Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Apprendre à s’attacher

Des femmes enceintes et leur fœtus en situation de grossesse à risque d’accouchement avant terme
Learning to create bonds. Relationships between women at risk of preterm delivery and their fetus
Line Rochat

Résumés

Cet article vise à rendre compte des façons dont des femmes enceintes construisent des liens affectifs avec leur fœtus dans des contextes de grossesses considérées à risque d’accouchement avant terme. Il explore les implications pragmatiques de l’ambiguïté relationnelle qui marque deux figures progressivement construites dans le discours biomédical comme distinctes : le corps maternel et le corps fœtal. Sur la base de récits de femmes ayant vécu des expériences de ce type, il rend compte des manières dont elles se sont mises en relation avec leur fœtus et avec les professionnels qu’elles côtoyaient. Des grossesses sous étroite surveillance rythmées par des événements qui bouleversent les prédictions quant à leur aboutissement ont contraint ces femmes à repenser leur relation à leur fœtus à plusieurs reprises. Elles ont appris à s’attacher à leur fœtus de multiples manières : en identifiant chez ce dernier des signes de « volonté de vie », en acceptant de soumettre leur corps à de multiples interventions visant à « sauver » leur fœtus, mais également en acceptant la perte et la mort de ce dernier.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pour une histoire de la co-construction de la couveuse et de la figure du nouveau-né prématuré aux (...)
  • 2 Elle réunit alors les connaissances biologiques, physiologiques et bactériologiques acquises au lon (...)
  • 3 C’est surtout l’introduction de la couveuse à la fin du XIXe siècle qui a induit un mouvement de tr (...)

1En Europe, les pratiques de réanimation des nouveau-nés atteints de « faiblesse » ou considérés comme « fragiles » par les sages-femmes et les accoucheurs font l’objet d’écrits à partir du XVIIe siècle. Dès la fin du XVIIIe siècle, l’intérêt pour ces nouveau-nés chétifs prend une dimension scientifique : les observations s’affinent, leurs maladies deviennent connues, de nouvelles méthodes s’expérimentent, la technologie progresse et les premières couveuses font leur apparition dès le milieu du XIXe siècle (Rollet, 2000)1. Il faut cependant attendre la seconde moitié du XXème siècle pour que la néonatologie soit reconnue comme discipline propre (Rollet, 2013 ; Salle & Vert, 2013)2. Se plaçant à l’interface de la pédiatrie et de l’obstétrique dont le nouveau-né fut longtemps un objet de soins privilégié, la néonatologie est aujourd’hui dédiée en premier lieu aux soins aux nouveau-nés ayant entre zéro et vingt-huit jours de vie, selon une catégorisation d’âge communément admise au sein du discours médical. Cependant, en raison de l’intime interrelation avec l’obstétrique, ainsi que d’une reconnaissance progressive de « la continuité des processus vitaux ou biologiques, avant et après la naissance » (Salle & Vert, 2013), le territoire de la néonatologie ne se limite pas à la prise en charge de patients ex utero et les néonatologues se trouvent régulièrement investis dans le suivi de patients in utero en situation considérée comme à risque3.

  • 4 Le Service de néonatologie du CHUV a corolairement été évalué de niveau III par le CANU (Comittee f (...)
  • 5 Brochure de présentation du CAS (Certificate of Advanced Studies) proposé depuis 2009 par l’HESAV ( (...)

2Cet article s’appuie sur deux séjours de six mois effectués entre 2011 et 2014 au sein de l’un des plus importants services de néonatologie de Suisse, celui du Centre Hospitalier Universitaire Vaudois à Lausanne. Ce service, doté de quarante lits, est qualifié de niveau III4et ses trois secteurs de soins (intensifs, intermédiaires et continus) se déploient sur les 3ème et 4ème étages du bâtiment de la Maternité. Les patients privilégiés de la néonatologie sont à la fois définis par leur âge, et par le niveau de risque qu’ils présentent, comme le donne à lire le livret destiné aux professionnels romands souhaitant se former au CAS (Certificate of Advanced Studies) « Soins aux nouveau-nés à risque » : « Les périodes périnatale et néonatale sont des phases critiques pour le nouveau-né à risque. Il traverse une période caractérisée par la vulnérabilité, impliquant une hospitalisation et des soins spécifiques. Il peut être né à terme ou prématurément avec des complications. Son état peut être instable avec un risque vital, stable avec un équilibre précaire ou en phase de récupération »5. Un service de néonatologie réunit donc diverses situations de santé, dont la prématurité n’est pas systématiquement la plus importante en termes quantitatifs. Cependant, la prise en charge des naissances avant terme est particulièrement visibilisée par les centres hospitaliers et constitue souvent une marque d’excellence et de pointe en matière de moyens financiers et technologiques.

3Au cours de ces séjours, j’ai cherché à comprendre comment les divers acteurs évoluant au sein du service de néonatologie (infirmières, parents, médecins) prenaient soin au quotidien des nouveau-nés hospitalisés. Ces pratiques quotidiennes de soins, je propose de les concevoir comme des pratiques d’accueil des nouveau-nés ou, en d’autres termes, en tant que pratiques de reconnaissance de leur humanité : « Il n’existe pas de société dans laquelle les nouveaux êtres humains ne soient pas, non seulement reçus, sur le mode de la passivité, mais aussi activement confirmés dans leur appartenance à la société des humains qui les accueillent au moyen de gestes, de rites, qui sont autant de marques de reconnaissance de leur humanité et qui accompagnent leur insertion dans des collectifs, c’est-à-dire dans un ensemble de rapports symboliques. » (Boltanski, 2004 : 63). L’humanité de ceux qui viennent au monde n’est donc pas une qualité acquise mais le fruit d’un processus complexe de mise en sens reposant sur plusieurs dimensions (politiques, économiques, technologiques, historiques, etc.), certaines d’entre elles possédant une légitimité particulière en fonction des contextes dans lesquels elles s’inscrivent (Conklin & Morgan, 1996 ; Kaufman & Morgan, 2005 ; Gottlieb, 2004 ; Morel, 2013). En d’autres termes, il s’agit d’« attacher » le nouvel être dans un collectif humain, comme le soulève Saskia Walentowitz : « Pour appartenir au monde des humains, il ne suffit pas de naître avec un corps humain, il faut aussi pratiquer une série de rituels d’attachement et de détachement qui l’humanisent ; les deux doivent réussir et se faire de manière progressive. » (Walentowitz, 2013 : 248). L’humanité du nouveau-né doit être instaurée, affirmée, proclamée, à plusieurs reprises, et de manière collective. Plus précisément, il s’agit de singulariser l’être nouveau, c’est-à-dire de lui conférer une valeur qui fasse de lui un être à la fois unique, irremplaçable et un exemplaire du groupe en général (Boltanski, 2004 ; Théry, 2006).

4La manière dont l’être in ou ex utero est désigné relève d’une forme d’identification socio-morale, comme le propose Wendy James : « ‘Reconnaître’ signifie accepter de façon pragmatique, en conférant à l’embryon, le fœtus ou le nouveau-né au moins une ‘personnalité’ provisoire, transitionnelle, et une extension du soin physique élémentaire. Ceci n’est pas universel ou automatique. Toute vie humaine dans ses prémisses n’est pas socialement ‘reconnue’ dans ces termes et, en partie en conséquence de la nature d’une telle reconnaissance, toutes ne sont pas amenées à survivre. » (James, 2000 : 170). Ainsi, la qualité humaine d’un être qui vient au monde se joue fondamentalement dans la reconnaissance et la proclamation de son humanité par ceux qui l’accueillent.

  • 6 A propos d’autres questions, néanmoins en écho à celles qui fondent le présent travail, Judith Butl (...)

