Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57Approches archéométriques non des...

Approches archéométriques non destructives sur les engobes des sigillées africaines

Mesures colorimétriques et géochimiques (pXRF) préliminaires
Rémi Rêve, Jean-Paul Ambrosi et Claudio Capelli
p. 193-208

Résumés

Cet article présente les résultats préliminaires d’analyses par deux méthodes non destructives, portables et relativement économiques du point de vue investissement/temps de mesure, sur les engobes de sigillées africaines : la colorimétrie et la fluorescence X portable. Seules ou en combinaison, elles permettent de distinguer entre elles les différentes productions de sigillées africaines ainsi que les différents ateliers connus de Tunisie. Ces résultats prometteurs incitent à poursuivre dans le développement de ces approches, qui pourront être appliquées in situ sur les céramiques des sites de consommation ainsi que sur des collections muséales.

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs remercient chaleureusement Michel Bonifay et Sami Ben Tahar, directeurs de thèse de l'un d'entre eux (RR), pour leur suivi et conseils au cours de la mise en forme de cet article.

Introduction

  • 1 Waagé 1948 ; Lamboglia 1958, 1963 ; Carandini 1981.
  • 2 Hayes 1972.
  • 3 Salomonson 1968 ; Stern 1968 ; Peacock et alii 1990, Barraud et alii 1998 ; Mackensen 1993 ; Bonif (...)

1Bien que plusieurs sites d’ateliers de potiers antiques soient reconnus en Tunisie depuis la fin du xixe siècle, c’est dans la seconde moitié du xxe siècle que l’identification des productions de céramiques sigillées de la Tunisie romaine se développe. À partir des années 1950, les premiers regroupements de catégories de sigillées africaines1, en lien avec l’élaboration de leurs typologies2, ont permis de mieux identifier ces productions, en particulier sur les sites consommateurs du pourtour méditerranéen. Par la suite, l’identification et le rattachement de ces productions à des ateliers spécifiques a été rendu possible par les prospections et travaux de terrain qui, bien qu’amorcés dès les années 1970, ont connu une forte intensification dans les années 1990 et 20003

2Ces sites de production fournissent un matériel de référence qui est alors documenté d’un point de vue céramologique et, plus récemment, analysé d’un point de vue archéométrique en pétrographie et géochimie.

  • 4 Cf. par ex. Schuring 1988.
  • 5 Mackensen, Schneider 2002; Brun 2004.
  • 6 Brun 2007.
  • 7 Mackensen, Schneider 2006, Baklouti et alii 2014 ; 2015.

3Si les premières analyses chimiques sur les céramiques africaines débutent dès la fin des années 1980 (généralement sur du matériel provenant de sites de consommation)4, c’est au début des années 2000 que les ateliers de sigillée africaine sont véritablement caractérisés, en particulier dans la vallée de la Mejerda (ateliers d’El Mahrine, Bordj el Djerbi et Henchir el Biar) et de l’oued Milliane (atelier d’Oudhna)5 ainsi que sur les ateliers de Sidi Khalifa6 et du centre de la Tunisie7

  • 8 Capelli, Bonifay 2007 ; 2016.
  • 9 Bonifay, Capelli, Brun 2012, Capelli et alii 2016 ; Nasr, Capelli 2018a ; 2018b ; Hasenzagl 2019 ; (...)
  • 10 Bonifay, Capelli, Brun 2012.
  • 11 Gliozzo et alii 2004.
  • 12 Leon et alii 2014.
  • 13 Voir par exemple Sciau, Sanchez, Gliozzo 2020.

4En parallèle aux analyses chimiques, l’étude pétrographique basée sur les références d’ateliers commence également à fournir de bons résultats. Après la caractérisation de nombreux sites de production d’amphores africaines8, la pétrographie a démontré également la possibilité de distinguer les productions de sigillées africaines les unes des autres, par l’observation des tranches en lames minces au microscope polarisant ou parfois avec la loupe binoculaire, voir même avec une simple loupe X10-20, en lien avec les données archéologiques et typologiques9 Révélant les principales différences dans la composition et la texture de la pâte, l’observation au microscope a pu également montrer des variations dans les engobes (épaisseur, degré d’homogénéité, d’épuration, vitrification), responsables de l’aspect macroscopique des surfaces, qui fournissent un outil de plus pour la distinction des ateliers et les études de provenance10 Par ailleurs, les instrumentations de laboratoires ont fourni de bons résultats sur des engobes de différentes productions, résultats qui ont conduit par exemple à la distinction d’ateliers de production par l’étude minéralogique et chimique des vernis noirs des poteries d’Étrurie du Nord11, tandis que d’autres études ont permis la caractérisation de la composition et la technologie de fabrication des sigillées italiques et gauloises12 La distinction des ateliers des points de vue archéologique et archéométrique est ainsi favorisée par la spécificité technologique et typologique des productions d’une catégorie donnée depuis sa source de matière première, son élaboration, jusqu’au façonnage de la forme, de la décoration et de la cuisson y compris des engobes13

5Les études en laboratoire fournissent donc de nombreux éléments permettant d’identifier l’origine d’une grande partie des productions de céramiques sigillées d’Afrique romaine. Néanmoins la réalisation de ces analyses nécessite le prélèvement d’un échantillon, même de dimensions très réduites, ce qui représente parfois un obstacle, notamment pour l’analyse d’objets entiers exposés dans les musées.

  • 14 Hunt, Speakman 2015.
  • 15 Frahm 2018; Speakman et alii 2011.
  • 16 Bonifay et alii 2015 ; Mukaï et alii 2016 ; Bonifay etalii 2019 ; Rêve et alii 2019.

6Récemment, le développement de nouvelles méthodes d’analyses non destructrices et non invasives a permis d’envisager des études sur des collections archéologiques muséales. La technique de fluorescence X portable (pXRF), même si moins précise et fiable que la fluorescence traditionnelle14, répond très bien à ces problématiques, et a d’ores et déjà été appliquée avec succès sur un certain nombre de collections de céramiques non africaines15 Sur les sigillées africaines, l’utilisation de la pXRF, lorsqu’elle est croisée à des analyses céramologiques et pétrographiques, a également livré des résultats prometteurs16

  • 17 Cf. par exemple Delamare, Cadet, 1998 ; Konik, Lafon-Pham 2018.
  • 18 Par exemple Hayes 1985 ; Mackensen, Schneider 2006.
  • 19 Frankel 1980.

7Une autre donnée archéométrique non destructive peut également être envisagée pour les céramiques sigillées : la couleur des surfaces et notamment de celles portant un engobe. Déjà expérimentée pour d’autres matériaux archéologiques comme les peintures murales17, la description de la couleur des céramiques a également été envisagée par certains archéologues via l’emploi du nuancier de Munsell, de façon à apporter un critère de distinction à des chercheurs non spécialistes. Toutefois, les valeurs déterminées par le code Munsell se recoupent généralement entre productions18 De plus, ce nuancier est soumis à une certaine subjectivité, d’une part en raison de la perception des couleurs propre à chaque chercheur et d’autre part à cause de l’influence de la lumière ambiante lors de la détermination19

  • 20 Chenoweth, Farahani 2015 ; Ruck, Brown 2015.
  • 21 McGrath et alii 2017.

8La couleur restant néanmoins une donnée facilement accessible, de récentes études ont été menées avec d’autres systèmes de référencement colorimétrique, encore peu utilisés par les archéologues. Un des systèmes utilisés est le CIELAB 1976 (cf. infra), qui a déjà été utilisé directement sur du mobilier céramique archéologique en confrontation ou combinaison avec le nuancier de Munsell20 voire sur des données numérisées liées aux céramiques archéologiques21 L’avantage de ce système est d’obtenir des valeurs numériques qui peuvent être visualisées dans un espace tridimensionnel, et qui, contrairement aux codes du nuancier de Munsell, permettent d’établir des comparaisons mathématiques entre les différents objets, au sein de ce repère, par rapport à la référence de calibration du constructeur (ici un socle d’étalonnage associé à l’appareil de mesure).

  • 22 Bonifay, Capelli, Brun 2012.

9Sur ces bases, et grâce à une collection de référence à notre disposition, en majorité issue de sites de production, nous avons conduit une étude au moyen des analyses à la fois par fluorescence X portable et par colorimétrie sur les engobes de quelques échantillons représentatifs des principales productions de céramiques sigillées d’Afrique romaine, et de quelques autres productions de Méditerranée occidentale pour comparaison. En effet, même si ces engobes sont toujours essentiellement dans des gammes de couleur rouge (présence de fer et cuisson oxydante), certaines nuances entre objets permettent d’identifier assez aisément plusieurs productions en association avec leur typologie. Les céramologues peuvent par exemple distinguer à l’œil nu une sigillée italique, caractérisée par un engobe très brillant, d’une sigillée africaine, plus opaque, et également parmi les productions africaines, celles caractérisées par un engobe plus orange (par exemple la sigillée A) ou plus rouge foncé (par exemple la sigillée C)22 Mais qu’en est-il de la possibilité, sur la base de la couleur des engobes, de distinguer des ateliers différents au sein d’une même zone de production ?

