant de Carthage conservés au Musée d’art et d’histoire de Langres (Haute-Marne)

Yvan Maligorne, Arnaud Vaillant et Chloé Damay
p. 155-162

Résumés

Le musée d’Art et d’histoire de Langres conserve cinq fragments de marbre provenant de Carthage, entrés dans les collections du musée en 1845, en même temps qu’un fragment d’abaque provenant de Magnésie du Méandre : il s’agit de quatre fragments d’architecture et d’une sculpture. L’étude des registres de délibérations de la Société d’histoire et d’archéologie permet de retracer le cheminement des fragments, qui ont été prélevés dans les ruines de Carthage par des officiers de marine durant le deuxième quart du xixe s. Les contextes de découverte ne sont pas connus précisément, mais l’examen des fragments d’architecture, d’époque antonine, et la mention d’un site littoral incitent à attribuer plusieurs fragments aux thermes d’Antonin. Aucune hypothèse de provenance ne peut être avancée pour la sculpture, qui figure peut-être Saturne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Péchin-d’Autebois 1845, p. 58-59.
  • 2 Aubert 1845, n. p.La note est suivie de la copie d’un premier courrier rédigé à Toulon le 14 janv (...)

1Outre leurs riches collections lapidaires régionales d’époque romaine, les musées de Langres conservent un ensemble de six fragments de marbre sculpté aux provenances plus lointaines. Ces éléments, un fragment de statuaire et cinq morceaux d’architecture, n’ont pas été présentés au public depuis près d’un demi-siècle parce qu’énigmatiques et peu documentés. Seuls le registre de délibération de la Société historique et archéologique de Langres1 (SHAL), société académique à l’origine de la fondation du musée, et une note suivie de la copie de deux courriers2 livrent des informations parcellaires sur leur provenance, les circonstances de leur découverte et leur parcours. Leur description et une analyse comparative permettent de les dater et de proposer une hypothèse précise pour la provenance des blocs d’architecture. Si l’apport de cet ensemble modeste et coupé de son contexte à la connaissance de l’architecture carthaginoise d’époque impériale est dérisoire, il offre un exemple intéressant de récupération de vestiges antiques et de leur cheminement dans les collections privées et publiques.

1. L’entrée des fragments au musée de Langres et leur origine

  • 3 Péchin-d’Autebois 1845, p. 58-59.
  • 4 Péchin-d’Autebois 1847, p. XVII.
  • 5 Brocard 1861, p. 37.
  • 6 Brocard 1873, p. 53; 1886, p. 53.
  • 7 Royer 1902.

2C’est lors de la réunion du 20 février 1845 que le baron colonel François Aubert (1778-1855) présente ces « six fragments de marbre blanc » provenant de « Carthage » et de « Magnésie » aux membres titulaires de la Société. La proposition de donation, qui émane d’un certain monsieur de Villenoisy, est acceptée à l’unanimité et, après un scrutin secret, le généreux donateur est nommé membre associé correspondant de la Société3. Les marbres sont dès lors inscrits à l’inventaire du musée et figurent dans le premier catalogue des collections publié en 1847 sous la rubrique « Monuments gréco-romains », aux côtés d’autres antiques exhumés à Pompéi4. L’édition de 1861 les classe en « Monuments romains »5, celles de 1873 et 1886 en « Monuments d’Afrique et d’Asie »6 puis ils disparaissent purement et simplement des catalogues à partir de l’édition de 19027.

  • 8 Guéniot 2003, p. 43.
  • 9 Horme 1871-1945, n. p.

3Le baron colonel Aubert, à l’origine de la présentation de la donation, est un Langrois de naissance et membre de la SHAL. Colonel d’artillerie, commandeur de la Légion d’Honneur, chevalier de Saint-Louis, il a connu une glorieuse carrière militaire dans l’armée impériale (il participe notamment à la campagne de Russie) puis royale. Il termine sa carrière au poste de directeur de l’Artillerie de Montpellier de 1830 à 18398. Il entretient une relation épistolaire avec le donateur, Nicolas François Cosseron de Villenoisy (1787-1863), également militaire, colonel et commandant de la place de Toulon au moment de la donation. On ignore si les deux hommes se connaissent du fait de leur fonction ou si c’est en raison des liens familiaux indirects qui unissent leurs deux familles : les grands-parents maternels de Villenoisy sont Langrois et portent le nom de Petit-Jean, famille dont est également issu le beau-frère d’Aubert9. Villenoisy est à Langres en l’été 1844 et visite son musée. Sa découverte des collections romaines et ses lointaines attaches langroises l’incitent à donner sa collection de marbres antiques à la SHAL.

