Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53La fontaine à cour et l’hydrauliq...

La fontaine à cour et l’hydraulique tardive de Sbeïtla

Nouvelles observations
Nicolas Lamare
p. 95-114

Résumés

De nouvelles hypothèses de fonctionnement de la fontaine à cour située au nord-ouest du site de Sbeïtla (Tunisie) ont été élaborées à l’occasion d’une étude de terrain menée en 2009‑2010. Nous proposons de restituer un second bassin en avant de la structure conservée. En attribuant au moins deux phases d’aménagement à la fontaine, la question se pose de la poursuite de son utilisation et d’un éventuel changement de fonction : elle est abordée au regard des connaissances déjà établies sur l’alimentation en eau et le réseau de distribution de la ville antique et tardive.

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier de leurs relectures et de leurs commentaires Fathi Bejaoui, qui a en outre bien voulu me transmettre le texte à paraître de son article et ses photographies de terrain, François Baratte et Zénaïde Lecat. Je remercie également Aurélien Caillaud de m’avoir permis de consulter le fonds Noël Duval, en cours d’inventaire à l’INHA (Paris). Cet article est nourri des discussions que j’ai eues tout au long de mon travail de thèse avec Noël Duval.

  • 1 Cèbe 1957. Un tapuscrit annoté de l’article, proche de la version (...)
  • 2 Cèbe 1957, p. 165, n. 1.
  • 3 Neuerburg 1965 ; Aupert 1974 ; Dorl-Klingenschmid 2001.
  • 4 Richard 2012 ; Lamare 2014.
  • 5 Sbeïtla, l’antique Sufetula de la province tardive de Byzacène, se trouve actuellement en Tunisie, (...)

1Lorsqu’en 1957 Jean Pierre Cèbe publiait son étude détaillée de la fontaine au sud-ouest du forum de Sbeïtla, il s’agissait là d’une des premières publications monographiques de ce type de monument, selon les normes modernes, qui prenait en compte les aspects archéologiques, architecturaux et épigraphiques 1. L’auteur soulignait en outre l’absence de travaux d’ensemble sur les fontaines romaines et proposait une première réflexion sur les questions de typologie à l’échelle du monde romain 2. Depuis, les travaux sur les fontaines monumentales se sont multipliés, concentrés dans un premier temps sur les formes architecturales 3, puis plus récemment sur les aspects techniques des édifices et, partant, sur leur insertion au sein du réseau hydraulique urbain 4. L’analyse technique permet par ailleurs de mener une réflexion sur l’évolution du réseau hydraulique : la poursuite de l’utilisation des fontaines, les transformations des systèmes d’adduction et d’évacuation, les aménagements des bassins sont autant d’indices qui permettent de préciser les stratégies mises en œuvre dans le domaine hydraulique, en particulier à l’époque tardive. L’étude proposée ici sur une des fontaines du site de Sbeïtla 5 apporte de nouvelles données concernant les différentes phases d’aménagement de l’édifice et incite à repenser la question hydraulique dans le nord de l’Afrique à la fin de l’Antiquité.

1. La seconde vie du monument et sa redécouverte

  • 6 La fontaine se situe dans le secteur nord-ouest du site. Par commodité, nous considérons que l’axe (...)
  • 7 Cèbe 1957, p. 170, plan III ; Duval 1964, p. 94-96 ; Duval, Baratte 1973, p. 74  (...)
  • 8 Sur l’histoire de la ville, en particulier l’époque tardive, et sa redécouverte, voir Duval 1964 ; (...)
  • 9 Les récits arabes attestant ces « invasions » sont à lire avec précaution : Duval 1982, p. 620-625
  • 10 Bejaoui 1996, p. 41-44 ; Duval 1999, p. 968-969. À propos de Sbeïtla au début de (...)

2L’édifice que nous étudierons spécifiquement dans le cadre de cet article est couramment nommé « fontaine nord » 6 depuis sa découverte et nous le désignons par « fontaine à cour » en raison de ses aménagements (fig. 1) 7. Cette fontaine a vraisemblablement été construite au iv e siècle comme nous le verrons plus loin, mais il est difficile de savoir, en l’absence de fouilles stratigraphiques, à quelle époque elle a cessé d’être utilisée et à quel moment sa fonction a radicalement changé. L’activité monumentale se poursuit à Sbeïtla au v e siècle, en particulier dans le domaine des édifices chrétiens 8, et durant la période byzantine, caractérisée par des reconstructions sommaires, l’aménagement de maisons fortifiées et, peut-être, la fortification du forum. La région a été le théâtre de plusieurs batailles contre les Arabes, dont une qui aurait eu lieu à Sbeïtla en 647 9, mais une vie sédentaire semble se poursuivre au-delà du vii e siècle. La céramique retrouvée sur le site, et en particulier dans certaines églises, laisse supposer une occupation jusqu’aux ix e-xi e siècles 10.

Fig. 1 : Vue générale de la fontaine à cour après restauration

Fig. 1 : Vue générale de la fontaine à cour après restauration

Cliché N. Lamare, 2009.

  • 11 Voir la bibliographie critique de N. Duval (1971, p. 399-400).
  • 12 Duval 1971, p. 402-403, 431 : indication du plan dressé par le géomètre Dubiez e (...)
  • 13 Poinssot, Lantier 1922.
  • 14 Par Louis Drappier ? Conservé à l’INHA (Paris), Archives 127, Fonds Noël Duval.
  • 15 Les minutes de J.‑P. Cèbe sont conservées à l’INHA (Paris), Archives 127, Fonds Noël Duval. Sur l’ (...)
  • 16 Duval, Baratte 1973, p. 74, nº 8 sur le plan de la ville.

3Les géographes arabes de l’époque médiévale traversent les Hautes Steppes et mentionnent la ville à quelques reprises 11, mais ce sont surtout les voyageurs européens qui évoquent plus précisément les ruines dès le début du xviii e siècle, Francisco Ximénez le premier en 1724. L’exploration archéologique prend un tournant plus scientifique avec les débuts de la colonisation française. Gustav Wilmanns explore la région vers 1873, puis René Cagnat et Henri Saladin sont à Sbeïtla en 1883. Une partielle réoccupation moderne du site n’est pas impossible : la fontaine à cour aurait été aménagée en maison par le colonel Guillon vers 1900 12. Les fouilles systématiques ne commencent véritablement qu’en 1906, simultanément à la construction du chemin de fer de Sousse à Aïn Moularès et Henchir Souatir. La fontaine n’est déblayée qu’en 1921 lors de la campagne de fouilles menée par Louis Poinssot et Raymond Lantier 13. Ces derniers publient une description de l’édifice dans leur rapport et un plan est levé 14. Celui-ci reste inédit jusqu’à la publication de Jean-Pierre Cèbe en 1957 15. Une nouvelle description est donnée par Noël Duval et François Baratte en 1973 16.

  • 17 Ces photographies nous ont été communiquées par N. Duval lors de la rédaction de notre thèse. À no (...)
  • 18 Ces vérifications ont été effectuées lors de deux missions organisées avec Marguerite Ronin en mai (...)

4L’édifice est toujours visible aujourd’hui. Quelques consolidations et restaurations ont été effectuées, essentiellement sur le corps principal de la fontaine et sur les structures modernes au-dessus du parapet du bassin (fig. 1). On distingue encore ces parties modernes, ajoutées lorsque le monument a été transformé en habitation, dont les clichés anciens témoignent de l’état avant restauration (fig. 2-3) 17. Nous donnons un nouveau plan du monument (fig. 4-5), à partir de celui dressé par J.‑P. Cèbe et après des vérifications sur le site, augmenté d’un relevé du dallage effectué par photogrammétrie 18.

Fig. 2 : Vue générale de la fontaine à cour avant restauration

Fig. 2 : Vue générale de la fontaine à cour avant restauration

Cliché 1971, archives privées Noël Duval, 71.RO.VI.2.

Fig. 3 : La fontaine à cour avant restauration vue depuis la rue

Fig. 3 : La fontaine à cour avant restauration vue depuis la rue

Cliché 1971, archives privées Noël Duval, 71.RO.VI.1.

Fig. 4 : Plan restitué de la fontaine à cour et du dallage lors de sa construction

Fig. 4 : Plan restitué de la fontaine à cour et du dallage lors de sa construction

Source : N. Lamare, d’après J.-P. Cèbe.

Fig. 5 : Plan restitué de la fontaine à cour et du dallage après destruction du bassin de puisage

Fig. 5 : Plan restitué de la fontaine à cour et du dallage après destruction du bassin de puisage

Source : N. Lamare, d’après J.-P. Cèbe.

2. Un modèle, trois fontaines

  • 19 Sur le noyau primitif de la ville, voir Duval 1982, p. 603-608.
  • 20 Poinssot, Lantier 1922, p. CXIX.

5La fontaine se trouve à environ 200 m au nord-ouest des temples capitolins, dans le quadrillage primitif 19. Elle est encadrée par une grande area qui s’étend sur 16 m de largeur par 20 m de profondeur environ, située à l’angle de l’une des larges voies parallèles à l’axe du forum et d’une voie secondaire. Quelques bâtisses ont été repérées à l’ouest lors des dégagements 20, ce qui laisse penser que des quartiers d’habitation devaient se trouver aux alentours immédiats. Quoi qu’il en soit, l’absence de fouilles plus avancées ne permet pas de préciser s’il existait précédemment un monument à l’emplacement de la fontaine.

  • 21 Le reste de l’ordre n’est plus conservé sur le site. Quelques éléments architecturaux, dont l’appa (...)
  • 22 Hauteur 23 cm, largeur 36 et 38 cm. Nous les représentons à l’emplacement dessiné par J.‑P. Cèbe.

6La cour est élevée de la hauteur d’une marche par rapport à la rue. Elle était constituée en façade d’une colonnade dont subsistent les bases de type ionique attique, hautes d’environ 35 cm, à deux petits tores et une scotie particulièrement développée 21. Au centre, une baie y donnait accès, tandis qu’aux deux extrémités se trouvaient deux balcons, en saillie sur le trottoir, correspondant aux deux portiques latéraux, dont on ne peut dater l’aménagement mais qui pourraient avoir été mis en place dans une deuxième phase. Les balcons comme la colonnade étaient limités par une balustrade dont il ne reste plus que les rainures d’encastrement au sol (fig. 6). La cour s’étend à l’arrière, composée d’un dallage et encadrée sur ses côtés est et ouest de deux portiques larges de 4 m dont le dallage est légèrement surélevé (10 cm). Chacun d’eux comprenait cinq bases de colonnes reposant sur des dés hauts de 50 cm. J.‑P. Cèbe notait que dans la partie nord-est de la cour se dressaient deux petites bases, reposant également sur deux dés 22, reliées par un mur de petit appareil ; il n’en subsiste aucune trace aujourd’hui.