5Les moments existentiels que certains anthropologues et historiens ont appelés les « débuts et fins de vie » (Kaufman & Morgan, 2005 ; De Vries, 1981) constituent des espaces privilégiés pour aborder ces questions. En effet, la présence - que Luc Boltanski (2004) qualifie de tangible - de ce nouvel être, troublant par son étrangeté, suppose une prise en charge par les personnes concernées. La forme que prend cet accueil est situationnelle et invite simultanément à s’interroger sur ce qui nous constitue en tant qu’êtres humains6. A ce titre, le service de néonatologie, en tant que première demeure terrestre d’êtres à singulariser, place cette question au cœur des soins qui y sont délivrés ; c’est en ce sens que je propose de penser les pratiques ordinaires de soins comme des pratiques d’accueil des nouveau-nés.

  • 7 Les prénoms ont été changés.

6Dans cet article, c’est en m’inspirant du récit de grossesse de plusieurs femmes, Sophie, Céline et Solène7, ayant vécu des accouchements avant terme, que ces questions sont examinées. De par leur trajectoire reproductive et par le fait que leur grossesse était considérée à risque d’accouchement avant terme, ces femmes ont été entourées de très près par le corps médical et ont été amenées à penser leur relation avec leur fœtus à plusieurs reprises. Leurs manières de se mettre en relation avec leur fœtus se transforment au gré des événements venant troubler les projections quant à l’issue de la grossesse et ces femmes peuvent, selon les situations qu’elles traversent, envisager ou ne pas envisager la perte ou la mise à mort de l’être qu’elles portent. En d’autres termes, elles sont constamment prises dans une tension entre engagement et désengagement dans la relation avec leur fœtus. L’objectif de cet article est de tenter de dessiner les contours des moments qui ont compté dans l’attachement de ces femmes à leur fœtus et d’identifier les critères sur lesquels elles se sont appuyées pour prendre le risque de s’engager affectivement auprès de ce dernier.

7Penser les manières pour des femmes enceintes de s’attacher à l’être in ou ex utero renvoie avant tout à la question du corps de la femme enceinte comme lieu chargé politiquement, construit dans et par le langage biomédical et les outils technologiques (Ginsburg & Rapp, 1995 ; Martin, 2001 [1987] ; Duden, 1993), ainsi qu'à celle de la naissance conçue au travers du paradigme biomédical (Lindenbaum & Lock, 1993).

8En partant d’une réflexion autour de la précarité des frontières entre fœtus et nouveau-né, due notamment aux moyens offerts par les possibilités technologiques contemporaines qui ont progressivement participé à l’émergence du fœtus comme patient distinct du corps de la femme enceinte, je m’attarderai ensuite sur l’ambiguïté profonde de la relation materno-fœtale telle qu’elle découle de la conceptualisation du fœtus comme patient. J’insisterai sur une tension qui joue dans l’engagement relationnel de ces femmes, dans laquelle leur corps est vécu comme à la fois pourvoyeur de vie et de mort pour leur fœtus. A son tour, le fœtus peut devenir menaçant, voire dangereux pour leur propre vie. C’est le fragile équilibre entre deux figures à la fois bénéfique et néfaste l’une pour l’autre que cherche à maintenir le corps professionnel impliqué dans la grossesse. L’attention est surtout portée sur le moment où cet équilibre est rompu. Il faut alors rapidement extraire le fœtus du ventre maternel puis le transférer dans le service de néonatologie.

  • 8 Ce qui est, dans le contexte européen et nord-américain contemporain, valable pour la majorité des (...)
  • 9 La question du « lien » mère-fœtus fait l’objet d’études récentes en psychologie visant à mesurer l (...)

9Quel est le moment le plus sûr pour prendre le risque de s’attacher ? Cette interrogation pourrait résumer les aléas émotionnels auxquels ces femmes et leurs proches sont soumis. Les femmes qui vivent des grossesses marquées par l’incertitude8 se voient régulièrement contraintes à repenser leur engagement dans la relation à leur fœtus au travers d’événements plus ou moins importants9. Elles peuvent ainsi être amenées à emprunter tantôt la voie d’une forme de relâchement dans la relation ou de distension du lien, notamment dans des situations d’attente de tests dont elles craignent les résultats, tantôt s’engager entièrement dans la relation à leur fœtus et « faire équipe » avec ce dernier dans ce qu’elles définissent parfois être un « combat » pour mener leur grossesse au plus près du terme.

Voix

10Tout comme d’autres anthropologues ayant mené leur travail de terrain dans des services de soins intensifs (Cassell, 2005 ; Anspach, 1993), la majorité des entretiens que j’ai effectués durant mes deux séjours consistent en des conversations informelles. En raison du caractère foncièrement mouvant de la vie du service de néonatologie, et de ma propre mobilité en son sein, le matériau accumulé durant mon séjour se compose principalement de fragments de discussions et d’échanges avec des infirmières sur le pas d’une porte, au pied d’une couveuse, ou pendant une pause-café.

11J’ai été amenée à me tenir auprès des infirmières la plupart du temps car j’avais besoin d’apprendre les règles du « monde non familier » (Bazin, 2008) que le service représentait à mes yeux. De plus, mon intérêt central portant sur les nouveau-nés hospitalisés m’a conduit à m’intéresser à elles, personnes les plus présentes auprès des couveuses. De ce fait, en-dehors de quelques entretiens particuliers menés en dehors du service de néonatologie avec des femmes en convalescence dont l’enfant était hospitalisé, je n’ai eu que très peu l’occasion de recueillir des trajectoires biographiques longues.

  • 10 Généralement, le pronostic vital de l’enfant n’est plus engagé lorsqu’il est admis dans le secteur (...)

12Il faut rappeler ici les circonstances dans lesquelles les nouveau-nés qui séjournent dans le service de néonatologie viennent au monde et comment leurs parents, leur mère surtout, pris avec eux dans cette expérience parfois douloureuse, vivent des situations émotionnellement intenses. Le secteur des soins intensifs en particulier (A) et intermédiaires (B)10représentent les lieux où les situations de vie des enfants sont marquées par une incertitude importante et où leur pronostic vital peut se trouver souvent clairement engagé. Les mères sont la plupart du temps également hospitalisées, parfois dans des états critiques, et découvrent leur enfant quelques heures, voire parfois quelques jours après leur naissance. Il n’est pas rare de les voir amenées dans le service, allongées dans leur lit d’hôpital ou péniblement installées sur des fauteuils roulants. Puis, les parents vont vivre au rythme de leur enfant, se tenant auprès de lui plusieurs heures par jour, apprenant le monde du service de néonatologie : «  […] ils apprennent très vite à déchiffrer les courbes, à différencier les sonneries. Ils empruntent à l’équipe sa terminologie ‘désaturations ’, ‘bradycardies ’, … » (Grimaldi, 2007 :133).

13Les entretiens effectués avec des parents ou des mères ont eu lieu en dehors du service, une fois que la période d’incertitude vitale de l’enfant était passée et que l’état de santé de la mère s’était suffisamment amélioré. Il n’en reste pas moins que ces entretiens menés en cours d’hospitalisation de nouveau-nés malades ou prématurés ont été intensément chargés en émotions. Pris dans un rythme particulier qui est celui des soins intensifs, entre urgence et attente, les parents sont entièrement focalisés sur leur enfant et sur l’évolution de son état de santé dont le pronostic évolue d’heure en heure. Dans ces circonstances, les faire revenir sur le déroulement de la grossesse, de l’accouchement et des premiers temps d’hospitalisation exige qu’ils mettent en mots des sensations et des événements dans lesquels ils sont encore pris et qui les affectent profondément, ce qui a rendu certains entretiens particulièrement sensibles.

  • 11 Aussi appelée transfusion foeto-fœtale, cette pathologie désigne la répartition disproportionnée de (...)

