Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53Dossier « À l’origine des amphore...Amphores africaines provenant du ...

Dossier « À l’origine des amphores romaines d’Afrique, III »

Amphores africaines provenant du dépotoir portuaire de Port-la-Nautique (fin i er av. - i er s. apr. J.-C.)

Données archéologiques et archéométriques
Séverine Lemaître, Claudio Capelli et Corinne Sanchez
p. 207-216

Résumés

Le site de Port-la-Nautique à Narbonne a livré un ensemble remarquable d’amphores datées entre 30 av. et 70 apr. J.-C. découvertes lors de fouilles subaquatiques. Si les amphores du nord-est de l’Espagne sont majoritaires, quelques amphores africaines témoignent de l’arrivée de ces produits. Malgré leur faible représentativité, les différentes formes découvertes dans le dépotoir portuaire de Port-la-Nautique confirment que ces importations correspondent à plusieurs zones de productions nord-africaines.

Haut de page

Texte intégral

La collection Bouscaras

  • 1 Monteil, Silvéréano 2011 ; Sanchez 2011.

1Dans les années 1970, puis dans les années 1990, A. Bouscaras avait réalisé une série de sondages subaquatiques à Port-la-Nautique, hameau aujourd’hui localisé à quatre kilomètres au sud de la ville, au bord des étangs de Bages. Ce site, proche d’une ancienne embouchure de l’Aude, constituait un des ports antiques de Narbonne. Les sondages sont à l’origine d’une collection exceptionnelle dans le Languedoc, comprenant plusieurs milliers de fragments d’amphores ainsi qu’une grande quantité d’éléments appartenant à d’autres catégories céramiques (sigillées, lampes, céramiques communes etc.) dont certaines ont déjà fait l’objet d’études détaillées comme les sigillées ou les céramiques communes par exemple 1.

  • 2 Ce projet fait l’objet d’un partenariat entre la Région Occitanie, l’État et les villes de Narbonn (...)

2L’étude lancée dans le cadre du programme pluriannuel des Ports antiques de Narbonne sous la direction de C. Sanchez 2 a pris la forme d’un inventaire systématique et détaillé des amphores de la collection dite « Bouscaras » dont l’étude a été prise en charge par C. Sanchez et S. Lemaître avec la collaboration de J. Lescure. Étant donné l’ampleur des quantités de mobiliers, il fut très rapidement décidé de centrer l’étude sur les amphores collectées lors des sondages réalisées entre 1990 et 1993 à l’emplacement d’un dépotoir en lien avec les activités portuaires de Narbonne (fig. 1).

Fig. 1 : Port-la-Nautique (Narbonne). Situation géographique du site et bilan des découvertes. Emplacement des fouilles subaquatiques et des sondages d’A. Bouscaras.

Fig. 1 : Port-la-Nautique (Narbonne). Situation géographique du site et bilan des découvertes. Emplacement des fouilles subaquatiques et des sondages d’A. Bouscaras.

Source : J. Cavero.

3L’objectif était de réaliser un inventaire exhaustif des amphores conservées, de les caractériser en déterminant leur origine et leur typologie et de les documenter graphiquement. Le relativement bon état de conservation des amphores rend également possibles des observations directes de la poix ou des résines conservées sur les parois internes des récipients ainsi que sur les cols, des inscriptions peintes, estampilles et graffites avant et après cuisson. Plusieurs centaines de marques, toutes natures confondues, ont ainsi pu être répertoriées.

4L’intérêt de cet ensemble repose également sur une chronologie courte, un peu moins d’un siècle, entre les années 30 av. J.-C. et 60/70 apr. J.-C., qui fournit un terminus précoce particulièrement intéressant pour les amphores africaines présentes au sein des ramassages.

1. La part des amphores africaines

  • 3 Sanchez 2009, p. 338.

5L’ensemble de l’inventaire étant en cours d’analyse, nous ne pouvons fournir de données quantitatives précises. Toutefois, le tri des amphores de la collection « Bouscaras » a montré que deux régions de productions rassemblaient la plus grande partie des récipients. Il s’agit de la zone littorale au nord-est de la Tarraconaise et de Bétique. L’importance des arrivages originaires de différentes régions de la péninsule ibérique n’est évidemment pas une surprise dans la fourchette chronologique envisagée entre la période augustéenne et les premières décennies du i er siècle apr. J.-C. puisque le même constat est fait dans les contextes de consommation dans la ville de Narbonne 3. Les amphores de Tarraconaise se trouvent donc largement majoritaires à cette période avant le développement des centres de productions d’amphores gauloises à la fin du i er s. apr. J.-C. Les autres conteneurs se répartissent entre des groupes d’origine narbonnaise, italique et orientale.

