Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53Réflexions sur la « schola » du d...

Réflexions sur la « schola » du decumanus à Lepcis Magna et son contexte urbain

Nathalie de Chaisemartin
p. 23-51

Résumés

Cleared in 1957 at Lepcis Magna by the Italian archaeological team, the city-block to the west of the four-way arch (quadrifrons) of Septimius Severus, between the decumanus maximus and a parallel north road, contained a large courtyard surrounded on three sides by colonnades and framed east and west by semicircular exedrae. The north side displayed a row of seven niches with statue-bases. The elegant South façade with corinthian pilasters had three arched doorways opening onto the decumanus. Westward, a series of rooms led to a doric north-south portico running alongside a thermal complex, followed by a residential area largely rebuilt in Late Antiquity. The inscriptions found in the courtyard suggest that, from the Hadrianic phase, it was an aula honouring a conspicuous local family, the Plautii and the matron Blaesilla. However, it is possible that the whole city-block had previously been a gymnasium area with associated bath-complex on the edge of the city.

Haut de page

Dédicace

À Joyce M.Reynolds, fideliter

Texte intégral

  • 1 Vergara Caffarelli 1957.

1Dans les Fasti Archaeologici XII de 1957 (59-5604), E. Vergara Caffarelli signale brièvement sur le site de Lepcis Magna le dégagement d’un édifice au nord-ouest de l’arc de Septime Sévère, sur le bord nord du decumanus menant à la Porte d’Oea1.

  • 2 Bianchi Bandinelli, Vergara Caffarelli, Caputo 1964, p. 102-104, fig. 245 et pl. 24-168-169.

2L’identification du monument comme une schola d’association est proposée en 1963 dans le premier ouvrage consacré à la cité de Lepcis Magna par G. Caputo, d’après les notes de fouilles d’E. Vergara. Il en donne le plan et plusieurs photographies dues à F. Clerici2. Son commentaire lie la construction du bâtiment à une matrone, Blaesilla, qui l’aurait dédié à Minerve et Mercure. Il décrit la façade et la cour intérieure flanquée d’exèdres de la « schola », puis l’établissement thermal qui la jouxte, complété par une écurie et une fontaine-abreuvoir sur la place adjacente ouest qui lui confèrent selon lui une fonction d’« hôtel de jour ».

  • 3 Floriani Squarciapino 1966, p. 120-121, fig. 19.
  • 4 Romanelli 1970, p. 199-200, pl. 149b.
  • 5 Di Vita 1975, p. 176-177.
  • 6 Picard 1958, p. 96-147.
  • 7 Romanelli 1964, p. 17, note 18.

3M. Floriani Squarciapino reprend en 1966 dans sa monographie sur Lepcis Magna les données de G. Caputo sans entrer toutefois dans des considérations sur la fonction de l’édifice3. P. Romanelli dans son étude de 1970 sur la topographie et l’archéologie de l’Afrique romaine4 suit l’interprétation antérieure, réfutée en 1975 par A. Di Vita dans un compte-rendu de cet ouvrage : « La mancanza di qualunque ambiente per riunione al piano terra e l’impossibilità di provare che ve ne fossero al primo piano, se mai l’edificio ebbe un primo piano, mi pare che obblighino a radiare questo edificio dalle scholae per collegi »5. En1981, dans un article soutenant l’identification par G. Picard de la schola des iuvenes à Maktar6, P. Romanelli7 convient que l’édifice n’a guère de points communs avec les scholae de collège identifiées jusque-là. Il souligne son lien avec Blaesilla et l’importance de sa famille à Lepcis.

  • 8 Di Vita-Évrard 1981, p. 192-193 ; 1982, p. 457-464.
  • 9 Di Vita 1990, p. 426.

4Cette famille est en effet la mieux représentée dans l’épigraphie de la cité selon M. Torelli en 1973 : « la famiglia locale meglio conosciuta e con ampi sviluppi nella genealogia e nell’avanzamento sociale ». M. Corbier complète ses conclusions dans son étude de 1982 sur les familles sénatoriales en Afrique. A la même époque G. Di Vita-Évrard s’intéresse dans deux articles8 à Blaesilla et à sa famille, en particulier à son frère Haterianus dont le second de ses fils reprend le nom. La schola est évoquée à nouveau en 1990 par A. Di Vita à propos des restaurations des colonnes de la cour, probablement consécutives au séisme de 306-3109. Dans son ouvrage de 1992 sur les édifices religieux en Tripolitaine, V. Brouquier-Reddé enregistre la schola dans son chapitre 4 sur les identifications douteuses ou erronées d’édifices cultuels.

  • 10 Di Vita-Évrard 1998, p. 98-99.
  • 11 Di Vita, Di Vita-Évrard, Bacchielli 1998, p. 250-251.
  • 12 Pentiricci 2010, p. 161-162.
  • 13 Di Vita 1990, p. 449.

5C’est dans la partie consacrée à Lepcis Magna d’un ouvrage collectif de 1998 sur la Libye antique10 que G. Di Vita-Évrard précise son interprétation d’une fonction gentilice de la « schola » liée à la famille des Plautii : « Cette construction, hâtivement interprétée comme édifice de réunion, comme “club” ou “schola”, vraisemblablement placée sous une protection divine, pouvait servir de salle semi-publique de “représentation” en ville pour cette grande famille ». Son hypothèse serait que celle-ci aurait acquis la bande d’insulae plus étroite longeant au nord le decumanus et probablement prévue pour une enceinte par le plan d’urbanisme augustéen. Dans la légende de la reconstitution de la ville de Lepcis par J.-Cl. Golvin11 à la fin de l’ouvrage, la « schola » est en revanche définie comme un « club militaire et sportif pour jeunes gens », équivalent de la schola des iuvenes de Mactar. Enfin M. Pentiricci12 se range à l’interprétation de la cour à portiques comme un espace de représentation, restauré à la suite du séisme de 306-310, comme l’avait proposé A. Di Vita13.

  • 14 Je remercie vivement la direction du Patrimoine de Libye pour l’autorisation d’étude de la « schol (...)

6En septembre 1968, préparant mon travail de maîtrise sous la direction du Pr. G. Picard, j’ai eu l’opportunité d’effectuer une étude sans sondages sur l’architecture du monument14 et sur le matériel divers qui en provenait, avec l’aide amicale et éclairée de l’architecte G. Ioppolo et du responsable technique du site F. Russo qui travaillaient à l’époque à la restauration de l’arc voisin des Sévères.

7Cet article présente l’aboutissement de ce travail, longtemps retardé et repris sur la suggestion de G. Di Vita-Évrard et avec l’accord de J.M. Reynolds concernant les deux inscriptions inédites. Il constitue un état de la recherche qui complète l’analyse architecturale antérieure par une réflexion sur l’interprétation fonctionnelle controversée du monument.

1. Étude de l’édifice oriental de l’insula

  • 15 Di Vita 1994, p. 159-161.
  • 16 IRT 930.
  • 17 Di Vita-Évrard 1998, p. 98.
  • 18 23,40 m pour le bâtiment.

8La « schola » fait partie du troisième secteur urbanistique de la ville qui se développe au sud-ouest entre le decumanus postérieur au théâtre et la route d’Oea qui joue le rôle de decumanus maximus en traversant la ville15. Elle est située près de l’extrémité sud-est de l’insula comprise entre ce decumanus et son parallèle septentrional (fig. 1), la place qui entoure l’arc des Sévères et s’étend au nord vers l’ancienne Porta Salutaris qui marquait la limite de la ville planifiée au ier s. comme en témoigne le milliaire d’Aelius Lamia16. Les observations sur le développement du plan d’urbanisme17 donnent à penser que ce secteur aurait fait l’objet d’un lotissement au cours du iie s. Le decumanus maximus se dirige vers la Porta Oea d’Antonin et l’arc de Marc Aurèle en longeant l’insula large de 24,70 m218, espace qui comprend d’est en ouest à partir du cardo maximus et de la plateforme de l’arc sévérien :

  • un secteur d’environ 20 m de long occupé par des constructions tardives de faibles proportions ;

  • la « schola » et l’établissement thermal accolé sur 74 m environ (fig. 2) ;

  • un secteur d’habitat de 28 m de longueur.

  • 19 Tomasello 2011.

9Puis, au-delà d’une ruelle décalée vers l’ouest d’une vingtaine de mètres par rapport au cardo provenant du théâtre, une seconde insula de même largeur comprend une zone d’habitat et un temple de modèle africain entouré d’une cour-péribole, dont l’architecture se rapproche par certains traits de celle de la « schola »19.

Fig. 1 : Situation de l’insula du decumanus dans la grille urbaine de Lepcis Magna

Fig. 1 : Situation de l’insula du decumanus dans la grille urbaine de Lepcis Magna

D’après Di Vita, Di Vita-Évrard, Bacchielli 1998, p. 51.

Fig. 2 : Plan de la « schola » et des thermes du decumanus maximus

Fig. 2 : Plan de la « schola » et des thermes du decumanus maximus

D’après Bianchi Bandinelli, Vergara Caffarelli, Caputo 1964, p. 103, fig. 245.

1.1. La façade sud

10Du côté du decumanus maximus, la « schola » est exhaussée d’un mètre par rapport à la chaussée en pente vers le sud-est du côté de l’arc, et de 0,51 m à l’autre extrémité, alors qu’elle est de plain-pied avec le decumanus nord (fig. 3). Le soubassement de 34,80 m se compose de blocs de grès jaunâtre et de blocs de calcaire coquillier (calcarenaria) débordant de 6,5 à 10 cm l’alignement de la façade. Celle-ci est précédée d’une volée de marches dont la plus basse formait le bord du trottoir et longeait toute la façade. Bien qu’il ne reste que trois marches à l’angle sud-est, on peut penser que cet escalier en comportait antérieurement sept à cet endroit, hautes de 18 cm et larges de 30 à 32 cm (un pied), mais trois le long du tiers ouest de la façade en raison de la pente.

Fig. 3 : Vue générale est-ouest de l’insula vue de l’échafaudage du tétrapyle de Septime Sévère

Fig. 3 : Vue générale est-ouest de l’insula vue de l’échafaudage du tétrapyle de Septime Sévère

Cliché N. de Chaisemartin.

  • 20 Chiesa 1949, p. 25-28 ; Masturzo 2003, p. 723-725, n. 66.

11L’élévation de la façade (fig. 4), longue de 33,35 m, est bâtie en grand appareil de calcaire gris vacuolé, proche d’un travertin20, taillé dans le fil pour les assises et perpendiculairement le plus souvent pour les voussoirs et les montants des trois portails. Ceux-ci sont de hauteur égale (3,85 m = 13 pieds) et bordés d’une archivolte moulurée continue, large de 0,29 m (fig. 5) qui comprend deux fasces (2 et 3 pouces) et une doucine renversée de deux pouces, fortement saillante à sa naissance, entre deux listels d’un et deux pouces.

Fig. 4 : Façade sud de la cour à exèdres

Fig. 4 : Façade sud de la cour à exèdres

Cliché G. Di Vita-Évrard.

Fig. 5 : Profil de l'archivolte des trois portails de la façade sud

Fig. 5 : Profil de l'archivolte des trois portails de la façade sud

Source : N. de Chaisemartin.

12Entre la baie centrale et les deux autres, trois pilastres corinthiens rythment le mur, dont les derniers sont accotés aux archivoltes des baies latérales, alors qu’ils sont largement écartés de l’archivolte centrale. Un pilastre symétrique complète l’encadrement des portails latéraux, puis le mur est percé d’une porte donnant accès aux locaux de service des angles du bâtiment, garnis d’un pilastre terminal. La porte orientale présente un linteau clavé, tandis que celui de la porte ouest est monolithe. Aux deux extrémités de la façade, les blocs piquetés avec un étroit bord d’anathyrose forment une tranche verticale, montrant qu’ils n’étaient pas tissés avec les murs nord-sud perpendiculaires.

13La symétrie de la façade (fig. 6) est loin d’être complète : sa longueur est de 33,35 m, mais l’axe du portail central est à 16,12 m de l’extrémité ouest et à 17,23 m de l’extrémité est. Les baies orientale et centrale ont la même largeur (2,565 m) tandis que le portail ouest est un peu plus étroit (2,495 m). La largeur des boutiques aux extrémités est aussi inégale : à l’est, le panneau entre les pilastres est de 2,92 m avec une porte de 1,54 m, le panneau ouest de 1,95 m et la porte de 1,22 m. Les sections de la façade entre les baies présentent aussi des dissymétries :

  • du portail central (archivolte comprise) au premier pilastre : à l’est, 2,14 m, à l’ouest 1,55 m ;

  • du premier au second pilastre : à l’est 2,06 m, à l’ouest 2,31 m ;

  • du second au troisième pilastre : à l’est 2,03 m, à l’ouest 2,30 m.

  • Les proportions se renversent dans les deux dernières séries de mesures où les sections ouest ont les plus grandes dimensions.

Fig. 6 : Restitution graphique de la façade sud de la cour à exèdres

Fig. 6 : Restitution graphique de la façade sud de la cour à exèdres

Source : Y. Goubin.

  • 21 Ioppolo 1967, p. 89-98.
  • 22 Ioppolo 1967, p. 95.

14G. Ioppolo avait démontré, en partant de la table de mesures provenant du marché de Lepcis Magna21, que l’architecture de cette cité, au confluent de trois zones d’influence, fonctionnait sur trois systèmes de mesure : la coudée punique de 0,515 m, le pied gréco-romain de 0,296 m et la coudée ptolémaïque de 0,523 m. Il avait pu le vérifier en particulier sur les blocs de façade de la « schola », mesurés en coudées puniques22 mais mis en œuvre dans une structure planifiée en pieds gréco-romains utilisant l’équivalence de 4 coudées puniques (2,06 m) avec 7 pieds gréco-romains (2,072 m). Il semble cependant que la façade de la « schola » soit plutôt construite d’après un plan en coudées puniques, certes assez approximatif : cependant la différence entre une mesure réelle et le nombre entier de coudées qu’elle contient excède rarement 1 %, alors qu’une mesure divisée en pieds laisse un reste plus important :

  • largeur du portail est : 2,56 m = 5 coudées ;

  • largeur de la porte du local d’angle est : 1,54 m = 3 coudées ;

  • du premier pilastre à l’est du portail central jusqu’au second : 2,06 m = 4 coudées ;

  • largeur du fût des pilastres : 0,515 m = 1 coudée.

15On remarque que les dimensions des secteurs de la façade encadrant le portail central semblent à l’est mesurés en coudées (écarts entre les pilastres de 2,06 et 2,03 m = 4 coudées) et à l’ouest en pieds (2,31 et 2,30 m = 8 pieds). En revanche, les éléments architecturaux sont généralement calculés en pouces et en doigts de manière parfois un peu aléatoire quant à leur appartenance à l’un ou l’autre des systèmes de mesure.

16Les dix bases attiques des pilastres (fig. 7) ont une largeur variant de 0,685 à 0,71 m, soit 28 pouces gréco-romains ou 25 pouces puniques, une hauteur du bloc de 18 pouces égale à une coudée punique divisible en 3 pouces pour la plinthe, le tore inférieur, le cavet, 2 pour le tore supérieur et un demi-pouce pour chaque listel intermédiaire, le congé supérieur mesurant 5 pouces. Le fût, large d’une coudée en moyenne, a 8 coudées de haut et son épaisseur est de 2 doigts ou 0,045 m.

Fig. 7 : Base des pilastres corinthiens de la façade sud

Fig. 7 : Base des pilastres corinthiens de la façade sud

D’après Fiandra 1996.

17Les dix chapiteaux des pilastres corinthiens (fig. 8a, b et c) sont taillés dans des blocs d’une coudée de hauteur et d’une coudée et demie d’épaisseur (0,77 m). Deux d’entre eux ont été replacés sur leur fût de part et d’autre du local d’angle oriental, deux autres reposent près du portail central à l’intérieur du bâtiment, un troisième contre le pilastre terminal ouest, deux dans le bâtiment thermal et trois dans la rue vers la porte ouest. Leurs deux couronnes d’acanthe s’élèvent au-dessus d’un tore, surmontées par deux bractées donnant naissance à des volutes et crosses plates soutenant un gros fleuron aux divers motifs (fig. 9a et b).

Fig. 8a : Chapiteau de pilastre corinthien de la façade sud

Fig. 8a : Chapiteau de pilastre corinthien de la façade sud

Cliché N. de Chaisemartin.

Fig. 8b : Chapiteau de pilastre corinthien de la façade sud

Fig. 8b : Chapiteau de pilastre corinthien de la façade sud

Cliché N. de Chaisemartin.

Fig. 8c : Chapiteau de pilastre corinthien de la façade sud

Fig. 8c : Chapiteau de pilastre corinthien de la façade sud

Cliché N. de Chaisemartin.

Fig. 9a : Lit d'attente d'un chapiteau de pilastre corinthien

Fig. 9a : Lit d'attente d'un chapiteau de pilastre corinthien

Source : Y. Goubin.

Fig. 9b : Face antérieure d'un chapiteau de pilastre corinthien

Fig. 9b : Face antérieure d'un chapiteau de pilastre corinthien

Source : Y. Goubin.

  • 23 Tomasello 2011, p. 104, fig. 47.
  • 24 (0,705 m × 0, 516 m × 0,53 m). En dehors de ce bloc les inscriptions découvertes dans le secteur t (...)

18Au-dessus des chapiteaux, le couronnement de la façade comprenait une assise haute de 0,505 m et de 0,53 m de largeur à la base ; ses blocs conservés le long de la façade (fig. 10) présentent un corps de moulures supérieur haut de 0,23 m et saillant de 14,5 cm composé d’un quart de rond, d’une doucine et d’une gorge surmontée d’un listel (fig. 11). Leur profil est comparé par F. Tomasello à celui de l’epicranitis de la façade du temple voisin23. Leur épaisseur au lit d’attente permet d’en rapprocher plusieurs blocs du même calcaire gris vacuolé remployés pour contrebuter le mur externe de l’exèdre ouest : ces blocs devaient former une assise intermédiaire servant d’architrave et de frise sous l’assise de couronnement. Un bloc de calcaire gris analogue (fig. 12), remployé dans la pièce C5 du secteur thermal24, porte six capitales d’environ 0,20 m de hauteur formant le début d’un nom :

- - - ]

Blaesi[- - -

Blaesi(lla)

19Une lettre E est gravée sur un autre bloc de même facture.

Fig. 10 : Blocs d'epicranitis de la façade sud

Fig. 10 : Blocs d'epicranitis de la façade sud

Cliché N. de Chaisemartin.

