Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53Les dépotoirs de céramiques de Th...

Les dépotoirs de céramiques de Thelepte : productions locales et productions régionales

Mongi Nasr
p. 79-93

Résumés

Thelepte, site archéologique, connu aussi actuellement sous le nom d’El-Medina-el-Kedima (la vieille ville), est situé à environ 30 km au sud-ouest de Kasserine (Cillium) et à peu près à 80 km au nord-ouest de Gafsa (Capsa). Les vestiges de cette colonie militaire romaine, fondée à l’époque des Flaviens, s’étalent sur une superficie de plus de 94 ha et recèlent, entre autres, des dépotoirs de céramiques parsemés à travers le site notamment dans sa partie nord. La compréhension de ces dépotoirs s’avère très délicate, en raison de la grande hétérogénéité du matériel et de la nature du site, à la fois producteur et importateur de céramiques. Au cours de ce premier travail, nos efforts se sont focalisés sur les productions endogènes (locales et régionales) afin d’en dégager les caractéristiques techniques et formelles et de tenter d’en déterminer la provenance.

Haut de page

Notes de l’auteur

Nous avons eu la chance de découvrir l’atelier de Thelepte lors de nos premières prospections dans la région en 1990 et d’en étudier une partie de sa production dans le cadre d’un DEA à l’Université d’Aix-en-Provence (Nasr 1994).

Texte intégral

1. Thelepte : site et vestiges

  • 1 Imada : subdivision administrative ( = canton).
  • 2 Délégation : subdivision administrative ( = sous-préfecture).
  • 3 Tissot 1888, p. 653.
  • 4 Lassère 1977, p. 250.

1Située à environ 30 km au sud-ouest de Kasserine (Cillium) et à peu près à 32 km à vol d’oiseau au nord-ouest de Sidi Aïch (Vicus Gemellae), Thelepte est une imada1 relevant de la délégation2 de Feriana dans le gouvernorat de Kasserine. Cette ville romaine, dont les vestiges s’étendent entre 8°35’-8°36’ de longitude est et 34°58’-34°59’ de latitude nord (fig. 1 et 2) et que l’Itinéraire d’Antonin et la table de Peutinger placent à XLIV milles, c’est-à-dire, à peu près à 66 km au nord-ouest de Capsa3, est une colonie militaire romaine fondée à l’époque des Flaviens, à la fin du ier s., en même temps qu’Ammaedara, Cillium et Sufetula, afin de faire face aux incursions des Gétules4.

Fig. 1 : Thelepte. Plan de situation

Fig. 1 : Thelepte. Plan de situation

Source : extrait de la carte d’État-Major au 1/50 000e, feuille n° XCI.

Fig. 2 : Thelepte. Plan inédit du site avec emplacement des dépotoirs et des fours

Fig. 2 : Thelepte. Plan inédit du site avec emplacement des dépotoirs et des fours

Source : plan INP.

  • 5 Saumagne 1962, p. 519-531. Voir aussi Duval 1986, p. 386-405.
  • 6 Salama 1951, p. 126.

2Cette ville, nous apprennent les sources littéraires, a occupé au temps de Justinien une place importante puisqu’elle était, avec Capsa, la résidence du Duc de la Byzacène et par conséquent l’une des deux plus grandes villes de la contrée5. En effet, les vestiges archéologiques qui s’étalent sur une superficie de plus de 94 ha, corroborent ce rang privilégié (fig. 2). Aussi, la place importante de cette colonie s’explique-t-elle par sa position stratégique au sein du réseau routier africain. En effet, c’est par cette ville que passaient, autrefois, les principales voies romaines reliant la Tunisie méridionale aux ports et villes du littoral, dont la plus importante était celle qui partait du camp de la IIIe Légion à Ammaedara pour aboutir au port de Tacape (Gabès)6.

  • 7 Guérin 1862, p. 297-298.
  • 8 Nasr 2005, p. 377-379. Nous saisissons l’occasion pour renouveler nos vifs remerciements à M. Fath (...)

3Thelepte connue aussi, actuellement, chez les habitants des alentours sous le nom d’El-Medina-el-Khedima (la veille ville), s’étend, du moins pour la majorité de ses vestiges, entre l’Oued Bouhaya à l’ouest, la route Gafsa-Kasserine à l’est et la montagne dénommée Makta-el-Bathouma au sud, dont le sommet s’élève à environ cent mètres au-dessus de la plaine7. Parmi ces vestiges, on remarque plusieurs dépotoirs de céramiques parsemés à travers le site et surtout dans sa partie nord (fig. 3 à 5). La compréhension de ces dépotoirs s’avère dès le début très délicate, et ceci pour deux raisons : d’une part, la grande hétérogénéité du matériel disponible dans les dépotoirs d’une ville occupée sans hiatus pendant au moins sept siècles, d’autre part, la nature même de ce site à la fois producteur et importateur de céramiques8.

Fig. 3 : Thelepte. Vue d’ensemble : site archéologique et ville moderne (vue prise du sud)

Fig. 3 : Thelepte. Vue d’ensemble : site archéologique et ville moderne (vue prise du sud)

Cliché M. Nasr.

Fig. 4 : Thelepte. Une partie des vestiges de la zone sud de la forteresse (vue prise du nord)

Fig. 4 : Thelepte. Une partie des vestiges de la zone sud de la forteresse (vue prise du nord)

Cliché M. Nasr.

Fig. 5 : Thelepte. Monticules formés de rebuts d’ateliers de céramiques (vue prise du sud-ouest)

Fig. 5 : Thelepte. Monticules formés de rebuts d’ateliers de céramiques (vue prise du sud-ouest)

Cliché M. Nasr

4Au cours de nos prospections, les efforts se sont focalisés principalement sur les productions endogènes (locales et régionales) afin d’en dégager les caractéristiques techniques et formelles d’une part et de tenter d’en déterminer les origines d’autre part.

5Ce site recèle les témoins incontestables de productions locales de céramiques, notamment les sigillées africaines, à savoir des traces de fours, des fragments de casettes et des ratés de cuisson. En effet, les opérations de délimitation et de recensement des vestiges de Thelepte, effectuées par l’Institut National du Patrimoine, ont permis le dénombrement de sept fours dont cinq situés dans la partie nord du site (fig. 2).

