Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53Territoire assigné ou territoire ...

Territoire assigné ou territoire laissé ?

À nouveau sur le rapport entre Sufetula (Sbeïtla, en Tunisie) et les Musunii
Ali Chérif
p. 63-77

Résumés

Des bornes territoriales, trouvées à diverses distances à l’est de Sufetula, présentaient sur l’une de leurs deux faces principales le sigle PMSM. Ces lettres ont été différemment interprétées. Nous reprenons ici l’examen de ces documents en vue de démontrer qu’il s’agit non pas d’un acte d’assignation de terres au profit des Musunii, mais plutôt d’une simple limitation entre le territoire de Sufetula Musuniorum, ville fondée comme municipe latin sur le domaine de ladite tribu, et des domaines privés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Plin., nat., V, 30 (Desanges).
  • 2 On citera surtout les travaux suivants : Khanoussi 2004, p. 1158-1165 ; 2008 ; 2010 ; 2014 ; Desan (...)
  • 3 Cf. infra, notes 13, 14 et 15.

1Les Musunii, essentiellement ceux de l’Africa plinienne1, ont retenu ces dernières années l’attention des chercheurs2. À l’origine de ce nouveau débat, une borne-limite découverte par F. Bejaoui et publiée par M. Khanoussi3. Celle-ci, un peu différente de la série des bornes anciennement connues (le même texte mais plus développé), a été différemment interprétée. Des questions majeures relatives à l’étendue du territoire de cette natio, ses rapports avec l’autorité romaine et ses relations avec les cités des Hautes Steppes tunisiennes, en particulier avec Sufetula, ont été alors posées. L’interprétation du dossier documentaire disponible (sources littéraires et épigraphiques) en vue de répondre à ces multiples interrogations, a fait naître une problématique fondamentale : comment définir le rapport qui aurait pu exister entre les Musunii et Sufetula ? Différentes réponses ont été apportées et on peut insister sur deux réflexions essentielles dues à M. Khanoussi et L. Naddari.

  • 4 Chérif 2017, p. 251-283.

2Nous avons eu l’occasion ailleurs de nous intéresser à la gens Musuniorum dans le cadre d’une notice consacrée aux Musunii Regiani4. Il ne s’agit naturellement pas dans le cadre de cette étude de se livrer à une présentation détaillée de toutes les données d’ordre historique et géographique déjà exposées. On se limitera seulement à discuter les analyses proposées par les deux historiens en vue d’avancer, après un réexamen de l’état de nos connaissances archéologiques et épigraphiques, une nouvelle interprétation du bornage effectué autour de Sufetula, essentiellement au niveau du secteur oriental.

1. Le dossier du bornage effectué autour de Sufetula et son interprétation

1.1. Présentation des bornes

  • 5 Deux autres bornes inédites portant également le sigle PMSM ont été signalées par L. Naddari (2014 (...)
  • 6 Gauckler 1895, p. 229-230. Voir aussi Gauckler 1897, p. 383.
  • 7 CIL VIII, 23222-23225. Dimensions des bornes : H. 1,50 m ; larg. 0,50 m ; ép. 0,12 m (une seule, l (...)
  • 8 Gauckler 1897, p. 383. Voir aussi Duval 1989, n° 221, p. 474.
  • 9 Gauckler 1895, p. 229. Cependant, bien qu’il soit certain que les bornes ont été découvertes en pl (...)

3Il s’agit de sept bornes opisthographes trouvées dans des lieux différents à l’est, au nord-est et au sud-est du site archéologique de Sbeïtla5. En 1895, P. Gauckler6 publie 4 bornes découvertes à 4 km à l’est de cette ville (fig. 1). Les deux faces principales de chaque borne portaient le même texte7. D’après les indications des géomètres du service topographique français, « ces bornes décrivent un arc de cercle au nord de la piste de Djilma »8, ville moderne située à 26 km à vol d’oiseau à l’est de Sbeïtla. P. Gauckler a bien vérifié l’information qui lui a été transmise par le service topographique à propos de l’emplacement de ces bornes, elles étaient toutes « encore fichées en terre »9.

Fig. 1 : Emplacement approximatif des bornes publiées par P. Gauckler et M. Khanoussi

Fig. 1 : Emplacement approximatif des bornes publiées par P. Gauckler et M. Khanoussi

Source : A. Chérif et R. Smari.

  • 10 CIL VIII, 23220-23221 = AE 1901, 106 et 106a. Cagnat 1901, p. 116 ; Duval 1989, p. 474, n° 222-223 (...)
  • 11 Naddari 2014b, p. 23, fig. 1.
  • 12 N. Duval (1989, p. 474, n° 222) a d’ailleurs bien noté que la borne CIL VIII, 23220 n’a pas été tr (...)

4En 1901, R. Cagnat publie deux autres bornes10. Les lieux de découverte n’ont pas été correctement donnés par l’éditeur (l’une à 3,5 km et l’autre à 4,5 km environ au nord-est de Sbeïtla). L’enquête menée par L. Naddari11 a permis de situer les trouvailles près de Henchir Moussa et à Henchir el-Hadia, respectivement à 9 et à 10 km à vol d’oiseau au nord-est de Sbeïtla, non loin de la voie Sufetula-Masclianae. Contrairement aux autres bornes, celles-ci ne semblent pas avoir été découvertes en place12.

  • 13 Khanoussi 2004, p. 1158-1159.
  • 14 AE 2004, 1672. Pierre calcaire qui présente les dimensions suivantes : H. 0,52 m ; larg. 0,52 m ; (...)

5La 7e borne est publiée en 2004. Elle a été découverte « sur la rive gauche de l’oued Sbeïtla près du pont moderne situé à l’entrée nord-est de la ville moderne, à une distance d’environ 2,5 km au nord-est du site antique »13. M. Khanoussi nous a assuré que la pierre fut trouvée en place. Elle ne semble donc pas avoir été déplacée de son contexte originel, près de l’oued Sbeïtla. Deux textes sont gravés sur les faces principales14 :

  • 15 Khanoussi 2004, p. 1160 et 1164 ; 2008, p. 76-77.

Face A : (Terminus fundi) Fulciniae Sabinae
Face B : Pub(lica) munic(ipii) Suf(etulensium) Mus(uniorum)15

  • 16 On reviendra sur la question de la chronologie des bornes dans le travail signalé à la note 107.

6Ces bornes, outre qu’elles posent un sérieux problème d’interprétation, présentent également une difficulté de datation. Faut-il les traiter comme un ensemble homogène, ou être plutôt tenté de dissocier la borne publiée par M. Khanoussi du reste du groupe vu sa rédaction partiellement développée ?16

1.2. Le débat sur le rapport entre Sufetula et les Musunii 

1.2.1. Première approche : la Sufetula des Musunii

  • 17 Cf. supra, note 2.

7Cette première lecture est due à M. Khanoussi. Dans une série d’articles consacrés à la natio des Musunii et au fait urbain dans les Hautes Steppes tunisiennes17, l’auteur a surtout abouti aux résultats suivants :

  • Sufetula doit être définitivement rangée parmi les municipes africains ;
  • la ville n’a pas été fondée à l’origine comme un castellum militaire qui aurait obtenu par la suite le statut municipal. Elle a plutôt été déduite en tant que municipe pour « accueillir une population formée d’autochtones »18 ;
  • Sufetula est dénommée Suf(etula) Mus(uniorum). L’emploi du génitif pluriel Mus(uniorum) laisse supposer qu’une partie de la population de la tribu a été intégrée dans le peuplement de la ville et que celle-ci fut fondée à l’intérieur du territoire de la gens Musuniorum ;
  • le territoire des Musunii est très vaste. En plus de la région de Sufetula, il s’étend au nord jusqu’à Sufes et atteint vers le sud-ouest la ville de Thelepte.
  • 19 Le développement Suf(etula) Mus(uniorum) a d’ailleurs été accepté par J. Desanges (2010c, p. 5156) (...)

8De cette première lecture, il convient de retenir une donnée essentielle : Sufetula a été établie au cœur du territoire du grand peuple des Musunii. Cette idée capitale aura des conséquences sur le sens que donna M. Khanoussi à l’opération de bornage qui nous occupe ici19.

1.2.2. Deuxième approche : les Musunii établis sur les publica de Sufetula

  • 20 Naddari 2014b, p. 26 (référence commune pour les trois citations qui suivent).

9Un deuxième essai d’explication a été tout récemment avancé par L. Naddari, qui a repris l’étude de l’ensemble du dossier relatif à cette opération de bornage autour de Sufetula. Sa critique de l’interprétation donnée par M. Khanoussi se résume en trois points essentiels20 :

  • il est « difficile de retenir le double toponyme proposé » par M. Khanoussi, c’est-à-dire Suf(etula) Mus(uniorum). La cause essentielle mise en avant par L. Naddari pour contester cette appellation est l’absence de celle-ci dans les différentes sources évoquant le toponyme Sufetula ;
  • l’auteur opte pour le datif pluriel à la place du génitif pluriel ; il préfère développer les initiales PMSM en Pub(lica) munic(ipii) Suf(etulensium) (adsignata) Mus(uniis), soit « Terres du domaine public du municipe de Sufetula [assignées] aux Musunii » ;
  • ces « bornes limites seraient l’expression d’une opération de bornage entre des propriétés privées et des portions de terres prises sur l’ager publicus municipii Sufetulensis, et assignées collectivement aux Musunii ».
  • Il découle de cette nouvelle lecture deux faits importants :
  • la mention de la tribu n’est plus à mettre en rapport avec l’appellation de la ville ; celle-ci n’a jamais été dite Suf(etula) Mus(uniorum) ;
  • les Musunii sont évoqués ici en tant que bénéficiaires d’une assignation de terres sur les publica de la ville de Sufetula.

2. Critique de l’hypothèse de l’assignation

10Cette critique concernera trois données essentielles :

  • tout d’abord l’absence du terme Musuniorum dans la titulature de Sufetula. Pour comprendre ce fait, on devra examiner de près la chronologie des inscriptions jusqu’ici connues et mentionnant ce toponyme21 ;
  • ensuite, on observera les inscriptions africaines qui attestent indubitablement une assignation de terre, pour vérifier si le terme adsignatus, dans sa connotation technique, pourrait être parfois sous-entendu ;
  • en troisième lieu, on examinera la répartition spatiale des différents domaines signalés par les bornes de Sufetula, y compris celui supposé avoir été assigné aux Musunii.

11Il est important de vérifier si nos bornes, pour opisthographes qu’elles soient, pourraient démarquer plus que deux domaines à la fois ou non. On prendra comme exemple la borne publiée par M. Khanoussi.

Examinons maintenant ces différents points.

2.1. Chronologie des inscriptions comportant le toponyme Sufetula

  • 22 Comme on le verra en détail plus loin, le toponyme est, dans certains cas, abrégé (SV, SVF, SVFI, (...)

12Les textes épigraphiques mentionnant le toponyme Sufetula22 peuvent être divisés en trois ensembles : les inscriptions découvertes à Sbeïtla, les inscriptions de Lambèse où sont mentionnés des militaires qui pourraient être originaires de Sufetula, et enfin un document trouvé en Pannonie inférieure. Sont donnés ci-après les textes classés chronologiquement au sein de chaque groupe, avec un essai de datation.

2.1.1. Les inscriptions de Sbeïtla

a. CIL VIII, 11346. Duval 1989, p. 437, n° 57. Trouvée remployée dans l’amphithéâtre.

Ṃ(arco) Magnio / Sẹụẹro, fl(amini) p(er)p(etuo), / cịụị incom/pạṛabili / ọb meritạ / sp̣lenḍidissiṃus ordo / Ṣụfetulensis. / D(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica)

  • 23 Bassignano 1974, p. 66.
  • 24 Duval 1989, p. 436, fig. 32.
  • 25 Belkahia Karoui 2008, p. 72; 2009, p. 531, n° 328.
  • 26 Qu’ils trouvent ici l’expression de ma reconnaissance la plus sincère.

Datation : l’inscription n’a été datée ni par M. S. Bassignano23, ni par N. Duval24, ni encore par Th. Belkahia Karoui25. Le critère paléographique (capitales allongées) ne permet de proposer qu’une fourchette assez large. M. Khanoussi et S. Aounallah, que nous avons consultés à propos de ce texte26, nous ont proposé deux chronologies assez proches : le premier la deuxième moitié du iie siècle, le second la période qui va de Marc Aurèle jusqu’à la fin des Sévères.

b. CIL VIII, 11340 = ILS, 6835. Duval 1989, p. 431, n° 48. Trouvée remployée dans l’amphithéâtre.

L(ucio) Caecilio, L(ucii) f(ilio), Athe/naeo, aedilicio, IIuirali, / iuueni munerario, fl(amini) p(er)p(etuo), / eq(uiti) R(omano), a militiis, proc(uratori) / Aug(usti) n(ostri) ab [epistulis ( ?) uel studiis] / ob insignem morum / clementiam et erga singulos / uniuersosq(ue) ciues liberalitatem / et administrationem IIuiratus / innocuam et singularem uo/luptatem editionem obque / fili(i) eius Caecili Donati Aufidia/ni, fl(aminis) p(er)p(etui) honorem, splendidis/simus ordo et uniuersus popul(us) / curiarum col(oniae) Sufetulensis / aeternum gratiarum / suarum testimonium po/suit idemque dedicauit

  • 27 Pflaum 1960, p. 824-826, n° 319 (Sévère Alexandre) ; Bassignano 1974, p. 65, n° 4 et p. 66-67 (Sév (...)