  • 4 Les amphores identifiées comme africaines ont été examinées lors d’une mission d’étude réalisée à (...)

6Au cours de l’inventaire, un ensemble d’une quinzaine d’éléments a pu être rapproché des productions africaines. Ils ont été collectés dans au moins trois des sondages réalisés par A. Bouscaras en 1991, 1992 et 1993 (fig. 1). Onze de ces éléments ont été examinés et échantillonnés en vue d’une analyse pétrographique 4, objet de cette courte présentation.

2. Catalogue descriptif

  • 5 Seuls les éléments dont l’origine africaine a été confirmée par analyse pétrographique sont décrit (...)

7Chaque élément ayant fait l’objet d’un prélèvement et d’une analyse pétrographique est décrit d’un point de vue morphologique et illustré à l’échelle 1/3 5.

1. N° inventaire : N92-23/5

  • 6 Le diamètre est mesuré au milieu du sommet de la lèvre.

8Seuls le col et les deux anses de cette amphore sont conservés. Le bord forme un bandeau court légèrement déversé de 2,7 cm de haut et de section triangulaire (fig. 2). Le diamètre d’embouchure est égal à 11,5 cm 6. La liaison entre le bord et le col est soulignée par un petit ressaut. La base du col court et tronconique est marquée par un sillon horizontal. Les anses courtes, de section ovale, s’attachent assez nettement sous la lèvre et rejoignent l’épaulement oblique dont l’amorce annonce une panse relativement large. La pâte est de couleur gris verdâtre (à cause de l’altération secondaire) et très sableuse.

  • 7 Capelli, Contino 2013 ; Contino, Capelli, sous presse.
  • 8 Capelli, Contino 2013, p. 204.
  • 9 Capelli, Contino 2013, p. 202, fig. 3, 30, 33.
  • 10 Capelli, Contino 2013, p. 206-207.
  • 11 Contino, Capelli 2016, p. 543.
  • 12 Contino, Capelli 2016, p. 543.

9Le conteneur narbonnais appartient au groupe des amphores Africaines anciennes récemment défini 7. Il présente en effet le bord de section triangulaire et évasé caractéristique de la forme mais un diamètre plus petit, soit 11,5 cm, au lieu de ceux compris entre 12,5 et 16 cm observés sur les amphores des fouilles du Nuovo Mercato Testaccio 8.Le bord se rapproche par sa morphologie de plusieurs exemplaires des mêmes contextes romains 9. Il pourrait s’agir d’un conteneur à huile 10 de type AP1.1 défini par A. Contino 11. À l’heure actuelle, la production de cette amphore se place entre le milieu du ii e siècle et la fin du i er siècle av. J.-C. ou le début du i er siècle apr. J.-C. 12 L’analyse pétrographique confirme l’origine tunisienne du récipient (tabl. 1).

Fig. 2 : Port-la-Nautique. Amphores africaines analysées

Fig. 2 : Port-la-Nautique. Amphores africaines analysées

Source : J. Lescure, S. Lemaître et C. Sanchez.

Tabl. 1 : Liste des échantillons étudiés, avec les principales caractéristiques compositionnelles et techniques des pâtes. B = distribution bimodale. (C. Capelli).

Tabl. 1 : Liste des échantillons étudiés, avec les principales caractéristiques compositionnelles et techniques des pâtes. B = distribution bimodale. (C. Capelli).

Pour consulter le tableau 1 au format .docx, se reporter au document annexe « Tableau 1 ».

2. N° inventaire : N92 ? SSN2

10Seul le bord de cette amphore mise au jour en 1992 est actuellement conservé (fig. 2). Il se présente sous la forme d’un bandeau court de 2,5 cm de haut et de section triangulaire, à profil externe légèrement concave, en saillie nette par rapport au col de forme plutôt cylindrique, autant que l’on puisse en juger. Le diamètre d’embouchure mesure 11 cm. L’élément présente une pâte à l’aspect sableux dont la couleur grise est due à l’altération. La surface visible sur le col est beige clair.