Fig. 6 : Vue du portique ouest et de la rainure d’encastrement du balcon

Fig. 6 : Vue du portique ouest et de la rainure d’encastrement du balcon

Cliché N. Lamare, 2010.

  • 23 Cèbe 1957, p. 170.
  • 24 Cèbe 1957, p. 186.

7La fontaine elle-même se situe au fond de la cour, son massif dans le prolongement de celui qui clôt cet espace au sud. Elle est constituée par trois murs, épais de 1,40 m, en forme de ∏. À la base, un stylobate en grand appareil, mesurant environ 10,5 × 4 m hors-tout, s’élève sur 1,50 m et présente quatre pilastres sur le mur de fond (fig. 7). J.‑P. Cèbe indiquait que les trois fontaines étaient construites de façon semblable, à savoir que le soubassement était surmonté d’un mur en « blocage de moellons et de mortier 23 », c’est-à-dire d’opus caementicium parementé de petit appareil. Il devait alors constituer le mur de fond de la façade, visible à l’arrière de la colonnade restituée 24. Sur la fontaine à cour, on peut observer quelques moellons de grand module qui subsistent encore au-delà des 1,50 m bien conservés du soubassement.

Fig. 7 : Vue intérieure du bassin conservé de la fontaine, vers l’est. Noter à gauche une plaque du bassin, à droite les moellons au-dessus du soubassement

Fig. 7 : Vue intérieure du bassin conservé de la fontaine, vers l’est. Noter à gauche une plaque du bassin, à droite les moellons au-dessus du soubassement

Cliché N. Lamare, 2009.

8Le quatrième côté était fermé par quatre plaques, encastrées dans trois piliers rainurés et directement dans le massif aux extrémités. Les piliers ainsi que trois plaques sont encore conservés comme on peut l’observer depuis l’intérieur (fig. 7-8). Cet espace constituait un bassin au fond duquel on distingue encore des traces de mortier de tuileau.

Fig. 8 : Détail d’un pilier du parapet du bassin conservé de la fontaine, vu vers l’ouest

Fig. 8 : Détail d’un pilier du parapet du bassin conservé de la fontaine, vu vers l’ouest

Cliché N. Lamare, 2009.

  • 25 CIL VIII, 234 = 11329 = AE 1958, 158 = ILPSbeïtla, 84.
  • 26 Lamare 2014, I, p. 134-142.
  • 27 Pour le lacus de Terentius (Golvin, Garat 2010) et la fontaine près du théâtre (inédite).
  • 28 Pour la fontaine de la Tétrarchie (Ballu 1921, p. 66), au dieu Océan (Letzner 1990, nº 423, p. 507 (...)

9Il a été proposé que cette fontaine et celle située près de la basilique de Servus aient été construites au iv e siècle, en raison de la similitude de leur architecture avec la fontaine au sud-ouest du forum : cette dernière est précisément datée par une inscription 25 des années 364-367. Il est clair que l’architecture des trois fontaines est semblable : cette tendance à employer, pour plusieurs fontaines d’un même site, des formes et des techniques de construction similaires se retrouve ailleurs en Afrique 26, à Dougga 27 et Djemila 28 notamment. Les particularités d’aménagement du bassin de la fontaine à cour dénotent toutefois une singularité de cet édifice.

3. La fontaine et le réseau hydraulique au iv e siècle

3.1. L’hypothèse d’un second bassin

10Aucun dispositif pour l’adduction des eaux n’a été retrouvé. Concernant la circulation de l’eau à l’intérieur de la fontaine, elle différait sensiblement du dispositif de la fontaine au sud-ouest du forum, qui a été bien restitué.

  • 29 J.‑P. Cèbe (1957, p. 168) indique une saignée d’un diamètre de 10 cm.

11Contrairement aux deux autres fontaines de la ville, la fontaine à cour ne disposait pas de bassins de décantation placés dans les ressauts du soubassement : ces derniers sont trop peu profonds pour envisager un tel dispositif. Une saignée pratiquée sur la paroi du soubassement, indiquant l’emplacement d’un tuyau d’environ 8-9 cm de diamètre, prouve que l’eau arrivait dans le bassin conservé (fig. 9). Ces dimensions sont très proches de celles repérées sur la fontaine sud-ouest 29. Il faut noter l’absence de traces d’usure sur les plaques fermant ce bassin, qui nous laisse penser qu’on ne pouvait pas y puiser. Par ailleurs, une rigole est creusée dans le dallage, perpendiculairement à la rue.

12Si aucune trace d’utilisation n’est repérable sur ce bassin, et puisqu’aucune décantation n’était effectuée avant que l’eau n’arrive dans celui-ci, il est possible de restituer un bassin de puisage situé en avant. Deux encoches repérées sur la partie avant du soubassement laissent penser que des plaques formant bassin venaient s’y encastrer. Le relevé de la cour, pavée de longues dalles essentiellement orientées est-ouest, indique que le dallage a dû être remanié dans la partie située immédiatement devant la fontaine, où l’on voit des dalles alignées dans le sens nord-sud (fig. 5). L’emplacement du bassin de puisage primitif (fig. 4) pourrait être indiqué par la limite de ce remaniement, seul élément en l’état des recherches sur lequel nous pouvons nous fonder.

Fig. 9 : Saignée destinée à accueillir un tuyau de plomb sur le massif du bassin, avec les mortaises d’encastrement des fixations

Fig. 9 : Saignée destinée à accueillir un tuyau de plomb sur le massif du bassin, avec les mortaises d’encastrement des fixations

Cliché N. Lamare, 2010.

  • 30 Sur l’aménagement des bassins de fontaines africaines, Lamare 2014, I, p. 145-160.

13Ce dernier pouvait être installé sur un simple sol de mortier, de même que le bassin de décantation à l’arrière. Cette disposition ne correspond cependant pas à celle des deux autres fontaines de la ville, dont des fragments de dallage ont été retrouvés en place en fond de bassin, comme cela est généralement le cas pour les autres fontaines d’Afrique. Un dallage peut avoir été spécifiquement aménagé pour les bassins, distinct de celui de la cour : les réoccupations successives de la fontaine auraient entraîné l’arrachement de ces dalles. Une dernière possibilité est de restituer l’aménagement du bassin antérieur, voire des deux, directement sur le dallage de la cour : ce type de construction est plus fréquent dans le cas de fontaines installées sur des emplacements déjà existants. Dans le cas de Sbeïtla, l’aménagement apparemment concerté de la fontaine et de la cour n’incite pas à cette restitution, mais la datation tardive peut suggérer une recherche simplificatrice de la construction, à partir de remplois, en agençant un dallage faisant double office 30.

14La rigole centrale est en partie creusée dans les dalles et en partie formée par un espacement entre celles-ci, peut-être dû à un remaniement des blocs. Ainsi, il est difficile de voir cette rigole aménagée dans la phase primitive de la fontaine, mais plus probablement dans un deuxième temps, peut-être seulement lorsque la fontaine n’était plus en usage : elle aurait pu servir à l’écoulement des eaux usées au moment où des habitations ont été aménagées.

15Dans ce cas, comment se faisait l’évacuation de la fontaine dans sa phase initiale ? N. Duval et F. Baratte avaient supposé l’existence d’un miroir d’eau sur toute la cour. Cela pourrait expliquer l’absence d’usure des plaques du bassin, qui n’aurait alors pas été accessible, l’eau s’écoulant par trop-plein et venant se répandre sur l’esplanade. Cependant, on envisage mal la mise en œuvre d’un tel aménagement. D’une part, la totalité de la cour aurait dû être étanche et donc le dallage installé sur un mortier de tuileau. Ceci est difficilement vérifiable aujourd’hui, en raison de la présence de gravillons modernes et des réaménagements du dallage qui ont pu faire disparaître d’éventuelles traces. De plus, un accès a été volontairement aménagé en avant de la cour, entre les deux colonnes centrales, alors que le reste était fermé par des plaques dans les entrecolonnements. D’autre part, les altitudes relevées sur la cour – avec les précautions à prendre en raison des mouvements du sol et des réaménagements – n’indiquent pas de pendage et ne donnent donc aucun indice concernant l’évacuation (vers la rigole, vers la rue ou vers l’un des angles de la cour).

16Plusieurs solutions s’offrent à nous : soit le trop-plein de la fontaine se déversait du bassin de puisage directement sur la cour et, en supposant un débit assez restreint et en admettant de fortes chaleurs semblables au climat estival actuel, s’évaporait assez rapidement sans envahir la cour au point d’en faire un miroir d’eau ; soit un égout était aménagé sous la cour, qui recevait l’eau par une bouche située juste devant le bassin de puisage et l’envoyait vers un égout collecteur à restituer sous le decumanus ; soit la rigole repérée, aussi grossière qu’elle soit, faisait bien partie de la première phase de la fontaine et, malgré l’absence d’un véritable pendage, devait recueillir les eaux pour les évacuer vers la rue – en passant sous le seuil d’accès à la cour. Une autre rigole, légèrement creusée, est visible le long de la façade, à l’extérieur, parallèle à la rue. Il est difficile de lui attribuer une fonction précise, ou d’y voir un lien avec le système d’évacuation de la fontaine.

3.2. L’alimentation du site et le réseau de distribution : état des connaissances

  • 31 Sur l’alimentation du site, Drappier 1898 ; Hégly 1912 ; Duval, Baratte 1973, (...)
  • 32 Drappier 1898, p. 151-152. M. Casagrande (2008, p. 220-224) indique une longue (...)

17Il est très probable que les sources de l’oued Sbeïtla, qui ont dû être captées dès la fondation, sont à l’origine du choix du site : une galerie de captage (fig. 10) de 47 m de long était creusée dans le calcaire, destinée à recueillir par des griffons les eaux provenant du Djebel Mhrila, et ses piédroits atteignaient 60-70 cm d’épaisseur 31. De cette galerie partait une canalisation, couverte en dalles de pierre et au conduit revêtu de mortier de tuileau (fig. 11), qui traversait l’oued par le pont-aqueduc et se dirigeait ensuite vers la ville. Louis Drappier indiquait pouvoir suivre l’aqueduc de la rive gauche jusqu’au captage et avait mesuré une longueur de 720 m 32.

Fig. 10 : Vue de la galerie captante sur la rive gauche de l’oued

Fig. 10 : Vue de la galerie captante sur la rive gauche de l’oued

Cliché N. Lamare 2010.

Fig. 11 : Vue de l’aqueduc de la rive gauche

Fig. 11 : Vue de l’aqueduc de la rive gauche

Cliché N. Lamare 2010.

