Navigation – Plan du site
Dossier thématique
Articles

Une pratique hospitalière des médecines non conventionnelles à l’essai

L’exemple du centre hospitalier de Pitigliano (Italie)
Non-conventional medicine on trial: the example of a hospital in Pitigliano (Italy)
Lucia Candelise et Gilles Remillet

Résumés

L’hôpital de Pitigliano (Toscane), sur le point d’être fermé il y a quelques années pour des raisons relatives à des politiques de centralisation des hôpitaux italiens, se trouve depuis 2011 être au cœur d’un projet de réorganisation structurelle à travers la création d’un service de « médecine intégrée », associant médecines non conventionnelles (acupuncture et homéopathie) et biomédecine. À partir d’une ethnographie des pratiques de soin en situations cliniques, l’étude montre comment s’articulent entre elles les contraintes normatives du travail hospitalier (insertion de thérapeutiques autres dans une structure biomédicale, organisation du travail d’équipe, interrelations des approches disciplinaires au chevet du malade) et les aspirations humanistes de ces professionnels de santé (discours, valeurs, motivations, parcours professionnels) pour saisir les logiques politiques et idéologiques qui les sous-tendent, tant sur le plan individuel que collectif. En d’autres termes, il s’agit de penser, à partir de cette expérience de pluralisme médical, la transformation contemporaine des pratiques cliniques hospitalières en cours en Italie comme dans les autres pays européens.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La biomédecine « [...] renvoie à un cadre théorique explicatif de la santé et de la maladie issu de (...)
  • 2 Comme le soulignent plusieurs auteurs, la définition des thérapies « différentes de la médecine sci (...)
  • 3 La définition de « médecine intégrée », ou en italien « medicina integrata », se réfère au concept (...)

1Des savoirs et des savoir-faire médicaux autres que la « médecine conventionnelle » ou biomédecine1 se développent en Europe et en Amérique du Nord tout au long du XXe siècle, avec une période de véritable essor dans les années 1970. Dès leur apparition dans les sociétés européennes, ces thérapeutiques se confrontent à la biomédecine et reçoivent de nombreuses dénominations qui répondent au type de positionnement qu’elles entretiennent avec cette dernière. À partir de la fin des années 1990, on les nomme « médecines complémentaires » ou « Médecines Non Conventionnelles » (MNC), CAM2 ou « médecine intégrée »3. L’apparition de ces formes de contre-culture médicale (Lawrence & Weisz, 1998) correspond à l’entrée de la société contemporaine dans l’ère post-industrielle (Lyotard, 1979) et répond d’une certaine manière à une remise en cause de la biomédecine et du discours scientifique. Qu’il s’agisse d’une conséquence de la pensée post-moderne (Bauman, 2003) ou de la modernité réflexive (Beck, 2001) ou encore de la dynamique actuelle des structures et des actions sociales (Giddens, 1994), on assiste à l’émergence de la demande d’une nouvelle prise en charge de la maladie et de la santé. La proposition des « médecines non conventionnelles » correspond par conséquent à de nouvelles promesses (Audetat, 2015) qui tentent de se démarquer du discours technoscientifique sur la maladie, la médecine et la santé, ainsi que du paradigme biomédical.

2Ces enjeux donnent lieu à des situations de « pluralisme médical » ou de « pluralisme thérapeutique » (Cohen et al., 2015) retrouvées autant dans le parcours de soin des patients que dans les profils professionnels des médecins, tout comme dans les recours institutionnels à ces thérapeutiques en milieu hospitalier (Cohen et al., 2015 ; Candelise, 2003, 2013). La configuration actuelle du pluralisme thérapeutique et médical en Europe est très différente de celle des années 1970-80. En effet, depuis les années 1980, le marché privé de la santé a offert de nouvelles voies de professionnalisation et de légitimation pour les thérapeutes « non conventionnels » (Cant & Sharma, 1999). De même, dans le champ de la santé publique, le processus d’appropriation des MNC par la profession médicale a ouvert la possibilité, pour des groupes autrefois relégués hors du champ, d’accéder à une reconnaissance légitime, de commencer à voir leurs pratiques incluses dans les systèmes de santé et remboursées à la population (Saks, 1995, 2002). Certes, les débats idéologiques et les discours d’opposition de la médecine officielle vis-à-vis des thérapeutiques « non conventionnelles » sont toujours d’actualité, mais ils cèdent parfois la place à un type de régulation nouveau et inédit (Gale, 2014 ; Gale & McHale, 2015 ; Kelner et al., 2000 ; Tovey et al., 2004). Ces dernières décennies, le pluralisme médical est le sujet central de recherches et d’ouvrages qui appuient des analyses plus précises sur des études de cas. Nous nous référons notamment aux travaux de Johannessen & Lázár (2006), Hǿg & Hsu (2002), Zhan (2009), Pordié (2008, 2011), Pordié & Simon (2013), Cohen et al. (2015), Hörbst, et al. (2017). Dans cette perspective, l’Italie est un cas en Europe tout à fait intéressant à analyser.

3Notre réflexion, située sur un plan ethnographique, a pour objectif d’interroger une des formes du pluralisme médico-thérapeutique en Italie à partir de l’étude de ses pratiques en situation hospitalière. Au-delà des travaux précédemment cités qui traitent des relations entre MNC et biomédecine, il s’agit plus particulièrement de porter notre attention sur la relation entre l’exercice de différentes MNC au sein d’un même espace hospitalier, là où la biomédecine reste toujours comprise comme le contexte de référence de la pratique médicale. Après avoir contextualisé la question des MNC dans le cadre général du fonctionnement du système de santé italien et son positionnement actuel face aux MNC, nous reviendrons sur l’historique et les enjeux sociaux de la mise en place d’un projet de service de médecine « intégrée » à l’hôpital de Pitigliano dans la région de Toscane. Puis, à partir d’une ethnographie filmée des situations cliniques et de l’étude de cas, nous questionnerons cette notion « d’intégration » à l’épreuve de ces pratiques hospitalières afin d’en saisir les normes, valeurs et usages dans le quotidien de la relation de soin. Nous verrons comment ces pratiques médicales « non conventionnelles » construisent les interactions ou les zones de passage avec la biomédecine – ce que Cant & Sharma (1999), Colombo & Rebughini (2006), Lieber (2011) ont défini comme le boundary work. Dans notre cas, il s’agit de penser plus particulièrement les possibles interrelations et les zones de passage, aussi bien entre les MNC elles-mêmes qu’entre les MNC et la biomédecine en milieu hospitalier. En d’autres termes, nous questionnerons les influences réciproques entre les conditions de pratiques hospitalières de ces médecines (organisation hiérarchique et professionnelle de l’accès au patient, contraintes économiques de rentabilisation de l’acte médical, gestion administrative des soins hospitaliers) et leurs formes cliniques et thérapeutiques, pour comprendre comment s’organisent les interventions conjointes de chaque médecin en fonction de la place accordée aux symptômes du patient et au périmètre d’action pensé comme propre à chaque médecine « non conventionnelle » et biomédicale.

Pluralisme médical contemporain italien : du contexte national aux politiques sanitaires régionales

  • 4 Phytothérapie, phytothérapeute : « La phytothérapie est l’utilisation de plantes à des fins aussi b (...)

4Depuis la fin des années 1980 en Italie, plusieurs projets de loi ont été présentés au Parlement concernant la reconnaissance des MNC. Depuis 1986, plus d’une trentaine de projets y ont été examinés afin d’obtenir une légitimité institutionnelle, mais aucun n’a encore été reconnu au niveau national. En 1997, la Federazione degli Ordini dei Medici Chirurghi e Odonoiatri (FNOMCeO) (équivalent du Conseil de l’ordre des médecins) initie une commission dédiée aux MNC, qualifiées à l’époque par cette dernière de « pratiques alternatives », et permet à partir de 1999 aux ordres des médecins régionaux d’inscrire dans leurs registres les médecins acupuncteurs, homéopathes et phytothérapeutes4. Alors qu’auparavant, ces trois thérapeutiques n’étaient pas reconnues au niveau du pouvoir central, elles acquièrent, à partir de cette réforme nationale, une forme de légitimité institutionnelle publique sur le plan tant national que sur le plan régional (Candelise, 2003, 2008).

  • 5 Ces réformes laissant malgré tout inchangé le statut des professionnels pouvant exercer ces pratiqu (...)

5Par ailleurs, depuis la fin des années 1990, à la suite d’une importante réforme du système sanitaire national italien (loi Rosy Bindi, 1998), une plus grande indépendance décisionnelle dans le domaine de la gestion de la santé est attribuée aux régions. Cette réforme permet ainsi aux différentes régions de mettre en place des initiatives médicales et de faire approuver des délibérations et des lois à une échelle plus locale, indépendamment du pouvoir central5. Cette décentralisation associée à un nouveau cadre légal garantit ainsi des conditions d’exercice convenables aux médecins pratiquant une de ces MNC, et encourage alors des expériences médicales à se développer dans l’intérêt commun des praticiens et de leurs patients.

La Toscane, un terrain d’expérimentation médicale

6La Toscane est une des régions les plus actives sur ce plan. En effet, parmi d’autres initiatives propres à la gestion de la santé sur son territoire, cette région accorde une place privilégiée aux MNC pratiquées par des médecins (acupuncture, homéopathie et phytothérapie). Ainsi, dans le texte du « Plan sanitaire pour la région de Toscane » (piano sanitario regionale)6 paru dans les années 1998-2000, une place importante est consacrée à l’intégration des MNC dans les mesures concernant la santé (l’integrazione delle medicine non convenzionali negli interventi per la salute). Dans ce cadre, la région établit un financement dédié à ces thérapeutiques. L’acupuncture, l’homéopathie et la phytothérapie occidentale commencent alors à être pratiquées dans un premier temps dans des lieux publics de santé, appelés aujourd’hui en Italie des Aziende Sanitarie Locali (ASL)7, des lieux de médecine ambulatoire publics, et un peu plus tard dans quelques hôpitaux. Cette dynamique se confirme et s’organise davantage en 2005, quand la région met en place une importante restructuration du plan sanitaire régional (loi régionale 40/2005, 2005), tant du côté de la gestion des financements et de l’organisation institutionnelle, du droit d’accès aux organismes de santé pour la population que du côté de la promotion de la recherche8.

