Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24 bis (hors-série)Expériences et écritures sensiblesAnthropologie d’un effondrement.F...

Expériences et écritures sensibles

Anthropologie d’un effondrement.
Flottements avec Sandrine Musso dans la cité phocéenne

Mikaëla Le Meur et Maud Saint-Lary

Texte intégral

1Habitante de longue date de la ville de Marseille, Sandrine Musso est attachée à la cité phocéenne de mille et une manières : c’est une ville qu’elle aime, où elle vit, où elle travaille, où elle déambule. Et si ses enseignements ont lieu à Aix-en-Provence, elle traverse quotidiennement le centre-ville de Marseille, depuis le quartier de la Conception et de la Plaine (place Jean Jaurès), souvent pour se rendre au Centre Norbert Elias, installé sous les combles de la Vieille Charité, dans le quartier du Panier. Le quartier de Noailles, le « ventre de Marseille », est au croisement de tous ses chemins. Dans la rue d’Aubagne, où elle a mené des enquêtes de terrain, elle connaît la plupart des commerçants et de nombreux habitants. Aussi, au moment des effondrements d’immeubles qui ont eu lieu le 5 novembre 2018 dans cette rue vivante et fréquentée, ses expériences personnelles et professionnelles de la ville se rencontrent brutalement, puis se transforment, dans les semaines qui suivent, en un profond désir d’agir. C’est de cet élan qu’est né notre trio « Après l’effondrement », un petit collectif engagé dans une enquête citoyenne d’anthropologie publique, une démarche que Sandrine a incarnée, tout en portant une attention aux actes de soin et d’écoute compréhensive de sa ville endeuillée.

2 + 2 font 3 : la démarche flottante du trio 

2Notre trio s’est constitué par la conjugaison d’un besoin intime de ne pas rester les bras croisés face à cet événement qui nous affectait, d’une indignation partagée face au drame du logement indigne, et de l’initiative de Sandrine, éternelle tisseuse de liens qui nous donna rendez-vous dans un café marseillais, un mercredi matin :

Pour notre premier apéritif de l’année 2019 qui commençait, nous avons décidé avec mon amie Maud Saint-Lary Maïga qui se demandait « quoi faire », de débuter un terrain par des observations flottantes une demi-journée par semaine. L’opportunité d’une formation au son et à l’écriture sonore proposée par Mahé Ben Hamed à la fabrique des écritures du Centre Norbert Elias me donna la chance de rencontrer Mikaëla Le Meur. Le collectif « Après l’effondrement » est né de notre intention commune de rendre compte de l’épaisseur, de la dimension sensible et tragique de ce à quoi nous assistions. L’effondrement, figure dominante des récits du futur qui peuple nos présents n’était pas devant nous : il avait déjà eu lieu. (Sandrine Musso, « Pourquoi un travail sur l’effondrement... et après ? », billet du 3/9/2019, sur le blog Après l’effondrement)

3Deux mois s’étaient écoulés après le drame de la rue d’Aubagne lorsque nous avons commencé à travailler. Marseille était en émoi. Il y avait eu plusieurs manifestations : la « marche blanche » et silencieuse quelques jours après les effondrements (le 10 novembre), la « marche de la colère » agitée du 14 novembre, puis régulièrement toutes ces mobilisations urbaines, où la question de l’habitat indigne s’invitait au milieu d'un mouvement des gilets jaunes émergent. Depuis le 5 novembre, les arrêtés de péril avaient commencé à pleuvoir sur les innombrables bâtiments décrépis qui menaçaient la ville d’une réplique du drame. Ces fermetures d’immeubles ont délogé dans l’urgence des centaines d’habitants des quartiers centraux et périphériques : 1 500 personnes évacuées dans les quinze premiers jours et jusqu’à 5 000 deux ans plus tard (Dorier, 2020). Parce que le « laisser pourrir » de la politique municipale de l’habitat allait de pair avec un laisser mourir les populations précaires (Peraldi & Samson, 2006 ; Pujol, 2016) les photographies dénonçant des politiciens marchands de sommeil étaient placardées partout sur les murs (photographies 1 et 2 ci-dessous).