10Le but de cette étude préliminaire est d’évaluer la possibilité d’identifier les régions ou les ateliers d’origine des sigillées africaines de Tunisie romaine avec chacune des méthodes colorimétrique et géochimique, ou leur combinaison. Ces méthodes étant non destructives, portables et économiques, leur utilisation se révèlerait d’un grand intérêt notamment dans le cas où les données archéologiques seraient insuffisantes, et où d’autres méthodes archéométriques plus invasives ne pourraient être mises en œuvre.

1. Matériaux et méthodes

1.1 Echantillonnage

  • 23 Atlante I 1981 ; Bonifay, Capelli, Brun 2012 ; Bonifay et alii 2016.
  • 24 Au sein de la collection de référence du Centre Camille Jullian et de l’ex-UPR 424 «  Recherches d (...)
  • 25 Cette catégorie est subdivisée en D1 pour El Mahrine et en D2 pour Oudhna.
  • 26 Une zone d’atelier situé à Carpis aurait produit de la sigillée A  : Ben Moussa 2017.
  • 27 Les références en dépôt provisoire au CCJ pour la sigillée A/D proviennent du site de Rougga (Guér (...)
  • 28 Bonifay et alii 2016.
  • 29 Mackensen 1998.

11La sigillée africaine est répertoriée en différentes catégories correspondant à des recoupements entre ­typo-chronologies et aspect macroscopique de la pâte aujourd’hui assez bien définis23 et est, pour certaines catégories, rattachée à des ateliers spécifiques. Les échantillons sélectionnés24 proviennent des ateliers d’El Mahrine et d’Oudhna (sigillée D)25, de Sidi Khalifa (sigillée C/D) (ateliers septentrionaux), de Djilma (sigillée C/E / E) et des ateliers de Sidi Aïch et Henchir Es Srira (sigillée « continentale ») (ateliers de Tunisie du centre et du sud-ouest). Ont également été réunis des échantillons appartenant à des catégories bien caractérisées céramologiquement mais non rattachés à un ou des atelier(s) reconnu(s) sur le terrain et dont les références proviennent ici de sites de consommation. Il s’agit des catégories de sigillées A (régions septentrionales de Tunisie)26, A/D (centre Tunisie et Tripolitaine, éventuellement régions nord ?)27, C (centre Tunisie)28 et D2 de l’atelierX (ou Large D2 pottery29) (fig. 1, tabl. 1).

Fig. 1 : Carte des principaux ateliers et catégories de sigillées africaines

Fig. 1 : Carte des principaux ateliers et catégories de sigillées africaines

(d’après Bonifay et alii 2016 ; 2019)

  • 30 Provenant des fouilles tuniso-germaniques à Meninx (étude en cours par S. Ben Tahar, K. Mansel et (...)
  • 31 Collection de référence du Centre Camille Jullian. Les productions de sigillée sud-gauloise provie (...)
  • 32 Les auteurs remercient chaleureusement Lucien Rivet et Sylvie Saulnier pour avoir permis l’analyse (...)

12À titre de comparaison et bien que leurs aspects macroscopique et typologique les différencient facilement, nous avons également analysé des références de céramiques sigillées n’appartenant pas aux catégories de production de l’Afrique romaine afin de confirmer leur distinction par les méthodes envisagées ici. Ces productions, répertoriées dans le tableau 1, correspondent à des sigillées tripolitaines30, des sigillées gauloises de l’atelier de la Graufesenque31, et des sigillées italiques issues d’ateliers de Pise et d’Arezzo32 Par commodité, on désigne sous le terme de « sigillée africaine » les productions de Tunisie romaine par opposition aux sigillées tripolitaines, ces dernières étant également stricto sensu des céramiques africaines. De plus, pour une lecture plus facile des comparaisons entre sigillée A et A/D, cette dernière catégorie est présentée ici dans le graphique consacré aux ateliers du nord de la Tunisie.

13Dans certains cas, les références disponibles n’ont pas permis d’avoir un effectif conséquent en raison de la présence d’un seul exemplaire existant dans la collection ou, dans le cas des analyses chimiques, d’un seul exemplaire non altéré. De plus, seulement une partie des échantillons analysés en colorimétrie a été analysée en pXRF. Nous avons néanmoins fait le choix de présenter ici l’ensemble des résultats colorimétriques afin d’illustrer tous les groupes étudiés.

14Un total de 122 échantillons a été analysé en colorimétrie. Parmi ces échantillons, 45 ont été sélectionnés pour les mesures en pXRF. Le tableau 1 présente la liste des échantillons analysés par chaque méthode, par ateliers ou catégories de sigillées avec les typologies correspondantes.

1.2 Colorimétrie

  • 33 Les auteurs remercient également Tomoo Mukaï pour la mise à disposition de l’appareil.
  • 34 Pour plus de détail sur le fonctionnement de l’appareil et cas d’étude, cf. Moritsuka et alii 2014

15Les données colorimétriques ont été obtenues par un colorimètre numérique Konica Minolta Spad50333, et sont exprimées dans le système CIELAB 1976 (Commission Internationale de l’Eclairage L*a*b*). Ce système permet de situer dans un repère tridimensionnel orthonormé la couleur d’un échantillon en fonction de L (clarté, axe noir-blanc de 0 à 100), a (axe vert-rouge de -120 à 120) et b (axe bleu-jaune, de -120 à 120)34 Pour chaque objet analysé, la mesure s’est faite sur un point de l’échantillon, en veillant, pour chaque objet, à cibler les zones les plus homogènes au niveau colorimétrique, afin d’éviter les parties altérées, ou avec des concentrations d’engobe plus faibles. Il est également important de noter que le degré de vitrification des revêtements argileux résultant de la qualité de la cuisson et pouvant influencer leurs réflectances, et donc les paramètres colorimétriques n’est pas abordé dans cette étude. La position des échantillons dans le repère CIELAB selon les trois paramètres mesurés (L, a, b) s’exprime par l’écart de teinte dE qui correspond à l’écart des différentes valeurs colorimétriques d’un échantillon par rapport au standard de l’appareil avec :

16dE = (dL² + da² + db²) 1/2.

17et les valeurs de chroma ou saturation C avec :

18C = (a² + b²) 1/2.

1.3 Fluorescence de Rayons X portable (pXRF)

  • 35 Les éléments P et S ne sont pas pris en compte.

19Les 45 analyses en XRF portable (tabl. 1) ont été réalisées au moyen d’un appareil Bruker Trace IV SD, avec un temps d’analyse de 90s à 15 kV et deux points distincts analysés par échantillon et par surface engobée analysée. L’analyse s’est concentrée sur la détection des éléments majeurs (Al, Si, K, Ca, Ti, Mn, Fe)35 Ici les analyses sur chaque échantillon sont exprimées en % poids des éléments analysés et normalisés à 100 %.

2. Résultats

2.1 Colorimétrie

20Les figures 2 et 3 montrent clairement que l’ensemble des sigillées africaines (ARS), tripolitaines, italiques et gauloises se situent dans un espace colorimétrique restreint du fait de leur dominante rouge (35 <L <53 ; 16 <a <32 ; 12 <b <30) et avec des nuances qui ne sont pas forcément discernables à l’œil nu.

Fig. 2 : Diagramme binaire a/b pour tous les échantillons analysés en colorimétrie

Fig. 2 : Diagramme binaire a/b pour tous les échantillons analysés en colorimétrie

Les productions africaines sont réunies dans un seul groupe (ARS) (légende en tabl. 1).

Fig. 3 : Diagramme binaire L/C pour tous les échantillons analysés en colorimétrie

Fig. 3 : Diagramme binaire L/C pour tous les échantillons analysés en colorimétrie

Les productions africaines sont réunies dans un seul groupe (ARS) (légende en tabl. 1).

21Si les données obtenues pour les productions de sigillées africaines ont tendance à avoir des valeurs plus fortes pour a et b (teinte plus orange) que les autres productions (fig. 2, 3), ces seules valeurs ne sont pas suffisantes pour discriminer de façon certaine une partie des productions africaines des italiques et gauloises qui, par ailleurs se distinguent par d’autres moyens en contexte archéologique (typologie, pétrographie).