  • 9 Par exemple, le coût maximal pour une séance d’acupuncture est de 24 euros, mais le tarif peut dimi (...)

7Cet ensemble de mesures permet l’intégration progressive et structurée des différentes « médecines complémentaires » dans les institutions publiques de santé (ASL et hôpitaux). L’acupuncture, l’homéopathie et la phytothérapie sont exercées par des médecins formés et pratiquant des tarifs conventionnés par la région selon des prix équivalents à des consultations de médecine générale ou de médecine interne (les tickets)9.

8Ces réformes et lois régionales permettent la réalisation de projets novateurs où des pratiques thérapeutiques « non conventionnelles », comme tout d’abord l’acupuncture mais aussi l’homéopathie et la phytothérapie occidentale, trouvent une place dans des contextes de soins auparavant réservés au domaine biomédical. C’est le cas de l’ASL d’Empoli, puis celui de l’hôpital de Lucca et de Florence où sont dispensées des consultations d’acupuncture, d’homéopathie et de phytothérapie occidentale dès le début des années 2000. Notons aussi qu’au fur et à mesure que ces médecines acquièrent une reconnaissance dans le contexte médical de la région Toscane, leur statut dans le discours des praticiens mais aussi de l’administration évolue. En effet, lors de leur apparition dans les documents officiels (délibérations et projets de loi), on parle de « médecines non conventionnelles » (medicine non convenzionali). Plus tard, dans la loi régionale de 2007, on parle de « médecines complémentaires » (medicine complementari). Puis, durant ces cinq dernières années, la notion de « médecine intégrée » (medicina integrata) s’impose peu à peu en Toscane, les projets en relation avec ces thérapeutes se dirigent de plus en plus vers des stratégies « d’intégration » et font suite à des initiatives présentes sur le territoire depuis déjà plusieurs années. Ce changement sémantique acte sur le plan terminologique la mise en place d’un nouveau système de soins dans lequel les MNC sont pensées comme pouvant cohabiter entre elles et avec la biomédecine. C’est dans ce contexte sociopolitique plutôt favorable à des approches différentes de la santé, de la maladie et de la médecine que le projet de « médecines intégrées » voit le jour au sein de l’hôpital de Pitigliano.

L’hôpital de Pitigliano, de la menace d’abandon à une expérience d’innovation médicale

9Avant 2008, le village de Pitigliano possède une petite structure hospitalière qui compte un service de médecine interne, un service de cardiologie et un service des urgences. Comme plusieurs hôpitaux italiens de taille réduite, il a déjà été déclassé, et plusieurs services ont été délocalisés à l’hôpital provincial de Grosseto situé à 70 km. Les derniers services encore actifs auraient dû tous y être délocalisés et l’hôpital définitivement fermé si un projet de restructuration n’avait pas vu le jour rapidement ; en effet, la structuration de l’hôpital autour de services réduits mais considérés comme clés, sa situation géographique sur le territoire à proximité de centres habités entourant Pitigliano ainsi que la distance relativement importante qui les sépare de la ville de Grosseto ont permis d’en faire le centre de soins de référence pour la population locale comme pour l’administration régionale. Cette unité hospitalière est d’autant plus importante pour les habitants de Pitigliano et ceux des villages environnants – vivant pour la plupart d’agriculture ou d’élevage – que le territoire accidenté rend tous les déplacements longs et difficiles. Ces raisons ont permis le maintien de cette structure hospitalière, indispensable en termes d’accès aux soins et de santé publique locale. Ce contexte semble aussi le plus approprié pour la réalisation d’un projet de « médecine intégrée » qui pourrait servir à revaloriser l’hôpital de ce village, lui donner une nouvelle visibilité et offrir des moyens de prise en charge novateurs pour la population de cette partie de la Toscane. Il est aussi vrai que la mise en place de ce projet pionnier est plus facilement réalisable dans cette petite structure, dans laquelle les équipes administratives et le personnel soignant sont réduits. Cependant l’échelle réduite qui caractérise l’hôpital de Pitigliano n’a pas toujours permis le dépassement des écueils liés aux oppositions et réticences des médecins et du personnel de l’hôpital qui n’étaient pas directement impliqués dans le projet. En effet, la création de ce service a parfois été perçue comme pourvoyeuse d’une surcharge de travail et loin des préoccupations du personnel biomédical.

  • 10 Tous les noms cités dans le texte sont des pseudonymes.
  • 11  Società Italiana di Omeopatia e Medicina Integrata : http://www.siomi.it (dernier accès le 30 janv (...)
  • 12 « L’homéopathie est une technique thérapeutique qui utilise des médicaments dilués et dynamisés qui (...)
  • 13 Tous les extraits d’entretiens ou d’observations cités proviennent de nos enquêtes de terrain menée (...)

10L’initiatrice du projet est une femme médecin homéopathe, le docteur Rosi10, qui en assure actuellement la responsabilité scientifique et administrative. Après avoir été universitaire, pédiatre en ville et médecin hospitalier, elle décide de s’engager dans la défense et l’affirmation des MNC en milieu médical. Elle fonde une des deux sociétés d’homéopathie italienne : la Società Italiana di Omeopatia e Medicina Integrata (SIOMI)11, et enseigne l’homéopathie12, étant particulièrement convaincue de la possibilité d’un dialogue entre la médecine académique et d’autres stratégies de soin comme l’homéopathie, l’acupuncture et la phytothérapie. Elle est aussi membre de plusieurs commissions d’évaluations des MNC, notamment celle du FNOMCeO à la fin des années 1990, et membre expert dans les commissions pour les MNC de la région Toscane. Dès les années 1995, le docteur Rosi mène des actions pour que les MNC puissent être pratiquées en milieu hospitalier, voyant cela comme une étape de reconnaissance de la valeur de ces thérapeutiques. Elle défend le projet de réhabilitation d’une aile de l’hôpital de Pitigliano auprès des communautés locales toscanes dans le but d’y installer un service de « médecine intégrée », une médecine qui est, selon elle, potentiellement capable de « s’adresser aux patients déjà soignés à l’hôpital comme à toute la population des environs située dans un rayon de recrutement de 70 kms13 ». Cette initiative est perçue par les administrations des mairies de Pitigliano, Sorano et Manciano (les trois communes proches de l’hôpital de Pitigliano) comme une occasion à saisir pour garantir la pérennisation de l’hôpital de Pitigliano et pour l’ambition de la diversification de l’offre de soin avancée. Ces raisons politiques expliquent en grande partie l’approbation du projet et son soutien par l’ensemble des communautés locales de Pitigliano, Sorano et Manciano, ce qui permettra à terme à cet hôpital de devenir une « institution phare de la localité et actrice au sein de cette même localité » (Fortin & Knotova, 2013 : 10), un lieu de convergence de réalités médicales diversifiées jusqu’alors rarement mises en contact. Des thérapies « non conventionnelles » comme l’acupuncture et l’homéopathie peuvent alors être proposées dans un contexte biomédical et s’adresser à des patients présentant des pathologies complexes, chroniques et n’ayant jamais eu accès à des techniques de prise en charge autres que la médecine allopathique.

  • 14 L’objectif de l’expérimentation est de démontrer l’efficacité et la sécurité des soins dérivant de (...)
  • 15 « Réalisation auprès de l’hôpital de Pitigliano du centre hospitalier de médecine intégrée de la ré (...)

11Le projet poursuit deux objectifs principaux : l’« intégration » de MNC dans un contexte de médecine allopathique et le développement de l’activité de recherche sur l’évaluation de l’efficacité (efficacy et efficiency) d’une approche « d’intégration » entre différents savoirs médicaux14. Le projet, nommé « Realizzazione presso l’Ospedale di Pitigliano del Centro ospedaliero di medicina integrata della Regione Toscana »15, a été assez vite perçu comme une action cohérente entrant en résonance avec des logiques sanitaires publiques locales. La proposition soumise au conseil régional (giunta regionale) de Toscane pour le financement et la réalisation de ce centre est examinée en novembre 2008 ; quelques mois plus tard, le projet présenté est approuvé.

  • 16 Le Royal London Hospital for Integrated Medicine et le Glasgow Centre for Integrative Medicine, ins (...)

12Le projet prévoit deux périodes d’actions. Une première phase d’évaluation scientifique sur deux ans, entre 2010 et 2011, consistant en la mise en place logistique du projet et son approbation par le comité d’éthique de l’hôpital de Pitigliano. Lors de cette première phase, le docteur Rosi rencontre des difficultés à le faire accepter. Le directeur de l’hôpital et quelques-uns de ses collègues médecins du service de médecine interne de l’hôpital émettent des réserves sur le fait de devoir partager leur travail clinique. Durant cette étape, des travaux de renouvellement d’une partie de l’hôpital sont prévus pour accueillir le service de « médecine intégrée ». Une aile de l’hôpital de Pitigliano est complètement restructurée à cet effet en s’inspirant directement des expériences mises en place dans d’autres centres de « médecine intégrée » déjà actifs en Europe16. Les lieux sont organisés selon les besoins de l’équipe : par exemple, des salles de consultations sont concomitantes, et une salle d’attente commune placée au centre du service dessert ces dernières pour faciliter la prise en charge de plusieurs patients à la fois, ainsi que la circulation des médecins d’une salle à l’autre. La décoration des couloirs, des salles de consultation, les couleurs des peintures murales aux tonalités chaudes (rose, aubergine) et les matériaux utilisés (peu de matière plastique) ont été choisies afin de créer un espace « relaxant et accueillant ». Cette première phase est aussi nécessaire pour la mise en place du système de récolte des données, pour le choix des pathologies les plus aptes à être soignées dans le service et pour la mise en place de dispositifs de mesure (ou d’évaluation) de l’amélioration de la qualité de la vie des patients.

