Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54Carthage, rue Ibn Chabâat (« quar...

Carthage, rue Ibn Chabâat (« quartier Didon ») : le développement urbanistique de la période punique ancienne à la période punique tardive

Rapport préliminaire des fouilles menées par le DAI Rome et l’INP Tunis 2009-2012
Christof Flügel et Heimo Dolenz
avec la collaboration de Karin Schmidt, Christoph Baur, Marion Bolder-Boos, Imed Ben Jerbania, Karin Mansel, Frerich Schön, Hanni Töpfer et Alice Willmitzer

Résumés

Les recherches de l’Institut Archéologique Allemand de Rome (DAI) et de l’Institut national du patrimoine (INP) au sud de la Rue Ibn Chabâat à Carthage ont permis de reconnaître trois phases de vie d’un quartier d’habitations du Punique ancien. La construction des maisons ne peut être antérieure au milieu du viii e s. av. J.‑C. Dans le courant du v e siècle le paysage urbain change totalement : les édifices privés sont remplacés par deux édifices publics et une place adjacente. L’usage public du secteur se poursuit jusqu’à l’époque punique tardive.

Haut de page

Dédicace

À Mme Dr. Alia Krandel-Ben Younès (1954-2014)
et au Professeur Friedrich Rakob (1931-2007)
avec nos sincères remerciements.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Rapports préliminaires : Flügel 2014; Bolder-Boos 2015; Bolder-Boos 2016 ; Flügel (...)

1Le secteur situé au sud de la Rue Ibn Chabâat à Carthage (fig. 1a, n o  25) est d’une importance capitale pour comprendre l’histoire de l’habitat dans le centre de la métropole méditerranéenne antique. Le but du projet « Karthago » du DAI (Deutsches Archäologisches Institut), section de Rome, d’abord financé par le ministère des Affaires étrangères puis, à partir de 2011, par la DFG (Deutsche Forschungsgemeinschaft) était de conclure et d’évaluer les fouilles menées jusqu’en 1996 par Friedrich Rakob au sud de l’actuelle Rue Ibn Chabâat. Les recherches, effectuées dans le cadre de la coopération avec l’INP (Institut national du patrimoine) de Tunis lors de cinq campagnes entre 2009 et 2012, se sont avant tout concentrées sur les époques puniques moyenne et tardive 1 .

Fig. 1a : Carthage, emplacement de la fouille DAI Rome / Quartier Didon (n° 25) au sud de la Rue Ibn Chabâat

Fig. 1a : Carthage, emplacement de la fouille DAI Rome / Quartier Didon (n° 25) au sud de la Rue Ibn Chabâat

d’après Fumadó-Ortega 2013

2Les vestiges archéologiques au sud de la Rue Ibn Chabâat sont inclus dans le parc archéologique « Quartier Didon» depuis le 28 Novembre 2017 (fig. 1b) 2.

Fig. 1b : Carthage, Quartier Didon

Fig. 1b : Carthage, Quartier Didon

Aire de ramassage de pièces de spoliation du Haut-Empire ancien au-dessus des pièces de la maison II de la période punique ancienne (K1, K3, K14), à l’abri des fondations en opus caementicium (mur M1/RIII) d’un édifice public monumental romain. État après les travaux de restauration de novembre 2017.

neg. D-DAI-ROM-2017.0998 (Heide Behrens)

1. Les bâtiments d’habitat de la période punique ancienne

  • 3 La terminologie « Punique Ancien I-III », « Punique Moyen » et « Tardif » utilisée dans ce rapport (...)

3Plusieurs phases d’habitation de la période punique ancienne (fig. 2a-b) 3 ont pu être identifiées stratigraphiquement sur le chantier de fouilles au sud de la Rue Ibn Chabâat dans le secteur situé sous le Kardo XIII romain et les tabernae annexes.

Fig. 2a : Carthage, Quartier Didon

Fig. 2a : Carthage, Quartier Didon

Habitat de la période punique ancienne en-dessous du Kardo XIII est : Maison II (pièces K14, K3, K1), perturbée par la citerne punique tardive (Zist. Pun.6) et niveau de construction pavé augustéen (abri de chantier), avec perturbation par fosse d’aisance (Pozzo 1) du début du Haut-Empire. État après les travaux de restauration de novembre 2017.

neg. D-DAI-ROM-2017.1280 (Heide Behrens)

Fig. 2b : Carthage, Quartier Didon

Fig. 2b : Carthage, Quartier Didon

Habitat de la période punique ancienne en-dessous des tabernae de l’édifice monumental du Haut-Empire (murs en opus caementicium M1/RIII et M2/RIII): Maison II (pièce T2, premier plan) et maison I (pièces T1 ; T9 ; T11 et cour T5, au centre). À l’arrière-plan fondations des murs à emplekton de l’édifice monumental II de la période punique moyenne, au premier plan sur la droite blocs d’El‑Haouaira de l’angle nord-est de l’édifice monumental I de la période punique moyenne. État après les travaux de restauration de novembre 2017.

neg. D-DAI-ROM-2017.1421 (Heide Behrens)

4La chronologie absolue des phases d’occupation et de construction dans ce secteur, l’évolution de la construction des différentes maisons, ainsi que la relation urbanistique et chronologique entre l’habitat de la période punique ancienne dans le « Quartier Didon » et le site du chantier de fouilles de l’Université de Hambourg (l’aire Bir Messaouda, fig. 1a, n 53),
et d’autres structures archéologiques du Punique Ancien rencontrées dans divers endroits de la ville, font l’objet de l’évaluation en cours et seront traités en conclusion dans le volume Karthago V en préparation).

