Navigation – Plan du site
Dossier thématique

La parenté au crible de la génétique

L’offre de service de deux banques de sperme européennes
Kinship through genetic screening: the range of services in two European sperm banks
Jean-Hugues Déchaux

Résumés

La procréation humaine, déjà soumise à une technicisation et une médicalisation croissantes, est depuis peu l’objet d’un processus de « marchandisation » dont le marché international des gamètes est une illustration. Dans le but de cerner les normes et valeurs promues par ce type de commerce, qui se développe principalement sur Internet, l’article procède à une analyse détaillée de l’offre de services de deux banques de sperme en position de leadership sur le marché européen. Il ressort que la communication commerciale et la gamme de services proposée entretiennent la croyance en une héritabilité des traits personnels et relèvent d’une logique de moindre risque pour laquelle la sélection biogénétique du donneur et des gamètes est présentée comme l’équivalent d’une assurance. La « marchandisation » du sperme produit donc des effets sur les représentations sociales de la procréation et de la parenté.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les bouleversements dans la manière de concevoir les enfants font partie des changements les plus profonds que les sociétés occidentales aient connus au cours des dernières décennies. Cette « révolution des méthodes de procréation » (Pulman, 2010) se traduit par une médicalisation et une technicisation croissantes de la reproduction, processus déjà ancien mais qui s’est notablement accéléré et intensifié depuis environ cinquante ans avec la diffusion de la contraception chimique, la programmation des naissances, de nouvelles techniques de reproduction médicalement assistée et de nombreuses innovations biomédicales permettant un suivi continu des grossesses. Parallèlement à cette emprise de la technologie médicale, qui est un fait bien établi, d’autres tendances émergentes existent qui contribuent aussi, à leur échelle, à remodeler l’expérience de la procréation et de la filiation. L’une d’elles est l’extension du marché au domaine de la santé et notamment à celui de la procréation. Cet article se propose d’explorer ce processus de « marchandisation » en s’intéressant à un marché international en plein essor, celui du sperme.

2Parler de « marchandisation » pour désigner la circulation marchande des gamètes et les nombreuses transactions auxquelles elle donne lieu n’est pas une figure de style. Les banques de sperme forment désormais une véritable industrie du secteur biomédical avec la constitution de groupes internationaux s’adressant à une clientèle variée et nomade, composée pour l’essentiel d’internautes qui font jouer la concurrence entre des établissements contraints d’innover sans cesse dans leur offre de services. Il existe désormais un véritable marché et donc un commerce des gamètes, du sperme en particulier, celui des ovocytes étant beaucoup moins développé (Almeling, 2007 ; Martin, 2014). Or le marché, quel qu’il soit, n’est pas simplement le produit d’une réalité préexistante, celle d’une demande sociale à laquelle l’offre marchande ne serait qu’une réponse neutre. Il faut alors se demander quels sont les effets sur le plan des représentations touchant à la procréation et, plus largement, à la parenté de cette « commodification » du sperme, pour reprendre un terme de la sociologie anglo-saxonne qui désigne la mise sur le marché de substances corporelles faisant l’objet de transactions entre producteurs et consommateurs (Kroløkke et al., 2012 ; Gammeltoft & Wahlberg, 2014).

  • 1 Une version antérieure de ce texte a bénéficié des critiques de Maks Banens (démographe et sociolog (...)

3À cette question, on répondra à partir de l’étude de deux banques de sperme qui occupent une position de leadership sur le marché européen. L’analyse portera sur l’offre de services et le discours marketing de ces deux établissements dans l’objectif de cerner les normes et valeurs relatives à la procréation et à la parenté que ces prestations marchandes concourent à promouvoir. Sans perdre de vue que l’étude conduite se place du point de vue de l’offre et nécessiterait la réalisation d’une étude symétrique et complémentaire qui se situerait cette fois du côté de la demande, on pourra apprécier de la sorte quels sont les effets de la « marchandisation » des gamètes sur la reproduction humaine1.

Le marché globalisé du sperme

  • 2 Pour H. Muller, la congélation du sperme permettra une amélioration génétique de la population grâc (...)
  • 3 Pour l’histoire de la « Nobel Sperm Bank » : cf. Poltz (2001).

4À l’origine de la création des banques de sperme réside une innovation technique qui remonte aux années 1930 : la cryoconservation du sperme (Daniels & Golden, 2004). Utilisée au cours des décennies suivantes, notamment aux États-Unis, pour la reproduction du bétail, sa transposition à la reproduction humaine n’est pas, dans un premier temps, techniquement maîtrisée. Mais, en 1953, les difficultés sont résolues et deux chercheurs américains annoncent la naissance de quatre enfants conçus à partir de sperme congelé. L’idée de créer des banques de sperme voit alors le jour. Convaincu que cette innovation est un moyen de rationaliser la reproduction humaine, le généticien américain Hermann Muller, prix Nobel 1965, imagine un « seminal Fort Knox » (un Fort Know séminal) protégeant les précieuses paillettes congelées d’une possible radiation suite à une attaque nucléaire2. Au cours des années 1970, reprenant une idée de Muller, le milliardaire Robert Clark Graham projette de créer une banque de sperme pour les lauréats du prix Nobel, the Repository for Germinal Choice : elle ouvre en 1980, recrute ses donneurs parmi de jeunes scientifiques (dont un seul prix Nobel), permet la naissance de 15 à 20 enfants par an, mais, faute de donneurs, l’établissement ferme en 19993. C’est au cours de la décennie 1970 que la cryoconservation du sperme devient une industrie (Mamo, 2005). Les procédés de congélation se simplifient et sont plus fiables. Certains biologistes de la reproduction estiment que la cryoconservation pourrait être un marché lucratif et cesser d’être pratiquée à petite échelle, au cas par cas, dans les cabinets médicaux. La première banque de sperme commerciale ouvre aux États-Unis en 1972. Il faut cependant attendre les années 1990 — le recours au sperme frais pour les inséminations artificielles étant jugé risqué suite à quelques cas d’infection HIV — pour que la demande en faveur du sperme congelé croisse substantiellement. Dès lors, la cryoconservation, en permettant de dissocier le moment du recueil du sperme et celui de son utilisation, va participer à l’essor de la procréation médicalement assistée (PMA).

  • 4 Marcia C. Inhorn et Zeynep B. Gürtin (2011) suggèrent de rajouter la notion de « bioscape » à la li (...)

5Depuis vingt ans le marché du sperme est un secteur industriel en pleine croissance. Après s’être multipliées au cours des années 1990, les banques de sperme ont connu un processus de concentration : au début des années 2000, on recensait aux États-Unis une trentaine d’établissements, dont cinq dominaient largement le marché nord-américain, contre plus de 130, dix ans plus tôt (Daniels & Golden, 2004 : 16). Aujourd’hui, le marché s’est internationalisé et il existe de très gros établissements ayant des filiales dans plusieurs pays. En Europe, il est dominé par des entreprises danoises dont la clientèle, composée aussi bien de couples (hétérosexuels ou de même sexe) que de femmes célibataires, est internationale. Son caractère globalisé s’explique en partie par le développement du numérique. Les banques de sperme tirent profit de deux grands types d’innovations : les premières concernent l’ingénierie génétique et la médecine reproductive, et les secondes, Internet. Elles procèdent d’un double mouvement d’abstraction de la reproduction humaine : la séparation du donneur de gamètes et du receveur liée à la technique de cryoconservation ; et la communication numérique qui, en abolissant l’espace, rend littéralement possible une « globalisation des gamètes », un couple français pouvant, s’il le souhaite, choisir un donneur scandinave et ce, de chez soi, sans avoir à se déplacer. La circulation des gamètes, et plus généralement des substances biologiques, est en train de devenir une composante de la globalisation au même titre que les flux de personnes, de capitaux, de technologies, d’images et d’idées (Inhorn & Gürtin, 2011)4.

6L’étude qui suit s’appuie sur une analyse de contenu des sites internet de deux banques de sperme danoises, leaders en Europe. Il n’est pas étonnant que le Danemark soit en pointe sur ce marché. D’une part, la législation danoise en matière de PMA est parmi les plus libérales au monde, célibataires et couples de même sexe ayant le droit de recourir à l’insémination artificielle depuis 2007 ; d’autre part, la société danoise, comme ses voisines scandinaves, entretient depuis le début du XXe siècle un rapport particulier à l’idée de sélection reproductive — politique de stérilisation à grande échelle, volontaire ou obligatoire, pratiquée jusqu’aux années 1960 ; enregistrement des maladies héréditaires de l’ensemble de la population au cours des années 1920-1930 ; politique de santé publique fondée sur la notion d’« hygiène génétique », y compris après la seconde guerre mondiale (Drouard, 1996) — au point que certains historiens ont pu parler d’une « eugénique à la scandinave » (Zylberman, 2004) participant de l’élaboration d’un Etat-providence de type social-démocrate.

7Cryos International (CI)5 et European Sperm Bank (ESB)6 sont deux banques de sperme très présentes sur le marché européen. Fondé en 1987 au Danemark, CI se veut « la plus grande banque de sperme au monde » avec un catalogue d’environ 500 donneurs et une clientèle répartie sur 80 pays. En 2001, CI s’introduit sur le marché nord-américain en créant une filiale aux Etats-Unis. À partir de 2006, est proposée pour ceux qui le souhaitent la formule du don « ouvert » (donneur non anonyme). En 2009, CI, qui fournissait jusqu’alors uniquement des cliniques, s’ouvre aux particuliers. Le sperme acheté par un particulier peut être livré à une clinique pour une insémination médicale ou à domicile pour une insémination « artisanale ». ESB, installé au Danemark et disposant d’un catalogue de plus de 400 donneurs (dont 239 pour le marché français7), se positionne sur un créneau plus médicalisé que CI : l’accent est mis sur la qualité scientifique du dépistage génétique (genetic screening) et la précision de l’enquête médicale à laquelle sont soumis les donneurs. ESB, qui travaille avec des cliniques et des particuliers, propose aussi la livraison à domicile.