Datation : Sévère Alexandre (ou le iiie siècle)27.

c. CIL VIII, 11343 = ILTun, 353. Duval 1989, p. 435, n° 52. Trouvée remployée dans l’amphithéâtre.

Splendidissimus / Sufetulensis ordo, / M(arco) Valgio, M(arci) f(ilio), Quir(ina), / Aemiliano, eq(uiti) r(omano), / tribuno n(umeri) Pal/murenorum, / ob eximiam in rem / publ(icam) suam liberali/tatem, titulum hac / aeternitate signauit

  • 28 G. Ch. Picard (1944, p. 108) date l’inscription de Sévère Alexandre. Voir aussi Devijver 1977, V 4 (...)

Datation : première moitié du iiie siècle28.

d. ILTun, 370. Duval 1989, p. 419, n° 30. Trouvée remployée dans une piscine du grand frigidarium des grands thermes.

Imp̣(eratori) Cạẹṣạṛi, / Ṃ(arco) Ạụṛẹḷịọ / C̣ạṛịṇọ, c̣ọṇ/ṣụḷị ẹṭ ṇọḅ[i/lis]ṣ[i]mo] C̣(a)ẹṣ(ari), / [r]es publica / Sufetul[ens/i]s colon[iae / d]euot[a nu/m]ini [maiest]/atiqu[e eius]. / D(ecreto) d(ecurionum) [p(ecunia) p(ublica)]

Datation : règne de Carin, 283-285.

e. AE 1954, 59. Duval 1989, p. 424, n° 40. Trouvée près des fortins au sud de la ville.

M(arco) Ael[io ---] Candidia[no], / c(larissimo) u(iro), pr[--- con]sulari, pa/tro[no ---, or]d(o) splendidis/[simus rei publicae Su]fetulensium / [ob insignem a]morem in / [ciues( ?) ---] memoriae / [---]VLE / [---] Seuerus, u(ir) e(gregius), fl(amen) p(er)p(etuus), / [curator] rei publicae statuam de suo / fecit

  • 29 Picard 1954, p. 121, n° 31 (l’inscription est très vraisemblablement de l’époque de Constantin ou (...)

Datation : fin iiie siècle – première moitié du ive siècle29.

f. CIL VIII, 233 = 11327 = ILTun, 352. Duval 1989, p. 480, n° 238.

Imp(erator) Caesar Aug(ustus) / [---] / [---] / Sufetulentium / hanc (a)edificarunt / et d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica)

  • 30 ILTun, 352.
  • 31 Duval 1989, p. 480, n° 238. Dans une autre étude, N. Duval (1965, p. 134) conclut qu’il « ne faut (...)

Cette inscription est considérée par A. Merlin comme ayant un « caractère suspect »30 ; elle est classée par N. Duval parmi les « Inscriptions fausses ou suspectes » et « inventée par Peyssonnel »31. Il faut donc éviter toute utilisation de ce document.

2.1.2. Les inscriptions de Lambèse (listes militaires)

g. AE 1989, 876.

Ligne 7 : Terentius Marce[llus ?], SVF(---)

  • 32 Le Bohec 1989b, p. 75, n° 9 (voir aussi note suivante).
  • 33 Le Bohec 1989a, p. 210 et 311.

Datation : la liste militaire date probablement du règne d’Hadrien32, mais comme l’a noté Y. Le Bohec, « on hésite entre Sufes et Sufetula »33.

h. AE 1987, 1063 = AE 1989, 882 = AE 1992, 1867a.

  • 34 Développement proposé par Y. Le Bohec (1989a, p. 218). X. Dupuis (1992, p. 127) propose de dévelop (...)

Ligne 21 : C(aius) Iulius Saturninus d(iscens) s(igniferorum)34, SVFI(---) uel SVFE(---)

  • 35 Dupuis 1992, Tafel XI, b.
  • 36 Le Bohec 1989a, p. 218.
  • 37 Le Bohec 1989a, p. 220. Les rédacteurs de l’AE (1987, 1063 et 1989, 882) ont retenu le développeme (...)

D’après la photo donnée par X. Dupuis35, la quatrième lettre apparaît clairement dans la transcription du nom de la ville, c’est une haste nettement verticale qui n’a été reproduite ni par Y. Le Bohec36, ni par les différentes éditions de l’AE. S’agit-il d’un E ou d’un I ? Si c’est un E, les lectures Sufe(s) et Sufe(tula) conviennent toutes les deux ; si c’est un I, on devrait plutôt conjecturer le développement Sufi(bus). L’état de la pierre ne permet pas de trancher37.

  • 38 Le Bohec 1989b, p. 76, n° 29 ; 1989a, p. 219.
  • 39 Dupuis 1992, p. 128.

Datation : Y. Le Bohec datait cette liste du « troisième quart du IIe s. »38. L’analyse des statuts municipaux de certaines villes figurant dans l’inscription a permis à X. Dupuis de la situer à une date « antérieure à Commode et peut-être même à Marc Aurèle »39.

i. CIL VIII, 2567.

Ligne 29 : L. Petronius Motthun, SV(---)

  • 40 Le Bohec 1989b, p. 77, n° 55.

G. Wilmanns hésite entre Sufetula et Sufes. Y. Le Bohec, dont la lecture diffère de celle du Corpus (SVFI et non SV), préfère lire Sufï(bus). L’attribution de ce soldat à Sufetula n’est donc pas certaine.
Datation : Septime Sévère – Caracalla40.

j. CIL VIII, 2569.

Fragment a, ligne 14 : L. Faonius Ianuarius, SVFI(---)

  • 41 Le Bohec 1989b, p. 318.

G. Wilmanns a lu Sufes ; pour Y. Le Bohec, « La patrie est Sufes ou Sufetula »41.

  • 42 Le Bohec 1989b, p. 77, n° 58.

Datation : Septime Sévère – Caracalla42.

k. CIL VIII, 2586 = ILS, 2381.

Ligne 50 : P. Aelius Tauriscus, SVFET(---)

  • 43 Le Bohec 1989b, p. 223. Benseddik 2010, p. 136, n° 45 (l’auteur développe « Sufet(ula) »).

Malgré le caractère encore plus développé de l’origo, SVFET au lieu de SVF, Y. Le Bohec, hésite encore entre Sufes et Sufetula. On pourra admettre ici avec l’auteur du Corpus le développement Sufet(ula).
Datation : Élagabal – Sévère Alexandre43.

2.1.3. L’inscription de Törökbálint, l’antique Aquincum (Pannonie inférieure)

l. CIL III, 3680. Duval 1989, p. 477, n° 235.

  • 44 Sur ce texte, voir Schober 1923, p. 113, n° 248 ; Toutain 1946‑1949, p. 196-199.

D(iis) M(anibus). / M(arco) Granio / Dato, uet(erano) leg(ionis) / II Ad(iutricis), domo / Africa Sufe/t(u)la, Granii / Martinus et / Felix liberti / uiuo patrono / optimo, pecun(ia) / sua t(itulum) f(aciendum) c(urauerunt)44

  • 45 Lassère 1977, p. 637.
  • 46 Le Bohec 1989b, p. 510.

Datation : aucune date n’a été proposée par N. Duval. J.-M. Lassère propose le iie ou le iiie siècle45. Le Bohec préfère le iie siècle, mais sans justification46. La legio II Adiutrix, constituée par Vespasien en 70, est connue durant toute l’époque romaine.

  • 47 CIL VIII, 18068.

13Au terme de la revue de toutes ces inscriptions, il y a lieu de constater que sur les douze documents recensés, neuf sont relativement bien datés. Cependant, dans ce groupe de neuf, les textes sont d’inégale importance pour notre propos. Il faut tout d’abord rayer du dossier l’inscription signalée par J.-A. Peyssonnel (texte 2.1.1. f) considérée comme fausse ou suspecte. Pour ce qui est des cinq inscriptions de Lambèse, il est difficile d’affirmer que les militaires mentionnés sont originaires de Sufetula, à l’exception probable de P. Aelius Tauriscus. Toutefois, même dans ce cas où il est possible de lire Sufet(ula), on ne doit pas s’étonner de l’absence d’un second nom de la ville qui aurait réellement fait partie de sa dénomination officielle. Un seul exemple suffira à le prouver. Dans une liste militaire, provenant également de Lambèse47, sont mentionnés trois soldats originaires d’Hippo. De quelle Hippo s’agit-il, Regius ou Diarrhytus ? On ne saurait le dire. Enfin, pour les textes 2.1.1. a et 2.1.3. l, la fourchette chronologique est forcément assez large vu l’absence de critères de datation plus précis. Au total, ce sont donc quatre inscriptions seulement qui seront mises à contribution pour essayer de retracer l’histoire de la dénomination de notre cité.

  • 48 Naddari 2014b, p. 25-26.

14Ces précisions d’ordre chronologique sont indispensables pour toute démonstration qui tente d’étudier l’évolution du toponyme Sufetula. Toutefois, de telles précisions ne figurent pas dans le tableau récapitulatif du « toponyme Sufetula dans la littérature antique et médiévale » donné par L. Naddari48 .

  • 49 CIL VIII, 23216. Duval 1989, p. 411, n° 10.
  • 50 Voir les exemples dans les listes dressées par Aounallah 2001, p. 110-111 et Belkahia Karoui 2008, (...)
  • 51 On le voit à titre d’exemple à Auitta Bibba (CIL VIII, 798), à Mustis (AE 1968, 589, 600) etc.
  • 52 On donnera à titre indicatif les exemples suivants : AE 1957, 90 (Hippo Regius), où on lit « ciui (...)

15En effet, la plus ancienne inscription où figurait assurément le nom de Sufetula et où la date est relativement bien précise, n’est pas antérieure à Sévère Alexandre (texte 2.1.1. b). Elle accorde à la cité le statut de colonie. Il est dès lors légitime de se poser une question : pourquoi le nom de la cité ne se rencontre guère, du moins d’une manière assurée, avant ce règne ? Entre l’inscription mentionnant les empereurs flaviens49 et Sévère Alexandre, on constate un silence de la documentation qui se poursuit sur environ un siècle et demi, ce qui est intrigant à première vue. Deux raisons expliquent ce silence trompeur et apparent : d’une part, le fait que les inscriptions publiques ne mentionnent pas systématiquement le nom de la cité et, d’autre part, l’état actuel des découvertes épigraphiques. A Sbeïtla, plusieurs hommages rendus aux Antonins et aux Sévères ainsi qu’à leurs familles se terminent par la formule habituelle DD PP sans mention du nom de la cité50. Mais dans le corpus épigraphique de telle ou telle cité, il arrive de trouver un certain nombre d’inscriptions qui n’affichent pas le nom de celle-ci51. De plus, pour certaines cités ayant un nom composé, le second élément peut quelquefois faire défaut52.

  • 53 Expression empruntée à Y. Le Bohec (1992, p. 108).

16Dans la présentation des inscriptions de Sbeïtla, nous avons tenu à indiquer le lieu de chaque découverte. Nous constatons qu’aucune inscription n’a été trouvée en place et à la suite d’une fouille méthodique. N’a-t-on pas dit que « l’épigraphie ne saurait se passer de l’archeologie »53 ? En fait, pour souhaiter un apport quelconque de ce lot d’inscriptions à l’hypothèse défendue (absence de l’épithète ethnique Musuniorum dans la titulature de Sufetula), il faut bien tenir compte du contexte archéologique des découvertes épigraphiques et de la recherche archéologique à Sbeïtla d’une façon générale.

  • 54 Duval 1970, p. 309.
  • 55 Duval 1971, p. 443.
  • 56 Duval 1982, p. 597-598. Le même auteur conclut dans une autre étude (1990, p. 526) qu’il « faudrai (...)
  • 57 Cf. note suivante. La notice consacrée à Sufetula dans Desanges et alii 2010, p. 217-220, ne conti (...)
  • 58 Bejaoui 1994, p. 7-9 ; 1996 (les nouvelles données archéologiques présentées par l’auteur provienn (...)
  • 59 Le niveau archéologique de l’époque de la fondation se situe certainement sous une couche de rembl (...)

17Revenons sur cette question. N. Duval, connaisseur incontestable de Sbeïtla et de ses inscriptions, a noté à plusieurs reprises que le site n’a pas bénéficié de campagnes de fouilles systématiques et que bon nombre de découvertes épigraphiques étaient le résultat d’une exploration en surface ou du hasard des interventions : « l’ensemble d’inscriptions que j’ai présenté ici succinctement est dû au hasard des trouvailles : fouille d’églises […], dégagements fortuits sur le site, travaux agricoles aux environs »54. La même remarque concerne une série d’inscriptions byzantines : « Ces neuf épitaphes dont la découverte est due au hasard des sondages et des nettoyages … »55. Concernant les recherches archéologiques à Sbeïtla, le même savant a précisé en 1982 que les « ruines de Sufetula ont été fouillées essentiellement de 1907 à 1922, puis, plus sporadiquement, de 1942 à 1966. Actuellement, les déblaiements sont arrêtés et on n’a effectué récemment que quelques travaux de restauration. […] La connaissance de la topographie est donc très incomplète. Seul le réseau de rues a été mis au jour dans le centre de la ville […]. Aucune insula n’a été totalement fouillée. De même, aucun relevé topographique précis n’a été effectué… »56. Ce constat, publié en 1982, mais rédigé en 1975-1976, est toujours valable. Certaines publications plus récentes de F. Bejaoui, également connaisseur incontesté de l’antique Sufetula, confirment cet état des choses57. L’aménagement du site en parc archéologique a sans doute contribué à assurer une meilleure conservation des ruines et la reprise des travaux de dégagement et de restauration. Cependant, les résultats des investigations menées par F. Bejaoui ont révélé essentiellement des vestiges d’époque chrétienne et les traces d’une occupation musulmane58. D’autre part, aucune fouille permettant d’atteindre les couches archéologiques les plus anciennes n’a été pratiquée dans le cœur de la ville, c’est-à-dire dans le noyau cadastré où on s’attendrait le plus à des découvertes relatives aux débuts de la cité (fig. 2)59.