5Cependant, on peut mettre en évidence que l’on a repéré sous les sols les plus anciens, situés juste au-dessus de la roche naturelle, une couche anthropique d’une épaisseur d’environ 0,40 m composée de limon noir. Outre des restes de charbon de bois et des petits tessons de céramique indéfinissables, celle-ci contenait aussi des pépins de raisin témoignant d’une activité humaine antérieure aux structures du milieu du viii e siècle av. J.‑C., qui ont été jusqu’ici considérées comme étant les plus anciennes.

  • 4 Schön s.p., fig. 13.

6Des dates 14C fournies par des os d’animaux et de graines végétales récupérés dans les couches de remplissage pour la construction des maisons de la période punique ancienne de la deuxième moitié du viii e siècle av J.-C. attestent une occupation intense entre la colline de Byrsa et la côte à partir du ix e siècle av. J.‑C. au plus tard. On a analysé 11 os de bovins 4 ainsi que des graines de blé et d’orge calcinées issues d’une séquence stratigraphique de sols et de couches de remplissage de la période punique ancienne dans la pièce IN1 de la maison I.

  • 5 Flügel et alii s.p. A ; Schön s.p. Pour le problème du décalag (...)
  • 6 Maraoui Telmini 2014a,b ; 2016 ; Maraoui Telmini, Schön (en préparation). Selon (...)

7Les datations 14C calibrées de ce sondage se classent de façon cohérente dans une fourchette chronologique allant de la première moitié du x e siècle av. J.‑C. au début du viii e siècle av. J.‑C. (cal 1σ) ; ceci dit, la plupart des échantillons datent de la deuxième moitié du ix e siècle av. J.‑C. Des graines calcinées issues d’une couche de comblement étalée pour l’installation du sol le plus ancien dans la pièce K7 de la maison III (sondage 1/2012) ont aussi livré plusieurs datations 14C du ix e au début du viii e siècle av. J.‑C. Comme la céramique en provenance des couches rapportées pour la construction des maisons ne date pas d’avant la deuxième moitié du viii e siècle av. J.‑C. 5, on peut supposer que le futur Quartier Didon n’était pas encore aménagé lors de la phase de fondation de Carthage, mais qu’il existait alors une surface inoccupée (destinée à l’agriculture ?) entre la côte et l’habitat le plus ancien. L’emplacement de ce dernier doit être supposé dans le secteur entre la colline de Byrsa à l’ouest du Quartier Didon, là où des fouilles de sauvetage sur le versant sud-est de cette colline (fig. 1a, Rue Astarté) ont pu mettre en évidence des couches d’habitat de la première moitié du viii e siècle av. J.‑C., situées en-dessous d’une nécropole de la fin du viii e siècle av. J.-C. 6.

  • 7 Publication des structures archéologiques et de la datation de la période punique ancienne par Chr (...)
  • 8 Flügel et alii s.p., fig. 9.

8L’occupation de la période punique ancienne débute vers le milieu du viii e siècle av. J.‑C. et se caractérise par des murs en calcaires emboîtés dans un lit d’argile ou bien en briques d’argile 7. Stratigraphiquement trois étapes de construction sont à distinguer 8.

9Plusieurs unités (maisons I-IV) présentant des structures de logement et de cour typiques de ces maisons, dites «maisons à trois espaces», peuvent être mises en évidence, diverses installations telles que des foyers et des puits s’y étant conservées. Les différentes unités sont liées par des murs communs ayant subsisté pendant toute la phase d’occupation archaïque, ce qui laisse supposer une conception urbanistique cohérente dès la période ancienne. Le fait que des murs de bâtiments de la période punique ancienne soient conservés jusqu’à une hauteur de 2 m et qu’ils soient partiellement revêtus d’enduit de torba polyphasé doit être particulièrement souligné.

  • 9 Cf. Terrain Bir Messaouda, « Vierraum-Haus » : Docter et alii 2007, p. 83-95, 18 (...)

10Au cours du Punique Ancien II il y eut plusieurs modifications, l’orientation des murs restant la même. Toutes les salles furent rehaussées jusqu’à 1,20 m. À partir d’environ 675 av. J.‑C., les salles de la phase précédente furent partiellement abandonnées et nivelées. Les murs principaux des maisons furent aussi maintenus pendant le Punique Ancien III (fig. 3a-b). Par l’installation d’un mur la maison I fut aménagée en « maison à quatre espaces », typique de cette époque à Carthage 9. La chronologie de la fin du Punique Ancien III ne peut être cernée avec précision.

Fig. 3a : Carthage, Quartier Didon

Fig. 3a : Carthage, Quartier Didon

Maisons de la période punique ancienne.

Christoph Baur, Innsbruck

Fig. 3b : Carthage, Quartier Didon

Fig. 3b : Carthage, Quartier Didon

Maisons de la période punique ancienne III. Essai de reconstitution axonométrique.

Kheir’Eddine Hassaine, Cherchel (Algérie)

11On présume cependant que cet espace ne fut plus utilisé, du moins en partie, durant la période qui précéda les grands travaux d’urbanisation de la période punique moyenne.

  • 10 Classement par Karin Mansel, Karin Schmidt et Hanni Töpfer ; cf. Rakob 1995, p. 421 note 20 (class (...)

12La céramique la plus récente récupérée dans les décombres de démolition nivelés des maisons de la période punique ancienne en-dessous des édifices publics de la période punique moyenne livre un terminus ante quem pour la fin du Punique Ancien III : la céramique des décombres de démolition archaïques en-dessous des deux grands édifices de la période punique moyenne ne se poursuit pas jusqu’au v e siècle av. J.‑C. 10.