2. Le faciès céramique

6Toutes ces données, si elles confirment l’existence de productions locales, ne facilitent pas notre tâche consistant à éclaircir la confusion qui règne au sein des dépotoirs de ce site et à discerner, du moins en partie, les produits de ses fours (fig. 6). En effet, l’observation attentive du matériel objet de la présente étude révèle l’existence de deux grandes catégories de céramiques : la première est constituée de fragments ayant les véritables caractéristiques des sigillées africaines (pâte, engobe, cuisson) associées à la présence de casettes (fig. 7) ; la deuxième renferme des fragments qui, tout en appartenant à la sigillée africaine, semblent avoir perdu beaucoup de leur qualité habituelle tant au niveau de la texture de la pâte et de la couleur de l’engobe qu’au niveau de la maîtrise des techniques de l’utilisation des casettes. Ces constatations incitent à penser à deux périodes de productions différentes : l’une ancienne, l’autre tardive.

Fig. 6 : Thelepte

Fig. 6 : Thelepte

a) Monticule d’où proviennent les fragments de la production locale (vue prise du sud). b) Détail des ratés de cuisson.

Clichés : M. Nasr.

Fig. 7 : Thelepte. Fragments de casettes

Fig. 7 : Thelepte. Fragments de casettes

Cliché et dessins : M. Nasr.

2.1. La production locale

  • 9 Cf. Ballet et alii 1991, p. 131.

7Les fragments de cette production proviennent d’un dépotoir à peine visible, situé à proximité de la rive gauche de l’Oued Bouhaya. Seule la couleur grisâtre de ce monticule trahit de loin l’existence d’un atelier de céramiques dont les vestiges sont au ras du sol et dissimulés par les cactus (fig. 6). Une situation pareille peut s’expliquer soit par la très courte durée de la période de l’activité de l’atelier et sa capacité de production très limitée, soit, et cela nous semble plus logique, par le pourcentage très réduit des rebuts vu la nature médiocre de cette production9 qui n’exige, donc, de rejets que dans les cas où les pièces seraient invendables suite à des cassures ou à des déformations résultant de la surcuisson. Cette situation pourrait aussi s’expliquer, en partie, par la proximité des dépotoirs de la rive gauche de l’Oued Bouhaya qui, sans aucun doute, n’a cessé de s’élargir au fil des siècles.

  • 10 Certaines pièces sont mieux soignées que d’autres.
  • 11 Des changements technologiques consistant, essentiellement, en l’abandon des casettes, sont signal (...)
  • 12 Malheureusement, les rapprochements morphologiques avec quelques formes classiques restent insuffi (...)

8Cette production appartient, apparemment, à une catégorie de sigillée africaine tardive qui se distingue par sa qualité médiocre due à une pâte compacte contenant beaucoup d’impuretés, notamment des grains de sable, et à une mauvaise maîtrise des techniques de protection des ustensiles par les casettes lors de la cuisson10 ce qui lui procure un aspect plutôt rugueux et de coloration peu homogène11. Cette catégorie fournit des imitations des formes classiques de sigillée africaine12 et semble être destinée à un marché strictement local. Le matériel recueilli dans ce premier dépotoir permet, malgré le nombre peu abondant des fragments, de dresser une typologie préliminaire de cette production (fig. 8) :

Type 1

9Petit plat apode à bord « continu ». Pâte orangé foncé, peu homogène. Engobe rouge brique.
On peut discerner les sous-types suivants :
1.1 Plat à vasque arrondie (fig. 8, n° 1).
1.2 Plat à vasque tronconique.
1.2.1 Bord à lèvre arrondie (fig. 8, n° 2).
1.2.2 Bord à lèvre effilée.
1.2.2.1 Paroi à épaississement (fig. 8, n° 3).
1.2.2.2 Paroi à amincissement (fig. 8, n° 4).

  • 13 Stern 1968, p. 146 sq.

10Bien qu’on n’ait pas de parallèle exact pour ces formes, un rapprochement avec la forme Sidi Aïch 7.3.2 reste envisageable pour le type 1.2.1 alors qu’un rapprochement avec la forme Stern V SA-VI-1213 est possible surtout pour le type 1.2.2.1.

Type 2

11Bol ou plat profond apode et caréné. Pâte orangée peu homogène. Engobe rouge à rouge-marron.
2.1 Bord redressé à lèvre effilée (fig. 8, n° 5).
2.2 Bord rentrant à lèvre moins effilée (fig. 8, n° 6).

Ce type évoque plus ou moins la forme Sidi Aïch 14.1 et la forme Neuru 1987, fig. 2, n° 20.

Type 3

12Coupe à vasque arrondie. Pâte orangée. Engobe rouge-orangé terne (fig. 8, n° 7).

Cette forme n’a pas de parallèle exact ni parmi les formes classiques ni parmi les formes locales.

Type 4

13Assiette à bord à bourrelet massif. Pâte orangée peu homogène. Engobe marron à marron foncé.
On peut discerner les sous-groupes suivants :
4.1 Assiette à carène plus ou moins prononcée.
4.1.1 Bord en « amande » (fig. 8, n° 8).
4.1.2 Bord à section triangulaire.
4.1.2.1 Bord à saillie externe (fig. 8, n° 9).
4.1.2.2 Bord à lèvre inférieure saillante.
4.1.2.2.1 Lèvre supérieure aplatie et une gorge sur le bord externe (fig. 8, n° 10).
4.1.2.2.2 Lèvre supérieure effilée et sans gorge sur le bord externe (fig. 8, n° 11).
4.2 Assiette sans carène
4.2.1 Assiette peu profonde à bord à bourrelet à section triangulaire
4.2.1.1 Bord redressé à lèvre supérieure (fig. 8, n° 12).
4.2.1.2 Bord oblique à lèvre inférieure allongée biseautée (fig. 8, n° 13).
4.2.2 Assiette profonde.
4.2.2.1 Bord court arrondi (fig. 8, n° 14).
4.2.2.2 Bord ovale (fig. 8, n° 15).
4.2.2.3 Bord en amande.
4.2.2.3.1 Bord long oblique (fig. 8, n° 16).
4.2.2.3.2 Bord court redressé (fig. 8, n° 17).

