Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57L’atelier de Vicus Gemellae : mot...

L’atelier de Vicus Gemellae : motifs, styles décoratifs et guillochis

Mongi Nasr
p. 169-192

Résumés

Il est actuellement admis que Sidi Aïch est de loin le plus important des ateliers de céramique dits « continentaux », tant au niveau de la production et sa diversification qu’au niveau de l’aire de diffusion de ses produits. Nos investigations sur cet atelier, entamées il y a déjà trois décennies, ont abouti, entre autres, à l’édification de typologies et de catalogues propres aux différentes productions, notamment la vaisselle de table, la céramique culinaire, les lampes et la décoration (motifs, styles décoratifs et guillochis). Cette dernière, sujet de la présente communication, quoiqu’elle imite celle des productions « classiques », s’en démarque par un certain nombre de traits distinctifs comme la taille des motifs et leur disposition et l’originalité de quelques styles décoratifs. Ces caractéristiques esthétiques et techniques rendent les produits de cet atelier aisément reconnaissables. Chronologiquement, cette décoration se répand durant la phase de l’apogée de la production située au cours des ive et ve siècles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’atelier de Sidi Aïch a été le premier du genre à avoir été signalé en Tunisie et non celui d’Oud (...)
  • 2 Notre site couvre 26,466 hectares.
  • 3 Sidi Aïch est à environ 36 km à vol d’oiseau au nord-ouest de Gafsa.
  • 4 Salama 1951.
  • 5 Cf. le plan jusque-là du site avec emplacement des dépotoirs et des fours (Nasr 2005, p. 82, fig.  (...)

1Abrité du côté nord par le Djebel du même nom (fig. 1), le site de Sidi Aïch1, supposé être l’antique Vicus Gemellae2, domine une vaste plaine limitée au sud par la chaîne de Gafsa3 (fig. 3), à l’est par le large seuil de Sened et à l’ouest par les collines qui bordent le plateau de Msila. Cette plaine était, autrefois, sillonnée par de nombreuses voies romaines, dont Capsa-Tacape, Capsa-Hadrumetum et Capsa-Taparura4. Peu de vestiges sont visibles. Les plus remarquables sont les deux mausolées (fig. 2) et les collines distinctes (fig. 1) formées uniquement de cendres, de ratés de fourset de fragments de céramiques de toutes catégories, notamment de la sigillée africaine. Tous ces éléments dénotent l’existence d’un ou de plusieurs ateliersde céramiques, réalité déjà confirmée par les vestiges des trois fours facilement reconnaissables5.

Fig. 1 : Sidi Aïch. Montagne, colline de rebuts de céramique et traces de four

Fig. 1 : Sidi Aïch. Montagne, colline de rebuts de céramique et traces de four

(cliché M. Nasr)

Fig. 2 : Sidi Aïch. Les deux mausolées dominant la plaine

Fig. 2 : Sidi Aïch. Les deux mausolées dominant la plaine

(cliché M. Nasr)

Fig. 3 : Carte des ateliers de céramique en Byzacène du Sud-Ouest

Fig. 3 : Carte des ateliers de céramique en Byzacène du Sud-Ouest

(dessin M. Nasr)

1. L’atelier

  • 6 Cagnat 1888.
  • 7 Guérin 1862, p. 90-296 ; Tissot 1884, p. 674 ; Privé 1895, p. 112-113.
  • 8 Toussaint 1904 ; Bodereau 1907, p. 73-77.
  • 9 Stern 1968.
  • 10 Pour ceux de Sidi Aïch, voir le catalogue fig. 11-12.
  • 11 Concernant ce sujet cf. Hayes 1972, p. 14 ; Atlante I 1981, p. 122-124 ; Tortorella 1987, p. 291-2 (...)
  • 12 Mackensen 1998a.
  • 13 Dans ce sens voir entre autres Février 1963, p. 134 et Salomonson 1971.

2L’atelier de Sidi Aïch, le premier de son genre à être signalé en Tunisie, avait fait l’objet d’une communication publiée par R. Cagnat en 18886. Ensuite, les descriptions ou les allusions aux dépotoirs de Sidi Aïch s’étaient succédées dans les communications des militaires français de la fin du xixes.7et du début du xxe s.8. La première étude analytique consacrée à ce site remonte à la fin des années 1960, quand M. Stern avait envisagé un travail comparatif du matériel ramassé en automne 1966 des dépotoirs des ateliers de Henchir es-Srira (es-Khira) et de ceux de Sidi Aïch9. Cet effort pionnier n’a pas établi des définitions des caractéristiques techniques des produits de cet atelier ni des typologies propres à chaque catégorie de production. Malgré la place limitée qu’elle occupe, la décoration reste un trait distinctif de ce type de céramique. Effectivement, le potier africain a eu recours à des techniques diverses dont les plus importantes sont celles du moulage, de la barbotine, du relief d’applique, de l’incision, de guillochis10 et surtout de l’estampage11. À côté de cette grande diversité technique, l’évolution stylistique et thématique repérée par les spécialistes offre des possibilités multiples aux archéologues soucieux de situer leurs trouvailles aussi bien dans le temps que dans l’espace12. En effet, un simple fragment décoré autorise, parfois, à avancer des hypothèses chronologiques et géographiques13.

  • 14 S. Tortorella (Atlante I 1981, p. 122-123) a essayé d’esquisser les grands traits de la genèse de (...)
  • 15 Saguì 1980, p. 513.
  • 16 Hayes 1972, p. 217-218.
  • 17 Hayes 1972 ; Atlante I 1981, p. 123 ; voir aussi Salomonson 1968.
  • 18 Hayes 1972, p. 218.
  • 19 Hayes 1972 ; aussi, Atlante I 1981, p. 123-124.

3L’estampage, trait caractéristique principal de la sigillée africaine, est rarement attesté au cours des phases A, A/D et la première phase de la production C (C1 et C2)14. En effet, cette technique devient courante à partir du ive siècle, caractérisant une série de formes produites en sigillée africaine D, C tardive (C3 et C5) et E15. Les changements relatifs à l’emplacement et au choix des motifs permettent de déceler la succession de plusieurs étapes d’une évolution stylistique, thématique et chronologique16. Ainsi, on peut distinguer, d’après Salomonson et Hayes17, trois phases principales. La première se caractérise par la prédominance des motifs géométriques et végétaux dont les plus communs sont les palmes disposées en étoiles autour de la partie centrale du fond ; elles sont encadrées par une série de rosettes ou de cercles. La deuxième phase est marquée par l’apparition des motifs animaliers et des symboles chrétiens, qui sont disposés en bandes autour de la partie centrale du fond qui reste libre ou, parfois, est occupée par un seul motif. La dernière phase se distingue par l’usage de croix richement gemmées, de figures humaines et d’animaux divers18. En se basant sur ces trois phases, J.W. Hayes propose de classer les motifs estampés en cinq styles dont certains peuvent être, à leur tour, subdivisés19.

  • 20 Je tiens à remercier mon collègue Michel Bonifay de m’avoir bénéficié de ses suggestions concernan (...)

4En partant de ce schéma général, on a essayé d’identifier et de classer le matériel décoratif de Sidi Aïch, peu exhaustif, il faut l’avouer (75 tessons)20 (fig. 4-5), et à caractère ­fragmentaire.

5En effet, cible facile et préférée des prédateurs, les fragments comportant des motifs sont généralement rares en surface des sites et exigent un effort énorme pour les repérer ; leur taille parfois infime rend toute tentative d’identification et de reconstitution de l’ensemble du motif et de sa disposition initiale une entreprise aléatoire.

  • 21 Appelé par l’auteur « cachet en terre cuite » (Cagnat 1888, p. 473) ; une étude collective a été, (...)

6Le seul outil de travail se rapportant au décor découvert à Sidi Aïch, jusqu’à présent, a été signalé par Cagnat dans le cadre d’un inventaire de quatre objets provenant de ce site, dont trois fragments de fonds internes décorés en estampage et un poinçon à forme conique21.

  • 22 Toutes les illustrations (photos, carte et dessins) sont l’œuvre de l’auteur.
  • 23 Hayes 1972, p. 217-283. Sauf exception mentionnée, et dans l’attente d’une chronologie intrinsèque (...)
  • 24 Nasr 2005, II, p. 480-483 ; Nasr à paraître 2.
  • 25 Je saisis cette occasion pour remercier mon ami et collègue Mondher Brahmi, inspecteur régional du (...)
  • 26 Nasr 2005, III, pl. XIII-XLI ; 2019, fig. 6-7 ; Nasr à paraître 2, fig. 3 et 5.