2. Édifices publics de la période punique moyenne et un parvis au centre de la ville

  • 11 Pour la localisation de l’Agora Friedrich Rakob (1995, p. 420) suggère la « … plaine côtière du su (...)

13La période punique moyenne a connu un changement de fonction des bâtiments du privé au public. Les édifices d’habitation de la période punique ancienne furent pour la plupart nivelés au cours du v e siècle lors d’une réorganisation urbanistique à grande échelle. Cette couche d’aplanissement, découverte sur une surface d’au moins 30 × 40 m et orientée vers un côté, tenait lieu de niveau de construction homogène pour deux bâtiments en pierres de taille (édifices I et II) disposés en « L », avec un parvis commun au nord et à l’est de 368 m² (fig. 4), qui témoigne d’une monumentalisation de l’ensemble urbain de Carthage à l’époque des Magonides. Ainsi il est possible de concevoir pour la première fois l’existence dans la ville d’une place du Punique Moyen ; celle-ci fut élargie vers le sud de 156 m² au cours du Punique Tardif et après l’arasement de l’édifice II. Sa surface totale atteignit donc 524 m² au moins, une dimension comparable à celles des grandes places, telles les agorai 11 par exemple. La continuité de son utilisation de la période punique moyenne à la période punique tardive est remarquable, témoignant d’une fonction importante dans l’ensemble urbain.

  • 12 Lab.-No. 13/33-13319, 17.10.1990 (Institut für Umweltphysik, Universität Heidelberg); cf. Rakob 19 (...)
  • 13 Vegas 1999, p. 112-118, figs 12-14.

14L’attribution des édifices I et II à la période punique moyenne découle de l’analyse au 14C d’un tenon en queue d’aronde provenant de l’ensemble des pierres de taille de l’édifice I, qui date de 542-401 av. J.‑C. 12 D’après les données du matériel céramique, le puits 1 (fig. 2b, dans T5) fut remblayé par des décombres de démolition archaïques au cours du dernier quart du v e siècle av. J.‑C. 13, ce qui constitue un point de repère chronologique pour la construction des édifices I et II.

2.1. Édifice II

  • 14 Tous les niveaux des fouilles sur le site de la Rue Ibn Chabâat cités ici se réfèrent au point zér (...)
  • 15 Rakob 1995, p. 427 (niveau reconstitué à -4,86 m). Si l’on suppose une épaisse (...)
  • 16 Docter 2004, p. 124-128, en particulier note 21, avec de nombreux exemples d’e (...)

15Au-dessus des déblais d’aplanissement de constructions puniques anciennes, de plusieurs mètres d’épaisseur et passés au crible, on érigea, pendant la période punique moyenne, un édifice massif en pierres de taille (fig. 2b), orienté est-ouest, long de 14,74 m et large de 10,12 m (édifice II). Sa technique de construction le rapproche d’un autre bâtiment (édifice I) déjà découvert et interprété comme édifice à vocation sacrée par Friedrich Rakob. Sur le bord supérieur des murs de fondation de l’édifice II (fig. 4), d’une épaisseur de 1,40 m et disposés en forme de double grille, des couches argileuses de manœuvre et d’emboîtement en torba orange ont subsisté, révélant, comme pour l’édifice I, l’utilisation de blocs d’El-Haouaria de grande taille sur les alignements muraux entrecroisés, pillés aux époques punique tardive et augustéenne. Le niveau intérieur du Punique Moyen de l’édifice II peut être reconstitué à une hauteur de -4,86 / -5,00 m 14 d’après le support encore existant du mur latéral de la citerne double commune (Zist. Pun. 3), qui était destiné à soutenir les dalles de couverture de la citerne 15. On ne peut reconstituer que deux assises au maximum de blocs d’El-Haouaria entre le bord supérieur des fondations des murs à emplekton 16, le niveau intérieur évoqué plus haut pouvant être reconstitué à -4,86 / -5,00 m. Cela implique que l’espace compris entre le bord supérieur des fondations des murs et le niveau intérieur reconstitué n’était pas accessible en tant que sous-sol.

Fig. 4 : Carthage, Quartier Didon

Fig. 4 : Carthage, Quartier Didon

Parvis et édifices publics de la période punique moyenne.

Christoph Baur, Innsbruck

  • 17 Friedrich Rakob (1991, Taf. 16,1.2; 1995, Taf. 111,1 à droite ; Taf. 111, 2D) avait déjà reconnu l (...)
  • 18 Docter 2004, p. 124-128 en particulier note 21 avec littérature complémentaire (...)
  • 19 Docter et alii 2006, p. 39-41, fig. 3.
  • 20 Roald Docter, à cause de la situation des structures archéologiques identifiables au terme des fou (...)

16Puisque la fosse de construction commune apparaît distinctement 17, l’édifice II fut érigé en même temps que l’édifice I qui s’y rattache à l’ouest. Le parement nord du système de grille de l’édifice II constitue l’extrémité sud de l’édifice I. Leur contemporanéité, établie stratigraphiquement, et leur datation absolue invalident l’hypothèse de R. Docter selon laquelle le mur archaïque en casemattes 18 découvert dans le secteur de Bir Messaouda à l’ouest de l’Avenue Habib Bourguiba et datant du milieu du vii e siècle av. J.‑C. 19 (fig. 1a, n 54) serait à raccorder aux murs de fondations de l’édifice II de la Rue Ibn Chabâat 20.

  • 21 Les plus anciens parmi les sceaux d’argile égyptiens (Redissi 1999) datent de la période 664-525 a (...)