13La deuxième phase « d’assistance » se déroule entre 2011 et 2015. Aux traitements prévus par la biomédecine sont associés ceux relatifs aux « médecines complémentaires ». Ce temps correspond à la phase du travail clinique et relationnel avec les patients. Pendant cette période, l’équipe du projet a intégré à son activité de Pitigliano un centre de rééducation physique pour les maladies neurologiques et les troubles de la motricité, situé dans le village de Manciano, à quelques kilomètres de Pitigliano.

Aspects méthodologiques

Observer les pratiques cliniques en situation « d’intégration » 

  • 17 Cette présente étude s’est déroulée dans le cadre d’un projet plus vaste financé par le Fonds Natio (...)
  • 18 Les médecins engagés dans le projet étaient six au total : trois homéopathes et trois acupuncteurs. (...)

14L’enquête ethnographique au sein de l’hôpital de Pitigliano s’est déroulée entre octobre 2013 et mai 201517 avec plusieurs séjours de terrain allant de quelques jours à une semaine. Durant ces périodes, nous avons suivi le quotidien du travail de l’équipe du service de « médecine intégrée » composée alors de six praticiens18. Nous n’avons pas décidé au préalable d’étudier une pathologie ciblée. Notre objectif était plutôt d’accéder à une diversité de consultations effectuées par chaque médecin en fonction de son domaine de spécialité (acupuncture et homéopathie) à des fins d’analyse comparée des pratiques thérapeutiques observées.

  • 19 Ici l’enquête filmique débute dès l’entrée sur le terrain, les observations filmées sont envisagées (...)
  • 20 Dix entretiens semi-dirigés, d’une durée d’une à deux heures, ont été enregistrés au magnétophone d (...)
  • 21 Dans cette optique, sept consultations – retenues pour la diversité des situations cliniques – sur (...)
  • 22 Une série de 15 entretiens non directifs a été menée avec les patients, juste après que les consult (...)
  • 23 Contrairement à une description ethnographique textuelle où les données recueillies sont rendues an (...)

15Notre méthodologie, fondée sur différents dispositifs d’enquête tels que l’observation directe et les entretiens semi-dirigés, donnait également une place centrale au film comme pratique de description ethnographique. Déjà éprouvée sur d’autres terrains (Remillet, 2009), en milieu hospitalier et libéral (Remillet, 2011b, 2013 ; Candelise & Remillet, 2016), cette pratique d’enquête s’inscrit dans la lignée de travaux menés en anthropologie filmique où l’investigation ethno-vidéographique, pensée comme un outil d’investigation ethnographique19 et non plus seulement comme une simple illustration de l’objet de recherche, permet de saisir la complexité des interactions sociales (paroles, gestes, attitudes, postures, façons de dire et de faire, mise en scène de soi, etc.) observées durant les consultations médicales. Nous avons intégré le corpus de données ethno-filmées ainsi produit comme la matière première de l’investigation ethnographique, à la fois support de connaissance ethnologique et d’échange20 avec les enquêtés (médecins et patients). Dans cette dynamique réflexive, les allers et retours entre le terrain et l’analyse des données filmiques produites lors des séances de restitution21 avec les médecins se sont révélés précieux pour confronter nos interprétations à celles des situations vécues par les enquêtés22, pour approfondir la connaissance des relations thérapeutiques observées et aussi pour limiter nos possibles surinterprétations. Le travail de description ethnographique, fondé de manière privilégiée sur la démarche filmique, a focalisé notre attention sur la construction de la relation médecin/patient au sein des consultations hospitalières. Comme le rappellent bon nombre d’ethnologues enquêtant sur les pratiques de soin en situation clinique, tant en milieu hospitalier (Vega, 2000 ; Pouchelle, 2003 ; Fainzang, 2006) que dans le cadre de consultations médicales privées (Sarradon-Eck, 2008), l’acceptation d’observateurs extérieurs au sein du colloque singulier est loin d’être une évidence, et l’accès aux consultations fait toujours l’objet de négociations impliquant, aussi bien pour les patients que pour les médecins, le respect du code de déontologie médicale et une attente forte du milieu institutionnel hospitalier. Dans cette perspective, nous insistons, auprès des médecins et de leurs patients, sur le fait que cette étude ethnologique nécessite une présence quotidienne au sein des consultations, et que le recours à l’observation sous la forme d’observations directes et filmiques des situations de soins implique de fait l’accord préalable des médecins et des malades. Nous avons donc systématiquement présenté, à ces derniers, l’enjeu de notre présence au sein des consultations afin de recueillir leur consentement éclairé et avons eu recours à la signature d’autorisation de tournage, soit directement avec le patient dans la salle d’attente, soit en fin de consultation en présence du médecin, laissant à tout moment la liberté aux enquêtés de stopper les enregistrements s’ils le désiraient23. De l’ensemble de notre corpus ethno-filmique produit sur le terrain hospitalier, deux études de cas retiendront ici plus spécifiquement notre attention pour la variété de leur situation clinique.

Pratiques cliniques de « l’intégration » médicale

Une visite au chevet du patient : entre biomédecine, acupuncture et homéopathie

16L’analyse des situations cliniques révèle des modalités de présence et d’intervention des médecins au chevet des malades très contrastées. Dans le service de médecine interne de Pitigliano, l’examen clinique se déroule en présence du chef de service, le docteur Mariani, et de l’équipe des médecins responsables de la médecine « intégrée » de l’hôpital. Ce jour-là, sont présents trois acupuncteurs, le docteur Frapolli et le docteur Bernardi (également homéopathe) et le docteur Jonovo, ainsi que le docteur homéopathe Rosi. Les six praticiens de médecine intégrée interviennent à tour de rôle un ou deux jours par semaine à l’hôpital de Pitigliano, de sorte qu’un binôme composé d’un homéopathe et un acupuncteur soit toujours présent. Cette organisation spécifique les oblige à renoncer à deux ou trois journées de travail par semaine dans leur cabinet privé − ce qui constitue une perte économique importante à leurs yeux − et à subir plusieurs heures de trajet pour se rendre à Pitigliano, puisqu’aucun d’eux ne vit sur place. Le docteur Bernardi nous confie à ce propos :

Aucun d’entre nous n’habite à Pitigliano, et tout le monde a pris en charge ses déplacements très stressants. Je pars encore aujourd’hui tous les lundis à 6h de Rome pour parcourir des routes nationales et régionales étroites et dangereuses pour arriver à 8h à Pitigliano. Je repars le mercredi à 13h pour être à Rome à 15h à mon cabinet pour mon travail en libéral….

17Le docteur Bernardi possède une double formation d’acupuncteur et d’homéopathe et exerce ces deux médecines depuis le début de son installation en libéral. Il est mû par une idéologie politique de gauche. Lors de ses études en médecine à la fin des années 1960, il s’est rapproché de la médecine chinoise et a séjourné en Chine, attiré par la pensée maoïste. Il vit sa présence dans l’équipe comme la suite logique de son parcours professionnel et comme la réalisation d’un engagement politique personnel. Un choix qui le pousse à être très présent à Pitigliano, souvent au détriment de sa pratique en libéral.

18La visite est conduite par le chef de service, les médecins sont au chevet de la patiente. La patiente souffre d’une insuffisance respiratoire chronique qui s’est aggravée récemment, nécessitant son hospitalisation depuis plusieurs jours. Âgée de 84 ans, issue d’un milieu social modeste, elle a déjà été hospitalisée dans cet hôpital et ce même service de médecine interne, pour ses problèmes respiratoires et pour des vertiges importants. Lors de cette nouvelle hospitalisation, le docteur Mariani, qui la connaît déjà, lui a proposé de combiner la médecine conventionnelle avec les propositions des médecins du service de « médecine intégrée ».

19Lors de notre observation, l’accès au corps de la patiente, à sa parole et à sa plainte se fait d’abord par l’intermédiaire de gestes médicaux propres à la médecine biomédicale, sous le regard du docteur Frapolli, médecin acupuncteur, qui observe la scène.

20Le docteur Mariani questionne la patiente sur son état de santé : « Comment ça va, ce matin ? », et l’ausculte à l’aide de son stéthoscope : « Si vous vous mettez assise avec les pieds hors du lit, je vous ausculte un moment, on va écouter comment va la respiration ce matin… ». Il guide la patiente, lui indiquant comment se positionner au mieux pour accomplir son geste clinique : « Voyons, mettez vos mains ici » ; la patiente met ses mains devant elle, le médecin la félicite : « Bravo ! » ; il prend le stéthoscope, ausculte le dos de la patiente assise dans le lit et dit : « Respirez par la bouche… ». La patiente respire pendant que ce dernier l’incite à prendre de grandes respirations : « Respirez…, respirez… ». La patiente est maintenant allongée, le médecin ausculte sa poitrine et lui dit : « C’est bien », puis il demande : « Depuis que vous êtes là, est-ce que l’essoufflement s’est un peu amélioré ? ». La patiente : « Peu ! ». L’attention se déplace alors des symptômes vers l’état général et le registre psychosomatique, l’amélioration de l’état de santé de la patiente ne semblant pas probant : « Vous me disiez que le matin vous vous sentez anxieuse… qu’est-ce qui se passe ? ». Elle répond : « Le matin, je me lève et je vais aux toilettes et quand j’arrive aux toilettes… (elle fait des gestes avec les mains en montrant sa poitrine) ». Le médecin : « Voilà l’essoufflement ! Donc le peu de pas que vous faites d’ici jusqu’aux toilettes vous provoque l’essoufflement. C’est bien ! ». Le docteur Mariani se retourne vers son collègue médecin acupuncteur et dit : « Regarde-la un peu, toi aussi ! ». Le docteur Frapolli, qui assistait à l’examen de son confrère en silence, est sollicité pour intervenir à son tour. Il approche la patiente par le registre de l’acupuncture. À ce moment, le docteur Mariani est mis en position d’observateur : « Alors, madame ? » et, en lui prenant le pouls : « Pouvez-vous me montrer la langue ? » et dit : « Ça va ! ». La patiente : « Elle est pas belle… ». Le médecin acupuncteur : « Eh !… avez-vous de l’appétit ? » ; il élargit alors l’examen clinique à d’autres registres que ceux de l’essoufflement. La patiente : « Comme ci comme ça, je ne suis pas une grande mangeuse ». Le médecin acupuncteur, en prenant le pouls à l’autre poignet : » Et boire, buvez-vous ? ». La patiente : « Peu ! ». Le médecin acupuncteur : « Vous buvez peu…, vous sentez vos pieds froids, les pieds refroidissent ? ».

