Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53Dossier « À l’origine des amphore...Les amphores africaines dans la r...

Dossier « À l’origine des amphores romaines d’Afrique, III »

Les amphores africaines dans la région toulousaine aux iie et ier s. av. n. è.

Laurence Benquet et Claudio Capelli
p. 193-206

Résumés

Cet article présente une synthèse sur les amphores d’origine africaine identifiées dans la région toulousaine à la fin de l’âge du Fer. Grâce aux découvertes récentes faites lors de fouilles préventives, un schéma chronologique d’évolution quantitatif de ces importations est proposé. Des analyses pétrographiques complètent cette étude.

Haut de page

Texte intégral

1La présence d’amphores africaines à la fin de l’âge du Fer sur les sites de la région toulousaine est régulière, à défaut d’être abondante. Parmi la masse des importations de vin produit sur les côtes de l’Italie tyrrhénienne, les denrées provenant d’Afrique sont difficilement visibles et ne représentent en moyenne que 0,7 % du nombre d’amphores inventoriées durant les deux derniers siècles de notre ère (tabl. 1). Toutefois, leur représentativité est extrêmement variable selon le type d’étude effectué : une vision générale de la masse des tessons par phase chronologique d’occupation ou bien une vision plus macroscopique par ensemble clos.

Tabl. 1 : Région toulousaine. Évolution des importations d’amphores africaines par rapport à la masse globale des amphores découvertes par période chronologique

Période 1

Période 2

Période 3

Période 4

Période 5

NMI Amph

 % A-AFR

NMI Amph

 % A-AFR

NMI Amph

 % A-AFR

NMI Amph

 % A-AFR

NMI Amph

 % A-AFR

VT- 5 ch. La Planho

54

-

255

1

556

0,8

1238

0,6

551

0,3

Tlse - 105 rue St-Roch

201

0,5

127

2,4

511

2,4

-

-

-

-

  • 1 Voir Loughton, Alberghi 2015 à propos des amphores africaines découvertes sur le plus vaste chanti (...)
  • 2 Le découpage chronologique proposé repose sur les nombreuses études de mobilier découvert en conte (...)
  • 3 Pour les fouilles menées par la Direction des Antiquités Historiques, se référer à Benquet 2013 ; (...)

2Une première étude de ces importations a été présentée pour le site de la caserne Niel1. Nous proposons dans cet article une synthèse plus globale, à l’échelle de l’ensemble de la région toulousaine, sur le mobilier des fouilles anciennes, essentiellement conduites par Michel Vidal, de la Direction des Antiquités Historiques, entre les années 1960 et 1980 dans le quartier de la caserne Niel et sur l’oppidum de Vieille-Toulouse, ainsi que sur le matériel provenant des fouilles préventives récentes de l’INRAP2 sur ces mêmes emplacements et, enfin, sur des établissements ruraux périphériques. Il s’agit des sites suivants (avec, entre crochets, les codes utilisés dans les fig. 1, 3, 4, 8, tabl. 4, 7)3 :

  • Toulouse, rue du Férétra, fouille de la Direction des Antiquités Historiques, structure isolée [ = Tlse Férétra] ;
  • Toulouse, rue des Casernes, fouille de la Direction des Antiquités Historiques, structure isolée [ = Tlse Niel] ;
  • Toulouse, 105 rue Saint-Roch, fouille INRAP 2007 de type urbain stratifié [ = Tlse 105 TSR] ;
  • Vieille-Toulouse, fouille de la Direction des Antiquités Historiques 1978-1979, fosse isolée et habitat ( ?) [ = VT78, VT79] ;
  • Vieille-Toulouse, 5 chemin La Planho, fouille INRAP 2007 de type urbain stratifié [ = VT07 LP] ;
  • Vieille-Toulouse, 3 chemin de Ventenac, fouille INRAP 2014 de type urbain stratifié [ = VT14] ;
  • Blagnac, ZAC Andromède, fouille INRAP 2008-2009 de type rural, enclos fossoyé [ = BLG09].
  • 4 Capelli, Contino 2013.
  • 5 Se reporter principalement à Pascual Berlanga, Ribera i Lacomba 2002, repris dans Loughton, Alberg (...)

3Depuis les études récentes sur l’origine géographique des amphores traditionnellement nommées « Tripolitaines anciennes »4, nous avons adopté l’appellation plus générique d’« Africaines anciennes ». Les études pétrographiques démontrent une nouvelle fois l’absence des productions de Tripolitaine au profit des régions septentrionales de la Tunisie, principalement. Nous ne reviendrons pas sur l’historique de l’identification de ces amphores5 mais nous aborderons les aspects typo-chronologiques, l’évolution des importations et les modalités de consommation dans la région toulousaine durant un siècle et demi.

1. Les premières amphores africaines

  • 6 Loughton, Alberghi 2015.
  • 7 Benquet et alii 2013, p. 364-365.
  • 8 Jud et alii 2013, p. 372.

4Il est à noter que la dimension des surfaces explorées n’influe ni sur les critères de présence/absence, ni sur le nombre d’exemplaires recensés. Les quantités sont toujours très faibles. On relève des proportions sensiblement différentes d’amphores africaines au sein de la catégorie générale ‘amphore’ durant la seconde moitié du iie s. av. n. è. sur les deux fouilles préventives récentes menées au 105 de la rue Saint-Roch et dans la cour de la caserne Niel. Elles représentent respectivement près de 1,2 % de l’ensemble des amphores inventoriées pour une surface investie de 500 m² et près de 0,4 % pour une surface de 2,6 ha6. Il semble que la présence des importations africaines ne dépende pas de la fonction du site, habitat de type « résidentiel » pour le premier7 et secteur essentiellement artisanal pour le second8. Toutefois, bien qu’elles soient rares au iie s. av. n. è. sur l’oppidum de Vieille-Toulouse, on observe que les premières importations africaines ont été identifiées dans des contextes liés au travail du métal : fosses remplies de déchets métallurgiques (FS135) ou bien situés à proximité d’une forge (FO204).

1.1. Le milieu du iie s. av. n. è. (Période 1)

  • 9 Benquet et alii 2013.
  • 10 Benquet, Grizeaud 2009.
  • 11 Loughton, Alberghi 2015.
  • 12 Duphil 2017, p. 40, fig. 17.
  • 13 Alcantara et alii 2013.

