Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58Notes d’épigraphie néopunique

Notes d’épigraphie néopunique

À propos de K. Jongeling, Handbook of Neo-Punic Inscriptions (2008)
François Bron
p. 5-14

Résumés

Compléments au livre de K. Jongeling, concernant essentiellement les inscriptions néopuniques de Tunisie et d’Algérie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Chabot 1918.

1Quatre-vingt-dix ans après les Punica de J.-B. Chabot1, la parution du Handbook of Neo-Punic Inscriptions de K. Jongeling (2008) a représenté une étape marquante dans les études d’épigraphie néo-punique, en rassemblant tous les textes connus à cette date, à de rares exceptions près.

2La bibliographie (22 pages !) est extrêmement complète, on peut toutefois relever certaines omissions ; mes remerciements s’adressent à M.G. Amadasi et H. Dridi pour leur aide et leurs suggestions.

3Amadasi Guzzo M.G. 1986, « Appunti su iscrizioni puniche », Vicino Oriente 6, p. 183-192.

4Chabot J.-B., 1934-1935, [Rapport], BCTH, p. 203-204.
https://gallica.bnf.fr/​ark :/12148/bpt6k441688p/f200.item

5Février J.-G. Berthier A. 1975-1976, «  Les stèles néopuniques de Tiddis  », BAA VI, 1975-1976 [1980], p. 67-81.

6Ghaki M. 1990, «  Deux stèles néopuniques de Ksar Lemsa  », REPPAL 5, p. 149-151.

7Sznycer M. 1997, «  Permanence de l’organisation administrative des territoires africains aux époques punique et romaine d’après les témoignages épigraphiques  », dans A. Sérandour (éd.), Des Sumériens aux Romains d’Orient. La perception géographique du monde. Actes de la table ronde du 16 novembre 1996 organisée par l’URA 1062 «  Études sémitiques  », Paris (Antiquités sémitiques II), p.  111-123 et pl. 5-7.

8Sznycer M. 2000, «  Stèle portant une inscription néopunique  », dans Recueil des inscriptions lapidaires ouest-sémitiques du musée des Beaux-Arts et du muséum d’Histoire naturelle de Lyon, Lyon (Bulletin des Musées et Monuments lyonnais 2-3), p. 45-49.

9Vassel E. 1910, «  Les deux inscriptions puniques de Tanesmat  », RT 84, p. 451-467.

10On peut regretter que l’auteur ne donne aucune indication quant au lieu de conservation des inscriptions qu’il mentionne, lorsqu’elles ne se trouvent plus insitu. Nous donnerons ci-dessous les numéros d’inventaire des inscriptions conservées au Musée du Louvre  :

Bordj Helal N 1 : AO 5144
Hr el-Aouin N 1  : AO 3240
Hr Guergour N 1  : AO 5297
N 2 : AO 5296
N 5 : AO 5105
Hr Medeina N 1 : AO 5106
Cherchel N 1  : AO 5294
Guelma N 1  : AO 5109
N 2 : AO 5107
N 3 : AO 5110
N 4 : AO 5113
N 5 : AO 5111
N 6 : AO 5114
N 7 : AO 5112
N 8 : AO 5108
N 18 : AO 5290
N 20 : AO 5288
N 21 : AO 5291
N 29 : AO 5292
N 36 : AO 5293

11Il faut y ajouter les inscriptions néo-puniques de Constantine de la collection Costa, dont on trouvera les numéros d’inventaire en se référant à la publication de Bertrandy et Sznycer (SPC dans le Handbook).

  • 2 Mendleson 2003.

12De même, pour le British Museum, on se référera au catalogue de C. Mendleson2, cité par le nom de l’auteur dans le Handbook.

  • 3 Sznycer 2001.
  • 4 Hoftijzer 1963.
  • 5 Bron 2017.
  • 6 Chabot 2018, p. 105.
  • 7 Amadasi Guzzo 1986.

13Trois inscriptions se trouvent au Musée National de Copenhague3 (Hr Maktar N 41 et N 42 et Tunisia OU N 1), deux au Musée des Antiquités de Leyde (Hr Maktar N 40 et Tunisia OU N 2)4, une à Vienne (Constantine N 48), une au Musée de la ville de Narbonne (Guelma N 19)5, deux à Naples (Bedja N 1 et NP 12)6, une enfin à La Vallette (Tunisia OU N 4)7.

14On passera en revue un certain nombre d’inscriptions dont on a tenté d’améliorer l’interprétation.

1. Tunisie

1.1. Aïn Zakkar N 1 = KAI 136

  • 8 Ferjaoui 1996.
  • 9 Bron 2007a.

15A. Ferjaoui a le premier proposé la lecture correcte de cette inscription et une interprétation plausible8, dans laquelle seul le début de la l. 1 doit être corrigé9.

161) bʾr š Šʿdyt hk-
2) nt ʾdrt mtʿ bt š-
3) ʿnt šbʿm wšbʿ
4) wknʿ šʿnt ʿsr
5) wšmn rʿšʿ
6) mšʿrt nṣb
1) Tombeau de Šadiyat, la
2) grande prêtresse, morte à l’âge de
3) soixante-dix-sept ans
4) et elle était, (pendant) dix-
5) huit ans, chef du
6) service (religieux). Stèle.

17Au début de la ligne 1, il faut lire le mot bʾr, correspondant à l’hébreu bôr, qui peut désigner le «  monde des morts  ». En néo-punique, il désigne un tombeau, dans Wadi el-Amud N 1 et dans l’inscription latino-punique de Zliten, sous la forme BVR.

18A la l. 6, s’agissant d’une prêtresse, il semble difficile de ne pas rapprocher ʿrt du phénicien mšrt (KAI 60/4, 8), «  service d’une divinité  ».