21L’examen clinique porte maintenant sur les pieds qui sont touchés ; le dos est observé, les genoux sont mobilisés, et le ventre de la patiente est palpé ; autant de parties de son corps qui se trouvent à distance de son problème de souffle et qui ne sont pas identifiées par l’interniste comme signe discriminant pour le traitement de son insuffisance respiratoire chronique. Enfin, en l’interrogeant sur son état de fatigue général, le docteur Frapolli déplace la localisation corporelle précise des symptômes pour les inscrire dans une catégorie plus large qui vient clore son examen clinique.

22Le médecin palpe alors les points d’acupuncture le long des méridiens, à la recherche d’une sensibilité discriminante dans le choix des points qui entrent dans le diagnostic et le traitement par les aiguilles. Grâce au toucher du corps mis en place par le médecin acupuncteur, la patiente doit réagir à ces sollicitations diverses. Le docteur Frapolli presse différents points sur le ventre de la patiente : « J’ai presque fini de vous déranger. Ici, vous êtes gênée ? Et ici ? Et ici vous êtes gênée ? (en changeant à chaque fois de place sur le ventre) et ici ? », puis un point au niveau du sternum. « Aïe ! », s’exclame la patiente. Des points sur ses mains sont alors pressés, puis, d’un geste de réconfort, l’acupuncteur vient toucher l’épaule de la patiente : « Merci, merci, merci ! ».

23Il regarde le docteur Mariani et, en cherchant son approbation, il s’adresse de nouveau à la patiente : « Est-ce que je peux vous faire aller un peu mieux ? Seulement avec deux petites aiguilles, permettez-vous ? ». Il se retourne vers le docteur Mariani pour lui demander de façon rhétorique : « Est-ce que vous êtes d’accord ? ». Ce dernier répond : « Oui, oui, je suis d’accord ! » et puis, en s’adressant à la patiente, lui dit : « Maintenant, il vous met ses aiguilles, vous verrez, vous irez mieux, même le souffle ira mieux ! ». En cherchant une complicité et une approbation réciproque, il s’agit autant de faire apparaître le traitement proposé par l’acupuncteur comme légitime sur le plan thérapeutique aux yeux de la patiente, que de valider la légitimité institutionnelle de cette autre pratique clinique tout en respectant la hiérarchie médicale induite par l’organisation professionnelle hospitalière fondée sur une division en domaines de spécialités. Puis le docteur Frapolli s’adresse à la patiente avec ses aiguilles dans les mains : « Me permettez-vous d’en mettre une autre et puis j’en aurai terminé, votre souffle va s’améliorer » ; elle dit : « Hé !, espérons » ; le docteur Frapolli pique d’un geste rapide et vigoureux un point situé au milieu du sternum.

24Au cours de ces échanges, la question du souffle revient au centre du traitement ; cette fois, les deux médecins agissent de concert pour accompagner la patiente en lui indiquant comment respirer. Le médecin acupuncteur et l’interniste reprennent ensemble : « Essayez, prenez une grande respiration, un peu plus ample » ; pendant que la patiente essaye de respirer avec difficulté, l’interniste : « Essayez encore, en faisant un peu plus ample… », puis le médecin acupuncteur la félicite à nouveau en lui touchant l’épaule : « Bravo, bravo ! ». En d’autres termes, cette double implication médicale permet ainsi de formaliser, dans l’acte de soin même, le contrat d’une « complémentarité » possible entre ces médecines, les médecins souhaitant alors apparaître comme un « bloc thérapeutique » au service du patient. La patiente est alors laissée seule, allongée avec les aiguilles, durant une dizaine de minutes.

25Si le premier temps de cette visite et du traitement par acupuncture met en scène une relation d’intérêt entre les registres de la biomédecine et ceux de la médecine chinoise, la fin de la consultation met en scène ce qui se joue aussi entre les médecines non conventionnelles elles-mêmes (acupuncture et homéopathie) et la biomédecine. De chaque côté du lit de la patiente, les médecins homéopathes de l’équipe de médecine « intégrée » interviennent à leur tour.

26Après s’être concertés avec leurs collègues (ces échanges se déroulent hors de la chambre de la patiente dans le couloir), ils s’accordent finalement sur le traitement à lui donner. La patiente, toujours piquée, est informée du traitement homéopathique par le docteur Rosi :

On vous donnera des granules, ils ne vous feront pas de mal. C’est pour aider ces autres médecines qui, comme vous voyez, font peu, juste le minimum… Donc on essaye ces granules, ce sont des granules qu’il faut faire fondre dans la bouche pour voir si vous vous sentez mieux ! 

27L’autre médecin homéopathe, le docteur Bernardi, s’en va pour chercher les remèdes ; dans le même temps, un jeune médecin acupuncteur (en formation au moment de l’enquête), le docteur Jonovo, entre dans la chambre, un morceau de coton à la main et, en souriant, touche l’épaule de la patiente avant de lui enlever les aiguilles. Quelques instants après, Bernardi, l’homéopathe, revient avec le remède en question : « Le voilà, maintenant je vous mets ces granules dans la bouche… ». La patiente s’écrie : « Carrément ! ». Cette exclamation vient souligner l’étonnement de la patiente à l’égard du geste du médecin, laissant entendre que cette attitude semble en rupture avec un traitement allopathique classique, où le médicament est le plus souvent administré à distance de la visite et par une tierce personne comme l’infirmière. Ici, le remède est donné « sur le champ », comme une forme de prolongement du soin médical, au même titre d’ailleurs que les aiguilles de l’acupuncteur. Le docteur Bernardi, médecin homéopathe, lui indique alors comment prendre ce traitement : « Vous les faites fondre dans la bouche sous la langue comme des dragées ! Et vous les prenez 3 fois par jour ! », tout en tenant le contenant des granules dans les mains.

28Le docteur Bernardi précise alors, en utilisant une terminologie propre au registre biomédical : « Cela vous enlève cette phase de dyspnée que vous avez… ». La patiente : « Si Dieu le veut ! ». Le docteur Rosi explique à nouveau à la patiente comment utiliser les granules : « Il faut tourner trois fois pour les faire tomber, et vous les prenez trois fois par jour », en lui mimant la façon de les prendre.

29Le docteur Rosi : « Cela ne fait pas des miracles, mais peut-être vous allez le sentir... Cependant, puisque moi aussi j’ai besoin du Kalium carbonicum, je le prends moi aussi (et elle met les granules dans sa bouche). La patiente : « Espérons ! Parmi tous les médicaments… ».

30Cette dernière situation révèle comment les médecins situent l’action de leurs remèdes dans un contexte de coaction. Le traitement par homéopathie est présenté comme agissant à la fois sur des symptômes précis (dyspnée), ce qui le rapproche de l’allopathie, et comme ayant une action plus ciblée correspondant mieux à la situation personnelle de la patiente. Il s’agit pour les médecins de faire entendre que le remède vise une amélioration globale de la vie de la patiente sans produire d’effets collatéraux, le distinguant du même coup de l’univers médicamenteux biomédical. Ce traitement par homéopathie tend d’ailleurs à être perçu par la patiente comme identique à celui de la biomédecine du fait de sa forme galénique. Dans ce contexte de pathologie chronique à forte médicalisation, on constate une insistance particulière des homéopathes autour des conseils de prise de ces remèdes, afin de mieux les distinguer de ceux relatifs à la médecine allopathique, tout en travaillant la confiance dans cette prise en charge médicale individualisée. Ils n’hésitent pas à s’impliquer directement, allant même jusqu’à prendre eux-mêmes des granules homéopathiques devant la patiente. L’approche de la « médecine intégrée » déplace l’attention de la maladie et la thérapie vers le patient dans sa complexité. Ce qui est nettement mis en valeur dans le cas observé est donc la relation du médecin (ou praticien) avec son patient, et les capacités du premier à accompagner le patient dans un processus de prise en charge immédiate de ses symptômes et de sa santé. Cette modalité de l’exemplarité physique dans laquelle les médecins s’engagent vis-à-vis des patients correspond aux valeurs éthiques défendues par l’équipe du service de médecine intégrée de Pitigliano, une intention forte qui était déjà présente à l’origine de ce projet collectif et qui sous-tendait sa raison d’être. À ce propos, lors d’un entretien individuel, le docteur Pandolfi, homéopathe, revient aussi sur l’importance qu’il accorde à la relation empathique avec le patient et nous parle aussi de la relation entre l’homéopathie et l’acupuncture dans le travail clinique :

Je trouve très importante l’empathie avec la patiente pour que le partage avec elle soit complet. La phase du diagnostic, comme on le voit dans la vidéo, est aussi partagée à 100 % avec l’acupuncteur.