5Les toutes premières importations africaines identifiées dans la région toulousaine apparaissent dès la période 1 (175/150-125 av. n. è.). Leur présence est perceptible dans le quartier Saint-Roch, mais toutes les interventions archéologiques menées dans le secteur de la caserne Niel n’en ont pas livré. Parmi les fouilles de sauvetage entreprises depuis les années 20009, seuls les chantiers situés au 105 de la rue Saint-Roch10 et la dernière opération de grande envergure autour de la caserne Niel11 ont livré quelques exemplaires ; l’oppidum de Vieille-Toulouse n’a, jusqu’à présent, fourni aucun élément pour cette fourchette chronologique. Sur le site du 105 rue Saint-Roch, les amphores africaines ne forment que 0,5 % du NMI des amphores pour cette période. Toutefois, des fragments ont été identifiés dans les premiers niveaux de sols et dans le comblement du premier fossé en compagnie d’amphores vinaires de type gréco-italique issus des ateliers des côtes tyrrhéniennes, jusqu’à former près de 5 % (tabl. 2). On note plus particulièrement la présence d’un col surmonté d’une lèvre triangulaire à face extérieure concave estampillé d’un cartouche rectangulaire contenant les lettres en relief C.HE (fig. 1, n° 1). La seule confrontation bibliographique provient d’une découverte récente effectuée lors d’une opération de diagnostic sur la commune de Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne) dans un contexte daté entre le milieu du iie s. et le début du ier s. av. n. è.12 Ce site est connu pour l’importance de son agglomération protohistorique puis gallo-romaine13.

Tabl. 2 : Région toulousaine. Présence des amphores africaines dans les structures de la période 1

Période 1

NR

NMI Amph

 % A-AFR

Tlse - 105 rue St-Roch

FO15

4512

194

1

Tlse - 105 rue St-Roch

SL C

235

21

4,8

Fig. 1 : Région toulousaine. Période 1. N° 1 : Africaine ancienne. Période 2. Nos 2 à 7 : Africaines anciennes

Fig. 1 : Région toulousaine. Période 1. N° 1 : Africaine ancienne. Période 2. Nos 2 à 7 : Africaines anciennes

Source : L. Benquet.

1.2. Le dernier quart du iie s. av. n. è. (Période 2)

  • 14 À Vieille-Toulouse, cette augmentation peut paraître exagérée mais, compte-tenu du contexte strati (...)

6Si la proportion des amphores africaines reste stable durant le dernier quart du iie s. av. n. è., autour de 0,5 % du total des amphores, les chiffres réels sont très supérieurs puisque les quantités d’amphores (en NMI) sont en nette augmentation – de 265 % sur le site de la rue Saint-Roch et de 500 % au 5 rue La Planho sur l’oppidum de Vieille-Toulouse14 (tabl. 3).

Tabl. 3 : Région toulousaine. Présence des amphores africaines dans les structures de la période 2

Période 2

NR

NMI Amph

 % A-AFR

Tlse - 105 rue St-Roch

PT73

1624

71

4,2

Vieille-Toulouse

FS135

305

4

50

Vieille-Toulouse

FO204

560

15

6,7

  • 15 Benquet, Grizeaud 2009, p. 662-667.

7Sur le premier site, on observe notamment leur présence dans le comblement primaire du puits PT7315 dans lequel les amphores africaines constituent 4,2 % du total des amphores contenues dans la structure. Sur l’oppidum de Vieille-Toulouse, les premiers fragments d’amphores africaines font leur apparition dans le comblement de plusieurs structures mais il s’agit souvent de tessons, à chaque fois en nombre limité, qu’il est difficile d’attribuer à une forme précise. Sur l’un ou l’autre des sites emblématiques de la région toulousaine, ces amphores sont accompagnées des traditionnels et omniprésents conteneurs vinaires des côtes tyrrhéniennes de l’Italie – gréco-italiques essentiellement, ainsi que les premières amphores ovoïdes, des productions de l’Adriatique de type Lamboglia 2 et de l’île de Rhodes.

8Du point de vue morphologique, les lèvres se situent dans la continuité des exemplaires de la période précédente. Le profil reste très triangulaire avec la face externe plus ou moins concave (fig. 1, nos 2 à 4), tandis que sur d’autres fragments l’ouverture commence à s’évaser et la lèvre devient divergente (fig. 1, nos 5 et 6). Ces deux profils de bords correspondent, au moins, à deux ateliers de production différents (tabl. 6, groupes 4 et 1.1) respectivement Utique (fig. 6, n° 6) et un autre situé plus largement dans la région nord-ouest de la Tunisie (fig. 6, n° 4). Les panses sont terminées par des petits fonds creux en forme de bouton (fig. 1, n° 7).

2. L’apogée des importations

9La première moitié du ier s. av. n. è. voit une nette croissance des importations provenant d’Afrique du nord. On observe également l’apparition de formes inédites dans la région, appartenant à la tradition phénico-punique.

2.1. Le premier quart du ier s. av. n. è. (Période 3)

  • 16 Barral 2012, p. 12.
  • 17 Benquet 2013, p. 148-150.
  • 18 Benquet, Gardes 2011.
  • 19 Loughton 2003. 
  • 20 Benquet, à paraître.

10Définir des critères pertinents afin de caractériser le faciès céramique de cette période n’est pas un travail aisé. Peu d’études le décrivent précisément puisque cette fourchette chronologique est englobée au sein de La Tène D1b. Il semble maintenant admis par la communauté des chercheurs qu’il puisse exister une phase « La Tène D1b évoluée »16. Nous avons présenté les premiers jalons de nos recherches en identifiant les critères morphologiques des amphores vinaires italiques de transition Dressel 1A/B17 à partir du chargement de quelques épaves. Ces remarques ont tout d’abord été appliquées à l’étude du mobilier provenant des fouilles anciennes puis à celui des fouilles récentes. Les découvertes effectuées en contexte stratigraphiquement clair ont démontré la validité de ces travaux18. Ainsi, les importations caractéristiques du début du ier s. av. n. è. sont ces amphores vinaires italiques Dressel 1A/B et les Dressel 1G qui associent des lèvres similaires aux gréco-italiques à une forme générale apparentée aux Dressel 1A19 ; on note surtout la diversification des denrées importées avec l’apparition de probables saumures transportées dans les amphores Dressel 1C, et de l’huile dans les amphores ovoïdes tyrrhéniennes et les amphores adriatiques du type de Brindes20.

