Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54Un poids-étalon de Mactaris au no...

Un poids-étalon de Mactaris au nom de Q. Ivnivs Rvsticvs, praefectvs Vrbi

Mohamed Riadh Hamrouni et Lotfi Naddari
p. 85-94

Résumés

Cette étude porte sur un poids épigraphe découvert dans le site archéologique de Mactar (l’antique Mactaris, en Tunisie). C’est un sphéroïde aplati qui affiche une légende au nom du préfet de la Ville du règne conjoint de Marc Aurèle et de Lucius Verus : Q. Iunius Rusticus. Il vient enrichir le dossier le plus important de jeu de pondera mentionnant des autorités centrales de l’Empire découverts dans plusieurs endroits de l’Occident romain. Émanant d’une autorité officielle, ces pondera sont destinés à une large diffusion pour la vérification de l’authenticité des poids mis en circulation. Cette recherche se termine par un essai d’identification de la salle officielle des poids et des mesures à laquelle se rattache le poids en question : un édicule situé dans le forum de Trajan, selon une hypothèse proposée par G.-Ch. Picard, ou une pièce particulière du programme architectural du macellum adjacent.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir en dernier lieu Berrendonner 2009, p. 354, note 26.
  • 2 Picard 1966, p. 65-78 ; 1987, p. 461.
  • 3 AE, 1949, 30 ; CIL, VIII, 23404. Sur les IIII publica Africae, (...)
  • 4 AE, 1963, 96 ; Picard, Mahjoubi, Beschaouch 1963, p. 121-130.

1Nombreux et géographiquement dispersés dans l’Occident romain sont les pondera au nom du préfet de la Ville de l’époque de Marc Aurèle, Q. Iunius Rusticus1. Ce dossier très bien fourni est aujourd’hui enrichi par un nouveau document découvert à Mactaris, cité de l’Afrique proconsulaire sous le Haut-Empire et de la future province de Byzacène dont la création découle des réformes administratives de Dioclétien (fig. 1). Ville d’origine numide profondément romanisée, siège d’un conuentus ciuium Romanorum au plus tard au début du iie siècle apr. J.‑C.2 et de l’une des stationes des quattuor publica Africae 3, elle est aussi chef-lieu de la circonscription administrative dite pagus Thuscae et Gunzuzi, au moins à partir du règne de Trajan4.

Fig. 1 : Carte de localisation de Mactaris, en Byzacène

Fig. 1 :             Carte de localisation de Mactaris, en Byzacène

d’après Carte 2010

1. Le poids-étalon de Mactaris

  • 5 Picard 1974, p. 9-33 ; Picard 1979-1980, p. 77, note 3.

2Le document qui nous occupe ici est un poids mis au jour dans des circonstances qui nous échappent, compte tenu de l’absence de toute indication se rapportant aux conditions précises de sa découverte. Dans ses rapports relatifs aux campagnes de fouilles effectuées entre 1970 et 1973 et en 1982 dans les Grands thermes de l’Est et dans le secteur du temple de Hoter Miskar, G.-Ch. Picard lui-même ne fit aucune allusion à cette pièce originale, même lorsqu’il proposa l’identification d’un ponderarium dans l’angle nord-est du forum de Trajan 5.

  • 6 Hamrouni 2017.
  • 7 Nous adressons nos vifs remerciements à Ali Drine, Directeur de la Division de l’Inventa (...)

3Ce poids figurait dans la collection de pièces exposées au Musée du site de Mactaris. C’est là que nous l’avons repéré en 2003 dans le cadre de la préparation d’une thèse de doctorat portant sur les macella en Afrique romaine 6. C’est pourquoi des contacts ont été engagés avec les responsables de l’Institut National du Patrimoine (Tunisie) pour un examen direct de cette pièce conservée actuellement au Laboratoire de restauration des biens culturels à Ksar Saïd (Tunis) 7.

  • 8 La face supérieure d’un pondus découvert à Rome qui mentionne Q. Iunius Rustic (...)

4Le poids en question, en bon état de conservation, taillé en porphyre noir, est de forme sphéroïde décalottée présentant deux sections planes opposées. Il mesure 10 cm de hauteur, 8,61 cm de diamètre au niveau des sections plates, 43,5 cm de pourtour et pèse 3 200 gr. En haut, on distingue une cavité de forme grossièrement circulaire, de 3,4 cm de diamètre et de 1 cm de profondeur ; elle conserve des traces de scellement d’un anneau métallique 8 (fig. 2).

Fig. 2 : Le poids de Mactaris

Fig. 2 :             Le poids de Mactaris

cliché des auteurs

  • 9 Nous adressons nos remerciements à Mariem Ben Fradj qui a eu l’amabilité de reproduire l (...)

5Sur sa face latérale est gravée une inscription courant sur une seule ligne, formée d’une succession de lettres capitales de 1,3 cm de hauteur ponctuées de petits points séparatifs de forme triangulaire. En haut et en bas, au niveau des deux sections aplaties, on arrive à distinguer le chiffre X indiquant le poids de cette pièce pondérale (10 livres) (fig. 3 à 6) 9.

