Navigation – Plan du site
Dossier thématique
Articles

Des papiers pour soigner, résister et discipliner

Artefacts graphiques à l’hôpital au Cameroun
Papers for caring, resisting and disciplining: graphic artifacts in hospital settings in Cameroon
Josiane Carine Tantchou

Résumés

La trajectoire des patients au sein de l’hôpital est, dans de nombreux pays, documentée par différents types d’inscriptions, sur différents types de supports, qui s’apparentent à ce que Matthew Hull (2003) appelle des artefacts graphiques. Inhérents aux soins et à la pratique clinique, ces artefacts graphiques n’ont pas reçu beaucoup d’attention. Susan Reynolds Whyte (2011) le fit remarquer et invita les anthropologues à s’intéresser au support papier. Cet article porte précisément sur ces artefacts graphiques à l’hôpital. À partir de données ethnographiques collectées de 2005 à 2014 dans un hôpital public de l’extrême Nord du Cameroun principalement, je suggère que les artefacts graphiques ne sont pas seulement des instruments d’une organisation bureaucratique, faisant partie d’un processus d’archivage, de transmission de l’information ou medium d’interactions, ils sont partie prenante des interactions (Gupta, 2012), renvoient à des représentations de l’hôpital et de ses usagers (malades et soignants), à des manières spécifiques de « faire » (enact) la maladie (Mol, 2002) et de pratiquer la biomédecine.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir parmi d’autres : Gilson et Mills, 1995 ; Longuenesse, 1995 ; Jewkes, Naeemah, et al., 1998 ; M (...)

1L’hôpital et les systèmes de santé en Afrique ont été largement étudiés par les sciences sociales1. Toutefois, ces recherches n’ont pas toujours pris en compte la matérialité du soin, laquelle englobe l’architecture, les infrastructures, l’organisation administrative des hôpitaux qui sont produits par l’histoire, les enjeux économiques et politiques, la « visibilité » ou « l’invisibilité » de lieux spécifiques (Brown et al., 2012). Dans cet article, je m’intéresse précisément à cette matérialité du soin en interrogeant les inscriptions inhérentes à la pratique médicale en milieu hospitalier. Michel Foucault (2007) a en effet relevé trois caractéristiques de l’hôpital : 1) une organisation spécifique de l’espace, pensé comme lieu et instrument de guérison ; 2) la mise en place de techniques disciplinaires qui s’attachent à l’homme dans son individualité corporelle et reposent sur un examen et une surveillance permanents ; 3) l’enregistrement continu et la transmission d’informations, de sorte qu’aucun détail n’échappe aux supérieurs hiérarchiques (Foucault, 2007). Au Cameroun, la trajectoire des patients au sein de l’hôpital est effectivement documentée par différentes types d’inscriptions, sur différents types de supports s’apparentant à ce que Matthew Hull appelle artefacts graphiques : objets qui servent d’instrument de médiation des discours et processus de communication, tels que les fiches, les cartes, les rapports, les manuels de bureau ... (Hull, 2003 : 290). Yannick Jaffré et Jean-Pierre Olivier de Sardan (2003) avaient d’ailleurs avancé que le stylo à bille est le seul outil qui ne fait jamais défaut dans les structures sanitaires en Afrique subsaharienne. Or, en dépit du fait qu’ils sont inhérents à la pratique clinique et au soin entendu comme gestion de la vie quotidienne à l’hôpital (Tantchou, 2018), ces artefacts graphiques n’ont pas reçu beaucoup d’attention de la part d’anthropologues. Susan Reynolds Whyte (2011 : 29), l’ayant noté en analysant entre autres les enjeux de l’écriture et de la transcription dans la recherche biomédicale en Ouganda, invitait les anthropologues à s’intéresser au « papier ». C’est ce qu'Akhil Gupta et Matthew Hull ont fait en Inde et au Pakistan respectivement. Ils montrent comment la production d’inscriptions et de documents, inhérente à la bureaucratie, alimente la violence structurelle, renforce l’exclusion et la stigmatisation des plus pauvres (Gupta, 2012). Cette production permet à l’État de se matérialiser et d’affirmer sa présence, d’exercer différentes formes de contrôle à travers l’ambiguïté des inscriptions, leurs délais de validité, les signatures et tampons qu’ils doivent comporter, qui font de ces documents et inscriptions des bombes à retardement (Hull, 2012a, 2012b). Les travaux de Hull et Gupta ne portent pas directement sur l’hôpital. Néanmoins, les relations qui se nouent autour et à travers les artefacts graphiques et les actions qu’ils y engendrent à l’hôpital peuvent être appréhendées à travers les grilles d’analyse mobilisées par ces deux auteurs.

2Cet article porte sur quelques artefacts graphiques l’hôpital. Je réponds à l’encouragement de S. Reynolds Whyte et d’Anselm Strauss à étudier les objets négligés — study the unstudied – (Leigh Star, 1999). Je suggère qu’ils ne sont pas seulement les instruments d’une organisation administrative, permettant d’assurer l’archivage et la transmission de l’information. Dans le contexte étudié, pris dans leur ensemble, ils renvoient à des représentations de la maladie, de l’hôpital, de son personnel et de ses usagers. Ils structurent les interactions, servent à exprimer des résistances ou dévoilent la capacité d’agir (agency) des usagers (soignants, patients) ; ils nous éclairent sur les pratiques à travers lesquelles la maladie est « faite » (Mol 2002) — j’ajouterais « dé-faite » dans le sens de désassemblée ; ils contribuent à faire de la biomédecine une activité nécessairement située (Finkler, 2004 ; Langwick, 2008 ; Mol, 2009 ; Livingstone, 2013 ; Street, 2014).

3Dans les paragraphes qui suivent, je juxtapose quatre artefacts graphiques : le carnet de santé, le bulletin d’examen, le certificat médical et un reçu spécifique. Je montre qu’observer la relation au carnet de santé, pendant la consultation par exemple, permet de nuancer les affirmations selon lesquelles l’interaction médecin-malade s’y réduirait à la production d’inscriptions, laquelle oblige les médecins à avoir les yeux rivés sur les supports d’inscriptions et moins sur les malades que, très souvent, ils n’auscultent pas (Hours, 1985 ; Jaffré et al., 2003 ; Vidal et al., 2005 ; Tantchou et al., 2015). Considérant ensuite le certificat médical, je montre, d’une part, comment les usagers parviennent à détourner les artefacts graphiques de leurs circuits théoriques et à obtenir qu’y soient inscrites des mentions qu’ils désirent, d’autre part, que, dans ce contexte, si l’on n’a pas nécessairement besoin d’un « corps » pour faire ou dé-faire une maladie, on ne peut se passer d’artefacts graphiques. En regardant attentivement le circuit de certains bulletins d’examens, et les réponses qu’ils doivent générer de par leur matérialité (la couleur ici) ou les inscriptions qu’ils portent, je montre que ces supports d’inscriptions peuvent servir de prétexte et de lieu d’expression de tensions (entre services), dont on verra qu’elles ont leur source ailleurs. Ici, il s’agit de la fragilisation de certaines pratiques et stratégies de « débrouille » au sein de l’hôpital. Enfin, à travers l’exemple d’un type spécifique de reçu parmi ceux qui circulent à l’hôpital, je montre comment dans une région marginalisée, les artefacts graphiques permettent à l’État de se rappeler aux individus, de manière quelquefois inattendue. De la sorte, je souscris à l’affirmation de Hull selon laquelle l’État n’existe pas seulement comme une bureaucratie de régulation et réglementation distante, mais comme une présence qui se matérialise au quotidien dans les documents (Hull, 2012).

  • 2 Les noms de villes ont été conservés ; les noms des personnes ont été changés pour garantir l’anony (...)