  • 21 Se reporter à Benquet 2013 pour la description complète du mobilier présent dans les puits 14 du F (...)
  • 22 Pascual Berlanga, Ribera i Lacomba 2002, p. 309 ; Ben Jerbania 2013, p. 189.

11C’est dans ce contexte que les importations d’amphores africaines s’accroissent ostensiblement au début du ier s. av. n. è. : elles représentent 2,4 % des amphores datées de la dernière période d’occupation du site du 105 rue Saint-Roch à Toulouse mais seulement 0,8 % pour cette même période sur l’oppidum de Vieille-Toulouse sur un total d’amphores sensiblement identique21. L’examen plus précis de leur répartition au sein des diverses structures (fig. 2) montre effectivement de nettes différences entre ces deux sites. Cette observation coïncide avec l’examen des circuits de commercialisation relatifs au ier s. av. n. è. et les découvertes terrestres et sous-marines des côtes françaises et espagnoles parmi lesquelles les importations africaines sont présentes mais sont peu représentées par rapport à la masse des importations vinaires italiques22.

Fig. 2 : Région toulousaine. Présence des amphores africaines dans les structures de la période 3

Fig. 2 : Région toulousaine. Présence des amphores africaines dans les structures de la période 3

12La planche synthétique illustrant les principales formes identifiées durant cette période présente un panorama extrêmement diversifié de profils de lèvres. Comme pour la période précédente, on reconnaît des formes à ouverture évasée et lèvre divergente (fig. 3, nos 8 à 11). Toutefois, la majorité des profils tend à s’amincir et à se redresser (fig. 3, nos 12 à 15) ; quelques rares exemplaires de lèvres tendent à s’arrondir (fig. 3, nos 16 et 17). Les modèles les plus complets présentent un col court et tronconique ; des anses en « oreilles » se rattachent sous la lèvre et sur l’épaulement : leur section est arrondie, plus ou moins aplatie et arbore généralement une légère nervure sur la face externe. Les fonds ne se différencient pas de ceux de la période précédente et la panse se termine simplement par un bouton creux (fig. 3, nos 18 et 19).

13On note une estampille imprimée dans un cartouche circulaire sur le haut du col (fig. 3 et 8, n° 13) dont l’interprétation est assez aléatoire (symbole de poisson ? lettres imbriquées ?), un double cercle imprimé en creux toujours sur le haut du col (fig. 3 et 8, n° 9) et deux graffiti N et A gravés sur le bas de la panse à l’aide d’un bâtonnet (fig. 3 et 8, n° 18 et 39).

Fig. 3 : Région toulousaine. Période 3. Nos 8 à 19 : Africaines anciennes

Fig. 3 : Région toulousaine. Période 3. Nos 8 à 19 : Africaines anciennes

Source : L. Benquet.

  • 23 Sanchez 2009, p. 124, fig. 86, n° 7.

14Une autre amphore, bien que plus rare, apparaît dans cette période : le type Tripolitaine I ancienne à lèvre massive et évasée (tabl. 4, nos 20 à 22). L’analyse pétrographique de l’un des exemplaires (tabl. 6 et fig. 6, n° 20) démontre une provenance tripolitaine sûre, d’un atelier situé à Leptis Magna ou à Wadi Psis. Cette forme est attestée durant la phase 1 du site de La Médiathèque à Narbonne datée entre 75 et 60 av. n. è.23

  • 24 Ramon Torres 1995, p. 214-215.

15Ponctuellement, quelques rares fragments d’amphores de tradition punique ont été reconnus. Il s’agit de deux variantes du type Maña C1, ou plus précisément les formes T7511 et T7512 (tabl. 4, nos 23 et 24) de la typologie de Ramon24. Les caractéristiques minéralogiques des échantillons de pâte observés à la binoculaire sont proches de celles des amphores Maña C précédentes ; les analyses pétrographiques concluent en effet à une provenance générique du nord-ouest de la Tunisie pour le premier exemplaire et précisément de la région d’Utique pour le second (tabl. 6, nos 23 et 24).

Tabl. 4 : Région toulousaine. Période 3. Nos 20 à 22 : Tripolitaines I anciennes. Nos 23-24 : Africaines de tradition punique

Source : L.Benquet.

Période 3

NR

NMI Amph

 % A-AFR

Tlse - 105 rue St-Roch

FO16

5014

200

2

Tlse - 105 rue St-Roch

FS4

3466

110

4,5

Tlse - 105 rue St-Roch

FS61

1162

83

7,2

Tlse - 105 rue St-Roch

PT54

856

70

2,9

Tlse - Niel 1974

PT5

+69

45

2,8

Vieille-Toulouse

US. 1088

12

2

50

Vieille-Toulouse

FS158

125

26

3,8

  • 25 Ramon Torres 2008, p. 74, fig. 2.
  • 26 Guerrero Ayuso 1986, p. 177 et fig. 10, n° 5.

16Leur contenu supposé est soit du vin, soit des saumures. Leur diffusion est assez mal connue25, limitée semble-t-il à l’extrémité occidentale du bassin méditerranéen, avec un certain nombre d’exemplaires attestés sur des épaves comme marchandise complémentaire ou dotation de bord. La première lèvre est proche de l’exemplaire découvert dans la cargaison de l’épave de Colonia de Sant Jordi A, localisée près des côtes de l’île de Majorque, composée de Dressel 1A, Dressel 1C et Lamboglia 2 et dont le naufrage est situé entre 100 et 75 av. n. è. Le second exemplaire est, quant à lui, morphologiquement proche de celui découvert dans la cargaison de l’épave du Dramont A à Saint-Raphaël composée de Dressel 1B et datée du premier tiers du ier s. av. n. è.26

2.2. Le deuxième quart du ier s. av. n. è. (Période 4)

17Cette période voit une légère baisse des importations en provenance d’Afrique, qui ne forment plus que 0,6 % du total des amphores découvertes dans les niveaux attribuables au second quart du ier s. av. n. è. sur le site du 5 chemin La Planho à Vieille-Toulouse. Il faut toutefois relativiser cette baisse puisque l’accroissement du total des amphores se monte s’élève à plus de 200 % (NMI). La principale caractéristique de cette période est l’apparition des massives Dressel 1B classiques à haute lèvre en bandeau et à l’épaulement en angle droit : sans toutefois surpasser les amphores tyrrhéniennes Dressel 1A, Dressel 1G et Dressel 1A/B. Elles forment généralement un tiers des amphores dans chaque structure.