7Ceci dit, nous avons dressé en premier lieu un catalogue22 et en second une typologie stylistique des motifs décoratifs de l’atelier de Vicus Gemellae, en nous référant dans la mesure du possible aux principales étapes établies par Hayes23 concernant les productions dites « classiques » de la sigillée africaine. Vu l’importance du phénomène de l’imitation24, cette démarche nous permet, au moins provisoirement en attendant les résultats de l’étude en cours du matériel provenant du premier sondage effectué en 2015 sur ce site25, d’établir une corrélation entre certaines formes (fig. 10) et les styles décoratifs de Sidi Aïch (tab. 1)26.

8Dans le même but, nous avons tenté, avec les quelques fragments disponibles, un rapprochement entre les types de pieds et ces styles décoratifs (fig. 9). Mais leur nombre infime n’autorise aucune déduction.

2. Les styles

  • 27 En fait, ils sont six principaux styles (I-VI) plus un transitoire (hybride) dénommé IV/V dont les (...)
  • 28 Vu l’état souvent très fragmentaire des motifs décoratifs sujet de la présente étude, on s’est abs (...)

9De toute façon, l’examen attentif des soixante-quinze motifs nous a permis de déceler les sept grands27 styles suivants28  :

Style I

10Se caractérise par une série de motifs disposés autour d’un centre généralement laissé libre.

11I.1 (fig.4) : motifs végétaux : palmettes

Fig. 4 : Sidi Aïch. Sigillée africaine.

Fig. 4 : Sidi Aïch. Sigillée africaine.

Styles décoratifs.

(dessins et clichés M. Nasr)

12Ce style se caractérise par une série de palmettes dont les queues sont orientées vers le centre du récipient en disposition d’étoile et occupent la partie centrale de ce dernier ; ces palmettes (types 1-5, 8-18, fig. 8) alternent, souvent, avec des motifs géométriques : cercles – simples (type 34, 32, 38, fig. 8), concentriques (type 33), dentés (type 47, 50, 52, fig. 8) ou globuleux-grillagés (type 43, 57.1, fig. 8) –, rosaces (type 51, 53, fig. 8) et carrés grillagés globuleux (type 58, fig. 8).

13I.2 (fig.5) : motifs non végétaux : géométriques ou autres (fig. 8)

Fig. 5 : Sidi Aïch. Sigillée africaine

Fig. 5 : Sidi Aïch. Sigillée africaine

Styles décoratifs.

(dessins et clichés M. Nasr)

14I.2.1 : motif singulier répétitif : cercles simples (types : 31, 33 ( ?), 35, 36.1 et 39 ( ?), fig. 8), double cercle à frange globuleuse (type 41, fig. 8), triple cercle globuleux à frange dentée (type 45, fig. 6 et croix monogrammatique (type 70, fig. 9).

15I.2.2 : motif disposé en groupe de trois : cercles simples de types 34.2 et 37 (fig. 8).

16I.3 (fig.5) : se caractérise par une ornementation qui occupe toute la partie centrale du récipient et qui consiste en un motif singulier répétitif rayonnant autour d’un autre du même type, mais de taille plus grande (planta pedis type 59, fig. 8).

  • 29 Hayes 1972, p. 217-222.
  • 30 Atlante I 1981, p. 122-124.

17Les caractéristiques techniques et stylistiques de ce style I et de ces différents sous-groupes rappellent à la fois celles des styles Hayes A(ii), A(iii), B et C29 qui caractérisent une série de formes produites en sigillée africaine D1, D2, C3 et E30 (tab. 1).

18Datation: 350-470 (Hayes).

Style II (fig. 5)

19Se caractérise par une série de motifs végétaux et géométriques cernés de l’extérieur comme de l’intérieur par des sillons concentriques. Ces motifs rayonnent autour d’une partie centrale soigneusement délimitée et réservée. On peut déceler les sous-groupes suivants :

20II.1 : se distingue par l’alternance d’un motif végétal (palmette type 19, fig. 8) avec un motif géométrique (cercle grillagé globuleux de type 57.2, fig. 8).

21II.2 : se caractérise par l’utilisation d’un motif singulier répétitif végétal (palmettes types 20 et 21 ( ?), fig. 8), géométrique (cercles à franges dentées types 40 et 46, fig. 8) ou cruciforme (croix type 71, fig. 9).

  • 31 Hayes 1972, p. 217-222.
  • 32 Atlante I 1981, p. 123-124.

22Les caractéristiques techniques et stylistiques de ces deux styles (I-II) et de leurs sous-groupes rappellent, à la fois celles des styles Hayes A(ii), A(iii), B et C31 qui caractérisent une série de formes produites en sigillée africaine D1, D2, C3 et E32 (tab. 1).

23Datation : 350-470.

Style III (fig. 6)

Fig. 6 : Sidi Aïch. Sigillée africaine

Fig. 6 : Sidi Aïch. Sigillée africaine

Styles décoratifs.

(dessins et clichés M. Nasr)

  • 33 Hayes 1972, style D, forme 82.5, pl. XVI c.
  • 34 Atlante I 1981, p. 123-124.

24Consiste en une décoration faite à la roulette qui circonscrit un fond interne privé de décor ; la partie centrale du récipient est à son tour délimitée d’un ou de plusieurs sillons fins. Les caractéristiques techniques et stylistiques de ce style rappellent, vaguement, à la fois, celles des styles Hayes B/D33 qui caractérisent une série de formes produites en sigillée africaine C3, E, D1 et D234 (tab. 1).

25Datation : 350-500.

Style IV (fig. 6)

26Se caractérise par une série de motifs traversant horizontalement un centre délimité par un ou plusieurs sillons. On peut déceler les sous-groupes suivants :

27IV.1 : une ornementation miniaturisée occupe partiellement la partie délimitée (le reste demeure vide).

28IV.1.1 : rangée unique constituée d’un motif singulier répétitif végétal (palmettes types 22-30), géométrique (losanges types 60-3, fig. 8) ou animalier (poisson type 67, fig. 8).

29IV.1.2 : deux rangées constituées de trois motifs différents : triple petit triangle concentrique à frange globuleuse type 64, fig. 8 avec triple cercle concentrique types 36 ? fig. 8.

30IV.1.3 : trois rangées constituées de deux motifs différents : rosaces de type 56, fig. 8 jalonnées de part et d’autre (?) par triples cercles concentriques de type 36, fig. 8.

31IV.2 (fig. 7) : deux ou trois (?) rangées occupent totalement la partie centrale circonscrite : triple cercle globuleux de type 44, fig. 8, poissons de type 66, fig. 8, rosaces de type 55, fig. 8.

  • 35 Atlante I 1981, p. 124.

32Les caractéristiques techniques et stylistiques (notamment la disposition horizontale des motifs) de nos types s’approchent des types classiques du style Hayes A(ii) (palmette type 22, fig. 8) style B/C et style C/D (palmettes types 22-29, fig. 8), style D (losanges types 61-63, fig. 8) qui caractérisent une série de formes produites en sigillée africaine D1, D2, C3 et C535 (tab. 1).

33Datation : 350-500.

Style IV/V (fig. 7)

Fig. 7 : Sidi Aïch. Sigillée africaine

Fig. 7 : Sidi Aïch. Sigillée africaine

Styles décoratifs.

(dessins et clichés M. Nasr)

34Ce style se distingue par une série de motifs traversant horizontalement un centre circonscrit par un ou plusieurs sillons fins ; le tout est circonscrit par une décoration faite à la roulette : triple amande type 65, fig. 8 ; croix miniaturisée type 72, fig. 9.

  • 36 Atlante I 1981, p 124.

35Les caractéristiques techniques et stylistiques, notamment la disposition horizontale des motifs, s’approchent des types classiques appartenant aux styles Hayes D (amande type 65, fig. 8) et Hayes E(i) (croix monogrammatique type 72, fig. 9) caractéristiques des productions D1 et D236 (tab. 1).

36Datation : 440-540.