22Toutefois, si l’on considère l’ensemble des composantes colorimétriques pour les seules productions gauloises, italiques et tripolitaines, on peut noter que les trois groupes se distinguent au niveau colorimétrique d’une part des productions africaines, et d’autre part se distinguent nettement les uns des autres. D’une manière générale, leurs valeurs de L et C (fig. 3) sont plus basses que celles de l’ensemble des productions africaines, ce qui correspond à des teintes plus sombres (tirant sur le violet/brun). Dans ce cas précis, on peut observer une séparation de ces ensembles avec les ateliers du centre et du sud-ouest de la Tunisie qui peuvent posséder visuellement des teintes semblant similaires (notamment les ateliers de Sidi Aïch et de Djilma), mais cette séparation s’observe également entre eux. Sur ce point, les données colorimétriques sont très intéressantes car elles discriminent assez bien les productions gauloises et italiques et semblent également séparer les ateliers de Pise et Arezzo (fig. 3).

23De même, les données colorimétriques différencient la majorité des échantillons de sigillées tripolitaines des céramiques africaines avec des teintes plus sombres pour les premiers, mis à part quelques rares cas de superposition (fig. 2, 3).

24Toutefois, l’intérêt de cette approche réside plus particulièrement dans la distinction des différents ateliers et productions de céramiques sigillées africaines entre eux. Si les distinctions pour certaines catégories se font généralement avec une certaine facilité sur le terrain archéologique (entre une sigillée A ou C par exemple), la colorimétrie peut aider à distinguer des ateliers spécifiques au sein d’une même catégorie ou entre catégories proches morphologiquement et à l’observation macroscopique.

25En considérant uniquement les chromas des ateliers du nord de la Tunisie (fig. 4), les données a et b permettent de distinguer, au sein de la sigillée D, l’atelier d’Oudhna (nos 1 à 12) de celui d’El Mahrine (nos 13 à 23), avec des valeurs sur l’axe b le plus souvent supérieures pour les échantillons d’Oudhna. Ce premier résultat est très intéressant dans la mesure où il vient confirmer la distinction entre les catégories de sigillée D1 et D2 produites respectivement par El Mahrine et Oudhna (fig. 4). L’atelier de Sidi Khalifa (catégorie C/D) en revanche ne se distingue pas des deux précédents ateliers et on observe également une très grande dispersion de ses gammes de teintes (allant de l’orange clair au rouge). De même, les données obtenues pour le seul échantillon attribué à l’atelierX (no 24) ne semblent pas se distinguer de l’ensemble des autres productions septentrionales.

Fig. 4 : Diagramme binaire a/b pour les ateliers et productions du nord de la Tunisie

Fig. 4 : Diagramme binaire a/b pour les ateliers et productions du nord de la Tunisie

(légende en tabl. 1)

26En revanche, les mesures colorimétriques permettent de mieux discriminer les ateliers et productions du centre et sud-ouest entre eux (fig. 5). L’atelier d’Henchir Es Srira (nos 69 à 76) est isolé des ateliers de Sidi Aïch (nos 58 à 68) et Djilma/sigillée E (nos 55 à 57), avec des valeurs voisines à celles de la production d’Oudhna (cf. fig. 4), tandis que celles de Sidi Aïch et Djilma sont plus proches entre elles, avec des valeurs de a et b plus faibles que pour les ateliers du nord de la Tunisie. Les valeurs de chromas permettent également de distinguer les productions de Sidi Aïch et celles de Djilma. Les échantillons de l’atelier de Djilma (nos 55 et 56) se détachent nettement de ceux de l’atelier de Sidi Aïch tandis que l’échantillon attribué à la catégorie E (sans attribution à un atelier spécifique) (no 57) est un peu plus proche des valeurs de Sidi Aïch. Il conviendrait cependant d’augmenter les références de sigillées E et de l’atelier de Djilma pour confirmer cette tendance (fig. 5).

Fig. 5 : Diagramme binaire a/b pour les ateliers et productions du centre et sud-ouest de la Tunisie

Fig. 5 : Diagramme binaire a/b pour les ateliers et productions du centre et sud-ouest de la Tunisie

(légende en tabl. 1)

27Pour les autres grands types de productions africaines, la fig. 6 montre que ces dernières forment des groupes assez différents. En premier lieu, on peut noter une certaine distinction entre les productions de A (nos 34 à 41) et de A/D (nos 42 à 46) dont les factures sont assez similaires. La sigillée C (nos 47 à 54) présente des valeurs de b légèrement inférieures, et a tendance à se séparer en deux groupes colorimétriques distincts (fig. 6), indépendamment de leurs sous catégories (tabl. 1).

Fig. 6 : Diagramme binaire a/b pour les productions (ateliers non connus) de sigillées du nord et du centre/sud-ouest de la Tunisie

Fig. 6 : Diagramme binaire a/b pour les productions (ateliers non connus) de sigillées du nord et du centre/sud-ouest de la Tunisie

(légende en tabl. 1)

2.2 Fluorescence X portable

  • 36 Sciau, Sanchez, Gliozzo 2020.

28En accord avec les données existantes36, les analyses par pXRF confirment une composition des engobes des sigillées riche en Si (39-57 %), Al (19-29 %), Fe (8-19 %) et K (4-15 %), avec des contenus plus faibles de Ca (2-9 %), Ti (1-2 %) et des traces de Mn (0,08-0,3 %).

29Les variations de composition distinguent notamment, pour le rapport aluminium/potassium (Al/K) (fig. 7), plusieurs grandes productions entre elles, telles que les sigillées italiques de Pise et Arezzo (avec de hautes valeurs de K et Al) et les sigillées tripolitaines (avec de très basses valeurs de K légèrement superposées à celles des productions africaines).

Fig. 7 : Diagramme binaire Al/K (%) pour tous les échantillons analysés en pXRF

Fig. 7 : Diagramme binaire Al/K (%) pour tous les échantillons analysés en pXRF

(légende en tabl. 1)

30Concernant les productions africaines, les ateliers correspondant au nord de la Tunisie (hautes valeurs Al et basses valeurs K) forment un groupe distinct des ateliers du centre et sud-ouest de la Tunisie (basses valeurs Al et fortes valeurs K pour Djilma et Sidi Aïch, et basses valeurs Al et K pour Henchir Es Srira). Seul l’échantillon de sigillée C, considérée comme une production du centre de la Tunisie, présente des valeurs K et Al proches de certains échantillons de Sidi Khalifa ou de l’atelierX qui eux sont rattachés aux ateliers du nord (fig. 7). Si les trois ateliers du centre/sud-ouest tunisien se distinguent assez bien des autres ensembles de sigillées africaines, il est plus difficile d’isoler les différentes productions du nord entre elles. La comparaison fer/silicium (Fe/Si) fournit une meilleure discrimination pour les productions du nord (fig. 8), en particulier pour les productions des catégories A et A/D, ainsi que pour l’atelier d’Oudhna par rapport à celui d’El Mahrine. Seule exception, les échantillons de l’atelier de Sidi Khalifa qui sont assez dispersés dans les diagrammes Al/K (fig. 7) et Fe/Si (fig. 8), et où ils sont en partie superposés à ceux d’Oudhna.

Fig. 8 : Diagramme binaire Si/Fe (%) pour les échantillons des ateliers de production du nord de la Tunisie analysés en pXRF

Fig. 8 : Diagramme binaire Si/Fe (%) pour les échantillons des ateliers de production du nord de la Tunisie analysés en pXRF

(légende en tabl. 1)

  • 37 Peacock et alii 1990 ; Mackensen, Schneider 2006.

31Dans le cas des ateliers de Tunisie centrale et du sud-ouest, les variations de concentrations de Si et K permettent de distinguer entre eux les différents ateliers de cette région avec les productions de Tripolitaine (fig. 9). Les ateliers de Sidi Aïch et Djilma se caractérisent notamment par des concentrations en K supérieures à celles de l’atelier d’Henchir Es Srira, ainsi qu’aux productions de Tripolitaine. En revanche l’exemplaire de sigillée C est proche des échantillons de Henchir Es Srira, ce qui pourrait s’expliquer par la proximité des zones de production attribuées à cette catégorie, en particulier l’atelier de Sidi Marzouk Tounsi sur lequel la production de sigillée africaine C a clairement été identifiée37 Seuls les échantillons de sigillées tripolitaines demeurent assez dispersés avec des valeurs très proches d’Henchir Es Srira, limitant une discrimination nette.

Fig. 9 : Diagramme binaire Si/K pour les échantillons des ateliers de production du centre et sud-ouest de la Tunisie analysés en pXRF

Fig. 9 : Diagramme binaire Si/K pour les échantillons des ateliers de production du centre et sud-ouest de la Tunisie analysés en pXRF

(légende en tabl. 1)

32Néanmoins, l’ensemble des données chimiques obtenues permet de bien distinguer les différentes régions de production ainsi que les différents ateliers de chaque région pour les sigillées africaines. Les grandes catégories de productions de céramiques sigillées dont les ateliers ne sont encore clairement définis se distinguent également entre elles.