18Les amphores africaines sont bien représentées dans le comblement de quelques fosses sur l’oppidum de Vieille-Toulouse dans lesquelles elles peuvent atteindre près de 3,4 % du NMI des amphores (tabl. 5). On les identifie également en contexte rural, mais en très faible quantité, dans les fossés de l’enclos fossoyé du site de Blagnac-ZAC Andromède abandonné au cours de cette période.

Tabl. 5 : Région toulousaine. Présence des amphores africaines dans les structures de la période 4

Période 4

NR

NMI Amph

 % A-AFR

Vieille-Toulouse

FS484

705

29

3,4

Vieille-Toulouse

FS362

197

6

33,33

Vieille-Toulouse

PT5000

4684

110

0,9

Vieille-Toulouse

FS40

+146

91

3,3

Blagnac

FO9005

32715

1005

0,6

  • 27 Benquet 2013, p. 146-147.
  • 28 Carre 1995, p. 50-51.

19La planche synthétique des productions africaines (fig. 4) semble montrer une similitude ou, du moins, un air de famille dans les profils. Il faut noter la présence d’un exemplaire complet dans la fosse 40 découverte dans les années 1970 sur l’oppidum27. Celui-ci (fig. 4, n° 25) montre une certaine ressemblance avec le modèle de référence provenant de la cargaison de l’épave Camarat 2 datée de 50 av. n. è.28 La lèvre présente une face extérieure très légèrement concave, presque verticale (fig. 4, nos 25 à 29) ; les anses sont de section ronde en « oreilles » (fig. 4, n° 25) mais peuvent également être plus verticales, peut-être par un allongement du col (fig. 4, nos 26 et 28). Les lèvres évasées à profil divergent sont toujours bien attestées (fig. 4, nos 29 et 31). Encore une fois, on note une grande hétérogénéité des groupes de pâte correspondant à la Tunisie du nord-ouest (tabl. 6 et fig. 6, nos 28 et 29).

Fig. 4 : Région toulousaine. Période 4. Nos 25 à 32 : Africaines anciennes. N° 33 : Tripolitaine I ancienne. N° 34 : Africaine de tradition punique

Fig. 4 : Région toulousaine. Période 4. Nos 25 à 32 : Africaines anciennes. N° 33 : Tripolitaine I ancienne. N° 34 : Africaine de tradition punique

Source : L. Benquet.

Tabl. 6 : Région toulousaine. Liste des échantillons étudiés avec les principales caractéristiques compositionnelles et techniques des pâtes. B = distribution bimodale

Tabl. 6 : Région toulousaine. Liste des échantillons étudiés avec les principales caractéristiques compositionnelles et techniques des pâtes. B = distribution bimodale

Source : C. Capelli.

  • 29 Capelli, Contino 2013, p. 206.

20Quelques estampilles ont été reconnues, positionnées sur le haut du col. Deux d’entre elles présentent des cartouches circulaires contenant des lettres, LAV ou LAN (les deux dernières lettres étant ligaturées, fig. 4, n° 28) pour l’une, C pour l’autre (fig. 4, n° 31) ; une autre, mal imprimée dans un cartouche rectangulaire, laisse apercevoir les lettres ASS[ (les deux dernières sont rétrogrades, fig. 4, n° 32). Enfin, une dernière marque ressemble assez à une feuille d’olivier (fig. 4, n° 29). Elle est très semblable à une empreinte naturelle de feuille (peut-être tombée lors du séchage de l’amphore puis détruite durant sa cuisson ?) et a été découverte sur un fragment de panse provenant du site du 105 de la rue Saint-Roch à Toulouse (fig. 4, n° 30). Ces empreintes (ou marque en forme) de feuille d’olivier ne sont pas en contradiction avec les traces d’huile d’olive révélées par les analyses en chromatographie gazeuse conduites sur ce type d’amphores29. Deux graffiti ont également été identifiés sur des fragments de panse. L’un provient du comblement d’une fosse à Vieille-Toulouse (fig. 8, n° 40) pouvant être lu VIC, interprété soit comme l’abréviation d’un nom Vic( ), soit comme un chiffre. Le second provient du grand fossé d’enclos de Blagnac et montre la lettre R (fig. 8, n° 41).

21Les amphores Tripolitaines I anciennes (fig. 4, n° 33) et Maña C (fig. 4, n° 34) sont encore ponctuellement identifiées dans quelques structures.

3. La période augustéenne (Période 5)

22Les amphores africaines deviennent rares durant la seconde moitié du ier s. av. n. è., environ 0,3 % du total des amphores sur le site de Vieille-Toulouse (tabl. 7). Il est fort probable qu’une partie de ces importations soit du mobilier résiduel issu des niveaux d’occupation antérieurs car elles proviennent du comblement de tranchées de récupération de matériaux de construction ou de niveaux de terrassement. Les profils sont semblables à ceux de la période précédente, généralement assez courts, à la face externe légèrement concave (fig. 5, nos 35 à 37) ou bien très divergente (fig. 5, n° 38). Les études pétrographiques montrent effectivement une grande diversité de provenances, les trois échantillons analysés (tabl. 6 et fig. 6, nos 35, 36, 38) appartenant à des groupes de pâtes différents.

Tabl. 7 : Région toulousaine. Présence des amphores africaines dans les structures de la période 5

Période 5

NR

NMI Amph

 % A-AFR

Vieille-Toulouse

MR8

276

3

33,3

Vieille-Toulouse

FS54

86

3

33,3

Vieille-Toulouse

FS5498

874

25

04,0

Fig. 5 : Région toulousaine. Période 5. Nos 35 à 38 : Africaines anciennes

Fig. 5 : Région toulousaine. Période 5. Nos 35 à 38 : Africaines anciennes

Source : L. Benquet.

Fig. 6 : Région toulousaine. Micro-photos (Nx, aire réelle : 1,3 × 1 mm) des différents groupes pétrographiques de pâte

Fig. 6 : Région toulousaine. Micro-photos (Nx, aire réelle : 1,3 × 1 mm) des différents groupes pétrographiques de pâte

Source : C. Capelli.