Fig. 11 : Profil des blocs de couronnement de la façade

Fig. 11 : Profil des blocs de couronnement de la façade

Source : N. de Chaisemartin.

Fig. 12 : Bloc de frise portant le nom de Blaesi(lla)

Fig. 12 : Bloc de frise portant le nom de Blaesi(lla)

Cliché N. de Chaisemartin.

20Le revers de la façade présente un aspect beaucoup moins soigné que la face externe. La largeur des portails, plus importante qu’à l’extérieur (portail est : 2,58 m ; central : 2,62 m ; ouest : 2,52 m), indiquerait qu’elle était enduite ou plaquée de marbre. Au niveau de la sixième assise de la façade, dans le local d’angle oriental, à environ 2,60 m du sol, quinze logements de poutres révèlent la présence d’une mezzanine (pergula) ou simple soupente aménagée au niveau des sommiers des portails, peut-être à l’usage d’un gardien ou d’un boutiquier.

1.2. La cour

21Les trois portails de la façade donnent sur une cour à portique sur trois côtés, encadrée à l’est et à l’ouest par deux exèdres semi-circulaires : sa longueur est-ouest est de 25,60 m (50 coudées ou 80 pieds) exèdres non comprises et sa largeur nord-sud de 21,73 m (42 coudées ou 73 pieds) jusqu’au seuil de la façade (fig. 13). Les portiques et la rangée de niches occupant le côté nord sont surélevés de 11 à 14 cm par rapport à la cour centrale carrée de 15,35 m (30 coudées = 52 pieds). À l’exception des exèdres, le sol était pavé de dalles de calcaire jaune de 0,51 à 0,53 m (une coudée carrée) pour la plupart. Certaines manquent, d’autres sont fendues ou portent les traces violacées d’un incendie. L’orifice d’un puits s’ouvrait au sud-ouest de la base de la seconde colonne en partant de l’angle sud-est du portique, comme dans un atrium à citerne. Dans le carré central de la cour sont encastrés, dans l’axe des exèdres, deux socles carrés de calcaire coquillier gris. Du côté est, la hauteur du socle, aux moulures hautes et abruptes, est de 0,35 m, son côté au sol de 0,63 m, tandis que le socle occidental n’a que 0,28 m de hauteur et 0,645 m de côté au sol, avec des moulures mieux proportionnées.

Fig. 13 : Plan de la cour à exèdres (« aula »)

Fig. 13 : Plan de la cour à exèdres (« aula »)

Source : H. de Chaisemartin.

  • 25 Thébert 2003, p. 638.
  • 26 Di Vita 1990, p. 449-450 et fig. 16.B.

22Le portique en pi à seize colonnes longeait les côtés sud, est et ouest du bâtiment sur une largeur de 5,08 m. Ce modèle de portique caractérise parfois les palestres accompagnant les thermes, comme c’est le cas aux grands thermes de Lambèse25. Les colonnes sont à 0,85 m en retrait de la bordure surélevée du portique ; certaines des bases gardent leur position d’origine sur des dalles-stylobates de calcaire blanc, les autres ont été restaurées sur le dallage. Au sud, elles sont disposées de manière à ne pas gêner le regard, derrière les sections pleines de la façade. Les deux colonnes médianes sur chaque côté ont un entrecolonnement plus large correspondant à l’ouverture du portail central de la façade et à l’écartement des colonnes des exèdres. En raison des remontages lors de restaurations antiques dues aux séismes26, les entrecolonnements ne sont pas réguliers : sur le côté sud, ils vont de 2,78 m à 2,98 m au centre, tandis que sur les côtés est et ouest ils vont de 2,04 m à 2,61 m, avec un entrecolonnement central correspondant à l’accès aux exèdres de 2,80 m à l’est et 2,73 m à l’ouest. Les dernières colonnes au nord sont à 2,90 m soit 10 pieds environ du mur de fond.

  • 27 M. Pentiricci (2010) y voit inexactement de la brèche de Scyros.

23Les bases de marbre blanc de 0,67 m de côté et 0,27 m de haut sont de type attique et de travail soigné, avec une scotie très concave (fig. 14). Les fûts en brèche de Dokimeion-Synnada27, à inclusions blanches dans un magma violacé, sont peu galbés et terminés par un congé et un astragale. Leur diamètre est de 0,515 m et leur hauteur de 3,55 m (12 pieds). Les bases de 0,27 m semblent calculées pour que la hauteur totale de la colonne donne une mesure exacte en coudées : 3,82 m = 7 coudées, 10 doigts. Dix des fûts dont neuf complets ont été remontés en place. Plusieurs d’entre eux, en particulier ceux de l’angle nord-est, portent des encoches de crampons indiquant des réparations antiques, peut-être après un séisme ou l’incendie qui a roussi le sol dallé. Des graffiti marquent le troisième fût de la rangée est et celui de la colonne d’angle.

Fig. 14 : Profil des bases de colonnes de la cour à exèdres

Fig. 14 : Profil des bases de colonnes de la cour à exèdres

Source : N. de Chaisemartin.

24À l’évidence, l’édifice a subi dans l’Antiquité tardive une phase de spoliation : l’entablement soutenant la toiture du portique et les chapiteaux ont complètement disparu ; deux fragments d’angle et un fleuron à quatre pétales trouvés dans les tas de débris de marbre provenant du revêtement intérieur de la cour indiquent que ces derniers étaient en marbre blanc et d’un modèle assorti aux chapiteaux de pilastres de la façade. Les chapiteaux corinthiens du temple du decumanus voisin semblent de type analogue.

25Trois blocs moulurés carrés ont pu appartenir à des piédestaux de statues ou à des autels. L’un est placé en biais dans le second entrecolonnement du côté est : il mesure 0,55 m de côté au lit d’attente et son calcaire blanc et poreux est mouluré sur trois faces. Le second et le troisième sont accotés aux deux dernières colonnes de la rangée nord et paraissent analogues au premier socle à gauche de la série de niches le long du mur nord. Taillés dans du calcaire coquillier ocre jaune, ils ont 0,70 m de côté, et sont garnis au-dessus de la plinthe d’un tore et d’une doucine encadrés de listels.

26De nombreux fragments d’un riche revêtement de marbre devaient orner les murs de fond du portique : on y voit de la brèche de Synnada, du cipolin d’Eubée et du vert de Thessalie, ainsi que des calcaires marmoréens jaspés jaunes et rose violacé provenant de la région de Gafsa. Plusieurs fragments de pilastres cannelés en marbre blanc devaient scander le décor, entre lesquels des panneaux étaient bordés de baguettes convexes de marbre blanc peint en rouge. Des baguettes moulurées de porphyre violet ou de marbre blanc garnissaient les socles centraux des exèdres.

1.3. Les exèdres

  • 28 Gros 1996, p. 379-381.

27Les deux exèdres encadrant le portique ont leur rayon médian à 12 m du mur nord et à 13 m de la façade sud. Leur diamètre maximal est de 10,70 m. Comme les murs de part et d’autre, les murs incurvés des exèdres, conservés sur une hauteur de deux à quatre assises, sont en opus africanum sur un soubassement de calcaire clair, et présentent des harpes de grès jaunâtre de deux coudées de longueur sur une coudée carrée de section et des intervalles en blocage préservé sur la hauteur subsistante (fig. 15). De chaque côté des exèdres, les blocs des murs sont décalés en arrière pour former des niches peu profondes larges d’environ 1,70 m. L’ouverture des exèdres est rétrécie par les retours latéraux de 0,78 m de part et d’autre, formant des sortes d’antes, qui devaient avoir un parement leur donnant l’aspect d’un pilastre. On retrouve cette particularité dans l’édifice d’Eumachia à Pompéi28. L’entablement passant sur les deux colonnes placées sur le diamètre des exèdres, distantes de 2,72 m et aujourd’hui disparues, devait reposer à ses extrémités sur ces pilastres.

Fig. 15 : Exèdre occidentale de la cour à portique

Fig. 15 : Exèdre occidentale de la cour à portique

Cliché G. Di Vita-Évrard.

28Le mur incurvé de l’exèdre orientale A en opus africanum est tangent au grand mur latéral est de l’édifice, ce qui a entraîné une emprise réduite de l’exèdre, dont la profondeur de 4,41 m est inférieure à la moitié de son diamètre. Un massif de maçonnerie trapézoïdal occupe le fond de l’exèdre, long de 2,25 m, profond de 0,80 m et haut de 1,45 m. La face supérieure est plane, la face antérieure a sa partie centrale évidée sur une largeur de 1,45 m et une profondeur de 0,21 m et légèrement concave. À la partie inférieure de ce noyau, une plinthe de marbre de type numidique (Chemtou) indique qu’il devait porter un revêtement. Des fragments de petits pilastres cannelés en marbre blanc retrouvés à proximité ont pu garnir la face de ses projections latérales.

29De chaque côté de ce massif, l’exèdre avait aussi un revêtement dont subsistent quelques éléments du socle en calcaire marmoréen rouge sombre et blanc. On peut voir au sol une partie du pavement de l’exèdre formé de larges dalles de 1,20 m sur 0,70 m environ, en calcaire marmoréen veiné, séparées par des bandes de marbre vert de Thessalie d’une quinzaine de centimètres de large. À 1,50 m de part et d’autre du monument central se dressent deux blocs de grès d’une coudée carrée de section, plaqués de marbre à l’origine : une mince moulure de marbre blanc sépare le socle du dé dont une plaque subsiste sur le bloc de gauche. Ces blocs faisaient probablement fonction de bases de statues.

30L’exèdre ouest B présente un aménagement analogue à celui de l’exèdre est (fig. 15) avec une profondeur de 5,50 m supérieure cette fois à son demi-diamètre. Son mur s’incurve vers l’ouest à 2,40 m au-delà des murs nord-sud correspondant à la limite ouest de la façade. Derrière le monument central, ce mur périmétral est doublé à l’ouest par un empilement de blocs en grand appareil de calcaire gris reposant sur le toichobate de grès incurvé du mur de l’exèdre. Le socle maçonné central (fig. 16) est plus haut que son symétrique oriental, avec une face antérieure de 1,57 m de large, encadrée de projections de 23 cm. La lumière rasante révèle sur son lit d’attente le tracé incisé d’une niche en abside qui s’enfonce dans l’épaisseur du mur (fig. 17). Quelques traces d’un schéma analogue subsistent sur le lit d’attente du massif de l’exèdre orientale. Les blocs de grès, placés cette fois à 2,37 m de part et d’autre du piédestal central, conservent leur revêtement de marbre à la partie inférieure. Le bloc sud mieux conservé mesure 0,54 m de côté pour une hauteur de 1,05 m.

Fig. 16 : Piédestal maçonné de l’exèdre ouest

Fig. 16 : Piédestal maçonné de l’exèdre ouest

Cliché N. de Chaisemartin.

Fig. 17 : Piédestal central de l’exèdre ouest

Fig. 17 : Piédestal central de l’exèdre ouest

Plan gravé de la niche supérieure.

Source : H. de Chaisemartin.

31Le revêtement de cette exèdre est mieux conservé (fig. 18) : sur la partie sud, deux plaques de marbre sont encore superposées, séparées par une baguette moulurée en pseudo-porphyre violet. Derrière l’un des blocs du mur se trouvait un fragment de la partie inférieure d’un fût de colonne en cipolin dont le diamètre semble analogue à celui des colonnes de la cour. Or, une colonne brisée de même matériau et de mêmes dimensions semble avoir été abandonnée par les pilleurs de marbres sur le decumanus à l’est du tétrapyle, donnant à penser que les colonnes des exèdres étaient faites de ce marbre.

Fig. 18 : Revêtement en calcaire marmoréen du mur et du sol de l’exèdre

Fig. 18 : Revêtement en calcaire marmoréen du mur et du sol de l’exèdre

Cliché N. de Chaisemartin.

1.4. Le mur nord et son rang de niches

  • 29 Numérotées par nous d’ouest en est. 

32Le mur septentrional qui longe le decumanus secondaire partant de la Porta Augusta Salutaris est conservé à hauteur d’appui. Il est aussi construit en opus africanum sur toichobate continu et composé de harpes en blocs d’une coudée d’épaisseur, séparées par des panneaux en opus caementicium de 2,25 m en moyenne. Les murs en retour nord-sud sont percés de deux portes donnant dans des vestibules communiquant par des portes symétriques sur le decumanus. La façade extérieure nord devait être enduite, tandis que la face intérieure du mur porte à ses extrémités les restes de plinthes de marbre blanc formant la base d’un revêtement. Un rang de cinq niches29, séparées par six murets en épi, en occupe la partie centrale sur une longueur de 13,55 m et une profondeur conservée de 1,03 m (fig. 19). Sur ce côté dépourvu de portique, la terrasse surélevée est large de 1,95 m seulement.

Fig. 19 : Rangée de cinq niches et sept socles de statues sur le côté nord de la cour à exèdres

Fig. 19 : Rangée de cinq niches et sept socles de statues sur le côté nord de la cour à exèdres

Cliché N. de Chaisemartin.

33La première et la cinquième niches sont semi-circulaires, la seconde et la quatrième rectangulaires. La niche centrale est occupée par un grand socle de pierre encastré dans la maçonnerie. Les murets séparant ces niches sont constitués par des blocs de grès jaune cernés par les dalles du sol, posées après leur construction. Derrière eux, jusqu’au mur de fond, la maçonnerie des niches – en particulier la concavité des niches 1 et 5 – est faite de galets noyés dans du blocage. L’ensemble était revêtu de marbre sur une épaisse couche d’enduit masquant certaines irrégularités de construction : une plaque de marbre blanc est conservée sur la face latérale droite du dernier muret.

34Les niches de même modèle ont des dimensions différentes : la niche 1 a une longueur de 2,03 m, la 5 de 2,06 m, tandis que la niche 2 fait 1,95 m et la 4 mesure 2 m. La profondeur des niches semi-circulaires (0,89 m pour la niche 1) est plus faible que celle des niches rectangulaires (1,02 m) et elles comportent une partie antérieure plus large de 0,45 m de profondeur et un fond marquant un net rétrécissement. L’abside de la niche 1 ne fait que 1,57 m de diamètre et la longueur de la niche 2 contre le mur de fond 1,53 m.

35La niche 3, centrale, est occupée sur une largeur de 1,40 m par un piédestal semi-circulaire haut de 0,98 m, dépassant légèrement l’alignement des murets et composé de deux séries de grands blocs en calcaire blanc-gris. Des traces de rouille dans les joints indiquent que la face antérieure portait un revêtement tenu par des crampons métalliques. Au lit d’attente subsistent trois cavités de scellement.

36Les autres niches et les angles externes aux extrémités de la série sont garnis de socles ayant appartenu à sept bases de statues. Le premier à gauche, plus bas, est en calcaire coquillier comme les socles posés devant les dernières colonnes de l’aile ouest du portique (fig. 21). Les autres sont en calcaire blanc et mesurent 0,78 m de longueur pour 0,525 m de largeur et 0,30 m de hauteur en moyenne. Ils ont trois faces moulurées avec deux tores et une doucine fortement profilée (fig. 20).

37Derrière les deux socles orientaux, nous avons dégagé des déblais deux fragments de statues en marbre blanc. L’un est la partie supérieure d’un genou nu, plutôt féminin, l’autre un fragment de buste masculin conservé de la base du cou à la taille, sur une hauteur de 0,40 m environ, et à demi-couvert d’un drapé oblique (fig. 22a et b).

Fig. 20 : Profil d’une base de calcaire blanc des niches du mur nord

Fig. 20 : Profil d’une base de calcaire blanc des niches du mur nord

Source : N. de Chaisemartin.

Fig. 21 : Profil d'une base de grès jaune, niche ouest du mur nord

Fig. 21 : Profil d'une base de grès jaune, niche ouest du mur nord

Source : N. de Chaisemartin.

Fig. 22a : Fragment de statue trouvé dans les niches.

Fig. 22a : Fragment de statue trouvé dans les niches.

Genou féminin nu

Cliché N. de Chaisemartin.

Fig. 22b : Fragment de statue trouvé dans les niches.

Fig. 22b : Fragment de statue trouvé dans les niches.

Torse masculin drapé

Cliché N. de Chaisemartin.

1.5. Les espaces annexes

38De part et d’autre des exèdres, deux vestibules servent d’entrée à la « schola » du côté du decumanus nord, tandis que deux boutiques ouvrent au sud par une baie sans décor sur les marches longeant la façade du bâtiment, mais sans communication avec la cour à portiques. La boutique orientale, non dallée, est divisée par un mur en deux pièces et devait comporter une mezzanine soutenue par une trabeatio au revers de la façade. Le gond inférieur et la cavité bloquant la barre de fermeture sont visibles dans l’encadrement de la porte. La boutique occidentale, plus étroite, est fermée à l’ouest par un mur en opus africanum avec deux harpes de grès et un blocage de ciment blanc et de moellons jaunes. A l’angle formé par la niche flanquant l’exèdre, un tuyau de terre-cuite devait servir de descente de gouttière et, derrière l’assise de soubassement de la façade, une amphore était enterrée dans le sol. La porte présente un gond de chaque côté.

39Les vestibules nord sont également dissymétriques, celui de l’est étant divisé en deux parties par un mur, comme la boutique correspondante, tandis que le vestibule occidental moins large présente un simple pilier à égale distance des parois est et ouest. Leur seuil sur la rue, large à l’est de 2,37 m, comporte deux marches de calcaire blanc et seul le vestibule oriental est dallé. Les montants des portes, reposant sur une base en calcaire blanc, sont taillés dans le même calcaire que la façade sud et présentent des fûts de pilastres analogues, mais surmontés de chapiteaux ioniques dont deux sont conservés (fig. 23). Les volutes saillant en oblique encadrent un rang d’oves au-dessus d’un rang de perles et pirouettes, et leur canal s’amenuise derrière les demi-palmettes d’angle pour faire place au centre à une feuille d’acanthe dressée sur l’abaque au-dessus de l’ove central. Des restes d’enduit peint décoraient les murs divisant les vestibules de la « schola » et l’arrière-vestibule ouest a livré du matériel céramique : fragments de sigillée et de poterie commune, fond de coupe en verre ainsi que plusieurs fragments d’une voûte en blocage enduite et peinte de bandes de couleur et de décors géométriques et floraux.

Fig. 23 : Chapiteau ionique de la porte nord-ouest

Fig. 23 : Chapiteau ionique de la porte nord-ouest

Cliché N. de Chaisemartin.

40Malgré les spoliations, l’architecture de la cour à portiques, et en particulier sa façade sur le decumanus maximus, se distingue donc par son caractère soigné, voire luxueux, de celle du reste de l’insula à l’ouest.

