Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53Relire les manuscrits : nouveauté...

Relire les manuscrits : nouveautés épigraphiques de Tabarka (Tunisie) dans le journal de Francisco Ximenez

Hernán González Bordas
p. 53-61

Résumés

Cet article reprend la lecture du journal du père trinitaire F. Ximenez concernant son passage par Tabarka (nord-ouest de la Tunisie). En premier lieu, trois inscriptions inédites et deux nouvelles lectures d’épigraphes connues ont été détectées dans ce récit. Une édition pour chacun des trois nouveaux textes est proposée et argumentée ; par la suite sont indiqués les apports de cette source aux deux textes connus. Dans un deuxième temps, il est question de l’usage des récits de F. Ximenez fait par le CIL et des raisons pour lesquelles ces textes sont restés inédits.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie les professeurs Louis Maurin et Milagros Navarro Caballero pour leurs observations sur l’onomastique et pour leurs conseils bibliographiques, étant entendu que toute erreur relève de ma seule responsabilité.

1. Présentation

  • 1 Pour un aperçu général sur ce sujet voir l’ensemble du volume XIII de L’Africa romana. Concernant (...)

1Les manuscrits des voyageurs de la période qui précède le protectorat français en Tunisie constituent une source qui ne cesse de livrer des informations concernant l’épigraphie de la région. Les textes épigraphiques contenus dans ces manuscrits ont enrichi le volume VIII du CIL grâce au travail méthodique et exhaustif de G. Wilmanns et Th. Mommsen. Toutefois, une grande quantité de données concernant les inscriptions n’ont pas été reproduites par les savants allemands1. Ceci est dû en partie aux normes de présentation des inscriptions au CIL, mais aussi à l’ampleur de la tâche et à la difficulté d’interprétation des manuscrits.

2Dans la présente étude, nous allons traiter d’un cas plus exceptionnel : la découverte de textes épigraphiques qui ont échappé à l’examen des rédacteurs du CIL dans les manuscrits de Francisco Ximenez et sont restés inédits. Le but de cette étude est double, d’une part proposer une édition de ces inscriptions, en mettant l’accent sur les circonstances de leur découverte au xviiie siècle, d’autre part, tenter d’expliquer pourquoi ces inscriptions ont échappé aux chercheurs lors du dépouillement des manuscrits effectué par le CIL.

  • 2 Voir Monchicourt 1916 ; Duval 1965 et surtout González Bordas 2015a ; 2015b ; à paraître.
  • 3 La bibliographie sur la vie de F. Ximenez, surtout pour la période africaine, a connu une augmenta (...)
  • 4 La plus grande partie de l’œuvre de F. Ximenez (dix-huit volumes) est conservée sous forme manuscr (...)
  • 5 Voir González Bordas 2015a, p. 73-77 ; à paraître. F. Ximenez a également rédigé d’autres ouvrages (...)

3F. Ximenez de Santa Cathalina (1685-1752) est un antiquaire bien connu de ceux qui s’intéressent à l’épigraphie latine d’Afrique2. Faisant partie de l’ordre des Trinitaires, il se rendit en Afrique du Nord pour s’occuper des captifs chrétiens et améliorer leur situation, intercédant dans leur rachat et veillant à leur retour à la chrétienté. Il resta une quinzaine d’années dans la Régence de Tunis (1720-1735), ce qui lui permit de rencontrer des voyageurs, savants et curieux de l’histoire et des mœurs du pays et d’effectuer douze excursions à l’intérieur de la Régence ainsi que sur les côtes3. Pendant ce temps, il écrivit son journal (le Diario de Tunez) de façon quotidienne, avec seulement quelques rares interruptions pour cause de maladie ou de petits accidents4. Il copia dans ce journal un total de 244 inscriptions dont la grande majorité sont reprises dans l’Historia del Reyno de Tunez, qu’il rédigea également durant son séjour dans la Régence de Tunis5.

2. Francisco Ximenez à Tabarka

  • 6 Le récit de cette excursion est précédé de l’en-tête « Viage a Biserta, Cabo Negro, Tabarca y La C (...)
  • 7 El Kala (Algérie).
  • 8 Vol. VII, fol. 228vº - 229vº.
  • 9 Vol. VII, fol. 224vº, 225rº, 230rº etvº, 231rº et surtout 232vº.

4Son passage par Tabarka s’inscrit dans le cadre de sa douzième et dernière excursion6, à l’automne 1730. F. Ximenez, âgé de près de 45 ans, s’y rend principalement pour accompagner Jacques Villet, marchand et agent à Tunis de la compagnie qui s’occupait de l’extraction du corail sur des sites de la côte nord de la Régence. Ils se déplacent de Tunis à Bizerte dans un chariot loué. Les trajets aller-retour de Bizerte au Cap Nègre, du Cap Nègre à Tabarka et de Tabarka à La Calle7 sont réalisés en bateau. Les voyageurs doivent attendre à plusieurs reprises un climat plus favorable pour s’embarquer, surtout lors du retour. F. Ximenez reste notamment bloqué à Tabarka pendant huit jours entre le mardi 14 et le mercredi 22 novembre8. Son récit est ponctué par ses plaintes exprimant la fatigue, ses malaises et son désir de rentrer à Tunis9.

  • 10 Entre le xvie s. et 1742, la famille génoise des Lomellini eut la concession de l’île pour la pêch (...)

5Il séjourne sur l’île de Tabarka sous la protection des autorités génoises10 en octobre et novembre 1730. Dans son Diario, il fournit un long rapport couvrant un premier séjour de cinq jours, avec la transcription de cinq inscriptions, suivi, après une excursion à La Calle, d’un deuxième séjour de onze jours.

3. Les inscriptions

6Dans ce rapport, où il s’attarde principalement sur la vie quotidienne des Génois, F. Ximenez présente cinq inscriptions latines : CIL VIII, 5200 et 5203 et trois inscriptions inédites :

7CIL VIII, 5200 ( = 17363) et première et deuxième inédites

(Vol. VII, fol. 222vº) “Fui a decir missa a la capilla del castillo (de la isla), por estar mas cerca, que la Parroquia de la cassa donde era alojado, y viendo bien la fortaleza encontre estos epitaphios :”

« Je suis allé dire la messe à la chapelle du château (sur l’île), parce qu’elle se trouvait plus près que la paroisse de la maison où j’étais logé et, ayant mieux observé la forteresse, j’ai trouvé ces épitaphes : » (fig. 1)

Fig. 1 : Détail du vol. VII, fol. 222vº contenant la transcription de CIL VIII, 5200 et des deux premières inscriptions inédites

Fig. 1 : Détail du vol. VII, fol. 222vº contenant la transcription de CIL VIII, 5200 et des deux premières inscriptions inédites

Real Academia de la Historia ©.

