Navigation – Plan du site

AccueilNuméros59De Tunes à Tunis : un chapiteau r...

De Tunes à Tunis : un chapiteau romain avec marque d’atelier remployé dans la mosquée Al-Kasr de Tunis

Ali Chérif
p. 109-118

Résumés

Les éléments antiques conservés ou remployés dans de nombreux monuments de la ville de Tunis méritent d’être catalogués et étudiés. Cette enquête, de longue haleine sans doute, n’a jamais été entreprise ; elle permettra peut-être d’éclairer, une fois accomplie, l’épineuse question de la provenance d’un nombre important de ces objets archéologiques : faudrait-il les considérer comme des vestiges de l’antique Tunes, ou devrait-on plutôt les attribuer à d’autres sites, en l’occurrence Carthage ? Ce problème se pose aussi pour l’inscription que nous publions ici, gravée sur un chapiteau corinthien remployé dans la mosquée Al-Kasr, non loin de Bab Mnara.

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier mon collègue et ami Farid Zammali, conservateur conseiller du patrimoine à l’INP, qui a bien voulu me signaler ce chapiteau portant la marque d’atelier.

Introduction

1La vénérable Médina de Tunis compte plusieurs centaines de monuments historiques, construits au fil des siècles depuis l’affirmation de la domination arabo-musulmane sur le territoire de l’ancienne Africa latino-chrétienne  : des palais, des mosquées, des medersas, des mausolées, des souks, etc. En raison de cette richesse monumentale, la Médina fut inscrite sur la liste du patrimoine mondial par l’Unesco en 1979. L’actuelle Tunis n’a livré jusqu’ici aucun document épigraphique mentionnant le toponyme antique, mais il s’agit avec certitude de l’héritière de la cité antique nommée Tunes. Cette identification repose, d’une part, sur la ressemblance entre les noms antique et moderne, et, d’autre part, sur la concordance des distances données par certaines sources littéraires et cartographiques entre Carthage et Tunis.

  • 1 C’est le cas par exemple des travaux de la reconstruction du minaret de la mosquée Zaytouna entre (...)

2Les travaux consacrés à l’histoire et l’archéologie de cette agglomération antique demeurent encore très peu nombreux et ce pour une première raison  : Tunes a été complètement recouverte par la ville médiévale et ses deux principales extensions ultérieures, les faubourgs nord et sud. Mais cela est dû aussi au fait que les résultats des interventions (fouilles ou sondages) effectuées lors des rénovations de certains monuments de la Médina n’ont pas été toujours publiés1.

Fig. 1 : Localisation de Tunes à proximité de Carthage et de Maxula-Radès

Fig. 1 : Localisation de Tunes à proximité de Carthage et de Maxula-Radès

(vue satellitaire de Google Earth du 4/10/2022)

1. Bref aperçu sur l’antique Tunes

  • 2 Fantar 1979.
  • 3 Cf. infra, n. 27 et 53.

3La publication du chapiteau antique de la mosquée Al-Kasr et de la marque qu’il porte offre l’opportunité de rappeler, de façon évidemment succincte, l’état de nos connaissances sur l’histoire ancienne de la ville de Tunis, environ 45 ans après la parution de l’article pionnier du professeur M’hamed Hassine Fantar, où a été rassemblée la somme des données fournies par la documentation littéraire, épigraphique et archéologique2. Toutefois, cette mise au point est l’occasion de donner des compléments à ce tableau et d’actualiser la bibliographie relative à certains aspects de cette histoire. Des travaux publiés après 1979 ont apporté quelques éléments nouveaux permettant d’enrichir notre dossier documentaire sur l’antique Tunes. Je citerai notamment les résultats issus des sondages effectués par Hamed Al-Ajabi dans la mosquée Zaytouna et l’étude très intéressante sur la question du remploi des matériaux de construction dans les monuments de l’Ifriqiya médiévale, tout récemment publiée par Faouzi Mahfoudh3.

1.1. La ville dans les sources antiques

  • 4 Sur le nom de la ville et les différentes explications données pour les origines du toponyme, cf. (...)
  • 5 D.S. XIV, 77, 3 (éd. M. Bonnet, E.R. Bennett, Paris 1997). Sur les événements qui ont accompagné (...)

4La Tunes ou Tynès des sources latines correspond à la Tύνης des auteurs grecs4. Elle est plusieurs fois mentionnée par l’historiographie antique, principalement dans des contextes militaires. Le témoignage le plus ancien est donné par Diodore de Sicile qui, en relatant les événements qui ont suivi la défaite de Carthage face à Denys l’Ancien de Syracuse au début du ive siècle av. J.-C., évoquait la révolte des mercenaires libyens contre la métropole punique. Voici ce que rapporte l’auteur sicilien à propos de ces insurgés  : «  S’emparant de Tunis, une ville située non loin de Carthage, ils en firent la base de leurs opérations, et, à force de succès, ils réduisirent les Puniques en état de siège  »5.

  • 6 Diodore est notre principale source sur cette expédition ; je renverrai à HAAN III, 1920, p. 25-6 (...)
  • 7 L’AATun I, f. 16 – Kélibia au 1/50 000, no 2 suggère une identification de cette cité avec Henchi (...)
  • 8 HAAN III, 1920, p. 29-30. Voir aussi HAAN II, 1920, p. 107-108. La distance de 2000 stades est co (...)

5La ville apparaît ensuite à l’occasion de l’expédition d’Agathocle sur le sol africain à partir de 310 av. J.-C. Ainsi, le même Diodore de Sicile dans son récit6, décrit en premier une ville nommée Tunes (ou Tynès) la Blanche qu’il situe à 2 000 stades de Carthage (environ 350 km) et dont s’est emparée l’armée grecque cette année même après avoir enlevé dans un premier temps la ville de Megalepolis7. Cette Tunes la Blanche est-elle notre Tunes ? Selon St. Gsell «  le surnom que portait Tynès la Blanche la distinguait apparemment d’une autre Tynès, aujourd’hui Tunis. Il est difficile, en effet, de supposer qu’il s’agisse de la même ville  »8. Cette distinction est d’autant plus probable que la suite des événements relatés par Diodore montrera Agathocle occupant notre Tunes-Tunis et établissant son camp retranché près d’elle. Dans le déroulement de cette invasion, qui ne prendra fin qu’en 307 av.  J.-C., la ville a été à maintes reprises disputée entre le tyran de Syracuse et les Carthaginois.

  • 9 Plb. I, 29, 2 (cité partout selon l’édition par P. Pédech dans la Collection des Universités de F (...)
  • 10 Cf. Fantar 1987, p. 39-40 et 207-210.
  • 11 Plb. I, 30, 15.
  • 12 On consultera sur cette expédition, sur le destin de Regulus et sur la tradition qui lui attribue (...)

6Un peu plus d’un demi-siècle plus tard, dans le courant de la première guerre punique, Tunes est de nouveau menacée et occupée ; cette fois-ci par les armées romaines commandées par les deux consuls de 256 av. J.-C., L. Manlius Vulso et M. Atilius Regulus. Au cours de cette expédition, les troupes romaines, après un débarquement à Clupea-Kélibia9, se lancèrent dans une entreprise de dévastation et de destruction. C’est sans doute en ces moments que la ville punique de Kerkouane fut détruite et abandonnée à jamais10. En 255 av. J.-C., Regulus s’empara de Tunes où il installa la base de ses opérations contre la capitale punique. Ce choix est rappelé en ces termes par Polybe  : «  S’étant emparés [les Romains] de la ville de Tunis, excellente position pour leurs opérations futures et favorable base offensive contre Carthage et la région voisine, ils y installèrent leur camp  »11. Cette expédition se solda par un véritable désastre pour les Romains ; outre la défaite, le consul et commandant en chef des armées fut capturé et emprisonné par les Carthaginois12.