Affiches appelant à la démission d’élus (© S. Musso, avril 2019)

4En s’adossant à des associations engagées de longue date contre le mal-logement ou la gentrification (la Fondation Abbé Pierre, Un centre-ville pour tous, etc.), plusieurs collectifs s’étaient très vite constitués pour venir en aide aux victimes des effondrements et à toutes les personnes délogées : le Collectif du 5 Novembre – Noailles en colère, Marseille en colère, ou encore les collectifs professionnels regroupant des juristes, des psychologues, des cinéastes (Le Meur et al., 2021).

5Dans ce contexte bouillonnant, nous pensions que l’anthropologie pouvait apporter un regard singulier et mettre ses savoir-faire en partage : recueillir la parole des personnes concernées par le drame, faire le récit des différentes expériences mais également collecter toutes les traces matérielles, souvent éphémères, que la ville laissait. Nous avons expérimenté une méthodologie de travail collectif fondée sur la mutualisation : il s’agissait d’une nécessité car le trio fonctionnait parfois en duo(s), voire en solo(s), chacune de nous en sentinelle, mobilisant les autres et partageant ses découvertes. Les mercredis matin marquaient nos retrouvailles. Cette mutualisation s’est opérée à tous les niveaux de la production anthropologique, à la manière d’une expérience totale : dans le choix de l’objet, dans les problématiques que nous avons voulu traiter, lors des observations flottantes, avec les personnes à rencontrer, pour partager des lectures, dans les échanges à bâtons rompus, au moment de la création de notre blog, pendant l’écriture à six mains d'un article pour la revue Urbanités (Le Meur et al., 2021). Nous avons conduit des entretiens ensemble ou individuellement, mais ceux-ci faisaient toujours l’objet d’un partage et même d’une écoute collective pour en relever les aspects pertinents, les discuter et les comprendre. À trois, nous avons essayé d’être présentes dans tous les temps forts de la vie urbaine et de la lutte contre l’habitat indigne, lors des commémorations, des rassemblements et des manifestations, en vivant ces moments parfois par procuration, via le récit détaillé de l’une et/ou de l’autre. Plus que de réunions, nos mercredis étaient faits de discussions informelles autour d’un attiéké, d’un petit déjeuner, d’un café. En somme, notre trio a été un espace de travail collectif épanouissant et libre, sans pression sur le résultat.

6Les mercredis matin que nous avions sanctuarisés nous ont permis d’appliquer ensemble l’« observation flottante » proposée par Colette Pétonnet, une méthode d'observation dans la ville qui consiste à « rester disponible » (Pétonnet, 1982). Lors de l’une de ces déambulations collectives dans Marseille, nous avons descendu la Canebière et nous sommes entrées dans la Cité des associations où des repas étaient organisés pour les victimes des effondrements. « C’est là que les sinistrés viennent manger tous les soirs », avait précisé l’hôtesse d’accueil. Ce terme de « sinistré » n’avait pas manqué de nous interpeler. Comme l’avait relevé Sandrine, on emploie habituellement ce mot pour désigner les victimes d’une catastrophe naturelle et elle l’avait mis en relation avec une image ironique affichée sur un mur, qui lui avait beaucoup plu (photographie 3 ci-dessous).

Le visage de Jean-Claude Gaudin sur les murs de Marseille (© M. Le Meur, mars 2019)

7La suite de nos investigations nous a montré combien les mots n’ont rien d’anodin, une attention au langage que Sandrine réactivait régulièrement durant nos rencontres et nos discussions, questionnant en permanence le sens des termes utilisés par les acteurs. Au centre d’accueil de la rue Beauvau, dédié aux habitants dont les immeubles avaient été frappés d’un arrêté de péril imminent, l’employée postée à l’entrée nous avait ainsi rectifiées : « nous ne parlons pas de délogés, ici se sont des évacués ! ». Pour montrer sa réactivité face à un drame exogène – rappelons ici que le maire de l’époque, Jean-Claude Gaudin, avait attribué la responsabilité des effondrements à la pluie –, la ville avait effectivement plus intérêt à parler d’évacués que de délogés. Cette seconde dénomination, souvent utilisée par les associations venant en aide aux marseillais ayant dû quitter leur maison, pouvait être remplacée par celle, encore plus forte, d’« expulsés ». Nos flottements ethnographiques nous ont amenées à rencontrer des militants qui défendaient ce dernier terme, faisant ainsi référence aux situations nombreuses où les arrêtés de péril sont une aubaine pour expulser les habitants d’un centre-ville ciblé par les promoteurs immobiliers. Ces mêmes militants employaient aussi le terme de « martyrs » pour qualifier les victimes des effondrements, comme lors des commémorations anniversaires. Au cœur du quartier de Noailles, sur la place Homère renommée « place du 5 novembre », les personnes présentes se rassemblaient près de l’autel dédié « aux 8 martyrs de la rue d’Aubagne », pour y partager huit minutes de silence (photographie 4 ci-dessous).