2.3 Croisement de méthodes

33Prises indépendamment l’une de l’autre, les méthodes colorimétriques et géochimiques en pXRF distinguent certaines productions de sigillées africaines les unes des autres. Néanmoins, une certaine variabilité demeure pour certains échantillons pour chacune des méthodes.

34La combinaison de la colorimétrie à la chimie sur les 45 échantillons ayant subi les deux types d’analyses (tabl. 1) devient alors intéressante pour obtenir des résultats plus discriminants entre les différentes productions.

35Plus précisément sur les sigillées africaines, l’association du chroma a avec la somme Fe+Ti vient confirmer la distinction entre l’atelier d’Oudhna et d’El Mahrine (fig. 10), ainsi que pour les catégories de sigillée A et A/D qui peuvent être confondues macroscopiquement en l’absence de données typologiques. Pour les sigillées de Tunisie centrale, l’association du chroma a avec la somme Al+K distingue très bien les ateliers de Djilma et Sidi Aïch, mais également les productions de sigillée C et d’Henchir Es Srira (fig. 11). Pour ces deux dernières productions cette association est d’autant plus probante considérant les superpositions de ces échantillons lorsque chacune des méthodes était prise séparément. Néanmoins une augmentation du nombre d’analyses sur des sigillées C devra être réalisée afin de confirmer cette observation.

Fig. 10 : Diagramme binaire du chroma a en fonction de la somme Fe+Ti (%) pour les ateliers et productions du nord de la Tunisie

Fig. 10 : Diagramme binaire du chroma a en fonction de la somme Fe+Ti (%) pour les ateliers et productions du nord de la Tunisie

(légende en tabl. 1)

Fig. 11 : Diagramme binaire du chroma a en fonction de la somme Al+K (%) pour les ateliers et productions de centre et sud-ouest de la Tunisie et de Tripolitaine

Fig. 11 : Diagramme binaire du chroma a en fonction de la somme Al+K (%) pour les ateliers et productions de centre et sud-ouest de la Tunisie et de Tripolitaine

(légende en tabl. 1)

36Cette distinction se retrouve également au niveau des teintes générales (dE) des échantillons en association avec la somme Fe+Ti qui semble séparer l’échantillon de sigillée C du champ de ceux d’Henchir Es Srira et en dépit de la forte dispersion de ces derniers (fig. 12). Cette association semble également pertinente pour différencier les ateliers de Sidi Aïch et Djilma. Cependant, comme pour le cas des sigillées C évoquées plus haut, il conviendra d’augmenter le nombre d’analyses sur ces ateliers pour confirmer ces distinctions.

Fig. 12 : Diagramme binaire des écarts de teinte générale dE en fonction de la somme Fe+Ti (%)

Fig. 12 : Diagramme binaire des écarts de teinte générale dE en fonction de la somme Fe+Ti (%)

(légende en tabl. 1)

  • 38 Si le degré de vitrification et la présence d’éléments chimiques tels que le fer, le titane ou cer (...)

37Enfin, on note également pour cette même association, que les ateliers et productions du nord de la Tunisie (en partant d’El Mahrine vers les productions de sigillée A) ont des valeurs croissantes pour le dE et la somme Fe+Ti allant de teinte jaune-orangé à orange rouge. Ces valeurs pourraient illustrer l’influence des concentrations de ces deux éléments dans la teinte générale de ces productions38

38Par ailleurs, les productions tripolitaines et africaines, qui se discernent macroscopiquement et par leur typologie, s’individualisent clairement lorsque l’on compare leurs analyses associant le chroma vert-rouge (a) ou la teinte générale (dE) avec certains éléments chimiques (Al+K, fig. 11 et Fe+Ti, fig. 12) qui jusqu’alors pouvaient se superposer avec les seules données colorimétriques ou chimiques prises séparément.

Conclusion

  • 39 Sciau, Sanchez, Gliozzo 2020.

39Cette recherche a démontré que, seules ou en combinaison, les méthodes colorimétriques et de pXRF permettent, même en cas d’absence de données archéologiques, de distinguer l’origine de la plupart des productions de sigillées africaines entre elles, et d’autres productions non africaines. D’autres types d’analyses de laboratoire de mise en œuvre moins aisée, souvent destructrices et également ponctuelles restent cependant nécessaires pour mettre en corrélation les différences macroscopiques (couleur, aspect, qualité) avec la composition chimique (également des éléments en traces) et minéralogique39, le degré de vitrification et d’épuration, l’homogénéité et l’épaisseur des engobes.

  • 40 Mukaï et alii 2016.
  • 41 Hasenzagl, Capelli 2019 ; 2020 et dans ce volume.

40Le couplage de ces deux méthodes, non destructives, portables et relativement économiques du point de vue investissement/temps de mesure, est très prometteur et il présente un intérêt majeur notamment pour les collections muséales. Les résultats montrés ici constituent à ce stade une approche préliminaire qu’il conviendra de développer, tant sur le nombre de références et leur origine que sur les protocoles. Ce développement pourra contribuer à l’identification des ateliers connus, voire même à la mise en évidence d’ateliers non encore référencés. Les analyses pourront être réalisées aussi bien sur des collections comme celle du musée de Gap, actuellement en cours d’étude40, que sur d’autres collections de référence comme celle de Salomonson41, mais aussi sur des sites de consommation.

  • 42 Une attention toute particulière est portée au développement des analyses en pXRF dans le cadre du (...)

41Certes, la colorimétrie employée seule ne permet pas, actuellement tout au moins, de distinguer les différentes productions ; elle vient en renfort de résultats chimiques ou pétrographiques. Toutefois, elle s’ajoute ainsi à l’éventail des méthodes archéométriques utilisées dans l’étude des céramiques africaines, actuellement en plein développement42