4. Analyses pétrographiques

23Après l’observation à la loupe x10, au dépôt du Service Régional de l’Archéologie de Midi-Pyrénées, de la majorité des fragments d’amphores africaines précoces des fouilles menées rue Saint-Roch à Toulouse et sur l’oppidum de Vieille-Toulouse, nous avons sélectionné 13 échantillons représentatifs (tous prélevés sur des amphores Africaines anciennes, sauf une Tripolitaine ancienne) pour l’étude en lames minces au microscope polarisant. Le tableau (tabl. 6) présente la liste des pâtes analysées avec leurs principales caractéristiques compositionnelles et techniques.

  • 30 Capelli, Bonifay 2007.

24Dans tous les cas, les inclusions (fig. 6) comprennent principalement du quartz, en partie arrondi/éolien, souvent associé à des éléments calcaires (roches, fossiles), ce qui confirme l’origine africaine de ces amphores30.

  • 31 Capelli, Contino 2013 ; Contino, Capelli 2016.
  • 32 Capelli, Bonifay 2016.

25Toutefois, l’hétérogénéité interne à l’ensemble (neuf groupes de pâtes) indique une provenance de plusieurs centres et zones de production, à localiser essentiellement en Tunisie septentrionale (au moins la plupart des amphores Africaines anciennes31) ou en Tripolitaine (l’amphore Tripolitaine ancienne32).

26Les pâtes du groupe 1 sont caractérisées par de nombreux microfossiles (foraminifères indéterminables ou occasionnelle Globotruncana, rares fragments de mollusques) et fragments de calcaires micritiques et sparitiques associés au quartz (parfois poli-cristallin), avec de rares fragments de silex et pellets de glauconite. Le dégraissant est probablement ajouté, au moins dans le cas de l’échantillon du sous-groupe 1.2 (fig. 6, n° 28).

27Le groupe 2 est comparable au précédent pour la composition pétrographique, mais il se distingue par la texture des inclusions, avec une fraction fine abondante et une fraction majeure peu représentée (fig. 6, n° 30).

  • 33 Contino, Capelli 2016, avec bibliographie. Parmi les amphores Africaines anciennes de Toulouse étu (...)

28Les groupes 1 et 2, probablement corrélables à deux ateliers différents, se rattachent à une des familles principales de pâtes caractéristiques des Africaines anciennes (Famille B). Cette famille est attribuable à une zone de production inconnue, probablement localisable en Tunisie nord-occidentale, qui fabriquait aussi des amphores Ostia LIX33.

29L’échantillon isolé du groupe 3 (fig. 6, n° 13) se caractérise par un dégraissant abondant et assez grossier, peut-être ajouté, par des bandes d’argile calcaire mal mélangées à une argile ferrugineuse et par la présence subordonnée de mica très fin (avec de rares minéraux lourds) dans la matrice. Fossiles et calcaires sont plus rares que dans les groupes précédents. La provenance est indéterminée.

30Le groupe 4 (fig. 6, n° 6) est caractérisé par un dégraissant abondant, assez fin et bien classé (peut-être ajouté), composé de quartz associés à des microfossiles (foraminifères, fragments de mollusques, rares radioles d’echinoïdes). Près des surfaces, la couleur de la matrice vire du rouge-orange vers le jaune. Il s’agit probablement de l’effet de la cuisson sur une pâte partiellement calcaire, non combiné avec l’utilisation d’eau saumâtre pour le façonnage, qui donnerait un éclaircissement blanchâtre, typique de plusieurs productions africaines et bien visible sur les échantillons des groupes 1 et 2.

  • 34 Ben Jerbania, Capelli, dans ce volume.

31Les amphores du groupe 4 sont sûrement attribuables à la production d’amphores Africaines anciennes récemment découverte à Utique34.

32Les trois échantillons/groupes isolés suivants, caractérisés par une matrice plus ou moins pure et un dégraissant probablement ajouté, ne se rattachent pas à des productions ou groupes pétrographiques identifiés. Leur origine demeure donc indéterminée.

33Le groupe 5 montre un dégraissant assez fin et très bien classé, composé presque uniquement de quartz. Le groupe 6 montre un dégraissant assez grossier, moyennement classé (fig. 6, n° 6) ; ici, le quartz est associé à de rares fragments de calcaire et nodules d’argile ferrique ou calcaire. Le groupe 7 se distingue par un évident éclaircissement des surfaces et un dégraissant grossier, avec des fragments de calcaires subordonnés (fig. 6, n° 36).

34Enfin, les deux échantillons des groupes 8 et 9 ont en commun une pâte brune peu oxydée, éclaircie vers les surfaces, et un dégraissant abondant (probablement ajouté), souvent arrondi, composé de quartz et de fréquents éléments calcaires (fragments de roches, fossiles).

35Le groupe 8 (fig. 6, n° 35) se distingue par une matrice pure, des vacuoles planaires iso-orientées abondantes et un dégraissant assez fin et très bien classé. Le groupe 9 (fig. 6, n° 20) montre des inclusions plus grossières et moins bien classées, avec des nodules et stries d’argile calcaire mal mélangée.

  • 35 Capelli, Bonifay 2016; Capelli, Leitch 2011.
  • 36 Capelli, Bonifay 2016. 

36Pour le dernier, une provenance de Tripolitaine suggérée par la typologie de l’amphore (Tripolitaine I ancienne) est confirmée. L’atelier est à rechercher dans la région de Leptis Magna ou, peut-être, dans la zone du Wadi Psis35. En revanche, l’origine du groupe 8 est plus douteuse, car on note des ressemblances (partielles) à la fois avec les pâtes de Leptis Magna et de Salakta/Sullecthum, en Tunisie centrale36.

  • 37 Pascual Berlanga, Ribera i Lacomba 2002 et repris dans Loughton, Alberghi 2015.
  • 38 Ben Jerbania 2013 ; Capelli, Piazza 2013, p. 194.