8CIL VIII, 5203 (ou 10837) et troisième inédite

(Vol. VII, fol. 222vº) “passe a la tierra firme de la Berberia a ver las ruinas de la antigua Tabraca, passamos el puerto que esta a la parte de medio dia de la Isla entre la Isla y la tierra firme fuimos en un barco me acompaño Pedro Ianni, hijo del Governador y algunos Soldados de escolta (fol. 223rº) que me dio el Governador, estaba esta Ciudad situada en la costa del mar enfrente de la Ysla que llaman Tabarca, la bañaba el rio Guadalbalbar, antiguamente Rubricato : se ven los restos de un Monasterio de los Agustinianos, y otros edificios desbaratados, que ya no se conoze para lo que avian servido, entre sus ruinas se leen estos epitaphios :”

« je me suis déplacé jusqu’à la terre ferme de la Berbérie pour voir les ruines de l’ancienne Tabraca. Nous sommes passés par le port qui se trouve au sud de l’île. Entre l’île et la terre ferme, nous nous sommes déplacés en bateau. J’étais accompagné par Pedro Ianni, fils du gouverneur, et quelques soldats d’escorte que le gouverneur m’avait cédés. Cette ville était située sur la côte en face de l’île qu’on appelle Tabarca. Elle est baignée par le fleuve Guadalbalbar, l’ancien Rubricato. On y voit les restes d’un monastère des augustins et d’autres édifices en ruine dont on ne connaît plus la fonction, parmi ses ruines on lit ces épitaphes : » (fig. 2)

Fig. 2 : Détail de vol. VII, fol. 223rº contenant la transcription de CIL VIII, 5203 et de la troisième inscription inédite

Fig. 2 : Détail de vol. VII, fol. 223rº contenant la transcription de CIL VIII, 5203 et de la troisième inscription inédite

Real Academia de la Historia ©.

9Nous avons donc trois inscriptions inédites : deux qui accompagnent CIL VIII, 5200, sur le château de l’île, et une troisième sur le continent, vraisemblablement sur le site ancien, présentée par F. Ximenez avec CIL VIII, 5203. Voilà tout ce que l’on peut dire sur les conditions de la découverte des trois inscriptions. En ce qui concerne les deux premières, F. Ximenez précise qu’il les a détectées, « en ayant mieux observé la forteresse ». Les a-t-il trouvées en remploi ou bien éparses sur le sol ? Sans en être sûr, nous penchons pour la première option grâce au témoignage d’un autre voyageur.

  • 11 Médecin et naturaliste marseillais, J.-A. Peyssonnel (1694-1759) séjourna dans la Régence de Tunis (...)
  • 12 Dureau de la Malle 1838, p. 265.

10En effet, six ans plus tôt, en 1724, Jean-André Peyssonnel11 s’était rendu à Tabarka et avait transcrit quatre épitaphes : CIL VIII, 5198, 5199, 5200 et 5203. Il avait également indiqué que l’on trouvait des épitaphes de l’ancienne Thabraca en remploi à la forteresse12 et, bien qu’il n’ait pas fourni ni de description ni de transcription de celles-ci, nous apprenons au moins qu’elles étaient visibles à l’époque de ces voyageurs.

11La première est une courte épitaphe :

    D·M·S

  LABERIA

 LENA·M·C

H·S·E·V·AN

      LV

  • 13 Cognomen retrouvé aussi dans CIL III, 13698 et dans CIL IV, 8124 ; ou bien Laena, dans CIL VI, 159 (...)
  • 14 Ou an(nis). Même âge qu’un autre défunt de Tabarka : CIL VIII, 17357 M(arcus ?) · Ani/onis · D/aba (...)
  • 15 CIL VIII, 4410 en Numidie, CIL VIII, 8689 et AE 1992, 1928 en Césarienne.
  • 16 Dondin-Payre 2011b, p. 181-182.
  • 17 Il faudrait admettre ici que la deuxième et la troisième interpunctions de la ligne sont issues de (...)
  • 18 En effet, il nous semble un procédé dangereux d’imputer des erreurs de lecture aux antiquaires de (...)

12Voici notre proposition de développement : D(is) M(anibus) s(acrum) | Laberia | Lena13 m(emoriae) c(ausa) | h(ic) s(ita) e(st) u(ixit) an(nos)14 | LV. Il faut d’emblée signaler que Laberia n’est pas très fréquent en Afrique, et encore moins la formule memoriae causa15. Doit-on lire un F au lieu d’un C et interpréter M(arci) f(ilia) ? Cela simplifierait l’interprétation de l’épitaphe, mais il nous semble forcé de proposer que F. Ximenez ait confondu une lettre carré avec une ronde, d’autant plus que, si tel était le cas, la filiation ne serait pas à sa place habituelle16. En ce sens, une autre option de restitution est envisageable : F. Ximenez transcrit une interpunction, dont nous n’avons pas tenu compte pour notre première interprétation, après la première lettre de la troisième ligne. En effet, selon lui, cette ligne commence par : L·E. Étant donné qu’un E est facilement pris pour un F, il pourrait s’agir de la filiation, cette fois-ci à l’emplacement qui lui est propre : entre le nomen et le cognomen. Ce cognomen serait dans ce cas une variante de Namgedde17. De cette façon, la deuxième possibilité de développement serait : D(is) M(anibus) s(acrum) | Laberia | L(uci) f(ilia) Namc[edde] | h(ic) s(ita) e(st) u(ixit) an(nos) | LV. Cela étant dit, nous préférons garder la première option en suivant le principe d’effectuer un minimum de corrections possibles à la lecture de F. Ximenez18.

  • 19 Lassère 1973, p. 7-151, (passim et en particulier p. 120-121). Pour la possibilité d’avancer ce te (...)

13L’invocation aux dieux Mânes suggère comme terminus post quem l’époque antonine si l’on tient compte des calculs de J.-M. Lassère pour Carthage et pour d’autres cités africaines19, et du fait que cette invocation apparaît abrégée.

14La deuxième inscription inédite est également une épitaphe, celle d’un homme.

   D·M·S

C·CEIVS·M

F·ARN·IAM

  [- - - ?]