4Les données sont issues de terrains menés entre 2005 et 2014 au sein de l’hôpital régional de Maroua principalement, et à l’hôpital régional de Garoua2. Une autorisation de la direction des deux hôpitaux a permis d’avoir accès à l’ensemble des services hospitaliers. Toutefois, les terrains ont principalement porté sur l’espace opératoire, le laboratoire, la maternité, le centre de prévention et de dépistage du VIH (Maroua), le service de médecine interne, le Centre de Dépistage et de Traitement de la tuberculose (Garoua), les cabinets de consultations de médecine générale et spécialisée (Maroua et Garoua). L’objectif de ces travaux était de montrer, entre autres, de quelle(s) manière(s) la matérialité du soin influençait les relations soignés-soignants. Des observations précises au sein des services mentionnés ont été conduites. Des entretiens informels ont été réalisés avec les soignants et les soignés pendant les temps d’observation. Les entretiens approfondis ont été menés au terme des périodes d’observation et de présence dans les services. Outre les services déjà mentionnés, les données les plus riches ont été collectées pendant les moments d’observation et de conversation dans les espaces destinés à l’attente (en général les couloirs et la cour de l’hôpital), dans les cabinets de consultations des médecins pendant les heures creuses, les temps de restauration, ou les heures de garde nocturne (à la maternité par exemple). Dans la suite du texte, j’utilise principalement les données collectées à Maroua.

Une marge aimée et honnie

5La ville de Maroua est située à l’extrême-Nord du Cameroun. C’est l’extrême Nord au sens littéral et au sens figuré : au sens littéral, car une région du Nord la précède et au-delà, on quitte le territoire du Cameroun, pour entrer en République du Tchad ; au sens figuré, parce que c’est la région des superlatifs négatifs. Ici, l’État semble ne jamais avoir pris totalement le contrôle de son territoire, pour paraphraser Marc-Éric Gruénais (2001). Jean-Pascal Benoit (1957) parlait du « bord du monde ». C’est la marge du Cameroun et du monde. Depuis la fin de l’année 2012, plusieurs enlèvements y ont eu lieu, revendiqués par le groupe terroriste Boko Haram. Des accrochages entre les membres de ce groupe et les forces armées camerounaises y sont régulièrement signalés. La région, du fait de sa proximité avec le Nigeria, servirait de lieu de repli aux islamistes acculés par l’armée nigériane3. Elle est classée « zone rouge » par le ministère des Affaires étrangères et du Développement international à cause de l’insécurité. Actuellement (en février 2018), les chercheurs français ne peuvent plus obtenir d’ordre de mission pour s’y rendre.

  • 4 Voir notamment le Rapport régional de progrès des objectifs du millénaire pour le développement, pr (...)

6La résistance des populations de la région à la colonisation et son insignifiance économique relative, l’ont inscrite dans un continuum de marginalisation (Shilder, 1994). Une des caractéristiques de cette marginalisation est la carence, voire l’absence de connexions (communication, transport) fiables et stables avec le reste du territoire. C’est aussi la succession de superlatifs négatifs dans les pratiques discursives, qui contribuent à renforcer la position périphérique, « extrême » de la province, par rapport au reste du Cameroun4. Ainsi, c’est la deuxième région la plus peuplée, la moins alphabétisée et la plus pauvre du Cameroun (Minpat 2010). Les ratios soignants-soignés permettent de parler de désert médical (Mba et al., 2011). Les affectations à l’extrême-Nord sont considérées comme des sanctions : « C’est un lieu où on doit se rendre pour le tourisme et non pour résider » (médecin). La région apparaît, pour employer les termes de Blundo et Olivier de Sardan (2007), comme un nid à « postes secs » où les possibilités d’enrichissement sont limitées, et où l’on risque de se faire oublier par la hiérarchie.

7La marginalisation se conjugue avec un contexte marqué par la recherche du gombo ou la « débrouille » (Courade, 2000), caractéristique des relations sociales et professionnelles depuis la crise économique de la fin des années 1980, laquelle avait été suivie de la mise en place de mesures restrictives sur les salaires et la dévaluation du franc CFA (qui ont entraîné une diminution d’environ 70 % de la valeur des salaires du personnel de l’État, dont les professionnels de santé). Il fallait trouver des arrangements comme l’a bien souligné Courade : dépenser le moins possible, échapper aux « dessous de table », aux taxes et frais de différentes natures ; mettre en place des tactiques pour augmenter ses revenus, obtenir une faveur, un service ou un bien sans avoir à dépenser de l’argent, quand bien même le service ou le bien en question serait payant. Les normes antérieures de conduite n'ayant plus cours, les frontières entre légal et illégal, formel et informel, moral et immoral, honnête et malhonnête, n’ont plus de consistance, note encore Courade (2000). Cette débrouille nécessaire pour survivre s’accompagne d’une sémantique originale : on « recherche le gombo » pour freiner les « hémorragies de poche », on « pousse » pour se hisser plus haut dans la hiérarchie sociale et on « cale » pour éviter un retour vers le bas. À l’hôpital, la « débrouille » est un exercice quotidien auquel se livrent les soignants, les patients et leurs accompagnants. On calcule, on anticipe, on capitalise sur ses réseaux sociaux et professionnels, on détourne les artefacts graphiques de leurs circuits théoriques, on négocie les inscriptions qui doivent y figurer, etc. Et lorsqu’on n’y parvient pas parce que les règles ont changé, on peut utiliser les artefacts graphiques pour exprimer ses griefs. L’offre de soins et de services médicaux, la vie quotidienne au sein de l’hôpital étudié, la gestion des artefacts graphiques, les interactions qui se mettent en place autour de ceux-ci, ne peuvent se comprendre que si on les inscrit dans ce contexte.

Artefacts graphiques à l’hôpital

8À l’hôpital, les supports d’inscriptions sont multiples : fiches, registres, reçus, formulaires, bulletins, variant selon les services, les pathologies, etc. Ce fait en lui-même pourrait être intéressant à analyser. Tantchou et al. (2015) se sont intéressés au carnet de santé dans la prévention du risque de transmission du VIH de la mère à l’enfant, pour montrer en quoi cet objet indispensable dans la relation thérapeutique, devant théoriquement permettre d’évaluer les risques pour les maîtriser et/ou les prévenir, contribuait parfois paradoxalement à les faire émerger. Dans les paragraphes ci-après, je poursuis dans cette perspective. En décrivant comment le carnet de santé circule, est ouvert, rempli, mis en attente, pendant le temps d’une consultation médicale, j’essaie de montrer comment il structure les interactions, en quoi le travail d’écriture qu’il suppose, s’adjoint au « voir » et au « toucher » caractéristiques de la biomédecine (Good, 1994) pour donner à la consultation une coloration particulière.

Sur le bureau : un registre, des carnets de santé ; en bas, un reçu et un registre

Le carnet de santé

9Djamilatou « ne se sent pas bien » depuis deux jours. Elle désire savoir « ce qui ne va pas ». Elle décide de se rendre à l’hôpital. Elle connaît le Dr Tidjane Haruane, chef d’un service à l’hôpital, par des amis communs. À son arrivée à l’hôpital, elle se dirige directement vers son cabinet de consultations. Celles-ci commencent en principe à 8h du matin. Le Dr Haruane arrive vers 9h. Sa secrétaire vient en amont les préparer ; elle s’assure que le cabinet et l’espace réservé à l’attente (une véranda équipée de trois bancs adossés au mur) sont propres, et les nettoie dans le cas contraire. Elle ouvre ensuite le registre des consultations du médecin, et crée une nouvelle journée de consultations en traçant une ligne horizontale immédiatement après les inscriptions de la veille. Puis, elle collecte les carnets de santé des patients en fonction de leur ordre d’arrivée et les empile sur le bureau du médecin. Rappelons qu’on ne peut pas être reçu en consultation sans présenter son carnet de santé (Tantchou et al., 2015).