  • 13 Contino, Capelli 2016, p. 543.
  • 14 Capelli, Contino 2013, p. 202, fig. 3, 26, 34 ou encore 41.

11Comme pour l’amphore précédente (1), la forme du bord permet de rattacher l’élément au groupe des Africaines anciennes et du type AP1.1 13. Par sa morphologie, le bord et le col de l’exemplaire narbonnais combinent des traits observés sur plusieurs amphores Africaines anciennes du Nuovo Mercato Testaccio 14. L’analyse de la pâte conclut à une origine tunisienne également (tabl. 1).

3. N° inventaire : SSN2-91

12Ce conteneur, découvert en 1991, est représenté par un col conservé jusqu’à la base des anses (fig. 2). La lèvre forme un bandeau de 4 cm de haut, légèrement évasé et dont le profil interne est concave dans sa partie médiane. Le diamètre d’embouchure est égal à 12 cm. La liaison entre le bord et le col tronconique se fait par un léger ressaut. Les anses massives et de section ovale sont marquées par une nervure centrale épaisse sur la partie externe. Elles sont fixées nettement sous la lèvre et forment un arc de cercle avant de rejoindre verticalement l’épaule. La pâte à l’aspect sableux présente une couleur grise, liée à des phénomènes d’altération, et qui devient beige en surface.

  • 15 Contino, Capelli 2016, p. 545-546, fig. 6, 4. Sur l’exemplaire narbonnais le p (...)

13La morphologie du col et surtout de son bord évasé et à profil interne concave conduit à identifier cette amphore comme une Dressel 26, type AP2.1 récemment redéfini et daté du i er siècle apr. J.-C. 15 Après examen, la pâte a pu être rapprochée des productions du nord-ouest de la Tunisie (tabl. 1).

4. N° inventaire : N93 23/5 248

14Le col, dont seule la partie supérieure est conservée (fig. 2), provient des sondages subaquatiques réalisés en mai 1993. Le bord a une forme de bourrelet très épais nettement saillant par rapport au col court et cylindrique. Le lien entre le bord et le col se fait par une gorge bien visible sous le bord. Le diamètre d’embouchure est égal à 13,5 cm. Les anses, conservées partiellement et fixées sous la lèvre, sont de section lenticulaire. La partie externe de l’anse est marquée par deux nervures centrales peu prononcées. La pâte à points blancs a une couleur liée en partie à des phénomènes d’altération, variant du rouge au gris, tandis que la surface est beige à jaune.

  • 16 Contino, Capelli 2016, p. 555-551 et 552, fig. 8, 6.
  • 17 Contino, Capelli 2016, p. 551.
  • 18 Contino, Capelli 2016, p. 550.

15Nous proposons de rapprocher ce col des amphores Africaines précoces et peut-être plus précisément du groupe AP3-5, défini à partir du mobilier amphorique des fouilles du Nuovo Mercato Testaccio 16 comme prédécesseur du type Ostia LIX. L’élément montre des similitudes avec le type AP5 : forme du col, gorge sous la lèvre en forme de bourrelet épais et le diamètre d’embouchure plus petit que ceux habituellement observés sur les types AP3 et 4 17. Ce groupe, peut-être destiné au transport de l’huile et dont la production est antérieure à celle des amphores Ostia LIX, est daté du i er siècle apr. J.-C. 18 L’analyse pétrographique a permis de valider l’origine africaine du conteneur (tabl. 1).

5. N° inventaire : SSN391

  • 19 Nacef 2015a, p. 36-38 ; Contino 2013, p. 321.
  • 20 Capelli et alii 2016, p. 277-278.
  • 21 Capelli et alii 2016, p. 277.

