Navigation – Plan du site

Quand l'allaitement « fait » la mère. Construction du corps maternel et enjeux identitaires autour des pratiques d'allaitement au sein

When breastfeeding 'makes' the mother. Construction of the maternal body and identity issues around breastfeeding practices
Caroline Chautems

Résumés

Les expert·e·s en périnatalité identifient l’allaitement au sein comme la manière la plus adéquate de nourrir les nouveau-nés. Sa réussite constitue dès lors un enjeu central du post-partum. Cet article explore les pratiques et expériences d’allaitement de femmes qui ont choisi d’être accompagnées par une sage-femme indépendante et d’accoucher à domicile ou en maison de naissance. Lors du suivi post-partum, les sages-femmes s'engagent avec les mères dans un processus de co-construction du corps maternel. Le rapport au corps lactant marque ainsi fortement l'expérience du post-partum et pose les fondations de l'identité maternelle. Le modèle de soins des sages-femmes propose une lecture à la fois naturaliste et productiviste de l’allaitement, conjointement avec la mobilisation d’outils et de techniques pour optimiser son déroulement. Dans l'échange avec leur sage-femme, puis à travers le travail corporel requis par la gestion de leur lactation, les mères découvrent et s'ajustent à leur nouveau rôle. L'expérience de la transition à la maternité est ainsi indissociable du travail corporel déployé pour la mise en place et le maintien de l’allaitement.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis une trentaine d'années et dans la plupart des pays, l'allaitement maternel est reconnu par les organismes de santé publique et les expert·e·s en nutrition et santé infantile comme le mode d'alimentation le plus adapté aux besoins des nourrissons, et sa promotion constitue une préoccupation importante de santé. La manière dont il est administré fait également l'objet de recommandations précises concernant ses modalités et sa durée. L'Organisation Mondiale pour la Santé (OMS) préconise l'allaitement « à la demande », exclusif durant les six premiers mois de vie (WHO, 2001), puis complémenté par d'autres apports alimentaires et liquides, jusqu'à l'âge de deux ans ou plus (WHO, 2007).

  • 1 Citation originale : « touching, talking and feeding are no longer ends in themselves, but tools (...)

2L'allaitement s'inscrit d'autre part comme élément fondamental d'une « intensification » de la maternité, définie comme une tendance croissante, selon laquelle le rôle social de mère aurait largement dépassé les prérogatives strictement liées à l'élevage des enfants pour devenir un projet de vie en soi (Badinter, 2010 ; Blum, 1999 ; Faircloth, 2013 ; Lee, 2008 ; Lupton, 2013 ; Wolf, 2011). Les gestes de la vie quotidienne, comme « toucher, parler, nourrir, ne sont plus perçus comme des finalités, mais comme des outils qu'il est demandé aux mères de perfectionner pour assurer un développement optimal1 » à leur·s enfant·s (Faircloth, 2013 : 22, traduction de l’auteure). Guidée par les expert·e·s, cette pratique "intensive" de la maternité, qui défend une approche « centrée sur l'enfant » – et non sur la mère – serait devenue la norme d'une "bonne maternité" (Lee, 2008).

3Cette intensification de l’investissement maternel est liée au rôle historique joué par la pédopsychiatrie, incarnée en France notamment par Françoise Dolto qui, dès la fin de la seconde guerre mondiale, entreprend d’éduquer les mères afin d’affranchir les enfants de l’éducation traditionnelle. L’objectif est plus précisément de les préserver des "risques psychologiques", définis par les psychanalystes sur la base de leurs travaux cliniques (Garcia, 2011). Aux États-Unis comme en Europe, les travaux de Bowlby (1969) sur les effets d’une carence précoce d’attention maternelle ont rencontré un succès retentissant, et continuent d’exercer une influence importante auprès des professionnel·le·s de la périnatalité (Wall, 2001). Dans ces discours, l’allaitement est identifié comme contribuant au bonding (la création de liens affectifs) entre la mère et l’enfant, et fait dès lors partie des standards culturels de la maternité intensive (Garcia, 2011). Largement intégrée aux représentations populaires de la maternité, cette notion de bonding fait écho à une vision idéologique du rôle approprié des femmes, s’inscrivant dans une « éthique de la disponibilité maternelle » mise en évidence par Garcia (2011 : 12).

  • 2 Citation originale : « build a better baby » (Wall, 2001 : 603).

4Enfin, en favorisant le contact peau-à-peau et les stimulations sensorielles, l’allaitement est aussi présenté par la psychologie développementale comme une manière d’optimiser le développement du cerveau de l’enfant, contribuant à « construire un meilleur bébé2 », voué à devenir un « meilleur » individu une fois adulte (Wall, 2001 : 603, traduction de l’auteure). Wall relève ainsi une concordance entre l’essor de la promotion pour l’allaitement et la rationalité néolibérale dans lequel il s’inscrit, sous-tendue par des valeurs autonomistes, valorisant la responsabilité individuelle dans la prise en charge de la santé (Wall, 2001).

  • 3 J’emprunte ici l’expression « se faire un corps » à Darmon, mobilisée dans son contexte pour décr (...)

5Dans ce contexte, les mères sont moralement contraintes à allaiter et le succès de l'allaitement, témoin de leur engagement dans une "bonne" maternité, occupe une place essentielle dans la construction de l'identité maternelle. La mise en place de l'allaitement, accompagnée par les professionnel·le·s, devient dès lors un enjeu central du post-partum immédiat et marque la transition vers la maternité. Sous la guidance des professionnel·le·s, les mères s’engagent dans le travail corporel et émotionnel requis par l’allaitement pour « se faire un corps »3 maternel. Dans ce contexte, l’allaitement « fait » ou « défait » littéralement la mère. C’est ce qu’il s’agit de montrer dans cet article, à partir d’une recherche en cours sur les pratiques d’allaitement dans le cadre d’un suivi global par une sage-femme indépendante.

Ethnographie des pratiques d’allaitement dans le cadre d’un suivi global avec une sage-femme indépendante

  • 4 J'assiste exclusivement à des suivis post-partum auprès de mères qui ont choisi d'allaiter leur e (...)
  • 5 Ces prestations s'adressent aux femmes qui vivent une grossesse physiologique, et non aux grossesse (...)

6Depuis mai 2014, j'accompagne des sages-femmes indépendantes au cours de leurs visites post-partum à domicile4, dans le canton de Vaud, en Suisse romande. Ces sages-femmes ne sont rattachées à aucune institution, et pratiquent à leur compte des "suivis globaux", comprenant l'ensemble du processus de la naissance, de la grossesse au post-partum5. Elles partagent une vision physiologique et non-interventionniste de la naissance, refusant une conception dominante, au fondement du système obstétrical moderne effectif dans les pays industrialisés, qui envisage d’abord la naissance en termes de risques (Carricaburu, 2007). S’inscrivant dans une approche holistique, elles accordent une attention particulière à l’environnement familial et social dans lequel se situe la naissance, ainsi qu’à d’autres aspects permettant un suivi contextualisé : le style de vie du couple parental, leur activité professionnelle, leur rapport à la santé, leur alimentation ou encore, plus largement, leur personnalité.

  • 6 Ce courant, initié par le pédiatre Sears et son épouse, auteurs à succès de guides destinés aux jeu (...)

7Lors du suivi post-partum, les sages-femmes défendent une approche axée sur l’observation de l'enfant et promeuvent l'allaitement à la demande. Elles encouragent également d'autres pratiques s'inscrivant dans le courant idéologique du parentage proximal6 comme le « co-dodo » – partage du lit parental avec son enfant ou le « portage » – se déplacer en portant son enfant contre son corps à l’aide d’une écharpe ou autre équipement spécifique. Ces pratiques sont présentées et pensées comme contribuant à la réussite de l'allaitement en facilitant sa mise en place et son intégration à la vie quotidienne.

8Mon terrain est basé sur l’observation de onze sages-femmes indépendantes lors du suivi qu’elles effectuent auprès des mères en post-partum. Ces sages-femmes sont fréquemment amenées à collaborer entre elles. Lors d’une naissance, une seconde sage-femme intervient par exemple au moment de la phase d'expulsion du nouveau-né. Parallèlement à ces collaborations ponctuelles sur le terrain, elles ont régulièrement des réunions leur permettant d'échanger sur leur pratique, d’élaborer des lignes directrices communes, et de pallier ainsi la solitude professionnelle engendrée par le statut d'indépendante. Bien qu'autonomes dans chaque situation suivie, elles forment de cette manière une communauté de pratiques et de savoirs autour de la naissance (Perrenoud, 2016). En addition à leur formation médicale initiale, les sages-femmes ont souvent effectué des formations à des approches complémentaires de soin (homéopathie, aromathérapie, massages) qu’elles mobilisent dans leur pratique en fonction des situations et des envies des parents.

9Lors des visites post-partum, j’ai pratiqué l’observation participante, combinant des moments d’observation des gestes et interactions entre les parents, les sages-femmes et les nouveau-nés autour de l’allaitement, et des moments de participation active aux échanges verbaux. J’ai aussi apporté mon aide de manière concrète lors des visites quand l’occasion s’est présentée, par exemple en tenant le nouveau-né, en amenant un objet ou un verre d’eau, ou en prenant une photo des parents avec la sage-femme. D’autre part, les moments entourant une visite, par exemple les trajets, ont également donné lieu à de nombreuses discussions informelles avec les sages-femmes, portant sur la situation spécifique ou de manière plus large sur leur approche de soins.