14C’est dans ces conditions que j’ai rencontré Solène et son ami lors de mon premier séjour dans le service, en 2011. Nous nous étions retrouvés dans la cafétéria de l’Espace Parents-Familles, au huitième étage du bâtiment de la Maternité. Cet entretien, d’une durée d’environ deux heures, était intervenu peu après le décès de l’un des jumeaux du couple. Alors que les jumeaux présentaient le syndrome couramment désigné sous le terme « transfuseur-transfusé »11 , Solène avait été transférée à Lausanne depuis l’hôpital de Berne pour la prise en charge de sa grossesse et de son accouchement. Au moment de notre entretien, le couple se trouvait dans la situation de pleurer la perte d’un de leurs enfants tout en accompagnant l’autre dans son rétablissement. C’est principalement Solène qui avait parlé, son ami prenant le relais lorsqu’elle hésitait ou ne se souvenait plus très bien.

15Une fois mes séjours dans le service terminés, j’ai poursuivi les rencontres et les conversations avec des femmes ayant vécu des accouchements avant terme. Certaines ont mené à des entretiens qui ont eu lieu chez elles, quelques mois voire même une dizaine d’années après les faits, comme c’est le cas de Céline.

16J’ai mené mon premier entretien avec Sophie un jour de mars 2016. Je l’avais vue témoigner de la naissance prématurée de sa fille dans une émission télévisuelle qui traitait de la néonatologie en Suisse, et dont le tournage avait eu lieu dans le service où j’avais mené mon terrain. Je l’avais cherchée sur les réseaux sociaux et avais pris contact avec elle. Nous avons organisé une rencontre chez elle, dans sa cuisine. L’immeuble, dans lequel elle et sa famille vivent, borde la forêt, un petit quartier calme de l’agglomération lausannoise. Elle et son mari avaient déjà deux enfants avant la petite dernière qui était née prématurément et dont il était question dans le documentaire. Sophie m’annonça lors de notre premier entretien que, si je voulais comprendre comment elle avait vécu sa dernière grossesse et la naissance prématurée de sa fille, il fallait que je connaisse tout ce qui précédait. Ce premier entretien se déploya en trois séances et cumule une dizaine d’heures.

17Quant à Céline, je la connais bien. Nous pratiquons le théâtre amateur depuis une dizaine d’années. Je savais qu’elle avait vécu un accouchement avant terme, je connais ses trois garçons. Nous nous sommes retrouvées dans sa cuisine un matin de 2016, l’album photo de son deuxième fils de onze ans déployé sur la table. Il a constitué le fil de notre conversation qui s’est étalée sur deux heures trente.

  • 12 La majorité des femmes rencontrées ont subi une césarienne, et la plupart d’entre elles ne considèr (...)

18J’ai demandé à ces femmes de retracer le chemin qui les avait menés, elles et leurs enfants, à vivre l’expérience d’un séjour plus ou moins long dans le service de néonatologie. Chacune d’elle a choisi un point de départ à son récit : pour Sophie, ce fut son adolescence et son envie profonde d’avoir trois enfants ; pour Céline, c’est l’amniocentèse effectuée à 18 semaines de grossesse qui provoqua la rupture de la poche des eaux deux semaines plus tard et qui mena à la césarienne effectuée à la 28e semaine ; pour Solène, c’est l’annonce du diagnostic, un peu plus de deux mois après avoir appris qu’elle était enceinte, qui entraîna toute une série d’examens, ponctions, interventions et traitements dont le terme fut l’extraction12 de ses jumeaux dont l’un décéda rapidement dans le service de néonatologie.

19J’ai privilégié la prise de notes manuscrites durant mes entretiens. J’ai ainsi travaillé à partir de stimulations induites par des phrases ou expressions prononcées par mes interlocutrices. De ce fait, le lecteur lira quelques citations directes plutôt courtes. Les voix de ces trois femmes, bien que recueillies à des époques et dans des contextes différents, se répondent dans cet article, à travers une narration conçue comme une construction à partir du matériau ethnographique (Clifford, 1985 ; Laplantine, 2015 [1996]), pour rendre compte de la question de l’attachement en situation d’incertitude et d’inquiétude.

Du fœtus au prématuré : ambiguïté de figures

  • 13 La notion de contexte d’énonciation est à comprendre comme performative, au sens où l’entend Austin (...)

20Dans cet article, la figure qui est au cœur des préoccupations des divers protagonistes, qu’ils soient professionnels de soins ou futurs parents, c’est l’être en gestation. Plus précisément, c’est l’être in utero, celui que l’on appelle conventionnellement « fœtus ». « Fœtus » pour les uns, « bébé » pour d’autres, la terminologie employée pour désigner les êtres in utero est chargée aux niveaux politique, émotionnel et sociohistorique. En d’autres termes, ces êtres sont principalement définis et traités selon le contexte d’énonciation dans lequel ils sont inscrits13.

21La naissance avant terme vient troubler les frontières précaires entre les figures du fœtus et du nouveau-né, parce qu’elle révèle la précarité de cette distinction qui repose sur deux principes fondamentaux : le passage de l’environnement intra à extra utérin et la viabilité. La question de la relation materno-fœtale/néonatale est marquée par une tension historique (Isaacson, 1996 ; Davis-Floyd (2003 [1993]) entre séparation et attachement. Le discours biomédical a en effet progressivement fait émerger la figure du fœtus et du nouveau-né comme être immature, fragile, innocent et vulnérable (Lupton, 2012 a, b, 2013), bien que doté de toutes les caractéristiques cognitives et physiologiques attendues chez un être humain adulte (ressenti de la douleur, mémoire fœtale, capacités communicationnelles). Parallèlement, la femme enceinte et le fœtus ont progressivement été conceptualisés comme deux entités distinctes l’une de l’autre (Casper, 1998 ; Isaacson 1996). Les femmes enceintes sont présentées comme les contenants de la « précieuse marchandise » (Lupton, 2012a, 2013) avant d’être considérées comme des individus à part entière dont les droits, les besoins et les comportements ne coïncident pas systématiquement avec ceux de leur fœtus qui peut alors être considéré comme « emprisonné », « menacé » ou « mis en danger » de par sa localisation dans le corps de la femme enceinte si le comportement de cette dernière ne correspond pas à ce qui est attendu d’elle (Lupton, 2012a).

22Deborah Lupton a choisi d’employer le terme d’unborn, littéralement non-né ou pas encore né pour désigner « tout type d’organisme produit à partir de l’union de gamètes humaines, qu’elle soit in vivo (créée au sein d’un corps féminin) ou ex vivo (créée en laboratoire), qu’il soit destiné à devenir un nouveau-né ou non. […] Dans la littérature médicale, le terme ‘embryon’ désigne le conceptus (le produit de la fertilisation d’un ovule humain par un spermatozoïde humain) depuis le moment de la fertilisation jusqu’à la huitième semaine de développement (dix semaines de gestation), stade à partir duquel il sera alors qualifié de ‘fœtus’ jusqu’à la naissance, où il devient dans la terminologie médicale un ‘nouveau-né’ ou dans des termes communs un ‘bébé’«  (Lupton, 2013 : 6). Isaacson (1996) emploie le concept de « fœtus-nouveau-né » (fetus-infant) pour désigner cette catégorie d’êtres dont l’existence tient principalement au développement des technologies et des savoirs entourant la naissance (ultra-son, amniocentèse, chirurgie fœtale, procréation médicalement assistée, entre autres).

23Dans le discours médical courant, il est admis qu’un nouveau-né est « un enfant de moins de 28 jours »14. Passé ce stade, il est alors considéré comme un « nourrisson », et ce jusqu’à l’âge de deux ans. Cependant, dans le contexte du service de néonatologie, cette définition se voit mise au défi, car cette acception vaut dans les situations où l’enfant est né « à terme », c’est-à-dire entre la 37ème et la 41ème semaine d’aménorrhée15, selon les définitions proposées par l’OMS. Or, le service accueille des nouveau-nés prématurés, c’est-à-dire nés avant 37 semaines d’aménorrhée16. Les catégorisations se précisent encore, puisqu’on parle de prématurité extrême (naissance avant 28 semaines d’aménorrhée), de grande prématurité (entre la 28ème et la 32ème semaine d’aménorrhée) et de prématurité moyenne ou tardive (entre la 32ème et la 37ème semaine d’aménorrhée).