  • 13 Plb. I, 65-88.
  • 14 Plb. I, 67, 13.
  • 15 Plb. I, 73, 3 (le camp de Tunis tenu par Matho) ; 76, 10 (des insurgés réfugiés à Tunis) ; 77, 4  (...)
  • 16 On consultera HAAN III, 1920, p. 100-125 ; Lancel 1999, p. 495-502 ; Kotula 2010, p. 4871-4874.

7Tunes est encore mentionnée à la fin de cette première guerre, dans le contexte de la révolte des mercenaires qui éclata en 241 av. J.-C. Carthage, après sa défaite en Sicile et l’évacuation définitive et complète de la partie occidentale de l’île, conformément au traité de paix, dut affronter une grave insurrection. Nous devons les détails de cette véritable guerre à Polybe, la principale source sur ces événements13. Les mercenaires rapatriés ont été installés dans la capitale, ensuite rassemblés à Sicca Veneria en l’attente de recevoir leur solde. Toutefois, avec les lourdes pertes et l’effondrement financier de l’état, Carthage s’est trouvée dans l’incapacité de payer les sommes convenues. Les insurgés, commandés par Matho et Spendios, «  marchèrent sur la ville et campèrent à cent vingt stades environ de Carthage, près de la ville de Tunis, au nombre de plus de vingt mille  »14. D’autres passages de Polybe montrent que Tunis était pour les révoltés une base essentielle pour leurs opérations15. C’est grâce à l’habilité d’Hamilcar Barca, désigné par le gouvernement de Carthage à la place d’Hannon, qu’il fut possible de venir au bout de cette révolte après trois ans et quatre mois16.

  • 17 HAAN III, 1920, p. 241.

8À la fin du second conflit romano-carthaginois, Tunis se trouve encore une fois mêlée aux affaires militaires de Carthage. En 203 av. J.-C., après sa victoire aux Campi magni, Scipion l’Africain occupa la ville et y installa son camp. Cette position offrit au général romain la possibilité de contrôler de tout près les Carthaginois et d’exercer sur eux la plus forte pression. C’est dans ce camp qu’il reçut les délégations puniques, notamment celle chargée de négocier la paix17.

  • 18 Str. XVII, 3, 16 (éd. B. Laudenbach, J. Desanges, Paris, Les Belles Lettres, 2014)  : «  Dans le (...)
  • 19 Sur cette notion de «  destruction  » dans les passages de Strabon et chez les auteurs anciens, c (...)

9Enfin, en 146 av. J.-C., selon les dires de Strabon18, la ville fut détruite par l’armée romaine conduite par Scipion Émilien, en même temps que Carthage et d’autres cités du Cap Bon telles que Neapolis et Aspis-Clupea19.

10Tous les auteurs anciens cités font seulement état de l’implication de Tunes dans des conflits qui ont opposé Carthage aux Grecs de Sicile et aux Romains. Les aspects relatifs à son histoire n’ont jamais intéressé cette historiographie.

  • 20 Un oppidum Thunisense est mentionné par Pline l’Ancien, V, 30 (éd. J. Desanges, Paris 1980) ; il (...)
  • 21 TabPeut V, 5. Cf. Tissot 1888, p. 108-109.
  • 22 Ravenn. III, 5 ; V, 5 (éd. M. Pinder, G. Parthey, Berlin, 1860, p. 142, 7 et 348, 14).
  • 23 Guid. 88 (éd. M. Pinder, G. Parthey, Berlin, 1860, p. 519).

11À l’époque romaine et durant l’Antiquité tardive, la ville est mentionnée dans d’autres types de documents comme une station routière sur différentes voies de la province20. Elle apparaît d’abord sous le nom de Thuni sur la voie littorale tracée par la Table de Peutinger entre Carthage et Hadrumète, à 10 milles de la capitale, c’est-à-dire environ 15 km21. Ce chiffre correspond parfaitement au parcours allant de près de la colline de Byrsa jusqu’à la limite orientale de la Médina, du côté de Bab al-Khadhra et de Bab Bhar. On la trouve plus tard dans deux compilations géographiques tardives. Au viie siècle, le toponyme est cité dans la Cosmographie de l’Anonyme de Ravenne, à deux reprises sous les formes Thinus (ou Thynus) et Thunos, dans des énumérations de localités situées pour la plupart sur le littoral22. Au viie ou viiie siècle, la ville, appelée Thunos, est mentionnée par Guido dans une liste semblable à celle donnée par le Ravennate23.

  • 24 Mesnage 1912, p. 164 ; Mandouze 1982, p. 648 (Lucianus 8) ; Lancel 1991, p. 1505.
  • 25 Mesnage 1912, p. 165 ; Maier 1973, p. 228.

12Une dernière donnée, Tunis était aussi un évêché. Une plebs Tuneiensis est représentée par l’évêque catholique Lucianus dans la conférence de Carthage de 41124. Plus tard, en 553, un Sextilianus episcopus ecclesiae Tuniensis est présent au concile de Constantinople25.

1.2. Les enseignements de l’archéologie

  • 26 Fantar 1979, p. 57.
  • 27 La fondation de cette ville eut lieu au temps des Omeyyades d’Espagne, sous le règne du calife an (...)

13Tunes ne dut pas connaître une grande extension car elle est la voisine immédiate de Carthage, l’importante métropole aux époques punique et romaine. Les découvertes archéologiques deviennent de plus en plus rares car l’agglomération antique est complètement dissimulée au-dessous du premier noyau de la Médina, fondée autour de la Grande Mosquée au début de la présence arabe, et de ses extensions successives. Comme l’a justement rappelé M.-H. Fantar, les éléments antiques remployés dans les monuments de la ville sont considérablement nombreux, mais se pose pour eux le problème de leur provenance26. Un nombre sans doute très important de ces éléments provient des édifices de Carthage, dont le site a été transformé en une carrière exploitée non seulement pour la construction de la nouvelle métropole arabo-musulmane (Tunis), mais destinée à approvisionner aussi, surtout en marbre, de grands projets méditerranéens tels que la fondation de la ville d’az-Zahrā’ en Espagne27.

  • 28 AATun I, f. 20 – Tunis au 1/50 000, no 16  : «  Les fondations et quelques assises de la muraille (...)

14Les quelques vestiges archéologiques repérés à la fin du xixe siècle et au début du xxe ont été présentés dans une brève notice publiée dans l’Atlas archéologique de la Tunisie28.

15De la ville punique, on mentionnera les vestiges suivants  :

  • 29 Sur ces sources, voir HAAN II, 1920, p. 107.
  • 30 Tissot 1888, p. 111.

16– des remparts mentionnés par Polybe, Diodore de Sicile et Tite-Live29. Ch. Tissot fait état de «  fondations et quelques assises de la longue muraille qui domine la Sebkhat es-Seldjoum  »30 ;

  • 31 Poinssot 1935, p. 244  : «  un ossuaire punique en pierre calcaire grise, coiffé d’un couvercle à (...)
  • 32 Fantar 1972, p. 354-362.