10En complément de ce matériel, j'effectue également des entretiens plus approfondis avec les mères, me permettant de retracer leur trajectoire d'allaitement et de saisir l'évolution de leurs pratiques et de leur expérience sur le plus long terme. Ces entretiens sont menés à intervalles réguliers dès la fin du suivi post-partum, jusqu'au sevrage de l'enfant. Ma recherche de terrain est encore en cours. J’ai à ce jour assisté à une centaine de visites post-partum et effectué 69 entretiens.

  • 7 D’autres chercheuses (Gouilhers-Hertig, 2017; Perrenoud, 2016), qui ont également mené leurs travau (...)
  • 8 Dans cet article, je me focalise sur l’ancrage corporel de l’allaitement, le vécu et le travail d (...)

11Cet article est basé sur le suivi de 26 familles, chacune composée d'un couple hétérosexuel et de un à trois enfants (nouveau-né compris). Les parents que j’ai rencontrés ont entre 20 et 40 ans. Leurs niveaux et secteurs de formation sont variés. La grande majorité des mères travaillent à temps partiel, deux mères sont sans emploi. Les pères sont également souvent employés à temps partiel, huit pères ont le statut de travailleur indépendant, ce qui leur permet une certaine flexibilité organisationnelle. Ces couples sont de nationalités diverses (suisse, française, bosniaque, espagnole, italienne, péruvienne) et issus de milieux socio-économiques divers également7. Tous pratiquent à des degrés différents le parentage proximal et se rejoignent autour de pratiques communes de soins aux enfants, dont le portage et le sommeil partagé, pratiqués par tous les couples rencontrés8. Le projet d'accouchement à domicile ou en maison de naissance s'est réalisé pour 19 couples. Les autres naissances ont eu lieu à la maternité, de manière planifiée suite à la détection d'une condition faisant basculer la grossesse dans la pathologie, ou non planifiée suite à un transfert au cours de l’accouchement.

  • 9 Il est intéressant de relever que beaucoup de mères fixent une limite à leur allaitement, influencé (...)

12Le choix d’être accompagnée par une sage-femme reflète une souscription à un modèle de parentage proximal, au sein duquel l’allaitement occupe une place prépondérante. Outre un engagement unanime pour l’allaitement au sein et un refus de donner du lait artificiel à leur enfant, la plupart des mères avaient un projet d’allaitement établi avant la naissance. Ce projet concernait la manière d’allaiter – à la demande de l’enfant, par opposition à un allaitement structuré autour d’un horaire préétabli – et la durée idéale de l’allaitement – souvent calquée sur les recommandations de l’OMS –, soit six mois d’allaitement exclusif, puis la continuation de l’allaitement complété par d’autres apports de nourriture et boissons jusqu’à une année ou plus en fonction des sensibilités de chaque mère9.

Penser le corps allaitant

  • 10 Citation originale : « a concern with falling into essentialism in writing about maternal bodies (...)

13Si l'injonction morale à allaiter a été abondamment discutée dans la littérature socio-anthropologique (Faircloth, 2013 ; Lee, 2008 ; Murphy, 1999 ; Schmied & Lupton, 2001 ; Sheehan et al., 2010), l'expérience corporelle de l'allaitement reste en revanche peu explorée. Selon Cindy Stearns, ce parti pris reflète « une inquiétude à tomber dans l'essentialisme en écrivant sur les corps maternels10 » (Stearns, 2013 : 360, traduction de l’auteure). Le travail de déconstruction d'une conception biologiquement déterminée de la maternité aurait pour conséquence une « sous-théorisation » des aspects matériels et corporels des processus qui y sont liés : la grossesse, l'accouchement et l'allaitement (Hird, 2007). Ainsi, la recherche féministe, pourtant très concernée par la santé des femmes et mobilisée sur les sujets relatifs à la naissance dès les années 1970 semble avoir délaissé la question de l'allaitement (Blum, 1999 ; Carter, 1995 ; Wolf, 2006).

  • 11 Citation originale : « a radical, alternative form of embodied subjectivity » (Hausman, 2004 : 27 (...)

14Bien qu'identifié par la recherche socio-anthropologique comme un phénomène biologique culturellement construit (Maher, 1992 ; Faircloth, 2013), l’allaitement est aussi une expérience corporelle et une « technique du corps », au sens où l’entend Marcel Mauss (1936), nécessitant un processus d’apprentissage. En privilégiant une lecture théorique de la maternité et une conception culturaliste du corps, la littérature féministe échoue à rendre compte de l'expérience corporelle et sensorielle de la maternité, maintenant l'invisibilisation du travail corporel et émotionnel accompli quotidiennement par les mères. Dans les sociétés néolibérales, étayées par des valeurs individualistes, l'allaitement – à plus forte raison l'allaitement "long" – pose problème en ceci qu'il brouille les frontières corporelles et sociales entre l'enfant et sa mère (Faircloth, 2013). Or l'enveloppe corporelle agit comme un séparateur entre les individus : pour qu'il y ait individu, il faut respecter les frontières du corps (Kukla, 2005). L'allaitement – qui implique qu'un fluide corporel passe d'un corps à un autre – transgresse cet ordre. Il se situe ainsi dans la continuité de la grossesse et agirait comme un rappel de l' « incorporation » du corps de l'enfant à celui de sa mère qui a opéré pendant la grossesse (Faircloth, 2013). Défiant l'idéal néolibéral d'individu autonome, il incarnerait dans cette perspective « une forme alternative et radicale de subjectivité incorporée11 » (Hausman, 2004 : 276, traduction de l’auteure).

  • 12 Citation originale : « think and feel about their infants’ bodies » (Lupton, 2013 : 39).
  • 13 Citation originale : « apparently individuated and autonomous bodies are actually experienced at th (...)
  • 14 Citation originale : « in a literal as well as a metaphorical sense » (Lupton, 2013 : 39).
  • 15 Citation originale : « symbol of the "distortion" to known body boundaries » (Schmied &Lupton, 20 (...)

15Deborah Lupton propose la notion d'intercorporéité pour comprendre la manière dont les mères « pensent et ressentent le corps de leurs enfants12 » (Lupton, 2013 : 39, traduction de l’auteure). L'intercorporéité implique que des corps « apparemment autonomes et individualisés sont en fait expérimentés à un niveau phénoménologique comme entremêlés13 » (Lupton, 2013 : 39, traduction de l’auteure). Par la proximité et l'intimité qu'il nécessite, l'allaitement peut être vu comme un acte d' "extrême" intercorporéité : une partie du corps de la mère – mamelon et lait en lui-même – est inséré dans la bouche de l'enfant pendant de longues périodes, de façon à ce que leurs corps fusionnent « d’une manière autant littérale que métaphorique14 » (Lupton, 2013 : 40-41, traduction de l’auteure). D'une part, comme c'était le cas in utero, le corps de l’enfant se développe littéralement à partir de celui de la mère. D'autre part, les mères peuvent ressentir cette fusion à un niveau émotionnel : allaiter, ce serait en quelque sorte accepter de continuer à "partager" son corps pendant plusieurs mois, voire plusieurs années après l'accouchement. Le réflexe d'éjection du lait, phénomène incontrôlable que Virginia Schmied et Deborah Lupton perçoivent comme un « symbole de la "distorsion" des frontières connues du corps15 », accentue encore ce brouillage des limites entre « soi et l'Autre » (Schmied & Lupton, 2001 : 242, traduction de l’auteure).

  • 16 Citation originale : « solid, passive, inert » (Campo, 2010 : 55).

16Par ailleurs, dans le contexte culturel euro-américain, les seins sont perçus par le public profane − tout comme par les professionnel·le·s de la naissance, également imprégné·e·s de ces représentations − à la fois comme des pourvoyeurs de lait et comme des objets sexuels, cette deuxième dimension étant clairement prépondérante (Mahon-Daly & Andrews, 2002). Dans cette perspective et selon une vision hétéronormée, les seins sont d'abord liés à la sexualité et doivent rester l’apanage du partenaire. Les mères sont ainsi confrontées à une contradiction de l'allaitement : il faut allaiter, mais également rester sexuellement disponible pour son partenaire (Blum, 1999 ; Maher, 1992). Or un "bon corps maternel", soit un corps allaitant, ne peut pas être simultanément un corps sexuel, les "fonctions" sexuelles et maternelles étant pensées comme indépendantes (Stearns, 1999). Étant donné la préférence culturelle pour les seins "sexuels" plutôt que pour les seins "nutritifs", les femmes qui allaitent enfreignent à la fois les limites du bon corps maternel et la norme du corps féminin comme objet (hétéro)sexuel (Young, 2005). Comme le relève Monica Campo, les seins lactants ne correspondent plus à l'idéal sexuel dominant dans les sociétés euro-américaines, de seins construits selon les termes de cette auteure comme « fermes, passifs, inertes16 » et disponibles (Campo, 2010 : 55, traduction de l’auteure). Les seins lactants ne sont plus passifs, mais semblent au contraire animés d'une vie propre, impliquant une attention et une gestion particulière qui peut potentiellement entrer en conflit avec leur "fonction" sexuelle.

