Navigation – Plan du site
Dossier thématique
Articles

Santé, humanitaire et politique : un hôpital itinérant de l’armée chinoise au Vanuatu

Health, Humanitarianism & Politics: A Chinese Army Hospital Ship in Vanuatu
Sanga Stuber-Vandame

Résumés

À partir de l’observation de l’intervention d’un bateau-hôpital de l’armée chinoise au Vanuatu, État du Pacifique Sud, cet article étudie les nouvelles configurations de la santé globale qui mêlent sanitaire, humanitaire et politique. Cette super-infrastructure éphémère fait se rencontrer experts médicaux de l’armée chinoise et résidents du Vanuatu pour quelques jours. Elle souligne le contexte postcolonial, où la dépendance aux aides extérieures est forte. L’ethnographie des situations engendrées par la présence du bateau-hôpital permet de mettre au jour le fonctionnement de l’unique hôpital public de la capitale Port-Vila. Celui-ci condense un foisonnement de projets qui juxtaposent des logiques internationales, transnationales et nationales. Trois aspects ont été retenus pour appréhender l’intervention humanitaire de l’armée chinoise : la dimension esthétique où le rôle de l’image est prépondérant, la dimension temporelle avec la question des traces et impacts à long terme et la dimension géopolitique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le premier bateau de croisière chinois est arrivé en décembre 2016 à Port-Vila avec 2 000 passagers
  • 2 Six missions similaires ont eu lieu en 2010 en Afrique (Djibouti, Seychelles, Kenya et Tanzanie), e (...)

1À Port-Vila, capitale du Vanuatu, des bateaux de croisière d’une capacité d’accueil de quelques 2 000 passagers accostent régulièrement. Ces immenses paquebots de luxe, blancs et scintillants avec piscine, hélicoptère et autres services, déversent des milliers de touristes, venus souvent d’Australie, mais également de Nouvelle-Zélande, Nouvelle-Calédonie et plus récemment de Chine1. Ils déambulent un ou deux jours dans les rues de la capitale et les plus courageux font le tour de l’île en bus privé. Personne n’oublie d’acheter quelques souvenirs « made in China », comportant des images de cocotiers et de plages paradisiaques. L’ampleur des navires et le nombre colossal de touristes contrastent avec le petit état insulaire du Vanuatu peuplé de quelques 280 000 habitants. En septembre 2014, un navire d’une autre nature entre au port : un hôpital itinérant de l’armée chinoise, le China's Peace Ark hospital appartenant au China’s People Liberation Army’s Navy Hospital (PLAN). À son bord, plus d’une centaine de médecins et paramédicaux sont présents. Le paquebot est équipé d’un hélicoptère, de trois cents lits, de huit salles d’opérations, de nombreux équipements médicaux (laboratoire d’analyse, scanner, ultra-sons…). Cette opération, nommée Mission Harmony 2014, a pour objectif de prodiguer des soins gratuits à la population, de proposer des échanges médicaux, de partager la culture chinoise, et elle a un rôle de diplomatie militaire. Avant d’arriver au Vanuatu, le navire a déjà accosté à Tonga et Fidji, il doit se rendre ensuite en Papouasie Nouvelle-Guinée2.

  • 3 La thèse d’Alice Servy (2017) ainsi que le mémoire de Nathanaelle Soler (2012) concernant les actio (...)

2Le Vanuatu, petit pays du Pacifique Sud est indépendant depuis 1980 mais reste encore sous l’emprise de liens asymétriques avec les anciens pays colonisateurs, la France et la Grande-Bretagne, ainsi qu’avec les grandes puissances avoisinantes. Ce pays est considéré comme un des plus pauvres du monde, selon les critères de l’ONU. Rapporté au nombre de ses habitants, c’est l’un des pays recevant le plus d’aides. Le fonctionnement du système de santé et la mise en place des politiques de santé publique dépendent financièrement des bailleurs de fonds dont l’Australie, la Chine, la Nouvelle-Zélande, le Japon, l’Europe et les États-Unis, des organisations internationales comme la Banque mondiale et l’ONU, des ONG internationales (World Vision, Oxfam…) et locales (Rotary Club, Croix-Rouge locale, …). Le maintien et le renouvellement des infrastructures de l’hôpital public de Port-Vila est aussi tributaire des investissements étrangers. Il en va de même pour les salaires des employés, la formation des médecins et l’accueil des soignants étrangers. Ces nombreuses aides apportées et ces investissements massifs, qu’ils soient destinés à des interventions sanitaires ou à la mise en place de politiques de santé publique, ont pour conséquence une concentration d’interventions, ultra-ponctuelles, sophistiquées et pour la plupart éphémères, au Vanuatu, et plus particulièrement dans la capitale, Port-Vila3. Les réalisations architecturales deviennent des traces tangibles de ces interventions d’aide au développement comme la construction d’un nouveau pavillon de l’hôpital public par le gouvernement japonais en 2014. Le bateau surnommé Arks peace de la Mission Harmony 2014 n’ayant pas vocation à rester au-delà de quelques jours, des moyens gigantesques sont déployés pour marquer l’imaginaire collectif.

3Ce paquebot militaire est surnommé par des chercheurs en politique « la coque blanche » (the white hull), en contraste avec la couleur grise des navires militaires ordinaires, ou « l’éléphant blanc » (the white elephant), expression désignant une réalisation d’envergure dont l’intérêt est discutable (Dielh & Major, 2015 : 276). Sa venue, ainsi que la mise en scène de l’intervention et sa très courte durée, sont une opportunité pour analyser la matérialisation d’un phénomène relevant de la santé globale. En ethnographie, l’événement constitue un analyseur privilégié des modes d’actualisation de la globalisation (Bazin et al., 2004). C’est aussi le moyen de décrire une situation localisée, dans le temps et l’espace, pour l’inscrire dans une temporalité plus longue et lui donner un sens au-delà de l’immédiateté (Bensa, 2006). Un événement prend un pouvoir explicatif et permet de dévoiler des logiques d’ensemble à partir de séquences d’actions minutieusement détaillées (De l’Estoile, 2008).

4Dans cet article, il s’agit d’étudier la façon dont l’arrivée de ce bateau-hôpital est vécue et fait événement parmi les habitants du Vanuatu. En m’appuyant sur les données recueillies lors de mon enquête de terrain au Vanuatu, je décris cette mission de l’armée chinoise, les situations engendrées au sein des institutions et les émotions ressenties par les personnes que j’ai pu observer et interroger. Les médias locaux ont surtout mis en avant l’incroyable prouesse technique que représente cette intervention : nombre de consultations, cérémonies, accords signés. L’ethnographe attire l’attention sur un tout autre versant, sur la manière dont se sont déroulées les opérations et sur les motivations qui sous-tendent cette intervention. Il s’agit également de saisir en quoi cette mission signale une réinvention de la forme et du rôle de l’hôpital tout en restant dans la parfaite continuité historique d’interventions sanitaires ponctuelles. Le Vanuatu a connu des vagues successives d’investissements financiers dans le domaine de la santé, apportant différents savoirs, techniques, matériaux et quantité de personnel médical. En quoi cette intervention chinoise se distingue-t-elle des autres aides extérieures ? Enfin, le rôle de cet hôpital ambulant prend tout son sens dans un cadre géopolitique plus large où l’investissement dans le soin devient une arme politique.

5Après la présentation du déroulement de mon enquête ethnographique, et la retranscription de quelques observations de l’intervention et des réactions des ni-Vanuatu (habitants du Vanuatu), je propose dans ce texte une analyse des spécificités de cette intervention et des outils utilisés pour qu’elle reste inscrite dans les mémoires.

Enquête ethnographique au long court

  • 4 Médecine locale qui présente une hétérogénéité de pratiques selon les lieux et qui peut regrouper d (...)
  • 5 J’ai mené une trentaine d’entretiens auprès de différents soignants de la médecine moderne et tradi (...)