Fig. 2 : Vue partielle des insulae non encore fouillées, situées juste derrière les trois temples

Fig. 2 : Vue partielle des insulae non encore fouillées, situées juste derrière les trois temples

Cliché A. Chérif, pris de l’ouest.

  • 60 La découverte la plus récente mentionnant un empereur et en relation avec un monument date de 1963 (...)

18Ce bilan d’ordre archéologique permet de remarquer qu’aucune nouvelle inscription à caractère municipal et datant du Haut-Empire n’a été découverte au cours des cinq dernières décennies60. Une évidence devrait être tout de suite soulignée : il est absolument hasardeux d’essayer de retracer l’histoire du toponyme Sufetula, surtout durant les premiers temps de son apparition, sans avoir recours à une documentation épigraphique suffisamment fournie. Mais celle-ci, on vient de le dire, fait totalement défaut ou presque.

19Il nous a donc semblé plus raisonnable de considérer, dans l’état actuel des recherches archéologiques et des découvertes épigraphiques, qu’il est tout à fait risqué d’affirmer que Sufetula n’a jamais été dite Sufetula Musuniorum. À ce stade de nos connaissances, encore largement lacunaires, et en l’absence du toponyme lui-même durant les périodes flavienne et antonine (exception faite des sept bornes-limites), il importe de se garder de tirer des conclusions catégoriques du manque de témoignages.

2.2. L’emploi du terme adsignatus dans les inscriptions africaines

  • 61 Contrairement à ce qui a été fait pour les textes de Sufetula, on n’insiste pas ici sur la date de (...)

20L’épigraphie africaine a livré neuf textes qui témoignent incontestablement d’un acte d’assignation de terres à des tribus ou à des colons. Voici, par ordre chronologique, ces inscriptions qui serviront de base, par la suite, à notre commentaire61.

  • 62 AAA, f. 17 – Constantine au 1/200.000e, n° 172.

a. AE 1955, 202 = ILAlg, II, 2, 4226 (Ksar Mahjiba, en Numidie62).

  • 63 Piganiol, Pflaum 1953. Sur le haut de la pierre rectangulaire, on lit : s(inistra) d(ecumanum) / d (...)

Imp(eratore) Caesare August[o] dei[ui f(ilio)] VII[I], / T(ito) Statilio Tauro iterum co(n)s(ulibus), / L(ucius) Iulius Arrenus IIuir, / agros ex d(ecreto) d(ecurionum) / coloneis adsign(auit)63

  • 64 AAA, f. 17 – Constantine au 1/200.000e, n° 339.

b. AE 1957, 175 = ILAlg, II, 2, 6252 (3 km au nord-ouest d’Aïn el-Borj, l’antique Tigisis64). 

  • 65 Lancel 1955, p. 290.

[Ex auctoritate / Imp(eratoris V]es(pasiani) Caesar[is] / Aug(usti), agri pu(b]/lici Cirt(ensium) adsi[g]/(nati) / Nicibibus et S/uburburibus / Regi(anis) per Tulliu(m) / Pomponianu(m) / Capitone(m), / leg(atum) Aug(usti)65

  • 66 AAA, f. 17 – Constantine au 1/200.000e, n° 186.

c. AE 1969-1970, 696 = ILAlg, II, 2, 4343 (Mechta Oueld Gouam, à 7 km à l’ouest d’Aïn Abid66).

  • 67 Berthier 1968, p. 295.

Ex au(c)torit(ate) / Imp(eratoris) Vespasia(ni) / Cae(saris) Aug(usti), agr(i) / pub(lici) Cir(tensium) ad(signati) Sub/urb(uri)b(us) Reg(ianis) et / Nicibibus per / Tul(l)ium Pom-/ponianum / Capitonem, / leg(atum) Aug(usti)67

  • 68 AAA, f. 16 – Sétif au 1/200.000e, n° 472.

d. AE 1904, 144 = ILS, 9380 = ILAlg, II, 3, 7529 (limite nord de Chott el-Beïda68).

Ex auctoritate / Imp(eratoris) Caesaris, di/ui Neruae f(ilii), Neru[ae] / Traiani Optimi / Aug(usti), Germ(anici), Dac(ici), / [P]arthici, fines / adsignati gen[ti] / Suburburum pe[r T(itum)] / Sabinium Barba[rum], / leg(atum) Aug(usti) pro pr(aetore)

  • 69 AAA, f. 16 – Sétif au 1/200.000e, n° 473.

e. AE 1904, 144 = ILS, 9381 = ILAlg, II, 3, 7534 (8,5 km à l’est de la borne précédente69).

Ex aucto[ritate] / Imp(eratoris) Caes(aris), diui [Neruae f(ilii)], / Neruae Traiani O[ptimi] / Aug(usti), Ger(manici), Dacic(i), Part[hici], / [fi]nes adsignati gent[i / S]uburburum per T(itum) Sa[bi]/nium Barbarum, leg(atum) / Aug(usti) pro pr(aetore)

  • 70 AAA, f. 15 – Akbou au 1/200.000e, n° 78.

f. CIL VIII, 8813 (El-Guerria, à 5 km environ à l’ouest de Borj Bou Arririj. Maurétanie Césarienne70).

[E]x indulgenti[a] / [I]mp(eratoris) Caes(aris) Traia[ni] / Hadriani Ang(usti), / fines adsigna/ti genti Numida/rum, per C(aium) Pet[ro]/nium Celerem / proc(uratorem) Aug(usti) prol[inc(iae)] (sic) / Mauretaniae Cae[sa]/r(i)e(n)sis

g. CIL VIII, 8814 = ILS, 5960 (même endroit que la borne précédente).

Ex indulgen/tia Imp(eratoris) Caes(aris) Had/riani Aug(usti), fines / adsignati gen/ti Numidarum, / per C(aium) Petroni/um Celerem / proc(uratorem) Aug(usti) pr[ou(inciae) / M(auretaniae) C]aes[ariensis]

  • 71 Sur le lieu imprécis de cette découverte, voir en dernier lieu Le Bohec 1989b, p. 397. L’endroit d (...)

h. AE 1946, 38 (Bled Goursi el-Tahtani, au sud du Chott el-Hodhna71).

  • 72 Sur ces deux développements, voir Le Bohec 1992, p. 115, n. 47.
  • 73 Leschi 1948 ( = 1957, p. 75-79).

Ex auctoritate Imppp(eratorum) / Caes(arum) L(ucii) Septimi(i) Seueri et / M(arci) Aurelii Antonini et P(ublii) Sep/timi(i) Getae, Auggg(ustorum trium), agri et / pascua et fontes adsi/gnata [sunt ---] MA / [---], curantibus Epag/atho et Manilio Caeci/liano, corniculario / praef(ecti), iussu Anici Fa/usti, leg(ati), co(n)s(ulis, -aris ?)72, per M(arcum) Gennium / Felicem, euocatum / leg(ionis) III Aug(ustae)73

  • 74 Poulle 1876-1877, p. 625-626 ; AAA, f. 15 – Akbou au 1/200 000e, n° 82. Le lieu de provenance de l (...)

i. CIL VIII, 8812 = ILS, 5965 (à 6 km environ au sud d’El-Guerria74).

D(omino) n(ostro) / Imp(eratore) Cae(sare) M(arco) Au/relio Seuero Ale/xandro / Pio Felice / Aug(usto), terminac(io) [a]/grorum defeni/cionis Matidiae ad/signantur colo/nis Kas(telli) Turrensi(s), / iussu u(iri) e(gregii) Axi Ael/iani proc(uratoris) Aug(usti) r(ationis) p(riuatae), / per Cae(lium) Martiale(m) / agrimensore(m)

  • 75 Le meilleur exemple est celui de la colonia Flauia Augusta Emerita Ammaedara établie au cœur du te (...)
  • 76 Cf. supra note 1 et infra note 84.
  • 77 Sur les Musulames, voir en dernier lieu, Laporte, M’Charek 2010.
  • 78 M. Bénabou (1976, p. 431) a noté que l’autorité romaine « n’hésite donc pas à déposséder certaines (...)

21Tous les documents ici recensés attestent clairement l’emploi du mot adsignatus pour désigner la distribution des terres qui a eu lieu. Dans un contexte d’assignation, il est complètement inadmissible de concevoir l’absence du seul terme technique qui désigne cette opération. Le débat impose de revenir sur une idée démontrée par M. Khanoussi et qu’il faut définitivement accepter : Sufetula occupait une partie du domaine traditionnellement possessionné par les Musunii. Ceci étant désormais une réalité, qui n’a rien d’ailleurs ni de surprenant ni d’exceptionnel75, il est tout à fait impossible d’admettre que des terres ont été assignées aux Musunii, puisqu’ils sont tout simplement chez eux, sur leur territoire. Il est plus simple, et plus logique même, de dire qu’après la fondation de Sufetula, la gens a conservé une partie de son territoire traditionnel : c’est un territoire laissé aux Musunii et non point assigné. Ce territoire laissé à la tribu n’est pas signalé par nos bornes, mais en faisant appel aux témoignages des sources littéraires qui attestent la présence des Musunii dans la province d’Africa (Pline l’Ancien et Ptolémée76), on se rend aisément compte que des terres ont effectivement été laissées à la gens après la déduction de Sufetula et l’organisation de nombre de domaines privés et impériaux. Le dossier de la tribu voisine des Musulames, bien fourni et étudié77, montre qu’on distingue trois types de terres : les terres colonisées (domaines impériaux et privés), les terres attribuées à des agglomérations (Ammaedara …) et les terres laissées à la tribu78. Ce type de rapport entre Rome et cette gens est parfaitement valable pour le cas qui nous concerne ici, et rien ne justifie la supposition d’un schéma incompatible aussi bien avec la politique impériale à l’égard des tribus, qu’avec les particularités de l’histoire de la présence tribale dans ce secteur occidental de la future province de Byzacène.

22Un territoire assigné veut dire qu’il a été prélevé sur un autre territoire qui est, selon l’hypothèse que nous discutons, l’ager publicus de Sufetula. Cependant, plusieurs données confortent l’idée que cette ville est une création romaine, c’est-à-dire qu’elle-même a été bénéficiaire d’une concession territoriale indispensable pour les besoins de la nouvelle fondation. Une question se pose : comment l’autorité romaine qui, dans un premier temps, octroya un territoire au municipium Sufetulensium, décida par la suite d’en assigner une partie aux Musunii ? On s’attendrait à ce que le territoire relevant de cette cité connaisse plutôt des phases d’extension dues au développement économique et démographique, et non le contraire.

  • 79 Naddari 2014b, p. 27, n. 19 : « À l’instar des bornes révélant une assignation des portions de ter (...)

23L. Naddari parle d’un document non encore retrouvé79 qui aurait constitué la déclaration officielle de l’assignation. Si l’on suppose avec l’auteur qu’un tel document a pu réellement exister, on ne comprend pas le développement qu’il donne des faces inscrites avec PMSM : Pub(lica) munic(ipii) Suf(etulensium) (adsignata) Mus(uniis). Pourquoi l’inclusion du terme « adsignata », alors qu’il devrait normalement figurer dans le supposé document qui contient la déclaration de l’assignation ?

  • 80 Ce document devait être conservé dans les Commentarii diuisionum et assignationum, cf. Chouquer, F (...)
  • 81 On signale les domaines de Fulcinia Sabina, de P. Aelius Macrinus, et probablement aussi de M(arcu (...)
  • 82 Rappelons que Sufetula est considérée comme le siège d’une subdivision interne à la procuratelle d (...)

24À notre avis, ce document n’a jamais dû exister et l’hypothèse proposée par L. Naddari devrait être complètement inversée. S’il y a un document à rechercher, c’est celui qui atteste le prélèvement territorial ayant été fait aux dépens des terres anciennement détenues par les Musunii80. Avec les progrès de la conquête et de la colonisation, une partie de ce territoire a été attribuée à Sufetula et à des particuliers. Faut-il rappeler que les bornes, objet de notre présente enquête, ainsi que d’autres documents, signalent l’existence autour de Sufetula de nombre de domaines privés81 et impériaux82, constitués sans doute aussi aux dépens du territoire tribal, exactement comme chez les voisins Musulames.

  • 83 On sait que tout acte d’assignation est suivi d’une délimitation (sauf pour l’ager adsignatus per (...)

25Les inscriptions ci-dessus examinées comportent nécessairement le participe passé adsignatus car celui-ci traduit une décision administrative de l’autorité romaine. Une telle décision a crée une situation juridique totalement différente de celle qu’il faudrait supposer si ce verbe n’était pas employé. Prenons un exemple : dans la borne CIL VIII, 8813 trouvée à El-Guerria, on lit fines adsignati genti Numidarum. Si l’on conjecture la lecture fines genti Numidarum, donc l’absence de l’expression adsignati, on comprendra alors que la borne ne délimite plus les terres assignées à la gens Numidarum mais plutôt celles qui constituent déjà son assise territoriale. Ce bornage (en supposant l’absence du terme adsignatus) traduirait seulement la volonté de l’autorité romaine de contrôler cette tribu au moyen de cet acte de délimitation. Or sur la borne d’El-Guerria est bien précisée la nature de l’opération, c’est une adsignatio et non une simple limitatio83.