Fig. 3 : Texte épigraphique avec indication de début et de fin

Fig. 3 :             Texte épigraphique avec indication de début et de fin

cliché des auteurs

Fig. 4 : Partie supérieure du poids de Mactaris avec indication du chiffre X

Fig. 4 : Partie supérieure du poids de Mactaris avec indication             du chiffre X

cliché des auteurs

Fig. 5 : Partie inférieure du poids de Mactaris avec indication du chiffre X

Fig. 5 : Partie inférieure du poids de Mactaris avec indication             du chiffre X

cliché des auteurs

Fig. 6 : Estampage de l’inscription du poids de Mactaris.

Fig. 6 : Estampage de l’inscription du poids de Mactaris.

X // EX AVCTORIT. Q. IVNI. RVSTICI. PR. VR. VC. // X.
X (librae).
Ex auctorit(ate) Q(uinti) Iuni(i) Rustici, p(raefecti) V(rbi), u(iri) c(larissimi). X (librae).

« Dix livres. En vertu de l’autorité de Quintus Iunius Rusticus, préfet de la Ville, clarissime. Dix livres ».

  • 10 Pour la liste des praefecti Vrbi du Haut-Empire, voir Rucinski 2009, p. 220-22 (...)

6 Datation : 163-167 apr. J.‑C. ou légèrement après, mais pas au-delà de l’année 168 apr. J.‑C. La liste prosopographique des praefecti Vrbi fait connaître le successeur de Q. Iunius Rusticus, celui de l’année 167 ou 168 apr. J.‑C., L. Sergius Paulus 10.

Les poids de mesure au nom du préfet de la Ville Q. Iunius Rusticus

Réf. Provenance Texte Poids
Livre gr.
1 AE, 1901, 245 Rome EX AVC. Q. IVNI RVSTICI/ PRAEFECTI VRB. 165a
2 CIL, II, 4962, 2 Hispalis EX AVCTORITATE / Q. IVNI RVSTICI/ PR[A]EF. VR[---] ?
3 CIL, II, 6245,1 = AE 1901, 70 = ILS, 8638 Valentia EX AVCTORITATE/ Q. IVNI RVSTICI/ PRAEF. VRBI. X (librae)
4 CIL, V, 8119, 1 Vérone EX AVCTORITATE Q. IV/NI RVSTICI PREF. VRBIS ?
5 CIL, IX, 6088, 1 Firmum EX AVCTOR / Q. IVNI RVSTIC[.] / PRAEF. V[..] ?
6 CIL, X, 8068 5 a Campanie EX AVCT. Q. IVNI RVSTIC. PR. VRB. ? 316,10
7 CIL, X, 8068, 5 b Latium et Campanie X (librae) / EX AVCT. Q. IVNI RVSTICI X (librae)
8 CIL, X, 8068, 5 c Palerme EX AVC. Q. IVNI RVSTICI PR. VR. X (librae) 3 250
9 CIL, X, 8068, 5 d Catane X (librae) / EX AVC. Q. IVNI RVSTICI PRAEF. VRB. V. C. X (librae)
10 CIL, XI, 6726, 1 a Velleia EX AVCTORITATE/ [Q. I]]VNI RVSTICI/ PRAEF. VRB. ?
11 CIL, XI, 6726, 1 b Clusium EX AVCTORIT./ Q. IVNI RVSTICI/ PR. VRB. ? 158,5
12 CIL, XI, 6726, 1 c Volsinii EX AVCT. Q. IVNI RVSTICI PR. V. ? 1 545
13 CIL, XI, 6726, 1 d Vruinum EX AVCT. Q. IVNI RVSTICI ?
14 CIL, XI, 6726, 1 e Florentia EX AVCTORIT[…] /Q. IVNI RVSTICI / PRAEFEC/TI VRB. ?
15 CIL, XI, 6726, 1 f Florentia EX AVCTORITATE Q. IVNI RVSTICI PREF VRBIS IV (librae), VIII (unciae)
16 CIL, XI, 6726, 1 g Florentia EX AVC. Q. IVNI RVSTICI IV (librae), VII (unciae)
17 CIL, XI, 6726, 1 h Florentia EX AVCTOR[…..]/ Q. IVNI RVSTICI/ PR. VRB. III (unciae) et VIII (scrupula)
18 CIL, XI, 8135 Pérouse ? EX AVC. Q. IVNI RVSTICI PR. VRB.
19 CIL, XIII, 10030, 10 a Lugdunum EX AVC IVNI IVSTICI (sic) VR XVIII (unicae) 549
20 CIL, XIII, 10030, 10 b - EX AVCTORITATE Q. IVNI RVSTICI PREF VRB
21 CIL, XIII, 10030, 10 c EX AVC Q IVNI RVSTICI
22 CIL, XIII, 10030, 10 d - EX AVCT Q. IVNI RVSTICI PR VRB CV 321
23 CIL, XIII, 10030, 10 e - EX A Q. IVNI R PR VR VIR CL 139
24 CIL, XIII, 10030, 10 f Mayence EX AVCTORITATE Q. IVNI RVSTICI PREF VRBIS
25 CIL, XIII, 10030, 10 g Cologne EX AVC Q. IVNI/ RVSTICI PRAEF VR[B]I
26 AE, 1908, 70, 2 Thubursicu Bure EX AVCTORITATE/ Q. IVNI RVSTICI/ PR VRB III (librae) 953,4
27 AE, 1911, 216 Sigus EX AVCTORIT. Q. IVNI RVSTICI PR. VRB. / VIRI CLARISSIMI V (librae) 1 600
28 Poids inédit Mactaris EX AVCTORIT. Q. IVNI RVSTICI PR VR V C X (librae) 3 200
a. * Petit 1980, p. 178, no 96 (avec photo).
  • 11 ** Corti 2001, p. 209, note 16.