16Cet élément correspond au pied et à la partie inférieure d’une amphore. Le fond conique est creux et marqué par des traces de lissage vertical (fig. 3). La pâte à l’aspect granuleux varie du rouge au gris vers la surface extérieure altérée. La surface est éclaircie notamment sur le pied. Cette forme de pied, qui peut rappeler celle des conteneurs à sauces et conserves de poisson du sud de la péninsule ibérique, est commune à plusieurs types d’amphores africaines précoces, comme les conteneurs Sullecthum 2 (ancien type Uzita Pl. 52,10). Si l’attribution typologique était confirmée, il s’agirait d’une occurrence précoce pour ce conteneur plutôt daté de la fin du i er et du ii e siècle 19. Plus récemment la production de cette amphore a été recentrée sur l’époque flavienne et antonine 20. Ce conteneur pourrait avoir été destiné au transport des salsamenta 21. L’examen pétrographique conclut à une origine du conteneur en Tunisie centrale, peut-être la zone de Salakta (tabl. 1).

Fig. 3 : Port-la-Nautique. Amphores africaines analysées.

Fig. 3 : Port-la-Nautique. Amphores africaines analysées.

Source : J. Lescure, S. Lemaître et C. Sanchez.

6. N° inventaire : N93 29/5 331

  • 22 Bonifay 2016, p. 538, 002.
  • 23 Cette inscription doit faire l’objet d’une étude approfondie.

17Le quart supérieur de l’amphore est conservé (fig. 3), mais l’attache inférieure des anses est manquante. La lèvre forme un bandeau très court largement débordant par rapport au col dont la hauteur est fortement réduite. L’épaulement présente une forme arrondie sur laquelle viennent se fixer des anses en oreille de section lenticulaire. L’attache supérieure de l’anse est marquée par une profonde empreinte digitée. Des restes de poix ou de résine sont visibles sur la paroi interne de l’épaule. Ils sont compatibles avec le contenu supposé de ce type d’amphore, à savoir les salsamenta ou le vin 22. Une inscription peinte à l’encre noire est à peine perceptible juste à la base du col 23. La pâte d’aspect granuleux a une couleur variant du rose au gris en surface suite à des phénomènes d’altération.

  • 24 Bonifay 2004, p. 89 ; Nacef 2015b, p. 33 et fig. 12.
  • 25 Bonifay 2016, p. 538, 002.

18Ce conteneur appartient au groupe des amphores de tradition punique caractérisées par un col de hauteur réduite et surtout des anses « en oreille » fixées sur le haut de la panse 24, deux traits morphologiques présents sur l’exemplaire narbonnais et qu’il faut rattacher à une évolution tardive du type van der Werff 2 dont la production se place entre le milieu du ii e siècle av. J.-C. et les années 10 apr. J.-C. 25 L’analyse pétrographique propose de relier ce conteneur à la zone de production du centre de la Tunisie (tabl. 1).

7. N° inventaire : N93W 23/5 249

19Le dépotoir de La Nautique a livré un col massif doté d’un bord épais en bandeau évasé de 4 cm de haut (fig. 3). Le sommet de la lèvre a un profil très légèrement concave. Le diamètre d’embouchure est égal à 12-13 cm. Le col est conique et les anses de section ovale aplatie sont attachées sur le col et ne s’en écartent pas beaucoup. La pâte granuleuse est de couleur rosé mais surtout grise en surface et particulièrement altérée.

  • 26 Bonifay 2016, p. 540, 014.

20Cette amphore intègre le groupe des amphores romano-africaines précoces et se rattache au type Tripolitaine 1 lié au transport de l’huile, dont la production est assurée entre 25 av. J.-C. et au moins 175 apr. J.-C. 26 L’examen de la pâte confirme l’origine tripolitaine de l’amphore et plus précisément la région de Leptis Magna (tabl. 1).

8. N° inventaire : SSN47

21L’amphore est représentée par la partie inférieure de sa panse et son pied de forme conique creux (fig. 3). La liaison entre le pied et la panse est marquée par un changement d’orientation assez net. La pâte de couleur rose / rouge présente un aspect particulièrement granuleux. La surface généralement blanchie montre une décoloration sur le pied, correspondant peut-être à un mode d’empilement dans le four au moment de la cuisson. Une attribution typologique reste hasardeuse. Tout au plus peut-on dire que le fond ressemble de manière générique à celui des amphores de tradition punique. L’analyse pétrographique désigne la Tunisie centrale comme région d’origine et peut-être la zone de Salakta (tabl. 1).

9. N° inventaire : SSN395

  • 27 Bonifay 2016, p. 540, 012.