1.2. Bedja N 1 (Vaga)

  • 10 Bisi 1972.

19Dans son étude sur les stèles du Musée national de Naples, A.M. Bisi a publié deux photographies de cette stèle (pl. I et II)10.

1.3. Bir Bou Rekba N 1 (Thinissut) = KAI 137

  • 11 Merlin 1910.

20On ne comprend pas que Jongeling n’ait pas mentionné l’excellente photographie de cette inscription publiée par A. Merlin dans son volume sur les fouilles du temple de Baʿal et Tanit11.

1.4. Djebel Massoudj 1 = KAI 141

  • 12 Sznycer 1997.

21Il est regrettable que Jongeling n’ait pas eu connaissance des photographies publiées par M. Sznycer, à l’occasion de la table ronde de l’URA 1062 citée plus haut, car elles permettent de vérifier la lecture et l’interprétation qu’il a proposées de ce texte, reprises dans une revue tunisienne12. Nous donnerons donc ici la transcription et la traduction de Sznycer :

221) ṭnʾ t ʾbn z Wlbḥ ʾš ʿl ʾrṣt Tškʿt
2) bn ʾrš bn Dwš bn Nrwt bn Zllsn b-m[p]qdt
3) Mkwsn h-mmlkt b-št ʿsrm w-ʾḥt
4) l-mlkm lmb-ʾbn ʾš ʿl h-sywʿt w-ʿd ʾt
5) ʾbn z mrṣm mʾtm w-ʾrbʿm
1) A érigé cette pierre WLBḤ, préposé aux territoires de Tushkat,
2) fils de ʾArish, fils de DWŠ, fils de NRWT, fils de Zilalsan par ordonnance (ou  : par délégation)
3) de Micipsa, le Souverain, dans l’année vingt et un
4) de son règne. A partir de la pierre qui est sur le «  monument  » et jusqu’à la signalisation de
5) cette pierre-ci (il y a) deux cent quarante stades (littéralement : courses).

1.5. Dougga (Thugga)

  • 13 Tahar 2020. Je remercie Hédi Dridi pour m’avoir communiqué cet article. Voir aussi Xella, Tahar 20 (...)

23Deux inscriptions dédicatoires inédites conservées à Dougga ont été publiées récemment13. Elles proviennent selon toute vraisemblance du sanctuaire de Baʿal Ḥammon.

24Voici la transcription et la traduction qu’en donne M. Tahar :

1.5.1. Stèle no 1 :

251) ndr] ʾš ndr Mgn bn Mtnbʿl
2) l-Bʿ]l b-št šnm l-mlkm Ybʿy h-mmlkt
3) k]-šmʾ qlʾ brkʾ
1) Vœu] qu’a voué Mgn, fils de Mtnbʿl,
2) à Baʿa]l dans l’année deux du règne de Juba h-mmlkt
3) parce] qu’il a entendu sa voix, il l’a béni.

1.5.2. Stèle no 2 :

261) l-ʾdn l- Bʿl Ḥmn [nd]r ʾš ndr Bʿlšlk bn …
2) b-šš l-yrḥ Bl ʾš b-št ʾrbʿ l-mlkm Ywbʿy
3) h-mmlkt šmʿ qlʾ brkʾ
1) Au Seigneur, à Baʿal Ḥammon, vœu qu’a voué Bʿlšlk, fils de …
2) (au jour) six du mois Būl dans l’année quatre du règne de Juba
3) h-mmlkt, il a entendu sa voix, l’a béni.

27On a là les deux premières attestations épigraphiques du nom du roi Juba Ier, connu par les monnaies sous la forme Ywbʿy. L’année deux de son règne correspond à 58 avant notre ère, l’année quatre, année de sa mort, à 56.

1.6. El Djem (Thysdrus)

  • 14 Ferron 1987.
  • 15 Ferjaoui 2019.

28L’un des lecteurs anonymes m’a signalé un article qui avait échappé à l’attention, aussi bien de Jongeling que de moi-même et je l’en remercie sincèrement. Il s’agit de la publication par J. Ferron d’une inscription votive provenant de la région d’El-Djem, gravée sur une stèle triangulaire14. Cette inscription mériterait une nouvelle étude, en parallèle avec les deux stèles provenant de la même région, publiées récemment par A. Ferjaoui15.

1.7. Ellès N 1 et 2 (Thigibba)

  • 16 Sznycer 2007

29M. Sznycer a repris l’étude de ces deux inscriptions16, publiées initialement par M. Ghaki. Les deux photographies qui accompagnent son article permettent de rectifier la lecture de celui-ci.

1.7.1.

30La première inscription se lit comme suit (transcription et traduction de Sznycer) :

311) l-ʾdn l-Bʿl Ḥmn ndr ʾš
2) ndrʾ bʿlʾ Wllʿs št šlšm
3) w-šnm l-ʿsklm brkʾ šmʿ ʾ
4) t qlm
1) Au Seigneur à Baal Hammon voeu qu’ont
2) voué les citoyens d’Ululas, l’année trente
3) et deux de leur vizir. Il (le dieu) l’a béni (a béni le vizir). Il a entendu
4) leurs voix.

1.7.2.

32Dans l’inscription N2, au texte très semblable, la datation est št ʾrbʿm, «  l’année quarante  ».

33L’intérêt de ces inscriptions, outre la mention du nom antique d’Ellès, vocalisé d’après l’ethnique latin Vlulenses (CIL VIII 12552), réside dans le nom ʿskl, que Sznycer a traduit par «  vizir  » et dans lequel il a voulu voir le pendant de l’assyrien sukallu, titre de divers hauts fonctionnaires, qu’on retrouve en araméen sur des tablettes d’Assur, sous la forme skl (KAI 236 Rs. 2). Cependant la forme du mot punique pose problème et le sens est loin d’en être assuré. S’agissant d’un hapax, il semble prudent d’attendre de nouvelles attestations.