10À son arrivée, Tijane Haruane salue les patients qui attendent. Il se trouve parfois des personnes comme Djamilatou qu’il connaît personnellement et qui, de ce fait, estiment qu’elles doivent bénéficier d’un traitement différentiel (Andersen, 2004). Par exemple, ne pas « attendre comme les autres ». « Connaître » un soignant réduit en effet largement le temps d’attente, privilège non négligeable dans un contexte où l’attente incertaine est une caractéristique de la vie des usagers à l’hôpital (Tantchou, 2015). Djamilatou suit le médecin pendant qu’il rentre dans son cabinet ; elle doit fermer la porte derrière elle rapidement, pour ne pas donner aux patients qui l’ont précédée l’occasion de protester. Le médecin pourrait lui signifier que « chacun doit attendre son tour » ; en général, il ne dit rien.

11Dans son cabinet, il pose sa serviette sur son bureau, se dirige dans une pièce attenante où il enfile une blouse blanche. Pendant ce temps, la secrétaire installe Djamilatou qui ouvre son sac à main, et en sort son carnet de santé. De retour dans le cabinet, les salutations se poursuivent pendant que le médecin s’installe à son bureau. Le médecin « tend la main » droite en regardant silencieusement Djamilatou, ou en poursuivant la conversation. Djamilatou comprend le sens de la main tendue ; elle lui donne son carnet de santé.

12Le carnet de santé (sa conception, son usage) est peu régi par les instances internationales et nationales. Si son utilisation est généralisée, son format n’est pas standardisé. Sa taille, sa couleur et son épaisseur, varient selon les structures de santé (publiques, privées, confessionnelles) et au sein de la même structure. Le ministère de la Santé publique propose un modèle reflétant un objet peu investi (Tantchou et al., 2015). De taille réduite, la page de couverture permet de renseigner dans des champs prédéfinis, les noms, âge, et lieu de résidence du malade. Les pages sont blanches, entièrement vierges ; c’est un support non discipliné (Vinck, 1999). Le Dr Haruane regarde rapidement la page de couverture pour s’assurer qu’il s’agit bien du carnet de santé de Djamilatou et pour avoir une idée de son âge. Puis, il l’ouvre.

13Le carnet de santé peut être neuf, donc vierge, ou contenir des inscriptions renseignant des épisodes de l’histoire biologique de Djamilatou et de sa quête de soins médicaux. Le médecin parcourt les inscriptions, demande des précisions au sujet des pathologies précédentes et les recours mis en place. En poursuivant cette conversation, il note la date du jour sur une page vierge du carnet de santé, pour marquer un moment de la trajectoire biologique de Djamilatou. Il lève ensuite les yeux, regarde Djamilatou et lui demande ce qui l’amène. Il l’écoute en la regardant, puis baisse la tête et inscrit ses plaintes dans son carnet de santé. Quelquefois, il soulève la tête après une réponse, la regarde puis se remet à écrire. Il demande ensuite à Djamilatou de s’installer dans la pièce attenante pour être auscultée. Il regarde les conjonctives, palpe ses amygdales, examine une tache, demande à sa secrétaire de mesurer la pression artérielle. Après l’avoir auscultée, il retourne à son bureau, lui explique en notant dans son carnet de santé les causes probables de son mal-être, les examens à faire pour établir un diagnostic définitif, les médicaments qu’elle doit se procurer en attendant, avec, pour chacun, sa posologie. Il reprend la liste des examens demandés sur un bloc-notes ; détache la feuille qu’il insère dans le carnet de santé, à la page sur laquelle il a consigné un nouvel épisode. Sur une feuille du même bloc-notes, il inscrit aussi les prescriptions qu’il détache et insère dans le carnet de santé à la suite de la feuille précédente. Il referme le carnet et le rend à Djamilatou.

14Le médecin répète parfois ce qu’il écrit dans le carnet de santé à haute voix afin que le patient puisse poser des questions, et la secrétaire remplir simultanément son registre des consultations avec les mêmes informations. Sinon, la secrétaire tend la main au médecin au moment où il s’apprête à rendre le carnet au patient. Il lui arrive en effet d’oublier que les données contenues dans le carnet de santé doivent être reprises dans le registre des consultations. La secrétaire complète le registre, trace une ligne horizontale immédiatement après l’inscription pour marquer la fin d’une consultation et le passage à une autre histoire biologique. Elle rend le carnet de santé au patient. Pendant que ce dernier quitte le cabinet, la secrétaire prend le carnet suivant, note le nom figurant dessus dans le registre des consultations et appelle le patient à haute voix ; elle en profite pour demander s’il y a de nouveaux arrivants et leur ordre d’arrivée. Elle collecte leurs carnets de santé, les dispose suivant l’ordre d’arrivée en dessous de la pile déjà posée sur le bureau. La même procédure va se reproduire.

Du carnet de santé vers le registre

15Pendant la consultation, il est assez fréquent que le médecin soit interrompu, pour différentes raisons : un patient qui revient avec les résultats d’examens, ou qui rencontre des difficultés d’ordre privé et voudrait demander conseil, ou encore un patient qu’il a vu quelques jours plus tôt, à qui il a prescrit un médicament qui n’est pas disponible. Dans ce cas, le médecin glisse le carnet de santé dans lequel il écrivait sur le côté, prend celui du visiteur, inscrit un nouveau médicament et le lui rend. Le médecin peut enfin être interrompu par les « blouses blanches » de l’hôpital qui accompagnent un parent, viennent lui « dire bonjour » ou demander des précisions au sujet d’une ordonnance d’un patient hospitalisé. On voit alors que, dans ce contexte, le colloque singulier médecin-patient est une forme d’interaction projetée qui restera un idéal difficile à atteindre.

16Observer précisément le déroulement des consultations et les relations qui se mettent en place autour du carnet de santé permet d’avancer au moins deux raisons de nuancer les affirmations selon lesquelles les consultations se réduiraient à la production d’inscriptions, laquelle obligerait les médecins à regarder les papiers plus que les patients, que de manière générale ils n’ausculteraient pas (Hours, 1985 ; Jaffré et al., 2003 ; Vidal et al., 2005 ; Tantchou et al., 2015). Premièrement, pour les principales maladies rencontrées dans la région, il existe des protocoles thérapeutiques définis au niveau international, que les soignants intègrent à leurs pratiques quotidiennes. Par conséquent, lorsqu’un médecin n’ausculte pas un patient, c’est aussi parce que ses plaintes, les signes qu’il présente, correspondent à ceux d’une pathologie dont il maîtrise le traitement, ou dont le traitement est encadré par des standards maîtrisés. Ensuite, il faut prendre en compte l’expérience professionnelle : « les gens se présentent pour la même chose », commentent les médecins, signifiant qu’ils peuvent avoir au premier coup d’œil une idée précise du diagnostic ou au moins, savoir situer la pathologie du patient (l’auscultation, les examens, viendront ou non confirmer ce diagnostic). L’expérience professionnelle affûte le regard. Un regard qui n’est pas celui de n’importe quel observateur, mais celui d’un individu qui a reçu une formation lui conférant un pouvoir de décision et d’intervention sur les corps souffrants (Tantchou, 2013). Byron Good (1994) relevait que l’entrée dans le monde de la médecine s’accomplit par la maîtrise d’un savoir, l’apprentissage d’un langage spécifique, et des pratiques par lesquelles les praticiens formulent « médicalement » la réalité. Cela se fait au travers d’une manière spécifique de « voir », « d’écrire » et « parler », qui commence par « l’entrée » dans le corps humain à travers le microscope, l’imagerie médicale, les cours et les grands laboratoires d’anatomie où le corps est « vu » et disséqué dans ses moindres détails. Tout cela participe à la reconstruction de la « personne » appropriée au regard médical, laquelle sera identifiée en tant que corps, cas, patient ou cadavre (Good, 1994).

