Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54Dossier « Archéologie et archéom...L’atelier céramique de ...

Dossier « Archéologie et archéométrie des céramiques romaines d’Afrique »

L’atelier céramique de Dkhila (Tunisie)

Jihen Nacef et Claudio Capelli
p. 151-156

Résumés

On présente ici la caractérisation typologique et archéométrique (pétrographique) de la production de l’atelier de Dkhila, dans le Sahel tunisien, composée d’amphores tardives des types Keay 61, 62 et 8A. Ce nouvel atelier de Teboulba confirme le renouveau de la production d’amphores dans la région du Sahel et de ses échanges avec le bassin occidental méditerranéen dès le début du vi e s. jusque dans la deuxième moitié du vii e s.

Haut de page

Texte intégral

1L’étude de la production céramique du Sahel tunisien ne manque pas de contribuer progressivement à la connaissance du faciès de cette région dont l’économie apparaît très active durant l’époque romaine et l’Antiquité tardive. Chaque nouvelle découverte d’un atelier permet d’une part de compléter la carte de répartition des officines et d’autre part nous pousse à réfléchir sur la liaison entre ces centres et sur leur importance respective.

1. Description de l’atelier de Dkhila

Fig. 1a : Atelier de Dkhila

Fig. 1a :             Atelier de Dkhila

Carte de situation

J. Nacef

Fig. 1b : Atelier de Dkhila

Fig. 1b :             Atelier de Dkhila

Carte des ateliers de la région de Moknine-Teboulba

J. Nacef

  • 1 Peacock, Bejaoui, Ben Lazreg 1990.

2L’atelier de Dkhila, sur la commune de Téboulba (gouvernorat de Monastir), est situé dans un terrain d’oliveraies (fig. 1), culture traditionnelle du Sahel, donnant sur la rive nord de la sebkha de Moknine. Tout en étant peu éloignée de la mer et des cités portuaires (fig. 2), cette organisation spatiale diffère de celle caractérisant les principaux ateliers périurbains des cités portuaires comme Salakta/Sullecthum, Thapsus et Leptiminus du i er au v siècle. Cependant cet atelier est implanté dans un espace anciennement cadastré (selon une unité de mesure punique) et occupe un terrain riche en argile. De même, la proximité du point d’eau saumâtre de la sebkha de Moknine rappelle la situation des ateliers de la sebkhet Sidi El Hani, qui appartiennent eux aussi au groupe des ateliers du Sahel 1. L’approvisionnement en eau est sans doute un des facteurs de répartition spatiale de ces ateliers. Il faut noter également que les roseaux qui parsèment les abords du site à Dkhila pourraient indiquer la présence d’eau douce à proximité. Enfin, tous ces ateliers étaient bien reliés entre eux et avec les centres urbains par des voies carrossables ou des pistes.

Tabl. 1 : Atelier de Dkhila

N o (fig.   2) Échant. Forme Couleur macrosc. Fe/Ca matrice % inclusions Dim. max. qtz (mm) % calc. % foss. Autres
9 12488 /DK11 K. 8A jaune- blanchâtre + ++ 1,2 + + rares agrégats d’oxydes de fer
8 12484 /DK7 K. 61D jaune-orange, surf. éclaircie ++ ++ 0,7 (0.5) + ++ un fragment de grès, rares radioles d’echinoïdes
6 12485 /DK8 K. 61A orange, surf. éclaircie +++ ++ 0,6 ++ quelques gros nodules calcaires et agrégats d’oxydes de fer, rares radioles
5 12486 /DK9 K. 62E ou 61 jaune-orange, surf. éclaircie ++ +++ 1,2 (0,5) + + fraction 0,2-0,5 mm dominante et assez bien classée
7 12487 /DK10 K. 61A beige + ++ 1 (0.7) + + quelques gros agrégats d’oxydes de fer
2 12483 /DK5 K. 62A beige + ++ 1 (0,8) ++ ++ quelques gros nodules calcaires, rares bandes d’argile riche en fer, rares radioles

Liste des échantillons analysés, avec les principales caractéristiques compositionnelles des pâtes.