17– deux tombes puniques découvertes dans le quartier de la Rabta, une première en 193431 et une deuxième en 1969. L’architecture de cette dernière, fouillée par M.-H. Fantar, est composée d’un puits d’accès et d’une chambre funéraire. Le mobilier est principalement constitué d’objets en céramique (8 amphores de dimensions variées, dont une fragmentaire ; une œnochoé à bec trilobé ; un askòs ; une coupelle à pied) datables entre le ive et le iiie siècle av. J.-C.32 ;

  • 33 Fantar 1972, p. 362-365.
  • 34 Chelbi 1972, p. 368-378.
  • 35 La colline de la Rabta se trouve à 1 km environ à l’ouest de Dar el-Bey, actuellement siège de la (...)

18– un four et deux dépotoirs découverts dans la même zone, indiquant la présence d’un atelier de céramique punique33 produisant, entre autres, des vases à vernis noir34. L’emplacement de cet atelier indiquerait l’extension de la ville punique vers l’ouest35 ;

  • 36 Carton 1894, p. 180-195 ; La Blanchère, Gauckler 1897, p. 250, nos 378-383 ; Chelbi 2008, p. 232.

19– un matériel céramique datant de l’époque punique trouvé à El-Menzeh et au Belvédère, quartiers situés respectivement à 5 et à 2,5 km environ au nord de la Grande Mosquée36 ;

  • 37 Merlin 1911, p. CCX.

20– des monnaies puniques proviennent de l’ancien Hôpital civil français de Tunis, qui portera à partir de 1946 le nom de Charles Nicolle37 ;

  • 38 Renault 1910, p. 79-80 ; Merlin 1911, p. CCX.

21– dans la rue des Tamis, à une soixantaine de mètres au nord-est de la Grande Mosquée, un ossuaire en pierre de type punique a été mis au jour en 190938 ;

  • 39 Bahri 1997, p. 88.

22– sur le site d’al-Gorjani, situé à 600-700 mètres environ au sud de la mosquée Al-Kasr la construction d’une salle de sport entreprise dans les années 1980, a livré, entre autres, un matériel céramique à vernis noir d’époque punique39.

23De la ville romaine et tardo-antique, il convient de rappeler les données suivantes  :

  • 40 Saladin 1892, p. 382. Voir aussi Saladin 1893, p. 5-7 ; Gauckler 1907, p. 794 ; Fantar 1979, p. 6 (...)

24– trois arcades romaines d’ordre dorique vues par H. Saladin à l’intérieur de Dar el-Bey, près de la Kasbah ; « ces arcades ont dû très probablement appartenir à un théâtre »40 ;

  • 41 Gauckler 1910, p. 171, no 512; Fantar 1979, p. 67.

25– un pavement de mosaïque découvert sous la Cathédrale de Tunis41 ;

  • 42 Mahfoudh 2003, p. 206.

26– des pierres en grand appareil et une base de colonne ornée d’une croix latine ont été exhumées en 1988-1989 près de Bab Jedid42 ;

  • 43 Benzina Ben Abdallah 1986, p. 173, no 432.
  • 44 Gauckler 1894, p. 233-234, no 10 (partie droite) ; 1907, p. 790-795.
  • 45 CIL VIII, 25362 = ILS 8960 = ILTun 1154 = AE 1908, 29. On consultera sur cette inscription, Chalo (...)

27– des thermes d’époque vandale révélés par une inscription métrique reconstituée par P. Gauckler (fig. 2), mentionnant Gebamund, le neveu du roi vandale Gélimer. La dédicace, conservée au musée du Bardo, est gravée sur un linteau en marbre blanc brisé en deux fragments non jointifs43. La partie droite a été découverte en 1894 dans la rue de Sidi es-Sridek ; celle de gauche dans une ancienne synagogue près de Souk el-Grana44. En voici le texte45  : Cerne salutiferas sp[lendent]i marmore Baias, / qui calidos aest[us tin]gere quaeris aquis ; / hic ubi Vulcano Ne[ptunus] certat amore / nec necat unda f[ocum, n]ec nocet ignis aquis. / Gaude operi Gebam[unde, tu]o, regalis origo, / deliciis sospes u[tere cum] populo.

28Datation  : début du vie siècle.

Fig. 2 : La dédicace des thermes vandales

Fig. 2 : La dédicace des thermes vandales

(d’après Benzina Ben Abdallah 1986, n° 432)

  • 46 CIL VIII, p. 143, 1384, 2514-2515. Le problème d’attribution de tel ou tel document à Tunis, à Ca (...)
  • 47 Sur les inscriptions relevées par F. Ximenez à Tunis, on consultera González Bordas 2015, p. 746- (...)
  • 48 Gauckler 1894, p. 234, no 11= CIL VIII, 25363; Benzina Ben Abdallah 1986, p. 173-174, no 432.
  • 49 Renault 1906, p. 546.
  • 50 AE 1936, 26= ILTun 1156.
  • 51 Picard 1951-1952, p. 215-216= AE 1955, 55.

29– un nombre très limité d’inscriptions trouvées dans des endroits différents de la ville46. Certaines ont été déjà signalées par des voyageurs du xviie et du xviiie siècle tels que F. Ximenez47. Je citerai par exemple un fragment d’épitaphe trouvé dans la rue de la Kasbah, dans les fondations de la maison du Consulat de Russie48 ; un autre fragment, peut-être d’une inscription au nom de Commode, trouvé dans le siège de la Direction générale des Finances49 ; une inscription chrétienne provenant de la mosquée de Sahib At-Tabaa, à 1,2 km environ au nord de la mosquée Zaytouna50 ; une inscription datable du règne de Julien gravée sur une plaque de marbre trouvée dans une maison effondrée dans la rue Koutab el-Ouazir51 ;

  • 52 Gauckler 1907, p. 794, n. 2 ; Fantar 1979, p. 64.
  • 53 Al-Ajabi 1982, p. 20-21. On consultera aussi Mahfoudh 2017, p. 37-39.

30– les restes architecturaux d’une basilique chrétienne vus par P. Gauckler au moment de la réfection du minaret de la mosquée Zaytouna en 1894  : «  Les fondations du minaret sont certainement romaines. En les dégageant de la superstructure qu’elles supportaient, on a recueilli dans les décombres divers fragments d’architecture d’un caractère chrétien nettement accusé, notamment une clef de voûte, ornée d’une croix byzantine en relief, que j’ai fait transporter au musée du Bardo  »52. Dans la même mosquée, les sondages entrepris par H. Al-Ajabi sont venus confirmer l’existence d’un monument antique au-dessous de celle-ci. Ils ont également mis au jour les traces d’une nécropole que l’auteur qualifie de «  tradition pré-islamique  », vu la nature des tombes et leurs orientations53.

31On peut constater au terme de cette esquisse que les témoignages sur l’antique Tunes, autant littéraires qu’archéologiques et épigraphiques, sont encore fort limités. Pour l’époque romaine, on ignore pratiquement tout de l’histoire de cette ville  : son statut juridique, ses institutions, sa population, son étendue, ses rapports avec la métropole de l’Afrique romaine, etc. D’autre part, on ne savait même pas, en raison de l’insuffisance actuelle de nos connaissances, s’il s’agissait d’une cité à part entière ou d’une simple agglomération satellite de Carthage.

2. Le chapiteau antique remployé dans la Mosquée Al-Kasr

2.1. Les remplois dans la mosquée

  • 54 Mahfoudh 2001, p. 167 ; 2003, p. 185.

32La Médina de Tunis compte un grand nombre de mosquées parmi lesquelles la mosquée Al-Kasr, ou Jami’ Al-Qasr. Celle-ci se situe dans le quartier occidental de la ville, à proximité de Bab Mnara, à 200 m environ au sud-ouest de la mosquée Zaytouna (fig. 3). C’est un rectangle de 50 m de longueur sur 19 m de largeur ; la cour (sahn), aménagée dans l’aile orientale du monument, est un quadrilatère de 18 m sur 21 m54 (fig. 4).