17C’est à cette expérience - qui aiguise l’aptitude à « voir » - qu’un soignant fait allusion lorsque, commentant l’idée selon laquelle, dans les pratiques professionnelles, l’écriture laisse très peu de place à l’observation, il dit :

On se fie à l’expérience du terrain, et puis, nous aussi, on a quand même des notions, parce qu’en réalité, quand vous voyez une femme qui vient en consultation prénatale, vous savez que cette personne présente un danger. Quand une petite, courte femme entre, vous savez déjà que c’est un danger. Quand vous voyez une vieille maman, qui a plus de 10 enfants, vous savez que c’est déjà un danger. Dès que vous entrez même, vous êtes déjà consulté ; quand vous voyez une femme qui entre, qui boîte, par exemple, qui a eu une fracture… il y a beaucoup de choses, ça c’est l’expérience. Et à cela, la formation car on sait que voilà tel accident, tel problème pour les femmes âgées, les filles qui se marient à 14 ans, les courtes femmes, les femmes qui ont déjà eu beaucoup de césariennes, tout cela, on voit ! Donc dès que vous entrez, en partie, vous êtes déjà consultés. Même en consultation prénatale, parce que les consultations prénatales, il faut que les femmes sachent pourquoi elles viennent. Il y en a qui viennent parce qu’elles voient les autres venir, elles ne savent pas que le fait même de venir en consultation, quand le technicien vous voit, il sait. Et quand je vois qu’il y a danger, je réfère directement à un échelon compétent... Il y a des choses qu’on écrit dans le carnet. Une femme qui a l’habitude de saigner lors d’un accouchement, on sait, c’est dans l’interrogation, vous demandez à la femme comment les accouchements se passent. Est-ce que vous saignez beaucoup, vous posez des questions au sujet de ses enfants, si elle n’a pas ses anciens carnets, vous demandez le poids que ses enfants ont souvent à la naissance, tout ça… (Infirmier).

18Ainsi, contrairement à ce que l’on pourrait penser, la consultation ne commence pas lorsque le malade est installé dans le cabinet de consultations, que le médecin ouvre son carnet de santé et pose la première question. Lorsqu’on entre dans le cabinet du médecin, on est en partie ausculté.

19On voit donc que le carnet de santé structure les interactions et le travail d’écriture qu’il suppose, associé au « voir » et au « toucher » propres à la biomédecine (Good, 1994), qui donnent à la consultation une coloration particulière. Les paragraphes ci-dessous portent sur le certificat médical et le bulletin d’examen. Je montre que leurs usages renvoient aussi à des représentations spécifiques de l’hôpital, son personnel et ses usagers.

Le certificat médical

20Le certificat médical est au départ un imprimé vendu à 900 frs CFA (1,50 € environ). Pour être valable, l’imprimé doit être signé par un médecin. La signature est théoriquement gratuite. Toutefois, certains médecins ne l’apposent qu’après avoir reçu une rétribution dont le montant est laissé à l’appréciation des usagers. La signature des certificats médicaux est une source de revenu pour les médecins ; elle fait partie de la « débrouille » (Courade, 2000). Pour limiter les conflits qu’elle génère, le directeur d’un hôpital a décidé « de jouer la carte de l’équité ». Chaque jour, un médecin est désigné, vers lequel seront envoyées toutes les personnes ayant un imprimé à faire signer. Cela n’empêche pas l’existence de circuits parallèles, avec des agents de l’hôpital fournissant des imprimés aux médecins qui signent et perçoivent pour cet acte une somme arbitraire. Un pourcentage sur l’ensemble des signatures est rendu aux agents qui fournissent les imprimés. La « débrouille » rend le processus par lequel « l’imprimé » devient un « certificat médical » intéressant, pour ce qu’il nous apprend des pratiques au travers desquels la maladie peut être « faite » (Mol 2002), mais surtout, « dé-faite », comme le montre l’exemple ci-dessous.

21La scène se passe dans le cabinet d’un médecin : un usager vient faire signer un « imprimé » pour être autorisé à vendre de la viande fraîche sur les marchés. Un examen de parasitologie pour diagnostiquer d’éventuelles parasitoses intestinales, est exigé de toute personne voulant créer ce type d’activité. Il vient d’un village voisin. Comme support à sa demande, il tend un feuillet blanc supposé être un bulletin d’examen. On y lit la mention : « aucun parasite dans les selles ». Il n’y a pas de nom, le feuillet n’est pas daté. Un dialogue s’ensuit :

Le médecin : ça coûte 1000 frs CFA [Environ 2 €].

L’usager : je viens de loin, je n’ai pas d’argent.

Le médecin : tu reviendras plus tard avec l’argent.

L’usager : je viens de très loin, vous n’allez pas me faire revenir.

Le médecin regarde le feuillet puis : qui a fait ça ?

L’usager : je ne sais pas, on m’a fait ça au laboratoire.

Le médecin : tu n’as même pas fourni de selles ; tu as « donné quelque chose » pour qu’on te fasse ça.

L’usager : non, docteur !

Le médecin : je sais comment ça fonctionne, tu as donné 500 frs CFA [0,75 € environ] et on t’a fait ça.

L’usager : c’est exact !

Le médecin : voilà ! Tu donnes quelque chose à ces gens et à moi qui dois te faire la signature [donc transformer le formulaire en certificat médical] tu ne donnes rien.

L’usager introduit une main dans sa poche, en sort un billet de 500 frs CFA qu’il tend au médecin. Le médecin prend le billet et dit en apposant sa signature sur l’imprimé : « que ça te serve de leçon ».

  • 5 Ensemble des compétences qui permettent aux acteurs (usagers de l’hôpital ici) de penser et d’agir (...)

22Pour moins d’un euro, un usager qui semble détenir le capital spatial5 propre à cet hôpital se procure un feuillet sur lequel il est écrit qu’on ne trouve pas de parasite dans ses fèces, alors même qu’il n’en a pas produit pour l’analyse. L’auteur de la note a la sagesse de ne pas indiquer son nom, de ne mentionner aucune date. En cas de problème, ce sera la parole de l’usager (qui saura l’identifier), contre la sienne. Lorsqu’on lui demande de produire un certificat médical afin de s’engager dans cette activité commerciale, il s’agit de faire parler ses excréments, leur demander de dévoiler les rapports de l’usager avec des parasites précis et par là, « faire » une ou plusieurs maladies. Le résultat produit par des procédés de laboratoire, permettra de l’autoriser ou non à mettre en place un nouveau type de rapport avec les humains et les non-humains (animaux, humains, argent, etc.). Donner de l’argent lui permet de taire la substance biologique, dé-faire la ou les maladies. Ce qu’elle aurait dévoilé, on ne peut le savoir. Il obtient à la place le constat d’un acteur indéfini qui n’aurait trouvé « aucun parasite dans les selles ». Quand le médecin affirme qu’il a « donné quelque chose » pour qu’on lui « fasse ça », il montre qu’il sait que la substance biologique a été muselée contre argent, « c’est fréquent ! ». Dans le même registre, plutôt que de remettre en place le processus qui aurait permis d’analyser ses excréments, « faire » une ou plusieurs pathologies, il requiert de l’usager qu’il lui remette une certaine somme d’argent contre sa signature. On a vu que l’usager cède. Jusque-là, il n’avait qu’un imprimé. La signature transforme l’imprimé en certificat médical. Le médecin montre que, pour assurer ce déplacement, il n’a pas forcément besoin de faire parler le corps ou ses substances. Ce processus – qui permet de « faire » les maladies – peut être court-circuité. Le demandeur aurait donc pu se passer du constat de cet acteur indéfini et épargner 500 frs CFA. Lorsqu’il dit : « que cela te serve de leçon », le médecin révèle à l’usager qu’il a des lacunes en termes de capital spatial (Lussault 2010), qui lui ont fait « perdre » du temps et de l’argent. Il aurait dû savoir qu’à l’hôpital, pour « faire » ou « dé-faire » une maladie, on n’a pas nécessairement besoin d’ausculter, d’inspecter et de faire parler les substances biologiques ; on n’a pas besoin du corps. Mais, les artefacts graphiques, eux, sont indispensables. On a vu que l’usager obtient néanmoins le certificat médical désiré.