17On ne peut rien affirmer quant à la fonction de l’édifice II, dont ne subsistent que les fondations ; sa fonction publique est cependant indéniable. Étant donné le grand nombre de sceaux d’argile 21 issus des décombres puniques déplacés à l’époque de la fondation romaine de la ville, F. Rakob avait déjà évoqué un autre bâtiment à vocation publique sur le site de la Rue Ibn Chabâat, qu’il avait localisé au nord-est du secteur fouillé, à cause du grand nombre de sceaux d’argile y découverts. La concentration de ces objets provenant d’une couche d’aplanissement du Haut-Empire ne peut être a priori interprétée comme indice de l’emplacement initial du bâtiment, puisque les décombres puniques déplacés à l’époque romaine (RBPS) avaient été nivelés à grande échelle.

2.2. Édifice I

18Un bâtiment en pierres de taille d’El-Haouaria mesurant 11,26 × 5,32 m (édifice I) faisait suite à l’édifice II du côté ouest (fig. 4). Les recherches ultérieures ont apporté la preuve que ce bâtiment, accessible par le nord, que Friedrich Rakob avait reconstitué dans une orientation est-ouest et qu’il avait interprété comme un temple, doit être revu quant à son plan. L’édifice I fait saillie dans la place vers l’est. Le bâtiment est séparé du côté ouest du niveau de la période punique moyenne, situé 3,30 m plus haut, par un mur de terrassement identique au mur ouest de l’édifice II.

19Il subsiste du bâtiment I le mur oriental, long de 11,26 m, ainsi que l’amorce du mur nord (angle nord-est ; fig. 2b).

  • 22 Cf. Rakob 1991, p.66.

20La construction du Punique Moyen a incorporé ce qui restait des murs puniques anciens sans les détruire complètement (fig. 5). Le bord inférieur des blocs d’El-Haouaria se situe à 7,035 m au-dessus de l’argile d’emboîtement caractéristique, orange clair à rouge, qui servait de couche de manœuvre pour les blocs de grès. Ceci signifie que sur une hauteur de 2 m, les blocs d’El-Haouaria faisaient fonction de fondations jusqu’au niveau extérieur supposé à -5,11 m 22. Les blocs ne sont ni lissés sur tous leurs côtés, ni stuqués.

Fig. 5 : Carthage, Rue Ibn Chabâat

Fig. 5 : Carthage, Rue Ibn Chabâat

Mur oriental de l’édifice I sur fondations de la période punique ancienne de la salle T2.

cl. Christof Flügel, Munich

  • 23 Rakob 1991, p. 70-72, Abb. 9, 1-5 ; 10, 1-3 ; 11, 3-8 ; Taf. 5, 2G ; Rakob 199 (...)

21Les différences de niveau caractérisent l’édifice I comme un bâtiment adossé par son côté longitudinal ouest et par la moitié de son côté sud à une terrasse située 3 m plus haut. Aucun accès ne subsiste dans les structures mises à jour. Il est possible de considérer l’édifice I comme un grand bâtiment de deux étages en blocs de pierre de taille, accessible depuis la terrasse située plus haut à l’ouest. Parmi les éléments architecturaux récupérés comme pièces de remploi dans le secteur de l’aire de travail de la période augustéenne en bordure ouest du Kardo XIII Est (fig. 1b), on retrouve des fragments architecturaux stuqués d’ordre dorique 23, appartenant probablement à l’édifice I pendant l’époque tardive punique.

22L’édifice I du Punique Moyen était toujours en usage pendant la période punique tardive comme le démontrent des tessons de céramique du début du ii e siècle, récupérés sous un sol en terrazzo représentant le seul niveau de sol à l’intérieur de l’édifice I et appartenant à une phase d’aménagement de cet édifice.

2.3. Place de la période punique moyenne et tardive

  • 24 Cf. Rakob 1995, p. 429.

23Un parvis à la surface non-consolidée est visible au nord et à l’est des deux édifices. Le niveau de circulation du Punique Moyen, qui se situait plus haut à l’origine, n’existe plus du fait des rabaissements effectués à l’époque punique tardive 24. Le niveau extérieur rabaissé du Punique Moyen à -5,0 m environ correspond à peu près au niveau intérieur reconstitué du Punique Moyen de l’édifice II. En tout on retrouve sur le parvis trois alignements muraux orientés nord-sud, qui sont à leur tour parallèles au mur est de l’édifice I.

24On a pu identifier à l’est du chantier de fouilles une surface de circulation en terre verte et compacte, correspondant quant à son niveau au parvis de la période punique moyenne. Cette surface de circulation présente des similitudes avec des voies non consolidées. Cette rue clôt le parvis à l’est. Il en résulte pour cette place, délimitée à l’ouest par l’édifice I, au sud par l’édifice II et à l’est par la rue, des dimensions totales de 21,15 × 17,38 m (environ 368 m²). Sa limite nord n’a pas été trouvée à l’intérieur du périmètre de fouilles.

Fig. 6 : Carthage, Quartier Didon

Fig. 6 : Carthage, Quartier Didon

Parvis de la période punique tardive.

Christoph Baur, Innsbruck

  • 25 Flügel et alii s.p. B.

25La modification la plus frappante de l’époque punique tardive (ca. 300 av. J.‑C. / première moitié du ii e siècle av. J.‑C.) (fig. 6) réside dans l’arasement total de l’édifice II jusqu’aux fondations des murs en calcaires liés à l’argile (niveau -6,265 m) formant un système de grille. Les blocs sont alors retirés. Les rangées inférieures de blocs de l’édifice II qui n’avaient pas été retirées pendant la période punique tardive ne le furent qu’au cours des travaux de fondation augustéens, lors de la recherche systématique de matériaux de construction réutilisables 25.