  • 84 Ptol., Geog., IV, 3, 6 (Müller).
  • 85 Desanges 1962, p. 114 ; 2010a.
  • 86 Ces Midēni seraient vraisemblablement, selon J. Desanges (1962, p. 114) « des montagnards de Khoum (...)
  • 87 AAT II, f. 36 - El Ala au 1/100.000e, n° 4. Voir, à propos de cette cité, Ben Baaziz 2000, p. 213- (...)
  • 88 Desanges 1964, p. 40-41 ; Gascou 1972b, p. 139-140 ; Desanges et alii 2010, p. 17.

26L’hypothèse de l’assignation se heurte également aux informations livrées par la Géographie de Ptolémée au sujet de notre tribu. On sait que les Musunii de l’Africa sont relativement bien localisés par cette source. Le géographe alexandrin84 nous dit que des Mousouni sont situés au sud des Miaidii, qu’il faudrait corriger en Mididii85, eux-mêmes localisés au sud des Midēni86. La tribu des Mididii devrait se trouver dans les environs de Mididi, l’actuel Henchir Mided, à 12 km au sud-ouest de Makthar87. Le territoire de ces Mousouni, qui correspondent sans doute à nos Musunii, s’étend donc au sud de cette ville, c’est-à-dire dans le secteur de Sbiba-Sbeïtla, et à l’est et au sud-est du territoire des Musulames. La borne publiée par M. Khanoussi, dont le texte mentionnant le municipe de Sufetula est plus explicite que celui des autres bornes, est venue confirmer cette localisation. On sait, d’autre part, que la documentation africaine de Ptolémée est contemporaine de Trajan, plus précisément entre 100 et 110 ou 117 apr. J.-C.88 Il est donc certain qu’à cette date, les Musunii occupaient une partie des Hautes Steppes.

  • 89 Naddari 2014b, p. 22. Nous lisons dans la note 5 de la même page : « L’identification du nom de ce (...)
  • 90 Naddari 2014b, p. 22.
  • 91 Encore une fois, on fait appel à l’exemple de la gens Musulamiorum que l’autorité romaine, et nota (...)

27L’identification de l’un des propriétaires fonciers par L. Naddari, après une correction du texte, « le clarissime M. Iunius Rufinus Sabinianus, consul ordinaire de l’année 155 et proconsul d’Afrique en 173 »89, l’a conduit à « placer cette opération de bornage durant la seconde moitié du iie siècle de l’ère chrétienne »90 . Peut-on accepter l’idée qu’un territoire a été assigné à cette date aux Musunii alors qu’un demi-siècle auparavant ils étaient possessionnés d’un territoire relativement vaste ? On voit que l’hypothèse ne s’accorde ni avec la politique impériale, qui n’a jamais cherché à effacer les tribus de la carte administrative de la province d’Afrique proconsulaire91, ni avec le signalement des sources qui assurent la présence de notre tribu au sud-ouest de l’Africa, depuis l’époque d’Auguste au moins.

  • 92 Les inscriptions étudiées par P.-A. Février (1966 et 1967) montrent l’importance des domaines impé (...)
  • 93 D’après la carte publiée par J. Gascou (1983, p. 178), le territoire de la Confédération cirtéenne (...)
  • 94 Les trois textes (2.2. a, b, c) qui concernent Cirta sont datables d’avant la mise en place de la (...)
  • 95 Expression empruntée à J. Gascou (1972a, p. 114).

28Le dossier épigraphique précédemment instruit permet, à nos yeux, d’ajouter une autre donnée non moins importante qui pourrait anéantir l’idée de l’assignation. En effet, l’examen de la répartition géographique des assignations de terres connues nous montre une concentration de ces actes autour de deux grandes cités, Cirta et Sitifis. De plus, l’assignation d’une portion de l’ager publicus d’une cité au profit d’une communauté tribale n’est attestée dans l’ensemble de l’Afrique que pour Cirta. Cela est-il le fait d’un hasard ? Nous ne le pensons pas. Dans l’état actuel de la documentation, trois assignations sur les neuf connues ont été faites aux dépens du territoire cirtéen, les autres (dans la région de Sétif) au détriment sans doute des domaines impériaux ou des propriétés privées du prince92. Cela fait de Cirta la seule cité en Afrique aux dépens de laquelle l’autorité romaine a ordonné le prélèvement de terrains domaniaux pour le bénéfice de deux gentes, les Suburbures Regiani et les Niciues. Cette seule exception s’explique par l’immense étendue de l’ager publicus de cette colonie93, et par l’originalité de l’organisation de sa pertica94. Peut-on dès lors comparer la modeste cité qu’était Sufetula avec la grande colonie de Cirta qui domine seule une « sorte d’Etat dans la province d’Afrique »95 ? Certainement non. Si des rudes agri subsistaient encore sur le domaine de Cirta à l’époque de Vespasien, cet état de fait n’est pas du tout vraisemblable en ce qui concerne Sufetula au iie siècle.

  • 96 La signification des termes natio et gens a été récemment réexaminée par Chr. Hamdoune (2015). On (...)

29Il faut donc se rendre à l’évidence. Imaginer une assignation de terres aux dépens de l’ager publicus de Sufetula au profit des Musunii, c’est donner une image inversée de la réalité. Les Musunii sont connus comme une natio disposant d’un territoire suffisamment vaste96, ce qui fait que Sufetula, implantée à l’intérieur de celui-ci, ne peut aucunement avoir disposé de limites débordant celles de la gens. D’ailleurs, à l’intérieur du territoire des Musulames, on trouve les publica de plusieurs cités dont la grande pertica d’Ammaedara, ce qui fait que primitivement le domaine traditionnel de la tribu était trop étendu pour pouvoir englober les territoires de plusieurs cités. Le territoire de ces gentes constitue, à l’origine, pour les Musunii comme pour les Musulamii, un « tout » sur lequel l’autorité romaine a implanté des « parties » (territoires municipaux, domaines impériaux, domaines privés). Il est donc inconcevable que la « partie » puisse donner par assignation au « tout ». On peut logiquement conclure qu’en dehors du cas spécifique de Cirta, le cas présumé des Musunii établis sur l’ager publicus de Sufetula serait un unicum sans parallèle pour l’instant en Afrique.

  • 97 Dans le Liber coloniarum par exemple, qui nous renseigne sur les territoires des cités de l’Italie (...)

30Il convient d’insister à la fin de ces remarques sur le caractère très invraisemblable de l’idée d’une opération d’assignation de terres pour le compte des Musunii. Les réserves que nous venons de formuler apportent, pensons-nous, un démenti à l’hypothèse de l’assignation. Le sens que L. Naddari voulait donner à ce bornage est difficilement conciliable aussi bien avec la nature des inscriptions qu’avec l’utilisation permanente dans toute distribution de terres du terme technique adsignatus. Les assignations révélées par les textes épigraphiques et par les traités gromatiques, usent toujours de ce terme97.

2.3. La répartition spatiale des différents domaines délimités par les bornes

31Notre objectif dans cette rubrique est de vérifier si l’hypothèse d’une assignation territoriale au profit des Musunii est compatible avec la nature des bornes qui, rappelons-le, sont inscrites sur deux faces principales, c’est-à-dire qu’elles ne devraient pas normalement délimiter plus que deux domaines. On a dit plus haut que cette répartition allait être étudiée à partir d’un exemple, celui de la borne publiée par M. Khanoussi. Les résultats obtenus de cet examen sont nécessairement applicables à toutes les autres bornes.

  • 98 Naddari 2014b, p. 26.

32La borne AE 2004, 1672 marque la limite entre un domaine privé propriété de Fulcinia Sabina et les publica du municipe de Sufetula Musuniorum. Cependant, L. Naddari pense que ces « bornes limites seraient l’expression d’une opération de bornage entre des propriétés privées et des portions de terres prises sur l’ager publicus municipii Sufetulensis, et assignées collectivement aux Musunii »98. L’auteur n’a certes pas dit que les bornes délimitent plus que deux domaines, mais le schéma qu’il propose pose à vrai dire tant de problèmes : où sont les publica Sufetulensium ? Comment admettre leur absence dans le texte ? Peut-on supposer que les terres assignées aux Musunii n’étaient pas contiguës au territoire de la ville, aux dépens de laquelle a été fait le prélèvement ? Faut-il penser que le domaine de Fulcinia Sabina est intercalé entre les terres assignées aux Musunii et les publica Sufetulensium ? Une borne opisthographe peut-elle sous-entendre la délimitation de trois domaines différents à la fois ?

33On entrevoit que cette lecture suscite des difficultés plus qu’elle ne contribue à éclaircir le sens de ces bornes.

  • 99 Voir par exemple la « carte des bornes et des principales inscriptions de la région située au sud- (...)
  • 100 ILAlg, I, 2939b (Khanguet Nasser) où on lit à la fin : « inter / Aug(ustum) et Amedere(nses) / et (...)

34L’auteur, en excluant les publica Sufetulensium de ce bornage, donne à penser qu’il considère peut-être que ce territoire n’est pas limitrophe des terres supposées assignées aux Musunii, ou alors, que d’autres bornes, non retrouvées, marqueraient la limite entre les terres assignées à la tribu et le territoire de Sufetula. En réalité, la comparaison avec les véritables assignations effectuées entre autres aux dépens de Cirta, oblige à lire autrement la répartition spatiale des différents domaines délimités par notre série de bornes. On a présenté plus haut deux inscriptions, trouvées l’une près de Tigisis, l’autre à Mechta Oueld Gouam, comportant l’indication suivante : agri publici Cirtensium adsignati, au profit de deux communautés tribales, les Niciues et les Suburbures Regiani. La situation géographique des deux lieux de provenance et la connaissance des entités juridiques environnantes ne laissent aucun doute sur le fait que les terrains assignés à ces deux tribus sont limitrophes des terres publiques des Cirtéens99. Revenons à notre borne. Il est inconcevable que le monument puisse délimiter trois domaines en même temps : celui de la cité, celui assigné à la gens et la propriété de Fulcinia Sabina. Pour une telle limitation, on devrait procéder comme dans l’une des bornes relatives aux Musulames100 et inscrire le texte sur une seule face avec l’emploi de la formule « inter … et … et … ».

  • 101 C’est d’ailleurs l’avis déjà formulé par A. Caillemer et R. Chevallier (1957, p. 284), qui notent (...)

35Il est donc difficile d’admettre que les publica de Sufetula n’ont pas été concernés par cette limitation effectuée avec des bornes toutes opisthographes. La nature de ces documents est parfaitement inconciliable avec une prétendue répartition spatiale en trois entités territoriales différentes dont l’une est le supposé terrain assigné aux Musunii. Opisthographes, ces bornes ne peuvent, par conséquent, délimiter que deux propriétés seulement ; elles devraient normalement porter sur leurs deux faces, conformément à celles de la région de Cirta, d’une part la mention des bénéficiaires de l’assignation (ici, les Musunii), et d’autre part une indication de l’entité aux dépens de laquelle a été opéré le prélèvement (ici, les publica de Sufetula). Mais cet ordre des choses ne se retrouve pas ici puisque des particuliers sont concernés par ce bornage. En fait, l’opération de délimitation effectuée autour de Sufetula nous a semblé plus simple et de type très courant. Les deux faces de l’ensemble des bornes précisent les limites entre cette ville, qualifiée de Musuniorum, et des propriétés privées constituées au fur et à mesure de l’avancée de la colonisation101.

3. L’évolution de la dénomination de la cité depuis sa création jusqu’à la promotion coloniale

36Il convient tout d’abord de rappeler rapidement les principales critiques faites à la thèse de L. Naddari :

  • il n’est pas du tout démontré que Sufetula n’a pas été nommée Sufetula Musuniorum. La chronologie des inscriptions mentionnant le nom antique de la cité est relativement basse, ce qui n’autorise pas, par conséquent, à rejeter l’idée d’un nom composé dont le second élément revoie à la gens Musuniorum ;
  • il est en outre difficile d’accepter l’idée d’une assignation effectuée aux dépens du territoire de Sufetula au profit des Musunii. On a pu constater plus haut que le verbe adsignare est toujours mentionné sur les inscriptions et jamais sous-entendu.
  • 102 Nombre des individus originaires de la tribu correspondraient probablement à certains pérégrins at (...)
  • 103 Sur les étapes de l’évolution juridique de Thubursicu Numidarum, lire en dernier lieu Bertrandy 20 (...)
  • 104 Tab. Peut., segment VIII, 1-2. Cette localité est appelée Digdica dans l’Itinéraire d’Antonin, 65 (...)
  • 105 Tab. Peut., segment VIII, 1. Desanges 1962, p. 133.

37Il nous a paru donc difficile, voire impossible, au terme de cette critique, d’admettre l’interprétation avancée par L. Naddari à propos des liens qui ont pu exister entre Sufetula et la gens Musuniorum. Ce constat négatif permet de revenir à la première lecture proposée par M. Khanoussi. En effet, le choix du génitif pluriel Musuniorum, de préférence au datif pluriel et à l’ablatif-locatif, permet d’expliquer les deux principaux faits qui caractérisent le rapport entre Sufetula et les Musunii. En effet, Sufetula est établie sur le territoire des Musunii et, par conséquent, une fraction de la population tribale a été incorporée dans le peuplement de la ville au moment de sa création, d’où la décision d’associer le nom de la gens à celui de la cité dans une même nomenclature : Suf(etula) Mus(uniorum)102. Ce n’est pas du tout étrange, on connaît déjà les cas de Thubursicu Numidarum103, de Digdida municipium Selorum104 et de Macomades Selorum105.