  • 20 En Numidie, à Meghalsa : IlAlg II, 3, 7517 ; en Proconsulaire, à Vchi Maius : AE 2006, 1705 et à T (...)
  • 21 CIL VIII, 17337 ; ILAfr, 603, 12 et ILAfr, 603, 32. Voir aussi Longerstay 2008, p. 82.
  • 22 Iambaria (ILTun 1356 et AE 1946, 114) ; Iamascai (ILAlg I, 1635) ; Iamo (au nominatif et au géniti (...)

15Nous la comprenons ainsi : D(is) M(anibus) s(acrum) | C(aius) Ceius M(arci) | f(ilius) Arn(ensi) IAM |[---]. Il s’agit d’une nomenclature romaine classique avec filiation et tribu. En Afrique, on connaît trois individus portant le gentilice Ceius20. Trois autres personnages de la tribu Arnensis, celle à qui appartiennent les citoyens romains de Carthage, sont attestés à Thabraca21. Plusieurs cognomina et nomina unica commençant par Iam- sont attestés en Afrique22. L’invocation aux dieux Mânes, la mention de la tribu et la filiation par le prénom nous situent dans une fourchette chronologique de l’époque antonine au milieu du iiie s. F. Ximenez semble avoir effacé et récrit par dessus la deuxième ligne, entre le praenomen et le nomen sans que l’on puisse déduire s’il s’agit d’une simple négligence ou bien s’il n’était pas convaincu de sa lecture. L’âge et une formule finale devaient clore le texte.

  • 23 Il est difficile de comprendre les raisons d’une telle déduction. F. Ximenez a-t-il lu AVG sur un (...)
  • 24 Voir dans Longerstay 2008, p. 84 la carte de ces ruines.

16La troisième inscription inédite, encore une épitaphe, a été découverte par F. Ximenez sur le continent, parmi les ruines de l’ancienne Thabraca. Dans son récit, il affirme l’avoir trouvée parmi les restes d’un monastère d’augustins23 et d’autres bâtiments en ruine qu’il faut sans doute mettre en rapport avec la ville antique de Thabraca24. Ces indications ne sont pas très utiles pour localiser la pierre (fig. 3). Dans sa transcription on observe que F. Ximenez n’a pas reconnu le nom punique du défunt. Voici la notre :

   D·M·S

  C·NAM

 PAMO[ ?]

V·A·XXXXV

   H·S·E·

17On peut restituer : D(is) M(anibus) s(acrum) | C( ?) Nam | pamo [ ?] | u(ixit) an(nos) XXXXV | h(ic) s(itus) e(st).

Fig. 3 : Tabarka et son île à l’époque de F. Ximenez. Lieux de provenance des inscriptions

Fig. 3 : Tabarka et son île à l’époque de F. Ximenez. Lieux de provenance des inscriptions

Source : N. Pexoto.

  • 25 K. Jongeling (1994, p. X) propose toutes les variantes retrouvées dans les sources latines ; la pl (...)
  • 26 Jongeling 1994, p. X ; Dondin-Payre 2011a, p. 20 ; Augustin d’Hippone (Epist. 17,2) en donne même (...)
  • 27 Voir Khanoussi, Maurin 2002, p. 692. Dans la plupart des occurrences, il fait fonction de cognomen(...)
  • 28 Quant à la possibilité qu’il s’agisse d’une formule onomastique sans cognomen, c’est-à-dire : prae (...)
  • 29 Voir toutefois Aounallah, Maurin 2008, p. 230 : « Il semble ainsi que la population pérégrine de l (...)
  • 30 Dondin-Payre 2011a, p. 25.
  • 31 Trois Cornelii : CIL VIII, 17344 ; ILAfr 603, 11 et 603, 12 ; deux Cassii : CIL VIII, 17329 et 173 (...)

18Nampamo (ou plus habituellement Namphamo25), d’origine punique26, est très fréquent en Afrique27. Comme pour les inscriptions précédentes, l’invocation aux dieux Mânes permet de dater cette épitaphe au plus tôt de l’époque antonine. Nous avons une structure onomastique de duo nomina, c’est-à-dire un nomen – ici abrégé – plus un cognomen28. Il s’agit par conséquent d’un citoyen romain portant un surnom indigène29. L’abréviation du gentilice apporte un nouveau terminus post quem : la seconde moitié du IIe s.30 Il est impossible de savoir quel était le gentilice : on connaît à Thabraka au moins sept gentilices commençant par C31, mais celui de notre personnage ne doit pas forcément faire partie de cette liste.

  • 32 CIL VIII, 27083.

19Une autre solution, plus difficile, serait d’avoir un gentilice Nam[- - -, en acceptant les lacunes que semble indiquer F. Ximenez (l. 2 et 3) et un surnom commençant par *Pamo[- - -]. Néanmoins, pour le premier, il n’en existe qu’un seul cas en Afrique : Namponius à Dougga32 et pour le deuxième on ne connaît aucun parallèle.

  • 33 Il s’agit de Namphamo faisant fonction de cognomen, CIL VIII, 826 ; González Bordas 2015a, p. 271  (...)

20F. Ximenez avait déjà transcrit une inscription avec une variante de Nampamo, à Henchir Bou Cha (Municipium Aurelium C[ommodianum ?]…), en 1724 lors de sa troisième excursion33, mais il ne pouvait pas s’en souvenir.

  • 34 Nous sommes d’accord avec les rédacteurs du CIL sur le fait que Th. Shaw (1694-1751), chapelain et (...)

21Nous nous attarderons par la suite sur les lectures de F. Ximenez, négligées également par le CIL, des inscriptions publiées. Seuls J.-A. Peyssonnel et F. Ximenez ont témoigné directement de CIL VIII, 520034. Le premier la place dans le site antique, sur le continent. En revanche, F. Ximenez indique qu’il l’a vue sur le château, donc dans l’île.

  • 35 CIL III, 3110 ; pour le masculin Gemelius : CIL X, 7103 et AE 1978, 582.

22On observe deux variantes pour la lecture de l’épitaphe : le cognomen de la défunte, Gemista pour J.-A. Peyssonnel, reste un hapax. F. Ximenez semble lire Gemelia, variante déjà attestée35 du très fréquent Gemella. On constate aussi des variantes de lecture dans l’âge de la défunte. La lecture de F. Ximenez semble préférable, car, d’après la mention qu’il fait de la localisation, on déduit qu’il a bien lu la pierre, alors que J.-A. Peyssonnel se limite à précéder ses transcriptions de la mention « Épitaphes ». Deuxièmement, l’onomastique proposée par F. Ximenez est plus attendue. Il faudra donc également préférer la version de F. Ximenez pour l’âge de la défunte (lignes 4 et 5) : uix(it) · ann(os) · XXXV · | mens(es) · VI · h(oras) · X.