31Pour ces médecins, cette situation quotidienne est vécue comme un défi qui dépasse le simple objectif d’intégration des médecines non conventionnelles dans un contexte biomédical, une situation qu’ils vivent par ailleurs déjà tous dans le cadre de leur pratique libérale depuis de nombreuses années. Ce qui caractérise à leurs yeux l’aspect « novateur et expérimental » de cette expérience hospitalière, c’est précisément qu’elle leur permet de situer la notion « d’intégration » non plus seulement au regard de la biomédecine, mais au niveau des synergies possibles entre les différentes thérapeutiques non conventionnelles qu’ils exercent, comme ici entre l’acupuncture et l’homéopathie. Cette présence simultanée des praticiens dans l’acte clinique implique aussi de créer une modalité de fonctionnement et d’entente entre chaque médecin, comme le rappelle le docteur Bernardi :

Je pense que ce qui a fonctionné a été les relations de dialogue dans le groupe… Chacun a respecté les autres, et cela a été le petit secret : l’harmonie… avec toutes les différences personnelles. Il y a eu des phases de discussions, mais le bon sens a toujours eu le dessus. Il faut dire que personne entre nous ne se connaissait sinon de manière superficielle. Je crois franchement que le mérite de notre résultat a été notre capacité de nous intégrer caractériellement.

  • 24 Sur la durée du projet, près de 28 000 prestations de soin ont été délivrées à des patients venant (...)

32Au-delà de ces caractéristiques communes à toute organisation professionnelle, travailler en milieu hospitalier comporte aussi l’obligation de se heurter à la lourdeur des procédures administratives, au temps de travail imposé par l’institution, au souci de rentabilité économique, au grand nombre de patients à traiter24, aux incompréhensions mutuelles entre les collègues de l’équipe, et aussi parfois à la concurrence avec certains biomédecins ; ces obligations représentent une contrainte organisationnelle quotidienne avec laquelle ils doivent composer. Ce contexte conduit parfois certains à renoncer, comme le souligne le docteur Bernardi :

D’ailleurs nous avons dû remplacer trois acupuncteurs au cours de la deuxième phase du projet parce qu’ils n’ont pas réussi à soutenir le stress du travail et le reste… 

33En d’autres termes, dans la situation étudiée, la rencontre médicale avec la patiente, dont l’amélioration de l’état de santé est l’objet de l’action principale, se trouve en réalité structurée à la fois par la prise en charge des patients qui consiste pour les médecins non conventionnels à mettre en scène les normes du travail hospitalier (respect des hiérarchies hospitalières) et par la nécessité de réaffirmer dans l’espace même de la pratique clinique les frontières (boundary work) de leurs légitimités interprofessionnelles (coopération entre la biomédecine, la pratique de l’acupuncture et de l’homéopathie) (Candelise, 2013). Ce positionnement fort signale une « co-production entre biomédecine et "autres" médecines, une liaison certes dialectique mais inhérente à la médicalisation des sociétés modernes » (Monnais, 2017 : 187). Ce qui, dans le cadre du présent travail thérapeutique observé, donne lieu à l’invention inédite d’un espace clinique singulier qui cherche à faire de l’hétérogénéité des savoirs médicaux mobilisés un espace de soin particulièrement opératoire où la relation au corps, aux émotions et aux récits des patients (Remillet, 2013) se situe aux frontières, non exclusives, des réalités biologiques et sociologiques de la maladie et de la santé.

La biomédecine comme interface d’échanges entre les médecines non conventionnelles

34Si, lors de la visite dans le service de médecine interne, nous avons assisté à des situations de proximité et « d’intégration » de la biomédecine avec les deux thérapeutiques non conventionnelles, le contexte et les enjeux changent quand on se trouve face à une consultation dans le service de médecine « intégrée » où travaillent uniquement les médecins acupuncteurs et homéopathes. Ici, la biomédecine est autant présente que dans la consultation analysée précédemment, mais elle joue un rôle différent. Elle ne se trouve plus dans un rapport de hiérarchie avec les autres thérapeutiques, ni dans une relation dialectique et de négociation avec elles. Elle devient le langage commun entre la mise en pratique de deux théories médicales ayant chacune un savoir, une conception du corps et des stratégies de soin différentes, l’acupuncture et l’homéopathie.

35Nous nous trouvons dans une des salles de consultation du service de médecine intégrée. Le docteur Frapolli, responsable de l’acupuncture dans ce service, reçoit une patiente accompagnée par son fils, qui vient consulter par l’intermédiaire de sa fille, elle-même déjà prise en charge par le service. Il s’agit d’une première consultation, plus longue que les suivantes (environ une heure) et dont l’interrogatoire est plus détaillé que dans les consultations qui suivront. Dans le cas présent, la patiente est prise en charge par plusieurs médecins et est suivie aussi bien par des acupuncteurs que par des homéopathes.

36C’est le docteur Frapolli, assis à son bureau, qui reçoit en premier la patiente ; deux autres médecins sont présents en arrière-plan et observent la consultation : le docteur Bernardi, responsable de l’homéopathie, qui est lui-même médecin acupuncteur, et le docteur Jonovo, jeune médecin acupuncteur en formation. Il s’agit d’une patiente avec un itinéraire thérapeutique complexe. Elle a décidé de s’adresser à la MNC après de nombreuses tentatives et déceptions avec la médecine allopathique, une situation très fréquente dans le service de médecine intégrée qui est souvent perçu comme le lieu du dernier recours pour des malades chroniques, présentant des pathologies très graves. Le docteur Frapolli commence l’interrogatoire en s’adressant à la patiente : « Alors, madame, racontez-nous un petit peu… », et la patiente, en prenant un grand souffle : « Alors, depuis un petit moment, ça empire dans tous les sens. Cela fait 6 ou 7 ans que je me soigne pour la polyarthrite rhumatoïde, mais sincèrement, je ne veux pas dire que je n’ai pas confiance, mais le médecin qui me soigne, le docteur…, je ne trouve aucune amélioration. Parce que j’ai d’autres problèmes graves… ». Le médecin interrompt la patiente sans la laisser finir ses explications. Interrogé à ce propos, le médecin rappelle que les contraintes économiques de rentabilité qui pèsent sur la pratique sont plus fortes en milieu hospitalier, et qu’il ne dispose pas du même temps à accorder aux patients qu’en libéral. Cependant, le temps qui sera accordé à cette consultation – presque une heure – peut être considéré comme long, donc peu rentable sur le long terme pour le service de médecine intégrée. Il s’agit donc pour les médecins de faire en sorte que leur exercice se rapproche le plus possible des conditions de soin idéales à consacrer à chaque patient. Ils conçoivent ainsi la durée de la consultation comme un espace de résistance, non plus à la biomédecine mais à son mode d’organisation rationalisé :

Je peux vous dire qu’il y a une différence énorme par rapport au contexte dans lequel chacun de nous a toujours travaillé [cabinet privé en ville]… Dans un hôpital, tout est plus difficile, et parfois insurmontable pour des raisons bureaucratiques et organisationnelles et aussi pour des raisons logistiques, ce qu’il ne faut pas sous-évaluer, c’est un point que n’avions pas imaginé au départ du projet… 

37Le docteur Frapolli : « Que prenez-vous ? Prenez-vous le méthotrexate ? ». La patiente répond immédiatement : « J’ai pris aussi celui-ci, mais maintenant je prends… (elle se touche la tête faisant signe de ne plus se souvenir) voulez-vous vraiment le savoir ? Parce que j’en prends tellement… ». Le médecin prend note sur le dossier de la patiente et continue : « Les mains vous gênent ? ». La patiente : « Alors, puisque j’ai une tumeur au sein, il y a trois ans, justement début janvier… ». Le docteur Frapolli, en écrivant, interrompt la patiente et demande : « Avez-vous fait une mastectomie totale ? ». La patiente : « Non, il y avait une tumeur, elle était maligne, mais… ». Le médecin l’interrompt encore et, tout en écrivant : « Ils ne vous ont pas enlevé tout le sein, juste un morceau, une quadrantectomie… ». La patiente : « Après, avec les analyses, est apparu que, aussi les ganglions, ils ont enlevé ceux-ci aussi… ». Le docteur Frapolli : « Ok, alors le ganglion sentinelle était positif aussi… ». La patiente continue : « Oui, oui, moi je ne fais pas les choses simples… alors il se trouve qu’une fois revenue à la maison, je me suis sentie mal, et ils ont dû m’opérer encore une fois pour des polypes qui venaient de l’opération que j’avais faite… ». Le docteur Frapolli : « Polypes intestinaux ? ». La patiente : « Polypes intestinaux, oui… ». Le médecin : « Donc, vous avez été réopérée pour des polypes intestinaux… ». La patiente : « Oui, la même année… ». Le docteur Frapolli demande à la patiente, en la regardant : « Les contrôles, vous les faites ? Les contrôles pour les marqueurs ? ». La patiente : « Bien sûr, je suis venue ce matin chez l’oncologue ! Pour cela j’en ai profité et je suis ici… ». Le docteur Frapolli : « Bravo ! Alors tout est ok de ce côté… ».

38La patiente continue l’énumération de ses maux et lui en fait part : « Alors, j’ai un seul rein... ». Le médecin : « Vous êtes une collectionneuse de maux ! Un rein seul parce qu’il a été… ». La patiente réplique : « Non, parce que je suis tombée de l’escabeau, j’ai frappé sur le lit et le rein… ». Le médecin, en écrivant sur le dossier médical : « Néphrectomie post-traumatique, ensuite ? ». Pendant l’échange verbal entre la patiente et le médecin acupuncteur, elle sort de son sac plusieurs comptes rendus d’analyses médicales. Cela provoque un moment de vif intérêt autour du bureau du médecin. « J’ai les analyses… », dit la patiente. Le docteur Frapolli, avec enthousiasme : « Ah ! Les analyses, vous les avez ! ». La patiente sort les comptes rendus des analyses, et le médecin, en les ouvrant au fur et à mesure que la patiente les fait apparaître de son sac à main, dit : « Ah ! Mais ici il y a des choses ! », puis affirme, en s’adressant au docteur Jonovo en formation : « Jette un coup d’œil, toi aussi… (avec un air satisfait et en regardant les feuilles) Ici, on a des données !… ».