  • 106 Les exemples sont fort nombreux, voir par exemple les travaux de J. Gascou sur la vie municipale d (...)
  • 107 H.-G. Pflaum (1960, p. 826), en commentant l’inscription CIL VIII, 11340 qui donne le cursus de L. (...)

38D’autre part, l’objection formulée par L. Naddari contre le développement Suf(etula) Mus(uniorum) en raison de l’absence de cette dénomination dans les différentes sources durant toute l’histoire du toponyme, n’emporte pas la conviction. Il est certes vrai que la cité est toujours appelée dans les sources post-sévériennes Sufetula sans être suivie d’une épithète. Mais une hypothèse, non dénuée de vraisemblance à notre avis, pourrait expliquer cette absence : la dénomination Suf(etula) Mus(uniorum) n’a été en usage que pour un laps de temps qui ne couvre pas toute l’histoire de Sufetula durant l’Antiquité. Une chose est certaine : une cité peut modifier sa dénomination officielle avec l’ajout de certains noms ou la suppression d’autres. Ce changement est généralement lié à un événement insigne dans l’histoire de la cité, notamment un privilège fiscal ou territorial ou encore une promotion juridique106. La dénomination de Sufetula semble avoir connu ce type d’évolution. Certains indices semblent suggérer que le conditor coloniae de cette cité correspondrait probablement à Sévère Alexandre107. Si on est en mesure d’accepter cette date, ce qui constitue le terme d’un processus de romanisation juridique, institutionnelle et culturelle, on pourra alors s’interroger sur la dénomination double de la ville : celle-ci a-t-elle cessé d’être qualifiée de Musuniorum après cette promotion ? Parvenant à ce statut juridique, les membres issus de la communauté tribale qui avaient été jadis intégrés dans le peuplement de la cité au moment de sa création, réussirent, après environ 150 ans, à se transformer et à s’intégrer pleinement dans la romanité. On connaît d’ailleurs certaines tribus ayant complètement changé leur appellation après la municipalisation. On peut invoquer ici les exemples suivants :

  • la gens Bacchuiana attestée à Bou Jlida au temps d’Antonin le Pieux108, est devenue plus tard le municipium Miz[eo]t[e]r109 ;
  • la respublica gentis Suburburum, sise à Aziz Ben Tellis110, prit après sa transformation juridique le nom d’Idicra111. Dès le iiie siècle, les sources ne parlent plus que d’Idicra et non point des Suburbures112 ;
  • des Nυγβηνοί sont mentionnés par Ptolémée113 dans le pays de Nefzaoua, au Sud du Chott el-Fejej114. Cette tribu fut peu à peu intégrée dans un cadre civique d’où l’apparition d’une ciuitas Nybgeniorum dont le territoire fut délimité par Trajan115. Avec la promotion municipale à l’époque d’Hadrien, la cité devint Turris Tamalleni, aujourd’hui Telmine116. Postérieurement au iiie siècle, seul le toponyme Turris Tamalleni est resté en usage alors que le substrat tribal a complètement disparu des sources117.

39On peut donc constater à travers ces quelques exemples, que le fond tribal tend à disparaître progressivement sous l’effet de la romanisation. Cet effacement graduel justifie, à ce qu’il nous semble, le changement apporté à la dénomination de ces gentes. L’obtention de nouveaux privilèges, surtout d’ordre juridique, peut quelquefois entraîner la transformation de la dénomination aussi bien des tribus que des cités fondées sur un territoire tribal et partiellement peuplées de membres de la tribu. C’est ainsi que nous pensons, dans le cas de Sufetula, qu’après l’achèvement de la romanisation de la population et des institutions au début du iiie siècle, il ne soit plus nécessaire de conserver dans la titulature de la ville le déterminant Musuniorum. Cet ethnonyme rappelait jusque-là la composante tribale et pérégrine dans le peuplement de la cité, mais une fois que celle-ci accéda à la haute dignité municipale, c’est le nouvel intitulé, que nous ignorons encore faute de documentation, qui s’imposa : la ville cessa d’être désignée par le nom de Sufetula Musuniorum, ce qui permet, à notre avis, d’expliquer l’absence de cette épithète dans les différentes sources post-sévériennes.

Conclusion

40Les résultats acquis à l’issue de notre enquête nous permettent à présent de tenter d’apporter une réponse à la question posée dans l’intitulé de cette étude : peut-on admettre, avec L. Naddari, que les Musunii étaient véritablement les bénéficiaires d’une assignation de terres aux dépens de l’ager publicus de Sufetula ? La mise en série des documents relatifs aux actes d’assignation, indispensable pour bien saisir la politique romaine à la fois à l’égard des cités et des communautés tribales, me semble récuser une telle hypothèse.

41La fondation de Sufetula sur le territoire de la gens Musuniorum devrait être définitivement acceptée. Lorsque Pline l’Ancien nous disait que ces Musunii constituaient une natio, cela voulait dire qu’ils détenaient, au tout début de l’époque impériale, un vaste territoire dépourvu de cités. La mainmise réelle du pouvoir romain sur l’espace provincial, surtout à partir du règne de Vespasien, n’a pas entraîné de refoulement des grandes nationes de l’Africa, en l’occurrence les Musulamii et les Musunii. Ces anciens ayants droit ont certes été dépouillés d’une partie de leurs terres, mais maintenus sur d’autres portions. De ce fait, le territoire tribal a été périodiquement amputé par la constitution de propriétés privées et impériales et l’agrandissement des territoires municipaux. Mais à l’issue de cette colonisation, les terres encore conservées par les Musunii devaient être qualifiées de « territoire laissé » à la gens. C’est dans ce sens que devrait être interprété le bornage effectué autour de Sufetula. Les bornes marquent les limites entre les nouveaux ayants droit (le municipe et les particuliers) établis sur une portion du domaine tribal.

42Cette conclusion de base apporte désormais plus de cohérence au schéma de l’organisation territoriale dans cette région de l’Africa (autour d’Ammaedara et de Sufetula). Le rapport entre Rome et les deux tribus (Musunii et Musulamii) a dû évoluer de la manière suivante :

Événement

Chronologie

Musunii et Musulames disposant
de vastes territoires

Époque pré-flavienne

Début de l’intervention du pouvoir romain

Vespasien

Organisation municipale
et domaniale aux dépens
du territoire tribal

Époque flavienne
et post-flavienne

Amputation continue
au domaine tribal

Époque antonine
et postérieurement

43Après la promotion coloniale survenue, selon nous, à l’époque de Sévère Alexandre, le nom faisant référence à la tribu n’a pas été conservé dans la dénomination de la cité. Les anciens membres de la gens, assimilés depuis longtemps dans le municipe, ont manifesté leur volonté d’affirmer leur romanité aux dépens de leur origine ethnique.

Haut de page

Bibliographie

AAA 1911, Gsell St., Atlas archéologique de l’Algérie. Édition spéciale des cartes au 200 000e du Service Géographique de l’Armée, Alger, Paris.

AAT II, 1914-1932, Cagnat R., Merlin A., Atlas archéologique de la Tunisie. Deuxième série (cartes au 1/100 000e), Paris.

Actes 5e colloque Steppes 2008, Bejaoui F. (éd.), Actes du 5e colloque international sur l’histoire des Steppes tunisiennes. Sbeitla, session 2006, Tunis.

Aounallah S. 2001, « Le statut juridique de Sbeïtla, antique Sufetula : état de la question », dans F. Bejaoui (éd.), Histoire des Hautes Steppes : Antiquité - Moyen Âge, Actes du colloque de Sbeïtla, Sessions 1998 et 1999, Tunis, p. 107-113.

Aounallah S. 2010, Pagus, castellum et civitas. Études d’épigraphie et d’histoire sur le village et la cité en Afrique romaine, Bordeaux (Scripta antiqua 23).

Bassignano M.S. 1974, Il Flaminato nelle province romane dell’Africa, Roma (Università degli studi di Padova, Pubblicazioni dell’Istituto di Storia Antica 11).

Bejaoui F. 1994, Sbeïtla, l’antique Sufetula, Tunis (Sites et monuments de Tunisie).

Bejaoui F. 1996, « Nouvelles données archéologiques à Sbeïtla », Africa XIV, p. 37-63.

Bejaoui F. 1998, « Une nouvelle église d’époque byzantine à Sbeïtla », dans L’Africa romana XII, Sassari, p. 1173-1183.

Bejaoui F. 2010, La Tunisie du Centre Ouest. Les Hautes steppes, Tunis.

Belkahia Karoui Th. 2008, « Hommages publics et vie municipale à Sufetula, dans Actes 5e colloque Steppes 2008, p. 59-72.

Belkahia Karoui Th. 2009, Élites des cités de “Byzacène” du Ier au IVe siècles ap. J.-C., Tunis.

Bénabou M. 1976, La résistance africaine à la romanisation, Paris (Collection Textes à l’appui).

Ben Baaziz S. 2000, Rohia et le Sraa Ouertane dans l’antiquité (Tunisie), Tunis.

Benseddik N. 2010, Esculape et Hygie en Afrique, vol. 2, Paris (Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres 44).

Berthier A. 1968, « Nicibes et Suburbures. Nomades ou sédentaires ? », BAA 3, p. 293-300.

Bertrandy F. 2007, « Remarques sur l’évolution du statut juridique de Thubursicu Numidarum (Khemissa, Numidie) et de son territoire pendant le Haut-Empire », dans Ph. Rodriguez (éd.), Pouvoir et territoire, I (Antiquité - Moyen Âge). Actes du colloque organisé par le Cerhi, Saint-Étienne, 7 et 8 novembre 2005, Saint-Étienne (Travaux du CERHI 6), p. 17-30.

Beschaouch A. 2003, « Bornage gromatique aux environs de Sufetula (Sbeïtla, Tunisie) », BSAF, p. 201-202.

Boussetta M. 2016, « La montagne, marqueur de paysage et repère dans l’arpentage romain d’Afrique (Le territoire des Nybgenii comme exemple) », dans Identités et territoires 2016, p. 113-128.

Briand-Ponsard Cl. 2006, « Les relations de Cirta et de la Confédération cirtéenne avec le pouvoir pendant le Haut-Empire », CCG 17, p. 105-122.

Cagnat R. 1901, « Note sur des découvertes épigraphiques récentes faites en Afrique », BCTH, p. 110-119.

Cagnat R. 1909, « Les Nυγβηνοί de Ptolémée », CRAI, p. 568-579.

Caillemer A., Chevallier R. 1957, « Les centuriations romaines de Tunisie », Annales (ESC) 12, 2, p. 275-286.

Chérif A. 2016, « TAPPHVGABA I. Nouvelles données sur une cité méconnue de la région de Bou Arada (Tunisie) : la ciuitas Tapphugabensis - Henchir Sidi Abd en-Nour », dans Identités et territoires 2016, p. 27-49.

Chérif A. 2017, Cités dites royales et cités d’origine domaniale en Afrique antique, thèse de Doctorat en histoire, inédite.

Chérif A. (à paraître), « Essai sur l’évolution juridique de Sufetula (Sbeïtla, en Tunisie) et les étapes de son extension territoriale pendant le Haut-Empire ».

Chouquer G. et alii 1987, Chouquer G., Clavel-Lévêque M., Favory F., Vallat J.-P., Structures agraires en Italie centro-méridionale. Cadastres et paysages ruraux, Rome (CÉFR 100).

Chouquer G., Favory F. 2001, L’arpentage romain. Histoire des textes – Droit – Techniques, Paris.

Christol M. 1999, « Les subdivisions de l’administration domaniale et financière en Afrique romaine : des limites de la procuratelle d’Hadrumète à celles de la province de Byzacène », dans Cl. Lepelley, X. Dupuis (éd.), Frontières et limites géographiques de l’Afrique du nord antique, Hommage à Pierre Salama, Paris (Histoire ancienne et médiévale 56), p. 71-86 [repris dans Christol M. 2005, p. 116-124 et notes p. 130-132].

Christol M. 2005, Regards sur l’Afrique romaine, Paris (Collection des Hespérides).

Christol M. 2008, « La procuratelle du patrimoine de Lepti Minus », dans L’Africa romana XVII, Roma, p. 2037-2079.

Christol M. 2009, « L’administration des biens du prince et des biens de l’État jusqu’à la création de la province de Byzacène », dans A. El Bahi (éd.), Kairouan et sa région : nouvelles découvertes, nouvelles approches. Actes du 2e colloque international organisé par le département d’Archéologie à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Kairouan (6-8 mars 2006), Tunis, p. 93-114.

Cortés Bárcena C. 2015, « Confines controvertidos : la delimitación de los grandes dominios en Mauretania », dans L’Africa romana XX, Roma, p. 1467-1474.

Desanges J. 1962, Catalogue des tribus africaines de l’Antiquité classique à l’Ouest du Nil, Dakar (Université de Dakar, Faculté des Lettres et Sciences humaines, Publications de la Section d’Histoire, 4).

Desanges J. 1964, « Les territoires gétules de Juba II », REA 66, p. 33-47.

Desanges J. 2010a, dans Encyclopédie Berbère, s.v. « Miaidii », p. 4983.