6Je suis restée dix mois au Vanuatu, entre juin 2014 et avril 2015. J’ai mené des observations dans différentes structures de soins de la capitale du pays pour étudier la place de la médecine locale, dite traditionnelle, au sein des politiques de santé publique et des pratiques au quotidien4. J’ai ainsi recueilli des points de vue variés et fait des observations à différentes échelles : dans une petite ONG locale, au ministère de la santé, à l’hôpital public, dans un dispensaire municipal, auprès de guérisseurs. J’ai conduit des observations directes, de nombreux échanges informels et des entretiens. Ma double formation en psychomotricité et en sciences sociales, ainsi que la durée de mon terrain, m’ont donné accès à des positions diversifiées sur le terrain – soignante, observatrice, patiente – et permis de porter un regard critique sur les soins proposés. Avec mon statut de psychomotricienne, j’ai pu m’immiscer dans différents services de l’hôpital public, comme les urgences pédiatriques et le service de psychiatrie. Grâce à mon immersion au sein d’une ONG locale j’ai pu assister à des réunions entre différentes ONG et organisations étatiques, et participer à des prises en charge et des visites dans différents villages. Le personnel soignant et les patients étaient informés de ma position de chercheuse et de psychomotricienne. Ce contact direct avec le personnel local de l’hôpital, du dispensaire et de l’ONG, ainsi qu’avec les patients et bénéficiaires de l’ONG, m’a aidé à mieux saisir le quotidien des pratiques de soin5.

Arrivée d'un hôpital itinérant chinois à Port Vila

  • 6 Club chinois : association de résidents chinois à Port-Vila qui possède un bâtiment dans la ville e (...)

7L’hôpital itinérant chinois arrive au Vanuatu le 31 août et repart le 7 septembre 2014. Au cours des six jours où ils sont présents, les médecins et infirmiers chinois proposent des consultations à l’intérieur du navire et une équipe mobile se rend à l’hôpital public de Port Vila ainsi qu’au Club chinois6 et dans un village proche de la capitale. L’intervention sanitaire n’advient pas au moment d’une crise humanitaire, et les consultations consistent en bilans de santé générale, sans cibler une maladie ou une population spécifiques. De ce fait, elle s’adresse à tous et implique un nombre important de personnes compte tenu du temps imparti. L’organisation des consultations est difficile à mettre en place et cela se traduit par une longue attente pour les patients et de nombreuses annulations de rendez-vous. Une file d’attente de plusieurs heures se constitue chaque jour devant le paquebot, des chaises et une tonnelle sont installées pour se protéger du soleil. À l’hôpital public, de longues heures d’attentes, voire plusieurs jours, sont nécessaires pour pouvoir bénéficier des consultations des médecins et infirmiers chinois. Certaines personnes ne pourront d’ailleurs malgré cela rencontrer les professionnels de santé chinois.

  • 7 Photos et texte disponible sur le Site Pacifique Institute of Public Policy [en ligne], http://paci (...)

8Mes premières réactions face à l’arrivée de cet immense navire chinois au Vanuatu sont l’étonnement et l’amusement. La venue de ce bateau-hôpital impose la présence de la Chine d’un point de vue visuel et architectural. La hauteur du navire et sa propreté contrastent avec les ferries rouillés du Vanuatu qui effectuent les trajets inter-îles au sein de l’archipel. Pour se rendre au quai, il faut d’abord prendre une route en terre bordée de stands fermés recouverts de bâches. Ils appartiennent aux femmes qui vendent des objets aux touristes quand viennent les bateaux de croisière. Une pirogue en bois est disposée au petit embarcadère des douanes maritimes qui semble miniaturisé par la présence du paquebot de l’armée chinoise. Je me rends au port pour voir de plus près cet immense navire. C’est la fin d’après-midi, la file d’attente de personnes souhaitant bénéficier d’une consultation a disparu, quelques militaires chinois font du jogging sur la terre ferme, les équipes médicales reviennent de leurs interventions. Des ni-Vanuatu curieux circulent encore sur le quai, quelques femmes sont assises sur des chaises, un photographe canadien leur pose des questions et prend des photos pour la revue en ligne Pacifique Institute of Public Policy7. Sur le quai je parle avec un chinois résident entre le Vanuatu et la Nouvelle-Zélande. Grâce à son introduction, je peux visiter le navire. L’intérieur ressemble à un hôpital moderne, totalement neuf avec plusieurs étages. J’empreinte de longs couloirs, traverse une multitude de pièces, les signalisations sont en chinois et en anglais. Les services proposés vont de la pédiatrie à la gynécologie, la chirurgie, l’ophtalmologie, etc. Je visite la salle de médecine traditionnelle chinoise : deux lits, des posters, des ventouses, un mannequin sur lequel sont dessinés les méridiens. Le médecin présent m’explique qu’ils ne pratiquent pas l’acupuncture en raison du taux d’humidité très élevé qui pourrait entraîner des complications dues au risque d’infection.

Salle dédiée à la médecine traditionnelle chinoise dans le China Arks peace Hospital, 5 septembre 2014, Sanga Stuber-Vandame ©

Un événement à caractère extraordinaire ?

  • 8 WILLIE G., 2014. « Ark peace treats 7,512 in Vanuatu », Vanuatu Daily Post, 8 septembre : 3. « The (...)

9Largement médiatisée dans les journaux locaux, cette visite fait événement par le nombre de personnes qui ont souhaité bénéficier des soins de l’hôpital itinérant, par les cérémonies à l’arrivée et au départ du navire ainsi que par la quantité d’objets distribués par l’équipage du bateau (radiographies, drapeaux, peluches, etc.) et le nombre d’images produites (photographie, vidéo, articles, etc.). Dans un article du 8 septembre 2014 paru dans le Vanuatu Daily Post, on peut lire « Le commandant de la Mission Harmony-2014 a déclaré que ‘la Défense nationale chinoise nous a ordonné de répandre l'amour et l'amitié avec une expertise sincère et des services de haute qualité’«  (traduction de l’auteure)8. Le ton est ainsi donné, les dimensions affective, sanitaire et sécuritaire se croisent et se mélangent.

10Cet événement prend sens dans le contexte de la santé globale. Ce terme, utilisé depuis 1990, permet de définir l’ensemble des acteurs, des organisations, des missions, mobilisés dans des projets de santé à l’échelle internationale mais aussi les valeurs et idées qui les sous-tendent. Selon Guillaume Lachenal (2013), la santé globale regroupe une constellation d’initiatives, institutions, ONG, associations, fondations, partenariats public-privé, développant des projets à l’échelle internationale dans lesquels la réalité des pratiques et des conditions locales d’exercice de la médecine est souvent peu prise en compte. Cette profusion d’interventions engendre de nouveaux marchés financiers (nouveaux emplois, venus d’expatriés). La santé globale tend à une transnationalisation des pratiques de santé avec des standards et des protocoles universels. Elle entraîne des « reconfigurations profondes des logiques et des modes d’interventions sanitaires » (Lachenal, 2013 : 62), ainsi qu’une multiplication et une frénésie de projets, ayant un caractère parfois extraordinaire.

  • 9 Toktok en bislama, langue nationale du Vanuatu, veut dire « parler ». Ce mot désigne également un d (...)