23Supposons qu’il ait suivi le circuit théorique au terme duquel un certificat médical est délivré, et ait donc réalisé un examen de laboratoire. Un bulletin d’examen aurait alors été indispensable.

Le bulletin d’examen6

  • 6 Je mobilise ici des données collectées à l’hôpital régional de Garoua.

24J'ai décrit ailleurs (Tantchou, 2013) le service de médecine interne concerné ici et son mode de fonctionnement. Je me suis surtout intéressée aux rondes qui, à côté des consultations et des soins apportés aux patients, constituaient l’essentiel des activités, donnant lieu à des mouvements d’acteurs (soignants, instruments, artefacts graphiques) d’un espace vers un autre, des travaux d’écriture, etc. Pour mener à bien ses activités, le service doit se reposer sur un laboratoire efficace. Le laboratoire de l’hôpital avait été détruit par un incendie, à la suite de quoi il a été décidé, par une convention entre le ministère de la Santé et l’Institut Pasteur du Cameroun, que son annexe (Centre Pasteur) située dans la ville servirait de laboratoire à l’hôpital. Les tarifs pratiqués ont été revus à la baisse pour les patients de l’hôpital. Le Centre Pasteur verse en plus une ristourne de 10 % sur l’ensemble des examens demandés par l’hôpital.

25Les frictions entre le personnel du laboratoire et celui du service de médecine interne sont courantes. Ces tensions débordent largement le cadre de l’hôpital et se répercutent dans les médias. Le personnel de l’hôpital se plaint du fait que le laboratoire « dérange ». Le laboratoire livre en effet au personnel de l’hôpital tous les bulletins d’examen et équipements nécessaires au prélèvement des substances biologiques (tubes, gants, aiguilles, seringues, etc.), aux usages desquels il s’est chargé de former les soignants. Les prélèvements sont donc effectués au chevet du malade. Cela est pratique pour les patients, leurs accompagnants et les soignants aussi, qui n’ont plus à se préoccuper du transfert de patients parfois cachectiques des pavillons de l’hôpital vers le laboratoire, où, les demandes provenant de l’hôpital n’étant pas traitées en priorité, ils devaient parfois attendre pendant plusieurs heures. Malgré cela, des substances biologiques sont régulièrement renvoyées parce qu’elles n’auraient pas été présentées dans le tube et avec le bulletin adéquat. Les infirmiers doivent renouveler les prélèvements sur des patients affaiblis, devant des accompagnants alors irrités et exigeant des explications.

  • 7 Personne vivant avec le virus de l’immunodéficience humaine.
  • 8 Sachant aussi que pendant ses consultations, le médecin doit par ailleurs répondre à des sollicitat (...)

26Le laboratoire livre trois types de bulletins d’examen : roses, blancs et des carnets spécifiques pour les bilans biologiques pré-thérapeutiques et semestriels-PVVIH7. Chaque bulletin appelle une réponse précise de la part du laboratoire : les bulletins roses, pour les patients hospitalisés, sont traités en priorité et le rendu du résultat se fait dans l’heure. Les bulletins blancs, pour les malades soignés en ambulatoire, suivent un circuit normal et les résultats sont rendus 24 à 48h plus tard. Les médecins se trompent régulièrement de bulletin. Ainsi, demanderont-ils sur un bulletin blanc un ensemble d’examens pour un patient hospitalisé, en indiquant au porteur du bulletin qu’il devra attendre sur place le résultat de l’examen. Celui-ci, parfois infirmier, attendra alors longtemps un examen qui n’a pas été traité dans l’urgence, parce qu’il n’était pas présenté sur le bulletin approprié. Il arrive aussi qu’un médecin soit à court de bulletins roses ou de carnets destinés aux bilans pré-thérapeutiques et semestriels-PVVIH. Plutôt que de le signaler, il se servira de bulletins blancs. Je rappelle qu’à côté de ces bulletins d’examen, les médecins doivent remplir d’autres types d’artefacts graphiques et ils n’ont pas toujours une secrétaire. Et quand bien même ils en auraient une, les secrétaires ne sont pas autorisées à écrire dans les carnets de santé et à signer les bulletins d’examen. La gestion des artefacts graphiques pendant les consultations reste donc l’activité du médecin principalement. On peut alors comprendre qu’ils ne tiennent pas automatiquement compte de l’importance de la couleur du papier sur lequel ils prescrivent un examen8. Confondre les bulletins d’examens exacerbe les tensions soignants-soignés, nuit à la collaboration entre les deux services, d’autant que cette confusion peut engendrer un surcoût.

27À titre d’exemple, lorsque le médecin demande un bilan pré-thérapeutique ou semestriel à une PVVIH sur un bulletin blanc, le malade paie les examens à l’unité. Le coût total est nettement supérieur aux 3000 Frs CFA (environ 4.50 €) prescrits pour ces bilans biologiques :

Les bilans constituent un paquet et il y a un type précis de carnet pour cela. Pourquoi les médecins n’utilisent pas le carnet prévu à cet effet … ? S’il m’envoie une feuille sur laquelle il est écrit CD4, NFS, etc. Moi, au vu de cela, je me demande si ça fait partie du paquet bilan pré-thérapeutique ou semestriel. Apparemment non, puisque ce n’est pas présenté sur la bonne fiche. Le patient paiera ces examens à l’unité. On y est obligé. Pour être remboursé par le programme sida, il faut que tout soit conforme (technicien biomédical).

28Le personnel se plaint aussi des tarifs pratiqués par le Centre Pasteur qui resteraient élevés. Ci-après la réponse du laboratoire :

Ils disent que la ristourne annuelle que nous leurs versons n’atteint pas ce qu’ils avaient grâce à leur laboratoire. Quand on leur demande combien leur laboratoire rapportait, ils disent beaucoup. Mais sur les « papiers », on voit que le laboratoire pouvait rapporter 1 million par an par exemple et nous leur versons une ristourne de 5 millions. Où est le problème ?

  • 9 Pour les travaux sur l’Institut Pasteur, voir : Moulin, 1995 ; Lachenal, 2002 ; Dedet, 2001.

29Annexe du laboratoire national de référence, autrefois filiale de l’Institut Pasteur de Paris, la « maison » (Lachenal, 2002)9 a une réputation à sauvegarder : « nous ne faisons pas de la bactériologie villageoise », y précise-t-on volontairement. Ce propos s’inscrivait dans une série de faits intéressante pour la praxiographie, c’est-à-dire l’étude des pratiques au travers desquels la maladie est « faite » en milieu hospitalier (Mol 2002). L’antenne locale de la radio nationale avait une émission qui donnait la parole aux citoyens, pour qu’ils fassent des propositions afin d’améliorer leur quotidien. Il s’agissait de dire ce qu’ils « souhaitaient que l’on fasse pour leur ville ». Une femme a téléphoné ; elle souhaitait qu’on améliore le réseau routier, puis qu’on « revoie le problème du Centre Pasteur parce que le petit examen PCV (profil cervico-vaginal) qu’on fait en dix minutes prend deux jours maintenant et on fait ça cher ! » Commentant ce propos, un technicien affirmait :

A-t-elle déjà été dans un laboratoire pour dire que le PCV se fait en dix minutes ou que c’est un petit examen ? Ils disent que nous sommes chers, il faut juste prendre les prix des autres formations sanitaires et les comparer aux nôtres. À Ngaoundéré, ils font les PCV à 1200 Frs CFA [environ 2 €] ; nous on les fait 6500 Frs CFA [environ 10 €]. L’hôpital provincial disait qu’il le faisait moins cher et une femme est venue me voir se plaignant du coût de cet examen. Je lui ai dit peut-être qu’ils vont prendre un spéculum en fer, qu’on a déjà inséré chez une autre femme, nettoyé avec de l’alcool, l’utiliser avec un écouvillon et prélever quelque chose, on va faire une analyse basique et dire qu’il y a des cryptocoques. On ne va pas faire de culture et la femme a des démangeaisons, peut-être des levures, mais ils ne savent pas parce qu’ils n’ont pas fait de culture, et quand bien même ils font des cultures, ce n’est pas avec tous les éléments. Je lui ai dit : Madame, le spéculum que j’ai utilisé pour vous est à usage unique, et on va faire une culture, etc. On ne peut pas faire tout ça à 1500 Frs CFA [environ 2.50 €], ce n’est pas possible. Nos réactifs, le matériel est au-dessus de ce prix. Nous, on ne fait pas la bactériologie villageoise.