Style V (fig. 7)

37Il consiste en une décoration faite à la roulette qui circonscrit une partie centrale autour de laquelle rayonne, semble-t-il, un motif singulier répétitif (antilope type 74 (?), fig. 9).

  • 37 Surtout au niveau de la disposition des motifs à l’intérieur du récipient et leur exécution schéma (...)
  • 38 Atlante I 1981, p. 124.

38Les caractéristiques techniques et stylistiques de ce style évoquent plutôt celles du style Hayes E37, surtout au niveau de la disposition des motifs à l’intérieur du récipient et leur exécution, traits distinctifs des formes produites en D238.

39Datation : 480-600.

Style VI (fig. 7)

40Se caractérise par une décoration qui occupe la partie centrale du récipient ; cette dernière est, généralement, circonscrite par un ou plusieurs sillons larges et profonds (cannelures). On peut discerner les sous-groupes suivants :

41VI.1 (fig. 7) : motif unique, cerné de deux sillons, occupant le centre du récipient (croix type 73, fig. 9).

42VI.2 (fig. 7) : motif singulier répétitif (dauphin type 68, fig. 8 et un quadrupède (agneau ?) type 75, fig. 9 rayonnant autour d’un centre occupé par un motif central ­schématisé ( ?).

  • 39 Atlante I 1981, p. 123-124.

43Les caractéristiques techniques et stylistiques du style VI.1 s’approchent du style Hayes E(i) qui caractérise une série de formes produites en sigillée africaine D1 (rare) et D2 ; tandis que le style VI.2 évoque plutôt le style Hayes D (dauphin type 68, fig. 8) et E caractéristiques des formes produites en C3, C5, D1 (rare) et D239 (tab. 1).

44Datation : 410-600.

3. Catalogue des motifs décoratifs (fig. 8-9)

Fig. 8 : Sidi Aïch. Motifs décoratifs (1-69)

Fig. 8 : Sidi Aïch. Motifs décoratifs (1-69)

(dessins M. Nasr)

Fig. 9 : Sidi Aïch

Fig. 9 : Sidi Aïch

Motifs décoratifs (70-75) ; types de pieds et styles décoratifs.

(dessins M. Nasr)

Type 1

452,5 × 0,9 cm. Palmette à forme mince allongée aux extrémités supérieures finement exécutées. Nervures courtes et fines tournées vers le haut. Style I.1.1.1. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 50 (fig. 10 et 13).

Type 2

462,5 × 1,2 cm. Palmette ovale à nervures fines et horizontales ; queue jalonnée de trois petits globules. Style I.1.1.2a1. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 50 (fig. 10 et 13).

Type 3

472,5 × 1,25 cm. Palmette ovale large grossièrement exécutée ; nervures larges et obliques tournées vers le haut. Style I.1.1.2a2. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 50 (fig. 10 et 13).

Type 4

483,3 × 1,1 cm. Palmette ovale allongée ; nervures larges tournées vers le haut. Style I.1.1.2b. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 50 (fig. 10 et 13).

Type 5

491,0 × 0,6 cm. Palmette courte, sans queue ( ?), très schématisée ; nervures larges obliques tournées vers le haut. Style I.1.1.2c. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 35, 50, 68 (fig. 10).

Type 6

504,1 × 1,2 cm. Palmette ovale allongée. Nervures minces tournées vers le haut. Style I.1.1.2b ( ?). Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 35, 50, 68 (fig. 10).

Type 7

513 × 0,9 cm. Palmette allongée sans tige centrale ; nervures larges et courtes tournées vers le haut. Deux globules sur la partie inférieure. Style I.1.1.2a1 ou I.1.1.2a2 ( ?). Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 35, 50, 68 (fig. 10).

Type 8

522,1 × 1,0 cm. Petite palmette peu soignée ; forme plus ou moins triangulaire ; tige courte et large. Nervures courtes et obliques tournées vers le haut. Petit globule latéral orne l’angle gauche. Modelé estompé. Style I.1.1.2d. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 35, 50, 68 (fig. 10).

Type 9

532,7 × 1,1 cm. Palmette triangulaire à deux globules latéraux. Nervures dissymétriques tournées vers le haut. Queue à globule. Style I.1.1.2e1a. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 35, 50, 68 (fig. 10).

Type 10

542,9 × 1,2 cm. Palmette triangulaire à angles tombants ; deux globules latéraux. Nervures longues et larges tournées vers le haut. Queue longue à globule. Style I.1.1.2e.1b. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 35, 50, 68 (fig. 10).

Type 11

551,9 × 0,9 cm. Variante réduite et moins soignée du type précédent. Style I.1.1.2e.1. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 35, 50, 68 (fig. 10).

Type 12

563,1 × 1,5 cm. Palmette en fléchette à tige en relief. Nervures obliques tournées vers le haut. Queue courte couverte de nervures fines et aux angles pointus tombants. Style I.1.1.2e.2. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 35, 50, 68 (fig. 10).

Type 13

572,4 × 1,2 cm. Palmette en fléchette à tige centrale et à deux autres latérales. Nervures fines présentent trois positions différentes : tournées vers le haut sur la partie supérieure, horizontales au milieu et verticales sur la partie inférieure. Queue longue se terminant par un petit globule cerné d’un cercle en relief. Style I.1.1.2f. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 35, 50, 68 (fig. 10).

Type 14

583,1 × 1,5 cm. Palmette triangulaire, large et bien soignée ; nervures obliques tournées vers le haut sur la partie supérieure et horizontales sur la partie inférieure. Queue courte jalonnée de petites nervures et de quatre petits globules. Style I.1.2.1a. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 35, 50, 68 (fig. 10).

Type 15

592.9 × 1,5 cm. Palmette à forme « losangeoïde » large ; nervures supérieures obliques tournées vers le haut. Nervures inférieures verticales. Queue ovale courte couverte de petites nervures. Style I.1.2.2a. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 (fig. 10, 13 et 14).

Type 16

602,4 × 1,3 cm. Palmette à forme « losangeoïde » dissymétrique (modelé estompé ?) ; nervures supérieures obliques tournées vers le haut et nervures inférieures verticales. Queue courte à nervures horizontales. Style I.1.2.1b. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 (fig. 10, 13 et 14).

Type 17

613,1 × 1,1 cm. Palmette triangulaire effilée à angles tombants ; deux cercles latéraux en relief, peu soignés. Nervures tournées vers le haut. Queue à cercle en relief. Style I.1.2.2b. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 (fig. 10, 13 et 14).

Type 18

622,4 × 1,0 cm. Palmette triangulaire à angles non tombants ; deux cercles latéraux en relief. Nervures longues et fines tournées vers le haut. Queue à cercle en relief. Style I.1.2.2b. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 (fig. 10, 13 et 14).

Type 19

632,2 × 1,0 cm. Palmette triangulaire. Nervures supérieures obliques tournées vers le haut ; nervures inférieures verticales peu soignées. Queue courte couverte de petites nervures obliques tournées vers le bas. Style II.1. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 (fig. 10, 13 et 14).

Type 20

642,3 × 0,9 cm. Palmette triangulaire : globule latéral à droite. Modelé estompé. Style II.2a. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 (fig. 10, 13 et 14).

Type 21

653,4 × 1,4 cm. Palmette à deux globules latéraux ; dimensions plus grandes que les types précédents. Queue à globule. Style II.2a. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 (fig. 10, 13 et 14).

Type 22

662,5 × 1,4 cm. Palmette ovale allongée à nervures obliques tournées vers le haut. Style IV.1.1.1a. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68, 75 (fig. 10 et 13-5).

Type 23

672,1 × 1,1 cm. Palmette triangulaire à tige centrale et à deux autres latérales ; deux globules latéraux. Nervures supérieures obliques tournées vers le haut ; nervures inférieures verticales. Style IV.1.1.1b. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68, 75 (fig. 10 et 13-5).

Type 24

681,5 × 1,4 cm. Palmette triangulaire à deux globules latéraux. Nervures minces tournées vers le haut. Tige couverte de petites nervures. Style IV.1.1.1c. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68, 75 (fig. 10 et 13-5).

Type 25

692,2 × 1,3 cm. Palmette triangulaire large et courte. Nervures tournées vers le haut. Queue à cercle en relief. Style IV.1.1.1d1. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68, 75 (fig. 10 et 13-5).

