Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54Dossier « Archéologie et archéom...L’atelier céramique d’Henchir Cho...

Dossier « Archéologie et archéométrie des céramiques romaines d’Afrique »

L’atelier céramique d’Henchir Chouggaf (Ouedhref, Tunisie)

Sami Ben Tahar et Claudio Capelli
p. 157-166

Résumés

On présente ici la caractérisation typologique et archéométrique/pétrographique de la production de l’Atelier d’Henchir Chouggaf, en Tunisie méridionale, composé essentiellement d’amphores du type Keay 25.1 et 2 datées au iv e s apr. J.-C. Situé près d’un oued, le site pourrait être interprété comme un site oasien qui aurait joué le rôle de relais dans un circuit transsaharien entre le Fezzan et le port de Gabès.

Haut de page

Texte intégral

1. Description de l’atelier d’Henchir Chouggaf – Ouedhref

Fig. 1 : Atelier d’Henchir Chouggaf – Ouedhref. Carte de la situation

Fig. 1 : Atelier d’Henchir Chouggaf – Ouedhref. Carte de la situation
  • 1 Feuille de Gabès au 1/100 000e dressée et publiée par le Service Géographique de l’Armée (complété (...)
  • 2 L’identification d’Ad Palmam avec Aouinet s’appuie uniquement sur des arguments de distance. D’apr (...)
  • 3 La Tabula Peutingeriana (VI, 5) situe Lacene à XXII milles de Tacape. V. Guérin (1862, p. 188) a p (...)
  • 4 Ben Tahar à paraître.

1Répertorié sur l’ancienne carte topographique sous le nom de Dahret ech Chouggaf 1, le site se trouve au nord du village moderne de Ouedhref où il est bordé au sud par l’Oued el Melah (fig. 1). À en juger d’après le tracé établi par la Table de Peutinger, il est situé entre les deux stations de El Aouinet (Ad Palmam ?) 2 et Tarf el Ma (Lacene ?) dont l’identification, au demeurant hypothétique, repose uniquement sur des arguments de distance 3. Les vestiges qui ont été découverts en février 2016 lors de nos prospections se présentent sous forme d’un dépotoir faisant partie d’un atelier d’amphores (fig. 2, a). Non loin de cette zone de production apparaissent d’autres ruines, dont les restes de quelques murs doubles imposants qui pourraient se rapporter à un monument défensif 4 (fig. 2, b).

Fig. 2 : Atelier d’Henchir Chouggaf – Ouedhref

Fig. 2 : Atelier d’Henchir Chouggaf – Ouedhref

a) Dépotoir de potier ; b) Structures

clichés S. Ben Tahar

2. La production de l’atelier d’Henchir Chouggaf – Ouedhref

Fig. 3 : Atelier d’Henchir Chouggaf – Ouedhref

Fig. 3 : Atelier d’Henchir Chouggaf – Ouedhref

Déchets de cuisson d’amphores Keay 25

cliché S. Ben Tahar

  • 5 Keay 1984 ; Bonifay 2004, p. 122.
  • 6 Panella 1973.
  • 7 Riley 1979.

2Les prospections de l’atelier d’Henchir Chouggaf – Ouedhref ont livré une grande quantité de fragments d’amphores ainsi que des déchets de cuisson (fig. 3). La plupart appartiennent au type Keay 25 (fig. 4 et 5, n os   1-30), sous-types 1 (n os   1-11) et 2 (n os   12-23), permettant de dater le fonctionnement de l’atelier au iv siècle 5. D’autres types sont attestés par quelques fragments seulement : Africaine II D 6 (fig. 6, n os   31-33), Benghazi MR 1 7 (fig. 6, n° 34) et un type indéterminé (fig. 6, n° 35). La céramique commune est peu présente : on note seulement quelques fragments de cruches (fig. 7, n° 36) et de grands bols (fig. 7, n° 37).

Fig. 4 : Atelier d’Henchir Chouggaf – Ouedhref

Fig. 4 : Atelier d’Henchir Chouggaf – Ouedhref

Amphores : type Keay 25.1 (1-11) ; type Keay 25.2 (12-23) (* = fragments analysés en lame mince).

S. Ben Tahar

Fig. 5 : Atelier d’Henchir Chouggaf – Ouedhref

Fig. 5 : Atelier d’Henchir Chouggaf – Ouedhref

Amphores : type Keay 25 (24-30) (* = fragments analysés en lame mince).