2. La partie occidentale de l’insula

41La différence entre l’analyse de G. Caputo et celle d’A. Di Vita réside dans le fait que le premier cherche une interprétation de l’ensemble de l’insula, ou tout au moins de sa partie centrale comportant la cour à exèdres et l’établissement thermal, tandis que le second ne prend en compte que la cour orientale, bâtiment de prestige isolé à son avis du reste de l’insula. Ses exèdres ayant des proportions trop modestes, l’absence de salle de réunion ou de banquet, voire d’un étage où les placer – confirmé par le manque d’une cage d’escalier –, lui permet d’exclure l’hypothèse d’un siège d’association.

42En l’absence d’une exploration archéologique approfondie du bâti de ce secteur, on est en effet tenté de renoncer à déterminer la fonction des espaces suivant à l’ouest la cour à exèdres : ce dédale de murs de fortune et de pièces minuscules présente dans son état actuel plusieurs séries de remaniements qui oblitèrent le plan d’origine. Ceux-ci sont dus au rétrécissement progressif de l’habitat urbain qui se replie à l’intérieur de l’enceinte du iiie s. en divisant les espaces réoccupés par des murs en matériel de remploi, comme c’est le cas du mur en parpaings de calcaire gris traversant en oblique l’extrémité ouest de l’insula, peut-être pour protéger du vent de sable les masures qui s’y adossaient.

2.1 Division de l’insula et secteur entre la cour à exèdres et le portique des thermes

43On peut cependant remarquer que l’insula mesure environ 103 m soit 200 coudées puniques (346 pieds gréco-romains) sans le no man’s land oriental venant jouxter l’arc de Septime Sévère et le cardo principal. Son extrémité ouest se prolonge d’une vingtaine de mètres par rapport aux insulae septentrionales et décale l’extrémité du cardo oriental du théâtre.

44Elle semble avoir été divisée en lots inégaux par des murs nord-sud en opus africanum à harpes de grès jaune, les accès étant prévus sur les decumani. La façade de calcaire gris de la cour à exèdres s’insère, probablement dans une phase postérieure, entre deux de ces murs, les blocs de ses extrémités étant munis de cadres d’anathyrose.

45Le secteur d’habitat à l’extrémité ouest est nettement séparé du secteur thermal par l’alignement nord-sud des citernes et la salle de l’angle sud-ouest qui les prolonge. La cour à exèdres présente un mur oriental continu qui la sépare du secteur entourant le quadrifrons.

46La longueur de la cour à exèdres jusqu’au droit de son mur occidental, sans tenir compte de la profondeur de l’exèdre ouest empiétant sur le secteur thermal, est de 34 m, soit 66 coudées puniques, 65 coudées alexandrines ou 114,86 pieds.

47Le secteur intermédiaire de 10,80 m entre la cour à exèdres et le portique nord-sud des thermes, avait une façade méridionale au soubassement longé par le prolongement de la volée de marches desservant la cour à exèdres jusqu’à la porte, au niveau de la quatrième marche, qui donnait dans l’appartement D (long de 14 m environ) et le portique des thermes. Ce secteur est occupé par deux séries de pièces de niveau inégal : le groupe septentrional C est à un niveau inférieur à celui du decumanus nord, et présente une dénivellation de près de 50 cm par rapport à l’appartement D au sud. Ces petites pièces ouvrant par deux seuils sur le decumanus nord n’ont pas les mêmes fondations maçonnées que le reste de la construction et leur sol est en terre. La présence de fonds de jarre et de débris de dolia dans la pièce C7 et celle d’une fosse en C4 contre le mur des thermes, peut-être une mangeoire, semblent indiquer des pièces de service, la série C4, 5, 6 pouvant constituer l’écurie évoquée par G. Caputo. Des débris de mosaïque de sol à peltes et tresses en cubes blancs, rouges, bruns et noirs et trois fragments de mosaïque en pâte de verre proviennent des pièces C4 - C5 qui ont pu servir de décharge.

48Le soubassement en grand appareil du mur incurvé de l’exèdre ouest de la cour supporte plusieurs parpaings empilés de calcaire gris qui semblent contreforter le dos de l’exèdre. Ce type de blocs se trouve également remployé en divers secteurs de la partie occidentale de l’insula et on peut supposer qu’ils aient appartenu à la façade sud spoliée du secteur thermal.

49L’appartement méridional D était divisé en petites pièces par des cloisons de fortune et ouvrait au sud-ouest par une porte sur le decumanus. Son niveau est voisin de celui de la cour à exèdres et du portique des thermes. La pièce à l’angle sud-est comportait un petit tétrastyle composé de quatre bases attiques de colonnettes encadrant une cuve d’osthothèque. Une autre petite cuve gravée au nom de Dorcas provient de la pièce D2, ainsi qu’un cippe au nom des frères orfèvres Cima, montrant que des éléments de la nécropole extra-urbaine ont été réutilisés dans ce réaménagement tardif.

2.2 Les thermes

50Les dimensions du secteur thermal (fig. 2) sont modestes et s’apparentent à celles des Thermes de la Chasse au nord-ouest de la ville. Cet établissement appartenait à une corporation de chasseurs d’amphithéâtre, ce qui a pu suggérer par analogie l’hypothèse d’un édifice d’usage semi-public ou collégial pour les thermes du decumanus. Ces thermes avaient pour accès au sud la porte à l’extrémité du trottoir de 48 m longeant sa façade et celle de la cour à exèdres. La porte ouvrait dans l’espace D où il faut sans doute voir un vestibule ou vestiaire (apodyterium) réutilisé tardivement comme habitat. Deux autres accès s’ouvraient dans les façades sud et nord des espaces de service ouest du complexe.

51Il est probable que le mur de fond du portique précédant les thermes, les murs du frigidarium et les fondations subsistant au nord-ouest des espaces donnant sur le decumanus septentrional conservent en partie les directions orthogonales du plan d’origine de ce secteur de l’insula. En revanche, l’aménagement conservé des salles chauffées ne permet pas d’avoir une idée de leur disposition antérieure. On peut seulement inférer que le couloir de chauffe devait longer la façade sud, relié à la salle à pilier de l’angle sud-ouest qui pouvait servir d’entrée de service ou de lieu de stockage. Les façades nord et sud actuelles de cette section de l’insula sont le résultat hétérogène de phases de spoliation et de remploi, faites de blocs usés empilés et de maçonnerie de fortune.

  • 30 Bianchi Bandinelli, Vergara Caffarelli, Caputo 1964, p. 105-106, fig. 246.
  • 31 Lézine 1955.

52Le portique à colonnes toscanes nord-sud (fig. 24) avait probablement une fonction de promenoir et d’espace de repos comme dans les Thermes de la Chasse30 qui comprennent à la fois un portique extérieur à colonnes et un promenoir intérieur bordé de banquettes et donnant accès aux salles thermales. Son sol dallé, plus large au nord qu’au sud, est surélevé de 8 cm par rapport au passage longeant le frigidarium et son mur oriental, où subsistent des traces d’enduit peint, était bordé d’une banquette de repos en maçonnerie. Ses quatre massives colonnes toscanes en calcaire jaune sur leurs bases (fig. 25) ont un chapiteau d’une coudée de haut sommé d’un abaque de 0,84 m de côté. Ces chapiteaux devaient être stuqués et leur profil comportait un listel, un cavet et un tore épais (fig. 26) qui diffère sensiblement de celui des chapiteaux toscans de Proconsulaire étudiés par A. Lézine31. Quelques blocs d’une corniche moulurée faisaient partie de l’entablement du portique (fig. 27).

Fig. 24 : Portique à colonnes toscanes de l’entrée des thermes

Fig. 24 : Portique à colonnes toscanes de l’entrée des thermes

Cliché N. de Chaisemartin.

Fig. 25 : Profil d’une base de colonne toscane du portique des thermes

Fig. 25 : Profil d’une base de colonne toscane du portique des thermes

Source : N. de Chaisemartin.

Fig. 26 : Profil des chapiteaux toscans du portique des thermes

Fig. 26 : Profil des chapiteaux toscans du portique des thermes

Source : N. de Chaisemartin.

Fig. 27 : Profil de la corniche du portique des thermes

Fig. 27 : Profil de la corniche du portique des thermes

Source : N. de Chaisemartin.

53Le frigidarium, dont les murs nord et est sont en grand appareil, mesurait 20 m × 4,5 m, laissant le long du mur nord de l’insula un espace de service perpendiculaire au portique (fig. 28). Il était flanqué de huit colonnes toscanes de 0,49 m de diamètre sur des piédestaux en saillie, dont on conserve plusieurs bases et un chapiteau de calcaire gris de 0,63 m de côté à l’abaque. Son profil présente une doucine sommée d’un tore assez mince. Les piscines aux deux extrémités de la salle sont rectangulaires et deux autres bassins en exèdre faisaient saillie dans son mur oriental. La piscine sud a été divisée en quatre baignoires par des murets en croix. Une petite piscine carrée flanque l’angle nord-ouest du frigidarium.

Fig. 28 : Frigidarium des thermes

Fig. 28 : Frigidarium des thermes

Baignoires stuquées, chapiteau et base toscans.

Cliché N. de Chaisemartin.

  • 32 Lenoir 1991, p. 152, fig. 1.

54Les salles chaudes ont, dans l’état conservé, leur axe décalé en oblique par rapport au frigidarium. Leur plan rappelle la complexité de celui des thermes de Thamusida32 de datation tardive. Leurs bassins en signinum sont de taille très réduite, voire individuelle, et bricolés en matériaux de remploi dont certains, comme des fragments de brèche de Dokimeion, semblent venir de la cour à exèdres.

55La partie inférieure d’une fontaine de marbre blanc en forme de massue noueuse réemployée dans le local D (fig. 29) a pu distribuer de l’eau dans un labrum de l’état d’origine. La salle à pilier central de l’angle sud-ouest, avec son entrée sur le decumanus, communiquait avec les thermes : ses murs en opus africanum soigné semblent indiquer qu’elle appartenait au premier état de construction du complexe.

Fig. 29 : Fontaine fragmentaire en forme de massue noueuse

Fig. 29 : Fontaine fragmentaire en forme de massue noueuse

Cliché N. de Chaisemartin.

56En revanche, les citernes H1 et H2 surélevées en terrasse le long du mur ouest sont aussi des réaménagements tardifs récupérant l’eau des toitures.

  • 33 Di Vita-Évrard 1998, p. 98.

57Il semble à notre avis difficile d’isoler totalement la cour à exèdres de l’établissement thermal dans la mesure où le trottoir longeant la façade jusqu’à la porte des thermes et les marches qu’il supporte semblent appartenir à la même phase de construction. L’imbrication de l’exèdre ouest dans l’appartement intermédiaire C relié aux thermes manifeste de plus un rapport fonctionnel entre ces deux parties de l’insula. Il est probable aussi que le vestibule nord-ouest de la cour à exèdres ait donné accès à ce secteur. Les éléments architecturaux en grès des thermes indiquent vraisemblablement que leur premier état daterait de la période du lotissement de l’insula, attribuable au troisième quart du ier s.33.

3. Les inscriptions de la cour à exèdres34

  • 34 Je remercie chaleureusement mes amies S. Demougin et Ch. Roueché pour leurs conseils et leur aide (...)

58Le riche décor de la cour à exèdres comportait des placages en larges panneaux de calcaire marmoréen jaspé de la région de Gafsa, imitant l’albâtre. Des épigraphes honorifiques étaient gravées sur certains de ces panneaux, malheureusement retrouvés fragmentés hors de leur emplacement d’origine.

  • 35 Selon G. Di Vita-Évrard (1981, p. 190), les capitales alternant avec quelques formes rustiques, ai (...)

591. Provenant de l’exèdre ouest, une dalle (L. 53 cm ; H. 72 cm) est partiellement reconstituée au dépôt de fouilles à partir de 13 morceaux. Cette inscription honorifique offerte par Aquilia Blaesilla à son frère en occupe les deux tiers supérieurs. Les larges capitales des deux premières lignes (5,2 cm × 3,6 cm) sont suivies de quatre lignes en capitales rustiques de hauteur voisine (5 cm × 2 cm). Le texte est mentionné par G. Di Vita-Évrard35 (fig. 30) :

Ṃ(arco) Ạquilio · C(aii) · f(ilio)
[vac.] Ḥ[a]ṭẹriano
ex volụ[ntate] · Aquili
[vac.] Posṭụmi patris
Aquilia Blaesilla · clar(issima) ·
fem(ina) · soror · posuit

60Trad. : À Marcus Aquilius Haterianus, fils de Caius, selon la volonté d’Aquilius Postumus leur père, Aquilia Blaesilla, dame très illustre, a érigé (ceci).

612. Trois fragments jointifs d’une dalle de calcaire marmoréen inscrite (L. 52 cm ; H. 16 cm) proviennent de l’aula à exèdres (fig. 31, en haut) :

Ạquiliae · C(aii) · f(iliae) · Blaesillạ[e]
[- c. 12-] ọp̣ṭịṃạ[e - - -]

62Trad. : À Aquilia Blaesilla, fille de Caius … excellente …

633. Un fragment inscrit de calcaire marmoréen aux veines blanches et violacées marquées (L. 14 cm ; H. 22 cm) provient de la cour à portiques (fig. 31, au milieu à droite) :

- - - -]

- - - -]

ỊAE[- - -

vacat PỊ[- - -

[- - -

644. Un fragment de calcaire marmoréen beige et blanc (L. 10 cm ; H.10 cm), provenant de la cour à portiques, porte 4 lignes d’inscription (fig. 31, en bas) :

- - - -]

    - - - -]

AỊ v.

    - - - -]

?

[- - -

[- - -

  • 36 Di Vita-Évrard 1982, p. 462, fig. 3, et note 49 : « Impossible de réunir ce fragment au début de l (...)

655. Un fragment de plaque de provenance et de matériau identique, mais non jointif, publié par G. Di Vita-Évrard36, offre les restes de trois lignes d’inscription en capitales rustiques au bord gauche d’une dalle (L. 24 cm ; H. 22,8 cm). La ligne supérieure porte l’angle inférieur droit d’une lettre et une encoche verticale. La seconde indique le cognomen du dédicant de l’inscription, Haterianus. La troisième en décalage à droite porte l’abréviation d’une légion, peut-être la IIe Augusta selon l’auteur (fig. 31, au milieu à gauche).

Fig. 30 : Inscription sur dalle de calcaire marmoréen dédiée à M. Aquilius Haterianus par Aquilia Blaesilla

Fig. 30 : Inscription sur dalle de calcaire marmoréen dédiée à M. Aquilius Haterianus par Aquilia Blaesilla

Cliché N. de Chaisemartin.

Fig. 31 : Inscription honorifique d'Aquilia Blaesilla et fragments non jointifs d'inscriptions de même facture provenant de l'aula

Fig. 31 : Inscription honorifique d'Aquilia Blaesilla et fragments non jointifs d'inscriptions de même facture provenant de l'aula

Cliché N. de Chaisemartin.

  • 37 PIR 1 1933, p. 193 ; Raepsaet-Charlier 1987, n° 89, p. 104-105, stemma XVIII.

66Ces dalles inscrites pouvaient avoir garni soit les murs de la cour à exèdres, soit les bases de statues dont subsistent les socles entre les colonnes et les dés de grès portant un placage de part et d’autre de la niche des exèdres. Ceux-ci indiquent que la cour à exèdres constituait un lieu d’autocélébration de Blaesilla et de sa famille. Le bloc de frise à son nom attribuable à la façade suggère de fait qu’Aquilia Blaesilla37 serait elle-même la donatrice de l’édifice.

  • 38 Elle serait fille de Q. Aquilius Postumus, un sénateur italien de Pouzzoles ; pour M.-Th. Raepsaet (...)
  • 39 Torelli 1973, p. 385, n° 13 ; Corbier 1982, p. 723 ; Gilhaus 2013, p. 28-29.
  • 40 Pour M.-Th. Raepsaet-Charlier (1987, p. 105), son titre est abrégé en clar(issima) fem(ina) « de m (...)

67Blaesilla appartenait par naissance38 et par ses deux alliances à deux des cinq grandes gentes de Leptis Magna39, où elle est l’une des premières femmes d’ordre sénatorial40 connue par d’autres inscriptions honorifiques : IRT 187 provenant de la balustrade de la Curie sur le Vieux Forum et IRT 632 sur une base de marbre de la Curie. D’après L. Gilhaus :

  • 41 Gilhaus 2012, p. 39.

« Several monuments where erected to her various children and relatives inter alia in the forum, the curia and the decumanus maximus mostly by other family members (e.g. IRT 587, 593, 601, 634 ; cf. IRT 542,635)41 ».

68Son second mari, Plautius Lupus, ou plus probablement l’un de ses trois fils, Ti. Plautius Lupus, est le dédicataire de l’inscription IRT 601 sur la base d’un bige honorifique trouvée à l’ouest du port sévérien. Elle commémore les actes d’évergétisme de ce duumvir qui avait offert des jeux fastueux aux citoyens ainsi que la décoration d’une « cella thermarum » composée de marbres de Numidie et de mosaïques. Ces thermes pourraient faire référence aux Thermes d’Hadrien, qui comportent en effet des colonnes et des revêtements de marbre numidique de Chemtou, ainsi que des voûtes et sols couverts de mosaïque.

69Un probable petit-fils de Blaesilla, L. Silius Amicus Haterianus, est gratifié par les citoyens d’Oea, qui l’honorent comme leur patronus, d’une statue honorifique dont la base inscrite (IRT 542), en calcaire gris vacuolé, a été trouvée tout près de la cour à exèdres à l’ouest de l’arc de Septime Sévère. Cette base porte, comme le sol de la cour, des traces d’incendie et pourrait vraisemblablement en provenir.

  • 42 Lefebvre 1992, p. 19-36.
  • 43 Lefebvre 2004, p. 386-389.
  • 44 Magallon, Sillières 1994, p. 100-102, cité par Lefèbvre 2004, p. 392-393.