39En lisant les nombreux comptes rendus des analyses et en notant sur le dossier médical les données, le docteur Frapolli semble arriver à une conclusion : « Donc, nous avons deux moments : celui de ce blocage, vous vous sentez mal, et un autre, ces douleurs diffuses. Ceux-ci sont les deux grandes choses qui vous posent le plus d’ennuis ». Prendre connaissance des résultats des différentes analyses biologiques donne au médecin les derniers éléments dont il avait besoin afin de conclure la phase de l’anamnèse. Cependant, dans un premier temps, le médecin, lors de son échange avec la patiente, ne prononce pas un diagnostic au sens propre, comme dans le cadre d’une consultation biomédicale ; il décrit les situations de mal-être général qui l’affectent et qu’il partage avec elle. Le registre de la communication reste celui du langage « profane ».

40Avec l’accord de son collègue, le docteur Frapolli, qui dirige l’entretien, change de registre médical et procède à la prise des pouls à la manière de la médecine chinoise.

41Il demande à la patiente : « Vos petites mains, ma chère… », et il palpe les pouls de la patiente par-dessus la table. Puis, en la regardant droit dans les yeux, il continue : « Cette dame a un grand esprit ; et puis, vous savez ce que vous avez ? Vous avez des yeux pleins de jeunesse ! Des yeux combatifs… ». La patiente : « Je suis devenue courageuse parce que j’en ai vu trop dans la vie… ». Le docteur Frapolli cherche à entrer directement en contact avec la patiente, il lui touche les poignets, la regarde droit dans les yeux, crée un lien d’empathie fort avec elle.

42Il repère quelques points douloureux sur la main et le poignet en répétant : « Le conflit de la tendinopathie... ». Ensuite, il demande : « Faites voir la langue ! ». Il s’agit ici de deux procédés de diagnostic propres à la médecine chinoise : la prise des pouls et l’analyse de la langue. Juste avant de passer à la pose des aiguilles, le docteur Rosi, responsable du projet, entre dans la salle de consultation. Le docteur Frapolli présente cette dernière à la patiente, puis accompagne sa collègue au bureau afin qu’elle puisse consulter à son tour le dossier médical. Il le lui présente ainsi : « C’est une patiente qui a eu une quadrantectomie ; après, elle a été réopérée de polypose intestinale, elle présente d’importantes douleurs et surtout une tendinopathie multiple avec conflit à l’épaule… Elle a du diabète, de l’hypertension, une néphrectomie, et prend 18 médicaments qu’elle n’avait pas avec elle aujourd’hui… Elle a aussi une polyarthrite rhumatoïde ».

43En regardant ensemble le dossier de la patiente, le docteur Frapolli affirme : « Je proposais de la soulager pour la tendinopathie, parce qu’elle a une tendinopathie… ». À partir de ce moment, la prise en charge de cette patiente devient collective.

44De nouveau, dans cet échange, l’usage du langage médical dans la description des symptômes cliniques correspond à un raisonnement qui obéit aux principes de la biomédecine. Ce discours devient la base commune à partir de laquelle les médecins peuvent développer un raisonnement spécifique propre à leur double compétence. Le langage biomédical devient en quelque sorte une ressource commune de l’échange entre les médecins, pour la première phase de la consultation.

45Le docteur Rosi interroge encore un moment la patiente, en lui demandant quel est le bras qui lui fait mal ; elle constate que sa main est gonflée (celle correspondant à l’intervention chirurgicale) et lui pose quelques questions sur l’ostéoporose. Ensuite, elle conclut en s’adressant au médecin acupuncteur : « Ok, bien, je pense que nous pouvons faire ainsi… lui donner un remède magistral, physiopathologique [remède homéopathique], pour contrebalancer la douleur, autant au niveau local qu’au niveau général. En tenant compte de cette synovite en phase active due à la polyarthrite rhumatoïde ; et donc ce composé peut certainement aider les séances d’acupuncture que tu lui feras par la suite… ».

46L’analyse de cette consultation révèle avec force le chemin qui mène à une collaboration entre les deux thérapies non conventionnelles, en passant par le filtre de la biomédecine comme référence commune. Elle révèle une forme de négociation permanente, car non prévisible entre des champs d’action possibles et leur interpénétration au sein d’un dispositif de prise en charge « intégrée » et ses usages thérapeutiques en milieu hospitalier. Les catégories biomédicales sont ici moins mobilisées pour la recherche de diagnostic en tant que tel que pour servir de socle interdisciplinaire entre chaque médecine. Il se met donc en place une modalité « d’intégration » de la biomédecine avec des thérapeutiques non conventionnelles, qui dépasse la simple juxtaposition des pratiques, où une technique de soin comme l’acupuncture pourrait simplement s’ajouter au travail d’un service hospitalier et d’une équipe soignante (Candelise, 2013). Ce qui se construit est une coopération entre les thérapeutiques non conventionnelles où s’articulent ici différents registres de relation au corps et à la personne, différents dispositifs de soin qui apparaissent désormais aux yeux des patients comme un même parcours de soin, un même geste médical, tant diagnostique que thérapeutique.

47Parallèlement à cela, le fait que les médecins non conventionnels parlent en termes biomédicaux pourrait laisser penser que la biomédecine est le système de pensée de référence, qu’elle domine hiérarchiquement les autres médecines. L’analyse de cette consultation montre qu’elle sert plutôt d’interface, d’une part, entre les médecins (tous sont de formation universitaire biomédicale) et, d’autre part, entre les médecins et les patients, car même s’ils ne comprennent pas toujours le jargon biomédical, loin s’en faut, ils sont toujours plus familiarisés avec ce vocabulaire qu’avec celui des remèdes homéopathiques ou de la médecine chinoise.

Conclusion

48Les dynamiques complexes qui se mettent en place à l’intérieur de cet hôpital du centre de l’Italie pourraient constituer un « espace clinique hétérotopique » en référence aux travaux de Street & Colman (2012). Il s’agit en effet d’une situation de « multiple orderings » (Fortin & Knotova, 2013 : 5) dans laquelle les structures hiérarchiques, les normes, les qualités relationnelles s’organisent selon des variables relevant de décisions parfois consensuelles et parfois imprédictibles. De prime abord, on pourrait donc penser que ces thérapeutiques se positionnent dans les espaces que la biomédecine laisse vacants. Mais, dans le cas de la première patiente qui souffre de dyspnée, on constate que les acupuncteurs et les homéopathes tentent de potentialiser ou de compléter l’efficacité de l’allopathie. On pourrait donc penser qu’il n’y a pas d’affrontement clinique entre les différentes approches. De par leur capacité à traiter le « terrain » pour accéder au symptôme, ces « médecines intégrées » seraient plutôt à qualifier ici de médecines « augmentantes », potentialisant les effets des autres médecines.

49C’est le statut de cohabitation légitime d’approches différentes, réunies dans un même espace clinique – celui de l’hôpital – qui permettrait leur acceptation et approbation aux yeux des patients. Ainsi, les registres d’action, ceux de la biomédecine et ceux des MNC, ne se trouveraient pas dans une relation d’exclusion mutuelle, ni véritablement dans une forme réelle d’intégration, mais plutôt dans une situation de coparticipation active. À Pitigliano, le travail de ces médecins pourrait donc sembler prendre le relais là où la biomédecine trouve ses limites, chacun visant avec ses propres moyens à l’amélioration de leur qualité de vie dans un contexte marqué par des pathologies lourdes et complexes. Ce n’est pas nécessairement la perception des médecins qui interagissent avec le service de médecine intégrée, ce qui ne manque pas de créer des tensions dans l’équilibre interne de cette institution hospitalière publique, qui produisent à l’hôpital de Pitigliano une situation encore atypique de « pluralisme médical » et de « pluralisme thérapeutique » (Cant & Sharma, 1999 ; Hammer, 2010 ; Cohen et al., 2015). Et même s’ils se déclarent parfois dubitatifs et ne voient pas nécessairement l’intérêt immédiat de ces interventions dans les services de l’hôpital, les internistes finissent à terme par accepter les consultations de MNC, forcés d’en constater les bénéfices, tant relationnels que médicaux, pour les patients.

50C’est donc un constat ambivalent du travail « d’intégration » des MNC qui ressort de cette étude à Pitigliano, dont le projet s’est clôturé à la fin de l’année 2016. L’expérience a permis à ce service hospitalier, né dans le cadre d’un projet expérimental, de se transformer en véritable centre de référence pour la région Toscane et de se pérenniser tout en garantissant la survie de l’ensemble de cette structure hospitalière. L’expérience acquise par ce groupe de médecins s’est aussi étendue par la suite à d’autres centres hospitaliers. Aujourd’hui, un service de « médecine intégrée » a rejoint celui de rééducation à Manciano, village proche de Pitigliano, et, plus récemment, un autre est venu intégrer le service d’oncologie de l’hôpital de Grosseto, chef-lieu de la province. Autant d’initiatives qui peuvent être analysées comme les prémisses d’une réalité médicale hospitalière contemporaine de plus en plus traversée par des pratiques cliniques en cours de transformation, en Italie comme dans les autres pays européens.

Haut de page

Bibliographie

AUDETAT M. (dir.), 2015. Sciences et technologies émergentes : pourquoi tant de promesses ?, Paris, Hermann.

BASZANGER I., 1995. Douleur et médecine, la fin d’un oubli. Paris, Seuil.

BAUMAN Z., 2003. La Vie en miettes. Expérience postmoderne et moralité. Paris, Hachette.

BECK U., 2001. What is globalisation?. Cambridge, Poly press.

BERNARDINI S., CRACOLICI R., FERRERI R., RINALDI M. et PULCRI R., 2015. « Integration between orthodox medicine, homeopathy and acupuncture for inpatients: Three years experience in the first hospital for Integrated Medicine in Italy », Journal of Traditional and Complementary Medicine, 5: 234-240.