  • 26 Concernant les constructions adjacentes au parvis, voir Rakob 1995, p. 431, Abb. 7 (Oumn El’Amed) (...)

26L’espace à l’est et au nord de l’édifice I fut rabaissé jusqu’à un niveau de -5,20 m, ce qui engendra également un élargissement du parvis punique moyen vers le sud et l’ouest d’environ 156 m². La façade orientale de l’édifice I, maintenant isolé, s’avance comme un bastion dans la place, alors que l’axe de la terrasse est repris par un portique. Il existe pour les secteurs à l’ouest et au sud de l’édifice I des espaces de circulation, mis en évidence par les dalles de couverture de citerne au niveau -2,05 m. Deux murs parallèles, distants de 1,40 m, ainsi que le mur de terrassement avec un autre mur parallèle postulé, permettent de reconstituer un portique pourvu d’orthostates dressés à intervalles réguliers de 0,95 m comme limite occidentale sud du parvis. Du côté est de ce dernier on a pu repérer une autre citerne du Punique Tardif (Zist. pun. 7) (fig. 6) en forme de « L » (sectionnée à l’époque augustéenne lors du creusement, jusqu’au bord supérieur des fondations de l’édifice II, déjà arasé à l’époque punique moyenne). Des vestiges muraux encadrant le bord supérieur de cette citerne attestent l’existence d’un autre édifice (III) saillant asymétriquement dans la place, qui marque un niveau élevé sur le côté est du parvis situé plus bas. On peut supposer que l’édifice III s’étendait obliquement vers l’est et que le mur nord constituait un mur de terrassement 26.

3. Le « Quartier Didon » à l’époque romaine27

  • 27 Voir Karthago IV 2012.

27À la fin de la période augustéenne, une insula orthogonale à ces murs y fut édifiée. À l’est de celle-ci se trouve une rangée de tabernae, située en avant du Kardo XIII. Le bâtiment de la phase R I fut remplacé vers le milieu du i er siècle apr. J.-C. (phase R II) par un grand édifice à plusieurs étages comprenant trois salles de tailles différentes, toutes orientées est-ouest, et des pièces plus petites sur les côtés nord et sud. Le terrazzo d’origine fut rapidement remplacé par un opus figlinum qui présente de fortes traces d’usure. Bien que la fonction du bâtiment ne puisse être déterminée avec certitude, une utilisation comme entrepôt peut être envisagée. Le bâtiment exista jusqu’au dernier quart du ii e siècle apr. J.-C. Ce n’est que vers la fin du ii e siècle apr. J.-C. (phase R III) qu’un édifice public monumental de 51,50 × 38,90 m fut érigé (fig. 7). Ce dernier était délimité à l’ouest par le Kardo XII et à l’est par le Kardo XIII et accessible depuis le Decumanus Maximus par un hall d’entrée. Le Kardo XIII fut réaménagé au même moment ; les drainages de l’époque augustéenne, encore en usage, furent alors remplacés par un égout.

Fig. 7 : Carthage, Quartier Didon

Fig. 7 : Carthage, Quartier Didon

Édifice public monumental romain, reconstruction idéale.

Kheir’Eddine Hassaine, Cherchel (Algérie) / Stephan Fleig, Karlsruhe

28La nouvelle construction consistait en un bâtiment rectangulaire à plan centré dont l’espace central formait une salle presque carrée (27,90 × 24,50 m). Les fouilles n’apportèrent aucun indice quant à la fonction de cette salle monumentale dont les dimensions ne sont dépassées que par celles de la basilique du forum, construite à peu près à la même époque sur la colline de Byrsa. Aux iv e et au début du v e siècle apr. J.-C. (phase R IV), des fondations furent aménagées sur le bord oriental du Kardo XIII. La salle centrale du bâtiment de la période sévérienne de la phase R III reçut une structure absidiale monumentale en annexe dans le courant du second tiers du vi e siècle apr. J.-C. (phase R V). Il s’agit d’une structure en rotonde (fig. 8).

Fig. 8 : Carthage, Quartier Didon

Fig. 8 : Carthage, Quartier Didon

Rotonde de la période byzantine ancienne, reconstruction idéale.

Kheir’Eddine Hassaine, Cherchel (Algérie)

Haut de page

Bibliographie

Bechthold B. 2010, “The Pottery Repertoire from Late 6th - Mid 2nd Century BC Carthage. Observations based on the Bir Messaouda Excavations”, Carthage Studies 4, p. 1-82. https://www.academia.edu/4313728

Berges D. 1997, „Die Tonsiegel aus dem karthagischen Tempelarchiv“, dans Karthago II, p. 10-214.

Bolder-Boos M. 2015, „Karthago, Tunesien. Grabung im Bereich der frühpunischen Häuser an der rue Ibn Chabâat. Die Ergebnisse der Arbeiten 2009–2012“, e-Forschungsberichte des DAI, 2, p. 123-129. https://publications.dainst.org/journals/efb/1639/4529 (28.09.2017)

Bolder-Boos M. 2016, „Wohnformen und Siedlungsstruktur in den frühen phönizischen Niederlassungen: Karthago und der Westen“, dans Karthago-Dialoge 2016. https://publikationen.uni-tuebingen.de/xmlui/handle/10900/72648 (28.09.2017)

Docter R.F. 2004, “The Topography of Archaic Carthage. Preliminary Results of Recent Excavations and Some Prospects”, Talanta 34/35, p. 113-133. http://www.talanta.nl/wp-content/uploads/2015/02/TAL-34-35-2002-2003-art-6-pag-113-134-.pdf