  • 36 Voir CIL VIII, 17351.
  • 37 CIL VIII, p. XXV.

23CIL VIII, 5203, dont on connaissait seulement la lecture de J.-A. Peyssonnel (fig. 4), a été associée, dans les Additamenta, à CIL VIII, 10837, dont le relevé a été fait par Ch. Tissot (fig. 5). Or, les deux inscriptions diffèrent notamment par l’onomastique (ce qui est explicable par la paléographie), mais aussi par la fin du texte. S’agit-il de la même inscription36 ? Les rédacteurs du CIL tiennent la copie de J.-A. Peyssonnel comme une version altérée du texte authentique donné par Ch. Tissot, et nous nous rangeons à leur avis ; Arcina, nom proposé par J.-A. Peyssonnel, est un hapax et suspect aussi pour cela ; en effet, ce ne serait pas la seule fois que cet auteur transcrit une épigraphe de façon négligente37.

Fig. 4 : Transcription de J.-A. Peyssonnel de CIL VIII, 5203

Fig. 4 : Transcription de J.-A. Peyssonnel de CIL VIII, 5203

Détail extrait de Dureau de la Malle 1838, p. 261.

Fig. 5 : Fiche CIL VIII, 10837.

Fig. 5 : Fiche CIL VIII, 10837.
  • 38 Rebora 1884, p. 127 ; Baratte et alii 2014, p. 22 (Tabarka 2).
  • 39 Baratte et alii 2014, p. 25 (Tabarka 3).

24Il est sûr que la transcription présentée par F. Ximenez (fig. 2) correspond à l’inscription lue par Ch. Tissot un siècle et demi plus tard. Ayant révisé la correspondance au centre CIL, nous avons constaté que, malheureusement, Ch. Tissot ne décrit pas l’état de conservation du monument ni du champ épigraphique, ce qui aurait contribué à comprendre la lecture de F. Ximenez. Dans le supplément du CIL, J. Schmidt fusionne les deux inscriptions dans CIL VIII, 17351 (fig. 6) et restitue dans la version de Ch. Tissot deux parties perdues du texte. Nous découvrons maintenant que F. Ximenez avait vu précisément ces parties : ligne 5 [pi]A est à remplacer par pia et ligne 5 [ann(os)] est à remplacer par ann(os). Mis à part la confirmation de ces restitutions, la lecture de F. Ximenez ajoute deux éléments de l’âge du défunt dans la ligne 5 : m(enses) V (quinque) d(ies) I (unum). Pour l’emplacement, Ch. Tissot dit « près de la Klisia ». Si F. Ximenez a trouvé les deux inscriptions du continent l’une à côté de l’autre – ce qu’il ne précise pas –, ceci pourrait être un indice pour mieux situer la provenance de la troisième inscription inédite. Sans en être sûr, nous imaginons que le toponyme « Klisia » fait référence à l’ancienne église38 et non pas à la chapelle dite des martyrs fouillée au début du xxe s.39, raison pour laquelle, avec beaucoup de prudence, nous les avons placées au sud dans la carte (fig. 3).

Fig. 6 : Fiche CIL VIII, 17351.

Fig. 6 : Fiche CIL VIII, 17351.

4. Un peu d’historiographie : pourquoi ces inscriptions n’ont-elles pas été publiées par G. Wilmanns et Th. Mommsen dans le CIL ?

25Ces inscriptions apparaissent dans le journal de F. Ximenez, mais on ne trouve nulle trace de celles-ci dans ses autres ouvrages, alors qu’il présente dans l’Historia 98 % des inscriptions du Diario. Pour connaître les causes de cette omission, il faut comprendre comment F. Ximenez a conçu son Historia.

  • 40 González Bordas 2015a, p. 787 ; Historia vol. XII, fol. 255vº.
  • 41 Duval 1965, dépliant en fin d’article.

26Cet ouvrage est structuré en chapitres divisés géographiquement. Chaque chapitre commence par une introduction où F. Ximenez décrit, de façon sommaire, les sites dont il présentera par la suite des inscriptions avec des commentaires historiques. Les informations dont il se sert pour ces chapitres sont tirées pour la plupart de son propre journal, le Diario. Il utilise aussi des récits d’autrui, non seulement pour les sites qu’il n’a jamais visités (par exemple, dans son chapitre sur Gafsa et sa région, il emprunte au récit de Joseph de Sepulveda40), mais aussi pour certains sites où il s’est pourtant lui-même rendu. Il y a cinquante ans, N. Duval l’a relevé pour les récits ximénéziens concernant Sbeïtla41 : dans ce cas, les descriptions apparaissant dans l’Historia sont bien différentes de celles du Diario. Nous trouvons-nous, pour le récit de Tabarka, dans le même cas de figure ?

  • 42 “Capitulo XIII. De la Ysla de Tabarca”. vol. XII, fol. 235rº- 238vº.
  • 43 Lettre Dixième. A monsieur l’abbé Bignon… datée du 28 novembre 1724. Dureau de la Malle 1838, p. 2 (...)
  • 44 Voir Annexe. Les gallicismes dans la description de F. Ximenez « anciana Tabraca » au lieu de « an (...)
  • 45 Celui-ci en avait copié quatre : CIL VIII, 5198, 5199, 5200 et 5203.
  • 46 Pour les récits d’autres sites comme Dougga, Ksar Menara ou Aïn Tounga, qu’il a aussi visités, F.  (...)

27Dans son Diario, F. Ximenez transcrit cinq inscriptions de Tabarka. Le chapitre concernant ce site dans l’Historia42 ne contient ni les transcriptions de ces inscriptions ni la description du site présente dans le Diario. Au lieu de cela, il commence par la traduction de la Lettre Dixième de J.-A. Peyssonnel, qui s’y était rendu six ans auparavant, en novembre 172443. À la fin de cette partie du chapitre, où F. Ximenez fait une description de la ville ancienne de Thabraka, entièrement dépendante de J.-A. Peyssonnel44, il ajoute deux transcriptions d’inscriptions effectuées par le Français45 et néglige celles qu’il avait lui-même copiées. Dans le cas de Sbeïtla, pour l’Historia, tout en puisant au récit de J.-A. Peyssonnel, F. Ximenez se sert tout de même des informations tirées de son propre journal46.

28Dans le chapitre de l’Historia sur Tabarka on retrouve uniquement les informations fournies par J.-A. Peyssonnel. En raison de l’absence de toute information contenue dans le Diario, y compris les transcriptions d’épigraphes latines, l’explication la plus probable est que F. Ximenez avait écrit le chapitre sur Tabarka dans l’Historia avant la fin de l’année 1730, c’est-à-dire, avant d’être passé sur les lieux.

