Navigation – Plan du site
Dossier thématique
Articles

Prendre soin des enfants au quotidien. Dynamiques relationnelles et spatiales des pratiques de soins caseiros au Brésil

Caring for children on a daily basis. Relational and spatial dynamics of caseiro care practices in Brazil
Marina Rougeon

Résumés

De nombreux enfants au Brésil bénéficient d’un pluralisme de soins, administrés au quotidien par divers acteurs dans un souci prophylactique ou de guérison. Ils sont au centre de l’attention des agents communautaires de santé, principaux acteurs de la mise en place de la politique publique du Programme de santé de la famille. Un ensemble de soins du quotidien, recouvrant diverses formes de médication et pratiques alimentaires, leur sont par ailleurs procurés par leurs mères et grand-mères. Enfin, les enfants sont régulièrement bénis à domicile par des spécialistes des maux du corps et de l’esprit ou par leurs mères afin de les guérir de plusieurs affections et de leur apporter une protection spirituelle. À partir d’une ethnographie réalisée dans le centre-ouest du pays et de résultats d’une recherche achevée, l’étude de ces recours hétérogènes met en évidence leur inscription dans des espaces de proximité, certaines catégories nosologiques émiques pour lesquelles les enfants sont soignés, ainsi que les conceptions locales que se font les adultes des corps enfantins. La compréhension des logiques qui sous-tendent ces formes de soins trouve une clé de lecture dans l’analyse des dynamiques relationnelles et spatiales locales. Leur agencement varie selon des critères de relations intergénérationnelles, de jeux de pouvoir et de légitimité, y compris concernant les univers religieux dans lesquels ces pratiques s’inscrivent. Il donne jour à des soins caseiros, c’est-à-dire propres à l’espace thérapeutique tissé entre les rues et les maisons des quartiers. Prenant appui sur la démarche ethnographique et sur la portée heuristique d’une catégorie émique, celle de caseiro, l’article contribue à remettre en question et à complexifier l’association entre soins quotidiens portés aux enfants et sphère domestique de la vie sociale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La notion de pluralisme des soins rejoint ici celle de pluralisme médical (Benoist, 1996). Concerna (...)

1À la campagne comme dans les villes, les enfants brésiliens reçoivent plusieurs formes de soin au quotidien, qu’elles soient ou non institutionnalisées. Ils font ainsi l’objet d’un pluralisme de soins, administrés par divers acteurs dans un souci de prévention ou de guérison, et dont la vitalité constitue un défi sans cesse renouvelé pour la recherche en sciences sociales1.

2Appréhender les pratiques de santé par le prisme des soins portés aux enfants est une démarche dont la pertinence a déjà été soulignée par certains auteurs, à l’instar de Bustamante et Trad (2007) pour ce qui est de la société brésilienne. Dépassant la lecture techniciste souvent privilégiée par les sciences médicales et de la santé, ces chercheurs ont mis en évidence les dimensions relationnelle et sociale du soin (Bustamante, 2009). Outre leur invisibilité liée au fait qu’ils se déploient dans une temporalité quotidienne et surtout dans l’espace des maisons, les soins ne se limitent pas au médical et sont entendus dans un sens large. Ils recouvrent un ensemble de pratiques corporelles et se déploient sous diverses modalités.

3Caractérisés par leur pluralisme, les soins quotidiens portés aux enfants invitent par ailleurs à questionner leur association à la sphère domestique. Afin de mettre au jour les logiques présidant à la diversité des recours mobilisés pour soigner les enfants, l’article interroge la valeur heuristique de la notion de soin domestique (Cresson, 1995) à partir du travail de terrain, dans le contexte social et culturel du Centre-Ouest brésilien. La sphère domestique est le domaine de la vie sociale privilégié pour les enfants mais aussi pour de nombreux adultes, surtout les femmes. Ce domaine structure les rapports sociaux du quotidien et contribue à forger des liens de proximité et des formes de sociabilité basées notamment sur la solidarité. Or l’acception locale de ce qui relève du domestique présente la particularité de ne pas se limiter à l’espace de la maison. Fidèle à la démarche inductive de l’anthropologie, l’analyse développée dans cet article signale ainsi la portée d’une catégorie émique, les soins caseiros, qui structure la réflexion proposée. Le terme caseiro renvoie à la maison (casa) mais peut s’étendre à d’autres espaces (Rougeon, 2016). Par soins caseiros, je désigne les pratiques diverses qui s’inscrivent dans un espace pluri-thérapeutique prenant la forme d’un continuum entre la maison et la rue. Il s’agit ici de différentes pratiques locales généralisées, combinées à la consultation des professionnels de santé : remèdes maison (remédios caseiros), pratiques culinaires, prières, pratiques de bénédiction. Elles coexistent dans les trajectoires thérapeutiques et renvoient à des conceptions du corps et à un univers religieux particuliers.

  • 2 Goiás est une ville située dans l'État du même nom, dans la région centre-ouest du pays. Ces quarti (...)

4L’article s’appuie sur une ethnographie réalisée entre 2006 et 2010, lors de différents séjours dans les quartiers João Francisco et Aeroporto de la ville de Goiás2. Même si ma recherche ne portait pas alors particulièrement sur les enfants (Rougeon, 2015), l’univers des pratiques thérapeutiques appréhendées ne m’a laissé d’autre choix que de prendre en compte la spécificité des pratiques de soin les concernant. Dans cet article, je procède ainsi à une relecture des données ethnographiques rassemblées tout au long de ces années, pour en dégager de nouvelles pistes de réflexions et analyses relatives aux soins portés aux enfants. Certains aspects des trajectoires des soins sont mis en lumière grâce au terrain réalisé auprès des habitants (adultes et enfants) et aux récits de vie de mes interlocutrices, renvoyant au vécu de leurs enfants ou de leur propre enfance. Je fais ici référence à l’enfant comme statut défini localement dans un rapport de dépendance à l’adulte qui en a la responsabilité. Sur ce terrain brésilien, cela correspond à la période de vie allant des premiers mois à l’âge considéré comme acceptable pour commencer à travailler, se mettre en couple et engendrer, généralement à partir de quinze ans.

  • 3 Certains auteurs ont signalé qu’une telle identification des pratiques de soin à un genre repose su (...)

5Focalisé sur les enfants, ce terrain s’est également déployé auprès de femmes. De fait, dans ce contexte, la responsabilité en matière de santé des enfants est socialement attribuée aux femmes au sein des familles, y compris par l’institution publique de santé (Martin & Angelo, 1999). Il est attendu des mères en particulier qu’elles empêchent la maladie de se manifester au quotidien3. Malgré une contribution croissante des pères aux tâches domestiques, la responsabilité de la santé des enfants reste dévolue et revendiquée par les femmes, qui considèrent la contribution paternelle davantage comme une « aide » (Bustamante & Trad, 2007). Par ailleurs, avec ses infrastructures sanitaires et ses recours non institutionnalisés, la ville constitue pour les femmes une ressource pour prendre soin de leurs enfants et petits-enfants. De même, aujourd’hui comme par le passé (Valdez, 2003), les femmes de cette région tissent entre elles de forts liens de solidarité pour ce qui concerne la santé des enfants, et pour affronter les difficultés de leur vie quotidienne.

  • 4 En effet, il s’agissait uniquement de femmes, alors que les médecins sont majoritairement des homme (...)

6Sur le terrain, j’ai accompagné plusieurs professionnelles de santé4 lors de leurs visites à domicile dans ces quartiers. Réunissant surtout des femmes, leurs enfants, des personnes âgées mais aussi des thérapeutes locaux, ces visites ont constitué un point de départ des observations visant à appréhender ces pratiques de soin. Puis j’ai sillonné ces quartiers en fonction des réseaux d’interconnaissance des personnes rencontrées. Pratique ordinaire et partagée entre habitantes, les visites sont devenues la modalité principale de mon enquête.

7Par ailleurs, j’ai été hébergée sur le terrain par deux familles de ces quartiers, composées notamment d’enfants et d’adolescents que j’ai vus grandir. Ma place dans le tissu des relations sociales locales impliquait l’établissement de rapports privilégiés de familiarité, de transmission, mais également un certain nombre d’obligations en termes de solidarité. Par ailleurs, il m’a fallu être considérée comme une mère potentielle pour partager les pratiques de soins des femmes. Mon intérêt pour la question et mon statut de femme mariée l’ont permis, même si, n’ayant pas encore d’enfant, mes manifestations de curiosité suscitaient parfois l’étonnement. En effet, ces femmes considéraient que les soins prodigués aux enfants étaient peu dignes d’intérêt, révélant ainsi l’intériorisation d’une dépréciation souvent mise sur le compte de leur dimension routinière. Selon elles, seule l’expérience de la maternité pouvait justifier la nécessité d’apprendre les façons de faire en la matière. Enfin, me rendant fréquemment chez les bénisseuses (benzedeiras), j’ai accompagné régulièrement des mères et des grands-mères qui allaient faire bénir les enfants, et il m’est arrivé d’être sollicitée pour indiquer le nom de l’une de ces spécialistes.