  • 8 Sur les usages de la clientèle, on peut se reporter à Fortier (2011), Kroløkke (2009) ou Mamo (2005 (...)

8Les données ont été recueillies de janvier à juin 2016 sur les sites internet des deux établissements. Pour CI, qui a fait le choix d’ouvrir intégralement ses pages web à tout internaute, l’accès est libre. Pour ESB, l’accès à l’intégralité du catalogue de donneur nécessite d’acquitter un droit d’inscription de 100 € pour trois mois. L’analyse a consisté à dépouiller de manière thématique le contenu rédactionnel des pages web et des plaquettes publicitaires téléchargeables sur le site en partant de la pièce centrale que constituent le catalogue et ses différentes rubriques. Le sondage des données des deux catalogues (soit environ 750 donneurs au cours de la période étudiée) a été réalisé de façon aléatoire sur la base de la distinction entre les deux types de profil disponibles, dits « basique » et « détaillé » (cf. infra), jusqu’à saturation des données recueillies. La perspective d’analyse retenue s’intéresse exclusivement à l’offre de services et au discours commercial qui l’accompagne dans l’objectif de cerner les normes et représentations relatives à la procréation et à la parenté. Savoir à quel type de demande ces services répondent, comment ils sont utilisés par ceux qui se les procurent, renvoie à une autre problématique, celle des usages, qui n’est pas traitée ici8. Seule la demande que les banques prêtent à leur clientèle à travers leur offre marchande entre dans la focale de l’analyse qui porte sur les représentations promues par ce type de commerce.

  • 9 L’assistance médicale à la procréation (AMP) est l’expression officielle utilisée par la législatio (...)
  • 10 L’indisponibilité du corps humain pose des limites à la libre disposition de soi. En vertu de ce pr (...)

9Dans le contexte de la globalisation du marché du sperme, la situation des banques de sperme françaises est particulière. En effet, la législation française en matière d’assistance médicale à la procréation9 (AMP), fondée depuis les lois bioéthiques de 1994 sur les principes de l’anonymat, de la gratuité et du volontariat du don, exclut que le sperme puisse faire l’objet de transactions marchandes. En cas d’insémination artificielle avec don, la sélection des gamètes est effectuée dans le secret par l’équipe médicale des CECOS (Centre d’étude et de conservation des œufs et du sperme humains) et ne donne lieu à aucune transaction financière. Au contraire, le marché privé des banques de sperme est fondé sur le libre choix du donneur par le client (couple ou célibataire) et la délivrance des paillettes s’effectue par une transaction commerciale entre le client et la banque. Ce sont deux philosophies opposées – concernant aussi bien la définition de la PMA que le statut du corps et son indisponibilité10 –, ce qui n’empêche pas que la clientèle de CI et de ESB soit pour partie composée de personnes françaises cherchant à contourner la législation française, pour des raisons diverses (désir de choisir soi-même le profil du donneur, volonté de connaître son identité, démarche procréative entreprise par un couple de femmes ou une femme seule, etc.). Au cours de la dernière décennie, s’est ainsi constitué, de fait, un commerce international de la reproduction médicalisée (Kroløkke et al., 2012) dont les banques de sperme sont une composante aux côtés des cliniques spécialisées et des agences de « mères porteuses » (surrogacy agencies).

Sélectionner un géniteur en quelques clics

  • 11 A l’exception des slogans qui figurent sur les pages d’accueil des sites web, nous avons pris le pa (...)

10Dans le marketing des banques de sperme, la notion de libre choix est centrale. Ainsi sur la page d’accueil du site web de ESB figure ce slogan : « Nous donnons vie à votre choix » (« We give life to your choice »)11. Les banques se présentent comme proposant le plus large éventail de choix possibles de sorte que chacun puisse trouver le donneur et le type de gamète qu’il recherche. Le lexique commercial (répondre à la demande des clients), sans doute parce qu’il est jugé trop cru, est gommé au profit d’une rhétorique altruiste qui invoque le don, le bonheur, le désir d’être parent (Tober, 2001 ; Almeling, 2007) : CI résume sa mission par la formule : « Aider les personnes sans enfant afin que leur rêve devienne réalité » (« To help childless make their dream come true »). Ce discours altruiste s’accompagne d’une tolérance affichée à l’égard des diverses orientations sexuelles et formes de vie privée. Seuls comptent le désir d’enfant et les choix du couple ou de la personne en vue de le concrétiser.

  • 12 Cela ne concerne pas seulement le marché occidental. Luc Massou (2016) a ainsi montré l’importance (...)
  • 13 Pour un aperçu sur l’évolution des pages d’accueil, on peut se reporter au site d’archive : https:/ (...)

11La primauté du libre choix tire profit des facilités offertes par le numérique. Il est crucial pour une banque de sperme d’être présente sur le web12. Les établissements y apportent le plus grand soin : l’ergonomie des sites évolue régulièrement pour bénéficier des dernières innovations en la matière. Au cours de la période étudiée, le site web de ESB a été remanié en avril 2016 afin de le rendre plus commode et plus attractif. La page d’accueil est modifiée mais son iconographie reste inchangée (cf. image 1) : y figure en gros plan une jeune femme blanche étreignant et embrassant un bébé à la peau blanche sur fond d’un paysage de nature où domine la couleur verte alors que l’image précédente représentait une jeune femme allongée dans un pré soulevant à bout de bras un bébé (tous deux de peau blanche) et lui souriant. CI a fait le choix d’afficher sur sa page d’accueil la diversité phénotypique en représentant quatre nouveau-nés dont un à la peau noire et un autre de type asiatique alors que la page précédente représentait en gros plan une femme tenant et embrassant un bébé, tous deux de peau blanche13. Les principales rubriques des deux sites ciblent une clientèle internationale et sont traduites en de nombreuses langues. La pièce centrale est le catalogue des donneurs. Tout est conçu pour procéder au choix du donneur et à la sélection des gamètes, si possible chez soi en quelques clics d’ordinateur.

Image 1 : Pages d'accueil de CI et de ESB 

Image 1 : Pages d'accueil de CI et de ESB 

https://dk-fr.cryosinternational.com/​ - capture d'écran effectuée le 24 mai 2017

https://www.europeanspermbank.com/​en/​ - capture d'écran effectuée le 24 mai 2017

  • 14 On sort alors du phénotype au sens strict du terme, défini comme l’ensemble des traits biologiques (...)
  • 15 CI et ESB définissent la motilité comme le nombre de spermatozoïdes mobiles par ml et utilisent pou (...)

12CI ouvre sans restriction son catalogue de 522 donneurs (au 25 mai 2016) alors que ESB distingue deux versions de son catalogue (239 donneurs pour le marché français au 25 mai 2016) : un accès libre pour une présentation sommaire de chaque donneur et un accès illimité aux profils complets pendant trois mois, conditionné par le versement d’un forfait de 100 €. ESB affiche quelques spécimens de profils complets pour que l’internaute sache quelles informations y figurent. Sur la page d’accueil du site de CI figure en gros caractères un lien vers le catalogue sous le titre « Recherche de donneur » (cf. image 1). L’internaute accède alors aux critères de tri par défaut qui relèvent de trois catégories : les caractéristiques phénotypiques du donneur (« race », couleur des yeux, couleur des cheveux, poids, taille, groupe sanguin ; ESB ajoute le niveau d’éducation14), les informations personnelles que le donneur laisse sur lui-même (est-il un donneur anonyme ou non ? son dossier d’informations est-il sommaire ou détaillé ?) et les caractéristiques des gamètes (motilité15, préparation des gamètes selon qu’ils sont purifiés ou non). L’accès aux données du catalogue permet ensuite, en consultant les fiches correspondant aux items préalablement cochés, d’affiner la recherche (cf. image 2) : un enregistrement audio du donneur est-il disponible ? Peut-on consulter des photos de lui bébé ou enfant ? Quels sont les résultats du test psychologique auquel chaque donneur doit se soumettre ?

Image 2 : Extrait du catalogue CI

Image 2 : Extrait du catalogue CI

Critères de tri par défaut, https://dk-fr.cryosinternational.com/​recherche-de-donneur, capture d'écran effectuée le 24 mai 2017

Exemple d’une fiche individuelle d’un donneur, https://dk-fr.cryosinternational.com/​recherche-de-donneur?name=abner, captures d’écran effectuées le 24 mai 2017.

  • 16 Sur le traitement de la « race » par les banques de sperme, cf. Fortier (2011, 2015).

13Notons que la mention de la rubrique « race » est commune aux catalogues des deux banques de sperme. On la retrouve aussi dans les établissements nord-américains (Daniels & Golden, 2004 ; Mamo, 2005). ESB distingue « race » (« caucasien » / asiatique / noir / autres) et « ethnicité » qui désigne en réalité la nationalité du donneur. CI se contente de la rubrique « race » qui mêle des caractéristiques physiques apparentes à des éléments culturels (« caucasien » / moyen-orient / asiatique / africain / hispanique). La mention de l’ethnicité intervient plus tard une fois opérée la première sélection et désigne la nationalité de la personne et de ses proches parents. Comme pour les tests génétiques à finalité généalogique disponibles sur Internet, on relève une « tendance racialisante » qui confond ethnie et profil génétique, et recourt aux catégories ethno-raciales du sens commun (Bonniol & Darlu, 2014)16.