NB. : Les numéros 13, 23 et 24 sont probablement des faux11.

  • 12 Gauckler 1907, p. 307-310.
  • 13 Jaubert 1910. Pour d’autres poids découverts en Nicomédie et Pont-Bith (...)

7À l’image des poids consignés dans le tableau ci-dessus, le texte épigraphique gravé autour du poids de Mactaris est une estampille officielle du préfet de Rome de l’époque de Marc Aurèle, entre 163 et 167 apr. J.‑C. : Q. Iunius Rusticus. C’est un poids-étalon qui vient s’ajouter à une série d’autres poids rattachés au système pondéral de la livre romaine découverts dans plusieurs endroits de l’Occident romain : en Italie (Rome, Sicile, Naples, Florence, Pérouse), en Espagne et en Gaule Cisalpine. Ces poids sont aujourd’hui conservés aux musées du Louvre, de Londres, de Bruxelles, de Berlin, de Rome, de Catane, de Florence et de Naples. Pour les provinces romaines d’Afrique, deux poids uniquement portant le nom de ce même préfet furent découverts à Thubursicu Bure 12 et à Sigus 13.

8S’agissant des pièces découvertes en Afrique, qui sont de même forme, soit des sphéroïdes décalottés en porphyre noir, présentant des textes assez semblables, elles sont différentes de par leurs poids : trois livres pour le cas de Thubursicu Bure (fig. 7-8), cinq pour celui de Sigus (fig. 9), contre dix pour celui mis au jour à Mactaris. Ce dernier vient s’ajouter à la série des poids découverts à Valentia (n3), dans le Latium (n7), à Palerme (n8) (fig. 10) et à Catane (no 9), qui affichent tous 10 livres.

Fig. 7 : AE, 19 0 8 , 70, 1

Fig. 7 : AE, 19             0 8 , 70, 1

cliché Musée du Louvre/Documentation du Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines

Fig. 8 : AE, 19 0 8 , 70, 2

Fig. 8 : AE, 19             0 8 , 70, 2

cliché Musée du Louvre/Documentation du département des Antiquités grecques, étrusques et romaines

Fig. 9 : Poids découvert à Sigus (AE, 1911, 216)

Fig. 9 : Poids             découvert à Sigus (AE, 1911, 216)

d’après Jaubert 1910, p. 133-142

Fig. 10 : Poids découvert à Palerme (CIL, X, 8068, 5 c)

Fig. 10 : Poids             découvert à Palerme (CIL, X, 8068, 5 c)

d’après Dimartino 2016, p. 480

  • 14 Numéro d’inventaire : MND 808 (Numéro d’entrée) ; Numéro catalogue : Ma 3180. Nous devon (...)
  • 15 AE, 1908, 70, 1 : Ti(berio) Claudio IIII, / L(ucio) Vitellio III co(n) (...)
  • 16 Berrendonner 2009, p. 355-356.
  • 17 Gauckler 1907, p. 310.
  • 18 Berrendonner 2009, p. 367.

9Sur un autre plan, le poids de Thubursicu Bure, un unicum parmi tous les pondera romains mis au jour jusqu’ici, mérite qu’on s’y arrête. Découvert en 1901 lors de la restauration de l’une des mosquées de la ville, et conservé actuellement au Musée du Louvre à la suite d’une recommandation de transfert de la part de P. Gauckler 14,
ce poids offre l’originalité de porter deux inscriptions d’époques différentes. La première 15, datant de 47 apr. J.‑C., durant l’année consulaire de Ti. Claudius et L. Vitellius, précise qu’une vérification a été entreprise sur les ordres des édiles conformément aux poids d’Articuleius 16. La seconde, gravée à l’opposé de la première, est au nom du préfet de la Ville qui nous occupe ici, Q. Iunius Rusticus. Il s’agit en fait d’une légende qui « concerne une nouvelle vérification du poids, opérée, cette fois, par ordre du préfet de la ville » 17. Les deux légendes témoignent ainsi des réformes financières entreprises par Trajan ou Hadrien en vertu desquelles la vérification des poids incombait désormais aux préfets de la Ville, plutôt qu’aux édiles. Mais, plus intéressant encore, les légendes épigraphiques attestent un décalage chronologique de 115 ans au moins. De ce fait, comme le proposa d’ailleurs C. Berrendonner, on pense qu’il « pourrait n’être parvenu en Afrique, qu’à l’époque de sa regravure, au ii siècle » 18.
Ainsi se dégage l’idée d’une certaine « pérennité » d’un poids, encore en vigueur après plus d’un siècle.

  • 19 Pour un récapitulatif de la documentation épigraphique faisant connaître Q. Iunius Rusti (...)

10Soulignons à cet égard que le préfet mentionné par notre nouvelle pièce et par l’ensemble des poids énumérés plus haut est loin d’être un personnage inconnu. Au contraire, une abondante documentation épigraphique et un passage de l’Histoire Auguste confirment qu’il est question d’une personnalité assez célèbre 19.