  • 10 Péchin-d’Autebois, 1845, p. 58.
  • 11 Landriau 1922, p. 27-30.
  • 12 Beschaouch 1993, p. 42. Voir aussi infra, n. 28.
  • 13 Le caractère laconique de cette mention et le nom très commun de ce personnage nous interdisent d’ (...)
  • 14 Aubert 1845, n. p.

4Il tient ces marbres de différents collectionneurs. Ainsi le « fragment de Bas-relief représentant une jambe gauche appuyée sur un socle en forme de gerbe de froment » est « tiré de la Collection de feu l’Amiral Lalande ». Il proviendrait des « fouilles faites par ses ordres dans les ruines de Carthage pendant que cet officier général commandait la station navale devant Tunis »10. Julien Pierre Anne Lalande (1787-1844), vice-amiral français, officier de la Légion d’honneur et député, s’est effectivement rendu à plusieurs reprises à Tunis entre le 7 juillet 1837 et le 18 novembre 1838 alors qu’il commandait l’escadre d’Afrique. Il avait pour mission d’empêcher une expédition turque destinée à rappeler à l’ordre, voire détrôner, Ahmed Ier, Bey de Tunis (1806-1855)11. De son activité « archéologique », nous ignorons tout, mais les marbres de Carthage ont toujours fait l’objet de convoitises et tous les navires quittant Tunis en sont chargés12. Lalande ne déroge pas à cette tradition pluriséculaire et se constitue une collection qu’il destine au musée du Mans, sa ville natale. À sa mort, sa veuve contrecarre ses projets et donne trois ou quatre fragments de bas-reliefs ou statues récoltées pendant la mission tunisienne à un dénommé « Dupont13, payeur de la Marine, amateur distingué » et ami de Villenoisy. Dupont cède à son tour un fragment sculpté à Villenoisy, il lui laisse le choix entre un fragment de corniche ou la jambe sculptée. Villenoisy choisit la jambe en raison de « la grande valeur » et du « mérite incontestable » que Lalande prêtait à cette pièce que, dans un excès d’enthousiasme, il attribuait au sculpteur tardo-classique Praxitèle14.

  • 15 Aubert 1845, n. p.

5Les quatre sculptures suivantes, « une rosace, une palmette, un fragment de modillon et un fragment de corniche », sont issues de la collection du capitaine de vaisseau Alexandre Tavanet (1796- ?). Commandant de la station navale de Tunis en 1843, il aurait également organisé des fouilles à Carthage, sur le site « d’un temple de Neptune dont [une] partie s’est écroulée dans la mer »15. Ces vestiges lapidaires, qualifiés de « frustres » mais que « le musée de Paris » aurait bien voulu récupérer, en seraient directement issus. Leur examen permettra de proposer une hypothèse de provenance plus précise.

  • 16 Péchin-d’Autebois 1845, p. 59.
  • 17 Anonyme 1843, p. 1.
  • 18 Hamiaux 1988, p. 83-108.

6La donation est complétée par un « fragment de palmette » prélevé sur le site du « temple de Diane Leucophryne de Manachie ou Magnisa dans l’Asie Mineure ». Il est donné à Villenoisy par un dénommé « monsieur Gurmel ou Grimel, commandant la flotte d’une expédition arrivée à Toulon le 6 février 1843 »16. La date du prélèvement du fragment de la donation langroise est troublante car contemporaine de l’expédition chargée de récupérer la frise du temple pour enrichir les collections du Louvre. Menée par Charles Texier (1802-1871) de septembre 1842 à avril 1843, cette mission officielle a également entraîné la récolte de nombreux éléments d’architecture issus du temple. Embarqués à bord de la gabare l’Expéditive, les fragments arrivent à Toulon en mars 184317 (soit un mois après notre fragment et dans le même port) avant de reprendre la mer à bord du même bateau pour le Havre puis d’être transporté au Louvre18. Dire que le fragment langrois est issu de cette mission est tentant mais ne peut être démontré ; il est probablement complémentaire des éléments d’architecture récupérés sur le même site et aujourd’hui au Louvre.

7Les fragments ont tous reçu à leur entrée au musée un numéro d’inventaire (250 à 255), peint en noir. Il a pu être observé sur quatre éléments (250, 252, 253, 254), et a disparu sur les deux autres (251 et 255), dont l’identification ne pose toutefois aucun problème, grâce au matériau, aux dimensions, à la description sommaire donnée par les quelques documents dont nous disposons et aux caractères stylistiques.

8(AV)

2. Les fragments d’architecture

2.1 Fragment de larmier no 251 (fig. 1)

Fig. 1 : Langres, fragment de larmier

Fig. 1 : Langres, fragment de larmier

À gauche, la corona ornée de godrons. H. : 17,5 cm ; L. : 22 cm ; p. : 38,6 cm ; diam. du fleuron : 17,5 cm.