14Les fiches individuelles de donneurs se présentent sous deux formes. Dans le cas de CI, le profil « de base » (291 donneurs) qui identifie chaque donneur par un numéro d’ordre ne permet d’accéder qu’aux traits phénotypiques basiques correspondant aux critères de tri par défaut – auxquels s’ajoutent la mention de l’ethnicité et le relevé des grossesses déjà enregistrées – ainsi le prix des gamètes selon la motilité, la préparation et le stock disponible. Le profil « détaillé » (231 donneurs) identifie chaque donneur par un prénom qui est un pseudonyme et précise quelles sont les rubriques disponibles dans la fiche. Chaque donneur est défini comme la somme d’un ensemble de traits (physiques, psychologiques, socioculturels) qui figurent dans son profil. La version la plus complète du profil détaillé comprend : une courte interview du donneur ; des photos de lui, bébé ou enfant ; sa généalogie (père, mère, frères, sœurs, grands-parents, ESB ajoutant les oncles et tantes) avec pour chaque parent des informations physiques (taille, âge, couleur des yeux et des cheveux, etc.), médicales (antécédents médicaux), sociales (« race », profession, niveau scolaire, etc.) et psychologiques (goûts, tempéraments, etc.) ; une lettre manuscrite traitant généralement des raisons d’être donneur ; un enregistrement audio (souvent la lettre manuscrite lue) ; un test de personnalité. L’ensemble représente un document de dix à vingt pages, la formule proposée par ESB comprenant des informations médicales plus détaillées. Le choix du type de profil est indépendant du caractère anonyme ou non du donneur. Si le donneur choisit l’anonymat, son identité personnelle ne sera jamais dévoilée ; s’il opte pour le non-anonymat (ou « don ouvert »), il s’engage à accepter que l’enfant né puisse connaître son identité personnelle et éventuellement le contacter à partir de l’âge de 18 ans. Dans le cas de CI, en mai 2016, on compte 411 donneurs anonymes et 111 donneurs non anonymes ; chez ESB, à la même date et pour le catalogue français, 93 donneurs anonymes et 146 non anonymes.

  • 17 Pour la législation française, l’obtention de gamètes contre paiement, effectuée en dehors des CECO (...)

15Pour qui préférerait une insémination chez soi plutôt qu’en clinique, les deux établissements proposent la livraison à domicile des paillettes et du kit d’insémination par envoi postal sous deux types de conditionnement : conservation en glace sèche (-79°C) ou dans un récipient d’azote (-196°C), ce dernier garantissant une plus longue conservation (12 jours contre cinq pour la glace sèche). Les chances de succès d’une insémination avec sperme de donneur n’étant pas assurées, les clientes doivent veiller à bien synchroniser la commande des paillettes avec leur cycle d’ovulation. Des tests d’ovulation permettant de détecter les deux jours les plus fertiles du cycle sont en vente libre sur Internet pour un coût modique (environ 25 €). La livraison des paillettes comprend des instructions de manipulation et un guide d’insémination à domicile, disponible aussi sous la forme de tutoriels vidéo sur le site web de l’établissement. Les banques s’engagent à expédier leur livraison dans n’importe quel pays du monde, quelle que soit la législation en matière de PMA. Ainsi peut-on lire sur le site de CI à propos des pays qui interdisent l’insémination artificielle avec don de sperme : « l’insémination à domicile n’est pas concernée par ces restrictions législatives et doit donc être considérée comme légale »17. Selon la formule de conditionnement retenue, les délais de livraison et la situation géographique du pays, les tarifs (TVA incluse) varient de 50 à 460 € pour CI, de 100 à 515 € pour ESB.

  • 18 Quant au donneur, il touche une modeste « compensation » (donation fee), fixée par la loi danoise à (...)

16Les prix (hors TVA) des paillettes évoluent selon divers paramètres (cf. image 2). Un premier ensemble dépend du donneur lui-même : type de profil (basique ou détaillé), formule de l’anonymat ou du don ouvert. Un second ensemble tient aux caractéristiques des gamètes : leur motilité et leur préparation. Les gamètes sont disponibles sous deux types de préparation : non traités, ce qui convient pour une insémination vaginale effectuée à domicile — on parle alors de paillettes ICI (intra cervical insemination) — ; ou traités et purifiés, ce qui est indispensable pour une insémination intra-utérine (ou une fécondation in vitro [FIV]) — on parle alors de paillettes IUI (intra uterin insemination). Le tarif du profil détaillé est plus élevé que celui du profil basique. Il en est de même pour la formule du don ouvert par rapport à l’anonymat. Enfin les paillettes traitées sont plus chères que les non traitées et plus la motilité est forte, plus le prix est élevé. Au total, si on prend le cas de CI, selon les caractéristiques retenues, les tarifs varient pour une paillette traitée de 60 € (motilité faible, donneur anonyme et profil basique) à plus de 1200 € (motilité élevée, donneur ouvert et profil détaillé). Pour une paillette non traitée, les tarifs varient de 200 € à 600 € selon les mêmes paramètres. De son côté, ESB ne propose que des paillettes à motilité élevée, les prix par unité variant de 240 € à 500 € selon que le donneur a opté ou non pour l’anonymat. Pour augmenter leurs chances de succès, les clientes ont intérêt à commander plusieurs paillettes, deux ou trois selon le taux de motilité retenu. Ajoutés aux coûts d’expédition, on peut donc constater que les frais totaux sont très variables : ils s’échelonnent d’une centaine d’euros (une seule paillette de faible motilité, donneur anonyme, profil basique) à plus de 2000 € (pour deux paillettes de motilité élevée, donneur ouvert, profil détaillé), voire davantage si le nombre de paillette augmente. Ces tarifs ne tiennent pas compte d’autres options dont nous parlerons plus bas qui concernent la possibilité de réserver pour un temps déterminé le donneur sélectionné18.

17Toutes ces opérations peuvent être effectuées devant son ordinateur. Le marché du sperme est principalement un commerce en ligne (Mamo, 2013), conçu pour que l’internaute puisse circuler de rubrique en rubrique sur les sites web des banques de sperme et consulter des blogs, des pages facebook ou des vidéos en ligne (auxquels renvoient, pour certains, les sites des banques) afin de se procurer des informations complémentaires ou partager des expériences. La médiation par le numérique met en évidence l’importance du choix. La sélection d’un géniteur se résume à une succession de choix sur la base d’informations formatées accessibles aux différentes étapes du processus. La manière de choisir un donneur de sperme ressemble à la manière de procéder sur un site de rencontre (Fortier, 2011), suggérant que l’établissement d’une forme de partenariat, dont il importe de préciser la nature, est en jeu.

Un partenariat biogénétique

  • 19 Les femmes constituent l’essentiel de la clientèle des banques de sperme, y compris lorsqu’elles so (...)
  • 20 Deux précisions s’imposent. Primo, parler de donneur partenaire n’implique pas qu’il soit fait réfé (...)

18On pourrait croire que le donneur en tant qu’être humain s’efface derrière la paillette de sperme qu’il représente et que son statut équivaut pour la personne ou le couple demandeur à celui d’un simple matériau biogénétique. Le fait que les informations relatives à la personne du donneur et le test psychologique soient une composante importante des profils détaillés invite à une conclusion plus nuancée. Si seuls importaient pour les clientes19 la qualité biologique du gamète (motilité) et son traitement, on ne comprendrait pas pourquoi les traits physiques, psychologiques et sociaux du donneur occupent une telle place. La politique des banques de sperme repose sur l’hypothèse que les personnes et couples demandeurs voient dans le gamète un profil humain potentiel susceptible de se transmettre à l’enfant à naître. C’est en ce sens que le choix du donneur repose sur une forme de partenariat biogénétique. Les banques de sperme invitent leur clientèle à voir le donneur comme une personne singulière avec laquelle réaliser une action commune en vue de produire un enfant. Le choix du « bon partenaire » est alors crucial. Partenariat signifie que le lien avec le donneur est pour partie un lien d’association20. L’analyse du test de personnalité qui figure dans la fiche détaillée du donneur permet de mieux comprendre ce qui est en jeu dans ce partenariat.