37Cette courte présentation des importations africaines dans la région toulousaine permet de proposer quelques pistes de recherche. La schématisation d’une évolution typologique formelle à partir du profil des lèvres découvertes en contexte stratigraphique est assez peu concluant (fig. 7). On note la longévité des lèvres au profil divergent et à ouverture évasée, qui s’amorce à la fin du iie s. et perdure durant tout le ier s. av. n. è. ; une tendance à la verticalité de la face externe au début du ier s., qui devient concave durant le second quart du ier s. av. n. è. ; la période augustéenne ne montre pas de préférence morphologique. Cette grande variété des formes est maintes fois illustrée dans toutes les présentations synthétiques des découvertes terrestres37. Elle est également bien documentée au sein même de certains ateliers de production comme c’est le cas à Mnihla en Tunisie. Cette diversité peut s’expliquer par la multiplicité des provenances, de cet atelier, de celui d’Utique et également d’autres dont la localisation reste incertaine38. Il est certainement utopique de proposer une évolution morphologique linéaire pour ce groupe d’amphores ; à l’instar des amphores vinaires tyrrhéniennes Dressel 1, il existe une multitude de profils différents dans le détail. En compilant les découvertes effectuées sur les sites de production, celles en contextes de consommation bien stratifiés et les résultats des analyses pétrographiques, il sera peut-être possible de proposer un schéma évolutif plus détaillé.

Fig. 7 : Région toulousaine. Schéma théorique d’évolution du profil des lèvres d’amphores africaines anciennes d’après les stratigraphies

Fig. 7 : Région toulousaine. Schéma théorique d’évolution du profil des lèvres d’amphores africaines anciennes d’après les stratigraphies

Source : L. Benquet.

  • 39 Pascual Berlanga, Ribera i Lacomba 2002, p. 313.

38Les quelques marques découvertes ne sont guère parlantes (fig. 8) puisqu’aucun parallèle bibliographique n’a pu être fait, hormis pour le double cercle imprimé en creux dont un autre exemplaire a été découvert sur la côte catalane39. Ce petit corpus montre une prédisposition à timbrer sur le haut du col, dans des cartouches rectangulaires relativement petits – entre 22 et 25 mm × 15 mm – mal imprimés et difficilement lisibles ou dans des cartouches circulaires – 18 mm de diamètre – appliqués plus soigneusement. La figuration d’une feuille d’olivier sur deux exemplaires reste à interpréter : marque ou empreinte volontaire ? On note également la présence de graffiti sur le bas de la panse effectués en appuyant fermement sur la pâte encore molle ou bien plus légèrement à l’aide d’un bâtonnet. Ils représentent des lettres uniques ou bien un groupe de lettres (abréviation d’un nom ?).

Fig. 8 : Région toulousaine. Marques sur amphores africaines anciennes

Fig. 8 : Région toulousaine. Marques sur amphores africaines anciennes

Source : L. Benquet.

  • 40 Pour les quantités d’amphores dans le Toulousain, se référer à Benquet et alii 2013, p. 367.
  • 41 Les amphores africaines anciennes sont régulièrement identifiées dans les mines espagnoles (Benque (...)

39La proportion d’amphores africaines semble indexée sur le nombre total d’amphores découvertes sur un site. Toutefois, la réalité n’est pas aussi linéaire, de nombreuses fouilles menées dans le quartier de la caserne Niel n’ont pas livré ces importations alors que les amphores vinaires tyrrhéniennes étaient très abondantes40. La consommation de produits africains était peut-être réservée à une élite de la population comme pourrait le prouver leur présence dans le quartier résidentiel du 105 de la rue Saint-Roch et les quelques exemplaires provenant du grand fossé ostentatoire de l’enclos du site de Blagnac-Andromède. Toutefois, les découvertes effectuées dans un quartier urbanisé sur l’oppidum de Vieille-Toulouse, en contexte artisanal comme à la caserne Niel ne plaident pas pour la validité d’une telle hypothèse. Il est cependant étonnant de découvrir ces amphores en contexte métallurgique ou minier en Gaule et en Espagne41 alors que ces importations ne semblent guère pénétrer dans l’arrière-pays. Les prochaines études devront associer la vaisselle de table et de cuisine afin de déterminer plus précisément la fonction des contextes de découverte.

Février 2017

Haut de page

Bibliographie

Âge du Fer (L’) 2013, A. Colin, F. Verdin (dir.), L’âge du Fer en Aquitaine et sur ses marges. Mobilité des hommes, diffusion des idées, circulation des biens dans l’espace européen à l’âge du Fer, Actes du 35e Colloque international de l’AFEAF (Bordeaux, 2-5 juin 2011), Bordeaux (Aquitania, suppl. 30).

Alcantara A. et alii 2013, Alcantara A., Besombes-Hanry A., Chabrié Chr., Guédon Fr., Ranché Chr., « Eysses avant Excisum : une agglomération gauloise près de Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne) », dans L’âge du Fer 2013, p. 341-350.

Barral Ph. 2012, « Introduction », dans Ph. Barral, St. Fichtl (dir.), Regards sur la chronologie de la fin de l’âge du Fer ( IIIe-Ier siècle avant J.-C.) en Gaule non méditerranéenne, Actes de la table-ronde tenue à Bibracte (Glux-en-Glenne, 15-17 oct. 2007), Glux-en-Glenne (Bibracte 22), p. 9-24.

Ben Jerbania I. 2013, « Observations sur les amphores de tradition punique d’après une nouvelle découverte près de Tunis », AntAfr 49, p. 179-192.

Benquet L. 2013, « Les importations d’amphores au Ier s. av. J.-C. : le faciès Toulousain », dans F. Olmer (éd.), Itinéraires des vins romains en Gaule, IIIe-Ier siècles avant J.-C., Confrontation de faciès, Actes du colloque de Lattes (30 janvier - 2 février 2007), Lattes (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, h.s. n° 5), p. 139-158.

Benquet L. 2016, « Les amphores découvertes au domaine des Forges », dans J.-M. Fabre, Cl. Domergue, Fr. Dabosi (dir.), Le fer romain de la montagne noire. Martys 2 : les débuts, 25 années de recherches pluridisciplinaires (1988-2013), Montpellier (RAN, suppl. 43), p. 216-231.

Benquet L., à paraître, « The Italic Ovoid Amphorae in the Toulouse Area at the End of the Iron Age (Midi-Pyrénées, France) », dans A Familiy Business : The Ovoid Amphorae in the Central and Western Mediterranean between the Last Two Centuries of the Republic and the Early Days of the Roman Empire, International Workshop, Seville / San Fernando (10-11 December 2015).