  • 20 Chastagnol 1994, p. 113 et 123 (III).
  • 21 Wojciech 2010, p. 182.

11Membre de l’ordre sénatorial (clarissimus uir), Q. Iunius Rusticus fut consul suffect en 133 apr. J.‑C., avant d’être élu une trentaine d’années plus tard, en 162 apr. J.‑C., au consulat ordinaire. Il est connu essentiellement pour ses liens très étroits avec l’empereur Marc Aurèle. En effet, dans un passage de l’Histoire Auguste, il figure dans la liste des professeurs et des maîtres stoïciens de l’empereur philosophe. Ce passage précise également que l’empereur fut son « disciple déférent », qu’il « le tenait au courant de toutes ses décisions d’ordre public ou privé » et que, même après sa mort, il demanda au Sénat de lui ériger des statues 20. C’est vraisemblablement en conséquence de cette intime relation avec l’empereur, tout comme lors de son élévation deux fois au consulat, qu’il fut nommé praefectus Vrbi, couronnement de sa carrière sénatoriale, qui lui échut probablement en 163 apr. J.‑C., juste après son deuxième consulat, et qu’il continua à exercer jusqu’à l’année 167 apr. J.‑C. Dans l’état actuel de la documentation, il semble être le premier préfet de la Ville dont le nom apparaît sur des poids officiels après ceux certifiés par des édiles 21.

12C’est donc conformément à ses prérogatives de préfet de la Ville qu’il surveillait les marchés et les boutiques de changeurs, d’où la direction des services des poids et mesures. Par conséquent, les pondera vérifiés à Rome durant sa préfecture, un jeu de poids-étalons qui pesaient entre 139 gr. (n21) et 3 250 gr (nos 3, 7 à 9 et 28), étaient destinés à une large diffusion en vue de servir de recours et de référence pour vérifier l’authenticité et la valeur exacte des poids utilisés particulièrement dans les macella de l’Empire.

2. Un poids officiel, un ponderarivm à Mactaris ?

  • 22 À Rome, le jeu des poids officiels était conservé soit dans le Capitole, soit dans d’aut (...)
  • 23 Picard 1979-1980, p. 77, note 3.

13Indiquant l’auctoritas du préfet de la Ville sous Marc Aurèle, ce poids faisait vraisemblablement partie d’un jeu complet d’unités de mesures de recours conservés dans un ponderarium de Mactaris. Malheureusement, comme il est précisé plus haut, nous ne disposons pas d’informations sur les circonstances et le lieu de sa découverte permettant de se faire une idée sur l’emplacement exact du ponderarium 22. Néanmoins, G.-Ch. Picard propose d’identifier ceci avec les restes d’un « kiosque hexagonal dressé dans l’angle N. E. du forum de Trajan » 23 face au macellum (fig. 11 f et 14).

Fig. 11  : Plan de situation du m a c e ll u m de M a c ta r i s dans le complexe monumental du forum de Trajan

Fig. 11              :                          Plan de situation du m             a             c             e             ll             u             m              de M             a             c             ta             r             i             s              dans le complexe monumental du forum             de Trajan

A : Arc de Trajan ; B : Place du forum ; C : M a c e ll u m (: Façade principale ; b : Seuil de porte desservant l’angle nord-est du forum ; c : Entrée principale du marché ; d : Cour à ciel ouvert ; e : Couloir de service ; f : Emplacement de l’édicule à base hexagonale identifié comme p o n d e r a ri u m).

relevé et plan des auteurs, décembre 20 07

14Pour notre part, et en toute hypothèse, nous proposons de chercher l’emplacement de la salle officielle des poids et des mesures dans les vestiges du marché alimentaire qui donne directement sur cette même place. En effet, les relevés des vestiges du macellum (fig. 11 à 13) permettent de proposer une reconstitution précise de son programme architectural comportant une pièce que nous identifions à titre d’hypothèse avec un ponderarium.

  • 24 Hamdoune 2009, p. 29, note 1 ; Sechi 1991, p. 345, 256-258 ; (...)

15Ce marché de plan rectangulaire centré occupe une surface totale de 360 m2 environ, à laquelle il faut ajouter au nord un long couloir de plus de 25 m de longueur et de 1,60 m de largeur (fig. 11) 24. Son plan général, propre à un marché alimentaire, présente une cour centrale dallée, à ciel ouvert, entourée de quatre portiques sous lesquels s’ouvrent au moins onze pièces de différentes tailles.

Fig. 12 : Plan du m a c e ll u m de M a c ta r i s

Fig. 12 :              Plan du m             a             c             e             ll             u             m              de M             a             c             ta             r             i             s

a. : Portique nord du forum ; b : Seuil de porte permettant l’accès au forum ; c : Entrée principale ; d : Cour centrale à ciel ouvert ; e : Couloir de service ; 1 - 1 1 : « Boutiques ».

relevé et plan des auteurs, décembre 2007

  • 25 CIL, VIII, 9062-9063 = ILS, 5590.
  • 26 Cagnat 1915, p. 321-322 = AE, 1916, 36 = ILAlg, II, 3, 7929-7930.
  • 27 De Ruyt 1983, p. 64-66 ; Hamrouni 2017, p. 161-165.