1.8. Hr Brighita N 1 (Sucubi)= KAI 142

  • 17 Bron 2006. Par suite d’un fâcheux contretemps, la photographie n’est parue que l’année suivante, d (...)

34Cette inscription bilingue latine et néopunique se trouve actuellement au Vorderasiatisches Museum (VA 837), à Berlin. La photographie transmise par le Museum m’avait permis d’améliorer sur quelques points la lecture des quatre premières lignes, même si les deux dernières restent toujours aussi obscures17. Voici ma proposition de lecture, qui mériterait sans doute d’être vérifiée sur l’original.

  • 18 Pour cette lecture, voir déjà Friedrich, Röllig, Amadasi Guzzo 1999, § 240,1.

351) Gʿ[d]ʿy bn Plkš bn Pḥlʿn ʾqylʾ
2) ʿwh šʿnʾ[t] š[yš]m w-šʾš w-Šhnqd
3) ʿ bt Šqndʿ ʾš[tm] ʿwʿšʿnt (vacat)
4) phlʾ l-ʾbʿnhm18 mnṣbt Šʿṭry w-Gʿdy
1) Gadaeus, fils de Felix, fils de Palan Aquila
2) a vécu soixante-six ans et Secunda,
3) fille de Secundus, sa femme, a vécu (vacat)
4) Ont fait la stèle pour leur père Saturius et Gadaeus.

1.9. Hr Ghayadha N 1 et N 6

  • 19 Amadasi Guzzo 2008.
  • 20 Ferjaoui 2008.

36M.G. Amadasi Guzzo a revu sur un point la lecture de ces deux stèles : elles sont dédiées, non pas à Bʿl mn, mais à Bʿl Šmm19. Par la suite, A. Ferjaoui a publié une nouvelle série d’inscriptions provenant de ce site20.

1.10. Hr el-Hammi

  • 21 Ferjaoui et alii 2007.
  • 22 Sznycer 2002-2003.

37Dans l’édition des fouilles de ce sanctuaire, A. Ferjaoui a publié deux stèles supplémentaires21, qui avaient été étudiées auparavant par M. Sznycer lors de son séminaire à l’École pratique des hautes études22.

1.11. Hr Maktar (Mactar)

  • 23 Fantar, Sznycer, Bron 2015.

38Une partie des inscriptions de Maktar – celles découvertes jusque dans les années 1950 et conservées en Tunisie – ont été republiées récemment23. Les photographies ont permis de corriger ou de compléter un certain nombre de lectures de Jongeling, qui ne disposait que des photographies très insuffisantes du Catalogue du Musée Alaoui. On ne donnera ici que les nouvelles lectures les plus intéressantes, tout en indiquant la numérotation du nouveau catalogue.

1.11.1. Hr Maktar N 77 = Maktar 33

39La fin du texte se lit št 6) Mʿrwzʾ bn Ptywʿn, «  … en l’année de 6) Marouzo, fils de Petiwan  ».

1.11.2. Hr Maktar N 78= Hr Maktar N 114= Maktar 20

40Jongeling a donné deux fois par erreur la même inscription, mais la seule lecture correcte est celle de Hr Maktar N 78.

1.11.3. Hr Maktar N 79 = Maktar 41

41Cette inscription nous livre, pour la première fois, à la ligne 4, le nom punique du site de Zama, Zmʿn ʾrbʾ, «  Zama la Grande  ».

1.11.4. Hr Maktar N 85 = Maktar 42

  • 24 Berger 1890  : cf. p. 41.

42La fin du texte se lit 3) b-ʿm Tʿynʿt, «  … 3) du peuple de Thyna  », nom de la ville de Thaenae, lecture déjà proposée par Ph. Berger24.

1.11.5. Hr Maktar N 94 = Maktar 37

  • 25 Kerr 2018 : cf. p. 400.

43R. Kerr, dans son compte rendu de notre édition, a corrigé la lecture du dernier mot du texte en -Mzky, ethnique précédé de l’article25.

1.11.6.

  • 26 Bron 2013a.

44On pourrait vraisemblablement attribuer à Maktar la stèle dont un collectionneur avait transmis la photographie à M. Sznycer et qui a été récemment publiée26.

451) ndʿr ʾš ndʿr ʾpṭʿ–
2) ṭʾ bn Bʿsʾ l-Bʿl ʿmn
3) k]-šmʿ qlʾ brkʾ
1) Vœu qu’a voué Opta-
2) tus, fils de Bassus, à Baʿal ʿAmmon
3) parce qu’il a entendu sa voix, il l’a béni.

46Les deux noms latins sont déjà attestés à Maktar.

1.12. Hr Medeina (Althiburus)

1.12.1. Hr Medeina N 1= KAI 159= AO 5106

  • 27 Ennaïfer 1976.
  • 28 Bron 2009. Voir aussi une meilleure photographie dans Bron 2013b.