11La visite d’une équipe mobile de l’armée chinoise, venue proposer une séance d’éducation thérapeutique aux personnes handicapées et au personnel de l’ONG où je mène mes observations, illustre, par sa mise en scène, le caractère extraordinaire que peuvent prendre les projets de santé globale. Le centre pour personnes handicapées situé à Port-Vila est une organisation locale, née en 1986 d’une émanation de la Croix Rouge du Vanuatu sous l'impulsion d'un groupe d'expatriés. Il est aujourd’hui subventionné et géré par un assemblage hétéroclite de plus d'une vingtaine de partenaires et donateurs : gouvernements (Vanuatu, Australie, Japon), Rotary Club, ONG locales (Friends for people with special needs), associations religieuses, entreprises. L’intervention de l’armée chinoise prend la forme d’un spectacle sanitaire et diplomatique. Des cadeaux sont distribués par les militaires chinois et les mères des enfants accueillis au centre pour personnes handicapées leurs remettent des colliers de fleurs. Cette mise en scène d’échanges de cadeaux, de discours et de cérémonies de bienvenue s’intègre tout à fait aux pratiques du Vanuatu9. La venue des professionnels de santé chinois au centre a un double objectif : montrer que les personnes handicapées n’ont pas été oubliées dans la Mission Harmony et l’ONG locale veut souligner l’importance de l’accès aux soins pour les personnes handicapées. Une délégation est venue la veille pour régler les détails pratiques : aménagement du lieu, installation électrique, tables, chaises… Le jour J, les femmes de l’ONG (personnel du centre et mères des enfants handicapés) préparent des colliers de fleurs pour accueillir les chinois. Après une longue attente pour les enfants et leurs parents, le spectacle peut enfin commencer. Les médecins, les infirmiers et le personnel du bateau militaire chinois arrivent dans leurs uniformes impeccables, contrastant avec les tenues décontractées ordinaires des habitants de l’île. Ils ont des cartons remplis d’objets à donner, un photographe et un cameraman les accompagnent pour immortaliser la cérémonie. Ils installent des banderoles, mettent de la musique chinoise et montrent des images de la Chine. Ils distribuent des pandas en peluche, des stylos, des cahiers et des drapeaux du Vanuatu et de la Chine. Les médecins donnent ensuite des consultations aux enfants et au personnel du centre autour des tables et des chaises sorties pour l’occasion. Les gestes médicaux sont davantage symboliques que cliniques : les auscultations se résument à une prise de pouls et à quelques notes dans un dossier dont l’utilité médicale reste incertaine. Concernant la prise en charge des différents handicaps, les professionnels médicaux chinois préconisent simplement de continuer la stimulation des enfants par des exercices physiques. Tout se passe à l’extérieur ; les consultations ont lieu au regard de tous. Pour des examens approfondis, il faut aller sur le bateau ou à l'hôpital. Un diagnostic d’hypertension est donné à deux personnes qui travaillent au centre. Mais que faire après ? Le secrétaire de l’association ne va pas aller sur le bateau, mais prier et boire beaucoup d’eau. Il se déplace en fauteuil roulant et ceci peut expliquer en partie pourquoi il n’est pas allé voir les médecins sur le navire. La difficulté pour trouver un moyen de transport et le poids financier que cela représente sont des freins à la mobilité pour de nombreux ni-Vanuatu et plus particulièrement pour les personnes à mobilité réduite. Une bénévole, qui accueille les enfants et leur famille, a les larmes aux yeux. On lui a dit que quelque chose n’allait pas, elle est donc allée sur le bateau. Il y avait plein de monde et, comme elle n’avait pas son dossier, elle est revenue bredouille. Elle a finalement vu une infirmière ni-Vanuatu à l'hôpital. Enfin, le secrétaire s’est décidé à aller à l’hôpital public de Port-Vila mais il n’a pas pu voir de médecin.

Accueil des militaires chinois dans la petite ONG locale, 2 septembre 2014, Sanga Stuber-Vandame©

  • 10 WILLIE G., 2014. « Australian military doctors impressed with Ark Peace mission », Vanuatu Daily Po (...)

12L’arrivée du navire et la mise en place des interventions des professionnels de santé chinois éclairent les attentes, les tensions, mais aussi l’investissement de l’espace de soins proposé par le navire chinois, à la fois sur le bateau et dans les lieux aménagés sur la terre ferme. Des mondes hétérogènes se côtoient quelques jours suscitant, de la part des bénéficiaires, curiosité, espoir, confiance mais également déception, attente, angoisse ou rejet. « The gift from God10 », aurait-dit une ni-Vanuatu, en parlant de la visite de l’armée chinoise. Cette déclaration à connotation religieuse illustre la confiance et l’espoir en une médecine pleine de promesses. Nombreux sont les ni-Vanuatu qui se sont rendus sur le bateau, impressionnés et satisfaits de leur consultation. Un jeune homme sur le quai a sa radiographie des poumons à la main et m’explique qu’il est très content de sa visite chez les médecins chinois. Il porte une belle chemise repassée, des chaussures fermées. Je le croise ensuite au volant d’un gros 4X4. L’objet matériel que représente la radiographie peut être interprété comme un signe tangible de la modernité. Avoir pu se rendre sur le navire est perçu comme une opportunité et une chance, comme me le raconte un fonctionnaire de l’administration avec qui je discute plus tard. D’autres sont plus sceptiques. Un soir, je discute avec un français qui habite au Vanuatu depuis de longues années. Selon lui, les chinois utilisent les îles pour faire des essais pour des médicaments et former leurs étudiants. Au Vanuatu, de nombreuses personnes mettent en avant les avantages des aides extérieures (routes, bâtiments, médicaments, formations) quand d’autres se questionnent sur les intérêts et les contreparties demandées par les pays donateurs.

Au-delà des chiffres

13J’ai observé ici une esthétique de la santé globale, comme l’a décrit Guillaume Lachenal (2013), qui use d’autoritarisme, d’une certaine forme de paternalisme médical, de grandiloquence et d’une « foi naïve dans les miracles technologiques » (Lachenal, 2003 : 59). Les médias locaux ainsi que la presse chinoise ont valorisé le nombre de consultations et la générosité de l’armée chinoise. L’image du progrès est mise en avant avec une médecine de pointe qui lie technicité, efficacité et rapidité. Dans les journaux locaux, l’analyse de l’intervention chinoise s’est traduite par une performance de chiffres : 7 512 personnes ont bénéficié d’une consultation, y compris les ressortissants chinois, dont 1 322 à Mélé, un village proche de la capitale, 1 933 au club chinois de la ville, 1 210 à l’hôpital public où une équipe chinoise s’est déplacée et 3 045 sur le navire même. Aux nombres de consultations s’ajoute le nombre d’opérations menées : 33 bilans de santé, 26 hospitalisations, 58 opérations chirurgicales, 3 382 examens complémentaires tels que tests sanguins et électrocardiogrammes. Le déroulement de la Mission Harmony prend la forme d’un rituel mis en scène, avec des costumes, des accessoires et elle crée une situation hors du commun. Malgré ses spécificités, cette intervention participe aux problèmes liés à l’omniprésence de l’aide extérieure dans le paysage océanien. L’image de progrès est mise à mal par un certain manque d’organisation. Les consultations prévues n’ont pas toujours lieu et se font à l’extérieur du bateau, au sein même de l’hôpital public de la capitale qui n’a pas toutes les installations nécessaires. Il y a un décalage entre les attentes et espoirs que peut susciter la visite de médecins étrangers et la réalité des prises en charge. Le bateau-hôpital reproduit les mêmes manquements structurels que l’hôpital public, tels que retards, défaut d’information, manque de médecins spécialisés.

Une multitude d’interventions au sein de l’hôpital Central de Port-Vila

14Le paquebot chinois, par son infrastructure impressionnante, la technologie à disposition et le nombre de professionnels à bord, contraste avec le manque de moyens, la pénurie de matériel et les conditions précaires du personnel de l’hôpital public. La Mission Harmony et le navire Arks peace se présentent comme opérant aux antipodes du fonctionnement de l'hôpital Central de Port-Vila. Pour autant, l’intervention militaro-sanitaire chinoise s’inscrit dans une succession d’interventions ponctuelles et de séjours de professionnels étrangers au sein des locaux de l’hôpital.

L’hôpital Central de Port-Vila, du passé colonial aux investissements étrangers

15L’intervention chinoise s’inscrit dans une trajectoire plus longue et une tradition exogène de la médecine au Vanuatu (Van Dormael, 1997), c’est-à-dire une implantation de la biomédecine aux spécificités liées au pays colonisateur. Au Vanuatu, les logiques coloniales, missionnaires et militaires ont motivé les premières structures de biomédecine. Les missionnaires ont mis en place les premiers dispensaires et hôpitaux dès 1839. Ils sont suivis, en 1911 et 1913, par le gouvernement britannique et français dans la construction des premiers hôpitaux (MacClancy, 2002). Après l’indépendance en 1980, le gouvernement en place regroupe en un unique lieu, l’hôpital Central, les services des trois hôpitaux existant à Port-Vila : français, britannique et national. Malgré la volonté d’autonomie économique du nouvel État, le secteur de la santé souffre d’un manque de moyen chronique.

  • 11 En 2014, le prix des consultations médicales varie de 200 vatus à 13 000 vatus (1,25 euros à 81, 25 (...)