Fig. 3  : Plan de la Médina de Tunis

Fig. 3  : Plan de la Médina de Tunis

La flèche indique l’emplacement de la mosquée Al-Kasr.

(d’après Mahfoudh 2001, p. 168)

Fig. 4  : La cour de la mosquée

Fig. 4  : La cour de la mosquée

L’emplacement du chapiteau inscrit indiqué par la flèche.

(cliché A. Chérif)

  • 55 Brunschvig 1940, p. 349. Sur les détails de cette hypothèse, voir Mahfoudh 2001, p. 171-175 ; 200 (...)
  • 56 Zbiss 1981, p. 18. Voir également Mahfoudh 2017, p. 31.
  • 57 Saladin 1908, p. 11-12. Plus de détails dans Mahfoudh 2001, p. 175-181 ; 2003, p. 193-194 ; 2017, (...)
  • 58 Mahfoudh 2001, p. 185. La même démonstration est reprise par l’auteur dans le chapitre consacré à (...)

33Le chapiteau qui nous occupe ici surmonte l’une des colonnes du portique sud-est (fig. 4, 5). Quelle était la datation de ce monument et sa première fonction ? Plusieurs hypothèses ont été émises  : R. Brunschvig estimait qu’il s’agissait d’une mosquée khorassanide55 ; cet avis a été repris par divers spécialistes tels que S.M. Zbiss56. D’autres historiens y voient plutôt une ancienne église  : c’est, entre autres, l’opinion d’H. Saladin57. Plus récemment, F. Mahfoudh a formulé une nouvelle hypothèse selon laquelle la mosquée Al-Kasr correspondrait à une ancienne forteresse byzantine  : «  L’architecture de la mosquée al-Kasr est plus proche d’un fort que d’un palais ou d’une église. Elle rappelle ces forts antiques qui se sont dressés dans les anciennes villes romaines et byzantines pour les protéger ou pour contrôler leurs terroirs  »58.

Fig. 5  : Vue du chapiteau et de la feuille inscrite

Fig. 5  : Vue du chapiteau et de la feuille inscrite

(cliché A. Chérif)

  • 59 Delattre 1899, p. 452. En voici le texte tel qu’il est reproduit par l’auteur  : DOM / VOTIS ‧ AD (...)

34Trois inscriptions sont remployées dans cette mosquée. J’en évoquerai d’abord une, gravée sur une plaque de marbre, qui ne cesse de poser des problèmes quant à sa présence dans le monument. C’est la dédicace d’une église construite à Ajaccio, capitale de la Corse, en l’an 1593 ; elle mentionne le Sénat de la ville de Gênes et le pape Grégoire XIII (1572-1585). Selon A.-L. Delattre, l’éditeur du document, cette inscription a été «  enlevée par les pirates entre Gênes et Ajaccio  » puis amenée à Tunis59.

  • 60 Poinssot 1911, p. 307. Ce fragment est de nature indéterminée, peut-être un simple bloc ou un élé (...)

35La deuxième inscription remployée dans la mosquée, et qui intéresse notre propos, a été signalée en 1911 par L. Poinssot. C’est une marque d’atelier gravée sur «  un fragment de pierre brisé, à droite et en bas  »60. Le texte a été ainsi publié par Poinssot  :

36EX · OFFICINA·L·AT
TICAVNIA

37Selon l’éditeur, les deux premières lettres de la ligne 2 sont très érodées et de lecture incertaine, peut-être TI. Il déchiffre ensuite un C ou un G et à la fin les lettres NIA suivies d’un espace vide. L’inscription a été par la suite reproduite dans le recueil des Inscriptions latines d’Afrique avec une nouvelle proposition de lecture  :

  • 61 ILAfr 413.

38Ex officina L. At[ti… et] Ti. Cauni A...61.

39Je reviendrai sur ce texte en examinant la troisième inscription objet de cette note.

2.2. Le chapiteau et sa marque d’atelier

40Le support portant la signature est un chapiteau corinthien à feuilles lisses taillé dans une pierre calcaire (fig. 5) ; il présente les dimensions suivantes  : 50 cm de haut et 36 cm de diamètre au lit de pose. La feuille d’acanthe est haute de 13 cm et large de 13 cm. Le chapiteau, remployé dans le portique sud-est de la cour de la mosquée, présente une ordonnance simple en deux rangées de feuilles d’acanthe.

  • 62 Mahfoudh 2001, p. 181. Voir aussi Mahfoudh 2003, p. 198 ; 2017, p. 34.

41Je dois tout d’abord relever une confusion commise par F. Mahfoudh, sans doute par inadvertance. En effet, l’historien médiéviste a noté à propos de la marque publiée en 1911  : «  L. Poinssot avait publié, lui aussi, un fragment inscrit sur un chapiteau du portique sud-est portant la mention EX. OFFICINA. LAT/TICAUNIA  »62. Mahfoudh a en fait reproduit l’inscription telle qu’elle a été donnée par Poinssot mais en croyant que c’était celle gravée sur le chapiteau. Or la marque signalée par ce dernier est bel et bien gravée sur «  un fragment de pierre brisé  » et non sur un chapiteau, et le texte est partiellement érodé contrairement à celui que nous publions ici. Nous avons donc deux supports différents signés par la même officine. Par conséquent, le chapiteau et la marque n’ont jamais été à ce jour étudiés ou photographiés.

42Venons-en à présent au nouveau texte. Il est distribué sur deux lignes ; deux traits accidentels ont affecté à la ligne 2 les deux caractères gravés après le V. Les lettres, dont la hauteur oscille entre 1,8 et 2,2 cm, sont des capitales allongées de gravure assez profonde et bien soignée. On remarque un goût des fioritures (le X et les deux F) ; le L (ligne 1) s’évade un peu sous la lettre suivante (fig. 6).

Fig. 6  : La marque d’atelier inscrite sur la feuille du chapiteau

Fig. 6  : La marque d’atelier inscrite sur la feuille du chapiteau

(cliché A. Chérif)

43Comme il a été évoqué plus haut, le fragment indéterminé et le chapiteau ont été produits par un seul atelier, puisqu’ils portaient deux textes identiques. Il faut tout d’abord confirmer la lecture des lettres TI au début de la ligne 2 ; il convient aussi de retenir un G comme première lettre du cognomen. Les auteurs du recueil des Inscriptions latines d’Afrique ont supposé une lacune après AT et ils ont en outre considéré les lettres TI comme étant les initiales du prénom d’une seconde personne mentionnée par la marque. Il s’est avéré à la lumière du nouvel exemplaire qu’on a affaire à un seul individu.

Fig. 7  : Détail de certaines lettres du cognomen

Fig. 7  : Détail de certaines lettres du cognomen

(cliché A. Chérif)

  • 63 Deux fois Gauillus  : CIL V, 5830 (Milan)  : Q(uintus) Sollonius / Veruicius / VIuir iun(ior) sib (...)

44Le seul problème de lecture concerne le dernier mot de la ligne 2, le cognomen de la personne. Poinssot a lu CAVNIA sur le fragment qu’il a publié. On peut penser au surnom Gauilla, attesté seulement quatre fois dans le monde romain63, mais l’examen minutieux da la partie un peu altérée permet plutôt de lire, après le V, un L, parfaitement reconnaissable par sa barre horizontale en équerre (fig. 7). On lit ensuite un I, un second L proche par son dessin du premier et un A à la fin. On parviendra ainsi à restituer le surnom GAVLILA et à lire pour l’ensemble du texte  :

45EX OFFICINA L AT
TI GAVLILA

46Ex officina L(ucii) At/ti(i) Gaulila(e).