  • 14 Nasr 2005.

14Ces formes qui semblent être inspirées, d’une façon générale, des formes Hayes 86 et 87, évoquent aussi la forme Sidi Aïch 53.3.1.2 pour le type 4.1.1, la forme Sidi Aïch 54.2.2.4 pour le type 4.1.2.2 et la forme Sidi Aïch 53.1.2 pour le type 4.2.2.314.

Fig. 8 : Thelepte. Production locale tardive

Fig. 8 : Thelepte. Production locale tardive

Source : M. Nasr.

2.2. Les productions régionales

2.2.1. Production probable de Sidi Aïch15

  • 15 Nous regroupons sous ce terme toutes les pièces dont nous soupçonnons l’appartenance aux productio (...)
  • 16 Sidi Aïch est situé entre 8°45’-8°55’ de longitude est et 34°40’-34°45’ de latitude nord.
  • 17 Ce site couvre 26 hectares.
  • 18 Cagnat 1888, p. 473 sq.
  • 19 Stern 1968, p. 146 sq.
  • 20 Cf. Hayes 1972, p. 300-303 ; Atlante I, 1981, p. 138 sq. ; Mackensen 1993, p. 38.

15Situé à environ 36 km à vol d’oiseau au nord-ouest de la ville de Gafsa, l’antique Capsa16, le site de Sidi Aïch, supposé être le Vicus Gemellae17, renferme, entre autres, les vestiges d’ateliers de potiers (dépotoirs, traces de fours…) signalés depuis 1888 par R. Cagnat18. Les produits de ces ateliers ont fait, à côté de ceux de Henchir es-Srira, l’objet d’une étude comparative, menée par E.M. Stern19, qui a eu, malgré son caractère succinct, le mérite de faire sortir de l’anonymat ces deux sites, d’exposer, en partie, leurs répertoires typologiques et de les situer dans le temps : début du ive - milieu ve siècle pour ceux de Sidi Aïch. Devenant la seule référence de la communauté scientifique concernant ces deux sites, les conclusions de cette étude ont, par la suite, influencé d’une façon ou d’une autre les écrits des spécialistes20.

  • 21 Nasr 1992.
  • 22 Nasr 2005.

16Les prospections et les études des matériels des dépotoirs à partir de 199021 nous ont permis de confirmer la nature de ce site, site producteur, d’élaborer des typologies pour les différentes catégories de productions (vaisselle de table, poinçons décoratifs, céramique culinaire, lampes) et de proposer une chronologie pour la période d’activité allant de la fin du iie - début du iiie s. jusqu’à la fin du vie - début du viie s.22.

  • 23 Bonifay, Capelli, Brun 2012, p. 54-55.

17Il faut noter aussi que, grâce aux études archéométriques23 effectuées sur quelques tessons provenant de ce site, les chercheurs disposent actuellement d’un nombre de caractéristiques texturales, morphologiques, décoratives et techniques qui aident à identifier les produits des ateliers de Sidi Aïch.

Fig. 9 : Thelepte. Sigillée africaine. Production probable de Sidi Aïch

Fig. 9 : Thelepte. Sigillée africaine. Production probable de Sidi Aïch
  • 24 Stern 1968, pl. V.
  • 25 Stern 1968, pl. V.
  • 26 Stern 1968, pl. V.
  • 27 Stern 1968, pl. V.
  • 28 Stern 1968, pl. V.

Catalogue (fig. 9)
18 : plat qui s’apparente au type Sidi Aïch 2 à bord « continu ». Pâte orangée, homogène. Engobe rouge-orangé (fig. 9).
19 : variante du type précédent à paroi redressée sans épaississement. Pâte orangé clair. Engobe rouge-orangé sombre (fig. 9).
20 : variante à paroi moins épaisse et bord à lèvre arrondie. Pâte orangé-brun. Engobe rouge brique clair (fig. 9).
21 : variante à paroi arrondie. Pâte orangé très clair. Engobe orangé-brun (fig. 9).
22 : variante à vasque incurvée. Pâte orangé très clair. Engobe rouge-orangé foncé à rouge brique (fig. 9).
23 : bol profond qui s’apparente au type Sidi Aïch 19. Pâte orangé vif. Engobe rouge-marron (fig. 9).
24 : variante du type précédent. Pâte rouge-brun. Engobe rouge-orangé foncé (fig. 9).
25 : variante plus profonde à bourrelet arrondi moins prononcé. Pâte orangé très clair. Engobe orangé à l’intérieur et marron à l’extérieur (fig. 9).
26 : bol qui s’apparente au type Stern XVIII SA-V-1824. Pâte orangée. Engobe rouge-orangé foncé (fig. 9).
27 : bol qui s’apparente au type Sidi Aïch 27. Pâte rouge-brun. Engobe rougeâtre (rose foncé) peu soigné (fig. 9).
28 : plat ou assiette. Pâte orangé très clair. Engobe rouge brique (fig. 9).
29 : coupe cylindrique évoquant le type Sidi Aïch 29 ( ?). Pâte rouge-orangé clair. Engobe rouge brique (fig. 9).
30 : variante du type précédent. Pâte rouge-orangé. Engobe rouge-orangé (fig. 9).
31 : bol qui s’apparente au type Stern XIX25 ( ?). Pâte rouge-marron. Engobe rouge-marron (fig. 9).
32 : bol évoquant le type Stern XXI26. Pâte rouge-orangé. Engobe orangé-brun (fig. 9).
33 : variante du type précédent. Pâte orangé très clair. Engobe orangé (fig. 9).
34 : bol à marli mouluré à lèvre épaissie-coupée. Pâte orangé clair. Engobe orangé-brun (fig. 9).
35 : assiette qui s’apparente au type Stern XXVII27 ( ?). Pâte rouge-orangé vif. Engobe orangé, tacheté (fig. 9).
36 : assiette/plat. Pâte orangée. Engobe de la même couleur que la pâte (fig. 9).
37 : coupe carénée évoquant le type Stern XIX SA-II-6628. Pâte orangée. Engobe rouge brique foncé (fig. 9).
38 : assiette qui s’apparente au type Sidi Aïch 35.1.2. Pâte orangé clair. Engobe rouge brique réservé aux parties internes (fig. 9).
39 : assiette à bord horizontal court à double ressaut. Pâte gris foncé. Engobe marron très foncé. Paroi externe mal réservée (fig. 9).
40 : assiette qui s’apparente au type Sidi Aïch 36.1.2.2 ( ?). Pâte rouge-brun. Engobe rouge-orangé foncé (fig. 9).
41 : assiette carénée évoquant le type Sidi Aïch 37.1.1. Pâte orangé-brun. Engobe rouge-brun foncé (fig. 9).