16La pièce n8 (fig. 12), dans la rangée nord, la plus importante par ses dimensions, la seule contiguë au couloir de service, est dotée dans sa devanture d’une rainure et d’une cavité circulaire. Les dalles, bien conservées, placées à l’entrée des autres pièces identifiées avec des tabernae, en sont totalement dépourvues. Ainsi, cette pièce semble avoir une vocation différente : peut-être un ponderarium. Son emplacement à l’intérieur du marché n’est pas en lui-même insolite. La documentation épigraphique et archéologique atteste la présence de ponderaria particulièrement dans les programmes architecturaux des macella africains. En effet, deux inscriptions jumelles 25 informent que le macellum d’Auzia comporte des portiques et un ponderarium suggéré par un jeu de poids. Une inscription de Cuicul 26 indique, quant à elle, que le marché était équipé de colonnes, de statues, d’un ponderarium et d’une tholos. Les vestiges du ponderarium mentionné par cette même inscription ont été découverts à l’intérieur du macellum. Il s’agit d’une unité architecturale équipée d’une table qui comporte trois mesures de capacité et une mesure linéaire, ainsi qu’une « console » destinée à recevoir les poids officiels 27.

Fig. 13  : Vue générale sur le marché de M a c ta r i s

Fig. 13              : Vue générale sur le marché de M             a             c             ta             r             i             s

La dédicace à Mercure Auguste est au fond de la cour centrale

cliché des auteurs

  • 28 De Ruyt 1983, p. 92 ; Hippone 2005, p. 114 ; Hamrouni 2017, p. 219-220
  • 29 Joppolo 1967, p. 90-94 ; Hallier 1994, p. 2112 ; Hamrouni 2017, p. 280 (...)
  • 30 ILAlg, II, 4705 ; Ballu 1909, p. 78 ; Gsell, Joly 1918, p. 78 ; Gsell 1915, p. C (...)
  • 31 Hamrouni 2017, p. 558-561.

17De même, à Hippo Regius, le ponderarium du marché alimentaire était installé dans une vaste salle oblongue isolée. Il était équipé de balances destinées aux poids réglementaires dont un en or, découvert lors des fouilles de ce macellum 28. Aussi, les fouilles du marché de Lepcis Magna ont mis au jour une table de mesures linéaires et trois tables de mesures de capacité 29. Une autre table, affichant également trois étalons de mesures linéaires et le nom de l’édile M. Marius Aemilianus, fut découverte dans le marché de Thibilis 30. Celle-ci était fort probablement installée dans la pièce centrale aménagée dans l’extrémité sud de l’axe principal du bâtiment 31 ; son emplacement et sa forme sont manifestement comparables non seulement à ceux du ponderarium assuré du macellum de Cuicul, mais aussi à ceux de la salle no 8 du marché de Mactaris.

Fig. 14 : Base de l’édicule situé au nord-est du forum

Fig. 14 :                          Base de l’édicule situé au nord-est du forum

Identifié par G.-Ch. Picard comme p ond er a ri u m  ; le ma ce ll u m est en arrière-plan

cliché des auteurs

3. Conclusion

  • 32 Berrendonner 2009, p. 353 ; Wojciech 2010, p. 180-189.

18Il reste à s’interroger sur le contexte précis de l’émission de ce nombre important de poids-étalons dans la partie occidentale de l’Empire romain, affichant des légendes au nom du préfet de Rome de l’époque de Marc Aurèle, Q. Iunius Rusticus. Ils constituent le lot le plus important parmi les pondera émanant des autorités centrales de l’Empire. Néanmoins, on ne sait pas si cette émission de pondera fait partie d’une campagne extraordinaire et de grande envergure visant la vérification des poids, ou simplement d’une opération régulière de mise en circulation des poids et des unités de mesures officielles certifiés. En effet, il n’est pas facile de trancher en l’absence d’une étude détaillée mettant à contribution l’ensemble du dossier des poids dont nous disposons (composé de 99 à 102 pondera qui s’échelonnent entre l’année 47 et la fin du iv e siècle) 32 pour essayer d’établir, même à titre indicatif, la chronologie des émissions pondérales des autorités centrales de l’Empire et le contexte dans lequel chacune est inscrite.

19De même, rien que pour le dossier pondéral de Q. Iunius Rusticus, il est difficile de savoir s’il est question d’une seule émission ou d’émissions multiples tout au long de sa préfecture de la Ville durant les années 160. La variété des légendes gravées sur ces poids (voir tableau ci-dessus), tout en plaidant en faveur de l’idée d’émissions multiples, peut s’expliquer par la marge de manœuvre des lapicides contraints quelques fois à abréger les textes en fonction du volume de chaque poids.

20Pour le contexte mactaritain, la découverte de ce poids, en dépit de l’extrême rareté de ce genre de pièces dans les provinces romaines d’Afrique, ne peut nous surprendre pour une ville qui fut le chef-lieu du pagus Thuscae et Gunzuzi, circonscription administrative à caractère fiscal et siège du bureau des quattuor publica Africae. Les édiles de la cité d’une part, qui veillaient au bon déroulement des échanges en procédant à des vérifications régulières des poids employés par les marchands, et les percepteurs d’impôt d’autre part, devaient disposer de poids officiels, des étalons de référence nécessaires pour la validation des poids usuels.