30Les soignants se plaignent enfin du fait que le personnel du laboratoire soit d’astreinte et non de garde, plainte injustifiée selon les responsables du laboratoire :

Dans le cadre de la convention, on leur avait demandé comment fonctionnait le personnel de l’ancien laboratoire, étaient-ils d’astreinte, de garde ? Ils ont dit qu’ils étaient d’astreinte et lorsqu’on avait besoin d’eux, on envoyait l’ambulance les chercher. C’est ce que nous faisons. Ils avaient dit que si on veut nous chercher avec l’ambulance, qu’on participe au coût, nous le faisons… Où est le problème ? 

  • 10 Utiliser différentes stratégies pour leur extorquer de l’argent.

31Pour expliquer ces accusations dont on a pu noter le fondement parfois fragile, le laboratoire estime que les soignants du service de médecine interne et plus globalement de l’hôpital, ont le « gros cœur » (jalousie) parce qu’ils ne peuvent plus « braquer les malades »10 :

  • 11 Recouvre la perruque, la gratification, la rétribution indue. La « perruque » ou « gombo »  consist (...)

C’est juste le gros cœur. Parce que leur laboratoire était la mangeoire. Un laborantin ne pouvait pas rentrer chez lui les mains vides. Parfois le laborantin pouvait recevoir un papier du directeur avec une liste d’examens à réaliser qui ne seront pas payés. Les médecins aussi envoyaient des gens au laboratoire avec cet esprit de commandement où ils faisaient les examens gratuitement. Maintenant, ce n’est plus possible, ils doivent payer, même pour leurs proches. Le « tchoucoutchoucou »11 [recherche du gombo/débrouille], est terminé. C’est ça qui les dérange ! 

32Comme les artefacts graphiques ne peuvent être dissociés de la pratique clinique, le « tchoucoutchoucou » ou « débrouille » qui implique parfois de se donner les moyens et de mettre en place des stratégies pour court-circuiter la trajectoire des artefacts graphiques, négocier, truquer les inscriptions qui doivent y figurer, est inhérent à la vie de l’hôpital. Il fait vivre l’hôpital (Tantchou, 2015). Dans ce contexte, déplacer la « mangeoire » ou déstabiliser les stratégies de « recherche du gombo » est périlleux et pourrait même mettre la vie des malades en danger. À l’hôpital, circulent enfin différents types de « reçus ». La section suivante porte sur le « reçu » qui atteste du paiement d’un « kit accouchement normal ».

Le « reçu »

  • 12 Vendu à 6000 Frs CFA (environ 10 €). Il contient les éléments suivants : deux paires de gants chiru (...)

33Différents types de reçus circulent à l’hôpital. Ils sont délivrés par la pharmacie après le paiement d’examens de laboratoire, de radiologies, de transfusions sanguines, etc. Le reçu qui doit être rendu contre achat d’un « kit accouchement normal » est intéressant pour mon propos12. Il doit être présenté à l’infirmier(e) chef (major) de la maternité après la naissance, pour faire établir le certificat de naissance. Transmis au service d’état civil de la mairie de la ville, le certificat de naissance servira à établir l’acte de naissance du nouveau-né. L’acte de naissance sera exigé lors de la première inscription à l’école primaire.

Reçu « kit accouchement normal »

  • 13 Micro marker : objets au travers desquels l’état s’infiltre dans les vies individuelles (Gupta, 201 (...)

34Pour que tout se passe sans encombre, il faudrait impérativement conserver le « reçu ». D’ailleurs, il est recommandé de bien préciser aux personnes qui achètent un « kit accouchement normal » qu’elles doivent soigneusement conserver le « reçu ». Seulement, pour différentes raisons (affluence, oubli, accouchement difficile, etc.), l’information n’est pas toujours transmise. Au moment où les parents viennent faire établir le certificat de naissance, ils n’ont pas ledit « reçu ». Conscient de son importance pour l’identification du nouveau-né et pour son avenir (si les parents veulent que l’enfant soit scolarisé plus tard), l’infirmier chef du service de maternité doit savoir à quelle heure l’enfant est né. Grâce à cette information, il identifie les soignants en service le jour de la naissance. Une fois identifiés, la maîtrise du roulement des équipes lui permet de connaître précisément les heures de travail de la « personne qui a fait l’accouchement », qu’il transmet à l’usager. C’est cette personne qui doit attester auprès de la pharmacie, que l’accouchement a été réalisé avec un « kit accouchement normal », donc qu’un reçu a été délivré à l’usager. L’agent de la pharmacie établit alors un duplicata du « reçu » qu’il rend à l’usager. Le certificat de naissance puis l’acte de naissance qui servira plus tard à inscrire l’enfant à l’école, pourront alors être établis. En dépit du contexte qui laisserait penser qu’on peut se « débrouiller » pour obtenir gratuitement ou à moindre coût le « kit accouchement normal » et le reçu, tout le monde paie (j’ai pu le noter lors de mes terrains). On voit ainsi comment un État absent se matérialise, affirme sa présence de manière inattendue et tente par le biais de la scolarisation, de discipliner la population d’un territoire qu’il ne maîtrise que partiellement (Gruénais, 2001), en faisant de l’accouchement en milieu hospitalier la règle pour toutes les femmes. De la sorte, ce reçu a priori banal, obtenu contre le paiement d’un « kit accouchement normal », constitue une sorte de micro-marqueur13 (Gupta, 2012) de l’État, reflétant sa position duale, distant et proche, au point de s’immiscer dans la vie quotidienne (Das et al., 2004), la sphère privée, l’intime.

Conclusion

35Ce texte interroge quelques artefacts graphiques à l’hôpital. J’ai tenté de montrer qu’ils structuraient les interactions en permettant par exemple d’organiser l’ordre de passage dans le cabinet du médecin (carnet de santé), servaient à exprimer des griefs (bulletins d’examens) ou à montrer la capacité d’agir (agency) des usagers (certificat médical). Les données permettent de rejoindre les analyses de Shahaduz Zaman montrant que l’hôpital n’est pas un monde clos, mais un microcosme, un continuum de la société (Zaman, 2004, 2013). En prenant l’exemple du reçu, j’ai souhaité illustrer comment, au travers de ces artefacts graphiques, un État absent s’immisce de manière quelquefois inattendue dans la vie privée. Ainsi, prendre pour objet ces artefacts graphiques à l’hôpital revient à étudier un des biais par lesquels l’État se matérialise dans les trajectoires individuelles au quotidien.

36Il ressort des données mobilisées que les artefacts graphiques et les exercices d’écriture qu’ils impliquent peuvent évoquer une routinisation des consultations médicales. Cette routinisation permet une économie de l’effort, facilite l’action (Berg, 1992), rarement menée dans le cadre d’un colloque singulier entre le médecin et le malade, comme on l’a vu. Toutefois, cette routinisation des pratiques ne dépasse pas le cadre des consultations médicales. Dans les services où le travail se fait en collaboration comme à la maternité, l’organisation du travail et l’agencement des espaces ne favorisent pas l’émergence d’une routine professionnelle qui permettrait aux soignants d’avoir prise sur leurs activités, et de réaliser cette économie de l’effort soulignée par Berg (1992). L’absence de routine mine les ressources physiques et intellectuelles.

  • 14 Le Petit Robert. Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française.