(cliché A. Vaillant)

9Le fragment, brisé sur tous les côtés, conserve une partie du larmier d’une corniche corinthienne. Au soffite, un caisson est orné d’un fleuron à cinq pétales autour d’un cœur trifide ; les pétales cordiformes sont parcourus par une fine côte axiale. Le fleuron déborde assez nettement du filet d’encadrement. Sur deux côtés est conservé un talon orné de rais-de-cœur en ciseau, qui constitue le couronnement des modillons et des plages verticales qui les séparent : les feuilles à bords lisses sont profondément démembrées par une nervure axiale qui s’évase à la base ; deux demi-feuilles encadrent un élément intermédiaire lancéolé. Une portion de la façade du larmier (corona) est conservée : profilée en cavet, elle porte un rang de godrons traités de manière très plastique, avec une section concave et une lunule occupant la partie inférieure du godron. Au-dessus, apparaissent un listel et les vestiges d’une autre moulure non identifiable.

(YM)

2.2 Modillon no 253 (fig. 2)

Fig. 2 : Langres, fragment de modillon

Fig. 2 : Langres, fragment de modillon

H. totale : 17,5 cm ; H. du modillon : 13 cm ; L. totale : 21 cm. L. du modillon : 17,4 cm ; p. cons. 18,5 cm.

(cliché A. Vaillant)

10Au-dessus des vestiges d’une moulure non identifiable, le fragment conserve un filet lisse et un modillon en console, dont le profil en doucine devait être enrichi par un balustre terminal. Les flancs sont lisses et la partie antérieure est ornée d’une feuille d’acanthe qui épouse le mouvement du modillon. La feuille est structurée par une côte axiale plate. Les six folioles conservées répartissent trois ou quatre digitations lancéolées autour d’une concavité souple qui se resserre à la base. La digitation intérieure chevauche nettement la foliole adjacente. Les zones d’ombre verticales revêtent la forme de longues gouttes.

  • 19 Maligorne 2021, p. 246, fig. 19.

11Un fragment du filet lisse de couronnement est conservé. À droite, figure une courte portion de plage verticale lisse : cet élément interdit d’interpréter le bloc comme une simple console, comme on en connaît à Carthage (thermes d’Antonin) et à Dougga (forum)19.

(YM)

2.3 Fragment de couronnement no 252 (fig. 3)

Fig. 3 : Langres, fragment de couronnement orné d’un anthémion

Fig. 3 : Langres, fragment de couronnement orné d’un anthémion

H. 17,9 cm ; H. du bandeau : 7 cm ; L. : 25,6 cm ; p. : 7 cm.

(cliché A. Vaillant)

12Les lits d’attente et de pose sont conservés ; en parement, on observe un bandeau sommital et un talon (dont la partie convexe dépasse le nu du bandeau) orné d’un anthémion. Le motif de liaison est bûché ; on reconnaît cependant à droite une longue feuille dentelée, dont l’extrémité passe dans un bandeau de serrage et s’enroule en volute pour encadrer, avec le motif symétrique, un motif ascendant qui revêt la forme d’une palmette à sept feuilles.

(YM)

2.4 Fragment de corniche nº 254 (fig. 4)

Fig. 4 : Langres, fragment de corniche

Fig. 4 : Langres, fragment de corniche

H. : 13,6 cm (complète) ; L. : 25,9 cm ; p. au lit de pose : 9,5 cm ; au lit d’attente : 20 cm.

(cliché A. Vaillant)

13Les lits de pose et d’attente sont conservés. La modénature comporte, au-dessus d’un mince listel, un astragale de perles et pirouettes et une doucine ornée de rais-de-cœur inversés, un mince listel couronnant le bloc. Les perles sont allongées et reliées par un fil à des pirouettes en petit chapeau. Les rais-de-cœur sont végétalisés, les feuilles présentant une bordure découpée. Le profond sillon qui les démembre est meublé à la base d’une feuille lancéolée. Le motif ascendant est très mal conservé : un fleuron est visible à la base, au-dessus duquel on devine les vestiges d’un calice bifide.

  • 20 Pensabene 1989, pl. II, 2 ; Ferchiou 1989, fig. 2.
  • 21 Le fragment 80-125, exposé au musée de Byrsa, provient de la basilique judiciaire : Gros 1985, p.  (...)
  • 22 Gros 1978, p. 463 ; Ferchiou 1989, fig. 2, 5-9, pour des exemples empruntés à plusieurs sites.
  • 23 Gros 1985, p. 89, fig. 110 (frag. 79-272)

14Les fragments 251 et 253 rencontrent des parallèles précis dans le décor marmoréen des monuments carthaginois d’époque antonine. La forme du modillon comme la feuille qui en habille la face antérieure relèvent de types largement attestés, tant aux thermes d’Antonin20 que dans les monuments de la colline de Byrsa21 : la concavité des folioles se resserrant à la base, le chevauchement d’une digitation sur la foliole contiguë, l’interruption nette des sillons engendrés par la concavité des folioles supérieures constituent autant de caractères significatifs. La corona profilée en cavet orné de godrons est très fréquente sur les corniches de Proconsulaire durant la deuxième moitié du iie s.22 et le fragment 251 connaît un parallèle exact – décor de la corona, mais aussi typologie du fleuron, encadrement lisse du caisson et type du rai-de-cœur de couronnement des modillons – dans le décor de la basilique de Byrsa (fig. 5)23.