  • 17 Citation originale : « to the work that individuals undertake on their own bodies and to the paid (...)

17Debra Gimlin utilise le terme « travail corporel » en référence « au travail que des individus entreprennent sur leur propre corps et au travail rémunéré performé sur le corps d’autrui17 » (Gimlin, 2007 : 365, traduction de l’auteure). Cindy Stearns propose d'appliquer cette notion à l'allaitement, qui implique les deux dimensions nommées ci-dessus : il s'agit à la fois d'un travail que les mères entreprennent sur leur propre corps et d'un travail – non rémunéré – performé sur le corps de leur enfant (Stearns, 2009). Mes observations de terrain révèlent que l'identité maternelle se construit à travers l'accomplissement de ce travail corporel. Après la grossesse et l'accouchement, l'allaitement agit comme une ultime transformation, un accomplissement du corps et de l'identité maternelle. Mais, à la différence de ces processus limités dans le temps et durant lesquels le corps est soumis à des mécanismes se dérobant à son contrôle, pour se mettre en place et se maintenir sur la durée, l'allaitement requiert un travail continu et exigeant – à la fois physiquement et émotionnellement – de la part des mères.

18Comme l'a notamment montré Fiona Dykes (2006), l'initiation à l'allaitement en milieu hospitalier répond généralement à une logique de contrôles temporels rigides, imposés par les protocoles institutionnels. Plutôt que d'être encouragées à interpréter par elles-mêmes le comportement de leur nouveau-né, les mères sont habituellement incitées à suivre les règles et horaires institutionnels. Dans un contexte dominé par les notions de temps linéaire et d'efficacité, l'allaitement est avant tout envisagé comme un transfert de lait de la mère à l'enfant. Ainsi, le succès de l'allaitement est évalué sur la base de critères quantitatifs, suivant une logique productiviste. À travers des techniques visant à optimiser le transfert de lait, et des outils d’évaluation tels que la pesée quotidienne de l’enfant, l’allaitement est rationalisé par les professionnel·le·s. Comme le remarque Dykes (2006), qui fait référence à Foucault (1975), le corps lactant est un corps « productif », mais également « subjectivé » : il est attendu des mères qu'elles produisent du lait mais, en même temps, leur corps est soumis à la surveillance de leur performance, ainsi qu'à des formes de savoir dominantes et autoritaires.

19Le modèle de soin choisi par les femmes que j’ai rencontrées s’est construit en opposition au modèle technocratique décrit par Dykes (2006). Il m’est néanmoins apparu que même si le contenu des recommandations change, le projet de production du corps allaitant demeure. D’abord sous la guidance de leur sage-femme lors du suivi post-partum, puis de façon autonome sur le long terme, les femmes s’engagent dans un travail de production et de reproduction de leur corps lactant.

  • 18 Darmon reprend la notion interactionniste de « carrière », introduite par Hughes (1958), reconcep (...)

20Ce processus fait écho aux observations de Muriel Darmon, réalisées dans le cadre de sa recherche sur le travail de transformation de soi à l’œuvre dans la « carrière anorexique18 » (Darmon, 2003 : 84). Elle identifie une première phase de « prise en main » volontariste, correspondant à l’entrée dans la carrière, suivie d’une phase de « maintien de l’engagement », durant laquelle l’engagement se poursuit et s’intensifie sous différentes modalités pratiques. À travers une « entreprise méthodique de transformations des dispositions », cette deuxième phase permet l’incorporation de nouvelles dispositions, devenant une « seconde nature » (Darmon, 2003 : 340).

21Dans les situations que j’ai observées, la phase de prise en main correspond au suivi post-partum, et se construit de manière collaborative avec la sage-femme, tandis que le maintien de l’engagement se déploie sur le long terme, et de manière individuelle, à travers des dispositifs mis en place pour maintenir le « travail de soi » sur la durée (Darmon, 2003 : 341). Comme dans le cas examiné par Darmon, il s’agit bien d’un engagement volontariste, puisque les femmes concernées sont convaincues des vertus de l’allaitement et ont pour la plupart établi un projet d’allaitement avant la naissance. Néanmoins, comme le souligne cette auteure, « la modalité volontariste de ce travail de transformation ne doit pourtant pas conduire à l’envisager comme un "choix de vie" » (Darmon, 2003 : 342). Ce travail s’inscrit en effet dans un contexte spécifique de « conditions sociales et structurelles de possibilités » (Darmon, 2003 : 342). Comme développé en introduction, la promotion de l’allaitement occupe une place importante dans le paysage périnatal suisse, a fortiori au sein du modèle de soin choisi par les mères que j’ai rencontrées. Par ailleurs, ces mères se sont engagées de manière volontariste et individuelle pour l’allaitement, mais ont également construit un cadre structurel et matériel permettant la réalisation de leur projet : le choix d’une sage-femme en accord avec leur conception de la naissance, un partenaire soutenant et partie prenante du projet, ou la pratique du « co-dodo » pour faciliter l’allaitement nocturne, ou encore, pour certaines, un congé maternité prolongé.

  • 19 Citation originale : « the instrument and the object of their daily work » (Wacquant, 1995 : 66).
  • 20 Citation originale : « learn to decipher in order better enhance and protect it » (Wacquant, 1995 (...)

22Dans son ethnographie menée auprès de boxeurs professionnels, Loïc Wacquant montre la manière dont leur rapport au corps, qui est à la fois « l'instrument et l'objet de leur travail quotidien19 » est profondément (re)façonné par la pratique de la boxe (Wacquant, 1995 : 66, traduction de l’auteure). Pour les nouvelles mères que j'ai rencontrées, l'allaitement amène un centrage nouveau sur le corps et son – bon – fonctionnement. Ce recadrage modifie profondément leur manière d'habiter leur corps, leurs seins devenant l'épicentre de leur transition vers la maternité. À la manière du corps des boxeurs, le corps lactant, qu'il s'agit d' « apprendre à déchiffrer pour mieux l'améliorer et le protéger20 », exige une gestion adéquate pour optimiser ses performances (Wacquant, 1995 : 67, traduction de l’auteure). L'allaitement n'affecte pas uniquement l'aspect physique et la physiologie des corps des femmes. Il modifie aussi la conscience des femmes de leur organisme et, à travers leur corps modifié, l’appréhension du monde autour d’elles, comme l’a noté Wacquant (1995 : 73) au sujet de la transformation du rapport au corps des boxeurs par la pratique de la boxe. La dimension sensorielle des seins, la sensation d’ « être au monde » avec des seins primerait ainsi selon Young sur leur aspect visuel (Young, 2005).

23Les seins agissent comme un baromètre de changements corporels, liés aux processus de la maternité. Un changement de sensations dans les seins est souvent le premier indicateur d'une grossesse. Mais c'est généralement au cours de l'allaitement, qui active des sensations inédites dans les seins, que les femmes y deviennent particulièrement attentives, pour identifier par exemple les prémices du réflexe d'éjection de lait ou débusquer les premiers signes d'un engorgement. Dans le cadre de leur suivi post-partum, les sages-femmes apprennent aux mères à déchiffrer ces sensations inédites, à "lire" et prendre soin de leurs seins nouvellement lactants.

Accompagner l'allaitement : pour une co-construction du corps maternel

  • 21 Tous les prénoms utilisés sont des prénoms fictifs.

24Le choix d'un suivi global par une sage-femme indépendante, en vue d'un accouchement extra-hospitalier, correspond à une certaine conception de la maternité et des pratiques mises en œuvre pour prendre soin de son enfant, en adéquation avec les préceptes du maternage proximal précédemment décrits. L'allaitement, pensé comme la continuité "naturelle" d'un accouchement sans intervention, tient une place centrale dans ces pratiques. Au-delà des arguments liés à l'impact positif de l'allaitement sur la santé des enfants, les sages-femmes mettent en évidence le caractère "sur-mesure" du lait maternel, spécialement créé pour l'enfant et idéalement adapté à ses besoins, tant au niveau de la quantité, que de la composition. Marie21, l’une des sages-femmes que j’ai observées, explique par exemple en ces termes à une nouvelle mère le rythme élevé des tétées nocturnes : « la nuit, tu secrètes plus d'hormones pour fabriquer le lait, et elle [l’enfant] le sait. Si elle a envie de bien grandir, elle va se servir la nuit ». Les sages-femmes valorisent ainsi la synergie entre le comportement du nouveau-né et la production/composition du lait maternel, encourageant une lecture productiviste de l'allaitement. Marie décrit ainsi l'initiation à l'allaitement : « elle [l’enfant] est née avec un savoir inné de nutrition, comme toi, tu es née avec un savoir inné d'allaitement, et c'est la rencontre des deux ». L'allaitement est présenté comme un processus "inné", relevant de la physiologie, du déroulement "normal" du post-partum. Dans cette perspective, un "échec" d'allaitement peut être vécu par les mères d'autant plus difficilement qu'il est associé à une transgression du modèle de naissance choisi. Alors que j'invite Marie à développer cette analyse naturaliste de l'allaitement, elle m'explique que, de son point de vue, le déterminisme biologique « offre des outils, donne de la force aux mères ». Elle mobilise cette notion dans une perspective d'autonomisation des mères et dans l'objectif de renforcer leur sentiment de compétence maternelle : « tu peux le faire parce que tu es faite pour y arriver ». Elle évoque de cette manière un « instinct de l'allaitement », toutefois perturbé par le rôle et l'influence sociale et concède que l'acte technique d'allaiter peut nécessiter un apprentissage. Elle estime finalement que l'allaitement, c'est « 50% inné – 50% acquis ».