47Traduction  : Production de l’atelier de Lucius Attius Gaulila.

  • 64 Je remercie mes collègues Yvan Maligorne et Véronique Brouquier-Reddé qui ont bien voulu examiner (...)

48Datation  : milieu du iie s. – milieu du iiie s., d’après le type du chapiteau et l’onomastique64.

  • 65 Lassère 1977, p. 171; Benzina Ben Abdallah 2013, p. 54.
  • 66 CIL VIII, 24625a (Attius); CIL VIII, 24642a= ILAfr 374= ILTun 980 (Attius); CIL VIII, 24712 (Atti (...)
  • 67 CIL VIII, 24358= ILTun 871 : ---] / Attia Re/pentina / uixit / an(n)os / LXXVI. / H(ic) s(ita) e( (...)

49Commentaire  : deux objets conservés dans la mosquée Al-Kasr proviennent donc du même atelier dont le propriétaire est L. Attius Gaulila. Ce personnage, par ailleurs inconnu, porte un gentilice bien attesté dans les provinces africaines et à l’échelle de l’Empire65. Par contre le cognomen Gaulila est un hapax. Le nom Attius est connu dans deux lieux très proches de Tunis  : d’abord à Carthage où il est attesté à trois reprises66 et dans la localité antique de Jbel Jelloud, dans la banlieue sud, à 5 km de la Kasbah67.

  • 68 Quelques exemples  : une pierre rectangulaire dégagé par Ch. Monchicourt dans un lieu situé à 10  (...)

50La marque inscrite sur le chapiteau de Tunis vient s’ajouter à une liste de signatures gravées sur des éléments d’architecture, notamment sur de blocs courants et des chapiteaux68. Les personnes mentionnées dans ces signatures sont très probablement les responsables ou les propriétaires des ateliers qui produisaient ces objets. À Tunis même ou dans ses environs immédiats, on doit supposer l’existence de telles officines dont les produits sont destinés à une clientèle locale ou régionale.

Conclusion

51Le chapiteau inscrit ici publié n’apporte pas à vrai dire aucun nouveau renseignement sur l’antique Tunes dont l’histoire est caractérisée par un mutisme des sources littéraires et par une grande pauvreté des données archéologiques. Toutefois, cet élément d’ordre ajoute un nouvel exemplaire d’une marque d’atelier déjà connue, permettant ainsi de compléter et de corriger les anciennes lectures de L. Poinssot et des auteurs des Inscriptions latines d’Afrique. Une question reste pour le moment sans réponse  : ce chapiteau appartiendrait-il à quelque monument de Tunes datable de la période du Haut-Empire romain, ou proviendrait-il d’un autre site archéologique ?

Haut de page

Bibliographie

Al-Ajabi H. 1982, «  Nouvelles découvertes dans la mosquée Zaytouna  », Africa 7-8, p. 287-310 du pdf (en arabe).
https://www.inp2020.tn/periodiques/Africa7_8.pdf

Aounallah S. 2001, Le cap Bon, jardin de Carthage. Recherches d’épigraphie et d’histoire romano-africaine (146 a.C – 235 p.C.), Bordeaux (Ausonius Scripta antiqua 4).

Bahri F. 1997, «  Un lot de dix-neuf objets en verre provenant du cimetière d’al-Gorjani  », Africa 14, p. 77-89.
https://docplayer.fr/3691182-Republique-tunisienne-m.html

Ben Baaziz S. 2000, «  Pierres inscrites et/ou décorées de la carte de Ksar Tlili (068)  », Africa 18, p. 15-42.
https://www.inp2020.tn/periodiques/Africa18.pdf

Benzina Ben Abdallah Z. 1986, Catalogue des inscriptions latines païennes du musée du Bardo, Rome (CEFR 92).
https://www.persee.fr/doc/efr_0000-0000_1986_cat_92_1

Benzina Ben Abdallah Z. (avec la collaboration de A. Ibba et L. Naddari), 2013, Mourir à Ammaedara. Épitaphes latines païennes inédites d’Ammaedara (Haïdra) et de sa région, Ortacesus (Studi di storia antica e di archeologia 11).

Brunschvig R. 1940, La Berbérie orientale sous les Hafsides. Des origines à la fin du xve siècle, Paris (Publications de l’Institut oriental d’Alger VIII).

Carton L. 1894, « Estampilles puniques sur anses d’amphores trouvées au Belvédère (près Tunis) », RA IIIe s., XXVe, 2, p. 180-195.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k203637r/f183.item

Chalon M. et alii 1985, Chalon M., Devallet G., Force P., Griffe M., Lassère J.-M., Michaud J.-N., «  Memorabile factum. Une célébration de l’évergétisme des rois vandales dans l’Anthologie latine  », AntAfr 21, p. 207-262.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1985_num_21_1_1116

Chelbi F. 1972, «  Céramique à vernis noir de la Rabta  », Latomus 31, p. 368-378.

Chelbi F. 2008, «  Céramique à vernis noir de Henchir Ghayadha  : Remarques sur les productions africaines à vernis noir  », AntAfr 44, p. 229-240.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_2008_num_44_1_1477

Chérif A. 2015, «  Prospections archéologiques et découvertes épigraphiques dans la région de Bou Arada (Tunisie)  », dans L’Africa romana 20, 2015, p. 1381-1414.
https://www.academia.edu/100386488

Daoulatli A. 1976, Tunis sous les Hafsides. Evolution urbaine et activité architecturale, Tunis.

Delattre A.-L. 1899, «  Notes archéologiques  », RT VI, 24, p. 444-452.

Desanges J. et alii 2010, Desanges J., Duval N., Lepelley Cl., Saint-Amans S. (éd.), Édition de la Carte des routes et des cités de l’est de l’Africa à la fin de l’Antiquité d’après le tracé de Pierre Salama, Turnhout.

Fantar M.-H. 1972, «  La tombe de la Rabta. Un nouveau document pour la connaissance de Tunès  », Latomus 31, p. 349-367.

Fantar M.-H. 1979, «  Présence punique et romaine à Tunis et dans ses environs immédiats  », AntAfr 14, p. 55-81.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1979_num_14_1_1017

Fantar M.-H. 1987, Kerkouane, une cité punique au Cap Bon, Tunis.

Fantar M.-H. 1989, «  Regulus en Afrique  », dans H. Devijver, E. Lipiński (éd.), Punic Wars, Proccedings of a Conference held in Antwerp from the 23rd to the 26th of November 1988, Louvain (Studia Phoenicia X, Orientalia Lovanensia Analecta 33), p. 75-84.

Freyburger G. 2017, «  La religion dans les actes de Regulus  », dans M. Tahar (éd.), Guerre et religion dans le monde punique, Tunis, p. 101-108.

Gauckler P. 1894, «  Inscriptions inédites de Tunisie  », BCTH, p. 231-271.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k203322k/f323.item

Gauckler P. 1907, «  Les thermes de Gebamund à Tunis  », CRAI 51, 12, p. 790-795.
https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1907_num_51_12_72006

Gauckler P. 1910, Inventaire des mosaïques de la Gaule et de l’Afrique, II. Afrique proconsulaire, Paris.
https://archive.org/details/inventairedesmos0203acaduoft/page/n5/mode/2up

González Bordas H. 2015, Les inscriptions latines de la Régence de Tunis à travers le témoignage de F. Ximenez, Thèse de doctorat en histoire, langues et littérature anciennes, Bordeaux III – Ausonius, Dir. S. Aounallah.