Source : M. Nasr.

Fig. 10 : Thelepte. Sigillée africaine. Production probable de Sidi Aïch

Fig. 10 : Thelepte. Sigillée africaine. Production probable de Sidi Aïch

Catalogue (fig. 10)
42 : plat rappelant le type Sidi Aïch 50.1. Paroi externe guillochée. Pâte rouge-orangé. Engobe de la même couleur que la pâte (fig. 10).
43 : variante du type précédent à bord plus atrophié. Paroi sans guillochis. Pâte orangé clair. Engobe rouge brique (fig. 10).
44 : variante réduite de la forme précédente. Pâte rouge clair (rougeâtre). Engobe rouge-marron (fig. 10).
45 : variante du type précédent à bord horizontal épaissi. Pâte orangé clair. Engobe rouge-orangé foncé (fig. 10).
46 : assiette peu profonde évoquant le type Sidi Aïch 53.1.1. Bord et paroi externes sommairement guillochés. Pâte rouge foncé. Engobe rouge-orangé foncé, tacheté (fig. 10).
47 : assiette carénée. Paroi externe guillochée. Pâte rouge-marron. Engobe marron s’écaillant en plaques (fig. 10).
48 : assiette carénée s’approchant du type Sidi Aïch 54.2.2.3. Bande guillochée ornant la partie supérieure de la paroi externe. Pâte brun-orangé. Engobe rouge-orangé sombre, tacheté (fig. 10).
49 : assiette carénée évoquant le type Sidi Aïch 54.2.3 ( ?). Pâte brun-orangé. Engobe brun-orangé (fig. 10).
50 : mortier qui s’apparente au type Sidi Aïch 66.1 ( ?). Listel oblique atrophié. Pâte rouge-orangé vif. Engobe orangé, tacheté (fig. 10).
51 : variante du type précédent. Listel horizontal atrophié. Pâte rouge-orangé vif. Engobe rouge-brun clair (fig. 10).
52 : mortier évoquant le type Sidi Aïch 71.2 ( ?) à collerette ovale-pendante. Pâte brun-orangé. Engobe rouge-orangé foncé (fig. 10).
53 : mortier évoquant le type Sidi Aïch 74.2 ( ?). Collerette oblique à section quadrangulaire. Pâte rouge foncé. Engobe de la même couleur que la pâte (fig. 10).
54 : plat évoquant le type Sidi Aïch 75 ( ?). Bord et paroi externes guillochés. Pâte orangé clair. Engobe rouge-brun (fig. 10).

Source : M. Nasr.

2.2.2. Productions d’origine indéterminée

  • 29 Cf. Nasr, Bonifay, Capelli (à paraître).

18Cette dernière partie sera réservée aux tessons dont les caractéristiques texturales, techniques et/ou morphologiques sont encore non répertoriées et leurs régions de provenance demeurent inconnues. En effet, l’examen préliminaire des pâtes et des engobes de ces tessons révèle, d’une part la complexité de l’étude des dépotoirs de céramiques et d’autre part l’existence d’un bon nombre d’ateliers locaux jusqu’à présent non identifiés29.

Fig. 11 : Thelepte. Sigillée africaine. Productions indéterminées

Fig. 11 : Thelepte. Sigillée africaine. Productions indéterminées
  • 30 Neuru 1987, p. 176.
  • 31 Lequément 1968, p. 189.
  • 32 À propos de ce terme voir Morel 1981, p. 78.
  • 33 Cette pièce évoque la forme n° 22 fig. 13 provenant de Henchir el-Guellal, Djilma (Peacock, Bejaou (...)
  • 34 Cette pièce s’apparente à la forme n° 21 fig. 13 provenant de Henchir el-Guellal, Djilma ( Peacock(...)

Catalogue (fig. 11)
55 : bol de type Neuru fig. 1 n° 330 ( = Tébessa pl. 22 n° 931). Pâte orangé clair. Engobe orange vif (fig. 11).
56 : plat profond/bol à vasque évasée. Pâte rougeâtre. Engobe rouge très foncé, mince (fig. 11).
57 : plat profond. Pâte rosâtre. Surface assez rugueuse (fig. 11).
58 : variante à bourrelet arrondi retroussé. Pâte rouge rosâtre. Engobe rouge-orangé foncé (fig. 11).
59 : variante à bourrelet arrondi prononcé. Pâte orangé très clair. Engobe orangé foncé (fig. 11).
60 : variante à bourrelet à épaississement. Pâte orangé très clair. Engobe rouge-orangé foncé (fig. 11).
61 : variante à bourrelet prononcé-aplati. Pâte rosâtre, hétérogène. Engobe rougeâtre, mince à l’intérieur et des taches brunâtres sur la paroi externe (fig. 11).
62 : variante à bourrelet biseauté. Pâte orangé très clair. Engobe rouge-orangé foncé (fig. 11).
63 : variante avec des contre-courbes sur la paroi interne. Pâte rougeâtre. Engobe rouge foncé (fig. 11).
64 : bol caréné à vasque évasée. Pâte rose clair. Engobe de la même couleur (fig. 11).
65 : coupe carénée à marli large-oblique. Pâte orangé très clair. Engobe orangé foncé (fig. 11).
66 : coupe hémisphérique à marli. Pâte orangé clair. Engobe orangé foncé (fig. 11).
67 : coupe à bord « ondulé »32. Pâte orangé très clair. Engobe rougeâtre (fig. 11).
68 : coupe carénée à marli cannelé. Pâte orangé pâle. Engobe rougeâtre (fig. 11).
69 : coupe à bord épaissi et à lèvre amincie. Pâte brunâtre. Engobe rouge-orangé foncé (fig. 11).
70 : coupe/bol à marli court à lèvre amincie. Pâte rouge-orangé. Engobe orangé foncé (fig. 11).
71 : coupelle à bord large oblique. Pâte rouge-orangé. Engobe rouge clair (fig. 11, 71).
72 : petite assiette à ressaut peu prononcé. Pâte orangé clair. Engobe rouge-orangé (fig. 11).
73 : assiette à bord oblique très large33. Pâte rouge-orangé. Engobe rouge-orangé terne (fig. 11).
74 : assiette à paroi très épaisse34. Pâte rosâtre. Engobe de la même couleur, très mince (fig. 11).
75 : plat/assiette rectangulaire (moulé(e)). Pâte orangée. Engobe rouge-orangé foncé (fig. 11).