  • 33 Synthèse dans Baratte 2012, p. 148-151 ; Baratte 2013, p. 170-172.

18À 300 m de la galerie captante, un second aqueduc se détachait du premier. Il suivait le même tracé sur la rive gauche puis traversait la culée du pont, 2,75 m plus bas. Son parcours se poursuivait sur cette même rive et devait alimenter diverses constructions. D’autres aménagements hydrauliques, barrages, aqueducs et bassins, sont par ailleurs connus au nord de l’oued 33.

  • 34 N. Duval, dans ILPSbeïtla, indique une datation avant 161 dans tous les cas.
  • 35 Notons que l’inscription a pu être remployée pour une réparation du pont qui, dans ce cas, serait (...)
  • 36 Duval, Baratte 1973, p. 14.
  • 37 Dans les grands thermes, une citerne se trouve au nord des thermes orientaux ; dans les thermes de (...)
  • 38 Bejaoui (à paraître). Voir aussi Bejaoui 1996, p. 44-47 pour un premier bilan.

19Une inscription datée de 145-147 (CIL VIII, 229 = 11320 = ILS, 354 = ILPSbeïtla, 14) 34 est intégrée au pont-aqueduc : il s’agit vraisemblablement d’un remploi qui donne un terminus post quem pour sa construction et la mise en service de l’alimentation en eau 35. Au-delà de cette conduite, aucun groupe de grandes citernes n’a été repéré jusqu’à présent. Seul un grand réservoir 36, peut-être une citerne publique, aurait pu emmagasiner les eaux amenées par l’aqueduc pour la partie sud de la ville (fig. 12). Excepté quelques autres citernes identifiées dans des édifices thermaux 37, le réseau hydraulique de la ville n’est que partiellement connu 38.

Fig. 12 : Plan de Sbeïtla et de ses aménagements hydrauliques au v e siècle

Fig. 12 : Plan de Sbeïtla et de ses aménagements hydrauliques au v               e siècle

Source : N. Lamare d’après N. Duval et F. Bejaoui.

  • 39 Emplacement des canalisations d’après F. Bejaoui (1996, p. 48). Nous représentons sur la fig. 12 l (...)
  • 40 Duval, Baratte 1973, p. 84 : Y. Thébert (2003, p. 153) res (...)
  • 41 Bejaoui 1996, p. 46.
  • 42 Duval, Baratte 1973, p. 65-70.
  • 43 Duval, Baratte 1973, p. 71-72 ; Duval 1982, p. 614-615.

20Trois types de canalisation ont été reconnus (fig. 12) 39 : en terre cuite, de 25 cm de diamètre interne ; en terre cuite de 9 à 12 cm ; en plomb, des fistulae au diamètre inférieur à 9 cm. Les canalisations en terre cuite se composaient de tronçons de 1 m de longueur qui s’encastraient les uns dans les autres. Une découverte notable est le branchement d’une conduite en terre cuite sur un tuyau de plomb à hauteur de la voie qui longe le forum à l’est. Fathi Bejaoui conclut de ces diverses découvertes et de leur localisation qu’un premier réseau, majoritairement de conduites en plomb, aurait été installé dès la moitié du ii e siècle, lors de l’aménagement de l’aqueduc et de tout le quartier central. Parmi les monuments des eaux datables des ii e et iii e siècles, on peut noter les grands thermes, dont la partie principale serait à attribuer au iii e siècle 40, et les boutiques près du forum, d’après leur emplacement central et la découverte à proximité immédiate de conduites en plomb 41. On mentionnera également la demeure dite Édifice des Saisons 42, dont les aménagements tardifs sont bien connus, mais dont on pourrait attribuer la construction au iii e siècle, au regard de l’édification de l’arc de Septime Sévère qui marquerait le développement du quartier à cette époque 43 : un bassin existait au nord-est du péristyle, aménagé de trois piliers et deux plaques encastrées.

  • 44 Doit-on les associer à une transformation qui aurait inclus l’aménagement de la mosaïque des Saiso (...)
  • 45 N. Duval (1971, p. 153-162) précise cependant que le seul élément fiable de datation de ces struct (...)
  • 46 Un aménagement assez semblable (dalles encastrées dans des rainures) est visible au pied de l’esca (...)

21Une grande partie du réseau aurait été modifiée dans le courant du iv e siècle, à une époque où la ville évolue : c’est à ce moment que l’on verrait se diffuser l’usage des tuyaux de terre cuite. Plusieurs éléments indiquent que l’aqueduc était encore en usage dans la seconde moitié du iv e siècle. En premier lieu, l’inscription mentionnant la restauration d’un établissement thermal (AE 1921, 30 = ILAfr, 141 = ILPSbeïtla, 81 ; 33) attribuée au iv e siècle et associée aux grands thermes plaide en faveur d’une alimentation en eau courante : bien qu’une citerne soit connue dans l’édifice, il est difficile d’envisager l’approvisionnement d’un si vaste complexe à partir de la seule récupération d’eau de pluie. Le deuxième indice est la construction de la fontaine au sud-ouest du forum, datée du règne conjoint de Valentinien et Valens comme nous l’avons indiqué, et certainement des deux autres fontaines du site. Leur construction n’a de sens que si une alimentation en eau courante était possible. On rappellera les découvertes à proximité de la fontaine à cour et près de la basilique III de tuyaux de terre cuite. Toutefois, ce sont des rainures certainement destinées à accueillir des tuyaux de plomb qui ont été repérées sur la fontaine à cour et la fontaine au sud-ouest du forum. La dimension de ces saignées, entre 8 et 10 cm, tout à fait adaptée à des tuyaux d’un diamètre inférieur à 9 cm comme ceux qui ont été retrouvés dans la ville, soulève une question : des tuyaux de plomb étaient-ils toujours fabriqués au milieu du iv e siècle – alors que les tuyaux en terre cuite semblent prédominants – ou s’agissait-il de récupération ? Nous ajouterons à cet inventaire l’aménagement en nymphées des deux absides qui flanquent l’œcus sud de l’Édifice des Saisons, non datable 44 mais qui doit nécessairement être attribué à une phase postérieure à la construction, ainsi que le bassin situé sous la basilique II, dont les mosaïques sont à attribuer au iv e siècle 45. Enfin, nous attirons l’attention sur un aménagement que nous proposons d’identifier à un bassin, situé au pied du temple sud du capitole (fig. 13). Nous n’avons trouvé aucune mention de cet aménagement dans les publications antérieures relatives aux temples 46.

Fig. 13 : Bassin au pied du temple sud du capitole. Les rainures d’encastrement sont visibles sur le massif et au sol

Fig. 13 : Bassin au pied du temple sud du capitole. Les rainures d’encastrement sont visibles sur le massif et au sol

Cliché N. Lamare, 2010.

  • 47 Bejaoui 1996, p. 46.

22Ce bassin est aménagé sur le piédroit nord : on voit encore une rainure verticale d’un côté, deux de l’autre, qui atteignent une hauteur d’environ 70 cm. À l’avant, le dallage de la place du forum a été creusé de rainures pour l’encastrement de plaques, peut-être fichées dans des piliers, ce dont témoigne le décrochement encore visible. Ce bassin mesurait 1,20 m de largeur hors-tout, et ses dimensions intérieures peuvent être évaluées à 80 × 55 cm. Une encoche large de 17-19 cm atteignait le bassin à l’extrémité d’une saignée longeant le soubassement nord du temple (fig. 14), assurant son alimentation en eau. L’emplacement de cette saignée, en retrait par rapport à la toiture, ne permet pas de lui attribuer le rôle de rigole de récupération des eaux de pluie. Il faut alors envisager la présence d’un tuyau, peut-être un de ces tuyaux de terre cuite, d’un diamètre compris entre 9 et 12 cm, dont plusieurs tronçons ont été découverts à l’arrière des temples sur une longue distance 47, une rigole à ciel ouvert paraissant improbable. On ne dispose d’aucun élément pour dater cet aménagement, mais le creusement du soubassement et la construction peu soignée et assez sommaire incitent à l’attribuer à une phase postérieure à l’édification du temple.

Fig. 14 : Bassin au pied du temple sud du capitole : rigole creusée dans le soubassement nord

Fig. 14 : Bassin au pied du temple sud du capitole : rigole creusée dans le soubassement nord

Cliché N. Lamare, 2010.

3.3. Une fontaine ornementale ?

  • 48 Neudecker 1994, p. 62-72, cité par Schmölder-Veit 2010, n. 22, p. 113 ; Théber (...)
  • 49 Bowes 2010, notamment p. 52-54.
  • 50 Schmölder-Veit 2010.
  • 51 A. Schmölder-Veit (2010) présente la fontaine à cour de Sbeïtla pl. 23, fig. 35 et non pl. 24, fig (...)
  • 52 Letzner 1990, nº 309, p. 436 ; Schmölder-Veit 2010, p. 117-118 ; Lavan 2012, p (...)
  • 53 Dorl-Klingenschmid 2001, nº 28, p. 190-191 ; Schmölder-Veit 2010, p. 119.
  • 54 Par Alexandre Lézine dans Cèbe 1957, pl. IV, reprise par J.-Cl. Golvin dans Duval, Baratte 1973, f (...)
  • 55 Cèbe 1957, p. 186-187 à propos de la fontaine sud-ouest.
  • 56 Poinssot, Lantier 1922, p. CXIX-CXX.

23Il a été suggéré qu’à l’époque tardive, les latrines et les thermes avaient progressivement perdu leur rôle de lieu de sociabilité 48, bien que cette idée ait été récemment nuancée 49. Andrea Schmölder-Veit propose que les nymphées aient pu pallier cette lacune en devenant des lieux de rencontre 50. Leur emplacement au fond de petites cours et leur forme semi-circulaire ou leur encadrement de portiques se prêteraient ainsi tout à fait à l’accueil d’un groupe. L’idée est en effet séduisante et les exemples qu’elle présente sont révélateurs 51. Au nymphée du Bivio del Castro à Ostie 52, la large façade percée de trois niches était précédée d’un vaste bassin venu occuper l’espace libre du carrefour. À Éphèse, la fontaine tardive 53, décorée de trois niches, était aménagée au fond d’une petite cour le long d’une rue, et s’ouvrait sur celle-ci par deux colonnes. Dans le cas de la fontaine à cour de Sbeïtla, la façade devait être assez semblable à celle de la fontaine sud-ouest, dont une restitution a été proposée 54 : une colonnade repose sur les pilastres composant la balustrade du bassin de décantation, surmontée d’arcs en plein cintre soutenant un toit à une pente, sur les trois côtés. Selon cette configuration, il est difficile de restituer un décor statuaire sur la fontaine, puisque les seuls supports du massif principal étaient occupés par les colonnes ; il faudrait supposer la présence de niches dans la façade en petit appareil 55. Il convient toutefois de mentionner la découverte, lors des dégagements, d’un torse d’éphèbe et d’un fragment de tête de serpent (d’une statue d’Esculape ?) en marbre blanc 56.