González Bordas H. 2022, Manuscrit d’un voyageur, voyages d’un manuscrit. Un recueil d’épigraphie africaine établi par Francisco Ximenez et son étude par Scipione Maffei, Bordeaux (Ausonius, Scripta receptoria 22).

Gsell St. 1896, «  Inscriptions inédites de l’Algérie  », BCTH, p. 156-220.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k203324b/f256.item

Gsell St. 1952, Cherchel, antique Iol-Caesarea, Alger.

Horvais Ch.-A. 2018, «  L’expédition d’Atilius Regulus en Afrique (256-255 av. J.-C.). Une remise en contexte  », Kentron 34, p. 161-192.
https://journals.openedition.org/kentron/3001?lang=en

Kajanto I. 1965, The Latin Cognomina, Helsinki.

Kotula T. 2010, «  Mercenaires (Guerre des)  », dans Encyclopédie berbère 31, p. 4871-4874.
https://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/561

La Blanchère R. de, Gauckler P., Musée Alaoui, suppl., Paris (Description de l’Afrique du Nord. Catalogue des musées et collections archéologiques de l’Algérie et de la Tunisie 7, 1).
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6421287n/f113

Lancel S. 1991, Actes de la conférence de Carthage en 411, IV, Paris (Sources chrétiennes 373).

Lancel S. 1999, Carthage, Tunis.

Lassère J.-M. 1977, Vbique populus. Peuplement et mouvements de population dans l’Afrique romaine de la chute de Carthage à la fin de la dynastie des Sévères, Paris (Études d’Antiquités africaines).
https://www.persee.fr/doc/etaf_0768-2352_1977_mon_1_1

Le Bohec Y. 1997, «  L’honneur de Regulus  », AntAfr 33, p. 87-93.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1997_num_33_1_1268

Mahfoudh F. 2001, «  Observations sur la mosquée al-Kasr de Tunis  », dans Mélanges d’archéologie, d’épigraphie et d’histoire offerts à Slimane Mustapha Zbiss, Tunis, p. 167-192.

Mahfoudh F. 2003, Architecture et urbanisme en Ifriqiya médiévale. Proposition pour une nouvelle approche, Tunis.

Mahfoudh F. 2017, «  Commerce de marbre et remploi dans les monuments de l’Ifriqiya médiévale  », S. Altekamp, C. Marcks-Jacobs, P. Seiler (éd.), dans Perspektiven der Spolienforschung 2. Zentren und Konjunkturen der Spoliierung, Berlin, p. 15-42.
https://www.academia.edu/70642115

Maier J.-L. 1973, L’épiscopat de l’Afrique romaine, vandale et byzantine, Rome (Bibliotheca Helvetica Romana XI).
https://archive.org/details/lpiscopatdelafri0000maie

Mandouze A. 1982, Prosopographie chrétienne du Bas-Empire, I. Prosopographie de l’Afrique chrétienne (303-533), Paris.
https://www.persee.fr/doc/etaf_0768-2352_1982_mon_2_1

Merlin A. 1911, [Communication], BCTH, p. CCVII-CCXIX.
https://archive.org/details/bulletinarcholog1909unse/page/n223/mode/2up?view=theater

Mesnage J. 1912, L’Afrique chrétienne. Évêchés et ruines antiques, Paris (Description de l’Afrique du Nord).
https://archive.org/details/lafriquechretien00mesn

Minunno G. 2005, «  Remarques sur le supplice de M. Atilius Régulus  », LEC 73, p. 217-234.
https://www.academia.edu/596486

Monchicourt Ch. 1909, «  Note sur la position de la ville d’Aggar ou Agger (Tunisie)  », BCTH, p. 112-115.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k203337t/f173.item

Pensabene P. 1982, «  La decorazione architettonica di Cherchell, cornici, architravi, soffitti, basi e pilastri  », dans 150-Jahr-Feier Deutsches Archäologisches Institut Rom, Ansprachen und Vorträge, 4.-7. Dezember 1979, Berlin (MDAI(R), Suppl. 25), p. 116‑169.

Picard G.-Ch. 1951-1952, «  Rapport sur l’archéologie romaine en Tunisie pendant l’année 1951  », BCTH, p. 189-217.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6556376t/f193.item

Picard G.-Ch. 1975, «  La date du théâtre de Cherchel et les débuts de l’architecture théâtrale dans les provinces romaines d’Occident  », CRAI 119, 3, p. 386-397.
https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1975_num_119_3_13150

Pikhaus D. 1994, Répertoire des inscriptions latines versifiées de l’Afrique romaine (ier – vie siècles), I. Tripolitaine, Byzacène, Afrique Proconsulaire, Bruxelles (Epigraphica Bruxellensia 2).

Poinssot L. 1911, «  Quelques inscriptions de Tunisie  », BCTH, p. 302-310.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k203339k/f436.item

Poinssot L. 1935, «  Antiquités puniques découvertes à la Rabta  », RT n.s. 22, p. 244.
http://www.bnt.nat.tn:81/numerisation/periodiques/fr/E-Per-100/RT/serie02/022%20(1935).pdf

Renault J. 1906, «  Quelques découvertes archéologiques et épigraphiques  », RT XIII, 60, p. 545-553.
http://www.bnt.nat.tn:81/numerisation/periodiques/fr/E-Per-100/RT/0060%20(Nov%201906).pdf

Renault J. 1910, Cahiers d’archéologie tunisienne, III, Tunis.

Saladin H. 1892, «  Rapport adressé à M. le Ministre de l’instruction publique sur la mission accomplie en Tunisie en octobre-novembre 1885  », NAM 2, p. 377-561.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4224268b/f399.item

Saladin H. 1893, Description des antiquités de la Régence de Tunis, II, Paris.

Saladin H. 1908, Tunis et Kairouan, Paris (Les villes d’art célèbres).
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6208254d/f9.image

Sehili S. 2013, «  Inscriptions inédites de la région de Kasserine (Tunisie)  », Africa 23, p. 237-248.
https://www.inp2020.tn/periodiques/africa23.pdf

Tissot Ch. 1884, Géographie comparée de la province romaine d’Afrique, I. Géographie physique – Géographie historique – Chorographie, Paris (Exploration scientifique de la Tunisie).
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5747887n?rk=42918;4

Tissot Ch. 1888, Géographie comparée de la province romaine d’Afrique, II. Chorographie – Réseau routier, Paris (Exploration scientifique de la Tunisie).
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57280422

Zbiss S.M. 1981, La Médina de Tunis, Tunis (INP, Notes et documents 3e s. 6e).

Haut de page

Notes

1 C’est le cas par exemple des travaux de la reconstruction du minaret de la mosquée Zaytouna entrepris en 1894, qui ont révélé les traces d’un édifice byzantin. Cf. infra, n. 52.

2 Fantar 1979.

3 Cf. infra, n. 27 et 53.

4 Sur le nom de la ville et les différentes explications données pour les origines du toponyme, cf. Fantar 1979, p. 75-76.

5 D.S. XIV, 77, 3 (éd. M. Bonnet, E.R. Bennett, Paris 1997). Sur les événements qui ont accompagné cette révolte, voir HAAN I, 1920, p. 465-466.

6 Diodore est notre principale source sur cette expédition ; je renverrai à HAAN III, 1920, p. 25-66.

7 L’AATun I, f. 16 – Kélibia au 1/50 000, no 2 suggère une identification de cette cité avec Henchir Menzel Belgassem ; avis repris par S. Aounallah (2001, p. 323-324).