47Jongeling n’a pas suffisamment tenu compte des propositions de lecture et des interprétations de Clermont-Ganneau et il n’a pas eu accès à la photographie publiée par M. Ennaïfer27. On peut donc proposer la lecture et l’interprétation suivante28 :

481) l-ʾdn Bʿl Ḥmn b-ʾltbrš ndr ʾš ndrʾ ʿbdmlqrt knš bn Knsgʿn w-
2) Mʿryš bn Tbrsn w-Šṭmn bn Yksltn w-Mshbʾ bn Lylʿy w-Gmn bn Šsyʿt w-
3) Msgmʿ bn Tbrsn w-Yʿsmzgr bn Sbg w-ʾdnbʿl bn Yll w-Gzr bn Knzrmn w-Mʿryš
4) bn Lbwʾ w-Zʿlgm bn Šṭwʿn w-Yʿstbgw bn Mshbʾ w-ḥbr-nm h-mzrḥ w-
5) n/tsmrn/t bnʾt w-ʾyspn ʿlt mqdšm b-yrḥ Krr št Yll h-zbḥ bn .gṭʿn b-
6) špṭm Mshbʾ bn Yzrm w-ʿzrbʿl bn Bro w-S..sln bn Zʿzbl w-Mbyw h-spr ʾš
7) ʿl-nm bn Yʿṭmn w-khn l-Bʿl Ḥmn Wrwsn bn ʾrš kʾ šmʿ qlm brkm

49Les lignes 8 et 9, visiblement ajoutées après coup par une autre main et truffées d’hébraïsmes, posent un sérieux problème d’authenticité.

  • 29 On mentionnera pour mémoire l’étude aussi fantaisiste qu’érudite de Schmitz 2010.

50Sinon, la structure du texte est claire : après la dédicace à la divinité (l. 1) vient l’énumération des douze membres du mzr (l. 1-4), puis l’occasion de la dédicace, malheureusement encore obscure (l. 5), la datation (l. 5), la mention des trois suffètes (l. 6) puis du scribe (l. 6-7) et, avant la formule de bénédiction, la mention du prêtre de Baʿal Ḥammon (l. 7)29.

511) Au seigneur Baʿal Ḥammon, à Althiburos, vœu qu’ont voué ʿAbdmilqart knš ( ?), fils de Knsgʿn,
2) Mʿryš, fils de Tbrsn, Šṭmn, fils de Yksltn, Mshbʾ, fils de Lylʿy, Gmn, fils de Šsyʿt,
3) Msgmʿ, fils de Tbrsn, Yʿsmzgr, fils de Sbg, ʾAdonibaʿal, fils de Yll, Gzr, fils de Knzrmn, Mʿryš,
4) fils de Lbw’, Zʿlgm, fils de Šṭwʿn et Yʿstbgw, fils de Mshbʾ et leurs collègues (qui composent) le mzrḥ
5) …… sur les sanctuaires, au mois de Krr de l’année de Yll, le sacrificateur, fils de .gṭʿn, avec
6) les suffètes Mshbʾ, fils de Yzrm, ʿAzrubaʿal, fils de Barik et S..sln, fils de Zʿzbl, Mbyw étant le scribe qui
7) est au-dessus d’eux, fils de Yʿṭmn, et étant prêtre pour Baʿal Ḥammon Wrwsn, fils de ʾAriš ; parce qu’il a entendu leurs voix, Il les a bénis.

1.12.2. Hr Medeina N 2 = KAI 160

  • 30 Février 1951-1952.
  • 31 Levi Della Vida 1955.
  • 32 Krahmalkov 2000.
  • 33 Bron 2009, p. 145-147.

52L’interprétation de cette inscription bilingue, latine et punique, très fragmentaire, et aujourd’hui disparue, a connu bien des péripéties, en particulier celles du mot lu ʾktrt à la l. 1 : «  encens  » pour Février30, «  chapiteau  » pour Levi Della Vida31, «  turban  » pour Krahmalkov32. On comprend que Jongeling ait préféré s’abstenir. Mais la photographie ancienne qui subsiste semble suggérer plutôt une lecture ʾktbt, «  document écrit  »33. On peut dès lors proposer la lecture suivante :

531) …ʾ]š ytnʾ l-y ʾktbt b-ʿym škr-nm
2) ……] ʾyš l-nqšmy kytb w-byt šʿt
3) ]ʾ nkʾt šwmywš k-nsʾ šʿt
4) ]ṭʾ Sʿṭrnynʾ bn Sʿṭr
5) …………]šb šʿt Brkbʿl bn
6) …………] šʿt
1) … ceux qui m’ont accordé le document écrit, (étant) en vie, (à titre) de leur mémorial.

54L’un des lecteurs anonymes me fait remarquer que la forme ʿym est sans doute le mot «  vie  », au pluriel comme il est d’usage en punique, alors que škr-nm est pourvu du suffixe de 3e personne du pluriel.

55Les lignes suivantes sont trop lacunaires pour qu’on puisse en tenter une traduction. On notera cependant la répétition, par quatre fois, du mot šʿt, qu’on pourrait rapprocher de l’arabe šīʿat, «  partisans, parti  », et qui correspondrait au latin sodalis.

1.13. Hr Sidi Khalifat N 1 (Pheradi Maius)

  • 34 Février 1959-1960.

56Cette inscription, la NP 12 de Schröder, est en fait d’origine inconnue. L’erreur de Jongeling est due à un article de Février, où il a étudié cette inscription en même temps qu’une inscription de Pheradi Maius, ici Hr Sidi Khalifat N 234.

1.14. Teboursouk N 10 (Thubursicu Bure)

  • 35 Bron 2010.

57Un estampage conservé au cabinet du Corpus Inscriptionum Semiticarum, à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, permet d’améliorer la lecture de M. Fantar35. Il faut lire  :

581) b-ym nʿm w-brk mtnt ʾš

592) ṭynʾ ʾymrrs w-pygʾ ʾt mʾ nʾdr

603) l-Bʿl šmʿ ʾt qlʾ w-brkʾ

611) Au jour heureux et béni, don qu’a

622) élevé ʾymrrs et il s’est acquitté de ce qu’il avait voué

633) à Baʿal. Il a entendu sa voix et l’a béni.

