Navigation – Plan du site
Dossier thématique

L’insupportable et l’incertain

Proximité et détachement dans l’assistance médicale à la procréation avec tiers donneur
The unbearable and the uncertain: closeness and detachment in assisted reproductive technologies with a third-party donor
Catarina Delaunay

Résumés

Ce texte explore les tensions qui émergent chez les couples atteints d’infertilité qui recourent à l’assistance médicale à la procréation avec tiers donneur, en France et au Portugal, à partir de données empiriques recueillies par entretiens. Je m’appuie sur le modèle sociologique d’une pluralité de régimes d’engagement, mais aussi sur les concepts d’insupportable et d’incertain ; le premier permet d’analyser le rapport problématique et gênant au tiers donneur, le second d’analyser les incertitudes de ces couples sur la réussite du projet d’enfant à l’aide de technologies biomédicales, incertitudes qui s’inscrivent dans des épreuves et des échecs successifs. On assiste à une opération de détachement de la figure du tiers donneur, à travers des dynamiques de différenciation entre le vivant (les gamètes) et l’humain (un enfant). On constate des opérations de révision ou de sortie complète du projet, provoquées par l’épuisement capacitaire ou par la difficulté à définir l’intégralité de la personne ou du couple.

Haut de page

Texte intégral

Des tensions internes au dispositif AMP avec tiers donneur

1L’assistance médicale à la procréation (AMP) avec don de gamètes ne soulève pas seulement des débats scientifiques, moraux, politiques, sociaux et religieux, mais touche aussi aux engagements dans les relations personnelles les plus intimes. L’analyse de l’utilisation de gamètes n’appartenant pas au patrimoine génétique d’un couple fait émerger des tensions internes à ce dispositif de l’AMP. Ces tensions peuvent être appréhendées à partir des récits biographiques des personnes interviewées et de leurs expériences intimes de couples ayant eu recours à l’AMP.

2L’analyse que je propose ici veut contribuer à faire ressortir la complexité de l’AMP avec tiers donneur en relatant, d’une part, les paradoxes ou tensions internes propres au dispositif et, d’autre part, les limites personnelles auxquelles sont confrontées les bénéficiaires de la mesure, en France et au Portugal. Le cadre institutionnel propre à chaque pays dépend du contexte historique ayant vu naître les dispositifs d’AMP, et d’éléments politiques et moraux spécifiquement nationaux. Par ailleurs, ce cadre institutionnel est plus ou moins compatible avec les affects des bénéficiaires.

  • 1 Thévenot (2006) déploie une architecture élémentaire de trois régimes d’engagement rendant compte d (...)

3Cette démarche explicative prendra notamment appui sur les travaux de Thévenot (2006)1 consacrés aux régimes d’engagement, qui permettent d’appréhender conjointement les deux dimensions du personnel et de l’institutionnel, sans devoir recourir à des ruptures conceptuelles trop vives et chargées idéologiquement (individu/collectif ; public/privé, etc.). En effet, cette approche permet d’envisager la dynamique éprouvante générée par le passage (le « basculement ») d’un régime d’engagement à l’autre. Ce passage provoque effectivement des tensions et des attentes parfois contradictoires. C’est le cas par exemple lorsque la planification des objectifs médicaux (correspondant au « régime du plan » dans la tripartition des régimes d’engagement de Thévenot) à laquelle ont consenti les bénéficiaires vient gêner le couple dans ses habitudes et troubler les représentations de l’enfant qu’il avait pu élaborer dans son intimité (ce qui correspond au « régime de familiarité » dans la tripartition des régimes d’engagement de Thévenot).

4En décrivant ces tensions à l’occasion de l’utilisation des techniques d’AMP, j’essaye d’illustrer l’importance de la composition des régimes d’action mis en œuvre par les acteurs qui s’y engagent – les couples atteints d’infertilité qui en appellent à l’aide médicale pour avoir un enfant. Ce recours à divers régimes d’action peut dans certains cas amener à divers compromis, parfois précaires. J’essaye également d’identifier les différents modes de raisonnement utilisés par ces couples ; ceux-ci sont généralement explicités par les femmes, à partir de différents scénarios que j’ai présentés lors de l’entretien pour les aider à qualifier les êtres et les objets (le tiers donneur et les technologies biomédicales) impliqués dans l’AMP. J’effectue ce travail de décomposition des dispositifs – techniques et relationnels, les deux se cumulant – en allant en-deçà du public et en descendant jusqu’au niveau le plus proche, i.e. intime et personnel (le corps, la famille).

5Je fais aussi appel à deux concepts pour interpréter mes données ethnographiques, ceux d’insupportable et d’incertain. Le concept d’insupportable, emprunté à Marc Breviglieri (2009), se rapporte ici à la situation des femmes rencontrées, par rapport à l’hypothèse d’une levée de l’anonymat, qui ressentent une gêne ou émettent un jugement négatif sur l’intrusion du tiers donneur dans la relation familière et intime qu’elles entretiennent avec leur conjoint ou avec leur propre corps.

  • 2 Inversement, les couples homosexuels masculins français ayant eu recours à une gestation pour autru (...)

6Pour les femmes interviewées atteintes d’infertilité, à l’instar des couples lesbiens enquêtés, tout lien ou rapport de proximité potentiel avec le tiers d’ovocytes et/ou sperme est d’emblée qualifié négativement, perçu comme inquiétant (voire même insupportable) ; cela va jusqu’à l’effacement du tiers (qui est éloigné et totalement écarté) de la sphère privée et de l’intime. Dans ce cadre, j’introduis le concept d’opération de détachement pour analyser les stratégies élaborées par les femmes leur permettant de mettre à distance la figure du donneur/de la donneuse et de se réassurer2.

  • 3 Par exemple, analyser et comparer les statistiques des taux de réussite des traitements de l’infert (...)

7La notion d’incertain, pour sa part, est une construction au niveau du « régime du plan » (Thévenot, 2006) puisqu’elle nous renvoie à l’incertitude (doute et peur) de nos interviewées sur la fiabilité de la poursuite du projet d’enfant grâce à l’aide médicale avec la contribution génétique d’un tiers. Elle caractérise le fait de ne pas avoir de garantie de la réussite de ce projet, à cause des échecs successifs des traitements. Cette dernière dimension se rapporte aux tensions critiques entre les formes d’évaluation et les modalités de gestion de l’incertain qui les accompagnent (Thévenot, 1995). Dans le projet d’avoir un enfant, les femmes prennent en compte l’incertitude et la circonscrivent en tentant de la mesurer (c’est-à-dire d’évaluer la situation et ce sur quoi elles peuvent compter pour atteindre leur but3). Or, mesurer ne prend pas en compte le niveau du « proche », défini comme le « régime de familiarité ». En fait, l’incertitude sur les résultats des techniques d’AMP s’associe au faible degré de contrôle exercé par les couples infertiles sur cette source d’incertitude (pourtant importante pour la réalisation des objectifs définis, avoir un enfant) et à leur capacité à la gérer.

8Les régimes d’engagements sont ainsi mobilisés pour analyser les tensions qui existent entre, d’une part, les politiques de soin et, d’autre part, les besoins d’accompagnement et les représentations que s’en font les couples. Cette tension est à la source de la difficulté qu’il y a, pour les personnes concernées, à mener et faire évoluer une « action qui convient » (Thévenot, 1990). Pour l’analyser, il faut prendre en compte les capacités des acteurs à utiliser des registres d’actions précis, et à changer de cadre de l’action au gré des circonstances, en fonction des autres personnes avec qui leur action personnelle doit être coordonnée. Cela suppose que la personne identifie l’action, son déroulement, et émettre un jugement sur l’accomplissement de l’action en question, ce qui peut générer des moments d’inquiétude.

9Il faut aussi souligner que le travail de soin prodigué, qui nécessite des protocoles et de la planification, peut se montrer invasif et dissuasif parce qu’insupportable pour le patient. Ces réactions de rejet face à l’insupportable et à l’incertain, plus ou moins violentes, souvent difficiles à verbaliser, sont à même de fragiliser autant la continuité du protocole médical, que le projet d’enfant du couple ou la volonté propre des bénéficiaires à s’engager dans le dispositif de l’AMP.

  • 4 Des biens et maux associés aux pressions des différents niveaux d’engagement dont les effets sont é (...)