  • 47 Il se chargea de terminer le volume à cause du décès de G. Wilmanns.

29Nous avons constaté l’absence de ces inscriptions dans l’Historia et nous en avons vu les raisons. Néanmoins, cela n’explique pas l’omission de ces inscriptions dans le huitième volume du CIL. Les rédacteurs se sont servis de l’Historia, mais aussi du Diario. Theodor Mommsen47 consigne dans l’Auctorum Recensus :

  • 48 Anciennes cotes de la Real Academia de la Historia.
  • 49 Il faut très probablement reculer la date à 1727. Bien que nous n’ayons pas de preuves définitives (...)
  • 50 En vérité l’Historia de los Cartagineses n’est qu’un volume qui complète l’Historia et ne reprend (...)

(p. XXIV) Exhibent eas (id est inscriptiones) commentarii ipsius Diario de Tunez seruati duobus uoluminibus Matritini bibliotheca academiae historiae E. 198. 19948 ; easdem deinde repetivit tam in opere historia del regno de Tunez coepto a. 173049 quam in altero historia de los Cartagineses absoluto a. 173250 servatis in eadem bibliotheca, ubi codices hos nostra causa excussit Aemilius Huebner.

30En effet, ce fut Emil Hübner qui, basé en Espagne, envoyait les informations tirées du manuscrit de F. Ximenez à Gustav Wilmanns. La dernière page du Diario de F. Ximenez dont ils se sont servis est le folio 66vº du deuxième volume (notre vol. VII), pour l’inscription de Grich el Oued, CIL VIII, 1268. Dans ce volume, on ne trouve plus d’inscriptions jusqu’au folio 218vº (CIL VIII, 10115, inscription de Bizerte). Nous croyons que E. Hübner a négligé la fin du deuxième volume du Diario de F. Ximenez, ou qu’il l’a trop rapidement parcouru après le folio 66vº. Habitué à un manuscrit assez riche en inscriptions et n’en voyant pas par la suite, il n’est pas arrivé jusqu’au folio 218vº. La rareté des inscriptions dans le manuscrit après le folio 66vº s’explique par le fait que, entre 1728 et 1735, F. Ximenez n’est parti qu’une seule fois en excursion. Les rédacteurs du CIL ont ainsi négligé la partie du Diario concernant la douzième et dernière excursion, celle de Tabarka.

31Par conséquent, pour le présent site, ils ont omis cinq copies d’inscriptions puisque, comme nous l’avons expliqué, F. Ximenez a oublié de les reprendre (ou plutôt de les ajouter) dans l’Historia. De ces cinq inscriptions, deux sont communes à lui et à J.-A. Peyssonnel. Il s’agit de CIL VIII, 5200 et 5203. Les trois autres étaient restées inédites jusqu’au présent travail.

5. Conclusions

32La relecture du journal de F. Ximenez a permis de découvrir, concernant le site de Tabarka, trois nouvelles épitaphes. Elles mentionnent une femme, dont l’onomastique n’est pas certaine, et deux hommes : le premier adscrit à la tribu propre à Tabarka, l’Arnensis ; le deuxième affichant une onomastique intéressante avec un cognomen de claire origine indigène et avec le nomen abrégé. F. Ximenez a découvert les deux premières inscriptions dans le château génois ou bien servant à celui-ci comme matériau de remploi, tandis que la troisième gisait parmi des ruines de la ville romaine. La lecture des deux autres épitaphes, déjà connues grâce à J.-A. Peyssonnel et à Ch. Tissot, mais perdues, a été complétée sur certains points.

33E. Hübner, correspondant en Espagne de G. Wilmanns et de Th. Mommsen, rédacteurs du volume VIII du CIL, n’a pas vu la partie concernant l’excursion à Tabarka dans le journal de F. Ximenez. De plus, E. Hübner ne pouvait pas non plus retrouver les inscriptions de F. Ximenez dans l’Historia, car ce dernier avait écrit le chapitre de cet ouvrage sur Tabarka avant de visiter le site, à partir des informations contenues dans le récit de J.-A. Peyssonnel. Pour ces raisons, ces trois inscriptions sont restées inédites et les autres informations de son journal n’ont pas été exploitées jusqu’à nos jours.

Haut de page

Bibliographie

L’Africa romana XIII 2000, Khanoussi A., Ruggeri P., Vismara C. (éd.), L’Africa romana, Atti del XIII Convegno di studio, Djerba, 10-13 dicembre 1998, Roma (Pubblicazioni del Centro di Studi Interdisciplinari sulle Province Romane dell’Università degli Studi di Sassari 6).

Álvarez Dopico C.I. 2011, « La Colonia Trinitaria de Francisco Ximénez : une source pour la Relation du médecin marseillais J.-A. Peyssonnel », dans S. Boubaker, C.I. Álvarez Dopico (éd.), Empreintes espagnoles dans l’histoire tunisienne, Gijón (Bibliotheca Arabo-Romanica et Islamica 6), p. 105-168.

Álvarez Dopico C.I. 2013, « La religiosité au quotidien : la captivité à Tunis à travers les écrits de fray Francisco Ximénez (1720-1735) », Cahiers de la Méditerranée 87, p. 319-334.

Álvarez Dopico C.I. 2015, « The Catholic Consecration of an Islamic House. The St John de Matha Trinitarian Hospital in Tunis », dans M. Gharipour (éd.), Sacred Precincts. The Religious Architecture of Non-Muslim Communities Across the Islamic World, Leiden, Boston (Arts and archaeology of the Islamic world 3), p. 291-307.

Aounallah S., Maurin L. 2008, « Pagus et civitas Siviritani, une nouvelle “commune double” dans la pertica de Carthage », ZPE 167, p. 227-250.

Asunción A. de la 1898, Diccionario de los Escritores Trinitarios de España y Portugal, Roma.

Bahri R.Y. 2009, « Les morisques en Tunisie un siècle après leur arrivée », dans G. Caro, V. Fanjul Marlé (éd.), Cartas de La Goleta : Actes du colloque international “Les morisques et la Tunisie. Expulsion, arrivée, impact et héritage”. Beit el Hikma Carthage-Hannibal 13-15 novembre 2008, Tunis, p. 157-176.

Baratte F. et alii 2014, Baratte F., Bejaoui F., Duval N., Berraho S., Gui I., Jacquest H., 2014, Basiliques chrétiennes d’Afrique du Nord, II. Inventaire des monuments de la Tunisie, Bordeaux (Mémoires 38).