70Dans le secteur du decumanus maximus, on recueille donc – parallèlement au second ensemble d’inscriptions du forum uetus – des témoignages épigraphiques sur quatre générations de cette gens de notables lepcitains. Leur stemma fourni peut se comparer à celui de la famille des Caecilii Caeciliani à Volubilis42. S. Lefèvbre, dans l’étude qu’elle consacre à la localisation des hommages rendus aux notables municipaux des provinces occidentales de l’empire43, constate qu’à Leptis Magna les témoignages proviennent en majorité du forum uetus – c’est en effet le cas de plusieurs inscriptions concernant la famille de Blaesilla – et dans une moindre mesure du forum sévérien. Elle souligne qu’en dehors de l’espace public des fora, certains édifices comme l’insula 21 d’Aventicum (Avenches) à l’ouest du forum ont rendu au jour des inscriptions et des statues en l’honneur de la gens locale des Otacilii, tandis que l’insula 28 abritait un groupe de la famille des Macrii, les deux séries datant du début du iie s. À Labitolosa en Tarraconnaise, un édifice proche du forum contenait les dédicaces honorifiques de notables liés à une matrone, Cornelia Neilla, « dans le cadre d’un financement privé » : l’édifice en question, à la frontière d’un bâtiment public et d’un sanctuaire familial, servait peut-être de curie44. La cour à exèdres de Leptis Magna constituerait un autre exemple – de surcroît lui aussi offert par une matrone – de ces espaces d’auto-célébration des membres d’une élite municipale, entre domaine public et sphère privée : dans cette hypothèse, il mériterait plutôt la dénomination d’aula gentilice que celui de schola.

  • 45 Di Vita-Évrard 1982, p. 464-465.

71Contrairement aux propositions antérieures de datation orientées vers l’époque antonine, voire sévérienne, G. Di Vita-Évrard45 situerait la date de naissance de Blaesilla au tournant du ier et du iie siècles, et celle de ses fils dans les années 20 du iie s., sous Hadrien. A son avis la « schola » présente « une architecture qui ne saurait être, dans le contexte local, qu’hadrianienne ou antoninienne ».

  • 46 Thomasson 2009, p. 158, n° 39 :072a.
  • 47 Non publiée dans les actes du congrès : XII Congressus 2007.
  • 48 La restitution de cette dédicace par G. Di Vita-Évrard proposerait la dénomination de septizodium (...)

72B.E. Thomasson46 note qu’au cours d’une communication au congrès d’épigraphie de Barcelone47, G. Di Vita-Évrard avait rapproché les blocs inscrits de calcaire gris trouvés dans les thermes accolés à l’aula des deux blocs identiques de l’IRT 739 provenant du secteur de l’arc sévérien. Ces blocs portent mention du proconsulat de Ser. Cornelius Scipio Salvidienus Orfitus, et s’ils font bien partie de la frise de façade de l’aula, leur séquence permettrait de la dater de 125-12648. Cette date paraît s’accorder avec le style architectural sobre de l’édifice, proche de celui des rotondes du marché et de l’arc de Trajan.

4. Hypothèses d’interprétation du complexe

  • 49 Bianchi Bandinelli, Vergara Caffarelli, Caputo 1964, p. 102-103.

73Dans l’étude initiale sur le monument, G. Caputo49 avait lié la cour à exèdres et l’établissement thermal appartenant à la même unité urbanistique pour en faire le lieu de ralliement des habitants d’Oea à Lepcis, une sorte de club ou d’« hôtel de jour » placé à l’entrée de la cité sur le decumanus prolongeant la route côtière d’Oea. Cette interprétation a été par la suite battue en brèche par A. Di Vita qui dissocie radicalement la cour à portiques de l’établissement thermal accolé. Pour lui, la cour à exèdres ne peut être comparée aux autres exemples de scholae de collège ou d’association, comme la maison de Bacchus à Cuicul (Jemila), car elle ne comporte ni triclinia, ni grande salle de réunion. Les exèdres, en partie occupées par des statues, sont de surface limitée et il n’est pas non plus possible de prouver la présence d’un étage. Alors que ses prédécesseurs voyaient dans la famille de Blaesilla les patroni des hommes d’affaires d’Oea en raison de l’inscription d’époque sévérienne IRT 542, trouvée près de la « schola » et dédiée par ceux-ci à leur patron, un probable petit-fils de Blaesilla, il se refuse à supposer un lien du bâtiment avec la communauté des citoyens d’Oea.

  • 50 Di Vita-Évrard 1998, p. 99.

74Il nous faut donc reprendre le problème de l’identification de cet édifice en partant de sa singularité architecturale, qui n’a pas du reste échappé à ses premiers analystes. Toute la question est de déterminer ce que l’on désigne comme « schola » : la seule cour à portique et exèdres qui constitue dans l’état conservé un espace de représentation gentilice50, ou tout l’ensemble de l’insula, dont les phases d’occupation tardives ont oblitéré le faciès, mais dont les dimensions n’interdisent pas cependant d’intégrer, entre l’établissement thermal et la cour, des locaux associatifs sur environ 290 m2.

4.1. Insertion du complexe dans l’urbanisme

  • 51 Chevallier 1986, p. 85 ; Pavolini 1988, p. 182-183.
  • 52 Desbat et alii 1994.

75Le premier point à souligner est que l’ensemble occupe une insula en bande, de largeur inférieure de 4 m à celle des insulae parallèles du côté nord, soit une sorte de glacis en avant et à l’ouest de la Porta Salutaris. On se trouve à la sortie sud de la ville planifiée sous Auguste, en bordure de la grand-route des Syrtes, et la forme de l’insula fait penser à un secteur initialement prévu pour un rempart jamais construit. Les domus installées sur la zone prévue pour le rempart de Timgad présentent une disposition comparable. On peut aussi remarquer que certaines grandes domus considérées comme des locaux d’associations, par exemple la schola du Trajan à Ostie51 ou la maison des dieux Océan à Saint Romain en Gal52 présentent un plan en enfilade à forte axialité longitudinale, ce qui a pu être le cas de l’insula du decumanus à Lepcis.

76Deux monuments publics importants encadrent ce secteur : la cour à portiques à l’est qui, antérieurement à la construction du tétrapyle sévérien, pouvait constituer l’édifice marquant (landmark) de la sortie sud de la ville, et le temple à cour qui devait jouer un rôle symétrique à l’extrémité occidentale de la zone, à faible distance de la porte d’Oea. L’axe de cet ensemble urbanistique, à la symétrie un peu bancale, serait le cardo venant du théâtre, encadré d’îlots d’habitat à plan orthogonal, dont les traces sont par endroits visibles sous les structures d’occupation tardives en matériaux de réemploi. On peut souligner que la façade de la cour à exèdres se distingue par son calcaire gris clair, alors que les murs perpendiculaires entre lesquels elle s’insère, le portique des thermes adjacents et le temple du decumanus dans l’insula suivante, sont construits en arenaria (grès jaunâtre ou calcarénite), matériau le plus courant sur le site.

77Par ailleurs, même si l’on n’admet pas l’unité de conception urbanistique et de chronologie de l’ensemble de l’insula, on doit tenir compte du fait que l’assise de réglage de la volée de degrés sud est commune à la façade de la cour à exèdres et au perron d’accès de l’établissement thermal et que les degrés devaient se prolonger à l’origine devant l’ensemble du soubassement de grès. Les blocs en grand appareil de calcaire gris, qui s’adossent à l’exèdre ouest de la cour et forment un grand mur oblique dans le secteur d’habitat tardif occidental, pourraient provenir de la façade méridionale du secteur des thermes, spoliée et remplacée par des réemplois hétérogènes. Enfin les remaniements tardifs du secteur d’habitat médian rendent difficile l’analyse du mur occidental du vestibule nord-ouest de la cour à exèdres, mais il n’est pas exclu qu’un seuil ait pu primitivement les relier, permettant la circulation entre ces salles et la cour à exèdres. Le mur présente en effet dans sa partie médiane un démaigrissement significatif.

4.2. Particularités architecturales de la cour à exèdres : le plan

78Édifice ouvert à la circulation des piétons d’un decumanus à l’autre, la cour à exèdres se présente à l’évidence comme un monument public, auquel ses boutiques d’angle confèrent peut-être une fonction commerciale secondaire. En effet, même si sa disposition offre un faux air d’atrium, il est difficile de penser, en raison des ouvertures de circulation dans les façades nord et sud, que cette cour ait pu fonctionner comme une sorte de salon de réception ouvert qui aurait constitué la pars publica d’une domus située plus à l’ouest. Dans ce cas, un seul accès aurait suffi. De plus, même si un seuil a pu exister dans le vestibule nord-ouest qui communiquait avec les pièces, à l’origine de belles proportions, de la partie médiane de l’insula (C et D du plan), il n’y a pas dans la cour à portiques elle-même d’espace susceptible de faire fonction de tablinum pour qu’un patronus puisse accueillir ses clients, les exèdres peu profondes étant en partie occupées par des bases de statues.

  • 53 Slater 2000, p. 495 : « collegia preferred multi-purposed rooms ».
  • 54 À Avenches (Goffaux 2010, p. 14 ; 2011, p. 66) une salle de réunion collégiale avait aussi pour fo (...)
  • 55 Gros 1996, p. 381 ; 1997, p. 213-241.
  • 56 Gros 1996, p. 379-380, fig. 433.
  • 57 Fabbri, Trotta 1989.
  • 58 Meiggs 1973, p. 299 ; Gros 1996, p. 380-382.
  • 59 Bollmann 1998, p. 57 sqq.

79S’il y a eu une domus à l’ouest de la cour à portiques antérieurement à l’établissement thermal, elle devait s’ouvrir par le seuil à perron ouest sur le decumanus maximus, et le portique d’entrée des thermes aurait pu faire partie de sa cour intérieure. Cependant on ne saurait exclure non plus que l’espace correspondant à l’actuel appartement D ait abrité les réunions des affiliés53 à un collège, tandis que les plus petites pièces C pouvaient les accueillir54. Selon P. Gros55, il n’y a pas en effet de plan type d’un local d’association, édifice « à faible spécificité » mais celui-ci comprend en général une suite de pièces en accord avec sa fonction d’accueil : le chalcidicum, vestibule d’apparat, la cour à portiques, les exèdres ou les salles de réunion spacieuses, et un sacellum ou aedes. L’édifice d’Eumachia à Pompéi56, l’édifice des Ouliadai à Velia57 et les grandes scholae d’association d’Ostie58 obéissent, avec une large marge de variantes, à ce schéma59. La cour à portiques de Lepcis paraît relever d’un schéma architectural plus simple et trop directement ouvert sur l’extérieur pour abriter les réunions d’un collegium.

80Dans l’état conservé, il semble tout aussi difficile d’y voir, en raison des proportions quasi carrées de la cour, une palestre accompagnée de locaux de service pour les sportifs et de bains : en effet dans ce cas la cour, encadrée de deux à quatre portiques, présente un sol non dallé, mais drainé et sablé et les salles annexes s’ouvrent sous les portiques, sauf quand la palestre occupe toute la largeur de l’insula. De surcroît, les larges baies de la façade sud ne conviennent pas à un établissement sportif, que la décence demandait de clore en raison de la nudité des usagers, comme c’est le cas de la façade nord dont les vestibules forment un sas.

  • 60 Des recherches récentes indiquent qu’il présentait en fait deux exèdres de chaque côté.
  • 61 À Bulla Regia, Sabratha, Volubilis et dans le complexe sévérien de Lepcis Magna.

81Son plan à exèdres latérales interprète à échelle réduite un schéma de forum impérial : le modèle en a été lancé par le Forum d’Auguste60 et agrandi au Forum de Trajan, mais repris aussi pour certaines basiliques couvertes en Afrique61 sur le modèle de la basilique Ulpia. Ce plan guide le regard, dès la rue et à travers les larges portails, vers le secteur découvert et éclairé du mur nord, normalement occupé par l’élément focal de la composition axiale, c’est-à-dire le plus souvent une structure à fonction sacralisante comme c’est le cas pour le temple du decumanus voisin. Il est clair qu’ici aucune structure cultuelle, même de taille réduite, n’était prévue sur le côté nord de la cour, dont la bordure surélevée n’a qu’une faible largeur. Le sacellum est ici remplacé par la série de niches qui apparaît comme le point de focalisation du monument.

82L’édifice semble particulièrement voué à la présentation de statues : outre celles de la série de sept niches du côté nord, les exèdres latérales en abritaient au moins trois chacune, plus peut-être une dans les quatre niches rectangulaires qui les flanquaient. Des socles ayant appartenu à des bases d’autels ou de statues se situent en outre devant les deux dernières colonnes au nord de l’aile ouest, entre les colonnes 4 et 5 de l’aile est et de part et d’autre de la cour centrale dans l’axe des exèdres. Les inscriptions confirment la présence de statues honorifiques, les fragments sculptés celles de statuaire idéale, en revanche il n’y a pas trace de représentations impériales, si fréquentes dans les locaux d’association.

  • 62 La Rocca, De Vos, De Vos 1976, p. 121-123.

83On peut peut-être rapprocher la disposition générale de la cour carrée, largement ouverte vers l’extérieur, avec ses niches et ses exèdres, du sanctuaire des Lares ouvrant sur le côté est du forum de Pompéi62, entre le temple de Vespasien et le macellum. Cet édifice d’époque néronienne, inachevé lors de la destruction de la ville, comportait une cour pavée de marbre à autel central flanquée d’exèdres rectangulaires à deux colonnes et de niches symétriques de tailles variées. Il se terminait par une large abside portant au centre une grande base en édicule destinée à trois statues, bien visibles depuis le forum. Ici la cour n’a pas de portique et sa vocation de sanctuaire est mieux affirmée qu’à Lepcis par la présence de l’autel, mais les proportions d’ensemble, l’ouverture sur le forum et les niches et exèdres latérales, permettent dans une certaine mesure la confrontation avec le bâtiment lepcitain.

4.3. Particularités architecturales de la cour à exèdres : la façade

84Nous avons vu que la façade sud de la cour à exèdres donnant sur le decumanus maximus a été construite avec grand soin en travertin gris, probablement par un entrepreneur local qui a constamment cherché à concilier les deux systèmes de mesure en usage à Lepcis, la coudée punique et le pied.

  • 63 Chiesa 1949 ; Tomasello 2011, p. 31.

85Le calcaire gris vacuolé, assez proche d’un comblanchien, provenait de Ras El Hammam et semble avoir surtout été mise en œuvre à Lepcis à l’époque trajano-antonine63. Il contraste avec le grès jaune généralement employé à Lepcis, par exemple pour le soubassement de la façade sud de la cour portiquée et pour le temple du decumanus voisin. Ce même calcaire gris est utilisé pour l’arc de Trajan, pour la rotonde ouest du marché, restaurée à la fin du ier s., dans les Thermes d’Hadrien et leur palestre et pour un portique situé au nord de la Porta Salutaris, sur le bord oriental du cardo maximus, qui montre certaines affinités de construction avec la façade de la cour à exèdres. D’autres blocs isolés sont visibles dans les murs en grand appareil du forum de Septime Sévère, probablement en remploi.

  • 64 Fiandra 1996, p. 76-77, fig. 3-4.
  • 65 Leon 1971, pl. 56, 3.16, pl. 56, 2 et 57.

86Les pilastres de la façade peuvent être rapprochés de ceux en même matériau, mais cannelés, de l’arc de Trajan sur le cardo maximus, en particulier du point de vue du traitement classicisant des bases au tore supérieur très convexe. E. Fiandra les compare à celles du temple flavien de Lepcis64. En revanche les chapiteaux, plus en vue que les chapiteaux d’impostes à deux faces de l’arc de Trajan, apparaissent plus évasés et traités dans certains cas sur le mode hellénistique. Les feuilles d’acanthe sont charnues et largement retombantes, avec des œillets traités de manière différente sur les chapiteaux proches du local d’angle sud et sur celui de l’extrémité ouest de la façade, tombé à gauche de la porte du local d’angle occidental. Ce dernier présente des œillets tendant à une forme triangulaire qui apparaît en Afrique comme caractéristique du décor trajanique, alors que les chapiteaux orientaux ont un traitement plus maniériste qui les rapproche de ceux de l’Olympieion d’Athènes65. Les hélices et volutes du chapiteau ouest sont en faible relief et le fleuron très développé, alors que celles des chapiteaux orientaux sont clairement soulignées par un évidement, avec une extrémité enroulée en spirale autour d’un trou de trépan et supportées par des feuilles d’acanthe étroites au bord ondulé : ces détails rappellent certains chapiteaux d’Asie Mineure.

87Aucun élément du couronnement de la façade n’est demeuré en place, mais on conserve quelques blocs d’une corniche murale au bord supérieur mouluré d’une coudée de hauteur. Un bloc sans mouluration portant les capitales BLAESI (fig. 7) a dû être réemployé pour une réparation tardive du portique des thermes : les fouilleurs du complexe étaient d’avis qu’il faudrait le replacer comme une frise sous la corniche murale moulurée de la façade. Les dimensions du bloc inscrit (L. 70,5 cm ; l. 53 cm ; H. 51,6 cm) ne contredisent pas cette hypothèse. La hauteur totale de la façade atteindrait 5,66 à 5,70 m soit 11 coudées ou un peu plus de 19 pieds gréco-romains (fig. 6).

88Une seconde particularité de la façade est constituée par le chambranle des portails dont les archivoltes à deux fasces et corps de moulures se prolongent jusqu’au sol sans piédroits ni impostes. On retrouve cette caractéristique, plutôt rare et réservée à des encadrements de niches d’échelle réduite, sur les arcs de la rotonde ouest du macellum de Lepcis magna, plus hauts et plus étroits, mais pas sur les portes extérieures du même complexe. D’après E. Vergara, les arcs de la tholos du marché sont typiques des proportions élancées des éléments architecturaux flavio-trajaniques de Lepcis. Les portails de la « schola » sont beaucoup plus larges, mais leur encadrement sans solution de continuité va dans le sens de la tendance à une sobriété linéaire, dans la tradition de l’architecture des baies dans l’Alexandrie hellénistique.

  • 66 Robinson 1926, p. 5, fig. 1 et 31.

89Il semble évident que la façade à trois baies de la cour à exèdres imite un schéma de propylon monumental tel que celui du sanctuaire d’Auguste à Antioche de Pisidie (Yalvaç)66 qui a souvent persisté pour les portes urbaines. L’éclairage plus cru de la baie centrale – les baies latérales ouvrant sur l’ombre des portiques – devait faire ressortir le décor statuaire disposé devant le mur nord.

4.4. L’hypothèse d’un septizodium

  • 67 Pavolini 1988, p. 161-162.

90Le décor à niches et bases du mur nord (fig. 13), bien visible de la rue à travers les larges baies de la façade sud, donnait cadre et relief à une série de statues dont nous n’avons retrouvé que deux fragments. Ce dispositif, fortement éclairé par rapport aux portiques dans lequel il s’encadre, rappelle d’une certaine manière un décor de frons pulpiti de théâtre avec sa niche centrale plus importante et l’alternance de niches latérales quadrangulaires et semi-circulaires. Comme l’avait remarqué G. Caputo, ce schéma s’emploie aussi pour des fontaines comme à la Domus du Nymphée67 à Ostie, mais dans l’édifice lepcitain aucune trace de bassin ou de canalisations ne permet d’envisager une telle hypothèse.