  • 22 J'ai rencontré des couples primipares et multipares. Il m'est cependant apparu que l'allaitement d' (...)

25Lors du suivi post-partum, au-delà de la surveillance de la santé de la mère et de l’enfant ou de la transmission d'un savoir théorique sur l'allaitement ou les soins aux nouveau-nés, un aspect central du rôle des sages-femmes est de rassurer les parents, à la fois sur leurs compétences et sur l'expérience intense qu'ils sont en train de vivre, que représentent les débuts de la cohabitation avec un nouveau-né22. Accompagner la « montée de lait », par exemple, c'est aussi donner du sens au comportement de l’enfant et à ses sollicitations intensives pour accéder aux seins de sa mère. Souvent désarmées par ce comportement, les mères tendent à interpréter l'agitation de leur enfant comme de la faim et à douter de l'adéquation de leur production de lait avec ses besoins, tandis que les sages-femmes encouragent au contraire une lecture positive : selon leurs termes, elle ou il « stimule » la production lactée. Dans cette perspective, la mobilisation par les sages-femmes d'une lecture productiviste de l'allaitement vise à rassurer les mères sur la "normalité" de leur expérience et la conformité du comportement de leur enfant aux caractéristiques attendues d'un nouveau-né en bonne santé.

  • 23 J'emprunte ici la notion de « script » à Gagnon (2008), utilisée dans le cadre de l'analyse d'un ra (...)

26Les mères rencontrées, en fonction de leurs représentations préalables, entretiennent des attentes concernant leur expérience d’allaitement. Par exemple, la montée de lait est mal vécue si elle se révèle "trop" intense, entraînant des douleurs et une gestion contraignante, mais elle sera également mal vécue si elle ne se manifeste pas de manière assez "marquée". Charlotte m'explique ainsi avoir été très déstabilisée par une montée de lait perçue comme peu prononcée, alors qu'elle avait anticipé l’événement, notamment en s'équipant de remèdes naturels, conseillés par sa sage-femme et visant à soulager les maux liés à la montée laiteuse : « ça aide pas, tu te poses plein de questions ». De manière plus large, si l'allaitement s'inscrit pleinement dans le « script23 » d'un suivi global, lorsque l'expérience dévie trop du projet initial, les mères ont un sentiment de transgression vis-à-vis du modèle de naissance choisi, mais aussi à l’égard de leur sage-femme en tant que représentante de ce modèle.

27Je rencontre Sarah quelques jours après la naissance de sa deuxième fille. En attendant l’arrivée de sa sage-femme, Élise, nous discutons de sa première expérience d’allaitement. Elle m'explique ne pas avoir osé recontacter Élise lorsqu’elle a rencontré des difficultés : « c'est aussi une question de fierté, parce que ça correspond pas à l'idéal de l'accouchement à domicile ». Après une montée de lait « très violente », et une initiation à l'allaitement sans souci particulier, le lait s'est tari brusquement, et le nouveau-né n'a pas pris de poids en deux semaines. À ce moment-là, Élise avait déjà mis un terme au suivi post-partum de Sarah. Avec le recul, Sarah attribue cette baisse de lactation à un manque de motivation à allaiter et une « petite dépression » du post-partum.
Élise arrive. Elles reviennent ensemble sur ces difficultés et le silence de Sarah : « toi, tu étais celle à qui je pouvais pas le dire » explique Sarah. La décision commune de prolonger le suivi post-partum est prise pour anticiper cette situation. Ce deuxième allaitement se terminera finalement après deux mois. Sarah s'est sentie soutenue par Élise, avec qui elle avait déjà longuement échangé sur le sujet durant le suivi de grossesse.

28Lorsque je revois Sarah, trois mois après l'arrêt de l'allaitement, elle revient sur cette deuxième expérience, vécue plus sereinement, et met en avant le rôle de sa sage-femme : « C'était pas paisible, mais en même temps ça allait parce qu'il y avait toujours un peu Élise pour parler dans les moments plus critiques ». Elle développe : « pour moi, c'est pas central, l'allaitement, peut-être parce que ça marche pas bien. […] c'est très vite une angoisse ». Sarah vit difficilement le fait d'être responsable de l'alimentation de son enfant : « Si ça se passe pas bien, c'est hyper stressant tout le temps ». Rejoignant une conception naturaliste, Sarah souligne finalement avec humour que l'allaitement semble « naturellement » ne pas fonctionner chez elle, ce qui apporte une justification "naturelle" à ses réticences à allaiter.

  • 24 Les guillemets utilisés dans la suite du paragraphe, ainsi que dans le paragraphe suivant, indiquen (...)

29Dans le discours des sages-femmes comme dans celui des nouvelles mères, le corps maternel apparaît comme "conforme" ou "non conforme". La forme des mamelons, par exemple, n'est pas laissée au hasard. Les mamelons désirables « sortent bien »24 – au contraire des mamelons dits « plats » ou « ombiliqués » – et sont « durs », de manière à faciliter la « prise de sein » du nouveau-né. En cas de non-conformité, des stratégies sont mises en place par les mères, sur les conseils de leur sage-femme. Durant la grossesse, des mamelons identifiés comme « trop plats » peuvent être « tirés » quotidiennement à l'extérieur à l'aide d'une seringue. Pour les situations moins problématiques, aucun traitement n'est requis en amont de la naissance, mais les mamelons sont massés pour les « former » avant chaque tétée. Le corps maternel est ainsi remodelé afin de lui donner la forme désirable pour l'allaitement. L'adhésion à une approche non-interventionniste et un engagement pour le respect de la physiologie ne signifie pas une absence d'interventions autour de l'allaitement, mais plutôt la sélection d'outils et de techniques spécifiques, en adéquation avec le modèle de naissance choisi.

  • 25 Comme précisé en introduction, les sages-femmes ont une formation initiale biomédicale et, sur leur (...)

30D’après mes observations, les visites des sages-femmes durent généralement entre une et deux heures, ce qui leur offre souvent l'opportunité d'observer une tétée. Au cours de la tétée, elles donnent des conseils sur la position, intervenant parfois pour la rectifier et sont particulièrement attentives à la « prise de sein » de l’enfant. Une prise de sein inadéquate peut en effet favoriser les blessures aux mamelons – dites « crevasses » – ou entraver l'efficacité de la succion de l’enfant. Parallèlement à ces conseils positionnels, les sages-femmes mettent à disposition des techniques et outils pour faciliter la période de transition à l'allaitement, souvent accompagnée de sensibilités et douleurs liées à la « montée de lait » et à la sollicitation intense et inhabituelle à laquelle les mamelons sont soumis. Les sages-femmes enseignent par exemple des massages et techniques de drainage pour éviter les engorgements, ou proposent des « copettes » en argent à fixer sur les mamelons pour aider à la cicatrisation des crevasses. Conjointement à ces mesures de gestion des seins lactants, elles suggèrent également des remèdes galactogènes : tisanes, homéopathie, aromathérapie, augmentation de l'apport en boisson25.

31Certains outils sont en revanche non plébiscités par les sages-femmes. Vanessa, dont les mamelons sont particulièrement endoloris quelques jours après la naissance de sa fille, Adèle, aborde avec hésitation lors d’une visite de Marie, sa sage-femme, la possibilité d'utiliser une « téterelle » – coque en plastique souple qui se fixe sur le mamelon au moment de la tétée – pour protéger ses mamelons le temps de la cicatrisation : « je vais te dire, ça va pas te faire plaisir, mais la téterelle... ». Même si elles n'en ont jamais discuté, Vanessa est consciente que l'outil qu'elle propose, largement administré en maternité, s'écarte du cadre de référence du modèle de soins qu'elle a choisi. Le danger perçu est que l’enfant s'habitue à la téterelle, qui a pour effet d'amoindrir la stimulation et qu'il soit ensuite difficile de la retirer, de sorte qu'un allaitement "instrumenté" s'installe sur le long terme. Marie semble effectivement peu enthousiaste, mais valide néanmoins la suggestion.

32À travers les conseils et les outils élus ou non-élus, les sages-femmes contribuent à la construction d'un "bon corps maternel", celui de la "bonne mère" : un corps qui performe l'allaitement avec succès, autant en ce qui concerne la production laiteuse – ni trop, ni trop peu, que la forme des mamelons – faciles à saisir pour l’enfant. Le "bon corps maternel" est un corps disponible, qui produit du lait aisément accessible pour le nouveau-né.