Annexe : Tableau 1

Tableau 1 : synthèse des résultats

N° d’inventaire Atelier Sigle graphe Classe céramique Lieu de découverte Typologie Chimie Couleur
1 TL N2 Oudhna OU D2 Oudhnaa H.99 X X
2 - Oudhna OU D2 Oudhna H.91 X X
3 - Oudhna OU D2 Oudhna H.97 X X
4 - Oudhna OU D2 Oudhna H.99 X X
5 OUD1 Oudhna OU D2 Oudhna H.99 X X
6 OUD2 Oudhna OU D2 Oudhna H.99 - X
7 - Oudhna OU D2 Saint-Blaiseb H.96 - X
8 TL N1 Oudhna OU D2 Oudhna H.99 - X
9 - Oudhna OU D2 Oudhna H.99 - X
10 - Oudhna OU D2 Saint-Blaise H.99 - X
11 - Oudhna OU D2 Oudhna H.96 - X
12 - Oudhna OU D2 Oudhna H.91 - X
13 EM 224a El Mahrine EM D1 El Mahrinec H.91 X X
14 EM 454a El Mahrine EM D1 El Mahrine H.67 X X
15 EM 4 El Mahrine EM D1 El Mahrine H.80 X X
16 EM 188 El Mahrine EM D1 El Mahrine H.80 X X
17 EM 113b El Mahrine EM D1 El Mahrine H.67 X X
18 EM 126a El Mahrine EM D1 El Mahrine H.67 - X
19 EM 122a El Mahrine EM D1 El Mahrine H.67 - X
20 EM 236b El Mahrine EM D1 El Mahrine H.91 - X
21 EM 268 El Mahrine EM D1 El Mahrine H.67 - X
22 EM 187b El Mahrine EM D1 El Mahrine H.80 - X
23 EM 283 El Mahrine EM D1 El Mahrine H.67 - X
24 SB 128 Atelier X At X D2 Saint Blaise Fond Indétd X X
25 SK 9 ACD395 Sidi Khalifa SK C/D Sidi Khalifae H.87Af X X
26 SK 11 Sidi Khalifa SK C/D Sidi Khalifa H.103 var X X
27 SK 7 ACD 393 Sidi Khalifa SK C/D Sidi Khalifa H.61Bg X X
28 SK 8 ACD 394 Sidi Khalifa SK C/D Sidi Khalifa H.88h X X
29 SK ACD397 Sidi Khalifa SK C/D Sidi Khalifa H.88i - X
30 - Sidi Khalifa SK C/D Sidi Khalifa Fond Indét - X
31 SK 10 Sidi Khalifa SK C/D Sidi Khalifa H.88 tardive - X
32 SK 20 ACD406 Sidi Khalifa SK C/D Sidi Khalifa Fond H.91 ? - X
33 SK AT6 ACD163 Sidi Khalifa SK C/D Sidi Khalifa H.87 - X
34 - Inconnu Sig A A Collection ancienne CCJ H.6C X X
35 - Inconnu Sig A A Collection ancienne CCJ H.8A X X
36 - Inconnu Sig A A Collection ancienne CCJ H.9B X X
37 - Inconnu Sig A A Collection ancienne CCJ H.9A - X
38 - Inconnu Sig A A Collection ancienne CCJ H.8B - X
39 - Inconnu Sig A A Collection ancienne CCJ H.6A - X
40 - Inconnu Sig A A Collection ancienne CCJ H.3C - X
41 FIVd3 Inconnu Sig A A Marseillej H.9A - X
42 R.72/F-II-6 Inconnu Sig A/D A/D Rouggak H.33l X X
43 - Inconnu Sig A/D A/D Inconnu Fond Indét X X
44 R.74/F-I-38 Inconnu Sig A/D A/D Rougga Fond Indét X X
45 R.74/F-I-83 Inconnu Sig A/D A/D Rougga H.32 - X
46 R.74/F-I-43 Inconnu Sig A/D A/D Rougga H.33 - X
47 - Inconnu Sig C C Collection ancienne CCJ H.50 X X
48 EIIIn22 Inconnu Sig C C Marseille Fond Indét - X
49 - Inconnu Sig C C Collection ancienne CCJ H.48 - X
50 - Inconnu Sig C C Collection ancienne CCJ H.51 - X
51 - Inconnu Sig C C Collection ancienne CCJ Fond Indét - X
52 - Inconnu Sig C C Collection ancienne CCJ H.51 var - X
53 - Inconnu Sig C C Collection ancienne CCJ H.50 - X
54 - Inconnu Sig C C/E Collection ancienne CCJ H.49 - X
55 - Djilma DJ E Collection ancienne CCJ Fond Indét X X
56 - Djilma DJ E Collection ancienne CCJ H.62 X X
57 - Inconnu DJ E Thaenaem H.68 - X
58 SA 12 Sidi Aïch SA CONT Sidi Aïchn Stern XXV X X
59 SA 4 Sidi Aïch SA CONT Sidi Aïch Stern XXV X X
60 SA 11 Sidi Aïch SA CONT Sidi Aïch Stern XXV X X
61 SA 2 Sidi Aïch SA CONT Sidi Aïch Stern VIa/b X X
62 SA 15 Sidi Aïch SA CONT Sidi Aïch Stern VII X X
63 SA 19 Sidi Aïch SA CONT Sidi Aïch Stern XXXIII - X
64 SA 10 Sidi Aïch SA CONT Sidi Aïch Stern XXXIII - X
65 SA 14 Sidi Aïch SA CONT Sidi Aïch Stern VIa/b - X
66 SA 3 Sidi Aïch SA CONT Sidi Aïch Stern XXXV - X
67 SA 5 Sidi Aïch SA CONT Sidi Aïch Fond Indét - X
68 SA 6 Sidi Aïch SA CONT Sidi Aïch Fond Indét - X
69 HS 10 Henchir Es Srira HS CONT Henchir Es Srirao Stern Ib X X
70 HS 3 Henchir Es Srira HS CONT Henchir Es Srira Atlante VIIIB X X
71 HS 21 Henchir Es Srira HS CONT Henchir Es Srira Stern XXIa.2 X X
72 HS 18 Henchir Es Srira HS CONT Henchir Es Srira Stern XII X X
73 HS 19 Henchir Es Srira HS CONT Henchir Es Srira Stern XXIa.2 X X
74 HS 15 Henchir Es Srira HS CONT Henchir Es Srira Stern II - X
75 HS 13 Henchir Es Srira HS CONT Henchir Es Srira Stern Ib - X
76 HS 9 Henchir Es Srira HS CONT Henchir Es Srira Stern Ib - X
77 L12.1 Inconnu TRI TRS Henchir el Abidp H.3q X X
78 5019.2 Inconnu TRI TRS Meninxr H.3 X X
79 1031.23 Inconnu TRI TRS Meninx H.3s X X
80 GRE 1C.457.2 Inconnu TRI TRS Fezzant H.2 - X
81 GRE 1C.457.3 Inconnu TRI TRS Fezzan H.2 - X
82 LGH 10 Inconnu TRI TRS Ghirzau H.4 - X
83 M1 Inconnu TRI TRS Ghirza H.8 - X
84 M3 Inconnu TRI TRS Ghirza H. 8 - X
85 CEM1 Inconnu TRI TRS Ghirza H.3 - X
86 3092.1 Inconnu TRI TRS Libyan Valleys Surveyv H.2 - X
87 533.1 Inconnu TRI TRS Libyan Valleys Survey H.3 - X
88 588.4 Inconnu TRI TRS Libyan Valleys Survey H.3 - X
89 3197.1 Inconnu TRI TRS Libyan Valleys Survey H.2 - X
90 588.15 Inconnu TRI TRS Libyan Valleys Survey H.4c - X
91 A 150 Pise PIS ITA Fréjusw Plat Consp. 12 X X
92 A 210 Pise PIS ITA Fréjus Assiette X X
93 A 274 Pise PIS ITA Fréjus Assiette X X
94 A 285 Pise PIS ITA Fréjus Plat X X
95 A 138 Pise PIS ITA Fréjus Coupe ou assiette - X
96 A 142 Pise PIS ITA Fréjus Coupe - X
97 A 146 Pise PIS ITA Fréjus Coupe - X
98 A 204 Pise PIS ITA Fréjus Coupe/ - X
99 A 209 Pise PIS ITA Fréjus Assiette ou plat - X
100 A 262 Pise PIS ITA Fréjus Assiette Consp. 18 - X
101 A 269 Pise PIS ITA Fréjus Coupe - X
102 A 267 Pise PIS ITA Fréjus Coupe - X
103 A 251 Pise PIS ITA Fréjus Coupe - X
104 BSA 71575 Arezzo ARE ITA Fréjusx Plat X X
105 BSA 77285 Arezzo ARE ITA Fréjus Assiette X X
106 BSA 69600 Arezzo ARE ITA Fréjus Coupe Consp. 13 X X
107 BSA 139137 Arezzo ARE ITA Fréjus Assiette X X
108 BSA 2526 Arezzo ARE ITA Fréjus Plat - X
109 BSA 1106 Arezzo ARE ITA Fréjus Coupe - X
110 BSA 149558 Arezzo ARE ITA Fréjus Plat - X
111 BSA 19346 Arezzo ARE ITA Fréjus Coupe Consp. 14 - X
112 BSA 112010 Arezzo ARE ITA Fréjus Assiette - X
113 BSA 148003 Arezzo ARE ITA Fréjus Coupe - X
114 BSA 184672 Arezzo ARE ITA Fréjus Coupe Consp. 13 - X
115 FIIIa18 Graufesenque GAU GAU Marseille Drag 33 - X
116 P3181.2 Graufesenque GAU GAU Marseille Drag 37a - X
117 EIIIdh12 Graufesenque GAU GAU Marseille Fond Drag 37 - X
118 - Graufesenque GAU GAU Collection ancienne CCJ Drag 33 - X
119 D37 Graufesenque GAU GAU Collection ancienne CCJ Drag 37a bord - X
120 EIIIf20 Graufesenque GAU GAU Marseille Drag 33 - X
121 GAU_1 Graufesenque GAU GAU La Graufesenque Drag 29 - X
122 GAU_2 Graufesenque GAU GAU La Graufesenque Drag 29 - X
a. Oudhna : mission tuniso-française (1994-1996) : échantillons de référence. Cf. Barraud etalii 1998 et Brun 2004.
b. Collection H. Rolland, échantillons de référence. Cf. Rolland 1951 ; Rivet 2001.
c. El Mahrine : collection J. Deneauve déposée au CCJ.
d. Rivet 2001, p. 503, fig. 11, no 128.
e. Programme tuniso-français d’étude du littoral tunisien (1987-1991), échantillons de référence. Cf. Bonifay etalii 2002-2003.
f. Brun 2007, fig. 2, no 4.
g. Bonifay etalii 2002-2003, fig. 6, no 41.
h. Brun 2007, fig. 2, no 6.
i. Bonifay etalii 2002-2003, fig. 6, no 45.
j. Marseille : fouilles de la Bourse (1968-1974), échantillons de référence.
k. Rougga I 2020.
l. Guéry†, Bonifay 2020, p. 83, fig. 12 no35.
m. Programme tuniso-français d’étude du littoral tunisien (1987-1991), échantillon de référence.
n. Sidi Aïch : collection R. Guéry déposée au CCJ.
o. Henchir Es Srira : collection R. Guéry déposée au CCJ.
p. Programme tuniso-français d’étude du littoral tunisien (1987-1991).
q. Bonifay etalii 2002-2003, p. 146, fig. 7, no73.
r. Fouille tuniso-allemande de Meninx (2017-2018).
s. Ritter, Ben Tahar 2020, p. 118, fig. 14 no 9.
t. Fezzan : collection Leicester University/Society for Libyan Studies, en cours d’étude.
u. Ghirza : collection Leicester University/Society for Libyan Studies, en cours d’étude. Cf. Hayes 1984.
v. Libyan Valleys Survey : collection Leicester University/Society for Libyan Studies, en cours d’étude. Cf. Dore 1996.
w. Les numéros d’inventaire commençant par A correspondent aux fouilles du site de L’Argentières-les Aiguières Cf. Genin 2009 et Brentchaloff 2009.
x. Les numéros d’inventaire commençant par BSA correspondent aux fouilles du site de la Butte Saint-Antoine (inédites).
Haut de page

Bibliographie

Baklouti S. etalii 2014, Baklouti S., Maritan L., Laridhi Ouazaa N., Casas L., Joron J.-L., Larabi Kasaa S., Moutte J., “Provenance and Reference Groups of African Red Slip Ware based on Statistical Analysis of Chemical Data and REE”, JRA 50, p. 524-538.