C. Capelli

3L’occupation du site remonte au début de l’époque romaine. La présence d’une anse d’amphore Dressel 2-4 de Campanie, d’un bord d’amphore de tradition punique ainsi que de pointes probablement d’Africaine précoce témoignent d’une occupation du site dès le i er s. apr. J.-C., avant l’installation de l’atelier de potier.

2. La production de l’atelier de Dkhila

4Soulignons tout d’abord que l’atelier de Dkhila est par excellence un atelier d’amphores. Si quelques tessons de vaisselle sont visibles, ce sont les fragments d’amphores qui jonchent majoritairement la surface du terrain, ainsi que des ratés de cuisson. La production de la céramique architecturale reste douteuse malgré la présence de fragments de carreaux en terre cuite.

Fig. 2 : Atelier de Dkhila

Fig. 2 :             Atelier de Dkhila

Production : types Keay 62A (1-3, 4 ?), Keay 62E ? (5), Keay 61A (6-7), Keay 61D (8), Keay 8A (9, 10 ?). Support circulaire (11) (* = fragments analysés en lame mince).

dessins J. Nacef

  • 2 Nacef 2015, p. 101.
  • 3 Bonifay 2004 propose une datation à la deuxième moitié du vii (...)
  • 4 Nacef 2007, 2014, 2017.

5Les amphores appartiennent toutes aux types tardifs Keay 62 A et A/D (fig. 2, n os   1-3, 4 ?), Keay 62E ? (fig. 2, n° 5), Keay 61 classique (fig. 2, n os   6-7) et 61D tardive (fig. 2, n° 8) et Keay 8A (fig. 2, n os   8-9). La présence du type Keay 62A peut indiquer un démarrage de production au début du vi e s., au même moment que certains ateliers de la région de Ksour Essef en Byzacène, après un hiatus 2. En revanche, les bords à large bandeau (fig. 2, n° 8) semblent marquer l’évolution du type Keay 61 vers le type Keay 8A (fig. 2, n os   9, 10 ?). Le profil de la surface externe reste cependant rectiligne au lieu d’être concave comme sur le type Keay 8A. Le type Keay 8A est l’un des plus tardifs des amphores africaines, probablement produit au moins jusqu’à la fin du vii e siècle 3. Ce faciès de production évoque ceux des ateliers de Henchir Ech Chekaf, Moknine et Bir El Hammam 4.

  • 5 D’Andria 1980, p. 44.
  • 6 Nacef 2014, p. 584.
  • 7 Nacef 2017, p. 19, fig. 11, nos 74-78.
  • 8 Nacef 2007, p. 15, fig. 6.

6Un fragment de support tronconique a été mis au jour sur le site (fig. 2, n° 11). Il pourrait avoir été utilisé soit pour séparer les amphores dans la chambre de cuisson, soit dans le montage des amphores. Ce type d’objet, appelé parfois colifichet, connu depuis la plus haute antiquité 5, est très fréquent sur les ateliers tardifs africains comme Bir El Hammam 6, atelier de Moknine 7 et Henchir Ech Chekaf 8.

7Six échantillons d’amphores (Tabl. 1) récoltés sur l’atelier ont été analysés en lames minces au microscope polarisant, dans le but de définir cette production du point de vue compositionnel et technique et créer un groupe de référence pour les études archéométriques comparatives sur les sites de consommation.

8Catalogue des fragments analysés (fig. 2) :

  • 2 : amphore africaine, type Keay 62A ; pâte beige, surface blanchâtre (Inv. DK 5).
  • 5 : amphore africaine, type Keay 62E ou 61 ; pâte beige orangée, surface blanche (Inv. DK 9).
  • 6 : amphore africaine, type Keay 61A ; pâte orangé clair, surface blanc jaunâtre (Inv. DK 8).
  • 7 : amphore africaine, type Keay 61A ; pâte orangé clair, surface blanche (Inv. DK 10).
  • 8 : amphore africaine, type Keay 61D ; pâte beige orangée, surface blanche (Inv. DK 7).
  • 9 : amphore africaine, type Keay 8A ; pâte et surface blanc verdâtre (Inv. DK 11).