8 HAAN III, 1920, p. 29-30. Voir aussi HAAN II, 1920, p. 107-108. La distance de 2000 stades est considérée par l’auteur comme erronée. La distinction entre les deux villes est retenue également par Ch.Tissot (1884, p. 537-538) et M.-H. Fantar (1972, p. 350-351 ; 1979, p. 76).

9 Plb. I, 29, 2 (cité partout selon l’édition par P. Pédech dans la Collection des Universités de France, Paris 2003).

10 Cf. Fantar 1987, p. 39-40 et 207-210.

11 Plb. I, 30, 15.

12 On consultera sur cette expédition, sur le destin de Regulus et sur la tradition qui lui attribue une conduite héroïque représentative de la fides Romana, HAAN III, 1920 p. 79-91 ; Fantar 1989, p. 75-84 ; Le Bohec 1997, p. 87-93 ; Lancel 1999, p. 488-491 ; Minunno 2005, p. 217-234 ; Freyburger 2017, p. 101-108 ; Horvais 2018, p. 161-192.

13 Plb. I, 65-88.

14 Plb. I, 67, 13.

15 Plb. I, 73, 3 (le camp de Tunis tenu par Matho) ; 76, 10 (des insurgés réfugiés à Tunis) ; 77, 4 ; 84, 12 ; 86, 2.

16 On consultera HAAN III, 1920, p. 100-125 ; Lancel 1999, p. 495-502 ; Kotula 2010, p. 4871-4874.

17 HAAN III, 1920, p. 241.

18 Str. XVII, 3, 16 (éd. B. Laudenbach, J. Desanges, Paris, Les Belles Lettres, 2014)  : «  Dans le même golfe où se trouve Carthage il y a aussi la ville de Tunis (…). Mais ces villes furent détruites par les Romains en même temps que Carthage  ».

19 Sur cette notion de «  destruction  » dans les passages de Strabon et chez les auteurs anciens, cf. Desanges, dans Laudenbach, Desanges, éd. de Strabon, Géographie, tome XV, livre XVII, 2e partie, Paris, 2014, p. 169-170. Sur le destin des villes du Cap Bon après la chute de Carthage, cf. Aounallah 2001, p. 136-138.

20 Un oppidum Thunisense est mentionné par Pline l’Ancien, V, 30 (éd. J. Desanges, Paris 1980) ; il correspondrait plutôt à Thiniza (ou Thinisa), peut-être Ras El-Jbel près de Bizerte. Voir le commentaire de l’éditeur p. 314-315 ; et en dernier lieu Desanges et alii 2010, p. 253-254.

21 TabPeut V, 5. Cf. Tissot 1888, p. 108-109.

22 Ravenn. III, 5 ; V, 5 (éd. M. Pinder, G. Parthey, Berlin, 1860, p. 142, 7 et 348, 14).

23 Guid. 88 (éd. M. Pinder, G. Parthey, Berlin, 1860, p. 519).

24 Mesnage 1912, p. 164 ; Mandouze 1982, p. 648 (Lucianus 8) ; Lancel 1991, p. 1505.

25 Mesnage 1912, p. 165 ; Maier 1973, p. 228.

26 Fantar 1979, p. 57.

27 La fondation de cette ville eut lieu au temps des Omeyyades d’Espagne, sous le règne du calife an-Nāsir en 324 de l’Hégire / 936 apr. J.-C. Sur cet exemple, et sur la question du remploi des matériaux de constructions en Ifriqiya médiévale, cf. Mahfoudh 2017, p. 15-42.

28 AATun I, f. 20 – Tunis au 1/50 000, no 16  : «  Les fondations et quelques assises de la muraille qui longe le Sebkhat es Sedjoumi appartiennent peut-être à l’enceinte punique. Inscriptions. Dans l’intérieur du Dar-el-Bey, près de la Casbah, trois arcades romaines d’ordre dorique, vestiges probables d’un théâtre. La porte de la grande mosquée (Djama-Zitouna) qui s’ouvre sur la rue des Tisserands, est encadrée par un chambranle formé de trois fragments de frises d’ordre corinthien. De nombreux chapiteaux et colonnes antiques, qui peuvent provenir aussi des ruines de Carthage, ont été utilisés dans la construction de la ville moderne  ». Voir également Daoulatli 1976, p. 39-41 ; Desanges et alii 2010, p. 272.

29 Sur ces sources, voir HAAN II, 1920, p. 107.

30 Tissot 1888, p. 111.

31 Poinssot 1935, p. 244  : «  un ossuaire punique en pierre calcaire grise, coiffé d’un couvercle à deux pentes qui est flanqué d’acrotères  », a été fortuitement mis au jour lors des mêmes travaux. Cf. aussi Fantar 1979, p. 60.

32 Fantar 1972, p. 354-362.

33 Fantar 1972, p. 362-365.

34 Chelbi 1972, p. 368-378.

35 La colline de la Rabta se trouve à 1 km environ à l’ouest de Dar el-Bey, actuellement siège de la Présidence du gouvernement tunisien (l’ancien palais du bey mouradite Hammouda Pacha, qui régna entre 1631 et 1666).

36 Carton 1894, p. 180-195 ; La Blanchère, Gauckler 1897, p. 250, nos 378-383 ; Chelbi 2008, p. 232.

37 Merlin 1911, p. CCX.

38 Renault 1910, p. 79-80 ; Merlin 1911, p. CCX.

39 Bahri 1997, p. 88.

40 Saladin 1892, p. 382. Voir aussi Saladin 1893, p. 5-7 ; Gauckler 1907, p. 794 ; Fantar 1979, p. 62.

41 Gauckler 1910, p. 171, no 512; Fantar 1979, p. 67.

42 Mahfoudh 2003, p. 206.

43 Benzina Ben Abdallah 1986, p. 173, no 432.

44 Gauckler 1894, p. 233-234, no 10 (partie droite) ; 1907, p. 790-795.

45 CIL VIII, 25362 = ILS 8960 = ILTun 1154 = AE 1908, 29. On consultera sur cette inscription, Chalon et alii 1985, p. 224 ; Pikhaus 1994, p. 80.

46 CIL VIII, p. 143, 1384, 2514-2515. Le problème d’attribution de tel ou tel document à Tunis, à Carthage ou à un autre site a été posé par les auteurs du Corpus.

47 Sur les inscriptions relevées par F. Ximenez à Tunis, on consultera González Bordas 2015, p. 746-761 ; 2022, p. 169.

48 Gauckler 1894, p. 234, no 11= CIL VIII, 25363; Benzina Ben Abdallah 1986, p. 173-174, no 432.

49 Renault 1906, p. 546.

50 AE 1936, 26= ILTun 1156.

51 Picard 1951-1952, p. 215-216= AE 1955, 55.

52 Gauckler 1907, p. 794, n. 2 ; Fantar 1979, p. 64.

53 Al-Ajabi 1982, p. 20-21. On consultera aussi Mahfoudh 2017, p. 37-39.

54 Mahfoudh 2001, p. 167 ; 2003, p. 185.

55 Brunschvig 1940, p. 349. Sur les détails de cette hypothèse, voir Mahfoudh 2001, p. 171-175 ; 2003, p. 190-192.

56 Zbiss 1981, p. 18. Voir également Mahfoudh 2017, p. 31.

57 Saladin 1908, p. 11-12. Plus de détails dans Mahfoudh 2001, p. 175-181 ; 2003, p. 193-194 ; 2017, p. 32-33.

58 Mahfoudh 2001, p. 185. La même démonstration est reprise par l’auteur dans le chapitre consacré à cette mosquée (Mahfoudh 2003, p. 198-202).