8L’article présente ainsi plusieurs recours quotidiens destinés aux soins des enfants, et l’inscription de ces recours dans des relations et espaces de proximité. Malgré l’hétérogénéité qui les caractérise, ils peuvent tous être considérés comme des soins caseiros, propres à l’espace thérapeutique que les habitants tissent dans les quartiers, entre les rues et les maisons. Leur étude met en évidence les combinaisons de ces pratiques, certaines catégories nosologiques émiques pour lesquelles les enfants sont soignés, ainsi que les conceptions locales des adultes à l’égard des corps enfantins.

Soins caseiros aux enfants, relations et espaces de proximité

  • 5 L’entraide entre parents, amis et voisins s’exprime notamment par des échanges fréquents de service (...)

9Dans les quartiers de Goiás, les mobilités résidentielles, les logiques d’habitation et les déambulations quotidiennes sont tributaires des relations familiales et d’entraide5. De nombreux habitants ont des parents parmi leurs voisins immédiats ou un peu plus loin dans le même quartier. Dans son étude du quartier Liberdade à Salvador, Michel Agier (1988) parle de « réseaux de maisons » pour désigner cette proximité spatiale entre membres d’une même famille. L’applicabilité de cette notion se vérifie pour ce qui est des quartiers de Goiás, car même si tous les parents n’y habitent pas, la partie significative des relations familiales s’y trouve et fait de cet espace quotidien un espace familiarisé. De la même façon, il est fréquent que des voisins deviennent des proches au point d’être considérés comme des membres de la famille.

10Les rues qui raccordent les maisons entre elles sont fréquemment parcourues à pied par les habitantes et leurs enfants, qui transportent toutes sortes de choses utilisées au quotidien : aliments, plantes, vêtements, prières imprimées ou encore médicaments et produits de beauté. L’intensité des va-et-vient permet d’envisager ces quartiers comme des espaces de proximité, et d’appréhender le tissu des relations entre proches que les femmes et les enfants alimentent. Ces réseaux de maisons sont davantage sollicités à l’occasion de fêtes familiales, de convalescences (post-opératoires, suites de couche…), de visites et d’échanges. Dans ces quartiers, l’agencement entre les maisons reflète les différents usages que les habitants en font au quotidien, notamment les pratiques de soins portés aux enfants, comme en témoigne le cas suivant.

11Après avoir emménagé dans une maison plus grande à la naissance de son second enfant, Carla a entretenu une relation d’amitié avec sa voisine nouvellement arrivée dans la rue et mère d’une fillette de quelques mois. Les deux femmes circulaient quotidiennement d’une maison à l’autre, se relayant en fonction de leurs occupations pour garder les enfants. En outre, bien qu’arrivée depuis peu dans la rue, la voisine connaissait déjà plusieurs de ses habitants et fréquentait les environs, emmenant sa fille se faire bénir deux rues plus loin chez la même bénisseuse sollicitée par Carla. Elles s’y rendaient parfois ensemble avec leurs enfants.

12Par les différentes trajectoires qu’ils empruntent pour leurs pratiques de soins, femmes et enfants des quartiers de Goiás relient à la fois les maisons entre elles, et la casa et la rua (la maison et la rue). J’ai pu observer que la rue est une extension de la maison dont les habitants et leurs proches font un usage quotidien systématique. Il est alors vain d’opposer intérieur domestique et extérieur urbain pour appréhender les pratiques de soins portés aux enfants. Ces pratiques et les déplacements quotidiens des habitants forment un continuum entre différents espaces de soin : résidence, rue, voisinage et centre de santé. Ainsi, l’univers familial déborde l’espace domestique et se trouve étendu à l’espace commun. La catégorie émique caseiro permet d’appréhender ce continuum, et le sens que revêt localement la notion de « domestique ». Elle se rapproche du privé au sens d’intimité, désignant ce qui est familier sans se limiter à une sphère de la vie sociale ni aux relations familiales.

13Du fait que plusieurs pratiques de soin se déploient à cette fin dans ce continuum casa-rua, je les qualifie de caseiros. Ces soins se caractérisent par une circulation de savoirs, d’objets et d’acteurs différents dans des espaces pluri-thérapeutiques. Ainsi, une même personne peut prendre soin d’un enfant à plusieurs titres : en tant que professionnel de santé, parente, proche, bénisseuse, etc. Alors que les soins portés aux enfants se situent au croisement de plusieurs univers de sens et de pratiques – soins médicalisés du système de santé publique, soins du quotidien, pratiques religieuses de guérison – l’analyse des relations de proximité sociale et spatiale constitue une clé de lecture centrale pour révéler ce qui fait "tenir" ensemble ces différents recours dans une même situation et expérience vécue.

Les enfants, au cœur de l’attention des agents communautaires de santé

  • 6 À ce titre, la notion d’« universel » est centrale dans le modèle idéologique du système de santé p (...)

14Il faut signaler en premier lieu que l’institution de santé publique brésilienne, le Système unique de santé (Sistema Único de Saúde), considère les enfants comme une priorité de sa politique de prévention. Fort de l’idée que la santé est un droit social pour tous les citoyens brésiliens6 et un devoir de l’Etat, une attention permanente est portée à la population en accompagnant les étapes de la vie dites « à risque », comme l’enfance. Le Programme des agents de santé communautaires a ainsi été mis en œuvre en 1991 afin de développer les actions de « promotion de la santé et de prévention des risques ». Ces actions sont centrées sur l’accompagnement à domicile par les agents de santé, lesquels ont un rôle de médiation entre les familles et l’institution de santé publique (Trad, 2002), et se montrent particulièrement attentifs aux enfants en bas âge, soucieux de donner des conseils à leurs parents, de réaliser le suivi de leurs vaccins, et de surveiller leur poids et leur taille jusqu’à leurs deux ans.

  • 7 Ces secteurs correspondent à un découpage administratif et territorial par quartiers, les centres d (...)
  • 8 Cette opposition s’accompagne d’une stigmatisation des seconds, désignés péjorativement par le term (...)

15À Goiás, les agents de santé travaillent dans le secteur7 où elles habitent. Plusieurs d’entre elles cumulent cette activité avec d’autres emplois, et la plupart sont mères de famille. Elles alimentent des relations complexes avec les usagers du centre de santé. D’une part, leurs visites à domicile ne sont pas toujours bienvenues. Quand elles n’entretiennent pas de relations empreintes d’estime mutuelle avec les habitants, les agents de santé se font alors plus distantes, jouant de l’autorité que leur confère une certaine maîtrise du discours biomédical et cherchant à se distinguer du discours des patients. Ces situations révèlent que les stratégies d’intervention en prévention et promotion de la santé, porteuses d’un ensemble de normes constituant une morale sanitaire, peuvent être vécues comme invasives et contraignantes par les habitants. Elles véhiculent une vision du monde positiviste déterminée par le discours scientifique, dans laquelle l’objectivité est centrale et où il n’y a a priori pas de place pour d’autres rationalités. Comme je l’ai observé, l’attitude souvent complaisante voire méprisante des soignants et des médecins vis-à-vis de leurs patients alimente la méfiance de nombreux habitants à leur égard, une méfiance déjà prégnante du fait des nombreuses carences et difficultés de fonctionnement de ce service public (Trad, 2002 ; Rougeon, 2009). Par ailleurs, il est fréquent d’entendre les agents de santé infantiliser leurs patients. Elles allèguent qu’il est nécessaire d’avoir la patience d’une mère, et que les habitants adultes donneraient autant de travail que des enfants. Associée à l’ignorance et à l’irresponsabilité, cette référence à l’enfance – et donc à un stade inachevé et inférieur du développement humain par rapport à l’aboutissement que constituerait l’âge adulte – est ici fort péjorative. Prenant soin des patients, les agents de santé contribueraient à leur éducation. Ajoutons que ce discours sur les personnes « ignorantes » est généralisé à d’autres sphères de la vie, au-delà du contexte médical, et se rapporte directement aux distinctions de classes qui, à Goiás, renvoient également à l’opposition entre habitants « traditionnels » de la ville et habitants des quartiers, issus de la campagne8.

16Or, j’ai observé sur le terrain que les agents de santé peuvent aussi être considérées et se présenter comme des personnes qui mettent leur savoir au service des autres, souvent des proches, dans le cadre de relations de faveur. C’est là toute l’ambivalence de ces relations sociales inégalitaires, qui sont aussi familières et fortement empreintes d’affects. Une certaine proximité sociale permet aux agents de santé de partager avec les habitants les soucis du quotidien, y compris concernant les enfants. Lors des visites, il est fréquent qu’ils discutent ensemble les diagnostics des maladies et échangent des expériences personnelles, notamment en termes d’automédication. À ce titre, ces visites à domicile sont constitutives d’un espace où savoirs locaux et biomédicaux de soins et de santé se conjuguent (Rougeon, 2017). Les agents de santé contribuent à assurer une certaine continuité à l’« espace thérapeutique » (Saillant, 1999), et assument en ce sens un rôle de médiation entre plusieurs rationalités. Ces professionnelles participent du continuum caseiro entre différents lieux et logiques de soin. Avec les femmes de ces quartiers, elles tissent un espace commun où se déploient des pratiques de soins caseiros visant notamment à préserver la santé de leurs enfants au quotidien. La situation ethnographique suivante le montre bien.

17Un matin de mai, je rendis visite à Maria, agent de santé. Elle recevait chez elle une jeune femme et ses deux enfants malades, une petite fille et un bébé de quelques mois. Elle conseilla à la mère :

  • 9 Pterodon emarginatus.
  • 10 Punica granatum. Romã en portugais.
  • 11 Biotonico Fontura®, une boisson qui stimule l’appétit.