3. Résultat des analyses pétrographiques

9Sous le microscope, l’ensemble des échantillons se montre assez homogène (fig. 3), avec de légères variations secondaires, ce qui confirme qu’il s’agit d’une production locale réalisée avec les mêmes matières premières et connaissances techniques.

Fig. 3 : Atelier de Dkhila

Fig. 3 :             Atelier de Dkhila

Microphotographies (Nicols croisés, dimension réelles 1,3 × 1).

photos C. Capelli

10La matrice argileuse est calcaire (macroscopiquement jaune) ou partiellement ferrique (orange ou rouge), parfois éclaircie vers la surface. Les inclusions silteuses sont moyennement fréquentes. Les inclusions sableuses sont assez abondantes et composées principalement de grains de quartz généralement monocristallin qui, à partir de dimensions d’environ 0,3 mm, sont fréquemment arrondis (probablement d’origine éolienne). La fraction entre 0,2 et 0,5 mm est prévalente, mais quelques grains peuvent arriver à plus d’un millimètre. En association avec le quartz on trouve des restes de microfossiles partiellement dissociés par la cuisson (foraminifères non déterminables et rares radioles d’echinoïdes), parfois relativement abondants, et de plus rares fragments ou nodules calcaires et agrégats ferriques/limonitiques, parfois grossiers. La présence d’un nodule de grès avec des inclusions de quartz et de calcaire avec des caractéristiques comparables à celle de la fraction dominante de la pâte semble indiquer l’absence d’un dégraissant intentionnel et l’utilisation de matières premières (d’origine marine et/ou éolienne) relativement grossières peu modifiées.

  • 9 Gandolfi et alii 2010 ; Capelli, Bonifay 2016.
  • 10 Nacef 2104.

11Concernant les productions voisines dans le Sahel tunisien, on note quelques ressemblances avec les pâtes de l’atelier Moknine 1, qui se distinguent notamment par la fréquence majeure de microfossiles et mineure de dégraissant sableux 9. Il reste à analyser l’autre atelier de Teboulba, qui a produit des amphores de typologie similaire à Dhkila et Moknine 1 10, afin de confirmer la relative homogénéité typologique, compositionnelle et technique de cette zone productrice et ses éléments de distinction par rapport aux autres secteurs africains.

4. Interprétation des données

  • 11 Gandolfi et alii 2010, p. 38 ; Dore 2011, p. 346 ; Nacef 2014, (...)

12Dans l’état actuel de la recherche, la découverte de cet atelier met une fois de plus en évidence que la production du type Keay 8A est confinée dans une zone limitée englobant Téboulba, Leptiminus et Moknine 11. En revanche, le type Keay 62 ne connaît pas le même sort. Sa production est assez importante, étendue non seulement sur les mêmes ateliers mais aussi sur ceux de la région de Ksour Essef surtout sur le grand atelier Henchir Ech Chekaf, de même qu’il est aussi attesté sur les ateliers de Nabeul, en Zeugitane.

  • 12 Bonifay 2004, p. 137.
  • 13 Bonifay 2005, p. 575.
  • 14 Saguí 1998.
  • 15 Murialdo 2001, Pl. 10, nos 48-57.
  • 16 Bonifay, Piéri 1995, p. 116, pour le type Keay 8A.
  • 17 Gandolfi et alii 2010
  • 18 Capelli et alii 2016, p. 290-291 et notes 741 et 743 (...)
  • 19 Bonifay, Malfitana 2016, p. 409, fig. 122.