La bannière d’hommage aux martyrs du 5 novembre 2018 (© M. Le Meur, juin 2019)

8En observant et en participant à ces mobilisations collectives, nous avons pris part au mouvement post-5 novembre, à la fois dedans et dehors, attentives à ne pas perdre notre réflexivité, comme des anthropologues de la cité.

Une anthropologie publique et sonore

(Les archives du présent) c’était tout bonnement cette peur de la disparition des traces, et du coup être dans quelque chose qui est un vieux geste de l’anthropologie d’aller regarder des choses avant qu’elles ne disparaissent » (Sandrine, émission L’Art de l’écoute sur Radio Grenouille, 14.09.2020)

9Dès la constitution du trio, nous avons discuté des formes de restitution adaptées à notre démarche d’enquête et comme il s’agissait d’une recherche non académique, la priorité nous semblait être de rendre public notre travail au-delà des cercles universitaires habituels. Notre blog « Après l’effondrement : Habiter Marseille après le 5 novembre 2018 » a été un outil central pour rendre visibles des « archives du présent » constituées au fil de notre recherche. Ces archives publiées en ligne visaient à rendre compte de nos propres enquêtes, mais aussi à relayer les multiples initiatives apparues suite aux effondrements, qu’elles soient militantes, artistiques ou scientifiques. Nous avons en effet pris conscience que notre démarche spontanée était loin d’être isolée et qu’elle s’inscrivait dans un mouvement de mise en récit du drame. Outre des médias locaux très investis dans l’information sur la problématique de l’habitat indigne – comme Marsactu – différents collectifs et individus ont produit une variété de contenus, notamment des entretiens filmés ou enregistrés avec des victimes ou des personnalités engagées dans le « mouvement post-5 novembre ». Nos archives venaient donc s’additionner aux autres productions et résonner avec celles du collectif des cinéastes, du journal mensuel et de la webradio Zibeline, ou encore avec celles d’Alain Barlatier, réalisateur du film « Après l’effondrement », qui a mis ses vidéos d’entretiens en accès libre sur son blog. À cela s’ajoute le travail scientifique d’Elisabeth Dorier (2020) qui, avec ses compétences de géographe, a élaboré une « veille cartographique » des évacuations et des relogements en suivant les arrêtés de péril imminents. On peut également évoquer le livre de Karine Bonjour, Rue d’Aubagne. Récit d’une rupture (Bonjour, 2019) qui a également pour objectif de compiler des traces de cet événement (tweets, slogans, dessins, chansons, textes, photographies) ainsi que l’installation sonore « 65 rue d’Aubagne », de Mehdi Ahoudig et Annika Erichsen, présentée lors de la biennale d’art contemporain Manifesta 13 en 2020.

10Cet inventaire non exhaustif des multiples démarches de collecte et de constitution d’une mémoire collective a même abouti à une forme de patrimonialisation des effondrements du 5 novembre 2018, par l’inauguration, trois ans plus tard au Musée d’histoire de Marseille, de l’exposition « Rue des Musées/Musée de la Rue » – « Prendre place, acte I ». Cette exposition s’ouvre sur une maquette du quartier de Noailles, où ont eu lieu les effondrements. Réalisée par des d’étudiants architectes et restaurée par les collectifs impliqués, les différentes parties de la maquette ont été portées jusqu’au musée depuis la rue d’Aubagne, le jour du troisième anniversaire du drame, durant lequel hommage aux victimes et inauguration d’exposition se sont entremêlés (photographie 5 ci-dessous). Sandrine n’aurait probablement pas raté cet événement collectif reliant, par la déambulation, le ventre de Marseille et le centre Bourse, deux hauts lieux de bouleversements sociaux et urbanistiques qui marquent encore l’histoire de la cité.