  • 57 Nous renvoyons aux diverses études et synthèses sur le sujet pour des références exhaustives : Duv (...)

24Ces quelques exemples présentent des caractéristiques communes : architectures de colonnes ou d’arcades, et emplacements au cœur des villes, à un croisement de rues qui constitue une respiration dans le réseau viaire, ou cachés des regards à l’abri d’une colonnade. Ce type d’aménagement qui présente une fontaine construite en fond de place ou à l’intérieur d’une cour, séparée elle-même de la rue par une colonnade, n’est pas sans rappeler les constructions qui fleurissent à l’époque tardive dans les demeures privées : domus d’Ostie précisément, mais aussi d’Afrique ou d’Orient, qui attestent du développement de fontaines ornementales dans les cours à péristyle ou des pièces de réception, dont l’architecture est sans aucun doute inspirée des modèles publics 57.

  • 58 Lavan 2012, p. 686-687.
  • 59 Duval, Baratte 1973, p. 79-81.
  • 60 Datée de 376-377.

25Dans l’espace public justement, L. Lavan a montré à propos d’Ostie que si l’aménagement de nouvelles places est relativement rare à l’époque tardive, comme dans le reste de la Méditerranée occidentale, l’attention portée à la fonction pédestre du decumanus est un trait caractéristique de cette époque, dont la construction d’arcades et de colonnades est un exemple 58. À Sbeïtla, les trois fontaines illustrent bien ces changements, puisqu’elles ont été aménagées dans des espaces déjà cadastrés mais au fond de petites places ou cours, et dans le cas de la fontaine près de la basilique de Servus, en restreignant la circulation aux piétons sur une portion du decumanus 59. Il faut mentionner, pour l’aménagement d’un portique sans doute assez semblable à Sbeïtla, l’inscription de Dougga qui en fait état autour d’une fontaine qui n’est pas identifiée (CIL VIII, 1490 = 26568 = AE 1904, 122 = ILAfr, 533 = Dougga, 43) 60.

  • 61 Lamare 2014, I, p. 290-292 : beaucoup de ces traces d’usures n’ont pas été jus (...)

26Néanmoins, nous serions plus prudents sur l’hypothèse d’A. Schmölder-Veit d’une architecture de prestige et de fontaines construites uniquement pour l’ornement, qui est déduite de la largeur et de la hauteur des parapets des bassins qui ne permettraient plus d’y puiser l’eau. À Sbeïtla, les parapets conservés de la fontaine à cour sont en effet assez hauts et ne montrent aucune trace d’usure, mais les éléments de restitution que nous venons de présenter nous incitent à penser qu’un bassin antérieur existait et permettait très probablement de puiser l’eau. Les bassins de puisage des deux autres fontaines du site ont disparu mais la présence même de bassins de décantation plaide en faveur d’une consommation de l’eau. Par ailleurs, sur tous les autres exemplaires de fontaines, qu’elles soient tardives ou non, les parapets des bassins, lorsqu’ils sont conservés, présentent des traces d’usure, preuve que les fontaines étaient toujours utilisées pour puiser de l’eau 61.

4. Continuité et changements de l’alimentation en eau

4.1. La fontaine comme répartiteur hydraulique

  • 62 Hauteurs mesurées depuis le bord inférieur de l’orifice.

27La restitution d’un second bassin pour la fontaine à cour ne détermine cependant pas l’époque de la destruction de cet aménagement, ni même si son démantèlement a marqué la fin du rôle hydraulique de l’édifice. L’observation des vestiges en place apporte des informations complémentaires. Trois orifices de grande taille sont visibles sur le parapet sud du bassin (fig. 15). L’orifice supérieur mesure 10 cm de diamètre, celui de gauche 10-11 cm et celui de droite 16 à 18 cm. Ils se situent à 44-45 cm au-dessus du niveau de sol pour le premier, 30 cm pour les deux autres 62.

Fig. 15 : Plaque de parapet sud de la fontaine à cour avec les trois orifices.

Fig. 15 : Plaque de parapet sud de la fontaine à cour avec les trois orifices.

Noter la rainure d’encastrement du second bassin visible sur le massif à gauche

Cliché N. Lamare, 2010.

  • 63 I. Jacobs et J. Richard (2012, p. 43-53) présentent des exemples de Pergame, Sagalassos et Straton (...)
  • 64 Dorl-Klingenschmid 2001, nº 83, p. 225-226 ; Jacobs, Richa (...)

28Ces adaptations tardives des bassins de fontaines sont bien documentées en Asie mineure 63. L’un des exemples les plus évocateurs est certainement celui de la fontaine située le long de la voie sacrée à Pergame 64 : une série d’orifices de différents diamètres ont été percés dans le parapet du bassin, destinés à recevoir pour les plus petits des tuyaux de plomb, et pour les plus importants des tuyaux de terre cuite dont une partie du tracé a été retrouvée le long de la voie. Le bassin de la fontaine servait donc de point de redistribution de l’eau dans la ville.

  • 65 A. Izdebski et alii (2016, p. 203) mentionnent l’abaissement de l’arrivée d’eau d’une fontaine de (...)

29À Sbeïtla, ces orifices ont pu servir à des branchements de tuyaux. Il est impossible de restituer ces branchements et la destination des conduites ; nous signalerons seulement que les diamètres connus des tuyaux de plomb et de terre cuite découverts sur le site sont compatibles avec ces orifices. La datation de ces percements est tout à fait inconnue mais leur emplacement peut au moins indiquer une chronologie relative : l’ouverture supérieure aurait été la première, les deux autres, inférieures, auraient été ménagées au moment où l’eau, en quantité insuffisante, n’atteignait plus 45 cm de hauteur dans le bassin. Ce phénomène d’abaissement des arrivées comme des prises d’eau est attesté en Orient 65.

  • 66 Dans le cas de Sbeïtla, étant donné la hauteur de 1 m du parapet, il est impossible de puiser de l (...)
  • 67 Jacobs, Richard 2012, p. 54-57, avec notamment deux exemples à Gortyne.

30Il est évident qu’à ce moment, le bassin de puisage que nous restituons est démantelé. Quant à la possibilité de puiser dans le bassin qui subsiste, attestée sur les fontaines orientales par la présence de petits orifices simplement destinés à laisser passer un filet d’eau pour remplir un récipient, ou par la découpe du parapet qui permettait de se pencher aisément pour puiser 66, elle est peu probable à Sbeïtla en l’absence de ces indices. Le doute peut seulement subsister pour la plaque de parapet disparue. Le bassin peut également avoir été couvert 67, ce qui résoudrait immédiatement la question de son accessibilité.

4.2. La situation au ve siècle

31La transformation de la fontaine en point de redistribution de l’eau ne peut être datée, mais elle est nécessairement intervenue dans une seconde phase d’utilisation du monument, qui peut toutefois être très proche du milieu du iv e siècle. Quoi qu’il en soit, si l’on accepte l’hypothèse d’un bassin de répartition de l’eau, il faut envisager qu’une alimentation par l’aqueduc était toujours effective, la seule récupération des eaux de pluie dans ce bassin n’aurait certainement pas permis de fournir un système d’alimentation.

32Il convient ici d’établir un état des lieux de la topographie hydraulique de la ville dans le courant du v e siècle (fig. 12), c’est-à-dire après les attestations assurées d’aménagements hydrauliques que nous connaissons par l’épigraphie et qui se rapportent au iv e siècle : la construction d’au moins une des trois fontaines monumentales et les travaux vraisemblablement engagés dans les grands thermes.

  • 68 Ces aménagements sont fréquents dans les demeures tardives, notamment en Orient. Parmi la vaste bi (...)
  • 69 Sur les thermes africains à l’époque vandale, voir Thébert 2003, p. 418-421 et Leone 2007, p. 140- (...)
  • 70 Duval 1971, p. 304-309 ; Thébert 2003, p. 157-159 ; Baratte (...)
  • 71 Duval, Baratte 1973, p. 102-103 ; Thébert 2003, p. 157.

33Nos connaissances sont évidemment limitées. En premier lieu, nous supposons le fonctionnement de la fontaine à cour. Dans le domaine de l’habitat, les données sont maigres pour Sbeïtla : on évoquera simplement l’Édifice des Saisons, dont la mosaïque de Xénophon est datable du début du v e siècle, période à laquelle on pourrait attribuer l’aménagement des deux nymphées adjacents ou à tout le moins supposer leur fonctionnement, sans élément tangible 68. Concernant les établissements thermaux 69, on mentionnera celui de la basilique II, traditionnellement rattaché au groupe épiscopal, dont l’aménagement serait à placer dans la première phase de construction des édifices religieux, au moins à la fin du v e siècle 70 ; il faut ajouter les petits thermes tardifs 26 – d’ailleurs probablement domestiques –, au sud-est, dont la datation sur la base de la mosaïque du frigidarium est proposée aux v e-vi e siècles 71.

  • 72 5,70 × 3,50 m, d’après le plan de N. Duval (1971), dépliant VII. La hauteur conservée n’est pas in (...)
  • 73 Izdebski et alii 2016, p. 203.
  • 74 À propos d’Apamée, M. Vannesse et alii (2014, p. 252) indiquent, à partir des données pluviométriq (...)
  • 75 Jacobs, Richard 2012, p. 63-68.
  • 76 Izdebski et alii 2016, p. 203.