19Le test de personnalité n’est pas une originalité des deux banques de sperme étudiées. La plupart des établissements nord-américains le proposent aussi (Daniels & Golden, 2004) et, de manière générale, les rubriques du catalogue de donneurs diffèrent peu d’une banque à une autre (Mamo, 2005). Il consiste en un test psychologique destiné à dégager le tempérament du donneur. Son compte rendu recourt à une mise en forme scientifique utilisant courbes, graphes, concepts techniques : divers quotients sont calculés et situés dans la courbe de Gauss de la distribution moyenne ou sur une échelle de distribution (cf. image 3). Par exemple, CI, qui utilise le « test d’intelligence émotionnelle » de Central Test, une entreprise spécialisée dans les tests de recrutement, propose un graphe de personnalité en étoile avec un commentaire concernant les points forts et les points faibles. Cette mise en forme répond à un souci d’objectivation et rend aisée la comparaison : la cliente peut comparer les scores des donneurs qu’elle a sélectionnés, la forme étoilée des graphes de personnalité. Pour compenser cet aspect réifiant, CI et ESB donnent en quelques lignes, dans un style plus libre, l’avis du personnel sur le donneur. Naturellement, l’avis est toujours positif mais les traits mis en avant diffèrent d’une personne à l’autre. L’utilisation d’un langage chiffré destiné à situer la personne par rapport à « la moyenne » ainsi que le repérage et le commentaire sur les forces et les faiblesses expriment une intention évaluative qui s’appuie sur une norme de référence dans le but de rendre le choix le moins aléatoire possible. Cette norme de référence reste implicite : elle peut être statistique lorsque le score du donneur est resitué dans la distribution moyenne (sans que l’on sache quelle est la population de référence) ou psychologique lorsque l’analyse se décline en rapport à un profil « équilibré », lequel n’est jamais positivement énoncé mais renvoie à un idéal qui mêle divers stéréotypes relatifs à la masculinité et à un « imaginaire scandinave ou viking » (Kroløkke, 2009) — un être vigoureux, robuste mais aussi sensible et tempéré — la majorité des donneurs étant des Danois ou des Scandinaves. Dans les fiches de ESB, on peut par exemple lire : « Il ressemble à un Scandinave typique avec des cheveux blonds et des yeux bleus » ; « Un type scandinave moyen » ; « Il est très scandinave d’apparence avec des cheveux blonds et des yeux verts » ; etc. L’avis du staff sur le donneur comprend trois paragraphes : le premier porte sur l’impression ressentie en sa présence ; le second consiste en une description physique de la personne, en particulier de son visage ; le troisième qualifie le tempérament psychologique. La notion d’« imaginaire viking » proposée par Charlotte Kroløkke qualifie de manière, il est vrai, assez imprécise un ensemble de traits physiques, psychologiques et sociaux associés à une vision idéalisée de la Scandinavie que l’on retrouve aussi dans les brochures touristiques.

Image 3 : Exemples de test psychologique du donneur

Image 3 : Exemples de test psychologique du donneur

Test ESB, http://www.advisorteam.com/​groups/​testresult.asp, captures d'écran effectuées le 12 février 2016

  • 21 D. W. Keirsey (1921-2013), très connu de ceux qui s’intéressent aux tests de personnalité, est asso (...)
  • 22 F. I. Seymour et A. Koerner furent dans les années 1930 aux Etats-Unis des biologistes partisans de (...)

20Le test proposé par ESB, qui utilise une méthodologie très répandue, conçu par le psychologue David W. Keirsey21, a une intention évaluative encore plus évidente. Les scores du donneur (de 0 à 10), qui se distribuent sur quatre échelles de personnalités, sont commentés une fois replacés pour chacun d’eux dans la distribution moyenne figurée par une courbe. On trouve aussi un renvoi à la typologie Keirsey, c’est-à-dire un classement en quatre types psychologiques génériques (dénommés Artisans, Guardians, Idealists, Rationals) assortis de commentaires détaillés (dont une rubrique sur « le travail et la carrière professionnelle ») qui concernent le type générique dont relève le donneur. L’élément le plus original consiste en une analyse des appariements de types : par exemple si le donneur est classé Guardian, les quatre types de couple qu’il peut constituer (Guardian / Guardian, Gardian / Artisan, Guardian / Idealist, Guardian / Rational) font l’objet de commentaires. Ces informations psychologiques permettent à la cliente, à partir de la perception qu’elle a d’elle-même ou de son test de personnalité — un lien fourni par ESB permettant d’obtenir les résultats de son propre test Keirsey —, de rechercher le type pouvant constituer avec elle (ou le couple) la paire la plus proche de ce qu’elle désire pour son enfant. Ce service qui permet d’optimiser le choix du géniteur sur la base d’une analyse des paires de tempéraments assimile clairement le donneur à une sorte de partenaire, non pas conjugal, sexuel ou amoureux, mais biogénétique en vue d’engendrer un enfant présentant des caractéristiques spécifiques. Notons que cette attention à l’appariement, non seulement des phénotypes physiques du donneur et du receveur de gamète (couleur de la peau, des yeux, groupe sanguin, etc.) mais aussi des tempéraments, était présente dès les années 1930 dans les écrits des pionniers de l’insémination artificielle : les biologistes américains Frances I. Seymour et Alfred Koerner22 voyaient dans la possibilité d’apparier les psychologies individuelles un moyen d’améliorer la société.

21Aujourd’hui, on est davantage tenté d’établir une analogie avec les sites de rencontre (Fortier, 2011). Dans les deux cas, il s’agit de procéder à un appariement, de trouver le « bon partenaire » en fonction de ce qu’on recherche en se basant sur des informations standardisées, c’est-à-dire objectivées, strictement comparables et, de façon plus ou moins implicite, évaluées en rapport à une norme de référence. Par leur manière de formater les différentes séquences de choix, les banques de sperme mettent en place un dispositif de partenariat client / donneur. La vision du partenaire donneur ne fait l’objet d’aucune explicitation dans le discours des banques de sperme, car cela contredirait le principe selon lequel les clientes sont libres de leur philosophie et de leur choix. Toutefois, le souci commercial conduit les banques à répondre à celles qui croient ou sont tentées de croire que les traits de la personne se transmettent génétiquement. Les tests de personnalité et la formule des appariements de types psychologiques sont censés offrir les informations nécessaires pour faire un choix éclairé. Voir dans le donneur, au delà du sperme avec ses caractéristiques propres, un partenaire ayant telle ou telle propriété n’équivaut certes pas à faire de lui une personne avec qui nouer une relation humaine effective, comme cela serait le cas avec un partenaire sexuel ou amoureux, mais bien à le concevoir comme un profil humain susceptible de se matérialiser dans l’enfant à naître.

  • 23 Citation extraite de : S. Fontenoy, « Des banques de sperme promeuvent les "super-bébés" », La Croi (...)

22Plus qu’un ensemble de cellules, la substance biogénétique « paillette » est un potentiel de traits personnels — au sens large du terme : physiques, psychologiques, mais aussi sociaux (le niveau d’étude et la profession exercée sont dûment mentionnés) — ayant la propriété de se transmettre. En choisissant telle paillette, on se procure un phénotype que l’on a positivement choisi parmi un ensemble de possibles, pour des raisons qui sont en partie objectivables à l’aide du dispositif conçu par les banques de sperme, ainsi qu’une probabilité génétique (même minime) d’avoir tel ou tel enfant. La responsable d’une banque de sperme nord-américaine déclare à ce sujet : « Que recherchons-nous naturellement chez un partenaire ? Des qualités qui sont importantes à nos yeux et qui nous attirent, et un degré de d’intelligence compatible. Autant de critères que nous voulons ensuite transmettre à nos enfants. Nous pensons que nos clients ont les mêmes droits »23. Les services proposés par les banques de sperme jouent donc sur la croyance en une hérédité naturelle des traits : si la personne ou le couple demandeur veut mettre toutes les chances de son côté, obtenir un enfant doté de traits spécifiques préalablement sélectionnés à travers le profil du donneur, il doit pouvoir trouver dans les informations à sa disposition de quoi minimiser les aléas.

Maîtrise versus loterie

  • 24 Les notions de design et parent designer sont empruntées à Jürgen Habermas (2002 [2001]) qui, par c (...)
  • 25 Parmi les maladies infectieuses, on trouve le VIH, les hépatites B et C, la syphilis. Parmi les mal (...)

23Le projet procréatif tel qu’il est pensé sur ces sites relève d’une logique de design ou de calibrage biogénétique24 : la sélection du profil humain entend réduire les aléas dans le processus qui conduit au résultat final qu’est l’enfant. Si toutes les clientes n’ont pas forcément l’intention de procéder à une sélection rigoureuse du donneur dans l’idée de doter l’enfant à naître de caractéristiques spécifiques, le souci d’efficacité commerciale pousse les banques de sperme à l’envisager et à offrir à leur clientèle le maximum de garanties. Elles mettent particulièrement en avant les qualités biologiques des paillettes en expliquant qu’elles sont extrêmement exigeantes dans la sélection des donneurs. CI soumet ses candidats donneurs à des examens génétiques poussés (réalisation de caryotypes à partir d’échantillons de sang et d’urine) servant à dépister la présence éventuelle de nombreuses maladies infectieuses et héréditaires dont l’internaute trouvera la liste sur le site web de l’établissement25. Les tests génétiques sont censés être effectués à chaque nouveau don. Les personnes ayant des comportements à risque (par exemple usage de drogues, alcoolisme) sont écartées et les antécédents médicaux de tous les candidats et de leurs familles sont scrutés avec attention.

24ESB met l’accent sur la rigueur médicale qui anime son équipe : sur son site web, on peut lire que seuls des jeunes hommes (18-40 ans) avec un « sperme de superbe qualité » sont finalement retenus, soit environ un donneur pour vingt candidats. Outre le dépistage génétique destiné à repérer la probabilité de survenue d’un grand nombre de maladies dont la liste figure aussi en toutes lettres sur le site web de la banque et l’enquête médicale sur les antécédents familiaux, ESB explique que seuls les spermes dépassant un seuil donné de concentration — motilité au moins égale à 20 millions par ml — sont acceptés. Une certaine surenchère en matière de rigueur biologique conduit ESB à préciser quel profil « racial » ou ethnique est plus spécialement concerné par la recherche de telle ou telle maladie, établissant ainsi un lien explicite entre profil « racial » ou ethnique du donneur et risque médical encouru.

25Le langage employé par les deux banques de sperme est relativement imprécis et pourrait faire croire que ce sont des maladies qui sont dépistées, alors qu’en réalité l’information dispensée est de nature probabiliste. L’étude du caryotype ne peut déboucher que sur des probabilités d’occurrence de maladies dues à des altérations ou anomalies chromosomiques. CI reconnaît cependant sur son site web qu’au terme de sa procédure de sélection et de dépistage, le risque qu’un donneur soit porteur de maladie « n’est pas éliminé mais seulement réduit ».