Source : M. Nasr.

Fig. 12 : Thelepte. Sigillée africaine. Productions indéterminées

Fig. 12 : Thelepte. Sigillée africaine. Productions indéterminées

Catalogue (fig. 12)
76 : coupe à vasque évasée. Pâte rouge-orangé. Engobe orangé-brun (fig. 12).
77 : variante moins large. Pâte rouge. Engobe orangé-brun (fig. 12).
78 : variante à marli horizontal. Pâte rouge-orangé. Engobe rouge foncé (fig. 12).
79 : assiette à bourrelet externe. Pâte brun-orangé. Engobe rouge-orange (fig. 12).
80 : plat à vasque rectiligne. Pâte brun-orangé. Engobe rouge-orangé (fig. 12).
81 : mortier à listel en bourrelet facetté. Pâte rouge-marron. Engobe rouge-marron (fig. 12).
82 : petit mortier à listel atrophié. Pâte brun-orangé. Engobe rouge-brun (fig. 12).
83 : variante à crête. Pâte rouge-orangé clair, homogène, bien épurée. Engobe orangé foncé, mat (fig. 12).
84 : variante à vasque incurvée. Pâte rouge-orangé foncé. Engobe rouge-orangé (fig. 12).
85 : mortier à listel atrophié épaissi. Pâte orangé clair. Engobe rouge-marron (fig. 12).
86 : variante à listel oblique effilée. Pâte rosâtre à beige. Engobe rouge-orangé (fig. 12).
87 : mortier à listel atrophié épaissi. Pâte rouge-orangé clair. Engobe orangé-brun (fig. 12).
88 : mortier à collerette « anguleuse ». Pâte orangé clair. Engobe marron clair (fig. 12).
89 : bol caréné à crête. Pâte orangé clair. Engobe rouge-marron foncé (fig. 12).

Source : M. Nasr.

Conclusion

19Le matériel objet de la présente étude a permis d’exposer une partie des innombrables catégories des céramiques parsemées dans les dépotoirs de Thelepte. En effet, parmi ces catégories, on trouve une production locale de sigillée africaine tardive qui imite des formes appartenant, d’une manière générale, aux Ve et VIe siècles, surtout les formes Hayes 86 et 87. Mais la qualité médiocre du matériel, ainsi que la non-maîtrise des techniques de cuisson pourraient également laisser penser à une datation plus tardive, autour de la fin du VIe siècle voire plus tard.

20Justement, au cours de cette période, la Byzacène méridionale a connu une crise profonde causée par la succession d’une série d’événements politico-militaires (la conquête byzantine) , naturels (sécheresses, disettes, pestes…) et socio-économiques (incursions des tribus nomades du Sud et du Sud-Est). Ces événements seraient, entre autres, derrière l’apparition, dans cette région en général et à Thelepte en particulier, d’une économie d’autarcie , représentée ici par cette production tardive, destinée à satisfaire les besoins des habitants d’un niveau social très modeste.

21Quant aux autres productions détectées au sein de ce matériel, elles sont plus anciennes et présentent des caractéristiques techniques et formelles propres aux productions régionales des IVe et Ve siècles. En effet, on peut distinguer deux catégories : l’une évoque les productions de Sidi Aïch, l’autre renferme des produits d’origine indéterminée. Ces dernières productions reflètent, en fait, la complexité de l’étude des dépotoirs et dénotent la nécessité des analyses archéométriques pour distinguer les différentes productions.

Haut de page

Bibliographie

Atlante I, 1981, Carandini A. (dir.), Anselmino L., Pavolini C., Saguì L., Tortorella S., Tortorici E., Atlante delle forme ceramiche, I. Ceramica fine romana nel bacino mediterraneo (medio e tardo impero), Roma (Enciclopedia dell’arte antica classica e orientale, suppl. 1).

Ballet P. et alii 1991, Ballet P., Mahmoud F., Vichy M., Picon M., « Artisanat de la céramique dans l’Égypte romaine tardive et byzantine. Prospections d’ateliers de potiers de Minia à Assouan », Cahiers de la Céramique Égyptienne 2, p. 129-144.

Ben Baaziz S. 2003, « Les fermes rurales fortifiées de la Dorsale méridionale à l’époque romaine », dans Histoire des Hautes Steppes 2003, p. 49-80.

Bonifay M. 2002, « Les ultimes niveaux d’occupation de Sidi Jdidi, Pupput et Neapolis : difficultés de datation par la céramique », dans L’Afrique vandale et byzantine, I. Actes du colloque international (Tunis, 5-8 octobre 2000), Turnhout (AntTard 10), p. 182-190.

Bonifay M. 2004, Études sur la céramique tardive d’Afrique, Oxford (BAR Int. S. 1301).

Bonifay M., Capelli C., Brun C. 2012, « Pour une approche intégrée archéologique, pétrographique et géochimique des sigillées africaines », dans M. Cavalieri (dir.), en collab. avec É. De Waele, I. Meulemans, Industria apium. L’archéologie : une démarche singulière, des pratiques multiples. Hommages à Raymond Brulet, Louvain (Fervet Opus 1), p. 41-62.

Cagnat R. 1888, « L’atelier de poterie de Sidi-Aïch », BCTH, p. 473-474.

Du Byzacium 1998, A. Mrabet (éd.), Du Byzacium au Sahel, itinéraire historique d’une région tunisienne, actes du colloque sur le Sahel tenu à Sousse en décembre 1996, Tunis (Collection actes, Série Histoire 1).