10J’aborderai ces problèmes à partir des questions suivantes : Comment les couples infertiles, en particulier les femmes, sont-ils affectés par ce dispositif de l’AMP ? Par quels biens et par quels maux4 sont-ils éprouvés tout au long de leurs parcours biographiques et de soins ? Dans quelles capacités ou incapacités sont-ils de faire face aux épreuves rencontrées en exprimant une gêne et en élaborant des justifications ? Comment, en pratique, arrivent-ils à regagner la maîtrise de leurs vies, en respectant leurs choix ?

11Étant donné tous les débats autour de l’AMP avec tiers donneur, il m’a paru opportun de ne pas me centrer sur la question politique autour de la pratique, mais de regarder finement toutes ces tensions – qu’il est impossible d’éliminer – et les moyens à disposition des acteurs pour les gérer.

Méthodologie et profil des interviewées

  • 5 Le projet était financé par une bourse de post-doctorat de la Fondation pour la Science et la Techn (...)

12Les données empiriques ont été recueillies dans le cadre de mon projet de post-doctorat visant à faire une analyse des controverses, tensions et gênes, visibles ou invisibles, autour de l’AMP avec tiers donneur, en France et au Portugal5. Bien qu’il ne propose pas un travail d’analyse comparative entre la France et le Portugal, cet article met en lumière la similarité des problèmes, de nature existentielle, qui se posent dans des contextes différents, notamment si l’on se place du point de vue des outils de la sociologie des engagements.

  • 6 Au Portugal, la loi de l’AMP, datée de 2006, a changé au milieu de 2016, en élargissant l’accès à t (...)

13Au-delà d’un encadrement juridique de l’AMP assez similaire, les particularités institutionnelles de ces deux pays expliquent certaines spécificités de ces deux terrains ethnographiques. Les deux pays adoptent une approche thérapeutique de l’AMP car un couple doit prouver l’existence de problèmes de santé (infertilité ou risque de transmission de maladies) afin d’acquérir le statut de bénéficiaire de l’AMP. À ces conditions médicales s’ajoutent certaines conditions sociales : l’intérêt de l’enfant à naître dans un couple parental stable et uni, et les choix de la société elle-même, qui établit certaines formes de parentalité6.

14Les premières lois de bioéthique en France datent de 1994, alors qu’au Portugal la loi de l’AMP est adoptée en 2006 seulement, vingt ans après la naissance du premier bébé éprouvette. En France et au Portugal, la règle en vigueur est l’anonymat du donneur de gamètes. Le premier CECOS (Centre d’étude et de conservation des œufs et du sperme humains) est créé en France en 1973, alors qu’il a fallu attendre 2011 pour avoir la première Banque Publique de Gamètes au Portugal.

15Il faut souligner qu’en France, le don de gamètes est complètement gratuit car assimilé historiquement aux autres dons d’éléments du corps humain (sang, moelle osseuse). A l’inverse, au Portugal, les donneurs reçoivent une compensation monétaire forfaitaire, fixée par le comité d’éthique, au titre du remboursement des frais ou pertes.

16Pour ce projet, j’ai recueilli 66 entretiens, menés auprès d’un ensemble différencié d’acteurs directement liés aux techniques d’AMP, soit parce qu’ils les utilisent (couples bénéficiaires hétérosexuels et homosexuels), soit parce qu’ils sont responsables de leur mise en pratique (spécialistes en médecine et biologie de la reproduction), soit parce qu’ils sont chargés de leur discussion et/ou réglementation (parlementaires et membres des comités de bioéthique). Au total, j’ai effectué 20 entretiens auprès des bénéficiaires de l’AMP (dix en France et dix au Portugal) et 46 auprès des professionnels (22 en France et 24 au Portugal).

17Dans cet article, je m’appuie essentiellement sur les dix entretiens menés avec des femmes en couple hétérosexuel (cinq en France et cinq au Portugal) qui ont eu recours à un don de gamètes (sperme et/ou ovocytes). Je me suis penchée intentionnellement sur les situations les plus éprouvantes pour les bénéficiaires : en effet, c’est la compréhension de cet éprouvé qui m’a paru le plus pertinent, en lien avec la dynamique de détachement – à la fois physique et moral – enclenchée par les interviewées par rapport à la figure du tiers donneur. Ces situations éprouvantes permettent également d’analyser certaines failles institutionnelles de la procédure encadrant le recours à la contribution génétique d’un tiers pour l’AMP avec don de gamètes.

  • 7 Les deux associations ont été créées dans les années 2000 suite à des mouvements civiques engagés p (...)

18Pour avoir accès aux bénéficiaires hétérosexuels, j’ai publié un message explicatif du projet et un appel à témoignages sur les sites Internet de deux associations : Association Portugaise de Fertilité et son homologue française, l’Association MAIA7. Aucun élément masculin des couples ne s’est montré disponible pour être interviewé, même s’il était présent au moment de l’entretien. Ce sont donc les femmes qui prennent la parole sur ce sujet, soit pour participer aux forums de discussion en ligne des associations d’infertilité (où les hommes sont presque absents), soit pour répondre aux appels à témoignages (pour des études ou des reportages dans les médias). Cela peut être dû au fait que l’utilisation des technologies d’AMP passe toujours par la médicalisation du corps des femmes, quelle que soit l’origine du problème d’infertilité (féminine ou masculine), et que celles-ci subissent la pression liée à l’espoir de réussite de la grossesse.

19Les dix femmes interviewées, dans les deux pays considérés, présentent une similitude des parcours biographiques et de soins, succession d’épreuves caractérisée par les expériences du rapport à l’infertilité. Elles sont toutes en couples hétérosexuels, ont entre 34 et 43 ans, travaillent dans le secteur tertiaire et ont une formation supérieure, sauf deux (arrêt des études au niveau de la terminale).

20Lorsque le couple a décidé d’avoir des enfants, la femme a cessé de prendre la pilule contraceptive ; puis, en raison de la non-survenue d’une grossesse dans l’année suivante, le couple a demandé une aide médicale. Dans trois cas, le mari avait un problème d’infertilité (azoospermie) et le couple s’est vu proposer un don de sperme. Une endométriose a été diagnostiquée chez cinq femmes ; deux autres souffrent d’une insuffisance ovarienne prématurée.

21Ces femmes ont suivi des traitements d’AMP pendant presque une dizaine d’années. Elles ont été soumises à plusieurs tentatives d’insémination artificielle, de fécondation in vitro (FIV) et d’injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI), avant d’opter pour le don d’ovocytes ou le double don de gamètes (ovocytes et sperme). Seules quatre femmes atteintes d’endométriose et ayant recouru au don d’ovocytes ne sont pas encore enceintes, et n’ont pas d’enfants.

La révision ou la sortie du projet face à l’incertitude

22Le consentement informé, par lequel les membres du couple – surtout celui qui ne contribue pas avec ses gamètes – acceptent de se soumettre aux techniques d’AMP avec tiers donneur, nous ramène au régime du plan. Selon les entretiens menés, cette figuration de l’agir n’est pas spontanée mais correspond à une prise sur la réalité, i.e. à l’engagement de l’acteur dans un projet (ici, un projet d’enfant), à partir de l’adaptation à un environnement matériel fonctionnellement préparé – dans des termes médicaux, scientifiques et technologiques – pour satisfaire son désir d’avoir une descendance biologique.

  • 8 Il s’agit d’une reprise de la question classique de l’identité personnelle, enrichie du fait que la (...)

23Toutes les histoires racontées partent d’une épreuve (le diagnostic d’infertilité d’un des membres du couple) qui a attaqué la « consistance de la personne »8 (Thévenot, 2014). Pour répondre à cette crise extrême, tous les couples ont fait le même choix de recourir à l’AMP avec tiers donneur (impliquant une coordination fonctionnelle avec un monde environnant médical et technique), après de longs parcours de soins et de vie marqués par des incertitudes, des échecs et des recommencements.

