Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54In memoriam : Jean Deneauve ...

In memoriam : Jean Deneauve (1922-2017)

Pierre Gros
p. 5-7

Texte intégral

Jean Deneauve (au premier plan, à gauche), à l’inauguration de la section romaine du Musée de Carthage

Jean Deneauve (au premier plan, à           gauche), à l’inauguration de la section romaine du Musée de           Carthage

1Quiconque a connu la personnalité et le parcours de Jean Deneauve sait que cet archéologue au profil si singulier entre difficilement dans les catégories de l’éloge universitaire traditionnel. Son action et son œuvre le désignent pourtant comme un acteur éminent de la recherche. Je ne l’ai vraiment connu que tardivement, et je ne saurais donc évoquer avec quelque précision que le dernier épisode de sa carrière, à savoir sa participation à la mission française de l’opération internationale « Pour sauver Carthage », lancée par l’UNESCO ; mais j’ai pu apprécier au cours de ces années de collaboration au sein de l’équipe dite « romaine » les qualités scientifiques et humaines de quelqu’un qui ne se livrait pas facilement mais dont les attachements pouvaient être profonds, et qui savait partager son très grand savoir et en faire profiter la communauté à laquelle il appartenait.

2Ordonné prêtre en 1951, et membre de la confrérie des Missionnaires d’Afrique plus connus sous le nom de Pères Blancs, il vécut pendant la majeure partie de sa carrière ecclésiastique dans le noviciat-scolasticat de la colline de Byrsa, à Carthage précisément, où il connut des moments difficiles même si ses supérieurs lui accordèrent avec le temps quelques facilités pour, comme dira l’un d’eux, lui permettre de travailler « dans la spécialité qui lui est chère ». Reprenant à cet égard une tradition illustrée dès la fin du xixe siècle par le père Alfred Louis Delattre qui, avec l’autorisation et même sous l’impulsion du cardinal Lavigerie, avait effectué des fouilles sur place et publié les premières contributions importantes à la connaissance de ce site où tant de périodes historiques se chevauchent, Jean Deneauve fut très vite passionné par la recherche sur le terrain et par l’étude des objets dont il pouvait disposer dans le musée en cours de réalisation dont il assuma pendant plusieurs années la responsabilité. Tirant profit à la fois des connaissances que lui avait acquises le contact direct et quotidien avec les réalités de cet étonnant gisement archéologique, d’une solide culture classique qui lui rendait familiers les textes antiques et enfin d’une lecture assidue de la bibliographie ancienne ou récente dans les bibliothèques de France ou d’Afrique du Nord qu’il pouvait fréquenter, sans parler des relations qu’il entretint très tôt avec des archéologues que sa réputation précoce de grand connaisseur du contexte carthaginois lui permit de rencontrer, il acquit très vite une stature scientifique de premier plan.

3Son intérêt se porta d’abord sur les lampes antiques, son premier article, paru en 1962, s’intitulant « Orgues et lampes romaines », et l’on sait que son livre Lampes de Carthage, publié dans les Études d’Antiquités africaines en 1969 et réédité en 1975, compte encore de nos jours parmi les catalogues thématiques les plus fréquemment consultés par quiconque est amené à travailler sur l’Afrique romaine.

4Dès cette période il obtint l’autorisation de participer à des missions archéologiques, et c’est ainsi qu’il rédigea le volumineux catalogue typologique de Bou Njem dans Libya Antiqua de 1966-67, où il donne la mesure de ses compétences relativement à diverses catégories de matériel. Engagé également, sous l’égide de Maurice Euzennat, dans l’équipe chargée de la publication des fouilles de La Bourse à Marseille, il en étudia plus particulièrement la céramique et forma à cette occasion plusieurs jeunes, qui, devenus aujourd’hui d’excellents archéologues, reconnaissent volontiers leur dette envers lui.

5Pour ma part, je témoignerai de ses qualités d’homme de terrain, de la facilité déconcertante avec laquelle il pouvait recomposer à partir de vestiges souvent peu explicites des édifices de grande ampleur, et de sa faculté à intégrer à des ensembles monumentaux, comme les pièces d’un immense puzzle, des éléments apparemment isolés ou difficilement identifiables.