Type 26

702,3 × 0,9 cm. Palmette ovale courte. Nervures tournées vers le haut. Queue à globule. A l’extrémité de l’angle gauche un petit globule. Style IV.1.1.1e. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68, 75 (fig. 10 et 13-5).

Type 27

712,1 × 0,9 cm. Palmette en fléchette ; angles tombants ornés de petits globules. Nervures dissymétriques tournées vers le haut. Queue courte à globule ; extrémité couverte de petites nervures tournées vers le bas. Style IV.1.1.1f. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68, 75 (fig. 10 et 13-5).

Type 28

722,3 × 1,0 cm. Palmette triangulaire à nervures légèrement « incurvées » vers le haut ; queue courte à globule central. Style IV.1.1.1g. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68, 75 (fig. 10 et 13-5).

Type 29

731,8 × 0,9 cm. Palmette triangulaire. Nervures dissymétriques tournées vers le haut. Queue à cercle en relief. Modelé estompé. Style IV.1.1.1h. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68, 75 (fig. 10 et 13-5).

Type 30

741,5 × 1,1 cm. Palmette en fléchette ( ?). Nervures fines tournées vers le haut. Queue courte couverte de nervures fines plutôt horizontales. Style IV.1.1.1i. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68, 75 (fig. 10 et 13-5).

Type 31

75ø 0,9 cm. Double cercle concentrique en relief (centre en creux). Style I.2.2 ( ?). Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 50 (fig. 10 et 13-5).

Type 32

76ø 1,0 cm. Triple cercle concentrique large et peu soigné. Modelé estompé. Style I.1.1.2e1. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68, 75 (fig. 10 et 13-5).

Type 33

77ø 0,6 cm. Double petit cercle concentrique. Style I.2.1.1. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 50 (fig. 10 et 13).

Type 34.1

78ø 0,9 cm. Double cercle concentrique plus large et plus profond. Style I.1.1.2d. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 50 (fig. 10 et 13).

Type 34.2

79ø 0.65 cm. Double cercle concentrique mince et peu profond. Style I.2.2. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 50 (fig. 10 et 13).

Type 35

80ø 0,6 cm. Triple petit cercle concentrique. Style I.2.1.1. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 (fig. 10, 13 et 14).

Type 36

81Triple cercle concentrique peu soigné.
Type 36a : ø 0,9 cm. Style I.2.1.1. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 (fig. 10, 13 et 14).
Type 36b : ø 0,9 cm. Styles I.2.1.1 et IV.1.3. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 (fig. 10, 13 et 14).

Type 37

82ø 1,0 cm. Triple cercle concentrique large et peu soigné. Style I.2.2. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 50 (fig. 10 et 13).

Type 38

83ø 1,2 cm. Triple cercle concentrique mieux soigné, plus large et plus profond que les précédents. Style IV.1.2. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 (fig. 10, 13 et 14).

Type 39

84ø 1,4 cm. Quatre cercles concentriques peu soignés. Style I.2.1.1. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 (fig. 10, 13 et 14).

Type 40

85ø 1,5 cm. Quatre cercles concentriques à frange partiellement dentée. Style II.2b. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 50 (fig. 10 et 13).

Type 41

86ø 1,3 cm. Triple cercle à frange globuleuse. Style I.2.1.2. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35 (fig. 10).

Type 42

87ø 1,6 cm. Double cercle à frange globuleuse ; disque central globuleux. Style I.1.1.2a1. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 (fig. 10, 13 et 14).

Type 43

88ø 1,6 cm. Double cercle globuleux peu soigné. Style I.1.1.2a2. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 (fig. 10, 13 et 14).

Type 44

89ø 1,8 cm. Triple cercle globuleux. Style IV.2. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 50 (fig. 10 et 13).

Type 45

90ø 1,5 cm. Double cercle globuleux à frange dentée ; disque central globuleux. Modelé estompé. Style I.2.1.3. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 (fig. 8, 11 et 12).

Type 46

91ø 1,4 cm. Cercle globuleux à frange dentée ; disque central globuleux. Style II.2b. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 (fig. 10, 13 et 14).

Type 47

92ø 1,4 cm. Cercle à double frange dentée. Style I.1.1.2e1. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68, 75 (fig. 10 et 13-5).

Type 48

93ø 1,8 cm. Petit cercle large et profond à frange dentée. Style II ou IV ( ?). Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 (fig. 10, 13 et 14).

Type 49

94ø 1,4 cm. Double cercle concentrique à frange dentée. Style II ou IV ( ?). Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 (fig. 10, 13 et 14).

Type 50

95ø 1,4 cm. Double cercle concentrique à frange dentée (motif estompé ?). Style I.1.1.2c. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 (fig. 10, 13 et 14).

Type 51

96ø 1,7 cm. Rosace à pétales en petits cercles. Style I.1.1.1. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 44, 53, 62, 75 (fig. 10 et 13-5).

Type 52

97ø 1,5 cm. Rosace en losanges dissymétriques. Style I.1.2.1a. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 50 (fig. 10 et 13).

Type 53

98ø 1,1 cm. Rosace (?) en forme de cercle large et profond englobant une bande de trois petits cercles. Style I.1.1.2b. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 35, 44, 50 (fig. 10 et 13).

Type 54

99ø 1,0 cm. Rosace en pétales triangulaires. Style I.1 ou style IV ( ?). Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 (fig. 10, 13 et 14).

Type 55

100ø 1,7 cm. Rosace à pétales triangulaires à frange globuleuse. Motif peu soigné. Style IV.2 ( ?). Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 50 (fig. 10 et 13).

Type 56

1012 × 1,6 cm. Rosace crucifère à quatre pétales ovales et longs. Style IV.1.3. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 44, 53, 62, 75 (fig. 10 et 13-5).

Type 57

102ø 1,5-1,6 cm. Cercle grillagé globuleux.
Type 57.1 : Style I.1.1.2e2. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 35, 44, 50 (fig. 8 et 11).
Type 57.2 : Style II.1. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 (fig. 10, 13 et 14).

Type 58

1030,9 × 0,9 cm. Carré (?) grillagé globuleux. Style I.1.2.1b. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 (fig. 10, 13 et 14).

Type 59

1042,5 × 1,2 cm. « Planta pedis » globuleux. Style I.3. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68 (fig. 10 et 13-5).

Type 60

1051,3 × 0,7 cm. Rectangle grillagé. Style IV. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 35, 44, 50, 53, 62, 68 (fig. 10 et 13-5).

Type 61

1060,9 × 0,9 cm. Double petit losange à volute. Style IV.1.1.2a. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 68, 75 (fig. 10 et 13-4).

Type 62

1071,3 × 0,9 cm. Triple petit losange à volute décorée de chaque côté de trois petits globules. Style IV.1.1.2b. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68 (fig. 10 et 13-5).

Type 63

1081,8 × 1,0 cm. Quatre losanges concentriques à volute ; dimensions plus importantes. Style IV.1.1.2c. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68 (fig. 10 et 13-5).

Type 64

1091,5 × 1,0 cm. Triple petit triangle concentrique à frange globuleuse. Style IV.1.2. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68 (fig. 10 et 13-5).

Type 65

1101,9 × 1,1 cm. Triple amande globuleuse concentrique. Style IV/V.1. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68 (fig. 10 et 13-3).

Type 66

1111,9 × 1,3 cm. Poisson à queue cordiforme. Style IV.2. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68 (fig. 10 et 13-3).

Type 67

112a: 1,6 × 0,8 cm.

113b: 1,2 × 0,4 cm.

114Petit poisson à queue en petites nervures. Style IV.1.1.3. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68 (fig. 10 et 13-5).

Type 68

1151,8 × 0,7 cm. Petit dauphin. Style VI.2. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 44, 50, 53, 54, 61, 62, 64, 65, 68, 75, 78 (fig. 10 et 13-5).

Type 69

1162 × 1,5 cm. Rosace-croix à frange en petits cercles globuleux. Style ( ?). Ce motif évoque celui de Hayes type 286, fig. 55 (Hayes 1972, 271, fig. 55, no 286). Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 44, 50, 53, 54, 61, 62, 64, 65, 68 (fig. 10 et 13-5).

Type 70

1172,2 × 1,7 cm. Petite croix monogrammatique (non photographiée) bouclée à gauche et couverte de petits globules. Style I.2.1.4. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 (fig. 10, 13 et 14).