S. Ben Tahar

Fig. 6 : Atelier d’Henchir Chouggaf – Ouedhref

Fig. 6 : Atelier d’Henchir Chouggaf – Ouedhref

Amphores : type Africaine II D (31-33) ; type Benghazi MR 1 (34) ; type indéterminé (35) (* = fragments analysés en lame mince).

S. Ben Tahar

Fig. 7 : Atelier d’Henchir Chouggaf – Ouedhref

Fig. 7 : Atelier d’Henchir Chouggaf – Ouedhref

Céramique commune : cruche (36) ; bol (37) (* = fragments analysés en lame mince).

S. Ben Tahar

3Dix-sept de ces fragments d’amphores et céramique commune ont été sélectionnés pour les analyses archéométriques.

4 Catalogue des fragments analysés :

  • 2 : amphore africaine, type Keay 25.1 (Inv. HC 17)
  • 3 : amphore africaine, type Keay 25.1 (Inv. HC 23)
  • 4 : amphore africaine, type Keay 25.1 (Inv. HC 24)
  • 12 : amphore africaine, type Keay 25.1 (Inv. HC 32)
  • 14 : amphore africaine, type Keay 25.2 (Inv. HC 01)
  • 16 : amphore africaine, type Keay 25.2 (Inv. HC 30)
  • 18 : amphore africaine, type Keay 25.2 (Inv. HC 22)
  • 19 : amphore africaine, type Keay 25.2 (Inv. HC 25)
  • 20 : amphore africaine, type Keay 25 (Inv. HC 31)
  • 24 : amphore africaine, type Keay 25, pointe (Inv. HC 04)
  • 26 : amphore africaine, type Keay 25, pointe (Inv. HC 26)
  • 31 : amphore africaine, type Africaine II D1 (inv. HC 5)
  • 32 : amphore africaine, type Africaine II D2 (Inv. HC 33)
  • 33 : amphore africaine, type Africaine II D2 (Inv. HC 18)
  • 34 : amphore indéterminée, Benghazi MR 1 (Inv. HC 07)
  • 36 : céramique commune africaine, cruche (Inv. HC 27)
  • 37 : céramique commune africaine, bol (Inv. HC 06)

3. Résultat des analyses archéométriques

5Ces dix-sept échantillons ont été analysés en lames minces au microscope polarisant afin de caractériser la production locale du point de vue archéométrique, en combinaison avec la typologie, en créant un groupe de référence pour les recherches sur les sites de consommation, et de distinguer les éventuelles importations sur le site d’atelier.

Tabl. 1 : Données typologiques et caractéristiques compositionnelles et techniques des pâtes

Tabl. 1 : Données typologiques et caractéristiques compositionnelles et techniques des pâtes

B = distribution bimodale. Pour consulter le tableau 1 au format .docx, se reporter au document annexe « Tableau 1 ».

C. Capelli

6Les analyses ont permis d’identifier un groupe principal, composé de la plupart (douze) des échantillons, légèrement variable à l’intérieur (groupe 1, avec quatre sous-groupes), un groupe minoritaire de trois échantillons (groupe 2) et deux échantillons isolés. Le Tableau 1 présente en synthèse les données typologiques et les caractéristiques compositionnelles et techniques des pâtes (cf. aussi fig. 8).

Fig. 8 : Atelier d’Henchir Chouggaf – Ouedhref

Fig. 8 : Atelier d’Henchir Chouggaf – Ouedhref

Microphotographies (Nicols croisés, dimension réelles 1,3 × 1)

clichés C. Capelli

7L’ensemble de plusieurs données permet de confirmer sans doute la production locale du groupe 1. Ses éléments de distinction sont (fig. 8) :

  • parmi les inclusions, une fraction fine (<0,1 mm) plus ou moins abondante et bien classée, dans laquelle se trouvent, en association au quartz dominant, des microfossiles (dissociés par la cuisson), du mica (biotite) et plusieurs minéraux lourds (notamment épidote et amphibole) ;
  • des inclusions sableuses peu abondantes de quartz, généralement arrondi (éolien) et de dimensions principalement moyennes (<0,3-0,4 mm) ;
  • de rares nodules/fragments de calcaire, parfois grossiers (jusqu’à plus de 1 mm) ;
  • une matière première argileuse d’origine principalement marine non ou peu modifiée, sans dégraissant intentionnel ;
  • un éclaircissement de la surface souvent bien évident.