6C’est évidemment avec une grande joie qu’il retrouva dès 1975 en tant que membre du CNRS (il avait été nommé chargé de recherches en 1966) ce site de Byrsa qu’il souhaitait ardemment explorer, et depuis si longtemps, avec des moyens importants et dans un cadre officiel. Les pages qu’il rédige pour le premier volume publié par l’École française de Rome et l’Institut national d’archéologie et d’art de Tunis en 1979 (Byrsa I) mettent parfaitement en lumière sa connaissance unique de l’état des lieux et de l’histoire de leur fouille, et présentent déjà, en collaboration avec Françoise Villedieu, les résultats de ses investigations. Ensuite il ne cessera de faire bénéficier notre équipe de ses compétences multiples et de ses intuitions souvent très éclairantes en matière de topographie et de composition architecturale. Dès 1984, sa communication au Congrès international de Trois Rivières au Canada, publiée la même année dans le fascicule XVI des Cahiers des études anciennes de l’Université du Québec, donnait du tracé monumental de la colline à l’époque impériale une image globale et cohérente qui complétait efficacement les hypothèses sur le centre civique et religieux de la ville dont nous avions donné l’un et l’autre un premier aperçu devant l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (CRAI, 1980).

7Pour avoir une idée de la sûreté de son diagnostic et de la pertinence des conclusions qu’il savait tirer de ses observations, je n’évoquerai qu’un cas parmi d’autres, retenu pour son caractère exemplaire : sur la terrasse de 12 000 m2 qui jouxte au sud le forum, il sut retrouver, à partir d’humbles vestiges discontinus et arasés sous le niveau d’émergence de ses fondations, un très grand temple ouvert à l’est dont personne avant lui n’avait même subodoré la présence, et qui constituait la structure la plus importante de l’esplanade, et le pôle d’attraction principal de cet ensemble si vaste. Il en alla de même pour l’édifice quadrangulaire qui constituait la limite occidentale de l’area ; il ne se contenta pas de proposer, à partir de traces là encore bien ténues, une restitution très vraisemblable de ses volumes, mais fut aussi en mesure d’attribuer à ce qui fut peut-être la grande bibliothèque de Carthage un décor plastique très remarquable, grâce à la connaissance qui était la sienne des fragments erratiques retrouvés dans la zone au cours de la longue histoire de son exploration de surface, qu’il sut rapprocher des éléments retrouvés dans sa propre fouille. Tout cela, il me plaît de le souligner, eût été ignoré sans la présence active de Jean Deneauve, et la pertinence de ses travaux et de ses déductions. Il devait achever avec moi la restitution complète du centre administratif et cultuel de la Carthage romaine dans deux articles publiés respectivement dans le CEDAC et dans Archéologia en 1996. Il est inutile de souligner que la maquette réalisée pour le Musée de Byrsa doit beaucoup à ses recherches et suggestions.

8Ma longue expérience des chantiers et de leur publication m’a donné l’occasion de rencontrer bien des collaborateurs valeureux, mais Jean Deneauve reste pour moi celui qui fit la preuve la plus éclatante d’une intelligence inégalée du terrain, au sens le plus le plus efficient et le plus large du terme.

9Cette évocation serait cependant incomplète si elle oubliait de dire la qualité de notre compagnonnage non seulement sur le site ou dans ses réserves mais aussi lors des longues soirées carthaginoises de la villa « Les Roses » où notre ami livra, avec la discrétion et la pudeur qui lui étaient coutumières, la richesse de sa culture et le sourire de son humour.

Bibliographie africaine de Jean Deneauve

Haut de page

Bibliographie

1962
« Orgue et lampes romaines », Revue du Louvre 12, 1962, p. 149-154.

1964-1965
« Terres cuites de l’Afrique romaine », dans Mélanges de Carthage offerts à Ch. Saumagne, L. Poinssot, M. Pinard = Cahiers de Byrsa X, Paris 1964-1965, p. 123-133.