Benquet L. et alii 2013, Benquet L., Gardes Ph., Grizeaud J.-J., Lotti P., Requi Chr., Veyssière Fr., « La Toulouse gauloise revisitée. Apport des fouilles préventives récentes à la connaissance de la topographie des sites de Toulouse-Saint-Roch et Vieille-Toulouse », dans L’âge du Fer 2013, p. 359-369.

Benquet L., Gardes Ph. 2011, « La culture matérielle des Gaulois de Toulouse (IIe-Ier siècles avant notre ère) : le mobilier céramique », Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France LXXI, p. 15-59.

Benquet L., Grizeaud J.-J. 2009, « Découvertes récentes dans le quartier Saint-Roch à Toulouse (Haute-Garonne) », dans Actes du congrès de la SFECAG, Colmar, 21-24 mai 2009, Sites de production et de consommation dans le Rhin supérieur, Sites militaires, sites civils : Échanges, influences et contrastes entre Strasbourg et Windisch, Actualité des recherches céramiques, Marseille (Actes des congrès de la SFECAG), p. 655-670.

Benquet L., Olmer F. 2002, « Les amphores », dans J. M. Blázquez Martínez, Cl. Domergue, P. Sillières (dir.), La Loba (Fuenteobejuna, province de Cordoue, Espagne) : la mine et le village minier antiques, Bordeaux (Ausonius Mémoires 7), p. 295-331.

Capelli C., Bonifay M. 2007, « Archéométrie et archéologie des céramiques africaines : une approche pluridisciplinaire », dans M. Bonifay, J.-Chr. Tréglia (éd.), LRCW 2, Late Roman Coarse Wares, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean. Archaeology and Archaeometry, Oxford (BAR Int. S. 1662), p. 551-567.

Capelli C., Bonifay M. 2016, « Archeologia e archeometria delle anfore dell’Africa romana. Nuovi dati e problemi aperti », dans A. Ferrandes, G. Pardini (éd.), Le regole del gioco. Tracce Archeologi Racconti. Studi in onore di Clementina Panella, Roma, p. 535-557.

Capelli C., Contino A. 2013, « Amphores tripolitaines anciennes ou amphores africaines anciennes ? », AntAfr 49, p. 199-208.

Capelli C., Piazza M. 2013, « Analyses en microscopie optique d’amphores Maña C et “Tripolitaines anciennes” provenant du dépotoir de Mnihla », AntAfr 49, p. 193-197.

Capelli C., Leitch V. 2011, « A Roman Amphora Production Site near Lepcis Magna : Petrographic Analyses of the Fabrics », LibStud 42, p. 69-72.

Carre M.-B. 1995, « Cap Camarat, Camarat 2 », dans Bilan scientifique du département des recherches archéologiques sous-marines 1994, Paris, p. 50-51.

Contino A., Capelli C. 2016, « Nuovi dati archeologici e archeometrici sulle anfore africane tardorepubblicane e primo imperiali : rinvenimenti da Roma (Nuovo Mercato Testaccio) e contesti di confronto », dans R. Járrega, P. Berni (éd.), Amphorae ex Hispania : paisajes de producción y consumo, Tarragona (Monografías Ex Officina Hispana III), p. 538-556.

Duphil V. 2017, Villeneuve-sur-Lot, chemin de Rouquette (Lot-et-Garonne), Rapport de diagnostic, Bègles, INRAP GSO.

Gardes Ph. 2016, Vieille-Toulouse (Haute-Garonne), 5 chemin de la Planho, Rapport Final d’Opération, Bègles, INRAP Midi-Pyrénées.

Grimbert L. (dir.) 2015, Blagnac (Haute-Garonne), ZAC Andromède : Coinays, Ferradou, Sauzas, 3. Le second âge du Fer et l’Antiquité (Haute-Garonne, Blagnac), Bègles, INRAP GSO.

Grizeaud J.-J. (dir.) 2012, Toulouse (Haute-Garonne), Les occupations protohistoriques et antiques, découvertes sur le site du 105 rue St-Roch, Rapport Final d’Opération, Saint‑Orens, INRAP GSO.

Guerrero Ayuso V. 1986, « Una aportación al estudio de las ánforas púnicas Maña C », Archaeonautica 6, p. 147-186.

Jud et alii 2013, Jud A., Alcantara A., Demierre M., Gasc J., Lemaire A., Rousseau C., Verrier G., « Toulouse ZAC Niel (Haute-Garonne). Nouveaux éléments sur l’occupation gauloise du quartier Saint-Roch », dans L’âge du Fer 2013, p. 371-376.

Lotti P., à paraître, Vieille-Toulouse – Midi-Pyrénées : 3 chemin de Ventenac, Rapport Final d’Opération, fouille de sauvetage, Bègles, INRAP GSO.

Loughton M. 2003, « The Dressel 1G : A New Type of Republican Amphora », AKB 33/4, p. 561-575.

Loughton M., Alberghi L. 2015, « The Ancient Tripolitanian Amphora : The Evidence from France and the Recent Excavations at Toulouse ‘Caserne Niel’« , Journal of Roman Pottery Studies 16, p. 105-130.

Pascual Berlanga G., Ribera i Lacomba A. 2002, « Las ánforas tripolitanas antiguas en el contexto del Occidente Mediterráneo. Un contenedor poco conocido de la época republicana », dans L. Rivet, M. Sciallano (éd.), Vivre, produire et échanger : reflets méditerranéens. Mélanges offerts à Bernard Liou, Montagnac (Archéologie et Histoire Romaine 8), p. 303-317.

Ramon Torres J. 1995, Las ánforas fenicio-púnicas del Mediterráneo central y occidental, Barcelona (coll. Instrumenta 2).

Ramon Torres J. 2008, « El comercio púnico en Occidente en época tardorrepublicana (siglos -II/-I). Una perspectiva actual según el tráfico de productos envasados en ánforas », dans J. Uroz, J.M. Noguera, F. Coarelli (éd.), Iberia e Italia : modelos romanos de integración territorial, Actas del IV Congreso Hispano-Italiano Histórico-Arqueológico (Murcia, 26-29 de abril de 2006), Murcia, p. 67-100.

Sanchez C. 2009, Narbonne à l’époque tardo-républicaine. Chronologies, commerce et artisanat céramique, Montpellier (RAN, suppl 38).

Haut de page

Notes

1 Voir Loughton, Alberghi 2015 à propos des amphores africaines découvertes sur le plus vaste chantier d’archéologie préventive mené dans ce secteur de la ville (opérateur Archeodunum).