  • 26 Cette préoccupation de la bonne santé du fœtus et de l’enfant à naître, rendue possible par la géné (...)
  • 27 Citation extraite de : W. Oremus, « La Chine peut-elle vraiment sélectionner génétiquement ses géni (...)

26Cette insistance sur la qualité des paillettes rendue possible par la pratique généralisée du dépistage génétique montre toute l’importance des notions de maîtrise et de sélection génétique. Cela s’applique à la qualité biologique des gamètes et au souci d’avoir un enfant en bonne santé26 mais, par extension, cela peut tout autant concerner les traits personnels du donneur. La maîtrise scientifique et médicale s’oppose à la loterie et à son lot d’incertitudes quant à la qualité de l’enfant à naître. Pourquoi alors s’en remettre au hasard ? « Même un choix partiellement éclairé est meilleur que le hasard », déclare le généticien américain Lee Silver27. À la conjonction d’un raisonnement probabiliste rendu possible par les avancées de la génétique et du principe de précaution appliquée à la procréation, la logique est celle de la sélection positive des gamètes. Mais de la sélection des gamètes à celle des traits personnels il n’y a qu’un pas, le donneur apparaissant comme la matérialisation du gamète sous la forme d’une personne. Tout invite donc à faire le pari d’une « hétérodétermination externe » (Habermas, 2002 [2001] : 118) du phénotype de l’enfant à naître, la place, devenue vacante, du hasard étant occupée par son « hétéro-profil ».

  • 28 Ce que confirment les études qui portent sur la clientèle des banques de sperme (Mamo, 2005).

27La grande force des banques de sperme est de jouer sur l’argument du moindre risque. Il est au centre du dépistage génétique et constitue le cœur de la philosophie défendue par les banques de sperme. Sur son site web, ESB écrit : « Notre approche en matière de sélection génétique [screening approach] est fondamentale dans notre positionnement en tant que banque de sperme ». Ce qui vaut pour l’analyse de la qualité génétique des gamètes vaut pour les donneurs eux-mêmes. Pourquoi se priver d’informations concernant le donneur visant à réduire les risques pour l’enfant à naître ? Une fois les maladies écartées par le dépistage génétique, pourquoi, puisque l’information est disponible, ne pas choisir les traits du donneur en espérant les retrouver dans ceux de l’enfant ? Même si la probabilité n’équivaut pas à une certitude, choisir le géniteur en tenant compte de ces éléments apparaît plus rationnel que de s’en remettre au hasard. C’est pourquoi il n’est pas nécessaire d’être partisan du tout génétique pour s’engager dans cette voie28. On peut alors faire l’hypothèse que le dispositif imaginé par les banques de sperme conduise les parents à devenir les designers biogénétiques de leur enfant, non pas par conviction philosophique, adhésion à une vision du tout génétique, mais par simple pragmatisme, par précaution, en tirant profit des informations disponibles en vue de mettre toutes les chances de leur côté pour obtenir un « enfant de qualité », c’est-à-dire de constitution robuste et éventuellement doté de telle ou telle caractéristique préalablement sélectionnée. Cette logique du calibrage devenue techniquement crédible grâce aux services proposés par les banques est aussi portée par une évolution générale des attitudes à l’égard de la reproduction qui valorise le choix, le contrôle et la planification (Charrier & Clavandier, 2013).

La « génétisation » du phénotype

28Dans ce glissement du dépistage génétique à la sélection des traits du donneur, génotype et phénotype tendanciellement se confondent, ce qui est une aberration scientifique. La sélection des traits du donneur dans l’intention, l’espoir ou la probabilité qu’ils se transmettront génétiquement à l’enfant à naître repose sur la mise en équivalence de la personne à naître (phénotype) avec son identité génétique (génotype). Si on définit le phénotype comme l’ensemble des caractères observés chez un individu, donc une somme de traits morphologiques, physiologiques et comportementaux déterminés et le génotype comme la complexion génétique d’un individu, aucun généticien ne dira que les deux s’équivalent. Le phénotype résulte d’interactions complexes entre ce qui a été donné à chacun lors de la fécondation (le génotype), les variations génétiques ultérieures et l’influence épigénétique ou sociale de l’environnement. Le phénotype — même au sens strictement biologique du terme : traits morphologiques et physiologiques — d’un individu est le produit d’une combinaison, encore mal connue par la génétique, de facteurs génétiques et environnementaux.

  • 29 Toutefois, la génétique prédictive progresse rapidement : elle permet d’ores et déjà, grâce à des t (...)

29Or le calcul du moindre risque auquel invitent les banques de sperme repose sur la croyance, assumée ou non, en une héritabilité naturelle des qualités humaines. La logique du calibrage biogénétique suppose de croire — du moins de ne pas en exclure la possibilité — en une transmission génétique du phénotype. Les avancées de la génétique tendent plutôt à établir la faible probabilité de faire naître un enfant correspondant à des critères préalablement sélectionnés chez ses géniteurs, ne serait-ce qu’à cause des hasards de la fécondation et parce que les gamètes produits par un homme et une femme sont tous différents, imprévisibles et soumis à des recombinaisons génétiques aléatoires (Testart, 2014). Le calibrage biogénétique conçu comme un calcul du moindre risque renvoie davantage à une croyance relative à l’hérédité naturelle des traits personnels qu’aux découvertes de la génétique. Non seulement la génétique prédictive sur laquelle s’appuient les tests utilisés par le dépistage génétique des banques de sperme, en ne privilégiant qu’une partie des maladies — dites « monogéniques » dont le déterminisme est régi par un seul gène —, n’est pas très utile dans la détection des pathologies complexes et multifactorielles qui, comme le diabète, la plupart des cancers, les pathologies cardiovasculaires, forment l’essentiel des maladies au cours de la vie29, mais la transposition du raisonnement visant à sélectionner les traits phénotypiques à transmettre à l’enfant n’a rien d’assuré sur le plan scientifique.

  • 30 Sur la « génétisation » de la parenté, cf. Déchaux (2018).

30En ce sens, on peut dire que le commerce du sperme s’appuie sur une « mystique du gène » qui s’est peu à peu diffusée en Occident au cours des trois dernières décennies. Les avancées de la génétique sont interprétées de manière réductrice et déterministe par les médias et la culture populaire qui transforment le gène en une sorte d’icône prenant la place naguère occupée par l’âme ou le sang (Nelkin & Lindee, 1995). Selon cet essentialisme génétique, le gène est assimilé à un programme qui révèle notre nature et prédit nos comportements (Lippman, 1992 ; ten Have, 2001). Sans la diffusion de ces représentations, le marché du sperme ne serait pas ce qu’il est devenu aujourd’hui. Probablement existerait-il comme un recours pour les couples infertiles ou pour les célibataires désirant avoir un enfant, mais sans cette insistance sur le dépistage génétique et cette vision du donneur comme « hétéro-profil » de l’enfant à naître. En faisant ainsi du commerce d’icônes au moins autant que de gamètes, les banques de sperme contribuent à entretenir la mystique du gène. Elles participent à un processus de « génétisation » de la parenté (Finkler, 2001) qui, tout en côtoyant des tendances inverses (l’affirmation d’une parenté fondée sur l’intention et la volonté), est manifeste dans la société. On le retrouve en droit de la filiation (Chêne, 2006), où le test ordonné par le juge permettant d’établir les « empreintes génétiques » a valeur de preuve absolue pour la jurisprudence française dans le contentieux de la paternité, ainsi qu’en médecine, avec les retombées de la génétique prédictive et la tentation de généraliser les dépistages à diverses étapes de la vie, conception incluse30.

31Les options de réservation de gamètes que les banques de sperme proposent à leur clientèle illustrent la manière dont elles entretiennent cette génétisation de la parenté. La formule de réservation sur une durée qui peut aller de trois mois à dix ans garantit qu’il ne sera pas nécessaire de changer de donneur en cours de traitement. CI et ESB invitent fortement leurs clientes à choisir cette option y compris en proposant de racheter à tout moment le stock conservé et non utilisé à 75 % de son prix d’achat. « N’attendez pas : réservez votre sperme de donneur en ligne dès maintenant », peut-on lire sur le site web de CI. Sans surprise, les principaux arguments mettent en avant la minimisation des risques : « Ne prenez pas le risque que le sperme de votre donneur ne soit plus disponible ; ne prenez pas le risque de devoir changer de donneur de sperme en cours de traitement ; gardez la possibilité d’avoir d’autres enfants issus du même donneur ». En effet, il est rare que la conception d’un enfant ne nécessite qu’un seul cycle de traitement. Tout invite à anticiper plusieurs cycles — la moyenne se situerait d’après CI à cinq ou six cycles — qui peuvent s’étaler sur une année, voire davantage et, par conséquent, à réserver le donneur de son choix pour une durée déterminée tout en se procurant une plus grande quantité de paillettes.