16L’hôpital Central de Port-Vila est l’unique hôpital public de la capitale. D’autres établissements de soins existent : plusieurs cliniques privées tenues par des médecins étrangers pour la plupart australiens, français et chinois. Une nouvelle clinique a ouvert ses portes en 2015, la première créée par des médecins ni-Vanuatu issus de l’hôpital public. De petits dispensaires tenus par des infirmiers ni-Vanuatu sont disséminés dans les quartiers et il existe aussi des cliniques gérées par des organismes religieux. Les prix des consultations sont très variés selon les structures et la nationalité des patients11. Jusque dans les années 2000, les médecins du Vanuatu étaient majoritairement étrangers. Depuis quelques années, le nombre de médecins ni-Vanuatu augmente : ils partent se former à Fidji, en Nouvelle-Zélande, en Australie, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, en Chine, etc. grâce aux bourses d’études délivrées par différents gouvernements. En 2017, une promotion de 27 médecins est revenue de Cuba. Le premier psychiatre ni-Vanuatu, qui est également le premier psychiatre au Vanuatu, travaille actuellement à l’hôpital public. Ces professionnels ont des diplômes internationalement reconnus, parlent le bislama et les langues vernaculaires, ils connaissent la culture et les modes de vie des habitants. Cette relation asymétrique, entre professionnels étrangers considérés comme mieux formés, disposant de moyens financiers importants, et les professionnels ni-Vanuatu, pourrait évoluer à l’avenir vers une meilleure répartition des savoirs et des statuts. Les nouveaux médecins ni-Vanuatu qui reviennent au pays seront peut-être les futurs chefs de services, aptes à gérer les équipes dans les hôpitaux et les structures de soin.

17L’hôpital Central est situé dans les hauteurs de Port-Vila. Il est entouré d’un côté par un quartier populaire nommé Seaside, constitué en grande partie de maisons en tôle et concentrant la densité la plus importante d’habitants du Vanuatu (Servy, 2017). De l’autre côté, sont implantés des hôtels de luxe et de grandes villas. L’hôpital délivre des soins de santé primaire, et a une activité en chirurgie, pédiatrie, maternité et psychiatrie. Il a une capacité de 200 lits. L’hôpital a plus d’un demi-siècle d’existence : il a été construit en 1970 par le gouvernement britannique. Il conserve actuellement des vestiges de la période coloniale tels que les pavillons bas construits par les Britanniques et affiche sa nouvelle dépendance aux aides extérieures par les infrastructures financées par les investisseurs étrangers. Ainsi, des plaques accrochées aux murs et à l’entrée de certains pavillons listent les noms des donateurs, les sommes d’argent engagées et les dates d’inauguration des bâtiments. Sur ces plaques, la Chine, le Japon, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et des organismes privés comme le Rotary Club figurent en bonne place. Le 7 novembre 2014, un nouveau bâtiment, financé et construit par le Japon, a été inauguré. Il accueille un service de médecine ambulatoire, les urgences, un service de radiologie, un laboratoire d’analyse et des blocs opératoires. C’est l’unique bâtiment de plusieurs étages de l’hôpital. Un parking et une route goudronnée pour y accéder ont également été construits. L’image de l’hôpital change radicalement selon l’entrée que l’on emprunte : d’un côté, par ce parking et ce grand bâtiment neuf, entourés des clôtures séparant l’hôpital du reste de la ville et, de l’autre côté, par une piste en terre, sans délimitation franche avec le quartier voisin, donnant accès à des bâtiments bas plus anciens dont la peinture s’écaille.

Hôpital Central de Port-Vila, le nouveau bâtiment financé par le gouvernement japonais mais non encore utilisé, septembre 2014, Sanga Stuber-Vandame ©

Hôpital Central de Port-Vila, service de maternité, septembre 2014, Sanga Stuber-Vandame ©

  • 12 Vanuatu Daily Post, 16 janvier 2015. « VCH (Hôpital central de Port-Vila) lance un appel aux dons p (...)
  • 13 MAKIN B., 2016. Happy International Womens’ Day ? Pregnant women still sleeping on hospital floor i (...)

18Cette hétérogénéité temporelle, due aux aléas des financements, se retrouve à l’intérieur même des pavillons. Alors que les nouveaux services sont équipés de machines de haute technologie importées par le Japon, le service de pédiatrie lance un appel aux dons et aux soutiens pour rénover ses locaux12. Le service de maternité est surpeuplé, des femmes doivent dormir sur des matelas à même le sol par manque de place13, et les consultations se font dans le couloir. À l’inverse, du matériel de pointe, comme un scanner, reste parfois inutilisé faute de personnel formé pour l’utiliser ou le réparer. Les priorités des investisseurs étrangers ne correspondent pas toujours aux réalités des pratiques quotidiennes et produisent des inégalités entre les différents services. Les financements et les projets mettent l’accent sur des aspects matériels et se déroulent sur de courtes périodes, ce qui ne permet pas un réel appui pour le fonctionnement de l’hôpital et la coordination des soins. La multiplication de projets financés par différents organismes dans le cadre de coopérations bilatérales ou de financements internationaux, crée des espaces de soins fragmentés. Les logiques d’imposition, sans concertation avec les acteurs locaux, renforcent les relations asymétriques et creusent les inégalités. Ce manque de coordination est également évident entre ONG. J’ai observé des visites à domicile inutilement répétées par différents organismes et a contrario des besoins de matériel basique non satisfaits, malgré les multiples donations.

  • 14 « Programme de réforme globale » de la Banque mondiale, initialement lancé en Afrique et comportant (...)

19 Depuis le programme d'ajustement structurel14 qui a débuté en 1997 (Wittersheim, 2006), les conditions d’exercice de la médecine se précarisent. Plusieurs manifestations et mouvements de contestation ont eu lieu à l’hôpital de Port-Vila en 2014. Les médecins et infirmiers expriment leur mécontentement vis-à-vis du gouvernement qui ne les rémunère pas, certains n’ont pas perçu leur salaire depuis plus d’un an. Les infirmiers ni-Vanuatu sont nombreux à ne pas trouver de travail. Malgré des investissements étrangers importants, l’hôpital Central de Port-Vila reste fragile dans son fonctionnement au quotidien, avec de fréquentes ruptures de stock de matériel de base, une précarité des professionnels et une surcharge de travail.

Des équipes médicales éphémères

  • 15 Le gouvernement chinois envoie des médecins pour des missions de deux ans depuis une vingtaine d’an (...)
  • 16 De nombreux blogs et sites existent sur Internet où des internes en médecine racontent leur expérie (...)

20Au cours des dix mois de mon terrain, j’ai observé les allées et venues de nombreuses personnes, l’arrivée de nouveaux matériel de santé, de nouveaux aménagements, ainsi que la mise en place de nombreux projets. Le personnel ni-Vanuatu de l’hôpital Central est régulièrement amené à travailler avec des professionnels étrangers. L’hôpital doit gérer la présence d’intervenants venus d’autres pays, sur des périodes pouvant aller de quelques jours à quelques années15. Dans un même espace, des professionnels de divers horizons, ne parlant pas nécessairement la même langue, se retrouvent réunis. L’hôpital public de Port-Vila accueille ainsi les futurs médecins des puissances avoisinantes comme l’Australie ou la Nouvelle-Zélande. Des internes en médecine de ces deux pays, surnommés les « babies doctors » tant par les professionnels médicaux étrangers que ni-Vanuatu, viennent pour une durée de six mois à un an. Travailler dans un pays en voie de développement leur offre l’opportunité d’accéder à des responsabilités et à une liberté d’exercice qu’ils ne pourraient pas trouver dans leur pays d’origine avec leur niveau d’étude16. L’hôpital s’apparente ainsi à une école de formation pour « babies doctors ». Ils vivent souvent en colocation, se retrouvent entre eux pour profiter des activités touristiques qu’offre le pays et se mélangent peu avec les habitants de l’île. J’ai rencontré une jeune orthophoniste australienne venue au Vanuatu en tant que volontaire au sein de l’ONG locale où je mène mes observations. Elle m’explique qu’elle compte le nombre de week-ends dont elle dispose pendant son séjour au Vanuatu pour pouvoir faire des excursions, louer un bateau, aller à la plage. À son arrivée au Vanuatu, une semaine d’intégration a eu lieu avec l’ensemble des volontaires australiens pour apprendre le bislama et se faire « adopter » par une famille ni-Vanuatu. La plupart des intervenants extérieurs ne connaissent pas le bislama, langue nationale du Vanuatu, et il n’existe pas d’encadrement à l’échelle locale de ces professionnels, considérés comme mieux formés que les ni-Vanuatu. Une infirmière française m’explique ainsi qu’un chirurgien chinois résidant au Vanuatu ne peut pas pratiquer en raison de la barrière de la langue et qu’une sage-femme chinoise ne travaille qu’avec les personnes issues de l’immigration chinoise et passe le reste de son temps en tâches de rangement. Si leurs compétences scientifiques sont reconnues, leur adaptation au pays dans lequel ils viennent travailler est parfois difficile du fait d’une méconnaissance de la langue et du mode de vie des habitants. Le manque de moyens disponibles pour les accueillir et les encadrer contribue à renforcer le caractère éphémère et inadapté de leur présence.