59 Delattre 1899, p. 452. En voici le texte tel qu’il est reproduit par l’auteur  : DOM / VOTIS ‧ ADIACEN  : POPVLI ‧ SENATV ‧ GENVENSE ‧ FAVENTE. R. Q. [P] / GRECO  : XIII ANNVENTE ‧ EPLI ‧ MENSA ‧ PER ‧ QVINQVENNIVM ‧ PRAESVL[E] / CONSVLTO ‧ DESTITVA ‧ CENSVM ‧ MINISTRANTE ‧ AEDIBVS ‧ HISCE ‧ SACRIS ‧ ER[ECTIS] / IVLIVS ‧ IVSTVS ‧ SIXTO ‧ V ‧ P ‧ A ‧ ELECTVS ‧ EPVS ‧ EXTRMVM POSVIT ‧ LAPIDEM / VTINAM ‧ POSVISSET ‧ ET ‧ PRIMVM ‧ ANN ‧ M ‧ DXC[III]. Voir Mahfoudh 2001, p. 180 ; 2003, p. 197. Une inscription identique surmonte la porte d’entrée de la façade principale de l’actuelle Cathédrale de Notre-Dame-de-l’Assomption d’Ajaccio.

60 Poinssot 1911, p. 307. Ce fragment est de nature indéterminée, peut-être un simple bloc ou un élément d’architecture.

61 ILAfr 413.

62 Mahfoudh 2001, p. 181. Voir aussi Mahfoudh 2003, p. 198 ; 2017, p. 34.

63 Deux fois Gauillus  : CIL V, 5830 (Milan)  : Q(uintus) Sollonius / Veruicius / VIuir iun(ior) sibi et / Q(uinto) Sollonio patri / et Q(uinto) Sollonio Gauillo / et Q(uinto) Sollonio Macro / et Q(uinto) Sollonio Tertullo / mil(iti) leg(ionis) XVI et / Q(uinto) Sollonio Victori / fratribus et / Felici et Lucapeto / et C(aio) Visidio Secundo / Derton(a) ; CIL VIII, 14733 (Ghardimaou)  : D(iis) M(anibus)] s(acrum). / T(itus) Attius T(iti) f(ilius) / Gauillus pi/us uix(it) ann(is) / II. H(ic) s(itus) e(st). Et deux autres Gauilla  : CIL VI, 28590 (Rome)  : D(iis) M(anibus). / Verino alum/no dulcissim/o qui uixit an/nis VII mens(ibus) III / M(arcus) Fl(auius) Gauilla / [--- ; AE 1978, 615 = 1980, 691 (Pharia en Dalmatie)  : --- C(aio) Cornificio C]aro nomine suo et C(ai) Co[rnifici / --- et Corn]ificiae Gauillae filior(um) aedem ae[ternam ? --- / --- facien]da(m) curauit idemque dedicauit et posui[t] / decurio adlectus. Cf. Kajanto 1965, p. 169. Est plus fréquent le gentilice Gauillius, a (je renvoie aux recensions de l’EDCS).

64 Je remercie mes collègues Yvan Maligorne et Véronique Brouquier-Reddé qui ont bien voulu examiner les photographies de ce chapiteau. Cette datation m’a été proposée par Y. Maligorne.

65 Lassère 1977, p. 171; Benzina Ben Abdallah 2013, p. 54.

66 CIL VIII, 24625a (Attius); CIL VIII, 24642a= ILAfr 374= ILTun 980 (Attius); CIL VIII, 24712 (Attia Data / pia uixit an(num) I et mens(es) / X h(ic) s(ita) est / parentes piae fecerunt).

67 CIL VIII, 24358= ILTun 871 : ---] / Attia Re/pentina / uixit / an(n)os / LXXVI. / H(ic) s(ita) e(st).

68 Quelques exemples  : une pierre rectangulaire dégagé par Ch. Monchicourt dans un lieu situé à 10 km au sud-sud-est de Sidi Amara, antique Agger, porte sur le côté gauche [E]x of(f)icina, sur la face Basi quadra/tari Aggerita/ni, et sur le côté droit cum suis discipulis (Monchicourt 1909, p. 113 = AE 1909, 157 = ILAfr 79) ; une signature est incisée sur le lit de pose d’un chapiteau corinthien du théâtre de Juba II à Caesarea-Cherchell au nom de P. Antius Amphio (Gsell 1952, p. 107-108 ; Picard 1975, p. 394 ; AE 1992, 1927) ; un chapiteau corinthien du théâtre de Cuicul présente sur une face la signature Ex of(f)i(cina) Asc[ani(i) ?] (Gsell 1896, p. 212, no 169 ; ILAlg., II, 3, 8030) ; un bloc de pierre provenant d’Aïn Frigha, feuille Ksar Tlili, site 068-228, porte le texte Ex of(f)icina Vindemialis / instante Primu[lo ? et] suis (Ben Baaziz 2000, p. 32, no 22 = AE 2000, 1624) ; un chapiteau corinthien tardif trouvé à Henchir Zaouiet Ben Ammar, dans la région de Kasserine, est gravé de l’inscription suivante  : Laboris his locu[s] (Sehili 2013, p. 245, no 9 = AE 2013, 1781) ; un bloc de forme parallélépipédique allongée en pierre calcaire conservé sur le site de Henchir Gattoucia, dans la région de Bou Arada, présente dans un cadre à queues d’aronde la marque  : Ex of(f)icin/a Modi(i) Iu/liani (Chérif 2015, p. 1396-1397 = AE 2015, 1802). Une liste des marques gravées sur des éléments d’architecture provenant de Cherchell et d’autres sites est donnée par P. Pensabene (1982, p. 164, 166-169, Taf. 63-64).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Localisation de Tunes à proximité de Carthage et de Maxula-Radès
Crédits (vue satellitaire de Google Earth du 4/10/2022)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/6238/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 699k
Titre Fig. 2 : La dédicace des thermes vandales
Crédits (d’après Benzina Ben Abdallah 1986, n° 432)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/6238/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Fig. 3  : Plan de la Médina de Tunis
Légende La flèche indique l’emplacement de la mosquée Al-Kasr.
Crédits (d’après Mahfoudh 2001, p. 168)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/6238/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Titre Fig. 4  : La cour de la mosquée
Légende L’emplacement du chapiteau inscrit indiqué par la flèche.
Crédits (cliché A. Chérif)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/6238/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Titre Fig. 5  : Vue du chapiteau et de la feuille inscrite
Crédits (cliché A. Chérif)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/6238/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 665k
Titre Fig. 6  : La marque d’atelier inscrite sur la feuille du chapiteau
Crédits (cliché A. Chérif)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/6238/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 846k
Titre Fig. 7  : Détail de certaines lettres du cognomen
Crédits (cliché A. Chérif)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/6238/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 907k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ali Chérif, « De Tunes à Tunis : un chapiteau romain avec marque d’atelier remployé dans la mosquée Al-Kasr de Tunis »Antiquités africaines, 59 | -1, 109-118.

Référence électronique

Ali Chérif, « De Tunes à Tunis : un chapiteau romain avec marque d’atelier remployé dans la mosquée Al-Kasr de Tunis »Antiquités africaines [En ligne], 59 | 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/antafr/6238 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.6238

Haut de page

Auteur

Ali Chérif

Université de Jendouba, Institut supérieur des sciences humaines. Laboratoire Histoire des économies et des sociétés méditerranéennes, Université de Tunis.
alicherif.isshj[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search