Type 71

1182,2 × 1,8 cm. Petite croix monogrammatique bouclée à droite ; larges barres pattées couvertes de petits globules. Style II.2b. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 50, 53, 54, 61, 62, 64, 65, 68, 75 (fig. 10, 13 et 14).

Type 72

1191,5 × 1,2 cm. Minuscule croix monogrammatique bouclée à droite (?) et couverte de petits globules. Style IV/V.2. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 50, 53, 54, 61, 62, 64, 65, 68, 75 (fig. 10, 13 et 14).

Type 73

1201,7 × 1,5. Croix monogrammatique bouclée à gauche couverte de petits globules. Style VI.1.Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 50, 53, 54, 61, 68, 75 (fig. 10, 13 et 14).

Type 74

1211,6 × 2,0 cm. Antilope. Style V. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 50, 53, 54, 61, 64, 65, 68, 75, 78 (fig. 10, 13 et 14).

Type 75

1222,3 × 2,3 cm. Quadrupède (?) globuleux. Style VI.2. Formes supposées être décorées : Sidi Aïch 50, 53, 54, 61, 64, 65, 68, 75, 78 (fig. 10, 13 et 14).

  • 40 Fig. 9.

123Le faciès représenté par les 75 motifs décoratifs retrace, d’une façon générale, la plupart des grandes phases de l’évolution des styles décoratifs caractéristiques de la sigillée africaine. En effet, on constate que les éléments de ce matériel offrent la possibilité d’un rapprochement, plus ou moins convaincant, avec les phases Hayes A(ii), A(iii), B, C, D, E(i) et E(ii) (tab. 1). Ce rapprochement permet de discerner des proportions différentes quant à la représentation de chacune de ces phases. Ainsi, les styles décoratifs de Sidi Aïch I (I.1-3) et IV (IV.1-2) qui évoquent ceux de Hayes A(ii), B/C et C/D, dominent ce faciès avec 60 motifs c’est-à-dire plus que les 4/5 du total des motifs, puis vient le style II (II.1 et II.2) qui s’approche des styles Hayes A(ii)/A(iii) et B/C avec 7 motifs ; ensuite on a le style IV/V qui évoque les styles Hayes A(ii), B/C, C/D et E(i) (?) avec 3 motifs et enfin le style VI (VI.1 et VI.2) qui rappelle à la fois les styles A(iii), D et E(i) et peut-être le style E(ii) (types 72 et 73)40 de Hayes avec seulement 3 motifs du total. Donc, nous sommes en présence d’une nette domination des productions qui caractérisent la période comprise entre le milieu du ive et la fin du ve siècle et qui totalisent 73 motifs sur les 75 étudiés. Ces motifs sont caractéristiques de séries de formes produites, généralement, en C3, C5, D1, D2 et E (Sidi Aïch 7.3, 24.1, 34.1, 35.1, 36.1, 44.1, 50.2, 53, 54, 61, 62.1, 64, 65.1, 68.2, 75.1, 78.1 : fig. 10, 13-3). Néanmoins, il ne faut pas omettre la marge d’authenticité qui caractérise les motifs et leurs dispositions par le biais d’un certain nombre de traits distinctifs capables de rendre les produits de Sidi Aïch aisément identifiables. En effet, les motifs de nos ateliers se démarquent des autres productions dites classiques par leurs dimensions plus réduites (palmes, animaux, croix monogrammatiques…), leur exécution peu soignée et surtout leurs dispositions et combinaisons à l’intérieur du récipient.

Fig. 10 : Sidi Aïch. Sigillée africaine

Fig. 10 : Sidi Aïch. Sigillée africaine

Formes supposées être décorées.

(dessins M. Nasr)

  • 41 Mackensen 1993, p. 181-313 ; 1998b.

124Ainsi, si on prend le cas des palmettes, il ne sera pas difficile pour l’œil averti de déceler les divergences entre celles des productions du Nord en général et d’El Mahrine41 en particulier et celles du Vicus Gemellae qui se caractérisent par :

  • Leur aspect mince (moins large).
  • Leur forme généralement triangulaire.
  • Leurs extrémités ornées, le plus souvent, par des petits cercles à globule central.
  • La queue qui se distingue nettement du reste de la palme, sauf exception à l’instar des types 5, 6 et 7 (fig. 4).
  • Les nervures plus fines et moins longues.
  • La tige centrale unique alors que les palmettes des productions nordiques sont, souvent, à double tige centrale42.

125Pour ce qui est des motifs animaliers et des croix monogrammatiques, ils sont, souvent, miniaturisés et couverts de petits globules. Les différentes dispositions et combinaisons présentées par l’ensemble du matériel décoratif se distinguent de celles adoptées par les ateliers des productions classiques soit par l’emplacement des motifs qui tendent, le plus souvent, à s’éloigner du centre du récipient qui reste soit libre (style I.2, fig. 3), soit traversé, horizontalement, par un ou deux motifs répétitifs (style IV, fig. 6-7) et est rarement occupé par un motif unique (style VI.1, fig. 7).

4. Les guillochis

  • 43 Hayes 1972, p. 282-283.
  • 44 Nasr 2005, III, pl. XX, XXIX, XXX-IV, XLI ; Nasr à paraître 1, fig. 3 et 5.
  • 45 Nasr 2005, I, p. 130-133, tabl. 2.
  • 46 Nasr 2005, II, p. 496-498.

126En plus de l’estampage, les potiers de Sidi Aïch ont eu également recours aux guillochis43, décors formés d’un entrecroisement de traits gravés en creux, pour orner une partie de leurs produits, notamment les formes tardives44 30.1, 50.2, 53.1, 53.3, 54.1-2, 55, 56.2, 57-60, 62.1, 76.1 datables du ve-début du vie siècle45 (fig. 13-3). En effet, cette décoration faite à la roulette couvre surtout les bords et les parois externes des récipients (fig. 13-3), alors qu’à l’intérieur de ces derniers, le décor se présente sous forme de bande, généralement délimitée par une série de sillons profonds, cernant la partie centrale du récipient à l’instar des styles III, IV-V et V (fig. 6-7). Riche et très variée, cette ornementation dont l’usage coïncide avec la phase d’apogée de la production46, à savoir le ive et ve siècles, constitue, semble-t-il, une des particularités de l’atelier de Sidi Aïch au sein de ses semblables continentaux.

Fig. 11 : Sidi Aïch. Sigillée africaine

Fig. 11 : Sidi Aïch. Sigillée africaine

Guillochis.

(dessins M. Nasr)

Fig. 12 : Sidi Aïch. Sigillée africaine

Fig. 12 : Sidi Aïch. Sigillée africaine

Guillochis.

(dessins M. Nasr)

Fig. 13 : Sidi Aïch. Sigillée africaine

Fig. 13 : Sidi Aïch. Sigillée africaine

Formes et types de guillochis.

(dessins M. Nasr)

Fig. 14 : Sidi Aïch. Sigillée africaine

Fig. 14 : Sidi Aïch. Sigillée africaine

Formes et types de guillochis.

(dessins M. Nasr)

Fig. 15 : Sidi Aïch. Sigillée africaine

Fig. 15 : Sidi Aïch. Sigillée africaine

Formes et types de guillochis.

(dessins M. Nasr)

  • 47 Nos recherches remontent au début des années 1990 (cf. Nasr, 1992).
  • 48 Nasr à paraître 3.
  • 49 Nasr 2005, II, p. 279-379 ; 2017 ; 2020.
  • 50 Nasr 2005, II, p. 380-472 ; 2015 ; Nasr à paraître 1. Concernant cet atelier, je tiens à préciser (...)
  • 51 Stern 1968, p. 149.

127Effectivement, nos investigations dans la région de la Byzacène du Sud-Ouest durant les trois dernières décennies47, qui ont été couronnées par la mise au jour de quatre ateliers de céramiques, dont deux sont encore inédits (Sidi Abdelkader et Aïn er-Rchiha)48 à côté de ceux de Thelepte49 et de Hr en-Nadhour (Majoura)50 (fig. 3), confirment cette réalité, à savoir la rareté sinon l’absence de ce type de décoration en dehors de Sidi Aïch, déjà soulignée par Stern dans son étude comparative avec le matériel de Hr es-Srira (es-Skhira)51.