33Au-delà de la disponibilité physique, du point de vue des sages-femmes, il s'agit également pour les mères de se rendre « émotionnellement disponibles » pour produire du lait. Lors d'une visite, Élise, la sage-femme de Sarah, revient sur la baisse de lactation subite qu'elle a vécue lors de la naissance de son premier enfant. Elle considère que le manque de lait est surtout lié à un « état psychologique défavorable » et établit un lien avec le manque de motivation de Sarah à poursuivre l'allaitement. Dans cette perspective, les sages-femmes vont également proposer des pratiques visant à mettre les mères dans un état d'esprit "favorable" à la production de lait. La pratique régulière du « peau-à-peau », perçue comme renforçant le lien affectif entre les mères et leur enfant, est ainsi largement encouragée. Une mère me parle de son utilisation de cette pratique en prévention d'une éventuelle baisse de lactation :

Ce que je fais beaucoup, c'est le peau-à-peau, je fais beaucoup ça pour la production du lait. Le soir, genre, c'est peau-à-peau. Je le mets tout nu, je me mets toute nue, j'ai un truc peau-à-peau, je le glisse dedans pour pas qu'il ait froid et je fais ça toute la soirée .

34Dans le même ordre d'idée, une sage-femme propose : « n'hésite pas à renifler son cuir chevelu avant de le mettre au sein ». Selon cette vision, pour produire du lait, au-delà de la gestion rationnelle et technique des seins lactants, il s'agirait de retrouver une dimension plus affective, et sensorielle à l'allaitement. Éprouver du plaisir à allaiter serait donc une condition nécessaire au succès de l'allaitement.

35Par leur accompagnement et la promotion de certaines pratiques liées à l'allaitement, dessinant une vision particulière de la maternité, les sages-femmes s'engagent avec les mères dans un processus de co-construction de l'identité et du corps maternels. Une tension s'opère entre, d'une part, le caractère potentiellement prescriptif de la transmission de savoir et, d'autre part, la valorisation des compétences maternelles. Au fur et à mesure que leur connaissance de l’enfant s'affine, les mères, renforcées dans leurs compétences maternelles, évoluent vers un " affranchissement " de leur sage-femme.

Allaiter au long cours : rapport au corps lactant et construction identitaire

36Le modèle de soins des sages-femmes est sous-tendu par une volonté de respecter le déroulement physiologique de la naissance et du post-partum, dans lequel l'allaitement tient une place centrale. Les mères qui optent pour ce choix de naissance tendent à allaiter plus longtemps que la moyenne nationale suisse. D'après la dernière enquête menée en Suisse (Swiss TPH, 2014), la durée totale d'allaitement médiane s'élève à 31 semaines. La grande majorité des mères que j'ai rencontrées ont poursuivi leur allaitement – ou envisagent de le faire – au-delà de cette durée. Certaines d'entre elles ont pour objectif d'allaiter jusqu'au sevrage "naturel" de leur enfant, c'est-à-dire jusqu'à ce qu'elle ou il se sèvre « de lui-même [d’elle-même] », sans poser aucune limite temporelle à leur allaitement. L'allaitement s'inscrit alors de manière durable dans le quotidien des mères et des familles concernées, excédant largement la période dite du « post-partum ». Les mères me disent souvent vouloir allaiter aussi longtemps qu'elles produisent du lait, que leur enfant en a envie, et qu'elles aussi en ont envie : « tant que ça fonctionne et qu'il a envie de téter », résume l'une d'entre elles.

37Lors d'une discussion – son enfant est alors âgé de 14 mois – Irina me dit ne pas avoir « d'objectif dans le temps » concernant la poursuite de l'allaitement. Néanmoins, elle n'envisage pas le sevrage pour l'instant : « je suis toujours très contente de l'allaiter, même si c'est compliqué ». Elle évoque une « gestion contraignante » pour maintenir sa production de lait. Dès qu'elle perçoit une baisse de lactation, elle prend des mesures visant à « relancer » la production : granules homéopathiques et augmentation de l'apport en liquides. Elle a repris son activité professionnelle depuis sept mois et continue à tirer son lait une fois par jour sur son lieu de travail. Elle évoque un « sentiment de cercle vicieux » : selon sa perception, l'angoisse engendrée par la baisse de lactation tendant à inhiber la production lactée. Elle conclut toutefois « l'allaitement, c'est pas compliqué ; une fois que tu es lancée dedans, c'est ancré dans notre quotidien » et m'affirme qu'elle ne le voit « jamais comme une contrainte ». Il semble néanmoins que l'allaitement exige une vigilance permanente, même lorsqu'il s'inscrit sur la durée. L'équipement spécifique visant à "domestiquer" les seins lactants ou soulager les douleurs liées à la mise en place de l'allaitement n'est plus requis. Une transition s'est opérée : de la gestion des seins lactants à la gestion de la lactation.

  • 26 Citation originale : « as a carefully managed site, and breastfeeding as a "project" – a task to (...)

38Orit Avishai décrit la façon dont les mères produisent le corps lactant « comme un chantier géré prudemment et l'allaitement comme un "projet" – une tâche documentée, planifiée, exécutée et constamment évaluée26 » (Avishai, 2007 : 136, traduction de l’auteure). Une fois l'allaitement installé, les mères continuent d'évaluer sa réussite sur la base de différents critères : prise de poids de leur enfant, quantité de lait produite, capacité à maintenir l'allaitement après la reprise de leur activité professionnelle (Avishai, 2011 ; Marshall & Godfrey, 2011).

39Neuf mois après la naissance d’Adèle, Vanessa, évoquée précédemment, me relate s’être d’abord sentie découragée au moment de la mise en route éprouvante de son allaitement, puis s’être « reprise en main », se disant à elle-même : « il faut prendre sur toi et serrer les dents ». Les obstacles initiaux surmontés, Adèle est toujours allaitée. En sus de cette abnégation démontrée dans les premières semaines, Vanessa continue d’aménager son quotidien pour optimiser son allaitement. Elle m’explique qu’elle est persuadée que son lait est ce qu’il y a de meilleur pour sa fille et prête une attention particulière à son alimentation : « je sais ce que je mange donc c’est le mieux pour elle ». À une alimentation de base exclusivement biologique, elle ajoute différents compléments, tels que des probiotiques. Avant la naissance d’Adèle, Vanessa était végétarienne. Elle a recommencé à consommer de la viande « pour qu’il y en ait dans [son] lait ». Elle estime qu’il est « de toute façon très bénéfique » pour elle de faire attention à ce qu’elle mange : « je vais tellement mieux. Je le vois dans mon énergie, j’ai l’impression de ne jamais avoir été autant en santé ». Cinq mois plus tard, nous nous revoyons à nouveau. Adèle, alors âgée de 14 mois, est toujours allaitée, et Vanessa n’a pas encore recommencé à consommer de l’alcool, même occasionnellement. Elle me confie que, finalement, elle « aime bien cette idée de ne pas boire d’alcool », alors qu’elle appréciait auparavant de boire un verre de vin au moment des repas. Elle a en revanche conservé l’habitude de boire une bière sans alcool chaque soir, rituel instauré en raison des vertus galactogènes attribuées au malt, maintenu parce qu’elle y a pris goût. À l’instar des interlocutrices de Darmon (2003), Vanessa semble avoir opéré un travail actif de modification de ses goûts et dégoûts, entrepris dès le début de la grossesse sur un mode volontariste, puis poursuivi, durant l’allaitement, de manière à devenir une disposition durable et incorporée. L’inscription dans le corps des habitudes diététiques a été identifiée par Darmon comme « une des composantes du maintien de l’engagement dans une prise en main » (Darmon, 2003 :150). En même temps qu’une rationalisation de la vie quotidienne, la formation volontariste d’habitudes crée les conditions structurelles nécessaires au maintien de l’engagement sur le long terme.

40Au-delà de la gestion technique de l'allaitement, c'est aussi le rapport au corps et à l'identité qui est repensé. Les limites s'estompent pour les mères entre leur propre corps et celui de leur enfant : allaiter, ce serait donc aussi accepter de continuer à « partager » son corps pour une durée indéterminée après l'accouchement.

41Alors que je la revois cinq mois après la naissance de sa fille pour discuter de l'évolution de son allaitement, Sophie me raconte qu'elle ressent une grande différence entre son expérience de maternité et celle de ses amies n'ayant pas allaité :

Elles vivent pas la même chose en fait. C'est comme si j'avais accouché mais que je ne redevenais pas tout à fait femme. J'ai encore une part de mon corps pour mon enfant. J'ai une responsabilité par rapport à son alimentation.

42Lors d'une autre discussion, six mois plus tard, elle me confie son sentiment persistant de ne pas être « redevenue femme ». Elle m'explique par exemple faire encore attention à son habillement, pensé pour faciliter l'allaitement : « je suis un peu moins coquette qu'avant ». Elle pense en outre que l'allaitement freine pour elle la perte du poids lié à la grossesse. Elle perçoit son corps comme d'abord maternel et n'a pas encore retrouvé les sensations d'habiter son corps antérieures à la grossesse. Même si elle semble le regretter, elle n'envisage pas le sevrage : « ma priorité, c'est l'allaitement. Ce n'est pas une raison pour laquelle je vais sevrer plus tôt ».

  • 27 Citation originale : « potentially faulty machines » (Dykes, 2005: 2287).