64Le nom propre ʾymrrs, si la lecture est exacte, est nouveau, mais plusieurs noms propres berbères commencent par ʾy-.

2. Algérie

2.1. Aïn Joussef N 1

  • 36 Derenbourg 1876.
  • 37 Bron 2007.

65Cette inscription bilingue latine-punique n’a pratiquement plus été étudiée depuis la publication de J. Derenbourg en 1876, mais sa lecture et son interprétation ne sont plus recevables36. Le cabinet du Corpus détient un estampage et un dessin qui permettent de réviser son travail37. La pierre est brisée sur la gauche et donc il nous manque la fin des lignes du texte latin et le début des lignes du texte punique. On peut tenter la lecture suivante :

661) ʿzrbʿl b]n ʾršm l-khn ʿm
2) ……]ṭnʾ km nʿbn l-ʾršm
3) ,,, skr] drʾ l-ʾwlmm
1) ʿAzrubaʿal, fi]ls de Arishim, pour le prêtre du peuple ( ?)
2) …… ] a érigé comme sépulture pour Arishim
3) … souvenir de] sa famille pour toujours.

67L. 1 – Le nom de l’auteur de l’inscription est restitué d’après le latin Azrubal. L’expression khn ʿm, si la lecture est correcte, ne se retrouve pas ailleurs.

  • 38 Friedrich, Röllig, Amadasi Guzzo 1999, § 141.

68L. 2 – nʿbn : cette forme semble être un niphal d’un verbe ʿbn, dont l’étymologie est inconnue, dans Kef Bezioun N 1/4 et Kef Bezioun N 2/5. PPG3 le traduit par «  être enterré  »38.

69L. 3 – Cette formule d’adieu se retrouve en Tripolitaine dans KAI 128/2 = IPT 29 et en Algérie dans Qalat Abi s-Siba N1/7-8 et N 2/3-4.

70Reste le problème que le texte néopunique est funéraire d’après son formulaire, alors que l’inscription latine semble votive.

2.2. Cherchell N 1 = AO 5294

Fig. 1  : Constantine N 38 = AO 5272

Fig. 1  : Constantine N 38 = AO 5272

(archives Sznycer)

Fig. 2  : Constantine N 49

Fig. 2  : Constantine N 49

(archives Sznycer)

  • 39 Bron 2008.

71Jongeling n’a pas pris suffisamment en considération les propositions de lecture et de traduction de Février, dont on peut supposer qu’il avait eu accès à l’original. A l’aide de la photographie du Musée du Louvre, on peut proposer une lecture relativement sûre, même si la traduction reste difficile sur plus d’un point39 :

721) skr drʾ l-ʾšt nʿmt mhbt ṭnʾ t h-mnṣbt b-šbʾt
2) ʿbdʾšmn bn ʿzrbʿl l-ʾmm l-Tʿwnt ʾḥr ʾš pʿl sywʿt
3) l-h-ḥym h-ʾš š-lʾ ʿzrbʿl h-yld š .h.bʿl bʿt Šqln
4) ʾmʾ l-šrt šnt ḥmšm b-ʾyḥšb dl ṭhrt nktbt
5) w-nšmrʾ b-ʾtmy qnʾ w-ʾydr ʾlym b-ʾmʿšrt
6) km šlm [………]. ʿlʾ h-nškbt bt šmnm št
1) Souvenir de sa famille pour une femme bonne et aimée. A élevé cette stèle avec générosité
2) ʿAbdeshmoun, fils de ʿAzroubaʿal, pour sa mère, Taounat, après qu’avait fait un monument
3) de son vivant ( ?), son mari, ʿAzroubaʿal, né de .h. baʿal, fille de Shaqlān.
4) Sa mère a servi cinquante ans en observant la pureté prescrite
5) et elle a pris garde d’invoquer le créateur ( ?) et de glorifier la divinité dans le service.
6) ……. elle qui a été mise au tombeau à l’âge de quatre-vingts ans.
À propos du mot mʿšrt à la ligne 5, l’un des lecteurs anonymes suggère avec raison qu’il serait formé sur la racine ŠRT au sens de «  service religieux  », et non pas YŠR, comme mšrt (KAI 60/4, 8) et ʿrt dans Aïn Zakkar N 1/6.

2.3. Constantine N 38 = AO 5272

  • 40 Avec l’aimable autorisation de madame H. Le-Meaux, conservateur.

73Cette inscription de six lignes a résisté aux efforts d’interprétation aussi bien de Chabot que de Sznycer. Nous en publions une photographie provenant des archives Sznycer40 (fig. 1).

2.4. Constantine N 49

  • 41 Sznycer 2000. Avec l’aimable autorisation de madame G. Galliano, conservateur.

74Inscription de sept lignes conservée au musée des Beaux-Arts de Lyon41. Elle est inscrite dans le même type d’écriture que Constantine N 38 et reste aussi indéchiffrable. Nous en publions également une photographie provenant des archives Sznycer (fig. 2).

2.5. Djebel Guelala

  • 42 Allotte de la Fuÿe 1886-1887.
  • 43 Bron 2010, p. 33 et fig. 1.

75Une inscription provenant de la région de Souk Arrhas, connue par un estampage du cabinet du Corpus, fut publiée par Allotte de la Fuÿe en 188842, mais a disparu depuis lors de la littérature scientifique. Il s’agir d’une inscription funéraire, qui serait conservée au musée d’Alger43.

761) ʾbn ʾš
2) ṭnʾ l-Mʿ
3) tyʿt bt Z
4) ʿltm ʿwʿ
5) šʿnt ʿsrm
1) Pierre qui
2) a été érigée pour Matiyat,
3) fille de Zaltem ;
4) elle a vécu
5) vingt ans.