8Les sous-groupes se distinguent par différents degrés de cuisson et rapports entre oxydes de fer et carbonates dans la matrice argileuse (responsables de couleurs macroscopiques différentes), pourcentages et degrés de classement de silt fin, silt grossier/sable fin et fraction sableuse majeure. Au moins une partie de ces caractéristiques pourrait être expliquée par la variabilité naturelle dans les mêmes sources de matières premières et il faudrait vérifier l’effective signification de ces sous-groupes en corrélant les données typologiques.

  • 8 Voir Ben Tahar, Bonifay, Capelli dans ce volume.

9Certaines caractéristiques texturales et compositionnelles sont assez comparables à celles d’autres productions régionales. En particulier, la présence de biotite et de minéraux lourds, peu abondants mais presque absents dans les céramiques du nord, semble se confirmer comme un des indicateurs de provenance des productions du sud de la Tunisie. On peut citer l’exemple de l’atelier de Oued el-Akarit 8, dont le groupe 1.1 en particulier est assez comparable au groupe 1 de Ouedhref.

10Du point de vue typologique, le groupe 1 comprend plusieurs amphores Keay 25.1 et 2, ainsi qu’une cruche.

11Le groupe 2 (avec deux sous-groupes) est relativement similaire au groupe 1 (fig. 8). Il se distingue notamment par le classement majeur des inclusions, la présence d’une fraction sableuse plus abondante et grossière et la rareté de la biotite, ainsi que par la composition typologique (les trois échantillons d’amphores Africaines II D). Une production régionale (ou locale) reste probable.

  • 9 Franco, Capelli 2014.

12La pâte de l’échantillon isolé du « groupe » 3 (fig. 8) se distingue encore plus du premier groupe par ses caractéristiques texturales, notamment par la fraction silteuse fine assez peu abondante et bien classée, mais une origine africaine est certaine et régionale assez probable. Cette donnée est très intéressante si on considère la typologie, car on a la preuve d’une de rares imitations africaines de l’amphore sicilienne Mid Roman 1 9.

13Le bol du « groupe » 4 (fig. 8) est encore plus isolé, avec une pâte assez grossière, caractérisée notamment par une texture feuilletée et d’abondants fossiles (dissociés), même de grandes dimensions. L’origine est africaine indéterminée.

4. Interprétation des données

14Le site d’Henchir Chouggaf – Ouedhref présente quelques similitudes avec celui d’Oued el Akarit. En effet, il est implanté au bord d’un oued et il a produit le même type d’amphore. Il s’en distingue toutefois par un emplacement plutôt continental tournant le dos à la mer et regardant vers la terre ferme. Ajoutons à cela l’absence de structures de production visibles ; contrairement à Oued el Akarit, on n’a pas relevé de monuments à vocation industrielle reconnaissables à leur disposition en batterie. Enfin, l’éventail de production de l’atelier d’Ouedhref est moins diversifié : en témoigne l’absence totale de tout indice de fabrication de céramique culinaire.

15Un tel emplacement n’est guère arbitraire : l’atelier se situerait selon toute vraisemblance non loin de la grande voie du littoral. Les Romains, en contournant la sebkha er Rahïa, ne pouvaient guère passer très loin de la zone environnante d’Ouedhref où se trouve le site.

16Aux environs immédiats de l’atelier, nous avons pu noter une relative abondance de sigillée continentale dont une partie provient de Sidi Aïch. Vu sa qualité technique moyenne et parfois médiocre, il paraît peu probable que cette catégorie de sigillée ait pu faire l’objet de commerce pour elle-même. Il s’agit là d’un complément de chargement dont le contenu essentiel était tout autre. On a affaire, par conséquent, à un indice révélateur d’un commerce caravanier dont on peine toujours à mesurer l’importance, faute de documents archéologiques explicites, excepté le fameux tarif de Zaraï.

  • 10 Pour les axes de circulation, voir Trousset 2002-2003, p. 366.
  • 11 Drine 2007.