  • 68 Pavolini 1988, p. 118-119.
  • 69 Domingo 2013 ; Carandini, Carafa 2017, 1, p. 347 et II, table 136 B. Ces sept niches pourraient co (...)

91En revanche les décors muraux à niches sans fontaine (musaea) présentent fréquemment, comme les frontes pulpitorum des théâtres, l’alternance de niches quandrangulaires et demi-circulaires : citons les cinq niches de la Maison d’Amour et Psyché à Ostie68 et surtout la série de sept niches du nymphée néronien de la Domus Aurea adossé au soutènement de la terrasse du Temple de Claude sur la pente du Caelius69. Les deux fragments de statues retrouvés à Lepcis derrière les socles : un genou nu féminin et un torse masculin fragmentaire barré d’un drapé oblique révèlent la présence de statues de divinités plutôt que de figures impériales ou de portraits privés.

  • 70 Picard 1961, p. 80, fig. 1 ; Duval, Lamare 2012, p. 241-247, 250-252 (sculpture), 258-259 (inscrip (...)

92Or, dans le frigidarium des thermes de Cincari (Henchir Tourgar près de Thuburbo Maius) en Afrique Proconsulaire70, les piliers limitant au sud le bas-côté ont été englobés dans une structure à sept niches semi-circulaires, abritant des statues : une tête de Mars, une de Saturne et un torse masculin qui reproduit un modèle hellénistique représentant sans doute Hélios-Sol y ont été mis au jour. Un fragment d’entablement porte la mention SEPTIDONIVM. Le mot, forme provinciale de septizonium (ou septizodium) révèle que la série de niches contenait les statues des sept divinités planétaires des jours de la semaine : Luna, Mars, Mercure, Jupiter, Venus, Saturne, Sol, ce qui paraît confirmé par les éléments statuaires retrouvés.

  • 71 Picard 1961, p. 81.
  • 72 CIL VIII, 2657.
  • 73 Thébert 2003, p. 634.
  • 74 Spart. Sept. Sev., 24, 3-5 : « Cum Septizodium faceret, nihil aliud cogitavit, quam ut ex Africa v (...)

93Ce décor monumental servait aussi, en quelque sorte, de calendrier public, à la façon des calendriers retrouvés en Gaule71, portant sur une plaquette d’os ou d’ivoire les sept figures des dieux de la semaine devant lesquelles on plantait, selon le jour, une fiche mobile. On peut supposer qu’un candélabre, un trépied ou un autel portatif était allumé devant la statue du dieu du jour. Appliqué à un monument public spécifique, le mot est employé pour la première fois par Suétone à propos d’un édifice romain, puis sur une inscription de Lambèse72. Ce genre d’édifice devait être particulièrement apprécié en Afrique, comme le montre peut-être la série de sept niches de la palestre des grands thermes nord d’Hippo Regius73. Du reste, l’un des premiers soins de Septime Sévère, selon Spartien, est d’en faire bâtir un au pied du Palatin, pour accueillir à Rome ses concitoyens arrivant d’Afrique74.

  • 75 Amm. (XV, 7, 3) cité dans Kardos 2000, p. 240.
  • 76 CIL VIII, 2658 ; Picard 1961, p. 81, n. 4 ; Gros 1996, p. 433.
  • 77 Picard 1961, p. 80, fig. 1, p. 82 ; Duval, Lamare 2012, p. 241-250.

94Si certains septizodia étaient des bâtiments autonomes, Ammien Marcellin considère celui de Rome comme un nymphée75 et les inscriptions concernant un monument équivalent de Lambèse, disparu aujourd’hui, montrent que ce même édifice pouvait être désigné sous le nom de septizodium ou de nymphaeum76. D’autres, en raison de leur intérêt décoratif qui permettait d’animer un mur plat ou de donner une perspective décorative à un espace, furent utilisés dans des contextes divers. À Cincari (Henchir Tourgar), par exemple77, le septizodium est intégré à une grande salle basilicale terminant par une latrine en abside.

  • 78 CIL VI, 103.
  • 79 Lugli 1946, p. 95-96.
  • 80 British Museum, BM/C/GR/O26 ; Walters 1921, n° 33, pl. V ; Kaufmann-Heinimann 2007, p. 25-28, fig. (...)

95Reprenant l’inscription78 de la schola Xanthi79, salle de réunion des scribes et des hérauts des édiles curules proche des rostres du Forum Romanum, on constate que l’édifice, outre une statue de la Victoire, était orné vers l’époque de Tibère de « sept images de divinités en argent » ou peut-être plus exactement des « images des sept dieux », ceux de la semaine, ceux du septizodium, mot qui ne semble pas encore d’usage courant à cette époque. Le septizodium peut donc être intégré à un édifice de caractère officiel, puisqu’il s’agit ici du siège d’un groupement de fonctionnaires. Sa signification symbolique, en relation dans ce cas précis avec la Victoire, est d’évoquer l’harmonie de l’univers pacifié par la victoire impériale. C’est aussi le sens que manifeste la statuette de Tutela Panthée du trésor de Mâcon80 dont les ailes soutiennent les bustes des divinités de la semaine. Sur la partie antérieure des ailes sont fixés ceux des Dioscures, et la déesse tient en outre une double corne d’abondance surmontée de bustes de personnages masculins juvéniles couronnés pouvant être interprétés comme des Lares.

  • 81 Erim 1986, p. 123-130, fig. p. 182-183.
  • 82 Bassin d’Ampelius : INSAPH 2007, 4.202 ; Roueché 1989, p. 67-73, n° 38-40.

96On peut également proposer de voir un monument de ce genre dans la curieuse architecture composée de sept baldaquins à claire-voie de l’« Agora Gate » d’Aphrodisias81, désignée par sa dédicace comme un propylon, mais qui structurellement ne fonctionne pas comme une porte monumentale. Une série de statues impériales, dont on possède certains éléments trajano-antonins, occupait les baldaquins de son niveau corinthien. Au niveau ionique inférieur, on pourrait peut-être restituer les statues divines d’un tel calendrier monumental, d’autant que le monument fut complété dans l’Antiquité tardive82 par un vaste bassin antérieur, à l’imitation de celui du septizodium de Rome.

  • 83 CIL VIII, 14372 ; Picard 1961, p. 81, n. 3.
  • 84 Audollent 1901, p. 216 sqq. ; Picard 1961, p. 81.
  • 85 Tomasello 2011.
  • 86 Brouquier-Reddé 1992, p. 183-185, fig. 107.

97La série de niches et de statues du monument lepcitain pourrait être interprétée comme un septizodium sans jeux d’eau, comme celui de Cincari, dont G. Picard l’avait rapprochée. Il s’ajouterait en Afrique à celui de Lambèse, celui d’Avitta Bibba, connu par un témoignage épigraphique83, plus l’hypothétique septizodium de Carthage84. Plus que le septizodium de Lambèse, proche d’un portique à exèdre, ou que le monument du Palatin, qui adopte le rythme architectural d’une frons scaenae, le septizodium de Cincari, avec ses niches semi-circulaires identiques, est celui qui se rapproche le plus du schéma du décor de Lepcis : ce dernier n’a pas non plus de niche plus grande au centre, bien que le socle en grand appareil qui l’occupe soit plus important que les piédestaux placés dans les autres niches. Il ne présente pas de colonnes, mais de simples projections perpendiculaires maçonnées (risalites) entre les niches, sans doute à l’origine revêtues de pilastres d’applique en marbre. De plus, comme c’est probable dans le cas de la cour à portique de Lepcis, l’aménagement du septizodium de Cincari fait partie de la seconde phase de construction du frigidarium, qu’il sépare, à l’époque sévérienne, d’une grande natatio au sud. À Lepcis, les larges baies de la façade ont pour rôle de laisser voir aux passants la série de statues. Inversement, la position des entrées annexes sur le decumanus nord (vestibules est et ouest) dénote le souci de mettre en relief la décoration du mur de fond qui reste le point focal de l’édifice et joue vraisemblablement un rôle parallèle à celui du temple du decumanus au fond de sa cour85 : on peut voir dans cette série de niches l’équivalent d’un sacellum et considérer que l’ensemble avait une certaine connotation religieuse, puisque les dieux de la semaine sont liés à l’ordo mundi de la paix impériale. On remarque que V. Brouquier-Reddé86 cite la schola de Lepcis dans son catalogue, mais considère comme sujette à caution une éventuelle destination cultuelle du monument.

4.5. Le rôle des exèdres est et ouest

  • 87 Gros 1996, p. 140-141.
  • 88 Bruno 2017, p. 242-244, Tab. 80-82.

98La spoliation de tout vestige de sculptures dans ces exèdres, comme à proximité des socles subsistant dans la cour centrale et les entrecolonnements du portique, ne facilite pas leur interprétation. L’exèdre, lieu du repos et du loisir (otium) intellectuel ou culturel, peut être liée au culte des Muses. Comme l’abside, elle a souvent une fonction sacralisante87 : dans une cella de temple, elle abrite les statues divines, au Forum d’Auguste, les images des fondateurs de Rome. Pour mettre en valeur sa qualité de dieu en puissance, Domitien apparaissait à ses visiteurs trônant dans l’abside de l’aula Regia de la Domus Flavia88, par analogie avec les statues des temples de ses prédécesseurs divinisés. Ainsi l’exèdre prend-elle parfois au ier s. le sens d’une aire sacrée souvent associée au culte impérial.

  • 89 IRT 303-304 ; Marmouri 2008.

99Frappé par l’analogie planimétrique entre la « schola » et la grande basilique sévérienne, dont les absides opposées sont consacrées à Liber Pater et Hercule, G. Caputo avait émis l’hypothèse qu’une autre dyade divine – Minerve et Mercure associés sur deux autres inscriptions lepcitaines89 – pouvait avoir été honorée dans les niches centrales des exèdres de la schola. Dans ce cas, si la série de sept niches constituait bien un septizodium, l’édifice aurait comporté deux statues de Mercure.

100Outre les grands piédestaux de niches centraux, les exèdres comportent des socles de part et d’autre et elles sont encadrées par des niches rectangulaires peu profondes. Cette disposition, que nous retrouvons par exemple pour la façade de l’édifice d’Eumachia à Pompéi, offre en tout pour chaque exèdre cinq espaces pour un monumentum, au sens général, car il ne s’agissait pas nécessairement de statues iconiques en pied. Dans le sanctuaire des scholae d’associations, il arrivait que des documents comme le décret d’autorisation et les règlements de l’association, ou l’album des membres fondateurs et bienfaiteurs, fussent gravés sur des plaques de marbre apposées bien en vue. Les niches latérales et la face antérieure des grandes bases médianes des exèdres, formant un tableau entre deux pilastres, auraient pu être particulièrement adaptées à cette fonction.

101C’est au voisinage de l’exèdre ouest (fig. 15) qu’a été trouvée l’inscription honorifique du frère de Blaesilla, Haterianus, et peut-être aussi celle de Blaesilla, aux dimensions et au matériau analogues. Si les dieux du septizodium occupent le point focal de l’édifice, les exèdres latérales pourraient abriter soit des statues impériales, dont la présence semble constante dans les édifices collégiaux, soit des portraits des membres de la famille de Blaesilla associés peut-être aux divinités protectrices de la gens. La forme de ces piédestaux et la niche absidée qu’ils supportaient (fig. 16 et 17) ne laissent pas d’évoquer les laraires des maisons pompéiennes. L’association de portraits gentilices à des figures de divinités peut faire penser que ces exèdres avaient une fonction comparable aux alae de l’atrium des maisons patriciennes républicaines de Rome et d’Italie qui abritaient le laraire familial et la galerie des images d’ancêtres.

4.6. Hypothèses sur la fonction de la cour à exèdres

102En raison de sa position-clef au croisement des axes urbains, la cour à portiques présente une position analogue à celle de la curie des Augustales à l’angle du forum d’Ostie. Elle est un peu éloignée du port, mais à proximité du secteur commerçant (macellum, « chalcidique ») et au contact de la route côtière traversant la ville.

  • 90 Picard 1958, p. 96-147.

103Par son plan, à mi-chemin entre le péristyle d’une domus et un forum impérial, par la richesse de son ornementation interne alliée à la sobriété de sa façade, par ses deux axes reliant du nord au sud la façade au septizodium et d’est en ouest les exèdres à fonction de laraire, la cour à exèdres forme un monument singulier dont le rôle ne se laisse pas aussi aisément cerner que dans le cas d’un édifice plus complexe, mais plus proche du schéma d’une domus, comme la schola des iuvenes de Mactar90.

  • 91 Goffaux 2010, p. 7-26 ; 2011, p. 65-67.
  • 92 B. Bollmann (1998, p. 122) remarque toutefois que l’ouverture sur la rue des scholae d’Ostie est s (...)

104Ce plan à cour d’apparat clairement séparée du reste de l’unité urbaine présente, comme l’ont souligné A. Di Vita et G. Di Vita-Évrard, un schéma bien différent de ceux des autres locaux d’associations jusqu’ici identifiés91. Même si des réunions auraient pu avoir lieu dans une cour à ciel ouvert, il semblerait inhabituel qu’elles revêtent un caractère semi-public du fait des larges ouvertures du bâtiment sur la rue92. On peut objecter que l’édifice offert par Eumachia et son fils Numistrius Fronto sur le forum de Pompéi, siège de la guilde des fullones, est aussi largement ouvert par une porte axiale sur le forum, laissant voir le décor de sa cour centrale et la statue de Concordia Augusta au centre de l’exèdre principale. Mais cette partie « publique » était doublée d’un large cryptoportique périphérique et de nombreuses salles au rez-de-chaussée comme à l’étage. La « schola » de Lepcis en revanche séparerait de manière insolite la partie publique et de prestige de la cour à portique des éventuels locaux corporatifs dans les salles ouest.

  • 93 Maiuri 1958, p. 87-91 ; Nünnerich-Asmus 1994, p. 172-173, fig. 99.

105Un autre édifice de plan analogue à celui d’Eumachia s’ouvre sur la large voie à portiques que l’on considère généralement comme le forum d’Herculanum et fait face à deux bâtiments alignés comme les trois édifices administratifs au sud du forum de Pompéi. Mesurant 50 × 35 m, il comporte une cour avec des portiques latéraux surélevés et trois exèdres au fond93 ; celle du milieu est un sacellum et deux autres exèdres semi-circulaires correspondent aux portiques latéraux. Outre ses peintures murales évoquant les héros grecs, l’édifice a livré des statues équestres de Marcus Nonius Balbus offertes par les citoyens d’Herculanum et de Nucérie, une série de statues de la famille de Balbus, un groupe de statues impériales en bronze, dont celles d’Auguste et de Claude et, dans le sacellum central, une statue de Vespasien.

106Or l’inscription CIL X, 1425 attribue la restauration d’une basilica à M. Nonius Balbus, partisan notoire de Vespasien, et cette dénomination a été donnée à l’édifice qui ne paraissait cependant pas couvert. La cour centrale étant de surcroît en net contrebas par rapport aux portiques, il ne peut donc s’agir d’une basilique civile, qui comporterait normalement aussi un tribunal. A. Maiuri suppose que les quatre gradins reliant la cour aux galeries latérales ont pu servir de sièges aux décurions et propose d’y voir une aula décurionale. Il semble curieux toutefois que le sénat d’Herculanum ait tenu séance à l’air libre. De plus, le secteur du decumanus sur lequel le complexe empiète avec son porche (chalcidicum) apparaît comme essentiellement commercial.

  • 94 La Rocca, De Vos, De Vos 1976, p. 118 ; Étienne 1993.
  • 95 Goffaux 2010, p. 7-26.

107Cet exemple montre bien à quel point certains édifices publics ont une fonction difficile à cerner, malgré ou à cause de la simplicité même de leur plan, de leur possible polyvalence et des hypothèses contradictoires qu’elle peut susciter. Il ne s’agit pas à Herculanum d’une basilique couverte, et pourtant c’est ce mot qui désigne l’édifice dans l’inscription. Celui-ci semble lié au culte impérial, mais aussi à une famille de notables statufiée en son sein. Il peut avoir une fonction civique, et pourtant le point de comparaison planimétrique le plus proche est le centre d’affaires corporatif d’Eumachia. Enfin on a voulu relier cette cour d’apparat et l’édifice qui lui fait face de l’autre côté du decumanus, interprété comme la schola des Augustales d’Herculanum94. Ceux-ci – ou peut-être un autre groupement professionnel représentant un poids économique important – auraient ainsi disposé de leur siège corporatif et, en plus, de cette aula de prestige qui pouvait servir à des réceptions, des assemblées ou à des cérémonies intéressant un plus large public95. Le cas de la « basilique » d’Herculanum, qui reste mal éclairci en raison des difficultés de l’exploration archéologique dans ce secteur, permet peut-être un rapprochement avec l’édifice de Lepcis qui pouvait servir de lieu d’interface entre un groupement corporatif ou associatif et l’ensemble des habitants de la ville.

  • 96 Corpora et scholae 2014, p. 3-14.
  • 97 Coarelli 1996, p. 350-352.
  • 98 Picard 1921.
  • 99 Subías Pascual 1994, p. 102-104.

108Ce genre de complexe apparaît donc lié à certains groupements d’influence économique, politique ou religieuse auxquels il sert de centre de relations publiques96 : le lobbying est, comme on sait, largement pratiqué dans la société romaine et on peut évoquer à ce propos les immenses atria des chefs de parti de l’époque républicaine. F. Coarelli a montré par exemple que Scaurus pouvait rassembler une clientèle de 2 500 personnes dans l’atrium de sa maison aux abords de la Via Sacra97 et des groupements de marchands – comme les Poseidoniastes de Berytos à Délos98 – réunissaient leur clientèle dans des complexes à cour proches d’une domus, mais à vocation collective. Toutefois il nous est assez difficile de démêler, sans l’aide d’inscriptions explicites, quelle était la fonctionnalité première de ce type de monument, à la frontière du public et du privé99 : il pourrait de fait en regrouper plusieurs en fonction du contexte social et urbain local.

  • 100 Lassus 1969, p. 62, n° 19 du plan de la ville.
  • 101 De Ruyt 1983, p. 288 ; Gros 1996, p. 380.
  • 102 Février 1968, p. 61, n° 16 du plan de la ville (élevée par Rutilius Saturninus entre 364 et 367).