Docter R.F. et alii 2006, Docter R.F., Chelbi F., Maraoui Telmini B., Bechtold B., Ben Romdhane H., Declercq V., De Schacht T., Deweirdt E., De Wulf A., Fersi L., Frey-Kupper S., Garsallah S., Joosten I., Koens H., Mabrouk J., Redisssi T., Roudesli Chebbi S., Ryckbosch K., Schmidt K., Taverniers B., van Kerckhove J., Verdonck L., “Carthage Bir Messaouda. Second Preliminary Report on the Bilateral Excavations of Ghent University and the Institut national du patrimoine (2003-2004)”, BABesch 81, p. 37-89. https://www.academia.edu/27253888

Flügel Ch. 2014, „Karthago, Tunesien. Grabungen an der Rue Ibn Chabâat. Die Arbeiten der Jahre 2012 und 2013“ dans e-Forschungsbericht des Deutschen Archäologischen Instituts 2, p. 121–126. https://publications.dainst.org/journals/efb/1763/4670 (28.09.2017).

Flügel Ch. et alii s.p. A, Flügel Ch., Dolenz H., Baur Ch., Bolder-Boos M., Mansel K., Schmidt K., Schön F., Töpfer H., Willmitzer A., “Early Punic Town-Planning in Carthage (Tunisia). DAI Rome and INP Tunis-Excavations 2009-2012 in Rue Ibn Chabâat”, dans J.L. L ό pez Castro (éd.), Fenicios entre Útica y Gadir: navegación, colonización y comercio en el Mediterráneo Occidental a comienzos del I milenio a.C. Almería, 24-26 de marzo de 2015.

Flügel Ch. et alii s.p. B, Flügel Ch., Dolenz H., Schmidt K., Baur Ch., „Die augusteische Gründungsphase der Colonia Carthago Magnae in Vestigiis Carthaginis“, MDAI(R) 124

Fumad ó -Ort ega I 2013, Cartago fenicio-púnica. Arqueología de la forma urbana, Sevilla, (Historia y Geografía, 231).

Karthago II 1997, F. Rakob (ed.), Die Deutschen Ausgrabungen in Karthago, II, Mainz, (Karthago, 2).

Karthago III 1999, F. Rakob (ed.), Die Deutschen Ausgrabungen in Karthago, III, Mainz, (Karthago, 3).

Karthago IV 2012, Dolenz H., Flügel Ch., Die Deutschen Ausgrabungen in Karthago, IV. Römische und byzantinische Großbauten am Decumanus Maximus, Mainz, (Karthago, 4).

Karthago Dialoge 2016, F. Schön, H. Töpfer (ed.), Karthago-Dialoge. Karthago und der punische Mittelmeerraum – Kulturkontakte und Kulturtransfers im 1. Jahrtausend vor Christus, Tübingen, (RessourcenKulturen 2).

Maraoui Telmini B. 2014a, “Découverte d’une tombe construite du VIII e siècle av. J.-C. sur le versant sud-est de la colline de Byrsa à Carthage”, Carthage Studies 8, p. 47-72. https://www.academia.edu/31780114

Maraoui Telmini B. 2014b, “An Attic Middle Geometric Plate in Euboean Pendent Semi-Circle Style from Carthage”, Carthage Studies 8, p. 73-82. https://www.academia.edu/31780154

Maraoui Telmini B. 2016, “New Observations on the Urbanism of the Byrsa Hill in the Ancient Punic Times”, dans Karthago-Dialoge 2016. https://publikationen.uni-tuebingen.de/xmlui/handle/10900/72648 (08.03.2018)

Maraoui Telmini B. et alii 2014, Maraoui Telmini B., Docter R., Bechthold B., Chelbi F., van de Put W., “Defining Punic Carthage”, dans J.C. Quinn, N.C. Vella (éd.), The Punic Mediterranean. Identities and Identification from Phoenician Settlement to Roman Rule, Cambridge, (British School at Rome Studies), p. 113-247. https://doi.org/10.1017/CBO9781107295193.010

Maraoui Telmini B, Schön F. s.p., “A New 14C-Dating Series on Undisturbed Archaeological Contexts from the Byrsa Hill (rue Astarte) in Carthage”, BABesch (2019)

Núñez F.J. 2014, “The Lowest Levels at Bir Massouda and the Foundation of Carthage. A Levantine Perspective”, Carthage Studies 8, p. 7-46. https://www.academia.edu/31774847

Rakob F. 1991, „Ein punisches Heiligtum in Karthago und sein römischer Nachfolgebau. Erster Vorbericht“, MDAI(R) 98, p. 33-80.

Rakob F. 1995, „Forschungen im Stadtzentrum von Karthago. Zweiter Vorbericht“, MDAI(R) 102, p. 413-474.

Rakob F. 1996, „Dorische Architektur in Karthago“, dans E. Acquaro (éd.), Alle soglie della classicità. Il Mediterraneo tra tradizione e innovazione. Studi in onore di Sabatino Moscati, Pisa, p. 925-934.

Redissi T. 1999, « Étude des empreintes de sceaux de Carthage », dans Karthago III 1999, p. 4-92.

Reimer P.J. et alii 2013, Reimer P.J., Bard E., Bayliss A., Beck J.W., Blackwell P.G., Bronk-Ramsey C., Buck C.E., Cheng H., Edwards R.L., Friedrich M., Grootes P.M., Guilderson T.P., Haflidason H., Hajdas I., Hatté C., Heaton T.J., Hogg A.G., Hughen K.A., Kaiser K.F., Kromer B., Manning S.W., Niu M., Reimer R.W., Richards D.A., Scott E.M., Southon J.R., Turney C.S.M., van der Pflicht J., „IntCal13 and MARINE13 Radiocarbon Age Calibration Curves 0-50000 years calBP”, Radiocarbon 55, p. 1869-1887. https://pure.qub.ac.uk/portal/files/11128199/INTCAL13_AND_MARINE13_RADIOCARBON_AGE_CALIBRATION_CURVES.pdf

Schön F. s.p., “/a Appendix: A New 14C-Dating Series from Early Punic Carthage”, dans Flügel et alii s.p. 