77Les deux noms propres, sans doute berbères, paraissent nouveaux.

2.6. Guelma

  • 44 Bron 2020.
  • 45 Leglay 1961, p. 386-403 (Guelma) et p. 404-415 (Aïn Nechma).

78Une étude a été consacrée aux inscriptions dites de Guelma conservées au Musée du Louvre44. En réalité, ces inscriptions proviennent de deux sites distincts quoique très proches et elles ont été regroupées sous la même origine tout d’abord par Chabot, puis par Jongeling. Seul M. Leglay, dans son ouvrage monumental sur le culte de Saturne, a consacré à ces deux sites deux chapitres distincts45. Parmi les stèles du Louvre, seules Guelma N 7, N 18, N 20, N 21, N 29 et N 36 proviennent de Guelma, les sept autres de Aïn Nechma. On a pu en publier les photographies inédites, à l’exception N 3, N 21 et N 36.

2.6.1. Guelma N 19

  • 46 Bron 2017.

79Se trouve au Musée de Narbonne46. C’est l’une des seules, avec N 18, à avoir conservé sa partie figurative.

  • 47 Amadasi Guzzo 2018.

80Deux inscriptions ont été réétudiées récemment par M. G. Amadasi Guzzo d’après les documents retrouvés dans les archives de G. Levi Della Vida47 :

2.6.2. Guelma N 34

  • 48 Par inadvertance, Jongeling a transcrit, au début de la ligne 1, l-Bʿl au lieu de l-ʿdn.

81La transcription qu’elle en donne correspond à celle de Chabot48.

2.6.3. Guelma inédite

82L’autre provient de Aïn Nechma et est inédite ; voici sa transcription et sa traduction :

831) l-ʾdn
2) Bʿl mn
3) Sygʿn
4) h-ndʿ
5) r ybr-
6) kn bn Byr-
7) gn
1) Au Seigneur
2) Baʿl Hamon
3) de Siga,
4) ce vœu.
5-6) Puisse-t-Il bénir
6-7) le fils de Byrgn.

84Le toponyme Sygʿn est déjà connu par des monnaies et désigne la localité où le dieu aurait eu un sanctuaire. M.G. Amadasi Guzzo est bien consciente du fait que le donateur ne soit pas nommé pose problème, mais il lui paraît difficile d’interpréter ybrkn comme un nom propre.

  • 49 Amadasi Guzzo 2021.

85Madame Amadasi Guzzo, que je remercie très chaleureusement, veut bien me signaler qu’elle vient de publier deux nouvelles inscriptions funéraires d’Aïn Nechma, retrouvées dans les papiers de G. Levi Della Vida49.

2.7. Kheneg (Tiddis)

  • 50 Février, Berthier 1975-1976.

86Ce site a livré neuf stèles supplémentaires, dont huit votives et une funéraire, publiées par J.-G. Février et A. Berthier50.

2.8. Ksiba Mraou

2.8.1. Ksiba Mraou N 4

  • 51 La forme correcte de ce toponyme est en réalité Henchir el-Okseiba, cf. Dictionnaire 1992, p. 251. (...)
  • 52 Bron 2019.

87Une communication a été consacrée aux estampages des inscriptions de Ksiba Mraou51, conservés au cabinet du Corpus52. Ils permettent de compléter la lecture de cette stèle comme suit :

881) ʾbn ʾš ṭʿnʿ l-ʾnrʿṭʾ
2) bn Bʿlytn ʿwʾ
3) šnwt ʾḥd
1) Pierre qui a été érigée pour Honoratus,
2) fils de Baalyaton. Il a vécu
3) un an.

2.8.1. Ksiba Mraou N 10

89Dans Ksiba Mraou N 10, le patronyme du dédicant doit se lire Gwdy.

3. Italie

3.1. Populonia

  • 53 Romualdi, Amadasi 2007.

90On rappellera la très étrange inscription néopunique, trouvée dans une tombe à dromos que le contexte archéologique permet de dater approximativement du iiie siècle avant notre ère53. Il s’agit d’un texte de trente-quatre lettres, incisées après cuisson sur une coupe en céramique à vernis noir. Le texte, où l’on distingue clairement le mot šqlm, «  sicles  », paraît consister en la répétition de formules à base d’allitérations, peut-être un rituel prononcé lors de l’ensevelissement ?

3.2. Pantelleria

  • 54 Masson 1993.

91Jongeling aurait sans doute dû être plus prudent au sujet de cette inscription, à laquelle l’éditeur du Corpus n’a pas donné de numéro, mais dont il met en doute l’authenticité à la page 181 de son premier tome. En effet, le premier éditeur, F. Lenormant, est connu pour avoir mis en circulation, dans le monde scientifique, un certain nombre de faux54.

Haut de page

Bibliographie

Allotte de la Fuÿe 1886-1887, «  Note sur une inscription néo-punique du Djebal Abd-er-Rahman  », RSAC 24, [1888], p. 86-89.
https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/cb328496371/date.r =.langFR

Amadasi Guzzo M.G. 1986, «  Appunti su iscrizioni puniche  », Vicino Oriente 6, p. 183-192.

Amadasi Guzzo M.G. 2008, «  Su due dediche neopuniche da Henchir Ghayadha  », Vicino Oriente 14, p. 249-255.
http://www.journal-vo.it/Publicazioni/VO%20XIV/VO%20XIV/VO_XIV_14_Amadasi.pdf

Amadasi Guzzo M.G. 2018, «  Frustuli di memoria. Un soggiorno ad Algeri di Giorgio Levi Della Vida  », dans G. Garbati (éd.), Cercando con zelo di conoscere la storia fenicia, Atti della giornata di studi dedicata a Sergio Ribichini, Roma, CNR, 20 marzo 2015, Roma, p. 107-120.