109Une seconde piste de recherche pourrait partir de la situation du complexe à la sortie du centre-ville de Lepcis et à l’orée d’un quartier nouveau qui, au début de son développement au iie s., devait être perçu comme un ancien faubourg. À la sortie ouest de Timgad, un édifice100 rectangulaire a été identifié par l’épigraphie comme une basilica vestiaria, c’est-à-dire un marché aux vêtements et tissus proche de la route principale. Son abside axiale abritait une statue de la Concorde, comme celle de l’édifice d’Eumachia et P. Gros n’exclut pas qu’on puisse lui supposer la même identification fonctionnelle proposée par Cl. De Ruyt pour ce dernier101. Une basilica vestiaria de plan analogue, flanquée d’une latrine publique, s’élève au nord-ouest de l’arc de Caracalla marquant l’entrée du forum sévérien de Cuicul (Jemila) à l’endroit où le decumanus sort du centre-ville pour se raccorder à la route est102.

110On peut constater que deux édifices des cités vésuviennes et deux autres en Afrique présentent quelques caractères communs avec la « schola » de Lepcis :

  • une localisation près d’un carrefour important, tantôt proche du forum (Pompéi) ou de la plateia qui en tiendrait lieu (Herculanum), tantôt à l’entrée du principal noyau urbanistique de la cité, matérialisé par une porte ou un arc indiquant une articulation importante du réseau d’urbanisme (Cuicul, Lepcis, Timgad) ;

  • un caractère collectif, voire public, l’édifice le plus largement ouvert et comportant le plus d’accès étant la cour à exèdres de Lepcis ;

  • une fonction économique, au moins intermittente, et souvent liée au textile, en particulier à Pompéi avec l’industrie lainière de la corporation des fullones : une des grandes niches surélevées du porche de l’édifice d’Eumachia a pu servir de tribune pour des ventes de laine aux enchères. À Jemila et Timgad, l’identification des basilicae vestiariae repose sur des arguments épigraphiques et mériterait d’être réexaminée. Il ne s’agit pourtant pas de marchés alimentaires, car on n’y voit ni stalles, ni éventaires, ni fontaine. L’amphore trouvée dans le sol de la boutique à l’angle sud-ouest de la cour à exèdres de Lepcis pourrait seulement indiquer que cette pièce servait de buvette. On pourrait aussi voir dans la cour à exèdres un lieu réservé à des transactions commerciales, un centre d’affaires excentré au contact de la principale voie de communication, en un carrefour servant de foirail – comme la place extra-muros de Cuicul avant son aménagement sévérien – et de point de rencontre entre les negotiatores romains et les commerçants locaux, comme cela pourrait être le cas pour les édifices de Timgad et Cuicul, plutôt que de simples souks aux étoffes ;

    • 103 Lefebvre 2004, p. 386-389.

    un lien du monument avec une famille de notables évergètes qui l’offrent à la ville et y placent des statues honorifiques des membres de leur famille ou des dédicaces à leur nom : les Nonii à Herculanum, Eumachia et son fils, Numistrius Fronto, à Pompéi, Blaesilla et sa famille à Lepcis. On peut y ajouter les exemples étudiés par S. Lefèbvre103 dans les provinces occidentales. Les constructeurs des édifices de Numidie demeurent en revanche inconnus. Dans les exèdres latérales de la cour, les images des membres de la famille étaient exposées à la manière des bustes d’ancêtres dans les alae des domus romaines, mais assorties de dédicaces qui rappellent les tituli et les elogia accompagnant les statues des summi viri du Forum d’Auguste. Dans cette interprétation, Blaesilla jouerait à Lepcis un rôle évergétique comparable à celui d’Eumachia. De toute manière, les dons faits aux cités par de riches bienfaitrices concernent, lorsqu’elles n’occupent pas une charge religieuse, surtout des monuments utiles au bien-être des citoyens : thermes, gymnases ou portiques à fonction commerciale ou culturelle, comme les portiques de Livie et d’Octavie à Rome ;

    • 104 Maiuri 1958, p. 87-91.

    enfin un certain caractère religieux marquant le lien avec l’idéologie impériale et les divinités de la pax romana (Concordia et Pietas Augusta à Pompéi, Concordia à Timgad, les sept dieux de la semaine à Lepcis) dont les absides constituent le sacellum. Concordia est attestée en effet comme protectrice des échanges commerciaux. Aucun autel n’est cependant repérable dans ce groupe de monuments. En revanche, la façade de l’édifice d’Eumachia à Pompéi comportait des niches avec les statues d’Enée et de Romulus, comme au Forum d’Auguste et des statues de César et d’Auguste104, comme celles d’Auguste et Claude dans la « basilique » d’Herculanum. Ce lien avec le culte impérial indique peut-être aussi que l’administration impériale y exerçait un certain contrôle. À Lepcis, le septizodium exprime l’harmonie du cosmos pacifié, mais aucune trace de représentation impériale n’a pu être relevée dans l’édifice, qui rappelle cependant par son plan les fora impériaux d’Auguste et de Trajan. La base centrale semi-circulaire de la série de niches, supportant vraisemblablement une représentation de Jupiter, pourrait cependant avoir figuré le dieu sous les traits d’un empereur, comme ce sera le cas au septizodium de Rome avec l’image de Septime Sévère.

  • 105 Moeller 1972, p. 323-327, pl. 71.
  • 106 De Ruyt 1983, p. 288.
  • 107 La Rocca, De Vos, De Vos 1976, p. 118.

111L’analyse par W.O. Moeller de l’édifice d’Eumachia105 soulignait son caractère de quartier général des lainiers pompéiens, lieu des transactions et du négoce entre hommes d’affaires du textile et réservait au chalcidique, c’est à dire au portique de façade, le rôle de bourse aux laines lors de la vente des ballots de tonte. Mais l’idée d’un marché de détail des étoffes, ou même d’une sorte de show-room des productions des industriels lainiers proposée par Cl. De Ruyt106, lui semblait moins acceptable. D’autres auteurs insistant davantage sur son caractère de bâtiment officiel107, lié au culte de la gens julio-claudienne et de ses ancêtres fondateurs de Rome.

112On remarque par ailleurs que la basilica vestiaria de Cuicul est placée en face d’un temple et que celle de Timgad se trouve en face du temple du Génie de la colonie, dont on peut supposer qu’il était le genius de son fondateur, l’empereur Trajan, et devait reprendre les caractères iconographiques d’un Lar genialis évoquant le rôle paternel de l’empereur à l’égard de la cité. Cette symétrie à l’entrée de la ville – plus tard magnifiée à Lepcis Magna par la construction du tétrastyle des Sévères à l’entrée du decumanus et à Cuicul par celle de l’arc de Caracalla – semble bien indiquer que ces édifices jouaient un rôle dans les rituels liés à l’entrée dans la cité – c’est-à-dire dans l’obédience impériale et dans le mode de vie romain – des populations locales. Ils indiquent antérieurement à ceux-ci l’accès à une cité romaine, le point de passage du monde extérieur dans la communauté urbaine régie par les principes religieux et civiques romains.

  • 108 Hano 1986 ; Pisani Sartorio 1988 ; Dubourdieu 1989, p. 101, 107 et 108. 
  • 109 Stek 2008.

113Peut-on songer dans ce cas à identifier la « schola » comme une sorte d’enclos sacré – le mot qui conviendrait le mieux serait « aula » – destiné à rassembler les citoyens vivant à l’extérieur de la ville, mais aussi les « périèques » locaux pour des cérémonies religieuses ou civiques destinées à marquer une allégeance envers l’empereur et les valeurs romaines ? Le culte des Lares des carrefours108 (Lares compitales), mais aussi vicinales (du quartier), seminales ou viales (des voies de communication) remis en vigueur par Auguste en 7 av. n. è. autour d’autels ou de sacella situés aux carrefours109 et desservis par les vicomagistri, avait pour but de restaurer la cohésion du tissu social autour d’un culte à l’origine plutôt familial et privé transposé dans le cadre des collectivités urbaines. Rapidement ces Lares publici tendent à s’identifier avec les lares Augusti et le genius de l’empereur qui remplace, à l’échelle du monde impérial, le lar genialis du pater familias.

  • 110 Stek 2008, p. 119-122.

114Les compitalia peuvent prendre des formes très différentes, mais leur caractéristique principale est d’être des enclos ouverts sur la rue sur plusieurs de leurs côtés (compita pervia ou pertusa)110 pour donner accès aux desservants des divers quartiers mitoyens, ce qui pourrait rappeler la configuration de la cour à portiques lepcitaine et confirmer ses analogies avec le sanctuaire des Lares de Pompéi.

115Les larges piédestaux à niche absidée au centre des exèdres de l’aula (fig. 10) évoquent justement les laraires familiaux des atria de Pompéi et pourraient avoir abrité des statues de divinités protectrices, soit celles de la cité – Dionysos-Shadrapa et Herakles-Melqart –, soit d’un groupe professionnel ou civique, soit de la famille de Blaesilla. Remarquons que le sacellum hadrianique des Lares d’Ostie, à la limite de l’ancien castrum, comportait un relief avec un autel encadré d’une figure d’Hercule et d’un thyrse évoquant Liber Pater, soit les mêmes dieux patrons qu’à Lepcis. Ces divinités constitueraient les équivalents des statues de Concordia Augusta présentes à la « basilica » de Timgad comme dans l’édifice d’Eumachia de Pompéi, où la déesse était figurée sous les traits de Livie.

116Un rapprochement peut dans ce sens être proposé entre la cour à portiques et exèdres de Lepcis et l’enclos sacré des Lares bordant le forum de Pompéi au nord de l’édifice d’Eumachia. On y retrouve les larges ouvertures sur la place, la cour carrée à niches latérales, mais avec une large abside au fond au lieu du mur à niches lepcitain. Toutefois le sanctuaire pompéien comporte logiquement en son centre un autel, qui manque à Lepcis. On peut objecter qu’un autel de dimensions modestes aurait pu être emporté sans laisser de traces sur le dallage de la cour qui semble avoir été incendiée et pillée : une de ses colonnes de cipolin paraît avoir été traînée au-delà de l’arc de Septime Sévère en direction du port. On pourrait également supposer que les socles symétriques flanquant la cour centrale auraient pu supporter deux petits autels en relation à la fois avec les divinités honorées dans les pseudo-laraires des exèdres et la série des dieux des niches du fond, mais ces hypothèses n’ont pas valeur d’argument.

  • 111 Alarcão, Étienne, Fabre 1969, p. 221 et 227.
  • 112 Alarcão, Étienne, Fabre 1969, p. 221-222, fig. 4.

117Comme le remarquent fort justement les auteurs d’une recherche sur le culte des Lares à Conimbriga111 d’où proviennent deux autels dédiés à ces divinités et un au genius de la ville, on constate que dans les cités provinciales, le concept de Lares ou de Pénates a acquis une acception plus large de divinité protectrice polyvalente et locale : cela explique qu’ils soient souvent gratifiés d’une épiclèse désignant un lieu ou un groupe tribal. C’est le cas pour les Lares Lubanci évoqués dans une dédicace112 trouvée précisément à l’extérieur des murailles de Conimbriga et qui pourrait provenir d’un lieu de culte suburbain indiquant le point de contact ou la frontière entre le territoire d’une tribu locale et celui de la colonie romaine. Dans les régions peu romanisées de la péninsule ibérique (secteurs Astures et Cantabres) où les tribus celtiques maintenaient un certain particularisme, le culte des Lares semble avoir plus de vigueur : on y trouve par exemple à Capera et à Olisipo, des collèges de cultores Larum ou magistri Larum comparables aux seviri augustales ou aux vicomagistri italiens. Un phénomène analogue pourrait avoir existé sur la côte de Tripolitaine où l’occupation romaine reste clairsemée vers l’intérieur des terres.

  • 113 Brouquier-Reddé 1992, p. 182-183.

118Toutefois, l’hypothèse d’une fonction civico-religieuse de la « schola » de Lepcis et des bâtiments de Timgad et Jemila ne saurait constituer qu’un des aspects de leur fonction, ce qui explique l’hésitation de V. Brouquier-Reddé113 à classer la « schola » parmi les édifices à destination cultuelle. La présence d’un septizodium n’est peut-être pas suffisante pour conforter l’hypothèse d’une destination cultuelle, bien que cette série de divinités alignées au fond d’une cour selon la formule architecturale des sanctuaires de tradition punique africains ne soit peut-être pas dépourvue de signification. Avec les autres images divines contenues dans les « laraires » des exèdres, ces divinités jouent peut-être un rôle pour l’admission des arrivants à Lepcis dans la communauté de la ville.

119La comparaison de l’édifice à septizodium de Lepcis et du septizonium sévérien de Rome est intéressante en ce que le texte de Spartien montre que ce calendrier monumental avait une fonction d’accueil pour les étrangers à l’entrée de la ville, spécialement ceux qui venaient d’Afrique dans le cas du monument romain. On peut aller jusqu’à imaginer que Septime Sévère reproduisait en quelque sorte, à Rome, la série de divinités de la semaine qu’il connaissait à Lepcis, en lui conférant cette fonction de bienvenue adressée à ses compatriotes.

120Ces édifices limitrophes des cités africaines semblent bien avoir eu aussi une fonction économique et sociale voisine de celle de l’édifice d’Eumachia ou de la « basilique » d’Herculanum, mais avec la présence des divinités liées à la pax romana, censées accueillir près de l’entrée de la ville la population extra-urbaine en cours d’intégration. Cette fonction de bienvenue adressée aux populations périphériques dans la cité romaine peut être reliée au concept de la clementia impériale et paraît matérialisée à Lepcis par la série des divinités cosmiques évoquant l’univers en paix. On peut également comparer ce monument à l’Ara Pacis, située rituellement à un mille du pomoerium et qui marquait à Rome le passage de l’état de guerre à la paix universelle. Ces édifices servant de lieu de contact et d’échanges pacifiques se sont vus « doublés » en quelque sorte sous Septime Sévère à Timgad et Lepcis Magna, sous Caracalla à Jemila, par les structures plus impressionnantes et admonitoires que sont les arcs triomphaux, destinés à rappeler à ces populations la puissance militaire de Rome.

  • 114 Lucius Silius Plautius Haterianus Blaesilianus, petit-fils de Blaesilla, honoré par les citoyens d (...)
  • 115 Rosso 2013, p. 103-106.

121En dernier ressort, la fonction de la cour à exèdres est peut-être à chercher dans le rôle civique de la famille d’Aquilia Blaesilla à Lepcis Magna. Représentait-elle un secteur important de l’activité économique comme celle d’Eumachia à Pompéi ? Était-elle à la tête d’un groupement politique influent comme les Nonii d’Herculanum, partisans déclarés de Vespasien ? Même si l’hypothèse de G. Caputo sur la schola comme lieu de réunion des Oeenses à Lepcis reste à prouver, le lien de patronage entre les Plautii et les citoyens d’Oea est attesté par l’inscription honorifique du probable petit-fils de Blaesilla114. La famille a joué un rôle important dans l’ordo sénatorial de la ville, comme le montre le groupe d’inscriptions de la curie du forum uetus, où il faut voir un exemple marquant du « redoublement d’hommages » adressés aux familles de donateurs, d’une part en contexte public et d’autre part dans le contexte semi-privé d’une fondation évergétique115.

  • 116 Picard 1990, p. 111 : « la ploutocratie tripolitaine » et p. 116.
  • 117 Slater 2000, p. 496.

122On sait que le iie s. voit la montée en puissance d’un véritable « lobby » africain116 qui prend une influence croissante au Sénat de Rome, en raison du développement économique important de l’Afrique à cette période. Dans ce contexte, la cour à exèdres, dans sa luxueuse phase d’aménagement du iie s., pourrait aussi, selon l’interprétation de A. Di Vita, être considérée comme une aula de réception semi-publique de la gens des Plautii, destinée à rassembler l’importante clientèle permettant son ascension municipale et, de là, sénatoriale. Ces interprétations correspondent à des fonctions du monument qui peuvent certainement être cumulatives. La remarque prudente de W. Slater à propos de la typologie des scholae d’associations : « many (of the « meeting rooms ») are by function salles polyvalentes »117 me semble pouvoir s’appliquer justement à l’aula à exèdres de Lepcis.

4.7 Une hypothèse sur une phase antérieure du complexe cour portiquée-thermes

123Toutefois cette interprétation isolant radicalement l’aula du reste de l’insula ne tient pas compte des liens architecturaux qu’elle présente néanmoins avec le secteur thermal contigu. La disposition du soubassement qui le longeait en continu jusqu’au-delà de la porte des thermes ainsi que le mode de construction en opus africanum de grès du mur nord et des murs perpendiculaires séparant les trois secteurs principaux de l’insula donnent à penser que la cour portiquée et les thermes avaient, antérieurement à la phase d’embellissement hadrianique due à Blaesilla, formé un complexe unitaire. Sa disposition sur une bande de terrain à la limite sud de la seconde grille d’urbanisme flavio-trajanique de Lepcis évoque la disposition des domus luxueuses à Timgad occupant la bande de terrain prévue par le plan d’urbanisme trajanique pour une éventuelle enceinte.

  • 118 Devijver, Van Wonterghem 1981.

124À Lepcis, l’insula rectangulaire de largeur réduite par rapport aux autres insulae de la phase d’urbanisme flavio-trajanique a pu être utilisée dans un premier temps comme terrain de sport pour les iuvenes de la cité. Ce genre de complexe désigné dans les inscriptions de l’Italie proto-impériale comme campus118 comportait un enclos de forme proche du carré au sol drainé et sablé servant de palestre, muni de portiques, de salles pour les sports d’entraînement, les vestiaires et la réserve d’huile, enfin un bain. Il était souvent accompagné de pistes de course à l’air libre bordées de degrés pour asseoir les spectateurs des compétitions.

  • 119 von Gerkan, Krischen 1928, p. 36-47, pl. 1 et XL.

125La disposition des marches le long de la façade sud du complexe cour-thermes évoquerait un dispositif de façade comparable à celle de l’ensemble du gymnase hellénistique et des thermes de Capito à Milet119. Ce complexe était bordé sur la rue principale d’un portique ionique continu surmontant une volée de marches de même longueur servant de gradins au public.

  • 120 Des traces de murs en brique crue ont été repérées sous la construction en grand appareil conservé (...)
  • 121 Carandini, Carafa 2017, p. 404-405 et tab. 164 G et 170 a.
  • 122 Gros 1996, p. 407-408, fig. 462.