Vegas M. 1999, „Phöniko-punische Keramik aus Karthago“,
dans Karthago III 1999, p. 93–219.

Haut de page

Notes

1 Rapports préliminaires : Flügel 2014; Bolder-Boos 2015; Bolder-Boos 2016 ; Flügel et alii s.p. A ; Flügel et alii s.p. B. Les structures archéologiques romaines et byzantines ont déjà été publiées dans le volume Karthago IV, 2012. Texte traduit de l’allemand par Alice Willmitzer (époques puniques) et Francelin Tourtet (époque romaine).

2 https://www.dainst.org/documents/10180/15360/Informationsflyer+zum+Quartier+Didon+in+Deutsch-Englisch/35a675d3-753b-4870-9487-a0f51a16d3c8 (consulté 01.03.2018).

3 La terminologie « Punique Ancien I-III », « Punique Moyen » et « Tardif » utilisée dans ce rapport préliminaire se réfère exclusivement aux structures archéologiques dans le secteur de fouilles au sud de la Rue Ibn Chabâat. Pour le classement des périodes puniques dans l’aire avoisinante Bir Messaouda en périodes archaïques Early Punic (EP) I-II et Late Archaic Transitional (EP/ MP), en périodes puniques moyennes Middle Punic (MP) I-II et périodes puniques tardives Late Punic (LP) I-II voir Bechtold 2015, p. 5, tableau ; Maraoui Telmini et alii 2014.

4 Schön s.p., fig. 13.

5 Flügel et alii s.p. A ; Schön s.p. Pour le problème du décalage chronologique entre les dates 14C et les datations basées sur la céramique, voir Núñez 2014 en détail.

6 Maraoui Telmini 2014a,b ; 2016 ; Maraoui Telmini, Schön (en préparation). Selon Boutheina Maraoui Telmini (Université de Tunis), à qui nous savons gré de cette information, on a récemment trouvé lors d’une fouille de sauvetage à proximité (au croisement des rues Habib Bouguiba et Dag Hammarskjöld) d’autres fragments de céramique datés de la fin du ix e ou du début du viii e siècle av. J.‑C.

7 Publication des structures archéologiques et de la datation de la période punique ancienne par Christoph Baur, Marion Bolder-Boos, Frerich Schön, Alice Willmitzer et Karin Mansel pour le volume Karthago V en préparation.

8 Flügel et alii s.p., fig. 9.

9 Cf. Terrain Bir Messaouda, « Vierraum-Haus » : Docter et alii 2007, p. 83-95, 184-187, fig. 69.

10 Classement par Karin Mansel, Karin Schmidt et Hanni Töpfer ; cf. Rakob 1995, p. 421 note 20 (classement par Mercedes Vegas, Londres).

11 Pour la localisation de l’Agora Friedrich Rakob (1995, p. 420) suggère la « … plaine côtière du sud-est entre les ports et la courbe de niveau de 10 m vers la Byrsa ».

12 Lab.-No. 13/33-13319, 17.10.1990 (Institut für Umweltphysik, Universität Heidelberg); cf. Rakob 1991, p. 71 notes 123-124; 1995, p. 431 (age 14C : 2400 BP +/- 40; 515-405 av. J.‑C.). Re-calibration de Frerich Schön, Tübingen (22.01.2016) avec IntCal13 (Reimer et alii 2013, p. 1869-1887) : 1σ 489-406 av. J.‑C. (97,1 %) ; 2σ : 542-401 av. J.‑C. (96,7 %).

13 Vegas 1999, p. 112-118, figs 12-14.

14 Tous les niveaux des fouilles sur le site de la Rue Ibn Chabâat cités ici se réfèrent au point zéro absolu de fouille à la tête nord du mur du Haut-Empire M2 de la phase RIII. Le point zéro correspond à 9,974 m au-dessus du niveau officiel de la mer du Service Topographique tunisien. Voir Rakob 1995, p. 420 notes 17-18.

15 Rakob 1995, p. 427 (niveau reconstitué à -4,86 m). Si l’on suppose une épaisseur moyenne de 0,25 m pour les dalles de couverture de citerne manquantes on obtient alors un niveau punique moyen à -5,078 m.

16 Docter 2004, p. 124-128, en particulier note 21, avec de nombreux exemples d’emploi de la technique à emplekton dans l’architecture des fortifications au vi e siècle av. J.‑C.

17 Friedrich Rakob (1991, Taf. 16,1.2; 1995, Taf. 111,1 à droite ; Taf. 111, 2D) avait déjà reconnu la fosse de fondation pour le grand édifice en pierres de taille documentée en 2009, fosse qu’il n’avait pas encore pu relier au mur de parement nord du système de grille, qui n’avait pas encore été découvert à l’époque.

18 Docter 2004, p. 124-128 en particulier note 21 avec littérature complémentaire concernant la définition du terme « Kasemattenmauer » = « mur en casematte ».

19 Docter et alii 2006, p. 39-41, fig. 3.

20 Roald Docter, à cause de la situation des structures archéologiques identifiables au terme des fouilles de Friedrich Rakob (1996), avait interprété les fondations de l’édifice II comme partie intégrante de la muraille sud de Carthage.