  • 52 Nasr 2005, p. 78-278 ; 2019, fig. 6-7 ; Nasr, à paraître 2, fig. 3 et 5. Dans ce sens voir aussi H (...)
  • 53 Nasr 2005, p. 486-492 ; 2019, p. 57-74.

128Il est à noter que tous ces traits caractéristiques propres au matériel décoratif de cet atelier, ci-dessus énumérés, à côté, bien sûr, de différentes typologies consacrées au reste des productions (vaisselle de table, lampes, vaisselle culinaire)52, ont considérablement réduit nos efforts dans la quête des circuits commerciaux et de l’aire de diffusion des produits du Vicus Gemellae qui s’étend, vraisemblablement, du Golfe de Gabès à l’est jusqu’au massif de l’Aurès à l’ouest et des piémonts Sud de la Dorsale en passant par Tébessa et Sétif au nord jusqu’aux forts du limes au sud53.

  • 54 Nasr 2005, p. 493-506 ; Nasr à paraître 3.

129Enfin, les données chronologiques livrées par ce matériel décoratif offrent une fourchette approximative qui couvre la période s’étalant entre le milieu du ive et la fin du vie/début du viie siècle (tab. 1). Néanmoins, il serait fort instructif de signaler la rareté frappante des motifs appartenant carrément à la phase E(ii) (figures humaines, volatiles…), fait qui pourrait être interprété comme un indice de première importance pour le déclin, sinon la fin de l’activité de cet atelier54.

Tab. 1 : Sidi Aïch

Type Sidi Aïch Style Sidi Aïch Production de Sidi Aïch (formes) Style Hayes Productions « classiques » Datation
1 I.1.1.1 Type 7, 24, 34.1, 50 A(ii) D1 et D2 350-450
2 I.1.1.2a1 Type 7, 24, 34.1, 50 A(ii) D1 et D2 350-450
3 I.1.1.2a2 Type 7, 24, 34.1, 50 A(ii) D1 et D2 350-450
4 I.1.1.2b Type 7, 24, 34.1, 50 A(ii) D1 et D2 350-450
5 I.1.1.2c Type 35, 50, 68 B et C C3 et E 380-450
6 I.1.1.2b ? Type 35, 50, 68 B et C C3 et E 380-450
7 I.1.1.2a1 Type 35, 50, 68 B et C C3 et E 380-450
8 I.1.1.2d Type 35, 50, 68 B et C C3 et E 380-450
9 I.1.1.2e1 Type 35, 50, 68 B et C C3 et E 380-450
10 I.1.1.2e1 Type 35, 50, 68 B et C C3 et E 380-450
11 I.1.1.2e1 Type 35, 50, 68 B et C C3 et E 380-450
12 I.1.1.2e2 Type 35, 50, 68 B et C C3 et E 380-450
13 I.1.1.2f Type 35, 50, 68 B et C C3 et E 380-450
14 I.1.2.1a Type 35, 50, 68 B et C C3 et E 380-450
15 I.1.2.2a Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 A(ii), A(iii), B et C D1, D2, C3 et E 350-470
16 I.1.2.1b Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 A(ii), A(iii), B et C D1, D2, C3 et E 350-470
17 I.1.2.2b Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 A(ii), A(iii), B et C D1, D2, C3 et E 350-470
18 I.1.2.2b Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 A(ii), A(iii), B et C D1, D2, C3 et E 350-470
19 II.1 Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 A(ii), A(iii), B et C D1, D2, C3 et E 350-470
20 II.2a Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 A(ii), A(iii), B et C D1, D2, C3 et E 350-470
21 II.2a Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 A(ii), A(iii), B et C D1, D2, C3 et E 350-470
22 IV.1.1.1a Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68, 75 A(ii)/B/C et C/D D1, D2, E, C3 et C5 350-500
23 IV.1.1.1b Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68, 75 A(ii)/B/C et C/D D1, D2, E, C3 et C5 350-500
24 IV.1.1.1c Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68, 75 A(II)/B/C et C/D D1, D2, E, C3 et C5 350-500
25 IV.1.1.1d Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68, 75 A(ii)/B/C et C/D D1, D2, E, C3 et C5 350-500
26 IV.1.1.1e Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68, 75 A(ii)/B/C et C/D D1, D2, E, C3 et C5 350-500
27 IV.1.1.1f Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68, 75 A(ii)/B/C et C/D D1, D2, E, C3 et C5 350-500
28 IV.1.1.1g Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68, 75 A(ii)/B/C et C/D D1, D2, E, C3 et C5 350-500
29 IV.1.1.1h Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68, 75 A(ii)/B/C et C/D D1, D2, E, C3 et C5 350-500
30 IV.1.1.1i Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68, 75 A(ii)/B/C et C/D D1, D2, E, C3 et C5 350-500
31 I.1.1.2.2 ? Type 7, 24, 34.1, 50 A(ii) D1 et D2 350-450
32 I.1.1.2e1 Type 7, 24, 34.1, 44, 50, 53, 54, 61, 62, 68, 75 A(ii), B/C, C/D et D D1 et D2, C3 et C5 350-500
33 I.1.1.2f Type 7, 24, 34.1, 50 A(ii) D1 et D2 350-450
34.1 I.1.1.2d Type 7, 24, 34.1, 50 A(ii) D1 et D2 350-450
34.2 I.2.2 Type 7, 24, 34.1, 50 A(ii) D1 et D2 350-450
35 I.2.1.1 Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68, A(ii), A(iii), B et C D1, D2, C3 et E 350-470
36.1 I.2.1.1 Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 A(ii), A(iii), B et C D1, D2, C3 et E 350-470
36.2 I.2.1.1(?) et IV.1.3 Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 A(ii), A(iii), B et C D1, D2, C3 et E 350-470
37 I.2.2 Type 7, 24, 34.1, 50 A(ii) D1 et D2 350-450
38 I.1.1.2e1 Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 A(ii), A(iii), B et C D1, D2, C3 et E 350-470
39 I.2.1.1 Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 A(ii), A(iii), B et C D1, D2, C3 et E 350-470
40 II.2b Type 7, 24, 34.1, 50 A(ii) D1 et D2 350-450
41 I.2.1.2 Type 7, 24, 34.1, 35 A(ii), B et C D1, D2, C3 et E 350-440
42 I.1.1.2a1 Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 A(ii), A(iii), B et C D1, D2, C3 et E 350-470
43 I.1.1.2a2 Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 A(ii), A(iii), B et C D1, D2, C3 et E 350-470
44 IV.2 Type 7, 24, 34.1, 50 AII D1 et D2 350-450
45 I.2.1.3 Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 A(ii), A(iii), B et C D1, D2, C3 et E 350-470
46 II.2b Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 A(ii), A(iii), B et C D1, D2, C3 et E 350-470
47 I.1.1.2e1 Type 7, 24, 34.1, 44, 50, 53, 54, 61, 62, 68, 75 A(ii), B/C, C/D et D D1 et D2, C3 et C5 350-500
48 II ou IV (?) Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 A(ii), A(iii), B et C D1, D2, C3 et E 350-470
49 II ou IV (?) Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 A(ii), A(iii), B et C D1, D2, C3 et E 350-470
50 I.1.1.2c Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 A(ii), A(iii), B et C D1, D2, C3 et E 350-470
51 I.1.1.1 Type 44, 53, 62, 75 C et D C3 et C5 380-500
52 I.1.2.1a Type 7, 24, 34.1, 50 A(ii) D1 et D2 350-450
53 I.1.1.2b Type 35, 44, 50 B et C C3 et E 350-440
54 I.1.1/I.2 Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 A(ii), A(iii), B et C D1, D2, C3 et E 350-470
55 IV.2 Type 7, 24, 34.1, 50 A(ii) D1 et D2 350-450
56 IV.1.3 Type 44, 53, 62, 75 C et D C3 et C5 380-500
57.1 I.1.1.2e2 Type 35, 44, 50 B et C C3 et E 350-440
57.2 II.1 Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 A(ii), A(iii), B et C D1, D2, C3 et E 350-470
58 I.1.2.1b Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 A(ii), A(iii), B et C D1, D2, C3 et E 350-470
59 I.3 Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68 B/D C3, E, D1 et D2 350-500
60 IV Type 35, 44, 50, 53, 62, 68 B/D E, C3 et C5 350-500
61 IV.1.1.2a Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 68, 75 B/D et E(i) C3, E, D1 et D2 350-540
62 IV.1.1.2b Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68 A(ii), B/D, B/C, C/D D1, D2, E, C3 et C5 350-500
63 IV.1.1.2c Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68 A(ii), B/C et C/D D1, D2, E, C3 et C5 350-500
64 IV.1.2 Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68 A(ii)/B/C et C/D D1, D2, E, C3 et C5 350-500
65 IV/V.1 Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68 A(ii)/B/C et C/D D1, D2, E, C3 et C5 350-500
66 IV.2 Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68 A(ii)/B/C et C/D D1, D2, E, C3 et C5 350-500
67 IV/V.1 Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 54, 61, 62, 68 A(ii), B/D, B/C, C/D D1, D2, E, C3 et C5 350-500
68 VI.2 Type 44, 50, 53, 54, 61, 62, 64, 65, 68, 75, 78 A(iii), D et E C3, C5, D1 (rare) et D2 410-600
69 (?) Type 44, 50, 53, 54, 61, 62, 64, 65, 68 A(iii) et D C3, C5, D1 (rare) et D2 410-500
70 I.2.1.4 (?) Type 7, 24, 34.1, 35, 50, 53, 68 A(ii), A(iii), B et C D1, D2, C3 et E 350-470
71 II.2b Type 50, 53, 54, 61, 62, 64, 65, 68, 75 D et E(i) (?) C3, C5, D1 et D2 440-540
72 IV/V.2 Type 50, 53, 54, 61, 62, 64, 65, 68, 75 D et E(i) (?) C3, C5, D1 et D2 440-540
73 VI.1 Type 50, 53, 54, 61, 68, 75 E(i) D1(rare) et D2 480-540
74 V Type 50, 53, 54, 61, 64, 65, 68, 75, 78 E(i) et E(ii) D1(rare) et D2 480-600
75 VI.2 Type 50, 53, 54, 61, 64, 65, 68, 75, 78 E(i) et E(ii) D1(rare) et D2 480-600