13La reprise de la production sahélienne concerne en aval les sites du bassin occidental méditerranéen comme Marseille 12. La diffusion du type Keay 8A concerne essentiellement le bassin occidental méditerranéen et reste très limitée en Méditerranée orientale 13. Ces amphores sont présentes sur des sites aux stratigraphies bien connues comme la Crypta Balbi à Rome 14, le castrum de Sant’Antonino di Perti (byzantin, ensuite sous la domination des Lombards) 15, les sites de Provence (par ex. Marseille) 16, où les analyses pétrographiques des exemplaires importés révèlent des ressemblances avec l’ensemble d’ateliers de Moknine 17 ; l’hypothèse d’une provenance de Téboulba serait une piste désormais à étudier. Enfin, on note que ces productions africaines tardives dont l’origine sahélienne n’est pas remise en doute 18 sont remarquées en Sicile en faible quantité 19, malgré la proximité de l’île.

14En revanche, il est difficile de retracer la diffusion à l’échelle régionale. La multiplicité des ateliers très limitrophes et peut-être le recours à la même carrière ne facilitent pas l’identification de l’atelier de provenance.

  • 20 Reynolds 2010, p. 101-102 ; Bonifay 2011, p. 728.

15On ignore quel était le contenu des amphores Keay 62, 61 et 8A produites à Dkhila : huile, salsamenta, vin ? Il demeure que cet atelier s’ajoute à ceux qui, au Sahel, ont contribué à « un véritable boom du commerce des denrées africaines et orientales » 20 à la fin de l’époque vandale.

5. Conclusions

  • 21 Mukai et alii 2017.

16Ce nouvel atelier de Teboulba confirme une fois de plus que le renouveau de la production d’amphores de la région du Sahel intervient dès le début du vi e s., après une période de stagnation voir même de hiatus. L’accroissement des échanges avec le bassin occidental méditerranéen restera attesté jusque dans la deuxième moitié du vii e s. et peut-être même le début du viii e s., comme semblent le démontrer les découvertes récentes d’Arles 21.

  • 22 Nacef 2007, p. 583.
  • 23 Nacef 2017.
  • 24 Nacef 2014.

17Alors que la continuité de la tradition orientale byzantine se signale à Henchir Ech Chekaf par un type imitant les amphores vinaires ciliciennes et chypriotes LRA1 22 et pour Moknine par un type imitant les amphores de mer Égée LRA 2 23 ou 13, une production de tradition purement africaine tardive demeure la caractéristique des ateliers de Bir El Hammem 24 et Dkhila, avec les ultimes variantes d’amphores africaines tardives de grandes dimensions.

Haut de page

Bibliographie

Bonifay M. 2004, Études sur la céramique romaine tardive d’Afrique, Oxford (BAR Int. S. 1301).

Bonifay M. 2005, « Observations sur la diffusion des céramiques africaines en Méditerranée orientale durant l’Antiquité tardive », dans F. Baratte, V. Déroche, C. Jolivet-Lévy, B. Pitarakis (éd.), Mélanges Jean-Pierre Sodini, Paris (Centre de recherche d’histoire et civilisation de Byzance. Travaux et Mémoires, 15), p. 565-581.

Bonifay M. 2011, « La céramique, indicateur de l’économie du bassin méditerranéen du IIe au VIIe s. Compte-rendu de Paul Reynolds, Hispania and the Roman Mediterranean AD 100-700, Ceramics and Trade, Londres, 2010 », JRA 24, p. 725-734. https://www.academia.edu/4626283/130

Bonifay M., Malfitana D. 2016, « L’apport de la documentation sicilienne à l’étude du commerce de l’Afrique romaine », dans La ceramica africana nella Sicilia romana 2016, p. 403-439. https://www.academia.edu/31325241

Bonifay M., Pieri D. 1995, « Amphores du Ve au VIIe s. à Marseille : nouvelles données sur la typologie et le contenu », JRA 8, p. 94-120. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00580960/document

Capelli C., Bonifay M. 2014, « Archéométrie et archéologie des céramiques africaines : une approche pluridisciplinaire, 2. Nouvelles données sur la céramique culinaire et les amphores », dans LRCW 4, 2014, p. 235-253. https://www.academia.edu/6520534