126Dans cette hypothèse, l’espace de la cour à exèdres de Lepcis pouvait avoir servi, antérieurement à l’installation hadrianique de la cour à exèdres120, de palestre prolongée à l’ouest par des salles annexes (salles C et D) et un établissement thermal en série continue, les degrés bordant le decumanus servant de maeniana et la voie elle-même de piste. On peut rapprocher ce schéma palestre-thermes en rectangle allongé du plan axial de certains complexes thermaux en Afrique, utilisant parfois des insulae de largeur réduite ou des espaces urbains secondaires peu propices au développement de grands thermes impériaux à double circuit. Le Balneum Surae sur l’Aventin, datable du règne de Trajan, présente par exemple un type de plan rectangulaire avec un portique sur le vicus longeant la palestre en L et les salles thermales en enfilade121. En Gaule, ceux de Champlieu, de plan comparable, datent probablement du ier s.122. En Afrique, c’est le cas des thermes de la rue du Labyrinthe à Thuburbo Maius, des thermes du Capitole à Cuicul (Jemila), de Banasa en Maurétanie Tingitane et des petits thermes occupant une bande étroite à l’angle nord-est de la grille urbaine de Timgad, dont les locaux s’accolent à un espace carré divisé en petites doubles pièces qui rappellent les pièces C du complexe lepcitain évoquant des logements d’hôtellerie.

  • 123 Thébert 1997, p. 109.
  • 124 Gerkan, Krischen 1928, p. 23-33, fig. 29.

127Le tableau d’Y. Thébert123 sur les thermes à palestre montrant la proportion de la surface de celle-ci par rapport à celle des espaces thermaux indique majoritairement un rapport de 45 % pour la palestre, ce qui est le cas de l’ensemble aula et thermes de Lepcis. La forme quasiment carrée de la cour à exèdres de Lepcis et son portique sur trois côtés rappellent également la cour-palestre des thermes de Capito à Milet124 : son côté oriental donnait accès au hall d’entrée encadré d’apodyteria des thermes, dans un schéma tripartite rappelant celui du secteur intermédiaire entre la cour à exèdres et les thermes de l’insula du decumanus. La mise en place de l’exèdre ouest, dans la seconde phase de construction de la cour, a dû nécessairement supprimer la porte de communication principale avec le reste du complexe et sceller son changement de destination.

  • 125 Que l’on remarque aussi aux thermes du camp à Lambèse (Thébert 2003, p. 636).
  • 126 Lézine 1955.

128Notons aussi que le portique à banquette de repos nord-sud des thermes125 présente des colonnes toscanes en grès d’un modèle datable du ier s. si l’on compare le chapiteau toscan conservé aux chapiteaux doriques africains étudiés par A. Lézine126. D’autres colonnes toscanes stuquées ornaient le frigidarium, donnant à penser que le premier état du complexe thermal serait datable de l’époque flavio-trajane. Cette hypothèse est de fait évoquée par J.-Cl. Golvin dans sa restitution de la cité de Lepcis où le complexe de la « schola » assume la fonction d’un campus, lieu d’entraînement sportif et militaire des iuvenes.

129Cet ensemble gymnasial devait fonctionner antérieurement au développement du complexe des Grands Thermes et de la monumentale palestre construits à l’angle sud-est de la ville par Hadrien. Il est probable qu’à partir de cette date la palestre du campus fut moins fréquentée, puis récupérée et requalifiée par Blaesilla et sa famille.

130Les petits thermes du decumanus continuèrent sans doute à servir aux voyageurs qui arrivaient par la route côtière occidentale et la porte d’Oea et trouvaient à l’extrémité ouest de l’insula ce relais d’accueil proposé à juste titre par G. Caputo : le long abreuvoir sur la petite place et une probable écurie indiquent que ce dernier secteur d’habitat tardif avait dû servir antérieurement d’auberge. Les thermes voisins permettaient aux voyageurs de se délasser et de se changer au sortir de la poussiéreuse et harassante route des Syrtes. De même à Timgad, ville-carrefour des axes routiers romains des Aurès, des thermes étaient situés près des portes est et sud de la ville, pour les voyageurs et les vétérans-agriculteurs exploitant les lots de terre périurbains.

  • 127 On pourrait penser aussi à un centre de changeurs (basilica nummularia) mais ce type de local étai (...)

131On sait qu’à Timgad, le temple du génie de la colonie était situé en bordure ouest de la ville, face à l’édifice identifié épigraphiquement comme une basilica vestiaria, marché aux vêtements qui permettait aux arrivants de soigner leur vêture avant de se présenter dans le centre urbain. Un schéma voisin intervenant à Cuicul (Jemila), autre fondation trajanique, il serait logique de penser que le bâtiment remanié par Blaesilla avait, outre sa fonction de représentation gentilice, un rôle analogue. La façade largement ouverte sur la cour est en effet l’indice d’une fonction semi-publique et vraisemblablement commerciale de l’édifice. De plus, les évergésies féminines dans les cités impériales sont généralement axées sur le bien-être et l’agrément des citoyens et des visiteurs, et un marché aux textiles pourrait convenir au contexte urbain du secteur127.

132En conclusion, il semble que l’on ne puisse éliminer tout à fait aucune des hypothèses successivement évoquées à propos du complexe de la « schola » du decumanus. La dissociation entre l’aula à exèdres et le complexe thermal occidental se justifie dans la phase hadriano-antonine due à Blaesilla, mais plusieurs éléments donnent à pressentir l’évidence d’un état antérieur de la fin du ier siècle, évoquant une fonction gymnasiale, qu’une étude approfondie de l’archéologie du bâti accompagnée de sondages pourrait confirmer.

133Liée à l’importante famille d’évergètes de Blaesilla et des Plautii, ses fils, la fonction de représentation gentilice de l’aula, marquée par les dédicaces inscrites et les bases de statues, se doublait certainement d’une utilité publique marquée par la présence du monument-calendrier du septizodium. Cet édifice lié à un carrefour-clé de l’urbanisme lepcitain pouvait constituer un lieu d’échanges commerciaux ou bancaires, voire de vente de textiles ou de biens de consommation non périssables circulant par la voie des Syrtes.

134Toutefois il n’est pas exclu que l’aula ait joué en plus le rôle de sanctuaire de carrefour, manifesté par ses ouvertures sur deux decumani et ses exèdres à niche-laraire. En revanche, si le complexe thermal peut être associé à une fonction de relais de voyageurs sur la route des Syrtes, l’hypothèse qui ferait de l’ensemble de l’insula une structure d’accueil liée à la guilde des negotiatores d’Oea, patronnés à l’époque sévérienne par un descendant de Blaesilla, demeure difficilement démontrable par l’évidence de l’état conservé. Reste à souhaiter qu’une étude archéologique et statigraphique rigoureusement menée permette de mettre en lumière les phases de construction et d’évolution du complexe.

Haut de page

Bibliographie

XII Congressus 2007, Mayer y Olivé M., Baratta G., Gusmán Almagro A. (éd.), XII Congressus internationalis epigraphiae graecae et latinae. Provinciae imperii romani inscriptionibus descriptae, Barcelona, 3-8 sept. 2002, Barcelona (Monografies de la Secció històrico-arqueològica 10).

Alarcão J., Étienne R., Fabre G. 1969, « Le culte des Lares à Conimbriga (Portugal) », CRAI 113, 2, p. 213-236.

Audollent A. 1901, Carthage romaine : 146 avant Jésus-Christ – 698 après Jésus-Christ, Paris (BÉFAR 84).

Bianchi Bandinelli R., Vergara Caffarelli E., Caputo G. 1964, Leptis Magna, Roma.

Bollmann B. 1998, Römische Vereinshäuser. Untersuchungen zu den Scholae der römischen Berufs-, Kult- und Augustalen-Kollegien in Italien, Mainz.

Brouquier-Reddé V. 1992, Temples et cultes de Tripolitaine, Paris (Études d’Antiquités africaines).

Bruno D. 2017, « Regione X. Palatium », dans Carandini A., Carafa P. (éd.), The Atlas of Ancient Rome. Biography and Portraits of the City, Princeton, p. 215-280.

Chevallier R. 1986, Ostie antique, ville et port, Paris (Le Monde romain).

Chiesa C. 1949, « Sui materiali da costruzione di provenienza locale usati dagli antichi in Tripolitania », Reports and Monographs of the Department of Antiquities in Tripolitania 2, p. 25-28.

Coarelli F. 1996, Revixit Ars. Arte e ideologia a Roma, dai modelli ellenitici alla tradizione repubblicana, Roma (Evtopia).

Corbier M. 1982, « Les familles clarissimes d’Afrique proconsulaire (Ier-IIIe s.) », dans Epigrafia e ordine senatorio 1982, p. 685-754.

Corpora et scholae 2014, Agusta-Boularot S., Rosso E. (éd.), Signa et tituli 2, Corpora et Scholae : Lieux, pratiques et commémoration de la vie associative en Gaule méridionale et dans les régions voisines, Actes du colloque organisé par le Musée Archéologique de Nîmes et le Centre Camille Jullian, CNRS et Université de Provence, 25-26 novembre 2010, Nîmes (Bulletin de l’École antique de Nîmes 31).

De Ruyt Cl. 1983, Macellum. Marché alimentaire des Romains, Louvain-la-Neuve (Publication d’histoire de l’art et d’archéologie de l’Université catholique de Louvain 35).

Desbat A. et alii 1994, Desbat A., Prisset J.-L., Leblanc O., Savay-Guerraz H., Tavernier D., La maison des dieux Océan à Saint-Romain-en-Gal (Rhône), Paris (Gallia, suppl. 55).

Devijver H., Van Wonterghem F. 1981, « Il campus nell’impianto urbanistico delle città romane: testimonianze epigrafiche e resti archeologici », Acta Archaeologica Lovaniensia 20, p. 33-68.

Di Vita A. 1974, « Un passo dello “Σταδιασμὸς τῆς μεγάλης θαλάσσης” ed il porto ellenistico di Leptis Magna », Mélanges de philosophie, de littérature et d’histoire ancienne offerts à Pierre Boyancé, Rome (CÉFR 22), p. 229-249.

Di Vita A. 1975, « Leggendo «Topografia e archeologia dell’Africa romana» di Pietro Romanelli: considerazioni, note, segnalazioni », QAL 7, p. 165-187.

Di Vita A. 1990, « Sismi, urbanistica e cronologia assoluta. Terremoti e urbanistica nelle città di Tripolitania fra il I secolo a.C. ed il IV d.C. », dans L’Afrique dans l’Occident romain (Ier siècle av. J.-C. - IVe siècle ap. J.-C.). Actes du colloque organisé par l’École française de Rome sous le patronage de l’Institut national d’archéologie et d’art de Tunis (Rome, 3-5 décembre 1987), Paris, Rome (CÉFR 134), p. 425-494.

Di Vita A. 1994, « Leptis Magna », dans X. Dupré i Raventós (éd.), La Ciutat en el món romà. Actas XIV Congres Internacional d’Arqueologia Clàssica, Tarragona, 5-11 9 1993, Tarragona, p. 159-163.

Di Vita A., Di Vita-Évrard G., Bacchielli L. 1998, La Libye antique. Cités perdues de l’Empire romain, Paris.

Di Vita-Évrard G. 1981, « Le proconsul d’Afrique polyonyme IRT 517 : une nouvelle tentative d’identification », MEFRA 93, p. 183-226.

Di Vita-Évrard G. 1982, « Note sur “trois” sénateurs de Lepcis Magna. Le clarissimat des Plautii », dans Epigrafia e ordine senatorio 1983, p. 453-465.

Di Vita-Évrard G. 1998, « Lepcis Magna », dans A. Di Vita, G. Di Vita-Évrard, L. Bacchielli, La Libye antique. Cités perdues de l’Empire romain, Paris, p. 44-145.

Domingo J.Á., Mar R., Pensabene P. 2013, « El complejo arquitectónico del templo del Divo Claudio en el monte Celio de Roma », AClass LXIV, n.s. II, 4 , p. 295-347.

Dubourdieu A. 1989, Les origines et le développement du culte des Pénates à Rome, Rome (CÉFR 118).

Duval N., Lamare N. 2012, « Une petite ville romaine de Tunisie : le Municipium Cincaritanum », MEFRA 124, p. 231-288.

Epigrafia e ordine senatorio 1982, Epigrafia e ordine senatorio. Atti del Colloquio internazionale AIEGL, Roma, 14-20 maggio 1981, Roma (Tituli 4-5).

Erim K.T. 1986, Aphrodisias, City of Venus Aphrodite, London.

Étienne R. 1993, « À propos du cosiddetto édifice des Augustales d’Herculanum », dans L. Franchi dell’Orto (éd.), Ercolano 1738-1988 : 250 anni di ricerca archeologica. Atti del Convegno internazionale, Ravello-Ercolano-Napoli-Pompei, 30 ottobre - 5 novembre 1988, Roma (Soprintendenza archeologica di Pompei, Monografie 6), p. 345-305.

Fabbri M., Trotta A. 1989, Una scuola-collegio di età augustea. L’insula II di Velia, Roma (Archaeologia Perusina 7 ; Archaeologica 90).

Février P.-A. 1968, Djemila, Alger.

Fiandra E. 1996, « Appunti di architettura », dans L. Bacchielli, M. Bonanno Aravantinos (éd.), Scritti di Antichità in memoria di Sandro Stucchi, II. La Tripolitania, l’Italia e l’Occidente, Roma (Studi Miscellanei 29), p. 75-79

Floriani squarciapino M. 1966, Leptis Magna, Basel (Ruinenstädte Nordafrikas 2).

Gerkan A. von, Krischen F. 1928, Milet. I, 9, Thermen und Palaestren, Berlin.

Gilhaus L. 2013, « Equites and Senators as Agents of Change: Urban Culture and Elite Self-Representation in Thamugadi and Lepcis Magna (Second-Third Centuries AD) », in A. Bokern, M. Bolder-Boos, S. Krmnicek, D. Maschek, S. Page (éd.), TRAC 2012, Proceedings of the Twenty-Second Annual Theoretical Roman Archaeology Conference, Frankfurt 2012, Oxford, p. 21-36.

Goffaux  B. 2010, « Scholae et espace civique à Avenches », Pro Aventico 52, p. 7-26.

Goffaux  B. 2011, « Schola : vocabulaire et architecture collégiale sous le Haut-Empire en Occident », REA 113, p. 47-67.

Gros P. 1996, L’architecture romaine du début du IIIe siècle av. J.-C. à la fin du Haut-Empire, 1. Les monuments publics, Paris (Les manuels d’art et d’archéologie antique).

Gros P. 1997, « Maisons ou sièges de corporations ? Les traces archéologiques du phénomène associatif dans la Gaule romaine méridionale », CRAI , p. 213-241.

Hano M. 1986, « À l’origine du culte impérial. Les autels des Lares Augusti. Recherches sur les thèmes iconographiques et leur signification », ANRW II, 16/3, p. 2333-2381.

INSAPH 2007, Reynolds J.M., Roueché Ch., Bodard G., Inscriptions of Aphrodisias, London.

Ioppolo G. 1967, « La tavola delle unità di misura nel mercato augusteo di Leptis Magna », QAL 5, p. 89-98.

Kardos M.-J. 2000, Topographie de Rome, I. Les sources littéraires latines, Paris (Histoire ancienne et anthropologie).

Kaufmann-Heinimann A. 2007, « Les statuettes de Mâcon, un ensemble particulier », dans F. Baratte, M. Joly, J.-Cl. Béal (dir.), Autour du trésor de Mâcon. Luxe et quotidien en Gaule romaine, actes du colloque, Mâcon, 27-29 janvier 2005, Mâcon, p. 19-38.

La Rocca E., De Vos M., De Vos A. 1976, Guida archeologica di Pompei, Verona.

Lassus J. 1969, Visite à Timgad, Alger.

Leon Chr. 1971, Die Bauornamentik des Trajansforum und ihre Stellung in der früh- und mittelkaiserzeitlichen Architekturdekoration Roms, Wien (Publikationen des Österreichischen Kukturinstituts in Rom 4).

Lefebvre S. 1992, « Hommages publics et histoire sociale : les Caecilii Caeciliani et la vie municipale de Volubilis (Maurétanie Tingitane) », MCV 28, p. 19-36.

Lefebvre S. 2004, « Espace et pouvoir local dans les provinces occidentales : quelques remarques », dans Cl. Auliard, L. Bodiou (dir.), Au jardin des Hespérides. Histoire, société et épigraphie des mondes anciens. Mélanges offerts à Alain Tranoy, Rennes (Collection Histoire), p. 379-406.

Lenoir É. 1991, « Thermes romains de Maurétanie Tingitane », dans Les thermes romains. Actes de la table ronde, Rome 11-12 novembre 1988, Rome (CÉFR 142), p. 151-160.

Lézine A. 1955, « Chapiteaux toscans trouvés en Tunisie », Karthago VI, p. 13-29.

Lugli G. 1946, Roma antica, il centro monumentale, Roma.

Magallon A., Sillières P. 1994, « Labitolosa (Cerro del Calvario, La Puebla de Castro, Huesca) », Bolskan 11, p. 89-132.

Maiuri A. 1958, Ercolano, I nuovi scavi 1927-1958, I. Lo Scavo, la città, gli edifici pubblici, le abitazioni, botteghe con abitazioni, Roma.

Marmouri K. 2008, « Mercurio et Minervae sacrum : l’association de Mercure et de Minerve dans l’Afrique Proconsulaire », dans Lieux de cultes : aires votives, temples, églises, mosquées. IXe Colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord antique et médiévale, Tripoli, 19-25 février 2005, Paris (Études d’Antiquités africaines), p. 141-149.

Masturzo N. 2003, « Le città della Tripolitania fra continuità ed innovazione. I fori di Leptis Magna e Sabratha », MÉFRA 115, p. 705-753.

Meiggs R. 1973 (2e édition), Roman Ostia, Oxford.

Moeller W.O. 1972, « The Building of Eumachia: A Reconsideration », AJA 76, p. 323-327.

Nünnerich-Asmus A. 1994, Basilika und Porticus. Die Architektur der Säulenhalle als Ausdruck gewandelter Urbanität in später Republik und frühen Kaiserzeit, Köln (Arbeiten zur Archäologie).

Pavolini C. 1988, Ostia, Roma, Bari (Guide archeologiche).

Pentiricci M. 2010, « L’attività edilizia a Leptis Magna tra l’età tetrarchica e il V secolo: una messa a punto », dans I. Tantillo, F. Bigi (éd.), Leptis Magna, una città e le sue iscrizioni in epoca tardoromana, Cassino (Collana scientifica 27), p. 97-171.

Picard Ch. 1921, L’établissement des Poseidoniastes de Bérytos, Paris (Exploration archéologique de Délos VI).

Picard G. Ch. 1958, Civitas Mactaritana, Paris (= Karthago VIII).

Picard G. Ch. 1961, « Le septizonium de Cincari et le problème des septizonia », MMAI 52, p. 77-93.

Picard G. Ch. 1990 (2e édition), La civilisation de l’Afrique antique, Paris.