Motifs, styles décoratifs et formes : concordance avec les productions « classiques ».

Haut de page

Bibliographie

Barraud etalii 1998, Barraud D., Bonifay M., Dridi F., Pichonneau J.-F., « L'industrie céramique de l'Antiquité tardive », dans H. BenHassen, L.Maurin (dir.), Uthina (Oudhna). La redécouverte d'une ville antique de Tunisie, Bordeaux-Paris-Tunis, p. 139-167.

Bodereau P. 1907, La Capsa ancienne, la Gafsa moderne, Paris.

Bonifay etalii 2015, Bonifay M., Nasr M., Rigoir R., Ambrosi J.-P., Brun C., « Le poinçon-matrice de sigillée africaine de Sidi Aïch redécouvert », AntAfr 51, p. 143-149.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_Monh2015_num_51_1_1575

Cagnat R. 1888, « L’atelier de poterie de Sidi-Aïch », BCTH, p. 473-474.

Février P.-A. 1963, « Remarques préliminaires sur la céramique romaine d’Afrique du Nord. (À propos des fouilles de Sétif) », RELig XXIX, p. 125-136.

Gandolfi D. 1994, « La produzione ceramica africana di età medio e tardo imperiale : terra sigillata chiara e ceramica da cucina », dans S. Lusuardi Siena (éd.), Ad mensam, Manufatti d’uso da contesti archeologici fra Tarda Antichità e Medioevo, Udine, p. 127-154.

Guérin V. 1862, Voyage archéologique dans la régence de Tunis, II, Paris.

Hasenzagl C., Capelli C. 2020, « Petrographic Characterization of Late Roman African Pottery from J.W. Salomonson’s Surveys 2. The Workshop of Sidi Aïch », AntAfr 56, p. 161-173.
https://journals.openedition.org/antafr/1297

Hayes J.W. 1972, Late Roman Pottery, London.

Mackensen M. 1993, Die spätantiken Sigillata- und Lampentöpfereien von El Mahrine (Nordtunesien), München (Münchner Beiträge zur Vor- und Frühgeschichte 50).

Mackensen M. 1998a, « New Evidence for Central Tunisian Red Slip Ware with Stamped Decoration (ARS style D) », JRA 11, p. 355-370.
https://www.academia.edu/19531293

Mackensen M. 1998b, « Centers of African Red Slip Ware Production in Tunisia from the Late 5th to the 7th Century », dans L. Saguì (éd), Ceramica in Italia: VI-VII secolo. Atti del Convegno in onore di John W. Hayes (Roma, 11-13 maggio 1995), Firenze (Biblioteca di Archeologia medievale 14), p. 23-40.
https://www.academia.edu/44255508

Nasr M. 1992, Recherches sur la céramique rouge-orangé dans la région de Gafsa à l’époque romaine  : l’atelier de Sidi Aïch, Certificat d’Aptitude à la Recherche, Université de Tunis, (dactylographié), 130 p., 48 pl.

Nasr M. 2005, La sigillée africaine dans la région de la Byzacène du Sud-Ouest : production et circuits commerciaux, Thèse de doctorat, Université Aix-Marseille I, 3 vol., 595 p., 216 pl., inédit.

Nasr M. 2015, « Les dépotoirs d’ateliers de céramiques de Majoura : nouvelles données », LibStud 46, p. 115-143.

Nasr M. 2017, « Les dépotoirs de céramiques de Thelepte : productions locales et productions régionales », AntAfr 53, p. 79-93.
https://journals.openedition.org/antafr/634

Nasr M. 2019, « La céramique du Vicus Gemellae entre Syrtis Minor et Sitifis ou les raisons d’une distribution continentale », dans S. Mokni (éd.), Actes du colloque De la Syrtis minor au golfe de Gabès : une histoire, un patrimoine (Sfax, 20-22 novembre 2014), Sfax, p. 57-74.

Nasr M. 2020, « Les dépotoirs de céramiques de Thelepte, productions locales et produits importés », RCRFActa 46, p. 611-619.

Nasr M. à paraître 1, « Les dépotoirs de céramiques de Henchir en-Nadour (Majoura) sur la voie Capsa-Taparura », dans D’une Syrte à l’autre. Mobilité des hommes, des biens et des idées à travers l’histoire, Ve colloque international (Sfax, 17-19 novembre 2016).

Nasr M. à paraître 2, « L’atelier de Sidi Aïch (Vicus Gemellae) : productions et commercialisation », dans 19th International Congress of Classical Archaeology “Archaeology and Economy in the Ancient World” (Köln-Bonn, 22-26 May 2018).

Nasr M. à paraître 3, « Les ateliers de céramique en Byzacène du Sud-Ouest, approche diachronique », dans D’une Syrte à l’autre, III. Les deux Syrtes entre le désert et la mer à travers l’Histoire : Espace d’échange, de concurrence et de conflit (Mahdia, 2-4 décembre 2019).

Nasr M., Capelli C. 2018, « Archéologie et archéométrie des productions de l’atelier de Majoura (Tunisie) », RCRFActa 45, p. 765-770.

Privé (Capt.) 1895, « Notes archéologiques sur l’Aaead, le Madjourah et le Cherb », BCTH, p. 119-120.

Saguì L. 1980, « Ceramica africana dalla villa di Tiberio a Sperlonga », MEFRA 92, p. 471-544.
https://www.persee.fr/doc/mefr_0223-5102_1980_num_92_1_1239

Salama P. 1951, Les voies romaines de l’Afrique du Nord, Alger (Missions archéologiques).

Salomonson J.W. 1968, « Étude sur la céramique romaine d’Afrique : sigillée claire et céramique commune de Henchir el Ouiba (Raqqada) en Tunisie centrale », BABesch XLIII, p. 80-145.

Salomonson J.W. 1971, « Roman Pottery: A Source of Information for Historians and Arachaeologists », BABesch XLVI, p. 173-192.

Stern E.M. 1968, « Note analytique sur des tessons de sigillée claire ramassés à Henchir es Srira et Sidi Aïch », BABesch XLIII, p. 146-154.

Tissot Ch. 1884, Géographie comparée de la Province romaine d’Afrique, I, Paris.
https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k5747887n/f5.item.texteImage

Tortorella S. 1987, « La ceramica africana : un riesame della problematica », dans Céramiques hellénistiques et romaines, II, Besançon (Annales littéraires de l’Université de Besançon 331), p. 279-327.
https://www.persee.fr/doc/ista_0000-0000_1987_ant_331_1_1704

Toussaint P. 1904, « Ruines antiques dans la région de Gafsa », BCTH, p. 129-134.