Capelli C., Bonifay M. 2016, “Archeologia e archeometria delle anfore dell’Africa romana. Nuovi dati e problemi aperti”, dans A.F. Ferrandes, G.  Pardini (éd.), Le regole del gioco. Tracce Archeologi Racconti. Studi in onore di Clementina Panella, Rome, p. 535-558. https://www.academia.edu/31060350

Capelli C. et alii 2016, Capelli C., Bonifay M., Franco C., Huguet C., Leitch V., Mukai T., « Étude archéologique et archéométrique intégrée », dans La ceramica africana 2016, p. 273-351 et 651-736.

Ceramica africana (La) 2016, D. Malfitana, M. Bonifay (dir.), Le ceramica africana nella Sicilia romanaLa céramique africaine dans la Sicile romaine, Catania (Monografie dell’Istituto per i Beni Archeologici e Monumentali, C.N.R., 12).

D’Andria F., 1980, « Les potiers de Métaponte en Grande Grèce », Archéologia 147, octobre, p. 41-50.

Dore J. 2001, « The Major Pottery Deposits following the Disuse of the East Baths », dans L. Stirling, D.J. Mattingly, N. Ben Lazreg (dir.), Leptiminus (Lamta). Report N° 2. Portsmouth, Rhode Island (JRA Supplement 41), p. 75-98.

Gandolfi D. et alii 2010, Gandolfi D., Murialdo G., Capelli C., Bonifay M., « Anfore africane di tardo V-VII secolo in Liguria (Italia) : un aggiornamento dei dati archeologici e archeometrici », dans S. Menchelli, S. Santoro, M. Pasquinucci, G. Guiducci (éd.), LRCW 3. Archaeology and Archaeometry. Comparison between Western and Eastern Mediterranean, Oxford (BAR Int. S. 2185), p. 33-56. https://www.academia.edu/5653908

LRCW 4, 2014, Late Roman Coarse Wares, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean. Archaeology and Archaeometry. The Mediterranean : A Market without Frontiers, N. Poulou-Papadimitriou, E. Nodarou, V. Kilikoglou (éd.), Oxford (BAR Int. S. 2616).

LRCW 5, 2017, Late Roman Coarse Wares, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean. Archaeology and Archaeometry, D. Dixneuf (éd.), Alexandrie (Études Alexandrines 42)

Mukai T. et alii 2017, Mukai T., Tréglia J.-C., Heijmans M., Dantec E., « Arles, enclos Saint-Césaire. La céramique d’un contexte d’occupation urbain daté des premières décennies du Haut Moyen-Âge provençal (fin VIIe s.-VIIIe s.) », dans LRCW 5 2017, p. 171-200.

Murialdo G. 2001, « Le anfore da trasporto », dans T. Mannoni, G. Murialdo (dir.), S. Antonino : un insediamento fortificato nella Liguria bizantina, Bordighera (Coll. di Monografie preistoriche ed archeologiche, XII), p. 255-296.

Nacef J. 2007, « Nouvelles données sur l’atelier de potiers de Henchir ech Chekaf (Ksour Essef, Tunisie) », dans M. Bonifay, J.-C. Tréglia (éd.), LRCW 2, Late Roman Coarse Wares, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean. Archaeology and Archaeometry, Oxford (BAR Int. S. 1662), p. 581-591.

Nacef J. 2014, « Nouveaux témoignages sur la production de la céramique antique du Sahel tunisien », dans LRCW 4, 2014, p. 103-111.

Nacef J. 2015, La production de la céramique antique dans la région de Salakta et Ksour Essef (Tunisie), Oxford (RLAMP 8).

Nacef J., avec une contribution de C. Capelli, 2017, « Moknine 2. Nouvelles données sur un atelier de potier d’époque tardive en Byzacène », dans LRCW 5 2017, p. 491-515.