21 Les plus anciens parmi les sceaux d’argile égyptiens (Redissi 1999) datent de la période 664-525 av. J.‑C., les sceaux grecs (Berges 1997) de la fin du vi e - début du v e siècle av. J-C. Les plus récents sont du ii e siècle av. J.‑C. La plus grande partie du matériel provient cependant du v e-iv e siècle av. J.‑C. alors que les pièces datant du iii e et ii e siècle av. J.‑C. sont relativement rares.

22 Cf. Rakob 1991, p.66.

23 Rakob 1991, p. 70-72, Abb. 9, 1-5 ; 10, 1-3 ; 11, 3-8 ; Taf. 5, 2G ; Rakob 1995, Taf. 110,1 ; 1996. Publication finale prévue par Klaus Müller dans Karthago V.

24 Cf. Rakob 1995, p. 429.

25 Flügel et alii s.p. B.

26 Concernant les constructions adjacentes au parvis, voir Rakob 1995, p. 431, Abb. 7 (Oumn El’Amed) ou bien 8 (même endroit), suggérant que les constructions adjacentes orientées obliquement sont au même rang que les portiques orientés perpendiculairement et longeant la place.

27 Voir Karthago IV 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1a : Carthage, emplacement de la fouille DAI Rome / Quartier Didon (n° 25) au sud de la Rue Ibn Chabâat
Crédits d’après Fumadó-Ortega 2013
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/845/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 1b : Carthage, Quartier Didon
Légende Aire de ramassage de pièces de spoliation du Haut-Empire ancien au-dessus des pièces de la maison II de la période punique ancienne (K1, K3, K14), à l’abri des fondations en opus caementicium (mur M1/RIII) d’un édifice public monumental romain. État après les travaux de restauration de novembre 2017.
Crédits neg. D-DAI-ROM-2017.0998 (Heide Behrens)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/845/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Fig. 2a : Carthage, Quartier Didon
Légende Habitat de la période punique ancienne en-dessous du Kardo XIII est : Maison II (pièces K14, K3, K1), perturbée par la citerne punique tardive (Zist. Pun.6) et niveau de construction pavé augustéen (abri de chantier), avec perturbation par fosse d’aisance (Pozzo 1) du début du Haut-Empire. État après les travaux de restauration de novembre 2017.
Crédits neg. D-DAI-ROM-2017.1280 (Heide Behrens)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/845/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 779k
Titre Fig. 2b : Carthage, Quartier Didon
Légende Habitat de la période punique ancienne en-dessous des tabernae de l’édifice monumental du Haut-Empire (murs en opus caementicium M1/RIII et M2/RIII): Maison II (pièce T2, premier plan) et maison I (pièces T1 ; T9 ; T11 et cour T5, au centre). À l’arrière-plan fondations des murs à emplekton de l’édifice monumental II de la période punique moyenne, au premier plan sur la droite blocs d’El‑Haouaira de l’angle nord-est de l’édifice monumental I de la période punique moyenne. État après les travaux de restauration de novembre 2017.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/845/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 859k
Titre Fig. 3a : Carthage, Quartier Didon
Légende Maisons de la période punique ancienne.
Crédits Christoph Baur, Innsbruck
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/845/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Titre Fig. 3b : Carthage, Quartier Didon
Légende Maisons de la période punique ancienne III. Essai de reconstitution axonométrique.
Crédits Kheir’Eddine Hassaine, Cherchel (Algérie)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/845/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Titre Fig. 4 : Carthage, Quartier Didon
Légende Parvis et édifices publics de la période punique moyenne.
Crédits Christoph Baur, Innsbruck
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/845/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 466k
Titre Fig. 5 : Carthage, Rue Ibn Chabâat
Légende Mur oriental de l’édifice I sur fondations de la période punique ancienne de la salle T2.
Crédits cl. Christof Flügel, Munich
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/845/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 661k
Titre Fig. 6 : Carthage, Quartier Didon
Légende Parvis de la période punique tardive.
Crédits Christoph Baur, Innsbruck
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/845/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Titre Fig. 7 : Carthage, Quartier Didon
Légende Édifice public monumental romain, reconstruction idéale.
Crédits Kheir’Eddine Hassaine, Cherchel (Algérie) / Stephan Fleig, Karlsruhe
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/845/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre Fig. 8 : Carthage, Quartier Didon
Légende Rotonde de la période byzantine ancienne, reconstruction idéale.
Crédits Kheir’Eddine Hassaine, Cherchel (Algérie)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/845/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christof Flügel et Heimo Dolenz, « Carthage, rue Ibn Chabâat (« quartier Didon ») : le développement urbanistique de la période punique ancienne à la période punique tardive »Antiquités africaines [En ligne], 54 | 2018, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/antafr/845 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.845

Haut de page

Auteurs

Christof Flügel

Bayerisches Landesamt für Denkmalpflege, Landesstelle für die nichtstaatlichen Museen in Bayern, Archäologische Museen

Heimo Dolenz

Landesmuseum Kärnten, Klagenfurt

Haut de page

Collaborateurs

Karin Schmidt

DFG-Projekt Karthago, Hambourg

Christoph Baur

Institut für Archäologien, ATRIUM – Zentrum für Alte Kulturen, Innsbruck

Marion Bolder-Boos

Technische Universität Darmstadt, Fachbereich Klassische Archäologie, Darmstadt

Imed Ben Jerbania

Institut National du Patrimoine, Tunis

Karin Mansel

DFG-Projekt Karthago, Munich

Frerich Schön

Institut für Klassische Archäologie, Tübingen

Hanni Töpfer

Institut für Klassische Archäologie, Tübingen

Alice Willmitzer

Archäologischer Park Xanten, Xanten

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search