C’était un détail, c’était une façon de contourner ce problème pour parvenir à cette fin, parce que c’était la façon que nous, en tant que couple, nous avons trouvé, avec les équipes médicales, la seule façon d’arriver à avoir cet enfant. (Dani, Portugaise, 39 ans, mariée, encore sans enfant)

Pendant les traitements, en phase de stimulation et de suivi par l’échographie, je dois aller tous les jours à Porto, ce qui est très épuisant physiquement et aussi psychologiquement, mais quand nous faisons les choses, c’est avec un but, et donc si nous savons que c’est ce que nous voulons atteindre et c’est ce que nous avons à faire, nous le ferons. (Tita, Portugaise, 36 ans, mariée, encore sans enfant)

24Le projet est une forme durcie du régime du plan, de longue durée, avec des enjeux importants pour la personne et des moments de contrainte d’intégration des épreuves connues durant la vie. C’est un plan consolidé qui s’agrandit et qui occupe une place importante pour la « consistance de la personne », pour la perspective intégrale de sa « biographie pragmatique » (Thévenot, 2014). Autrement dit, ce projet permet à la personne de se maintenir, d’instaurer une cohérence dans sa biographie et d’y intégrer les épreuves et les moments où elle passe d’un régime d’engagement à l’autre ou compose ses divers engagements. Le projet est une modalité d’intégration maximale qui consiste à passer des engagements particuliers à l’existence complète de la personne. Face à la violence des moments de crise, les membres du couple sont entièrement canalisés et réduits au projet, qui marche ou ne marche pas.

25Ici, s’engager dans le plan signifie pour l’acteur poursuivre l’objectif d’avoir un enfant, accepter de se soumettre aux traitements médicaux, décider de recourir à un tiers donneur, ce qui met aussi en jeu leur autonomie individuelle. Il faut garder à l’esprit dans ce questionnement que devoir chercher de l’aide pour pallier l’infertilité du couple place les individus dans une situation de grande vulnérabilité. Il s’avère donc important d’examiner comment ce régime d’engagement dans le plan s’articule, ou au contraire entre en tension, avec la sensation de confort et de bien-être régnant entre les personnes proches, sensation propre au régime de familiarité. L’idée du projet, liée au calcul et au « gouvernement par des objectifs » (Thévenot, 2010), est néanmoins fondée aussi sur le risque et l’incertitude, qui génère une angoisse permanente, et qui fait mobiliser les arts de faire et refaire les projets eux-mêmes, soit pour recommencer après les échecs, soit pour réorganiser les expériences personnelles et réviser les projets de vie.

26Comment les acteurs composent-ils avec ces scénarios complexes d’engagements et ces tensions entre différents régimes d’engagement en situation ? Comment se fait le mouvement entre plusieurs régimes d’engagement dans un même couple ? Comment passe-t-on des promesses d’engagement dans le contrat (volonté) aux décisions du projet jusqu’à sa révision (épuisement) ?

27La personne est capable de s’engager d’une façon plutôt qu’une autre dans des situations précises, ce qui nous ramène à la capacité d’agir, i.e. à la capacité de mener « l’action qui convient » (Thévenot, 1990) en fonction des circonstances. Il est donc important de faire une analyse des dynamiques de changement par rapport aux divers modes d’engagement, ainsi qu’à l’intérieur d’un même régime.

28Les personnes ne changent pas seulement leur projet, mais elles changent aussi de régime d’engagement : elles passent du régime du plan – associé au projet – au régime du proche ou de familiarité. Il est donc particulièrement important d’analyser les décisions que les personnes sont amenées à prendre : soit continuer et insister, soit réviser ou abandonner le projet.

29Dans les deux extraits qui suivent, le projet est encore là ; la personne maintient un régime d’engagement dans le plan. Cependant, la succession des échecs et des reprises, l’inquiétude mais aussi l’espoir, font partie de sa dynamique.

Mon inquiétude était que je ne savais pas si je pourrais un jour y arriver. (…) Quand j’ai fait deux inséminations et que je n’ai pas réussi, j’ai commencé vraiment à m’inquiéter. Mais après, quand j’ai eu une grossesse extra-utérine, c’était une joie parce que j’ai réalisé que je pouvais tomber enceinte. Alors c’est la bonne voie. C’est juste une question d’essayer à nouveau. (Bia, Portugaise, 34 ans, mariée, jumeaux de 4 ans).

Quand vous faites une insémination artificielle ou une FIV, vous êtes obligée d’y croire, d’être positive. Vous y croyez, votre vie est modifiée, vous êtes devenue un sac à médicaments et c’est encore négatif. On augmente l’espoir, on retombe dans le désespoir et on recommence et on recommence pendant des années. (Renée, Française, 42 ans, en concubinage, enceinte de jumeaux).

30A l’inverse, dans l’extrait suivant, la personne est en train de sortir de la « forme projet » ou elle considère l’éventualité d’en sortir, malgré le fait que le projet implique toujours de répéter et de recommencer.

Mais il y a aussi des choses que nous ne pouvons pas contrôler et j’ai toujours dit – et je le dis encore – je suis absolument sûre que je serai très heureuse. Mon mari et moi, nous serons heureux tous les deux. Je ne sais pas si ce bonheur va impliquer d’avoir des enfants ou non. (…) Ce que nous pouvons garantir est que nous, un couple, nous avons déterminé que nous ferons tout ce qui est à notre portée. (…) Parce que cette certitude sera apaisante à l’avenir si les choses ne vont pas comme nous le voulons ou que nous l’attendons. (…) Nous pouvons canaliser nos intérêts et notre vie vers d’autres choses, parce qu’être toute une vie dans une lutte dont nous ne savons pas si nous allons la gagner, ce n’est pas pour nous en tant que couple. (…) Dans ce cas, il n’y a aucune garantie dans les traitements. Nous pouvons dépenser beaucoup d’argent et ne jamais l’atteindre. (…) Je pense que nous allons passer à une phase différente, à réapprendre, à réorganiser nos expériences et ce que nous voulons pour nous-mêmes. (Tita, Portugaise, 36 ans, mariée, encore sans enfant).

31L’interviewée dit qu’elle ne sait pas si le bonheur en couple est d’avoir des enfants ou pas, amenant à un bonheur non spécifié. En termes de plan de vie, elle exprime l’anxiété de rester dans le projet, qui compromet le bonheur du couple. Le fait que la personne et le couple ne se définissent plus qu’en référence à un projet unique (la planification de la procréation) constitue une énorme menace, par rapport à laquelle elle doit prendre de la distance. Cette femme se met donc en-dessous du régime du plan : ce plan grandiose d’avoir un enfant, grâce à l’intervention de la biomédecine, ne peut constituer l’intégralité de sa personne ni devenir une façon de vivre. Dans ce cas-là, le projet d’avoir un enfant est relâché, presque abandonné, dans sa délimitation parce qu’il ouvre sur une composition d’engagement plus complexe et plus large que le projet, qui va constamment de pair avec la répétition possible dans l’incertitude.

32Comment les couples supportent-ils les situations éprouvantes, notamment devoir faire face à l’échec successif des traitements planifiés pour avoir un enfant ? Confrontés à ces situations éprouvantes, que font-ils ? Face à l’intensité des différents « formats de l’éprouvé » (Thévenot, 2011), maintiennent-ils leur engagement dans le plan ou, au contraire, la situation éprouvante les conduit-elle à modifier leur engagement ou à le revoir complètement, ce qui implique aussi de revoir le projet lui-même ?

33La suite des échecs et des reprises entraîne un « épuisement capacitaire » (Breviglieri, 2010 ; 2012), notamment un épuisement des ressorts de la résistance à l’incertitude et un épuisement de la capacité à faire face aux épreuves d’intégration de la personne. Cet épuisement, dû à la prolifération, succession ou synchronisation des épreuves – allant de l’intime au plan – dans diverses situations, depuis le diagnostic d’infertilité (endométriose et insuffisance ovarienne prématurée chez les femmes et azoospermie chez les hommes) aux échecs successifs (faible qualité des embryons, échec de l’implantation d’embryons transférés, grossesse extra-utérine, fausses couches, etc.), dresse la perspective de l’effondrement du maintien de soi – et du couple – jusqu’au rejet du projet. On est face à une dynamique de révision, qui ne concerne pas seulement le projet en lui-même, mais aussi le mode d’engagement principal, en passant du régime du plan au régime de familiarité. À l’épuisement des efforts et des ressources investies dans la poursuite du projet correspond un affaissement de la persévérance et de la volonté de tout faire pour avoir un enfant, jusqu’au découragement et à la résignation, mais surtout au repli sur l’espace proximal (clôture sur le couple).

34Il est aussi fondamental d’analyser les contraintes de certaines situations, qui déterminent la façon dont les acteurs font face aux échecs successifs de la biomédecine pour maîtriser leurs corps. Le problème principal est la répétition épuisante d’une épreuve complètement et toujours dans le régime du plan : les couples ont beau varier leurs régimes d’engagement en fonction des situations et avoir un rapport au monde complexe, lorsqu’il s’agit de leur relation avec la médecine seul les résultats (des examens, des tests, des traitements, etc.) comptent à leurs yeux.