21Les équipes de santé du navire chinois reproduisent des situations similaires. L’hôpital itinérant Arks peace, flambant neuf, se déplace d’île en île dans le Pacifique sans s’intégrer aux conditions de la vie locale. Le soin « humanitaire » de courte durée crée des tensions temporelles dans la délivrance des soins. « Je ne suis pas sûre que ce soit très bénéfique pour le patient » explique une infirmière qui travaille à l’école d’infirmiers localisée à proximité de l’hôpital public de Port-Vila, elle exprime ainsi son inquiétude vis-à-vis des différentes interventions de professionnels étrangers. « Vous restez longtemps ! » me dit en anglais un jeune médecin chinois du navire hôpital quand il apprend que je séjourne plusieurs mois au Vanuatu. Il ne semble pas comprendre les raisons et surtout l’intérêt d’un long séjour dans ce pays. La visite éclair de l’hôpital itinérant s’apparente au tourisme de masse qui ne laisse pas le temps de rencontrer les habitants et de partager leur quotidien. À l’image des touristes australiens qui descendent pour une journée de leur bateau de croisière, les soignants de l’armée chinoise ne quittent leur embarcation que quelques heures, prennent des photos, et repartent aussitôt.

22La communication ajoute une difficulté supplémentaire dans ces rencontres de courte durée. Une infirmière qui travaille dans un dispensaire municipal de la capitale m’explique qu’elle n’ira pas consulter les médecins du navire chinois en raison de la barrière linguistique : « on ne parle pas la même langue, ça ne sert à rien ». Pour servir d’interprète j’accompagne un ni-Vanuatu d’une cinquantaine d’années au service d’ophtalmologie de l’hôpital public de Port-Vila, où doit se rendre une équipe du navire chinois. Il m’a demandé de venir avec lui car il ne parle pas anglais et a besoin d’un traducteur de l’anglais au français. Nous nous retrouvons à six heures du matin devant le service d’ophtalmologie où nous allons attendre durant cinq heures. La salle d’attente est pleine, composée de ni-Vanuatu et, situation rare, de ressortissants français nés sur le territoire. La personne que j’accompagne consulte finalement la praticienne ni-Vanuatu qui exerce habituellement. Elle diagnostique une cataracte et lui conseille de revenir dans six mois, quand des professionnels australiens viendront pour faire l'opération. Dans un autre service de l’hôpital, des médecins chinois attendent des patients. Dans les couloirs de la maternité, je croise une sage-femme du navire chinois qui ne trouve pas grand-chose à faire. Ceci peut s’expliquer par la barrière de la langue, le manque de coordination mais aussi par l’accueil qui lui est réservé par les équipes de soins locales.

23Une pédiatre de l’hôpital public de Port-Vila me confie que la venue de l’hôpital itinérant chinois a été mal préparée, ce qui engendre une charge de travail supplémentaire pour les équipes locales. Elle n’a pas souhaité participer à la mise en place de l’intervention. Les équipes de soin locales ont dû recevoir des patients inquiets du diagnostic donné par les médecins chinois. Cette intervention, au lieu de soutenir un système de santé fragile, a souligné les inégalités et désorganisé l’hôpital public.

Ré-invention du soin à l’ère de la santé globale

24L’investissement dans le domaine de la santé prend de « nouvelles formes de légitimité sanitaire ou humanitaire qui semblent ainsi s’imposer presque naturellement aux dépens d’autres configurations possibles » (Fassin, 2005 : 397). Les différents organismes qui interviennent ponctuellement portent peu d’attention à la qualité de la relation soignant-soigné et aux conditions de travail dans les lieux de soin. Il existe cependant une prise de conscience de la part de certaines ONG et une volonté de coordonner davantage les projets d’aide, de mieux collaborer entre soignants de différents pays intervenant au sein de l’hôpital et de mieux former les professionnels étrangers à la langue et au mode de vie local. Toute la question est de savoir qui a la charge de coordonner les différents projets et d’assurer une pérennité et une cohérence des interventions à un niveau local, à l’échelle de l’hôpital, mais aussi au niveau national.

25La constance des apports extérieurs renforce la perception d’un « cadeau » venu d’un « ailleurs » et fait écho aux témoignages positifs des ni-Vanuatu sur la présence militaire américaine pendant la seconde guerre mondiale (Lindstrom et al., 1998). Pendant la guerre contre le Japon en 1941, les Américains ont établi leurs bases militaires dans les îles du Pacifique. Ils ont construit des routes, des hôpitaux militaires dès 1943 pour soigner leurs blessés. C’est le début des antibiotiques, l’arrivée de la pénicilline et des avancées chirurgicales. L’idée que le progrès, la richesse et l’abondance arrivent par bateau évoque les cultes du cargo, mouvement de contestations créé au moment de l’arrivée massive de marchandises occidentales et des bateaux qui les contiennent lors de la période coloniale (Ciavolella & Wittersheim, 2016) .

  • 17 « It’s not a tentative step but a commencement of a new medical service mode » WILLIE G., 2014. « A (...)

26Si, comme le dit un chef militaire de la Mission Harmony, « ce n’est pas une tentative isolée mais le commencement d’un nouveau modèle médical » (traduction de l’auteure)17, il est urgent d’analyser et d’identifier ces nouveaux modes de gestion de la santé. La courte durée des missions humanitaire et sanitaire, la relation asymétrique entre soignants et patients, le manque de réflexion et d’échange, en amont ou en aval, n’offrent pas un cadre propice à une réelle amélioration des services de santé et des prises en charge. Le geste médical s’apparente à un outil diplomatique et ne propose pas de réfléchir aux problèmes sanitaires que rencontre le pays visité.

Un hôpital comme arme géopolitique

27Cette visite éphémère et effervescente de l’hôpital mobile militaire chinois questionne les nouvelles configurations de la santé globale. Cette mission brouille les pistes entre l’humanitaire et le militaire, et entre la médecine et la politique. Les armées investissent dans le soin humanitaire. Le USNS Mercy Hospital ship de l’armée américaine parcourt le Pacifique depuis 2006 pour prodiguer des soins gratuits dans le cadre d’un projet : The Pacific Partnership. Ce navire associe des ONG et des militaires pour effectuer des missions humanitaires. Surnommé le « navire de l’espoir », il fait écho au « navire pour la paix » de l’armée chinoise qui a commencé ses missions humanitaires en 2011. Comment analyser ces nouvelles configurations qui mêlent militaires, personnel de santé et de l’aide humanitaire ? Au regard des multiples aides extérieures provenant de nombreux pays, on peut s’interroger sur les motivations qui sous-tendent ces actions. Les rivalités entre grandes puissances avoisinantes se matérialisent dans le domaine de la santé par la construction de bâtiments et la fourniture de nouveaux équipements. Les cérémonies, photos et articles se multiplient pour l’inauguration de nouveaux bâtiments, de matériel, de voitures de fonction ou des dons sous forme de chèque. Au Vanuatu, les drapeaux des différents États donateurs flottent à l’entrée des édifices et sur les voitures du gouvernement.

Un pays convoité18 : aider pour mieux gouverner

  • 18 Terme emprunté au nom du Colloque "l’Océanie convoitée", qui a eu lieu à l’Ehess le 14 et 15 septem (...)
  • 19 La Mélanésie comprend le Vanuatu, Fidji, les Îles Salomon, la Nouvelle-Calédonie et la Papouasie-No (...)
  • 20 Israaid, Site d’Israaid [en ligne], http://www.israelscienceinfo.com/environnement/humanitaire-apre (...)
  • 21 En juin 2017, le Vanuatu reconnait officiellement Jérusalem comme étant la capitale d’Israël.

