Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Colloque APAD 2018Peuples mobiles : configurations ...

Colloque APAD 2018

Peuples mobiles : configurations transversales

Engin Isin
p. 129-144

Résumés

Cet essai tente de penser les « peuples mobiles » comme concept politique. Je considère les peuples mobiles comme norme et non exception, davantage comme des sujets politiques que des peuples sujets. Après avoir discuté la tension entre « peuples » et « mobiles », je m’appuierai sur l’ontologie historique de Ian Hacking pour comprendre comment un peuple advient. Et pour comprendre l’advenir du peuple, ou plutôt la tension entre un peuple qui se constitue comme un tout et ces peuples qui restent à la marge, je m’appuie sur Giorgio Agamben, Jacques Rancière et Ernesto Laclau, qui ont identifié cette tension comme problème fondamental de la pensée politique « occidentale ». Toutefois, leur indifférence au territoire me rapproche des travaux de James Scott sur les premiers États, qui remettent en question notre appréhension usuelle des peuples comme initialement sédentaires. Sa description du mécanisme selon lequel les « barbares » (peuples mobiles) finissent par être considérés comme une menace envers les peuples sédentaires nous permet de comprendre cette tension. Dès lors s’ouvre la voie à une réflexion sur les peuples mobiles en tant que concept politique.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Introduction
Qu’est-ce qu’un peuple ?
Qu’est-ce que le peuple ?
Peuples mobiles : configurations transversales

Aperçu du texte

Introduction

Au cours des deux dernières décennies, les recherches en matière d’études migratoires, réfugiés, citoyenneté et mobilité, ont montré que la mobilité humaine repose sur des mouvements complexes : migrations itératives entre pays, relocalisations de masse et déplacements dans un même pays et entre les villes et régions, géographies mixtes complexes et inégales, histoires imbriquées de mouvements récurrents et saisonniers, usage accru des technologies mobiles dans des pratiques de gouvernance et résistance, recoupement d’identités affectives, culturelles et politiques, formations hybrides culturelles, linguistiques et sociales (Cresswell, 2006 ; Elliott et Urry, 2010 ; Hannam et al., 2016 ; Merriman, 2012). Ces recherches ont déporté notre attention de la migration décrite comme mouvement à sens unique généralement par-delà et à l’intérieur des frontières étatiques. Cette attention se porte désormais sur le fait que les peuples mobiles, dans leurs multiples facettes et de m...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Engin Isin, « Peuples mobiles : configurations transversales  »Anthropologie & développement, 50 | 2019, 129-144.

Référence électronique

Engin Isin, « Peuples mobiles : configurations transversales  »Anthropologie & développement [En ligne], 50 | 2019, mis en ligne le 19 décembre 2020, consulté le 25 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/anthropodev/856 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anthropodev.856

Haut de page

Auteur

Engin Isin

Professeur de politique internationale, Queen Mary University of London (QMUL) et Institut de l’université de Londres à Paris (ULIP) ; engin.isin[at]qmul.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Anthropologie & développement est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association APAD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search