22L’amphore est représentée par un fond conique creux conservé jusqu’à l’amorce de la panse (fig. 3). La paroi externe porte des traces de lissage verticales. La pâte est de couleur rouge marquée par la présence de nombreux points blancs. La surface est nettement blanchie. La morphologie de ce fond se rapproche de celle du pied creux des amphores Carthage EA IV datées entre 50 et 150 apr. J.-C. et pour lesquelles les salsamenta et/ou le vin sont envisagés comme contenu 27, mais sans que l’on puisse trancher véritablement. Malgré l’absence d’identification typologique assurée pour cet élément, l’analyse pétrographique confirme l’origine africaine et plus précisément tunisienne du fragment sans pouvoir préciser davantage (tabl. 1).

3. Analyse pétrographique

23Neuf échantillons ont été sélectionnés pour l’étude en lames minces au microscope polarisant après l’observation à loupe × 10 de la totalité des exemplaires identifiés comme africains au sein de la collection Bouscaras.

24Le tableau (tabl. 1) présente la liste des pâtes analysées, avec leurs principales caractéristiques compositionnelles et techniques.

25D’abord, les analyses ont confirmé la présence de phénomènes d’altération secondaire très importants dans presque toutes les pâtes, dus à la permanence dans un milieu sous-marin anaérobique. Ces phénomènes ont amené à la cristallisation de sulfures et carbonates secondaires et à la modification de la couleur macroscopique originelle des pâtes, qui ont parfois constitué un obstacle pour l’étude en détail et pour les comparaisons avec d’autres matériaux, non altérés, de référence.

  • 28 Capelli, Bonifay 2007. Par ailleurs, on note que les pâtes du groupe 1 sont di (...)

26Dans tous les cas (fig. 4), les inclusions sont composées principalement de quartz, en partie arrondi/éolien, souvent associé à des composantes calcaires (roches, fossiles), ce qui confirme l’origine africaine des amphores 28 . Toutefois, l’hétérogénéité interne de l’ensemble (cinq groupes de pâtes) indique une provenance de plusieurs centres et zones de production, dont la plupart ne peut pas être localisée avec précision aujourd’hui.

Fig. 4 : Micro-photos de pâtes

Fig. 4 : Micro-photos de pâtes

Nx, dimensions réelles : 1,3 × 1 mm

Source : C. Capelli.

  • 29 Contino, Capelli 2016.

27Les pâtes des amphores du groupe 1 (Dressel 26 et Africaines anciennes) – dont la couleur est très altérée vers le gris, à cause de l’abondance de pyrite microcristalline secondaire – sont distinguées notamment par la présence de fragments de calcaires (fossilifères), micritiques et plus souvent sparitiques (fig. 2, n° 1, 2 et 3). Elles se rapprochent de familles de pâtes déjà identifiées, la famille A des Africaines anciennes et la famille C des Dressel 26, pour lesquelles on a envisagé une provenance d’un seul centre de production en Tunisie septentrionale, peut-être dans la région de Carthage 29.

  • 30 Pour le type Sullecthum 2 / Uzita 52/10, cf. Capelli et alii 2016, p. 277-278.

28Au contraire, en ce qui concerne les pâtes du groupe 2 (amphores Uzita 52/10 et van der Werff 2) (fig. 3, n° 5, 6 et 8), avec un dégraissant ajouté bien classé (où les inclusions calcaires, peut-être abondantes à l’origine, ont complètement disparu lors de la cuisson et/ou par l’altération secondaire), une provenance du Sahel tunisien (des ateliers de Salakta/Sullechtum ou de centres voisins, au moins pour le sous-groupe 2.1) est possible 30.

  • 31 Bonifay et alii 2015, n. 10599, famille E.

29L’échantillon du groupe 3 (amphore Africaine précoce AP5) est caractérisé par un dégraissant ajouté très abondant et bien classé (fig. 2, n° 4). La pâte est assez similaire à celle d’une amphore Ostia LIX de Pompéi 31. La provenance est indéterminée.

30Indéterminée est aussi la provenance de l’échantillon du groupe 4 (type indéterminé) (fig. 3, n° 9). Cependant, la pâte (la seule, dans le contexte analysé, sans un dégraissant certainement ajouté : les inclusions sont assez fines et peu classées) se rapprocherait mieux des productions de la côte nord-orientale de la Tunisie.

  • 32 Capelli, Bonifay 2016.