Benz F.L. 1972, Personal Names in the Phoenician and Punic Inscriptions. A Catalog, Grammatical Study and Glossary of Elements, Rome (Studia Pohl 8).

Dondin-Payre M. 2011a, « Introduction », dans Noms de personnes 2011, p. 13-36.

Dondin-Payre M. 2011b, « La diffusion des processus d’adaptation onomastique : comparaison entre les Gaules et l’Afrique », dans Noms de personnes 2011, p. 177-196.

Dureau de la Malle A. 1838, Peyssonnel et Desfontaines. Voyages dans les régences de Tunis et d’Alger, Paris.

Duval N. 1965, « La solution d’une énigme : les voyageurs Peyssonnel et Giménez à Sbeitla en 1724 », BSAF, p. 94-135.

Fantar M. 1974, « Téboursouk, stèles anépigraphes et stèles à inscriptions néopuniques », Mémoires présentés par divers savants à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 16, p. 378-431.

González Bordas H. 2015a, Les inscriptions latines de la Régence de Tunis à travers le témoignage de F. Ximenez, Thèse inédite soutenue le 29 avril 2015 à l’Université de Bordeaux Montaigne.

González Bordas H. 2015b, « La lecture aberrante d’une inscription à Kasserine (Tunisie). Prospérité et chute d’une création par erreur », dans M. Métayer, F. Trahais (éd.), Erreur et création, Bordeaux (Essais 8), p. 25-46.

González Bordas H. (à paraître), « Francisco Ximenez et le traitement des inscriptions latines », dans C.I. Álvarez Dopico (éd.), El trinitario Fray Francisco Ximénez en Túnez. De los estudios clásicos y orientales en la España dieciochista, Madrid (MCV).

Jongeling K. 1994, North-African Names from Latin Sources, Leiden (CNWS Publications 21).

Khanoussi M., Maurin L. (dir.) 2002, Mourir à Dougga. Recueil des inscriptions funéraires, Bordeaux, Tunis (Ausonius Mémoires 8).

Lassère J.-M. 1973, « Recherches sur la chronologie des épitaphes païennes de l’Africa », AntAfr 7, p. 7-151.

Longerstay M. 2008, « De Thabraca à Tabarka », dans Ph. Gourdin (éd.), Tabarka, histoire et archéologie d’un préside espagnol et d’un comptoir génois en terre africaine (XVe-XVIIIe s.), Tunis, Rome (CÉFR 401), p. 77-93.

López-Baralt L. 1995, « Noticia de un nuevo hallazgo : un códice adicional del Kama Sutra español en la biblioteca de Palacio de Madrid (ms. 1767) », Sharq al-Andalus 12, p. 549-559.

Monchicourt Ch. 1916, « Le voyageur Peyssonnel de Kairouan au Kef et à Dougga (Août 1724) », Revue Tunisienne 23, p. 266-277 et 356-364.

Noms de personnes 2011, Dondin-Payre M. (dir.), Les noms de personnes dans l’Empire romain. Transformations, adaptation, évolution, Bordeaux (Scripta Antiqua 36).

Ould Cadi Montebourg L. 2006, Alger, une cité turque au temps de l’esclavage à travers le Journal d’Alger du père Ximénez, 1718‑1720, Montpellier (Espagne Médiévale et moderne 9).

Poinssot L. 1903, « Les ruines de Thugga et de Thignica au XVIIe siècle », Mémoire de la société nationale des antiquaires de France LXII, p. 145-184.

Rebora L. 1884, « Tabarca (Thabraca). Ruines, mosaïques, inscriptions inédites », Bulletin trimestriel des antiquités africaines, p. 122-134.

Salomies O. 1987, Die römischen Vornamen. Studien zur römischen Namengebung, Helsinki (Commentantiones Humanarum Litterarum 82).

Shaw Th. 1738, Travels, or Observations relating to Several Parts of Barbary and the Levant, Oxford.

Vattioni F. 1979, « Per una ricerca sull’antroponimia fenicio-punica », StudMagr 11, p. 43-123.

Vol. VI, Ximenez F., Diario de Tunez, cote 9-6013, Biblioteca de la Real Academia de la Historia.

Vol. VII, Ximenez F., Diario de Tunez, cote 9-6014, Biblioteca de la Real Academia de la Historia.

Vol. XII, Ximenez F., Historia del Reyno de Tunez, cote 9-6019, Biblioteca de la Real Academia de la Historia.

Haut de page

Annexe

Description de Tabarka par F. Ximenez (Historia) (Vol. XII, fol. 236vº)

“Enfrente de esta Ysla como llevo dicho estan las ruinas de la anciana Tabraca, ciudad episcopal de la Provincia Proconsular entre Hippona y Utica. Estava situada al pie de una montaña, parte sobre la ribera del rio Guadi Barber, que riega una bella llanura, y parte sobre la caida de la montaña mui escabrossa de la parte del nordest, por donde ella reguarda el mar. Se hallan quantidad de desbaratos de viejos edificios, que parezen aver sido considerables, y aver servido a una ciudad mui grande. Se miran bellas cisternas y muchas bobedas enterradas. Entre estas ruinas an conservado y fabricado los turcos una especie de fuerte, que llaman Borche.”

« En face de cette île, comme j’ai déjà dit, se trouvent les ruines de l’ancienne Tabraca, ville épiscopale de la Province Proconsulaire entre Hippone et Utique. Elle était située au pied d’une montagne, en partie sur la rive du fleuve Guadi Barbera, qui arrose une belle plaine et en partie sur le penchant de la montagne, très scabreuse du côté du nord-est, par où elle regarde la mer. On y trouve quantité de débris de vieux édifices, qui paraissent avoir été considérables et avoir servi à une grande ville. On y observe de belles citernes et beaucoup de voûtes enterrées. Parmi ces ruines les Turcs ont conservé et fabriqué une espèce de fort, qu’on appelle Borche. »

Description de Tabarka par J.-A. Peyssonnel (Lettres, p. 260)

« Nous trouvâmes ensuite les ruines de l’ancienne Tabraca, qui était située au pied d’une montagne, partie le long de la rivière qui arrose une belle plaine, et partie sur le penchant de la montagne, assez scabreuse du côté du nord-est, par où elle regarde la mer. On y trouve quantité de débris d’édifices qui paraissent avoir été assez considérables et avoir fait partie d’une grande ville. On voit de belles citernes, beaucoup de voûtes enterrées et quelques pierres écrites : j’en ai copié quelques-unes. Parmi ces masures, les Turcs ont conservé et fabriqué une espèce de fort qu’on appelle Bourge. »

Haut de page

Notes

1 Pour un aperçu général sur ce sujet voir l’ensemble du volume XIII de L’Africa romana. Concernant en particulier les apports de Thomas d’Arcos, voir Poinssot 1903 ; pour ceux de F. Ximenez, voir la note suivante.