37L’étude des interactions qui se mettent en place autour des artefacts graphiques suggère que, contrairement à ce que l’on pourrait penser, la consultation ne commence pas lorsque le malade est installé et que le médecin pose la première question. La rencontre ne se limite pas à un échange de questions-réponses, qui devrait idéalement avoir une durée satisfaisante pour le patient et être associée à une auscultation. Le mot interrogatoire, souvent associé à une telle rencontre, est pertinent. Toutefois, les données montrent que « la vue » a une importance au moins égale à la parole et au toucher. Dans ce contexte en particulier, on peut affirmer que « voir » et « écrire », supplantent « parler » et « toucher ». Dès lors, on peut qualifier cette rencontre entre le soignant, un individu et une pathologie, de consultation, du verbe « consulter » : regarder quelque chose pour y chercher des éclaircissements, des explications, des renseignements, des indices ; examiner un cas en délibérant avec d’autres, réfléchir. La consultation serait l’action d’examiner : de lire (un ouvrage) pour chercher une information ; l’examen d’un malade par le médecin dans son cabinet ; informations et conseils donnés par un médecin, en général lors d’un examen14. Dans le contexte étudié, les soignants « voient » les patients, les auscultent si cela s’avère nécessaire.

38Pour finir, les artefacts graphiques font partie de cette matérialité du soin qui façonne la pratique clinique et donne à la biomédecine une coloration différente selon les contextes. On ne peut en faire l’économie dans une démarche praxiographique (Mol 2002). En adaptant le projet d’une anthropologie des institutions (Abélès,1995) à la biomédecine et en s’inspirant de divers travaux (Gupta, 2012 ; Mol et al., 1994 ; Mol, 2000, 2002 ; Hull, 2003, 2012a, 2012b), étudier les artefacts graphiques (leurs formes, leurs contenus, leurs trajectoires, leurs fonctions) à l’hôpital permet de regarder autrement ce qui se donne comme une institution plus ou moins autonome.

Haut de page

Bibliographie

ABÉLÈS M., 1995. « Pour une anthropologie des institutions », L'Homme, 35,135 : 65-85.

ANDERSEN H. M., 2004. « "Villagers": differential treatment in a Ghanaian hospital », Social Science & Medicine, 59: 2003-2012.

BAYEMI V., 2008. « Corruption et crise des hôpitaux publics à Douala : le schéma d'une organisation tripolaire », In SAMA, M. et NGUYEN, V. K. (dir.), Governing health systems in Africa. Dakar, Codesria : 34-43.

BENOIT J.-P., 1957. Kirdi au bord du monde. Un médecin Lyonnais au Cameroun. Paris, René Julliard.

BERG M., 1992. « The construction of medical disposals. Medical sociology and medical problem solving in clinical practice », Sociology of health and illness, 14,2: 151-180.

BLUNDO G. et OLIVIER DE SARDAN J.-P. (dir.), 2007. Etat et corruption en Afrique. Une anthropologie comparative des relations entre fonctionnaires et usagers (Bénin, Niger, Sénégal). Marseille, Paris, APAD-Karthala.

BROWN T., CRADDOCK S. et INGRAM A., 2012. « Critical Interventions in Global Health: Governmentality, Risk, and Assemblage », Annals of the Association of American Geographers 102, 5: 1182-1189.

CHEN L., EVANS T., ANAND S., BOUFFORD J. I., BROWN H., CHOWDHURY M., CUETO M., DARE L., DUSSAULT G., ELZINGA G., FEE E., HABTE D., HANVORAVONGCHAI P., JACOBS M., KUROWSKI C., MICHAEL S., PABLOS-MENDEZ A., SEWANKAMBO N., SOLIMANO G. et STILWELL B., 2004. « Human resources for health: overcoming the crisis », The Lancet, 364, 9449: 1984-1990.

COURADE G. (dir.), 2000. Le désarroi Camerounais. L'épreuve de l'économie-Monde. Paris, Karthala.

DAS V. et POOLE D., 2004. « State and its margins: comparative ethnographies », In DAS, V. et POOLE, D. (dir.), Anthropology in the margins of the State. Santa Fe, NM, School of American Research: 3-33.

DEDET J.-P., 2001. Les Instituts Pasteur d'outre-mer. Cent vingt ans de microbiologie française. Paris, L'Harmattan.

DIELEMAN M., BWETE V., MANIPLE E., BAKKER M., NAMAGANDA G., ODAGA J. et WILT G. V. D., 2007. « "I believe that the staff have reduced their closeness to patients': an exploratory study on the impact of HIV/AIDS on staff in four rural hospitals in Uganda », Health services research, 7: 205.

DOVLO D., 2005. « Wastage in the health workforce: some perspective from African countries », Human Resources for Health, 3, 6: 1251-1261.

DUJARDIN B., 2003. Politiques de santé et attentes des patients : vers un nouveau dialogue. Paris, Éditions Charles Léopold Mayer - Karthala.

FINKLER K., 2004. « Biomedicine globalized and localized: western medical practices in an outpatient clinic of a Mexican hospital », Social Science & Medicine, 59: 2037-2051.

FOUCAULT M., 2007. « The incorporation of the hospital into modern technology », In CRAMPTON, J. W. et ELDEN, S. (dir.), Space, Knowledge and power. Foucault and geography. Burlington-Farnham, Ashgate: 141-151.

GILSON L. et MILLS A., 1995. « Health sector reforms in sub-Saharan Africa: lessons of the last 10 years », Health Policy, 32: 215-243.

GOBATTO I., 2001. « Les médecins acteurs dans les systèmes de santé. Une étude de cas au Burkina Faso. », In BERNARD, H. (dir.), Systèmes et politiques de santé. De la santé publique à l’anthropologie. Paris, Karthala : 137-162.

GOOD B., 1994. Medicine, rationality and experience. An anthropological perspective. Cambridge, Cambridge University Press.

GRUÉNAIS M.-E., 2001. « L'état à la conquête de son territoire national : l'exemple de la réforme du système de santé dans la province de l'extrême nord du Cameroun », APAD Bulletin, 21 : 107-121.

GUPTA A., 2012. Red Tape: Bureaucracy, Structural Violence, and Poverty in India. Durham-London, Duke Universtity Press.

HOURS B., 1985. L'Etat sorcier. Santé publique et société au Cameroun. Paris, L'Harmattan.

HULL M., 2003. « The file: agency, authority, and autography in an Islamabad bureaucracy », Language and communication, 23: 287-314.

HULL M., 2012a. « Documents and bureaucracy », Annual Review of Anthropology, 41: 251-267.

HULL M., 2012b. Government of paper. The materiality of bureaucracy in urban Pakistan. Berkeley - Los Angeles - London, University of California Press.

JAFFRÉ Y. et OLIVIER DE SARDAN J.-P., 2003. Une médecine inhospitalière. Les difficiles relations entre soignants et soignés dans cinq capitales d'Afrique de l'Ouest. Paris, Marseille, Apad-Karthala, coll. « Hommes et Sociétés ».

JEWKES R., NAEEMAH A. et MVO Z., 1998. « Why do nurses abuse patients? Reflections from South African obstetric services », Social Science & Medicine, 47,11: 1781-1795

LACHENAL G., 2002. Le Centre Pasteur du Cameroun. Trajectoire historique, stratégies et pratiques de la science biomédicale post-coloniale (1959-2002). Paris : Université de Paris VII.

LANGWICK S., 2008. « Articulate(d) bodies : Traditional medicine in a Tanzanian hospital », American Ethnologist, 35,3 : 428-439.

LEIGH STAR S., 1999. « The ethnography of infrastructure », American Behavioral Scientist, 43,3: 377-391.

LIVINGSTONE J., 2013. Improvising medicine. An African oncology ward in an emerging cancer epidemic. Durham and London, Duke University Press.

LONGUENESSE E., 1995. Santé, médecine et société dans le monde arabe. Paris, L'Harmattan, coll. « Comprendre le Moyen-Orient ».

LUSSAULT M., 2010. « Ce que la géographie fait au(x) monde(s) », Tracés. Revue de sciences humaines : 241-251.