17Le chargement principal pourrait avoir été constitué de denrées agricoles, telles que les dattes, des produits semi-confectionnés, notamment de peaux d’animaux et de ressources naturelles, en l’occurrence l’alun. Ce dernier, qui figurait dans la liste du fameux tarif de Zaraï, pourrait provenir d’après P. Trousset de l’oasis de Ghat, de Kouar ou de Nefzaoua ; il aurait été acheminé par les Garamantes 10. L’utilité de ce produit pour certaines activités artisanales, notamment pour le traitement des cuirs et pour la teinturerie, n’est plus à démontrer ; or nous savons aussi bien par les sources anciennes que par les documents archéologiques que le site de Meninx était le centre le plus important de production de pourpre en Afrique romaine 11. La production à l’échelle industrielle de cette matière tinctoriale nécessite a priori un approvisionnement régulier en alun : l’île de Lipari en aurait très probablement fourni une bonne partie.

18Toutefois, il ne nous paraît pas inopportun de supposer l’existence d’un circuit parallèle continental supplémentaire ou complémentaire pour répondre aux besoins de cette ville en termes de matière première industrielle. C’est dans cette perspective que nous proposons d’interpréter les fragments de sigillée continentale recueillis en petites quantités à Meninx dans les niveaux tardifs des iv e et v e s.

5. Conclusion

  • 12 Trousset 1982, p. 45.

19Il convient dès lors de se demander si Ouedhref ne présente pas tout simplement la configuration d’un site oasien qui aurait joué le rôle de relais dans un circuit transsaharien dont le tenant se situerait au Fezzan, à Ghadamès et au Mzab, pour ne citer que les zones les plus connues, le port de Gabès étant « le débouché possible » 12. On peut supposer que ces produits étaient acheminés par la suite vers le sud par cabotage, en guise de complément à des cargaisons maritimes constituées notamment d’amphores.

Haut de page

Bibliographie

Ben Tahar S. à paraître, « La céramique africaine à la lumière des dernières recherches archéologiques et archéométriques : bilan », dans Atti della 24th Roman Archaeological Conference, Rome (Thiasos).

Bonifay M. 2004, Études sur la céramique romaine tardive d’Afrique, Oxford (BAR Int. S. 1301).

Franco C., Capelli C. 2014, “New Archaeological and Archaeometric Data on Sicilian Wine Amphorae in the Roman Period (1st to 6th century AD). Typology, Origin and Distribution in Selected Western Mediterranean Contexts”, Rei Cretariae Romanae Fautorum Acta 43, p. 547-556. https://www.academia.edu/8330110

Drine A. 2007, « La pourpre de Meninx » Africa 21, p. 79-93.

Guérin V. 1862, Voyage archéologique dans la Régence de Tunis, I, Paris. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k104082s

Keay S. J. 1984, Late Roman Amphorae in the Western Mediterranean. A Typology and Economic Study : The Catalan Evidence, Oxford (BAR Int. S. 196).

Panella C. 1973, “Le anfore », dans A. Carandini, C. Panella (éd.) Ostia III. Le Terme del Nuotatore, Scavo degli ambienti III, VI, VII, Scavo dell’ambiente V e di un saggio nell’area SO, Roma (Studi Miscellanei, 21), p. 463-633.

Riley J.A. 1979, The Coarse Pottery from Berenice, dans J. A. Lloyd (éd.), Excavation at Sidi Khrebish Benghazi (Berenice), II, Tripoli (Supplement to LibAnt), p. 91-467.

Tissot Ch.-J. 1888, Géographie comparée de la province romaine d’Afrique, II. Chorographie. Réseau routier (publié par S. Reinach), Paris (Exploration scientifique de la Tunisie. Géographie ancienne), Paris. https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k57280422

Trousset P. 1982, « Le franchissement des chotts du Sud tunisien dans l’antiquité », AntAfr 18, p. 45-59. https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1982_num_18_1_1084

Trousset P. 2002-2003, « Le tarif de Zaraï : essai sur les circuits commerciaux dans la zone présaharienne », AntAfr 38-39, p. 355-373. https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_2002_num_38_1_1373

Haut de page

Document annexe

  • Tableau 1 (application/vnd.openxmlformats-officedocument.wordprocessingml.document – 22k)
Haut de page

Notes

1 Feuille de Gabès au 1/100 000e dressée et publiée par le Service Géographique de l’Armée (complétée en 1928).

2 L’identification d’Ad Palmam avec Aouinet s’appuie uniquement sur des arguments de distance. D’après la Table de Peutinger (VI, 5), c’est une station sur une voie proche du littoral, à XXII milles (une trentaine de km) de Tacape en direction de Macomades Minores. Ch. Tissot (1888, p. 195) a proposé de corriger XXII en XII. Il serait intéressant de reprendre le dossier en prospectant toute cette zone, ce que nous envisageons de faire.