35Avec l’aide des techniques biomédicales, les interviewées subordonnent le gouvernement de leur vie aux objectifs qu’elles se sont fixées : elles transforment leur rapport quotidien au monde et la façon dont, de temps en temps, elles doivent fermer les yeux sur leur corps, au risque d’être dans une angoisse permanente. La dynamique de l’engagement renvoie ainsi à l’alternance entre un moment d’adhésion confiante dans le projet (« fermer les yeux ») et un moment de doute et d’hésitation sur l’engagement personnel dans le régime du plan (« ouvrir les yeux ») (Thévenot, 2010).

36Outre la durée de l’épreuve, il faut aussi considérer l’aménagement du projet. L’idée n’est pas forcément de réaliser l’objectif mais d’avoir tout fait pour l’accomplir. Cela devient l’histoire de la volonté du couple de le faire : « on ne pourra pas le regretter ». Ce qui est apaisant dans cette éventuelle sortie du projet par des couples est qu’ils ont un projet d’enfant et qu’ils ont tout fait pour atteindre leur but. L’objectif initial n’est pas vraiment réalisé ; le projet d’enfant est aménagé pour ne plus être simplement le sujet d’une histoire déjà programmée (l’entrée dans le processus d’AMP) ; il s’ajuste à l’histoire d’un couple, d’une famille, selon la singularité de son parcours, de sa propre histoire commune. On voit ici comment la temporalité des épreuves influence la façon dont les personnes intègrent les moments qui ont scandé leur biographie, pour donner une cohérence à cette dernière. Cette façon d’avoir un regard global sur sa vie, de mettre en perspective l’intégralité de sa vie, s’oppose à la segmentation occasionnée par le projet d’avoir un enfant avec l’aide de la médecine.

37On peut voir, dans l’extrait d’entretien présenté plus haut, où s’exprimait un épuisement capacitaire, un écho du concept de « progrès incorporé » (« embodied progress ») de Sarah Franklin (1997), développé dans son analyse sur l’incorporation des technologies et des procédures biomédicales. Pour l’auteure, il s’agit surtout d’essayer de comprendre ce qu’elle appelle « dilemmes reproductifs » et « dilemmes de filiation », c’est-à-dire que l’innovation technologique et le progrès scientifique rendent possibles des formes de choix inédites, créant par là des incertitudes et introduisant du relativisme dans la définition de la parenté. Elle analyse notamment comment la parentalité, la parenté et la procréation sont culturellement redéfinies (et même déstabilisées et dénaturalisées) dans le contexte des techniques d’AMP. Non seulement les nouvelles technologies de procréation ont des répercussions sur les définitions de la parenté, et surtout sur celle de la filiation (plutôt que de l’alliance) dans le sens anthropologique traditionnel des liens établis par la reproduction, mais elles introduisent également des relations nouvelles et complexes avec la science et la technologie, relations qui peuvent parfois être provisoires, d’autres fois écrasantes et souvent confuses. Par exemple, il y a un écart important entre, d’une part, la représentation de la FIV comme une série d’étapes progressives, et d’autre part l’expérience de la procédure, pour la majorité des couples, comme une série d’échecs – souvent inexpliqués – empêchant d’avancer (en raison de la rareté de la réussite), générant ainsi de nouvelles incertitudes et ambiguïtés. Néanmoins, les couples sont motivés par la certitude de la résolution : soit ils réussissent soit au moins ils auront conscience d’avoir épuisé toutes les options.

Entre proximité et distance au tiers donneur

38En France, les premières lois de bioéthique de 1994 ont instauré l’anonymat irréversible des donneurs de gamètes selon le « modèle de pseudo-procréation charnelle » à partir de « l’utilisation fallacieuse de la présomption de paternité » (Théry & Leroyer, 2014 : 17 et 54) – le mari stérile passe pour le père de l’enfant – et de la négation du don. La « dépersonnalisation des gamètes » assurait que l’enfant n’est pas né d’une personne en particulier, mais d’un « matériau de reproduction interchangeable » (Théry, 2010 : 14).

39Dans le processus d’AMP, la confrontation entre le droit de l’enfant à accéder aux origines et le droit du donneur de gamètes de rester anonyme nous conduit à interroger les représentations et valeurs de la société (la nature, la technique et la parenté), qui génèrent des tensions entre principes contradictoires (Cadoret & Wilgaux, 2007).

40Le débat entre les partisans et les détracteurs du maintien de l’anonymat des donneurs de gamètes correspond à deux conceptions différentes de la filiation, opposant le social au naturel ainsi que le droit de connaître ses origines à la nécessité de préserver un modèle familial dite traditionnel (Mathieu, 2013). Certains auteurs proposent ainsi un nouveau modèle de filiation, désigné comme « pluriparentalités » (Théry, 2010) et caractérisé par l’introduction d’autres parents dans le jeu de l’engendrement.

  • 9 J’emploie ici le terme « naturaliser » dans un sens ontologique (et pas épistémologique ou anthropo (...)

41Le fonctionnement de la Banque Publique de Gamètes, au Portugal, et des CECOS en France, est fondé sur la règle de similitude, i.e. l’appariement entre le donneur et le receveur (membre stérile ou infertile du couple) selon des critères ethniques, morphologiques (couleur de la peau, des yeux et des cheveux) et du groupe sanguin. L’objectif et la justification de cet appariement est de naturaliser9 le processus de reproduction (simulacre de l’engendrement humain naturel), de favoriser l’identification entre les parents et leurs enfants (les inscrire dans la généalogie de la famille et les protéger tout en évitant les questions déstabilisantes), et de maintenir la confidentialité concernant l’identité civile du géniteur, grâce à l’anonymisation du don de gamètes.

42Les similitudes physiques, même si elles ne sont pas issues de la génétique, fonctionnent en tant que « preuve » manifeste de la coïncidence entre filiation et engendrement, assimilé au biologique, parce qu’elles se rapportent au corps dans son apparence et sa visibilité, tout en introduisant une continuité là où il y a une discontinuité (Fortier, 2009).

43En ce qui concerne la sélection des donneurs potentiels de substances biogénétiques, en France et au Portugal, certaines situations de donneurs sont prohibées par la loi ; ces interdictions transcrivent des normes sociales implicites, lorsque la proximité avec le tiers donneur est trop grande, ou à l’inverse la distance trop prononcée. Comme on le voit dans les extraits suivants, sont ainsi interdits des liens familiaux (les dons directs, par exemple entre deux sœurs) ou des relations étroites d’interconnaissance (le donneur ne peut être quelqu’un de connu comme un voisin) et les différences ethniques (le non-appariement en termes phénotypiques et génotypiques), qui pourraient susciter des malaises, des conflits ou des bouleversements au sein de la famille ou dans la relation avec les autres, y compris les donneurs.

Je préfère l’anonymat, ce n’est pas pour des raisons juridiques, c’est une question de confusion plus tard. Ma sœur m’a dit “oh, je veux faire un don ! Je donne et tout va bien”. Sûrement pas ! Pourquoi faire de la place pour la confusion ? Il n’y a aucune raison pour vous de laisser la possibilité qu’il y ait un drame à un certain moment. (Isa, Portugaise, 39 ans, mariée, fille de 3 ans).

Je voulais juste qu’il soit caucasien. S’il était noir ou d’une autre race, ça serait un peu bizarre, n’est-ce pas. Avec cette idée de n’en parler à personne, ça ne se serait pas bien passé. (...) S’il était un donneur portugais, il pourrait même être mon voisin, je ne sais pas. Et parfois il peut arriver, peut-être, une surprise, l’enfant ressemblerait à quelqu’un que je connais. (…) Je ne sais pas qui sont les donneurs et cela ne m’intéresse pas ! Mais le fait qu’il soit espagnol m’a donné une certaine assurance et, en principe, ce n’est pas quelqu’un très proche. (Bia, Portugaise, 34 ans, mariée, jumeaux de 4 ans).

Si je savais qui c’était, ça me mettrait mal à l’aise, parce que je me dis “c’est lui quoi”. Je ne serais pas bien dans mes chaussures. Là, au moins, je me dis que le fait que ça soit anonyme, ça peut être n’importe qui. (…) Mais si je sais qui c’est, il y aura davantage cette inquiétude. Alors que ça soit anonyme, je n’ai pas cette inquiétude. Le donneur ne sait pas que c’est moi et moi je ne sais pas que c’est lui. (Chloé, Française, 38 ans, mariée, jumeaux de 4 ans et jumeaux d’1an).