Quand ça commence, tu lui donnes de ce mélange : deux cuillères de la poudre de fèves de sucupira9 et de la peau de grenade10 dans le Biotonico11. Ne la laisse pas attraper la grippe. Et pour la plus petite, fais-lui une infusion de menthe et de sirop Vick®. Tout ça doit être prêt tout le temps. Elles ne prennent pas des choses froides ? 

  • 12 Cariniana estrellensis. Jequitiba en portugais.

18« Elles prennent leur bain à l’eau froide » répondit la jeune femme, la tête basse et le visage fermé. Maria demanda à la fillette si elle avait mal à la gorge. Cette dernière acquiesça de la tête, en silence. L’agent de santé s’enfonça dans la maison et revint avec une solution à base de plante12, dont elle instilla quelques gouttes dans la gorge de l’enfant. Elle donna aussi à la mère des racines pour faire un gargarisme. Le mari de la soignante arriva alors en voiture, et nous conduisit toutes jusqu’à la nouvelle unité de premiers secours du quartier. Bien qu’une dizaine de personnes eussent déjà été présentes dans la salle d’attente, l’agent de santé se dirigea vers l’accueil pour s’adresser directement à la responsable de l’unité. Le médecin reçut rapidement la jeune femme et ses enfants, qui ressortirent dix minutes plus tard avec un ordre d’hospitalisation.

  • 13 Particulièrement prégnantes au Brésil, ces relations constituent un héritage des rapports sociaux d (...)
  • 14 La proximité sociale entre classes populaires et petite classe moyenne peut laisser croire en l’exi (...)

19Cette situation concerne la prise en charge de deux enfants en bas âge dont l’état de santé est jugé préoccupant par leur mère et par l’agent de santé. Cette dernière conjugue plusieurs recours pour y remédier, acceptés par la mère venue lui demander son aide tôt le matin afin de la trouver chez elle avant qu’elle ne parte travailler. Étonnée par la sollicitude manifestée par l’agent de santé, j’appris par la suite que la jeune femme était son employée dans le petit commerce de restauration dont le couple était propriétaire. À ce titre, leur relation était empreinte à la fois de protection bienveillante, de subordination et de dépendance13. La situation relatée révèle que ces caractéristiques sont redoublées, quand la patronne est également agent de santé et l’employée, mère de l’enfant malade. La différence de statut social entre les deux femmes reflète une relation inégalitaire profondément ambivalente, teintée de paternalisme14. La sollicitude de l’agent de santé témoigne des relations de faveur qui peuvent forger le lien aux patients habitant ces quartiers, et qui participent aux stratégies de soin face au système de santé publique. Comptant sur la reconnaissance et l’autorité que son statut de professionnelle contribue à lui apporter dans le quartier, Maria accorde un soin particulier à certaines personnes vulnérables de son entourage, n’hésitant pas pour cela à bousculer le protocole établi par l’institution : elle reçoit les patients se présentant chez elle au lieu de se rendre à leur domicile, mobilise une partie de sa famille, fait usage de plantes médicinales, conduit les enfants jusqu’au lieu de soin et assure la médiation directe avec le médecin.

20Rose, elle aussi agent de santé, me fit part de sa rencontre avec Carla, une des habitantes des rues qu’elle parcourait, dont la fille est devenue par la suite sa filleule :

Je suis passée là-bas, je me suis présentée, je l’ai inscrite. Elle était enceinte. Alors je lui ai dit ce qu’elle devait faire […]. Un autre jour, elle est venue et m’a dit: tu peux me rendre un service? Tu peux allaiter Sofia? Je lui ai passé ma fille, j’ai lavé ma poitrine et je l’ai allaitée pendant trois mois. 

21Vivant l’expérience de la maternité à la même époque, l’agent de santé a accepté d’être mère de lait (mãe de leite) de la petite. Notons qu’il s’agit de deux jeunes mères de la même génération, pour qui l’allaitement, par ailleurs valorisé par les professionnels de santé, doit être l’alimentation privilégiée des nouveau-nés. Il est ici préféré aux biberons et bouillies pourtant souvent donnés aux bébés dans ces quartiers. En outre, cette expérience a également été possible du fait que quelques dizaines de mètres seulement séparaient les maisons des deux femmes.

22À la suite du rapprochement engendré par ces trois mois d’allaitement, elles sont également devenues comadres. Non seulement la soignante a accepté d’être la marraine de Sofia, mais elle a aussi invité Carla à en faire de même pour son enfant, leurs deux fillettes ayant le même âge. Le fait qu’une femme, agent de santé, soit devenue mère de lait puis marraine d’un enfant présent sur son secteur de travail signale à nouveau l’importance de l’établissement de relations interpersonnelles de proximité entre habitantes du même quartier, et avec les enfants. Ces soignantes n’y échappent pas, et peuvent aussi être concernées par l’attribution d’une parenté symbolique, comme dans ce cas.

23Ces différentes situations ethnographiques donnent à voir les jeux subtils à l’œuvre dans les relations entre agents de santé et habitantes des quartiers pour prendre soin des enfants. Indissociables de rapports sociaux de classe mais aussi de formes de sociabilité autour d’expérience partagées de la maternité et de l’allaitement, ces jeux se déploient entre exercice d’autorité et empathie, influençant l’adhésion à certaines pratiques préconisées par l’institution de santé publique ou encore la conjugaison avec des pratiques locales, comme le recours à une nourrice et l’usage thérapeutique de plantes.

Soins du quotidien : remèdes et alimentation

24Plusieurs formes de soins quotidiens destinés aux enfants sont déployées là où ils résident, mais aussi aux domiciles composant les réseaux de maisons dans lesquels ils évoluent au quotidien. Les « remèdes maison » (remédios caseiros) constituent à ce titre l’un des recours privilégiés dans ces quartiers. Ils sont mobilisés y compris par les agents de santé, sans pour autant répondre à une injonction des médecins. Ces remèdes sont principalement composés de plantes, cultivées dans les jardins ou ramassées dans la campagne environnante, faisant l’objet d’usages variés et d’échanges constants entre femmes proches.

25Certains habitants opposent les remédios caseiros aux médicaments de l’industrie pharmaceutique. Même si ces derniers sont quotidiennement consommés dans ces quartiers, ils sont souvent évités du fait de leurs nombreux effets secondaires supposés, contrairement aux « remèdes maison ». Au dire de nos interlocuteurs, les médicaments industriels sont surtout utilisés en dernier recours, quand « on n’a plus le choix » et qu’ils constituent alors le dernier espoir de guérison.

  • 15 Foeniculum vulgare. Erva doce en portugais.

26Les remédios caseiros sont privilégiés en particulier quand il s’agit des enfants. Lorsqu’une femme devient mère, elle a déjà été sensibilisée à la nécessité d’en préparer pour prendre soin des siens. Les aînées de la famille l’orientent en ce sens, répondant également à une obligation de transmettre leurs conseils en la matière. L’apprentissage de ce savoir-faire est un lent processus rythmé par différentes expériences sensibles partagées par les femmes avec leurs proches, qui s’accélère avec la première grossesse et le resguardo (les suites de couche), qui dure un mois après l’accouchement. Puis cet apprentissage se poursuit de façon soutenue pendant les premières années des enfants. En effet, les remèdes maison visent aussi bien à traiter certaines petites affections qu’à améliorer le quotidien. Une dame âgée de ces quartiers me montrait ainsi le fenouil15 poussant dans son jardin : « c’est pour les enfants, pour dormir. Je mettais aussi de la mélisse sous leur oreiller, parce qu’ils ne me laissaient pas dormir ».

  • 16 Concernant la notion de relations de proximité, voir Rougeon 2015.
  • 17 Ces ressorts de l’efficacité dans les dispositifs thérapeutiques de diverses sociétés humaines ont (...)

27La préparation et la consommation des remédios caseiros ont lieu dans un contexte relationnel de proximité16 ou dans un cadre familial, notamment entre mères et enfants. Elles contribuent à renforcer ces liens. La fille de mon hôte, alors adolescente, buvait uniquement les infusions concoctées par sa mère ou sa grand-mère quand elle était malade. Une dimension relationnelle et affective est bien engagée dans l’ingestion des remédios caseiros et dans l’adhésion à leur efficacité17. Indissociablement liées, la confiance, l’autorité et la légitimité que représentent et inspirent certains parents adultes rendent possible une adhésion des enfants au dispositif que ces derniers déploient, seule garante de l’efficacité symbolique des soins.

  • 18 Le « sirop » est en quelque sorte une infusion plus concentrée avec moins d’eau et plus de sucre.
  • 19 Plectranthus amboinicus.