Fig. 5 : Carthage, fragment de corniche provenant de la basilique de Byrsa

Fig. 5 : Carthage, fragment de corniche provenant de la basilique de Byrsa

Musée de Byrsa, Inv. 80-125

(cliché Y. Maligorne)

  • 24 Sur cette composition, voir Ferchiou 1989, p. 116-125 ; Gros 1985, p. 108-109.
  • 25 Pour les thermes d’Antonin, voir Lézine 1968, fig. 19, p. 40 ; pour la basilique de Byrsa, voir Gr (...)

15Sur l’anthémion du fragment 252, le fait que la feuille de liaison occupe toute la hauteur de la moulure et ne soit pas cantonnée à sa partie inférieure prouve que la composition, si fragmentaire qu’elle soit, ne relève pas du type si fréquent en Proconsulaire du rinceau rythmique interrompu, associant feuilles acanthisées, bouquets et demi-palmettes24, mais se range dans la catégorie des rinceaux rythmiques continus, dont les bouquets alternativement ascendants et tombants sont reliés par des feuilles en S. La composition est ici trop fragmentaire pour se laisser dater avec précision, mais on remarquera que les monuments d’époque antonine présentent des décors voisins, en particulier en couronnement d’architrave25.

  • 26 Leon 1971, p. 271, Perlstab type F : «  Perlen oval, Zwischenglieder hütchenförmig  ».
  • 27 Lézine 1968, photo 43.

16Sur la corniche 254, en revanche, le motif de perles et pirouettes s’inscrit dans des modèles d’origine flavienne, dont nous n’avons pu retrouver l’emploi sur les monuments antonins : les pirouettes recourent à un schéma en « petit chapeau » caractéristique26. Les rais-de-cœur dont les feuilles découpées alternent avec un calice monté sur une fleur rencontrent un parallèle sur une corniche du parc archéologique des thermes (fig. 6), mais la parenté se limite à la typologie, tant le modelé est différent27.

Fig. 6 : Carthage, bloc de corniche conservé dans le parc archéologique des thermes de Neptune

Fig. 6 : Carthage, bloc de corniche conservé dans le parc archéologique des thermes de Neptune

(cliché Y. Maligorne)

  • 28 Ennabli 2020, p. 199-200.
  • 29 Ennabli 2020, p. 284 et 287-288. Pour les fouilles de Davis, voir Freed 2011, en particulier p. 73 (...)

17Les parallèles invoqués conduisent à attribuer trois des fragments conservés à Langres (nos 251, 252, 253) à l’un des complexes carthaginois érigés ou agrandis sous le règne d’Antonin le Pieux ou celui de Marc Aurèle, durant lequel sont dédicacés les thermes. La colonie est alors l’objet de vastes programmes édilitaires, qui affectent entre autres la colline de Byrsa et le théâtre. Mais la brève mention d’un « temple de Neptune dont une partie s’est écroulée dans la mer » conduit à privilégier les thermes d’Antonin, dont la situation littorale – A. Ennabli le rappelle dans un bilan récent des fouilles de Carthage – a facilité la récupération des matériaux pondéreux28. Précisions qu’un prétendu temple de Neptune – peut-être un château d’eau monumental – a été dégagé par le révérend Nathan Davis en 1856-1859, au lieu-dit El Golla, au sud du cirque29 ; les fouilles et la dénomination du site sont postérieures à l’entrée des fragments d’architecture au musée de Langres, ce qui, joint à une localisation à près de 800 m du littoral, suffit à écarter cette provenance.

  • 30 H.t. : 11,5 cm ; H. du bandeau : 5,2 cm ; L. : 29 cm ; p. cons. : 8,2 cm. Pour le temple et son dé (...)
  • 31 Rumscheid 1994, II, pl. 78, 3-4 (137.4)

18Passons rapidement sur le fragment provenant du temple d’Artémis Leukophryène à Magnésie du Méandre, érigé à partir de la toute fin du iiie s. av. n.è. (fig. 7)30. Sculpté dans un marbre gris, il conserve son lit d’attente. Il associe un bandeau à la plus grande partie d’un talon orné d’un rai-de-cœur en étrier très simple. Les arcs trilobés présentent une section rectiligne et sont meublés par de larges feuilles lancéolées aux côtés fortement curvilignes ; de part et d’autre de sa nervure axiale, la feuille présente un limbe concave. Entre les arcs, s’élèvent des calices bifides très simples. Ce fragment provient de l’abaque d’un chapiteau ionique31.