Durliat J. 1998, « La Byzacène byzantine », dans Du Byzacium 1998, p. 51-69.

Duval N. 1986, « L’épigraphie chrétienne de Sbeïtla (Sufetula) et son apport historique », dans L’Africa romana IV, Sassari, p. 386-405.

Guérin V. 1862, Voyage archéologique dans la régence de Tunis, t. 2, Paris.

Hacen R. 1998, « Cillium capitale de la Byzacène sous Constance II ? (À propos d’un rescrit du Code Théodosien) », dans Du Byzacium 1998, p. 105-112.

Hayes J.W. 1972, Late Roman Pottery, London.

Histoire des Hautes Steppes 2003, Bejaoui F. (éd.), Histoire des Hautes Steppes, Antiquité-Moyen Âge, actes du colloque de Sbeïtla, session 2001, Tunis.

Lassère J.-M. 1977, Vbique populus. Peuplement et mouvements de population dans l’Afrique romaine de la chute de Carthage à la fin de la dynastie des Sévères (146 a. C. - 235 p. C.), Paris (Études d’Antiquités africaines).

Lassère J.-M 2003, « Les cultures sur le fundus Tuletianensis, une société rurale en crise ? », dans Histoire des Hautes Steppes 2003, p. 39-48.

Lequément R. 1968, Fouilles à l’amphithéâtre de Tébessa (1965‑1968), Alger (BAA Suppl. 2).

Mackensen M. 1993, Die spätantiken Sigillata- und Lampentöpfereien von El Mahrine (Nordtunesien). Studien zur nordafrikanischen Feinkeramik des 4. Bis 7. Jahrhunderts, München (Münchner Beiträge zur Vor- und Frühgeschichte, 50).

Morel J.-P. 1981, Céramique campanienne : les formes, Rome (BÉFAR 244).

Nasr M. 1992, Recherches sur la céramique rouge-orangé dans la région de Gafsa à l’époque romaine : l’atelier de Sidi Aïch, Certificat d’Aptitude à la Recherche, Université de Tunis, inédit.

Nasr M. 1994, Recherches sur la sigillée claire africaine de la Byzacène du Sud-Ouest : les dépotoirs de Thelepte, Diplôme d’Études Approfondies, Université de Provence, inédit.

Nasr M. 2005, La sigillée claire africaine de la Byzacène du Sud-Ouest : productions et circuits commerciaux, Thèse de Doctorat, Université de Provence, inédite.

Nasr M., 2015, « Les dépotoirs d’ateliers de céramiques de Majoura : nouvelles données », LibStud 46, p. 115-143.

Nasr M., Bonifay M., Capelli C. (à paraître), « Archéologie et archéométrie des productions de l’atelier de Majoura (Tunisie) », Rei Cretariae Romanae Fautorum Acta XLV.

Neuru L. 1987, « Red Slipped Wares of Southwestern Central Tunisia : New Evidence », Rei Cretariae Romanae Fautorum Acta XXV/XXVI, p. 175-188.

Peacock D.P.S., Bejaoui F., Ben Lazreg N. 1990, « Roman Pottery Production in Central Tunisia », JRA 3, p. 59-84.

Salama P. 1951, Les voies romaines de l’Afrique du Nord, Alger.

Saumagne Ch. 1962, « Capsa. Les vestiges de la cité latine de Gafsa », CT 37-40, p. 519-531.

Stern E.M. 1968, « Note analytique sur des tessons de sigillée claire D ramassés à Henchir es Srira et Sidi Aïch », BABesch 43, p. 146-154.

Tissot Ch. 1888, Exploration scientifique de la Tunisie. Géographie comparée de la Province romaine d’Afrique, II. Chorographie, réseau routier, Paris.

Haut de page

Notes

1 Imada : subdivision administrative ( = canton).

2 Délégation : subdivision administrative ( = sous-préfecture).

3 Tissot 1888, p. 653.

4 Lassère 1977, p. 250.

5 Saumagne 1962, p. 519-531. Voir aussi Duval 1986, p. 386-405.

6 Salama 1951, p. 126.

7 Guérin 1862, p. 297-298.

8 Nasr 2005, p. 377-379. Nous saisissons l’occasion pour renouveler nos vifs remerciements à M. Fathi Bejaoui pour nous avoir procuré ce document (plan inédit du site).

9 Cf. Ballet et alii 1991, p. 131.

10 Certaines pièces sont mieux soignées que d’autres.

11 Des changements technologiques consistant, essentiellement, en l’abandon des casettes, sont signalés dans des sites de la Tunisie septentrionale à des périodes tardives. Voir Bonifay 2002, p. 183.

12 Malheureusement, les rapprochements morphologiques avec quelques formes classiques restent insuffisants pour établir une chronologie précise propre à cette production.

13 Stern 1968, p. 146 sq.

14 Nasr 2005.

15 Nous regroupons sous ce terme toutes les pièces dont nous soupçonnons l’appartenance aux productions de Sidi Aïch, mais sans preuve archéométrique à l’appui ; autrement dit ces pièces qui présentent généralement des caractéristiques techniques propres aux ateliers de Sidi Aïch, mais qui, du point de vue formel, n’ont pas jusqu’à présent de parallèles exacts ni parmi le matériel étudié par nous ni parmi celui étudié par E.M. Stern.

16 Sidi Aïch est situé entre 8°45’-8°55’ de longitude est et 34°40’-34°45’ de latitude nord.

17 Ce site couvre 26 hectares.

18 Cagnat 1888, p. 473 sq.

19 Stern 1968, p. 146 sq.

20 Cf. Hayes 1972, p. 300-303 ; Atlante I, 1981, p. 138 sq. ; Mackensen 1993, p. 38.

21 Nasr 1992.

22 Nasr 2005.

23 Bonifay, Capelli, Brun 2012, p. 54-55.

24 Stern 1968, pl. V.

25 Stern 1968, pl. V.

26 Stern 1968, pl. V.

27 Stern 1968, pl. V.

28 Stern 1968, pl. V.

29 Cf. Nasr, Bonifay, Capelli (à paraître).

30 Neuru 1987, p. 176.

31 Lequément 1968, p. 189.

32 À propos de ce terme voir Morel 1981, p. 78.