28À Goiás, les remédios caseiros sont particulièrement utilisés en période hivernale. Plusieurs infusions et « sirops » (xarope)18 visent alors à « faire mûrir la grippe » (amadurecer a gripe). Un soir de cette saison, mon hôte prépara l’un de ces remèdes pour son fils adolescent qui était en train de s’enrhumer. Elle fit dorer du sucre dans une casserole avec de la margarine, y ajouta plusieurs plantes qu’elle avait cueillies et conservées, des épluchures d’orange séchées, de l’ail et un peu d’eau. Il s’agissait de réunir les plantes « bonnes pour la grippe » − fleurs de sureau, feuilles de mangue, de coton, d’hortelão gordo19, de safran – et de les mélanger à d’autres ingrédients destinés à leur ôter le « goût de remèdes », ici le sucre et la margarine. Ils aideraient les enfants à ingérer plus facilement cette préparation à laquelle ces derniers prennent goût. Le choix du mélange retenu dépend à la fois des plantes disponibles sur le moment, de la façon dont les conseils reçus sont pris en compte, tout comme des qualités propres aux plantes. Une fois que le tout eut bouilli, la mère de l’adolescent versa le contenu de la casserole dans un récipient en plastique qu’elle posa au bord de la fenêtre, en ayant pris au préalable la précaution d’enlever les feuilles.

29Elle commenta : « Je le donne froid aux enfants, parce que chaud, c’est un suador ». Un suador (littéralement un « transpirant ») est un remède « chaud » composé de plantes considérées comme « chaudes », qui fait transpirer et permet ainsi d’évacuer le mal qui affecte le corps. Or les enfants auraient une constitution encore trop fragile pour supporter cette mise à l’épreuve. Pour autant, « quand ça refroidit, les plantes attirent à nouveau [leur chaleur], ce qui rend [le sirop] plus faible. Alors je les enlève et je le laisse refroidir dans un autre récipient », précisa mon interlocutrice. Bien que consommé froid, ce sirop doit tout de même concentrer l’efficacité des plantes et leur « force », afin de « faire mûrir » la grippe. Ainsi, la température à laquelle ces remèdes sont ingérés est prise en compte. De même, les plantes sont choisies avec parcimonie, selon leur qualité supposée. En effet, les enfants ne supporteraient pas les mêmes « charges » (cargas) que les adultes, et au lieu de les guérir, certaines plantes pourraient aggraver leur état.

  • 20 Née au début du XXe siècle à Rio de Janeiro, l’umbanda se caractérise par un fort syncrétisme. Très (...)

30Il convient de signaler ici l’importance de cette catégorie émique de « charge » au Brésil (Montero, 1985 ; Brun, 1989 ; Giglio-Jacquemot, 1998 ; Rougeon, 2015). En vigueur dans divers univers religieux (non institutionnalisés, umbandiste20, spirite...), ce terme renvoie à une présence d’ordre spirituel, qui suscite une vigilance particulière. À ce titre, certains êtres animés ou inanimés – plantes, personnes, animaux – ou encore aliments, lieux ou regard peuvent être « chargés » (carregados). Cet élément révèle que les soins caseiros prodigués aux enfants s’inscrivent également dans un univers de sens où il est difficile de séparer le thérapeutique du religieux, et où ce dernier est constitué d’influences réciproques de plusieurs systèmes de croyance sans pour autant se limiter à l’un d’entre eux. Nous y reviendrons.

  • 21 Elles sont aussi servies aux femmes allaitant et en suite de couches, auxquelles les plus âgées de (...)

31En plus des remédios caseiros, des aliments considérés comme « forts » rentrent dans la composition de plats fréquemment offerts aux plus jeunes pour garantir leur croissance : le sucre ou le miel, le lait, les œufs, les cacahuètes, la farine et le maïs. On les trouve dans plusieurs recettes de préparations fortifiantes pour les enfants21. Dans cette logique, une de mes interlocutrices donnait tous les jours à son petit-fils adolescent une gemada : des blancs d’œufs battus en neige mélangés aux jaunes d’œuf crus (la gema) avec du sucre, de la farine, du lait et de la cannelle, pour le goût. « C’est pour guérir, quand le corps est faible ou trop maigre » signalait-elle. Très mince, le jeune homme avalait cette préparation sucrée avec gourmandise et malice, révélant qu’elle constituait pour lui davantage une sucrerie convoitée qu’une diète contraignante. De même, le sel et les épices sont considérés comme des aliments qui fortifient les corps. Pendant ses visites, une agent de santé insistait auprès des mères de jeunes enfants pour qu’elles leur cuisinent des plats assaisonnés afin qu’ils grandissent et prennent du poids. Dans cette optique, les petits cubes de bouillon et d’autres mélanges industrialisés sont utilisés systématiquement en cuisine.

  • 22 Pour un état des lieux des principaux travaux sur la notion de reima, voir Canesqui & Diez-Garcia, (...)

32À l’inverse, d’autres aliments sont évités. Plus que « forts », le citron, les piments, les œufs cuits, la courge mûre, le chou, la pastèque, certaines bananes et le porc sont considérés comme reimosos22. Ils seraient porteurs de reima, une qualité désignant une concentration de chaleur très importante qui peut là aussi − tout comme pour les plantes perçues comme « chaudes » et ingérées « chaudes » − représenter un danger pour les corps enfantins. La reima agirait au niveau du sang : « ça rend le sang plus dense » me disait un habitant de Goiás.

33En présence d’autres professionnels de la santé, les soignants disent ne pas adhérer à ces pratiques culinaires. Les agents de santé fustigent alors le goût trop prononcé des habitants de ces quartiers pour le « sucré », le « salé » et le « gras », auxquels sont attribués les taux élevés de diabète et d’hypertension dont beaucoup souffrent. Associé aux classes populaires, ce goût serait un indicateur en matière de conduites alimentaires considérées comme « mauvaises ». « Aujourd’hui, tout ce qui est bon fait du mal » signalait une des habitantes de Goiás, faisant référence à ce discours médical. Or, ce rejet exprimé verbalement ne se confirme pas dans la pratique, les agents de santé adoptant les mêmes recettes à base d’aliments « forts » pour faire grandir leurs propres enfants. Cette contradiction apparente est révélatrice des différents rôles et espaces sociaux occupés par ces soignants – le centre de santé, le quartier, la maison – et des valeurs qui leur sont rattachées. De telles situations expriment l’ambiguïté du rapport entretenu par les agents de santé avec leur milieu populaire d’origine, et souvent de vie, duquel elles cherchent par moments à se distancier tout en maintenant un ensemble de pratiques, transmises entre femmes, ayant trait à des représentations de la nourriture et du corps, et qui ont toujours autant de sens à leurs yeux.

34Le savoir-faire concernant l’usage des remédios caseiros est socialement attendu des mères, mais aussi de certains thérapeutes comme les benzedeiras. Présente dans l’espace du voisinage bien que située aux marges des soins conventionnels, leur pratique constitue également un recours généralisé lorsqu’il s’agit de prendre soin des enfants.

« Que Dieu te bénisse mon enfant »

35Les habitantes emmènent fréquemment leurs enfants et petits-enfants se faire bénir non loin de chez elles, parfois dans la même rue. Durant leurs deux premières années de vie, autrement dit jusqu’à ce qu’ils sachent parler distinctement, les enfants sont en effet régulièrement bénis dans une démarche préventive ou pour soigner plusieurs affections. « N’importe quel petit problème, elle les envoyait se faire bénir », me disait l’une de mes interlocutrices en parlant de l’initiative prise par sa belle-mère quand ses enfants étaient petits.

36Considérés comme des spécialistes des maux du corps et de l’esprit, les bénisseurs accueillent surtout des enfants. En plus de distribuer des sucreries à ses visiteurs, Seu João avait collé au mur la phrase suivante : « Amenez les enfants pour les bénir ». À quelques exceptions près, ces spécialistes sont le plus souvent des femmes, d’une soixantaine d’années, qui reçoivent à domicile pendant la journée et sans rétribution pécuniaire. À ce titre, les bénisseurs soulignent fréquemment qu’ils « pratiquent la charité » (fazer caridade), se référant à une valeur religieuse forte du catholicisme (Zaluar, 1983) et du spiritisme kardéciste (Aubrée & Laplantine, 1990), mais aussi de l’umbanda (Montero, 1985 ; Giglio-Jacquemot, 1998). Il faut ajouter que certaines mères bénissent elles-mêmes leurs enfants, sans se reconnaître ni être considérées comme bénisseuses. Ces éléments ont amené certains chercheurs à avancer que le recours à la bénédiction participe plus globalement d’« une culture féminine de la guérison généralisée », dans laquelle « les femmes prennent soin d’elles-mêmes et de leurs enfants » (Leal, 1992 : 15).

37Soulignons que ces spécialistes commencent souvent à bénir au contact d’enfants. Deux cas de figure se présentent. Le premier se rencontre lorsque la naissance d’enfants amène les mères à s’adonner à cette pratique, comme Dona Teodora, fille de bénisseur. Habitant à la campagne dans les années 1960 et ayant des journées de travail très longues, elle n’arrivait pas toujours à se libérer pour aller chez une spécialiste en cas de besoin, et s’est assez rapidement décidée à bénir. Conjuguée aujourd’hui à d’autres recours, la bénédiction constituait à l’époque un soin accessible et rapide en l’absence d’autres possibilités, dans un univers rural où le travail de la terre était très prenant pour cette génération de femmes, mères de nombreux enfants.

38Il existe une grande différence entre bénir ses propres enfants et commencer à bénir ceux des autres. Si plusieurs bénisseuses ont commencé ainsi, toutes les mères qui ont soigné leurs enfants de cette façon ne sont pas forcément devenues spécialistes. La révélation d’avoir reçu un don de Dieu est alors invoquée pour légitimer ce changement de statut. J’ai aussi constaté que celles qui deviennent bénisseuses sont souvent des veuves ou des mères célibataires. Ce n’est pas anodin dans la mesure où leur pratique est perçue comme un dévouement, un don de soi et une expression de dévotion qui leur garantissent l’accès à un statut social assez prestigieux dans le quartier, dont elles ne pourraient jouir en tant que femmes vivant seules.