Fig. 7 : Langres, fragment d’abaque de chapiteau ionique

Fig. 7 : Langres, fragment d’abaque de chapiteau ionique

(cliché A. Vaillant)

(YM)

3. Le fragment de sculpture (fig. 8-10)

Fig. 8 : Langres, fragment de statue masculine, vue de face

Fig. 8 : Langres, fragment de statue masculine, vue de face

H. : 49,5 cm ; H. de la plinthe 8,5 cm ; l. : 46 cm ; p. : 21,5 cm.

(cliché A. Vaillant)

19Cette sculpture en marbre blanc n’a conservé que la partie inférieure de la jambe gauche, nue, d’un personnage masculin dont les dimensions correspondent aux deux tiers de la taille naturelle. Le pied repose sur un socle à la surface piquetée, de plan quadrangulaire, et est flanqué d’une gerbe de blé verticale reposant sur une base de plan trapézoïdal.

20La jambe est sectionnée en oblique en dessous du genou ; la plinthe présente quelques cassures et l’extrémité des orteils est éraflée. Des épaufrures ainsi que des impacts endommagent le tibia, l’épaisseur de la plinthe et certains épis. La face antérieure du bloc conserve, sur la plinthe et sous la gerbe, des plages parfaitement lisses, résultat d’un processus de sciage ayant débité le bloc initial ; des plages identiques sont conservées sur la face latérale droite, où les grands volumes sont simplement délimités par des ciselures (fig. 9), tandis que la face arrière est grossièrement épannelée (fig. 10). Sur la face extérieure du pilier, le cordon enserrant la botte de blé est délimité par des rainures réalisées au ciseau et à la pointe, comme pour la jonction entre la base et la botte, séparant trois registres à la surface ravalée. Les deux registres inférieurs présentent des traces de corrosion et de piquetage. Un tenon de section carrée marque le sommet de la gerbe de blé et indique que la sculpture était faite au minimum de deux blocs, qui devaient atteindre au total une hauteur d’environ 1,30 m.

Fig. 9 : Langres, fragment de statue masculine, vue du côté droit

Fig. 9 : Langres, fragment de statue masculine, vue du côté droit

(cliché A. Vaillant)

Fig. 10 : Langres, fragment de statue masculine, vue du revers

Fig. 10 : Langres, fragment de statue masculine, vue du revers

(cliché A. Vaillant)

21Un canal creusé au trépan sépare la jambe de la botte de céréales, et d’autres canaux à fond lisse et à bords vifs délimitent les orteils. La face interne de la botte est peu travaillée et laissée dégrossie au ciseau, tandis que les épis sont striés à la pointe.

22Sur la plinthe, une forme arrachée révèle que le pied droit reposait non loin du pied gauche et qu’il était légèrement chassé vers l’extérieur, indiquant que le poids du corps était en appui sur la jambe gauche. Le mollet est flanqué d’une haute botte d’épis de blé bien rangés, resserrée en son centre par un épais cordon et reposant sur une base dont la face interne accueille un bossage rappelant la masse rocheuse. Le mollet nu présente des volumes assez bien définis, la malléole et de l’os du tibia sont traités attentivement. Le mode d’exécution du pied est cependant plus rudimentaire car les orteils ne sont séparés que d’un sillon.

  • 32 Saumagne 1941, p. 252-263, fig. 3a-b ; Leglay 1961b, p. 235-236, n°  4.
  • 33 Voir l’étude de M. Leglay (1961a).
  • 34 Statuette en marbre d’époque impériale, coiffée du modius et vêtue d’une tunique tombant sous les (...)
  • 35 Un des types statuaires représente le dieu debout, nu, seulement voilé sur la tête et les épaules (...)