28Durant la guerre froide, les États-Unis et l'Australie ont surveillé de près les micro-états du Pacifique Sud. Dès 1975, l'Australie a augmenté son budget d'aide aux services publics pour ces pays, prenant le rôle de « gendarme du Pacifique » (Babadzan, 2007). La Mélanésie19 est décrite comme une zone d'instabilité et d’États en faillite, ce qui légitime l’intervention des grandes puissances dans les affaires intérieures. Parallèlement, juste après l’indépendance de l’Algérie, la France cherche un nouveau terrain pour ses essais nucléaires. De nombreux investissements dans les hôpitaux et les dispensaires, ainsi que la venue de médecins, vont être mis en place dans le but de valoriser la France. Les premières campagnes de vaccination du BCG ont lieu en 1967, suivies du DT-COQ-POLIO en 1973. Ceci illustre le lien étroit entre investissement militaire et promotion de la santé. Plus récemment, après une catastrophe climatique au Vanuatu, les opérations humanitaires de certaines ONG ont montré le lien entre soin et politique. Le cyclone PAM a touché les îles du Vanuatu en mars 2015, générant des dégâts importants. Les jours suivants ont vu une multitude d’interventions émanant de différents pays (Chine, Nouvelle-Zélande, Etats-Unis, Japon et France) et plus d’une trentaine d’ONG sont arrivées à Port-Vila (Médecins du Monde, Médecins sans Frontières, Medical corps, Israaid…). L’intervention de l’ONG israélienne Israaid, fournit un bon exemple des liens entre aide humanitaire et politique. Lors du compte rendu de leur mission dans les îles Sherperd, j’ai assisté à la fête donnée par les personnes originaires de ces îles et résidant actuellement à Port-Vila. Les membres de l’ONG ont diffusé des vidéos et des images d’Israël, tout en expliquant le travail qu’ils ont réalisé pour aider la population ni-Vanuatu, suite à la destruction de leurs maisons, de leurs jardins vivriers et des réserves d’eau potable par le cyclone. L’ONG a également mis en place une unité de santé mentale. En lien avec le ministère de la santé, une équipe d’art-thérapeutes continue d’intervenir dans d’autres îles du Vanuatu. À la suite de leur intervention, de nombreux commentaires de ni-Vanuatu louant les actions d’Israël et critiquant les Palestiniens sont mis en ligne sur les réseaux sociaux tels que Facebook, largement utilisés pour débattre des sujets d’actualité au Vanuatu. « Les habitants nous accueillent avec un grand soulagement, tout le monde ici aime Israël », raconte un membre de l’ONG20. Les micro-états du Pacifique jouent un rôle dans les décisions internationales grâce à leur vote à l’ONU. Ils peuvent avoir un impact sur des décisions telles que la reconnaissance de Taïwan ou de Jérusalem comme capitale d’Israël21.

29Les interventions humanitaires dans le domaine de la santé peuvent s’interpréter comme une politique de « soft power » de la part d’un Etat, c’est-à-dire, une politique de persuasion pour promouvoir ses propres ambitions, menée sur le long terme grâce à la diplomatie et à l’aide internationale. Qu’en est-il de la Chine ? Quels sont les intérêts qui motivent ses investissements dans un petit État du Pacifique Sud ? En quoi cette intervention chinoise se distingue-t-elle des autres aides ?

Les spécificités de l’aide chinoise

30Le Vanuatu et la Chine ont des relations diplomatiques depuis 1982, et des accords de coopérations économiques depuis 2006. La Chine est le troisième grand bailleur de fonds du Vanuatu depuis qu’elle a augmenté ses aides en 1999, après l’Australie et le Japon. Dès l’indépendance du Vanuatu en 1980, la Chine commence à financer des missions d’équipes médicales chinoises, qui restent deux ans sur le territoire du pays. Ces équipes sont composées d’un interprète, d’un infirmier, d’un pédiatre, d’un gynécologue, d’un médecin généraliste, d’un chirurgien et d’un anesthésiste. Il peut s’ajouter, selon les équipes, un médecin acupuncteur. Certains de ces médecins chinois se sont installés au Vanuatu et travaillent à l’hôpital depuis de nombreuses années. Les pays océaniens bénéficiant d’une aide de la Chine s’engagent en retour à ne pas reconnaître l’indépendance de Taïwan à l’ONU et à adhérer à la politique « One China Policy » pour la réunification des deux Chines - la République de Chine (Taiwan) et la République Populaire de Chine. La République populaire de Chine refuse tout échange commercial et diplomatique avec les pays opposés à cette réunification. Taïwan mène la même politique et l’on parle ainsi de la « guerre des chèques » dans le Pacifique (Atkinson, 2010).

31Le gouvernement chinois a adopté en 2002 le concept de « société harmonieuse » pour transformer la politique intérieure. L’objectif politique est d’associer à l’essor économique une plus grande équité à l’intérieur du pays, de moderniser le pays tout en valorisant un modèle socialiste qui relie développement social et économique. En 2005, le gouvernement met en place le concept de « monde harmonieux », dont l’objectif est de diffuser la politique intérieure aux relations internationales (Cabestan, 2007).

  • 22 La Chine, 2e puissance militaire du monde, Site La presse, [en ligne], http://www.lapresse.ca/inter (...)

32L’armée populaire de libération de la Chine est la deuxième puissance militaire du monde après les Etats-Unis22. La singularité du rôle de l’armée en Chine se définit par son engagement dans des secteurs variés : économiques, sociaux, scientifiques et technologiques. L’armée est considérée comme un pilier pour asseoir la stabilité du régime communiste chinois. Ceci explique en partie que ce soit l’armée chinoise qui prodigue des soins humanitaires et diffuse la culture chinoise.

33La présence de l’hôpital itinérant dans un État insulaire du Pacifique Sud s’intègre à la politique globale de la Chine dans le Pacifique, politique qui se traduit par un investissement croissant à travers les aides bilatérales. Cette opération sanitaire, officiellement présentée comme une mission pour promouvoir la paix et la sécurité dans le monde, peut se lire comme une stratégie de séduction et s’intègre à une politique de « soft power » pour étendre le rayonnement de la Chine (Dielh & Major, 2015). En 2000, une politique du « pont de l’amitié » se met en place entre la Chine et Fidji et, en 2011, le premier sommet Chine-Pacifique a lieu. L’aide de la Chine se manifeste par le développement industriel, des programmes de formation, la fourniture de médicaments antipaludiques gratuits et des infrastructures (hôpitaux, routes, ponts). Au cours de l’année 2014, j'ai vu se construire progressivement un immense bâtiment dans la capitale du Vanuatu, juste au-dessus de l'ambassade australienne. L’édification orchestrée par la Chine de ce deuxième palais des congrès dans une ville de 40 000 habitants interroge quant à son utilité. Au cours de la même période, un autre chantier se met en place pour la construction d'une nouvelle ambassade chinoise, plus grande et mieux située que la précédente. La Chine rend visible sa présence accrue au Vanuatu par la captation de l’espace urbain et l’investissement dans la pierre. La science et la technologie jouent un rôle central pour asseoir le pouvoir de l’État chinois et son statut de super-puissance, capable de rassembler et d’unifier les peuples, pour élargir sa sphère d’influence et son rayonnement diplomatique. Une des spécificités de l’aide chinoise repose sur le fait de ne pas interférer dans les questions de politique intérieure. Cette attitude de la part du gouvernement chinois attise les inquiétudes des autres bailleurs de fonds plus anciens, comme l’Australie, qui redoutent une montée de la corruption (Atkinson, 2010).

Investir dans le soin, politique de soft power

34Le terme de « soft power » est un concept élaboré par Joseph Nye, chercheur américain en relations internationales en 1990, pour décrire le nouveau pouvoir des Etats-Unis qui ne repose plus sur un « hard power » (utilisation de la force et de la coercition) pour s’imposer face aux autres États mais de ressources de persuasion et de séduction, telles que le rayonnement scientifique et technologique, la réputation positive, etc. (Nye, 1990). Cette politique est menée par une diffusion de la culture, des valeurs politiques internes et la mise en place d’une politique étrangère, auxquelles peuvent s’ajouter certains aspects de la puissance économique et militaire, pourtant généralement associés au hard power. Ce concept a ensuite été repris en Chine. À partir de 2007, Pékin déploie une politique de séduction à l’international, investissant des sommes colossales, en particulier dans les pays en développement. Dans le cadre de la Mission Harmony 2014, le soin est mis en scène grâce à l’usage prépondérant de la photo, de la vidéo et des médias dans le but de donner à voir la puissance du pays. Miser sur l’aide humanitaire permet à la Chine de soigner son image et d’apparaître comme une nation bienveillante. Cette opération participe à une politique extérieure de grande envergure qui s’inscrit dans un programme de soft power. Pour propager « le rêve chinois » à l’instar du « rêve américain », l’action humanitaire chinoise se dote de spécificités « culturelles » qui la distinguent des autres pays occidentaux, notamment l’introduction de la médecine chinoise traditionnelle qui est présente à bord du bateau. Dès la fondation de la République Populaire de Chine en 1949, le gouvernement a valorisé la médecine traditionnelle chinoise en l’intégrant au système de santé publique selon des voies similaires à celle de la biomédecine. 