Bertrandy Fr., Sznycer M. 1987, Les stèles puniques de Constantine, Paris.

Berger Ph. 1890, «  Les inscriptions de Maktar  », CRAI, p. 35-42.
https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1890_num_34_1_69741

Bisi A.M. 1972, «  Le stele puniche del Museo Nazionale di Napoli  », AION 32, p. 135-150.

Bron Fr. 2006, «  La stèle bilingue latine et néo-punique de Henchir Brighita (KAI 142)  », Aula Orientalis 24, p. 143-144.
https://www.ub.edu/ipoa/wp-content/uploads/2021/09/20061AuOrXNotas.pdf

Bron Fr. 2007a, «  A propos de la stèle néo-punique de ‘Ayin Zakkar (KAI 136)  », Studi Epigrafici e Linguistici 24, p. 51-52.
http://www.sel.cchs.csic.es/sites/default/files/08bron_69de1e33.pdf

Bron Fr. 2007b, «  L’inscription bilingue latine et néo-punique de Aïn-Youssef  », Orientalia 76, p. 30-32.

Bron Fr. 2008, «  L’inscription néo-punique de Cherchell, NP 130  », Vicino Oriente 14, p. 257-261.
http://www.journal-vo.it/Publicazioni/VO%20XIV/VO%20XIV/VO_XIV_15_Bron.pdf

Bron Fr. 2009, «  Notes sur les inscriptions néo-puniques de Henchir Medeina (Althiburos)  », Journal of Semitic Studies 54, p. 141-147.

Bron Fr. 2010, «  Les estampages du cabinet du Corpus  », dans G. Bartoloni et alii (éd.), Tiro, Cartagine, Lixus  : nuove acquisizioni. Atti del Convegno Internazionale in onore di Maria Giulia Amadasi Guzzo, Roma, 24-25 novembre 2008, Roma, p. 31-37.

Bron Fr. 2013a  : «  Varia punica 2. Stèle votive néo-punique  », Semitica 55, p. 181-183.

Bron Fr. 2013b, «  Varia punica 3. Inscription de Henchir Medeina (Althiburos) (KAI 159)  », Semitica 55, p. 141-147.

Bron Fr. 2017, «  Une inscription néopunique au Musée de Narbonne  », dans H. Dridi, D. Wieland-Leibundgut, J. Kraese (éd.), Phéniciens et Puniques en Méditerranée. L’apport de la recherche suisse, Rome (Philainos. Études d’antiquités méditerranéennes), p. 119-123.

Bron Fr. 2019, «  Les inscriptions néo-puniques de Ksiba Mraou  », dans A. Ferjaoui, T. Redissi (éd.), La vie, la mort et la religion dans l’univers phénicien et punique. Actes du VIIe congrès international des études phéniciennes et puniques, Hammamet, 9-14 novembre 2009, Tunis, p. 285-288.

Bron Fr. 2020, «  Inscriptions néopuniques de Guelma et de Aïn Nechma au Musée du Louvre  », Semitica 62, p. 207-223.

Chabot J.-B. 1918, Punica, Paris.

Derenbourg J. 1876, «  Inscription bilingue de Aïn-Youssef  », RA n.s. 31, p. 175-179.

Dictionnaire 1992, E. Lipiński (dir.), Dictionnaire de la civilisation phénicienne et punique, Turnhout.

Ennaïfer M. 1976, La cité d’Althiburos et l’édifice des Asclepieia, Tunis.

Fantar M.H., Sznycer M., Bron F. 2015, Stèles à inscriptions néopuniques de Maktar, I, Paris (MAIB-L 51).

Ferjaoui A. 1996, «  Une épitaphe néopunique d’une grande prêtresse de Cérès provenant de ‘Ayin Zakkar (Tunisie)  », Semitica 46, p. 25-35.

Ferjaoui A. et alii 2007, Le sanctuaire de Henchir el-Hammi, ier s. av. J.-C. – ive s. apr. J.-C., Tunis.

Ferjaoui A. 2008, «  Inscriptions néopuniques de Henchir Ghayyadha  », AntAfr 44, 2008 [2010], p. 191-205.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_2008_num_44_1_1475

Février, J.-G. 1951-1952, «  Une corporation de l’encens à Althiburos  », Semitica 4, p. 19-24.

Février J.-G. 1959-1960, «  Deux inscriptions néopuniques, I. Stèle néopunique de Pheradi Majus ; II. La néopunique 12 (Numidia Sexta)  », Karthago 10, p. 61-66.

Février J.-G., Berthier A. 1975-1976, «  Les stèles néopuniques de Tiddis  », BAA VI, 1975-1976 [1980], p. 67-81.

Friedrich J. et alii, J. Friedrich J., Röllig W., Amadasi Guzzo M.G., Mayer W.R. 1999, Phönizisch-punische Grammatik, Roma (Analecta Orientalia 55).

Hoftijzer J. 1963, «  Liste des pierres et moulages à textes phéniciens/puniques du Musée des Antiquités à Leyde  », OMROL 44, p. 89-98.

Jongeling K. 2008, Handbook of Neo-Punic Inscriptions, Tübingen.

Kerr R. 2018, «  New Punic Punditry  », JAOS 138, p. 395-401.

Krahmalkov C.R. 2000, Phoenician-Punic Dictionary, Louvain (OLA 90, Studia Phoenicia 15).
https://theswissbay.ch/pdf/Books/Linguistics/Mega%20linguistics%20pack/Afro-Asiatic/Semitic/Phoenician-Punic%20Grammar%20%28Krahmalkov%29.pdf

Leglay M. 1961, Saturne africain. Monuments I, Paris.