Peacock D. P. S., Bejaoui F., Ben Lazreg N. 1990, « Roman Pottery Production in Central Tunisia », JRA 3, p. 59-84.

Reynolds P. 2010, Hispania and the Roman Mediterranean, AD 100-700. Ceramics and Trade, London.

Saguí L. 1998, « Il deposito della Crypta Balbi : una testimonianza imprevedibile sulla Roma del VII secolo ? » dans L. Saguí (éd.), Ceramica in Italia : VI-VII secolo. Atti del Convegno in onore di John W. Hayes (Rome, 11-13 mai 1995), Firenze (Biblioteca di Archeologia Medievale 11), p. 305-330.

Haut de page

Notes

1 Peacock, Bejaoui, Ben Lazreg 1990.

2 Nacef 2015, p. 101.

3 Bonifay 2004 propose une datation à la deuxième moitié du vii e siècle, de même Gandolfi et alii, 2010, p. 38.

4 Nacef 2007, 2014, 2017.

5 D’Andria 1980, p. 44.

6 Nacef 2014, p. 584.

7 Nacef 2017, p. 19, fig. 11, nos 74-78.

8 Nacef 2007, p. 15, fig. 6.

9 Gandolfi et alii 2010 ; Capelli, Bonifay 2016.

10 Nacef 2104.

11 Gandolfi et alii 2010, p. 38 ; Dore 2011, p. 346 ; Nacef 2014, p. 104 ; Bonifay, Capelli 2014, p. 237 ; Nacef 2017, p. 501.

12 Bonifay 2004, p. 137.

13 Bonifay 2005, p. 575.

14 Saguí 1998.

15 Murialdo 2001, Pl. 10, nos 48-57.

16 Bonifay, Piéri 1995, p. 116, pour le type Keay 8A.

17 Gandolfi et alii 2010

18 Capelli et alii 2016, p. 290-291 et notes 741 et 743.

19 Bonifay, Malfitana 2016, p. 409, fig. 122.

20 Reynolds 2010, p. 101-102 ; Bonifay 2011, p. 728.

21 Mukai et alii 2017.

22 Nacef 2007, p. 583.

23 Nacef 2017.

24 Nacef 2014.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1a : Atelier de Dkhila
Légende Carte de situation
Crédits J. Nacef
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/982/img-1.png
Fichier image/png, 85k
Titre Fig. 1b : Atelier de Dkhila
Légende Carte des ateliers de la région de Moknine-Teboulba
Crédits J. Nacef
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/982/img-2.png
Fichier image/png, 81k
Titre Fig. 2 : Atelier de Dkhila
Légende Production : types Keay 62A (1-3, 4 ?), Keay 62E ? (5), Keay 61A (6-7), Keay 61D (8), Keay 8A (9, 10 ?). Support circulaire (11) (* = fragments analysés en lame mince).
Crédits dessins J. Nacef
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/982/img-3.png
Fichier image/png, 108k
Titre Fig. 3 : Atelier de Dkhila
Légende Microphotographies (Nicols croisés, dimension réelles 1,3 × 1).
Crédits photos C. Capelli
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/982/img-4.png
Fichier image/png, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jihen Nacef et Claudio Capelli, « L’atelier céramique de Dkhila (Tunisie) »Antiquités africaines, 54 | 2018, 151-156.

Référence électronique

Jihen Nacef et Claudio Capelli, « L’atelier céramique de Dkhila (Tunisie) »Antiquités africaines [En ligne], 54 | 2018, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/antafr/982 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.982

Haut de page

Auteurs

Jihen Nacef

Institut Supérieur des études appliquées aux Humanités de Mahdia, Université de Monastir (Tunisie)

Claudio Capelli

Dipartimento di Scienze della Terra, dell’Ambiente e della Vita (DISTAV), Università degli Studi di Genova, Gênes. Collaborateur associé au Centre Camille Jullian (Aix Marseille Univ, CNRS, CCJ, Aix-en-Provence, France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search