Desanges J. 2010b, dans Encyclopédie Berbère, s.v. « Midēni », p. 5005.

Desanges J. 2010c, dans Encyclopédie Berbère, s.v. « Musuni(i) », p. 5155-5156.

Desanges J. et alii 2010, Desanges J., Duval N., Lepelley Cl., Saint-Amans S. (éd.), Carte des routes et des cités de l’est de l’Africa à la fin de l’Antiquité. Nouvelle édition de la carte des “Voies romaines de l’Afrique du Nord” conçue en 1949, d’après les tracés de Pierre Salama, Turnhout (Bibliothèque de l’Antiquité tardive 17).

Devijver H. 1976, Prosopographia militiarum equestrium quae fuerunt ab Augusto ad Gallienum, I, Louvain (Symbolae A 3).

Devijver H. 1977, Prosopographia militiarum equestrium quae fuerunt ab Augusto ad Gallienum, II, Louvain (Symbolae A 3).

Dupuis X. 1992, « Nouvelles promotions municipales de Trajan et d’Hadrien. A propos de deux inscriptions récemment publiées », ZPE 93, p. 123-131.

Duval N. 1965, « La solution d’une énigme : les voyageurs Peyssonnel et Giménez à Sbeïtla en 1724 », BSAF, p. 94-135.

Duval N. 1970, « Inscriptions de Sbeïtla et des environs (campagnes de 1954-1955 et de 1963-1966) [première partie] », BCTH, p. 254-312.

Duval N. 1971, « Inscriptions byzantines de Sbeïtla (Tunisie), III », MÉFRA 83, 2, p. 423-443.

Duval N. 1982, « L’urbanisme de Sufetula (Sbeïtla) en Tunisie », ANRW II, 10/2, p. 596-632.

Duval N. 1989, « Inventaire des inscriptions latines païennes de Sbeïtla », MÉFRA 101, 1, p. 403-488.

Duval N. 1990, « Sufetula : l’histoire d’une ville romaine de la Haute-Steppe à la lumière des recherches récentes », dans L’Afrique dans l’Occident romain, Ier siècle av. J.-C. - IVe siècle ap. J.-C. Actes du colloque de Rome (3-5 décembre 1987), Rome (CÉFR 134), p. 495-535.

Encyclopédie Berbère, Aix-en-Provence, Paris, Louvain, 1984-.

Février P.-A. 1966, « Inscriptions inédites relatives aux domaines de la région de Sétif », dans R. Chevallier (éd.), Mélanges d’archéologie et d’histoire offerts à André Piganiol, 1, p. 217-228.

Février P.-A. 1967, « Aux origines de l’occupation romaine dans les hautes plaines de Sétif », CT 57-60, p. 51-64.

Février P.-A. 1990, Approches du Maghreb romain. Pouvoirs, différences et conflits, II, Aix-en-Provence.

Gascou J. 1972a, La politique municipale de l’Empire romain en Afrique Proconsulaire de Trajan à Septime-Sévère, Rome (CÉFR 8).

Gascou J. 1972b, « Lepti Minus, colonie de Trajan ? », AntAfr 6, p. 137-144.

Gascou J., 1982, « La politique municipale de Rome en Afrique du Nord, I. De la mort d’Auguste au début du IIIe siècle », ANRW II, 10/2, p. 136-229.

Gascou J. 1983, « Pagus et castellum dans la Confédération Cirtéenne », AntAfr 19, p. 175-207.

Gauckler P. 1895, « Quelques inscriptions nouvellement découvertes en Tunisie », BSAF, p. 227-230.

Gauckler P. 1897, « Rapport épigraphique sur les découvertes faites en Tunisie », BCTH, p. 362-471.

Hamdoune C. 2015, « Nationes et espace provincial », dans L’Africa romana XX, Roma, p. 1009-1022.

Identités et territoires 2016, Th. Belkahia, L. Ben Abid, M. Gharbi (éd.) 2016, Identités et territoires dans le Maghreb antique. Actes du colloque international organisé à Tunis, 29-30 novembre 2013, Tunis.

Jacques F. 2012, Les cités de l’Occident romain. Du Ier siècle avant J.-C. au IVe siècle après J.-C., 3e tirage, Paris (La roue à livres. Documents).

Khanoussi M. 2004, « Neptune, Rex Pelagicus, dans le municipe de Sufetula (Sbeïtla, Tunisie) », CRAI, p. 1153-1165.

Khanoussi M. 2008, « Urbanisme et statut municipal en Afrique proconsulaire : le cas de Sufetula », dans Actes 5e colloque Steppes 2008, p. 73-84.

Khanoussi M. 2010, « Le fait urbain dans les hautes steppes (Tunisie) durant l’antiquité », dans F. Bejaoui (éd.), Actes du 6e colloque international sur l’histoire des Steppes tunisiennes. Sbeïtla, session 2008, Tunis, p. 219-229.

Khanoussi M. 2014, « Les Musunii, un “peuple” méconnu et son territoire : sédentarisation, urbanisation et romanisation », dans F. Bejaoui (éd.), Actes du 7e colloque international sur l’histoire des Steppes tunisiennes. Sbeïtla, session 2010, Tunis, p. 227-238.

Kotula T. 1967, « À propos d’une inscription reconstituée de Bulla Regia (Hammam-Darradji). Quelques municipes “mystérieux” de l’Afrique Proconsulaire », MÉFR 79, p. 207-220. 

Lancel S. 1955, « Suburbures et Nicibes : une inscription de Tigisis », Libyca. Archéologie-épigraphie III, 2, p. 289-298.

Lancel S. 1991, Actes de la conférence de Carthage en 411, IV. Additamentum criticum, notices sur les sièges et les toponymes, notes complémentaires et index, Paris (Sources chrétiennes 373).

Laporte J.-P., M’Charek A. 2010, « Musulames », dans Encycl. Berbère XXXII, p. 5144-5155.

Lassère J.-M. 1977, Vbique populus. Peuplement et mouvements de population dans l’Afrique romaine de la chute de Carthage à la fin de la dynastie des Sévères (146 a. C. – 235 p. C.), Paris (Études d’Antiquités africaines).

Lassère J.-M. 1982, « L’organisation des contacts de population dans l’Afrique romaine, sous la République et au Haut-Empire », ANRW II, 10/2, p. 397-426.

Lassère J.-M. 2015, Africa, quasi Roma. 256 av. J.-C. - 711 apr. J.-C., Paris (Études d’Antiquités africaines).

Le Bohec Y. 1989a, « Inscriptions inédites ou corrigées concernant l’armée romaine d’Afrique », AntAfr 25, p. 191-226.

Le Bohec Y. 1989b, La Troisième légion Auguste, Paris (Études d’Antiquités africaines).

Le Bohec Y. 1989c, Les unités auxiliaires de l’armée romaine en Afrique proconsulaire et Numidie sous le Haut-Empire, Paris (Études d’Antiquités africaines).

Le Bohec Y. 1992, « Ti. Claudius Proculus Cornelianus, procurateur de la région de Théveste », ZPE 93, p. 107-116.

Lepelley Cl. 1981, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, II. Notices d’histoire municipale, Paris (Collection des Études augustiniennes. Série Antiquité 81).

Leschi L. 1948, « Une assignation de terres en Afrique sous Septime Sévère », Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique du département de Constantine 66, p. 103-112 [repris dans Leschi 1957, p. 75-79].

Leschi L. 1957, Études d’épigraphie, d’archéologie et d’histoire africaine, Paris.

Logeart F. 1939, « Bornes délimitatives dans le sud du territoire de Cirta », Revue Africaine 379, p. 161-181.

Modéran Y. 2003, Les Maures et l’Afrique romaine (IVe-VIIe siècle), Rome (BÉFAR 314).

Naddari L. 2014a, « À propos des litterae singulares M. I. R. S. O. V. des bornes territoriales des environs de Sufetula (CIL VIII, 23222-23225) », dans M.L. Caldelli, G.L. Gregori (éd.), Epigrafia e ordine senatorio, 30 anni dopo, Roma (Tituli 10), p. 735-744.

Naddari L. 2014b, « Sufetula et les Musunii », dans F. Deroche, M. Zink (éd.), Voyages, déplacements et migrations. VIe journée d’études nord-africaines, Paris, p. 21-32.

Pflaum H.-G. 1960, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, II, Paris (Bibliothèque archéologique et historique).

Picard G. Ch. 1944, Castellum Dimmidi, Alger, Paris.

Picard G. Ch. 1954, « Rapport sur l’activité du Service des Antiquités et de la Mission archéologique française en Tunisie pendant l’année 1953 », BCTH, p. 97-123.

Piganiol A., Pflaum H.-G. 1953, « Borne de Ksar Mahidjiba », Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique du département de Constantine 68, p. 217-228.

PLRE 1975, Jones A.H.M., Martindale J.R., Marris J., The Prosopography of the Later Roman Empire, I. A.D. 260-395, Cambridge (2e édition).

Poulle A. 1876-1877, « Inscriptions de la Mauritanie Sétifienne et de la Numidie », Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique du département de Constantine 18, p. 463-633. 

Schober A. 1923, Die römischen Grabsteine von Noricum und Pannonien, Wien.

Toutain J. 1912, « L’identification de la Turris Tamalleni de l’Itinéraire d’Antonin », BSAF, p. 286-292. 

Toutain J. 1946-1949, « Commentaire de CIL VIII, 3680 », BCTH, p. 196-199.

Trousset P. 1974, Recherches sur le limes Tripolitanus du Chott El-Djerid à la frontière tuniso-libyenne, Paris (Études d’Antiquités africaines).

Veyne P. 1959, « Contributio : Bénévent, Capoue, Cirta », Latomus 18, 3, p. 568-592.

Haut de page

Notes

1 Plin., nat., V, 30 (Desanges).

2 On citera surtout les travaux suivants : Khanoussi 2004, p. 1158-1165 ; 2008 ; 2010 ; 2014 ; Desanges 2010c ; Naddari 2014a ; 2014b.

3 Cf. infra, notes 13, 14 et 15.

4 Chérif 2017, p. 251-283.

5 Deux autres bornes inédites portant également le sigle PMSM ont été signalées par L. Naddari (2014b, p. 22, n. 3). Elles sont conservées dans les archives des brigades topographiques de l’Institut de France.

6 Gauckler 1895, p. 229-230. Voir aussi Gauckler 1897, p. 383.

7 CIL VIII, 23222-23225. Dimensions des bornes : H. 1,50 m ; larg. 0,50 m ; ép. 0,12 m (une seule, la plus complète, est épaisse de 0,20 m) ; H. l. 0,04 m.

8 Gauckler 1897, p. 383. Voir aussi Duval 1989, n° 221, p. 474.

9 Gauckler 1895, p. 229. Cependant, bien qu’il soit certain que les bornes ont été découvertes en place, un problème se pose : l’orientation des faces inscrites telle qu’elle a été donnée par P. Gauckler, nous a semblé peu convaincante. Comment admettre par exemple, pour les bornes 3 et 4, que dans un intervalle de 180 mètres puissent s’étendre à la fois le territoire signalé par les initiales PMSM et le domaine de MIRSOV (corrigé par L. Naddari en MIRSCV, cf. infra, note 89) ? Cette situation est la même entre les bornes 2 et 3, ce qui signifie qu’entre la face nord de la borne 2 et la face nord de la borne 3, portant toutes les deux les initiales MIRSOV, se trouve intercalé le territoire de l’entité PMSM indiqué par la face sud de la borne 2. De même, entre la face sud de la borne 3 et la face sud de la borne 4, toutes deux inscrites avec le sigle PMSM, se trouve intercalé le domaine de MIRSOV indiqué par la face nord de la borne 4. Le schéma de cette disposition ne semble pas être conforme à la réalité antique, d’autant plus qu’il s’agit d’une succession de bornes sur une même ligne et séparées par une faible distance. D’après notre lecture de l’ensemble du dossier relatif à ce bornage, les faces inscrites avec les initiales PMSM devraient regarder vers l’ouest, donc vers Sufetula, et les autres faces vers l’est. Cette correction ne signifie absolument pas que les bornes ont été déplacées, puisque P. Gauckler a affirmé qu’elles étaient encore fichées en terre. La solution qui nous paraît la plus probable est que ces bornes ont été seulement détournées et bougées dans des circonstances que nous ignorons, tout en restant fixées dans leurs lieux originels.

10 CIL VIII, 23220-23221 = AE 1901, 106 et 106a. Cagnat 1901, p. 116 ; Duval 1989, p. 474, n° 222-223. Dimensions : (CIL VIII, 23220) H. 0,50 m ; larg. 0,42 m ; H. l. 0,06 m - 0,08 m (ép. non fournie). Elle porte sur une face PMSM, sur l’autre P AELI MACRI/NI ; (CIL VIII, 23221) larg. 0,44 m ; H. l. 0,05 m - 0,07 m. Les autres mesures n’ont pas été indiquées. La borne porte sur une face PMSM, sur l’autre HM.

11 Naddari 2014b, p. 23, fig. 1.

12 N. Duval (1989, p. 474, n° 222) a d’ailleurs bien noté que la borne CIL VIII, 23220 n’a pas été trouvée en place.

13 Khanoussi 2004, p. 1158-1159.

14 AE 2004, 1672. Pierre calcaire qui présente les dimensions suivantes : H. 0,52 m ; larg. 0,52 m ; ép. 0,20 m ; H. l. 0,04 m.