CANDELISE L., 2013. « Médecine complémentaire et médecine conventionnelle : la rencontre de différentes cliniques. L’acupuncture dans une structure publique de santé », In LEFEVRE C., BARROUX G., La clinique, usages et valeurs, Paris, Seli Arslan : 147-166.

CANDELISE L., 2008. « La médecine chinoise dans la pratique médicale en France et en Italie, de 1930 à nos jours. Représentations, réception, tentatives d’intégration », thèse de doctorat, École des hautes études en sciences sociales, Paris – Università Statale, Milano-Bicocca.

CANDELISE L., 2003. « Le medicine non convenzionali nell’azienda ospedaliera Luigi Sacco », In COLOMBO E. et REBUGHINI P., La medicina che cambia, Milano, il Mulino : 287-305.

CANDELISE L., CONORD S., MICHAU N. et REMILLET G., 2017. La relation soignants/soignés à l’épreuve de l’image, Images du travail, Travail des images, 4, [en ligne], http://imagesdutravail.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=1445 (page consultée le 23 mai 2018).

CANDELISE L. et REMILLET G., 2016. « Le corps, le cadre et la parole dans la consultation médicale en acupuncture. Essai d’anthropologie visuelle en situation clinique », In GOTTOT S., TEIXEIRA M., DESPRÈS C. et MELLERIO H. (dir.), Regards croisés sur la santé et la maladie, Paris, Éditions des Archives contemporaines : 247-266.

CANT S. et SHARMA U., 1999. A New Medical Pluralism? Alternative Medicine, Doctors, Patients and the State, Londres, Routledge.

COHEN M., RUGGIE M. et MICOZZI M., 2007. The Practice of Integrative Medicine: A Legal and Operational Guide, New York, Springer.

COHEN P., SARRADON-ECK A., ROSSI I., SCHMITZ O. et LEGRAND E. (dir.), 2015. Cancer et pluralisme thérapeutique. Enquête auprès des malades et des institutions médicales en France, Belgique et Suisse, Paris, L’Harmattan.

COLOMBO E. et REBUGHINI P., 2006. La medicina contesa, Roma, Carrocci

COMOLLI J.L. et SORREL V., 2015. Cinéma, mode d’emploi. De l’argentique au numérique, Paris, Verdier.

COOTER R. (dir.), 1988. Study in History of Alternative Medicine, New York, Springer.

DODIER N., 1993. L’expertise médicale, Paris, Métailié.

FAINZANG S., 2006. La relation médecins-malades : information et mensonge. Paris, PUF.

FORTIN S. et KNOTOVA M., 2013. « Présentation : Îles, continents et hétérotopies  : les multiples trajectoires de l’ethnographie hospitalière », Anthropologie et Sociétés, 37, 3 : 9-24.

de FRANCE C., 1989 [1982]. Cinéma et anthropologie, Paris, Maison des sciences de l’homme.

FRANK R. et STOLLBERG G., 2004. « Medical Acupuncture in Germany: Patterns of Consumerism among Physicians and Patients », Sociology of Health & Illness, 26, 3: 351-372.

GALE N. K., 2014. « The Sociology of Traditional, Complementary and Alternative Medicine », Sociology Compass, 8, 6: 805-822.

GALE N. K. et MCHALE J. V. (dir.), 2015. Handbook of Complementary and Alternative Medicine in Social Science and Law, London, Routledge.

GIDDENS A., 1994. Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan.

GIERYN T. F., 1983. « Boundary-work and the Demarcation of Science from Non-Science: Strains and Interests in Professional Ideologies of Scientists », American Sociological Review, 48, 6: 781-795.

GRAZ B., RODONDI P.-Y. et MICHAUD P.-A., 2011. « Les "médecines complémentaires" aux États-Unis – un voyage d’étude », Primary Care, 11, 20 : 359-360.

GUERONNET J., 1987. Le Geste cinématographique. Nanterre, Université Paris X – FRC, coll. Cinéma et sciences humaines (6).

HAMMER R, 2010. Expériences ordinaires de la médecine. Confiances, croyances et critiques profanes, Seismo : 19-20.

HØG E. et HSU E. (dir.), 2002. Countervailing Creativity: Patient Agency in the Globalisation of Asian Medicines. Numéro spécial, Anthropology & Medicine, 9, 3.

HÖRBST V., SCHIRRIPA P. et GERRETS R. (dir.), 2017. « Revisiting medical pluralism: an old concept inspiring new theoretical horizons », L’Uomo, Società, tradizione e sviluppo, 1, Roma, Carrocci Editore,

HSU E., 2012. « Treatment evaluation: an anthropological approach », In SCHEID V. et MACPHERSON M. (dir.), Integrating East Asian Medicine into Contemporay Healthcare, Londres, Elsevier : 157-172.

JOHANNESSEN H. et LAZAR I. (dir.), 2006. Multiple Medical Realities. Patients and Healers in Biomedical? Alternative and Traditional Medicine, New York-Oxford, Berghahn Books.

KELNER M., WELLMAN B., PESCOSOLIDO B. et SAKS M. (dir.), 2000. Complementary and Alternative Medicine: Challenge and Change, Amsterdam, Harwood Academic.

LAMONT M. et MOLNAR V., 2002. « The Study of Boundaries in the Social Sciences », Annual Review of Sociology, 28 : 167-195.

LAWRENCE C. et WEISZ G., 1998. Greater than the Part. Holism in Biomedicine, 1920-1950, New York, Oxford University Press.

LEFEVRE C. et BARROUX G. (dir.), 2013. Usages et valeurs de la clinique, Paris, Seli Arslan.

LELLI F., 2007. Medicine non convenzionali. Problemi etici e epistemologici, Milan, Franco Angeli.

LIEBER M., 2011. « La médecine traditionnelle chinoise en Suisse : entre légitimité culturelle et légitimité professionnelle », Revue Suisse de Sociologie, 37, 3 : 461-480.

LOCK M. et NGUYEN V. K., 2010. An Anthropology of Biomedicine, Wiley-Blackwell.

LYOTARD J.-F., 1979. La condition postmoderne : rapport sur le savoir, Paris, Minuit.

MARTIN H. et DEBONS J., 2014. Le soin et la politique : cinq médecines non conventionnelles et l’assurance maladie, Lausanne, EESP.

MINO J.C., 2006. « De la médecine clinique à la biomédecine », In MOUILLIE J.M., LEFEVRE C. et VISIER L. (dir.), Médecine et sciences humaines, Paris, éditions Belles Lettres.

MONNAIS L., 2017. « Médecines alternatives, du continent nord-américain à l’Asie orientale. Entre exclusion réitérée et pluralisme incorporé », Médecine/Sciences, 33 : 183-187.

OLIVIER DE SARDAN J.-P., 2008. La rigueur du qualitatif, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant.

PORDIÉ L., 2011. « Savoirs thérapeutiques asiatiques et globalisation », Revue d’Anthropologie des Connaissances, 5, 1 : 3-12.

PORDIÉ L. (dir.), 2008. Tibetan Medicine in the Contemporary World. Global Politics of Medical Knowledge and Practice, London-New York, Routledge.

PORDIÉ L. et SIMON E., 2013. Les nouveaux guérisseurs. Biographies de thérapeutes au temps de la globalisation, Paris, EHESS.

POUCHELLE M.-C., 2003. L’Hôpital corps et âme. Essai d’anthropologie hospitalière, Paris, Seli Arslan.

REMILLET G., 2013. « Ethnographie filmée des pratiques de soin en situation clinique. Entre émotion et cognition. L’exemple de la consultation médicale en acupuncture », Mondes contemporains. Revue d’Anthropologie sociale et culturelle, 3 : 123-148.

REMILLET G., 2011a. « Corps, émotions et récits dans la consultation médicale en acupuncture : éléments de réflexion ethno-cinématographique » In Connaissance No(s) Limit(es), Actes du 1er congrès de L’Association Française d’ethnologie et d’anthropologie (AFEA), Paris, EHESS : 1-8.

REMILLET G., 2011b. « Filmer les pratiques de soin dans la consultation médicale en acupuncture. Une approche ethno-cinématographique », Ethnologies, 33, 2 : 97-119.

REMILLET G., 2009. Ethno-cinématographie du travail ouvrier. Essai d’anthropologie visuelle en milieu industriel, Paris, L’Harmattan, coll. Champs Visuel.

ROBERT P. et GRAZ B., 2012. Les médecines complémentaires, Presses polytechniques et universitaires romandes : 24.

SAKS M., 2002. Orthodox and Alternative Medicine. Politics, Professionalization and Health Care, Londres, Sage.

SAKS M., 1995. Professions and the Public Interest: Professional Power, Altruism and Alternative Medicine, Londres, Routledge.

SARRADON-ECK A., 2008. « Médecin et anthropologue, médecin contre anthropologue : dilemmes éthiques pour ethnographes en situation clinique », ethnographiques.org, [en ligne], http://www.ethnographiques.org/2008/Sarradon-Eck (page consultée le 23 mai 2018).

SCHEID V., 2008. « Globalising Chinese Medical Understandings of Menopause », EASTS, 2, 4: 485-506.

STREET A. et COLEMAN S., 2012. « Introduction Real and Imagined Spaces », Space and Culture,15, 1 : 4-17.

TOVEY, P., EASTHOPE G. et ADAMS J. (dir.), 2004. The Mainstreaming of Complementary and Alternative Medicine, London, Routledge.

VEGA A., 2000. Une ethnologue à l’hôpital. L’ambiguïté du quotidien infirmier, Paris, Éditions des archives contemporaines.

WEIL A., 2000. « The Significance of Integrative Medicine for the Future of Medical Education », The American Journal of Medicine, 118: 442-443.

VERMERSCH P., 1994. L’entretien d’explicitation en formation initiale et en formation continue, Paris, ESF.

ZHAN M., 2009. Otherworldly: Chinese Medicine through Encounters, Durham, Duke University Press.