23La présence de la gerbe de céréales, symbole de bienfaits matériels, invite à identifier le personnage comme une divinité en lien avec l’agriculture et l’abondance. Les épis de blé sont habituellement portés en couronne ou comme attribut dans la main des divinités chtoniennes, protectrices des cultures, alors que la présence d’une brassée de céréales posée verticalement est bien moins fréquente. Cette gerbe se retrouve dans le registre inférieur de certaines stèles dédiées à Saturne, en Tunisie centrale ainsi que dans la région Béja-Le Kef, comme l’illustre un ex-voto de Ksar-Toual-Zammeul32, accueillant une grande gerbe d’épis de blés, gonflés et éclatant de grains. Le « Saturne africain », une divinité syncrétique ayant fusionné Baal Hammon, la divinité centrale carthaginoise d’origine sémitique, avec le dieu romain33, protège les champs de blé et est considéré comme le maître de la terre féconde, donnant à la brassée de céréales décorant les stèles une valeur de symbole ou d’offrande au deus Frugifer. En ronde-bosse, une statuette de Saturne-Baal34 figure le dieu accompagné d’une gerbe de céréales posée à terre, comme le présente le document de Langres. Saturne apparaît donc comme une hypothèse intéressante pour identifier le personnage sculpté ; la position de ce dernier ainsi que la nudité de son mollet pourraient également correspondre à un des types statuaires connus figurant la grande divinité romano-africaine35. L’aspect très fragmentaire du document ne permet toutefois pas de l’identifier comme Saturne avec certitude et d’autres possibilités ne peuvent pas être exclues, telles qu’un personnage saisonnier ou encore un genius.

24Les techniques d’exécution, notamment la cernure entre les plans, autorisent à dater cette statue vers la fin du iie siècle voire le début du iiie siècle.

(CD)

Haut de page

Bibliographie

Anonyme 1843, « Les Marbres de Magnésie et de Thessalonique », L’Illustration, journal universel, I, 19, samedi 8 juillet 1843, p. 1.
https://www.gutenberg.org/files/38042/38042-h/38042-h.htm

Aubert F. (Baron Colonel) 1845, Note relative aux fragments de Marbre envoyés par mr. le Colonel de Villenoisy et arrivés à Langres le 9 février 1845, Langres, le 12 février 1845, n. p., coll. Musées de Langres.

Beschaouch A. 1993, La légende de Carthage, Paris (Découvertes Gallimard Archéologie 172).

Brocard H. 1861, Catalogue du musée fondé et administré par la Société Historique et Archéologique de Langres, Langres.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6462713g.texteImage

Brocard H. 1873, Catalogue du musée fondé et administré par la Société Historique et Archéologique de Langres, Langres.

Brocard H. 1886, Catalogue du musée fondé et administré par la Société Historique et Archéologique de Langres, Langres.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6275820p.texteImage

Chaisemartin N. de 1987, Les sculptures romaines de Sousse et des sites environnants. Hergla, Henchir Zembra, Sidi Bou Ali, Chott Maria, Aïn Gassa, El Kenissia, Sidi el Hani, Ksiba, Kedime, Knaiss, Lemta, Ras Dimas, Rome (CEFR 102).
https://www.persee.fr/issue/efr_0000-0000_1987_mon_102_1

Ennabli A. 2020, Carthage. « Les travaux et les jours ». Recherches et découvertes (1831-2016), Paris (Études d’Antiquités africaines 43).

Ferchiou N. 1989, « Répertoire décoratif de l’Afrique Proconsulaire : deux thèmes répandus sur la côte, leur évolution et leur diffusion », AntAfr 15, p. 115-133.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1989_num_25_1_1158

Freed J. 2011, Bringing Carthage Home. The Excavations of Nathan Davis 1856-1859, Oxford & Oakville (Ontario) (University of British Columbia Studies in the Ancient World, 2).

Gauckler P., Poinssot L., 1907, Catalogue du musée Alaoui, suppl., Paris (Description de l’Afrique du Nord. Catalogue des Musées et Collections Archéologiques de l’Algérie et de la Tunisie).
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6430209d/f9.item

Gros P. 1978, « Entablements modillonnaires d’Afrique au IIe s. apr. J.-C. À propos de la corniche des temples du forum de Rougga) », MDAI (R) 85, 1978, p. 459-476, avec pl. 148-152.

Gros P. 1985, Byrsa III. Mission archéologique française à Carthage. Rapport sur les fouilles de 1977 à 1980 : la basilique orientale et ses abords, Roma (CEFR 41).
https://www.persee.fr/issue/efr_0000-0000_1985_arc_41_3

Guéniot G. 2003, « Rue Aubert », dans Le Haut du pavé, Langres à travers ses rues, Langres, p. 43.

Hamiaux M. 1988, « Les éléments d’architecture de Magnésie du Méandre conservés au Musée du Louvre », RA n. s., 1, p. 83-108

Horme de l’E. 1871-1945, « Petitjean », dans Notes généalogiques du Baron de l’Horme, 8, n. p., 1871-1945, Archives Départementales de la Haute-Marne, 22J1.
http://archives.haute-marne.fr/viewer/series/J/22J/PETITJEAN

Landriau M. (Lt de Vaisseau) 1922, L’escadre de l’amiral Lalande (1839-1840), monographie imprimée de l’École supérieure navale de Paris, 60 p., conservée à l’École navale de Brest 2016-264197.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97604224.texteImage

Le Glay, M. 1961a, Saturne africain. Histoire, Paris (BEFAR 205).