39Le second cas est celui de bénisseuses qui commencent à « pratiquer la charité » auprès d’enfants dont elles ne sont pas forcément les mères. Évoquant l’épisode de guérison qui a marqué le début de sa pratique de bénédiction, Dona Joselia commenta : « À partir de ce jour, tout le monde voulait que je fasse des prières pour les enfants, et j’ai commencé ». Cette première guérison est interprétée comme la révélation d’un don. Dona Joselia parfait alors sa pratique en bénissant les nombreux enfants qui lui sont confiés. En effet, un enfant a « moins de problèmes » qu’un adulte, comme j’ai pu l’entendre à différentes reprises sur le terrain. Commencer à bénir en prenant soin des plus jeunes a contribué à asseoir la légitimité de Dona Joselia comme bénisseuse dans le voisinage, lui permettant de multiplier les guérisons, et ainsi de confirmer l’efficacité de sa pratique, peu à peu perçue comme une vocation.

40Il convient enfin de mentionner un autre élément révélateur de l’importance des enfants dans l’univers de la bénédiction. En tant qu’entités sollicitées pour guérir, les enfants peuvent aussi être des « alliés spirituels » des bénisseuses (Hell, 1999 ; Nathan, 2004 ; Santiago & Rougeon, 2017). C’est le cas de l’enfant Jésus, figuré dans les bras de la Vierge ou de saints (santo Antonio, são Benedito), ou encore des saints catholiques jumeaux considérés comme de grands thérapeutes et les protecteurs des enfants, são Cosme et são Damião.

Image pieuse de são Cosme et são Damião

41La bénisseuse Dona Geilsa portait une dévotion particulière à ces derniers. Elle me confia qu’au moment où elle comprit qu’il lui fallait « travailler pour pratiquer la charité avec les enfants », sa vie en fut bouleversée. Cette révélation me parut obscure dans un premier temps, mais je compris par la suite que ce « travail avec les enfants » renvoyait principalement au fait de bénir des enfants, mais aussi de solliciter ces saints catholiques avec qui elle entretenait une relation privilégiée et de familiarité. La prière qui leur est destinée dit ainsi : « São Cosme et Damião, protecteurs des enfants, mettez la main, je serai sain ». Pratiquante umbandiste, elle considérait ces deux saints comme les doubles des Ibejis, divinités jumelles africaines qui relèvent de la catégorie des esprits d’enfants dans l’umbanda, soulignant ainsi l’influence des religions afro-brésiliennes sur la bénédiction.

42La diversité des univers religieux auxquels renvoient ces figures spirituelles enfantines révèle une porosité entre formes rituelles et systèmes de croyance. Cette porosité colore la pratique des bénisseurs, tant au niveau des prières prononcées, du panthéon de guides et saints protecteurs mobilisés, que des maux pour lesquels ils sont sollicités.

Désajustements et déséquilibres corporels de l’enfant

43Les enfants sont bénis pour différentes affections, que je n’énumèrerai pas ici de manière exhaustive. Parmi elles, on trouve le vento virado, le « vent retourné », qui relève d’une catégorie nosologique locale. Deux moments de la croissance des enfants sont particulièrement concernés par ces dérèglements.

44L’agent de santé Alicia me raconta ainsi pourquoi elle emmenait ses enfants se faire bénir chez la tante de son mari quand ils étaient petits : « parfois les enfants tombaient pour rien, alors ma belle-mère disait : “il faut les faire bénir” ». Réticente au début, elle finissait par le faire, incitée par son aînée. Elle poursuivit, décrivant une séance de bénédiction :

Elle prenait les enfants et les mettait sur ses genoux. Puis elle couchait le petit, prenait sa jambe et la fermait comme ça [en arrière]. La jambe et le bras. Elle fermait le pied, la jambe en arrière, pour voir si c’était égal. S’il y avait une différence – parfois il y en avait une – elle disait qu’il avait vento virado. Alors elle prenait les enfants – les enfants n’aimaient pas ! – et faisait ses prières. Je ne sais pas quels étaient les mots, et elle pendait les enfants comme ça la tête en bas et les balançait.

45Ici, le vento virado renvoie à un déséquilibre qui « désajuste » le corps des enfants souvent au moment de l’apprentissage de la marche, provoquant des chutes fréquentes sans cause apparente. Compris comme une mécanique des membres, le bon fonctionnement du corps est alors en jeu.

46Mais cette affection est parfois associée à un dérèglement intestinal. Une autre jeune mère, Wanda, m’indiquait que le vento virado serait causé par le fait qu’un adulte ait porté l’enfant « au-dessus de sa tête », autrement dit trop haut. Dans ce cas, le symptôme préoccupant chez l’enfant serait la présence de fèces de « couleur verte ». Notons que le déséquilibre s’exprime alors au niveau du « ventre », pour reprendre une catégorie locale signifiante dans d’autres régions brésiliennes, où le vento virado est aussi appelé ventre virado (ventre retourné). Il est également question parfois de vento caido (vent tombé) ; des expressions que je n’ai pas entendues à Goiás, mais qui révèlent les logiques de sens à l’œuvre dans les représentations du corps des enfants. Ces logiques reposent sur une mise en rapport entre le « ventre » − une partie particulièrement fragile des corps enfantins lors des premiers mois de vie du fait de la mise en place de l’alimentation − et un flux, l’air, pouvant provoquer des déséquilibres.

47La bénédiction du vento virado, tout comme d’autres pratiques de soin susmentionnées, traduisent la prégnance du système médical néo-hippocratique du curanderismo à Goiás. Présent plus généralement au Brésil mais aussi dans toute l’Amérique latine (Sturzenegger-Benoist, 1999), ce système repose sur une théorie humorale du fonctionnement du corps, dans laquelle une mécanique des fluides, déréglée par des variations climatiques et thermiques, provoque des déséquilibres et engendre des maladies. Les données de terrain rassemblées ici signalent que les soins apportés aux enfants par les bénisseuses, tout comme la vigilance avec laquelle leur sont administrés remédios caseiros et préparations culinaires à base d’ingrédients « chauds », s’inscrivent dans cette logique.

48Considérés comme incomplets, en formation, les enfants en bas âge seraient d’autant plus vulnérables et potentiellement « déformables » physiquement, d’où le redoublement de mesures préventives à leur égard. La façon de les porter, de les tenir et de les poser est de ce fait particulièrement surveillée. Selon mon hôte, il faut faire attention à la position dans laquelle les enfants dorment. S’ils ont été couchés sur le côté, ils risquent d’avoir une tête plus allongée, et le crâne aplati à l’arrière s’ils ont dormi sur le dos. Pour elle : « La responsabilité revient à la mère ». Pour aider les enfants à grandir, il s’agit d’être attentif à la bonne formation de leur corps. On comprend ici que les causes et traitements des affections pouvant compromettre cette bonne formation sont indissociables d’une dimension morale concernant le rôle tenu par les parents, et en particulier par la mère. Si un ensemble de gestes quotidiens attendus et enseignés par les aînés ne sont pas effectués, ce type de dérèglements est mis sur le compte d’une faute de soins des adultes responsables, parfois imputée à un manque d’expérience. Or si la mère ne fait rien face à des symptômes pourtant considérés comme explicites, la responsabilité du mal lui est alors attribuée. À ce titre, au-delà de ce qu’il révèle sur les conceptions du corps, le vento virado renvoie à des enjeux sociaux concernant le rôle de la mère, et à des échelles de valeurs liées à sa conduite à l’égard de son nouveau-né.

  • 23 Plusieurs de mes interlocutrices m’ont relaté le décès de leurs enfants, qu’ils soient morts en cou (...)

49Cette attention en termes de soins et de façonnage corporel de l’enfant n’est pas propre aux mères goianes. Plusieurs caractéristiques similaires se retrouvent à d’autres époques et dans d’autres sociétés, comme à Madagascar, sur l’île de la Réunion, en France métropolitaine ou encore au Sénégal (Bonnet & Pourchez, 2007). On peut considérer la bénédiction du vento virado comme une technique du corps visant à « finir » les enfants après leur naissance, afin d’en « parachever l’humanité » (Teixeira, 2007). Ces pratiques ont pour objectif de renforcer les corps des plus jeunes et d’éviter des maladies. On peut se demander si elles visent à reproduire une habitude prophylactique du passé cherchant à garantir la survie des nouveau-nés dans un contexte où la mortalité infantile était encore élevée au début des années 199023. En outre, on peut également s’interroger sur la portée identitaire de ces pratiques pour les femmes qui y ont recours. Selon Laurence Pourchez, sur l’île de la Réunion, « les usages associés à la finition de l’enfant sont représentatifs des résistances qui se sont créées dans un contexte colonial qui voyait jadis les mères dévalorisées au profit de ceux qui savaient » (Pourchez, 2007 : 58). C’est d’autant plus probable qu’il existe des similarités entre ces deux terrains post-coloniaux – réunionnais et brésilien – concernant à la fois le rôle social des femmes dans les soins portés aux enfants, et la solidarité sur laquelle elles s’appuient pour ce faire.