31Enfin, la pâte de l’amphore Tripolitaine 1 du groupe 5 (fig. 3, n° 7), caractérisée par des inclusions bien classées à distribution bimodale (fraction mineure autour de 0,1 mm, à quartz dominant ; fraction majeure principalement entre 0,2 et 0,5 mm, à quartz, calcaires et fossiles) est bien corrélable à des échantillons d’archive dont la production est localisable dans la zone de Leptis Magna 32.

Tabl. 2

Tabl. 2

Pour consulter le tableau 2 au format .docx, se reporter au document annexe « Tableau 2 ».

Conclusion

  • 33 Sanchez 2009, p. 128 et 139.

32Les analyses menées sur les amphores africaines du dépotoir de Port-la-Nautique appellent quelques commentaires en guise de conclusion. Le premier concerne la variété typologique rencontrée au sein des productions africaines, somme toute faiblement représentées dans l’ensemble du dépotoir. Les éléments étudiés montrent l’arrivée dans le port antique de Narbonne des amphores Africaines anciennes AP1, AP2 et AP5, Dressel 26, Tripolitaine 1 et peut-être du type Sullecthum 2. Les analyses ont permis, d’une part de confirmer l’origine africaine du petit groupe de conteneurs et d’autre part, de proposer une région de production probable pour la plupart des fragments analysés. Le lot montre notamment la commercialisation vers Narbonne, entre la deuxième moitié du i er siècle av. J.-C. et les années 60-70 apr. J.-C., d’huile d’olive, de sauces et conserves de poisson et peut-être de vin transportés dans des amphores issues des ateliers de plusieurs régions de la Tunisie (nord-ouest, centre et nord-est) ainsi que de Tripolitaine. Des éléments supplémentaires n’ayant pu être étudiés dans le cadre de cet article confirment la présence de certains types comme les amphores Tripolitaine 1 et indiquent l’arrivée d’autres formes comme les conteneurs Maña C2 bien attestés dans plusieurs ensembles narbonnais terrestres 33.

Haut de page

Bibliographie

Bonifay M. 2004, Études sur la céramique romaine tardive d’Afrique, Oxford (BAR Int. S. 1301).

Bonifay M. 2016, « Annexe 1. Éléments de typologie des céramiques de l’Afrique romaine », dans Céramique africaine 2016, p. 507-573.

Bonifay M. et alii 2015, Bonifay M., Botte E., Capelli C., Contino A., Djaoui D., Panella C., Tchernia A., « Nouvelles hypothèses sur l’origine et le contenu des amphores africaines Ostia LIX et XXIII », AntAfr 51, p. 189-210.

Capelli C., Bonifay M. 2007, « Archéométrie et archéologie des céramiques africaines : une approche pluridisciplinaire », dans M. Bonifay, J.-Chr. Tréglia (éd.), LRCW 2, Late Roman Coarse Wares, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean. Archaeology and Archaeometry, Oxford (BAR Int. S. 1662), p. 551-567.

Capelli C., Bonifay M. 2016, « Archeologia e archeometria delle anfore dell’Africa romana. Nuovi dati e problemi aperti », dans A. Ferrandes, G. Pardini (éd.), Le regole del gioco. Tracce Archeologi Racconti. Studi in onore di Clementina Panella, Roma, p. 535-557.

Capelli C., Contino A. 2013, « Amphores tripolitaines anciennes ou amphores africaines anciennes ? », AntAfr 49, p. 199-208.

Capelli C. et alii 2016, Capelli c., Bonifay M., Franco C., Huguet C., Leitch V., Mukai T., « Étude archéologique et archéométrique intégrée », dans Céramique africaine 2016, p. 273-352 et 654-736.

Céramique africaine (la) 2016, D. Malfitana, M. Bonifay (éd.), La céramique africaine dans la Sicile romaine, Catania (Monografie dell’Istituto per i Beni Archeologici e Monumentali, C.N.R., 12).

Contino A. 2013, « Anfore africane tra I e II d.C. a Roma (Ostia 59 ; Ostia 23 ; Uzita) : rinvenimenti dall’area del Nuovo Mercato Testaccio », dans D. Bernal, L.C. Juan, M. Bustamante, J.J. Díaz, A.M. Sáez (éd.), Hornos, talleres y focos de producciόn alfarera en Hispania. I Congreso internacional de la SECAH (Cádiz, 3-4 de marzo de 2011), Cádiz (Monografías Ex Officina Hispana 1), p. 403-417.