44Dans le cas de l’ouverture de l’accès à l’AMP aux couples du même sexe, les controverses publiques à propos de l’anonymat des donneurs, de l’accès aux origines et de la représentation sociale d’un tiers trouvent un nouvel élan. Il est en effet impossible de garder le secret sur l’engendrement ou l’existence invisible du donneur (Mehl, 2008), en changeant ainsi le modèle pseudo-procréatif qui prévaut dans la loi encadrant l’AMP en France et, jusqu’à récemment, au Portugal.

45Si, dans le cadre des projets d’homoparentalité, la figure du tiers donneur (anonyme, semi-anonyme ou connu) n’est pas susceptible d’être totalement effacée, ni le don de gamètes d’être caché (Théry, 2010), il existe pour les couples hétérosexuels des arrangements afin d’apaiser les tensions et l’inquiétude inhérentes à la présence ou à la proximité insupportable d’un tiers.

La dualité du rapport au donneur de gamètes jusqu’à sa déshumanisation

46Les femmes interrogées revendiquent le recours au tiers donneur non seulement au nom de leur désir personnel d’avoir un enfant, mais au nom d’une conception générale de ce qui est juste pour tous les couples dans cette circonstance, c’est-à-dire le droit d’être parents même pour ceux ayant des problèmes d’infertilité (« régime de justification » en public).

47Les interviewées utilisent différents registres d’arguments non seulement pour fonder la critique de l’éventuelle immixtion de la donneuse et/ou du donneur – je n’ai pas constaté de logique genrée – mais aussi pour justifier leurs propres actions. La justification du choix d’un tiers donneur est édifiée sur la construction instrumentale de l’action, selon le principe de l’utilité, où les conduites sont évaluées selon les effets provoqués. Les gamètes donnés sont des ressources qui valent pour leur efficacité et fonctionnalité au sein du dispositif AMP avec tiers donneur, pour leur potentiel reproductif de pouvoir aider à engendrer un enfant, sous conditions médicales, au sein d’un couple infertile.

48Les interviewées opèrent une valuation des options légitimes permettant d’avoir un enfant, et dans cet ensemble d’options légitimes identifient l’AMP avec tiers donneur comme le bien à poursuivre ; de même, elles évaluent la grossesse comme étant l’état souhaité à atteindre (ou déjà atteint). Ainsi, les interviewées soulignent l’importance de sélectionner les donneurs qui ont de « bons gamètes », c’est-à-dire qui peuvent avoir un taux de succès plus élevé en termes de fécondation, qualité des embryons et développement du fœtus. Cette valuation ou mise en valeur abstraite des tiers donneurs et des gamètes, par des couples infertiles, est aussi une appropriation et retraduction du discours médical sur l’AMP, qui porte une conception anonymisée et biologisante du don (Delaunay & Martins, 2015).

49Pour les femmes portugaises interrogées, les manières de supprimer l’existence du donneur en tant que personne et de lui retirer tous droits sur l’enfant à naître ou déjà né, entraînent la critique par rapport à son intérêt économique. Comme l’extrait suivant le met en évidence, la motivation attribuée à la donneuse est l’aspect financier associé au don d’ovocytes (la compensation monétaire) et non l’altruisme, par opposition à un régime de familiarité, fondé sur l’émotionnel et sur les liens de proximité (l’amour de la mère qui accouche de son enfant). Il y a un jugement moral de la donneuse, qui est responsabilisée par ses propres actes dans le cadre d’un contrat, parce qu’elle était payée.

C’est financier. Ce n’est pas de l’altruisme. (…) Parce que la donneuse n’avait à l’époque aucun processus sentimental là, bien au contraire, je pense que c’est un processus très épuisant. Cela n’a donc rien d’associé à l’amour. (...) La donneuse a fait un don, a signé un contrat, a reçu de l’argent pour ce qui est une procédure médicale, ennuyeuse et tout cela. Elle a accepté, c’est fini. Et je pense qu’elle doit avoir cette conscience. Et j’espère que, légalement, ça devient très clair. (...) Parce qu’elle a vendu, car elle a été payée. Et elle n’a eu aucun acte personnel avec cet enfant. Je pense donc que dans ce cas elle n’a pas de droits, ni droit personnel, ni droit légal. (Isa, Portugaise, 39 ans, mariée, fille de 3 ans).

50L’AMP avec tiers donneur ne peut pas être considérée comme un traitement pour guérir une personne stérile mais comme « une manière nouvelle d’engendrer des enfants » (Théry, 2010 : 17). Elle est basée sur la coopération entre un couple de parents institutionnels (où l’un des deux engendre mais pas l’autre) et un donneur de gamètes qui leur donne sa capacité procréatrice afin de leur permettre de réaliser un projet parental. Par ailleurs, bien que des arrangements très divers existent ou ont existé dans les sociétés traditionnellement étudiées par les anthropologues, cet arrangement-ci est une nouveauté de notre société contemporaine, surtout parce qu’on recourt à des technologies spécifiques.

51Les donneurs, selon les discours, usages, pratiques et représentations qui leur sont associés, constituent à la fois des figures positives en permettant la naissance de l’enfant, et menaçantes car vus comme concurrents des parents d’intention ; cela révèle en même temps l’importance d’un rôle strictement matériel, i.e. le don de quelques gamètes nécessaires à la reproduction (Martial, 2012).

52Les couples ayant recours à l’AMP entretiennent un rapport instrumental à l’égard du donneur. En effet, le donneur est considéré comme un simple objet technique à des fins scientifiques et médicales, comme un moyen en vue d’une fin : le donneur est un fournisseur de gamètes à prélever pour les implanter ailleurs. En plus, l’éventualité que l’enfant puisse vouloir connaître le donneur de gamètes est perçue comme une curiosité de la part de cet enfant (connaître son origine génétique), soit par les couples, soit par les médecins interviewés, au travers d’une opération de réduction de l’importance et de l’ampleur de cette possibilité.

53Même lorsque le don est perçu comme un acte de générosité par les femmes enquêtées, celles-ci dénient au donneur tout droit sur l’enfant. Les gamètes sont réduits à des cellules, présentés seulement comme des coadjuvants dans l’action. Les interviewées françaises vont jusqu’à comparer les gamètes aux autres éléments du corps humain, comme le sang ou la moelle osseuse, adoptant ainsi le discours officiel sur le don (notamment dans les lois de bioéthique).

Ils ont donné des gamètes. Ce n’est pas leur enfant. C’est comme moi, quand j’ai donné mon sang ou quand je vais donner la moelle osseuse. (…) Ils n’ont aucun droit dans la vie de mes enfants. (…) Un enfant c’est un fœtus, là ce sont des cellules. (Chloé, Française, 38 ans, mariée, jumeaux de 4 ans et jumeaux d’1 an).

Ce n’est pas un problème pour moi de recourir au don d’ovocytes parce qu’en fait l’enfant il va grandir en moi, c’est moi qui vais le porter, le sentir grandir, bouger, etc. Quand on met l’embryon dans mon corps, ce sont juste des cellules, ce n’est pas encore un être humain. (…) De toute façon cet enfant il sera le nôtre quoi qu’il arrive parce qu’on le désire tellement. (Lily, Française, 38 ans, pacsée, encore sans enfant).

  • 10 Sur la question d’un droit fondamental de l’enfant issu d’un don de gamètes de rechercher ses origi (...)

54 On se trouve en présence d’une opération très déterminée qui essaye de transformer le proche en lointain, dans la mesure où sa proximité est considérée comme insupportable. Le tiers donneur est complètement réduit au plan, au projet : les femmes tentent de le défaire de son humanité et de sa capacité d’être un familier, en le réduisant à une fonctionnalité. Il s’agit donc de transformer ce qui, dans le geste d’insémination (geste technique/médical dans le régime du plan), s’agrandit en vie, surtout parce que les couples infertiles sont entourés par les professionnels qui eux-mêmes réduisent la vie au fonctionnel, comme le montre le vocabulaire utilisé par le discours médical10 sur l’AMP avec tiers donneur (Delaunay & Martins, 2015).