Arrivée de la maquette du quartier de Noailles au Centre Bourse (© M. Le Meur, 5 novembre 2021)

11Ce sont ces anciennes histoires marseillaises qu’avait relatées Alèssi Dell’Umbria lors d’une table ronde sur la responsabilité et l’engagement face au désastre, dont Sandrine avait fait un compte rendu sur notre blog. Il avait été question des destructions de quartiers populaires installés derrière la Bourse au début du xxe siècle, engendrant l’expulsion de plus de 7 000 personnes. Reliant, comme toujours, le passé et le présent, mais aussi différents contextes d’engagement, Sandrine avait fait siens, dans ce billet de blog, les mots de la philosophe Joëlle Zask, qui expliquait que l’écriture de son livre sur les méga-feux provenait « d’un sentiment de blessure, de perte, de désorientation dans un lieu qui lui était familier où un feu s’est déclaré », tout comme l’effondrement avait touché Sandrine dans ce quartier de Noailles qui lui était si familier. L’anthropologue avait noté les mots de la philosophe, considérant que « connaître c’est agir » et qu’au lieu d’être « agité », d’être « passif », il valait mieux « intervenir dans la situation ». Stimulée par la qualité des échanges entre intellectuels qui avaient eu lieu lors de cette programmation du festival des sciences sociales « Allez Savoir », Sandrine était rentrée chez elle en remontant la rue d’Aubagne à pied. Elle songeait alors que cet événement restait peu accessible aux Marseillais. « Comment des moments scientifiques ayant pour intention de faire vivre les sciences sociales dans la ville pourraient être pensés aussi en lien avec les luttes et collectifs existants localement ? » s’était-elle interrogée.

12En plus de cet engagement que Sandrine défendait, l’anthropologie publique suppose une écriture en dehors des canons scientifiques pour permettre la diffusion, de manière élargie, de résultats intermédiaires : capsules sonores, photographies et descriptions sur le vif de situations rencontrées au cours de nos observations sont les formes d’écriture que nous avons expérimentées. C’est pourquoi également, nous rendions compte d’événements auxquels nous étions partie prenante (commémoration, manifestation, rassemblement). Parmi ces récits, nous avons accordé une grande place au son, qui a accompagné l’enquête depuis ses prémices et qui réenchantait la pratique de terrain de Sandrine. Toutes nos déambulations, tous nos entretiens, étaient enregistrés avec pour objectif de réaliser des capsules sonores, que nous espérions, à l’origine, nombreuses et variées. Ce fût le début de cette période où Sandrine ne sortait plus sans son casque et son enregistreur, à l’écoute des moindres bruits de la ville. Nous n’avons pas accès à toutes ses archives sonores, qui nous auraient permis de plonger dans la sensibilité et l’oreille de notre amie.

Sandrine enregistre un rassemblement au quartier de La Plaine (© M. Le Meur, septembre 2019)

13Cette attention commune aux sons nous a fait réaliser que les effondrements des immeubles n’avaient pas fait beaucoup de bruit. Ainsi, pour une commerçante du bas de la rue d’Aubagne rencontrée lors de nos enquêtes, « ça a fait juste un pschitt », « comme un château de cartes ». Mais l’absence de bruit peut aussi être métaphorique, comme nous l’avons montré dans le documentaire sonore que nous avons réalisé. Une voix, celle de Fathi, souligne l’absence de la moindre allusion aux effondrements lors de la réunion au conseil régional auquel il participait le jour même du drame. Visiblement, dans les premières heures qui l’ont suivi, cet événement n’a pas eu de retentissement dans certaines sphères politiques. Deux immeubles s’effondrent et cela ne perturbe pas les oreilles des élus. Sandrine, elle, était à l’écoute de sa ville et de ses habitants.