Contino A., Capelli C. 2016, « Nuovi dati archeologici e archeometrici sulle anfore africane tardorepubblicane e primo imperiali : rinvenimenti da Roma (Nuovo Mercato Testaccio) e contesti di confronto », dans R. Járrega, P. Berni (éd.), Amphorae ex Hispania : paisajes de producción y consumo. III Congreso Internacional de la Sociedad de Estudios de la Cerámica Antigua (SECAH) - Ex Officina Hispana (Tarragona, 10-13/12/2014), Tarragona (Monografías Ex Officina Hispana III), p. 538-556.

Contino A., Capelli C., sous presse, « Anfore ovoidi tardo repubblicane e primo imperiali di produzione africana », dans A Family Business... The Ovoid Amphorae in the Central and Western Mediterranean between the Last Two Centuries of the Republic and the Early Days of the Roman Empire, International Workshop, Sevilla / San Fernando, 10-11 dec. 2015, (SPAL).

Contino A. et alii 2016, Contino A., Capelli C., Milella M., Pacetti F., Ungaro L., Bonifay M., « L’anfora “Dressel 26” del Castro Pretorio », AntAfr 52, p. 145-156.

Monteil G., Silvéréano S. 2011, « De Britannia à Narbo Martius, réflexions croisées autour d’assemblages sigillés d’époque néronienne », dans Actes du congrès de la SFECAG, Arles, 2-5 juin 2011, Contextes de consommation à Arles : le point sur les connaissances céramiques, Contextes des villes portuaires et fluviales : commerce, économie et société, Actualité des recherches céramiques, Marseille (Actes des congrès de la SFECAG ), p. 119-158.

Nacef J. 2015a, La production de la céramique antique dans la région de Salakta et Ksour Essef (Tunisie), Oxford (Roman and Late Antique Mediterranean Pottery 8).

Nacef J. 2015b, « Un atelier de potier à la périphérie de la ville de Thapsus aux premiers siècles de l’Empire », avec une annexe de C. Capelli et S. Baklouti, AntAfr 51, p. 17-44.

Sanchez C. 2009, Narbonne à l’époque tardo-républicaine. Chronologies, commerce et artisanat céramique, Montpellier (RAN, Suppl. 38).

Sanchez C. 2011, « Vaisselle de bord et petits conteneurs, l’exemple des céramiques communes de la « collection Bouscaras » à Port-la-Nautique », dans C. Sanchez, M.-P. Jézégou (dir.), Espaces littoraux et zones portuaires de Narbonne et sa région dans l’Antiquité, Lattes (Monographies d’archéologie méditerranéenne 28), p. 143-173.

Haut de page

Documents annexes

  • Tableau 1 (application/vnd.openxmlformats-officedocument.wordprocessingml.document – 20k)
  • Tableau 2 (application/vnd.openxmlformats-officedocument.wordprocessingml.document – 13k)
Haut de page

Notes

1 Monteil, Silvéréano 2011 ; Sanchez 2011.

2 Ce projet fait l’objet d’un partenariat entre la Région Occitanie, l’État et les villes de Narbonne et Gruissan. Il bénéficie également du soutien du LabEx Archimède, IA- ANR-11-LABX-0032-011.

3 Sanchez 2009, p. 338.

4 Les amphores identifiées comme africaines ont été examinées lors d’une mission d’étude réalisée à Narbonne par Michel Bonifay, Claudio Capelli, Alessia Contino et Corinne Sanchez en avril 2016.

5 Seuls les éléments dont l’origine africaine a été confirmée par analyse pétrographique sont décrits dans le catalogue.

6 Le diamètre est mesuré au milieu du sommet de la lèvre.

7 Capelli, Contino 2013 ; Contino, Capelli, sous presse.

8 Capelli, Contino 2013, p. 204.

9 Capelli, Contino 2013, p. 202, fig. 3, 30, 33.

10 Capelli, Contino 2013, p. 206-207.

11 Contino, Capelli 2016, p. 543.

12 Contino, Capelli 2016, p. 543.

13 Contino, Capelli 2016, p. 543.

14 Capelli, Contino 2013, p. 202, fig. 3, 26, 34 ou encore 41.

15 Contino, Capelli 2016, p. 545-546, fig. 6, 4. Sur l’exemplaire narbonnais le profil concave est moins accentué que dans les exemplaires de Pompéi et du Nuovo Mercato Testaccio ; Contino et alii 2016.