33 Cette pièce évoque la forme n° 22 fig. 13 provenant de Henchir el-Guellal, Djilma (Peacock, Bejaoui, Ben Lazreg 1990, p. 80).

34 Cette pièce s’apparente à la forme n° 21 fig. 13 provenant de Henchir el-Guellal, Djilma ( Peacock, Bejaoui, Ben Lazreg 1990, p. 80).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Thelepte. Plan de situation
Crédits Source : extrait de la carte d’État-Major au 1/50 000e, feuille n° XCI.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/634/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre Fig. 2 : Thelepte. Plan inédit du site avec emplacement des dépotoirs et des fours
Crédits Source : plan INP.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/634/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Fig. 3 : Thelepte. Vue d’ensemble : site archéologique et ville moderne (vue prise du sud)
Crédits Cliché M. Nasr.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/634/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 4 : Thelepte. Une partie des vestiges de la zone sud de la forteresse (vue prise du nord)
Crédits Cliché M. Nasr.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/634/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 983k
Titre Fig. 5 : Thelepte. Monticules formés de rebuts d’ateliers de céramiques (vue prise du sud-ouest)
Crédits Cliché M. Nasr
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/634/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 6 : Thelepte
Légende a) Monticule d’où proviennent les fragments de la production locale (vue prise du sud). b) Détail des ratés de cuisson.
Crédits Clichés : M. Nasr.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/634/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 7 : Thelepte. Fragments de casettes
Crédits Cliché et dessins : M. Nasr.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/634/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Fig. 8 : Thelepte. Production locale tardive
Crédits Source : M. Nasr.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/634/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Fig. 9 : Thelepte. Sigillée africaine. Production probable de Sidi Aïch
Légende Catalogue (fig. 9)18 : plat qui s’apparente au type Sidi Aïch 2 à bord « continu ». Pâte orangée, homogène. Engobe rouge-orangé (fig. 9).19 : variante du type précédent à paroi redressée sans épaississement. Pâte orangé clair. Engobe rouge-orangé sombre (fig. 9).20 : variante à paroi moins épaisse et bord à lèvre arrondie. Pâte orangé-brun. Engobe rouge brique clair (fig. 9).21 : variante à paroi arrondie. Pâte orangé très clair. Engobe orangé-brun (fig. 9).22 : variante à vasque incurvée. Pâte orangé très clair. Engobe rouge-orangé foncé à rouge brique (fig. 9).23 : bol profond qui s’apparente au type Sidi Aïch 19. Pâte orangé vif. Engobe rouge-marron (fig. 9).24 : variante du type précédent. Pâte rouge-brun. Engobe rouge-orangé foncé (fig. 9).25 : variante plus profonde à bourrelet arrondi moins prononcé. Pâte orangé très clair. Engobe orangé à l’intérieur et marron à l’extérieur (fig. 9).26 : bol qui s’apparente au type Stern XVIII SA-V-1824. Pâte orangée. Engobe rouge-orangé foncé (fig. 9).27 : bol qui s’apparente au type Sidi Aïch 27. Pâte rouge-brun. Engobe rougeâtre (rose foncé) peu soigné (fig. 9).28 : plat ou assiette. Pâte orangé très clair. Engobe rouge brique (fig. 9).29 : coupe cylindrique évoquant le type Sidi Aïch 29 ( ?). Pâte rouge-orangé clair. Engobe rouge brique (fig. 9).30 : variante du type précédent. Pâte rouge-orangé. Engobe rouge-orangé (fig. 9).31 : bol qui s’apparente au type Stern XIX25 ( ?). Pâte rouge-marron. Engobe rouge-marron (fig. 9).32 : bol évoquant le type Stern XXI26. Pâte rouge-orangé. Engobe orangé-brun (fig. 9).33 : variante du type précédent. Pâte orangé très clair. Engobe orangé (fig. 9).34 : bol à marli mouluré à lèvre épaissie-coupée. Pâte orangé clair. Engobe orangé-brun (fig. 9).35 : assiette qui s’apparente au type Stern XXVII27 ( ?). Pâte rouge-orangé vif. Engobe orangé, tacheté (fig. 9).36 : assiette/plat. Pâte orangée. Engobe de la même couleur que la pâte (fig. 9).37 : coupe carénée évoquant le type Stern XIX SA-II-6628. Pâte orangée. Engobe rouge brique foncé (fig. 9).38 : assiette qui s’apparente au type Sidi Aïch 35.1.2. Pâte orangé clair. Engobe rouge brique réservé aux parties internes (fig. 9).39 : assiette à bord horizontal court à double ressaut. Pâte gris foncé. Engobe marron très foncé. Paroi externe mal réservée (fig. 9).40 : assiette qui s’apparente au type Sidi Aïch 36.1.2.2 ( ?). Pâte rouge-brun. Engobe rouge-orangé foncé (fig. 9).41 : assiette carénée évoquant le type Sidi Aïch 37.1.1. Pâte orangé-brun. Engobe rouge-brun foncé (fig. 9).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/634/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Fig. 10 : Thelepte. Sigillée africaine. Production probable de Sidi Aïch