Baklouti S. etalii 2015, Baklouti S., Maritan L., Laridhi Ouazaa N., Mazzoli C., Larabi Kasaa S., Joron J.-L., Fouzaï B., Casa Duocastella L., Labayed-Lahdari M. “African terra sigillata from Henchir Es-Srira Archaeological Site, Centre Tunisia: Archaeological Provenance and Raw Materials based on Chemical Analysis”, Applied Clay Science 105-106, p. 27-40.
https://www.academia.edu/25948075

Barraud etalii 1998, Barraud D., Bonifay M., Dridi F., Pichonneau J.-F., « L’industrie céramique de l’Antiquité tardive », dans H. Ben Hassen, L. Maurin (éd.), Uthina (Oudhna), La redécouverte d’une ville antique de Tunisie, Bordeaux-Paris-Tunis (Ausonius Mémoires 2), p. 139-167.
https://www.academia.edu/4617349/043

Ben Moussa M. 2007, La production de sigillées africaines. Recherches d’histoire et d’archéologie en Tunisie septentrionale et centrale, Barcelona (Instrumenta 23).

Ben Moussa M. 2017, « La production de céramique romaine au Cap Bon. État de la question », dans M. Bourgou (éd.), La péninsule du Cap Bon entre crises et mutations, Actes du colloque, Beït al-Hikma, 19-20 avril 2016, Tunis, p. 121-142.

Bonifay M., Capelli C., Brun C. 2012, « Pour une approche intégrée archéologique, pétrographique et géochimique des sigillées africaines », dans M. Cavalieri en collab. avec E. DeWaele, L. Meulemans (éd.), Industria Apium. L’archéologie: une démarche singulière, des pratiques multiples. Hommages à Raymond Brulet, Louvain-la-Neuve (Fervet opus), p. 41-62.
https://www.researchgate.net/publication/285715021

Bonifay etalii 2002-2003, Bonifay M., Capelli C., Martin T., Picon M., Vallauri L., « Le littoral de la Tunisie, étude géoarchéologique et historique (1987-1993) : la céramique ». AntAfr 38-39, p. 125-202.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_2002_num_38_1_1355

Bonifay etalii 2015, Bonifay M., Nasr M., Rigoir Y., Ambrosi J.-P., Brun C., « Le poinçon-matrice de sigillée africaine de Sidi Aïch redécouvert », AntAfr 51, p. 143-148.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_2015_num_51_1_1575

Bonifay etalii 2019, Bonifay M., Mukaï T., Nasr M., Ambrosi J.-P., Rêve R., « Sigillée africaine “continentale” au musée départemental Arles antique », dans D. Djaoui, M. Heijmans (éd.), Archéologie et Histoire en territoire arlésien. Mélanges offerts à Jean Piton, Montagnac (Archéologie et histoire romaine 42), p. 593-601.
https://www.academia.edu/44819999/184

Brentchaloff D. 2009, « Catalogue des estampilles sur sigillées », dans Le camp 2009, p. 369-404.

Brun C. 2004, « Détermination d’origine par fluorescence X de quelques exemplaires de l’ensemble de céramiques du ive s. p.C. découverts dans une citerne du capitole d’Uthina (Tunisie) », dans H. Ben Hassen, L. Maurin (éd.), Oudhna (Uthina). Colonie de vétérans de la XIIe légion: histoire, urbanisme, fouilles et mise en valeur des monuments, Bordeaux, p. 236-244.
https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01899163/document

Brun C. 2007, « Étude technique des productions de l’atelier de Sidi Khalifa (Pheradi Maius, Tunisie) : céramiques culinaires, sigillées et cazettes », dans LRCW 2 2007, p. 569-579.
https://www.academia.edu/3047098

Camp (Le) 2009, C. Goudineau, D. Brentchaloff (éd.), Le camp de la flotte d’Agrippa à Fréjus. Les fouilles du quartier de Villeneuve, Paris.

Capelli C., Bonifay M. 2007, « Archéométrie et archéologie des céramiques africaines : une approche pluridisciplinaire », dans LRCW 2 2007, p. 551-567.
https://www.researchgate.net/publication/311532779

Capelli C., Bonifay M. 2016, « Archeologia e archeometria delle anfore dell’Africa romana. Nuovi dati e problemi aperti », dans A. Ferrandes, G. Pardini (éd.), Le regole del gioco. Tracce Archeologi Racconti. Studi in onore di Clementina Panella, Roma (Lexicon topographicum urbis Romae, Suppl. VI), p. 535-557.
https://www.academia.edu/31060350

Capelli etalii 2016, Capelli C., Bonifay M., Franco C., Huguet C., Leitch V., Mukaï T., « Étude archéologique et archéométrique intégrée », dans : D. Malfitana, M., Bonifay (éd.) en collab. avec C. Capelli, C. Franco, G. Cacciaguerra, M.L. Scrofani, La ceramica africana nella Sicilia romana – La céramique africaine dans la Sicile romaine, Catania.
https://www.academia.edu/31610729

Carandini A. avec la collab. de Tortorella S., Tortorici E., Saguì L. 1981, « Ceramica africana », dans Atlante I 1981, p. 9-183.

Chenoweth J.M., Farahani A. 2015, “Color in Historical Ceramic Typologies: A Test in Statistical Analysis of Replicable Measurements”, JAS, Reports 4, p. 310-319.
https://www.academia.edu/16413870

Delamare F., Cadet E. 1998, « Apport de la colorimétrie à l’étude des peintures murales médiévales de Bourgogne. La couleur des ocres jaunes et rouges », Revue d’Archéométrie 22, p. 111-124.
https://www.persee.fr/doc/arsci_0399-1237_1998_num_22_1_967

Dore J. 1996, “The UNESCO Libyan Valleys Archaeological Survey Pottery”, dans G. Barker, D. Gilbertson, B. Jones, D. Mattingly, Farming the Desert. The UNESCO Libyan Valleys Archaeological Survey, 2. Gazetter and Pottery, London, p. 318-389.

Frahm E. 2018, “Ceramic Studies using Portable XRF: From Experimental Tempered Ceramics to Imports and Imitations at Tell Mozan”, Syria, JAS 90, p. 12–38.
https://www.academia.edu/35521810

Frankel D. 1980, “Munsell Color Notation in Ceramic Description: An Experiment”, Australian Archaeology 10, p. 33-37.
https://dspace.flinders.edu.au/xmlui/bitstream/handle/2328/931/1980010033037_FINAL.pdf?sequence=1&isAllowed=y

Genin M. 2009, « Sigillées italiques et gauloises », dans Le camp 2009, p. 287-366

Gliozzo E. etalii 2004, Gliozzo E., Kirkman I. W., Pantos E., Memmi Turbanti I., “Black Gloss Pottery: Production Sites and Technology in Northern Etruria, part II: Gloss Technology“, Archaeometry 46, 2, p. 227-246.
https://www.academia.edu/7210326

Guéry R.†, Bonifay M. 2020, « Catalogue du matériel. La céramique antique », dans Rougga I 2020, p. 76-123.

Hasenzagl C., Capelli C. 2019, “Petrographic Characterisation of Late Roman African Pottery from J.W. Salomonson’s surveys: the Workshop of Sidi Khalifa”, AntAfr 55, p. 229-236.
https://www.academia.edu/41382328

Hasenzagl C., Capelli C. 2020, “Petrographic characterization of Late Roman African Pottery from J.W. Salomonson’s Surveys: 2. The Workshop of Sidi Aïch”, AntAfr 56, p. 161-173.
https://www.academia.edu/44983307

Hasenzagl C., Capelli C. 2021, “Petrographic Characterization of Late Roman African pottery from J.W. Salomonson’s surveys: 3. The workshops of Henchir el Biar and Bordj el Djerbi”, AntAfr 57, p. 209-222.

Hayes J.W. 1972, Late Roman Pottery, London.

Hayes J.W. 1984, “Roman Pottery and Lamps”, dans O. Brogan, D.J. Smith (éd), Ghirza. A Libyan Settlement in the Roman Period, Tripoli (Libyan Antiquities Series 1), p. 234-241

Hayes J.W. 1985, “Sigillate orientali”, dans Atlante delle forme ceramiche, II. Ceramica fine romana nel bacino mediterraneo (tardo ellenismo e primo impero), Enciclopedia dell’Arte Antica, Classica e Orientale, Roma.