15 Khanoussi 2004, p. 1160 et 1164 ; 2008, p. 76-77.

16 On reviendra sur la question de la chronologie des bornes dans le travail signalé à la note 107.

17 Cf. supra, note 2.

18 Khanoussi 2008, p. 78.

19 Le développement Suf(etula) Mus(uniorum) a d’ailleurs été accepté par J. Desanges (2010c, p. 5156). Voir aussi Desanges et alii 2010, p. 218. Il a également été admis par J.-M. Lassère (2015, p. 437-438) où on lit : « Malgré les nécessaires réserves faites plus haut, il semble indubitable que les céréales et le bétail ont cédé une grande partie de leur domaine à l’olivier. La conséquence obligée est le recul des grands troupeaux et de la vie nomade, et la sédentarisation des populations, attestée, dans la Haute Steppe, par la fondation du municipe de Suf(etula) Mus(uniorum), mentionné sans contestation possible dans une inscription récemment découverte qui nous prouve que la gens fixée au sol reçut un cadre urbain de plan orthogonal ». S. Aounallah (2010, p. 203, n. 325) préfère plutôt l’ablatif-locatif Mus(uniis) qui signifie que la ville est fondée sur le territoire de la gens. Il écrit : « À Mus(uniorum), on préférera l’ablatif-locatif Mus(uniis) et comprendre que Sufetula fut installée sur le territoire des Musunii ». Comme on le verra plus loin, le choix de l’ablatif-locatif ne renvoie pas à la fraction tribale qui constitue une partie intégrante de la population de la ville nouvellement fondée.

20 Naddari 2014b, p. 26 (référence commune pour les trois citations qui suivent).

21 Les autres types de sources (littéraires, cartographiques, listes conciliaires…) où apparaît le nom de la ville sont tous tardifs (au-delà du milieu du iiie siècle) par rapport à la problématique ici traitée.

22 Comme on le verra en détail plus loin, le toponyme est, dans certains cas, abrégé (SV, SVF, SVFI, SVFE) ce qui signifie que le document traité peut ne pas concerner notre cité et doit donc être attribué à Sufes.

23 Bassignano 1974, p. 66.

24 Duval 1989, p. 436, fig. 32.

25 Belkahia Karoui 2008, p. 72; 2009, p. 531, n° 328.

26 Qu’ils trouvent ici l’expression de ma reconnaissance la plus sincère.

27 Pflaum 1960, p. 824-826, n° 319 (Sévère Alexandre) ; Bassignano 1974, p. 65, n° 4 et p. 66-67 (Sévère Alexandre) ; Devijver 1976, C 7, p. 191 (Sévère Alexandre) ; Aounallah 2001, p. 111 (début du iiisiècle ?) ; Belkahia Karoui 2008, p. 71 (iiie siècle) ; 2009, p. 519, n° 308 (iiie siècle).

28 G. Ch. Picard (1944, p. 108) date l’inscription de Sévère Alexandre. Voir aussi Devijver 1977, V 45, p. 836 (238/244 ?) ; Y. Le Bohec (1989c, p. 128) propose le début du iiie siècle (pour l’auteur, « l’expression splendidissimus ordo ne saurait être antérieure de beaucoup à cette datation, et la mention de la tribu empêche de trop abaisser la chronologie ») ; Aounallah 2001, p. 111 (début du iiisiècle ?) ; Belkahia Karoui 2008, p. 71 (iiie siècle ?) ; 2009, p. 524, n° 314 (iiie siècle).

29 Picard 1954, p. 121, n° 31 (l’inscription est très vraisemblablement de l’époque de Constantin ou peu postérieure) ; Bassignano 1974, p. 65, n° 5 et p. 67, n° 6 ; PLRE 1975, « Candidianus 4 », p. 179 ; Lepelley 1981, p. 311 (où on lit, note 5, « Le fait que le curateur est un notable de la cité (flamine perpétuel), de même que l’absence de tribu et de filiation, impliquent une datation assez tardive (au plus tôt, dernier tiers du iiie siècle) ») ; Aounallah 2001, p. 111 (première moitié du iiie siècle) ; Belkahia Karoui 2009, p. 537, n° 337 (fin du iiie ou du ive siècle).

30 ILTun, 352.

31 Duval 1989, p. 480, n° 238. Dans une autre étude, N. Duval (1965, p. 134) conclut qu’il « ne faut donc tenir aucun compte des inscriptions qu’il est le seul (c’est-à-dire Peyssonnel) à avoir copiées ».

32 Le Bohec 1989b, p. 75, n° 9 (voir aussi note suivante).

33 Le Bohec 1989a, p. 210 et 311.

34 Développement proposé par Y. Le Bohec (1989a, p. 218). X. Dupuis (1992, p. 127) propose de développer d(i)s(cens).

35 Dupuis 1992, Tafel XI, b.

36 Le Bohec 1989a, p. 218.

37 Le Bohec 1989a, p. 220. Les rédacteurs de l’AE (1987, 1063 et 1989, 882) ont retenu le développement Suf(etula), ce qui n’est pas du tout évident.

38 Le Bohec 1989b, p. 76, n° 29 ; 1989a, p. 219.

39 Dupuis 1992, p. 128.

40 Le Bohec 1989b, p. 77, n° 55.

41 Le Bohec 1989b, p. 318.

42 Le Bohec 1989b, p. 77, n° 58.

43 Le Bohec 1989b, p. 223. Benseddik 2010, p. 136, n° 45 (l’auteur développe « Sufet(ula) »).

44 Sur ce texte, voir Schober 1923, p. 113, n° 248 ; Toutain 1946‑1949, p. 196-199.

45 Lassère 1977, p. 637.

46 Le Bohec 1989b, p. 510.

47 CIL VIII, 18068.

48 Naddari 2014b, p. 25-26.

49 CIL VIII, 23216. Duval 1989, p. 411, n° 10.

50 Voir les exemples dans les listes dressées par Aounallah 2001, p. 110-111 et Belkahia Karoui 2008, p. 67 et 69.

51 On le voit à titre d’exemple à Auitta Bibba (CIL VIII, 798), à Mustis (AE 1968, 589, 600) etc.

52 On donnera à titre indicatif les exemples suivants : AE 1957, 90 (Hippo Regius), où on lit « ciui Hipponiens(i) » ; ILTun, 674 = AE 1998, 1535 (Auitta Bibba), où on lit « municipium Auitta » ; CIL VIII, 12018 = ILS, 4454 (Sidi Amor Jdidi), où on lit « coloniae Zamensis » ; CIL VIII, 11845 (Makthar), où on lit « (domo) Zama » ; AE 1918, 98 = ILAlg, I, 1286 (Thubursicu Numidarum), où on lit « ordo et populus Thubursicensium » … etc.

53 Expression empruntée à Y. Le Bohec (1992, p. 108).

54 Duval 1970, p. 309.

55 Duval 1971, p. 443.

56 Duval 1982, p. 597-598. Le même auteur conclut dans une autre étude (1990, p. 526) qu’il « faudrait tout autre chose pour enrichir de manière significative la documentation : une extension considérable des fouilles, accompagnée cette fois des nécessaires sondages stratigraphiques, permettant de préciser l’évolution de l’urbanisme et fournissant les repères chronologiques qui manquent encore ».

57 Cf. note suivante. La notice consacrée à Sufetula dans Desanges et alii 2010, p. 217-220, ne contient pas de nouvelles données concernant les traces de la présence romaine dans la ville durant le Haut-Empire.

58 Bejaoui 1994, p. 7-9 ; 1996 (les nouvelles données archéologiques présentées par l’auteur proviennent du secteur sud-est du site) ; 1998 (il s’agit d’une nouvelle église d’époque byzantine) ; 2010, p. 58-69.

59 Le niveau archéologique de l’époque de la fondation se situe certainement sous une couche de remblai relativement épaisse. En effet, les sondages effectués par F. Bejaoui dans une maison fortifiée située dans le faubourg sud, à 320 mètres environ au sud-est de la porte du forum (Bejaoui 1996, p. 38 et plan du site, p. 48, près du n° 2), ont révélé un niveau d’occupation plus bas que le dallage de la voie. L’auteur pense que ces traces sont antérieures à la construction de l’arc de la tétrarchie.

60 La découverte la plus récente mentionnant un empereur et en relation avec un monument date de 1963 et a été publiée en 1970. Il s’agit d’une dédicace mutilée à Septime Sévère et à Caracalla, remployée dans la basilique IV. Voir Duval 1970, p. 291-292, n° 33 ; 1989, p. 416, n° 24 (d’où AE 1989, 797). On ne compte pas une dédicace religieuse à Neptune rex pelagicus (AE 2004, 1671) qui n’ajoute rien, malgré son importance, à l’histoire municipale de la cité.

61 Contrairement à ce qui a été fait pour les textes de Sufetula, on n’insiste pas ici sur la date des inscriptions qui ne compte pas beaucoup pour notre propos, outre qu’elle est suffisamment claire.

62 AAA, f. 17 – Constantine au 1/200.000e, n° 172.

63 Piganiol, Pflaum 1953. Sur le haut de la pierre rectangulaire, on lit : s(inistra) d(ecumanum) / d(extra) d(ecumanum) / ul(tra kardinem).

64 AAA, f. 17 – Constantine au 1/200.000e, n° 339.

65 Lancel 1955, p. 290.

66 AAA, f. 17 – Constantine au 1/200.000e, n° 186.

67 Berthier 1968, p. 295.

68 AAA, f. 16 – Sétif au 1/200.000e, n° 472.

69 AAA, f. 16 – Sétif au 1/200.000e, n° 473.

70 AAA, f. 15 – Akbou au 1/200.000e, n° 78.

71 Sur le lieu imprécis de cette découverte, voir en dernier lieu Le Bohec 1989b, p. 397. L’endroit devrait appartenir au territoire couvert par la feuille 36 de Bou Saada, dans l’AAA.

72 Sur ces deux développements, voir Le Bohec 1992, p. 115, n. 47.

73 Leschi 1948 ( = 1957, p. 75-79).

74 Poulle 1876-1877, p. 625-626 ; AAA, f. 15 – Akbou au 1/200 000e, n° 82. Le lieu de provenance de la borne est dit « El-Meheris ».

75 Le meilleur exemple est celui de la colonia Flauia Augusta Emerita Ammaedara établie au cœur du territoire des Musulames « aux dépens duquel la pertica de la ville fut probablement prélevée », selon J.-P. Laporte et A. M’Charek (2010, p. 5150).

76 Cf. supra note 1 et infra note 84.

77 Sur les Musulames, voir en dernier lieu, Laporte, M’Charek 2010.

78 M. Bénabou (1976, p. 431) a noté que l’autorité romaine « n’hésite donc pas à déposséder certaines tribus d’une partie plus ou moins grande de leurs terres. Les terres ainsi aliénées sont, soit intégrées dans le territoire dépendant d’une colonie, soit confiées à des grands propriétaires, soit constituées en domaines impériaux ». Dans le même sens, J.-P. Laporte et A. M’Charek (2010, p. 5151) écrivent : « Le bornage matérialisait en fait la séparation de zones de statuts juridiques différents. On distinguait d’un côté des territoires appartenant à des Romains (empereurs, sénateurs, grands latifundiaires et colons vétérans d’Ammaedara), de l’autre des villes ou communautés civiques d’origine musulame mais maintenant romanisées qui possédaient leur propre territoire. Restaient enfin les territoires de fractions restées fidèles à leur mode de vie traditionnel… ».

79 Naddari 2014b, p. 27, n. 19 : « À l’instar des bornes révélant une assignation des portions de terres aux Suburbures regiani et aux Niciues, il faut placer à l’origine de cette assignation des terres aux Musunii un premier document indispensable, pas encore retrouvé. Il constitue une déclaration officielle, marquée du sceau impérial … ».

80 Ce document devait être conservé dans les Commentarii diuisionum et assignationum, cf. Chouquer, Favory 2001, p. 418.

81 On signale les domaines de Fulcinia Sabina, de P. Aelius Macrinus, et probablement aussi de M(arcus) I(unius) R(ufinus) S(abinianus). La borne découverte à Henchir Metkidès (AE 1989, 827 = AE 2007, 1715), à 12 km à vol d’oiseau à l’ouest de Sufetula, marque la limite, d’après un déchiffrement d’A. Beschaouch (2003), entre un domaine privé, propriété de P. Ramius Badius, et une propriété impériale.

82 Rappelons que Sufetula est considérée comme le siège d’une subdivision interne à la procuratelle d’Hadrumète dirigée par un affranchi impérial, ce qui suppose l’existence de domaines impériaux dans ses parages. Lire sur cette question, Christol 1999, p. 81-82 ( = 2005, p. 120-121) ; 2008, p. 2060-2063 ; 2009, p. 107. Le domaine impérial identifié par la borne de Henchir Metkidès, dépend peut-être de cette circonscription interne à la regio Hadrumetina, plutôt que de la regio Theuestina (Henchir Metkidès est à 80 km à vol d’oiseau à l’est de Theueste). De celle-ci dépendent surtout les domaines impériaux constitués plus à l’ouest (autour de Timgad et de l’Aurès).

83 On sait que tout acte d’assignation est suivi d’une délimitation (sauf pour l’ager adsignatus per professiones), mais une limitatio n’appelle pas nécessairement une adsignatio. Voir sur ces définitions, Chouquer, Favory 2001, p. 407-408 et 441.