43L'allaitement implique un changement des sensations et de la forme des seins, ce qui peut engendrer un sentiment d' « étrangeté » et de déconnexion des femmes vis-à-vis de leurs propres seins (Schmied & Lupton, 2001). Dans le prolongement de la métaphore de la « femme-machine », relevée notamment par Emily Martin dans le contexte de la grossesse et de l'accouchement – selon laquelle le fœtus est un « produit » du corps féminin et le médecin un « réparateur » (Martin, 1987) – le lait maternel est perçu comme une marchandise produite par le corps maternel, mais qui en est détaché. Dans cette nouvelle configuration, le processus de production devient l'allaitement, dont le lait maternel est le produit. Cette objectivation du corps est également présente dans le discours des mères qui tendent à leur tour à concevoir leurs seins comme des « machines potentiellement défectueuses27 » (Dykes, 2005: 2287, traduction de l’auteure). Le discours des mères oscille ainsi entre objectivation et personnification des seins. « Tant que ça fonctionne », disait l'une d’elles en parlant de ses projets concernant la suite de l'allaitement, tandis qu’Amélie évoque de cette manière son rapport à ses seins lactants :

J'ai l'impression qu'ils sont vivants. Je sens le réflexe d'éjection si elle n'a pas tété, je sens que ça vibre quand elle pleure. Mon corps fonctionne encore pour elle. Tout ce que je fais, tout ce que je mange, je pense à elle.

44Conformément aux recommandations de l'OMS, elle planifie d'allaiter exclusivement jusqu'aux six mois de son enfant. Elle émet toutefois quelques réserves quant à la prolongation de ce partage de son corps avec sa fille : « des fois, je me dis que ça pourrait être cool de récupérer mon corps ».

45Alors que l'allaitement s'établit sur le long cours, ses modalités, ainsi que les moments auxquels interviennent les tétées, sont liés au style de maternage plébiscité et façonnent l'identité maternelle. Il semble que décider de la manière dont le sein maternel est mobilisé, c'est décider quelle mère on souhaite être pour son enfant. Il est par exemple entendu pour les mères que leur enfant, au-delà de la fonction strictement nutritive des tétées, a également un « besoin de succion » à assouvir, auquel elles peuvent répondre en la ou le mettant au sein ou en lui proposant un substitut.

46Laetitia a pour sa part tranché. Au moment de notre première rencontre, elle est enceinte de sept mois. La grossesse a eu pour effet d'inhiber sa lactation, de sorte qu'elle ne produit plus de lait. Elle l'a constaté puisqu'elle n'entend plus déglutir depuis plusieurs mois sa fille de deux ans au moment des tétées : « c'est plus nourricier du tout, tu vois, elle m'utilise comme doudou. Tu vois, les autres enfants, ils ont un doudou, une lolette. Camille, elle, elle a sa maman ».

47Pour d'autres mères, mettre l’enfant au sein comme premier geste pour le réconforter, c'est opter pour une solution de facilité, en quelque sorte faire preuve de laxisme. Utiliser l'allaitement pour endormir l’enfant est par exemple une pratique très controversée, l'objectif étant de produire des enfants qui possèdent les qualités désirables d'autonomie et d'autorégulation (Tomori, 2015). Lors d'un entretien deux mois après la naissance de sa fille, Emma fait une distinction entre les premiers temps de l'allaitement, période pendant laquelle elle mettait son enfant au sein dès qu'elle en manifestait l'envie, et la situation actuelle, dans laquelle elle essaie d'espacer les tétées, également par souci de prévenir les « coliques ». Elle me dit avoir « réutilisé une ou deux fois » la stratégie de « la mettre au sein pour la calmer », soulignant que ce n'est pas – ou plus – la solution à laquelle elle aspire.

48Même pour les mères qui ont choisi un modèle de soins sous-tendu par les valeurs du maternage proximal, le recours à l'allaitement comme source de réconfort reste subversif dans un contexte culturel dominé par des valeurs d’autonomie (McBride-Henry & Shaw, 2010). Il semble que, au fur et à mesure que l'allaitement s'installe sur la durée, les clivages se précisent entre les mères qui souhaitent restreindre les tétées à une fonction nutritive et celles qui préfèrent laisser leur enfant accéder au sein à chaque fois qu'elle ou il en manifeste l'envie, sans chercher à analyser son besoin, voire, celles qui, à l'instar de Laetitia, assument pleinement que la tétée ne soit « plus nourricière du tout ».

49Pour les mères que j’ai rencontrées, nourrir leur enfant au sein, c’est aussi une manière de réaffirmer leur engagement pour le modèle de naissance choisi, en mettant à nouveau leur corps à disposition pour leur enfant, conformément aux exigences de la maternité proximale. Trois mois après la naissance de son troisième enfant, Solène revient avec moi sur ses deux premières expériences d'allaitement, interrompues prématurément et qui lui ont laissé un sentiment d'échec : « j'ai mal commencé ma maternité de ce côté-là ». L'allaitement la renvoie au style de mère qu'elle avait prévu d'être : « physiologiquement parlant, on est faite pour le faire. C'était une partie du maternage que je m'étais imaginé ». Ses deux premiers accouchements se sont déroulés à la maternité. Pour cette troisième naissance, elle a choisi d'accoucher à domicile, entourée de sa sage-femme et de son partenaire. Ce choix a également été motivé par une volonté de reprendre le contrôle sur l'initiation de son allaitement. Solène a été finalement confrontée à différents obstacles – crevasses et candidose mammaire – rendant ses premiers mois d'allaitement particulièrement douloureux. Néanmoins, au moment de notre rencontre, elle me montre avec fierté les marques de griffure laissées par son enfant sur sa poitrine qu'il pétrit au moment des tétées : « il fait vraiment comme les bébés chats, j'adore. Je l'appelle mon petit mammifère ». À ses yeux, ces stigmates montrent que son corps performe bien « ce pour quoi il est fait », mais constitue aussi une preuve de son engagement dans le travail corporel de l'allaitement, en dépit des difficultés rencontrées.

  • 28 Certaines femmes présentent une hypolactation, une incapacité physiologique à produire suffisamment (...)

50Les récits des mères, comme le discours des sages-femmes, reflètent une vision constructiviste de l'allaitement, qui se manifeste à travers tout ce qui est mis en place pour que le corps puisse réaliser l'allaitement, et qui repose sur la volonté maternelle. Au moment de la naissance, cette volonté ne suffit pas toujours à ce que l'accouchement se déroule de la manière espérée : la possibilité que le projet de naissance "échoue" et qu'un transfert vers la maternité soit requis est toujours présente. Les mères doivent alors faire le deuil du projet initial. Dans ces situations, du point de vue des mères, l'allaitement présente une possibilité de réintégrer le « script » initialement prévu et offre en quelque sorte l'opportunité de (re)devenir la mère que l'on souhaitait être : si les mères sont prêtes à s'investir dans le travail corporel requis – l'intensité et la charge de travail variant grandement d'une situation à l'autre –, elles peuvent généralement28 atteindre leurs objectifs.

51Lors de cette phase de « maintien de l’engagement » (Darmon, 2003), le suivi post-partum de la sage-femme s’est terminé. L’enjeu du « travail de maintien de l’engagement » réside dans l’aptitude des mères à exercer « à la fois le corps et la volonté » (Darmon, 2003 : 146) à la poursuite du travail corporel et émotionnel exigé par l’allaitement : entretenir la production lactée, consentir à un prolongement du « partage du corps », accepter ou non une pluralité de sens autour des tétées – nourricières ou affectives. Pour y parvenir, les mères déploient des stratégies et des outils, structurant leur quotidien autour du maintien de leur engagement.

Conclusion

52« L’allaitement, c’est un objectif en soi » : comme l’affirme Marie, l’une des sages-femmes citée précédemment, si l’allaitement au sein est devenu la norme de la bonne maternité, c’est encore plus le cas dans le contexte d’un suivi global. Dès lors, les mères qui optent pour ce modèle de soins s’engagent dans le travail corporel requis, déterminées à réaliser leur projet d’allaitement initial.

53Dans leur accompagnement post-partum, les sages-femmes œuvrent à donner du sens au comportement du nouveau-né, comme aux manifestations de la lactation et aux sensations nouvelles associées à l’allaitement, insistant sur la synergie physiologique entre ces différents éléments. Conjointement à ce discours naturaliste, elles promeuvent des outils et des techniques pour soutenir la lactation et optimiser l’initiation à l’allaitement. Cette construction de sens se déploie entre deux pôles antagonistes : une conception naturalisante de l’allaitement d’une part, et le travail corporel déployé pour que « ça fonctionne » d’autre part. À travers les techniques et les outils mobilisés, les seins et leur production lactée font l’objet d’une gestion rigoureuse, mise en place de manière collaborative par les mères et leurs sages-femmes. Cette gestion ciblée, qui traduit une fragmentation du corps maternel, peut cependant entrer en contradiction avec l’approche holistique revendiquée par le suivi global.