Haut de page

Bibliographie

Ballu A. 1909, « Rapport sur les fouilles exécutées en 1908 par le Service des monuments historiques de l’Algérie, I. Announa », BAC, p. 75-79.

Berrendonner C. 2009, « La surveillance des poids et mesures par les autorités romaines : l’apport de la documentation épigraphique latine », CCG 20, p. 351-370. https://www.persee.fr/doc/ccgg_1016-9008_2009_num_20_1_1708

Cagnat R. 1905, « Tables de mesures-étalons trouvées en Afrique », CRAI, p. 490-497. https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1905_num_49_5_71669

Cagnat R. 1915, « Le marché des Cosinius à Djemila », CRAI, p. 316-333. https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1915_num_59_5_73592

Carte 2010, J. Desanges, N. Duval, Cl. Lepelley, S. Saint-Amans (éd.), Carte des routes et des cités de l’est de l’Africa à la fin de l’Antiquité : nouvelle édition de la Carte des voies romaines de l’Afrique du Nord conçue en 1949, d’après les tracés de Pierre Salama ; cartographie par l’Institut Géographique National, IGN-France avec le concours de P. Bazin et M. Benabbès, Turnhout (Bibliothèque de l’Antiquité tardive 17).

Chastagnol A. 1994, Histoire Auguste. Les empereurs romains des II e et III e siècles, Paris, (Bouquins / R. Laffont).

Corti C. 2001, « Pesi e contrappesi », dans Pondera. Pesi e misure nell’Antichità, Campogalliano, (Grandezze e misure della storia), p. 191-212.

Darrou G. 1993, « Quelques instruments de mesures de capacité de l’antiquité à l’Empire romain », dans Ordo et Mensura II. II. Internationaler interdisziplinärer Kongreß für Historische Metrologie, vom 12. bis 15. September 1991 im Städtischen Museum Simeonstift Trier, D. Ahrens, R.C.A. Rottländer (éd.), St. Katharinen, (Sachüberlieferung und Geschichte, 13), p. 315-335.

De Ruyt C. 1983, Macellum, Marché alimentaire des Romains, Louvain-La-Neuve (Publication d’Histoire de l’Art et d’Archéologie de l’Université Catholique de Louvain, XXXV).

De Ruyt C. 2000, « Exigences fonctionnelles et variété des interprétations dans l’architecture des macella du monde romain », dans E. Lo Cascio (éd), Mercati permanenti e mercati periodici nel mondo romano, Atti degli Incontri capresi di storia dell’economia antica (Capri, 13-15 octobre, 1997), Bari, (Pragmateiai 2), p. 177-186.

Dimartino A. 2016, « Pondera. Pesi in basalto del Museo archeologico regionale ‘A. Salinas’ di Palermo », Epigraphica, LXXVIII, p. 474-493. https://www.academia.edu/28025762/Pondera._Pesi_in_basalto_del_Museo_Archeologico_Regionale_A.Salinas_di_Palermo_in_Epigraphica_LXXVIII_2016

Dupuis X. 2000, « Les IIII publica Africae : un exemple de personnel administratif subalterne en Afrique », CCG 11, p. 277-294. https://www.persee.fr/doc/ccgg_1016-9008_2000_num_11_1_1534

Gauckler P. 1907, [« Note sur un poids romain trouvé à Téboursouk »], BSNAF, p. 307-318.

Gsell S. 1915, [« Note sur un certain nombre d’inscriptions latines découvertes en Algérie »], BCTH(B), p. CXCV-CCI.

Gsell St., Joly Ch. A. 1918, Khamissa, Mdaourouch, Announa. Fouilles exécutées par le Service des Monuments Historiques de l’Algérie, IIIe partie, Announa, Alger-Paris.

Hallier G. 1994, « Coudée », dans Encyclopédie Berbère, XIII, Aix-en-Provence, p. 2111-2121.

Hamdoune Chr. 2009, « Les macella dans les cités de l’Afrique romaine », AntAfr 45, p. 27-35. https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_2009_num_45_1_1489

Hamrouni M.R., 2017, Les macella en Afrique du Nord à l’époque romaine : étude historique et archéologique, thèse de doctorat en Histoire ancienne, sous la direction du prof. A. Mrabet, Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, soutenue le 7 février 2017.

Haensch R., Weiss P. 2005, « Gewichte mit Nennung von Statthaltern von Pontus et Bithynia », Chiron 35, p. 443-498. https://www.academia.edu/30869535/Gewichte_mit_Nennung_von_Statthaltern_von_Pontus_et_Bithynia_Gewichte_I_

Haensch R., Weiss P. 2007, « „Statthaltergewichte“ aus Pontus et Bithynia. Neue Exemplare und neue Erkenntnisse », Chiron, 37, p. 183-218.

Haensch R., Weiss P. 2014, « Weitere Statthaltergewichte von Nikomedeia. Neue Ergebnisse zur Stadt- und Reichsgeschichte », Chiron 44, 513-549.

Hippone 2005, X. Delestre (dir.), Hippone, Aix-en-Provence.

Jaubert H. 1910, « Poids romains trouvés à Sigus », RecConstantine XLIV, p. 133-142.