50À Goiás, une autre affection est souvent associée aux enfants. Les mères et les bénisseuses font fréquemment référence au quebrante, qui se manifeste par des symptômes d’agitation et des pleurs répétés, et que l’on peut traduire par le terme « cassure ». Présent au Brésil depuis la période coloniale (Del Priore, 1997), il s’agit d’une variante du mau-olhado – le mauvais œil, propre aux enfants en bas âge. Voici ce que m’en disait Alicia : « Quebrante, je crois que c’est quelque chose comme ça : la personne regarde [et dit] : oh qu’il est beau, qu’il est joli ! Et l’enfant reste comme ça [agité, nerveux] ».

51Mon hôte me raconta sa façon de procéder pour bénir ses enfants quand ils étaient petits :

J’habitais à la campagne et là-bas, personne ne bénissait. Quebrante, c’est moi-même qui le faisais. Quand leur père arrivait, je prenais sa chemise et je la passais trois fois sur les petits car ils étaient vraiment pénibles. Ils se calmaient un peu et dormaient bien.

52Cette bénédiction du quebrante consiste à mettre en contact le corps des enfants avec le tissu imprégné des traces de l’effort réalisé par leur père pendant une journée de travail.

53Il s’agit de contrecarrer l’effet du mau-olhado provoqué par des regards qui ne sont pas forcément volontairement maléfiques, mais expriment un sentiment d’envie (inveja). La cause du mal dans le quebrante est ainsi liée à des influences néfastes transmises par le contact des humains, et desquelles les enfants ne peuvent encore se protéger. Cette maladie résulte d’un effet intrusif, d’une force venue « casser », déstabiliser leurs corps d’enfants dont il s’agit de rétablir l’équilibre.

54Plus vulnérables que les adultes, les enfants attireraient davantage ce type de regards, alors qu’ils sont parfois destinés à leurs parents. Comme le spécifiait une bénisseuse : « Les enfants ne savent pas prier, le père et la mère savent, alors tout va sur l’enfant ». Les enfants ne disposent pas des mêmes moyens de protection contre ce type d’affection que les adultes. Ceux qui ne parlent pas encore seraient davantage exposés aux « charges » néfastes qui pourraient les atteindre. En plus de les soigner, les emmener régulièrement se faire bénir permet de les familiariser avec un univers de pratiques religieuses qui leur permettra plus tard de se protéger des dangers de la vie sans l’intervention d’un spécialiste. Bénir les enfants contribue en outre à renforcer leurs relations avec les adultes proches qui les entourent et constituent leur référence première au quotidien, mais aussi à définir ceux dont il convient de se méfier. Car ces rapports de proximité ne sont pas dénués de tensions, et il s’agit d’en protéger les plus jeunes. En effet, ces rapports se fondent sur des ambiguïtés affectives, pétries à la fois de complicités et de formes de solidarité, mais aussi de rivalités et d’envie. Ces dernières sont fréquemment désignées comme les causes de désordres physiques et spirituels (Rougeon, 2015).

55À mesure que les enfants apprennent à parler et à prier, les visites chez la bénisseuse se font plus rares pour ces affections, tandis qu’elles se poursuivent plutôt pour des maladies de peau. Ainsi, quand les enfants accèdent au langage, les femmes qui les entourent (mère, grand-mère, marraine) les incitent à prier quotidiennement avant d’aller dormir. La prière individuelle, pratique sociale quotidienne extrêmement valorisée, prend alors le relais de la bénédiction eu égard à sa visée prophylactique, mais aussi, dans les cas plus graves, pour des guérisons considérées comme miraculeuses. Les enfants s’entourent ainsi de figures spirituelles protectrices envers lesquelles ils développent un fort attachement, et constituent petit à petit leur panthéon personnalisé.

56Les pratiques de la bénédiction et de la prière confirment enfin qu’il est parfois difficile de distinguer ce qui relève des soins et ce qui relève du rite concernant l’enfance (Bonnet & Pourchez, 2007), a fortiori dans la société brésilienne où le religieux s’immisce dans quasiment tous les rapports sociaux. À ce titre, la notion de soin révèle la complexité sociale dans lesquels s’inscrivent les enfants, bien au-delà de la seule sphère médicale.

Conclusion

57L’entrelacs de ces différents recours pour soigner les enfants à Goiás – soins médicalisés du système de santé publique, soins du quotidien, pratiques de bénédiction – m’est apparu en premier lieu du fait de la configuration du terrain lui-même. Le fait de parcourir les quartiers dits périphériques en compagnie des agents de santé m’a sensibilisée à la densité de pratiques plurielles vécues localement, à la cohabitation de plusieurs univers de sens dans un espace pluri-thérapeutique, et aux différents rôles assumés par les habitantes auprès des enfants : à la fois soignantes, mères et/ou grand-mères, voisines, bénisseuses. Ces trajets qui relient les rues et les maisons lors des visites rendues m’ont amenée à percevoir ce que j’ai appelé plus tard le continuum caseiro. De même, j’ai décidé d’appréhender la conjugaison de ces différents recours à partir de la notion de soins caseiros, qui complexifie la notion de soin domestique en la mettant à l’épreuve du terrain et des catégories émiques. Il ne s’agit pas pour autant de négliger la portée comparative de cette dernière notion, mais de prendre appui sur la démarche inductive pour l’affiner dans l’optique de mieux saisir les expressions socio-culturelles des sociétés contemporaines concernant les soins portés aux enfants.

58Partant de l’ethnographie à Goiás, j’ai montré que la conjugaison de pratiques de soins est tributaire de relations de proximité sociale et spatiale entre habitants des quartiers, caractérisées par des formes de sociabilité féminine, des relations intergénérationnelles, mais aussi des jeux de pouvoir et de légitimité, y compris concernant l’univers religieux dans lequel ces pratiques s’inscrivent.

59En premier lieu, on comprend que ces soins du quotidien prennent appui sur des formes de sociabilité féminine dans lesquelles la solidarité entre femmes autour d’expériences communes – la maternité, l’allaitement – joue un rôle prédominant pour faire face aux maladies et aux dangers menaçant leurs enfants. Les différents recours qu’elles mobilisent à cette fin sont indissociables d’un mode de vie caractérisé par des relations de proximité spatiale et sociale particulières. Dans les petites villes d’une région rurale en voie d’urbanisation accélérée comme Goiás, ce continuum entre maisons et rues des quartiers, alimenté par des réseaux de maisons et des relations entre proches, demeure le principal espace de soin et de protection des enfants. Les habitantes anticipent les maux éventuels et remédient aux troubles affectant leur progéniture avec l’appui recherché ou proposé de leurs mères, belles-mères, sœurs, comadres, voisines, entre autres.

60Pour autant, j’ai constaté qu’un différend générationnel entre femmes se manifeste dans la façon d’éduquer les enfants et d’en prendre soin. Il est lié à plusieurs changements sociaux importants. Par rapport à leurs aînées, les jeunes mères gagnent en autonomie financière, réalisent de plus en plus des études supérieures, travaillent surtout en milieu urbain et, pour beaucoup, font partie de la petite classe moyenne émergente. La tendance à avoir peu d’enfants, initiée dans les années 1990, se poursuit avec une pratique de la stérilisation féminine par ligature des trompes extrêmement répandue, le plus souvent après leur second enfant. Les enfants naissent désormais tous à l’hôpital, alors que quelques décennies auparavant, les mères étaient assistées à domicile par des parteiras, les accoucheuses. De même, on constate une adhésion croissante de ces mères au savoir médical et à sa nosologie concernant les maux dont souffrent les enfants (Bustamante & Trad, 2007). Toutefois elles n’y adhèrent pas totalement ni exclusivement. Le recours de plus en plus important aux professionnels de la santé par les jeunes générations de femmes ne remet pas forcément en question le continuum caseiro comme espace privilégié de soins pour les enfants. Les éléments de terrain signalent que la diversité des recours n’est pas vécue comme antithétique dans ces quartiers de Goiás. Si le système de santé publique est davantage sollicité pour les affections graves, les jeunes mères ont toujours recours aux remèdes maison, à certaines pratiques culinaires et à la bénédiction pour les maux ordinaires des enfants.

61Les changements importants de mode de vie qui ont marqué ces dernières années et qui ont pu affecter les liens intergénérationnels doivent toutefois être relativisés lorsque l’on considère qui prend soin des enfants au quotidien. Les grand-mères sont en effet souvent sollicitées dans ce sens, d’autant plus que les jeunes mères travaillent de plus en plus à plein temps. Ces dernières choisissent souvent de demeurer assez près de leur famille élargie pour élever leurs enfants, ou de confier ces derniers à leurs aînées pour partir travailler dans une plus grande ville ou à l’étranger, surtout quand elles sont mères célibataires. Il n’est alors pas rare que les grand-mères ayant la charge régulière ou permanente de leurs petits-enfants prennent l’initiative de les faire bénir, même quand les mères doutent au premier abord de la nécessité de cette pratique. Le fait d’être une « bonne mère » est alors mis en jeu, les aînées n’hésitant pas à définir les pratiques de soin qu’elles considèrent comme incontournables et acceptables, au risque d’alimenter des désaccords. Elles s’appuient sur l’expérience acquise pour légitimer leur autorité en la matière, difficilement contestable par leurs filles et belles-filles.