  • 17 Par faute de place, je ne m’étendrai pas sur l’usage du terme « produit de conception » ; il rejoin (...)
  • 18 La Société Suisse de Néonatologie se base sur l’International Classification of Disease (10ème révi (...)
  • 19 Recommandations de la Société Suisse de Néonatologie, « Prise en charge périnatale de nouveau-nés p (...)

24Avec la transition entre l’environnement intra et extra utérin, l’autre principe majeur sur lequel repose la frontière entre fœtus et nouveau-né est celui de la viabilité, c’est-à-dire la capacité de survivre en-dehors de l’environnement utérin. Intimement co-référentielle de la notion de vie, la notion de naissance vivante est définie dans le langage médical comme « l’expulsion ou l’extraction complète du corps de la mère d’un produit de conception pesant au moins 500g (ou un âge gestationnel de 22 semaines) qui, après cette séparation, respire ou manifeste tout autre signe de vie, tel que battement de cœur, pulsation du cordon ombilical ou contraction effective d’un muscle soumis à l’action de la volonté, que le cordon ombilical ait été coupé ou non, et que le placenta soit ou non demeuré attaché, doit être déclaré comme une naissance vivante » (Truffert et al., 2000 :72)17. Alors que la « zone grise » de la viabilité s’étale entre 22 et 26 semaines de gestation complétées18, en Suisse, les néonatologues s’accordent autour d’une réanimation à partir de 25 semaines de gestation19. Les éléments majeurs pour permettre à un « fœtus » de devenir un « nouveau-né » sont donc le poids, l’âge gestationnel et la séparation d’avec l’environnement utérin.

  • 20 Dans des grossesses considérées à risque d’accouchement avant terme, l’attention des médecins comme (...)
  • 21 L’un des médecins néonatologues du service employait souvent ce terme lorsqu’il m’expliquait en quo (...)
  • 22 « […] from conception, the fetus is a being separate from its mother and can grow and develop witho (...)

25Tout l’enjeu, pour les professionnels impliqués dans le suivi de grossesses considérées à risque d’accouchement avant terme, réside dans l’évaluation du moment le plus judicieux pour extraire le fœtus du ventre maternel20. En d’autres termes, il s’agit de contenir le fœtus dans son « incubateur naturel »21 le plus longtemps possible avant que ce dernier ne devienne néfaste pour lui, ce qui implique une distinction entre deux patients : la femme enceinte et le fœtus. La distinction entre la femme enceinte et le fœtus qu’elle porte, ainsi que la constitution de deux patients distincts est ancrée dans la discipline obstétrique depuis ses fondements, comme l’a mis en lumière Davis-Floyd : « (…) depuis le moment de sa conception, le fœtus est un être distinct de sa mère qui peut grandir et se développer en-dehors de la volonté ou de la participation de cette dernière – "ses" meilleurs intérêts étant souvent antagonistes à ceux de sa mère » (2003 [1993] : 58, traduit de l’anglais par mes soins22). En effet, dans les cas de grossesses considérées « à haut risque », le déclenchement de l’extraction du nouveau-né est souvent justifié par le danger que représente pour lui le ventre maternel. Le corps de la femme enceinte devient alors néfaste, voire potentiellement mortel pour le fœtus qui doit en être extrait pour avoir des chances de survivre.

26Ce processus d’évaluation se fait au travers de contrôles quotidiens : échographies, mesures du taux de liquide amniotique, mesures des signes vitaux du fœtus, de son développement physiologique. Le corps maternel lui aussi, fait l’objet d’une intense surveillance, et il s’agit de parvenir à maintenir un équilibre entre deux entités, en évitant que l’un n’expose l’autre à un danger vital. Pour les femmes enceintes concernées, l’objectif est également de « tenir » jusqu’au seuil de viabilité de 25 semaines de gestation, ce qui exige un autocontrôle et une adaptation de leur comportement.

27La perméabilité intercorporelle mère-fœtus fait partie du discours biomédical depuis le début du XXIème siècle, et a donné lieu à une intense surveillance du comportement des futures mères, afin que leur enfant vienne au monde dans les meilleures conditions physiques et psychologiques possibles, faisant alors du fœtus le sujet « à risque » avant la femme enceinte elle-même (Lupton, 2013). Il est donc attendu des futures mères qu’elles obéissent à des règles strictes de comportement : aliments à éviter, conduites à risque à bannir (fumer, boire de l’alcool, consommer des stupéfiants), afin d’éviter à toute substance potentiellement dangereuse de passer au travers de son placenta et donc d’atteindre le fœtus. Mais la femme enceinte ne doit pas seulement faire montre d’une hygiène alimentaire irréprochable. Elle doit également être attentive à son état mental et éviter toute situation stressante qui pourrait affecter son fœtus (Lupton, 2013). Dès lors, les femmes enceintes se trouvent engagées dans ce qu’Ettore (2002) a nommé un « ascétisme reproductif », c’est-à-dire une surveillance et un contrôle soutenus de leur corps, au nom du bien-être de l’enfant à venir. Dans les cas de grossesses considérées à « haut risque », ces dispositifs de surveillance et de contrôle au nom de l’enfant à venir sont accentués et passent, entre autres, par la prise de corticoïdes une dizaine de jours précédant l’accouchement afin d’accélérer la maturation des poumons du fœtus et éviter ainsi des difficultés respiratoires néonatales.

28En conséquence, les femmes enceintes sont tenues à la fois pour des individus responsables et avertis dans le soin à leur propre corps et à celui de leur fœtus, et susceptibles d’exposer leur fœtus à des dangers au travers de comportements inappropriés. Quant au fœtus/nouveau-né, il est avant tout un être fragile, pur, sensible à toute contamination, vulnérable, mais qui porte en lui toutes les potentialités qui font d’un être un être humain.

Comment s’attacher : cheminements du lien au cours de la grossesse

29Comment des femmes conscientes du fait que leur grossesse présente des dangers, tant pour elles que pour leur fœtus, construisent des liens avec ce dernier et envisagent avec pragmatisme la possibilité qu’il ne vive pas ?

  • 23 La figure de la mère est en effet présentée comme centrale dans le développement psycho-cognitif de (...)

30Le fait qu’une femme enceinte envisage la mort de son fœtus ou de son nouveau-né va à l’encontre des représentations euro-américaines de l’« amour maternel » et met en lumière le caractère culturellement construit de l’image de la bonne mère, telle qu’elle fut déployée par les théories de l’attachement dès le XXème siècle23. Des anthropologues, dans d’autres contextes socio-culturels, ont focalisé leur attention sur les pratiques d’infanticide, de sélection ou d’abandons de nourrissons par les mères, en mettant en avant les conditions spécifiques dans lesquels ces actes prennent place, les critères qui les justifient, sans pour autant en faire des actes banals et dépourvus de tout sentiment (Scheper-Hughes, 1992 ; Bonnemère, 2009 ; James, 2000). Leurs travaux ont notamment mis en avant l’importance du rôle joué par l’enfant in ou ex utero parmi les critères qui comptaient dans la décision de la mère de s’y attacher ou de le laisser à son sort. Ainsi, en fonction de ce que donne à voir l’enfant, de sa « volonté de vivre » notamment, les adultes qui l’accueillent choisiront de s’attacher à lui et de lui donner les moyens de vivre ou alors se concentreront sur ceux auxquels ils accordent plus de chances de survie. Certains néonatologues affirment également se sentir soutenus par ce qu’ils perçoivent comme des signes de « volonté de vivre » chez le nouveau-né dont ils doivent décider du sort (Vermeulen, 2004).