Pisani Sartorio G. 1988, « Compita Larum, edicole sacre nei crocicchi di Roma antica », Bollettino dell’Unione Storia ed Arte 31, p. 23-34.

Raepsaet-Charlier M.-Th. 1987, Prosopographie des femmes de l’ordre sénatorial (Ier-IIe s.), Louvain (Fonds René Draguet 4).

Robinson D.M. 1926, « Roman Sculpture from Colonia Caesarea (Pisidian Antioch) », ABull IX, p. 5-69.

Romanelli P. 1964, « A proposito della “Schola iuvenum” di Mactaris », CT 45-46, p. 11-17. Réimprimé dans In Africa e a Roma, scripta minora selecta, Roma 1981, p. 485-498.

Romanelli P. 1970, Topografia e archeologia dell’Africa romana, Torino (Enciclopedia classica, sez. III, Archeologia e storia dell’arte classica, vol. X, Archeologia, t. VII).

Rosso E. 2013, « Secundum dignitatem municipii. Les édifices collégiaux et leur programme figuratif, entre public et privé », dans A. Dardenay, E. Rosso (éd.), Dialogues entre sphère privée et sphère publique dans l’espace de la cité romaine. Vecteurs, acteurs, significations, Bordeaux (Scripta antiqua 56), p. 66-121.

Roueché Ch. 1989, Aphrodisias in Late Antiquity: The Late Roman and Byzantine Inscriptions including Texts from the Excavations at Aphrodisias conducted by Kenan T. Erim, London (JRS Monographs 5).

Slater W.J. 2000, « The scholae of Roman collegia », JRA 13, p. 493-497.

Stek T.D. 2008, « A Roman Cult in the Italian Countryside? The compitalia and the Shrines of the Lares Compitales », BABesch 83, p. 111-132.

Subías Pascual E. 1994, « Las sedes colegiales en época romana. Problemas de tipología arquitectónica », Butlleti Arqueologic 16, p. 85-110.

Thébert Y. 2003, Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen : études d’histoire et d’archéologie, Rome (BÉFAR 315).

Thomasson B.E. 2009, Laterculi Praesidum. Vol. I, ex parte retractatum, Ressource électronique, Göteborg.

Tomasello F. 2011, Il tempio sul decumano maggiore di Leptis Magna, Roma (Monografie di archeologia libica XXXI).

Torelli M. 1973, « Per una storia della classe dirigente di Leptis Magna », RAL 28, p. 377-409.

Vergara Caffarelli E. 1957 [1959], « Leptis Magna », Fasti Archaeologici XII, p. 351-352, n° 5604.

Walters H.B. 1921, Catalogue of the Silver Plate (Greek, Etruscan and Roman) in the British Museum, London.

Haut de page

Notes

1 Vergara Caffarelli 1957.

2 Bianchi Bandinelli, Vergara Caffarelli, Caputo 1964, p. 102-104, fig. 245 et pl. 24-168-169.

3 Floriani Squarciapino 1966, p. 120-121, fig. 19.

4 Romanelli 1970, p. 199-200, pl. 149b.

5 Di Vita 1975, p. 176-177.

6 Picard 1958, p. 96-147.

7 Romanelli 1964, p. 17, note 18.

8 Di Vita-Évrard 1981, p. 192-193 ; 1982, p. 457-464.

9 Di Vita 1990, p. 426.

10 Di Vita-Évrard 1998, p. 98-99.

11 Di Vita, Di Vita-Évrard, Bacchielli 1998, p. 250-251.

12 Pentiricci 2010, p. 161-162.

13 Di Vita 1990, p. 449.

14 Je remercie vivement la direction du Patrimoine de Libye pour l’autorisation d’étude de la « schola » qu’elle m’avait accordée en 1968, mon époux Hubert de Chaisemartin pour sa collaboration aux recherches à Lepcis, et G. Di Vita-Évrard, directeur de recherche honoraire au CNRS, pour ses conseils et ses précieux clichés du monument.

15 Di Vita 1994, p. 159-161.

16 IRT 930.

17 Di Vita-Évrard 1998, p. 98.

18 23,40 m pour le bâtiment.

19 Tomasello 2011.

20 Chiesa 1949, p. 25-28 ; Masturzo 2003, p. 723-725, n. 66.

21 Ioppolo 1967, p. 89-98.

22 Ioppolo 1967, p. 95.

23 Tomasello 2011, p. 104, fig. 47.

24 (0,705 m × 0, 516 m × 0,53 m). En dehors de ce bloc les inscriptions découvertes dans le secteur thermal accolé à la « schola » sont des épitaphes en réemploi dans les structures d’habitat tardives : celle du cippe des deux frères orfèvres Cima ou celle d’une cuve d’osthothèque portant le nom de Dorcas.

25 Thébert 2003, p. 638.

26 Di Vita 1990, p. 449-450 et fig. 16.B.

27 M. Pentiricci (2010) y voit inexactement de la brèche de Scyros.

28 Gros 1996, p. 379-381.

29 Numérotées par nous d’ouest en est. 

30 Bianchi Bandinelli, Vergara Caffarelli, Caputo 1964, p. 105-106, fig. 246.

31 Lézine 1955.

32 Lenoir 1991, p. 152, fig. 1.

33 Di Vita-Évrard 1998, p. 98.

34 Je remercie chaleureusement mes amies S. Demougin et Ch. Roueché pour leurs conseils et leur aide concernant cette partie épigraphique.

35 Selon G. Di Vita-Évrard (1981, p. 190), les capitales alternant avec quelques formes rustiques, ainsi que l’alternance des hauteurs et largeurs de lignes remonteraient en Tripolitaine à la première moitié du iie s.

36 Di Vita-Évrard 1982, p. 462, fig. 3, et note 49 : « Impossible de réunir ce fragment au début de la dédicace à Aquilia Blaesilla qui se dit clarissima femina sur une autre inscription inédite ».

37 PIR 1 1933, p. 193 ; Raepsaet-Charlier 1987, n° 89, p. 104-105, stemma XVIII.

38 Elle serait fille de Q. Aquilius Postumus, un sénateur italien de Pouzzoles ; pour M.-Th. Raepsaet-Charlier (1987, p. 105), « il n’est pas désigné comme clarissime… à cause de la nouveauté de l’usage ».

39 Torelli 1973, p. 385, n° 13 ; Corbier 1982, p. 723 ; Gilhaus 2013, p. 28-29.

40 Pour M.-Th. Raepsaet-Charlier (1987, p. 105), son titre est abrégé en clar(issima) fem(ina) « de manière non canonique » et c’est une des premières attestations de cette formule.

41 Gilhaus 2012, p. 39.

42 Lefebvre 1992, p. 19-36.

43 Lefebvre 2004, p. 386-389.

44 Magallon, Sillières 1994, p. 100-102, cité par Lefèbvre 2004, p. 392-393.

45 Di Vita-Évrard 1982, p. 464-465.

46 Thomasson 2009, p. 158, n° 39 :072a.

47 Non publiée dans les actes du congrès : XII Congressus 2007.

48 La restitution de cette dédicace par G. Di Vita-Évrard proposerait la dénomination de septizodium pour le monument.

49 Bianchi Bandinelli, Vergara Caffarelli, Caputo 1964, p. 102-103.

50 Di Vita-Évrard 1998, p. 99.

51 Chevallier 1986, p. 85 ; Pavolini 1988, p. 182-183.

52 Desbat et alii 1994.

53 Slater 2000, p. 495 : « collegia preferred multi-purposed rooms ».

54 À Avenches (Goffaux 2010, p. 14 ; 2011, p. 66) une salle de réunion collégiale avait aussi pour fonction d’honorer certaines familles de notables.

55 Gros 1996, p. 381 ; 1997, p. 213-241.

56 Gros 1996, p. 379-380, fig. 433.

57 Fabbri, Trotta 1989.

58 Meiggs 1973, p. 299 ; Gros 1996, p. 380-382.

59 Bollmann 1998, p. 57 sqq.

60 Des recherches récentes indiquent qu’il présentait en fait deux exèdres de chaque côté.

61 À Bulla Regia, Sabratha, Volubilis et dans le complexe sévérien de Lepcis Magna.

62 La Rocca, De Vos, De Vos 1976, p. 121-123.

63 Chiesa 1949 ; Tomasello 2011, p. 31.

64 Fiandra 1996, p. 76-77, fig. 3-4.

65 Leon 1971, pl. 56, 3.16, pl. 56, 2 et 57.

66 Robinson 1926, p. 5, fig. 1 et 31.

67 Pavolini 1988, p. 161-162.

68 Pavolini 1988, p. 118-119.

69 Domingo 2013 ; Carandini, Carafa 2017, 1, p. 347 et II, table 136 B. Ces sept niches pourraient constituer un septizodium antérieur à celui de Septime Sévère, auquel ferait allusion Suétone (Tit., I, éd. H. Ailloud, 1932, p. 68) lorsqu’il dit que Titus était né dans la maison de Vespasien « près du septizodium ».

70 Picard 1961, p. 80, fig. 1 ; Duval, Lamare 2012, p. 241-247, 250-252 (sculpture), 258-259 (inscription).

71 Picard 1961, p. 81.

72 CIL VIII, 2657.

73 Thébert 2003, p. 634.

74 Spart. Sept. Sev., 24, 3-5 : « Cum Septizodium faceret, nihil aliud cogitavit, quam ut ex Africa venientibus suum opus occurreret ».

75 Amm. (XV, 7, 3) cité dans Kardos 2000, p. 240.

76 CIL VIII, 2658 ; Picard 1961, p. 81, n. 4 ; Gros 1996, p. 433.

77 Picard 1961, p. 80, fig. 1, p. 82 ; Duval, Lamare 2012, p. 241-250.

78 CIL VI, 103.

79 Lugli 1946, p. 95-96.

80 British Museum, BM/C/GR/O26 ; Walters 1921, n° 33, pl. V ; Kaufmann-Heinimann 2007, p. 25-28, fig. 15.

81 Erim 1986, p. 123-130, fig. p. 182-183.

82 Bassin d’Ampelius : INSAPH 2007, 4.202 ; Roueché 1989, p. 67-73, n° 38-40.

83 CIL VIII, 14372 ; Picard 1961, p. 81, n. 3.

84 Audollent 1901, p. 216 sqq. ; Picard 1961, p. 81.

85 Tomasello 2011.

86 Brouquier-Reddé 1992, p. 183-185, fig. 107.

87 Gros 1996, p. 140-141.

88 Bruno 2017, p. 242-244, Tab. 80-82.

89 IRT 303-304 ; Marmouri 2008.

90 Picard 1958, p. 96-147.

91 Goffaux 2010, p. 7-26 ; 2011, p. 65-67.

92 B. Bollmann (1998, p. 122) remarque toutefois que l’ouverture sur la rue des scholae d’Ostie est souvent importante, comme pour inviter le passant à entrer.

93 Maiuri 1958, p. 87-91 ; Nünnerich-Asmus 1994, p. 172-173, fig. 99.

94 La Rocca, De Vos, De Vos 1976, p. 118 ; Étienne 1993.

95 Goffaux 2010, p. 7-26.

96 Corpora et scholae 2014, p. 3-14.

97 Coarelli 1996, p. 350-352.

98 Picard 1921.

99 Subías Pascual 1994, p. 102-104.

100 Lassus 1969, p. 62, n° 19 du plan de la ville.

101 De Ruyt 1983, p. 288 ; Gros 1996, p. 380.

102 Février 1968, p. 61, n° 16 du plan de la ville (élevée par Rutilius Saturninus entre 364 et 367).

103 Lefebvre 2004, p. 386-389.

104 Maiuri 1958, p. 87-91.

105 Moeller 1972, p. 323-327, pl. 71.

106 De Ruyt 1983, p. 288.

107 La Rocca, De Vos, De Vos 1976, p. 118.

108 Hano 1986 ; Pisani Sartorio 1988 ; Dubourdieu 1989, p. 101, 107 et 108. 

109 Stek 2008.

110 Stek 2008, p. 119-122.

111 Alarcão, Étienne, Fabre 1969, p. 221 et 227.

112 Alarcão, Étienne, Fabre 1969, p. 221-222, fig. 4.

113 Brouquier-Reddé 1992, p. 182-183.

114 Lucius Silius Plautius Haterianus Blaesilianus, petit-fils de Blaesilla, honoré par les citoyens d’Oea à l’époque sévérienne comme « curator et patronus » dans la dédicace IRT 542 provenant du forum de Lepcis.

115 Rosso 2013, p. 103-106.

116 Picard 1990, p. 111 : « la ploutocratie tripolitaine » et p. 116.

117 Slater 2000, p. 496.

118 Devijver, Van Wonterghem 1981.

119 von Gerkan, Krischen 1928, p. 36-47, pl. 1 et XL.

120 Des traces de murs en brique crue ont été repérées sous la construction en grand appareil conservée.

121 Carandini, Carafa 2017, p. 404-405 et tab. 164 G et 170 a.

122 Gros 1996, p. 407-408, fig. 462.

123 Thébert 1997, p. 109.

124 Gerkan, Krischen 1928, p. 23-33, fig. 29.

125 Que l’on remarque aussi aux thermes du camp à Lambèse (Thébert 2003, p. 636).

126 Lézine 1955.

127 On pourrait penser aussi à un centre de changeurs (basilica nummularia) mais ce type de local était plutôt couvert.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Situation de l’insula du decumanus dans la grille urbaine de Lepcis Magna
Crédits D’après Di Vita, Di Vita-Évrard, Bacchielli 1998, p. 51.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Titre Fig. 2 : Plan de la « schola » et des thermes du decumanus maximus
Crédits D’après Bianchi Bandinelli, Vergara Caffarelli, Caputo 1964, p. 103, fig. 245.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Fig. 3 : Vue générale est-ouest de l’insula vue de l’échafaudage du tétrapyle de Septime Sévère
Crédits Cliché N. de Chaisemartin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre Fig. 4 : Façade sud de la cour à exèdres
Crédits Cliché G. Di Vita-Évrard.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Fig. 5 : Profil de l'archivolte des trois portails de la façade sud
Crédits Source : N. de Chaisemartin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Fig. 6 : Restitution graphique de la façade sud de la cour à exèdres
Crédits Source : Y. Goubin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-6.png
Fichier image/png, 22k
Titre Fig. 7 : Base des pilastres corinthiens de la façade sud
Crédits D’après Fiandra 1996.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Fig. 8a : Chapiteau de pilastre corinthien de la façade sud
Crédits Cliché N. de Chaisemartin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Titre Fig. 8b : Chapiteau de pilastre corinthien de la façade sud
Crédits Cliché N. de Chaisemartin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Titre Fig. 8c : Chapiteau de pilastre corinthien de la façade sud
Crédits Cliché N. de Chaisemartin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Titre Fig. 9a : Lit d'attente d'un chapiteau de pilastre corinthien
Crédits Source : Y. Goubin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-11.png
Fichier image/png, 4,7k
Titre Fig. 9b : Face antérieure d'un chapiteau de pilastre corinthien
Crédits Source : Y. Goubin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-12.png
Fichier image/png, 29k
Titre Fig. 10 : Blocs d'epicranitis de la façade sud
Crédits Cliché N. de Chaisemartin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Titre Fig. 11 : Profil des blocs de couronnement de la façade
Crédits Source : N. de Chaisemartin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Fig. 12 : Bloc de frise portant le nom de Blaesi(lla)
Crédits Cliché N. de Chaisemartin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
Titre Fig. 13 : Plan de la cour à exèdres (« aula »)
Crédits Source : H. de Chaisemartin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Fig. 14 : Profil des bases de colonnes de la cour à exèdres
Crédits Source : N. de Chaisemartin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Fig. 15 : Exèdre occidentale de la cour à portique
Crédits Cliché G. Di Vita-Évrard.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 453k
Titre Fig. 16 : Piédestal maçonné de l’exèdre ouest
Crédits Cliché N. de Chaisemartin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre Fig. 17 : Piédestal central de l’exèdre ouest
Légende Plan gravé de la niche supérieure.
Crédits Source : H. de Chaisemartin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Fig. 18 : Revêtement en calcaire marmoréen du mur et du sol de l’exèdre
Crédits Cliché N. de Chaisemartin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 607k
Titre Fig. 19 : Rangée de cinq niches et sept socles de statues sur le côté nord de la cour à exèdres
Crédits Cliché N. de Chaisemartin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Titre Fig. 20 : Profil d’une base de calcaire blanc des niches du mur nord
Crédits Source : N. de Chaisemartin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Fig. 21 : Profil d'une base de grès jaune, niche ouest du mur nord
Crédits Source : N. de Chaisemartin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 22a : Fragment de statue trouvé dans les niches.
Légende Genou féminin nu
Crédits Cliché N. de Chaisemartin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Titre Fig. 22b : Fragment de statue trouvé dans les niches.
Légende Torse masculin drapé
Crédits Cliché N. de Chaisemartin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 23 : Chapiteau ionique de la porte nord-ouest
Crédits Cliché N. de Chaisemartin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre Fig. 24 : Portique à colonnes toscanes de l’entrée des thermes
Crédits Cliché N. de Chaisemartin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Titre Fig. 25 : Profil d’une base de colonne toscane du portique des thermes
Crédits Source : N. de Chaisemartin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Fig. 26 : Profil des chapiteaux toscans du portique des thermes
Crédits Source : N. de Chaisemartin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Fig. 27 : Profil de la corniche du portique des thermes
Crédits Source : N. de Chaisemartin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Fig. 28 : Frigidarium des thermes
Légende Baignoires stuquées, chapiteau et base toscans.
Crédits Cliché N. de Chaisemartin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Titre Fig. 29 : Fontaine fragmentaire en forme de massue noueuse
Crédits Cliché N. de Chaisemartin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 30 : Inscription sur dalle de calcaire marmoréen dédiée à M. Aquilius Haterianus par Aquilia Blaesilla
Crédits Cliché N. de Chaisemartin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 623k
Titre Fig. 31 : Inscription honorifique d'Aquilia Blaesilla et fragments non jointifs d'inscriptions de même facture provenant de l'aula
Crédits Cliché N. de Chaisemartin.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/524/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie de Chaisemartin, « Réflexions sur la « schola » du decumanus à Lepcis Magna et son contexte urbain »Antiquités africaines, 53 | 2017, 23-51.

Référence électronique

Nathalie de Chaisemartin, « Réflexions sur la « schola » du decumanus à Lepcis Magna et son contexte urbain »Antiquités africaines [En ligne], 53 | 2017, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/antafr/524 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.524

Haut de page

Auteur

Nathalie de Chaisemartin

CNRS, UMR 8167 Orient et Méditerranée, Université de Paris-Sorbonne ; nathalie.de-chaisemartin[at]orange.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search