16 Contino, Capelli 2016, p. 555-551 et 552, fig. 8, 6.

17 Contino, Capelli 2016, p. 551.

18 Contino, Capelli 2016, p. 550.

19 Nacef 2015a, p. 36-38 ; Contino 2013, p. 321.

20 Capelli et alii 2016, p. 277-278.

21 Capelli et alii 2016, p. 277.

22 Bonifay 2016, p. 538, 002.

23 Cette inscription doit faire l’objet d’une étude approfondie.

24 Bonifay 2004, p. 89 ; Nacef 2015b, p. 33 et fig. 12.

25 Bonifay 2016, p. 538, 002.

26 Bonifay 2016, p. 540, 014.

27 Bonifay 2016, p. 540, 012.

28 Capelli, Bonifay 2007. Par ailleurs, on note que les pâtes du groupe 1 sont différentes de celles des amphores Africaines anciennes étudiées à Toulouse (Benquet, Capelli, dans ce volume), parmi lesquelles se trouvent des exemplaires attribuables à la production d’Utique (Ben Jerbania, Capelli, dans ce volume).

29 Contino, Capelli 2016.

30 Pour le type Sullecthum 2 / Uzita 52/10, cf. Capelli et alii 2016, p. 277-278.

31 Bonifay et alii 2015, n. 10599, famille E.

32 Capelli, Bonifay 2016.

33 Sanchez 2009, p. 128 et 139.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Port-la-Nautique (Narbonne). Situation géographique du site et bilan des découvertes. Emplacement des fouilles subaquatiques et des sondages d’A. Bouscaras.
Crédits Source : J. Cavero.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/587/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 2 : Port-la-Nautique. Amphores africaines analysées
Crédits Source : J. Lescure, S. Lemaître et C. Sanchez.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/587/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Tabl. 1 : Liste des échantillons étudiés, avec les principales caractéristiques compositionnelles et techniques des pâtes. B = distribution bimodale. (C. Capelli).
Légende Pour consulter le tableau 1 au format .docx, se reporter au document annexe « Tableau 1 ».
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/587/img-3.png
Fichier image/png, 88k
Titre Fig. 3 : Port-la-Nautique. Amphores africaines analysées.
Crédits Source : J. Lescure, S. Lemaître et C. Sanchez.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/587/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Fig. 4 : Micro-photos de pâtes
Légende Nx, dimensions réelles : 1,3 × 1 mm
Crédits Source : C. Capelli.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/587/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Tabl. 2
Légende Pour consulter le tableau 2 au format .docx, se reporter au document annexe « Tableau 2 ».
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/587/img-6.png
Fichier image/png, 61k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Séverine Lemaître, Claudio Capelli et Corinne Sanchez, « Amphores africaines provenant du dépotoir portuaire de Port-la-Nautique (fin i er av. - i er s. apr. J.-C.) »Antiquités africaines, 53 | 2017, 207-216.

Référence électronique

Séverine Lemaître, Claudio Capelli et Corinne Sanchez, « Amphores africaines provenant du dépotoir portuaire de Port-la-Nautique (fin i er av. - i er s. apr. J.-C.) »Antiquités africaines [En ligne], 53 | 2017, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 14 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/antafr/587 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.587

Haut de page

Auteurs

Séverine Lemaître

EA 3811-HeRMA, université de Poitiers, severine.lemaitre[at]univ-poitiers.fr.

Claudio Capelli

Dipartimento di Scienze della Terra, dell’Ambiente e della Vita (DISTAV), Università degli Studi di Genova, Gênes. Collaborateur associé au Centre Camille Jullian (Aix Marseille Univ, CNRS, MCC, CCJ, Aix-en-Provence, France), capelli[at]dipteris.unige.it.

Articles du même auteur

Corinne Sanchez

ASM, Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, UMR5140, CNRS, Univ Paul-Valéry Montpellier, MCC, F-34000 Montpellier, France, corinne.sanchez[at]cnrs.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search