2 Voir Monchicourt 1916 ; Duval 1965 et surtout González Bordas 2015a ; 2015b ; à paraître.

3 La bibliographie sur la vie de F. Ximenez, surtout pour la période africaine, a connu une augmentation considérable au xxie s. grâce à la thèse de L. Ould Cadi Montebourg (2006, p. 19-42), à la nôtre (González Bordas 2015a, p. 23-54) et à la journée d’étude organisée par C.I. Álvarez Dopico en janvier 2014 (El trinitario Fray Francisco Ximenez en Túnez. De los estudios clásicos y orientales en la España dieciochista) qui sera publiée prochainement dans les Mélanges de la Casa de Velázquez. Même s’ils sont moins exhaustifs sur ce sujet, nous pouvons néanmoins mentionner les articles de R. Y. Bahri (2009, p. 158-159), de C.I. Álvarez Dopico (2011, p. 116 ; 2013, p. 320 ; 2015, p. 294) et le nôtre (González Bordas 2015b, p. 26). On peut également mentionner les travaux antérieurs de A. de la Asunción (1898, p. 442-443) et L. López Baralt (1995, p. 558).

4 La plus grande partie de l’œuvre de F. Ximenez (dix-huit volumes) est conservée sous forme manuscrite à Madrid, à la Real Academia de la Historia. Le Diario de Tunez constitue les volumes VI et VII qui sont cotés 09-6013 et 09-6014. Cet ouvrage sera dorénavant cité : vol. VI et vol. VII.

5 Voir González Bordas 2015a, p. 73-77 ; à paraître. F. Ximenez a également rédigé d’autres ouvrages de moindre importance contenant des inscriptions comme le recueil de Velázquez de Velasco ou la syllogé de Nîmes dont une édition critique est en cours.

6 Le récit de cette excursion est précédé de l’en-tête « Viage a Biserta, Cabo Negro, Tabarca y La Cala » (Vol. VII, fol. 218rº).

7 El Kala (Algérie).

8 Vol. VII, fol. 228vº - 229vº.

9 Vol. VII, fol. 224vº, 225rº, 230rº etvº, 231rº et surtout 232vº.

10 Entre le xvie s. et 1742, la famille génoise des Lomellini eut la concession de l’île pour la pêche et le commerce du corail.

11 Médecin et naturaliste marseillais, J.-A. Peyssonnel (1694-1759) séjourna dans la Régence de Tunis de mai 1724 jusqu’à la fin de l’année 1725. Nous possédons actuellement deux ouvrages de sa main sur son voyage dans cette régence : les Lettres, rédigées pendant son séjour et éditées en 1838 par Adolphe Dureau de la Malle, ainsi que la Relation d’un voyage dans le royaume de Tunis et d’Alger par ordre du Roy en 1724, inédite, trouvée à Avignon au début du xxe siècle.

12 Dureau de la Malle 1838, p. 265.

13 Cognomen retrouvé aussi dans CIL III, 13698 et dans CIL IV, 8124 ; ou bien Laena, dans CIL VI, 1598.

14 Ou an(nis). Même âge qu’un autre défunt de Tabarka : CIL VIII, 17357 M(arcus ?) · Ani/onis · D/abaris · f(ilius) Vt(h)ine(n)s(is) · u(ixit) / a(nnos) LV.

15 CIL VIII, 4410 en Numidie, CIL VIII, 8689 et AE 1992, 1928 en Césarienne.

16 Dondin-Payre 2011b, p. 181-182.

17 Il faudrait admettre ici que la deuxième et la troisième interpunctions de la ligne sont issues de l’imagination de F. Ximenez. Pour le cognomen – dont il aurait seulement transcrit la moitié des lettres –, si les variantes avec G sont bien connues (Vattioni 1979, p. 97-99), celles qui sont notées avec l’occlusive sourde le sont moins : Namcidde en Numidie (CIL VIII, 6529) ; Namcid en Proconsulaire (ILAlg I, 125, s’il s’agit bien d’un nom féminin) ainsi que sa variante masculine Namcido (AE 1964, 176) et encore une Nancetdin (Khanoussi, Maurin 2002, nº 870). Namchel est une autre possibilité, mais il s’agit d’un hapax (CIL VIII, 11988).

18 En effet, il nous semble un procédé dangereux d’imputer des erreurs de lecture aux antiquaires de façon systématique lorsque les textes transmis par eux ne s’adaptent pas à nos attentes.

19 Lassère 1973, p. 7-151, (passim et en particulier p. 120-121). Pour la possibilité d’avancer ce terminus post quem à l’époque flavienne ibid. p. 36-37.

20 En Numidie, à Meghalsa : IlAlg II, 3, 7517 ; en Proconsulaire, à Vchi Maius : AE 2006, 1705 et à Thibiccae : AE 1995, 1653.

21 CIL VIII, 17337 ; ILAfr, 603, 12 et ILAfr, 603, 32. Voir aussi Longerstay 2008, p. 82.

22 Iambaria (ILTun 1356 et AE 1946, 114) ; Iamascai (ILAlg I, 1635) ; Iamo (au nominatif et au génitif AE 1964, 176) Iamakaris AE 1991, 1699 ; Iamcar (CIL VIII, 8988) ; Iamgur (CIL VIII, 7753) ; Iamlicus (CIL VIII, 3332).

23 Il est difficile de comprendre les raisons d’une telle déduction. F. Ximenez a-t-il lu AVG sur un fragment d’inscription ? Il arrive à des conclusions similaires pour l’inscription CIL VIII, 1439 de Téboursouk (Vol. VI, fol. 92vº).

24 Voir dans Longerstay 2008, p. 84 la carte de ces ruines.

25 K. Jongeling (1994, p. X) propose toutes les variantes retrouvées dans les sources latines ; la plupart contiennent ph ou f au lieu du simple p

26 Jongeling 1994, p. X ; Dondin-Payre 2011a, p. 20 ; Augustin d’Hippone (Epist. 17,2) en donne même une définition : Namphamo quid alius significat quam boni pedis hominem ?

Pour K. Jongeling (1994, p. X) et F.L. Benz (1972, p. 362 et 393) il faut voir dans ce nom des éléments évoquant des divinités.