Hunt A.M.W., Speakman R.J. 2015, “Portable XRF Analysis of Archaeological Sediments and Ceramics”, JAS 53, p. 626-638.
http://www.sbai.uniroma1.it/~mario.piacentini/archeometria/tesine/art2.pdf

Konik S., Lafon-Pham D. 2018, « Apports de la colorimétrie et de la spectroradiométrie à la caractérisation in situ des peintures paléolithiques de la grotte Chauvet (Ardèche, France) », C. R. Physique 19, p. 612-624.
https://www.researchgate.net/publication/329082971

Lamboglia N. 1958, “Nuove osservazioni sulla ‘terra sigillata chiara’, I. Tipi A e B”, RELig XXIV, p. 257-330.

Lamboglia N., 1963, “Nuove osservazioni sulla ‘terra sigillata chiara’, II. Tipi C, Lucente e D”, RELig XXIX, p. 145-212.

Leitch V. etalii 2018, Leitch V., Bonifay M., Capelli C., Mattingly D., “Pre-Desert Tripolitania: A New Archaeological and Archaeometrical Examination of Red Slip Ware from the Ghirza Excavations and the Libyan Valleys Survey”, RCRFActa 45, p. 759-763.
https://www.academia.edu/40140358/180

Leon Y. etalii 2014, Leon Y., Sciau P., Passelac M., Sanchez C., Sablayrolles R., Goudeau P., Tamura N., “Evolution of terra sigillata technology from Italy to Gaul through a multi-technique approach”, Journal of Analytical Atomic Spectrometry 30, 3, p. 1-8.

LRCW 2 2007, M. Bonifay, J.-C. Tréglia (éd.), LRCW2. Late Roman Coarse Wares, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean. Archaeology and Archaeometry, Oxford (BAR Int. S. 1662).

Mackensen M. 1993, Die spätantiken Sigillata- und Lampentöpfereien von El Mahrine (Nordtunesien). Studien zur nordafrikanischen Feinkeramik des 4. bis 7. Jahrhunderts, München (Münchner Beiträge zur Vor- und Frühgeschichte 50).

Mackensen M. 1998, “Centres of African Red Slip Ware Production in Tunisia from the Late 5th to the 7th Century”, dans L. Saguì (éd.), Ceramica in Italia: VI-VII secolo. Atti del Convegno in onore di John W. Hayes (Roma, 11-13 maggio 1995), Firenze, p. 23-40.

Mackensen M. 2019, Relief -und stempelverzierte nordafrikanische Sigillata des späten 2. bis 6. Jahrhunderts. Römisches Tafelgeschirr des Sammlung K. Wilhelm, I-II,Wiesbaden (Münchner Beiträge zur Provinzialrömische Archäologie 8).

Mackensen M., Schneider G. 2002, “Production Centres of African Red Slip Ware (3rd-7th c.) in Northern and Central Tunisia: Archaeological Provenance and Reference Groups based on Chemical Analysis”, JRA 15, p. 121-158.
https://www.academia.edu/19531342

Mackensen M., Schneider G. 2006, “Production Centres of African Red Slip Ware (2nd-3rd c.) in Northern and Central Tunisia: Archaeological Provenance and Reference Groups based on Chemical Analysis”, JRA 19, p. 163-190.
https://www.academia.edu/19531382

Moritsuka etalii 2014, Moritsuka N., Matsuoka K., Katsura K., Sano S., Yanaï J., “Soil Color Analysis for Statistically estimating Total Carbon, Total Nitrogen and Active Iron Contents in Japanese Agricultural Soils”, Soil Science and Plant Nutrition 60, p. 475-485.
https://www.researchgate.net/publication/271749144

Mukaï T. etalii 2016, Mukaï T., Rêve R., Bonifay M., Aibeche Y., Ambrosi J.-P., Borgard P., Capelli C., Chiaramella Y., Copetti A., Durand C., Foy D., Nasr M., Verlinden F., « Étude de la collection Aubert-Buès d’antiquités africaines au misée de Gap : premiers résultats », AntAfr 52, p. 157-184.
https://www.academia.edu/31393045/172

Nasr M. 1992, Recherches sur la céramique rouge dans la région de Gafsa à l’époque romaine: l’atelier de Sidi Aïch, Certificat d’Aptitude à la Recherche, Université de Tunis, (inédit), [non vidimus, cité par l’auteur dans Bonifay et alii 2015].

Nasr M. 2005, La sigillée claire africaine de la Byzacène du Sud-Ouest: productions et circuits commerciaux, Thèse de Doctorat, Université de Provence, inédite [non vidimus, cité par l’auteur dans Bonifay et alii 2015].

Nasr M., Capelli C. 2018a, « Les dépotoirs de céramiques de Thelepte, note archéométrique complémentaire », AntAfr 54, p. 179-184.
https://www.academia.edu/44983377

Nasr M., Capelli C. 2018b, « Archéologie et archéométrie des productions de l’atelier de Majoura (Tunisie) », RCRFActa 45, p. 765-770.
https://www.academia.edu/37647309

Peacock D.P.S. etalii 1990, Peacock D.P.S., Béjaoui F., Ben Lazreg N., “Roman Pottery Production in Central Tunisia”, JRA 3, 1990, p. 59-84.

Rêve etalii 2019, Rêve R., Ambrosi J.-P., Capelli C., Bonifay M., Barkaoui A., “Archaeology and Archaeometry of Ceramics of the Roman City of Thaenae (Tunisia): Between Inland Roman Africa and the Mediterranean Basin”, dans Exploring the Nexus of Geœcology, Geography, Geoarcheology and Geotourism: Advances and Applications for Sustainable Development in Environmental Sciences and Agroforestry Research, Proceedingsof the 1st Springer Conference of the Arabian Journal of Geosciences (CAJG-1), Tunisia 2028, Berlin (Advances in Science, Technology & Innovation), p. 103-105.
https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01959193

Ritter S., Ben Tahar S. 2020, “New Insights into the Urban History of Meninx (Jerba). Preliminary Report on the Tunisian-German Investigations in 2017 and 2018”, AntAfr 56, p. 101-128.
https://www.academia.edu/44563762

Rivet L., avec la collab. de Rigoir Y., Saulnier S., 2001, « Les sigillées tardives des fouilles 1946-1970 de Saint-Blaise (Bouches-du-Rhône). Quantification et mise en évidence des décors », dans SFECAG, Actes du congrès de Lille-Bavay, 24-27 mai 2001, Marseille, p. 489-518.

Rolland H. 1951, Fouilles de Saint-Blaise (Bouches-du-Rhône), Paris (Gallia, Suppl. 3).

Rougga I 2020, M. Euzennat†, H. Slim† (éd.), Rougga I. Le forum et ses abords (fouilles 1971-1974), Oxford (Archaeology of Maghreb 2).

Ruck L., Brown C.T. 2015, “Quantitative Analysis of Munsell Color Data from Archaeological Ceramics”, JAS, Reports 3, p. 549-557.

Salomonson J.W. 1968, « Étude sur la céramique romaine d’Afrique sigillée claire et céramique commune de Henchir el Ouiba (Raqqada) en Tunisie centrale », BABesch XLIII, pp. 80-145.

Schuring J.M. 1988, « Terra Sigillata Africana from the San Sisto Vecchio in Rome », BABesch 63, 1988, p. 1-68.

Sciau P., Sanchez C., Gliozzo E. 2020, “Ceramic Technology: How to Characterize Terra Sigillata Ware”, Archaeological and Anthropological Sciences 12, on line.
https://www.academia.edu/43989110

Speakman, R.J. etalii 2011, Speakman, R.J., Little, N.C., Creel, D., Miller, M.R., Iñañez, J.G., “Sourcing Ceramics with Portable XRF Spectrometers? A Comparison with INAA using Mimbres Pottery from the American Southwest”, JAS 38, 12, p. 3483–3496.
https://repository.si.edu/bitstream/handle/10088/87616/1-s2.0-S0305440311002822-main.pdf?sequence=1&isAllowed=y

Stern E.M. 1968, « Note analytique sur des tessons de sigillée claire ramassés à Henchir es Srira et Sidi Aïch », BABesch 43, 1968, p. 146-154.

Waagé F.O. 1948, “Hellenistic and Roman Tableware of North Syria“, dans Antioch-on-the-Orontes IV, 1. Ceramics and Islamic Coins, Princeton (Publications of the Committee for the excavation of Antioch and its vicinity), p. 1-60.