Ouverture/fermeture : ces drames qui façonnent

14Notre expérience marseillaise avec Sandrine était ouverte sur la ville, sur ses réseaux de relation, ses militants, ses cultures et ses histoires populaires. Elle ouvrait un champ des possibles anthropologiques pour notre petit collectif, qui expérimentait des manières de travailler ensemble, d’enquêter et de raconter la recherche en train de se faire. L’histoire du « trio des effondrées » (capable d’ironiser en toutes circonstances, Sandrine avait jugé pertinent de nous nommer ainsi après l’annonce de sa maladie) s’est ouverte sur un drame, le 5 novembre 2018, et s’est progressivement refermée à la suite d’un autre drame, celui du diagnostic posé sur Sandrine en janvier 2020, qui ne l’a pas empêché pendant de longs mois de continuer à s’investir dans ce projet qui lui tenait à cœur. L’effondrement faisait désormais partie d’elle, une raison de plus pour filer la métaphore du corps de l’intime au politique à l’image de cet article intitulé « The Mindfull Body » qu’elle affectionnait particulièrement (Scheper-Hughes & Lock, 1987). La ville de Marseille était touchée dans son « ventre » et dans l’alignement des immeubles de la rue d’Aubagne, une « dent creuse » : le trou laissé par les effondrements. Pour Sandrine, continuer le travail d’archivage du présent était peut-être une manière de maîtriser le temps qui a filé à toute allure. C’est maintenant à nous de lire dans les traces qu’elle nous a laissées, de découvrir tous les petits recoins du monde qu’elle a reliés et d’explorer la toile qu’elle a tissée, pleine de ses idées, de ses mots et de sa pensée.

Haut de page

Bibliographie

BONJOUR K., 2019. Rue d’Aubagne. Récit d’une rupture. Marseille, Parenthèses.

DORIER E., 2020. « Marseille, fragmentation et enjeux du mal-logement, une veille géographique (2018-2020) », Aix Marseille Université, LPED, Carnet de recherche « Urbanicités », https://urbanicites.hypotheses.org/2872 (page consultée le 31/05/2022).

LE MEUR M., S. MUSSO et M. SAINT-LARY, 2021. « Habiter la ville effondrée. Marseille après le 5 novembre 2018 », Urbanités, 15 [en ligne] www.revue-urbanites.fr/15-lemeur-etal/ (page consultée le 31/05/2022).

PERALDI M. et SAMSON M., 2006. Gouverner Marseille. Enquête sur les mondes politiques marseillais. Paris, La Découverte.

PÉTONNET C., 1982. « L’observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien », L’Homme, 22, 4 : 37-47.

PUJOL P., 2016. La Fabrique du monstre. Paris, Les Arènes.

SCHEPER-HUGHES N. et LOCK M. M., 1987. « The Mindful Body: A Prolegomenon to Future Work in Medical Anthropology », Medical Anthropology Quarterly 1, 1 : 6-41.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Affiches appelant à la démission d’élus (© S. Musso, avril 2019)
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/11600/img-1.png
Fichier image/png, 594k
Légende Le visage de Jean-Claude Gaudin sur les murs de Marseille (© M. Le Meur, mars 2019)
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/11600/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende La bannière d’hommage aux martyrs du 5 novembre 2018 (© M. Le Meur, juin 2019)
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/11600/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
Légende Arrivée de la maquette du quartier de Noailles au Centre Bourse (© M. Le Meur, 5 novembre 2021)
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/11600/img-4.png
Fichier image/png, 604k
Légende Sandrine enregistre un rassemblement au quartier de La Plaine (© M. Le Meur, septembre 2019)
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/11600/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mikaëla Le Meur et Maud Saint-Lary, « Anthropologie d’un effondrement.
Flottements avec Sandrine Musso dans la cité phocéenne »
Anthropologie & Santé [En ligne], 24 bis (hors-série) | 2022, mis en ligne le 24 mai 2022, consulté le 14 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/anthropologiesante/11600 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anthropologiesante.11600

Haut de page

Auteurs

Mikaëla Le Meur

LEST (Laboratoire d’économie et de sociologie du travail), UMR 7317, CNRS - Aix-Marseille Université, 35 avenue Jules Ferry, 13626 Aix-en-Provence Cedex 01 (France), mikaela.le-meur@univ-amu.fr

Maud Saint-Lary

IMAf-LaSSA/IRD, Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme (MMSH), 5 rue du château de l’Horloge, CS 90412, 13097 Aix-en-Provence cedex 2 (France), maud.saint-lary@ird.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search