3 La Tabula Peutingeriana (VI, 5) situe Lacene à XXII milles de Tacape. V. Guérin (1862, p. 188) a proposé, quant à lui, de localiser Lacene à Tarf-el-Ma en observant que, si Tacape se trouve en ligne droite à XVIII milles de Lacene, le détour par les oasis de Metouia et Oudhref rallonge la distance de 4 milles.

4 Ben Tahar à paraître.

5 Keay 1984 ; Bonifay 2004, p. 122.

6 Panella 1973.

7 Riley 1979.

8 Voir Ben Tahar, Bonifay, Capelli dans ce volume.

9 Franco, Capelli 2014.

10 Pour les axes de circulation, voir Trousset 2002-2003, p. 366.

11 Drine 2007.

12 Trousset 1982, p. 45.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Atelier d’Henchir Chouggaf – Ouedhref. Carte de la situation
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/995/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Fig. 2 : Atelier d’Henchir Chouggaf – Ouedhref
Légende a) Dépotoir de potier ; b) Structures
Crédits clichés S. Ben Tahar
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/995/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 735k
Titre Fig. 3 : Atelier d’Henchir Chouggaf – Ouedhref
Légende Déchets de cuisson d’amphores Keay 25
Crédits cliché S. Ben Tahar
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/995/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 4 : Atelier d’Henchir Chouggaf – Ouedhref
Légende Amphores : type Keay 25.1 (1-11) ; type Keay 25.2 (12-23) (* = fragments analysés en lame mince).
Crédits S. Ben Tahar
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/995/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Titre Fig. 5 : Atelier d’Henchir Chouggaf – Ouedhref
Légende Amphores : type Keay 25 (24-30) (* = fragments analysés en lame mince).
Crédits S. Ben Tahar
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/995/img-5.png
Fichier image/png, 75k
Titre Fig. 6 : Atelier d’Henchir Chouggaf – Ouedhref
Légende Amphores : type Africaine II D (31-33) ; type Benghazi MR 1 (34) ; type indéterminé (35) (* = fragments analysés en lame mince).
Crédits S. Ben Tahar
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/995/img-6.png
Fichier image/png, 92k
Titre Fig. 7 : Atelier d’Henchir Chouggaf – Ouedhref
Légende Céramique commune : cruche (36) ; bol (37) (* = fragments analysés en lame mince).
Crédits S. Ben Tahar
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/995/img-7.png
Fichier image/png, 17k
Titre Tabl. 1 : Données typologiques et caractéristiques compositionnelles et techniques des pâtes
Légende B = distribution bimodale. Pour consulter le tableau 1 au format .docx, se reporter au document annexe « Tableau 1 ».
Crédits C. Capelli
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/995/img-8.png
Fichier image/png, 76k
Titre Fig. 8 : Atelier d’Henchir Chouggaf – Ouedhref
Légende Microphotographies (Nicols croisés, dimension réelles 1,3 × 1)
Crédits clichés C. Capelli
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/995/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sami Ben Tahar et Claudio Capelli, « L’atelier céramique d’Henchir Chouggaf (Ouedhref, Tunisie) »Antiquités africaines, 54 | 2018, 157-166.

Référence électronique

Sami Ben Tahar et Claudio Capelli, « L’atelier céramique d’Henchir Chouggaf (Ouedhref, Tunisie) »Antiquités africaines [En ligne], 54 | 2018, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/antafr/995 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.995

Haut de page

Auteurs

Sami Ben Tahar

Institut National du Patrimoine, Tunis

Articles du même auteur

Claudio Capelli

Dipartimento di Scienze della Terra, dell’Ambiente e della Vita (DISTAV), Università degli Studi di Genova, Gênes. Collaborateur associé au Centre Camille Jullian (Aix Marseille Univ, CNRS, CCJ, Aix-en-Provence, France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search