Joppolo G. 1967, « La tavola delle unità di misura nel mercato augusteo di Leptis Magna », QAL 5, p. 90-98.

Petit J. 1980, Bronzes antiques de la collection Dutuit : grecs, hellénistiques, romains et de l’Antiquité tardive, Paris (Collections de la ville de Paris).

Picard G.-Ch. 1957, « Ciuitas Mactaritana » = Kathago, VIII, 1957.

Picard G.-Ch. 1966, « Le conuentus ciuium Romanorum de Mactar », Africa I, p. 65-78.

Picard G.-Ch. 1974, « Les fouilles de Mactar (Tunisie) 1970-1973 », CRAI, p. 9-33. https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1974_num_118_1_12951

Picard G.-Ch. 1979-1980, « Rapport préliminaire sur la fouille du sanctuaire de Hoter Miskar à Mactar 1982. Le grand octogone », Karthago, XX, p. 77-80.

Picard G.-Ch. 1987, « Le statut politique de Mactar de Trajan à Marc Aurèle », dans A. Mastino (éd.), L’Africa romana. Atti d el IV convegno di studio (Sassari, 12-14 dicembre 1986), Sassari (Pubbl. del Dipartimento di Storia dell’Università degli Studi di Sassari, 8), II, p. 461-467.

Picard G.-Ch., Mahjoubi A., Beschaouch A. 1963, « Pagus Thuscae et Gunzuzi », CRAI, 1963, p. 121-130. https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1963_num_107_2_11535

Rezkallah-Boussaid K. 2014, « Les tables de mesures de capacité en Algérie antique », dans La mesure et ses usages dans l’Antiquité : la documentation archéologique, Journées d’études de la SFAC, 17 mars 2012, Besançon, (DHA, Suppl. 12), p. 57-78. https://www.persee.fr/doc/dha_2108-1433_2014_sup_12_1_4024

Rucinski S. 2009, Praefectus Vrbi. Le gardien de l’ordre public à Rome sous le Haut-Empire romain, Poznan (Xenia Poznaniensia Monografie, 9).

Sechi S. 1991, « Razionalizzazione degli spazi commerciali : fora e macella nell’Africa Proconsularis », dans A. Mastino (éd.), L’Africa Romana, Atti dell’VIII convegno di studio, (Cagliari, 14-16 dicembre 1990), Sassari (Pubbl. del Dipartimento di Storia dell’Università degli Studi di Sassari, 18), I, p. 345-363.

Wojciech K. 2010, Die Stadtpräfektur im Prinzipat, Bonn (Antiquitas 57).

Haut de page

Notes

1 Voir en dernier lieu Berrendonner 2009, p. 354, note 26.

2 Picard 1966, p. 65-78 ; 1987, p. 461.

3 AE, 1949, 30 ; CIL, VIII, 23404. Sur les IIII publica Africae, voir en dernier lieu Dupuis 2000, p. 277-294.

4 AE, 1963, 96 ; Picard, Mahjoubi, Beschaouch 1963, p. 121-130.

5 Picard 1974, p. 9-33 ; Picard 1979-1980, p. 77, note 3.

6 Hamrouni 2017.

7 Nous adressons nos vifs remerciements à Ali Drine, Directeur de la Division de l’Inventaire Général et de la Recherche à l’INP, à Moncef Ben Moussa, Directeur de la Division du Développement Muséographique et à toute l’équipe du Laboratoire de restauration des biens culturels à Ksar Saïd : Mohamed Badii Bidouh, Najla Abbessi, Hajer Bejjar et Amel Slaïmi, pour leur amicale collaboration.

8 La face supérieure d’un pondus découvert à Rome qui mentionne Q. Iunius Rusticus (AE, 1901, 245) comporte des cavités destinées à recevoir du plomb pour ajuster le poids : cf. Petit 1980, p. 178, n° 96.

9 Nous adressons nos remerciements à Mariem Ben Fradj qui a eu l’amabilité de reproduire l’estampage en format AutoCAD.

10 Pour la liste des praefecti Vrbi du Haut-Empire, voir Rucinski 2009, p. 220-227 et Wojciech 2010.

11 ** Corti 2001, p. 209, note 16.

12 Gauckler 1907, p. 307-310.

13 Jaubert 1910. Pour d’autres poids découverts en Nicomédie et Pont-Bithynie voir Haensch, Weiss 2005, p. 443-498 ; 2007, p. 183-218 ; 2014, p. 513-549.

14 Numéro d’inventaire : MND 808 (Numéro d’entrée) ; Numéro catalogue : Ma 3180. Nous devons les illustrations de ce poids à la bienveillance et la générosité de Mme Françoise Gaultier, Directeur du Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines au Musée du Louvre et à la disponibilité de M. Brice Chobeau, correspondant photo du Musée. Qu’ils trouvent ici l’expression de nos sentiments les meilleurs. Nous tenons également à exprimer notre gratitude à M. Moncef Ben Moussa et à M. François Baratte qui ont facilité nos contacts avec l’administration du Musée.

15 AE, 1908, 70, 1 : Ti(berio) Claudio IIII, / L(ucio) Vitellio III co(n)s(ulibus), / iuss(u) aedili(um), / exacta ad Artic(uleiana) p(ondera) III.