Quand la présence du tiers donneur devient insupportable : l’opération de détachement

55Cette mise en forme en tant qu’être vivant (fournisseur du matériel génétique à un couple infertile) et non pas en tant qu’être humain (don anonyme et déshumanisé), que j’appellerai opération de détachement du tiers donneur, est émancipatrice et permet de préserver le sentiment intime de la vie propre du sujet et du couple. Analyser l’évolution progressive de détachement permet ainsi de montrer comment la gêne initiale vis-à-vis de cette figure du tiers se transforme en un problème affectant plus gravement à la fois l’institution et la personne. Dans cette tentative du couple receveur de se libérer du tiers donneur, on se trouve face à une forme de détachement au sens physique (la mise à distance par l’ignorance de l’origine des gamètes) mais aussi à un mode de dégagement ou privation, au sens moral et surtout juridique (le tiers est privé de droits parentaux).

56Cette opération de détachement s’applique non seulement aux autres (le tiers donneur en tant qu’autrui), mais aussi à soi-même et à son corps, à la fois sur les plans objectif et subjectif. Le désir de devenir parent conduit ces femmes à accepter de renoncer à contribuer par leur matériel génétique (ou de celui de son conjoint) à la conception de l’enfant.

57Ainsi, il apparaît important de discuter la manière dont la matérialité (exprimée dans les métaphores de la chair, du sang et de la nourriture) et l’information (génétique) sont utilisées par les couples qui recourent à l’AMP avec tiers donneur, et leur servent à articuler différentes façons de définir et de reformuler la parenté ; pour eux, la parenté est construite sur une relation avec le hasard et médiée par la technologie (Harrington et al., 2008).

58Dans le cas du don d’ovocytes – par l’opposition à la GPA – l’accent n’est pas mis sur la composante génétique, mais biologique et sociale de la filiation. Pour les futurs parents, ce qui importe n’est pas le gène – comme le soulignent les extraits présentés ci-dessous – mais l’expérience de la grossesse et de l’accouchement par la femme réceptrice, ainsi que le fait d’élever l’enfant. La représentation de la parentalité chez les interviewées est ainsi reconfigurée, ce qui correspond aussi à d’autres représentations de la corporéité, puisque dans les deux cas – la maternité génétique et la maternité gestationnelle – il y a autant d’engagement et d’expériences corporelles.

A partir du moment où c’était possible pour moi de tomber enceinte, j’ai renoncé à mon matériel génétique. (…) Pour moi, c’est juste un détail pour arriver à une grossesse. Donc, ça ne me dérange pas sur le plan émotionnel, ni même d’être la destinataire des œufs d’une autre femme. (Dani, Portugaise, 39 ans, mariée, sans enfant).

Pour le don d’ovocytes, ça n’a pas été difficile du tout pour moi d’accepter. Je me suis dit “bon effectivement, je n’ai pas d’ovocytes, donc si je recours à une donneuse qui est plus jeune, qui n’a pas de problème de santé, etc., ça donnera… Voilà, on aura suffisamment d’ovocytes pour avoir des embryons et, de toute façon, c’est moi qui recevrai ses embryons et qui porterai le développement de ses embryons tout au long de la grossesse, donc il n’y a pas de souci”. (Lily, Française, 38 ans, pacsée, sans enfant).

59Dans la mesure où est retirée au donneur une existence en tant qu’individu (dépersonnalisation) et où le sperme est conçu comme un matériau (don désexualisé et médicalisé), la règle de l’anonymat du donneur de gamètes permet de maintenir la fiction d’un modèle biologisant de la famille traditionnelle (le modèle matrimonial de filiation) et l’illusion que les parents sociaux sont les parents biologiques (la primauté de la parenté sociale sur la parenté biologique) ; elle permet par ailleurs d’éviter le spectre de l’adultère ou de l’inceste (Mathieu, 2013). Toutefois, si, dans le cas des pères, l’argumentation de l’équipe médicale insiste sur la paternité sociale (le père est celui qui développe le projet parental et élève les enfants), au contraire, dans le cas des mères, on témoigne de la biologisation de la maternité (la femme est mère parce qu’elle est gestatrice même si elle n’est pas génitrice) (Mathieu, 2013).

60Le recours à l’AMP peut être analysé comme « l’expression d’une préférence pour la composante “biologique” de la filiation » (Fine & Martial, 2010 : 129). La tentative de perpétuer les gènes, le désir d’avoir un enfant conçu au moins avec les gamètes d’un des deux conjoints, la volonté de la femme de vivre la grossesse et l’accouchement démontrent combien l’AMP contribue à la « biologisation » de la parentalité, en même temps qu’elle s’organise autour de cette conception déjà existante de la filiation. Avoir un enfant génétiquement lié à un des membres du couple donne aux deux conjoints un sentiment de continuité génétique entre les générations ; la famille est ainsi placée au cœur d’une histoire déployée dans un temps long, à la fois vers le passé et l’avenir (Shanley, 2002).

61Dans les représentations sociales les plus répandues, la maternité se charge de trois significations différentes (Delaisi de Parseval, 2008). Selon les cas, la vraie mère est : la femme qui donne son matériel génétique même si elle a l’impossibilité physiologique de tomber enceinte (génitrice ou mère génétique) ; la femme qui porte la grossesse pendant neuf mois et qui accouche (gestatrice) ; ou la femme qui a planifié et développé un projet parental et qui va élever l’enfant qu’elle a tant désiré, bien que sans pouvoir le concevoir biologiquement (mère d’intention ou mère sociale et affective).

62Les femmes interviewées, dans les extraits ci-dessous, parlent de la primauté du caractère affectif et social de la filiation (les attachements émotionnels et la question d’élever un enfant), qui se superpose aux liens génétiques. Les dimensions corporelle et biologique sont importantes, mais ne sont pas suffisantes pour définir l’être humain. Cela renvoie à la question de l’individuation, de fabrication in utero d’un être unique et d’une personne individuelle, qui a développé des attachements affectifs spécifiques.

Il y avait la question de la biologie et de l’ADN. Tout cela est très compliqué, mais je pense que c’était également un parcours. (…) Je vous dis que ce n’était pas très facile ce processus d’intériorisation, mais je suis venue rapidement à la conclusion que la biologie vaut ce qu’elle vaut et peut-être ici elle a peu de valeur (...) parce que nous pouvons avoir de bons gènes, mais ce ne sont pas les gènes qui font les gens. Ce sont les gens qui font les gens. Bien sûr, je voudrais avoir et je pense que mon mari aurait aimé aussi avoir un fils ou une fille qui avait mes caractéristiques (...) mais nous pouvons énumérer un grand nombre de personnes qui ont des enfants biologiques qui ne ressemblent pas à leurs parents. Alors qu’importe ? Ce qui importe c’est l’amour et l’éducation que vous donnerez à un enfant. Et peut-être que la biologie n’est pas aussi décisive que nous avons pensé qu’elle pourrait être. Pour moi, je me suis habituée à l’idée. (Tita, Portugaise, 36 ans, mariée, encore sans enfant).

Je comprends la curiosité de savoir de la part de celui qui est le résultat d’un don de gamètes. Mais voilà, c’est une curiosité, j’ai les yeux ou la bouche semblables, mais ça ne devrait pas aller plus loin. C’est une devise très répétée, mais le père et la mère sont ceux qui les élèvent. (…) La génétique est incontestable et inséparable de l’individu car elle s’inscrit dans le code génétique. Mais ce n’est pas la génétique qui nous définit. Mes enfants sont des jumeaux et sont complètement différents l’un de l’autre. Une grande partie de ce qu’ils sont, c’est évidemment inscrit dans leurs gènes, mais celui en lequel ils sont en train de se transformer porte ma trace et celle de mon mari. Tout le reste vient de l’expérience, du vécu de chacun. (Bia, Portugaise, 34 ans, mariée, jumeaux de 4 ans).

63Cet aspect renvoie au débat « inné/acquis » et « nature/culture » qui porte sur l’importance relative de l’hérédité (la nature) et de l’environnement (la culture) dans le processus de l’évolution, autrement dit sur la question de savoir si la formation et le développement de la personne et de ses comportements sont déterminés par la génétique ou par l’éducation.

64Toutefois, les femmes interviewées partagent l’idée qu’il n’y a pas de causalité directe entre la génétique et la ressemblance corporelle (physionomique ou gestuelle) ou psychique (attitudes et comportements) avec la descendance. Ainsi, elles mettent en avant soit le fait que des enfants ne ressemblent pas du tout à leurs parents génétiques, soit que les enfants issus d’AMP avec tiers donneur ressemblent souvent au conjoint qui n’a apporté aucune contribution génétique à la conception, à l’instar de ce qui se passe avec les enfants adoptés.