Haut de page

Notes

1 L’atelier de Sidi Aïch a été le premier du genre à avoir été signalé en Tunisie et non celui d’Oudna, comme cela est souvent signalé  : cf. par exemple Atlante I 1981, p. 12 ; Barraud etalii 1998, p. 139 ; Mackensen 1998b, p. 23.

2 Notre site couvre 26,466 hectares.

3 Sidi Aïch est à environ 36 km à vol d’oiseau au nord-ouest de Gafsa.

4 Salama 1951.

5 Cf. le plan jusque-là du site avec emplacement des dépotoirs et des fours (Nasr 2005, p. 82, fig. 10).

6 Cagnat 1888.

7 Guérin 1862, p. 90-296 ; Tissot 1884, p. 674 ; Privé 1895, p. 112-113.

8 Toussaint 1904 ; Bodereau 1907, p. 73-77.

9 Stern 1968.

10 Pour ceux de Sidi Aïch, voir le catalogue fig. 11-12.

11 Concernant ce sujet cf. Hayes 1972, p. 14 ; Atlante I 1981, p. 122-124 ; Tortorella 1987, p. 291-293 ; Gandolfi 1994, p. 139-147 ; Mackensen 1993, 181-191 ; 1998b ; Bonifay 2004, p. 189-193.

12 Mackensen 1998a.

13 Dans ce sens voir entre autres Février 1963, p. 134 et Salomonson 1971.

14 S. Tortorella (Atlante I 1981, p. 122-123) a essayé d’esquisser les grands traits de la genèse de cette technique décorative.

15 Saguì 1980, p. 513.

16 Hayes 1972, p. 217-218.

17 Hayes 1972 ; Atlante I 1981, p. 123 ; voir aussi Salomonson 1968.

18 Hayes 1972, p. 218.

19 Hayes 1972 ; aussi, Atlante I 1981, p. 123-124.

20 Je tiens à remercier mon collègue Michel Bonifay de m’avoir bénéficié de ses suggestions concernant les dessins de ces 75 poinçons inédits que je lui ai confiés en 2017 pour avis.

21 Appelé par l’auteur « cachet en terre cuite » (Cagnat 1888, p. 473) ; une étude collective a été, récemment, consacrée à ce poinçon, cf. Bonifay et alii 2015.

22 Toutes les illustrations (photos, carte et dessins) sont l’œuvre de l’auteur.

23 Hayes 1972, p. 217-283. Sauf exception mentionnée, et dans l’attente d’une chronologie intrinsèque propre à ce site, toutes les datations proposées pour les styles de Sidi Aïch sont basées sur celles de Hayes (ibid., p. 219-22).

24 Nasr 2005, II, p. 480-483 ; Nasr à paraître 2.

25 Je saisis cette occasion pour remercier mon ami et collègue Mondher Brahmi, inspecteur régional du Sud-Ouest, de son aimable collaboration.

26 Nasr 2005, III, pl. XIII-XLI ; 2019, fig. 6-7 ; Nasr à paraître 2, fig. 3 et 5.

27 En fait, ils sont six principaux styles (I-VI) plus un transitoire (hybride) dénommé IV/V dont les exemplaires évoquent, à la fois, les styles IV et V.

28 Vu l’état souvent très fragmentaire des motifs décoratifs sujet de la présente étude, on s’est abstenu à s’engager dans des comparaisons « poussées » avec les styles dits « classiques » et nous nous sommes contentés, pour le moment, de ressortir les traits caractéristiques des poinçons de Sidi Aïch et de les comparer avec ceux desdites productions (Nasr 2005, p. 482-483).

29 Hayes 1972, p. 217-222.

30 Atlante I 1981, p. 122-124.

31 Hayes 1972, p. 217-222.

32 Atlante I 1981, p. 123-124.

33 Hayes 1972, style D, forme 82.5, pl. XVI c.

34 Atlante I 1981, p. 123-124.

35 Atlante I 1981, p. 124.

36 Atlante I 1981, p 124.

37 Surtout au niveau de la disposition des motifs à l’intérieur du récipient et leur exécution schématique.

38 Atlante I 1981, p. 124.

39 Atlante I 1981, p. 123-124.

40 Fig. 9.

41 Mackensen 1993, p. 181-313 ; 1998b.

42 Mackensen 1993, II (catalogue), pl. 1-4.

43 Hayes 1972, p. 282-283.

44 Nasr 2005, III, pl. XX, XXIX, XXX-IV, XLI ; Nasr à paraître 1, fig. 3 et 5.

45 Nasr 2005, I, p. 130-133, tabl. 2.

46 Nasr 2005, II, p. 496-498.

47 Nos recherches remontent au début des années 1990 (cf. Nasr, 1992).

48 Nasr à paraître 3.

49 Nasr 2005, II, p. 279-379 ; 2017 ; 2020.

50 Nasr 2005, II, p. 380-472 ; 2015 ; Nasr à paraître 1. Concernant cet atelier, je tiens à préciser que nos investigations récentes ont rendu caducs les résultats des analyses pétrographiques peu édifiantes (Nasr, Capelli 2018) et ont confirmé par la même occasion, preuves archéologiques à l’appui, la vraie nature de ce site en tant que producteur, entre autres, des catégories de sigillée africaine A/D, C et E (Nasr à paraître 3.).

51 Stern 1968, p. 149.

52 Nasr 2005, p. 78-278 ; 2019, fig. 6-7 ; Nasr, à paraître 2, fig. 3 et 5. Dans ce sens voir aussi Hasenzagl, Capelli 2020.

53 Nasr 2005, p. 486-492 ; 2019, p. 57-74.

54 Nasr 2005, p. 493-506 ; Nasr à paraître 3.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Sidi Aïch. Montagne, colline de rebuts de céramique et traces de four
Crédits (cliché M. Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4677/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 2 : Sidi Aïch. Les deux mausolées dominant la plaine
Crédits (cliché M. Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4677/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 3 : Carte des ateliers de céramique en Byzacène du Sud-Ouest
Crédits (dessin M. Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4677/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Fig. 4 : Sidi Aïch. Sigillée africaine.
Légende Styles décoratifs.
Crédits (dessins et clichés M. Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4677/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 5 : Sidi Aïch. Sigillée africaine
Légende Styles décoratifs.
Crédits (dessins et clichés M. Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4677/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 6 : Sidi Aïch. Sigillée africaine
Légende Styles décoratifs.
Crédits (dessins et clichés M. Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4677/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 7 : Sidi Aïch. Sigillée africaine
Légende Styles décoratifs.
Crédits (dessins et clichés M. Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4677/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 438k
Titre Fig. 8 : Sidi Aïch. Motifs décoratifs (1-69)
Crédits (dessins M. Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4677/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 587k
Titre Fig. 9 : Sidi Aïch
Légende Motifs décoratifs (70-75) ; types de pieds et styles décoratifs.
Crédits (dessins M. Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4677/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Titre Fig. 10 : Sidi Aïch. Sigillée africaine
Légende Formes supposées être décorées.
Crédits (dessins M. Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4677/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 11 : Sidi Aïch. Sigillée africaine
Légende Guillochis.
Crédits (dessins M. Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4677/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Titre Fig. 12 : Sidi Aïch. Sigillée africaine
Légende Guillochis.
Crédits (dessins M. Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4677/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Titre Fig. 13 : Sidi Aïch. Sigillée africaine
Légende Formes et types de guillochis.
Crédits (dessins M. Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4677/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Titre Fig. 14 : Sidi Aïch. Sigillée africaine
Légende Formes et types de guillochis.
Crédits (dessins M. Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4677/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Titre Fig. 15 : Sidi Aïch. Sigillée africaine
Légende Formes et types de guillochis.
Crédits (dessins M. Nasr)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4677/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mongi Nasr, « L’atelier de Vicus Gemellae : motifs, styles décoratifs et guillochis »Antiquités africaines, 57 | 2021, 169-192.

Référence électronique

Mongi Nasr, « L’atelier de Vicus Gemellae : motifs, styles décoratifs et guillochis »Antiquités africaines [En ligne], 57 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 04 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/antafr/4677 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.4677

Haut de page

Auteur

Mongi Nasr

Enseignant-chercheur à l’université de Sfax (Tunisie) et membre du laboratoire LERIC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Antiquités africaines

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search