84 Ptol., Geog., IV, 3, 6 (Müller).

85 Desanges 1962, p. 114 ; 2010a.

86 Ces Midēni seraient vraisemblablement, selon J. Desanges (1962, p. 114) « des montagnards de Khoumirie », c’est-à-dire de la partie septentrionale de l’actuelle Tunisie. Voir aussi Desanges 2010b.

87 AAT II, f. 36 - El Ala au 1/100.000e, n° 4. Voir, à propos de cette cité, Ben Baaziz 2000, p. 213-259 et 281-283.

88 Desanges 1964, p. 40-41 ; Gascou 1972b, p. 139-140 ; Desanges et alii 2010, p. 17.

89 Naddari 2014b, p. 22. Nous lisons dans la note 5 de la même page : « L’identification du nom de ce clarissime vient de la correction que nous proposons pour les sigles MIRSOV qui apparaissent sur la face B de quatre bornes de la série qui nous occupe ici (CIL VIII, 23222-23225). Cette correction touche uniquement l’avant-dernière lettre O que nous corrigeons en C pour donner MIRSCV = M(arcus) I(unius) R(ufinus) S(abinianus) C(larissimus) V(ir) ». Voir aussi Naddari 2014a, p. 735-744.

90 Naddari 2014b, p. 22.

91 Encore une fois, on fait appel à l’exemple de la gens Musulamiorum que l’autorité romaine, et notamment Trajan, n’a jamais cherché à refouler vers d’autres régions. Son territoire traditionnel a certainement rétréci, mais la tribu n’a point été victime d’une expropriation totale de ses terres. Malgré la colonisation romaine, un territoire lui a été tout de même laissé. Pour concilier l’hypothèse de L. Naddari avec le signalement de Ptolémée, il faut supposer que les Musunii ont été, dans un premier temps, refoulés de leur territoire originel, et que par la suite, c’est-à-dire « durant la seconde moitié du iie siècle de l’ère chrétienne », ils ont récupéré à nouveau une partie de ce territoire à la suite d’une assignation. L’auteur (Naddari 2014b, p. 29) reconnaît que l’« opération de délimitation des terres ne doit pas être perçue comme une politique de refoulement ou de cantonnement forcé des Musunii », mais l’interprétation qu’il propose ne peut que nous conduire vers cette idée qui a été récemment combattue, à juste titre, pour le cas des Musulames, par J.-P. Laporte et A. M’Charek (2010, p. 5153) où nous lisons : « Pour toutes ces raisons, il semble souhaitable de cesser à l’avenir de parler de Musulames nomades, refusant la romanisation, et en conséquence refoulés et cantonnés ». La notion de refoulement, qui ne doit pas non plus être appliquée aux Musunii, a été légitimement remise en cause par d’autres historiens : voir par exemple Lassère 1977, p. 358-361 ; 1982, p. 420-421.

92 Les inscriptions étudiées par P.-A. Février (1966 et 1967) montrent l’importance des domaines impériaux dans les hautes plaines au sud de Sitifis. Une inscription (CIL VIII, 8810) découverte à Borj Mejana (3 km au nord-est d’El-Guerria, d’où proviennent les textes 2.2. f et g), mentionne un procurateur anonyme de la ratio priuata. Un autre document (AE 1896, 34), en plus du texte 2.2. i donné supra, se rapporte également à Q. Axius Aelianus procurator rationis priuatae de la province de Maurétanie Césarienne au temps de Sévère Alexandre (notice sur le personnage dans Pflaum 1960, p. 851-853, n° 328). Il mentionne les col(oni) uici Aug(usti) n(ostri), ce qui est l’indice de la présence d’un domaine impérial. A Aïn Zada, à 17 km environ à l’ouest de Sétif (AAA, f. 16 – Sétif au 1/200.000e, n° 319), deux inscriptions (CIL VIII, 8425 [Pertinax] et CIL VIII, 8426 = ILS, 6890 [Caracalla]) attestent l’existence en ce lieu de colons impériaux. Une borne-limite (AE 1951, 49) trouvée à l’ouest de Mopth(---) porte sur une face le texte Terminus coloniae Neruianae Sitif(ensium), sur l’autre l’indication Caesaris nostri. Cela prouve l’existence d’un domaine impérial. Sur la documentation épigraphique relative aux domaines impériaux de la région de Sétif, voir Lassère 1977, p. 330, n° 216 ; Cortés Bárcena 2015.

93 D’après la carte publiée par J. Gascou (1983, p. 178), le territoire de la Confédération cirtéenne s’étend suivant l’axe nord-sud sur 100 km environ et selon l’axe est-ouest sur près de 90 km.

94 Les trois textes (2.2. a, b, c) qui concernent Cirta sont datables d’avant la mise en place de la Confédération cirtéenne survenue à l’époque de Trajan (Gascou 1972a, p. 113-115 ; 1982, p. 177-178). Or, on sait que le domaine de Cirta est fort vaste, même après la création de la colonie de Cuicul. Il reprend les limites de l’État de P. Sittius et correspond à l’éphémère province de Numidia Cirtensis, créée au début du ive siècle. Les trois cités contribuées à Cirta, Chullu, Rusicade et Mileu, sont des colonies fictives dépourvues de toute autonomie et, par conséquent, ne possèdent en propre ni territoire, ni trésor public, ni magistrats (Veyne 1959, p. 571-575). On consultera aussi sur la Confédération cirtéenne, outre les différents travaux de F. Bertrandy, Gascou 1983, p. 175-207 ; Briand-Ponsart 2006, p. 105-122 ; Jacques 2012, p. 60-63.

95 Expression empruntée à J. Gascou (1972a, p. 114).

96 La signification des termes natio et gens a été récemment réexaminée par Chr. Hamdoune (2015). On lit à la p. 1015 : « Le mot natio renvoie ainsi à un peuple occupant un territoire (concept géographique) et non à ses structures (concept socio-politique) ».

97 Dans le Liber coloniarum par exemple, qui nous renseigne sur les territoires des cités de l’Italie centro-méridionale, on remarque l’emploi permanent du terme adsignatus lorsqu’il s’agit d’une assignation de territoire, lire par exemple Chouquer et alii 1987, p. 65-78. Dans l’ouvrage magistral de J.-M. Lassère (1977), où l’ensemble de nos connaissances concernant le peuplement et la colonisation en Afrique antique ont été méthodiquement rassemblées et commentées, on ne trouve pas de document épigraphique qui ait été interprété comme faisant référence à une assignation en l’absence même du terme technique adsignatus. Les historiens usent souvent de ce mot dans des contextes de colonisation en supposant la distribution de terres à des colons (civils ou militaires). Il s’agit là d’un raisonnement logique qui n’est cependant pas toujours fondé sur des documents explicites. Dans Lassère 1977, les assignations évoquées sont celles qui sont attestées par les inscriptions ici présentées (p. 255, 270, 359), ou connues par des sources littéraires (les assignations de C. Gracchus, de Marius, p. 112, 117), ou encore celles qui sont envisagées à la suite d’une réflexion historique d’ordre général (p. 133, 139, 146, 202, 304 [n. 89], 297). J.-M. Lassère n’a jamais supposé une assignation de terre à des tribus, à part les distributions connues aux dépens de Cirta.

98 Naddari 2014b, p. 26.

99 Voir par exemple la « carte des bornes et des principales inscriptions de la région située au sud-est de Cirta », publiée par P.-A. Février (1990, p. 80, fig. 45). On lira aussi Gascou 1983, p. 186-189, à propos des limitations autour de Tigisis et de Sigus et les différentes catégories des terres. Sur toute la série des bornes, voir Logeart 1939.

100 ILAlg, I, 2939b (Khanguet Nasser) où on lit à la fin : « inter / Aug(ustum) et Amedere(nses) / et Musul(amios) ».

101 C’est d’ailleurs l’avis déjà formulé par A. Caillemer et R. Chevallier (1957, p. 284), qui notent que « ces termini définissent sans doute des limites de propriétés appartenant au municipe et à des particuliers, et non des limites de territoires », et par T. Kotula (1967, p. 216) où on lit : « les quatre bornes trouvées à l’est de la cité se rapportent au m(unicipium) S(ufetulensium) dont l’ager publicus voisinait avec les biens des propriétaires privés ». S. Aounallah m’a suggéré la possibilité que les bornes puissent délimiter des portions de terres dépendant des publica de Sufetula et qui ont été louées par la cité. Mais là aussi on se trouve devant la difficulté de savoir qui sont ces locataires. Il ne peut s’agir des Musunii qui détiennent toujours une partie de leur territoire traditionnel, ni de particuliers qui sont mentionnés sur les faces opposées à celles qui portent les lettres PMSM. Le fait d’exclure les Musunii et les particuliers nous ramène, me semble‑t‑il, à l’interprétation que nous proposons ici.

102 Nombre des individus originaires de la tribu correspondraient probablement à certains pérégrins attestés par des épitaphes datables de la deuxième moitié du ier siècle.

103 Sur les étapes de l’évolution juridique de Thubursicu Numidarum, lire en dernier lieu Bertrandy 2007.

104 Tab. Peut., segment VIII, 1-2. Cette localité est appelée Digdica dans l’Itinéraire d’Antonin, 65 et Digdiga par Corippe dans sa Johannide (II, 119). Voir sur ces différentes graphies et sur le témoignage de Corippe, Modéran 2003, p. 298-299. Une natio Selorum est mentionnée par la Table de Peutinger, segment VII, 5.

105 Tab. Peut., segment VIII, 1. Desanges 1962, p. 133.

106 Les exemples sont fort nombreux, voir par exemple les travaux de J. Gascou sur la vie municipale des cités africaines mentionnés dans la bibliographie.

107 H.-G. Pflaum (1960, p. 826), en commentant l’inscription CIL VIII, 11340 qui donne le cursus de L. Caecilius Athenaeus (texte 2.1.1. b), propose de la dater du règne de Sévère Alexandre qui « paraît avoir coïncidé avec l’apogée de cette cité de Byzacène ». Sur l’histoire municipale de Sufetula et ses rapports avec l’extension territoriale de la cité durant le Haut-Empire, voir Chérif, à paraître.

108 CIL VIII, 12331 = ILS, 4440 : Saturno Achaiae Aug(usto) sacr(um). / Pro sal(ute) Imp(eratoris) Caes(aris) Antonini Aug(usti) Pii, p(atris) p(atriae), / gens Bacchuiana templum sua pec(unia) fecerunt id(emque) dedic(auerunt). / Candidus Balsamonis fil(ius) ex XI pr(imis) amplius spatium in quo templum fieret / donauit.

109 AE 1979, 651 : ---] / municipium [---] / Felix Miz[eo]t[e]-d[euotum] / Numin[i maiestatique eius / p(ecunia) p(ublica)] d(ecreto) d(ecurionum). Il s’agit à notre avis d’une tribu plutôt que d’une sodalité religieuse. Voir Chérif 2016, p. 42, n. 42. Nous avons eu l’occasion dans cet article, de discuter brièvement les différentes interprétations de ce terme dans la région de Bou Arada et la question de l’existence tribale dans l’arrière-pays de Carthage. Nous pensons, contrairement à d’autres opinions, que Bou Jlida était le chef-lieu d’une tribu dénommée Gens Bacchuiana.

110 AE 1917-18, 45 = ILAlg, II, 3, 7578 ; ILAlg, II, 3, 7577. Pour l’ensemble du dossier épigraphique relatif à la municipalisation de cette gens, voir Chérif 2017, p. 285-292.

111 AE 1917-18, 46 = ILAlg, II, 3, 7582.

112 Idicra est mentionnée dans l’Itinéraire d’Antonin (28, 4) comme station entre Mileu et Sitifis. La localité est aussi un évêché représenté à la conférence de Carthage de 411 (Lancel 1991, p. 1397). Le siège est également indiqué par la Notitia de 484 (Num., 16).

113 Ptol., Geog., IV, 3, 6 (Müller).

114 Cagnat 1909, p. 568-579 ; Desanges 1962, p. 129.

115 Sur le dossier épigraphique relatif à la délimitation du territoire des Nybgenii, voir en dernier lieu Boussetta 2016.

116 Gascou 1972a, p. 134-135 ; 1982, p. 189. L’identification de la ciuitas Nybgeniorum avec la Turris Tamalleni est depuis longtemps admise, voir par exemple sur ce sujet Cagnat 1909, p. 577 ; Toutain 1912, p. 292 ; Gascou 1972a, p. 134-135 et 219 ; Trousset 1974, p. 43-46 ; Desanges et alii 2010, p. 274-275.

117 Itin. Anton. 63, 4-5 et 74, 3. Un siège nommé Turris Tamalluma ou Turris Tamalleni est attesté par les documents de l’Église (Lancel 1991, p. 1508-1509). Un praepositus limitis Tamallensis est aussi connu par la Notitia Dignitatum (occ., XXV, 3, 21).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Emplacement approximatif des bornes publiées par P. Gauckler et M. Khanoussi
Crédits Source : A. Chérif et R. Smari.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/620/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Fig. 2 : Vue partielle des insulae non encore fouillées, situées juste derrière les trois temples
Crédits Cliché A. Chérif, pris de l’ouest.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/620/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ali Chérif, « Territoire assigné ou territoire laissé ? »Antiquités africaines, 53 | 2017, 63-77.

Référence électronique

Ali Chérif, « Territoire assigné ou territoire laissé ? »Antiquités africaines [En ligne], 53 | 2017, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 12 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/antafr/620 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.620

Haut de page

Auteur

Ali Chérif

Institut National du Patrimoine, Tunis. Courriel : alicherif.inp[at]gmail.com.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search