Haut de page

Notes

1 La biomédecine « [...] renvoie à un cadre théorique explicatif de la santé et de la maladie issu des sciences biologiques. Les propriétés vitales (dont la pathologie fait partie puisque la maladie est une forme de la vie) sont ramenées à des propriétés physico-chimiques. Nous nous situons depuis le XIXe siècle au sein d’un même paradigme scientifique, dont le champ d’exploration s’est fantastiquement élargi avec la microbiologie, la biochimie, la biophysique, la biologie moléculaire, la génétique, l’immunologie, etc. » (Mino, 2006 : 81). Nous retiendrons dans ce texte cette acception de la notion de biomédecine.

2 Comme le soulignent plusieurs auteurs, la définition des thérapies « différentes de la médecine scientifique » (Jutte, 2001 : 12) varie selon les époques et les contextes nationaux. Elles ont été appelées « médecines complémentaires », « médecines alternatives », « Complementary and Alternative Medicines » (CAM aux États-Unis). Depuis les années 2000, en Europe, elles ont été appelées « médecines non conventionnelles ». Ce terme a été utilisé en mars 1997 lors d’une séance du Parlement européen proposant une résolution sur le statut des médecines « non conventionnelles » et avait été choisi pour sa formulation qui ne remettait pas en question leur relation avec la biomédecine (http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+REPORT+A4-1997-0075+0+DOC+XML+V0//FR, dernier accès le 30 janvier 2018). À ce sujet, voir également Cooter, 1988 ; Jutte, 2001 ; Martin & Debons, 2011 ; Cohen et al., 2015. Nous retiendrons cette dernière définition de « médecines non conventionnelles » dans notre article.

3 La définition de « médecine intégrée », ou en italien « medicina integrata », se réfère au concept de Integrative Medicine développé au sein du National Institute of Health aux États-Unis où, depuis 1991, il existe un centre dédié aux recherches sur les médecines complémentaires et alternatives (le National Center for Complementary and Alternative Medicines - NCCAM). En 2014, ce centre change son axe de recherche et s’oriente vers une forme d’intégration entre les « médecines non conventionnelles » et la biomédecine (« There are many definitions of “integrative” health care, but all involve bringing conventional and complementary approaches together in a coordinated way » : https://nccih.nih.gov/health/integrative-health, dernier accès le 30 janvier 2018), ce centre change aussi son nom en National Center for Complementary and Integrative Medicine (NCCIM) (https://www.nih.gov/about-nih/what-we-do/nih-almanac/national-center-complementary-integrative-health-nccih, dernier accès le 30 janvier 2018). Comme le soulignent Cohen et al. (2007), une définition fine (ou approfondie) de la « médecine intégrée » manque encore aujourd’hui. Les auteurs montrent que le concept d’Integrative Medicine vient d’un passé de dialogues et de négociations entre les médecines non conventionnelles et la biomédecine. Ces relations n’aboutissent pas à une définition univoque selon laquelle toutes les méthodes de soin peuvent être comprises et mobilisées dans le but de l’amélioration de l’état de santé et du bien-être du patient.

4 Phytothérapie, phytothérapeute : « La phytothérapie est l’utilisation de plantes à des fins aussi bien préventives que curatives. Le conditionnement varie : plantes sèches, teintures mères, gélules, etc. » (Cohen et al., 2015 : 269).

5 Ces réformes laissant malgré tout inchangé le statut des professionnels pouvant exercer ces pratiques médicales, l’exercice de l’acupuncture comme de l’homéopathie et de la phytothérapie reste réservé aux médecins ayant un diplôme national en médecine.

6 http://www.medeatemp.altervista.org/Assimefac/Public/file/PianiSanitari/toscanapsr1.pdf (dernier accès le 4 avril 2017).

7 Les aziende sanitarie locali sont des centres médicaux publics répartis sur l’ensemble du territoire et gérés par l’administration sanitaire régionale.

8 http://www.epicentro.iss.it/igea/raccolta/Allegati/toscana/legge-2005-00040.pdf (dernier accès le 4 avril 2017).

9 Par exemple, le coût maximal pour une séance d’acupuncture est de 24 euros, mais le tarif peut diminuer en fonction des revenus des patients.

10 Tous les noms cités dans le texte sont des pseudonymes.

11  Società Italiana di Omeopatia e Medicina Integrata : http://www.siomi.it (dernier accès le 30 janvier 2018).

12 « L’homéopathie est une technique thérapeutique qui utilise des médicaments dilués et dynamisés qui sont issus de substances végétales, minérales ou organiques » (Robert, 2012 : 24).

13 Tous les extraits d’entretiens ou d’observations cités proviennent de nos enquêtes de terrain menées entre octobre 2013 et mai 2015, et détaillées plus loin.

14 L’objectif de l’expérimentation est de démontrer l’efficacité et la sécurité des soins dérivant de l’intégration entre médecines complémentaires et médecine occidentale académique, avec le but d’améliorer l’état de santé des patients faisant partie de la recherche (Regione Toscana, Giunta Regionale, proposta n° 2009DG00000001447, 14.12.2009, Allegato A, p. 1).

15 « Réalisation auprès de l’hôpital de Pitigliano du centre hospitalier de médecine intégrée de la région Toscane ».

16 Le Royal London Hospital for Integrated Medicine et le Glasgow Centre for Integrative Medicine, institutions avec lesquelles le docteur Rosi était déjà en contact.

17 Cette présente étude s’est déroulée dans le cadre d’un projet plus vaste financé par le Fonds National Suisse de la recherche scientifique (FNS, UN 8473). Intitulé « Les pratiques médicales chinoises en Europe. Leur réception en Suisse pour un regard comparé avec le contexte médical français et italien », le projet a été hébergé par l’université de Genève, de septembre 2013 à janvier 2017.

18 Les médecins engagés dans le projet étaient six au total : trois homéopathes et trois acupuncteurs. Le docteur Rosi (homéopathe) est la responsable principale de l’ensemble du projet. Elle est secondée par deux autres médecins, l’un responsable de l’homéopathie (le docteur Bernardi), l’autre de l’acupuncture (le docteur Frapolli), ensemble ils assurent la coordination du travail de l’équipe. Le docteur Frapolli et le docteur Bernardi rejoignent le projet à la suite de la proposition du docteur Rosi. Tous ces médecins étaient des praticiens et des enseignants expérimentés dans leur discipline de référence depuis plusieurs dizaines d’années. Trois autres médecins sont recrutés par voie de concours lors de la deuxième phase du projet (le docteur Rivelli, le docteur Jonovo et le docteur Pandolfi).

19 Ici l’enquête filmique débute dès l’entrée sur le terrain, les observations filmées sont envisagées dans une démarche exploratoire (France, 1980) et assumée comme telle, au même titre que la production de données sous la forme d’observations directes, d’entretiens, de collecte de documents d’archives, chacune des techniques d’enquête étant pensée comme ayant un seuil de « saturation épistémologique » propre (Olivier de Sardan, 2008).

20 Dix entretiens semi-dirigés, d’une durée d’une à deux heures, ont été enregistrés au magnétophone durant les pauses de midi dans les bureaux respectifs des médecins et ont fait l’objet d’une retranscription systématique.

21 Dans cette optique, sept consultations – retenues pour la diversité des situations cliniques – sur les 31 filmées ont fait l’objet d’une séance d’explicitation (Vermersch, 1994) auprès des médecins de l’équipe de « médecine intégrée » afin de confronter le niveau du discours et des représentations à celui des pratiques de soins réellement observées.

22 Une série de 15 entretiens non directifs a été menée avec les patients, juste après que les consultations se soient déroulées. Il s’agissait pour nous de recueillir la manière dont ils percevaient le déroulement de ces consultations « à chaud » et de saisir la façon dont les propositions diagnostiques et thérapeutiques étaient perçues en fonction de leurs attentes de soins. La plupart de ces entretiens se sont déroulés dans la salle d’attente du centre de « médecine intégrée » quand cette dernière était libre ou dans un espace mis à notre disposition par les médecins à cet effet. Systématiquement enregistrées au moyen d’un magnétophone, ces données discursives ont fait l’objet d’une retranscription intégrale.

23 Contrairement à une description ethnographique textuelle où les données recueillies sont rendues anonymes, les données filmiques révèlent l’identité des enquêtés, ce qui suppose de garantir aux protagonistes un usage limité et juridiquement encadré de ces données. Pour cette raison, avant de mettre en place tout dispositif d’observation, nous avons présenté notre projet d’enquête filmique au directeur de l’hôpital de Pitigliano et directeur de l’ASL 9 de la région Toscane (qui gère les projets dans la province de Grosseto). C’est uniquement après avoir obtenu son autorisation que nous avons débuté notre recherche de terrain. De plus, lors des observations filmiques, au-delà des autorisations légales de tournages citées précédemment, nous nous sommes engagés à ne diffuser ces images que dans le strict cadre de publications à vocation scientifique, une copie des images a également été tenue à disposition des patients pour consultation et validation finale de ces autorisations de droits à l’image.

24 Sur la durée du projet, près de 28 000 prestations de soin ont été délivrées à des patients venant des communes limitrophes de Pitigliano, pour une population qui compte près de 18 000 habitants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucia Candelise et Gilles Remillet, « Une pratique hospitalière des médecines non conventionnelles à l’essai », Anthropologie & Santé [En ligne], 16 | 2018, mis en ligne le 23 mai 2018, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/anthropologiesante/3015 ; DOI : 10.4000/anthropologiesante.3015

Haut de page

Auteurs

Lucia Candelise

Historienne de la médecine et anthropologue médicale. UMR 8173 Chine, Corée, Japon, EHESS/CNRS, Paris, France, luccicando@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Gilles Remillet

Anthropologue-cinéaste, Maître de conférences en Anthropologie visuelle et filmique. HAR/EA 4414 (Histoire des Arts et des Représentations), Université Paris Nanterre, France, gilles.remillet@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Emerging Sources Citation Index
  • OpenEdition Journals