Levi Della Vida G. 1955, «  Iscrizione punica di Lepcis  », RAL, s. VIII, 10, p. 550-561.

Masson O. 1993, «  François Lenormant (1837-1883), un érudit déconcertant  », MH 50, p. 44-60.

Merlin A. 1910, Le sanctuaire de Baal et de Tanit, près de Siagu, Paris (Notes et Documents publiés par la Direction des Antiquités et Arts IV).

Romualdi A., Amadasi M.G. 2007, «  Cartaginesi a Populonia  : l’iscrizione neopunica della necropoli delle Grotte  », Annali della Fondazione per il Museo «  Claudio Faina  » 14, p. 161-175.

Schmitz Ph. C. 2010, «  The Large Neo-Punic Inscription (KAI 159) from Henchir Medeina (Althiburus) translated and interpreted  », Studi Epigrafici e Linguistici 27, p. 39-57.
https://www.academia.edu/10615812

Sznycer M. 1997, «  Note sur le mot syw‘t dans l’inscription du Djebel Massoudj  », REPPAL 10, p. 133-139.

Sznycer M. 2000, «  Stèle portant une inscription néopunique (no 22)  », dans Recueil des inscriptions lapidaires ouest-sémitiques du musée des Beaux-Arts et du muséum d’Histoire naturelle de Lyon, Lyon (Bulletin des Musées et Monuments lyonnais 2-3), p. 45-49.

Sznycer M. 2001, «  Les inscriptions néopuniques conservées au Musée National de Copenhague  », Semitica 50, p. 41-54.

Sznycer M. 2002-2003, «  Antiquités et épigraphie nord-sémitiques  », Livret-Annuaire de l’EPHE (Sciences historiques) 18, p. 28-31.

Sznycer M. 2002-2007, «  Les inscriptions néopuniques d’Ululas (Tunisie)  », Semitica 52-53, p. 83-92.

Tahar, M. 2018, «  Deux inscriptions inédites mentionnant le nom du roi Juba premier  », CT LXXII, no 226/227, 2018 [2020], p. 103-116.

Vassel E. 1910, «  Les deux inscriptions puniques de Tanesmat  », RT 84, p. 451-467.

Xella P., Tahar M. 2014, «  Les inscriptions puniques et néopuniques d’Althiburos. Présentation préliminaire  », RStudFen 40, p. 123-126.

Haut de page

Notes

1 Chabot 1918.

2 Mendleson 2003.

3 Sznycer 2001.

4 Hoftijzer 1963.

5 Bron 2017.

6 Chabot 2018, p. 105.

7 Amadasi Guzzo 1986.

8 Ferjaoui 1996.

9 Bron 2007a.

10 Bisi 1972.

11 Merlin 1910.

12 Sznycer 1997.

13 Tahar 2020. Je remercie Hédi Dridi pour m’avoir communiqué cet article. Voir aussi Xella, Tahar 2014.

14 Ferron 1987.

15 Ferjaoui 2019.

16 Sznycer 2007

17 Bron 2006. Par suite d’un fâcheux contretemps, la photographie n’est parue que l’année suivante, dans Aula Orientalis 25, 2007, p. 321.

18 Pour cette lecture, voir déjà Friedrich, Röllig, Amadasi Guzzo 1999, § 240,1.

19 Amadasi Guzzo 2008.

20 Ferjaoui 2008.

21 Ferjaoui et alii 2007.

22 Sznycer 2002-2003.

23 Fantar, Sznycer, Bron 2015.

24 Berger 1890  : cf. p. 41.

25 Kerr 2018 : cf. p. 400.

26 Bron 2013a.

27 Ennaïfer 1976.

28 Bron 2009. Voir aussi une meilleure photographie dans Bron 2013b.

29 On mentionnera pour mémoire l’étude aussi fantaisiste qu’érudite de Schmitz 2010.

30 Février 1951-1952.

31 Levi Della Vida 1955.

32 Krahmalkov 2000.

33 Bron 2009, p. 145-147.

34 Février 1959-1960.

35 Bron 2010.

36 Derenbourg 1876.

37 Bron 2007.

38 Friedrich, Röllig, Amadasi Guzzo 1999, § 141.

39 Bron 2008.

40 Avec l’aimable autorisation de madame H. Le-Meaux, conservateur.

41 Sznycer 2000. Avec l’aimable autorisation de madame G. Galliano, conservateur.

42 Allotte de la Fuÿe 1886-1887.

43 Bron 2010, p. 33 et fig. 1.

44 Bron 2020.

45 Leglay 1961, p. 386-403 (Guelma) et p. 404-415 (Aïn Nechma).

46 Bron 2017.

47 Amadasi Guzzo 2018.

48 Par inadvertance, Jongeling a transcrit, au début de la ligne 1, l-Bʿl au lieu de l-ʿdn.

49 Amadasi Guzzo 2021.

50 Février, Berthier 1975-1976.

51 La forme correcte de ce toponyme est en réalité Henchir el-Okseiba, cf. Dictionnaire 1992, p. 251. Voir déjà Chabot 1918, p. 122.

52 Bron 2019.

53 Romualdi, Amadasi 2007.

54 Masson 1993.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1  : Constantine N 38 = AO 5272
Crédits (archives Sznycer)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/5083/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 2  : Constantine N 49
Crédits (archives Sznycer)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/5083/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Bron, « Notes d’épigraphie néopunique »Antiquités africaines, 58 | -1, 5-14.

Référence électronique

François Bron, « Notes d’épigraphie néopunique »Antiquités africaines [En ligne], 58 | 2022, mis en ligne le 15 novembre 2022, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/antafr/5083 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.5083

Haut de page

Auteur

François Bron

UMR 8167 Orient et Méditerranée

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search