65Elles soulignent que la personne (l’enfant) se constitue dans la sphère du social, au sein de la famille (parents d’intention). L’accent est mis sur l’ontogenèse, le développement de l’individu depuis sa conception jusqu’à sa forme adulte. On est donc en présence du passage par lequel le « vivant » (le gamète) se fait « humain » (un sujet), dans le sens philosophique de « coming into being ».

  • 11 Quand Victor Turner a étudié le rituel du peuple Ndembu en Zambie, il a identifié trois phases des (...)

66L’ambiguïté et l’ambivalence caractérise cette étape intermédiaire ou transitionnelle entre un ensemble cellulaire indéterminé (les gamètes d’un tiers comme morceau de corps que la médecine aide à combiner avec le matériau génétique d’un des conjoints) et l’enfant à venir en tant que personne en devenir, inscrit et investi dans le cadre d’un projet parental, et donc comme vie humaine. On peut convoquer ici le concept de « liminalité » (Turner, 1969) et l’exemple classique du garçon-homme, dans les rites de passage, qui partage deux rôles contradictoires11. Cette étape liminale d’indétermination et d’incertitude entre deux statuts ou états dans l’AMP, où il est difficile d’établir des limites, crée à son tour des angoisses, qui sont néanmoins plus faciles à apaiser par des femmes pendant la grossesse et l’accouchement, à cause des forts liens biologiques établis successivement avec l’embryon, le fœtus et l’enfant déjà né.

67La naissance est donc un objet ambivalent qui nous ramène d’ailleurs aux frontières avec la « vie » au double sens des notions aristotéliciennes de zoé et bios, repris ultérieurement par Agamben (1997) et Arendt (1961), i.e. la différence entre la vie naturelle en général partagée avec l’ensemble du vivant (le simple fait de vivre qui est commun à tous les êtres vivants) et le mode de vie spécifiquement humain (la vie qualifiée qui est propre aux hommes).

68L’AMP « fait des parents » en même temps que des enfants : elle redéfinit en effet la parentalité et la façon dont elle est incarnée, désincarnée et réincarnée. L’AMP associe de façon inextricable différents contextes institutionnels, des comités d’éthique aux centres d’AMP en passant par les organes législatifs, et met en jeu de lourds processus normatifs (Thompson, 2005). Au travers d’une « chorégraphie ontologique » (Thompson, 2005), composée des efforts coordonnés des différents acteurs impliqués (couples, médecins, législateurs, etc.) et des dynamiques interdépendantes de la reproduction biologique au niveau technologique, scientifique, personnel, juridique, politique et financier, l’AMP aide soit à (ré) interpréter soit à normaliser et naturaliser la parenté ainsi que les rôles de genre (même si les parents ne fournissent ni gamètes ni utérus), prédisant ainsi de nouvelles relations entre la science et la société.

Conclusion

69Dans ce texte, j’ai voulu explorer les tensions – mais aussi les compromis – qui émergent chez les couples atteints d’infertilité et recourant à l’AMP avec tiers donneur. Pour analyser ces tensions internes au dispositif AMP avec don de gamètes, j’ai examiné toute l’architecture des régimes d’engagement, depuis l’investissement dans les instruments du droit et de la technique, jusqu’au niveau de l’intime caractéristique du régime du familier et aussi des relations avec les corps, en passant par le plan et le projet.

70Les concepts d’insupportable et d’incertain mobilisés dans ce texte complètent mes outils ; ceux-ci ont permis d’affiner l’analyse du rejet, exprimé par les interviewés, de toute forme de familiarité avec le tiers donneur, et des inquiétudes qui en résultent (la méfiance, la crainte). Ils ont également permis d’analyser les incertitudes sur la réussite du projet d’enfant à l’aide de technologies biomédicales, incertitudes qui s’inscrivent dans le vécu d’épreuves et parfois d’échecs successifs. Ces deux concepts sont liés entre eux. Ainsi, par exemple, la notion d’incertitude vient limiter, dans sa garantie de réalisation, le régime du plan ; la notion d’insupportable vient, elle, limiter dans sa félicité le régime de familiarité.

71On assiste, d’une part, à ce que j’appelle une opération de détachement du tiers donneur, au sens physique et moral. Celle-ci s’opère par des dynamiques de différentiation – et de transition – entre le vivant (les gamètes en tant que cellules) et l’humain (un sujet, un bébé, un enfant). D’autre part, les femmes interviewées s’appuient sur un compromis entre les régimes d’engagement en plan et d’engagement en familiarité, soit par la confiance assurée par l’intimité au sein du couple, soit par la volonté de se réaliser (réalisation du soi et du couple) au travers de la concrétisation de leur projet parental commun. Les progrès certains de la biomédecine ont permis, avec l’AMP, d’élargir l’expérience humaine ; mais ils réélaborent également la ligne de démarcation tracée entre le vivant et l’humain, et reconfigurent la conception contemporaine de la parenté.

72Le rapport amoureux et de reconnaissance réciproque, la confiance entre les membres du couple et leur engagement mutuel dans ce projet leur permettent de supporter les procédures d’une reproduction technicisée et médicalisée et notamment l’idée de recourir à la contribution génétique d’un tiers pour devenir parents. Lorsque les échecs et les incertitudes surviennent, ils défont la capacité des couples à se projeter dans l’avenir. Le dispositif de l’AMP s’avère alors extrêmement intrusif dans la vie du couple, et fragilise l’engagement mutuel dans le projet de devenir parents.

73On rencontre aussi des moments de crise et des tensions entre ces deux régimes, provoquées par l’épuisement capacitaire, qui peuvent même conduire à la révision ou la sortie complète du projet lorsqu’il ne constitue pas l’intégralité de la personne ou du couple. « D’abord, nous sommes tous les deux ; c’est après les deux qu’on peut faire trois ou quatre ». En outre, il y a aussi beaucoup de couples qui se séparent à cause des difficultés que le projet leur a causés ; alors le projet n’est pas seulement abandonné, le couple également.

74Les acteurs sont équipés par des techniques, des outils, des dispositifs, qui contraignent leur façon d’agir. En ce sens, le corps est une forme de contrainte de l’action. Entre un engendrement comme plan et le fait que l’engendrement est aussi une expérience ancrée dans une base biologique dont on se dit qu’on peut probablement la dépasser – grâce à la biomédicalisation comme promesse – il reste des tensions à gérer. Il est certes possible de normer et de réglementer la procédure d’AMP avec tiers donneur. Cependant, même si les couples sont dans une démarche volontaire et claire d’anonymisation du processus, cette tension-là demeure, parce qu’elle est constitutive de l’objet.

Haut de page

Bibliographie

AGAMBEN G., 1997. Homo sacer, vol. I, Le Pouvoir souverain et la vie nue. Paris, Seuil.

ARENDT H., 1961. La Condition de l’homme moderne. Paris, Calmann-Lévy.

BREVIGLIERI M., 2009. « L’insupportable. L’excès de proximité, l’atteinte à l’autonomie et le sentiment de violation du privé », In BREVIGLIERI M., LAFAYE C. et TROM D. (dir.), Compétences critiques et sens de la justice. Paris, Économica.

BREVIGLIERI M., 2010. « L’“épuisement capacitaire” du sans-abri comme urgence ? Approche phénoménologique du soin engagé dans l’aide sociale (gestes, rythmes et tonalités d’humeur) », In FELIX C. et TARDIF J. (dir.), Actes éducatifs et de soins, entre éthique et gouvernance, Actes du colloque international [en ligne], http://revel.unice.fr/symposia/actedusoin/index.html?id=795 (page consultée le 15/01/2016).

BREVIGLIERI M., 2012. « L’espace habité que réclame l’assurance intime de pouvoir. Un essai d’approfondissement sociologique de l’anthropologie capacitaire de Paul Ricoeur », Études Ricoeuriennes / Ricoeur Studies, 3 (1) : 34-52.

CADORET A. et WILGAUX J., 2007. « Nécessaires anonymat et secret de soi. Réflexions sur les lois bioéthiques », Ethnologie française, 37 : 135-142.

DELAISI DE PARSEVAL G., 2008. Famille à tout prix. Paris, Éditions du Seuil.

DELAUNAY C. et MARTINS A. C., 2015. « Dialectical tensions between caregivers and patients in ART and Palliative Care: Ethical and moral issues raised by the (bio)medicalization of birth and death », In RESENDE J. M. et MARTINS A. C. (dir.), The Making of the Common in Social Relations. Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars Publishing: 53-100.