2 Le découpage chronologique proposé repose sur les nombreuses études de mobilier découvert en contexte stratigraphique durant les opérations de fouilles préventives récentes. On se réfèrera à Benquet, Gardes 2011 pour la présentation des associations entre les différentes catégories de céramique.

3 Pour les fouilles menées par la Direction des Antiquités Historiques, se référer à Benquet 2013 ; puis respectivement à Grizeaud 2012, Gardes 2016, Lotti à paraître, Grimbert 2015.

4 Capelli, Contino 2013.

5 Se reporter principalement à Pascual Berlanga, Ribera i Lacomba 2002, repris dans Loughton, Alberghi 2015.

6 Loughton, Alberghi 2015.

7 Benquet et alii 2013, p. 364-365.

8 Jud et alii 2013, p. 372.

9 Benquet et alii 2013.

10 Benquet, Grizeaud 2009.

11 Loughton, Alberghi 2015.

12 Duphil 2017, p. 40, fig. 17.

13 Alcantara et alii 2013.

14 À Vieille-Toulouse, cette augmentation peut paraître exagérée mais, compte-tenu du contexte stratigraphique de la fouille, les niveaux les plus anciens ont subi de nombreuses perturbations liées aux occupations successives et certaines amphores peuvent se trouver en position résiduelle.

15 Benquet, Grizeaud 2009, p. 662-667.

16 Barral 2012, p. 12.

17 Benquet 2013, p. 148-150.

18 Benquet, Gardes 2011.

19 Loughton 2003. 

20 Benquet, à paraître.

21 Se reporter à Benquet 2013 pour la description complète du mobilier présent dans les puits 14 du Férétra et 5 de la Caserne Niel anciennement fouillés ; à Benquet, Grizeaud 2009, pour la fosse 61 du 105 rue Saint-Roch.

22 Pascual Berlanga, Ribera i Lacomba 2002, p. 309 ; Ben Jerbania 2013, p. 189.

23 Sanchez 2009, p. 124, fig. 86, n° 7.

24 Ramon Torres 1995, p. 214-215.

25 Ramon Torres 2008, p. 74, fig. 2.

26 Guerrero Ayuso 1986, p. 177 et fig. 10, n° 5.

27 Benquet 2013, p. 146-147.

28 Carre 1995, p. 50-51.

29 Capelli, Contino 2013, p. 206.

30 Capelli, Bonifay 2007.

31 Capelli, Contino 2013 ; Contino, Capelli 2016.

32 Capelli, Bonifay 2016.

33 Contino, Capelli 2016, avec bibliographie. Parmi les amphores Africaines anciennes de Toulouse étudiées ici, on note l’absence de la pâte de la famille A, identifiée en revanche au sein de la collection Bouscarras à Narbonne (Lemaître, Capelli, Sanchez, dans ce volume). 

34 Ben Jerbania, Capelli, dans ce volume.

35 Capelli, Bonifay 2016; Capelli, Leitch 2011.

36 Capelli, Bonifay 2016. 

37 Pascual Berlanga, Ribera i Lacomba 2002 et repris dans Loughton, Alberghi 2015.

38 Ben Jerbania 2013 ; Capelli, Piazza 2013, p. 194.

39 Pascual Berlanga, Ribera i Lacomba 2002, p. 313.

40 Pour les quantités d’amphores dans le Toulousain, se référer à Benquet et alii 2013, p. 367.

41 Les amphores africaines anciennes sont régulièrement identifiées dans les mines espagnoles (Benquet, Olmer 2002, p. 320-321) et sur les sites sidérurgiques de la Montagne Noire (Benquet 2016, p. 229).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Région toulousaine. Période 1. N° 1 : Africaine ancienne. Période 2. Nos 2 à 7 : Africaines anciennes
Crédits Source : L. Benquet.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/579/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Fig. 2 : Région toulousaine. Présence des amphores africaines dans les structures de la période 3
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/579/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Fig. 3 : Région toulousaine. Période 3. Nos 8 à 19 : Africaines anciennes
Crédits Source : L. Benquet.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/579/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 4 : Région toulousaine. Période 4. Nos 25 à 32 : Africaines anciennes. N° 33 : Tripolitaine I ancienne. N° 34 : Africaine de tradition punique
Crédits Source : L. Benquet.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/579/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Tabl. 6 : Région toulousaine. Liste des échantillons étudiés avec les principales caractéristiques compositionnelles et techniques des pâtes. B = distribution bimodale
Crédits Source : C. Capelli.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/579/img-5.png
Fichier image/png, 114k
Titre Fig. 5 : Région toulousaine. Période 5. Nos 35 à 38 : Africaines anciennes
Crédits Source : L. Benquet.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/579/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 6 : Région toulousaine. Micro-photos (Nx, aire réelle : 1,3 × 1 mm) des différents groupes pétrographiques de pâte
Crédits Source : C. Capelli.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/579/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Tabl. 8
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/579/img-8.png
Fichier image/png, 64k
Titre Fig. 7 : Région toulousaine. Schéma théorique d’évolution du profil des lèvres d’amphores africaines anciennes d’après les stratigraphies
Crédits Source : L. Benquet.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/579/img-9.png
Fichier image/png, 165k
Titre Fig. 8 : Région toulousaine. Marques sur amphores africaines anciennes
Crédits Source : L. Benquet.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/579/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Benquet et Claudio Capelli, « Les amphores africaines dans la région toulousaine aux iie et ier s. av. n. è. »Antiquités africaines, 53 | 2017, 193-206.

Référence électronique

Laurence Benquet et Claudio Capelli, « Les amphores africaines dans la région toulousaine aux iie et ier s. av. n. è. »Antiquités africaines [En ligne], 53 | 2017, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/antafr/579 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.579

Haut de page

Auteurs

Laurence Benquet

Chargée d’études et de recherches, INRAP GSO. Rattachée au laboratoire TRACES UMR 5608 de l’Université Toulouse Jean Jaurès, laurence.benquet[at]inrap.fr.

Claudio Capelli

Dipartimento di Scienze della Terra, dell’Ambiente e della Vita (DISTAV), Università degli Studi di Genova, Gênes. Collaborateur associé au Centre Camille Jullian (Aix Marseille Univ, CNRS, MCC, CCJ, Aix-en-Provence, France), capelli[at]dipteris.unige.it.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search