Légende Catalogue (fig. 10)42 : plat rappelant le type Sidi Aïch 50.1. Paroi externe guillochée. Pâte rouge-orangé. Engobe de la même couleur que la pâte (fig. 10).43 : variante du type précédent à bord plus atrophié. Paroi sans guillochis. Pâte orangé clair. Engobe rouge brique (fig. 10).44 : variante réduite de la forme précédente. Pâte rouge clair (rougeâtre). Engobe rouge-marron (fig. 10).45 : variante du type précédent à bord horizontal épaissi. Pâte orangé clair. Engobe rouge-orangé foncé (fig. 10).46 : assiette peu profonde évoquant le type Sidi Aïch 53.1.1. Bord et paroi externes sommairement guillochés. Pâte rouge foncé. Engobe rouge-orangé foncé, tacheté (fig. 10).47 : assiette carénée. Paroi externe guillochée. Pâte rouge-marron. Engobe marron s’écaillant en plaques (fig. 10).48 : assiette carénée s’approchant du type Sidi Aïch 54.2.2.3. Bande guillochée ornant la partie supérieure de la paroi externe. Pâte brun-orangé. Engobe rouge-orangé sombre, tacheté (fig. 10).49 : assiette carénée évoquant le type Sidi Aïch 54.2.3 ( ?). Pâte brun-orangé. Engobe brun-orangé (fig. 10).50 : mortier qui s’apparente au type Sidi Aïch 66.1 ( ?). Listel oblique atrophié. Pâte rouge-orangé vif. Engobe orangé, tacheté (fig. 10).51 : variante du type précédent. Listel horizontal atrophié. Pâte rouge-orangé vif. Engobe rouge-brun clair (fig. 10).52 : mortier évoquant le type Sidi Aïch 71.2 ( ?) à collerette ovale-pendante. Pâte brun-orangé. Engobe rouge-orangé foncé (fig. 10).53 : mortier évoquant le type Sidi Aïch 74.2 ( ?). Collerette oblique à section quadrangulaire. Pâte rouge foncé. Engobe de la même couleur que la pâte (fig. 10).54 : plat évoquant le type Sidi Aïch 75 ( ?). Bord et paroi externes guillochés. Pâte orangé clair. Engobe rouge-brun (fig. 10).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/634/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Fig. 11 : Thelepte. Sigillée africaine. Productions indéterminées
Légende Catalogue (fig. 11)55 : bol de type Neuru fig. 1 n° 330 ( = Tébessa pl. 22 n° 931). Pâte orangé clair. Engobe orange vif (fig. 11).56 : plat profond/bol à vasque évasée. Pâte rougeâtre. Engobe rouge très foncé, mince (fig. 11).57 : plat profond. Pâte rosâtre. Surface assez rugueuse (fig. 11).58 : variante à bourrelet arrondi retroussé. Pâte rouge rosâtre. Engobe rouge-orangé foncé (fig. 11).59 : variante à bourrelet arrondi prononcé. Pâte orangé très clair. Engobe orangé foncé (fig. 11).60 : variante à bourrelet à épaississement. Pâte orangé très clair. Engobe rouge-orangé foncé (fig. 11).61 : variante à bourrelet prononcé-aplati. Pâte rosâtre, hétérogène. Engobe rougeâtre, mince à l’intérieur et des taches brunâtres sur la paroi externe (fig. 11).62 : variante à bourrelet biseauté. Pâte orangé très clair. Engobe rouge-orangé foncé (fig. 11).63 : variante avec des contre-courbes sur la paroi interne. Pâte rougeâtre. Engobe rouge foncé (fig. 11).64 : bol caréné à vasque évasée. Pâte rose clair. Engobe de la même couleur (fig. 11).65 : coupe carénée à marli large-oblique. Pâte orangé très clair. Engobe orangé foncé (fig. 11).66 : coupe hémisphérique à marli. Pâte orangé clair. Engobe orangé foncé (fig. 11).67 : coupe à bord « ondulé »32. Pâte orangé très clair. Engobe rougeâtre (fig. 11).68 : coupe carénée à marli cannelé. Pâte orangé pâle. Engobe rougeâtre (fig. 11).69 : coupe à bord épaissi et à lèvre amincie. Pâte brunâtre. Engobe rouge-orangé foncé (fig. 11).70 : coupe/bol à marli court à lèvre amincie. Pâte rouge-orangé. Engobe orangé foncé (fig. 11).71 : coupelle à bord large oblique. Pâte rouge-orangé. Engobe rouge clair (fig. 11, 71).72 : petite assiette à ressaut peu prononcé. Pâte orangé clair. Engobe rouge-orangé (fig. 11). 73 : assiette à bord oblique très large33. Pâte rouge-orangé. Engobe rouge-orangé terne (fig. 11).74 : assiette à paroi très épaisse34. Pâte rosâtre. Engobe de la même couleur, très mince (fig. 11).75 : plat/assiette rectangulaire (moulé(e)). Pâte orangée. Engobe rouge-orangé foncé (fig. 11).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/634/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Fig. 12 : Thelepte. Sigillée africaine. Productions indéterminées
Légende Catalogue (fig. 12)76 : coupe à vasque évasée. Pâte rouge-orangé. Engobe orangé-brun (fig. 12).77 : variante moins large. Pâte rouge. Engobe orangé-brun (fig. 12).78 : variante à marli horizontal. Pâte rouge-orangé. Engobe rouge foncé (fig. 12).79 : assiette à bourrelet externe. Pâte brun-orangé. Engobe rouge-orange (fig. 12).80 : plat à vasque rectiligne. Pâte brun-orangé. Engobe rouge-orangé (fig. 12).81 : mortier à listel en bourrelet facetté. Pâte rouge-marron. Engobe rouge-marron (fig. 12).82 : petit mortier à listel atrophié. Pâte brun-orangé. Engobe rouge-brun (fig. 12).83 : variante à crête. Pâte rouge-orangé clair, homogène, bien épurée. Engobe orangé foncé, mat (fig. 12).84 : variante à vasque incurvée. Pâte rouge-orangé foncé. Engobe rouge-orangé (fig. 12).85 : mortier à listel atrophié épaissi. Pâte orangé clair. Engobe rouge-marron (fig. 12).86 : variante à listel oblique effilée. Pâte rosâtre à beige. Engobe rouge-orangé (fig. 12).87 : mortier à listel atrophié épaissi. Pâte rouge-orangé clair. Engobe orangé-brun (fig. 12).88 : mortier à collerette « anguleuse ». Pâte orangé clair. Engobe marron clair (fig. 12).89 : bol caréné à crête. Pâte orangé clair. Engobe rouge-marron foncé (fig. 12).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/634/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mongi Nasr, « Les dépotoirs de céramiques de Thelepte : productions locales et productions régionales »Antiquités africaines, 53 | 2017, 79-93.

Référence électronique

Mongi Nasr, « Les dépotoirs de céramiques de Thelepte : productions locales et productions régionales »Antiquités africaines [En ligne], 53 | 2017, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 13 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/antafr/634 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.634

Haut de page

Auteur

Mongi Nasr

Enseignant-chercheur à la FLSH, Université de Sfax (Tunisie), mongi_nasr[at]yahoo.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search