54Au delà de l’aspect technique, une dimension émotionnelle est mise en avant, participant à la résolution de cette tension. Pour la réussite de l’allaitement, il ne suffirait pas de mettre sa poitrine à disposition de l’enfant, il serait également nécessaire d’éprouver du plaisir à le faire, d’être « émotionnellement disponible ». En cas de discordance entre l’expérience vécue et le cadre de référence proposé par le modèle de soins des sages-femmes, la charge morale de faillir à l’allaitement comme standard de la "bonne" maternité est décuplée par un sentiment de trahison vis-à-vis du modèle de soins choisi, incarné par la sage-femme. Le maintien de l’engagement pour l’allaitement s’inscrit ainsi dans la poursuite de l’idéal de maternage – soit un maternage « proximal » – sous-jacent au suivi global.

55Une fois le suivi post-partum terminé, lorsque l’allaitement s’installe sur la durée, les mères continuent d’accomplir un travail physique et émotionnel pour articuler les exigences de l’allaitement avec celles de leur vie professionnelle, sociale et familiale (utilisation d’un tire-lait, consommation de galactogènes, modification de l’alimentation, de l’habillement). La manière de mobiliser les tétées et les fonctions – nutritives ou affectives – qui leur sont attribuées renvoient encore au modèle de soins plébiscité et au degré d’acceptation d’une « éthique de la disponibilité maternelle » (Garcia, 2011 : 12).

56La confrontation entre le projet initial et l’expérience corporelle de l’allaitement peut créer des dissonances : l’étape de la « prise en main » (Darmon, 2003) se révèle parfois douloureuse, physiquement comme émotionnellement. Les mères acceptent de « serrer les dents » pour surmonter ces épreuves afin que le projet d’allaitement ne soit pas mis en péril. Ce témoignage d’abnégation et d’autodiscipline est symptomatique d’une « biopolitique déléguée » (Memmi, 2004 : 137) à l’œuvre dans les sociétés modernes néolibérales. Une fois informés par les expert·e·s faisant autorité dans le domaine concerné, un exercice d'auto-disciplinarisation est attendu des individus. Les responsabilités parentales sont reconfigurées à la lumière d’un « déterminisme parental » (Furedi, 2002), imputant la gestion des risques aux parents, qui doivent opter pour les pratiques éducatives et les pratiques de soins adéquates. L’allaitement y occupe une place centrale, en raison du consensus dont il fait l’objet, relativement à la prévention des risques de santé. Au delà du projet individuel, le travail corporel déployé par les mères s’inscrit dans une logique collective de gestion des risques et d’anticipation du futur en changeant les attitudes et comportements actuels (Armstrong, 1995).

57Ancré dans le corps maternel, l’allaitement franchit la frontière entre d’une part les fonctions biologiques qui ne peuvent être accomplies que par les femmes, et d’autre part les soins aux enfants, qui peuvent être accomplis par tout le monde. L’allaitement exige le corps maternel − bien qu’il réponde à des besoins tels que l’alimentation ou le réconfort qui peuvent être assouvis d’autres manières − et constitue ainsi un prolongement extra-utérin du lien de dépendance entre la mère et l’enfant. Cette co-dépendance implique un contrôle exercé sur l’hygiène de vie de la mère. Le « déterminisme parental » se traduit ainsi à travers l’exigence de « se faire un corps » maternel, soit un corps allaitant.

  • 29 Cette préparation implique notamment la pratique d’activités physiques spécifiques telles que la (...)

58Si les techniques et les outils de soutien à l’allaitement mobilisés dans le cadre d’un suivi global divergent du modèle technocratique dominant, le projet sous-jacent de production du corps lactant reste similaire. Cependant, la prise en main volontariste, nécessaire à une « biopolitique déléguée », est encore plus flagrante dans le cadre du suivi global. Le projet d’accouchement extra-hospitalier demande une implication importante de la part des mères et une discipline de soi, dès le suivi de grossesse, notamment à travers une préparation corporelle à l’accouchement, visant à soutenir la physiologie du processus29. L’investissement dans la mise en route et le maintien de l’allaitement s’inscrit ainsi dans un processus de responsabilisation amorcé bien avant la naissance, concourant à l’engagement déterminé des mères dans le travail corporel de l’allaitement.

ARMSTRONG D., 1995. « The Rise of Medicine Surveillance », Sociology of Health and Illness, 17, 3 : 393-405.

AVISHAI O., 2007. « Managing the Lactating Body : the Breastfeeding Project and Privileged Motherhood ». Qualitative Sociology 30 (2), 135-152.

AVISHAI O., 2011. « Managing the Lactating Body : the Breastfeeding Project in the Age of Anxiety », In LIAMPUTTONG P. (dir), Infant Feeding Practices. A Cross-Cultural Perspective. New York, Springer : 23-38.

BADINTER E., 2010. Le conflit. La femme et la mère. Paris, Flammarion.

BECKER H. S., 1963. Outsiders. Étude de sociologie de la déviance. Paris, Métailié.

BLUM L., 1999. At the Breast. Ideologies of Breastfeeding and Motherhood in the Contemporary United States. Boston, Beacon Press.

BOWLBY J., 1969. Attachment. New York, Basic Books.

CAMPO M., 2010. « The Lactating Body and Conflicting Ideals of Sexuality, Motherhood and Self », In SHAW R., et BARTLETT A. (dir), Giving Breastmilk. Body Ethics and Contemporary Breastfeeding Practices. Toronto, Demeter Press : 51-63.

CARRICABURU D., 2007. « De l'incertitude de la naissance au risque obstétrical : les enjeux d'une définition », Sociologie et sociétés, 39, 1 : 123‑144.

CARTER P., 1995. Feminism, Breasts and Breastfeeding. London, Macmillan.

CHAUTEMS C., 2011. Accoucher à l’hôpital ou hors de l’hôpital. Regard anthropologique sur les choix de naissance de femmes enceintes en Suisse romande. Mémoire de master en anthropologie, Lausanne, UNIL.

DARMON M., 2003. Devenir anorexique. Une approche sociologique. Paris, La Découverte.

DYKES F., 2005. « "Supply" and "Demand": Breastfeeding as Labour », Social Science & Medicine, 60: 2283-2293.

DYKES F., 2006. Breastfeeding in Hospital. Mothers, Midwives and the Production Line. London, Routledge.

ERDIN R., SCHMID M. et PEHLKE-MILDE J., 2015. Recensement des activités des sages-femmes indépendantes de Suisse. Rapport sur le recensement 2015. Winterthour, Gesundheit Institut für Hebammen.

FAIRCLOTH C., 2013. Militant Lactivism ? Attachment Parenting and Intensive Motherhood in the UK and France. Oxford, Berghahn Books.

FOUCAULT M., 1975. Surveiller et punir: naissance de la prison. Paris, Gallimard.

FUREDI F., 2002. Paranoid Parenting : Why ignoring the experts may be best for your child. Chicago, Chicago Review Press.

GAGNON J., 2008. Les scripts de la sexualité. Essais sur les origines culturelles du désir. Paris, Payot.

GARCIA S., 2011. Mères sous influence. De la cause des femmes à la cause des enfants. Paris, La Découverte.

GIMLIN D., 2007. « What is " Body Work "? A Review of the Literature », Sociology Compass, 1, 1 : 353-370.

GOFFMAN E., 1968. Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux. Paris, Minuit.

GOUILHERS-HERTIG S., 2017. Gouverner par le risque: une ethnologie des lieux d’accouchement en Suisse romande. Thèse de doctorat en sociologie, Genève, UNIGE.

HAUSMAN B. L., 2004. « The Feminist Politics of Breastfeeding », Australian Feminist Studies, 19, 45 : 273-285.

HIRD M. J., 2007. « The Corporeal Generosity of Maternity », Body & Society, 13, 1 : 1-20.

HUGHES E.C., 1958. Men and Their Work. Westport, Greenwood Press.

KUKLA R., 2005. Mass Hysteria. Medicine, Culture and Mothers' Bodies. Lanham, Rowman & Littlefield Publishers.

LEE E. J., 2008. « Living with Risk in the Age of "Intensive Motherhood": Maternal Identity and Infant Feeding », Health, Risk and Society, 10, 5 : 467-477.

LUPTON D., 2013. « Infant embodiment and interembodiment : A review of sociocultural perspectives », Childhood, 20 : 37-50.

MAHER V., 1992. The Anthropology of Breast-Feeding : Natural Law or Social Construct. New York, Berg.

MAHON-DALY P. et ANDREW G. J., 2002. « Liminality and Breastfeeding : Women Negotiating Space and Two Bodies », Health & Place, 8 : 61-76.

MARSHALL J. L. et GODFREY M., 2011. « Shifting Identities : Social and Cultural Factors That Shape Decision-Making Around Sustaining Breastfeeding », In LIAMPUTTONG P. (dir.), Infant Feeding Practices. A Cross-Cultural Perspective. New York, Springer : 95-108.

MARTIN E., 1987. The Woman in the Body: A Cultural Analysis of Reproduction. Boston, Beacon Press.

MAUSS, M., 1936. « Les techniques du corps », Journal de psychologie, XXXII, 3-4, 15 mars-15 avril.

MCBRIDE-HENRY K. et SHAW R., 2010. « Giving Breastmilk as Being-with », In SHAW R. et BARTLETT A. (dir), Giving Breastmilk. Body, Ethics and Contemporary Breastfeeding Practices. Toronto, Demeter Press : 191-204.