34La question se pose de l’alimentation en eau de ces infrastructures. Les thermes 10 de la basilique II disposaient d’une citerne, dont les dimensions rendent cependant peu probable une alimentation uniquement par récupération des eaux pluviales 72. Ni les petits thermes 26, ni l’Édifice des Saisons ne présentaient en revanche un dispositif de stockage. Dans les trois cas envisagés, il faut donc supposer une alimentation en eau courante venant de l’extérieur. Elle aurait pu être assurée par de grandes citernes publiques qui récupéraient l’eau de pluie, fréquentes en Orient à l’époque tardive 73, mais aucun vestige ne subsiste de ce type de structure. Seul le grand réservoir peut être mentionné, mais l’idée d’un espace couvert semble abandonnée depuis longtemps, et le bassin de la fontaine à cour avait une surface insuffisante 74. On peut ainsi suggérer que l’aqueduc assurait encore son rôle d’approvisionnement en eau de la ville, mais que la distribution urbaine s’organisait de façon différente. C’est à ce moment que nous attribuons à la fontaine à cour son rôle de répartiteur : sa position au nord-ouest, proche de l’arrivée probable de l’aqueduc, constitue un atout majeur en tant qu’interface entre l’adduction et la répartition. On objectera qu’un castellum aquae ou de grandes citernes publiques non découvertes auraient pu tenir ce rôle. Leur état de fonctionnement cependant, cinq siècles après leur mise en service, n’était peut-être plus optimal, de même que pour certaines branches d’alimentation, tandis que la fontaine monumentale, aménagée environ un siècle auparavant, devait toujours bénéficier d’une adduction. D’autre part, l’abandon de certaines zones de la ville, avec des pôles qui se concentrent autour des églises notamment mais pas uniquement, a dû engendrer la nécessité d’un redéploiement du réseau hydraulique en fonction des besoins. Les études menées en Asie mineure ont montré un souci d’acheminer l’eau au plus près de son lieu de consommation dans la ville 75 et la construction de citernes, nouvelles ou intégrées à des structures existantes 76. Il est envisageable de restituer à Sbeïtla plusieurs zones alimentées en eau : autour du forum et des deux basiliques, en incluant les grands thermes ; autour du groupe épiscopal ; dans des zones résidentielles, au sud-est près des petits thermes 26 – via le grand réservoir ? –, au nord-ouest vers l’Édifice des Saisons, peut-être au sud-ouest dans la partie non fouillée du site.

4.3. Les aménagements hydrauliques à partir de l’époque byzantine

  • 77 Dernière synthèse en date, Duval 1982, p. 619-626. Voir aussi Leone 2007, p. 181-185 et récemment, (...)
  • 78 Baratte, Bejaoui 2014, p. 402-404.

35L’état de la Sbeïtla byzantine a déjà été présenté par N. Duval 77. Il apparaît que, jusqu’à la fin du vi e siècle, l’occupation de la ville s’est poursuivie sans changement majeur, en conservant pour une grande partie le réseau de rues régulières, et des transformations sont attestées dans les monuments chrétiens, avec notamment la construction, sans doute à l’époque de Justinien, du martyrium des saints Sylvain et Fortunat, dans la basilique VI 78.

  • 79 Bejaoui 1998 ; Baratte et alii 2014, p. 405-407 ; Bejaoui (...)
  • 80 Lecat 2014, I, p. 332 ; II, p. 303-315 ; cf. Pringle 1981, p. 284-285.

36La situation à la fin du vi e siècle est différente (fig. 16). De nombreuses rues sont remblayées, oblitérant le quadrillage régulier du Haut-Empire, au moins autour du groupe épiscopal, ainsi que dans le quartier sud-est où des huileries sont installées. Nous ajouterons au tableau dressé à l’époque par N. Duval la basilique VIII dite des Pompeiani, dont la construction est datée de la fin de l’époque byzantine 79. Une autre modification majeure est la présence de fortifications dont on ne peut déterminer la date de construction. Les analyses récentes de Zénaïde Lecat, notamment par l’étude du bâti, ont mis en évidence l’hétérogénéité des aménagements. Plusieurs groupes se distinguent : les deux maisons fortifiées du sud-est dont la construction est homogène, le forum, le temple nord-ouest et l’amphithéâtre dont l’aspect défensif est mal connu. Ces fortifications ne sont certainement pas toutes contemporaines, pas plus que leur période de fonctionnement, mais une organisation ressort de leur aménagement : les cinq constructions sont implantées le long des voies qui mènent à l’agglomération, avec le forum en position centrale, sur un axe nord-ouest, sud-est, sans aménagement au nord-est, naturellement protégé par le Djebel Fkirin 80.

Fig. 16 : Plan de Sbeïtla à la fin de l’époque byzantine

Fig. 16 : Plan de Sbeïtla à la fin de l’époque byzantine

Source : N. Lamare d’après N. Duval.

  • 81 Duval 1982, p. 625.
  • 82 Voir les analyses de Leone 2007, p. 187-198.

37Quand bien même la connaissance de la ville à cette époque reste partielle, il faut admettre que son occupation se poursuit. L’installation d’une huilerie en est un témoignage, et son implantation près de la basilique V montre la volonté de regrouper les activités nécessaires à la vie quotidienne autour des fortins ou des tours 81. De façon générale, on note un changement de paradigme dans la conception de la ville à l’époque byzantine, entourée de murailles pour certaines, organisée autour de pôles de l’ancienne cité romaine pour d’autres, comme c’est le cas à Sbeïtla, en particulier aux alentours des églises 82.

  • 83 Lecat 2014, I, p. 303-306 ; II, cat. Sbeïtla 1 et 2, p. 306-308.
  • 84 Cèbe 1957, p. 166.

38La nécessité d’un accès à l’eau semble ainsi évidente pour rendre possible cette occupation. Dans les deux maisons fortifiées sud-est, des puits sont attestés permettant aux occupants une certaine autarcie ; la maison fortifiée la plus septentrionale dispose par ailleurs d’une citerne au moins, deux pièces adjacentes enduites de mortier de tuileau ayant pu servir au stockage d’eau 83. Les thermes près de la basilique V sont peut-être encore en usage. Dans le groupe épiscopal, des travaux sont attestés jusqu’au vii e siècle, ce qui soulève la question du fonctionnement des thermes. Au nord-ouest, l’Édifice des Saisons et la maison adjacente sont peut-être encore utilisés, partie intégrante d’un pôle constitué autour des fortifications de l’amphithéâtre et de l’ancien temple. En revanche, la fontaine au sud-ouest du forum aurait été aménagée à cette période en habitation 84.

  • 85 La source devait permettre d’assurer l’alimentation puisqu’elle est toujours captée de nos jours.
  • 86 HE, IV, 18.
  • 87 Aed., VI, 4-7.
  • 88 Sur l’importance du modèle de la cité classique et sa restauration par les Byzantins, voir Modéran(...)
  • 89 Vand., II, 19, 11-13, cité par J.-M. Lassère (2015, p. 710-711) qui évoque la (...)
  • 90 À propos des prospections dans la région de Kasserine et de la législation sur l’irrigation à l’ép (...)
  • 91 Baratte 2013.
  • 92 Voir les remarques conclusives de F. Baratte (2012, p. 163-164).

39L’inventaire de ces structures hydrauliques implique la présence d’eau, mais pas le fonctionnement d’un réseau de distribution à grande échelle dans les différents secteurs de l’agglomération. L’aqueduc était-il encore en usage ? Aucune donnée archéologique ou épigraphique ne permet de répondre. Cependant l’activité de ces monuments des eaux peut difficilement être envisagée sans admettre la viabilité d’une adduction pérenne dans la ville 85. Les textes apportent quelques informations sur la situation de l’Afrique sous Justinien. Les témoignages d’Évagre 86 et de Procope 87 nous apprennent que l’empereur byzantin fit restaurer nombre de cités en Afrique et accorda une attention particulière aux travaux hydrauliques. Bien que ces textes relaient le discours officiel de l’époque 88, d’autres témoignent d’un savoir-faire et d’une préoccupation bien réelle dans le domaine de l’irrigation. Procope évoque la maîtrise des aménagements hydrauliques, dans un texte qui fait référence aux campagnes de Solomon, en 539-540 89. Ce sont aussi les textes législatifs, notamment les tablettes Albertini datées de l’époque vandale, qui évoquent le contrôle et la gestion de l’eau pour les cultures. L’archéologie a d’ailleurs mis en évidence le développement des techniques hydrauliques liées à l’exploitation du paysage jusqu’à l’époque byzantine 90 et, dans la région des Hautes Steppes tunisiennes précisément, l’importance des barrages tardifs a récemment été soulignée 91. La découverte par F. Bejaoui, dans le secteur au nord-est du forum, d’un modeste bassin (fig. 17) qui ne peut être daté, mais surtout d’une vasque présentant trois orifices qui accueillaient des tuyaux de plomb (fig. 18), dont le fond est composé d’une épitaphe byzantine en remploi, indique qu’un système de distribution de l’eau sous pression s’est poursuivi à la fin de l’époque byzantine voire au début de l’époque arabo-musulmane. Si dans le domaine urbain nos connaissances sont limitées, nous pouvons constater que la maîtrise de la technique hydraulique se poursuit tardivement ; il faut alors seulement envisager la continuité de la distribution en eau, mais par des réseaux différents de ceux du Haut-Empire 92.

Fig. 17 : Les aménagements hydrauliques à proximité du forum : au premier plan la structure protégeant une vasque, à l’arrière un bassin non daté

Fig. 17 : Les aménagements hydrauliques à proximité du forum : au premier plan la structure protégeant une vasque, à l’arrière un bassin non daté

Cliché F. Beajoui, 1996.

Fig. 18 : Vasque avec orifices permettant le passage de tuyaux en plomb, retrouvée au sud de l’enceinte du forum

Fig. 18 : Vasque avec orifices permettant le passage de tuyaux en plomb, retrouvée au sud de l’enceinte du forum

Cliché F. Bejaoui, 1996.

Conclusion

40L’analyse du réseau hydraulique menée sur le site de Sbeïtla est lacunaire, en particulier pour l’époque tardive, car les données de datation absolue manquent, notamment en raison des dégagements anciens qui ont privé nombre de constructions d’une étude stratigraphique. Cependant, nous avons tenté de montrer, avec le cas de la fontaine à cour, qu’une étude architecturale et technique pouvait ouvrir de nouvelles possibilités de réflexion sur les transformations des monuments des eaux et la question de l’hydraulique tardive sur les sites de l’Afrique antique.

  • 93 Vannesse et alii 2014.
  • 94 Jacobs, Richard 2012, p. 31.
  • 95 Martínez Jiménez 2012.
  • 96 Boissavit-Camus 2008. Notons qu’à Sbeïtla, aucune adduction n’a été repérée sur (...)

41Par ailleurs, l’hypothèse que nous proposons d’une continuité de fonctionnement de l’aqueduc jusqu’à une période très avancée sur ce site africain est à mettre en regard des études menées dans d’autres régions de l’Empire romain dans l’Antiquité tardive. Au Proche-Orient, nous avons déjà mentionné le cas d’Apamée, pour lequel il a été montré récemment qu’une nouvelle conduite avait été mise en place à l’époque byzantine 93. À Gortyne, en Crète, le système hydraulique a été rénové à la fin du vi e ou au début du vii e siècle 94. En Occident, le fonctionnement des aqueducs après la domination romaine est désormais connu pour plusieurs cités de la péninsule ibérique 95 et la question est soulevée pour les cités de Gaule du Nord, autour de l’alimentation des baptistères 96.