Haut de page

Notes

1 Waagé 1948 ; Lamboglia 1958, 1963 ; Carandini 1981.

2 Hayes 1972.

3 Salomonson 1968 ; Stern 1968 ; Peacock et alii 1990, Barraud et alii 1998 ; Mackensen 1993 ; Bonifay 2004 ; Nasr 1992, 2005 (inédit, cité par M. Nasr dans Bonifay et alii 2015, p. 147 et note 25) ; Ben Moussa 2007 ; Mackensen 2019.

4 Cf. par ex. Schuring 1988.

5 Mackensen, Schneider 2002; Brun 2004.

6 Brun 2007.

7 Mackensen, Schneider 2006, Baklouti et alii 2014 ; 2015.

8 Capelli, Bonifay 2007 ; 2016.

9 Bonifay, Capelli, Brun 2012, Capelli et alii 2016 ; Nasr, Capelli 2018a ; 2018b ; Hasenzagl 2019 ; Hasenzagl, Capelli 2019, 2020 et dans ce volume.

10 Bonifay, Capelli, Brun 2012.

11 Gliozzo et alii 2004.

12 Leon et alii 2014.

13 Voir par exemple Sciau, Sanchez, Gliozzo 2020.

14 Hunt, Speakman 2015.

15 Frahm 2018; Speakman et alii 2011.

16 Bonifay et alii 2015 ; Mukaï et alii 2016 ; Bonifay etalii 2019 ; Rêve et alii 2019.

17 Cf. par exemple Delamare, Cadet, 1998 ; Konik, Lafon-Pham 2018.

18 Par exemple Hayes 1985 ; Mackensen, Schneider 2006.

19 Frankel 1980.

20 Chenoweth, Farahani 2015 ; Ruck, Brown 2015.

21 McGrath et alii 2017.

22 Bonifay, Capelli, Brun 2012.

23 Atlante I 1981 ; Bonifay, Capelli, Brun 2012 ; Bonifay et alii 2016.

24 Au sein de la collection de référence du Centre Camille Jullian et de l’ex-UPR 424 «  Recherches d’Antiquités Africaines  ».

25 Cette catégorie est subdivisée en D1 pour El Mahrine et en D2 pour Oudhna.

26 Une zone d’atelier situé à Carpis aurait produit de la sigillée A  : Ben Moussa 2017.

27 Les références en dépôt provisoire au CCJ pour la sigillée A/D proviennent du site de Rougga (Guéry†, Bonifay 2020). Bien qu’étant un site de consommation, les productions de A/D présentes à Rougga sont cependant susceptibles d’appartenir à une même production (analyses pétrographiques en cours).

28 Bonifay et alii 2016.

29 Mackensen 1998.

30 Provenant des fouilles tuniso-germaniques à Meninx (étude en cours par S. Ben Tahar, K. Mansel et T. Mukaï  : Ritter, Ben Tahar 2020) et des fouilles et prospections libyo-britanniques de Ghirza, du Fezzan et du Libyan Valleys Survey (en cours d’étude par V. Leitch  : Leitch et alii 2018). Les auteurs remercient Sami Ben Tahar pour les échantillons de sigillées provenant des fouilles de Meninx.

31 Collection de référence du Centre Camille Jullian. Les productions de sigillée sud-gauloise proviennent de sites de consommation mais ont pu être rattachées aux ateliers de la Graufesenque par observation macroscopique et comparaison avec deux échantillons de référence (cf. tab. 1).

32 Les auteurs remercient chaleureusement Lucien Rivet et Sylvie Saulnier pour avoir permis l’analyse de ce mobilier et sa présentation. Ce matériel provient de sites de la ville de Fréjus  : fouilles du site de Villeneuve (L’Argentières-les Aiguières) par C. Goudineau entre 1979 et 1981 (Le camp 2009), ainsi que des fouilles de la Butte Saint-Antoine par L. Rivet entre 2008 et 2017 (inédites). Les ateliers de productions ont été déterminés par L. Rivet et S. Saulnier par l’étude des timbres présents sur les échantillons sélectionnés.

33 Les auteurs remercient également Tomoo Mukaï pour la mise à disposition de l’appareil.

34 Pour plus de détail sur le fonctionnement de l’appareil et cas d’étude, cf. Moritsuka et alii 2014.

35 Les éléments P et S ne sont pas pris en compte.

36 Sciau, Sanchez, Gliozzo 2020.

37 Peacock et alii 1990 ; Mackensen, Schneider 2006.

38 Si le degré de vitrification et la présence d’éléments chimiques tels que le fer, le titane ou certains éléments traces peuvent jouer un rôle sur la mesure colorimétrique, l’épaisseur de l’engobe pourrait également avoir un impact sur la concentration des éléments mesurés lors de l’analyse chimique, notamment dans le cas d’engobes très fins pour lesquels une contribution de la pâte sous-jacente n’est pas à négliger.

39 Sciau, Sanchez, Gliozzo 2020.

40 Mukaï et alii 2016.

41 Hasenzagl, Capelli 2019 ; 2020 et dans ce volume.

42 Une attention toute particulière est portée au développement des analyses en pXRF dans le cadre du projet pXRFCUN, International Research Network (IRN) du CNRS coordonné par le Centre d’Études Alexandrines, le Centre Camille Jullian et le CEREGE, en partenariat avec des équipes européennes  : Chypre (STARC et ARU), Espagne (ERAAUB), Grande-Bretagne (Fitch Laboratory), Grèce (N.C.S.R. Demokritos) et extra-européennes  : Liban (CNRS) et Tunisie (ENIS de l’Université de Sfax). La calibration chimique en céramologie par la fluorescence X portable (C3X) fait l’objet d’un projet financé par l’Institut Arkaia sur des céramiques très diverses en origine, chronologie et catégorie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte des principaux ateliers et catégories de sigillées africaines
Crédits (d’après Bonifay et alii 2016 ; 2019)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4837/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Fig. 2 : Diagramme binaire a/b pour tous les échantillons analysés en colorimétrie
Légende Les productions africaines sont réunies dans un seul groupe (ARS) (légende en tabl. 1).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4837/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 3 : Diagramme binaire L/C pour tous les échantillons analysés en colorimétrie
Légende Les productions africaines sont réunies dans un seul groupe (ARS) (légende en tabl. 1).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4837/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Fig. 4 : Diagramme binaire a/b pour les ateliers et productions du nord de la Tunisie
Légende (légende en tabl. 1)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4837/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Fig. 5 : Diagramme binaire a/b pour les ateliers et productions du centre et sud-ouest de la Tunisie
Légende (légende en tabl. 1)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4837/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Fig. 6 : Diagramme binaire a/b pour les productions (ateliers non connus) de sigillées du nord et du centre/sud-ouest de la Tunisie
Légende (légende en tabl. 1)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4837/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Titre Fig. 7 : Diagramme binaire Al/K (%) pour tous les échantillons analysés en pXRF
Légende (légende en tabl. 1)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4837/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Titre Fig. 8 : Diagramme binaire Si/Fe (%) pour les échantillons des ateliers de production du nord de la Tunisie analysés en pXRF
Légende (légende en tabl. 1)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4837/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Fig. 9 : Diagramme binaire Si/K pour les échantillons des ateliers de production du centre et sud-ouest de la Tunisie analysés en pXRF
Légende (légende en tabl. 1)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4837/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Fig. 10 : Diagramme binaire du chroma a en fonction de la somme Fe+Ti (%) pour les ateliers et productions du nord de la Tunisie
Légende (légende en tabl. 1)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4837/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Fig. 11 : Diagramme binaire du chroma a en fonction de la somme Al+K (%) pour les ateliers et productions de centre et sud-ouest de la Tunisie et de Tripolitaine
Légende (légende en tabl. 1)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4837/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Fig. 12 : Diagramme binaire des écarts de teinte générale dE en fonction de la somme Fe+Ti (%)
Légende (légende en tabl. 1)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/4837/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémi Rêve, Jean-Paul Ambrosi et Claudio Capelli, « Approches archéométriques non destructives sur les engobes des sigillées africaines »Antiquités africaines, 57 | 2021, 193-208.

Référence électronique

Rémi Rêve, Jean-Paul Ambrosi et Claudio Capelli, « Approches archéométriques non destructives sur les engobes des sigillées africaines »Antiquités africaines [En ligne], 57 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 04 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/antafr/4837 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.4837

Haut de page

Auteurs

Rémi Rêve

Aix-Marseille Univ, CNRS, CCJ, Aix-en-Provence, France / Université de Sfax, Leric, Sfax, Tunisie

Articles du même auteur

Jean-Paul Ambrosi

Aix-Marseille Univ, CNRS, IRD, INRAE, Collège de France, CEREGE

Articles du même auteur

Claudio Capelli

Università degli Studi di Genova, DISTAV, Genova, Italie ; chercheur associé au CCJ (Aix-Marseille Univ, CNRS, CCJ, Aix-en-Provence, France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Antiquités africaines

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search