MEMMI D., 2004. « Administrer une matière sensible. Conduites raisonnables et pédagogie par corps autour de la naissance et de la mort », In MEMMI, D. et FASSIN, E. (dir.), Le gouvernement des corps. Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales : 135-154.

MURPHY E., 1999. « "Breast is Best" : Infant Feeding Decisions and Maternal Deviance », Sociology of Health and Illness, 21, 2 : 182-208.

PERRENOUD P., 2016. Construire des savoirs issus de l'expérience à l'ère de l'Evidence Based Medicine : une enquête anthropologique auprès de sages-femmes indépendantes en Suisse romande. Thèse d’anthropologie, Lausanne, UNIL.

SCHMIED V. et LUPTON D., 2001. « Blurring the Boundaries : Breastfeeding and Maternal Subjectivity », Sociology of Health and Illness, 23, 2 : 234-250.

SHEEHAN A, SCHMIED V. et BARCLAY, L., 2010. « Complex Decisions : Theorizing Women’s Infant Feeding Decisions in the First 6 Weeks After Birth », Journal of Advanced Nursing, 66, 2 : 371-380.

STEARNS C. A., 1999. « Breastfeeding and the Good Maternal Body », Gender & Society, 13 : 308-325.

STEARNS C. A., 2009. « The Work of Breastfeeding », Women's Studies Quarterly, 37, 3 & 4 : 63-80.

STEARNS C. A., 2013. « The Embodied Practices of Breastfeeding : Implications for Research and Policy », Journal of Women, Politics and Policy, 34, 4 : 359-370.

SWISS TPH, 2014. « Étude nationale sur l'alimentation des nourrissons et la santé infantile durant la première année de vie », Bâle.

TOMORI C., 2015. Nightime Breastfeeding. An American Cultural Dilemma. New York, Berghahn Books.

WACQUANT L. J. D., 1995. « Pugs at Work: Bodily Capital and Bodily Labour Among Professional Boxers », Body & Society, 1, 1 : 65-93.

WALL G., 2001. « Moral Constructions of Motherhood in Breastfeeding Discourse », Gender & Society, 15, 4 : 592-610.

WHO, 2001. The Optimal Duration of Exclusive Breastfeeding. A Systematical Review. Geneva : Word Health Organisation.

WHO, 2007. Evidence on the long-term effects of breastfeeding: systematic reviews and meta-analysis. Geneva : Word Health Organisation.

WOLF J. H., 2006. « What Feminists can do for Breastfeeding and what Breastfeeding can do for Feminists », Signs, 31, 2 : 397-424.

WOLF J. B., 2011. Is Breast Best ? Taking on the Breastfeeding Experts and the New High Stakes of Motherhood. New York, New York University Press.

YOUNG I. M., 2005. On Female Body Experience. « Throwing like a girl » and other essays. New York, Oxford University Press.

Haut de page

Notes

1 Citation originale : « touching, talking and feeding are no longer ends in themselves, but tools mothers are required to perfect to ensure optimal development » (Faircloth, 2013 : 22).

2 Citation originale : « build a better baby » (Wall, 2001 : 603).

3 J’emprunte ici l’expression « se faire un corps » à Darmon, mobilisée dans son contexte pour décrire le processus de transformation de soi déployé par les anorexiques (Darmon, 2003 : 251).

4 J'assiste exclusivement à des suivis post-partum auprès de mères qui ont choisi d'allaiter leur enfant.

5 Ces prestations s'adressent aux femmes qui vivent une grossesse physiologique, et non aux grossesses labellisées "à risque". Une faible minorité de couples opte pour ce type de prestation. Selon les statistiques de l'Institut des sages-femmes, 4183 accouchements ont eu lieu sous la supervision d'une sage-femme indépendante en 2015 en Suisse (Erdin, et al., 2015), sur un total de 86 916 naissances, soit 4.8% des naissances, parmi lesquelles 2.5% ont eu lieu à domicile ou en maison de naissance.

6 Ce courant, initié par le pédiatre Sears et son épouse, auteurs à succès de guides destinés aux jeunes parents, émerge dans les années 1980 aux États-Unis et défend un parentage centré sur les besoins des enfants.

7 D’autres chercheuses (Gouilhers-Hertig, 2017; Perrenoud, 2016), qui ont également mené leurs travaux en Suisse romande, mais pas dans le canton de Vaud, constatent que les couples qui bénéficient d’un suivi global appartiennent essentiellement au moins à la classe moyenne. Mon échantillon est beaucoup plus hétérogène. D’après mes discussions avec les sages-femmes, cette hétérogénéité est représentative de leur clientèle.

8 Dans cet article, je me focalise sur l’ancrage corporel de l’allaitement, le vécu et le travail déployé par les mères. Bien que mes observations de terrain attestent leur implication dans ces processus, je ne développerai pas ici l’expérience des pères.

9 Il est intéressant de relever que beaucoup de mères fixent une limite à leur allaitement, influencées par une vision négative de l’allaitement dit "long". Elles refusent ainsi l’idée d’allaiter un enfant qui marche, qui parle, ou qui viendrait spontanément les déshabiller. Cette limite évolue toutefois au fur et à mesure de la pratique de l’allaitement, et il arrive parfois qu’elles allaitent finalement bien plus longtemps que ce qu’elles avaient initialement prévu.

10 Citation originale : « a concern with falling into essentialism in writing about maternal bodies » (Stearns, 2013 : 360).

11 Citation originale : « a radical, alternative form of embodied subjectivity » (Hausman, 2004 : 276).

12 Citation originale : « think and feel about their infants’ bodies » (Lupton, 2013 : 39).

13 Citation originale : « apparently individuated and autonomous bodies are actually experienced at the phenomenological level as intertwined” (Lupton, 2013 : 39).

14 Citation originale : « in a literal as well as a metaphorical sense » (Lupton, 2013 : 39).

15 Citation originale : « symbol of the "distortion" to known body boundaries » (Schmied &Lupton, 2001 : 242).

16 Citation originale : « solid, passive, inert » (Campo, 2010 : 55).

17 Citation originale : « to the work that individuals undertake on their own bodies and to the paid work performed on the bodies of others » (Gimlin, 2007 : 365).

18 Darmon reprend la notion interactionniste de « carrière », introduite par Hughes (1958), reconceptualisée et utilisée par Becker (1963) et Goffman (1968). Elle la mobilise comme « un outil efficace de prise en compte et d’objectivation du point de vue de celles qui s’engagent dans l’anorexie » (Darmon, 2003 : 14).

19 Citation originale : « the instrument and the object of their daily work » (Wacquant, 1995 : 66).

20 Citation originale : « learn to decipher in order better enhance and protect it » (Wacquant, 1995 : 67).

21 Tous les prénoms utilisés sont des prénoms fictifs.

22 J'ai rencontré des couples primipares et multipares. Il m'est cependant apparu que l'allaitement d'un deuxième, voire d'un troisième enfant soulève un questionnement parfois aussi intense que lors d'une première expérience. Chaque allaitement est vécu différemment, le ressenti des parents étant influencé par de multiples facteurs.

23 J'emprunte ici la notion de « script » à Gagnon (2008), utilisée dans le cadre de l'analyse d'un rapport sexuel.

24 Les guillemets utilisés dans la suite du paragraphe, ainsi que dans le paragraphe suivant, indiquent qu'il ne s'agit pas de mes propres termes, mais que je fais référence au jargon professionnel des sages-femmes. Ces termes reviennent très souvent au cours des visites post-partum.

25 Comme précisé en introduction, les sages-femmes ont une formation initiale biomédicale et, sur leur initiative personnelle, se forment également à des approches de soins complémentaires. Les remèdes proposés sont issus de cette double formation. Néanmoins, d’après mes observations, les mêmes remèdes – hormis quelques nuances mineures – sont proposés par chaque sage-femme ; il y aurait donc un effet d’uniformisation, au-delà des formations spécifiques de chacune.

26 Citation originale : « as a carefully managed site, and breastfeeding as a "project" – a task to be researched, planned, implemented, and constantly assessed » (Avishai, 2007 : 136).

27 Citation originale : « potentially faulty machines » (Dykes, 2005: 2287).

28 Certaines femmes présentent une hypolactation, une incapacité physiologique à produire suffisamment de lait. Ce phénomène reste très rare.

29 Cette préparation implique notamment la pratique d’activités physiques spécifiques telles que la natation ou le yoga prénatal, l’initiation à des techniques de relaxation, la préparation ciblée du périnée à l’aide d’exercices et d’outils dédiés, la consommation de tisanes soutenant l’activité utérine, etc. Voir notamment à ce sujet : Chautems (2011) et Gouilhers-Hertig (2017).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Chautems, « Quand l'allaitement « fait » la mère. Construction du corps maternel et enjeux identitaires autour des pratiques d'allaitement au sein », Anthropologie & Santé [En ligne], mis en ligne le 10 avril 2018, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/anthropologiesante/2926

Haut de page

Auteur

Caroline Chautems

Laboratoire d’Anthropologie Culturelle et Sociale (LACS), Faculté des Sciences Sociales et Politiques (SSP), Université de Lausanne (UNIL), Quartier UNIL-Mouline, Geopolis, bureau 5502, CH – 1015 Lausanne (Suisse), caroline.chautems@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Emerging Sources Citation Index
  • OpenEdition Journals