35Cet hôpital de haut niveau technologique évoque une certaine forme de progrès qui allie rapidité, chiffres et médiatisation. Un progrès qui arrive d’ailleurs et souligne le fonctionnement local défaillant. « On ne fait pas confiance à l’hôpital de Port-Vila » racontent des ni-Vanuatu interrogés par un journaliste dans la file d’attente pour consulter les médecins chinois23. Cependant, les effets à long terme du passage de cet hôpital géant semblent dérisoires. Si cette mission est censée servir les intérêts de la Chine, l’impact est incertain. Les moyens financiers et humains mobilisés ont une retombée économique peu significative (Dielh & Major, 2015). Après avoir passé moins d’une semaine à Port-Vila, l’hôpital itinérant reprend sa route. Durant son escale au Vanuatu, il a dû se déplacer deux jours pour libérer le port afin de permettre la venue des paquebots de touristes. Ceci a ajouté une nouvelle contrainte de temps, le navire étant alors inaccessible pour les patients. Une cérémonie de départ a lieu sur le front de mer, en présence de représentants du gouvernement accompagnés de la fanfare militaire nationale. Le rythme reprend son cours à l’ONG où je mène mes observations. D’autres interventions et d’autres cérémonies vont se succéder au sein de cette petite organisation locale, qui feront vite oublier cette journée un peu particulière où des militaires chinois sont venus. Un article racontant cette journée est publié sur le site de l’ONG. Les cartons qui contiennent les cahiers, stylos et peluches donnés par le China Navy Hospital sont entassés dans une petite pièce. La politique d’une Chine bienveillante qui promeut la paix entre les peuples se transcrit en actes médicaux, comme cette radiographie des poumons qui sera conservée par le patient, ou une opération chirurgicale. Des traces matérielles comme les drapeaux de la Chine resteront peut-être pour marquer les esprits.

Conclusion

36Cette mission illustre une biomédecine humanitaire (Lakoff, 2010) qui s’adresse directement aux individus dans un contexte où les infrastructures existantes sont considérées comme inadéquates. Davantage qu’une aide, cet hôpital renforce les liens de dépendance entre le Vanuatu et, dans le cas présent, la Chine. Il est le symbole d’une médecine humanitaire et diplomatique peu attentive aux conditions locales et finalement peu efficace en matière de continuité des soins. Une des spécificités de ce navire-hôpital est d’intégrer à la biomédecine de pointe, un service de médecine traditionnelle chinoise. Ceci participe de la promotion de la culture chinoise et du soft power. La rapidité de l’intervention et le manque de suivi, une fois le navire parti, soulève des questions quant à la « méthode douce » de cette diplomatie sanitaire. Intervenir directement sur les corps par des auscultations et des opérations chirurgicales peut être perçu comme une violence.

Je tiens à remercier l’EHESS pour la bourse de terrain accordée ainsi que l’aide à la mobilité d’Ile de France qui m’ont permis de mener un terrain de 10 mois au Vanuatu dans le cadre de mon master. Je tiens également à remercier Fanny Chabrol, Nathanaëlle Soler et Joaquim Rufat pour la relecture de mon texte et leurs encouragements.

Haut de page

Bibliographie

AL WARDI S., REGNAULT J.-M. et SABOURET J.-F. (dir.), 2017. L’Océanie convoitée. Histoire, géopolitique et sociétés, Paris, CNRS Editions.

ATKINSON J., 2010. « China-Taiwan diplomatic competition and the Pacific Islands », The Pacific Review, 23 : 407-427

BABADZAN A., 2007. « Le crépuscule de la Coutume : culture et politique à l'heure du tournant néolibéral dans le Pacifique Sud », Critique internationale, 37 : 71-92.

BAZIN L., BENVENISTE A. et SELIM M., 2004. « Immersions ethnologiques dans le monde global », Journal des anthropologues. Association française des anthropologues, 96-97 : 11-28.

BENSA A., 2006. La fin de l’exotisme  : Essais d’anthropologie critique, Toulouse, Anacharsis.

CABESTAN J-P., 2007 « La politique étrangère chinoise : une Chine sans ennemis n'est pas forcément une Chine rassurante », Hérodote, 125, 2 : 11-27.

CIAVOLELLA R. et WITTERSHEIM E., 2016. « Mouvements religieux de libération et anticolonialisme », in CIAVOLELLA R. et WITTERSHEIM E., Introduction à l’anthropologie du politique. Paris, De Boeck : 90-91.

DE L’ESTOILE B., 2008. « Max Gluckman (1940)   : «  Analysis of a social situation in modern Zululand  » », Genèses, 72 : 119-155.

DIEHL G. et MAJOR S., 2015. « White hull or white elephant ? Soft power and the Chinese hospital ship, the Peace Ark », Defense & Security Analysis, 31 : 276-292.

FASSIN D., 2005. « Le sens de la santé. Anthropologie des politiques de la vie. », In SAILLANT F. et GENEST S. (dir.), Anthropologie médicale. Ancrages locaux, défis globaux, Laval, Presses de l’Université de Laval Economica - Anthropos : 383-399.

LACHENAL G., 2013. « Le stade Dubaï de la santé publique », Revue Tiers Monde, 215 : 53-71.

LAKOFF A., 2010. « Two Regimes of Global Health », Humanity : An International Journal of Human Rights, Humanitarianism, and Development, 1 : 59-79.

LINDSTROM L. et GWERO J. (eds.), 1998. Big wok  : storian blong Wol Wo Tu long Vanuatu, Christchurch/Suva, Macmillan Brown Centre for Pacific Studies, University of Canterbury/Institute of Pacific Studies, University of the South Pacific.

MAC CLANCY J., 2002. To kill a bird with two stones : a short history of Vanuatu, Port-Vila, Vanuatu Cultural Center.

NYE J., 1990, Bound to Lead: The Changing Nature of American Power, New York, Basic Book.

SERVY A., 2017. « AIDS IS HERE ! » Prévenir les infections sexuellement transmissibles à Port-Vila, Vanuatu, Marseille, Thèse de doctorat, EHESS-CREDO.

SOLER N. 2012. Théâtre pour le Développement et Prévention du sida au Vanuatu : monographie du Wan Smolbage Theater, Paris, Master en Santé, Populations, Politiques Sociales, EHESS.

VAN DORMAEL M., 1997. La médecine coloniale, ou la tradition exogène de la médecine moderne dans le Tiers Monde, Studies in Health Services Organisation & Policy, coll. » Tropical Medicine & International Health », 1.

WITTERSHEIM E., 2006. Après l’indépendance  : Le Vanuatu, une démocratie dans le Pacifique, La Courneuve, Aux Lieux d’être.

Haut de page

Notes

1 Le premier bateau de croisière chinois est arrivé en décembre 2016 à Port-Vila avec 2 000 passagers.

2 Six missions similaires ont eu lieu en 2010 en Afrique (Djibouti, Seychelles, Kenya et Tanzanie), en 2011 en Amérique du Sud (Cuba, Jamaïque, Trinité, Tobago, Costa Rica), en 2013 en Asie (Maldives, Pakistan, Inde, Bangladesh, Myanmar, Indonésie et Cambodge), en 2015 dans le Pacifique (Australie, Polynésie française, Etats-Unis, Mexique, Grenade, Pérou) et en 2017 à nouveau en Afrique (Tanzanie, Mozambique, Sierra Léone, Gabon, Angola, Congo). Site officiel de l’armée chinoise, The Ministry of national defense of the people’s republic of China [en ligne], mod.gov.cn (page consultée le 16/04/2018).

3 La thèse d’Alice Servy (2017) ainsi que le mémoire de Nathanaelle Soler (2012) concernant les actions mises en place pour lutter contre le VIH au Vanuatu montrent la multiplicité des interventions, des aides et des ONG qui participent à la mise en place des politiques de santé.