32À cet argument de précaution, s’ajoute une raison d’une autre nature qui fait explicitement écho à la « génétisation » de la parenté et vaut spécialement pour les réservations de longue durée : en cas de naissances ultérieures, les enfants nés seront genetic siblings, c’est-à-dire germains consanguins (issus d’un même géniteur). La formule de réservation présenterait donc aussi, selon CI, des avantages après la naissance de l’enfant. La rubrique « réservation de sperme » sur le site web en identifie quatre : « Les enfants seront génétiquement apparentés à 100 % et auront plus de chances de se ressembler ; si vous avez réussi à concevoir un enfant avec le donneur que vous avez sélectionné, vous avez toutes les chances de réussir à nouveau ; vous savez à quoi vous attendre ; vos enfants seront une référence l’un pour l’autre dans leurs relations identitaires personnelles ». Ce raisonnement repose sur une forte valorisation du lien biogénétique : non seulement ce dernier est censé donner l’assurance d’une ressemblance entre germains, mais il fournirait, à travers le partage d’une même ascendance, un fondement solide aux relations dans la fratrie. Conformément à son positionnement commercial qui vante la rigueur scientifique de son travail, ESB est moins explicite quant aux raisons personnelles de recourir à la réservation de gamètes. S’adressant à l’internaute qui découvrirait les services proposés par la banque, une rubrique du site web décrit le processus conduisant à un « traitement réussi de l’infertilité » : parmi les neuf étapes recensées, la dernière, intitulée « Programme pour la fratrie » (« Plan for siblings »), recommande aux clientes de réfléchir aux avantages pour les enfants d’avoir un même géniteur et renvoie à un lien qui donne les tarifs des différentes formules de réservation.

33Les tarifs (TVA incluse) de réservation sont proches dans les deux établissements. Ils varient de 50 € pour une durée de trois mois à environ 1000 € pour une durée de dix ans. CI se distingue d'ESB en proposant, pour un tarif de 12 000 €, une formule de réservation permanente, c’est-à-dire pour une durée illimitée : elle offre l’assurance de bénéficier d’un géniteur exclusif. La cliente peut donc avoir la certitude que ses paillettes ne seront pas utilisées pour d’autres couples et que les enfants nés de ce donneur n’auront pas de demi-frères ou de demi-sœurs « dans la nature ». La logique du calibrage biogénétique conduit ainsi les banques de sperme à promouvoir au rang de « vraie » germanité un lien purement génétique. La « génétisation » du phénotype — les caractéristiques de la personne sont condensées dans sa complexion génétique — et la « génétisation » de la parenté — le fondement le plus solide du lien de parenté est génétique — sont donc activement promues par les banques de sperme. Leurs intérêts commerciaux sont évidents puisque cela permet de vendre de plus grandes quantités de paillettes et sur une durée plus longue ; dans le même temps, cela a pour effet de diffuser une conception de la parenté qui peut parfaitement s’accommoder de la généralisation d’une sélection positive en matière de reproduction humaine.

Un eugénisme décomplexé

34La « génétisation » de la parenté et le calibrage biogénétique mènent de concert à l’eugénisme. CI l’assume et consacre une page de la version anglaise de son site web à cette notion. Renvoyant à la littérature scientifique, la réflexion distingue les modalités négative (élimination des traits héréditaires indésirables) et positive (sélection des traits héréditaires désirables) de l’eugénisme et se termine par une défense de la version positive vue comme une démarche familiale et bienveillante : « pratiqué individuellement par les parents de leur propre volonté », l’eugénisme positif rejoindrait la tendance naturelle des individus de toute espèce à assurer la « survie des plus forts ». Rapproché des pratiques ordinaires d’appariement dans la sociabilité amoureuse et opposé au « mauvais » eugénisme, celui pratiqué à des fins idéologiques par un Etat autoritaire, dont l’expérience nazie est le repoussoir, cet eugénisme du libre choix est présenté comme légitime.

  • 31 Citation extraite de : M. Meunier, « Au Danemark, des bébés sur catalogue », La Croix, 9 avril 2013 (...)

35Ces arguments figurent dans une rubrique intitulée « Questions éthiques », dans laquelle on trouve divers sujets donnant lieu à débat comme le droit de connaître ses origines, la politique de l’établissement en matière de rémunération des donneurs de sperme ou le fait d’ouvrir l’insémination artificielle avec don de sperme aux personnes seules et aux lesbiennes. La tonalité générale de ces propos relève d’une « éthique minimale » (Ogien, 2009) fondée sur les valeurs de liberté, de consentement personnel et la récusation de tout absolutisme moral ; elle s’accompagne d’une tolérance à l’égard de la pluralité des formes de vie familiale et privée. Le positionnement éthique des banques de sperme est minimaliste dans la mesure où il renvoie les couples à leurs propres décisions. Les slogans de CI « Aider les personnes sans enfant afin que leur rêve devienne réalité » et de ESB « Nous donnons vie à votre choix » ne s’accompagnent d’aucun contenu éthique particulier, sinon l’idée que l’autorité morale est celle du libre choix et du consentement. Par exemple, le site web de CI présente les avantages et les inconvénients des formules du donneur anonyme et du don ouvert et renvoie à des écrits ou des blogs pour que l’internaute se fasse une opinion, suggérant que la vérité morale est subjective et qu’il n’existe pas de norme absolue en matière de procréation. La posture des banques de sperme mêle pragmatisme, souci commercial et libéralisme culturel : il faut faire le nécessaire pour s’adapter au mieux à la demande de la clientèle en postulant que les couples sont informés et savent ce qu’ils veulent. Le patron de CI, Ole Schou, résume cette position éthique en déclarant : « Je suis farouchement pour la liberté individuelle » et ajoute, à propos de l’accès aux origines : « Je n’ai pas à juger si tout cela est bien ou mal. […] Si nous pouvions reproduire l’odeur ou montrer la peau du donneur, nous le ferions »31. Il s’agit d’une « éthique minimale », neutre à l’égard des visions du bien, pour laquelle la liberté et le consentement sont premiers. A chacun de choisir selon sa conception du bien.

  • 32 Cet argument d’une responsabilité morale parentale d’éliminer les « mauvais gènes » est souvent men (...)

36Dans cette optique, la question de l’eugénisme est à la fois dédramatisée et réhabilitée sous la forme d’un libre choix. Cette légitimation s’opère au nom des valeurs du marché : l’objectif est de répondre aux désirs des parents designers envisagés comme des consommateurs. Cette approche décomplexée débouche sur une nouvelle version de l’eugénisme, fondée sur le choix individuel et éclairée par l’expertise biomédicale. Cet eugénisme que les individus peuvent ainsi « revendiquer plutôt que subir […] grâce au recrutement de géniteurs sélectionnés dont la semence est proposée selon les lois du marché » (Pichot & Testart, 1999 : 8) est bien repéré par la littérature spécialisée. Analysant les transformations du discours eugéniste, Avid E. Riaz (2009) note le passage depuis la fin du XXe siècle, avec le développement de la génétique et de la procréatique, d’une version « dystopique », idéologique et autoritaire, à une version « utopique », pragmatique, individualiste et libérale, annonçant un eugénisme « post-moderne » fondé sur l’appel à la responsabilité génétique du parent : transmettre de « bons gènes » à ses enfants et éliminer les « mauvais »32.

37La sélection du phénotype du donneur que proposent les banques de sperme dépasse la contradiction entre la liberté de choix, qui est une valeur clé des sociétés occidentales, et le déterminisme génétique, qui est potentiellement attentatoire à la liberté individuelle (Finkler, 2001). Permettre à chacun de choisir ce qui va déterminer les caractéristiques de son enfant, c’est avoir la maîtrise du déterminisme génétique. Cette idée constitue le cœur d’une doctrine qui se présente sous l’intitulé « eugénisme libéral ». Née aux États-Unis au début des années 2000, défendue par un courant intellectuel dont les principaux théoriciens sont Nicholas Agar (Liberal Eugenics, 2004) et R. M. Green (Babies by Design. The Ethics of Genetic Choice, 2007), elle recommande un eugénisme librement consenti, respectant le pluralisme des valeurs et des choix individuels. Ses adeptes insistent sur la nécessité d’une information aussi large que possible des futurs parents et prônent un accès généralisé aux nouvelles biotechnologies de la reproduction. Dès les années 1970, dans Anarchie, Etat et utopie (1988 [1974]), le philosophe Robert Nozick entrevoyait et défendait le scénario d’un « supermarché génétique » répondant aux demandes individuelles des parents et dont la principale vertu serait de n’impliquer aucune décision centralisée établissant le type humain futur (Le Dévédec, 2015). Moins de cinquante ans plus tard, le marché du sperme est devenu un supermarché génétique globalisé dans lequel la sélection reproductive est redéfinie comme une stratégie individuelle (visant à transmettre un bon patrimoine génétique), le tri génétique, facilité par les progrès de la génétique prédictive, étant censé répondre aux attentes des consommateurs.

  • 33 Les libertariens (comme Nozick) font de la liberté individuelle un absolu. Les libéraux (comme Rawl (...)

38Cet eugénisme libéral porte bien son nom car il s’inscrit dans une conception d’essence libérale ou libertarienne33 de la justice affirmant le primat du juste sur le bien (Sandel, 2016). Le critère de justice est la liberté individuelle — plus exactement l’égale liberté de tous —, la question du bien étant renvoyée au domaine des convictions privées de chacun et au pluralisme irréductible des conceptions en la matière. Cette position implique logiquement que l'État et les institutions de l’ingénierie génétique doivent observer une attitude de neutralité à l’égard des diverses conceptions du bien. C’est exactement ce que font les banques de sperme dont on a souligné le pragmatisme, le libéralisme culturel affiché et le minimalisme éthique. Sur ce plan, dire que c’est le consommateur qui décide, ou en d'autres termes affirmer la priorité de la demande à laquelle l’offre des banques de sperme est supposée n’être que la réponse, est parfaitement cohérent. En somme, l’idée de sélection reproductive se répand non pas comme un mot d’ordre idéologique mais comme une pratique domestique et marchande régie par un réseau complexe de facteurs, composé du marché (tout ou presque s’achète), de la biomédecine (les services tirent profit des avancées de la génétique prédictive) et de l’Internet (les transactions se font à distance).