16 Berrendonner 2009, p. 355-356.

17 Gauckler 1907, p. 310.

18 Berrendonner 2009, p. 367.

19 Pour un récapitulatif de la documentation épigraphique faisant connaître Q. Iunius Rusticus, voir PIR 2 , 814. Voir également AE, 2008, 1832 et AE, 2013, 1346 ; Wojciech 2010, p. 296-301.

20 Chastagnol 1994, p. 113 et 123 (III).

21 Wojciech 2010, p. 182.

22 À Rome, le jeu des poids officiels était conservé soit dans le Capitole, soit dans d’autres temples : cf. Wojciech 2010, p. 180-182.

23 Picard 1979-1980, p. 77, note 3.

24 Hamdoune 2009, p. 29, note 1 ; Sechi 1991, p. 345, 256-258 ; De Ruyt 2000.

25 CIL, VIII, 9062-9063 = ILS, 5590.

26 Cagnat 1915, p. 321-322 = AE, 1916, 36 = ILAlg, II, 3, 7929-7930.

27 De Ruyt 1983, p. 64-66 ; Hamrouni 2017, p. 161-165.

28 De Ruyt 1983, p. 92 ; Hippone 2005, p. 114 ; Hamrouni 2017, p. 219-220.

29 Joppolo 1967, p. 90-94 ; Hallier 1994, p. 2112 ; Hamrouni 2017, p. 280-284.

30 ILAlg, II, 4705 ; Ballu 1909, p. 78 ; Gsell, Joly 1918, p. 78 ; Gsell 1915, p. CXCVIII.

31 Hamrouni 2017, p. 558-561.

32 Berrendonner 2009, p. 353 ; Wojciech 2010, p. 180-189.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte de localisation de Mactaris, en Byzacène
Crédits d’après Carte 2010
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/899/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 442k
Titre Fig. 2 : Le poids de Mactaris
Crédits cliché des auteurs
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/899/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Fig. 3 : Texte épigraphique avec indication de début et de fin
Crédits cliché des auteurs
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/899/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 4 : Partie supérieure du poids de Mactaris avec indication du chiffre X
Crédits cliché des auteurs
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/899/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
Titre Fig. 5 : Partie inférieure du poids de Mactaris avec indication du chiffre X
Crédits cliché des auteurs
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/899/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 6 : Estampage de l’inscription du poids de Mactaris.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/899/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Titre Fig. 7 : AE, 19 0 8 , 70, 1
Légende cliché Musée du Louvre/Documentation du Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/899/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Fig. 8 : AE, 19 0 8 , 70, 2
Crédits cliché Musée du Louvre/Documentation du département des Antiquités grecques, étrusques et romaines
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/899/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Titre Fig. 9 : Poids découvert à Sigus (AE, 1911, 216)
Crédits d’après Jaubert 1910, p. 133-142
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/899/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Fig. 10 : Poids découvert à Palerme (CIL, X, 8068, 5 c)
Crédits d’après Dimartino 2016, p. 480
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/899/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Fig. 11  : Plan de situation du m a c e ll u m de M a c ta r i s dans le complexe monumental du forum de Trajan
Légende A : Arc de Trajan ; B : Place du forum ; C : M a c e ll u m (: Façade principale ; b : Seuil de porte desservant l’angle nord-est du forum ; c : Entrée principale du marché ; d : Cour à ciel ouvert ; e : Couloir de service ; f : Emplacement de l’édicule à base hexagonale identifié comme p o n d e r a ri u m).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/899/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 12 : Plan du m a c e ll u m de M a c ta r i s
Légende a. : Portique nord du forum ; b : Seuil de porte permettant l’accès au forum ; c : Entrée principale ; d : Cour centrale à ciel ouvert ; e : Couloir de service ; 1 - 1 1 : « Boutiques ».
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/899/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Fig. 13  : Vue générale sur le marché de M a c ta r i s
Légende La dédicace à Mercure Auguste est au fond de la cour centrale
Crédits cliché des auteurs
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/899/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 799k
Titre Fig. 14 : Base de l’édicule situé au nord-est du forum
Légende Identifié par G.-Ch. Picard comme p ond er a ri u m  ; le ma ce ll u m est en arrière-plan
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/899/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 769k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mohamed Riadh Hamrouni et Lotfi Naddari, « Un poids-étalon de Mactaris au nom de Q. Ivnivs Rvsticvs, praefectvs Vrbi  »Antiquités africaines, 54 | 2018, 85-94.

Référence électronique

Mohamed Riadh Hamrouni et Lotfi Naddari, « Un poids-étalon de Mactaris au nom de Q. Ivnivs Rvsticvs, praefectvs Vrbi  »Antiquités africaines [En ligne], 54 | 2018, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/antafr/899 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.899

Haut de page

Auteurs

Mohamed Riadh Hamrouni

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Kairouan (Université de Kairouan) ; membre du Laboratoire de recherche : « Occupation du sol, peuplement et modes de vie dans le Maghreb antique et médiéval », Université de Sousse (Tunisie), Faculté des Lettres et des Sciences Humaines

Lotfi Naddari

Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis (Université de Tunis) ; membre du Laboratoire de recherche : « Occupation du sol, peuplement et modes de vie dans le Maghreb antique et médiéval », Université de Sousse (Tunisie), Faculté des Lettres et des Sciences Humaines

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search