Leglay, M. 1961b, Saturne africain. Monuments, I, Paris.

Leon C., 1971, Die Bauornamentik des Trajansforums und ihre Stellung in der früh- und mittelkaiserzeitlichen Architekturdekoration Roms, Wien, Köln, Graz (Publikationen des Österreiches Kulturinstituts in Rom 4).

Lézine A. 1968, Carthage-Utique. Études d’architecture et d’urbanisme, Paris.

Maligorne Y. 2021, « Entre compétition monumentale et respect des normes : la contribution du décor architectonique à l’image urbaine de Dougga », dans L. Ben Abid, F. Prados Martinez, M. Grira (éd.), De Carthage à Carthagène. Bâtir en Afrique et en Hispanie durant l’Antiquité, Alicante (Publicaciones INAPH Petracos 4), p. 225-249.
https://inaph.ua.es/es/petracos/documentos/petracos-4.pdf

Merlin A. 1908, Le temple d’Apollon à Bulla Regia, Paris (Notes et documents 1).

Péchin-d’Autebois É. 1845, « Séance du 20 Février 1845 », dans Registre des délibérations de la Société Historique et Archéologique de Langres, T. I, manuscrit conservé à la bibliothèque de la Société Historique et Archéologique de Langres, p. 58-59.

Péchin-d’Autebois É. 1847, « État des diverses collections composant le musée fondé par la Société Historique et Archéologique de Langres », Mémoires de la Société Historique et Archéologique de Langres, I, p. XVII.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57914834/f18.item.zoom

Pensabene P.1989: « Architettura e decorazione architettonica nell’Africa romana: osservazioni », dans L’Africa romana VI 1989, p. 431-458.
http://eprints.uniss.it/3218/1/Mastino_A_AttiCongresso_1989_Africa%5BV2%5D.pdf

Royer C. 1902, Catalogue du musée fondé et administré par la Société Historique et Archéologique de Langres, Langres.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6228387p.texteImage

Rumscheid F. 1994, Untersuchungen zur Kleinasiatischen Bauornamentik des Hellenismus, I-II, Mainz (Beiträge zur Erschlieβung hellenistischer und kaiserzeitlicher Skulptur und Architektur 14).

Saumagne Ch. 1941, « Zama Regia », RT, p. 235-269.

Haut de page

Notes

1 Péchin-d’Autebois 1845, p. 58-59.

2 Aubert 1845, n. p.La note est suivie de la copie d’un premier courrier rédigé à Toulon le 14 janvier 1845 de Villenoisy à Aubert et l’extrait d’un second daté du 30 janvier 1845, enfin de la liste désignant les objets envoyés par Villenoisy, liste tout à fait conforme à celle présente dans les registres de délibérations de la SHAL (cf. note précédente).

3 Péchin-d’Autebois 1845, p. 58-59.

4 Péchin-d’Autebois 1847, p. XVII.

5 Brocard 1861, p. 37.

6 Brocard 1873, p. 53; 1886, p. 53.

7 Royer 1902.

8 Guéniot 2003, p. 43.

9 Horme 1871-1945, n. p.

10 Péchin-d’Autebois, 1845, p. 58.

11 Landriau 1922, p. 27-30.

12 Beschaouch 1993, p. 42. Voir aussi infra, n. 28.

13 Le caractère laconique de cette mention et le nom très commun de ce personnage nous interdisent d’en savoir plus à son sujet.

14 Aubert 1845, n. p.

15 Aubert 1845, n. p.

16 Péchin-d’Autebois 1845, p. 59.

17 Anonyme 1843, p. 1.

18 Hamiaux 1988, p. 83-108.

19 Maligorne 2021, p. 246, fig. 19.

20 Pensabene 1989, pl. II, 2 ; Ferchiou 1989, fig. 2.

21 Le fragment 80-125, exposé au musée de Byrsa, provient de la basilique judiciaire : Gros 1985, p. 90 (sans illustration).

22 Gros 1978, p. 463 ; Ferchiou 1989, fig. 2, 5-9, pour des exemples empruntés à plusieurs sites.

23 Gros 1985, p. 89, fig. 110 (frag. 79-272)

24 Sur cette composition, voir Ferchiou 1989, p. 116-125 ; Gros 1985, p. 108-109.

25 Pour les thermes d’Antonin, voir Lézine 1968, fig. 19, p. 40 ; pour la basilique de Byrsa, voir Gros 1985, p. 85, fig. 102 ; p. 105, fig. 133.

26 Leon 1971, p. 271, Perlstab type F : «  Perlen oval, Zwischenglieder hütchenförmig  ».

27 Lézine 1968, photo 43.

28 Ennabli 2020, p. 199-200.

29 Ennabli 2020, p. 284 et 287-288. Pour les fouilles de Davis, voir Freed 2011, en particulier p. 73 et 195-197. Je remercie Mme Véronique Brouquier-Reddé (CNRS) de m’avoir signalé ce site.