Conclusion

39La « marchandisation » du sperme n’est pas une opération neutre dans laquelle l’offre commerciale des banques se contenterait de répondre à une demande préexistante. Elle s’accompagne de la promotion d’une certaine philosophie, c’est-à-dire d’un ensemble de normes et valeurs relatives à la procréation par don de gamètes, qui comprend deux volets emboîtés : une logique de moindre risque qui elle-même s’appuie sur une représentation singulière de la parenté, passée au crible de la génétique. Ce prisme génétique est marqué par une acception déterministe plus proche du sens commun et de la croyance en une hérédité naturelle des traits personnels que des développements récents du savoir génétique qui a pris aujourd’hui la mesure de l’extraordinaire complexité du génome humain. Ce réductionnisme, repris à son compte par le discours marketing des banques de sperme, a pour effet d’entretenir une confusion entre génotype et phénotype, suggérant que la sélection du profil génotypique du donneur influence ou détermine le phénotype de l’enfant à naître. La phrase citée plus haut du généticien Lee Silver — « même un choix partiellement éclairé est meilleur que le hasard » — résume bien ce qui apparaît comme une forme moderne de pari pascalien. Le raisonnement prêté à la clientèle est le suivant : « Certes la transmission à l’enfant des qualités physiques et psychologiques du donneur n’est pas certaine mais, puisque ces informations sont disponibles, pourquoi prendre le risque de les négliger ? ».

  • 34 Toutefois si la cliente veut obtenir de nombreuses « garanties », il lui faudra en acquitter le coû (...)

40Tout concourt ainsi, dans une logique du moindre risque, à faire du gamète non pas un objet neutre, abstrait et substituable, mais un potentiel de caractères humains susceptibles de se transmettre. À travers l’offre commerciale des banques de sperme, la sélection biogénétique du donneur apparaît comme une assurance, globalement peu onéreuse (il suffit que la cliente prenne le temps de procéder à la sélection)34, contre des risques improbables mais jugés graves dans leurs effets, et permettant d’avoir un enfant en bonne santé, doté de traits désirés par ses parents. Cette logique de précaution, prêtée à la clientèle, tient plus du calcul de probabilité que d’une conviction idéologique. Nul besoin de croire au « tout génétique » pour s’y engager, il suffit simplement de vouloir minimiser les risques. On voit ainsi comment la « marchandisation » du sperme produit des effets sur le plan des représentations touchant à la procréation et à la parenté. Reste à savoir si les usages des clients se conforment à cette double représentation du risque génétique et de la parenté décelable du côté de l’offre de services.

Haut de page

Bibliographie

AGAR N., 2004. Liberal Eugenics. In Defence of Human Enhancement. Blackwell publishing.

ALMELING R., 2007. « Selling gender: Egg agencies, sperm banks, and the medical market in genetic material », American Sociological Review, 72,3: 319-340.

APPADURAI A., 2005 [1996]. Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation. Paris, Payot.

BONNIOL J.-L. et DARLU P., 2014. « L’ADN au service d’une nouvelle quête des ancêtres ? », Civilisations, 63 : 201-219.

CHARRIER Ph. et CLAVANDIER G., 2013. Sociologie de la naissance. Paris, Armand Colin.

CHENE A., 2006. « Le contentieux de la filiation devant le tribunal de grande instance », Informations Sociales, 131 : 78-87.

DANIELS C. R. et GOLDEN J., 2004. « Procreative Compounds: Popular Eugenics, Artificial Insemination and the Rise of the American Sperm Banking Industry », Journal of Social History, 38,1: 5-27.

DECHAUX J.-H, 2018. « Le gène à l’assaut de la parenté ? », à paraître dans la Revue des politiques sociales et familiales.

DROUARD A., 1996. « Un cas d’eugénisme "démocratique" », La Recherche, 287 : 78-81.

FEUILLET-LIGER B. et CRESPO-BRAUNER M.-C. (dir.), 2014. Les incidences de la biomédecine sur la parenté. Approche internationale. Bruxelles, éditions Bruylant.

FINKLER K., 2001. « The kin in the gene. The medicalization of family and kinship in American society », Current Anthropology, 42, 2: 235-249.

FORTIER C., 2011. « "Des gamètes de couleur" : Phénotype, race ou ethnie ? », L’Autre, 12, 3 : 289-303.

FORTIER C., 2015. « L’eugénisme invisible du don de gamètes : white is beautiful », Revue Sociologie Santé, 38 : 59-79.

GAILLE M., 2016. « Des terres morales inconnues. Du diagnostic prénatal à la décision de poursuivre ou d’interrompre une grossesse », Anthropologie et Santé, n° 12. (en ligne) : https://anthropologiesante.revues.org/1991 (page consultée le 31 mai 2016).

GAMMELTOFT T. M. et WAHLBERG A., 2014, « Selective reproductive technologies », Annual Review of Anthropology, 43: 201-216.

GREEN R. M., 2007. Babies by Design. The Ethics of Genetic Choice. Yale University Press.

HABERMAS J., 2002 [2001]. L’avenir de la nature humaine. Vers un eugénisme libéral ? Paris, Gallimard.

Ten HAVE H. A., 2001. « Genetics and culture: the geneticization thesis », Medicine, Health Care and Philosophy, 4, 3: 295-304.

INHORN M. C. et GÜRTIN Z. B., 2011. « Cross-border reproductive care: a future research agenda », Reproductive Biomedicine Online, 23, 5: 665-676.

KROLØKKE C., 2009. « Click a donor. Vicking masculiny on the line », Journal of Consumer Culture, 9, 1: 7-30.

KROLØKKE C., FOSS K. A. et PANT S., 2012. « Fertility travel: The commodification of human reproduction », Cultural Politics, 8,2: 273-282.

LE DEVEDEC N., 2015. La société de l’amélioration. La perfectibilité humaine les Lumières au transhumanisme. Montréal, éditions Liber.

LIPPMAN A, 1992. « Led (astray) by genetic maps: The cartography of the human genome and health care », Social Science & Medicine, 35,12: 1469-1476.

MAMO L., 2005. « Biomedicalizing kinship: Sperm banks and the creation of affinity-ties », Science as Culture, 14, 3: 237-264.

MAMO L., 2013. « Queering the fertility clinic », Journal of Medical Humanities, 34, 2: 227-239.

MARTIN L. J., 2014. « The world’s not ready for this: globalizing selective technologies », Science, Technology, and Human Values, 39,3: 432-455.

MASSOU L., 2016. « Construction d’un discours médiatisé et d’un public sur l’assistance médicale à la procréation. Le cas des sites web des cliniques et centres de dons africains », In BONNET D. et DUCHESNE V. (dir.), Procréation médicale et mondialisation. Expériences africaines. Paris, L’Harmattan : 39-55.

NELKIN D. et LINDEE M. S., 1995. The DNA mystique: The gene as a cultural icon. New York, WH Freeman.

NOZICK R., 1988 [1974]. Anarchie, Etat et utopie. Paris, PUF.

OGIEN R., 2009. La vie, la mort, l’Etat. Le débat bioéthique. Paris, Grasset.

PICHOT A., 1999. « Les métamorphoses de l’eugénisme. 1. Histoire de la notion », Encyclopaedia Universalis, Paris : 99-105.

PICHOT A. et TESTART J., "Eugénisme", Encyclopædia Universalis (en ligne): http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/eugenisme/ (page consultée le 18 octobre 2017).

POLTZ D., 2001. « The myths of the Nobel Sperm Bank », Slate.com, 23 février. (en ligne): http://www.slate.com/articles/life/seed/2001/02/the_myths_of_the_nobel_sperm_bank.html (page consultée le 24 avril 2016).

PULMAN B., 2010. Mille et une façons de faire les enfants. La révolution des méthodes de procréation. Paris, Calmann-Lévy.

RIAZ A. E., 2009. « Eugenics utopias/dystopias, reprogenetics, and community genetics », Sociology of Health and Illness, 31, 4: 602-616.

SANDEL M. J., 2016 [2009]. Justice. Paris, Albin Michel.

TESTART J., 2014. Faire des enfants demain. Révolutions dans la procréation. Paris, Seuil.

TOBER D. M., 2001. « Semen as gift, semen as goods: Reproductive workers and the market in altruism », Body and Society, 7, 2-3: 137-160.

ZYLBERMAN P., 2004. « Eugénique à la scandinave : le débat des historiens », Médecine Sciences, 20, 10 : 916-925.

Haut de page

Notes

1 Une version antérieure de ce texte a bénéficié des critiques de Maks Banens (démographe et sociologue, Université de Lyon) et de Pierre Savatier (biologiste, INSERM) que je remercie.

2 Pour H. Muller, la congélation du sperme permettra une amélioration génétique de la population grâce au « choix parental ». Cette formulation est la première occurrence de ce qui deviendra, cinquante ans plus tard, un véritable lieu commun du discours des banques de sperme.

3 Pour l’histoire de la « Nobel Sperm Bank » : cf. Poltz (2001).

4 Marcia C. Inhorn et Zeynep B. Gürtin (2011) suggèrent de rajouter la notion de « bioscape » à la liste des ethnoscapes identifiés par l’anthropologue Arjun Appadurai (2005 [1996]) dans son analyse de la globalisation.