62Ces éléments de terrain confirment que la préoccupation concernant la santé des enfants révèle bien plus qu’une quête de bien-être pour ces derniers (Bustamante & Trad, 2007). Elle constitue aussi une réponse face à une exigence sociale exprimée par les plus âgées concernant le rôle de la mère, dans le cadre d’un rapport entre générations de femmes. Elle est enfin l’expression d’un enjeu identitaire en tant que femmes, comme en ce qui concerne le modelage des corps enfantins. Par leurs pratiques et leurs savoirs, ces dernières répondent ainsi aux attitudes méprisantes des professionnels de santé.

63Les logiques présidant à la conjugaison des soins pluriels sollicités pour prévenir ou endiguer les maladies des plus jeunes sont indissociables de ces jeux de rapports sociaux et de pouvoir, où les statuts et sources d’autorité de chacun comptent. De la même façon que l’autorité est à l’œuvre dans les relations intergénérationnelles entre celles qui prennent soin des enfants, elle est aussi un effet de la maîtrise du discours biomédical par les agents de santé. Ces dernières assoient de cette manière leur légitimité dans les quartiers auprès des habitants, même si cela peut également alimenter une méfiance à leur égard.

64Il convient ainsi de souligner l’importance de l’expérience et de l’appartenance en termes de classes sociales dans l’adoption de ces pratiques de soins portés aux enfants. Pour autant, cela ne revient pas à dire que l’adoption de ces recours est déterminée par les conditions de vie (Oliveira & Bastos, 2000), d’autant qu’une dynamique d’ascension sociale brouille ces dernières années les pistes des appartenances, et que les jeux de rapports sociaux expriment des formes d’inégalités renouvelées. Comme ailleurs au Brésil, une petite classe moyenne émerge de la classe populaire à Goiás. De plus, les habitants ne s’approprient pas forcément ces catégories (« classe populaire », « classe moyenne ») et jouent autrement de leurs situations économiques et de leur statut social, notamment dans le cadre de stratégies de distinction non exemptes d’ambiguïtés et de relations de rivalité entre voisins qui peuvent s’exprimer y compris sur le plan spirituel.

65Enfin, parmi les différentes pratiques de soins quotidiens portés aux enfants, il convient de considérer la légitimité octroyée à la pratique de la bénédiction. Nous l’avons vu, il est commun dans cet univers de solliciter les bénisseuses, a fortiori pour les enfants. Prendre soin revient alors, par un ensemble de pratiques ritualisées, à protéger ces derniers d’éventuels déséquilibres et dangers sur un plan spirituel, et à se prémunir des effets jugés néfastes des rapports de proximité. Les soins caseiros prodigués aux enfants signalent ainsi qu’il est difficile de séparer le thérapeutique du religieux. La notion de « charge » est notamment signifiante et suscite une vigilance particulière, surtout aux moments-clés de la croissance des enfants – mise en place de l’alimentation, apprentissage de la marche, acquisition du langage articulé...

  • 24 Discriminées et poursuivies aussi bien par les pouvoirs publics que par des institutions religieuse (...)

66Pour autant, la bénédiction est chaque jour plus décriée car les néo-pentecôtistes, toujours plus nombreux parmi les habitants et surtout parmi les femmes, associent l’univers religieux dans lequel elle s’inscrit au charlatanisme, à la superstition et à la sorcellerie24. Or ces mêmes néo-pentecôtistes ne l’abandonnent pas complètement et peuvent y recourir en fonction des besoins. Ils font souvent preuve d’une connaissance et d’une familiarité vis-à-vis de ces pratiques. Ce recours semble alors acceptable dans le cercle familial, même s’il n’est pas toujours affirmé à l’extérieur. Prendre comme focale d’analyse les soins quotidiens portés aux enfants amène à relativiser le déclin de la bénédiction. Bien que sa légitimité puisse faire le jeu de relations de concurrence entre différents univers religieux, cette pratique est toujours considérée comme un recours légitime et fondamental pour les enfants à l’échelle des relations entre proches et à l’échelle du quartier. Avec l’apprentissage de la prière quotidienne, bénir les enfants semble ici lié à la nécessité de se prévaloir d’une protection minimale, quand les liens affectifs sont parfois mis à mal dans un milieu social marqué par des changements sociaux rapides. Les jeux d’appartenances sociales et les expressions renouvelées des inégalités peuvent en effet amener les proches à manifester des prises de distance soudaines. La méfiance peut rapidement prendre le dessus, là où les rapports de confiance prédominaient.

67Enfin, l’étude de ces recours différenciés a mis en évidence les rapports entre des combinaisons de pratiques, plusieurs catégories nosologiques, et des conceptions locales des corps enfantins. Offrir à son enfant une infusion pour « faire mûrir la grippe » concoctée avec des plantes du jardin, l’assortir du vaccin du centre de santé contre cette affection et solliciter une bénisseuse du voisinage pour remédier à l’état de fatigue dans lequel il se trouve revient à mettre en rapport plusieurs logiques de sens, sans pour autant que cela soit vécu de façon contradictoire : la théorie humorale du curanderismo, la rationalité biomédicale et un univers religieux hétéroclite. Ainsi, les éléments de terrain confirment que le recours à une pratique, l’identification d’une maladie et les représentations du corps ne se superposent pas de façon harmonieuse. Marqué par le continuum caseiro, cet espace pluri-thérapeutique se caractérise par des ajustements, une diversité d’usages et une adaptabilité qui dépendent notamment de la confiance, de l’autorité et de la légitimité des acteurs impliqués dans le soin, ainsi que de la façon dont ils en jouent pour se situer dans des réseaux de proches en fonction de leurs appartenances sociale, genrée, générationnelle, mais aussi religieuse.

Haut de page

Bibliographie

AGIER M., 1988. « Le sexe de la pauvreté. Hommes, femmes et familles dans une “Avenida” à Salvador de Bahia », Les Cahiers du Brésil contemporain, 8 : 81-112.

ALVES P. C. et MINAYO M. C. (dir.), 1994. Saúde e doença, um olhar antropologico. Rio de Janeiro, Fiocruz.

AUBRÉE M. et LAPLANTINE F., 1990. La Table, le livre et les esprits. Paris, Jean-Claude Lattès.

BENOIST J. (dir.), 1996. Soigner au pluriel. Essais sur le pluralisme médical. Paris, Karthala.

BONNET D. et POURCHEZ L. (dir.), 2007. Du soin au rite dans l’enfance. Paris, Érès/IRD Éditions.

BRUN A., 1989. Les Dieux catholiques au Brésil. Anthropologie religieuse de la société rurale du Nordeste. Paris, L’Harmattan.

BUSTAMANTE V., 2009. Cuidado infantil e construção social da pessoa : uma etnografia em um bairro popular de Salvador. Thèse de doctorat en sciences collectives, Salvador de Bahia, Université fédérale de Bahia.

BUSTAMANTE V. et TRAD L., 2007. « Cuidando da saúde de crianças pequenas no contexto familiar : um estudo etnográfico com famílias de camadas populares », Ciência e Saúde Coletiva, 12, 5 : 1175-1184.

CANESQUI A. M. et DIEZ-GARCIA R. W. (dir.), 2005. Anthropologia e nutrição : um diálogo possível. Rio de Janeiro, Fiocruz.

COLLIÈRE M.-F., 1982. Promouvoir la vie. De la pratique des femmes soignantes aux soins infirmiers. Paris, Interéditions.

CRESSON G., 1995. Le Travail domestique de santé. Paris, L’Harmattan.

DEL PRIORE M., 1997. « Ritos da vida privada », In MELLO E SOUZA L. de (dir.), Historia da vida privada no Brasil. São Paulo, Companhia das Letras : 275-330.

GIGLIO-JACQUEMOT A., 1998. Guides et médiums au secours des hommes : étude des représentations et des pratiques liées à la maladie et à son traitement dans l'umbanda à São Paulo (Brésil). Lille, ANRT.

GIGLIO-JACQUEMOT A., 2004. « Médiums guérisseurs et hommes en blancs : les rapports de l’umbanda brésilienne à la biomédecine », Recherches sociologiques, 35 : 5-20.

HELL B., 1999. Possession et chamanisme. Les maîtres du désordre. Paris, Flammarion.

LEAL O. F., 1992. « Benzendeiras e Bruxas : sexo, gênero e sistema de cura tradicional », Cadernos de Antropologia, 5 : 7-22.

LÉVI-STRAUSS C., 1949. « Le sorcier et sa magie », Les Temps modernes, 41 : 3-24.

LOYOLA M. A., 1983. L’Esprit et le corps. Des thérapeutiques populaires dans la banlieue de Rio. Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme.

LOYOLA M. A., 1984. Médicos e curandeiros : conflito social e saúde. São Paulo, DIFEL.

MARTIN V. B. et ANGELO M., 1999. « A organização familiar para o cuidado dos filhos : percepção das mães em uma comunidade de baixa renda », Revista Latino-Americana de Enfermagem, 7, 4 : 89-95.

MONTERO P., 1985. Da doença à desordem : a magia na Umbanda, Rio de Janeiro, Graal.

NATHAN T., 1994. L’Influence qui guérit, Paris, Odile Jacob.

NATHAN T., 2004. Du commerce avec les diables. Paris, Les empêcheurs de penser en rond/Le Seuil.