  • 97 P. Jaillette (2005) fait le point sur la question du climat dans l’Antiquité tardive et rappelle l (...)
  • 98 Manning 2013. Bilan des connaissances sur les Hautes Steppes dans Lecat 2014, I, (...)
  • 99 L’absence de synthèse sur la question est regrettée par P. von Rummel (2010, p. 180-181), qui préc (...)
  • 100 Leveau 2013.

42Il faudrait confronter à cette approche les données ­climatiques et géomorphologiques qui fourniraient des informations essentielles pour comprendre la gestion de l’eau dans l’Antiquité. Les sources écrites apportent notamment des informations, à prendre avec précaution 97, et les analyses archéométriques ne permettent pas encore aujourd’hui de dessiner un tableau clair des évolutions climatiques à l’époque romaine qui en outre varient d’une partie à l’autre de l’Empire 98. Ces données permettraient de modifier le regard que nous portons sur les ouvrages hydrauliques antiques, non nécessairement révélateurs d’une grande disponibilité de la ressource, mais au contraire d’une attitude de prévention ou de gestion des pénuries : la réflexion pour l’Antiquité tardive 99 doit être menée de la même façon qu’elle l’a été pour le Haut-Empire 100.

Juin 2016

Haut de page

Bibliographie

AAT II, 1914-1932, Cagnat R., Merlin A., Atlas archéologique de la Tunisie. Deuxième série (cartes au 1/100 000 e ), Paris.

Abadie-Reynal C. 2008, « Eaux décoratives, eaux symboliques à Zeugma », Syria 85, p. 99-118.

Aupert P. 1974, Le Nymphée de Tipasa et les nymphées et « septizonia » nord-africains, Rome (CÉFR 16).

Ballu A. 1921, Ruines de Djemila (Antique Cuicul), Alger.

Baratte F. 2012, « L’eau en Afrique : villes et campagnes », dans J. Jouanna, P. Toubert, M. Zink (éd.), L’eau en Méditerranée de l’Antiquité au Moyen âge, Actes du 22 e  colloque de la Villa Kerylos, Beaulieu-sur-Mer, 7-8 octobre 2011, Paris (Cahiers de la Villa Kérylos 23), p. 141-164.

Baratte F. 2013, « Barrages des Hautes Steppes tunisiennes : quelques observations préliminaires », dans Regards 2013, p. 165-174.

Baratte F., Duval N., Golvin J.-Cl. 1973, « Recherches à Haïdra (Tunisie) V : le capitole ( ?), la basilique V », CRAI 117, 1, p. 156-178.

Baratte F. et alii 2014, Baratte F., Bejaoui F., Duval N., Berraho S., Gui I., Jacquest H., Basiliques chrétiennes d’Afrique du Nord, II. Inventaire des monuments de la Tunisie, Bordeaux (Mémoires 38).

Bejaoui F. 1996, « Nouvelles données archéologiques à Sbeïtla », Africa XIV, p. 37-63.

Bejaoui F. 1998, « Une nouvelle église d’époque byzantine à Sbeïtla », dans L’Africa romana XII, Sassari, p. 1173-1183.

Bejaoui F. 2015, Les Hautes Steppes tunisiennes. Témoignages archéologiques chrétiens, Tunis.

Bejaoui F. (à paraître), « Le réseau hydraulique de Sufetula. État de la question », dans F. Hurlet, V. Brouquier-Reddé (éd.), L’eau dans les villes du Maghreb et leur territoire à l’époque romaine, Actes du colloque de Bordeaux, 6-8 décembre 2012, Bordeaux (Ausonius Mémoires).

Boissavit-Camus B. 2008, « L’eau dans les baptistères paléochrétiens de la Gaule : problèmes archéologiques et perspectives d’études », dans A.-M. Guimier-Sorbets (dir.), L’eau. Enjeux, usages et représentations, Paris (Colloques de la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès 4), p. 251-260.

Bowes K. 2010, Houses and Society in the Later Roman Empire, London (Duckworth Debates in Archaeology).

Casagrande M. 2008, Gli impianti di adduzione idrica romani in Byzacena e in Zeugitana, Ortacesus (Studi di storia antica e di archeologia 4).

Cèbe J.‑P. 1957, « Une fontaine monumentale récemment découverte à Sufetula (Byzacène) », MÉFRA 69, 1, p. 163-206.

Dorl-Klingenschmid C. 2001, Prunkbrunnen in kleinasiatischen Städten. Funktion im Kontext, München (Studien zur antiken Stadt 7).

Drappier L. 1898, « Rapport sur les travaux hydrauliques romains étudiés en 1898 », dans P. Gauckler (dir.), Enquête sur les installations hydrauliques romaines en Tunisie, I, 2, Tunis, p. 127-167.

Duval N. 1964, « Observations sur l’urbanisme tardif de Sufetula (Tunisie) », CT 45-46, p. 87-103.

Duval N. 1971, Recherches archéologiques à Sbeitla, I. Les basiliques de Sbeitla à deux sanctuaires opposés (basiliques I, II et IV), Rome (BÉFAR 218).

Duval N. 1973, « Église et temple en Afrique du Nord. Note sur les installations chrétiennes dans les temples à cour, à propos de l’église dite de Servus à Sbeitla », BCTH n.s. 7, p. 265-296.

Duval N. 1982, « L’urbanisme de Sufetula = Sbeitla en Tunisie », dans ANRW, II, 10/2, p. 596-632.

Duval N. 1984, « Les maisons d’Apamée et l’architecture “palatiale” de l’Antiquité tardive », dans J. Balty (éd.), Apamée de Syrie, Bilan des recherches archéologiques 1973-1979, Aspects de l’architecture domestique d’Apamée, Actes du colloque tenu à Bruxelles, 29-31 mai 1980, Bruxelles (Fouilles d’Apamée de Syrie. Miscellanea 13), p. 447-470.

Duval N. 1999, « L’église V (des Saints-Gervais-Protais-et-Tryphon) à Sbeitla (Sufetula), Tunisie », MÉFRA 111, 2, p. 927-989.

Duval N., Baratte F. 1973, Les ruines de Sufetula, Sbeitla, Tunis.

Fenwick C. 2013, « From Africa to Ifrīqiya : Settlement and Society in Early Medieval North Africa (650–800) », Al-Masāq 25, 1, p. 9-33.

Golvin J.-Cl., Garat S. 2010, « La restitution 3D du grand nymphée de Dougga (Tunisie) », dans R. Vergnieux, C. Delevoie (éd.), Actes du colloque Virtual Retrospect 2009, Pessac, 18-20 novembre 2009, Bordeaux (Collection Archéovision 4), p. 139-144.

Golvin J.-Cl., Piraud-Fournet P. (sous presse), « Le grand temple d’Ammaedara (Haïdra, Tunisie). Étude architecturale et proposition de restitution », dans F. Baratte, V. Brouquier-Reddé, E. Rocca (dir.), Du culte aux sanctuaires. Architecture religieuse dans l’Afrique romaine et byzantine. Actes du colloque international, Paris, 18-19 avril 2013, Paris (Orient & Méditerranée 26).

Hégly V. 1912, « Note sur les ouvrages hydrauliques romains découverts à Sbeitla », dans P. Gauckler (dir.), Enquête sur les installations hydrauliques romaines en Tunisie, II, 4, Tunis, p. 173-179.

Izdebski A. et alii 2016, Izdebski A., Pickett J., Roberts N., Waliszewski T., « The Environmental, Archaeological and Historical Evidence for Regional Climatic Changes and their Societal Impacts in the Eastern Mediterranean in Late Antiquity », Quaternary Science Reviews 136, p. 189-208.

Jacobs I., Richard J. 2012, « “We Surpass the Beautiful Waters of Other Cities by the Abundance of Ours” : Reconciling Function and Decoration in Late Antique Fountains », Journal of Late Antiquity 5, 1, p. 3-71.

Jaillette P. 2005, « “Il n’y a plus de saisons” : lieu commun, climat et décadence dans l’Antiquité tardive », dans R. Bedon, E. Hermon (éd.), Concepts, pratiques et enjeux environnementaux dans l’Empire romain, Limoges (Caesarodunum 39), p. 309-335.

Lamare N. 2014, Les fontaines monumentales en Afrique romaine, thèse de doctorat, Université Paris-Sorbonne.

Lassère J.-M. 2015, Africa, quasi Roma. 256 av. J.-C. – 711 apr. J.-C., Paris (Études d’Antiquités africaines).

Lavan L. 2012, « Field Report. Public Space in Late Antique Ostia : Excavation and Survey in 2008-2011 », AJA 116, 4, p. 649-691.

Lecat Z. 2014, Recherches sur les fortifications des Hautes Steppes (Tunisie) à l’époque byzantine, thèse de doctorat, Université Paris-Sorbonne.

Leone A. 2007, Changing Townscapes in North Africa from Late Antiquity to the Arab Conquest, Bari (Munera 28).

Leone A. 2012, « Water Management in Late Antique North Africa : Agricultural Irrigation », Water history 4, 1, p. 119-133.

Letzner W. 1990, Römische Brunnen und Nymphaea in der westlichen Reichshälfte, Münster (Charybdis 2).

Leveau Ph. 2013, « Évolution climatique et construction des ouvrages hydrauliques en Afrique romaine », dans Regards 2013, p. 125-138.

Leveau Ph. 2016, « L’environnement de l’Afrique dans l’Antiquité. Climat et société, un état de la question », Ikosim 5, p. 57-75.

Manning S. 2013, « The Roman World and Climate : Context, Relevance of Climate Change, and Some Issues », dans W.V. Harris (éd.), The Ancient Mediterranean Environment between Science and History, Leiden, Boston (Columbia Studies in the Classical Tradition 39), p. 103-170.

Martínez Jiménez J. 2012, « Reuse, Repair and Reconstruction. Functioning Aqueducts in Post-Roman Spain », dans B. Jervis, A. Kyle (éd.), Make-do and Mend : Archaeologies of Compromise, Repair and Reuse, Oxford (BAR Int. S. 2048), p. 27-42.

Modéran Y. 1996, « La renaissance des cités dans l’Afrique du VIe siècle d’après une inscription récemment publiée », dans Cl. Lepelley (éd.), La fin de la cité antique et le début de la cité médiévale, de la fin du III e  siècle à l’avènement de Charlemagne, Actes du colloque tenu à l’Université de Paris X-Nanterre les 1, 2 et 3 avril 1993, Bari (Munera 8), p. 85-114.

Neudecker R. 1994, Die Pracht der Latrine. Zum Wandel öffentlicher Bedürfnisanstalten in der kaiserzeitlichen Stadt, München (Studien zur antiken Stadt 1).

Neuerburg N. 1965, L’architettura delle fontane e dei ninfei nell’Italia antica, Napoli (Memorie dell’Accademia di Archeologia, Lettere e Belle Arti di Napoli 5).