MBA R. M., MESSI F. et ONGOLO-ZOGO P., 2011. Maintenir la présence de personnels soignants dans les formations sanitaires rurales au Cameroun. Yaoundé, Centre pour le Développement des Bonnes pratiques en Santé - Institut National de la Statistique du Cameroun.

MCPAKE B., MWESIGYE F., OFUMBI M., ORTENBLAD L., STREEFLAND P. et TURINDE A., 1999. « Informal economic activities of public health workers in Uganda: implications for qualitiy and accessibility of care », Social Science & Medicine, 49,7: 849-865.

MINPAT., 2010. Rapport régional de progrès des objectifs du millénaire pour le développement. Yaoundé, Ministère de l'économie de la planification et de l'aménagement du territoire.

MOL A., 2000. « Pathology and the clinic: an ethnographic presentation of two atheroscleroses », In LOCK, M., YOUNG, A. et CAMBROSIO, A. (dir.), Living and working with the new medical technologies. Intersections of inquiry. Cambridge, Cambridge University Press: 82-102.

MOL A., 2002. The body multiple: ontology in medical practice. Durham and London, Duke University Press, coll. « Science and cultural theory ».

MOL A. 2009. « Science and technologies studies », communication présentée lors de: Medical Anthropology at the Intersections: Celebrating 50 Years of Interdisciplinarity, Yale University, 25-27 september 2009.

MOL A. et LAW J., 1994. « Regions, networks and fluids: anemia and social topology », Social Studies of Science, 24, 4: 641-671.

MOULIN A.-M., 1995. « Les instituts Pasteur de la Méditerranée arabe : une religion scientifique en pays d’Islam », In LONGUENESSE, E. (dir.), Santé, médecine et société dans le monde arabe. Paris, L'Harmattan: 129-164.

REYNOLDS WHYTE S., 2011. « Writing knowledge and acknowledgement. Possibilities in medical research », In GEISSLER, W. et MOLYNEUX, C. (dir.), Evidence, ethos and experiment. The anthropology and history of medical research in Africa. New-York - Oxford, Berghahn Books: 29-56.

SHILDER K., 1994. Quest for self esteem. State, Islam and Mundang ethnicity in northern Cameroon. Leiden, African Studies Centre Leiden, coll. « Research Series ».

STREET A., 2014. Biomedicine in an unstable place. Infrastructure and personhood in a Papua New Guinean hospital. Durham and London, Duke University Press.

TANTCHOU J., 2013. « Dire la maladie du malade. A propos d’un service de médecine interne au Cameroun », Anthropologie et Sociétés, 37, 3 : 269-289.

TANTCHOU J., 2015. Petits pas d'ethnographe suivi de Portrait d'hôpital. Bordeaux : Université de Bordeaux.

TANTCHOU J., 2018. « The materiality of care and health providers' "attitude problem" », Science Technology and Human Values, 43,2: 270-380.

TANTCHOU J. et TIJOU-TRAORÉ A., 2015. « Le carnet de santé des femmes enceintes au Cameroun : un outil de prévention du Sida ? », Ethnologie Française, 1 : 91-98.

VIDAL L., SALAM FALL A. et GADOU D., 2005. Les Professionnels de santé en Afrique de l’Ouest, entre savoirs et pratiques : paludisme, tuberculose et prévention au Sénégal et en Côte d’Ivoire. Paris, L'Harmattan.

VINCK D., 1999. « Les objets intermédiaires dans les réseaux de coopération scientifique. Contribution à la prise en compte des objets dans les dynamiques sociales », Revue française de sociologie, 40, 2 : 385-414.

ZAMAN S., 2004. « Poverty and violence, frustration and inventiveness: hospital ward life in Bangladesh », Social Science & Medicine, 59: 2025-2036.

ZAMAN S, 2013. « L'hôpital comme microcosme de la société. Ethnographie d'un hôpital du Bangladesh », Anthropologie et Sociétés, 37,3 : 45-62.

Haut de page

Notes

1 Voir parmi d’autres : Gilson et Mills, 1995 ; Longuenesse, 1995 ; Jewkes, Naeemah, et al., 1998 ; McPake, Mwesigye, et al., 1999 ; Gobatto, 2001 ; Dujardin, 2003 ; Jaffré et Olivier De Sardan, 2003 ; Andersen, 2004 ; Chen, Evans, et al., 2004 ; Dovlo, 2005 ; Dieleman, Bwete, et al., 2007 ; Bayemi, 2008 ; Langwick, 2008 ; Livingstone, 2013.

2 Les noms de villes ont été conservés ; les noms des personnes ont été changés pour garantir l’anonymat.

3 Http://www.lemonde.fr/afrique/article/2014/04/05/deux-pretres-italiens-et-une-religieuse-canadienne-enleves-au-cameroun_4396314_3212.html (page consultée le 01-03-2018).

4 Voir notamment le Rapport régional de progrès des objectifs du millénaire pour le développement, produit par ce ministère en 2010 pour l’ensemble des régions du Cameroun en 2010.

5 Ensemble des compétences qui permettent aux acteurs (usagers de l’hôpital ici) de penser et d’agir dans une configuration spatiale dynamique. Le capital spatial procède d’une capitalisation de répertoires d’actions. Donc, il ne s’acquiert qu’avec l’expérience (Lussault, 2010).

6 Je mobilise ici des données collectées à l’hôpital régional de Garoua.

7 Personne vivant avec le virus de l’immunodéficience humaine.

8 Sachant aussi que pendant ses consultations, le médecin doit par ailleurs répondre à des sollicitations diverses, ce qui pourrait expliquer en partie ces erreurs.

9 Pour les travaux sur l’Institut Pasteur, voir : Moulin, 1995 ; Lachenal, 2002 ; Dedet, 2001.

10 Utiliser différentes stratégies pour leur extorquer de l’argent.

11 Recouvre la perruque, la gratification, la rétribution indue. La « perruque » ou « gombo »  consistera à utiliser les équipements de l’hôpital pour son propre compte. La « rétribution indue » consistera à se faire payer pour un acte relevant de sa fonction (le patient paiera pour recevoir une injection, obtenir un changement de perfusion, etc.). La gratification : un soignant sera « remercié » pour avoir « bien fait » son travail. Cette pratique ne prend sens que dans un univers administratif où le simple fait qu’un agent effectue avec diligence son travail sans demander à l’avance « quelque chose » relève de l’exception et mérite à ce titre une récompense de la part de l’usager (Blundo & Olivier de Sardan 2007).

12 Vendu à 6000 Frs CFA (environ 10 €). Il contient les éléments suivants : deux paires de gants chirurgicaux stériles dits à usage unique, gants non stériles à usage unique, des compresses stériles 40x40, de la polyvidone iodée 10 % flacon de 200ml, de l’ocytocine 10UI/ml ampoule, de la gentamicine, 10ml collyre, du phytoménadiome 10mg/ml ampoule et une seringue.

13 Micro marker : objets au travers desquels l’état s’infiltre dans les vies individuelles (Gupta, 2012).

14 Le Petit Robert. Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Sur le bureau : un registre, des carnets de santé ; en bas, un reçu et un registre
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/2918/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Du carnet de santé vers le registre
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/2918/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Légende Reçu « kit accouchement normal »
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/2918/img-3.png
Fichier image/png, 114k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Josiane Carine Tantchou, « Des papiers pour soigner, résister et discipliner », Anthropologie & Santé [En ligne], 16 | 2018, mis en ligne le 04 avril 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/anthropologiesante/2918 ; DOI : 10.4000/anthropologiesante.2918

Haut de page

Auteur

Josiane Carine Tantchou

Chargée de recherche, CNRS-LAM, Bordeaux, France, j.tantchou@sciencespobordeaux.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Emerging Sources Citation Index
  • Logo ERIH Plus
  • Logo LiSSa
  • Logo Centre National du Livre
  • OpenEdition Journals