5 www.cryosinternational.com

6 www.europeanspermbank.com

7 ESB s’adaptant aux législations en vigueur dans chaque pays, le nombre de donneurs diffère selon le pays de provenance du client.

8 Sur les usages de la clientèle, on peut se reporter à Fortier (2011), Kroløkke (2009) ou Mamo (2005).

9 L’assistance médicale à la procréation (AMP) est l’expression officielle utilisée par la législation française pour désigner les techniques d’insémination artificielle utilisées en cadre hospitalier.

10 L’indisponibilité du corps humain pose des limites à la libre disposition de soi. En vertu de ce principe, on ne peut pas vendre ou louer une partie ou l’ensemble de son corps. Le droit français le considère comme d’ordre public. Pour juger des écarts entre les diverses législations nationales, on peut se reporter à Feuillet-Liger & Crespo-Brauner (2014).

11 A l’exception des slogans qui figurent sur les pages d’accueil des sites web, nous avons pris le parti dans la suite du texte de traduire en français les citations tirées des contenus rédactionnels.

12 Cela ne concerne pas seulement le marché occidental. Luc Massou (2016) a ainsi montré l’importance d’Internet pour les cliniques de fertilité et les centres de don de gamètes en Afrique. Les accords entre établissements, l’ouverture de filiales dans divers pays du monde (Inde, Mexique, etc.) et le rôle décisif du web en matière d’information à destination de la clientèle soulignent le caractère globalisé du commerce de gamètes.

13 Pour un aperçu sur l’évolution des pages d’accueil, on peut se reporter au site d’archive : https://archive.org

14 On sort alors du phénotype au sens strict du terme, défini comme l’ensemble des traits biologiques observables d’un individu, pour intégrer, sans solution de continuité, des traits culturels et sociaux, ce qui est un premier indice d’une propension à « génétiser » le profil de la personne.

15 CI et ESB définissent la motilité comme le nombre de spermatozoïdes mobiles par ml et utilisent pour cela une unité de mesure dite MOT (Motile Total). Cette dernière est en réalité une combinaison de deux types de mesure parmi l’ensemble de celles que peut produire un spermogramme : la concentration de spermatozoïdes par ml (sperm count) et la mobilité (motility) qui, elle, s’exprime en pourcentage de spermatozoïdes correspondant à certains gradients de mobilité. Contrairement à ce qui est écrit sur les sites de CI et ESB, il n’est donc pas rigoureusement exact de dire que MOT exprime la motilité.

16 Sur le traitement de la « race » par les banques de sperme, cf. Fortier (2011, 2015).

17 Pour la législation française, l’obtention de gamètes contre paiement, effectuée en dehors des CECOS, est passible de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 € d’amende (art 511-9 du Code pénal).

18 Quant au donneur, il touche une modeste « compensation » (donation fee), fixée par la loi danoise à 35 €, destinée à couvrir les frais liés à l’opération de prélèvement. CI et ESB mettent en avant les motivations « altruistes » de leurs donneurs.

19 Les femmes constituent l’essentiel de la clientèle des banques de sperme, y compris lorsqu’elles sont en couple hétérosexuel. Le discours des banques s’adresse spécialement à elles. C’est pourquoi nous utiliserons à plusieurs reprises le terme générique « clientes » pour désigner la clientèle.

20 Deux précisions s’imposent. Primo, parler de donneur partenaire n’implique pas qu’il soit fait référence à une personne avec laquelle on a des relations sexuelles. Le partenaire sexuel n’est qu’une des modalités du partenariat qui peut s’établir pour de tout autres motifs en vue d’une action commune. Secundo, compte tenu de l’optique retenue, une analyse de l’offre de services des banques de sperme, le partenariat biogénétique entre cliente et donneur désigne ici ce que cherchent à promouvoir les établissements.

21 D. W. Keirsey (1921-2013), très connu de ceux qui s’intéressent aux tests de personnalité, est associé à la théorie des « tempéraments psychologiques ».

22 F. I. Seymour et A. Koerner furent dans les années 1930 aux Etats-Unis des biologistes partisans de l’eugénisme (Daniels & Golden, 2004 ). Seymour dirigeait la National Research Foundation for the Eugenic Alleviation of Sterility. A cette époque, plusieurs états aux Etats-Unis avaient adopté des législations d’inspiration eugéniste (stérilisation de certains malades, handicapés et délinquants), Cf. Pichot (1999).

23 Citation extraite de : S. Fontenoy, « Des banques de sperme promeuvent les "super-bébés" », La Croix, 30 avril 2010. https://www.la-croix.com/Actualite/France/Des-banques-de-sperme-promeuvent-les-super-bebes-_NG_-2010-04-30-603104

24 Les notions de design et parent designer sont empruntées à Jürgen Habermas (2002 [2001]) qui, par ces termes, dénonce le fait que le patrimoine génétique de l’enfant puisse « dépendre de décisions d’un designer sur les préférences duquel l’enfant n’a eu aucune influence » (Habermas, 2002 : 119). L’expression « baby by design », qui figure dans le titre du livre de Ronald M. Green (2007), est aussi employée de manière positive par les partisans de l’eugénisme libéral.

25 Parmi les maladies infectieuses, on trouve le VIH, les hépatites B et C, la syphilis. Parmi les maladies héréditaires figurent des maladies « monogéniques » (provoquées par la mutation d’un seul gène) comme la mucoviscidose, la sclérose en plaques, la maladie de Gaucher.

26 Cette préoccupation de la bonne santé du fœtus et de l’enfant à naître, rendue possible par la généralisation du dépistage génétique, revient à repérer et à neutraliser les germes de la maladie ou de la mort avant même la naissance.

27 Citation extraite de : W. Oremus, « La Chine peut-elle vraiment sélectionner génétiquement ses génies ? », Slate.fr, 15 mai 2013. http://www.slate.fr/story/70199/mythe-super-bebe

28 Ce que confirment les études qui portent sur la clientèle des banques de sperme (Mamo, 2005).

29 Toutefois, la génétique prédictive progresse rapidement : elle permet d’ores et déjà, grâce à des tests précoces et non invasifs, de détecter certaines maladies chromosomiques comme la trisomie 21. Il est probable que les avancées de la génomique fourniront des éléments précieux pour comprendre le rôle des facteurs génétiques dans le déclenchement des maladies multifactorielles. La palette couverte par le dépistage génétique des banques de sperme pourrait donc s’étendre dans un avenir proche.

30 Sur la « génétisation » de la parenté, cf. Déchaux (2018).

31 Citation extraite de : M. Meunier, « Au Danemark, des bébés sur catalogue », La Croix, 9 avril 2013. https://www.la-croix.com/Ethique/Sciences-Ethique/Sciences/Au-Danemark-des-bebes-sur-catalogue-2013-04-08-942785

32 Cet argument d’une responsabilité morale parentale d’éliminer les « mauvais gènes » est souvent mentionné par les parents recourant à une interruption médicale de grossesse (IMG) après dépistage d’une anomalie chromosomique du fœtus (Gaille, 2016).

33 Les libertariens (comme Nozick) font de la liberté individuelle un absolu. Les libéraux (comme Rawls) tentent de l’articuler à l’égalité des chances et/ou à l’utilité individuelle et collective.

34 Toutefois si la cliente veut obtenir de nombreuses « garanties », il lui faudra en acquitter le coût : profil détaillé du donneur plutôt que profil basique, achat de nombreuses paillettes, réservation des gamètes, etc.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1 : Pages d'accueil de CI et de ESB 
Légende https://dk-fr.cryosinternational.com/​ - capture d'écran effectuée le 24 mai 2017
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/2675/img-1.png
Fichier image/png, 445k
Légende https://www.europeanspermbank.com/​en/​ - capture d'écran effectuée le 24 mai 2017
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/2675/img-2.png
Fichier image/png, 912k
Titre Image 2 : Extrait du catalogue CI
Légende Critères de tri par défaut, https://dk-fr.cryosinternational.com/​recherche-de-donneur, capture d'écran effectuée le 24 mai 2017
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/2675/img-3.png
Fichier image/png, 124k
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/2675/img-4.png
Fichier image/png, 50k
Légende Exemple d’une fiche individuelle d’un donneur, https://dk-fr.cryosinternational.com/​recherche-de-donneur?name=abner, captures d’écran effectuées le 24 mai 2017.
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/2675/img-5.png
Fichier image/png, 70k
Titre Image 3 : Exemples de test psychologique du donneur
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/2675/img-6.png
Fichier image/png, 29k
Légende Test ESB, http://www.advisorteam.com/​groups/​testresult.asp, captures d'écran effectuées le 12 février 2016
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/2675/img-7.png
Fichier image/png, 24k
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/2675/img-8.png
Fichier image/png, 133k
Légende Test CI, https://dk-fr.cryosinternational.com/​recherche-de-donneur?name=adem, captures d’écran effectuées le 24 mai 2017.
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/2675/img-9.png
Fichier image/png, 49k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Hugues Déchaux, « La parenté au crible de la génétique », Anthropologie & Santé [En ligne], 15 | 2017, mis en ligne le 29 novembre 2017, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/anthropologiesante/2675 ; DOI : 10.4000/anthropologiesante.2675

Haut de page

Auteur

Jean-Hugues Déchaux

Centre Max Weber, Institut des sciences de l’homme, CNRS UMR 5283, Université Lumière Lyon 2, 14 avenue Berthelot 69363 Lyon cedex 07 ; Jean-Hugues.Dechaux@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Emerging Sources Citation Index
  • Logo ERIH Plus
  • Logo LiSSa
  • Logo Centre National du Livre
  • OpenEdition Journals