Parrish D. 1983, « The Mosaic of Xenophon and the Seasons from Sbeitla (Tunisia) », dans Mosaïque. Recueil d’hommages à Henri Stern, Paris, p. 297-306.

Poinssot L., Lantier R. 1922, « Rapport sur les travaux archéologiques, 1. Sbeitla », BCTH, p. CXVII-CXX.

Pringle D. 1981, The Defence of Byzantine Africa from Justinian to the Arab Conquest. An Account of the Military History and Archaeology of the African Provinces, Oxford (BAR Int. S. 99).

Regards 2013, F. Baratte, C. J. Robin, E. Rocca (éd.), Regards croisés d’Orient et d’Occident. Les barrages dans l’Antiquité tardive, Actes du colloque, Paris, 7-8 janvier 2011, Paris (Orient & Méditerranée 14).

Richard J. 2012, Water for the City, Fountains for the People : Monumental Fountains in the Roman East, an Archaeological Study of Water Management, Turnhout (Studies in Eastern Mediterranean Archaeology 9).

Rummel Ph. von 2010, « The Archaeology of 5th Century Barbarians in North Africa », dans P. Delogu, S. Gasparri (éd.), Le trasformazioni del V secolo. L’Italia, i barbari e l’Occidente romano, Atti del seminario di Poggibonsi, 18-20 ottobre 2007, Turnhout (Seminari internazionali del Centro Interuniversitario per la Storia e l’Archeologia dell’Alto Medioevo 2), p. 157-181.

Schmölder-Veit A. 2010, « Nymphäumsräume : Neue Treffpunkte in der spätantiken Stadt », dans N. Burkhardt, R. H. W. Stichel (éd.), Die antike Stadt im Umbruch, Kolloquium in Darmstadt, 19-20 Mai 2006, Wiesbaden, p. 109-119.

Sodini J.‑P. 1995, « Habitat de l’Antiquité tardive », Topoi 5, 1, p. 151-218.

Sodini J.-P., Koželj T., Wurch-Koželj M. 2016, Le Nymphée d’une maison de l’Antiquité tardive à Thasos (terrains Tokatlis/Divanakis/Voulgaridis), Athènes (Études thasiennes 24).

Thébert Y. 1999 (2e édition), « Vie privée et architecture domestique en Afrique romaine », dans Ph. Ariès, G. Duby (éd.), Histoire de la vie privée, I. De l’Empire romain à l’an mil, Paris (Points. Histoire 260), p. 301-415.

Thébert Y. 2003, Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen, études d’histoire et d’archéologie, Rome (BÉFAR 315).

Vannesse M. et alii 2014, Vannesse M., Haut B., Debaste F., Viviers D., « Analysis of Three Private Hydraulic Systems Operated in Apamea during the Byzantine Period », Journal of Archaeological Science 46, p. 245-254.

Haut de page

Notes

1 Cèbe 1957. Un tapuscrit annoté de l’article, proche de la version publiée, est conservé à l’INHA (Paris), Fonds Poinssot, 106, 097, 01, dossier 19, Sufetula (Sbeïtla).

2 Cèbe 1957, p. 165, n. 1.

3 Neuerburg 1965 ; Aupert 1974 ; Dorl-Klingenschmid 2001.

4 Richard 2012 ; Lamare 2014.

5 Sbeïtla, l’antique Sufetula de la province tardive de Byzacène, se trouve actuellement en Tunisie, dans la région des Hautes Steppes (AAT II, f. 48, 18).

6 La fontaine se situe dans le secteur nord-ouest du site. Par commodité, nous considérons que l’axe nord-sud est représenté par la voie qui passe par le forum dans son axe transversal, et l’axe est-ouest dans son axe longitudinal.

7 Cèbe 1957, p. 170, plan III ; Duval 1964, p. 94-96 ; Duval, Baratte 1973, p. 74 ; Aupert 1974, p. 102 ; Lamare 2014, II, nº 43, p. 219-222.

8 Sur l’histoire de la ville, en particulier l’époque tardive, et sa redécouverte, voir Duval 1964 ; Duval, Baratte 1973 ; Duval 1982 ; Bejaoui 1998, à propos de l’occupation post-byzantine de la basilique VIII, dite des Pompeiani.

9 Les récits arabes attestant ces « invasions » sont à lire avec précaution : Duval 1982, p. 620-625.

10 Bejaoui 1996, p. 41-44 ; Duval 1999, p. 968-969. À propos de Sbeïtla au début de l’époque médiévale, voir Fenwick 2013, p. 21-23.

11 Voir la bibliographie critique de N. Duval (1971, p. 399-400).

12 Duval 1971, p. 402-403, 431 : indication du plan dressé par le géomètre Dubiez en 1906 (vu par Noël Duval, à l’époque aux archives de l’INAA à Tunis). L. Poinssot et R. Lantier (1922) parlent également de la « maison Guillon ». Un marchand de tabac y était installé au xix e siècle (communication orale de N. Duval). Les aménagements en maison pourraient dater en partie de l’Antiquité (Duval, Baratte 1973, p. 74). À propos de la fontaine sud-ouest, J.‑P. Cèbe indique un réaménagement en habitat à l’époque byzantine, dont les vestiges ont été détruits lors de la fouille (voir infra).

13 Poinssot, Lantier 1922.

14 Par Louis Drappier ? Conservé à l’INHA (Paris), Archives 127, Fonds Noël Duval.

15 Les minutes de J.‑P. Cèbe sont conservées à l’INHA (Paris), Archives 127, Fonds Noël Duval. Sur l’une d’elles, une note manuscrite (de J.‑P. Cèbe ?) précise qu’un relevé du dallage existe sur « un plan que détient M. Lézine ». Il pourrait s’agir, sans certitude, non d’un plan mais de trois coupes en couleur, dessinées sans échelle mais avec quelques cotes, sur un seul papier dessin conservé dans ce fonds.

16 Duval, Baratte 1973, p. 74, nº 8 sur le plan de la ville.

17 Ces photographies nous ont été communiquées par N. Duval lors de la rédaction de notre thèse. À notre connaissance, elles n’ont pas été versées au fonds d’archives de l’INHA au moment où nous écrivons ces lignes.

18 Ces vérifications ont été effectuées lors de deux missions organisées avec Marguerite Ronin en mai 2009 et 2010, et rendues possibles grâce à l’autorisation accordée par Fathi Bejaoui, alors directeur général de l’Institut national du Patrimoine à Tunis.

19 Sur le noyau primitif de la ville, voir Duval 1982, p. 603-608.

20 Poinssot, Lantier 1922, p. CXIX.

21 Le reste de l’ordre n’est plus conservé sur le site. Quelques éléments architecturaux, dont l’appartenance à la fontaine n’est pas certaine, étaient encore présents au début des années 1970 (fig. 2-3).

22 Hauteur 23 cm, largeur 36 et 38 cm. Nous les représentons à l’emplacement dessiné par J.‑P. Cèbe.

23 Cèbe 1957, p. 170.

24 Cèbe 1957, p. 186.

25 CIL VIII, 234 = 11329 = AE 1958, 158 = ILPSbeïtla, 84.

26 Lamare 2014, I, p. 134-142.

27 Pour le lacus de Terentius (Golvin, Garat 2010) et la fontaine près du théâtre (inédite).

28 Pour la fontaine de la Tétrarchie (Ballu 1921, p. 66), au dieu Océan (Letzner 1990, nº 423, p. 507) et celle située au pied de la porte nord (Letzner 1990, nº 347, p. 464).

29 J.‑P. Cèbe (1957, p. 168) indique une saignée d’un diamètre de 10 cm.

30 Sur l’aménagement des bassins de fontaines africaines, Lamare 2014, I, p. 145-160.

31 Sur l’alimentation du site, Drappier 1898 ; Hégly 1912 ; Duval, Baratte 1973, p. 60-62 ; Duval 1982, p. 612. Voir Duval 1971, p. 429-430 pour une bibliographie complète sur l’aqueduc antérieure à cette date.

32 Drappier 1898, p. 151-152. M. Casagrande (2008, p. 220-224) indique une longueur de 620 m en souterrain, plus 500 m de conduite secondaire.

33 Synthèse dans Baratte 2012, p. 148-151 ; Baratte 2013, p. 170-172.

34 N. Duval, dans ILPSbeïtla, indique une datation avant 161 dans tous les cas.

35 Notons que l’inscription a pu être remployée pour une réparation du pont qui, dans ce cas, serait antérieur, comme le fait remarquer M. Casagrande (2008, p. 223).

36 Duval, Baratte 1973, p. 14.

37 Dans les grands thermes, une citerne se trouve au nord des thermes orientaux ; dans les thermes de la basilique II existe une citerne rectangulaire (voir infra) et l’abside sud-est, comblée dans une seconde phase, aurait été transformée en citerne (Thébert 2003, p. 154 et 158).

38 Bejaoui (à paraître). Voir aussi Bejaoui 1996, p. 44-47 pour un premier bilan.

39 Emplacement des canalisations d’après F. Bejaoui (1996, p. 48). Nous représentons sur la fig. 12 l’ensemble des tronçons découverts, sans distinction de datation et de phases de fonctionnement.

40 Duval, Baratte 1973, p. 84 : Y. Thébert (2003, p. 153) reste prudent sur cette datation.

41 Bejaoui 1996, p. 46.

42 Duval, Baratte 1973, p. 65-70.

43 Duval, Baratte 1973, p. 71-72 ; Duval 1982, p. 614-615.

44 Doit-on les associer à une transformation qui aurait inclus l’aménagement de la mosaïque des Saisons, à la fin du iv e (Duval, Baratte 1973, p. 68-69) ou au début du v e siècle (Parrish 1983) ?

45 N. Duval (1971, p. 153-162) précise cependant que le seul élément fiable de datation de ces structures est la construction de la basilique qui donne un terminus ante quem.

46 Un aménagement assez semblable (dalles encastrées dans des rainures) est visible au pied de l’escalier du grand temple (capitole ?) d’Haïdra : l’identification d’un bassin n’est pas assurée mais on note à l’avant la présence d’une cupule dotée d’un orifice pour l’évacuation des liquides. Sur ce temple voir Baratte, Duval, Golvin 1973, p. 165 et fig. 11 et Golvin, Piraud-Fournet (sous presse).

47 Bejaoui 1996, p. 46.

48 Neudecker 1994, p. 62-72, cité par Schmölder-Veit 2010, n. 22, p. 113 ; Thébert 1999, p. 383-388 ; Thébert 2003, p. 482-483.