30 H.t. : 11,5 cm ; H. du bandeau : 5,2 cm ; L. : 29 cm ; p. cons. : 8,2 cm. Pour le temple et son décor, voir Hamiaux 1988, avec bibliographie antérieure, et l’importante contribution de F. Rumscheid (1994, I, p. 25-26 et 198-214 ; II, pl. 78-85).

31 Rumscheid 1994, II, pl. 78, 3-4 (137.4)

32 Saumagne 1941, p. 252-263, fig. 3a-b ; Leglay 1961b, p. 235-236, n°  4.

33 Voir l’étude de M. Leglay (1961a).

34 Statuette en marbre d’époque impériale, coiffée du modius et vêtue d’une tunique tombant sous les genoux ainsi que d’un large manteau, la main droite tenant une patère et reposant sur une brassée d’épis de blé posée sur la plinthe. H. : 18,5 cm, Barakat Gallery, Californie, noinv. X. 0502, https://store.barakatgallery.com/product/marble-sculpture-of-saturn-baal/.

35 Un des types statuaires représente le dieu debout, nu, seulement voilé sur la tête et les épaules comme nous l’illustre le Saturne de Sousse (Chaisemartin 1987, no7, p. 18-20), ou encore torse nu, la tête et les hanches drapées, comme à Bulla Regia dans le temple d’Apollon (Merlin 1908, p. 12-13, pl. IV, 1 ; Gauckler, Poinssot 1907, C. 1016). Voir également LeGlay 1961a, p. 499-502.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Langres, fragment de larmier
Légende À gauche, la corona ornée de godrons. H. : 17,5 cm ; L. : 22 cm ; p. : 38,6 cm ; diam. du fleuron : 17,5 cm.
Crédits (cliché A. Vaillant)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4459/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Titre Fig. 2 : Langres, fragment de modillon
Légende H. totale : 17,5 cm ; H. du modillon : 13 cm ; L. totale : 21 cm. L. du modillon : 17,4 cm ; p. cons. 18,5 cm.
Crédits (cliché A. Vaillant)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4459/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Fig. 3 : Langres, fragment de couronnement orné d’un anthémion
Légende H. 17,9 cm ; H. du bandeau : 7 cm ; L. : 25,6 cm ; p. : 7 cm.
Crédits (cliché A. Vaillant)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4459/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Titre Fig. 4 : Langres, fragment de corniche
Légende H. : 13,6 cm (complète) ; L. : 25,9 cm ; p. au lit de pose : 9,5 cm ; au lit d’attente : 20 cm.
Crédits (cliché A. Vaillant)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4459/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 606k
Titre Fig. 5 : Carthage, fragment de corniche provenant de la basilique de Byrsa
Légende Musée de Byrsa, Inv. 80-125
Crédits (cliché Y. Maligorne)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4459/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 6 : Carthage, bloc de corniche conservé dans le parc archéologique des thermes de Neptune
Crédits (cliché Y. Maligorne)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4459/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 610k
Titre Fig. 7 : Langres, fragment d’abaque de chapiteau ionique
Crédits (cliché A. Vaillant)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4459/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Titre Fig. 8 : Langres, fragment de statue masculine, vue de face
Légende H. : 49,5 cm ; H. de la plinthe 8,5 cm ; l. : 46 cm ; p. : 21,5 cm.
Crédits (cliché A. Vaillant)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4459/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 486k
Titre Fig. 9 : Langres, fragment de statue masculine, vue du côté droit
Crédits (cliché A. Vaillant)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4459/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 979k
Titre Fig. 10 : Langres, fragment de statue masculine, vue du revers
Crédits (cliché A. Vaillant)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4459/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yvan Maligorne, Arnaud Vaillant et Chloé Damay, « Note sur cinq éléments de marbre provenant de Carthage conservés au Musée d’art et d’histoire de Langres (Haute-Marne) »Antiquités africaines, 57 | 2021, 155-162.

Référence électronique

Yvan Maligorne, Arnaud Vaillant et Chloé Damay, « Note sur cinq éléments de marbre provenant de Carthage conservés au Musée d’art et d’histoire de Langres (Haute-Marne) »Antiquités africaines [En ligne], 57 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 04 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/antafr/4459 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.4459

Haut de page

Auteurs

Yvan Maligorne

Université de Bretagne occidentale, Crbc, UMS 3554

Université de Bretagne occidentale, Crbc, UMS 3554

Articles du même auteur

Arnaud Vaillant

Régisseur des collections, Musées de Langres

Chloé Damay

Doctorante, Université Rennes 2, UMR 6566 Creaah

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search