31Les moments où la relation au fœtus se rejoue se présentent à plusieurs reprises et sous différentes formes au cours des grossesses des femmes que j’ai rencontrées, certains venant fragiliser le socle de la relation plus que d’autres. Ils peuvent prendre notamment la forme de l’alitement, une pratique couramment utilisée dans l’optique de repousser le plus possible le moment de l’extraction de l’enfant. Ce temps de l’immobilisation peut dans certaines situations devenir un temps de préparation au deuil (ou à sa possibilité) pour les femmes enceintes et leurs proches, puisque le recours à la pratique de l’alitement a lieu spécifiquement dans des situations où les médecins craignent une naissance avant terme. Bien que certaines femmes enceintes vivent les périodes d’alitement de façon plus ou moins sereine, la solitude dans laquelle elles se retrouvent ainsi que leur impossibilité d’action peuvent les amener à envisager divers scénarios concernant la suite des événements, notamment la mort de leur fœtus.

32Ce fut le cas pour Céline. Elle avait subi une amniocentèse à 18 semaines de grossesse, suivie deux semaines plus tard par la rupture partielle de la poche des eaux. Elle avait été contrainte à l’alitement durant trois semaines dans l’espoir que la fissure se résorbe. Ce temps d’immobilisation avait constitué pour elle le moment où elle avait envisagé la mort de son enfant qui ne pouvait être réanimé s’il naissait à vingt semaines de gestation. Céline se souvenait clairement des femmes qui venaient faire le ménage chez elles, envoyées par le centre médico-social de la région, et d’elle, qui n’osait pas bouger de son lit ou de son canapé. La peur de provoquer l’accouchement par le mouvement est telle que certaines femmes vivent dans une angoisse permanente. Elles limitent leurs déplacements au minimum, tout en craignant à chaque mouvement une nouvelle rupture de la poche amniotique. Dans le cas de Céline, elle se plie aux recommandations des médecins et attend le moment du basculement, c’est-à-dire le moment où le médecin décrète que « le bébé serait mieux dehors ».

  • 24 Jack Bauer est le héros de la série télévisée à succès 24 Heures Chrono. Il est la cible de nombreu (...)
  • 25 Le lexique guerrier est par ailleurs couramment employé pour désigner les fœtus et les nouveau-nés (...)

33Le questionnement concernant l’engagement dans la relation au fœtus peut également se produire lors d’une erreur diagnostique. Pour Sophie, c’est le cas notamment lorsque sa gynécologue lui annonce qu’elle soupçonne une triploïdie chromosomique, une malformation fatale pour le fœtus qui ne peut survire au-delà de vingt-cinq semaines. Après vérification par amniocentèse, il s’avèrera qu’elle s’est trompée et que la grossesse peut continuer. Cette annonce provoque une grande confusion chez Sophie et son conjoint qui s’étaient préparés à la perte de leur enfant. Ils doivent passer de la préparation au deuil à celle de l’espoir et changer radicalement leur posture. Il s’agit aussi de se rattacher à cet enfant dont ils envisageaient pragmatiquement le décès, de trouver des critères d’attachement suffisamment solides pour tenir jusqu’à la fin de la grossesse. C’est ainsi que le vocable guerrier sera employé − avec des termes comme « battante » ou « guerrière », et des formules comme : « si tu t’en sors, on t’appellera Jack Bauer24 » − pour désigner le fœtus, accentuer sa capacité d’action et nourrir l’espoir dans l’issue de la grossesse, mais aussi renforcer le lien que Sophie et son mari avaient relâché25.

  • 26 Intervention visant à traiter au laser les vaisseaux sanguins anormaux dans le placenta.
  • 27 Pour une étude des interactions entre médecins et patientes dans le cadre de l’interruption médical (...)
  • 28 Opération visant à retirer 1 à 2 litres de liquide amniotique à l’aide d’une seringue.

34Solène, quant à elle, est rapidement placée dans la situation d’envisager la mort de l’un ou de ses deux fœtus. En effet, à partir du moment où le diagnostic est posé, autour de 20 semaines de grossesse, elle sait que « c’est pas bon » et que les risques de perdre l’un ou les deux jumeaux sont très élevés. Ainsi, lorsque son médecin lui annonce qu’elle va subir une chirurgie endoscopique au laser26, il lui expose clairement la situation : « Le médecin a tout de suite dit, si on fait rien, on a 90 % de perdre les deux, si on fait l’opération, 50 % de garder les deux, 80 % d’en avoir un »27. Après de multiples amniodrainages28, elle parviendra à mettre au monde deux enfants vivants, tout en sachant que l’un des deux présente une malformation cardiaque. Les dommages étant trop importants, la décision sera rapidement prise de mettre fin au traitement. Le fait de savoir très tôt dans la grossesse que ces fœtus étaient malades a notamment permis à Solène et son ami de choisir les prénoms de ces derniers : « On savait qui était qui ».

  • 29 « Part of learning how to mother in the Alto do Cruzeiro is learning when to let go of a child who (...)

35De la même manière que d’autres femmes, dans d’autres situations de vie, choisissent à quel enfant elles vont se permettre de s’attacher sur la base de critères que ce dernier leur fournit, ces femmes et leur conjoint cherchent des moyens de se prémunir contre la douleur de la perte et du deuil. Cette attitude rappelle celle mise en lumière par Scheper-Hughes auprès de femmes dans des bidonvilles brésiliens et pour lesquelles « Une partie de l’apprentissage du maternage à Alto do Cruzeiro consiste à apprendre quand abandonner un enfant qui montre qu’il ‘veut’ mourir ou qu’il n’a pas de ‘don’ ou pas de ‘goût’ pour la vie. Une autre partie consiste à apprendre quand il est sans danger de se laisser aller à aimer un enfant » (1989 : 12, traduit de l’anglais par mes soins29). Dans la perspective de s’épargner des souffrances, le travail du lien consiste alors à parvenir à une forme d’attachement qui se fonde sur des critères solides, dont le fœtus peut devenir le garant comme ce fut le cas pour Sophie. Il peut également, comme pour Céline, prendre la forme d’un autocontrôle et de la mise en place d’un dispositif pour assurer les meilleures conditions pour la survie de l’enfant. Il peut enfin signifier accepter la perte d’un enfant et tisser alors une forme différente de lien avec ce dernier, ce que Solène a entrepris.

« Le bébé serait mieux dehors » : le moment du basculement

36Les récits des femmes que j’ai rencontrées évoquent régulièrement le dilemme dans lequel sont pris les médecins – et par conséquent, les femmes enceintes elles-mêmes et leurs proches – à propos du choix du moment où l’enfant doit être retiré de l’utérus, ou, comme me le rapportait Solène : « Le médecin m’a dit, on doit trancher entre ce qui est le mieux pour ces bébés, savoir si c’est de rester in utero ou d’être à l’extérieur pour pas mettre leur vie en danger, parce que si y en a un qui a un problème, l’autre aussi ». Pour ces femmes, l’expérience de leur grossesse se rapporte à un cheminement vers le moment où leur fœtus ne sera plus en sécurité dans leur utérus. Dans le cas de Solène, c’est le phénomène « transfuseur-transfusé », annoncé en début de sa grossesse gémellaire, qui se pose comme le point autour duquel s’articule la progression de cette dernière. Les multiples séances de ponction de liquide amniotique – parfois sous anesthésie locale, parfois « à vif selon qui pratique la ponction » – ainsi que l’intervention au laser ont constitué des moyens de maintenir les fœtus in utero et ainsi de repousser le moment de l’extraction.

  • 30 Bien que cet argument soit présenté comme essentiel à un moment précis (le moment de la décision de (...)

37Comme pour Sophie et Céline, une fois le seuil de viabilité franchi, il devient alors possible, voire même soudain urgent, d’extraire le fœtus de l’utérus. L’environnement utérin passe alors du rôle de pourvoyeur de vie à celui d’environnement dangereux, voire mortel pour le fœtus. Extraire le fœtus du ventre maternel devient alors le seul moyen de « sauver » le fœtus30.