4 Médecine locale qui présente une hétérogénéité de pratiques selon les lieux et qui peut regrouper des massages, l’utilisation de plantes, des prières. Ces pratiques sont interdites dans l’enceinte de l’hôpital et ne sont pas reconnues officiellement. J’ai montré dans mon mémoire de master, « Qui met la pierre à l’édifice ? L’offre de soins au Vanuatu entre kastom et aide au développement » (2016), que la multiplication des interventions extérieures et le poids des bailleurs de fonds expliquent en partie l’invisibilité au niveau national des pratiques de soins traditionnels malgré une volonté politique de valoriser les savoirs liés à la kastom (tradition).

5 J’ai mené une trentaine d’entretiens auprès de différents soignants de la médecine moderne et traditionnelle dans les secteurs public et privé : infirmiers ni-Vanuatu et français (5), médecins ni-Vanuatu et français (5), kinésithérapeutes ni-Vanuatu (3), masseuses traditionnelles (3), guérisseurs spirituels (2), guérisseurs (4), psychiatre ni-Vanuatu, ancienne Ministre de la santé, salariée de l’Organisation Mondiale de la Santé, directrice-adjointe de l’école d’infirmier de Port-Vila, infirmier de Médecins du Monde venu après le passage du cyclone PAM, sœur infirmière française à la retraite, médecin-missionnaire australien. Ces entretiens se sont déroulés principalement à Port-Vila, mais également dans des îles plus reculées et difficiles d’accès : Ambrym et Gaua.

6 Club chinois : association de résidents chinois à Port-Vila qui possède un bâtiment dans la ville et propose diverses activités au cours de l’année pour promouvoir la culture chinoise comme l’organisation du nouvel an chinois.

7 Photos et texte disponible sur le Site Pacifique Institute of Public Policy [en ligne], http://pacificpolicy.org/slideshows/peace-ark/ (page consultée le 16/07/2017), l’auteur a pris des photos de ni-Vanuatu dans la file d’attente pour les consultations au Club chinois, brandissant leurs radiographies des poumons devant le bateau et à l’intérieur du navire. Il a posé des questions aux ni-Vanuatu sur leurs raisons de vouloir rencontrer les médecins chinois. Ces gens parfois venus de loin, prêts à attendre plusieurs jours, n’ont pas trouvé de soins adaptés à l’hôpital public ou ne font pas confiance au service de santé ni-Vanuatu. L’auteur finit sa présentation en décrivant le manque de moyens du système de santé au Vanuatu.

8 WILLIE G., 2014. « Ark peace treats 7,512 in Vanuatu », Vanuatu Daily Post, 8 septembre : 3. « The commandant to the Mission Harmony-2014 said ‘the Chinese National Defense has ordered us to spread love and friendship with sincerely expertise and high quality services’ ».

9 Toktok en bislama, langue nationale du Vanuatu, veut dire « parler ». Ce mot désigne également un discours donné pour signifier l’importance d’un événement, discours qui peut s’accompagner d’une prière et de la remise d’un cadeau particulier.

10 WILLIE G., 2014. « Australian military doctors impressed with Ark Peace mission », Vanuatu Daily Post, 20 septembre 2014.

11 En 2014, le prix des consultations médicales varie de 200 vatus à 13 000 vatus (1,25 euros à 81, 25 euros en 2014) selon le service, public ou privé, et selon qu'on est ni-Vanuatu ou étranger. Le prix des consultations chez les médecins étrangers est élevé et n’est abordable que pour les personnes ayant une mutuelle ou des revenus supérieurs au salaire de base du Vanuatu.

12 Vanuatu Daily Post, 16 janvier 2015. « VCH (Hôpital central de Port-Vila) lance un appel aux dons pour rénover le centre d'urgence et de soins ambulatoires pédiatriques. » Extrait : « Nous fournirons quelques salles de consultation pour les infirmières et les médecins afin que la vie privée et la confidentialité des patients soient maintenues à tout moment (...). On espère que les entreprises locales, les églises et les communautés offriront leur temps et leur soutien pour aider à la rénovation du département des enfants de VCH. » (traduction de l’auteure)  [en ligne], http://dailypost.vu/vch-appeals-for-public-support-in-renovating-children-s-emergency/image_db151db3-1c92-52ea-b0bf-68975c185423.html (page consultée le 9/05/2018).

13 MAKIN B., 2016. Happy International Womens’ Day ? Pregnant women still sleeping on hospital floor in Vanuatu, Vanuatu Digest [en ligne], https://vanuatudigest.com/tag/international-womens-day/ (page consultée le 17/07/2017)

14 « Programme de réforme globale » de la Banque mondiale, initialement lancé en Afrique et comportant « deux objectifs principaux : réformer — et réduire — le rôle de l’État et de la fonction publique, et relancer l’économie en favorisant l’initiative privée (et le nécessaire ‘changement de mentalité’ qui lui est corollaire) » (Wittersheim, 2006 : 118). Au Vanuatu, le programme a été porté par la BAD (Banque asiatique du développement, qui émane de la Banque mondiale).

15 Le gouvernement chinois envoie des médecins pour des missions de deux ans depuis une vingtaine d’années. Des coopérants japonais, médecins et infirmiers, réalisent des missions de deux ans. Le gouvernement cubain envoie des médecins pour des missions d’un an. Des équipes médicales spécialisées de Chine, France, Australie, Nouvelle-Zélande, etc. interviennent sur de courtes durées pour proposer des opérations qui ne sont pas pratiquées en temps normal : actes chirurgicaux, chirurgie ophtalmique, prothèses, soins dentaires.

16 De nombreux blogs et sites existent sur Internet où des internes en médecine racontent leur expérience au Vanuatu comme le site de Study and go abroad  [en ligne], http://www.studyandgoabroad.com/meaningful-travel/internship/vancouver-student-completes-medical-internship-in-vanuatu/ (page consultée le 17/07/2017)

17 « It’s not a tentative step but a commencement of a new medical service mode » WILLIE G., 2014. « Australian military doctors impressed with Ark Peace mission », Vanuatu Daily Post, 20 septembre 2014, [en ligne], http://dailypost.vu/news/australian-military-doctors-impressed-withh-ark-peace-mission/article_cf7ebb97-af9b-5973-8a9a-1f8ce67be14b.html (page consultée le 9/05/2018).

18 Terme emprunté au nom du Colloque "l’Océanie convoitée", qui a eu lieu à l’Ehess le 14 et 15 septembre 2015, organisé par le Réseau Asie et Pacifique (AL WARDI et al., 2017).

19 La Mélanésie comprend le Vanuatu, Fidji, les Îles Salomon, la Nouvelle-Calédonie et la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

20 Israaid, Site d’Israaid [en ligne], http://www.israelscienceinfo.com/environnement/humanitaire-apres-cyclone-pam-au-vanuatu-long-israaid-porte-secours-aux-populations/ (page consultée le 24/07/2017).

21 En juin 2017, le Vanuatu reconnait officiellement Jérusalem comme étant la capitale d’Israël.

22 La Chine, 2e puissance militaire du monde, Site La presse, [en ligne], http://www.lapresse.ca/international/asie-oceanie/201205/18/01-4526684-la-chine-2e-puissance-militaire-du-monde.php (page consultée le 15/04/2018).

23 Site Pacifique Institute of Public Policy [en ligne], http://pacificpolicy.org/slideshows/peace-ark/ (page consultée le 16/07/2017)

Haut de page

Table des illustrations

Légende Salle dédiée à la médecine traditionnelle chinoise dans le China Arks peace Hospital, 5 septembre 2014, Sanga Stuber-Vandame ©
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/2987/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Accueil des militaires chinois dans la petite ONG locale, 2 septembre 2014, Sanga Stuber-Vandame©
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/2987/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Hôpital Central de Port-Vila, le nouveau bâtiment financé par le gouvernement japonais mais non encore utilisé, septembre 2014, Sanga Stuber-Vandame ©
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/2987/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Hôpital Central de Port-Vila, service de maternité, septembre 2014, Sanga Stuber-Vandame ©
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/2987/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sanga Stuber-Vandame, « Santé, humanitaire et politique : un hôpital itinérant de l’armée chinoise au Vanuatu », Anthropologie & Santé [En ligne], 16 | 2018, mis en ligne le 16 mai 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/anthropologiesante/2987 ; DOI : 10.4000/anthropologiesante.2987

Haut de page

Auteur

Sanga Stuber-Vandame

Psychomotricienne, Master en Sciences sociales mention Santé, populations et politiques sociales, EHESS, Paris, France, sangarose@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Emerging Sources Citation Index
  • Logo ERIH Plus
  • Logo LiSSa
  • Logo Centre National du Livre
  • OpenEdition Journals