OLIVEIRA M. L. S et BASTOS A. C. de S., 2000. « Praticas de atenção à saúde no contexto familiar : um estudo comparativo de casos », Psicologia : reflexão e critica, 13, 1 : 97-107.

POURCHEZ L., 2007. « Les transformations du corps de l’enfant : façonnage du visage et bandage du tronc de l’enfant à l’île de la Réunion », In BONNET D. et POUCHEZ L. (dir.), Du soin au rite dans l’enfance. Paris, Érès/IRD Éditions : 43-59.

ROUGEON M., 2009. « Pratiques de soin et santé publique à Goiás (Brésil) », In BEHBAHANI S. (dir.), Ce genre qui dérange. Paris, Téraèdre : 31-38.

ROUGEON M., 2015. Proximité, passages et médiumnité. Contours et détours caseiros au Brésil. Louvain-la-Neuve, Academia.

ROUGEON M., 2016. « At the city’s threshold. The caseira ambiance of Goiás’s spaces of proximity », The Senses and Society, 11, 3 : 320-332.

ROUGEON M., 2017. « Les visites à domicile des agents communautaires de santé au Brésil. De la prévention des maladies à la protection des corps », Histoire, monde et cultures religieuses, 41 : 119-135.

SAILLANT F., 1999. « Femmes, soins domestiques et espace thérapeutique », Anthropologie et Sociétés, 23, 2 : 15-37.

SANTIAGO J.-P. et ROUGEON M., 2017. Manger avec les esprits. Offrandes, partages et soins dans l’umbanda, au Brésil et au Portugal. Paris, Editions des archives contemporaines.

SCHRITZMEYER A. L. P., 2004. Sortilégio de saberes. Curandeiros e juízes nos tribunais brasileiros (1900-1990). São Paulo, IBCCRIM.

SOUZA J., 2009. A ralé brasileira : quem é e como vive, Belo Horizonte, Editora UFMG.

STURZENEGGER-BENOIST O., 1999. Le Mauvais œil de la lune. Ethnomédecine créole en Amérique du Sud. Paris, Khartala.

TEIXEIRA M., 2007. « Parachever l’humanité. Toilette, massage et soins des enfants Manjak (Guinée-Bissau, Sénégal) », In BONNET D. et POUCHEZ L. (dir.), Du soin au rite dans l’enfance. Paris, Érès/IRD Éditions : 129-145.

TRAD L., 2002. « O agente comunitario de saúde : construção da identidade desse personagem híbrido e polifônico », Cadernos de Saúde Pública, 18, 6 : 1639-1646.

VALDEZ D., 2003. História da infância em Goiás : séculos XVIII e XIX. Goiânia, Editora Alternativa.

Victoria C. G., Aquino E. M., do Carmo Leal M., Monteiro C. A., Barros F. C. et  Szwarcwald C. L., 2011. « Maternal and child health in Brazil : progress and challenges », The Lancet, 377, 9780 : 1863-1876.

ZALUAR A., 1983. Os homens de Deus. Um estudo dos santos e das festas no catolicismo popular. Rio de Janeiro, Zahar.

Haut de page

Notes

1 La notion de pluralisme des soins rejoint ici celle de pluralisme médical (Benoist, 1996). Concernant le Brésil, voir Loyola, 1983 ; Alves & Minayo, 1994 ; Giglio-Jacquemot, 2004.

2 Goiás est une ville située dans l'État du même nom, dans la région centre-ouest du pays. Ces quartiers sont nés de l’expansion urbaine engagée dès le début du xxe siècle, et surtout dans les années 1960, sous l’impulsion de l’exode rural, dans un vaste contexte de modernisation et d’urbanisation de l’Ouest brésilien.

3 Certains auteurs ont signalé qu’une telle identification des pratiques de soin à un genre repose sur la physiologie même du corps féminin, et sur un transfert naturalisé du pouvoir de reproduction biologique sur la reproduction sociale (Collière, 1982). Geneviève Cresson a ajouté à juste titre combien cette identification est productrice d’inégalités entre hommes et femmes, parlant de division du travail sanitaire dans la famille (Cresson, 1995).

4 En effet, il s’agissait uniquement de femmes, alors que les médecins sont majoritairement des hommes (Rougeon, 2009). Cette dimension genrée des pratiques professionnalisées de soin et médicales révèle là aussi une intériorisation du rôle socialement attendu pour les femmes dans la société locale et au Brésil.

5 L’entraide entre parents, amis et voisins s’exprime notamment par des échanges fréquents de services (garde des enfants, attention portée aux personnes âgées, travaux) et de biens (plantes, nourriture, vêtements, moyens de locomotion…).

6 À ce titre, la notion d’« universel » est centrale dans le modèle idéologique du système de santé publique brésilien.

7 Ces secteurs correspondent à un découpage administratif et territorial par quartiers, les centres de santé les plus sollicités se trouvant dans les quartiers de la ville dits « périphériques » par opposition au « centre historique » patrimonialisé. Les secteurs les plus parcourus par les professionnels de santé sont surtout peuplés par des personnes issues des zones rurales alentours, de familles d’ouvriers agricoles et de petits propriétaires terriens. Ces dernières se trouvent socialement aux marges par rapport à l’élite locale composée de notables, propriétaires terriens et médecins. Ces rapports de classe et d’inégalités sociales s’expriment entre professionnels de la santé et patients, mais aussi entre médecins issus de l’élite locale et agents de santé, issus des quartiers (Rougeon, 2009).

8 Cette opposition s’accompagne d’une stigmatisation des seconds, désignés péjorativement par le terme de caipira (« paysan »).

9 Pterodon emarginatus.

10 Punica granatum. Romã en portugais.

11 Biotonico Fontura®, une boisson qui stimule l’appétit.

12 Cariniana estrellensis. Jequitiba en portugais.

13 Particulièrement prégnantes au Brésil, ces relations constituent un héritage des rapports sociaux de la colonisation et de l’esclavage. Au fondement de profondes inégalités sociales, ces logiques alimentent en permanence une violence symbolique à l’œuvre entre les classes sociales supérieures et la « populace brésilienne » (a ralé brasileira) (Souza, 2009).

14 La proximité sociale entre classes populaires et petite classe moyenne peut laisser croire en l’existence d’une appartenance commune et d’une forme d’égalité, dont les limites sont pourtant rappelées au quotidien. L’ascension sociale des petites classes moyennes les pousse ainsi à se distancier de leur milieu d’origine, afin de ne plus subir les stigmates auxquels il est fortement associé.

15 Foeniculum vulgare. Erva doce en portugais.

16 Concernant la notion de relations de proximité, voir Rougeon 2015.

17 Ces ressorts de l’efficacité dans les dispositifs thérapeutiques de diverses sociétés humaines ont déjà été mis en évidence par de nombreux auteurs (Lévi-Strauss, 1949 ; Nathan, 1994 ; Hell, 1999).

18 Le « sirop » est en quelque sorte une infusion plus concentrée avec moins d’eau et plus de sucre.

19 Plectranthus amboinicus.

20 Née au début du XXe siècle à Rio de Janeiro, l’umbanda se caractérise par un fort syncrétisme. Très influencée par le spiritisme kardéciste, l’umbanda repose sur la pratique de la charité, l’adhésion à l’idée de réincarnation, l’incorporation des esprits des morts, la consultation de ces derniers par les humains lors de séances rituelles.

21 Elles sont aussi servies aux femmes allaitant et en suite de couches, auxquelles les plus âgées de la famille imposent un régime alimentaire fortifiant. Pendant cette période, il s’agit de dépenser peu d’énergie et d’en ingérer le plus possible, pour récupérer de l’accouchement et allaiter le nouveau-né.

22 Pour un état des lieux des principaux travaux sur la notion de reima, voir Canesqui & Diez-Garcia, 2005.

23 Plusieurs de mes interlocutrices m’ont relaté le décès de leurs enfants, qu’ils soient morts en couche ou pendant les premiers jours de vie, dans les années 1960 ou à la fin des années 1980. Au Brésil, la mortalité infantile a longtemps été très élevée, surtout dans les zones rurales, et n’a commencé à décliner qu’au du début des années 1990 (Victoria et al., 2011).

24 Discriminées et poursuivies aussi bien par les pouvoirs publics que par des institutions religieuses et médicales, les bénisseuses ont longtemps choisi de demeurer aux marges de la société, une stratégie pour se protéger des accusations d’exercice illégal de la médecine (Loyola, 1984 ; Schritzmeyer, 2004 ; Rougeon, 2015).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Image pieuse de são Cosme et são Damião
URL http://journals.openedition.org/anthropologiesante/docannexe/image/4270/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marina Rougeon, « Prendre soin des enfants au quotidien. Dynamiques relationnelles et spatiales des pratiques de soins caseiros au Brésil », Anthropologie & Santé [En ligne], 17 | 2018, mis en ligne le 08 novembre 2018, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/anthropologiesante/4270

Haut de page

Auteur

Marina Rougeon

Professeure invitée, Institut de Santé Collective, Université Fédérale de Bahia, Région de Salvador, Brésil, marinarougeon@hotmail.fr ; marinarougeon@ufba.br

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie & Santé est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Amades
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Cermes3
  • Logo Centre Norbert Elias
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Emerging Sources Citation Index
  • Logo ERIH Plus
  • Logo LiSSa
  • Logo Centre National du Livre
  • OpenEdition Journals