FINE A. et MARTIAL A., 2010. « Vers une naturalisation de la filiation ? », Genèses, 78 : 121-134.

FORTIER C., 2009. « Quand la ressemblance fait la parenté », In PORQUERES I GENÉ E. (dir.), Défis contemporains de la parenté. Paris, Éditions de l’EHESS: 251-276.

FRANKLIN S., 1997. Embodied progress: a cultural account of assisted conception. London & New York, Routledge.

HARRINGTON J., BECKER G. et NACHTIGALL R., 2008. « Nonreproductive Technologies: Remediating Kin Structure with Donor Gametes », Science, Technology, & Human Values, 33 (3): 393-418.

MARTIAL A., 2012. « La filiation, entre le social et le biologique », Les Cahiers français « Où va la famille ? », 371 : 68-73.

MATHIEU S., 2013. L’enfant des possibles : Assistance médicale à la procréation, éthique, religion et filiation. Paris, Les Éditions de l’Atelier/Éditions Ouvrières.

MEHL D., 2008. Enfants du don. Procréation médicalement assistée : parents et enfants témoignent. Paris, Éditions Robert Laffont.

SHANLEY, M. L., 2002. « Collaboration and Commodification in Assisted Procreation: Reflections on am Open Market and Anonymous Donation in Human Sperm and Eggs », Law & Society Review, 36 (2): 257-284.

THÉRY I., 2010. Des humains comme les autres : Bioéthique, anonymat et genre du don. Paris, Éditions de l’École des Études en Sciences Sociales.

THÉRY I. et LEROYER A.-M. (dir.), 2014. Filiation, origines, parentalité. Le droit face aux nouvelles valeurs de responsabilité générationnelle (Rapport). France, Ministère des Affaires Sociales et de la Santé.

THÉVENOT L., 1990. « L’action qui convient », in PHARO P. et QUÉRÈ L. (dir.), Les formes de l’action. Paris, Ed. de l’EHESS (Raisons pratiques 1) : 39-69.

THÉVENOT L., 1995. « Émotions et évaluations dans les coordinations publiques », in PAPERMAN P. et OGIEN R. (dir.), La couleur des pensées. Emotions, sentiments, intentions, (Raisons pratiques n° 6). Paris, Ed. de l’EHESS : 145-174.

THÉVENOT L., 2006. L’action au pluriel – Sociologie des régimes d’engagement. Paris, Éditions La Découverte.

THÉVENOT L. 2009. « Biens et réalités de la vie en société. Disposition et composition d'engagements pluriels », In BREVIGLIERI M., LAFAYE C. et TROM D (dir.), Compétences critiques et sens de la justice. Paris, Éditions Economica : 37-55.

THÉVENOT L., 2010. « Individualités entre émancipation, pouvoir et oppression. Deux extensions de la critique », In CORCUFF P., LE BART C. et SINGLY F. de (dir.), L’individu aujourd’hui. Rennes, Presses Universitaires de Rennes : 289-300.

THÉVENOT L., 2011. « Grand résumé de L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, Éditions La Découverte, 2006 », SociologieS [En ligne], http://sociologies.revues.org/3572 (page consultée le 11/02/2016).

THÉVENOT L., 2014. « Une vie éprouvée - Entre migration postcoloniale, discrimination à l’embauche, maternité affectée et adoption salvatrice : quelle ‘identité forgée’ ? », In VRANCKEN D. (dir.), Penser l’incertain. Laval, Presses de l’Université de Laval: 139-160.

THOMPSON, C., 2005. Making Parents: The Ontological Choreography of Reproductive Technologies. Massachusetts, The MIT Press.

TURNER V., 1969. The ritual process: structure and anti-structure. Ithaca, N.Y., Cornell University Press.

Haut de page

Notes

1 Thévenot (2006) déploie une architecture élémentaire de trois régimes d’engagement rendant compte d’une pluralité de manières de mettre en commun les choses du monde, à savoir le régime de justification en public, le régime du plan et le régime de familiarité.

2 Inversement, les couples homosexuels masculins français ayant eu recours à une gestation pour autrui (GPA) aux USA (parce que c’est interdit en France) – aussi interviewés dans le cadre de mon étude – fabriquent de la proximité avec la femme porteuse, et quelques fois maintiennent des liens avec la donneuse d’ovocytes, sans connaître son identité civile, dans un cadre juridique de semi-anonymat, où l’enfant après sa majorité pourra la contacter s’il le souhaite. Ces couples de même sexe mobilisent et intègrent ces deux figures féminines dans l’histoire des enfants, car elles ne peuvent être effacées de leur vie. Toutefois, une présentation complète de cet autre scénario dépasse largement le cadre de cet article.

3 Par exemple, analyser et comparer les statistiques des taux de réussite des traitements de l’infertilité dans différents centres d’AMP.

4 Des biens et maux associés aux pressions des différents niveaux d’engagement dont les effets sont éprouvants sur la consistance des personnalités (Thévenot, 2009 ; 2011).

5 Le projet était financé par une bourse de post-doctorat de la Fondation pour la Science et la Technologie. J’ai travaillé sous la supervision du Prof. Laurent Thévenot (EHESS, France) et du Prof. José Manuel Resende (NOVA FCSH, Portugal).

6 Au Portugal, la loi de l’AMP, datée de 2006, a changé au milieu de 2016, en élargissant l’accès à toutes les femmes, quel que soit leur statut marital ou leur orientation sexuelle, couvrant ainsi les célibataires et les couples de lesbiennes.

7 Les deux associations ont été créées dans les années 2000 suite à des mouvements civiques engagés par des personnes ayant des problèmes de fertilité dans chacun de ces pays. Il s’agit d’associations fondamentalement destinées à soutenir, informer et représenter la communauté infertile.

8 Il s’agit d’une reprise de la question classique de l’identité personnelle, enrichie du fait que la notion d’engagement saisit des modes pluriels de correspondance avec soi-même et que cette pluralité des engagements aux temporalités diverses offre la possibilité d’une approche dynamique de la continuité de la personne (Thévenot, 2009).

9 J’emploie ici le terme « naturaliser » dans un sens ontologique (et pas épistémologique ou anthropologique), celui d’éliminer ou de chercher à éliminer de notre ontologie tous les objets et propriétés qui relèvent de la morale ou de la sociologie (le don de gamètes et la figure ayant le statut de donneur), au profit d’autres qui font référence à des objets et propriétés physiques observables. Dans le cas qui nous intéresse, ces derniers sont les similitudes de physionomie entre parents d’intention et enfants issus du don, mais aussi les processus biologiques comme la grossesse de la femme et l’accouchement de l’enfant.

10 Sur la question d’un droit fondamental de l’enfant issu d’un don de gamètes de rechercher ses origines génétiques, les médecins rencontrés remettent en cause sa légitimité ; de même, ils remettent en cause l’idée que connaître son origine génétique serait important pour l’épanouissement personnel de l’enfant. Pour eux, les gènes, ainsi que les cellules reproductrices, sont simplement un support d’information biologique. Les connaissances génétiques ne sont pertinentes sur le plan clinique et scientifique que lorsqu’elles visent à prévenir la transmission de troubles génétiques héréditaires (le dépistage des maladies chez les donneurs ou l’utilisation du diagnostic génétique préimplantatoire).

11 Quand Victor Turner a étudié le rituel du peuple Ndembu en Zambie, il a identifié trois phases des rites de passage, d’après la théorie de van Gennep : séparation, liminalité et agrégation. Dans l’étape liminale et intermédiaire, les individus n’étaient pas des garçons mais ils n’étaient pas encore des hommes non plus ; c’était l’ambiguïté et le paradoxe de l’entre-deux. Durant cette étape transitionnelle, de seuil, ils développent des liens relationnels intenses entre eux, ce que l’auteur décrit comme communitas, une relation interhumaine absolue au-delà de toute forme de structure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catarina Delaunay, « L’insupportable et l’incertain », Anthropologie & Santé [En ligne], 15 | 2017, mis en ligne le 29 novembre 2017, consulté le 19 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/anthropologiesante/2738 ; DOI : 10.4000/anthropologiesante.2738

Haut de page

Auteur

Catarina Delaunay

CICS.NOVA, Centro Interdisciplinar de Ciências Sociais, Av. de Berna, 26 C, 1069-061 Lisboa, Portugal, catdelaunay@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Emerging Sources Citation Index
  • OpenEdition Journals