38Pour Sophie, c’est lors du dernier de ses nombreux séjours à l’hôpital que la sage-femme lui annonce : « Vous devriez appeler votre mari. Dès qu’ils ont fini avec l’urgence à côté, c’est votre tour ». D’une minute à l’autre, la situation change, ce qui fâche Sophie qui pense alors « combien de fois ils vont me faire le coup, comment je vais m’organiser avec les enfants ? Et réveiller mon mari au milieu de la nuit ? Il est trois heures du matin ! ». Environ 30 minutes plus tard, les médecins viennent la chercher pour l’emmener au bloc opératoire : « Et là, je sors de mon corps et je suis spectatrice », me raconte-t-elle.

39Parfois, les critères du basculement sont également liés à des aspects plus pragmatiques, comme la place disponible dans le service de néonatologie. Ce fut notamment le cas pour Céline et Solène, qui se sont vues amenées en salle d’opération pour une césarienne d’une heure à l’autre, alors qu’il avait été auparavant prévu d’attendre encore quelques jours. Dans le cas de Solène, le médecin a estimé qu’il était trop risqué de faire la ponction sans avoir la certitude qu’il y ait un lit disponible en néonatologie en cas de déclenchement de l’accouchement. Il est donc revenu sur sa décision de procéder à une ultime ponction et de « gagner » encore deux jours et a annoncé la descente au bloc opératoire ; il ne pouvait en effet pas prendre le risque de laisser les fœtus dans cet état sans retirer du liquide amniotique.

40Les femmes que j’ai rencontrées ne se souviennent que partiellement ou pas du tout du moment de la venue au monde de leur enfant, du fait de l’anesthésie générale. À ce propos, Céline dit : « Ce n’était pas une vraie naissance », impression que Sophie partage : « Ce n’était pas une naissance, on me l’a arrachée ». Le fait de ne pas avoir vécu ce moment particulier a affecté certaines d’entre elles au moment où elles ont été mises en relation avec leur enfant. Céline raconte ainsi : « Au début, j’ai eu de la peine à me dire qu’il était à moi ». Elle mit du temps à confectionner les faire-part de naissance de son fils, le temps nécessaire pour qu’elle puisse véritablement comprendre que ce nouveau-né était bien le sien. Quant à Solène, elle n’a pas eu le temps d’annoncer la naissance de ses jumeaux avant que l’un des deux décède : « J’ai d’abord annoncé le décès ». Elle et son conjoint ont immédiatement concentré leurs forces sur le deuxième jumeau qui était hospitalisé. Sophie était persuadée que sa fille n’avait pas survécu à l’accouchement car elle ne pesait que 440 grammes quand elle fut extraite de son utérus. Dès qu’elle l’a vue, elle a « tout de suite reconnu le moule familial », et le lien qu’elle avait tissé avec elle durant la grossesse s’est trouvé renforcé du fait qu’elles deux avaient traversé cette épreuve : « Elle ne devait pas vivre, elle a vécu. Je devais mourir, je suis vivante ».

Conclusion : s’attacher dans un contexte d’incertitude et d’inquiétude

41Dans cet article, j’ai mobilisé divers récits recueillis dans des contextes spatio-temporels différents pour examiner des pistes de compréhension à propos de la question de l’attachement en contexte d’incertitude et d’inquiétude. L’ambiguïté qui marque la relation entre corps fœtal et corps maternel dans l’approche biomédicale de toute grossesse est exacerbée dans les situations de grossesse considérées à risque. A la fois vitale et néfaste l’une pour l’autre, la figure fœtale et la figure maternelle se sont constituées en tension dans et par le discours biomédical. Les professionnels entourant ces grossesses veillent à maintenir un équilibre entre ces deux figures, jusqu’au point où le corps maternel devient une menace pour le corps fœtal ou l’inverse, ou que le seuil de viabilité est franchi. Les événements peuvent alors s’accélérer et la décision de l’extraction peut se prendre dans une situation devenue soudain urgente. Le plus souvent, les femmes n’ont que des souvenirs partiels du moment de la venue au monde de leur enfant qu’elles ne qualifient généralement pas de « vraie naissance ».

42A plusieurs reprises, les grossesses de ces femmes ont été marquées par des moments qui les amènent à repenser leur relation avec leur fœtus : l’erreur de diagnostic, l’alitement et l’annonce d’un diagnostic sévère ont permis d’illustrer les manières dont ces femmes et leurs proches négocient ces moments particuliers, les critères qui importent dans leur décision de s’attacher ou de relâcher le lien. Face à ces événements, certaines de ces femmes parviennent ainsi à construire un lien fort avec leur fœtus malgré et à travers les interventions médicales, alors que d’autres choisissent de se concentrer sur les possibilités d’offrir les meilleures conditions de vie possibles à leur fœtus et renoncent alors au mouvement en choisissant l’alitement. D’autres encore, conscientes du fait qu’elles vont certainement perdre leur fœtus, optent pour un choix des prénoms tôt dans la grossesse et travaillent ainsi à la singularisation de l’être in utero qui ne vivra peut-être pas.

43De manière plus générale, les différents points abordés dans cet article éclairent la notion d’accueil qui fonde les questionnements de cette recherche. Ce sont autant de pistes de compréhension de ce que la présence au monde de nouveaux êtres nous contraint à faire, qu’ils soient in ou ex utero. Ils nous interpellent et nous ramènent à ce qui fait de nous des êtres humains.

Je tiens ici à remercier les coordinateur.trice.s, Irene Maffi et Yannis Papadaniel, pour leur invitation à contribuer à ce numéro. Je remercie également les lecteur.trice.s anonymes de cette revue pour la justesse de leur lecture, leurs commentaires pertinents et leurs critiques constructives. Merci enfin à Michaël Busset pour son œil attentif, sa bienveillance et son esprit critique.

Haut de page

Bibliographie

ALHUSEN, J. L, 2008. « A Literature Update on Maternal-Fetal Attachment », Journal of Obstetric, Gynecologic & Neonatal Nursing, 37: 315-328.

ANSPACH, R., 1993. Deciding who lives. Fateful choices in the Intensive-Care Nursery. Berkley/ Los Angeles, University of California Press.

AUSTIN, J. L, 1970 [1962]. Quand dire, c’est faire. Paris, Seuil.

BAKER, J. P, 1991. « The incubator controversy: pediatricians and the origins of premature infant », Pediatrics, 87, 5: 654-662.

BAKER, J.P, 1996. The Machine in the Nursery: Incubator Technology and the Origins of Newborn Intensive Care. Baltimore, John Hopkins University Press.

BAKER, J. P, 2000. « The incubator and the medical discovery of the premature infant », Journal of Perinatology, 5: 321-328.

BAZIN, J., 2008. Des clous dans la Joconde. Toulouse, Anacharsis.

BOLTANSKI, L., 2004. La condition fœtale. Une sociologie de l’engendrement et de l’avortement. Paris, Gallimard.

BONNEMÈRE, P., 2009. « Une perspective anthropologique sur l’infanticide : la notion de personne en Nouvelle-Guinée », Enfances & Psy, 3, 44 : 29-41.

BUTLER, J., 2007. Le récit de soi. Paris, Presse Universitaire de France.

CARRICABURU, D., 2007. « De l’incertitude de la naissance au risqué obstétrical : les enjeux d’une définition », Sociologie et société, 39, 1 :123-144.

CASPER, M.J., 1998. The Making of the Unborn Patient. New Brunswick/ New Jersey/ London, Rutgers University Press.

CASSELL, J., 2005. Life and Death in Intensive Care. Philadelphia, Temple University Press.

CLIFFORD, J., 1985. « De l’ethnographie comme fiction. Conrad et Malinowski », Etudes rurales, 97-98 : 47-67.

CONKLIN, B. A. et MORGAN L. M., 1996. « Babies, Bodies and the Production of Personhood in North America and a Native Amazonian Society », Ethos, 24, 4: 657-694.

DAVIS-FLOYD, R., 2003 [1993]. Birth as an American Rite of Passage. Berkley/Los Angeles/London, University of California Press.

DE VRIES, R. G., 1981. « Birth and Death: Social Construction at the Poles of Existence », Social Forces, 59, 4: 1074-1093.