49 Bowes 2010, notamment p. 52-54.

50 Schmölder-Veit 2010.

51 A. Schmölder-Veit (2010) présente la fontaine à cour de Sbeïtla pl. 23, fig. 35 et non pl. 24, fig. 36 (les légendes sont erronées et à inverser).

52 Letzner 1990, nº 309, p. 436 ; Schmölder-Veit 2010, p. 117-118 ; Lavan 2012, p. 681-685.

53 Dorl-Klingenschmid 2001, nº 28, p. 190-191 ; Schmölder-Veit 2010, p. 119.

54 Par Alexandre Lézine dans Cèbe 1957, pl. IV, reprise par J.-Cl. Golvin dans Duval, Baratte 1973, fig. 15, p. 30. La restitution d’arcades n’est pas la seule solution qu’il faut envisager comme le notent J.-P. Sodini, T. Koželj et M. Wurch-Koželj (2016, p. 166-167, n. 290).

55 Cèbe 1957, p. 186-187 à propos de la fontaine sud-ouest.

56 Poinssot, Lantier 1922, p. CXIX-CXX.

57 Nous renvoyons aux diverses études et synthèses sur le sujet pour des références exhaustives : Duval 1984 ; Lamare 2014, I, p. 122-126 ; Sodini, Koželj, Wurch-Koželj 2016.

58 Lavan 2012, p. 686-687.

59 Duval, Baratte 1973, p. 79-81.

60 Datée de 376-377.

61 Lamare 2014, I, p. 290-292 : beaucoup de ces traces d’usures n’ont pas été jusqu’ici identifiées ni étudiées.

62 Hauteurs mesurées depuis le bord inférieur de l’orifice.

63 I. Jacobs et J. Richard (2012, p. 43-53) présentent des exemples de Pergame, Sagalassos et Stratonicée.

64 Dorl-Klingenschmid 2001, nº 83, p. 225-226 ; Jacobs, Richard 2012, p. 47-49.

65 A. Izdebski et alii (2016, p. 203) mentionnent l’abaissement de l’arrivée d’eau d’une fontaine de Jérash, qui indiquerait une diminution du débit, et la réduction de certains bassins, adaptation nécessaire à une réduction du volume d’eau disponible (cf. Richard 2012, p. 144).

66 Dans le cas de Sbeïtla, étant donné la hauteur de 1 m du parapet, il est impossible de puiser de l’eau lorsque le niveau ne dépasse pas les 30 cm.

67 Jacobs, Richard 2012, p. 54-57, avec notamment deux exemples à Gortyne.

68 Ces aménagements sont fréquents dans les demeures tardives, notamment en Orient. Parmi la vaste bibliographie, voir Duval 1984 ; Sodini 1995. Récemment, Abadie-Reynal 2008. Pour l’Afrique, voir la synthèse de Leone 2007, p. 145-148 ; Lamare 2014, I, p. 122-126.

69 Sur les thermes africains à l’époque vandale, voir Thébert 2003, p. 418-421 et Leone 2007, p. 140-142. Sur les thermes de Sbeïtla, voir l’inventaire bibliographique complet de Duval 1971, p. 429, qui inclut plusieurs édifices inédits par ailleurs. Par commodité, nous utilisons les numéros d’identification du plan de N. Duval et F. Baratte (1973) repris dans les publications postérieures.

70 Duval 1971, p. 304-309 ; Thébert 2003, p. 157-159 ; Baratte et alii 2014, p. 386-391.

71 Duval, Baratte 1973, p. 102-103 ; Thébert 2003, p. 157.

72 5,70 × 3,50 m, d’après le plan de N. Duval (1971), dépliant VII. La hauteur conservée n’est pas indiquée.

73 Izdebski et alii 2016, p. 203.

74 À propos d’Apamée, M. Vannesse et alii (2014, p. 252) indiquent, à partir des données pluviométriques contemporaines, que le remplissage des citernes privées destinées à alimenter les fontaines de plusieurs maisons aurait pris au moins deux ans si elles avaient été uniquement approvisionnées par la récupération des eaux de pluie sur les toitures environnantes.

75 Jacobs, Richard 2012, p. 63-68.

76 Izdebski et alii 2016, p. 203.

77 Dernière synthèse en date, Duval 1982, p. 619-626. Voir aussi Leone 2007, p. 181-185 et récemment, sur la région des Hautes Steppes dans laquelle se trouve Sbeïtla, Lecat 2014, I, p. 95-106.

78 Baratte, Bejaoui 2014, p. 402-404.

79 Bejaoui 1998 ; Baratte et alii 2014, p. 405-407 ; Bejaoui 2015, p. 62-73.

80 Lecat 2014, I, p. 332 ; II, p. 303-315 ; cf. Pringle 1981, p. 284-285.

81 Duval 1982, p. 625.

82 Voir les analyses de Leone 2007, p. 187-198.

83 Lecat 2014, I, p. 303-306 ; II, cat. Sbeïtla 1 et 2, p. 306-308.

84 Cèbe 1957, p. 166.

85 La source devait permettre d’assurer l’alimentation puisqu’elle est toujours captée de nos jours.

86 HE, IV, 18.

87 Aed., VI, 4-7.

88 Sur l’importance du modèle de la cité classique et sa restauration par les Byzantins, voir Modéran 1996.

89 Vand., II, 19, 11-13, cité par J.-M. Lassère (2015, p. 710-711) qui évoque la continuité des savoir-faire en matière de technique hydraulique à l’époque byzantine.

90 À propos des prospections dans la région de Kasserine et de la législation sur l’irrigation à l’époque tardive, voir Leone 2012.

91 Baratte 2013.

92 Voir les remarques conclusives de F. Baratte (2012, p. 163-164).

93 Vannesse et alii 2014.

94 Jacobs, Richard 2012, p. 31.

95 Martínez Jiménez 2012.

96 Boissavit-Camus 2008. Notons qu’à Sbeïtla, aucune adduction n’a été repérée sur les trois baptistères connus (basiliques I et II : Duval 1971, p. 120 et 278 ; basilique III : Duval 1973, p. 272-273). Z. Lecat nous signale quelques exemples dans le nord-est tunisien, à Siagu, Uppenna et Fundus Dinamius (Bekalta) : voir Baratte et alii 2014, p. 175-176, 200-211, 227-228, avec la bibliographie antérieure.

97 P. Jaillette (2005) fait le point sur la question du climat dans l’Antiquité tardive et rappelle les débats qui ont eu lieu à propos de l’Afrique.

98 Manning 2013. Bilan des connaissances sur les Hautes Steppes dans Lecat 2014, I, p. 42-43. Voir les études récentes de Ph. Leveau (2016) pour l’Afrique, et d’A. Izdebski et alii (2016) pour l’Anatolie et le Levant.

99 L’absence de synthèse sur la question est regrettée par P. von Rummel (2010, p. 180-181), qui précise que ces données pourraient apporter un nouveau regard sur l’accroissement de l’insécurité, les transformations politiques et économiques de l’Afrique tardive, en particulier au v e siècle.

100 Leveau 2013.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Vue générale de la fontaine à cour après restauration
Crédits Cliché N. Lamare, 2009.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/644/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 838k
Titre Fig. 2 : Vue générale de la fontaine à cour avant restauration
Crédits Cliché 1971, archives privées Noël Duval, 71.RO.VI.2.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/644/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 3 : La fontaine à cour avant restauration vue depuis la rue
Crédits Cliché 1971, archives privées Noël Duval, 71.RO.VI.1.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/644/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 835k
Titre Fig. 4 : Plan restitué de la fontaine à cour et du dallage lors de sa construction
Crédits Source : N. Lamare, d’après J.-P. Cèbe.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/644/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 5 : Plan restitué de la fontaine à cour et du dallage après destruction du bassin de puisage
Crédits Source : N. Lamare, d’après J.-P. Cèbe.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/644/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Titre Fig. 6 : Vue du portique ouest et de la rainure d’encastrement du balcon
Crédits Cliché N. Lamare, 2010.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/644/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 7 : Vue intérieure du bassin conservé de la fontaine, vers l’est. Noter à gauche une plaque du bassin, à droite les moellons au-dessus du soubassement
Crédits Cliché N. Lamare, 2009.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/644/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 8 : Détail d’un pilier du parapet du bassin conservé de la fontaine, vu vers l’ouest
Crédits Cliché N. Lamare, 2009.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/644/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 9 : Saignée destinée à accueillir un tuyau de plomb sur le massif du bassin, avec les mortaises d’encastrement des fixations
Crédits Cliché N. Lamare, 2010.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/644/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 558k
Titre Fig. 10 : Vue de la galerie captante sur la rive gauche de l’oued
Crédits Cliché N. Lamare 2010.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/644/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 855k
Titre Fig. 11 : Vue de l’aqueduc de la rive gauche
Crédits Cliché N. Lamare 2010.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/644/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Titre Fig. 12 : Plan de Sbeïtla et de ses aménagements hydrauliques au v e siècle
Crédits Source : N. Lamare d’après N. Duval et F. Bejaoui.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/644/img-12.png
Fichier image/png, 70k
Titre Fig. 13 : Bassin au pied du temple sud du capitole. Les rainures d’encastrement sont visibles sur le massif et au sol
Crédits Cliché N. Lamare, 2010.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/644/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 14 : Bassin au pied du temple sud du capitole : rigole creusée dans le soubassement nord
Crédits Cliché N. Lamare, 2010.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/644/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 458k
Titre Fig. 15 : Plaque de parapet sud de la fontaine à cour avec les trois orifices.
Légende Noter la rainure d’encastrement du second bassin visible sur le massif à gauche
Crédits Cliché N. Lamare, 2010.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/644/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 918k
Titre Fig. 16 : Plan de Sbeïtla à la fin de l’époque byzantine
Crédits Source : N. Lamare d’après N. Duval.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/644/img-16.png
Fichier image/png, 46k
Titre Fig. 17 : Les aménagements hydrauliques à proximité du forum : au premier plan la structure protégeant une vasque, à l’arrière un bassin non daté
Crédits Cliché F. Beajoui, 1996.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/644/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 18 : Vasque avec orifices permettant le passage de tuyaux en plomb, retrouvée au sud de l’enceinte du forum
Crédits Cliché F. Bejaoui, 1996.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/644/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Lamare, « La fontaine à cour et l’hydraulique tardive de Sbeïtla »Antiquités africaines, 53 | 2017, 95-114.

Référence électronique

Nicolas Lamare, « La fontaine à cour et l’hydraulique tardive de Sbeïtla »Antiquités africaines [En ligne], 53 | 2017, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/antafr/644 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.644

Haut de page

Auteur

Nicolas Lamare

Université Toulouse Jean Jaurès, UMR 8167 Orient et Méditerranée, équipe Antiquité classique et tardive, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, lamare.nicolas[at]gmail.com.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search