27 Voir Khanoussi, Maurin 2002, p. 692. Dans la plupart des occurrences, il fait fonction de cognomen, mais on le trouve aussi comme nom unique.

28 Quant à la possibilité qu’il s’agisse d’une formule onomastique sans cognomen, c’est-à-dire : praenomen + nomen, avec un développement possible C(aius) Namp[h]amo[nius], elle se heurte à deux difficultés. La première est que le nomen *Namp(h)amonius serait un hapax ; la deuxième est la datation, qui, a priori, est trop tardive pour une telle formule onomastique. En effet, selon O. Salomies (1987, p. 350-353), la plupart des témoignages d’individus de la plebs sans cognomen est datable de l’époque julio-claudienne. Néanmoins, l’existence de citoyens sans cognomen à toutes les époques jusqu’à Maximinus est rare mais attestée (CIL VIII, 22624 et AE 1937, 45). O. Salomies affirme toutefois que les exemples postérieurs à l’époque flavienne n’ont pas de rapport avec ceux de la période républicaine et d’époque julio-claudienne (1987, p. 353 ; cf. Aounallah, Maurin 2008, p. 229-230 au sujet des nomina unica devenant des gentilices).

29 Voir toutefois Aounallah, Maurin 2008, p. 230 : « Il semble ainsi que la population pérégrine de l’ancien domaine de Carthage n’ait pas hésité à introduire, à l’occasion, dans son répertoire onomastique, outre des surnoms latins, des prénoms et des noms gentilices romains, sans se soucier des règles de la dénomination romaine, ou plutôt en ayant le souci de ne point paraître usurper la citoyenneté romaine ». Pour les exemples, voir Fantar 1974, p. 28-35.

30 Dondin-Payre 2011a, p. 25.

31 Trois Cornelii : CIL VIII, 17344 ; ILAfr 603, 11 et 603, 12 ; deux Cassii : CIL VIII, 17329 et 17342 ; deux Cesii : ILAfr 603, 8 et 9 ; une Caesonia : CIL VIII, 17340 ; une Canisia : CIL VIII, 17341 ; un Clodius : CIL VIII, 17343 et, en dernier lieu, le Ceius de l’inscription inédite présentée supra.

32 CIL VIII, 27083.

33 Il s’agit de Namphamo faisant fonction de cognomen, CIL VIII, 826 ; González Bordas 2015a, p. 271 ; vol. VI, fol. 111vº.

34 Nous sommes d’accord avec les rédacteurs du CIL sur le fait que Th. Shaw (1694-1751), chapelain et voyageur anglais, tire sa transcription de J.-A. Peyssonnel dans Shaw 1738, p. 99.

35 CIL III, 3110 ; pour le masculin Gemelius : CIL X, 7103 et AE 1978, 582.

36 Voir CIL VIII, 17351.

37 CIL VIII, p. XXV.

38 Rebora 1884, p. 127 ; Baratte et alii 2014, p. 22 (Tabarka 2).

39 Baratte et alii 2014, p. 25 (Tabarka 3).

40 González Bordas 2015a, p. 787 ; Historia vol. XII, fol. 255vº.

41 Duval 1965, dépliant en fin d’article.

42 “Capitulo XIII. De la Ysla de Tabarca”. vol. XII, fol. 235rº- 238vº.

43 Lettre Dixième. A monsieur l’abbé Bignon… datée du 28 novembre 1724. Dureau de la Malle 1838, p. 231-266.

44 Voir Annexe. Les gallicismes dans la description de F. Ximenez « anciana Tabraca » au lieu de « antigua » (l. 1) ou « reguarda el mar » au lieu de « mira hacia el mar » (l. 4) sont particulièrement révélateurs. Le seul ajout est l’hydronyme « Guadi Barber », peut-être à la suite d’un renseignement oral donné par J.-A. Peyssonnel ou par quelqu’un d’autre.

45 Celui-ci en avait copié quatre : CIL VIII, 5198, 5199, 5200 et 5203.

46 Pour les récits d’autres sites comme Dougga, Ksar Menara ou Aïn Tounga, qu’il a aussi visités, F. Ximenez propose des chapitres qui se structurent en partant de la traduction en espagnol des descriptions présentes dans les Lettres de J.-A. Peyssonnel auxquelles il ajoute des descriptions et des inscriptions du récit du Diario : González Bordas 2015a, p. 333-335, 474-480, 738-739. Cette thèse présente des études approfondies des récits sur ces sites et de cette pratique ximénézienne.

47 Il se chargea de terminer le volume à cause du décès de G. Wilmanns.

48 Anciennes cotes de la Real Academia de la Historia.

49 Il faut très probablement reculer la date à 1727. Bien que nous n’ayons pas de preuves définitives pour cette date, Thomas Shaw lit l’Historia del Reyno de Tunez en 1729 (González Bordas 2015a, p. 76-77).

50 En vérité l’Historia de los Cartagineses n’est qu’un volume qui complète l’Historia et ne reprend que quelques inscriptions.

a Il s’agit sans doute de l’oued el Kebir aussi appelé oued el Omor ; nous ignorons la provenance de l’hydronyme ximénézien.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Détail du vol. VII, fol. 222vº contenant la transcription de CIL VIII, 5200 et des deux premières inscriptions inédites
Crédits Real Academia de la Historia ©.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/569/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 2 : Détail de vol. VII, fol. 223rº contenant la transcription de CIL VIII, 5203 et de la troisième inscription inédite
Crédits Real Academia de la Historia ©.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/569/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 3 : Tabarka et son île à l’époque de F. Ximenez. Lieux de provenance des inscriptions
Crédits Source : N. Pexoto.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/569/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 4 : Transcription de J.-A. Peyssonnel de CIL VIII, 5203
Crédits Détail extrait de Dureau de la Malle 1838, p. 261.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/569/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Fig. 5 : Fiche CIL VIII, 10837.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/569/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 6 : Fiche CIL VIII, 17351.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/569/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hernán González Bordas, « Relire les manuscrits : nouveautés épigraphiques de Tabarka (Tunisie) dans le journal de Francisco Ximenez »Antiquités africaines, 53 | 2017, 53-61.

Référence électronique

Hernán González Bordas, « Relire les manuscrits : nouveautés épigraphiques de Tabarka (Tunisie) dans le journal de Francisco Ximenez »Antiquités africaines [En ligne], 53 | 2017, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 13 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/antafr/569 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.569

Haut de page

Auteur

Hernán González Bordas

AUSONIUS – UMR 5607. Courriel : hernancrisci[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search