DUDEN, B., 1993. Disembodying Women. Perspectives on Pregnancy and the Unborn. Cambridge, Harvard University Press.

ETTORE, E., 2009. « Prenatal genetic technologies and the social control of pregnant women: a review of the key issue », Marriage & Family Review, 45, 5: 448-468.

GINSBURG, F.D. et RAPP R., 1995. Conceiving the New World Order. The Global Politics of Reproduction. Berkley/ Los Angeles/ London, University of California Press.

GOTTLIEB, A., 2004. The Afterlife is where we come from. The Culture of Infancy in West Africa. Chicago, University of Chicago Press.

GRIMALDI-MARIE, H., 2007. « Mythes, rites et rituels en réanimation néonatale : une naissance pas comme les autres », Dialogue, 3 : 131-142.

ISAACSON, N., 1996. « The “Fetus-Infant”: Changing Classifications of “In Utero” Development in Medical Texts », Sociological Forum, 11, 3: 457-480.

JAMES, W. R., 2000. « Placing the unborn: on the social recognition of new life », Anthropology & Medicine, 7, 2: 169-189.

KAUFMAN, R.S. et MORGAN L.M., 2005. « The Anthropology of Beginnings and Ends of Life », Annual Review of Anthropology, 34: 317-41.

LAPLANTINE, F., 2015 [1996]. La description ethnographique. Paris, Armand Colin.

LINDENBAUM, S. et LOCK M. (eds.), 1993. Knowledge, Power & Practice. The Anthropology of Medicine and Everyday Life. Berkley, University of California Press.

LUPTON, D., 2013. The social worlds of the unborn. UK, Palgrave MacMillan.

LUPTON, D., 2012a. « “Precious cargo”: fetal subjects, risk and reproductive citizenship », Critical Public Health, 22, 3: 329-340.

LUPTON, D., 2012b. « Infant embodiment and interembodiment: a review of sociocultural perspectives », Childhood, 20, 1: 37-50.

MARTIN, E., 2001 [1987]. The Woman in the Body. A cultural Analysis of Reproduction. Boston, Beacon Press.

MEMMI D., 2003. « 7. La fabrication d'un sujet qui " opine " : l'interruption médicale de grossesse », In MEMMI D. (dir.), Faire vivre et laisser mourir. Paris, La Découverte : 163-187.

MOREL, M.-F. (éd.), 2013. Accueillir le nouveau-né, d’hier à aujourd’hui. Toulouse, érès.

PHILIP, A.G.S., 2005. « The Evolution of Neonatology », Pediatric Research, 58, 4: 799- 815.

ROLLET, C., 2013. « Les prématurés au XIXè siècle : entre humanisme et technique », In MOREL M.-F. (éd.), Accueillir le nouveau-né, d’hier à aujourd’hui. Toulouse, érès :191-220.

ROLLET, C., 2000. « Les débuts de la médecine néonatale au XIXe siècle », Bulletin Académique National et Médical, 184, 9 : 1853- 1865.

SALLE, Bernard, 1998, « Néonatologie : passé, présent et avenir », communication aux Journées de Techniques Avancées en Gynécologie et Obstétrique PMA Périnatalogie et Pédiatrie.

SALLE, B. et VERT P., 2013. « Chronique historique. Néonatologie : passé et présent », Bulletin Académique National et Médical, 197, 6 : 1231-1242.

SCHEPER-HUGHES, N., 1989. « Death without weeping: has poverty ravaged mother love in the shantytowns in Brazil? », Natural History, 10: 8-16.

TERENO, S., SOARES I., MARTINS E., SAMPAIO D. et CARLSON E., 2007. « La théorie de l’attachement : son importance dans un contexte pédiatrique », Médecine & Hygiène, 19, 2 : 151-188.

THERY, I., 2006. « Avortement, engendrement et singularisation des êtres humains », Annales HSS, 2 : 483-503.

TRUFFERT, P., EGO A. et SUBTIL D., 2000. « Prématurité extrême (< 28 SA) : mortalité et morbidité neurologique », Extrait des mises à jour en Gynécologie et Obstétrique, Tome XXIV [en ligne], http://www.cngof.asso.fr/d_livres/2000_go_071_truffert.pdf (page consultée le 21/11/2017).

VERMEULEN, E., 2004. « Dealing with doubts. Making decisions in a neonatal ward in The Netherlands », Social Science & Medicine, 59, 10: 2071-2085.

WALENTOWITZ, S., 2013. « Importance et signification des rituels d’intégration en pays touareg », In MOREL M.-F. (éd.), Accueillir le nouveau-né, d’hier à aujourd’hui. Toulouse, érès : 239-256.

Haut de page

Notes

1 Pour une histoire de la co-construction de la couveuse et de la figure du nouveau-né prématuré aux Etats-Unis, voir Baker (1991) ; pour une comparaison avec la France, voir Baker (1996).

2 Elle réunit alors les connaissances biologiques, physiologiques et bactériologiques acquises au long du XIXe siècle et qui ont progressivement mené à l’émergence du nouveau-né comme un être autonome, doté de caractéristiques et de pathologies particulières (Salle, 1998). Pour plus de détails à propos des connaissances acquises au cours des XXe et XXIe siècles, notamment le développement de la miniaturisation des échantillons sanguins nécessaires à diverses analyses, l’alimentation par voie intraveineuse et la préservation d’une température corporelle acceptable, voir Philip (2005).

3 C’est surtout l’introduction de la couveuse à la fin du XIXe siècle qui a induit un mouvement de transfert de responsabilité du nouveau-né prématuré de la mère à celle de l’obstétricien, puis du pédiatre (Baker, 2000).

4 Le Service de néonatologie du CHUV a corolairement été évalué de niveau III par le CANU (Comittee for the Accreditation of Neonatal Units) constitué par la Société Suisse de Néonatologie en 2010. Pour en savoir plus à propos des critères d’évaluation des différents niveaux de soins, voir le document publié en décembre 2012 par la Société Suisse de Néonatologie « Standards for Level of Neonatal Care in Switzerland », [en ligne] http://www.neonet.ch/files/6214/3393/7303/2012_12_06_Levels_of_Neonatal_Care.pdf (page consultée le 21/11/2017).

5 Brochure de présentation du CAS (Certificate of Advanced Studies) proposé depuis 2009 par l’HESAV (Haute Ecole de Santé Vaud), en collaboration avec le CHUV (Centre Hospitalier Universitaire Vaudois), Soins aux nouveau-nés à risque, (actuellement en suspens), [en ligne] http://www.hesav.ch/docs/default-source/default-document-library/brochure-cas-snr.pdf?sfvrsn=0 (page consultée le 21/11/2017).

6 A propos d’autres questions, néanmoins en écho à celles qui fondent le présent travail, Judith Butler parle d’interpellation ; la question, « qui es-tu ? », qui se pose plutôt comme une interpellation, est au cœur de la reconnaissance telle que l’entend Butler (2007) dans le sens où c’est le fait d’être amené, parfois par la contrainte, à rendre compte de soi qui permet de se rendre lisible par l’autre, de se positionner – s’ajuster – dans la relation à l’autre. D’une certaine manière, l’être nouveau interpelle celui qui le reçoit et se faisant, le contraint à rendre compte de ce qui le constitue en tant qu’être humain.

7 Les prénoms ont été changés.

8 Ce qui est, dans le contexte européen et nord-américain contemporain, valable pour la majorité des grossesses qui s’inscrivent dans une conceptualisation biomédicale de la naissance comme un événement a priori à risque (Carricaburu, 2007).

9 La question du « lien » mère-fœtus fait l’objet d’études récentes en psychologie visant à mesurer l’« attachement prénatal » à partir d’échelles telle que la « Maternal Fetal Attachment Scale » (Alhusen, 2008). Ces échelles de mesure font du fœtus un être particulier avec lequel la femme enceinte est supposée établir un lien affectif positif, tout comme il est attendu qu’elle le fasse avec son nouveau-né, selon une approche naturalisante de « la maternité normale et naturelle » (Lupton, 2013). Dans cet article, l’attention n’est pas portée sur la mesure de l’attachement materno-fœtal dans la perspective d’en déceler les facteurs significatifs. Il s’agit plutôt de penser l’attachement comme une forme d’engagement affectif et émotionnel, et de rendre compte des façons dont il se construit et se transforme en réponse aux événements et dans le temps.