1966-1967
« Catalogues typologiques », dans R. Rebuffat, J. Deneauve et G. Hallier, « Bou Njem 1967 », Libya Antiqua III-IV, 1966-1967 (1968), p. 94-137.

1969
Lampes de Carthage, Études d’Antiquités africaines, Centre de Recherches sur l’Afrique méditerranéenne, Série Archéologie, CNRS, Paris 1969.

1972
« Céramiques et lampes africaines sur la côte de Provence », AntAfr 6, 1972, 219-240.

1974
« Un dépotoir paléochrétien sur la colline de Byrsa à Carthage », AntAfr 8, 1974, p. 133-156.

1977
« Les structures romaines de Byrsa : historique des recherches »

et (avec Fr. Villedieu), « Le cardo maximus et les édifices situés à l’est de la voie (Fouille de 1974, 1975 et 1976) », dans J. Deneauve, J.-M. Carrié et S. Lancel), « Fouilles françaises à Carthage (1974-1975) », AntAfr 11, 1977, p. 11-130, (respectivement p. 51-66 et 95-130).

1979
« Les structures romaines de Byrsa : historique des recherches »

et (avec Fr. Villedieu), « Le cardo maximus et les édifices situés à l’est de la voie (Fouille de 1974, 1975 et 1976) », dans Byrsa, Mission archéologique française à Carthage. I, Rapports préliminaires des fouilles (1974-1976), S. Lancel éd., (CÉFR 41), Rome, EFR, 1979 (respectivement p. 41-55 et 143-182).

(avec P. Gros), « Hypothèses sur le centre monumental de la Carthage romaine, d’après les recherches récentes sur la colline de Byrsa », CRAI 124, 2, 1980, p. 299-332.

1983
« Le tracé monumental de Byrsa à l’époque romaine. État actuel de la recherche », dans Carthage VI, Actes du congrès (première partie) = Cahiers des études anciennes, 16, 1983, p. 89-106.

1984
CR de J.W. Hayes, Ancient Lamps in the Royal Ontario Museum, 1. Geek and Roman Clay Lamps, Toronto, Royal Ontario Museum, 1980, RA 1984, p. 142.

1985
« Fouille de la zone monumentale de Byrsa », CEDAC Carthage Bulletin, 6, mars 1985, p. 22-23.

1986
« Un groupe de moules africains en terre cuite et les éléments similaires découverts en Gaule », dans SFECAG, Actes du congrès de Toulouse, 9-11 mai 1986, L. Rivet éd., s.l. 1986, p. 139-144.

« Note sur quelques lampes africaines du IIIe siècle », AntAfr 22, 1986, p. 141-162.

1987
« Figurines et lampes africaines », AntAfr 23, 1987, p. 197-230.

« Lampes romaines de Tunisie », dans Les lampes en terre cuite en Méditerranée : des origines à Justinien, table ronde du CNRS, Lyon, 7-11 déc. 1981, Travaux de la Maison de l’Orient méditerranéen 13, Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen, 1987, p. 79-82.

1990
« Le centre monumental de Carthage. Un ensemble cultuel sur la colline de Byrsa », dans Actes du IVe colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord, Strasbourg 1988, I, Carthage et son territoire dans l’Antiquité, Paris, CTHS, 1990, p. 143-155.

1996
(avec P. Gros), « Galerie de Byrsa : Secteur romain : Explication du parti muséographique », CEDAC Carthage bulletin 15, juin 1996, p. 5-7.

(avec P. Gros), « La Carthage romaine restituée », Archéologia 321, 1996, p. 54-61.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jean Deneauve (au premier plan, à gauche), à l’inauguration de la section romaine du Musée de Carthage
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/897/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Gros, « In memoriam : Jean Deneauve (1922-2017) »Antiquités africaines, 54 | 2018, 5-7.

Référence électronique

Pierre Gros, « In memoriam : Jean Deneauve (1922-2017) »Antiquités africaines [En ligne], 54 | 2018, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/antafr/897 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.897

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search