10 Généralement, le pronostic vital de l’enfant n’est plus engagé lorsqu’il est admis dans le secteur des soins intermédiaires. Cependant, il arrive parfois que son état se dégrade et qu’il soit à nouveau intubé et donc reconduit dans le secteur des soins intensifs jusqu’à stabilisation.

11 Aussi appelée transfusion foeto-fœtale, cette pathologie désigne la répartition disproportionnée de sang entre deux jumeaux, l’un en recevant trop et l’autre pas suffisamment, due à une affectation des vaisseaux sanguins du placenta auquel les deux cordons ombilicaux sont reliés.

12 La majorité des femmes rencontrées ont subi une césarienne, et la plupart d’entre elles ne considèrent pas ce moment comme une « vraie naissance ». J’ai donc intentionnellement choisi d’utiliser le terme d’extraction pour désigner le fait que, dans les grossesses dont je parle ici, l’enfant est effectivement extrait de l’utérus.

13 La notion de contexte d’énonciation est à comprendre comme performative, au sens où l’entend Austin, c’est à-dire comme participant d’une action : « (…) produire une énonciation est exécuter une action » (Austin, 1970 [1962] : 42). Ainsi, en nommant un être « fœtus » ou « bébé », on participe à l’instauration de cet être en tant que tel.

14 Selon l’OMS ([en ligne] http://www.who.int/topics/infant_newborn/fr/ , page consultée le 10/11/2017). Malgré mes efforts de recherche et de questions auprès des professionnels de soins, je ne suis jamais parvenue à saisir les critères qui fondaient cette définition en apparence très précise de la temporalité que couvre la catégorie « nouveau-né ». Mon intuition ne peut s’empêcher d’y déceler un lien avec la durée communément admise du cycle menstruel féminin. La question reste à explorer.

15 Calculer les semaines de grossesse depuis le premier jour des dernières règles est une convention dans le monde médical. C’est également la mesure de calcul de l’âge gestationnel de l’embryon/fœtus/nouveau-né prématuré. Dans cet article, l’utilisation du terme « semaines de gestation » renvoie à la même mesure que « semaines d’aménorrhée ».

16 [en ligne] http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs363/fr/ ; page consultée le 10/11/2017.

17 Par faute de place, je ne m’étendrai pas sur l’usage du terme « produit de conception » ; il rejoint cependant mes propositions quant à la performativité du langage et du contexte d’énonciation et n’est pas sans quelque écho avec la notion de conceptus qu’emploie Lupton (2013).

18 La Société Suisse de Néonatologie se base sur l’International Classification of Disease (10ème révision) qui définit l’âge gestationnel comme l’âge postmenstruel en semaines et en jours. Par exemple, la période se situant entre 25 semaines et 0 jour (25 0/7) et 25 semaines et 6 jours (25 6/7) correspond à 175-181 jours et est qualifiée « 25 semaines de gestation complétées » ; le fœtus est entré dans la 26ème semaine de gestation. Recommandations de la Société Suisse de Néonataologie, [en ligne] http://www.neonet.ch/files/9014/2565/9919/Publication_Limit_of_Viability.pdf (page consultée le 22/11/2017).

19 Recommandations de la Société Suisse de Néonatologie, « Prise en charge périnatale de nouveau-nés prématurés à la limite de la viabilité entre 22 et 26 semaines d’âge de gestation complétées », Paediatrica, 2012, Vol.23, n°1, pp. 10-12.

20 Dans des grossesses considérées à risque d’accouchement avant terme, l’attention des médecins comme des femmes est focalisée sur la progression temporelle, particulièrement lorsque le fœtus entre dans la zone grise de la viabilité, entre 22 et 26 semaines de gestation. L’enjeu réside dans les chances de survie qui augmentent en fonction des jours passés in utero. En Suisse, le taux de mortalité néonatale passe de 100% lorsque la naissance survient entre 22 0/7 (22 semaines et 0 jour / 7) et 22 6/7 (22 semaines et 6 jours / 7) à 70% entre 24 0/7 et 24 6/7 puis 49% entre 25 0/7 et 25 6/7.

21 L’un des médecins néonatologues du service employait souvent ce terme lorsqu’il m’expliquait en quoi consistait son travail. On ne peut s’empêcher ici de revenir à ce que Davis-Floyd (2003 [1993]) discute à propos du corps-machine féminin a priori défectueux.

22 « […] from conception, the fetus is a being separate from its mother and can grow and develop without the mother’s will or involvement – “its” best interests are often antagonistic to hers. »

23 La figure de la mère est en effet présentée comme centrale dans le développement psycho-cognitif de son enfant : « D’après les études d’Ainsworth et al.(1978), l’attachement sécure est relié aux comportements maternels suivants : a) contact physique fréquent et soutenu entre le bébé et sa mère, spécialement pendant les six premiers mois, capacité maternelle à calmer son bébé, en le prenant dans ses bras ; b) sensibilité maternelle aux signaux du bébé, et, en particulier, capacité à gérer ses interventions en harmonie avec les rythmes du bébé ; c) une ambiance contrôlée et prévisible, qui permet au bébé d’inférer les conséquences de ses propres actions ; d) plaisir mutuel ressenti par la mère et le bébé » ( Tereno et al., 2007 : 161).

24 Jack Bauer est le héros de la série télévisée à succès 24 Heures Chrono. Il est la cible de nombreuses tentatives de meurtre mais parvient chaque fois à survivre.

25 Le lexique guerrier est par ailleurs couramment employé pour désigner les fœtus et les nouveau-nés qui rencontrent des difficultés dans leur venue au monde. En 2016, dans un service de néonatologie de Caroline du Nord, les prématurés ont eu droit à des costumes de super-héros tricotés sur mesure à l’occasion de la fête d’Halloween [en ligne] http://bebe.doctissimo.fr/blog/22965-infirmiere-tricote-vetements-super-heros-Halloween-.html (page consultée le 21/11/2017).

26 Intervention visant à traiter au laser les vaisseaux sanguins anormaux dans le placenta.

27 Pour une étude des interactions entre médecins et patientes dans le cadre de l’interruption médicale de grossesse dans des situations de handicap, voir Memmi (2003).

28 Opération visant à retirer 1 à 2 litres de liquide amniotique à l’aide d’une seringue.

29 « Part of learning how to mother in the Alto do Cruzeiro is learning when to let go of a child who shows that it “wants” to die or that it has no “knack” or no “taste” for life. Another part is learning when it is safe to let oneself love a child. »

30 Bien que cet argument soit présenté comme essentiel à un moment précis (le moment de la décision de l’extraction), la présence de la mère aux côtés de son enfant est présentée de manière tout aussi essentielle une fois ce dernier « en sécurité » au-dehors de son corps. Dès cet instant, il est attendu par le personnel médical que la mère soit présente le plus souvent possible auprès de la couveuse et engagée pleinement dans les soins à son enfant. La figure de la mère, en particulier sa présence physique auprès de son enfant, devient alors un élément-clé du rétablissement ou de la survie de ce dernier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Line Rochat, « Apprendre à s’attacher », Anthropologie & Santé [En ligne], 15 | 2017, mis en ligne le 29 novembre 2017, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/anthropologiesante/2752 ; DOI : 10.4000/anthropologiesante.2752

Haut de page

Auteur

Line Rochat

Laboratoire d’Anthropologie Culturelle et Sociale (LACS), Université de Lausanne, Quartier UNIL-Mouline Bâtiment Géopolis, CH-1015 Lausanne, Suisse, line.rochat@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Emerging Sources Citation Index
  • OpenEdition Journals